Sie sind auf Seite 1von 4

Chapitre 1 - Hardware

Avant de commencer à charger un programme dans un automate, il est


judicieux de procéder à son effacement général.
Plusieurs zones mémoires sont à considérer :
- Mémoire de chargement micro-carte (tous les automates n’en sont
pas équipés)
- Mémoire de travail
- Mémoire système

1.1) Concept mémoire du S7-300

Mémoire de chargement de la microcarte mémoire


La microcarte mémoire (MMC) sert de mémoire de chargement pour la CPU.
Elle permet d’enregistrer les blocs de code et de données ainsi que les données
système (configuration matérielle, liaisons de communication, etc.). Sur
demande, le projet complet peut également y être mémorisé, ce qui permet de
disposer en mémoire de chargement des mnémoniques, des commentaires et
des données de configuration, par exemple pour le contrôle-commande HMI
ou les systèmes d’entraînement. Le contenu de la MMC est par principe
rémanent. Si un bloc ou un programme utilisateur complet est chargé dans la
CPU via une console de programmation, le stockage des données s’opère sur
la MMC. Toutes les séquences de bloc nécessaires au traitement du
programme sont chargées automatiquement dans la mémoire de travail
(RAM).

Le chargement d’un bloc ou du programme utilisateur ainsi que


l’exploitation de la CPU n’est possible que si une microcarte mémoire
MMC est présente.
A chaque retrait ou insertion de la carte MMC, il faut procéder à un
effacement général.

Mémoire de travail
La mémoire de travail (RAM) est intégrée à la CPU et ne contient que les
données requises pendant le cycle de traitement du programme (par ex.
uniquement les valeurs effectives des blocs de données, et non les valeurs
initiales).

Mémoire système
La mémoire système contient les zones de sauvegarde des données pour la
mémoire image des entrées et des sorties (MIE, MIS), les mémentos (M), les
temporisations (T), les compteurs (Z), les piles de données locales (L).

Rémanence
On entend par rémanence la sauvegarde de données en cas de coupure de la
tension réseau. L’ensemble des données de la mémoire de travail, mais aussi
les mémentos, les temporisations et les compteurs qui ont été définis comme
devant faire l’objet d’une sauvegarde en cas de coupure de tension, sont
rémanents.
La rémanence consiste à sauvegarder les données sur la carte MMC en cas de
coupure réseau et à les restaurer au redémarrage une fois que la tension réseau
a été rétablie.

1.2) Effacement de la mémoire de chargement

( cartemémoire MMC )*
Tous les automates n'en sont pas équipés

Pour effacer la mémoire de chargement MMC procéder ainsi :


1) Créer un projet avec la configuration matérielle
2) Cliquer sur « Liaison en ligne »
3) Sélectionner tous les blocs
4) Appuyer sur la touche « Delete »
5) Sélectionner « Supprimer les blocs de l’appareil »
6) Cliquer sur « Oui »
On voit dans la fenêtre ci-dessous que :
- le bloc OB1 existe dans le projet (signalé par la demi-lune bleu) et dans
l’automate (signalé par la demi-lune orange).
Remarque : Si ces 2 blocs étaient identiques, les 2 demi-lunes seraient
vertes.
- Les blocs FC1, FC2 et FC3 sont absents du projet et présent dans
l’automate (signalé par la demi-lune orange)
- En suivant la procédure ces blocs peuvent être supprimés de la carte
MMC

1.3) Effacement de la mémoire de travail

et de la mémoire système
Cette opération correspond à un reset général du CPU.
Voici ce qui se produit :
- Toutes les données d’application et le contenu complet de la mémoire
de travail de la CPU sont effacés
- la CPU coupe toutes les liaisons avec d’autres partenaires de
communication
- si une carte mémoire est utilisée, la CPU copie la partie significative
pour le déroulement du programme sauvegardé dans la mémoire de
travail interne

Nouveau démarrage (passage de « STOP » à « RUN »)


- Lors d’un nouveau démarrage, toutes les mémoires image du
processus et toutes les données non rémanentes sont effacées, les
paramètres du CPU et de tous les modules sont mis sur les valeurs par
défaut; ensuite le traitement de programme cyclique commence la lecture
de la mémoire image du processus des entrées (MIE).