Sie sind auf Seite 1von 370

dli^EMl

D
D D D D D D

,£Ii

^:z^
o su Ud
O£i:i ^:^
r f

CATALOGUE GENERAL
DES

ANTIQUITÉS ÉGYPTIENNES
DU MUSÉE DU CAIRE

PAPYRUS GRECS
D'ÉPOQUE BYZANTINE
SERVICE DES ANTIQUITES DE L'EGYPTE

r r

CATALOGUE GENERAL
DES

.ANTIQUITÉS ÉGYPTIENNES
1

DU MUSÉE DU CAIRE

W' 67001-6712/1

PAPYRUS GRECS
DÉPOOUK BYZANTINE
PAR M. JEAN MASPERO

TOME PREMIER

LE CAIRE

IMPRIMERIE DE L'INSTITUT FRANÇAIS


D'ARCHÉOLOGIE ORIENTALE

1911
I
UBRARY
INEARTS
JVERSÏTY
INTRODUCTION.

Eli iiilitulanl ce travail Catalogue des papf/riis grecs (répofjite « bi/z anime i^ , je

n'oublie pas que rexprcssioii choisie est assez ambiguë, et veut être définie de

nouveau à chaque fois qu'on l'emploie. L'habitude s'est répandue presque

universellement, de faire commencer la période « byzantine t au règne de Dio-

clétien. Ce système a l'avantajje d'embrasser sous une même dénomination l'en-

semble entier du tr Bas-Empire ^5. Mais le Bas-Empire n'est pas aussi uniforme

qu'on semble par là l'indiquer; les réforuîes introduites par la dynastie juslinienne

du vi'= siècle, dans l'aduiinistration et le droit, ont modifié profondément la vie

publique el privée du uionde romain, et on en trouve des traces nombreuses dans


les papyrus. En outre, une coupure qui range dans l'époque bi/zanline la fin du
iii*^ siècle et le premier tiers du iv% c'est-à-dire des temps antérieurs à la fon-

dation de Conslantino[)le, m'a paru un peu trop arbitraire et artificielle. Mon


intention était d'abord de prendre pour limite le début du règne d'Anastase,
en /190, comme du premier empereur bijzanlin dans toute la force du terme, du
premier qui ait régné sans collègue occidental, et sous lequel la politique

romaine se soit résignée par force à n'être qu'orientale, de mondiale qu'elle était

naguère. Mais ce nouveau point de départ, ne coïncidant avec aucun événement


d'importance, avait lui aussi l'inconvénient d'être assez factice. D'ailleurs,

comme les papyrus du v' siècle sont faiblement représentés, dans la collection

du Caire comme ailleurs, c'est une concession plutôt théorique ([ue pratique

([ue je fais à l'ancienne tradition, en adoptant pour borne initiale la date de

3c)5, la mort du grand Théodose.


De même, parmi les documents que j'ai eu à examiner, en particulier dans

la trouvaille de Saqqarah, il s'est trouvé plusieurs pièces écrites en grec, et

analogues aux byzantines, mais de date évidemment postérieure à l'invasion


arabe. Gomme il n'en existe ici qu'un nombre fort restreint, j'ai cru pouvoir, vu
leur parenté étroite avec les autres, les insérer sans scrupule dans ce catalogue.
Les j)apyrus contenus dans ce recueil se i-épartissent en deux groupes, selon
l'époque de leur découverte. MM. Grenfell et Hunt ont donné, en iqoS, un
Calalojniv des pap'iviis gvecs du Musée du Caive'^^\ dans lequel ont trouvé place,

l" Cel (.u\r,-i;;(! couticiil la descii|ilioii do lous les |>ii|)ynis <;rocs cnlrùs au Musôn jus(iirà la lin

(le raiiiK'c 1 1)1) i


natiircllomoiil, im [ji-and nombre do papyrus l)yzanlins. Los autours uo se soûl

|»as, il osl vrai, proposé do publier m c.vlniso, mais dinv^'ulorior seulcmcnl. les

textes du Musée, joijjnanl à chaipio numi'ro une courte notice pour on indiciuer
le contenu. Tous no sont cependant pas domeui'és inédits : les plus intéressants
et les mieux conservés ont été édités au tome \" des O.vi/rliynrhns Pnpi/ri ou en .

divers autres ouvrafjos qui seront signalés au l'iir et à mesure, .le n'aurai donc
souvent qua rééditer des transcriptions anciennes, avec les quelques modifica-

tions qui pourraient être utiles.

Mais, depuis la rédaction de ce Cntalni'itc des papi/riis o-rccs, doux apports ont
considérablement enrichi le ti'ésor l)yzanlin du Musée du Caire : (pielques
papyrus recueillis par M. Qnibell à Saqqarah, en igob, et fimportant lot rap-
jiorté de Kôm-Icligaou par M. Lefobvre, dans les années ic)o,^. 190G ot 1907.
(Test ce second groupe que je publie on premier lieu, puisqu'il est entièrement
inédit, tandis que Fancien fonds du Musée a été déjà décrit, au moins d'une
manière sommaire, snllisante on tout cas pour donner au pnldic une idée de la

nature et de la valeur des pièces. L'ordre dans lequel j'ai class(' les documents
pourra paraître un peu compliqué à première vue; aussi préféré-je, dans cette
introduction, exposer scbématiquemont, et justifier le plan que j'ai suivi.

L — Li:s TnouvAiLLES DE KùiM -b'.iKiAoi: (/Ip/r/WiVo) '''


( vi'' sièclo). A. Pièces
relatives à l'administration particulière d'Àv^po^mjs jcwp?, et à l'administration

générale du limes Tlichaïciis (requêtes au duc, à l'empereur, rescrits impériaux,


ordres du duc ou du pracses, etc.). Quoique ces documents conciM'nen! des
localités fort différentes et distantes les unes des autres, il m'a paru plus intéres-
sant de les réunir en une seule série, au lieu do les distribuer selon leur lieu
d'origine ap|)arent, Antaiopolis, Omboi, Théodosiopolis, etc. On aura ainsi sous
les yeux, d'un seul coup, tous les documents intéressant l'iiistoiro de. la province.
B. Rolos financiers el (piiltancos d'impôts, provenant d'Aplirodit(') ou d'Aii-

taiopolis.

'" J'ai employé dans cel ouvra<;c la Ibrmo abréjfoc Àt^poSirw, bien (juVile iic se rencoiUre jamais
dans les dociinienis d'époque byzantine, me conformant en cela à l'usaffe (jni Icnd à s'établir,
depuis ([ue les papyrus arabes de ce village ont commencé à être publiés et étudiés. I.a forme
Ai)liro(lilc, (|ue j'avais employée d'abord, peut cependant se défendre. D'ordinaire, le nom de lieu
est au génitif, ànù xûpjs À^poSiVt;», de sorte qu'on ne peut savoir si le deuxième mot dépend du
jiremier ou lui est une apposition. Mais plusieurs des pi(''e(\s éditées ici monlreront que les deux
expressions, At^poSiT^s ou .Vi^poS/ri/ «oifo;, ont élé concurremment employées : n" C'jo87, 1. 5 :

[7))i' \(^polir\>ji Kwixijv, mais au n" C'jnif) (verso) : ^//a -i; nwui;, sTi/î-jo'/ir); .\ippoSiT)/ (Iccliire cer-

taine); cf. n" G7021, recio, 1. 19, el n" G7o()i, I. G.


III

C. DociuiuMits (1 ordre' privé, concernant Aplirodilù on le noino Antéopolite,


lellres écrites ou reçues |)ar les hahilanls du canton, contrats, etc.
D. J3ocuments dordre privé, se ra[)portant à certaines localités voisines,
Antinoé, Panopolis, Ijcrmopolis, et trouvés cependant à Kôni-lcligaou.
E. l'raginents littéraires : pajjes de joramniaire, textes d'auteurs anciens et

œuvres de Tépofjue l)v/antine.

II. — lj\ rnocvAii.M': ue Saooaiiaii (sept papyrus d'époijue arabe).

III. — L'ancidn ro.NDs DLî MusÉii (époques et provenances variables), classé

par ordre alphabétique des localités d'origine.


i^es papyrus de cet ancien fonds, ayant été, comme je l'ai dit, inventoriés

déjà par MM. (irenrell et Ilunt, ont reçu d'eux des numéros de classement que
j ai dû respecter. Comme d'autre part, dans leur Calalo^'iu' des papyrus grecs, les

documents dàge byzantin sont mêlés à ceux des époques ptolémaïque et romaine,
il en résulte qu'une fois mis à part, leurs numéros ne forment plus une série
continue, d'où apparence de désordre, dans celte troisième partie de mon
travail, désordre qu'un index réparera aisément. Ils seront répartis d'après la

même méthode employée à l'égard des autres, c'est-à-dire par lieu d'origine
d'abord, et en sous-ordre par matières, s'il v a lieu.

Quant à la méthode de transcription, je me suis proposé de représenter


les texies le |)lus exactement possible : j'ai laissé subsister les nombreuses
abréviations quon y rencontre, (piilte à indiquer en note la restitution du mot
entier. Pour [dus de clarté, j'indicpie ici les signes accessoires dont je me suis

servi, et que ]e nie suis elforc('' de réduire au minimiiin :

[ I
lacune dans le [lapyrus.

mot illisible.

{(xvTaiv) mot (ou lettre) barré dans rorijj'inal.

11 m'a |)arii inutile d ajouter les esprits et les accents, ni les autres signes

orthographiques : [)ar là ressortira d autant mieux l'anomalie de [dusieurs pa.s-

sages, fort rares du reste, où ces signes ont été employés par l'écrivain. Ces cas

ont été, en {jénéral. signalés dans les notes; mais, là même où rien de spécial
lie l'anirme, Tcmploi d'un signe orthographique quelconque dans le texte devra
toujours être atti'ibiié au scribe antique. Seule la jionctuation, dont l'absence

eût rendu parfois piniible la lecture des pièces un peu longnies, a été naturelle-

iiieiit indiquée. Les mesures des |)apyrussont données d'après une règle uniforme,
qui consislo à appeler "larpeuri la diinoiisioii parallèle au\ lignes d'écrilure,
et crlongucur« la dimension j)or[)endiculairo, ([iielle (pie soil
Larjjour.
d'ailleurs la forme du j)apyrus. Ces dénominations j)ourront en
certains cas sembler bizarres, mais elles permettent de donner
c sans longues explications une idée exacte du pap\rus décrit.

|, Ce Catnloi'iie est la première collection un peu étendue de


^ paj)yrns exclusivement byzantins qui ait encore été [)ubliée.

.lai l'espoir qu'il pourra être utile, non seulement à ceux qu'in-
téresse l'Egypte, mais aussi aux historiens de l'empire d'Orient
en général. Aux époques précédentes, sous les Ptolémées, sous les Romains,
l'Egypte vivait sa vie propre, soumise à ses lois spéciales, sous des gouverneurs

d'exception. A partir du v'' et surtout du vi'' siècle, elle est définitivement encas-

trée dans l'édifice du Bas-Empire; elle est semblable à toutes les provinces (|ui

l'entourent, et les détails qu'elle nous iournit sur sa propre administration,


nous pouvons, avec quelques précautions, les utiliser dans l'étude du reste de
la Romama. De là l'intérêt spécial qu'olïrent ces derniers pa|)yrus grecs. On trou-
vera forcément dans cet ouvrage bien des défauts, erreurs de lecture, ou lacunes
qu'avec le temps j'aurais pu compléter. Ces défauts pourront se coiriger à
l'usage : j'ai surtout jugé utile de faire vite, pour mettre le j)lus lût possible à
la disposition du public l'importante collection du Musée du Caire.

Jkan Maspkho.
Décembre iqoq.
ADDENDA ET CORRIGENDA.

N°' 67001 . IlolH (), lirr : lIpVf/awT;.

67001 , liyiic .'il. Ijii loi-iiie noXoêàv esl ijivlerable.


6700'i, |). II, i. 8. A|)rès le mot àviSeStoxoiî , remplacer le |)oiiil |)ar une viijjule (H. J. Bell).

67003, noie 25. ],(i Toiror>)fj>n}js n'est pas un fonclionnaire publie à piopremenl pail(!r. C'est

une sorte de vicaire envoyé par le duc pour le représenlei' dans (elle pelile Iraclion

de sa province (cl. IS'iw. .Iimi., XXX, G).

6700f), noie i(S, iiii lieu de : cf. n" Oyoçio, lire : cf. n" /io833 [Journal iV entrée).
67006. Celle requèle l'ail probablement partie de la même série i|ue les autres (identilé d'écri-

lure el de style); donc il ne s'ajjit pas ici de la ville voisine d'Arsinoé, mais de l'aulre

Tiiéodosiopolis, située plus au sud, près de Minîeb {IJiei-., 7.'}o, 7; G. Ci/yr.. ']6-'>).

67010, lij|rie 1,^). jdinilre : to otot);p| M l'Sl (|uestion du TOTroT)/p>;T);î.

670 IM, njoiiler : liuii,. : .lnurnal d'enlréc du Musée, n" /lo^CG.


6702"i, lijjne 8 (recio), lire : t. au lieu de : T[a].

670'J/| , noti' •!•> , lire : A el C, au lieu de : A et K.

670!?'.) Supprimer la |)remièr(i parlie de la note ït.

670.V.). Dioscore l'simanôbel n'est |)as le prôlocôrnète Dioscore lils d'Apollôs: c'est son {jrand-père.
670.")',), noie )(i, lire : lijfue 1 3, au lien de : lij;iie 10.

6708*,), noie 6 (verso), lire : sxivoeix'jnoLTO. , au lieu de : evrosiKatToiTov.

Enliu. il convient de si|;naler. pour compléler la bibliograpbie, deu\ ouvrages |)arus après la com-
position di' ce l'ascicnle :

Un arlicii' de L. MrrrKis dans la /eilsrhri/i der Savignij SlijUmjr fiïr lierlilsgesrhiclilc , 1 90(j, p. lto'.'>-lnii

(je n"ai malbeureuscmenl ])U en avoir connaissance).


I. étude de M. (tki./.kii , Uludaii :ur biiiantinisthen Veritnllunff Agiifilens . 1 f)o(j ( Leij):. Iiislur. Abhandl. ,

Xlll). l/anleur assij;ne au papyrus u" G7002 une autre date que C(dle que j'avais cru devoir
adopter. .Ses conclusions, à ce point de vue. paraissent être les plus vraisemblables.
TROUVAILLES DE KOM-ICHGAOU
(1905-1908)
PIKCES RKLAÏIVI'S À L'ADMINISTRATION D'A'DPOAITHS K12MH
KT 1)[; DUCHÉ DE TIIÉBAÏDE.

67001. Contrai passé par lu noirôv d'Aplirodilù, dans le nome Ânléupolile,

avec les 'ûroifJiéves el les dypo(pvlaKOi {sic) du village, réglauL les

conditions de leur travail. Us veilleront sur les bestiaux et les uisLru-

inents aratoires, dans toute l'étendue du canton, y compris les xwfxaj

voisines. l'L recevront pour salaire trois arlabes de blé et un koXo^iov

,lc vin. Long, o m. 87;"") uiill.. lar;;. m. HiB mill. — Aphrodibi

1)1.

Dalc ; -28 ili'reiiii)i(; .Si 'i.

l/orlhoiji-aplic cl l;i conslniclion jjranimalicale îles pliruses laissent Iteaiicoui) à «lésiier.

vue de langue, ce papyrus esl un des plus intéressauls de la nA-


Au point <le la

Icclion.

(lursive droite el aM;;nleuse.

1' T7ra]T£ta^- <1>X[/| ile] va \T0f!0s toi; Xafx[7r/30TaT0i; |

Tué't " j3 [rjyr]ovs ivSix.1]

A(ppoSmiî To Awtxionohrô rofxô , to xoivov twî- -aoiixevœv xai

aypoZivXoixvv t);s olvtvs xci'p;? A(ppoSnvi tov clvtov l'Ofxô, '^i ii\>.wv

xai\Y[svTacvr7sœs\ Mou-
AvpvMvv <\yoiSoi^ixry.vos viô Ep\ iiaiaKfjs f *«[ • •
X^
rratô riaî'TTÊT

LiPiir I . <I>À( = <I>Xauibu.


Poiu-ia rcslitulioM de la date, cl. plus bas, 1. -a-'^-j..
Liipir -•!.

Uipic II. Le si|;ne ô, dél'onuation de b, remplace la diphtlionguc ov.


noms terminés en sont Iré.pients
Epj/aoo-s ou Epf/aya.s, pour Epyiaicvs. Les
u,;
u'ipir 0.

Aphrodito {ïlpofiavcvi , AttoXào..-, RaX^s, Haw^-, etc.). — HarTr^T :
cf. ^.(zaxwesT,

1. /i('>. Ce troisième nom <'st une apposition au second.

(•
Xpicr/o,. M=cp<a 7£,.ra : on |,ar isopséphic : \-)eios o Hso," (voir onlio aulie. G. 1,i:i.kbvrk,
Xf.) :

1'eeiuiu/.i:t. /.,02wq>/aV, /fro. r/c. Elmhs


//,.9cr. irrcai„es-cl,rétiennes d'Egypte [préface, p. xvxi.J, el

gi:. n)o'i. p. :i.")<)V Les aiilri's iMler(irélali<jns sont plus dotitciises.


(;ATAI,()GUH DIJ MUSEE J)U CAIKE.

f 07001

O^iTO?

'^swowpi'j KOLi, Wixxoprjs '^y.irj KalsôoLXis (?) xai llavôé'e Epixarjvroî xai
\UXTOpOS
'^a.iô '^^ifXQvs xai A7roAA[ aijro? A^ptxccfxiô tzXox xai \UxTOpos Kpaixôrjin j xai

\UXTOp Up(A}(X(XV*

xai UaXwTo\5\ na7r[);ÔT0?] xai ':L-^ipmvô^io t&u xoli, \\van£ £x tsy.Tpog


UpocxXsiô, yoiipeiv.
KBos srrlt ewOo-iiev ex -aaTspwv vfxv[y x(x\i \'a\p\oyojvvy \sxTeX£aoi.i\ rsapa.-
(pvXaxijv
rAw XT7j(j.aTw ZS01.TVÎ TV? 0.77)5 xvfxv? \(^poSiTr)5 vszpi OLirelamoLV K''^^w Xli
£repM> crxevfxw sv toi? eip^jf^evois XTVfxccTr oixpiêvs §s aaOovres
vtIs xcci vfxej? TSa.vTs? tw -mpOTeTot.-) aevw zxTeXsTvtxsv mv olt^v -nrapa-
(pvXaxvi',

xai SIS ravTvv t))v o^oXoyiav TiOsfxsvrji rseiOy.pyo'uvrs.s , !)i >/?

oixoXoyovvTss sxovtzî xixi TseTTia-fxsvrji sTrjijxv? £-)(aiu.ev tj;v ctvxiii'

Tsxactv TsapapvXaxvv Tsonjrrwiiev arjxwi xoci axaraj roo-lws -axvxwv ;cT)/fxa-


T^'V

^laxeiit.evrx'iv xai -aiepixvxXvOev oXas rS£'^ia']ois raw t)is olvtvs xwfxvs X'Ppo^j
TT^poi ra a.p'/jxi'x opix fj.£TOi^y tw rrvyjiixfxewi' rns vfxvv x'xiixvs xvfxrjiW,

-urpoî ro fxy ^Xa-J^iai o 'hj^xocrios Xoyos , stti tov ypovoi> t);j vfX'i'}' ^v)/î,

aTTO TV? fTvixspov TV5 7sprjyeypxtxfX£V}, y/Tis sr/it fxyivoi 'Vvëi II fhvTspy} Il

-aa.povmjs rjy^ovs iv^ixj, sis lo eç?;? t);? auTj;s j/fiwî- ^cto;?, xai fxv s'jpvOeiy ts
OlXVthlTTOT£ jSXoiëvV «TTO TCa'J' ârWV XTV(XOiTW, fiJ/T£ TI^ISpl 'CwV XOLI

B-p£(xaa.Tvv xai yerj^ipyixvv epyaXir^iw xcu aXXwv rrxevwv ano rifxirj

Lifrtii- -. nXox, ici ot 1. 9 = wXoxwj('.'). Ou fsl-ce le nom de la Kv^in^l (W. Ciium, QnUtl.
nj llir Ci)j)t. mss. in llir fli/l/inds Ul»-., n" i .'i i : Mm'{ai) cmo Wko.
Litpif ij. Ep(iaôan^, UpofxaMT^ : pour EpfiaôvToi , etc. Le sigrie ^ l'I la l)ari-e nlili(|ue /
sont les deux siffles usités dans ces pa|iynis en cas d'ahrévialion. hixTop : abréviation
de DtxTopos.
Ligne 11). riaTrjjÔTos : ci. I. /i2. f^es noms en oûs, oùtoî, sont plus ordinairementféniinins.

Liipie II. Upoyovuv : doaUnix. — EmeXeuai : il faudrail pcul-ètn' un mot un pmi


plus lonjj (l'espace est suflisant pour onzi; lettres).

Liirni- 13. At>jï poiu" auTtjî. Cf. ô pour ov.

Ligne 1 0. UeTTicTfjL£vot : iolacisme pour sra-netcrfievoi. — Exm(i£v poiu' exoiiev.


Ligne ly. Uoitieruifiei', aKa-rayvocrlœs : pour zsot)i(70(xev, axaTayvuirlcos.
Ligne i8. OXas pour WAtaocî. — AÇ>poS/ = AÇ>poStr)js.
Ligne uo. ]i\a^at : l'actif au lieu du passif.

Ligue y 2. IvSik/= wStKTiMi'os. — To s^vs : le ti'mps à venir, le reste de notre vie.


Ligne 20. BXaÇtjî. : le sujet est à l'accusatif. Cf. 1. i>6 : et Se j3}.aÇ>n' ysvtjTai.
I' \l'VllliS 1!V/,A\T1.\S. 5

v.'i ;'v> XTiixiC), em 'h rois àrots xT^accm tj/s £tpv(J-£vvs xwu-vs Kixi tov T7/î r()7ooi

xauTî/i: 0/5Ô -rrr/^oî ra Tira) aiva apyjxiy. opiOL-£i '^s ^Artëvi' ysvyiTXi sx tw
XTVIXIXTW
vw zxprjT£Tayp.£va)y, tTOJfxot tT^at:)' oi -apioye-) pOLixasvai -xvvnepOeTwî

rjixoOsv eTiiyvvTfJixeOix t)/ vfxwv rreS'X^txirjJVTL ex wA);/20us , h)ixipo(xevrt^v 'h

•jiïtp Ao-) ov ytxw [xiryBoM -uiapOL je t);s ijtxwv S-aufxao-tOTVTOs xaj -aoLpa. Taiv

^"uvTiAiryluiv

:;.. xaj aÀÀom ovxw zv TOtf 7rr£'5ja'5ojs t>;< eipvfxsvvs xvtxyji exanTiv Tjiî(xf

TtTO apnct.(:y.s TpITi x'xi oivo xoÀoé'joi' sv ixsvtoi )î t)/!' ivriiv (SaccSvv cniyw-
TOfxeOoi

V5 zsposmxixev ïSiv yixw «uvîi/rai xai tw }ttxw TnpxyixcLT'Mi. Kat eis arj^ci.-

Ae.i(xv

iOeixeOa toltv^' t)/'' ofjioAo} tar o'xvv^jVTes xov ^eiov xoli Tié'aa-fxtov opxov e^

•JTC'-jyp'x^pV? £(xvi ^boiëafxfxw xoli tw vTtep aAÀwv vnoypx^povjMV xai snepwT))


vaoMjy} •fi'"!'

;;r, j- AvpvXujs ^hoiSoLixaoov \']pix%'jv-os ô -apoxj cOcfxvv ict.-;vv tj;)' o^xoMyiOLv vs

^po]xl
\ Avpifhrji'^evOy.vo-is Movrato-J xat AvrjvZns Aëpocoiixirj lla/.wfJ'-'oi; xat ICpfxavws

xai l']/3fxauii)î H^£VTOUW/Sitô xat liiXTWp S^aiou xat llaî'Ov& KpixavvTOS T^rAfx-ft}

XOLI aypo
'Zv'ka.xv 01 zspoxl eOe^eOcc txwvv tvv oixoloyioLv xxi oy-OTOLiiev rov ^nov opxov
]'
V? aprjxl, xy.i TlrjiyjjvtxeOoi warrei TOis eyy£ypaiX£V}{sic)cA)5 rspoxj \(x)ctvv>}5

UiiaxrjVTOi

Lii'iir :>.'). Xti^i'j : iionr «tiuou -Ions ios olijcis, jum'cioux on sans \;ilcm'i\

Li-iiir •>-. llroi^'-ji eausv . . . . ZTTiyi"j.t(joyLefJa : pDiir szoïyL'x'i e.yo{i£v eiriyiyvrj]-

uKsir. (il. une loiirniirc ;iniilo);iic 1. iCi-iy.

I.iyiic 'jS. A»7f/v}/0fz£i'c<.>i' : soiis-onlondu i/u'iU'.

/,/"•/(( .')'
I . Ko/ofioi' ("' xoÀo&i'; je ne roruiiiis pas (raiilre ex(MU|)le de ce mol , l'ri ce sens.

Liinir .")•>. . UposnrayLSv pouv s posnroyLev : cf. ii" Gyoo;!, 11, i8, ^;i pas.stiii . ycvoi^ievos.

Liinic là. *\>oièa.ixy.w pour <I)oit'a^f.tairoj. — Vj-kz^'jjti} vfiol'jy ^ = STiepoL<T)]9si'T£< at^ioXo-

yritrayLSi'.

I.ioiic :>.'). L'oilliojjrajjlie du nom Vjp^aovi a élé changée en Epf/ai/ais, |dns iré(iiienl

(railleurs dans les autres papyrus. —U : l'esprit rude existe dans le manuscrit. —
'!. C7po«/--=o -apoKsiaevoi. — Hs -wpox/=î.)s apoKencit.

LiyilC )(). "^ZvOoDlrjli ,


pour ^^EI'TŒ») 3-1 ?.

lÀirnti .'ij. llotu.t]f =^ zsoiixsves.— \yprj(puXax.ri : iolacisnie pour aypoCpv'ka.Koi.

I.iiritc 3(j. Uaasi : iolacisnie pour zsatji. — Eyysypa(iuev^ = eyy£ypanfi£vois. — l\yia-xov-


705 : send)le i;orri{]é en HrjaHrjhos.
(i (;,\TAI,0(ilil'. DU MDSKK [)l CAII'.K.

vTTSp OLVTW ypy.ixoi.TX {sir^ (XV it'VyT'x'v ]']' ]' Av//5);/.J0{


[*'*''^'*M /,,. ']nxj OL^ivOsis sypoL-ipcc

\UXTVp "^0.10

IjfXOUs, Xai A7I-o[AÀjv> .\ëp0l.0l.(XlO XXl WlXTVp llptXOiWTrjS XOLl iUXTVp I l/>0-

fxava.'To[?J

jca( llciXvs lIa7rj;ûT0s «ai ^L.yjpfTcvov'Zii o xai ll[r]<.'Tc cx «ax/î/ |


Il l/saxÀiio

«at y.-) po(d\jXaxoi 01 zspoxj sOefxsOaTavTV ( x!<' ) TV1' otxoXoyiav xyt rjixorroLfxsv tov

B-iov opyov vi Tspoxj \ XvpvXioî Aé/saafi \iiXTOprji a^ivOsis iypyày vTvsp

I,:, avTfxiv yp'Xfxixa.Ta p/ sirVjzw. Avpv^ios liiiai'i'r;? UpaxXsir^rjv ixoLpTvpv

TV vuoXoyiy (sic) yxovrras TSypa tvi> B-£txevov (xir). Avpj Movrraiog H^taar<-'-

ësT

fjLa/îTU/î'-.' TV 'j'aoÀojta {.sir) axovrryi -aypx zvr crcUtJ'CA'v 'I'


.KvpvMOî Vlpaxwi
WcitIov (xap

Tvpo (•*••''•) TV oarjAoyixv (sir) axo'jrrxs TSxpx tw <rvix£vw .SIC

(l'isnnrr M;rllf. di' llflll' lijflirs rnvilon. )

•|' Kypyipv '5i Sfxov \o-yxio'j vjtxixj

Li'nir /lu. Aiatx/=^ Staxovoi.

Lij'iic 'i-\. naTp/= waTpc;.


lÀiriir lih. Hior : lotarisiiic pour ^rsiov. — Oçiyrjv [iniir opxof.

IJinir 'iS. MapTripo --^ yiafyTvpv. — '\ov 3-nusyvv. cori'i;;!'' on T<<)r 5->;f/£i"^ii'.

Lijnir 'iij. NofJLtx/ ^ voiÀiKov.


llliu.. : .hiiiviifd tl'ciilrrc (lu ,^liisri\ ri" '107 'l.>.

67002. Requête du villajje (ry\|)lin)(lil.ù an duc de Tlirhaïdc l'"l. Mai'ianos

coiilrc les aj'isscmcnis d<' Menas, paparqiie d'Anlaioiiolis cl di SCS

ciii|>l(>\cs. — Uaiide de |)a|>\riis di^ o m. ',\o~) iiidl. de loii;;iiciir

X •! m. i)3o inill. fie lai'jjciii-.

D.ilc : .'.--af?!.

La sn|)|ili(|iu' esl disnosôc sur Iriiis coloiiiirs ou |iajj('s jii\ta|)Osc('s. si'part'fs par une mai-jji-

laissée vide. L'oii-lèlo court en [jros caraclères sur lonl le iront des deux premières
colonnes, [^a première pajje est très soignée : grosse écriture cursive droite, très

noltement tracée, cliatpie lettre séparée en général. Les deuv suivantes, bien (pi'elles

soient certainement de la même main, sont d'une écritin-e plus IranclnMiienl cnrsi\e

et pencliée en avanl. — y\ntinoé?


'"'
(
pi- ll-\ll).

'' .l";ii ex|ili(uic. dans une étude sur l'iiiolns MiiriiiiKis , dur dr Tlic/niïdc , pour ([iiellcs misons j'.ilUilmr
in rédaction des rccju^'los (proii v;i lire ii iiii srriin' de Vojiciiim durai, résidani à .\iitiiioi'' ( Hull.

de rliixlllul fr. d'arcli. ni-. . I. \ il. l'.isc 11 ). .!i' l'cuvoii' (jr.ilpriii'iil ,'i cel arlicle. |iiiur ce i|ui coiu'ciiii'

la dalc (.')t!2 on .'iSy'.').


PAPYRUS r.YZANTlNS. 7

En-tktk.

["""^-1
<I>Xauiw Tpix>'iiw Mapiavw Mix.aî/IXjt'i' [V\ciëpivhco Kwval ci.vtivw (à£o[S\wpw
-f-

£iv5Jo6ot^ T7/5aT)/XaT); [aTTo] u7î-aT«î'


MapTvpioj 'ioyX\i%v]w \0(xv(taiw -zw ]

xo(i v>pru£:]T7aT) -axrpiKM zspxi(f>£KTÔ iovrrlivô '\ov\xi xat a[uy |ouT7aXi«

XeTtloKTnTopm' T£ xai rjixmopm) t);s aa.vTo.OXiocs x\w]ayi5 A(pprJnv5 t);[s]

ovmis y-no toi- 3-£ioi^ ojxoî' xat t);i' v7r[e/3 |>2v)/ O'fxwv s^ovTtav.

l>A(ii.: 1.

wpoXafiTrovTn' aet t>/? tsclv-


llao-a ''iiKaicTvvv koli r5txat07r/3a) ta Ta* -rrr/5û| o ['îoub-

)/v £X'hxo(J-£v -»po OToXXov otov )0(( £^ A-îot; xot.pafhxovv7£5


t>;j' tots tou Xu
aevaov @v tsxpoyaioiv. Mst auror ycip tov

SemroTm' ^' rrunvpa. ^ovQov xXvdeivov [«aji ^>iXav6pamov svepyeTvv, £)COfJ.£v

(X£Ta tsamis £),tziSo5 rrœTVpiwSovs to £v zsxgi

'aav£V^V\}-ov{i-£\v\o%> xai ^îtaé'e^ovfxsvov vi^[wv] ij-^os £v


-mccm toi? a.va.yxcaoi5

XOLipOlS £ni§rj}lO}l(T!Xl J/fitl', XOll £koSoV TWV (xSlXWV

a-TTOTTrao-acrôat xdi pyTOcadai £x Twi' CLV£xa.B£v rrvixSiëvxorwv ?/p"


)/fxas

aapa. iM);i'a to XafXTrpoTaTou rrxpmixpiô [xjat zsayap^ô t)/s AvTatOTToXfTwv.

^u.ixpo\i.£pw5 fx£j' 'xvxfxifJ.vvaxop.£v 70 TnavrTO'Pov

vtxwv xai £ux[X£]eo-7aTùv xai (piXccyadov <tvv£iSo5 , tsclov? ^t (ppow^^ws


xdi

V0VV£y_iy.5 VT7£pT£pOV TVy/JXV£l aT70XaT0iX£T/]0V

70V Xoyov Ta TUfx[7rJaî'Ta xararoj/Tai £(s ax/3ai' £t^>;o-(i', xat 'a£pnc£T£iav, od£v

OLOXws 7}SpoxvXiVfhviJ.£voi };'<afx£v «apa -wo'îa twv

|.^^.ii:,ri;. Liovr 1 . Kwalatnivv. On Iroiivc aussi à Aphrodilô les formes };rL'cisé<'s

KcotrlavTivos, KvalavTtoi. — vÇivecrlaT ^ =^VTvep(pvee7l<xT0S.

I.if-nc y. n7= wapa. — EXeirOTaTWf (.si'f) : pour eXesivoTaTwv. — nai'Tai9À<aç. I.a lorme

iv|;uli(M-e sérail asavaÙXia?. Ci', n" (1700;), 1. U.

|)4,;k I. Ligne 2. Ex%o{/£r'. Il seml)le ([ue le lexle ail d'aliord porlé £x%of/eroi :
la

s\llai)e 01 aurail ensuite élé effacée, en même temps (ju'on intercalait l'arlicle cpiel-

ipies mots plus loin, entre oiov et e^. — Xv, &v, abréviations ordinaires des mois

XpKjlov, Qeov.
Liipif '1. nar£u(p>;f/ou(/£i'or. Ligature de l'i? et dn (p : de même I. ().

Accent lirconllexe sur le génitif pluriel air. (if. I. i<j et p. Ill, 1. 20.
lÀinw ,:>.
8 CATAIJtr.UK Dli MUSKI'l DU CAIl'.K,

[f>7002] arsTra^a'i' vfxwr Ij^rw»', r]t'^0LfTX0VTe? ra xix6 vfxa:» w/ja) fxaTa er tovtojî £)'/>i'Ta'f'

reixvrrsœi, aÇi )/? avTcXaé'eTO t);î •vsa.ya.pyj.'xs

Ai'Tatô, xapirowai Ta> apovpas tov rrvvar^eXÇ:ov ^ifxw xoli aOXiô hovXo tj/î

O'fxc'j' ejvîoÇô (piXixvOpvnia? Aiorrxopov

azvf/jiov zsoLV\) ovrcis xai TSai^ia. î'>;7r(|a £\)(Owo? (xv cywxoix t);v api<fl£pxv

uyT£ ays^ov xai t);j' rîeçtar, xai Sed(x.£v5 (ntc) TSoXXrn^v

araXci'fi.aT&.'i' si? t?;v aviTan» av(tTpoÇ>vv xai o ioiovto? a.rmX(xy/^vo? rj\jK

aixvrjcrsv avsv ex^popicov xoli SvfJ^-omwv

STziTpetpixi TCO T£ fSov^ai tî;5 xfx)p.v5 i\>OXa. xni toi? rauT);? TrrotfXt'a-t oixsiuifrarrO'xi

£a.vT0i5 TOLS apovpoLS avTOv xapnoviisvas


i5 av£v £X<popi(xn' xcu hjixomw, xoli tiiv rrvvTsXeioLv totuiv eniTSTpa^ixeintT

atJTV eoLcroLS sis TsXeiav avoiTponyv. l]-)(_prjvia-£v yap


OLVTO? AtOTXO/9[o]s ïr^lX(t.>5 OLTOVpyWV Ta\\tTOL^? (XSTOL S-OLVOLTOV TCtV -aOLTpfjS

OLVTÔ , XOLI svyvrjL^ixovoos xai TsXvpwTixui? xa.6 stos 'Tsap£y(/jLiy

Ta TovTa'j' (5};fxo<T<a. O !Σ eipyjfjf} XoLfXTrp"! [-waya("/)]/9 xapiroufievos xol8 stos

fxsTa Twv trrotfXÊi'i'jii' 06'Aa xat Kvpov tov tolvtï)? ^orjOô tô xoli

[. . . .a\vyov'TlaXia5, s^ irrô tov Ma^îiar eÔvovs siuiOotoî tot£ tol tcov \rrpoLV-

XlTfji^V y£V>flJ^OLTOL OL(p0Lpn0L^0Lt. Kai OLV£XfilXVTO? VT:OLpy£l,

a6Xjo[s] e«t'? vvv £-ni ^ej'V» tuv t£xvois olitw , £Xr^ixiocs ayaOv? vfx<.ii'

20 Tup^£«r '^£rnT •i'

Page II.

•|- /^£0(X£6oL 'h xJixw TS£pi tô[tôJ XOLI TsapOLxaXov^sv, ^ir)afTX0VT£5 TOV oLyadov

1)fJ.W rîe^TTTOTJ/J' fx''î £7tl Tl)? "©[/S \ovyV^OLlJ.£yV? OLpyV? TO SvSo^] KvpO p£2!£-

pSVr^OLpiOV

Vkv.v: I. — Ligiw 1 â. OÔXa : ce village se retrouvera dans plusieurs papyrus du prochain


l'ascicule. La harre horizorilale n'indi((ue pas ici l'abréviation.

Ligne i6. Kaôeros, pour xœt stoî. — hiovpyoôv = civTovpycov. (11. p. 111, I. tîo, tSti;,-.

Ligne J 7. O eiprjfif "kciymp I =o stptifisvos XafiTrpoxaTOî.

Ligne i8. KoXlovOos : surajouté; de même, 1. k), wi- xai. Remarquer ici l'accent

circonflexe. — A.vyovalaXtas : lecture à peu près certaine, ([uoique le sens demeure


assez obscur. — M. Gelzer [Archiv f.
Pap.. V, p. 189) signale dans celte première

page deuv vagues souvenirs biblitpies : l. i3, (iv syruixota rtjv ap^rlepav, etc.

^Jonas, IV, I 1:— 1. 18. TOV MokJjw eOvovs, etc. = Jugex, vi, h.

Ligne 20. AecTTr" : pour SsimoTa ou plutôt pour SscmoTai (voir la (in de la page III).
l'AI'VnUS BVZANTINS. 9

eipvfx-j X'xii-npj Uvvcts [y j/îafAfxaTa e-)(jxp(x^£v tv TseptëXenla^ xo^^^ Km [67002]


XXXoalpiw fiey[aAJo7r/5 ^ùspvw tc Xvyiw fryX -aspi tov xoLiprjv tov j/fxas'

aiîï'svai £v Qifvsi rv
efx^^JTW ayopa t&'I' Çwwj', siwOotois kcc6 eviavTOv exeiac ysv&aBai , tvv t«i'
VTTO^vyiaw ^wœv ^ifxrxw 7Spxy[xy.Teiav zsoiovixsvoi ets a.TiQTpo(pvv
VllVV KCCl TOV T£x\v]vV XCCl KCLipOTVpvQeVT£5 T&T£ TSOLpO. i:WV SlOlXyTWV TO
£vSo^) i'AX/ ^£pvvà xai £êX7)6yifX£v £iî tijv £X£iBev ovcrav £ipxTin>.

5 hT:vr£-/Qvit-£v STretra sts (pvlaxj Kvcivo xai £is (pvXaxvv T7/? kvTaiô vaUprjv •

aap£h6viJ.£v to> £ipr?[X) M?;ra zsayap, xai aixiapiois zsoXXois xoli (3ot.'(ixvoii

Vixas xctT£'Tl)f(T£v £ii £[|jafx};r&v );jiovov £yxa.O£ip[i.£vovs, ammiTas rh xoli


aXXa. 5;fijwfxaTa rymnovra. £is v pi^, (X£d ocra ^erîwxafxer £i> Qvv£i xy.i £v
ÇivXaxn

AvTivoo pa(7CLViioiJ.£voi , Tau' Co.mv ovtwv £v xoL[-vo\yr,^ vno loveipvii.'^ XXXô-

Cr//5t01' aTpO(pWV WV XCU 'U!X£l&l0V fX£p05 OlX£I.W(ja.lX.£VOV £XVTW a.V£V T<fXv[i"],


xcLi Tos ex TÔraw Tiji)6£tnas
0V0V5 T£ xai xapfXôs vfJ-iôatms X101.V \ix\oyi5 £^£noiiicrsv vfJ-iv avaS£Sumrjôs.Ka-
XVS £X S£VT£pÔ r]lX7TpaT£605 , XCLl £^ OLVTWV gXag'sj' CLVl^Qs] ïXXj :L£p71V0S
'aevT£ 0V0V5 xat m-nov •
xcli hix^rx^p o ix£i^or£po5 avTÔ ras £(T6vr3LS yp-uv
a<p£lXct.TO X<Xl ti^avrCL TOL TXSVD; J/fX&Jl» 8£X(XTpiOM> OJ'Ofx[aT]wJ' owwv,
10 xai amnv'y£v fxe rîuo j-ofxjo-fxaTa tov aôXiov Maraif xat ^ouAov v(xm' £mSi-
<Pptov ïa-vpov. Kai tiv£5 eg v(Ji(ov tût£ -apoavXQav tw £t/3Vfx> et'(îo6/ <î&ux(.

Pa.;f, — fÀljnr 9. Kof/^ pour Hoyisn. — Usyakoirpj ^ ixeyaXoTrpeirealaTCj. — \oyiZ :

iiulre mode d'abrûvinlion du superlalil' (Aoy^^TaT-i.). — 2;^X pour axoXacrltxù).


0>7r£j pour 0JIIJ, par iolacisnio.
%/(e 3. Kaô ewayror pour xax eviavjov. Cf. «aO £tos. p. I , I. i
('.
et i 7. — A7j-OTpo^.;r:
ligature du <p cl de 1')?.

Ligne â. hy= iXXovvIpiS.


Ligne :>. Uayctp pour srayapxco. — l'.a^oti-ois : le ^ est uue correcliou faite après coup

Ligne 6. v = vofxi(7y.aT(x. — EyxocOsipyLsvovs, forme alti(|ue pour eyxa-reip^svovs Cf. p. I


.
,

1. <), ar^iixpofieprjs. AnrjTvaas (sic) pour anairt]aas.


Ligne j. AvTtvoô, ajouté en marge après coup. — H^lcov, skXsktov, ajoutés après coup.
— ùv Hat, avec accent; cf. plus haut, p. l, 1. iq.
Ligne Mei^oTepos, comparatif de dont
(j. yLet'(cov, il existe de nombreux exemples à
répo((ue byzantine. 11 désigne un employé du bureau d'un magistral.
AÇ^etXaTo — :

de l'aorisle aÇisiXa^iv". Cf. sysvanm', constamment employé à la


place de eysvO(jLt,v.
Ligne 10. UaTciïv, accusatif de MaTai.-, pour MoiTaï, (pii signilie
soldat en égyp-
tien.

Catitl. du Miisi'r, n" li-jiun.


10 CATALOGUK DU MUSKE DU CAIRE.

[67002] KxeT^evaev vfxa? a^vfxtws anoXvO^jvoci- oux'aTreAvÔj/fxe»', aXAa w^ zsprj£(pr][).£v

£15 T?;i' (pvlaKrjv tj;? AvTaiô fieT'eTeÔj/fxei' Xaûpaïays xai ^laiws xoli £v-

Tou 'hifxoTiov eyoïiev x.^</2t Te auTÔ tou £ipv!J-^ ^ Mî/ra TnaycLpyô xai x,^J/2t tou
^ixapiô Tau' al pa.Ti(A)Tun> "^xvddiv xcu TWf Maxerîoi'wr, xat £wsoLpTi. ovMv\ yi[i.iv

Ai^/30^(TJ7î. Kat fxera to j/fxas ra etpvix } £X(xtov h£xa. £7i^a i» tsa.pct.Tyj.iv ^

(x^-)]X£v £v TV i^uAax); êttj aAXou? T£ar70i.pcc? p/ra?, et^ ots oXw? £ipv>cix^£V '*)s

Utto toî' vTT£pi2)V£r/]iXT0v TSOLTpixiov £fT(X£v XM avfjpamoi y.vTÔ \Tv\yy^a.voix£v


xai TÔ
if) S-fiJÔ oixov. Kat -crarTa ra xaxuts yerafX) xa9 >;fxa>!> trrapa tô aurô iVh;ra cTrt-

aloLTCii X'Zo'us voTapios Aixiinavô rov ^£yaXonpl xo^i.) xai SioixyTÔ [iJu-^côv
IxeO ïifxaw yctp

ec/liv £v T); <pvAax7). Koci £vj^);s £pyov jffxiv £(t1iv vvxtos xai vfxe/oas ol^iwBvvcli

Tvs X£-)(_oi.piT(j.£in)s v^j-w zsapovmas , onv? £v aTroAauo-et yevrx^fisOa t^xw

SiXCLKjJV

ufiii)!'. Kai ïSov vvv aaXiv fx.sreé'aAAei' Ta? Siavrjiixs vfx^u' •


ov fX£Xi!i7£7ixi yctp
auTw aveXdovTi ^KXiïopOvcrcu tijv xdifxyjv aXoyui? 'apo(dao-£i Srj^oa-iaiv,

XOLl £vyV(A}IX0V(A}5 a,£l XCtt, -aXvpwr 1X0.15 'CSCLp£yOVfTlV rjl aOXlOl XTi}TOp£S Ta 'hjfxomoi.
avTaw xaO £tos xai , v^^V 'îtajerafxei'a'i' oxTa' tsol-) apyw u-£yjpi t'uv

T)/S XVTIXIÔ OVà£T!OT£ e| V |


V'T]£p})fT(J.(t> J'SrafXÊl'Ot TCiM' ^OCyiXlXWV XCLl T);? £fxSoXyi5

xai TauT);i' eTretyjxej'a)? xaTa to £0os j/fiau' asi TTrôrîatws £7T£iyo^£dot.

ïo xat T)?!» e'^STM');}' £fiëoXi]v £in)pyovvT£s sfxé'aAAeiTÙ'at , ^?7T£t aveAOeM' xai £(xiio-

cîet^eii' TauTJ/}' xa< S[i\a(Txopinrrai toi. TUfiTrai'Ta et? ava,TpoTTyjv TeAstav

I
.
]
. -trrsipafier to -îTîSor
TV? av[T]vs xwfirjs •
u.£d o fiCTa fJ-oy6ô tsoXXov [Tjo<aT;TV? trrAvfiupa? j'erafx'^

£(ppa^£v TVJ' ^f'J/2t;ya vf^^i'" -nre/ît toî' xaipov tv? T«r i'£<[A |a)iiu' ùVîaTwr
TSpofT6ao-£œ5 xai a.pS£ta5, [ejt? a§poyj,(xv x(X7£(t1vt£v to 'az^iov. Kat £7rt tô £J'-

'îo^^ -ntaAfv p£<p£p£i>^api5; (X£0 o o clvto? 7sayixpy(05 £Xa.§£v to ^vij\o(7i\ov

Xai OlXXo. £1Tl TÔTO


litaxoaicL l'OfiJCTfAaTa, rîe| f^jr^ixicti? ij^iv Xoyov £iïi tôtui, £v6£V5T6voLVTiove<pprjv-

TJ^er aveXduv fjieTa •nroAAvî Xvrrlpixv5 t£ xoli TSayctvixvs xai [rrl ]poLTi\vTyxi}5


|Sov0e»[a?
I

Pa(;e U. — A(^/)(' I i. Ei'Totyia ypaÇi^ = ypa(pEvra'! Lccliii'c (loiiteiisc.

Ligne 1 5. Yevaix j = ysvO(j.eva.. — = xo^iETOi.


l^f(-')

Ligni: i8. K(x6 £70?; ci', plus liniil, p. I, I. i().

Ligne 9.0. Ei^eTivtjf Tannuelle(?)ii. — Evijpyowrei pour erepyovvres. — EfiêaXXecrôaj


le second X esl une addition l'aile après coup. — EynroSst'ieiv pour s(nroSt^stv.
l'APVUUS BYZANTINS. H
[570021
e-rvpamvarev tv x'^'fi.| v]'' ''iianopOvcra.s -alsov |S| a.p\ëapaiv xcti £(XTrpvrTa.5 (pavepct

Xainrpa. twv apy^aiwv KTV'^opwv ^eyaXœv tî;? xaifij/s, xai ei/1 ccxomcc oXo-

X0Tli[va.\

eXa-êev £? a<pop(J.vs tou hiiiomô avsv svTayiœv, fx^Sev ex tôt^h' vp.iv xcltixXo-

yicraiievos , xai XTVva.<poi.ip£fnv j/fjiaiv £ttoiv(7£v TS£py\rT\i sis ôvo p.vv[oi.s\,

OVTUV Tiin'

xapiTwv UTTO SiTpav ews ô a.vefJ.oÇ>6opaTaj£VvlJici.Ta. y£-y[o]vamv. Kat Tor [o Jtxor

i»a(;e m.

•I- TGV ']aipnO£VTa TV SOuet vfiwi' e^oucrta sjs toi» S-£tor o[t Jjcoî' ets y^psiav tov

xa-va. xaipov awv[s] Sioixvtov '"ê7rex£t[i'] avT[o]v, tôtov oixriivpiov £xa<T£v

fx); apx[eJÔ£ts

Totî xaxojs TOUTOfî (lovois UvvoLS avtos tsa.yapxps , a.XXa xai Ta? TS(xp6£vov5

Si£xop£vcrav oi (Tvv£-no[t.£voi auTW et? ^ovOeuxv [ Japo/sov, xat Tas


. a(Tx[j/T/3]iaf

«îteXvo-a»' £xnop07]rravT£s xai À£);ÀaT);(Taî'T£s t);j' -rrrao-ai' xwpjv xai tj;»' TavT);>

£vopicx.v W5 £ni Tw
^(xpëapwOsvTwv Tonwv. Kai tovs TaX[a(]7r[w/30V5]
î/fjias À£7r7o«T};TO/3as £^£r5'(at$£}', TOJS «Î£ aTaxTOJs xat h)a1a.pxpis aypavXovai

fjiyXovopois fhSwxws aS£iav xcci rois xaxœs ^idai £7rav[ . •


] • £«•

Ta awvQv TSpa.l<xi, ovx' £'P£i<7a.-vo xa^a. 0£or -rrxiv xol^ivovxwv v[>-wv (X£i sis ti/v

Twv Sv\t-oaiwv, ^a(TtXixù.iv xcu SiaÇiopwv ^apwv aSiaXsnrîws •roa/9o[x>/Ji',

fxj/T£ fx);j' avapjnjaOsis tj/î twv yovsœv ?;fxw}' -apOTEpaïas o-^£W5, xaïa. 0£O>'

£vnop(>)T£p(A)s TOTfi ej(^OJ^Twr' TOV §iov xcu evyvwfxovcôs xai -ctAj;! /3w]Ttx[wî]

7S(xp£xoviwv -vos ^amXixovs avrcciv (popos aveXX£n:(A}5 vtto T);r isoXmxiiv ra:;iv

rha TSpo(T]ayfj.aTrxiv <poë£pœv tov Sixacrlnpiô aiioXvQfi£vwv avrois

i>î<a^oi'T&)s £x -aporo^iiov £yt<jvjm> xaTa to ayTOirpaxTOv crj^vf^a, xai Utto tov


3-£tor otxov y£) oi'OTatr, si xai oti £-)(_ovr(A)v Ufxas aXvOeivovs -cspoo-laTcts xai

eXfiVfxoras -îtaXa&j'Tas aAXoT£ Ta xcl6 j/fxas tôs TaXantwpôs oXovs op^avos


axoXovOvs TV op(A}(i£vv '/fxw yvp-vv oip£i (J-ixpnv T>;t' yXixiav fxaXXof

Pa(;i; 11. />!>//( -i/i. Enpansva-ev; cï. plus bas crpotJeyw [pracda) rt ravajjen'.

mol signilie sans doute r i'enlèvemeul des bestiaux de


/,ig-»c :iJ. KTnva<patpeatv. Ce n,

xTtjvos rt le bétad '•.

PageIII. — Liipic 1 . ToTov. Le rédacteur de la su[)pli(iue a pris o<x>;T»pior pour un mot mas-

culin à moins tpj'il n'y ait là une inadvertance entraînée par le voisinage du mot oixos.
,

Ligne a. 0\f/(s rr situation 51.

IJiriw 7- \iio\voyLSvur . I,e X a remplacé le ^du mol aitoKvotxsvwv .


(pn avait été écrit

d'abord. — S.vek'ktnirjoî : iotacisme pour OLvekXntvi.

Ligne (j. MtHp>iv (.s)r) pour fjLtKpoiv.


12 CATALOC.UE DU MUSHl'] DU CAlItK.

[67002] ,0 aj ccyovTwv, xai oiTrepiTlaTov p; e)(_ovTOLS tj/v a.vcc-)Ka.i!xv Tpo^yv. ils (xapTypot.

xccXov(xev Tov SerrrroTm' 6f eis touto, oti ei- tw ;/£jfxo[v]{ rî/5oçjfx.a xai oXvpas
£tBio\j.£v, Tai pe]
^£p£i Ta airoxadapfiixTa yroi aTroxoa-xjvvfxara Ka< xaraf/l eXl^xaTa tvs sfxSoXns
V[i.o}v 7svp£(/lia.i5 S'hfjLSvot, e(p oti fxera t(x\j-:i}v ovSsv TSavTeXrx^s y/fxiv

iJTio

XeAet7r7at. MaXicrla Se ra sipyjvixa ^ixaia. avTava.ip7j6evTix (x<p 7jp.6ôv vtpo tsoX-


Xov -aXvOrjvs a(j.vfhiTÔ Xijerl pixrxiv £^o§m> emxeifjLevw vi^-iv vvxTÏilpïian)]
Tas
xcLi ytfxepaïa. Siarpiëas eyovTwv fj-STO. twv aypixvXôvTvv fxr;Aoi'0(7.wv awSeêv-
fievwv TOVTOis TupctiSevovai xai Xv^ocivovcri ra Tsavroia, yf^xcLiv TSpayï^xtxha

SIS pAdër/v TOV 'hrfxoa-io xai reXeiav )/fxciM' oi.viXTpom]v. Em -rsXetov ytxp vrrleprt-
TOV apTOV
6vfJ-£i> Sia. TOVTOVs , x<xi ovx 7ffhws £X,0(X£v £Ti ^rjfTai xoLi v-aorry^eiv Tas aOeixi-
TOVS TG[(TaVTas(?)]
i5 a§£vs ToXfxas, xai rspa^sis w? Xvxw xai txpiîiyw olsi -apaTlovTwv «fxoi^aywt»
Tponois-To yctp OLvBpw-nivov aifxa exy^eovmv oi toiôtoi avOarhis xai arpo^ioi,

em yvv vSœp sxyytrij tis ToXptpvTOiTos ^cct7)v. Kat ïSov toivw, SetnvoTO.,
fxeTaras TjAtxauTas ^o^Sripiois Tas rsepi vfJ^OLs, >]ioXô v^ea^s xat v^p\o]Ovixrjjs
euiëalXXea-idai s

T);?' aimav i/fj-vv sfxëoXiiv ex TsXvpovs. \vtos ^e o eipvi-H-) "u^ayap-^os mrevSeï


fTvvadpoiTai ^onôeiav, xai aveXOeiv t)/î' aôXiav xai csavspnp.ov yava^x^i
UTT auTG[t;]

ytjxwv xiwp;?', ^ovXofxevos eixaiws ex tov tvvoXô avTtjv e^aXei\pai xai e^oXo-
BpevtTCLi avTTfjv zsavTeXws tnpos Xvfx^v tw ^amXixœv (^opu^v xai rrxeSaafxov
Tï}s aimas
Vfiwv £fx§oXy]5. Eypatpev yap aurait o ypafxfxaTev? xai o ']iaxovvTVS toutou

;(a/2»i', p; aveXQeiv tvv xwfxvv axaipvs xai Siar/lpe-^ai tvv e^ëoXvv £roi-
fxa<TfX£i'r;i' xai efxé'aAAofxein/î'.
20 Ovx' enavaaTO ^avivv ^loXô ^lapna^ai xat aOeTv^ai (pyjmv tvv TSayapjiav,•

vv e^enopBva-ev anoTeBeixvs Ta TâT>;:; y^pvfxaTa eis Ta ATia ^ei'ou0t[ô] *<

Ato TSapaxaXovfxsv yovvnsTovvTes

Pace 111. — Lifriie 11. KaTacrlsXXiiaTa. Je ne crois pas possible de lire aiitremenl,
malgré lapparcnce singulière du mot.
Liipic i3. Ufiepata (.Si'c) pour yj^ispatas.

Liifiic ilj. MaT>?i' ff impunément, sans rauser de dommages.


lAlpie 20. ^aviùv, avec un accent circonllevc VA. p. I, I. k) et p. 11, 1. 7. — TâTj;s
pour TaiiT>;s. Cf. p. 1 , 1. 1 6 : âxoupywj/; et ici, I. 1 , eKo^aev. — Awa 2ei'0uS«ô. Il y a
là une allusion à un fait ([ue la requête n'a pas mentionné.
l'Al'VUlJS BV/A!NT1.NS. 13
Heoi'
To SictëeSovf^evov u\l/Ob ijfiojv, onep sojpaxixixev ws tov rjtpo^evai , xai evopxovTes [67002]

xccTOt. T>/s vfxwv V7ispëa.AXrj(7yi ^WTiipici? xai t);s tjov svTvyjaljT} xoci

evxXeemfT} ijfxwv tsxvwv 'cspoxoTivs Te xcti ava


S^aÀÀwo-ews, £1 zsapxrrla.i-)! -rsporylakou tov fiev eipvfJ-'j zsa.yap-^oii aTronavlscr'lda.i

Vf^wv Q-vp.oXsovT\o'jpdopov : eTtsiTaSe xcu tous aXnvpiôs -aXeiw ^aip£oi.pwv


xoLXOvpyos xai OLpyj.Xyirrlct.s fxvXovofxous
CLyccipedvvai f7vv piî^ais , ottco? eupwfxev r/crv'/^ws ^iwvoli, xai twv fh)(xo(nwv ws
e«7raAa[t] zspovosiv xcci eimopeiv xai zim^pa^oLi olvicl evxoXws , oTra's tovto
ivyovxes TÔ fxsyirxlov e^ v^cov ctya6ô,

I
£v]SeX£yj» airjov[iyj.is £\v]xiiv xcu 'nspeT^s.Kx.v avaTsivwfiev ijnep Siaixovïjs v^iuv

xa.1 (Twri)p[i\as , aei TSavsvSo^oi t\ . . . ]t) olpaTrfXj Si^usctt^T) i/Trarot zsav-


e\j(àv!J-} z^OLTpixioi SiatTvuoj 'hvxes xadapcn avyovalaXI xvpioh]
l'j}

an T))s sTTOip)(_^aias\ ]• y'e

I*A(.K III. — f.igiic :> I . Eurv^eal^T^ [tour euTu^eerTaroi , le pluriel étani in(li(|ué pur lu

n'pclilion de la (l(;i'nière consonne.


Lijpic a a. Le lc\te porte deu.\ points après &v(jLOAsyinoÇi6opov. — Apx^iXii^las :

W. Wilcken propose cette lecture, dont le sens est plus satisfaisant (|ue celui du
mot a-yx^lK^nlas, (|ue j'avais lu d'abord, mais (pii n'c^st pas certaine.
Lifriin -i/ù. o-VpaTj/X/, avyou(Tla.'kl=(7lpa.ir)'kinai, av-yavalahoi. Cette dernière liync
semble une acclamalion en l'Iioniieur du duc (Wii.ckbn). — Ajatr^jj/o», xaOapu : pour
Siai7>T(jL<,oTaTOt , KaOapooTaTOt.

Liljvc a.j. 7£, ou . .ye (ce (jue j'ai ligure par une croix est peut-être la trace d'une
ou deux lettres), .le ne sais comment restituer ce dernier mol. Les lettres a et «y

placées à côté de la croix, si c'en est une, sont sans doute une allusion aux paroles
du Clirist : ftJi.' suis l'alplia et l'oméga n.

ISuii,. : JiiiiriKil d'ciilréc du Musée, 11" ioy/iO; Jean Maspero, Eludes sur les papyrus d'Aphrodite : t Un
piocùs adniiiiisU-jilir sons Jusliiiien - . Bull, de l'Iiislilul français d'Arch. orient, du Caire, I. VI,
]). yâ: cdniple iciidii ol correclioiis dans \Vil(:ken, Arcli. fur Pnpijrusf., V, ji. aSS.

67003. Requête adressée au duc do Thébaïde FI. Marianos par les moines du
couvent dos Apôtres Ghristophores appelé aussi Pharaons, au sujet d'un
Idiiiin de G aroures, que leur a légué une veuve, et dont un certain
Ezécliiel leur conteste la propriété. — Loujj. o ni. 3oo mill., larg.
o m. /i^f) uiill. — (^oniplel. — Antinoé (?).

D;il<" : vers 522 (?).

Grosse cursive, droite, tout à fait analogue à celle du numéro précédent (première
page), et sans doute de lu même main.
14 CATALOGUE DU MUSÉE DU GAIlli:.

[07003] .|'.
OXaviw TpiaSw iMa/starw Mtj(^a7;Xt&' VaSpiriXid) K(A.ivrTla.vTiw (rieo^uiprx^

iMa/3T!;p[t]r^' \ovXia.vv XBavamw Ta) err^o^o al poiT^XaTi) avr" vTrarw xat

'opaipsKTOv iovcrlivov ^ovxi xai avyov(Ti(xki(xi jtjs (-hjêaiwv yjjjpcts to § «

Aja Tov ix\sy |aXo7rp/ fx[a]yta-7e/90ç \vpodsov ]• Aer;o-j> «at i«e<Tja «"/ t'xM» a0Xjr.M'

epvfJ-n(>.iv fJ.ova-)(^v

ji
»ï« TOV 0/30U? Tc^M' -/^pirrloipopœv airof/l oXrjjv

xaXovfx^} <I>a/5aÔT&[?].

lla(Ta SixaiOfTwv xai f^ixaioirpayeicc Tas -apooSovs TSpola^TTOvnv t>;î iifX'iij'

xai warTa Ta £^;a}'); fxorar/iijpia. xs tou (-)v TSûLvaenla. s.vxjiipi'x stti tj?? v\u.eTc-

/5a? ajfTJa?

ayaXXwvTai[slc) £vap-)(,sioi5 , s(p oTi -wa?» a^ît^ov (pevxTsov koli om\p&ifl£Ov xt:"

TÔT&'i' sXâï'eTaj

xfxiv £iw\Bynw <piXoT:pa.yii.ovvrrai xai -aXeovsxTiiaai Ta £(xvtw -CT/îayfxaTa

TU/oai'txi'^'s.
£(t7h'

10 Ka( £i-'X,'' TOUT&'J' xaj Twj' ei'OixovvTWv tv tovtw rrvvevXeirei (sîc pour rruj'-

sXeuTet) VxeT);/5ta, xaj 'aperrêeia. iJmp

UfA&u' T'iU' euxXeo-VaTwv fxeTa xat t«}' evSo^o} vfx,a'i' têj^j'w»' ti^'?' tj;? STiapy^snxî

acLfTvs xvpifxir'

ov -trr£7rau(T£Tat -apos tov rsafj.ëaaiXeix Qv aSiaXeml ct^s at'aÇSepofxs»'); , riia. tov


OIXTQV Ù'fiWl»

Xai Ol(/]\p^OV £15 TSOLV 0Ti''t0VT015 (JVlxë(xXX0[l£V0V XCLl TS£plfr7:OVf](Xr/]ov (-)v

ayaOov £pyov. Kai tôto


axpiêrx)5 £ni(Tlafj.£voi , apominTlœ(j.£v tois £vxX££m xai a.v£Tta.(poi5 ufzù'r ix,J'£T£

^l8a(TX0VT£5
1.-, TO xaB v^xoLS apay^xce. £v tovtou £-/ov >!« Aj<îacrxwfxer ovv to (piXavdpumov
V\p05 iJfJiœV Ci'S

Ligne ù. EvSo^o' pour evSo^o-raTos. — v(pvsa''is-^--vK£p(pvea'loLTOi, l'ic

LifTitr h. ^ovdyjj} : la l)arrf sur Xv remplace ([uelquefois le v du génilii' pluriel

(cl. n" r)'7or)5 verso, vers i5 : aperaô»).

Ligiir .'>.
KaXovfi f
= KixXovyiSvov.
Ligne j. K^ = xa/. — 0u pour ©eou.
Ugni' g. (t>tXonp(xy(iovtia(xi xat •srXeovexjrtcrai : est-ce un emploi laulif de l actif à la

place du passif? (Cf. n° OycoA , 1. 5, un emploi de (ptXonpayyiOvsiv au passif.) —


TvpaviKcos pour rupawixrjjs. Les fautes d'orthographe (sauf celles que causent Tiola-
cisme) sont rares dans ces requêtes. CL pourtant 1. i C) . avwyiyLftevas.

Ligne 1 1. EuxXecr7aTi)i' pour svxXeetTlixTMv. CL s'XeïvOTaTw (ii" Gyooo, en-tète. I. ?).


PAPYRUS BYZANTINS. 15

oMyoLS OLpo\jpcLî, <^)b iz x-OLi txovwv , rniopiixvî }?/s, amnn) (linevas tgjî vaeTsprjis [67003]

yilSiois >/TOf TO aytô


TOTTÔ T)/s «îtaxoj'tas, sSuipv'TaTO )/(u.tj' xa^ s.yypa<pov ^wp£.ixv yua tis yvvi) '/jlp'^y

TauTas xaTa TSpoiKOov to'j avT);s avr^pos tot£ TSepiovTos. EirenoL Se xoixeivo

oLVTVi 'apoTS.'ktwriaoLvio

TOiï £z oi.vTj)i Tsxvrjis fxixoL TauT?/ "nïpoxaTaAetv^avTOs , Urxlipov Se xai tw


eipjffxsvcov rexva^v ^erot, tôv
-axTepa TcAevTJ/Taî'Tau' 3-ai'ovTa , xcci (orraviTais aTroXsntovTwv tj; fXî;T/3t avTWV
Tj; apTiws TSpo Xkolvo •/jpovo

'k'/3)/crafX£V7;s i/ju.»» ra y>;(îfa, us -rspoa'popoLv xai (xyoLnvv, vuep VXaTfxo -^v')(_i)5

OLVTJ)? xai t(a)v rexvwv jxera

xai t6 auTwi' zsaTpos- oirep TSpeuSeiov TSpoaSoxias xcci eXiiiSos airodavavTcov

cr/li TÔTO. K) ovx '


i'Tfxev zsoBsv
£-K£^->lX6ev j/fjias lt:^£X«>;X f»? Tt/)';(^ara)t' xovpevs xcci i7vxo(pavT))5 xai Tsovvpos,

^ovXoixevos TavTCcs ct.Tro(Tnixaoiadcci

a(p iiiiwv (iSixws, fxr; ex^wv ûsavTOiav ixerovaiOLV fxera twv xvpiœv tô 'apay^ia.-
Tos •
oBtv TsapaxaXovfj.sv zo vipos vfxœv, s-vopxovvTss
xmoL Tr/? a[}'t]as 'ïpicL^o? ei aa.pa.Gla.iv -apor/la^ai tw Tsayapyj] tj/s Arrato

xat Tc» TOTtrnypyTV Tavrvs a.(p jj(iwv (xvtov anrjTps-ipai , Secnv^ yi^ueç-y)

Snsrri|ilioii au \.!rso :

•]- AevTJî xoLi ï xtaiCL twv vfjLerepcô

eXeet SovXw

Li'j^iic 1 (j. ]^ui'i'))f/(/£i'a> pour avvi-myievixi.

Li/riic ij. Kaj' £yypa<pov : uposlroplic dans le nis.

Liiriif 1 (j. Tôv : le scribe avait écrit tô en premier lieu. Le v a été ajouté apr^s coup,

mais on a laissé suc \'o la barre qui indiquait la diplitbongue ov.

Li'nii' ai. ^vp>jeTayL£vrjî : lapsus pour Svp-n^jayievt).

Lijiuc a a. O-Tj-Ep : lecture douteuse. L'o affecte une l'orme sinjjulière, les deux moitiés

de la circonl'érence ne se raccordent pas entre elles. — Oux' : apostroplie dans le

ms. Cf. n" (iyOoA , I. .5.

fjjyiic -J.'). Aeo-tt) liipueyr^ : SejTiOTai viisp<piisa1(not (cf. remploi du pluriel aux

n"' G^ooa , p. III, 1. 2/1 ;


Gyon/i , 1. 21. etc.).

Siisrriplwn. VAeet ^ eXeeivoTaTaiv.

F'iBi,. : .liiurnid d'enlrèc ilu Miisre, m" ho-jh'^


16 CATALOGUl- DU MUSKI- DU CAIRIl.

67004. Requête atlresséo au duc de Théhaïde FI. Man'ayos pai' les sénateurs <lc

la ville dOmhoi, contre un certain Koiloutlios, suspect de paganisme,


(jui a excité contre eux les Hlernniyes et pill('' le canton avec Taide des
liarbares. — Lou{;. o m. 3io niill., lare;, i m. o-jo mil!. — Même
écriture ({ue celle des n"' Gyooï! et 67008. — Anlinoé (?).

Les iijjni's (réci-iture sélenduiil dans lu sens de l;i iarijeiir. La disposition pouvait être
la même <|iic dans la icipiête des jjens d'A|)liroditô (n" 67001?) : l'cn-tête courait

sur toute 011 sur la plus {jrande partie de l'étendue de la l)ande, tandis (pie Ir corps
même de la supplique se serait divisé en deu\, peut-être en trois colonnes(?). Nous
ne possédons que ia première colonne : encore lui mancpie-t-il , sur la droite , l'espace

d'une trentaine de lettres à cha([ue ligne — En partie rongé par les mites.

-f <I>Xaui'[a' T/îtai^jo.'] Mapiavcii Mi\'/_^oi.\vM(jCi raé/sn/Xj'i) (-)soSrAiprjL^ K«j'cr7arT»?'v


f xn " xn "
louXtar'rji) AOccvixmrxi tv evSo^OTaTCui r/i prtTv'^ol.r\^}
|
01.71" v7raT[&'}' xai v^vsitI}

Ti^ar pixiv 'apoLi(pexTov lovr/livov Sovxi xoti avyovrrloiXiv tv? (^v^chw yjxipcx.';

TO (3"\
a •¥ Aer/Ttî xai Ixemoi. w'/ tw eXecivoTajaiv ^ovXevTw
Ôfi.é'iWî' TCi'i' pJovXwr T}js vju.[eT£/2as v^viasl"!) |

?, Eyrc"T7at tois ev^^oixav^at -©[aTa]»' tj/j» ctOltoci' j/fA'-»'!' QijSaiw y^u>pay ap\o ]>

(-))' xoLi rywT)ipoL Xi' (Aao-fxos î/fxci'i' £x ^rj t);i' yfxsTspav Toi.Xanrrxipiav a^iov-
rrOai zsa)^iv t[)7]? Siaëeëo^vuevijs ijtxwv xaj TSoi.v£vipvfJ-ovfJi£vr}5\

Il -Tjra/9Ôa-«a? , eX7rt^î[a X) fTw]T};/5[{ jr^ir^e? ey^ovTes ex [rJavTV? stt aXijOsKX? Tup^en»

A7)0v5 TU>v av!J.êsë-))X0T(A)v ij^iv TSixpfxiv a'5(X>;jU.aTC.'î', xcli aî'aTravXai' sv-

>)£\\£\yj} yope-urroLi iJirsp et/X[ 1

,5 fiepsmv £piXonp[a.yfio'^vv6vp^£v &u«'(.s!'f) cos srv^ev xai to xocO' yjfxixs TSpa.yfxy.

s^smeiv ovx'rjvpa^ev, p/ ovto5 XuTpôfxerci fAr/xs t&xtovto? et p; Ufxa? tôs


[v]Tr£pCi-)(_U>TIXT0V5 Xttl EvSo^OVS | J

Tov TSavoiXTir/lô (-)[Ci'To] ^£ «[a](9' vfxas -apayfxa ev tôtoj? £')(_op.£v -|- dt/^a-

fTXVfxev T>;'' vTrep(pvv i'fxa'i» xat er^o^oi' «ÎÊOTroTSjai' a»? ^vpiOLV xai axaxa-
r/lamy.v afxvdi][T]ov svocrrtrrev ri5 [ajra^ja (2epofj.rero5

Lî^«e j . On remarquera dans la liste l'absence du nom MapTvpios.


Ligne 2. C'est Kom-Ombô, plutôt que l'autre ville d'Ombos, près de Tentyra.
Lifpie .) . E(pt\onp .... vn6rjfji£v : il manque environ quatre lettres. — KaO' vfJtas : l'apo-

stroplie se trouve dans te manuscrit. — Hvpafisv : cf. l'emploi constant de ysvapisvoi


pour jevoyisvo?. — Ovh' tivpayLsv. comme un peu plus liant ovx' ui. L'emploi d'uni-
apostrophe après ovx est fréquent.
Ligue (J. 01/ pour ©sot/ : restitution très douteuse, qui force le sens du mot tsolvoi-

ktitIov (^nnsMcordieii.v au lieu de misénihle). Cf. n" (iyo-jo. 1. 10.


PAl'Vr.liS BVZAiNTINS. 17

xxTa.[y\oixsvo5 TSpo [/3acrj]Xewî, xat ixyjSeixiav sxn[X]v^n> rœv fofxwf xapTOv- [(«'OOi]

fxepûs, fX);T£ avOpumaiv peiSofxevos xcltcl (poëov &eov. Ovh coxvn^rev yctp o
toj[ô]tos fiarajûs xa,i o'kiiBvpos xai [ 1

Tsovvpov a'n£py(x\le(Td(xi\ eavTW ^lov re xat £pyacrl7}[p^iov, xoli to jX£fxu>;fxeyot'

. . xpi(/] lainxov a0£[T]j;o-af «rsê'a? xaj B-py/crxos, xcu S(Xiixo<n xat ^oarou
ai^ie/îwcrat (t[);]xou?, avTinoXe^iov ectvTOv «î[£txvujxej>os(?)

Txaj"îaAa -root);iT[afjL£i'o]? ei' tw av[To]i' ra ïepx tois ^apëapois vri BXefivo-t


^lOLXOLiVKTarrOai , fxeô o xanrep exsivot tov aiSiov smyivwcrxeiv Qeov vTisf/lpe-

(povTo,Tcov e^ovSevwa-ews £i§rjô[X(A)v(^l) 1

rjj^o^ayœv o TO<oy[TO? .
] . t\rj . (w[ . . ]er[o]? sôeA^ei' '7y[v]ofx.ota)fxa7a x[ax?]wj',

xat [£]7r/5atT£u<7av );[fA]as -rsixv^^Ykws xai ao[i«]}/TÔs ras >;fi[£T]£/3a[s] £$£-


TTOpOyaev oixicts , Xerj^ccTi/fTOLs to. xsainoia. [>;]jLx.«f zfpayfxaT^a,

:••]
T£«i'a TsXeov ^apë\_ap . .
] . . rats [x]a«a)s rîta[7r/9]a^afx[£i^]o? crui;ofi&i'&[ta]i' t&<s

[£tp])jljf} ^apêa,po[isj , xai a[. .


.
]av 'zspaYloolv'] ev anam xc)(ji)f[(j.'\£vo[is]

xccxot[s^ ai/Tor[o]fu[a]? t/207i-&» xol6 [ï]e/5[w]é'oafi Tas S(X(j.aX£i[s

SIS Ta siScoXa o toiô[tos . . ]eoy to [ . . ]e^£</3ya(TaT[o . .


] . r; xa[Ta( ?)] ^apSapois
y£vafx[£v]os xai [eJi^'o»? fi^vrei a[uT]w}' To[T]e KoXXôôos [o AaJfXTrp/ £[(:x]-

•nr[apaiv]ofiiat' xir
(^ai'ej [ . .
] •çïpo[s] auTo[rJ Sia. Tv\y tJo -©[a/?] auTÔ xt«70[£vt]os [£7r]jTJfx<ar
m dix
[uixp\a.v t]ô [ 1

avtnfOpoiaev •ctoXAo[vî • t&s 'ra'afx[ . . 'jvofj.svôs [ . . ](« £no[iv]fT£v |!x[£JTa


J

T7/}' ['CTo]/20vcrf[i' TJwî' oixvixa.[TO}]v r]ixrjo[v] xai Ty][v] £x[£n>]wv Siapiiayvv,


[x]aT£[T/9]£\i'£j' Ta wA£j[a7]a ff[£J'(?)] ayTcoi' xaj [. . .]a[. .] £Tcpncr£v
o[t«);fx(?)]a[Ta
]

?;fxn' xai vyjmwv T£[xvœv . JxaA . [....].. vov £i[ . . ]£v v[fA»]v o w[i.(j<pa.yos
\£x']£ivos [«aj(?)] p.i^oëap6oi.po[5 x]ixi {j.i^[£X]hn> , OLnovTw[v );]fxai[î^ x]at
wa/5o>'T[«i'] £DTa[vO]a £7r{ [T);'TrΣ t]);s •nToX£a)s Af [t<]vo[oi;] , èvf^ocnocs
Xj3[£{as £J']£[x£r(?) ]

avTovofxwv a7r);T[r;<T£î'? £]avTw ot;c[£{]^^)(TafX£ros |!x.£T[a t]î;s STrofXfitn;? avTw t[wî']

L^'-/»' 7. Ilpo /SacTfXevî : reslilulion douteuse. — KapToi/fiEros = xpaTOu/i/Evos.


Z/i^ne 8. Un mol semble avoir été effacé avanl y^pialiavixov. — 2>;xot/ï : 1res douleux.
Ligne f). Ht( : iotacisme pour tjroi.

Ligne 10. EOsX^sv : très douteux.

Ligne 1 1 . lepvtoay.. (If. un autre souvenir biblique au n" 67002, p. I, I. 18.


Ligne i 2. Les lacunes étant, à partir de cet endroit, très considérables, je ne prétends
nullement restituer un texte certain. — AaftT7poy'= Xot/iTrpoTaTos.
Ciitnl. (lu Miisi'e, n" (i'jooi. ;i
18 CATALOGUE DU MUSKE DU CAIRE.

[G7004] OLiaxTwv (7Vvo8o\v , xcLT^ sScaïOLvwfTav i^sic) £15 £a[uT]ô? ai^oé'ws [xja( xœ
a\\jv]is,'kixa. a\yi\m> /\^pvrr\iOL[1) av[ . . . .
] T>/s ev a7rvX[»WTJ/ ( ? ) ] r; [ . .

••• ]

[.Jeu'Oi'Ta, Tspos Xy[fX)?v tô] «^[j/jfioo-fo >.0}0 xat T£Xej[av j;fx]wi' OLvaipo-nyiv

eçw [j; x]ai -rspocmopicrds ^(xp\^a.poi?\ sOvem Swpot. x[ai XJwTKTfiaTa , rrvv-

6p[ri(Tx]evMv TOis to»out[o<s] o jSeé'vXos «ai cf[a/5]G£ro[ip0o/3Os

^£11/00 Utto <TvXX[aé] TÔ auTÔ xat i5<x)?j' e[yyo" ('')]''" '<aTafxojj^£U(Tas

[av6]a(5"£w? •
xat cr/30(T£[ ] ra i£,oa aixva x[ • • • • ]*^ xpyyoc £<?

xXa[. . .J.aépas jSa/!3é'a/3(i{i' . .J^apcoi» xa» avTo[s, jx]£Ta7ro(>;o-afx[£ro?(?)


••'•
]

SI oiov Te e&li St . . . £[vopx^ov[(i\£v tïjv vTisppvv v[fxwi'] evxlsiav Ta tffav-

(îetv[a TÔTÔ t]Ô aTOTTWTCtTOV x[ ]<0? e-)(pVTOS TV? ? "^ô aUTÔ


[ 1

OJ'o[fiaTO?] , aTtra X'^pi'Vs [o^ X^P]^' ^^'''^ yXa»rT[(Tj;] en^Ppctcrai [

;•••]
ava.</lakm>oii xai ['craj'T£]X&)s avaipsBitvcn ts\\_ . .
] . . (XTrrô £uxaTa)"x)[ ]ev-

vvcrOai (t)al[e to (xi'j/fA]o<'"yvo'^ tôtô x[aTa /stj^r?? 'nrw7roT[£ £^a»0(?)]j;i'at ,


OTra's

£[v//3Wfx]£l' £UX0Xa'[s (3<w]r'at 0J0( [ ]

ao Ta V^ia T« Svil-omui [ • •
] £^u7r£/3£T);<Taj t)/ Tô[Tan'
Ecrjipopx xaTa to £[0o]?

xat evpwiiev r](T[v/o)s \Siajpi-^a.i , apotr^xvvovfx^evoi a^(aX£j7r[7ct'?] t« ayccdw


x[vpiw^ £TTon1jj Qecu v [awTvJpjas xai rî[jafxoj'>;s

vTTep(pv£cr}}r} xai [euxX]££'77)T) r/l[p^fL^v'>~l virocTOt [-aaJTpixirji Sovxes avy[o]v-

(/laXioi xvpiQi ^."^ "]'['[][

Ligne ly. "Etxva : pour aiyva, les saintes i/rt«/;cs(?).

Ligne tg. htcovat : restitution d'après ie n° (iyoo^, \r. III, 1. q3.

Ligne 20. Lire eÇu7rupeT»j<raj. —1 : abréviation de virsp. — La lacune contient en

substance : vfiiw xat t&>v vyt£Tspuv rexvaiv.

Binr.. : Journal d'entrée du Musée, n" ho']h?i.

67005. Requête adressée au duc de Tliéhaïde FI. Marianos jiar la veuve Sophia.
Son premier mari est mort en lui laissant un enfant en bas âge, et elle

a été injustement dépouillée de ce qu'il lui avait reconnu. S'étant ma-


riée une seconde fois , un certain Sonouthès a fait périr son nouvel époux

et s'est livré à des violences contre elle. Enfin , un nom mé Jérémie ^oiidôs ,

du village d'Aphroditô, s'est emparé de son enfant et refuse de le lui

rendre. — Long, o m. 3o5 mill., larg. oin. 7A0 iiiill. — Anlmoé (?).

.Même écriture cpie les requêtes précédentes. Une lacune d'une ([uinzaine de lettres

après le début de cbaque ligne; très endommagé 'par les insectes.


l'AIM l'.US BYZANTINS. 19

<I)Xa[vV]a) TfJi[aAiw iMapjarw] iM[<];i(a);Atw Vaëpn/Xiw Krtu>a-lavTH>w [Bjeo^wpco


!M[a/5]Tu/2JW !ou[À(a]f(y AOai'ixata) iw
£j'^o^[oT)] c/lp(XT[))XI œno vn(xt(jj\v x[a( y^(pv£c/l^} -aixTpixiw -rspai^exTov lov-

&liv[o^v SovKi xai ajvyovarlahai tj;? Giiëaicov sizoLp to ^jj


I

'i> Ae);(T[ts] xai ixefTia. TSCLp s^ov tj/>

£Xeeii>[o'\T(XTVs opfpaviKVS SovXys '!ÙoÇiias, opfxwfxev);? airo

AppoSijys Tijs TSawaBXia.? xwfxj;s tou


Ai'Tato7r[oA«]TÔ rofxô -l"

•|- H S-£j[a 'apovoi\(x x\cu o« ^iXoy_pia'loi rî]£(T[7r]o[T]a» Tair cr[x);'?]7i^/3iwj' t)/î'

vixeTcpav evxXsv v(pvïot.v eOefnTi^txv ap)(s.iv tvv ts rrjv TZOLina.BXiOLV 0);é'ajw[i'J

[;i^&)|Oa]j'
[
\o(T . .u[ ]. . .[tJows xaT e[fi]e j;<îj«j;ffei'[o]vs

evTsXealepovs xoli a0A[to]uî, Ci's i'xaj')/r oucraf xaj fXKTOirovyjpov

[tv v(X£T£/5aj'(?)| ipjX[o]7i7w[p(Ot' b7r£/9i^uïaj' " xai tJôto afro a[x]pjé'iws £7r(-

(y7a[fx.]£i»); ,
[jcjaj Tff£U(Ta(7a to £v/a)rîe[?] xai Tsav&v^^i^Lov v\xwv Stxaionpayes
vspo6X-)l(j.a

[TSapa, cï]o^[a] t[iw]i' av^ena^wv X) evxXet/l oltui^i' U(x&)[v i'J^fwi' xvAm'<5[ou]-

jX£[î');] >;[«]oi', ^ovXofxevij xcti olvti} Trjv iJfxeTepaï' evTVji^yja-ai Sixaioa-vvijy , oiov

[ Jacri Ta[ujT)/i' [ ] £i' tw «[a]T £[fJt.]e

7rf/5a5'fi[a]Tt t[o](outoi' s'/ovti t[o]v Tpanov [-|-] Aji^ao-xd) [(î]£ to TSarTifiov


v->pos vfxun' (ais

[Tup(?)Jaj'txws TOI' [ t])/ TCiiv )'[ajfx&)i' (xp(j.ovt<x sx-


t r n Q-Siuv ^
ôOTOs £y\e\v(X[ivv fX£Ta yvu)ij.i)5 tuw efjLWv xsepiovTcov, xai wawoTroJvo-acra
[a7ro(?)] Tou evfxoipov av[Spo5 t£«]j'oi' [ap]pevixov •CT£[i']Ta-

[eT^i]pov[l), Tou jSjo yn(xva-)(_(A}pV(Tavro5 tôtô, xoLTeXemsv av70 fxot 3-r;Aa-


^Oj:x£i'[);]

[....] £fx . . [a-Tr]" fx[oJ;j^l9ô [ ] «5[£]rk)x[£rJ o tôtô

//i^/(c 2. Knap == enap^stai.

Ligne 5. ^xtjirlpuv : douteux, mais il reste fies traces du x et de l'j;. — EOsa-ntlav :

pour sOetnitcrav. — T>;r t£ : pour TtjvSs.

Ligne j. Usvaaaa (encore l'aoriste premier) : pour tsvBoyievti.

Ligne 8. Restitution d'après la requête des gens d'Aphrodite : oôsv aoxvaos mponiAir-
Sov^evoi tinayLSv tsapa. aoSa. twk avsiia<^rj}v vfiaov 'iyi'cov (1. 8-n de la première ptige).

Ligne 10. Tvpavixaos (?) avec un seul v se rencontre au n° GyooS, 1. (). — EkSotos
eyeva(ii)v nj'ai été donnée en mariage i5.
Ligne I 1 . YlevTasTiipov : au bout de cin(( ans? — KazeXenrev : iolacisme pour Kcne'kmsv.
fjgne I a. [>a lacune doit se combler à peu près de celte manière : ealsprjOtjv wavrcov,

oaa SsSrjOKSv, etc. . . «j'ai été dépouillée de tout ce que mon mari m'avait donné de
son vivant, en (jualité de donalio anlcniiplialis, par l'injuslici' des i\ etc.

3.
20 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIIU:.

[07005] S();]fxfo|(T(£i)i'

Tsarvp vfep[i]wv xara wpo yaixô Sœpeav, ano ^las twv [vjp]a,Krop(A)v tijs

a-Σ]A(^w[j'] TÔ a[v/]TÔ ^a\voinos sijlov a.v^po?[1) . . .] a7reT[a]^a|u.);i' avxoi?

TtiAA[aJbocra to £t[/3jj;fi) uov opipavov -aaihov a7rept(T[7]aTOJ'. Tfrlepov Se


Sia, TÔTO eyxaxj70[£t(Tal
]a/2[ ]wT. . ofx[t]Xï?(Ta, xa< oXiyd
TOI' efiot' ŒfSpa
p^ovo Siaysvoifxevd TSai^wv fier auTOU aizwOev, xcmrr/ev tis avTov ïlevovôvs
ovo(xari

i5
•]'°f^'[*("0]^ ^^'^PX[ °'-^'^ "^^J^ Uav]os «oXews o/jfiwfiefos , virep
sy-yvyjs yevafxf [ts]apa rô £[iô avSpos Uirep 'i£pr)^[i]ô tivqs t);? xu}(j.t]s ^ov6ô'
axovofi£i^o[?]

• • •] "^^ [• -l^a^f^o x[at rr]iv B-av(xmfx[rj]i5 [a]£piêa>.o)v


sipvfx) TifxwprjTtjs [Sjfij'ôôr;? aî'£tX£TO avTov '
ex Sev[T]ep6 Se xoltol p;^»-
vonctvovpyi'x? TpoivWAv

. . .
]
'T£ [t);])' e[t.vv [)C\-)ip[(xio-cmct xat t?;i' eXe]vdepiav S[i]a(^fJeipoLt xai atr^)/-
[iovrjaa.1 t);i' [£]fi);i' £V)'£r£{aî', [fxjj; ^ovXvdsi^ocv Se e^axoXovBvT'Xi tw
avTÔ TSia-^cLTi [x]aj

TV ajxoXctalw r)So[v]}i , 'aape[ëalev{l)^e ev tv] iSiXi} auT[ô] (^vXaxij , rsapa-


crxevaaas vfxepov e\J.£ ^axhrrdvvai xai zJeXuaTiaOvvxt xoli xpe^arrQvvoii
aypiws
et? [ . ]o(poi' em ts[£v']t£ fi»;"as[ i^u]Xax[>;]?. Ex£A£v/<T£r o Seott^ fxov

Xaixnpl xvpios KolXovÔos o x(xyx£XXapios X} TSayapyj)]; airoXvOvvai fA£


ovx a.TT£X\jdm>

TSapoL Tou e</3j;[fx)] Trraff[fi«a,oot;(?) Zevo\)Qio\v, 'Jf7\1e'^ov Se clvtov a-nepxp-


fxevov eis Tin' Flai'o?, (xed o £fX£ £TOi.fj.i£va£v xai £V0L(^yj\x'\£v fiô ra XTVlt-OLTa
Ta
CLyeuypyv ,

Ligne 1 3. XTrna^afjDj" civTots : j'y ai renoncé (aux hiens que m'avait attribués mon mari).
Ligne là. 0(ii'Xrja-a : pour o}[it\rj:Ta ^ j'ai contracté un nouveau mariage.
Ligne i5. Tlxvos zjoXsus : restitution certaine, voir plus bas 1. 20. — TevaiJL^^ysvaiJLSvtji.

lÀgne iG. M>;;>^ar07raj'0up7<aï : mot forgé == «fourberie «.

Ligne ij. n<(Tf/aT< : iotacisme pour -credTfxaT».

Li^ie 18. T>7 oMoXacrlM tjSovij: sur cette expression, cf. n° G^ogo, verso, I. liù. —
Uaps. . . . La lacune est de dix lettres environ. — Hytepov : pour >;(/epai'(?). — BaxX<-
^£11' ; donner la bastonnade (/mch/wh)). — UslyLaTiletv : frapper à coups de pied
ou de sandales (?).

Ligne irj. O XainTp/=o Xatf/Tj-poTaTos. — K^ : pour xai.

Ligne -2 0. H nat;oï=Panopolis (cf. Hikr., Si/n., 781, 5 : Uâvvos; GEonc. Cvr., 7G9,
IlatxJs).
PAl'VRUS BYZANTINS. 21

[''>'?005]
fx?; eyovrrci e7rtfi[£AÊ]T>/i' (?) [••••] ^'^^ *'/[ ]ôs fxô e^e^t&i^ei', TSa-

pi£(ik£v (xs Tw TSpopyjOevTt xa[x]oé'ovX&) [Ijepvfxta tw tj/i' 'nra[cr]av ava-


7peil)CLVJl XrxtfXVV

^ovOw '
Ëfxeivev |x(?)Ja{ auT|os(?) (ît('?)]7rXwfxaT« e^ ex-civô

TsapaOetrews •
xa» fx^Sev KXvpovo^i]<7a<Ta. kcli tô TspcjTO xoli tov SevTepô
avSpos fxvTS fx);v

y^pecoalovcra, iJTi[o\ Tan' i\


Ji» Tsavrelus xcu ovtùjs tscl-

\p\olS£^wx£v Tj/i» £fJL);i' ;;(7;pai[o]T?;Ta ffeya tou o[/3]^ar'fxou fxo •nraf'îtô Tots

Maxcfîocrt (/IpariwTais.

\K\aK£ivco[i>] fxaOo[j'T]iwr t);[i' ] •?'» ^'''^^ '^^X*'^ a7reAu(Ta|j'

jxe] •
TO (îe -CTai(5[t]oi' fj.[ov w]a/9£K|o[a]Tr7cre[v] o xaxic/los Upijfxias, a(p>;x[e]v

auTO exTO? tô efxô S-vAaafxaTO


Ta7r£n'w[i'] auTO «^{[oXJô fAeX/^[<] a^ff ] ©{[crJffaTa a[v|T[ov(?)]
o\v]x' enonjcr^ . . . At]o 'aapoi.K^aXw £v^opx.i[^o\va-a to v^os [ujfxcov xaTa Toy
a£i'a[ou
I
@v "L/jJTripos xai tî;? awitipiCLs ijfjiwv xai twv
[
euxXeeo^aT^ T£Xi»]wf [ . .
] aiT[ ]uto
[ ]o-a| .... ]ai;T[ . . ]0aTO<[ . . .
Jej Ts[apa(Tl]airj Vxavœs ap[o(T^Ta^ai
|£]fA[£] £v anoLCTi £x!^tKi]Ovva.i X) TO opipavov

I
fAOu watfîjoi'

] 0s «pvXa^r; iJfxas
ÊTrt p;x[«](y7oi^ yjiovov, Scmn")

I ?J
£i'rîo6['?>] [v<Pv/£]t7J [<T7]/3aTvA/ <îoy^ {l)ayovcrlaXi£i[sic) TSarpixioi
xvpioi T>;s £7rajO;cf

Au verso, la suscri|tlioii suivante :

•f-
<l>Aavia' Maptai'at Mj;(^a);Ajai raé/5n;Xta) S£/3yjiw Ba;^^w NapT)/
Korwft A:'a(T7a(T(0i) Aofxjui'w Qeoêwpw KaXXtrjxw tw v
^U£0-7"^ [x]ofi£Tt Twj' X(x6oa-[i(t)ix£vf\ ^o^sal } Sovxi ) au)'ôa7a[X<w
I

idn^cciwv [^(jjpas ou £7ra/5;;(^£ta5].

/.ijo-((p -jS. Le délacliemenl des Macédoniens est déjà signalé au n° Gyooa , p. II, 1. i 2.

Ligne aS. AouÇ au singulier; ayovalaXiei (sic) cl xup/oj au pluriel. — Les deux lignes

9.-J
et 28, surtout celte dernière, en petite écriture pressée, ne commencent sans
doute pas au même alignement que les précédentes, et doivent par conséquent être
plus courtes.
Susc7-ij)hon. Les noms dillèrenl sensiblement de ceux que donne l'en-télc du papyrus.
[.lipir 1 . Ba;^w (.si'c) pour ^anx^o.
Ltfpir 3. Aofiecrl f = Soiie(7ltxcov. — Aovxt j
= Sovxi koli.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, 11°


^0769.
22 CATALOGUE DU MUSEK DU CAIHK.

67006. Requête adressée par la veuve Marie, du villajje de Sahlns daus le nonie
Théodoslopolite, au duc de Tliébaïde (l/es[)ace rései'vé pour
l'en-lète n'a pas été rempli '*'.) Les magistrats de la «wp; veulent

lui imposer des corvées dont elle se prétend exempte. — Loup;,

cm. 820 mill., larj»-. 1 m. 2 9omill. — Antinoé (?).

Même écriture qu'au n° (i^ooQ, p. 1. Le débul des lijjnes, à {jauclie, fait défaut.

Au verso, long l'ragmeiit d'un contrat de mariage, en un grec barbare défiguré par

une abondance insolite de fautes d'orthographe. Ecriture assez soignée, mais mala-
droite (tout à fait négligée à partir de la ligne 101), sorte d'onciale grossière mêlée
de quelques ligatures cursives. Ce verso est fortement usé par frottement.

"1- A£);<t[is }c\ai ïxs(Ti\a\ a''j Maptas airo xw(:jl)/[?

Sjaé'é'gcit? Tov QeoSofTiovno'kiTOv vofiov.

[Eu£/5y£T);fx]a fxeytT?©»' -nT/3[o]xe(Ta( TrraT);!?) rr;? a«î<x);['T |£(i>s >; tj;? i/fX£T£/5a>

£î4[o]|^ vittppij'icts olSixov [xjat virep TSavT[œ)v xaT[a t]>/ aOXia yjipcL xai

Tp£(povaa, rSQX[X]ovs opipavovs a<^ti\ixovs v'iovs xcu fxv'Σ7ro[T ]£ -rrr . .XO . .

«[ajra aTTopx[v -a^vpwv

[ \vOvf' fJ-V^s \(x\tto yov£fA)v xai ispoyov\w\v rovro ro efxÇivTov


e;(^o[u(Ta], xoli ovtuis eTrs^ijXOav fioi jSiat'^'s 01 'apuns.vovTcs rvs £fjLî;? x^'fxj;?

"Laëêews ,^ov\o^£vrji em^aJkeivT)} £(xv xvpoi-iOTlyijri o)\ . \ovt[. . \rrl p£<Z> . (xev

. . Ct» . . «0 aiTopa^
[àOV

[ If/-^'''*
'^^^' SII.WV op<pa%>w%< Tsxvwv tw\ r] xat r^sofxevwv Ttjv ar[ay |-
aet

xoLiOLv Tpo<pvv, caïo'koy)j(Tot.TBai vnsp tovtov fx.?; mrsipofj.evoôv rhjixoaia. xai

zsoLVTa jSajOOJ odev •


zsapaxaXw to v\p[os\ i>ju.[ii'r] (p[iX\oi.i>dprx>noi>

ro eOo>
[, [£j 'CTa/9acT7a]t[);] TSpoc/laka.i fi); rs(xp<x(Tmn]6w5 tw £[fx]iin' yovewv xcti t);>

us
[-nrJaj'TOjas fxou yevta? eXxsadai sis roiovTO yeaypyixov XziTO\)pyv[L(x xai

'PpOVT IT^LO. OV anSlpUlS £)(^rj,l XOLt OLrli^V jj'afrjiiV £;^« TO fi[£]|'50? .... Oi]Va.l

Ligne a. . . .>;f/]a : cf. n° C'y 008, 1. 7. — Ila<T);> t»;» aSixrjascos : corrigé en -crao-);

(^•Bra(T<) TOI» aSiK)j(ievois (^pouv aStxov(j.svots ou >]Stx>i(/.£von]. — ^vSo^^ = £vSo^ov.


— AXoyo : le mot -aarruv a été corrigé en nrama Aoyov.
Ligne -î. 2a6Çe(vs : la barre horizontale sur les deux /S inditpie seulemcnl ([ue le mol
est un nom propre. Le premier /3 semble avoir été corrigé en a.
Ligne /i. Bapoi : iotacisme, corrigé en /3(ip>;.

'*'
L'écriUu'c étant toujours identique à celle îles pièces précédenles, il csl assez |)i(pliaMe (|iic celle-ci

encore émane «lu même scrilie et est adressée au nit'nie duc FI. Mariaiios.
PAl'VRUS nVZAiNTlNS. 23

TOVTov Tvy^oviTix 70V evepyeTV(ictTos evyapitfhjpiovs tvya.? xcli vfxvsiv olvcl-

Tiejx-^w Tw 7sa.[y]xTi<T(t) @£v xcci [it]wt[j7]/3{ ws X Ssai. fXOVOS

[. . . . Tov ÇiiJkacvOpfjoiTov [v'\ipo5 xa[t] twj' yXvxvTarwr ();)fAWJ' tsxvwv Sia.

7S0LVT05, SeaT70Ta -f-

Aii bas de la feuille : '1- A[£]>/a-{s km i'XÊ[cT]ia wa/sa Mapias (écriluie plus
petite et penchée en avant, mais de la même main).

I.iiriw 6. Tv)(_ov(7a. : corrigé sur tv^ov préct-domment écrit. — Tfivsiv : corrigé en


vyLvovs. — ïlayxTiaM : lapsus pour isaymialo), créateur de toutes clioses(?).

Lifriie y. H(i(uv : >; barré et corrigé en y.

BiBi,. : Journal d'enlice du Musée, il" ioyoo.

VEHSO.

[fxJaxa/2t«TaT)/s <xv70v yafxejvs afiç. .ois. . . xai STroiôpyicts [l) T>;â fx,

. . . Ooixevv? TOVTM TCO ap<jix[(A)oo, a\Ti(x[v]T£s OLTio Tr}s Ay[xo7r]oXtT&)v, aXX»/-

Xois oixo'Xo[yov(Tivj

-S vnoTeTocyuieva -/^eip . . . ttot

VOV £V
ï, fita y£vo(j.£v . . . .

auTa -actjyp \Ux[7o'\po5 iOL7p05 TSpoyleypctfxiJ.} t]co Tspoipiixsvw [evXJag'e-


<y7[a]Ta) I(waî'[t');]

TSepi p/f xoa 1X107 CL7V5 a.v7ov ^vycL7p\o5 l]j«T&'/3»i')/s (?)] -aapdevov, £^£70v
ctyrov TavTVf ....
« •W/30S fOfXifJLOî' yOl-(XOV, XOLl 7IXV7VV £flVV</] £V(Ta70J Vn£[p] 7Ô
av70v vïoy [7\]^[ovtos],
. . . T>;> iiin)(T]ioçs xara vo(xoys (tvtIoltvs xai ;»^(/5oXaé'{[5(?)] t[£(?)] crw-
7\CL-)(0£\V705 fX£Ta[ÇU aViTOv]

/.i^/if G. KtXTopos : pour Htaroop. — T\pctpt^evu : pour zsposipt]fievu.

Liffiie y. E^sTov auTov : pour s^ancov awTwi» (?) «leur demandant leur fdleii.
Lii>[iw 8. EfjLVTjalsvaaTj) : pour syivrjtj'lsva-aTO.

Lifrnc (j. XtpoAaëiov = prise de possession (?) (cf. plus bas, 1. i o). — Mera^u avTov :

pour avTuv.
24 CATALOGUE DU MUSKE DU CAIUt:.

[((7000] ,„ [a]fii^0Te/90J', xoLt appaëoi'os eniToOevros ev C070 y^spwXixGsifxi TSeipccvs iw . . . .

are STva to. rp . pi . . vaia 'a\ pay^ixaTCc ra <Tt;rTa/'_6[e]j'[ ra wJtto [


au]TWJ' afx-

[ajvTo[t]? ev T«y )cepas[l) toi/ yafxwr- l'iji' oyv t[);J ispovva. tov Kpnlovos
£To^e [i'u]|ri<^

[t]os(?) TOV? c/loLyixovs STTiTeAeaai xai £ypa.<pov vtpoiywuiv B-eadai fierait;

aUTWV (Xfl<pWT£p(i)V

xaTct TV TOV vofiov Ta^i'. Uyct-ysT zspostpvp'-svos Q'avfxa.mryiTaTOS \itXTet^>p

T&) 7Sp0ipifJ.£v[w^

i5 vm^ovtTirjj ixvTOV v'iw \<povTi T6.' S-aufiaTti^TaTCt' rufii^jii' tj/j' Tspovptii-£v

TOT)}?, Tsarpos

Iwavvov TOV evlaësal aTov St[a]xovov, Tspos yoLfxov xat ^lov yixivwvtav xoli

'Bai[S]. . . .

TSapa. TO yviicTKiciv eTTiu . . . . xv


. . U..VO rspos

3-avfxao-t(WTa[T]os UixToyp [iaT]pQs 'aa[T\vp[1) [tov S-]aufx[aa-{w]-

Ta[To]u vv(x(piov AÇ>ov


'
Tos XOLI sTrtal tXaTO Si^^ovai Xrjy^ri} -apo yajfiou [rîjwptaf Tsavroi. Ta xcltcl-
\eipBev\TOL\

20 [tjapa] TV? \iaxoLpiwTa.TV? AAj[asJ, \ya.\xe\Tii? [J-lf-v tou] apo£ipei\ii.£vov

\^lX^T fxipo\i\

\ia.Tpo\v, fxvTpos $£ TOV avTOv vvfx<p[iov\, xirma. [ts xai axtv]n\Ta xat avTo\
xiv[vTaj

\TSpayii\(tTCc Xo

.77... [£]tX)/(pei' £pyw "c^a/sa tov 'apo£ip£ifx[£vov]

Ligne 10. Appa€ovos : pour appaSuvOî , dédif. — liirc' eviSoOsvTOs. — Ei' cozo = si'

avTù>('!). — TïsÇiavs : pour •W£(p>7re(?).

Ligne I 1 . Erra : pour sSva. — Lin" ayL(porsprj)v.

Ligne m. Kepas : pour yepas (cf. 1. 3A)? — Upovria (douteux) : pour ispovoux. —
Kpirlovos : pour Kpenlovos , le Toul-Puissant (Dieu). — Eto^ê : pour eSo^s.

Ligne i3. STa/f/oi/s :? — FjypaÇov ispoiycoCiiv = eyypaÇiov •crpoixaiot».

f.igne 1 h. Toj' vo\lov : lire twv vo\i.'jM<. — TaÇi' pour Ta^iv. — Ylpotpt^svu^zjpoetpvfievco.

Ligne if>. Tire^ovj-iu : alimi juris; c'est parce que le fiance est mineur que son père
Victor a dans ce contrat le principal rôle. — Tot>;> : pour TauT>;i'(?). La dernière
lotire du mot précédent est illisible; il faut en loul cas corrifjer i>n -aposipttyievtjv.

Ligne 1 6. ratvojvtav = xoivojviav.


Ligne iQ.- E7r<(77(XaT0 : pour eTrealsiXaTo.
Ligne •30. Restilulion douteuse : le s de yat(i£Tr]i ressendtle plutôt à un 0.
l'Al'VliUS BYZANTINS. 25

WiKTwpo; KCLi opyrjv . . . rjv r^{'5| ojî'a[t |


V. . .avTv aTrexpiipev sk t)/? [OTOOC)

lxvTp\rj\

25 a; TGV [auTOu i'UfjL]t^[touJ tr^.oye. vtov sSaTravv'Tsv ovSe ct>

eSepcc

[
t|ovt £o-liv yipvrrov vrj^ir7p.(XTiov xtcl TSapct xepaTia eixoai TecraaTOj;

Xp[^
(70jjj\xrj
I

rflcé)\[xw\, xcci OLpyov -^pvrjiov s-TCpCL voiJ.irriJ.ccr a


_
Svo ^ijxoipov z\jaiy.

B^j-CL 'C,\)yfxi , xat T?/i' vTToOv} '/'' toî' vo\xia]x%iiwv zvtix -crapaa xspoLiKX zpia.xovTX
f%(j Tw OLVTfjj frloiOixv , xai to ypct.[j.a.TiOv svos rpnov vofxtirfxaTtou m? TSpoyfjsKxs

TOU Al'Tt

[foJTOu i^ofjt.ou(?)J . . . xat Ofiou yjtvrrov vofiia^aTiOL zixoai ev ovtcliî- SuiSexoi,

fi-tJ' J'OfXfT

fxara ex toi» auToi^ sixom svos vofj.i(TixoLTCL zvcrleXkoya.zvct. tî; auT); vv^i^pi)

HiXTUipnni Tj; evyernjc/l aTij vnep tov iTvov [auT>;s| tot' a-vvpwvyjOevTOv ^iSoTdai
auT)/£j'TO yepo TGV yavwv zsctpcc tov zsprjïpiifj.svov S-avfxaTJi'A'TaT&u lUxia'pos,
;;:) Ta fîc aXAa yjjvcrov vQfxtrTfX'xnov evvea sivai -aapoi 7w &-a.vfj.O!.(TiœTOiro }»ufxt3a»

et Xoyov SiaTprj>pov avTov , oxto (xev î'û[|U.]to'fxaTa e« tovtoî' aw^cov^jOcvrov


f^iSorrOixi T); jxaxa|9»[«TaJ
Tj; avTOV )/[afxeTJ); AAta u7re/3 xorravivs ervov -s^roei' -rscLpct. tov (xvtov B-avfxy.-

(TIOTOLTOV RlXTWpOS V . . .

TOV yafxœv to. xcci apTiws SqÔzvtol tw avTW î'Vfit^tw, eSepx 'h
}'&fX{(T(u.aTa TS,nnixçj\a.\

fjigiir -ta. Ansnp£\l/sv :


(?]. ATrexÀEvJ/ei; donne un sons inadmissible.
Ligiin 'jh. KSepa = STepa.

Ligne aO. Ktœ : lecture certaine (. . .ov ma^oxTù)'?). — Teaaajus^'?) -.fouvrecrcTOLp/x.

Ligne 9^. \p\j<jo-)(p\'KO : pour y^pvcroyo'ixoL). — Apyou : douteux. — ^ifioipov, deux tiers.

Ligne uS. t-KoOijyriv = iJTtoOriKtjv. — Evea (.sic) : pour ewea.. — Xlapaa lapsus pour
: -csapa.

Ligne -jcj. TpaixaTtcv : pour ypafjyiaTtov.

Ligne :io. '^vafjLOvveus : le nom du village est "^ivoiiouvti (cf. 1. 5i, et al.), .le ne crois
pourtant pas (pi'on puisse lire autr-emcnt ici (cf. encore n° Gyoy8, I. 9 et i ).

Ligne o'J. Ex TOI» avjov £1x0:71 evos vo(itafiaja= ex. icov axjTojv e. e. vofiiayiaTCtiv —
ErjVeÀXoyaera : le scribe a voulu dire sans doute evtrlek'ko^isva, mais il esl luipos-

sd)le de lire un {i.

lAgnc ,33. Euy£v>)3-7aT); : pour eu7£i'£(T7aT)(. — Exf or = e&wr. — Aut))s : elïacé volou-

lau'ement. — "^w^covtjdsvTov : ^mnv avyi<p(i)vr]9£vTiu.w. — QtSocrôai : pour SiSo^Ooli.

Ligne S/j. Ev TO yepo tov yavov = sv tu yepco tcov yay.ov i/l), (^yepco, de yspasl).
Ligne 3.). Sav(ia(7ia)TaT0 : pour ô-auf/acriwTaTo». — Nuf/(pw («ic) : pour vv(iÇ>tco.

Ligne 30. Eli Aoyov Sia.Tpo(puv(^V!). — Oxto = oxtm. — Tovtov, etc. ; pourTOUToir, etc.

Ligne 3j. ToaavTijs : |)our tou/ti;». — Rpiie)' : [)our zspvm>{J)- Lecture très douteuse.
Ciildt. (lu Musée, n" (JTooi. /i
26 CATALOGUK DU MUSÉK DU CAIHE.

[67000 J [i'o]fjLj(TfiaTOi^ To6ei'7(x tm avTO [iiXTwpi en tj/î

ho vofiolv] fxovov TSxvTi vo e[7Ti€y.XXo]v T)/ aun; fj-axapiOTUTn AXja


TV aUTOU
5'afX£T>; fiepovs, xai aXXa Tjota vfurrv, xs txXkavonia-^ot.Ta Tpia Tifxoipov ex tov

7/5[afXfxa]Tt[ov]

T)/? auT);s fxa[x]a/5tOTaT);ç A[X(a5]

T eiv
. . . ov ov aXX[a x]ai aXXa j'OfxJTfxa rpta. Sifxoipov

SX TOV X .

oae . . . . t);ï auT?;? fx,axa/2[»0TaT);Jf AXta?, xai io aXXo ev -cpnov ex t);î

/if) To[v ii\spovs OLVTVS xzvi^OLTOs, xo.'. opiyjxkxirjv xot.1 -/^aXxofiaTOv £1' Tiaipop)/?

eiSeatri e(Jxeo\y\

aTfxfii'o;? XiTpixs Tpiaxovza, xai ypa.€axTa xov<px Svo, xoli raTr^Tii' xpocêoiXTvpov

£»', X^ T/5

aTD/fTai' fxtai' zvXivijv iiovot{1v)(iov,x^ o-(&)oX(OJ'(?) qiTvpow ev,xs vTronoTiov,

xcL'. S-uitxi' fxiaj'

oalpoLXitnjv eis xpictv -crpoTrafxaaTOs , xat xopxivtiv aaXa.iy.v, xa.i r/lika ev

xai fJL£/90s vfXKJU ib7ou Texpayi^ai'TOU, «at oTtopifxris yrjs apovpas Svo reSapTOv
oySoov Gvo-as
no £1' T«i» 'ffpoïpyjfjievov xrvfxarj t« (î»ax£t[fA£j'ii» |
£r d; rSffîta xr/s auT>;> x&'fxr/s

Li^'HC .'ir^. To<?£i'Ta = SoôsvTa.

Lignr ào. Toi» xXrjpovOfiov ^tw xXtjpovofieov.


Ligne II 1 . Ttftoipov = St(iotpov.

Ligne /if). Opiya.'kxiov=optya.\Kiw. — Xû[Xxo|iaTOi' = ;taXxa'f/aTCttr. —



Er Tta(pof,tji

EtSecTJi £(TKeovaeryL£vois = ei» Sia(popots etSeert ecTxexja.afj.evoi?.

Ligne /j6. rpaÇfltXTa : pour xpaSêara. — TonrtjTiv : pour TantiTtov. — Kpaëaxrtjpov :

cel adjeclif n(3 se trouve pns dans les lexir[ues. Tantirtov xpaSëaTijpov doit signifier

une couverture de lit.

Ligne âj. Tpairijcrav : pour TpaTre^av. — '^o'Xiov : lecture très douteuse (la seconde

lettre semble être un o barré. Cf. 1. 88). — ^nvpow^aiStipow : un siège de fer (?).

— YnoTroTiov : pour viroTroSiov, un tabouret. — 0yi'a : mortier (de pliarmacien).

Ligne /iS. Xptxv pour ;tpejai'. — UpoTtajiaaTos on : peut lire à la rigueur ispoTra-

<T[ia(tTOs pour ispoTrua-fiaroi ['J) (de vsàcrau ftaspergem). — KopTir»? : cortma «ta-

pisserie îi. — Après a1iXa ev, un espace blanc, place d'un mot (|u'on a oublié d'a-

jouter ensuite.

[Jgnc /icj. Tfitav : pour rj^iiav. — 'reTpav<poiVTOv : le premier v a été écrit en correction

sur un V. — Te-Japroi' : pour TSTapror.


Ligne f)0. Il po't'prjiievov = apoetprmevù).
PAl'Vr.US BYZANTINS. 27

[«"OOfi]
>Kji'OfjLoui'£w[s|, fxî-ra tov cnt6[a\kXovTOs ^tpovs aurai? tov £x1(T£ vSpevixxTOv
xaf <pvvixov

j
xa» aXXoi'J Tjai'TJ/oî' ipUTOi', evxocpTTOv Tai xai ayapTrov, xat CTspov y^mv-
t'TofrJ
piOf (sic) TSaVTOV, K) CTaJ'Vo

(Put[&J', e]vyoipTiov Se xai ayctpnov toli, xoli ^hspov -^pv^vp'-ov tzclvtov xj

waj'TOs Tou Sixaiov


evTOS xai exTo\s , xat] ffepos Tifioipov oXoxXvpovs oixiaj?] fi-sra 'crai'TOb- aurou

Tou fîtxaiov
r,r) oywSwixoi(J.cVVî Staysifxevvs stti t);s avT»;s AoixoTVo'kiTvv êttj pvp!^ T)/f

-©a/5a'T[ . . . .
]

£UXTJ;/2T0V Tou [alyjou ficcpTvpos cmoL liixjfjiipos. 0|:x.oXo}')7«T£v ofioiws auTOâ

3'ai;fxa<T[ ja>]

Iraro? lîixTa'p iXTpos o zspoy£ypoLiJ.ix£vos{^t^ St^Sovai £7rt to 7}Spo£ip)j[J.£vv

auTO'j ui'iii Ai^ourt e«s

r |a'T£[ v]TTrj(j1arr£ui5 opiy^aXxiVMv xt:

yakxrjii.'xiw
[ei' t; Jaipl 0/5);?
I
£'.^£rT£i virxiouaTfx^j')/? XnpOL? aXXa? T£fT(Ta.poLXOVTa. \'a£v\TV,

xai xovXkovpia.

Ou 'ha.Ç)opoi. ^vpa Xnpas £ixo(j\i\, xoa SvXapiov £v, xoci TspoaxaiptxXcti Svo amiroi-

vofj.£&la. . . S'j/X

xai aXXa 7Spocrxoi.i<paX£ia tsoXv{xi\ ja] <5uo, xa[i] yva«ta ^ûô £v •


fxe pavacriov,

70 <îe aXXo ijnr[o/;(^u/50u]

/.i/j-«r .7 / . Ex((7£= e«£<3-£. — XSpevytaTOv pour vSpsuiiaTCûv. — Ourixoi' pour (potvixw.


Limie i>'j. HavTriov = isravrotcjv. — lai xai ajapnov = ts xai OLKapitcov. — iiavto
== csa.vTOJv i(jùv.

Ligne -tS. ]Lvyap7T0v Se = euxapn^u)!' t£. — Tai =


xai repov t£ xat srepw.

Ligue i]ù. Lire SiyLOipov.

Ligne fjf). Oyci)Sa>(jiOtfievris = cjxoSofxyjnevtjs. — Kotxoiioknuv = AuxottoXjtidi'. i;CCluri'

cerlaitie (cf. 1. yG, ya). -— P>)f/>7S : pour pufxi^i.

Ligne 50. EvxrnpTOv : la vraie leçon est évidcmineiit euxTiipiov, mais le t est nelle-

mcnl formé.
Ligne 5(j. [sv Ti]a(p[op)is] eiSea-et rjaxeovaaiievtis = ev StaÇiopots eiSsm e-xevaayLSvots. —
UevT)) : pour w£i'T£ : cf. plus bas vrevTst, 1. 65. — KovXXovpia = xoWvpia., se retrouve

dans IMiolius, IliM. n" CCXX {Pnti: Gr., lom. io3).

Ligne Oo. Svpa : pour ^tjpoi[l). — Avlapiov pour zv'kapiov « un matelas r. — Ylpoaxit-

(paXa< : pour TspoaxeipaXata «oreillers^. — "^i-mtQivoyLtula.. . . = remplis d'éloupc.

VA. dans Crum [Cal. of llic Copt. nm. in tlir Piylanih Libr. al Manchester, n" liG-). la

forme ciiigii \mnv annrtov = alvTr7riov trétoupo)!.

Ligne Gi. fvoLKia : voir infra , 1. f)G. — Me pouaaiov : sans doute poiu- fiev povyiov

(l'oux). Cf. 1. (jQ. £ rn AuxottoXit»? pour ev Tti AuxottoXjt»;.


28 CATALOGUE DU MUSKE OU GAll'.i:.

[C7006] I», xtxi )^ar/Jixiov povmwv sv xa[(] £


[^J'^'
^'•'^°'-

1' xov<pov
xai «î/îoi' X'Xi Tov xvxXov ^sp^oL-rivov avTOv,
XOLl ^pOVOS
£15, xai <ppiV£tv XOLl xXot] oxojfAJOJ' £1' çvÀti'a, xcLi £Til OL xcmXcLpiOi '
ov £v xai
tI lyijxpziv , xoLpoLxaki
Cl.") a tssvTsi Sia,<pop(x, xoli odoviov [LoXkoyirov , xai zsvpynpov ïtxrpixov ev vçecr-

xcLi S-t/ibc larpixot. Svo, x[ai^ tsaxiaXia Svô, xoli aAaçaaa/srioi' iv, xoli rraëctvov

£v, xai XivovSiCL enri

X^piot. Sxiô, xcLi TO ^[uJj'oAor -©»[}'] fi£[po|? T/5iT[oi'] T);s auT);? oixinas, xai

popav fi{av(?) oxTOOv arjTvw


[ TS^poeip^ijfj-svov^ XTifJ.oiTOs, [fijera -nrarro? avT);? tov Sixaiov,
Siaxeifxsinj sv t>7 we
Sia T); TS£Tia t);s xw^iv^ '^^n'Ofxoui'sa's. Va Se ^ovXiOsiv t j; euj'cin/a^aTî; ©eavovi»

fx>7T>//5 TOV S-av

/-i/y«e ^9. AaîT7(x(oi' : il liiut pcul-ètre corriger en Aamixiov, pour \vSixtov (cf. 1. 88).
/.i^/ic C/^. Opineff : sans doiile pour (ppiviov (cf. (pieUpics mois plus loin la forme

a-li^apswy, mais je n'ai pu idenlifier ce mot. — KXoo-[oxo]fi«oi' (cf. 1. 8f) xXoaoyxo-


^jitov) = y'Xcoa(roxoiJieiov, à l'origine - colTre à resserrer les llùlesii. Le mol a fini

par signifier une sorte de colTret allongé, destiné à contenir toute esprce d'objets pré-
cieux (on l'explique par xaf/xj/a). — Ke^TrXapia : lecture douteuse; ce mot désigne pro-
hablement une espèce de vêtement. — Oi' er = cJy i'v. — '^Tiyapetv : pour a1i)^aptoi<,

sorte de vêlement. — Kapaxaliov pour xapaxaXktov, manteau à capuciion (^cnmmlluy


Ligna 05. UevTSi pour •ctsi^te : cf. plus bas, I. 85. — OOovtov : voile, ordinairement

en toile de lin; ici en laine, comme semble l'indicpier le mol suivant, iiaXkoinov.

Il faut peut-être lire f/aXXurrov (cf. I. f)''>-97, {laloyoov). — Yivpynpov : sans doute

lui diminutif de zxvpyos : coffre en forme de tour (?) (cf. -avpytcrxos , même sens,

et (pielquefois z!\ipytStov). — H^ealta-fievov: pour e^EalKjytevovi^^.), d'un verbe ^evIi^M


- poli ni.

Ligne G(>. WaxiaXioL : je n"ai ti'ouvé auciuie explication pour ce mot qui se i-cncontre

de nouveau un peu plus loin, I. 87 : à moins qu'il ne faille corriger en (paxiakia

ijncinliti). — k'ka^ay.apviov : cf. CnUM, op. cit., n° a/iG : AXGï,AMApti (= trafo-

KOf?). — ^sêaKOK «torchon 11. — XtvovSta: étoffes de lin (?).

Ligne Gj. E-rrixopta. : pour STTi^upta tde travail indigènes : cf. plus bas, 1. 81 : aWa
avTio-)(eiov (tun tissu fabriqué à Antioche". — Otxioa = oixta. — Popotr : faute pour
apôpav (?). — OxToov = oyScov. — 2>jT>;t'v : niot rendu incompréhensible par la

lacune qui commence la ligne suivante.

Ligne GS. KrifiaTos = xTntiaxoi. — Lire StaxetfjLSvnv.

Ligne Gq. Les mots t»; •aeSia ont été répétés une seconde fois j»ar inadvertance. —
Lire ^ovlinBdrj -z'n (pour O'ri).
PAPYUUS BYZANTINS. 29

[''''0<>'>]
70 fxaTtOTaTOU BrxTa'pos 8wpi}fTa.r70<xi, avTW aXko yiepos ex tov olvtov XTJ/jxaTOî,

em TO xoLi rovTO
a-lahfva: tw avTOv vvfx^piw ei fk fx); ^wpvBjxi, TSpoHpi(X0LTO5 p; yi-yvofxsvov,

TOI' S-aufxaiTiOTaTOi' IUxt/ui/îo? tov TSXTepa, tov vvfJi<piov \(povTOs to. fx^npoo.

OLTIO TSpOLyiXXTOS

TSOLpf/jJViOi avTCt. £15 T>/i' TTipo y^iov Scj^ipcav . . e . Ê(s aTi^aXiav -qta/p . . .

TO TO
-cim TOI' ojotiT . fAapTvpas Ttras «kj'îofiera -crarTa e-

iplTlV TOI'

-5 £xX);fx\//o[vlT[a] tov exSixov, 'nspos tw (Xvtov etneXcalspav ao-i^aXetat' xa.'. sx-

<T'Pxyi'7(J.0L TOV £X
Sixov EvXvxonoXnrxW ei^ £' fJ^e^a tou zspoixoov hilovv xcli avTO tj;v exTtcrtv

XCL'. T);>' CfKOlO

mv accvTOv twv -voOevTOv olvtv. D.ix^Aoyv<yoi. 'Σ xai apoïpeiixevovos ev^ccëe-

rrlcnos laïaî'j )'>;?! . . . .

jcai eTî-j/yyeXa tou rît^ovat t); £vy£v>;[<T7aTj; i't;fxipj;(?)]

S-aufia'TJOTaTOu

f £x-î. tas p;T/3oas Tr;? auTr/s


rvlfi^tou] . .

j'Ufxi^î/s u7ro(T7a'Te«s,

Ho yjivcrov sv xoTfiio? ywonxiois ovyxios jpio -rrrXew eXariov, v ^lali-^ix fxa-

<dopi.(X, ywoLixia TûapoixavSrjin


Sexa 7pia, ovto5 •
h\Fj [lzv Xsvxol, aXXo 'Σ v<70'h povmov, xai aXXo TSop<pv-

povv, xai aXXo avTioy^'c.ov,

Li<ruc -ji. Ta- at;TOP (.siV:)- ''^ i' « sans doute été atlirc par le .- inilial de vxj^<pi'j. —
AuptiOat : pour S^>pr,-:ai. La plirase qui précède paraît être l'expression d'un souhait :

cas où
«Puisse sa {jrand'mère Tlicanous lui donner une autre partie du terrain; au

elle ne le ferait pasn, etc.

Lifpte j2. B(«Twpos : pour B(«Topa.


Ligne ']!i. àeiSoiieva : SiSoyieva.. — EÇiniv:^'!).

Ufriie 7.5. ExXvyti'Otna : presque certain. — = £>i(T<Ppayi:J!xa.


ExaÇiayiaiia

fj'iriic 7C. EvXvxoTTo'AtTrov i les licHreux Lycopolilains (?). — A'7TOToaiv = anoSo^iv.

IJgnc 77. Lire «ravTcuj^ tuv SoOevruv.


— Upoïpei(iei'Ovos--= arposipviisvos.

Ligne -jH. E-TtriyyeXa. : einiyysiAa. (?).

Ligne So. Ev Koefixto^ yvvatKtots ovyxios ^plO = ev xo<T(J.iois yvvaixitoi? {xP^<^ov) ovyxias

jpia (?). Le troisième i du mot ywaixtois a été intercalé après coup. — MaÇopiov :

voile qui couvrait la lètc [capitium). — UapaxavScoja : pour -aapayavSuSvC^).

Ligne 8 1 . Ovtos : pour ovtus. — Yao Se :


{1). — Avjtoxvs'ov = avjtoxeiov, d'Anlioche

(s'oppose à ETTixcLiptov, 1. Oy). (-L L S/i : aXe^avSptva.


30 CATALOGUE DU MUSÉK DU GAlRi:.

[07000] jiOLi aXXa SUô 'ixavoeiaSes, xat aXAa rpia iiaX'koeiSsî , xai aXAo ev xnpivov, xii

aXko ev aactpoLVTivov,
xa» aXXo et' )(^eXiSoi>oeiSs>:,Xa.fX7rpwTO\jxvai(J) £Ttiyjj?pi'x , xoli aXXa aliyjxpioL

TSa.pa.xavSu^Soi. xixOyffjLepiva.

7SSVTS, xai aXXo aliyoLpiov (xpoLyv\i\Tiov ev xaivovpyiov, -aapoLxa. . .t


aT^s^aSpivcx (siV) Sw
85 efxotXoufxa, xcti aXXo oBoviv, x(xi TapvTiCiv ev, xcci aXXa Xn'ovj^ta fivoeiriyivpioL

isevTet, xoLi (Ta6'a>'[a] ^vô, opiy(a'Xx\i\

v(t)v xcti y^aXxofxaTov ev 8iOL<popoi? etSsa-i efJxeovoLrr^evvs AnpoLS eëTOfiijxowx

•crei'Tj; , xoci Tsa


xiaXtaSUô, xoli S^Xapiov Sspp.ot,Tivov ev, xa,i mvSiov, xai Xavara Svo, xai TspoT-
xaiÇialaiov woXufxn'Tor ev,
xai aXXa ufpoaxe'PoLXea. Xiva. Tptoc, xoa XrjSixiov ev sfx.fx.v[X]<5yj:xot', xxi rreXXi'x
rreiS^ipoL Svo , xon xp(x.£axii
a T/3ja xai xov<poL, xai xafx-ifl poi.v fj.ia.v \i.eyy.Xoiv, xcti xXorroyxofxia. f^vo x%i

TefxrreXiov ev, xai^xotOeSpav

«io fxta S[v]X([i']a, xoLt fivpo0[);x»a] , xoli xxfxil^iv ev eêeXXivov, xxi aXXov
xafxi^tr eXe(poi.VTivov ev,

xat aXXa x[afA]\|/{a ^vXvva. zp'.a., xai enla xei[n[l)\Xixpia. Svo, xoli to fxvT/vov
T);S OLVTVS VV(X<Z015

Ligiii' 8'j. ixavostcrSes : je renonce à e\pli(|uer ce mot, à moins ([u'il ne faille com-
prendre etxovostSn , nonr etxoi'coSyj , et traduire «ornés de figures, liistoriésîi. —
MaXXoetSss «hlanc comme In laine (?)" (on hrait plutôt (/.aX^oeiSes). — Kirpivov

ftcoulcnr de citrons.

Ligne 83. XeliSoi'ostSss rf d'hirondelle^' ; sans doute une sorte de jjris foncé.

Ugiw 8ù. Xpayvijiov. pour apa^viTiov^'?), fin, léger comme une toile d'ara ignée (".').

— La lecture •Brapaxat[i;]T[(i)^a] (cf. 1. 8o) est peu probable.


Ligne 85. E^oiXovfia; cf. 1. 88, emivXoviiov :
(?). — '^xptjatov : pour craptjrov, sorte de

chilôn(?). — A.tvov(p)yta{1). — Uevrei : pour ts£vTs['!). (le second cliiffre est sans

doute intercale ici par erreur. Cf. 1. 91


Ligne 86. EêTOf/jjKOrTa -BsvTtj (cf. srsvrsi , 1. (U)) = sëSoytriKOvTa -bsvts.

Ligne 8j. YlaxtaXta : cf. 1. GG. — ^vkaptov : pour juXaptov. — "^tvSiov {^(jivScâv) :

toute espèce de tissu léger (en lin, en laine, etc. . .). — KavaTa, lantiln, étoffes de
laine (?). Remarquer la fréquence des mots latins. -— Wokvymnov : pour aoXvfinov.
Ligne 88. AioStxtov : sorte de vêtement. — ^eXXia, sellm. — "^siStjpa : pour criSvpa.

Jjignc 8(j. MeyaXoiv = iisyocXtjv. —- KXo:7oyxofi.ta : yXvaa-oxoyLSia.. — - '^S(Xi7sXtov. •<nl>-

.'ielluim. (Cf. I. 1 25-1 2G creas^iSairi et aevëaiti = avixëaiij.^

Ligne (jo. M<o[ : pour [xtav. — Ka^-^ iv = xct^-i^ lov , aipsa : coffret (à bijoux).- — E^EXXd'Or:
forme altérée pour eêsvtvos «d'ébènen (autres exemples dans Du Cange).
Ligne (ji. 'E.vXwa = ^vXiva. — KefTrXapia : cf. plus liiuit, 1. G'i. — To fiinpov T);î
PAI'Vl'.LS BYZANTINS. 31

aSpOÎ TOt' SvO oXkIOV, UcTOL VTOS OLUTOV TOIJTV fîlXaJOU, <îjaX£JfX£l'01' £ T)/ [07000]

\vxonoXny! eni pvu^vs


T)/s hi\>.o(7iov eipxTVs, x(xt 70 fX);T/3Cioi' 7);s avTVs vvu.(p7)s eniêa'XXov auTJ;

[xepijs v[>-i<yv oXoxXvpov


XTj/fxaTos fxera TnoLtnos avjov tgv rîixajou, rovJ er/iiv apovpas SeTapixs avv

<.l-'
fhdHsiixsvw ev T7/ 'nr£<î([a t ]>;? xvpi? <I>y^£Xos [tov] iVuxoiroXtTOu va ....
TOTTOu Xvxoixevos <I>0!é'a[(xJ

ixun'os TOT xara T&[t;j TTroXA ^

j;fx«T£ £Ti fX);?^ «aj vva.xiov fxctXo

'/(oov TSpoTOXva^ov kcli aXX[& . .


] xpaëctiiTOv xov^ov £v, KOLi £ixa SepTifJxaÇ?)

Svô, £ fie»' T£T/3avip[arT0i'],

SfjôTev Xo S'i:v(pa.vSpov. 0(xoXoy£( (îe otioicos w -îrr/5[G]£tjO£ifX£}'0? evXaëealaTOS

oi'os £«Î0!fAC.»s ex4"'] '^s'*^'-»"'*' "^'^ zvytvti'fla.xv olvtov ^vya.Tpiv7i B'.KTwpnnj

xa.0 £x[a]a7oj'

£înavTOJ', £7r; oXoj» ixovov tov ypovov t)/> '^^[«i']'/? aurov , a;<^/3( tj/s rΣX£T);s auTOv

Xo) w
/jjÇA]-)'^.^.^ , a.i:o y£vii\i-y-705 T)/? jxekovavs tviv/ovs -W£i'T£xaT)/s iViîjx/

/.!)';//(• (y a. Lire tcuv Svo okKfjjv. OXxiov, diniinulif de oXxos (?). — Met» vtos -= (/era

^arTOs. — Toutou

: pour tou. —E t»? l\.\Jx.oTio\nr) -= ev Ttj Aux. L'adjectif Auxotto-

Xjtj;, au féminin sinfjuUer, ([ui est absurde ici (sous-enlcndu ^Sleil), est mis pour

AuxOTroXtToir. — P»)(/>)s = puf/>)>.

/.igvic rj.l La rue de la prison publique. Ce n'est pas la première fois que nous trou-

vons juxtaposés des cas qui ne concordent pas (pour Snnoatas £<pxT)js?). — Msptts

= fzepos. — H(/(cf>;= >;(Xio-u.

Lil'iic (j/j. TovS £0-7(1' = TOUT £0-7(1'. — Ae^apas = Tsaj-apas. — U^ixapiov nverjjcrn.

Ligne ()). Na : i-ofxou est impossible. — S.\jx.onsvos : i^oar \tj-yo(jLEvos = leyofievov [11).
Ligue g6. Ufxtas, ortboî;raplie vicieuse vui^v (L <)3), ([ui est lui-même pour v^io-u.

— Xvaxtov : encore un mot dont la signilkalion m'échappe. Je n'ose présenter

comme vraisemblable la conjecture xaj xaurax(a (pour xat >iawaxas), la première

svUabe du mot ayimt disparu à cause du voisinage de xai.

Ligne 97. UpoToxv<x(pov = 'aprunoyva(pov, le '^ premier (drap) foulé" (?). —E ^lev. pour

ev (/£!'.

Ligne (j8. ù^fjnev Xo J(u(fai'(îpoi'= corruption pour to Se{a.'X)lo SivÇiavrov [1) (cf. t£-

Tpoiv(^avTov). — n pour l'article 0.

Ligne nn. ESoi^oliî: eToi(icoe. — AetSMvat : SiSovai. — QvyaTptvn : la syllabe i^>; a sans doute

été ajoutée par inadvertance, appelée par la consonance du mot suivant, Ktxropivrj.
Ligne 100. AeX£T>js = TeX£UTi;s.
Ligne 101. MeXovans : pour /i/eXXouo-jjs. — UevTexaTtis : lapsus pour •cr£rT£xa(J£xaT>;s.
32 CATAF,OGUr: DU MUSKt: DU CAIIÎi:.

[6700r.] xa( ai;[T);?


J
crnov fi£T/5wr fxoSiw Berrl} aprixêoLS ^ohxn,
em TCO [rauraj A^ouTa(?)] cîe twj' auTwj' rufii^t^^M' k£ lyv £vy£V£a\la\

ayrov i'U,a(pj;>' avTOvpyetv xixt (piXox\ixJk£tv xai jSêAtjovj' xai vt:fXt-T6'[at |,

lo') xat xapTTovrrOa.: CLVïrj\t$ t);>' £/3a)'[or(?) tou] -aposipvfJ^^i'ov fx£prjv5 tov av-
^[w xt]
VfjLaTWJ' -îTTa a . . . toi» -apoi otov kolO £xarT]ov evtavTOv

a[7ro y£]j');[fiaTWJ>] tvs <tvv ©îo) 'a£VT£X(xn£xa.T)i5 ivSixj xai auTJ/s


eiTi Tw waTt/îa? xat 'îicîoj'aj avrovs ra.

eiixv xaO [sxaalov^ £viavT(t.iv, £tti to ou . . 'jtto à


1 Kl . . .£i.oi(7a ['''*'*] ot^i"'/» '^^'' ^^î'i' •W£i'T£«eTe;<aT7;i>

iV'î»x| xat avTïjs £tii tov rJn)vv£xxvv yijpovov, £(d w z£ tx t£ Ao) a


eSvœv rspoT£V£y6£VTa ra t£ Xoya. TSpoixo? . . . ç
eivai TSOLpa iw olvtv rufti^ta' xat tj; avrou wa^ii xat 'îrj

XOp£VfJi£V(X TOI? î'OfXOJS. K) y£J'£TO £^£tOS XaJ £VT1}X.'>I^

Il 5 ya.[i.05 OVTOS £m ££tOT01' T£ yjpOVOV ^l'X[L£lV XCLl fX.£T £VI'Ofaî

crui'ojci'i' ixXXoiXoi xa.1 t£XJ'6U' x\i)Bvvct.i auTOu? trraTcpaj ?(?)].

E^îa>^£r' T£ xat tui'1');/3);t£1' tv? \i.£pa.<Tiv £7r£a-0aj tj; 'îcia Siara^i ,

TJ; 'TS£piX(xvixv Tvyypix(pv cfi-'PovyiO £11701 ovtos, os £i rr£vë\ai\

V, OVV pCLTlV . XCLl fJl£ y£î'£TO, TSpOT£X£VXaV TOV OLvSpOS TtJ Vr/fX-i^};'', •nT£^['xM'

120 fX.£ U7ro[l']T(iM' [r; Xat| £[l'0? CT£]'-5[oï UTTO |tOî, [fut T'j'
I
TOV CLV^pCL TT^pO T)/î

[t]£[X£ut>;s("^)| £''

I
rJfixraM' ^e jx); wvtov >/ xai £»'ovî tcXJ'ov fjiot ovt| oî |
, £tïi ^0 tw

Liffiie ;oy. Sea1^ = ^£a-lij.

Ligue I o3. Tuv avT(ov vuyLÇ)i<i'v : noiir tov avrov r'Vfitptov. — i\.s = >iSLi.

Ligne loO. Otov: avTOv OU avTwi'.

Ligue 111. AitjwexKtiv : Sitjvsxrj.

Ligne ii-j. Tlpo7'evey'^6£vTa = i!rpoaeve)(9svTtx.


Ligue 1 i II. Atv>iopsvfi£va = Sirryopev^ieva.. — Ve.v£TO : poiii" ysvono. — Eteioî^ ata-ioi.

E,VTri)(^VS = £VTV)^J1S.
Ligue 11 5. Etti eeioTov ts y^povov : ce jjallnialias caclu' iieiil-cire rexprcssion etti

atuvtov Te y^povov. — ^iay.siv = StaniEvstv.


Ligue 1 lO. "^vvêtcov = uvixëtMv. — AXkotXot = aAXtiXot.
Ligue I 1 y. ^Siui^ev : pour eSo^ev. — 'EvwvprjTsv : sans doute pour (Tvvtipeaev. — T>;s

fiepoLcriv = Tots fjLspsa-tv f? aux parties contractantes". — A£<a SiaTot^i = Bsia StaTa^st.
Ligue 1 18. Uepuavtxtj : lapsus pour zrepixavovixti[':)- — EfiÇiovriOsia-ot : ])our sfif^wr»;-

ôeiertj. — La suite doit se lire : ovtcû?, ou s: av^iêait^.

Ligue I 1
[). Me jeveTO = f/>;
yevoiTO. — ïïpoTs'ksvxav = zrpoTsXevTàv. — Ti; : pour tijv.

— TleScvv : pour zjatàcov.

Ligue 7 30. Me = f/ei' (?). Comparer cette ligue aux lignes 129, l'j" et i-M).

Ligne 1 'l'i. D.vTOv = ovTei>v. — Kvous = svoi. — Moi : poiu'fi);. — Etti So tw = stti t^otov.
PAI'VRUS BYZANTINS. 33

ccvSpcL a7rox[£,o]Tai'a[{] fioca [alr-î^a [*")700f>|

eia . . aSioLOsTrj si; aoc

ia5 To fîe ICTCa) XCLl OpLOlO Tp(t)TTV sêoO^SV OfXOJ&S, ^'S £1 (T£(7£lJ.ëa.n} W5
SIS G£vSon)j tw \av8pi (?)] . . .7r£t 73po -reXeyTî; t);[? J'Ufi]

<^j;s, T5£<îa'[i'] fi£f uTTorTwv >7 xa« ero? zseSws y/novros, £iïi to t};!» yej'[e]xa
a.TToy£p7<xv£ OLTravra Ta erîj'a xat waj'Ta Ta £TTiSiSo^£va ev
op\(x\ }/afxatj', TdxXo)!' Te fx)/ o^t/uu' )/ xai svos TCLixvrjv p; wj'tos,
1 3o £7rt Ta' T);i' vvii.(pvv a7roxe[^]Tavat a-ncLincL toi. tw (xvtvs avSpi otX£j[a].
Kat Tai/T);r oyLoXoyi o a[u]TOt/s (sîc) vvfx<ptios £X£iv . .ai' x
xat. jfxay.xat S-a. .£n/ «a[T]>/xo9J' xa[j] S-aA7r£tr xat Tp£<p£iv xai jfxaTJ
[^]etv aurr;»/ xaT a^siav [t]);s TUpoixos olvtvs xoh ti}s oixioa . . t)/s

xat fX)/ xa[xoi;];i(^ei[i' avT)/î'(?) £v ou]^tvet ^vSe^êpia-)(^£iv ocvTijv £i? afx^iia.

i35 p;rΣ £IS TSpOTO'nWV, fi.1}S£ £^o6£lV a.VT))r> TOV . .n£V£ fl};«Î£

£fhpav [y]£[)']£xar [);(?)] -waXXaxtTa £TTi(TVVTa.[Tl^iv to


Crui'£[l]TO'-ÎOS. OfXoXoyi fh V [wj/30£»/2)/fX^ £Vy£V£c/]aT7) vv(x<pn liiXTOiip[lVn
I

(/l£py£iv TO 'Tyj'r£X£T{6i> xai (îja •crat'TiWf tSiaiv avTj;? aTr


ev aTTOLCTlV, Xai OlXOVp£lV CLVTOIS . . (jô V XXI TOûV OIXOV XOlB . 3;î' SlOL

TO . . .

l'io 'W/3aT^£[it'J . . f^i-^a. T);> Toy avSpos yvw\i)]s , aXkoL tscLvxa Ta ai');xorT[a]
ywyioL xai £\)y£V£i [yafjLSTV 'nT/9aT7£H'(?)]. . . .xsi £M'. £is auToi' xaTa
TOUff

l'Ofxou?. Kat W/QO? ao-i^aXetai' £xa.T£pov ii£povs -a . . . .e o -w/30 . .

. oy . .

. . . X . . e» -craj'TS? xat . . .

AXo)

Ai^'/ie 1 'j3. AiTOKepToivai , comme plus bas a-noyepTave (1. i 28) : pour anoxapSavcxi.
Ijjjnc 1 nij. Tw ^e la-M xat o^otco TpoTTco eSo^ev oyLOtivs. — E( asaeiiëaiti : ei aiifi^anu

Lifriic iny. IleJÎDï = -aixiSos. —


liitovros = vttovtos. — rsv\e\xa^yuvatxa.

Ligne 1 HQ. TexXcjv : pour Tsxvwvliy — Te = Ss. — TaiKvov = T£Hvov. — Lire ovtos.

Ligue i3â. El" ovStvsi{l^^ ev ovSsi'i. — Eêp<7;^e<r : pour uSpttj'^etv (= vëpi^stv).

Ijigiic {36. Lire sispav yvvaixa. — ïlaWaxna = -aaXXaxiSa. — Lire £itiavvxa.jleiv.


Ligne i3j. ^vvenoSos = avv£tSoTOs['!). Leclure douieuse.
Ligne i3S. ^uvvexs7iov = <Tvvoix£:Ttov.
67007. Fragment d'une requête adressée au due de Thcbaïde FI. Marianos par
le moine Maximin, du couvent de saint Jérémie à Antaiou. — f^on^j.

m. 3iA mill.. Iar{;. o m. AoS mlil. — Antinoé (?).

Même écriture ([ue les autres re(|uèles. — Il man([ue une ([uarantaine de lettres sur la

{jauclie, au déhul de cha([ue ligne.


Cntnl. (lu Mi(SL'r , irii-iioi. 5
34 CATALOGUE DU MUSIÎE DU CAIIU:.

RECTO.

[07007] . . . raé/stjAJtii) Q[eo\^vpv \K\wo1avTiw \ovh(xvv MapTvpiri) \0\a\va(n\w\


TCO e[j'(5'oç)] rrlpaTvl^}]

. . .eXeeJi'Ou] fx.or[a]^[o]i'TOs, xaTa(u.[ei']oi'TOS' £1' [tw] (^^[(Jco xon'oé'ta) [t5]


Al'TŒI

o<Ttw •cT[aT]|005 a[7r]a l£pj;[fi]t5 ev t);

. . . ](a)v [^eo-JTTOTj;? oixovixsvixos );fx<xi[i'] (3a[T](Xi;[u]5 t)/i' atTta[i'J vfxwv

['nr]/3[o]£tXaTO v\7Tep\(pviav

. . .]wv B-[smTi]^cci KOLT v[^iv\(TZv ap^eiv tv[v] vfx[eT]£/oai' £r[(5"]o[^) v]<pv\a.v

Tj; [ . .
] aat(x);[ . . . ]o . .

. . .T>;]j' a0[Xtaj'] &7]ëcti(t)V)(\w\p(x[v^ Siopdœ<7at a[uTvJ'' xai tôs Ta[tJT>;s oi\-


J£OT[as
j

xvTOpa.5 zspvvei[5 w] fiT^w

. . .TOUTO £7rta-7afXÊ]i'G? axpi.[êv5 TSpornii]n[iyjLyv \toi]s a.v£7ra<p[ois] 0"fx[iwi'

'ix]ve'Ti ....[.]. o[ ... . ]X(ifX£j'[&s]

. . . Ta' xaT £(X£ 'cr/3a]yfx[ajTJ [toiovtov £'^\ovti [r]ov rpoirov [ .


J
. 'Ta(xaX[ ...]?/

aTToX . . «a[T]a}'o[ . . .
] toi'

... 1 . a»' . . TaTo[v]s ...[... ]£i'Os . . o[ . . ]i' x . . trr|3ayj:xa[ . . . . ]£t -nro . . e^«
....[... ]0fXi

. . . ]ou fi[);r] aXXa xat . .6o[. . .


] . oroj .[.].... tô tsot . .os\ . ]<i>t' xaTa
[T]yx[v]" T>;i' £[fA( ?)]?;)'

. . .]£&)? Tr;s £fx[);(?)]? -waT[. . . .]ws £m[. ...].. . £T£{ fxa/2T[u/5]a x[aXai]

TOI' rSficnr 0f «lis a\//£U(îa's

. . .
] . £vo? TOJ' ex[ . . . . -wa/s £fAo[tj . . .
] . [Tslapacrxsiv vixep totô [xp/] ?'
J

V|S ou . .

, . .]xot;fA£i'v?xat [. . . .jfiti'^k). .[...].. [-cT(?)]£j'>/Ti Ma[(j t« £fx<o x. . . .

. tci> x[at(?)] auT);

. . .]xat TÔTor TOJ' [-nyo]Xunp;[Tor . . |. . . xxi trrafi'Tja Ta OJ'T[a] fxot ^i-

«5[o]î'aj

Hecto. — Lf'^Hcs 1 el a. Il m'a paru inulile de compléter ces deux premières lignes,

qu'il est facile de reconsliluer d'après les requêtes précédentes.

Ligne 2. To ^ : le chiffre a entièrement disparu : mais toutes ces requêtes, étant de

la même écriture, doivent être à peu près contemporaines, et par conséquent dater

toutes du second gouvernement de FI. Marianos.

Ligne 5. Kar^v^ivirev : apostrophe dans le ms.


Lipie 1 1 . Toi» SscTTT &v : tov SsjTtoTrit' Osov.

Ligne lù. Xp/ r ï^ = )(^pv(Tou vo\n7\iona ijî'.


PAPVHUS BYZANTINS. 37)

•"'"00
. . £\pixs a/9j[ ... Je x(x.pTO ....[. J ...); «a< Ta[ . . TSpos a. . .v êttj^ f
I
J

. J£7ro»;(TaTO jx[^ot fxeJTa iié'[/3]e&)s •


oôs»» ara5'x[aj'^'(?)]? îrf[/3]ocT[£]r5'/3aaoi'

[mpojs
. \s onœs £1 TSap^afrlai^v ^(iiv xa[TÊjXej;crat fxs x[atj £H§i}c[7j\a-ai (xe iVa
[t]oi'

. |sT);?i/fx.eTe/3a[s e]r^o^ô tptA[ar]0/3W7ro(5 'nT[/30s TJor Ssair" (dv ï'}i£T[vp\io[v\


. TOis vul]wv '/i'xpi^xa-\6]ot.i r£}ivois [ . . . a]vip;0);)'at [ . . .
] tôtois £v eXetf

xat [oi]xT£(/5(X
. \opô(Tiv yoLp \oi £(]/3)/fx.a) ].]..[... Jxo» G^£t[A . .
] TOI' v(XÊTe/5[o ]«' Xoy[o»'J

. l^apirrl^o \v v/fi] . .
|
KaTa'î[ . . ]pr/[
J
rr . . tclv\ • . .
j fi>'[ .].... ecor

Ti'i^ wav£t;ip)/fi£.

VKIiSO.

Pircc (le vingt-neuf vers pres([ue enlièremenl illisible. Les froUemenls ont fait dispa-

raître la couclic superficielle du papyrus; il eût été inutile de reproduire ici les

([uelques letlres encore discernables. On voit toutefois (pie le morceau a été écrit par

le même auteur dont nous trouverons les œuvr^'s sur un certain nombre des

papyrus suivants, car on peut reconnaître ces deux vers, qu'il ne s'est pas fait

faute de répéter ailleurs :

(iii) [EfxnXios £5 wXooj' vXdov a]fXîT/37;TC«)J' apsTawr


(Cf. Il" 670.55, verso, I. i5.)

et :

(19) \^\VV T£X££fT'Tl ipjXo(['Tf]j' aj'aXXoa^ÊJ'JoiS £Vl ot[x«(?)]


(Un liL'iiiisliclie analogue au 11° Gyoôô, verso, I. 3o.)

BiBL. : Journal d'eiilrcc ilu Musée, n" /10751

67008. Requête adressée au duc de Tliébaïde FI. Marianos parlschyrion, gendre


d'y\pollùs, |)rùlocùmète du village d'Aphrodllô. La teneur du document
est perdue, la formule du début étant seule conservée. — Lonp;.

o m.. i35 mill., larg. o m. 3oo niill. — Antlnoé(?).

Même écriture que celle des StS(x^>iaXtai précédentes. — La fin manque.

[tI>XaJui(it Tpioi.\Sio) Mxpixvyxi Miy^xvhv VoLëpiiiXifA) K(t^vf/l[<x\vTivct) Qso^wpw


lMa/2T[uJ/5 iouXtaw
3G CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
I
[0700S] [A0aj^a](Ttw tco [eviîoloTjJ o^/jarv^X/j ai: U7i-a7w[?'| kcli vÇ^ver/]} TmxTptKKt)

7;spaLi(pzxT0\) lovc/livov

— T
\rhvxi xai\avyovo-^1ixXi(A} tjjs Oj);é'at«i)i' [;i^]&'/3aç to j3/|"['-ÎJ<a tov evr^o^f xai
T ? ..

«aveui^Vfxo TlpaTvX^ <I>Aj louAtarov.

.'i 4» [AeJ);T(s f
ïx£Tt['x\ -a j \rTy(yp\i\rxn'os tov yapt-

ëpOV A7roXX(i>[T]o[5j TSpWTOXW

h)r/]pix7]5 £<p[oS]ov >;fxe/3aja[s]

(•)
[x^ a7£/2r;0]et'TO? a[A]oy(W? ^[

7 [EuÊ/5yÊT]}/fjLa [jXsyjirVoi'] 73poxei[T\a,i rsxm toj[?] a/îtxouixei'Ofs ?; tv? \Jawv


'Wai'£[v(p]vfjt.ou

[v7re/5(pui"Jas ex'îftxia •
xai tJouto au[Tjo axpiêws smirrla^Lsvos ispomYi tois sv-

[i)(i>£Ti ,^ SiS<x[>Txa)v To] xolt' Êfxe zspayiia ev iovtois tyov >i> ^iSacrxw to virep-
Xafxrrpov
Vfx]ci)l>

10 [U\//os coj.]7ro[ ] ^iixpivcLy)jv xcti TSopOvyiv T);j' y£va.u.£jn)v xol-zcl ts

TÔ e[fA]ô rsevOepov

] To[ ]aTw[. . .\ixypw xcci sv nj o[ixia[1) (x\vTâ sv


[

T>l £t/3>;fx[£r)/ . . . .]aT£.

Ligne 3. UavEu(ptj(iov : ligature du <p el de !'>;.

Ligne 4. TlpcûTOxùj = apùrTox'jj(jLriTOv.

Ligne 5. AvaipvOsvTOs : pour avaipeOeiTOs.


Ijgne j. ^eyialov : reslilulion d'après le n* 67006, recto, 1. q.

Ligne 8. Tlpoa't'fit : iotacisme pour -apcaeifii.


Ligne fj.
K(xt' £/!/£: apostrophe dans le ms.

BiBL. : Jvunml d'entrée du Musée , n° ^1075'J.

67009. Brouillon de requête (?) au duc de Tliéhaïde. Los Iial)itan(s d'Anlaio-

polis se plaignent d'un certain Florentios, stratège. Une première fois

il a étoulTé leurs plaintes; ils se d»3cident donc à instruire de nouveau


le duc de ses exactions. Le recto et le verso ont été utilisés. — Long.
m. 9 6?> mill., larg. om. 9Jih mill. — Antaiopolisou plutôt Antinoé.

Ecriture analogue à celle des rerjuètes précédentes. — Très incomplet : le papyrus est

brisé à partir de la ligne 23. Eu partie rongé par les insectes.


PAPyP.US BYZANTINS. 37

f-
11 B-eiCL TSpovoia. xai o <pCko'/jn.rflo? j/fxwr jSacrjXeu? tv s^oxI*^] [07009]

TaT);[r i/fxeTe/sai'] (piXavdputniav are f^côpo[v t)/] -nrai'TaôXja


£;^api|aTO [aux]);!' &)[s]

0)/é'aiooi' X.'^/îa (S-e(T7r((T[ . . . .


j? );^[(W(Ter] a.p-^£iv xai

avac/leiXai ra 7;rrtx|/3a] ©)/é'atai[î' a]fî{x>;fi.[aTa •


xat t5]to fiaôovTes

ev jovTOis £yj)v. T); yap rspwT)] [};jx]wv £<(7û[^(i) a(x\pa to <poé'e/2o[i'J

VfltOl'

TO uvl^os ou«' £VTTopv(TCtiJ.£v £^£Œsiv T)/j' -nre|0J7reTe(av

-»....[.... ]x[aT]a ^Xwpsvriov -vov xaôoaiui^ r/lp'^l -apayi^)

xai 10. TSap £X£ivà a<piXTa. fhSpaxoTa j/fxii' x[a]xa xai

X) 11} aTi£pi(TlctiM X} )(^tip£oviTCL }/fx&)[i'] •wai'Ta[0A<a] -cfoAet Aviaiov.


£vS[ . . .
.
]ol

\.Tt£Tlo[t.i(Taio yap vfxas o .


|
. . .]?, ) io[v J
Vfxwv

Xoyov cn:£xX£i£v, oiov a Txara rvxii trreTTOfî/xev tovs


TO

ai^o .
[
yô6£yyos lov );Xtû •
Sicc iô TOis euTeXecrt

Toviois xoLi TSpoa-xvvovai ypapLfxaat at/0<? (XTiixyy£XXovT£s

£yipvcroi,^e6a ,
^ovXo^£vot iv[v utts/oi^u); (?) v/x]«r (^(Aai{0/2W7rtai']

•warTa e{<îem{ Ta xaO j/fxas. [At'5'JacrMo[pi.£j' ou)'(?)] TOti^w

T)/!» 0"[7re/3(^u]j/ i/fiwi^ £^ov(Tia.v œs £v lois Tnpooiy.iois r[vs]

£is 171V [j/JfAwr zsoXiv (XV1Ù £iTi'h}ix.ias ,


§ix[a\piô ovios

[tw (?)])' £1' T); aoX£i aypcx[p]£[v]ovion', o r/lpl iwv y£vva.iw ^xvB\wv\

rrvv . . .V i\ov5\ aXnvpiovs '^ap[a]xvvov[s J

QeaTtia. ... Le mot, presque invisible, a été eiïacé en mouillant le papyrus.


Ligue :>.

Llintc 6. UpoSvpOfievot : lapsus pour -aapoSvpofievoi.


Ligue 7. E<(7o[^(i)]: douteux, mais je crois reconnaître les traces de l'o. Le sens en tout

cas est certainement celui qu'exprime ce mot.

Ligne 10. Ka^oo-iw a1p/=Ka9u<Tia>yL£vov alpartiXaTijv. — Upay^J ^ = 'apayixaT . . . .(?).

Ligne 1 u. K^ pour xa« : répété par inadvertance. — Xripzovaa : pour xvp^ijovaa.

Ligne i3. j = noLi,

Ligue '2 1.0 a1p/ =o alpaTulairn ou a1par>iyos. — TewatZ -= yevvatofcnuv.

Li'nie 2'2. Le scrilj(; avait d'abord écrit tous ^apaKi^vovs, puis il a tout mis au génitif.

'''
\\xy : lecliirc «Imilcuso. On })i)un;iil voir aussi to/.
38 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIP.E.

VKIlSf).

I
07001» I

r ] T)/s [eivîjo^ou ufiwi' £TTiS[y)ii\iOL5 are 'h; . . .

] ws avoLc/l eiXoLi TSav aSixov x} •war Tsovijpov


I

avarpsipOLi , iya.pv\t-^^' oiov oi tots ovces sv tw K^'[v\

exSsypfJ.£voi tj/J' tô Xû TSixpocnixv , xai epi.en'afX£[)'] x[aT]£X£};ô);j'a[t ]

5 £-n£i j; [ ] . v^v TOJ' fA .


î' . TV .

T . . . T0([ ] SsVTSpOl XCLl TtfXI

£X TOJ' fX.£l' ... [ I

IV (T(i}fJ.

-^vaiv .... X)/a7«[ . . . ]i' a® aM' £'niëixXiv

10 aviyovmv vfAS/OJWj» xat Ta? ap^jfrOv^j tou [fî);]fiOTtô irra/3a to TSpovoiito


avTos 'bXwpevTWS x) ot toutou Tsapcfioiot ifT^f^urrav

xat Savialv? TSOLtnwv tco!' eavTWj' xa.Taxvpi£V£C' ^la rm' £''o[ . . .


|

h..v '_
_
Tou XP'^'^i X j^ -ir ^/ ot . }'(/ ^ . . . ijS . { aXXaî <t. .ly. .
J'^*/"^
]vOli. . .

fh)j Kl o\ ] (T } TOIS XTVTOpfTl TOI? Cl.0hoi5 X} £1? }' fx[o \vOt. (7-)(^£^0V

ovaiv ,M

j! av(xXirrx[£i) wai'Ta Ta auTÔ )'£i'[}/fX)(;)J £x tôtô j/u[. . . .rs]po(T6v £i?

TOU zrpoaloiTOL 8ai'î[. . .]

iT) (h)ixrj(na \x\a.i (?) aiTOXpiv£T0(.i et? tvi' [T);XtJxauT[i;i'("') j


to . . . .t);

rap '

a£T/5[6i'] xaO£r/lvx£v x^ ctw^poL-nv [);| X'^'/"^


«[ai'TS jX-i»?. K) touto

-ît/îacrxatfxei' tj/î- Ufxcit}. £î'^o[ç(] (piXarOpamiav &'[? t]vj' aXnvpj

BXsfiuiwi' ^ap§apwv £ni twj- -waXai vacx'j' yoj'swi' wa/^aXaélovTCi'r |

o _
[t);j' j/fiSTepaj' -cToXtJr xat TSpBvr^Ci-vrwv detra»?, ot;;^£Tt aTTO Tii'i' ipovw
20 ex£ti'[a']i' 7; aOXta trroXt? xai ?/ TauT);? ["-w l£/3t7r/2axTO/5ta | j
otidj' auT)/?

. . ffi'l' [ J
• • • •
I .1

Verso. — Ugnv S. Un espace laissé vide, ou un mol clïacr volontairement, après A^rj.
fÀ^iw t I. Kanaxvpieveiv : très douteux.

Ligne it>. Très douteuse.


Ligue 1 3. Au/ Ç/ : lecture douteuse , = Stifioaiv 'i^y^jj (?).

Ligne là. r = vof/to-fjtara. — krakiaK . . : la désinence ei a été corrij;ée en ov^iv.

Ijgnc 16. AvjiTpa-rrtj : très douteux, pour av^rpomv (?)•

Ligue ij. AXiTtjp/ = aXtTtjptcov.

Ligne if). Xpovû \wuv xpofw.: Cf. n" 07003,1. A : \xova.y^. Le passage, (|Uoi([uc mutilé,

garde un certain intérêt historique. Le sens général donne: «notre ville (Anlaio-

polis) a été autrefois, du temps de nos ancêtres, dévastée par les Blenimyes, et ne

s'en est jamais relevée.


Ligne ao. IlepnTpaxTopja «le canton (?)'i.
PAPYRUS BYZANTINS. 39

£X70T£ yap Ta (Sao-jAixa vfAwv [x]) Sr)^o>yi(x XÔTp[(x. . [i^yiala. [67009]


}

r ]£v[ . . . ])/? rhvpo £(fli Ss rvv -apiêaTiov XovTpov ev tj; TSoXéi,

o eipvf^ <I>X[wpe]i'Ti[os],

a:, eicreêi) copas tj;»' zsrAiv vt:ohXiv\ ]wt>/î' -rouf ]ews ots Aou

[....] fxcTa xos }'£ .


[ ] «îe
[ ] eXcuTOtTO

a7r);effx.eî'(?) x) );(X£ts XovecrOixi Q-eXo]^^£v . .] ec a7i-£X[ J


ava^eis fxtas

eu<T);fjt.£j[asJ zsoLvvyvpiKv? ayias y^jispas, xai o\nos ovx' [w^xvriaev elOeiv


r 1 Tou X} Tas a.iaOj)TOL5 j/ftwi' xaTa(Tafxjv0£u<T[at]

3o vroi xoXvixênevaai , xai a.T/ijiJ.ovyjfTai y^ixas eiri Ta ïSia, ^a.Si^ovr[as].

Venso. — Ligiic ii3. U piëar lov. \iOuv -a piSaTOv [privalum).

Ligne tiâ. Noyfxicir : ^mur vouii^toov.

Ligne k-Ki)£iyiev : lecture doulciise.


9.J.
Ligne an. AiaôtjTas : pour eaôiiTas. — KaTaaafjuvOevaai : cf. le mol acraixivOos.

Ligne 3o. KoXvixënsvaai : verbe flérivé de la forme xoXuf/fow.

Bini,. : Journal d'eiiliée du Musée, u" 'io-5

67010. Fragment de requête au duc do Thcbaïde. — Long, o ni. 3oo nilll.,

lar^j. o m. oyf) niill. — Anlinoé(?).

Très incomplel; il ne reste que les premières lettres de chaque ligne; il manque aussi

deux ou trois lignes à la partie inférieure. — Écriture cursive, mais soignde, sem-

blable à celle des n°' Gyooa-G'yooi).

r- a>A[

EvspysTij^a p\
TOIVVV T0U[

5 ^OvXoiJ.£V05 t[

aapa. t?;? 'T£ju,[

lioaxopov iouXftavou (?)


}/v 0^ xai 01 S-[

0};6'a»'DJ' •/_wp(xv\

10 £»' airoLcri xoli croX[


avSpos Bsoipi'X^er/laTCiv

OLTio^ocriv ex TrfX);[/30Uj (?)

TJ/S 7Vl'Ta<&7r(3XtTw[l'

Airjrrxopô TOV )a[fi7r/30TaTûu(?)

Ligne 8. 0s = Qeos.
40 CATALOGUE DU MUSI'.E DU CAIHE.

[G7010] ,5 TsaXiv 10 trroT);/o[

fie sj? ravira o a .


[

a(^s»X[o]i'ro f5'exa[

xat T»7[s] efi);? ai'a?[<a>

ao vrot [t]oi' om'OJ' r[


(Sa'TiX£[«]oj' xat oixo\i>
ÏHIXVCi}? eXrS[

. e . . . . >;s r£[

25 ro[

Siiscri[tlion au verso :

•f-
^£v<Tis xa» ixe[o-(a] •w"^ [A]7r[oJAX[«t'ro?] eXtii'[oTaTGV

aTTO rou

Suscriptioii. AttoXXwtos : resliliilion (loulcusc. — EXei'i'OTaTot; : pour eXesïvoTaTOv.


Cf. n° G7009, en-lêlc, i. a.

BiBL. : Jijuntal d'entrée du Musée, 11° '107^/1.

67011. Fragment d'une requête au duc de Tliéhaïde. — Long. m. 070 mill.,

larg. m. o55niill. — Anlinoé(?).

Papyrus épais; grosse écriture cursive très soignée, pareille à celle des re(piêles pré-

cédentes et probablement de la même main.

(^l)mapoi. Tv\v j3<ajvs[

]sfi.or oixo^v
]xaT[a t]ov i^[

BinL. : Journal d'entrée du Musée , n" /io7r)ri.


PAPYRUS BYZANTINS. 'il

67012. Fragment d'une requête au duc du Tliohaïde. — Loup, o m. oBa mill.,

lai'j;-. m. oGG mill. — Antinoé (?).

Papyrus et écriture identiques.

XOLl (3 .
]
[

TOV
|ajT);Tat> t.[

BlUL. : Journal d'cnlrce du Musée, il" ioySC).

67013. Fragment d'une requête au duc de Tliébaïde. — Lon^r. o m. 070 mill.,

larj;. om. 0()5 mill. — Antinoé (?).

Papyrus jaune; écriture ideuticpie à celle des numéros précédents. (Fait peut-être

partie de la même pièce cpic le n" 6701 G.)

\9i)xwi VTio t[o]î'[

Joufigra T); êtt. . .


.[

xcti ovTOî o\j|


Jj;>

1. . . . rav fTvvSi[xo.'iv

J
ax. . decrll

BiDL. : Journal d'entrée du Musée, n" /loyS

67014. Fragment d'une requête au duc de Tliébaïde. — Lon^j. m. t 1 ;> mi


111

larj',. o m. 090 mill. — Antinoé (?).

mince conservé en deux morceaux écriture plus étroite, mais analogue.


Papyrus brun et , ;

]*^''^[

] 01 rh\ . . .\v ya[

Ja yctp t[ . . .
J
a •cr/9w[

5 Ta7'u]a{0£t T); . . . . JaTOS t>;s[


I

t])/s A^poS\nv5] xrx)iiV5 -wj

]or xat [ . . . ]o5 (3ibu zs[

t]ou 'ÎLrojfX£i'[os . .
j
auTOu t|

\0V Ta T)/l' [. . . . |v oixtccv.[

Biiir,. : Journid d'cnlrce du Musée, n" /u>7r)8.

Calnl. du Mutée, n" (170111.


Ù2 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAII'.E.

67015. Fragment d'une requête au duc île Tliol)aïde(?). — Lonj». o m. oGo inill.,

larg. o m. oqo niill. — Anlinoé(?).

Papyrus jaune clair; l'crilure analogue à celle des premiers numéros. Fragment de
l'en-lêle et de la première ligne. La recpiêle dont ce morceau faisait partie ne parait
pas porter la titulature de FI. Marianos (c'est peut-être celle d'un ecclésiastique).

euji^j/fAitTaj zv aTrlaTj. . .

Fnijjmi'iil <le suscriplion illisilile au verso.

lîiBi.. : Journal d'cnlrée du Musée, n" ioy.ïi).

67016. Fragment d'une requête au duc de Tliél)aïde. — Long, o m. i4o mill.,


larg. ni. i3o mill. — Antinoé(?).

Papyrus plus épais, et d'un jauni' plus clair que les deux précédents. Même écriture.

11 reste la longueur de cinq lignes, (pii étaient la fin d'une requête : la partie infé-

rieure du papyrus est restée inutilisée sur un espace de six lignes.

1
^^-
\va. . . vv 'cna.p . .arr . . .
[

J?'
-woAAvi' |3A[a]é'>;r x[a:

tJoJ' TGV £(/3>;fX£l'5[

. ak\oTpio\v'T\Oa.i t)/s[
I

BiBi.. : Jounud d'cnti ce (lu Musée , n" ^0700.

67017. Fragment d'une requête au duc do Théliaïdo. — Long, o m. i3o mill.,


larg. o m. 060 mill. — Antinoé(?).

Papyrus très mince, brun foncé. Ecriture cursive, moins grosse et moins soignée que
celle des numéros précédents. Le scribe n'est évidemment pas le même. Ce fragment
doit se placer au début d'une requête, et contient encore une partie de l'en-têtc.

(?) Ya€pi7j]^i(»} (rie[oSwpu) (?)

craTjoJixtat fJovx\i xoli avyrjvr/laCkiw ....

Ligne 1. Le duc, ici, paraît bien être de nouveau FI. Marianos.

Ligne 2. Noter l'omission des mots crpaiÇsxTou lova-livov entre les titres aaTf/i>tioj et

Sovxi.
l'AlM ISUS nVZAMI.NS. /i3

X\sX£tnloi,i
I

r.
I
xaxou/9|yos (?)

].Soi>\

BiBL. : Journal d'eiitrce du Musée, ii" ^lO/Gi.

67018. Fragment de requête adressée au duc de Tliél)aï(le(?). — Loiijj.

o m. o85 niill., larg. o ni. i5o mill. — Antinoé (?).

Écriture analogue à celle' des fragments précédents.

IlECTd.

Grallé el illisible.

VKUSO.

Ai'Jtu'Oô [

JTa e[ . • • • ]'-«'5 ... £T [

fXt . [t]£ Xai TSOLVT . .


I [

J
. . . apostpn^^ oc qS[

. . . a7raa-);s a[y]r'&.ifAOfT[ui'j;]? xat[


J

67019, Requête (?) en majeure partie illisible, relative à un nommé Sebaslianos.


— Long, o m. 710 mill., lar{>. m. .3o6 mill. — Anlinoé(?).

Date : cuire 568 et 55 1.

Grande écriture droite et régulière analogue à celle des requêtes précédentes. — Le


début manque, ayant été coiq)é pur celui (|ui utdisa le verso : le recto semble avou'

été intentionnellement effacé.

y\u verso, brouillon d'une supplicpie adressée à l'emperein- Justinien, par un liabitaul
d'Apbroditô, parlant au nom de son village. Il réclame le privilège d'aJTOTrpay/a,

accordé jadis à la xvfiv par rompereur Léon. — Gursive pencbée.

VEHSO.

A<ppo']nn
44 CATALOGUK DU MllSIÎE DU CAII'.E.

£\i\'7!poprj}v, p;^e7roT£ xÀ)/[/3'i)]0£t['Tja v/7r[o 'a\y.yoLpY_i>ivv eBovriOLv aizo yovswv


r> auT&'i' «at Tspoyovœv, ej(^orT^^'[j'| to apovo[i.iov auT['it]r avro ^cJo[uJ tuttov
Toy T};s S'etas Av^ew? Ae[o»'|T9?, £Tt ['k| xat tov vixeTcpov (^iXo\)(_\pic/lov
XpOLTQVS

fi[<t>t'] iff efovcrias i;

B'£iw S eXtii }) . . .f^ . T))5 aprirxis ^lOL^paixovn-i]? enive^


STti re 0£O'Ϋ/3)7t[ov] tov [t]a-;^v£i. QeoSrj^pvTOs rh o evfh^j -a/xpa.
Xoiëwv Tas . . .e.p.cr^ xoli 'nTa/3[a«]X);T£ts fx{[a|ç Xnpa.^ -/^plva-ovl^

S[i]eAu(Tet' (toii)touî

lo • • • [''^£]'5^^-t"<fi''
I J

. . . .7r. £ç[. . . .]£»'>;. «a rîJfio-Tron.'txoi'

Tj;s £yxX£Ous xat S-£t[as A]);^£a.)? fivj/fx/ ©iO^ii'paî tTr/îo (pa}'[£/30u x.]/'['^]''^*

XOLl p;(Σ[7r]o[T£] £1' UO-7£/5);a-j^[«.l] T«î' £U.)/. rhj^orriw y£VOLlX£v[oi , aAA]


£U)'»'&)fx&iw? xa£ TzXijpw^iXws TOvs £ . . . X . ua&u' (popovs £iaot.yovrrtv
Se iiiXiali

j5 a£t •nTOT[£] OJ £I'0(XOUJ'T£? aUTÎ/ (x. . . J//?)- TO 7S'k£l'7loV TW CtpOVpœV fTVVT£-


Xovacov

TV sipvfJ^s^'V [ajôAta Kuiai) rois vi^ (};)fiaî fî{a(^£^[ou]'Tn» £va}'£'TM' to S'£Ou


otxô

[.]...[ ] xa{[ £]Aa^ii' £ipvu.£V05 louAjai'O? tv £ipvu-£vvv

xcnfirtv

VV OUX £'7-)(£%> \. . .]0£TO Xat ZXp07X\JV0VV

T£fi};î' a
e

U£T [a] A [Ao] i^ [u] ou [?] i^j/^ou [aol^î'^'î xat |a]i^jrîai? avcnTpensi touî
fivotxowTas

/j^'r/ic fy'. AtcXvaev 70VTOVÎ : la première syllal)e di' tovtovî a été barrée.

Ligue 12. Théodora est morte en 5A8. D'autre part, le conlcnu de ce papyrus montre
([u'il est forcément antérieur an n" CiyoSa, daté de l'an 55 i.

Ligne 10. K. . .>7p: barré.

Ligne 1 G. Qsov (douteux) : pour S-siou. Il s'agit sans doute des biens faisant partie du

patrimoine impérial, opposés aux terres du village.


Lignr 1-. Sur ce Julien, pagarque d'Autaiopolis, cf. n"' HyoaA, 1. 3i, et O'yoGo, 1. 2.
rAPVnUS BYZANTINS. û5

eocr'e

fxaxp[as] T);s £!X'J7(An> ^ou/b vTroKsirrOai xoii cizixa'Xsiv [t|o[i'] ['>'?019]


20 £tii

•ETpO XXlpOV TOI'

( ^«^'O

To[vJ fî?;[fio]iT{ou Xfjyô' \rjB\i.v rs%\fj\<xxaLkovu.iv 10 (piXo-^çAolov xai ÇuXav-

QpWTlOV
£1 . [-CTJpai TOU ....
[XjOaTOî] u7r£/3 waj'Tas tov[s| [wJ/3vj/i' f3£ê'a'TtA([xoTas], et [•nTa]/2a'T7at[);]

3'£'T7r[t'Ta(]

^eëxiWTSpovs (xev etrat tous [»ptÀ&T]tfx,}/6er'Tas (xvtois tvtiovs xclto. tj;v êd auTOis
e<p};(M£j|[)7ii]

sf) -aepityoïicrniv^vvcLixiv, afx[a Tt] v [£:'T7r]t'Ta[{] xaj t>/i' xatp/[i'| t. . . .Ovvai ws


Ta TSpunoi
)ir . TET . . 'joSï . . . £)')? ( -zïrei'(^po[ .]....
X TJir auTijv SIS aP'jjpjjr[

Tov A|onroii]
eiVOL evpOVTtV (sîc) 01 £V(jIx[oJvVT£5 )!fTV)il[fjJ5 ^IWVCLl, XCLl eVX&Xw]» et<7i^e/2£t[j']

SI

Ta evaeëif v^wv TeXerr^aza., £[i"5]£[X]£[x,''ji']s 'îê: xoli anavrlwt VTrepev^aaOai


T)/s £v^«£{a? xai rîiafxovj;? [tô a>;]T7)7TOu ufxwf xparovs «îta -nravTOs -f-

^j]o-/i(' 20. Ett» tous : la suite est corupl^toment effacée, et remplacée par les mots ci-

dessus.
Liniic uO. Ktva : pour tva. — }iau)(^rjOi jSujovat , etc. : la lacune peut se rocnuslituer
aisément d'après le u" GyooQ (Ha de la page III).

lîiBi.. : Journal d'enlicc du jl/wsc'c, ii" /io832.

67020. Requête anonyme (brouillon?) adi'essée pi'obablement au pracses de


Thébaïde. Les plaignants ont été emprisonnés (pour n'avoir pas payé
rimpôt?) et demandent à être relaxés. — Long. m. a 20 mill., larg.

m. 3 1 5 mill. — Apbrodit()(?) (pi. XIII).

Ecritm'c assez soignée, imitée de l'ouciale, couvi'aul le rocio et le verso tlu papyrus.

L'orlliograplie et le st\le sont maladroits.

r.iiCTO.

-|- To yovixov })iJ.an> xcli £vSia.0èTOv xcti u.eyaXoiTpéTTes atfxa Sixa'.ocru

liiiCTO. — Ijjrnc 1. Hjiiiiv : corrijjé en i/f/wr.


46 r.ATAr.OGii' dl; Mi:si:i: di cAiitr;.

ot a
[|3JouXofxer(v)â tv/^iv Tnpnyopia.; tcim» eavTw ctf^ix)!ix(XT(A)v, tjjv ci(7v/j>]

f) ^Xîii^iv vTro<3£pova-iv. Evret oui', rhcnzoTO., fxsTa toi» fW[7r|oT^ Qeor, sus/syc-a,
. . .£1"

X} TGV l

s
Tspor/linct. Tsamis t)/> t-napy^ias, vi omo Aio> j^erous XeXa;)i^aT£ aifxa rai ah)6si

TSpos Trjv o^wvïiJ-iOLv Tfxiv asiiivvr/luiv xai (iiyaloTrpj vfxatr yo[)'|£(W)', TSapct-

e
xaX[o]vfX)
TOiyapovv «a|j| £t«eT£U0J'T£5 xat £1'0/2J'0î'T5[îJ xara tou aeraou B-rov t);>'

UfXWl' XafXTTp
OTTO A^poSiT);»
K»;
xat fisyaX'jTTpl SefnroTSioi., xa-:eXîv<T(xi To[ujs ^èQo)jj.£vrj\); nxi Syiixomcc <^vXol

10 Ojor ya^o aa.TSpes )7fx&M','nra)'T«»M' ti^'j' aTnpsr/itXTw eale 7savoiXTi'/iai,xiix})Xioi

Recïo. — fjigiif u. Je lis sSixtclw : la correction esl peu nelle. — Ast : la diplillioiijjue

e« est une correction; le mol primitif est illisible.

Ligne 3. Ettej : corrige en em. — • TijXjjxauTv? : pour TiilixavTiii. — Kvap^ias : cori'ijjt''

en evapy_eias.

Ligne â. HovXoiisvtjs : corrigé en ^ouXo^ievois. — L'a de tsapiiyoptaî a été rajouté

après coup. — kcTV)(jn ' lecture certaine; je n'ai pas trouvé de conjecture valable à

propos de ce mot.
Ligne 5. 0Xe«\|/n' : pour S-Xj\{/(r. — Le dernier mot est illisible.

Ligne G. Tsvovi: corrigé sur ysi'Oi. (Jette allusion païenne n'est conipn'diensible (|ue si

elle renferme un jeu de mots. Un calembour tout à lait pareil se remanpie dans un
autre papyrus do Kôm-Ichgaou i^Journ. entr., n" /io8/i'i, verso). Un poète anonyme
adresse ce vers au paganjue Kolloulbos, y?/.s d'Apa Dum : O cros tsartjp -aavkafi-jtpoi

ex ^10? -cssXei'. Le personnage à qui est adressée la présente supplitpie comptait


sans doute aussi un nommé Dios parmi ses ancêtres. .

Ligne j. OficouSfjiiav : corrigé successivement en o^iui'Ufitav et 0(j.vvyjiitixv. — Msya-


XoTTpl = iieyaXoTtpeTrsaloncov. — Tlapaxa'koviï' i = zsapa.xa.'krjvfisv

Ligne 8. EiixsjevovTes : iotacisme pour ixerevovres. — KvopyowTes , corrigé en x :

sur cette prononciation adoucie ilu x, cf. n° G700 1 , I. Vi : rov S-iov opyov; et plus

bas, ici même, 1. 1 7 et verso, 1. t. — AotfZTrp — Xotf/TrpoTaT»;!'.


Ligne fj. AsiTTTOTSia ^ sans v (.sic).

Ligne I 0. H(i(Di' : corrigé sur ufiuv, ([ni pourtant était sans doute la vraie leçon. —
Kitspealomojv : pour anepi^laTuv. — Wavoixiia-lai : pour •aavotXTi^lot. Le sens est

ici "plein de miséricorde 1' : cf. n" G700/1 , I. (). — KtfxtiXtot : poin- x£(/jti;Xio( , adjerlif

formé sur le mot xeif/jjXjoi» ; le In'snr, \q joijaii de léparcbie.


PAPYRUS BVZANTINS. 47

r 070201

SoT})pe5, ivcL (xy tj; lifxw avayx^wvTai ra aOlsianxTa avjwv Ttxra. Eiiav ycxp
crvix.Sv Ta> rssvvTi (tvtI olXvvoli tus x,^ipa7, aTrowAsteTai xat to a7ofia •
;cat -&/50?

£<^j;(Tj7' T)/î aXvOeivov vfj.œv Si(]aTxixXeiix;, ov xaÙ vnoTsXsis [Tvjy/^avovtJiv


aXAa fxoi'or ^eip'JTe-^voi lyy^^jxvovmv, xa,: ovx STepas zsoXtrcia.5 (rvyxenai et

'isa\pa\

r/JcLiv T« v\pc» vavv yvixiivaTTerjOvaav excLcTlos rco Ï'^icjj cnnvSevfXix^i , eiteiS^j

y j. X) -nraxTOTTOioi
(x)i'aip5{5 ;ca{ '/_aXxis xa: t£x~ov£î, xoli ovrîiv aAXo au70{> errliv tpyoytzipov ano
yovtuyv
xcLi TSpoyovwv, ti p.ij 70 T)}s roiOLV^yis t£x,"'/> to £7rjXT);jU.a •
avraç ow, 'han"},
70V SsovTa
\ri\v<Ppovii7[x.ov sireiy^aaiv, -rsoXXrxiv ySn yevcfxevwv y^epwv ev xaT^ipyaTixevi}.

VKllSO.

U(x.pcLKXsi(Tds Tj; ey.(^vTrj) vfjLrxtv ayan)/ fxera tcî' 0ôoi> yiiniOvvcLi

£is a.'JTOvs, xai rspoc/la^cii tovtov; anoXytrcti , TSpwTJV fxev Snx to


ufAwv xaj 8ia rvv a\jviyo\jaci.v avTOvs (xeyaXXvv
i\ivy_u)(^cXe?
T ...
lx£rpioi7vv)jv xtt! Tijv Twv t£XV(a)v (xvuiv arpopsuxv •
XvG-iTsXîs

Rkcto. — Ltipie 11. Sf/ETrlijropes : mot l'orge, pour B-psirlvpss. — Eua<p\ayx.>'Ot:


|)our euanXay^vot.

Ligne i 2. AoT);p£s : coi-rigé sur TOTyjpes. — AÔÀe/wTaTa : iolacisnie pour aOXtcojaTa.


fjifpic 1 3. Le sens est : «dès que le pauvre referme les mains (=se croise les bras, cesse

(le travailler), il doit fermer aussi la bouclie (il n'a rien pour se nourrir) «.

Ligne là. ripos eiStj^tv ^l^s . . . StSaaKaXstai : c'est un nouvel e\(Mnpli' du pathos
fréquemment employé dans ces requêtes. Le scribe veut dire simplement: repour
(pie vous soyez renseignés r. — Ou xaO vttotsXsis : lecture douteuse. Les suppliants
expliquent évidemment qu'ils ne sont pas riches (pas assez pour payer les impôts?),
mais qu'ils travaillent à des métiers manuels (;^£«poTe;^i'o<).

Lii>nK 2.5. Celte phrase obscure revient à dire: rtVous feriez bien de décider (([ue
chacun vaquera à ses occupations respectives)", etc. — Ovx. : (^sic) pour ou^.
Ligne 1 G. Tv(j.(ii'ao-3-e(70rt'a-av : pour yvfivaieaOoûuav. — 'E-nsi-DiSevyLO.Ti : iotacisme pour
£TitTrjSsu[j.art.

Ligne 1 j. KvaÇeti : le x a été barré et corrigé en un y. — UaKTonoioi : pour -CTaxTcu-

vonoioi.

Ligne i8. Le second to est superllu. — - A£a^i = SaTiiora.


Lignes i8-i(). Tov SsovTOL auÇipovtafiov eTtet)(a.atv, aie. : leur séjour en prison leur a
inspiré la sagesse (pii leur man(|uail(?).

Veuso. — Ligne i . UapaxXeia-ds pour aapa.KokeiaOe. — VivT)9nvat : corrigé en xiviiOiji'ai.

Ligne 3. MeyaXX)/!' : très douleu.x, pour \ieya\riv.

Ligne à. S.virx)v : t rajouté après coup.


68 CATALOCLK DU MISI'F, DU CAir.H.

[67020] 5 £Tnv xa.', Touro tv 'h/arjcriv X'jyv, ïvoi xxi exctTloî ja t);[sJ nyvs^
eiTOTTlI

XetrrjvpynixaTX £XTsXsa-(xs, xctipo\j xolXovvtos sni roi. nvinjOn y£U)pyi[oi.\


ASITll
£7rt yxp V (tVTV ycu^pytct t;;» s^ exoLc/lov auT&'j» (TW£X[ê]u<tcCi'>
TU ecrli {iiXialoi w
£1 xcti av£v aoB£v avTW tov mzopov Ç>iXoxaX£\i<T\6ix[i |.

M); ovv aiTOTvy^w tv» [-sTjal/îlaxAî/Tàr^'â xoli t)/s a(T);(T£ci>, tj/j» 'TooTvpt\av\

10 Twr (^jXTaT[wj'] xat ast . .

TS TOf -nrspt "CTav o rt our 77T[e^ia-]7roU'5'a['y7oi' r-i» Sau)^ epyov


TCiA(:x};/5o[i']

ToXfiiCi'TaTa (tv) ei'£ToXfX7;Ta fxei' ypoLipai ovx eXet&'v fjL?7Te ret . . .

aXXa xa6iX£T£^an> xcci (X^pop^as rovsvfxiv ai? irai^oi? rrv(prjT£poi5 (str)


£a£o6oi.i , fhmroTOi, £V£py£\T'xj j' mpor/la-zcL y

VEfiso. — [aitiic 5. Teyvsî : pour T£)(vris.

Liffiie j. Le mot eni , qui terminait la phrase, a él6 plusieurs fois corrigé,

ce (|ui l'a rendu illisible. Le mol Asnat, ajouté au-dessus do la ligne, commence lu

phrase suivante.
Ligne 12. Tvv : barré dans le ms.
fÀgiw i3. Lecture certaine; le sens est douteux.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, n" /loyCia.

67021. Requête présentée à un dignitaire ecclésiastique inconnu, de la part des

moines du couvent dePsine[)Oïs, molestés par le pagarque d'Antaiopolis,


Menas (cf. n" 6700'?). — fjonp;. o m. .Vi5 mill., larg. o m. .'i 1 mil!.

— Nome Antéopolile.

Date : vers Saa/SaS (couleiniioraiii <lu ii°C7oo2).

firosse écriture cursive, mais soignée (analogue à celle des deux dernières pages de
la requête d'Aphroditô, n° 6700-! ). — Le recto et le verso sont entièrement couverts
d'écriture. Autant (ju'on peut en juger malgré la mauvaise conservation du document,
le papyrus est complet, mais il est criblé de déciiirures, et sa surface complètement
usée en certains points.

iiEcro.

T[)/»' a.y<x\6in> Sia6£(Tiv xai 'apoa,tp£rriv apialin'


T);s ufX£Te/3a[ç] S-eoi^tXou? aytwTurj;? £7rto7afx.£j'o[t
|

axpiêœ;, t);j' aet £is ra evayso^ara toi; Beou o['Tta(?)|

('ji.[o>'a'T]7);/2ta oj'a'[ . ]'''7at . .


|
. . .
]
aX [ |

Ti a.yot.\OoL\. Aso [oui>(?) zxa.paxixX\ô(X£v j/rai

. . .0 .\ . . . ]£»'[ . .
] . . TO W> fAc)'aX0(s vixiv ov . Tv\ »']
l'AlMI'.US BVZANTl.NS. ^9

rexvwv Toy e. . .sj-r. .{^u' 'âTi'e[u]jxa[T]{ a [070-21

°!-''^^P
^7 u>raTOv a7r[a] ria;;(^[wfi]iGU (?) [t]ov

Ta xaÔ )/fx.a>, a)[sj eXesîj'os oj'ra» [ulfxwi' vïovs [tê]

xai cr/50o-«[ui'])/Tas. UovXoixsda [y]a/3 xat x,*^jO<s

'nr;5a}/fAaT[oJ? TrraTai' «a[6 £]«aT7};i' apopiitiv efX7rt7r[TÔa-ai'

['cy/30o-(?)]7/9ai^£n' î/fx[a]?, xat -crpocretTre»' t);j' upcLv xai (^jX?;»'

©eo) xei^aA);»', >;)' JsporjKviiovy.zv ao-Tra^opierùi


OfTOv oux' i'o-xuo-ct . . . [•w/5]o'T)'/5a\|/[a]i xat TsapaxaXôvTes
Unsia-eWeiv [tJo xa|0 î;]fxas -apctyii-y., xa.\i\ fx); a)^[e;)(^]£fT6[a{]

TO eua}'£s (xov ct.'iiKvBin'a.i Tsxpa. lM?;j'a tov Xa^np"!


(T}ipiv[i<x]piov KOLi Tsctyixpxô T);s Ai'Taiô. KexTJ/fxeÔa ya/5 . x
. . . Xa XTVfiaTi'îia £)• Ai^/îopijx)/ x . . e . . fx . . . . >/ jais
1"
^^P^[- • «^"Ta. .
.qx .p£'7x[. .
.]
I

xoLi s:yx\ . . . \ax)i(7CLVT£s , fx[j/] evpovTSs aiTOTaBaa-Oai , (xvt£


ifTvv ex[. . . j.TTon/a-at ^s.ëapv[[Lzv^f^. n[/3]o[s] rîs tovtojs

VliliSO.

[iraf; avJTOu T);i' crui'TffÀ[ei]aii

xa( CLTvcuTQM^iOx [tscLp) XT);fxaT&M' (poLvepcov xai cBœTil


\a\pOVprj)V TOV fJ.OV "^IVeiTOÏTOS wv oi

ïleT/xe Twv xw[fAa)]i' tou 3" Ar'TaîÔTro'^ xapnôvTai avsv £X<piw


[x)] Sjjfxoa-i(A)v xolB [sTJOb •
xsxixiikotss TuapixxaXovvTes
5 [ ] T&uTii'[v] expopia, yjyovv ap vfx[(A)v\

aiTOT p£\poi.i Tovs . . . .xœ a'îtx[ovs] x. . .

aTTOLiT ovin CCS T)]v fTvvT£\eta.7>- ùvx [e]SovX[7)dit ]

xai £TT£^7}Xd£i> -mpoi . . icov [tJv >£a)[|u.J)/ Ai^/ fiera rrlpaTiw xai

Hecto. — l.iipic j.'i. YlpocrypaÇieiv );{;tas : iolacisme pour i;(/as(?). L'accusatif i/f/âî sérail
employa ici par analogie avec le membre de plirase qui suit : zspocrsnceiv liiv . . .

KsÇiaXyfv. La restitution vytsis est impossible.


Liiriie i5. Ovk' : apostropbe dans le ms. Le mol ([ui suit 'iayyan paraît avoir été
volontairement effacé.
lA^plV l-J. Mov = fiOVlXvlvpiOV. KaiJLTlp"/ ^Aa(JL7TpO70l.TOV.

Verso. — Ligne t. Tlap : effacé dans le ms. — E^ojTi/=e^oDSia(7iisvcovV? — Le sens


paraît èlre : «on nous réclame l'impôt dû pour nos propriétés, et ce sont d'aulres

qui jouissent des revenus «.

Ltfpic .1. 3" = avTov. — AvTatoTto = AinatovTrolnov (fOfioy). — Ex(p<&) = e>c<popici)v.

Li/rnc 8. A(p/=AÇipoSnti. C'est moins une abréviation ([u'une sorte de monogranmie :

l'extrémité supérieure de la liasle du <p est recourbée en forme de p, et la barre oblique


qui coupe, l'extrémité inférieure est ornée à gauche d'un petit S. L'o est figuré par

la panse du (p. — 2TpaT<w : pour alpoLTicnix-ns.


Cillai, du Musée, u" G7001. 7
50 CATALOGUE DU MUSKK DU CAIltE.

[f)70-Jl] 'rs\ayavi]xy)s (1) |3oî;, v\s] Xsyovmv Ta(u|T)/[i'J eirpanevcrev xaOoL

,0 r . . SirjlHÔVTOS
I

eipv)iOT05, xai TOI' oixov avTOv 'aiTzopO)i[ievov viapa, t);s

enoacws tw ei[pvY^ xvpj I\b;i'a (3|o]>;^ e^ \mj §ixpë[(x\pw'^ > toi:w\v\,


A)
xoLnoi Tifv 'tsp\mt]vv «ai T»;[vj SevrepoLv xai T[/5ijT>;j' xaJTajê'o

Twv hjjxomei^v TS'xpei7yo\ii.\£da. avTwx'XX.. .t


i') Tut'aXAay?;? tov tsvpo? BspfjiOTepvs eSavirraixada.-
xai Ô1W5 ovx wxv)}(T£v avx-zpz^CLi Tov <)io\^L\xv\T\vy Vli-w
akoy'j}?. Ou TOUTO xcli \xovov vfxtv . . . mtev .ai

KOLi Tvv txa TV? [^<^(^'^pI{'^)]

avyjiirjs Sa/oaTraftfx^^'j'Os a^^ejfXaJTO tov rrnov tum'


[....] roi' t[.]is

2.) ex^l Twv XT);[(x]aTWi' );fA[«i)!'] , s^uiSiarroiTO (ivS^va. [tciU»]

TOTÊ ;(^[/3]e«<y7ouj'T'iM' •
ov iirjv aXXa xai ^[ajvspa •woXX[a] . . .

ctip repox
KOLI OTi^onXivOvv ^syaXvv xa^etvov a. . .oc ev

£15 oiHO'h T);s [a]}'t/ £xxA/ a-Tra |ll]£T/3CM'tô 'î<a to[vJto j/Ojt. . . .

aTi eé'ovXofi.^ '^M-L*^*] araypail'at vi» t. . .[t]o(otiu). . . .

. . . a^j[w]0); a-

Yriiso. — Ligne (j. '^oriO : abrévialion du mot ^otjOeias.

Ligne 1 1 . Otxov : évidemment pour otxov.

Lifrne 12. Lire siptjfJLSvù). — Kt/p/ = «up/w. — ?>otiO = (SoiiOeias ; douteux. — Bapfapîi)

= fSapëapudsvTCoi'.
Lipic i3. Kara€o = xarafoX»;»'.

Ligne lâ. ^tjnoaieicov : pour 3n^oawv[1). Lecture très douteuse; l'ai est tout ù luit

illisible, on voit seulement les traces d'une lettre, au-dessus de la syllabe eiv.

Ligue ùo. Eh(P/= ex(poptuv['l).

Ligne 23. O-nloTt'kwOoûv : des briques cnites. — Kecfxstvov : pour itvov.


xajxt

Ligne 34. OiKoSo =oixoSo^tyiatv. — Xji/ exxa/ = ayias naïas.


sxx'Xijc

liiDi.. : Journal d'entrée du Musée, u° /1076.3.

67022. Fragment de requête (?). Il est impossible de savoir à qui elle est

adressée, ni quel en esl au juste Tobjet. — Longueur (actuelle)

m. 370 mill., larg. o m. lof) niiU. — Antinoé (?).

Cursive soignée. Même type ([u'nux u"' G7002 et suiv. (mais non de la même main).
l'APVr.US BYZANTINS. 51

lŒCTO.

[67022]

a7r[oJ ti/2Ô [^Jata'TOs (?) [yj£a)[/3}'0v(?)]

ovr
E^pOifTKiV OTl }]vtxa.

xar' v)(d}) eis tj/v Ai'Tt[j'oouJ ....


5 j;f TOTS ayopaaas to [xT);fxa| t5
yjpvfJoyioTj xai taws
xey^pe(A}(/l7jxoT05

Tiai aypOLpzvovai T[a]

jxepr; Movvnloô
10 axv^owryi xijv n
£ T
TOU eipi/IX) X77)fJ.}

ÙkWpoBiœ £7r£^[j/X0£l']

Twr y^peojv tî/s air

svsxev, xcLi x(xx(xk\ci.§w\v

1 5 TJ;v kvtivoèwv };u/5[e'']

TSpecrêvTspl olito tj;s Av[xiwj'] ....


TV? ayt/ sxxXj TGV (xyij 0£[o<îci'/3ou ( ? ) ]

£1' Aî'TJl'OO crui'£.J £X

30 ex^7tTUv Xaêeiv
TSpOZkBeiV, £7r£fx[l/']£V

Mixzopa. OLTiijv

VERSO.

] -©/?[ ](?"£ii's[ . . .
I ]

[.]ovu'a(T 1
... I
avT[. . Tj;]'' £fxi^ar[. .
|

auTÔ iTTotî/crai jX£Ta tw!' (T7/2aT[fw]

TWJ' aTTO ]M5î'7r7oô x)[.] v/^j . .


.]

.^ T);^ £X£tî'};= TOVjrxIV [ . .


] t| . .
J

Uecto. — Ligne 2. OuTwî (?).

Ligne (j. MouvttIoô : c'est sans doule une hcôihj du nome Anléoi)olile(?).
Ligne 1 I . Tou eiptinsvou xTjjf/aTos.

/,(/!'»(? ] G. \.Txaku5 : ou avra A4)î(?) : voir la ligne i o (lu verso. Cf. le nom de femme aua
Au) (Lefebvre, Lgi/jiie clirclienne, n" 8 i A ; Ann. du Serv. des Anliq., t. X, p. Gi).

Ligne i8. Tjjs ayiae £xxÀ>)3-«as tou aytov


52 CATALOGUE DU MUSLK DU CAHilv.

pccrrev aa.px t5 Asjofx.) ^^jOUTOpdoôJ*

s^ij^iœOy} TSepi Ta fWΣ[xa]


1°'
exÊM'a. Aia eXeyei' B;xt[<.'/2J

lo v/Vo? ATraXrvTO? fx>? eTrcpwzYvTsv]^


AvpoOeov, xj enrsv £ma1ei[Xa.ij

Tj; \vxrx>v ù'î • "• £iiis r {jS £[^j;


|

TSpayixcL avyxsiv Kvpw £7r[ . .


|

i5 ov -aepi Kvpô •cravTcA'i'? ;(^[


. . .
|

a7r>;T)/T0 ot;Tt: £y(_piwfTl zi Ki;/5[osJ

aTïoOvvTXw X y_pvryiô.

VEnso. — Lijjnc j. S.syo(i^= Xeyo^ievov.


Ligne Q. îf= vofXicTfi.a.Ta. — Aia : pour (îjo(?).

Ligna 1 1 . Yaittev : le sujet est Actipofeoî.

Ligiw ij. A = 'knpav.


BiBi,. : Journal d'entrée du Musée, ii° ttojtjti.

67023. Début d'un contrat passé avec Flavios 1 lel lad ios, «/•('// /rttVc dans les bureaux
du duc de Tliéliaïde. Un certain Menas a été réduit par la misère à

engager la liberté de sa plus jeune fille, moyennant un nomisma; après


la mort de son père, la sœur aînée, Marthe, exerçant la profession de
marchande de salaisons, sollicite le secours (rilelladios pour racheter
la cadette, que son maître prétend garder. — Long, o m. lyS mill.,

larg. o ni. 280 mill. — Antinoé.

Dale : i5 mai 669.

Cursive ordinaire.

[•f BaTiAstas] xa[i u7ra]Tet[a? tov B-eiOTOijrov );[fxivi' «îeTTTOT&v]

[<I>]Xa[uib]u lovr/]ivQv to[u] aiwviô avydt/Jô a.VTQxp(nopos e[T]oi;[bJ

[rJeTa/STOU, tsou/JjJV sixa? , OLpyjti? Tpirrjs ïvSixj Ev kwi^j tsoX^J t>; XoLixirpcJ

^Aa[y]iw EXXa^tw tw AajXTrpoTaTw a-xpiviapion t)/? ;<[a]Ta

r> [0]);é'a'râa Xafiirpas Sovx[i]xyf5 ra^evs, vi&t tov tj;î apirrlvs

[fx.î']j;jxr;? op^rj^^svw a[7r]o t);s nai'OTroAtTa'j»

[x]aX[A(]7roX£w?, TSap e^iov TS<xpov(n)s MapOoLs, B-vyaTpos M>;r[a],

Ligne S. El» AvTtvoov otoXsi tj; }.(xinrpOTaTtj.

Ligne 0. Le nom du père a été laissé en hlanc. — YIolvottoXitcov : lecliu'e certaine.


l'AI'VllUS BYZANTINS. 53

[exj ^x^irpos QskXixî, [T\api/_OTTpoiTitT(77is , 0/2(X(Wfjt.ei'j;s «^ auT[r;s] [07023]

[aTTo] T);[?j Aj'T^flv/TToXevj, x,'-^','^-^


xu/9to OLvSpos ^\p^7i^ot.Ti^\d]rrys, trr[a]/5e-

Xô[a-j;?]

[t>7 Tjja/îôo-a (sic) U7ro0>;xjjxata avyypoL(pv, s.iii tois eÇie^ri? fî);X[oufjL£fo<s]

I
TVfi ji^wi^ojç, eip ats -we/3je;>(_et 'îta[o-]T&Xaj? a7r(ZiT[œ ]<s, ;(^aj/3/) Tou [ejfxô -nr[a]Tp[os]
|ei' £|'T;^aT); '!ire^t7r£7r7wxoT[o? trrjerta xat [t;]7r£/9 (?) t [. . . . \vov [

t| . . \ov T(XVTVTSaXa,l0VT05T!s[p^OTOVT0VeaVTo[v'\^l0V a7io'X£iT[ov^py71(Ta\t\,


i5 î\Ij;î'a oi'OfxaTt s7TiXeyofj.£i'rj \l£pij(yTCt, xai e^ ar[a}']x[j;s] U7roTeGetx[ciT&s]
Tore T)/î' v7rorîe£<T7e/3[a]î' (xô opipavixyjv a.^c\(p->iv x(xXo\v\\ij Wpoxkav tw
Xa^j-irpol xvpiw Noj'[r]a) ets ;^p[u]'TOu j'0|xta-fAaTj[o]i' ër, [ajxoAovOws tw
yei'ixiJ.} -nTa/2 auTÔ t)/î'| j jxauTa tw Xa^irpcj ai'[«î]p{ viTo6y!Xi^ot.iCA} ypa^i^j-aTid)

X) jxeTa Tvi' auTÔ aTroé'tcixrti' ei» Tavrats, cT[Ê/3ji7î-o{)/(TaiTa ts ws ex tô efxô


uo zpyo'^c.f.pô TO ^ifiiav tô -aposip^f^evo evos li']of/.t(TfX), atxxSeSwxa tw
£ip)1[t.) avSpi ,
jSùi/Xofiei')/ avaXvTpœactoOai [rj/lr e(x>;v xcLTa.isovô\t.£viiv

a.^£X(pin< Byw >; zspoyeypoLiifX} Mapda, xat (xj; evwopvactaa Tr;s totô

I
Jt^'x)?, £VTuj(^);TaTa .îs t)/}' <tj;[j'] XapiTT/s"/, tî; et? t)v ayairv

Liffiie 8. Kai avTijs est évidemment une inadvertance : aucun des autres personnages
n'est dit natif d'Antinoé.

Ligne i 6. KaXoyf/^ : x.cù.ovy.Evt)v.

Ligne ifj. Ev ravTais : comme ev tovtois «sur ces entrefaites (?)î).


Ligne 2i. KaTaTTOvôfxeviiv : pour KaTairovovfiEvriv.
Ligne 9.3. Aa^inp'^/ = Xa[iTipoTtiT(x. — 0r : Qsov.
liini.. : Journal d'cnlrêe du Musée, n" ioyGS.

67024. Rescrit impérial adressé au iluc de Tliébaïde, ordonnant de faire droit


à la réclanialion du village d'Apliroditô, si une enquête démontre
que c'est à juste titre qu'il se prétend aÙT&7rpa>CTOS. — Apliroditô(?).

Dalc ; vei's 55 1 (cf. la l)iljIio(jrajiliie).

Cursive ronde, légèrement penchée, (lompiet. L'absence de protocole est étrange, mais

la première ligne conservée semble bien avoir été effectivement la première; le

papyrus est coupé net et on n'observe pas de traces d'une ligne supérieure.
Au verso, une prière rythmée écrite en onciale penchée. Au-dessous de la prière est

répété, en cursive plus fine, un fragment du rescrit conservé au recto (depuis


Ilpàs tou'tojs éSiSa^av vfiixf [I. 3o ] ,
jusiju'à to licavbv yévsyOai [I. Sa]). Les variantes
fournies par ce le\tc (ms. 15) seront citées dans les notes'*'.

'*'
Oiilre ce fiajjiiiL'iil du verso, nous [losséilonseiirore (n" G7020) un lioisiùme cxemjilaiie «In niâiic

te\lc. Ou trouvera en noie les vaiianles qu'il préseiile (nis. G).


54 CATALOGUi; Dl MISKK 1)1 CAIUI'.

HECTO.

[67024] [npc>\acXOw VfJt-"' £'îtrya[ç£rj opixoLo-fJoLi fj.£:v £K T)!a-'h

[t>;]> xwfi);? T)/? 0);é'x<&>f ;(^«pa[?| , r]iSaTx.wv tov zsajepx 'î[e]

[to]i' o{«[eicii' To]i' £j' auT); X£| XTj;jx]£i'or zspœTOv yevoixsvo\i>\,


[xat] Tas vTrep tov» -waj'TOs y^uipiô erwTsXstas avoi.XsyoiJ.evov ,

5 [cttj] t[ouî] t);> £Tti)(/x)piô Ta^î'a)? TauTa? xaTaTtôevai •


sireih) -îs

"TSapat Tau' xaTa xaipov ap^ovTuyv ô ra? TUj(^ô'Tas arîjxtas

VTTfipisn'cn', Tfi' S-ej!!» otxci) o-i^a? avTOVî entSovvai koli Utto rsporr

T);i' atiTÔ e
Tao-tai» avTOv yevîTdixi , Sso^oa-iov r]£ tov iJ.£y(xXoTTpl , t);> aTToaias
rî/5aÇafX£l'01' TÔ TSiXTpOS TOV SsOflSVOV , T0\)= fiev T)l? Kfxl^t]S

10 OLvaXe^acrdoLi (popovs, ovSsv ^e kcltolOuvcli aa.^mXvs

[sTTJt TOV Sv^OTiov Xoyov , (o^ls tov; T>)S £Tïiy(_Wpiô TOtÇeCt»

TSaXiv ex SevTepov tov; ÏKcTa; tol; £TTixei(j.evxs olvtoi

avvTeXeiOLs ecTTr/ja^at •
rsepi ts totô Q-siols >;jul«i)J' i)rhi

T
rsopirracrOcci frvXXoiëocs TSpos tvv m]v ev^ot^j y£ypy.fx^sv(X5,

i5 aXXa t)/j' exsivô aepihpo\t.-t}v tsXeov twv vi^-eiepo^v

'ifjyyrrai xeXevrrewv , ccials tw f^eoiievai 'hvTepas a(^opfj.7)s

oSov xat fxei'^ovos xaTaalyvai to -apa.yix.a Tpi€r}s. OeoTrt^of'-'*

TOU'ui' TVV sjvîo^) TV?' T);'' l'w yovv Tat? «îs-îofiei'ats

cre/Qt TÔTù TCO (xeT); S-siats <Tt;XXaé'a(s -aspas snideivoit to


an TSpoaijxov , xcLi fii) y^povovs SX yjiovuiv avTOv yTOi tvv
X(XT IXVTOV XVfXVV TaU' S7T0<pSlX0fJL£V(i1V OLVTOIS œUO

Recto. — Lijpu' t . liC ms. G n'a conservé de celte lijjnc que le mol •apoaij'kOsv.

fjgnc 3. Vi : Tuv ev avTri xexTJiyLSvfxw.

Ligne G. Apxomuv : c'est le nom du priifsc.i ou gouverneur civil de la province (sous


l'autorité du duc), dans l'Edit Xill' de Justinien (édit. Zacli. von Lingentlial,

clian. I, S i). Il y est même ([ualifié d*e7r«;^wpj0ï ap^aw. UeTei^copios tuÇjs, dont d
est question à la ligne précédente, c'est donc le bureau ou nfflcium du pmeses. — ()

ras (Wilcken): au lieu de otwî, que j'avais inséré par erreur dans ma première
publication du papyrus.

Ligne Q. T»;s a-novatai Spa.^ay.evov "ayant profilé de l'abscnce'i. Cf. Dion. Sic, Ml,
6 y (xaipou Spa^ayiSi'Ot)
Ligne ili. Ei'<5'oÇoT>;Ta. Ija place de ce mot est toujours laissée en blanc par le

manuscrit C : -nrpos Tf\v atjv jsypafifiei'cii. De même aux lignes i 8

97, elc.

Ligne 90. (I : xit ;i>i o-uyyfAtpnyxi y_povov> ex ^pov<Liv.. . .


l'AlM lU;s liVZAiNTl.NS. 55

TlepeiaOai, vî jxv KaTct. t>/)' -apo^aaiv la.vTtjv (XTOviav [G702'i

auToi? oXiyov vr/ltprjv -nsepi jyv Twr 'h^ixomun' ^opwv

yiverrOai xa.T(xSoA))v. EneiS^} Se ^tjmv Tivas koltx TOLyniv


I
k£ht))ix\£V(a)v T)iv «wfx)/i' TnpoLyii 01.701. rov r^eoixevciv xai twv
a-îtAipa»!' TCiU' OLVTO TSapoi tov tov \Six.oi\iov X[o\yrjv oi.(^£\£o6[ai\-

[cc^opixi) T);s To sipvft-} àvaofTUj fhvT£poi.5j Q-efnn^o(ji£v tw er^îo^) tj;i' tj;»»

[xat Ta Tïe^fJ tôtô|s] aKonoyaoLv et ovtws z'^ovtoi. evpois


TO ÏKavov Tw T£ f^eofxevoo xcli rois OL'^eX^rjis toi; olviô [xaTa tov]
j'Ojxoi' yevs.rrO'xi TsapOLfTKSvaa-ai. Upos Tovrois eSir^aKoLV j/^u-as

\ovXiavoy, -rsoLyctp^^vv t);s Xvta.wno'knuiv , ^ovXvOiivoli tijv kolt avTÔs


x«p;>' Utto Tvi* oixeiav TSOLyap'/niav u!oi)](toltOoli , xat ravra av-îe
tjroTS TsXeTai'Twi' vtto Tsayapyjta.v avTwv, aiXXa. xaza. to t«j'

auTOTT/saxTW}' rryjij^cL Si eoLv tovs ^tj^omovs (^opavs ent (t&s)


T)/J' ZTÏlJJxipiOV Ta^lV XOLTOLTlOsVTWV. KltSl'hj Ss OVX );i'Ê<TJ(^o[l'

TO TOUTOi; Tou txcpovs ZTiekOsiv OLviois xoLi TSpay (xaT (a) V OLp-mxyvv
â
au.a^OTV'^at , xat TOTat^T)/)' anXvs t?;i' aToniav yeveadoa tj/î'

Recto. — />i/;-«c y -i . ATOfiai» : iM . Wilcken serait disposé à voir ici un lapsus pour aJOTtiav

(cf. plus bas, 1. 3»)). La lecture v est certaine dans les deux niss A et B; et la

phrase, cpioicpie moins claire, peut encore se comprendre avec aTovtav : l'empereur
ordonne di- ne pas ruiner le village, afin que dans la suite, cjuand on viendra lever
les impôts, les iiabilants ne soient pas appauvris jusqu'à l'épuisement (^onovoi).

Ligne a3. Au-dessus de avTois, deux lettres effacées; le scribe avait aussi écrit oXty)]v,

corrigé ensuite en oXiyov.

Ligne uo. KexTVfJLSviM' : conservé en entier dans le manuscrit C. Ici, on avait d'abord
écrit un mot à l'accusatif pluriel (peut-être xEXTtiiievovs) corrigé ensuite comme on
vient de lire. —C : mpay^ia.
Lignes tiO cl seq. Les lacunes sont comblées par le manuscrit C.
lAf>ne 27. Les mots placés ici entre parenthèses ont été barrés dans le texte original;

le manuscrit (i ne les porte pas.


Ligne 28. G : Ta zrepi toutou.

f.igne 3o. B : eSiSa^av; G : eSiSa^ev.

lAgnc 3i. B : lovXiavov tov fnixXijv ApaevoÏTriv, «a» 'aayap)(^riv t>)s Avraioiio ;

G : \ovXiavov tov CTiixXriv ApcrevoiTtiv, -aayap^tjv Tris AvTaioitoXnciw.


Ligne 3'j. G : otxtav.

Ligne 3ù. àt eauToiv. Ge mot est une correction; on distingue, sous les lettres eav, la

trace de quelques lettres illisibles.

Ligne 3o. B et G : tspoe ttjv eTr/p^^pior tol^iv. Notre te\te lui-même portait primitive-
ment TOUS Tjjs eTTt^coptov TCL^etjjs (pi'on discerne encore sous les corrections.
56 CATALOGLK DU MI;s1':K DU C.MWK.

ff)70'.>â] ctvTÔ cûrrle xon vno tvv TSxyxpyj.a.v rsonjerao-dai , -apa.yiJ.oi. 'act.(7vs

a
aTOTTja? sirsxsiva., ^efnri^oixsv toivvv t)}v êjvÎoç) t)/i' t);i'

a
iio s^STOLTOLi TOC TTfepi TO'jTOv fjLsd om/î î'Ofxoî axpiËiicLs Triporrlarlei

5
xai et Txis aXvdeioi.15 p/rîsTroTS tou? tvi' auTJ/'' x«i'fxvi' o;xov>'T[a>]
â
VTto isa.yxpy^taiv TsXsfravrx? svpois, a.iioa'lyirrai ^£v tov -nTjOoetpvfx] ^ |

a
T>;j -nT/30? (XVTOvs fxeTovmas , S'spa.Tzsvjai 'k TSctpcL

a-xavarrai toi? fhop.evo',5 ras (x.-mp'Vvs.y[i.i.vcLS (^sic) TSap avT\ov\


/i5 ^XaSas avTOts xaBct tois rsspi toutou voij-Ois Soxei. A^si [^e\

xa< TOI/? akXovs >; cï; evSo^j orroi tois rhoiievois eiri T[e]

y^pyj^amv xai £yxXyjp.ctc7-iv vnevOvvoi (pavsiev


Tvyx,a.veiv xai tx t es -^pijit-XTX ^Xenot'TX Q-epxTTevryxi to'.s

fhofXSVOlS XXTXTOV VOflOV , VTZSp T£ TCiM' £yxX)]p.XTU>V

5o V0(XipLQ'.5 TSOIVXIS VTTodeiVXl ÇtpOVTlSlV T0V5 fXSV TauTa


V\ixpTfi^0TX5 , warls to Vxavov s(p exxTepw, tois te Seo(X£i>ois

XXI TV vo^xv ,
ysvsfrOxi -f-

tw xxtx rrvvxpirxyv^' oiov eixos rrvXXaé'aM'

Hegto. — feigne 38. B et (1 : aials xai vtto rrjv otxeiav aciya.^y^tav avTovi aoiritraerOai

zspayfjLix sraarjs tsapavoixtas eirexsiva.

fAjpie 3g. Enexstva (el non sTt'exetva) : Wilcken.

f^ipic âo. Les 5 semés ici entre les lignes servent apparemment de signes de ponc-

tuation. —B et G : e^sraTai Taina, xai si, etc.

lÀgne Ù3. A et G laissent un espace blanc après le mot 'crpostprjfjievov; le manuscrit B

y
place le nom lovXiavov.

lÀgnc àh. G : tois Seofjisi'Oi? Tas STTivsveoyievai (pour eTTiversufjLevas'j (3XaSai auroti naOi

TOIS -aepi to[utô1 vo^ois Soxei. Açsis Se xai tous aXkovs quoi vno te T)]v t>7S crtjs
( )

Ta^iv TsXovaiv, ev te iSiCtrtais , xai uitsuBuvoui tojs txszmi eixnt y^piiyia'yiv s-ki xe zxx'kii-

(latTiv SsiKvvfiei'Ovs auTous (lire auToùs), B-spcrnsv/rai (lev tsapacrxevac7£is Ta sis ^pyj/iona

/SXsTTOi'Ta, VTTep Se ye tuv eyx'krinaLTfxw, vO(iifjiois tous tmapTtixoTcts viroOriaeis zsoivais,

uuleTO ixavov eÇi exaTepcj, tw te SeOfjLSVd) xai tu vofiu yeveaOai, tuv ex awapTiaytis
xa.1 -csapa. tov vO[jlov a>s £(xos aopi^Ofjtevaiv Tieriv, vnevavTiov tuv vvv aap rj/itov S-£(t-

Tiij-devTCjv, ovSeytiav e)(pvTuv icr)(\jv. —B : to«s Seofievois Tas airtivrjveyfÂSvas /SXaSxs

ttvTois xa6a tois xsepi toutou vo^iois Soxsi. A^sis Se xat tous aWovs oa-oi vtto t)iv Trjs

<7tjs evSo^OTi TvyyavovTSs Ta^jr, ev tê iSiani? (sic) TeXoutjtv, xat vttsvOi/vovs sni te

^pn\iaTiv eiTi Te exxXritxaaiv Seixvviievovs auTOus to<s ixsTais ... le reste comme dans
le manuscrit G, jus(|u'à •crojrajs, où il reprend : [roale tci»] te Seoy.evrjj xai tv vou'^i

[to ixavoi'] yeveaOai (fin du ms. B).


Ligne f)0. <t>poi'Tisitj : allicisme pour (ppovTicreni.
l'AI'Vr.US BYZANTINS. 57

zsopii^ouisvrjov TSCLpy. Tût TSxp ii^j-fjov vuv B-emrta-dsvTûi., ^srn:i'(ou.£v ô^su.i'xv [67024]

8\tva.\i.s.vwv iy^iiv 'irryiyv , Ta[v]Ta. . . .

05 {zSXpaipvXoLTlovmiS TCCVTOt. Tlfi T£ rrtJS (^at'fh^OTijTO;)

KCLi Tou xara xaipov t))v auT);»' (xpyjifv 'aapot.Xj)\poLL£vov xai


7Î/5 zSciOop.evtts vf^iv Ta^ÊCits, Tsonniî rptuiv y^pvmov \npwv
£Ttixeiii.£V)]5 xaTCL Twv TavTa -axpaëxtveiv roXfxci'i'TWJ'
/////////////
3/ TSlXpCtScClVefTdlXl G'Vy)(_(A)prjVWrj)V V^ )

VKIISO.

•|- E[> TOI' ayiov ^yvav ï<To\pi}(pa syxœ^ia

\' ETre-îeila» )/jxm' ^'^'V^' oSov ayaOïji' j/f a| . . . . JxaXws a[. |

. Te \pia1cv. ^e j(^
[tt]

Ay&'i'a (poSsftOv ')iix\i>\)\(7<xî xat vixyjaas v7r[£/3 tou |


0eou
xat T)/s aX>;0£tas.
i^X"^
ÛTai' yoLp VfiV^ov (xeyoLV aOlov r^ieTcXeis, jjvayxa^ov ae
xpnai (xSixoi ^oai'OJs aT^/u^ots S-Lieti'. ^ef^.^]

i^£ f]£ aSXaëi) ovx i}tiolt>i(T£v >; xoXaxia., ovx' ST^OifaoLv

^CLTCLva.' Si i/TTOfiOJ'j;? •tsairaf xrrAajn/i' xaT ....

Ex'îuo'afisvo? TO rjrx^^x'x xat eivîviTafxej^o» «ôaraTtar», xat

yej'Ofx.eî'0?, ayte, a^'yeXwp oixoios, ,SX'^


"^îlvvriixeis xat act Tt/J'XtTOupyei? TOt? \sprjyêiv xat i^£/Qa'^t[i'|

xaXXtrtxe, ,^X'^

Uecto. — Ligne 53. Ueniarquer la tonslructiou illogique de la phrase; les expressions

du nianuscril G, que nous avons cité plus haut, sont beaucoup plus claires.

Ligne 5â. Le manuscrit A s'arrête là, quoiqu'il resie encore assez de papier blanc pour

y inscrire la dernière phrase. Les lignes ([ui suivent sont tirées du manuscrit G où
elles viennent immédialemcnt après les mots : eyoynuv layyv. Le mot evSo^cmnos,
([uc j'ai rdlabli entre parenthèses, est laisse en blanc, comme toujours dans le

manuscrit G. Après ToXyLcovTccv, le scribe avait d'abord écrit un mot qu'il a jugé mauvais
et complètement efîacé en mouillant le papyrus.

Veuso. — f.igne i . l3-o\|/>7(^a : cha<[ue t vcrsn , si l'on peut se permettre celte expression
ici, est en eiïet composé de mots dont les valeurs numériques additionnées donnent

pour total 5()So (^e^"')- Quant à saint Sénas (lecture à peu près certaine), il est

inconnu par ailleurs. — Eyxojnia. : lecture très douteuse.

fAgiic <j. KaT. . . : un mol comme ncnskvaes (mais il manque Sô^).


CaldL du Mutée, n" G7001. 8
58 GATANOGUR DU MUSÉE DU CAIHH.

[C'OQ.'i] ,5 Eyjis O'jv 'actppVTictr' inpo; ov ou.oXoyvTo.s Aiov, xcc: ena.\ .


.(?)]
a'jTOv Tsctp'xxoiksi eASîiv v\>-ol5 , xaXoOeXv,
aasunle. /£ X ''^

l.i<riie 10. OfjLoloytiaas = co^o'XoytiJas. — AiOf : pour0£oi»(?). — Ett» . . : on îitlciul un


mot comme E-navcoOev, mais la lacune est trop peu étendue et d'ailleurs les lettres

perdues devaient avoir une valeur égale à 296. Peut-être ce cliiiïre de 5G8o, sur
lequel est construit tout le poème, est- il lui-même l'abrégé isopsépliicpie d'inie

formule pieuse, comme y6 = amen, )^fxy = ayeios Qeos, etc.

BiBL. : Journal (Ventrée du Musée, 11° 60767; Jean Maspeko, Eludes sur les papyrus d'Aphrodite, I,

rtUii procès ad iiiiii.stratif sous le règne de Justinien« {Bull, de l'Instil. franc, d'archéol. orient,
du Cuire, I. VF, fasc. i); compte rendu par U. Wilcken, Arcliirfi'ir Pnptjrusf., V, p. a83.

67025. Douxièino exoinplaire du numéro précédent. Les variantes qu il présente


ont été indiquées dans les noies de ce dernier (ms. C) (pi. XIV-XV).

Ecriture analogue, peul-êlre de la même main. Le début très endommagé.

BinL. : Journal d'entrée du Musée, n° 60708; Jean Maspero, op. cit. (voir n" (J7026).

67026. Rescrit impérial (?) adressé au duc de Tliébaïde. Un nommé Dioscore


et sa sœur, élevés sous la tutelle de leur oncle, se plaignent d'avoir vu
leur fortune saisie, à la mort de cet oncle, par les créanciers de celui-

ci. Ordre de faire une enquête sur les faits et de rendre justice aux
suppliants, s'il y a lieu. — Long. m. 'loG niill., larg. o m. 3oo mil).

— Aphrodito(?)(pl. XVI-XVll).

Dale : vers 55 1 (cl", la bibliographie).

Cursive arrondie, analogue à celle du n" précédent, et certainement de la même main.

[•f ]
ùk'.OTXopos apoTr)'kO[£v VfAiJv, t?;i' fx>;Tt:/3a Xeyau» t)/i' oixsiav,

Lignn 1 . Je crois apercevoir les restes du cbrisme indicpianl le commencement. Le


papyrus est frangé sur le bord; néanmoins il doit être complet. Le Musée possède
un second exemplaire de ce rescrit, tpii commence de la même façon. Ce second
exemplaire est surchargé de corrections intéressantes; malheureusement il est en

majeure partie illisible. J'indi(|ue en note les variantes ([ue j'ai pu déchiffrer (ms. 15).

Au-dessus du mol [A<oo-]x[opoï] , il porte le siglc O S"/=o Seiva.

TouSe
Ligne 3. B : xat A77oXX[«tos] tou a[i;]T);[s aSeXC^ov], Ce second ms. écrit AttoX/,^»,

wTOï, tandis que le ms. principal, dont le texte est donné ci-dessus intégralement,
décline AttoXXws, gén. AttoXXci).
l'APVI'.LJS BYZANTINS. 50

(Xr]eX(^rjy jrjjv £h tu^v yovsvv ccvTO',5 xaTaXeXetfiaej'W}' -apy.yiia.TW, [67020]

Ky.Toi.Xyo-/xi TGV (3jo»' sni -aaïa-iv TCt) ik£t[v xcli tJ?/ ctvTOv arJeA^^)/ £tti vscts

5 £TJ Tuyj^aj'oucrn' ^fXixia.i, vito rvv rov eipvfJ-svov B-siov Ç>povTif^cc

H(XTOLkmOVfTCX.V TOI' IK£TI1V XCLl TJ/I' CL^sX'^IIV TJ/1' (XVCOV "


î'Ut' ^t

TsXeVTVraVTOS TOV 7Sp0£lpV(X£V0V ATToXXa», TOVS ]ovXlOl.VUi TW £JVÎ0^

nr^oiTj;«[oi']Tas £n£X6£ii' hcci a2)£X£(Tdai zsacyav t)]v vit £xeivoy

H[oi.T(x\X£l(p9£irTiXV TS£piOVfTiav , (pa(7X0Wa.S TOV 'zspo£ipvp-£vov AiToXXv


10 VTTcvOvVOV IXVTOIS TcXiUD/Tar XaiTOl TWV |X);T/2W&)J' TWV 8î011.£V(aIV
'jIV

Tspay \x'XTwv £v auT>; Tvyya.vovT(x)v xai tois £X£ivov y_p££Tiv ovx , uTroxstfjtsj'.

IlTVTir T£ Ty}S £^ VfAWV £15 TOVTQ (3o);0£<as TV/^iV. (dsCHTi^O^sv TOIVVV

Tvv civjci^) tj;î' cr)/r fj.£pos £xaT£pov ayixysiv, xai e^îTao-at ra zsocpx to'j

ixsTOu Xeyopiei'a, xaxa touj voixovs auTW tî xat t)/ avTCjv o/hXÇiv

1 :. T);v Tiu)v ii.i}Tpwwv clvtuiv TSpa.yii.OLTwv a.TzorTwrroii S£cnTOTiixv, xoltol t);j'

apuofTacra!' £X£ivi} ^.oipoLv tj;s Twr yoi'îwi' a£piov'Tict.; , (xera zsacyvs

l'Cipnfxov £7rau^j/<Ti;w5, «at fx)/ (Tvy)(^wpi)(Ta.i toïs vii£vOvvov X£yovcnv


£)(_£iv TVV TS£ptrjycTiixv TOVTWv ixsTcoj' ^£iov, avv(xvcLXa.fj.ë'XV£tv xai
Ta £X Tj;s [Linpos TOIS ixiTais apfiocravTa. ispay^aTa, xav yap et (xeTai^u

jo auT^'j' ciVf^auws vtpD/crîjs y£yov(X(Tiv aXX oui' ou isapa. tovto to fxe/20»

Touj )/fx.(Wî; hevQ^VTOLS ahiX£i(Tda.i xaB oiov ovv (SouXojxeôa TpcTiov,


TCLVTOL Si TSpOS TStpCtS a^£l TpOTIOlS CLTlCLaiV V T£ <T)] £)vîo^OT>/> ''at Ot j7.£T OLVTIl

fÀgnc .?. Upayfxaz^ : pour apa.yfj.aTuv. AI)révialion assez usitée du {[énilif pluriel.

lA<rnf à. 15 : ix£[t]>; [xai :r\ auTOv aSsXcptj etc.].

A^Y/"" G. KaToktTTOVcrav : 15 xotTaXsjvf/ayai'. — T>;r aSs'k(p^n> Tijr anTOu : 15 T>?[t'l

aSeXÇ>)jv avTÔ.

Lifpicfi (')
, j, S. ]"]lles se lisent ainsi clans 15 (où elles se numérotent 8-io) :

<! 'Il TOVTor 5s -crpo <pavsp'j}v y^f/ovuv t);î a[u|Tot/

8 xai T);[^i'l aSeXiptiv avTo '


vuv Se TeAsvTtjaavTOî tou
l>. |ts]A£ut);s -srapaSiSoi'ai Aiorrx/ (t7. avTois ijiisTsp/ iKSTits Ta apftofrai'Ta avTO(>
''.
[sJK T);> (inrpfA)'xi xAvpoi'Ofjti/ TouSî OTpa^faara ts «) sirauJi/fiaTa , UTrep &)v f^ts^P' ["^''("01

''• crWlTïAoUtTIl' T0[tJ» S)7]fxO(T(o[uî i^olpov».

9 [•orploej[pl>7(iei'0 AttoXX&itos, tous IoyX<ai»«i> to svSo^OTalTco]


a -(-TOI» TSpi-) noi(7iv Twi> );fx£Tepair ifxSTwli'
10 apoatjxovTas , etc.

/-(^•/(e 1 j. La lin de la phrase (depuis xai tois), est omise par B.


Lifriic tli. Joindre les mots (7\jy)(fjpiiaai et c-vva.vaka\LËavsiv : s ne pas aider cenv ciiii

élèvent des prétentions sur la fortune de l'oncle, à prendre aussi n, elc.

lÀirne irj. Ta sk t»> yiVTpos, etc. ... : 15 :


[ M'']t|Oi tovtov[ ]. — Le mol
apajfxaTa est omis par 15. — Ei : corri(jé sur i;-

fAinii' y y. 15 : zauTT. TOtvjv i; 7); [svSo^OTijs 1.


60 CATALOGUE DU MUSEE DU CAII'.E.

[6702f»] 7);ç auTj;? f^P'/O^^ avde^opLsvoi , xoli i} 'aeiOoixevij Taç(e)is, -ctom'j/î -vptwv
t^fj^l'Ji'

-nrapaëaii'eii'
;^(OJTU XtT/24'î' STnxsiasvvs xara t'j»»' ravra ToXfX'WJ'TO.)!' >; Trtapa.ëaiveTO'Xi

a5 (TUJ/^WjOOUl'Ta'l' -f-

Liffue a3. UiOofievtj : (•orriij(; en metdofxevn. — Ta^Ets : l'e a élu barré anri's coun.

f.igiic aà. \pt(TV, ou XP'°^ '


l'O'"" XP^'^°^-
' — riapaÇan'en' : ajouté après coup. —
YlapaëatveaOott : le scribe avait d'abord éi'rit un autre mot, ipii est maintenant illi-

sible, au-dessous de isapa^atveaôat.


La fin présentait dans le deuxième exemplaire des variantes importantes, cpie le mauvais
étal du papyrus rend impossibles à restituer. Les deux dernières lignes portent
encore :

\ctv6s^o\(i£voi , e^sjalovya [ ]
Sôvay.. . . .tw tijv

] KixTa vofxovi [
1
\

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, ii° io^Cc); Jean Maspeko, Etudes sur les papijnis d' Aphrodite, V,

"Deux finisses lettres sacrées de Jusliiiieii" (Bull, de l'Iiistit. franc, d'arch. orient., I. VU, |i. i.lS).

67027. Second exemplaire du même rescrit : les vai'ianles qu'il fournit ont été

indiquées dans les notes du numéro précédent. — Lon}|;. o m. GyB mill.

larfj. m. 990 mill. — Aj)lirodilô(?).

Cursive analogue. — Très niutili' : nombreuses lacunes, et lignes elTacées [)ar le

frottement.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, ii" /10770.

67028. Rescrit analogue (adressé au duc de Thébaïde?), toujours au sujet de


Dioscore. Le père du plaignant s'étant remarié, a fait donation à sa
seconde femme des biens qui constituaient la dot de la première. Le
fils de celle-ci , Dioscore, a poursuivi sa marâtre en restitution dhéri-
lage. L'empereur ordonne au duc de ïhébaïde de réduire à de justes

proportions la part de la seconde femme, conformément à une loi du


basileus Léon 1", qui est en partie citée à la fin du papyrus. — Long,
o m. G6o mill., larg. o m. 3o6 mill. — Aphrodito(?).

Dale : vers 55 1 (cf. la hiWiograpliie).

Cursive analogue à celle du numéro précédent, mais non certainement de la même


main.

[ ] e^...av[ J
l'AI'Vms BYZANTINS. ci

TSpcis \S]^evTep\ov\î yoLtxov; eaOuv, ra 8z tj; Tripr/repa SisviyxovTa [07028]


t|)/ SjevTspx TSpoTypaxpOLi- xoli e^eXOeiv sz avOpwTi[co]v ws tôs
5 £ç sxcnnjs TsaiSas a^peXiadoci t£: xai xaTaSaTroLvav exeivoi.,

K7.1 zscLVxayçfjBzv zpv^tov eivat tov ViJis[r£]p\ov\ i[xcr\if[v, wole]

|to<vu]v ^vv ev^o^j iin' rrvv ayayeiv a.vTOv[s xa]i Ta [tsspi] t&tô

?î;TVO"a<, KOii £1 ovTws e;^oi'T[a ra tj; tov );(X£T£/50'j ixeTGv(?)]


1 fx>;T/5i Sisvm'O/^OTO. Tixis (xX^Osiccis (poLven) , Tovro eicnrpa^a.i
xa.1 a.TTOrhvvixi tw Scofjievw, eni . . . . tois Xonrois apa.y[t.aai
TOIS TCi) TcXsVniaaUTl SliVSyXOVTO. TfjJ X«[ ]

Àj/çewb ÇivXa^'Xi Tw Ss.o^£v(a}, ws jxj? wAeoi' tj;i> SiVTipctv


ywoLixa, XaËsiv wv ef >; xwv sx tov zspoTspô yoL^ov -csaiSi

1
5 ap^o^ei jX£i'. EireiS)/ Se xdi X^-^P^'^ -aepieXOeiv eis tov [oixeiov]
zsccTspct Ç>)i<Tiv, Swpeixv t)/s avTÔ Q'cia.s ypaipaa-})?, xa: T(tvThiv\
tov; ex tov SevTspô ya^iô xpctTeiv Swpeav eis olvtôs , SevTepav
|jxje[î'] (xvTOts ysfeadoLi aoLpctaxevcLaa.VTas , Q-e>nri?,o{i£v
Tî/i' evSo^} Tvv mjv koli to. -aepi tôtô Kv^i^aai, xcci ei ovtws
2o e'^ovTCL evpois, fx.>; -rsporr/^vs SevTcpais Sfjopeixis eiri xsp\a.y[i.0L<Tiii\

exnenoivixevois ypcLÇieiacLiî , [fxj'vjfrou Se Tati» }jfj.£Tep(A)v

vo^Lw xvpioL Ta TOjauTa tsoiovvtwv^-

O VOU.OS OVTWS e-^ei o Xsovtos- otcl xepSeveiv vfieXXev >/ vspOTepa


yau.eTi},TOv avSpos -apo avTvs TskevTwvTos , T\o(TCLv^^Ta. xai
a5 V SevTepa. yoi^eTv lov OLvSpos 7Sp\oT'\e\XevT(x)VT05{l)\

lAgitc I a. AieveyKOina : pour Sieveyxovat H).


Ligne là. Em; : iotacisnie pour z\n.

f.igiic 1 y. AvTÔs : lire avTOvs.

Ligne ai. Uv7]aov : rcslilulion peu satisfaisante; les traces des deux ou trois premières
lettres ne fournissent aucune indication. — ExTteTioiviJiet'ois : corrigi snr EKTrenotinievats.
Ligne a3. KepSEvetv tjyieXXev : \mnr nepSaivetv biieXaèv.
Ligne 25. Il reste au-dessous un espace blanc sudisant pour huit lifjnes environ. On
n'avait écrit ([ue les premiers mots de la loi de Léon. Les lignes i3-i/i du papyrus
nous indiquent déjà de quelle loi il s'agit ici: c'est une ordonnance des empereurs

Léon et Anlhémius [Cod.Jusi., V, y, O) datée de /172.

I]iBi.. : Journal d'eitlrcc du Musée, il" '10771; Jf.an Maspf.ro, ;iiiicle cilt! au 11° 070-26.
02 CATALOGUE DU MUSKE DU CAIP.i:.

67029. Rescrit analogue, mais adressé à plusieurs fonctionnaires (circulaire au duc


el au pmpscsiy Un inconnu s'est plaint à l'empereur de la conduite d'un
certain Tliéodose, qui a perçu les impôts du village d'Aplirodilù et en a

gardé le montant pour son usage personnel (cf. n" fiyooA). Le rescrit

est appelé dans le texte èTviiyloXij (1. i.'^). — Long, o m. GiG niill.,

larg. o m. 3o5 niill. — Aplirodilô(?).

Date : 548/5/i9? (indiclion XII).

(iursive penchée et allongée, analogue à celle du n" (lyO-jO. I,ii Cm Mian(|ue.

.... TSpOfTijXOsv }7fA(j', rjpjxy.fTdct.i fier Xsywi> avro Ai^/50(5jt[j;î|

[t]j;? xw\i.7]5 >;fit ixe


Si TaVIT)?)' T
(TaUT)/!') UTTO (")£0fÎ0<T<« TC^' pLS) aXoTI^ (?) (t)/î' K^ifi.);] vj) . .£X£n'05(?)
. . . . £ . . . fXSVOV T0V5 T£ (hj^J-OO-tOVS l^O/ÎOV? al . pov
T) (oU) TffOfiaT) 'dSxp <.M'txjii'j'(?) (sip) (suTiîXecTÔat) vnsp t);s [a/2T]t'i'[>]

xoLiwv aTTO'îetÇn'

f3aXXou['T]ai' xaTixêoXyjv p;5afxw[s] ^£(5«xcJ'a[(] . . .ev.e

10 TOtOUrOUS a7ra(Tc(!' eOsXoVTIXS <p\o^pOV5 , J/TÎ/TgJ' TS, a"T7£(?)

fxi) f]nrh)v tvv £ .... ^ i;? anopiot. TSp

T£X£ta, t);î £^ î/fx^M' jSoj;0£ja[?] t[u]>'_[£{]î' •


oBev itjv 7sa.po\vfT(xv\
smcrloXyv Tsoirjrrafjiev^rji ^sv (?) S-£a-7rf^o]|u.£j' tov(?(?)) £i;xX£e[(s(?)l
vfza? [£^j£Tai5'at ra £«? vfias a)'r;j'£yfx£i'a , xat £t Ta\;Ta Aaê'ot[T£]

/-!/;«? 1. Avant le mol apoatjXôsv, un espace blanc de (pialre ou cint[ lettres. I.o nom
du plaignant n'a jamais dû y être inscrit.

Ligne .'i. (TauTrjv): i)arré. Les mots qu'on verra par la suite entre pareullièses, on!

été barrés dans le texte. — Msyoi\oTrp = itey<xXonp£Tre(TlaTco. (le Tliéodose est sans
doute le même que nous avons déjà renconln'' (pap. GyosA, 1. 8) en 55 i. (l'est

pourquoi la date de ce papyrus-ci ne saurait guère être antérieure ni postérieure


à l'année 5/if) (après la i i° indiclion).

Ligiii- f). Les corrections et les mots raturés sont si nombreuv dans celle ligne (pi'elle

est devenue inintelligible.

Liiriic i3. Tous evxXssts : passage 1res douteux. En tout cas, on ne peut lire qui; rov s

et non tous e

Lifriic lù. Aaëons : on aperçoit encore des traces du t, au-dessous de la ligne, (le

pluriel indi<[ue bien (|ue la lettre (£7r((T7oX»7, 1. i.3) est adressée à plusieurs person-
nagi>s à la fois, puis(|ue dans les documents précédents, qui sont du même type, le

singulier est toujours employé en s'adressanl au duc (xk ei rais aXijOstai? .... evpon,
n" Ci'jO'xli ,\. I\ i-fi-?.y
l'AI'Vr.US BYZANTINS. 63

iT) T)) \oL\XvOeiy. a-'ju.Gixiv[ei^v, fiijr^xfxœs crvy/^Ci.ipv'Tix[i to'j^tw^I) [07029]

rhvOc\vT)x\

£ i',aÀXa rJvvsAy.Ty.i -nravrol |

l'un,. : Joiiriiitl d'entrée du Musée. iT '107-a.

67030. Ordre adressé [)ar le jiraesrs de Tliébaide aux liahitanls d'Ajjhroditù,


d'embanjiier pour Alexandrie les blés destinés à l'annone. — Long.
G ni. 3oo mill., larg. m. 780 mil!. — Antinoé (pi. XVIll-XX).

D^le : 53 i(?) (ef. la bililiographie).

(iros.se cursive 1res soignée (même jjenre (jue les re([uèlcs au duc).
e V
[<l)]A/(-)c:0'W/30s M);r'a?IôXtai'os laxxojé'os fX£}/aXo[7r]/2|xofji.) xoci apxf tvsQvS

[Tj&u xa'.pov eiTlavTos ev w y^pv t)/v t);s anap[a\nrfT(JV rT{T07rofA7r| t]as ppov-
TiSx yc.v£<70at T);s ivivyjjvs SexcuTyis
T

\Xe^a.v^pewv p.zycLkoTioXiv
[u,j£Ta -nravTOs (poS'-j'u aizl^'xa'xii , ^xixprns axa^eaiv e\i.ëa.'k\ojx£.voi io £7rt^)/-

T0t;f/.£j'0i' ixsTpov evOv xai

r. ['nra/3]a;(/5);fia , xoltoc, tj/i' vnoT£Tci.\ y a \sv7iv yvwTiv xivSvvw t>/ï za^ews Tavrys

yxp svexoL t);; a.iii'xs

\z\x iac,£.'A35 aTî-tT/aXTat -f-) 4^^'


XtAj
+

•f-
Vois a-no xwfx) A^poSny]? 10 ArratOTroAtTOu.

Ijgac 1 . QeoSupos : lecUire doulcuse. — • MeyoïXo-np^J xofj.^ = yieyctXoTTpeTTealtnos xo\xr\i.

— -A^PX) = "" '^^^ équivalents grecs du moi praeses. — ©>;€'' pour 0>;€ajwf :

l'abrévialion,
<*PX'^"''

ici comme pour le mot xo{>t>)s, est indiquée par une sorte d'accent. —
loSe : lecture douteuse. On pourrait lire à la rigueur to a (cf. n"' 67002 et seq.

en-lèle : to /3). L'inscription n" 58/i du Recueil des tnscr. gr.-clirét. de G. Lefebvre

présente un exemple analogue de l'expression (Joi/Ç xa« avyovalaXios to s).

l.ignc 2. Y.KrlavTOs : iolacisme pour lalavros.

I.tipie 3. ExxAetvovjes : iotacisme pour txxAivoincs. — Avtïiv : corrigé en TavTrjv.

Ligne G. K£>.^ = x£X£i/(T(ï(?) ou xs^sust {^(l^y QeoS<JL)pos to^e" xe'Xevei)!

J'ignore la valeur des deux grou[)es (jui se présentent ensuite [Leçt = lefpl)-
Ligne 7. Atîto xufJLi = airo xœ^tis.
64 • CATALOOUK Dl' MUSHK DL CAir.i:.

[07030] En regard de ces cin([ lignes de grosse tkrilure, sur la droiti' du papyrus, on lit ce (jui

suit, en cursive ordinaire :

•f-
\\p\ri SX Ti)5 viLw xv(X);|>, xa|Ta fxi|fi);'TM'(?) |

I
T)/J> TSa.psXôovmi? evax);? e7rj[i'j£(x>/'Te[<.'s |

|to UJTroTeTayfxeroi' p.£Tpov Xoyfj} [e]fx^oX[3/i|

l'ÎJe^caTVî £TXivi.^vfTZW5 sins.v^yxsiv \xci.i\

5 e[fx]é'aXecT9at tsXoiois, koli tov -aposSpov x\ at tov|

[e7r]tfieX?/T);i' xai tovs voiVTas fAeT[a] «at t[«.'>']

aXoKtiv TS£popT(A.iiJ.£vuiv Tum }/ei');fx[aTii'rJ

exns(j.-^cti SIS tvv ra^iv 'apos tiiv rrwvBv ....

m TO aVTO IXSTpOV SIS T)}V ^SyaXoTToXlV AX£^ai4[/3£C»'J'|

^ Ao}7 Sj (xixp^ a-xa^l rrnô j^ ^^jj

Xoyj iteyaXj s^SoXvs (titô j^ /'^ ''}'//

Ligne 1. Kara : il subsiste encore quelques traces du x initial.

Lime 1 1 . OuT = ouTcos. — -je- = sans doute apraSm.


Ligne 1 2. Aoyos Sia /jitxpuv axaÇov.
Ligne i3. Aoyos (izyaXr^s efiëoXt^î.

RiBL. : Journal d'entrée du Musée, w" /10773; Jon Maspero, Eludes sur les papijrus d' Aphrodite , 111

ffLaimoilG d'Apliroditii' [Bull, de l'instit. franc, d'arcli. orient., I. Ml. p. i 19).

67031. Arrêté tlu duc de Thébaïde, inlordisaiil aii\ foncliounaires du Irihunal


de prendre plus de deu\ Kepâxta comme rfsporLules-^ de la pari

des plaideurs. Ledit arrêté devra être traduit en copte. — Lonfj.

m. '^9.'j mill., larg-. o ni. 33o niill. — Antinoé (pi. XXI).

Date : vers 5^17 (cf. la bibliograpliie).

La moitié droite ilu papyrus manque.


Cursive soignée, analogue à celle des pages II et III du n" G 7 00 5.

•h <I>[X]) Iwavvijs &so\S\vpos Mvvccs N[a]/2Tj;[?] yji'\ . .


.] (x[

-i<'apùd\e^ot.\ sv\

Mtar, s^ a/5X,V? a^ 5 rrvv Bv t)/? oi.px.Vs £TT[s\X[a.6yjtx£0'x, mrov[Si)\v ts x\ai

Ligne 1 . Ecrite en caractères plus gros que le le\le de ledit.


Ligne 9. Er [Ai'TJi'OEan' nroX£<(?]].
PAPVnUS BYZANTI>'S. 05

xaj'TauOa Tœ ^iXavQpwTZfx) a-xonw rœv svyeêer/l} x) ya'X[ii\i>07CtTœv\ [07031]

T) apyjtis. V,yvrjôKO-ves xoivvv SK1WV yivoixevwvii\i.ivnspo(Teksva\ew\v,70\)s\

ovoixoLii cnTopTOvXrA.n> snnpiSea-Ooii -aoLpoi twv ex Ta^£a>s £^[ . . l/3ai^[

siv\ ....
Ùtto a<TJav aypct^ov yiyr>oixzvwv eni )Ctp rats eyyp(xÇiot? evTev^sai -nrara'

xpoLTialov HOLi xaXÀM'ixo >;fx«[î'] ^amXswî. Ir/lw t'jivvv o] \tw\


u> ovSsv TzXtov tcliv r]vrj x£pot.TirA)\v^ O'PeiXun' xoLTaOiivixi -vw \v\uo[i\i\ii.vv\rT-

XOVTl
OLven) Tu;(^»;s x£py.Tioi Terrrrapcc x'xtolS'xXstw êtti toj' Û7rofx<fjn'?;[(Tjxo}'|Ta

ajTJaaafXcros o tj;s v7rofxi')/(Tc| vs] atrios yeyovws xat t);î Ta>r £t/;);|[ji.)|'

a-nrj\pTOvXw
Tw p/ cuAoyws aTD/TJ/fxIsvwJ ccvayxaadiio-cTai , ei Ss xcli \-r\a^£.fJ\y\v\s

Tfxiv ap'ia'l%jj.£.vrx)v t:7ra;^6[)/TjeTa(, wr/le y<xp £Xol<t1ov tmj» a |

i5 ava7i-£:fx\/'af vnep T«T);/5jas |xa{] ^î] (a]j:i.o»'7;î tov [3-Jeiô xpaTOvs t[ov y\ci\Xv-
î'0TaTOu(?)
xai T)/ eni-/_vpirA} fi£Ô'e/5fx.ej'e[;;]0);i'aj «î<aA[e]xTC) xaj «po; £0j'[v] . tt .
|

fTvv£<7iv •f-f-f- Fdfomt . .

Dal) MU KqI dccembrij Antiu


Ligne à. La lacune devait renlenner le nom de l'enipcrour et de l'impératrice; car

plus loin le singulier (Sao-t/sus (I. (j) prouve (pi'il ne s'agit pas de deux collègues.

C'étaient sans doute Justinieii et Théodora.

Ligne 8. XiTO : avec un accent circonflexe : c'est sans doute une façon hâtive d'inditpier

le tréma.
fjgnn 1 1 . KaTaSaXero» : un second X a été soigneusement effacé. — Tiio^t(ivi]crKOvTa. :

avec un esprit rude dans le ms.


Ligne i<). Me6'spfjievevd)jvat : pour ixsôepfxtiveuôtjt'at : une apostrophe dans le ms.,

après (is6.

Ligne ij. Fofonat. . =? (voir pi. X\l). J'ignore la signification de ce mol.

f.igne t8. Datum XIU kalendas Decemhri, Antinooupoli.

BlBL. : Journid d'eiilirc du iMiiséc, n* ha-j-jh.

67032. Contrat passé entre Palladios, comle du consistoire sacré, et le comte


E[>i{fonos, (l'une part, Dioscore fils d'Apollôs, Calliniquc fils de Victor,
A[)ollôs (ils de .lean. et Kyros lils de Victor représenté par Senouthos
lils d'Apollùs, habitants d'Apliroditô, d'autre part. Ces derniers sont

venus plaider différents procès à liyzance, et ont reçu satisfaction


Ciiinl. du Musée, n" (i-ooi. ;)
66 CATALOGUK DU MlJSliK DU CAlIiK.

[67032] par une décision impériale, notamment en ce (|iii concerne la question

([eVavTÔTTpaKTOVfTXPfJ'O!., reconnu à leur cité (voir n"" 67001», 67019


et 6702/1). Palladios s'enjjage à les accompafjncr à leur retour en
Tliébaïde. et à faire respecter les sentences de l'empereur, en qualité
à'e.reciitor negolii [èx€i§a,Tlrî?), moyennant une indemnité stipulée

dans le contrat. — Lon}j. '> m. i5o mill.. larr;. o m. 3oo mill. —


Gonstantinople (pi. XXll-XXIII).

Dale : juillet (?) 55 1.

Cursive droite. Lacunes iniporlanles, dues surtout à l'usure pnr fiollemenl de la

couclie superficielle du papyrus.

[•f Ba]a-jX[e<a? tou] [S-jetora^TOt; xai sv^re^Sio-laTOv rhairoTOv vf^''-»"'


<I>[Xav/Voi;
|

[lov^r!llVlavov tov atiw[i'j]ou av-yava-lov kcli avTOX(:aTop[o5]

eTOvs eixodlov tse^j-Tilov, fiera tî;[i'] vnauav <I>[X]j I{a<TtAto|vl


TOv XoLfXTrpI STOvs S£x\aT]o[v], TV "^po TSSVTe eiSw I[ouXtov(?) I

5 tvS} T£T(TOt.peiTxaiSz:x\ccTV?\, £1' T)/ laij.TVp'X xai [£7'|'îo^6i' <I>X) K[at|ra-7[aj'j-

TSoXtiVwit.y)- 7ix<t8& Ta?. . . . rrvyypa<^ov\rriv ofxJoXoyetas xcci

(TvvOvxixs [a]po? aXXv'^ovs [/îjtx* '^oXou xa[j] fSjas koli \anoLT\vs

Hixi (xvayxvs xai tso.tïjs vsepiypccipvs , yvvyLV ^?|'l


exrjva-))

cx.vOa.ip£Tw 'apoaip[£]rr£i- £x (x-sv tov evos ^£p[ovs Aiotxo/îos]


10 AirrA'XrjOTOs xai K.aXXi[v\ixo5 lUxropos xai AttoAX'xi? lwavt'[ouJ
xat Kvpos Bixropos Siol Z£v\o^v6ov AttoXIwtos 'nro[(Joufie>'ov t)/[î']

•/jxipoLV CLVTOv catovTOs, o/SfAo.)] fi jsj'Oi aTTaî'Teî aTTO xwfx);?

|xaXo]ufi£î'[>;? A]<P/:>[orî(Tj«i' to[uJ Aj'JTatOTrJoXejTOu j'[ofjLOv t);? 0);é'a(a)i'|

[e7r]a/3;i(£t[a?], ex \^£. toi;] sjepov ^epovs <1>X^ Il[aXXa<îjo? o XafA7r/2/|

i5 [xop;sJ TOV Q-\siov] xwvTiTlwpiov, DÏos \fj,)avv\ov TOV T>;? fxaxa/3(as(?)|

Ligne//. EtSot = idus. Je restitue lovltov, puisque, plus bas, on parle du mois de

juin comme étant déjà passé (1. 29).


Ligne i>. Tsaaapets : forme fréquente pour Tsaaapes dans les papyrus byzantins.

Ligne i3. AÇipoSncov : variante tout à fait normale pour Ai^po^jT»;?. La ville homonyme
située en Arcadie est elle aussi quebpiefois appelée k(ppoSncjv, notamment dans
Georges de Chypre (760). Le nom de la province se trouve forcément dans la

lacune, quoique la place soit bien exiguë; peut-être l'article Ttis élait-il omis. —
QrjSatCi'v : à la place de QtiSaiSos que j'avais restitué dans ma pri'mière publication

de ce papyrus (Wilcken).
Ligne i/i. OXaouibs n[aXXaJ'iOs] : sur ce nom, voir 1. 8G.
Ligne j.î. Koiivs : pour la restitution de ce mot, voir 1. loA.
l'APVlSlS BYZANTINS. 67

fxî'>/pi);|? xa|t E7rj)'Oî'o[s| o XoLUirp"! xfojfji, (x^x^rj^Tepoi fxev . .


.(?) |
[()7032J

opfxwjxevoi SX. T)/s \eovTi zrrj o]X£:[^' js t|);? ]

KaTTTra^ox'x»!' i:7î-[a^c>|;(t:tals] air

T)/l' ^XTlASlf^l ce 7}S\oa[i \v KCLl TOU . . . oXk Ta^[ . .


J

'10 fhiXovfievois (Tvixpdovciiî x.aTa\oi€oT£s evTOLvda. eivi TavTv[?l


7VS ^(XfTikevo\)at}s , v^J-sis oi 7SpoyeypafJ.iJ.evoi Aiorrxopos xai
AnoA},vs xoLi KaXXn'jxo? xa» Ku/îos ^t e/:A[ovJ "Ltvovdov tsoiovvoxt
T)]V yjKipiXV OLWOV, S"îjai' £TtrjpifTCL\J.£B(t XS.'keVCTlV x\aT(t\ TWV
civTiSixwi' 3;fA<:»ti' tov vrepi llpot-xXsiov "^aïooTOs xai Xomw
•..5 (tlTO T)/5 IJJJ.t'VepCtS XWfXlJS, £Tl fX7/)' XCLt XClB OlOV hmOTC
•aporxvnov ixTroScixvvixsvov axoÀovÔcos tj; S-tja vf^wv

\xeX\£v(Tet, xat ^e);6[e5'TeJs xaxa l'Ofxoi' W/sa. . . t/sos £xé'j6[a](T7ù[vJ

Itou wpJaj'fxaTOs, 'na/9ax[X)/'T |e(s iif/30(T);j'ey&;([aJfx|evj t); [ufAwi^J

Aafi7r/20T);Tt STrt lourtou fXj/ro> t)/5 ccpTivs T£a-T!xp[£i(Txat'hxarns\

30 £niV£^1)tT£(t}5 , XCLT AiyvnllOVS rh '!S£VT£ XOLl iî[£XaT);S,|

&)cr7e auT>;j' <tuj^ 0e&j 7S'xpoi.y£ivo(j.£rn]v tv Q)]\ëaLiu)v x,^/3a]

Xaé*!»' T);i' £ipviJ.£viiv S-eiav xeXeucru' j/to{ t[& <p\)XcL-/B£v{^])^

TS'Xp );U.CiH' S-^tOI' 'J-KOlXVVfTllXOV, XCLl £fl(piXVl<TCL'76a.l TOI?

XCLJOL yjjipCLV hiXt'j'hJpi'jii , XOLl TSCLTOLV £VVOliXV XOLl <T . .


p . . . .

35 XOLl £-n£l^lV XOLl OLypVTTVlOLV XOLl £X^J^a(TjfAOJ' Q'£[aOoLl[l) Tw]


V\J-£T£pW ZSpOLyfJ.OLTl , £(i)5 OV TSepOLTl 7Â!aLpoi.So[dv'T£TOii >;] SlXV
TSpo[s\ 'SaTa[î'J airoLXXoiyvv ol\v\70v fxi tj/s olvtvs

B-£iOL5 xeXevT£(jjs , XOLl Tslape^^oLi TSOLpoL TO èixoLrrlvpiov nTa[j>T]a


TOL £VT£TOLy^£voL TZpoacoTTX T)/ OLVTV x£X£V(Tei vTvo £yyva\s\

ho OLT^OLXeis , OV fx);i' aXXa xcci tsolvtol Ta aTioS£ixvvii£va TSpotrwira

Ij'giir iG. o XayL-npoTXTos xo(x : leclure doulcuse; ce serait l'abrûvialion de xoi^tis,

telle qu'on la trouve plus has, I. 10/1.

Ligne ij. Opucofievoi : correction sur opçieoyLevos. — Asovti aoXeus : on son^e


tout d'abord à AeorT07roÀ£îy>, mais la distance est trop grande entre les deux mots.

Ligne -jo. KaTaXaëovTss : v rajouté jiar correction.

lÂgnc a 3. A([a tou] (Wilcken) : au lieu de ma reslitution Si [ef/ou]; je crois cependant

apercevoir d(!s traces des lettres eju. — Woiowov : lapsus pour -aoiovfisvov.

Ligne aâ. Tov (sic) : pour tuv (Wilcken).


Ligne aô. KaO oiov [sic) : pour xaÔ oiov (Wilcken).
Ligne 9.0. YlpoacûTTOu : pour li- sens de ce mot, voir plus bas, 1. hli. — Tfxwr : [sic)

pour tjiiw (Wilcken).


Ligne 3i. ilur 0£4). L'o) il été corrigé en une lettre de lecture incertaine. Ces deu\
mots sont très douteux. — (:)rt[ëata)v X'i'P*] = reslitution de Wilcken.
Ligne .'i:>. (lW.ax^9ev (Wilcken).

Ligne 'JC. Rcslilution de Wilcken.

9-
68 CATALOGIJK DU MUSÉK DU CAll'.H.

[(i703-.>] xara t>;i' f^vapnv tov £t/3)/fX£i'ou tuttou, xat £xé'té'aT[ ajj

of)(_p£i TSepctTOs Sixvs , vu-w fxsj'TOt SiSop-evu^v Ta £fjn^[a|i'tT7ixlal

xoLi Ta avaXwjxaTa t);? Ta^ea'?, xat aTroXapi^ai'Oi'T'in' to TCTCLp-vov

aepos TsavTfxn' twv £vot.yofX£i>wv TSpoiTwii(xn< <T7ro/2[TjouA[rx»'],

/,5 Tou .îî aXkov vfUTews TSTaprov (lepovs tw avTwv o-[7ro/3TOuX«i'(?)J


<T7eXX0(X£J'0U TV UfXÊTe/Oa XcC{J.TrpOTVTfTWV <îs o'[ ]

£X T77? ^JX)/? )7 trf/90 (îtx);? £^eT7i vfxti' Xaé'eti' £»[?] Xo}'o[i' ]

V7r£/5 ^j;j!itCt>pLaT&'l' J/fX'Vl' Xai OLVTWV to ?;fx[{J'T[u T£Ta]/2|T0)'l

^spos, xat Tj; ufA£T£pa XafxnpOTyni to aXXo TfiTapTor, [««^'J'''7£


ef[''a'|

Oo TOUTO y7r£/2 T£ (TXvXfAOu xat XOTTOU xaj aî'aXa)fxaT[<.'>'j auTJ/s


j/TOf xat Twr rspoTiixovTwv avTV aouSoLpiwv xat •
p.)/ ^vi'aTÔat

auTJ/i' £1' ou(Σi'£{ afXi^i^aXX£n' )/ accpa.êm'o^i tol 'cT/30X£j,u.[£i'a|

rTviJL<pwva, aXX £<? zaspas a^at £uXo}'iwî xat (TTrou^aiws xa» (îtx[a](Cii[s|

xaTa waj'Ta £VTpa.vv Tponov, ^lyjx oicts fh]TiOT£ 7SpO'Vji7ia.\s^

55 xa< p(xSiovpy£ia5 xat \j-n£p()£T£ws xai avaëoXyjs xai fX£T£&'/3£tTfxo[u ]

xai )(X£VV5, £TOtfx<i'? £j(^oi'T£s xai î;fX£ib U7I-0 Xoj'Oî' wpo^£r5'/3£va-[a«]


TOU £l'«Î0Ç0TaT0U ol p(Ï.Tv\<Xtô TJ/S X.WpO.S, XCLl xov a

or ai' Trr/5oXî;fx\//£Tat vfxn' a7r auTaii' }/ v(^^T£/3[a] Xafx[7r/2&T);s j

£«s 0T£ £15 iS£paLS a^O^ V Tou xa0 î7[fxals 'nT/5a}'fxaTo[s ^ixv\

Go j a(x|£fA7r7rx)s xa( axaTayi'«^7«s xa . £t ^ £X§jé'[a'Tfxoi' ]

•roon/Taaôat xaj £X'îoui'at TOts fivayofXfii'OJ? ['ïff/30T&»7rot?(?)]

£toi[iw? £-)(0\L£v xiv^vvw };(x«v xat wo/îw «al J

xai hixas 'k£y£iv. Eya» t£ o 'aprA£y(Q£is XoLiL-npoT 0.105 II|aXXa^Jos]

OLvQop.oXoyW £TO{fX.'JS eX.^"' £fXfX.£H'ai TO»? 'apOp£irTU£lTl li.01 TSCtp [ufxai jv

c:, avixpfjLniois xai ofJ.o'koyyjiJ.ctrTiv, xat 'T]£p^y\i wJai'Ta xat £»s 'a£pxs

\(x\Zai xolB Oiov fh)nrjT£ -nrpoaj');fx[or]£t;9£i'Ta zxap vp.un'

TpOTTQV S£ TSp.ë. . . .CCI £)' Ta[i;Tai?] Tat] S rhf7l\

o^oXoyi(xi5 x[a»] p; £i' 0U'Σi'c( «[apajê'jM'at '^.'^^'^^

xaMa [t]î;i' «îurafxtv t);s 'arjp£iT6\£iT\v\5 ufxn' S-ctaî x£X£uJa-£w?,

70 aXXa (xaXXoi' £xé'té'aTa[( -nrjai'Tas tou? \vix\£T£pov5 \ctv\TiSixov5

Ligne ài. Ex6i€acT[a(] (Wilckcn).

Ligne ûù. Axpe« =axP'- — En(fiai'i(T7jxa : lecture presque certaine.

lÀgm ùC). IteXkoyievov :M. Wilcken proposait SioLaleWoiievov, au lieu de ma première

lecture aleika^ievov. — Le a initial du dernier mot est très douteux [crno^novkwv'l).

Ligne ôa. OvSevei : iolacisme pour ovSevt. De même plus bas, I. 55, ixereuipsiafiov

pour (lETEMpidyLOv , etc.

Ligne f)â. Empavri : pour £vSpavtj (note communitpiée par M. H. J. lîell).

Ligne ÔQ. A(x>7 : suppléé par Wilcken.

Ligne 6â. UpoSioptcrôetat : [sic); Sio rajouté en correcllon.

Ligne Gq. T(itv : correction de Wilcken.


PAPYRUS r.YZANTINS. G'J

tcjvs swsra.-) (j-ivovs xai a.nor'îcixvvfx.evovs sni wai'TJ X£i^aXat|w](?) [<)7032]

aJ'j/xoi'Tt vfj.iv xar avjfxiv |jx|£;(/3£t t);i? Tsepoiiwaews tov v^ieis-pà


TSpa.yjj.a.'zos- xa.i T^pocreiri tovtois, -u^ipos fT<x(per7lepav xai o-^y^pojjçpav

aTi^aXeiar, sTTfjôfjivvfxeOoL aXX);Àois, syw fxev vtxiv, vfx|£fs rîe ejxot,]

73 TOI' 3-ttoi' xat TsSaafj.iov opxov, tj/J' ^ît a}'{a[i'J xaj ©[fxootiTtov]
T/2ta«îa xa( tj/v 7'(X);i' xai t);i' <î;a(xcu');[i'] tû[v| x[a]XX([i'{xciuJ

)/aaM' rî^TTroTûv <1>X) Iouo-7tiua|i'ou tovJ ct.i(A)\viov avyova-lov^

XXI 0L\vTo\x\pixT(j\p\o5 efAfjLei'fijji' TOI? &)[


fAjoXoy);[ ÔcTH'] (sic)

wa/5 vfxci»!' aL[t.(poiepwv zv rauTais rais ï(Totvitois Sv\cr]i

80 o^oXoyiai?. Va ^c fxj; touto 'aoivaop.ev, rsctpe^ei to


p/
eiJ.\j.ivov nepos iw eixfxsvovTi -/^pvmov Xnpas r%o epyw
xai Swa^j-si 0inaiT0v(j.eva5 , xai axov ejXfxeven' tsixtiv
TOif Tspoyeypa.fXfj.evois crufxi^corojî. Kat £7r( tovtois omaaiv

eTTfi/swTî/ÔiVTfcS xat aXX);X&vs £7r£/3«T);a-ai'T£s ravÔ

sr. ovTO)? £;(^t:n' rîaja-£M' [-wjojen' i^|vXJaT7£»' £ts |'ny£/2ajs ai;ai

(jjixoXoyrjfraixsv. ]\po(TOix.o[Xo\yœ 'h eyw IlaXXa^tos iJLOi>o[[x\spws

£[To]t[fji.(Ws] fi^e'" £i'£[yx]£n' wfi^jr] £/3;^0(X£i'[ots] (t[u]i' 0e« ev Tavrats

. ]v QijêtxïSi 10 S-£{&[j'] u7ro(xi'[>;<T7|(x[o}'] t[o 'ny/3oay]op£v0[£r] fxot


I

x\ai\ (pv\(xjB\z%>\. . .TSctp [iijfxwi'

T)/s ^^la-rrl po^p-iji xai ^Vfxias tj/s av);;(0£i(T);s TOt[s ]

"
-apoLy^aaiv -cyyyjxvovfTiv tv T^r^s tj; -rrrai'£urîatfiori -nr[oXj£t

£Tt fXVl' a>(T7£ TO TSpOVOiXlOV TOV aVTOnpiXXrOV TJ^^J/jXaTO?

/,i'/,'-/((' 72. Mexpsi : pour {/£XP'-


'^'^-
«"XP^' P°"'' "XP''
J- ^2. — Uspaiooaeooi :
corrcclion

sur wepsa-ews, ([ue le rédacteur avait priinitivemcnl écrit.

Liljnc jS. WpocreTti : pour ent tout court (Wilcken).


Lijpic -jh. Tyists Se efjLoi : suppléés par Wilcken.

LijjitP 7.5. Trjv Se: pour Tijr te (Wilcken).

Lifriie jf). AfiÇiorepiiv : correction sur afiÇiOTspovs qu'on distiufjue encore.

Liipw 80. Uape^et to f/i; : tv corrigé en to.

Ligne Hj. ErotyLcos e)(^eiv eveyxetv vfiii' ep^oyievois : restitution de iM. Wilcken. — Ei-

TauTais= resur ces enlrefaites(?)" , cf. n° 67028, 1. 19.

Li/riw 88. On songe d'abord à lire [e]v. L'emploi fautif de ev pour ets n'est pas rare à

répo(iue byzantine : mais la première lettre a laissé une trace au-dessous de la ligne,

comme la cjueue d'un T([T]>;?).— [npoa7]op£u6[£r] (Wilcken) au lieu de [ai'a7r]op£u0[£i'].

Lignes (jo-tji . Un nouvel examen du papyrus m'a convaincu qu'il mau(iue deux lignes;
elles ont si complètement disparu, <pi'ellcs doivent avoir été eiïacées volontairement.

Ligne ()ù. XvnyOetcrns : pour avaxOet<7rii[l) (Wilcken). La conservation de l'augmcnt


au participe esl une faute fréquente dans les papyrus de celte épo(jue.
70 CATALOr.UI'; I)[I MIJSKK D[l CAIRE.

j; xat TSAeov rptfjôv vo^irT\t.ixiwv T:rap(x.rr)(_sOno-0(X£vw (^o\i\

isap vfxvv TCiiv TSpoccipyjyijdevTwv xai x(xi(x(pav£? •wo()/^a|fx]e|j'an'|

I
. . . \o\)S e-TVl TOU £V^O^i SOVXOS, KCLl Ol,TToXy}fX\l>O^Ot.l T/21T01' f/.£/2o[s
|

Tw vnep TOUTOU (Xvvo{iev(t)v, raSe . . . .v/r o-ai Ta


100 . . .£. y) TOV . ,TT .X. . . . <î(i)(Tiit ( ?
)
\-)(^\pV(TOVS Tp',a.Xo\vTlX s\^ . .£V.y. . . .

|Ta)| Setd» opxv xai [tJiw u7re/3 to[u|t|ou| £7r[j;]/5T);,"-JJ"'j' x[j|»vÎ[uj'W


|

rjfxoXoyia, xvpioL xai jSsé'aia rruv-çcOciTct r^pos tou


-crpoî aTraTtv -rrfai'Ta;i(Ou Tspu'^iprj^i.vv £prxnt](i\tt.i\

vixoXoytia-ix xoli vnoypa-ipas x^^P^ ^P-''


OLireXvTa, •]-

lof) -p <1>X riaXXa^to? xoji 7:x poycypa^ fisras eOsfxyv TavT7;j' tj/j' oixoXo
yiOLv sni TSCLrrvv tois 'nT/5[o]y£)'/3| afj(.J|u.ej'0(» av'^(pwoi5 xai .ps
VTT£ypaipoL x.e«p* e(^V ^" 'h 'I' T" *1*^ <l>o»é'afXfxwi' vV^avaTtov aTro .
|
|

T)/s 0);é'at'U'i' yjxypas, fxocpTVpw \rn'^£ tv ofxoXoyia ixxova-as -nra/QaTOu]

8-£fjt.£i'ou -f-
-j- (I)X) Ia)aj'j');[? ©Jelof^lw^oi; airo t>/s Auxwj' [«oXei^'s t);>(?)]
110 [0?/é'a<coj' j^vpas], [lapTvpw [tvÎs tj; OfxoXoj'ta axouora]? -nra/îa [tô S-euevô].

<I>A) . <»»/3 . . oyio? &£O^OrT^lOv\ £ . . Tsp

[TJaxTOfxtTÔwv eTTt Tr;s -apoT)}? tov toc fJ.oi.pTvpov (.s/c) t); . .

OfioXoyia. CLXfj\)rra.5 zsapa rov S-cfxei'Ou -|- <1>X^ ©so^w/oo? voTapio?


T>/i' xp£iot.v exTsXciM' aTrao-tv toi? £ivît:et? (?) ;<«{ to xa6'et'Tfx| a |

ii5 trroj[ov/]fA£i'o? ev t>; a}'ja'TaT); fxsyaX); exxX>/TJa TauTV»

[t)/? |3a]<T<X£uîo? -woXfiws, (lapTvpw tv^£ t>; [a<T(^]aX£ta

T); £XTeO£im) Ts\apix] à.iOfTxopo\v\ xoli KccXXivtxov «ai


Kvpov liia 2£i'o[t/j0o|v], xat [AttoXXJcto? , sis TlaXXa'ÎJOJ'

Tor £V

lÀl^ne (j5. Be&K^ : on peiil lire à la rijjuciir fisSatcos, qui est beaucoup moins probable.
Ligne gj. KaTai^avEî: ponrxaTa(paiie(s(?). — Restituer 'cron;<7a(/e[i'(i) TOiis(?)](Wilclven).

lÀirne g8. 0[px]ous(?) (Wilckeii) : peu probable, on ne voit pas de traces du x.


Ijfriie loG. na<T)7i'(?) : pour aaaiv.
Lijfnf loj. Ce sont sans doute des ICjjyptiens résidant à Conslantinopic, ([u'on a

mandés comme témoins.


Ligne 1 13. TaxTOfiiaôcov : restitution de VVilcken. (le mot, qui désignerait une catégo-
rie spéciale de soldats, ne s'était pas encore rencontré à l'épocpie byzantine.
Ligne 1 i/i. EvSeeis : lecture douteuse : pour erSesail^"^).

Ligne j I
(f.
Il doit manquer environ dcuv ou trois lignes encore, (.e papyrus est complet
mais la coucbe superficielle a disparu.

Bim,. : Journal d'entrée du Musée, n° Ito'jjb; Jean Maspero, Eludes sur les pnpyrus d'Aphrndilé, l,

jrUii proct'S adminisU'alir sous le règne de Jusliiiieni (Bull, de l'Instil. franc, d'archéol. orient.,
I.Vl. fasc.i); compte rendu et corrections ilaiis WiLCK EN, i\rchio fur Papijrusforschuug , V, j». q8;^.
PAI'YHUS BYZANTINS. 71

FINANCES.

67033. Quittance d'impôt (27 noniismala 1 Kspdjux) pour la première levée des
yovcriKdi de la jtremière indiction, délivrée aux magistrats [loi d-nb tîjs

xâi^i^i) d'Aphroditô, et sijjnée par lléliodore, trésorier de l'éparchie de

Thébaïde. — Long. om. l'io mill., larg. o m. 3io mill. — Antinoé.

Dalo : av;inl ^ih.

(lursivc droite.

•nT/3WT>;s xoi.\Taëo]h}s ^pooTVs iv^^j, x,/3u<tov voikitiloltio. eixoai e-nfla, xepixiia.

Sexa. Vil yjJ v x'C, xj lu ev'rlaOfj.a. cltiXcl. Kat ets iJfxwi' a.T'Pot.Xeia.v xai tov

Si)(io<Tiov Xoyà
:, -nreTTOjj/fiaj tovto to evTayiov fxeO vTrC/ypac^iis ep/s ws tspoxznct.i \-

-|- Wkio^u^po? eOvixj -/^pvarjdv} £7r(xp)(_£ia5 Qvêoù'Sy ryloi)(j.i [loi

TO ei'Tlalytov iwv j'OfxtTfxaTj etxom eitlcL xepaTux fhxcc ms Tspoxll

Siisciii>tioii illisiljli' au verso.

Lijrnc 1 . A/= Sia.

lÀjnic. a. Xpu(T«xa : impôts payés en espèces; s'opposent aux avvoviaKa eiStj, qui dexaieiil

être, e;* principe, payés en nature. — TnXoi = liluli, chefs d'impôt.

Liinic h. Tij xpI S x<i x/ « = yivsTai xp'^^^^ voyLta(iaTa


x^' xepaTta t .

Ligne (). Edvix/ = eOvtxos. — Xpvcjnyv^ = ^P'^fW'??- — Qtj&xïS^ = Qv€atSos. Sur ce

titre, voir L. Mmicis, Gnrclt. Pnp. zu Leipzig [Arcli. Papijrusf., II, p. 2 Go).
f.

Ligne 7. Remar([uer l'incorreclioii gramnialicale de celle formule : ^o evTayiov tow

vofita^iaT'Vv eiK0(7i enla Ksparia. — Ylpox.// = -apoxenat.


BiBi.. ; Journal d'entrée du Musée, n" /i077(j; Jean Maspero, Eludes sur les papyrus d'ApInodité,

rôfjne de Juslinieiii (Bull, de l'insth. franc, d'archcol. orient, du


"Un |)roccs adniiiiislralif sous le

Caire, I. Vi, l'asc. 1, p.ip. n* V); Wii.cken, loc. cit. (voir 11° GyoSa).

67034. Quittance analogue 00 nomismnta) pour la première levée des p(^ptja-oca

de la
( i

première indiction; signée du même trésorier Héliodore. —


Long, o m. 170 mill., larg. o m. 286 mill. (il manque un centimètre

environ sur le bord gauche). — Anlinoé.

Cursive (Iroile et nette, analogue à celle du numéro précédent. Signature de la même


main ([ue la signatuie du n° ("i^oSS.
72 CATALOGLlK DU MUSKK DU CAIP.l'.

[ej5 Xo|}'OJ' xfxvovtxwv xai y^pvmxwv tit'Xw mpvTV^ x<XTCt6oX\vi\ xocvov}

[ivSj , y^pvrrcjv vo(xirTix<XTia exarov eua-7) airX/. Vij


xpj"' p/l ^^'^h a7rX/[Kat t-|<>

\xai Tou ^i|[xoTlrJV loyô 'aencmiixoLi tovto to svTCtyi (xeO vnrjy pct.2:v? ^u-vî
aïs Tspoxj

5 [-f-
HX\iOf]a)poï sBvixj xpy^^^^y} fna.p)^£icts ©v^aivî)-

[a7rX|/ evalctO^ ws zspoxjj

Susrriplion illisible an verso.

Llifue 3. Kai'oi'f = xoLvovos.


a.

Ligne 3. Evay aTrlj = £va1(xOyta. a-nXa.


Ligne /i. Erraj'i : pour s\nayiov.

HiBi.. : Journal d'cnlrée du Musée, n" /10777; Jean Maspkro, oj). cil. (cf. 11" (JyoSS), |ia|). u' VI.

67035. Quittance analogue ( 1 1 ^ nomismala i 4 xepdiia,) signée du même Hélio-


dore, trésorier général de l'éparchie de Tliébaïde, pour la troisième
lovée des y^pvaiKd de la sixième indiction. — Long, o m. 078 mill.,

larg-. m. 980 mill. — Aniinoé.

Cursive analogue.

i^eUvxamv 01 cato «[ciifi);^ A]^| /20<î»T>/? tou Ai'TatOTroÀJTOu , ^j Ivaj'j'Ov(?)|

VTt'jriex'T^ , £1? Xoyov xavovixwv xa.1 Travcoiuni ^pvmxrxiv T«TA<i'[i' I

Tpnvs xaTix€rAv\s £\xTi)s ïvSix\ |a Tvs AvTaioirrAiTfjLiv,


Xpyo-ov vofiirruaTict exciTOv Sexa. Terrrrapct , x£p\aT\i!x f^\£\xa. TsarroLpcc £vt\1j,\

.". aTrXa •
y-ij
y^pj v piS xj iS evrrl} ct.-nXj. [Kat |
eis UfX'WJ' arr(pa'ki.i(xv xat tov ['î);fA< |

"koyox) -ffeTroo/fxa» tovto to er>Taytov p.ed viToypa(^vs £(J-V^

ws T3poxll+ lihoScôpos e\dvi\xj yi^pvawv, £-n\oi\pyj,ict.5

rsiTTOtvfiai TOVTO TO svTOLyiov TCtti'


I
j'OfAJtTjxaT) exarov Sexa. TS'7[rTa\p\a\
xspiXTKX fkxa TSTaapoLvnsp |t);s(?) T/otr»;]? «a[T]aé'oX> exTV? ivSj ««'[? 'apoxj\

Siiscriplioii efl'acée an verso.

BiBL. : Journal d'entrée du Muxce, n" /10778; Jean Maspero, op. rit. (cf. hibl. du n" (i7o;i3),

|)a|). n" IV.


l'Al'VliUS BVZAMINS. 73

67036. Quittance analogue ( i iwmisitia moins 2 xspdTioc) pour la ... . levée de


l'iiulicLion (jualiièine. La si{j;nalure a disparu. — Lon{;. o ni. oû'j niill.,

lai-fjeur de chaque fragment o m. 100 mil!. — Antinoé.

Cursivo analogue. Deux fragments.

•f-
As'îd'xaTJV 01 aTTO x[(a.i^i)5 A(ppoSiTiiî
I

TÂSpwTOKJ (îta TÔ S'a[ufxa'T) lwaj'j'5(?) vno^eK-zô, iifj Icyav rov -avp iom
xoLvovcis T£Tap\r7)5 ivSj V xaT) , x.pvaov l'OfxJo-fxaTtov] cv TSapoL Kipriria.

.f)
WÊTron/fxat Ta|i;T);'' t)/'' oiiirjf^ei^iv . ....

Siiscriplion illisible au \ciso.

/yig'Mf 2. Ilyp == -crupot'. C'est une adaeralw.


Ltgiifi 3. T-Ttep xaTaêoXvî : restitué d'après la ligne 9 du numéro suivant.

Ligue â. \pv(TO = yoxtaoyo'iKv.

BiBL. : Juunial d'eiUicc (lu Musée, 11"


'10779.

67037. Quittance délivrée |)ar les trésoriers Aniniônios et Victor aux maj-istrats
dAplirodilô; ils ont payé, pour la troisième j^araê'oXr; des kclvovikô. de
la huitième indiction, c) nomismala, par rinlermédiaire de l'hypodecte
Kokkinos. — Long. m. i3() mill., larg. m. 899 mill. — Antinoé.

Cursivo droite.

•f-
Asiîa'xaTM' 01 cltio xv^j-Vî A^poSnijs (]j Koxxjro vTroSexj, sis Xoyov xavovixj
X0LV0V05
oySoys tvSixj, v Tpniiî xaTixSoXijs, tspos pLerpvTiv Maju.fxa[?] ay^rj\i),y^pvao\j

j'|ofX((TfAaTJaJ

tvvicL oLTv'koL. Vij y^pj V aTrXj (J.OV). KoLt SIS fT)}v a^^aXsiav xai t5 Svixcktiov,

TSSTTOirjfxai \tovto\
TO sv\T]a.yil œs 7n pctx jj <)}Xk^ A(j.^rxivirjs xai liixjœp y_pva-^, rh s\xov A|u.j:ia'|>'|t|o|

^idrîrjy^j y^p\)\fTfji)Vfx1v{1Y\

Suscripliou oITacée au verso.

Ligne 1 . Kavovixl : xa.vovtK<i)v.

Ligne s. y = unsp. — MafifxizsÇ') : cf. n" 670/1 1, 1. 7.— "^ypl^^^ ayol^aaliKOV.


Ligne .'!. Movi = ^lova. — 2>;'' mu paraît devoir désigner Kohxivoî.

Ligne à. Y.via.yij : pour evTaytov. — OXX^ = *l>Xaovioi. — Aia^o;^^ = SiaSo)(pv. Le Sta-

Soyoi semble être un subordonné du trésorier (cf. n" (JyoSj, I. 8 : SiaSox^os avTOu).

BiiiL. : Jouriiitl d'ciilice (lu Musée, n° '10780; Jkan Maspf.ro, op. eil. (cf. n" ()7o33), |ia|i. 11" l\.

Calnl. ilu iWusi'c, n" <')-ooi. to


74 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

67038. Quittance d'impôt (116 nomisniata 8 xepdjia) pour la troisième levée des
impôts de la quatrième indiction, sijjnée de Victor, trésorier général
de l'éparchie de Théhaïde. — Long, o m. 070 mill., larg. cm. Biomill.
— Anlinoé.

Cursive arrondie.

[AeSwxaaiv 01 cmo xwy.rjs A<ppoSiTyjî tov XvTaioirohTov vo^ov, rîja]

[ VTToSeKTOV, ei5 \oyov xa(]


avvfjôviaxwv ei^wv Tpiryjs xaT[aé'oA]);5 T£T(XpTi)s ivSix[Tifxiv}, y^pvTOv]
voiJ.ia-fJ.oi.Tcx. sxaTOv Sexct T£<r[rrapoi,] , xepaTia. oxtw evaladfx^ aTrXa. Tij
_ o *
5 "f^jpvcro V piS xj V evrrl} a-wXj Kat sis vjxfjov a.a-pa'keKxv xai tov Siffj.oa-iov Xoyov
TSeiTOirjiJ.a.t tovto to evTayiov \fxe6 vnoypa.(pv? efi]?;? w? TjrpoxeiTCLi -f-

[B]»XT&)/0 edvixl y^pv} £7r[a/2]^) 0);[é'ai']<5'[)] W£[7r]o(};fiat tovto


[to svTayiov twv vofita-fj.} exoltov Sexa Tzarrapa xspiXTia. oxtw rxy? 'apoxl^.

Ligne 3. On a vu (n° 67086) un exemple d'annona adaerala; ou hien les a.vvuvia.xx


£<^>; éfaient-elles destinées aux traitements des fonctionnaires («HHo/îae)?

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, n° /I0781 ; Jean Maspeho, op. et!, (cf. n° 67083), pp. 11° VU.

67039. Autre quittance (i i /i nomismala 18 îtepâxta), pour la troisième levée

des impôts divers de la neuvième indiclion, signée de Victor. —


Long. cm. 975 mill., larg. o m. .'^)Oo mill. — Antinoé.

Cursive droite et arrondie.

[-f-
AjerîcoxaTM' 01 [a7r]o xw\j.} kpp^o^iTV? tov AvTa.iono\XiTOv vofiov, Sia\

Iwavvov v7ToS£[xTOv , £15 loyov xa,vovi^x\j xai] TSa.[vTOiMv^ yji\v(Tixun> titXwv]


[xa]t avvwvi[axcLn>] £i[^î(iM' TpiTV? xotTaëoXv? evoLTyjs ]
iv, y^pvrrov voixtT(xaTia
exaTOv Ssxot. £uo-7a0[fxa] a7rA|a, Xfv tî;]? auT>/? t/5j[t);? xaraé'oXr;?]

5 evvoLTrjs ii>, y^pvfrov rofXKTfxaTta T£'T'T£/3[a], xepctTi\a. <Σxa| oxtw yif "^ XPI '*'

pi^ xj ivjl
evfTl\ad(j.a a7rX]a. K[aj £jî] v[fiiwv] a«T<pa.X£ia.v xai [t]ou 'î);[fxo'T]iou Xoyov
TS£TTOf)JfJ.<Xl

tovt[o] to evTayiov fisd \v7i]oy pa<pri[s £|fx^;[s w|s Trrpo[x/. ïitXTUip eOvixj]

XP'^'^) ^'^^p'/J ®il^[o-(\h TS£\T^oivii.oii\ TOVTO TO svTayij T^tr voixia


fiaTiw £xa.TOv ^£xa [T£TiT£pot., xj\ S£xoi. oxTfj.y \vn£p\ T/5Jt[>/5J

10 xoLTaêoXvs £j'i'aT/?? ïvSixj «[s] ap[ox\l

Ligne II. La lacune contenait l'énoncé d'un autre chef d'impôt.


Ligne 5. Efj-aTjjs : («ic) pour evarijs. — =#= = Of/ou(??), cf. n" {lyo.'t.'i, I. ().

Ligne Q. K/=xepaT<a.
l'APVUUS BYZANTINS. 75

Ail verso, suscripdon, en une seule ligne :

'p EvTCCyij TÔ y^pVTUiVÔ TpiTV^ XaTtté'oX/ XaVO Vixj )Q IV V pifi xj [67039]

Simcnplwn. Lire BixTopos. Le mol xavovix/ est coupé par l'emplacement du sceau.

BiBi,. : Journal cl' entrée du Musée, n" ^loySa.

67040. Quittance délivrée au hj(j.6(no5 X6yo^ crApliroJitô par lo «Iribuni


d'Antaiopolis,au reçu de son traitement annuel. — Long, o m. i ^Bniill.,

larg. m. 3,'5o niiU. — Apliroditô ou Antaiopolis.

Cursive.

Complet (sauf une lacune sans importance au début de la ligne A).

-f [Aje^îciixaTt ot ano xvixvî A^poSni)s '^j Icoaî'j'ô B-avtxaT^ vnoSeKTÔ tols

XCLTCL TO e60S SoOsVTCaJV TSÛLp UfiWV T&' XIXTIX XOLipOV TpiSovVd) Al^TatÔ, VTTSp

xavovos TeTapT);? ïvSj,

y^pvcrov j'[ofit]o-fxaT<a Svo TSapa. xc/sarta Tsa-rrepa. tw )(^pv(70-/o'ixrjLi alaO^ar yij

Xpj V ^-al xj rî
xpI
[a-laO[J.j Kat sts Ufiwf a<T'P\aAsiav iseTToniu.OLi tj/i» anoyjijv xoltcl to eQos us
TSpOxj
:i O xaBomwiLsvos jpiêovvos Si sfxov BtXTOpos So^za-ltxov (/loiyji (xoi v (xnoyri]

«l'ff 'apoxj

^bapixctOi ïç ivSj } -f-

!Suscri|)lion presque connilèlemenl effacée au verso.

Lignu 1. AeScûxaai : [sic), sans v euphonique. — 0at/ftaa-^ : B-avfiaaic^arov.

Ligne 2. Tpiêovvo) : le tribun est le commandant des troupes cantonnées dans une

pagarcliie (cf. Jiisl., /Ed. XIII, I, 7 ei pnssim). La xaifoj d'Aphrodilô continuait donc,

au point de vue militaire, à faire partie de la pagarcliie d'Antaiou.

Ligne 3. Ts.aaspa. : fré([iient pour Tseraapix. — H/ = •aapa. —A la fin de la ligne,

lesecond xp/ ^sl évidemment pour xpxjcroyo'i^rj) (cr7a6/x(i)).


Ligne La fin do la ligne est illisible et semble écrile en caraclères lachygraplii((ues.
(').

— Le mois de IMiarmoulhi est le dernier de l'indiction égyptienne : le traitement

est donc payé juste douze mois d'avance (ind. III).

BiBL. : Jounial d'entrée du Musée , u' /10783.


76 CATALOGUE DU MUSKE DU CAIRE.

67041. Quittance d'impôt (30 nomisinala^ pour les nccvoviHd do la huitième


indiction, délivrée aux ma{>istrats d'Apliroditi') pai" les trésoriers Ani-

mùnios et Victor. — Lonp;. o ni. '^gy mili., lai-jj. o m. \-20 mill. —


Anlinoé.

(lursive. Le bas du papyrus est émielté.

•f-
A£'î[ctJxa<Tn' [otj ano |x|a>p;[s]

A(^p\o\Sirvs Sj Koxxivô
v\iro\Sexl £is [Aojy)

xcLvovixl xavovos

5 oySoi}^ iv^iixjl yj t/3»t);s

xoLiraêoXvs , rspos (xerpi}


fTiv Alafxfxa?,

/^p\)rrQ\) vrj^ifT^cLiiOi

TpiaxovTO. £^, aTrXa.


I o Ft/ xpI " ^?" //
otTiX/

fiOJ'j. Ka{ e[tj5 <T);j' a'T[ipaX/J

\xai TOv rî^;fx]o(TJo[vJ , -w[e]

|Trrot);]fji,at tou[to| to £j'Ta[y(0)']

A|u.fjLa'r([ou] 'îta'îo;^^* ;)(^|/3|t;(T)'

rrloiy^ti fxoi fijs TSpoxjl

Siiscriplion effacée au verso.

Ligue /i. Kavoi'ix/ ^ xavovtxuv.


Ligne 5. V : abréviation de la préposition v-nsp.

Ligne 1 1. Mov ^ = (xova [\o\r n" Cyo^y, 1. ."5).

Ligne 1 0. AiaSox} XP^'^} "" SiaSo^ov )(^pv(jeovov (cf. n" Gyo5 i , 1. 8).

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, n" 6078/1; Jran Maspero, tUii proctîs ndiniuistralil' sous le rt^gue

(le Juslinieni [Bull, de l'Inslil. franc, d'archèol. orient, du Caire, t. VI, fasc. i, pap. n° X).

67042. Quittance délivrée aux magistrats dApliroditù; ils ont payé pour les
KOLVoviKÔL de la sixième indiction loo nomismala, par Tintermédiaire de
l'hypodecte. — Longueur(de chacun des deux fragments) o m. ogG mill.

larg. o m. 180 — mill. Antinoé.

Il manque, au milieu, un tiers du papyrus, mais deux ou trois lignes d'écriture seulement.

Cursive droite.
l'AI'Vr.US BVZAM'INS. 77

f- AeSwxccfTH' Kwixyî \(ppoSn[i)5 ... | ....].. .


[CnOfil]
«î/J,

vnoSexl eis Xoy^ xavoviKJ [}cav\ovos exT[)}s\


ivSixll 'apos fA£T/3);<Tn' ÎMafxa[?(?), y_\p\)rTOv

vo[Jit(T^a.Tici. exoLTOv svo-j aTj-A/. Vij -/^pj \v\ pjj

:. a.TiXj fxoî'). Kat sis ij^wv 0iT'PixXei[av\


xa.1 TOu 'h; (jiomov , TSenont (lai touto to
\evTCtyirjv dis Tspaxj etc. .
.J

An verso, siiscriplioii':

Kypa^pj (I>afxei'co0 t^ ivSixj exTy?.

Lijpw 1. i^sSoLinaaiv (o< aTro) Jiooixiie : (sic).

IÀ(rne 3. Cf. 11°' Gyooy, 1. a , et Gyoii, 1. 7.


/.(^/(C /J. \i.va/ aTty = evalaOïia ait'ka.

fjiffiie (). Tou <î>j(/0(T(Ot; (sous-(?nlenclu Xoyouy


Susrription. EypaÇi/^ eypaÇiij.

lîini.. : Journal d'ciitire du Musée, 11" ioySS.

67043. Fragment de quittance délivrée aux magistrats d'Aphroditô, attestant

(ju'ils ont payé pour rirnpôt en nature de la septième indiction, par


l'intermédiaire de l'hypodecte Abraham, une somme de —
Lon[j. ni. oG,^) mill., larjj. o m. aoo mill. — Antinoé.

Le comniencemenl seul est conservé.

Cursive ordinaire.

•f-
AsSvxamv 01 cltio xwfj.ijs Xppo^ijvs SI

A^jpJaafx|{Jô vnoSexTÔ TSpos (J-CTpl Mafxa £[i]s Aoy

Bini,. : Journal d'cnlrcc du Musée, n" /1078C.

67044. Quittance d'impôt, sijjnée par FI. Origones, et délivrée aux pi'ôtocô-
mèles d'Apliroditù, pour avoir payé 8 nomismala moins 3i KepdiTiix 1/2.

— Antinoé (?j.

(iiirsive. Composé de neuf rragineiils.

•f-
<I>X^ Opiycinis 'h £ixô «hojé'afXfjLCiU'os î'ai[T(?)| tois -rspociTOKOiifi^ A<PpoSny):.

Lif^iir I . N^»t(^i') : pour rOT(otp(oy)(?). — WprxnOKOyLyL^ : pour zspùnoxvy.)iTats.


78 CATALOr.UK OU MIJSEK DU CAIUF..

I j

)lp\jfTOv i'OfA[ja-fxa]Tta oxtm wa/sa xeparta. TpiaxovTOt. ev j;fAt<TU ^"uyv.

Tij y^pl \v\ V II


T^l ^^pj Aa L, Il '(."oy- Kat si? v^xw aTi^aXcjar Trô7r|on;-

fxat] Tovro t[o]


5 ei'Tayjoj'l T)/> Tspun)!? tvSixj
I

Lime 3, Huit sous d'or moins .'>


i xspaTia. t/i : celte manière de compter esl singu-

lière. Le nomisma vaut a A xspaTta: la somme payée par les magistrats d'Aphroditô

est donc en réalité de G sous d'or plus t (1 xepana 1/2.

Ligne 5. Les mots tijî vrpeoTtis ivSix/ sont écrits sur un fragment déinclié, dont la

place ici n'est pas absolument certaine.

BiBL. : Jouninl d'entrée du Musée, 11" '10787; Jean Maspero, "Un procès «dininislralir sous le règne
lie Jiislinienu {Bull, de l'inslit. franc, d'arclicol. oricnl. du Caire, I. \'I. l'nsc. 1, |ia[i. n" Mil).

67045. Quittance délivrée à Apollos, fils de Dioscore, par les pcifrarqucs (rAntaio-

polis, pour les dc/lmoi de la troisième 7ia,r<x€o'Xv, huitième indiction.


— Long. in. 060 mill., larg. o m. 1^10 mill., pour chacun des deux
fragments. — Antaiopolis.

Deux fragments : le milieu des deux lignes a disparu.

Cursive penchée.

"l"
A£rk»x£j' ATToAX'it? A{0TX0/5Ô £1? X\oyov ^ijlf-omw arrn\xl -ctoX) Arratô y
XOLTaëoX} XOLVO Oyfh))S IVrij,

xepj Sexa. vfxjcrv yij xj i L,. Oi £vSo^\f TSOiyapyjti ^/ efxou viro^cx'


J

e^Ê'Wxa TO £vroi.yij ats Tspoxj

Une (lemi-ligiie en tachy{jraphie.

Ligne 1. Eis loyov Stiftoaicov aaliKw : cette lacune, ainsi ([ue celle de la ligne 3, se

comble grâce aux numéros suivants. Les gens d'Apbroditô devaient payer deux

sortes d'impôts : les ajltKo. pour l'entretien d'Antalou, la métropole, et les xcofitiTixa

pour les dépenses de leur village (cf. n° G 7 060). — Kavo : abréviation de xavovoi.

BiBi,. : Journal d'entrée du Musée, n° /10788.

67046. Quittance délivrée à Apollos, fils de Dioscore, par Thypodecte Pierre au


nom du pagarque Julien, j)Our les daliKÔ. de la deuxième JcaïaSolv de

la quatorzième indiction. — Long, o m. o/i5 mill., larg. m. 3o'> mill.

— Antaiopolis.

Complet.
Cursive penchée.
PAPYRUS BYZANTINS. 79

-|- ilsSrxyxj An\oXXi05 AïoJTxopb , £<s Xoy) -î>/fAOTtiwi» a[ajli}ij tsoX} A[v7a.id Sev- ['>"046]

Tsr7fTap£'Txai'^exixT\')i^s ivSj, vofxto-fxaTia Svo x£pa.7ia, Sexa.. Vij v (3 xj ï. O


Êi'(î[o^)J Tsctyap-^^ \ov\hxv(j5 <î/efxô

lleT/îô viroSexT)' e^eS^xj to evjayiov ws TSpoxj \\\ (etc. .)

L'tfrnc 1. ArTa<ô : reslitué d'après le n" Gyo/iB, 1. i.

Ligne 2. O svSo^OTaTOs aaya.p)(Oi louXiavos : cf. n" G'yoai, 1. oi.


/.i/j'ne 5. La Iroisièmc ligne est coinplclée par une série de signes lachygraphiques

(cf. n° 670/16). — Lire e^eSuxa. (le sujet est Pierre).

IJiBL. : Journal d^ entrée du Musée, 11" 40789.

67047. Quittance analogue, délivr(^'e par les pa^imiues à Dioscore Psimanôbet,


nour la troisième levée de la quinzième indiction. — Longueur
o m. i3o Hiill., larg. o m. iic) inill. — Antaiopolis.

Complet.
Cursive penchée.

[•f-] A[£]'î[6i)]x[£i'J ù^io<TXop\os f ]tfxai'&»é'£T ^j Atô t[i\s \oyov hi^O(jil y xcltol-

ëohjs xai'[ûrci?]

TS£VT£X(Xir^£xaTVs iVf^j xepaTio. e-nla. TiJ [xj ^ a7rX/j, pa^xerwO xc t);î T "'^/.

Ot evSo^oT}
wa}'[a]/3j^> Sj £fxô I
v\noScxTd rrefi-f-

Le reste en blanc.

Susci'iplioii au verso, complètement eiraccc.

Ligue 1. Arjyiocnl '= Sriytoericov.

Ligne 3. Le pluriel 'srayapxat se retrouve dans le papyrus de Londres, n" ibh'j

(inédit; cité par H. J. Bell, Jourii. of Hcll. sluiL, t. XXVllI, p. 102). — Ssfi :

pour ascfinieiufiai (?).

liiRL. : Journal d' entrée du Musée, 11" 40790.

67048, Fragment indéterminé signé de Victor et Jean (trésoriers[?]). — Long.


o m. 090 niill., larg. o m. 2o5 mill. Aphroditô(?). —
Très incomplet : le début et la lin sont perdus; le milieu se compose de trois fragments

qui laissent entre eux de notables lacunes,


(lursivo.

TpidxoTlov £ç| . .
|ol . . . £i^J'[ ]ta, xai STOJfxws £x[w\
J
80 CATALOCUK DU MIJSKK DU CAIliK.

xavovixa t&\ . . . |o? xaipo xaTa| |


. fiara t)/s auTV? xwfx));
\\) xav]ov\o5 . . . |. T}7f •çre|u.7:^)/|s (>'(îix/j xaj avT);|sJ «îta waj'TOî
5 £.[. . ]t); -ct. . .ea-^ers tovto to e7rj| a7aAfxa] et> aTi^aXejav t5 rhjfxrjrTirj

fied vnoypa\<pvs] j;fxa'»' xat êtts/î r^^fioX^ 'ï"ï"ï' [Av|/27;XtOs IJ<xtv/3 K<A.irrlot.vTiô

Tspoxj sdstxvv TO •&rt(T7aXfx[a


I
&>[? T^p^r/xj Au[/5);A|to> l'^iari')/» KvrTai'T

Ligne 0. ETrep aifioXi = eTrepwrnôevTSs ro(xokoyt)cra(xev.

Ligne, j . Ylpox/ ^ ispoxEifievoi. — Wi(T'l(xk(ia : lapsus pour STri(TlaA(j.ix.

lîiBi.. : Journal d'enirée du Musée, n" /i()79i.

67049. Quittance délivrée par le percepteur Kyros y Al)raliani, ^ofjQôç de la

KfjiyLYj d'Aplirodito, pour le versement du restant des impôts de la

quatorzième indiction. — Lonj'-. o m. 3io mill., larjj. o m. lo.'î mill.

— Aphroditô.

Complet.
Pelite cursive droile.

<^X) )s.vpos fh £fx& '^h(pavô

[t.£l'(0Z£pl TW S-aUfXaTKj'T)

Aé'jOaafX(ii) jSoj; xw^i.)}?

5 -aOLpOL (70V OLTIO TC«>1' yip£rjL)fT'j ÔIX£V(tM>

[v^Ttsp Xonva^o; tw (ivp-omwv


TJ7» auT);? xœfiijs, xavovos

TV? [TJeTTa/oeTxaf'îexaT);? ïvSj,

y^pvtrô l'OfAiTfxaTta TSTrrepoi.

lo £VfTla.6fX} fh)iiomw ^vy


Vl V ^ SVtI^ ^'^Jh TCCTa
'/_pI

Taxra (SaXeif fAOj ^57 t5 xvpiô


ÀTToXÀ&tTO?. Kaj ets tj/î» aTi^aXetar
TSs-notijii-ai (TOI tôto to evTayij ui5 Trtpj.

Ligne 'J. MeiioTspl^ fjLSilorepov.

Ligne ,3. ^orjO = (iondv.


Ligne h. Le signe yi^^=yanpsiv.
Ligne lâ. np/^-apoKenat.
PAPYHUS BYZANTINS. 81

l5 O TSpOXJ TCTV/OS Si £[1.0 ^^Tepai'Ô


' [CTO'iO]

(r'ioiyj.i [xoi TÔTO to ei'xayt/ ws TSpoxj


|AuJ/3);[Xjt&? A6'/3aafxtos Atô ol^iwOsh

eypix^pa vnep a.\)io ypa.fj.^j.a.ra fxj/ eiSoTOs.

Ligne I 5. O spOKetyLevos TS-vv)(ui.

BiBL. ; Journal d'entrée du Musée, \\°


^0792.

67050. Fragment de quittance relative à ïannona mililavis d'Antaiopolis. —


Long. m. 137 mill., larj»;. o ni. lAo mill. — Antaiopolis.

Cursive ordinaire.
Incompiet : le commencemenl cl la fin font défaut.

. . . . rspos iijxa? aporrlay^j-l axos]


I J^£<

[
. . . . ]a{ ar>aSo9evT05 vp.iv tsap [sfiouj
uTTsp ai'j^coî'[(i)]j^ (/] paTtWT^w^v Ainaiô
xa)'[o]i'0? 'nrpw[T]j;s ïvSI, oivoxptov
ox[Ta]xKT;(^«:(Xjas enlaxoTias cr£j'T[)/''/J

e^ œv £v y^pj oivoxp^j xS£wixxirr/(jE.ikiix\?\.

[rj</ o\j\^VOXpl pi\^^V II Ta TS010\)VÏ0L

vofXKTfJuxTKX TSiVTVXOVTa £ucr7a0(x[aj


î^vyw. Kat £t> ao-i^aX£tar' i/fjtwr xai tov

<î>;fi.[o(T]tou, 'i5£7roj);fxaj TawT);i' t);>'

(p[opit\oi.piav œ[s] TSpoxj <Ï>[A) . . . .


]

Ligne 6. •j(^pl
= y^pvau iannona adaeralay — Oivoxpsov, d'un mot o<roxp£oi'(?) : du vin el

de la viande. Cf. Joli. Malalas (^Bonn, Sa a, 2 1 ; la correction owov, xpea est injustifiée).

Ces composés singuliers sont fréquenis à l'époque byzantine (cf. (iealoiiikiapiiaiai.

Consl.l'ornii., p. 5oa, 1. a 1 [/yo;(y/,vol.I]). — ïlevraxnTx^i'kiasisous-enlenduavvoovas'').

BiDL. : Journal d'entrée du Musée, 11" ^10790.

67051. Fragment de quittance relative à Tannone militaire, délivrée aux

mafjistrats irApliroditù par ]''l. Psatès, ac/Hrtrt(/.s du numerus d'Antaiopolis.


— Lonj;'. m. a/iB mill., larg. m. î?65 mill. — Antaiopolis.

Cursive droite.

[ oJ}vîo);s iiiStx'i TSpos T);j' .


[ ]

Cnlal. du Musée, n° 0700 1. Il


82 CATALOGUE DU MUSEE DU CA1HE.
[^''OSl] TSpoa-layfJ.OLTOs, tout errliv miô ev -^pv/jw apraê} ex[aTOv]

^e^êSofxyixovjix, xai oivoxpl cxTaxirry^siXeicts enl^axorTias^

-nrsj'TVXOi'Ta, el wv £v -/^pv^w uievTOLXifryeiki'x?- yij \ryn) ev


'/_pl\

:> poj otvoxpj ^vifi' fis/ £" XpI /^- '^°" ^'^ vfxfjjv ao-p[al£t<xv\

xcLi rov fî);jx[o](T(5 TSenonjfj.ai TCiVTm' t>7»' OLiroSei^iv moi <p\opiiaptav\


ws 'apoxj. ^Xavïos '^'a[T]>7s axTÔapj avv 0) Avtoliô, xavovos e\vaTr]s n'5/(?)|

Sj £fxô Iwai'j'ô "^OLTÔ ^i(x^oy_^ auTÔ* r/loiyei jj.oi TOLVTm' tj;[i' a-no^zi^iv
]

TÔT e<T7»i' (TtT) ei' ;(^/3/


exocTOv sëSo(ivxovTa xoli oivoxpj \oxtaxi'Ty^£i'ki<x5\

1 u eirlaxoiTias T?si'T);x[o]i'Ta , e5 c«'i' ev y^pvryw rsevxi3.xe{,rTy;S^eik\(xs\

Vtj rrnj ev
y^pj
po } oivoxpH ^rj"^^' eB &'i^ ev y^pj ^e, ws TSpoxl

(Six lijjnes en lilaiic.)

Ligne 5. E^/= eÇ cov. — Er xp/ ^ ^^ Xp^'^'^-


Ligne 7. AxT&ap/ = axToyap<os. Vacluarius est l'employé clinrgé, dans chaque corps ou

numerus, de dresser les rôles d'après lesquels seront distribuées aux soldats les

parts de l'annone. — Sui» €)^ = ervv Qeu.


Ligne 8. ^ia.Sox}= SiaSoxov. 11 semble que ce soit un successeur désigné, remplissant
certaines fonctions subalternes. Remarquer la tendance à l'bérédité des charges.
Ligne Q. 2<T^ = anov.

RiBi,. : Jvunml d'enlrée du Musée, n° /loyg'i.

67052. Ordre adressé à Jean, hypodecte d'yVplirodllù, do payer au soldat.

Hadrien 2 nomismala moins 9 Kepàx^a, à prélever sur les recettes de


la deuxième indiction. — Long, o m. 3o2 mil!., larg. o m. t 20 niiil.

— Apliroditô.

Complet.
Petite écriture cursive; les signatures sont maladroitement tracées, et très mal ortho-
graphiées.

KctTaëoXv Iwixvv)) VTro^exTJ'


Tsapaa-xô airo tvs ">;[?]

vTioSoxvs xocvovcis SevTepas t[j''î/|

Tfxi Af^pictvM rrlp! ^^/sutô vo^irr

5 fxaTta 3vo TSapct. xepcLTia.

Svo Xpvfjox). Tij xpI ^'


^-^I ^I^X

Ligne 1 . T7to<5'£xt/ : vTroSsKTrj.

ÏJgne â. ^1p/ : a-lpaTtant]. Sur Hadrien, cf. peut-être tl. FEnnARi, Tre papiri inedill , clc.

[AniMBealelstit. Venelu di scienzc , Iclt. edarti , t. LXVll, p. 1 1 85), .n" 3 (daté de 5 1 /i).

Ligne 6. Xpverox^ = XP^'^^X'^^^'^ (alaOyiuy — F;/ xp/ f (3 a/ xj (i


x^^ TiveTai ;>^pucroLi

vOfxt<TixaTi(x jS' zsapa xeparta (3' ,


;^pycro;^oi'xa» alaônù).
PAl'VliUS BYZANTINS. 8:;

^<xœ(pi II H'] Il ivSixj ^11 [<>7or>2]

^apiTios rrxl

10 AiToXXws ryloiyi^) \-

Au verso, siiscri()liou :

Tj;s (3//
tJvS^ r jS ttt/ fS t&i Ar5[|3taî'(i.']
'f^)

Lx^m 8. npoTox/ : pour ^pvroxv(itjT>ii. — '^'^'^X'


'•
iolacisme pour aloix^i.

Ligne fj. "EyJ : Icclurc douleuse. Il faut peut-iMro rcsliluer iTyp\a<Tltxos{J) ou consi-
dérer CCS Ici 1res comme une abréviation de a-lot^ei.

lîlBL. : Jownal d'entrée du Musée, n" lio-jçih.

67053. Au recto, fragment (ruii compte privé, coupé et en mauvais état de


conservation. Au verso, ordre adressé à Jean, hypodecte d'Apln-oditô,

de payer à divers personnages, dont les noms suivent, les sommes


spécifiées en regard de leur nom; et cela en prélevant encore sur
les recettes de la deuxième indiction. — Long, o m. i85 mill., larg.
o m. 107 mill. — Apliroditô.

Complet.
EcriUire analogue à celle du numéro précédent.

VERSO.

•f-
Karaë'oXv ïwai'i»»/ viroSexTy
aiTO Tr;s avs UiroSoy^) twv SvfJ^OfT}

xoLVOvôl rΣVT£/9a|s n']<î/" TW Kvpiw ilpiyevif

y^pvcrô j'OfjtjiTfxaTta e^ , xepj rpia.

5 Ka< et? aî'aXii'jX) et? Xvtivoô TSepi tô


. pavos xai S[T]£ipavoî.
(xoSiô a-vv xtp[LCLTi vo^iafiarij Tpict.

Kaj ^J^ wwv Kepcnict Sena Tecraepa..

Kat ^^ spcLiOLs Tw B«KT0/2f Ta/^ufxtas

xapoLTia. r]excc j/fxjTu •


yij # v V xj y L^j,

fjfrnc 9. Atto t>7S arji vTroSo^v^ Toif Stiy.o<Ttù)v (sous-enlendu tsa.pa.crx^u).

Ligne /i. Kep/ : xeparia.

Ligne 5. AvaX<jjyi^^ avaXwjxaTa.


Ligne j. ^J<:^ = iJTtsp. — Tecraepa : {"ic) pour xedenxpa.
Lifpic 8. Epatai : ywiir sXatasi'!).

feigne g. 1^= ij-i. — Le signe =0^ semble signilier Ofiov (cf. n'GyoSt), 1. 5).
84 GATALOGIJK DU MUSKE DU CAIRK.

[67053] ,o î'OfjLJTfxaTfa Sexoi., xepj Tpia. vfxiTu.

•f-
AttoAXci's (Tc<7£pj . ]ato
I

/ji]j«(; j d. 2eiT£p/.: pour o-e(T>7{ie<(!y(!ia«(?).

liiBL. : Jouriml d'entrée du Musée, n" '1079C.

67054. Liste de fonctionnaires du village d'Aphroditô et du bureau ducal (?),

avec les sommes qui leur sont dues, ou qui leur ont été payées pour
leur traitement. — Long, o m. 170 mill., larg. m. îîiy mill. —
Aphroditô.

Brisé à droite et en bas. Deuv colonnes en regard l'une de l'autre. La première a perdu

quelques lignes en bas; la seconde, étant plus courte, est demeurée complète.
Cursive droite.

•f-
[rJviWTt? Twv e^rp[a.]op\Si'\voi,pl xcti STspl (T\v^in]diov xavov ?; nvîix/

Colonne I.
PAI'YRUS BYZANTINS. 85

f 67054
10 Iwarj'j/s OLiysfiovixl v |3

}UKTO}p aiyenovixj T> a.

AafX7r;Q| o-raJTùs mycA t)/? cciyetxovixj T> /S

T);s B'ioi.s S^jXvxaTJ [v\ ç


0o)(xa I
a7r]atT);[T?;
I
[rj (3

Colonne H.

'rp\t\êôv) AvTciio T> |3/

Vax)/ wpo T); AvTaio T' a


^^ T);s yi>w<Teù)s tj;> \j.iTp-)i^e.ws

V a
5 \sT-nOTlKJ apOTCiôT} 1' té" L,

P|t]7ra/5tos ^^-^To^ir fî)/fX0(T^ ra

€oLO^^E I. — Liffiir lo. A^ysfiorix/ = pour rjye(jLOvtxos et de Vo/Jïciuiii du praesesn[l).


Ligne J9. 2(yôX pour crtyyôX = (Tiyyov'kaptos (t»)î ïjyefxorjxns Taçews); ou bien faul-ii

lire o-<ToX = anokoyoi"!

Ligne, 1,1. Qias : pour S-£<as. — A^'k^aa-rj = Sti'ktiya.TiMvos (J).


Coi-oNNi; II. — Ligiic 1 . Avraio : (sic) pour Avtixiô. La présence, sur celle iislc d'émar-

gcnienl, du trilnin d'Anlaiou, prouve (|uc la xcô^iti d'Aphrodilô, au point de vue

militaire, continuait à dépendre do la ville voisine.

Ligne '2. Lecture presque certaine. Psalès est sans doute Vacluarius de la garnison
d'Anlaiou (cf. n" GyoSi. 1. 7).
Ligote 5. Aeanorixan' zjpoa-oScov [!){= ve.t jirirdlu).

Ligne (j . "X-nep tcov S ij yto iùov.

Ligne 7. Kacripaavtavô = xaerlpnaioLvô [castrcnsis) (^1). Je ne sais coninienl interpréter

la ligne suivante.

BiBi.. : Journal d'enlrcc du Musée, 11* ho'jrfj.

67055. Au recto, fragment do rôle financier divisé en deux colonnes. Le verso a


été utilisé par un poète d'Aphroditù, qui y écrivit une courte pièce de
vers en l'honneur de Jean, duc de Thébaïde (vers l'an 553). Mallieu-
reusement le verso a été très endommagé, la surface du papyrus est

fré(iueniment usée, et l'encre, déjà très pale, est devenue en beaucoup


d'endroits invisible. — Long, o m. 3oo mill., larg. o m. 260 mill.

— Aplirodilô (?).

Papyrus assez épais, jaune clair, complet dans le sens de la longueur; mais les deux

extrémités droite et gauche ont été coupées par celui qui a utilisé le verso.
86 GATALOGUK DU MUSI'K DU GAIRi:.

[OIO.').")] Au recto, petite cursive fine et droite; écriture bizarre et contournée (surtout col. H).
Au verso, écriture plus grosse, cliaque lettre séparée : une sorte d'oncialc pencliée.

IIECTO.

Colonne 1.

i\<P Vr /iSY^ ol\(PI }c\ov(pi'iop.j v'ns.\p\ Sicc<pop[ \i-srpj

]jç-/ yn'l "^ff^/ Xojtt/ atTo[v I


fi-Oc^X ^cf^yX.i,l

]tX? L,
y' Ijapl x[ou(p]{^OfA/ VTrsp Si\aÇ>\opl [t-tjpj

^iç^ yivj V [?(?)]// Xoitt/ x[/3{0]â) fxo^X criia^


r> ] pjxa L,/ a<p\ x[ov/(p]{^ofi/ vnèp h\ia(po\pl i>.t-vpl

jjç-/ yivj xy L,l XoiTïj \oiy\a.vw\ fxo^X Ip]"'

]a. r a [wj/^î

]i" fiç-/ xepj s. Lyj tsj Va

10 ]î^ XT);fJt-aT[ .
] 7^1 UcTpov IlauXou aTro exrît"

]/3 ^ y [,/ Tj;s [


. ]a (T«T fx/ «(^ l^ [ .
]
yivj fier/s/

]X0V(^(?/ V/TTS/S «î<a<p^ lX£Tp[ .


|
Ciil' a/5. iç- /
]
XotTr/ aiT fAOfîX ''P L,/

\mTOV fXOrîX /«^M-^ ^/


1
5 JfAO^X ^^ ''?*/
Jfio^X P"/
vJfXÇ Xe/5/ £ L, TSJ ÏCL

Colonne IL

rmov Xvfxfx/ [

Atto a-uva)'Gfx/T);|»] âr) 3" Jf^rSinjH

Colonne 1. — Ligne i. Vr ^(3V( = yioStoi (?) ,iSyC'. — La fin doit se lire : a(p («tn»)

xov(pilo(ievoi vnep StaÇiopas fierpoyv (:. . . 'àtio 1/2 ; reste 17^7 i/^).

Ligne 2. /= 2/3. — Ttv/ =ytverai. — Aonr/ ==Xonraf. — MoS^ yLoSiot.

Lignes. TX?[, 7/= 3371 + 7.


Ligne â. Kptdù) = >cptOci»'. — ci'a/ = 98i, q/3.

Lig)te 7. No(;t«a-f/aTa (/ç- xepcfTia s L, wapa(?)ia. Le sigle qui préci^-de ta est le même
(jue celui qui sert ordinairement d'abréviation à la préposition -srapa. Il faut sans

doute suppléer xepajta : (/i6 nomismata -j- 5 xsparta 1/2) — 1 t xepotTia.

Ligne 10. n/= zsapa. — Atto £X(5'«x = omo exStxuv.

Ligne 11.^ = apovpat. — IScr = anov.


Ligne 1'). (^Kpt6r)s \xoStoi). Cf. I. k.

Cor.ONNE II. — Ligne 1 . Ktjnii/ = Xtifnia (?).


Ligne •>.. Lire iJVva.yo(i£v((j)vl]. — At< (douteux) = auT);». — ^vSt = ivSilxrrjjvosY
l'APYUUS BYZANTINS. 87

Kat \t-mp Tov ayopaa^ XT>7(xaT xrr/[ [(wOôô]

Kat aTTO Xoi-noL^os tov Xoyov t|

Vivj ofx[o]u Aî;fijx/[

Ai3 01' a.vnXfjjf'


[

AnU-Oai Jf^VrJlKJI [

vjiLoy vnep (J-spiSjl TOu[


Maxa/îiou TS(xya.p-^) x[

xavov-
Kai vmp Xoyov pjpj rov zspo}i\

Kat V7r£|0 ctito^ xat -crX' twv •»[

xaro ) fxa ^
VEnso.

Poème en hexamètres homériques adressé à Jean duc de Thébaïde.

-p il xXvTe XQipoLvnjs 'Wa[j'] . X . . . a/xj/ . . . avoLKTœv


Qi)êi)5 X) f^apins yepoLs fj-eXiarrys aXXo Q-(xXot.<T(nt5

Ou -aeXev, ov TseXev aXXos o^ioiios vfXfAt y£vs.QXv-

Recto. Colonne II. — lÀgne 3. Tou ayopacrOevjos xTjjfzaTos isapa.

Ligne 5. Il devait y avoir : ytv/ ofxou ^vy^t^j = ytvsTai Ofxov \vm(ta.

LijrtiP I). \(p cov avt]\rj}6rj.

Ijigiic j. ^nyL0<7i : SrifiOtrtj..

Ligue 8. lëtcov, village du nome Anléopolile, cilé dans un papyrus suivanl.


Lig)ie fj. HepiSjj = yieptSos.
Ligne i3. nx' = •crX5i;jiT(xou(?). Il sérail question du transport de l'annone.
fÀgne 1 ù. ^oux^us : restitution douteuse. C'est un autre village du nome Antéopo-
lite, <ilt5 au n" 67068, col. 1, 1. 11.
Ligne i5. M/ = yioStot (?). — UpocrOt)'^ = srporrOtjHtj.
Ligne ij. Kaj'o^ = xavovos.

Veoso. — Ligne a. Espace sullisant pour huit lettres, quoique le vers, même mulilt^,

soit déjà trop long. — <J>apiri [yr]) : Alexandrie et la Basse-Egypte. Il ne faut voir
là qu'une hyperbole; le vers i3 montre que Jean était duc de Thébaïde (cf. Jtist.,

.Ed. Xlll, m, 9).

Ligne 3. Cf. dans les Berhner Klassilcerle.iie (V, 1" partie), un poème épique analogue
(p. I 16), dont le vers 3f) est pareil à celui-ci.
88 CATALOGUE DU MUSÉK DU CAIUE.
[f>H)ô'>] Ev^Oovt -cyafxfé'a]rTt[X]no[sJ snXeo (x.ovvo=

r,
I
I •cr[ar]Ta èivxw
. .vTre I/ii]ai'i'|)/r(?)| rrl pctxiOLpyov afiujxv?'

[Ilj/fiaT a|7ro7i:7t/ej[j'] \t\w> voLi^vpw


[OuTH»? afifxji'] yxa[j'£>(?)J

OV . . . . £t(T .[.... I

.0 ] [ro(?)]ficU£tr
[

n);[fx]a[T] anoiv1v[en>] aSixvv x/2);t| |


Ta^[.]t

OuTws aei ^^(^015 x^ a(xoipvTC>v ss )(\po\v[ov] eXdois,

Qv^vs fxi5 c/lpcniapxps £X,w>' xXleo]? ^)vop£a(i>v.

TjVypOLipOV a[X(piê0VT0V £TZŒV00V sixovct tsv^oli

Ar psxsrx^i edeXw TSohjvpOLTOv siSos v(poLiv£iv

Xa/3fiaTt XafiTTSTOOi' Ta ||ut,]a/9u[y]fi.aTa oia SeXv'';.

AxXivews e[vix]vTOLS Xy^iXXea, xat Atojxr;^);»',

Qo P)/rîtws xat A/3);a •nrai'VxeXa \i£'XX£po\<po]vTV-

Towexa, (xtv xoLXero as TmxvaXxiixov WpaxXvrx,

lÀjrne j . IIjjjiaT a-TiOTtlvsiv : cf. vers i i.

Lifpie 8. Cf. le poème des BerUnev Klnssiherkxle , vers /iG : ouTots at[)u/.t](«' «xat'£j [.].

[...].[...].. ar apcàyos. C'est d'après ce lexle que je propose la restitution partielle

de la lifjne 8.

Lignes t l'i 10. Les lacunes proprement dites sont rares et peu étendues; mais l'encre

était de mauvaise qualité, et a pûli au point de se confondre avec la couleur du

papyrus. Tout le début jusqu'au vers lo se compose de trois petits fragments

retrouvés loin du morceau principal, et dans un étal de conservation très inlérieur

à celui du reste.

Ligiio j 3. Li' vers est presque illisible. Mais il est répété dans une autre pièce de vers

(pii sera publiée plus loin. — AfiotpvTov : iotacisme pour a(x>;ptiTor.

Ligne i//. Restitué d'après le n" /10878 [Journal d'entrée) : . . .Ot (i. . -vpojxeovTi zsov

y.ekos o(Ppa (2ova'[u\.

Ligne i5. Aperaû : pour apeTaoïv. De même plus bas, 1. a G, •oroXj/w = zsoXri'^v.
Ligne iC). Eninvoov : lecture douteuse. Le tt et le r sont liés ensemble, de sorte (pi'on

pourrait lire à la rigueur ent-yvoûv.

Ligne j8. M(ipvy(ia.Ta{1) : pour (xapiitxpvyiiaTa; cL la forme (latpu pour fiapiiaipco.

Ligne i(). La syllabe vt de evinnaas est longue, et il faudrait à cette place une brève.

iMais cette lecture est rendue certaine par la comparaison avec la ligne 9.1 du

n" /10878 [Journal d'entrée). Il est impossible de lire expaTtjaaî : le x et le p

descendent assez bas au-dessous de la ligne et l'on en verrait les traces eu deliors

de la lacune. Cf. le poème des Berliner Klassitter texte, vers 48.

Ligne 3 1. Les trois lettres fiiv ne sont pas douteuses; faute d'iotacisme pour (ivv.
l'APVUUS BYZAMTINS. 80

Os pcL xafiwv -aops tsutiv eAevO\ep\iii^ TSavapcoyiiv ['•"f'"'

Acrlsa. xovpi^'jôv SicXijXvôss oy xara xorr^ov.


@))ëv ^c.i'/j.ozarra. x} ev xovivm tszaovra
a5 Op9(A.iQ))5 TSoXv fxaXXoî», asipso S (tyipis OXujxttow,

\p\i(T£Ov avSpoL (pepovrTix, tzov pvTvpoi. •ctoXj/w.

Ou yOriov zS(xrroL, [•8'JaXaa'[<Tja fxoXis tssXsv a|ta pi'ivs

Tov TnoXvxiiSijevTOs Iwavvov &lpaTia.p)(^ov.

HaXXe fi.ot, eifTSTi Q-aXXeis, TSccrpixte xXeos,

3o i^vj' Texesrrm ^iXoimv, OLpi'ivXv t^o vv[i.<^ih

Ligne y a. Tïavapefjyijv : les autres œuvres du même poêle nous oiïrironl, pur la suite,

de nombreux exemples de ces mois hizarremenl forgés par l'addilion de -way comme
préfixe (-aavaalea, zsavapyovTrjjv , etc. . .).

lÀirne u'A. Ou : leclurc; certaine. Le passage, peu clair ainsi, ne le devient pas davan-

tage si l'on coupe autrement : crov xaxa xoTf/oi'.

Ligne -jÙ. K^ : pour xa(.

Ijjrnc 3o. (if. Itcrliner Klassikerle.rle , vers Ba.

BiBi.. : Journal (rciilrcc du Musée, n° 60798; Jeak Maspero, Un papi/rus lillérairc d'X^pohmji
X'jfnj, Bijzanl. Zcii^clir., XIX (lf)io),lt. 1.

67056. Fragment iVun rôle financier émanant du bureau d'Anlaiopolis(?). —


Long. m. 1 00 niill., laqj. (approximative) m. 670 mill. — Anlaiu-

polis(?).

Cursive droite. Dix fragments : le papyrus comprenait une série de colonnes verticales,
séparées par de larges intervalles vides. Quatre colonnes sont partiellement conservées.

Le bord supérieur du papyrus est seul intact : les trois autres côtés sont brisés.

Colonne /.

](î/ TM ccvaXt^xl

]) TV? T ""5/

]•

^ J

(jOI.onnë L — Ligne 1. ^latrov avoLkt7KOyLev'j)vy.).

Ligne 2. !.. .T);> auTtjs tvSixrtwos.


C.atal. ilu Muir'e , ii' O^ooi.
90 CATALOGUE DU MUSKK DU CAIRE.

Colonne II.

[CTOSC)] IV lO L,

TpiSovvô Twi' £ip[v\vixl V a xj a


Teœpyios myyj vios Q£o<pi\rj
Msyas
^ -apo^pj Tau» r/lpoLT^ xj

r. vïos AvfJ-orrOevvs '</ T ^


y^ i^oxj iç SIS Aj'TJJ'OÔ xj î;

(A}yt

Colonne lll.

•f KoLvovixl T>;? T "^ ""5/

a xaraê') v pi'

(3 XOLTOL^oXI V pxv
y xaT) 1' pxS xj xoL L,

5 /3 f' ^ TWî' VÔfJ.) V X'î x/ J£

yi<:^ T(t)v evTp£')(^rjvT[wv

Colonne IV.

'VI

VTTsp y TSporrlayii} t«v ysinxxi J'ôfJHT) ô[

xavovos TefTfTapsTxa.iSexa.TV' »'^

Colonne II. — fjirne i. Quelques lettres mal formées, d'une autre écriture.

Li/rnc 9. J<^ = VTr£p. —N /S x/ <£ = vO(it<j(iaLia /3' xspajia le'.

Ligne 3. Teov etptjvtxcov. Le Tptêowos twi* etprjvixcjv doit être un équivalent de Yiré-

narque (^Cod. Just., XI, 7 5).


Ligne II. ^lyy} = atyyovXaptos. — npo9/= Brpo^at(Tews( ?). — SrpaT^ (? = alparion^i^v. )

Ligne 5. ^tffiQcrOevt)? : pour Ajjfioo-Osi'Ot/s (?).

Ligne fj. Aox/=Soxei>v, poutres {^"I

CoLONNR III. — Ligne 1. Kavovixa tjjs at/T>?s tS' tvStxTiuvos.

Lignes 9, .'?, 4. Abréviations du mot xaraêoX»?. — i> : comme 1", vo(ii<TftaTa.

Ligne 5. ^ (z = J»7fZ0(T«a(?). — Nôf/^ : cf. col. IV, 1. 9, vôfiny


Colonne IV. — Ligne 1 . Aoyos y^pv<jov SoOevros.

Ligne 9. ^podlay^jLi = xspoala.yyiaTCLiv. — Tevvaiozaruv vofitr^ : ce mol doit désigner

dos fonctionnaires du bureau ducal; mais je n'ai pas réussi à l'idenlitier.


Ligne à. C'est sans doute le mot outids.
PAPVUliS BYZANTINS. 91

f) El' \vTij il ïy rsj ^£ ^ xj ç- TaTT^ v ï xj ïy [67056]

Ej' TV xwfA^ , -nra;^wi> X ts iv, ^j <I)>;i/t) j"'


^ 77/ ('6' L,
XP^[^>
) 'î/ TOU X {VOLVVÔ V . . . .
XP^'^}

I
"
I
V V TSJ ïB XP^^} '
TaTT) KCtO . V ç xj iy

Colonne IV. — lÀ^rnr 5. Kinij : pour Amroswi' -nroXei. — NcfiJO-f/ara j'y' -orapa ^e'

(xepaTja) nat xepaTca ç. TaTzeivco^a' voy.tcfyLcna ï xepania ïy. L'opératioti est ia

suivante 1 3 nomismala — 05 keralia + G keralia == 1 o nom. + 1 3 kcratia.

^=
:

lÀgne G.
j
xa( UTrep. — <I)o(êafZ(/^ = <I>o<6a;i(/(yros. — Taruai^j : nom de village,
cf. n°' 6701/1, 1. 5, et G7082, 1. 1 {^av\j(xSzi)\ cf. aussi P«/;. Ih-'xl. Mus. (vol. II,

|). 3?!5, I. 7) la lecture douteuse TavaiSsi (nome ApoUônopolite). ApoUônopolis, à

l'épocjue arabe, était réunie à Aphrodilô dans un même gouvernement.


Ligne 7. Kiu)yLf = xufxtj. — A/ OrjuT^ = Sia <I>>)UT(oît). — Xpva^ = )(^pu70)(0Ïxrx> aloByLO).
Lxgnc 8. < 3/ Tov 3" = xot' ^'at tov auTov.

BiBL. ; Juunml d'entrée du Musée, 11"


'10799.

67057. Compte émanant du bureau des linanccs d'Antaiopolis. Les dépenses

sont réparties en quatre classes : dvvœvcci et crmnjdeiai (traitements


des fonctionnaires); xavoviKcc (impôts généraux de l'empire); et

impôts spéciaux pour la pagarchie. — Long. m. 3o5 mill., larg.

o m. 6/10 mill. — Anlaiopolis.

Date : entre 554 et 559(?) (cf. les noies des lignes i et a.'î, col. I).

Même disposition cpie le numéro précédent, mais complet, et ne renfermant ipie trois

colonnes.
Cursive droite.

Colomic I.

•f Aoy} ^viirirrij ivs Xv-ïcnj zi^pos t\o]v B-eiov vofxov xai tv veav Sioix\v\<7iv.
o\j

Aoy} £[fl.]é'oX}/S <TIT} Vr £/«X^'^ ^'^ '^''^


wXoÊKTfX)
Etî A| 0]) ) avvwvwv avv iw avexTCcxT}
5 OU

CoLONNK [. — Ligues 1 el a. Aoy^ Stjytocn/ Ttjs Avrai/ = Xoyos SnyiOCTtw Ttjs AvTaiovno-
Xews , otiTois : allusion à un édit impérial et à un nouveau système d'admi-
nistration. Il est possible (|uc le pi'ésciit compte ait été dressé conformément à

l'hldil XIU' de Juslinien (55/i ap. J.-C), dont la yvcojis est malheureusement perdue.
Ligne 3. 2iT( = (TtToii. — Eis ro a\osia(t} == eis to aXaiiafia. — [^ ç^a^oS = (J i ,(j']U

f/oJioi(?), dus pour l'annone, et embarcpiés à destination d'Antinoé.


92 CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.

[07057] 2T[/2]aTJC»)T) ^irrilexT^ V ^iStt)/ xJ £


Ei<t[. ]. TV» e^iTiwi'O» V ^a/[j[y]£ x/vO d'

Xx[u]60) [Iov]<T[7]n'(aî'OJî r iioy xl itL,

'!iùvviT}T} } (^iXniavois v ^ap\ y»;] xj 'iç L,

10 Zoiois Spo^ov V rr'i xj y


OVVI^T) TOI/ aUTOU V XV xj Lyj

laTpcA) AvTatj v xe
Ma.p[T'\vpl (fnoL \
. . .]t5 ) (pvXoLxj tî;? 'nToA[j| v m xj ï'( L, d'

i5 ^^ Tsepirlevo^evâ xj ly [^

V ^ÇO^ xl XIX
Il

Koij'otnxl ov
Ay-pyiliOLT^ t(tX/ jxsTa toj» xou^/ t);s a . -x/ xj

X^ xS r.\ci] ypj ïsy' v ^ayp\X\K xj


2o A^ r xctL,l
)/
y ypl
Enoipixs X) y r a [ypl\
ïf^ ^ v o-x[ej xj 'iç

Co^O^^E I. — Lxi'^ne G. 'S.TpaTUjnat? (itatXex-rioti ou «<>?). On ri'connaît dnns les deux


dernières syllabes ie mot /('c/i( cf. y)co/ef/i). Pour Bj(t< , cf. les VisiAela Nol. Dig., Or.,
V, 9 (?). — V =vofjLt(TiiaTa. — x/ = xepaTia. — Le signe L, = i/a , et d'= i/^.

^ig'«(î 7. Le signe ^ équivaut au chiffre 900.


Ligne g. 2urjT^T^(?). — ^iXirtavois : lecture certaine. Il faut sans doute rapprocher

ce mot du terme de (pCki-nov, repas pris en commun, encore employé par Photius.
Les (p(X/T<ai'a seraient la même chose que les prélèvements appelés cœnalica (G«/.
Jusl., Xll, 38 de Erog. milil. an non ne , 3). — y = ()0.
Ligne 1 1. Lire on/TiTais, \es fermiers de cet impôt (^Cod. Jusl., XII; 5i; i/i et 22).
Ligne 12. "EiStipaSa^ylaytii : transport de fer (pour les armes).

Ligne iS. lanpeo AvTaiov : le médecin public (cf. Cod. Jiist., X, 62).
Ligne là. <^vKa.KOi ins aoXtwi. — i"? L, d'= 17 j. Le début est 1res douteux.

Ligne 16. C'est le total; j'ai comblé d'après lui les deux lacunes de la colonne.

Ligne 1 7. Kavovix/ = xavoviKuv (impôt). — Ou = oviom.


Ligne 18. AapyiXiaj^ titX/ : sans doute une faute du scribe pour Xapyntora'Xtxov
titXov [Jusl. I^à., XIII, I, 11). — Kov(p/ = xovÇ)i(jfiov (^dégrî-vemenl).

Lignes 1 Q el seij. A( ou X = 'kirpa; r. = ovyxia.; ypj =ypa(jLyLa. — Les signes y' et ^


équivalent respectivement à i/3 et 2/3. Les lacunes sont facilement comblées, et l'on

a le tableau suivant, donnant ré(piivalence en numéraire des poids d'or énumérés


en premier lieu :

2/1 livres + [1] once + 1 f) gr. i/3 = i7[3]7 nomism. + 20 Ker.


3 — + 1 once + i /i gr. 2/8 = 9
2 [5]
— + l'i Ix-

2 — + •) onces + i3 gr. i/3 =201 — + H K.

La livre valait 72 nomismata. L'once valait 1/12 de livre ou (1 nomismata. Le gramme


valait 1/2/1 d'once ou 1//1 nomisma ou (i keratia.

Ligne 20. Je ne sais à quoi répond cette ligne, qui n'est pas comprise dans le total.
PAPYRUS BYZANTINS.

.io
94 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

jiIJw)/6) Tov av[vwv\iaxj rrxpj v x. .

BovOf TOV T j*

"LvinjO} TOV )^^pv]Tixj rrxpj v X . .

Bovd} TOV T '' (S

if. l^ovfiepj Tvs f\ov\xj T(X^I vç


WjvB} Tr;> T V s xj i ^
Ka.yxj TÔ [^eyaX/(?)J Sovxos v ï. .

Efs X/ TCt'i' s o-x\o^}


I
T);s vys^ovixj to-zJ v )' ] ?</ 1
Ç"

. fSaiVÎ T[r;?] T '*


^ | «/ j ^
20 K . . . . TTtTX . . V ce XJ

E^ XJ XJ TV ^ • •

Kixyxj TOV (JL£\yaX\j ap-)(_f v a. xj

<l^\i\(TXO(Tyvh}y]^ V ç xj . .
jj
v[t]XO xj[0\

Eis A/ TOV £7r| . . .JXoyj v {ly

25 Ej? X/ tc'?' V7r[5]/3y_)}'j t);j 'îfotx/ \tv? TSayoL^py^^ r px\8 xj]ç L,

Tois TpoLXTj [t]v? TSixyctpY^j V V


Tat virO'^exT} tj;? 3" v X ç
Tcx) Xoywypa<pw (^sic) t);s T j°
V (3

Totiï trroXiT) [^éi'(?)] fîuSofxerwi' . . . TrT/30<rCf'7r[iwj'

3o 1°
X ç- xj\iç\

jj
V T[a x/J X ^ [,

//
TOii}[ V / |i^'xa \xj IV [,
I

_^>É:^ arvwi'iwj'
'

v ^ç\o^ «/| xa
|K|aj'Grtx/ ) a[X|X[(Wi'(?)] i" ^}{if^ x/| i 'î

r. i:tJ»');0) V T\\e xj\


yi^ TV= TSayapj r tcl \xj x |(3 L,

(!oi.o>NE 11. — Li{>;iie 10. '^^vvrjOsiai ^otjôov (OU ^oriOetai) yLayterlepos (cf. n"' (iyoo.'!,

I. ^1 , et (iyoyO, 1. 7 et I 1
) 'koyia-lrjptov.

Ligue 1 I. ^xpl = (TKptviapiovil) , IVinployc- chargé du soin de l'annonc; de mî'me, ;i

la ligne i3, l'employé cliargé des impôts en argent (dans Vojîcitim du praeses).

Lijfite i3. Nouf/epapio) t»;s Sovxixijs ja^eros.

Lifrne ly. Kayx/ = xayxeXXaptco tov {^(leyaXoTrpsTTEtrlaTOv) Sovxoî.

Ligne 1 H. Eli Xoyov Toni S' (ryokuv zrjs iiyeyLOvixtis Ta^eo)? : Xojfieium du jmie.se.i ();yefx«i'

on apyav) se composait donc de quatre scliolae.

Ligue -iS. ^tcrxocTwriyopo). — v rXd x/ô (total des crwriOetai^ : cf. I. 35.

Ligue a5. Tnovpyeov (^(\oyi[(m\) = adjutnrinn.


Ligne «C TpaxT( =TpaxTevTais. — Flayatpj^/ : pour aayap^ias.
Ligne, ag. Toi? isoXnf^=roii 'csoXnsvoyLSvots (décurions).
Lignex 3-2-30. ToTT^ = TOTra»', en tout. C'i'st la récapitulation de tout ce ipii précède.
PAPYRUS lîVZANTlNS. 95

Colonne m.
T7t) t 'h vn[°\ — a§ — a ['"'''0571

N>;(T) h- jÇ(*}oy L, vit" "5' a. L, ~ô' S . . . .

QpXJïSj h- T VTT" "5" L, X .


"ô"
P t £

UocpaSl b- ,a /,

\joij— ç_..

(Trilis lijjnns en Maiic.)

XrjiJ ij .
.X.J . . .

Kp^l^Jc^TTif f a.lx.TTeXJj
. ï_ ^çpoO d'
10 \A\oij ^^\(x\inT£Xj . xa ^/Sti»)/ L,/

K/3t6 -çrt
J_ c) j 6 L, d'

A^v^ou x/ v^ ,y X d'

vavX/ ) (ôo'kiTpj ) VfXTTSTj/ j|


aAX/ 1')
«ç^ L,

(]oi>ONNE III. — />i/y*(e 1. 'ETrf = <nropi[jLtii(jytjs).

Ligne u. Nrjo-) = viiaov. — hr : sigle pour apovpatl^]). Il s'agit de ia répuilitioii de


l'annone à payer, entre les dilTérentes parties du canton (?). Les nombreuses abré-
viations de cette colonne III la rendent très obscure. Le signe ordinairement employé
pour rcmplaciM' le mot apraSii , est -5-.

Lllfuc 3. <àpvïSI = 3-pvï7tSos [yvi){'!)- C'est l'antique division des terres soumises à

l'impôt : îles (temporaires, découvertes à la baisse des eaux), marais, vignes, jardins.

Limie à. Kfncekj ^= afiTiekov; et 1. : tsapaSsiaov.

lÀjrnv H. Le signe ^ = peut-être ;. Quant à ^, j'en ignore la valeur ici (peut-être \'l).

Lifpic 10. Aoi/ = Xomov.


Ligne i.'i. Nai^Xa nai (popsrpov xai

HiDL. : Journal d'cnlrce du Musée, n" ^loSon.

67058. Compte analoguo au précédent, mais rolalif aux tlépenses (rAj)hrodilô.


— Loujj-. m. 998 mil]., larg. 1 m. 5i3 iniH. — Aplu-odilù.

Cursive droite. Les colonnes 1 et II ne couvrent ([u'à moitié la longueur du papyrus. Il

reste des traces, à gauche, d'une première colonne disparue.

Colonne ! (acluelle).

Yovxtai . )/ . oufxi:!'?; ev |x|£/5fiaTj/ Sj "LevoOo ^/ ?" i,

p
Iw<Tî/l<p]tûi' Ç>àpuy SIS Aj't[(J'J&ù x/ a d'
vj^ xj xë L, <v
l'Ai' V nu s BVZANTliNS. yy

a.Tpa. .

J^ (xvv\rxn<\fjiv yervoçiui) vôfj.} Iiovvti^txJ an} v x'( xj ïS [07058]


To)
I
aujw x/ X
|{ r^^/^pj . .OLIj Sj \v>]p£Ô (XTini-j V x'( xl ïç
T&) â[t;JT&) Avr^peov ^ KairrlavTiw Tiyy} y a sval}

> rî/ xepctTia-u.} } ai^ix} j'.


a xj ta

Aii-dossiis (les colonnes lii cl IV, les Irois lijjnes suivanlcs :

( 1 ) ^ x/ 'iç L, (J-v TX'] L,j " v[. ]xj 1] L, fxia

(a) -f- Ao}') araX/ tj/> ;<aifi) xavov} rrvv'' jpeirrxairhxxTyji iv. AvaX} -usap
£fX.OV Iw/XVVOV
(;i) inroSsxTrjv

Ainlossoiis (le l'imlicilioii j(r(;céli'nl(>, les deux cdloiines dislincles:

(Mloiiiie III.

'l'ai e^TZsXXiVT}

KoixevTapvT) xat io
^ (7VV)fi^

£(x(p} TSvpy)
V

ilpiysvei Tpixx\ ^ rs\)V))Qtiw\v\

r.
'loXvxj^l)

loooLvin) £AatÔ7r[o]A/ a7r[o


^ a-vvvOetas

nrjv]'/_£w
T&) TH't ^^ aTTÔrhn
Tct) ypoLixfxccTci ^ vyXo a-noprj

Coi-OMNE II. — lAirnc (j . Ysvvoiiv} = ysvvatoTaTuv.


Ligne fi. B= VTiep SsvTspas (cf. 1. i o) xcnaêoXtis [''.). —
= anamnov.
A-Tran}
lÀgnc <). AvSpeov [mc) : pour AvSpsa. — 'S,iyyj= atyyov'kapr^. — Ei/j7^ = suaVa^f/a.
I.ijriic 1 0. Tirep jpnris vnep anov Sta. jov avTOv.
fjgnc 11. Je ne sais comment resliliier ces deu\ mots.
lÀUnc 1 •!. [ioiôf = I2o)i0a>.

Ligne i.'i. Suppléer wSikticovcovÎ


Kn-ti'te des (•.oi.on>es III KT IV. — l^a pi-cmi('ic ligne, l'aile de clnlfres et d'abréviations,

est mutilée et dillicilemenf lisible.

/-(/;("' -i- Aoyos avaXcoiiarwv t»;s x'a)!jlvs, xavovos avv ©sot TptyxaiSsxaTrjs ivSixTtuvos.
Cor.ONNE III. — Ligne •>.. Lire xo(iixevTaptj<7iov. — Ef/<p^ isvpy} = $[ji(ppovpov(V?) srt/p-
yo(pv'kaxos (iy

Ligne -i. Tpax/ =^Tpa.xTsvTii.

Ligne .K EXaiônoX/ (cf. 1. t) ) : pour eXciiOTtcAr). — l\o\j-)(£cov : cf. col. 1,1. i i.


Cninl. (lu Miisi'c n" (JTooi. ,
;
)'
PAI'Vr.LlS liVZANTINS. 1)9

V a xj e [f)7058]

ATToAAais riea-aoTOî } Us ôto^ . } v\ . ]X[ . ^xvxj V eHJ-CL, d'

^Jd opvii}) ev EpvëefjM } ^^ X.<^i°W V a xj y id .1'

Q(jirjtj AnoXXœs Ils^^aÔTOs (stc)

KaXXivixœ AXe^avSpj ^k^ loxo io -zsspvcn 7: Pi V ^ xj iS

V
Il

vu

V<p^B xjylj
TsXj V y xj y Ly
Colonne V.

X[...],4....]n... .f.o,[... ]..,;[..]§[,


[Ajjij'[)] T[œ]v yevvoLij vo[i.^ ^M\yi\j xj, IlexufTHw K^yj vX xj fi
a x(n\ OL^SoXj twv xolvovixJ v p v
|S XiXT<X§oXvS V p X
kvv} Twv yevvaiWTj vov(j.) |S
"f a ']j AvSperjii anan) V Xs xj V

y xaTaêoX) twv xclvovixJ V pxS xj xa L, \r

y S jx Sj XvSpeov anair}
Colonne VI.

Tw vscLpvywpiw \p}q]^o\^rx'ip[w

^
[ . . .
\yj >
]

Tw ypcL^j-iicmi op\\'\i()', no a.iwp


. . .
] xj

'ïw OLVTw ^ itirrô} ATtoXXaiT^os . . r] e


[

BjXT0/3t -aOl(X.} £IS Aj'T{[i'OÔ]

"ô"
yi^ ^vXwv Ta'[i'] B-vpiSj

A^piCLvw rxlpaT}

(ioLo.NNE IV. — Ligne fj.


y^ opviô^ = t/Trep opriOuvi^l). — EpvSecoi : nom de xvfjin

(nome Anléopolite). — XapTj/=;^apTwi».


lAijiie là. IlX/= sxXsov^'?) (excédent).

Colonne V. -
— Ligne i . Awcûvoli tcjv yervaiOTiiTCiyv. — Zuy< = ^uycalarti.
Ligne à. Pour ces signes, dont le sens est probiémati(jue, cf. n" 67066, col. III, 1. 5.

Il fuul peut-être lire (xaraêcÀ»;) ^m\i.{omfj3v)\ et plus bas, G {xa.taS>okr{) Sn-


/3 1. :
y

Ligne 5. Le signe l^-


écjuivaut peut-être à la fraction 1/2 -|- i/3 (cf. Berl. Gr. Lrk.,

.7/.,!. ;i).

Coi-ONNE VI. — Ligne 3. yld f/jT^^ = uTTEp (iiaôov.


Ligne h. T<f/^ = T<//);(??). — UoLKTf = -sraxTuvos. — AvyovylaXiov : c'est ici le duc de
Tliébaïde qui avait, paraît-il, un bateau lluvial à sa disposition.

Ligne 0. = zsoinsvt.
ïloifi^

Ligne 8. iVpŒT^ = 3-7paTJ(irr); (cf. u" 67062, 1. 6).


i3.
100 CATALOGUK DU MIJSKE DU GAIIM':.

[07008] Tjfxji sXaiô eiî Avtivoov


10 E)' xspfj.} eis AvTivoô
Eis \vt:vcjô

iw
} ^ t[iwj'| '•/j^(jii\

T{fi.( at. I'x'a|j']r); ^J7ra/3|»atj Aj'Ta«[ovJ


XèWpyi'i^ TSûtfX) £{> Al'TJÎ'OÔ

1.")
Iwarr)/ eXatô eAatÔ7roX(

<I>0(é'afx.fXiw>' S-a[t;fjL)J
^ wr^'j»

a7rai[T);T) Aj']Ta£o[u|

IIcxviTta) ^t;y) ^,^ anxpctfxvfJeiOLS Tafx\^ . t .

UiXT'jpi e^ireXX}

T(jJ TlVl l'ôfXIT ^Ji^ TVfXTfXo} î;>


)

Cot.oNNK VI. — A.)/;'/(e } 0. Er xepiiaTi.A cette ligne comme aiiv suivantes, il est pro-
bable qu'il ne manque rien; mais comme la superficie du papyrus est compjrtemenl
usée, il est impossible de l'allirmer.
I.i/riic 1 I . Tcov ya.^i(j)v.
Ligiii' i-j. Le pinapios est un l'onclionnaire local, cliarijé di- la police et i-MTÇiuit
(pii'lques attributions de basse-justice.
Liipic. là. YXo-iov-nuki]. Le mot skttiov a été écrit deux fois par inadvertance.
Ligne J.5. A-TiantjT^ = ananyjTy]^ (percepteur).
Lt/piciO. 7.vy^=^vyo7laT>i.
lÀjriie ij. Ya^TTSAkevrï).

lA<riic iS. Uovxei . . : cf. Uav^ecos [>ivfjLv), citée plus liaut, col. I, 1. i i.

l'h"'"' '9- ^'^ Ipcture to» twi est certaine (cf. .siiprn , col. 111, 1. (">). — "^uinrXoytis : pom-
(TUft7rXox>7s(?).

Ligne 3 0. Yrcsp -smlaxtou xat aoittou.

lîiBL. : Jouiiiiil d'entrée du Miisi'e , ii° '10801.

67059. Liste de contributions ac(juilléos par dos habitants d'ApIirodilù, dressée


par un certain Dioscore, sans doute le prôtocùmète de ce nom. —
Lonjj. G m. 3io mil]., larj;. m. 3 1 û mil!. — Aplirodilù.

Cursive droite. Disposition en deux colonnes. Peut-être incompb-l, car la colonne 1 est

entamée sur la {;auche.

(mIoiihc I.

. . . (-îj/laoT) ) r^icLypa<pl u iv^j

(iOL0^^t: 1. — Ligne 1. [Aoyo>(?) Stjjfxoatrov xai Staypa(p)i te tvSiKitvvoi.


l'AI'Vr.US liVZAiNÏINS. 101

'5/ <I> oté'afXfx^'i'Oi?


!():> CAÏALOGUI-: DU MUSHK DU GAinE.

DOCUMENTS D'ORDRE PRIVE,


CONCERNANT DES HABITANTS D'APHRODITÔ OU D'ANTAIOPOLIS.

67060. Lettre adressée à Dioscore et à Apollos, prôtocùinèlcs crAplirodilo, par un


certain Menas (peut-être le pagarque d'Antaiou, cite au n" 67002 , p. I,

I. 6). Menas se plaint du retard apporté par le village d'Apliroditù dans

le payement des impots; il invite Dioscore à venir le trouver (à Antaio-

polis?) pour parler des affaires de la Kcop?. — Long. m. i3r> miil.,

larg. o m. 820 niill. — Anlaiopolis.

Gomplcl. Ciirsive arrondie et pencliée en avant.

ïrhv 01 (leyaloi XTyjTope; t)/? TsrAscoSyXoyui fh] y ovma tov £!vÎ[o^) aTro] s-rtctp-

ywv lovXiavov,
rrwTskovaoL zis xo xrxi\itnixov j/rîj; en'kvprjmv to iisrpov o[ . . . xcli j
tvîou

fxyjr^sixnxv (ppowi^oL -azpi ixvTwv. Ivot, T[ej ju,a0);T£ oti si (xj; Si\a tJ^s av-
piov s^svsyxyjrs (xoi

5 TO (XîTpov TOV T£ aalixô xoLi xwfXj/TJXÔ STiXvpovs , Ci[vjx [s^STs] £\v\y^a,pi-

rjlvrrai tw
-cT^aj'fiaT» , l'Sov cjvv, ysypx'P'x ^iCL^ioLpivpôit.svoî ufx[n» ts Tfji\^z ÂTroXX&'Tf
xcna,

Xiëi , STTSiSij avayxaivs S-sAw rroi AaXvTat -f-

Suscriplion au veisd (liôs Iriisle; en uno scnile liffiie) :

•]• T[o]jS £Vf^OXlfX.WT}T} A.lO/Tx[op\v ) A7roXX(i'[T]t TSpWTOXW^j^^ ); ^hjVOLS.

I.ijrnc I. Ecryjfif/ai'er : pour ejrjfJiavsv. — AianovriTv^ : cf. n" G^ooa, p. III, I. ly.

hipie y. UoXecos : c'est Antaiou. — Aoyeo Syj : par exemple. — Atto e-Trapycôv : ancien
praescsU). Cf. H. J. Bell [Joiirn. ofifcll. studies, vol. XXVUI, p. 102).
LifriicS. Le xco(jLVTixov (impôts employés par la xcôfiti à ses dépenses particulières)
est inconnu (cf. pourtant C. Wessei.v, Lettre à M. E. Revillout, dans Rev. égypl., W,
p. (5/1 , 1. 1 8). h'aaliKOv (1-5) est drjèi cité dans les quittances n"' fiy o/if) et (iyoAd.
Lijrne h. Avptov : on lirait plutôt anptov (= aëptoj' pour aupior?).
Liffiie 5. E7rX)7pous : lupsus pour ex -nrXvpouï.

I.ii;iir C). Restitution douteuse; Ss pour Te(?).

lîiiti.. : Journiil d'entrée du Musée, n" /io8o3.


l'Arvr.US BYZANTINS. 103

67061. Lettre adressée à Dioscore et à Apollùs, prùlocùnièles d'Aphrodilù,

sans doute par le mèine Menas. Nouvel ordre de se rendre la nuit à . . .

(Anlaioj)olis?), pour conférer d'urjjence avec Texpédileur. — Lon<';.

m. i3o Miill., larg[. o m. 3iB uilll. — Antaiopolis.

Coiiiplc'l. Cursive analogue à oelle du num(5ro précédent.

-f-
Kai aXXoT£ s.ypoi<pv vfxu' zsa.pxvja. xa.Tx'ka.ësiv •
Q-eX^yars ovv aap(xy_pvfJ-{<x

zsoiVTai. ]\'x-vep-)(fJu.zvoi ^s, )/ tv o-^nn) v ^\v rujXTt, op^juaTe kcli a7i-£[XaT]a-

T£ -apo; Ko(AXov0oi')

70V voTapiov )/ -nipos T>/f fxeyœXj/r a(xa Uapiav xai -nrefXTret vfxa? -apos efxe

VVKTWp.
il; ovv TSoXXoLKi; eipv70t.i, xaTaAaé'sTS TSapxy^pvyi'X, eirsiSrj avayxatws y^pstctv

r, ey^v -f-

Siiscriplitin ;iii verso («.'ii une seule li{jne) :

\civt(a})v [1) e^ovma. AttoXXwtj x} Xom^ -apwTO-


(f

Lignv 1 . Kaj aXXoT£ : cf. la lettre précédente. — Les mots entre ( ) ont été lus par

moi au début de l'année 1908; depuis, un fragment du papyrus s'élanl malheu-

reusement délaclié, ils sont perdus.

Lliruc :]. A(ia :• féminin de ana, litre religieux. — Ilef/Trej : le sujet est Kolloutlios ou

Maria.
Su-scription. Xavjuv : celle lecture, évidemment inexacte, n'a pu être vériliée par une

seconde lecture, le fragment ayant disparu. — K^ Xoitt^ apùnQKcofx^ = xat Xoinots

•orpwTOXfijji/r/Tais.

liini.. : Journal tl'cnlrcc du Musée, 11" /1080/1.

67062. Lettre adressée à ApoUôs (prôtocôuiète d'Apliroditô). L'expéditeur le

cliarj'-e do veiller aux alFaires du couvent de ,


et de recouvrer

une somme de 2 nomismnta due par un des paysans du comte Ammô-


nios, pour en faire rusajje qu'il lui indique. — Long, o m. 255 mill.,

larg. o m. :> 1 mill. — Sans doute Aphi'oditô.

Complet (trois fragments découverts séparémenl). (lursive penchée.

•|- Ot Tov iiovoi.a-1vpiô[ Ji'tô [v\XOa.r' evyiapialrjvvTes t» t>/ svrhxiix^

VXOCLV fît: XCLl vov

Liuiie 1 . \VkOav : pour n>-Oov. Nous avons déjà rencontré ces formes d'aorislcs en a.

Eu^ox(;/( = evSoKiiJLriaet.
lO'i GATAI, OGUK DU MUSlil' DU CAllii:.

[f>700-i] aJTOUVTcs auT);)' (P/3[oj']T[{^c:o-6'a<| £a|uT«]i' xat tw -apy.yfx'xru^v. Kat touto


fier 7)vayxa.T0m'

01'

sXOs Ta XT);fjt.aTa xa[f 'y»oj]xj;T(a) aura, vyovv monirrov avOpfx)-n:ov v^£Tsp''jv

f) TOt/TO W/îa^aj. Sv|U.é'aA[Aa' )'Ja/2 as xtXTa (-)iîoj', xat (xoc'Xtrrloi. rîta toj' xom'Ov
<Sc(T7roT);j'

Tov xofA) AfjifiCi»j'<j'. [ETTJsjrî)/ rîs £{? yeuipyj? zsapexoLXsTev 'îvo vo^irr^oLza.

f^iSovai vnep «îexa e^ a/3Taé'(as) o-jto" XomoLo-Oeia-rx^v ^a.p auTOv , S-sAj/tj; to'j

-crapa T^o-CTapa

TauTa «k^aTÔaf xat , ei' fxer vo^KTfxa. airoTlsiXoLi fxoi vivep m'hipô a}'0/5ao-6'£VT03

xat ^oQevTOi ^Tt<pavw tv r7lp(XTivTy) , to rîe aXXo sy^eiv v m Xoyov fhjfioTivr

10 j; £tî TJp;i' xaXafx[<i']v «ai a7rXv> êittsh', OLVTiiTOivOvTi tov -apayiiaxos vî


tSiov.

MeXXit yap ypccfiixoLTOi, \x^aTaXcc€eii> as 'aepi rowov avTjv to'j sipviJ-evov

fX£)'aXo7r/2^/

avripoi \

Siisfriplioii au verso; le Imrd du |iii|ivriis civant disparu, saiilii didili-, d iw sulisisic (|ut; cos nuils :

-i\fxi S-avfxj ) A7roX]X'^iT[(

Ai/j'/zf' .7. Kof/^ = xo(isTt. — El' Se: un r avait d'abortl été écrit, puis barré et corri);é.

TcjTfi doit être également pour Ta<Ss. Le sens est douteux, et il n'est pas certain (pie
la phrase doive se couper comme je l'ai fait, (le comte Ammônios, {jrand proprii--

tairc foncier (xexTnf/EfOs), est connu par d'autres papyrus de Kôm-Ichgaou, (pii

sont les comptes de son inteiulant.

Lifriii' //. [. . . .])7<Ta: corrigé en [


. . . .]tjaov. 11 manrpie (piatre lettres, mais la resti-

tution Stotxtjuov est douteuse. — «Cliargez-en un homme à vous, n Le verbe est au


singulier, et le pronom possessif au pluriel.

Lijpic (). Un des paysans du comte Ammônios demande à payer -j sous d'or au lieu

de i() artabcs de blé ([u'il doit encore au po.ssessor sur ses redevances de fermage.

L'artabe valait donc à celte épo(|ue i/8 de sou d'or, soit 3 keralia. — AufjLcoviv : pour
Xfji(tù)vtov. Ces formes en ts pour los sont fréquentes en Egypte dès l'époque romaine
(cf. (i. Lkheiivre, Un oni'imd retrouvé, dans le Bulletin de la Soc. Arrli. (f Ah'.r.mulnr

n" 11, p. 2()()).

^'/Z'"'
7' Apraé'as : corrigé en apToëcov. — Oau/:/^ ^ S-ao/iaT(OT);ï.
1jI>'iic h. riapa Tsa-erapa : sous-entendu xsparioi.

IJlpic I 1. (l'est d'Ammônios (ju'il s'agit.

Itir.r,. : Joiifiuil (i'ciiln'f du Musée, n" ioSciT).


l'Al'VniS llVZANTllNS. 105

67063. Fragment de lettre adressée à Apollùs et Jean, prôtocôniètes d'Aphro-

dilù. — Lonjj. m. igo mill., larjj. o m. iGo niill. — Aplirodilô.

lîii.sé à droite. Cursive ordinaire.

•|' Eyvrjjv SX Twv •©<;fxi^()£[7' |t| a»' (eiî sfxe znixp vfxair ypoLix(xoi.Tw)

ws TOI' avÛpwnov tov HiXTvy<jpv[l^svcij>

rry^STS, zspo <îe rscrrraptt^v tjit.spfjôv £[

Veamô tov zssciSos , ert fX};j' xat f\i\oL th'w[v


:> £<> TV Auxwi' jX£Ta a/TpaXeicts 3-ev[
'nTafT);[s] Tsap'x'PvX'xxvs TS£(Ji\pot.i £i\i

r^lOL TWV avQpWTXWV UfXCOV T£« . . . .


[

TffffXTT'A' VfJL(7' ^OyOsiaV 'f [

Siiscri|itiuii ;m vuisd :

AjTToXXaiTt xai l[coJavi'); 'apw\T\oxù}(j.^fj.i

Ligne .3. H paraît être question d'un accusé arrête par les prôlocômèles.

Ijgnc S. {iva) sTefnTcoÇiy Cette promesse de secours ferait croire (jue l'auteur de lu

lettre est cette fois encore un employé du gouvernement, peut-être Menas.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, ii" /io8o(i.

67064. Fragment de lettre adressée à Apollùs, père de Dioscore. — Long.


m. 3o5 mill., lar^j. o m. 390 niili. — Aphrodilô.

Hrisé à gauclie. (irosse cursive penchée.

[ |t);i' SU)))' ara^jai' p; a^twOeis yp(xit.\LOLTW v[pi.£-

TCpW I

[
|); ); TccXci.nT<A}p}i fxou i\/vyj)] , [toJ ^£ xsXsvrOev
£fXOl

|Ttj:x{OT[aTOv <boiêa.fx^tL(t.)v(x Sia. t&»'


I

[ I
Tsepi [xev Ta . ap^a, . t[

u
[
|cx>s jx)/ \^^\apv6vva.i, vrrlepov Se eyvw t)/»' t);j'

[
|)/fx£6'a Ta peaTix . . e\T\v^ov £X6£i\v\ £i> \'^\v''

h.<PprAiTm'

|'5£Wt| . . . . . . £;^£T£ T)/I' TSITOLV


I I

Tmpms.Ts.ioLv

OL^\e.A^'jv ^boiëxii^covos, xai TXsB'Xf^ns as ii7r£fi£n'| £rj


I

Ciihd. fin Mitst'c , n" llrooi. r'i


lOG CATALOGUE UU MUSEU: DU GAIIIE.

[fi70C/i]
^
JTOjauTa ou xara X*/"'' ot^^* XP^^-'^ ''*' X/'^'''''^°^l^^''[°''

10
I
ja^ta'Ow T);> vspsaëiia.? 'ïu)v rirriaw viivi' evyiw oirv?
pV'70\(i){'!)\

inapa, to\\j K/9|e(T[7oj'0?(?). j-nraTf. .


-J
tov «îtaé'oÀou| . .
.Je jxtj^or 'aoi.vT(A}v

TSpOfTXVVrj)

KOLi aTTra^ofiai £}cOv^wï t)/i' i/fA£T£/3aj' TSOLTpixiiv ^taOsfJiv fX£Ta Tai[j'|

TUJ' auTj; TncL-zspwv Te xaj arSeXi^a'r, eçaj/serai? <Σ toj' eXXoytfio» (TxoXaT7(xo[r |

[UjfxiiU' v'iov i^iO(TXQpQv s^ov T£ SsTiiOTVv. KaTa^tCfTaTe 'h aTraXXaçat to

iT) 'zspay\fxa\ Ta)v SoOsvtw ij^iiv Tsctp e(j.O'j yjxp-ziw ^nepi tov v't'ov «baraxvfAtou,
xa[i] a7r[o]

t:T£ju,\^aTe fxot ra aura yjxpTia., ottwî tj^w etî toj' auroi' tottov ot yctp xar
auT[. .
.]

|ou]'Σî'a TTroTe -nrofOUTM' £J u); (xera ^j/astas. Ofxa'i );rîj; 70 ^)ixwv ei:oii}<70L\i.£V

ail [o]xi'};(Ta7£ <îe eiïKTXi^cKTQa.i to u.ixp''jv kiij[I-(X enst oos opd) xai »; . . .

ovS£n[oTe]
. . . eX . . . lalcLTSi . xoLi ei fij; xararr/j)) poL . sixsiv .... ^î ... ot ulsts: . era ....
20 V. . .'h rs\X\£'Jv fx. otov xoLT efxe i'iT7aTÊ -f-

Siiscri|)lioii :

] isa-n^ T( £1X00 Ta -nrai'T) Xa,a7r^[oT]aTj [A7roXXJii'T([

Ligne (). \peoa'lov(t£vov : pour ^(^pscotTlovjÀevov.

Liffries f2-i3. On voit par ce passa(i[e (cf. n" 670G7) qu'Apollôs s'était fait moino
tout en restant prôtocômète fl'Aphroditô. — EXXoytfxw = EXXoy/f/wraTor.
Suscription. Cf. n° 67066, verso.

RiBL. : Journal (Ventrée du Mimée, n" /10807.

67065. Fragment de lettre adressée à A[)ollùs(?), prôlocùiiiète (rA[)liro(lilô. —


Long. 111. 1 10 niill., larg. m. 100 inill. — yVpliroditù.

Brisé à droite et en bas.

Cursive ordinaire.

-f
Tvuivai fSovXofxat t>/| t'

\t\vs TSpœrvs y£ypafx[(xei')/s (e7r{'T7oX);=)

auTw T/9tax[o'Tia(?)

l'OfXtTfAaTa £1X0171 GiXTCti, [x£/5aTta(?)

r. }; 'h CLV(xkoyi(x vtxwv t[

Siiscriplion au verso (en deux lig.ics)

AttoXXJwti 7sp(A)ro[xw]u.}

BiBL. : Journal (reiilrée du Musée, n" A0808.


l'Al'VRUS BYZANTINS. 107

67066. Lettre adressée par le iiolairo(?) Aiiaslase à Dioscore, au sujet duu acte

d ai'Ttft{(T0wa-{5 que les clercs de l'église Sainte-Marie ont passé avec

un certain Paùs, et qu'Anastase témoigne avoir été librement consenti.


— Long, o m. 190 milt., larg. o m. 3i5 mill. — Aphroditô.

Complet. Ciirsive ordinaire.

•|*) UXnpopopyjTyj Btos tvv ufierepaj' a'hXpiKvv SictOerriv. Uoi.pT[v\prjij.ai

eiî ro fX£Taiv zipoLyu-o, IlaaiTi xai rots xhjpiHOis t)/s ayta> Ma/5t[a?, OTt] ou xar

avctyxyv
enoiyrroLV auTW t)/j' avT^ u.ja-(9oi'a-[tj}', xaj ou fxovoi' OTt snoivcrccv tvv clvtj fiiaOy

fXiîT syywTOv eyevcTO to (TUfX(3aM'0>', xat syw sifit o syyvvTV?- Et ôv o . t

5 oux £^ouo-iai' sy^ovaiv ra y>;rî(a auTwi-, u.cLvOav£T£ TsXeov [koi 7Sapci.xk\ivsi£\v[1)

ovv V av oifkXprjTVi xfiXeua-at ^uXalat aura) to rî|xajoi_'[ ras] s[i]pv\}i£va.5 Tau . .

Ta> ap'jvpxs- 01 yap xhipixrji ovx enonjaav TSCLpaXoyov, rhcnroTO. -f

Siiscri[ilioii ;ui verso :

] Tv ^ptj Xaixirp"! x^ eurîoxtfx) xup^ Aiocrxo/îw Ara] T]7[a ]-


£ii.w Seo-n) t) tj

mos vo

Celle éjjlise éUiil siliiée à Anlaioii (d'après un pap. copie de


Kôm-Ichgaou).
Ujpœ 9.

Ligne 5. Moi : iotacisme pour f/>7('i').

Siiscripùon. Le dernier mot a éU'i eiïacé à l'encre. — Tw e(/w Ssctttozv tu t» wai;Ta(?)

Xa/iTrpOTŒTW xai svSoKtfiurTOiTù) xvpico ùitoanopu, AvaTlaaios vOTaptos [?).

Hini.. : Journal iT entrée du Musée, n° 60809.

67067. Lettre adressée à Dioscore prôtocômète d'Aphroditô ,


, lui annonçant qu'un

soldat, indûment logé dans une de ses propriétés, a reçu l'ordre de

l'évacuer (cf. Coà. JusL, XII, Ai). — Long. m. 07^ mill., larg.

o m. 3 1 mill. — Aphroditô.

Complet. Cursive penchée.

(X'hA^OTVTo; >h^aix£V05 , xcci £v6vs £ypcL^'x toi- rTipa-


f Ta y/2afxfxaTa t>/* t)/>

TtaiT)/}'

Tou xTJ/fjLaTOs auTJ/s* xai -apos TW ccvTW £f'^£J'a( xat


(XTTOxivvdvvoLi aTi-o

afjLe/îjp'î/o'ai,

yeypOL^pv^oi YiXivOov rh xov x£(pxAa.i'xnvv ij.£tcl t«i' aXXvv STi^a rvlccpivr

h lxaTaXaé'e»'(?)l tj/v •croA[t]i' f


Suscripliou au vorso :

•1- '•''-•' T[a] -av-cj £V^Vjx«[fxrx)T) a}Î5X^/ A(0rTX0/5c> -cT/9VT0x[) A]*^/?[o'5(t]>;*

Li};/;*? .?. TuXap(a.)r : lecture cerlaine.

Biiii,. : Joiinml d'entrée du Musée, n" /loSio.


108 CATALOGUE DU MUSKH DU CAIHK.

67068. Lettre adressée à Dioscore, pnUocôniète, par Plioihamniùn. un de ses


clienls. Le porteur de la lettre remettra deux mpdiict. à Dioscore, pour
(|u"il puisse payer une dette. Autres dispositions obscures. — Ijon|>.

o m. 990 niill., larfi-. o m. .'h f) inill. — Apliroditô.

Papyrus complet, mais renfermant des lacunes (|ui rendent le lexle pou iiileili}jil)le.

Cursive penchée.

•f- 11/20 fx£r Tsavjoi Xoyj, apoTKvvx^ xoli aTTra^oaat tj/î» m)v aSeXipixyiv

n/3a.>T0i' fiev TS£\x.<po\j.<xi tv\x\vv{'!) . . .V OTt enapjjXdev v avT); a^£A(^OT)/|s|


£(? Y^v<Ppo<7vvov, xoLi ovx e^);[(Ta euTu;^&.>s] tspos ore zsai ovx ep s

TSporrxvvnTai avTijv- Eti fxei'TOt ys aj/'kt^ofxat tots, );x|ciu|cra -îeTa yej'Ofxera

;) Trrept t);s u(xwi' a^eAipOTJ/TOs £>» tj; Ai'T([roô (?)], ot( xar. . .j/Tajc tov? Uavî'
syOpov?. Uj.pctxa.Xfx) 'k avri/v Xalé'Jetv 'rrT[a]/2[a| tou ypa[L[i.OiTv'^oprj\j ^yo
xspoiTia

£v xepixam, ïvct Tckeiwrrv tvv )(\p£tOi('})\v, xoli Xocsi. .01. . .w eizsi^v XP^'-'^
stIiv.

2^1/1' Srjj yixp QsXv xa.ioLTzXevfj'xi £v V il\tj.£r\sp'jy. iMj/ aTro-


Tv/^w Se
£is TOVTCi Q-appwv iJixas £ypa.-d/\o!. . . . \ei[. . . .] .5 xaXovaitsviJiwv x(XT£py^oix.evcûv
10 £7rt T);j' AvTtvoeojv -apos rovs Aafi7r/3| orarov]? );pt.a')' S£rr\no]TCi.5 zsayapy^rjvs.

Z);T);rTaT£ fie ets Ep^o[v]nrAi\v ] ^j^iwÔyv vixocî eis Ev^poTvvov


XCtV £15 TVV TSoXtV fi[ . .
] , iva. OL^wOv 01X05 p.Ô TVV UfX^M' a'hXÇl OT))r OC.
TlaXiv a'T7z-a^[ofxa]f ayT);[î'j e^[ . . . . ]? £x TSamjs piô ipv)(_v?, £V5 ot£ tvv H^t
^X£nv v(j.(X5 £15 oipiv, SemiOTa xaX£, (^tXe d")

Siiscrijilioii ;iii verso (on il('n\ lignes):

"l"
Aci[0£jj' T^ £X[Xoyifx.WT)] Atoa-xopai TspwToxv . . . . t
•|- <l>ofS'afxaa'}' . . pix

Ligne .•>. Eizapn'kOev : pour isaptj'kdev {'!'?). La lecture est très douteuse.

Ligne â. AtjSei^oiiat : pour aij^j^ofitu.

Ligne 8. Sco : pour Ssco. — Hfjterepov: très douteux.

Ligne it>. Trjv isoXtv (j.[.:] : on dislinjjue au-dessus de la lacune les restes (ruii sijjne

probablement ahréviatif (cL tv = wStxTtuvos).


Siiscriplwn. Le t qui termine la Il;fne ne fait certainement pas partie du mot wpi.TO-
>iro[iin]T(^v) : la lacune est trop considérable.

lîini.. : Journal (tentrée du Musée, n" '1081


l'ArVias BYZANTINS. 109

67069. Lettre adressée à Dioscore lils d'A[)ollôs(?) par un agent envoyé à Con-
slantinoplc au sujet «1 un procès apparemment porté au tribunal du
préfet du prétoire. — Lonjy. o m. '^AB mill., larjj. o ni. 3iomill.
— Apliroditô(?).

Une lacune au début : la partie droite des trois premières lignes fait défaut. La suscrip-
tiou du revers a disparu dans cette lacune. — Grosse écriture cursive penchée
(même main, sans doute, (pi'au n" Gyoo^, p. II).

[• O T'xU' }//9afjLfX.[aT«J' ]

I--' M ^
Atioa\Xwto5
:i

I
(^[ J

aÀXa xoLi Tsctpa to\j -aat'evSî/p-ou v^wv zsct.Tpos tv Kœv'rlamivo

10 vaw 'Σr77r[oT]£ia t[}; trrje/Jt t[i/Js ctyict.? Tspoo-ipopas t[wî'] ai/Tco

eixoTCfOs T);i' raviT);» v(p<'jpdwTiv xai tvv t5 aytov tottô


xaG ov sHsiro KOLia.'T'Ktmv , opuXovtos (dpovTiaOïjvai
TS%p vp-wv -aXeov Tsavtwv, xcli fx-v (rvy/jx^pv'ya.i ^evov

i5 '^leXOeiv TO zspaiy^ia. auTÔ «pos XufA)/)' tô ôitov; aytô

TOTTo xj T?;s vixvv T^poT^opcLs , f^errivoTCL -f-

Fra{jinciiUl(! siiPCii|(liiiii lllisil)lo an verso.

Ijj'tw /i. Tov \vTatoTroA[nou voy.ou) : la place a manqué pour écrire le mot entier.

Ligue .'). Tijv (ivtiinvv) : même remarque.

Limie (S'. UavsvÇ)ri;iov : ligature ilu Ç et de l'n- — Kojv^lavTivovTtolEi : pour sts Ktt.

lîiBi- : Journal d'enlrée du Musée, ii" ioSia.

67070. Lettre adressée à Apollùs ou à son fds, demandant un nouvel envoi


({"argent, parce que les ^oiiSoi ont refusé de délivrer la quittance

de riinpùt tant qu'on n'aura pas versé 7 KepdTicc en surplus. — Long.


m. 19J1 mill., larj;. o m. 3o5 mil!. — Sans doute Aphroditô.

Cursive droite. Complet.


110 CATALOGUE DU MUSHK DU GAIIIF.

[07070] -|'
|<^a( aXXoTs \y\eypoi.<pct. tv viivv £'jr]oxifj.-))a£t otj ra 'd£p.(pOcVTOt. fxo( 0X0x07-
rivx\
I

VvpsOiirrav Tnapot. snla. xzpctricf xii ^i:t rovro Fjx'jn'cfTyovro 01 ^ovOoi avy.-
f]ovva.i

TO TSnlaxiv twv fhxa. oxtv xspoiTiw, XsyovTSs oti fr£t fxj; Xaé'a'fiS)' tv t'jix-

7rXr;[/0wo-ti'].'"

Mv afisAj/cTî/Te our fî<a tov (-)îo>' 'Sta tvv efié'oXj/j' t)/> xvfi^fs i/ficj'. ItT^ ya/i

xai' fx>; -cf/2[. . .


.]

r> T);i' i;7re{çr[ . .


] . tv £7rt tou -aapovTOs evsxiv tv? clijtv? s^SoXi}^ \'

Susci'iplion .'iii vorsn :

.
]
A7roXX«i)[TOî(?)]

Lifriic 1 . La lacune est regrettable. Les pièces tlevaieiU être usées ou rognées : d'où
perte de valeur, puisqu'on les pesait.

Ligne 3. Toir S^Ko. omco xspaTtMv : à la ligne i , on a vu que les notmsjiirila envoyés
avaient été trouvés trop légers (7 hrratla de déficit total). Ces 18 kcratia dont les

percepteurs refusent de donner quittance, ne sont donc que le complément d'une


somme beaucoup plus forte, exprimée en sous d'or. Si l'impôt à verser s'élevait, par

exemple, à 10 nom. 18 ker. , le débiteur, par suite du mauvais aloi des monnaies,
n'a versé que 10 nom. 11 ker. Le bureau lui donne reçu des 10 nomismala,
mais refuse d'accepter les keratia tant (pie lein- nombre ne sera pas parfait. —
YltTlaxtv = zsnlaiciov.

Ligue à. Le mot e^t&okr] est pris ici dans le sens général de payement d'un impôt

quelconque.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée , 11" ioHi3.

67071. Fragmentd'une lettre adressée à lin prùlocômèto. — Loup;, n m. 1 y!") rnlll..

larg'. o m. 090 inill. — Sans ilonte Aphrodito.

iîrisé à droite et à gauche. Cursive ordinaire.

. S'JsAvT)/ (t5 >/ a.r'^sXiZo^Tif? . . .

. . ^pspovri TOI Tavra ju.[ . . . .

. rîvjo T£70t.pT0V XSpXTtCt. OV )(_p[ .

. . \v eXOjj Tspos fxe -aixp^ ....


. . ]tûus (tovs avOpuinovs tv\ •

. .]t);? ATtoXXdCIVOy £01}[

. . ]er'Oj(^Xj;cr£î' Tn£pi TOt/T[ ....


. .]0£a-0aj a.\x)}yjxvov fx);| ....

Ligne 0. KTtoXk'j)vo? : Apollônopolis 1; ^xtKpn, un [leu au nord d'Aplirodilô.


PAl'VnUS liïZAMTlNS. 111

Siis(ii|itioii au verso :

]« S-av(u.[) •nT/2iw]T[ox«jXj (?) [G7071]

liini,. : Journal d'ciilrcc du Musée, n" 'loSi 'i.

67072. Fragment de lettre adressée par .loan , à un prôtocôniète d'Aphro-


dilô, sansdoule Apollôs(cr. le numéro suivant). — Long. cm. i lo mill.,

larg. G ni. 160 mill. — Aphroditù.

La moilié droilo du papyrus est perdue, (lursivc ordinaire.

|- Ta ypa^fxaja t)/> vfj.wv arΣXipoT[);TO>

trraXiv aXXo? s&Vj^cctos a7r[

xai 'T7r[opTo]uAa •
a.iiaiTvdi) «îs ©[
O-VV £ . Tî |So)/0vO"at ÏTW avT[
:> £t fij; Xccëova-iv tj/v Xoitïvv ira[

'iiOL-KpCLt.oii xaxaXaé')/ Te rroi a7r[

Tas 'îc aÀAas ^excL^ix? xoli ras eis tj/î' Tn\_

Suscrii)lioii ;ui verso :

-nr/3WT&Jx«i)fX) -cr/ Iwai'i'[ou

/>(ji^''/((,' a. EêJojuaTOî : pour sêSonaSos.


Ligne 3. STTOpToyXa : les traces, rpioi(jue très faibles, confirment cette lecture.

BinL. : Jouru(d d'entrée du Musée, u° A081.S.

67073. Fragment de lettre adressée par le même Jean à et à ApoUôs,


prôtocômètes d'Aphrodilù. — Lonjj. o m. 080 mill., lar;;. o m. 1 hS mill.
— Apliroditô.

Lu lettre n'avait ijue deu\ lignes: mais l'evlrémité [jauclic en est seule conservée.
Cursive ordinaire.

Eav uivSiTiore: o-/Xii&v['y'\oi.v[

ypoi.tx^aTvp[opos tx]vrh[ . . .

Siiscripliun an verso :

A7r]oXXa)T: •wpiWTOxofAjX) [AJi^/sOfS/


W \wa.vr>ov f

Ligne 1 . O^XtjOijoav : pour Ci))(Xri6rii7av.

Su.icriplioH. T\pûojoKon;x^ : le redoublement du f/


indique un pluriel, tspuToxconTjTats.
La faute d'orlho<![rapbe -apœroxoixijTtis pour -nrpwroxwftjjT»;? l'sl assez fréquente.

lîiiiL. : Jourmd d'entrée du Musée, n" ioSiO.


112 CATALOGUK DU MUSKI' DU CAllïK.

67074. Fragment de lettre adressée aux prùtocùiuèles (rA|>liiu(lilt»(?). — Lonp-.


o 111. yoT) mill., lar{«;. o m. oGB mill. — A[)Iiro(liU)(?).

La lettre avait quatre lignes, dont il ne subsiste (|iie l'extix^milé droite,

(iursive ordinaire.

(?) xo]vpaT(A.ip fxy S"eX&'v

JaUTOr TOTTOV
-CT|/3ayfxa aux^i't'

I
. oh, -1-

Siiscriplioii ail verso :

"l"
ETTtrî) TOt> irr[/3C'T0Xa'fXfXj A0/2'5^/(?)]

Siiscriplion. Y.TrtS^ = sttiSoOsv.


BiBL. : Journal d'entrée du Musée, ii" '10H17.

67075. Fragment de lettre adressée aux jjrôtocùmètes. — l.oiij;. o m. i 08 mill.,

larg. o m. 216 mill. — Aj)lirodil()(?).

IJrisé ;i droite; deux frajjmenls. — (liirsive ronde.

•|' Ta y/3a(XfxaTa t);? vu-OlIv oi.fhXÇ>OT},TOî £']£^ix(x[}/v

TS£^<pB£VTCL (xoi. (l^povTim) V vfie^cpa, a.S£X(5o[rv^

TTisfiipai woAXj;!' anov sis tov op^ov xat sXni^rxi eis t\

fioi Êi'TauTa ras y^psia.? ufiwj» a7ro7rX)//3a)j'|

f) evpsOvv xat ÔK vvzcr/STO toutov. Vj^x^i, o ^iXos aÀX|


TOVTfx) yap TSavTWî e[7r]efx\|/a v^j-iv 'î[ta| t)/s t^P

Siisrri"|iliiiii an verso :

]riiTO«<»ifAfX( -T-

Liinie .j. IloXXjjr : (sir) poiu- soluv. — En Tor opiJLOv : c'est le port d'endiariiuenient
des blés de l'annone, sur le Nil.

lîini,. : Journal d'entrée du Musée , ii" /loS.'io.

67076. Lettre adressée par un serviteur ou un client à son maître ou à son


patron. — Long;, o m. -l'iô mill.. larp;. o m. a^f) mill. — Sans doul(!

Aplirodilô.

Brisée à gaucbe, ce qui rend le sens obscur. Au verso, se trouvent des traces d'une
autre écriture entièrement illisible; on y dislingue aussi les traces de la suscription
de la lettre, également effacées.

(iursive pcncbée.
i'AI'VIUiS 15VZANTINS. 11:5

.Sia TJ/s -ûTa |/50U(T)/? STïiarloXv' yp(x<pw -apoaxvvwv tov e^j-ov r^sanoT^jv f<>7070J

, ayy\eXv vs jaî excnov apzaëas tov (Tjtov slaSov TSctpa. tov Xafinp}
... I?:
KOLi e'îe|afjL);i' trra/3 avjov ypct^^xToi. i/(xeT£/3a zsspis)(^ov7\a\

. . . |o( r^s-)(^ofjLai eis Aoyov tvs payas kcli TSixpvveyxsv tov avTOv
. XafiJ-TT/î) ajnjp £t> tj/j' AvTatô xoli vireOeTrj (xvto vtto t);v A(pprjTiS\j
\

, . . . . jfifxô aveXOovTOs sis t)/î' Uavos. Enei'h) xoLTiivayxafTev fije]

jeuTOti ^txapiov eis t);i' Uolvos avvAOov, );u/30v toî» ^ccyialspoi.


\zsa.psyye'kdvt' TSapcL tj/s aurou Xcc^npj p/ peyeucrai ojroi'

.'apwT\oxoix) \l\fjJOivvô To" iGpjTa. .ttt. .e^.- -"^ avefxe . .oi..xp. . . .

1
EvXoyi . .
axp ? Tsp . . . yp(x\x^<XT

Ja poyevfjw ^Xsmiv ô yisyLpOw TSapCL tov (Xvtov ixayii/lepos


. TO rîojxoui' vfxti' xeAeurTTt ypa\p(xi fj.oi, fîeTTT) tots Ta^aT[e] (xoj Se

jea's zssixxpai airov ex tov Ai(j.iToy xai ïSov Te<j(T£pa.xov\Ta\


] . . Te aivoxpiaiv xcli ^v xvpios si fju; tw ejc[
]

l^EvXoyiô waj'TWâ rîtayetr £<x,^'^ '"*'


°'/''^' ^'
P'-''
''î'aTv;^ot?

Ifirsiv -mapa. to xvpiov Ia)aj'j'[ô] tov idpaa- xoli mpos tw wfJt-|a>J

...fj-
SiiKCri|ili(iii ;iii vci'sd: illisilili!.

Ligne â. Poya : la solde des lrou|)es (en espèces cl en ii;iliire : cf. !. (SV

Ligne 5. A(ppoT(^()7f) (.vie) : pour AÇipoSniiv.


Ligne j. Maytj-lepa : cf. Just. nnv.. AXA, 'j.

Ligne S. Uapeyys'kôvv (.sic) : pour -aaprjyyekOriv. — Xaintp^ = XainrpojvTOi.


Ligne (j. [Tlpcojjoxoix) : pour v!p'unoK.uyL{inTOu). — Wpcra : certain; voir 1. i(j.

Ligne I 2. KsXevaars : l'a d'abord oublié a été ajouté après coup.


Ligne i3. Ex TOV XtyLiTov : c'est le duclié de Thébaïde, ou limes Tliebaïcus.

Ligne 1 6. (dpcra : nom propre; lire Qepaa. L'écriture copte ne marquait pas \'e devant
les consonnes k, m, ti, x, p : voir STEiNDonn-, Kopi. (Irmnm., îi'édit., p. i8;
cf. n" 07001!. p. 1, 1. 1 '1 : «MXa = <I>(9eXa.

Au vei'so, écriture très fine, peu lisible, (|ui paraît être de la tacliygrapbie.

iiiBi,. : Journal d'cnlrcc dit Musée, n" '10818.

67077. Fragment de lettre; les noms des coiTcspondauts sont perclus; l'expé-
dileur annonce {accident survenu à un troisième personnage également
inconnu, el donne des nouvelles des enfants du deslinalaire. — Long.
m. '!.')() mil!., Jarj;. o m. .'îoy mil!. — Sans doute Aphrodilô.

Lacunes importantes au début, à jjauclie et à droite; complet en lon[jueur.


Ctttal. (lu Muiée , n" (17(1(11. t.")
114 CATALOGUE DU MUSKE DU CAIP.E.

[67077] Cursive droilc, assez grosse, avec des parlicularités gnipliiciues (esprils, accents, iolas
'tsouscritsT) signak^es dans les noies.

I }Cv\piO< WlOLVrVî «[fJt-J* T'-ii ... V <I'X

\TX[ ... I

r Ui» xvp'.rji \wx\vvvi

r . 7i-a»T| i \v ovK a|
I

I
a'TJ;/oAoufxei'ov , xo-i av TSOLpavTct svpe-

BSVTOS

I
\w5 Stapncto-ai t[ ]£[...]
..[....]
r f]i]a[(p]£pov7a a\ \v koli

]«f [A]/5T|e]i'{05 xs(pot.AaivTVs eSf^azev \vs[!)\


I

<t>X Atxoj'
(î. .)' waeS [ 1
V'îyav fxo{ ev |t«'J otxai' ufxwr jS[/3|afS£ja' o'/sa',

0eos ot«5ei'

aoivov rhi ya.\p |


Ta? aXvO\£ioi.5\ TUpoTava^^speiv. E^v\v]vOjn' '^-^ £»'

£X£tVV m'

sOepoLirevaev

10 aijxoL T7£(Xa[s], £7r[ej'î]); y cap 7:5Xr/[yfAa] 'cra[?']u [-nreJ/îixitTat tj;' a|uT|ou

x£(pcLkv, xat TO oXor

^Se o-Wfxa auTOu xa.Tax£x'ka(7lai. Tciv Q£ov ouj' £^771 ^ovOv^ai £i5 to rrwOvvcc.

avTOv.
EXaXvcra 'h tw' -î[eo- Ittot)/ fiov Twt y/safxfiartx'î't £7i-t to -cr[o(]>7Ta{ fi£ -apa^iv

xiV'%V£vm), xoLi ovx £X£X£vt9\vv aX'JXa to mpxyfxa £X£X£V<t£v fxoj sacrât tm


xupjci)'

Ligne 1 . On songerait d'abord à AaxfXa] ; mais à la lign<' 7, on ne voit pas de Irace d'un X.

Ujjiiv 8. OiKfJ : le mot (comme tous les autres datifs du texte) est suivi d'un petit trait

vertical dans lequel 11 faut évidemment voir un iota; à la ligne j3, le Irait est dans

la ligne, à la hauteur des lettres précédentes (toi/ ypaj/f/aT/xoij).

[.ignc 1 0. On pourrait aussi lire . . .{^.)Kv]pov tov apx^aipov.

Ligne 1 . To oLifia aletlas t en arrêtant l'hémorragie n. — ÔXoi- : esprit rude dans le iiis.

Ligne i3. Ti>i ypafxfiajixw : outre l'i du datif, remar(|uer l'accent l'irconllexo sur les

deux finales.
l'APVItUS BYZANTINS. 115

Iwxvi'v' x[a|t a|u]T[o|î[. jtx^ifxaxo? laiccvin)^ aXiiyfi'XTa. [wJoÀXa syji [fi'O"


iT) .
|«[. .

K.vpiax.05 'h à tsolis svTCtvOa eaUi, f5e[<T7i-]oTa , xai fJeSwxa (xvtw Xoyov si xs-

XeVCTS 'KeA£V(7CtTS
r]e ixvTOv XaSeiv kch to \^oufx,t7' avTOu, y^pvaw yxp clviov evTavOa.. Ta ^afx-

lïprjTCLia. v'fxaM' tzhvix tsoXaol

TTfprjtTXvvovmv KfjLa? afxa tw' nvpw ZoLyjx\p^icL Ta'' avr^'v [i.OLO'twi , xayw
Ô ii(JL$T£pOS fVjvXos' TO ot;i'

SliscriplioM : (li,s|);iiiio dans la lacune du déhul.

Ligue 1 G. O Tsati : (isprit rude dans le manuscrit.


Ligne ij. ^^oujxir = \f/vf/<or(?).
Ligne 1 8. Maô;)Ti/ : on lirait plutôt (Maa^rv, '[iii n'a pas de sens. La lecture que je

propose n'est guère satisfaisante non plus; les deux lettres t» ont presque disparu.
—O vyLsrepoi : esprit rude dans le manuscrit.

lliiiL. : Journal d'entrée du Musée, n" io8i(j.

67078. Lettre : ordre de mise en liberté sous caution. — Long, o ni. i35 mill.,

larg-. o ni. 3i5 mill. — Nome Antéopolite(?).

Brisé à gauche; nombreuses lacunes dans le texte.

Cursive ordinaire.

j ]? T)/ Xa.(J.TTp[0T(XTV UfXWI'] aS£X<POT\pTl\ £x[ ]

Ta y pctii.ixct.TCL , a-noXxxrai

[ t])/v ctTvoyovov \\poLxX£iaivô V£(nô lo [Lctxctpnô ano '^iv\^o\fxdv£uis,


ovacLv £v T>/ (pvXax}}
T>7[ï ]5[ I
[ ] XCti fi£}' ICLS £y-
yVCti £X£vd£pWV OLP^pOJV

t);ï avT);? xwfx)/? '^tvo(x.ôv£ws v tuw TSOifievuv t»;ï «vt»;?, ottoî £vpv [t]vv

(Tvyxoixi'hiv

u TnonifJctTOai rw avTiis a.p'jvpw, xai fx); cf^oLvirrOv o miopoî avTrjiiv si? ^XctQvv
TGV 'hj^x-omciv,

(XV £y/jvo-'x\ JTa xa0 eauT);r(?)(îioixûuvTa. noXXaya/o[ J-nrept

TOVTO TSap£xX>)Ol}V
Tsctp^ct Ta'i'(?) rr^vvvBwB i)(xoLï TsporrxvvovvTw , rxiv T);i' [atTjj/Tjr xcttct ©eov
0\)X ^fVpr/V CfK£l-K£lV,

Ligne -j. Vsaiô : douteux. — "^tvonowts, xvfxi) du nome Anlinoïle (cf. n" (i'^ooG,

verso, 1. .^o).

Ligne h. '^vyxoittStiv : corn'clion sur avyxontylm', précédemment écrit.

i5.
IIG CATALOGUE DU MUSKI': 13U CAIIîE.

[f)7fl"S] aAXa p; af^elvreis tjvto xcti X^tiiiivO)] tcl y£vy)ixoi.TX xai svpeOv to 'îi/fxoTtor
(TXOi'(ov.

SnscriiUion : i;nlièrciiionl ed'aoëe.

Ligne 8. M»7 evpeôn to Stj/iocrtov axa.'^ov -(jnc I.i perception île l'impôt n'i'ii soiillVe

pas".

BiBL. : Journal d'eiilrce du Musée, n° 'lofiao.

67079. Fragment de lettre l'aisanl mention d'un .sm/;(//am. — Ijonguour


m. lyo mil!., lar^j. o m. i/i5 niill. — AphroJitù (?).

Très incomplet : le dél)ut manijuc, ainsi <[ne tout le côté gauche, qui a été brûlé,

comme le montrent les traces de feu encore reconnaissahles sur la partie subsistante.

Cursive ordinaire.

Je et fx)/ TO) a'^slpcô tw xvptoô

JeaT)/ T£ TOJ' viov ^OLpimov


Jî'TOÎ OTl TSOV XVy)(JXV£l

fxJr;<5'e[i']o? et/îoTO? £W5 o{;( ?


)

r>
J
. . a TSpoXaëeiv xon aveXOsiv
\pov T);i' xa-za.So'kvy

]A^', XOLl p-V T)/ 'hjfXfDmCt

] • • •
"^^Z" "craj'TCi'j' rvnov
t\ov Se Tiyyo'jXapiov B-£pix7r£vrra.Te

(Deux lignes en hhinc.)

Snscriplion au verso : enlièrcmenl effacée.

Ijgnc (). '^lyyov'kixpioi' = sltigulfirem.


BiBL. : Journal d'entrée du Musée, n" 'io8ai.

67080. Fragment d'une lettre adressée à Victor, sin<rnlnns. — Lonjjueur


o m. 170 mil!., larg-. m. lAo niill. — Apliroditô.

Brisé à droite et à gauche, (lursive ronde.

. ]s xai ix£TaO£fT£i5 yifSiwv ijp^aTO 7; vfxat}'[

, ja7ro<pa'Tx[ô [t?; xeAeuTewî t)/[

.
Js (IVf^VOS £1inp£TlOV7rjs {;[
l'Al'VIÎUS BVZAiNTlNS. 117

\fJa.\JU.) TSpWTOKWtxtnv? X^pr2n\v^ [07080]

^J \7OLl CtpOVpas iAOovrjOLS SIS TOVS auTÔ '5r

t\ov fxrivaolnpiov Avra '^aëovvpi'jy\

I
. ar . . . OTt oup];)' 'nT£/5[t] -vovrov [

1';^ xaTa^t'^iT)/ ovv yjxpimxTB'Xi £:avT[

]avT?; Tnpixrlsiv ou yocp evr^ey^sTOLi TOt[

Svisrii])lioii au vcisu :

] . \iimopi (
(g) \^lK10fJl (7iyy^

Ligne h. (-^avfij = S-av[i.aat'jjTcnoi.

SiisiTiptioii. LV'crilure de celte adresse est très grosse, et chaque lettre est séparée.

— '^'yy} = <7tyyovAapia){d. n" Gyoyg, 1. 9) ou aty-yov'kapiots. Le signe ^ signifie


souvent xat : il
y aurait eu alors deux sinifiilnres du nom de Victor'/ Le signe (g),
(jui en réalité présente un peu plus d'un ccntimèlre de diamètre, désigne pro-
bablement la place où l'auteur de la lettre aurait dû apposer son sceau, ce qu'il
a oublié de faire. La feuille pliée était liée en son milieu par une cordelette en fibre
de papyrus, (pi'oii nouait ensuite. Sur le nœud, pour l'assurer, on appliquait la

boulette de terre sigillairc qui recevait l'emprcinle.

Bini.. : Journal d'entrée du Muxcc, 11" /io8-i2.

67081. Fragment de lettre. — Lonjj. o iii.oG5 mil)., Lii-|;. m. 090 milL —


.Aplirodilù.

IJrisé à droite. Cursive penchée.

\- Et (xj/ C.V vctaïa-fia. ;ct/9[a]Tt[a

AtToXA^TOS ^lOTHOpÔ TÔ[


xspccTiwv trr£ft\//oi' eis tj;j'[

a[vi]T);[i'] eypio-Kv e^v^Sovvcii -f-

Suscriplioii au verso : coinplùlemenl elliicéc.

BiiiL. : Journal d'eiilrce du Musée, 11" /loSao.

67082. Fragment de lettre écrite par Isidore, singnlarin. — Lonjj. m. 1 oh miil.,


larg;. o m. 000 mill. — Nome A[)ollônopoIilt'(?) [ToLvuaiBei Kwpi\.

Cursive droite.

rleTTS/îa vofiia-^aroi. -aapa Kepa-via TScv^vxoinoL e^ ^uj/«


\eTT£iSy ovv £v T>/ xvix}) 'lavvaiOsi Tvy['/^\ixvrx) xoli ovx'

Ligne a. Oux' : apostrophe dans le munusciil.


118 CATALOGUA DU MIJSKH DU GAIIli:.

[''''0'''-]
\eu^i OTS eTtixiXT(x'kv(j.tpO(jiOLi T)/i' -ctoXm'

Jjv, ^smvoxa. j'

5 <I)X) lai^'xiprjî Ttyyj (T[ecr};fjt.e(&']fia{(?)

Siiscriplioii au vorso ;

Ligne ,'). Tvv zfoXw: Anlaiopolis; ou Apollônopoiis, clief-lieii du nome(V).


Suscription. EntS^ = e-TttSoOsv. — Ey&x^ = evSoxtfjLoraTM. — Le signe ^ mar(jue,
ici encore, l'emplacement du sceau.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, n" 'loSa'i.

67083. Fragment d'une lettre adressée à un pmtocômète par Menas. — Loufj.

o m. 077 mill., lar^ij-. o tn. oqfi mill. — Antaiopolis.

(lursive penchée.

f Mj; rrvyy^wpvrrv v m] \£\i^rjxi[ivrn?(t)

aj'0[/9]i»7rô avTÔ ciy^pt rr\

[-nrj^ayfxa avTÔ fx^ra (t[

Stiscri|ili(iii ;iii vorso :

Tsp(xno\)irxi\j.j ]• Mvi'as

Siiscnption. Ce .Menas est peul-êlre l'auteur des lettres n" (iyoCio el OyoGi.

BiBi.. : Journal d'entrée du Musée, n" AoSîS.

67084. Fragment de lettre. — Long, o m. 076 mill., Iar|,^ o m. i^i'd mill. —


Sans doute Aphrodite.

jursive.

. .Jxai -TSa.pa.xaXerTixi tvv iJfiiTcpixv aSe'X(poT7)T[oi . .

. xejXeurraTfi avTOv f^/xnvOvvai Tsctp avTVS t^i» .


[ . . . .

. . ]fiH', fJt-v o\Jv aTT0t.p<xiT)}T05 yevi)Tai >; a.n)j(7t5 e7r[

Suscription nu verso :

] -aaTi y ti TJfjtj } •nT/3(i)[T&x«i'(X)(?)

Siiscriptwii. L'espace vide entre les deux crochets i-eprésente la phicc du sceau. —
T<(/^ = TlfJLlli)Ta.TCo(^'!y

Rini,. : Journal d'enuéc du Musée, n" 'io8-!(i.


rAl'VRIJS liYZANTINS. 119

67085. Fragment de lettre. — Loiijj;. o m. 120 niill., larjj. o 111. i35 niill.

— Sans doule Aphrodilù.

Le papyrus porte des traces de feu : la nioilié droite a été brûlée, et une partie de ce
(|ui reslo est noirci par le feu, ce rpii en rend la lecture didlcile.

(IiM'sivi'.

f" ^^ ypix(j.(j.a.TV'P''jpos ccvOpooTTOs rv/^wi>\^

toi; xvpiov l(t)a.vvQv tov £fj.[ov SermoTOv


i^tÀ6|^ai»]5. KaTa^iwyov ovv, Sermo^TO. , . . .

TspocrekQv Tw r^sfjnoi^ 'î"'^'


(^[

5 xat oXiywp^rrai eis £|X£ j

Àaé'»[r'] 70 Iv voyiKTfJLa. ijnap . .


[

T);s eTTCT/oAvs Ts\zir/](t w? -aoi. . .


[

Siiscriplion illisible au verso.

//!//"« 0. \a€iv : lolacisnie pour Xaëetv. Lecture douteuse.

BiBi,. : Journal d'entrée du Musée, n" '10827.

67086. Fragment de lettre. — Loiijj. o 111. i38 mill., larp. o m. io3 miU. —
Sans doute Aplirodilù.

Grosse écriture droite, gauche et incorrecte

]ô alpaT)}XaT} xat ws Xsyei AvTi(pa.v>is £'7[ .


]

\)iIP£(a)(t1£i laxvëis yi[o]s

a7r]aAay>/va{ x<xi fiyjxeTi

]);Ti Apir/lopixvovs

:, a]7r[a|Xaç);5 (avTOi')(?) afayxa^Ojxat

]iù TO 'îe a.voi.yxa.irjv

J'ÎÊTTroTa ijyievwv [
Le rcslc en blanc (quatre lignes).

.Siiscriplion au verso :

•j' Tw SsanoT^ [

Ligne 3. AnaXayrivai (.s/c) : pour aitaXXayvvai. De même plus bas, 1. 5, [a]ii-[a]XaÇj;î

pour aTiakXa^iis
Ligne 5. AvTov : (?). Le mol a été barré; lecture prescjue ci;rlaiue.
Ligne j. Yyievoov = vytaivrjoi'.

BiBL. : Journal d'cniréc du Musée, 11" /iOiS3i.


1-20 CATAI.OCUK DU MUSKI' DU CAIRE.

67087. Déposition par éci-il [èxfJLapTvpiov) de Kolloullios, un des em|)loyés du


^/r'/i'nsord'Antaiopolis, en faveur de Dioscore, notable d'Apliroditô, contre
un nommé .fils de Mousaios, qui a endomnia{jé les champs de
Dioscore. — Louj;;. o m. 3i5 inill.. hvp;. o m. 38o mill. — Aphroditù.

DaU; : a 7 décenibie 5^3.

Le bord gauche a disparu. — (liirsivc 1res line, aux lellres contournées.

[|- ExfT<Pp](x,ytT(ia. efxô KoXXcivfJov ^rjy}9ov tj;? sX'^ixia? t?/? AvTaioiroXiTd^v


<I>A) ^irxTKopfjii \.TioXkrxnrji

\tca) S^a^fiaT» I^Tarci) 0.1:0 X6ifx,);? i\.(p poSnv? tov AvTaionoXtTOv vo[t.ô, xclto.

T);j' rrjffxspov v\i.zpa.v >;Tts saliv vso^tjvioL

\tô •wajOOî'TOs
]
fxyvo? Tvêi tj;> sverrlvfj^ijs sj&yofx)/? ïi'S"!, ^ccaiXeias tov
S-fijOTarô vfAWJ' SeernoTOv (1>X) ïovrrlivioivov tov

[atiiunô âyôrr^ô OLVTOxpcLTOpo? stovs £7rla.>ioi.i'^£xot.TÔ, toiî [xs-tix t)/J' VTrareja?'

<I>A) WoLfTikirj tov £V'hBoTa.TÔ. Kot.TaXoi.§rxyv

5 [t)/»' A<Ppor^iT\y}i xui(j.^)v rhj^OTias XPeta? evexsv, xii aiTi/Jus -z^apa t);î cd;»

[ra Xj/Va t5] utt avT)/?' opyctvô tov [ejvayov? [xovoirylijpiô caict ^ovpovTO? tov

[ej/9)/p<-£»'>;» xa']p;?, xXitpô <I>);j'6'[. |b xaXovasvô -mpOTefjov avra "^eî-Tl . Jt^toî'


xa.X£ifT£ ovv aa.p(xy£V(xi).£vos afxcc

\tv TV £Vfhxi |fx>;(T£{ , £aip)xx'X Ta zsp')£ipv{X£va. Xj/Va X£XufX);ôtrTa waj'TeA'v»

-w/oo? TTTaaav avh)Tiv xapirô

\
]7raT);0ei'Ta xai TnvXo-naTvOiVTO. , vrrl£ a.<p(xvv y£V£<TOai ra'îe

[wJa/îii'ôej'Ta xcti £xpi^côO£VTa.

1
\
] Tspos ay^pvrrlwv £ih]rr\i\v. Kat ravTa ovt'a^? B-£fxipv<7as , eTrep^i'-

Tî/Ta Tj;j' atTtaî' «ît j/r £in totovtov


\Tponov xax(?)]ja-7w> £XvixyivoiTO xapiro; '
£(^vrr£v jxoi v ti] £v^oxiu.v\'7\i?

OTi 'h) f avjjp Tt5 Aeyofieroç

I
MojuTajô £fr1iv Tat;Ta -nT[ot|'v?'. Upo vp-£pwv ytxp )iX()£v -nrpos

eiie fAsAXwr ra TSpoSccTO, olvtô

f.iiniv •>. T(y. . . ctTTo Hviiiis; les pièces précédentes nous ont appris (pie Dioscore est

ap'jLnoxuiJLVTiî. (ie passage pourrait servir d'argument en laveur de l'ideulité :

'aplU)^ox^J}^^1J^al = 01 inzo xa>f/>;s.

Liirne -j. H n'est pas sûr qu'il manque une lettre au milieu du mot '^zvt .<Tr]Tos.

[j^nc Q. TlriXoTraTtiÔEVTa : défoncés par le piétinement des bestiaux.


Liffiic 10. E7rep'^T>70-a (.s(c) : pour STTtip'xntjeTa.

I/i[rue I I . EXti/u>;roiTO : celte forme étrange est de lecture certaine. Le scribe paraît
avoir confondu les voix movenne cl passive. On a déjà vu, 1. (S, la faute XsXv^xvOsi'Ta.
l'AI'VIIIS lîVZAMINS. 121

[ayayeiv £'>("/)] to rjpyccvov tou (xo-JccLpiov (xh\<pô auTÔ, aa.pa.Ha.Tv tov euô [07087]

opyoLvô , SIS yXwpoipayiay.

I
\rya.TO (loi , ^ovXo^svo; fî»[a t]ov sixo ixvloLxrjs tj;v etrroSov tcx'J'

'S |t)/i' |TauT?;j' yevsfTOa.1 ou -nra/9£;(a'/2)/T[a | ixouTja'j- aTD/Aôer tu-


pxvvifh £iTspeirhfj.cvoî , aTD/ÀaTas

I
|>;Ot:i' Ta auTO zspoSctxa. xai oo-a £t;(£i' crpeu-ixaTo. rha twv
efiiiU' X);Vc»ij', xat o[u]T'Uts £XvfX)/î'[aTJo

[ f^Jot TOioLVTnv 6;pnai' xai avixipomn' eis ^XaSjjv tov Sii(j.ocrtô, koli-

TOi ys -aapayyeXOsis
[tzclp ÊfAOu , fxj](nj');a-«oj'TO:> fjij; ourai '/^piiactTOcLi tw efAV avAaxt •
v(popwpi£vu^
Tov yevixiievjv atjcjrxfxoj'

[e<P>;a-sj' £ij']aj(?) -nrore tov tot^ov ev ohiTtopicts race» B-peixfxoLTayv, sttj vf^wr
xaj STTt Tnpoyovw. ••

20 [Kat £j? £j'î>;^Jn'(?) jwv oviws sipiiixewv xai vy^fxsvwv, aaipaXeiav aiT7}dsis
Tnapix TOV KOLi Tvvôets TO']e

[to eKaoi.pTv]piov, £^£rhfx.7)v t[o |( (j-iÙ iJnoypa.'Pns efx)/s f KoXXouÔo? ^ovBoî

\AvtcliotioXi\t(a)v sKSeSfjôxoi. TOUTo TO £Kfj.apTvpiC)V W5 tsprjxjl -f-f-"!'

l';is (le siis(Ti|ilioii ;iii vpisd.

Ugiw 1,'i. Eli x^'-^po'^'^yt<xt> : ci; cluimp du frère défunt élail une prairie; pour y mener
paître son l)étail, l'inculpé traversait les cultures de Dioscore.

f^igiic irj. El' oSomoptas za^ei : classé comme lieu de passage.

ItiBr . : Journal il'eiiln'e <lu Muxcc , w" 'loSacS.

67088. Déposition par écrit (fxapTvipfa) d'un lénioin en faveur d'une femme
nommée Stéphanous, dont le mari Psatès, lecteur d'une des églises
(lAphroditô. a aliéné le douaire, consistant en quelques aroures de
terrain. — Lonj;. m. ."I^S mill., larg. o m. 355 niill. — Aphroditô.

(loinplet, sauf la disparition dune Lande de 3 centimètres environ sur le bord gauche.
La moitié gauciic du papyrus os! en outre fortement usée à la surface. — Grosse
ciu'sive penchée.

I
.1-^'^! '^'^P[ J>;jxe^[ai;, );Jtj> £au\v T\£'TfTa.p[eia-\xa\i-

SexaT7i\

Ligne 1. La lucinie, comme on h' voit par les dernières lignes, faciles à reconstituer,
n'est pas très considérahle (dix lettres environ).
122 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIl'.E.

[C7088] j"
t]ou 'cra[/9]o!'To[s p/rjos <l>a[fi£]j'a'6' t[v? a\pTi [sjveTlwrrvs
\T£'T(Tapa.xa,i^^£XCLTv[s iv\Sj, x5/20(T[t(^>;'T]ej' fxot 'Wa[/5]o'î[t;]/90fxei'>; ilT6iZat'[oi;]f

|euyeve'77)(?) B-vy^aTvp Aé'/5[aa]fxi5 to^ oltio [jS]o};0«tH' x[w]fij/> [A]<P/50''S[j |t>;?,

5 [ ].M'a[T]o'' k/Sî/fxto", ai'a}[}']ii)T7ov [ajjia^ xaOrjAixv^ j'Otjî'j;?

[ ]. . vra [tJi'jl' eipnixsvw ctvr^pi (xyç[v\5 M^ar); -we/ot apovp(t)v [tJ^u

e[t]/3};fxei'ou "^aTOy
[Ï£/5r;ju.«5 wa/3]a;^wpvÔ£t'7'wi' «[aj/3 avTOv A[{'>]'txo/5[w] tw S-aufxaTtfwjraTw
xtj;t[o]/3{ [aTTJo tj;:? T xv^yjs

\ ] [t]^,'}' T£[A]î[T]aaT«v. K[a{ -nra]/9auTa cra/2[>;]i'£:yxa roi'

auTOJ' '^aT);j' o<p£jÀoj'Ta

[ ] . . . . Oat . d\ . . .
\
. . £1 . a[ct\p[£]-)Ç6jp77T£v TCt? [a]/90u/5as

aUTOV, £1^); ETTf Tt: SfXOU

10 [xaj eTTt A/3T£a]{iî[co]/oov rΣ(T[7rc;£i']{[x^(?)], 'Î[{]o{;o;tov tvs xwfxys , xai s-nt t(a)i>

e|);> u7roT£Tayf/,£i'««u'

[aAAiwv(?) fxa|0ru]/26j[i», o]t« rhj ^\_. . . .\pss rTVV£i'^ov fx); (^i/jovras to rhiiLOo-iw

auTwi' fiaXjT7a '5'£

[ ]. . . 'T£j'[
.
]p£T .
.p[. .] xa( -!rr[. . . . î/j'JayxaTOî/j' v^a.pa.'/jx'ipv-

rrcLi [auJTO twj' T£X£crfxaTà''


[ev£XÊf(?)r ].£aj' T( |S[ou]X>/[0]£.tTa 't[.]. . . a* [£t/5)/]/^?v[a]? (tpovpcL?

yp!X<p£i'Ta5 avTV -cTa/3 avTOv VK£p


\yw avjijs £^Sv(a)v rr .tï . peu, y(x\ji\o^ tjvayxa.rr'X ocvtov aXAa? oipovpas
auT)/ /£ipoyp(x(d)]fT(xi

10 [ ]tovto auTOi' fj(.a6'[o]}'Ta w\i £p\vry£v (i^j'^nw ravTaî X£-^£ip'j-

}'/3[a](pj;a-0a< atJTj;

[ ]. .£TJj'o" xaj £î' [T]ovTOt[? e0J£fA};[i'] TauTV t);î' ixapTvpiav


\viS TSpOxj. <I>Xj 7\/2]T£fXlrî«/20? 'ΣT7rOn'[»XO?(?) , fTloi-/£\ fXOj] )/ fXOipTVpia. œS
TSpOX£T£ -f-f-
Il£[xU'Tt]s(?) AaUfit'î tSp£ry§V

[t£/90s, a7]o{x^£[f fxot] 7; ^aprvpict vs znp[rjX£iTCci -f] ? E/jfiavTOî xt};-


Topos <y1i-)(_i (X.01 V y.ixpT>jpia ws -mpox

Ugne 3. Le chiiïre TSTo-apa est le seul qui remplisse exactement la lacune de dix lettres.

Ul^iic f). Ka6oltxv : c'est la principale é|;lisi' du bourg.


Aî^'Vfc y. On surprend ici un des modes de formation des latifundia. Psalès a renoncé

à ses terres, dont le revenu n'était pas proportionné aux impôts rpii les grevaient

(l. Il); et il en a cédé la propriété légale à Dioscore, "mijjupf.

Lifpw 10. ùizaiToiviKOi (cf. l. 17') : serviteur de Stéplianous (?).

Ligne 1 6. Cette première signature est di> la main ([ui a écrit la iiapTufn'a.

Ligne i8. KTijTopos : sans doute pour KzijTup.


rAl'YP.US BYZANTINS. 123

[ |. . |lTa]a;f KoAÀôÔô[a^t'^0(;ts]£y/3a\|'a vnep auTOu ypctu.u.a\rix\ [<')7088]

fxj; ei'^OTOs ]'

20 I
\.yivo5 lvai'i>[ou x.\TVTwp [aTro rr/s T '<«t'p;]>("?) ^lof/^si fxoi j;

fia./^[T]u/3ja (^'[î 'ap\rjKJ •\- '^ivô\ff\ios [AJTroXA'iiTO?

[a^to^'O^jb £5/]/9a\|/a vnep [avrov] yp^aix^xara. fx); £i^ot]os -f-

l'as (l:; suscrij)lioii ;m versii.

Ligue '20. <1>A) A.oy]yivos[l). — Si II' dernier témoin esl le même que le "^evovÔQs

A-TioA^CAnoi du n° 67082, le papyrus serait peut-être de l'année 55 1 (lA'indiclion).

IJlBL. : Jimriial d'entrée du Musée, n* ^loSat).

67089. Déclaration par écrit, dans laquelle un personna|j;e inconnu certiiie

qu'une reli(j;ieuse nommée Eulogia, qui habite sa maison, n'est ni


esclave ni de famille servile. — Lonj^. m.SGomill., larg. m. 82 3 mil!.

— Apliroditù(?).

Cursive arrondie. — Ce document est commencé au verso, et achevé au recto. Le recto

contient en outre, les divers fragments (|u'on trouvera ensuite : une requête (au
duc?), un début de lettre, et une formule incomplète dont la signilication m'échappe.

VKllSO.

I J
. . . a/5c[ \u.w ....
[;---J
(îta^a? fier tov cv aytots aov aa[T\po5 xcLipov ovk oÀ[tj']o)' z^Xeialiiv

. . <îj £fi. . . . . £V£i[/. })yay£v Se avTW tco . . c<p . . . . vjx . . exeivos

SVVOeiXWTaTO . 7S0l,p0C.(X£VrjVa0L

r, Tw lîeTTTOT); fxou tw £v A[afx.7r]/3a t>; pun/fx.}; •warpt. Kai oySep-iav £yLipavi[fTiv\

jzwTTOTe yjvpov Tnapa, re tov epLov TSCiTpos, ovts TSap CTspov, a>s rhvXoi . . .

xader/lvx^ajmv olito tivos oiovfhjTZOTC vofxffx&u titaov. E6 exeivov roivvv


Tw[î'] ispowvoiJ.oi.Tix.£\iiùjjv Iccxœë xcci '^o(pias, TsaiSss xaOeTVj/xaTM' Ata xat

"i^^w
Verso. — lAgne ù. Y,\ivosixvca.-cov : pour evvoïxdnaTOv.
Ligne 7. E$ exstvov . . . ^ù:v •a. (douteux) = e^ exetvoov tojv BpocjvofzaafjLSvcjovÇ^).

Ligne 8. Voici le tableau de cette généalogie, assez mal expliquée par le scribe :

Jacob + Sopliii.'.

llebeccii.

Il
Piaclicl.

Marc. Soj)liic.
,1.1
hiilogia. Martlic.

Juan, Is.rac, Jacol), Cic.

iG.
12ft (;ATA[,()(il!r. DU MUSKK DU CAIlii:.

[07080] xoLt KpeGiXxa. Ex Aia» TJXTcrai wai? Ma/îxos xoci iIoi^;[aJ- aXÀa Aia rs-

Xe] UT)/»'
1

10 |3<ou £j vOn{-) fJiSTa t[ou] (auTj/î) olvtoi? vi'ou Ma/5xo'j-

iIot^(a(j') 'îe )/ -aepirjvo-a. ^vyoLXvp '^t; rauT?;? tj;? aiTcA0ovi77)s Xicts, s^ j/s

T»«TtTa[t]

I(i>ai'j');? xat Irrax xat laxwé' xai aXXoi, TauTJ/i' fxtra t^^t auT)/s -nra^î^'i'

eXxGJ'Ti? et? rîouXejar o\|/o»'Tat a7rai'Tr.M'T£s tw ^vu-olti tov KpsiTÎovos


Kat raura fie»' -rse/ît tovtov. Ettsi tom'vi' exetvwj' rau' wpo^îvXwôevTwr
ir. laxwé" xat ilo^^jas, a»? avcnirepw cMj/XwTaj ,
yeyem/Taj Pax,);X' ^aj lC/9eS[exxa]

;<ai Aja, xat Pa;^);X (xer \}.ovipv ^lov e^efXaro. Aja -Σ TtxT£« ^oi^ta, xat

V^piësxKa Mv'koyiOLV xan Ma/s^av. AXXa EvXoyja tov oL<rx)}Ti}cov exX);/3ii"TaT[o]

fSjov xa{ auT);, -cre/3(Xe<7reTa( 'îe e»' rai £fxw oixfjL) r)i<xyrjvf7ix. Kat ira fx); x/"^'"-''

TH't Utto tm'Os &)? sixos ^ia^e-)(0\t.evrjLn< rot, sfxa, fjiCLxpvy}/pa.ï[si)v

50 Tor Êfxcij' Xoyt^'TaTor xXtjpovo^ov, siri -wXetT?)/!' 'k '/^povov tovtw


(^vla^ei TO S-£{oi' Tw>' o«xet&.u' anoXavovTCc , ïva, toivvv fx)/ TSctpsvrj-^ijrjai

oia, r]ovXoi Tvy)(^avov<T(xi' tovtov XP'-P"'


^"^^ '^'''' i^aiOGUrraî' sXyjXvOa eyypa.<pov

oixoXoyiav, i]i );s evroa' fisj' avr^v xcci axpiSfxis enirrlau-ai fx)/ sivaci -CTai'Tè:X&'[?
|

fîouXj;i' p;T£ ex r^ovXvs ysysinjo-Oat , xaO ov 7npoa(p}iyv'yoi,ixiiy zpoTiov


•jf) £1 '"ie xoLi vs £1X05 a£ipOL0£iv T(s Twv ix£TOi. TavTfX z:ra.po)(Xi)o-ai auT)/, c>f

TauT)/? Tj;?
TOI' Si .

£yypaÇ>ov op-oXoyias , vt»'» xat o-vi'ati'etv aa.psrrxsvaTa tov XoyiwTf

fjjfiie 10. (AvT>]s): h.irré. -— Xuron : lolacisme pour «ht»?».

Lijliir I 1 . 2o(pjai' : le v a été barré : la conslriiction di' la phrase exigeait copendanl

l)ien l'accusatir. — E^ >;s : corrigé sur e? ois.

Ligne 13. Avrtji : corrigé sur «yrojs.

!jlfiie i'3. AovAeiav: corrigé en SovXtav. — Tou Kpenlovos : ils la verront (se dresser

en accusatrice) quand ils comparaîtront devant le tribunal de Dieu.

Ligne là. E-rret : pour eTti^f).

Ligne iG. M.ovtpn : corrige; sur la l'orme fiovepi) précédenmn'nL éci'ite. — Tixrei :

corrigé sur TtjTti. — "^cipia : pour Soi^jai'.

Ligne iQ. El»; : corrigé en 07 (lire (laxpoytjpaojyi pour (jtaxpoyripvtj , d'tni verbe ^ax-

poynpctv (T donner longue viei'?) : ralin que plus tard aucun de ceux qui entreront en

possession de ma fortune, — puisse Dieu accorder longue vie à mon héritier (di-

rect) et lui laisser longtemps la jouissance de mes biens — afin donc qu'aucun des
héritiers à venir ne les trouble (/iVr zsapsvoyltidttvat) comme étant esclaves . . . n.

— Le pluriel otaSovXot (pour SouXai) Tvy^avova-at fait peut-être allusion à Marthe,

sœur d'Eulogia, dont il n'est plus (pieslion dans la suite.

I^igne •>'). Mev : corrigé sur (/>;r.

Ligne uG. Le nom de riiérilier est resté eu Itlanc; il est seulement désigné, au-ijcssiis
de la ligne, par la lorulion rov Ss (un tel).
PAl'VnUS BYZANTINS. 125

a\jv Qsw Ss Êjxoi' Kkijpovo 11.0V, Si ijs zspoTpenofj.ai auT);>' evTevOev [67089]

vSv Ta Tcov slevOepœv SiaTrpa^aaOïxi , xai Ta ^eoj'Ta TSaieiv. Axvxoa yctp


CLVTris x(XT(X Tov TsapovTa xcLipov (p9syyQiJ.£vris xcli epWTOV(i£in)s
3o -aepi rivos xeCpaXaiov arnjxovTOs auT>; w>- tr ov xaOealiixa eXsvdepa. -n Kat
TOUTOU XP^'P^^
"^^ xpifxa Tov @£0v Çioësdeis, xai £rro>;o-as tvv ÇnlavOpwTc^iav^
TOV 2a>T);/o[o? xareja] iva^arra , xai em t7}v zsoi,pov(ja.v vXdov
syypa.'pov oii.o'koyKxv, Si >/> syypaÇiov OfxoXoyias TSpoeTpe-tpa.ix.yjv

auT>;v yvcûvai ws ealiv (lev eXeiiOspa.. Ej Se xai ws sixos


35 SovXyv [auT]);?' £Trix[£ip)faa.i tis Aey£H'(?)], yiveadw
Sia Ti/5 'usàpovayjî £.yypa<po\> o^oXoyias eXsvOepa tov

RECTO.

(A) TÔ Xomov, p; oyXoviLsvv (sTret) "tt ovSevos p;(îe utto tou cXXoxifiOTaToy
xai •çro(5£n'[o]TaTOu [efxou xXvp} tou] x[at (Tv\vociys(Ta.vT[o^5 xara xeXevcriv

£fi);r xai ennponvv TauT7; t?; eyypaÇiœ ojxoXoyict.. Tou Aojttou tojvui'

[i-vSsv v^opoLaOw fjLyjSe zvvosnw riva SvvaaOai Xsyeiv avTijv


5 SovXiiv, clXX} zolw xolBca}; TSfJoSeSyjXcoTai eXevOepa, fxyjSevos

^ui'afxerou tj;'' avonBev auTj; SeSofievyjv eXevdspi + tioasrliJV^'noiLiJ


(B) Sans inlervullc, on passe ensuite à une autre série de documents, écrits en sens
inverse du premier :

[euT]uj(^)7a-a[(Ta .
.] xvêspvyjT^v xai t)/? euxTata?, oi^e tsots, -aporr

Verso. Ligne 97. Ae pour te. — E(iov xXijpovo^jLOv : corrigé sur sytuv xXyjpovoyiuv. Le relatif
Si us doit cire pris dans le sens de Sta TauT>;s(?).

Lifpies ag-3o. Le sens, assez mal exprimé, est évidemment le suivant : «Je lui ai

entendu dire, comme on l'interrogeait. . . : t^Jc ne suis pas de condition libre n.


Ligne 3i . ^oËeôeis : un >; a été ajouté au-dessus du premier e.

Ugnc Sq. . . .s]a-1eva^a(7a. : pour . . .ealsva^a^'^.).

Ligne 33. Vo initial du mot OfioXo-ytas est garni dun point central.

Recto (A). — Ligne /. Tô : écrit une seconde fois par négligence. — E-net : barré dans
le ms. — 'tt : Vv a été rajouté après coup. — OvSevos : corrigé sur twos (?).
Ligne 2. Espace blanc avant les lettres TaTou, coupant le mot de mêmel.
: i, et 1. 35 et

3G du texte précédent (peut-être à cause d'une irrégularité dans la fibre du papyrus).


Ligne â. T(popaaOc>): corrigé sur s<popaaÔeo. — M>;<Σ: pour /Mi7Te( de même qu'à la ligne 1).

Ligne 5. AXX^ : le signe ^ marque ici l'élision de la voyelle (aXXot).

(B) FJjpie 1. Il est sans doute (|uestion de la province [Sjjëatcov x^pa). 4"' se réjouit de
la venue d'un nouveau gouverneur. — 11 faut joindre et x^eifiavos o^e : ctbien qu'un

peu tard dans la tempête = bien qu'après une longue tempête» (le calme, yc/Xtiv)},

est revenu).

Catnl. du Musée, n° C7001. t6*


126 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAinE.

[67089] (Xaé'oucra) yaXyivn^- rayap XuTrvpa twi' 'Cï/30V7ra/3^avT[wj'] y Te'ke\fT](x[vT(>}v]

TTp[o:] yfhyy[v] . . e .
fif . . X . . x . rj^ O ftev oui' eTvxo(pcLVTVs e

ea[u]TCi) , rryioXa.lwv rr; (pvuei , TSapeyyva v -ap^o^s -x^xeivova jxeTa

5 p\j6^i^e<7dcLi yvw^rj, r; tovtois sixeiv rots aSexccc/lois xaipois.

O Se •crXeovexTî?? tj;»' axopealov <p\)aiv sis ccvTapxv fJ.era.'k'koi.^j cr/3oai/3£(T»[i']*

avTOs eauTa» ysyovev SiSaTKaXos, ev'Xa.ëov^evos xoli -rspo t);s TStipct?

TOv xivSvvov. Oi $£ y£iTV£iwr>T£s Bctpëapoi avai^.'^XTw <pr]iin

(^oëepws xat TSpo rwv epywv ^cùXo[i.evoi t>;i' r7Tuj(^<ai', Tspo^afTiv

10 (TWTijpias vo(j.iIqvt£s, a(T(ievi^ova-i Taurr;»», apoi'orjuxws

^ov\evTa(i£vot , xai eauTOts, ovx J/ftt»', ra (xeyjcj^a •/jxpilo[i.£voi.

A(ivva.Te toivvv xcti £v tovtois rtfiiv ra tsarra <piX/xv9pwnwTy


Tovs fief xaXoufxei'Ov? jSouxeXXa/stous rr/s ywpcts £XavvovT£?
Tovs TSpos TSCLpavojxov £avT0V5 £XixirrdovvTa? Tsapa, raçn», «at
i5 TOf (xXXoTpiOV TSOVOV 01X£10V X£pSoS VOfXl^OVTaS' TOV §£ OlXSTiJV
£voiikov o\JX ewj'TS? TSctpyjmct^saOai , au^oi'xa fxaXXoi» j; fx.etouj'Ta

TJ?!» xa.xiav TOV x£xtvI)-£1'Ô- xai tov 'ïSiwtvv ws XSiwtiiv

^i(a)T£V£iv t5 XoiTTÔ xcLi (lï] uiihjpw ^prjcrai xara twv ofxoi^uXwj'

(B) Ligne 2. Aa&uira: barré dans le ms. : mais le scribe a oublié de barrer le préfixe

apos. — Toij' zrpovnap^avTMv «vos prédécesseurs n. Ce morceau, comme le montre


la suite, est le brouillon d'une pétition adressée à un fonctionnaire (au duc?).
Jusqu'à la ligne i 9, l'auteur fait l'éloge des bons résultats obtenus par l'administration
de cet inconnu. — TeXsj-avrcjv : il faut comprendre sans doute npoTsXsvainuv
comme npovirap^a.vzuv

lÀjpic II. Il faudrait T>;s (^urrzws : «dépouillant son caractères.

Ligne G. AmapKti : corrigé sur avTapyij. — MrraXXa^ei.

Ligne 8. TeijveicjvTSs : la première diphtbongue et corrigée on «


(?).

Ligne 1 I . Ovx nj/jr : pour ov^ v^tiv. Cf ovx coi (n" 6700/i , 1. 5 ; etc.).

fjgne 1 2. TovTOts : l'y corrigé sur un i.


— OtXavOpconuTj = (ptXavOpconujara.
Ligne i3 et seq. Le sens est : les Barbares nous laissent en paix, mais défendez-nous
contre les maux du dedans :
1° en cbassant les hucellarii, qui se rétribuent eux-

mêmes en ruinant le pays; 2° en défendant aux serviteurs (des gens puissants) de

porter des armes, ce qui ne fait qu'augmenter l'arrogance des grands propriétaires;
3° en interdisant aux particuliers de combattre à main armée contre leurs conci-

toyens. Les hucellarii étaient des soldats privés, que les personnages importants

prenaient à leur solde. Le passage est curieux par l'impression de société féodale

qui s'en dégage.

Ligne i5. Nûfi/^orTas : corrigé sur vofiiKovres.

Ligne 16. Lire 'aa.ppiuia.lecTOai (cf 1. 5 (MSTapvOfitlejôai pour (lerappuOfiileaôat). —


KsxTnfJtevos ^possessor.
PAPYRUS BYZANTINS. 127

xsXevovTs;. Taura yap xa.i (po§05 xwXvei ^(xtiXixos , [67089]

ao voiJ.015 o-^vpojcras Tov (poêov xcLi iijxas twv vo^iuv


aHpt[S]ets

<pv\(xxa.5 xarar/liirras -p-f-f-

(C) Sans intervalle; cursive régulière :

'|- ri/oo jxef TsavTwv woXAa tspocrxvvw xai aoTra^Ofxat ets Ttjv vfxerepav ofxoXo-

yitxv TSpiv fJ-v'Xj

TOV yevvixiojTaTOv al paTianij? o^psikovTO. ey6ev£ç6ai[l) tov

(D) Sans intervalle; petite cursive négligée :

\- fxi]S£v[a] §£ £'Xx[£rr]6oi.i T&tr Bsicôv y_ap[a]xTijpo}v (3ta, OTcep xcli


Qew awTJjpi

<pi\ov

xai TV Tu\v'\ TSavTWv xpoLTOvav Tvxv fjt.efx[eX]r;j:jL£i'Ov, xat ufxjv Se tois svvofiois

(7TlO\lScL(7^£VOV +
Après le mot aitouSavyLSvov , on trouve, en sens inverse, comme je l'ai mdifjué, la

ligne 6 du texte A.

(B) Ligne i(j. Au-dessus du premier t de TawTa, on voit le signe X^ qui indique peut-

être une ponctuation, ou un renvoi au texteD (voir la note, plus bas).

(C) Ligne 1. M.A/ : est-ce l'abréviation d'un nom propre? Cette phrase dépourvue de

sens a été ajoutée d'une autre main.

Ligne a. Lire (77paT(i>T»jv (?); — SKjeveadai Çl).

(D) Ligne 1 et seq. EXxetrôai : et que personne ne soit violenté en dépit des ordonnances

impérialesTi. — Ces lignes n'ont aucun rapport avec ce qui précède; elles ne sont

d'ailleurs pas de la même main. En revanche, l'écriture est fort analogue à celle

du texte 15, (juoique moins soignée, il est possible que cette phrase (texte D tout

entier) doive s'intercaler au milieu de la ligne kj du morceau B, là où une croix,

au-dessus du mot tuuto., semble marquer un renvoi. Le sens ainsi obtenu est en
effet très admissible.

BiBL. ; Journal d'entrée du Musée, n" /io8A8.

67090. Sauf-conduit [Xôyo?) délivré par le commcnlariensis Victor à trois prô-

locômètes d'Aphrodilô et au (Sorjôds, qui probablement sont mandés


auprès de lui. — Les « frères ^ Enoch et Phoibammôn sont peut-être

les mêmes qui lurent successivement économes du couvent d'Aphroditô

(cf. n" 67096, 1. 6 et 16). — Long. m. 082 mill., larg. m. 807

mill. — Antaiopolis (?).

Cursive arrondie.
16"
128 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

{67090] [} n/ BiXTOpos (Tvv xoix^evTCtpj TOI? a'hA(pj laiari»)/ ^oyj"' x-xi avra

xai Tracra xmv.j

naTri'OvÔJw x.a.1 Ooté'afx.fxcoj'j tspwTOxj xai -nroifi^fij xat xs(pxkaiwij aoifx^^

AÇipoSiTy eyovtes tov Xoyov Tsap sfiov airo tsolvtos tspoawTrô xai TSpay-

fxaxos, ii'a (TUI'tuj^w


I? e
UfiM', xai (x^nfiirjL); xixi aQ^aêvs svpsB))'^ vnep efxô. -f}
WiXTwp aw xo(j.'

(Tioiyei [toi Xoyos


5 u)5 Tspoxjj. EypaÇ>l <p[aw](^t xç ivSjj \'S

Siiscription effacde au verso.

Li{rne 1 . Ylapa BixTopos crvv 0e<u xo(iy.evTa.pr}(TiOv : les commmtaricnscs sont parmi les

principaux fonctionnaires du bureau d'un jirneses ou d'un duc (celui-ci fait sans

doute partie de la tsÇis du duc de Th(.M)aïde), chargés de le seconder dans ses fonc-
tions judiciaires (cf. Just. /Ed. XIII, i, 1 T) ; 2, II). Il est probable (|n'une enquête

a été ouverte sur une affaire grave, au tribunal ducal; Victor mande les personnages
énumérés plus bas, qui sont des prévenus ou des témoins. — Tots aSeXi^ois ;

fioi)Ou (scribe). — Erw^ : apostrophe dans le ms.
Ligne 2. Ilacra pour 7ra(T>;. — Kuv.^ = xon'OT(>jT«)? — Ilo/f/eo-i : et en j^énéral à tous

les bergers communaux (ceux que vous jugerez bon d'emmener avec vous).
Ligne 3. Ep^ofTSî : sans doute pour e^sTs (sur cet emploi indu du participe, cf.

n° 67001, passim et 67099, note 6). — Aoyos : c'est une sorte de sauf-conduit,
l'octroi d'un délai pendant lequel toute action judiciaire ou fiscale est suspendue
(cf. Just. yîid. II, et JEd. XIII, 1, 9 et seq.). UpoauTrov xai Trpayf/aTOs : ils

seront garantis contre toute personne et toute poursuite.

Ligne h. Lire evpsÔtjTs.

Bini.. : Journal d'entrée du Mvsée, n" /108/16.

67091. Pétition (Xt'é'eXXot) présentée à Klaudios ApoUôs, riparios^*^ d'Apliroditô,


par un certain Victor, soldat dans la compagnie des Maures, d'Hcrmo-
polis. Il accuse deux personnes (Mathias et Anne, 1. 9 5-2 G) d'avoir
attaqué et pillé sa maison, sans doute pendant une absence causée
par son métier. — Long. m. 3i5 mill., larg. o m. laB mill. —
Aphroditô.

Date : a septembre SaS (?).

Gursive droite.

87 (an 889); Pap. Brit. Mus. n"' 988 (vol. 111, p. 229; IV°
(*)
Cf. Pap. Leipzig n'

siècle), et i«oo (vol. Ill, p. 260; an 538) qui sont évidemment adressés des i\

riparioi.
PAPYRUS BYZANTINS. 129

f X f^ [y] [67091]

p\^t]napi(ij xwfxijs A(ppo^nij[s tou Avrato]


TToXtTÔ vofi-ov , Tsj <I>Xa[v]jô [BtXTopos]
ex 7raT/30s B>;(Tjô, (TT/îaTfWTOu [tov apiôfxou]

Li]j7je 1. LccUire certaine; (ï>Xavie^ est impossible.

Ligne 2. Sur les pmaptot, dont les fondions ne sont pas encore exaclemenl connues,
cf. Archivfûr Pap., 11, p. 261 ; et iM. Gelzer, Slud. zur byzant. Verivaltting Argi/plcns

p. 53-5i. On sait du moins, par des documents analogues à celui-ci, qu'ils exer-

çaient certaines fondions judiciaires, ou plus exactement policières; on les trouve

aussi môles à l'administration financière {Pap. Leipzig, n" 62, I, 3i). Ce papyrus-
ci et les deux suivants donnent c|uel([ues indications utiles. L'objet de la supplique

n'est pas de faire juger par le riparios les personnages accusés : il doit seulement

les faire surveiller [Tza.pa<pvkajOi)vai , 1. iC), s'assurer (ev aaÇiaXet yevea-dai, 1. 17)
de leurs personnes, c'est à dire, sans doute, les faire cautionner (cf. Just. /Ed.

Xlll, 1, la : £1' aa<paXeta. Se xaTa^rrna-et) par quelques notables responsables de leur

présence lors du jugement [fiexpts Stxacrctxyjs xpiaecos). Ce jugement aura lieu


devant le pracses ou le duc, soit dans la capitale de la province, soit à l'arrivée du

gouverneur dans la localité, au cours d'une de ses tournées d'inspection (a^w rov-

Toïvs] ev aaÇiaXei sivat fJ.e)(^pi t>)> evTV/ovi eirtStifiias tov xvpiov y.ov tov apyoïnos,

Pap. Leipzig. 87, I. 96-27). Le véritable rôle du riparios consistait donc en un


examen préalable et hâtif de la cause, à la suite duquel il devait décider s'il
y

avait lieu de renvoyer le procès aux tribunaux. Dans ce dernier cas, pour éviter la

disparition de l'accusé, il décrétait la surveillance {iiapa(pv'kaxOt]vat). — Nous avons

enfin une définition du pmapios dans une scala copte de Paris [Bibl. Nat., codex hh)

de l'an iSSg, publiée en partie par A. Mallon [Mélanges de la Faculté orientale,

IV, 1910; p. 73) :

nczpGnApioc ojLJI Jlj

c'est-à-dire «cbef de la patrouille». (Le 2 transcrit ici, avec un singulier souci

d'exactitude, l'esprit rude (purement orthographique cependant) du p initial du mot


grec). Dans le dialecte égyptien vulgaire d'aujourd'hui (il était déjà constitué dès

époque), le mot O^ remplace la forme régulière obila et désigne une ronde de nuit.

Par là encore les pnraptot se rapprochent des vuxTocrrpixTtiyot (cf. Pap. Ox., n° 1 o33 ).
Mais il ne faut pas accorder une autorité exagérée à cette scala, qui, immédiatement

après le mol cité, présente cette traduction burlesque du titre de Tptëowos :

(pour cJj), (^commandant de trois (hommes) n. L'auteur a pris la première syllabe

du mol, Tpt, pour la racine de Tpets.

Calât, du Mutée, ii° O7001. 17


130 CATALOGUE DU MUSÉE DU GAIRR.

[67091] 5 Toov ysvvatVTaTœv M[av'\pv\v tw êttj]

Tou EpixônoXiTÔ vo^[ov, o\pfx[(A)^^ix[evov\

ctizo Tyj; ccvTvs xwfx>;s [A(ppoSj,


x*'/^/]-
Oj vnoTSTOLyfisvoi a7r[oj 7[j;s]

10 T>;S £|X>7S ojxias sv Aot(TT/?t>c[w]

Tponrxi, xj TOC £vpirrx[ojfxe\v(tj

ev Tri avTrj s fin oixi[a a\7T£(n:aa[av].

Aîa TOVTO emS'.Scoyii tv [ua]«t'v

£VTpey(S.ia TOVTOVS fXÔ TOU? A(é'[£AAGUs]


i5 TOU? e[^>;]s t;7roTeTayfx[ei']ou?,

X£X£uo-a[jJ auT&iv 'wa/?a[(puXa];)^^[>;]i'a[j]


xcci ev a.a(paXsi y£veG\d(xi\ fjf.£[y^pt\5\

Sixvs S^ix'\ix(TTixi]s xpiasa^s.

ETOiaw? \y\oi-p £ip-i xoLTaXaësiv


20 Ta i)^jn; t);? auT&'v E^ouo-ta?
nr£/3t Tijs aiTtas. <I>Aj B;>£t«ii/3 Bj/o-jô

ÇTp] XSpOXj STtl^sSwXOL [t]ou[? Aj]f£X[XoUî]


WS TSpOXj.

Eta-tv Se

25 Madetas Aiô o £fxo? y£[&)pyo?(?)]

Avfa <I>o<é'afXfiai[î']o? ya/ucT?; [auTOu(?)J

-p TTraTSJas tou SeanoTÔ yjiiwy [<&Aauibu]


Iou(TT<r{a)'5 tô [a<]«v<ô auyo[u(TTOu]

auTOX/5aTo[/30s] ,
B-wdJIelJ [eêSofxrjs ['1) ivSj].

Ligne 5. Le détachement des Miiiires, ciintonn(5 à Hermopolis, était déjà connu par
ailleurs (Prt;7. /}ri(. Mus., n" i3i3; vol. Ill, p. 2dG; an Boy).
Lt^ip jo. AoKnpixù) : pour XjjtrTpjxw.

Ai^nr j C. Ai/Twv : pour atiTor (Malliias).

Ligne ao. Avtcov : ce sont peut-être les pagarques d'Antaiopolis (mais plus probable-

ment \e praeses de Thébaïde), qui sont désignés ainsi.

Ltgtje aà. EtaivSe : cesonllcsi/7roTeTayj!/£roi dont on annonce la liste ligne 8, les accusés.
Ligne 97. Les consulats de Justinien empereur, sans collègue, correspondent aux
années BaS (cos. II), 533 (cos. 111) et 536 (cos. IV). La date de ce papyrus doit
être la première des trois, puisqu' aucun numéro de consulat n'est indiqué.

Le verso devait présenter une suscription analogue à celle du numéro suivant; mais
elle a complètement disparu.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée, n" /108G1.


l'APYllUS BYZANTINS. 131

67092. Pétition analogue, présentée au riparios Victor par une femme du nom
d'Irène, contre un certain Makarios qui a rompu une promesse de ma-
riage, et contre la mère de ce Makarios. — Long, o m. 296 mill.,

larg. o m. i35 mill. — Aphroditô.

Date : ai septembre 553.

Cursivc penchée en avant.

[tov Ai'T]ajo7roX[(T]ou j'[o|u.]oi; -|- AvpijXia,

[Eipjî/J'j; IwOiVVQV, SX p/T/30S QrjTQVTOS,

5 ocno T);s [a]vT>;ï xwp/s AppoSJ,


l'/^^ocipl. Ot eky)i vjroTSTa.yiJ.evoi

TeToAfxj;«&'s -actpavoiioôs

\v^€psiv fxs KCLi opKov aTioQenrBoii

li.01 TV sipyi^sv)] Eipijvij OTi tt Àa/xé'avw

10 \crjs SIS yvvaixav-n. îivv Se e-j(Xevx<TQijv


TSap avTOV TOivvv eTTiStSooiJ.i

TV VjU-wr svTps-/eiix tovtovs fxou

T0V5 XiësXXovs. na/jaxaXo) ovv xai


[rîeo](xaf auT>;t', xeXsvaai avTOv sv a,aÇ>l

i5 -aoivirai oi-)(_pi xpiasoos SixaaTixj.

f; AvpvXia. Ei/3>/j'); Icoavrou

V TSpOxj T0V5 XlësXXoVS W5 7s[po]xj.


AvpvXios Evwy^ WpcLxXsiov ol^iw

\0^S15 sypOL-^a. VTTSp CLVTV?

ao \y\pa.u.\x<XTa (x'v siSis -f-

Z,jg7ie â. QtiTOVTOs : le premier t est douteux.

Ligne 6. La formule 01 e^v^ u-noTSTay^svoi désigne les deux accusés : mais tout le reste

de la phrase vise le seul Makarios et est au singulier. Cf. Pap. Bril. Mus. n" 1000
(vol. III, p. 25o), 1. A : 01 e^rjs viroieiayyizvoi xP^warwr (pour xpe«yo"''owreî).

L'emploi du participe au lieu de l'indicatif était d'usage, semble-t-il, dans ces

sortes de documents, au moins au VI' siècle.

Ligne 8. Xëpsiv : pour vêpiletv.

Ligne rj. On lit plutôt \a\j.iavco : le scribe a oublié un des jambages du /3 (en forme à'u).

Ligne lù. Aeofiat : on dislingue des traces (jui paraissent indiquer un e et un 0.

Ao-(p/ = acrÇaket
Ligne 17. Le verbe, eiriSeSaiHa , a été oublié.

Ligne ao. EiSis : pour siSvtas.

'7-
132 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

[67092] E'.aiv Maxapios ^aXxoTUTT)


xai Txovïxovïs fJ^VTïip at;T5

Me[T]a TVV vnareiav <^X[)] UaaiXeiov tou

a5 [^]''^[^]// ^^ SevT£[pa.]s ivSj.

Suscriplion au verso :

-j- At^iAX) Eiprjvri s Ici)avv[ou] -j-

Ligne ai. Xalxorviros. — Le nom de la mère (1. 22) est étrange (tkoy'koy' = '«
petite petite) , mais de lecture certaine.
Suscriplion, Le mot Etpijvtis est coupé d'un espace vide oij avait jadis été apposé le sceau.

BiBL. : Journal d'entrée du Musée n° 4o865.

67093. Deux fragments d'une pétition analogue, adressée à FI. Victor, riparios

du village d'Aphroditô, par l'ouvrier agricole Aurelios Victor. Le


début et la fin sont seuls conservés : le milieu, qui contenait l'exposé de
l'affaire, a disparu. — Le Victor ^t/s de Bésios, qui est ici accusé (fr. 2

1. 8), est peut-être le même qui a écrit le n" 67091; en ce cas, il

aurait dans l'intervalle quitté le service (^=duo alpaiiwzwv). —


Larg. o m. i3o mill. — Aphrodite.

Date : 1 1 août 553.

Cursive. — Chaque fragment est émietté.

1" fragment.

^ <b\cLmw BixTopi, aiSeo-iiio) [^p^TTcipio)

xù}(ir)s A(^poSiTv; tov AîT[aj]o7roX<TÔ


vofiô, ttJ \vpnX[iô] Yi:xjop[o^s Ivctvvô
ex (X) T(TÊi'7raT[e/3|u,j50ta[s], ytwpyos
5 fj.i<TdcM)rt]s , a-KO £iioix[i\ô "^iviô

TTsSiaSj xojfirjs AÇipoe^j tov


auT[o]v ^[oi^jô, X°"^'' ['^ ^^''* i']7roTeTa[yfjt.s]vo?

-' fr(tg"><^^-

[fji.e;(iOt x/5t(Te(w]? Sixa,(TTt\xrjs. K]at eis [ujfxeTe/o/

Fragment L Ligne ù. M) = fitjTpos. — Les traces confirment avec certitude la lecture

TcrevTrarepiiôôtas. — Teojpyos : sic pour yeap-yov.


PAPYRUS BYZANTINS. 133

[a.(Tp]ixX£ia.v [-cr]e7ro»>7jxa» aoi [toutoJu? (lov [67093]

TOUS XiêsXXovs ws •nr/30x/. Avpj Bixto/3


Iwai'fô TSpoxj e7rt^£^[w]>ca tous

Xi^eXXov? wî TSpoxj. Avpj Bixto/?


E/3fX£i5 a^iwQis eypa[\pci\ vnep auTÔ
yp(X[i.[i.CLi(x [Lv stSçTÇ? "f

E[(]<TH^ ^£ B;xTa)/3 Bvctjô


•f

yewpyà fj-ia-Oiô

,0 MeTa T7?v u7raT£tai' <I>X) BaTtXetô tou ev<îo?OTaTOU


£To[us Tp]i(Txai§£xciTÔ , \).s.(Topri jj ï'vjj S[£\n]£[pcis ivSj]

Suscriplion au verso :

Ai^sXXou? yev zsj [BfXTO/SOS Iwawô]


f <,

FRAGME^T II. LigJic g. Teupyô : pour yecopyos.


faire coïncider les deux indications chronologiques, il faut supposer
Ligne 11. Pour
que l'année 5/n, date du consulat de Basile, est comptée, comme il arrive parfois,

pour la première après son consulat (cf. n" 67108). L'indiclion égyptienne, en

effet, commençant en pacliôn, le 18 mesori de la q' indiclion tombe en 553, donc

dans la douzième année après le consulat de Basile.

Suscriplion. — Lire yevanevovs.

BiBL. : Jovmal d'entrée tlu Musée, n° io866.

67094. Cautionnement (èyyOr?) — Quatre habitants d'Aphroditô répondent au

pagarquc Julien, d'Anlaiopolis, de la personne d'un moine nommé


Enoch. S'ils ne peuvent le représenter à toute réquisition, les garants

verseront six nomismala^*K — Long, o m. 33o mill., larg. o m. 820

mill. — Aphroditô.

Date : 97-81 mars 553.

Cursive. — Le papyrus, plié en deux suivant la longueur, s'était déchiré selon les plis.

Les deux fragments ont été retrouvés à des places différentes.

-j- haaiXeias tov S-sjoTaTo" >;pwi; §e(Tm[TOV OXavibu iovariviavov tou


aiwviov auyoucTTOu]
£tous ejxocttov exTo[u, fX£Ta tj;i' vna.T£ici.v *Ï)X>
xqci [a]uTOX/5aTO/30s

Ba'T(X£(OU TOU £i'^oSoTaTOu]

(*) rapprocher du n" 67078, où il était question d'une femme à


Ce papyrus est à

remettre en liberté sous caution.


134 CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

167094] erovs ScuSeKOLTOV, <papix[ovdi 'apwT)]? iv§JI


.jl |

<l>Xaviw \(jvXiar>w tw yieyaXQnpe7t[s'T\jaT6ô 'rsa.ycxfjyji] ti}5 i\\vr\xirji:o\nù}v

5 lî»/ OX) ^tO(TKopô AttoXXwto» xat A[7ro]AXwTOs ïi'arroT;, evhxiixcjjTaTwv Tspo-

X(t)(X.7]5 A<PpoSlT7)5 TO^ aUTO" Af TatOTToAtTûL/ V0[XO^, W T'^'l' S^?/» VTTOypapOV-


T«f'[>']

ofioXoj/ouj'T&if Ta VTroTSTay jixera , [eJxaTT&u eviyoit.tvo\) t); iiîja auTo" utto-


7/2a077

;>(^[a{]jo|. [0]fi[o]A[oyo]vfxt-f £;<oi/<7J&»ç xtxi au[ôat/2]sTWs, eTro(xvvii£voi tov ts


TSot,v[TOJxpaTopa
&SQV, xa» T?;r vt;^);v xat aMTrjpictv [tov] xotXXivixov >7fi<>.)j' SsmroTOv <^A)
lovçrTM.'favô

10 To" aiwviQ avyov(TTOV x(xi avTOxpoi,T[op\o;, eyyvarrdoLi xai avctih^cyOdi tj;

\J[t.WV

lx£y(x.XrjTrp£7Tiia, [xovrjs xat £fx^aj'[£ia]?, E[î'Ci);(^ ico<xv\i>ô, £yX[aë\£fT7aT0v <xvol-

yvwcTTrfv
STTi Tw avTOv efifxejrat xai £vp-)i6[vv]ai [sic) sv tv avTV x'xiiiv A<ppoSiTvi
avsv 011X5

Syj[noT]s x[aT0i.\(pp[ov]-)jaeœ5 xai aicr[y_ptx\s TSpcL^tw?, xai ottotolv ^ijTvOsnt

xat fj.r} £[vp]v6[ei]v , eTOtfiai? sx^fJ-sv 7;fx[£tî] oi touto'^ syywrat St>hvai xai
x[a]TaéaXe<v
i5 STTi 7ri[v uftere/jajv fieyaXoTrpenstav [u]7rep t);> auTo" aTroXezi/zeci'» xfiviTÔ

vo(xtTnara e^- yij


y_pl
v ç, xat iiijSa^iwi [av]TOv airoXeiirso-Oai [?;] fi.'Ox[^'J

etV[J.ev t6l' &ît(t)

Ligne 3. Le quantième du mois ne peut être plus élevé que le 5 Pharmouthi (=fin
de mars) ; car à partir du i" avril on entre dans la 97' année du règne (^Jiist. Nov.
/17, 1). Une même année peut C:\.vc désignée successivement par trois protocoles
différents ; ainsi l'année 553 :

1" janvier- 1" avril :


26" année de Jiistinien — Indiction I — p. c. Belisarii 13
1" avril-sG avril (? 1" pachôn) : 27° 51 — n I — p.c. n iq
26 avril- 3 t décembre : 27* année de n — v II — p.c. ti la

Liipie 1 1. Movijs xat e(iÇiavetois : ils garantissent le séjour el la présence d'Enoch à


Aplirodilô (cf. Pap. Strassb., n° /lo, I. 28). — Iwolwô : on distingue encore le tréma
qui surmonte souvent les / dans ces papyrus. La comparaison avec le n° 67096,
1. 6, rend cette lecture tout à fait certaine.

Liipîe i3. tyLwv : corrigé par erreur en r^^LUv.


PAI'VRUS BYZANTINS. 135

opxv xai [t^i] Tiepi tovtw £TivpTii^^£vw }i\iv\^vvw. Kaf i<p aiiaivia STïepwxi)- [67094]

&'fxoAo)'>/(Ta,u.t-r
f . We-upos kiïoXk[w-î05 , v]nc§ia.xj tô ayio TOitô Aira Hpôwyxiô
fxaprvpos,
£yyvo[La.i [to\v TSpo^j Evw^ eis xr-^aô i;ofno-fiaT[ta Sv]o. Kai Avpvhoi ^[i]€
apaovTos KowanoTt . .[. .]ti[. .
.]
20 eyy[voiJ.ai] t[o]v [apoxj Erw^, ets X/^wcrJov vo[(it](T[ixaTi]a. Svo, xcli. 'Iwclvvô
Kvpiaxô £15 x.p\jrro l'OwtcrfxaTJOv [evl

xo.i \w(3.vvo [M^JeifOJar^OTÔj gj? x/suct5 ^©[fxjcrjiiaJTfOV


[e]v, Ofxô lî £^ yt/ i) q.
Kat o^oa<xyL£v lov d£iov
Tov OsiQV opxov a's -apoxj. kvpiiXi'js i\iio[\X\ws ïcraxiô, a^wOcis , eypav^a
-f-

i/TTtjO ccvTCôv ypcLixiLOL-ça.

[fx); ejioTOJi^]. -p- l{tx[T]&)y? ripo(x[avco]Tos TSpcaSj [lapivpw tj; £vy>io^an


[ctxo\)(7a\5 TSCLp Twv B£[i.£v(jôv.
-f-
MwvcTj/s (I)otg'afxwro[s] [sic) S'.axj fjiapTypw [t?;]
q5 £vyvo[xai axcvrra? tsapa. twv Q-[£^^£vwv.

At Êftou [njtXa7[ov voixixj] £yp:i.(pl .


.//

Ai'/^'Vf^ i7. Opxw : ujoulé en marge. — Towa» : corr. sur toutou. — E77î;pTr;/i(/eva) (sic) :

le scribe avait d'abord écrit v7tepTrjyL(ievù).

Ufpifi 18. YTioSiaxj : VTToStaxovos.

Lifpie iQ. Les dernières lettres constituent certainemenl un nom propre et un nom
de mélicr ([ue je n'ai pu reconstituer; la lecture des lettres non pointées est
absolument certaine, et celle du x est très probable.

Lifrnc 20. Jcoctvvov : sic pour Icjawrjs; de même à la ligne 21.


Lifftw m. "^evôarjviov : presque certain; traces vagues du 6. — ClfioerayLev.
Ligne 3 2. Tov 3-siov : répété une seconde fois par inadvertance.
Lifpic 2.3. EvyyjoyLai : [sic), pour eyyvtj.

Li/>)ii' 2 4. Lire napa.

BiBi.. : Journal d'entrée du Musée, n° ioSGy.

67095.