Sie sind auf Seite 1von 289

N° d’ordre : 04 ISAL 0016 Année 2004

Thèse

La simulation numérique de l'éclairage,


limites et potentialités

Présentée devant

L’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon

Pour obtenir

Le grade de Docteur
Formation doctorale : Génie Civil
Ecole doctorale : MEGA

par

Fawaz MAAMARI

Soutenue le 29 mars 2004 devant la commission d’examen :

Professeur Gilbert ACHARD (Rapporteur)


Professeur Peter TREGENZA (Rapporteur)
Professeur Jean-Jaques ROUX
HDR Marc FONTOYNONT (Directeur)
HDR Dominique DUMORTIER (Tuteur)
M.Sc. Wout VAN BOMMEL (expert)

Laboratoire des Sciences de l’Habitat


Département Génie Civil et Bâtiment (DGCB) URA CNRS 1652
Ecole Nationale des travaux publics de l’Etat
Table des matières

Table des matières :

Résumé ........................................................................................................................ 11

Abstract....................................................................................................................... 13

Introduction générale ................................................................................................ 15

Chapitre I – Etat de l’art de la simulation numérique de l’éclairage ................... 19

Introduction ................................................................................................................................... 23
I.1 La propagation de la lumière entre la réalité et la simulation............................................. 23
I.1.1 Les sources de lumière artificielle ..................................................................................... 23
I.1.1.1 Introduction : Les luminaires et la conception en éclairage artificiel ........................ 23
I.1.1.2 Mesures Goniophotométriques des luminaires.......................................................... 24
I.1.1.3 Notion de champ proche - champ lointain................................................................. 25
I.1.1.4 Fichiers photométriques ............................................................................................ 25
I.1.1.5 Calcul numérique de l’éclairage direct d’un luminaire (Notion de source
ponctuelle - source surfacique)................................................................................. 26
I.1.2 Les sources de lumière naturelle........................................................................................ 27
I.1.2.1 le soleil....................................................................................................................... 27
I.1.2.2 le ciel ......................................................................................................................... 27
I.1.2.3 les modèles de ciel ..................................................................................................... 28
I.1.2.3 Le sol extérieur .......................................................................................................... 29
I.1.2.4 Les masques extérieurs (éléments de façade et environnement urbain) .................... 29
I.1.2.5 La conception en éclairage naturel : notions de bases et méthodes de calcul............ 30
I.1.3 La géométrie ...................................................................................................................... 32
I.1.3.1 Généralités ................................................................................................................. 32
I.1.3.2 La modélisation DAO de la géométrie ...................................................................... 33
I.1.4 La transmission des flux à travers les éléments de façade................................................. 33
I.1.4.1 Ouverture simple ....................................................................................................... 33
I.1.4.2 Vitrage classique........................................................................................................ 34
I.1.4.3 Vitrage à aspect bi-directionnel ................................................................................. 34
I.1.4.4 Eléments de protection solaire................................................................................... 35
I.1.4.5 La goniophotométrie réelle et virtuelle des matériaux .............................................. 35
I.1.5 La réflexion de la lumière sur les différents types de matériaux ....................................... 35
I.2 Les logiciels de simulation de l’éclairage ............................................................................... 36
I.2.1 Les algorithmes de calcul de l'éclairage ............................................................................ 37
1.2.1.1 Radiosité ................................................................................................................... 37
1.2.1.2 Lancer de rayons ....................................................................................................... 38
I.2.2 Exemples types des logiciels existants .............................................................................. 39
1.2.2.1 Adeline...................................................................................................................... 39
1.2.2.2 Genelux ..................................................................................................................... 39
1.2.2.3 Inspirer ...................................................................................................................... 40
1.2.2.4 DIAL / Leso-Dial...................................................................................................... 40
1.2.2.5 Lightscape 3.2 ........................................................................................................... 40
1.2.2.6 Radiance.................................................................................................................... 40
1.2.2.7 Superlite .................................................................................................................... 40
I.2.3 Domaines d’utilisation des logiciels .................................................................................. 40

3
Table des matières

I.3 La validation des logiciels de simulation de l’éclairage........................................................ 41


I.3.1 Introduction........................................................................................................................ 41
I.3.2 Différents types de validation ............................................................................................ 42
I.3.2.1 La validation analytique ............................................................................................ 42
I.3.2.2 La validation expérimentale ...................................................................................... 42
I.3.2.3 La validation comparative ......................................................................................... 43
I.3.3 Quelques exemples de travaux de validation réalisés........................................................ 43
I.3.3.1 Le travail de Khodulev et Kopylov ........................................................................... 43
I.3.3.2 Le rapport TM 28/00 de la CIBSE ............................................................................ 44
I.3.3.3 Les Benchmarks de la Tache 21 de l’IEA ................................................................. 44
I.3.4 Analyse de la problématique.............................................................................................. 45
I.3.5 Proposition d’une méthodologie de validation des logiciels ............................................. 45
I.3.5.1 Introduction ............................................................................................................... 45
I.3.5.2 Concept et approche proposés ................................................................................... 46
Conclusions .................................................................................................................................... 47
Références Bibliographiques........................................................................................................ 48

Chapitre II – Cas-tests avec références analytiques............................................... 55

Introduction ................................................................................................................................... 59
II.1 La simulation d’une source ponctuelle associée à un fichier photométrique ................... 59
II.1.1 Référence analytique ........................................................................................................ 59
II.1.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 60
II.1.3 Solution de référence........................................................................................................ 60
II.2 La simulation d’une source surfacique associée à un fichier photométrique ................... 61
II.2.1 Référence analytique ........................................................................................................ 61
II.2.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 63
II.2.3 Solution de référence........................................................................................................ 63
II.3 La conservation du flux entrant à travers une ouverture .................................................. 63
II.3.1 Référence analytique ........................................................................................................ 64
II.3.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 64
II.3.3 Solution de référence........................................................................................................ 65
II.4 La transmission directionnelle τ d’un vitrage normal ........................................................ 65
II.4.1 Référence analytique ........................................................................................................ 65
II.4.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 66
II.4.3 Solution de référence........................................................................................................ 66
II.5 La réflexion de la lumière sur une surface de Lambert...................................................... 66
II.5.1 Référence analytique ........................................................................................................ 66
II.5.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 67
II.5.2.1 Surface S2 de petite dimension ................................................................................ 67
II.5.2.2 Surface S2 de moyenne dimension (sol intérieur) ................................................... 68
II.5.2.3 Surface S2 de grande dimension (sol extérieur) ...................................................... 68
II.5.2.4 Etudes paramétriques ............................................................................................... 69
II.5.3 Solution de référence........................................................................................................ 69
II.5.3.1 Scénario 1 (S2: 50×50cm)......................................................................................... 70
II.5.3.2 Scénario 2 (S2: 4×4m) .............................................................................................. 70
II.5.3.3 Scénario 3 (S2: 500×500m) ...................................................................................... 70

4
Table des matières

II.6 La réflexion diffuse avec présence d’obstructions internes................................................ 70


II.6.1 Référence analytique ........................................................................................................ 71
II.6.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 71
II.6.3 Solution de référence........................................................................................................ 72
II.7 Le calcul de la composante réfléchie interne pour une géométrie avec des surfaces de
Lambert ............................................................................................................................. 72
II.7.1 Référence analytique ........................................................................................................ 72
II.7.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 73
II.7.3 Solution de référence........................................................................................................ 73
II.8 La composante directe du FJ (FJD) pour une ouverture en toiture non vitrée (sous
les 16 types du ciel général CIE)...................................................................................... 74
II.8.1 Référence analytique ........................................................................................................ 74
II.8.1.1 Composante directe sous un ciel CIE type 5 (Uniforme)......................................... 74
II.8.1.2 Composante directe au sol sous un ciel CIE type 16 (Couvert) ............................... 75
II.8.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 75
II.8.3 Solution de référence........................................................................................................ 76
II.8.3.1 Ouverture 1m×1m .................................................................................................... 76
II.8.3.2 Ouverture 4m×4m .................................................................................................... 76
II.9 FJD pour une ouverture en toiture avec vitrage normal.................................................... 77
II.9.1 Référence analytique ........................................................................................................ 77
II.9.2 Description du cas-test ..................................................................................................... 77
II.9.3 Solution de référence........................................................................................................ 77
II.9.3.1 Ouverture 1m×1m avec vitrage clair 6mm............................................................... 77
II.9.3.2 Ouverture 4m×4m avec vitrage clair 6mm............................................................... 77
II.10 La composante directe et la composante réfléchie externe (sol extérieur) pour une
ouverture en façade non vitrée ........................................................................................ 78
II.10.1 Référence analytique ...................................................................................................... 78
II.10.1.1 Composante directe et composante réfléchie externe sous un ciel CIE type 5
(Uniforme) ................................................................................................................ 78
II.10.1.2 Composante directe au sol sous un ciel CIE type 16 (Couvert) ............................. 79
II.10.2 Description du cas-test ................................................................................................... 80
II.10.3 Solution de référence...................................................................................................... 80
II.10.3.1 Ouverture 2m×1m .................................................................................................. 80
II.10.3.2 Ouverture 4m×3m .................................................................................................. 81
II.11 FJD+FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec vitrage normal ............... 81
II.11.1 Référence analytique ...................................................................................................... 81
II.11.2 Description du cas-test ................................................................................................... 81
II.11.3 Solution de référence...................................................................................................... 81
II.11.3.1 Ouverture 2m×1m avec Vitrage clair 6mm............................................................ 81
II.11.3.2 Ouverture 4m×3m avec Vitrage clair 6mm............................................................ 82
II.12 FJD+FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en
façade non vitrée ............................................................................................................... 82
II.12.1 Référence analytique ...................................................................................................... 82
II.12.1.1 Calcul simplifié de FRE ......................................................................................... 83
II.12.1.2 Calcul de FJD sous un ciel uniforme...................................................................... 83
II.12.1.3 Calcul de FJD sous un ciel CIE couvert................................................................. 83
II.12.2 Description du cas-test ................................................................................................... 83
II.12.3 Solution de référence...................................................................................................... 84

5
Table des matières

II.13 FJD+FRE (sol extérieur + masque extérieur vertical continu) pour une ouverture
en façade non vitrée .......................................................................................................... 85
II.13.1 Référence analytique ...................................................................................................... 85
II.13.1.1 Calcul simplifié de FRE ......................................................................................... 85
II.13.1.2 Calcul simplifié de FRE pour un ciel uniforme...................................................... 86
II.13.1.3 Calcul de FJD sous un ciel uniforme...................................................................... 86
II.13.1.4 Calcul de FJD sous un ciel CIE couvert................................................................. 86
II.13.2 Description du cas-test ................................................................................................... 86
II.13.3 Solution de référence...................................................................................................... 87
II.14 Autres propositions de cas-test analytiques ....................................................................... 87
II.14.1 La conservation du flux des sources artificielles............................................................ 87
II.14.2 Les taches solaires .......................................................................................................... 87
II.14.3 La réflexion spéculaire ................................................................................................... 87
II.14.4 La transmission à travers un vitrage 100% diffusant ..................................................... 88
II.14.5 La transmission à travers des matériaux bidirectionnels ................................................ 88
II.14.6 La réflexion sur des matériaux bidirectionnels............................................................... 88
II.14.7 Calcul spectral ................................................................................................................ 88
II.14.7.1 Scénario A .............................................................................................................. 88
II.14.7.2 Scénario B .............................................................................................................. 88
II.14.8 Calcul de l’éclairement extérieur.................................................................................... 89
II.14.9 Variation horaire et saisonnière de l’éclairement extérieur............................................ 89
II.14.10 La fuite de lumière ....................................................................................................... 89
Conclusions .................................................................................................................................... 89
Références bibliographiques ........................................................................................................ 90

Chapitre III – Cas-tests avec références expérimentales ....................................... 91

Introduction ................................................................................................................................... 95
III.1 Définition d’un cahier de charges pour optimiser la fiabilité des références
expérimentales................................................................................................................... 96
III.1.1 Recommandations pour le choix et la description des scénarios .................................... 96
III.1.1.1 Recommandations liées à la Géométrie .................................................................. 96
III.1.1.2 Recommandations liées aux matériaux................................................................... 97
III.1.1.3 Recommandations liées aux sources de lumière (naturelles et artificielles) ........... 97
III.1.1.4 Recommandations liées aux points de mesure........................................................ 98
III.1.2 Précautions liées au protocole expérimental ................................................................... 99
III.1.2.1 Précautions générales.............................................................................................. 99
III.1.2.2 Précautions liées aux scénarios de lumière artificielle............................................ 99
III.1.2.3 Précautions liées aux scénarios de lumière naturelle ............................................ 100
III.1.3 Recommandations liées à l’estimation des erreurs ....................................................... 100
III.1.3.1 Les sources d’erreurs objectives ........................................................................... 101
III.1.3.2 Les sources d’erreurs subjectives.......................................................................... 102
III.1.4 Recommandations liées à la présentation des mesures ................................................. 102
III.2 Description des champs de luminances réels en éclairage naturel................................. 104
III.2.1 Introduction................................................................................................................... 104
III.2.2 Méthodologie proposée pour la description et l’utilisation des cartes de luminances
réelles........................................................................................................................... 105
III.2.2.1 La photo numérique calibrée................................................................................. 105
III.2.2.2 L’étalonnage du Nikon Coolpix 990.................................................................... 106
III.2.2.3 La création des cartes de luminances (Photolux).................................................. 106

6
Table des matières

III.2.2.4 Etude de sensibilité ............................................................................................... 108


III.2.2.5 Utilisation des cartes de luminances dans la simulation ....................................... 110
III.2.3 Protocole expérimental de validation............................................................................ 111
III.2.3.1 Description de la maquette et du dispositif expérimental ..................................... 111
III.2.3.2 Protocole expérimental dans le ciel artificiel ........................................................ 119
III.2.3.3 Protocole expérimental sous un ciel réel............................................................... 123
III.2.4 La simulation numérique des scénarios avec le logiciel Radiance ............................... 125
III.2.5 Comparaison maquette – simulation pour les scénarios du ciel artificiel ..................... 125
III.2.5.1 Ciel artificiel, Ouvertures en toiture ..................................................................... 126
III.2.5.2 Ciel artificiel, Ouvertures en façade ..................................................................... 127
III.2.5.3 Analyse des résultats et des erreurs de champ proche .......................................... 127
III.2.6 Comparaison maquette – simulation pour les scénarios du ciel réel............................. 130
III.2.6.1 Ciel extérieur, couvert, Ouvertures en toiture....................................................... 130
III.2.6.2 Ciel extérieur, clair, Ouvertures en façade............................................................ 131
III.2.6.3 Utilisation d’une seule photo en mode de vitesse automatique "A" ..................... 131
III.2.7 Etude dynamique sous un ciel réel variable .................................................................. 132
III.2.7.1 Ouverture en toiture de 20cm×20cm .................................................................... 132
III.2.7.2 Etude dynamique, ciel extérieur intermédiaire, ouverture en façade de
80cm×60cm ............................................................................................................ 135
III.2.7.3 Analyse des erreurs de saturation du scénario dynamique avec ouverture en
toiture...................................................................................................................... 136
III.2.8 Conclusions et perspectives pour les cartes de luminances réelles ............................... 137
III.2.8.1 Conclusions générales........................................................................................... 137
III.2.7.2 Perspectives........................................................................................................... 138
III.3 Exemples de cas-tests en lumière naturelle avec utilisations des cartes de luminances
réelles................................................................................................................................ 138
III.3.1 Eclairage intérieur sous une ouverture en toiture et un ciel extérieur nuageux............. 139
III.3.1.1 Description de la géométrie .................................................................................. 139
III.3.1.2 Photométrie des matériaux.................................................................................... 139
III.3.1.3 Description du champ de luminances externe à l’ouverture ................................. 139
III.3.1.4 Les valeurs de référence........................................................................................ 139
III.3.2 Simulation de la transmission bidirectionnelle des matériaux ...................................... 140
III.3.2.1 Introduction........................................................................................................... 140
III.3.2.2 Description du scénario......................................................................................... 141
III.3.2.3 Mesures de référence ............................................................................................ 142
III.4 Exemple de cas-tests en lumière artificielle...................................................................... 143
III.4.1 Introduction................................................................................................................... 143
III.4.2 Description du scénario................................................................................................ 143
III.4.2.1 La géométrie ......................................................................................................... 143
III.4.2.2 Photométrie des matériaux.................................................................................... 143
III.4.2.3 La position des luminaires ................................................................................... 144
III.4.2.4 La photométrie des luminaires............................................................................. 144
III.4.2.5 Les points de mesure............................................................................................ 144
III.4.3 Les mesures de référence ............................................................................................. 144
III.4.3.1 Estimation des erreurs........................................................................................... 144
III.4.3.2 Valeurs d’éclairements ponctuels ......................................................................... 144
III.4.3.3 Valeurs d’éclairement moyen ............................................................................... 145
III.4.4 Analyse critique du protocole ....................................................................................... 145
III.5 Autres propositions de cas-tests avec référence expérimentale...................................... 145
III.5.1 Transmission bidirectionnelle ....................................................................................... 145
III.5.2 Réflexion bidirectionnelle............................................................................................. 146
III.5.3 Qualité spectrale des sources ........................................................................................ 146
III.5.4 Le photo-réalisme (des images de synthèse)................................................................. 146

7
Table des matières

III.5.5 Les cartes de luminances............................................................................................... 146


III.5.6 Les scénarios de la tâche 21 de l’IEA ........................................................................... 146
Conclusions .................................................................................................................................. 147
Références bibliographiques ...................................................................................................... 148

Chapitre IV – Utilisation des cas-tests pour la validation d’un logiciel de


simulation de l’éclairage et du concept des luminaires équivalents ... 19

Introduction ................................................................................................................................. 155


IV.1 Validation du logiciel Lightscape 3.2 ................................................................................ 156
IV.1.1 Présentation du logiciel................................................................................................. 156
IV.1.1.1 Description générale du logiciel ........................................................................... 156
IV.1.1.2 Description des propriétés physiques des matériaux ............................................ 156
IV.1.1.3 Description de la lumière de jour.......................................................................... 157
IV.1.1.4 Description des luminaires.................................................................................... 158
IV.1.1.5 Choix des paramètres de calcul ............................................................................ 158
IV.1.1.6 Exploitation des résultats ...................................................................................... 159
IV.1.2 Sélection des cas-tests applicables au logiciel .............................................................. 160
IV.1.3 Comparaison des résultats aux données de référence analytiques ................................ 161
IV.1.3.1 Simulation des sources ponctuelles (Scénario II.1) .............................................. 162
IV.1.3.2 Simulation des sources surfaciques (Scénario II.2) .............................................. 162
IV.1.3.3 Conservation des flux (Scénario II.3) ................................................................... 163
IV.1.3.4 Transmission directionnelle d’un vitrage clair (Scénario II.4) ............................. 163
IV.1.3.5 Réflexions diffuses (Scénario II.5) ....................................................................... 164
IV.1.3.6 Réflexions diffuses avec obstruction (Scénario II.6)............................................ 166
IV.1.3.7 Inter-réflexions diffuses multiples (Scénario II.7)................................................ 166
IV.1.3.8 FJD pour une ouverture en toiture sans vitrage et sous un ciel couvert (CIE type
16) et un ciel clair (CIE type 12) (Scénario II.8) .................................................... 167
IV.1.3.9 FJD pour une ouverture en toiture avec un vitrage clair et sous un ciel CIE
couvert ou Clair (Scénario II.9) .............................................................................. 168
IV.1.3.10 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade sans vitrage et sous
un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.10)......................................................... 169
IV.1.3.11 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec un vitrage clair
et sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.11)............................................. 170
IV.1.3.12 FJD + FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage et sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.12).............. 171
IV.1.3.13 FJD + FRE (sol extérieur + masque vertical continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage et sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.13).............. 172
IV.1.4 Comparaison des résultats aux données de référence expérimentales des scénarios de
lumière artificielle (CIBSE)......................................................................................... 172
IV.1.4.1 Lampes Fluo-compacte, murs en gris ................................................................... 173
IV.1.4.2 Luminaire Opal, murs en gris ............................................................................... 173
IV.1.4.3 Luminaire avec réflecteurs semi-spéculaires, murs en gris .................................. 173
IV.1.4.4 Lampes Fluo-compacte, murs en noir................................................................... 174
IV.1.4.5 Luminaire Opal, murs en noir............................................................................... 174
IV.1.4.6 Luminaire avec réflecteurs semi-spéculaires, murs en noir.................................. 174
IV.2 Présentation et validation de la méthode des luminaires équivalents ............................ 175
IV.2.1 Contexte ........................................................................................................................ 175
IV.2.2 Concept analytique ....................................................................................................... 176
IV.2.2.1 Approche proposée ............................................................................................... 176
IV.2.2.2 Prise en considération du champ proche............................................................... 176

8
Table des matières

IV.2.2.3 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture non vitrée ................... 176
IV.2.2.4 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture avec un vitrage à
transmission directionnelle ..................................................................................... 178
IV.2.2.5 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture avec un matériau à
transmission bidirectionnelle .................................................................................. 179
IV.2.3 Procédure de création des photométries équivalentes................................................... 180
IV.2.3.1 Calcul des luminances externes ............................................................................ 180
IV.2.3.2 Création des fichiers photométriques équivalents pour une ouverture avec ou
sans vitrage normal................................................................................................. 180
IV.2.3.3 Création des fichiers photométriques équivalents pour une ouverture avec un
matériau à transmission bidirectionnelle ................................................................ 181
IV.2.4 Procédure d’utilisation des fichiers photométriques équivalents.................................. 181
IV.2.5 Sélection des cas-tests applicables à la méthode .......................................................... 181
IV.2.6 Comparaison des résultats des luminaires équivalents aux données de référence
analytiques et à Lightscape 3.2 .................................................................................... 182
IV.2.6.1 Conservation des flux (Scénario II.3) ................................................................... 182
IV.2.6.2 FJD pour une ouverture en toiture sans vitrage (Scénario II.x) ............................ 182
IV.2.6.3 FJD pour une ouverture en toiture avec un vitrage clair (Scénario) ..................... 184
IV.2.6.4 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade sans vitrage (Scénario
II.x) ......................................................................................................................... 185
IV.2.6.5 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec un vitrage clair
(Scénario II.x)......................................................................................................... 186
IV.2.6.6 FJD + FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage (Scénario II.x).......................................................................... 186
IV.2.6.7 FJD et FRE (sol extérieur + masque vertical continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage (Scénario II.x).......................................................................... 189
IV.2.7 Comparaison des résultats aux données de référence expérimentales des scénarios de
lumière naturelle .......................................................................................................... 190
IV.2.7.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture (Scénarios III.5.1-4) ...................................... 191
IV.2.7.2 Ciel artificiel, ouverture en façade (Scénarios III.5.5-7) ...................................... 191
IV.2.7.3 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture (Scénarios III.5.9-11) ..................... 192
IV.2.7.4 Ciel extérieur clair, ouverture en façade (Scénarios III.5.12-14).......................... 192
IV.2.7.5 Ciel extérieur dynamique, ouverture en toiture .................................................... 193
IV.2.7.6 Ciel extérieur dynamique, ouverture en façade .................................................... 194
IV.2.7.7 Ciel artificiel, ouverture en façade + obstruction.................................................. 195
IV.2.8 Etude paramétrique pour les scénarios de champ proche ............................................. 197
IV.2.8.1 Objectifs et démarche (sélection des paramètres)................................................. 197
IV.2.8.2 Présentation de l’échantillon utilisé ..................................................................... 198
IV.2.8.3 Analyse de l’échantillon et identification d’une courbe de tendance entre la
variation des éclairements extérieurs et la précision des résultats.......................... 201
IV.2.8.4 Comparaisons de la courbe de tendance des résultats analytiques aux résultats
des scénarios expérimentaux .................................................................................. 201
IV.2.8.5 Analyse des résultats............................................................................................. 202
Conclusions .................................................................................................................................. 203
Références bibliographiques ...................................................................................................... 203

Conclusions et perspectives..................................................................................... 205

Annexe A – Validation du logiciel Skylux ............................................................. 213

Annexe B – Solutions anlytiques de référence....................................................... 219

9
Table des matières

Annexe C – Comparaison des simulations de Radiance (avec des cartes de


luminances réelles) aux mesures expérimentales.............................. 233

Annexe D – Enquête sur l’utilisation des logiciels ............................................... 251

Annexe E – Comparaison des logiciels en ligne .................................................... 261

Annexe F – Le comité technique TC.3.33 de la CIE............................................. 265

Annexe G – Formats de fichiers photométriques ................................................. 273

Annexe H – Cartes de luminances réelles au format de ciel Radiance ............... 285

10
Table des matières

11
Résumé :
La simulation numérique de l’éclairage gagne en importance dans le monde de conception de
l’éclairage à travers l’utilisation des logiciels qui sont de plus en plus nombreux sur le marché
international. Cependant, ces logiciels manquent souvent de transparence sur leurs capacités
réelles et sur leur domaine d’application.
L’objectif de ce travail est de contribuer à mieux définir les capacités et les limites des
logiciels existants, et de contribuer à l’amélioration des capacités et au dépassement des
limites de ces logiciels.
Dans la première partie, nous commençons par une analyse de l’état de l’art de la simulation
numérique de l’éclairage. Cette analyse nous permet en particulier d’identifier les difficultés
rencontrées dans le domaine de validation des logiciels, et d’en déduire une méthodologie de
validation adaptée qui permette de surmonter ces difficultés.
Le principe de base derrière cette méthodologie est de créer une série de cas-tests, avec des
références analytiques ou expérimentales traitant chacun un certain aspect de la propagation
de la lumière dans les bâtiments.
Dans la deuxième partie, et dans le cadre de la méthode de validation proposée, nous
proposons une série de cas-tests basés sur des calculs analytiques. Ces cas-tests ont l’avantage
de limiter voire éliminer les incertitudes sur les valeurs de référence.
Dans la troisième partie, nous abordons les problèmes liés à la création et l’utilisation des
références expérimentales pour la validation des logiciels. Nous proposons ensuite un cahier
de charges à respecter lors de la création et/ou l’utilisation de ces références, l’objectif étant
de limiter les sources d’erreurs et d’incertitudes liées à la référence expérimentale.
Un des points importants du cahier de charge proposé est la nécessité de décrire avec
précision le champ de luminances réel dans un scénario d’éclairage naturel. Ceci reste
difficile à réaliser, en particulier à cause de la complexité des dispositifs existants pour la
mesure des champs de luminances externes en parallèle à des mesures à l’intérieur d’un
bâtiment.
En réponse à cette difficulté, nous proposons de tester une nouvelle méthode de description et
d’utilisation des cartes de luminances réelles. Ces cartes sont créées à partir de photos
numériques calibrées. Elles sont utilisées en tant que modèles de ciel dans les logiciels de
simulation de la lumière naturelle.
Pour valider cette méthode, nous menons une campagne de mesures d’éclairements à
l’intérieur d’une maquette en parallèle à des photos de l’environnement extérieur. Les photos
sont analysées et utilisées dans le logiciel Radiance en tant que modèles de ciel. La
comparaison entre les mesures expérimentales et les résultats des simulations prouvent la
validité de la méthode.
Cette validation nous permet alors de proposer un nombre de cas-tests basés sur des mesures
réalisés dans notre maquette expérimentale. Ces cas-tests comprennent des scénarios de
lumière naturelle avec des ouvertures en toiture ou en façade dont un scénario dédié à la
simulation des matériaux à transmission bi-directionnelle.
En plus des cas-tests en lumière naturelle, nous présentons un nombre de cas-tests en lumière
artificielle où les mesures d’éclairement sont associées à une description précise du scénario
et en particulier des luminaires utilisés. Ces cas-tests sont basés sur le rapport TM28 de la
CIBSE.

11
Dans la quatrième partie, nous utilisons les différents cas-tests proposés pour la validation
d’un logiciel de simulation de la lumière, Lightscape 3.2. A travers cette étude, nous obtenons
une idée précise sur les capacités et les limites de ce logiciel. Nous notons en particulier une
bonne précision dans le calcul de radiosité et des scénarios de lumière artificielle, et une
précision réduite dans le calcul de l’entrée de la lumière de jour.
En réponse à cette limitation, qui est commune à un nombre important de logiciels, nous
proposons une méthode de simulation de la lumière naturelle en tant que luminaire associé à
une photométrie équivalente à l’environnement extérieur.
Pour la validation de cette méthode, nous utilisons les cas-tests basés sur des scénarios de
lumière naturelle. Nous comparons les résultats de la méthode des luminaires équivalents à
ceux des logiciels Lightscape 3.2 et/ou Radiance. Cette comparaison prouve une fiabilité
satisfaisante de la méthode y compris pour des scénarios en champ proche.
Nous terminons ce travail par en tirer les conclusions sur l’apport de la méthode de validation
proposée ainsi que sur la validité des modèles de ciel réels, du logiciel testé et de la méthode
des luminaires équivalents. Nous joignons à ces conclusions une liste de perspectives
envisageables pour compléter ce travail.

12
Abstract
The ability to simulate light propagation is gaining interest in the domain of building design
through the use of the lighting computer programs, which are increasing in number and power
on the international market. However, these programs usually do not offer enough
transparency on their real potential and their domain of application.
The objective of this work is to contribute to the assessment of the potentials and the limits of
the existing programs, and to the enhancement of these capabilities.
In the first part, we start with an analysis of the state of the art of the lighting simulation
domain. This analysis allows us in particular to identify the difficulties encountered in the
domain of validation of lighting programs, and to deduce an adapted validation methodology
which makes it possible to overcome these difficulties.
The guiding principle behind this methodology is to create a series of test-cases, with
analytical or experimental references, and where each test-case treats a certain aspect of the
light propagation in buildings.
In the second part, and within the framework of the proposed validation methodology, we
propose a series of test-cases based on analytical calculations. These test-cases have the
advantage of limiting or even eliminating the uncertainties in the reference values.
In the third part, we address the problems related to the creation and the use of experimental
references for the validation of computer programs. We propose a set of recommendations to
be followed when creating and/or using this type of references. The objective of these
recommendations is to limit the error sources and the uncertainties related to the experimental
reference.
One of the significant points of the proposed recommendations, is related to the need for
describing with precision the real luminance distribution in a daylighting scenario (including
sky, external ground and build environment). This remains difficult to realize, in particular
because of the complexity of the existing devices for the measurement of external luminance
fields simultaneously with measurements inside a building.
As an answer to this problem, we propose to test a new method for the description and the use
of real luminance maps. These maps are generated from calibrated digital photos, and are
used as sky models in daylighting simulation programs.
To validate this method, we conduct a series of illuminance measurements inside a scale
model simultaneously with digital photographs of the external environment. The photos are
analyzed and used in the Radiance software as a sky description. The comparison between the
experimental measurements and the simulation results proves the validity of the method.
This validation enables us to propose a number of test-cases based on experimental
measurements conducted in our scale model. These test-cases include a set of daylighting
scenarios with roof or façade openings and in particular a scenario dedicated to the simulation
of the bi-directional transmission in complex fenestration systems.
In addition to the daylighting test-cases, we present a number of test-cases for artificial
lighting where illuminance measurements are associated to a detailed description of the
scenario and in particular of the luminaires used. These test-cases are based on the TM/28
report of the CIBSE.
In the fourth part, we use the various proposed test-cases for the validation of a lighting
software : Lightscape 3.2. This study gives a precise idea on the capacities and the limits of

13
this software. We note in particular a good accuracy in the radiosity calculations and in the
artificial lighting scenarios, but a limited accuracy in the daylighting calculations inside the
buildings.
As an answer to this limitation, which is common to a significant number of lighting
programs, we propose a method for simulating the daylight entrance in buildings through the
use of a luminaire associated to an equivalent photometry of the external environment.
For the validation of this method, we use the proposed test-cases that are related to
daylighting simulation. We compare the results of the equivalent luminaire simulation to
those of Lightscape 3.2 and/or Radiance. This comparison shows a good reliability of the
method, including for scenarios with near-field masks.
We complete this work by drawing the conclusions on the advantages of the proposed
validation method as well as on the validity of the use of real sky models, of the tested
software and of the equivalent luminaire concept. We join to these conclusions a list of
suggested perspectives to supplement this work.

14
Introduction

Introduction générale:
La prise en compte de l'éclairage dans la conception des bâtiments joue un rôle important
dans l'amélioration de la qualité des ambiances et dans la maîtrise des consommations et des
coûts.
Les outils de simulation numérique de l'éclairage ont effectué des progrès considérables au
cours des dernières années, ce qui leur permet aujourd’hui de jouer un rôle de plus en plus
important dans la conception énergétique des bâtiments. Ce rôle est souvent accompli à
travers une analyse de la disponibilité de lumière naturelle pour en déduire un
dimensionnement et une stratégie de contrôle optimisés pour les systèmes d’éclairage naturel
et artificiel.
L’évolution du domaine de la simulation numérique de l’éclairage s’est accompagnée d’une
augmentation du nombre des logiciels scientifiques et commerciaux proposés au niveau
international. Ces logiciels varient souvent dans leurs interfaces, dans les fonctionnalités
proposées, dans les algorithmes utilisés ainsi que dans leurs vocations.
Cependant, nous remarquons que ces logiciels manquent souvent d’information transparente
sur leurs réelles capacités et limites ainsi que sur leur champ d’application. Ceci conduit à un
manque ou un excès de confiance dans ces logiciels par les utilisateurs potentiels dans le
domaine de la conception en éclairage. Le manque de confiance empêche encore de nos jours
des concepteurs de bénéficier des avantages de la simulation numérique de l’éclairage. Alors
que l’excès de confiance conduit souvent à des bâtiments dont la performance ne correspond
pas aux estimations annoncées lors de la phase de conception. On se trouve alors souvent avec
des problèmes de confort et/ou des surcoûts de consommation énergétique.
Le manque d’information sur la fiabilité des logiciels ne provient souvent pas d’un manque de
travaux de validation, mais surtout de la possibilité d’en sortir avec des conclusions concrètes
sur le domaine de validité d’un logiciel testé. Ceci ne met pas forcement en cause la qualité
des travaux de validation menés, mais il met en évidence la difficulté du domaine de la
validation.
La majorité des travaux de validation existants se situent en général dans 3 catégories :
1. Validation par comparaison entre simulations et mesures dans des maquettes
expérimentales [Grynberg, 1988] [Aizlewood, 1997] [Caroll, 1999] [Fontoynont, 1999]
2. Validation par comparaison entre simulations et mesures dans des scènes réelles [Chuard,
1989] [Love, 1991] [Mahdavi, 1993] [Jarvis, 1997] [Galasiu, 1998] [Mardaljevic, 2001]
3. Validation par comparaison entre simulations de différents logiciels [Selkowitz, 1982]
[Bresciani, 1989] [Houser, 1996] [Khodulev, 1996] [Fontoynont, 1999] [Maamari, 2003]
Lors d’une comparaison des simulations numériques aux mesures expérimentales dans des
maquettes ou dans des bâtiments existants, le problème principal reste dans l’incertitude liée
aux valeurs mesurées et à la description du scénario. Cette incertitude est liée au nombre
souvent élevé de sources d’erreurs.
Ainsi, d’une part nous nous trouvons souvent avec des références expérimentales associées à
une marge d’incertitude trop importante. Et d’autre part nous nous trouvons avec des
scénarios complexes où il est difficile d’identifier les sources de différences entre la
simulation et les mesures. Avec ce type de scénarios nous risquons également de ne pas
identifier toutes les sources d’erreurs car certaines peuvent être compensées par d’autres.
C’est ce que nous avons pu remarquer par exemple dans l’utilisation des références

15
Introduction

expérimentales de la tache 21 de l’IEA pour le test d’un logiciel commercial [Maamari,


2002].
En conséquence, et en prenant en considération les coûts considérables nécessaires pour la
création des données expérimentales, nous constatons l’importance de définir des règles
générales qui permettent d’exploiter au mieux les données expérimentales en tant que
références fiables pour la validation des logiciels. Nous constatons également l’intérêt des
références basées sur un calcul analytique qui sont rarement utilisées malgré l’avantage qu’ils
représentent dans la limitation des incertitudes et des coûts [Aizlewood, 1997] [Maamari,
2003].
Partant de ces constatations, le but principal de ce travail est de décrire une méthodologie de
validation dont le rôle est de dépasser les limites des travaux déjà réalisés, et donc de mieux
identifier les capacités et les points de faiblesse d’un logiciel testé. Un autre objectif de cette
méthode est de faciliter la comparaison objective entre les logiciels à travers la standardisation
d’une série de cas-tests fiables et couvrant les différents aspects de la propagation de la
lumière.
Au-delà de la méthode de validation, nous proposons et nous validons dans ce travail deux
nouvelles méthodes de simulation de la lumière naturelle : L’utilisation des modèles de ciel
réels et le concept des luminaires équivalents.

16
Introduction

Références bibliographiques

AIZLEWOOD M., BUTT, J., ISAAK, K., LITTLEFAIR, P. Daylighting in atria: a


comparison of measurements, theory and simulation. Lux Europa 1997, Amsterdam-
Netherlands, 1997.

BRESCIANI F., RINALDI, P. P., TAPPARO, F. Applications and Comparisons of Different


Mathematical Methods to Compute Form Factors for Radiosity Images. Workstations for
Experiments, IP WG 5.10 International Working Conference, Berlin, Germany. Springer-
Verlag, 1989, pp. 82-96.

CAROLL W. L., HITCHCOCK, R. J. Recent Comparisons of SUPERLITE to Scale Model


Data. LBNL-43107. Lawrence Berkeley National Laboratory, 1999.

CHUARD P. D. Calculs d'éclairage - Comparaison mesure - calcul. SAURANE SA,


Lausanne, 1989.

FONTOYNONT M., LAFORGUE, P., MITANCHEY, R., AIZLEWOOD, M., BUTT, J.,
CARROLL, W., HITCHOCK, R., ERHORN, H., DE BOER, J., DIRKSMÖLLER, M.,
MICHEL, L., PAULE, B., SCARTEZZINI, J-L., BODART, M AND ROY G. Validation of
daylighting simulation programs. IEA SHC Task 21/ ECBCS Annex 29. 1999, 28 p.

GALASIU A., ATIF, M. Applicability of Daylighting Computer Modeling in Real Case


Studies: Comparison between Measured and Simulated Daylight Availability and Lighting
Consumption. IEA SHC Task 21 / IEA ECBCS, Annex 29; Daylight in Buildings,.
International Energy Agency, National Research Council Canada, 1998, 68 p.

GRYNBERG A. Comparison and Validation of Radiance and Superlite. Rapport interne.


Lawrence Berkeley National Laboratory, 1988.

HOUSER K. W. A Comparison of Luminance Images: Lightscape, Radiance, and an IQCam.


Contract Number 993-6-018. Nepean - Ontario: Public Works and Government Services -
Canada, 1996.

JARVIS D., DONN, M. Comparison of Computer and Model Simulations of a Daylit Interior
with Reality. 5th International conference on Building Performance and Simulation
Association, Prague, Czech Republic, 1997, pp. 9-16.

KHODULEV A. B., KOPYLOV, E. A. Physically accurate lighting simulation in computer


graphics software. GraphiCon’96: The 6th International Conference on Computer graphics
and Visualization, St. Petersburg, Russia, 1996, pp. 111-119.

LOVE J. A., NAVVAB, M. Daylighting Estimation Under Real Skies: a Comparison of Full-
Scale Photometry, Model Photometry and Computer Simulation. IES, 1991, vol. 20, n°1.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M. Use of IEA-SHC Task 21 C benchmarks to assess


performance of Lightscape 3.2 in daylighting calculations. EPIC, Lyon, France, 2002, pp.
709-714.

17
Introduction

MAAMARI F., FONTOYNONT, M. Analytical tests for investigating the accuracy of


lighting programs. Lighting Research and Technology, 2003, vol. 3, n°35, pp. 225-242.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M., HIRATA, M., KOSTER, J., MARTY, C.,
TRANSGRASSOULIS, A. Reliable Datasets for Lighting Programs Validation, Benchmark
results. CISBAT 2003 Conference, 2003, pp. 6.

MAHDAVI A., BERBERIDOU-KALLIVOKA, L. A Two-Way Inference Approach to


Daylighting Simulation. IES, 1993, vol. 22, n°1.

MARDALJEVIC J. The BRE-IDMP dataset: a new benchmark for the validation of


illuminance prediction techniques. Lighting Research and Technology, 2001, vol. 33, n°ISSN
1365-7828, pp. 117-136.

SELKOWITZ S., KIM, J., NAVVAB, M., WINKELMANN, F. The DOE-2 and SUPERLITE
Daylighting Programs. Rapport interne. Lawrence Berkeley National Laboratory, 1982.

18
Chapitre I

Chapitre I

Etat de l’art
de la simulation
numérique de l’éclairage

Résumé
Dans ce chapitre nous réalisons une étude bibliographique dans le domaine de la simulation
numérique de l’éclairage.
Nous commençons par une description des phénomènes de propagation de la lumière et des
méthodes existantes pour leur simulation.
Nous faisons ensuite le point sur les logiciels de simulation de l’éclairage, sur les différents
types existants, leurs limites et leurs capacités.
Nous faisons également l’analyse du domaine de validation de ces logiciels, les travaux déjà
réalisés, leurs catégories et leurs problématiques. Nous concluons par les besoins dans ce
domaine afin d’y répondre au mieux par ce travail de thèse.

19
Chapitre I

20
Chapitre I

Table des matières


Introduction ........................................................................................................................................ 23
I.1 La propagation de la lumière entre la réalité et la simulation.................................................. 23
I.1.1 Les sources de lumière artificielle .......................................................................................... 23
I.1.1.1 Introduction : Les luminaires et la conception en éclairage artificiel ............................. 23
I.1.1.2 Mesures Goniophotométriques des luminaires............................................................... 24
I.1.1.3 Notion de champ proche - champ lointain...................................................................... 25
I.1.1.4 Fichiers photométriques.................................................................................................. 25
I.1.1.5 Calcul numérique de l’éclairage direct d’un luminaire (Notion de source ponctuelle -
source surfacique).......................................................................................................... 26
I.1.2 Les sources de lumière naturelle............................................................................................. 27
I.1.2.1 le soleil............................................................................................................................ 27
I.1.2.2 le ciel............................................................................................................................... 27
I.1.2.3 les modèles de ciel .......................................................................................................... 28
I.1.2.3 Le sol extérieur ............................................................................................................... 29
I.1.2.4 Les masques extérieurs (éléments de façade et environnement urbain) ......................... 29
I.1.2.5 La conception en éclairage naturel : notions de bases et méthodes de calcul................. 30
I.1.3 La géométrie ........................................................................................................................... 32
I.1.3.1 Généralités ...................................................................................................................... 32
I.1.3.2 La modélisation DAO de la géométrie ........................................................................... 33
I.1.4 La transmission des flux à travers les éléments de façade ...................................................... 33
I.1.4.1 Ouverture simple ............................................................................................................ 33
I.1.4.2 Vitrage classique............................................................................................................. 34
I.1.4.3 Vitrage à aspect bi-directionnel ...................................................................................... 34
I.1.4.4 Eléments de protection solaire........................................................................................ 35
I.1.4.5 La goniophotométrie réelle et virtuelle des matériaux ................................................... 35
I.1.5 La réflexion de la lumière sur les différents types de matériaux ............................................ 35
I.2 Les logiciels de simulation de l’éclairage .................................................................................... 36
I.2.1 Les algorithmes de calcul de l'éclairage.................................................................................. 37
1.2.1.1 Radiosité......................................................................................................................... 37
1.2.1.2 Lancer de rayons ............................................................................................................ 38
I.2.2 Exemples types des logiciels existants.................................................................................... 39
1.2.2.1 Adeline ........................................................................................................................... 39
1.2.2.2 Genelux .......................................................................................................................... 39
1.2.2.3 Inspirer ........................................................................................................................... 40
1.2.2.4 DIAL / Leso-Dial ........................................................................................................... 40
1.2.2.5 Lightscape 3.2 ................................................................................................................ 40
1.2.2.6 Radiance......................................................................................................................... 40
1.2.2.7 Superlite ......................................................................................................................... 40
I.2.3 Domaines d’utilisation des logiciels ....................................................................................... 40
I.3 La validation des logiciels de simulation de l’éclairage ............................................................. 41
I.3.1 Introduction............................................................................................................................. 41
I.3.2 Différents types de validation ................................................................................................. 42
I.3.2.1 La validation analytique ................................................................................................. 42
I.3.2.2 La validation expérimentale............................................................................................ 43
I.3.2.3 La validation comparative .............................................................................................. 43
I.3.3 Quelques exemples de travaux de validation réalisés............................................................. 43
I.3.3.1 Le travail de Khodulev et Kopylov................................................................................. 44
I.3.3.2 Le rapport TM 28/00 de la CIBSE.................................................................................. 44
I.3.3.3 Les Benchmarks de la Tache 21 de l’IEA ...................................................................... 44
I.3.4 Analyse de la problématique................................................................................................... 45
I.3.5 Proposition d’une méthodologie de validation des logiciels................................................... 45

21
Chapitre I

I.3.5.1 Introduction..................................................................................................................... 45
I.3.5.2 Concept et approche proposés ........................................................................................ 46
Conclusions ......................................................................................................................................... 47
Références Bibliographiques ............................................................................................................. 48

22
Chapitre I

Introduction
On entend par logiciel de simulation de la lumière un outil informatique qui permet de
simuler la propagation de la lumière dans un milieu donné. Cette propagation est caractérisée
par un certain nombre d’aspects d’ordre physique. Nous citons par exemple :
- La photométrie des sources (naturelles ou artificielles)
- Le transfert des flux à travers des matériaux vitrés (à caractéristiques bidirectionnelle
ou non)
- La réflexion de la lumière sur les différents types de matériaux (brillants, mats, …)
- Le rôle des obstructions et des masques
- L’aspect spectral des sources et des matériaux
- Le rendu graphique des résultats.
Nous menons dans cette partie du travail une étude bibliographique pour mieux comprendre
ces différents aspects et les méthodes utilisées pour leur simulation.

I.1 La propagation de la lumière entre la réalité et la simulation


Dans cette partie nous listons les différents éléments qui affectent la propagation de la lumière
dans un bâtiment, et nous faisons le lien avec les moyens existants pour leur simulation.

I.1.1 Les sources de lumière artificielle


Les premiers éléments à prendre en considération dans la propagation de la lumière sont les
sources de lumière. Nous commençons par la lumière artificielle qui est encore de nos jours
mieux maîtrisée que la lumière naturelle dans le domaine de la conception et de la simulation
numérique de l’éclairage.

I.1.1.1 Introduction : Les luminaires et la conception en éclairage artificiel


L’élément de base de la lumière artificielle est la lampe. Vis-à-vis des phénomènes de
propagation de la lumière, une lampe est caractérisée en particulier par le flux lumineux et sa
répartition spectrale et spatiale.
Cependant, les lampes sont généralement combinées à des optiques dont le but est de
réorienter le flux sortant d’une lampe afin d’améliorer son efficacité en particulier du point de
vue des éclairements résultants sur les zones utiles et du confort visuel de l’occupant. Cette
combinaison entre lampe et optique représente ce qu’on appelle un luminaire.
Ainsi un luminaire est caractérisé par la quantité du flux lumineux sortant qui dépend du flux
de la lampe et des absorptions dans l’optique, par la répartition spectrale de ce flux qui
correspond souvent à celle de la lampe utilisée, et finalement par la répartition du flux sortant
dans l’espace affectée surtout par la géométrie et les matériaux de l’optique et par la position
de la lampe par rapport à celui-ci.
L’ensemble de ces caractéristiques représente la photométrie d’un luminaire qui est un
élément de base dans la conception et la simulation de l’éclairage artificiel. En effet, la prise
en considération de la lumière artificielle dans un projet d’éclairage porte principalement sur
les paramètres suivants :
1. Niveau d’éclairement requis sur les plans de travail
2. Confort visuel (éblouissement direct, contrastes dans le champ de vision…) [Achard,
1994]
3. Systèmes de contrôle et interaction avec l’éclairage naturel

23
Chapitre I

4. Consommation énergétique
5. Coût d’installation et de maintenance
6. Esthétique et intégration architecturale (rendu de couleur..)
Les outils d’aide à la conception intégrant ces paramètres peuvent varier entre les méthodes
simplifiées de calcul manuel (souvent associées à des abaques) et les logiciels basés sur des
algorithmes de calcul physique, de plus en plus complexes et performants (Radiosité, Lancer
de rayon). [CIE, 1978] [IESNA, 1982] [CIE, 1982] [CIE, 1984] [AFE, 1987] [CIE, 1989]
[CIE, 1992] [CIE, 1995] [IESNA, 1991] [IESNA, 1991]

I.1.1.2 Mesures Goniophotométriques des luminaires


Pour pouvoir calculer l’éclairement direct dû à un luminaire, il est nécessaire de connaître le
flux lumineux sortant et sa distribution directionnelle. Cette distribution, dite aussi
distribution des intensités, courbe photométrique ou solide photométrique, est mesurée à
l’aide d’un goniophotomètre.
Un goniophotomètre consiste à présenter sous différents angles un luminaire muni d’une
lampe et d’un ballast étalonnés, à un capteur d’éclairement situé à une grande distance. Les
premiers goniophotomètres conçus par "Ferris Wheel" permettaient de faire tourner le
luminaire dans un plan horizontal et de faire tourner le capteur dans un plan vertical, ce qui
nécessite des grands espaces.
De nos jours, on utilise surtout des goniophotomètres à miroir, où le luminaire fait des
rotations dans le plan horizontal, et un miroir fait une rotation verticale autour du luminaire de
façon à réfléchir la lumière incidente du luminaire vers un capteur fixe placé à une certaine
distance.

Figure I.1: Exemple d’un goniophotomètre à miroir

On utilise également une deuxième méthode de mesures goniophotométriques, dite


"photométrie à distance d’application". Elle consiste à mesurer point par point les
éclairements reçus sur une surface située à une certaine distance du luminaire. Ces mesures
seront interpolées de façon à conclure une distribution des intensités équivalentes qui
produirait les mêmes valeurs si elle était positionnée au centre photométrique du luminaire.
L’inconvénient de cette méthode est qu’elle n’est applicable que pour une certaine distance.

24
Chapitre I

Une troisième méthode consiste à utiliser des capteurs CCD calibrés en luminance pour
mesurer le champ de lumière entourant la source. Cette méthode est dite de "photométrie à
champ de luminances" et elle est de plus en plus utilisée dans le domaine de la photométrie en
champ proche. [CIE, 1987] [CIE, 1996] [Ashdown, 2001] [Deniel, 2002]

I.1.1.3 Notion de champ proche - champ lointain


Pour une mesure goniophotométrique d’un luminaire, il faut faire la différence entre mesures
en champ proche et en champ lointain.
Les mesures en champ lointain supposent que la source de lumière mesurée est infiniment
petite, et pour laquelle peut s’appliquer la loi de l’inverse du carré. Cette hypothèse est
généralement vérifiée à 2% près pour les cas où le point de mesure est à une distance du
luminaire d’au moins cinq fois sa largeur (règle des 5x). Cependant cette notion n’est pas
toujours applicable, comme par exemple pour les luminaires indirects de grande dimension
(e.g. à tubes fluorescents).
Les mesures en champ proche prennent en considération l’hétérogénéité de la distribution des
intensités entre différentes zones d’une source. Ca consiste à mesurer la distribution de la
lumière à une distance proche du luminaire.
La photométrie en champ proche produit un grand nombre de données, dont l’exploitation
n’est pas encore à la portée de la majorité des logiciels de simulation de l’éclairage existants.
C’est pourquoi nous ne traitons pas la photométrie en champ dans notre travail. [IESNA,
1993] [Ashdown, 1993] [Ashdown, 2001] [Deniel, 2002]

I.1.1.4 Fichiers photométriques


Les mesures goniophotométriques (en champ lointain) d’un luminaire sont souvent présentés
sous forme de tableaux de valeurs ou des graphiques, associant une valeur d’intensité
lumineuse à chaque direction (repérée par un angle vertical et un angle horizontal à partir du
centre photométrique du luminaire, i.e. centre de la rotation du luminaire).
La valeur donnée de l’intensité peut être une valeur absolue mesurée ou bien une valeur
relative en cd/m² pour un flux de 1000lm produit par la ou les lampes du luminaire.
Pour prendre en considération ces données photométriques dans une simulation de l’éclairage,
un certain nombre de formats de fichiers numérique a été créé :
7. Le format IESNA dit IES, défini et publié en 1986 par l’IESNA (Illumination Engineering
Society for North America) et depuis adopté par les constructeurs américains de
luminaires et par les développeurs de logiciels de calcul d’éclairage. Ce format a été révisé
en 1991, en 1995 [IESNA, 1995] et plus récemment en 2002. [ANSI/IESNA, 2002]
8. Le format CIBSE TM 14 "CIBSE standard file format for the electronic transfer of
luminaire photometric data", publié en 1988 et largement utilisé au Royaume Uni.
[CIBSE, 1988]
9. Le format Eulumdat, proposé par Stockmar, A. en 1990 et largement adopté par
l’industrie européenne de l’éclairage. [Stockmar, 1990] [Stockmar, 2000] [Ashdown,
1999]
10. Le format CIE 102-1993, "Recommended file format for electronic transfer of luminaire
photometric data". Ce rapport a été publié par la CIE dans l’objectif de standardiser un
format international et unique, mais il n’a pas été suffisamment soutenu par l’industrie de
l’éclairage ou par les développeurs de logiciels, ce qui était le cas également pour d’autres
tentatives. [CIE, 1993]

25
Chapitre I

Figure I.2: Exemples de visualisation 3D de fichiers photométriques associés à la géométrie d’un luminaire

De façon générale, les différents formats proposés prévoient une partie pour les informations
générales (sur le luminaire et les lampes utilisées, sur le flux, sur les conditions de mesure…),
une partie pour la description des angles de mesures (nombre d’angles verticaux et
horizontaux, et leurs valeurs, les axes de symétrie s’ils existent…), puis une partie pour
présenter les valeurs d’intensité à associer à chaque angle de mesure.
En ce qui concerne le flux réel à utiliser pour la simulation, il peut être déduit de l’intégration
des intensités corrigées ou non par un facteur multiplicateur (pour passer des valeurs relatives
aux valeurs réelles), ou bien il peut être donné en valeur absolue dans le fichier. (Voir les
exemples présentés dans l’annexe G).

I.1.1.5 Calcul numérique de l’éclairage direct d’un luminaire (Notion de source


ponctuelle - source surfacique)
L’exploitation d’un fichier photométrique dans un logiciel se fait à l’aide d’une interpolation
des valeurs données pour les différentes directions de mesure pour en déduire des valeurs
d’intensité à affecter à toutes les autres directions. Il existe plusieurs méthodes
d’interpolation, dont les plus utilisées la méthode dite"Spline", la méthode "linéaire" et la
méthode dite "Séries de Fourier". Quelle que soit la méthode d’interpolation utilisée, il existe
une source d’erreur potentielle en particulier dans le cas de variation rapide des valeurs
d’intensité réelles entre les directions mesurées. Pour cela, il est conseillé de faire des mesures
goniophotométriques avec des pas de mesure assez fins en particulier pour les luminaires à
photométrie complexe.
Suite à cette interpolation, le logiciel dispose d’une distribution d’intensité complète, dite
aussi solide photométrique, qu’il pourra utiliser pour calculer les éclairements directs reçus
sur les différentes surfaces de la géométrie. Ce calcul est basé sur la formule définissant la
relation entre l’intensité (Iox) d’une source ponctuelle (O) dans la direction d’un point donné
(X), l’angle d’incidence par rapport à la surface de mesure (θ) et la valeur d’éclairement
résultante sur ce point (E = Iox cosθ / d²).
Etant donné que ce calcul prend en considération une source point (caractérisée par le solide
photométrique souvent placé au centre photométrique du luminaire), il est important de
vérifier la loi de 5x entre la distance d et la longueur du luminaire.
Cependant la majorité des logiciels existants procèdent à une subdivision automatique d’une
source linéaire ou surfacique en une série de sources points et cela en fonction de sa
dimension et de sa distance des points de mesure afin de vérifier la loi de 5x. Le même solide

26
Chapitre I

photométrique sera attribué à toutes les sources points avec un flux qui correspond à une
partie du flux initial de la grande source.
Il faut noter que cette subdivision d’un luminaire en une série de sources points ne prend pas
en considération l’hétérogénéité de la distribution des intensités entre les différentes zones de
ce luminaire. Ce qui fait introduire une source d’erreur qui doit être prise en considération en
comparant les résultats d’une simulation (basée sur un solide photométrique obtenu par des
mesures goniophotométriques en champ lointain) à des mesures expérimentales
d’éclairement. [IESNA, 1993] [Ashdown, 2001] [Deniel, 2002]

I.1.2 Les sources de lumière naturelle


Malgré l’utilisation intense de la lumière artificielle dans notre mode de vie, la source
principale de lumière reste la lumière de jour. Pour parler de la lumière du jour, il faut bien
évidemment parler du soleil et du ciel, mais aussi du sol extérieur et de l’environnement
urbain. [CIE, 1970] [IESNA, 1993] [Dumortier, 1995]

I.1.2.1 le soleil
A l’origine de la lumière du jour on trouve le soleil qui est la source primaire de rayonnement
sur la terre. La variation de l’inclinaison des rayons du soleil à la fois dans le temps et dans
l’espace crée un véritable dynamisme et dessine les grandes lignes de la géographie des
climats.
La position apparente du soleil par rapport à un point donné de la terre est exprimée par deux
paramètres : la hauteur solaire, qui représente l’angle vertical du soleil avec l’horizon, et
l’azimut solaire, qui représente l’angle horizontal (dans le sens des aiguilles de la montre) du
soleil avec le sud.
L’éclairement solaire direct reçu sur une surface donnée dépend en particulier de l’angle
d’incidence du rayonnement solaire sur la surface (variant avec l’orientation de la surface et la
position du soleil), de la distance entre le soleil et cette surface (variant avec l’orbite elliptique
de la terre) et de l’atténuation du flux lumineux dans l’atmosphère (variant avec la densité des
nuages et des aérosols). Cet éclairement dépend aussi de l’Exitance énergétique du soleil
exprimée par la Constante solaire qui représente l’éclairement énergétique (en klx) produit par
le rayonnement solaire extraterrestre sur une face perpendiculaire aux rayons solaires à la
distance moyenne Soleil-Terre. Cette constante est pondérée par l’efficacité lumineuse
relative du rayonnement solaire.
La prise en considération du soleil dans une simulation numérique se fait surtout à travers des
algorithmes mathématiques qui servent à calculer la position du soleil par rapport à la latitude
et la longitude du site, au jour de l’année (de 1 à 365), et au temps local. Cette position est
alors utilisée pour évaluer la pénétration à l’intérieur du bâtiment.

I.1.2.2 le ciel
Avant d’atteindre la surface de la terre, les rayons solaires traversent et subissent les effets de
la couche gazeuse qui enveloppe la terre : l’atmosphère. Sa densité et sa pression diminuent
au fur et à mesure que l’altitude augmente. Trois régions sont définies pour caractériser la
composition de l’atmosphère : l’homosphère, l’hétérosphère et la photosphère. Seule
l’homosphère intervient dans les phénomènes de propagation du rayonnement solaire car elle
contient l’air sec et pratiquement la totalité de l’eau atmosphérique et les aérosols, principaux
éléments qui influencent la composition spectrale et la propagation de la lumière.

27
Chapitre I

Ainsi, avec la position du soleil et les conditions climatiques (e.g. densité des nuages, densité
des aérosols…) se dessine une distribution spatiale des luminances de la voûte céleste vue par
un site donné de la terre.
Cette distribution des luminances détermine l’éclairement horizontal sur un site donné et joue
un rôle principal dans la propagation de la lumière de jour à l’intérieur des bâtiments.
La prise en considération des champs de luminances des ciels dans une simulation numérique
de l’éclairage se fait très souvent à travers les modèles numériques de ciels.

I.1.2.3 les modèles de ciel


Pour pouvoir prédire avec précision les éclairements obtenus à l’intérieur d’une pièce éclairée
en lumière de jour, il est essentiel de pouvoir déterminer la distribution des luminances du
ciel.
Pour cela, des recherches et des observations ont été menées à travers le monde, et plusieurs
modèles numériques ont été créés et standardisés afin de décrire des répartitions types de
luminances qui correspondent le mieux aux conditions de ciel les plus rencontrées dans la
réalité.
Ces modèles sont généralement décrits par des formules exprimant la variation des
luminances des différentes zones/mailles du ciel souvent par rapport à la luminance au zénith
et selon la position du soleil et les caractéristiques de l’atmosphère.
A noter que de manière générale, ces modèles de ciel ne prennent pas en considération le
rayonnement direct du soleil.
Parmi les modèles de ciel existants, nous citons les suivants :
1. Ciel Uniforme, utilisé auparavant pour le calcul du facteur de lumière de jour
2. Ciel clair CIE basé sur le modèle défini par kittler en 1965 [Kittler, 1965] [CIE, 1973]
[CIE, 1990]
3. Ciel couvert CIE basé sur le modèle de "Moon and Spencer" et largement utilisé comme
référence pour le calcul du facteur de lumière de jour depuis sa recommandation par la
CIE en 1970 [Moon, 1942] [CIE, 1970] [CIE, 1990]
4. Ciel intermédiaire de Nakamura [Nakamura, 1989]
5. Ciels IESNA, Pour déterminer la répartition des luminances d’un ciel, l’IESNA utilise les
équations utilisées par la CIE pour les ciels clair et couvert, et propose une autre équation
pour un ciel intermédiaire. Cependant, en plus de la répartition des luminances, l’IESNA
propose l’utilisation d’une équation pour obtenir une valeur absolue de l’éclairement
horizontal, et une autre équation pour en déduire directement la luminance au zénith. Les
paramètres associés aux deux équations dépendent de la condition du ciel (clair,
intermédiaire ou couvert) et de la position du soleil [Karayel, 1984]
6. Modèle tout temps de Perez, C’est un modèle empirique basé sur un algorithme unique
qui à partir de la variation de deux paramètres liés aux conditions climatiques (clarté et
luminosité) décrit des répartitions de luminances correspondantes à des conditions de ciel
allant du ciel sans nuages au ciel complètement couvert [Perez, 1993]
7. Modèle du Ciel Général de la CIE, qu’on peut considérer comme une dérivée du ciel tout
temps de Perez. Il est défini par une équation unique et 15 séries de paramètres pour
décrire 15 conditions types de ciel et la distribution des luminances propre à chacune de
ces conditions [CIE, 2002]
Même si la majorité de ces modèles tentent de représenter les champs de luminances des ciels
le plus fidèlement possible à la réalité, il est important de noter qu’il sera difficile, sinon

28
Chapitre I

impossible, de représenter tous les cas de figures qui peuvent exister dans un ciel réel par des
simples formules.
Ceci est particulièrement vrai si nous voulons prendre en considération ce qui peut apparaître
dans un champ de luminances externe à une ouverture zénithale ou verticale (masques, sol
extérieur…).
Face à la complexité des champs de luminances réels, plusieurs tentatives ont été menées afin
de transformer un champ de luminances réel en un modèle de ciel à travers des mesures de
scanner de ciel ou bien à travers des photos numériques étalonnées [Roy, 1998] [Mardaljevic,
2001] [Dumortier, 2001].
Au-delà de la variation des luminances d’un ciel, certaines études se sont intéressées à la
variation de la température de couleur proximale et de la répartition spectrale [Chain, 1999].

I.1.2.3 Le sol extérieur


La lumière naturelle réfléchie sur le sol extérieur peut jouer un rôle important dans la
propagation de la lumière du jour à l’intérieur des bâtiments. En effet elle représente en
moyenne 10 à 15% de l’éclairement vertical direct sur une façade, et peut dépasser cette
valeur dans le cas d’un sol clair.
En général cette lumière est renvoyée par les surfaces du plafond ou des murs vers les autres
surfaces internes, et participe ainsi à la composante réfléchie interne du facteur de lumière de
jour.
La prise en considération du sol extérieur dans une simulation numérique de l’éclairage se fait
souvent en supposant une luminance uniforme de celui-ci, variant avec l’éclairement Hz et le
facteur de réflexion moyen du sol. Cependant, dans certains logiciels il est nécessaire de
modeler le sol extérieur par une surface de grande dimension. Dans ce cas, le moteur de calcul
doit procéder au calcul de la répartition de la luminance sur le sol avant de calculer sa
contribution à l’éclairage intérieur.

I.1.2.4 Les masques extérieurs (éléments de façade et environnement urbain)


Dans le calcul de la lumière du jour à l’intérieur d’un bâtiment, il est important de prendre en
considération les éléments de façade et l’environnement urbain. Ceux ci peuvent représenter à
la fois une obstruction à l’entrée de la lumière de jour directe dans le bâtiment, et une source
secondaire de lumière naturelle par réflexion (composante réfléchie externe).
Ainsi, par exemple, une pièce au premier étage sera moins éclairée qu’une autre au 5ème étage
dans le cas d’un bâtiment en vis à vis. Ou encore la même pièce sera mieux éclairée avec un
facteur de réflexion plus élevé de la façade en face.
La prise en considération des masques dans certaines méthodes de calcul simplifiées se fait à
travers la détermination de l’angle d’obstruction (entre le centre de la fenêtre et la ligne limite
entre le masque et le ciel) et du facteur de réflexion moyen du masque.
Un calcul plus précis de l’influence d’un scénario urbain donné sur l’entrée de la lumière du
jour dans une pièce peut se faire à l’aide des algorithmes de calcul physiques (radiosité ou
lancer de rayon). Cependant, cela nécessite la modélisation géométrique des masques
extérieurs ce qui entraîne un temps de calcul relativement long.

29
Chapitre I

I.1.2.5 La conception en éclairage naturel : notions de bases et méthodes de calcul


Généralités :
On entend par conception de l’éclairage naturel dans un bâtiment, le choix des composants et
des caractéristiques des parois vitrées: leur position, leurs dimensions, les spécifications des
vitrages et des protections solaires.
Ces choix sont guidés par des considérations thermiques (apport solaire et surchauffe,
déperditions par l’enveloppe), acoustiques, énergétiques (éclairage artificiel, systèmes de
chauffage et de climatisation), ergonomiques (confort visuel) ainsi qu’esthétiques et
architecturales.
Il est également nécessaire de prendre en considération les interactions entre ces différents
paramètres afin d’arriver à un compromis qui répond le mieux aux exigences du projet. Par
exemple, laisser passer plus de lumière naturelle en agrandissant les surfaces vitrées
entraînerait une augmentation de l’apport solaire et des surchauffes en été, et de la déperdition
et de la consommation énergétique du chauffage en hiver.
Avec les progrès technologiques apportés aux systèmes de contrôle, on arrive de nos jours à
mieux gérer ces interactions, en particulier le contrôle des protections solaires en relation avec
le confort visuel, et le contrôle de l’éclairage artificiel en relation avec la disponibilité de la
lumière de jour sur le plan de travail (systèmes de "dimming", contrôles automatisés,
zonage…). Cependant, pour que la conception de l’éclairage naturel dans un bâtiment
aboutisse à une meilleure efficacité énergétique, il est important de s’y intéresser dès les
premières phases de la conception du bâtiment (orientation, dimensionnement…). [ASHRAE-
IESNA, 1989] [CIE, 1994] [Leslie, 2003]

Eclairement intérieur requis :


Un paramètre clé dans la conception de l’éclairage naturel est l’éclairement intérieur (en
particulier sur le plan de travail). Cet éclairement subit des variations importantes avec le
temps dues au dynamisme de la distribution des luminances du ciel (en particulier la zone vue
par un point de référence).
Dû à cette dynamique, et pour simplifier la prise en considération de ce paramètre dans la
conception d’un bâtiment, la notion de l’éclairement minimum toléré a été introduite. Ainsi
on s’intéresse à un seuil minimum d’éclairement nécessaire pour assurer le bon
fonctionnement des tâches pour lesquelles est dédié un local. Le dépassement de ce seuil est
supposé comme généralement compensé par l’adaptation de l’œil.

Disponibilité de la lumière de jour:


L’éclairement intérieur est directement lié à la disponibilité de la lumière de jour à l’extérieur
du bâtiment. Cette dernière est exprimée par l’éclairement sur une surface horizontale
dégagée. Sa variation avec le temps et la géographie a été étudiée à partir de plusieurs
campagnes de mesure à travers le monde. [Dumortier, 2003]
Ainsi la disponibilité de la lumière de jour a pu être décrite par des diagrammes en fonction
de la latitude et d’un pourcentage des heures d’une année pour une période journalière donnée
(9h à 17h par ex.) pour lesquelles l’éclairement horizontal extérieur dépasse un certain seuil.
Ces diagrammes ne prennent souvent en considération que l’éclairement diffus.
De nos jours, on arrive à estimer la disponibilité de la lumière de jour par l’analyse des
images satellites. Nous citons dans ce domaine le serveur Web "Satel-Light" développé au

30
Chapitre I

LAboratoire des Sciences de l’Habitat de l’ENTPE [Dumortier, 1995] [Satel-Light, 1995]


[Dumortier, 2002] [Dumortier, 2003].

Facteur de lumière de jour:


Afin de déterminer une relation entre l’éclairement intérieur (en un point de la pièce) et la
disponibilité de la lumière du jour à l’extérieur d’un bâtiment, la notion du Facteur de
Lumière de Jour est utilisée :
FJ= (Eint/Eext)%
Ce ratio est subdivisé en plusieurs composantes :
- La composante directe "FJD" (varie avec la distribution des luminances du ciel vues
par le point de référence)
- La composante réfléchie externe "FRE" (varie avec la contribution de la lumière
réfléchie sur le sol et les masques extérieurs)
- La composante réfléchie interne "FRI" (varie avec les inter-réflexions au niveau des
surfaces intérieures, et dépend du facteur de réflexion de ces surfaces)
Ainsi FJ = FJD + FRE + FRI
Pour le calcul d’un facteur de lumière de jour, en particulier sa composante directe, il est
important de caractériser la répartition des luminances dans le ciel. Alors que pour des raisons
de simplification on supposait une répartition uniforme (en azimut et en zénith) de la
luminance du ciel, la CIE a proposé l’adoption du ciel CIE couvert standard étant donné qu’il
représente mieux de la distribution réelle des luminances d’un ciel nuageux.
L’utilisation d’un ciel nuageux pour la mesure ou le calcul du facteur de lumière de jour
est compatible avec la notion de l’éclairement minimum toléré. En effet les autres conditions
possibles de ciel aboutissent généralement à une meilleure pénétration de la lumière diffuse
ou à une compensation par la lumière directe du soleil. Ainsi en adoptant le facteur de lumière
de jour sous un ciel nuageux comme référence pour la conception, on garantit une marge de
sécurité et un niveau minimum.

Diagrammes d’autonomie:
A l’aide des paramètres décrits ci-dessus : l’éclairement intérieur requis, les diagrammes de
disponibilité de la lumière de jour, et le facteur de lumière de jour, il est possible de décrire
des diagrammes d’autonomie en lumière de jour. Ces diagrammes permettent de définir un
pourcentage de temps garanti où l’éclairement intérieur (naturel) en un point donné dépassera
un certain seuil. Ou bien il permet de définir un facteur de lumière de jour minimum requis
afin de garantir un certain pourcentage de temps de dépassement d’un seuil d’éclairement
intérieur. [ASE, 1989] [Satel-Light, 1995]

Calcul dynamique de l’éclairage naturel (coefficient de FLJ) :


La nouvelle tendance dans la conception en éclairage naturel n’est plus basée sur la notion de
l’éclairement minimum toléré, mais sur un calcul dynamique de l’entrée de la lumière en
utilisant les fichiers climatiques d’un site donné. Cette méthode, plus réaliste mais plus lourde
en calcul, est devenue utilisable grâce à l’évolution des capacités du matériel informatique. Sa
mise en place utilise l’approche du "facteur de lumière de jour directionnel" pour pré-calculer
la contribution relative des différentes mailles du ciel à l’éclairement des différents points
d’un espace intérieur. [Tregenza, 1983] [Mardaljevic, 2000] [Reinhart, 2000] [Dumortier,
1995]

31
Chapitre I

Outils de conception :
En ce qui concerne les méthodes existantes pour le calcul et l’évaluation de l’entrée de la
lumière de jour à l’intérieur du bâtiment, elles sont classées selon les catégories suivantes [De
Boer, 1999] :
- Les méthodes de calcul manuel (méthode de lumen )
- Les méthodes graphiques basées sur des diagrammes selon des configurations types
du bâtiment. Ces diagrammes sont complétés par des facteurs de correction à prendre
en considération en relation avec la transmission des vitrages, la dégradation due à
l’accumulation des saletés, le facteur de réflexion moyen des surfaces intérieures…
- Des mesures expérimentales dans des maquettes à échelle réduite ou réelle, sous un
ciel artificiel ou réel
- Les logiciels de simulation basés en particulier sur les méthodes de radiosité et de
lancer de rayon
Un autre aspect de conception en éclairage naturel (que celui de l’entrée de la lumière du jour)
consiste à prendre en considération les taches solaires à l’intérieur du bâtiment, en particulier
du point de vue de l’apport thermique et du confort visuel. L’étude des taches est le plus
souvent limitée à certains jours représentatifs de l’année (en particulier les solstices) et pour
différentes heures de la journée.
Les méthodes existantes pour l’étude des taches solaires sont :
- Des méthodes manuelles utilisant des diagrammes solaires
- Des études sur maquette réduite sous un héliodon
- Des méthodes numériques utilisant des algorithmes mathématiques pour définir la
position du soleil et des algorithmes de lancer de rayon pour simuler l’entrée de la
lumière solaire directe à travers l’enveloppe du bâtiment. Certains logiciels sont
développés spécialement pour l’étude des taches solaires, on parle alors d’héliodons
numériques.

En plus que les outils de simulation, nous traitons dans notre travail les mesures
expérimentales dans des maquettes d’étude.

I.1.3 La géométrie

I.1.3.1 Généralités
Comme la source lumineuse, la géométrie d’un espace est un élément clé pour calculer et
prédire la propagation de la lumière à l’intérieur de cet espace. Pour un calcul d’éclairage
(manuel ou numérique), la description de cette géométrie doit inclure une description tri-
dimensionnelle de l’espace ainsi qu’une caractérisation physique de ses matériaux. Dans cette
partie nous nous intéressons à la description tri-dimensionnelle de l’espace dans la simulation
numérique de l’éclairage.
Les éléments de la géométrie à prendre en considération dans une simulation sont
généralement les surfaces visibles des matériaux opaques du volume intérieur. Dans un
scénario d’éclairage naturel, nous considérons également les surfaces du sol et des masques
extérieurs ainsi que les composants des parois vitrées.
On parle de surfaces visibles des matériaux opaques, car contrairement au cas des échanges de
flux thermiques, l’influence des matériaux opaques sur la propagation des flux lumineux se
limite à ces surfaces.

32
Chapitre I

La prise en considération des parois vitrées, du sol et des masques extérieurs peut varier entre
les différents logiciels. Ainsi, l’influence de ces éléments (vitrage, store vénitien, masque
vertical ou horizontal…) peut être calculée analytiquement dans un logiciel, et à l’aide d’un
lancer de rayon ou un calcul de radiosité dans un autre. Le premier cas ne nécessite qu’une
description paramétrique (type de vitrage, couleur et orientation des lames, angle
d’obstruction…) et le deuxième nécessite une modélisation précise des éléments.

I.1.3.2 La modélisation DAO de la géométrie


Bien que certains logiciels offrent la possibilité d’une automatisation de l’entrée de la
géométrie 3D, celle–ci est en fin de compte décrite par un ensemble de polygones définis par
les coordonnées cartésiennes de leurs sommets (x, y, z).
Pour les logiciels de simulation qui n’offrent pas une interface de DAO pour l’entrée de la
géométrie, il est possible d’importer cette dernière à partir d’un logiciel de DAO externe
[IESNA, 1999]. La plupart des logiciels de simulation sont compatibles avec le format DXF,
créé par Autodesk et standardisé par la suite pour le transfert de données géométriques.
[Autodesk, 1999]
Parmi les logiciels de DAO souvent utilisés pour modéliser la géométrie 3D nous citons
AutoCAD, ArchiCAD et Microstation. Cependant, lorsqu’une géométrie est décrite à l’aide
d’un logiciel externe, il est important de prendre certaines précautions dans le mode de dessin
afin de garantir une meilleure compatibilité avec la plupart des logiciels de simulation de
l’éclairage.
Les précautions à prendre et leurs importances sont différentes d’un logiciel à un autre, mais
souvent le but est d’éviter les confusions lors du transfert qui peuvent mener à des erreurs de
calcul. Par exemple, il peut s’agir de respecter la notion de l’orientation des surfaces qui est
importante dans certains logiciels, ou bien de limiter la modélisation des surfaces de la
géométrie aux parties apparentes pour éviter les fausses ombres. [Foley, 1990]

I.1.4 La transmission des flux à travers les éléments de façade


La propagation de la lumière naturelle à l’intérieur d’un bâtiment débute par un transfert des
flux à travers les parois vitrées. Ainsi il est important de prendre ces dernières en
considération pour une prédiction précise de l’éclairage naturel dans un bâtiment.
La caractérisation d’un composant d’une paroi vitrée en transmission lumineuse se fait
généralement à travers des mesures goniophotométriques. Ainsi à partir d’une série de
mesures de transmission en direct-direct seront déduites les fonctions de transfert direct-
hémisphérique et hémisphérique-hémisphérique qui caractérisent un matériau donné. [CIE,
1998]
Cependant, une paroi vitrée peut se présenter sous différentes formes à différents niveaux de
complexité. Nous listons ci-dessous les principaux cas de figures.

I.1.4.1 Ouverture simple


Le cas le plus basique est celui d’une simple ouverture sans vitrage. L’influence d’une telle
ouverture sur la propagation de la lumière naturelle se limite à sa dimension et son épaisseur
qui déterminent la partie du champ de luminances externe rendue visible aux points intérieurs.
L’aspect directionnel, qualitatif et quantitatif du flux lumineux incident est conservé lors du
passage à travers cette ouverture et ne subit aucune déviation ni atténuation (si ce n’est la
réflexion sur les bords).

33
Chapitre I

La prise en considération d’une ouverture dans une simulation de l’éclairage naturel se fait
souvent à l’aide d’un maillage de sa surface. La luminance apparente des mailles est ensuite
calculée (à partir de la luminance de la zone du ciel apparente à travers cette maille par un
point donné), et finalement est calculée la contribution de chaque maille à l’éclairement du
point étudié.
Dans un certain nombre de logiciels, le calcul commence par une détection du champ de
vision d’un point de mesure à travers l’ouverture. Cette détection se fait généralement à l’aide
d’un lancer de rayons qui permet de définir les limites du masque constitué par les murs
entourant l’ouverture.

I.1.4.2 Vitrage classique


Dans le cas d’une ouverture vitrée (vitrage classique), le flux incident subit l’influence de la
transmission directionnelle du vitrage. Cette transmission diminue avec l’augmentation de
l’angle d’incidence du rayonnement lumineux, et varie selon le type de vitrage (simple,
double, teinté…).
Il existe plusieurs références pour déterminer la variation théorique de la transmission
lumineuse d’un vitrage avec l’angle d’incidence. Mais en général, la majorité d’un flux
lumineux transmis à travers un vitrage classique est supposé garder sa directionnalité (angle
de transmission = angle d’incidence) et ne subit qu’une simple atténuation selon l’angle
d’incidence. [Hopkinson, 1966] [Hopkinson, 1966; Tregenza, 1993]
La prise en considération d’une ouverture vitrée dans une simulation d’éclairage naturel suit
le même principe que pour une ouverture non vitrée, mais en plus une atténuation de la
contribution d’une maille à l’éclairement d’un point est calculée selon l’angle d’incidence
entre cette maille et ce point de mesure. Cependant certains logiciels ne prennent pas en
considération la transmission directionnelle d’un vitrage et se contentent d’affecter un facteur
de transmission uniforme.

I.1.4.3 Vitrage à aspect bi-directionnel


Il existe sur le marché de la construction de plus en plus de vitrages à propriétés bi-
directionnelles dont le but est souvent de favoriser le cheminement d’un flux lumineux
incident dans une direction donnée (Laser Cut Panel, Serraglaze, etc.). Par exemple, dans le
cas d’une ouverture verticale, l’objectif est souvent de favoriser l’orientation du flux transmis
vers le plafond afin de permettre une entrée plus profonde de la lumière et afin d’éviter ou au
moins d’atténuer les taches solaires. Dans le cas d’une ouverture zénithale, l’objectif est de
favoriser l’entrée verticale de la lumière provenant de toutes les directions de l’hémisphère
extérieur.
Le flux lumineux incident sur ce type de matériaux est transmis avec changement
d’orientation partielle ou totale, dans le même plan d’incidence ou bien dans tout
l’hémisphère de sortie.
La prise en considération d’un matériau à transmission bidirectionnelle dans une simulation
de l’éclairage naturel est d’une complexité importante. Elle nécessite l’utilisation des
fonctions de transfert bidirectionnelles dite "BTDF" qui sont assez lourdes en calcul. Les
logiciels permettant ce type de simulations sont encore assez rares et limités au domaine de la
recherche scientifique. [Fontoynont, 1999] [Greenup, 2000] [Andersen, 2003]

34
Chapitre I

I.1.4.4 Eléments de protection solaire


Le rôle des éléments de protection solaire est de bloquer, d’atténuer ou de réorienter la
lumière directe du soleil. Parmi les types les plus utilisés nous citons en particulier les stores
vénitiens (à effet de réorientation), les brises soleil (à effet de masque) et les stores en toile (à
effet de diffusion).
La prise en considération des éléments de protection solaires dans une simulation de
l’éclairage naturel dépend de leur type. Par exemple les protections solaires à effet de masque
nécessitent un simple calcul de lancer de rayons, alors que la simulation des éléments à effet
de réorientation suit le même principe que pour les vitrages bidirectionnels. [Klems, 1995]
[Shareef, 2001]

I.1.4.5 La goniophotométrie réelle et virtuelle des matériaux


Pour caractériser le comportement des parois vitrées afin de mieux les prendre en
considération dans le calcul ou la simulation de l’éclairage, on a recours aux mesures
goniophotométriques.
Ces mesures peuvent s’avérer d’une grande complexité, en particulier dans le cas des
matériaux bidirectionnels, puisqu’ils nécessitent des mesures hémisphériques en entrée et en
sortie.
De nos jours, plusieurs développements sont en cours afin de simplifier les procédures de
mesure ou de conduire ces mesures numériquement à l’aide d’algorithmes physiques
[Mitanchey, 1995] [Andersen, 2003] [Andersen, 2003] [De Boer, 2003]
D’autres efforts sont également investis dans le but de simplifier la présentation des données
goniophotométriques. [Roy, 1995] [Mitanchey, 1996] [IEA-SHC, 1999]

I.1.5 La réflexion de la lumière sur les différents types de matériaux


Si l’éclairage direct reçu des sources de lumière (naturelles ou artificielles) est un élément de
base dans un phénomène de propagation de la lumière, l’éclairage dit indirect n’est pas de
moindre importance.
En effet, l’éclairage indirect, dû aux inter-réflexions du flux lumineux sur les différentes
surfaces d’une scène, peut représenter une proportion importante de l’éclairement total par
rapport à l’éclairement direct. C’est le cas notamment des luminaires indirects ou des
systèmes de ré-acheminement de la lumière directe du soleil.
Les inter-réflexions du flux lumineux sur les surfaces d’une géométrie dépendent de la
photométrie de ces surfaces (ou des matériaux qui les constituent). Cette photométrie est
caractérisée en particulier par trois paramètres :
- Le facteur de réflexion global,
- La directionnalité de la lumière réfléchie,
- L’influence spectrale sur la lumière réfléchie.
Le premier représente le rapport entre le flux total réfléchi sur une surface et le flux initial
incident. Pour faciliter la mesure de ce paramètre, un nombre de matériaux standards a été
défini comme référence. [CIE, 1979] [CIE, 1979] [CIE, 1998]
Le deuxième paramètre prend en considération la ou les directions de réflexion d’un flux
incident avec une direction donnée. Cette directionnalité dépend de la géométrie
microscopique de la surface (apparente) d’un matériau opaque. On distingue en particulier
deux types de réflexion théoriques : Les réflexions parfaitement spéculaires et les réflexions

35
Chapitre I

parfaitement diffuses. Bien que ces cas extrêmes n’existent pas dans la réalité, les lois
théoriques relatives sont bien définies (La loi de Descartes pour le premier, et loi de Lambert
et les formules de facteur de forme pour le deuxième). Au-delà de ces deux cas théoriques
simplifiés, un nombre de travaux a été mené pour décrire des modèles analytiques plus
complets qui s’approchent mieux de la réalité mais qui représentent un degré de complexité
plus élevé. [Trowbridge, 1975] [Kajiya, 1985] [Uetani, 1992] [Balocco, 2001] [Deniel, 2002]
Dans la majorité des logiciels existants, la réflexion de la lumière sur une surface est simulée
par une combinaison de réflexions diffuses et spéculaires. Ainsi une partie du flux est
réfléchie en obéissant à la loi de Descartes, et une autre partie est diffusée uniformément dans
l’espace. Les algorithmes utilisés sont également en général une combinaison de radiosité et
de lancer de rayons. Certains logiciels n’utilisant que les algorithmes de radiosité se
contentent de supposer les surfaces comme 100% diffuses.
D’autres logiciels, qui restent assez rares, prennent en considération les fonctions de
réflexions bidirectionnelles (BRDF) théoriques ou mesurées. Cependant il faut noter que de
nos jours, la précision des mesures de ces fonctions nécessite encore des moyens financiers et
logistiques trop importants.
Le troisième paramètre prend en considération la qualité spectrale de la lumière réfléchie par
rapport à celle de la lumière incidente. Elle dépend en particulier de l’absorption spectrale
sélective du matériau. En effet, le facteur d’absorption d’un matériau peut être plus ou moins
élevé selon la longueur d’onde avec laquelle arrive une partie du flux incident. Ainsi le
spectre de la lumière réfléchie peut être complètement différent de celui de la lumière
incidente. Les matériaux qui ont le même facteur de réflexion pour toutes les longueurs
d’onde sont dits spectralement neutres. [CIE, 1986] [Smith, 1992] [CIE, 1996]
Plusieurs approches sont proposées pour traiter l’aspect spectral ou colorimétrique de la
propagation de la lumière. Les approches les plus utilisées dans les logiciels de simulation de
la lumière sont basées sur une caractérisation à trois composantes de la couleur (de la source
lumineuse ou des surfaces). Nous citons les systèmes XYZ (de la CIE), RGB, CMY et HSV.
Cependant, si ce type de caractérisation est convenable pour la représentation des couleurs, il
s’avère insuffisant pour simuler la variation du spectre du flux lumineux à travers les inter-
réflexions sur les surfaces intérieures d’un espace [Mitanchey, 1996]. Pour plus de précision,
il est alors recommandé d’utiliser les approches basées sur une discrétisation plus ou moins
fine du spectre. Mais l’implémentation de telles approches dans les logiciels existants est loin
d’être courante [Smith, 1992] [Mitanchey, 1996].

I.2 Les logiciels de simulation de l’éclairage


Il existe sur le marché international un nombre important de logiciels dédiés à la simulation
numérique de l’éclairage. Dans une enquête menée par le groupe 3D lumière en 2000 auprès
de 74 professionnels [3D-lumière, 2000], environ quarante logiciels ont été cités par les
enquêtés comme outils de travail en éclairage. Dans une deuxième étude plus spécialisée dans
le calcul d’éclairage naturel et menée par l’agence international d’énergie IEA SHC Task 21-
C2 [Fontoynont, 1999], vingt cinq logiciels ont été cités. Vingt deux de ces logiciels ne sont
pas connus par les utilisateurs français enquêtés par 3D lumière. Finalement nous citons
l’enquête de l’IENSA [IESNA, 1999] présentant un nombre de logiciels existants au niveau
international.
Les logiciels existants diffèrent entre eux par les algorithmes qu’ils utilisent, par leurs
approches DAO, par la prise en considération des différents types de sources lumineuses, par

36
Chapitre I

leur capacité à simuler les phénomènes de propagation de lumière plus ou moins complexes,
par leur interface utilisateur et finalement par leurs vocations et leurs domaines d’application.

I.2.1 Les algorithmes de calcul de l'éclairage


Le rôle des algorithmes dans une simulation d’éclairage est de gérer le calcul de la
propagation de la lumière entre les sources et les surfaces d’une géométrie, puis les inter-
réflexions entre ces surfaces.
Les algorithmes utilisés dans les logiciels de simulation de l’éclairage sont des algorithmes
dits d’éclairement global (global illumination) puisqu’ils font un calcul tridimensionnel de la
propagation de la lumière. Ils peuvent être classés sous deux grandes familles : la radiosité et
le lancer de rayons. Ces deux familles tendent à avoir des avantages et des inconvénients
complémentaires, ce qui fait que certains logiciels utilisent une logique hybride combinant les
deux familles. [IEA-SHC, 1999] [Mitanchey, 1996]

1.2.1.1 Radiosité
Les algorithmes de radiosité utilisés pour le calcul de l’éclairage datent du début des années
80. Ils ont été adaptés à partir des algorithmes de radiosité utilisés depuis les années 60 pour
le calcul des échanges radiatifs thermiques sur la base de l’équilibre énergétique.
Les algorithmes de radiosité procèdent en général à une discrétisation de l’environnement
simulé à travers un maillage (subdivision en petites mailles) des surfaces d’une géométrie
éclairée par une source donnée (voir figure I.3). Tout d’abord un calcul de la lumière directe
reçue par chaque maille est effectué. Ensuite chaque maille est traitée comme une source
lumineuse émettant une partie du flux lumineux qu’elle a reçu (selon son facteur de réflexion)
vers les autres mailles de la géométrie. Cette lumière indirecte subit plusieurs inter-réflexions
jusqu’à ce que la quasi-totalité du flux initial soit absorbée.
Suite à ce calcul, on est capable de savoir la quantité de flux lumineux direct et indirect reçue
et émise par une maille donnée, et donc l’éclairement et la luminance de cette maille.
[Scartezzini, 1993] [Ashdown, 2001]

Figure I.3: Exemple d’un calcul de Radiosité à l’intérieur d’une géométrie

Bien que le principe général de la radiosité décrit ci-dessus soit le même pour tous les
algorithmes de radiosité existants, ceux-ci diffèrent dans la méthode adoptée pour le maillage
de la géométrie et pour le suivi du flux.
La radiosité peut être en principe appliquée à tout type de réflexion, cependant, les
algorithmes existants sont encore limités aux réflexions 100% diffuses. Ce qui entraîne des
erreurs plus ou moins importantes selon le comportement réel du matériau simulé. La

37
Chapitre I

radiosité présente aussi quelques autres inconvénients dont particulièrement un temps de


calcul assez long, une lourde consommation en mémoire et une faible performance en qualité
graphique.
Cependant le calcul de radiosité a l’avantage d’être indépendant de la position de
l’observateur. Ainsi un seul calcul est suffisant pour connaître l’éclairement de tous les
éléments de la géométrie et pour la visualiser à partir d’une infinité de points de vue.
Une nouvelle génération d’algorithmes de radiosité est apparue en 1988, elle permet d’obtenir
un résultat graphique immédiat qui s’améliore progressivement en précision et en qualité
visuelle, d’où son nom "progressive refinement radiosity" [Cohen, 1988] [Autodesk, 1999].
Une autre évolution des algorithmes de radiosité fut le concept de maillage adaptatif où le
logiciel commence à calculer à partir d’un maillage de faible précision. Ensuite il procède à
des subdivisions supplémentaires là où il y a une grande différence d’éclairement entre les
mailles. Cette méthode conduit à une économie dans le temps de calcul et dans l’utilisation de
mémoire.

1.2.1.2 Lancer de rayons


La deuxième famille d’algorithmes est la plus ancienne, elle a connu plus de développements
et présente une plus grande variété de méthodes.
Ces méthodes ont l’avantage de calculer avec précision l’éclairement direct, de calculer les
effets spéculaires des matériaux, de mieux définir les ombres et de considérer les réfractions à
travers les surfaces transparentes. C’est donc les algorithmes qui donnent les meilleurs
résultats graphiques, d’où ce qu’on appelle le photo-réalisme des images de synthèse.
Il existe plusieurs catégories d’algorithmes basées sur le lancer de rayon, nous citons les
suivantes :

Figure I.4: Exemple d’un calcul de Lancer de rayons (inverse)

1. Tracé de rayons ou Lancer de rayons depuis l’observateur, dite aussi Lancer inverse de
rayons (backward ray tracing): les rayons sont générés depuis l’œil de l’observateur et
cheminent à travers des réflexions multiples sur les parois jusqu’aux sources de lumière
(voir figure I.4). Ainsi seuls les rayons utiles pour la construction de l’image seront
générés et suivis à travers les différentes inter-réflexions, mais la solution est valide pour
un seul point de vue. [Whitted, 1980]
2. Suivi de rayons ou Lancer direct de rayons (forward ray tracing) : cette méthode génère
les rayons lumineux depuis la source vers les surfaces réceptrices, quand un rayon atteint
une surface il est dirigé selon la photométrie rencontrée jusqu’à l’épuisement de son
énergie. [Fontoynont, 1991]
3. Technique statistique de monte-carlo "backward ou forward" : La méthode de Monte-
Carlo associée à des méthodes de lancer de rayons, a recours à une technique statistique

38
Chapitre I

pour la distribution des rayons réfléchis. Elle nécessite un temps de calcul élevé [IEA-
SHC, 1999].

I.2.2 Exemples types des logiciels existants


Les logiciels existants sur le marché international et utilisés comme outils de conception en
éclairage peuvent être classés en différentes familles [De Boer, 1999] [IESNA, 1999] :
1. Les logiciels basés sur les formules de base de calcul de l’éclairage artificiel. Ces logiciels
sont souvent distribués par les constructeurs de luminaires et munis de leur bibliothèque
de luminaires.
2. Des logiciels basés sur des formules de base de calcul en éclairage naturel ou sur des
données empiriques (ou pré-simulées). Ces logiciels sont souvent dédiés à l’utilisation
dans les phases préliminaires de la conception d’un projet. (ex. : Dial, Sodalight, etc.)
3. Les logiciels capables de calculer l’éclairage direct uniquement. Ils sont très souvent
intégrés dans des logiciels de DAO. Leur objectif est limité à l’amélioration du rendu
graphique d’un projet ou au mieux à une étude de taches solaires (ex. : Archicad).
Cependant, ce type de logiciels devient de plus en plus rare. En effet, vu leurs potentiels,
un certain nombre de ces logiciels a été mis à niveau par les développeurs et a passé ainsi
à la famille suivante. (ex. : Microstation et 3D Studio)
4. Les logiciels dits d’éclairement global. Ils utilisent souvent des algorithmes de calcul
physique (en particulier de radiosité et lancer de rayons). Nous distinguons cependant
dans cette catégorie les logiciels développés dans un cadre scientifique (ex. : Radiance,
Génélux, CSTB) de ceux développés et diffusés dans un cadre commercial (Lightscape,
Dialux…). En général, les logiciels commerciaux possèdent des interfaces plus
conviviales, mais les logiciels scientifiques offrent des fonctionnalités plus complètes. Par
exemple, certains logiciels scientifiques sont capables de prendre en considération l’aspect
spectral de la propagation de la lumière, et/ou de traiter les fonctions bidirectionnelles.
Finalement nous notons que les logiciels commerciaux manquent le plus de transparence
sur leur fiabilité dans les différents domaines d’application (manque de travaux de
validation).
Dans notre travail de thèse, nous nous intéressons en particulier à la dernière famille. Ne
pouvant pas enquêter sur tous les logiciels existants, nous nous contentons de citer (par ordre
alphabétique) quelques logiciels sur lesquels il y a eu des publications scientifiques et des
travaux de validation [Fontoynont, 1999] :

1.2.2.1 Adeline
Développé dans le cadre de l’IEA, Adeline a été fondé sur les logiciels Superlite et Radiance
par le biais d’un modeleur graphique et d’outils de DAO. Ainsi il permet de définir la
géométrie avec son propre système de DAO, par l’entrée manuelle des coordonnés
cartésiennes ou à partir d’un fichier DXF.
Le logiciel est muni d’une bibliothèque de base de données de matériaux, de luminaires et de
mobilier. Il produit des résultats numériques ou bien graphiques. Au-delà des éclairements et
des luminances, Adeline permet de calculer l’énergie consommée par l’éclairage artificiel en
fonction des apports de lumière du jour. [Erhorn, 1998] [Scartezzini, 1993]

1.2.2.2 Genelux
Le logiciel Genelux, développé au laboratoire des sciences de l’habitat, utilise un algorithme
de lancer direct et suivi de rayons lumineux (Forward Ray tracking). La distribution des
rayons réfléchis est effectuée en ayant recours à une technique statistique de Monte Carlo.

39
Chapitre I

Dans le cas où les surfaces seraient parfaitement diffusantes, il est possible de faire appel à un
algorithme basé sur la méthode de radiosité afin de réduire les temps de simulation. Genelux
peut modéliser les surfaces spéculaires, diffuses ou mixtes en transmission et/ou réflexion. Il
peut également prendre en considération des quantités spectrales en décomposant les rayons
incidents par bandes spectrales. [Mitanchey, 1996] [Maamari, 2003]

1.2.2.3 Inspirer
Destiné surtout au domaine de l’architecture, avec comme fonctionnalités : les calculs de
l’éclairage, les analyses de visibilité et la visualisation des projets. Pour le calcul de
l’éclairage, il utilise des approches hybrides surtout la méthode bi-directionnelle de Monte
Carlo au Lancer de Rayons. Ce qui différencie le plus ce logiciel est l’utilisation des formules
de BRDF qui permet de respecter les variations de réflexion et de transmission (diffuse et
spéculaire) ainsi que des couleurs, selon l’angle d’incidence et de vision. [Maamari, 2003]

1.2.2.4 DIAL / Leso-Dial


Le but du logiciel est de donner aux architectes des informations utiles concernant l’utilisation
de la lumière de jour dans un bâtiment dès la phase de l’avant projet. Il calcule le facteur de
lumière du jour sur le plan utile grâce à une utilisation hybride de formule analytique et
empirique. [Paule, 1995]

1.2.2.5 Lightscape 3.2


C’est un logiciel qui est destiné à des utilisations graphiques, mais il offre également des
fonctionnalités intéressantes pour la simulation physique de la lumière. Il utilise un
algorithme de radiosité pour le calcul quantitatif, et un algorithme de lancier de rayons pour
l’amélioration qualitative et visuelle des images de synthèses. Ce logiciel est décrit en détail
dans la partie IV.1.1 de ce document. [Khodulev, 1996] [Maamari, 2002]

1.2.2.6 Radiance
Le logiciel Radiance utilise un algorithme de lancer inverse de rayons. Le lancer des rayons
peut être stoppé si leur énergie est jugée insuffisante. Les rayons réfléchis peuvent être
générés selon une fonction de distribution permettant la simulation de réflexions spéculaires,
semi-spéculaires ou diffuses. Ce lancer de rayons est complété d’un calcul statistique de
réflexion diffuse pour distribuer le flux résiduel. [Ward, 1994] [Grynberg, 1988]

1.2.2.7 Superlite
Le logiciel Superlite utilise une méthode point à point de radiosité. Toutes les surfaces sont
supposées être parfaitement diffusantes. C’est la méthode la plus rapide, mais elle est
toutefois limitée aux surfaces diffuses. [Grynberg, 1988]

I.2.3 Domaines d’utilisation des logiciels


L’utilisation des logiciels de simulation de l’éclairage se généralise de plus en plus dans le
domaine de conception en éclairage et au-delà. Ainsi de nos jours ces logiciels sont utilisés
aussi bien par des bureaux d’étude du bâtiment et des architectes, que par des développeurs de
jeu vidéo. Les applications peuvent être entre autres [IESNA, 1999] [3D-lumière, 2000]
[Maamari, 2002] :
1. La conception en éclairage artificiel. Que ce soit pour l’éclairage intérieur des bâtiments,
l’éclairage des façades, des monuments, des voiries, des trottoirs, ou l’éclairage des

40
Chapitre I

tunnels etc. Elle comprend entre autre le dimensionnement des systèmes, l’analyse du
confort visuel et de la consommation etc.
2. La conception en éclairage naturel : dimensionnement des ouvertures et des protections
solaires, orientation des projets, analyse de l’entrée de la lumière du jour et études des
FLJ…
3. Le rendu et la présentation des projets par les architectes et par les décorateurs d’intérieur.
4. La création de scènes de réalité virtuelle pour le monde du cinéma, de la publicité ou des
jeux vidéo…
5. La conception même des optiques de luminaires ou de phares de voitures

Le domaine d’utilisation d’un logiciel donné dépend des fonctionnalités proposées par ce
logiciel, de ses capacités à simuler avec un certain degré de fiabilité et de facilité les différents
domaines de la propagation de la lumière en relation avec les besoins de l’utilisateur.
Bien que les algorithmes de calcul utilisés dans les logiciels se ressemblent, ces derniers ne
sont pas tous adaptés pour les même types d’applications et ne répondent pas aux mêmes
besoins.
Ainsi certains utilisateurs cherchent en priorité la facilité d’utilisation des fonctionnalités en
relation avec leur propre activité en dépit des autres fonctionnalités et même parfois en dépit
de la validité des résultats. D’ailleurs, c’est à cause de ce contexte que des développeurs de
logiciels commerciaux ont tendance à proposer des interfaces et des fonctionnalités
optimisées et orientées vers un domaine d’application donné. Ainsi nous commençons à
trouver par exemple des logiciels dédiés à la conception de l’éclairage public et/ou des tunnels
(ex. : Tunnel-Lite), d’autres à la conception des protections solaires (ex. : ParaSol), etc.
Cependant, il est encore difficile de nos jours à un concepteur de bâtiment de savoir quel est
le ou les logiciels existants qui répondent le mieux à ses propres besoins. C’est ce qui ressort
dans les différentes enquêtes menées sur l’utilisation des logiciels, en particulier celle menée
par le club 3D-Lumière [3D-lumière, 2000] et celle que nous avons menée au "Light and
Building 2002" [Maamari, 2002] (voir annexe D). Nous notons par exemple dans ces deux
enquêtes, l’utilisation par des concepteurs lumière de logiciels graphiques (Photoshop) en tant
qu’outils de conception.

I.3 La validation des logiciels de simulation de l’éclairage

I.3.1 Introduction
Comme son nom l’indique, un logiciel de simulation de l’éclairage est supposé simuler la
réalité. Mais la fidélité de la simulation à la réalité est loin d’être vérifiée pour tous les
logiciels existants sur le marché international.
D’ailleurs, le niveau de précision et de similitude (entre les résultats d’une simulation
numérique de l’éclairage et la réalité) exigé ou souhaité par les différents utilisateurs n’est pas
nécessairement le même, et peut varier largement selon la spécificité de leurs domaines
d’activité [Maamari, 2002].
Ainsi, pour des utilisateurs qui s’intéressent uniquement au rendu graphique, une image de
synthèse réaliste sans être nécessairement proche de la réalité peut être suffisante. Pour eux, la
question de la validation scientifique du logiciel utilisé ne se pose pas trop.
Alors que pour des utilisateurs qui comptent extraire d’une simulation des cartes de
luminances pour analyser le confort visuel de l’occupant, la validité du logiciel devient d’une

41
Chapitre I

importance de premier ordre. Ceci est également vrai pour les concepteurs en éclairage qui
ont besoin de vérifier que le niveau d’éclairement est suffisant sur le plan de travail.
Mais quel que soit le niveau de précision souhaité, il est important pour un futur utilisateur de
savoir la précision qu’il peut attendre de la part du logiciel qu’il souhaite utiliser pour un type
donné de tâches. Cette information est même indispensable pour aboutir à une utilisation
responsable des logiciels de simulation, mais cela ne peut être possible qu’à travers une
validation rigoureuse et transparente de ce logiciel.
Une validation rigoureuse et transparente des logiciels de simulation de l’éclairage est une
tâche immense et d’une complexité non négligeable. Ce qui est vrai pour tous les logiciels
basés sur des lois physiques comme par exemple les logiciels de simulation thermique.
Cette complexité est d’autant plus vraie quand on s’intéresse à l’orientation du choix des
utilisateurs vers un logiciel qui répond le mieux à leurs propres besoins. Dans ce contexte, on
souhaite vérifier la capacité du logiciel à simuler avec précision les différents aspects de la
propagation de la lumière liés au domaine d’utilisation, mais aussi on veut comparer cette
capacité à d’autres logiciels existants.
La multitude des aspects qui entrent en jeu dans un phénomène de propagation de la lumière,
combinée à la diversité des logiciels de simulation de l’éclairage, contribuent à cette
complexité.
Ainsi un logiciel capable de simuler des luminaires à optique diffusante n’est pas
nécessairement capable de simuler un luminaire avec une optique asymétrique. De même, un
logiciel capable de simuler l’entrée de la lumière du jour à travers un vitrage ordinaire n’est
pas nécessairement capable de simuler l’entrée de la lumière de jour à travers un vitrage ou un
système de protection solaire à aspect bidirectionnel, etc.
Nous présentons ci-dessous une étude bibliographique sur l’état de l’art du domaine de la
validation des logiciels de simulation de l’éclairage.

I.3.2 Différents types de validation


En ce qui concerne les types de travaux de validation réalisés, nous avons pu identifier les
suivants :

I.3.2.1 La validation analytique


La validation analytique, comme son nom l’indique, porte sur des cas théoriques pour
lesquels il existe des lois analytiques. Ces lois sont issues des notions de base de la science
physique liées au rayonnement électromagnétique.
Les travaux de validation basés sur des références analytiques sont assez rares parmi les
travaux réalisés que nous avons pu trouver lors de notre recherche bibliographique.
Cependant, la validation analytique présente des avantages considérables comme la possibilité
de limiter les paramètres liés à la propagation de la lumière qui entrent en jeu dans un scénario
test. Nous notons aussi l’avantage de donner des solutions de références avec des incertitudes
nulles ou négligeables.
En contrepartie, la validation analytique ne peut couvrir que des domaines limités de la
propagation de la lumière. Ce sont en général des cas de figures simples pour lesquels existe
une loi théorique. [Aizlewood, 1997]

42
Chapitre I

I.3.2.2 La validation expérimentale


Dans ce type de validation, les résultats des logiciels sont comparés à des mesures
expérimentales. Ces mesures peuvent être réalisées dans :
a. des maquettes d’étude à échelle réduite [Caroll, 1999]
b. des cellules tests à échelle 1/1
c. ou des pièces réelles [Galasiu, 1998] [Jarvis, 1997]
Quel que soit le type des mesures réalisé, la création de références expérimentales à utiliser
pour des travaux de validation est confrontée à des obstacles considérables.
Le premier est lié aux sources d’erreur introduites lors de la description du scénario
expérimental afin de le reproduire dans une simulation numérique.
L’importance de cet obstacle est aggravée par la multitude des paramètres qui entrent en jeu
dans un scénario expérimental et par l’interaction entre les sources d’erreurs liées à chacun de
ces paramètres.
A titre d’exemple, les sources d’erreur peuvent survenir lors de la description de la source de
lumière (artificielle ou réelle), lors de la description de la photométrie des matériaux
(réflexion bidirectionnelle, caractéristiques spectrales…), etc.
Un autre obstacle est dû à l’incertitude qui existe dans la valeur mesurée, et cela quelle que
soit la précision du protocole expérimental appliqué. Cette incertitude est liée en partie à la
précision de l’appareil de mesure et à son positionnement.
Dû à tous ces obstacles, la comparaison entre les résultats d’une simulation numérique et les
mesures expérimentales permet difficilement de conclure sur la précision du logiciel testé.
Il est aussi important de noter qu’un des plus grands obstacles à la création de références
expérimentales fiables reste celui des moyens techniques, financiers et humains nécessaires
aux expérimentations.

I.3.2.3 La validation comparative


Elle porte sur une comparaison des résultats de simulation de plusieurs logiciels entre eux.
Cela peut être fait avec l’existence ou non d’une référence expérimentale ou analytique.
L’avantage des comparaisons est de donner la possibilité aux utilisateurs de mieux choisir
entre plusieurs logiciels selon leur performance dans un domaine donné de la simulation.
Cependant l’utilisation des résultats d’une comparaison afin de juger des logiciels les uns par
rapport aux autres nécessite un maximum de transparence, en particulier sur la complexité des
procédures et sur le temps de calcul nécessaire pour obtenir ces résultats. [Grynberg, 1988]
[Fontoynont, 1999] [Maamari, 2003]

I.3.3 Quelques exemples de travaux de validation réalisés


Les travaux de validation réalisés sur des logiciels de simulation d’éclairage ne manquent pas
en nombre, cependant c’est la crédibilité de ces travaux qui n’est pas toujours vérifiée.
En ce qui concerne les rares travaux de validation existants qui bénéficient d’une crédibilité
scientifique ou celle d’un organisme agréé nous citons les suivants :

43
Chapitre I

I.3.3.1 Le travail de Khodulev et Kopylov


Ce travail réalisé et publié par Andrei B. Khodulev et Edward A. Kopylov en 1996
[Khodulev, 1996] est l’un des rares travaux de validation qui ont utilisé une référence
analytique.
Le travail porte sur une validation comparative entre les logiciels Lightscape, Specter et
Radiance. Une description des trois logiciels est donnée portant sur plusieurs critères y
compris l’interface utilisateur.
Un des scénarios utilisés pour la comparaison est celui d’une pièce cubique fermée avec une
source lumineuse isotrope au centre. La comparaison porte sur l’éclairement au niveau des
points de mesure situés sur le sol. La valeur de référence de cet éclairement est calculée semi-
analytiquement pour prendre en considération la composante réfléchie interne.

I.3.3.2 Le rapport TM 28/00 de la CIBSE


Ce rapport représente un exemple idéal sur la création des données expérimentales fiables
pour la validation des logiciels de simulation d’éclairage. [Slater, 2002]
Le travail décrit dans ce rapport porte sur un protocole expérimental qui a été défini et
conduit d’une manière remarquablement rigoureuse dans une cellule test à échelle 1/1. Le but
est de créer une base de données expérimentales pour la validation des logiciels de calcul de
l’éclairage artificiel.
Le rapport comprend une description précise du scénario expérimental y compris les
dimensions de la géométrie (une pièce carrée), la position des lampes ou des luminaires, la
position des points de mesure ainsi que le coefficient de réflexion des surfaces. La description
du scénario comprend aussi les fichiers photométriques des luminaires au format CIBSE TM
14, sachant que la photométrie réelle de chaque luminaire a été mesurée séparément dans un
laboratoire agréé.
Le protocole expérimental comprend un contrôle du flux lumineux à travers l’observation et
le contrôle des fluctuations du courant électrique et de la température de la pièce. Les lampes
et les ballasts ont été vieillis. Les lampes ont été préchauffées une heure avant les mesures.
Les capteurs ont été calibrés et fixés sur un trolley afin de garantir la répétitivité de leur
position. Six différentes mesures ont été prises pour chaque point à l’aide de deux capteurs
différents, la moyenne de ces mesures a été utilisée comme référence.
Une estimation des erreurs de mesures a été calculée, ainsi que des erreurs de simulation dues
à l’incertitude dans la description du scénario. Les résultats ont alors été présentés sous forme
de deux bandes de valeurs, la première bande est celle des mesures prises + ou – l’estimation
des erreurs de mesure, et l’autre est celle des mesures + ou – le total des erreurs estimées y
compris les erreurs de simulation.

I.3.3.3 Les Benchmarks de la Tache 21 de l’IEA


Ce travail a été mené dans le cadre de la tache 21 de l’Agence Internationale de l’Energie,
intitulée "lumière naturelle dans les bâtiments". En effet, un projet a été dédié au thème de la
validation des logiciels de calcul en éclairage, et a fait l’objet d’une collaboration entre les
laboratoires de six nations différentes parmi lesquels le Laboratoire des Sciences de l’Habitat
de l’ENTPE. [Fontoynont, 1999] [Maamari, 2002]
Dans le cadre de ce projet, des données expérimentales ont été récoltées à travers des mesures
d’éclairement à l’intérieur d’une série de maquettes à échelle réduite, placées sous des ciels

44
Chapitre I

artificiels. Trois bâtiments types ont été testés sous plusieurs configurations en changeant les
types d’ouverture et/ou les coefficients de réflexion des surfaces.
Les scénarios expérimentaux ont été simulés à l’aide des logiciels d’éclairage naturel :
Adeline, Genelux, Leso-DIAL, Radiance et Superlite. Les résultats des simulations ont été
comparés entre les différents logiciels, et confrontés aux mesures expérimentales.
Cette comparaison a montré que le calcul des éclairements à l’intérieur du bâtiment dus à
l’éclairage naturel demande une description minutieuse des luminances des portions de la
voûte céleste vues par la fenêtre. Les éclairements directs à l’intérieur du bâtiment sont alors
calculés avec une précision de l’ordre de 5%. La précision des calculs des réflexions multiples
à l’intérieur de la pièce dépend quant à elle des propriétés des surfaces intérieures, et en
particulier de la l’aspect bidirectionnel de ces surfaces.
Cette étude a montré finalement que les programmes doivent être utilisés avec beaucoup de
précautions car les résultats de simulation sont très sensibles à la qualité des hypothèses et des
paramètres d’entrée : description de la source de lumière, géométrie du bâtiment, paramètres
de simulation.

I.3.4 Analyse de la problématique


D’après la recherche bibliographique présentée ci-dessus sur le domaine de la validation des
logiciels de simulation de l’éclairage, nous pouvons résumer la problématique de ce domaine
dans les points suivants :
1. Difficulté d’accès à l’information. Elle est due en particulier à l’absence de sources
publiques spécialisées dans le domaine.
2. Manque de transparence. Ainsi nous trouvons souvent des résultats de validation présentés
sans suffisamment d’information sur les procédures qui ont abouti à ces résultats.
3. Manque de crédibilité : une partie importante des travaux de validation existants est
réalisée par les développeurs des logiciels testés, les sources d’incertitudes dans les
valeurs de référence ne sont souvent pas prises en considération, etc.
4. Manque de travaux concluants sur la validité du logiciel testé. Ceci est dû en partie à la
complexité des scénarios expérimentaux et à la restriction des domaines testés. Ainsi il est
rarement possible d’identifier avec certitude les points de faiblesse et les domaines
d’application d’un logiciel testé.
5. Absence de références standardisées. Ce qui fait qu’un certain aspect de la propagation de
la lumière est testé dans différents logiciels avec des protocoles différents. Ce qui ne
permet pas une comparaison transparente et objective entre ces différents logiciels.
6. Manque de validations analytiques, malgré les avantages de ce type de validation.
En réponse aux problèmes listés ci-dessus, nous identifions en particulier le besoin d’une
standardisation et d’une mise à disposition des références de validation fiables, de préférence
sous la garantie et le contrôle d’un ou plusieurs organismes crédibles.

I.3.5 Proposition d’une méthodologie de validation des logiciels


I.3.5.1 Introduction
Le premier objectif qu’on pourrait attendre des travaux de validation, c’est de pouvoir
améliorer la confiance des utilisateurs dans les logiciels de simulation. A savoir qu’améliorer
la confiance ne veut pas forcément dire l’augmenter. Mais plutôt sensibiliser les utilisateurs
aux capacités et aux limites des différents logiciels dans les différents domaines de la
simulation numérique de l’éclairage. Ainsi à travers l’identification des points de faiblesse

45
Chapitre I

d’un logiciel et de ces domaines d’application, on pourra aboutir à une utilisation responsable
de ces logiciels.
D’où le besoin d’une méthodologie de validation qui permet de tester la capacité d’un logiciel
à simuler les différents aspects de la propagation de la lumière. Cette méthodologie doit
également palier les défaillances rencontrées dans le domaine, à noter crédibilité, fiabilité et
accessibilité.

I.3.5.2 Concept et approche proposés


Pour atteindre les objectifs fixés ci-dessus, la méthodologie de validation proposée repose un
concept de base qui est celui de tester séparément les différents aspects de la propagation de la
lumière. Ceux-ci peuvent être classés sous 3 grands groupes :
1. La description de la source de lumière et le calcul de l’éclairement direct.
2. Le transfert du flux lumineux à travers les composants de la fenêtre et l’influence des
masques.
3. Les inter-réflexions sur les différents matériaux avec différentes photométries.
Pour appliquer ce concept, cette méthodologie de validation est basée sur une série de cas-
tests, chacun traitant un scénario d’éclairage simple (un nombre limité de paramètres) où un
certain aspect de la propagation de lumière est mis en évidence. La description des cas-tests
comprend la géométrie, les sources de lumière ainsi qu’une série de valeurs de référence à
utiliser pour tester la capacité du logiciel à simuler l’aspect en question. Ces valeurs de
référence sont obtenues soit à l’aide d’un calcul analytique quand c’est possible (pour des
scénarios théoriques) ou bien à partir de mesures expérimentales.
Ainsi, chaque cas-test est applicable à tout logiciel proposant des fonctionnalités liées à
l’aspect traité (dans ce cas-test), indépendamment des algorithmes utilisés, des méthodes de
calcul adoptées ou des paramètres utilisés.
Cependant, il est possible d’associer à chaque test une étude paramétrique propre à chaque
logiciel. Une telle étude permet de mieux comprendre l’influence des différents paramètres
proposés sur la précision du logiciel dans un aspect donné de la propagation de la lumière.
Pour une utilisation optimale de cette méthodologie de validation, les cas-tests doivent couvrir
tous les aspects de la propagation de la lumière. Ils seront alors utilisés en tant qu’outil unique
et complet pour tester un logiciel donné.
Une comparaison générale des résultats des simulations d’un logiciel donné aux valeurs de
références de la série de cas-tests donnera une idée claire sur les domaines où le logiciel testé
respecte ou non les lois physiques. Ceci permettra à un utilisateur de vérifier si ce logiciel est
compatible avec son propre domaine d’activité, et à un développeur de vérifier si son logiciel
a atteint les perspectives souhaitées.
De la même façon, une comparaison entre les résultats de différents logiciels et les valeurs de
référence permet d’offrir une vision objective sur le logiciel qui répond le mieux à une
exigence donnée.

46
Chapitre I

Conclusions
Suite à notre étude bibliographique sur le domaine de la simulation numérique de l’éclairage,
nous avons orienté le travail de cette thèse (à travers les chapitres suivants) de façon à
répondre à certains des problèmes identifiés dans ce domaine.
Ainsi, en ce qui concerne le manque de fiabilité dans les travaux de validation des logiciels,
nous développons la méthode de validation que nous avons proposée. Dans ce cadre, nous
créons une série de cas-tests en relation avec différents aspects de la propagation de la lumière
traités ci-dessus. Ces cas-tests sont répartis en deux familles, l’une avec des scénarios
théoriques et des références analytiques, et l’autre avec des références expérimentales
répondant à des critères de contrôle de qualité que nous avons définis.
En ce qui concerne la difficulté de simuler des scénarios réels de lumière naturelle, nous
proposons et validons une méthode de simulation à partir des cartes de luminances réelles à
haute définition.
Finalement, nous proposons et nous validons une méthode de simulation de la lumière
naturelle à l’aide des luminaires équivalents. Cette méthode permet à la simulation de la
lumière de jour de bénéficier de la présence confirmée des outils de simulation de la lumière
artificielle dans le domaine de la conception des bâtiments. Elle permet également de
surmonter un nombre de difficultés rencontrées dans certains logiciels classiques de
simulation la lumière naturelle, en particulier celles liées à la précision des résultats par
rapport au temps de calcul et à la simulation des masques extérieurs.

47
Chapitre I

Références Bibliographiques
3D-LUMIÈRE. Enquête sur la connaissance et l’utilisation des systèmes informatiques de
simulation d’éclairage. Paris: Club 3D Lumière, 2000, 11 p.

ACHARD G., LAFORGUE, P., SOUYRI, B., FONTOYNONT, M., BASTIE, A.,
MITANCHEY, R. Etude d'un système Metrologique de Confort Radiatif Integrant l'Aspect
Thermique et l'Aspect Visuel. Paris, 1994, 60 p.

AFE. Les sources de lumière. Société d'Edition Lux, 1987, 199 p.

AIZLEWOOD M., BUTT, J., ISAAK, K., LITTLEFAIR, P. Daylighting in atria: a


comparison of measurements, theory and simulation. Lux Europa 1997, Amsterdam-
Netherlands, 1997.

ANDERSEN M., RUBIN, M., POWLES, R., SCARTEZZINI, J. L. Bi-directional light


transmission properties assessment for venetian blinds: Computer simulations compared to
photogoniometer measurements. ISES Solar World Congress 2003 - Solar Energy for a
Sustainable Future, Gothenburg - Sweden. International Solar Energy Society, 2003.

ANDERSEN M., RUBIN, M., SCARTEZZINI, J.-L. Comparison between ray-tracing


simulations and bi-directional transmission measurements on prismatic glazing. Solar
Energy, 2003, vol. 74, n°2, pp. 157-217.

ANSI/IESNA. ANSI/IESNA LM-63-02, ANSI Approved Standard File Format for Electronic
Transfer of Photometric Data and Related Information. ANSI/IESNA LM-63-02. 2002, 26 p.

ASE. Eclairage intérieur par la lumière du jour. Norme Suisse SN 418911. Zürich:
Association Suisse des Electriciens, 1989.

ASHDOWN I. Near-Field Photometry: A New Approach. IES, 1993, vol. 22, n°1, pp. 163-
180.

ASHDOWN I. EULUMDAT File Format Specification [en ligne]. Disponible sur:


<http://www.helios32.com/Eulumdat.htm>. (09 Mars 2004).

ASHDOWN I. Thinking photometrically Part II. 1.05. Las Vegas: workshop-Lightfair


International, 2001, 42 p.

ASHRAE-IESNA. Energy efficient design of new buildings except new low-rise residential
buildings. ASHRAE/IES 90.1-1989. American Society of Heating, Refrigerating and Air-
Conditionaing Engginers, 1989.

AUTODESK. Lightscape 3.2 Users Guide. 3.2. Autodesk, 1999, 352 p.

BALOCCO C., FORASTIERE, M. A., GRAZZINI, G., RIGHINI, G. C. Experimental results


of transparent, reflective and absorbing propoerties of some building materials. Energy and
Buildings, 2001, vol. 33, pp. 563-568.

48
Chapitre I

CAROLL W. L., HITCHCOCK, R. J. Recent Comparisons of SUPERLITE to Scale Model


Data. LBNL-43107. Lawrence Berkeley National Laboratory, 1999.

CHAIN C., DUMORTIER, D., FONTOYNONT, M. A comprehensive model of luminance,


correlated colour temperature and spectral distribution of skylight: Comparison with
experimental data. Solar Energy, 1999, vol. 65, n°5, pp. 285-295.

CIBSE. CIBSE standard file format for electronic transfer of luminaire photometric data.
CIBSE TM 14. London: CIBSE, 1988.

CIE. Daylight. CIE-16. Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage, 1970, 79 p.

CIE. Standardization of Luminance Distribution on Clear Skies. CIE-22. Vienne:


Commission Internationale de l'Eclairage, 1973.

CIE. Calculations for Interior Lighting: Basic Method. CIE-40. Vienne: Commission
Internationale de l'Eclairage, 1978.

CIE. Absolute Methods for Reflection Measurements. CIE-44. Vienne: Commission


Internationale de l'Eclairage, 1979.

CIE. A Review of Publications on Properties and Reflection Values of Material Reflection


Standards. CIE-46. Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage, 1979, 99 p.

CIE. Calculations for Interior Lighting: Applied Method. CIE-52. Vienne: Commission
Internationale de l'Eclairage, 1982.

CIE. The Spectroradiometric Measurement of Light Sources. CIE-63. Vienne: Commission


Internationale de l'Eclairage, 1984.

CIE. Colorimetry, 2nd Edition. CIE-15.2. Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage,


1986.

CIE. The Measurement of Absolute Luminous Intensity Distributions. CIE-70. Vienne:


Commission Internationale de l'Eclairage, 1987.

CIE. The Measurement of Luminous Flux. CIE-84. Vienne: Commission Internationale de


l'Eclairage, 1989.

CIE. Standard overcast and clear sky. 3rd Draft. Vienne: Commission Internationale de
L’Eclairage, 1990.

CIE. Electric Light Sources, State of the Art-1991. CIE-96. Vienne: Commission
Internationale de l'Eclairage, 1992.

CIE. Recommended file format for electronic transfer of luminaire photometric data. CIE-
102. Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage, 1993.

CIE. Guide to Recommended Practice of Daylight Measurement. CIE-108. Vienne:


Commission Internationale de l'Eclairage, 1994.

49
Chapitre I

CIE. Discomfort Glare in Interior Lighting. CIE-117. Vienne: Commission Internationale de


l'Eclairage, 1995.

CIE. The Photometry and Goniophotometry of Luminaires. CIE-121. Vienne: Commission


Internationale de l'Eclairage, 1996.

CIE. The Relationship Between Digital and Colorimetric Data for Computer-Controlled CRT
Displays. CIE-122. Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage, 1996.

CIE. Practical Methods for the Measurement of Reflectance and Transmittance. CIE-130.
Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage, 1998.

CIE. Spatial distribution of daylight - CIE standard general sky. Vienne: Commission
Internationale de l'Eclairage, 2002, 7 p.

COHEN M. F., CHEN, S. E., WALLACE, J. R., GREENBERG, D.P. A progressive


refinement approach to fast radiosity image generation. 15th annual conference on computer
graphics and interactive techniques. ACM Press New York, 1988, pp. 75-84.

DE BOER J. Encorporation of numerical goniophotometry into daylighting design. CISBAT


2003, Lausanne. EPFL, 2003, pp. 229-234.

DE BOER J., ERHORN, H. Survey Simple Design Tools. IEA, 1999, 49 p.

DENIEL J. M. Modélisation des luminaires et des BRDF : Réalisation, mesure et


compression. Thèse en Informatique. Rennes: Université de Rennes 1, 2002, 277 p.

DUMORTIER D. Mesure, Analyse et Modélisation du gisement lumineux. Application à


l'évaluation des performances de l'éclairage naturel des bâtiments. Thèse en Génie Civil et
Sciences de l'Habitat. Vaulx en Velin: ENTPE, Universitée de Savoie, 1995, 295 p.

DUMORTIER D. Lumière naturelle et rayonnement solaire - Mesures au sol et estimations à


partir d'images satellites - Développement de services Web pour l'éclairage naturel des
bâtiments. HDR Thermique et Energétique. Vaulx en Velin: ENTPE, 2003, 161 p.

DUMORTIER D., VAN ROY, F. SODA daylighting resource. SODA Deliverable 5.3.C.
2002.

DUMORTIER D., VETRO, P. Luminance calibration of the Nikon 950 digital cameras. Lux
Europa, Reykjavik, 2001.

ERHORN H., DE BOER, J., DIRKSMOLLER, M. ADELINE - An Integrated Approach to


Lighting Simulation. Daylighting '98, Ottawa, 1998.

FOLEY D. J., VAN-DAM, A., FEINER, S. K., HUGHES, J. F. Computer Graphics,


Principles and Practice. Second Edition. ADDISON-WESLEY, 1990. (The systems
programming series.

50
Chapitre I

FONTOYNONT M. Le point sur les méthodes de simulation et sur l’utilisation de l’image de


synthèse en éclairage. LUX, 1991.

FONTOYNONT M., LAFORGUE, P., MITANCHEY, R., AIZLEWOOD, M., BUTT, J.,
CARROLL, W., HITCHOCK, R., ERHORN, H., DE BOER, J., DIRKSMÖLLER, M.,
MICHEL, L., PAULE, B., SCARTEZZINI, J-L., BODART, M AND ROY G. Validation of
daylighting simulation programs. IEA SHC Task 21/ ECBCS Annex 29. 1999, 28 p.

GALASIU A., ATIF, M. Applicability of Daylighting Computer Modeling in Real Case


Studies: Comparison between Measured and Simulated Daylight Availability and Lighting
Consumption. IEA SHC Task 21 / IEA ECBCS, Annex 29; Daylight in Buildings,.
International Energy Agency, National Research Council Canada, 1998, 68 p.

GREENUP P. J., EDMONDS, I. R., COMPAGNON, R. RADIANCE algorithm to simulate


laser-cut panel light-redirecting elements. Lighting Research & Technology, 2000, vol. 32,
n°2, pp. 49-54.

GRYNBERG A. Comparison and Validation of Radiance and Superlite. Rapport interne.


Lawrence Berkeley National Laboratory, 1988.

HOPKINSON R. G., PETHERBRIDGE, P., LONGMORE, J. Daylighting. William


Heinneman Ltd. London., 1966.

IEA-SHC. Daylighting simulation: Methods, Algorithms and Ressources. Agence


Internaitonale de l'Energie - SHC, 1999.

IEA-SHC. Measurement of Luminous Characteristics of Daylighting Materials. Agence


Internationale de l'Energie - SHC - Tâche 21, 1999.

IESNA. Calculating Coefficients of Utilisation, Wall and Ceiling Cavity Exitance. IES LM-
57. New York: Illuminating engineering Society of North America, 1982.

IESNA. The Determination of Illuminance at a Point in Interior Spaces. IES LM-43-1991.


New York: Illuminating engineering Society of North America, 1991, 34 p.

IESNA. An Introduction to Light and Lighting. IES ED-50. New York: Illuminating
engineering Society of North America, 1991, 51 p.

IESNA. Lighting Handbook. 8th Edition. New York: Illuminating engineering Society of
North America, 1993.

IESNA. IESNA Standard File Format for Electronic Transfer of Photometric Data. IESNA
LM-63-95. New York: Illuminating engineering Society of North America, 1995, 5 p.

IESNA. 1999 IESNA Software Survey. Lighting Design + Application, 1999, vol. 29, n°12,
pp. 39-48.

JARVIS D., DONN, M. Comparison of Computer and Model Simulations of a Daylit Interior
with Reality. 5th International conference on Building Performance and Simulation
Association, Prague, Czech Republic, 1997, pp. 9-16.

51
Chapitre I

KAJIYA J. T. Anisotropic Reflection Models. SIGGRAPH'85, San Francisco, 1985, pp. 15-
21.

KARAYEL M., NAVVAB, M., NE'EMAN, E., SELKOWITZ, S. Zenith Luminance and sky
luminance distributions for daylighting calculations. Energy Build., 1984, vol. 6, n°3, pp.
283-291.

KHODULEV A. B., KOPYLOV, E. A. Physically accurate lighting simulation in computer


graphics software. GraphiCon’96: The 6th International Conference on Computer graphics
and Visualization, St. Petersburg, Russia, 1996, pp. 111-119.

KITTLER R. Standardisation of outdoor conditions for the calculation of daylight factor with
clear skies. Sunlight in Buinldings: CIE Intercessional conference, Newcastle-Upon-Tyne,
1965.

KLEMS J. H., WARNER, J. L. Measurement of bidirectional optical properties of complex


shading devices. ASHRAE Symposium, Chicago, 1995.

LESLIE R. P. Capturing the daylight in buildings: why and how? Building and Environment,
2003, vol. 38, pp. 381-385.

MAAMARI F. International survey on lighting simulation tools - "Light and Building 2002".
IEA-SHC-Task-31, 2002, 7 p.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M. Use of IEA-SHC Task 21 C benchmarks to assess


performance of Lightscape 3.2 in daylighting calculations. EPIC, Lyon, France, 2002, pp.
709-714.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M., HIRATA, M., KOSTER, J., MARTY, C.,
TRANSGRASSOULIS, A. Reliable Datasets for Lighting Programs Validation, Benchmark
results. CISBAT 2003 Conference, 2003, pp. 6.

MAAMARI F., JONGEWAARD, M., KOSTER, J., TRANSGRASSOULIS, A.


FONTOYNONT, M. A Step Toward A Complete And Objective Validation Methodology For
Lighting Simulation Tools. CIE 25th Session, San Diego, 2003, pp. 4.

MARDALJEVIC J. Daylight Simulation: Validation, Sky Models and Daylight Coefficients.


Leicester, UK: Montfort University, 2000.

MARDALJEVIC J. The BRE-IDMP dataset: a new benchmark for the validation of


illuminance prediction techniques. Lighting Research and Technology, 2001, vol. 33, n°ISSN
1365-7828, pp. 117-136.

MITANCHEY R. Synthèse d'images appliquée à l'éclairagisme intérieur des bâtiments.


Thèse en Informatique, spécialité images. Saint-Etienne: L'école Nationale Supérieure des
Mines de Saint-Etienne, 1996, 200 p.

52
Chapitre I

MITANCHEY R., PERIOLE, G., FONTOYNONT, M. Goniophotometric measurements:


Numerical simulation for research and development applications. Lighting Research and
Technology, 1995, vol. 27, n°4, pp. 189-196.

MOON P., SPENCER, D. E. Illumination from a nonuniform sky. Illum. Eng., 1942, vol. 37,
n°12, pp. 707-726.

NAKAMURA H., OKI, M., AYASHI, Y. Luminance distribution of intermediate sky. Light
Visual Environ, 1989, vol. 9, n°1, pp. 6-13.

PAULE B., COMPAGNON, R., SCARTEZZINI, J. L. Towards a new daylighting design


computer tool. Right Light Three conference, Newcastle upon Tyne, England, 1995.

PEREZ R., SEALS, R., MICHALSKY, J. All-Weather model for sky luminance distribution,
Preliminary configuration and validation. Solar Energy, 1993, vol. 50, n°3, pp. 235-245.

REINHART C. F., HERKEL, S. The simulation of annual daylight illuminance distributions


– a state-of-the-art comparison of six RADIANCE-based methods. Energy and Buildings,
2000, vol. 32, n°167-187.

ROY G., HAYMAN, S., JULIAN, W. Sky Modeling from Digital Imagery. ARC Project No.
A89530177. Sidney: The University of Sidney & Murdoch university, 1998.

ROY G., RUCK, N., REID, G., JULIAN, W. Sky luminance:Standard Digital Form for
modelling... Lighting Research & Technology, 1995, vol. 27, n°3, pp. 161-167.

SATEL-LIGHT. Satel-Light: the European Database for Daylight and Solar Radiation [en
ligne]. Disponible sur: <http://www.satel-light.com>. (27 janvier 2004).

SCARTEZZINI J. L., COMPAGNON, G., WARD, G., PAULE, B. Outils Informatiques en


Lumière Naturelle. NEFF-435.2. Université de Genève, EPFL, 1993, 142 p.

SHAREEF F. M., OLDHAM, D. J., CARTER, D. J. A computer model for predicting the
daylight performance of complex parallel shading systems. Building and Environment, 2001,
vol. 36, pp. 605-618.

SLATER A., GRAVES, H. Benchmarking Lighting Design Software. TM 28/00. London:


CIBSE, 2002, 33 p.

SMITH B., SPIEKERMANN, C., SEMBER, R. Numerical methods for colorimetric


calculations: A comparison of integration methods. Color Research and Application, 1992,
vol. 17, n°6.

STOCKMAR A. Eulumdat file format. CIBSE/ILE National Lighting Conference, York,


2000.

STOCKMAR A. W. EULUMDAT, ein leuchtendatenformat fur den europaischen


beleuchtungplaner. Tagungsband Licht, 1990, pp. 641-644.

53
Chapitre I

TREGENZA P. Daylighting algorithms. ETSU S 1350. UK Department of Trade and


Industry on behalf of the Energy Technology Support Unit, 1993, 43 p.

TREGENZA P. R., WATERS, I. M. Daylight Coefficients. Lighting Research & Technology,


1983, vol. 15, n°2, pp. 65-71.

TROWBRIDGE T. S., REITZ, K. P. Average Irregularity Representation of a Rough Surface


for Ray Reflection. Opt Soc. Am., 1975, vol. 65, n°5, pp. 531-536.

UETANI Y., MATSUURA, K. A Method of Luminance Calculation in an Anisotropic Diffuse


Reflecting Interior. IESNA Annual Conference Technical Papers, San Diego, 1992.

WARD G. J. The RADIANCE Lighting Simulation and Rendering System. SIGGRAPH


Computer graphics, 1994, pp. 459-472.

WHITTED T. An improved illumination model for shaded display. Computer graphics &
Image processing, 1980.

54
Chapitre II

Chapitre II

Cas-tests avec références analytiques

Résumé
Nous proposons dans ce chapitre une série de cas-tests avec références analytiques. Chacun
de ces cas-tests permet de tester un aspect différent de la propagation de lumière. Les aspects
traités sont liés à :
- La simulation des luminaires par des sources ponctuelles ou surfaciques,
- la conservation des flux,
- la transmission directionnelle des vitrages,
- l’inter-réflexion de la lumière dans une géométrie,
- le calcul de l’éclairement direct sous différents scénarios de lumière naturelle : avec
des ouvertures en façade ou en toiture, avec et sans vitrage et avec et sans masques
extérieurs. Les références analytiques sont données pour chacun de ces scénarios pour
les 16 types du Ciel CIE Général.

A la fin de ce chapitre, nous proposons en perspective une série de cas-tests couvrant d’autres
aspects de la propagation de la lumière.

55
Chapitre II

56
Chapitre II

Table de matières
Introduction ........................................................................................................................................ 59
II.1 La simulation d’une source ponctuelle associée à un fichier photométrique......................... 59
II.1.1 Référence analytique ............................................................................................................. 59
II.1.2 Description du cas-test........................................................................................................... 60
II.1.3 Solution de référence ............................................................................................................. 60
II.2 La simulation d’une source surfacique associée à un fichier photométrique ........................ 61
II.2.1 Référence analytique ............................................................................................................. 61
II.2.2 Description du cas-test........................................................................................................... 63
II.2.3 Solution de référence ............................................................................................................. 63
II.3 La conservation du flux entrant à travers une ouverture........................................................ 63
II.3.1 Référence analytique ............................................................................................................. 64
II.3.2 Description du cas-test........................................................................................................... 64
II.3.3 Solution de référence ............................................................................................................. 65
II.4 La transmission directionnelle τ d’un vitrage normal ............................................................. 65
II.4.1 Référence analytique ............................................................................................................. 65
II.4.2 Description du cas-test........................................................................................................... 66
II.4.3 Solution de référence ............................................................................................................. 66
II.5 La réflexion de la lumière sur une surface de Lambert........................................................... 66
II.5.1 Référence analytique ............................................................................................................. 67
II.5.2 Description du cas-test........................................................................................................... 67
II.5.2.1 Surface S2 de petite dimension ..................................................................................... 67
II.5.2.2 Surface S2 de moyenne dimension (sol intérieur)......................................................... 68
II.5.2.3 Surface S2 de grande dimension (sol extérieur)............................................................ 69
II.5.2.4 Etudes paramétriques .................................................................................................... 69
II.5.3 Solution de référence ............................................................................................................. 69
II.5.3.1 Scénario 1 (S2: 50×50cm).............................................................................................. 70
II.5.3.2 Scénario 2 (S2: 4×4m) ................................................................................................... 70
II.5.3.3 Scénario 3 (S2: 500×500m)............................................................................................ 70
II.6 La réflexion diffuse avec présence d’obstructions internes..................................................... 70
II.6.1 Référence analytique ............................................................................................................. 71
II.6.2 Description du cas-test........................................................................................................... 71
II.6.3 Solution de référence ............................................................................................................. 72
II.7 Le calcul de la composante réfléchie interne pour une géométrie avec des surfaces de
Lambert .................................................................................................................................... 72
II.7.1 Référence analytique ............................................................................................................. 73
II.7.2 Description du cas-test........................................................................................................... 73
II.7.3 Solution de référence ............................................................................................................. 74
II.8 La composante directe du FJ (FJD) pour une ouverture en toiture non vitrée (sous les
16 types du ciel général CIE) .................................................................................................. 74
II.8.1 Référence analytique ............................................................................................................. 74
II.8.1.1 Composante directe sous un ciel CIE type 5 (Uniforme) .............................................. 75
II.8.1.2 Composante directe au sol sous un ciel CIE type 16 (Couvert) .................................... 75
II.8.2 Description du cas-test........................................................................................................... 76
II.8.3 Solution de référence ............................................................................................................. 76
II.8.3.1 Ouverture 1m×1m ......................................................................................................... 76
II.8.3.2 Ouverture 4m×4m ......................................................................................................... 76
II.9 FJD pour une ouverture en toiture avec vitrage normal......................................................... 77
II.9.1 Référence analytique ............................................................................................................. 77
II.9.2 Description du cas-test........................................................................................................... 77

57
Chapitre II

II.9.3 Solution de référence ............................................................................................................. 78


II.9.3.1 Ouverture 1m×1m avec vitrage clair 6mm.................................................................... 78
II.9.3.2 Ouverture 4m×4m avec vitrage clair 6mm.................................................................... 78
II.10 La composante directe et la composante réfléchie externe (sol extérieur) pour une
ouverture en façade non vitrée................................................................................................ 78
II.10.1 Référence analytique ........................................................................................................... 78
II.10.1.1 Composante directe et composante réfléchie externe sous un ciel CIE type 5
(Uniforme) .................................................................................................................... 78
II.10.1.2 Composante directe au sol sous un ciel CIE type 16 (Couvert) .................................. 79
II.10.2 Description du cas-test......................................................................................................... 80
II.10.3 Solution de référence ........................................................................................................... 80
II.10.3.1 Ouverture 2m×1m ....................................................................................................... 80
II.10.3.2 Ouverture 4m×3m ....................................................................................................... 81
II.11 FJD+FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec vitrage normal .................... 81
II.11.1 Référence analytique ........................................................................................................... 81
II.11.2 Description du cas-test......................................................................................................... 82
II.11.3 Solution de référence ........................................................................................................... 82
II.11.3.1 Ouverture 2m×1m avec Vitrage clair 6mm.............................................................. 82
II.11.3.2 Ouverture 4m×3m avec Vitrage clair 6mm.............................................................. 82
II.12 FJD+FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en façade
non vitrée .................................................................................................................................. 82
II.12.1 Référence analytique ........................................................................................................... 82
II.12.1.1 Calcul simplifié de FRE .............................................................................................. 83
II.12.1.2 Calcul de FJD sous un ciel uniforme........................................................................... 83
II.12.1.3 Calcul de FJD sous un ciel CIE couvert ...................................................................... 83
II.12.2 Description du cas-test......................................................................................................... 84
II.12.3 Solution de référence ........................................................................................................... 84
II.13 FJD+FRE (sol extérieur + masque extérieur vertical continu) pour une ouverture en
façade non vitrée ...................................................................................................................... 85
II.13.1 Référence analytique ........................................................................................................... 85
II.13.1.1 Calcul simplifié de FRE .............................................................................................. 85
II.13.1.2 Calcul simplifié de FRE pour un ciel uniforme........................................................... 86
II.13.1.3 Calcul de FJD sous un ciel uniforme........................................................................... 86
II.13.1.4 Calcul de FJD sous un ciel CIE couvert ...................................................................... 86
II.13.2 Description du cas-test......................................................................................................... 86
II.13.3 Solution de référence ........................................................................................................... 87
II.14 Autres propositions de cas-test analytiques ............................................................................ 87
II.14.1 La conservation du flux des sources artificielles................................................................. 87
II.14.2 Les taches solaires ............................................................................................................... 87
II.14.3 La réflexion spéculaire ........................................................................................................ 87
II.14.4 La transmission à travers un vitrage 100% diffusant........................................................... 88
II.14.5 La transmission à travers des matériaux bidirectionnels ..................................................... 88
II.14.6 La réflexion sur des matériaux bidirectionnels.................................................................... 88
II.14.7 Calcul spectral ..................................................................................................................... 88
II.14.7.1 Scénario A ................................................................................................................... 88
II.14.7.2 Scénario B ................................................................................................................... 88
II.14.8 Calcul de l’éclairement extérieur......................................................................................... 89
II.14.9 Variation horaire et saisonnière de l’éclairement extérieur ................................................. 89
II.14.10 La fuite de lumière............................................................................................................. 89
Conclusions ......................................................................................................................................... 89
Références bibliographiques ............................................................................................................. 90

58
Chapitre II

Introduction
Dans le chapitre I, nous avons identifié le besoin d’une méthodologie de validation adaptée
aux logiciels de simulation de l’éclairage. Nous avons également proposé le concept de base
pour cette méthodologie, portant en particulier sur une série de cas-tests traitant chacun un
aspect différent des phénomènes de propagation de la lumière.
Nous avons également marqué l’importance de l’utilisation de cas-tests à références
analytiques. L’avantage étant d’éviter les erreurs liées à la solution de référence, et de limiter
le nombre de sources d’erreur qui interviennent dans une simulation. Ceci permet alors de
mieux identifier les points faibles d’un logiciel.
Dans ce chapitre, nous proposons une série de cas-tests traitant différents aspects liés au
phénomène de propagation de la lumière, et pour lesquels une solution analytique peut être
calculée. Ces cas-tests sont liés à la description des sources naturelles et artificielles, à la
transmission des flux à travers les ouvertures et les vitrages, à l’influence des masques
extérieurs ainsi qu’aux inter-réflexions à l’intérieur d’une géométrie.
Nous notons que les cas-tests proposés permettent de tester séparément la capacité d’un
logiciel à calculer l’éclairement direct sous différents types de scénarios, de celle de simuler
les inter-réflexions à l’intérieur d’une géométrie. Ceci s’inscrit dans l’esprit de la
méthodologie de validation proposée qui vise en particulier à limiter les paramètres qui
entrent en jeu dans un scénario-test donné.

II.1 La simulation d’une source ponctuelle associée à un fichier


photométrique
La plupart des logiciels de simulation de l’éclairage sont capables de simuler des luminaires
en utilisant les fichiers photométriques représentant la distribution des intensités de ce
luminaire. Les formats les plus utilisés pour décrire la distribution photométrique des
intensités sont le format IESNA utilisé sur le niveau international, et le format Eulumdat
utilisé surtout en Europe.
La source d’erreur principale dans la simulation des luminaires à l’aide de leurs fichiers
photométriques reste dans l’interpolation des intensités. Cette interpolation varie d’un logiciel
à un autre. On doit noter aussi qu’il peut exister une différence plus ou moins importante entre
la photométrie mesurée ou donnée par le constructeur du luminaire, et la photométrie réelle du
luminaire utilisé.
L’objectif du cas-test proposé est de pouvoir tester la capacité d’un logiciel à faire une
interpolation correcte en cas d’une photométrie lisse, et de calculer les éclairements directs
qui en résultent. Pour cela, un luminaire d’une photométrie théorique et simplifiée sera
utilisée.

II.1.1 Référence analytique


Pour simuler un luminaire à l’aide de son fichier photométrique, un logiciel doit procéder à
une interpolation afin de calculer les intensités non données dans le fichier. Les intensités
calculées seront alors utilisées pour déterminer l’éclairement direct obtenu sur les différentes
zones des différentes surfaces, à l’aide de la formule suivante :

E = Iox cosθ / d² (1)


où :

59
Chapitre II

E = Eclairement direct en un point X (lx)


Iox = Intensité de la source ponctuelle O dans la direction du point X (cd)
θ = Angle d’ incidence du flux arrivant sur le point X et provenant de la
source O (radians)
d = Distance entre la source lumineuse et le point X (m)
(Voir figure II.1)

II.1.2 Description du cas-test


La géométrie utilisée pour ce test est une surface horizontale de dimension (4m×4m) avec une
source lumineuse ponctuelle à 3m de hauteur au dessus du centre de la surface.
La source lumineuse possède une photométrie diffuse Lambertienne décrite à l’aide d’un
fichier photométrique de distribution des intensités avec un pas de 10° pour les angles
verticales et avec une symétrie axiale.
L’intensité maximale Io est de 1000 cd (pour θ = 0). Le flux lumineux total émis par la source
est égal à 3142 lm.
L’intensité Iθ pour un certain angle d’émission ϕ (égal à l’angle d’incidence θ) est obtenue par
la relation suivante :
Iθ = Iox
= I0.cosϕ
= I0.cosθ (2)

Distribution
Diffuse des
o intensités
R=0.5(Io)
ϕ

3m

I0
surface θ
horizontale
4mx4m Ex
2m 2m

Figure II.1: Calcul de l’éclairement direct sous une source ponctuelle

II.1.3 Solution de référence


L’éclairement direct reçu sur les points de mesures A à J de la surface horizontale (voir figure
II.2) est calculé à l’aide de l’équation 1 où θ et d sont définis géométriquement, et Iox est
obtenu à l’aide de l’équation 2.

60
Chapitre II

0,5 0,5 0,5 0,5

D C B A

4m
0,5
G F E
0,5
I H
0,5

J
0,5

Figure II.2: Emplacement des points de référence pour le cas-test des sources ponctuelles

Les éclairements directs calculés analytiquement pour les différents points de mesure sont
présentés dans le tableau II.1 ci-dessous :
Points d (m) θ (°) I (cd) E (lx)
A 3.000 0.00 1000 111.11
B 3.041 9.46 986.4 105.21
C 3.162 18.43 948.7 90.02
D 3.354 26.57 894.4 71.11
E 3.082 13.26 973.3 99.73
F 3.202 20.44 937.0 85.64
G 3.391 27.79 884.7 68.06
H 3.317 25.24 904.5 74.36
I 3.500 31.00 857.2 59.98
J 3.674 35.26 816.5 49.39
Tableau II.1: Calcul de l’éclairement direct horizontal sur les points de
référence pour le cas-test des sources ponctuelles

II.2 La simulation d’une source surfacique associée à un fichier


photométrique

II.2.1 Référence analytique


Dans le cas d’une source surfacique diffuse, l’éclairement direct en un point donné à partir de
cette source est calculé analytiquement à l’aide des formules de facteur de forme. Nous
avons :
E1 = M2×F12 (3)
où :
E1 = éclairement reçu sur le point 1 par la source S2 (lx)
M2 = Exitance lumineuse de la source lumineuse diffusante S2 (lm/m²) = π×L
F12 = Facteur de forme entre la surface réceptrice élémentaire dS1 et la surface
diffusante S2

61
Chapitre II

Dans le cas d’une surface réceptrice parallèle à la source surfacique, le facteur de forme F12
entre la surface réceptrice élémentaire (dS1) représentant le point de référence et source
surfacique (S2) est donné par la relation suivante :

Figure II.3: Calcul du facteur de forme pour deux surfaces parallèles

F12 = 1 ×⎡ X arctan Y + Y arctan X ⎤ (4)


2π ⎢⎣ 1+ X 2 1+ X 2 1+Y 2 1+Y 2 ⎥⎦
où :
a
X = h

Y = b
h
a, b et h sont ceux présentés dans la figure II.3

Dans le cas d’une surface réceptrice perpendiculaire à la source surfacique, le facteur de


forme F12 entre la surface réceptrice élémentaire (dS1) représentant le point de référence et la
source surfacique (S2) est donné par la relation suivante :

Figure II.4: Calcul du facteur de forme pour deux surfaces perpendiculaires

⎡ ⎤
F12 = 1 ×⎢arctanY − 1 arctan Y ⎥ (5)
2π ⎢ 1+ X
2
1+ X
2
⎥⎦

où :
a
X = h

Y = b
h
a, b et h sont ceux présentés dans la figure II.4

62
Chapitre II

II.2.2 Description du cas-test

0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5


1
11
10
9

3m
4m 8
2m 7
6
2m 1 2 3 4 5
0.5 0.5 0.5 0.5
Figure II.5: Description de la géométrie et des points de référence pour le
cas-test des sources surfaciques

La géométrie utilisée pour ce cas-test est une pièce carrée d’une dimension de 4m×4m×3m
avec une source surfacique de 1m×1m située au centre du plafond (voir figure II.5).
Cette source possède une photométrie parfaitement diffuse (Lambertienne) décrite à l’aide
d’un fichier photométrique de distribution des intensités avec un pas de 10° pour les angles
verticaux, et avec une symétrie axiale. L’intensité maximale Io est de 318.31 cd (pour θ = 0).
Le flux lumineux total émis par la source est égal à 1000 lm. Nous avons alors une Exitance
M2 = 1000lm/m² et une luminance constante L = 318.31cd/m².
Les surfaces intérieures de la pièce sont noires avec un facteur de réflexion de 0% afin
d’éviter les erreurs liées aux inter-réflexions.

II.2.3 Solution de référence


Les points de mesure sont positionnés comme décrits dans la figure II.5. Le point 1 étant au
centre du sol, le point 5 étant sur le sol à l’intersection avec le mur, et le point 6 étant sur le
mur à l’intersection avec le sol.
La solution analytique pour l’éclairement direct reçu par les points de mesure est donnée dans
les tableaux suivants :
Points 1 2 3 4 5
Eclairement (lx) 34.11 32.41 27.99 22.36 16.91
Tableau II.2: Variation de l’éclairement direct au sol pour le cas-test des sources surfaciques

Points 6 7 8 9 10 11
Eclairement (lx) 10.99 14.74 19.46 24.29 26.06 18.74
Tableau II.3: Variation de l’éclairement direct au mur pour le cas-test des sources surfaciques

II.3 La conservation du flux entrant à travers une ouverture


Dans une simulation de l’éclairage naturel, il est important de vérifier si le flux lumineux
incident sur la surface d’une ouverture est transmis correctement à l’intérieur du bâtiment ou
non. La conservation de ce flux est à vérifier en premier lieu, en particulier avant sa
distribution dans les différentes directions de l’espace.

63
Chapitre II

L’objectif du cas-test proposé est de vérifier cette conservation de flux à travers la


comparaison du flux arrivant à la surface de l’ouverture avec le total des flux directs reçus sur
les surfaces intérieures.

II.3.1 Référence analytique


Théoriquement, dans le cas d’une pièce avec une ouverture non vitrée, de surfaces noires à
0% de facteur de réflexion, la somme des flux lumineux directs arrivant sur les différentes
surfaces intérieures, Fi, est égale au flux arrivant sur la surface de l’ouverture Fo :
Fi = Fo
où :
Fo = Flux incident = Eo.So (lm)
Eo = Eclairement moyen sur la surface d’ouverture (lx)
So = Aire de la surface d’ouverture (m²)
Fi = Flux direct total transmis à travers l’ouverture = ∑Fn = ∑En.Sn,
Fn = Flux lumineux arrivant sur une surface intérieure “n” (lm)
En = Eclairement moyen de la surface “n” (lx)
Sn = Aire de la surface “n” (m²)

II.3.2 Description du cas-test


Le flux lumineux arrivant sur une surface d’ouverture dépend du modèle de ciel utilisé par le
logiciel à tester, et peut donc varier d’un logiciel à un autre. Indépendamment de cette
variation, la notion de conservation de flux définie ci-dessus doit être toujours vérifiée. Nous
avons défini une série de géométries qui peuvent être utilisées pour vérifier si cette notion est
bien respectée pour des scénarios avec une ouverture en toiture ou en façade, et si cet
équilibre de flux est affecté par la dimension des ouvertures.
La géométrie est celle d’une pièce de dimensions 4m×4m×3m, avec une ouverture au centre
de la toiture ou de la façade. L’ouverture en toiture est de dimensions : 1m×1m, 2m×2m,
3m×3m ou 4m×4m (ouverture totale) et d’une épaisseur de 200 mm. L’ouverture de façade
est de 2m×1m, 3m×2m ou 4m×3m (ouverture totale) avec une épaisseur de 200 mm.
Les surfaces intérieures sont définies avec un facteur de réflexion de 0% afin d’éliminer les
erreurs de simulation liées aux inter-réflexions. Le sol extérieur n’est pas pris en considération
dans le cas d’une ouverture en façade (sol extérieur à 0% de réflexion)
Il existe des logiciels qui ne permettent pas de calculer l’éclairement direct séparément. En
effet, certains affectent une valeur epsilon en plus ou en moins aux facteurs de réflexion
proches de 0% (ou de 100%). Une source d’erreur potentielle qui peut résulter de la valeur
epsilon "ε" affectée au facteur de réflexion de 0%, doit alors être prise en considération. Cette
erreur (Erε) est égale à l’éclairement moyen indirect correspondant à "ε" :
Erε = ε × F0 (6)
1−ε ST
où :
ST = somme des aires de toutes les surfaces intérieures

64
Chapitre II

Quelle que soit la condition du ciel utilisé, l’éclairement moyen horizontal ou vertical (Eo)
résultant sur la surface d’ouverture (So) doit être calculé en vérifiant son uniformité sur la
totalité de cette surface, et cela afin de calculer le flux incident Fo arrivant sur la surface
d’ouverture (Fo = Eo.So).
Ensuite, l’éclairement moyen sur les différentes surfaces intérieures, y compris les surfaces de
l’épaisseur des ouvertures, doit être mesuré afin de calculer le flux total transmis Fi (Fi =
∑En.Sn).

II.3.3 Solution de référence


En théorie, la relation Fi / Fo doit être égale à 1. Si Rs= Fi / Fo correspond aux résultas de la
simulation, la relation 100(Rs - 1) est alors utilisée pour calculer l’erreur en pourcentage due à
une réduction ou une augmentation du flux transmis. Le tableau II.4 est un exemple de
présentation des résultats d’une simulation à comparer à la solution de référence (Fi / Fo = 1).
Type d’ouverture Fi / Fo Rs = Fi / Fo erreur (%)
Analytique Simulation 100(Rs - 1)
x 1
Tableau II.4: Exemple de présentation des résultats pour le cas-test de conservation des flux

II.4 La transmission directionnelle τ d’un vitrage normal


La transmission d’un rayonnement lumineux à travers un matériau vitré diminue avec l’angle
d’incidence du rayonnement par rapport à la surface du matériau. Cette transmission
directionnelle joue un rôle important dans la distribution des éclairements dus à la lumière de
jour entrant à travers une fenêtre vitrée dans un bâtiment. En effet, elle réduit
considérablement le niveau des éclairements dans la zone proche d’une fenêtre en façade, ou
bien dans les zones éloignées de la projection d’une ouverture zénithale. De même, elle joue
un rôle avantageux sur la diminution de l’apport thermique en été.
L’objectif du cas-test proposé est de tester la capacité d’un logiciel à prendre en considération
cette directionnalité en déduisant la transmission simulée pour un angle d’incidence donné et
en la comparant aux références analytiques existantes.

II.4.1 Référence analytique


Il existe plusieurs références analytiques, voire empiriques, qui sont utilisées pour calculer la
transmission direct-direct à travers un vitrage normal [Tregenza, 1993] [Hopkinson, 1966].
Ces références prennent généralement en considération l’absorption à l’intérieur du vitrage
qui varie avec, entre autre, l’épaisseur et la composition de ce vitrage.
A titre d’exemple, nous choisissons pour ce cas-test le cas simplifié d’un vitrage clair où
l’absorption n’est pas prise en considération.
La référence analytique que nous avons choisi pour calculer la transmission direct-direct pour
un vitrage clair est décrite par l’équation suivante [Mitilas, 1968] [Tregenza, 1993]:
τθ = 2
-0.028378 +3.156075cos θ -3.058376cos θ -1.428919cos θ
3

4
+ 4.014235cos θ -1.775827cos θ
5 (7)

où :

65
Chapitre II

τθ = La transmission directe-directe pour un angle d’ incidence θ


θ = Angle d’ incidence

II.4.2 Description du cas-test


La géométrie utilisée pour ce cas-test est une pièce carrée de dimensions 4m x 4m x 3m, avec
une ouverture centrale en toiture de 1m x 1m d’une épaisseur de 200 mm. Un vitrage clair est
positionné sur la partie supérieure de cette ouverture. Les surfaces intérieures ont un facteur
de réflexion de 0%.
Une série de simulations sera conduite avec un faisceau lumineux parallèle, orienté de
l’extérieur vers le centre de la surface d’ouverture avec un angle d’incidence (θ) variant de 0°
à 90° avec un pas de 10°. Pour chaque position de la source, le flux total transmis à l’intérieur
de la pièce (Fi = ∑En.Sn) sera calculé avec et sans le vitrage.
τθ est égal au rapport entre le flux total transmis avec le vitrage et le flux total transmis sans le
vitrage pour l’angle d’incidence donné (θ), et doit respecter la référence analytique définie
dans le tableau II.5.

II.4.3 Solution de référence


Analytiquement, la relation entre la transmission directe-directe τθ d’un vitrage clair pour un
angle d’incidence θ, et la transmission normale-normale τ0 est donnée par le tableau
suivant (N.B. dans ce tableau, τθ ne prend pas l’absorption du vitrage en considération, et
τθ/τ0 représente la transmission directionnelle relative) :

θ° 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

τθ 0.8788 0.8796 0.8799 0.8759 0.8661 0.8476 0.8018 0.6828 0.4233 0.0284

τθ/τ0 1 1.00095 1.00127 0.99669 0.98558 0.96447 0.91242 0.7769 0.48171 0.03229
Tableau II.5: variation de la transmission d’un vitrage clair en fonction de l’angle d’incidence

II.5 La réflexion de la lumière sur une surface de Lambert


Les inter-réflexions diffuses jouent un rôle majeur dans les composantes réfléchies interne et
externe dans un scénario d’éclairage. Ces deux composantes peuvent constituer une partie
considérable de l’éclairement global d’une scène.
Dans une simulation numérique de l’éclairage, les surfaces mats d’une géométrie sont souvent
considérées comme surfaces parfaitement diffusantes. Les inter-réflexions diffuses sont alors
calculés par la méthode de radiosité qui est basée sur les formules de facteur de forme. Celles-
ci servent à définir la fraction du flux lumineux quittant une surface parfaitement diffusante S1
qui atteint une surface élémentaire dS2. Dans un calcul de radiosité, l’éclairement direct est
calculé en premier lieu, puis chaque surface éclairée est considérée comme une source
lumineuse qui réfléchit d’une façon diffuse, une partie du flux direct reçu vers les autres
surface de la géométrie.
Le but de ce cas-test est de vérifier la capacité d’un logiciel à calculer correctement les
réflexions diffuses sur une surface de Lambert.

66
Chapitre II

II.5.1 Référence analytique


Analytiquement, l’éclairement indirect reçu sur une surface élémentaire dS1 depuis une
surface diffuse réfléchissante S2 est donné par la relation suivante :
E1 = M2×F12 (8)
où :
E1 = éclairement indirect reçu au point 1 depuis la surface S2 (lx)
M2 = Exitance lumineuse de la surface diffusante S2 (lm/m²)
= π×L2 (9)
F12 = Facteur de forme entre la surface réceptrice élémentaire dS1 et la surface
diffusante S2 (voir équation 4 et 5)
Pour une première réflexion, M2 dépend de l’éclairement direct uniforme reçu sur la surface
S2. nous avons :
M2 = E2×ρS2 (10)
où :
E2 = éclairement direct reçu sur la surface S2 (lx)
ρS2 = Facteur de réflexion de la surface diffusante S2

II.5.2 Description du cas-test


Le scénario utilisé pour ce cas-test est constitué des éléments suivants (voir figures II.6, II.7 et
II.8):
- Une surface horizontale diffusante S2 spectralement neutre et représentant un sol
recevant un éclairement direct et uniforme (Soleil ou source artificielle éloignée)
- Une surface réceptrice verticale S1-v représentant un mur
- Une surface réceptrice horizontale S1-hz (orientée vers le bas) représentant un plafond
et adjacente au mur

Les surface réceptrices S1-v et S1-hz ne reçoivent pas de l’éclairement direct et ne réfléchissent
pas de lumière (0% de facteur de réflexion), mais elles reçoivent une partie du flux diffusé par
S2.
Afin de prendre en considération l’influence de la taille de la surface diffusante S2 sur les
résultats du logiciel testé, trois scénarios sont proposés :

II.5.2.1 Surface S2 de petite dimension


La configuration géométrique de ce scénario est montrée dans la figure II.6. Elle est décrite
comme suit :
- La surface S2 est centrée par rapport au plafond avec une dimension de 50cm×50cm.
Elle a un facteur de réflexion de 80%.
- La surface réceptrice S1-v est positionnée à 2m du centre de S2 et a comme dimension
4m de largeur et 3m de hauteur.
- La surface réceptrice S1-hz est positionnée à 3m du sol, orientée vers celui-ci, elle est
adjacente à S1-v et elle a comme dimensions 4m×4m.

67
Chapitre II

- Les surfaces S1-v et S1-hz sont protégées par une enveloppe extérieure afin d’éviter des
erreurs liées aux fuites de lumière.
- La source primaire est orientée avec un angle de 45° pour éviter l’éclairement direct
sur S1-v, et elle produit un éclairement horizontal uniforme Ehz sur S2.

Flux direct incident (45°)

S1-Hz
S1-V
4mx3m
3m

S2
50cmx50cm

1.75m 1.75m
4m

Figure II.6: Description du cas-test des réflexions diffuses pour


une surface S2 de 50cm×50cm

II.5.2.2 Surface S2 de moyenne dimension (sol intérieur)


La configuration géométrique de ce scénario est montrée dans la figure II.7, elle est décrite
comme suit :
Flux direct incident (35°)

S1-Hz
S1-V
4mx2.5m
3m

S2
4mx4m
0,5

4m

Figure II.7: Description du cas-test des réflexions diffuses pour


une surface S2 de 4mx4m

- La surface S2 a une dimension de 4m×4m. Elle a un facteur de réflexion de 30%.


- La surface réceptrice S1-v est positionnée à 50 cm du sol et à 2m du centre de S2 et a
comme dimension 4m de largeur et 2m50cm de hauteur.
- La surface réceptrice S1-hz est positionnée à 3m du sol, orientée vers celui-ci, elle est
adjacente à S1-v et elle a comme dimensions 4m×4m.
- Les surfaces S1-v et S1-hz sont protégées par une enveloppe extérieure afin d’éviter des
erreurs liées aux fuites de lumière.
- La source primaire est orientée avec un angle de 35° pour éviter l’éclairement direct
sur S1-v et pour garantir en même temps l’homogénéité de l’éclairement sur S2 (voir
figure II.7).

68
Chapitre II

II.5.2.3 Surface S2 de grande dimension (sol extérieur)


La configuration géométrique de ce scénario est montrée dans la figure II.8, elle est décrite
comme suit :

Flux direct incident (45°)

S1-Hz
S1-V
4mx3m
4m

S2
500mx500m

4m
Figure II.8 : Description du cas-test des réflexions diffuses pour
une surface S2 de 500m×500m

- La surface S2 a une dimension de 500m×500m. Elle a un facteur de réflexion de 30%.


- La surface réceptrice S1-v est positionnée à 4m de S2. Elle a comme dimension 4m de
largeur et 3m de hauteur et son axe médian est aligné avec celui de S2.
- La surface réceptrice S1-hz est positionnée à 3m du sol, orientée vers celui-ci, elle est
adjacente à S1-v et elle a comme dimensions 4m×4m.
- Les surfaces S1-v et S1-hz sont protégées par une enveloppe extérieure afin d’éviter des
erreurs liées aux fuites de lumière à leur intersection.
- La source primaire est orientée avec un angle de 45° et elle produit un éclairement
horizontal uniforme Ehz sur S2.

II.5.2.4 Etudes paramétriques


Nous proposons d’associer à chacun de ces scénarios une étude de sensibilité sur l’effet de
l’orientation de la source, du niveau d’éclairement horizontal et du facteur de réflexion de S2.

II.5.3 Solution de référence


0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25
0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25

G H I J K L M N
2m
F
E 2m
4m
D S1-Hz
3m

C
B
A S1-V

Figure II.9 : Emplacement des points de référence pour le cas-test des réflexions diffuses

69
Chapitre II

Pour permettre la comparaison des résultats aux référence analytiques quel que soit
l’éclairement horizontal obtenu sur S2 ou le facteur de réflexion utilisé, nous présentons les
résultats aux points de mesure sous forme de E/(Ehz×ρ), qui est égale à la valeur du facteur de
forme entre le point de référence et S2 (voir équations 4 et 5)
Les points de mesure sont positionnés sur les surfaces S1-v et S1-hz comme le montre la figure
II.9 ci-dessus.

II.5.3.1 Scénario 1 (S2: 50×50cm)


Points de mesure sur S1-v
A B C D E F
E/(Ehz×ρ) (%) 0.246 0.580 0.644 0.556 0.433 0.325

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ehz×ρ) (%) 0.491 0.639 0.778 0.864 0.864 0.778 0.639 0.491

Tableau II.6: variation de E/(Ehz×ρ) pour le cas-test des réflexions


diffuses avec une surface de 50cm×50cm

II.5.3.2 Scénario 2 (S2: 4×4m)


Points de mesure sur S1-v
A B C D E F
E/(Ehz×ρ) (%) - 35.901 27.992 21.639 16.716 12.967

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ehz×ρ) (%) 26.80 30.94 33.98 35.57 35.57 33.98 30.94 26.80

Tableau II.7: variation de E/(Ehz×ρ) pour le cas-test des réflexions


diffuses avec une surface de 4m×4m

II.5.3.3 Scénario 3 (S2: 500×500m)


Points de mesure sur S1-v
A B C D E F
E/(Ehz×ρ) (%) 3.080 9.097 14.718 19.767 24.161 27.896

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ehz×ρ) (%) 10.95 13.26 16.21 20.00 24.80 30.77 37.87 45.84

Tableau II.8: variation de E/(Ehz×ρ) pour le cas-test des réflexions


diffuses avec surface de 500m×500m

II.6 La réflexion diffuse avec présence d’obstructions internes


La présence d’obstructions internes est assez courante dans les scénarios réels. Cela comprend
par exemple les meubles et les cloisons intérieures. La prise en considération de ces
obstructions représente un degré de complexité plus élevé que pour les géométries de type
"boîte à chaussures". Une source d’erreur supplémentaire et plus importante est donc

70
Chapitre II

introduite, ce qui rend les résultats plus sensibles aux paramètres de calcul (maillage de
radiosité, paramètres liés au calcul des ombres, etc.).
Le but de ce cas-test est de vérifier la capacité d’un logiciel à simuler correctement l’influence
de ce type d’obstructions sur les inter-réflexions diffuses.

II.6.1 Référence analytique


La référence analytique pour le calcul des éclairements indirects est la même que pour le
scénario II.5. Cependant, pour ce cas-test, la dimension de la zone perçue de la surface
diffusante S2 est à calculer pour chaque point de référence en fonction de sa position.

II.6.2 Description du cas-test


Le scénario utilisé pour ce cas-test est constitué des éléments suivants (voir figure II.10):
- Une surface verticale diffusante S2 spectralement neutre et représentant un mur
recevant un éclairement direct et uniforme Ev (Soleil ou source artificielle éloignée)
- Une surface réceptrice verticale S1-v représentant un mur parallèle à S2
- Une surface réceptrice horizontale S1-hz adjacente à S1-v et représentant un sol
- Une obstruction verticale située entre S1-hz et S2

Les surfaces réceptrices S1-v et S1-hz ne reçoivent pas de l’éclairement direct et ne réfléchissent
pas la lumière (0% de facteur de réflexion), mais elles reçoivent une partie du flux diffusé par
la zone perçue de S2.
La géométrie utilisée est montrée dans la figure II.10, elle est décrite comme suit :

Flux direct incident (60°)

S1-V
S2
3

S1-Hz
1

1,3 2,5
4

Figure II.10: Description du cas-test des réflexions diffuses avec obstruction

La surface S2 a une dimension de 4m×3m. Elle a un facteur de réflexion de 60%.


La surface réceptrice verticale S1-v a une dimension de 4m×3m et elle est positionnée face à S2
et à 4m de celle-ci.
La surface réceptrice horizontale S1-hz est positionnée au niveau du sol. Elle est adjacente à S1-
v et elle a comme dimensions 2.50m×4m.

L’obstruction verticale a une dimension de 4m de largeur et de 1m de hauteur et 20 cm


d’épaisseur. Elle a un coté à 2m50 de S1-v et l’autre à 1m30 de S2

71
Chapitre II

Les surfaces S1-v et S1-hz sont protégées par une enveloppe extérieure afin d’éviter des erreurs
liées aux fuites de lumière, et afin d’éviter l’éclairement direct sur ces surfaces (voir figure
II.10).
La source primaire est orientée avec un angle de 60° et elle produit un éclairement vertical
uniforme Ev sur S2.

II.6.3 Solution de référence


Pour permettre la comparaison des résultats aux référence analytiques quel que soit
l’éclairement vertical obtenu sur S2 ou le facteur de réflexion utilisé, nous présentons dans le
tableau II.9 les résultats aux points de mesure sous forme de E/(Ev×ρ), qui est égal à la valeur
du facteur de forme entre le point de référence et S2.
Les points de mesure sont positionnés sur les surfaces S1-v et S1-hz comme le montre la figure
II.11 ci-dessous.
0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25

S2
S1-V A
B
C
0.2

3m
S1-Hz D
2.5 E
2m
F
2m
K J I H G
0.5 0.5 0.5 0.5 0.25
Figure II.11: Emplacement des points de référence pour le cas-test des
réflexions diffuses avec obstruction

Points de mesure sur S1-v


A B C D E F
E/(Ev×ρ) (%) 20.941 21.187 19.946 17.284 14.053 9.751

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K
E/(Ev×ρ) (%) 4.761 5.261 4.535 0.000 0.000

Tableau II.9: variation de E/(Ev×ρ) pour le cas-test des réflexions


diffuses avec obstruction interne

II.7 Le calcul de la composante réfléchie interne pour une géométrie avec


des surfaces de Lambert
Dans un scénario d’éclairage, la composante réfléchie interne peur constituer une partie
importante de l’éclairement global à l’intérieur d’une pièce. Cette composante est liée
directement au facteur de réflexion des surfaces intérieures.
Le but de ce cas-test est de vérifier la capacité d’un logiciel à prendre en considération
l’influence du facteur de réflexion sur un calcul de radiosité dans une pièce.

72
Chapitre II

II.7.1 Référence analytique


Analytiquement, et dans le cas d’une sphère fermée avec des surfaces intérieures diffuses, le
flux indirect Fi arrivant en un point intérieur de la sphère est donné par la relation suivante :
Fi = ρF+ρ2F+ρ3F+...
ρ.F
= (11)
1− ρ
où :
F = Flux lumineux direct entrant dans la sphère

L’éclairement indirect reçu par un point intérieur de la sphère est donné par la relation :
1 ρF
E = × (12)
ST 1 − ρ
où :
E = Éclairement indirect en un point intérieur de la sphère (lx)
ST = L’aire de la surface interne de la sphère (m²)
ρ = Facteur de réflexion de la surface intérieur de la sphère (%)
F = Flux lumineux direct entrant dans la sphère (lm)
Dans le cas d’une pièce cubique avec un facteur de réflexion uniforme sur toutes les surfaces
intérieures (diffuses), la relation 12 pourra être utilisée pour estimer un éclairement indirect
moyen à l’intérieur de la pièce. Elle devient :
1 ρF
Emoy = × (13)
ST 1 − ρ
où :
Emoy = Éclairement indirect moyen à l’intérieur de la sphère (lx)
ST = L’aire totale des surfaces internes de la pièce (m²)
ρ = Facteur de réflexion des surfaces intérieures de la pièce (%)
F = Flux lumineux direct entrant dans la pièce (lm)

II.7.2 Description du cas-test


La géométrie utilisée pour ce cas-test est celle d’une pièce cubique de dimensions
4m×4m×4m (ST = 96 m²). Les surfaces intérieures sont parfaitement diffusantes et
spectralement neutres. Une source lumineuse point est située au centre de la pièce avec un
flux lumineux F de10000lm.
Le facteur de réflexion des surfaces intérieures varie de 0 à 100%.

73
Chapitre II

II.7.3 Solution de référence


La variation de l’éclairement indirect moyen à l’intérieur de la pièce, calculé analytiquement à
l’aide de la relation 13 pour des facteurs de réflexion allant de 0 à100%, est présentée dans le
tableau II.10 ci-dessous.

ρ 0.00 0.05 0.10 0.20 0.30 0.40 0.50 0.60 0.70 0.80 0.90 0.95 1.00

Emoy (lx) 0.00 5.48 11.6 26.0 44.6 69.4 104 156 243 417 937 1979 -

Tableau II.10: Variation de l’éclairement indirect moyen avec le facteur de réflexion

II.8 La composante directe du FJ (FJD) pour une ouverture en toiture non


vitrée (sous les 16 types du ciel général CIE)
Bien qu’il soit recommandé d’utiliser la répartition de luminances d’un ciel couvert pour le
calcul du facteur de lumière de jour, ce dernier reste une information significative et utilisable
pour comparer la performance d’un système d’éclairage naturel sous d’autres types de ciel.
Le cas-test proposé a pour objectif de tester la capacité d’un logiciel à calculer l’éclairement
direct intérieur dû aux différentes conditions de ciel. Les types du "Ciel CIE général" seront
utilisés étant donné que ce modèle a fait l’objet d’une standardisation récente par la CIE [CIE,
2002].
Le cas-test est limité au calcul de la composante directe sans prendre en considération
l’épaisseur de la costière ou la présence d’un vitrage afin d’éviter l’interférence de plusieurs
sources d’erreur.

II.8.1 Référence analytique


Le calcul de la composante directe du facteur de lumière de jour à l’intérieur d’une pièce
consiste à prendre en considération uniquement l’éclairement direct reçu à travers les
ouverture depuis les zones visibles du ciel.
Cet éclairement varie pour un point donné selon la répartition des luminances de la voûte
céleste, et en particulier la zone de la voûte visible depuis ce point. Il existe des algorithmes
pour calculer analytiquement cet éclairement pour un ciel CIE couvert (Ciel CIE Général type
16) ou bien pour un ciel uniforme (Ciel CIE Général type 5) que nous décrivons dans les
paragraphes qui suivent.
Pour les autres types du ciel CIE général, nous utilisons un modèle numérique (Skylux)
développé au sein de notre laboratoire par D. Dumortier et F. Van Roy. La surface de
l’ouverture est subdivisée avec un maillage très fin, et pour chaque maille est calculée une
luminance moyenne qui correspond à la zone du ciel couverte par cette maille pour un point
donné. L’éclairement direct en un point donné est obtenu par intégration des contributions de
chaque maille.
Nous avons validé ce modèle en comparant ses résultats à ceux calculés par les algorithmes
existants pour les ciels couverts et uniformes. En utilisant un maillage assez fin, la précision
des résultas obtenus est à 1/1000 près, ce qui nous permet de les adopter en tant que solution
de référence (voir A.1 et A.2 de l’annexe A).

74
Chapitre II

II.8.1.1 Composante directe sous un ciel CIE type 5 (Uniforme)


La composante directe due à un ciel uniforme est égale à la valeur du facteur de forme qui
peut être calculée par les formules de facteur de forme entre les surfaces de l’ouverture et les
points de mesure (FJD=F12).
Dans le cas d’une ouverture parallèle à la surface réceptrice (point de référence au sol), le
facteur de forme F12 entre la surface réceptrice élémentaire (dS1) représentant le point de
référence et la surface de l’ouverture (S2) à travers laquelle le ciel uniforme est visible, est
donné par la relation 4.
Dans le cas d’une ouverture perpendiculaire à la surface réceptrice (point de référence au
mur), le facteur de forme F12 entre la surface réceptrice (dS1) représentant le point de
référence et la surface de l’ouverture (S2) à travers laquelle le ciel uniforme est visible, est
donné par la relation 5.

II.8.1.2 Composante directe au sol sous un ciel CIE type 16 (Couvert)


La composante directe en un point (d’une surface réceptrice horizontale) sous la projection
verticale d’un coin d’une ouverture horizontale rectangulaire en toiture avec un ciel CIE
couvert, est donnée par la relation suivante[Tregenza, 1993]:

FJD = [1.5z(dsina+csinb)+z π +z(sin2bsinc+sin2asind)


-2z{arcsin(cos α cosa)+arcsin(sin α cosb)}]x100% (14)
où :
1
z = 7π

α = arctan tan a
tan b
les angles a, b et c sont en radians et sont présentés dans la figure II.12

Figure II.12: Calcul de la composante directe sous un ciel CIE


couvert et une ouverture horizontale

75
Chapitre II

II.8.2 Description du cas-test

0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25


A
B
C

3m
D
E 4m
2m
F
2m
G H I J K L M N
0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25
Figure II.13: Description de la géométrie et des points de référence
pour le cas test des FJD avec une ouverture en toiture

La géométrie utilisée pour ce cas-test est celle d’une pièce rectangulaire de 4m×4m×3m, avec
une ouverture centrée en toiture de dimensions variables de 1m×1m ou de 4m×4m. l’épaisseur
de l’ouverture est supposée nulle. Les surfaces intérieures sont des surfaces de Lambert de
couleur noire avec un facteur de réflexion de 0%.
La carte de luminances utilisée pour le calcul de la composante directe est celle des 16 types
du ciel CIE général avec un soleil de luminance nulle à 60° de hauteur en plein Sud.

II.8.3 Solution de référence


La position des points de mesure est décrite dans la figure II.13.

II.8.3.1 Ouverture 1m×1m


Les valeurs de référence complètes pour la variation des FJD au mur et au sol, sous une
ouverture en toiture de 1m×1m et sous les 16 types du Ciel CIE Général, sont présentées dans
les tableaux B.1 et B.2 de l’annexe B.
Une partie de ces valeurs est présentée graphiquement dans la figure II14 pour les ciels CIE
type 1 (couvert), 9 et 12(clair).

5.0 7.0
6.0
4.0
5.0
FJD (%)-

FJD (%)

3.0 4.0
2.0 3.0
2.0
1.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12 CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12


Figure II.14: Variation des FJD sous les ciels CIE types 1, 9 et 12, pour une ouverture en toiture non vitrée de 1m×1m

II.8.3.2 Ouverture 4m×4m


Les valeurs de référence complètes pour la variation des FJD au mur et au sol, sous une
ouverture en toiture de 4m×4m et sous les 16 types du Ciel CIE Général, sont présentées dans
les tableaux B.3et B.4 de l’annexe B.

76
Chapitre II

Une partie de ces valeurs est présentée graphiquement dans la figure II.15 pour les ciels CIE
type 1, 9 et 12.

70.0 50.0
60.0
40.0
50.0
FJD (%)-

FJD (%)
40.0 30.0
30.0 20.0
20.0
10.0 10.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12 CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12
Figure II.15: Variation des FJD sous les ciels CIE types 1, 9 et 12, pour une ouverture en toiture non vitrée de 4m×4m

II.9 FJD pour une ouverture en toiture avec vitrage normal


La présence d’un vitrage sur l’ouverture d’une pièce peut jouer un rôle important sur la
distribution des éclairements à l’intérieur de celle-ci. L’influence des vitrages dits normaux
est limitée à leur transmission directionnelle étant donné que leur influence bidirectionnelle
est négligeable.
L’objectif du cas-test proposé est de tester la capacité d’un logiciel à simuler l’influence d’un
vitrage avec une courbe de transmission donnée sur la répartition des éclairements intérieurs
sous les différents types du ciel CIE général.

II.9.1 Référence analytique


Pour la courbe de transmission, nous utilisons celle du vitrage clair définie par Mitalas et
Arseneault [Mitilas, 1968] [Tregenza, 1993]. Pour le calcul des éclairements directs intérieurs
dus aux luminances d’un ciel à travers ces vitrages, nous avons utilisé le logiciel Skylux (voir
annexe A). La contribution de chaque maille à l’éclairement d’un point donné est corrigée par
le facteur de transmission qui dépend de l’angle d’incidence moyen entre la maille et le point
considéré.
Ce logiciel a été validé en comparant ses résultats à la référence analytique existante pour le
calcul de l’éclairement direct sous un ciel CIE couvert avec un vitrage clair de 6mm
d’épaisseur. (voir A.3 de l’annexe A)

FJD au sol sous un ciel CIE type 16 (couvert) et un vitrage clair de 6mm d’épaisseur :
Pour les points de référence situées au sol, cette composante peut être calculée analytiquement
à partir de la relation 14 après multiplication par la transmission moyenne T définie par la
relation suivante [Mitilas, 1968] [Tregenza, 1987]:

T = 0.623 + 0.3cosb – 0.137cos²b + 0.51cosa – 0.66cosacosb +


0.346cosacos²b – 0.285cos²a+0.427cos²acosb – 0.246cos²acos²b (15)

II.9.2 Description du cas-test


Le scénario utilisé pour ce cas-test est le même que celui utilisé pour le cas-test précédent
(II.8.2), avec la présence d’un vitrage au niveau de la surface de cette ouverture.

77
Chapitre II

II.9.3 Solution de référence


La position des points de mesure est décrite dans la figure II.13.

II.9.3.1 Ouverture 1m×1m avec vitrage clair 6mm


Les valeurs de référence complètes pour la variation des FJD sur le mur et sur le sol, sous une
ouverture en toiture de 1m×1m avec vitrage clair de 6mm et sous les 16 types du Ciel CIE
Général, sont présentés dans les tableaux B.5 et B.6 de l’annexe B.

II.9.3.2 Ouverture 4m×4m avec vitrage clair 6mm


Les valeurs de référence complètes pour la variation des FJD sur le mur et sur le sol, sous une
ouverture en toiture de 4m×4m avec vitrage clair de 6mm et sous les 16 types du Ciel CIE
Général, sont présentés dans les tableaux B.7 et B.8 de l’annexe B.

II.10 La composante directe et la composante réfléchie externe (sol


extérieur) pour une ouverture en façade non vitrée
Ce qui différencie l’influence d’une ouverture en façade par rapport à une ouverture en
toiture, c’est la composante réfléchie externe qui entre en jeu avec une importante influence
sur la composante réfléchie interne à travers la réflexion sur les murs et sur le plafond.
Le but de ce cas-test est de vérifier la capacité d’un logiciel à prendre en considération à la
fois la contribution des luminances du ciel et celles du sol extérieur sur l’éclairement direct à
l’intérieur d’une pièce.

II.10.1 Référence analytique


Pour le calcul des références analytiques nous utilisons le logiciel Skylux qui a été validé en
comparant ses résultats à la solution analytique pour un ciel uniforme et celle pour un ciel CIE
type 16 (couvert), (voir A.4 et A.5 de l’annexe A).

II.10.1.1 Composante directe et composante réfléchie externe sous un ciel CIE type 5
(Uniforme)

P1 S2
S3

Figure II.16: Calcul de la composante directe et la composante réfléchie


externe sous un ciel uniforme et une ouverture en façade

Pour les points de référence situés au sol, c’est uniquement la composante directe qui est prise
en considération et elle est calculée à partir de la relation suivante :

FJD = F12 (16)


où :

78
Chapitre II

FJD = Composante directe (due au ciel)


F12 = facteur de forme entre la surface réceptrice (dS1) représentant le
point de référence et la partie (S2) de l’ouverture à travers
laquelle le ciel uniforme est visible ( voir figure II.16). (pour un
point au sol, S2 est égale à la surface totale de l’ouverture)

Pour les points de référence situés sur le plafond, c’est uniquement la composante réfléchie
externe qui est prise en considération. Nous supposons que la luminance du sol extérieur est
uniforme. La composante réfléchie externe est alors calculée à partir de la relation suivante :

FRE = F13×ρ (17)


où :
FRE = Composante réfléchie externe (due au sol extérieur)
F13 = facteur de forme entre la surface réceptrice (dS1) représentant le
point de référence et la partie (S3) de l’ouverture à travers
laquelle le sol extérieur est visible ( voir figure II.16). (pour un
point au plafond, S3 est égale à la surface totale de l’ouverture)
ρ = Facteur de réflexion uniforme du sol extérieur
Pour les points de référence situés sur le mur en face de l’ouverture, et sachant que la
composante réfléchie interne FRI est nulle, le calcul du facteur de lumière du jour peut être
calculé par la relation suivante :
FJ = FJD+FRE
F12+ F13.ρ (18)

II.10.1.2 Composante directe au sol sous un ciel CIE type 16 (Couvert)


La composante directe en un point de référence (d’une surface réceptrice horizontale) due à
un ciel CIE couvert (ciel CIE général type 16) vu à travers une ouverture rectangulaire en
façade non vitrée dont le coté inférieur est dans le même plan du point de référence, et dont un
coté vertical se situ dans un plan perpendiculaire à l’ouverture et passant par ce point de
référence est donnée par la relation suivante [Tregenza, 1993]:
1.5(b −c cos a) + 2arcsin(sinbsin a) −sin 2asin c
FJD = ×100% (19)

où :

a = arctan H
D

b = arctan W
D

arctan W
c =
H² + D²
les angles a, b et c sont en radians et sont présentés dans la figure II.17, avec
D, H et W

79
Chapitre II

Figure II.17: Calcul de la composante directe sous un ciel CIE


couvert et une ouverture verticale

II.10.2 Description du cas-test


0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25

G' H' I' J' K' L' M' N'


A
B
C

3m
D
E 4m
2m
F
2m
G H I J K L M N
0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25

Figure II.18: Description de la géométrie et des points de référence


pour le cas-test des FJD et de FRE avec une ouverture en façade

La géométrie utilisée pour ce cas-test est celle d’une pièce rectangulaire de 4m × 4m × 3m,
avec une ouverture centrée en façade de dimensions variables de 2m × 1m ou de 4m × 3m
(voir figure II.18). l’épaisseur de l’ouverture est supposée nulle. Les surfaces intérieures sont
des surfaces de Lambert de couleur noire avec un facteur de réflexion de 0%.
La carte de luminances de ciel utilisée pour le calcul de la composante directe est celle des 16
types du Ciel CIE Général avec un soleil de luminance nulle à 60° de hauteur en plein Sud.
Le calcul de la composante réfléchie externe est basé sur une luminance uniforme du sol,
calculée à partir de l’éclairement extérieur horizontal dû au ciel et à un facteur de réflexion
uniforme de 30%.

II.10.3 Solution de référence


La position des points de mesure est décrite dans la figure II.18.

II.10.3.1 Ouverture 2m×1m


Les valeurs de références complètes pour la variation des FJD et des FRE sur le mur, sur le
sol et le plafond, avec une ouverture en façade de 2m×1m non vitrée et sous les 16 types du
Ciel CIE Général, sont présentés dans les tableaux B.9, B.10 et B11 de l’annexe B.
Une partie de ces valeurs est présentée graphiquement dans la figure II.19 pour les ciels CIE
type 1, 9 et 12.

80
Chapitre II

7.0 20.0
6.0
FJD+FRE (% )

5.0 15.0

FJD (%)
4.0
10.0
3.0
2.0 5.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12 CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12


Figure II.19: Variation de FJD+FRE sous les ciels CIE types 1, 9 et 12, pour une ouverture en façade non vitrée de
2m×1m

II.10.3.2 Ouverture 4m×3m


Les valeurs de références complètes pour la variation des FJD et des FRE sur le mur, sur le
sol et le plafond, avec une ouverture en façade de 4m×3m non vitrée et sous les 16 types du
Ciel CIE Général, sont présentés dans les tableaux B.12, B.13 et B14 de l’annexe B.
Une partie de ces valeurs est présentée graphiquement dans la figure II.20 pour les ciels CIE
type 1, 9 et 12.
25.0 70.0
60.0
20.0
FJD+FRE (%)

50.0
FJD (%)

15.0 40.0
10.0 30.0
20.0
5.0
10.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12 CIE-T1 CIE-T9 CIE-T12
Figure II.20: Variation de FJD+FRE sous les ciels CIE types 1, 9 et 12, pour une ouverture en façade non vitrée de
4m×3m

II.11 FJD+FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec vitrage
normal
Le but de ce cas-test est de vérifier la capacité d’un logiciel à calculer correctement le facteur
de lumière de jour sous les 16 types du ciel général CIE avec la présence de différents types
de vitrages.

II.11.1 Référence analytique


Le calcul des valeurs de référence est fait à l’aide du logiciel Skylux. Ce logiciel a été validé
en comparant ses résultats à la référence analytique donnée existante pour le calcul de la
composante directe sous un ciel CIE couvert et un vitrage clair de 6mm d’épaisseur. (voir A.6
de l’annexe A)
FJD au sol sous un ciel CIE type 16 (couvert) et un vitrage clair de 6mm d’épaisseur :
Pour les points de référence situées au sol, cette composante peut être calculée analytiquement
à partir de la relation 19 après multiplication par la transmission moyenne T définie par la
relation 15.

81
Chapitre II

II.11.2 Description du cas-test


Le scénario utilisé pour ce cas-test est le même que celui utilisé pour le cas-test précédent
(II.10.2) avec la présence d’un vitrage au niveau de la surface de l’ouverture.

II.11.3 Solution de référence


La position des points de mesure est décrite dans la figure II.18.

II.11.3.1 Ouverture 2m×1m avec Vitrage clair 6mm


Les valeurs de références complètes pour la variation des FJD et des FRE sur le mur, sur le
sol et le plafond, avec une ouverture en façade de 2m×1m avec vitrage clair de 6mm et sous
les 16 types du Ciel CIE Général, sont présentés dans les tableaux B.15, B.16 et B.17 de
l’annexe B.

II.11.3.2 Ouverture 4m×3m avec Vitrage clair 6mm


Les valeurs de références complètes pour la variation des FJD et des FRE sur le mur, sur le
sol et le plafond, avec une ouverture en façade de 4m×3m avec vitrage clair de 6mm et sous
les 16 types du Ciel CIE Général, sont présentés dans les tableaux B.18, B.19 et B.20 de
l’annexe B.

II.12 FJD+FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une


ouverture en façade non vitrée
Les éléments de façade, type avant toit, peuvent influencer considérablement la répartition des
éclairements à l’intérieur d’un bâtiment. Le but de ce cas-test est de vérifier la capacité d’un
logiciel donné à simuler correctement l’influence d’un masque extérieur (type avant toit) sur
l’éclairement intérieur direct.
Le type de masque et les types de ciel utilisés ont été choisis d’une façon à permettre un
calcul analytique de la solution de référence. Ainsi nous avons utilisé comme masque
extérieur un avant toit d’une longueur infinie et d’une luminance uniforme. Comme type de
ciel nous avons choisi les 16 types du ciel CIE général.

II.12.1 Référence analytique

S4
S3

P1

Figure II.21: Calcul de la composante directe et la composante réfléchie


externe pour une ouverture en façade avec masque horizontal

Le facteur de lumière de jour à l’intérieur d’une pièce noire (0% de réflexion) avec une
ouverture en façade et sous un ciel donné et un avant-toit de luminance uniforme et d’une
longueur infinie est défini par la relation suivante :
FJ = FJD + FRE
où :

82
Chapitre II

FJ = Facteur de lumière de jour


FJD = Composante directe (due au ciel)
FRE = Composante réfléchie externe (due au masque)
= F14×(π.Lob/Ehz) (20)
F14 = Facteur de forme entre le point de référence P1 et la partie de l’ouverture
transmettant le flux lumineux incident du masque (S4), (voir figure II.21).
Lob = Luminance uniforme du masque
Ehz = Eclairement horizontal extérieur
Pour le calcul des valeurs de références de FJD, nous utilisons le logiciel Skylux en prenant
en considération la taille de la partie S3 de l’ouverture par rapport à chaque point de référence
(voir figure II.21).
Pour le calcul des valeurs de référence de FRE, nous pouvons utiliser la référence simplifiée
ci-dessous.

II.12.1.1 Calcul simplifié de FRE


Si nous supposons que le masque et le sol extérieurs sont des surfaces de luminance uniforme,
nous avons pouvons écrire :
Lob = ½ ×(Lsol×ρob)
Lsol = (Ehz ×ρsol)/π (en supposant que Esol = Ehz)

Lsol = Luminance uniforme du sol extérieur
ρob = Facteur de réflexion du masque
ρsol = Facteur de réflexion du sol extérieur
Nous avons alors d’après la relation 20:
FRE = ½ ×(F14×ρsol×ρob) (21)

Certains logiciels permettent l’attribution d’une valeur absolue à Lob. FRE pourra alors être
calculée par rapport à l’Ehz à partir de la relation 20.

II.12.1.2 Calcul de FJD sous un ciel uniforme


En ce qui concerne la composante directe due au ciel, et dans le cas d’un ciel uniforme, elle
est définie par la relation suivante :
FJD= F13
où :
F13 = Facteur de forme entre le point de référence P1 et la partie de l’ouverture
transmettant le flux lumineux incident du ciel (S3), (voir figure II.21)

II.12.1.3 Calcul de FJD sous un ciel CIE couvert


Dans le cas d’un ciel CIE couvert, et pour les points situés au sol, la composante directe est
calculée à l’aide de la relation 19 en prenant en considération la partie S3 de l’ouverture.

83
Chapitre II

II.12.2 Description du cas-test


2
1
0,5

1
1
3

1
Figure II.22: Description de la géométrie pour le cas-test avec masque horizontal

La géométrie utilisée est une pièce rectangulaire de dimensions 4m×4m×3m, avec une
ouverture centrée en façade de 2m×1m de dimensions et à 1m du sol. L’épaisseur de
l’ouverture n’est pas prise en considération, et il n’y a pas de matériau vitré.
Le masque extérieur est un avant toit d’une longueur infinie, d’une hauteur de 3m et d’une
largeur variante entre 0.5m, 1m et 2m.
La luminance du masque est supposée uniforme et due à la luminance uniforme du sol
extérieur.

II.12.3 Solution de référence


Les points de référence sont décrits dans la figure II.23. Les valeurs de référence en FRE sont
calculées à partir de la référence analytique simplifiée décrite en II.12.1.1. Les valeurs de FJD
sont calculées à l’aide de Skylux en prenant en considération la portion de la fenêtre S3 à
partir de laquelle chaque point de référence aperçoit le ciel. L’ensemble des résultats pour les
16 types de ciel et les 3 configurations de masque sont présentées dans les tableaux B21, B22
et B23 de l’annexe B.

4m

2.5
2

2.0
FJD+FRE (%

A B C D E F G H 1.5
4m

1.0

0.5
2

0.0
A B C D E F G H

0.25 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0.25 FJD FRE

Figure II.23: Emplacement des points de référence et présentation des résultats pour un ciel CIE type 1 et un
masque de 2m de largeur

84
Chapitre II

II.13 FJD+FRE (sol extérieur + masque extérieur vertical continu) pour


une ouverture en façade non vitrée

II.13.1 Référence analytique

S4
S3

P1

Figure II.24: Calcul de la composante directe et la composante réfléchie externe


pour une ouverture en façade avec masque vertical

Le facteur de lumière de jour à l’intérieur d’une pièce noire (0% de réflexion) avec une
ouverture en façade et sous un ciel donné et un masque extérieur verticale infini de luminance
uniforme est défini par la relation suivante :
FJ = FJD + FRE
où :
FJ = Facteur de lumière de jour
FJD = Composante directe (due au ciel)
FRE = Composante réfléchie externe (due au masque extérieur)
= F13×(π.Lob/Ehz) (22)
F13 = Facteur de forme entre le point de référence P1 et la partie de l’ouverture
transmettant le flux lumineux incident du masque extérieur (S3), (voir figure
II.24)
Lob = Luminance uniforme du masque extérieur
Ehz = Eclairement horizontal extérieur

Pour le calcul des valeurs de référence de FJD, nous utilisons le logiciel Skylux en prenant en
considération la taille de la partie S3 de l’ouverture par rapport à chaque point de référence
(voir figure II.24).
Pour le calcul des valeur de référence de FRE, nous pouvons utiliser la référence simplifiée
ci-dessous.

II.13.1.1 Calcul simplifié de FRE


Si nous supposons que le masque et le sol extérieurs sont des surfaces de luminance uniforme,
nous pouvons écrire :
Lob = (½ ×Lsol×ρob )+(Ev×ρob/π)
Lsol = ρsol×Ehz/π (en supposant que Esol = Ehz)

85
Chapitre II

Lsol = Luminance uniforme du sol extérieur


ρob = Facteur de réflexion du masque extérieur
Ev = Eclairement vertical du masque extérieur dû au ciel seul
Ehz = Eclairement extérieur horizontal dû au ciel
Nous avons alors à partir de la relation 22 :
FRE = F13×ρob ×((½ ×ρsol)+(Ev/Ehz)) (23)

II.13.1.2 Calcul simplifié de FRE pour un ciel uniforme


Dans le cas d’un ciel uniforme nous avons :
Ehz = π×L
Ev = ½ ×π×L
Et la relation 23 peut s’écrire sous la forme:
FRE = ½ ×F13×ρob ×(ρsol+1) (24)

II.13.1.3 Calcul de FJD sous un ciel uniforme


En ce qui concerne la composante directe due au ciel elle définie par la relation suivante :
FJD = F14 (25)
où :
F14 = Facteur de forme entre le point de référence P1 et la partie de
l’ouverture transmettant le flux lumineux incident du ciel (S4).

II.13.1.4 Calcul de FJD sous un ciel CIE couvert


Dans le cas d’un ciel CIE couvert, et pour les points de mesure situés au sol, la composante
directe est calculée à l’aide de la relation 19.

II.13.2 Description du cas-test

4
1

9
6
1
3

3
1

Figure II.25: Description de la géométrie pour le cas-test avec masque vertical

La géométrie utilisée est une pièce rectangulaire de dimensions 4m x 4m x 3m, avec une
ouverture centrée en façade de 2m x 1m de dimensions et à 1m du sol. L’épaisseur de
l’ouverture n’est pas prise en considération, et il n’y a pas de matériau vitré.
Le masque extérieur est vertical d’une longueur infinie, à 6m de la façade et d’une hauteur
variable de 3m, 6m ou 9m. La luminance du masque extérieur est supposée uniforme.

86
Chapitre II

II.13.3 Solution de référence


La position des points de mesures est décrite dans la figure II.23. Les valeurs de référence en
FRE sont calculées à partir de la référence analytique simplifiée décrite en II.13.1.1. Les
valeur de FJD sont calculées à l’aide de skylux en prenant en considération la portion de la
fenêtre S4 à partir de laquelle chaque point de référence aperçoit le ciel. L’ensemble des
résultats pour les 16 types de ciel et les 3 configurations de masque sont présentées dans les
tableaux B24, B25 et B26 de l’annexe B.

II.14 Autres propositions de cas-test analytiques


Nous proposons de compléter la série de cas-tests analytiques présentés ci-dessus avec des
scénarios liés aux aspects suivants :

II.14.1 La conservation du flux des sources artificielles


Le test de la conservation des flux à travers une ouverture, traité dans II.3, peut être appliqué
aux sources artificielles à travers les scénarios proposés avec sources ponctuelles ou
surfaciques (II.1 et II.2).

II.14.2 Les taches solaires


Pour valider la capacité d’un logiciel à calculer les taches solaires, nous proposons de
développer un cas-test basé sur le scénario suivant :
Une pièce carrée est éclairée par le soleil à travers une ouverture rectangulaire en façade et
suivant une direction donnée.
La solution de référence est définie par la forme géométrique de la tache solaire sur les parois
intérieures de la pièce. Cette forme est le résultat de la projection parallèle de l’ouverture sur
les parois dans la direction du soleil.
Pour faciliter la comparaison d’une solution simulée à cette référence, la description du
scénario peut se faire de façon à diviser la paroi en deux surfaces : l’une correspond à la tache
solaire, et l’autre à la partie restante de la paroi. La vérification des solutions simulées peut se
faire à partir des valeurs statistiques de l’éclairement direct reçu sur les deux parties de la
paroi. En effet, l’éclairement direct sur la surface correspondant à la tache solaire doit avoir
un éclairement égal à l’éclairement direct théorique (avec une tolérance liée à l’effet de
réfraction de la lumière sur les bords de l’ouverture). L’éclairement direct sur l’autre partie de
la paroi (hors projection géométrique de la tache) doit être égal à zéro (avec une tolérance liée
à la réfraction).

II.14.3 La réflexion spéculaire


Pour valider la capacité d’un logiciel à traiter les réflexions spéculaires, nous proposons de
développer un cas-test basé sur le scénario suivant :
Une surface horizontale 100% spéculaire reçoit le rayonnement solaire avec un angle
d’incidence donné. Le flux lumineux reçu est réfléchi dans la direction d’une surface verticale
(protégée du rayonnement direct).
La solution de référence est définie par la géométrie de la tache réfléchie sur la surface
verticale. La vérification des résultats d’une simulation peut se faire de la même façon que
pour le cas-test des taches solaires (II.14.2).

87
Chapitre II

II.14.4 La transmission à travers un vitrage 100% diffusant


Pour valider la capacité d’un logiciel à simuler un vitrage parfaitement diffusant, nous
pouvons utiliser un cas-test théorique où la solution de référence est calculée par les formules
de facteur de forme.

II.14.5 La transmission à travers des matériaux bidirectionnels


Pour valider la capacité d’un logiciel à traiter les fonctions de transmission bi-directionnelles
des matériaux (BTDF), nous proposons de développer un cas-test basé sur le scénario
suivant :
Une pièce carrée reçoit le rayonnement solaire (avec un angle d’incidence donné) à travers
une ouverture rectangulaire munie d’un vitrage à aspect diffusant et décrit par une fonction
BTDF théorique.
La solution de référence est calculée par une approche d’élément fini (Skylux). En effet, nous
pouvons utiliser la fonction BTDF théorique (associée au rayonnement solaire) pour calculer
la luminance moyenne d’une maille de l’ouverture perçue par un point de référence donné.
Nous pouvons ainsi calculer la contribution de chaque maille à l’éclairement direct de ce
point.

II.14.6 La réflexion sur des matériaux bidirectionnels


Pour valider la capacité d’un logiciel à traiter les fonctions de réflexion bi-directionnelles des
matériaux (BRDF), nous proposons de développer un cas-test basé sur le scénario suivant :
Une surface opaque horizontale avec un aspect satiné décrit par une fonction BRDF théorique
reçoit le rayonnement solaire avec un angle d’incidence donné. Une partie du flux lumineux
réfléchi est reçue par une surface verticale (protégée du rayonnement direct).
La solution de référence est calculée de la même façon que pour le cas-test II.14.4.
Le scénario peut également être défini avec une surface opaque de très petite dimension par
rapport à la surface réceptrice (distance >> 5 × la taille de l’échantillon). La solution de
référence est alors calculée comme pour une source ponctuelle ayant une distribution
d’intensités équivalente à la fonction BRDF associée au rayonnement solaire.

II.14.7 Calcul spectral


Pour valider la capacité d’un logiciel à simuler l’aspect spectral de la propagation de la
lumière, nous proposons deux cas-tests basés sur les scénarios suivants :

II.14.7.1 Scénario A
Une source lumineuse caractérisée par un spectre donné (continu, théorique ou non) éclaire
d’une façon homogène une surface de Lambert caractérisée par son absorption spectrale
(palette de couleurs standards de la CIE).
La solution de référence est alors la couleur apparente de la surface horizontale (caractérisée
par le spectre résultant de la lumière réfléchie).

II.14.7.2 Scénario B
Une source lumineuse caractérisée par un spectre discontinu éclaire d’une façon homogène
une surface de Lambert ayant une absorption sélective inverse à la source (spectre discontinu
inverse).

88
Chapitre II

Une partie de la lumière réfléchie par cette surface est reçue sur une surface verticale
spectralement neutre. La valeur de référence est un éclairement = 0 sur la surface verticale
et/ou une luminance = 0 de la surface horizontale.
Nous notons que les scénarios A et B peuvent être appliqués à des logiciels utilisant une
représentation à 3 composantes de la couleur (RGB, XYZ, etc.), cependant il faut prendre en
considération les réserves mentionnées dans I.1.5.

II.14.8 Calcul de l’éclairement extérieur


Pour valider la capacité d’un logiciel à calculer l’éclairement extérieur sous différents types
de ciels, nous proposons d’adapter les cas-tests liés au sujet et présentés dans [Maamari,
2000], aux différents types du ciel CIE général.
Ces cas-tests définissent alors des solutions de référence en éclairement direct calculées en
fonction du type de ciel utilisé, d’une valeur donnée de Lz, de la position du soleil et de
l’orientation des surfaces réceptrices. Nous pouvons utiliser en particulier la variation de
l’éclairement horizontal et vertical (pour différentes orientations) et le rapport entre les deux
[Love, 1990].

II.14.9 Variation horaire et saisonnière de l’éclairement extérieur


Pour valider la capacité d’un logiciel à prendre en considération les références existantes sur
la variation horaire et saisonnière de l’éclairement extérieur [IESNA, 1984] nous proposons
d’utiliser le cas-test correspondant décrit dans [Maamari, 2000].

II.14.10 La fuite de lumière


Pour traiter le problème de fuite de lumière dû aux techniques d’interpolation, nous proposons
un cas-test basé sur le scénario suivant :
Un soleil éclaire une boîte carrée vide (4 coté verticaux et coté supérieur) positionnée sur une
surface horizontale plus grande.
La valeur de référence est un éclairement nul en dessous de la boîte, et une absence de faux
ombre sur la surface horizontale du coté extérieur de la boîte.

Conclusions
Les cas-tests proposés dans ce chapitre couvrent un domaine assez large de la propagation de
la lumière. Ils peuvent être utilisés pour tester un logiciel donné ou pour comparer un nombre
de logiciels, par rapport à un aspect donné de la propagation de la lumière ou par rapport aux
différents aspects traités.
Dans une perspective de certification des logiciels selon leurs domaines d’application, les cas-
tests proposés peuvent être classés selon les critères suivants : lumière naturelle / artificielle,
éclairement direct / indirect, transmission directionnelle / bi-directionnelle, réflexion diffuse /
spéculaire / bi-directionnelle, aspect spectral / non.
Selon les exigences propres à un domaine d’utilisation donné, on s’intéresse à la précision du
logiciel avec les cas-tests d’une ou de plusieurs des catégories ci-dessus. Par exemple, pour la
simulation de scénarios classiques d’éclairage artificiel, on s’intéresse plutôt aux cas-tests liés
à la lumière artificielle, à l’éclairement direct et aux réflexions diffuses. Le tableau II.11
présente le classement des cas-tests proposés avec référence analytique par rapport aux
critères listés ci-dessus.

89
Chapitre II

Référence Thème Art Nat Direct Ind. BRDF BTDF Spectr


II.3 Conservation des flux à travers les ouvertures x x x
II.8 FJD, ouverture en toiture, sans vitrage x x
II.9 FJD, ouverture en toiture, vitrage clair x x x*
FJD+FRE, sol extérieur sans obstruction,
II.10 x x
ouverture en façade, sans vitrage
FJD+FRE, sol extérieur sans obstruction,
II.11 x x x*
ouverture en façade, vitrage clair
FJD+FRE, sol extérieur + obstruction
II.12 horizontale continue, ouverture en façade, sans x x
vitrage
FJD+FRE, sol extérieur + obstruction verticale
II.13 x x x*
continue, ouverture en façade, sans vitrage
II.14.2 Taches solaires x x
II.14.3 Réflexions spéculaires x x x
II.14.5 Transmission bidirectionnelles x x
II.14.6 Réflexion bidirectionnelles x x x
II.14.7 Calcul spectral x x x x x
II.14.8-9 Calcul de l’éclairement extérieur x x
II.14.10 Fuite de lumière x x x x
Tableau II.11: Classement des cas-test proposés avec référence analytique (* : transmission directionnelle du vitrage)

Cependant, il est important dans l’esprit de la méthodologie de validation proposée, de


compléter ce travail par des scénarios plus réalistes et traitant d’autres aspects de la
propagation de la lumière. Mais pour lesquels il est difficile de définir une référence
analytique. D’où le besoin de créer et d’utiliser des références expérimentales, un sujet que
nous traitons dans le chapitre suivant.

Références bibliographiques
CIE. Spatial distribution of daylight - CIE standard general sky. Vienne: Commission
Internationale de l'Eclairage, 2002, 7 p.

HOPKINSON R. G., PETHERBRIDGE, P., LONGMORE, J. Daylighting. William


Heinneman Ltd. London., 1966.

IESNA. Calculation of daylight availability. IES-RP-21. New York: IIlluminating


engineering Society of North America, 1984, 9 p.

LOVE J. A. The vertical-to-horizontal illuminance ratio: Development of a new indicator of


daylighting performance. Michigan: University of Michigan, 1990.

MAAMARI F. Protocoles de tests de logiciels de simulation d ’éclairage. DEA en Génie


Civil. Vaulx en Velin - Lyon: ENTPE, 2000, 47 p.

MITILAS G. P., ARSENEAULT, J.G. Fortran IV program to calculate absorption and


transmission of thermal radiation by single and double glazed windows. Ottawa: National
Research Council, 1968.

TREGENZA P. Daylighting algorithms. ETSU S 1350. UK Department of Trade and


Industry on behalf of the Energy Technology Support Unit, 1993, 43 p.

TREGENZA P. R. Subdivision of the Sky Hemisphere for Luminance Measurements. Lighting


Research & Technology, 1987, vol. 1, n°19, pp. 13-14.

90
Chapitre III

Chapitre III

Cas-tests avec références expérimentales

Résumé
Il est légitime de vouloir comparer des résultats de simulation à des valeurs de référence
mesurées lors d’expérimentations, mais cette tâche n’est pas sans difficultés. Nous nous
intéressons dans ce chapitre à l’identification des limites et des potentiels de ce type de
références.
Ainsi nous commençons par identifier les sources d’erreurs liées aux références
expérimentales puis nous cherchons à définir un cahier de charges à respecter pour minimiser
les incertitudes liées aux scénarios expérimentaux et à leurs simulations. Ce cahier des
charges traite à la fois du choix des scénarios, de leur description, ainsi que des précautions
liées aux protocoles.
Ensuite nous nous intéressons à l’un des obstacles majeurs à la création de références
expérimentales fiables en éclairage naturel qui est la description des champs de luminances
réels. Nous proposons dans ce cadre l’utilisation des photos numériques étalonnées en
luminances avec un champ de vision de 180 degrés pour une description précise du champ de
luminances externe à l’ouverture. Nous validons cette méthode à travers une série de mesures
d’éclairement à l’intérieur d’une maquette à échelle réduite que nous comparons à des
simulations numériques exploitant les mêmes données de luminance.
Comme exemple d’application de ce concept, nous présentons des cas-tests basés sur des
mesures expérimentales que nous avons réalisées avec des scénarios simples, et où nous
utilisons des cartes de luminances réelles.
Nous présentons également une analyse critique d’un cas-test expérimental fiable en lumière
artificielle. Ce cas-test a été défini en se basant sur des travaux expérimentaux réalisés par le
CIBSE en Grande Bretagne. Le choix du scénario et le protocole conduit sont d’un rigoureux
exemplaire. Cependant, et malgré toutes les précautions prises, l’estimation des erreurs
potentielles restantes dépasse la marge de +/- 10% pour les éclairements ponctuels.
A la fin de ce chapitre, nous concluons sur les limites de la validation par expérimentation des
logiciels physiques et sur les moyens d’amélioration de la fiabilité des références
expérimentales. Nous avons également tracé quelques perspectives pour la création de cas-
tests expérimentaux fiables et utiles à la validation des logiciels de simulation de l’éclairage.

91
Chapitre III

92
Chapitre III

Table de matières
Introduction ........................................................................................................................................ 95
III.1 Définition d’un cahier de charges pour optimiser la fiabilité des références
expérimentales.......................................................................................................................... 96
III.1.1 Recommandations pour le choix et la description des scénarios ......................................... 96
III.1.1.1 Recommandations liées à la Géométrie ....................................................................... 96
III.1.1.2 Recommandations liées aux matériaux ........................................................................ 97
III.1.1.3 Recommandations liées aux sources de lumière (naturelles et artificielles) ................ 97
III.1.1.4 Recommandations liées aux points de mesure............................................................. 98
III.1.2 Précautions liées au protocole expérimental ........................................................................ 99
III.1.2.1 Précautions générales ................................................................................................... 99
III.1.2.2 Précautions liées aux scénarios de lumière artificielle................................................. 99
III.1.2.3 Précautions liées aux scénarios de lumière naturelle ................................................. 100
III.1.3 Recommandations liées à l’estimation des erreurs............................................................. 100
III.1.3.1 Les sources d’erreurs objectives ................................................................................ 101
III.1.3.2 Les sources d’erreurs subjectives............................................................................... 102
III.1.4 Recommandations liées à la présentation des mesures ...................................................... 102
III.2 Description des champs de luminances réels en éclairage naturel ...................................... 104
III.2.1 Introduction ........................................................................................................................ 104
III.2.2 Méthodologie proposée pour la description et l’utilisation des cartes de luminances
réelles ................................................................................................................................ 105
III.2.2.1 La photo numérique calibrée...................................................................................... 105
III.2.2.2 L’étalonnage du Nikon Coolpix 990......................................................................... 106
III.2.2.3 La création des cartes de luminances (Photolux) ....................................................... 106
III.2.2.4 Etude de sensibilité .................................................................................................... 108
III.2.2.5 Utilisation des cartes de luminances dans la simulation ............................................ 110
III.2.3 Protocole expérimental de validation................................................................................. 111
III.2.3.1 Description de la maquette et du dispositif expérimental .......................................... 111
III.2.3.2 Protocole expérimental dans le ciel artificiel ............................................................. 119
III.2.3.3 Protocole expérimental sous un ciel réel.................................................................... 123
III.2.4 La simulation numérique des scénarios avec le logiciel Radiance..................................... 125
III.2.5 Comparaison maquette – simulation pour les scénarios du ciel artificiel .......................... 125
III.2.5.1 Ciel artificiel, Ouvertures en toiture........................................................................... 126
III.2.5.2 Ciel artificiel, Ouvertures en façade........................................................................... 127
III.2.5.3 Analyse des résultats et des erreurs de champ proche ............................................... 127
III.2.6 Comparaison maquette – simulation pour les scénarios du ciel réel.................................. 130
III.2.6.1 Ciel extérieur, couvert, Ouvertures en toiture ............................................................ 130
III.2.6.2 Ciel extérieur, clair, Ouvertures en façade................................................................. 131
III.2.6.3 Utilisation d’une seule photo en mode de vitesse automatique "A" .......................... 131
III.2.7 Etude dynamique sous un ciel réel variable ....................................................................... 132
III.2.7.1 Ouverture en toiture de 20cm×20cm.......................................................................... 132
III.2.7.2 Etude dynamique, ciel extérieur intermédiaire, ouverture en façade de 80cm×60cm 135
III.2.7.3 Analyse des erreurs de saturation du scénario dynamique avec ouverture en toiture.136
III.2.8 Conclusions et perspectives pour les cartes de luminances réelles .................................... 137
III.2.8.1 Conclusions générales................................................................................................ 137
III.2.7.2 Perspectives................................................................................................................ 138
III.3 Exemples de cas-tests en lumière naturelle avec utilisations des cartes de luminances
réelles....................................................................................................................................... 138
III.3.1 Eclairage intérieur sous une ouverture en toiture et un ciel extérieur nuageux.................. 139
III.3.1.1 Description de la géométrie ....................................................................................... 139
III.3.1.2 Photométrie des matériaux......................................................................................... 139
III.3.1.3 Description du champ de luminances externe à l’ouverture ...................................... 139
III.3.1.4 Les valeurs de référence............................................................................................. 139

93
Chapitre III

III.3.2 Simulation de la transmission bidirectionnelle des matériaux ........................................... 140


III.3.2.1 Introduction................................................................................................................ 140
III.3.2.2 Description du scénario.............................................................................................. 141
III.3.2.3 Mesures de référence.................................................................................................. 142
III.4 Exemple de cas-tests en lumière artificielle ........................................................................... 143
III.4.1 Introduction ........................................................................................................................ 143
III.4.2 Description du scénario..................................................................................................... 143
III.4.2.1 La géométrie .............................................................................................................. 143
III.4.2.2 Photométrie des matériaux......................................................................................... 143
III.4.2.3 La position des luminaires ........................................................................................ 144
III.4.2.4 La photométrie des luminaires .................................................................................. 144
III.4.2.5 Les points de mesure................................................................................................. 144
III.4.3 Les mesures de référence .................................................................................................. 144
III.4.3.1 Estimation des erreurs ................................................................................................ 144
III.4.3.2 Valeurs d’éclairements ponctuels .............................................................................. 144
III.4.3.3 Valeurs d’éclairement moyen .................................................................................... 145
III.4.4 Analyse critique du protocole ............................................................................................ 145
III.5 Autres propositions de cas-tests avec référence expérimentale........................................... 145
III.5.1 Transmission bidirectionnelle ............................................................................................ 145
III.5.2 Réflexion bidirectionnelle .................................................................................................. 146
III.5.3 Qualité spectrale des sources.............................................................................................. 146
III.5.4 Le photo-réalisme (des images de synthèse)...................................................................... 146
III.5.5 Les cartes de luminances.................................................................................................... 146
III.5.6 Les scénarios de la tâche 21 de l’IEA ................................................................................ 146
Conclusions ....................................................................................................................................... 147
Références bibliographiques ........................................................................................................... 148

94
Chapitre III

Introduction
Dans la suite du chapitre II de ce travail, et toujours dans le cadre de la méthodologie de
validation des logiciels de simulation de l’éclairage identifiée à la fin du chapitre I, il paraît
nécessaire d’aller au-delà des cas-tests à référence analytique afin de mieux couvrir tous les
aspects de la propagation de la lumière. D’où l’intérêt de l’utilisation des références
expérimentales. Cependant, l’utilisation de ce type de références pour la validation n’est pas
sans problèmes et nécessite énormément de précautions.
En effet le problème majeur de l’utilisation des mesures expérimentales en tant que références
de validations vient des incertitudes liées à la description des scénarios. Ceci inclut en
particulier la mesure des données photométriques des surfaces et leur prise en considération
dans la simulation numérique. Ainsi nous trouvons des incertitudes inévitables liées à la
définition du facteur de réflexion et de son homogénéité, à la mesure des réflexions
bidirectionnelles des matériaux et à la possibilité de leur simulation, à la mesure des valeurs
d’éclairement sur les points de mesure, etc.
A noter également l’importance des incertitudes liées à la description des sources lumineuses.
Pour les scénarios de lumière artificielle, la description de la source se fait à travers des
mesures goniophotométriques, et nécessite des expérimentations à échelle réelle. Ainsi une
première source d’erreurs dans ce genre de scénarios vient de la différence entre les mesures
goniophotométriques et le comportement réel des luminaires après installation (Etat des
matériaux, position exacte, source électrique, etc.). [CIE, 1996]
Pour les scénarios de lumière naturelle, les expérimentations peuvent se dérouler dans des
cellules de test ou bien dans des maquettes à échelle réduite souvent placées sous des ciels
artificiels. La description de la source de lumière porte surtout sur le champ de luminances
externes à l’ouverture. Cependant, on se contente souvent de décrire ce champ de luminances
à travers des modèles de ciel standards et une simplification de l’environnement urbain par
des surfaces de luminance uniforme et supposées dans un champ lointain. Ce qui introduit des
sources d’erreurs importantes. [Mardaljevic, 2002] [Mardaljevic, 2002]
Le cumul de toutes ces erreurs risque de conduire à des travaux de validation peu concluants à
cause d’une marge d’incertitude trop importante et difficilement quantifiable. L’utilité d’un
travail de validation peut également être affectée par l’interaction entre différentes sources
d’erreurs dans des scénarios à multiples paramètres où l’identification des points de faiblesse
d’un logiciel devient presque impossible. [Maamari, 2002]
En prenant en compte tous les points évoqués ci-dessus ainsi que les coûts élevés d’un travail
expérimental, il est indispensable d’être prudent lors de la création et/ou la sélection de
références expérimentales destinées à la validation des logiciels.
La première partie de ce chapitre sert à définir un cahier de charges à respecter pour
minimiser les incertitudes d’une référence expérimentale. Dans la deuxième partie nous
proposons quelques exemples de références fiables répondant à ce cahier de charges.

95
Chapitre III

III.1 Définition d’un cahier de charges pour optimiser la fiabilité des


références expérimentales
Dans l’objectif de mieux garantir la fiabilité des références expérimentales dans la validation
des logiciels, nous proposons une série de recommandations à respecter lors de la conduction
de mesures expérimentales. Le respect de ces précautions est important puisqu’il permet de
minimiser les sources d’erreurs et les incertitudes dans les données obtenues, et ainsi
d’améliorer leur utilité et leur fiabilité.
Les recommandations proposées traitent du choix de scénarios adaptés à des travaux de
validation dans l’esprit de la méthodologie proposée (configuration simple, mise en valeur
d’un aspect particulier de la propagation de lumière, etc.), de la description de ces scénarios,
de l’estimation des erreurs potentielles et de la présentation des données de référence. Ces
recommandations sont issues en grande partie des références suivantes : [IESNA, 1993] [CIE,
1996] [Slater, 2002] [Maamari, 2003]

III.1.1 Recommandations pour le choix et la description des scénarios


Le choix préalable et réfléchi des scénarios destinés à la création de références expérimentales
est d’une grande importance puisqu’il permet d’éviter certaines sources d’erreurs liées à la
configuration choisie.
Les recommandations ci-dessous sur le choix des scénarios sont en relation avec la géométrie,
les matériaux choisis, les sources de lumière, ainsi que les points de mesure. Ces
recommandations ont pour objectifs de limiter les paramètres qui entrent en jeu dans un
scénario ainsi que les erreurs liées à ces paramètres. Elles sont proposées sous forme de choix
à appliquer de préférence et selon les objectifs à atteindre, et en particulier selon l’aspect de la
propagation de lumière à mettre en valeur.
Ainsi les cas-tests avec une configuration simple sont à privilégier avant de passer, si
nécessaire, à des degrés de complexité plus élevés où il devient plus difficile d’identifier les
sources d’erreurs introduisant les différences entre la simulation et les mesures de référence
[Maamari, 2002].
La description d’un scénario est de la même importance que son choix car elle permet aux
éventuels testeurs de le reprendre avec fidélité dans un logiciel de simulation. Ainsi une
description complète et détaillée doit être faite et donnée pour tous les éléments et les
paramètres du scénario. Cependant, il est important de préciser la marge de précision dans les
valeurs attribuées à chacun de ces paramètres, et si possible l’influence de cette marge sur les
résultats de la simulation. Nous avons inclus dans les recommandations ci-dessous des
conseils pour une meilleure description des différents éléments d’un scénario.

III.1.1.1 Recommandations liées à la Géométrie


- Utiliser des configurations géométriques simples (pièce rectangulaire, sans obstruction
interne).
- Pour des scénarios de lumière naturelle, utiliser une seule ouverture par test.
- Si nécessaire, introduire une étude de sensibilité sur l’influence d’un certain paramètre
à mettre en valeur, i.e. la dimension ou l’épaisseur des ouvertures.
- Les dimensions sont à mesurer avec une tolérance inférieure à 0.2%.
- Inclure une description détaillée et complète de la géométrie testée afin de garantir sa
reproduction fidèle dans la simulation. Ceci comprend entre autres la position et
l’épaisseur des ouvertures, la position des luminaires etc.
- Il est préférable de fournir un fichier DAO de cette géométrie.

96
Chapitre III

III.1.1.2 Recommandations liées aux matériaux


- Utiliser de préférence des surfaces de couleur noire (facteur de réflexion <5%) pour
limiter le scénario à l’aspect direct de la propagation de la lumière et pour éviter
l’erreur liée à l’aspect indirect à travers les inter-réflexions internes.
- Si nécessaire, introduire une étude de sensibilité sur l’influence du facteur de réflexion
des surfaces internes. Il est alors conseillé d’inclure un test avec des surfaces noires
afin de séparer l’erreur du calcul direct de celle du calcul des inter-réflexions.
- Utiliser de préférence les couleurs spectralement neutres pour éviter les erreurs liées à
l’absorption sélective des surfaces en particulier lors de l’utilisation de surfaces avec
un facteur de réflexion > 5%.
- Utiliser de préférence des matériaux avec un type de réflexion diffus puisque la
majorité des logiciels existants ne sont pas capable de prendre en considération les
réflexions bidirectionnelles.
- La photométrie des matériaux utilisés doit être mesurée avec un maximum de
précision et incluse dans la description du scénario.
- Le facteur de réflexion est à mesurer à l’aide d’une sphère intégratrice ou bien à l’aide
d’un échantillon standard. La précision de ces mesures doit être estimée et notée.
[CIE, 1998]
- Lorsque les surfaces utilisées sont supposées avoir une réflexion diffuse, cette
hypothèse doit être justifiée à travers des mesures goniophotométriques sur un
échantillon du matériau utilisé. La variation des luminances de l’échantillon (exposé à
une source de lumière), mesurées sous un angle d’incidence variant de –90+ à + 90- ne
doit pas dépasser les 10%.
- Il est également conseillé de réaliser des mesures goniophotométriques complètes afin
de caractériser la bidirectionalité de la réflexion du matériau (BRDF), et ceci afin de
permettre aux logiciels capables de la prendre en compte de réduire leurs erreurs de
simulation.
- Si nécessaire, effectuer des mesures spectrales sur le matériau utilisé (en particulier
s’il n’est pas spectralement neutre) afin de tester la capacité d’un logiciel à simuler
l’aspect spectral de la propagation de la lumière.

III.1.1.3 Recommandations liées aux sources de lumière (naturelles et artificielles)


- Pour un scénario avec lumière artificielle, utiliser de préférence un nombre réduit de
luminaires.
- La distance entre les points de mesure et les luminaires doit respecter la loi des 5×,
afin de réduire les erreurs liées au champ proche.
- Le choix des luminaires doit prendre en considération l’objectif du scénario
expérimental. Par exemple, si l’objectif est de tester le calcul de l’éclairement direct
sous un luminaire de petites dimensions, il est alors préférable d’éviter les
photométries à grande directionnalité afin d’éviter les erreurs liées à la précision de
l’orientation du luminaire.
- En général, il est préférable d’éviter les luminaires munis d’optiques avec des surfaces
hautement spéculaires car leur performance est trop sensible à la position exacte de la
lampe dans le luminaire. Ce genre de luminaire peut alors présenter des différences de
performance très importantes entre les mesures au laboratoire et celles de
l’installation.
- La photométrie doit être mesurée séparément pour chaque luminaire utilisé. Pour
minimiser les erreurs d’interpolation, les pas de mesures goniophotométriques doivent
être choisis selon la particularité du luminaire testé. En général, les angles verticaux

97
Chapitre III

doivent être mesurés avec un pas variant de 1 à 5° et les angles horizontaux avec un
pas de 5 à 15°. Une meilleure précision peut être nécessaire dans le cas d’une variation
rapide des intensités mesurées. Aucune symétrie ne doit être supposée dans la
photométrie mesurée pour éviter les erreurs correspondantes. Les mesures de
photométrie doivent être réalisées dans des laboratoires certifiés, et si possible dans
des conditions qui s’approchent des conditions expérimentales après l’installation
(puissance électrique, température, etc.).
- Fournir les mesures photométriques du luminaire sous forme de fichier électronique
dans l’un ou plusieurs des formats standardisés (IES, TM-14, EULUMDAT, LTL-I,
CIE…).
- La position et l’orientation de chaque luminaire doivent être clairement identifiées de
façon à bien positionner les photométries correspondantes dans la simulation. Une
illustration DAO pourra être fournie pour cette information.
- Dans le cas où le fichier photométrique décrit des intensités relatives par rapport à un
flux de référence (une valeur de 1000 lm est généralement utilisée), il faut donner
également la valeur absolue du flux à associer au luminaire dans la simulation.
- Pour un scénario avec lumière naturelle, s’assurer qu’il existe un rapport d’échelle
suffisamment important entre la pièce testée (ou maquette) et le champ des luminances
externes (ciel extérieur + environnement urbain ou ciel artificiel), et ceci afin d’éviter
les erreurs liées au champ proche.
- Pour un scénario réel, éviter les champs de luminances trop complexes (végétation,
contrastes importants, etc.) à moins qu’il soit possible de créer une carte de
luminances précise de ce champ, en même temps que les mesures d’éclairement à
l’intérieur de la pièce/maquette.
- Il est important de pouvoir décrire avec précision le champ de luminances externe en
même temps que les mesures, aussi bien pour un ciel artificiel que pour un ciel réel.

III.1.1.4 Recommandations liées aux points de mesure


- La sélection des points de mesure doit se faire selon les objectifs. Leur disposition doit
servir à mettre en valeur l’aspect qu’on cherche à tester dans un scénario. Par exemple,
un axe de mesure perpendiculaire à une ouverture en façade permettrait de vérifier
l’entrée de la lumière en profondeur dans la pièce, et si besoin de vérifier l’influence
d’un matériau vitré.
- Pour des mesures d’éclairement, éviter les points de mesure exposés avec un angle
rasant à la source principale de lumière (i.e. luminaire ou fenêtre) afin d’éviter les
erreurs liées à la correction de cosinus des capteurs.
- Eviter de positionner les points de mesure près des lignes d’ombre où une faible
variation dans la position du capteur peut entraîner un changement important des
éclairements reçus.
- Eviter de prendre des mesures de référence dans des zones ou des scénarios à faible
niveau d’éclairements, et dans tous les cas respecter le domaine d’application (marge
mesurable) des capteurs.
- Si possible, prendre suffisamment de points de mesure afin de pouvoir calculer
l’éclairement moyen. Un maillage régulier doit être utilisé dans ce cas.
- Garantir une répétitivité précise des points de mesure.
- La position des capteurs doit être mesurée et décrite en détail et avec une tolérance
inférieure à 0.2% y compris par la hauteur de la surface supérieure des capteurs.
- Pour des mesures de luminance, il est préférable d’utiliser un luminance-mètre, avec
une description précise de la position et de l’angle d’ouverture utilisés. Si possible,
utiliser un luminance-mètre avec un champ de vision hémisphérique et continu.

98
Chapitre III

- En cas d’utilisation d’un luminance-mètre, éviter les zones exposées à des réflexions
spéculaires non contrôlées. Il est important de décrire avec précision la position du
luminance-mètre ainsi que le point mesuré en particulier si l’aspect spéculaire des
matériaux fait partie des cibles du scénario.

III.1.2 Précautions liées au protocole expérimental


La rigueur dans la définition et l’application d’un protocole expérimental joue un rôle
primordial sur la limitation des marges d’erreurs dans les mesures de référence. Nous listons
ci-dessous les importantes règles à respecter dans une expérimentation, en particulier si elle
est dédiée à la validation des logiciels. [Slater, 2002]

III.1.2.1 Précautions générales


- Tous les capteurs de mesure doivent être calibrés par leur constructeur. Cette
calibration ne doit pas dater de plus de 6 mois avant la date des mesures. [CIE, 1987]
- L’erreur absolue des capteurs donnée par le constructeur doit être notée ainsi que la
gamme des éclairements à laquelle cette erreur est appliquée.
- Si une série de capteurs est utilisée, il est conseillé de comparer chacun de ces capteurs
à un capteur de référence. La variation sera alors notée en %, et un facteur de
correction sera appliqué aux mesures de chaque capteur afin d’avoir une référence
unique de calibration.
- Il est conseillé de pouvoir prendre plusieurs mesures avec différents capteurs pour une
seule valeur de référence.
- Il est important de maintenir l’état des matériaux dans des conditions proches de celles
des mesures photométriques (propreté, facteur de réflexion, aspect mat de la peinture,
etc.). Si une variation considérable est observée, il est conseillé de rafraîchir la
peinture et/ou de mesurer à nouveau le facteur de réflexion.

III.1.2.2 Précautions liées aux scénarios de lumière artificielle


- Pour les scénarios de lumière artificielle, il est conseillé d’utiliser une alimentation
électrique stabilisée et de maintenir un voltage égal à celui utilisé lors des mesures de
laboratoire.
- La variation du flux sortant des luminaires doit être observée pendant la période de
mesures, en particulier en cas d’absence de régulateur. Un capteur doit alors être
utilisé en une position fixe dans la pièce pendant toute la durée du test, et une mesure
sera enregistrée en parallèle à chaque mesure de référence dans un même scénario. La
position de ce capteur ne doit pas être affectée par le déplacement des autres capteurs
et ne doit pas créer un masque sur ceux-ci non plus.
- Le transport et l’installation des luminaires doivent se faire avec soin afin d’éviter un
changement de performance par rapport aux mesures de laboratoire. Deux aspects sont
à observer en particulier : la position de la lampe et la propreté des surfaces de
l’optique.
- Avant de prendre les mesures de référence, les luminaires doivent être préchauffés
jusqu’à la stabilisation de leur flux. Ceci peut être vérifié lorsque la variation des
éclairements en dessous du luminaire est inférieure à 2% (voire à 1%) dans un
intervalle de temps de 10 minutes.
- La température de la pièce doit être contrôlée pour être égale à celle utilisée pendant
les mesures de laboratoire. La température standard est en général de 20 à 25°C. Si la
température pendant la période de test est différente de celle des mesures de

99
Chapitre III

laboratoire, les variations de performance des luminaires doivent être prises en


considération.
- Les lampes et les ballasts doivent être vieillis pour une durée correspondante au type
de lampes utilisé. En général, cette durée est de 0.5 à 1% de la durée de vie de la
lampe.
[IESNA, 1998] [IESNA, 1998] [IESNA, 1999] [IESNA, 2000] [Ashdown, 2001]

III.1.2.3 Précautions liées aux scénarios de lumière naturelle


- Pour un scénario de lumière naturelle, il est important d’observer la variation du
champ de luminances externe à l’ouverture. Celui-ci peut en effet changer
brusquement, en particulier dans le cas d’un ciel réel, et fausser la description du
scénario en relation avec les mesures de référence.
- Il est préférable de pouvoir prendre les mesures de référence en parallèle à la mesure
du champ de luminances externe à l’ouverture. Cette dernière peut être faite à l’aide
d’un scanner de ciel ou d’un photo-luminance-mètre avec un angle d’ouverture de
180°. Cette précaution est également valable dans le cas d’un ciel artificiel où la
répartition supposée des luminances correspond rarement à la réalité.
- Il est important de vérifier que le champ des luminances se trouve dans un champ
éloigné de la géométrie testée. Ceci peut être vérifié à travers la variation des
éclairements extérieurs reçus sur la surface de l’ouverture. Cette variation doit être
inférieure à 5% pour limiter les erreurs liées à un champ de luminances proche.
- Si le champ de luminances se trouve dans un champ proche (variation de l’éclairement
sur la surface de l’ouverture > 5%), il est alors conseillé de prendre des mesures du
champ de luminances à partir d’un maillage adapté de la surface d’ouverture.
- Lors de l’utilisation de matériaux vitrés, prendre des mesures avec et sans ces
matériaux afin de séparer l’erreur liée à la transmission directionnelle du vitrage de
celle du calcul de la composante directe et de la composante réfléchie externe.

III.1.3 Recommandations liées à l’estimation des erreurs


Quelle que soit la précision du protocole expérimental, il existe toujours un nombre de
sources d’erreurs potentielles dans les valeurs physiques collectées. Ces erreurs peuvent en
général être classées dans deux catégories :
- les "erreurs objectives" : erreurs dues aux limites des instruments de mesure,
- les "erreurs subjectives" : erreurs liées au protocole expérimental.
Certaines de ces erreurs sont liées directement à la précision de la valeur mesurée, d’autres
n’apparaissent qu’à travers la simulation, elles sont généralement liées aux imprécisions dans
la description du scénario.
Nous présentons ci-dessous une liste des erreurs potentielles dans une mesure expérimentale
avec (quand c’est possible) une méthode d’estimation quantitative (supposant une bonne
fiabilité du protocole expérimental). Lors de la description d’un scénario expérimental en tant
que cas-test de validation, il est important de pouvoir chiffrer ces erreurs en (+/-) % par
rapport aux mesures de référence. L’erreur totale dans les valeurs de mesure peut être calculée
par la formule suivante [Slater, 2001] :

2
Er − M(ouEr −G)= ∑i(erreur(i) ) (26)
où :

100
Chapitre III

Er-M = Estimation de l’erreur totale liée aux mesures


Er-G = Estimation de l’erreur globale y compris les erreurs liées à la
simulation
i = nombre des sources d’erreurs

III.1.3.1 Les sources d’erreurs objectives


Les erreurs objectives suivantes sont liées à la valeur de référence mesurée :
- La précision du capteur : elle est estimée suite à la calibration. Elle doit être de
préférence inférieure à 3%.
- La correction de cosinus du capteur : elle est chiffrée par le constructeur. En général,
l’erreur correspondante est inférieure à 3% pour une mesure ponctuelle et à 1% pour
une mesure d’éclairement moyen. Cependant, cette erreur devient considérable lorsque
la majorité du flux incident arrive avec un angle d’incidence supérieur à 80°.
- La sensitivité spectrale du capteur (sa corrélation avec la courbe de réponse spectrale
de l’œil humain). Elle est donnée par le constructeur et l’erreur correspondante dépend
de la source de lumière. Cette erreur est en général de l’ordre de 1%.
- La variation du flux lumineux (des luminaires) due à une variation de la température
ou bien à une fluctuation du courant électrique. Cette erreur peut être évitée en suivant
les recommandations correspondantes décrites dans III.1.2.2. Si la variation du flux
n’a pu être observée tout au long des mesures, elle doit être estimée à partir de
l’observation de la variation des températures et du courant électrique.

Les erreurs objectives ci-dessous sont liées à la simulation :


- Le champ proche, qu’il s’agisse d’un scénario de lumière artificielle ou de lumière
naturelle, la prise en considération de la photométrie de la source suppose souvent une
situation de champ lointain. Cette hypothèse peut entraîner des erreurs en particulier
dans le cas de luminaires de grandes dimensions ou bien dans le cas de ciels artificiels
ou de masques proches [Mardaljevic, 2002].
- Les mesures photométriques des luminaires : une différence inévitable existe toujours
entre les mesures de laboratoire d’une part et le flux et la distribution réels du
luminaire d’autre part. L’erreur liée à la différence de flux peut dépasser les 5%.
L’erreur liée à la distribution a une influence minime (<1%) sur un éclairement
moyen, mais peut dépasser les 5% pour une mesure d’éclairement ponctuelle.
- Les interpolations des intensités mesurées dans la simulation : l’erreur correspondante
dépend de l’algorithme d’interpolation utilisé par le logiciel ainsi que du pas de
mesure de la distribution photométrique et de la régularité de cette distribution.
- Le facteur de réflexion des surfaces : l’erreur de précision de cette valeur dépend de la
méthode et des instruments de sa mesure. Son influence sur les résultats de la
simulation peut être analysée à partir de la formule suivante :
∆ρ
∆Em= × F0 (27)
(1− ρ)×(1−(ρ + ∆ρ)) ST
où:
∆Em = Erreur en E indirect moyen liée à l’imprécision du ρ mesuré
∆ρ = Erreur de mesure de la valeur de ρ = (ρmesuré-ρréel)
FO = Flux entrant dans la pièce
ST = Aire totale des surfaces intérieures

101
Chapitre III

Pour une géométrie donnée, l’erreur résultante en éclairement global est donc
proportionnelle au flux lumineux entrant et inversement proportionnelle à l’exposition
directe du point de mesure à la source.
- L’homogénéité du facteur de réflexion des surfaces : elle peut être estimée à travers
une série de mesures (de facteur de réflexion) à travers différentes zones d’une
surface. La variation éventuelle de la réflexion entraîne une erreur additionnelle
calculée de la même façon que ci-dessus.
- La réflexion bidirectionnelle des surfaces : l’erreur correspondante est liée à
l’hypothèse qu’une surface est un diffuseur idéal alors qu’il existe toujours une
certaine directionnalité dans la réflexion des surfaces même quand elles sont mats.
Plus cette directionnalité est marquée, plus l’erreur liée est importante et difficilement
quantifiable. En général cette erreur augmente avec le facteur de réflexion de la
géométrie interne et avec le pourcentage de la composante réfléchie interne reçu par le
point de mesure. Elle augmente également avec la proximité des surfaces adjacentes et
avec le risque de recevoir des réflexions spéculaires incontrôlées.

III.1.3.2 Les sources d’erreurs subjectives


Les erreurs subjectives suivantes sont liées à la valeur de référence mesurée :
- L’influence des instruments de mesures (effet de masque) : cette erreur peut intervenir
lorsqu’on ne prend pas en considération l’influence de la présence des instruments de
mesures sur la propagation de la lumière dans la pièce et donc sur l’éclairement reçu
par les capteurs. Cette influence peut être estimée en prenant deux mesures différentes
par un seul point avant et après l’installation du dispositif complet dans la pièce.
- La précision de la position et l’orientation du point de mesure : l’erreur peut être
estimée à travers une série de mesures répétitives en un point donné tout en stabilisant
les autres paramètres du scénario. Cette erreur peut varier d’un point à l’autre selon
l’exposition aux sources de lumière et peut aller jusqu’à 3%. Cependant elle est
négligeable pour l’éclairement moyen sur une surface.

Les erreurs subjectives suivantes sont liées à la simulation :


- La précision des dimensions : l’influence d’une tolérance donnée dans les mesures de
dimensions de la pièce peut être estimée à travers une étude paramétrique dans le
logiciel de simulation en variant les dimensions de la pièce et la position des
luminaires d’une valeur égale à la tolérance estimée. Cette erreur est souvent
inférieure à 1%.
- La précision de la position du luminaire : comme pour la position des capteurs,
l’erreur correspondante dépend de la photométrie du luminaire et de l’exposition du
point mesure.

III.1.4 Recommandations liées à la présentation des mesures


La présentation des données de référence doit se faire avec un maximum de clarté et doit
permettre une comparaison facile avec les résultats de simulation. Ci dessous quelques
recommandations qui permettront de mieux atteindre cet objectif.
- Les points de mesure doivent être définis avec précision dans la description du
scénario. Il est préférable d’y joindre un fichier DAO pour illustrer leur position dans
la géométrie.
- Un résumé de l’analyse des erreurs doit être présenté et doit inclure la liste et
l’estimation des erreurs potentielles. Le total des erreurs potentielles doit être donné

102
Chapitre III

pour les erreurs liées directement à la valeur de référence avec ou sans les erreurs liées
à la simulation.
- Si besoin, il est possible de donner une estimation de ces erreurs calculée séparément
pour différents points ou types de mesure. Cela pourrait être justifié dans le cas où
certains points de mesure seraient moins exposés à certaines sources d’erreurs que
d’autres points. Par exemple, pour un point de mesure horizontal avec une ouverture
en façade, l’erreur liée à la correction du cosinus est généralement plus importante en
s’éloignant de la fenêtre. De même l’erreur des éclairements moyens mesurés est
beaucoup moins importante que pour les éclairements.
- Les valeurs de référence doivent être données pour chaque point de mesure. Il est
recommandé de les présenter sous forme de marge(s) de valeurs acceptables pour les
résultats de la simulation. Ces marges sont égales à la valeur mesurée + ou - l’erreur
totale estimée avec ou sans les erreurs liées à la simulation.
- Ces valeurs peuvent alors être présentées dans des tableaux où il est possible de laisser
une ligne pour les valeurs de la simulation (voir tableau III.1). Il est également
possible et préférable de joindre une copie numérique des résultats qui permettrait
d’extraire des graphiques et d’offrir une meilleure lisibilité des résultats (voir figure
III.1).

E (lx) sur les points de mesure


A1 A2 A3 A4
limite supérieure globale 296 574 606 388
limite supérieure mesures 278 539 569 364
Simulation
limite inférieure mesures 237 459 484 310
limite inférieure globale 219 424 448 287
Tableau III.1: Exemple de présentation des mesures expérimentales

700

600

500
Eclairement (lx)

400

300

200

100
A1 A2 A3 A4

limite supérieure globale limite supérieure mesures


limite inférieure mesures limite inférieure globale

Figure III.1: Exemple de présentation graphique des mesures expérimentales


comparées aux résultats d’une simulation

103
Chapitre III

III.2 Description des champs de luminances réels en éclairage naturel


La répartition des luminances à l’extérieur d’un bâtiment, comprenant le ciel, les masques et
le sol extérieur, joue un rôle important dans la répartition des éclairements à l’intérieur de ce
bâtiment. De nos jours, une des limitations principales de la simulation de l’éclairage
naturelle, est la simulation des champs de luminances réelles souvent très complexes pour être
simplifiés par un modèle de ciel ou par un sol extérieur et des masques à luminance uniforme.
Il s’en suit que les prédictions de l’éclairage naturel dans un bâtiment à construire ou à
rénover sont très souvent différentes de la réalité. Ce qui compromet (dans le cas de
prédictions trop optimistes) les objectifs d’économie d’énergie et du temps de retour des
investissements.
Cette limitation influence aussi la possibilité de valider les logiciels en comparant les résultats
numériques aux mesures expérimentales (validation empirique), puisqu’il est difficile de
représenter avec fidélité le champ de luminances réel dans la simulation entraînant ainsi une
source d’erreurs difficile à quantifier.

III.2.1 Introduction
Dans une simulation physique en éclairage naturel, la composante directe de l’éclairement
reçu à l’intérieur d’une pièce est calculée à l’aide des algorithmes de lancer de rayons ou de
radiosité combinés à une carte de luminances du ciel. Ces algorithmes de calcul procèdent en
général à une intégration des contributions des différentes zones du ciel (selon leur
luminance) à l’éclairement d’un point ou d’une zone donnée de la géométrie interne. La carte
de luminances du ciel est présentée sous forme d’un maillage. La variation des luminances à
travers les mailles d’un ciel peut être obtenue à travers des modèles de ciel standards qui sont
de plus en plus nombreux dans l’objectif de mieux s’approcher de la réalité.
Or dans un contexte de validation nécessitant une comparaison entre des mesures
expérimentales et des résultats de simulation, il s’avère que les modèles de ciel sont rarement
suffisamment proches des champs de luminances réelles lors de la prise des mesures. Ceci est
valable pour des scénarios d’un ciel réel à cause de la variation rapide des luminances du ciel
et de la présence de masques souvent trop complexes pour être présentés par des simples
surfaces à luminances uniformes (ce que font la majorité des logiciels). Mais ceci est
également vrai dans le cas des ciels artificiels supposés avoir une répartition des luminances
équivalente à celle des ciels standards (uniforme et CIE couvert en particulier). En effet, quel
que soit le type de ciel artificiel utilisé, il existe toujours une différence entre le champ de
luminances du ciel artificiel et le modèle standard correspondant.
Pour essayer de remédier à ce problème, certaines études utilisent des mesures de scanner de
ciel pour créer des cartes de luminances qui remplacent les modèles de ciel standards dans la
simulation [Mardaljevic, 1995]. Or cette méthode est confrontée en particulier aux problèmes
suivants :
- Les mesures de luminance sont limitées à 145 points de la voûte céleste. Dans
certaines conditions de ciels contrastés, il est possible que ces 145 valeurs ne reflètent
pas assez fidèlement la répartition complète des luminances réelles.
- Le temps nécessaire pour effectuer ces 145 mesures se situe entre une et trois minutes
pour la plupart des scanners de ciel de dernière génération. Avec la dynamique du
gisement lumineux et les variations rapides que peuvent subir les luminances du ciel,
cette marge de temps s’avère trop importante et peut entraîner une erreur considérable
par rapport aux mesures d’éclairement effectuées en parallèle.

104
Chapitre III

- Ce genre de mesures nécessite des coûts trop élevés et des dispositifs trop lourds pour
les travaux de validation.
- Dans le cas d’une ouverture en façade, la caractérisation du champ de luminances de
la voûte céleste n’est pas suffisante, puisqu’on est toujours confronté au problème de
la simplification de l’autre partie du champ des luminances (sol extérieur et
environnement urbain).
- La luminance du soleil ne peut être mesurée, et l’appareil doit être programmé pour
éviter une mesure dans la direction du soleil (selon la date et l’heure de la mesure). La
luminance du soleil est alors estimée à partir du rayonnement direct mesuré en même
temps que les mesures de luminance.
Pour donner une meilleure réponse au problème de la description des champs de luminances
réels, nous proposons dans ce qui suit l’utilisation des photos numériques calibrées qui
permettent d’enregistrer une distribution continue des luminances extérieures.

III.2.2 Méthodologie proposée pour la description et l’utilisation des cartes de


luminances réelles
III.2.2.1 La photo numérique calibrée
[Dumortier, 2003] Le recours à la photographie pour produire des cartes de luminances a plus
de 25 ans. En 1966, Hopkinson [Hopkinson, 1966] et Nakamura [Nakamura, 1975] avaient
proposé des méthodes pour produire des luminances à partir de photos en noir et blanc. Dans
le milieu des années 80, les premiers appareils photos à base de capteurs CDD sont apparus.
Un capteur CDD (Charge Coupled Device) est un circuit intégré comportant des cellules
photosensibles. Chaque cellule produit une quantité d’électricité proportionnelle à la quantité
de lumière qu’elle reçoit. L’électricité produite par chaque cellule est amplifiée et utilisée
pour produire un signal vidéo ou une image numérique. Les méthodes basées sur des
appareils photos équipés de capteur CCD améliorent la précision des méthodes basées sur les
pellicules classiques. Elles permettent d’éliminer les imprécisions souvent aléatoires,
entraînées par le traitement chimique utilisé pour développer les photographies. De 1985 à
1995, plus d’une vingtaine de "vidéo luminance mètres" basés sur des capteurs CCD ont été
développés dans le monde [Berruto, 1995].
Depuis 1992, le laboratoire des sciences de l’habitat de l’ENTPE s’est intéressé à tester le
potentiel des capteurs CCDs dans le domaine de mesure des cartes de luminances. Les
résultats de ces tests [Berruto, 1995] ont montré qu’il était possible d’atteindre une précision
de 10% avec les meilleurs appareils de l’époque. Cela était possible uniquement avec des
capteurs CCD ayant une réponse qui ne dépend que de la vitesse de la prise de vue et de
l’ouverture du diaphragme (sans aucune correction automatique et incontrôlable). Cependant,
les capteurs saturaient pour des niveaux de luminance tels que ceux des ciels extérieurs. Un
autre problème des appareils de l’époque était le prix élevé (jusqu’à 15000€ pour les
meilleurs) ainsi qu’un volume et un poids encombrants.
Durant les cinq dernières années, le marché des appareils photo numériques (basés sur les
capteurs CCD) a subi une forte évolution. Ainsi la taille et le poids des appareils ont diminué
ainsi que les prix alors que la performance et la flexibilité d’utilisation se sont améliorées.
Depuis l’année 2000, le groupe "éclairage et rayonnement électromagnétique" de notre
laboratoire s’est intéressé aux appareils photos numériques Nikon Coolpix qui ont l’avantage
de pouvoir être équipés de différents objectifs dont un objectif fish-eye qui permet d’obtenir
une vue à 180° de tout l’espace. Les premiers travaux d’étalonnage sur ce type d’appareils ont
été effectués en 2000 sue le Nikon Coolpix 950 [Vetro, 2000] [Dumortier, 2001]. En parallèle

105
Chapitre III

à cet étalonnage, l’équipe (D. Dumortier et F. Van Roy) a commencé le développement de


PHOTOLUX, un logiciel permettant le traitement des images du Coolpix et la production des
cartes de luminances.
C’est suite à ces travaux que nous nous sommes intéressés à l’utilisation de cet outil dans la
simulation numérique de l’éclairage naturel [Maamari, 2001]. Nous avons ainsi pu contribuer
à la validation du logiciel PHOTOLUX ainsi qu’aux travaux d’étalonnage d’un autre modèle
plus récent de chez Nikon : le Coolpix 990 [Coutelier, 2001]. Ces nouveaux travaux ont
conduit à une amélioration considérable dans la précision des luminances calculées et dans la
caractérisation spatiale de l’image produite.

III.2.2.2 L’étalonnage du Nikon Coolpix 990

Figure III.2: Le Nikon Coolpix 990 et l’objectif fish-eye FC-E8.

L’étalonnage du Coolpix 990 a été effectué dans notre laboratoire par Bruno Coutelier
[Coutelier, 2001; Dumortier, 2003]. Ce travail a permis d’identifier une relation entre la
luminosité d’un pixel et la luminance réelle de la zone ds (représentée par ce pixel) en
fonction de l’Indice de Lumination IL qui dépend de la vitesse et de l’ouverture du
diaphragme. Notre participation à ces travaux se résume aux points suivants :
- La vérification du champ de vision
- La validation des courbes d’étalonnage en luminance à travers l’utilisation de
PHOTOLUX (vérification des résultats en luminance et en éclairement au niveau de
l’objectif)

III.2.2.3 La création des cartes de luminances (Photolux)


Les résultats de l’étalonnage ont été intégrés dans le logiciel PHOTOLUX (développé par
Frans Van Roy) qui est capable de produire des cartes de luminances à partir des photos prises
par le Nikon Coolpix 990 muni de l’objectif Fish-eye.

Figure III.3: Chargement d’une image dans PHOTOLUX.

106
Chapitre III

L’analyse d’une image commence par son chargement via le menu « fichier » habituel. Le
programme lit les informations contenues dans l’entête: date et heure, ouverture, temps de
pose, sensibilité. PHOTOLUX vérifie si la photographie a été prise dans les conditions de
l’étalonnage : sensibilité de l’appareil fixée à 100 ISO, balance des blancs fixée à lumière du
jour. Si les réglages ont été effectués correctement, il transforme l’image du mode RVB au
mode L*ab, calcule l’indice de lumination, puis calcule la luminance de chacun des pixels à
l’aide d’une relation définie à partir des travaux d’étalonnage.
Si la luminance de certains pixels se trouve en dehors de la gamme mesurable avec l’IL
utilisé, le logiciel offre la possibilité d’utiliser une ou plusieurs autres photos (du même
scénario) avec des IL différents pour compléter la carte de luminances en remplaçant les
pixels sous exposés ou bien saturés. Suite à l’analyse de la ou des photos, le logiciel crée une
carte de luminances résultante présentée en image en fausse couleur (voir figure III.4). Les
pixels dont la luminance se trouve en dehors de la gamme de mesure des IL utilisés sont
marqués en blanc pour les pixels saturés (ex. : la zone circumsolaire dans la figure III.4) et en
violet pour les pixels sous exposés.

Figure III.4: Production d’une carte de luminances par PHOTOLUX

Figure III.5: Production d’une carte de luminances par PHOTOLUX. Affichage d’une grille de
fond et calculs statistiques.

107
Chapitre III

La carte de luminances produite est active, c’est-à-dire elle permet d’afficher (et de marquer si
besoin) la valeur du pixel visé par le pointeur de la souris. Photolux est également capable de
produire des informations statistiques sur les valeurs de luminances : minimum, maximum,
moyenne et écart type. Ces informations peuvent être données pour une zone définie par
l’utilisateur ou bien pour tout l’hémisphère représenté par l’image. Ces zones dites statistiques
peuvent être sauvegardées afin de les utiliser sur une autre carte de luminances.

III.2.2.4 Etude de sensibilité


En tant que testeurs de PHOTOLUX, nous menons dans cette partie du travail une étude de
sensibilité sur la variation des résultats de l’analyse (pour un scénario donné) avec la variation
des réglages de l’appareil photo.
Nous avons utilisé pour cette étude le ciel artificiel de l’ENTPE avec différentes
configurations de réglage de l’appareil et de champ de luminances. Nous avons pris une série
de 25 photos verticales en mode manuel avec une vitesse de 1/4, 1/15, 1/60, 1/250 et1/1000 s,
et des ouvertures f : 6.2, 4 .9, 3.9, 3.1 et 2.5.

Variation des cartes de luminances en fonction de IL :


Pour ce test, nous avons généré une carte de luminances à partir de chacune des photos (une
seule photo par carte). Nous avons ensuite étudié la variation des valeurs statistiques des
luminances et de l’éclairement vertical (Ev) calculé par rapport à IL. Nous avons également
pris en compte la variation du nombre des pixels sous exposés ou saturés par carte.
Varation du nombre de pixels Variation de l'erreur de Ev calculé avec IL
saturés/sous-exposés 100
1500
80
% d'erreur
Kilo pixels

1000 60

500 40

20
0
4 6 8 10 12 14 16 0
IL 4 6 8 10 12 14 16
pix. sous exp pix. Saturés IL

Figure III.6: Variation du nombre des pixels sous exposés ou saturés et de l’erreur de Ev calculé avec IL

En comparant les éclairements verticaux calculés à ceux mesurés en même temps que les
photos, nous remarquons que la différence entre les deux diminue considérablement avec
l’augmentation de l’IL et la diminution du nombre de pixels saturés. Cependant une ré-
augmentation de la différence est observée à partir de IL 13.22. Cette augmentation est due à
l’augmentation du nombre de pixels sous-exposés et de la valeur de luminance qui leur est
attribuée (égale à la luminance minimale observée dans la zone sans sous-exposition).
A partir de ces résultats, et dans le cas d’utilisation d’une seule photo par carte de luminances,
nous pouvons avoir une estimation préliminaire de la précision de cette carte selon le nombre
de pixels saturés ou sous-exposés.

Stabilité des résultats pour un même IL avec la variation des paramètres d’ouverture et
de vitesse :
A partir des résultats statistiques des 25 cartes de luminances, nous avons remarqué que pour
une valeur donnée de IL (par exemple 13.22) obtenue avec deux réglages différents (f: 6.2, v:
1/250, et f: 3.1 v: 1/1000), il existe une différence sensible entre les éclairements résultants

108
Chapitre III

des deux cartes de luminances correspondantes (4124 lx pour le premier couple de paramètres
et 4278 lx pour le deuxième).
Cette différence prouve probablement que la réponse du capteur n’est pas forcement la même
pour un même IL avec des ouvertures et des vitesses différentes. Cette hypothèse est
confirmée à travers l’observation de la variation des éclairements avec IL, où nous
remarquons une série de couples de valeurs avec un même éclairement calculé mais avec un
écart d’IL. (voir figure III.6 ci-dessus)
Stabilité des résultats avec la variation des paramètres d’ouverture :
Nous avons calculé trois cartes de luminances à partir de trois séries de photos avec trois
ouvertures différentes (6.2, 4.9 et 3.9) et 4 vitesses différentes pour chaque ouverture (1/1000,
1/250, 1/60 et 1/15). L’analyse des photos a été faite en commençant par la vitesse de 1/1000
secondes puis en utilisant la vitesse en dessous pour remplacer les pixels sous-exposés
restants jusqu’à l’analyse de tous les pixels. La comparaison des trois cartes de luminances
présente des variations légèrement sensibles pour la luminance maximale (7726 cd/m² pour
f :6.2, 7280cd/m² pour f :4.9 et 7493 cd/m² pour f :3.9) et pour l’éclairement résultant (4083
lx, 3847lx et 4020lx).

Influence du sens de l’analyse des photos par rapport à IL :


Pour ce test, nous avons utilisé la série des photos prises avec une ouverture de 6.2 et les 4
vitesses différentes. Et nous avons calculé une carte de luminances en commençant cette fois
par la vitesse de 1/15 et choisissant la vitesse en dessus pour compléter l’analyse des pixels.
Nous avons comparé la variation des résultats statistiques entre les deux cartes de luminances
calculées dans le sens descendant et ascendant des vitesses, et nous avons trouvé une variation
légèrement sensible pour les luminances moyennes (1089 et 1140cd/m²) et pour l’éclairement
(4083 et 4299lx).
Nous notons que la carte calculée dans le sens descendant (en commençant par 1/1000) donne
un éclairement plus proche de la mesure. Ceci est lié au mode d’exploitation des courbes
d’étalonnage en fonction des gammes de luminances mesurables pour chaque IL. En
commençant par un IL élevé, nous donnons la priorité à un calcul précis des pixels à hautes
luminances, qui sont les pixels les plus importants pour le calcul de l’éclairement résultant.

Influence de la distribution des luminances :


Pour ce test, nous avons pris des séries de photos verticales à différentes hauteurs et sous une
même luminance du plafond. Un masque horizontal est positionné dans le champ de vision de
l’objectif afin de créer une variation sensible des champs de luminances vues à partir des
différentes hauteurs.
Pour chaque position de l’appareil, nous avons pris une série de photos en mode manuel avec
une ouverture de 6.2 et des vitesses de 1/4, 1/15, 1/60, 1/250 et 1/1000 s.
Nous avons fixé dans le champ de vision de l’objectif un nombre de repères pour lesquels
nous avons calculé les données statistiques (ou les valeurs ponctuelles) à partir des différentes
cartes de luminances (calculées à partir des photos prises à des hauteurs différentes).
En comparant les valeurs de luminance des différents repères entre les différentes cartes de
luminances (pour différentes hauteurs), nous constatons une faible variation. Cependant, cette
variation est relativement négligeable par rapport à l’erreur potentielle liée à la variation de
l’angle solide avec lequel les repères sont vus par l’objectif.

109
Chapitre III

Figure III.7: carte de luminances à –15cm Figure III.8: carte de luminances à +15cm

Nous notons cependant que ce test nous a permis auparavant de mettre en évidence une
imprécision plus importante des courbes d’étalonnage utilisées dans les premières versions de
Photolux et qui étaient basée sur les premiers travaux de calibration. Ainsi, ces nouveaux
résultats montrent une amélioration considérable dans la précision de la version actuelle du
logiciel. Cette amélioration est due en grande partie à la suppression de l’erreur liée aux pixels
sous-exposés. La suppression de cette erreur est rendue possible grâce à la procédure
d’analyse de plusieurs photos par carte.

III.2.2.5 Utilisation des cartes de luminances dans la simulation


Suite aux premiers travaux d’étalonnage (2000), nous nous sommes intéressés au potentiel
d’utilisation de cet outil dans la simulation numérique de l’éclairage naturel. Le premier
objectif était de tester l’utilisation des cartes de luminances réelles dans la simulation de la
lumière naturelle en tant que luminaire à photométrie équivalente dans un logiciel de
simulation de l’éclairage artificiel.
Le concept est expliqué en détail dans IV.2, il consiste à créer une distribution photométrique
équivalente à la distribution des luminances externes à une ouverture. Pour valider ce concept,
nous avons commencé les premiers essais en 2000 dans le ciel artificiel de l’ENTPE sur une
maquette de 40×40×15cm [Maamari, 2001]. Des mesures d’éclairement ont été prises à
l’intérieur de la maquette en parallèle à une photo de l’espace extérieur (ciel artificiel + sol) à
partir de la surface de la fenêtre. La photométrie équivalente a été créée à partir des cartes de
luminances au format IES par D. Dumortier. Nous l’avons utilisé dans le logiciel Lightscape
pour décrire la surface de la fenêtre en tant que source surfacique. Le flux affecté à la source a
été calculé à partir de l’éclairement vertical, lui calculé à partir de la carte de luminances. Les
résultats étaient prometteurs malgré la simplicité du dispositif expérimental utilisé et les
nombreuses sources d’erreurs potentielles (fixation des appareils de mesure et de l’appareil
photo non optimisée, étalonnage en luminance non terminé, faibles niveaux d’éclairement,
spécularité des surfaces intérieures, etc.). La différence entre les mesures d’éclairement à
l’intérieur de la maquette et les résultats de la simulation était inférieure à 25% et il a été
possible de la réduire en dessous des 10% à travers une correction systématique du flux
utilisé.
Ces résultats nous ont encouragé à proposer l’intégration du format IES dans le logiciel
PHOTOLUX. Ainsi, les cartes de luminances créées par PHOTOLUX peuvent être sauvées
au format graphique BMP, mais aussi dans un fichier texte : au format IES [IESNA, 1995] ou
au format de ciel GENELUX [Mitanchey, 1996], ou au format Radiance. Le format IES
(Illumination Engineering Society) est un format standard utilisé pour décrire la distribution

110
Chapitre III

photométrique des sources de lumière artificielle. Le format GENELUX est celui utilisé par le
logiciel de simulation du même nom développé à l’ENTPE, par R. Mitanchey. Ces deux
formats utilisent un maillage régulier de l’espace aux nœuds duquel ils affectent une intensité
lumineuse moyenne (format IES) ou une luminance moyenne (GENELUX). A travers une
collaboration avec l’Université d’Athènes, il nous a été possible d’obtenir également des
cartes de luminances au format de ciel Radiance.
PHOTOLUX offre ainsi la possibilité d’utiliser des scènes réelles comme sources de lumière
dans différents types de programmes de simulation. Ce qui nous intéresse dans cette partie du
travail, c’est l’utilisation des cartes de luminances réelles pour décrire avec précision la source
de lumière naturelle en particulier dans le cas d’un scénario destiné à la validation des
logiciels. C’est pourquoi nous avons effectué des travaux de validation expérimentale pour
tester la fiabilité des cartes de luminances en tant que modèles de ciel dans les logiciels de
simulation de l’éclairage.

III.2.3 Protocole expérimental de validation


La validation expérimentale de cette méthode suit la procédure suivante :
- prendre des mesures d’éclairement à l’intérieur d’une maquette à simple géométrie
(carré avec ouverture rectangulaire en toiture ou en façade, avec des surfaces noires
afin de limiter les erreurs dues aux inter-réflexions),
- prendre en parallèle une ou plusieurs photos à 180° de projection (Nikon 990 +
objectif Fish-eye) du champ de luminances à partir de l’ouverture,
- analyser la photo et exporter le résultat sous un format de ciel compatible avec un ou
plusieurs logiciels de simulation de l’éclairage,
- lancer une simulation numérique du scénario en utilisant le ciel généré
- confronter les résultats numériques aux mesures expérimentales afin de déterminer la
marge de confiance qu’on peut accorder à cette méthode.

III.2.3.1 Description de la maquette et du dispositif expérimental


La géométrie :
La maquette utilisée est en bois et représente une pièce carrée de 4m×4m×3m avec une
échelle de 1/4. Elle est composée d’une partie fixe comprenant le sol et 3 murs intérieurs
(cotés Est, Nord et Ouest théoriques), et d’une série de façades (coté Sud théorique) et de
toitures avec des ouvertures de différentes dimensions et toujours centrées par rapport à la
surface intérieure de la façade ou de la toiture. La maquette offre également la possibilité de
garder une ouverture complète en façade ou bien en toiture. Une seule ouverture est utilisable
en même temps.
Les différentes configurations géométriques possibles sont les suivantes :
1. Ouverture en toiture de 20cm×20cm (représentant une ouverture de 1m×1m à l’échelle
réelle). Les dimensions intérieures sont 80cm×80cm au sol et 60cm de hauteur.
L’épaisseur de l’ouverture est de 36mm.

111
Chapitre III

Figure III.9: Maquette avec ouverture en toiture de 20cm×20cm

2. Ouverture en toiture de 40cm×40cm (2m×2m). Les dimensions intérieures sont


80cm×80cm au sol et 60cm de hauteur. L’épaisseur de l’ouverture est de 36mm.

Figure III.10: Maquette avec ouverture en toiture de 40cm×40cm

3. Ouverture en toiture de 60cm×60cm (3m×3m). Les dimensions intérieures sont


80cm×80cm au sol et 60cm de hauteur. L’épaisseur de l’ouverture est de 36mm.

Figure III.11: Maquette avec ouverture en toiture de 60cm×60cm

112
Chapitre III

4. Ouverture totale en toiture de 80cm×80cm (4m×4m). Les dimensions intérieures sont


80cm×80cm au sol et 61.8cm de hauteur.

Figure III.12: Maquette avec ouverture en toiture de 80cm×80cm

5. Ouverture en façade de 40cm×20cm (représentant une ouverture de 2m×1m à l’échelle


réelle). Les dimensions intérieures sont 80cm×80cm au sol et 60cm de hauteur.
L’épaisseur de l’ouverture est de 36mm (18cm à l’échelle réelle).

Figure III.13: Maquette avec ouverture en façade de 40cm×20cm

6. Ouverture en façade de 60cm×40cm (3m×2m). Les dimensions intérieures sont


80cm×80cm au sol et 60cm de hauteur. L’épaisseur de l’ouverture est de 36mm.

Figure III.14: Maquette avec ouverture en façade de 60cm×40cm

113
Chapitre III

7. Ouverture totale en façade de 80cm×60cm (4m×3m). Les dimensions intérieures sont


80cm×81.8cm au sol et 60cm de hauteur. La dimension de 81.8cm est entre l’ouverture et
le mur de fond (Nord).

Figure III.15: Maquette avec ouverture en façade de 80cm×60cm

Pour les scénarios avec une ouverture en façade, il est possible d’ajouter un avant toit
horizontal d’une largeur de 20 cm. La hauteur de l’avant toit (surface inférieure) peut varier
par rapport au niveau du plafond entre +5cm et jusqu’à –20cm (pour une ouverture de
20cm×20cm).

Figure III.16: Exemples de positions possibles pour l’avant toit mobile

Photométrie des surfaces intérieures :


Le bois utilisé est du "contreplaqué intérieur" d’une épaisseur de 18mm. Toutes les surfaces
intérieures de la maquette ainsi que l’épaisseur des ouvertures sont couvertes d’une peinture
noire à aspect mat.
Le facteur de réflexion a été mesuré à l’aide d’un luminance-mètre et d’une plaque de
référence d’un facteur de réflexion de 95%. Une dizaine de mesures ont été faites sur
différentes surfaces de la maquette une semaine après l’application de la peinture. La valeur
moyenne mesurée du facteur de réflexion est de 0.045 +/- 0.01.
Une mesure goniophotométrique a été effectuée pour caractériser la directionnalité de la
réflexion du rayonnement lumineux sur les surfaces de la maquette. Un échantillon du bois
utilisé pour construire la maquette et peint avec la même peinture que celle utilisée pour les
surfaces intérieures a été testé. Il a été placé sur un goniophotomètre plan. Deux orientations
différentes de l’échantillon ont été utilisées avec une rotation de 90° entre les deux, afin de
pouvoir prendre en considération l’influence de la direction des veines naturelles du bois. La
source de lumière a été utilisée avec un angle d’incidence sur l’échantillon de 15°, 45° et 75°.

114
Chapitre III

Des mesures de luminances ont été prises sur l’échantillon avec un pas de mesures de 5° et de
1° en face du pic de spécularité.
La variation des luminances mesurées est en générale en dessous des 10% sauf pour le pic de
spécularité où elle peut atteindre les 20%. La figure III.17 ci-dessous présente un exemple des
mesures goniophotométriques réalisées, sous forme d’une indicatrice de luminances relatives.


1.4 10°
45° 20°
1.2 30°
40°
1.0
50°
0.8
60°
0.6
70°
0.4

0.2 80°

90°

Figure III.17: Indicatrice de luminances relatives pour un échantillon des surfaces intérieures de la maquette
(angle d’incidence = 45°, angles de mesure entre 0° et 80° par rapport à la normale)

Compte tenu de la faible directionnalité de la réflexion sur les surfaces utilisées, nous
considérons les surfaces intérieures de la maquette comme des diffuseurs parfaits. Avec le
faible facteur de réflexion, l’erreur potentielle liée à cette hypothèse est négligeable.
Points de mesure de l’éclairement intérieur :
La maquette fournit la possibilité de placer des capteurs sur la surface du sol, celle du mur
adjacent à la façade (E) et du mur de face. Le dispositif utilisé pour le positionnement des
capteurs est adapté à la taille des capteurs LI-COR LI-210, et permet de garantir une
répétitivité des postions avec un maximum de précision (à moins de 1mm près pour la
position et le niveau, et à moins de 1° près pour l’horizontalité). Le plan de mesure des
capteurs est à 1mm de la surface intérieure. Le dispositif de positionnement des capteurs est
montré dans les figures III.18-III.21.

Figure III.18: Emplacement d’un capteur mural Figure III.19: Capteur LI-COR210 positionné
vu de l’extérieur sur son support

115
Chapitre III

Figure III.20: Capteur en position de mesure Figure III. 21: Capteur en position de mesure
vu de l’extérieur vu de l’intérieur

Les emplacements possibles des capteurs sont montrés dans la figure III.22 ci-dessous.

Points de mesure au sol Sur le mur de fond (N) Sur le mur de droite (E)

Figure III.22: Positions possibles pour les points de mesure à l’intérieur de la maquette

Positionnement de l’appareil photo numérique :


L’appareil photo doit être positionné d’une façon à permettre l’acquisition du champ des
luminances externes à l’ouverture. Pour cela nous avons construit un dispositif qui permet
d’orienter l’axe de vision de l’appareil perpendiculairement à la surface de l’ouverture et vers
l’extérieur de la maquette. Le plan de l’objectif Fish-eye est alors parallèle à la surface de
l’ouverture et il est placé à environ 3mm à l’extérieur de celle-ci.
La répétitivité de la position de l’appareil est optimisée à l’aide d’une fixation mécanique (en
acier) montée sur la partie du dispositif porteuse de l’appareil. La précision est de +/- 3mm
pour la position et le niveau (supposé à +3mm par rapport à la surface de l’ouverture) et de +/-
1° pour l’orientation (supposée parallèle à la surface d’ouverture).
Quatre dispositifs différents ont été construits pour être utilisés selon le scénario testé :
1. Pour un scénario dans le ciel artificiel avec une ouverture en toiture : Le dispositif utilisé
permet une position horizontale de l’objectif Fish-eye qui est centrée par rapport à la
surface du plafond. Ce dispositif est interchangeable avec les éléments de la toiture. La
position centrée par rapport à l’emplacement de l’ouverture permet de minimiser les
erreurs liées au champ proche.

116
Chapitre III

Figure III.23: Dispositif de positionnement de l’appareil photo en toiture dans le ciel artificiel

2. Pour un scénario dans le ciel artificiel avec une ouverture en façade : le dispositif utilisé
permet une position verticale de l’objectif Fish-eye qui est centré perpendiculairement à la
surface de l’ouverture. Il permet également un déplacement vertical du Fish-eye entre –
25cm et +25cm par rapport au centre de l’ouverture, ce qui permet d’observer la variation
du champ des luminances externes à l’ouverture avec la hauteur du point de vue. Le
dispositif est également muni d’un emplacement pour 2 capteurs utilisés pour la mesure
de Ev à la hauteur de l’objectif.

Figure III.24: Dispositif de positionnement de l’appareil photo en façade dans le ciel artificiel

3. Pour un scénario sous un ciel réel (extérieur) avec une ouverture en toiture : le dispositif
utilisé permet une position horizontale de l’objectif Fish-eye. L’appareil photo est placé
sur le coté gauche (O) de l’ouverture sur un axe central de celle-ci (voir figure III.24).
Ceci permet de prendre des mesures en même temps que les photos du ciel. Etant donné
que pour ce genre de scénarios le champ de luminances externe se situe généralement
dans un champ lointain, la différence entre le champ de luminances vu par le centre de
l’ouverture et celui vu par l’appareil est négligeable. Le dispositif est également muni
d’un emplacement pour un capteur utilisé pour la mesure de Ehz extérieur.

117
Chapitre III

Figure III.25: Dispositif de positionnement de l’appareil photo en toiture sous le ciel extérieur

4. Pour un scénario sous un ciel réel avec une ouverture en façade. Le dispositif utilisé
permet une position verticale de l’objectif Fish-eye. L’appareil photo est placé sur le coté
gauche (O) de l’ouverture sur un axe central horizontal passant par le centre de celle-ci.
Ceci permet de prendre des mesures en même temps que les photos de l’environnement
extérieur. L’erreur introduite liée au champ proche est négligeable. Le dispositif est
également muni d’un emplacement pour un capteur utilisé pour la mesure de Ev extérieur.

Figure III.26: Dispositif de positionnement de l’appareil photo en façade sous le ciel extérieur

Appareils de mesure :
Les capteurs utilisés sont des LI-COR LI-210 dont 6 du modèle LI-210SA, et 4 du modèle LI-
210SZ. Ces capteurs ont été étalonnés par le constructeur en juin 2002.
Deux centrales d’acquisition LI-COR LI-1400 sont utilisées pour collecter les données
mesurées par les 10 capteurs.
Le coefficient multiplicateur de calibration de chacun des capteurs a été enregistré sur le canal
correspondant de la centrale réceptrice.
La centrale peut être programmée pour collecter automatiquement les données sur une période
de temps donnée et avec un intervalle choisi, mais elle permet également d’enregistrer
manuellement et/ou de faire une lecture instantanée des valeurs mesurées. Lors d’un
enregistrement automatique, il est possible de choisir entre des valeurs instantanées et une
moyenne de ces valeurs sur une période donnée.

118
Chapitre III

Figure III.27: Les deux centrales d’acquisition LI-COR LI-1400

III.2.3.2 Protocole expérimental dans le ciel artificiel


Nous avons choisi de commencer nos tests de validation dans un ciel artificiel étant donné
qu’il permet un meilleur contrôle de la variation du champ des luminances par rapport à un
ciel réel.
Description du ciel artificiel :

Figure III.28: Ciel artificiel de l’ENTPE

Le ciel artificiel utilisé est celui de l’ENTPE. C’est une pièce carrée de 2m×2m, et de 2.1 m
de hauteur. Le sol et la partie inférieure des parois verticales (jusqu’à 80 cm du sol) sont
couverts d’une moquette verte avec un facteur de réflexion d’environ 10% avec en dessous un
diffuseur qui permet d’obtenir une meilleure uniformité des luminances du plafond. La partie
supérieure des quatre parois verticales est couverte de miroirs qui permettent par réflexion
d'étendre à l'infini la surface du plafond. Ainsi ce dispositif permet de simuler un ciel continu
avec un champ de luminances continu et une distribution proche du ciel CIE couvert.
Un gradateur haute fréquence permet de faire varier le flux des lampes de façon à fournir
différentes gammes de luminances au plafond (entre 2000 et 8000 cd/m²) et un éclairement
horizontal (à 80cm du sol) variant entre 4000 et 16000 lx.

119
Chapitre III

Positionnement de la maquette :
La maquette a été placée à l’intérieur du ciel artificiel, pour la plupart des scénarios au centre
de celui-ci, avec la partie supérieure de la toiture à une hauteur de 145cm. Nous avons réglé
l’horizontalité de la maquette et contrôlé la stabilité (ou répétitivité) de sa position pour un
scénario donné.

Géométries utilisées :
Les configurations géométriques utilisées sont celles de la maquette comme décrites dans
III.2.3.1 (ouverture en toiture de 40×20cm, 60×40cm ou 80×60cm, ou bien ouverture en
façade de 20×20cm, 40×40cm, 60×60cm ou 80×80cm).

Points de mesure utilisés :


Six points de mesure différents (A1-A5 et B5) ont été utilisés à l’intérieur de la maquette et
positionnés comme le montre la figure III.29.

Figure III.29: Position des capteurs à l’intérieur de la maquette

Les capteurs A1-A5 sont branchés sur la centrale LI1400-A et B5 sur la centrale LI1400-B.

Synchronisation des appareils de mesure :


La date et l’heure ont été synchronisées entre les deux centrales et avec l’appareil photo afin
de permettre un repérage plus facile des photos correspondant à chaque série de mesures.

Prise des photos et des mesures pour une ouverture en toiture :


Pour chaque série de mesures dans le ciel artificiel, une série de photos du ciel est prise à
partir du niveau de l’ouverture avec un IL variant de 5.26 à 15.22. La variation de IL est
obtenue avec une ouverture f:6.2 et 3 à 6 vitesses différentes variant selon le niveau des
luminances entre 1s, 1/4s, 1/15s, 1/60, 1/125s, 1/250s, 1/500s et 1/1000s.
Suite à la série des photos, le dispositif de positionnement du Nikon est remplacé
successivement par les différents éléments de toiture (ou de façade) avec ouverture. Pour
chaque ouverture, une série de mesures est prise à l’intérieur de la maquette.
Afin d’éliminer les erreurs liées à la fluctuation du flux lumineux des lampes entre le temps
de prise des photos et le temps des mesures intérieures (due à la fluctuation de la température
et du courant électrique), nous avons placé un dispositif d’observation de la variation de
l’éclairement extérieur à travers 4 capteurs horizontaux (B1-B4) placés sur les 4 cotés de la
maquette (voir figures III.9-III.12).
Les éclairements extérieurs sont enregistrés en même temps que les séries de mesures à
l’intérieur de la maquette et que les photos du ciel.

120
Chapitre III

Prise des photos et des mesures pour une ouverture en façade :


La procédure de prise de photos et des mesures d’éclairement pour les scénarios avec
ouverture en façade est la même que pour les scénarios avec ouverture en façade sauf pour les
points suivants :
- Le dispositif de positionnement de l’appareil photo est utilisé avec les éléments de
façade en place afin que le champ des luminances externes ne change pas entre la prise
des photos et les mesures d’éclairement à l’intérieur.

Figure III.30: Différence de champ de luminances entre les photos prises avec et sans l’élément de
façade

- Pour observer la fluctuation du flux du ciel artificiel, l’éclairement extérieur est


mesuré en même temps que les mesures à l’intérieur de la maquette (B3 en horizontal
et B4 en vertical) et que les photos prises (B3 en horizontal, B1, B2 et B4 en vertical).

Valeurs de référence et correction des flux :


Pour pouvoir comparer l’éclairement mesuré à l’intérieur de la maquette aux résultats de la
simulation (utilisant la carte de luminances réelle), il était nécessaire de pondérer les premiers
par rapport à la variation du flux du ciel artificiel entre le temps de mesure et celui de la prise
des photos qui ont servi à la création de la carte de luminances. En utilisant l’éclairement
extérieur comme indicateur de cette variation de flux, les mesures d’éclairement internes ont
été corrigées avec un coefficient égal au rapport entre l’éclairement extérieur mesuré en même
temps que les mesures internes et la moyenne des éclairements extérieurs mesurés en même
temps que les photos utilisées.
Ehz ext en // aux photos
Ouverture f vitesse B1 B2 B3 B4 Ehz moy
6.20 1/1000s 16780 15809 16905 17555
6.20 1/250s 16795 15813 16905 17587
16785
6.20 1/60s 16822 15829 16917 17617
6.20 1/15s 16837 15833 16922 17631

Ehz ext en // aux mesures internes


B1 B2 B3 B4 Ehz moy
17151 16172 17264 17942 17132

Coefficient de correction des mesures 0.980

Tableau III.2: Exemple de calcul du coefficient de correction des mesures pour un scénario
d’ouverture en toiture

121
Chapitre III

Ev ext en // aux photos


Ouverture f vitesse B4 Ev moy
6.20 1/1000s 6032
6.20 1/250s 6038 6035
6.20 1/60s 6035

Ev ext (B4) en // aux mesures internes 6027

Coefficient de correction des mesures 1.001

Tableau III.3: Exemple de calcul du coefficient de correction des mesures pour un scénario
d’ouverture en façade

Une autre correction a été nécessaire pour les résultats de la simulation par rapport à la
différence entre le flux calculé à partir de la carte de luminances et celui calculé à partir de la
mesure de E ext. Ces résultats sont alors multipliés par le rapport entre l’éclairement moyen
mesuré et l’éclairement calculé à partir de la carte de luminances utilisée pour la simulation.

Ehz moyen mesuré (lx) 16785


Ehz simulé (lx) 17549
Coefficient de correction de flux 0.956

Tableau III.4: Exemple de calcul du coefficient de correction des flux

Dans la présentation des valeurs de référence, nous prenons également en considération les
erreurs potentielles liées aux mesures et à l’influence des imprécisions dans la description des
scénarios sur les résultats de la simulation. Afin de séparer l’erreur liée à la méthodologie
proposée de celle liée à la précision du logiciel utilisé pour la simulation, nous incluons cette
dernière dans les erreurs liées à la simulation.
Dans les tableaux III.5 et III.6 ci-dessous, nous exposons les différentes sources d’erreurs
liées aux mesures et à la simulation.

Source d’erreurs Valeur estimée de l’erreur potentielle (+/-%)


Précision des capteurs 3
Entre 0.5 et 6% : 0.5% pour A2 et A3 avec une ouverture en
Correction de cosinus
toiture de 1×1, et 6 pour A4 avec une ouverture en façade de 2×1
Sensibilité spectrale 1
Fluctuation du flux entrant 2 (après correction)
La position des capteurs Entre 0.5 et 2% (> vers limite de zone d’ombre)
Tableau III.5: liste des erreurs potentielles liées à la mesure
Source d’erreurs Valeur estimée de l’erreur potentielle (+/-%)
Champ proche 1-6
Facteur de réflexion (ρ) 1
Homogénéité de ρ 0.5
Réflexion directionnelle 1
Dimension de la géométrie 0.5
<2% pour un logiciel et des paramètres de calcul de bon niveau de
Précision du logiciel
précision
Tableau III.6: liste des erreurs potentielles liées à la simulation

L’erreur potentielle globale est calculée à l’aide de la relation 26, et elle est utilisée pour
définir les limites supérieures et inférieures de la bande de tolérance (valeurs mesurées +/-
erreur globale).

122
Chapitre III

Nous supposons alors que tout dépassement des résultats de la simulation en dehors de cette
bande de tolérance est lié à la fiabilité de la méthodologie proposée y compris la précision des
cartes de luminances.
Ci-dessous nous exposons les sources d’erreurs prévisibles liées à la méthodologie proposée.

Source d’erreurs Valeur de l’erreur potentielle (+/-%)


Orientation de la photo Augmente avec l’hétérogénéité du champ des luminances
Précision des luminances Estimée selon différence entre E ext. mesuré et
calculées E ext. calculé à partir de la carte des luminances
Maillage et interpolation des Varie selon la précision du maillage et des luminances extrapolées
luminances dans la simulation à partir des cartes de luminances
Tableau III.7: liste des erreurs potentielles liées à la méthodologie proposée

III.2.3.3 Protocole expérimental sous un ciel réel


Les tests sous un ciel réel présentent l’avantage de minimiser les erreurs liées au champ
proche, mais aussi l’inconvénient dû à la dynamique de la répartition des luminances à
l’extérieur de l’ouverture. Nous contournons ce problème à l’aide du dispositif utilisé qui
permet de prendre des photos du champ de vision extérieur en même temps que les mesures
d’éclairement à l’intérieur de la maquette.
Le protocole expérimental est similaire à celui du ciel artificiel à quelques différences près
listées ci-dessous.

Les scénarios testés :

Figure III.31: Ouverture en toiture sous un ciel réel Figure III.32: Ouverture en façade

Figure III.33: Exemple de champ de vision horizontal Figure III.34: Exemple de champ de vision vertical

123
Chapitre III

Utiliser notre dispositif expérimental dans un environnement réel nous a permis de tester
notre méthodologie avec des champs de luminances beaucoup plus variés et complexes que
ceux du ciel artificiel.
Les configurations géométriques et les points de mesure utilisés sont les même que pour les
scénarios du ciel artificiel.
La maquette a été placée sur le toit de l’ENTPE à 80 cm du sol, différentes orientations ont
été utilisées avec un contrôle de l’horizontalité de la surface de toiture. Les ciels rencontrés
varient du ciel couvert au ciel clair en passant par des ciels intermédiaires plus ou moins
contrastés et hétérogènes. Le champ de vision des ouvertures en façade comprenait différentes
scènes d’environnement urbain (sol et masques extérieurs). Les luminances maximales
rencontrées dans les différents scénarios testés variaient entre 10000 et 24000 cd/m² (hors
zone circomsolaire). Les éclairements horizontaux (globaux) variaient entre 10000 et
78000lx. Les éclairements verticaux sur les ouvertures en façade variaient entre 10000 et
18000lx.
Pour les ouvertures en toiture, la variation des éclairements horizontaux entre les quatre côtés
de la toiture ne dépassait pas les 2%. Pour les ouvertures verticales, la variation de
l’éclairement vertical entre la partie inférieure et la partie supérieure de la façade ne dépassait
pas les 8%. Ceci nous a permis de considérer que pour les scénarios testés le champ de
luminances externe se trouve dans un champ lointain par rapport à la maquette.

Prise des photos et des mesures :


A la différence des scénarios du ciel artificiel, les photos du ciel extérieur sont prises en même
temps que les éclairements intérieurs et extérieurs. L’appareil photo est fixé sur le côté droit
de la toiture ou de la façade (voir figures III.31 et III.32). Ainsi, pour les ouvertures en façade,
une seule position de l’appareil est utilisée. Ceci est justifié puisque, contrairement aux
scénarios du ciel artificiel, on est dans un cas de champ lointain.
Pour les éclairements extérieurs, et à la différence des scénarios en ciel artificiel, l’éclairement
vertical est mesuré sur les quatre côtés de la façade avec ouverture (B1-B4, voir figure III.32
ci dessus). Les mesures d’éclairement extérieur et intérieur sont enregistrées en même temps
toutes les cinq secondes.
Les photos sont prises toutes en parallèle aux mesures toutes les une à cinq minutes. A chaque
intervalle, nous prenons une seule photo (en mode automatique) ou une série de deux à trois
photos consécutives (environ 10 secondes entre deux photos) avec des indices d’illumination
IL différents (en variant la vitesse). Cet IL varie selon la distribution des luminances
rencontrées, entre 9.17 et 15.22.

Valeurs de référence et correction des flux :


Pour la description des scénarios et des résultats de référence, chaque photo est associée à la
série de mesures prise au moment le plus proche de celui de la prise de photo. La valeur de
référence pour chaque point de mesure est alors la moyenne des mesures obtenues en même
temps que les photos d’un scénario donné (pas de correction à faire).
Les erreurs potentielles sont les mêmes que pour un scénario en ciel artificiel sauf pour
l’erreur liée à la fluctuation des flux qui risque d’être plus importante dans certains scénarios
(ciel variable : erreur maximale estimée à 2%) et pour les erreurs liées au champ proche qui
sont moins présentes (Toiture : 0%, Façade : 0.5%-2%, avant toit : 1%-4%)

124
Chapitre III

III.2.4 La simulation numérique des scénarios avec le logiciel Radiance


Le logiciel choisi pour la simulation des différents scénarios testés est Radiance, qui est l’un
des logiciels les plus fiables dans la simulation numérique de l’éclairage.
Les cartes de luminances sont exportées au format de ciel Radiance à partir de Photolux. Ce
format est constitué des lignes suivantes :
- Nombre de séries de valeurs (exemple 2 pour une série de valeurs en vertical et une
série en horizontal)
- Premier angle en vertical, dernier angle en vertical, nombre d’incréments (exemple : 0,
90, 9 avec la même valeur à l’angle 90° pour tous les angles horizontaux)
- Premier angle en horizontal, dernier angle en horizontal, nombre d’incréments
(exemple : 0, 360, 31 avec les mêmes valeurs verticales pour les angles 0 et 360°)
- Les valeurs en radiance (=Luminance/179) pour le premier angle vertical (exemple :
v0°h0°, v0°h12°, v0°h24°, v0°h36°, …, v0°h360°)
- Les valeurs en radiance (=Luminance/179) pour le deuxième angle vertical (exemple :
v10°h0°, v10°h12°, v10°h24°, v10°h36°, …, v10°h360°)
- …
- Les valeurs pour le dernier angle vertical (exemple : v90°h0°, v90°h12°, v90°h24°,
v90°h36°, …, v90°h360°)
Les angles horizontaux sont mesurés à partir du sud (0°) dans un sens horaire.
Pour les scénarios avec ouverture en toiture, le sud théorique de la carte est supposé du coté
du point A1. Pour les scénarios avec ouverture en façade, le sud théorique de la carte est
supposé vers le haut.
Pour les scénarios avec ouverture en façade, la géométrie est tournée de 90° dans la
simulation de façon à pouvoir utiliser la carte de luminances (du champ vertical vu par
l’ouverture) en tant que ciel équivalent..
L’éclairement horizontal (ou vertical) est recalculé par le logiciel selon le maillage choisi pour
le ciel.

III.2.5 Comparaison maquette – simulation pour les scénarios du ciel artificiel


Pour comparer les résultats de la simulation aux mesures expérimentales, nous commençons
par la description des scénarios à travers la configuration géométrique utilisée, la carte de
luminances et la photo du champ de vision de l’ouverture.
Pour les scénarios du ciel artificiel nous corrigeons les mesures d’éclairement internes par
rapport à la variation de l’éclairement extérieur (au niveau de l’ouverture) entre le temps des
mesures et de la prise des photos. Pour les scénarios à l’extérieur, les mesures de référence
sont celles prises en même temps que la photo (ou la moyenne des mesures en cas
d’utilisation de plusieurs photos).
Les résultats de la simulation sont alors comparés aux mesures avec ou sans la correction de
flux due à la différence entre l’éclairement extérieur mesuré (au niveau de l’ouverture) et
l’éclairement calculé à partir de la carte de luminances analysée des photos.
Deux types de comparaison sont possibles : une comparaison aux valeurs absolues mesurées
et corrigées (si besoin), et une comparaison à la bande de tolérance de ces valeurs. Cette
bande a comme limites supérieure et inférieure la valeur mesurée (et corrigée si besoin) +/-
l’erreur globale calculée en tenant compte des erreurs de la simulation. Afin de simplifier le
deuxième type de comparaison, nous supposons une erreur globale homogène sur tous les

125
Chapitre III

points de mesure et tous les scénarios. La valeur choisie est proche de l’erreur maximale
calculée à partir des scénarios les plus défavorables des paramètres listés dans les tableaux
III.5, III.6 et III.7. Cette valeur est égale à +/- 6%.
La description complète des résultats est présentée dans l’annexe C. Cependant, nous
présentons ci-dessous un résumé et une analyse de ces résultats.

III.2.5.1 Ciel artificiel, Ouvertures en toiture


Distribution des luminances :

Figure III.35: Photo et carte des luminances du ciel artificiel vu à partir du centre de la toiture

Comparaison des résultats de la simulation aux valeurs de référence :


2400
600
2200
550
2000
E (lx)

500
E (lx)

450 1800

400 1600

350 1400
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Ouverture 20cmx20cm Ouverture 40cmx40cm
4600 7500
4400
7000
4200
4000 6500
E (lx)

E (lx)

3800
3600 6000
3400 5500
3200
3000 5000
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Ouverture 60cmx60cm Ouverture 80cmx80cm

Figure III.36: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points de mesure A1-
A4 (ciel artificiel, ouverture en toiture)

Les graphiques de la figure III.36 ci-dessus montrent une bonne corrélation entre les mesures
d’éclairement à l’intérieur de la maquette et les résultats de la simulation. Cette corrélation est
moins bonne pour le scénario d’une ouverture de 40cm×40cm. Cependant, nous montrons
dans III.2.5.3 que cela est dû à un problème de champ proche.

126
Chapitre III

III.2.5.2 Ciel artificiel, Ouvertures en façade

1000

800

600

E (lx)
400

200

0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure

Carte de luminances pour l’ouverture de 40x20 Ouverture 40cmx20cm


3500 7000
3000 6000
2500 E (lx) 5000
2000 4000
E (lx)

1500 3000
1000 2000
500 1000
0 0
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure Rad + Flux corrigé Limite inférieure

Ouverture 60cmx40cm Ouverture 80cmx60cm

Figure III.37: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points de mesure A1-
A4 (ciel artificiel, ouverture en façade)

Les graphiques de la figure III.37 ci-dessus montrent, comme pour les ouvertures en toiture,
que l’utilisation des cartes de luminance réelles permet d’obtenir une bonne corrélation entre
les mesures et les résultats de la simulation.

III.2.5.3 Analyse des résultats et des erreurs de champ proche

S-réelle
S-simulée

Plafond 56°
29°

Miroir

29°
Maquette

A4 A3 A2 A1

Figure III.38: Champs de vision réel et simulé de A4

127
Chapitre III

En comparant les résultats de la simulation aux mesures expérimentales dans le ciel artificiel,
nous remarquons une meilleure corrélation pour les scénarios avec ouverture en façade ou
pour l’ouverture en toiture de 20×20, que pour les autres ouvertures en toiture (40×40, 60×60
et 80×80cm).
Nous estimons que la cause principale de cette différence est liée à un problème de champ
proche, et nous menons une étude adaptée afin de vérifier l’exactitude de cette hypothèse.
Nous commençons par analyser la différence entre le champ de vision d’un point de mesure à
l’intérieur de la maquette et celui de l’objectif utilisé. Pour l’exemple d’une ouverture de
40×40 cm (voir figure III.36), une partie du plafond est vue par A4 avec un angle d’ouverture
(sur un axe Nord-Sud) de 29°. Cette même zone est vue par l’objectif avec un angle
d’ouverture de 56° qui se situe entre 8° au Nord et 48° au sud (voir figure III.38). Cette
importante différence entre les deux champs de vision caractérise la présence de champ
proche et elle est due au faible rapport d’échelle entre les dimensions de la maquette et celles
du ciel artificiel.
En ce qui concerne la simulation numérique, la carte de luminances enregistrée par l’objectif
est simulée en tant que modèle de ciel situé dans un champ infini, ce qui suppose qu’une zone
donnée de cette carte (ce ciel) est vue avec un angle quasiment constant à partir de tout point
de la maquette. Ainsi l’angle d’ouverture de 29°, avec lequel le point A4 aperçoit la zone "S-
réelle" du plafond, est utilisé pour repérer les mailles du ciel qui contribuent à l’éclairement
de A4. Cet éclairement est alors calculé à partir de la luminance moyenne de la zone "S-
simulée" du plafond au lieu de celle de S-réelle.
Etant donné que le ciel artificiel ne présente pas une uniformité parfaite, cette différence entre
le champ de vision réel et le champ de vision simulé peut être à l’origine de la différence entre
la courbe simulée des éclairements et la courbe mesurée (les courbes limites de la bande de
tolérance). C’est ce que nous avons vérifié en calculant la luminance moyenne de la
projection de S-réelle et celle de S-simulée sur la carte de luminances. Cette vérification a été
faite à l’aide de Photolux en utilisant la fonction des zones statistiques (voir figure III.39).

Figure III.39: Calcul de L moyenne de S-simulée

Pour l’exemple du point A4, la projection de S-réelle se trouve entre un angle de 8° au nord et
de 48° au sud, et entre un angle de 32° à l'est et de 32° à l'ouest. La luminance moyenne

128
Chapitre III

obtenue est de 5999 cd/m². La projection de S-simulée (présentée dans la voir figure III.39) se
trouve entre un angle de 10° au sud et 38° au sud, et entre un angle de 17° à l’est et de 17° à
l’ouest. La luminance moyenne obtenue est de 6097 cd/m².
De la même façon, nous avons obtenu les valeurs suivantes pour les autres points de
mesure du sol :
A1 : Luminance moyenne de S-réelle : 6322 cd/m²
Luminance moyenne de S-simulée : 6668 cd/m²
A2 : Luminance moyenne de S-réelle : 6072 cd/m²
Luminance moyenne de S-simulée : 5961 cd/m²
A3 : Luminance moyenne de S-réelle : 6018 cd/m²
Luminance moyenne de S-simulée : 5678 cd/m²
En corrigeant les résultats de la simulation à l’aide d’un coefficient de correction égal au
rapport entre la luminance moyenne de S-réelle et celle de S-simulée, nous obtenons une
meilleure corrélation des courbes de variation des éclairements à l’intérieur de la maquette
entre les mesures et la simulation (voir figure III.40).

2400
2300
2200
2100
2000
E (lx)

1900
1800
1700
1600
1500
1400
A1 A2 A3 A4

limite supérieure Radiance+corr flux


corr Champ proche limite inférieure

Figure III.40: Correction des résultats par rapport à la différence de luminance moyenne
entre champ de vision réel et simulé

Ceci prouve que la mauvaise corrélation obtenue pour les scénarios du ciel artificiel en toiture
(40×40, 60×60 et 80×80cm) est bien due à un problème de champ proche. Cette conclusion
est également confirmée par la meilleure corrélation obtenue pour les autres scénarios en
particulier ceux de la toiture sous un ciel réel.
Le scénario de l’ouverture en toiture de 20×20 sous le ciel artificiel n’est pas affecté par le
problème de champ proche du fait que les zones S-réelle et S-simulée ne présentent pas une
différence sensible en luminance moyenne.
En ce qui concerne l’ouverture en façade, le problème du champ proche est moins présent
grâce à l’effet des miroirs.
Finalement nous notons que les conclusions de cette analyse rejoignent la recommandation
mentionnée dans III.1.2.3 où il est préconisé de respecter un rapport d’échelle assez élevé
entre les dimensions d’une maquette expérimentale et celles du ciel artificiel utilisé.

129
Chapitre III

III.2.6 Comparaison maquette – simulation pour les scénarios du ciel réel


La description complète des résultats est présentée dans l’annexe C. Cependant, nous
présentons ci-dessous un résumé et une analyse de ces résultats.
Nous rappelons que la mesure de référence en en point donné est la moyenne des mesures
prises en parallèle aux différentes photos utilisées pour la génération de la carte des
luminances.

III.2.6.1 Ciel extérieur, couvert, Ouvertures en toiture

700
600
500

E (lx)
400
300
200
100
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure

Carte de luminances pour l’ouverture de 20cmx20cm Ouverture 20cmx20cm

1800 3500
3300
1600
3100
1400 2900
E (lx)

E (lx)

2700
1200 2500
1000 2300
2100
800 1900
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure Rad + Flux corrigé Limite inférieure

Ouverture 40cmx40cm Ouverture 60cmx60cm

Figure III.41: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points de mesure
A1-A4 (ciel extérieur, ouverture en toiture)

Comme pour les scénarios de ciel artificiel, les graphiques de la figure III.41 montrent une
bonne corrélation entre les mesures et les résultats de la simulation.
Cependant, nous remarquons un écart plus important entre les résultats avant et après la
correction de flux. Ceci est dû à l’écart entre les éclairements extérieurs mesurés et calculés (à
partir de la carte des luminances). En effet cet écart est plus important que celui observé dans
le ciel artificiel, probablement à cause des hautes luminances observées en ciel extérieur.
Mais ceci n’a pas empêché de respecter la tendance de la courbe des éclairements, même sans
correction des flux.

130
Chapitre III

III.2.6.2 Ciel extérieur, clair, Ouvertures en façade

500

400

E (lx)
300

200

100
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Carte de luminances pour l’ouverture de 40cmx20cm Ouverture 40cmx20cm

2500 6000

2000 5000
4000
1500 E (lx)
E (lx)

3000
1000
2000
500 1000
0 0
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Ouverture 60cmx40cm Ouverture 80cmx60cm

Figure III.42: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points de mesure
A1-A4 (ciel extérieur, ouverture en façade)

Comme pour les scénarios avec ouverture en toiture, nous observons dans les graphiques de la
figure III.42 ci-dessus une bonne corrélation entre les mesures et les simulations, ainsi qu’un
grand écart entre les résultats avant et après la correction des flux.

III.2.6.3 Utilisation d’une seule photo en mode de vitesse automatique "A"


Afin de simplifier la procédure, nous testons la méthodologie proposée avec l’utilisation
d’une seule photo pour la création des cartes de luminances et comparons les résultats à la
précision de la procédure avec plusieurs photos par scénario.
Pour une comparaison plus objective, nous avons pris pour un même scénario (délai assez
court) une photo en mode vitesse automatique (f:6.2) suivie d’une série de 5 photos avec des
vitesses de 1/1000, 1/500, 1/250, 1/125, 1/60. Nous avons ensuite réalisé deux simulations, la
première avec une carte de luminances analysée à partir de la photo en mode automatique, la
deuxième simulation avec une carte analysée à partir de la série de photos prises en mode
manuel.

Scénario sous ciel extérieur, couvert, ouverture en toiture de 40cm×40cm :


La photo (en mode de vitesse automatique) et les mesures sont prises le 9 octobre à 16h50
juste avant celles du scénario III.2.6.1 auquel seront comparés les résultats de la simulation.
Les résultats de la simulation sont quasi similaires à ceux avec une série de photos. En effet,
dû à l’homogénéité des luminances du champ de vision, l’analyse de la photo en mode "A" ne
présente des zones de saturation que vers l’horizon où l’effet sur l’éclairement intérieur est
négligeable.

131
Chapitre III

1800
1600

Eclairement (lx)
1400
1200
1000
800
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Correction flux Limite inférieure

Figure III.43: Carte de luminances générée à partir Figure III.44: Résultats de la simulation à partir d’une photo
d’une photo en mode de vitesse automatique en mode de vitesse automatique

Scénario sous ciel extérieur, couvert, ouverture en façade de 40cm×20cm :


La photo (en mode de vitesse automatique) et les mesures sont prises le 10 octobre à 11h47
juste avant celles du scénario III.2.6.2 auquel seront comparés les résultats de la simulation.

500
Eclairement (lx)

400
300
200
100
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Correction flux Limite inférieure

Figure III.45: Carte de luminances générée à partir Figure III.46: Résultats de la simulation à partir d’une photo
d’une photo en mode de vitesse automatique en mode de vitesse automatique

Comme pour le scénario précédent, les résultats de la simulation à l’aide d’une photo en mode
"A" sont quasi similaires à celle avec une série de photos. Même si la zone de saturation est
importante pour la carte de luminances de ce test, son influence sur les résultats est limitée.
En effet la zone de saturation correspond à une partie du sol extérieur dont la contribution est
limitée à la composante réfléchie externe qui elle ne contribue pas sensiblement à
l’éclairement intérieur à cause du faible facteur de réflexion du plafond de la maquette.
Les deux exemples mentionnés ci-dessus, ainsi que tous les autres tests que nous avons menés
avec des photos en mode "A", nous ont permis de conclure sur la précision acceptable de cette
procédure (an cas d’une répartition peu contrastée des luminances) et d’envisager l’utilisation
de notre méthode dans un test dynamique décrit dans la partie suivante.

III.2.7 Etude dynamique sous un ciel réel variable

III.2.7.1 Ouverture en toiture de 20cm×20cm


Dans cette partie, nous étudions la capacité de la méthode proposée à simuler la variation
dynamique de la répartition des luminances de la voûte céleste. Nous avons placé la maquette
à l’extérieur. Des mesures d’éclairement à l’intérieur de la maquette ont été enregistrées
toutes les secondes pendant une durée d’environ 50 minutes. Des photos en mode "A" ont été
prises toutes les 2 minutes environ. Pendant la période des mesures, le ciel était du type
intermédiaire avec des éclaircies occasionnelles (voir les photos de la figure III.47).

132
Chapitre III

L’éclairement extérieur horizontal (global) variait entre 18000 et 80000 lux. (voir figure
III.48)

10 octobre 2003 14h46 10 octobre 2003 14h49 10 octobre 2003 14h57

10 octobre 2003 15h03 10 octobre 2003 15h06 10 octobre 2003 15h10

10 octobre 2003 15h13 10 octobre 2003 15h19 10 octobre 2003 15h30

Figure III.47: variation de l’état du ciel pendant la période des mesures (ouverture en toiture)

Variation de l’éclairement extérieur :


90000
80000
70000
60000
50000
E (lx)

40000
30000
20000
10000
0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50

Ehz mesuré E hz calculé

Figure III.48: Variation de l’éclairement horizontal mesuré et calculé entre 14h45 et 15h35

La figure III.48 ci-dessus montre la variation des éclairements horizontaux calculés (par
Photolux à partir des cartes de luminances) par rapport aux éclairements extérieurs mesurés.
Nous remarquons une bonne corrélation entre les deux séries de valeurs sauf pour les deux

133
Chapitre III

mesures prises avec une présence du rayonnement direct du soleil, ce que nous analysons
dans III.2.7.3.
Variation de l’éclairement intérieur :
2000 2500
2000
1500
E (lx)

E (lx)
1500
1000
1000
500
500
0 0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50 14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A1 Mesures A1 Radiance A2 Mesures A2 Radiance
Variation de E (lx) au point A1 Variation de E (lx) au point A2

2500 2000
2000
1500
1500 E (lx)
E (lx)

1000
1000
500
500

0 0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50 14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50
Tem ps de m esure
Tem ps de m esure
A3 Mesures A3 Radiance A4 Mesures A4 Radiance
Variation de E (lx) au point A3 Variation de E (lx) au point A4
500
1200
1000 400
E (lx)

800 300
E (lx)

600
200
400
200 100
0 0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50 14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A5 Mesures A5 Radiance B5 Mesures B5 Radiance
Variation de E (lx) au point A5 Variation de E (lx) au point B5

Figure III.49: Variation de l’éclairement mesuré et simulé pour les différents points pendant la période de mesure

Les graphiques de la figure III.49 ci-dessus montrent une bonne corrélation entre les mesures
d’éclairement à l’intérieur de la maquette et les résultats des simulations numériques dans
Radiance. Cependant, nous remarquons une différence importante entre la simulation et les
deux valeurs mesurées environ 15h20, ce que nous analysons dans III.2.7.3. Nous remarquons
également une corrélation moins bonne pour le point B5. Ceci est probablement expliqué par
la position de ce point de mesure dans la maquette (partie haute du mur, voir figure III.29).
Finalement, nous notons que l’utilisation des cartes de luminances réelles permet de mettre en
évidence la différence entre la courbe des éclairements extérieurs et celle des différents points
de mesure intérieurs. Cette différence dépend de la distribution des luminances de la zone du
ciel perçue par chaque point.

134
Chapitre III

III.2.7.2 Etude dynamique, ciel extérieur intermédiaire, ouverture en façade de


80cm×60cm
Le protocole appliqué à ce test est le même que pour le scénario précédent. Pendant la
période des mesures, le ciel était du type clair puis au fur et à mesure s’est transformé en ciel
nuageux (voir figure III.50). L’éclairement extérieur vertical au niveau de la façade (orientée
sud-ouest) variait entre 10000 et 18000 lux. (voir figure III.51)

10 octobre 2003 13h36 10 octobre 2003 13h38 10 octobre 2003 13h44

10 octobre 2003 13h48 10 octobre 2003 13h54 10 octobre 2003 13h57

10 octobre 2003 14h07 10 octobre 2003 15h13 10 octobre 2003 14h15

Figure III.50: variation de l’état du ciel pendant la période des mesures

Variation de l’éclairement extérieur :


25000

20000

15000
E (lx)

10000

5000

0
13:33 13:40 13:48 13:55 14:02 14:09 14:16 14:24

Ev mesuré Ev Calculé

Figure III.51: Variation de Ev mesuré et calculé entre 13h36 et 14h17

135
Chapitre III

Comme pour l’éclairement horizontal, la figure III.51 ci-dessus montre une bonne corrélation
entre les éclairements verticaux mesurés et ceux calculés à partir des cartes de luminances.
Variation de l’éclairement intérieur :
12000 7000
10000 6000
5000
8000

E (lx)
E (lx)

4000
6000
3000
4000 2000
2000 1000
0 0
13:26 13:40 13:55 14:09 14:24 13:26 13:40 13:55 14:09 14:24
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A1 Mesures A1 Radiance A2 Mesures A2 Radiance
Variation de E (lx) au point A1 Variation de E (lx) au point A2

3500 2000
3000
2500 1500

E (lx)
E (lx)

2000
1000
1500
1000 500
500
0 0
13:26 13:40 13:55 14:09 14:24 13:26 13:40 13:55 14:09 14:24
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A3 Mesures A3 Radiance A4 Mesures A4 Radiance
Variation de E (lx) au point A3 Variation de E (lx) au point A4
3000
4000
2500
3000 2000
E (lx)

E (lx)

2000 1500
1000
1000
500
0 0
13:26 13:40 13:55 14:09 14:24 13:26 13:40 13:55 14:09 14:24
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A5 Mesures A5 Radiance B5 Mesures B5 Radiance
Variation de E (lx) au point A5 Variation de E (lx) au point B5

Figure III.52: Variation de l’éclairement mesuré et simulé pour les différents points pendant la période de mesure

III.2.7.3 Analyse des erreurs de saturation du scénario dynamique avec ouverture en


toiture.
Comme nous l’avons noté dans III.2.7.1, une surestimation importante apparaît pour le
scénario avec ouverture en toiture pour les simulations de 15h19 et de 15h21. En vérifiant
l’éclairement extérieur mesuré à la même heure (mesures sur la toiture de la maquette et celles
de la station météo IDMP de l’ENTPE) et en regardant les photos correspondantes nous
constatons une présence importante de rayonnement direct du soleil (34000 lux d’éclairement
direct sur 65000 lux d’éclairement global selon les données de la station à 15h20).
L’éclairement horizontal global calculé à partir de la carte de luminances est d’environ 40000
lux, c’est-à-dire assez proche de l’éclairement diffus mesuré. Ceci vient du fait que la zone
qui correspond au cercle circumsolaire est en saturation ce qui fait que l’apport du soleil n’est
pas pris correctement en compte dans la carte des luminances (voir figure III.53).

136
Chapitre III

2500

2000

1500

E (lx)
1000

500

0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance + Flux corrigé
E Radiance (lx) Limite inférieure

Figure III.53: Carte de luminances calculée avec la Figure III.54: Comparaison des résultats de la simulation avec et
zone de saturation sans correction de flux

Or la correction des flux affectée aux résultats de la simulation est calculée à partir du rapport
entre Ehz (global) mesuré et Ehz calculé. Donc cette correction a été faussée pour ces deux
cas particuliers et a conduit à la sur-estimation des éclairements intérieurs.
D’un autre côté, les résultats de la simulation avant correction de flux, étaient assez proches
de la bande de tolérance avec une bonne corrélation et une différence égale à l’écart moyen
observé dans les autres scénarios entre Ehz mesuré et Ehz calculé (voir figure III.54). Ceci est
dû au fait que l’éclairement direct n’atteint pas les points de mesure intérieurs.

III.2.8 Conclusions et perspectives pour les cartes de luminances réelles


III.2.8.1 Conclusions générales
Les comparaisons présentées ci-dessus et dans l’annexe C montrent que la méthode proposée
produit des résultats assez proches des mesures expérimentales en éclairement.
Une bonne corrélation est trouvée dans la majorité des scénarios entre les courbes des
éclairements simulés et mesurés avec une différence moyenne généralement en dessous des
6% en valeur absolue. C’est à dire en dessous de l’erreur estimée des mesures.
Pour les ouvertures en façade dans le ciel artificiel, une meilleure corrélation est observée
pour les points de mesure au sol (A1-A4) par rapport aux points du mur (A5, B5) où la
différence peut dépasser les 20%.
Les plus grandes différences sont observées pour les scénarios du ciel artificiel avec une
ouverture de 40×40, 60×60 ou de 80×80cm, ainsi que pour les scénarios en extérieur avec une
ouverture de 40×20cm.
Dans l’étude dynamique, nous observons une bonne corrélation entre les mesures et les
simulations sauf pour la période avec une présence importante du rayonnement solaire direct
(Scénario avec ouverture en toiture).
En conclusion de l’étude de validation expérimentale, nous estimons que la méthode proposée
peut être considérée comme une réponse valable au problème de description de la source de
lumière naturelle dans les scénarios destinés à la création de références de validation. Cette
méthode est également plus adaptée que les modèles de ciel standards pour la simulation des
scénarios de champs de luminances complexes (ciel hétérogène, masques…).
Au-delà du problème de saturation en cas de présence du soleil dans le champ de vision de
l’objectif (qui est commun à tous les systèmes de mesure de luminances de ciel), les
limitations majeures auxquelles est confrontée cette méthode sont liées à l’étalonnage des

137
Chapitre III

appareils photo. Ainsi nous avons un écart entre l’éclairement extérieur mesuré et calculé qui
peut dépasser les 20%. Nous estimons que ceci est dû à un problème d’étalonnage pour les
hautes luminances. Cependant, ces limitations ne mettent pas en cause le concept proposé, et
n’empêchent pas d’obtenir des bonnes précisions après normalisation des résultats par rapport
à cet écart.

III.2.7.2 Perspectives
Les perspectives envisageables pour l’amélioration de la fiabilité et de l’exploitation de la
méthode sont liées aux points suivants :
- L’utilisation des nouvelles générations des Nikon Coolpix avec un temps d’exposition
jusqu’à 1/4000s permettrait de minimiser les erreurs liées à la saturation de la zone
circomsolaire.
- Mener une procédure d’étalonnage plus poussée (sous un ciel extérieur, prendre en
compte l’influence de l’angle d’incidence, des contrastes, de l’aspect spectral et de la
sensibilité de l’œil…) devrait permettre d’améliorer la précision des cartes de
luminances et de se passer de la correction des flux.
- Pour optimiser l’utilisation de la méthode dans le domaine de la validation, il est
possible d’ajouter à la procédure la prise d’une photo de l’espace intérieur de la
maquette pour permettre une observation plus complète de la distribution de la
lumière.
- Cette méthode pourra être utilisée dans la simulation de scénarios réels pour une
meilleure prise en compte de l’environnement urbain. Ceci permettrait par exemple
d’avoir une estimation plus précise de la performance des solutions d’éclairage naturel
envisagées dans un projet de rénovation. En effet, l’utilisation des cartes de
luminances réelles permet d’éviter les différences (entre réalité et simulation) liées à la
simplification des masques extérieurs par des surfaces à luminance uniforme. Ainsi on
pourra mieux répondre aux exigences de garantie de rendement qui apparaissent de
nos jours dans le domaine du bâtiment.
- La bonne corrélation dynamique entre les résultats des simulations avec les cartes de
luminances créées et les mesures d’éclairement extérieur et intérieur, permet
d’envisager l’utilisation des appareils photo étalonnés en luminance en tant que
Scanner de ciel. Ceci nécessiterait une automatisation de la prise des photos avec des
IL différents, ainsi que l’intégration d’un dispositif de protection du rayonnement
direct. Ce type de système aurait comme avantage par rapport aux scanners de ciel
standards, le fait de pouvoir créer des cartes de luminances continues (des milliers de
points au lieu des 145 points) dans un délai beaucoup plus court (égal au temps
d’exposition de la photo).

III.3 Exemples de cas-tests en lumière naturelle avec utilisations des cartes


de luminances réelles.
La précision obtenue avec la méthode proposée pour la description des champs de luminances
permet de l’utiliser dans la description des scénarios expérimentaux destinés aux travaux de
validation. Ainsi tous les scénarios, utilisés ci-dessus pour la validation de la méthode, où une
bonne corrélation est obtenue entre les mesures et les simulations (|différence| < erreur
globale calculée), peuvent être considérés comme des cas-tests fiables pour la validation des
logiciels de simulation de l’éclairage naturel.
Ci-dessous, nous présentons 2 exemples types de description de cas-test avec utilisation des
cartes de luminances réelles.

138
Chapitre III

III.3.1 Eclairage intérieur sous une ouverture en toiture et un ciel extérieur


nuageux
III.3.1.1 Description de la géométrie
La géométrie utilisée est celle de la maquette de l’ENTPE avec une ouverture en toiture. Les
dimensions intérieures sont de 80cm×80cm au sol avec 60cm de hauteur. L’ouverture a une
dimension de 40cm×40cm centrée par rapport à la surface du plafond avec 36mm d’épaisseur.
Les points de mesure utilisés sont décrits dans la figure III.29.

III.3.1.2 Photométrie des matériaux


Les surfaces intérieures sont en bois contreplaqué peint en noir. Le facteur de réflexion est de
5% avec une variation de +/-0.5%.
L’aspect bidirectionnel de la réflexion de la lumière sur ces surfaces est caractérisé par
l’indicatrice de luminances de la figure III.17.

III.3.1.3 Description du champ de luminances externe à l’ouverture


La source de lumière est un ciel extérieur nuageux avec une distribution de luminances
enregistrée en même temps que les mesures d’éclairement à l’intérieur de la maquette. Cette
distribution est décrite par la carte des luminances hémisphérique montrée dans la figure 14
de l’annexe C ainsi que par le ciel équivalent décrit au format Radiance avec un maillage
régulier de 1° en horizontal et 1° en vertical (voir annexe H).
L’éclairement horizontal résultant est égal à 12961 lux.
La luminance moyenne du ciel est de 3539 cd/m².
La luminance maximale est de 10344 cd/m².
La luminance minimale est de 167 cd/m².

III.3.1.4 Les valeurs de référence


L’estimation des erreurs potentielles des mesures est représentée dans le tableau III.8 ci-
dessous.
Sources d’erreurs de mesure Valeur estimée de l’erreur potentielle (+/-%)
Précision des capteurs 3
Correction de cosinus 2
Sensitivité spectrale 1
Fluctuation du flux entrant 2
La position des capteurs 1

Sources d’erreurs liées à la simulation


Champ proche 0
Facteur de réflexion (ρ) 1
Homogénéité de ρ 0.5
Réflexion directionnelle 1
Dimension de la géométrie 0.5
Précision des luminances
3
calculées
Maillage et interpolation des
1
luminances dans la simulation
Tableau III.8: Estimation des erreurs potentilles

L’erreur potentielle globale calculée est égale à 5.5%. Les valeurs de référence sont alors
présentées sous forme d’une bande de tolérance égale à l’éclairement mesuré sur chaque point

139
Chapitre III

(après normalisation par rapport à l’écart des flux entre mesure et carte des luminances) +/-
5.5% (voir tableau III.9 et figure III.55).

Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure (lx) 1200 1698 1654 1162 703 912
E Simulation (lx)
Limite inférieure (lx) 1075 1521 1481 1041 630 817
Tableau III.9: La bande de tolérance pour les valeurs d’éclairement au sol et au mur

1800
1600
1400
Eclairement (lx)

1200
1000
800
600
400
200
0
A1 A2 A3 A4 A5 B5

Limite supérieure Limite inférieure


Figure III.55: La bande de tolérance pour les valeurs d’éclairement au sol et au mur

III.3.2 Simulation de la transmission bidirectionnelle des matériaux


III.3.2.1 Introduction
Une des plus grandes limitations de la simulation numérique de l’éclairage de nos jours est la
transmission bidirectionnelle à travers les matériaux complexes de plus en plus utilisés dans
les systèmes de fenêtres.
Tout d’abord cette limitation est liée à un problème de mesures des caractéristiques
bidirectionnelles de ces matériaux : la précision de ces mesures nécessites des moyens
logistiques et financiers trop importants. Ensuite, c’est le problème de l’exploitation de ce
type de mesures qui s’impose.
De nos jours, de nombreux efforts sont menés au niveau international et européen afin
d’améliorer la maîtrise des mesures bidirectionnelles des matériaux avec des moyens moins
lourds, que ça soit des dispositifs expérimentaux [Andersen, 2003] ou numériques [Andersen,
2003] [De Boer, 2003] [Greenup, 2000] [Mitanchey, 1995].
Quel que soit le moyen utilisé pour la caractérisation de ce type de matériaux, l’objectif final
est généralement de pouvoir déterminer leur performance en matière de distribution des flux
lumineux incidents à l’intérieur des espaces.
Dans le cadre de ce contexte, et dans l’esprit de notre méthodologie de validation, nous nous
sommes intéressés à la création de références expérimentales qui permettent de vérifier la
précision des méthodes utilisées dans la simulation des performances des matériaux vitrés à
aspect bidirectionnel. L’importance de cette tâche est due à la rareté, malgré le besoin, des
références de ce type.
Nous utilisons dans notre protocole la maquette expérimentale de l’ENTPE, mais aussi et
surtout notre méthode de caractérisation des champs de luminances. En effet, dans un

140
Chapitre III

phénomène de propagation de la lumière à travers ce type de matériaux, la distribution des


flux à l’intérieur est extrêmement sensible à la description de la source extérieure.
Le protocole expérimental utilisé consiste à prendre des mesures d’éclairement à l’intérieur
de la maquette avec et sans la présence de l’échantillon à tester. En même temps que ces
mesures, nous enregistrons la répartition du champ des luminances externes à l’aide du Nikon
Coolpix.
La couleur noire des surfaces intérieures permet de limiter l’influence des inter-réflexions
internes. Les mesures sans échantillon permettent de séparer l’erreur liée aux mesures et à la
description générale du scénario, de celle liée à l’aspect bidirectionnel du matériau.

III.3.2.2 Description du scénario


La géométrie utilisée et la photométrie des surfaces intérieures sont les mêmes que pour le
cas-test précédent.
Le matériau vitré utilisé est un échantillon de Serraglaze de 25cm×25cm. Sa géométrie et son
positionnement sont décrits dans les Figures suivantes.

Figure III.56: Description géométrique du Serraglaze

Position de l’échantillon sur l’ouverture Vue de l’intérieur Vue de l’extérieur

Figure III.57: Positionnement du Serraglaze sur l’ouverture de la maquette

Le champ de luminances enregistré en même temps que les mesures est décrit par la carte de
luminances montrée dans la figure III.58 ci-dessous.

141
Chapitre III

Figure III.58: Carte de luminances enregistrées

L’éclairement horizontal résultant est égal à 17430 lux.


La luminance moyenne du ciel est de 4476 cd/m².
La luminance maximale est de 7323 cd/m².
La luminance minimale est de 274 cd/m².

III.3.2.3 Mesures de référence


L’erreur globale estimée des mesures effectuées sans l’échantillon est estimée à +/-6%. Pour
les mesures avec l’échantillon, cette erreur est estimée à +/-10% y compris l’erreur liée à la
position exacte de l’échantillon.

Bande de tolérances des mesures sans échantillon :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure (lx) 435 584 552 411 275 120
E Simulation (lx)
Limite inférieure (lx) 386 518 489 365 244 106
Tableau III.10: Données de référence en éclairement (sans l’échantillon)

Bande de tolérances des mesures avec l’échantillon :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure (lx) 342 468 451 341 223 65
E Simulation (lx)
Limite inférieure (lx) 280 383 369 279 183 53
Tableau III.11: Données de référence en éclairement (avec l’échantillon)

La transmission hémisphérique-directe du matériau pour les différents points de mesure et


sous le champ des luminances testé est calculée à partir du rapport entre les mesures avec et
sans échantillon. Elle est présentée dans le tableau 21 ci-dessous avec une marge de tolérance
de +/- 10%.
Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure (%) 0.834 0.850 0.867 0.880 0.859 0.575
Simulation (%)
Limite inférieure (%) 0.682 0.696 0.710 0.720 0.703 0.470
Tableau III.12: Données de référence en transmission hémisphérique-directe

142
Chapitre III

III.4 Exemple de cas-tests en lumière artificielle

III.4.1 Introduction
Le cas-test suivant est défini à partir d’un travail expérimental conduit par la CIBSE en
Grande Bretagne et dont la description a été publiée dans le rapport TM 28/00 de la CIBSE
[Slater, 2002] Le but de ce travail était de produire des données de validation pour les
logiciels de simulation de l’éclairage artificiel. Un effort remarquable a été effectué pour
minimiser et analyser l’importance des sources d’erreurs potentielles. Le protocole
expérimental de ce travail comprenait 6 scénarios différents en lumière artificielle. La
photométrie de chaque luminaire a été mesurée séparément. Vu l’intérêt de ce travail dans le
domaine de la validation, et vu la difficulté et les coûts importants qu’engendrent de telles
expérimentations, nous avons choisi l’un de ces scénarios pour définir un exemple type de
cas-test avec référence expérimentale en générale et en lumière artificielle, en particulier.
Nous avons rédigé la description de ce cas en suivant les recommandations mentionnées dans
III.1.1 ainsi que le modèle type défini dans l’esprit de notre méthodologie de validation
proposée. La totalité des 6 scénarios a été présentée sous forme de 6 cas-tests avec références
expérimentales dans le cadre de l’activité du TC.3.33 de la CIE.

III.4.2 Description du scénario


III.4.2.1 La géométrie
La pièce testée est de forme rectangulaire d’une dimension de 6m78 par 6m72. La hauteur du
plafond est de 3m24.

Figure III.59: Plan de la pièce de test avec la position des luminaires et des points de mesure

III.4.2.2 Photométrie des matériaux


- La surface du plafond est noire avec un facteur de réflexion moyen de 0.03 +/- 0.01.
- Le sol a une couleur brun foncé avec un facteur de réflexion de 0.06+/-0.01
- Les murs sont peints en noire mat avec un facteur de réflexion de 0.04+/-0.01
N.B. Aucune mesure bidirectionnelle n’a été conduite sur les surfaces intérieures de la pièce.

143
Chapitre III

III.4.2.3 La position des luminaires


Quatre luminaires sont utilisés et placés sur une trame de 2×2 avec un espacement de 3m39 le
long de l’axe des X et de 3m36 le long de l’axe des Y.
- Le luminaire 1 est placé sur le coté gauche du haut comme indiqué dans la figure
III.59. Il a les coordonnés suivants : X=1m695, Y=1m680.
- Le luminaire 2 est placé sur le coté gauche du bas (X=1m695, Y=5m040).
- Le luminaire 3 est placé sur le coté droit du haut (X=5m085, Y=1m680).
- Le luminaire 4 est placé sur le coté droit du bas (X=5m085, Y=5m040).
La hauteur des luminaires est de 3m20. L’axe CO des quatre luminaires est parallèle à l’axe
des Y et orienté vers le mur de bas.

III.4.2.4 La photométrie des luminaires


Les luminaires utilisés dans ce test sont munis de réflecteurs semi-spéculaires : dimension
carrée de 60cm×60cm, Cat. No. U1701/318 P1, avec 3 lampes Philips nouvelle génération
TL-18W, et des ballasts de 18W à haute fréquence. Le flux total sortant de chaque luminaire
est comme suit :
- Luminaire 1: 4087.7 lm
- Luminaire 2: 4174.7 lm
- Luminaire 3: 4135.0 lm
- Luminaire 4: 4114.3 lm
Les données photométriques des luminaires sont présentées au format CIBSE TM14 [CIBSE,
1988].

III.4.2.5 Les points de mesure


Les points de mesure sont définis sur une trame régulière de 7×7 centrée par rapport aux murs
(voir figure III.59).
Le plan de mesure est à une hauteur de 80 cm du sol.

III.4.3 Les mesures de référence


III.4.3.1 Estimation des erreurs
L’erreur totale estimée des mesures (Em) est de :
- +/- 6.7% pour l’éclairement ponctuel
- +/- 3.8% pour l’éclairement moyen
L’erreur globale estimée (Eg, y compris les erreurs de simulation) est de :
- +/- 10.5% pour l’éclairement ponctuel
- +/- 6.3% pour l’éclairement moyen

III.4.3.2 Valeurs d’éclairements ponctuels


Pour les éclairements ponctuels, les valeurs de référence sont présentées sous forme de
tableau avec 2 paires de limites supérieures ou inférieures. La première paire correspond aux
erreurs de mesure et elle est égale aux valeurs mesurées +/- 2×Em (+/- 13.4%). La deuxième
paire de limites comprend les erreurs de simulation en plus des erreurs de mesure et elle est
égale aux valeurs mesurées +/- 2×Eg 20%). Entre les deux paires de limites, une ligne est

144
Chapitre III

réservée aux résultats de la simulation. Le tableau III.13 donne un exemple de la présentation


des valeurs de référence.
Position Capteur
1 1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) 146 249 237 197 237 252 149
LS-Em (lx) 136 232 221 184 221 235 139
Simulation
LI-Em (lx) 105 179 170 142 170 181 107
LI-Eg (lx) 95 162 155 129 155 164 97
Tableau III.13: Les limites supérieures et inférieures pour les mesures d’éclairement ponctuel

LS-Em est la limite supérieure liée aux erreurs de mesure. LI-Em est la limite inférieure.
LS-Eg est la limite supérieure liée aux erreurs globales. LI-Eg est la limite inférieure.

III.4.3.3 Valeurs d’éclairement moyen


Pour l’éclairement moyen sur le plan de mesure, les valeurs de référence sont présentées dans
le tableau III.14 sous forme de limite supérieure et inférieure en relation avec l’erreur globale
(mesures+/- 2×Eg = mesures +/- 12.6)
éclairement moyen
Limite supérieure (lx) 254.2
Simulation
Limite inférieure (lx) 199.8
Tableau III.14: Les limites supérieures et inférieures pour les
mesures d’éclairement moyen

III.4.4 Analyse critique du protocole


Le protocole utilisé pour la réalisation de ce travail représente un exemple à suivre pour la
production de références expérimentales de validation. Cependant nous notons quelques
remarques et quelques propositions d’amélioration qu’on pourrait intégrer dans ce type de
travaux si les budgets financiers le permettaient :
- Il est préférable, pour un scénario donné, de prendre toutes les mesures à l’intérieur en
même temps,
- Le fait de négliger l’aspect bidirectionnel des surfaces peut introduire une erreur
importante,
- Nous estimons que la marge de tolérance accordée (2 × erreur globale) est trop
importante et rend plus difficile la possibilité de juger la précision d’un logiciel testé.

III.5 Autres propositions de cas-tests avec référence expérimentale


Dans le cadre d’une méthodologie de validation des logiciels plus complète, et dans le respect
des recommandations décrites dans ce chapitre, nous proposons la création ou l’utilisation de
références expérimentales liées aux thèmes suivants :

III.5.1 Transmission bidirectionnelle


Pour tester la capacité des logiciels à simuler l’influence de différents types de parois vitrées
et de systèmes de protection solaire, nous proposons d’utiliser le protocole décrit dans III.3.2
pour créer une série de cas-tests similaires avec d’autres échantillons. Cependant, il est
important pour ce type de scénarios de pouvoir décrire avec précision les propriétés
photométriques de ces échantillons (ou de leurs composants).

145
Chapitre III

III.5.2 Réflexion bidirectionnelle


Pour tester la capacité d’un logiciel à simuler l’aspect bidirectionnel d’un matériau en
réflexion, nous proposons d’utiliser le protocole décrit dans II.14.6 pour créer une série de
cas-tests similaires avec des échantillons réels. Les fonctions BRDF des échantillons doivent
être mesurées avec précision.

III.5.3 Qualité spectrale des sources


Pour tester la capacité d’un logiciel à simuler l’aspect spectral de la lumière, nous proposons
de créer un cas-test basé sur la procédure suivante :
Une source lumineuse (dont le spectre est connu ou mesuré) éclaire un échantillon de couleur
standard (CIE). La couleur apparente de l’échantillon est mesurée à l’aide d’un
spectrophotomètre.
La comparaison entre la simulation et les mesures peut se faire en mode RGB en calculant les
valeurs RGB correspondantes au spectre mesuré.

III.5.4 Le photo-réalisme (des images de synthèse)


Afin de juger sur le photo-réalisme des images de synthèse produites à partir d’une simulation
numérique de l’éclairage, nous proposons de créer un nombre de cas-tests basés sur la
procédure suivante :
- Choisir un scénario pour lequel existe une description complète (géométrie,
photométrie des matériaux, photométrie et position des luminaires, …)
- Prendre une photo numérique du scénario avec des paramètres bien précis (position de
l’appareil photo, orientation, angle d’ouverture…)
- Simuler le scénario à l’aide de ces données et générer une image de synthèse
Pour la comparaison de l’image de synthèse à la photo numérique, il est possible d’utiliser les
fonctionnalités correspondantes proposées dans les logiciels d’édition d’images. Cependant, il
faut prendre en considération les sources d’erreurs potentielles. Celles-ci peuvent être liées à
la description géométrique et photométrique du scénario, mais aussi aux réglages de
luminosité, aux balances des blancs, etc.

III.5.5 Les cartes de luminances


Pour tester la précision des cartes de luminances produites par certains logiciels à partir d’une
simulation, nous proposons de suivre la procédure décrite pour les cas-test de photo-réalisme,
mais en utilisant un photo-luminance-mètre calibré à la place de l’appareil photo. Pour la
comparaison des données simulées aux données mesurées, il existe des outils numériques
capables de calculer la corrélation entre deux images.

III.5.6 Les scénarios de la tâche 21 de l’IEA


Nous proposons d’utiliser les scénarios décrits dans l’annexe 29 de l’IEA 21 en tant que cas-
tests en lumière naturelle. [Fontoynont, 1999]

146
Chapitre III

Conclusions
Ce chapitre nous a permis de mettre en évidence les difficultés liées à la création de
références expérimentales fiables pour la validation des logiciels.
Nous avons montré l’intérêt que représente dans ce domaine la simplification des scénarios et
nous avons proposé un cahier des charges à respecter pour atteindre cet objectif.
Nous avons proposé une méthode de présentation objective des mesures expérimentales. Elle
prend en considération les erreurs potentielles dans les valeurs mesurées et le fait que dans le
domaine expérimental, la vérité absolue n’existe pas.
Nous avons proposé et validé une nouvelle méthodologie de description des champs de
luminances réels, ce qui permet de minimiser une source d’erreurs importante dans les
protocoles expérimentaux de validation.
Nous avons donné des exemples de références expérimentales fiables dans le domaine de la
simulation de la lumière naturelle et artificielle, mais également dans le domaine de la
simulation de la transmission bidirectionnelle des matériaux complexes.
Les cas-tests avec référence expérimentale traités dans ce chapitre peuvent être classés par
rapport à la nature de l’aspect de la propagation de la lumière traité, comme le montre le
tableau III.15 ci-dessous.

Référence Thème Art Nat Direct Ind. BRDF BTDF Spectr


III.2.5.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture x x
III.2.5.2 Ciel artificiel, ouverture en façade x x
IV.2.7.7 Ciel artificiel, ouverture en façade + obstruction x x
III.2.6.1 Ciel extérieur couvert, ouverture en toiture x x
III.2.6.2 Ciel extérieur clair, ouverture en façade x x
III.2.7.1 Ciel extérieur dynamique, ouverture en toiture x x
III.2.7.2 Ciel extérieur dynamique, ouverture en façade x x
III.3.2 Transmission bidirectionnelle x x x
III.4 Lumière artificielle (CIBSE) x x x
II.5.2 Réflexion bidirectionnelle x x x x
II.5.3 influence spectrale des sources x x x x
III.5.4 Photo-réalisme des Images de synthèse x x x x x x x
III.5.5 Précision des cartes de luminance x x x x x x x
III.5.6 Les maquettes de l’IEA 21 x x x
Tableau III.15: Classement des cas-tests proposés avec référence expérimentale

147
Chapitre III

Références bibliographiques
ANDERSEN M., RUBIN, M., POWLES, R., SCARTEZZINI, J. L. Bi-directional light
transmission properties assessment for venetian blinds: Computer simulations compared to
photogoniometer measurements. ISES Solar World Congress 2003 - Solar Energy for a
Sustainable Future, Gothenburg - Sweden. International Solar Energy Society, 2003.

ANDERSEN M., RUBIN, M., SCARTEZZINI, J.-L. Comparison between ray-tracing


simulations and bi-directional transmission measurements on prismatic glazing. Solar
Energy, 2003, vol. 74, n°2, pp. 157-217.

ASHDOWN I. Thinking photometrically Part II. 1.05. Las Vegas: Workshop at Lightfair
International, 2001, 42 p.

BERRUTO V., FONTOYNONT, M. Application of CCD cameras to lighting research:


review and extension to the measurement of glare indices. CIE 23rd Session, New Delhi,
1995, pp. 192-195.

CIBSE. CIBSE standard file format for electronic transfer of luminaire photometric data.
CIBSE TM 14. London: CIBSE, 1988.

CIE. Methods of Characterizing Illuminance Meters and Luminance Meters. CIE-69. Vienne:
Commission Internationale de l'Eclairage, 1987.

CIE. The Photometry and Goniophotometry of Luminaires. CIE-121. Vienne: Commission


Internationale de l'Eclairage, 1996.

CIE. Practical Methods for the Measurement of Reflectance and Transmittance. CIE-130.
Vienne: Commission Internationale de l'Eclairage, 1998.

COUTELIER B. Caractérisation du confort visuel dans les lieux de travail grâce à un


dispositif expérimental de mesure de luminance. DEA en génie civil. Vaulx en Velin: ENTPE,
2001, 76 p.

DE BOER J. Encorporation of numerical goniophotometry into daylighting design. CISBAT


2003, Lausanne. EPFL, 2003, pp. 229-234.

DUMORTIER D. Lumière naturelle et rayonnement solaire - Mesures au sol et estimations à


partir d'images satellites - Développement de services Web pour l'éclairage naturel des
bâtiments. HDR Thermique et Energétique. Vaulx en Velin: ENTPE, 2003, 161 p.

DUMORTIER D., VETRO, P. Luminance calibration of the Nikon 950 digital cameras. Lux
Europa, Reykjavik, 2001.

FONTOYNONT M., LAFORGUE, P., MITANCHEY, R., AIZLEWOOD, M., BUTT, J.,
CARROLL, W., HITCHOCK, R., ERHORN, H., DE BOER, J., DIRKSMÖLLER, M.,
MICHEL, L., PAULE, B., SCARTEZZINI, J-L., BODART, M AND ROY G. Validation of
daylighting simulation programs. IEA SHC Task 21/ ECBCS Annex 29. 1999, 28 p.

148
Chapitre III

GREENUP P. J., EDMONDS, I. R., COMPAGNON, R. RADIANCE algorithm to simulate


laser-cut panel light-redirecting elements. Lighting Research & Technology, 2000, vol. 32,
n°2, pp. 49-54.

HOPKINSON R. G., PETHERBRIDGE, P., LONGMORE, J. Daylighting. William


Heinneman Ltd. London., 1966.

IESNA. Lighting Handbook. 8th Edition. New York: Illuminating engineering Society of
North America, 1993.

IESNA. IESNA Standard File Format for Electronic Transfer of Photometric Data. IESNA
LM-63-95. New York: Illuminating engineering Society of North America, 1995, 5 p.

IESNA. Approved method for photometric testing of indoor fluorescent luminaires. IES LM-
41-98. New York: Illuminating engineering Society of North America, 1998.

IESNA. IESNA approved method for photometric testing of indoor luminaires using High
Intensity Discharge or Incandescent Filament lamps. IES LM-46-98. New York: Illuminating
engineering Society of North America, 1998.

IESNA. IESNA guide to lamp seasoning. IES LM-54-99. New York: Illuminating engineering
Society of North America, 1999.

IESNA. IESNA approved method for the electrical and photometric measurements of single-
ended Compact Fluorescent lamps. IES LM-66-00. New York: Illuminating engineering
Society of North America, 2000.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M. Use of IEA-SHC Task 21 C benchmarks to assess


performance of Lightscape 3.2 in daylighting calculations. EPIC, Lyon, France, 2002, pp.
709-714.

MAAMARI F., JONGEWAARD, M., KOSTER, J., TRANSGRASSOULIS, A.


FONTOYNONT, M. A Step Toward A Complete And Objective Validation Methodology For
Lighting Simulation Tools. CIE 25th Session, San Diego, 2003, pp. 4.

MAAMARI F., PEZZANA, S. Representing external luminance distributioin by mean of a


luminaire with an equivalent photometric file in daylighting simulations. Rapport interne.
Vaulx en Velin: LASH-DGCB-ENTPE, 2001, 20 p.

MARDALJEVIC J. Validation of a Lighting Simulation Program Under Real Sky Conditions.


International Journal of Lighting Research & Technology, 1995, vol. 27, n°4, pp. 181-188.

MARDALJEVIC J. Parallax errors in sky simulator domes. IEA Task-31 & CIE Div-3 IEA
mini-conference, Ottawa - Canada, 2002.

MARDALJEVIC J. Quantification of Parallax Errors in Sky Simulator Domes for Clear Sky
Conditions. Lighting Research and Technology, 2002, vol. 34, n°4, pp. 313-332.

149
Chapitre III

MITANCHEY R. Synthèse d'images appliquée à l'éclairagisme intérieur des bâtiments.


Thèse en Informatique, spécialité images. Saint-Etienne: L'école Nationale Supérieure des
Mines de Saint-Etienne, 1996, 200 p.

MITANCHEY R., PERIOLE, G., FONTOYNONT, M. Goniophotometric measurements:


Numerical simulation for research and development applications. Lighting Research and
Technology, 1995, vol. 27, n°4, pp. 189-196.

NAKAMURA H., OKI, M. Measurement of luminance distribution under various sky


conditions by orthographic projection camera. CIE 18th Session, London, 1975, pp. 493-502.

SLATER A. Experimental data sets for artificial lighting. London: Building Research
Establishment, 2001.

SLATER A., GRAVES, H. Benchmarking Lighting Design Software. TM 28/00. London:


CIBSE, 2002, 33 p.

VETRO P. Application d'un appareil photographique numérique à la réalisation de champs


de luminance. Civil engineering. Vaulx en Velin: ENTPE, 2000, 46 p.

150
Chapitre IV

Chapitre IV

Utilisation des cas test pour la validation


d’un logiciel de simulation de l’éclairage
et du concept des luminaires équivalents

Résumé
Dans ce chapitre, nous utilisons les cas-tests définis dans les deux chapitres précédents pour
tester les capacités et les limites d’un logiciel de simulation de la lumière, Lightscape 3.2.
Cette étude montre à partir d’un exemple concret l’utilité de la méthode de validation
proposée. Elle montre une bonne précision du logiciel dans la simulation de la lumière
artificielle et dans le calcul de radiosité à l’intérieur d’une géométrie. Elle permet également
d’identifier un certain nombre de points faibles liés essentiellement à la simulation de la
lumière naturelle dans ce logiciel :
- Son incapacité à simuler la transmission directionnelle des vitrages,
- Ses erreurs de conservation de flux en lumière naturelle,
- Son manque de précision dans le calcul de la composante directe pour un ciel CIE
clair ou couvert,
- Son manque de précision dans le calcul de la composante réfléchie externe due au sol
et dans le calcul de la réflexion diffuse sur les grandes surfaces en général.
Pour contourner ces limitations, nous proposons une méthode qui consiste à simuler la
contribution de l’environnement extérieur (à éclairement intérieur) à l’aide d’un luminaire
équivalent positionné au niveau de l’ouverture. Ce luminaire est associé à une photométrie
équivalente à la distribution des luminances externes.
Nous menons une étude de validation de cette méthode à l’aide de nos cas-tests. L’analyse des
résultats montre que l’utilisation de luminaires équivalents permet à Lightscape de simuler
avec précision des scénarios de lumière naturelle. De plus elle permet de réduire le temps de
calcul. Cette méthode est d’ailleurs utilisable dans tout logiciel capable de simuler
correctement la propagation de la lumière à partir d’un luminaire, La comparaison avec les
résultats de Lightscape a montré que cette méthode permet avec un temps de calcul plus réduit
de s’affranchir des limitations du logiciel citées si-dessus. La comparaison avec les résultats
de Radiance pour les scénarios expérimentaux (présentés dans III.2.4) montre que la méthode
proposée est aussi précise que Radiance dans la simulation de la lumière naturelle à l’aide des
cartes de luminances réelles.
Pour certains scénarios testés, nous menons une étude de sensibilité et/ou une analyse
paramétrique afin de mieux comprendre la variation des résultats avec les paramètres de
calcul et avec la configuration des scénarios, et en particulier pour les scénarios en champ
proche.

151
Chapitre IV

152
Chapitre IV

Table de matières
Introduction ...................................................................................................................................... 155
IV.1 Validation du logiciel Lightscape 3.2...................................................................................... 156
IV.1.1 Présentation du logiciel...................................................................................................... 156
IV.1.1.1 Description générale du logiciel ................................................................................ 156
IV.1.1.2 Description des propriétés physiques des matériaux ................................................. 156
IV.1.1.3 Description de la lumière de jour............................................................................... 157
IV.1.1.4 Description des luminaires......................................................................................... 158
IV.1.1.5 Choix des paramètres de calcul.................................................................................. 158
IV.1.1.6 Exploitation des résultats ........................................................................................... 159
IV.1.2 Sélection des cas-tests applicables au logiciel ................................................................... 160
IV.1.3 Comparaison des résultats aux données de référence analytiques ..................................... 161
IV.1.3.1 Simulation des sources ponctuelles (Scénario II.1) ................................................... 162
IV.1.3.2 Simulation des sources surfaciques (Scénario II.2) ................................................... 162
IV.1.3.3 Conservation des flux (Scénario II.3) ........................................................................ 163
IV.1.3.4 Transmission directionnelle d’un vitrage clair (Scénario II.4) .................................. 163
IV.1.3.5 Réflexions diffuses (Scénario II.5) ............................................................................ 164
IV.1.3.6 Réflexions diffuses avec obstruction (Scénario II.6) ................................................. 166
IV.1.3.7 Inter-réflexions diffuses multiples (Scénario II.7)..................................................... 166
IV.1.3.8 FJD pour une ouverture en toiture sans vitrage et sous un ciel couvert (CIE type
16) et un ciel clair (CIE type 12) (Scénario II.8) ....................................................... 167
IV.1.3.9 FJD pour une ouverture en toiture avec un vitrage clair et sous un ciel CIE couvert
ou Clair (Scénario II.9) .............................................................................................. 168
IV.1.3.10 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade sans vitrage et sous un
ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.10)................................................................. 169
IV.1.3.11 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec un vitrage clair et
sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.11).................................................... 170
IV.1.3.12 FJD + FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage et sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.12)................. 171
IV.1.3.13 FJD + FRE (sol extérieur + masque vertical continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage et sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.13)................. 172
IV.1.4 Comparaison des résultats aux données de référence expérimentales des scénarios de
lumière artificielle (CIBSE).............................................................................................. 172
IV.1.4.1 Lampes Fluo-compacte, murs en gris ........................................................................ 173
IV.1.4.2 Luminaire Opal, murs en gris .................................................................................... 173
IV.1.4.3 Luminaire avec réflecteurs semi-spéculaires, murs en gris ....................................... 173
IV.1.4.4 Lampes Fluo-compacte, murs en noir........................................................................ 174
IV.1.4.5 Luminaire Opal, murs en noir.................................................................................... 174
IV.1.4.6 Luminaire avec réflecteurs semi-spéculaires, murs en noir ....................................... 174
IV.2 Présentation et validation de la méthode des luminaires équivalents ................................. 175
IV.2.1 Contexte ............................................................................................................................. 175
IV.2.2 Concept analytique............................................................................................................. 176
IV.2.2.1 Approche proposée .................................................................................................... 176
IV.2.2.2 Prise en considération du champ proche.................................................................... 176
IV.2.2.3 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture non vitrée ........................ 176
IV.2.2.4 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture avec un vitrage à
transmission directionnelle ........................................................................................ 178
IV.2.2.5 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture avec un matériau à
transmission bidirectionnelle ..................................................................................... 179
IV.2.3 Procédure de création des photométries équivalentes........................................................ 180
IV.2.3.1 Calcul des luminances externes ................................................................................. 180
IV.2.3.2 Création des fichiers photométriques équivalents pour une ouverture avec ou sans
vitrage normal............................................................................................................ 180

153
Chapitre IV

IV.2.3.3 Création des fichiers photométriques équivalents pour une ouverture avec un
matériau à transmission bidirectionnelle ................................................................... 181
IV.2.4 Procédure d’utilisation des fichiers photométriques équivalents....................................... 181
IV.2.5 Sélection des cas-tests applicables à la méthode................................................................ 181
IV.2.6 Comparaison des résultats des luminaires équivalents aux données de référence
analytiques et à Lightscape 3.2 ......................................................................................... 182
IV.2.6.1 Conservation des flux (Scénario II.3) ........................................................................ 182
IV.2.6.2 FJD pour une ouverture en toiture sans vitrage (Scénario II.x) ................................. 182
IV.2.6.3 FJD pour une ouverture en toiture avec un vitrage clair (Scénario) .......................... 184
IV.2.6.4 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade sans vitrage (Scénario
II.x) ............................................................................................................................ 185
IV.2.6.5 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec un vitrage clair
(Scénario II.x) ............................................................................................................ 186
IV.2.6.6 FJD + FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage (Scénario II.x)............................................................................. 186
IV.2.6.7 FJD et FRE (sol extérieur + masque vertical continu) pour une ouverture en façade
sans vitrage (Scénario II.x) ........................................................................................ 189
IV.2.7 Comparaison des résultats aux données de référence expérimentales des scénarios de
lumière naturelle ............................................................................................................... 190
IV.2.7.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture (Scénarios III.5.1-4) ........................................... 191
IV.2.7.2 Ciel artificiel, ouverture en façade (Scénarios III.5.5-7) ........................................... 191
IV.2.7.3 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture (Scénarios III.5.9-11) .......................... 192
IV.2.7.4 Ciel extérieur clair, ouverture en façade (Scénarios III.5.12-14)............................... 192
IV.2.7.5 Ciel extérieur dynamique, ouverture en toiture ......................................................... 193
IV.2.7.6 Ciel extérieur dynamique, ouverture en façade ......................................................... 194
IV.2.7.7 Ciel artificiel, ouverture en façade + obstruction....................................................... 195
IV.2.8 Etude paramétrique pour les scénarios de champ proche .................................................. 197
IV.2.8.1 Objectifs et démarche (sélection des paramètres)...................................................... 197
IV.2.8.2 Présentation de l’échantillon utilisé .......................................................................... 198
IV.2.8.3 Analyse de l’échantillon et identification d’une courbe de tendance entre la
variation des éclairements extérieurs et la précision des résultats............................. 201
IV.2.8.4 Comparaisons de la courbe de tendance des résultats analytiques aux résultats des
scénarios expérimentaux............................................................................................ 201
IV.2.8.5 Analyse des résultats.................................................................................................. 202
Conclusions ....................................................................................................................................... 203
Références bibliographiques ........................................................................................................... 203

154
Chapitre IV

Introduction
Dans I.3.5, nous avons proposé le concept de base pour une méthodologie de validation des
logiciels de simulation de l’éclairage. Il consiste à définir des scénarios qui mettent en
évidence un certain aspect de la propagation de la lumière, et à produire les références
analytiques ou expérimentales pour ces scénarios. La simulation de chacun de ces scénarios
avec un logiciel donné et la comparaison des résultats avec les références correspondantes,
permet de vérifier si ce logiciel est capable de simuler correctement l’aspect mis en évidence
dans le scénario. La comparaison des résultats du logiciel avec une série de scénarios couvrant
différents aspects de la propagation de la lumière, offre une vision plus large sur le domaine
d’application de ce logiciel, sur ses limites et ses points faibles. Ceci conduit à un choix et une
utilisation plus consciencieuse des logiciels, et donc à plus de confiance et d’objectivité dans
l’analyse des résultats.
Cette méthodologie peut être utilisée pour tester un logiciel donné, mais aussi pour comparer
de plusieurs logiciels afin de choisir celui qui répond le mieux à un domaine d’activité donné.
[Maamari, 2003] [Maamari, 2003]
Puisque les résultats d’une simulation en éclairage sont extrêmement sensibles aux paramètres
de calcul utilisés dans le logiciel, il est important d’associer aux comparaisons, quand c’est
possible, une étude paramétrique. Ceci permet de mieux comprendre la variation de la
précision du logiciel dans les différents aspects de la propagation de la lumière avec la
variation des différents paramètres de calcul. Ainsi, selon l’objectif de la simulation, il devient
possible d’optimiser les paramètres de façon à atteindre la meilleure précision avec un temps
de calcul le plus court possible.
Dans cette partie du travail, nous appliquons les cas test proposés précédemment pour tester
un logiciel commercial, Lightscape 3.2, ainsi qu’une méthode de simulation de la lumière
naturelle à travers des luminaires équivalents.
Cette méthode consiste à remplacer les sources de lumière extérieure à une ouverture d’un
bâtiment, y compris le ciel, le sol extérieur et les obstructions, par un luminaire équivalent sur
la surface de l’ouverture. La photométrie de ce luminaire sera déduite de la répartition
hémisphérique des luminances à l’extérieur, qui à son tour est déduite des modèles de ciels
standards ou bien d’une analyse des photos numériques prises avec un angle d’ouverture de
180°.
L’importance de cette méthode vient du fait qu’elle permet à tout logiciel capable de simuler
des scénarios de lumière artificielle de simuler également des scénarios de lumière naturelle.
Ceci permet de rendre la simulation de la lumière naturelle accessible à un plus grand nombre
d’utilisateurs et de concepteurs lumière.
La méthodologie des luminaires équivalents est testée à l’aide de Lightscape 3.2, c’est à dire
le même logiciel que nous testons en parallèle. Ceci permet de prendre en considération
l’erreur liée au logiciel dans l’analyse des résultats de la méthode. Cela permet également de
comparer les résultats de la méthode à ceux du logiciel (obtenus avec une procédure
classique) dans la simulation de la lumière naturelle, et d’en déduire l’apport que peut
présenter la méthode par rapport à celle utilisée dans un nombre de logiciels existants.

155
Chapitre IV

IV.1 Validation du logiciel Lightscape 3.2

IV.1.1 Présentation du logiciel


IV.1.1.1 Description générale du logiciel
[Autodesk, 1999] [Maamari, 2000]
Lightscape est un logiciel de simulation et de visualisation en éclairage. Il utilise un
algorithme de radiosité pour le calcul de la propagation de la lumière entre les sources
naturelles ou artificielles, et les surfaces du volume tridimensionnel, puis pour le calcul des
inter-réflexions diffuses entre les différentes surfaces. Le résultat d’un calcul de radiosité
contient toutes les informations quantitatives (en éclairement et en luminance) et il est
enregistré dans un espace tridimensionnel indépendamment du point de vue. Une fois le
calcul terminé, le résultat peut ainsi être visualisé sous n’importe quel angle de vue, et des
valeurs quantitatives peuvent être obtenues pour n’importe quelle surface de la géométrie.
Après un calcul de radiosité, Lightscape offre la possibilité d’améliorer le résultat graphique à
l’aide d’un algorithme de lancer de rayons qui permet de prendre en considération les
réflexions spéculaires. Contrairement au calcul de radiosité, le résultat du lancer de rayons est
enregistré sous forme d’une image de synthèse bidimensionnelle correspondant à un point de
vue donné. La procédure de lancer de rayons n’affecte donc pas les résultats quantitatifs
obtenus suite au calcul de radiosité.
La procédure de simulation dans Lightscape commence par l’importation de la géométrie
(format DXF ou DWG) dans un fichier appelé de "préparation". C’est dans ce fichier que sera
complétée la description et la préparation du scénario pour le calcul de radiosité, en particulier
à travers la description de la photométrie des sources et des matériaux. Certaines corrections
géométriques (construction, déplacement ou orientation de surfaces) peuvent également être
réalisées à l’aide d’une interface DAO simplifiée. Une fois la préparation terminée, la
simulation peut être initiée et un nouveau fichier est alors créé dans un nouveau format, c’est
le "fichier solution". Les paramètres de calcul de radiosité, qui servent à gérer la précision de
ce calcul, peuvent être définis dans le fichier de préparation ou de solution, mais une fois le
calcul lancé, c’est dans le second fichier que seront enregistrés les résultats.
Nous présentons ci-dessous les différentes fonctionnalités disponibles dans le logiciel pour la
simulation numérique de l’éclairage.

IV.1.1.2 Description des propriétés physiques des matériaux


Après l’importation ou la création d’une géométrie, le logiciel offre la possibilité de modifier
les propriétés physiques des matériaux affectés aux différentes surfaces, à l’aide de la boite de
dialogue "material properties".
Les propriétés physiques ayant une influence sur la propagation de la lumière et prises en
considération dans les résultats quantitatifs du calcul de radiosité sont limitées au facteur de
réflexion ou de transmission des surfaces.
Dans Lightscape, la variation du facteur de réflexion d’un matériau est liée directement à la
valeur V de la couleur présentée en mode HSV. Cette valeur varie entre 0 (pour un facteur de
réflexion théorique de 0%) et 1 (pour un facteur de réflexion théorique de 100%).
Le facteur de transmission est affecté par le paramètre de transparence (variant de 0 à 1), mais
aussi par la valeur V de la couleur en mode HSV. Pour plus de précision et de simplicité, il est

156
Chapitre IV

possible de choisir la valeur 1 pour la transparence, le facteur de transmission dépendra alors


uniquement de V.

Figure IV.1: Boite de dialogue "Material Properties"

La boîte de dialogue material properties offre également la possibilité de gérer le type de


réflexion des surfaces à travers le paramètre de brillance (Shininess) variant de 0 (pour une
réflexion 100% diffuse) à 1 (pour une réflexion 100% spéculaire). Cependant ce paramètre est
pris en considération uniquement dans un calcul de lancer de rayons. Quelle que soit la valeur
choisie, le calcul de radiosité suppose que les réflexions sur toutes les surfaces de la géométrie
sont totalement diffuses.

IV.1.1.3 Description de la lumière de jour

Figure IV.2: Boite de dialogue "Daylight Setup"

Lightscape offre la possibilité de décrire la lumière du jour à l’aide de la boite de dialogue


Daylight Setup.
Pour la position et la luminance du soleil, il est possible de les décrire en mode automatique à
l’aide des données géographiques (latitude et longitude) et d’une date et une heure données. Il
est également possible de les décrire à l’aide de l’option de contrôle direct en précisant les
angles horizontal et vertical voulus. Le contrôle de la luminance du soleil est obtenu en
variant le paramètre de l’éclairement résultant sur une échelle variant de 0 à 131835 lx.
Pour les conditions de ciel, il est possible de choisir entre trois types de ciel : clair,
intermédiaire et nuageux. D’après les développeurs du logiciel, les modèles de ciel utilisés
pour modéliser le ciel clair et nuageux sont ceux recommandés par l’IESNA [IESNA, 1984] :
le ciel CIE clair et le ciel CIE couvert. D’après une étude de sensibilité que nous avons menée
[Maamari, 2000], les paramètres qui permettent à Lightscape de s’approcher le mieux des
caractéristiques d’un ciel CIE couvert (en particulier le rapport E-vertical/Ehz), sont ceux
d’un ciel nuageux et d’un soleil à 0lx d’éclairement résultant.
Le logiciel offre également la possibilité d’enregistrer ou non la composante directe due au
ciel et/ou au soleil. Ceci peut être particulièrement utile pour quantifier séparément la
composante réfléchie interne ou bien pour séparer l’apport direct du ciel de celui du soleil.
Concernant le sol extérieur, Lightscape ne permet pas de le prendre en considération par
défaut comme c’est le cas dans un certain nombre de logiciels. Pour pouvoir simuler la

157
Chapitre IV

contribution d’un sol extérieur, l’utilisateur doit donc modéliser une surface équivalente de
grande dimension.

IV.1.1.4 Description des luminaires

Figure IV.3: Boite de dialogue "Luminaire properties"

La boîte de dialogue Luminaire properties permet de gérer la description des luminaires.


Les luminaires peuvent être simulés dans Lightscape en tant que sources ponctuelles, linéaires
ou surfaciques. La distribution des intensités de cette source peut être décrite à l’aide d’un
fichier photométrique au format IESNA. Le flux attribué à la source peut être calculé
automatiquement à partir du fichier photométrique ou bien peut être spécifié par l’utilisateur.
Pour une source linéaire ou surfacique, le flux du luminaire est réparti sur une série de sources
ponctuelles qui forment une subdivision de la surface linéaire ou surfacique du luminaire, et
qui ont la même photométrie attribuée au luminaire. La subdivision est gérée par les
paramètres de calcul.
La couleur de la source peut être modifiée en attribuant un filtre décrit en mode RGB ou
HSV. Cependant ce filtre affecte uniquement les résultats graphiques, et pas les valeurs
quantitatives d’éclairement ou de luminance.

IV.1.1.5 Choix des paramètres de calcul


Le calcul de radiosité dans Lightscape est basé sur deux méthodes dites d’"affinement"
progressif (progressive refinement) et de "maillage adaptatif". La première permet à chaque
itération de procéder à une distribution de flux entre la source (ou la maille) possédant le plus
d’énergie à émettre et les différentes surfaces de la géométrie. Cela débute en général avec la
distribution du flux direct des sources naturelles ou artificielles, et continue avec la
distribution du flux réfléchi à partir des différentes surfaces ou mailles de surfaces jusqu’à
l’épuisement de l’énergie non distribuée. Après chaque itération, le logiciel affiche une
estimation du pourcentage de l’énergie non distribuée. Cette méthode permet également
d’enregistrer les résultats du calcul dès la première itération, et de les mettre à jour au fur et à
mesure de l’avancement du calcul (après chaque itération). Ceci permet par exemple d’arrêter
le calcul à tout moment, et de le reprendre ultérieurement à partir des résultats de la dernière
itération.
La deuxième méthode permet à partir de certains critères prédéfinis (taille minimale et
maximale de la maille, seuil de contraste des valeurs de E entre les mailles…) de commencer
le calcul à partir d’un maillage régulier à faible définition. Au fur et à mesure des itérations, le
logiciel procède à des subdivisions supplémentaires des mailles là où la variation des valeurs
entre deux mailles juxtaposées dépasse le seuil de contraste prédéfini. Ceci permet d’atteindre
de bonnes précisions en valeurs quantitatives et en qualité graphique tout en économisant du
temps de calcul et de la mémoire.

158
Chapitre IV

Figure IV.4: Boite de dialogue "Process Parameters"

Les paramètres qui gèrent le calcul de radiosité et son maillage adaptatif sont définis à l’aide
de la boite de dialogue Process parameters. Ils sont répartis en trois groupes : Receiver,
Source et Process.
Les paramètres du groupe Receiver influencent le nombre total de mailles subdivisées des
surfaces réceptrices. Ce sont les paramètres de taille minimale et maximale des mailles, et du
seuil de contraste à ne pas dépasser entre deux mailles voisines.
Les paramètres du groupe Source contrôlent la subdivision des sources linéaires et
surfaciques. Ceci comprend pour chacune des sources directes ou indirectes la taille minimale
et une échelle de précision (de 0 à 1) pour la subdivision de la source, et ça comprend
également une échelle de précision (de 1 à 9) pour le calcul des ombres.
Les options et les paramètres du groupe Process gèrent le calcul de la lumière de jour. Une
première option permet de choisir si la lumière naturelle est prise en considération ou non. Un
paramètre de précision du maillage du ciel peut être choisi avec une échelle de 0 à 1. Le
logiciel offre également une option nommée “daylight through windows and openings only”,
elle permet de choisir si le calcul de la lumière naturelle se fait uniquement à travers les
surfaces prédéfinies en tant qu’ouvertures ou fenêtres. Cependant, si cette option est choisie,
le logiciel calcule la composante directe reçue par la (les) surface(s) prédéfinie(s), et procède
ensuite à une distribution diffuse du flux reçu vers l’intérieur (en prenant en considération le
facteur de transmission des surfaces-fenêtres). Cette option permet aux utilisateurs
n’accordant aucune importance à la précision quantitative, d’obtenir un résultat graphique
satisfaisant avec un temps de calcul considérablement plus réduit. Pour un calcul de lumière
de jour, l’utilisation de cette option n’est sûrement pas recommandée puisqu’elle néglige
l’effet directionnel de la répartition des luminances du ciel. Cependant, pour une ouverture en
toiture, elle permet de simuler avec précision un ciel uniforme.

IV.1.1.6 Exploitation des résultats


Lightscape offre plusieurs possibilités pour visualiser et analyser les résultats d’une
simulation (calcul de radiosité) en éclairement ou en luminance, à l’aide de la boîte de
dialogue Lighting Analysis.
Dans l’onglet Display, il est possible de choisir entre les valeurs d’éclairement ou de
luminance (L=ρ×E/π), entre un mode de présentation graphique normal ou en pseudo couleur
et pour ce dernier entre une échelle linéaire ou logarithmique. Dans l’onglet Grid il est
possible de choisir l’option d’affichage des valeurs sur une trame prédéfinie de points de la
surface sélectionnée.

159
Chapitre IV

Figure IV.5: Boite de dialogue "Lighting analysis"

Figure IV.6: Affichage des résultats en pseudo-couleur ou en normal avec le maillage adaptatif de radiosité

Dans l’onglet statistics, il est possible de lire la valeur (en E ou en L) obtenue au point
sélectionné et les valeurs statistiques pour la surface sélectionnée (moyenne, minimale,
maximale, rapport entre ces valeurs…).
Le logiciel ne permet pas d’exporter les résultats quantitatifs d’une simulation dans des
fichiers texte, ce qui ne simplifie pas l’exploitation des résultats.

IV.1.2 Sélection des cas-tests applicables au logiciel


Les cas-tests choisis pour tester le logiciel Lightscape 3.2 sont listés dans le tableau IV.1 ci-
dessous. Le choix est fait selon la compatibilité des scénarios avec les fonctionnalités
disponibles dans le logiciel. Par exemple, il n’est pas possible d’appliquer à Lightscape 3.2,
les cas-tests avec les types du ciel CIE Général autres que le ciel clair et couvert, ni les cas-
tests utilisant des cartes de luminances réelles.

160
Chapitre IV

Référence Thème
II.1 Description des luminaires, source point
II.2 Description des luminaires, source surfacique
II.3 Conservation des flux à travers les ouvertures
II.4 La transmission directionnelle d’un vitrage
II.5 Réflexions diffues
II.6 Réflexions diffues avec obstruction
II.7 Inter-réflexions diffuses
II.8 FJD, ouverture en toiture, sans vitrage, ciel CIE couvert/Clair
II.9 FJD, ouverture en toiture, vitrage clair, ciel CIE couvert/Clair
II.10 FJD+FRE, sol extérieur sans obstructions, ouverture en façade, sans
vitrage, ciel CIE couvert/Clair
II.11 FJD+FRE, sol extérieur sans obstructions, ouverture en façade, vitrage
clair, ciel CIE couvert/Clair
II.12 FJD+FRE, sol extérieur + obstruction Hz continue, ouverture en façade,
sans vitrage, ciel CIE couvert/Clair
II.13 FJD+FRE, sol extérieur + obstruction Verticale continue, ouverture en
façade, sans vitrage, ciel CIE couvert/Clair
III.4 CIBSE Eclairage artificiel
Tableau IV.1: liste des cas-tests réalisés avec Lightscape

IV.1.3 Comparaison des résultats aux données de référence analytiques


Les paramètres utilisés par défaut pour la simulation numérique des scénarios testés avec
Lightscape sont décris dans le tableau IV.2.

Groupe Paramètre Effet Valeur


Receiver Mesh spacing, Min Taille minimale d’une maille (d’une surface réceptrice) 0.05m
Mesh spacing, Max Taille maximale d’une maille 0.5m
Subdivision contrast Valeur Seuil de contraste d’éclairement entre deux mailles 0.3
Threshold adjacentes. En dessous de ce seuil le logiciel procède à
une subdivision supplémentaire.
Source Direct Source, Min Taille minimale pour la subdivision d’une source primaire 0.05
(luminaire linéaire ou surfacique)
Direct source, Subdivision Une échelle prédéfinie de précision (de 0 à 1) pour définir 1
accuracy un seuil de subdivision des sources primaires
Indirect source, Min Taille minimale pour la subdivision d’une source 0.05
secondaire (surface réfléchissante)
Indirect source, Subdivision Une échelle prédéfinie de précision (de 0 à 1) pour définir 1
accuracy un seuil de subdivision des sources secondaires
Shadow Grid Size Une échelle prédéfinie de précision (de 0 à 9) pour le Nine (9)
calcul des ombres dus aux masques
Process Shadows Une option pour calculer ou non l’effet de masque des ON
surfaces les unes sur les autres
Daylight Une option pour calculer ou non la lumière de jour ON
Direct only Une option pour calculer ou non l’effet de masque aux OFF
sources indirectes
Skylight accuracy Une échelle prédéfinie de précision (de 0 à 1) pour gérer 1
le maillage du ciel
Daylight through windows Une option de simplification du calcul de l’entrée de la OFF
and openings only lumière de jour
Tolerances Lenght Tolérance des dimensions géométriques 0.005
Ray offset Tolérance de lancer de rayons pour le calcul des masques 0.001
Initialisation Min Area Taille minimale de subdivision d’une surface de grande 0.01
longueur lors de l’initialisation du calcul
Tableau IV.2: paramètres de calcul utilisés pour la simulation des différents cas-tests

Nous présentons ci-après les résultats de Lightscape comparés aux références analytiques
pour les différents cas test utilisés.
Pour certains cas-tests, nous menons une étude paramétrique et/ou de sensibilité afin
d’identifier les paramètres liés aux différents aspects de la simulation, et d’observer la
variation des résultats avec les paramètres de calcul et/ou avec les paramètres du scénario.

161
Chapitre IV

IV.1.3.1 Simulation des sources ponctuelles (Scénario II.1)


Les valeurs de référence sont des éclairements directs en lux. Le tableau IV.3 présente une
comparaison entre la référence analytique et les résultats de la simulation du scénario avec
Lightscape. Le fichier photométrique utilisé décrit une photométrie lambertienne avec un
maillage régulier de 10° en vertical et une symétrie axiale en horizontal.
E (lx) Points de mesure
A B C D E F G H I J
Analytique 111.11 105.21 90.02 71.11 99.73 85.64 68.06 74.36 59.98 49.39
Simulation LS 111.11 105.02 90.00 71.10 99.69 85.66 68.04 74.36 59.98 49.38
Erreur (%) 0.00 -0.18 -0.02 -0.02 -0.04 0.03 -0.04 0.00 0.00 -0.02
Tableau IV.3: Variation de l’éclairement horizontal reçu par les points de mesure

Les résultats ci-dessus montrent que Lightscape est capable de simuler une source ponctuelle
ayant une distribution d’intensités simple avec une excellente précision à l’aide du fichier
photométrique correspondant.
Nous notons que ces résultats ne garantissent pas une précision équivalente pour des
distributions d’intensité plus contrastées. Ce cas test doit donc être suivi et complété par un ou
plusieurs autres scénarios avec des distributions plus complexes.
En ce qui concerne le fichier photométrique, l’erreur liée au maillage grossier utilisé (10°) est
minime à cause de la simplicité de la photométrie utilisée, ce qui permet une interpolation
assez précise. Une étude de sensibilité sur l’influence de ce maillage sera plus significative
pour des scénarios avec une photométrie plus complexe.

IV.1.3.2 Simulation des sources surfaciques (Scénario II.2)


La simulation d’une source surfacique dans Lightscape est possible en choisissant l’option
"area" comme type de source dans la boite de dialogue "luminaire photometries". Le logiciel
procède alors à une subdivision de la surface de la source en un nombre de sources
ponctuelles qui varie selon la distance entre la maille réceptrice et la source et selon les
paramètres de calcul choisis. La distribution des intensités peut être décrite à l’aide d’un
fichier photométrique au format IESNA.
Le fichier photométrique utilisé pour ce test décrit une photométrie lambertienne avec un
maillage régulier de 10° en vertical et une symétrie axiale en horizontal.
Les valeurs de référence sont des éclairements directs en lux. Les tableaux IV.4 et IV.5
présentent une comparaison entre la référence analytique et les résultats de la simulation du
scénario avec Lightscape.
Points de mesure 1 2 3 4
Analytique 341.1 324.1 279.9 223.6
Simulation LS 343.5 321.0 283.1 226.2
Erreur (%) 0.72 -0.94 1.13 1.17
Tableau IV.4: Variation de l’éclairement sur les points de mesure du sol

Points de mesure 5 6 7 8 9
Analytique 147.4 194.6 242.8 260.6 187.4
Simulation LS 149.2 196.9 245.2 261.1 188.0
Erreur (%) 1.25 1.17 0.95 0.19 0.32
Tableau IV.5: Variation de l’éclairement sur les points de mesure du mur

162
Chapitre IV

Les résultats montrent, comme pour le scénario avec une source ponctuelle, une très bonne
précision du logiciel pour la simulation des sources surfaciques de photométrie lambertienne.

IV.1.3.3 Conservation des flux (Scénario II.3)


Nous comparons dans le tableau IV.6 les flux directs transmis à travers une ouverture aux flux
incidents sur la surface de l’ouverture pour les scénarios d’ouverture en toiture de 1×1m et en
façade de 2×1m simulés avec Lightscape. Les ouvertures ont une épaisseur de 20 cm.
Le flux direct transmis dans Lightscape est calculé pour chaque scénario en intégrant les
éclairements reçus sur les différentes surfaces de l’espace intérieur y compris la costière de
l’ouverture.

Flux direct Flux direct Erreur (%)


Type d’ouverture
calculé (LS) Analytique LS
Toiture 1x1 18752 22347.5 -16.1
Façade 2x1 19742 17328 13.9
Tableau IV.6: Conservation des flux transmis avec Lightscape

Les résultats montrent que Lightscape tend à sous-estimer l’éclairement direct moyen reçu à
travers une ouverture en toiture, et à sur-estimer l’éclairement direct moyen reçu à travers une
ouverture en façade.

IV.1.3.4 Transmission directionnelle d’un vitrage clair (Scénario II.4)


Avant d’appliquer le test au logiciel, nous avons mené une étude de sensibilité pour identifier
les paramètres physiques qui agissent sur la transmission des surfaces transparentes. Cette
étude nous a permis de vérifier que le facteur de transmission d’une surface est géré à la fois
par l’échelle de "transparency" dans l’onglet "physics" de la boite de dialogue "material
properties", et par la valeur V de la couleur décrite en mode HSV dans l’onglet "colors".
L’effet des deux paramètres est cumulable.
Pour la simulation de ce cas test, nous avons défini l’échelle de transparence à 1 et nous avons
utilisé la valeur V pour varier le facteur de transmission voulu.
Nous comparons dans le tableau IV.7 la variation de la transmission directionnelle d’un
vitrage clair dans Lightscape (par rapport à la transmission normale-normale) à la référence
analytique utilisée.

θ° 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
τθ/τ0 Analytique 1 1.0010 1.0013 0.9967 0.9856 0.9645 0.9124 0.7769 0.4817 0.0323

τθ/τ0 LS 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Erreur (%) - -0.0949 -0.1268 0.3321 1.4631 3.6839 9.5986 28.717 107.59 -
Tableau IV.7: Résultats de Lightscape pour le cas-test de transmission directionnelle des vitrages

Nous remarquons que le logiciel ne prend pas en considération la directionnalité de la


transmission d’un vitrage, ce qui entraîne une erreur croissante avec l’angle d’incidence dans
le calcul de l’éclairement direct. Cette constatation est confirmée par les résultats de
Lightscape pour les cas-tests de calcul de FJD avec un vitrage clair (IV.1.3.9, IV.1.3.11).

163
Chapitre IV

Pour vérifier que ce problème n’est pas dû à un mauvais choix de paramètres physiques, nous
avons mené une étude de sensibilité complémentaire sur les différents paramètres liés à la
photométrie d’une surface transparente. Ainsi, nous avons répété le test en changeant les
paramètres suivants :
- Orientation de la surface
- Utilisation d’une simple ou double surface
- Indice de réfraction
- Utilisation de la valeur de transparence au lieu de V
Aucune de ces variantes n’a permis de vérifier une variation dans les résultats du test.
Cependant nous avons remarqué que la réfraction de la lumière est prise en considération dans
le résultat graphique du calcul de lancer de rayons. Ainsi, même si elle n’est pas utile pour le
calcul de radiosité, la modélisation des deux surfaces du vitrage est nécessaire pour un rendu
visuel plus réaliste avec un lancer de rayons.

IV.1.3.5 Réflexions diffuses (Scénario II.5)


Nous comparons dans les tableaux IV.8 - IV.13 les résultats de Lightscape (LS) à la référence
analytique pour l’éclairement indirect reçu sur les points de mesures par réflexion du flux
direct arrivant sur la surface diffusante S2. La source de lumière utilisée dans Lightscape est
un soleil défini avec une luminance maximale.

0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25


0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25

G H I J K L M N
2m
F
E 2m
4m
D S1-Hz
3m

C
B
A S1-V

Figure IV.7: Résultat de Lightscape pour le scénario 2 du Figure IV.8: Emplacement des points de référence
cas-test des réflexions diffuses

Scénario 1 (S2: 50×50cm)


Points de mesure sur S1-v
A B C D E F
E/(Ehz×ρ) Anal 0.246 0.580 0.644 0.556 0.433 0.325
E/(Ehz×ρ) LS 0.255 0.584 0.644 0.554 0.431 0.323
Erreur (%) 3.87 0.68 -0.03 -0.44 -0.58 -0.68
Tableau IV.8: Résultats de Lightscape sur S1-V pour le scénario 1

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ehz×ρ) (%) 0.491 0.639 0.778 0.864 0.864 0.778 0.639 0.491
E/(Ehz×ρ) LS 0.490 0.636 0.773 0.860 0.860 0.773 0.636 0.490
Erreur (%) -0.38 -0.51 -0.62 -0.49 -0.49 -0.62 -0.51 -0.38
Tableau IV.9: Résultats de Lightscape sur S1-hz pour le scénario 1

164
Chapitre IV

Scénario 2 (S2: 4×4m)


Points de mesure sur S1-v
A B C D E F
E/(Ehz×ρ) (%) - 35.901 27.992 21.639 16.716 12.967
E/(Ehz×ρ) LS 35.721 27.847 21.521 16.630 12.901
Erreur (%) -0.50 -0.52 -0.54 -0.52 -0.51
Tableau IV.10: Résultats de Lightscape sur S1-V pour le scénario 2

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ehz×ρ) (%) 26.80 30.94 33.98 35.57 35.57 33.98 30.94 26.80
E/(Ehz×ρ) LS 26.70 30.81 33.83 35.41 35.41 33.83 30.81 26.70
Erreur (%) -0.36 -0.41 -0.43 -0.44 -0.44 -0.43 -0.41 -0.36
Tableau IV.11: Résultats de Lightscape sur S1-hz pour le scénario 2

Scénario 3 (S2: 500×500m)


Points de mesure sur S1-v
A B C D E F
E/(Ehz×ρ) (%) 3.080 9.097 14.718 19.767 24.161 27.896
E/(Ehz×ρ) LS 3.21 9.22 14.83 19.87 24.25 27.97
Erreur (%) 4.18 1.35 0.76 0.50 0.35 0.26
Tableau IV.12: Résultats de Lightscape sur S1-V pour le scénario 3

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ehz×ρ) (%) 10.95 13.26 16.21 20.00 24.80 30.77 37.87 45.84
E/(Ehz×ρ) LS 11.01 13.31 16.27 20.06 24.87 30.82 37.91 45.86
Erreur (%) 0.49 0.45 0.40 0.34 0.27 0.19 0.10 0.03
Tableau IV.13: Résultats de Lightscape sur S1-hz pour le scénario 3

Les résultats présentés ci-dessus montrent une bonne précision du logiciel dans le calcul de la
réflexion simple sur une surface diffuse. L’erreur par rapport à la référence analytique est
quasiment constante pour les différents scénarios et quelle que soit la taille de la surface
diffusante. L’erreur maximale est observée sur le point A. Elle est probablement liée au faible
niveau d’éclairement ainsi qu’à l’angle rasant entre le point A et la surface de l’ouverture.
Nous avons mené une étude de sensibilité afin de vérifier la variation des résultats obtenus en
fonction du facteur de réflexion de la surface diffusante. Nous avons trouvé un niveau de
précision constant pour un facteur de réflexion variant entre 5 et 100%.
Pour un facteur de réflexion théorique de 0%, nous avons observé des faibles valeurs
d’éclairements sur les points de mesure, alors qu’analytiquement, ces valeurs doivent être
nulles. Ceci suppose que Lightscape affecte une faible valeur à un facteur de réflexion défini
comme égal à zéro.

165
Chapitre IV

IV.1.3.6 Réflexions diffuses avec obstruction (Scénario II.6)

0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25


S2
S1-V A
B
C

3m
0.2 S1-Hz D
2.5
2m E
F
2m
K J I H G
0.5 0.5 0.5 0.5 0.25
Figure IV.9: Simulation du cas test de la réflexion Figure IV.10: Emplacement des points de référence
diffuse avec obstruction dans Lightscape

Points de mesure sur S1-v


A B C D E F
E/(Ev×ρ) (%) 20.941 21.187 19.946 17.284 14.053 9.751
E/(Ev×ρ) LS 16.006 16.272 15.331 13.274 10.273 7.060
Erreur (%) -0.40 -0.35 -0.44 -0.36 -2.32 -7.16
Tableau IV.14: Résultats de Lightscape sur S1-V

Points de mesure sur S1-hz


G H I J K L M N
E/(Ev×ρ) (%) 4.761 5.261 4.535 0.000 0.000 - - -
E/(Ev×ρ) LS 3.367 3.599 3.010 0.175 0.000 - - -
Erreur (%) -0.46 -0.81 -0.09 - - - - -
Tableau IV.15: Résultats de Lightscape sur S1-hz

IV.1.3.7 Inter-réflexions diffuses multiples (Scénario II.7)


Nous présentons dans le tableau IV.16 les résultats de Lightscape en éclairement indirect
moyen pour la série de scénarios dans une pièce cubique avec un facteur de réflexion variant
de 0 à 100%. L’obtention des valeurs d’éclairement indirectes est possible dans Lightscape à
l’aide d’une option qui permet de ne pas enregistrer l’éclairement direct reçu d’une source.

ρ 0.00 0.05 0.10 0.20 0.30 0.40 0.50 0.60 0.70 0.80 0.90 0.95 1.00

Emoy (lx) Anal 0.00 5.48 11.6 26.0 44.6 69.4 104 156 243 417 937 1979 -

Emoy (lx) LS 0.10 5.36 11.45 25.81 44.19 68.69 103 154.3 238.8 405.7 887.6 1774 15314

Erreur (%) - -2.27 -1.06 -0.90 -1.01 -1.08 -1.14 -1.28 -1.74 -2.63 -5.32 -10.4 -

Tableau IV.16: Variation de l’éclairement indirect moyen avec le facteur de réflexion

La comparaison avec la référence analytique montre une erreur légèrement plus importante
que celle obtenue avec le cas test de réflexion simple (IV.1.3.5). Cette erreur tend à augmenter
en s’approchant des valeurs extrêmes et en particulier vers la valeur de 100% de réflexion.
Ceci s’explique en partie par le cumul des erreurs avec les différentes itérations et/ou par le
degré d’incertitude lié à la référence analytique. En effet la référence est une formule liée à la
sphère d’Ulbricht, alors que la géométrie utilisée est cubique et non sphérique.

166
Chapitre IV

IV.1.3.8 FJD pour une ouverture en toiture sans vitrage et sous un ciel couvert (CIE
type 16) et un ciel clair (CIE type 12) (Scénario II.8)
Dans cette partie, nous comparons les simulations de Lightscape à la référence analytique
pour les ciels CIE couvert et clair. Ce sont les mêmes modèles de ciel que Lightscape est
supposé utiliser pour les conditions de ciel correspondantes.
Les résultats présentés concernent le scénario de l’ouverture de 1×1m. Nous rappelons que les
scénarios testés ne prennent pas en compte l’épaisseur de l’ouverture et les inter-réflexions.
Ce qui veut dire que les résultats de référence sont en relation directe avec la répartition des
luminances à l’extérieur. Les points de référence sont présentés dans la figure IV.16.
Pour la simulation des ciels dans Lightscape, l’état du ciel est défini en nuageux ou en clair
avec un soleil au sud de 60° de hauteur et de 0 cd/m² de luminance.

Résultats avec un ciel CIE couvert :


2.5 5.0
2.0 4.0

FJD (% )
FJD (% )

1.5 3.0
1.0 2.0
0.5 1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

FJD analyt FJD LS nuageux FJD analyt FJD LS nuageux

Figure IV.11: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.12: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel couvert points au sol, ciel couvert

La comparaison présentée dans les figures IV.11 et IV.12 ci-dessus montre un écart important
entre la courbe des valeurs analytiques et celle des résultats de Lightscape. Le logiciel tend à
minimiser le facteur de lumière de jour reçu avec une ouverture en toiture, ce qui concorde
avec les résultats du test de conservation des flux (IV.1.3.3).
Nous notons également que nous n’obtenons pas une symétrie parfaite des éclairements
directs au sol avec la simulation du ciel nuageux de Lightscape.

Résultats avec un ciel CIE clair :


5.0 7.0
6.0
4.0
5.0
FJD (% )

FJD (% )

3.0 4.0
2.0 3.0
1.0 2.0
1.0
0.0
0.0
A B C D E F
G H I J K L M N
FJD analyt FJD LS clair
FJD analyt FJD LS clair

Figure IV.13: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.14: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel clair points au sol, ciel clair

Nous remarquons en particulier que les résultats de Lightscape au sol ne reflètent pas la
directionnalité de la distribution des luminances d’un ciel clair avec un soleil à 60° de hauteur.
En effet nous obtenons une quasi-symétrie dans la répartition des éclairements directs sur le
sol et sur les murs de côté (voir figure IV.15).

167
Chapitre IV

0.25 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25


A
B
C

3m
D
E 4m
2m
F
2m
G H I J K L M N
0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.5 0.25

Figure IV.15: Répartition de l’éclairement direct pour un Figure IV.16: Emplacement des point de mesure pour les
ciel clair dans Lightscape scénarios de lumière naturelle

Ceci est difficilement explicable puisque cette directionnalité est relativement respectée à
travers la différence des éclairements entre le mur sud et le mur Nord (voir figure IV.15).
Nous avons montré dans une étude préalable sur la validation de Lightscape qu’il présente
une variation cohérente des éclairements verticaux en fonction de l’orientation des surfaces
[Maamari, 2000]. Une des explications pourrait être que le logiciel suppose une symétrie dans
la répartition des luminances du ciel. La luminance de la zone circumsolaire serait alors prise
en considération en calculant analytiquement (selon la position du soleil, l’orientation de la
surface) un éclairement supplémentaire à celui reçu par les surfaces verticales à partir de la
voûte céleste (à luminance symétrique).

IV.1.3.9 FJD pour une ouverture en toiture avec un vitrage clair et sous un ciel CIE
couvert ou Clair (Scénario II.9)
Les points de référence sont présentés dans la figure IV.16.

Résultats avec un ciel CIE couvert :


2.0 4.0

1.5 3.0
FJD (% )
FJD (% )

1.0 2.0

0.5 1.0

0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LS Nuageux FJD analyt FJD LS Nuageux

Figure IV.17: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.18: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel couvert points au mur, ciel couvert

Résultats avec un ciel CIE clair:


6.0
5.0
5.0
4.0
FJD (% )

4.0
FJD (% )

3.0
3.0
2.0 2.0
1.0 1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

FJD analyt FJD LS clair FJD analyt FJD LS clair

Figure IV.19: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.20: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel clair points au mur, ciel clair

168
Chapitre IV

En plus des observations faites à partir des résultats du cas test précédent, les résultats de ce
cas test montrent l’erreur liée au non-respect de la transmission directionnelle du flux direct
incident à travers un vitrage normal avec un angle rasant. En effet en comparant les résultats
des deux cas-tests, avec et sans vitrage, nous remarquons que les valeurs de FJD obtenues
dans Lightscape aux points A et B ne subissent pas la même atténuation relative (due à la
faible transmission) que les valeurs analytiques.

IV.1.3.10 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade sans vitrage et sous
un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.10)
Pour le calcul de FRE avec une ouverture en façade, certains logiciels considèrent par défaut
un sol extérieur théorique à partir d’un facteur de réflexion prédéfini ou donné par
l’utilisateur. La luminance du sol extérieur est alors généralement supposée comme uniforme.
D’autres logiciels, y compris Lightscape, ne prennent le sol extérieur en considération que s’il
est représenté par une surface équivalente.

Figure IV.21: Modélisation du sol extérieur dans Lightscape par une surface équivalent

Les résultats de Lightscape présentés dans les figures IV.22 - IV.25 sont obtenus avec un sol
extérieur représenté par une surface horizontale de 500m×500m adjacente à la façade et ayant
une dimension et un facteur de réflexion de 30%. Cependant, il faut noter que la référence
analytique proposée suppose que le sol extérieur s’étend à l’infini et qu’il a une luminance
uniforme due à un éclairement extérieur uniforme. Ainsi il existe une source d’erreur ou de
différence non liée à la précision du logiciel et qui est à prendre en considération dans
l’analyse des résultats. Cette différence entraîne dans Lightscape une sous-estimation de la
contribution de FRE à l’éclairement intérieur, mais celle-là reste relativement faible.
Les points de référence sont présentés dans la figure IV.16.

Résultats avec un ciel CIE couvert :


3.0 10.0
2.5 8.0
FJD+FRE (%
FJD+FRE (%

2.0
6.0
1.5
4.0
1.0
0.5 2.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LS couvert FJD analyt FJD LS couvert

Figure IV.22: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.23: Comparaison analytique - Lightscape

169
Chapitre IV

points au mur, ciel couvert points au mur, ciel couvert

Résultats avec un ciel CIE clair :


7.0 20.0
6.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%
5.0 15.0
4.0
10.0
3.0
2.0 5.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LS clair FJD analyt FJD LS clair

Figure IV.24: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.25: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel clair points au mur, ciel clair

Par rapport au scénario d’ouverture en toiture, les résultats présentés dans les figures IV.22 -
IV.25 ci-dessus montrent une meilleure corrélation entre les courbes de Lightscape et les
courbes analytiques correspondantes. Nous remarquons également une sous-estimation des
valeurs avec Lightscape. Ceci est en contradiction avec les résultats du test de conservation de
flux où le logiciel tend à sur-estimer le flux entrant par une ouverture de façade. Ceci
s’explique probablement par le fait que les erreurs de conservation de flux sont plus liées à
l’épaisseur de l’ouverture (ce cas test ne prend pas l’épaisseur en considération).
Nous remarquons également que le logiciel n’arrive pas à calculer correctement la
contribution du sol extérieur à l’éclairement intérieur. Ceci est visible en particulier en
observant les valeurs enregistrées sur les points A et B qui sont pratiquement nulles. Là aussi
les résultats sont en contradiction avec le cas test de réflexion diffuse sur les surfaces de
grande dimension. L’explication peut être liée au rapport d’échelle entre la taille du sol
extérieur et celle de la pièce, ce qui fait que le logiciel accorde probablement moins de
précision au calcul de la contribution du sol.
Pour vérifier si l’erreur dans le calcul de FRE est liée en partie à la différence entre le scénario
analytique et le scénario simulé, nous avons remplacé la surface du sol par une source
surfacique de la même taille et ayant un flux lumineux uniformément réparti et équivalent à
un éclairement horizontal uniforme et au ρ du sol. Cependant les résultats ne se sont pas
améliorés.
Finalement nous notons que l’utilisation d’une surface de grande dimension pour représenter
le sol extérieur augmente le temps de calcul considérablement : environ 25 minutes au lieu de
deux pour ce scénario.

IV.1.3.11 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec un vitrage clair
et sous un ciel CIE couvert ou Clair (Scénario II.11)
Les points de référence sont présentés dans la figure IV.16.
Résultats avec un ciel CIE couvert :
2.5 8.0
7.0
2.0
FJD+FRE (%

6.0
FJD+FRE (%

1.5 5.0
4.0
1.0 3.0
0.5 2.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LS Clair FJD analyt FJD LS Couvert

170
Chapitre IV

Figure IV.26: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.27: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel couvert points au mur, ciel couvert

Résultats avec un ciel CIE clair :


6.0 14.0
5.0 12.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%
4.0 10.0
3.0 8.0
6.0
2.0
4.0
1.0 2.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LS Clair FJD analyt FJD LS Clair

Figure IV.28: Comparaison analytique - Lightscape Figure IV.29: Comparaison analytique - Lightscape
points au mur, ciel clair points au mur, ciel clair

Les résultats sont équivalents à ceux du cas test précédent. Nous remarquons en plus l’effet du
non-respect de la transmission directionnelle du vitrage visible en particulier au point N.

IV.1.3.12 FJD + FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture
en façade sans vitrage et sous un ciel CIE couvert (Scénario II.12)

4m
2

A B C D E F G H
4m
2

0.25 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5 0.25

Figure IV.30: Emplacement des points de références


pour les cas-tests avec masque extérieur

La figure IV.32 ci-dessous présente une comparaison entre les résultats de Lightscape et la
référence analytique pour un ciel couvert (CIE T1) et un masque horizontal de 2m de largeur.

3.0
2.5
FJD+FRE (%

2.0
1.5
1.0
0.5
0.0
A B C D E F G H

FJD+FRE analyt FJD+FRE LS

Figure IV.31: Modélisation du sol extérieur et du Figure IV.32: Comparaison entre les résultats de
masque horizontal par des surfaces équivalentes Lightscape et les données de référence

171
Chapitre IV

Cette comparaison montre que Lightscape est capable de reproduire le profil de répartition des
éclairements directs intérieurs au sol pour un ciel CIE couvert et un masque extérieur
horizontal. Cependant, nous notons une sur-estimation par rapport à la référence analytique
calculée qui est plus importante que dans le cas-test sans masque extérieur (IV.1.3.10). Cette
sur-estimation s’explique en partie par la différence entre la luminance de la casquette
obtenue dans Lightscape (726 cd/m²) et la luminance calculée analytiquement (390cd/m²).
Nous notons également la différence entre le scénario théorique utilisé pour le calcul de la
référence analytique et celui simulé par Lightscape.

IV.1.3.13 FJD + FRE (sol extérieur + masque vertical continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage et sous un ciel CIE couvert (Scénario II.13)
La figure IV.34 ci-dessous présente une comparaison entre les résultats de Lightscape et la
référence analytique pour un ciel couvert (CIE T1) avec une obstruction verticale continue de
6m de hauteur. Les points de référence sont présentés dans la figure IV.30.
.

10.0
FJD+FRE (%

8.0
6.0
4.0
2.0
0.0
A B C D E F G H

FJD+FRE analyt FJD+FRE LS

Figure IV.33: Modélisation du sol extérieur et du Figure IV.34: Comparaison entre les résultats de
masque vertical par des surfaces équivalentes Lightscape et les données de référence

IV.1.4 Comparaison des résultats aux données de référence expérimentales des


scénarios de lumière artificielle (CIBSE)
Nous présentons dans les figures IV.36 - IV.41 ci-dessous les résultats de Lightscape pour les
6 scénarios en lumière artificielle basés sur le rapport CIBSE TM28, et décrits dans III.4. Les
points de mesure choisis sont les sept capteurs à la position 4. LS-Em est la limite supérieure
liée aux erreurs de mesure. LI-Em est la limite inférieure. LS-Eg est la limite supérieure liée
aux erreurs globales. LI-Eg est la limite inférieure.

Figure IV.35: Géométrie de la cellule test et disposition des luminaires

172
Chapitre IV

IV.1.4.1 Lampes Fluo-compacte, murs en gris

CFL-gris-Position 4
160
140

E (lx)
120
100
80
60
1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) LS-Em (lx) Simulation
LI-Em (lx) LI-Eg (lx)
Figure IV.36: Comparaison entre les résultats de Lightscape et les données de référence pour le
scénario des murs en gris et des lampes fluo-compactes

IV.1.4.2 Luminaire Opal, murs en gris

Opal-gris-Position 4
90
80
70
E (lx)

60
50
40
30
1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) LS-Em (lx) Simulation
LI-Em (lx) LI-Eg (lx)
Figure IV.37: Comparaison entre les résultats de Lightscape et les données de référence pour le
scénario des murs en gris et des luminaires "Opal"

IV.1.4.3 Luminaire avec réflecteurs semi-spéculaires, murs en gris

SSR-gris-Position 4
320

270
E (lx)

220

170

120
1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) LS-Em (lx) Simulation
LI-Em (lx) LI-Eg (lx)
Figure IV.38: Comparaison entre les résultats de Lightscape et les données de référence pour le
scénario des murs en gris et des luminaires "SSR"

173
Chapitre IV

IV.1.4.4 Lampes Fluo-compacte, murs en noir


CFL-Noir-Position 4
70
60
50

E (lx)
40
30
20
1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) LS-Em (lx) Simulation
LI-Em (lx) LI-Eg (lx)
Figure IV.39: Comparaison entre les résultats de Lightscape et les données de référence pour le
scénario des murs en noir et des lampes fluo-compactes

IV.1.4.5 Luminaire Opal, murs en noir


Opal-Noir-Position 4
70
60
50
E (lx)

40
30
20
1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) LS-Em (lx) Simulation
LI-Em (lx) LI-Eg (lx)
Figure IV.40: Comparaison entre les résultats de Lightscape et les données de référence pour le
scénario des murs en noir et des luminaires "Opal"

IV.1.4.6 Luminaire avec réflecteurs semi-spéculaires, murs en noir


SSR-gris-Position 4

300

250
E (lx)

200

150
100
1 2 3 4 5 6 7
LS-Eg (lx) LS-Em (lx) Simulation
LI-Em (lx) LI-Eg (lx)
Figure IV.41: Comparaison entre les résultats de Lightscape et les données de référence pour le
scénario des murs en noir et des luminaires "SSR"

Les résultats de Lightscape se situent en général à l’intérieur de la bande des mesures +/- les
erreurs potentielles estimées. Ceci prouve que Lightscape est capable de simuler avec une
précision acceptable la propagation de la lumière à partir de luminaires associés à des
photométries mesurées.

174
Chapitre IV

IV.2 Présentation et validation de la méthode des luminaires équivalents

IV.2.1 Contexte
La plupart des logiciels d’éclairage sont capables de simuler les luminaires en tant que
sources ponctuelles, linéaires ou surfaciques décrites par des fichiers photométriques
(représentant la distribution mesurée des intensités). Ce type de simulations offre la possibilité
d’obtenir un niveau de précision assez élevé pour un temps de calcul relativement réduit.
La simulation de la lumière naturelle dans les bâtiments est considérablement plus
compliquée. Elle nécessite en premier temps une description précise de la distribution des
luminances du ciel, du sol extérieur et des obstructions, ensuite le calcul du transfert des flux
lumineux entre les différentes sources extérieures vers chacune des surfaces intérieures du
bâtiment, à travers les systèmes de fenestration. Ainsi, pour atteindre des bons niveaux de
précision, le temps de calcul est assez long par rapport à une simulation de la lumière
artificielle.
A cause de cette complexité, le nombre de logiciels qui prennent en considération la lumière
naturelle avec précision sont beaucoup moins nombreux que les logiciels de simulation en
lumière artificielle. Ceci est confirmé par les résultats de Lightscape avec les cas-test de
validation où il a été montré que ce logiciel a une bonne précision dans le calcul de radiosité
et des scénarios de lumière artificielle alors qu’il est moins bon dans les scénarios de lumière
naturelle.
Face à ce problème, et avec l’importance de la simulation numérique de la lumière du jour
dans le contexte énergétique du 21ème siècle, des efforts sont investis pour simplifier ce type
de simulations, minimiser le temps de calcul et améliorer la précision.
Dans ce contexte, nous considérons l’utilisation du principe des luminaires équivalents. Il
consiste à représenter la distribution des luminances externes par une photométrie équivalente
qui sera affectée à une source surfacique positionnée sur la surface de l’ouverture. Ceci
permet de simplifier la procédure classique de simulation de la lumière naturelle en évitant les
calculs répétitifs de transfert de flux entre chacune des sources extérieures et chacune des
surfaces intérieures (ou mailles de surface). Cela permet également et surtout, de simuler la
lumière naturelle à l’aide de logiciels destinés, jusque là, uniquement à la simulation de la
lumière artificielle.
Ce concept n’est pas récent, puisqu’il a été présenté dans les années 1984 et 1990 par
Spitzglas [Spitzglas, 1984] et Papamichael [Papamichael, 1990]. Cependant, nous n’avons pas
trouvé dans la littérature de références sur des travaux d’application ou de validation testant le
degré de précision de cette méthode et/ou ses limites par rapport aux problèmes de champ
proche.
Pour cela nous utilisons nos cas test pour vérifier l’applicabilité du principe du luminaire
équivalent. Nous prenons également en considération dans notre étude la possibilité d’intégrer
l’effet directionnel ou bidirectionnel des vitrages dans la photométrie équivalente affectée au
luminaire.
Nous commençons tout d’abord par une description analytique du concept.

175
Chapitre IV

IV.2.2 Concept analytique


IV.2.2.1 Approche proposée
La méthode proposée est basée sur le fait que le flux lumineux incident dans une pièce à
travers un point (ou une surface finie) de l’ouverture est le résultat de la distribution des
luminances externes vues à partir de ce point.
Ainsi, pour tout point d’une ouverture, et pour toute direction (vers l’intérieur) nous pouvons
attribuer une valeur d’intensité lumineuse calculée à partir de la luminance vue dans la
direction opposée (de l’extérieur). Nous obtenons alors une description photométrique de la
distribution des intensités du flux entrant dans la pièce à travers ce point (surface finie). Voir
figure IV.42.

Figure IV.42: Concept de la photométrie équivalente

IV.2.2.2 Prise en considération du champ proche


Dans le cas où les sources extérieures seraient suffisamment éloignées de la surface de
l’ouverture, nous pouvons supposer que la photométrie calculée pour un certain point de la
surface d’ouverture est applicable à toute la surface. C’est une caractéristique du champ
lointain.
Dans le cas où une ou plusieurs sources de lumière extérieure seraient proches de la surface
de l’ouverture, nous sommes confrontés à un problème de champ proche. La surface de
l’ouverture doit alors être subdivisée de façon à retrouver un rapport plus élevé entre la
distance surface-obstruction et la dimension de la surface subdivisée. Chacune de ces surfaces
sera caractérisée par une photométrie propre à sa position.
Nous présentons ci-après le calcul analytique des photométries équivalentes avec et sans
matériaux verriers dans le cas d’un champ lointain.

IV.2.2.3 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture non vitrée


Pour une ouverture non vitrée, à partir de la distribution des luminances extérieures
Li(θi, φi), il est possible de calculer une distribution équivalente des intensités Io(θo, φo) (vers
l’intérieur) pour une surface élémentaire dS à l’aide de la formule suivante :

176
Chapitre IV

θi dSi
Rayon incident
partant de dSi (Li)

dS
Y
φo φi
Rayon transmis
(Lo, Io) X

θo

Figure IV.43: Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture non vitrée

Io (θo, φo) = Lo (θo, φo) x Cosθo x dS = Li (θi, φi) x Cosθo x dS (28)


où:
Io (θo, φo) = Intensité équivalente orientée vers l’espace intérieur dans
la direction (θo, φo) (cd)
Li (θi, φi) = luminance de la zone dSi de l’espace extérieur vue de
l’intérieur à travers la surface élémentaire dS dans la
direction (θi, φi) (cd/m²)
Lo (θo, φo) = luminance de dS vue de l’intérieur dans la direction
(θo, φo) (cd/m²)
= Li (θi , φi )
Angle zénithal (par rapport à la normale de l’ouverture)
θo =
de l‘intensité mesurée
θi = Angle zénithal du faisceau incident = θo
Angle horizontal (projection sur le plan de l’ouverture)
φo =
de l’intensité mesurée = φi + π
φi = Angle horizontal du faisceau incident

Le flux lumineux (Fo) associé à la photométrie équivalente de la surface de l’ouverture est


égal au flux lumineux (Fi) arrivant sur cette surface. Il est calculé à l’aide de la formule
suivante :

Fo = Fi = E × S = S ×
2
∫π L (θ , φ ) × Cosθ × dΩ
i i i I i
(29)

où:

177
Chapitre IV

E = L’éclairement moyen reçu sur la surface de l’ouverture (lx)


S = Aire de la surface d’ouverture (m²)
dΩi = Angle solide avec lequel la surface élémentaire dSi est vue par
dS

IV.2.2.4 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture avec un vitrage à


transmission directionnelle
Pour une ouverture avec un vitrage normal (effet bidirectionnel négligeable), à partir de la
distribution des luminances extérieures Li(θi, φi), il est possible de calculer une distribution
équivalente des intensités Io(θo, φo) (vers l’intérieur) pour une surface élémentaire dS du
vitrage à l’aide de la formule suivante :

Io (θo, φo) = Lo (θo, φo) x Cosθo x dS = τ(θi) x Li (θi, φi) x Cosθo x dS (30)
où:
Lo (θo, φo) = luminance de dS vue de l’intérieur dans la direction
(θo, φo)
= τ(θi) x Li (θi, φi)
θo = Angle zénithal de l‘intensité mesurée = θi
θi = Angle zénithal du faisceau incident
φo = Angle horizontal de l’intensité mesurée = φi + π
φi = Angle horizontal du faisceau incident

τ(θi) = Transmission directionnelle du vitrage pour un angle


d’incidence θi

Le flux lumineux (Fo) associé à la photométrie équivalente de la surface vitrée est égal au flux
lumineux transmis par cette surface. Celui-ci est égal au flux incident (Fi) multiplié par la
transmission hémisphérique du vitrage. Il est calculé à l’aide de la formule suivante :

Fo = Fi x τhh = E x S x τhh (31)


où:
E = L’éclairement moyen reçu sur la surface de l’ouverture (lx)
S = Aire de la surface d’ouverture (m²)

∫τ(θ )×L (θ ,φ )×dΩ


i i i i i

τhh = 2π

∫πL (θ ,φ )×dΩ
2
i i i i

178
Chapitre IV

IV.2.2.5 Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture avec un matériau à


transmission bidirectionnelle
Z

θi dSi
Rayon incident
partant de dSi
(θi, φi) (Li)

dS
Y
Rayon transmis φo φi
(θo, φo) (Lo, Io)
X

θo

Figure IV.44: Calcul de la photométrie équivalente pour une ouverture


avec un matériau à transmission bidirectionnelle

Pour une ouverture avec un matériau à transmission bidirectionnelle τ(θo, φo; θi, φi), à partir
de la distribution des luminances extérieures Li(θi, φi), il est possible de calculer une
distribution équivalente des intensités Io(θo, φo) (vers l’intérieur) pour une surface élémentaire
dS du matériau à l’aide de la formule suivante :
Io (θo, φo) = Lo (θo, φo) x Cosθo x dS (32)
où :

Io (θo, φo) = ( ∫ τ(θ o, φo ; )


θi , φi) x Li (θi, φi ).dΩ i x Cosθo x dS
(33)

où :
Lo (θo, φo) = luminance de dS vue de l’intérieur dans la direction
(θo, φo) (cd/m²)

= ∫ τ(θ

o, φo; θi, φi) x Li (θi, φi).dΩi

Angle zénithal (par rapport à la normale de


θo =
l’ouverture) de l‘intensité mesurée = θi
θi = Angle zénithal du faisceau incident
Angle horizontal (sur le même plan que l’ouverture)
φo =
de l’intensité mesurée = φi + π
φi = Angle horizontal du faisceau incident
τ(θo, φo; θi, φi) = Transmission bidirectionnelle du matériau dans la
direction (θo, φo) pour un faisceau incident dans la
direction (θi, φi).

179
Chapitre IV

Le flux lumineux (Fo) associé à la photométrie équivalente de la surface vitrée est égal au flux
lumineux transmis par cette surface qui est égal au flux (Fi) arrivant multiplié par la
transmission hémisphérique du matériau. Il est calculé à l’aide de la formule suivante :

Fo = E x S x τhh (34)
où:
E = L’éclairement moyen reçu sur la surface de l’ouverture (lx)
S = Aire de la surface d’ouverture (m²)

∫ ∫τ(θ ,φ
o o ; θi,φi )×Li(θi,φi)×dΩi ×dΩo
τhh = 2π 2π

∫ L (θ ,φ )×dΩ

i i i i

IV.2.3 Procédure de création des photométries équivalentes


Pour pouvoir créer une photométrie équivalente à l’aide des formules précédentes, il faut
procéder tout d’abord à un maillage de l’hémisphère extérieur soit avec des angles verticaux
et horizontaux réguliers, soit avec des angles solides réguliers. Chaque maille est représentée
alors par les deux angles horizontal et vertical de son centre géométrique.

IV.2.3.1 Calcul des luminances externes


Pour chacune des mailles de l’hémisphère extérieur, il faut attribuer une valeur de luminance.
Idéalement, cette valeur doit être calculée à partir de la luminance moyenne de la maille.
Cependant, pour le cas d’une distribution de luminances suffisamment lisse, il est possible
d’utiliser la valeur ponctuelle mesurée ou calculée au centre de la maille. Ceci permet de
simplifier le calcul des luminances externes. Dans notre travail de validation de cette
méthode, la répartition des luminances est calculée à partir des modèles du Ciel CIE Général
pour les scénarios analytiques, et à partir des cartes de luminances calibrées pour les scénarios
expérimentaux présentés dans le chapitre III.

IV.2.3.2 Création des fichiers photométriques équivalents pour une ouverture avec ou
sans vitrage normal
Pour les différents types du ciel CIE général, nous avons développé sous Excel un outil
numérique simplifié permettant en entrée de choisir le type de ciel, la luminance au zénith, la
position du soleil, le facteur de réflexion du sol extérieur, l’orientation de l’ouverture
(verticale ou horizontale) et la courbe de transmission directionnelle (τ(θi)). En sortie nous
obtenons un fichier photométrique équivalent au format IESNA [IESNA, 1995], avec un
maillage égal à celui de l’hémisphère extérieur et prenant en considération des valeurs de
luminances ponctuelles.
Pour les champs de luminances réels enregistrés à l’aide de Photolux, la photométrie
équivalente est calculée par le logiciel en prenant en considération la luminance moyenne de
chaque maille de l’hémisphère extérieur. Le logiciel permet également de choisir le pas de
mesure angulaire du fichier photométrique.
Pour les scénarios avec masques extérieurs, nous avons développé un second outil numérique
pour créer les photométries équivalentes à partir du modèle du ciel et de la luminance
théorique des masques (voir II.12.1.1 et II.13.1.1) ainsi que leur géométrie. La génération des
photométries est faite à l’aide d’une procédure de lancer de rayons.

180
Chapitre IV

IV.2.3.3 Création des fichiers photométriques équivalents pour une ouverture avec un
matériau à transmission bidirectionnelle
La création des photométries équivalentes prenant en considération les fonctions de
transmission bidirectionnelles des matériaux est plus compliquée que pour le cas d’une
ouverture sans vitrage ou avec matériau à transmission directionnelle. Elle nécessite des
algorithmes plus complexes pour le calcul et l’intégration des intensités résultantes dans les
différentes orientations.
Dans notre travail de validation, nous ne prenons pas en considération ce type de matériaux
étant donné que la précision des résultats est trop sensible à la précision des fonctions
bidirectionnelles mesurées ou calculées, qui est encore difficilement maîtrisable de nos jours.

IV.2.4 Procédure d’utilisation des fichiers photométriques équivalents


Pour la simulation des cas-tests avec la méthode des luminaires équivalents nous avons utilisé
Lightscape 3.2 en respectant les étapes suivantes :
- Créer une source surfacique au niveau de la surface extérieure de l’ouverture
- Associer la photométrie équivalente au scénario testé et vérifier son orientation
- Associer le flux correspondant, calculé à partir de l’éclairement moyen et de l’aire de
la surface de l’ouverture
- Lancer la simulation en lumière artificielle

IV.2.5 Sélection des cas-tests applicables à la méthode


Le choix des cas-tests applicables à la méthode des luminaires équivalents (LE) est limité aux
scénarios liés à la simulation de la lumière naturelle. Parmi les scénarios analytiques, la
sélection comprend la conservation des flux, la transmission directionnelle des vitrages et la
simulation des différents types du ciel Général CIE. En ce qui concerne les cas-tests avec
référence expérimentale, ils ont été choisis à partir des scénarios décrits dans le chapitre III et
basés sur l’utilisation des cartes de luminances réelles en parallèle aux mesures d’éclairement
à l’intérieur de la maquette expérimentale.
Référence Thème LS Rad
II.3 Conservation des flux à travers les ouvertures x
II.8 FJD, ouverture en toiture, sans vitrage *
II.9 FJD, ouverture en toiture, vitrage clair *
II.10 FJD+FRE, sol extérieur sans obstruction, ouverture en façade, sans vitrage *
II.11 FJD+FRE, sol extérieur sans obstruction, ouverture en façade, vitrage clair *
FJD+FRE, sol extérieur + obstruction horizontale continue, ouverture en
II.12 *
façade, sans vitrage
FJD+FRE, sol extérieur + obstruction verticale continue, ouverture en
II.13 *
façade, sans vitrage
III.2.5.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture x
III.2.5.2 Ciel artificiel, ouverture en façade x
III.2.6.1 Ciel extérieur couvert, ouverture en toiture x
III.2.6.2 Ciel extérieur clair, ouverture en façade x
III.2.7.1 Ciel extérieur dynamique, ouverture en toiture x
III.2.7.2 Ciel extérieur dynamique, ouverture en façade x
IV.2.7.7 Ciel artificiel, ouverture en façade + obstruction x
Tableau IV.17: Liste des cas-tests utilisés pour la validation de la méthode des luminaires équivalents (* : scénario
testé avec Lightscape uniquement pour les ciels CIE clair et/ou couvert)

L’ensemble des cas-tests utilisés est listé dans le tableau IV.17 ci-dessus. Pour certains cas-
tests (marqués par x ou par *), les résultats de la méthode sont comparés aux résultats de

181
Chapitre IV

Radiance ou de Lightscape 3.2. Ceci permet de comparer la méthode à la simulation classique


de la lumière du jour (avec un maillage du ciel) dans deux logiciels différents.

IV.2.6 Comparaison des résultats des luminaires équivalents aux données de


référence analytiques et à Lightscape 3.2
Nous présentons ci-dessous les résultats des simulations numériques des scénarios testés avec
la méthode des luminaires équivalents.
Nous rappelons que les simulations des luminaires équivalents sont conduites à l’aide de
Lightscape comme des simulations de lumière artificielle, alors que celles que nous appelons
simulations Lightscape sont conduites en utilisant les paramètres de calcul de la lumière de
jour du logiciel.

IV.2.6.1 Conservation des flux (Scénario II.3)


La réalisation de ce test avec la méthode des luminaires équivalents consiste à simuler
l’éclairage direct à partir de la source surfacique avec un flux de 10000lm. La comparaison est
faite entre ce flux et l’intégration des flux directs reçus par les différentes surfaces intérieures
y compris les côtés de l’ouverture. Nous comparons en plus dans le tableau IV.18 l’erreur
obtenue avec la méthode des LE à celle obtenue avec une simulation standard de Lightscape.
Flux direct Flux direct Erreur (%) Erreur (%)
Type d’ouverture
calculé Analytique LE Lightscape
Toiture 1x1 9756.72 10000 -2.43 -16.1
Façade 2x1 9732.16 10000 -2.68 13.9
Tableau IV.18: La conservation des flux transmis avec un luminaire équivalent

Les résultats montrent que la méthode des luminaires équivalents est plus précise que
Lightscape dans la conservation des flux transmis. Cependant, pour vérifier si l’erreur obtenue
est liée à l’effet d’obstruction de la costière, nous avons répété le cas test avec une ouverture
sans épaisseur. L’erreur devient alors inférieure à 1% (0.6% pour l’ouverture en toiture et
0.11% pour l’ouverture en façade). Ce qui confirme que l’erreur de la méthode des luminaires
équivalents est liée en majorité à l’effet de masque de la costière.

IV.2.6.2 FJD pour une ouverture en toiture sans vitrage (Scénario II.x)

Figure IV.45: Simulation d’une ouverture en toiture sous un ciel CIE couvert par un luminaire équivalent

Dans cette partie nous comparons les simulations du luminaire équivalent à la référence
analytique pour six scénarios avec différents types du ciel CIE général. Pour les ciels CIE
couvert et clair, nous comparons en plus les résultats de la méthode à ceux de Lightscape.
Cette comparaison permet d’évaluer la précision de la méthode des luminaires équivalents par
rapport à celle du logiciel. Les quatre autres scénarios sont choisis de façon à être aussi
représentatifs que possible de la variation des profils d’éclairements intérieurs dus aux 15

182
Chapitre IV

types de ciel CIE. Les résultats présentés sont pour le scénario de l’ouverture de 1×1m sans
épaisseur. Pour la simulation du luminaire équivalent, une source surfacique est placée au
niveau de l’ouverture avec une photométrie équivalente (à la distribution des luminances et
calculée avec notre outil simplifié) et un flux égal à l’éclairement horizontal multiplié par la
surface de l’ouverture. La position des points de référence est présentée dans la figure IV.16.
2.5 5.0

2.0 4.0
FJD (%)

FJD (%)
1.5 3.0

1.0 2.0

0.5 1.0

0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LE FJD LS FJD analyt FJD LE FJD LS
Figure IV.46: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.47: Comparaison analytique-LE-Lightscape
points au mur, ciel couvert points au sol, ciel couvert

5.0 7.0
6.0
4.0
5.0
FJD (%)

FJD (%)
3.0 4.0
2.0 3.0
2.0
1.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LE FJD LS FJD analyt FJD LE FJD LS
Figure IV.48: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.49: Comparaison analytique-LE-Lightscape
points au mur, ciel clair points au sol, ciel clair

Nous remarquons que contrairement à Lightscape, la méthode des luminaires équivalents est
capable de respecter avec fidélité la variation des éclairements pour un ciel CIE couvert ou
clair.
3.5 6.0
3.0 5.0
2.5
FJD (%)

FJD (% )

4.0
2.0
3.0
1.5
1.0 2.0
0.5 1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LE FJD analyt FJD LE

Figure IV.50: Comparaison analytique - Lumin. Equival. Figure IV.51: Comparaison analytique - Lumin. Equival.
points au mur, ciel CIE T2 points au sol, ciel CIE T2

5.0 7.0
6.0
4.0
5.0
FJD (% )
FJD (%)

3.0 4.0
2.0 3.0
2.0
1.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LE FJD analyt FJD LE

Figure IV.52: Comparaison analytique - Lumin. Equival. Figure IV.53: Comparaison analytique - Lumin. Equival.
points au mur, ciel CIE T7 points au sol, ciel CIE T7

183
Chapitre IV

4.0 4.0
3.5 3.5
3.0 3.0
FJD (%)

FJD (%)
2.5 2.5
2.0 2.0
1.5 1.5
1.0 1.0
0.5 0.5
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N
FJD analyt FJD LE FJD analyt FJD LE

Figure IV.54: Comparaison analytique - Lumin. Equival. Figure IV.55: Comparaison analytique - Lumin. Equival.
points au mur, ciel CIE T9 points au sol, ciel CIE T9

8.0 6.0
7.0 5.0
6.0

FJD (% )
4.0
FJD (% )

5.0
4.0 3.0
3.0 2.0
2.0
1.0 1.0
0.0 0.0
G H I J K L M N A B C D E F

FJD analyt FJD LE FJD analyt FJD LE

Figure IV.56: Comparaison analytique - Lumin. Equival. Figure IV.57: Comparaison analytique - Lumin. Equival.
points au mur, ciel CIE T15 points au sol, ciel CIE T15

Les résultats présentés dans les figures IV.46 - IV.57 ci-dessus montrent que la méthode est
capable de représenter la répartition des luminances des différents types de ciel CIE pour une
ouverture en toiture.

IV.2.6.3 FJD pour une ouverture en toiture avec un vitrage clair (Scénario)
2.0 4.0

1.5 3.0
FJD (% )

FJD (% )

1.0 2.0

0.5 1.0

0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

FJD analyt FJD LE FJD LS FJD analyt FJD LE FJD LS

Figure IV.58: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.59: Comparaison analytique-LE-Lightscape


points au mur, ciel couvert points au sol, ciel couvert

5.0 6.0
5.0
4.0
FJD (% )

4.0
FJD (% )

3.0
3.0
2.0
2.0
1.0
1.0
0.0
0.0
A B C D E F
G H I J K L M N
FJD analyt FJD LE FJD LS FJD analyt FJD LE FJD LS

Figure IV.60: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.61: Comparaison analytique-LE-Lightscape


points au mur, ciel clair points au sol, ciel clair

184
Chapitre IV

Les résultats de ce cas test montrent que la méthode des luminaires équivalents est également
capable de prendre en considération la transmission directionnelle d’un vitrage normal sur une
ouverture en toiture.

IV.2.6.4 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade sans vitrage
(Scénario II.x)
La position des points de référence est présentée dans la figure IV.16.

Figure IV.62: Simulation d’une ouverture en façade sous un ciel CIE couvert
et avec un sol extérieur par un luminaire équivalent

3.0 10.0
2.5
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

8.0
2.0
6.0
1.5
1.0 4.0
0.5 2.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

Analyt LE LS Analyt LE LS

Figure IV.63: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.64: Comparaison analytique-LE-Lightscape


points au mur, ciel couvert points au sol, ciel couvert

7.0 20.0
6.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

5.0 15.0
4.0
10.0
3.0
2.0 5.0
1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

Analyt LE LS Analyt LE LS

Figure IV.65: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.66: Comparaison analytique-LE-Lightscape


points au mur, ciel clair points au sol, ciel clair

Les résultats de ce cas-test montrent que la méthode des luminaires équivalents est capable de
s’affranchir des limites de Lightscape dans le calcul de la composante réfléchie externe due à
un sol extérieur pour une ouverture en façade. Nous notons également l’économie
considérable de temps de calcul que permet cette méthode par rapport à la simulation
classique (du simple au double pour un scénario de boite à chaussures).

185
Chapitre IV

IV.2.6.5 FJD + FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade avec un vitrage clair
(Scénario II.x)
2.5 8.0

FJD+FRE (%
2.0
FJD+FRE (%

6.0
1.5
4.0
1.0
0.5 2.0

0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

Analyt LE LS Analyt LE LS

Figure IV.67: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.68: Comparaison analytique-LE-Lightscape


points au mur, ciel couvert points au sol, ciel couvert

6.0 14.0
5.0 12.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%
4.0 10.0
8.0
3.0
6.0
2.0
4.0
1.0 2.0
0.0 0.0
A B C D E F G H I J K L M N

Analyt LE LS Analyt LE LS

Figure IV.69: Comparaison analytique-LE-Lightscape Figure IV.70: Comparaison analytique-LE-Lightscape


points au mur, ciel clair points au sol, ciel clair

IV.2.6.6 FJD + FRE (sol extérieur + masque horizontal continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage (Scénario II.x)
La simulation des luminaires équivalents présente une différence importante entre un scénario
avec un masque et un autre sans masque. En effet, la présence du masque fait que la
photométrie équivalente n’est pas la même selon sa position sur la surface de l’ouverture.
Ainsi la représentation de l’ouverture par une source surfacique avec une photométrie
équivalente calculée à partir du centre de cette ouverture peut entraîner une erreur importante
dans le calcul du facteur de lumière de jour à l’intérieur de la pièce. Cette erreur est liée à la
différence en luminance de champ de vision entre le point de mesure(P) et le point de calcul
de la photométrie (O) (voir figure IV.71).
Champ de Vision réel
C.d.V simulé

O
a

Figure IV.71: Etude de champ proche

186
Chapitre IV

Cette erreur est donc également liée à la taille de l’ouverture, à la distance entre le point de
mesure et l’ouverture et à l’hétérogénéité du champ de luminance externe et en particulier à la
distance entre l’ouverture et le masque. Ces paramètres sont imposés par le scénario à
simuler. Le seul moyen pour minimiser cette erreur est de subdiviser verticalement la surface
de l’ouverture en un nombre de sources surfaciques. Chacune de ces sources a une
photométrie équivalente calculée à partir de son centre géométrique. Cette subdivision permet
alors de minimiser la différence entre la luminance du champ de vision du point de mesure et
celle des photométries équivalentes calculées.
Les résultats présentés dans les figures IV.74 - IV.81 ci-dessous sont obtenus avec une
subdivision verticale de l’ouverture en 10 sources équivalentes. La position des points de
référence est présentée dans la figure IV.30.

Figure IV.72: Simulation d’une ouverture en façade sous un ciel CIE clair et avec un sol et un
masque continu extérieurs par une série de 10 luminaires équivalents

La figure IV.73 ci-dessous montre la variation de la photométrie équivalente avec la hauteur


du point de mesure sur la façade. Nous remarquons en particulier la variation de la
directionnalité de cette photométrie en s’approchant du masque.

Photométrie équiv. à 1.05 m de hauteur (maille #1) Photométrie équiv. à 1.35 m de hauteur (maille #4)

Photométrie équiv. à 1.65 m de hauteur (maille #7) Photométrie équiv. à 1.95 m de hauteur (maille #10)

Figure IV.73: Variation de la photométrie équivalente avec la hauteur du point de calcul


pour un ciel CIE T1 et un masque horizontal continu de 2m de largeur

187
Chapitre IV

Masque horizontal continu de 50cm de largeur :


10.0
16.0

FJD+FRE (%
14.0
FJD+FRE (%
8.0
12.0
6.0 10.0
8.0
4.0 6.0
4.0
2.0 2.0
0.0
0.0 A B C D E F G H
A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

Figure IV.74: Comparaison analytique-LE 10 mailles, Figure IV.75: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction Hz de 50cm, ciel CIE T1 Obstruction Hz de 50cm, ciel CIE T12

Masque horizontal continu de 1m de largeur :


6.0 12.0

FJD+FRE (%
5.0 10.0
FJD+FRE (%

4.0 8.0
3.0 6.0
2.0 4.0
1.0 2.0
0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H

FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

Figure IV.76: Comparaison analytique-LE 10 mailles, Figure IV.77: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction Hz de 1m, ciel CIE T1 Obstruction Hz de 1m, ciel CIE T12

Masque horizontal continu de 2m de largeur :


3.0
2.5 5.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

2.0 4.0
1.5 3.0
1.0 2.0
0.5 1.0
0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE LS

Figure IV.78: Comparaison analyt-LE 10 mailles-LS, Figure IV.79: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction Hz de 2m, ciel CIE T1 Obstruction Hz de 2m, ciel CIE T12

3.0 3.5
2.5 3.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

2.0 2.5
2.0
1.5
1.5
1.0 1.0
0.5 0.5
0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H

FJD+FRE analyt FJD+FRE LE FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

Figure IV.80: Comparaison analytique-LE 10 mailles, Figure IV.81: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction Hz de 7m, ciel CIE T2 Obstruction Hz de 2m, ciel CIE T7

Les résultats présentés dans les figure IV.74 - IV.81 ci-dessus montrent que (contrairement à
Lightscape) la méthode des LE est capable de simuler avec une bonne précision un scénario
de lumière naturelle avec présence de masque dans un champ proche par rapport à

188
Chapitre IV

l’ouverture. En regardant la perspective intérieure avec une simulation en luminaire


équivalent d’un ciel clair (voir figure IV.72), nous observons une bonne présentation
graphique de la ligne d’ombre due à la directionnalité du soleil.
Nous notons que cette précision est obtenue à partir d’un maillage de l’ouverture en un
nombre donné de sources équivalentes. Pour mieux comprendre la variation des erreurs avec
le maillage de la source et la configuration des scénarios, nous menons dans IV.2.8 une étude
paramétrique adaptée.

IV.2.6.7 FJD et FRE (sol extérieur + masque vertical continu) pour une ouverture en
façade sans vitrage (Scénario II.x)

Photométrie équiv. à 1.05 m de hauteur (maille #1) Photométrie équiv. à 1.95 m de hauteur (maille #10)

Figure IV.82: Variation de la photométrie équivalente avec la hauteur du point de calcul


pour un ciel CIE T1 et un masque vertical continu de 9m de hautreur

Nous notons une faible variation de la photométrie équivalente pour les scénarios de masque
vertical à 6m de la façade (voir figure IV.82). Cependant ce scénario représente le cas urbain
courant de présence d’obstruction verticale due à un vis-à-vis.

Masque Vertical continu de 3m de hauteur :


10.0
20.0
8.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

15.0
6.0
4.0 10.0

2.0 5.0

0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

Figure IV.83: Comparaison analytique-LE 10 mailles, Figure IV.84: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction V de 3m, ciel CIE T1 Obstruction V de 3m, ciel CIE T12

Masque Vertical continu de 6m de hauteur :


20.0
10.0
FJD+FRE (%
FJD+FRE (%

8.0 15.0
6.0
10.0
4.0
2.0 5.0

0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE LS FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

Figure IV.85: Comparaison analytique-LE 10 mailles, Figure IV.86: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction V de 6m, ciel CIE T1 Obstruction V de 6m, ciel CIE T12

189
Chapitre IV

Masque Vertical continu de 9m de hauteur


10.0
20.0
FJD+FRE (%
8.0

FJD+FRE (%
6.0 15.0

4.0 10.0

2.0 5.0

0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H

FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles


Figure IV.87: Comparaison analytique-LE 10 mailles, Figure IV.88: Comparaison analytique-LE 10 mailles,
Obstruction V de 9m, ciel CIE T1 Obstruction V de 9m, ciel CIE T12

Comme pour le scénario avec masque horizontal, les simulations de LE donnent des résultats
assez satisfaisants dans la simulation d’un scénario de lumière naturelle avec masque vertical.
Nous notons cependant une différence légèrement plus marquée avec la référence analytique
pour le scénario de 9m de hauteur.

IV.2.7 Comparaison des résultats aux données de référence expérimentales des


scénarios de lumière naturelle
Nous utilisons dans cette partie pour la validation de la méthode des LE des scénarios
expérimentaux en lumière naturelle associés à des cartes de luminances réelles. Le dispositif
expérimental et les scénarios utilisés sont décrits dans le chapitre III où les cartes de
luminance ont été utilisées comme modèles de ciel dans Radiance.
Les fichiers photométriques équivalents aux cartes de luminances sont créés à partir de ces
cartes, avec le logiciel Photolux. Ces fichier sont au format IESNA avec un maillage de 1°
pour un maximum de précision (un minimum de perte de données). Ils sont ensuite utilisés
dans Lightscape pour décrire les sources surfaciques positionnées au niveau de l’ouverture.
Comme pour les simulations de Radiance (Chapitre III), nous appliquons aux résultats des
luminaires équivalents une correction des flux calculée à partir de la différence entre
l’éclairement extérieur obtenu à partir des cartes et l’éclairement extérieur mesuré.
La comparaison des résultats des LE se fait avec les mesures expérimentales mais également
avec les résultats de Radiance pour les mêmes scénarios. L’utilisation des résultats de
Radiance permet de compenser l’incertitude liée aux références expérimentales (problèmes de
champ proche, fiabilité des cartes de luminance…) et de vérifier l’équivalence entre la
méthode des LE et la simulation classique avec un modèle de ciel dans un logiciel fiable
[Grynberg, 1988].
Nous notons finalement que ces tests ne sont pas applicables avec une simulation classique de
Lightscape puisque, comme la majorité des logiciels existants, il n’accepte que les modèles de
ciel prédéfinis.

190
Chapitre IV

IV.2.7.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture (Scénarios III.5.1-4)

Figure IV.89: Maquette expérimentale avec une Figure IV.90: Maquette expérimentale avec une
ouverture en toiture de 20cm×20cm ouverture en toiture de 20cm×20cm

2400
600
2200
550
2000

E (lx)
E (lx)

500
1800
450

400 1600

350 1400
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.91: Comparaison mesures-LE-Radiance, Figure IV.92: Comparaison mesures-LE-Radiance,


Ciel artificiel, Ouverture en toiture 20cm×20cm Ciel artificiel, Ouverture en toiture 40cm×40cm

4600 7500
4400
7000
4200
4000
E (lx)

6500
E (lx)

3800
3600 6000
3400 5500
3200
3000 5000
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.93: Comparaison mesures-LE-Radiance, Figure IV.94: Comparaison mesures-LE-Radiance,


Ciel artificiel, Ouverture en toiture 60cm×60cm Ciel artificiel, Ouverture en toiture 80cm×80cm

IV.2.7.2 Ciel artificiel, ouverture en façade (Scénarios III.5.5-7)


1000

800

600
E (lx)

400

200

0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.95: Champ de vision d’une ouverture en Figure IV.96: Comparaison mesures-LE-Radiance,
façade de 40×20cm Ciel artificiel, Ouverture en façade de 40cm×20cm

191
Chapitre IV

3500 7000
3000 6000
2500 5000

E (lx)
2000 4000
E (lx)

1500 3000
1000 2000
500 1000
0 0
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure Simulation LE limite inférieure

Figure IV.97: Comparaison mesures-LE-Radiance, Figure IV.98: Comparaison mesures-LE-Radiance,


Ciel artificiel, Ouverture en façade de 60cm×40cm Ciel artificiel, Ouverture en façade de 80cm×60cm

IV.2.7.3 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture (Scénarios III.5.9-11)


600
500
400

E (lx)
300
200
100
0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.99: Photo du ciel extérieur prise en même Figure IV.100: Comparaison mesures-LE-Radiance,
temps que les mesures Ciel nuageux, Ouverture en toiture de 20cm×20cm

1800 3500
3300
1600
3100
1400 2900
E (lx)

E (lx)

2700
1200 2500
2300
1000
2100
800 1900
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.101: Comparaison mesures-LE-Radiance, Figure IV.102: Comparaison mesures-LE-Radiance,


Ciel nuageux, Ouverture en toiture de 40cm×40cm Ciel nuageux, Ouverture en toiture de 60cm×60cm

IV.2.7.4 Ciel extérieur clair, ouverture en façade (Scénarios III.5.12-14)


400
350
300
E (lx)

250
200
150
100
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.103: Champ de vision de l’ouverture en Figure IV.104: Comparaison mesures-LE-Radiance,


façade Ciel clair, Ouverture en façade de 40cm×20cm

192
Chapitre IV

2500 6000

5000
2000
4000

E (lx)
1500
E (lx)
3000
1000
2000
500 1000
0 0
A1 A2 A3 A4 A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance Limite supérieure Radiance
Simulation LE Limite inférieure Simulation LE Limite inférieure

Figure IV.105: Comparaison mesures-LE-Radiance, Figure IV.106: Comparaison mesures-LE-Radiance,


Ciel clair, Ouverture en façade de 60cm×40cm Ciel clair, Ouverture en façade de 80cm×60cm

Les résultats présentés dans les figures IV.91 - IV.106 ci-dessus pour les différents scénarios
testés montrent une quasi-similitude entre les résultats de Radiance et ceux de la méthode des
luminaires équivalents. Ils montrent également une corrélation globalement satisfaisante entre
les deux types de simulation et les références expérimentales.
Cette similitude prouve que la méthode de LE est aussi précise que Radiance dans la
simulation d’une carte de luminance réelle. Cela confirme également que la différence avec
les données de référence est due en grande partie à la précision des cartes de luminances
(champ proche en particulier).

IV.2.7.5 Ciel extérieur dynamique, ouverture en toiture


Nous présentons dans les graphiques de la figure IV.107 ci-dessous les résultats de LE
comparés aux mesures expérimentales ainsi qu’aux résultats de Radiance pour le scénario de
ciel extérieur dynamique avec une ouverture en toiture de 20cm×20cm (décrit dans III.2.7).
2000 2500

1500 2000
E (lx)

E (lx)

1500
1000
1000
500
500
0 0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50 14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A1 Mesures A1 LE A1 Radiance A2 Mesures A2 LE A2 Radiance

Variation de E (lx) au point A1 Variation de E (lx) au point A2


2500 2000
2000
1500
E (lx)

1500
E (lx)

1000
1000
500
500
0 0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50 14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50
Tem ps de m esure
Tem ps de m esure
A3 Mesures A3 LE A3 Radiance A4 Mesures A4 LE A4 Radiance

Variation de E (lx) au point A3 Variation de E (lx) au point A4

193
Chapitre IV

500
1200
1000 400
E (lx) 800 300

E (lx)
600
200
400
100
200
0 0
14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50 14:38 14:52 15:07 15:21 15:36 15:50
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A5 Mesures A5 LE A5 Radiance B5 Mesures B5 LE B5 Radiance

Variation de E (lx) au point A5 Variation de E (lx) au point B5

Figure IV.107: Comparaison mesures-LE-Radiance, pour la variation de l’éclairement intérieur sur les
différents points de mesure et pendant toute la période d’acquisition (ouverture en toiture)

Les résultats présentés dans la figure IV.107 ci-dessus montrent une quasi-similitude entre les
résultats de LE et de Radiance.

IV.2.7.6 Ciel extérieur dynamique, ouverture en façade


12000 7000
10000 6000
8000
E (lx) 5000
E (lx)

4000
6000
3000
4000
2000
2000 1000
0 0
13:26 13:40 13:55 14:09 14:24 13:26 13:40 13:55 14:09 14:24
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A1 Mesures A1 LE A1 Radiance A2 Mesures A2 LE A2 Radiance

Variation de E (lx) au point A1 Variation de E (lx) au point A2


3500 2000
3000
2500 1500
E (lx)
E (lx)

2000
1000
1500
1000 500
500
0 0
13:26 13:40 13:55 14:09 14:24 13:26 13:40 13:55 14:09 14:24
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A3 Mesures A3 LE A3 Radiance A4 Mesures A4 LE A4 Radiance

Variation de E (lx) au point A3 Variation de E (lx) au point A4

4000 3000
2500
3000
E (lx)

2000
E (lx)

2000 1500
1000
1000
500
0 0
13:26 13:40 13:55 14:09 14:24 13:26 13:40 13:55 14:09 14:24
Tem ps de m esure Tem ps de m esure
A5 Mesures A5 LE A5 Radiance B5 Mesures B5 LE B5 Radiance
Variation de E (lx) au point A5 Variation de E (lx) au point B5

Figure IV.108: Comparaison mesures-LE-Radiance, pour la variation de l’éclairement intérieur sur les
différents points de mesure et pendant toute la période d’acquisition (ouverture en façade)

Comme pour le cas test précédent, les résultats de ce cas test montrent que la méthode des LE
combinée à l’utilisation des cartes de luminances réelles est capable de représenter la
dynamique de la lumière de jour dans un scénario réel.

194
Chapitre IV

Nous notons également que la précision de la méthode est comparable à celle du logiciel
Radiance.

IV.2.7.7 Ciel artificiel, ouverture en façade + obstruction


Dans cette partie de validation expérimentale de la méthode des LE, nous utilisons des
scénarios avec présence de champ proche dû à un masque extérieur horizontal. Comme pour
les scénarios analytiques avec obstruction, la surface de l’ouverture est subdivisée en un
nombre de mailles avec une photométrie équivalente pour chacune. Ces photométries
équivalentes sont obtenues à l’aide d’une série de photos numériques prises avec un objectif
fish-eye à partir du centre de chaque maille. Ces photos sont ensuite analysées à l’aide de
Photolux et exportées au format IESNA.
Les éclairements extérieurs sont enregistrés en même temps que les photos, puis en même
temps que les mesures d’éclairement à l’intérieur de la maquette expérimentale. Chaque
maille est ensuite simulée séparément. Ceci permet de mieux prendre en considération la
variation des flux lors de l’utilisation des mesures en tant que données de référence (voir
III.2.3.2).
Finalement nous notons que les résultats de la simulation en LE sont comparés uniquement
aux bandes de tolérance des mesures expérimentales, puisque les scénarios expérimentaux
avec masque n’ont pas été simulés avec Radiance.

Scénario A, ouverture en façade de 60cm×40cm :


La configuration géométrique utilisée pour ce cas test est celle de la maquette de l’ENTPE
avec une ouverture de 60cm×40cm et un masque horizontal de même hauteur que le plafond
et de 20cm de largeur. Les mesures sont faites à l’intérieur du ciel artificiel. Le miroir en face
de l’ouverture est masqué avec du papier blanc afin de ne pas avoir la réflexion de la façade
dans le champ de vision de l’appareil photo.
Pour ce scénario, l’ouverture est subdivisée en 4 mailles. Les photométries équivalentes sont
donc mesurées tous les 10cm à partir de –15 cm en dessous du centre de l’ouverture et jusqu’à
+15 cm en dessus.
Les résultats présentés ci-dessous sont obtenus à partir du cumul des éclairements reçus par
chaque maille avant et après correction des flux.

2500

2000

1500
E (lx)

1000

500

0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Simulation LE
Correction de flux Limite inférieure

Figure IV.109: Comparaison mesures-LE 4 mailles-Radiance, Ciel artificiel, Ouverture en façade de 60cm×40cm
avec masque horizontal

195
Chapitre IV

Scénario B, ouverture en façade de 80cm×60cm

Maille +25 Maille +15 Maille +05

Maille -05 Maille -15 Maille -25

Figure IV.110: Variation du champ de luminance avec la hauteur du pt de vue sur la surface de
l’ouverture

La configuration utilisée est similaire à celle du scénario précédent mais avec une ouverture
complète de 80cm×60cm.
Pour ce scénario, l’ouverture est subdivisée en 6 mailles. Les photométries équivalentes sont
donc mesurées tous les 10cm à partir de –25 cm en dessous du centre de l’ouverture et jusqu’à
+25 cm en dessus (voir figure IV.110).

3500
3000
2500
E (lx)

2000
1500
1000
500
0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Correction de flux
Simulation LE Limite inférieure
Figure IV.111: Comparaison mesures-LE 6 mailles-Radiance,
Ciel artificiel, Ouverture en façade de 80cm×60cm avec masque horizontal

Les résultats présentés dans la figure IV.111 ci-dessus montrent que la méthode des
luminaires équivalents est capable de donner une précision acceptable pour la simulation d’un
scénario expérimental avec présence de champ proche. Cette précision est atteinte à condition
de subdiviser la surface de l’ouverture.

196
Chapitre IV

IV.2.8 Etude paramétrique pour les scénarios de champ proche


Les résultats présentés ci-dessus pour des scénarios avec masque extérieur ont montré que la
méthode des luminaires équivalents est capable de simuler avec précision ce genre de
scénario. Cependant, ces résultats sont obtenus à partir d’un maillage de l’ouverture en un
nombre de sources équivalentes. Pour mieux comprendre l’influence de ce maillage sur la
précision des résultats, nous réalisons l’étude suivante.

IV.2.8.1 Objectifs et démarche (sélection des paramètres)


Le but de l’étude est donc de trouver une relation entre la précision des résultats et le maillage
de l’ouverture (en sources équivalentes) en fonction de la configuration du champ proche dans
le scénario à simuler. Ceci permet alors, pour un scénario donné, de prédéfinir un maillage
optimisé afin d’atteindre le degré de précision voulu pour un temps de calcul minimal.
Nous notons que cette étude s’inscrit également dans le cadre d’une perspective de
développement d’un outil numérique pour la création des photométries équivalentes.
L’objectif est de pouvoir automatiser le maillage de l’ouverture et la création des
photométries équivalentes en fonction du scénario (de champ proche) et de la précision
voulue.
La première étape de l’étude consiste à identifier les paramètres d’un scénario de champ
proche, pouvant affecter la précision de la simulation d’une source équivalente. Nous avons
identifié les paramètres suivants :
a. Variation de l’éclairement extérieur (sur cette surface)
b. Variation de l’angle d’obstruction sur la surface de la source
c. Le contraste de luminance entre le masque et le reste de l’hémisphère (vus à partir de
la surface)
d. Le facteur de forme entre le point de mesure et la source, le facteur de forme entre le
point de mesure et la portion de la source masquée par l’obstruction, et le rapport entre
les deux
e. Le contraste de luminance entre la portion masquée et le reste de la surface pour un
point de mesure donné.

Nous estimons que la variation de l’éclairement extérieur sur la surface de la source peut être
représentative des autres paramètres liés à la relation entre la surface et le masque : b, c, d et
e. Pour cela, et afin de simplifier l’étude paramétrique, nous commençons par étudier
séparément l’influence de ce paramètre sur la précision des résultats. Comme valeur
représentative de la variation de la précision, nous utilisons le coefficient de corrélation entre
les résultats de la simulation et la référence analytique sur un axe de mesure au sol. Comme
valeur représentative de la variation de l’éclairement sur la surface de la source, nous utilisons
le rapport "Emin/Emax". Pour les simulations avec plusieurs mailles, nous utilisons la valeur
minimale de ce rapport, c.à.d nous prenons en considération la maille la plus défavorable.
La deuxième étape consiste à vérifier la relation entre ces deux valeurs à travers l’analyse
d’un échantillon obtenu à partir d’une série de simulations conduites avec un nombre différent
de mailles et pour différents scénarios analytiques avec différentes configurations de champ
proche (masques horizontaux ou verticaux de dimensions variables).
Dans la partie qui suit, nous présentons des résultats des scénarios choisis en tant
qu’échantillon pour notre étude paramétrique.

197
Chapitre IV

IV.2.8.2 Présentation de l’échantillon utilisé


Nous présentons ci-dessous une partie de l’échantillon utilisé dans notre étude paramétrique.
Les scénarios utilisés sont ceux définis dans II.12 et II.13. Les valeurs de référence sont
présentées dans l’annexe B.
Série #1 : CIE T1 (couvert), ouverture en façade de 2x1m, masque horizontal :
L = 0.5 m L = 1m L = 2m
2.0 2.0 2.0
1.9 1.9 1.9
1.8 1.8 1.8
Hauteur (m)

Hauteur (m)

Hauteur (m)
1.7 1.7 1.7
1.6 1.6 1.6
1.5 1.5 1.5
1.4 1.4 1.4
1.3 1.3 1.3
1.2 1.2 1.2
1.1 1.1 1.1
1.0 1.0 1.0
1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50

Figure IV.112: Variation de Ev/Ev-min sur la surface de l’ouverture, selon la largeur L du masque

L = 0.5 m L = 1m L = 2m

10.0 8.0 2.5


8.0 7.0
6.0 2.0
6.0 5.0 1.5
4.0 4.0
3.0 1.0
2.0 2.0 0.5
1.0
0.0
0.0 0.0
A B C D E F G H
A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille

1 maille
10.0 3.0
6.0
5.0 2.5
8.0
4.0 2.0
6.0
3.0 1.5
4.0 2.0 1.0
2.0 1.0 0.5
0.0 0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-2mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-2mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-2mailles

2 mailles
10.0 6.0
2.5
8.0 5.0
2.0
4.0
6.0
1.5
3.0
4.0
2.0 1.0
2.0 1.0 0.5
0.0 0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-5mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-5mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-5mailles

5 mailles

10.0 6.0
2.5
8.0 5.0
2.0
( )

4.0 1.5
6.0
3.0 1.0
4.0
2.0 0.5
2.0 1.0 0.0
0.0 0.0 A B C D E F G H
A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

10 mailles

Figure IV.113: Variation de la précision des résultats avec la configuration du masque horizontal et le
maillage de la source équivalente (Ciel CIE T1)

La comparaison entre les résultats de la simulation et la référence analytique pour la série ci-
dessus montre que nous avons une corrélation décroissante avec la taille du masque et une
corrélation croissante avec le nombre de mailles.

198
Chapitre IV

Série #2 : CIE T12 (clair), ouverture en façade de 2x1m, masque horizontal :


L = 0.5 m L = 1m L = 2m
2.0 2.0 2.0
1.9 1.9 1.9
1.8 1.8 1.8
Hauteur (m)

Hauteur (m)

Hauteur (m)
1.7 1.7 1.7
1.6 1.6 1.6
1.5 1.5 1.5
1.4 1.4 1.4
1.3 1.3 1.3
1.2 1.2 1.2
1.1 1.1 1.1
1.0 1.0 1.0
1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50

Figure IV.114: Variation de Ev/Ev-min sur la surface de l’ouverture, selon la largeur L du masque

L = 0.5 m L = 1m L = 2m
20.0 5.0
14.0
4.0
FJD+FRE (%

12.0

FJD+FRE (%
FJD+FRE (%
15.0
10.0
3.0
10.0 8.0
6.0 2.0
5.0 4.0
1.0
2.0
0.0 0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille

1 maille
20.0 12.0 6.0
10.0 5.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

15.0
8.0 4.0

FJD (% )
10.0 6.0 3.0
4.0 2.0
5.0
2.0 1.0
0.0 0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H -1.0 A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-2mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-2mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-2mailles

2 mailles
16.0 12.0 5.0
14.0 10.0 4.0
FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

12.0
FJD (% )

10.0 8.0
3.0
8.0 6.0
6.0 2.0
4.0
4.0 1.0
2.0 2.0
0.0 0.0 0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-5mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-5mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-5mailles

5 mailles

12.0
16.0
FJD+FRE (%

5.0
FJD+FRE (%

10.0
FJD+FRE (%

14.0
12.0 4.0
8.0
10.0 3.0
8.0 6.0
6.0 2.0
4.0 4.0
1.0
2.0 2.0
0.0 0.0
0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

10 mailles

Figure IV.115: Variation de la précision des résultats avec la configuration du masque horizontal et le
maillage de la source équivalente (Ciel CIE T12)

Nous notons une quasi-similarité entre les résultats de ce scénario (ciel CIE T12) et ceux du
scénario précédent (ciel CIE T1).
Série #3 : CIE T1, ouverture en façade de 2x1m, masque vertical :
H=3m H=6m H=9m
2.0 2.0 2.0
1.9 1.9 1.9
1.8 1.8 1.8
Hauteur (m)
Hauteur (m)

Hauteur (m)

1.7 1.7 1.7


1.6 1.6 1.6
1.5 1.5 1.5
1.4 1.4 1.4
1.3 1.3 1.3
1.2 1.2 1.2
1.1 1.1 1.1
1.0 1.0 1.0
1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50

Figure IV.116: Variation de Ev/Ev-min sur la surface de l’ouverture, selon la hauteur H du masque

199
Chapitre IV

H=3m H=6m H=9m

10.0 10.0
10.0
8.0 8.0
8.0
6.0 6.0
6.0
4.0 4.0
4.0
2.0 2.0
2.0
0.0 0.0
0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille

1 maille
10.0
10.0 10.0
8.0 8.0
8.0
6.0 6.0 6.0
4.0 4.0 4.0
2.0 2.0 2.0
0.0 0.0
0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

10 mailles

Figure IV.117: Variation de la précision des résultats avec la configuration du masque vertical et le
maillage de la source équivalente (Ciel CIE T1)

Nous notons pour la série ci-dessus une corrélation décroissante avec la hauteur du masque
vertical. Cependant, nous ne constatons pas une variation sensible avec le nombre de mailles.
La bonne précision obtenue avec les simulations en une seule maille est due à la faible
variation de la photométrie équivalente (voir figure IV.82) et de l’éclairement extérieur au
niveau de la surface de l’ouverture (voir figures IV.116).
Série #4 : CIE T12, ouverture en façade de 2x1m, masque vertical :
H=3m H=6m H=9m
2.0 2.0 2.0
1.9 1.9 1.9
1.8 1.8 1.8
Hauteur (m)
Hauteur (m)
Hauteur (m)

1.7 1.7 1.7


1.6 1.6 1.6
1.5 1.5 1.5
1.4 1.4 1.4
1.3 1.3 1.3
1.2 1.2 1.2
1.1 1.1 1.1
1.0 1.0 1.0
1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50 1.00 1.10 1.20 1.30 1.40 1.50

Figure IV.118: Variation de Ev/Ev-min sur la surface de l’ouverture, selon la hauteur H du masque

H=3m H=6m H=9m

20.0 20.0 20.0


FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

15.0 15.0 15.0

10.0 10.0 10.0

5.0 5.0 5.0

0.0 0.0 0.0


A B C D E F G H A B C D E F G H A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-1maille

1 maille

20.0 20.0 20.0


FJD+FRE (%

FJD+FRE (%

15.0 15.0 15.0


10.0 10.0 10.0
5.0 5.0 5.0
0.0 0.0
0.0
A B C D E F G H A B C D E F G H
A B C D E F G H
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles
FJD+FRE analyt FJD+FRE LE-10mailles

10 mailles

Figure IV.119: Variation de la précision des résultats avec la configuration du masque vertical et le
maillage de la source équivalente (Ciel CIE T12)

200
Chapitre IV

IV.2.8.3 Analyse de l’échantillon et identification d’une courbe de tendance entre la


variation des éclairements extérieurs et la précision des résultats
Nous présentons dans le graphique de la figure IV.120 ci-dessous les valeurs de l’échantillon
étudié avec le rapport Ev'/Ev" en X, et la corrélation entre les résultats de la simulation et la
référence analytique correspondante en Y.
Ev'/Ev" est le plus petit des rapports entre l’éclairement vertical sur les deux bords de chacune
des mailles simulées.
Le coefficient de corrélation utilisé sur l’axe des Y est défini par l’équation suivante :

Cov(X,Y)
ρ xy = (35)
σ x ⋅σ y
où :
−1≤ ρ xy ≤1
n
Cov(X,Y)= 1 ∑(xi − µ x)(yi − µ y)
n i−n

1.0
0.9
Correlation

0.8
0.7
0.6
0.5
0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1.0 1.1
Ev'/Ev"

Echantillon 2m 2mailles Polynomial (Echantillon)

Figure IV.120: Courbe de tendance de l’échantillon étudié

La présentation de l’échantillon étudié dans la figure IV.120 montre une amélioration de la


corrélation avec le rapport Ev'/Ev" jusqu’environ la valeur 0.87 de ce rapport. A partir de
cette valeur, nous n’observons pas une amélioration sensible de la corrélation (elle se stabilise
aux environs de 0.98).
Nous constatons également que les valeurs de l’échantillon utilisé se trouvent sur une courbe
de tendance bien confirmée à l’exception de 4 valeurs obtenues avec des simulations en deux
mailles pour un masque horizontal de 2m de largeur et 4 types différents du ciel CIE. En
observant les graphiques correspondantes dans les figures IV.113 et IV.115, nous constatons
que la faible valeur de corrélation est due à la forme particulière de la courbe des résultats de
la simulation.

IV.2.8.4 Comparaisons de la courbe de tendance des résultats analytiques aux résultats


des scénarios expérimentaux
L’objectif de cette partie est de vérifier l’applicabilité de la courbe de tendance (identifiée à
partir des scénarios analytiques) aux scénarios expérimentaux. Pour cela nous ajoutons à notre
échantillon, les résultats de 4 simulations des scénarios A et B présentés dans IV.2.7.7.

201
Chapitre IV

1.0
0.9

Correlation
0.8
0.7
0.6
0.5
0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1.0 1.1
Ev'/Ev"
Echantillon 2m 2mailles
Ciel art-60x40 Ciel Art-80x60
Polynomial (Echantillon)
Figure IV.121: comparaison des résultats du scénario expérimental à la courbe de tendance de l’échantillon analytique

Ces résultats sont obtenus à partir de deux simulations avec 1 ou 4 mailles pour le scénario A
(ouverture de 40cm×60cm), et deux autres simulations avec 1 ou 6 mailles pour le scénario B
(80cm×60cm). Ils sont présentées dans la figure IV.121 ci-dessus. Nous remarquons que les
résultats du scénario A se rapprochent de la courbe de tendance de l’échantillon analytique.
Les résultats du scénario B sont plus éloignés de la courbe, mais avec une meilleure valeur de
corrélation. Cette différence est probablement liée à la taille de l’ouverture, et à la variation
des éclairements extérieurs sur toute la surface de l’ouverture (la valeur Ev'/Ev" utilisée est
obtenue à partir d’une seule maille : la plus proche du masque).
Ouverture 60cm×40cm Ouverture 80cm×60cm
50 60
50
Hauteur (cm )
Hauteur (cm )

40
40
30 30
20
20
10
10 0
1.00 1.20 1.40 1.60 1.80 2.00 1.00 1.20 1.40 1.60 1.80 2.00

Figure IV.122: Variation de Ev/Ev-min sur la surface de l’ouverture, pour les scénarios expérimentaux

Finalement nous notons qu’il faut relativiser les conclusions de cette comparaison par rapport
à l’incertitude liée à la référence expérimentale.

IV.2.8.5 Analyse des résultats


L’étude paramétrique menée a montré qu’il existe effectivement une relation entre la variation
de l’éclairement extérieur sur les mailles de l’ouverture et la précision de la simulation de
luminaires équivalents basée sur le maillage correspondant.
Même s’il est possible d’affiner cette étude en introduisant un nombre supplémentaire de
paramètres (distance entre le point de mesure et les mailles…), nous considérons que la
relation trouvée peut être suffisante dans le cadre de l’objectif défini (choix d’un maillage
optimisé pour une meilleure précision avec un minimum de temps de calcul).
Ceci est d’autant plus vrai, que nous avons constaté une faible variation du temps de calcul
entre une simulation avec une seule maille et une autre avec 10mailles (exemple : 1min30s
pour une simulation en 1 maille du scénario avec CIE T12, obstruction Hz de 2m de largeur,
et 2min pour une simulation en 10 mailles du même scénario). Ce qui permet de choisir un
maillage assez fin de façon à ce que le rapport Ev'/Ev" dépasse la valeur seuil de 0.9, ce qui
garantit d’après cette étude une corrélation supérieure à 0.98.

202
Chapitre IV

Conclusions
Dans ce chapitre, nous avons prouvé à l’aide de deux exemples concrets (validation de
Lightscape et validation de la méthode des luminaires équivalents) l’utilité de la méthode de
validation proposée.
En effet, l’utilisation des cas-tests définis dans l’esprit de cette méthodologie a permis de
montrer les points forts et les points faibles du logiciel testé.
Ces mêmes cas-tests nous ont permis de prouver la validité et l’intérêt de la méthode des
luminaires équivalents pour la simulation des scénarios de lumière naturelle, en particulier en
présence de champ proche.
Finalement, ce travail a débouché sur une perspective intéressante pour le domaine de la
conception en éclairage : le développement d’un outil de création des luminaires équivalents
pour des scénarios de lumière naturelle, avec et sans masque extérieur.

Références bibliographiques
AUTODESK. Lightscape 3.2 Users Guide. 3.2. Autodesk, 1999, 352 p.

GRYNBERG A. Comparison and Validation of Radiance and Superlite. Rapport interne.


Lawrence Berkeley National Laboratory, 1988.

IESNA. Calculation of daylight availability. IES-RP-21. New York: IIlluminating


engineering Society of North America, 1984, 9 p.

IESNA. IESNA Standard File Format for Electronic Transfer of Photometric Data. IESNA
LM-63-95. New York: Illuminating engineering Society of North America, 1995, 5 p.

MAAMARI F. Protocoles de tests de logiciels de simulation d ’éclairage. DEA en Génie


Civil. Vaulx en Velin - Lyon: ENTPE, 2000, 47 p.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M., HIRATA, M., KOSTER, J., MARTY, C.,
TRANSGRASSOULIS, A. Reliable Datasets for Lighting Programs Validation, Benchmark
results. CISBAT 2003 Conference, 2003, pp. 6.

MAAMARI F., JONGEWAARD, M., KOSTER, J., TRANSGRASSOULIS, A.


FONTOYNONT, M. A Step Toward A Complete And Objective Validation Methodology For
Lighting Simulation Tools. CIE 25th Session, San Diego, 2003, pp. 4.

PAPAMICHAEL K. Fenestration systems as luminaires of varying candlepower distribution.


IEEE Industry Application society, Seattle, 1990.

SPITZGLAS M. Defining daylighting from windows in terms of candlepower distribution


curves. Rapport interne. Lawrence Berkeley National Laboratory, 1984.

203
Chapitre IV

204
Conclusions et perspectives

Conclusions et perspectives

Introduction
En conclusion de ce travail de thèse, nous présentons ci-dessous une analyse de l’apport que
représente cet ouvrage dans les différents aspects de la simulation numérique de la lumière
que nous avons traités. Nous présentons également les perspectives liées à chacun de ces
aspects, qui permettent de compléter ou d’améliorer le travail réalisé.

205
Conclusions et perspectives

206
Conclusions et perspectives

Table des matières

1. La méthodologie de validation et les cas-tests proposés ................................................................ 209


2. Cahier des charges pour les protocoles de validation expérimentale ............................................. 210
3. La simulation des ciels réels........................................................................................................... 210
4. Validité de Lightscape 3.2 pour la simulation de la lumière .......................................................... 211
5. La méthode des luminaires équivalents.......................................................................................... 211
6. Utilisation des études paramétriques .............................................................................................. 212
Références bibliographiques .............................................................................................................. 212

207
Conclusions et perspectives

208
Conclusions et perspectives

1. La méthodologie de validation et les cas-tests proposés


Les deux exemples d’application des cas-tests proposés dans le cadre de la méthodologie de
validation (que nous avons définie dans I.3.5) ont prouvé l’utilité de cette méthodologie.
Les cas-tests proposés dans le chapitre II (voire tableau II.11) et dans le chapitre III (voir
tableau III.15) permettent de couvrir un champ assez large du domaine de la simulation de
l’éclairage.
Les perspectives envisagées pour compléter et améliorer l’utilité de la méthode de validation
sont liées aux points suivants:

A. Compléter la série de cas-tests :


Pour élargir le champ d’application de la méthode de validation, il est important de compléter
la série de cas-tests proposés de façon à couvrir d’autres aspects de la propagation de la
lumière.
Nous proposons en premier lieu de développer les propositions de cas-tests listées dans II.14
et dans III.5.
En ce qui concerne la création ou la sélection de nouveaux cas-tests avec référence
expérimentale, il est important de respecter le cahier des charges que nous avons défini dans
III.I.
En ce qui concerne le cas-test III.3 (lié à la simulation de l’aspect bi-directionnel des
matériaux vitrés), nous proposons d’utiliser le même protocole pour créer de nouvelles
références expérimentales avec d’autres matériaux que celui utilisé dans III.3.

B. Comparaison de logiciels :
Un des avantages apportés par la méthodologie de validation proposée est de faciliter la
comparaison objective entre les logiciels. L’intérêt d’une telle comparaison, est de permettre
aux utilisateurs potentiels de choisir l’outil qui répond le mieux à leurs exigences.
Nous proposons d’appliquer les cas-tests définis au plus grand nombre possible de logiciels
existants sur le marché international. Ce que nous avons commencé à faire à travers les
travaux de l’IEA 31 et du TC.3.33 de la CIE.

C. Dissémination :
La réussite de la méthodologie de validation proposée pour atteindre ces objectifs passe par
son accessibilité aux testeurs: utilisateurs et développeurs. Pour une meilleure dissémination,
nous employons les moyens suivants :
- Publications : Les publications constituent non seulement un moyen de valorisation
scientifique des travaux, mais aussi un moyen de diffusion des cas-tests proposés.
Nous avons déjà publié une partie des cas-tests analytiques décrits dans le chapitre II
[Maamari, 2003], et nous envisageons la publication des autres cas-tests disponibles.
Nous avons publié des exemples d’application de ces cas-tests (des Benchmarks entre
différents logiciels) dans des congrès scientifiques [Maamari, 2002] [Maamari, 2003]
[Maamari, 2003].
Nous avons soumis, dans le cadre d’une collaboration au sein de la tâche 31 de l’IEA,
une proposition de publication au journal Energy and buildings. L’objectif de l’article
proposé est d’utiliser le protocole que nous avons défini dans III.3 pour la validation

209
Conclusions et perspectives

d’un nombre de méthodes de mesure et de simulation des caractéristiques


bidirectionnelles des matériaux vitrés.
- CIE TC.3.33 : Les cas-tests définis dans ce travail sont intégrés dans le cadre de
l’activité du comité technique TC.3.33 de la CIE. Ainsi le Rapport Technique de ce
comité va inclure la série des cas-tests disponibles. La diffusion de ces cas-tests à
travers cette activité permet de bénéficier d’une crédibilité internationale. Ce travail
peut déboucher sur une standardisation des cas-tests par la CIE.

- Site Web IEA 31: L’Internet devient de nos jours un moyen incontournable dans le
domaine de la diffusion des informations. La publication des cas-tests sur le Web les
rend facilement accessibles aux utilisateurs et aux développeurs de logiciels. Pour
cela, et dans le cadre de la tâche 31 de l’IEA, nous avons défini le concept de base
pour un site Web qui permet de garantir l’objectivité et la transparence des
informations mises à disposition des utilisateurs (voir annexe E). Nous avons
également développé une version expérimentale de ce site, dans une perspective de le
rendre public sous l’égide de l’IEA. Nous notons que le concept proposé envisage la
sélection et la diffusion des Benchmarks réalisés. Finalement nous notons que cette
perspective de publication sur le Web via l’IEA 31 offre à cette activité une crédibilité
et une longévité (mise à jour avec de nouveaux cas-tests pour des nouvelles
fonctionnalités et avec de nouveaux résultats pour des nouveaux logiciels).

D. Certification :
Une perspective idéale derrière ce travail serait de définir un protocole de certification des
logiciels par rapport aux domaines d’applications, en se basant sur les cas-tests proposés et le
classement présenté dans les tableaux II.11 et III.15.

2. Cahier des charges pour les protocoles de validation expérimentale


Dans III.1, nous avons proposé un cahier de charges pour la création de références
expérimentales destinée à la validation des logiciels. Le respect de ce cahier de charges
permet d’optimiser l’utilité des investissements dans des mesures expérimentales. Il concerne
les points suivants :
- Le choix et la description des scénarios
- Les précautions liées aux protocoles
- L’évaluation des erreurs
- La présentation des résultats

3. La simulation des ciels réels


Le travail réalisé dans la partie III.2 a prouvé la fiabilité de la simulation de scénarios réels de
lumière naturelle à partir de cartes de luminances réelles générées à partir des photos
numériques calibrées.
Les perspectives envisageables dans ce domaine sont liées à la réduction de la marge d’erreur
dans les valeurs de luminances calculées, et à la simplification de la procédure entre la
création des photos et leur utilisation en tant que modèle de ciel dans un logiciel.

210
Conclusions et perspectives

4. Validité de Lightscape 3.2 pour la simulation de la lumière


L’utilisation de cas-tests dans IV.1 pour tester Lightscape a permis de montrer les points forts
et les points faibles de ce logiciel pour la simulation de la lumière.

A. Les points forts :


- Calcul des inter-réflexions
- Calcul de l’éclairage artificiel

B. Les points faibles:


- Conservation des flux à travers une ouverture
- Calcul de la composante directe en lumière naturelle
- Calcul de la composante réfléchie externe
- Calcul (quantitatif) des réflexions spéculaires ou mixtes
- Simulation de la transmission directionnelle d’un vitrage normal
En conclusion de ces résultats, nous pouvons proposer des recommandations concernant le
domaine d’utilisation du logiciel.

Lightscape 3.2 est à utiliser pour :


- Simuler des scénarios de lumière artificielle
- Simuler un ciel uniforme avec une ouverture en toiture

Il est à utiliser avec prudence pour :


- Simuler des scénarios de lumière naturelle (Calcul des FJ sous un ciel couvert)
- Simuler des ouvertures avec un vitrage normal

Il est à ne pas utiliser pour :


- Calculer la composante réfléchie externe
- Simuler l’entrée de la lumière de jour à travers des matériaux à effet bi-directionnels
- Simuler des scènes avec des matériaux à aspect spéculaire important
Les perspectives pour apprendre davantage sur le logiciel passent par des études
paramétriques supplémentaires. Il faudrait par exemple mieux comprendre la variation du
temps de calcul avec la complexité des scénarios.

5. La méthode des luminaires équivalents


Le travail mené dans IV.2 a permis de valider l’utilité et la fiabilité de la méthode des
luminaires équivalents pour simuler des scénarios de lumière naturelle. La méthode est testée
avec des scénarios réels et analytiques. La validité a été prouvée pour des scénarios classiques
de lumière naturelle, mais aussi pour des scénarios avec masques extérieurs proches.
Concernant les scénarios avec masques proches, une étude paramétrique a permis de définir
un lien entre la subdivision des ouvertures en plusieurs sources équivalentes et la précision
des résultats.
Une des perspectives envisagées derrière ce travail est liée au développement d’un outil pour
la création des photométries équivalentes avec ou sans masque proche. Cet outil peut être
envisagé sous forme de "Plug-in" pour les logiciels de simulation de lumière artificielle et

211
Conclusions et perspectives

naturelle. Une deuxième alternative plus facile à mettre en place, est de créer une bibliothèque
de photométries équivalentes pour des scénarios courants de lumière naturelle.

6. Utilisation des études paramétriques


Nous proposons de compléter les travaux de validation d’un logiciel donné par un série
d’études paramétriques pour chaque cas-test utilisé. De telles études permettent de mieux
comprendre l’influence des différents paramètres de calcul du logiciel, et donc de mieux
maîtriser son utilisation.

Références bibliographiques
MAAMARI F. Benchmarks to validate lighting computer programs. IEA 31-CIE Div. 3
Mini-conference, Ottawa, 2002.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M. Analytical tests for investigating the accuracy of


lighting programs. Lighting Research and Technology, 2003, vol. 3, n°35, pp. 225-242.

MAAMARI F., FONTOYNONT, M., HIRATA, M., KOSTER, J., MARTY, C.,
TRANSGRASSOULIS, A. Reliable Datasets for Lighting Programs Validation, Benchmark
results. CISBAT 2003 Conference, 2003.

MAAMARI F., JONGEWAARD, M., KOSTER, J., TRANSGRASSOULIS, A.


FONTOYNONT, M. A Step Toward A Complete And Objective Validation Methodology For
Lighting Simulation Tools. CIE 25th Session, San Diego, 2003.

212
Annexe A

Annexe A

Validation du logiciel Skylux

Introduction
Skylux est un outil numérique développé au LAboratoire des Sciences de l’Habitat par Frans
Van Roy et Dominique Dumortier.
L’objectif de cet outil est de calculer la solution analytique en FJD pour des scénarios de
lumière naturelle sous les différents types du ciel CIE Général. Il est également capable de
calculer la composante réfléchie externe pour un sol extérieur à luminance uniforme.
Le logiciel utilise une approche d’élément fini où la surface de l’ouverture est subdivisée en
mailles de très petites dimensions. Pour un point de référence donné, la contribution de
chacune de ces mailles est calculée à partir de sa luminance moyenne. Pour calculer la
luminance moyenne d’une maille, le logiciel procède à un lancer de rayons depuis le point de
référence pour repérer la zone du ciel vue à travers cette maille. A partir du modèle de ciel
utilisé (avec Lz =10000cd/m²), le logiciel calcule la luminance moyenne de cette zone et
l’affecte à la maille correspondante. Si besoin, le logiciel peut prendre en considération la
courbe de transmission directionnelle d’un vitrage affecté à l’ouverture.
Avant d’utiliser les résultats de Skylux comme référence analytique fiable, nous avons
procédé à une validation analytique de ce logiciel. Les références analytiques utilisées pour la
validation sont décrites dans le chapitre II.
Nous présentons dans cette partie les résultats de cette validation.

213
Annexe A

214
Annexe A

A.1 FJD pour une ouverture en toiture non vitrée et sous un ciel uniforme
(cas-test II.8)
La référence analytique pour ce scénario est décrite dans II.8.1.1, elle est basée sur les
équations du facteur de forme (voir équations 4 et 5 dans chapitre II).
La configuration utilisée pour la validation est celle d’une ouverture de 1m×1m. La
comparaison entre les résultats de Skylux et la référence analytique est présentée dans les
tableaux A.1 et A.2 ci-dessous.

FJD sur les points du mur

A B C D E F

Analytique 1.040 2.393 2.589 2.198 1.700 1.273

CIE Type 5 Skylux 1.040 2.393 2.588 2.198 1.700 1.273

Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

Tableau A. 1: FJD au mur pour une ouverture en toiture de 1mx1m sous un ciel uniforme (CIE type 5)

FJD sur les points du sol

G H I J K L M N

Analytique 1.955 2.523 3.045 3.367 3.367 3.045 2.523 1.955

CIE Type 5 Skylux 1.955 2.523 3.045 3.367 3.367 3.045 2.523 1.955

Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

Tableau A. 2: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 1mx1m sous un ciel uniforme (CIE type 5)

A.2 FJD pour une ouverture en toiture non vitrée et sous un ciel CIE
couvert (cas-test II.8)
La référence analytique pour ce scénario est décrite dans II.8.1.2, elle est basée sur l’équation
14.
La configuration utilisée pour la validation est celle d’une ouverture de 1m×1m. La
comparaison entre les résultats de Skylux et la référence analytique est présentée dans le
tableau A.3 ci-dessous.

FJD sur les points du sol

G H I J K L M N

Analytique 2.289 3.074 3.823 4.294 4.294 3.823 3.074 2.289


CIE
Skylux 2.289 3.074 3.823 4.295 4.295 3.823 3.074 2.289
couvert
Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

Tableau A. 3: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 1mx1m sous un ciel CIE couvert (CIE type 16)

A.3 FJD pour une ouverture en toiture avec vitrage clair de 6mm
d’épaisseur et sous un ciel CIE couvert (cas test II.9)
La référence analytique pour ce scénario est décrite dans II.9.1, elle est basée sur les équations
14 et 15.
La configuration utilisée pour la validation est celle d’une ouverture de 1m×1m. La
comparaison entre les résultats de Skylux et la référence analytique est présentée dans le
tableau A.4 ci-dessous.

215
Annexe A

FJD sur les points du sol

G H I J K L M N

Analytique 1.995 2.696 3.358 3.772 3.772 3.358 2.696 1.995


CIE
Skylux 2.007 2.706 3.368 3.782 3.782 3.368 2.706 2.007
couvert
Erreur (%) 0.01 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.01

Tableau A. 4: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 1mx1m (avec vitrage clair) sous un ciel CIE couvert
(CIE type 16)

A.4 FJD et FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade non vitrée et
sous un ciel uniforme (cas test II.10)
La référence analytique pour ce scénario est décrite dans II.10.1.1, elle est basée sur les
équations du facteur de forme (voir équations 4 et 5).
La configuration utilisée pour la validation est celle d’une ouverture de 2m×1m. La
comparaison entre les résultats de Skylux et la référence analytique est présentée dans les
tableaux A.5 et A.6 ci-dessous.

FJD+FRE sur les points du mur

A B C D E F

Analytique 0.951 1.063 1.794 3.088 3.543 3.169

CIE Type 5 Skylux 0.951 1.063 1.794 3.088 3.543 3.169

Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

Tableau A. 5: FJD au mur pour une ouverture en façade de 2mx1m sous un ciel uniforme (CIE type 5)

FJD sur les points du sol

G H I J K L M N

Analytique 1.266 1.754 2.488 3.592 5.185 7.114 7.993 4.128

CIE Type 5 Skylux 1.266 1.754 2.488 3.592 5.185 7.114 7.993 4.127

Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

Tableau A. 6: FJD au sol pour une ouverture en façade de 2mx1m sous un ciel uniforme (CIE type 5)

A.5 FJD pour une ouverture en façade non vitrée et sous un ciel CIE
couvert (cas test II.10)
La référence analytique pour ce scénario est décrite dans II.10.1.2, elle est basée sur
l’équation 19.
La configuration utilisée pour la validation est celle d’une ouverture de 2m×1m. La
comparaison entre les résultats de Skylux et la référence analytique est présentée dans le
tableau A.7 ci-dessous.

FJD sur les points du sol

G H I J K L M N

Analytique 0.945 1.376 2.066 3.188 4.966 7.421 9.112 5.037


CIE
Skylux 0.945 1.376 2.067 3.188 4.968 7.424 9.113 5.037
couvert
Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

Tableau A. 7: FJD au sol pour une ouverture en façade de 2mx1m sous un ciel CIE couvert (CIE type 16)

216
Annexe A

A.6 FJD pour une ouverture en façade avec vitrage clair de 6mm
d’épaisseur et sous un ciel CIE couvert (cas test II.11)
La référence analytique pour ce scénario est décrite dans II.11.1, elle est basée sur les
équations 15 et 19.
La configuration utilisée pour la validation est celle d’une ouverture de 2m×1m. La
comparaison entre les résultats de Skylux et la référence analytique est présentée dans le
tableau A.8 ci-dessous.

FJD sur les points du sol

G H I J K L M N

Analytique 0.829 1.206 1.808 2.776 4.281 6.233 7. 047 2.447


CIE
Skylux 0.832 1.209 1.811 2.780 4.290 6.264 7.034 2.137
couvert
Erreur (%) 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 -0.13

Tableau A. 8: FJD pour une ouverture en façade de 2mx1m (avec vitrage clair) sous un ciel CIE couvert (CIE type 16)

Conclusions
Les résultats présentés ci-dessus prouvent la validité du logiciel pour le calcul des
composantes directes à partir d’une configuration géométrique donnée, d’un modèle de ciel
donné et d’une courbe de transmission donnée.
Ceci justifie l’utilisation du logiciel pour le calcul des références analytiques sous autres
modèles de ciel (en particulier ceux du ciel CIE général) et avec autres courbes de
transmission directionnelles.

217
Annexe A

218
Annexe B

Annexe B

Solutions analytiques de référence

Introduction
Les résultats de référence présentés ci-dessous sont calculés à l’aide de Skylux dont nous
présentons la validation dans l’annexe A.
Pour les scénarios avec masque extérieur, la composante réfléchie externe due au masque est
calculée à l’aide des formules de facteur de forme. La composante directe est calculée avec
Skylux en définissant pour chaque point de référence, les dimensions de la partie non
masquée de l’ouverture.

219
Annexe B

220
Annexe B

B.1 FJD pour une ouverture en toiture non vitrée et sous les 16 types du
Ciel CIE Général (cas-test II.8)
B.1.1 Ouverture 1m×1m
FJD sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 0.46 1.64 2.34 2.26 1.88 1.47
CIE Type 2 0.40 1.72 2.86 3.15 2.90 2.44
CIE Type 3 1.36 1.78 2.22 2.46 2.05 0.79
CIE Type 4 0.71 2.17 3.06 3.15 2.79 2.30
CIE Type 5 1.04 2.39 2.59 2.20 1.70 1.27
CIE Type 6 0.94 2.58 3.27 3.16 2.71 2.19
CIE Type 7 0.82 2.52 3.61 3.91 3.69 3.19
CIE Type 8 0.72 2.43 3.86 4.56 4.60 4.18
CIE Type 9 1.64 3.53 3.67 3.14 2.49 1.91
CIE Type 10 1.46 3.52 4.13 3.96 3.45 2.84
CIE Type 11 1.30 3.46 4.49 4.69 4.39 3.79
CIE Type 12 1.74 3.76 4.55 4.61 4.24 3.63
CIE Type 13 1.61 3.76 4.87 5.16 4.89 4.26
CIE Type 14 2.22 4.01 4.88 5.05 4.72 4.08
CIE Type 15 2.14 4.16 5.23 5.47 5.11 4.41
CIE couvert 0.56 1.78 2.32 2.20 1.82 1.43

Tableau B. 1: FJD au mur pour une ouverture en toiture de 1m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 2.33 3.11 3.84 4.29 4.29 3.84 3.11 2.33
CIE Type 2 4.00 5.00 5.47 5.37 4.73 3.76 2.76 1.90
CIE Type 3 2.13 2.80 3.42 3.81 3.81 3.42 2.80 2.13
CIE Type 4 3.72 4.58 4.97 4.85 4.27 3.42 2.53 1.77
CIE Type 5 1.95 2.52 3.04 3.37 3.37 3.04 2.52 1.95
CIE Type 6 3.47 4.20 4.49 4.36 3.84 309 2.31 1.65
CIE Type 7 5.21 5.96 5.70 4.93 3.92 2.90 2.04 1.39
CIE Type 8 6.94 7.65 6.78 5.38 3.93 2.71 1.80 1.17
CIE Type 9 2.88 3.34 3.45 3.29 2.89 2.37 1.83 1.37
CIE Type 10 4.42 4.85 4.49 3.80 3.02 2.27 1.65 1.18
CIE Type 11 6.01 6.36 5.45 4.23 3.09 2.16 1.48 1.01
CIE Type 12 5.72 6.01 5.12 3.97 2.90 2.03 1.40 0.96
CIE Type 13 6.76 7.01 5.80 4.30 2.98 1.99 1.30 0.86
CIE Type 14 6.43 6.64 5.47 4.05 2.81 1.87 1.23 0.82
CIE Type 15 6.94 7.19 5.93 4.36 2.96 1.90 1.20 0.76
CIE couvert 2.29 3.07 3.82 4.29 4.29 3.82 3.07 2.29

Tableau B. 2: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 1m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général

221
Annexe B

B.1.2 Ouverture 4m×4m


FJD sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 37.84 31.72 26.85 22.10 17.89 14.38
CIE Type 2 42.03 37.03 32.75 28.13 23.70 19.79
CIE Type 3 42.77 34.03 27.43 21.81 17.23 13.61
CIE Type 4 46.85 39.59 33.65 28.08 23.16 19.04
CIE Type 5 46.74 36.05 28.05 21.67 16.73 12.98
CIE Type 6 50.91 41.92 34.58 28.15 22.76 18.41
CIE Type 7 51.83 44.95 38.55 32.55 27.23 22.77
CIE Type 8 52.27 47.46 41.91 36.33 31.13 26.65
CIE Type 9 61.28 47.22 36.33 27.92 21.55 16.78
CIE Type 10 61.85 50.36 40.59 32.56 26.13 21.10
CIE Type 11 61.99 53.01 44.28 36.68 30.26 25.08
CIE Type 12 66.34 54.33 44.25 36.10 29.48 24.25
CIE Type 13 66.63 56.51 47.18 39.24 32.56 27.15
CIE Type 14 71.83 57.51 46.84 38.44 31.62 26.20
CIE Type 15 73.20 60.07 49.66 41.13 34.02 28.29
CIE couvert 39.28 32.32 26.79 21.78 17.53 14.05
Tableau B. 3: FJD au mur pour une ouverture en toiture de 4m×4m sous les 16 types du ciel CIE Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 31.87 37.30 41.27 43.35 43.35 41.27 37.30 31.87
CIE Type 2 42.01 46.99 49.85 50.08 47.76 42.89 36.40 29.02
CIE Type 3 29.16 33.92 37.40 39.22 39.22 37.40 33.92 29.16
CIE Type 4 39.19 43.59 46.07 46.17 43.97 39.50 33.60 26.94
CIE Type 5 26.80 30.95 33.99 35.58 35.58 33.99 30.95 26.80
CIE Type 6 36.63 40.47 42.59 42.57 40.48 36.37 31.03 25.04
CIE Type 7 44.08 47.33 48.53 47.09 43.13 36.83 29.80 22.81
CIE Type 8 50.65 53.33 53.73 51.05 45.38 37.05 28.56 20.78
CIE Type 9 30.70 33.35 34.69 34.41 32.58 29.29 25.19 20.69
CIE Type 10 37.82 39.98 40.52 38.95 35.42 30.18 24.58 19.14
CIE Type 11 44.36 46.04 45.85 43.10 37.95 30.84 23.89 17.68
CIE Type 12 42.33 43.82 43.54 40.85 35.92 29.17 22.62 16.79
CIE Type 13 47.07 48.25 47.47 43.96 37.92 29.91 22.38 15.95
CIE Type 14 44.95 45.99 45.15 41.74 35.96 28.34 21.22 15.16
CIE Type 15 48.42 49.33 48.19 44.25 37.79 29.37 21.53 14.91
CIE couvert 31.36 36.76 40.71 42.76 42.76 40.71 36.76 31.36

Tableau B. 4: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 4m×4m sous les 16 types du ciel CIE Général

222
Annexe B

B.2 FJD pour une ouverture en toiture avec vitrage clair de 6mm
d’épaisseur et sous les 16 types du Ciel CIE Général (cas-test II.9)
B.2.1 Ouverture 1m×1m
FJD sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 0.15 1.17 1.91 1.92 1.62 1.28
CIE Type 2 0.13 1.22 2.34 2.68 2.50 2.12
CIE Type 3 0.26 1.45 2.01 1.89 1.54 1.18
CIE Type 4 0.24 1.54 2.51 2.68 2.41 2.01
CIE Type 5 0.35 1.69 2.12 1.87 1.47 1.11
CIE Type 6 0.31 1.82 2.67 2.69 2.34 1.90
CIE Type 7 0.28 1.78 2.96 3.33 3.19 2.78
CIE Type 8 0.24 1.73 3.16 3.89 3.98 3.64
CIE Type 9 0.55 2.49 3.00 2.67 2.15 1.66
CIE Type 10 0.49 2.48 3.38 3.37 2.98 2.47
CIE Type 11 0.44 2.45 3.68 4.00 3.79 3.30
CIE Type 12 0.58 2.65 3.72 3.92 3.66 3.16
CIE Type 13 0.54 2.66 3.99 4.40 4.23 3.71
CIE Type 14 0.74 2.83 3.99 4.30 4.08 3.55
CIE Type 15 0.71 2.94 4.28 4.66 4.42 3.84
CIE couvert 0.19 1.26 1.90 1.87 1.57 1.24
Tableau B. 5: FJD au mur pour une ouverture en toiture de 1m×1m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel CIE
Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 2.04 2.73 3.38 3.78 3.78 3.38 2.73 2.04
CIE Type 2 3.50 4.39 4.81 4.72 4.16 3.31 2.42 1.67
CIE Type 3 1.87 2.46 3.01 3.35 3.35 3.01 2.46 1.87
CIE Type 4 3.26 4.03 4.37 4.26 3.76 3.01 2.22 1.55
CIE Type 5 1.71 2.22 2.68 2.96 2.96 2.68 2.22 1.71
CIE Type 6 3.04 3.69 3.95 3.83 3.37 2.72 2.03 1.44
CIE Type 7 4.56 5.23 5.02 4.34 3.45 2.55 1.79 1.22
CIE Type 8 6.08 6.72 5.97 4.73 3.46 2.38 1.58 1.03
CIE Type 9 2.52 2.93 3.04 2.89 2.54 2.08 1.61 1.20
CIE Type 10 3.87 4.26 3.95 3.34 2.65 2.00 1.45 1.03
CIE Type 11 5.26 5.59 4.79 3.72 2.72 1.90 1.31 0.89
CIE Type 12 5.01 5.28 4.51 3.49 2.55 1.79 1.23 0.84
CIE Type 13 5.91 6.16 5.10 3.79 2.62 1.75 1.14 0.75
CIE Type 14 5.63 5.84 4.81 3.56 2.47 1.65 1.08 0.72
CIE Type 15 6.08 6.32 5.22 3.83 2.60 1.68 1.05 0.66
CIE couvert 2.00 2.70 3.36 3.78 3.78 3.36 2.70 2.00

Tableau B. 6: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 1m×1m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel CIE
Général

223
Annexe B

B.2.2 Ouverture 4m×4m


FJD sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 28.64 25.36 22.25 18.71 15.34 12.43
CIE Type 2 32.75 30.05 27.34 23.90 20.36 17.13
CIE Type 3 30.83 26.68 22.56 18.41 14.76 11.76
CIE Type 4 35.03 31.59 27.90 23.79 19.87 16.46
CIE Type 5 32.66 27.87 22.92 18.23 14.31 11.20
CIE Type 6 37.02 33.01 28.50 23.78 19.50 15.91
CIE Type 7 38.66 35.90 32.00 27.60 23.37 19.69
CIE Type 8 39.78 38.32 34.97 30.89 26.76 23.07
CIE Type 9 41.84 36.14 29.54 23.44 18.41 14.47
CIE Type 10 43.50 39.15 33.27 27.44 22.36 18.22
CIE Type 11 44.66 41.73 36.52 31.00 25.93 21.67
CIE Type 12 46.30 42.34 36.37 30.47 25.25 20.95
CIE Type 13 47.40 44.42 38.91 33.18 27.90 23.46
CIE Type 14 49.09 44.76 38.51 32.46 27.08 22.63
CIE Type 15 50.82 46.97 40.89 34.75 29.15 24.44
CIE couvert 29.21 25.63 22.14 18.43 15.03 12.15
Tableau B. 7: FJD au mur pour une ouverture en toiture de 4m×4m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel CIE
Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 27.88 32.69 36.22 38.07 38.07 36.22 32.69 27.88
CIE Type 2 36.75 41.18 43.74 43.98 41.96 37.67 31.94 25.42
CIE Type 3 25.50 29.73 32.82 34.45 34.45 32.82 29.73 25.50
CIE Type 4 34.27 38.19 40.42 40.55 38.63 34.69 29.48 23.59
CIE Type 5 23.43 27.12 29.83 31.25 31.25 29.83 27.12 23.43
CIE Type 6 32.02 35.45 37.37 37.38 35.56 31.94 27.22 21.92
CIE Type 7 38.53 41.45 42.56 41.35 37.90 32.35 26.15 19.98
CIE Type 8 44.27 46.70 47.12 44.82 39.88 32.56 25.08 18.21
CIE Type 9 26.82 29.20 30.42 30.21 28.61 25.72 22.09 18.10
CIE Type 10 33.03 34.99 35.52 34.19 31.11 26.51 21.56 16.76
CIE Type 11 38.74 40.29 40.19 37.83 33.34 27.10 20.96 15.49
CIE Type 12 36.96 38.34 38.16 35.86 31.56 25.63 19.85 14.71
CIE Type 13 41.10 42.22 41.60 38.58 33.32 26.28 19.65 13.98
CIE Type 14 39.24 40.23 39.57 36.64 31.60 24.91 18.63 13.29
CIE Type 15 42.27 43.16 42.23 38.84 33.21 25.82 18.91 13.07
CIE couvert 27.44 32.23 35.73 37.56 37.56 35.73 32.23 27.44

Tableau B. 8: FJD au sol pour une ouverture en toiture de 4m×4m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel CIE
Général

224
Annexe B

B.3 FJD et FRE (sol extérieur) pour une ouverture en façade non vitrée et
sous les 16 types du Ciel CIE Général (cas-test II.10)
A.3.1 Ouverture 2m×1m
FJD+FRE sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 0.95 1.06 1.25 1.51 1.70 1.86
CIE Type 2 0.95 1.06 1.18 1.33 1.55 1.83
CIE Type 3 0.95 1.06 1.56 2.42 2.75 2.58
CIE Type 4 0.95 1.06 1.45 2.14 2.53 2.58
CIE Type 5 0.95 1.06 1.79 3.09 3.54 3.17
CIE Type 6 0.95 1.06 1.65 2.76 3.32 3.22
CIE Type 7 0.95 1.06 1.53 2.43 2.96 3.01
CIE Type 8 0.95 1.06 1.42 2.13 2.64 2.81
CIE Type 9 0.95 1.06 2.27 4.61 5.52 4.82
CIE Type 10 0.95 1.06 2.08 4.10 5.03 4.61
CIE Type 11 0.95 1.06 1.91 3.65 4.56 4.38
CIE Type 12 0.95 1.06 2.39 4.93 5.80 5.01
CIE Type 13 0.95 1.06 2.23 4.52 5.43 4.87
CIE Type 14 0.95 1.06 3.34 6.87 7.12 5.51
CIE Type 15 0.95 1.06 3.17 6.54 6.96 5.58
CIE couvert 0.95 1.06 1.28 1.71 2.06 2.14

Tableau B. 9: FJD+FRE au mur pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 0.87 1.31 2.02 3.20 5.07 7.64 9.33 5.09
CIE Type 2 0.92 1.42 2.30 3.86 6.58 10.77 13.66 6.33
CIE Type 3 1.08 1.54 2.26 3.40 5.11 7.34 8.61 4.56
CIE Type 4 1.16 1.71 2.62 4.16 6.73 10.52 12.82 5.80
CIE Type 5 1.27 1.75 2.49 3.59 5.19 7.11 7.99 4.13
CIE Type 6 1.37 1.97 2.92 4.46 6.91 10.33 12.07 5.30
CIE Type 7 1.34 1.98 3.04 4.86 8.04 13.00 15.85 5.97
CIE Type 8 1.30 1.96 3.10 5.16 8.96 15.41 19.39 6.50
CIE Type 9 1.87 2.55 3.55 5.05 7.19 9.74 10.30 4.19
CIE Type 10 1.87 2.61 3.77 5.61 8.50 12.47 13.77 4.81
CIE Type 11 1.84 2.63 3.91 6.04 9.62 15.00 17.13 5.33
CIE Type 12 2.00 2.80 4.06 6.13 9.54 14.57 16.35 5.03
CIE Type 13 2.00 2.85 4.21 6.52 10.43 16.41 18.67 5.43
CIE Type 14 2.14 2.98 4.32 6.55 10.29 15.89 17.82 5.14
CIE Type 15 2.22 3.12 4.57 6.99 11.08 17.18 19.25 5.52
CIE couvert 0.95 1.38 2.07 3.19 4.97 7.42 9.11 5.04

Tableau B. 10: FJD au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général

FRE sur les points du plafond


G’ H’ I’ J’ K’ L’ M’ N’
FRE 0.38 0.53 0.75 1.08 1.56 2.14 2.40 1.24

Tableau B. 11: FRE au plafond pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général

225
Annexe B

B.3.2 Ouverture 4m×3m


FJD+FRE sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 5.25 6.11 6.98 7.99 8.77 9.35
CIE Type 2 5.09 5.78 6.56 7.52 8.49 9.35
CIE Type 3 5.93 7.75 9.33 11.09 12.03 12.60
CIE Type 4 5.66 7.23 8.72 10.43 11.64 12.58
CIE Type 5 6.43 8.96 11.11 13.47 14.57 15.17
CIE Type 6 6.10 8.34 10.42 12.76 14.21 15.25
CIE Type 7 5.82 7.72 9.56 11.67 13.19 14.41
CIE Type 8 5.59 7.18 8.81 10.70 12.23 13.57
CIE Type 9 7.42 11.65 15.25 19.22 21.12 22.28
CIE Type 10 7.00 10.71 14.02 17.73 19.81 21.25
CIE Type 11 6.62 9.87 12.91 16.34 18.51 20.18
CIE Type 12 7.63 12.15 15.80 19.96 22.13 23.68
CIE Type 13 7.27 11.39 14.85 18.82 21.13 22.89
CIE Type 14 9.65 15.54 19.50 24.59 26.56 28.04
CIE Type 15 9.25 14.90 18.88 23.94 26.17 27.92
CIE couvert 5.29 6.46 7.67 8.88 9.73 10.29
Tableau B. 12: FJD+FRE au mur pour une ouverture en façade de 4m×3m sous les 16 types du ciel CIE Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 4.27 5.92 8.33 11.82 16.84 23.83 33.05 44.06
CIE Type 2 4.70 6.71 9.75 14.30 21.00 30.09 41.22 52.94
CIE Type 3 5.09 6.84 9.33 12.87 17.86 24.72 33.68 44.76
CIE Type 4 5.62 7.76 10.91 15.52 22.17 31.06 41.86 53.53
CIE Type 5 5.79 7.63 10.20 13.78 18.76 25.50 34.24 45.29
CIE Type 6 6.43 8.70 11.96 16.65 23.25 31.96 42.44 54.02
CIE Type 7 6.49 8.99 12.70 18.22 26.22 36.60 48.26 59.49
CIE Type 8 6.47 9.14 13.23 19.48 28.80 40.72 53.40 64.13
CIE Type 9 8.36 10.89 14.38 19.18 25.67 33.95 43.73 55.27
CIE Type 10 8.52 11.33 15.32 20.96 28.76 38.52 49.29 60.36
CIE Type 11 8.58 11.61 16.02 22.45 31.52 42.70 54.36 64.85
CIE Type 12 9.26 12.35 16.79 23.17 32.10 43.03 54.44 65.07
CIE Type 13 9.38 12.66 17.43 24.38 34.19 46.11 58.17 68.48
CIE Type 14 10.12 13.45 18.23 25.12 34.76 46.43 58.29 68.51
CIE Type 15 10.48 14.00 19.08 26.41 36.64 48.97 61.35 71.65
CIE couvert 4.50 6.15 8.53 12.00 16.97 23.91 33.08 44.43

Tableau B. 13: FJD au sol pour une ouverture en façade de 4m×3m sous les 16 types du ciel CIE Général

FRE sur les points du plafond


G’ H’ I’ J’ K’ L’ M’ N’
FRE 1.74 2.29 3.06 4.14 5.63 7.65 10.27 13.59

Tableau B. 14: FRE au plafond pour une ouverture en façade de 4m×3m sous les 16 types du ciel CIE Général

226
Annexe B

B.4 FJD et FRE pour une ouverture en façade avec vitrage clair de 6mm
d’épaisseur et sous les 16 types du Ciel CIE Général (cas-test II.11)
B.4.1 Ouverture 2m×1m
FJD+FRE sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 0.84 0.94 1.10 1.33 1.50 1.63
CIE Type 2 0.84 0.94 1.04 1.17 1.36 1.61
CIE Type 3 0.84 0.94 1.38 2.13 2.42 2.27
CIE Type 4 0.84 0.94 1.27 1.88 2.23 2.27
CIE Type 5 0.84 0.94 1.58 2.72 3.12 2.79
CIE Type 6 0.84 0.94 1.45 2.43 2.92 2.83
CIE Type 7 0.84 0.94 1.34 2.13 2.61 2.65
CIE Type 8 0.84 0.94 1.25 1.88 2.32 2.47
CIE Type 9 0.84 0.94 2.00 4.06 4.86 4.24
CIE Type 10 0.84 0.94 1.83 3.61 4.42 4.05
CIE Type 11 0.84 0.94 1.68 3.21 4.02 3.85
CIE Type 12 0.84 0.94 2.10 4.34 5.11 4.41
CIE Type 13 0.84 0.94 1.96 3.97 4.78 4.29
CIE Type 14 0.84 0.94 2.94 6.04 6.26 4.84
CIE Type 15 0.84 0.94 2.78 5.75 6.12 4.91
CIE couvert 0.84 0.94 1.12 1.50 1.81 1.89

Tableau B. 15: FJD+FRE au mur pour une ouverture en façade de 2m×1m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel
CIE Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 0.77 1.15 1.77 2.79 4.38 6.44 7.19 2.16
CIE Type 2 0.81 1.25 2.01 3.36 5.67 9.07 10.54 2.70
CIE Type 3 0.95 1.35 1.98 2.96 4.41 6.19 6.64 1.94
CIE Type 4 1.02 1.50 2.29 3.62 5.80 8.86 9.90 2.47
CIE Type 5 1.11 1.54 2.18 3.13 4.47 6.00 6.17 1.75
CIE Type 6 1.20 1.72 2.55 3.88 5.96 8.70 9.33 2.26
CIE Type 7 1.18 1.73 2.66 4.23 6.93 10.95 12.27 2.56
CIE Type 8 1.14 1.72 2.71 4.49 7.72 12.97 15.03 2.79
CIE Type 9 1.64 2.24 3.11 4.40 6.21 8.22 7.97 1.78
CIE Type 10 1.64 2.29 3.30 4.88 7.33 10.51 10.68 2.06
CIE Type 11 1.62 2.31 3.42 5.26 8.29 12.64 13.30 2.29
CIE Type 12 1.75 2.45 3.55 5.34 8.23 12.28 12.69 2.16
CIE Type 13 1.76 2.50 3.69 5.67 9.00 13.82 14.50 2.34
CIE Type 14 1.88 2.61 3.78 5.70 8.87 13.39 13.85 2.21
CIE Type 15 1.95 2.47 4.00 6.09 9.55 14.48 14.96 2.38
CIE couvert 0.83 1.21 1.81 2.78 4.28 6.26 7.02 2.13

Tableau B. 16: FJD au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel CIE
Général

FRE sur les points du plafond


G’ H’ I’ J’ K’ L’ M’ N’
FRE 0.33 0.46 0.65 0.94 1.34 1.80 1.85 0.53

Tableau B. 17: FRE au plafond pour une ouverture en façade de 2m×1m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel
CIE Général

227
Annexe B

B.4.2 Ouverture 4m×3m


FJD+FRE sur les points du mur
A B C D E F
CIE Type 1 4.62 5.38 6.15 7.03 7.72 8.21
CIE Type 2 4.47 5.09 5.78 6.62 7.47 8.22
CIE Type 3 5.21 6.83 8.22 9.76 10.58 11.07
CIE Type 4 4.98 6.36 7.68 9.18 10.24 11.05
CIE Type 5 5.65 7.89 9.78 11.86 12.82 13.34
CIE Type 6 5.36 7.34 9.18 11.24 12.51 13.40
CIE Type 7 5.12 6.79 8.42 10.28 11.60 12.66
CIE Type 8 4.92 6.32 7.76 9.42 10.76 11.93
CIE Type 9 6.53 10.26 13.43 16.92 18.59 19.59
CIE Type 10 6.15 9.43 12.35 15.61 17.43 18.68
CIE Type 11 5.83 8.69 11.37 14.38 16.29 17.74
CIE Type 12 6.71 10.70 13.92 17.58 19.48 20.82
CIE Type 13 6.40 10.03 13.08 16.57 18.59 20.13
CIE Type 14 8.49 13.68 17.17 21.65 23.37 24.65
CIE Type 15 8.14 13.12 16.63 21.08 23.03 24.54
CIE couvert 4.65 5.69 6.75 7.82 8.56 9.04

Tableau B. 18: FJD+FRE au mur pour une ouverture en façade de 4m×3m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel
CIE Général

FJD sur les points du sol


G H I J K L M N
CIE Type 1 3.74 5.17 7.23 10.18 14.30 19.66 25.63 30.02
CIE Type 2 4.11 5.85 8.46 12.30 17.78 24.74 31.91 36.38
CIE Type 3 4.46 5.97 8.11 11.10 15.20 20.48 26.34 31.03
CIE Type 4 4.92 6.77 9.47 13.37 18.82 25.64 32.64 37.32
CIE Type 5 5.07 6.67 8.87 11.91 16.00 21.21 26.96 31.84
CIE Type 6 5.63 7.59 10.39 14.35 19.78 26.47 33.31 38.14
CIE Type 7 5.68 7.84 11.03 15.69 22.26 30.21 37.78 42.18
CIE Type 8 5.66 7.97 11.48 16.76 24.40 33.53 41.74 45.63
CIE Type 9 7.33 9.52 12.51 16.58 21.92 28.33 34.80 40.12
CIE Type 10 7.47 9.90 13.32 18.09 24.51 32.03 39.11 43.91
CIE Type 11 7.51 10.14 13.92 19.35 26.80 35.40 43.03 47.26
CIE Type 12 8.11 10.79 14.60 20.00 27.33 35.75 43.26 47.73
CIE Type 13 8.21 11.05 15.15 21.02 29.08 38.24 46.15 50.26
CIE Type 14 8.87 11.75 15.85 21.69 29.61 38.60 46.41 50.58
CIE Type 15 9.18 12.23 16.59 22.79 31.19 40.68 48.81 52.90
CIE couvert 3.94 5.36 7.41 10.34 14.42 19.74 25.70 30.40

Tableau B. 19: FJD au sol pour une ouverture en façade de 4m×3m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel CIE
Général

FRE sur les points du plafond


G’ H’ I’ J’ K’ L’ M’ N’
FRE 1.52 2.00 2.66 3.57 4.80 6.36 8.09 9.55

Tableau B. 20: FRE au plafond pour une ouverture en façade de 4m×3m (avec vitrage clair) sous les 16 types du ciel
CIE Général

228
Annexe B

B.5 FJD et FRE (sol + masque horizontal) pour une ouverture en façade
non vitrée et sous les 16 types du Ciel CIE Général (cas-test II.12)
B.5.1 Ouverture 2m×1m, masque de 50cm de largeur
FJD + FRE sur les points du sol
A B C D E F G H
CIE Type 1 0.87 1.31 2.02 3.20 5.07 7.64 8.27 0.21
CIE Type 2 0.92 1.42 2.30 3.86 6.58 10.77 12.08 0.21
CIE Type 3 1.08 1.54 2.26 3.40 5.11 7.34 7.65 0.21
CIE Type 4 1.16 1.71 2.62 4.16 6.73 10.52 11.37 0.21
CIE Type 5 1.27 1.75 2.49 3.59 5.19 7.11 7.13 0.21
CIE Type 6 1.37 1.97 2.92 4.46 6.91 10.33 10.74 0.21
CIE Type 7 1.34 1.98 3.04 4.86 8.04 13.00 14.11 0.21
CIE Type 8 1.30 1.96 3.10 5.16 8.96 15.41 17.27 0.21
CIE Type 9 1.87 2.55 3.55 5.05 7.19 9.74 9.24 0.21
CIE Type 10 1.87 2.61 3.77 5.61 8.50 12.47 12.35 0.21
CIE Type 11 1.84 2.63 3.91 6.04 9.62 15.00 15.36 0.21
CIE Type 12 2.00 2.80 4.06 6.13 9.54 14.57 14.68 0.21
CIE Type 13 2.00 2.85 4.21 6.52 10.43 16.41 16.76 0.21
CIE Type 14 2.14 2.98 4.32 6.55 10.29 15.89 16.01 0.21
CIE Type 15 2.22 3.12 4.57 6.99 11.08 17.18 17.29 0.21
CIE couvert 0.95 1.38 2.07 3.19 4.97 7.42 8.07 0.21

Tableau B. 21: FJD+FRE au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général et un
masque horizontal de 50cm de largeur

B.5.2 Ouverture 2m×1m, masque de 1m de largeur


FJD + FRE sur les points du sol
A B C D E F G H
CIE Type 1 0.87 1.31 2.02 3.20 4.68 5.69 4.08 0.21
CIE Type 2 0.92 1.42 2.30 3.86 6.00 7.72 5.78 0.21
CIE Type 3 1.08 1.54 2.26 3.40 4.74 5.53 3.83 0.21
CIE Type 4 1.16 1.71 2.62 4.16 6.17 7.63 5.51 0.21
CIE Type 5 1.27 1.75 2.49 3.59 4.82 5.42 3.63 0.21
CIE Type 6 1.37 1.97 2.92 4.46 6.36 7.59 5.28 0.21
CIE Type 7 1.34 1.98 3.04 4.86 7.33 9.24 6.79 0.21
CIE Type 8 1.30 1.96 3.10 5.16 8.10 10.67 8.21 0.21
CIE Type 9 1.87 2.55 3.55 5.05 6.67 7.36 4.71 0.21
CIE Type 10 1.87 2.61 3.77 5.61 7.82 9.12 6.15 0.21
CIE Type 11 1.84 2.63 3.91 6.04 8.79 10.70 7.54 0.21
CIE Type 12 2.00 2.80 4.06 6.13 8.73 10.46 7.25 0.21
CIE Type 13 2.00 2.85 4.21 6.52 9.52 11.64 8.21 0.21
CIE Type 14 2.14 2.98 4.32 6.55 9.40 11.33 7.89 0.21
CIE Type 15 2.22 3.12 4.57 6.99 10.11 12.24 8.50 0.21
CIE couvert 2.22 3.12 4.57 6.99 10.13 12.33 8.73 0.41

Tableau B. 22: FJD+FRE au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général et un
masque horizontal de 1m de largeur

229
Annexe B

B.5.3 Ouverture 2m×1m, masque de 2m de largeur


FJD + FRE sur les points du sol
A B C D E F G H
CIE Type 1 0.83 1.09 1.44 1.88 2.22 1.72 0.40 0.21
CIE Type 2 0.87 1.17 1.59 2.14 2.63 2.10 0.40 0.21
CIE Type 3 1.03 1.31 1.66 2.06 2.33 1.72 0.40 0.21
CIE Type 4 1.10 1.42 1.86 2.39 2.81 2.14 0.40 0.21
CIE Type 5 1.21 1.50 1.86 2.24 2.44 1.73 0.40 0.21
CIE Type 6 1.30 1.66 2.11 2.63 2.98 2.18 0.40 0.21
CIE Type 7 1.27 1.65 2.14 2.74 3.23 2.45 0.40 0.21
CIE Type 8 1.23 1.62 2.14 2.81 3.40 2.66 0.40 0.21
CIE Type 9 1.78 2.18 2.66 3.13 3.33 2.25 0.40 0.21
CIE Type 10 1.78 2.21 2.75 3.33 3.67 2.57 0.40 0.21
CIE Type 11 1.75 2.21 2.80 3.47 3.93 2.84 0.40 0.21
CIE Type 12 1.90 2.36 2.94 3.58 3.97 2.82 0.40 0.21
CIE Type 13 1.90 2.39 3.01 3.72 4.21 3.04 0.40 0.21
CIE Type 14 2.04 2.52 3.12 3.79 4.22 3.00 0.40 0.21
CIE Type 15 2.11 2.63 3.28 4.02 4.50 3.20 0.40 0.21
CIE couvert 0.90 1.16 1.50 1.90 2.20 1.68 0.40 0.21

Tableau B. 23: FJD+FRE au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général et un
masque horizontal de 2m de largeur

B.6 FJD et FRE (sol + masque vertical) pour une ouverture en façade non
vitrée et sous les 16 types du Ciel CIE Général (cas-test II.13)
B.6.1 Ouverture 2m×1m, masque de 3m de hauteur
FJD + FRE sur les points du sol
A B C D E F G H
CIE Type 1 0.82 1.28 2.02 3.20 5.07 7.64 9.33 5.09
CIE Type 2 0.86 1.39 2.30 3.86 6.58 10.77 13.66 6.33
CIE Type 3 1.00 1.50 2.26 3.40 5.11 7.34 8.61 4.56
CIE Type 4 1.06 1.66 2.62 4.16 6.73 10.52 12.82 5.80
CIE Type 5 1.15 1.70 2.49 3.59 5.19 7.11 7.99 4.13
CIE Type 6 1.24 1.90 2.92 4.46 6.91 10.33 12.07 5.30
CIE Type 7 1.22 1.92 3.04 4.86 8.04 13.00 15.85 5.97
CIE Type 8 1.19 1.90 3.10 5.16 8.96 15.41 19.39 6.50
CIE Type 9 1.66 2.45 3.55 5.05 7.19 9.74 10.30 4.19
CIE Type 10 1.67 2.51 3.77 5.61 8.50 12.47 13.77 4.81
CIE Type 11 1.65 2.54 3.91 6.04 9.62 15.00 17.13 5.33
CIE Type 12 1.78 2.69 4.06 6.13 9.54 14.57 16.35 5.03
CIE Type 13 1.78 2.74 4.21 6.52 10.43 16.41 18.67 5.43
CIE Type 14 1.89 2.86 4.32 6.55 10.29 15.89 17.82 5.14
CIE Type 15 1.96 2.99 4.57 6.99 11.08 17.18 19.25 5.52
CIE couvert 0.88 1.34 2.07 3.19 4.97 7.42 9.11 5.04
Tableau B. 24: FJD+FRE au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général et un
masque vertical de 3m de hauteur

230
Annexe B

B.6.2 Ouverture 2m×1m, masque de 6m de hauteur


FJD + FRE sur les points du sol
A B C D E F G H
CIE Type 1 0.41 0.47 0.79 1.79 3.725 7.40 9.33 5.09
CIE Type 2 0.31 0.36 0.73 2.02 4.765 10.43 13.66 6.33
CIE Type 3 0.47 0.53 0.88 1.88 3.730 7.11 8.61 4.56
CIE Type 4 0.35 0.40 0.80 2.11 4.802 10.17 12.82 5.80
CIE Type 5 0.51 0.59 0.95 1.96 3.751 6.89 7.99 4.13
CIE Type 6 0.38 0.44 0.86 2.20 4.857 9.97 12.07 5.30
CIE Type 7 0.33 0.38 0.83 2.39 5.714 12.58 15.85 5.97
CIE Type 8 0.28 0.32 0.80 2.54 6.441 14.93 19.39 6.50
CIE Type 9 0.47 0.54 1.00 2.39 4.911 9.38 10.30 4.19
CIE Type 10 0.40 0.46 0.98 2.62 5.852 12.03 13.77 4.81
CIE Type 11 0.34 0.39 0.94 2.81 6.683 14.49 17.13 5.33
CIE Type 12 0.38 0.44 0.99 2.84 6.611 14.07 16.35 5.03
CIE Type 13 0.32 0.37 0.96 2.98 7.229 15.85 18.67 5.43
CIE Type 14 0.37 0.43 1.02 3.01 7.130 15.36 17.82 5.14
CIE Type 15 0.29 0.34 0.96 3.11 7.584 16.58 19.25 5.52
CIE couvert 0.42 0.48 0.81 1.78 3.650 7.19 9.11 5.04
Tableau B. 25: FJD+FRE au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général et un
masque vertical de 6m de hauteur

B.6.3 Ouverture 2m×1m, masque de 9m de hauteur


FJD + FRE sur les points du sol
A B C D E F G H
CIE Type 1 0.77 0.90 1.04 1.19 1.27 3.97 9.33 5.09
CIE Type 2 0.59 0.69 0.79 0.90 0.97 5.18 13.66 6.33
CIE Type 3 0.88 1.02 1.19 1.35 1.45 3.93 8.61 4.56
CIE Type 4 0.66 0.77 0.89 1.02 1.09 5.08 12.82 5.80
CIE Type 5 0.97 1.12 1.30 1.48 1.59 3.90 7.99 4.13
CIE Type 6 0.72 0.84 0.97 1.11 1.19 4.98 12.07 5.30
CIE Type 7 0.62 0.72 0.83 0.95 1.02 6.20 15.85 5.97
CIE Type 8 0.53 0.61 0.71 0.81 0.87 7.35 19.39 6.50
CIE Type 9 0.89 1.03 1.19 1.36 1.46 4.75 10.30 4.19
CIE Type 10 0.76 0.89 1.03 1.17 1.26 5.88 13.77 4.81
CIE Type 11 0.65 0.75 0.87 0.99 1.07 6.99 17.13 5.33
CIE Type 12 0.72 0.84 0.97 1.10 1.19 1.02 16.35 5.03
CIE Type 13 0.61 0.71 0.82 0.93 1.00 7.57 18.67 5.43
CIE Type 14 0.70 0.82 0.95 1.08 1.16 7.43 17.82 5.14
CIE Type 15 0.56 0.65 0.75 0.86 0.92 7.76 19.25 5.52
CIE couvert 0.80 0.93 1.08 1.23 1.32 3.93 9.11 5.04
Tableau B. 26: FJD+FRE au sol pour une ouverture en façade de 2m×1m sous les 16 types du ciel CIE Général et un
masque vertical de 9m de hauteur

231
Annexe B

232
Annexe C

Annexe C

Comparaison des résultats des simulations de


Radiance utilisant les cartes de luminances réelle
aux mesures expérimentales

Introduction
Nous présentons dans cet annexe une comparaison détaillée entre des mesures expérimentales
réalisées dans notre maquette d’étude et des simulations numériques dans Radiance utilisant
des cartes de luminances réelles.
Les données expérimentales décrites ci-dessous sont également utilisées dans III.2.6 pour la
validation de la méthode des luminaires équivalents.
Pour comparer les résultats de la simulation aux mesures expérimentales, nous commençons
par la description des scénarios à travers la configuration géométrique utilisée, la carte de
luminances et la photo du champ de vision de l’ouverture.
Pour les scénarios du ciel artificiel nous corrigeons les mesures d’éclairement internes par
rapport à la variation de l’éclairement extérieur (au niveau de l’ouverture) entre le temps des
mesures et de la prise des photos. Pour les scénarios à l’extérieur, les mesures de référence
sont celles prises en même temps que la photo (ou la moyenne des mesures en cas
d’utilisation de plusieurs photos).
Les résultats de la simulation sont alors comparés aux mesures avec ou sans la correction de
flux due à la différence entre l’éclairement extérieur mesuré (au niveau de l’ouverture) et
l’éclairement calculé à partir de la carte de luminance analysée des photos.
Deux types de comparaison sont utilisés : une comparaison aux valeurs absolues mesurées et
corrigées (si besoin), et une comparaison à la bande de tolérance de ces valeurs. Cette bande a
comme limites supérieure et inférieure la valeur mesurée (et corrigée si besoin) +/- l’erreur
globale calculée en tenant compte des erreurs de la simulation. Afin de simplifier le deuxième
type de comparaison, nous supposons une erreur globale homogène sur tous les points de
mesure et tous les scénarios. La valeur choisie est proche de l’erreur maximale calculée à
partir des scénarios les plus défavorables des paramètres listés dans les tableaux 15 et 6. Cette
valeur est égale à +/- 6%.

233
Annexe C

234
Annexe C

Table des matières


Introduction ...................................................................................................................... 233
C.1 Scénarios du ciel artificiel......................................................................................... 237
C.1.1 Ouvertures en toiture ............................................................................................ 237
C.1.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 20cm×20cm......................................... 237
C.1.2 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 40cm×40cm......................................... 238
C.1.3 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 60cm×60cm......................................... 239
C.1.4 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 80cm×80cm......................................... 239
C.1.2 Ouvertures en façade ............................................................................................ 240
C.1.2.1 Ciel artificiel, ouverture en façade de 40cm×20cm...................................... 240
C.1.2.2 Ciel artificiel, ouverture en façade de 60cm×40cm...................................... 241
C.1.2.3 Ciel artificiel, ouverture en façade de 80cm×60cm...................................... 242
C.2 Scénarios du ciel extérieur........................................................................................ 243
C.2.1 Ouvertures en toiture ............................................................................................ 243
C.2.1.1 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture de 20cm×20cm ....................... 243
C.2.1.2 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture de 40cm×40cm ....................... 245
C.2.1.3 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture de 60cm×60cm ....................... 246
C.2.2 Ouvertures en façade ............................................................................................ 247
C.2.2.1 Ciel extérieur clair, ouverture en façade de 40cm×20cm .............................. 247
C.2.2.2 Ciel extérieur clair, ouverture en façade de 60cm×40cm .............................. 248
C.2.2.3 Ciel extérieur, clair, ouverture en façade de 80cm×60cm ............................. 249

235
Annexe C

236
Annexe C

C.1 Scénarios du ciel artificiel


C.1.1 Ouvertures en toiture

C.1.1 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 20cm×20cm


Distribution des luminances :

Figure 1: Photo et carte des luminances du ciel artificiel vu à partir du centre de la toiture

Comparaison des résultats de la simulation aux valeurs de mesure absolues :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
E mesuré (lx) 422 566 535 399 267 116
E corrigé (lx) 413 555 524 391 262 114
E Radiance (lx) 416 566 523 371 262 125
Différence (%) 0.6 2.1 -0.1 -5.1 0.3 9.5

E Rad + Flux corrigé 398 542 500 355 251 119


Différence (%) -3.8 -2.4 -4.5 -9.2 -4.1 4.7

Tableau 1: Comparaison entre les résultats de la simulation et les valeurs absolues mesurées (en lx)

Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :


− Différence moyenne : -4.6%
− Différence moyenne pour les points du sol : -4.5%
− Différence moyenne pour les points du mur : -4.6%
− Différence maximale : -12.3% pour B5
Comparaison des résultats de la simulation à la bande des tolérances :
Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 438 588 555 414 277 121
Radiance 416 566 523 371 262 125
Rad + Flux corrigé 398 542 500 355 251 119
Limite inférieure 389 521 492 367 246 107

Tableau 2: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

237
Annexe C

600

550

E (lx)
500

450

400

350
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 2: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

C.1.2 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 40cm×40cm

Distribution des luminances :


Le champ de luminance de référence est le même que pour l’ouverture de 20cm×20cm.
Comparaison des résultats de simulation aux valeurs de mesures absolues :
Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :
− Différence moyenne : -3.4%
− Différence moyenne pour les points du sol : -4.5%
− Différence moyenne pour les points du mur : -1.4%
− Différence maximale : -9.4% pour A3
Comparaison des résultats de simulation à la bande des tolérances :
Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 1653 2222 2185 1642 1056 907
Radiance 1677 2079 1945 1572 1114 946
Rad + Flux corrigé 1604 1988 1860 1504 1065 905
Limite inférieure 1466 1970 1938 1456 937 804

Tableau 3: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

2400

2200

2000
E (lx)

1800

1600

1400
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 3: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

238
Annexe C

C.1.3 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 60cm×60cm


Distribution des luminances :
Le champ de luminance de référence est le même que pour l’ouverture de 20cm×20cm.
Comparaison des résultats de simulation aux valeurs de mesure absolues :
Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :
− Différence moyenne : -3.3%
− Différence moyenne pour les points du sol : -4.9%
− Différence moyenne pour les points du mur : -0.1%
− Différence maximale : -7.9% pour A3

Comparaison des résultats de simulation à la bande des tolérances :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 3480 4479 4418 3537 2019 3339
Radiance 3508 4105 4039 3301 2128 3303
Rad + Flux corrigé 3355 3926 3863 3157 2036 3159
Limite inférieure 3086 3972 3918 3136 1791 2961

Tableau 4: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

4600
4400
4200
4000
E (lx)

3800
3600
3400
3200
3000
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 4: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

C.1.4 Ciel artificiel, ouverture en toiture de 80cm×80cm


Le champ de luminance de référence est le même que pour l’ouverture de 20cm×20cm.
Comparaison des résultats de simulation aux valeurs de mesure absolues :
Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :
− Différence moyenne : -2.7%
− Différence moyenne pour les points du sol : -5.5%
− Différence moyenne pour les points du mur : +2.9%
− Différence maximale : -7.8% pour A4
Comparaison des résultats de simulation à la bande des tolérances :

239
Annexe C

Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 5831 7175 7095 5978 2999 6287
Radiance 5713 6615 6545 5396 3102 6625
Rad + Flux corrigé 5464 6326 6260 5161 2967 6337
Limite inférieure 5171 6363 6292 5302 2660 5575

Tableau 5: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

7500

7000

6500
E (lx)

6000

5500

5000
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 5: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

C.1.2 Ouvertures en façade

C.1.2.1 Ciel artificiel, ouverture en façade de 40cm×20cm


Distribution des luminances :

Figure 6: Photo et carte des luminances de l’environnement extérieur vu à partir de la façade (40×20)

Comparaison des résultats de simulation aux valeurs de mesure absolues :


Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :
− Différence moyenne : -3.4%
− Différence moyenne pour les points du sol : +3.7%
− Différence moyenne pour les points du mur : -17.8%
− Différence maximale : -47.6% pour A5

240
Annexe C

Comparaison des résultats de simulation à la bande des tolérances :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 796 823 405 165 203 37
Radiance 758 852 369 117 97 37
Rad + Flux corrigé 797 895 388 123 102 39
Limite inférieure 706 730 360 147 180 33

Tableau 6: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

1000

800

600
E (lx)

400

200

0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 7: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

C.1.2.2 Ciel artificiel, ouverture en façade de 60cm×40cm


Distribution des luminances :

Figure 8: Photo et carte des luminances de l’environnement extérieur vu à partir de la façade (60×40)

Comparaison des résultats de simulation aux valeurs de mesure absolues :


Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :
− Différence moyenne : -1.4%
− Différence moyenne pour les points du sol : +5.1%
− Différence moyenne pour les points du mur : -14.4%
− Différence maximale : -32.3% pour A5

241
Annexe C

Comparaison des résultats de simulation à la bande des tolérances :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 3298 2037 915 451 638 78
Radiance 3233 1931 866 359 401 71
Rad + Flux corrigé 3439 2055 921 382 427 75
Limite inférieure 2925 1807 812 400 566 69

Tableau 7: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

3500
3000
2500
2000
E (lx)

1500
1000
500
0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 9: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

C.1.2.3 Ciel artificiel, ouverture en façade de 80cm×60cm


Distribution des luminances :

Figure 10: Photo et carte des luminances de l’environnement extérieur vu à partir de la façade (80×60)

Comparaison des résultats de simulation aux valeurs de mesure absolues :


Après correction des flux, nous trouvons les valeurs suivantes :
− Différence moyenne : -12%
− Différence moyenne pour les points du sol : +1.3%
− Différence moyenne pour les points du mur : -38.6%
− Différence maximale : -50.3% pour B5

242
Annexe C

Comparaison des résultats de simulation à la bande des tolérances :


Points de mesure
A1 A2 A3 A4 A5 B5
Limite supérieure 5731 2986 1518 817 1232 207
Radiance 5622 2914 1519 743 886 101
Rad + Flux corrigé 5740 2975 1550 759 904 103
Limite inférieure 5082 2648 1346 725 1093 183

Tableau 8: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence (valeurs
mesurées +/- erreur globale estimée)

7000
6000
5000
E (lx)

4000
3000
2000
1000
0
A1 A2 A3 A4
Limite supérieure Radiance
Rad + Flux corrigé Limite inférieure
Figure 11: Comparaison entre les résultats de la simulation et les données de référence pour les points
de mesure A1-A4

C.2 Scénarios du ciel extérieur


C.2.1 Ouvertures en toiture

C.2.1.1 Ciel extérieur nuageux, ouverture en toiture de 20cm×20cm


Distribution des luminances :
Pour la description du champ des luminances externes, 3 photos différentes ont été prises avec
des vitesses de 1/1000, 1/500 et 1/250, et avec un délai d’environ 30 secondes entre la
première et la dernière photo.

Figure 12: Photo et carte des luminances de la voûte céleste vue à partir de la toiture (20×20)
le 9 octobre 2003 à 16h46

243
Annexe C

Mes