Sie sind auf Seite 1von 5

Chapitre I : Modélisations des différentes parties du système étudié

1. Introduction
Dans ce Chapitre, On s’intéressera à la modélisation de différentes parties
à étudier, qui est constitué de la MASDE ainsi que celle du convertisseur
commandé en M .L.I et en fin on termine par donner les résultats de simulation
et leurs interprétations.
2. Modélisation de la machine asynchrone double étoile
2 .1Description de la MASDE
La MASDE se Comporte d’un stator portant deux enroulement triphasés
identiques et décalés entre eux d’un angle 𝛼 = 30° et d’un rotor à cage
d’écureuil. Voir Fig. Ce Fig. . Représente schématiquement les enroulements de
la MASDE. Les angles 𝜃𝑟 𝑒𝑡 (𝜃𝑟 − 𝛼) représentent respectivement la position
du rotor (phase ar) par rapport à l’étoile 1(phase as1) et à l’étoile 2 (phase as2).Les
grandeurs relatives aux deux étoiles (1 et 2) seront notées respectivement par les
indices 1 et 2, [3].
2.2Hypothèse simplifié
Pour notre étude, nous considérons les hypothèses suivantes
o Le circuit magnétique n’est pas saturé, ce qui permet d’exprimer
les flux comme fonction linéaire du courant.
o Les pertes par hystérésis et courant de Foucault son négligées ;
o Les forces magnétomotrices créées par chacun des phases des
deux armatures sont à répartition sinusoïdale d’où résulte du fait
que l’entrefer est constant, que les inductances propres sont des
constantes et que les inductances mutuelles entre deux
enroulement sont fonction sinusoïdale de l’angle entre leurs axes
magnétique
o Les résistances ne varient pas avec la température ;
o Effet de peau négligé ;
o La Machine et de constitution symétrique
2.3 Model naturel de la MASDE
En tenant compte de l’hypothèse simplificatrice citée ci-dessus,
et la notation des vecteurs des grandeurs de tension, courant et flux
on peut écrire pour, les vecteurs des tensions, courants et flux
statoriques sont :
Pour étoile 1
[𝑉𝑠1] = [Vas1 Vbs1 Vcs1]T
[Is1] = [ias1 ibs1 ics1 ]T
[∅s1] = [∅as1 ∅bs1 ∅cs1]T
Pour étoile 2
[Vs2] = [Vas2 Vbs2 Vcs2]T
[Is2] = [ias2 ibs2 ics2]T
[∅s2] = [∅as2 ∅bs2 ∅cs2]T
Les vecteurs de tensions, courants et flux rotoriques sont :
[𝑉𝑟] = [𝑉𝑎𝑟 𝑉𝑏𝑟 𝑉𝑐𝑟]T
[𝐼𝑟] = [𝑖𝑎𝑟 𝑖𝑏𝑟 𝑖𝑐𝑟]T
[∅𝑟] = [∅𝑎𝑟 ∅𝑏𝑟 ∅𝑐𝑟]T
2.4 Equations des tensions
La combinaison de la loi d’ohm et la loi de Lenz permet
d’écrire les relations suivantes
𝑑
[𝑉𝑠1] = [𝑅𝑠1][𝐼𝑠1] + [∅𝑠1]
𝑑𝑡
𝑑
[𝑉𝑠2] = [𝑅𝑠2][𝐼𝑠2] + [∅𝑠2]
𝑑𝑡
𝑑
[𝑉𝑟] = [𝑅𝑟][𝐼𝑟] + [∅𝑟]
𝑑𝑡
2.5 Equations des flux
Les flux statorique et rotorique en fonction des
courants, des inductances propres et des inductances
mutuelles, sont exprimés par les équations suivantes.
[∅𝑠1] = [Ls1, s1][𝐼𝑠1] + [𝑀𝑠1, 𝑠2][𝐼𝑠2] + [𝑀𝑠1, 𝑟][𝐼𝑟]
[∅𝑠2] = [Ls2, s2][𝐼𝑠1] + [𝑀𝑠2, 𝑠2][𝐼𝑠2] + [𝑀𝑠2, 𝑟][𝐼𝑟]
[∅𝑟] = [Lr, s1][Is1] + [𝑀𝑟, 𝑠2][𝐼𝑠2] + [𝑀𝑟, 𝑟][𝐼𝑟]
 [𝑅𝑠1], [𝑅𝑠2], [𝑅𝑟] les matrices des résistances statoriques
(étoile 1 et 2) et rotoriques respectivement.
[𝑅𝑠1] = 𝑅𝑠1[𝐼𝐷]3*3
[𝑅𝑠2] = 𝑅𝑠2[𝐼𝐷]3*3
[𝑅𝑟] = 𝑅𝑟[𝐼𝐷]3*3
Avec :
 [𝐼𝐷]3*3 : la matrice identité d’ordre 3
 𝑅𝑠1:la résistance d’une phase 1ere étoile
 la résistance d’une phase 2eme étoile
 Rr : la résistance d’une phase du rotor
Les sous matrices des inductances dans les équations des flux
sont exprimés comme suit
𝐿𝑠1 + 𝐿𝑚𝑠 −𝐿𝑚𝑠/2 −𝐿𝑚𝑠/2
[𝐿𝑠1, 𝑠1] = [ −𝐿𝑚𝑠/2 𝐿𝑠1 + 𝐿𝑚𝑠 −𝐿𝑚𝑠/2 ]
−𝐿𝑚𝑠/2 −𝐿𝑚𝑠/2 𝐿𝑠1 + 𝐿𝑚𝑠

𝐿𝑠2 + 𝐿𝑚𝑠 −𝐿𝑚𝑠/2 −𝐿𝑚𝑠/2


[𝐿𝑠2, 𝑠2] = [ −𝐿𝑚𝑠/2 𝐿𝑠2 + 𝐿𝑚𝑠 −𝐿𝑚𝑠/2 ]
−𝐿𝑚𝑠/2 −𝐿𝑚𝑠/2 𝐿𝑠2 + 𝐿𝑚𝑠

𝐿𝑟 + 𝐿𝑚𝑟 −𝐿𝑚𝑟/2 −𝐿𝑚𝑟/2


[𝐿𝑟, 𝑟] = [ −𝐿𝑚𝑟/2 𝐿𝑟 + 𝐿𝑚𝑟 −𝐿𝑚𝑟/2 ]
−𝐿𝑚𝑟/2 −𝐿𝑚𝑟/2 𝐿𝑟 + 𝐿𝑚𝑟
2𝜋 4𝜋
cos(𝛼) cos (𝛼 +
) cos (𝛼 + )
3 3
4𝜋 2𝜋
[𝑀𝑠1, 𝑠2] = cos (𝛼 + ) cos(𝛼 ) cos (𝛼 + )
3 3
2𝜋 4𝜋
[cos (𝛼 + ) cos (𝛼 + ) cos(𝛼 ) ]
3 3

2𝜋 4𝜋
cos(𝜃𝑚) cos (𝜃𝑚 + ) cos (𝜃𝑚 + )
3 3
[𝑀𝑠1, 𝑟] 4𝜋
cos (𝜃𝑚 + )
3
[ ]