Sie sind auf Seite 1von 52

Appel d’offres n° 45/2013/ABHBC

Entretien et réparation des ouvrages de génie civil


du barrage El Malleh sis dans la province de Benslimane

« Cahier des Prescriptions Spéciales »

Année 2013
ROYAUME DU MAROC
AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE
DU BOUREGREG ET DE LA CHAOUIA
BENSLIMANE

Entretien et réparation des ouvreges de génie civil


du barrage El Malleh sis dans la province de Benslimane
*********************

Appel d’offres ouvert sur offre de prix, séance publique, en application


du paragraphe 1 de l'article 16 et l'alinéa 3 du paragraphe 3 de l'article 17 du
décret n°2-06-388 du 16 moharrem 1428 (05 Février 2007), fixant les conditions
et les formes de passation des marchés de l'Etat ainsi que certaines règles
relatives à leur contrôle et à leur.

Le marché qui découle du présent appel d’offres sera conclu entre les
contractants :

L’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia sise à


Benslimane, B.P. 262, créée par décret n° 2-00-478 du 17 châabane 1421 (14
Novembre 2000). Représentée par son Directeur, Mr Abdelaziz ZEROUALI, et
désigné ci-après par le Maître d’ouvrage (M.O).

D'une part,

ET :

La société………………..……………………………………………………. .
Au capital de ………………………………………………………………..…
Faisant élection de domicile : ……………………………………..…………
Inscrit au registre de commerce, sous le n° …………………..…………….
Affilié à la Caisse Nationale de Sécurité sociale, sous le n° ……………….
Patente n°………………………………………………………………….……
Titulaire du compte bancaire n° …….…………………………………..…..
Ouvert………………………………………………………………………….
Représentée par ………………………………………………………………
Désigné ci-après par l’entrepreneur.

D'autre part,

A O n° 45/2013/ABHBC 2/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Chapitre I : Prescriptions spéciales ............................................................................................ 5
Article 1- Objet de l’appel d’offres ..................................................................................... 5
Article 2 - Pièces constitutives ........................................................................................... 5
Article 3 – Références aux textes généraux ................................................................... 5
Article 4 – Consistance des travaux ................................................................................. 6
Article 5 - Visite des lieux ................................................................................................... 6
Article 6 – Cautionnement provisoire - cautionnement définitif .................................... 6
Article 7 - Nantissement ..................................................................................................... 7
Article 8- Contre vérification et contrôle ........................................................................... 7
Article 9- Délais d’exécution............................................................................................... 8
Article 10- Pénalités ............................................................................................................ 8
Article 11- Retenue de garantie......................................................................................... 8
Article 12- Réception des travaux et délai de garantie .................................................. 8
Article 13- Entretien des ouvrages - cas de force majeure ........................................... 9
Article 14- Programme et avancement des travaux ....................................................... 9
Article 15- Main d’œuvre .................................................................................................. 10
Article 16- Matériels de chantier...................................................................................... 10
Article 17- Transports........................................................................................................ 11
Article 18- Impôts et frais douanes ................................................................................. 11
Article 19- Obligations diverses ....................................................................................... 11
Article 20- Mesures de sécurité et d’hygiène ................................................................ 11
Article 21- Validité du marché .......................................................................................... 11
Article 22- Droits de timbre et d’enregistrement ........................................................... 12
Article 23- Présence de l’entrepreneur – encadrement du chantier .......................... 12
Article 24- Ordres de service, lettres et instructions .................................................... 12
Article 25- Documents – plans – photos – laboratoire ................................................. 12
Article 26- Malfaçons......................................................................................................... 13
Article 27- Résiliation ........................................................................................................ 13
Article 28- Litiges ............................................................................................................... 13
Article 29- Domicile de l'entrepreneur ............................................................................ 13
Article 30- Principes généraux du règlement ................................................................ 13
Article 31- Mode de règlement des travaux .................................................................. 14
Article 32- Attachements .................................................................................................. 15
Article 33- Acomptes sur approvisionnement ............................................................... 15
Article 34- Acompte sur l’installation du chantier .......................................................... 15
Article 35- Révision des prix ............................................................................................ 15
Chapitre II : Prescriptions Techniques ..................................................................................... 16
Article 36 – Documents techniques de référence ........................................................ 16
Article 37 – Implantation des ouvrages .......................................................................... 16
Article 38- Provenance des matériaux ........................................................................... 16
Article 39- Echantillonnage des matériaux ................................................................... 17
Article 40- Essais des matériaux ..................................................................................... 17
Article 41– Qualité des matériaux ................................................................................... 17
Article 42– Composition des bétons ............................................................................... 18

A O n° 45/2013/ABHBC 3/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 43 – Compositions des mortiers ......................................................................... 20
Article 44- Coffrage ........................................................................................................... 20
Article 45- Décoffrage ....................................................................................................... 21
Article 46 - Huiles de décoffrage – Adjuvants ............................................................... 22
Article 47 - Mise en place du béton ............................................................................... 22
Article 48 - Cure des bétons ............................................................................................ 22
Article 49- Façonnage des aciers ................................................................................... 23
Article 50 - Mise en place des armatures ...................................................................... 23
Article 51 - Tolérances dimensionnelles ........................................................................ 23
Article 52 - Poteaux ........................................................................................................... 24
Article 53- Poutres et chaînages ..................................................................................... 24
Article 54 - Dalle pleine ..................................................................................................... 24
Article 55 - Tolérances sur les ouvrages en béton armé............................................. 25
Article 56 – Travaux de terrassements .......................................................................... 26
Article 57 – Fouilles en tranchées pour canalisation ................................................... 27
Article 58- Fourreaux......................................................................................................... 27
Article 59- Trous - Scellements - Raccords ................................................................... 27
Article 60 – Travaux de démolition ................................................................................. 27
Article 61 – Enduits ........................................................................................................... 28
Article 62 – Menuiserie et ferronnerie ............................................................................ 29
Article 63 – Electricité ....................................................................................................... 32
Article 64– Peinture et vitrerie ......................................................................................... 38
Chapitre III : Description des ouvrages et des prix .................................................................. 40
Article 65– Description des ouvrages et des prix ......................................................... 40
1. GROS ŒUVRE : ........................................................................................................... 40
2. MENUISERIE BOIS ET METALLIQUE : ................................................................... 43
3. ELECTRICITE – LUSTRERIE : .................................................................................. 45
4. PEINTURTE :................................................................................................................. 46
5. DRAINAGE : .................................................................................................................. 47
Chapitre IV : Bordereau des prix- détail estimatif ................................................................... 48
Article 66 – Bordereau des prix – détail estimatif ......................................................... 48
ANNEXES : ............................................................................................................................... 50
 Stèle d'inauguration ...................................................................................................... 50

A O n° 45/2013/ABHBC 4/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Chapitre I : Prescriptions spéciales

Article 1- Objet de l’appel d’offres

Le présent appel d’offres a pour objet la réalisation des travaux d'entretien et de


réparation des ouvrages de génie civil du barrage El Malleh sis dans la province de
Benslimane.

Article 2 - Pièces constitutives

Pour les pièces à fournir, se référer au présent cahier de prescriptions spéciales


et au règlement de la consultation, joint en annexe.

Article 3 – Références aux textes généraux

L’entrepreneur, est soumis aux obligations des textes réglementaires suivants :

Textes généraux :

1. Le Décret n° 2-06-388 du 16 Moharrem 1428 (5 Février 2007) fixant les


conditions et les formes de passation des marchés de l’état, ainsi que
certaines règles relatives à leur gestion et à leur contrôle.
2. Le Cahier des Clauses Administratives Générales applicables aux marchés
de travaux exécutés pour le compte de l’Etat, approuvé par le décret n° 2-
99 -1087 du 29 Moharrem 1421 (4 mai 2000).
3. Le Décret Royal n° 330-66 du 10 Moharrem (21 Avril 1967) portant
règlement général de la Comptabilité Publique.
4. Le Dahir n°1-03-195 du 15 ramadan 1424 (11 novembre 2003) portant
promulgation de la loi 69.00 relative au contrôle financier de l’Etat sur les
entreprises publiques et autres organismes.
5. La législation et la réglementation du travail, notamment : Les Dahirs du
21 mars 1943 et 27 décembre 1944 concernant les accidents du travail, ainsi
que les textes portant réglementation des salaires.
6. Le décret N° 2-06-574 du 10 Hija 1427 (31 décembre 2006) pris pour
l’application de la taxe sur la valeur ajoutée prévue au titre III du code
général des impôts.
7. Le Dahir du 28 août 1948 Relatif au Nantissement des Marchés Publics,
modifié par les Dahirs 1-60-371 du 31-01-1961 et 1-62-202 du 29-10-1962.
8. Le Décret n° 2-89-61 du Rabia II 1410 (10/11/1989) fixant les règles
applicables à la comptabilité des Etablissements publics
9. La décision du ministre des Finances et de la privatisation n° 2-2123 DE/SPC du
06 Mai 2005 relative au seuil des marchés à soumettre au visa des contrôleurs
d’Etat ;
10. Les normes applicables au Maroc.

A O n° 45/2013/ABHBC 5/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Ainsi que toutes dispositions réglementaires en vigueur se rapportant à l’objet
du marché résultant du présent appel d’offres.

Dans le cas des textes généraux prescrivant des clauses contradictoires,


l’entrepreneur doit se conformer aux plus récents d’entre eux.

Nota : L’entrepreneur devra s’il ne possède pas ces brochures, se les procurer au
ministère de l’équipement ou à l’imprimerie officielle.

Il ne pourra en aucun cas exciper de l’ignorance de ces documents pour se soustraire


aux obligations qui en découlent

Si le présent appel d’offres déroge à une prescription du C.C.A.G-T, l’entrepreneur se


conformera aux prescriptions du présent cahier des charges.

Article 4 – Consistance des travaux

Les travaux objet du présent appel d’offres consistent en :

Des travaux d’entretien et de réparation des ouvrages de génie civil du barrage


El Maleh sis dans la zone d'action de l'Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg
et de la Chaouia.

Article 5 - Visite des lieux

L’entrepreneur doit reconnaître l’emplacement et les difficultés des travaux à


exécuter. Il est censé avoir une parfaite connaissance des lieux et des sujétions
résultants des conditions des sites.

L’entrepreneur ne pourra en aucun cas formuler de réclamations basées sur une


reconnaissance insuffisante des lieux et des conditions locales d’exécution des
travaux.

La visite des lieux doit être effectuée par l’entrepreneur et suite à cette visite
l'entrepreneur produira sa propre attestation de visite de lieux par laquelle atteste
avoir reconnu l'emplacement et les difficultés des travaux à réaliser. Cette attestation
fait partie des pièces constituant le dossier technique.

Article 6 – Cautionnement provisoire - cautionnement définitif

Le cautionnement provisoire est fixé à : cinq mille dirhams (5.000,00 DHS).

L’entrepreneur devra constituer dans les trente (30) jours qui suivent la
notification de l'approbation du marché un cautionnement définitif fixé à trois pour
cent (3 %) du montant initial du marché.

A O n° 45/2013/ABHBC 6/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 7 - Nantissement

L’entrepreneur pourra, s’il remplit les conditions requises, bénéficier du régime


institué par le Dahir du 23 Chaoual 1367 (28 Août 1948) relatif au nantissement des
marchés publics, modifié et complété par les Dahir n° 1-60-371 du Chaabane 1380 (31
Janvier 1961) et n° 1-62-202 du 19 Joumada 1382 (29 Octobre 1962). Il lui sera remis à
cet effet, une copie du futur marché revêtu de la mention prévue par l’article 2 du dit
Dahir. Cette mention devant être signée spécialement par l’autorité qui a signé le
marché.

Dans l’éventualité d’une affectation en nantissement du marché, il est prévu


que:

1. La liquidation des sommes dues par le maître de l’ouvrage (MO) en exécution


du marché résultant du présent appel d’offres sera opérée par les soins du
Directeur de l’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia,
Ordonnateur ;
2. Le fonctionnaire chargé de fournir à l’entrepreneur ainsi qu’au bénéficiaire
des nantissements ou subrogations, les renseignements ou états prévus à
l’article 7 du Dahir du 28 Août 1948 est Monsieur le Directeur de l’Agence du
Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia, Ordonnateur ;
3. Les paiements prévus au marché résultant du présent appel d’offres seront
effectués par le Trésorier Payeur de l’Agence du Bassin Hydraulique du
Bouregreg et de la Chaouia à Benslimane, seul qualifié pour recevoir les
significations des créanciers de l’entrepreneur.

Article 8- Contre vérification et contrôle

Pendant toute la durée des travaux, les agents de contrôle du MO pourront


prélever aussi souvent que nécessaire les échantillons de matériaux à mettre en
œuvre.

En cours d'exécution, les représentants du MO auront à tout moment droit


d'intervention dans l'exécution des travaux, soit sur le terrain, soit au bureau, et
pourront procéder à toutes vérifications portant sur la qualité du travail exécuté et
sur le volume des prestations.

Nonobstant, le contrôle et la surveillance normale des travaux par le MO,


l’entrepreneur devra laisser libre accès de ses chantiers aux représentants du MO
chargés du contrôle des travaux, leur présenter s'ils demandent toutes les pièces du
marché, de fournir tous renseignements utiles, photos illustratifs et explications pour
faciliter leur mission.

Le contrôle sur site des ouvrages réalisés par le M.O ne désengage pas
l’entrepreneur de la responsabilité des erreurs qu'il aurait pu commettre et toutes les
conséquences en découlant.

A O n° 45/2013/ABHBC 7/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 9- Délais d’exécution
L’entrepreneur prendra les dispositions nécessaires pour terminer la totalité des
travaux dans un délai de cinq (05) mois.

Article 10- Pénalités


A défaut par l’entrepreneur d'avoir terminé les travaux à la date prévue, une
pénalité de un pour mille (1/1000) par jour de retard sur les délais prévus à l'article 9
du CPS lui sera appliquée, plafonnée à 10% du montant initial du marché.

Cette pénalité sera décomptée sur les situations de plein droit sans mise en
demeure préalable.

Article 11- Retenue de garantie

Conformément à l'article 59 du C.C.A.G-T, une retenue de Dix pour cent (10 %)


sera effectuée sur chaque décompte provisoire.

La retenue de garantie cessera de croître lorsqu'elle aura atteint Sept pour cent
(7 %) du montant initial du marché.

La retenue de garantie pourra être remplacée par une caution bancaire dans les
conditions prévues par la réglementation en vigueur.

Article 12- Réception des travaux et délai de garantie

1. Réception Provisoire

Dès que l'ensemble des travaux aura été achevé, l’entrepreneur sera tenu d'en
aviser le MO par lettre recommandée. Il sera alors procédé aux vérifications
permettant de s'assurer de la bonne exécution des travaux.

Il reste entendu que la réception provisoire ne pourra être prononcée que dans
la mesure où les opérations de vérification n'auront donné lieu à aucune observation
importante de la part du MO. Dans le cas contraire, elle ne pourra être prononcée
que lorsque toutes les reprises de mise au point nécessaire auront été effectuées sans
lui entraîner pour autant une quelconque modification des délais contractuels prévus
à l'article 9.

Des réceptions provisoires partielles anticipées pourront être prononcées pour


les parties d'ouvrages qui risqueraient d'être non visibles en fin de chantier. Toutefois
la validité de ces réceptions ne prendra effet, en ce qui concerne les délais d'exécution
qu'à partir de la date de réception provisoire des travaux.

Lorsque tous les travaux faisant l'objet du présent appel d’offres auront été
achevés et réceptionnés dans les conditions susvisées, il sera établi un procès verbal
de réception provisoire à la date duquel commencera le délai de garantie.

A O n° 45/2013/ABHBC 8/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


2. Délai de garantie - Réception définitive

Le délai de garantie à compter de la date de réception provisoire de l'ensemble


des travaux est fixé à douze (12) mois.

Pendant toute la durée de ce délai, l’entrepreneur sera tenu d'entretenir les


ouvrages et de réparer à ses frais les parties d'ouvrage qui auraient été reconnues
défectueuses.

La réception définitive qui implique l'expiration du délai de garantie sera


prononcée à la suite d'une visite contradictoire au cours de laquelle le MO pourra si
elle le juge nécessaire faire procéder à une nouvelle série de vérifications.

Article 13- Entretien des ouvrages - cas de force majeure

Pendant toute la durée des travaux, l’entrepreneur sera entièrement responsable


de la surveillance et du maintien en bon état des ouvrages, des installations
provisoires, des matériaux et du matériel de construction apportés sur le chantier
par l’entrepreneur en vu de l'exécution des travaux.

En cas de pertes, dommages ou avaries quelque soit la cause (en dehors des cas
de forces majeures dégageant la responsabilité de l’entrepreneur définis ci-après),
l’entrepreneur devra à ses frais procéder aux réparations et aux remises en état
correspondantes, afin d'assurer la livraison, en fin des travaux, des ouvrages en
bonnes conditions avec les dispositions du présent document et les instructions du
MO.

Les événements qui peuvent être considérés à caractère de force majeure :

 Précipitations dont l’intensité dépasse 80 mm par heure ;


 Tremblement de terre d’une force dépassant 7 degrés sur l’échelle Richter.

Aussi, en cas de force majeur, il sera fait applications des stipulations de l’article
43 du C.C.A.G-T.

Article 14- Programme et avancement des travaux

L’entrepreneur devra fournir dans un délai de VINGT (20) jours à compter de la


date de notification de l'ordre de service de commencer les travaux, un planning qui
devra être agréé par le MO.

Dans le cas où une modification quelconque apportée par l’entrepreneur ou sur


la demande du MO par exemple à cause d'un retard sur le programme initial, un
planning rectifié, devra être soumis à l'approbation du MO.

A O n° 45/2013/ABHBC 9/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Si les travaux, dans une quelconque de leurs phases viennent à être en retard
par rapport au programme approuvé par le MO, ce dernier pourra alors:

a- exiger à l’entrepreneur d'accroître son équipement et le nombre d'ouvriers,


d'augmenter le nombre des équipes, de travailler en heures supplémentaires
et les jours fériés, le tout sans aucun frais supplémentaire pour le MO ;
b- notifier, par écrit, à l’entrepreneur la cessation de ses travaux, la prise en
possession par le MO des travaux exécutés et leur achèvement dans les
conditions définies à l’article 70 du C.C.A.G.-T.

Article 15- Main d’œuvre


La main d’œuvre nécessaire à l'exécution des travaux sera recrutée par
l’entrepreneur sous sa responsabilité.

L’entrepreneur devra respecter la législation en vigueur ou à venir portant


règlement du travail et des salaires au Maroc.

L’entrepreneur devra prévoir l'emploi maximum de la main d’œuvre ordinaire


compatible avec ses obligations. La main d’œuvre ordinaire sera exclusivement
marocaine et locale.

L’entrepreneur devra avoir sur le chantier la liste constamment tenue à jour des
ouvriers permanents employés sur le chantier.

Les ouvriers devront pouvoir présenter à toute demande du service de contrôle


l'attestation d'identité délivrée par les autorités locales qui seront de résidence
imposée, en application des lois en vigueur.

Article 16- Matériels de chantier

Tout le matériel de chantier nécessaire à une bonne exécution des travaux sera
fourni, conduit, manipulé, entretenu, et réparé par l’entrepreneur et à ses frais.

L’entrepreneur doit soumettre au MO la liste du matériel qui compte mettre en


place pour la réalisation des travaux, ainsi que les fiches techniques y afférents qui
mentionnent leur âge, leur état et leur rendement.

La liste du matériel fournie par l’entrepreneur n’est pas limitative et elle ne peut
faire l’objet d’aucune réclamation si les prestations à réaliser nécessitent la
modification ou le renforcement de ce matériel.

Le retrait d’une partie du matériel par l’entrepreneur avant l’achèvement des


travaux ne peut être fait sans l’accord écrit du MO. L’entrepreneur doit assumer les
responsabilités et les conséquences relatives au retrait de ce matériel.

A O n° 45/2013/ABHBC 10/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 17- Transports

L’entrepreneur demeure responsable en ce qui concerne le transport des


ouvriers, matériels et matériaux au chantier.

Article 18- Impôts et frais douanes

L’entrepreneur est réputé avoir examiné en détail l'établissement de son prix et


toutes les incidences des lois fiscales en vigueur.

Le personnel de l’entrepreneur ne bénéficiera d'aucune exemption d'impôts,


taxes ou frais douaniers et l’entrepreneur sera tenu de faire observer strictement les
règlements fiscaux par ses employés.

Article 19- Obligations diverses

1. L’entrepreneur sera tenu de provoquer lui-même toutes les instructions qui


pourraient lui manquer, il ne pourra jamais se prévaloir du manque de
renseignements pour justifier une exécution contraire à la volonté du MO ;
2. En application de l'article 40 Paragraphe 2 du C.C.A.G.-T le délai fixé pour le
dégagement, le nettoiement et la remise en état des emplacements mis à la
disposition de l'entrepreneur est fixé à QUINZE (15) jours à compter de la
date de Réception provisoire ;
3. Le dégagement et le nettoiement devront être exécutés sur le chantier au fur et
à mesure de la finition de chaque partie d'ouvrage.

Article 20- Mesures de sécurité et d’hygiène

 L’entrepreneur doit veiller sur les conditions du logement du personnel du


chantier, assurer son ravitaillement et son hygiène ;
 Pour la sécurité du chantier, l’entrepreneur doit prévoir toutes les
dispositions qui peuvent provenir des matières employées (acide,...) comme
il doit doter l'ensemble du personnel de l'habillement adéquat de protection
contre tous les risques (casque, gants, bottes, lunettes,...) ;
 L’entrepreneur doit doter le chantier d'un véhicule ;
 L’entrepreneur doit veiller à la protection de l'environnement ;
 L’entrepreneur doit assurer le gardiennage durant la période des travaux et
jusqu’à la réception provisoire des ouvrages exécutés.

Article 21- Validité du marché

Le marché résultant du présent appel d’offres ne sera valable, définitif et


exécutoire qu'après visa du Contrôleur d'Etat de l’Agence du Bassin Hydraulique du
Bouregreg et de la Chaouia, si son visa est requis, et notification de son approbation
par le Directeur de l’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia.

A O n° 45/2013/ABHBC 11/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 22- Droits de timbre et d’enregistrement

Les droits de timbres et éventuellement d'enregistrement seront à la charge de


l’entrepreneur.

Article 23- Présence de l’entrepreneur – encadrement du chantier

L’entrepreneur sera tenu d'assister personnellement ou par son représentant


aux rendez-vous de chantiers qui seront fixés dès la 1ère réunion par le MO.

Pendant la durée des travaux, l’entrepreneur sera représenté en permanence sur


le chantier par un responsable qualifié. La direction de ce chantier devra être
effectivement assurée sans interruption. Si la qualification du responsable apparaît
insuffisante, le MO pourra en demander le remplacement ou l'assistance jugée
nécessaire.

Article 24- Ordres de service, lettres et instructions

L’entrepreneur se conformera strictement aux plans, tracés, dessins de détails


élaborés par le MO, ainsi qu'aux ordres de services, lettres et instructions qui lui
seront adressés par le MO.

Article 25- Documents – plans – photos – laboratoire

L’entrepreneur est tenu de signaler en temps voulu toutes les erreurs


matérielles qui auraient pu se glisser dans les plans ou pièces écrites qui lui seraient
notifiées.

Aucune côte ne sera prise à l'échelle sur les plans pour l'exécution des travaux.
L’entrepreneur une fois titulaire du marché devra s'assurer sur place avant toute
mise en œuvre de la possibilité de suivre les côtes et indications des plans et dessins
de détails.

Les plans de béton armé seront à la charge de l’entrepreneur une fois titulaire
du marché. Il devra les remettre au MO pour validation.

L’entrepreneur une fois titulaire du marché aura également à sa charge la


rémunération d’un laboratoire agréé qui procèdera à la détermination des résistances
de béton à la compression et à la traction.

Aussi, l’entrepreneur une fois titulaire du marché aura l’obligation de réaliser à


ses frais, des études et des plans de drainage et d’électricité des locaux et des
ouvrages objet des travaux. Ces plans doivent être soumis à l’approbation du Maître
d’Ouvrage.

A O n° 45/2013/ABHBC 12/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


L’entrepreneur est tenu de prendre les photos numériques de qualité
satisfaisante en permanence par son chef de chantier pour illustrer les différentes
étapes de réalisation des ouvrages.

L’entrepreneur présentera au Maître d’Ouvrage à la fin des travaux un rapport


de fin de travaux en quatre exemplaires qui détaille les travaux réalisés avec des
photos illustratifs. Il remettra aussi au MO trois tirages pliés au format 21x29,7 et
trois supports informatiques (CD ROM) des dessins côtés des ouvrages non visibles
dont la réalisation peut être différente des dessins primitifs et tels que ces ouvrages
ont été réellement exécutés (plans de recollement).

Article 26- Malfaçons


Si des malfaçons viennent d’être décelées, les ouvrages seront démolis et refaits
à la charge de l’entrepreneur. Si ces réfections entraînent des dépenses pour d'autres
corps d'état, ces dépenses seront également à la charge de l’entrepreneur.

Article 27- Résiliation


Elle sera fait en application des dispositions du C.C.A.G.-T.

Article 28- Litiges


Les différends, auxquels pourraient donner lieu l’exécution du futur marché
seront soumis aux tribunaux compétents.

Article 29- Domicile de l'entrepreneur

Toute notification concernant les travaux objet du futur marché sera


valablement faite au domicile de l’entrepreneur indiqué dans son acte d’engagement.

Article 30- Principes généraux du règlement


Les ouvrages définitifs seront réglés par application aux quantités réellement
exécutées des prix du bordereau, sous les réserves prévues au présent cahier des
prescriptions spéciales et en particulier les surdimensionnements qui sont exécutés
par l'entreprise et qui ne peuvent être pris en compte.

Tous les prix du bordereau des prix formant détail estimatif ont un caractère
absolument forfaitaire. Ils tiennent compte de tous les frais, faux frais et bénéfices
inhérents à l'exécution des travaux et prescriptions faisant l'objet du présent C.P.S. et
comprenant notamment :

 les dépenses résultantes des installations de chantier nécessaires à la bonne


exécution des travaux ainsi que les frais de repliement du chantier et de
remise en état des lieux ;
 tous les frais de transport à pied d’œuvre ;
 tous les frais de main d’œuvre et frais afférents, charges sociales, indemnités
de toute nature, primes, frais de déplacement et de transport ;

A O n° 45/2013/ABHBC 13/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


 les frais de piquetage, d'outillage et du matériel ;
 les frais de force motrice pour toutes les opérations incombant à
l’entrepreneur ;
 l'installation provisoire de toute nature nécessaire à l'exécution des travaux y
compris les terrassements, dragages et pompages éventuels, les batardeaux,
les échafaudages, les passerelles, le blindage, étaiement, bétonnage, calage et
coffrage de toute nature ainsi que les frais de repliement et d'évacuation en
fin de chantier avec remise en état des lieux ;
 les frais de production des différentes autorisations ;
 les frais d'assurance et l'indemnisation des dommages causés aux tiers par
l’entrepreneur;
 toutes les dépenses que l’entrepreneur peut avoir à engager pour satisfaire
aux mesures de police et de sécurité et en général tous les frais accessoires
(éclairage, signalisation) ;
 les frais résultant des dégâts aux chemins, du maintien de la circulation sur
les routes et chemins des accès des propriétés privées et de leur clôture, de
l'écoulement des eaux pluviales et ménagères ainsi que l'évacuation ou
l'épuisement des venues d'eau souterraine ;
 les frais généraux et le bénéfice de l’entrepreneur.

Ces prix tiennent compte également de toutes les difficultés que l’entrepreneur
pourrait rencontrer pendant l'exécution des travaux et qui étaient prévisibles à la
date de la soumission, et d'une façon générale toutes les dépenses qui sont les
conséquences nécessaires et directes du travail.

Article 31- Mode de règlement des travaux

1- Situation mensuelle

L’entrepreneur soumettra à l'approbation du MO mensuellement une


situation des travaux exécutés accompagnée de tous les métrés, attachements et
pièces justificatives nécessaires à la vérification. Les situations seront établies en trois
(3) exemplaires, qui permettent d'établir les décomptes provisoires.

2- Règlement des sommes dues

Les paiements des quantités réellement exécutées, seront établis sur décomptes
par le MO, sur présentation des situations, des attachements et des factures par
l’entrepreneur. Le MO se libérera valablement des sommes dues par lui en créditant
le compte bancaire indiqué dans l'acte d'engagement de l’entrepreneur.

3- Décompte général définitif

Après la réception provisoire de l'ensemble des ouvrages, l’entrepreneur


soumettra au MO un projet de décompte général du total des sommes qu'il estimera
lui être dues en exécution des travaux accompagné de tous les métrés, attachements
et pièces justificatives nécessaires à la vérification.

A O n° 45/2013/ABHBC 14/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 32- Attachements
L’entrepreneur présentera régulièrement à la signature de l'ingénieur
responsable du chantier la liste des travaux exécutés avec les quantités réalisées pour
chaque rubrique du bordereau des prix.

Pour faciliter le contrôle mensuel des dépenses, un attachement sera mis au


point sur lequel figurent les quantités réalisées et les dépenses correspondantes. Cet
attachement sera établi en trois exemplaires et signé à la fois par le chef du chantier
de l’entrepreneur et les surveillants du MO sur le chantier à partir des constatations
faites.

Article 33- Acomptes sur approvisionnement


Il ne sera pas délivré à l’entrepreneur d'acompte sur l'approvisionnement du
chantier.

Article 34- Acompte sur l’installation du chantier


L’entrepreneur ne pourra prétendre aucun acompte tant sur le gros matériel
qu'il aura à pied d’œuvre pour l'exécution de ces travaux, sur les installations
réalisées par lui pour loger son personnel, ses ouvriers ou abriter son matériel.

Article 35- Révision des prix


A cause du délai d'exécution, les prix du futur marché sont révisables. Le
montant, tant des travaux exécutés chaque mois, seront révisé par application de la
formule suivante :

P/Po=[0,15+0,85(I/Io)] [(100+T)/(100+To)]

 Po : le montant des travaux au moment de l'offre;


 P : le montant révisé des travaux;
 Io : la valeur de l'index global relatif à la présentation considérée à la
date de réception de l'offre;
 I : la valeur du même Index à la date d'exigibilité de la révision;
 To : le taux du TVA applicable au moment de l'offre;
 T : le même taux de la TVA à la date d'exigibilité de la révision.

Le Ministère de l'Equipement arrête l'ensemble des index de révision des prix. Il


constate et publie mensuellement les valeurs des index de révision.

En cas de retard de publication des valeurs des index, les décomptes sont révisés
provisoirement par application des dernières valeurs publiées.

Toutefois, en cas de retard d'exécution des prestations imputable à


l’entrepreneur, on prend la valeur la plus faible des deux valeurs à savoir :

 A la fin de délai contractuel;


 A la fin des travaux hors délai.

A O n° 45/2013/ABHBC 15/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Chapitre II : Prescriptions Techniques

Article 36 – Documents techniques de référence

L’entrepreneur est tenu de se conformer et d'appliquer les prescriptions définies


dans les documents de base ci-après:

 Les normes Marocaines ;


 Les documents techniques unifiés (D.T.U) et les normes "AFNOR" à
défaut de normes Marocaines.

La qualité des matériaux destinés à la réalisation des travaux est celle définie
par les fascicules suivant :

 le fascicule n° 3 du CPC pour les travaux routiers courants relatifs aux


travaux de terrassement ;
 le fascicule n°4 du CPC pour les travaux routiers courants relatifs aux
ouvrages d'assainissement et de soutènement ;
 les cahiers du fascicule n°5 du CPC pour les travaux routiers courants
relatifs aux chaussées applicables aux travaux routiers courants
compléter par la note circulaire n°214.22/50.5/238/340 du 11-12-1998 et
la note n°214.22/40900/2425/2004 du 14-07-2004 relatives au contrôle et
suivi des travaux routiers;
 les directives de la DRCR relative aux assises traitées aux liants
hydrocarbonés à chaud.

Article 37 – Implantation des ouvrages

Dès que l'ordre de service prescrivant de commencer les travaux, aura été
notifié à l’entrepreneur, celui-ci procédera sous sa responsabilité et à ses frais à la
préparation de la plate-forme et à l'implantation des ouvrages qu'il soumettra à
l'approbation du M.O.

L’entrepreneur remettra au M.O, dans les quinze (15) jours calendaires qui
suivront la notification de l'approbation du marché, un plan de calpinage, les plans
de détail des regards, le plan du réseau d'assainissement et le schéma unifilaire
établi selon les règles de l’art.

Le contrôle sur site de l'implantation par le M.O ne désengage pas


l’entrepreneur de la responsabilité des erreurs qu'il aurait pu commettre et toutes les
conséquences en découlant.

Article 38- Provenance des matériaux

L’entrepreneur doit présenter au MO une note mentionnant la provenance, la


qualité et les spécifications des granulats, liants et matériaux qu’il propose de retenir

A O n° 45/2013/ABHBC 16/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


pour le ravitaillement du chantier. Les gisements, carrières et usines de provenance
des matériaux doivent être proposés par l’entrepreneur et agréés par le MO.

Le choix des gîtes des matériaux doit prendre en considération les


potentialités du site d’emprunt et les précautions de sauvegarde de l’environnement
contre toute sorte de pollution. Par le fait de son offre, l’entrepreneur est réputé
connaître les ressources des carrières ou dépôt indiqués ci-dessus ainsi que leurs
conditions d’accès et d’exploitation, aucune réclamation ne sera recevable concernant
le prix de revient à pied d’œuvre de ces matériaux.

La demande d'agrément accompagnée des pièces justificatives doit être


présentée quinze (15) jours avant la date prévue pour l'utilisation des matériaux.

Article 39- Echantillonnage des matériaux

L’entrepreneur doit soumettre à l’agrément du M.O un échantillon de chaque


espèce de matériau ou de fourniture qu’il propose d'utiliser pour la réalisation des
travaux. Aucun matériau ne peut être met en œuvre qu’après acceptation du M.O.

L’entrepreneur doit être en mesure de présenter à toute réquisition les


certificats et attestations prouvant l’origine et la qualité des matériaux proposés.

Article 40- Essais des matériaux

Les frais de tous les essais d’agrément des matériaux, de formulation du béton
et de contrôle de qualité sont à la charge de l’entrepreneur. Ce dernier doit doter le
chantier par des récipients destinés à recevoir les éléments de matériaux qui feront
l’objet d’études, essais ou analyses.

Sont aussi à la charge de l’entrepreneur toutes les mains d’œuvres nécessaires


à la réalisation de ces essais ainsi que les opérations d’échafaudage, branchements et
toutes sujétions effectués à la demande du MO. Tous ces essais devront être réalisés
par un laboratoire agréé à cet effet.

Article 41– Qualité des matériaux

Tous les matériaux utilisés devront répondre aux normes marocaines en


vigueur et être de première qualité.

1- Liants

Pour tous les ouvrages en béton, le ciment utilisé sera soit le C.P.J. 35, soit le
C.P.J. 45, suivant la destination du béton. L'emploi de ciment chaud est interdit. Le
stockage doit être suffisant pour permettre au ciment livré de se refroidir. Cependant
la durée de stockage ne devra pas excéder un mois.

A O n° 45/2013/ABHBC 17/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Le ciment utilisé pour le béton armé est obligatoirement le C.P.J.45 (béton 3 cité
plus tard).

2- Sables et agrégats

Les sables et agrégats employés devront être conformes aux normes prescrites
par le D.G.A. Le stockage de ces matériaux s'effectuera sur une aire bétonnée
parfaitement propre et prévue à cet effet par l’entrepreneur.

Les agrégats doivent être conformes au Chapitre 5 de la Norme Marocaine


10.1.008. Ils ne doivent pas être altérés par l'action de l'air, de l'eau, du gel ou des
liants.

Toutes les impuretés nuisibles aux propriétés du béton ou susceptibles d'altérer


les armatures doivent être éliminées, notamment :

 charbon, bois et leurs résidus (cendre, coke...)


 argile et marne
 schiste et craie
 déchets divers (ordures, clous, ferraille)
 chaux vive
 matériaux friables
 graisses et produits chimiques, etc.

Les agrégats doivent être débarrassés de toute pellicule argileuse ou autre


risquant de les isoler du liant. Ils seront éventuellement lavés. Les agrégats doivent
être issus de roches stables. Les matériaux tendres et friables seront rejetés.

L’entrepreneur devra toujours pouvoir fournir la preuve de l'origine des


matériaux approvisionnés et de leur qualité.

3- Aciers

Les barres en acier à employer devront être conformes à la norme marocaine


10.01. F.012, parfaitement propres sans aucune trace de rouille, de peinture ou de
graisse. Les aciers de la structure portante doivent satisfaire au règlement
parasismique du Maroc en matière de résistance « résistance = 500MPa ».

Article 42– Composition des bétons

Le béton devra être conforme à la norme marocaine 10.03.F.009 ; il sera


obligatoirement fabriqué par des centrales à béton ou bétonnière. Les divers dosages
en agrégats devront être automatisés ainsi que le dosage en eau ou à défaut par
dosage pondéral ou volumétrique.

En aucun cas il ne sera admis du béton fabriqué à la main.

A O n° 45/2013/ABHBC 18/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Par dérogation aux articles 31 et 32 du Devis Général d’Architecture, la
composition des bétons sera comme suit :

Dose Dose Dose


Dose gravette
Désignation ciment CPJ sables gravette 5/15 Emplois
15/25 (Litres)
45 (KG) (Litres) (Litres)
Béton n° 1 200 400 400 400 Béton de propreté
Béton non armé, Béton
Béton n° 2 300 400 400 400
banché, dallage courant
Béton n° 3 350 400 400 400 Béton armé

Le diamètre maximal des agrégats ne dépassera pas 40 mm.


Le diamètre maximal des agrégats entrant dans la formulation du béton armé
ne dépassera pas 25 mm.

Les quantités d'agrégats et les dosages entrant dans la composition des bétons
sont donnés à titre indicatif pour permettre à l’entrepreneur d'établir ses prix. Ils
n'ont aucune valeur contractuelle.

Des essais de résistance pourront être effectués à la demande du M.O., quand il


le juge nécessaire, par un laboratoire agréé en cours de chantier pour chaque type de
béton. Les frais de ces essais sont à la charge de l’entrepreneur. Ces essais, conduits
suivant les normes en vigueur, et sous la vérification du laboratoire, porteront sur la
détermination des résistances à la compression sur cylindres à 7 et 28 jours sur 9
éprouvettes au sol par essai.

Au cas où les caractéristiques résultant des essais de contrôle seraient


inférieures aux caractéristiques exigées, le MO décidera du sort des ouvrages
défectueux. Les mesures imposées pourraient aller jusqu'à la démolition et la
reconstruction de ces ouvrages, aux frais de l’entrepreneur. Cependant, le MO
pourra exiger que des essais de contrôle en place non destructifs soient exécutés aux
frais de l’entrepreneur. Dans ce cas, si ces essais confirment la mauvaise qualité des
ouvrages, l’entrepreneur pourra proposer des mesures propres à remédier à la
situation. Le MO restera cependant seul juge des mesures à prendre, et sa décision
finale sera sans appel.

Le tableau des résistances exigées est le suivant :

Désignation Compression Résistance à 7


Résistance à 28 jours
des bétons Traction jours
Compression = 130 bars = 190 bars
B1
Traction = 13 bars = 17 bars
Compression = 160 bars = 230 bars
B2
Traction = 16 bars = 20,8 bars
Compression = 180 bars = 270 bars
B3
Traction = 18 bars = 23,2 bars

A O n° 45/2013/ABHBC 19/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 43 – Compositions des mortiers

Tous les enduits devront être conformes aux prescriptions du D.T.U. 26.1
"Travaux d'enduits aux mortiers de liants hydrauliques».

 Mortier n° 1 : Pour hourdage des murs


 Ciment CPJ 35 ………………………………….350 KG ;
 Sable……………………………………………..1000 litres.
 Mortier n° 2 : Mortier bâtard - Corps d'enduits
 Ciment CPJ 35 …………………………………250 KG ;
 Chaux hydraulique ……………………………150 KG ;
 Sable 0, 1/3, 15 …………………………………1000 litres.
 Mortier n° 3 : Enduits de finition`
 Ciment CPJ 35 .................................. 200 KG ;
 Chaux hydraulique ......................... 100 KG ;
 Sable 0, l/2………………………1000 litres.
 Mortier n ° 4 : Enduits lissés
 Ciment CPJ 35 .................................. …… 500 KG ;
 Sable 0, 1/3, 15………………………1000 litres.
 Mortier n° 5 : Enduits hydrofugés
 Ciment CPJ 35 .................................. ……400 KG
 Sable o, 1/3, 15……………………………... 1000 litres
 Hydrofuge…………………………….…….. 6 KG.

Article 44- Coffrage

1- Mise en œuvre

Les coffrages et les étaiements présenteront une rigidité suffisante pour résister
sans déformations sensibles aux charges et aux chocs qu'ils seront exposés à subir
pendant l'exécution des travaux.

L'étanchéité des coffrages sera suffisante pour éviter les pertes de laitance au
moment de la vibration. Les coffrages devront être soignés de manière à permettre
un décoffrage absolument net avec surface lisse, sans bavure, ni manque. Ces
coffrages pourront être en bois de première qualité, contre-plaqué marine ou
métallique. Aucun bois de coffrage ne devra être abandonné en coffrage perdu.

Pour les éléments décoratifs apparents en général, une finition impeccable est
requise. Ces coffrages doivent avoir une ossature en bois ou mieux en métal et une
surface de finition soit en contre-plaqué marine, soit en résine armée de fibre de
verre, soit en métal.

Il sera surtout fait attention aux raccords de coffrages des différents éléments de
l'ossature. En particulier, la verticalité des surfaces devra être absolue et il ne sera
admis aucune erreur d'implantation entre éléments superposés.

A O n° 45/2013/ABHBC 20/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Les arêtes des éléments continus devront se poursuivre absolument droites sans
écart, raccord, ni ventre. Les joints de coffrage devront être définis au préalable.

En ce qui concerne les bétons non apparents, l’entrepreneur est tenu, si cela
nécessaire, de procéder à un ragréage des nids de graviers ou autres défauts
éventuels.

Les parties enduites ou en liaison avec d'autres maçonneries sont repiquées


soigneusement afin d'obtenir une parfaite adhérence.

Avant les opérations de bétonnage, les coffrages devront être parfaitement


propres, sans aucune irrégularité, sans aucune apparence de béton, mortier ou
laitance anciens.

L'emploi de fil de fer destiné à solidariser ou réduire les coffrages et sortant


d'un parement, doit être rigoureusement interdit.

Les tiges, boulons, aciers de diamètre quelconque, destinés au même usage que
décrit ci-dessus, devront être ôtés au moment du décoffrage. Les trous ainsi formés
seront soigneusement bourrés et rebouchés.

2- Matériaux

L’entrepreneur devra veiller au respect des parements des ouvrages exigés par
leur destination.

Dans le cas des parements ordinaires, les coffrages seront, avant tout
commencement de bétonnage, nettoyés des copeaux et chutes diverses provenant de
leur exécution ou assemblage.

Dans le cas de parements devant rester apparents, les coffrages seront


particulièrement soignés suivant destination, la planitude des parois devra être au
moins égale à celle exigée pour l'enduit ciment parfaitement dressé.

Article 45- Décoffrage

L'enlèvement des coffrages sera fait progressivement sans choc et par efforts
purement statiques. Cet enlèvement commencera quand le béton aura acquis un
durcissement suffisant pour pouvoir supporter les contraintes auxquelles il sera
soumis immédiatement après le décoffrage, sans déformation et dans des conditions
de sécurité suffisantes.

Les délais pour l'enlèvement, même partiel des étais et des coffrages seront fixés
sous l'entière responsabilité de l’entrepreneur. Si, au décoffrage, il se produisait des
fissures ou des déformations de nature à compromettre l'aspect de la solidarité de
l'ouvrage, l’entrepreneur sera tenu de procéder d'urgence, à ses frais, aux
préparations reconnues nécessaires, si elles s'avèrent possibles, sinon à la démolition
et à la reconstitution de l'ouvrage.

A O n° 45/2013/ABHBC 21/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 46 - Huiles de décoffrage – Adjuvants
L'utilisation des huiles de décoffrage est soumise à l'approbation du MO. Ces
huiles doivent être de type végétale et ne doivent contenir ni goudron, ni huile de
goudron susceptibles d'altérer les revêtements prévus sur les surfaces brutes de
décoffrage et ne doivent laisser aucune trace sur les parements vus.

L’entrepreneur est tenu de se renseigner auprès de ses fournisseurs et de


prévoir l'utilisation de solvants si nécessaire.

Si les altérations se produisent, les frais d'analyses, d'essais de laboratoire, et de


réfection totale sont à la charge de l’entrepreneur.

Sauf prescriptions contraires du MO, les accélérateurs et retardateurs de prise


sont formellement interdits.

Les adjuvants hydrofuges ou autres, ainsi que leurs dosages, seront indiqués
par l’entrepreneur.

L’entrepreneur est tenu de renseigner le MO sur les huiles de décoffrage et les


adjuvants utilisés en lui présentant des notices, des fiches techniques et toutes les
explications jugées nécessaires.

Article 47 - Mise en place du béton

Tous les bétons mis en œuvre seront obligatoirement vibrés de façon homogène
et par couches successives de 45 cm au maximum. Des appareils de vibration
supplémentaires seront nécessaires sur le chantier en cas pour remplacer le matériel
en cas de défaillance.

Les bétons seront mis en œuvre dans des coffrages propres. L’entrepreneur
veillera à conserver l’homogénéité du béton lors de la mise en œuvre qui sera faite de
façon progressive.

Le bétonnage ne sera pas réalisé si les conditions climatiques sont extrêmes.

La mise en place du béton ne s'effectuera qu'après vérification des coffrages et


des armatures par le MO. L’entrepreneur est donc tenu d'avertir le MO de la date de
coulage du béton au moins deux jours à l'avance. Tout ouvrage en béton réalisé sans
l’accord du MO et sans la vérification des coffrages et des armatures sera refusé.

Article 48 - Cure des bétons

L’entrepreneur sera attentif à la cure des bétons au jeune âge en maîtrisant le


séchage et l’évaporation par des produits de cure ou anti-évaporant.

A O n° 45/2013/ABHBC 22/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Après coulage, le béton sera tenu à l'abri de la pluie et du soleil jusqu'à ce qu'il
ait suffisamment durci. On y entretiendra l'humidité nécessaire pour assurer la prise
dans de bonnes conditions en arrosant le béton au moins 15 jours.
Article 49- Façonnage des aciers

Les armatures sont coupées et cintrées à froid et auront exactement les formes et
les emplacements déterminés par les plans de béton armé. L’écart toléré dans la
position de chaque armature ne dépassera pas la moitié de son diamètre.

Les armatures seront mises en place conformément aux règles B.A.E.L91


modifié 99, les cales seront en béton.

Dans tous les cas, les aciers devront toujours être enrobés d'au moins 2 cm de
béton.

Les armatures longitudinales seront autant que possible d'une seule longueur.

Article 50 - Mise en place des armatures

Au moment de leur mise en place, les armatures doivent être propres, sans
rouille non adhérente, sans trace de terre, de peinture, de graisse ou tout autre
matière nuisible.

Elles sont placées conformément aux indications des plans d'exécution, arrimées
de manière à ne subir aucun déplacement pendant la mise en oeuvre du béton.

Les valeurs d'enrobage sont définies sur les plans d'exécution, et à défaut par les
règles en vigueur.

Article 51 - Tolérances dimensionnelles

Les tolérances dimensionnelles de planitude, d'aplomb et de niveau sont


définies aux ouvrages réglementaires de référence.

La tolérance d'implantation des coffrages sera de + 5 mm, sauf indications


particulières portées sur les plans d'exécution.

Les formes en béton ainsi que le niveau brut des dalles seront arasés à 6 cm du
sol fini indiqué sur les plans architecte (-0,06 m). La tolérance permise en niveau sera
de ± 1 cm.

Il sera procédé à une vérification contradictoire des niveaux des dalles et de


plates-formes en présence des représentants du MO.

En cas de dépassement de la tolérance fixée ci-dessus, le MO se réserve le droit


de faire reprendre aux frais de l'entreprise, les zones ou parties d'ouvrages dont les
niveaux ne sont pas conformes.

A O n° 45/2013/ABHBC 23/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Article 52 - Poteaux

Des bases de 0,15 m de hauteur au minimum seront coulées avant le coffrage


des poteaux. Ces bases sont destinées à assurer un traçage parfait, à permettre le
serrage des coffrages et à éviter la ségrégation du béton en pied de poteau. Le
coulage des poteaux se fera en une seule fois mais les coffrages devront permettre le
coulage d'une hauteur maximale de 1,50 m. Pour cela une face de coffrage devra
rester libre et devra pouvoir recevoir un panneau supplémentaire pour la finition du
coulage.

Aucun ragréage ne sera toléré avant réception par le maître d’ouvrage. Dans le
cas où certaines parties présenteraient des cavités importantes, le poteau incriminé
sera démoli.

En aucun cas, les attentes des poteaux ne seront déviées pour rattraper un
défaut éventuel de traçage.

Tout béton coulé avec un excès d'eau sera démoli.

Le plus grand soin sera observé lors du coulage des éléments de faible section.
Par temps chaud les coffrages seront abondamment trempés avant coulage et
maintenus humides pendant 48 heures. Aucun décoffrage ne sera admis avant 48
heures.

Après le décoffrage, le béton devra rester humide par arrosage abondant


pendant trois jours au minimum.

Tous les poteaux intégrés dans la maçonnerie soit de moellons soit d'agglos
seront coulés après le montage de ces maçonneries.

Le nettoyage des pieds de poteaux avant coulage devra être exécuté avec soin,
afin de débarrasser le mortier de maçonnerie de ces pieds de poteaux.

Article 53- Poutres et chaînages

Les étaiements des poutres devront être exécutés de manière à empêcher toute
flèche. Les étais seront posés sur une semelle de répartition en madrier, et en aucun
cas, les cales ne seront exécutées par des éléments tels que briques, agglos, cailloux
etc...
Dans le cas d'emploi d'étais en bois, les cales seront en forme de coin et en bois
dur.
Le décoffrage avant 28 jours ne sera effectué qu'après avis favorable du MO.

Article 54 - Dalle pleine

Les étaiements de la dalle devront être exécutés de manière à empêcher toute


flèche. Les étais seront posés sur une semelle de répartition en madrier et en aucun
cas les cales ne seront exécutées par des éléments tels que briques, agglos, cailloux
etc…

A O n° 45/2013/ABHBC 24/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Dans le cas d'emploi d'étais en bois, les cales seront en forme de coin et en bois
dur.

Le ferraillage de la dalle sera exécuté conformément aux plans de béton armé


dont notamment la jonction aux poutres, le coulage sera fait en une seule fois et le
béton devra être vibré en permanence.

Article 55 - Tolérances sur les ouvrages en béton armé


1. Armatures :
Les écarts tolérés dans la position des armatures sont les suivants :

A. Ecarts entre armatures :


 Section droite d'une poutre : + 1cm dans le sens horizontal ou vertical
d'armatures consécutives sans que la distance libre entre elles soit inférieure à
leur diamètre, si elles sont isolées, ou à la largeur des paquets d'armatures.
En outre, cette distance libre ne devra pas être inférieure à la grosseur du plus
gros granulat, dans la direction verticale et à 1,5 fois cette grosseur dans la
direction horizontale;
 Section droite d'une dalle : + 0,5 cm dans le sens vertical et + 1/10 de la
distance théorique entre armatures dans le sens horizontal avec les mêmes
conditions que dans l'alinéa précédent.

B. Ecarts entre armatures et parois de coffrage :


Aucun écart en moins n'est admis pour la distance minimale des armatures par
rapport aux parois de coffrage.

C. Tolérance de longueur et de positionnement :

La tolérance sur le défaut de longueur d'une barre ou sur le positionnement de la


barre le long de son axe ou sur le défaut de longueur de recouvrement d'une autre
barre est de 3,5 fois le diamètre de la barre sans excéder 5 cm.

2. Ouvrages:
Les tolérances concernant les distances entre une partie d'ouvrage et une autre
partie voisine telles que la distance entre deux murs, la hauteur libre d'un étage etc. ne
doivent pas présenter des écarts supérieurs à + 2cm.

Les écarts sur les côtes de dimensionnement d'un ouvrage, telles que l'épaisseur
d'un mur, la largeur d'une poutre, l'épaisseur d'un plancher doivent être inférieurs à +
1cm.

Les écarts sur la verticalité ou l'horizontalité d'un parement doivent être aux plus
égaux à 2 cm.

Les tolérances ci-dessus ne comprennent pas les déformations sous les


sollicitations agissantes qui se produisent après la remise de l'ouvrage.

A O n° 45/2013/ABHBC 25/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


3. Parements des parois latérales des murs et poteaux et sous-faces de dalles, poutre et
faces latérales des poutres:

- 5mm sous la règle de 2m


- désaffleure entre 2 panneaux : 2,5 mm au plus
- joint entre 2 panneaux : 0,3 fois la largeur du joint théorique

4. Parement des surfaces de dalles et de planchers:

A. Planéité sous la règle de 2m :

- béton surfacé
- béton à chape incorporée : 0,70 cm
- béton à chape rapportée : 0, 50 cm
- dalles préfabriquées : 1,00 cm

B. Niveau :

- différence de niveau entre deux points quelconques distants de moins de 10m :


0,5 cm et de plus de 10m = 1 cm.

Article 56 – Travaux de terrassements

Les fouilles de toutes natures (fouilles en puits, rigoles ou tranchées) seront


descendues aux côtes reconnues et acceptées par le maître d’ouvrage. Elles seront
exécutées aux largeurs strictement nécessaires et seront l'objet d'un procès-verbal de
réception. Aucun travail de béton ou de maçonnerie ne sera entrepris avant l'accord
du MO.

Les travaux de terrassements comprennent toutes les opérations, étaiements,


talutages, relèvements des terres, dessouchages, équipements, pompages nécessaires
de toutes natures et de tous débits qui pourraient être rencontrés lors des
terrassements, le remblaiement dans le périmètre du chantier ainsi que l'évacuation
aux décharges publiques pour les terres excédentaires rencontrées lors de l’exécution
des fouilles. Toutes les précautions nécessaires seront prises contre les éboulements
pendant les terrassements, la protection des constructions voisines, l’étaiement
éventuel d'ouvrage mis à nu. Lorsque l’entrepreneur au cours de ses travaux de
démolition rencontrera des canalisations d'eau, d’électricité, téléphone, égouts, etc...,
il devra immédiatement en aviser le MO qui interviendra directement auprès des
services concernés pour intervention urgente. Tous les objets découverts par
l’entrepreneur, lors de la réalisation des fouilles, resteront la propriété du MO.

Les déblais et remblais seront effectués à la main ou par emploi d'engins


mécaniques en prenant les précautions nécessaires pour éviter toutes dégradations
aux ouvrages mitoyens.

Les fonds de fouilles seront rigoureusement damés. Il sera procédé avec la MO à


la reconnaissance des fonds de fouilles.

A O n° 45/2013/ABHBC 26/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Les remblais seront exécutés soit avec les terres convenables provenant des
fouilles soit par apport de terre complémentaire. Les remblais seront soigneusement
compactés par couches de 0,20 m et arrosés, de manière à obtenir une densité sèche
satisfaisante.

L'emploi pour les remblais de déchets impropres tels que gravois, argiles,
plâtres, etc., sera rigoureusement proscrit.

Les mesures des fouilles seront prises en tenant compte des débordes du béton
de propreté, et d’une largeur de 10 cm de part et d’autre pour les maçonneries.

Article 57 – Fouilles en tranchées pour canalisation


Les fouilles en tranchées seront largement ouvertes pour permettre une mise en
œuvre aisée et rationnelle. Les pentes de fouilles seront scrupuleusement respectées.
Les remblaiements des tranchées ne seront effectués qu'après essai d'étanchéité des
canalisations.

Article 58- Fourreaux

L'entrepreneur devra assurer la fourniture et la pose de tous les fourreaux pour


l'ensemble des alimentations.

 Fourreaux pour câble électrique: ces fourreaux enterrés au sol sont en


Polyéthylène lisse de l'intérieur et annelé de l'extérieur;
 Fourreaux pour alimentation en eau potable: en tuyaux de P.V.C. de
diamètre de 120;
 Fourreaux divers: l'entreprise devra fournir tous les fourreaux
nécessaires autre que ceux définis ci-dessus, pour les passages des
alimentations et évacuations dans les longrines, murs, poteaux, voiles
etc...

Article 59- Trous - Scellements - Raccords

Il est rappelé que les percements, saignées, ou démolitions, dans la structure en


béton armé sont formellement interdits. Dans le cas où certains percements ou
saignés seraient indispensables, ils ne pourraient être effectués qu'après accord du
M.O.

Les scellements ou raccords de toute nature seront exécutés proprement et avec


soin, de manière à ne laisser aucun vide à l'intérieur et ne présenter aucune bavure
ou flache sur le plan général des maçonneries.

Article 60 – Travaux de démolition

L'entrepreneur est réputé s'être rendu sur les lieux, avoir visité le terrain et pris
connaissance de toutes les difficultés pouvant survenir lors de l'exécution des
ouvrages.

A O n° 45/2013/ABHBC 27/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


La protection des personnes est primordiale : l'entreprise doit prendre toutes les
précautions pour assurer la protection de ses ouvriers, des usagers, des habitants, des
passants et des intervenants. De même pour les biens des personnes et du MO.

En cours des travaux de démolition toutes les dégradations causées par la


mauvaise intervention de l'entrepreneur seront réparées à ses frais. Toutes les
démolitions en fondation, en élévation ou percements ou en tranchée, doivent être
exécutées avec le plus grand soin de manière à faciliter la récupération des matériaux
et matériels fonctionnels. Les étaiements doivent être étudiés par l'entrepreneur,
pour les démolitions qui n'intéressent qu'une partie de la structure porteuse. Les
étaies doivent être robustes pour ne pas endommager les parties stables du bâtiment
à renforcer ou à reprendre.

L'entrepreneur doit aviser le M.O pour tout objet découvert ou rencontré lors
des démolitions

Les matériaux ou matériels récupérés de la démolition restent la propriété du


MO sauf si celui-ci ordonne, par écrit, l’entrepreneur de les évacuer.

Article 61 – Enduits

Les enduits seront exécutés conformément aux règles de l’art. Le plus grand
soin devra être apporté à la mise en place du grillage galvanisé destiné à éviter les
fissures entre les éléments de béton et les remplissages. Il sera posé par pointes
d’acier galvanisé, la couche de dressage sera exécutée en deux phases :

 La première après arrosage abondant du support, au mortier N° 2 ;


 La deuxième exécutée 24 heures après la première au mortier, parfaitement
dressée et serrée.

La couche de finition au mortier N°3, après un minimum de 8 jours d’intervalle.

Le respect de ces prescriptions reste impératif, toute partie d’enduit n’ayant pas
satisfait à ces prescriptions sera démolie et refaite à la charge de l’entrepreneur.

Le support aura une surface nette, propre, exempte des impuretés, telles que
poussières, plâtre, huile, etc... Rugueuse de telle sorte qu’elle permettra un
accrochage et une adhérence parfaite de l’enduit. Au cas où cette dernière condition
ne serait pas remplie il y aurait lieux de piquer, boucharder ou brosser le subjectile.

Le support sera au préalable humidifié à refus, en plusieurs fois et à un quart


d’heure d’intervalle, la face à enduire devra être humidifiée en profondeur et
ressuyée en surface.

Dans le cas où le support présenterait des inégalités importantes ne permettant


pas la mise en œuvre directe de l’enduit, il sera procédé à un redressement en

A O n° 45/2013/ABHBC 28/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


surcharges ou renformis, si elles ne dépassent pas 3 cm. De 3 à 5 cm la surcharge sera
armée. Au dessus de 5 cm il sera exécuté un ouvrage de redressement en
maçonnerie.

Les enduits seront préparés suivant les prescriptions de l’article 122 du DGA.
Lorsque les cloisons rencontreront des bétons au même nu, lorsque les supports
seront douteux, et à la liaison entre murs ou cloisons, il sera posé un grillage
galvanisé à fines mailles de 20 mm recouvrant de 0,20 m minimum chaque matériaux
avant exécution des enduits.

Un soin tout particulier sera apporté à l’exécution des tableaux de baies et arêtes
au mortier riche, bien vives et bien droites, sans aucune épaufrure.

Après achèvement, les enduits intérieurs et extérieurs devront être homogènes,


d’un aspect régulier sans gerçures ni soufflures et en appliquant une règle de deux
mètres sur sa surface en tous sens, on ne devra pas remarquer ni bosses, ni creux de
plus de 3 mm.

L’épaisseur de l’enduit devra être au moins égale à 15 mm qui sera réalisée en


deux couches (dégrosse + finition). A la jonction des cadres de menuiserie métallique
avec l’enduit, il sera exécuté un joint en creux de 1 cm x 1 cm : au mortier riche,
parfaitement rectiligne, sans plus value au prix des enduits. Les prix comprendront
les raccordements aux plinthes ou revêtements après exécution de ces derniers,
toutes fournitures, mise en œuvre, joints en creux, grillages, échafaudage et toutes
sujétions d’arêtes, angles sortants ou rentrants, saillies arrondies, sujétions de retours
de tableaux et petites surfaces, etc

Article 62 – Menuiserie et ferronnerie

1 – Généralités

Les travaux de menuiserie comprennent les études de détail des ouvrages, la


fabrication en atelier, le transport, le stockage, le montage, et la distribution aux
différents niveaux, au fur et à mesure des besoins.

Les faux - cadres et cadres bois ou métalliques, les habillages par chambranles
ou champs métalliques pour calfeutrement, y font partie.

L’entrepreneur demeurera responsable de l’alignement et de l’aplomb de ses


menuiseries.

L’entrepreneur devra tous traitements et protections, il devra en outre, le


réglage de l’ajustage de ses menuiseries aux jeux prescrits.

L’entrepreneur devra prendre toutes dispositions pour le réglage de ses


huisseries ou cadres.

A O n° 45/2013/ABHBC 29/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


2 - Quincaillerie

Les objets de quincaillerie constituant les accessoires de menuiserie seront,


avant la pose, démontés, vérifiés et soigneusement graissés par l’entrepreneur, qui
devra s'assurer de leur parfait état de fonctionnement.

Tous les articles de quincaillerie seront posés avec le plus grand soin, les
entailles nécessaires auront les formes et les dimensions exactes de la serrure. Les vis
seront posées au moyen d'un tournevis et non pas par percussion.

Les serrures seront de première qualité, du type à encastrer et livrées avec trois
clés.

3 - Description générale des ouvrages métalliques

Toutes les menuiseries métalliques et ferronneries seront réalisées suivant les


prescriptions du DGA. Les dimensions dispositions et descriptions des ouvrages sont
indiquées par les plans et par les termes de la présente description. Ces matériaux
seront de première qualité.

La ferronnerie sera réalisée suivant les plans fournis par le MO avec des profils
angulaires, plats, tubes, profils pleins et profils creux de construction. Les
assemblages se feront en onglet par soudure électrique régulièrement chargé et
meulé en finition.

L’entrepreneur devra prévoir, à sa charge, la fixation des vitrages par des pare
closes en fer carré maintenues par des vis en laiton à tête fraisée ou par des pare
closes en forme de U éclipsées sur des Vis galvanisées à tête «goutte de suif».

Tous les ouvrages, et les quincailleries qui ne sont pas chromées, seront
parfaitement nettoyés et dégraissés, puis recevront en atelier une couche de peinture
antirouille.

Les menuiseries métalliques seront exécutées en matériaux de première qualité


en profilés laminés à chaud ou pliés à froid. Dans ce dernier cas, les épaisseurs des
tôles seront déterminées par la nature de l'ouvrage, ses dimensions et l'usage qui en
est prévu. Elles ne seront cependant pas inférieures à 20/10.

Les scellements devront faire l'objet d'une étude particulière pour tenir compte
des structures qui doivent recevoir des ferronneries et qu'il est rigoureusement
interdit de dégrader.

4 - Description particulière des menuiseries métalliques

Les métaux mis en œuvre seront travaillés avec le plus grand soin. Ils devront
répondre, d'une manière générale, aux conditions suivantes :

A O n° 45/2013/ABHBC 30/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


 les métaux non ferreux seront inoxydables ;
 les éléments de menuiserie devront être parfaitement étanches aux eaux
de pluie;
 ils seront aussi étanches que possible à l'air et à la poussière.

En général, les profilés seront assemblés aux angles par soudure électrique,
par rapprochement, sans apport. Ces assemblages seront ensuite meulés, limés et
rebouchés pour les rendre propres et nets. Les profilés seront parfaitement
constitués, sans bavures ni cavités.

Les profilés creux (profilés à froid) devront comporter des trous de ventilation
pour évacuer les eaux de condensation.

Les quincailleries seront choisies dans les marques assurant la bonne qualité et
la bonne présentation des éléments. Elles devront être soumises à l'approbation du
Maître d’Ouvrage avant la commande et figureront sur un tableau d'échantillon
déposé dans un bureau de chantier pendant toute la durée des travaux. Elles seront
nécessairement des modèles les plus récents. Ces quincailleries devront être très
complètes : serrures, verrous, loqueteaux, butées d'arrêt, amortisseurs, etc.

Les vitrages seront fixés par parcloses métalliques en U. fixées par vis en laiton
tête fraisée ou goutte de suif ou par taquets inoxydables. Il sera nécessaire de prévoir
les épaisseurs.

Les prix seront, calculés pour les éléments entièrement terminés, livrés, posés,
ajustés en ordre d'utilisation normale. Les articulations, pivots, serrures, etc. graissés.
Les garnitures en bois posées, polies, parfaitement propres.

Les clefs seront remises au représentant du MO à la réception des travaux sur


tableau avec étiquettes précisant la destination.

L’entrepreneur restera responsable de ses fournitures jusqu'à la réception de


l'ensemble des ouvrages. Les réceptions particulières n'interrompent pas la
responsabilité de l’entrepreneur une fois titulaire du maché quant aux risques de
dégradation ou de perte.

5 - Pose des menuiseries

La tolérance de pose (l’écart maximal acceptable entre la position réelle de


chacun des axes des menuiseries et leurs positions théoriques) est de 1 cm.

La tolérance en verticalité est de 2mm.

La tolérance en horizontalité est de :


 2 mm pour des dimensions < 1.5m ;
 3mm pour des dimensions >= 1.5m.

A O n° 45/2013/ABHBC 31/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Pour satisfaire aux critères d’étanchéité, l’entrepreneur doit la fourniture et la
mise en œuvre de joints en élastomère de 1ère catégorie entre les menuiseries et les
supports (gros œuvre et/ou pré cadre).

Les composants mis en oeuvre ne doivent pas présenter de trace de choc,


rayure, éraflure, épaufrure ou autres imperfections.

Article 63 – Electricité
1 – Généralités

Les travaux d’électricité comprennent :

 la fourniture et la mise en oeuvre de tous le matériel et matériaux nécessaires


aux ouvrages à réaliser.
 La mise au point des installations et l’instruction de l’utilisateur.
 La fourniture et la pose des plaques signalétique sur tous les circuits et
appareils
 Les traversées des ouvrages de maçonnerie. Tous les percements et les
rebouchages éventuels soigneusement soignés.
 Les saignées d’encastrement dans les maçonneries et cloisons, que
l’entrepreneur une fois titulaire du marché est tenu d’exécuter avant les
enduits.
 Tous les raccords divers résultant de la fixation des appareillages
 La protection antirouille des pièces et métaux ferreux.
 La mise à la terre des régimes des masses et du neutre.
o Le régime du neutre est du type schéma TT;
o Le régime des masses est du type séparé.

La protection des personnes doit être en stricte conformité avec les textes en
vigueur (Chapitre 6 de la N.N. CL 005).

La prise de terre des masses doit être constituée par un câble de cuivre nu de
28 mm2 minimum posé en fond de fouille, ceinturant l’ensemble de l'ouvrage et
remontant en boucle au droit du tableau divisionnaire.

L’entrepreneur une fois titulaire du marché doit s’assurer de la valeur exacte


de la prise de terre en place et, si nécessaire la compléter par piquets (battus ou fores)
de façon a obtenir une prise de terre générale ayant la résistance souhaitée.

2 - Choix et provenance du matériel

Tout le matériel (Sectionneurs, disjoncteurs, interrupteurs, prises de courant,


coupe circuit, hublot étanches, colonnes, coffret et appareils d’éclairage …) devra
être soumis, pour approbation, au MO. Les câbles proviendront des usines du Maroc
et seront de 1er choix. Tous les matériaux devront être de premiers choix « Legrand
ou équivalent ».

A O n° 45/2013/ABHBC 32/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Par le fait même du dépôt de son offre, l'entrepreneur sera réputé connaître
pour s'en être personnellement rendu compte, les ressources, des exploitations et
dépôt désignés, aucune réclamation ne sera recevable concernant le prix de revient à
pied d’œuvre de ces matériaux et matériels.

3- Conformité à la réglementation

Indépendamment des textes généraux cités aux prescriptions générales,


l’entrepreneur devra exécuter tous ses travaux conformément aux législatifs et
réglementaires marocains en vigueur durant la réalisation de ses travaux, soit en
particulier :
- L’arrête du Ministère des Travaux Publics et des communications n°350.67 du
15.07.67 NM CL 005 publié en annexe de cet arrêté.
- L’arrêté viziriel du 28 juin 1983 concernant la protection des travailleurs dans les
établissements qui mettent en oeuvre des courants électriques, modifié et complété
par les arrêtés du 4.4.40 - 20.7.45 et 28.12.51.21
- L’arrêté du Ministère des Travaux Publics n° 127.63 du 15 Mars 1963 et complété
par l’arrêté du 28.07.1963 concernant les conditions technique auxquelles doivent
satisfaire les distributions d’énergie électrique.
- Le décret du 1.12.1953 relatif à la protection de la radiodiffusion contre les parasites
industriels.
- La norme C 13.100 réglementant les installations de postes d’abonné intérieur et
raccordé au réseau de distribution de 2ème catégorie.
- La norme C 12.100 concernant la protection des travailleurs contre les courants
électriques.
- Toutes les publications de l’U.T.E actuellement en vigueur auxquelles les normes
NM CL 005 - C 13.100 et 12.100 font appel.
- Un cahier des charges D.T.I. n° 701.
Il ne sera admis aucun frais supplémentaire résultant des modifications imposées
pour rendre l’installation conforme aux exigences de la Régie Autonome de
Distribution à toute la réglementation précédente.

 Interrupteurs d'éclairage

Ils devront avoir un calibre de 10 A minimal et posséder des contacts en argent.


Ils seront obligatoirement à coupure omnipolaire pour les circuits polyphasés et les
circuits monophasés ayant une puissance supérieure à 100 W.
Pour les circuits lumière, ils pourront être unipolaires dans les conditions définies au
paragraphe 5.3 de la norme N.F.C 15.100.
Ils seront fixés par vis sur leurs boîtiers d’encastrement à l’exclusion de tout
système à griffe.

 Les circuits force

Ils seront tous à coupure ou unipolaire.

A O n° 45/2013/ABHBC 33/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Ils seront du type 5/10 A confort, avec prise de terre. Les socles devront
obligatoirement être fixés par vis à l'exécution de tout système à griffe.

 Fusibles

Tous les fusibles utilisés seront du type "calibre".


Les intensités nominales seront déterminées à partir du tableau 5 S de la norme
N.F.C 15-100, en fonction des sections des conducteurs.

 Disjoncteurs

Les types et calibres des disjoncteurs sont précisés dans la suite du descriptif
ou sur les schémas.
Les disjoncteurs différentiels seront du type 650 conforme à la norme C 62 -
410.
Les valeurs du courant de réglage seront choisies en fonction des indications
du tableau 5 S de la N.F.C 15 - 100.
Les disjoncteurs différentiels doivent avoir une sensibilité de 30 à 500 mA
suivant l’étude d’électricité.

 Appareils d'éclairage Incandescence

Les douilles des appareils d'éclairage placées dans les locaux de degré
d'humidité H2 et H3 (voir classification ci-après seront en porcelaine). Elles seront en
laiton pour les autres appareils.

Les types suivants seront utilisés :

 Vis-à-vis au-dessus.
 à baïonnette pour les lampes jusqu’à 150 W.

 Fluorescence

Ces appareils seront du type à starter sauf certains locaux à occupation


intermittente où ils pourront être à allumage instantané.
Dans les locaux techniques, il sera fait usage de tubage blanc supérieur.

 Tableaux général et secondaires

Les tableaux seront constitués sauf spécification contraire d'un coffret en tête
comprenant des ouvertures à la partie inférieure et à la partie supérieure, fermée, par
des plaques usinées sur le chantier pour le passage des canalisations.

Les entrées se feront par presse-étoupe pour les câbles et par des manchons
vissés pour les conduits.

Les coffrets seront fermés par des portes sur charnières et fermant à clef.

A O n° 45/2013/ABHBC 34/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Le matériel sera monté sur une latine en tôle ou en matière isolante à l'exclusion de
bois.

Le coffret comprend une barre de terre en cuivre nu et une barre de neutre en


cuivre nu pour le raccordement des conducteurs de neutre.

La masse de neutre sera montée sur support isolant.

Ces tableaux devront avoir une dimension telle qu'ils puissent recevoir 20 %
d'appareillage en plus.

Ils seront constitués par une armoire fermant à clé en tôle 20/10 ayant reçu deux
couches de peinture antirouille et deux couches peinture couleur au choix de du MO.

 Tubage téléphonique

Un tube ICD encastré dans les murs et cloisons à 35 cm du niveau du sol fini.
A chaque dérivation une boite à bornes de raccordement est prévue en
applique.

4 - Dérivations et connexions

Les épaisseurs entre conducteurs sont formellement interdites. Dans toutes


l’installations, les dérivations et connexions du conducteur neutre devront être
accessibles.

Les dérivations sont interdites sur les bornes des douilles de lampe à
incandescence.

Les connexions et dérivations seront exclusivement localisées dans les


tableaux et dans les boites de dérivations réservées à cet effet. Les connexions seront
réalisées par bornes isolées fixées sur les tableaux ou les boites de dérivation.

Les dérivations seront réalisées exclusivement une borne avec un maximum


de cinq conducteurs par borne et fixées dans les boîtiers d’encastrement. Elles
pourront être faites sur les bornes des appareils (repiquage) à condition que ceux-ci
soient revus à cet effet.

5- Conducteurs électriques

Les câbles ou conducteurs seront adaptés aux locaux dans lesquels ils seront
utilisés.

Les locaux sont classés en fonction des risques qu'ils présentent au


'Classification des locaux".

Tous les conducteurs ou câbles vinythènes ne seront pas admis sous enduit.

A O n° 45/2013/ABHBC 35/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Les lignes principales seront au câble U 1000 B 12 N.

Les câbles seront posés sur chemins de câbles chaque fois que possible ou
sinon encastrés sous conduits.

Ces conduits devront être isolants dans la traversée des locaux humides, tels
que salle et douche, lavabos collectifs cuisine, buanderie.

Les lignes secondaires seront :

 Dans les locaux présentant des risques de corrosion :


- Soit en câble B 12 N ou V.G.V
- Soit en conducteurs U 300 V posés sous conduits isolants.
 Dans ces locaux, le tube acier sera proscrit. Les chemins de câbles seront
galvanisés.
 Dans les locaux de degré d'humidité H 3
- Seuls seront admis les câbles B 12 N ou V.G.V, et les tubes aciers seront
proscrits.
- Si des conducteurs doivent être encastrés, ils le seront sous isolants.
 Dans les locaux de degré d'humidité H 2
- Les conducteurs pourront être U 500 V. mais utilisés sous conduits. Les
tubes acier proscrits.
 Dans les autres locaux :
Il sera utilisé des conducteurs U 500 V sous acier posé en apparent ou encastré,
suivant leur distribution.

Les conduits de pose :

Répondront en outre, aux prescriptions du chapitre 3 de la norme 15 - 100, en


particulier les tubes aciers devront être reliés au circuit de terre et devront s'arrêter
dans les boites ou droit du nu du plafond pour les sorties des points lumineux.

Canalisations sous conduits :

Les conduits devront être largement dimensionnés pour permettre le


remplacement facile des conducteurs.

Les conduits N.R.B devront être du type émaillé et les raccords filetés seront
montés à la céruse.

Les conduits isolants encastrés seront du type I.C.D.E répondant aux normes
C 68-100 et C 68 745.

Canalisation sur chemins de câbles :

Leurs dimensions seront prévues pour recevoir 1/3 de canalisation en plus de


celles prévues au descriptif.

A O n° 45/2013/ABHBC 36/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Elles seront constituées de dalles perforées après usinage. Les glissages auront
une longueur au moins égale à deux fois la largeur du chemin de câble considéré et
se fixeront sur les trois faces des dalles.

Les ferrures supports seront à prévoir tous les trois mètres à l'intérieur.

Canalisations souterraines :

Elles seront réalisées conformément aux indications du chapitre 3.35 de la


norme N.F.C 15.100.
Ces canalisations seront en câble U 1000 R 02 V dont la protection mécanique
sera assurée par une buse en béton de diamètre approprié. Si, plusieurs câbles
utilisent le même cheminement, ils devront être espacés de 0,20 m au moins.

6- Spécifications particulières

Les fouilles en tranchées ainsi que les fourreaux en polyéthylène et les regards
pour passage des câbles électriques seront pris en compte dans les canalisations
électriques.

Dans les traversées de routes et des ouvrages cimentés aux points de


croisement avec des conduites d’eau, égout, chauffage, etc.. Les câbles seront posés
dans des fourreaux d'un diamètre de 120 m au moins.

Ces fourreaux seront correctement jointoyés entre eux et bouchés à chaque


extrémité pour éviter les rentrées de terre etc...

Avant comblement des trachées, la position des câbles sera relevée avec soin et
reportées sur un plan côté qui sera remis au maître d’ouvrage lors de la livraison des
installations.

La profondeur minimale de fouille sera de 0,80 m du sol fini. Tous les câbles
enterrés seront d'une seule longueur. La tranchée ne pourra être réformée qu'après
vérification du MO.

Dans les parties hors sol le câble recevra une protection mécanique par
conduit M.R.B sur une hauteur minimale de 200.

Les traversées de parois seront réalisées conformément au paragraphe 4,


chapitre 3 de la norme NFC 15.100.

7 – Protection des personnes

De manière générale, les mesures de protection des personnes contre les


dangers présentés par les courants électriques seront réalisées conformément aux
indications du chapitre 6 de la norme NM 7-11 CL 005.

A O n° 45/2013/ABHBC 37/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Toutes les mesures devront être prises contre les contacts directs, en
particulier dans les tableaux électriques qui seront fermés à clé où tous les
conducteurs et câblages devront être isolés. Lorsqu’ils contiennent les fusibles à
cartouches, ces tableaux devront être équipée d’une pince isolante.
Si les interrupteurs sont incorporés à ces tableaux, leur manoeuvre devra se
faire tableau fermé.

Les mesures de protection contre les contacts directs seront d’un type A.1 (C.F
article 6.3-5.1 de la norme NM 7-11 CL 005). Le régime de neutre adopté sera du
neutre séparé.

8 – Réception des travaux

Il est rappelé que tous les plans et schémas concernant les postes de livraison
et de transformation sont à soumettre avant tout début d’exécution à l’accord du
distributeur d’énergie.

A la fin des travaux et après mise sous tension, la réception technique des
installations portera sur :

- Les niveaux d’éclairement ;


- Les sections des conducteurs ;
- Le calibrage des protections ;
- L’équilibrage des phases ;
- Le niveau d’isolement des installations ;
- Les mises à terre ;
- Les dispositions de protection des personnes.

Article 64– Peinture et vitrerie

Les travaux faisant l'objet du présent article comprennent :


- Les peintures vinyliques extérieures sur façades ;
- Les peintures vinyliques intérieures, sur murs et plafonds ;
- Les peintures glycérophtaliques sur menuiserie bois et ferronnerie.
- Les vitreries des châssis.

Tous les éléments à peindre seront, au préalable, préparés soigneusement par


brossage, égrenage poussé, rebouchage dans le matériau en préfabriqué.

Les travaux de peinture comprendront obligatoirement les phases suivantes :

 Apprêts, nettoyage des fonds, brûlage pour menuiseries bois, rebouchage,


impression, enduit général, …etc.
 La première couche de peinture.
 La deuxième couche de peinture après séchage parfait de la première.

A O n° 45/2013/ABHBC 38/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


 Le nettoyage parfait de toutes les pièces de quincaillerie. Tous les sols
devront être efficacement protégés afin de n’être pas tachés.

Chaque opération terminée pourra faire l’objet d’un constat, les deux couches de
peinture devront se différencier par une couche légère nuance de tonalité, la dernière
couche étant bien entendu au ton exact défini par le MO.

L’attention de l’entrepreneur est attirée sur le fait que la pose de quincailleries et


l’impression de menuiseries n’impliquent pas obligatoirement que cette impression
ne soit pas à refaire, l’impression faite avant pose des menuiseries étant simplement
destinée à protéger ces éléments pendant la durée des travaux.

Les travaux, tels que le nettoyage final des lieux, sont à la charge de
l’entrepreneur et devront être exécutés de façon parfaite, les sols en mosaïque, les
plinthes et le retour horizontal des plinthes devront être en lessives à plusieurs
reprises au savon noir de 1ère qualité, l’esprit de sol étant formellement interdit. Les
hauts et les bas de portes hors vues devront être peints, les serrures de portes
bloquées devront être nettoyées avec précautions à l’essence et huilées ainsi que
toutes les autres quincailleries, crémones, paumelles, etc. Toutes les paumelles ou
charnières perforées devront être huilées.

A O n° 45/2013/ABHBC 39/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Chapitre III : Description des ouvrages et des prix

Article 65– Description des ouvrages et des prix

1. GROS ŒUVRE :

PRIX N° 1.1 – FOUILLES EN PUITS ET EN TRANCHÉES

Fouilles en puits, trous, rigoles ou tranchées, de toutes dimensions et toutes


profondeurs ainsi que les décapages, en terrain de toute nature, y Compris toutes les
sujétions indiquées ci-dessus. Payé au mètre cube théorique sans majoration pour
foisonnement ou pour terrain rocheux.

Les fouilles de toutes natures seront descendues aux côtes reconnues et


acceptées par le maître d’ouvrage. Elles seront exécutées aux largeurs strictement
nécessaires. Aucun travail de béton ou de maçonnerie ne sera entrepris avant l'accord
du maître de l’ouvrage. Les prix de règlement comprennent toutes les sujétions,
étaiements, talutages, relèvements des terres, dessouchages, équipements, pompages
nécessaires de toutes natures et de tous débits qui pourraient être rencontrés lors des
terrassements. Toutes les précautions nécessaires seront prises contre les
éboulements pendant les terrassements, la protection des constructions voisines,
l’étaiement éventuel d'ouvrage mis à nu. Lorsque l'entrepreneur au cours de ses
travaux de fouilles rencontrera des canalisations d'eau, d’électricité, téléphone,
égouts, etc... il devra immédiatement en aviser le maître d’ouvrage qui interviendra
directement auprès des services concernés pour intervention urgente. Tous les objets
découverts par l'entrepreneur, lors de la réalisation des fouilles, resteront la propriété
du maître de l'ouvrage.

PRIX N° 1.2 – DÉMOLITION

Ce prix rémunère la démolition des ouvrages en maçonnerie, en agglos, en


béton armé ou non armé ou en éléments préfabriqués de toutes dimensions, y
Compris toutes les sujétions.

Payé au mètre cube théorique sans majoration pour foisonnement.

PRIX N° 1.3 –EVACUATION OU MISE EN REMBLAIS

Les terres et produits provenant des démolitions et des fouilles seront, ou bien
évacuées à la décharge publique, ou bien mises en remblais dans l’enceinte du
chantier. Les terres, autres que les terres végétales, mises en remblais seront purgées
de toute matière végétale, souche, ainsi que des éléments de calibre supérieur à 10
cm, elles devront être jugées réutilisables par le MO. La mise en remblais se fera par
couches successives de 20cm d’épaisseur, compris compactage au rouleau ou la
dame vibrante, arrosage abondant, chargement, transports et toutes manutentions de
terres.

A O n° 45/2013/ABHBC 40/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Les matériaux jugés utilisables par le Maître d’Ouvrage seront stockés dans un
endroit indiqué par lui sans plus value.

Payé au mètre cube théorique sans majoration pour foisonnement ou pour


mode d’emploi ou d’évacuation.

PRIX N° 1.4 – BETON BANCHÉ

Des dallages, des caniveaux, des formes, des formes sur hérisson et autres
ouvrages seront exécutés en béton banché dosé à 300 kg de ciment CPJ 45 par mètre
cube (béton n °2). Compris damage et toutes sujétions de mise en œuvre. Payé au
mètre cube sans majoration pour le coffrage des petites surfaces, l’ajout et le
façonnage d’armatures.

PRIX N° 1.5 – BETON POUR BETON ARMÉ

Des escaliers, des poteaux, des poutres, des dalles pleines, des voiles, des chapes
en haut de murs, des linteaux, des chapiteaux en haut de poteaux et autres ouvrages
seront exécutés en béton armé (béton n °3). Le prix de règlement comprend le
coffrage, les étais la mise en œuvre à toute profondeur et à toute hauteur, le vibrage,
le décoffrage et toutes sujétions de mise en œuvre. Les armatures ne sont pas
comprises dans le présent prix. Payé au mètre cube sans majoration pour le coffrage
des petites surfaces.

PRIX N° 1.6 – ACIER TOR POUR BETON ARME

Fourniture, façonnage, et mise en place d’armatures en acier Tor, réalisées


suivant plans de béton armé et indication du maître d’ouvrage. Compris cales en
ciment pour pose des armatures, barres de montage, et toutes sujétions. Le poids des
aciers pris en compte résulte du mètre théorique, selon plans d'exécution, compte
tenu des recouvrements chapeaux et crochets. Aucune majoration ne sera accordée
pour les chutes et fils de ligature. Les aciers TOR, entre autres, répondent aux
conditions exigées. Payé au kilogramme.

PRIX N° 1.7 – HERISSONAGE EN PIERRES SECHES DE 20 CM

Tous les sols sur terre-plein seront fondés sur un hérisson en pierres sèches en
calcaire dur de 20 cm d’épaisseur, réalisé après nivellement et damage du sol. Les
pierres seront posées à la main sur champ, la pointe en haut, et calées au marteau.
Les vides seront fermés avec de la pierre cassée. Le blocage sera damé
énergiquement et arrosé par la suite. Le plan d’hérissonage peut être horizontal
(palier d’escalier) ou incliné (rampe d’escalier).

L’emploi de tout-venant est absolument interdit.

Payé au mètre carré réellement exécuté, compris fournitures, main d'œuvre et


toutes sujétions sans majoration pour plan de blocage incliné.

A O n° 45/2013/ABHBC 41/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


PRIX N°1.8- MAÇONNERIE EN MOELLONS

Ce prix est applicable à la maçonnerie de moellons et de pierres durs hourdés


au mortier dosé à 350 kg de ciment par mètre cube pour aménagement divers tels
que extrémités d'ouvrages, reprise ou allongement d'ouvrages existants, murs de
soutènement, murs de fondations …. Les parements seront dressés de manière à ne
présenter aucune aspérité, et les joints soigneusement remplis au mortier. 30 % au
moins des blocs devront former boutisse. La maçonnerie apparente doit être
nettoyée, ragréée puis jointoyée en reprise sans plue value pour jointoiement.

Payé au mètre cube y compris toutes sujétions de taillage, nettoyage, ragréage,


jointoiement, fourniture et pose.

PRIX N° 1.9– ENDUIT AU MORTIER DE CIMENT

Enduit sur murs et plafonds y compris la fourniture et la pose de grillage


galvanisé aux jonctions du béton avec la maçonnerie, réalisé en trois couches :

 Passage d’une barbotine liquide afin d’améliorer l’accrochage après


imbibition correcte du support.
 Une couche de dégrossissage, de mortier dosé à 250 kg de ciment CPJ 35 et
150 kg de chaux hydraulique par mètre cube, parfaitement dressée de 1cm
d’épaisseur.
 Une couche de finition, au mortier dosé à 200 kg de ciment CPJ 35 et 100 kg
de chaux hydraulique, parfaitement dressée et talochée de 5 mm
d’épaisseur.

Le tout parfaitement dressé, y compris arrêtes, embrasures saillies, petites


surfaces et toutes sujétions.

Ce prix comprend l’enlèvement des anciens enduits dégradés dans certains


endroits indiqués par le Maître d’Ouvrage.

Payé au mètre carré, tous vides déduits, sans plus-value pour petites parties ou
faibles largeurs.

PRIX N° 1.10 – CONFECTION D'UNE STÈLE D'INAUGURATION

Ce prix rémunère la construction et la finition d'une stèle d'inauguration du


barrage El Malleh similaire à celle existante au niveau du barrage Sidi Mohamed Ben
Abdellah conformément aux plans joint.

Ouvrage payé à l’unité d'ensemble y compris gros œuvre, revêtement au


marbre de premier choix, tous travaux de finition et toutes sujétions de fourniture et
de pose.

A O n° 45/2013/ABHBC 42/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


PRIX N° 1.11 – TRAITEMENT DES FISSURES

Ce prix rémunère le traitement des fissures des murs et des ouvrages en


maçonnerie ou en béton.

Pour les fissures profondes, il sera procédé à la création d’une saignée de 40 cm,
de largeur 20cm de part et d’autre de la fissure concernée, grattage des enduits
jusqu’à mettre en évidence la fissure, réalisation des agrafes en acier T6 espacés tout
les 20cm plus un grillage para fissure maille 2 cm sur toute la largeur créée (40cm), le
remplissage de l’ensemble par un enduit hydrofuge et du filasse ou de la toile et
toutes sujétions nécessaires. Pour les fissures au niveau des contacts maçonnerie -
béton armé, il faut prévoir l’accrochage des agrafes aux armatures longitudinales des
linteaux.

Ce prix comprend également le dressage et l’enduit de finition des fissures.

Ouvrage payé au mètre linéaire, y compris toutes fournitures et sujétions


d’exécution.

2. MENUISERIE BOIS ET METALLIQUE :

PRIX N° 2.1 – PORTES METALLIQUES

Fourniture et pose de portes métalliques de toutes dimensions à un ou deux


ventaux ouvrant à la française exécutées en fer forgé à motif décoratif et verre armé
avec un soubassement en tôle d’acier de 3 mm. L’ensemble est exécuté selon les
règles de l’art et à faire approuver par le Maître d’Ouvrage.

DORMANT : Le cadre dormant sera réalisé en fer cornière de 40x40x4mm


soudés aux angles avec toutes pattes à scellement nécessaires.

OUVRANT : Les montants, les traverses et les traverses médianes seront en fer
rectangulaire avec une section minimale de 70x40 de 4 mm d’épaisseur.
Les panneaux seront réalisés en tôle d’acier de 3mm en soubassement et en
verre armé protégés par des motifs de fer forgé dans la partie supérieure des portes.

VITRAGE: Verre armé de 6 mm maintenu par 2 joints en EPDM et une parclose


clippée d’une hauteur minimum de 21mm (fond de feuillure). Les parcloses doivent
obligatoirement être du côté intérieur de la construction.

QUINCAILLERIE :
 Serrure à mortaiser de sûreté à canon type Bricard ou similaire ;
 Un ensemble béquille et entrées au choix du M.O ;
 3 paumelles à souder de 190 série extra fort par vantail.

A O n° 45/2013/ABHBC 43/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Réalisation en profilés creux de construction compris couvre-joints, pattes à
scellement, visserie, butoirs en caoutchouc et toutes sujétions de fourniture et pose.

Ce même prix rémunère au mètre carré la fourniture et la pose de portes et des


fenêtres métalliques pleines de toutes dimensions à un ou deux ventaux ouvrant à la
française exécutées en tôle d’acier de 3 mm.

Payé au mètre carré mesuré hors cadre dormant.

PRIX N° 2.2 – GRILLES DE PROTECTION

Fourniture et pose de grilles de protection de fenêtre de toutes dimensions


comprenant encadrement en fer plat avec éventuellement motifs décoratifs compris
pattes à scellement tous les 30 centimètres, tous accessoires et toutes sujétions. Un
échantillon est à faire approuver par le Maître d’Ouvrage.

 Cadre et pattes à scellement en fer plat de 3 cm x 5mm.


 Montants verticaux et horizontaux en fer carré de 15 x 15mm.
 Protection antirouille et peinture glycérophtalique laquée.

Ouvrage payé au mètre carré y compris peinture et toutes sujétions.

PRIX N° 2.3- GRILLAGE GALVANISÉ

Ce prix rémunère au mètre linéaire la fourniture et la pose d’un grillage en acier


galvanisé de 1,50 mètres de hauteur, de maille carré 50x50mm à double torsion de fil
de fer galvanisé de 3 mm d’épaisseur sur clôtures et aux endroits désignés par le
Maître d’Ouvrage.

Ouvrage payé au mètre linéaire y compris trois fils tendeurs galvanisés de 3 mm


d’épaisseur, montage, scellement et toutes sujétions de fixation par agrafes et fils
galvanisés.

PRIX N° 2.4 – PANNEAU DE SIGNALISATION

Fourniture et pose de panneaux circulaires rétro-réfléchissants de signalisation


en tôles électrozinguées 15/10, d’interdiction de natation, pêche, prises de photos,
stationnement…

Ces panneaux auront un diamètre minimal de 70 cm et auront des bords


bombés d’au moins 3 cm.

Payé à l'unité y compris toutes accessoires de fixation et de mise en œuvre.

A O n° 45/2013/ABHBC 44/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


PRIX N° 2.5 – SUPPORT POUR PANNEAU DE SIGNALISATION

Fourniture et pose de supports pour panneaux de signalisation de type UPN


galvanisé de 3 m de longueur.

Ce prix ne comprend pas les fouilles et le béton nécessaire pour la fixation.

Payé à l’unité y compris toutes sujétions de fixation et de pose.

PRIX N° 2.6- CHANGEMENT DU TOIT DU LOCAL EN PREFABRIQUÉ

Ce prix rémunère la fourniture et la pose d’un nouveau toit en tôle galvanisée


sur la face extérieure et en contre-plaqué pour le faux-plafond sur la face intérieure
du local d’habitation désigné par le maître d’ouvrage au niveau barrage El Malleh.
Ce prix comprend la dépose de la tôle et du contre-plaqué de l'ancien toit et le
traitement adéquat de la structure porteuse en bois et le changement de certains
éléments dégradés de cette structure.

Ouvrage payé au mètre carré couvert y compris toutes fournitures et sujétions


d’étanchéité et de fixation.

PRIX N° 2.7 – FOURNITURE ET POSE D'UN MAT GALVANISE AVEC DRAPEAU

Ce prix rémunère la fourniture et fixation d’un mat de 3 m de hauteur de 40


mm de diamètre y compris le drapeau national en tissu de premier choix et de taille
moyenne (1,00x1,50m) et corde de nylon.

Ouvrage payé à l’unité.

3. ELECTRICITE – LUSTRERIE :

PRIX N° 3.1- REMISE À NIVEAU DE L’ÉLECTRICITE DES LOCAUX DU BARRAGE EL


MALLEH

Ce prix rémunère la remise à niveau de l’électricité des locaux administratifs et


du local d'habitation du barrage El Malleh y compris deux tableaux de protection
coupe circuit contenant un disjoncteur général et des disjoncteurs
magnétothermiques bipolaires adéquats, câbles de distribution avec goulottes ou
fourreaux, potelets, foyers lumineux, prises de courant, piquet et câble de mise à la
terre et tous accessoires et travaux nécessaires pour la fixation et le branchement et le
bon fonctionnement de l’installation conformément aux règles de l’art.

Ouvrage payé à l’unité d'ensemble.

A O n° 45/2013/ABHBC 45/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


4. PEINTURTE :

PRIX N° 4.1 – PEINTURE VINYLLIQUE

Sur murs et plafonds intérieurs et sur murs extérieurs. Peinture comprenant :

 Egrenage, grattage, ponçage, et dépoussiérage des supports.


 Une couche d’impression Fixfond.
 deux couches d’enduit de finition Marbrite.
 Ponçage de l’enduit puis époussetage.
 Une couche intermédiaire de Glycéromat dilué à 5 % de White spirite.
 Une couche de finition de Glycéromat sans dilution.
Délais de séchage : enduit 24 H, peintures 4 H.

Coloris à approuver par le Maître d’Ouvrage.

Payé au mètre carré sans plue value pour les petites surfaces.

PRIX N° 4.2 – PEINTURE GLYCEROPHTALIQUE LAQUÉE

Pour menuiseries bois et métalliques. Peinture comprenant :

 Brûlage des nœuds et ponçage très soigné.


 Application d’une couche antirouille sur toutes les pièces métalliques devant
être peintes.
 Une couche d’impression Bicolore dilué à 10 % de White spirite.
 Ponçage à sec et brossage.
 Une couche d’impression de Latex dilué à 10 % d’eau.
 Une sous-couche glycérophtalique sou mail pur.
 Une couche de finition Norlac sans dilution.

Il est à prévoir une couche primaire antirouille de Minium de Plomb Q.S pour la
menuiserie métallique (portes métalliques, grilles de protection..).

Délais de séchage entre couche : 4 heures.

Payé au mètre carré sans plue value pour les petites surfaces.

PRIX N° 4.3 – BADIGEON A LA CHAUX

Sur terrasses des locaux administratifs du barrage El Malleh il sera appliqué 3


couches de chaux alunée.

Payé au mètre carré.

PRIX N° 4.4 – PEINTURE SPÉCIALE SUR ÉLÉMENTS GALVANISÉS

A O n° 45/2013/ABHBC 46/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Ce prix rémunère au mètre linéaire l'application en double couche d'une
peinture spéciale sur les éléments galvanisés au niveau de la crête du barrage El
Malleh tels que les poteaux d'éclairage et les garde-corps.
Le mètre linéaire de peinture comptabilisé pour les garde-corps est le mètre
linéaire de garde corps et non pas des traverses et montants le constituant.

5. DRAINAGE :

PRIX N° 5.1 : CLAPET ANTI-RETOUR :

Ce prix rémunère à l'unité la fourniture et la pose d'un clapet sandwich double


battant en fonte DN 80mm PN16 y compris manchette de sortie de la pompe,
adapteur à l'orifice, boulonnerie cadmier et toutes sujétions.

PRIX N° 5.2 : CONDUITE EN ACIER GALVANISÉ :

Ce prix rémunère au mètre linéaire la fourniture et la pose d'une conduite à


brides en acier galvanisé DN 80mm y compris étanchéité entre éléments,
boulonnerie cadmier, fixation sur voiles par colliers et toutes sujétions.

PRIX N° 5.3 : CONDUITE EN PVC :

Ce prix rémunère au mètre linéaire la fourniture et la pose d'une conduite en


PVC ou en PEHD de diamètre 90mm PN16 y compris étanchéité entre éléments,
fixation sur voiles par colliers et toutes sujétions.

PRIX N° 5.4 : COUDE BRIDÉ EN ACIER GALVANISÉ :

Ce prix rémunère à l'unité la fourniture et la pose d'un coude bridé en acier


galvanisé DN 80mm PN16 y compris étanchéité, boulonnerie cadmier et toutes
sujétions.

PRIX N° 5.5 : BRIDÉ MAJOR:

Ce prix rémunère à l'unité la fourniture et la pose d'une bride major de


raccordement en fonte ductile DN 80mm PN16 y compris étanchéité, boulonnerie
cadmier, peinture époxy et toutes sujétions.

A O n° 45/2013/ABHBC 47/52 Cahier des Prescriptions Spéciales


Chapitre IV : Bordereau des prix- détail estimatif

Article 66 – Bordereau des prix – détail estimatif


N° des Prix unitaire en DH (hors TVA) Montant
Désignation des prestations Unité Qtité
prix En chiffre En lettre (DH)
1- GROS ŒUVRE
1.1 Fouilles en puits et en tranchées m3 100
1.2 Démolition m3 100
1.3 Evacuation ou mise en remblais m3 200
1.4 Béton banché m3 20
1.5 Béton pour béton armé m3 20
1.6 Acier TOR pour béton armé Kg 2000
1.7 Hérissonnage en pierres sèches de 20 CM m2 200
1.8 Maçonnerie en moellons m3 50
1.9 Enduit au mortier de ciment m2 200
1.10 Confection d'une stèle d'inauguration U 1
1.11 Traitement des fissures Ml 30
Total gros œuvre
2- MENUISERIE BOIS ET METALLIQUE
2.1 Portes métalliques m2 20
2.2 Grilles de protection m2 10
2.3 Grillage galvanisé Ml 80
2.4 Panneau de signalisation U 10
2.5 Support pour panneau de signalisation U 10
2.6 Changement du toit de local préfabriqué m2 80
Fourniture et pose d’un mât galvanisé avec U
2.7 1
drapeau
Total menuiserie

A O n° 34/2013/ABHBC 48 /52 Cahier des Prescriptions Spéciales


3- ELECTRICITE-LUSTRERIE
Remise à niveau de l'électricité des locaux du
3.1 U 1
barrage El Malleh
Total électricité - lustrerie
4- PEINTURE
4.1 Peinture vinylique M2 1000
4.2 Peinture glycérophtalique laquée M2 100
4.3 Badigeon à la chaux M2 100
4.4 Peinture spéciale sur éléments galvanisés Ml 300
Total peinture
5- DRAINAGE
5.1 Clapet anti-retour U 1
5.2 Conduite en acier galvanisée ml 6
5.3 Conduite en en PVC ml 60
5.4 Coude bridé en acier galvanisé U 2
5.5 Bride major U 2
Total drainage
TOTAL (H.T)
TAUX TVA (20 %)
TOTAL (T.T.C)

Arrêté le présent bordereau des prix formant détail estimatif à la somme de :……………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………….……….( toutes taxes comprises).

A O n° 34/2013/ABHBC 49 /52 Cahier des Prescriptions Spéciales


ANNEXES :

 Stèle d'inauguration

A O n° 34/2013/ABHBC 50 /52 Cahier des Prescriptions Spéciales


A O n° 34/2013/ABHBC 51 /52 Cahier des Prescriptions Spéciales
A O n° 34/2013/ABHBC 52 /52 Cahier des Prescriptions Spéciales