Sie sind auf Seite 1von 7

Mallorca le 19/12/2008

DE LA REVOLTE
OU
L’EXTINCTION
DE
L’HUMANITE

La clef se trouve tant dans la forme que dans la langue, car une fois percé le secret,
malgré tous les dangers qu’il représente, le bonheur de tous sera enfin possible.
Avant propos

« Je pense que l’espèce d’opression dont les peuples démocratiques


sont menacés ne ressemblera á rien de ce qui l’a précèdée dans le monde ;
nos comtemporains ne sauraient en trouver l’image dans leurs souvenirs. Je
cherche en vain moi-même une expression qui reproduise exactement ce
que je m’en forme et la renferme ; les anciens mots de despotisme et de
tyrannie ne conviennent point. La chose est nouvelle, il faut donc tâcher de
la définir, puisque je ne peux la nommer.
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se
produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes
semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se
procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun
d’eux, retiré á l’écart, est comme étranger á la destinée de tous les autres :
ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce
humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est á coté d’eux, mais
il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-
même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire au
moins qu’il n’a plus de patrie.
Au dessus de ceux-lá s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se
charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu,
détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait á la puissance
paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes á l’âge
viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’á les fixer irrévocablement dans
l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent
qu’a se réjouir. Il travaille volontier á leur bonheur ; mais il veut en être
l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit á leur sécurité, prévoit et assure
leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leur principales affaires, dirige
leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il
leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? »

Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique,1840,


Livre II, 4e partie, § 29, 10/18, pp361-362
En l’an trois mille, allez savoir quel sera le sort de l’humanité, qu’en
sera-t-il de notre descendance, de notre sang, de notre espèce toute entière.
Les catastrophiques prévisions de nos scientifiques ne donnent pas une
durée de vie de mille ans á notre espèce, courons nous á notre perte ?
Pourtant, notre espèce, bien sùr très jeune, á déjà survécu á plusieurs
civilisations aujourd’hui définitivement éteintes, pourquoi pas á celle-ci.
Oú est passé notre instinct de survie, nous sommes devenus les rois du
constat, mais nous ne savons plus mener de batailles sans récompense.
Des récompenses il n’en faut aucune pour se lever contre les desastres
perpétués au nom du profit, non seulement écologiques mais aussi et
surtout humanitaires,et nous sommes sensés assurer la survie de l’espèce !
En laissant les tous puissants de ce monde être au dessus des lois, nous les
laissons détruire notre espèce et notre planète en toute impunité, leur soif
de pouvoir les a détournés du but réel de la vie, c’est lá un signe de déclin.
Retournons sur le passé, voyons les chutes succesives des empires qui
règnaient il y a trois mille ans, tous puissants, pourquoi sont ils tombés ?
En vérité ils cessèrent de se battre pour le bien étre et la perennité de leur
peuple, leur dirigeants pervertis par soif de plus de richesse et de pouvoir,
donnaient le mauvais exemple, la confiance se perdit et l’egoïsme et
l’individualisme devinrent fondamentaux á la survie de chacun.
Si cela n’était pas déjá arrivé, il y aurait lieu de s’inquiéter d’avantage sur
le sort de l’humanité, mais l’histoire nous démontre qu’il existe une sorte
de régulation des dérèglements comportementaux des classes dirigeantes.
Lorsque le comportement en question se géneralise jusqu’á atteindre les
classes les plus basses, la chute de la civilisation, de l’empire s’amorce.
Aux prémices de cette chute, on peut observer des révoltes isolées, á
première vue sans grande importance, mais qui vont en s’intensifiant tant
en nombre qu’en virulence, c’est le début d’un odre nouveau au sein du
peuple, á l’issue de ces révoltes une nouvelle civilistaion ou un nouvel
empire voit le jour et l’espoir réaparait avec la meilleur volonté du monde.
Solidaires les hommes s’unissent pour resconstruire les nouvelles bases
d’une société plus solide, plus saine et plus juste que la précèdente.
Une fois passée cette période de reconstruction il s’agit de se souvenir
pourquoi on en est arrivé á désirer un changement de l’ordre établi.
Bien souvent, cette tâche se révèle plus difficile qu’il n’y parait et la
difficulté réside dans le fait qu’il est difficile de faire comprendre aux
générations suivantes l’opression d’une réalité qu’elle n’a pas vécu.
Toute l’information donnée s’estompe au fil du temps malgré sa véracité
car les écrits ne sont qu’une pale transcription des faits vécus par chacun
d’une façons différente selon son rang, sa religion, ses émotions...
Il faut donc accepter que les choses se répètent éternellement, accepter le
caractère cyclique de la vie en général, et voir l’évolution positive à la fin
de chacuns des cycles comme s’il s’agissait d’une spirale interminable.
Le mot crise est sur toutes les lèvres aujourd’hui, crise créée de toute pièce
par les plus avides d’argent et de pouvoir, ils savaient avant même
d’entammer le processus jusqu’oú cela mènerait, mais ils en voulaient plus.
Malheureusement ou heureusement nous sommes â l’aube de grands
changements mais nous assisterons, et c’est indispensable, á une période de
terreur sans précèdent, pleine de lucidité et sans manipulations cette fois.
En effet pour reprendre le pouvoir, le peuple devra sacrifier ce qui est a ses
yeux indispensable á sa prospèrité mais qui l’a amener aux sommum de la
perversion : l’argent, le système monaitaire, cette froideur d’échange qui ne
tient pas compte des émotions ou de la valeur sentimentale des choses.
Zèlés les plus gros entrepreneurs de la planète, -qui sont ceux qui
réellement la dirigent-, se sont blindés contre toute émotion, pouvant en un
clin d’oeil compromettre le bien être de milliers de personnes, non
seulement en les mettant á la porte, mais aussi en s’installant ailleurs á un
coup moindre lá oú les normes écologiques sont inexistantes ou
inappliquées, impliquant la mise en danger encore plus importante de tous
les êtres vivants sur terre.
Certe c’est sans aucun doute une vision alarmiste des choses mais elle est
reélle et explique á quel point la révolte sera terrible et sans précèdent.
Le peuple est aujourd’hui suffisament instruit pour y voir clair, mais il est
encore trop prisonnier de ce système qui le rend aveugle et le conditionne á
l’oisiveté notament grace au lavage de cerveau ciber-télévisuel quotidien.
Aimons nous si peu notre liberté pour la laissé entre les mains de ces
usurpateurs corrompus et sans scrupules, sommes nous tombés si bas ?
Dans une révolte digne de ce nom il faut que les parcipants n’ai plus rien a
perdre pour la mener jusqu’au bout, sinon dés les premières difficultés tout
le monde abandonne, c’est le cas des grèves, quand les gens commencent á
avoir peur de ne pas être payer, alors ils négocient des accords á la va vite.
En agissant de la sorte le peuple est vu par les classes dirigeantes comme
faible et manipulable malgré sa supériorité numérique, et il est manipulé.
Le fait est que deux solutions sont posibles dans le cas des grèves comme
de toute révolte, soit on organise une collecte permanente de fond ayant
pour but un futur soulèvement des couches les plus basses, organisée,
contrôlée et tenue secrète par ces dernières, soit on attend de n’avoir plus
rien á perdre, ce qui est souvent le cas, pour se battre alors plus violement.
Cette dernière solution n’est sûrement pas la meilleure mais c’est la seule
applicable car personne dans ce système n’est près á perdre son confort
pour lutter au confort de tous, et si certains en sont capables, ils sont peu.
Or c’est le nombre qui importe dans ce combat, plus le nombre de
personnes concernés augmentera, plus de changements seront possibles.
Notre liberté relative nous empêche encore pour le moment de prendre les
choses en main, mais l’heure arrive, les plus démunis nous poussent enfin.
Oú nous voyons de la misère il faut voir le renouveau car c’est lá, dans la
misère, que l’insuportable prend sa source et pousse á la vraie révolte, celle
qui est dénuée de tout profit, pour le bien être et le confort de tous et toutes.
Comment le faire, comment aider ce changement, comment déclencher ça ?
Imaginons que la solution est lá, sous vos yeux mais que vous ne la voyer
pas, parce que vous regardez mal, parce qu’il y a trop a perdre pour y voir.
Mais tout n’est-il pas qu’illusion, qu’un mauvais tour de mon imagination ?
Il est probable que ce texte même, aussi vraissemblable soit-il, ne soi
qu’une chimère le faisant plus important encore qu’il n’y pourrait paraitre.
En fait je crois que seul le polyglote trouvera le chemin qui est celui de la
révolte, et l’information est plus précieuse qu’il n’y parait, elle est capitale.
N’en doutons point, il faut un savant pour mener á bien une telle révolte.
Tout sauveur doit avant tout être dipplomate et que serait la diplomatie du
sauveur sans la connaissance de quelques langues etrangères á la sienne...
On est dans l’attente de ce grand jour sans le savoir, mais le fumet mijotte.
Y-doit-on voir de la faiblesse encore une fois, ou une judicieuse attente ?
Décidément les choses ne sont pas simple a prévoir, plus on regarde vers le
futur, en le décrivant avec précision, plus on y voit des chemins différents.
Etes vous prêts au changement, á rompre avec l’ordre établi, a une révolte ?
La vraie question est lá, il faut se la poser en toute conscience, voulons-
nous vraiment de ce monde pour nos enfants, voulons nous laisser de notre
passage sur cette terre une image de perversion, de faiblesse, de pollution.
Aux générations futures, il faudra qu’on leur prépare un monde plus juste et
plus sain, un monde ou enfin le bonheur de chacun et de tous sera possible.
Ils ont le droit à plus de considération de notre part, ce n’est pas á eux de se
battre pour un nouvel ordre, mais á nous de le leur apporter sur un plateau.
Ne jetons pas la faute á qui que ce soit, elle est de tous et de toutes et á
moins d’avaler cette défaite collective, nous ne pourrons rien construire.
Tous ensemble il faudra lutter sans distinction aucune, c’est de nos
différences complémentaires que vient notre force réelle, notre humanité...
Evidement chacun pensera qu’il existe des institutions destinées á travailler
á l’amélioration les conditions de vie des plus démunis, et que pour aider á
leur fonctionnement il paie ses impôts et fait sa bonne action annuel par un
don á quelque ONG, mais ne nous cachons pas derrière ce fantome qu’est
la charité, chacun voit dans sa démarche une manière de réduire ses impôts.
La bonne conscience s’efface lorsque l’on prend un sac á dos et que l’on
part explorer le monde par ses propres moyens, que l’ont dort lá oú les
hotels n’ont pas d’étoiles, lá seulement une nouvelle réalité prend forme, et
cette réalité devient vite insuportable et mène inévitablement á la révolte.
Intérieure au départ, cette révolte sort de notre être en cri strident plein de
désespoir, car la tâche est si ardue que notre combat parait perdu d’avance.
Généralement c’est lá que les plus convaincus qu’une révolte générale
s’impose, baissent les bras, moi y compris, car nous ne sommes pas atteints
directement par ces horreurs, parce que nos arrières grand-parents, eux se
sont battus de toutes leur forces pour notre bien être aujourd’hui perverti
par la génération suivante qui a cru que tout était facile, que le combat était
terminé au lieu de comprendre qu’il fallait le poursuivre ailleurs, pas avec
des joints et des fleurs, mais en s’impliquant réellement avec leur cerveau.
Elle a manqué de réalisme et d’organisation cette révolte, personne n’a
voulu réellement changer les choses, il voulait seulement s’évader de leur
condition de jeunes pressionnés par des parents qui eux savaient ce qu’était
se battre pour sauver leur liberté, celle de leurs enfants et de leurs voisins.
Ne refaisons pas les mêmes erreurs, sachons pour qui et pourquoi nous
voulons nous battre, traçons une vraie ligne jusqu’á notre objectif concret.
Ce n’est pas si difficile, il suffit de s’organiser comme une armée, chacun
doit avoir une place et un objectif bien définis, se sera l’Armée des Sages.
Invincible car pacifiste, c’est dans la lutte pour l’intérêt commun que cette
armée se spécialisera, elle devra être au dessus de toute autre armée et
respectée par tous car elle sera élue et formée par des citoyens du monde.
A l’homme universel elle devra sa victoire, issue du complet métissage de
l’humanité elle défendra tous et toutes contre la perversité du pouvoir
individuel, et elle fera de l’égoïsme et l’individualisme ses grands ennemis.

Etes vous prets ? La question est posée ! Allez vous penser a vos
enfants ? Retrouverez vous l’instinct de survie avant l’extinction de
l’éspèce humaine ? Toute ces choses si faciles á écrire ont-elles un sens
pour vous ? Enfermerez vous les égoïstes, les cupides, les manipulateurs,
les envieux, les pollueurs, les destructeurs, les menteurs, les..., comme les
autres dégénérés mentaux ? L’éducation des générations futures nous
appelle chers amis ! Organisez vous ! Réunissez vous ! Insurgez vous !
N’ayez crainte, les changements arriverons si vous les souhaitez vraiment
car notre volonté est plus puissante que tout ! Dieu n’existe pas au sens oú
on l’entend, il s’agit d’une force qui est en chacun de nous et qui s’exprime
dans notre union mais qui se meurt dans notre individualisme ! Etes vous
prêts à refuser les mensonges du passé et à comprendre le vrai message des
prophètes, message si mal interpêté, si mal utilisé a des fins cupides et
destructrices ? Montrez vous digne d’être l’espèce dominante, car il ne
s’agit pas seulement de lutter pour le futur de notre espèce mais pour celui
de la totalité des êtres vivants desquels en grande partie dépend notre
survie ! Allons nous laisser les choses s’agraver jusqu’a ce que la nature
reprenne ses droits, car n’en doutez pas elle le fait toujours, et si elle le fait
elle se chargera de détruire l’humanité avant toute autre chose ! Sommes
nous si corrompu par notre propre système pour ne pas nous rendre compte
de la nécessité d’agir ? Au risque de voir notre espèce disparaitre, il nous
faut réagir très vite ! Ce n’est pas une mauvaise blague c’est la réalité, une
réalité que nous sommes enfin capable de comprendre et de rejeter !
Etes vous conscient du combat qui nous attend ? Pouvez vous imaginer un
seul instant, les enjeux qui seront les notres dans cette révolte ? Toutes les
cartes sont entre nos mains, nous avons les moyens d’agir ! Avez-vous
peur ? Bloquerez-vous le processus ? Livrerez-vous bataille au plus grand
mensonge que l’humanité ait pu se faire a elle mème ? Enfin, accepterez
vous de dédier votre vie á la lutte pour une paix universelle ?

Sdantz.