You are on page 1of 71

Gouvernance et Politiques Publiques pour un Développement Humain Durable

Programme PNUD MAG/97/007 – DAP1

159, rue Damantsoa – Ankorahotra


B.P 1348 – Antananarivo 101
Tél : 22 293 01
Fax : 22 384 57
E-mail : dap1@wanadoo.mg

ETUDE SUR LE RENFORCEMENT


DU SYSTEME REGIONAL
D'INFORMATIONS STATISTIQUES
A MADAGASCAR

Février 2005
TABLE DES MATIERES

Introduction........................................................................................................................................4
1. Diagnostic du Système Régional d'Informations Statistiques....................................................5
1.1. Cadre global de l’étude .............................................................................................................5
1.1.1. Justification de l’étude .......................................................................................................5
1.1.2. Méthodologie .....................................................................................................................5
1.2. L'organisation générale .............................................................................................................6
1.2.1. L'organisation administrative à Madagascar (cadre juridique et institutionnel)................6
1.2.2. L’organisation statistique à Madagascar............................................................................8
1.2.3. La disponibilité et l’accessibilité des données .................................................................10
1.3. Etat des lieux des systèmes d’informations régionales...........................................................11
2. Analyse du système statistique de quelques pays......................................................................19
2.1. France......................................................................................................................................19
2.1.1. Missions : .........................................................................................................................19
2.1.2. Organisation :...................................................................................................................19
2.1.3. Décentralisation et statistique : ........................................................................................20
2.1.4. Missions des directions régionales...................................................................................20
2.1.5. Cinq caractéristiques du SSP français..............................................................................20
2.2. Autres pays..............................................................................................................................21
2.2.1. Grande Bretagne ..............................................................................................................21
2.2.2. Italie .................................................................................................................................22
2.2.3. Canada..............................................................................................................................24
2.3. Comparaison internationale ....................................................................................................25
3. Proposition de système statistique pour Madagascar...............................................................28
3.1. Forces et faiblesses du système actuel ....................................................................................28
3.1.1. Les points forts.................................................................................................................28
3.1.2. Les points faibles .............................................................................................................28
3.2. Les contraintes à considérer....................................................................................................32
3.3. Proposition de système............................................................................................................33
3.3.1.Les invariants de l’organisation ........................................................................................33
3.3.2. Proposition de Système national......................................................................................34
3.3.3. Proposition de Système régional......................................................................................39
3.3.4. Mise en œuvre des réformes ............................................................................................43
4. Recommandations........................................................................................................................45

2
Conclusion ........................................................................................................................................48
Bibliographies...................................................................................................................................49
Annexes .............................................................................................................................................50
Annexe 1. Code de déontologie statistique....................................................................................51
Annexe 2. Programme statistique minimum commun (PROSMIC) -AFRISTAT ........................54
Annexe 3. Les quatre dimensions du système général de diffusion des données (SGDD) - FMI.57
Annexe 4. Budget d'investissement IPPTE et effectifs de l'INSTAT............................................58
Annexe 5. Attributions du Maire et domaines de compétence de la région ..................................59
Annexe 6. Une grille d'analyse du système statistique ..................................................................60
Annexe 7. Les invariants de l'organisation arrêtés à l'étape III de l’élaboration d’un schéma
directeur de la statistique................................................................................................................63
Annexe 8. La loi relative au système national de la statistique de la Tunisie directeur de la
statistique .......................................................................................................................................66
Annexe 9. Afristat ..........................................................................................................................69

3
Introduction

Pour répondre à la mauvaise gestion de l'Etat centralisé et pour mieux asseoir le développement économique,
on assiste depuis les années 90 à la mise en place progressive de la décentralisation à Madagascar. On a ainsi
transféré certains pouvoirs et missions du gouvernement central au niveau des provinces, des communes et
récemment des régions. Ces nouvelles structures sont confrontées à différentes contraintes et problèmes pour
atteindre leurs objectifs. Par exemple, pour pouvoir élaborer des stratégies de développement de ses régions,
ces structures décentralisées doivent disposer d'une appréciation fiable et chiffrée, c'est-à-dire des
informations statistiques, sur l'état de leur économie, de la population, d'identifier ses potentialités et ses
handicaps…

Un système d'informations statistiques (SIS) est l’ensemble des intervenants qui contribuent à la collecte, au
traitement, à l’analyse, à la publication, à la diffusion et à l’utilisation du produit statistique. Il implique des
partenaires diversifiés jouant des rôles multiples pouvant être résumés par : fournisseur, producteur et
utilisateur de l’information statistique. Ses composantes peuvent être classées en trois catégories à savoir les
fournisseurs primaires de l’information, l’appareil statistique constitué des producteurs et des structures de
coordination du système, et les autres partenaires essentiellement constitués d’utilisateurs et de bailleurs de
fonds.

L’appareil statistique comprend comme principaux producteurs : l’Institut National de la Statistique


(INSTAT à Madagascar, INS dans les pays africains, INSEE en France…), les ministères techniques et les
autres producteurs dont le nombre et l’importance de la production dépendent des pays (Banque Centrale,
chambres consulaires, collectivités locales, organisations socioprofessionnelles). En général, il existe deux
organes de coordination du système statistique : l’INS et une structure de concertation (CCISE à
Madagascar, CNIS en France) plus large qui décide ou oriente les décisions en matière statistique.
L'organisation du SIS dépend des systèmes économique et politique (administrative) du pays.

La démarche adoptée dans cette étude est basée sur la comparaison des systèmes existants dans divers pays
étant donné que la structure de concertation du SIS n'existe que sur papier à Madagascar, ce qui nous laisse
une certaine liberté dans le choix du mode de coordination à mettre en place partant des expériences des
autres pays. Néanmoins, vu le délai imparti pour la réalisation de l'étude, il n'a pas été possible de faire cette
comparaison de systèmes statistiques que sur un nombre restreint de pays considérés comme plus ou moins
en avance en matière de statistique.

Cette étude qui a pour objectif de renforcer le Système Régional (ou provincial) d'Informations Statistiques
(SRIS) à Madagascar va essayer donc dans un premier temps de faire un diagnostic du système existant afin
de dégager ses forces et faiblesses. Et en s'inspirant des expériences des pays développés, on avancera dans
un deuxième temps un système statistique régional, toute proportion gardée, qui pourrait être mis en place à
Madagascar.

Enfin, cette étude intervient dans le cadre du Programme PNUD MAG/97/007 – DAP1. Elle a été effectuée
par RAKOTOMALALA Andriamampianina en collaboration avec Madame Julia Rachel RAVELOSOA.

4
1. Diagnostic du Système Régional d'Informations Statistiques

Un Système Régional d'Informations Statistiques est constitué à la fois par l'ensemble des producteurs, des
utilisateurs des informations statistiques et les informations statistiques d'une région donnée. Réaliser un
diagnostic du système revient donc à faire un état des lieux des différentes composantes du système à savoir :
les producteurs d'informations statistiques, les utilisateurs, les informations produites et leurs accessibilités,
les circuits et la circulation des informations, la collaboration entre les différentes entités.

Dans le cadre de cette étude, sans avoir la prétention d’être exhaustive dans la présentation des réalités et
perspectives du système statistique à Madagascar (voir par exemple en annexe 11 une grille d'analyse d’un
système statistique), on s'attache à mettre en lumière quelques aspects du système de manière à comprendre
toute l'importance des informations statistiques dans le développement d’un pays.

1.1. Cadre global de l’étude

1.1.1. Justification de l’étude

La réalisation d’une étude sur le renforcement du système régional des informations statistiques pourrait être
justifiée entres autres par :

- L'insatisfaction des demandes d’informations chiffrées. En effet, nombreux sont ceux qui éprouvent de
difficultés pour trouver des informations statistiques que ce soit au niveau national ou au niveau régional. Si
on arrive à en trouver, la qualité et la fiabilité des données font hésiter les utilisateurs. Les données produites
par des institutions spécialisées remontent à plusieurs années quand elles existent et leurs publications ne
sont pas régulières.

- La généralisation de l'utilisation des statistiques pour le pilotage d’une entité aussi bien dans le secteur
privé que dans le secteur public. Avec l'avènement de la mondialisation, la globalisation de la notion de
bonne gouvernance implique la rationalisation de la gestion publique. La planification quantitative des
activités, un instrument répandu dans les pays développés, donne plus d'importance aux informations
statistiques dans le processus de prise de décision.

- La transition d’une gestion centralisée vers une gestion de proximité. Pour répondre à la mauvaise gestion
centralisée de l'Etat et pour tenir compte des aspirations locales afin de mieux protéger l'environnement tout
en réduisant la pauvreté, Madagascar a été subdivisé en 18 zones agro-écologiques (GTDR) en 2001. Suite à
l'échec de la mise en place des provinces autonomes (crise 2002), on a créé 22 régions issues de ces 18
GTDR en 2004 pour faire participer davantage la population dans le développement économique de sa
région.

Par ailleurs, en observant les domaines de compétence des régions récemment créées, on constate un énorme
besoin théorique en informations statistiques des responsables régionaux (voir annexe).

1.1.2. Méthodologie

La première étape de l'étude consiste à faire un diagnostic du système statistique régional en dégageant ses
forces et faiblesses. Pour cela, des investigations ont été réalisées directement dans quelques ministères clés
(intérieur et décentralisation, vice primature chargé des transports, industrialisation et commerce, santé,
agriculture, éducation) pour évaluer :
- l'existence de la fonction statistique ou d'un système d'information au sein du ministère
- l'organisation et l'existence des informations statistiques au niveau régional
- la modalité d'accès aux informations statistiques
- la qualité des informations existantes

5
La deuxième étape concerne la proposition d'amélioration du système. Etant donné que la mise en place des
régions n'est qu'à ses débuts, les recommandations sont surtout basées sur les expériences acquises dans les
autres pays étrangers aussi bien développés qu‘en voie de développement. Les aspects institutionnel,
organisationnel, technique et fonctionnel sont pris en considération.

A l’instar de nombreux pays en voie de développement, le système d'informations statistiques à Madagascar,


hérité de la colonisation, résulte en grande partie de l'organisation administrative du pays. Pour mieux
comprendre les relations entres les différentes composantes du système, il s’avère utile de voir les
organisations administratives en vigueur aux niveaux national et régional. Etant attendu que pour ce dernier,
elles ne sont pas encore mises en place entièrement.

1.2. L'organisation générale

La décentralisation est une notion complexe, c’est un mode d’organisation qui instaure une délégation
d’autorité d’un niveau central vers un niveau décentralisé. C’est un concept qui peut se transposer sur toutes
structures où des décisions se prennent et s’appliquent : l’Etat, les collectivités ou encore l’entreprise.

Dans ce domaine, deux concepts sont souvent utilisés à savoir: la déconcentration et la décentralisation.

- Les services décentralisés sont constitués des services des collectivités décentralisées comme la
commune (mairie), la province (délégation spéciale) et la région. Ces collectivités publiques
territoriales sont juridiquement et politiquement autonomes en matière de budget et de gestion. La
décentralisation vise à laisser la hiérarchie inférieure, voire certains services du même niveau, libre
quant au choix des moyens à employer pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée en application
de la stratégie de l’organisation.

- Les services déconcentrés sont par contre des services techniques qui représentent sur le terrain les
ministères techniques centraux, et dont les fonctions décisionnelles sont limitées à leurs
circonscriptions,. Par exemple, le ministère de l'Education est représenté par les DIRESEB au niveau
des provinces, et par les CISCO au niveau des districts. Il s’agit d’une responsabilité déléguée où
l’opérationnel est contrôlé tant au niveau du résultat que des moyens employés.

Ainsi la décentralisation rend les acteurs véritablement autonomes et le contrôle n’intervient qu’au niveau de
l’atteinte des objectifs stratégiques, contrairement à la déconcentration qui contrôle les actions et procédures
mises en place.

La décentralisation n'est pas uniquement géographique, elle peut être aussi sectorielle. Suivant les pays, la
fonction de statistique peut être décentralisée ou non au niveau des ministères. De telle structure rend en
général le système statistique régional dépendant de l'organisation administrative du pays.

1.2.1. L'organisation administrative à Madagascar (cadre juridique et institutionnel)

L’organisation administrative, en cours de mutation actuellement, a changé plus d’une fois à Madagascar
depuis son indépendance. Organisation centralisée en générale, on assiste progressivement à la
décentralisation effective du système depuis les années 90.

Bien que l'organisation administrative à Madagascar comporte plusieurs niveaux, beaucoup de fonctions
administratives restent centralisées. La planification, la gestion du personnel et la budgétisation continuent à
être réalisées au niveau central.

6
Tableau 1. Organisation administrative à Madagascar

Niveau Collectivité Administration Statut et compétences


décentralisée déconcentrée
Centre Ministère de la Ministère de -Le Ministère de l`intérieur est responsable de l'administration
Décentralisation l'intérieur, déconcentrée et de la sécurité publique.
Ministère
d'exécution -Le Secrétariat d'Etat à la Décentralisation est rattaché au
Ministère de l'intérieur et est responsable de la mise en oeuvre
et du suivi de la politique de décentralisation.

-Les Ministères d'exécution ont la charge de la mise en oeuvre


des politiques sectorielles et des prestations de services
déconcentrées.

6 provinces Conseil Président de la - Les Conseils provinciaux ont été élus en décembre 2000, les
provincial, Délégation spéciale gouverneurs en juin 2001. Leurs responsabilités doivent être
Gouverneur (PDS) déterminées par la Conférence interprovinciale.
(supprimé depuis (précédemment - Depuis la crise de 2002 et le changement de gouvernement
juillet 2002) Délégué général du qui en a résulté, les institutions décentralisées de la province
Gouvernement, ont été supprimées. Le futur rôle des provinces autonomes reste
DGG) incertain.
22 Conseils Préfet (remplacé - Les régions sont à la fois des Collectivités Territoriales
régions régionaux, Chef par le chef de Décentralisées et des circonscriptions administratives.
de région région) - Le Chef de Région est le premier responsable de la stratégie et
de la mise en œuvre de toutes les actions de développement
économique et social de sa région.
111 Districts Supprimé Sous-préfet - Circonscription électorale pour les législatives
(anciens Comité local de développement (CLD) - Circonscription scolaire (CISCO) et sanitaire (SSD)
cantons) présidé par le député de district et par le - Le Sous- préfet assure le contrôle de la légalité
sous-préfet - Le CLD doit rassembler tous les services déconcentrés du
district et les maires. Il décide de l'allocation des transferts de
l'Etat destinés aux investissements dans les communes
1392 Conseil Délégué - 1347 communes rurales et 45 urbaines élisent leurs maires
Communes Municipal, Maire administratif depuis novembre 1995 pour des mandats de 4 ans; quelques
d'arrondissement unes des plus grandes communes urbaines constituent un
(DAA) district à elles seules.
- L'administration déconcentrée est représentée par le DAA,
nommé par le sous - préfet. Il assure les fonctions exécutives
des communes, comme la collecte de certaines recettes.
16 000 Président de Fokontany (PdF) - Les Fokontany étaient des collectivités décentralisées sous la
villages Seconde République. Ils sont subdivisés en environ 40.000
(fokontany) Fokonolona. Le statut des FKT et FKL reste incertain dans
l'administration décentralisée et déconcentrée
- Les Fokontany ou Fokonolona (i) maintiennent la sécurité
publique et appliquent les lois officielles et coutumières (ii)
soutiennent les campagnes sanitaires et éducatives et (iii) aident
les communes à suivre à suivre la population du
village et gèrent l'état civil.
Source : Basée sur l’étude : Décentralisation à Madagascar, Banque Mondiale 2004 et la loi n°2004-001 du 11 juin
relative aux régions

Dans la pratique, les services déconcentrés et les services décentralisés collaborent pour la réalisation des
objectifs régionaux. La répartition des tâches entre les deux types de service n’est pas toujours claire surtout
au niveau régional car les collectivités décentralisées ont aussi autorité sur les fonctionnaires des services
déconcentrés (voir l’exemple de l’Organigramme de la Délégation Spéciale des Faritany). En raison de ce
flou, certains services décentralisés veulent effectuer les tâches dévolues aux services déconcentrés (c'est par
exemple le cas des suivis et évaluations des projets à vocation régionale).

7
Figure 1. Organigramme de la Délégation spéciale du Faritany de Toliara
(structure avant la mise en place des Régions)

DELEGATION SPECIALE DU FARITANY

Organe délibérant Organe exécutif

Président
BUREAU
PERMANENT Cabinet
-Président
-Vice-Président
2° Vice-Président 1° Vice-Président

MEMBRES SECRETARIAT GENERAL


DELEGATION DIRECTION
SPECIALE ADMINISTRATIVE ET Service Provincial de
FINANCIERE Services Techniques
l'Administration du
Provinciaux
Territoire
DIRECTION DE LA
COORDINATION ET Services Techniques
SUIVI/EVALUATION DES P/P PREFECTURE
Economie Niveau Préfecture
DIRECTION DE LA Fonctionnement
PLANIFICATION ET DE LA machine
Services Techniques
administrative SOUS-PREFECTURE
PROMOTION DU DEV. REG. Niveau Sous-Préfecture

DIRECTION DU SYSTEME COMMUNES ARRONDISSEMENT Services Techniques


D'INFORMATION DE LA DS (CTD) ADMINISTRATIF Niveau Arr. Administratif

CHEFS QUARTIERS Services Techniques


Niveau Fokontany

COLLECTIVITES TERRITORIALES DECENTRALISEES SERVICES TECHNIQUES

Source : Délégation Spéciale Toliara

1.2.2. L’organisation statistique à Madagascar

Selon son statut, l’INSTAT ou l’Institut National de la Statistique a pour mission de concevoir et de
coordonner la mise en œuvre de la politique nationale en matière de statistique et de ses champs
d’application dans les domaines économique, démographique et social ainsi que de l’appui scientifique et
technique à la gestion de l’économie nationale. Il est également le dépositaire et le gestionnaire des
nomenclatures des statistiques officielles de Madagascar.

Les opérations statistiques publiques sont régies par la loi sur les obligations et le secret statistique de 1968.
La coordination des Informations statistiques, dont le secrétariat est assuré par l’INSTAT, existe
théoriquement par la création du CCISE en 1989 (Comité de Coordination des Informations Statistiques et
Economiques). Ses missions consistent à :

- définir les besoins de la République Démocratique de Madagascar en matière d’Informations Statistique et


économique et d’en établir les priorités;
- assurer la coordination des différents programmes d’enquêtes et études statistiques et d’en contrôler
l’exécution et la réalisation;
- intervenir dans tout domaine pouvant concourir à l’amélioration méthodologique de la collecte et de
l’exploitation des données; et
- viser la publication ou la diffusion des données statistiques relatant ou pouvant relater la situation
économique et sociale du pays, globale ou sectorielle.

En utilisant les Cadres conceptuels définissant les filières de production utilisées en Côte d'Ivoire, le tableau
suivant donne un aperçu (non exhaustif) des entités productrices des informations statistiques à Madagascar
qui constituent l'appareil statistique national malgache, et leur niveau de déconcentration.

8
Tableau 2. Les principales entités productrices
des informations statistiques à Madagascar

Filières de production Sources d'informations Observations

1.0 Démographie Etat-civil, enquêtes (EPM, EDS) et recensements


2.0 Matrices de comptabilité sociale et comptes satellites fonctionnels
2.1 Education Ministère de l'éducation Province, district
2.2 Santé Ministère de la santé Région, district
2.3 Emploi INSTAT, Ministère du travail, FOP Province
2.4 Logement Enquêtes fiscales, INSTAT
2.5 Revenu, consommation INSTAT
2.6 Protection sociale
2.7 Culture et loisirs
2.8 Justice et sécurité Ministère de la justice, Ministère de la sécurité publique,
Ministère de la Défense Nationale
3.0 Comptes économiques de l'Agriculture
3.1 Production végétale Ministère de l'agriculture Région
3.2 Production forestière Ministère de l'environnement
3.3 Production animale Ministère de l'agriculture Région
4.0 Autres comptes d'activité économique
4.1 Mines et industries Ministère de l'Energie et des Mines, Ministère de l'Industrie,
INSTAT
4.2 BTP Ministère des travaux publics (VPM)
4.3 Commerce et Services Ministère du commerce et de la consommation
4.4 Eau et électricité Ministère de l'Energie et des Mines, JIRAMA, INSTAT
4.5 Transports Ministère du transport (VPM)
4.6 Postes et Ministère des postes et de la communication
télécommunications
4.7 Tourisme Ministère du tourisme
4.8 Démographie des INSTAT Province
entreprises
5.0 Comptes de la Nation
5.1 Balance des paiements Banque centrale Province
5.11 Monnaie et crédit Banque centrale
5.12 Commerce extérieur Douanes, INSTAT, Banque Centrale
5.2 Finances publiques Ministère chargé de l'économie, des finances et du budget
(Trésor, CDE)
6.0 Comptabilité verte
6.1 Ressources naturelles Ministère de l'environnement, ONE, INSTAT Province
6.2 Etablissements humains
6.3 Aménagement du territoire Aménagement du territoire (VPM)
Source : Cadres conceptuels définissant les filières de production utilisées en Côte d'Ivoire et investigations du
consultant

Ces différentes entités fonctionnent globalement de façon autonome, leurs "services statistiques" travaillent
indépendamment de l'INSTAT bien qu'elles puissent être aussi des utilisateurs de données de l'INSTAT.
Les informations statistiques publiques aux niveaux national et provincial sont produites en général par les
ministères techniques centraux et l'Institut National de la Statistique (INSTAT).

9
1.2.3. La disponibilité et l’accessibilité des données

Selon le FMI, la diffusion des statistiques officielles est un élément essentiel qui fait des statistiques un bien
public. Il est en particulier indispensable que le public puisse y accéder aisément et dans des conditions
d’égalité.

Ainsi, quelques investigations ont été effectuées auprès des ministères pour avoir une idée sur la disponibilité
et l’accessibilité des données statistiques publiques à Madagascar. La méthode d'approche est celle d'une
personne quelconque qui a très peu de connaissances sur les missions et l'organisation du ministère et qui
demande dans un premier temps l'organigramme du ministère, ensuite la liste des données disponibles et
accessibles au grand public dans un deuxième temps. Quant à l'intérêt du ministère aux données statistiques,
l'existence d'un service statistique ou sa participation à la célébration de la Journée Africaine de la
Statistique1 est un indicateur probant.

En général, l'obtention de l'organigramme ne pose pas problème. Par contre, en ce qui concerne les données
statistiques on observe carrément une rétention d'information de la part de certains ministères. Malgré cela, le
fait d'avoir un site web aussi est considéré comme un signe d'ouverture du ministère par la communication de
ses activités à l'aide des nouvelles technologies de l'informatique. Les résultats de cette investigation sont
résumés dans le tableau suivant :

Tableau 3. La disponibilité et l’accessibilité des données


dans quelques ministères

N° Ministère Disponibilité Accessibilité Site web


1 VPM chargée des - Des données sont disponibles Très difficile Il paraît que le site web
programmes théoriquement si on ne se réfère par existe mais aucune réponse
économiques, des exemple qu’à la publication de la - On doit se munir d’une lettre claire n’a été donnée là
transports, des Journée Africaine de la Statistique officielle pour avoir des dessus. Par ailleurs, on ne
travaux publics, - Du point de vue structurel, les informations statistiques ou autres peut pas trouver le site à
données devraient exister au moins - On doit toujours passer par la partir des moteurs de
jusqu’au niveau des provinces cellule de communication recherche classiques ou
autre site web du
gouvernement
2 Ministère de - Finances publiques : - L’expérience vécue dans le www.mefb.gov.mg
l’Economie, des Compte tenu de la subdivision de cadre de la réalisation de l'"Etude
Finances et du Madagascar en 12 circonscriptions sur le système d'Informations - organisation
Budget (MEFB) financières et l’informatisation déjà du Financières"2est une preuve administrative et quelques
système, les données devraient exister indéniable de la rétention textes réglementaires
au niveau de ces circonscriptions. d'information de la part de
On note aussi l’existence du service certains agents de l'Etat - aucune information
suivi et du service programmation au - Existence du Rapport statistique sur les finances
sein du ministère. Economique et Financier par publiques
- Direction Générale du Plan exemple mais non accessible -
existence de la direction du suivi et
évaluation des projets
Inventaire du fivondronana
3 Institut National - Centre de documentation - Tarification pas claire www.instat.mg
de la Statistique - Données disponibles en général mais - Cherté des publications, non -Résumés de quelques
(INSTAT) c'est au niveau de la diffusion et la accessibilité des étudiants publications.
couverture géographique (données - existence de l’organisation - quelques informations
régionales) que se pose le problème. d’une exposition des services statistiques
statistiques des ministères -Pas de possibilité d’achat
pendant la célébration de la ou d'abonnement en ligne
journée africaine de la statistique. - non exhaustif

1
La Journée Africaine de la Statistique est célébrée chaque année le 18 novembre.
2
Etude sur l’amélioration du Système d’Informations Financières du Secteur Educatif à Madagascar. Rakotomalala A.-
Randrianarison J-G, Andrianjaka N-H. Juillet 2004. MENRS-CRESED II.

10
N° Ministère Disponibilité Accessibilité Site web
4 Ministère de - Centre de documentation à Anosy. - Consultation sur place www.maep.gov.mg
l’Agriculture, de Ex : Annuaire des statistiques - accueil favorable au niveau du
l’Elevage et de la agricoles. Enquête annuelle sur les service statistique agricole à
Pêche (MAEP) prix agricoles. Tsimbazaza
- Niveau de détail =district= - données et informations non
CIRAGRI centralisées (les données sur
l’élevage et la pêche se trouvent
dans d’autres lieux)

5 Ministère de - Monographie des Fivondronana. Consultation sur place (Porte Existe seulement pendant
l’Intérieur et des - Les données pourraient exister dans 406) les élections
Réformes les directions mais non centralisées
Administratives - Mais nous avons obtenu des données
(MIRA) sur les ressources sur disquettes !
6 Sécurité publique - Des informations sont disponibles
(secrétariat d'Etat - rapport d'activités,…
auprès du
ministère de
l'intérieur)
7 Ministère de la - Des données sont disponibles (le -A partir du site web ou www.sante.gov.mg
Santé ministère de la santé dispose d'un - Contacter le service statistique
système d'informations)
- Structure jusqu’au niveau des
districts (SSD)

8 Ministère de - Pas de centre de documentation - accès facile, possibilité d’avoir www.mineseb.gov.mg


l’Education - Annuaire statistique des données électroniques
Nationale et de la - Problème pour l’enseignement - un retard de publication des
Recherche technique et l’enseignement supérieur résultats
Scientifique - Données disponibles jusqu’au niveau - existence de l’exposition des
(MENRS) des districts (CISCO) résultats pendant la journée de la
statistique scolaire
9 Ministère de - Utilisateur des données statistiques - Inexistence de centralisation des www.micdsp.gov.mg
l’Industrie, du provenant de l'Instat, la Banque données statistiques
Commerce et du centrale et du MAEP
Développement - Existence du projet baromètre
du secteur Privé économique
10 Ministère de la - Mise en place du système
Fonction Publique d'informations en cours
- Structure déconcentrée au niveau des
provinces
Source : investigations personnelles

Loin de prétendre d'avoir réalisé une enquête représentative, on peut noter déjà néanmoins :
- l’absence de culture statistique dans les différents ministères visités (les actes administratifs ne sont pas
transformés en statistiques administratives).
- la pratique de la rétention d’information au niveau de certains ministères.
- le faible intérêt accordé par quelques ministères aux données statistiques.

1.3. Etat des lieux des systèmes d’informations régionales

Etant donné qu’il n’est pas possible de faire une évaluation complète du système dans le cadre de cette étude
car cela nécessiterait beaucoup plus de temps et de moyens, nous avons basé notre analyse à partir des
informations et documents existants c'est-à-dire une approche par les output du système. Une approche qui
ne permet pas d'avoir une vision globale, complète et cohérente du système mais qui peut faire entrevoir les
difficultés inhérentes au système.

11
On distingue actuellement trois types de documents qui pourraient donner des informations statistiques sur
les régions : l'inventaire par fivondronana, les monographies et documents de planification (commune, région
ou province). Il est à noter que nous n'avons traité que les documents accessibles au grand public.

Document n° 1 : Inventaire par fivondronana


Responsable : MEFB, Direction Générale de la Planification
Supports : papier
Accès : large public
Contenus : type annuaire, maximum deux pages par fivondronana

Indicateurs fondamentaux (superficie, population, densité, taux de croissance démographique, taux d'urbanisation, taux
de scolarisation score IDF), productions rurales (paddy, maïs, manioc,…), comptes administratifs (dépense moyenne
par habitant par an, investissement moyen par habitant par an), routes-télécommunications (routes revêtues, routes
praticables toutes l'année, nombre de lignes téléphoniques), potentialités, problèmes majeurs, Services déconcentrés
(liste), Equipements urbains (réseau de voirie, réseau d'assainissement, adduction d'eau, réseau électricité), Services
financiers (agence bancaire, agence d'assurance), transports (route bitumée, gare routière, gare ferroviaire…), sécurité
du territoire (commissariat de police, poste de gendarmerie,…), santé publique (hôpital, clinique privée, dispensaire,…)
, postes et télécommunications (cabine téléphonique, PTT,…), éducation, autres infrastructures économiques (marché,
hôtel à étoiles,…), sports-culture-loisirs (complexe sportif, piscine publique, cinéma, bibliothèque,…), le secteur
industriel (statistiques sur les entreprises ayant leur siège social dans le fivondronana, liste des entreprises les plus
importantes + branche d'activité)

Document n° 2 : Monographie par région

Responsable : MAEP (Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche)


Supports : papier et électronique
Accès : large public
Contenus : type : monographie
1 Milieu physique :
Relief et paysages, géologie, climat, hydrologie, sols et végétations

2 Milieux humain et social


- Population et démographie : Effectif et évolution, Croissance démographique, Population urbaine et population rurale,
Caractéristiques des ménages, Mouvement migratoire
- Services sociaux : Santé, Enseignement et éducation, Infrastructures socioculturelles, Religions, Service de sécurité

3 Secteur économique
- Secteur agricole : Agriculture, élevage, Pêche et Ressources Halieutiques, Foresterie, le Foncier
-Autres secteurs économiques : Industrie et artisanat, Agro- Industrie, Ressources du sous-sol, Transports et commerce,
Routes, Trafic fluvial, Transport aérien, Transport ferroviaire, Marché, tourisme

4 Environnement
Etat de l’environnement, problèmes rencontrés, réalisations et perspectives

5 Structures d’intervention en milieu rural


Services décentralisés des ministères techniques, Les Projets, Les distributeurs d’intrants, Les O.N.G, etc.
Les organismes de crédits : Le crédit rural, La Banque, Les structures mutualistes, Structures de réflexion –
concertation, coordination, Structuration paysanne,

6 Système d’information
Annexes

Document n° 3 : Schéma de Développement Régional d’Anosy


Responsable : MAEP (Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche)
Supports : papier et électronique
Accès : acteurs régionaux

12
Contenus : type : étude, plan

PHASE 1 : Établissement des structures organisationnelles, des accords institutionnels, approche et méthodologie de
planification
PHASE 2 : Diagnostics préliminaires
PHASE 3 : Collecte de toutes les informations pertinentes
PHASE 4 : Analyse pour définir la problématique et les options
PHASE 5 : Synthèse pour finaliser le SDR
PHASE 6 : Plan détaillé pour les zones prioritaires
PHASE 7 : Plan détaillé pour les communes
PHASE 8 : Promotion du SDR
PHASE 9 : Implantation du Programme d’Investissements Publics Prioritaires

C’est un ensemble de documents contenant diverses informations statistiques que l’on ne trouve que dans la région
d’Anosy à savoir le PIB régional estimé à 61 millions de dollars. Ils contiennent des résultats des simulations obtenus à
partir de différentes hypothèses d’investissements publics et privés estimés jusqu’ à 300 millions de dollars.

Document n° 4 : AUTRES
Responsable : variables
Supports : papier et électronique
Accès : acteurs régionaux
Contenus : type : étude, plan

PPD : Plan Provincial de Développement


PRD : Plan Régional de Développement
PCD : Plan Communal de Développement

Ces documents utilisent en général les données collectées au niveau régional

L'analyse des documents ci-dessus nous a permis de réaliser le tableau 4 sur l’Etat des lieux des systèmes
d’informations Régionaux et dont les principales conclusions sont les suivantes :

- Absence de cadre juridique et institutionnel des systèmes régionaux d’information. Au niveau des
régions et communes, aucune structure n’est chargée de réaliser la collecte et l’analyse des informations
statistiques alors que les documents utilisant ces informations sont nombreux : PCD (plan communal de
développement), plan régional ou provincial de développement.

- La collecte et le traitement ne sont pas réalisés en général par des spécialistes en statistiques. Les
personnes réalisant les opérations ne connaissent pas les devoirs et obligations en matière de statistique (voir
code de déontologie statistique en annexe): situation qui aura certainement des impacts négatifs sur la qualité
et la fiabilité des données produites.

- Existence de forte demande d'informations statistiques au niveau régional due aux attributions du
Maire et des domaines de compétences des régions (cf. annexe 5).

13
Tableau 4. Etat des lieux des systèmes d'informations régionaux

Région Système Date de Origine et/ou mode de Structure et Membres Missions Autres
d'information création fonctionnement statut
Ambatondrazak Réseau de n.d. Structure mise en place Structure Les membres du CIPSR, les Appuyer la gestion - Données de base accessibles et
a système par le comité régional formelle circonscriptions régionales des informations gratuites
d'information de développement de affiliée au sont les mieux représentées selon les besoins des - SAGE assure l'appui financier et
régionale l'Alaotra (CORDAL) à CORDAL comme le CIREF, CIREL, acteurs oeuvrant pour logistique
(RSIR) travers le CPSIR ou CIRAGRI, CIRPRH, le développement de - La plupart des informations
Comité de pilotage du CIRDOMA, Travaux la région proviennent des différents rapports de
Réseau du Système publics, Topo et les élus de travaux sur le terrain effectués par tous
d'Information Régional la région les intervenants de la région :
chercheurs, associations, organismes et
opérateurs
Anosy Système 1998 Le SIR Anosy est géré Association Acteurs de la région mais Faire circuler les - pas de local fixe, hébergé par CGDIS
d'Informations temporairement par un mais en cours tous les membres des informations - pas de ressources financières
Régionales technicien spécialiste en de structures régionales ne font disponibles venant - existence d'autres systèmes comme
(SIR) système d’information formalisation pas nécessairement partie du des institutions de la celui du QMM
qui assure non SIR région et procéder à - la participation des secteurs publics de
seulement la facilitation leur traitement ou la région est encore peu importante par
des échanges analyse selon les rapport aux secteurs privés
d’informations mais besoins des
également le traitement utilisateurs en
de ces dernières particulier le CRD ou
Comité Régional de
Développement
Bongolava La région de La gestion des informations relatives à
Bongolava ne l’environnement se fait actuellement au
dispose pas de niveau de l’ARSIE (Association du
SIR Réseau des Systèmes d’Informations
Environnementales). L’objectif est de
faciliter la circulation et la diffusion des
informations pour une vision globale
des problématiques environnementales.
DIANA SIR DIANA 2000 Sous l’initiative de Association 40 environs composés par Assurer les échanges - Le SIR Diana n’a aucune ressource
(SIRD) Formel en SAGE (AGERAS à avec des des personnes issues des et la circulation des particulière à part les cotisations des
2000 l’époque) – structure antennes institutions publiques, des informations existant membres, il est donc entièrement
issue d'un processus de régionales organismes nationaux, dans la région, afin dépendant de l’UTR-SAGE de Diégo
concertation d’opérateurs économiques que les activités du point de vue logistique
menées dans cette - Le SIRD ne fait pas directement la
dernière soient collecte d’information et il ne détient

14
Région Système Date de Origine et/ou mode de Structure et Membres Missions Autres
d'information création fonctionnement statut
synergiques et que les méta données c’est à dire les
cohérentes informations sur les informations
Haute Matsiatra RIR ou Réseau 1997 Association Nationale Association à 17 composés par AGEX, - Les ressources financières sont
d’Information Formel en d’Actions but non Services Techniques, constituées par les cotisations, les legs
Régional 1999 Environnementales ou lucratif Projets, ONG de et dons ainsi que par les pourcentages
ANAE, corridor développement et de prélevés sur les prestations effectuées.
conservation, Institutions - Les ressources en matériels sont en
d’appui général absentes mais les institutions
d’appui comme PACT/MIRAY et
UTR/SAGE assurent pour le moment
tous les besoins du RIR
- Les informations existantes sont sous
forme de métadata et seuls les
catalogues de références sont
disponibles auprès du RIR
- Réseau d'observatoires ruraux (ROR)
Malgré quelques exceptions, l’accès
aux données est souvent difficile à
cause de leur dispersion et de leur
format différent. L’absence de
validation rend les détenteurs des
informations réticents aux partages des
données ce qui entraîne la non fiabilité
de ces données lors de leur
transformation.
Ihorombe n.d.
Imerina central SIR ITasy- 2002 -Les informations sont Association en Les acteurs de la région Collecter, traiter et - Il est encore très dépendant du GTDR
Bongolava obtenues par le partage cours de comme les institutions diffuser les Itasy-Bongolava car il n’a pour le
volontaire ou collecte formalisation publiques et les autorités informations moment aucune ressource financière
directe au niveau des régionales, les organismes - Pour le moment, il n’y a que les
institutions membres nationaux et internationaux, informations brutes et les métadonnées
sinon par l’alimentation les opérateurs économiques sur le volet économique et social dans
selon les besoins des la base de données du SIR Itasy-
utilisateurs Bongolava
CTGI Betsiboka Comité Mai 2001 Créé sous l’initiative Informelle Acteurs de développement - Faire circuler et - Organismes d’appui : UTR-SAGE
(Mahajanga) Technique des GTDR avec l’appui détenteurs d’informations : échanger les Mahajanga
pour la de l’AGERAS Environ 20 composés par informations dans - informations pour mener les actions
Gestion des Mahajanga, les représentants des toute la région de de développement dans sa région.
Informations institutions publiques, des Betsiboka Le local se trouve dans un chef lieu de

15
Région Système Date de Origine et/ou mode de Structure et Membres Missions Autres
d'information création fonctionnement statut
ou CTGI organismes nationaux, des -Structures d’appui la région, à Maintirano, endroit très
Betsiboka opérateurs économiques des GTDR dans la enclavé
mise en place de
référentiel régional,
sous-préfectural et
communal
- Elaboration de la
monographie des 32
communes qui
composent la région
SIR Marovoay SIR Marovoay 2002 -Créé sous l’initiative Plateforme Environ 18 composés par Faciliter la - Le problème majeur du système est le
(Mahajanga) des GTDR avec l’appui informelle les représentants des circulation des manque de compétence technique des
de l’AGERAS organismes nationaux et informations membres
Mahajanga, internationaux, des existantes dans la
-La gestion du SIR institutions publiques, région et ses environs
Marovoay est assurée opérateurs économiques,
actuellement par autorités régionales
l’UTR-SAGE
Mahajanga et le
président du GTDR
Manakara Réseau des
observatoires
ruraux (ROR)
Amoron'Imania RIR ou Réseau 1997 Association Nationale Association à 17 composés par AGEX, - Les ressources financières sont
d’Information formalisée d’Actions but non Services Techniques, constituées par les cotisations, les legs
Régional en 1999 Environnementales ou lucratif Projets, ONG de et dons ainsi que par les pourcentages
ANAE, corridor développement et de prélevés sur les prestations effectuées.
conservation, Institutions Les ressources en matériels sont en
d’appui général absentes mais les institutions
d’appui comme PACT/MIRAY et
UTR/SAGE assurent pour le moment
tous les besoins du RIR
- Les informations existantes sont sous
forme de métadonnées et seuls les
catalogues de références sont
disponibles auprès du RIR
Melaky Comité des 2000 Sous l'initiative du -Plateforme environs 20 composés des Faciliter la - Organismes d’appui : Unité
Informations GTDR Sofia informelle des personnes issues des circulation des Technique Régional -SAGE Mahajanga
Régionales de acteurs de institutions publiques informations dans la

16
Région Système Date de Origine et/ou mode de Structure et Membres Missions Autres
d'information création fonctionnement statut
Melaky ou développement (CIRAGRI, CIREL, région à travers tous - Le CIRM est actuellement géré par
CIRM détenteurs CIRPRH, DIRPOP, Service ses membres issus l’UTR-SAGE Mahajanga car il ne
d'information PLAN, Service Domaine et des institutions dispose pas de responsable spécifique
de la région Topo), des organismes publiques, des et permanent dans sa région
-Une nationaux et internationaux, organismes nationaux d’implantation
commission des opérateurs et des opérateurs
d'information économiques, des privés.
au sein du associations religieuses
GTDR (ECAR, SAF…).
Menabe n.d.
SAVA En cours de
constitution
Sofia Comité de 2000 Sous l'initiative du -Plateforme Environ 20 composés des La raison d’être du - Le problème rencontré jusqu’à
Gestion des GTDR Sofia informelle des personnes issues des CoGIR est de mettre présent est l’absence de règlement
Informations acteurs de institutions publiques, des en place une structure intérieur et de protocole d’échanges
Régionales de développement organismes nationaux et pérenne capable ainsi que la non-intégration d’un bon
Sofia ou détenteurs internationaux, des d’évoluer selon les nombre d’institutions à cause de
CoGIR Sofia d'information opérateurs économiques, besoins de la région l’appartenance du CoGIR au GTDR
de la région des associations religieuses et de doter les régions - la gestion des données du CoGIR est
-Une d’une capacité assurée par l’UTR-SAGE Mahajanga.
commission d’analyse
d'information économique et
au sein du spatiale conséquente
GTDR ainsi que d’une base
de données
exploitable au niveau
des régions
Sud ouest SIR/U 1998 CTA AGERAS à Association ONGs et associations, Faciliter la - Le service de l’économie et du plan
l’époque (SAGE informelle Services décentralisés de circulation des est aussi impliqué pour garantir
actuellement) l’état, Centres de formation informations entre les l’autonomie du réseau et assurer le rôle
et institutions de recherche, différents acteurs de du secrétariat permanent avec SAGE
les projets de financement et la région afin de - Un secrétaire permanent assure la
d’appui réorienter le cadre coordination avec les services
global du techniques, les ONGs, associations et
développement de la projets, les sociétés et entreprises et
région. Chaque même les intervenants individuels de la
intervenant dans la région
région doit être
capable de connaître

17
Région Système Date de Origine et/ou mode de Structure et Membres Missions Autres
d'information création fonctionnement statut
ce que font les autres
dans le temps et
l’espace afin de
mieux planifier ou
revoir ce qu’il
entreprend
Toamasina RSIRMA 2000 Comité de pilotage créé Association ONGs nationales et -Gérer -Le RSIRMA n’a pas de ressource
(Réseau par SAGE en 1998 informelle internationales, Associations rationnellement les financière permanente mais l’appui
Système régionales et locales, Agex, informations pour le logistique est assuré en grande partie
d’Information Opérateurs économiques développement de la par SAGE
Régional de région de Mangoro - Actuellement, le CRD projette de
Mangoro) -Le RSIRMA est faire des cartes de zonage indiquant les
conçu pour appuyer problèmes, les potentialités de la région
en premier lieu les dans le but de faciliter la réalisation des
activités du CRD PCDs
dans l’élaboration du
schéma de
développement
régional
Vakinankaratra La région de
Vakinankaratr
a ne dispose
pas encore du
SIR
Vatovavy RIR ou Réseau 1997 Association Nationale Association à 17 composés par AGEX, Les informations - Le RIR coordonne les activités de la
d’Information forma- d’Actions but non Services Techniques, existantes sont sous commission du Plan Communal de
Régional lisée en Environnementales ou lucratif, Projets, ONG de forme de métadata et Développement regroupant tous les
1999 ANAE, corridor formelle développement et de seuls les catalogues acteurs qui promeuvent la réalisation de
conservation, Institutions de références sont ce PCD dans les différentes communes
d’appui disponibles auprès du
RIR
Sources : 18 Monographies, UPDR, 2003

18
2. Analyse du système statistique de quelques pays

Pour avoir des idées sur les organisations pratiquées dans les pays ayant des systèmes statistiques avancés,
nous avons résumé dans cette partie les informations qui pourraient être nécessaires pour le développement
du système régional des informations statistiques à Madagascar.

2.1. France

Le système statistique français3 dispose d'un système public fort et cohérent. Le système statistique public,
constitué par l'INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) et d'une vingtaine de
services statistiques répartis dans les administrations publiques réalise la grande partie des collectes et
analyses des informations statistiques utilisées dans le pays.

Bien que, du point de vue structurel, il y ait une forte ressemblance entre le système français et le système
malgache, dans la pratique on constate un écart considérable du mode d'organisation du système qui n'est pas
forcément dû à l'écart de développement des deux pays.

2.1.1. Missions :

Le système statistique public français (SSP):

- produit des informations chiffrées qui constituent les données officielles sur lesquelles s’élabore le débat
public. À ce titre, il conduit des recensements et des enquêtes, il gère des bases de données et exploite aussi
des sources administratives.
- construit et calcule les principaux indices et indicateurs qui permettent d’évaluer la situation
démographique, économique et sociale de la population.
- analyse les informations dont il dispose et en tire les études nécessaires à l’interprétation des résultats
obtenus.
- donne accès à l’ensemble des informations économiques et sociales qu’il élabore. Les informations
produites sont vendues ou mises à disposition gratuitement dans des publications papiers, sur des supports
informatiques (disquettes ou cédéroms) ou par voie télématique (Internet, Minitel).

2.1.2. Organisation :

Les services constituant le système statistique public est organisé autour de l’INSEE qui assure la cohérence
d’ensemble grâce entre autres à l'existence de l'Inspection générale4 en son sein. Avec l'INSEE, une
vingtaine de services statistiques ministériels (SSM) dans l’appareil de l’État, ont pour responsabilité la
création et la diffusion des informations économiques ou sociales.

La loi sur l'obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques sert de cadre général aux
producteurs des statistiques dans les organismes publics. La loi fixe les grands principes de nature à garantir
la qualité de la production de la statistique officielle. Elle en délègue l’interprétation et le contrôle au Conseil
national de l’information statistique (CNIS), organe de concertation entre producteurs et utilisateurs de
statistiques placé auprès de l’INSEE.

3
La plupart des informations sur la France contenu dans ce rapport sont tirées du Courrier des statistiques n° 98-99,
septembre 2001
4 L' Inspection Générale, une structure qui n'existe pas dans le système malgache, prend en charge les missions
d’évaluation et d’audit pour tout le système statistique. Les membres de l’Inspection générale, ayant de qualité
d’experts « seniors », peuvent exercer des missions en leur nom propre.
Les missions d’audit et d’évaluation de l’Inspection générale peuvent porter sur la recherche d’une qualité ou d’une
efficacité accrue ou sur la recherche d’éléments de référence dans l’activité des instituts de statistique étrangers. Ces
actions peuvent porter sur un domaine d’information, sur une procédure ou sur le fonctionnement d’une unité.

19
A titre d'exemple, les comptes nationaux, l’analyse de la conjoncture et les projections de court terme sont
réalisés à l’INSEE. Seule la direction de la prévision du ministère chargé de l’économie a vocation à réaliser
des travaux du même type, mais reste plus orientée pour la préparation du budget de l’État et pour répondre
aux besoins internes du ministère.
Pour les analyses de moyen ou long terme, c’est l’INSEE qui dispose de la majeure partie des instruments,
en exploitant les sources administratives, dont beaucoup ont une périodicité annuelle, comme les déclarations
fiscales par exemple.

2.1.3. Décentralisation et statistique :

Les autorités locales comprennent d’une part la représentation de l’État dans les régions (et les
départements), assurée par les préfets, et d’autre part, les « collectivités territoriales » dirigées par des
représentants élus.

Le préfet de région a autorité sur tous les services de l’administration d’État présents dans la région.
Cependant, certaines fonctions échappent à son ressort comme, par exemple, la détermination ou le
recouvrement des impôts et les modalités d’établissement des statistiques. Ceci garantit
l’indépendance de l’INSEE.

En ce qui concerne les collectivités territoriales (régions, départements, communes), il n’y a aucune relation
de subordination de la direction régionale de l’INSEE vis-à-vis d’elles ; leur position est celle de demandeur
d’information statistique, et de partenaire le cas échéant. La relation s’établit avec l’organe exécutif de la
collectivité, à savoir le président du Conseil régional pour la région, le président du Conseil général pour le
département, et le maire pour la commune. Toutes les collectivités bénéficient de la politique d’offre de
l’INSEE, au même titre par exemple que les administrations d’État. Quant aux partenariats, ils peuvent
consister en la réalisation d’enquêtes, d’études conjointes ou de publications. Certaines de ces collectivités,
les plus importantes, peuvent même quelquefois disposer de services statistiques, généralement de petite
taille, avec lesquels sont susceptibles de s’établir des collaborations. La région dispose aussi d’un organe
consultatif, le Conseil économique et social régional, qui est le plus souvent très demandeur d’informations
démographiques, économiques et sociales.

Par ailleurs, il existe dans un petit nombre de régions (quatre actuellement) un comité régional de
l’information économique et sociale (CRIES), analogue au CNIS pour la région. Ce comité émet un avis sur
l’opportunité de lancer une enquête régionale ou locale avant que celle-ci soit présentée au Comité du label
(national) en vue d’être déclarée d’intérêt général. Là où il n’y a pas de CRIES, il revient à la Direction
Régionale de l’INSEE de veiller, chaque fois, à la réunion d’une instance ad hoc pour lancer un tel projet et
conduire la procédure devant le CNIS.

N. B. : Il y a 22 régions et 96 départements en France métropolitaine et environ 36 000 communes.

2.1.4. Missions des directions régionales


Les directions régionales (DR) ont pour missions :
- la collecte sur le terrain d’informations statistiques, au travers d’enquêtes ou d’exploitations de données
administratives ;
- la réalisation de travaux statistiques et d'études portant sur la démographie et l'économie, à l'échelon
régional ou local : il peut s’agir par exemple d’éclairages généraux sur l’économie ou la démographie, mais
aussi d’analyses particulières dans le cadre d’une politique locale comme les contrats de plan État - région ou
un plan d’urbanisme;
- la diffusion auprès de toutes les catégories d'utilisateurs et les réponses aux demandes d'informations.

2.1.5. Cinq caractéristiques du SSP français

A - Une large répartition dans toute l’administration d’État

Les statisticiens du secteur public sont présents dans la quasi-totalité des ministères et dans de
nombreux organismes publics

20
B - Une coordination forte

La production statistique publique fait l’objet d’une coordination institutionnelle par le Conseil
national de l’information statistique (CNIS). L’INSEE assure le secrétariat du CNIS et gère les
moyens techniques et humains.

Les agents de l’INSEE et des services statistiques appartenant aux corps de fonctionnaires -
statisticiens sont gérés par l’INSEE qui dirige aussi leur formation et leur carrière. La gestion unifiée
des carrières est un important outil de coordination. L’INSEE organise la mobilité de ses cadres avec
le souci d’assurer la transmission des compétences dans tout le SSP. La mobilité des cadres dans tout
le SSP est un moyen d’obtenir la diffusion et la cohérence des méthodes utilisées.

C - Une association entre études et production statistique

L’information économique et sociale n’est pas intégralement véhiculée par les statistiques. La
recherche et l’évaluation ressortissent de plus en plus aux services statistiques des ministères. La
répartition des tâches à l’intérieur des SSM s’organise de plus en plus souvent par domaines (salaires,
emploi, exclusion…) et non plus par fonctions (collecte, études, recherche, évaluation).

D - Une implication internationale affirmée

Le système statistique public français participe à l’élaboration des concepts et des données aux
niveaux européen et mondial par sa présence dans les organisations internationales.
L’ONU considère que « la statistique officielle constitue un élément indispensable du système
d'information d'une société démocratique… ».
L’ONU ajoute que « l'utilisation, par les organismes responsables de la statistique de chaque pays,
des concepts, classifications et méthodes définis à l'échelon international favorise la cohérence et
l'efficacité des systèmes statistiques à tous les niveaux officiels ».

E - Une législation et une pratique déontologique exigeantes


- Limitation des charges de collecte pour les enquêtés
- Adaptation aux besoins des utilisateurs
- Protection des données
- Clarté des concepts et des méthodes : les méthodologies et les méthodes de travail de l’INSEE et des
SSM sont accessibles dans les publications et souvent exposées aux partenaires sociaux dans le cadre
du CNIS.
- Professionnalisme des agents
- Indépendance des statisticiens : le statut de fonctionnaire ou assimilé des agents de l’INSEE et des
SSM les met à l’abri des pressions politiques ou de lobbies économiques et donc garantit leur
indépendance.

2.2. Autres pays

L'analyse d'autres systèmes statistiques est un moyen de voir la pertinence et l'adéquation du système en
vigueur aux besoins et au niveau de l'économie de Madagascar. En général, ce sont la disponibilité et la
facilité de l'exploitation des informations qui nous ont conduit au choix des trois pays développés à savoir la
Grande Bretagne, l'Italie et le Canada. Ces trois pays disposent de système différent de celui de la France tant
au niveau de l'organisation générale qu'au niveau de la coordination de l'Information statistique.

Grande Bretagne
2.2.1. Grande Bretagne

La statistique britannique a relevé pendant un demi-siècle (1940-1990) d’un système d’entités indépendantes
spécialisées thématiquement sur le modèle américain.

21
Le GSS ou « Government Statistical Service » est formé de l’ONS (Office for National Statistics) créé en
1996 et d’une vingtaine d’autres organismes ou services. Il emploie environ 5000 personnes dont près de 600
statisticiens diplômés. Il se déploie sur plus de vingt villes.

Il n’y a pas de loi-cadre sur la statistique mais des actes de parlement relatifs à la confidentialité des données
et des textes autorisant le secteur privé à entreprendre des travaux d’enquête pour le compte des ministères.
Les questions d’éthique font l’objet des codes de conduite et d’engagements vis-à-vis du Parlement.

Le Directeur Général de l’ONS est en même temps chef du GSS et du corps des « statisticiens -
professionnels ». Il a directement accès au Premier Ministre pour toute question touchant à l’intégrité des
statistiques. Il est assisté dans ses différentes fonctions par des « comités GSS », il préside lui-même le GSS,
le « Policy and Management Committee » où siègent l’ensemble des chefs de services statistiques

Le « Statistics Advisory Committee » joue un rôle comparable à celui du CNIS – France mais une
cinquantaine d’organismes consultatifs et groupes d’utilisateurs sont aussi habilités à donner un avis sur des
sujets spécifiques.

En l’absence d’école de formation spécifique, tous les statisticiens - professionnels sont recrutés sur
entretien, dans le cadre d’une sélection biannuelle ouverte et sans considération de nationalité, aux diplômés
des universités britanniques mais aussi étrangères.

Les universités britanniques participent directement à l’activité statistique comme les études économiques
(London School of Economics), les études sur l’environnement (université de Leicester), le recensement de
la population (université de Manchester), l’archivage des fichiers (Université d’Essex).

Parallèlement, le recours à la sous-traitance privée est une pratique courante : à titre d’exemple, la collecte
des prix pour l’indice des prix à la consommation fait l’objet d’un appel d’offres tous les cinq ans. Les études
sociales sont réalisées en partenariat avec un organisme de recherche privé : le Social & Community
Planning Research. L’ONS a ainsi accumulé une grande expérience en matière d’appel d’offres à des
prestataires extérieurs. Cela lui a donné une capacité particulière pour soumissionner avec succès dans les
appels d’offres adressés à des instituts nationaux de statistique.

Les axes d’amélioration des services de l’ONS recommandés par l’auditeur externe KPMG sont les
suivants :
- la maîtrise des coûts par l’utilisation des nouvelles technologies (l’usage d’une table de calcul dite Ready
Reckoner permettant de mesurer le coût tâche par tâche du processus de production statistique et servant de
base à la tarification des opérations de diffusion), et par le développement du partenariat public - privé
« PPP ».
- le renforcement de la structure managériale de l’ONS avec la mise en place de quatre directeurs - adjoints.

Le GSS publie chaque année un bilan d’activité orienté vers le grand public dans lequel sont développés les
faits les plus marquants de l’année passé. On peut y trouver par exemple que la Chine a choisi l’ONS, en
partenariat avec Statistics Finland, pour l’aider à élaborer un dispositif performant de suivi du marché du
travail, avec mise en place d’une enquête en continu sur l’emploi.

Italie
2.2.2. Italie

SISTAN :

- Le système statistique italien, réuni dans le SISTAN (Sistema statistico nazionale), est composé d’une
cinquantaine d’organismes au niveau national, une quarantaine dans les régions, plus de 250 dans les
provinces et plus de 2000 dans les communes.
- L’ISTAT (Istituto centrale di statistica) est le principal producteur mais aussi coordinateur du système. Il
assure la concertation, fixe les normes, fournit une assistance technique à tous les autres services et recycle
leurs cadres ; il est aussi chargé de la comptabilité nationale et de la recherche.

22
- Les communes jouent un rôle clé pour la statistique démographique et sociale. Il en est de même pour les
CCIAA (Chambre de commerce, d’industrie, d’artisanat et d’agriculture) en matière de statistique
d’entreprise.
- Le SISTAN est coordonné par l’ISTAT par le biais du COMSTAT (Comité d’orientation et de coordination
de l’Information Statistique)
- Le SISTAN est contrôlé par un organisme indépendant : la commission pour la Garantie de l’Information
Statistique (CGIS)
- Le SISTAN emploie plus de 8800 personnes dont 2300 travaillent à l’ISTAT (231 dans les régions) et 5000
dans les communes.
- Dans le SISTAN, les statuts du personnel diffèrent d’un service à l’autre : les statisticiens n’ont pas, comme
en France, de corps administratif spécifique, basé sur un concours, une formation, un statut et des
perspectives de carrière communs et propres. C’est à leur ministère ou organisme qu’ils sont le plus liés.
Ceci limite considérablement leur mobilité. Et les cas de mise à disposition par l’ISTAT restent rares.

CGIS :
La commission pour la Garantie de l’Information Statistique (CGIS) est créée auprès de la présidence du
Conseil des Ministres. Elle veille à l’impartialité, à l’exhaustivité et à la confidentialité de l’information
statistique, à la qualité des méthodes et techniques utilisées et à l’observation des directives internationales.
Elle donne son avis sur le programme statistique national.

ISTAT :

- La direction de l’Institut est bicéphale : un Président et un Directeur Général. L’action du second est
principalement tournée vers l’ISTAT ; celle du premier l’est également vers les autres services statistiques du
SISTAN.
- Le président occupe une position supérieure : il participe aux réunions de la CGIS, il préside le COMSTAT
et le conseil de l’ISTAT. Il a une autorité directe sur les directions centrales et départements de l’Institut. Il
doit être un professeur d’Université. Il est nommé par décret du Président de la République sur proposition
du Président du Conseil des Ministres, pour une période de 4 ans renouvelable une fois.
- Le Directeur Général est responsable auprès du président de la coordination de l’activité technique,
scientifique et administrative des directions centrales. C’est un fonctionnaire nommé pour cinq ans
renouvelables par le conseil de l’ISTAT sur proposition du Président.
- Le Conseil de l’ISTAT programme, contrôle et oriente l’activité de l’Institut : plan annuel, budget,
comptes, organisation, dotations en personnel et moyens, règlement intérieur. Il nomme (et peut révoquer),
sur proposition du président les principaux dirigeants de l’ISTAT.
- L’ISTAT est rattaché au président du Conseil des Ministres.
- Il est chargé de veiller à la diffusion des données de l’ensemble du SISTAN et de pallier éventuellement les
déficiences. Il organise tous les deux ans une conférence statistique nationale et un salon de l’information
statistique.
- L’ISTAT assure la maîtrise d’oeuvre de nombreuses opérations statistiques, et notamment les plus
importantes (dont les recensements décennaux). Il établit les comptes nationaux, réalise des études,
recherches et analyses conjoncturelles.

COMSTAT

- Le Comité d’Orientation et de Coordination de l’Information Statistique (COMSTAT) est une entité au sein
de l’ISTAT présidé par le président de l’ISTAT.

- Le « Programme statistique national » (PSN) énumère et officialise « les relevés statistiques d’intérêt public
confiés au système statistique national et les objectifs y relatifs ». Il s’agit d’un programme triennal mis à
jour chaque année. Il est préparé par l’ISTAT, à partir des propositions des membres du SISTAN, et examiné
par le Comité d’orientation et de coordination de l’information statistique. Il est présenté pour avis à la
Commission pour la garantie de l’information statistique, et pour consultation au Garante, organisme chargé
de la protection des données personnelles,

23
STATISTIQUE REGIONALE

Les 20 régions sont largement autonomes en Italie. Elles ont compétence administrative et même législative.
Chacune dispose d’un service statistique, de taille variable (2 personnes à 21 personnes).

Un service statistique de région peut développer librement des statistiques d’intérêt régional, pour autant
qu’il ne compromet pas l’intérêt national.

Pour coordonner et homogénéiser leur production statistique, et pour les représenter auprès de l’ISTAT,
certaines régions ont, dès 1988, créé le CISIS, Centre interrégional pour les systèmes d’information et les
systèmes statistiques.

Canada
2.2.3. Canada

Au Canada, c'est au gouvernement fédéral qu'il incombe de fournir des statistiques. Selon la loi sur la
statistique, Statistique Canada, organisme central de la statistique au pays, est tenu de s'acquitter de cette
tâche pour l'ensemble du Canada. Il est dirigé par le Statisticien en Chef, un haut fonctionnaire nommé par
le gouverneur en conseil.

Sous la direction du ministre chargé de l’application de la loi sur la statistique, le statisticien en chef :
a) donne des avis sur des sujets concernant les programmes statistiques des ministères et organismes
fédéraux et confère avec eux à cette fin;
b) dirige les opérations de Statistique Canada et contrôle la gestion de son personnel.

Les fonctions de Statistique Canada sont les suivantes :


a) recueillir, compiler, analyser, dépouiller et publier des renseignements statistiques sur les activités
commerciales, industrielles, financières, sociales, économiques et générales de la population et sur l'état de
celle-ci5;
b) collaborer avec les ministères à la collecte, à la compilation et à la publication de renseignements
statistiques, y compris les statistiques qui découlent des activités de ces ministères;
c) recenser la population du Canada et faire le recensement agricole du Canada de la manière prévue à la
présente loi;
d) veiller à prévenir le double emploi dans la collecte des renseignements par les ministères;
e) en général, favoriser et mettre au point des statistiques sociales et économiques intégrées concernant
l'ensemble du Canada et chacune des provinces, et coordonner des projets pour l'intégration de telles
statistiques.

Outre le Recensement que Statistique Canada effectue tous les cinq ans, il existe environ 350 enquêtes
actives sur pratiquement tous les aspects de la vie au Canada.

Statistique Canada dépend de beaucoup de groupes, de nombreuses personnes et de divers mécanismes pour
exécuter pratiquement tous ses programmes, notamment de :
- Conseil national de la statistique
- Comités consultatifs professionnels
- Relations bilatérales avec des ministères fédéraux
- Conseil consultatif fédéral – provincial - territorial

5
a) population; b) agriculture; c) santé et protection sociale; d) application des lois, administration de la justice et
services correctionnels; e) finances publiques, industrielles et commerciales; f) immigration et émigration; g)
éducation; h) travail et emploi; i) commerce extérieur; j) prix et coût de la vie; k) forêts, pêches et piégeage; l) mines,
carrières et puits; m) fabrication; n) construction; o) transport, entreposage et communications; p) services
d'électricité, de gaz et d'eau; q) commerce de gros et de détail; r) finance, assurance et immeuble; s) administration
publique; t) services communautaires, commerciaux, industriels et personnels; u) tous autres sujets prescrits par le
ministre ou par le gouverneur en conseil..

24
- Examens spéciaux de programme

Le Conseil national de la statistique a pour mission de conseiller le statisticien en chef du Canada sur tout
l'éventail des activités de Statistique Canada, en particulier sur les priorités du programme dans son
ensemble.

Dans de grands domaines statistiques, un réseau de comités consultatifs professionnels examine


continuellement les produits statistiques de Statistique Canada et aide à établir les priorités et à favoriser la
pertinence des programmes.

Le Conseil consultatif fédéral-provincial-territorial de la politique statistique et ses sous-comités forment un


réseau composé de 13 représentants officiels des provinces et des territoires qui, de concert avec Statistique
Canada, s'emploient à cerner les besoins en données, à échanger sur les activités statistiques en cours et à
coordonner la diffusion des produits de Statistique Canada dans les gouvernements provinciaux et
territoriaux.

Particularités de la loi sur la statistique :

- Le ministre peut, pour les périodes qu'il détermine, faire usage des services de tout employé de
l'administration publique fédérale pour l'exercice de toute fonction de Statistique Canada ou d'un
fonctionnaire de celui-ci en vertu de la présente loi ou de toute autre loi. Toute personne dont les services
sont ainsi utilisés est, pour l'application de la présente loi, réputée être une personne employée en vertu de la
loi.

-Le Statisticien en chef et toute personne employée ou réputée être employée en application de la loi sur la
statistique, avant d'entrer en fonctions, prêtent le serment, ou font l'affirmation solennelle, qui suit :
Je, ......, jure (ou affirme) solennellement que j'exercerai fidèlement et honnêtement mes fonctions d'employé
de Statistique Canada en conformité avec les prescriptions de la Loi sur la statistique, ainsi que toutes règles
et instructions établies sous son régime, et que je ne révélerai ni ne ferai connaître, sans y avoir été dûment
autorisé(e), rien de ce qui parviendra à ma connaissance du fait de mon emploi.

- Révélation de renseignements secrets


Est coupable d'une infraction et passible, sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, d'une
amende maximale de cinq mille dollars et d'un emprisonnement maximal de cinq ans, ou de l'une de ces
peines, quiconque, après avoir prêté le serment énoncé au paragraphe 6(1):
a) soit, volontairement, révèle ou divulgue, directement ou indirectement, à quiconque n'est pas autorisé par
la présente loi à les obtenir, des renseignements qu'il a obtenus dans l'exercice de ses fonctions et qui
pourraient avoir une influence ou une incidence sur la valeur marchande d'actions, d'obligations ou autres
valeurs ou d'un produit ou article;
b) soit se sert de tels renseignements pour spéculer sur des actions, obligations ou autres valeurs ou sur un
produit ou article. 1970-71-72, ch. 15, art. 33

2.3. Comparaison internationale

En matière d'informations statistiques, nous savons qu' on rencontre, comme dans bien d'autres pays en
développement, des problèmes d'ordre organisationnel, institutionnel, juridique et budgétaire à Madagascar.
Des questions se posent quant aux origines probables de ces problèmes comme :

- La taille de l'INSTAT correspond-elle au niveau de développement du pays et au nombre de la population


ou à sa superficie ?
- Donne-t-on suffisamment des moyens (humains et financiers) au système statistique malgache pour
l'accomplissement de ses missions ?
- La structure du personnel de l'INSTAT, ses organisations générales sont –elles adaptées à ses missions ?

Le premier problème dans ce genre de comparaison est la non disponibilité des données (couverture, année)
surtout que l'on touche des domaines sensibles.

25
Ressources humaines :
Par rapport aux pays d’Afrique, Madagascar dispose d’un système disproportionné :
- Rapporté au nombre de populations , l'effectif de l'INSTAT est deux fois supérieur à ceux des
pays africains mais reste à un tiers de ceux des pays développés (10 personnes pour 100 000
habitants)
- Le nombre de statisticiens diplômés est relativement faible: 6% contre plus de 20% en Afrique
subsaharienne.
- Insuffisance de cadres A à l'INSTAT : 18,6% contre 37,8 % en moyenne en Afrique et 21,9% en
France
- Forte concentration du personnel au niveau central : 86 % contre 23 % en France.
- Plus de 63 % du personnel de l'INSTAT n'atteint pas le niveau baccalauréat à Madagascar (voir en annexe)

Moyens financiers :

- Par rapport au PIB, l'INSTAT dispose d'un moyen relativement élevé


- Par rapport à la superficie, Madagascar se trouve au milieu des pays africains
- Par rapport au nombre d'habitants, Madagascar reste dans les moyennes africaines

26
Tableau . Tableau comparatif des dépenses en statistique dans différents pays
Budget SISN
Budget ins Budget
PIB - millions Taux de (hors Budget INS en Budget Nb personnel % statis- % effectifs
Membre Population Effectifs (USD) / INS Effectifs % cadres
Pays Superficie (km2) USD courant - croissance recensement) USD (hors ins (USD) INS /1000000 ticiens directions
Afristat (2000) SISN PIB (pour (USD) / INS A
2000 (2000) 2004 millions recensement) / km2 Hab. diplômés régionales
100 000) tête
USD

USA 281 550 016 9 629 090 9 837 406 4,2 3 807 1 294 400 000 13,16 134,4 4,60
France 58 892 000 551 500 1 294 246 3,1 9 000 400 000 000 30,91 725,3 6,79 6 000 10,2 21,9% 67,4%
Italie 57 690 000 301 340 1 073 960 2,9 10 000
Canada 30 750 000 9 970 610 687 882 4,5 6 000 19,5 23,3%
Suisse 7 180 000 41 290 239 764 3,0 96 000 000 40,04 2 325,0 13,37 460 6,4
Australie 19 182 000 7 741 220 390 113 1,9
Afrique du Sud 42 800 992 1 221 040 125 887 3,1 1 200 2,8
Tunisie 9 563 500 163 610 19 462 4,7
Madagascar 15 523 000 587 040 3 878 4,8 1 000 000 (*) 25,79 (*) 1,7 (*) 0,06 (*) 429 2,8 6,5% 18,6% 13,8%
Maurice 1 186 140 2 040 4 381 8,0
Bénin Afristat 346 440 78 27,0% 39,2%
6 272 000 112 620 2 168 5,8 15,98 3,1 0,06 1,2
Burkina Faso Afristat 362 258 93 28,7% 37,9%
11 274 000 274 000 2 192 2,2 16,53 1,3 0,03 0,8
Cameroun Afristat 70 508 122 43,5% 60,5%
14 876 000 475 440 8 879 4,2 0,79 0,1 0,00 0,8
Centrafrique Afristat 58 13,8% 41,4%
3 717 000 622 980 963 2,5 1,6
Comores Afristat 13 21,4% 35,7%
558 000 2 230 202 -1,1 2,3
Congo Afristat 87 659 38,5% 50,0%
3 018 000 342 000 3 215 7,9 2,73 0,3 0,03
Côte d'Ivoire Afristat 2 834 028 246 12,5% 20,9%
16 013 000 322 460 9 370 -2,3 30,25 8,8 0,18 1,5
Gabon Afristat 41 924 104 14,4% 40,4%
1 230 000 267 670 4 932 2,0 0,85 0,2 0,03 8,5
Guinée Bissau Afristat 28 584 54 13,0% 72,2%
1 199 000 36 120 215 7,5 13,27 0,8 0,02 4,5
Guinée Equatoriale Afristat 22 4,5% 13,6%
7 415 000 245 860 3 012 2,0 0,3
Mali Afristat 195 325 58 15,5% 34,5%
10 840 000 1 240 190 2 298 4,5 8,50 0,2 0,02 0,5
Mauritanie Afristat 180 271 130 6,3% 20,3%
2 665 000 1 025 520 935 5,2 19,28 0,2 0,07 4,9
Niger Afristat 242 775 97 18,9% 26,3%
10 832 000 1 267 000 1 826 0,1 13,30 0,2 0,02 0,9
Sénégal Afristat 677 445 98 45,2% 55,7%
9 530 000 196 720 4 371 5,6 15,50 3,4 0,07 1,0
Tchad Afristat 243 728 55 20,9% 39,5%
7 694 000 1 284 000 1 407 0,6 17,32 0,2 0,03 0,7
Togo Afristat 37 350 95 4,7% 17,4%
4 527 000 56 790 1 219 -0,7 3,06 0,7 0,01 2,1
Sources : WDI 2002, Afristat ( 1997), INSTAT (2005), sites web des INS (*) : estimation

27
3. Proposition de système statistique pour Madagascar

3.1. Forces et faiblesses du système actuel

Les principaux faits suivants, négatifs et positifs, vont nous permettre d’améliorer le système statistique
actuel à Madagascar :

3.1.1. Les points forts

N° Faits positifs Explications


1. L’initiative privée, l'indépendance institutionnelle La plupart des régions ont déjà commencé à la mise en place
au niveau régionale de leurs systèmes d’information indépendamment des
recommandations et directives des institutions responsables.

2. L’autonomie financière des structures Pour certaines régions, le fonctionnement de l’organe de


centralisation des informations est basé sur la participation
volontaire des différentes entités membres du système.
3. L'importance accordée par les acteurs de On constate aussi la place accordée par les acteurs de
développement aux informations statistiques développements des régions aux informations statistiques
dans la formulation et l’élaboration des plans de
développement. Chaque plan commence en général par une
monographie chiffrée de la région.

3.1.2. Les points faibles

LIES A LA REGULATION DU SYSTEME

N° Faits négatifs Explications -conséquences


1. Absence de cadre Le décret sur la création du CCISE s’applique au niveau national. Aucun texte ne précise
juridique et l’organisation au niveau régional.
institutionnel sur la
coordination des Conséquences :
informations - Des structures décentralisées sont tentées de se substituer aux services déconcentrés.
statistiques au niveau - Dans la pratique, des services déconcentrés effectuent des taches voisines sans
régional coordination formelle. C’est le cas des services déconcentrés de l’INSTAT et du Plan qui
collectent parallèlement les données sur les communes et districts

2. Au niveau national, Les lois et décret en matière de statistique ne couvrent pas les règles déontologiques de la
insuffisance des profession
réglementations des
opérations statistiques. Conséquences :
- la rétention d’information pratiquée par les entités productrices d’informations
statistiques.
- le traitement des données n’est pas réglementé (pas de sanctions pour les agents de
l’Etat qui seraient tentés de falsifier les résultats)
- les prestataires de services privés travaillant pour le compte de l’Administration ne sont
pas tenus de respecter les codes de déontologiques statistiques.

3. Les décrets La mise en place des régions n’est encore qu’en phase de démarrage.
d'application de la loi
sur les régions ne sont Conséquences :
pas encore sortis - la répartition des tâches et les relations fonctionnelles et hiérarchiques entre les services
déconcentrés et décentralisés ne sont pas encore définies.
- il est difficile de cerner les besoins réels en matière d’information statistique régionale.

28
N° Faits négatifs Explications -conséquences

4. Changement fréquent L’organisation administrative à Madagascar change très souvent : en quinze ans on a
des organisations assisté à trois organisations administratives : Faritany/fivondronana/firaisana/fokontany -
administratives à Faritany/fivondronana/commune/fokontany- Faritany/région/commune/fokontany
Madagascar.
Conséquences :
- Difficulté de l’opérationnalisation et de pérennisation des systèmes (phase de transition
éternelle)
- Coordination difficile

5. Le CCISE est réservé A Madagascar, le CCISE n'est pas un lieu de concertation entre producteur et utilisateur
uniquement au secteur d'informations statistique comme dans les pays ayant des systèmes statistiques avancés.
public Conséquences :
- La non adhésion des acteurs de développement dans la mise en place et la coordination
du système statistique
- La non optimisation de la gestion des ressources (humaines et financières)

LIES AU PRODUCTEUR CENTRAL

N° Faits négatifs Explications -conséquences


6. Absence de quelques La non prise en compte de certaines fonctions fondamentales au sein de l’INSTAT
fonctions entraînerait un mauvais fonctionnement de l’ensemble du système statistique aussi bien
fondamentales au sein national que régional. A titre d’exemple, nous citons l’absence de :
de l'INSTAT - la gestion des carrières des statisticiens professionnels
- la gestion des normes statistiques et comptables (définition et concepts statistiques et
comptables, gestion des nomenclatures, conception des systèmes d'informations
statistiques des administrations)
- l’audit ou évaluation des opérations statistiques : méthodologie, procédures, efficacité,
efficience (INSTAT et autres)
- la coordination des opérations statistiques internes
- la coordination et uniformisation des publications (fond et forme)
- l’archivage des informations (données et publications et études aussi bien celles de
l'INSTAT que celles des autres)
- le développement des coopérations internationales
- la recherche et le développement de la formation en statistiques, économie,
démographie, économétrie,…
- la promotion de l’Information Statistique
- le développement de la collaboration directe avec les autres entités productrices
d'informations statistiques.

7. Déviation de la Depuis la transformation du statut de l’INSTAT en EPIC, la satisfaction des besoins


mission de l'INSTAT externes et conjoncturels (suivi - évaluation de projet, enquête ponctuelle…) est devenue
une priorité au détriment des missions fondamentales de l’INSTAT telles que la
réalisation périodique des comptes nationaux et la coordination du système statistique
national.

Conséquences :
- la priorisation des opérations statistiques est déterminée non pas par l’intérêt général de
la nation mais par leur budget et leur caractère externe ou non à l’INSTAT.
- aucune amélioration du système national ou régional car les investissements à moyen ou
long terme ne trouveront aucun financement

8. Problèmes de gestion Ils se manifestent par :


de l’INSTAT - l’importance des personnes sous qualifiées structurellement (selon le FMI dans son
rapport: la qualification des cadres affectés aux statistiques du secteur réel est considérée
trop juste ou insuffisante pour certaines activités.)
- le départ des cadres (selon toujours le FMI : les directions chargées de l’élaboration des

29
N° Faits négatifs Explications -conséquences
statistiques du secteur réel ont subi de nombreux départs au cours des dernières années,
soit en raison de la modicité des rémunérations, soit en raison de la mobilité
professionnelle) expérimentés – phénomènes communs aux INS Africains
- l’inefficience de la gestion des opérations statistiques. La recherche de la minimisation
des coûts n’est pas systématique et non institutionnalisée.
- l’absence de stratégie générale de développement (réforme sur le plan social pour la
formation des cadres – plan de gestion des ressources humaines)

Conséquences :
- réduction de la capacité de production d’informations statistiques de l’INSTAT
- faible capitalisation des savoirs et des savoirs -faire qui entraîneraient la mauvaise
qualité des informations statistiques publiées.

9. L'INSTAT ne joue En tant que producteur central des informations statistiques, l'INSTAT devrait veiller :
pas son rôle de - à l'application des textes réglementaires en matière de statistique
producteur central - au développement des compétences statistiques et économiques
- à la qualité et la fiabilité des informations statistiques dans l'ensemble
- à l'état du système statistique…

Conséquences :
- aucune recherche d'amélioration des organisations statistiques
- aucune mesure ou stratégie prise pour résoudre certains problèmes tels que l'insuffisance
des compétences statistiques et économiques, amélioration de la culture statistique des
dirigeants.

LIES A LA DIFFUSION

N° Faits négatifs Explications -conséquences


10. Les informations La mauvaise qualité des informations disponibles se manifeste par :
disponibles sont - le retard de la publication des résultats et le degré des analyses.
jugées d’une - les incohérences ou la non robustesse des données (à titre d'exemple, la somme des
mauvaise qualité populations des communes d'une région est largement différente de la population de la
même région)

Conséquences :
- Baisse de la crédibilité des producteurs
- Les analyses ne répondent pas aux besoins des utilisateurs
11. L'absence de Les producteurs ne communiquent pas assez sur les produits, leur procédure d’élaboration
catalogue et leurs tarifs.

Conséquences :
- La non valorisation des informations
- Impression de gaspillage sur les opérations statistiques
12. - L'inégalité des accès aux informations statistiques contrairement aux recommandations
La rétention d' du FMI.
information - Les publications ne sont pas accessibles même si le demandeur est prêt à payer sous
prétexte que l'Administration ne soit pas autorisée à vendre des publications ou qu'il n'y
ait que très peu d'exemplaires ou qu'il faille faire une demande officielle.
- D'autres agents considèrent les données comme leur propriété personnelle

Conséquences :
Outre les conséquences citées dans 11, on constate une tendance à une pratique d'emprise
du pouvoir en disant que très peu de gens "maîtrisent le dossier" et que les agents
détenteurs de l'information sont incontournables aussi pour les bailleurs de fonds que pour
les autorités.

13. L'absence de politique Un exemple concret est l'existence d'un plan directeur de l'INSTAT depuis décembre
de communication et 2002, qui n'est pas encore diffusé actuellement au niveau du personnel.

30
N° Faits négatifs Explications -conséquences
de diffusion
Conséquences :
- la non visibilité des instituts de statistique qui aura certainement des impacts négatifs sur
ses budgets et ses activités
- la non adhésion du personnel et des partenaires aux orientations stratégiques adoptées
par les dirigeants en matière de statistique.

AUTRES
N° Faits négatifs Explications –conséquences
14. Beaucoup d'entités publiques Faute d'imagination des responsables des différents ministères sur la
considèrent la collecte des programmation de leurs activités futures, on assiste très souvent au montage de
données et la mise en place projet genre "analyse et diagnostic de système pour aboutir à une politique
d'une base de données nationale accompagné d'un système de suivi et évaluation". Des activités qui
comme leurs principales passent par la collecte et l’analyse des données.
missions. Il faut dire que la collecte et l'analyse des données sont des activités relativement
faciles à saisir selon la plupart des intellectuels. Parallèlement, elles constituent un
bon argument pour demander de l'argent auprès des bailleurs de fonds qui ont
toujours comme premier souci le suivi de l'affectation des fonds.

Conséquences :
- foisonnement d'opérations statistiques et mise en place de bases de données selon
une approche input/output contrairement à une démarche systémique un peu plus
cher mais conduit à une rationalisation des ressources disponibles (argent,
compétences) donc à de meilleurs résultats.
- il est difficile de coordonner l'ensemble du système car les enjeux touchent
beaucoup d'acteurs (source de financement).

15. Insuffisance des cadres Non seulement il y a insuffisance de cadres compétents en statistique mais en plus
formés en statistique ils ne sont pas tous affectés à des postes qui correspondent à leur formation.

Conséquences :
- Réalisation des opérations statistiques par des non spécialistes. La partie
monographie des PCD et autres est souvent réalisée par des consultants non
spécialistes en statistique.
- Mauvaise qualité des données, absence de méthodologie, collecte de données non
encadrée par des professionnels et des personnes expérimentées qui se traduit par
les incohérences constatées :
En utilisant par exemple les données issues du recensement des communes
effectuées par le programme ILO en 2001, on trouve que le nombre de population
à Madagascar est de 20 millions au lieu de 15 millions.

16. La faiblesse de la culture Cette faiblesse se manifeste en général par la non utilisation ou le mauvais emploi
statistique des dirigeants des informations statistiques dans la planification ou la gestion d'une entité. A cela
s’ajoute aussi l'existence de multitudes d'idées reçues sur un phénomène sans
aucune démonstration scientifique et objectif.

Conséquences :
Besoins mal cadrés et non pertinents des structures décentralisées : tendance à une
inflation ou à l'inexistence des demandes

17. La non amélioration et la Des questions se posent. Qui collecte ces données ? Comment elles sont
non valorisation des données collectées? On voit là la limite des données administratives mais son utilisation
de sources administratives doit être orientée. Par exemple, même si l'échantillonnage de l'EPM 93 était basé
sur des données administratives, le résultat a été satisfaisant car il était cohérent
avec les résultats du RGPH effectué de la même année.

18. Les principaux responsables L'absence de collaboration entre ingénieur statisticien et démographe et les autres
des SSM ne sont ni des détenteurs d'informations ou spécialiste. Inexistence de personnel détaché dans les

31
N° Faits négatifs Explications –conséquences
personnels détachés de autres ministères. Soit tout est statisticien soit aucun statisticien.
l'INSTAT ni des statisticiens Conséquences :
diplômés en général Difficulté de la coordination statistique

3.2. Les contraintes à considérer

Outre la prise en considération des aspects cités précédemment, la mise en place d’un système statistique
régional nécessite aussi la prise en compte des contraintes suivantes :

- Respect des normes internationales (cadre conceptuel, nomenclatures, ressources humaines, moyens
financier,…, voir par exemple l’Encadré 1 sur les principes fondamentaux de la statistique officielle). C’est
le premier réflexe que doit avoir le responsable du système d’informations statistiques pour des raisons
diverses : garantie pour la qualité des informations, comparabilité et efficacité du système.

- assurer un bon service public. En effet, la statistique est un service public qui devrait donc satisfaire les
besoins des utilisateurs, c'est-à-dire un service accessible à ceux qui en ont besoin, utile à quelque chose
(pertinent) et disponible en temps opportun. Un service qui a aussi des obligations d’efficience (minimisation
des coûts direct et indirect pour les acteurs de développement), d’efficacité (satisfaire les besoins prioritaires)
et de bonne gouvernance (respect de la législation statistique et des principes fondamentaux de la fonction
statistique).

Encadré 1 .Les principes fondamentaux de la statistique officielle

Sur le plan international, prenant acte de l’importance de la statistique et des efforts faits dans le cadre de
l’harmonisation des concepts y relatifs, la Commission de statistique du Conseil Economique et Social a
adopté en 1994, les principes fondamentaux de la statistique officielle en dix points qui suivent :

1. la statistique officielle constitue un élément indispensable du système d’information d’une société


démocratique, fournissant aux administrations publiques, au secteur économique et au public des données
concernant les situations économique, démographique, sociale et environnementale. A cette fin, des
organismes responsables de la statistique officielle doivent établir des statistiques officielles selon un critère
d’utilisation pratique et les rendre disponibles, en toute impartialité, en vue de rendre effectif le droit d’accès
des citoyens à l’information publique.

2. pour que se maintienne la confiance dans l’information officielle, les organismes responsables de la
statistique doivent déterminer, en fonction des considérations purement professionnelles, notamment de
principes scientifiques et de règles déontologiques, les méthodes et les procédures de collecte, de traitement,
de stockage et de présentation de données statistiques.

3. pour faciliter une interprétation correcte des données, les organismes responsables de la statistique
doivent fournir, en fonction des normes scientifiques, des informations sur les sources, les méthodes et les
procédures qu’ils utilisent.

4. les organismes responsables de la statistique ont le droit de faire des observations sur les
interprétations erronées et les usages abusifs des statistiques.

5. les données utilisées à des fins statistiques peuvent être tirées de toutes sortes de sources, qu’il
s’agisse d’enquêtes statistiques ou de fichiers administratifs. Les organismes responsables de la statistique
doivent choisir leur source en tenant compte de la qualité des données qu’elle peut fournir, de leur actualité,
des coûts et de la charge qui pèse sur les répondants.

32
6. les données individuelles collectées pour l’établissement des statistiques par les organismes qui en
ont la responsabilité, qu’elles concernent des personnes physiques ou des personnes morales, doivent être
strictement confidentielles et ne devoir être utilisées qu’à des fins statistiques.

7. les textes législatifs et réglementaires et toutes dispositions régissant le fonctionnement des systèmes
statistiques doivent être portés à la connaissance du public.

8. A l’intérieur de chaque pays, il est essentiel que les activités des différents organismes responsables
de la statistique soient coordonnées pour assurer la cohérence et l’efficacité du système statistique.

9. l’utilisation par les organismes responsables de la statistique de chaque pays des concepts,
classifications et méthodes définis à l’échelon international, favorise la cohérence et l’efficacité des systèmes
statistiques à tous les niveaux officiels.

10. la coopération bilatérale et multilatérale dans le domaine de la statistique contribue à l’amélioration


des systèmes d’élaboration des statistiques officielles dans tous les pays.

Ces principes fondamentaux doivent inspirer la réglementation statistique dans les pays moins avancés où de
manière générale, la réglementation en matière statistique encore embryonnaire doit :
• préciser le champ de la statistique et son objet
• donner une assise légale au caractère de service public de la statistique
• instituer les instances de coordination et de promotion de l'activité statistique.
• définir les droits et obligations des unités statistiques enquêtées, ainsi que ceux des organismes
intervenant dans la production statistique.

Source : Apollinaire KINGNE. INS/CAMEROUN

3.3. Proposition de système

3.3.1.Les invariants de l’organisation

L'analyse des systèmes statistiques de différents pays, les points faibles du système à Madagascar et les
contraintes à tenir compte nous amène à proposer les deux principaux scénarios suivants :

- Le scénario décentralisé interne qui conserve la structure actuelle, mais


• la gestion des ressources humaines en particulier les statisticiens diplômés du SISN est centralisée
à l’INSTAT (le modèle INSEE)
• et les missions des services statistiques sont mieux définies qu’actuellement
Inconvénient : le SISN reste fragile et instable car très dépendant de la géométrie des ministères.
Avantage : très peu de changement sauf concernant les ressources humaines tout en améliorant la
coordination et le fonctionnement du système

- le scénario décentralisé externe dans lequel apparaissent des nouvelles super structures autonomes,
spécialisées dans la coordination, la réglementation des informations statistiques et qui regroupent l'ensemble
des entités sous la coordination du statisticien en Chef (une partie du modèle Canadien). De là découle
l'uniformisation de la gestion d'une grande partie des ressources humaines (en particulier les statisticiens
diplômés et les statisticiens publics agréés) qui sont en situation de déficit actuellement à Madagascar. Le
reste des ressources humaines demeure encore sous l'autorité directe des ministères pour satisfaire ses
besoins spécifiques et ponctuels.

Inconvénient : assez long à mettre en place et nécessite une concertation large de tous les acteurs de
développement.
Avantages : une bonne maîtrise de la gestion des ressources humaines, la stabilité du système,
quelques avantages du système centralisé à savoir :

33
- une bonne coordination du SISN (ressources humaines, normalisation des concepts et
méthodes, programmation des activités) qui constitue le principal défaut d'un système décentralisé.
- l'objectivité des résultats du fait de la réduction de l’influence politique
- la capacité de répondre aux besoins des utilisateurs par la pluridisciplinarité des approches
(l'un des problèmes du système centralisé).

Concernant le scénario centralisé où l’ensemble du SISN est rassemblé au sein de l’INSTAT, on considère
que c'est assez coûteux à mettre en place mais surtout difficile à faire passer à cause d'une prévisible
réticence voire objection de la part des différents ministères.

Qu’il s’agisse du SISN centralisé ou décentralisé, leur mise en place de manière exclusive n’est pas
souhaitable, il dispose en général de deux organes de coordination que sont le Conseil de la Statistique et
l’INSTAT.

Lors de l'exercice d’élaboration d’un schéma directeur de la statistique en Côte d'Ivoire, les experts ont pu
dégager les éléments constants quel que soit le scénario de système choisi. Ce sont des mesures
incontournables pour passer du système présent au système cible. Elles touchent différents aspects dont les
détails et leurs justifications peuvent être consultés en annexe de ce document.

Sans être exhaustif, nous citons par exemple :


- La mise en place d'un cadre juridique cohérent et complet sur l'obligation de réponse et assurance du
secret statistique, l'accessibilité et la neutralité des données, l'existence d'un organe de coordination des
informations statistiques, la protection des renseignements individuels,
- La place de l'Institut National de la Statistique qui doit avoir un rang au moins équivalent à celui
d'une direction générale de l'Administration Centrale et accroît son autonomie de gestion du personnel.
- La capacité de l'Appareil Statistique National (ASN) à répondre aux besoins nationaux essentiels, par
la mise à la disposition des utilisateurs de statistiques de qualité.
- La comptabilisation des moyens financiers de l'ASN.
- L'harmonisation du niveau de rémunération des statisticiens au sein de l'ensemble de l'ASN et que
celui-ci doit être capable d'attirer et de maintenir les statisticiens dans l'ASN.
- Que chaque unité de production procédera à l'archivage de ses propres données et métadonnées. En
parallèle, il existera un archivage des données et métadonnées par réplication périodique, centralisé à
l'INS….

Ce que l'on peut surtout tirer de cet exercice, c'est que le processus de mise en place d'un nouveau système
statistique est un processus long et assez complexe qui nécessite la mobilisation et l'adhésion de tous les
statisticiens pour pouvoir fonctionner normalement. Le système que nous allons proposer n'échappe pas à
cette règle.

3.3.2. Proposition de Système national

Le système que nous proposons est basé sur les systèmes en vigueur en France, au Canada, en Italie et en
Tunisie. C’est un système qui a ses avantages et ses inconvénients et qui pourrait résoudre à notre avis les
principaux problèmes suivants (que l’ancien système ne pouvait pas résoudre) :

- l'insuffisance des statisticiens diplômés


- la différence de traitement des statisticiens publics (fonctionnaires et non fonctionnaires)
- l’inexistence d’une perspective de carrière pour les statisticiens (absence de mobilité)
- l'absence de coordination aussi bien institutionnelle que technique
- l'absence de garantie de la qualité de l’Information Statistique et du respect de la déontologie statistique.

C'est un système décentralisé externe, développé partiellement en 3.3.1, que l'on appelle par SISN (Système
d'Information Statistiques National). Il est composé des organes de contrôle et de coordination du système
(CNSTAT, CNGIS) et des organes producteurs de statistiques (INSTAT, Services statistiques des ministère
ou SSM). L'ensemble du système est sous l'autorité unique du Statisticien en Chef comme le montre la figure
suivante.

34
Figure 2. Système d'Information Statistique National
(SISN)

Conseil des Ministres

Statisticien
en Chef

Comité National
Conseil National
pour la Garantie
de la Statistique
de l'Information
(CNSTAT)
Statistique
(CNGIS)
Services
Institut National
Statistiques des Autres Comités
de la Statistique
Inspection générale Ministères organismes consultatifs
(INSTAT) professionels
(SSM)
Conseils
Diffusion SISN Education Centres de
Commision consultatifs
formation en régionaux
d'agrément des statistique
statisticiens publics Santé
Gestion des
repertoires et Comité du label et
fichiers individuels de la coordination
Banque centrale : Centres de technique
monnaie, financier, recherche ou
taux de change observatoires
Recensement de la
Comité
population
d'orientations
Industrie générales
Comptes nationux
Finances
publiques Comité du
Environnement contentieux et du
secret
Autres
Coordination interne
Indices des prix : consommation, production
Commerce extérieur
Marché du travail : emploi, chômage,..
Conditions de vie des ménages
….

Source : Combinaison des SISN des pays suivants : France, Canada, Italie, Tunisie, Madagascar et pays membres
d’Afristat

Trois nouvelles entités sont créées dans ce nouveau système à savoir :

- le statisticien en Chef, une autorité qui unifie et coordonne l'ensemble du système. Il est le garant de la
qualité et l'efficacité du système.

- le Conseil National de la statistique (CNSTAT), le successeur du CCISE mais ayant des missions et
pouvoirs plus élargis. C'est plus qu'un comité technique, c'est une plateforme de concertation entre
producteurs et utilisateurs d'informations statistiques.

35
- le Comité National pour la Garantie de l'Information Statistique ou CNGIS par contre est un organe qui
n'existait pas auparavant. C'est une entité qui permet de réglementer l'exercice de la profession de statisticien
et de pallier à l'insuffisance des statisticiens diplômés. C'est par ce comité que l'on peut rétablir la crédibilité
des statisticiens publics.

La mise en place de ce système nécessite au préalable l'élaboration d'une politique nationale de la statistique
qui permettrait entres autres de voir l'engagement politique du pays entier (gouvernement et parlement) sur
l’importance de l’Information Statistique. C'est par cette politique nationale, à travers des lois sur la
statistique, que l'Administration devrait reconnaître la fonction statistique comme faisant partie de ses
fonctions fondamentales. Il devra en découler l'élaboration d'un cadre juridique permettant sa réalisation.

Lois sur la statistique


Les lois et textes réglementaires sur la statistique à Madagascar portent sur le secret statistique et la
coordination statistique. Bien qu'inspiré des lois françaises de 1951 modifié et complété par divers textes
réglementaires, le cadre juridique malgache n'a pas suivi l'évolution des lois françaises. A titre d'exemple,
contrairement à ce qui se passe en France, il n 'y a pas encore actuellement de cadre juridique sur la
protection des renseignements individuels à Madagascar. Il en est de même sur le code de déontologie
statistique.

Nous estimons que les lois suivantes sont à élaborer parallèlement avec la mise en place du nouveau système
pour combler ces lacunes :

- Loi d'orientations de l'activité statistique qui comme beaucoup d'autres pays africains francophones ne fait
que continuer ce qui existait déjà pendant la colonisation.

- Loi générale sur la statistique. Une loi cadre qui unifie l'ensemble des services statistiques des ministères et
l'INSTAT et qui permettrait de souligner l'importance de l'Information statistique dans l'instauration de la
bonne gouvernance et la démocratie par :
• la reconnaissance de l'activité statistique comme fonction de l'administration
• la définition des rôles et attributions du statisticien en Chef
• la détermination de la structure et le fonctionnement du SISN

- Loi réglementant l'exercice du métier de statisticien –public6 et développant : les conditions d'exercice du
métier de statisticien public, la déontologie statistique, la définition des statistiques officielles. Cette loi est
indispensable pour arrêter les gaspillages qui sont en train de se produire actuellement dans les régions et les
communes dans le cadre de la réalisation des PRD (Plan Régional de Développement) et des PCD (Plan
Communal de développement).

- Loi sur l'obligation, la coordination et le secret statistique. Seront précisées dans cette loi en plus des
obligations des agents de l'Etat sur le secret statistique des informations individuelles mais surtout
l'obligation des différentes entités à centraliser, suivant un calendrier bien établi, au niveau de l'INSTAT les
informations nécessaires à la confection des comptes nationaux. La loi précisera qu'une telle entité doit
fournir obligatoirement à l'INSTAT de telles informations suivant un calendrier fixé d’avance dans la même
loi.7

6
Il est difficile de restreindre l'exercice de métier de statisticien dans le secteur privé car c'est contraire à la
libéralisation de l'économie et la liberté fondamentale des individus. Seulement pour ceux qui travaillent dans
l'Administration ou effectuent des travaux pour le compte de l'Administration, ils doivent avoir un minimum de
formation en statistique validée par le CNGIS et respecter les codes de déontologie statistique (au Canada, toute
personne qui fait partie de la chaîne de production de statistique doit prêter serment. La violation de ce serment peut
entraîner des sanctions jusqu'à un emprisonnement de cinq ans).
7
Ces précisions dans une loi est absolument nécessaire d'après ce que nous avons vécu lors de la collecte des données
sur les finances publiques (lois de finance initiale et exécution) dans le cadre de l'Etude sur l'amélioration du système
d'informations financières du Secteur Educatif à Madagascar. Les agents du Ministère chargé des finances et du
budget nous ont carrément refusé l'accès aux données sur support électronique en prétextant l'impossibilité de réaliser
une extraction des données alors que ces données existaient déjà (voir l'étude sur l'analyse du budget, réalisée dans le

36
- Loi sur la protection des renseignements personnels. C'est le plus dangereux si on n’y fait pas attention. En
effet, si des gens malintentionnés arrivent à avoir accès à des fichiers contenant des renseignements
individuels, on pourrait s'attendre à des graves problèmes tels que ce qui s'est passé en France lors de la
deuxième guerre mondiale. C'est urgent aussi à notre avis car des communes comme la Commune Urbaine
d'Antananarivo envisage de mettre sur fichier des informations individuelles de l'ensemble de la population
de la commune.

Ces lois à élaborer sont résumées dans la figure n°3.

Figure 3 Lois sur la Statistique

Politique Nationale de la
Loi d'orientations de l'activité statistique
Statistique

Loi générale sur la statistique :


CREATION DU SISN - reconnaissance de l'activité statistique comme
fonction de l'administration
- rôles et attributions du statisticien en Chef
- structure et fonctionnement du SISN

Loi sur :
Statisticien public - conditions d'exercice du metier de statisticien
public
- la déontologie statistique
- les statistiques officielles

- Loi sur l'obligation, la coordination et le secret


Secret et coordination statistique
- Loi sur la protection des renseignements
personnels

Source : basé sur les expériences des pays suivants : France, Canada, Italie, Tunisie

Création du SISN :
Jusqu’à présent, la loi ne reconnaît pas l’existence d’un système statistique national à Madagascar. La
création du SISN par une loi aurait pour conséquence l’introduction de la production, l’analyse et la diffusion
des statistiques dans l’ensemble des fonctions et obligations de l’Etat. Parallèlement, en s’inspirant de la loi
sur le système statistique de la Tunisie, on peut préciser dans cette loi les objectifs généraux et les principes
fondamentaux de l’exercice de la fonction de statistique tels que : l’obligation du secret statistique,
l’obligation de réponse, de diffusion régulièrement des statistiques (voir en annexe). En outre, l’ensemble des
services statistiques publiques constitué en un tout permettrait de donner davantage de motivation aux
statisticiens par une perspective de carrière plus intéressante grâce à la facilitation de la mobilité

cadre du programme DAP1). Nous avons donc été obligé de faire des photocopies des documents (de 250 pages) au
sein du même service contre un toner neuf de la photocopieuse alors qu'on effectuait une mission pour le compte de
l'Administration !

37
professionnelle au sein des différents services. Ce serait aussi un moyen, suivant le modèle français, pour le
renforcement de la coordination technique et le transfert des compétences par le canal des ressources
humaines.

Statisticien en Chef
Autrefois tous les statisticiens publics étaient tous des fonctionnaires. Mais, depuis le gel de recrutement
dans la fonction publique (le corps de statisticiens est limité pour le moment à soixante personnes : quinze
ingénieurs statisticiens - économistes et quarante cinq ingénieurs des travaux statistiques), on peut trouver
des statisticiens publics non fonctionnaires et des statisticiens non diplômés dans l’Administration. Ces
différents statuts engendrent des méthodes de travail différentes des statisticiens dans l’exercice de leurs
fonctions. Le Statisticien en Chef jouerait ici le rôle de régulateur et de coordinateur de la profession. Il aura
une autorité directe sur l’ensemble des « statisticiens publics » et sera le premier garant et responsable de la
qualité des informations statistiques publiques à Madagascar.

Le Statisticien en chef ou son équivalent existe déjà au Canada, en Suisse et en Italie sous le nom de
président de l’ISTAT. Au Canada par exemple, toute personne qui participe à une opération statistique doit
prêter serment. La violation de ce serment pourrait entraîner une peine allant jusqu’à cinq ans
d’emprisonnement.
A Madagascar, comme nous l’avons dit, beaucoup de personnes exercent le métier de statisticien public
c’est-à-dire faire le métier de statisticien pour le compte de l’Administration sans avoir aucune formation ou
diplôme en statistique. Evidemment, nous ne sommes pas là en train de restreindre le métier de statisticien à
quelques personnes privilégiées, tout le monde peut faire par exemple des enquêtes dans le secteur privé si le
financement et la destination des produits sont réservés uniquement au secteur privé. Par contre, dans le
domaine public, on doit arrêter non seulement le gaspillage mais surtout le non respect de la déontologie et la
mauvaise qualité des informations statistiques.

Nomination du Statisticien en chef et du Directeur Général de l’INSTAT


A l’instar du système statistique en Italie, le Statisticien en Chef serait chargé du fonctionnement de
l’ensemble du système en particulier la coordination institutionnelle des SSM tandis que le DG de l’INSTAT
s’occuperait uniquement de l’INSTAT comme actuellement. La nomination du Statisticien en Chef pourrait
être réalisée à la manière de la nomination des présidents des Universités actuellement que l’on rappelle ci-
après :

Le président de l’Université est nommé en conseil de ministre pour un mandat de quatre ans suite à un vote
de l’ensemble des enseignants et du personnel administratif et technique (PAT) selon une pondération bien
définie et selon le programme présenté des candidats. La candidature est soumise à quelques conditions dont
le grade de professeur.

En ce qui concerne le Statisticien en Chef, le poste est réservé au titulaire d’un doctorat en économie ou en
mathématique ou un diplôme d’Ingénieur Statisticien Economiste ou d’un diplôme d’ingénieur des Travaux
Statistique et d’un diplôme de démographe en même temps. Chaque candidat devrait aussi avoir au moins
dix années d’expériences professionnelles dont cinq ans au moins dans une institution (ou service) de
statistique. La durée de son mandat serait de quatre ans une fois renouvelable. L’ensemble des statisticiens
publics et diplômés choisiraient et proposeraient donc deux noms parmi lesquels devrait choisir le Président
de la République. Le Statisticien en Chef devrait prêter serment avant sa prise de fonction.

Quant au Directeur Général de l’INSTAT, il est nommé aussi en conseil des Ministres sur proposition du
Statisticien en Chef (modèle italien).

CNGIS
Le CNGIS ou Comité National pour la Garantie de l’Information Statistique est une nouvelle structure
inspirée du système italien. Il aurait pour rôle de faire respecter la déontologie statistique et de pallier à
l’insuffisance des statisticiens diplômés à Madagascar par :

38
- la création de l’Inspection Générale, qui existe déjà au sein de l’INSEE en France, constituée d’experts
statisticiens seniors et qui a pour tâche de faire des contrôles et évaluations des opérations statistiques
effectuées sur le territoire (contrôle technique, gestion et financier) et de faire ses rapports directement au
premier ministre ou du Président de la République. Contrairement à celle de la France, on la fait sortir de la
structure de l’INSTAT pour être totalement indépendante.
- la création d’une commission d’agréments des statisticiens publics. C’est un système inspiré des experts
comptables, un moyen qui permettrait de limiter les dégâts causés par les personnes n’ayant pas de diplôme
reconnu en statistique mais qui sont à la tête des « opérations statistiques publiques ».
Le CNGIS devrait être présidé par un Professeur d’Université.

CNSTAT
Le CNSTAT ou Conseil National de la Statistique est l’entité habituelle responsable de la coordination des
Informations Statistiques. Le choix du Conseil par rapport au comité est dicté par l’ampleur des enjeux. On
adopterait ici une structure entre celle de la France et de la Tunisie. Une structure comme celle de la France
mais en version allégée et ayant un peu plus de pouvoir comme celle de la Tunisie.
Il est à noter qu’à la différence du CCISE actuel, on mettrait en place une réelle plateforme de concertation
entre tous les acteurs de développement dont le secteur public. Une structure qui permettrait d'assurer à la
fois l’adhésion de la nation et l’adéquation des besoins à la production.

3.3.3. Proposition de Système régional

Comme nous l'avons dit au début de cette étude, la décentralisation est un phénomène qui a débuté depuis
quelques années à Madagascar. Parler d'un système régional de la statistique ne fait donc que renforcer cette
orientation politique que tout service public devrait suivre. Actuellement, bon nombre de régions et
communes ont déjà entamé ou terminé l'élaboration de leurs plans (régionaux ou communaux). Une
opération qui requiert différentes sources de données en particulier les données démographiques qui sont la
base de toute planification.

Or il s'avère que le dernier recensement de la population remonte à 1993 et que toutes les données de base
sont obtenues à partir des projections ; des exercices difficiles à réaliser au niveau des communes pour
diverses raisons entre autres l'inexistence de tables de correspondance fiables entre le découpage
administratif pendant la période du recensement et le découpage administratif en vigueur. Cette situation est
aggravée par la faiblesse de l'Etat civil, ce qui fait que tout essaie de résoudre ses problèmes selon ses
capacités.

Par ailleurs, l'une des raisons de la création des régions est la valorisation des produits agricoles par
l'implémentation d'usines de transformation de ces produits. Une stratégie qui passera par des appels à des
investisseurs étrangers qui auront besoin des données fiables et complètes sur les régions. Des besoins qui
sont loin d'être satisfaits dans l'état actuel des informations statistiques. Pour ne pas s'orienter vers les mêmes
activités, chaque région devrait mettre en place un système qui permettrait d'identifier ses avantages
comparatifs par rapport à d'autres régions et d'avoir une vision plus précise de sa place et son poids
économique dans le futur. L'instrument classique utilisé pour ce genre de problème est le Tableau des
Entrées - Sorties régional ou TES régional (voir encadré 3 et figure 5) mais qui pourrait être poussé plus loin
selon les possibilités vers la confection des PIB régionaux ou des Matrices de comptabilité sociales (MACS).

L'un des avantages du recours au TES est l'obligation pour les différents producteurs de statistiques et les
autorités régionales d'avoir un organe de coordination des informations statistiques à leur niveau. Situation
qui découle naturellement du système qui permettrait de disposer des données pertinentes et fiables.

Il apparaît que la principale contrainte dans la mise en place de ce système est l'insuffisance aussi bien en
quantité qu'en qualité des ressources humaines. Il faudrait bien donc faire des analyses approfondies de ses
avantages et inconvénients avant de s'engager dans de telles opérations même si la région d'Anosy a déjà
effectuée cette démarche depuis l'année 1999. Ce qui est sûr c'est que les données collectées sont loin d'être
cohérentes et fiables si bien qu’elles risquent de ne pas apporter des mesures efficaces et pertinentes à la
région.

39
Encadré 3. REFLEXION SUR L’ETABLISSEMENT
DES PRODUITS INTERIEURS BRUTS REGIONAUX A MADAGASCAR

Avec l’avènement des régions à Madagascar, des demandes de disposer des informations économiques, sociales,
environnementales … se révèlent d’une importance capitale. Il s’agit de demande nationale des instances politiques et
techniques, demande locale de ces mêmes instances politiques utiles, demande des entreprises (dans le cadre de leurs études de
marché et de localisation), d’organismes internationaux, etc. Ces demandent portent particulièrement sur les agrégats
économiques pour ces différentes régions : un agrégat de production (PIB régional) et un agrégat de revenu (Revenu des
ménages). L’obtention de ces agrégats économiques par région permet d’avoir par sommation le PIB national.
Pour répondre à toute cette attente, l’établissement des Comptes régionaux serait le meilleur instrument pour mesurer ces
agrégats.

LES COMPTES REGIONAUX

1 Les objectifs des comptes régionaux

Lorsque les différentes régions d’un pays présentent des niveaux de développement économique et social inégaux ou des
spécificités qui les distinguent d’une manière particulière les unes par rapport aux autres; l’élaboration de comptes régionaux
revêtira alors un certain intérêt.
Construire un ensemble complet de comptes au niveau régional suppose de traiter chaque région comme une entité
économique distincte. Les opérations que réalise une région avec d’autres deviennent en quelque sorte des opérations avec
l’extérieur. Il va de soi que les opérations extérieures d’une région doivent être subdivisées entre celles qui ont lieu avec
d’autres régions du pays et celles qui ont véritablement lieu avec le reste du monde.
L’élaboration de comptes régionaux se limite à l’observation des activités de production par branche d’activité et à la
construction de comptes pour certains secteurs institutionnels seulement, tels les ménages.
L’établissement d’un Tableau Entrée Sortie régional (TES Régional) permet d’une part d’analyser la structure régionale de
l’appareil productif, mais d’autre part, le TES régional fournit une meilleure approche dans le calcul du PIB régional à partir de
ses composantes par branche, production et consommations intermédiaires. Les estimations des flux interrégionaux rendent
difficiles l’approche par la demande et les problèmes de régionalisation des profits des entreprises multirégionales demeurent
une des difficultés de l’approche par les revenus.

2 Le territoire régional

L’économie régionale d’un pays fait partie de son économie totale. Cette dernière est définie en termes d’unités
institutionnelles. Dans les comptes régionaux, il y a lieu de distinguer trois catégories d’unités institutionnelles :
·- les unités régionales dont le centre d’intérêt se trouve dans une région et dont la plupart des activités s’exercent dans cette
région. Ces unités comprennent des ménages, des sociétés dont tous les établissements qui ont leur siège dans la région, des
administrations locales, une partie au moins des administrations de sécurité sociale et beaucoup d’institutions sans but lucratif
au service des ménages (ISBL).
·- Les unités plurirégionales dont le centre d’intérêt se trouve partagé entre deux régions ou davantage, mais ne couvre pas
l’ensemble du pays (cas de beaucoup de sociétés et d’ISBL).
- Les unités ayant une vocation nationale, ce qui signifie que leur centre d’intérêt n’est pas géographiquement bien délimité et
même pas plurirégional. Tel est le cas de l’administration centrale et, éventuellement de sociétés (probablement publiques) qui
ont en général le caractère d’un monopole ou d’un quasi-monopole, par exemple le MADARAIL ou la JIRAMA.

3 Principaux problèmes méthodologiques d’élaboration des Comptes régionaux

Le but de la confection des Comptes régionaux étant de permettre des comparaisons interrégionales d’une part et entre les
régions et l’économie nationale d’autre part:
- Il est primordial d’utiliser les mêmes concepts, définitions et classifications, et méthodes d’évaluation pour décrire
l’économie nationale et les diverses économies régionales.
- Les changements dans les prix relatifs et dans le niveau général des prix peuvent être différents d’une région à une autre, ce
qui compliquerait les comparaisons en volume
- L’absence des informations régionales engendrera des contraintes statistiques
- L’ouverture de l’économie régionale comparée à l’économie nationale entraînera des difficultés de mesurer les échanges
interrégionaux

Conclusion
Les comptes régionaux constituent un instrument très utile de politique économique. Partiels, ils peuvent être insérés dans un
ensemble d’indicateurs statistiques régionaux sur la main-d’œuvre occupée, le chômage, la pauvreté. Plus le contraste est
marqué entre les régions d’un pays, plus cet ensemble d’indicateurs régionaux –y compris le PIB par habitant et par grande
catégorie économique, le revenu disponible des ménages et la consommation des ménages par personne se révèle utile.
Source : ANDRIAMAROZAKA Iharimamy, Comptable National, INSTAT

40
Figure 5. Place de l'Information statistique dans l'élaboration
du Plan Régional de Développement

Modèle économique : Objectifs nationaux


simulation , prévision 6
Structure de l'appareil
Tableau Entrées
Coordination
Sorties (TES)
productif : 6 Objectifs régionaux
1 statistique
Régional
Poids économique de
Avantages
Régionale chaque branche 8
4 comparatifs de
5 chaque région
Compa- Stratégies de
raison développement
4 Données sur : inter- Risques VISION : régional
- Uniformisation des régionale - spécialisation ou
concepts Données Ressources naturelles 5
Tendances
- diversification ou 8
- Répartition des tâches nationales et
statistiques - intégration verticale
- Priorisation des mondiales
régionales Infrastructures
7
2
productions statistiques
3 Environnement Opportunités

Main d'œuvre PLAN


/population REGIONAL
légende : Statistiques
Productions nationales et DE DEVELOPPEMENT
: relation non obligatoire
mondiales
: relation obligatoire 9

Source : basé partiellement sur les expériences de la région d’Anosy

41
Le système régional d'informations statistiques que nous proposons ci-après pourrait à notre avis contribuer
en grande partie à la résolution des problèmes cités précédemment. C'est un système qui donne une place
importante aux communes et à l'INSTAT par la redynamisation de l'Etat civil et la mise en place de
différents registres : population, logement et entreprises. Il faut bien noter que ce n’est pas un service
statistique qu’il faut mettre dans les communes mais des cahiers de registre, avec des instructions facilement
compréhensibles et réalisables, qui seront ensuite transformés en statistiques administratives par l’INSTAT.

Chaque commune doit disposer donc des registres de sa population, des logements et des entreprises
implantées dans sa circonscription dont la mise en place et leur suivi seront assurés par l'INSTAT (en
collaboration avec le ministère de l'intérieur). Et c’est toujours l’INSTAT qui devrait garantir la collecte et le
contrôle régulier de la qualité et la disponibilité de ces informations. Ces données seront saisies et
centralisées ensuite au niveau de l'INSTAT à Antananarivo pour une valorisation différente : planification,
liste électorale, étude démographique, recensement administratif, etc. En effet, tout le monde devrait y
trouver son compte :
- pour les communes, une meilleure connaissance de ses administrés ainsi que leurs capacités
financières améliorerait la prise de décision au niveau de la construction des différentes
infrastructures (scolaire, santé, routière,..) ;
- en ce qui concerne l’Etat, le recensement de la population serait mieux valorisé et plus fiable et les
données relativement faciles et rapides à avoir.

Parallèlement, l’INSTAT mettra en place une antenne au niveau de chaque région qui centralisera les
métadonnées8 des services déconcentrés et les données nécessaires à la confection du TES régional
(voir figure 4). La coordination technique se fait par le biais du CNSTAT : chaque service déconcentré se
limite à l’exécution des directives émanant du service central de chaque ministère. Cependant, un conseil
consultatif régional de l’Information statistique pourrait être aussi constitué au niveau de chaque région : une
structure non obligatoire pour ne pas alourdir le système mais qui permettrait de mieux tenir compte des
besoins régionaux.

On peut penser déjà à la lourdeur du système, mais c’est à notre avis le système qui pourrait répondre à la
plupart des aspirations de nombreux acteurs de développement en matière d’informations statistiques et de
combler les défauts du recensement décennal de la population. Il faut seulement donner à l’INSTAT les
moyens pour sa réalisation car la désorganisation actuelle causée par l’absence d’une coordination correcte
coûterait plus cher aux collectivités. Le statut EPIC de l’INSTAT ne devrait pas constituer un obstacle, au
contraire cela permettrait de moduler le système selon les besoins et les capacités financières de chaque
région.

Le vrai problème se situe en fait au niveau de sa mise en œuvre car déjà il n’y a pas assez de compétences au
niveau national aussi bien à l’INSTAT que dans les services statistiques des ministères. En plus, les cadres
moyens en statistique qui pourraient assurer une grande partie des missions à un coût moins élevé que les
ingénieurs sont inexistants. Si la situation actuelle persiste, on pourrait assister à une désorganisation totale
du secteur : redondance et incohérence de données. Le besoin total pour le moment est estimé à plus d’une
centaine de cadres moyens en statistique La stratégie que l’on pourrait adopter est celle de Statistique Canada
par le développement de la formation interne et soutenue des ressources humaines mais qui ne pourrait avoir
ses produits avant au moins trois ou quatre ans.

Et enfin et pas le moindre, c’est qu’il faut garantir l’indépendance des services statistiques régionaux. Nous
rappelons ici qu’en France les représentants de l’Etat n’ont pas autorité sur l’établissement des
statistiques (échantillonnage, nomenclatures, concepts, …). Une condition sine qua non pour la crédibilité
des informations statistiques, que l’on devrait inscrire expressément dans une loi.

8
Les métadonnées seront présentées sous forme de catalogue : intitulé des données – couvertures géographique et
temporelles - périodicité – service producteurs – modalités d’accès – format et support de diffusion – coût
d’acquisition. Seules les données agrégées seront disponibles à l’INSTAT sauf pour les données issues des différents
registres.

42
Figure 4. Système d'Information Statistique Régional
(SISR)

Statisticien
en C h ef

IN ST A T

C on seil
Service Région al de l'IN ST A T con sultatif
région al

T E S R égional

Analyses et diffu sions


régionales

C entralisation des
inform ations statistiqu es

C om m un es E du cation
Fichiers
individuels

R egistre de Santé
population
D onnées Agrégées

E tat C ivil
A u tres

R epertoire du M étadonnées
logem ent

R epertoire des
entreprises

Source : Combinaison des SISR des pays suivants : France, Canada, Italie

3.3.4. Mise en œuvre des réformes

La mise en œuvre devrait s’effectuer progressivement en essayant de ratisser le plus largement possible les
différents acteurs de développement en particulier les statisticiens diplômés et les responsables des services
statistiques des ministères. Pour cela, on pourrait organiser des journées de réflexions sur la place de
l’information statistique à Madagascar. Présentation des études sur les systèmes statistiques non seulement à
Madagascar mais aussi dans d’autres pays. Faire une première esquisse des enjeux, des contraintes, des
perspectives,…L’objectif serait de convaincre les participants sur la nécessité d’une vaste réforme en matière
d’information statistique à Madagascar à commencer par l’élaboration de la politique nationale. Les
questions suivantes 9 pourraient à soulever pendant ces journées :

9
Extrait de Politique de la Statistique. Quelques questions de politique par Gérard CHENAIS. Animateur de l’équipe de
travail de PARIS21 sur les Plans Stratégiques de Développement de la Statistique

43
Qui doit l’approuver? Quel processus mettre en œuvre pour cela? Avec qui ? Où en sommes nous
aujourd’hui? Pourquoi en sommes nous arrivés la? Où souhaitons-nous aller? Qu’allons nous faire pour cela?
Comment élaborer des stratégies nationales sans connaître les appuis internes et externes que l’on recevra
dans les années à venir? –Comment programmer les appuis que l’on apportera sans connaître sur quoi
porteront les stratégies nationales ?

La mise en ouvre des réformes doit concerner tout le monde, en ce qui nous concerne, nous résumons dans la
figure 6 une proposition de mise en oeuvre des réformes.

Figure 6. Processus de mise en oeuvre des réformes

Diagnostic
Analyse des besoins Forces et faiblesses
Objectifs des
Contraintes : réformes, politique
- Région nationale de la
Comparaison statistique
- Intégration régionale
internationale (1)
- Bonne gouvernance
- Normes internationales

Concertation Place de l'Information Promotion de Objectifs des


Statistique, Orientations l'Information statistique réformes, politique
générales =Politique nationale de la
Choix de la méthode
nationale de la statistique statistique
d'approche
(2)

Proposition de Schéma directeur de la Restructuration du metier


réforme Statistique Ordre de priorité
de statisticien
des réformes
Programme National de la Restructuration de l'Instat (calendrier) +
Statistique et du SISN méthode de mise
en œuvre +
Coordination des financement
Lois sur la statistique
Informations Statistiques (3)

Mise en œuvre Mise en place du


des réformes Mise en place du
centre de formation CNGIS
en statistique

Restructuration de
Recrutement
l'INSTAT
économistes et
mathématiciens et
réalisation formation Restructuration des Bilan
SSM
(4)
Vote des Lois sur la
statistique Mise en place du
CNSTAT

Mise en place du Mise en oeuvre du


Statisticien en Chef reste des réformes

Source : basé sur les expériences des pays suivants : France, Canada, Italie, Tunisie, Côte d’Ivoire (élaboration du
schéma directeur)

44
4. Recommandations

Il est difficile de répondre directement aux objectifs de cette étude car le système régional est en fait une
représentation du système national au niveau régional. Le renforcement du système régional ne peut se faire
sans le renforcement du système national, ce qui nous conduit aux recommandations suivantes :

1. Organisation de journées de réflexion sur l'Information statistique à Madagascar

Comme nous l'avons dit dans la partie "mise en œuvre", c'est une démarche qui permet entre autres de
recueillir les avis est aspirations des différentes catégories de personnes : statisticiens diplômés, bailleurs de
fonds, utilisateurs, secteur privés, les responsables des différentes institutions , les représentant des
universités… en matière d'Information statistique.
On pourrait par exemple aborder les thèmes suivants :
- Place de l'information statistique à Madagascar
- Intégration régionale : opportunité de mise en œuvre des normes internationales
- Adéquation entre besoin et production d'Information statistique
- Cadre juridique de l'exercice du métier de statisticien à Madagascar
- L'avenir du métier de statisticien
- Opportunité d'élaboration d'une politique nationale de la statistique

2. Elaboration d'une politique Nationale de la statistique

Quelle que soit l'issue de ces "journées", des études sur la politique statistique devraient être effectuées :
- Analyse des besoins ;
- Tendances mondiales ;
- Recommandations des organismes internationaux : nations -unies, FMI, banque mondiale, Afristat,
Initiative Paris2110 ;
- Analyse des Risques et opportunités ;
- Proposition de politique nationale de la statistique.
Les résultats de ces études seront ensuite présentés aux participants des journées de réflexion afin d'effectuer
les ajustements nécessaires.

Encadré 3. Les différentes étapes de l’élaboration


d’un schéma directeur de la statistique en Côte d’ivoire

Etape 1. Le lancement de l’Opération ; il s’agit ici de mettre en place le dispositif et de faire adopter un « cahier des
charges » de l’opération elle-même : objectifs politiques d’ensemble, désignation des acteurs, explicitation de la
démarche, ressources matérielles mises à la disposition, calendrier prévisionnel.

Etape 2. Le bilan de l’existant et les orientations générales ; c’est celle de l’état des lieux détaillé : structures,
production, ressources humaines, moyens mis en œuvre, satisfaction des utilisateurs ; de cet existant il faut déduire avec
réalisme, la demande à satisfaire à l’horizon retenu (le système cible) et les orientations générales à retenir pour
améliorer le dispositif d’ensemble.

Etape 3. Les scénarios ; il faut maintenant choisir rationnellement entre plusieurs chemins possibles pour atteindre cette
cible qu’impose l’étape précédente ; il s’agit surtout de proposer aux autorités un choix entre de véritables alternatives
(trois ou quatre) décrites avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Etape 4. Les plans d’action ; c’est celle de la programmation année par année des activités qu’il faudra conduire.

Etape 5. La mise en œuvre ; c’est l’exécution année par année des décisions prises, avec rigueur, en s’adaptant toutefois
aux circonstances sans jamais renoncer aux objectifs essentiels

Source : Elaboration d’un schéma directeur de la statistique. L’expérience de la Côte d’Ivoire. Gerard Chenais.
STATECO n°87-88. Août-décembre 1997

10
(Partenariat statistique au service du développement au XXIème siècle)

45
3. Mise en place d'un schéma directeur de la statistique

Il s'agit d'établir des calendriers, avec les résultats attendus et une estimation des coûts de réalisation, des
grandes étapes de la mise en œuvre de la politique statistique. Pour cela, on privilégie la "vision" du système
qui couvre plusieurs thèmes dont :
- les principes fondamentaux du système,
- l'organisation du système,
- Le cadre juridique et institutionnel,
- les programmes statistiques à court, moyen et long terme…
Notons qu'il n'est pas nécessaire d'attendre la validation de "la politique nationale de la statistique" pour
entamer cette étape. En effet, comme le premier souci d'un système statistique est de répondre au respect des
normes internationales, il en résulte l'existence d'un "minimum" commun pour tous systèmes dans le monde.

Cependant, nous tenons à souligner que la démarche participative adoptée ici vise surtout à convaincre les
participants sur l'intérêt de l'adoption du nouveau système et d'en recueillir leurs réactions afin de les tenir
compte autant que possible dans l'élaboration du schéma directeur. Cette approche est encore dictée en fait
par la prépondérance du respect des normes internationales.

5. Mise en œuvre des réformes

C'est une question qui dépend beaucoup de la volonté politique des différentes autorités. Pour nous faire
réfléchir, nous reprenons ici un passage d’un rapport d'audit de l'INSTAT :"Ce n’est pas le financement qui
doit déterminer la politique, c’est la politique qui doit conquérir le financement".11

6. Adhésion à l'Afristat

Afristat ou l’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne est une organisation


internationale créée par un traité signé le 21 septembre 1993 à Abidjan par les 14 pays africains membres de
la Zone Franc (voir annexe 9).

La création d’AFRISTAT est une réponse au changement qui s’est opéré en Afrique depuis les années 1990 :
la généralisation de la démocratie, la mondialisation de l’économie,… Afristat a pour mission de contribuer
au développement des statistiques économiques, sociales et de l’environnement dans les Etats membres et de
renforcer leurs compétences dans ces domaines. Il a pour rôle de conseiller les Instituts nationaux de
statistique des Etats membres et de soutenir leur action. Il dispose de pouvoirs réglementaires dans le
domaine de l’harmonisation des concepts, des normes et des méthodes statistiques.

AFRISTAT compte actuellement 18 pays membres et est ouvert à tout Etat d’Afrique Subsaharienne ou de
l’Océan indien. La contribution par Etat s’élève à l’équivalent de 1 321 450 francs français soit 201 454 €.

A notre avis, l’adhésion de Madagascar à l’Afristat fait partie des mesures à prendre à court terme (c’est
aussi la recommandation du FMI) pour améliorer l’information statistique à Madagascar pour plusieurs
raisons :

- Technique : les méthodologies de nombreuses opérations statistiques à Madagascar ont été inspirées de
celles d’Afristat 12. Leur conception a bénéficié en général des appuis des experts internationaux. Le respect
des normes internationales, et l’adaptation de ces normes aux situations des pays membres constituent l’un
des atouts d’AFRISTAT.
- Historique : la plupart des pays membres sont des pays de la zone franc, ils ont vécu à peu près les mêmes
problèmes que Madagascar depuis plusieurs années en matière de statistique.
- Economique : cette adhésion pourrait engendrer une économie d’échelle pour Madagascar. A titre
d’exemple, si le coût du Programme statistique minimum commun (Prosmic) sur cinq ans est de 1 357 556
€/pays et qui couvre les domaines prioritaires suivants : la coordination statistique ; la comptabilité nationale

11
Rapport d'Audit organisationnel de l'INSTAT, Jean Louis BODIN et Bernard CANDOT, INSTAT-CESD
Communautaire, juillet 1999.
12
Le nouvel indice des prix actuel, réalisé dans le cadre du Projet MADIO a bénéficié de l’appui d’AFRISTAT

46
; la conjoncture économique et sociale ; la diffusion de l’information statistique ; les statistiques pour le suivi
des conditions de vie des ménages et de la pauvreté et les statistiques agricoles pour chaque pays membre
(voir annexe 2); à Madagascar la réalisation de onze opérations statistiques13 dans le cadre du projet IPPTE a
coûté 1 250 000 €14 sur deux ans (2002 et 2003, voir annexe 4).

7. Prendre des mesures pour résoudre les problèmes relatifs aux ressources humaines

En effet, toute tentative de réforme ou d’amélioration de la statistique restera vaine si on n’arrive pas à
trouver des solutions à moyen terme aux problèmes suivants :

- la baisse continuelle des candidats malgaches admis aux écoles d’ingénieurs


- le départ des ingénieurs expérimentés de l’appareil statistique officiel
- l’inexistence d’une politique adéquate de la gestion des ressources humaines en général. L'incitation au
départ de 200 agents ECD de l’INSTAT peut ne coûter que l’équivalent d’une enquête EPM (3 milliards de
Fmg) mais pourrait résoudre une grande partie des problèmes.

8. Réflexion sur le recensement général de la population

Le recensement décennal de la population ne correspond plus au besoin du pays. De nouvelles


méthodologies devraient être trouvées pour répondre aux besoins des régions et communes.

13
Appui au recensement général de la population, Enquête artisanat, Conjoncture, Comptes nationaux et régionaux,
Tableau de bord social (TBS), Enquête auprès des ménages (EPM), Enquête sur les prix à la consommation, Enquête
sur les marchés ruraux, Enquête de base pour l'indice de production industrielle, Suivi de l'IPPTE, Enquête sur le
commerce extérieur, Enquête annuelle dans l'industrie, Appui à la direction Administrative et Financière
14
1 € = 12 000 fmg

47
Conclusion

Dans le nouveau contexte de la décentralisation à Madagascar où l’aspect économique prend une proportion
de plus en plus importante dans la gestion des collectivités décentralisées, l’information statistique
constituerait sûrement l’instrument clé des décideurs pour rationaliser ses choix. Pour cela des données
fiables, pertinentes et à jour devraient être mises à leur disposition. Globalement, la méthodologie de
production des données devrait suivre cette tendance. Les données régionales ne seront plus des estimations
tirées des données nationales mais formeront les données nationales. La cohérence au niveau régional des
informations statistiques sera plus qu’une nécessité.

Cependant, vu l’état actuel du système régional d’information statistique Madagascar, son renforcement ou
plutôt sa mise en place nécessiterait beaucoup de volonté politique de la part des décideurs et d’une
ouverture d’esprit des statisticiens malgaches. En effet, les enjeux sont tels qu’un simple toilettage du
système actuel ne permettrait que résoudre superficiellement les problèmes. L’adoption d’une politique
nationale de la statistique pourrait aller dans ce sens car elle permettrait d’orienter et de coordonner les
actions à entreprendre en matière de statistique pour améliorer l’ensemble du système.

Cette présente étude pourrait constituer une base de départ pour la réflexion en profondeur sut l’information
statistique à Madagascar.

48
Bibliographies

1. Site web CNIS – France


2. Site web INSEE - France
3. Site web CNS - Tunisie
4. Site web OFS – Suisse
5. Site web Statistique Canada
6. Courrier Statistique
7. Organisation et fondements des statistiques et des comptes nationaux en économie de marché. Joël
Allain. STATECO N°85, Décembre 1996
8. Gestion d’une Unité statistique. Apollinaire KINGNE. INS/CAMEROUN. Cours K60 sur la
statistique pour la politique sociale. Munich du 22 août au 6 décembre 2002
9. Décentralisation à Madagascar. Etude n°29889. Banque Mondiale 2003.
10. Elaboration d’un schéma directeur de la statistique. L’expérience de la Côte d’Ivoire. Gerard
Chenais. STATECO n°87-88. Août-décembre 1997.

49
Annexes

ANNEXES

50
Annexe 1. CODE DE DEONTOLOGIE STATISTIQUE (Madagascar)

Annexe 1. Code de déontologie statistique


même dans le respect des faits, des droits de ses membres,
L’article 11 du titre II «des libertés, des droits et des et du pluralisme social.
devoirs des citoyens» de la Constitution de la République 3)- Ce code concerne les statisticiens du système public et
de Madagascar stipule notamment que : «l'information privé d'information économique, sociale et
sous toutes ses formes n'est soumise à aucune démographique, dont la mission est de développer une
contrainte. (...) La loi et la déontologie professionnelle information quantitative rigoureuse et diversifiée, et de la
déterminent les conditions de sa liberté et de sa diffuser dans toute la société. II les concerne quelles que
responsabilité». soient leur fonction, leur affectation et leur position
hiérarchique, dans leurs tâches d’élaboration statistique,
L’Association Malgache des Ingénieurs de la Statistique d’étude et de diffusion de l'information.
(A.M.I.S), se félicite que I’une de ses résolutions prises
lors des «Journées de Réflexion de I’A.M.I.S» de 4)- Tout statisticien se doit de respecter les règles
novembre 1991 relative à la production d informations énoncées dans ce code. Tout statisticien peut en invoquer
statistiques, ait été prise en considération dans la loi l'autorité, pour promouvoir la connaissance ou pour
fondamentale de la troisième République. fonder une résistance à des textes ou consignes qui
tendraient à violer les principes éthiques fondamentaux
Certes, un grand pas a été franchi, mais tout le travail de dont s’inspire ce code.
définition des cadres légaux, réglementaires et d’éthique 5)- Tout statisticien doit pouvoir faire appel à l'aide de ses
constitue I’étape suivante qu'il faut aborder. C'est à ce pairs s’il est confronté à un problème déontologique ou
titre que l'A.M.I.S a élaboré et adopté le présent «Code de s’il est l'objet d’une attaque injustifiée. La communauté
déontologie statistique» dans le but de soutenir la statistique doit s’organiser pour instruire cet appel. A
démocratie naissante et de marquer sa vocation à défaut de cet appel ou en cas de manquement aux règles
représenter les statisticiens pour tout ce qui touche à leur déontologiques, elle peut aussi prendre elle-même
éthique professionnelle. Par ailleurs, la concrétisation de l'initiative d’intervenir.
cette liberté ou indépendance par voie réglementaire a 6)- Toute mesure statistique, toute interprétation et
aussi été soulignée dans la contribution de l'A.M.I.S au analyse comportent une marge d'incertitude et impliquent
projet de réhabilitation du système national initié par un choix entre points de vue. Le statisticien, compte tenu
l'Institut National de la Statistique (INSTAT). des besoins de la collectivité et des contraintes de temps,
Ainsi, ce Code de déontologie statistique qui est doit mettre en œuvre le plus efficacement possible les
fortement inspiré de celui des statisticiens français de techniques et les moyens dont il dispose. Cet optimum est
l’INSEE, définit un code moral de production de relatif : il s'apprécie au regard de I’objectif de
l'information statistique. Le terme «statisticien» désigne connaissance posé pour chaque opération.
dans ce Code toute personne diplômée de l’Ecole de 7)- Si les conditions d’une opération paraissent
statistique et exerçant son métier à Madagascar. Les trois techniquement contestables, le statisticien devrait refuser
principaux buts de ce Code sont alors de : de la prendre en charge. Néanmoins, il peut lui sembler
préférable d'accepter, lorsque son abstention ouvrirait la
a)- établir la reconnaissance publique des droits et devoirs voie à des pratiques plus dommageables. Le statisticien
inhérents à une fonction socialement admise, garante de subordonne alors son concours à ce que les réserves et
I’honneur de la corporation, commentaires appropriés accompagnent la diffusion des
b)- renforcer la cohésion des statisticiens autour des résultats. L’acceptation d’un tel compromis doit tenir
principes d’éthique professionnelle. Le code compte du discrédit qui peut en rejaillir sur la statistique
déontologique joue ainsi un rôle dissuasif dans les en général et doit donc constituer l'exception.
moments où I’information statistique «dérange» 8)- L'activité statistique comporte la production de
particulièrement les pôles de pouvoir et de contre-pouvoir résultat synthétique sur la base d’informations
politiques, individuelles (sur des personnes, des ménages, des
c)- mettre en évidence la rationalité scientifique sous- établissements, des entreprises...). Pour cette mission, le
jacente à la démarche statistique, afin de faciliter le statisticien doit disposer de certains pouvoirs et moyens
dialogue et le débat démocratiques entre les différents d'investigation, qui en contrepartie lui imposent le secret.
acteurs de la vie politique, économique et sociale. L’obligation du secret a également pour objet d'assurer la
confiance des informateurs et donc leur sincérité, et ainsi
L’ATTITUDE STATISTIQUE de tendre à une meilleure fiabilité des données recueillies.
1)- La déontologie vise au respect des principes essentiels Le secret est ainsi la contrepartie de I’acceptation de
au bon exercice d'un métier commun. Elle propose des répondre.
règles à la conscience individuelle et à l’appréciation 9)- La communauté des statisticiens, dont le présent code
collective. est issu, le diffusera afin d'en faire une référence pour tous
2)- Le présent code, référence collectivement élaborée, ceux qui sont concernés par leurs travaux.
s'inspire des principes éthiques fondamentaux dont se
réclame toute société soucieuse de s’informer sur elle-

51
CHAPITRE 1 circonstances, le secret peut concerner la protection de
LES PROGRAMMES DES TRAVAUX l'instrument statistique lui-même. Dans ce cas, il est
10)- La détermination du programme statistique public, nécessaire de tenir secrète non seulement l'information
exprimant un choix entre utilités collectives et pluralisme individuelle recueillie, mais encore I’identité des unités
des demandes, est organisée par les pouvoirs publics dans composant I’échantillon. La demande même des enquêtes
le respect des procédures légales de consultation. ne saurait alors entraîner la levée du secret.
Cependant, l'établissement de ce programme concerne les CHAPITRE 4
statisticiens, dont la responsabilité est engagée dans le LA MOBILISATION DE DONNEES DEJA
repérage des besoins de connaissance et des lacunes de RECUEILLIES
I’information et qui doivent aider les diverses parties 15)- L'économie des moyens autant que le souci d’un
prenantes à exprimer ces besoins. moindre dérangement des fournisseurs de données
Les statisticiens ont donc un pouvoir et un devoir de (particuliers, entreprises, etc...) incitent à mettre à profit,
proposition, sans que leur point de vue technique pour établir des résultats statistiques, les données déjà
détermine seul les décisions. Il importe qu’à cette étape recueillies à l’occasion d'autres opérations statistiques ou
les statisticiens informent les parties prenantes de à des fins différentes. Les données recueillies à des fins
I’ensemble des choix et possibilité techniques permettant statistiques peuvent être transmises, en vue d’autres
d'apporter des réponses également correctes, quoique traitements statistiques, sous conditions que les mêmes
différentes, à leurs demandes. règles de secret soient respectées. Le statisticien
Ils doivent veiller à ce que la décision de ne pas ou de ne dépositaire de données à des fins non statistiques par
plus observer un phénomène ne soit pas dictée par le sens diverses institutions, doit respecter les obligations de
attendu des résultats. Le même souci doit guider le choix secret particulières à la source qu'il exploite, tout en
des méthodes d'observation ou d’étude. restant tenu au respect de ses propres obligations, en
général plus contraignantes.
CHAPITRE 2 16)- En cas de mobilisation à des fins statistiques de
LES CONCEPTS ET NOMENCLATURES données d'abord rassemblées à une autre fin, le statisticien
11)- La définition des unités statistiques et des doit tenir compte des biais induits par les objectifs, les
nomenclatures détermine le découpage du domaine concepts, le champ, les conditions de collecte et la
observé, le langage dans lequel il sera décrit, les vérification d'informations primaires.
possibilités ultérieures d’exploitation et d’analyse. Ces
définitions doivent être établies par dialogue avec les CHAPITRE 5
utilisateurs et fournisseurs d’information, et avec les LE TRAITEMENT STATISTIQUE
représentants des populations concernées ; cette 17)- Le traitement statistique nécessite la vérification des
concertation vise à assurer la pertinence et la généralité de données de base, la correction des données erronées et
ces définitions, et à réaliser un compromis entre les I’utilisation éventuelle de redressements permettant
différents points de vue. Il importe que des révisions d'assurer au mieux la représentativité des résultats.
périodiques des nomenclatures, tout en assurant la 18)- Lorsque la représentativité du phénomène étudié n’a
comparabilité avec le passé, maintiennent cette pertinence pu être parfaitement assurée initialement, ou lorsqu'elle
et cette généralité dans une société en évolution. vient à être faussée de façon accidentelle ou délibérée, le
Les exigences contradictoires de généralité et statisticien doit exposer l'origine et les conséquences de
d'adéquation à des besoins variés et intérêts divers, de cette situation. Il doit y remédier le mieux possible.
stabilité dans le temps et d'évolution, nécessitent des
arbitrages qui engagent de façon essentielle la CHAPITRE 6
responsabilité des statisticiens. L'INTERPRETATION ET LES ETUDES
CHAPITRE 3 19)- Lorsque le statisticien assortit les résultats d’une
LA COLLECTE DES DONNEES interprétation, il en marquera les limites, laissant ainsi la
12)- Les techniques de collecte doivent assurer une bonne possibilité d’autres interprétations. II pourra aller au
représentation des phénomènes à observer, notamment : devant de mauvaises interprétations et signaler
• la formulation des questions doit, dans toute la expressément celles qui seraient erronées ou non fondées.
mesure du possible, éviter d’orienter les réponses. Il se considérera responsable d’interprétations
• l’ensemble observé doit être représentatif de la hasardeuses, résultant de l'insuffisance ou de I’obscurité
population considérée au regard du phénomène de ses propres commentaires.
étudié. 20)- Lorsque des statistiques de sources diverses
13)- Le statisticien doit, autant que possible, être conduisent à des résultats discordants, le statisticien
responsable du recrutement et de la formation du arbitrant entre elles indique explicitement les raisons
personnel chargé de la collecte. Le statisticien qui ayant guidé son choix. Si aucun arbitrage n’est possible, il
organise une enquête doit prendre toutes dispositions pour énumère ces différents résultats, avec les commentaires
que chacun de ceux qui y participent respecte le secret appropriés. N'en publier aucun restera exceptionnel.
statistique. 21)- Lorsqu'il étudie un phénomène, ses causes ou ses
14)- Dans la mesure où le secret a pour but la protection conséquences, le statisticien doit indiquer clairement les
des personnes, l'autorisation expresse de celles-ci, fondements théoriques de cette étude, les relations et les
postérieurement à I’enquête, peut seule délier le hypothèses sous lesquelles il travaille. II doit expliciter la
statisticien de son engagement et autoriser une façon dont les résultats de I’étude dépendent de ces
retransmission nominative à un tiers. Dans certaines fondements : relations et hypothèses.

52
22)- Ces règles sont particulièrement importantes pour les l’emploi d’un résultat par des critères auxquels celui-ci ne
travaux d’étude et de projections réalisées avec des répond qu’en partie, le statisticien doit faire connaître cet
modèles, qui sont tributaires de schémas théoriques et de état de fait.
spécifications sur lesquels des choix différents peuvent 28)- Le statisticien doit, autant que faire se peut,
être faits ; ces choix sont souvent complexes et les déterminer et faire connaître le degré de précision ou de
résultats peuvent porter sur des points particulièrement justesse de ses résultats. Il s’efforce de faire prendre en
sensibles et controversés du débat social. L'utilisation d'un compte les marges d’incertitude d’un bout à l’autre de la
modèle implique I’explication claire de sa structure et des chaîne de production et de diffusion des résultats. Il attire
équations qui le constituent. Une analyse critique de la l’attention des utilisateurs, sous une forme intelligible par
portée et des limites des résultats obtenus doit eux, sur les précautions à prendre.
accompagner leur présentation. 29)- Le statisticien doit tenir compte, dans la présentation
de ses résultats, de la compétence statistique du public
CHAPITRE 7 auquel il s’adresse. S’il vise des publics différents, il doit
LA COMMUNICATION ET L’UTILISATION DES adapter son compte rendu à chacun d’eux. Vis à vis des
RESULTATS premiers relais de diffusion, et en particulier des médias,
le statisticien doit tenir compte de leur plus ou moins
23)- Toute élaboration d’information, toute étude sont grande maîtrise du langage statistique. Dans certains cas,
précédées d’une analyse des besoins des utilisateurs une expression techniquement moins précise, mais claire
potentiels. Les résultats seront présentés de façon à pour l’utilisateur, est préférable.
répondre, en des termes qui correspondent à la demande, 30)- S’il apparaît que des résultats déjà diffusés
aux principales questions exprimées ou escomptées. comportent une erreur importante, le statisticien doit
24)- Le statisticien veille à ce que les diverses catégories diffuser dans le meilleur délai les rectifications
d’utilisateurs soient informées de l’existence de résultats nécessaires, en indiquant la cause de l’erreur.
disponibles. Il fait en sorte que toute information 31)- Le statisticien doit réagir, dans les cas graves, à une
répondant à un programme statistique public soit rendue diffusion tronquée, voire erronée, de ces résultats.
disponible le plus rapidement possible, et dès lors,
communiquée à tout demandeur. CHAPITRE 8
25)- Le statisticien doit garder l’entière maîtrise de la LA RESERVE DU STATISTICIEN
présentation des résultats et études qu’il diffuse, y
compris des commentaires techniques dont il les 32)- Le statisticien ne doit pas user de la statistique pour
accompagne. accréditer des résultats ou jugements qui porteraient la
26)- L’interprétation correcte des résultats d’une marque d’une fonction extra-statistique ou d’une opinion
opération statistique par l’utilisateur suppose qu’il en personnelle. Il doit être en mesure à tout moment, de
connaisse les objectifs, les choix méthodologiques et les délimiter le domaine statistique de manière à en détacher
modalités de traitement. Le statisticien doit décrire les actes relevant d’autres préoccupations. En
clairement et rendre disponibles ces divers éléments, contrepartie, l’invocation de la qualification statistique et
permettant ainsi de vérifier les procédures et d’apprécier la signature es-qualité du statisticien importent avec elles
la pertinence de son travail. les garanties d’éthique professionnelle.
27)- Si plusieurs résultats sont envisageables pour une
utilisation donnée, le statisticien indique lequel lui semble
le mieux adapté. De même, si un utilisateur justifie

53
Annexe 2. PROGRAMME STATISTIQUE
MINIMUM COMMUN (PROSMIC) –AFRISTAT

Annexe 2. Programme statistique minimum commun (PROSMIC) -AFRISTAT

Source :
PROGRAMME STATISTIQUE MINIMUM COMMUN (PROSMIC)
Cadre de référence pour le développement à moyen terme de la statistique dans les États membres
d'AFRISTAT : 2001-2005.
Adopté par le conseil des Ministres d'AFRISTAT le 19 septembre 2000
Mars 2002

identifiées ont été subdivisées en activités plus


OBJECTIFS ET CONTENU DU PROSMIC détaillées afin de chiffrer leurs coûts.
On trouvera en annexe à ce document d’une part, un
L’objectif global du Programme statistique tableau synoptique d’ensemble reprenant pour
minimum commun est de disposer, à moyen terme, chaque domaine les objectifs, les résultats attendus
pour l’ensemble des États membres, d’une et les activités et d’autre part, le tableau des activités
information statistique minimum, fiable, à jour, détaillées.
durable, et permettant l’information et la prise de
décision des pouvoirs publics et des acteurs Dans un deuxième temps, à partir de la situation
économiques et sociaux. Cette information existante et de la configuration souhaitée pour mener
statistique permettra également de faciliter la à bien les activités, on a procédé à l’identification
conception, la mise en œuvre et l’évaluation de des appuis additionnels nécessaires à chaque pays
l’impact des politiques économiques décidées au pour réaliser le programme : personnel, équipement,
niveau des deux unions économiques et monétaires fonctionnement, crédits d’appui.
que constituent l’Union Économique et Monétaire
Ouest Africaine (UEMOA) et la Communauté Dans cette démarche, on a veillé à proposer des
Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale appuis transversaux à chaque système statistique
(CEMAC). En particulier, les dispositifs de national en vue de permettre un développement
surveillance multilatérale y trouveront une base harmonieux de la production statistique. Le
quantitative plus solide. PROSMIC tient compte des synergies possibles avec
d’autres programmes ou projets statistiques en voie
Le Programme statistique minimum commun repose d’achèvement, en cours ou devant démarrer
sur six domaines prioritaires : la coordination prochainement (Projet Prix UEMOA, Programme
statistique ; la comptabilité nationale ; la conjoncture d’appui statistique régional de la Commission de
économique et sociale ; la diffusion de l’information l’UEMOA, Projet Prix CEMAC notamment).
statistique ; les statistiques pour le suivi des Enfin, d’autres initiatives plus récentes telles que le
conditions de vie des ménages et de la pauvreté et Partenariat statistique au service du développement
les statistiques agricoles. au XXIème siècle (PARIS 21) pourront utilement
s’appuyer sur le PROSMIC.
Pour chacun des six domaines prioritaires retenus, il
a été proposé des objectifs spécifiques communs COÛTS
réalisables à l’horizon 2005 par tous les États Le budget global du Programme qui couvre une
membres. Puis, pour chaque objectif spécifique, on a période de 5 ans commençant le 1er janvier 2001,
procédé à l’identification des résultats attendus s’élève à 14 248 millions de FCFA, soit 21,7
(permettant d’atteindre les objectifs) et des activités millions d’Euros, y compris l’expertise
à mener (pour obtenir les résultats attendus). d’AFRISTAT évaluée à 1 604 millions de FCFA
soit 2,4 millions d’Euros.
A un résultat attendu, correspondent en général Les États bénéficiaires continueront, pendant la
plusieurs activités. Enfin, les activités communes durée du PROSMIC, de supporter les activités

54
statistiques, y compris celles du PROSMIC, à En adoptant le programme statistique minimum
hauteur de plus de 4 milliards de francs CFA par an, commun en même temps que les premières
montant annuel actuel des budgets courants des INS nomenclatures statistiques communes (activités et
des seize États membres. Des tableaux par domaine, produits) et après la mise en place d’un cadre
pays et type de dépenses figurent en annexe à ce conceptuel et méthodologique commun pour la
document. modernisation des comptes nationaux, le Conseil des
Ministres d’AFRISTAT vient de jeter les bases d’un
CONCLUSION développement harmonieux, coordonné et durable
de la statistique dans les États membres.

BUDGET D’ENSEMBLE (en francs CFA)


1 Euro = 655,957 FCFA
A/- Budget par domaine

Domaines Coordination Comptabilité Conjoncture Diffusion Conditions de Statistiques Total 1


vie des agricoles
ménages
Consultants12 14 960 000 23 520 000 25 440 000 45 920 000 157 760 000 126 960 000 394 560 000
Coûts 77 301 500 341 045 000 188 244 000 183 412 000 515 352 000 492 788 000 1 798 142 500
remboursables13
Appuis 1 005 925 000 1 109 516 000 664 615 000 700 895 000 1 653 199 000 1 611 556 000 6 745 706 000
additionnels14
Sous-total 1 098 186 500 1 474 081 000 878 299 000 930 227 000 2 326 311 000 2 231 304 000 8 938 408 500
Expertise 108 400 000 642 000 000 224 800 000 214 080 000 225 440 000 189 280 000 1 604 000 000
AFRISTAT15
TOTAL 1 206 586 500 2 116 081 000 1 103 099 000 1 144 307 000 2 551 751 000 2 420 584 000 10 542 408 500

B/- Autres éléments du budget

a. Appuis transversaux 2 416 500 000


b. Évaluation externe 40 800 000
Total 2 (Total 1+ a+b) – Expertise AFRISTAT 11 395 708 500
c. Frais de gestion (5% Total 2) 569 785 425
Total 3 (Total 2+c) 11 965 493 925
d. Divers et imprévus (5% Total 3) 598 274 696
TOTAL GENERAL (Total 3+d) 12 563 768 621
Imprévus Expertise AFRISTAT 80 200 000

C/- Ensemble
TOTAL ENSEMBLE (Total général + total Expertise AFRISTAT + Imprévus Expertise AFRISTAT )
14 247 968 621 FCFA = 21 720 888 € soit 1 357 556 €/pays

55
COÛTS DES APPUIS ADDITIONNELS DU PROGRAMME PAR DOMAINE ET PAR PAYS
(en milliers de FCFA)
Coordination Comptabilité Conjonctur Diffusion Conditions Statistiques Total Appuis ensemble
nationale e de vie agricoles domaines transversaux
Bénin 61 795 91 361 34 545 35 965 107 817 101 399 432 881 159 010 591 891
Burkina 61 795 66 456 44 145 64 665 107 817 101 399 446 276 159 010 605 286
Cameroun 63 295 44 096 35 100 52 615 108 817 101 399 405 321 161 770 567 091
Centrafrique 37 195 67 471 66 895 56 575 108 817 101 399 438 351 162 010 600 361
Comores 32 220 93 366 25 830 26 700 96 357 99 259 373 731 104 260 477 991
Congo 63 295 74 771 34 935 34 975 96 992 101 399 406 366 162 010 568 376
Côte-d'Ivoire 66 690 34 306 33 060 33 325 107 817 101 399 376 596 152 320 528 916
Gabon 68 190 56 866 35 100 33 325 108 817 101 399 403 696 152 770 556 466
Guinée-Bissau 99 990 44 156 23 780 23 400 88 627 97 059 377 011 117 380 494 391
Guinée-équatoriale 99 990 66 716 26 840 23 400 89 627 97 059 403 631 117 380 521 011
Mali 44 295 82 776 66 080 62 025 91 617 101 399 448 191 160 510 608 701
Mauritanie 61 795 61 856 44 100 48 415 107 817 101 399 425 381 160 510 585 891
Niger 61 795 63 341 42 495 41 005 107 817 101 399 417 851 160 510 578 361
Sénégal 61 795 73 556 42 660 41 725 107 817 101 399 428 951 159 010 587 961
Tchad 61 645 105 491 61 455 59 365 108 817 101 399 498 171 164 770 662 941
Togo 60 145 82 931 47 595 63 415 107 817 101 399 463 301 163 270 626 571
Ensemble 1 005 925 1 109 516 664 615 700 895 1 653 199 1 611 556 6 745 706 2 416 500 9 162 206

COÛTS DES APPUIS ADDITIONNELS DU PROGRAMME PAR TYPE DE DEPENSE ET PAR PAYS
(en milliers de FCFA)

Personnel Equipement Fonctionnement Credits Reunions, Etudes Ensemble


d'appui seminaires et
formation
Bénin 52 020 173 500 72 900 92 000 78 321 123 150 591 891
Burkina 66 900 172 150 72 765 92 000 78 321 123 150 605 286
Cameroun 25 650 170 800 72 630 92 000 78 321 127 690 567 091
Centrafrique 84 660 170 400 73 390 92 000 78 321 101 590 600 361
Comores 28 800 142 000 50 775 46 000 64 186 146 230 477 991
Congo 15 840 159 650 72 315 92 000 78 321 150 250 568 376
Côte-d'ivoire 0 163 650 71 795 92 000 78 321 123 150 528 916
Gabon 0 163 950 71 945 92 000 78 321 150 250 556 466
Guinée-Bissau 89 720 141 600 54 335 46 000 64 186 98 550 494 391
Guinée équatoriale 89 720 141 600 54 335 46 000 64 186 125 170 521 011
Mali 113 740 169 400 72 890 92 000 78 321 82 350 608 701
Mauritanie 47 040 170 900 73 040 92 000 78 321 124 590 585 891
Niger 41 280 170 600 73 010 92 000 78 321 123 150 578 361
Sénégal 51 060 170 800 72 630 92 000 78 321 123 150 587 961
Tchad 93 600 174 000 73 750 92 000 78 321 151 270 662 941
Togo 86 850 173 000 73 250 92 000 78 321 123 150 626 571
Ensemble 886 880 2 628 000 1 105 755 1 334 000 1 210 731 1 996 840 9 162 206

56
ANNEXE 3. LES QUATRE DIMENSIONS DU SYSTEME GENERAL DE
DIFFUSION DES DONNEES (SGDD) -FMI

Annexe 3. Les quatre dimensions du système général de diffusion des données (SGDD) - FMI

Source : guide du système Général de diffusion des données. FMI 2001

1. Les données : champ d’application, périodicité et délais de diffusion : la diffusion dans de bons délais de
données économiques, financières et socio-démographiques fiables et complètes est indispensable pour
assurer la transparence des résultats et de la politique macroéconomiques. Par conséquent, le SGDD
recommande la diffusion des données décrites au tableau 1.

2. Qualité Il faut accorder une grande priorité à la qualité des données. Les utilisateurs des données doivent
recevoir les informations nécessaires pour juger de la qualité de ces données et des améliorations qui y sont
apportées. Le SGDD recommande:
• La diffusion de documents sur les méthodes et les sources utilisées pour établir les statistiques.
• La diffusion du détail des composantes, rapprochement avec les données comparables et emploi de
cadres statistiques se prêtant aux vérifications croisées et garantissant la vraisemblance des
informations communiquées.

3. Intégrité Pour atteindre l’objectif d’information du public, les statistiques officielles doivent inspirer
confiance aux utilisateurs. Il s’agit en dernière analyse d’une question de confiance dans l’objectivité et le
professionnalisme de l’organisme producteur de statistiques.
• La transparence de ses pratiques et procédures est déterminante à cet égard. Par conséquent, le
SGDD recommande :
• La diffusion des conditions régissant l’établissement des statistiques officielles, notamment en ce qui
concerne la confidentialité des informations individuelles nominative.
• L’identification des administrations publiques qui ont accès aux données avant leur publication.
• L’identification des commentaires ministériels formulés lors de la publication des statistiques.
• La fourniture d’informations sur les révisions et la notification préalable des changements majeurs
de méthodes.

4. Accès du public La diffusion des statistiques officielles est un élément essentiel qui fait des statistiques un
bien public. Il est en particulier indispensable que le public puisse y accéder aisément et dans des conditions
d’égalité.
Le SGDD recommande :
• L’annonce préalable du calendrier de diffusion.
• La diffusion simultanée à toutes les parties intéressées.

57
Annexe 4. BUDGET D'INVESTISSEMENT IPPTE
ET EFFECTIFS DE L'INSTAT

Annexe 4. Budget d'investissement IPPTE et effectifs de l'INSTAT

en milliers de FMG
Année 2002 2003
Appui au recensement Général de la 1 150 000 500 000
population
Enquête artisanat 2 100 000 500 000
Conjoncture 210 000 150 000
Comptes nationaux et régionaux 950 000 400 000
Tableau de bord social (TBS) 100 000 50 000
Enquête auprès des ménages (EPM) 1 150 000 700 000
Enquête sur les prix à la consommation 450 000 200 000
Enquête sur les marchés ruraux 2 100 000 800 000
Enquête de base pour l'indice de 400 000 400 000
production industrielle
Suivi de l'IPPTE 1 000 000 1 600 000
Enquête sur le commerce extérieur 140 000 50 000
3+. Enquête annuelle dans l'industrie 150 000

Appui à la direction Administrative et 100 000


Financière

TOTAL 10 000 000 5 350 000


Source : Décret n° 6319/2002 du 18 octobre 2002, arrêté n°7601/2003 du 12 mai 2003

Effectifs de l'INSTAT AU 12/01/2005

Fonctionnaires 152 35,4%


Non fonctionnaires 277 64,6%

Central 370 86,2%


Province 59 13,8%

Ingénieurs : 34 7,9%
ISE 13 3,0%
ITS 15 3,5%
Informatique 3 0,7%
Autres 3 0,7%
Cadres non ingénieurs (Bac +3 et plus) 46 10,7%
Bac 78 18,2%
Inférieur Bac 271 63,2%

Total 429 100,0%


Source : Instat/SRH

58
Annexe 5. ATTRIBUTIONS DU MAIRE ET DOMAINES DE COMPETENCE
DE LA REGION

Annexe 5. Attributions du Maire et domaines de compétence de la région

Attributions du Maire

Le Maire dispose de pouvoirs propres énumérés par la loi 94-008 et le Décret 96-898 et de pouvoirs confiés par
délégation du Conseil. Le Maire
prépare et propose le budget au Conseil ;
exécute le budget voté en dépenses et en recettes ;
représente la Commune dans tous les actes de la vie civile et administrative et la représente en justice ;
recrute le personnel, nomme à tous les emplois conformément à l’organigramme approuvé par le Conseil et dans
la limite des crédits inscrits au budget ;
dispose des services déconcentrés de l’Etat pour la préparation et l’exécution des délibérations du Conseil après
en avoir adressé la demande au Représentant de l’Etat ;
dispose du pouvoir de police ;
délivre les autorisations d’alignement et les autorisations de bâtir ;
légalise les signatures ;
participe à l’élaboration des listes électorales et à l’organisation des élections ;
enregistre les actes d’état civil et célèbre les mariages ;
est membre de droit du Comité Local de Développement.
En outre, le Conseil municipal ou communal peut déléguer au Maire pour la durée du mandat, par une délibération, le
pouvoir :
de contracter des emprunts destinés au financement des investissements dont le montant ne dépasse pas un
montant maximum fixé par le Conseil ;
de passer des marchés dans la limite des crédits inscrits au budget ;
de passer des contrats d’assurances ;
d’accepter les dons et legs non grevés de conditions ou de charges ;
d’acquérir ou de vendre des immeubles dont la valeur ne dépasse pas un montant fixé par le Conseil ;
de fixer les rémunérations des avocats, notaires, huissiers de justice.

Source : Guide du Maire

Les domaines de compétence de la région

- identification des axes prioritaires de la région,


- établissement de schéma régional d'aménagement du territoire (eau et assainissement, route et électrification);
- établissement d'un programme-cadre et/ou plan régional de développement
- cadrage et programmation des actions de développement d'envergure régionale, notamment en matière de :
- aménagement hydroagricole
- pêche
- promotion industrielle, artisanale et commerciale
- promotion du secteur des services,
- élevage
- gestion des routes, des pistes de dessertes, de ponts et bacs d'intérêt régional ;
- mise en place et gestion des infrastructures sanitaires de type hôpital principal, hôpital secondaire, et d'infrastructures
éducatives d'enseignement de type Lycée, Collège
- gestion des environnements
- mise en œuvre, à son échelon, d'actions et mesures appropriées en matière de gestion des risques et catastrophes
- gestion de son patrimoine propre
- gestion du personnel relevant de son ressort : le personnel recruté directement par la région, le personnel des services
déconcentrés de l'Etat au niveau régional, le personnel transféré ou mis à sa disposition par l'Etat.

Source : loi n°2004-001 du 11 juin 2004

59
Annexe 6. UNE GRILLE D'ANALYSE DU SYSTEME STATISTIQUE
Annexe 6. Une grille d'analyse du système statistique

A. L’Évaluation des moyens nationaux en statistiques


- budget du gouvernement en statistiques : total et per capita ;
- dépenses courantes et budget d’investissement en statistiques, tendances ;
1. Ressources
- distribution du budget par secteurs, publics/privé, central/régional ;
financières
- distribution du budget par type d’activité (recensement, ménage/entreprise enquête, études,
recherche…)

- installations informatisées de traitement adéquates en nombre et caractéristiques


- moyens de communication adéquats, téléphone, fax, e mail
- disponibilité d’équipement (véhicules, GPS, etc.…) ; distribution de l’équipement par des Bureaux
2.Équipement et
centraux/régionaux ; ministères sectoriels
ressources
- bureaux centraux et régionaux adéquats ; disponibilité de liens en imprimerie par un ordinateur central
physiques
ou réseau local à l’intérieur du BSN, et entre d’autres utilisateurs et fournisseurs du gouvernement.
- disponibilité de logiciels en gestion de données ;
- accès à l’Internet

- nombre total de personnel, nombre de statisticiens par 10,000 population ;


- distribution de personnel entre bureaux principaux, régionaux et départements d’exécution, distribution
par département à l’intérieur du BSN ;
3.Ressources
- distribution du personnel de statistique par diplôme, expertise, ancienneté ;
humaines
- salaires moyens dans le système statistique comparé aux salaires moyens des fonctionnaires et secteur
privé ;
- installations pour la formation ;

- disponibilité d’un programme de travail statistique et qui décide de son contenu ;


4. Programme de - disponibilité d’un programme de développement à plus long terme ;
travail - disponibilité de plans détaillés et stratégies, avec des estimations en besoins de ressources qui
donneront une indication de la manière à atteindre les objectifs ;

B. L’évaluation de l’environnement institutionnel en statistique


- existence, caractéristiques principales et mise en place d’une loi Statistique ;
- la position générale du bureau national statistique (BSN), la position du chef du BSN (qui recrute,
licencie et à qui rendre des comptes), les rapports entre le système statistique et le gouvernement, etc. ;
- le degré de fonctionnement autonome du BSN : qui approuve le programme de travail et le budget
annuel ?
- le degré d’autonomie technique du BSN et/ou d’autres fournisseurs gouvernementaux de données (qui
1. Un cadre légal décide des questions de méthodologie) ;
et institutionnel en - le degré d’autonomie politique du BSN : qui approuve des résultats et indicateurs statistiques ?
statistiques - les règles de base pour la collecte de données (données volontaires et obligatoires, des penalties pour la
non conformité avec la collecte de données obligatoires et les moyens de les renforcer, et des primes
pour les répondants — individus, familles, entreprises) ;
- la protection de la confidentialité des données individuelles de statistiques : est-ce que les règles en
vigueur sont bien utilisées et bien développées ;
- rapports avec les utilisateurs de statistiques : à quel point est-ce que l’on respecte le principe d’accès
égal à conditions égales »

- structure et degré de décentralisation en production de données ; (accords institutionnels


entre le BSN et départements d’exécution pour le transfert régulier de données,
compilation et publication de données)
- structure organisationnelle du BSN (aux bureaux principaux et régionaux, la division de
2. Gestion et travail et compétences) et son efficacité par rapport au flux de données ;
organisation d’un - la coordination entre les enquêtes et les divisions par matière ;
système statistique - Inter-rapports avec les utilisateurs : des mécanismes de participation pour assurer
l’intérêt des programmes de travail en statistiques pour les groupes d’utilisateurs divers (le
Conseil National en Statistique, des comités d’utilisateurs/fournisseurs, enquêtes sur les
besoins des utilisateurs, etc.) ;

60
C. L’évaluation de performance d’un système statistique
- méthodes dominantes de collecte de données : concept, conduite, fréquence, rayon et comparaison des
recensements et enquêtes ;
- disponibilité d’un cadre échantillon, méthodes d’échantillonner ;
- collection et compilation des statistiques basées sur les archives administratives ;
- le calendrier et efficacité, par rapport à la ponctualité et périodicité des statistiques ;
1. Collecte et - les problèmes et obstacles rencontrés dans la collecte de données des entreprises ;
traitement des - mise en place d’un registre central et intégré des entreprises ;
données - l’évaluation de la tache du répondant ;
- lacunes et doublons dans la collecte de données ;
- les conditions de traitement de données et le niveau de décentralisation ;
- la validation de données : l’organisation et les procédures de la collecte fonctionnelle de données et la
vérification ;
- utilisation d’IT pour réduire la main d’oeuvre dans la collecte et le traitement de données ;

- utilisation de classifications standards (IMF, WB, UNSO, ILO, UNESCO, WHO, UNEP, OECD) ;
2. Questions de
- utilisation de méthodologies standards (UN, IMF, WB) ;
compilation
- disponibilité de données META ;
générale
- règles et procédures pour la mise à jour de données ; politique de révision ;

- Bureau responsable ;
- Comptabilité nationale (nominale, réelle, et tarification associée) : sources de données, méthodes de
compilation primaires, rayon, périodicité, et ponctualité (CPT), traitement du manque de rayon et
manque de rapporter, ajustement saisonnier (SA) ;
- La production d’indices : sources de données, CPT, année de base, origine et justesse des poids.
2.1 Secteur réel
Méthodes de compilation, SA ;
- Indicateurs du marché de l’emploi (emploi, chômage, effectifs en personnel) : sources de données
(administratives ou statistiques), rayon ;
- Indices de prix : sources de données, CPT, année de base, origine et précisons des poids, méthodes de
compilation, SA ;

- Bureau responsable ;
- Gouvernement en général ou secteur public, le cas échéant ;
2.2 Secteur fiscal
- Les opérations du gouvernement central ;
- la dette du gouvernement central

- Bureau responsable ;
- Comptabilité analytique du secteur bancaire ;
2.3 Secteur
- Comptabilité analytique de la banque centrale ;
financier
- Taux d’intérêts ;
- Indicateurs de la bourse

- Bureau/bureaux responsables ;
- Transactions courantes : sources de données, CPT
2.4 Secteur - Réserves internationales ;
externe - Commerce : sources de données, CPT;
- Position d’investissement international : sources de données, CPT ;
- Taux de change

- Population distribution & dynamiques


- Pauvreté : Revenus familiaux et consommation, salaires
2.5 Données - Éducation : Apport, sortie, résultats
sociales & - Santé et Nutrition : Apport, sortie, résultats
démographiques - Migration : rurale/urbaine, nationale/internationale
- Urbanisation : distribution, tendances
- Protection Sociale, Sécurité

2.6 Données de - Biodiversité et déforestation


l’environnement - Ressources en eau et utilisation domestique, accès
et ressources - Pollution : Eau, Air, Déchets urbains

61
naturelles - Production de l’énergie et utilisation des ménages, accès

2.7 Données de - Utilisation de l’espace


Développement - Apport Agricole
rural - Production agricole & productivité

- Caractéristiques de la communauté : services sociaux, marchés


2.8 Données de
- Habitations disponibles
l’infrastructure
- Transport et communication
physique
- Utilités publiques

D. Évaluation de la Diffusion des Données et politique d’accès

- disponibilité des bases de données d’enquêtes ;


- disponibilité des indicateurs agrégats, séries dans le temps, bases de données, données
1 Stockage des META
données - moyens de stockage des questionnaires d’enquêtes et résultats (disque dur, microfilm,
électronique

- politique d’accès public : restrictif, conditionné, gratuit


2 Accès aux
- accès aux microdonnées
données
- type d’accès électronique aux données statistiques : cassettes, disquettes, Internet, site Web statistique

- services personnalisés aux utilisateurs, pour projet d’enquêtes, productions statistiques


3 Soutien de spécifiques ;
données - politique de tarification,
- disponibilité de données, réponse aux besoins des utilisateurs

- calendrier de diffusion des données (en avance et/or simultanée) par type de données ;
4 Diffusion de - publications statistiques, y compris celles sur les données META ;
données (GDDS) - gamme de données, périodicité, ponctualité
- qualité des données, processus de validation, vérification
- intégrité des données
Source : Site web Banque Mondiale

62
Annexe 7. LES INVARIANTS DE L'ORGANISATION ARRETES A L'ETAPE
III DE L’ELABORATION D’UN SCHEMA DIRECTEUR DE LA
STATISTIQUE

Annexe 7. Les invariants de l'organisation arrêtés à l'étape III de l’élaboration d’un schéma
directeur de la statistique

Source : Elaboration d'un schéma directeur de la statistique


L'expérience de la Côte d'Ivoire. Gerard Chenais. STATECO n° 87 - 88, août - décembre 1997

Les invariants sont des éléments constants quel que soit le Dans le cadre de suivi des filières, il faut désigner
scénario choisi. Ce sont les mesures incontournables pour formellement les différents acteurs de la filière : une unité
passer de l'existant au système cible. chef de file, les producteurs, les partenaires (par exemple
des unités en aval telle que la Comptabilité Nationale). La
Le cadre juridique coordination et la programmation des activités de la filière
sont discutées au sein des commissions spécialisées
Il faut également reconstituer un véritable socle juridique créées par le CNSNC (Comité National de la Statistique
plus cohérent et plus actuel afin de permettre à l'ASN et de la Normalisation Comptable); des commissions sont
(Appareil Statistique National) de remplir ses missions composées en tenant compte explicitement de
quel que soit le scénario retenu : l'architecture de filière.
- obligation de réponse et assurance renforcée du secret Le CNSNC s'assure que les conventions entre acteurs de
statistique, la filière sont établies et respectées.
- libre accès à l'information statistique,
- neutralité, La démarche qualité
- circulation de l'information au sein de l'ASN, en L'ASN doit être capable de répondre aux besoins
particulier transmission à l'INS de toutes les données nationaux essentiels, par la mise à la disposition des
jugées nécessaires à l'établissement des statistiques dont il utilisateurs de statistiques de qualité. L'expérience
est chargé. internationale en matière de qualité de service (et donc
des statistiques publiques) a débouché sur des
L'Institut National de la Statistique a rang au moins recommandations de l'ISO (International Standard
équivalent à celui d'une direction générale de Organisation) sous la forme des normes ISO 9000 pour le
l'Administration Centrale et accroît son autonomie de management, la gestion et l'assurance de la qualité. En
gestion du personne. Côte d'Ivoire, CODINORM est chargé de promouvoir la
normalisation.
Le rôle du CNSNC (Comité National de la Statistique
et de la Normalisation Comptable) Affectation des budgets t répartition des moyens dans
Il est confirmé : définir, coordonner et programmer l'ASN
l'ensemble des études, travaux, enquêtes et exploitation Le secrétaire général du CNSNC dans on rapport annuel
des dossiers administratifs à des fins statistiques en vue de présentera un bilan financier complet de l'ASN et
satisfaire les besoins nationaux dans les domaines accompagnera ses propositions de mesures nouvelles,
économique, financier, social et démographique; réaliser d'estimations chiffrées et de moyens de financement.
une normalisation comptable au sein de caque catégorie
d'agents socio-économiques. L'ingénierie statistique
Les compétences et les capacités nécessaires à la
Ses décisions devront être transmises par son Secrétariat à conception et à la refonte des opérations statistiques sont
toutes les instances pouvant statuer sur des dossiers concentrées au sein de l'INS. Des missions d'audit, de
concernant la statistique publique: budgets de conseil et d'appui seront programmées à la demande des
fonctionnement ou d'investissement, affectation des structures de l'ASN. Il sera toutefois nécessaire de faire
ressources humaines, assistance internationale, etc,.. appel à l'assistance extérieure, dont celle d'AFRISTAT,
pour former des cadres nationaux.
La tutelle de l'INS
La question de la tutelle de l'INS n'est pas fondamentale La normalisation
pour le fonctionnement de l'ASN. Seules comptent la L'adaptation des recommandations internationales en
légitimité de la statistique pour le corps social et la matière de statistiques ayant été retenue comme une
crédibilité des statistiques disponibles pour les orientation générale, il appartiendra au CNSNC, de faire
utilisateurs. procéder à la création de groupes de travail ad hoc
chargés de lui faire des propositions après consultation de
L'organisation par filière toutes les parties prenantes et avec l'assistance des
L'ensemble de la réflexion depuis le début de l'opération organismes internationaux concernés. Il lui appartiendra
SDS est basé sur une architecture de filières. L'ASN doit ensuite de faire donner toutes les suites réglementaires
être organisé par filière quel que soit le scénario.

63
nécessaires à la mise en application effective des développement d'un appareil statistique national en
propositions retenues. Afrique sub saharienne.

Le dispositif pour les enquêtes nationale et La formation continue à l'INS


transversales Le renforcement de la formation continue à l'INS devra
Pour des raisons évidentes d'efficience, et sauf cas très permettre une gestion plus rationnelle des compétences
particuliers réglementairement précisés, les enquêtes par nécessaires au fonctionnement de l'ASN :
sondage et les recensements à caractère national ou - prise en charge des agents nouvellement recrutés, y
transversal auprès des entreprises, des ménages et des compris stages organisés pour les élèves de l'ENSEA,
individus, seront exécutés sous la responsabilité de l'INS - introduction de nouvelles méthodes et de nouveaux
en collaboration étroite avec les autres producteurs de concepts,
statistiques. - recyclage périodique de l'ensemble des agents.

La gestion de la carrière des statisticiens dans l'ASN Architecture informatique


La mobilité des agents est un atout supplémentaire pour L'ensemble de l'ASN doit opter pour un système
dynamiser les équipes en place : prenant en compte cet uniformisé et homogène dans la répartition des moyens.
élément qui fait partie des actes de gestion quotidienne, Les structures de base sont des réseaux locaux de PC sous
un règlement intérieur à l'INS, et si possible ailleurs, doit windows (3.11, 95 et versions futures) bâtis autour de
être adopté pour limiter entre 3 à 5 ans au plus la période serveurs windows NT.
d'occupation d'un poste par un même agent. Pour la gestion des bases de données, Access (pour les
petites applications) et Oracle (applications lourdes)
Pour suivre la carrière des statisticiens de l'ASN, une peuvent être standardisés pour l'ensemble de l'ASN. Le
unité de gestion des ressources humaines dirigée par un choix bureautique Microsoft semble être préférable.
statisticien doit être créée;
Pour l'exploitation des enquêtes par sondage auprès des
La rémunération des statisticiens ménages, l'INS devra proposer un progiciel. Pour les
Le niveau de rémunération des statisticiens doit être exploitations spécifiques, on privilégiera les progiciels
équivalent au sein de l'ensemble de l'ASN. Celui-ci doit proposés par la communauté statistique internationale aux
être capable d'attirer et de maintenir les statisticiens dans développements spécifiques en interne (comme c'est déjà
l'ASN. Il faut éviter de créer des déséquilibres de le cas pour les comptes nationaux, les prix à la
compétence dans certaines filières au profit d'autres. consommation, les recensements et études
démographiques). Il n'est pas envisagé de créer, à l'INS ou
La formation ailleurs, une unité spécialisée dans la programmation et le
A la suite de l'étude du Bilan de l'existant, un plan développement en relation directe avec la statistique.
vigoureux de formation s'impose prévoyant une
répartition des tâches entre l'enseignement fondamental, La communauté entre unités
la veille technologique et la recherche à l'ENSEA d'une Il faut privilégier à moyen terme l'interconnexion des
part, et l'adaptation au contexte ivoirien, l'ingénierie et la réseaux.
formation continue à l'INS. Cela peut se faire progressivement : on peut envisager de
commencer par des liaisons simples entre deux PC
De plus, il faudra renforcer le niveau de formation des distants, reliés par modem pour le transfert de fichiers?
statisticiens. L'ENSEA devra pouvoir assurer la formation Dans ce cas, il n'est pas utile de dédier des lignes
initiale nécessaire ainsi que le recyclage et la mise à téléphoniques mais simplement de prévoir des vacations
niveau. L'ASN prendra des dispositions pour que certains réservées aux transferts de fichiers. On pourra envisager
statisticiens puissent acquérir la double compétence par la suite l'utilisation de messageries électroniques et
statistique - informatique par une formation des outils INTRANET qui existent déjà dans l'offre
complémentaire sanctionnée par un diplôme reconnu par standard des éditeurs tels que Microsoft.
l'Etat.
Liés à la diffusion des statistiques
La formation initiale à l'ENSEA Si les utilisateurs étrangers ne doivent pas être oubliés, il
L'étape II a reconnu la qualité de l'enseignement de faudra faire porter la priorité sur l'accessibilité par les
l'école. Aucune réforme majeure n'est proposée. Il faudra utilisateurs résidents en particulier par ceux ne résidant
cependant maintenir et si possible améliorer cette qualité, pas à Abidjan et les grands centres urbains. Les media, les
renforcer la veille technologique et développer la parlementaires, le gouvernement, les centres de
recherche dans les méthodologies adaptées au contexte documentations et les partenaires au développement
africain (et plus particulièrement ivoirien). La auront accès gratuitement aux diffusions d'informations
connaissance des recommandations internationales en générales et synthétiques sur support papier. Pour les
matière de statistiques publiques devra figurer en bonne autres utilisateurs et les autres supports, ou les
place au programme des formations d'ingénieur. L'ASN acquisitions en nombre, une contribution financière sera
doit être un élément familier des élèves ivoiriens de exigée (modulée selon les usages).
l'école tout au long de leur scolarité et servir d'exemple Concernant la contrepartie financière demandée aux
dans l'étude de l'organisation, la gestion et le administrations, on peut envisager deux options : accès
gratuit, les budgets de l'ASN ayant été prévus en

64
conséquence, ou bien accès payant, les budgets des Liés aux méthodes de travail
administration prévoyant spécifiquement les acquisitions L'inertie dans les méthodes de travail, le manque de
de statistiques, les paiements étant alors de recettes de concertation entre les statisticiens d'une même filière ne
l'INS et/ou des autres partenaires. sont pas acceptables. C'est pourquoi il est prépondérant de
mettre en oeuvre des méthodes de travail modernes et
Liés à l'archivage de la production indispensables pour la maîtrise des domaines complexes
Chaque unité de production procédera à l'archivage de ses (travail en équipe, management par objectif, remue-
propres données et métadonnées. En parallèle, il existera méninges, cercles de qualité, sensibilisation à l'évolution
un archivage des données et métadonnées par réplication des technologies de l'information, système de pilotage…)
périodique, centralisé à l'INS. L'évolution des mentalités est elle aussi indispensable :
La recherche d'information statistique devra être rendue la chaque chaînon de la production statistique doit se sentir
plus aisée possible aux utilisateurs internes et externes à concerné par le résultat final qui est la satisfaction des
l'ASN. Un répertoire des sources de données statistiques utilisateurs. Il ne faut pas hésiter à déléguer les
sera constitué et mis à jour continuellement et mis à la responsabilités, à mettre en place des groupes de travail, à
disposition de toutes les structures de l'ASN. Il importe évaluer la satisfaction des utilisateurs.
que tout utilisateur puisse être informé de la nature des
informations disponibles (y compris les métadonnées),
quel que soit le point d'entrée dans l'ASN auquel il
s'adresse, en particulier à l'extérieur d'Abidjan;

Une copie des publications devrait être à la disposition de


la Bibliothèque Nationale.

65
Annexe 8. LA LOI RELATIVE AU SYSTEME NATIONAL DE LA
STATISTIQUE DE LA TUNISIE
Annexe 8. La loi relative au système national de la statistique de la Tunisie directeur de la
statistique

Loi n° 99-32 du 13 avril 1999, relative au système réalisation des recensements, des enquêtes ou autres
national de la statistique15 opérations statistiques diverses.
Les informations individuelles d’ordre économique ou
Au nom du peuple, financier figurant sur les questionnaires des enquêtes
La chambre des députés ayant adopté, statistiques mentionnées à l’article 17 de la présente loi ne
Le Président de la République promulgue la loi dont la peuvent pas être utilisées à des fins ayant une relation
teneur suit : avec le contrôle fiscal économique ou social. Les services
chargés de la statistique dépositaires de ce genre
CHAPITRE I d’informations ne sont pas tenus par les dispositions
Les objectifs généraux légales relatives au droit de communication des données
et les principes fondamentaux dont disposent les services fiscaux.

Article premier. - La présente loi définit les principes En aucun cas, les données individuelles recueillies au
fondamentaux de l’activité statistique, la structure du cours des enquêtes statistiques mentionnées à l’article 17
Système National de la Statistique, sa mission et le rôle de de la présente loi, ne seront utilisées à d’autres fins que
chacune de ses composantes. statistiques par ailleurs, les agents des services statistiques
sont astreints au respect du secret professionnel.
Art. 2. - Le Système National de la Statistique a pour
mission de fournir aux administrations publiques, aux Art. 6. - Les personnes physiques et morales sont tenues
entreprises économiques aux organisations, aux médias, de répondre, avec exactitude et dans les délais impartis,
aux chercheurs et au public, les données statistiques se aux questionnaires des enquêtes statistiques mentionnés à
rapportant aux domaines économique, social, l’article 17 de la présente loi et cela en respectant les
environnemental et autres. dispositions qui régissent certaines professions et qui
mentionnent le secret professionnel absolu. A défaut de
Art. 3. - Les structures du Système National de la réponse dans les délais fixés,
Statistique jouissent de l’indépendance scientifique et Il est adressé à l’intéressé un avis par lettre recommandée
accomplissent leurs missions conformément aux concepts, précisant un délai de réponse supplémentaire.
aux règles méthodologiques et aux techniques
communément admises dans ce domaine. Elles procèdent Art. 7. – Les administrations et les organismes publics
à la collecte des informations. à leur traitement, à leur transmettent à l’Institut National de la Statistique, en cas
stockage et à leur diffusion conformément aux normes et de besoin et à des fins exclusivement statistiques, les
aux exigences de la production d’une information informations dont ils disposent et qu’ils ont recueillies
statistique de qualité et ce en toute impartialité et dans le cadre de leurs missions.
objectivité. Les modalités de transmission de ces informations sont
fixées par un arrêté du Ministre chargé du secteur de la
Art. 4. - Les travaux et les activités statistiques menés par statistique. Les informations transmises dans ce cadre,
le système National de la Statistique se basent sur les sont soumises aux mêmes dispositions de confidentialité
principes fondamentaux suivants : et d’utilisation que celles indiquées dans l’article 5 de la
-le Secret statistique présente loi.
-L’obligation de réponse aux questionnaires statistiques
-La transparence Art 8. - La transparence consiste à présenter les sources
-Le respect de la périodicité et des délais de diffusion des statistiques et leurs méthodes d’élaboration et vise a
statistiques faciliter l’utilisation et l’interprétation des données
- L’harmonisation avec les méthodes et les concepts diffusées. La transparence consiste également à informer
internationaux utilisés dans le domaine statistique. les répondants et le public du cadre légal et institutionnel
dans lequel s'effectue l'activité statistique, ainsi que les
Art. 5. - Le secret statistique signifie que les données finalités pour lesquelles les données sont demandées.
individuelles fleurant sur les questionnaires des enquêtes
statistiques mentionnées à l'article 17 de la présente loi ne Art. 9. - Les structures du système National de la
peuvent être divulguées par les services dépositaires avant Statistique mentionnées article 12 de la présente loi sont
expiration d'un délai de soixante ans suivant la date de tenues à mettre l’information statistique élaborée à la
disposition de tous les utilisateurs selon des normes
pratiques et ce pour répondre à leurs besoins et garantir le
droit d’accès de tous les citoyens à l'information
15 statistique.
1 Travaux préparatoires : Discussion et adoption par la chambre des
députés dans sa séance du 23 mars
1999

66
La diffusion de cette information doit être assurée avec la Art. 13. les structures et les organismes privés peuvent
célérité, la périodicité et la ponctualité requises. Les procéder à la collecte et à l’exploitation de l’information
structures statistiques publiques mentionnées à l’article 12 statistique non disponible et nécessaire aux analyses et
de la présente loi veillent au bon usage de l’information aux études qu’ils mènent dans le cadre de leurs activités.
statistique. Ces organismes et établissements privés sont tenus
d’informer le conseil National de la Statistique de leurs
Art. 10. - Les structures du système National de la activités dans ce domaine.
Statistique, veillent à l'harmonisation des concepts, des
nomenclatures et des méthodes statistiques avec ceux SECTION 2
établis au niveau international. Le conseil national de la statistique

CHAPITRE 2 Art. 14. - Il est créé un Conseil National de la Statistique


Le système national de la statistique chargé de proposer les orientations générales des activités
statistiques nationales, les priorités et les instruments de
SECTION I coordination des activités du Système National de la
Composantes et missions Statistique.
du système national de la statistique Le Conseil veille au respect des règles déontologiques de
la profession et des principes de l’activité statistique.
Art. 11. - Dans le cadre de la réalisation des missions
mentionnées aux articles 2 et 3 de la présente loi, le Art. 15, - le Conseil National de la Statistique donne son
Système National de la Statistique veille à : avis sur la politique de développement de l’information
-Collecter les données auprès des ménages, des statistique et sur les mesures susceptibles d’orienter et de
entreprises, des administrations et toutes autres unités promouvoir les activités statistiques.
statistiques pouvant faire l’objet d’une enquête statistique Le Conseil veille à la coordination des travaux statistiques
et assurer le traitement et l’enregistrement de ces données. et propose les instruments de coordination statistique. Il
Dans ce cadre, le Système National de la Statistique est également chargé d’examiner les programmes
procède à la classification des statistiques selon les statistiques des structures et des organismes statistiques
critères requis et notamment selon le sexe et la répartition publics afin de proposer un programme national de la
géographique. statistique couvrant la période du plan de développement.
- Publier et diffuser l’information statistique auprès de Le Conseil assure la concertation nécessaire entre les
tous les utilisateurs publics et privés tout en veillant à son producteurs et les utilisateurs de l’information statistique
développement par le recours aux nouvelles technologies afin de développer la production et la diffusion de
de l’information et de la communication. Les utilisateurs données répondant aux besoins du pays.
sont appelés, dans certains cas, à payer une contribution. Le Conseil National de la Statistique est consulté sur les
Les modalités et les conditions de cette contribution sont projets de textes juridiques et réglementaires relatifs à la
fixées par décret. statistique.
- Elaborer sur la base des informations statistiques
disponibles, les analyses préliminaires en rapport avec les Art. 16. La composition, l’organisation et les modalités de
différents domaines liés au développement. fonctionnement du Conseil National de la Statistique sont
- Coordonner les activités des différentes structures et fixées par décret.
organismes chargés de la statistique, programmer les
activités statistiques. Définir les concepts, les Art. 17. - Les recensements et enquêtes statistiques menés
nomenclatures et les normes et adopter les méthodes par les structures statistiques publiques mentionnées dans
statistiques en vigueur à l’échelle internationale. l’article 12 de la présente loi auprès de personnes ne
- Organiser la concertation entre les producteurs et les faisant pas partie de ces structures, sont réalisés selon des
utilisateurs de l’information statistique afin de répondre conditions et des procédures fixées par décret.
aux besoins en données et de garantir la disponibilité des
statistiques demandées. SECTION 3
- Assurer la formation initiale et continue du personnel l’institut national de la statistique
exerçant dans le domaine statistique, la promotion de la
recherche et la diffusion de la culture statistique Art. 18. - L’Institut National de la Statistique constitue
l’organisme exécutif central du Système National de la
Art. 12. - le Système National de la Statistique est Statistique. Il est chargé de la coordination technique des
composé par les Structures et les organismes chargés de la activités statistiques.
collecte du traitement, du stockage de l’analyse et de la
diffusion des statistiques officielles ainsi que de la Art. 19. - L’Institut National de la statistique a pour
coordination de l’activité statistique. mission d’assurer, en coordination avec les autres
Le Système National de la Statistique comprend : structures statistiques publiques spécialisées, la collecte,
- le Conseil National de la Statistique le traitement, l’analyse et la diffusion de l’information
- l'Institut National de la Statistique statistique. Il assure l'organisation de la documentation
- Les autres structures statistiques publiques spécialisées statistique nationale avant une relation avec l’activité de
- les institutions de formation statistique. développement en collectant les données produites par les
différentes composantes du Système National de la

67
Statistique. Il prépare dans ce cadre un annuaire des Des procès -verbaux relatifs à ces infractions sont rédigés
différents travaux statistiques qui sont portés à la et portés devant le Ministre chargé du secteur de la
connaissance du Conseil National de la Statistique. statistique qui les transmet au Ministère Publique.
Les agents relevant du Ministère chargé du secteur de la
SECTION 4 statistique et de l’Institut National de la Statistique
Les autres structures mentionnés dans le premier alinéa du présent article sont
statistiques publiques spécialisées tenus de prêter le serment suivant « Je jure au nom
d’Allah le tout puissant d’assurer mes fonctions en toute
Art. 20. - Les autres structures statistiques publiques abnégation et droiture et de m’en tenir au secret
spécialisées qui dépendent des Ministères, des professionnel» Le serment est prêté devant le président du
Collectivités Locales, des Etablissements Publics et des tribunal de première instance de Tunis.
Entreprises Publiques sont chargées de collecter, traiter, Un Procès - Verbal est établi en conséquence.
analyser et diffuser l’information statistique relevant de
leurs domaines d’activités et non produite par l’Institut Art. 26. - Toute personne qui refuse de répondre aux
National de la Statistique. questionnaires des enquêtes statistiques mentionnés à
Ces activités sont réalisées conformément aux l’article 6 de la présente loi ou qui donne des réponses
dispositions de l’article 17 de la présente loi. incomplètes ou inexactes, est punie d’une amende
pécuniaire.
Art. 21. - Tout en respectant les dispositions de l’article Pour les enquêtes auprès des entreprises, le montant de
17 de la présente loi, les structures statistiques publiques l’amende mentionnée au premier alinéa du présent article
peuvent charger, sous leur responsabilité, des entreprises est de 100 à 500 Dinars. En cas de récidive, le montant de
ou des établissements ou des organismes publics ou l’amende est porté à 500 Dinars au moins et à 5000
privés de collecter, traiter, analyser les informations Dinars au plus pour chaque infraction.
spécifiques et réaliser des enquêtes statistiques. Pour les enquêtes auprès des ménages, le montant de
l’amende mentionnée au premier alinéa du présent article
SECTION 5 est de 10 à 50 Dinars et en cas de récidive, de 50 à 500
La formation statistique Dinars.

Art. 22. - La formation des Ingénieurs et des Techniciens Art. 27. - Les dispositions des articles 125 et 136 du Code
Supérieurs en statistique se fait conformément aux cycles Pénal s’appliquent à toute personne empêchant les agents
de formation des ingénieurs et des techniciens supérieurs chargés de la collecte les informations statistiques
dans les écoles et les instituts supérieurs spécialisés en d’accomplir leurs missions.
application des dispositions législatives et réglementaires
en vigueur. Art. 28. - La violation du secret statistique, tel qu’il est
énoncé à l’article 5 de la présente loi, par les agents des
Art. 23. - Les cadres moyens de la statistique sont formés structures statistiques publiques et les agents des
à I’Ecole Nationale de la Statistique et les institutions entreprises, des établissements et des organismes
pouvant assurer cette formation. mentionnés dans l’article 21 de la présente loi, est
L’organisation et le système des études de l’Ecole passible des sanctions prévues dans l’article 254 du code
Nationale de la Statistique sont fixés par décret. pénal.
Art. 24. - La formation continue et le recyclage du Ces sanctions sont appliquées sans préjudice des
personnel exerçant dans le domaine statistique à tous les sanctions disciplinaires qui peuvent être prises à
niveaux sont assurés selon les modes appropriés dans les l’encontre de la personne en infraction conformément aux
établissements d’enseignement et de formation pouvant textes législatifs et réglementaires relatifs à la
assurer cette formation. préservation du secret.

CHAPITRE 3. Art. 29. - Sont abrogées toutes dispositions contraires à la


Dispositions diverses présente loi.
La présente loi sera publiée au Journal Officiel de la
Art. 25. - Les infractions aux dispositions de la présente République Tunisienne et exécutée comme loi de l’Etat.
loi et de tous les textes d’application sont constatées par
les officiers de la police judiciaire et les agents Tunis, le 13 avril 1999.
assermentés et habilités relevant du Ministère chargé du
secteur de la statistique ou de l’Institut National de la Zine El Abidine Ben Ali
Statistique.

68
Annexe 9. AFRISAT

Annexe 9. Afristat
Sourrce : site web, www.afristat.org

PRESENTATION D’AFRISTAT

L’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique LES ORGANES D’AFRISTAT


Subsaharienne, dénommé AFRISTAT, est une
organisation internationale créée par un traité signé Les organes de l’Observatoire Economique et
le 21 septembre 1993 à Abidjan par les 14 pays Statistique d’Afrique Subsaharienne sont les
africains membres de la Zone Franc suivants : suivants (article 8 du Traité) :
Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique,
Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Le Conseil des Ministres
Equatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. Le Comité de direction
En avril 1998, la Guinée-Bissau et la Mauritanie ont Le Conseil scientifique
rejoint AFRISTAT, tandis que la Guinée et le Cap La Direction Générale
Vert sont devenus Etats membres respectivement en
septembre 2000 et septembre 2002. Ceci porte à 18 POURQUOI AFRISTAT ?
le nombre d’Etats membres. Au terme de l’article 5
du traité, tout Etat d’Afrique Subsaharienne ou de Chaque Etat, chaque gouvernement, chaque décideur
l’Océan indien peut être admis à AFRISTAT. a besoin d’informations lui permettant de piloter au
mieux, et à moindre coût, sa gestion et son
AFRISTAT a pour mission de contribuer au développement économique et social. Il doit pour ce
développement des statistiques économiques, faire s’appuyer sur un système d’information
sociales et de l’environnement dans les Etats complet et crédible, lui permettant tout à la fois
membres et de renforcer leurs compétences dans ces d’éclairer l’événement et de conduire la décision.
domaines.
A son niveau le plus simple, il s’agit d’une plate-
AFRISTAT a pour rôle de conseiller les Instituts forme minimum d’information statistique mais
nationaux de statistique des Etats membres et de l’objectif final est la mise en place d’un système
soutenir leur action. Il dispose de pouvoirs d’information économique et sociale complet.
réglementaires dans le domaine de l’harmonisation
des concepts, des normes et des méthodes Pour répondre, même de façon succincte, à ce
statistiques. besoin d’information, un minimum de moyens
(humains et matériels) est nécessaire dont ne
AFRISTAT s’inscrit ainsi dans la préoccupation disposent pas toujours les pays en voie de
africaine d’intégration économique régionale, qui développement.
suppose l’homogénéité et la comparabilité des
informations statistiques. La création d’AFRISTAT est la résultante d’un
double constat, d’un nouveau contexte politique et
Cette volonté d’harmonisation et d’intégration est économique et d’une volonté affirmée d’intégration
mise en œuvre par AFRISTAT à travers les régionale.
opérations d’appui à la collecte, au traitement et à la
diffusion de l’information statistique ou aux En effet, l’examen critique de l’exercice de la
analyses et synthèses économiques, selon le fonction statistique dans les pays d’Afrique
programme de travail qui est défini par les Etats subsaharienne montre d’une part, l’absence d’un
membres. véritable décollage des Instituts nationaux de
statistique (INS) alors même que de nombreux
AFRISTAT a son siège à Bamako au Mali et a statisticiens ont été formés dans des écoles de haut
démarré ses activités le 2 janvier 1996. niveau et que des outils originaux ont été étudiés et

69
testés et d’autre part, une inadaptation croissante des COMMENT TRAVAILLE AFRISTAT ?
politiques classiques de coopération statistique.
Une équipe de 16 experts anime les activités
En outre, la petite taille de certains pays de cette d’AFRISTAT : un Directeur Général, un Directeur
région ne leur permet pas de mettre en place, avant Général Adjoint, trois comptables nationaux, un
de très nombreuses années et avec leurs seules macroéconomiste, un statisticien d’enquêtes, cinq
ressources nationales, des appareils statistiques spécialistes chargés du suivi et de l'analyse de la
complets et opérationnels. pauvreté, un statisticien un statisticien agricole, deux
statisticiens informaticiens et un statisticien du
Par ailleurs, le début de la décennie 1990 a vu la secteur productif. Cette équipe est appuyée par neuf
naissance d’un processus de démocratisation qui, à personnes recrutées localement et pourra faire appel,
terme, devrait faire prendre conscience de la en tant que de besoin, à d’autres compétences
nécessité pour tous les acteurs de la vie économique extérieures.
et sociale de disposer d’une information statistique
fiable et crédible. Dans le même temps, la crise La Direction Générale d’AFRISTAT fait aussi appel
économique et financière génère, par le biais des aux consultants tant internationaux que nationaux en
programmes d’ajustement structurel appuyés par la fonction des sujets traités.
Banque Mondiale et le Fonds Monétaire
International, une nouvelle demande de données L’initiative des activités revient à la Direction
statistiques à laquelle les INS ont du mal à répondre. Générale qui soumet son projet au Conseil
scientifique, organe consultatif du Comité de
Enfin le nouveau contexte politique et économique direction. Le Conseil Scientifique émet des avis et
marqué notamment par la globalisation de recommandations et charge la Direction Générale de
l’économie a mis en lumière la nécessité d’une les transmettre au Comité de direction. Ce dernier,
intégration économique plus poussée des pays après de nouvelles directives éventuelles données à
concernés. la Direction Générale, décide et informe le Conseil
des Ministres ou formule des recommandations pour
Devant les difficultés des INS pour répondre à ces le dit conseil qui décide en dernier ressort.
besoins d’information, les Ministres de l’économie
et des finances des pays de la zone Franc ont décidé Le Conseil des Ministres, le Comité de direction et
la mise en place d’AFRISTAT, répondant ainsi aux le Conseil scientifique peuvent aussi initier des
recommandations du Plan d’Action d’Addis-Abeba affaires dont l’exécution est confiée à la Direction
pour le développement de la Statistique en Afrique. Générale.

QUE FAIT AFRISTAT ? QUI DIRIGE AFRISTAT ?

D’une manière générale, AFRISTAT œuvre pour le L’autorité suprême d’AFRISTAT est le Conseil des
développement de la Statistique dans les pays Ministres.
membres de cette institution.
La direction et la gestion de l’Observatoire sont
Cette action se traduit par des appuis ponctuels que assurées par un Directeur Général, assisté d’un
l’Observatoire apporte aux pays membres et même à Directeur Général Adjoint. Il est placé sous
d’autres pays africains. Ces appuis couvrent divers l’autorité du Comité de direction composé par :
domaines : organisation et gestion des systèmes
statistiques, comptabilité nationale et Les Directeurs des Instituts nationaux de statistique
macroéconomie, prix et enquêtes sur les dépenses
des ménages, suivi du secteur informel, statistiques Les Directeurs des études des Banques centrales des
agricoles, traitement des données, diffusion des pays membres
données statistiques, etc.
Les représentants des unions économiques et
Il organise aussi des ateliers régionaux ou sous- monétaires auxquelles appartiennent les pays
régionaux traitant des thèmes d’intérêt commun. membres.

AFRISTAT intervient également dans les domaines Le Comité de direction est assisté par un Conseil
de la collecte, du traitement, de l’analyse et de la Scientifique où siègent en particulier des
diffusion de l'information socio-économique. représentants des utilisateurs, des organisations
internationales et des universités.

70
dernier cas, la contribution par Etat s’élève à
QUI FINANCE AFRISTAT ? l’équivalent de 1 321 450 francs français.

Un Fonds a été mis en place ayant pour objectif de Le capital total garantit pendant une première phase
contribuer aux ressources d’AFRISTAT par de 8 ans le financement régulier des dépenses
l’utilisation des produits financiers dégagés par le courantes (salaires du personnel, missions d’appui
placement judicieux de son capital. La gestion du des experts dans les Etats membres, réunions des
Fonds est assurée par l’Agence française de groupes d’experts, réunions statutaires, etc.).
développement (AFD).
La phase d’installation d’AFRISTAT d’une durée
Le capital initial s’élève à 3,35 milliards de FCFA. Il deux ans a été financée par la France.
est constitué des souscriptions des Etats membres
fondateurs pour 1,85 milliards de FCFA et de la L’Union européenne finance depuis 1997 un
France à hauteur de 1,50 milliards de FCFA. Ce programme d’appui.
capital est ouvert aux souscripteurs qui désirent
apporter leur concours au développement des Enfin le financement de projets de développement
activités d’AFRISTAT et aux nouveaux Etats spécifiques (enquêtes harmonisées, test de méthodes
africains qui adhèrent à cette institution ; dans ce nouvelles) peut faire l’objet de requêtes ad hoc
soumises aux bailleurs de fonds.

71