Sie sind auf Seite 1von 283

INTERNATIONALE BIBLIOTHEK

FÜR ALLGEMEINE LINGUISTIK

INTERNATIONAL LIBRARY
OF GENERAL LINGUISTICS

Herausgegeben von
EUGENIO COSERIU

BAND 25 • 1972
LOUIS HJELMSLEV

LA CATEGORIE DES CAS


ETÜDE DE GRAMMAIRE GENERALE

ZVEITE VERBESSERTE UND MIT DEN KORREK-


TUREN DES AUTORS VERSEHENE AUFLAGE
DER AUSGABE KOPENHAGEN 1935-1937

VIT EINER BIBLIOGRAPHISCHEN NOTIZ VON


ELI FISCHER-J0RGENSEN

Zwei Teile in einem Band

WILHELM FINK VERLAG MÜNCHEN


A part la correction de quelques fautes d'impression, cette
deuxieme edition de la «Categorie des cas» est une photocopie
inchangee de la premiere edition, epuisee depuis quelque temps.
Eli Fische r-J£rgensen

© 1972 Wilhelm Fink Verlag, München


Gesamtherstellung: Druckerei Erwin Lokay, 6101 Reinheim

60^
ACTA JUTLANDICA VII,1

LOUIS H J E L M S L E V

LA CATEGORIE DES CAS


ETÜDE DE GRAMMAIRE GENERALE

PREMIERE PARTIE

UNIVERSITETSFORLAGET I AARHUS
1935

*•
Bayerische
Staatsbibliothek
München
AVANT-PROPOS

L'essence de la theorie des cas dont nous publions ici la pre-


miere partie a ete communiquee au Cercle linguistique de Copen-
hague en 1933. Un expose plus detaille, visant particulierement
ä l'explication des faits latins, a ete donne dans un cours pro-
fesse ä l'universite de Copenhague pendant l'annee de 1933.
Cette etude servira ä faire voir comment nous voulons enten-
dre la grammaire generale. II faut abandonner selon nous la
distinction entre morphologie et syntaxe aussi bien que la divi-
sion de la linguistique en une partie comparative et une partie
generale. Par un procede synthetique, il faut embrasser l'en-
semble des faits. C'est ainsi que la »grammaire generale« servira
ä elucider les problemes cvolutifs qui dans le domaine »syn-
taxique« ont ete par la methode classique laisses inexpliques.
La linguistique indo-europeenne sera desormais foiidee sur la
linguistique generale, et la linguistique evolutive sur la linguis-
tique synchronique.
Notre premier chapitre sert uniquement a poser le probleme
et ne doit pas etre entendu comme un »historique de la ques-
tion«. II a ete juge nccessaire de faire mention de nos princi-
paux devanciers en vue de caracteriser la tradition et d'utiliser
les experiences qui ont ete faites jusqu'ici. En coniparant les vues
exposees dans ce chapitre avec le beau traite historique de
Ht'nscHMANN, on verra facilement dans quelle mesure elles en
different.
Etant une etude de grammaire generale, ce travail n'a pu
traiter que d'une facon forcement incomplete des details parti-
culiers propres ä chaque etat de langue pris ä part. Les faits
particuliers ne sont apportes qu'afin de les voir a la lumiere
d'un principe totaliste. Nous esperons qu'un tel travail pourra
IV AVAVl'-I'HOI'OS

jeter les bases a des recherches de grammaire speciale. Nous


sommes persuade que celles-ci sont impossibles sans une theorie
generale.
* *
*
Dans cette premiere partie nous ne tenons encore qu'une
partie de notre engagenient. On ne nous le reprochera pas. La
verification et la justification de la theorie generale ne peuvent
etre faites qu'en penetrant dans les faits concrets d'une facon
assez profonde et assez detaillce pour rendre compte de toutes
les faces essentielles du phenomene. Nous n'avons pas juge utile
de nous borner ä une esquisse rapide des applications de notre
principe.
Dans une certaine mesure, la partie que nous soumettons ici
au public ne constitue donc que les prolcgomcnes ä notre the-
orie. Apres avoir situe le probleme et discute les resultats obte-
nus par la methode classique, nous donnons dans notre deuxieme
chapitre un expose de la structure generale du Systeme casuel et
des valeurs qui y entrent, pour proceder ensuite ä la demonstra-
tion dans le domaine concret. Dans ce volume, la dcmonstration
ne va pas encore au-delä des systemes casuels comportant trois
dimensions.
Dans la deuxieme partie du travail, que nous espcrons pou-
voir publier prochainement, nous donnerons une demonstiation
analogue pour les systemes a deux et a une dimension. Ensuite
nous etudierons la forme des cas dans son rapport avec leur
expression et leur contenu, en examinant particulierement les
lois dirigeant les sjncretismes et les principes gencraux dirigeant
le rapport entre le Systeme fondamental et les systemes parti-
culiers. Ce n'est qu'apres avoir fini cette partie synchronique de
nos recherches que nous pourrons passer au probleme evolutif,
et envisager les conscquences ä tirer de notre theorie pour l'etude
comparative des langues indo-europcennes.

p. t. Londres, le 4 juillet 1935.


Louis Hjelmstev.
OUVRAGES CITES

H.- L. AHRENS, Griechische Formenlehre des Homerischen und


Attischen Dialektes. Göttingen 1852.
ALEXANDRI [DE VILLA DEI] Doctrinale totius grammatices com-
pendiose in ununi digestum. (Basileae 1519.) Publie par
D. REICHLING dans les Monumenta Gcrmaniae paedagogica,
XII, Berlin 1893.
F R . AST, Grundlinien der Grammatik. Hermeneutik und Kritik.
Landshut 1808.
K.-F. BECKER, Organism der Sprache. (1827.) 2<" cd. Francfort
1841.
A.-F. BERNHARDI, Anfangsgründe der Sprachwissenschaft. Berlin
1805.
H. BERTELSEN, Jens Pedersen H0ysgaard og hans Forfatterskab.
Copenhague 1926.
L. BLOOMFIELD, Language. New-York 1933, Londres 1935.
C. DE BOER, Etüde sur la syntaxe moderne de la preposition en
francais et en Italien. Paris 1926.
F. BOPP, Vergleichende Zergliederung des Sanskrit und der mit
ihm verwandten Sprachen. Dritte Abhandlung: Ueber das
Demonstrativum und den Ursprung der Casuszeichen. ,46-
handlungcn der Kgl. Preussischen Akademie der Wissen-
schaften, 1826, p. 65—102.
— Über einige Demonstrativstämme und ihren Zusammen-
hang mit verschiedenen Präpositionen und Conjunctionen
im Sanskrit und den mit ihm verwandten Sprachen. Ber-
lin 1830.
— Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen,
Lateinischen, Gothischen und Deutschen. I. Berlin 1833.
VI OUVHACKS CII'KS

V. BBDNDAL, Morfologi og S y n t a x . N y e B i d r a g til Sprogets T h e -


ori. Fcstskrift udg. af K^benhavns Uniuersitct i Anleilning
af Universitctets Aarsfest, 1932.
B. DELBRÜCK, Ablativ, Localis, I n s t r u m e n t a l i s i m Altindischen,
L a t e i n i s c h e n , Griechischen u n d D e u t s c h e n . E i n Beitrag zur
v e r g l e i c h e n d e n S y n t a x . B e r l i n 1867.
— G r u n d f r a g e n d e r S p r a c h f o r s c h u n g . S t r a s b o u r g 1901.
J . DENY, G r a m m a i r e d e la l a n g u e t u r q u e , dialecte o s m a n l i . P a r i s
1921.
M. DEUTSCHBEIN, S y s t e m d e r n e u e n g l i s c h e n Syntax. Cöthen 1917.
DIONYSII THRACIS A r s g r a m m a t i c a ed. G. UHLIG. L i p s i a e 1883.
*A. M. / t H p p t , TpaMMaTHiecKiH cmepKt TaöacapaHCKaro
H3tiKa. CöopuuKz MCi»>epiaAoez ÖAH onucanin MibCtn-
Hocmeü u njieMewh KaeKasa, XXXV, 3. Tiflis 1 9 0 5 .
A. DIRR, E i n f ü h r u n g i n d a s S t u d i u m d e r k a u k a s i s c h e n S p r a c h e n .
Leipzig 1928.
W . - H . DÖLF.KE, V e r s u c h e p h i l o s o p h i s c h - g r a m m a t i s c h e r Bemer-
k u n g e n . I I : Über d i e Casus, d i e T e m p o r a , d a s P r o n o m e n u n d
d a s V e r b u m S u b s t a n t i v u m . H a l b e r s t a d t & Leipzig 1814.
CASP. FINCKH G r a m m a t i c a L a t i n a . L i p s i a e 1628.
R. GARNETT, O n t h e Origin a n d I m p o r t of t h e Genitive Case. Pro-
ceedings of the Philological Society of London, II, 1846, p.165 sv.
R. GAUTHIOT, L a fin d e m o t e n i n d o - e u r o p e e n . P a r i s 1913.
THEODORLS GAZA, r p a u u a n x r \ c EiGaYMYA^ ßfßXw* b. F l o r e n t i a e
1515.
A n e c d o t a Graeca ex c o d i c i b u s m a n u s c r i p t i s R e g . Monacensis
a l i a r u m q u e b i b l i o t h e c a r u m e d . A. JAHNILS. F a s e . I, c o n t i n e n s
IOANNES GLYCAE o p u s d e u e r a s y n t a x e o s r a t i o n e . B e r n a e 1839.
GRAMMATICI GRAECI recogniti et a p p a r a t u critico i n s t r u e t i . Lipsiae
1878—1910.
GRAMMATICI LATINI ex. r e c . H. K E I I . I I . L i p s i a e 1857—80.
HANDBOOK OF AMERICAN INDIAN LANGUAOES p u b l . by F . BOAS. I.
Smithsonian Institution, Bureau of Ethnology, Bulletin, no.
40. W a s h i n g t o n 1911.
J.-A. HÄRTUNG, Ueber d i e C a s u s , i h r e B i l d u n g u n d B e d e u t u n g in
d e r g r i e c h i s c h e n u n d l a t e i n i s c h e n Sprache . E r l a n g e n 1831.
G. HERMANN De e m e n d a n d a r a t i o n e G r a e c a e g r a m m a t i c a e . Lipsiae
1801.
OUVRAGES CITES VII

F. HOI.ZWEISSIG, W a h r h e i t u n d I r r t h u m d e r l o c a l i s t i s c h e n Casus-
theorie. Leipzig 1877.
H. HLUSCHMANN, Z u r C a s u s l e h r e . M ü n c h e n 1875.
Wii-H. v. HUMBOLDT, Ueber die V e r w a n d t s c h a f t d e r O r t s a d v e r b i e n
m i t dem P r o n o m e n in einigen S p r a c h e n . Berlin 1830.
O. JESPERSEN, S t u d i e r o v e r engelske k a s u s . C o p e n h a g u e 1891.
— Sproglaere. Danske Studier, 1908, p. 2 0 8 — 2 1 8 .
— P h i l o s o p h y of G r a m m a r . L o n d r e s 1924.
— T h e System of G r a m m a r . L o n d r e s & C o p e n h a g u e 1933.
IMMANUEL KANT, Critik d e r r e i n e n V e r n u n f t . Riga 1781.
S. KARCEVSKIJ, Sur la p h o n o l o g i e de la p h r a s e . Travaux du Cercle
linguistique de Prague, IV, 1931, p . 188—227.
R. DE LA GRASSERIE, Des r e l a t i o n s g r a m m a t i c a l e s ou de la cate-
gorie des cas. P a r i s 1890.
R. LENZ, La oracion y s u s p a r t e s . 2 e ed. M a d r i d 1925.
L. LEVY-BRUHL', Les f o n c t i o n s m e n t a l e s d a n s les societes infe-
r i e u r e s . P a r i s 1910.
— L a m e n t a l i t e p r i m i t i v e . P a r i s 1922.
— L ' ä m e p r i m i t i v e . P a r i s 1927.
J.-N. MADVIG, S p r o g v i d e n s k a b e l i g e S t r 0 b e m a e r k n i n g e r . Copen-
h a g u e 1871.
A. MARTY, U n t e r s u c h u n g e n z u r G r u n d l e g u n g d e r a l l g e m e i n e n
G r a m m a t i k u n d S p r a c h w i s s e n s c h a f t . Halle 1908.
— Z u r S p r a c h p h i l o s o p h i e . Die »logische«, »lokalistische« u n d
a n d e r e K a s u s t h e o r i e n . Halle 1910.
A. MEII.LET, L i n g u i s t i q u e h i s t o r i q u e et l i n g u i s t i q u e g e n e r a l e . P a -
r i s 1921.
C. MICHELSEN, P h i l o s o p h i e d e r G r a m m a t i k . I: K a s u s l e h r e d e r
lateinischen S p r a c h e v o m k a u s a l l o k a l e n S t a n d p u n k t e a u s .
B o n n 1843.
F R . MÜLLER, G r u n d r i s s d e r S p r a c h w i s s e n s c h a f t . V i e n n e 1876—88.
A. NOREEN, V ä r t s p r ä k . N y s v e n s k g r a m m a t i k i utförlig f r a m s t ä l l -
ning. L u n d 1903—24.
PÄNINI-S G r a m m a t i k , h r s g . v. O. BÖHTLINGK. Leipzig 1887.
A. M. IleillKOBOKHft, PyCCKHH PHHTaKCHC B HayHHOM OCReilieHHH.
(1914.) 3* ed. M o s c o u - L e n i n g r a d 1928.
MAXIME PLANUDE: fiep) ypa\niaxm\c oidAoyoc;, TÖ ctürotj nepi öuv-
rd^ecoc. Anecdota Gracca ed. L. BACHMANNUS, II, L i p s i a e 1828.
VIII OUVRAGKS CITRS

A.-F. POTT, Etymologische F o r s c h u n g e n auf d e m Gebiete d e r


i n d o - g e r i n a n i s e h e n S p r a c h e n . II. L e m g o 1836.
QUINTTI.IEN, I n s t i t u t i o n oratoire. T e x t e revu et t r a d u i t , avec i n t r o -
d u e t i o n et notes, p a r H. BOIINECQLE. P a r i s 1933 s q q .
R. RASK, A u s g e w ä h l t e A b h a n d l u n g e n , h r s g . v. L. HJEI.MSI.EV.
C o p e n h a g u e 1932—35.
J. RIES, W a s ist S y n t a x ? M a r b u r g 1894. 2» cd. P r a g u e 1927.
— W a s i s t e i n Satz? P r a g u e 1931.
G.-M. ROTH, S y s t e m a t i s c h e d e u t s c h e S p r a c h l e h r e . Giessen 1799.
— G r u n d r i s s d e r reinen a l l g e m e i n e n S p r a c h l e h r e . F r a n c f o r t
1815.
T H . RCMPEL, C a s u s l e h r e in b e s o n d e r e r Beziehung auf die griechi-
sche S p r a c h e . Halle 1845.
— Z u r C a s u s t h e o r i e . Programme de Gütersloh 1866.
L. SAINENÜ, R a p o r t u r i l e i n t r e g r a m a t i c a si logica. B u c a r e s t 1891.
F. DE SAUSSÜRE, Cours de linguistique generale. L a u s a n n e & P a -
ris 1916.
IULII CAESARIS ScAUGERI De causis linguae l a t i n a e libri tredeeim.
Lyon 1540.
A. SCHIEFNER, Ausführlicher Bericht über B a r o n P . V. USI.AR'S
k a s i k u m i i k i s c h e Studien. Memoire.? de l'Academie Imperiale
des Sciences de St.-Pelersbourg, VII C serie, t o m e X, n o . 12.
1867.
ALB. SECHEHAYE, P r o g r a m m e et m e t h o d e s de la linguistique t h e -
orique. P a r i s 1908.
E. SITTK;, D a s Alter d e r A n o r d n u n g u n s e r e r K a s u s u n d der Ur-
s p r u n g i h r e r Bezeichnung als »Fälle«. Tübinger Beiträge zur
Altertumswissenschaft, XIII, S t u t t g a r t 1931.
E.-A. SONNENSCHEIN, A New English Grammai-. Oxford 1916.
H. STEINTHAI., Geschichte der S p r a c h w i s s e n s c h a f t bei den Grie-
chen u n d R ö m e r n m i t b e s o n d e r e r R ü c k s i c h t auf die Logik.
(1863.) 2f ed. Berlin 1891.
— C h a r a k t e r i s t i k d e r h a u p t s ä c h l i c h s t e n T y p e n des S p r a c h -
baues, v o n F . MISTEI.I. N e u b e a r b e i t u n g des W e r k e s von
H. STIINTHAI. [ 1 8 6 0 ] . = H. STEINTHAI. & F . MISTEI.I, Abriss
d e r S p r a c h w i s s e n s c h a f t , II. Berlin 1893.
G.-F. STOUT, T h o u g h t a n d L a n g u a g e . Mind, XVI, 1891. p. 181
—205.
OUVRAGES CITES tx
L. SOTTKRIJN, Das W e s e n der s p r a c h l i c h e n Gebilde. Heidelberg
1902.
L. THSNIÄRK, S y n t h e t i s m e et a n a l y t i s m e . Charisteria Guilelmo
Mathesio quinquagenario, P r a g u e 1932, p . 62—64.
*I1. K. y c j i a p i . , JlaKCKiß H3LIKI>. Tiflis 1890.
J . VENDRYES, Le langage. P a r i s 1921.
H. WINKI.EII, Z u r Sprachgeschichte. Nomen, verb u n d satz. Ber-
lin 1887.
F R . WLI.LNER, Die B e d e u t u n g der s p r a c h l i c h e n Casus u n d Modi.
M ü n s t e r 1827.
— Ueber U r s p r u n g u n d U r b e d e u t u n g der s p r a c h l i c h e n F o r m e n .
M ü n s t e r 1831.
VV. W U N D T , Völkerpsychologie, I — I I : Die Sprache. (1900.) 3« ed.
Leipzig 1912.
P a r l'abrcviation Princ. n o u s renvoyons ä n o t r e travail Prin-
cipes de grammaire generale (Dct Kgl. Danske Videnskaberncs
Selskab, Historisk-filologiske Meddelelser, XVI, 1, Copenhague
1928).
O u t r e les t r a v a u x q u e n o u s avons eu l'occasion de citer d a n s
le p r e s e n t volume, il en existe quelques a u t r e s d o n t l'objet est
le p r o b l e m e gcneral des cas. Ce s o n t :
*ALTENDORF, Ueber die Localtheorie der Casus. Deutsch-Crone
1867.
F.-R. BLAKE. A semantic analysis of case. Curme Volume of
Linguisüc Studics = Language Monographs published by
the Linguistic Society of America, no. VII, d c c e m b r e 1930,
p. 34 49.
C.-F.-A. DEWISCHEIT, Z u r T h e o r i e der Casus. Programme de
Gumbinnen 1857.
*HIKCKE, V o r b e m e r k u n g e n zu einer P a r a l l e l s y n t a x der Casus.
Programm des städtischen Gymnasiums zu Greifswald 18.">4.
• Ht'ESBR De casiuim usu syntactico. M ü n s t e r 1863.
R. JACOBS, Ueber die B e d e u t u n g der Casus. Zeitschrift für Gym-
nasialwesen, I III, 1847.
F . VOIU.AEM)I:II, E l e m e n t e d o c t r i n a e de casibus. Berlin 1834.
L ' a s t e r i s q u e * sert a i n d i q u e r les t r a v a u x q u e n o u s n'avons
p a s eu e n t r e les m a i n s p e n d a n t la rcdaction de ce volume.
SYMBOLES. ABREVIATIONS. TERMINOLOGIE

Dans la definition des cas et des systemes casuels on utilisera


les symboles suivants (cp. l'expose theorique, p. 111 sv.):
> designe un terme intensif.
< designe un terme extensif.
«-» designe une Opposition contraire.
—* designe une Opposition contradictoire.
D'ordinaire les termes intensifs sont designes par des minus-
cules grecs, les termes extensifs par des majuscules grecs.
L'opposition d'un terme intensif et d'un terme extensif sans
egard ä la distinction entre l'opposition contraire et l'opposition
contradictoire est marquee par a ( > ) et A ( < ) . L'opposition
d'un terme intensif et d'un terme extensif dans la sphere con-
traire est marquce par ß ( > ) et B ( < ). L'opposition d'un terme
intensif et d'un terme extensif dans la sphere contradictoire est
marquee par y ( > ) et I' (_< ).
Par (a) on indique le »domaine a«, c.-ü-d. a + A pris en-
semble. De meme (ß) = ß • +• B; (y) = "f + I'.
Le signe + mis ä la töte d'une dimension seit ä indiquer que
la dimension presente l'orientation positive; le signe -i- qu'elle
prosente l'orientation nögative; le signe 0 qu'elle presente l'ori-
entation neutre.
Un chiffre devant un caractere grec indique la dimension.
Par exemple, si un cas est defini par H- 1 ß + 2 a, cela veut
dire que le cas constitiie le terme ß de la premiere dimension,
qui presente l'orientation negative, et qu'il constitiie le terme a
de la deuxieme dimension, qui presente l'orientation positive.
SYMBOI.KS. AnRKVIATIONS. TERMINOLOGIE XI

Dais les systcmes casuels, les nonis de chacun des cas sont
indiquis par les abreviations suivantes:
Ab = ablatif Intd = interdirectif
Abs = abessif Intrd = introdirectif
Ac = aecusatif It = iteratif
Ad = adverbial L = locatif
Ade = adeomitatif Lt = latif
Add = additif M = multiplicatif
Ads = adessif Md = modal
Af = affectif Mt = motif
AI = allatif N = nominatif
Am = admotif 0 = cas oblique
At = attributif Ob = objeetif
Av = adversif PI = prolatif
Cc = circumessif Pr = predicatif
Cd = commoditatif Prs = prosecutif
Cm = comitatif Ps = possessif
Cp = comparatif Psc = postcomitatif
Cs = causal Psd = postdirectif
Cv = conversif Psl := postlatif
D = datif Pst = postessif
Dl = delatif Pt = partitif
Dr = directif Pv = proventif
Ds = distributif S = subjeetif
E = elatif Sb = subessif
Eq = equatif Sbc = subcomitatif
Er = ergatif Sc — sociatif
Es = essif Si = similatif
F - facti f
i Sl = sublatif
G = genitif Sp = superessif
Id = identitif Spc = supracomitatif
11 = illatif Spd = supradirectif
In = instrumental Spl = supralatif
Ine = in comitatif Sv = subversif
Ine = inessif T = translatif
Inl = interlatif Tm — terminatif
Int = interessif TP " temporel
Inte — intercomitntif V vinl
XII SYMROI.KS. ABHKVI.VTIONS. TERMINOLOGIE

Quant ä notre terminologie, il n'y a lieu de signaler que les


termes par lesquels nous designons les diverses couches du signe
Hnguistique et les unites qui y entrent.
Par forme, nous entendons (comme dans nos Principes de
grammaire generale) la partie a la fois tangible et non-conven-
tionnelle du signe Hnguistique. Pratiquement la forme d'une unite
est identique ä la definition qu'elle recoit du point de vue ex-
tensional, c'est-ä-dire ä sa valeur. La forme n'est donc selon
nous ni un fait exterieur ni un fait intcrieur. Le fait interieur
(non-tangible) du signe est appele dans ce livre le contenu;
pratiquement il est identique ä la definition intensionale d'une
unite, c'est-a-dire a sa signification. Le fait exterieur (tangible
et conventionnel) du signe, qui en Hnguistique francaise recoit
d'ordinaire la denomination d'aspect phonique, est appele dans
ce livre l'expression.
Les termes de Semanteme et de morpheme sont reserves ä
designer les unites formelles. Les unites expressives qui y corres-
pondent sont designees par les termes de formatif et de formant
respectivement. Ainsi la desinence latine -us de la deuxieme
declinaison des adjeetifs est un formant, c'est-ä-dire une unite
d'expression, qui cumule plusieurs morphemes, c'est-ä-dire plu-
sieurs unites de forme: le morpheme de nominatif, le morpheme
de singulier et le morpheme de masculin. Chacun de ces mor-
phemes peut etre exprimc par d'autres formants: ainsi le mor-
pheme de nominatif peut etre exprime par le formant -i, qui ä
son tour cumule le morpheme de nominatif avec le morpheme
de pluriel, et ainsi de suite.
1

PROBLEME
A. THEORIE GRECO-LATINE

1. THEORIE GRECQÜE

Les cas constituent une categorie grammaticale dont l'in-


vestigation s'impose avec une force particuliere. Nulle langue
semble Iui echapper tout ä fait; il n'y a pas de langue oü la
categorie des cas est sürement inexistante; il n'y a que des
langues oü l'existence des cas est douteuse et sujette ä discus-
sion. Dans la grande majorite des langues, les cas dominent
d'une facon impressionnante, et plus que n'importe quelle autre
categorie flexionnelle, toutes les manifestations du mecanisme
linguistique, syntagmatiques aussi bien que paradigmatiques.
Dans la parole il n'y a pas d'enonce sans que le Systeme casuel
soit en jeu, de facon implicite ou explicite. L'analyse gramma-
ticale doit commencer par l'analyse des cas. II n'y a peut-etre
pas de categorie grammaticale dont l'aspect immediat soit si
clair, si coherent, si symetrique, si facilement abordable que
celle des cas. D'autre part, ä y regarder de pres, le Systeme des
cas est dans bon nombre de langues d'une complexite' enorme,
posant ä la fois tous les problemes fondamentaux de la gram-
maire.

Quand ils ont commence ä ötablir la thöorie des cas qui


devait ddsormais constituer le point de depart des etudes euro-
peennes dans ce domaine, les Grecs ont designe le cas par le
nom de JITÜXJK;, qui etait le terme general des categories mor-
2 THEOKIE ORECQUE

phematiques. Le cas etait pour eux la jrcÖKJii; par excellence et


pouvait etre pris pour modele de tous les autres faits de la
flexion. II etait trop universel pour meriter une denomination
speciale.
Si les Stoiciens ont reserve le terme general de ;rrwoiq pour
la categorie des cas, cette categorie a cependant conservö dans
la doctrine grammaticale de l'antiquite une place privilegiee.
Si le phenomene des cas constitue un trait essentiel du \6yoc,,
le cas est aussi la categorie qui sert ä distinguer les principaux
ueprj TOÜ \6yov. L'ovo|aa est caracterise comme une partie du
discours susceptible de cas, le pf|ua comme une partie du dis-
cours non susceptible de cas. C'est dire que les cas gardent dans
l'antiquite leur place comme la categorie primordiale du nom.
La declinaison par excellence, c'est la declinaison par cas. A la
derniere fin de l'antiquite, AELILS EONATUS et PRISCIEN offrent
des definitions, assez miserables il est vrai, etant les derniers
vagues retentissements d'une forte doctrine dejä lointaine, mais
assez claires pour nous montrer ä quel point on a ete pres
d'identifier cas et declinaison: casus est declinatio nominis uel
aliarum casualium dictionum, quae fit maxime in fine.

Le vieux grec est une langue qui se prete mal ä une premiere
orientation grammaticale. Präsentant dans l'expression une
exuberance de formations et une richesse d'anomalies, presen-
tant sur le plan significatif des nuances multiples d'une delica-
tesse souple et affinee, la langue grecque ne laisse apercevoir
qu'indirectement, et par des artifices de methode, le Systeme
constant qui doit etre ä la base de la realitc variee. D'autre
part, les realites, bien que variees et complexes, laissent soup-
conner derriere elles un Systeme simple, clair et symelrique, et
d'une strueture harmonieuse.
A ne considerer que les cas dont l'existence se repete cons-
tamment ä travers la plupart des paradigmes particuliers, le
nombre des cas est en grec relativement tres limited C'est dire
que chaeun de ces cas doit recouvrir une etendue assez grande
de l'espace de signification devolue ä la categorie casuelle. Sans
parier du nominatif, qui est dans toute langue une forme qui
ne se definit que negativement, Paccusatif, le datif et surtout
THEORIE GRECQUE 3

le genitif presentent en grec des emplois multiples, et des em-


pietements d'emploi d'un cas ä l'autre. Le Systeme casuel du
grec est un instrument que l'individu est libre de manier ä son
gre, ä condition d'en connaitre le secret. Et le secret du Systeme
doit etre d'une abstraction sublime et delicate. La signification
des cas constitue en grec un probleme malaise ä trancher.
A plus forte raison, le grec n'est pas la langue d'une commu-
naute linguistique coherente. Les dialectes et les couches stylis-
tiques s'entrecroisent et se penetrent. Dans Homere et dans cer-
tains dialectes, le Systeme des cas est complique par l'existence
d'une serie de formes qui sont tres suspects d'y appartenir, mais
qui n'ont rien de pareil dans les dialectes dirigeants ä l'epoque
classique: d\Xooe, äAAvoic, äXAoftev, fteötpi, etc. Outre ces formes,
il y en a d'autres qui survivent dans la langue prosaique de
l'epoque classique, telles que 01x01, 'Aftr|vn<3tv. A ces difficultes
vient s'ajouter celle qui consiste ä distinguer les cas de certaines
autres categories qui leur ressemblent et qui menacent d'envahir
leur domaine; le danger est evident pour les diverses sortes
d'sadverbes« dont la signification semble apparentee ä celle des
cas, surtout ä celle des formes homeriques et dialectales que
l'on vient de citer.
Ces difficultes ont ete le destin de la theorie grammaticale
de l'antiquite. Elles ont eie par suite le destin de la grammaire
europeenne.
Pour bien poser le probleme de la signification des cas, il
faut chercher une definition qui permette de delimiter rigoureu-
sement la categorie sans violer les faits, et delerminer, en s'ap-
puyant sur la totalitö des faits empiriques, l'espace de significa-
tion propre ä la categorie prise dans son ensemble, pour demon-
trer ensuite comment les cas particuliers se repartissent sur
l'echelle significative. La langue grecque n'a pas permis aux
grammairiens de Pantiquite de poser le probleme dans ces
termes.
La delimitation de la categorie casuelle reste vague. En s'ef-
for9ant de degager de la masse amorphe des TIUOOEXC, la cate-
gorie particuliere des cas, les Stoiciens ont ete amenes naturelle-
ment ä en retrecir les limites autant que possible. IIs n'ont juge
dignes du noni de rruiceic que les formes süremcnt casuelles
4 THEORIE GRECQUE

qui caracte>isent les principaux uepn vov Xöyou et qui se re-


trouvent dans n'importe quel paradigme nominal regulier. Ce
sont les quatre cas principaux de nominatif, de genitif, de datif
et d'accusatif. On sait cependant que CHRYSIPPE est l'auteur d'un
traitä qui ne nous est pas conservö mais qui etait intitule Ilepi
TCÖV jrevre jrcwcsecüv. II n'est pas douteux que le cinquieme cas
reconnu par lui etait le casus adverbialis (voir STEINTHAL 1891.
I, 302 note). II n'est pas connu quelles sont les formes' qu'il a
comprises sous ce terme; mais il est tout indique que les divers
emplois de l'adjectif dans la forme adverbiale presentent des
analogies evidentes avec certains emplois faits des cas reconnus
par les Sto'iciens, ä l'exception seule du nominatif. Le point de
vue de Chrysippe, pour naturel qu'il soit, n'a cependant pas ete
conserve. Depuis ANTIPATROS, l'forippnua est constitue comme
partie du discours et devait desormais absorber le casus adver-
bialis. C'est dire que l'adverbe a ete con^u comme un type de
derivation et non de flexion. Ici les arguments laissent ä desirer.
Nouvel indice d'un manque de delimitation rigoureuse, DENYS
DE THRACE se permet l'innovation choquante qui consiste ä en-
richir l'effectif casuel par le vocatif. Bien qu'il ait ete suivi ä
cet ögard par la tradition europeenne des derniers deux mille
ans, on attend toujours la demonstration qui rendrait licite cet
etrange placement du vocatif. II semble en effet impossible de
trouver une parente' de signification entre le vocatif et les cas,
en grec aussi bien qu'en toute autre langue.
Delimiter exactement une caWgorie est impossible sans une
idee precise sur les faits de signification. II ne suffit pas d'avoir
des idöes sur les significations de chacune des formes entrant
dans la categorie. II faut pouvoir indiquer la signification de la
categorie prise dans son ensemble, l'echelle significative sur
laquelle les formes particulieres sont en jeu. Si les Grecs n'ont
pas reussi ä delimiter la categorie casuelle, c'est faute de pos-
seder une definition absolue et generale du cas. II est vrai que
l'idee qui est ä la base de toutes les speculations des Grecs sur
les cas est celle qui consiste ä definir les cas comme dependant
du verbe. C'est cependant une definition beaucoup trop vague et
qui ne serre pas les faits d'assez pres. D'une part l'adverbe,
THEORIE GRECQUE 5
scrupuleusement expulse de Ia categorie, serait ä bon droit
predestine ä y entrer; d'autre part la döpendance du verbe est
loin d'etre evidente pour le vocatif. Outre cette definition trop
generale et difficilement compatible avec l'effectif de cas reconnu
par l'ecole, — definition qui par ailleurs n'est meme pas donnöe
explicitement dans nos sources, — les Grecs se sont born^s ä
definir chacun des cas pris ä part, et ä operer sur ces bases
certaines divisions ä l'int^rieur de la catdgorie.
Rappeions brievement ces definitions, connues surtout
d'ApoixoNnjs DYSCOLE qui reprösente le point culminant de
l'ecole grecque.
L'accusatif est appele par les Grecs ainatixri, cas causal
(xar' airiav), c'est-ä-dire le cas r£gi par les verbes indiquant
un rapport de causalite (verbes transitifs). Apollonius Dyscole
a bien vu que de ce point de vue l'accusatif n'est pas le cas de
la cause, mais le cas de l'effet, et definit le terme ä l'accusatif
comme passif ou xeceptif.
Le datif est appele ooTixf\ OU (dans Denys de Thrace)
(btioraArtxti, c'est-ä-dire le cas regi par les verbes qui signifient
'donner' öu 'adresser'. Ici encore, Apollonius Dyscole tourne la
definition de facon ä voir le fait du point de vue du nom au
Heu de le voir du point de vue du verbe; le datif signifie selon
lui nrepuToiriau;, c'est-ä-dire le datif sert ä indiquer celui qui
acquiert le proces exprime' par le verbe. Ici le rapport ä l'accu-
satif est mal defini.
Le genitif est appele Yev,XIli dörive de -x&yoc,, donc casus
generalis, cas indiquant le genre. Cette definition ne suffit pas
pour les emplois multiples dont ce cas est susceptible, et les
Grecs en ont eu conscience. Denys de Thrace ajoute que l'ac-
cusatif est d'une part XTnTixi), c'est-ä-dire possessif, et d'autre
part jrorpixri, c'est-ä-dire indiquant l'origine. Le genitif est pour
Apollonius Dyscole le cas employe lorsque le verbe n'indique
pas une activite, en expliquant ainsi les constructions aio&dvofiai
TIVOC, awin}ii TIVOC;. Mais il n'echappe pas ä y ajouter que le
genitif indique aussi la possession, en expliquant ainsi les cons-
tructions du type ßaöiXeüw ttvcn;.
Ici il est evident que la signification fondamentale du ge-
nitif n'a pas ete reconnue. Pour les autres cas, on s'est efforce
•2
I THEORIE QBBCQUB

de trouver une signification generale valable pour tous les em-


plois. Ces efforts öchouent devant la complexite du genitif. D'un
tel embarras il y a deux expedients, qui sont methodiqueinent
condamnables, mais qui sont les meines qui sont toujours choi-
sis en pareil cas par les Grecs et par leurs disciples anciens et
modernes: ou bien on scinde en deux ou plusieurs parties ce
qui pour la langue est une unite complexe, ou bien on choisit ar-
bitrairement entre les emplois concrets de la forme en question
une seule en la nominant signification principale, et en con-
cevant les autres significations possibles comme derives ou
metonymiques. Ces deux principes, celui de la scission extra-
linguistique et celui de la metonymie, constituent depuis l'anti-
quite les Scylla et Charybde de la linguistique. Que l'on choisisse
Tun des deux expedients ou l'autre, le premier devoir du savant
a iU nöglige: le respect des faits.
Ces trois cas ont ete concus par les Grecs comme constituant
ensemble une categorie d'un ordre superieur d'abstraction, la
categorie des jiX&Yiai, ä laquelle s'oppose la categorie du nomi-
natif, i5) 6vouaörixr|, qui est öpttn, ou EÜfteia. Cette Opposition
entre öpftn, et TIX&YICII est Taxe principal du Systeme casuel des
Anciens. Gräce ä une belle etude de date recent, nous savons
que l'image qui est ä la base de cette theorie est celle du jeu
de de (SITTIG 1931). Les mioaeiq sont les chutes du de. Ici il est
eVident que, sous peine de compromettre l'allegorie, le noinbre
des jitüoeic granimaticales doit etre restreint et defini. Ceci
explique pourquoi il elait naturel de reserver cette denomination
justement pour la categorie des cas. Ceci explique egalemenl
pourquoi on ne pouvait songer ä elargir le nombre des cas outre
la niesure qui etait imposee par l'analogie avec les chutes du de.
Une fois la comparaison etablie, les theoriciens de la langue en
sont devenus la proie.
En effet, des le moment oü l'on cherchait ä mener au bout
l'analogie avec les chutes du de, analogie adoptce sans doute
des l'origine dans un sens moins concret, on so rend facilement
oompte, en parcourant les flexions du grec, que les cas en cons-
tituent la seule qui ail une chance de remplir dans le inenu
detail les besoins de l'analogie. Le grec semble reconnaitre trois
personnes, trois diatheses, trois nombres, trois genres, trois
THEOH1K GRECQUE 7

degres de comparaison; ce sont lä les chiH'res reconnus par les


gramniairiens de l'antiquitc. Ces chifl'res sont trop peu cleves
j)our suffire ä l'analogie voulue. D'autre part le Systeme des
aspects et des teinps est trop varie et trop complexe pour y
entrer. Restent les deux catcgories des cas et des modes. 11 est
vrai que le nombre de modes reconnu par les Anciens etait cinq,
et que de ce point de vue-lä il n'y avait pas d'inconvenient ä
comparer les modes avec les chutes du de. Or si l'on a prcfcrc
reserver cette comparaison aux cas, c'est que cette catcgorie est
pour ainsi dire le chef des flexions.
Mais il y a une raison de plus. Les Grecs se sont rendu compte
de bonne heure du fait qu'il existe un rapport particulier des
cas avec les diatheses. Et leur terminologie nous montre la facon
dont ce rapport a etc concu par eux: selon les Grecs, le nomina-
tif est parmi les cas ce qu'est l'actif parmi les diatheses. Le
nominatif et l'actif recoivent le meine nom, celui d'6p8r|, et
Apollonius Dyscole les definit tous les deux par le concept
d'£vEpY£ia, alors que le passif et les cas autres que le nomina-
tif sont diverses sortes de jiXdyiai, et recoivent la definition
commune de jiditoc.
Or puisque les termes d'optfV) et de 7i\äy\a\, qui sont em-
pruntes au jeu de de, etaient consacres dans les deux systemes
connexes des cas et des diatheses, et que les diathöses ne soute-
naient pas, ä cause de leur nombre trop restreint, la comparai-
son detaillee imposee par la terminologie, il ne restait tout
siinplcment que les cas pour recevoir la denominalion speeifique
de ^rtooeic.
Puisque la dependance du verbe etait pour les Grecs la raison
d'etre de la flexion casuelle, l'analogie avec les diatheses etait
en effet tout indiquee. Sans que l'on sache bien quelle a etc pour
eux la difference entre cas et diathese, on peut etablir que Taxe
fundamental commun aux deux catcgories est celui dont les
deux termes opposes sont r^Kpyeia et le rtdikx;, l'activite et la
passivitc, l'indcpendance et la dependance. Mais au point de
vue de la strueture du Systeme, l'analogie etablie entre cas et
diatheses s'arrcte tres vite, d'autant plus que les Grecs n'ont
pas reconnu l'unitc linguistique du moyen. On sait que la catc-
gorie nommee par les Grecs uF.öorni; ne recouvre pas la cate-
8 THEORIE GRECQUE

gorie formelle du moyen, mais qu'elle est une categorie logique


ä laquelle ne correspond pas une categorie une d'ordre linguis-
tique.
Par suite si les grammairiens grecs reconnaissaient trois
„oiaOeöeiq", ils ne reconnaissaient que deux diatheses dans
notre sens du terme, ils ne reconnaissaient que deux formes
diathetiques du verbe grec: l'actif et le passif. C'est dire que
l'analogie operee entre cas et diathese ne permet pas de donner
une raison süffisante du fait qu'il y a plus de deux cas, et que
la categorie de jiditoc;, qui dans le domaine des diatheses con-
stitue une unite bien definie, est dans le domaine des cas scindee
d'une facon imprevue en trois cas differents au moins: l'accu-
satif, le datif et le genitif.
Reste donc ä definir les sous-unites du groupe des nAdyiai.
A Taxe fondamental defini par l'opposition £vepyeia : jrd&oc; doit
s'ajouter un autre, en vue d'expliquer les nuances dont le -nä^oc,
est susceptible. Le Systeme casuel est confu par les Grecs comme
etant ä plus d'une seule dimension.
Or les termes de cet axe subordonne n'ont pas et6 poses
par les Grecs d'une facon nette. On peut meme faire abstrac-
tion du fait que depuis Denys de Thrace le vocatif a 6t6 lä
comme un intrus rebelle, impossible ä caser logiquement dans
le Systeme ötabli. Meme pour les cas qui restent, les definitions
sont vagues et variantes.
Selon les definitions d'Apollonius Dyscole, c'est l'accusatif
qui constitue le vrai terme oppose au nominatif. Apollonius
Dyscole souligne l'opposition particuliere qui existe entre le
nominatif et l'accusatif. L'accusatif est le cas oblique par excel-
lence. Le gönitif et le datif designent un Tidvkx; beaucoup moins
net, un jidftoq fuyant qui s'efface au point d'approcher d'une
facon inquWtante du domaine propre du nominatif. Ainsi c'est
le datif qui est requis au moment oü il s'agit d'un proces reflöchi:
ladxeöikxi dXX4\ou;, fait dont Apollonius n'a pas manque de se
rendre compte.
D'entre les trois cas denommes TtAdyiai, on ne sait lesquels
constituent les termes extremes d'opposition.
On peut conclure que les Grecs anciens n'ont pas reussi ä
ötablir une th^orie d'ensemble de la categorie casuelle en tant
THEORIE GRECQUE g

que teile. La seule Opposition ferme est celle entre le nominatif


d'une part, le reste des cas de l'autre. Les definitions donnees ä
• hacun des cas sous le deuxieme groupe ne constituent aucun
ensemble coherent.
Teile est la Situation dans laquelle se trouve la theorie
grecque devant la sortie de l'antiquite.

Pour remedier aux insuffisances de la doctrine, il y avait


trois expedients possibles: ou bien on pouvait abandonner les
simplifications apportees par Apollonius Dyscole aux definitions
stoiciennes, pour retomber sur celles-ci et cbercher ä en dcduire
un Systeme different; ou bien on pouvait circonscrire la categorie
autrement, de facon ä exclure les cas qui fönt obstacle ä un
Systeme coherent; ou bien on pouvait rester en principe sur le
terrain de la doctrine etablie et chercher ä serrer les definitions
de plus pres. Ces trois expedients ont ete essayes par les Byzan-
tins.
C'est JEAN GLYKAS, auteur d'un traiteTIepi op^rnroc; öuvrd^EWi;,
qui marque le retour aux Stoiciens. Les simplifications d'Apol-
lonius Dyscole n'ayant apporte aucun resultat clair, il cherche
dans les definitions donnees par les Sto'iciens aux divers cas un
point de depart different. II n'y a rien d'etonnant dans le fait
que c'est dans les emplois multiples du genitif qu'il prend ce
point de depart nouveau. Si pour Apollonius Dyscole l'accusatif
6tait le cas oblique par excellence, c'est dans la theorie de Jean
Glykas le genitif qui reclame cette place. II insiste sur la de-
finition primordiale du genitif comme ^evocri, casus generalis,
et il lui faut abandonner par consequent l'idee de la d^pendance
du verbe qui avait ete pour les Grecs anciens le point fondamen-
tal de toute theorie casuelle. Les cas servent selon lui ä indiquer
les rapports entre genre et espece. De ce point de vue c'est le
genitif qui recoit d'abord une definition positive: le genitif est
le cas qui designe ä la fois genre et espece, et les rapports
mutuels des especes au genre dont elles derivent. Le terme
oppose est celui d'accusatif, qui signifie le genre sans £gard aux
especes, l'unite sans egard aux parties qui la constituent. II
semble que le datif soit selon Jean Glykas l'indication des es-
peces sans egard au genre constitue par elles, et des rapports
III THEORIE GHECQUE

m u t u e l s entre les especes; d u m o i n s il n o u s afTirme q u e le datif


sert ä designer c o o r d i n a t i o n , Cooperation, c o m m u n a u t c .
C'est u n e theorie simple, claire et bien elaboree, m a i s q u i
fait difficulte p o u r le nominatif et le vocatif.
L ' a u t r e expedient possible, celui q u i consiste ä retnicir le
n o m b r e d e s cas, a ete essaye p a r CHQ:ROBOSQUE. Cet a u t e u r r e d u i t
les cas a u n o m b r e d e trois, en e x e l u a n t n o n s e u l e m e n t le voca-
tif, m a i s le nominatif e g a l e m e n t . Sa theorie est d o n c u n e sorte
de c o m p r o m i s e n t r e la d o c t r i n e d e s Stoiciens et celle des P e r i -
p a t e t i c i e n s ; o n sait q u e selon cette d e r n i e r e TTTIOOIC etait, d e
m e m e q u e d a n s Aristote, la d e n o m i n a t i o n d e t o u t e forme »deri-
vee« ou »secondaire«, et q u e p a r c o n s e q u e n t les c a s ( d o n t les
Peripateticiens ne fönt a u e u n e categorie p a r t i c u l i e r e ) ne p o u -
vaient p a s c o m p r e n d r e le nominatif, q u i a e t e d e tout t e m p s
con^u c o m m e la xXf\aie ou la prima imposifio.
D'ailleurs il n e p a r a i t p a s q u e Choerobosque a i t 6tabli s u r ces
debris d e la categorie d e s c a s u n e theorie p l u s c o h e r e n t e q u e
celle d e l ' a n t i q u i t e .
C'est le troisieme expedient, celui q u i consiste ä c o n t i n u e r
en principe le point d e e u l m i n a t i o n d e s t h e o r i e s d e l ' a n t i q u i t e ,
qui devait c o n d u i r e seul ä u n e theorie v r a i m e n t c o h e r e n t e et
heureuse.
Les definitions d o n n e e s p a r Apollonius Dyscole invitent ä
voir d a n s le datif le c a s q u i s'eloigne le p l u s d u d o m a i n e d e
l'accusatif. Mais tout en r e s t a n t en p r i n c i p e s u r le t e r r a i n d e
la theorie d'Apollonius, selon laquelle l'accusatif c o n s t i t u e le
t e r m e positif s'opposant a u nominatif, q u e l q u e s B y z a n t i n s e n
sont venus a s o u t e n i r q u e la veritable Opposition ä l'interieur
des cas obliques est celle e n t r e l'accusatif et le genitif. La t h e o r i e
etablie p a r ces B y z a n t i n s est la theorie casuelle dite localistc.
A vrai dire, on ignore q u i a ete le p r e m i e r ä e n o n c e r la t h e o r i e
localiste. Une citation relevee p a r STEINTHAL ( 1 8 9 1 . II, 2C7) fait
voir que la theorie localiste r e m o n t e p e u t - e t r e a l ' a n t i q u i t e . Mais
les B y z a n t i n s MAXIMK PLANLDK et THEODORE GAZA s o n t les pre-
m i e r s g r a m m a i r i e n s bien c o n n u s q u i l'aient developpee.
THEODORE GAZA definit l'accusatif p a r le t e r m e d'^xnou^i'i, le
genitif p a r celui dV.iOTrounii. L'accusatif designe selon lui q u e le
THEORIE GRECQUE 11

sujet agit en dirigeant son activite vers un objet. Le genitif


designe que le sujet agit en recevant ou en absorbant un objet.
Dune facon generale, il parait que dans la theorie grecque
on a eprouve une certaine difficulte ä definir les cas du point
de vue du noin meme qui subit la flexion casuelle. En partant
du Acyoc; en general, et en definissant les cas d'une part par la
dependance directe du verbe, de l'autre par les rapports des deux
termes nominaux de la phrase, les cas ont etc souvent definis du
dehors, du point de vue du verbe ou de l'autre terme nominal.
II est evident que les Stoi'ciens avaient defini les cas en partant
de la signification du verbe, et que ce procede maladroit ne se
trouve corrige que dans Apollonius Dyscole, qui s'eflorce de voir
dans les cas obliques non pas l'expression d'une cause, mais
d'un eflet. Or ces detours se repetent. Dans les definitions de
l'accusatif et du genitif Theodore Gaza s'est place sur le point
de vue du sujet, en regardant de l'angle du nominatif les nuances
exprimees par les cas obliques envisages. L'accusatif exprime
selon lui litteralement Tenvoi en dehors', le genitif Tenvoi en
dedans', ce qui donne l'illusion que la tenue du sujet (du nomi-
natif) est ici en cause. Ici encore les definitions doivent etre
tournees de facon ä les voir du point de vue de l'objet. C'est lä
en quoi consiste d'abord la conquete de MAXIME PLANUDE1. II dit,
comme il le faut logiquement, que le genitif est le cas de l'eloigne-
ment, et que l'accusatif est le cas du rapprochement. Et cette
rectification evidente lui permet de decouvrir le caractere du
datif (cas qui par Theodore Gaza est defini de la facon tradi-
tionnelle comme indiquant Ttepooinön; et i^ovpyia): le datif est
le cas dependant qui indique un point de repos entre les deux
termes extremes constitucs par le genitif et l'accusatif respective-
ment.
On peut dire que le Systeme casuel est ici concu comme un
Systeme ä deux dimensions, dont la premiere, fundamentale,
consiste en l'opposition entre independance et dependance, qui
est l'opposition entre le nominatif et les cas obliques, et dont
la seconde, accessoire, est definie par les diverses sortes de rap-
1
D'ailleurs Maxime Planude est d'un siecle plus ancien que Theo-
dore Gaza. Theodore ne l'a-t-il pas connu, ou y a-t-il Opposition
consciente?
12 THEORIE GRECQUE

ports qui sont possibles lorsqu'il y a dependance. En definissant


l'accusatif comme le terme positif et le gönitif comme le terme
negatif de la deuxieme dimension du Systeme, le datif se definit
comme un terme neutre ou complexe occupant la place entre
les deux extremes: le datif est neutre, pour autant qu'il n'indique
ni eloignement ni rapprochement mais repos (comme c'est
evident surtout pour le datif local avec ou sans preposition, p.
ex. Mt>xiyvai<;); et le datif est complexe, pour autant qu'il indique
indifferemment un eloignement et un rapprochement (comme
c'est evident pour bon nombre d'emplois du datif, p. ex. pour le
datif regi par 8|aoio<; et dvö^oiot;).
Ainsi Maxime Planude a couronne la theorie casuelle, fond6e
sur l'etude du grec, en indiquant clairement la structure syste-
matique que voici:
4- 0 —r-
dependance Ac D G

independance N

C'est la meilleure theorie des cas grecs qui ait et€ faite.
On ne nous objectera pas que chercher a faire entrer la
pensee grecque dans un cadre aussi simplifie c'est en violer les
intentions. C'est un procide utile pour mettre en relief les
avantages et les manques de la theorie. Une theorie consistante
sur la signification d'une categorie grammaticale se laisse tou-
jours formuler dans un tableau. On peut mesurer la perspicacite
et la consequence d'une theorie par le degre de facilite avec
lequel eile permet une Interpretation systematologique. Or il est
significatif que, en restant sur le terrain de la theorie grecque,
la seule doctrine qui se laisse ramener ä un tableau clair et
simple est celle de Maxime Planude.
II y a lieu d'ajouter deux remarques.
D'abord, le vocatif reste ä part. Maxime Planude ne nous
le dit pas expressement, mais l'exclusion du vocatif est la conse-
quence inevitable du point de vue adopte.
Ensuite, il convient de se rendre compte du fait que la
deuxieme dimension du Systeme n'est pas n^cessairement locnle
THEORIE GRECQUE 13
dans le sens propre ou massif de ce ternie. Le rapprochement
est identique ä l'hmoyavl[, l'eloignement ä reiönoujn'j de Theodore
Gaza. Par lä nieme il est evident qu'il s'agit toujours des rap-
ports entre le sujet et l'objet, sans egard au milieu dans lequel
ces rapports sont en jeu; ce milieu peut etre local, comme c'est
evident surtout pour les r6gimes des prepositions eic; et ££, ou
grammatical, comme c'est le cas lorsque d'apres Apollonius
Dyscole l'accusatif indique l'effet de l'action d'un verbe transitif
et que le genitif indique l'origine, ou lorsque d'apres Theodore
Gaza l'accusatif indique l'effet d'une action du sujet et que le
genitif indique une absorption dans le sujet.
Maxime Planude et Theodore Gaza ont etabli judicieusement
la theorie casuelle dite localiste en mettant ä la base des defi-
nitions la notion abstraite de la direction, applicable ä la fois
aux rapports concrets ou locaux et aux rapports abstraits ou
grammaticaux. Par lä meme ils antieipent de beaucoup sur les
progres acquis pendant les XIXe et XXe siecles.
Ils n'ont pas exerce d'influence sur le developpement gene-
ral. Ce sont les theories beaucoup moins clarifiees des Stoiciens
et d'Apollonius Dyscole qui devaient etre adoptees par les Ro-
mains et par le grand mouvement europeen, qui ä son tour est
determine par les insuffisances du point de derart.

2. THEORIE LATINE

La theorie grecque elait une theorie par definition idiosyn-


chronique, fondee sur l'£tüde d'un seul etat de langue, et d'un
(Hat de langue qui, nous l'avons vu, se pretait mal ä l'analyse.
Rien qu'elle pretende implicitement d'etre universelle, la theorie
grecque s'applique mal aux autres langues.
C'est dire que la Situation des Romains a 6t6 d'un certain
point de vue plus difficile que celle des Grecs. Les Romains se
trouvent devant la täche qui consiste ä concilier deux systemes
manifestement divergeants. De ce point de vue il faut dire que
dans le fait que les Romains disposent de deux langues lä oü les
14 THEORIE LATINE

Grecs n'en disposaient que d'une seule, les difficult^s l'em-


portent sur les avantages.
A plus forte raison, si le grec se prete mal ä l'analyse, il en
est de meme du latin, bien que la Situation soit differente. Si
la communaute linguistique constituee par le latin n'est pas
coherente, le latin agit sur cette communaute par une norme
qui s'impose avec une autoritö absolue. Le latin est un Systeme
de regles fixes et rigides, laissant fort peu de place aux impro-
visations individuelles.
Mais le Systeme du latin n'est ni simple ni nettement etabli.
11 presente une complexite ä peu pres inouie. Ce n'est pas que
le nombre des formes soit particulierement grand. Mais ce qui
constitue la complexite, ce sont les deviations qui s'observent en
passant d'une diclinaison ä une autre. Aux cinq cas reconnus
pour le singulier du substantif consul correspond au pluriel un
Systeme plus simple qui n'admet que trois formes distinctes;
le singulier de dominus et de puella y correspondent par un
Systeme de quatre formes, mais ces quatre formes ne se re-
couvrent que partiellement: puella n'est pas ä puellae ce qu'est
dominö ä domini. II peut meme arriver qu'il n'y a que deux
formes distinctes: ainsi dans le singulier d'un substantif tel que
cornü.
II va de soi que cette Variation infinie de systemes parti-
culiers rend difficile l'ötablissement d'un Systeme fondamental
qui les comprend et les explique. La difficulte pratique consiste
surtout en ceci que, une fois pos6 ce Systeme fondamental, le
domaine de chacun des cas qui y entrent reste vague. Cela est
vrai ä ce point que les grammairiens romains se sont parfois
trompös eux-memes. Ainsi il est soutenu que dans la tournure
vergilienne il clämor caelö la forme caelö est un ablatif rempla-
9ant un accusatif precedd d'une preposition (caelö — in caelum).
C'est une erreur puisque Vergile nous fait voir ä d'autres en-
droits que c'est le datif qu'il fait entrer dans les constructions
de ce genre: lateri abdidit ensem, etc.
A ces difficultes viennent s'ajouter la plupart de ces difficul-
tes qui se presentent aussi, bien que d'une fa^on legerement
differente, pour le grec. Le domaine des cas est difficile ä defi-
nir, surtout contre les formes dites adverbiales, hinc hie hüc,
THEORIE LATINE 15

Mine illic Müc, istinc istic istüc, qu'est-ce qui empecherait de


voir en ces formes des cas, qui se presentent ä l'etat isole
dans quelques declinaisons speciales, mais qui dans la plupart
des declinaisons se confondent avec d'autres cas, de meme que
le datif ou, ä plus forte raison, le vpeatif, qui se confondent
d'ordinaire avec d'autres formes pour ne surgir ä l'etat isole
que dans quelques paradigmes speciaux?
II est vrai que ce probleme, qui s'impose incontestablement
ä l'observateur impartial du Systeme latin, n'a guere ete re-
marque par les Romains, parce qu'ils s'en tiennent aussi stricte-
ment que possible dans les cadres poses par les maitres grecs.
Le grand probleme, le probleme inevitable de la grammaire
romaine, c'est la definition de l'ablatif. L'existence de l'ablatif
fait voir que le Systeme des Grecs n'est pas absolu ou universell
il y a un casus sextus. Plus encore, ce cas nouveau admet des
emplois plus varies et plus multiples que ne l'admet aueun cas
du grec. II est vrai que, par comparaison avec le Systeme grec,
l'ablatif montre une parente particuliere avec le genitif. Ceci
conduit ä voir en l'eloignement la signification primordiale du
casus sextus, qui reeoit desormais le nom d'ablatiuos (il est vrai
que PRISCIEN l'appelle comparatiuos). C'est donc une theorie loca-
liste que l'on essaie d'etablir, et une theorie localiste qui, ä
l'instar de celle de Maxime Planude, reconnait comme equiva-
lentes les manifestations concretes ou locales et les manifesta-
tions abstraites ou grammaticales du principe de la direction. La
definition de l'ablatif par l'eloignement permet en effet d'expli-
quer un nombre considerable des emplois particuliers de ce cas,
et les Romains s'y appliquent avec ingeniosite. C'est aihsi que
par exemple l'ablatif absolu est con9u comme un ablatif con-
secutif, designant l'eloignement dans le temps: Quid est enim
Traiano bellante uicti sunt Parthi nisi quod secuta est uictoria
Traianum bellantem.
On ne sait pas tres bien dans quelle mesure le point de vue
localiste a ete maintenu pour les cas autres que l'ablatif. Le
terme de positio, qui est p. ex. dans CONSENTIUS ä la base de la
definition des cas, est equivoque et ne semble pas bien defini.
D'une fa?on generale, il semble que, comme les Grecs de l'anti-
quite, les Romains n'ont pas reussi ä etablir une theorie coherente.
10 THEORIE LATINE

Pour l'ablatif merae, la notion simple de l'eloignement ne


suffit pas pour expliquer tous les emplois qu'on en fait. A cette
difficulte vient s'ajouter l'incongruence evidente qui s'observe
entre les systemes casuels du grec et du latin. L'ablatif latin est
ä cheval sur le genitif grec et le datif grec ä la fois. C'est pour-
quoi QUINTILIEN (I 4) se decide ä enrichir le Systeme par un
casus septimus, qui dösigne l'instrument. Ce cas renferme les
emplois de l'ablatif auxquels correspond l'emploi du datif en
grec. Pour le cas de it clämor caelö dont il a etd question plus
haut, on y a plus tard ajoute un casus octauos'.
II est certain que ces deux cas nouveaux n'ont pas et6 elablis
par une consideration intrinseque du Systeme latin. Les pronoms
qui admettent des formes quasi casuelles autres que Celles trou-
vees dans les noms ordinaires, n'admettent pas des cas suscep-
tibles ä entrer dans le Systeme etabli. II n'y aurait ä citer que
l'instrumental qui, qui ne joue qu'un röle tout ä fait subordonne.
C'est en envisageant les faits grecs que le Systeme de huit cas a
ete etabli.
On est retombe' ici sur la mauvaise m^thode qui a ete inau-
guree par les Grecs, celle qui consiste ä scinder en deux ou
plusieurs parties ce qui pour la langue est une unite complexe. II
est vrai que la consideration des formes pronominales telles que
hie et hinc pourrait justifier une division de l'ablatif latin. Mais
cette idee reste e'trangere aux Romains. Ils scindent en trois par-
ties ce qui selon leur propre thöorie devrait etre con^u comme
une unite' indissoluble. Ce sont les Romains qui ont inaugure ce
que M. O. JESPERSEN (1933.46) vient de caracteriser par le nom
de squinting-fframmar, la »grammaire louchante« qui introduit
sans justification les faits d'un Systeme idiosynchronique dans
un autre.
On sait toutefois que les Romains n'ont pas maintenu le
Systeme de huit cas. Les septimus et octauos ont ete abandon-
n&s ensuite, et le Systeme de PRISCIEN, qui marque la fin absolue
de l'^poque romaine et les bases absolues de l'öpoque europi-
enne, ne comprend que six cas.
II est interessant de se rendre compte de la raison pour la-

1
Cf. SERVIUS dans GHAMMATICI LATINI IV 433.
THEORIE LATINK 17
quelle le Systeme de huit cas a ele abandonn<5. Ce ne peut pas
etre par la force de la tradition. La tradition grecque posait les
Romains devant une alternative: ou bien il fallait maintenir le
Systeme grec en y ajoutant simplement, et par un procede^ exte-
rieur, le cas d'ablatif, ou bien il fallait porter les aires seman-
tiques de chacun des cas grecs sur le registre des cas latins.
Que Ton choisit Tun ou l'autre des deux proced^s possibles, le
nombre des cas serait plus grand que celui reconnu par les
Grecs. Suivre de tres pres la tradition grecque etait pour le
grammairien de la langue latine chose impossible.
Si le Systeme de huit cas a ete abandonne, c'est par une
consideration du latin meme. Les grammairiens romains ont
fini par respecter judicieusement les distinctions faites par la
langue. Les pretendus casus septimus et octauos ont ete quali-
fies de simples genera elocutionis, c'est-ä-dire que l'on a reconnu
qu'il s'agit de differents emplois d'une seule et meme forme
grammaticale.
La grammaire logique, qui consiste ä elablir des distinctions
admises par la pensee au lieu de s'en tenir empiriquement aux
distinctions faites par la langue, a donc ete vaincue chez les
Romains par la grammaire linguistique. Et la grammaire »lou-
chante«, qui est ä cheval sur plus d'un seul etat de langue sans
cependant etre vraiment generale, a ete1 supplantee enfin par
une theorie idiosynchronique dirigee par les meines principes
que la doctrine grecque, c'est-ä-dire par une theorie fondee
strictement sur l'etude d'un seul etat de langue, mais qui se
reclame implicitement et ä tort d'etre valable pour le langage.
La methode adoptee est la bonne, les consequences qu'on en
tire sont inquietantes. On sait en effet que la doctrine romaine
a 6te adoptee presque universellement par la grammaire euro-
peenne, et que toute langue etudiee par eile a iti astreinte au
modele latin.
Mais il y a plus a dire. II est evident qu'une theorie generale
fondee sur la consideration d'une seule langue est prödestinee
ä etre entravee ä tous les egards par les particularites de la
langue consideree. Non seulement la structure du Systeme latin,
et le nombre des cas reconnu dans ce Systeme, ont eti pris pour
modele d'une theorie universelle. La structure particuliere du
18 THEORIE LATINE

latin a porte son empreinte egalement sur la facon dont on


concoit le rapport entre la forme graramaticale et les moyens
de son expression.
Au point de vue de l'expression des flexions, le latin est une
langue par desinences. A cet egard, eile ressemble de tres pres au
grec. Dans les deux langues, la prefixation et l'infixation cons-
tituent des procedes rares d'expression, et qui sont toujours
accompagnes de caracteres desinentiels. Dans les deux langues,
l'ordre des mots est libre, servant les besoins de la stylistique
et non ceux du morphematique. Les cas sont dans les deux
langues exprimes uniquement par le procede de suffixation.
Les Romains n'ont pas connu de types de langues oü l'ex-
pression est organisee differemment. Pour eux, qui dit flexion
dit suffixation. II y a lä forcement une identification preconcue.
Par suite, des le moment oü les Romains se sont rendu compte
qu'il convient de distinguer les categories logiques, qui ne s'ex-
priment pas par des categories linguistiques congruentes, et les
categories proprement linguistiques, le criterium exterieur de
ces dernieres devenait inevitablement celui du procede desinen-
tiel. Casus septimus et octauos sont des genera elocutionis; les
veritables cas sont des formes exprimees par une desinence parti-
culiere. C'est ainsi qu'on a adopte la definition precitee: Casus
est declinatio nominis . . . quae fit maxime in fine. Pour assu-
rer le maintien du point de vue intra-linguistique, et pour pre-
venir ä toute theorie logique, on a souligne ce caractere du cas
au point de l'elever ä la dignite d'une differentia specifica. Dans
l'epoque ä venir, on a toujours fait de ce caractere la qualite
essentielle du cas. Si les Romains ont ete pres de confondre cas
et declinaison, la confusion devient totale chez les adherents
recents de l'ecole romaine. On lit dans un travail datant de 1808:
»Das System dieser Endigungen oder casus heisst Reugung
(xAfoic, declinatio).« (F. AST 72.)
C'est cette vue qui a eu pour consequence la theorie etrange
qui consiste ä voir un rapport particulier entre les cas et le genre
grammatical, theorie qui se trouve ä plusieurs reprises au debut
du XIX e siecle. Dans le Systeme de F. AST, qui nous occupera
plus loin, les cas sont definis par l'opposition de l'activite et de
la passivite dans la sphere de la relation. Le genre est defini par
THEORIE LATINE 19

lui par ce meme principe: le masculin indique l'activite, le femi-


nin la passivite; la difference avec les cas consiste en ceci qu'il
n'y a pas en meme temps relation. (F. AST 64 sv.) Sur les bases
de la philosophie de Kant, l'idee est reprise par G.-M. ROTH ;
Selon lui le genre sert ä indiquer une relation inherente, le cas
une relation subsistente. (ROTH 1799.xj—xix, 1815.34—36.) II
n'est pas douteux que Ton s'est inspire dans ces theories d'un
effort pour reunir sous une meme rubrique les categories qui
contribuent ä la declinaison.
Les cas sont definis comme une declinaison par desinences.
Ainsi, pour JULES CESAR SCALIGER, le cas est terminationis affec-
tus diuersus a prima impositione. La regle pratique qui en est
la consequence se trouve formulee par exemple dans la Gramma-
tica Latina de FINCKIUS : Tot casus in quauis lingua constituendi
quot uariationes terminationis a prima impositione reperiuniur.
Cette formulation comporte un avantage inestimable: eile
permet d'abandonner, pour une langue dont le Systeme est diffe-
rent de celui du latin, le nombre des cas reconnu par les gram-
mairiens de l'antiquite. Pour la description des idiomes mo-
dernes, la tradition greco-latine pose une alternative: ou bien
accepter pour ces langues le nombre de cas observe en latin,
ou bien constater qu'il y a dans chacune de ces langues autant
de cas qu'il y a de terminaisons casuelles accompagnees d'une
difference de signification. Ces deux procedes se sont dispute la
priorite au debut des temps modernes. Pour le danois moderne,
qui, hors de la prima impositio, ne reconnait dans les substan-
tifs ordinaires qu'une seule desinence surement casuelle, celle
du genitif, qui se termine par -s, les grammairiens des XVII e et
XVIII«' siecles hesitent entre le Systeme latin de six cas et un
Systeme purement desinentiel de deux cas. (BERTELSEN 160.)
Malgre cette liberte, il y a Heu de souligner que la doctrine
imposee par la tradition greco-latine n'admet auoun autre pro-
cede licite. Le nombre des cas d'une langue donnee est fixe ou
bien par le nombre des cas latins, ou bien par le nombre de
desinences exprimant des differences d'ordre casuel. Pendant le
developpement plus recent, c'est le dernier de ces procedes qui
l'a empörte sur l'autre, et puisque le nombre des desinences
casuelles est dans toutes les langues actuelles de l'Europe occi-
20 THEORIE LATINE

dentale beaucoup moins eleve que le nombre des desinences


casuelles reconnue par la theorie traditionnelle pour le latin,
on constate dans ce developpement une reduction considerable
de l'effectif des cas.
Le raisonnement se repete pour la plupart des autres cate-
gories flexionnelles, et on en tire la consequence generale et
importante que l'ensemble de l'evolution observee dans les do-
maines roman et germanique s'explique comme relevant d'une
tendance vers la simplification.
Mais il importe de ne pas tenir pour 6tabli ce qui n'est pas
le rösultat d'une enquete empirique sans parti pris, mais ce qui
est en räalite' la consequence logique et aveugle d'un point de
depart idiosynchronique dont la valeur generale n'a ete jamais
objectivement estim^e.
II faut admettre ouvertement que la d6finition des cas for-
mulee par les grammairiens latins est erronee. Ils ont 61eve ä
titre de deiinition g6n6rale ce qui n'est en rialite qu'un criterium
exterieur et pratique,valable par hasard pour le latin, mais dont
la port6e g^neVale reste ä prouver.
Tout t'ait linguistique est un t'ait de valeur et ne peut etre
defini que par sa valeur. Un fait linguistique se d^finit par la
place qu'il occupe dans le Systeme, et cette place lui est assign6e
par la valeur. Pour les Clements et les categories significatifs, la
valeur est identique au minimum differentiel de signification. II
s'ensuit qu'une catögorie grammaticale ne peut etre döfinie que
par quelque trait significatif. Le caractere particulier de l'expres-
sion est toujours sans aucune importance pour la d^finition
linguistique. Deux langues peuvent possäder une meme cate-
gorie, disposie selon un seul et meme principe constitutif, et
formant un seul et mSme Systeme, meme si en passant de l'une
de ces deux langues ä l'autre les moyens d'expression different
du tout au tout. (Princ. 114 sv.)
D'autre part, si l'expression est sans importance pour la defi-
nition des faits linguistiques, les faits differentiels de l'expression
sont indispensables lorsqu'il s'agit de reconnaitre ce qui est de
la langue et ce qui n'en est pas. Les diff^rences linguistiques
sont definies comme des differences du signifiant accompagnees
de differences du signifie. (Princ. 26 sv., 155 sv.) C'est dire que
THEORIE LATINE 21
le linguiste est oblige de tenir compte de toute difference de cet
ordre, et d'ignorer toutes autres sortes de differences. Or si les
differences linguistiques qui sont ainsi definies s'expriment dans
teile langue par un procede particulier, dans teile autre langue
par un procede totalement different, cela est sans importance.
De fait et pratiquement, les differences d'expression n'ont pas
de sens linguistique qu'a l'intirieur d'un seul et meme etat de
langue.
Par suite, si la linguistique n'a voulu jusqu'ici reconnaitre
des cas que lä oü ils s'expriment materiellement par des desi-
nences, reste le probleme capital de savoir s'il n'y a pas de
langues oü la meme categorie, constituee par le meme trait signi-
ficatif differentiel, se retrouve, mais exprimee par d'autres pro-
cedes que le procede desinentiel. S'il y a des langues oü l'idee
du cas n'est pas exprimee par quelque difference dans le signi-
fiant, le cas est dans ces langues inexistant. Mais s'il y a des
langues oü l'idee du cas se trouve exprimee par quelque diffe-
rence, quelle que ce soit, dans le signifiant, les cas existent dans
ces langues au meme titre que dans les langues favorisant le
mecanisme desinentiel.
Deux questions sont ici d'une importance particuliere: Y
a-t-il des langues oü l'idee des cas se trouve exprimee, totale-
ment ou en partie, par le principe de prefixation? Et y a-t-il
des langues oü l'idee des cas est exprimee, totalement ou en
partie, par le regime d'un ordre fixe des elements? On sait que,
moins frequents peut-etre que le principe de suffixation, les
principes de la prefixation et de l'ordre des elements sont des
procedes utilisables dans le langage. (Cf. Princ. 125.)
Ce n'est pas ici le lieu de repondre a ces questions. Ici on
se borne ä poser le probleme general, et ä montrer que, en
suivant fidelement la grammaire gr^co-latine, la grammaire
europeenne de nos temps s'est munie d'un instrument dont
l'objectivite et l'efficacite ont pu etre illusoires. Plus encore qu'on
ne le pense peut-etre, la theorie grammaticale d'aujourd'hui est
liee irremediablement au point de vue idiosynchronique qui lui
a fourni les bases.
Toute grammaire europeenne est dans une large mesure une
3
22 I-ES TEMPS MODERNES

consideration d'un Systeme moderne au point de vue du meca-


nisme latin.

Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, le moyen-


äge marque un progres decisif. En tirant parti avec plus de
consequence qu'autrefois des faits syntagmatiques, on elargit
l'idee de la rection et reconnait que, malgre la doctrine grecque,
le nominatif prend sa place verkable dans la categorie de la
dependance et non dans celle de l'independance. (Voir Princ.
159, avec bibliographie.) Dans ses deux röles principaux de sujet
et de predicat, le nominatif est regi par les autres termes du
syntagme au meme titre que les cäs dits obliques.
La consequence naturelle serait de supprimer la premiere
dimension des Grecs et d'organiser tous les cas sur le plan loca-
liste. La seule chose par laquelle cette consequence est empe-
chee, c'est l'exjstence du vocatif. On n'a pas tire la consequence
ulterieure qui consisterait ä exclure le vocatif. Le vocatif figure
toujours comme le casus quintus, et c'est lui seul qui peut etre
defini par le caractere d'independance: quintus non regitur.
Mais, abstraction faite du vocatif, la premiere dimension des
Anciens est reellement supprimee, au point que tout cas est
concu comme indifferemment dependant ou independant. Tout
cas peut etre rectus ou absoiutus. ALEXANDRE DE VILLEDIEU nous
dit expressement que le nominatif, l'accusatif, le genitif et
l'ablatif peuvent se trouver ä l'etat rigi ou ä l'etat absolu. Faire
cette constatation, c'est reconnaitre le fait capital que tout ele-
ment flexionnel est ä la fois syntagmatique et paradigmatique.

3. LES TEMPS MODERNES

Par comparaison avec le moyen-äge, l'epoque instituee par


la renaissance marque une reaction. Le retour aux Anciens s'opere
en abandonnant les exploits de la theorie medidvale. Ici encore,
la courbe du ddveloppement est discontinue. L'ecole grecque s'esl
perdue dans la branche lointaine des Byzantins, qui en constitue
la culmination, mais qui reste en dehors du developpement gene-
LES TEMPS MODERNES 23

ral. L'ecole romaine s'est perdue dans le moyen-äge, qui en


marque la culmination, mais qui n'exerce aucune influence
decisive sur les theories ulterieures. Comme les Romains repre-
naient les etudes au stade oü elles se trouvaient chez Apollonius
Dyscole et ses devanciers, ainsi les temps modernes reprennent
la theorie classique des Romains, et celle des Grecs qui en fournit
la base, sans egard aux resultats obtenus pendant le moyen-äge.
C'est le point de vue stoicien qui l'emporte, et la difference
essentielle entre 6p8>i'i et rt\äy\ai reste en vigueur. Pour definir
les differences ä l'interieur de la categorie des ^XdYicti, on hösite
entre le point de vue localiste et d'autres points de vue, souvent
entremeles, en suivant en principe le procede d'Apollonius Dyscole
qui consiste ä definir chaque cas isolement par les caracteres qui
paraissent predominer dans les emplois concrets qu'on en fait.
De l'ecole gröco-latine de l'antiquite, la grammaire conserve
l'empreinte decisive, qui est le manque de clarte.
Voilä oü en est la grammaire latine au debut du XIXe siecle.
Les innovations sont tätonnantes et dispersees et ne constituent
aucune tradition. A.-F. RERNHARDI (132 sv.) distingue la categorie
de l'independance, qui renferme les cas »absolus« de nominatif
et de vocatif, et la categorie de la dependance, qui renferme les
cas »obliques«. Les differents obliqui sont distinguös par des
criteriums bigarres: la difference du datif avec l'accusatif semble
etre selon lui d'abord une difference entre chose et personne,
ensuite une difference entre effet et but. Le genitif recoit une
definition qui n'a aucun rapport evident avec la definition des
autres cas obliques: il marque la dependance, la possession et
la totalit^; dans cette definition, on sent les retentissements des
theories d'Apollonius Dyscole et de Jean Glykas entremelees.
II y a deux points oü Bernhardi fait des innovations. D'abord
il a eu l'id^e de definir la difference entre les deux casus recti,
le nominatif et le vocatif, comme une difference de personne
grammaticale 1 . Le vocatif est le cas de la deuxieme personne,
le nominatif celui de la troisieme personne. C'est une idee qui
ä preimiere vue pourrait seduire; on sait en effet que plusieurs
gramrnairiens l'ont adoptee (p. ex. F. AST 70), et que M. O.
1
L"idee semble avoir ete discutee dejä par les Byzantins. Voir
HiÜBSCHMANN 2 3 .
3*
24 LES TEMPS MODERNES

JESPERSEN vient d'y adherer implicitement (1933.29). Mais ä y


regarder de plus pres, c'est une Solution aventureuse. D'abord,
il n'y a pas de rapport paradigmatique qui y corresponde. Si le
vocatif etait la deuxieme personne, comment expliquer que la
deuxieme personne du pronom personnel, le pronom tu, n'admet
pas le vocatif, mais qu'il admet d'autre part toute la serie des
autres cas; comment definir, de ce point de vue, les formes te
et tibi par rapport aux personnes grammaticales? Ensuite,
l'absence de la premiere personne dans le substantif pose un
Probleme.
Mais ces essais fönt voir que le maintien du vocatif dans le
Systeme casuel reste un point delicat. Bernhardi definit le vocatif
comme le cas de la deuxieme personne; on ne sait pas tres bien
comment concevoir ce rapport extraordinaire entre cas et per-
sonne. A la bigarrure des dimensions qui se trouvent dans les
d^finitions de Bernhardi, il en ajoute ici une encore, qui semble
etre un expedient desespere.
L'autre innovation faite par Bernhardi dans la theorie des
cas est la dicouverte d'un rapport entre les cas et les prepositions.
Bernhardi s'est rendu compte du fait que les divers aspects de
la dependance exprimee par les cas peuvent etre exprimes aussi
par des prepositions, et que par consequent le morpheme casuel
peut etre concu comme une preposition condensee. C'est une belle
dicouverte sur laquelle il y aura Heu de revenir.
Abstraction faite de ces innovations, qui n'ont pas d'influence
decisive sur l'ensemble du Systeme, il y a lieu de prendre note
que la theorie de Bernhardi est immediatement valable pour uni'
langue seulement: la langue grecque, teile qu'elle a eti concue
par la tradition. II est vrai que le Systeme de desinences casuelles
reconnu pour le grec avait ete retrouve dans plusieurs autres
langues. Les quatre cas de nominatif, accusatif, genitif et datif,
exprimes par des desinences, ont ete retrouves par la grammaire
traditionnelle dans l'allemand. Mais c'est un fait significatif que
la theorie n'est meme pas immediatement valable pour le latin.
La grammaire greco-latine reste en principe idiosynchronique,
en ce sens qu'elle n'embrasse qu'un nombre restreint de langues,
et en donnant la place d'honneur aux langues classiques. Puisque
les systemes de chacune des langues observees ne sont pas con-
LES TEMPS MODERNES 25

formes entre eux, une grammaire idiochronique qui veut etudier


plus d'une seule langue est toujours posee devant un choix;
meme une grammaire qui n'embrasse que les deux langues
classiques est condamnee ä choisir arbitrairement entre le Sys-
teme du latin et celui du grec. Le Systeme d'une seule de ces
langues doit etre adopte comme »primitif« (»ursprünglich«),
ce qui, dans la terminologie de l'epoque, veut dire ideal ou fun-
damental; par rapport ä ce Systeme ideal, tout autre Systeme
est comju comme derive. Le choix du Systeme ideal est force-
ment arbitraire; il est dirige ou bien par des considerations a
priori, ou bien par l'estime subjective attribuee ä chacune des
langues. C'est ainsi que le Systeme grec est choisi par Bernhardi
comme le Systeme ideal, et que l'ablatif latin est considere
comme un fait particulier et sans portee generale.
Un choix de cette sorte est fait par tout auteur, appartenant
ä l'ecole greco-latine, et qui penetre dans les details du Systeme.

Dans quelques travaux datant du debut du XIXe siecle, mais


appartenant encore ä l'ecole gr6co-latine, on trouve une Innova-
tion particulierement importante pour le developpement ultä-
rieur. Tout en restant en principe dans les cadres de la tradi-
tion, on abandonne la distinction de dependance et independance
et introduit la vue plus juste qui consiste ä considerer tous les
cas comme des expressions de relations. Mais en meme temps
on opere a l'interieur des relations une distinction nouvelle.
D'ailleurs le detail de cette deuxieme distinction varie d'un
auteur ä l'autre.
C'est FRIEDRICH AST qui en 1808 introduit cette maniere de
voir. (AST 66—71.) Sa theorie est ötablie sur le Systeme grec, dont
les quatre cas principaux (sauf le vocatif) constituent les cas
»primitifs« (»ursprünglich«). Ces quatre cas se groupent selon
deux dimensions: il y a d'une part la distinction des relations:
la distinction du determinant (actif, positif) et du döterminö
(passif, negatif); il y a d'autre part la distinction entre relation
immediate, qui constitue le pole positif, et relation mediate, qui
constitue le pole negatif. La th<5orie se resume dans le tableau
suivant:
26 I.KS TRMPS MODERNES

+
deterrninant

La distinction entre relation mediate et immediate ne semble


pas tout ä fait claire. On la comprend le plus facilement pour
l'opposition de l'accusatif et du datif. L'accusatif designe une
transition immediate ä l'objet, le datif designe une transition ä
l'objet indirect par l'intermediaire de l'objet direct. De meme,
si le genitif est deterrninant, c'est uniquement gräce ä un mot
qui en depend; par exemple dans das Licht des Himmels, l'ac-
tivitö du ciel a Heu par l'intermediaire de la lumiere qui en
emane. Le nominatif par contre designe en lui-meme une ac-
tivite.
Le vocatif et l'ablatif sont con^us, d'une facon peu claire,
comme des varietes du nominatif et du datif respectivement.
Sur les bases du latin, le Systeme de DÖLEKE est analogue,
bien que la definition de la deuxieme dimension soit differente.
C'est pour lui une distinction entre relations purement locales
et relations purement syntagmatiques. Les relations syntagma-
tiques sont exprimees par le nominatif et l'accusatif, qui mar-
quent le sujet et l'objet respectivement. Les relations locales
sont de trois especes: l'eloignement, exprime par le genitif; le
rapprochement, exprime par le datif; le repos, exprime par
l'ablatif. On obtient un Systeme ä peu pres identique ä celui
d'Ast:
4- 0 -=-
deterrninant determine

rel. syntagmatique N Ac

rel. locale G Ab 1)

Au point de vue de la premiere dimension, celle de la rela-


tion ou de la determination, le detail du Systeme d'Ast et de
LES TEMPS MODERNES 27

Döleke est critiquable. Les definitions de l'accusatif et du genitif


sont heureuses. La definition du nominatif laisse ä desirer, puis-
qu'il n'a pas ete tenu compte du fait que le nominatif est aussi
le cas du predicat, exprimant ainsi ä la fois un öloignement et
un rapprochement. La definition du datif evoque les doutes. La
definition de Maxime Planude, selon laquelle le datif est neutre
ou complexe ä l'egard de la direction, parait etre plus exacte et
semble mieux valoir pour le datif latin egalement. II est vrai que
le Systeme de Döleke est sur ce point plus raisonnable que celui
d'Ast: le datif latin pourrait ä la rigueur etre defini comme
indiquant le rapprochement seul, puisqu'il ne comporte pas le
sens instrumental et locatif qui predomine dans le datif grec.
Mais ce serait une definition artificielle et peu evidente, surtout
lorsqu'on souligne, comme le fait Döleke, la face locale de la
signification. On voit bien que, si le datif latin est defini chez
Döleke comme indiquant le rapprochement, c'est l'ablatif qui
est ici en cause. L'ablatif latin, tel qu'il est concu par la tradi-
tion, presente des emplois tellement multiples que, en entrant
dans un Systeme de rapports locaux, on le definit le plus facile-
ment comme etant neutre ou complexe. D'autre part cette de-
finition n'est pas evidente: l'ablatif parait affecter beaucoup plus
l'expression de l'eloignement que celle du rapprochement.
C'est dans la deuxieme dimension que reside l'innovation de
principe. Par l'etablissement de cette deuxieme dimension, Ast
et Döleke ont inaugure le principe de la relation ä double face,
principe qui a ete de nos temps soutenu ä maintes reprises: on
soutient que le principe de la direction se manifeste sur deux
plans differents, sur un plan abstrait et sur un plan concret.
D'autre part, malgre l'analogie dans le principe, il y a lieu de
bien garder les proportions et de mesurer la difference qui existe
entre la theorie d'Ast et celle de Döleke. La theorie d'Ast n'a
pas öte elaboree d'une facon assez claire. Mais la distinction de
la direction immediate et de la direction mediate contient sans
aucun doute au point de vue general une certaine verite. La
verite qu'elle contient n'est pas absolue, et pour la langue grecque
eile n'est meme pas essentielle. Mais il y a dans tout Systeme
casuel une distinction de cette espece, et il y a des systemes
28 LES TEMPS MODERNES

casuels oü eile devient decisive. Nous preferons cependant re-


mettre ä une heure plus avancee la discussion de ce fait.
Le principe de la relation ä double face a re£u chez Döleke
une formulation malheureuse.. Diviser les rapports de direction
en des rapports syntagmatiques et des rapports locaux, c'est
une Solution dont les difficultes l'emportent sur les avantages.
On ne voit pas pourquoi l'accusatif dans eö Römam devrait
indiquer un rapport moins local que l'ablatif dans eö Roma.
Ici la Solution proposee par Maxime Planude seduit davantage;
en effet, le nominatif seul semble ne pas pouvoir indiquer une
relation purement locale dans le sens concret du terme.
II y a lieu d'insister encore sur le principe enonce plus haut
(p. 13), selon lequel toute theorie localiste doit operer sur
une notion de direction assez abstraite pour etre applicable ä la
fois aux rapports locaux et aux rapports syntagmatiques. Toute
theorie localiste est ä ce prix. II n'y a pas de langue qui possede
une distinction rigoureuse entre cas locaux et cas non-locaux.
A plus forte raison, le latin ignore meine les cas relativement
locaux ou concrets. A l'exception du nominatif, tous les cas du
latin expriment des directions qui sont ä la fois et alternative-
ment concretes et abstraites, et toute theorie localiste doit pour
le latin embrasser pour chacun des cas ces deux ordres de faits
ä la fois. II n'y a en fait que des relations syntagmatiques qui
peuvent etre aussi des relations locales.

Dans le d^veloppement r£cent de la theorie gröco-latine, il


n'y a en outre guere ä signaler que les travaux qui ont subi
l'influence de la philosophie de Kant.
D'entre ceux-lä il y en a qui restent presque entierement
dans les cadres de la tradition. Ainsi G.-M. ROTH, pour qui les
cas indiquent des relations subsistentes (cf. plus haut, p. 19),
definit-il (1815.36—38) les cas principaux par l'opposition de-
pendance-independance, bien que d'une fagon nouvelle et dont
le principe est remarquable. Selon Roth, il n'y a pas de cas qui
indique une pure independance. II n'y a qu'une independance
relative, c'est-ä-dire dependance et independance ä la fois. Cette
id£e complexe est exprimee par le nominatif, alors que les autres
cas indiquent une dependance pure. II n'est pas douteux que la
LES TEMPS MODERNES 29

consideration qui est ä la base de cette theorie est juste: il ne


s'agit pas en effet d'une Opposition entre independance pure et
dependance pure; il s'agit d'une Opposition entre une idee com-
plexe (independance-dependance) et une idee simple (depen-
dance). Roth a enonce ici un principe qui dirige la structure de
tout Systeme grammatical, et que nous utiliserons plus loin.
Les autres cas, qui designent une dependance et qui re-
coivent le nom d'obliques, sont divises selon le principe de la rela-
tion ä double face. La dependance immediate est designee par le
genitif, la dependance mediale (par l'intermediaire d'un troi-
sieme terme de phrase) par divers cas dont le nombre et la
forme ne se laissent pas fixer a priori. On sait que le principe
de la relation ä double face n'est pas soutenable dans les termes
proposes par Roth. Relation immediate est d'apres sa definition
identique ä relation adnominale, et l'on sait que les construc-
tions adnominale et adverbale s'entrecroisent dans la plupart
des langues pour chacun des cas. —
Un essai vraiment novateur sur les bases kantiennes a ete
fait par GOTTFRIED HERMANN, qui cherche ä expliquer les cas
par la table de categories etablie par Kant. C'est un essai re-
marquable, non seulement par le detail, mais plus encore par
le principe meme.
Quiconque etudie le contenu significatif des categories de la
langue n'echappe pas ä se rendre compte que ces categories cons-
tituent en quelque sorte des categories epistömologiques. II y
a entre les categories de la langue et celles de la pensee une
relation intime. Ce n'est pas dire qu'il y ait identite". Tout ce
qu'on peut pretendre d'avance c'est que la langue constitue en
derniere analyse un Systeme e^pistdmologique, et que par conse-
quent les concepts les plus profonds de la langue sont en prin-
cipe de la meme nature que les derniers concepts de l'analyse
logique.
La theorie greco-latine remonte elle-meme ä une pretendue
identite entre langue et pensee. La theorie des cas est fondee
sur la distinction de jroieiv et de ndöxeiv, qui constituent la
dixieme categorie d'Aristote.
II est tout indique que dans la table de Kant ce sont les
categories de la relation qui doivent servir pour G. Hermann ä
30 LBS TKMPS MODERNES

explicjuer les categories des cas. Et il est evident surtout qu'il


serait possible d'expliquer certains cas par l'opposition de causn-
lite et de dependance. II n'y a lä meme pas d'innovation, puis-
qu'on a de tous temps et depuis les debuts de l'antiquite re-
connu que Tun des caracteres fondamentaux des cas est la signi-
fication de relation entre un terme independant et un terme de-
pendant. Les resultats apportes par Maxime Planude, par Theo-
dore Gaza, par Alexandre de Villedieu et par Döleke montrent
sulTisamment que pour le Systeme casuel communement reconnu
pour le grec et le latin la categorie de causalite et de dependance,
c'est-ä-dire le principe abstrait de la direction admettant indifle-
remment l'interpretation syntagmatique ou logico-grammaticale
et l'interpretation locale ou concrete, sufTirait pour porter les
faits observes. On pourrait en rester lä.
Mais G. Hermann ne s'y contente pas. Pour expliquer les
cas, il a recours ä une autre categorie encore, ä la premiere
categorie kantienne sous la relation, savoir la categorie d'inhc-
rence et de subsistence ou de l'accident et de la substance.
L'application de ce principe n'est pas evidente, et il parait
que par ses idees preconeues l'auteur s'est laisse conduire plus
loin que les faits le permettent. C'est evidemment l'idee de G.
Hermann que la categorie linguistique des cas doit recouvrir
la categorie kantienne des relations. Or les realites ne sont pas
d'une teile simplicite. On a clairement conscience que les reali-
tes fönt obstacle.
Aux termes opposes qui constituent la categorie d'inherence-
subsistence, correspondent pour G. Hermann les deux cas de
genitif et d'accusatif. Le genitif indique la substance, l'accusatii
l'accident. Les exemples ont ete soigneusement choisis pour satis-
faire ä la definition: Atheniensium respublica, teneo librum:
dans le premier exemple, respublica est l'accident qui inhere
dans la substance indiquee par Atheniensium; dans le second
exemple, librum indique l'objet qui inhere comme aeeident de
la personne qui tient le livre et qui joue le röle de substance. II
serait facile d'enumerer des exemples qui satisferaient moins
bien aux definitions, ou qui n'y satisferaient point. En latin, et,
ä plus forte raison, en grec, la langue que G. Hermann vise
surtout ä expliquer, les emplois de l'accusatif et du genitif sont
LES TEMPS MODERNES 31

multiples et ne se laissent pas d'une facon naturelle ramener au


principe invoque.
Le fait meine que la categorie d'inhcrence et de subsistence
a ete introduite dans le Systeme casuel trouble sensiblement
l'utilisation de la categorie de causalite et de dcpendance. Dejä
pour Theodore Gaza, l'accusatif et le genitif constituaient ä bon
droit les termes extremes de cette dimension qui, en utilisant la
teiminologie kantienne, s'appelle causalitc-dependance. Maxime
Planude est ici du meme avis, et, avec quelque modification,
Döleke a case les deux formes selon le meme principe. C'est
dire que G. Hermann ferme les yeux sur une verite tellement evi-
dente que personne n'y echappe. Le grammairien qui opere sur
le plan de causalitc-dependance, et qui y opere objeetivement,
n'echappe pas ä poser le genitif et l'accusatif sur cet axe.
L'accusatif et le genitif une fois cases sur le plan de l'inhe-
rence et de la subsistence, G. Hermann s'est interdit de tirer parti
de la categorie de causalite-dependance dans l'etendue qu'il le
faudrait. Ce sont les deux cas d'ablatif et de datif qui constituent
pour lui les termes de cette categorie. L'ablatif indique une
cause, le datif un effet. Ici on peut repondre immediatement que
ces definitions contiennent une verite, mais qu'elles ne con-
tiennent pas la verite complete. Rappeions la place qui a ete as-
signee au datif par Maxime Planude et — apres G. Hermann —
ä l'ablatif par Döleke. Pour ces deux theoriciens des langues
grecque et latine, et le datif et l'ablatif oecupent une place neutre
ou complexe ä l'cgard de l'cloignement et du rapprochement, de
la dcpendance et de la causalite, de la cause et de l'effet. L'evi-
dence est ici beaueoup plus grande. Le datif et l'ablatif, tels
qu'ils sont compris par la grammaire traditionnelle, presentent
un contenu complexe qui ne se laisse pas ramener au principe
invoque par G. Hermann. S'ils peuvent etre portes sur Taxe de
la causalite et de la dcpendance, ils ne peuvent pas en constituer
les termes extremes.
Deux faits encore fönt voir que G. Hermann n'a pas reussi
ä appliquer la table categorielle de Kant aux faits de langue.
D'abord le nominatif n'entre pas dans les cadres qui viennent
d'etre poses. En fait, le nominatif est defini par G. Hermann
comme n'indiquant aucune relation. Le nominatif est pour lui
32 LES TEMPS MODERNUS

l'indication du concept sans que ce concept soit encore mis


en relation ä quelque chose hors de lui. G. Hermann reprend
ici l'idce ancienne de la xAf\öu;, de l'ovouaörixii ou de 1' 6p&t\;
c'est dire que les categories d'Aristote viennent s'ajouter ä Celles
de Kant. Si cela n'est pas le cas, on est en presence d'un aprio-
risme qui fait abstraction ä dessein des faits de la langue. Le
röle syntagmatique du nominatif, comme sujet et comme predi-
cat, rend incomprehensible que ce cas n'aurait aucun rapport
ä la causalite. — On peut ajouter que le vocatif est aussi en
dehors des relations entre deux concepts. II indique selon G.
Hermann une relation du concept ä un etre pensant. C'est une
des meilleures idees enoncöes par cet auteur. Mais eile n'a pas
de rapport ä la categorie des cas. Elle sert ä montrer une fois
encore que le vocatif aurait du en etre exclu.
Ensuite, la table de Kant comprend encore, sous la rubrique
des relations, une troisieme categorie: celle de la röciprocite de
l'agissant et du souffrant. Nul cas n'y entre d'apres les thöories
de G. Hermann. On pourrait tenter d'y faire entrer le datif par
exemple, mais G. Hermann ne le fait point; le datif est requis
dans la categorie de la causalite. C'est dire que l'application des
categories kantiennes n'est pas menee jusqu'au bout.
La theorie de G. Hermann est originale et ingenieuse. Elle
sert ä montrer du moins un des procedes possibles pour traduire
les resultats de la grammaire aristotelicienne dans les termes
kantiens. C'est instructif, parce que cette demonstration fait voir
clairement d'une part les relations elroites qui existent entre
tout Systeme grammatical et tout Systeme 6pist6mologique,
d'autre part les divergences manifestes qui les s^parent.
On peut lui objecter surtout que la methode utilis^e n'est
pas empirique. La methode consiste manifestement ä partir des
categories kantiennes comme d'une donnee a priori, et ä cher-
cher ä les appliquer aux faits de langue. Mais pour decouvrir
les categories proprement linguistiques, categories dont la valeur
epistemologique ne serait pas moindre, il faudrait approcher
des faits sans parti pris, degager par un proced£ interne les
categories de la langue, pour les mettre ensuite en rapport avec
les autres systemes epist^mologiques existants.
B. THKORIE INDO-EUROPEENNE
1. IXTRODUCTION

La theorie greco-latine a ete suivie par la theorie indo-euro-


peenne.
Quand on a fait la decouverte de la parente des langues indo-
europeennes, on a fait en meme temps la decouverte de la gram-
maire hindoue. Ceci a apporte l'avantage inestimable de pouvoir
comparer deux theories bien etablies et qui sont restees sans
contact entre elles.
Les resultats apportes par les Hindous dans le domaine des
cas servent a confirmer nettement certains principes de la theorie
greco-latine. A bien des egards il y a une conformite frappante.
Comme pour les Grecs et les Romains, les cas ont ete pour
les Hindous la modification grammaticale par excellence. Comme
le terme grec de rrnjimc, le terme sanskrit de vibhakti est un
terme plus general reserve particulierement pour les cas. Le
principe dominant de la categorie casuelle est indique par la
notion de käraka, c'est-a-dire relation causale. Les cas indiquent
d'abord pour les Hindous les relations de causalite qui existent
entre le nom et le verbe ä l'interieur d'un syntagme. Les kärakas
sont au nombre de six. L'accusatif indique karman 'action, objet',
'ce qui est desire'; on y comprend, comme emanant d'un seul et
meme principe, le karman purement syntagmatique ou logique,
comme dans katam karoti 'il fait une natte', et le karman pure-
ment local ou concret, comme dans grämam gacchati 'il va au
village'. L'instrumental indique deux kärakas: celui de karana
'moyen, outil', et celui de kartr 'agent'; il indique 'ce qui agit'.
Le datif indique .sampradäna 'transmission', 'ce ä quoi on vise
par l'objet'. L'ablatif indique apädäna 'enlevement', 'ce qui reste
34 THEORIE INDO-EUROPEENNE

lorsqu'on s'cloigne'; ici encore, on y comprend indifferemment


l'eloignement local et l'eloignement logique, c'est-ä-dire l'indica-
tion de la cause. Le Iocatif enfin indique ctdhikarana 'relation,
l'aire locale ou logique d'une action', 'le receptacle d'une action
ou d'un agent', en y comprenant encore la conception locale et
la conception plus abstraite indifferemment.
On voit bien qu'en principe la grammaire hindoue en est
restee au meme Stade que la grammaire greco-latine: on definit
bien chaeun des cas pris separement, mais la strueture du Sys-
teme ne ressortit pas d'une facon nette. La notion fundamen-
tale de käraka semble evidente, mais on ne fait pas voir quelles
sont les relations exaetes qui existent entre les differentes sortes
de kärakas.
A cet inconvenient viennent s'ajouter deux difficultes.
D'abord, le nominatif et le genitif restent en dehors du regime
des kärakas. Ils sont definis comme ne pas y appartenant. Le
nominatif est la forme fondamentale du nom (cf. 6vouaöTixr|),
le genitif est l'expression generale de tout ce qui n'est pas la
forme fondamentale.
Ensuite, l'instrumental, qui est bien defini comme indiquant
'celui qui agit', se comporte d'une fa9on peu claire par rapport
au Systeme des kärakas: il recouvre deux kärakas ä la fois. Et,
chose curieuse, il entre par lä meme dans un rapport particulier
avec le nominatif. Car le nominatif aussi peut etre qualifie de
kartr, et les grammairiens hindous ne manquent pas de le voir.
C'est dire que l'instrumental, pour autant qu'il exprime l'agent
dans la tournure passive, oecupe en realite une place interme-
diaire entre les cas exprimant des kärakas et ceux qui n'en
expriment pas, et que d'autre part le nominatif est ä cheval sur
les deux categories principales ä la fois. Ici la strueture du
Systeme n'est pas nette.
La theorie hindoue comporte le grand avantage que le voca-
tif n'est pas compris dans la categorie des cas. A cet egard, eile
n'a toutefois pas ete suivie par la theorie indo-europeenne. Ici
encore, le döveloppement est discontinu. La theorie hindoue une
fois d^couverte, eile n'a pas influence les doctrines europöennes
dans la mesure qu'il le faudrait.
D'une facon generale on peut dire que la theorie hindoue
THEORIE INDO-EUROPEENNE 85
n'a pas laisse d'autres traces dans le developpement europeen
que les expcriences imposees par l'etude du sanskrit meme.
Mais il convient d'admettre en meme temps que la theorie hin-
doue est dans son essence assez peu differente de la theorie
greco-latine, et que les avantages indeniables qu'elle comporte
sont düs surtout aux caractcres de la langue meme qui fait
l'objet des recherches. Plus que la theorie hindoue, ce sont les
faits sanskrits memes qui posent la discussion europeenne sur
des bases nouvelles.
Le fait decisif est celui que le sanskrit comporte un nombre
plus eleve de cas distincts que les langues grecque et latine. La
decouverte du sanskrit et de la parente indo-europeenne ouvre
les yeux sur le fait que les definitions reconnues pour chacun
des cas par la theorie greco-latine n'ont pas de valeur univer-
selle.
On decouvre que la theorie gröco-latine est une theorie idio-
synchronique. Le grec et le latin ne constituent plus le centre
de la theorie. C'est desormais l'indo-europeen primitif qui occu-
pera leur place.
Des cette epoque on s'efforce d'expliquer les faits des langues
indo-europeennes par un Systeme restitue assigne ä la langue-
mere. Dans la premiere epoque des etudes historiques indo-
europeennes, on assigne ä cette langue-mere indo-europeenne
une primitivite absolue. C'est dire que les thdories restent encore
idiochroniques. Le point de vue est elargi, il n'est pas encore
universel. Sur les faits observes en indo-europeen on construit
une theorie qui se röclame ä tort d'une portöe generale. Dans
le courant dirigeant de la linguistique, cette Situation subsiste
jusque dans le XXe siecle.
Mais l'evolution s'opere graduellement. Le point de vue pro-
prement historique introduit pur J. Grimm ne se trouve pas
encore ä l'epoque oü les grandes decouvertes de grammaire
comparative ont dtd faites. L'indo-europeen primitif est consi-
dere d'abord comme un stade ideal et absolu dont on peut deriver
par deduction les systemes concrets qui se manifestent dans les
langues attestöes. Ce n'est que beaucoup plus tard que l'indo-
europden primitif est considere comme un stade d'evolution pur
et simple, pas plus ideal que n'importe quelle autre Station du
36 LES LOCAMSTES

p l a n d i a c h r o n i q u e , et s o u m i s a u x meines lois que n'iniporte


q u e l l e a u t r e langue.
C'est d i r e q u e le sens equivoque du t e r m e »primitif« ( » u r -
s p r ü n g l i c h « ) a u q u e l il a ete fait allusion p l u s h a u t ( p . 25)
g a r d e l o n g t e m p s sa valeur. C'est d a n s ce sens qu'il convient
d ' e n t e n d r e la d o c t r i n e de Boi>i>: »Die C a s u s - E n d u n g e n d r ü c k e n
die wechselseitigen, vorzüglich und u r s p r ü n g l i c h einzig r ä u m -
l i c h e n , v o m R ä u m e a u c h auf Zeit u n d U r s a c h e ü b e r t r a g e n e n ,
V e r h ä l t n i s s e der N o m i n a , d. h. der P e r s o n e n der Sprachwelt zu
e i n a n d e r aus.« (1833. 136.)
D a n s la p r e m i e r e epoque, le Systeme ideal p a r lequel o n v e u t
e x p l i q u e r les systemes de c h a c u n e des langues est tres loin d'etre
i d e n t i q u e au Systeme s a n s k r i t . Le Systeme casuel du s a n s k r i t ,
q u i c o m p o r t e une e x u b e r a n c e de formes, ne pouvait p a s etre
c o n s i d e r e comme g e n e r a l ; il est considere en eilet c o m m e aber-
r a n t , p r e s e n t a n t des n u a n c e s secondaires au meine titre q u e le
latin. Le stade ideal ne c o m p o r t e que les cas strictement neces-
s a i r e s , u n Systeme minimum, et ce Systeme m i n i m u m est com-
m u n ß m e n t considere c o m m e identique ä celui du grec. C'est dire
q u e d a n s les cadres des recherche s i n d o - e u r o p e e n n e s o n con-
serve j u s q u ' ä nouvel o r d r e les bases de la theorie greco-latine,
et s u r t o u t de cette theorie greco-latine q u i p r e n d son point de
d e p a r t d a n s le Systeme grec.

2. L E S L O C A L I S T E S

L a theorie enseignee p a r Bopp consiste ä voir d a n s les cas


d e s e x p r e s s i o n s primitives d ' o r d r e spatial, aptes ä se c o n f o r m e r
a u s s i a u x besoins d ' u n e pensee plus developpee qui opere d a n s
la s p h e r e du t e m p s et de la causalitc.
Les c o n s e q u e n c e s generales de cette vue n'ont pas ete tirees
d ' u n e fa9on detaillce p a r Bopp l u i - m e m e . C'est son disciple F .
WÜLLNF.H qui a consacre ses forces ä cette oeuvre.
F. W ü l l n e r a etabli une theorie des cas fort bien foncb'c el
d ' u n e t r e s g r a n d e i m p o r t a n c e ( 1 8 2 7 ) . Les vues de W ü l l n e r s o n t
j u d i c i e u s e s et e x a c t e s ; ses t r a v a u x coinptent parrni les m e i l l e u i s
LES LOCALISTES 37

({iii aient ete faits dans le domaine de la grammaire generale. II


commence l'expose de sa theorie en enoncant quelques principes
fondannentaux:
1° Le phenomene designe par le signe linguistique n'est pas
d'ordre objectif mais d'ordre subjectif. Le sujet parlant ne choi-
sil pas les formes grammaticales selon les exigences de l'etat de
choses objectif ou reel, mais selon un principe impose par la
conception ou l'idee (Anschauung oder Idee) par laquelle il re-
garde le fait objectif.
2° La conception ou l'idee qu'il s'agit de chercher dans une
forme linguistique doit etre une idee une, une seule significa-
tion fundamentale (Grundbedeutung) d'un degre d'abstraction
assez grand pour permettre d'en deduire tous les emplois con-
crets de la forme.
3° La methode de la linguistique doit etre empirique et non
aprioristique.
Wüllner accepte et elabore plus en detail la dccouverte de
Bernhardi selon laquelle les significations fondamentales des
cas et des prepositions recouvrent une seule et meme categorie
conceptionnelle. Le phenomene subjectif designe par cette cate-
gorie est la conception spatiale; cette conception est appliquee
par le sujet parlant aux divers ordres du phenomene objectif,
qu'il s'agisse de l'espace, du temps, de la causalite logique ou
de la rection syntagmatique.
II s'agit donc en quelque sorte d'une application d'un fait
d'ordre physique sur un plan plus general. Selon Wüllner il
n'y a lä rien de surprenant: toute Operation intellectuelle repose
en derniorc analyse sur les conceptions de l'espace et du temps.
L'operation intellectuelle consiste ä ramener ä des formules spa-
tiales et temporelles les faits observes dans le monde objectif.
Les influences de la philosophie de KANT sur la grammaire
moderne sont inestimables. Ici encore il y a influence certaine.
Kant lui-menie nous dit litteralement la meme chose (33):
»Auf welche Art und durch welche Mittel sich auch immer
eine Erkenntniss auf Gegenstände beziehen mag, so ist doch
diejenige, wodurch sie sich auf dieselben unmittelbar bezieht,
und worauf alles Denken als Mittel abzweckt, die Anschauung . . .
Alles Denken . . muss sich, es sei geradezu (direcle) oder im
4
38 LES LOCALISTES

Umschweife (indirecte), zuletzt auf Anschauungen, mithin, bei


uns, auf Sinnlichkeit beziehen, weil uns auf andere Weise kein
Gegenstand gegeben werden kann.«
C'est donc une theorie localiste selon les principes de Maxime
Planude et de Theodore Gaza, applicable a la fois aux rapports
proprement locaux et aux rapports plus abstraits, qui est l'idee
fondamentale de Wüllner et de l'ecole boppienne en gEneral.
La theorie est en principe identique ä celle de Maxime Pla-
nude: le genitif indique l'eloignement, le datif le repos, l'accusatif
le rapprochement. Pour le grec, le latin et l'allemand, eile est
verifiöe par Wüllner dans tous les details.
Mais il y a un point oü l'expose de Wüllner offre un interet
particulier: c'est la facon dont il explique l'ablatif latin, le loca-
tif et l'instrumental. Ces trois cas sont des nuances ou Varietes
(Schattierungen) du datif. Si le datif ideal est la designation
abstraite du point de repos entre les deux mouvements, le rap-
prochement et l'eloignement, en admettant ä la fois la nuance
neutre (repos absolu entre les deux termes) et la nuance com-
plexe (le centre constitue par les deux mouvements reciproques
de rapprochement et d'eloignement lesquels se tiennent en 6qui-
libre), ce datif ideal peut se decomposer en un datif exclusive-
ment neutre, qui est le locatif du sanskrit, et un datif exclusive-
ment complexe, qui est l'instrumental du sanskrit (l'instrument
ötant exprime par la conception comitative, räumliches Zu-
sammensein). (1827.80—82, 1831.151—156). II est donne chez
Wüllner (1827. 71—77) une explication non moins spirituelle de
l'ablatif latin'. L'ablatif latin est pour Wüllner le cas qui au
moyen de la conception du repos designe un mouvement objectif.
Par l'ablatif on envisage un rapprochement ou un Eloignement
en le concevant au point de vue du lieu par rapport auquel il
tient place. On peut dire que l'ablatif latin est ä la fois complexe
et neutre; c'est la conception neutre qui est ä la base de sa signi-
fication, et son constituant complexe aecuse alternativement le
pole negatif (Roma proficisci) et le pole positif (quo peruenire)•
C'est une complexite du deuxieme ordre; ce n'est pas une com-
1
L'ablatif sanskrit, dont le sens est beaueoup plus simple, et qui
semble faire des difficultcs par rapport au genitif, n'a pas £te
envisage nettement par Wüllner.
LES LOCAI.ISTES 30

plexite simple, c'est une idee complexe qui insiste alternative-


ment sur le pole positif et sur le pole negatif.
On peut reduire la theorie de Wüllner au tableau suivant:

+
Ac

Sans connaitre le travail de Wüllner, J.-A. HÄRTUNG a rcpete


quatre ans plus tard ses principaux resultats, bien que d'une
facon moins claire et moins spirituelle. Si le travail de Härtung
a exerce pendant l'epoque suivante une influence plus grande
que ceux de Wüllner, c'est probablement gräce au fait que Här-
tung se place sur les bases de l'ecole de J. Grimm et non sur
celles de l'ecole de Bopp. La theorie de Härtung est infcrieure
ä celle de Wüllner ä plusieurs ögards. Le tableau clair de Wüll-
ner est trouble chez lui par l'introduction de plusieurs autres
dimensions, et il n'a pas reussi ä expliquer aussi bien que Wüll-
ner la difference du datif, du locatif, de l'instrumental et de
l'ablatif latin. Tous ces cas sont neutres ou complexes, mais
pour les expliquer il faut de nouvelles dimensions. Le locatif
est l'indication du lieu ou du repos. Le datif est l'indication du
point sur lequel on vise, donc l'expression d'une tendance.
L'ablatif est l'indication de la cause. L'instrumental propre (car
Härtung parle souvent de l'instrumental dans un sens 61argi)
indiquerait le repos (gegenwärtiges Befinden) dans la concep-
tion »mediate« (mittelbar), c'est-ä-dire durch etwas anderes be-
wirkt. Ces definitions sont mediocres, et la perspicacite du Sys-
teme en souffre considerablement.

A part la thöorie casuelle proprement dite, les vues de l'ecole


de Bopp attirent l'attention par la force avec laquelle elles sou-
lignent la parente qui existe entre les cas d'un cöte, les pronoms,
les adverbes et les prepositions de l'autre. II est bien connu que
4*
III LES LOCALISTES

Bopp a voulu expliquer les desinences casuelles par des racines


pronominales (le premier travail de la main de Bopp dans cet
ordre d'idees est celui de 1826), et avant la parution de la Ver-
gleichende Grammatik de Bopp, Wüllner a fait un grand travail
pour verifier cette partie de la theorie d'agglutination (1831.
145—182). La theorie a ete confirmee par la decouverte de R.
GARNETT selon laquelle le formant du genitif de bien des langues
est ne d'un pronom ä signification relative. Selon la theorie de
l'ecole boppienne les racines pronominales sont en derniere
analyse des adverbes locaux (BOPP 1830, cf. HUMBOLDT 1830;
WLLLNER 1827.125, 1831.38 sv., 182 sv.), ce qui corrobore d'un
autre cöte la theorie localiste des cas. On cherche l'origine des
cas dans le type allemand bergauf, bergab, bergan. La theorie
präsente le grand avantage que l'ecole considere les adverbes
comme des formes casuelles (voir surtout WÜLLNER 1831.146,
HÄRTUNG iv). On a vu plus haut (p. 3, 14 sv.) que les adverbes, et
surtout les adverbes spatiaux formes sur une base pronominale,
constituent des formations dont l'identite avec les cas est tout au
moins probable, et que, abstraction faite de la theorie de Chry-
sippe qui n'a pas ete adoptee ensuite (p. 4), ce probleme n'a
pas ete tranche par l'ecole grcco-latine. C'est l'ecole de Bopp qui
la premiere fait attention ä ce probleme capital. On admet qu'il
y a des mots presentant une flexion casuelle defective, et que
parmi eux il y a des soi-disants adverbes qui sont en realite
des noms qui n'admettent qu'un seul cas. II est vrai qu'on n'en
tire pas toutes les consequences qu'il faudrait: introduire l'ad-
verbe dans la catcgorie des cas serait elargir eonsiderablement
le Systeme casuel adopted Mais Bopp, Wüllner et Härtung ont
bien vu le caractere casuel des formations adverbiales.
La parente supposee avec le pronom et l'adverbe local n'a
pas empeche de voir la parente qui existe au point de vue du
sens entre cas et prepositions. (Voir BOPP 1833.136—138.) C'est
surtout Wüllner qui (1827.6—8, 9) utilise cette decouverte de
Bernhard] et en tire parti pour la theorie casuelle. II soutient
que d'ordinaire les prepositions designent des relations spatiales
plus miancces que les cas, et que par suite un meine cas peut
etre accompagne de plusieurs prepositions, en recevant ainsi
une precision de sa valeur dans le contexte. C'est surtout en
LES LOCALISTES 41

etudiant le rapport entre cas et prepositions qu'on peut mesurer


toute la portee du principe d'une seule signification fundamentale
introduit par Wüllner (cf. plus haut, p. 37). Dans une langue
teile que le grec, qui est (selon la grammaire traditionnelle)
pauvre en cas et riche en prepositions, la signification d'un cas
est tres abstraite par rapport ä celle d'une preposition. Sur ce
point Wüllner merite d'etre cite:
»Alles, was ein Casus mit irgend einer beliebigen Präposition
bezeichnet, bezeichnet er auch, wenn er alein steht; aber nur
im algemeinen: die Präposition bestirnt den Punkt an dem Ge-
genstande näher; da dieser doch immer ein ausgedehntes ist
oder als ein solches betrachtet werden kan. Wenn, wie man so
gemeinlich hört, der Genitiv als Form bald Eigenthum, bald
Abhängigkeit, bald dieses und jenes bezeichnet; so solte man
doch auf den Gedanken kommen, dasz er im Grunde nichts von
dem allen bezeichnet.«
II semble que d'abord la decouverte de Bernhardi ait ete facile-
ment conciliee avec la these de l'ecole boppienne sur l'origine
des desinences casuelles dans les racines d'adverbes locaux, par
le fait que les prepositions ont ete considerees comme des ad-
verbes. On le voit nettement par l'expose de HÄRTUNG (iv—vj).
Härtung aussi bien que l'ecole de Bopp en general a ici anticipe
sur la theorie professee de nos jours par M. O. JESPERSEN (1924.
87—90) selon laquelle la preposition est definie comme un ad-
verbe transitif.
Mais il n'est pas douteux que ce qui est juste dans ces
theories c'est le rapport entre cas et prepositions. Les relations
etablies avec le pronom et l'adverbe local sont du point de vue
de la grammaire generale peu claires et sont liees ä la theorie
particuliere d'agglutination professee par Bopp dans lc domaine
indo-europcen. Ce n'est pas dire qu'elles soient inexistantes; si
on fait abstraction des theses speciales sur le materiel phonique
de l'indo-europeen, comme il le faut bien entendu, la doctrinc
contient une certaine verite. Seulement cette verite doit etre
formulee en des termes differents, et ce n'est que plus tard que
nous pourrons y revenir pour donner ä la doctrine de Bopp les
merites qui lui reviennent.
En tenant compte de la formulation peu claire qui avait ete
42 LES LOCALISTES

donnee ä la theorie d'une parente entre les cas, les pronoms et


les adverbes locaux, il faut au point de vue de la grammaire
generale considerer comme un progres decisif la theorie etablie
par POTT (1836.620 sv., 643 sv.), selon laquelle les desinences
des cas obliques sont expliquees exclusivement conime d'an-
ciennes prepositions 1 . C'est un progres, parce qu'il sert ä mettre
en relief les rapports etroits qui existent entre cas et preposi-
tions dans le Systeme et dans son evolution. On sait dejä que
tres souvent un formant casuel est manifestement une an-
cienne preposition; on peut meine dire que ce qui dans le do-
maine des cas est vrai dans la theorie d'agglutination, c'est qu'il
y a pendant le developpement des langues une transition cons-
tante de prepositions dans le domaine des formants casuels.
Bien que le detail des theses de Pott pour l'indo-europeen aient
plus tard fait l'objet de remaniements profonds, on peut soutenir
ä bon droit que Pott a introduit dans la linguistique Vhypothese
generale d'un rapport intrinseque et d'une transmission possible
entre le Systeme des cas et celui des prepositions.
C'est par l'hypothese de Pott que la decouverte faite par
Bernhardi recoit toute la valeur qui lui revient. Mais la de-
couverte d'une parente conceptionnelle entre cas et prepositions
en venait de bonne heure ä troubler la clarte. On voyait dans
le rapport entre cas et prepositions un nouvel indice de l'exis-
tence de la relation ä double face dont il a ete question plus
haut (p. 27). Dans son Organism der Sprache, K.-F. BECKEH
soutient que les cas et les prepositions ont ceci de commun
d'exprimer des relations, mais avec cette diflerence que les cas
expriment des relations d'aetion (Thätigkeitsbcziehungen) et
les prepositions des relations spatialcs (Raumbeziehungen). On
voit bien qu'ici encore c'est l'idee de deux plans diflerents du
principe de la direction, un plan concret et un plan abstrait, qui

1
Comme Pott lui-meme, nous employons dans ce travail le terme
de preposition de facon a y comprendre les postpositions au meine
titre que les elements d'ordre analogue qui precedent 1c nom.
I.'ubjeetion qui l'en litnl a Ictyinologie de ce terme technique
est futile. Nous nOUl sei vuns rfialeinent du terme d'aecusatif:
nous soupconncra-t-on de vouloir definir ce cas par l'idee A'accii-
sation?
LES LOCALISTKS 43

est ä la base de la consideration. Nous le remarquons ici en


passant. L'idee peut seduire, puisque souvent les preposilions
peuvent avoir un sens beaueoup plus concret (c'est-ä-dire un
sens plus etroit) que les cas. Mais Wüllner nous a montre claire-
ment comment ce fait doit etre explique, et Härtung y a ad-
here (6).

Dans le Systeme localiste etabli par Wüllner, il y a une


chose qui surprend: c'est l'absence du nominatif. Wüllner et
Härtung ont ici adopte la meme maniere de voir que les localistes
de l'ecole grecque: ils ont mis le nominatif ä part. Wüllner le
fait d'ailleurs en donnant la meme definition du nominatif que
celle qui avait ete donnee par lesAnciens et par Maxime Planude:
le nominatif indique l'independance ou l'absence d'une relation.
C'est un point faible de la theorie. Pour le nominatif la coneep-
tion du moyen-äge, d'Ast et de Döleke est certainemenl plus
feconde. Le point de vue localiste ne force nullement ä mettre
le nominatif ä part.
Mais Wüllner va plus loin: il pretend expressement que le
nominatif et le vocatif ne sont pas des cas. Pour ce qui est du
vocatif on le suit facilement. Mais pour le nominatif cet ecarte-
ment reste aventureux. Ajoutons que, si Härtung n'a pas exprime
le meme avis que Wüllner, et si dans son chapitre sur les de-
sinences casuelles de l'indo-europeen (103 sv.) il reconnait l'exis-
tence du nominatif parmi les cas, il ne fait dans son premier
chapitre, qui traite de la signification des cas, aueune mention
du nominatif. II a du etre du meme avis que Wüllner, et que le
nominatif ne peut pas etre explique du point de vue localiste.
II y a Heu de faire ici une remarque ä propos du raisonne-
ment etabli par Wüllner. II n'est pas douteux qu'il y a une
connexion entre la facon dont il coneoit le nominatif par rap-
port au Systeme casuel et celle dont il coneoit l'infinitif par rap-
port au Systeme modal. Wüllner admet trois modes: l'indicatif,
le subjonetif et l'imperatif (qui se resument en derniere analyse
ä deux modes primitifs: l'indicatif et l'optatif), et il exelut l'infini-
tif de ce Systeme (1827.122). Ce parallelisme est interessant, et
la consideration qui est ä la base a du etre probablement la
44 LES LOCALISTES

meine ches les Peripateticiens et chez Choerobosque'. Elle con-


siste en ceci que, en etablissant des systemes morphematiques
bien definis, les morphemes qui n'ont aucun sens precis, special
et tangible, ne semblent pas pouvoir y entrer. II est evident que
le nominatif comporte un sens particulierement vague et impre-
cis. C'est pourquoi on a pu faire du nominatif la forme nominale
par excellence, la xAnOu;, 1'ovouaOTixti et la prima impositio. Le
nominatif semble etre tout ä fait neutre (ou tout ä fait com-
plexe) a l'egard de toutes les distinctions operees par les formes
claires et precises. Le manque de desinence, qui est frequent
dans le nominatif, fait qui a ete remarque expressement par
Wüllner, semble etre un indice exterieur de ce sens mal defini.
Le nominatif est dans un certain sens une forme vide. Mais ce
que Wüllner ne semble pas avoir remarque, c'est que l'existence
d'une teile forme vide ä l'interieur d'une categorie morphema-
tique est un fait qui se rencontre un peu partout dans le me-
canisme grammatical. Si on exclut le nominatif du Systeme
casuel ä cause de son sens imprecis, il faudrait au meine titre
exclure le present de beaucoup de langues du Systeme des temps,
le neutre de quelques langues du Systeme des genres, l'indicatif
du syst6me des modes, le singulier de quelques langues du Sys-
teme des nombres, la 3 e personne du Systeme des personnes.
Apres coup on se trouverait dans un embarras bien penible pour
caser toutes ces formes quelque part. En realite, chacune de ces
formes appartient ä sa propre categorie comme la forme neutre
du Systeme. En regardant de plus pres, il y a toujours des in-
dices assez clairs pour montrer oü appartient chacune de ces
formes. On a vu dejä qu'il y a de tels indices igalement pour le
nominatif: il n'y a pas Heu de l'ecurter de Taxe general de la
direction.
II convient cependant d'ajouter que l'infinitif se comporte
autrement. Si, malgre son sens relativement vague, le nominatif
se laisse enregistrer dans la categorie des cas, il n'y a pas d'indice
qui permette de porter l'infinitif sur le Systeme des modes. Si
l'infinitif a lli introduit par la grammaire traditionnelle dans le
Systeme des modes, c'est par une erreur comparable ä celle par
1
En outre le nominatif avait ete exclu de la categorie casuelle par
PBISCIEN et par SCALIGER.
LES ANTILOCALISTES 45

laquelle on a introduit le vocatif dans le Systeme des cas. L'infini-


tif n'est pas un mode; sa definition est differente. Wüllner a
donc raison pour ce qui est de l'infinitif; mais l'analogie qu'il
ctablit entre l'infinitif et le nominatif est fausse. Le nominatif
est dans le domaine des cas ce qu'est l'indicatif dans le domaine
des modes. L'infinitif est ä part.
L'erreur qui a ete commise sur ce point a contribue large-
ment ä discrediter la theorie localiste. Le fait meme que les
localistes ne croyaient pas pouvoir expliquer le nominatif par
leur theorie a ete d'une importance particuliere pour le deve-
loppement ulterieur.

3. LES ANTILOCALISTES

Pour retablir la valeur casuelle du nominatif, C. MICHELSEN


abandonne l'idee de la coneeption spatiale (locale Anschauung)
qui est ä la base de la theorie localiste, sans comprendre que
cette idee n'implique pas l'hypothese qui consiste ä croire que
la signification des cas se rapporte toujours ou surtout ä l'espace
concrete ou materielle. La theorie antilocaliste n'aurait pas ete
emise si on n'avait pas insinue que cette hypothese (phantas-
tique en elle-meme) avait etc souienue par les localistes. Pour
eviter cette hypothese, que personne n'avait etablie, Michelsen
se met sur le plan abstrait et definit les cas par la causalite. II
ne se rend pas compte du fait que la causalite n'est qu'une face
particuliere de l'idee generale de la relation qui est ä la base
de la coneeption spatiale, et il semble ne pas avoir compris que
la coneeption spatiale est incvitable si on veut donner a la rela-
tion in abstracto une Interpretation tangible et plastique. S'en
tenir aux relations abstraites sans leur fournir un support par
lequel on peut les representer, c'est s'interdire d'avance l'expli-
cation claire et evidente des faits.
En etudiant les systemes casuels du grec et du latin on se
rend facilement compte du fait que ces systemes sont Orientes
differemment: en latin l'ablatif est le pole prineipal, le terme
susceptible d'une definition positive; en grec l'accusatif est en
46 LES ANTILOCALISTES

tete, et les autres cas s'expliquent par leur Opposition relative ä


l'accusatif. Or, en considerant le grec, toute theorie casuelle aura
pour premier but de ramener ä un principe les divers emplois
de l'accusatif, emplois qui s'etendent de la conception concrete
et locale de xvioar\ b'otipavbv Ixe jusqu'aux emplois les plus abs-
traits du type töEov ETEIVE. C'est un fait evident que ce qui
reunit ces divers emplois c'est l'idee de rapprochement qui leur
est commune. Pretendre que ce rapprochement soit surtout
d'ordre »logique« n'est pas plus juste que de pretendre qu'il soit
surtout d'ordre »local«. Dans les deux cas on emet une hypo-
these cxclusive qui n'embrasse pas tous les faits. Le fait est que
l'accusatif exprime en grec un rapprochement ä la fois logique
et local. Ce fait avait ete reconnu par les localistes. Michelsen
cherche une hypothese exclusive qui pose immediatement des
difTicultes.
C'est ä ce prix qu'on veut reintroduire dans le Systeme casuel
le nominatif, le seul cas qui — abstraction faite du vocatif —
ne comporte jamais le sens local et concret. Ici encore le but
serait de ramener ä une formule unique les divers emplois con-
tractes par ce cas: 1'emploi de »sujet« (TB<WT|X£ «I'IXCTTTO^) et
l'emploi de »prödicat« (dya^öc; tenl. II est evident que le nomi-
natif possede la faculte d'indiquer ä la fois rapprochement et
eloignement. Mais de tous temps on a voulu faire de la fonc-
tion de »sujet« le röle principal du nominatif. C'est ainsi ,que
dans les theories d'Ast et de Döleke le nominatif designe
l'eloignement seul. La definition tentee par les grammairiens
medievaux, qui partent des faits de rection et qui par conse-
quent considerent le nominatif surtout comme un terme de
rapprochement, est plus juste, parce qu'elle est moins exclusive.
Michelsen s'en tient exclusivement ä la fonction de »sujet«, fait
abstraction de la rection et definit le nominatif comme de-
signant la cause, l'accusatif comme designant l'effct.
II y a deux objections ä faire contre cette theorie de causa-
litc:
1° Le nominatif el l'accusatif, les deux cas que la theorie
pretend pouvoir surtout expliquer, sont moins hien d^finis par
cette theorie que par les theories localistes d'Ast et de Döleke.
II n'est point evident que dans Teil'vr|XE <I>i'Xirr^oc le nominatif
LES ANTILOCALISTES 47

designe une cause, et q u e d a n s TO^OV ereive l'accusatif designe


u n effet. La theorie de c a u s a l i t e est moins apte q u e la theorie
localiste ä se c o n f o r m e r a u x divers emplois des cas envisages.
La r a i s o n est e v i d e n t e : la causalite constitue u n concept m o i n s
general que l'idee a b s t r a i t e de direction, de m o u v e m e n t et de
r e l a t i o n invoquce p a r les localistes.
2° T o u t a u t r e cas q u e le n o m i n a t i f et l'accusatif reste en
d e h o r s de la portee de cette theorie. Selon Michelsen le datif
i n d i q u e la finalite, u n objet teinte de subjectivite; le datif ne
designe pas Veffet, m a i s le but. O n n ' e c h a p p e p a s ä r e m a r q u e r
que le concept de »but« est u n concept localiste: l'idee du b u t
p r e s u p p o s e une conception spatiale. Q u a n t a la definition m e m e
on ne p e u t pas se refuser la r e m a r q u e que selon la theorie de
G. H e r m a n n le datif i n d i q u e u n effet, ce qui est m a n i f e s t e m e n t
conteste par Michelsen. — Le genitif est a p a r t , s a n s r a p p o r t
ni a la causalite ni ä la finalite. II est selon Michelsen le c a s
de l ' a t t r i b u t du sujet. C'est d o n c u n cas d ' a t t r i b u t i o n ou d ' a n -
nexion, et il n ' y a lä rien de n o u v e a u . L a seule idee v r a i m e n t
nouvelle est celle q u e le genitif i n d i q u e s e u l e m e n t l ' a t t r i b u t du
sujct; mais cette i n n o v a t i o n est d c n u e e de r a i s o n et est en
c o n t r a d i c t i o n flagrante avec les faits de langue. Enfin les
a u t r e s cas d e c o u v e r t s p a r la g r a m n i a i r e i n d o - e u r o p e e n n e : l'abla-
tif, le locatif, 1'instrumental ne recoivent p a r la t h e o r i e d e
Michelsen a u e u n e explication. La theorie antilocaliste de Michel-
sen est une theorie i d i o s y n c h r o n i q u e qui s'applique au grec
s e u l e m e n t . bien qu'elle p r e t e n d e etre valable p o u r le latin egale-
m e n t . L a theorie de Michelsen est u n speeimen d e c o u r a g e a n t de
la squinling-grammar.
Les explications tentees p a r Michelsen p o u r le datif et le
genitif du grec, et le fait q u e les a u t r e s cas ont ete inexpliques,
fönt voir que p o u r expliquer l'ensemble du Systeme il faut p l u s
d ' u n e seule d i m e n s i o n . P a r suite on n ' a r r i v e pas ä voir p o u r q u o i
la d i m e n s i o n de la causalite d e v r a i t p r i m e r les a u t r e s .

Ces objeetions s'imposent, et la theorie de la causalite a Üi


a b a n d o n n e e ensuite p o u r etre r e m p l a c e e p a r u n e a u t r e qui p e u t
etre designee la theorie sijntaxique. Elle est fondee p a r THIMDOH
HLMPKL et est encore a u j o u r d ' h u i la theorie d o m i n a n t e .
48 LES ANTILOCAUSTKS

Cette theorie enonce tout simplement que le nominatif est


le cas du sujet, l'accusatif le cas de l'objet direct, le datif le cas
de l'objet indirect, et le genitif une determination adnominale
du sujet ou de l'objet. Elle ajoute que le nominatif et l'accusatif
indiquent une relation au verbe, le genitif une relation au nom,
et le datif une relation ä la phrase entiere.
II importe de se rendre comptc que cette theorie substituc a
l'explication une simple constatation. La theorie opere sur des
concepts qui n'ont pas ete definis: les concepts de sujet et d'objet,
de verbe et de nom. Ce n'est qu'en les definissant que la cons-
tatation deviendrait une explication. La theorie semble mettre
les cas en rapport avec deux ordres de concepts: d'une part les
termes de la phrase, d'autre part les parties du discours. Mais
les deux ordres de concepts se superposent et se traduisent
mutuellement. On peut definir le sujet et l'objet direct comme
des termes qui sont en rapport avec le verbe, et l'objet indirect
comme un terme qui est en rapport avec la phrase entiere. De
ce point de vue la theorie se reduit ä definir le nominatif comme
designant le sujet, l'accusatif comme designant l'objet direct,
le datif comme designant l'objet indirect, et le genitif comme
designant une determination adnominale.
Mais il est evident que les definitions donnees ici aux termes
de la phrase ne suffisent pas. La differenee du sujet avec l'objet
n'a pas ete indiquee. L'objet indirect n'est certainement pas seul
ä etre en rapport avec la phrase entiere. Le besoin de definitions
plus rigoureuses s'impose.
II semble que les definitions prösupposees par la theorie syn-
taxique peuvent etre de deux especes seulement. Ou bien les
»termes de la phrase« sont d'ordre extra-linguistique, etant defi-
nis sans egard ä l'expression par la langue (cf. Princ. 33 sv.).
Ou bien la theorie constitue un cercle vicieux, en definissant
d'abord implicitement les termes de phrase par les cas qui les
expriment, et ensuite explicitement les cas par les termes de
phrase. II n'est pas douteux que c'est la premiere interprdtation
qui est la juste, pour la theorie de Rumpel aussi bien que pour
la thöorie communement adoptee dans la grammaire tradition-
nelle de nos jours. Les definitions des cas donnees par Rumpel
sont fondees sur une theorie de la phrase qui montre une iden-
LES ANTILOCALISTES 49

tite fraj)j)ante avec la theorie aristotelicienne du jugeinent lo-


gique. La theorie n'est pas d'ordre syntagniatique, eile est d'ordre
syntaxigue dans le sens scholastique et extra-linguistique de ce
terme.
Rumi)el a ete souvent glorifie comine un pionnier de la
methode immanente en linguistique. On voit en lui le premier
qui ait proteste contre l'introduction dans la grammaire de no-
tions extra-Iinguistiques, comme le sont, ä en croire l'opinion
commune, les notions spatiales. On voit en lui le premier gram-
mairien dans le sens propre du terme, et on a qualifie sa theorie
de cas de grammaticale. Mais en verite il n'y a pas de theorie
des cas moins grammaticale que celle de Rmnpel, et loin d'etre
immanente, sa methode continue directement en matiere de lin-
guistique les doctrines transscendentales et extra-linguistiques
de la tradition greco-latine. Si par un principe quasi-immanent
Rumpel abandonne la coneeption spatiale pour chercher les con-
ditions speeifiques du phenomene linguistique, il reintroduit en
revanche les coneepts extra-linguistiques de la grammaire tra-
ditionnelle, et surtout la notion de phrase dans le sens aristote-
licien, notion qui, pour comble de malheur, rec,oit chez Rumpel
la definition classique qui identifie la phrase au jugeinent
logique.
II est chose vaine de vouloir pretendre que la linguistique
puisse se passer de toute notion epistemologique. La forme du
langage est une forme categorielle. (Cf. plus haut, p. 29.) Ce
n'est pas encore dire que la forme categorielle dont il s'agit
pröexiste au langage. C'est dire au contraire qu'il y a une forme
speeifique d'ordre categoriel qui est revclec par le langage, et
seulement par lui. II serait temeraire et inutile de pretendre a
priori que les categories revelees par le langage different par
definition de toute categorie epistemologique etablie par des
speculations non-linguistiques. II est au contraire tres peu pro-
bable qu'une speculation vraiment non-linguistique soit possible.
II est tout au moins beaueoup plus vraisemblable d'avance que
les speculations episteinologiques et les tables de categories
etablies par elles sont en partie bäties sur les faits de langue.
Ceci pose, il s'ensuit qu'il y a deux methodes possibles pour
etablir des tables de categories: il y a une methode exclusive-
so LES ANTILOCALISTES

ment linguistique, q u i se b o r n e ä c h e r c h e r , p a r un p r o c e d e ein-


p i r i q u e , les c a t e g o r i e s refletees d i r e c t e m e n t d a n s la l a n g u e , les
categories de n o t i o n s q u i r e c o u v r e n t e x a c t e m e n t les categories
de l'expression l i n g u i s t i q u e ; et il y a u n e m e t h o d e ä la fois lin-
guistique et extra-linguistique, q u i c h e r c h e , p a r des artifices de
m e t h o d e , des c a t e g o r i e s q u i ne s o n t p a s refletees d i r e c t e m e n t
p a r la l a n g u e , et q u i ne p e u v e n t e t r e e x p r i m e e s l i n g u i s t i q u e m e n t
que p a r u n e p e r i p h r a s e . Au p o i n t de v u e l i n g u i s t i q u e OB p e u t
qualifier la p r e m i c r e m e t h o d e d'immanente, la d e u x i e m e de
transscendentale. L a m e t h o d e t r a n s s c e n d e n t a l e a ceci de p a r t i -
culier de p r o c e d e r selon le p r i n c i p e de la scission extra-linguis-
tique ( p l u s h a u t , p . 6 ) .
Or la categorie de la d i r e c t i o n ou de la c o n c e p t i o n s p a t i a l e ,
c o n d a m n e e p a r R u m p e l ä c a u s e d e son c a r a c t e r e e p i s t e m o l o -
gique, est u n e c a t e g o r i e q u i s e m b l e c o n f o r m e ä l'une des d i m e n -
sions de la categorie des cas. Elle se reflete d i r e c t e m e n t d a n s
le langage s a n s q u ' i l y ait scission e x t r a - l i n g u i s t i q u e . Les c a t e -
gories a r i s t o t e l i c i e n n e s de sujet, d ' o b j e t et de p r e d i c a t p a r c o n t r e
ne se r e f l e t e n t p a s d i r e c t e m e n t d a n s la f o r m e l i n g u i s t i q u e . Elles
ne sont p a s c o n f o r m e s a u x c a t e g o r i e s c a s u e l l e s . Les r e i n t r o d u i r e
d a n s la t h e o r i e d e s c a s a u d e t r i m e n t de la categorie de la direc-
tion, c'est r e m p l a c e r la m e t h o d e i m m a n e n t e p a r u n e m e t h o d e
transscendentale.
A b s t r a c t i o n faite de la t h e o r i e localiste, q u i se b o r n e ä a p p l i -
q u e r la m e t h o d e i m m a n e n t e d a n s u n d o m a i n e special et bien
dälimit£, ce n ' e s t q u e p l u s t a r d q u ' u n e g r a m m a i r e i m m a n e n t e
d a n s le s e n s p r o p r e d u t e r m e a ete i n s t i t u e e . Un p a s essentiel
d a n s cette voie a ete fait p a r ,1. RIES qui a i n o n t r e q u e la phrase
n'est p a s u n e u n i t e g r a m m a t i c a l e , et p a r F . DE SAUSSUKE q u i
d 6 t e r m i n e la p h r a s e c o m m e r e l e v a n t de la parole et n o n de
la l a n g u e ( 1 9 1 6 . 1 7 8 ) . Ces p r o g r e s o n t r e n d u n e c e s s a i r e d ' a b a n -
d o n n e r en g r a m m a i r e la n o t i o n p u r e m c n t logiquc de la p h r a s e
et de lui s u b s t i t u e r d e u x a u t r e s n o t i o n s : la n o t i o n d u syntagme
(le Wortgcfüge selon R I E S ) , qui releve de la langue, et qui c o n s -
Utue u n concept p l u s et m i t q u e le r o n c e p t t r a d i t i o n n e l de
p h r a s e , et la notion de la phrase dcfinic d a n s un s e n s n o u v e a u ,
plus large q u e le concept t r a d i t i o n n e l de p h r a s e , de facon ä y
c o m p r e n d r e tout e n o n c e f e i m c , (|ue cet e n o n c e soit liö ou n o n
LES ANT1L0CAL1STKS 51

au Schema rigide du jugement logique qui exigc la distinction


d'un sujet et d'un prcdicat; cette nouvelle notion de phrase ne
releve pas de la langue mais de la parole; eile fait l'objet non
pas de la linguistique, mais de la stylistique.
Pour fixer les idees il y a lieu d'ajouter une remarque, dont
le principe sera encore repris plus loin. Dans toute communaute
linguistique il convient de distinguer non seuleinent entre parole
et langue dans le sens saussurien; il convient de faire le depart
exact entre parole, usagc et norme. Par parole nous comprenons
l'execution de la langue par l'individu. Par l'usage nous com-
prenons l'execution habituelle de la langue par la masse. Par la
norme nous comprenons le Systeme et les distinetions exigees par
lui. C'est la norme qui constitue seule le veritable objet de la
linguistique. En adoptant ces termes qui apportent une precision
utile, on peut dire que la phrase releve ou bien de la parole ou
bien de l'usage, mais qu'elle ne releve jamais de la norme. De
plusieurs cötes il a ete montre que dans une communaute linguis-
tique donneela phrase est caracterisce par des faits de modulation
(voir p. ex. S. KARCEVSKIJ, L. BLOOMFIELD 170 sv.). C'est dire que
la communaute' aeeepte dans l'usage un certain mode de pro-
nonciation pour caracteriser les enonces fermes par Opposition
aux enonces ouverts. Ce fait ressortit de l'usage et non de la
norme. II n'a pas de rapport au Systeme de la langue. La phrase
est souinise d'une part ä certains prineipes logiques qui sont
independants de la langue (ce sont ces prineipes qui ont ete
ctudics receniment par M. BRONDAL, 51 sv.), et d'autre part aux
hahitudes adoptees par une communaute linguistique dans une
epoque donnee. Mais ces hahitudes peuvent changer sans qu'il y
ait interdependance avec le Systeme de la langue en question.
Ce developpement de la grammaire immanente doit avoir
pour consequence que les termes de la phrase (sujet, predicat,
etc.) ne peuvent pas etre adoptes comme la base des definitions
morphologiques. Que les termes de la phrase soient definis selon
la logique aristolelicienne ou qu'ils soient definis selon une
theorie generale du cheminement de la pensee, ils sont indif-
fereininent inutilisables dans la theorie morphologique de la
langue. Cette consequence inevitable n'a cependant pas ete tiree
dans le domainc de la theorie des cas, comme d'une facon gene-
52 LES ANTII.OCALISTES

rale les principes de la grammaire immanente n'ont pas ete


encore realises dans les recherches concretes.
En determinant ainsi la methode ä adopter, nous ne le
croyons pas superflu de prevenir ä un malentendu possible. Si
le cas ne peut pas etre defini par les faits syntaxiques, c'est-ä-
dire par les faits relevant de la logique et de la stylistique (gene-
rale et speciale), il ne s'ensuit pas que le cas ne puisse pas etre
defini par les relations qui ont lieu ä l'interieur du syntagme et
qui sont refletees par les faits inorphologiques de la rection. Le
syntagme est une realite grammaticale. Le syntagme est un
Schema de rections soumis aux regles de la norme, lie au Sys-
teme d'une langue donnee, et par lä meme radicalement difle-
rent de la notion generale et extra-linguistique de phrase 1 .
Mais les relations syntagmatiques designees par les cas ne
sont pas identiques aux relations etablies par la theorie trans-
scendentale de Rumpel.
Prenons un syntagme qui par son etendue recouvre une
phrase dans le sens classique: Soit

ros-a es-t pulchr-a.

Nous y avons inscrit les rections dans lesquelles les faits de


cas sont impliques. Les fleches au-dessus de la ligne indiquent
les relations purement casuelles. Les fleches au-dessous mar-
quent les relations dans lesquelles les cas sont impliques en
connexion avec d'autres categories morpheinatiques (personne,
nombre et genre).
On observe ici un jeu evident d'eloignement et de rapprochc-
ment.

1
On voit que la distinction que nous faisons entre linguistique et
stylistique differe de la distinction operee par AI BR0NDAL entre
ce qu'il appelle »morphologie« et ce qu'il appelle »syntaxe«. La
»syntaxe« de Hr0ndal est une fusion de stylistique generale et de
linguistique, et qui neglige ii tort les faits inorphologiques de la
rection. IVautre part la morphologie de Br0ndal est en principe
d'ordre transscendental.
LES ANTILOCALISTES 53

Rumpel, et la grainmaire traditionnelle qui adopte sa doc-


trine, postule a priori que le nominatif de pulchr-a est du ä
une raison differente de celle du nominatif de ros-a. S'il y a une
raison intrinseque pour laquelle ros-a est mis au nominatif, on
veut au contraire expliquer le nominatif de pulchr-a uniquement
comme une consequence mecanique des faits de rection. Selon
la theorie de Rumpel, qui semble etre communement adoptee
de nos jours, le nominatif de pulchr-a est du entierement ä la
rection, alors que pour le nominatif de ros-a les faits de rection
ne jouent pas le moindre röle. II y a ici une inconsequence qui
saute aux yeux. D'une part on etablit des raisonnements syn-
tagmatiques (qu'ils soient justes ou faux), d'autre part on veut
exclure en principe toute consideration de cet ordre.
Prenons un exemple qui est plus simple. Soit le syntagme
russe
röz-a krasiv-a.

Ici le nominatif de röz-a implique un eloignement syntag-


matique (le fait de regir), et le nominatif de krasiv-a implique
un rapprochement syntagmatique (le fait d'etre regi).
Mais la theorie de Rumpel, qui transforme d'abord le syn-
tagme en question en une phrase extra-linguistique definie par
des criteriums aprioristiques, dcfinit le nominatif comme le cas
exclusif du sujet, ce qui veut dire, en traduisant dans la langue
des localistes, le cas exclusif d'eloignement. Si cela etait juste,
il serait juste egalement de renverser les termes et de definir le
nominatif comme le cas exclusif du rapprochement. L'une et
l'autre dcfinition releverait d'une scission extra-linguistique et
est au point de vue linguistique erronee.
Au point de vue syntagmatique il est evident que Rumpel
n'a pas suivi le principe de Maxime Planude selon lequel il faut
definir les cas du point de vue du nom (ou du ternie) meme
qui subit la flexion casuelle. (Cf. plus haut, p, 11.) Rumpel
repete l'erreur des Stoiciens qui consiste ä regarder Tun terme
de l'angle de l'autre. Comnie Theodore Gaza regarde l'accusatif
de l'angle du nominatif, en definissant l'accusatif par äx^ourni,
ainsi Rumpel regarde le cas du predicat de l'angle du cas sujet.
5
54 I.ES ANTII.OCAI.ISTKS

Par ce fait il meconnait le caractere de la rection. II faut se


souvenir que la rection n'est dans nucune langue un fait pure-
ment mccanique '. Si un terme du syntagme est rcgi en cas par
un autre, c'est qu'il y a entre eux un rapport de signification.
Si par conscquent on veut chercher la signification d'un cas, il
faut considerer au meme titre la signification contractee par ce
cas dans le terme rcgi et dans le terme regissant. Si par exemple
un cas est rcgi par certaines prcpositions ä l'exclusion de cer-
taines autres, ceci tient ä la signification du cas qui montre
une certaine affinite ä celle des prcpositions qui le regissent.
WLI.LNEH (1827.12) a exprime ce principe avec une force pres-
que paradoxale: »Kein Wort gibt es, welches an sich diesen oder
jenen Casus regirte, und kein Wort hat auf diesen oder jenen
Casus vorzugsweise ein Monopol, wie man aus den gewöhnlichen
Regeln schlieszen solte. Und es bedarf der Genitiv bei Substan-
tivis eben so sehr der Begründung und Erklärung, als der bei
jedem anderen Worte.« (Cp. aussi la citation donnee plus haut,
p. 41.)
En l'espece, il faut objecter ä la theorie de Rumpel que,
selon le principe incontestable de Wüllner, le cas du predicat
exige une explication semantique au meme titre que le cas du
sujet.
Au point de vue intra-linguistique, toutes les definiüons don-
nees par Rumpel sont contestables: le nominatif du grec et du
latin n'est pas un cas exclusivement sujet; l'accusatif n'est pas
un cas exclusivement objet (dans l'accusatif avec infinitif, il est
ä la fois »sujet« et »objet«); le genitif n'est pas exclusivement
adnominal. Adopter ces definitions rendrait necessaire d'adopter
le principe de la metonyrnie (plus haut, p. 6).
La theorie comporte encore le grand desavantage d'ttre idio-
sijnchronique. Elle ne vise qu'ä expliquer les faits grecs (qu'elle
n'explique pas par ailleurs). L'ablatif, l'instrumental et le locatif
restent hors de sa portee.
H. STEINTHAL, qui est un des vrais pionniers de la grammaire
immanente, a toutefois dans le domaine des cas suivi Rumpel
1
II est vrai qu'il faul faire abstractinn de la concordancc pure,
dans laquellc la concordance en cas n'est pas comprise. Voir
Princ. 146 sv.
LES ANTILOCAUSTES 55

dans le principe. II a bien vu que nombre de cas restent refrac-


taires au principe d'explication invoque par Rumpel, et il en a
tire la consequence extreme: celle qui consiste a expulser toutes
ces formes de la categorie casuelle. II n'y a selon lui que quatre
cas »grammaticaux« possibles, ä savoir le nominatif, l'accusatif,
le datif et lc genitif. Toute autre forme est differente et ne re-
coit que par im abus traditionnel le nom de cas. (1893.300 sv.)
Le principe de Steinthal a ete suivi dans les theories plus re-
centes. C'est en effet la seule facon dont on puisse utiliser la
theorie de Rumpel. Cette consequence inevitable fait reflechir:
eile est l'indice de la fragilite de la doctrine etablie.
II est vrai qu'on n'a jamais reussi ä expulser tout ä fait les
cas »illegitimes« du Systeme. Ils sont des cas, et ils ne cessent
pas de revendiquer le droit qui leur revient. II a fallu se borner
ä diviser la categorie casuelle en deux fractions: une fraction
rumpclienne et une fraction rebelle. C'est la Situation d'au-
jourd'hui.
La theorie etablie avec tant d'eclat par Rumpel a reussi ä
compromettre foncierement l'idee claire et convaincante de la
theorie localiste. Apres Rumpel eile n'a plus ete comprise selon
ses intentions. On a cru que la theorie localiste consiste ä partir
des faits concrets et locaux pour expliquer par eux, selon le prin-
cipe de la metonymie, les emplois plus abstraits contractes par
les cas. On a cru par consequent qu'il y a des cas qui, tels que
le nominatif, ne reeoivent par la theorie localiste aueune expli-
cation possible. On n'a pas compris, ou voulu comprendre, que
la theorie localiste a jete les bases ä une theorie casuelle coh<5-
rente qui consiste ä voir dans l'idee abstraite de la direction la
dimension essentielle et primaire de la categorie qui nous oecupe.

4. LES DKMI-LOCALISTES

La theorie antilocnliste a ete ensuite elargie de facon ä deve-


nir une theorie dcmi-localiste, qui, en vue de rendre compte de
l'ablatif, de l'instrumental et du locatif indo-europeens, admet
qu'il y a deux sortes de cas: cas grammaticaux et cas locaux.
5*
56 [.BS DKMI-I.OCAUSTBS

D a n s cette deuxiöme e p o q u e de la l i n g u i s t i q u e i n d o - e u r o p e -
enne, qui s'oppose ä la p r e m i e r e (plus h a u t , p. 35 SV.), la base
d'explication n'est plus cherchee d a n s un Stade ideal c o i n p o i t a n t
un m i n i m u m absolu, inais d a n s le stade de l ' i n d o - e u r o p e e n com-
m u n a u q u e l o n a t t r i b u e lc Systeme maximum t r o u v e p a n n i les d i -
verses langues indo-europcennes, c'est-ä-dire le Systeme s a n s k r i t .
P u i s q u e d a n s ce Systeme l'ablatif, ( ' i n s t r u m e n t a l et le locatif ne
se plient pas a la theorie s y n t a x i q u e , on acconle ä la theorie lo-
caliste u n d r o i t relatif. On a d o p t e d a n s u n sens n o u v e a u le p r i n -
cipe de la relation ä double face. Selon la theorie de H.-L. AHRENS,
q u e n o u s citons d ' a p r e s HOLZWBISSIG ', il y a d ' u n e p a r t des cas
»topiques«, de l ' a u l r e des cas »logiques«.
L a p r e m i e r e chose qui frappe d a n s le Systeme d ' A h r e n s c'est
q u e meine p o u r les cas »logiques« (qui regoivent la definition
s y n t a x i q u e ) on n ' e c h a p p e pas ä la coneeption localiste. 11 est
vrai que la theorie ne distingue pas les directions. Mais eile dis-
tingue d ' u n e p a r t le m o u v e m e n t , de l ' a u t r e le r e p o s , et ces con-
cepts m a n i f e s t e m e n t localistes sont utilises p o u r les cas logiques
aussi bien que p o u r les cas topiques, de fa§on ä c o n s t i t u e r u n
parallelisme systematologique. Si l'on i n d i q u e p a r + le coneept
de m o u v e m e n t , p a r -=- le coneept de repos, et p a r 0 1 1 la t r a n s i -
tion entre les d e u x t e r m e s e x t r e m e s de m o u v e m e n t et de repos,
la theorie d ' A h r e n s se r e s u m e au tableau s u i v a n t :

+ o|i -5-

cas logiques Ac i) G

cas t o p i q u e s Ab L In

On voit bien que ce qui est essentiel d a n s ce Systeme, c'est,


m a l g r e les intention s explicites, son c a r a c t e r e e m i n e m m e n t loca-
liste. D ' a u t r e p a r t il est facile de se r e n d r e c o m p t e du fait que

1
Holzwcissig developpe la theorie d'Ahrens saus documentauon.
11 doit s'ajjir d'une plias< avancee des wies d'Ahrens, puiM[in-
dans la premiere edition de sa grammaire grecque (1852) il pro-
fesse la theorie ordinaiic des localistes. Nous n'avons pas pu met-
tre la inain sur la demeieme edition.
LKS DEMI-LOCALISTES 57

1'idee de la r e l a t i o n ä double face ne p e u t p a s etre s o u t e n u e d'une


facon c o n s e q u e n t e . Bien e n t e n d u l'ablatif et le genitif d o n t il est
ici q u e s t i o n o c c u p e n t une espace de signification p l u s ctroite que
celle de l'ablatif et du genitif en latin, et le datif d o n t il s'agit
est p l u s etroit q u e celui du grec. Mais le fait que l ' i n s t r u m e n t a l
est place p a r m i les cas t o p i q u e s est i n q u i e t a n t . A h r e n s dit bien
q u e la signification de l ' i n s t r u n i e n t a l est comitative ( l ' i n s t r u m e n -
tal d e s i g n e u n Zusammensein). II va de soi q u e cette idee p e u t
etre c o n c u e d a n s u n esprit localiste en suivant le principe de
M a x i m e P l a n u d e et la m e t h o d e de W ü l l n e r selon laquelle les
categories de la langue ne c o n s t i t u e n t pas une substance objec-
tive m a i s u n e f o r m e subjective (v. p . 3 7 ) : l ' i n s t r u m e n t a l designe-
r a i t la conceplion d ' u n e reciprocite ou d ' u n e coexistence. Mais
l o r s q u e le t e r m e de »topique« est defini non d a n s le sens loca-
liste, m a i s c o m m e identique ä concret et local, le c a r a c t e r e to-
p i q u e de l ' i n s t r u m e n t a l est loin d'etre evident. Alors n o u s s o m m e s
en p r e s e n c e d ' u n e I n t e r p r e t a t i o n m a t e r i a l i s t e et massive avec la-
quelle la t h e o r i e localiste ne p r e s e n t e a u c u n e analogie. D ' a u t r e
p a r t il n'est p a s n o n plus evident que l'accusatif indo-europeen
soit p u r e m e n t »logique«, et qu'il ne puisse i m p l i q u e r a u c u n e
notion c o n c r e t e et locale: le type d'oi'pavöv Ixe, grümam gacchati
remonte ä l'indo-europeen commun.

Mais le m a n q u e le plus f o n d a m e n t a l du Systeme est que le


n o n i i n a t i f reste en d e h o r s . On semble avoir oublie que si la theo-
rie localiste avait ete a b a n d o n n e e autrefois, c'etait au p r e m i e r
chef en vue de r e n d r e justice au noniinatif. S u r ce point capital
la t h e o r i e d ' A h r e n s n'est p a s s u p e r i e u r e ä celle de W ü l l n e r .
Le Systeme d ' A h r e n s est t y p i q u e de l'epoque. On Irouve des
c o n c e p t i o n s a n a l o g u e s d a n s les t r a v a u x de HLHSCHMANN, de Hoi.z-
WEISSIG et de DELBRÜCK. C o n f o r m e m e n t a u x definitions de RLMI>F.L
le noniinatif, l'accusatif et le genitif sont c o n c u s d ' o r d i n a i r e
c o m m e des cas » g r a m m a t i c a u x « , et c o n f o r m e m e n t ä la theorie
localiste, m a i s en a c c e n t u a n t p l u s le cöte concret et materiel de
la signification, l'ablatif, le locatif, le datif et l ' i n s t r u m e n t a l sont
c o n c u s c o m m e des cas »locaux«. D'entre les cas dits » g r a m m a -
ticaux« le n o n i i n a t i f est defini d ' o r d i n a i r e c o m m e le cas sujet,
l'accusatif c o m m e le cas adverbal et le genitif c o m m e le cas ad-
n o m i n a l . Ces d e f i n i t i o n s m a r q u e n t u n modeste progres p a r le
58 I.KS DKMt-I.OCAI.ISTKS

fait qu'clles adniettent quc la sphere d'action de l'aceusatif est


plus large que celle de l'»objet« avec laquelle Rumpel l'avait a
tort identifice. D'cntre les cas dits »locaux«, on definit d'ordi-
naire l'ablatif par l'eloignement et le datif par lc rapprochcment.
Cettc manicre de voir fait des difficultes pour le datif, et Hot.z-
WKISSIG surtout en a eu conscience; les emplois les plus courants
faits du datif ne sont aucunement d'ordre local dans le sens
absolu et concret du terme, et pour vaincre cette difficulte Holz-
weissig a dans une large mesure recours au principe de la nie-
tonymie. Des deux cas qui restent, le locatif est coneu d'ordi-
naire comme etant neutre par rapport aux termes opposes de rap-
prochement et d'eloignement, le locatif indiquant le lieu oü une
action tient place, et l'instrumental est defini comme complexe,
comme indiquant ä la fois rapprochement et eloignement (Zu-
sammensein).
Le principe de ces definitions est le meme que chez Ahrens,
et il est susceptible des meines objeetions.
II y a eependant lieu d'ajouter que dans la phase classique
ou neo-grammairienne de cette epoque le point de vue propre-
ment systematologique a ete neglige. Si dans une certaine mesure
on discute la strueture du Systeme indo-europeen, qui n'est en
realite que le Systeme sanskrit, on neglige le probleme synchro-
nique qui se rattache aux autres langues appartenant ä la fa-
mille. On se borne ä considerer ces systemes comme des resul-
tats plus ou moins fortuits d'une evolution du Systeme qui est
considere comme le point de depart.
Cette evolution est decrite par le principe de syncretisme.
Ainsi l'ablatif en latin, le datif et le genitif en grec sont conc;us
comme des cas syncretistes dont chaeun comprend dans son
contenu semanlique plus d'un seul cas de l'indo-europeen com-
mun.
Dans l'ctude des langues indo-europeennes autres que le grec,
on s'etait de bonne heure rendu compte du fait de syncretisme.
C'est en partant de ce fait que les grammairiens hindous et indc-
pendamment d'eux RASMDI RASK avaient exige un ordre fixe dans
renumeration des cas. Depots G. HERMANN on s'est efforce d'ex-
pliquer la discordance observee entre le Systeme du grec et celui
LES DEMI-LOCALISTES 59

du latin par l'hypothcse Selon laquelle l'ablatif a ete en grec


syncretise avec certains autres cas.
L'ecolc neo-grammairienne utilise ce fait pour expliquer selon
un principe mecaniste les co'incidences des divers cas indo-euro-
peens dans chacune des langues historiquement attestees. La me-
thode a favorise dans une large inesure le principe de la scission
extra-linguistique qui devient une scission diachronique. De ce
point de vue l'ablatif du latin, le datif et le genitif du grec ne
sont plus des unites, ce sont des conglomerats qui ne s'ex-
pliquent scientifiquement que par une scission d'apres les preten-
dues categories indo-europeennes dont ils se composent. La scis-
sion diachronique se superpose ä la scission extra-linguistique
pratiquee depuis longtemps par la philologie classique, au point
qu'un cas tel que l'ablatif latin, qui est en meme temps consi-
dere en principe comme une entite une, est decompose dans une
poussiere inextricable d'unites differentes sans aucun foyer
commun. Le principe de Wüllner, selon lequel il faut chercher
pour chaque unite de l'etat de langue considere une seule signi-
fication fondamentale, est tombc en desuetude complete. II est
caractcrisliqiie de cette ecole que le probleme n'est pos6 ni de
Tun ni de I'autre cöte: on ne pose pas le probleme de savoir si
en latin l'ablatif, concu dans le sens traditionnel, constituc vrai-
ment une seule unite; et on ne pose pas non plus le probleme
de la signification fondamentale de cette unite possible. On ac-
cepte sans critique la tradition grammaticale et lui superpose
une doctrine diachronique en la substituant ä l'explication syn-
chronique. On ne considere pas l'etat de langue comme un Sys-
teme, relevant de lois constantes du langage qu'il conviendrait
de dcgager, mais comme un produit fortuit de certains processus
aveugles qui sont ä tort designes comme des lois. La theorie ainsi
etablie ne respecte pas les faits de langue. Elle les dissout au
contraire au moyen d'un procede artificiel. C'est ainsi qu'on eta-
blit une »grammaire comparee« qui a ceci de particulier de ne
pas etre une grammaire.
Mais le fait des syncretismes, dont l'etude a ete inauguree
par POTT, et dont la linguistique indo-europeenne fait usage cons-
tamment, pose plusieurs problemes capitaux qui ont ete con-
fondus et voilcs par le point de vue diachronique. En fait les
60 LES DBMI-LOCALISTBS

syncretismes constituent le probleme capital dans le doinaine


des cas, conime dans la morphologie d'une facon generale.
L'existcncc meine des syncretismes, surprenante au point de
vue strictement systcmatologique, devrait recevoir d'abord une
explication synchronique. II faudrait savoir pourquoi certains
cas contractent des syncretismes mutuels alors que certains au-
tres cas ne le fönt point, et pourquoi certains syncretismes ont
lieu dans certaines declinaisons et sont exclus dans les autres.
Le fait des syncretismes devrait recevoir ensuite une expli-
cation evolutive, qui rendrait compte des conditions dans les-
quelles tel syncretisnie se realise ou se generalise pendant l'evo-
lution d'une langue donnee.
De cette facon il faudrait parvenir ä degager les lois generales
qui dirigent le phenomene du syncretisnie, et qui permettraient
de predirc les syncretismes possibles et les syncretismes neces-
saires d'un Systeme donne\
Ces problemes sont les plus intcressants qui puissent etre
poses dans le domaine de la categorie casuelle. Ils constituent
un complexe qui occupe probablement le centre meme du Pro-
bleme general des cas, et qui en renferme la Solution.
La soi-disante grammaire indo-europeenne a utilise large-
ment le fait des syncretismes sans meme poser le problöme
qu'il suggere.
Tout ceci revient ä dire que la theorie casuelle favorisee par
l'ecole neo-grammairienne reste, au meme titre que Celles qui la
precedent, une theorie par definition idiochroiiique — on pounait
meme dire, malgre le point de vue exclusivement diachronique
de l'epoque, idiosijnchronique, pour autant que le probleme
systcmatologique n'est pose que pour un seul etat de langue
tout au plus, l'etat de la langue-mere indo-europeenne ou du
sanskrit qui pour les cas lui a fourni le modele.
Si nous avons qualifie cette theorie idiosynchronique de dcmi-
localiste, c'est pour marquer le retour ä l'idee de la conception
spatiale qui etait pour les loealistes le point de depart. Mais ä
strictement parier la theorie indo-europeenne est tres loin de
presenler une veritable analogie avec la theorie localiste. Elle
est nee historiquement d'une Opposition contre la theorie loca-
liste, et eile en porte l'empreinte.
LES DEMI-LOCALISTES 61

E n s'efforcant de faire r e s i s t a n c e a u p o i n t de vue localiste on


en est venu ä s o u t e n i r qu'il existe des cas dont la signification
est uniquement ou principalement (Vordre concret et local dans
le sens massif et matcrialiste de ce terme. C'est u n e idee nou-
velle qui r e s t e e t r a n g e r e ä la t h e o r i e de W ü l l n e r qui p a r ses
a n t a g o n i s t e s a ete b a p t i s e e »localiste«. C o m i n e nous l'avons indi-
que p l u s h a u t ( p . 27) le p r i n c i p e de la relation ä double face
contient une c e r t a i n e verite, m a i s cette verite se reduit ä ceci
q u e dans certaines langues il existe des cas qui par leur signifi-
cation se pretent mieux que certains autres ä exprimer les
relations locales et concretes. II est c e r t a i n q u e l'indo-europeen
a p p a r t i e n t a ce t y p e de l a n g u e , bien q u e ce fait ne se revele
q u e d ' u n e fa^on v a g u e en ne c o n s i d e r a n t q u e l'effectif de cas
etabli p a r la l i n g u i s t i q u e c l a s s i q u e . E n ne c o n s i d e r a n t que les
q u a t r e cas grecs ou les c i n q cas l a t i n s r e c o n n u s p a r la t r a d i t i o n
(on fait a b s t r a c t i o n d u v o c a t i f ) , le n o m i n a t i f seul n ' a d m e t pas
l'emploi c o n c r e t et local; les a u t r e s c a s s e m b l e n t etre ä cet egard
indifferents. C'est p o u r q u o i on ne r e u s s i t p a s , sur les bases de
la tradition, a d i s t i n g u e r n e t t e m e n t les d e u x sortes de relations
exigees p a r la t h e o r i e .
E n c o n c l u s i o n , la t h e o r i e localiste, teile qu'elle a ete concjue
p a r Maxime P l a n u d e , p a r T h e o d o r e Gaza, p a r les g r a m m a i r i e n s
du m o y e n - ä g e et p a r W ü l l n e r , est la seule theorie des cas etablie
jusqu'ici qui m c r i t e u n e c o n s i d e r a t i o n serieuse. Le nominatif
e n t r e s a u s peine d a n s le Systeme etabli p a r cette theorie, ainsi
qu'il a ete m o n t r c p a r les g r a m m a i r i e n s m e d i e v a u x et p a r Ast
et Döleke. D ' a u t r e p a r t , il p a r a i t e v i d e n t q u e la d i m e n s i o n etablie
p a r la t h e o r i e localiste ne suffit p a s p o u r r e n d r e c o m p t e de tous
les cas q u i sont possibles. II p a r a i t q u e cette dimension, celle
du r a p p r o c h e m e n t et de l'eloignement, p e u t etre en j e u s u r d e u x
p l a n s difTerents: u n p l a n od l'emploi c o n c r e t et local est facile
et n a t u r e l , et un a u t r e p l a n oü cet e m p l o i est u n e possibilite
lointaine ou s e u l e m e n t t h e o r i q u e . La d e m o n s t r a t i o n de ce fait
n'est pas le m e r i t e des a n t i l o c a h s t e s . Le fait a ete m o n t r c p a r
Ast et Döleke. Les t h e o r i e s e t a b l i e s p l u s t a r d p a r les a n t i l o c a h s t e s
et p a r les d e m i - l o c a l i s t e s n ' o n t servi q u ' ä t r o u b l e r les r e s u l t a t s .
C. THEORIE PANCHRONIQUE
La theorie greco-latine et la theorie indo-europeenne ont ete
toutes les deux des theories idiosynchroniques. Ce n'est qu'assez
lentement qu'on a eu conscience du danger qui y reside, bien
que certains linguistes isoles aient prevenu de bonne heure
contre lui.
C'est WILHELM VON HUMBOLDT qui a le premier vu la neces-
site d'une vue plus elargie et d'une grammaire panchronique.
Mais l'influence reelle de Wilh. von Humboldt dans les re-
cherches concretes est restee tres longtemps minime. II est vrai
que von Humboldt, qui etait au debut dans une certaine liaison
avec l'ecole boppienne, a influence plusieurs des auteurs qui ont
ete cites dans les pages qui precedent; mais malgre cette influence
theorique les auteurs auxquels nous pensons sont restes dans
le plan idiosynchronique.
Pendant l'cpoque neo-grammairienne les theories indo-euro-
peennes ont ete etablies independamment de la grammaire gene-
rale. Mais celle-ci gagne en forces au für et ä mesure que l'on
s'apercoit des insuffisances de la doctrine diachronique. Et la
grammaire generale pouvait se nourrir de plus en plus des
materiaux apportes par l'etude des familles de langues autres
que l'indo-europeen.
Dans le domaine de la theorie casuelle, HOBSCHMANN et HOLZ,
WEISSIG peuvent ä cet egard etre qualifies de pionniers. Ils
exigent avec force une comparaison plus large, comprenant des
langues appartenant ä des familles differentes, et ils appuient
sur l'importance qu'il y a pour les 6tudes indo-europe'ennes
meines ä substituer ä la »grammaire« dite comparee une veri-
table grammaire d'ordre general. En continuant la tradition
THKORIE PANCHRONIQUE 63
inauguroe par WILHELM VON HUMBOLDT et par GEORG VON DER
GABEI.ENTZ, HUBSCHMANN consacre en 1875 u n e i m p o r t a n t e etude
a u p r o b l e m e des cas et r e c l a m e d a n s ce d o m a i n e des r e c h e r c h e s
d ' o r d r e general. »Das I n d o g e r m a n i s c h e « , dit-il, »es m a g die Rose
oder sonst eine B l u m e im G a r t e n der S p r a c h e n sein, i m m e r
bleibt es n u r eine B l u m e u n t e r vielen, u n d der S p r a c h f o r s c h e r
darf, um m i c h persisch a u s z u d r ü c k e n , nicht die Bulbul sein,
die n u r mit d e r Gul koset, s o n d e r n soll d a s Leben u n d W e b e n
des Sprachgeistes in allen seinen Offenbarungen zu e r k e n n e n
suchen.« II insiste s u r ceci q u e les p r o b l e m e s les p l u s p r o f o n d s
de la g r a m m a i r e i n d o - e u r o p e e n n e ne p e u v e n t etre r e s o l u s que
s u r les bases d ' u n e l i n g u i s t i q u e generale. (129 sv.)
Mais de l'idee ä la rcalisation la d i s t a n c e etait bien longue.
Si H ü b s c h m a n n avait esquisse une c o m p a r a i s o n e n t r e l'indo-
e u r o p e e n , les langues finno-ougriennes et les langues t u r q u e s ,
c'est l o n g t e m p s d a n s le s e m i t i q u e q u ' o n a puise les p r i n c i p a u x
m a t e r i a u x . C'est le cas d a n s le livre de H u b s c h m a n n c o m m e
d a n s celui de Holzweissig. Mais sous cette forme les c o m p a r a i -
sons p l u s larges n ' o n t p r e s q u e p a s eu d'influence. Le s e m i t i q u e
est le d o m a i n e le m o i n s instructif que l'on p ü t choisir, p u i s q u e
d a n s cette famille de l a n g u e s le Systeme de cas reste s u r le ini-
n i m u m absolu. Ce qui est plus, la prise en consideration des
faits s e m i t i q u e s devait r e t a r d e r le d e v e l o p p e m e n t parce que le
Systeme casuel du s e m i t i q u e est ä p a r t et ne p e u t pas etre pris
p o u r modele general. Les cas d u s e m i t i q u e c o n s t i t u e n t une Situa-
tion specifique, et qui pouvait etre invoquee ä hon droit p a r la
theorie s y n t a x i q u e : les trois cas s e m i t i q u e s de Pagent, de l ' a c t u m
et de l'annexion fournissent une Illustration excellente a l'idee
a p r i o r i s t i q u e de R u m p e l . Le Systeme casuel du s e m i t i q u e n'a
p a s une allure assez e t r a n g e p o u r m e t t r e en relief ce q u ' o n avait
besoin d e voir. T o u t en r e s t a n t foncierement different du Sys-
t e m e indo-europeen, il m o n t r e avec lui d ' u n certain point de
vue une analogie f r a p p a n t e . O n a insiste sur ces d e u x faces d u
p h e n o m e n e : d ' u n e p a r t on a invoquö le s e m i t i q u e p o u r la
theorie s y n t a x i q u e , d ' a u t r e p a r t on a etudie avec i n t e r e t et
curiosite les categories d'etats qui se t r o u v e n t en s e m i t i q u e et
q u i ne p r e s e n t e n t en indo-europeen c o m m o n rien de pareil. La
d e c o u v e r t e des e t a t s s e m i t i q u e s ne pouvait a u e u n e m e n t contri -
I;I THKOIUK PANCHRONIQUE

buer a clucider le problcme tel qn'il se pose dans le domaine


indo-europcen. Les etats semitiques constituent une partieularite
specifique sans portee generale.
A ne considerer que les familles de langues les mieux etu-
diöes, nulle d'entre elles aurait pu fournir une meilleurc Illus-
tration au probleme des cas que celle des langues finno-ougri-
ennes.
L'essence des cas finno-ougriens avait ete reconnue dejä en
1819 par RASMUS R\SK (dans un traite qui ne fut imprime qu'en
1834; voir RASK II 258—259, et cp. 338, oü on peut comparer la
terminologie vague et erronee des devanciers). Le Systeme fin-
nois trouve par Rask sert ä montrer que la relation ä double
face, dont il a ete souvent parle, et qui doit constituer la deux-
ieme dimension de la categorie casuelle, la dimension qui se
superpose ä celle de la direction, peut comporter plusieurs
termes. En realite, on constate dans le Systeme de Rask une
relation ä quadruple face.
II va de soi que dans le detail le Systeme etabli par Rask
peut etre sujet ä discussion. Rask reconnait douze cas pour le
finnois, et il concoit le Systeme de fa£on ä les y introduire ä
raison de 3 fois 4. Le rapprochement, le repos et l'eloignement
se repetent sur 4 plans dilTerents. Nous donnons ici le tableau
de Rask avec les denominations modernes, qui d'ailleurs pour
la plupart sont dues ä Rask:

relation I II III IV

N Ac AI 11

G Es Ads Ine

Pt Abs Ab E

Si on avait utilise de bonne heure ces resultats apportes par


Rask, on se serait facilemcnt rendu compte de deux choses im-
portantes:
1° Dans im Systeme si clairement localiste que celui du
finnois, il n'y a pas de cas purement local dans le sens concret,
THEORIE PANCHRONIQUE 65

massif et materiel du terme. Meine les cas qui se pretent le plus


facilement ä cet emploi remplissent en meine temps un röle
purement syntagmatique ou »logique«,
2° La difference des diverses sortes de relation, qui consti-
, tuent la deuxieme dimension du Systeme, consiste surtout en
une difference dans le degre d'intimite avec lequel les deux
objets envisagcs par le rapport casuel sont lies ensemble. En
suivant le numerotage de Rask, il y a, en passant successive-
ment de la l r e relation ä la 4 m e , un degre d'intimite toujours
croissant.
Mais les resultats de Rask n'ont pas eu d'influence. Ils sont
restes en dehors du developpement general. Et une veritable
comparaison de l'indo-europeen et du finno-ougrien n'a jamais
ete faite.
On s'est contente tres longtemps de reclamer en theorie une
methode panchronique et de collectionner des materiaux. Par
les travaux importants de FRIEDRICH MLLLEB, de HEINRICH WINKLER
et de WILHELM WUNDT, le probleme de la grammaire generale a
ete pose avec force et la Solution a ete preparee par des re-
cherches empiriques du detail, y compris des recherches sur les
cas. On peut ajouter l'expose bref, mais clair et reussi de la gram-
maire generale des cas dans le livre de M. SAINEAN (124—132),
et l'expose riche, mais moins solide, de R. DE LA GRASSERIE.
Mais malgre ces premiers debuts, et bien que les bases theo-
riques aient ete jetees ä une linguistique generale, surtout par
les travaux de F. DE SAUSSURE et de M. SECHEHAYE, la grammaire
generale reste encore ä faire. Une grammaire generale des cas
n'a pas ete ecrite.
II n'est pas parle ici des travaux les plus recents, datant de
notre sicele. On les appreciera plus loin.
D'entre les travaux dont il a ete parle ici, il va de soi que
l'on pourra utiliser surtout ceux qui ou bien se consacrent ä l'ex-
pose objectif des faits, sans entamer le travail de Synthese, ainsi
que la grande oeuvre de FRIEDRICH MÜLLER, OU bien procedent ä
une Synthese provisoire par une methode empiriquc et imma-
nente; cela est le cas surtout du judicieux travail que nous de-
vons ä M. SAINEAN. Ceux qui sont moins methodiques, te!s que le
travail de R. DE LA GRASSERIE, offrent une moindre valeur. Ceux
M THEORIE I'ANCHUON'IQUE

qui se placent intentionnellement sur les bases de la theorie


syntaxique, tels que le travail de H. WINKLER, et ceux qui se
placent sur le point de vue transscendental, ainsi que le travail de
W. WUNDT, sont pour nous moins utilisables en principe, malgrc
beaucoup de merites que l'on saura appretier.
Nous donnerons ici une appreciation sommaire du travail ac-
compli dans notre domaine par WILHELM WUNDT, parce que sa
theorie (II 60 sv.) offre des points de vues nouveaux et a mouve-
mente considerablement la Situation recente.
Wundt se place en principe sur le terrain de la methode
transscendentale, en operant des scissions extra-linguistiques
dans les categories de la langue. La critique de la methode de
Wundt a ete faite autrefois d'une facon excellente par M. SECHE-
HAYE (33 sv.), et nous ne voulons pas ici repeter ces paroles
auxquelles nous donnons notre pleine adhesion.
Reste ä voir ce qu'il y a d'essentiel dans la theorie speciale
des cas qui se trouve dans l'ouvrage de Wundt.
Le point de depart de Wundt est le juste. Les cas servent ä
designer selon lui une relation ou une dependance, qui se ra-
mene ä une conception sensuelle de la direction. II souligne avec
force le fait que tous les cas sont dans une certaine mesure appli-
cables a la fois aux relations concretes ou locales et aux rela-
tions plus abstraites d'ordre grammatical ou »logique«, et qu'il
n'y a lä aucune difference essentielle. Accuser l'une de ces deux
faces serait operer une abstraction arbitraire.
Tout cela revient ä dire que le point de depart de Wundt est
manifestement localiste, dans le sens oü nous entendons ce
terme.
La relation designee par les cas recoit chez Wundt le nom
de determination. La determination constitue la premiere dimen-
sion de la categorie. La deuxieme dimension est, comme chez
les devanciers, une relation ä double face, mais celle-ci recoit
chez Wundt une definition nouvelle: la premiere relation est la
determination interieure, la deuxieme relation est la determina-
tion extirieure.
La determination interieure comprend les quatre cas du no-
minatif, de l'accusatif, du genitif et du datif. Les cas dits inte-
rieurs sont ceux qui admettent l'emploi libre, sans etre accom-
THEORIE PANCHRONIQUE 67

pagnes de prepositions, et qui n'ont pas besoin d'etre exprimes


par une desinence (ou, pour parier d'une facon plus generale, par
un formant explicite ou zero), mais qui peuvent etre exprimes par
l'ordre des mots. La determination interieure constitue une rela-
tion fondamentale, ä laquelle nulle langue ne saurait echapper.
Selon la doctrine de Wundt toute langue humaine comprend les
quatre cas »interieurs« precites, et ni plus ni moins.
La determination extcrieure comprend tous les autres cas
possibles. Ces cas ne peuvent etre exprimes par l'ordre de mots,
mais ils recoivent toujours im formant explicite ou zero (une
desinence). Ils sont souvent accompagnes de prepositions. Ils ne
sont pas necessaires ä la langue, mais leur nombre est en principe
illimite.
La theorie echoue manifestement devant les faits des langues.
Pour chercher ä la verifier, il faut admettre que tres souvent les
deux sortes de cas se syncretisent. Toute langue qui ne possede
pas les deux sortes de determinations ä la fois, doit posseder
un melange complexe plus ou moins repandu, plus ou moins
inextricable. A cöte des cas purement interieurs et des cas pure-
ment exterieurs, les langues presentent souvent des cas mixtes.
Surtout on rencontre souvent un cas qui s'appelle datif, mais
qui n'est pas un datif dans le sens propre du terme, puisqu'il
comprend une dose plus ou moins grande de determination extc-
rieure. L'accusatif latin, le genitif grec doivent comporter un lest
assez considerable de determination exterieure.
II s'ensuit qu'il y a fort peu de langues oü la theorie puisse
etre appliquee d'une facon evidente. D'une facon generale eile
ne s'applique qu'aux langues presentant un nombre de cas rela-
tivement eleve, et mSme ces langues presenteront souvent des
difficultcs. On peut admettre que le finnois possede un nomina-
tif, un accusatif et un genitif, bien que les recherches de H.
WINKLER aient fait voir avec evidence que le contenu de chacun
de ces cas finnois est moins large et autrement disposö que celui
des cas indo-europeens qui y correspondent par leurs noms. Mais
le finnois ne possede aucun »datif pur«. Les significations qui
en indo-europeen sont accordees au datif, se repartissent en fin-
nois sur l'allatif et l'illatif, deux cas qui comportent un contenu
evident d'ordre »exterieur« et tout ä fait etranger au datif indo-
68 THEORIE PANCHIIONIQUE

e u r o p c e n . Les »datifs« finnois ne sont p a s des d a t i f s p u r s m a i s


des d a t i f s m i x t e s .
Ces d o u t e s v i e n n e n t d o n c s'ajouter a u x objections t h e o r i q u e s
qu'il y a lieu d'elever a u sujet de la d o c t r i n e . O n les a e n o n c e e s
de p o i n t s de vue differents et ä p l u s i e u r s r e p r i s e s . (Voir p. ex.
DELBRÜCK 1901.129, SÜTTERLIN 103.)
Mais ces objections n ' e m p e c h e n t p a s qu'il p u i s s e y avoir d a n s
l'oeuvre de VVundt des resultats p l u s c o n c r e t s et objectifs et qu'il
c o n v i e n d r a d ' a p p r e c i e r d a n s la suite. Nous v o u l o n s appelcr s u r -
t o u t l ' a t t e n t i o n s u r d e u x o r d r e s de faits.
D ' a b o r d , W u n d t a le m e r i t e i n e s t i m a b l e d'avoir affranchi la
t r a d i t i o n e u r o p c e n n e de la theorie desinentielle des cas i n t r o -
d u i t e p a r l'ecole greco-latine. W u n d t a decouvert que les memes
sortes de relations qui dans certaines langues s'expriment par des
formants casuels du type explicite ou zero (par exemple par des
desinences casuelles) s'expriment en d'autres langues parl'agence-
ment des elements. II est vrai que cette d e c o u v e r t e est facile ä
faire et q u ' e l l e a ete faite en effet a v a n t W u n d t . Ainsi d a n s le
Grundriss de F . MÜLLER, p a r exemple, l'ordre d e s mots est t o u -
j o u r s e t u d i e en connexion avec la categorie des cas, et il est dit
souvent q u e d a n s teile l a n g u e etudiee les r e l a t i o n s casuelles sont
e x p r i m c e s i m p l i c i t e m e n t au moyen de l ' a g e n c e m e n t . Mais W u n d t
a le m e r i t e d'avoir insiste sur ce fait et d'en avoir fait tHat du
p o i n t de v u e t h e o r i q u e .
E n effet il est evident que l'agencement des entites d a n s la
serie a r t i c u l a t o i r e p r e n d d a n s n o m b r e de l a n g u e s le röle d ' u n
f o r m a n t e x p r i m a n t des m o r p h e m e s au m e m e titre que les af-
fixes. (Voir p o u r le principe Princ. 125.) Et il est evident s u r -
t o u l q u e t r e s souvent les r e l a t i o n s casuelles s ' e x p r i m e n t p a r ce
moyen.
II f a u t c e p e n d a n t bien c o m p r e n d r e que n o u s n'avons p a s
s o u t e n u q u e l'agencement e x p r i m e les memes cas qui d ' o r d i -
n a i r e s ' e x p r i m e n t par des f o r m a n t s explicites. T o u t ce que n o u s
v o u l o n s s o u t e n i r c'est q u e l'agencement p e u t e x p r i m e r des cas.
Ce serait chose vaine q u e de vouloir p r e t e n d r e que les mc'mes
cas qui en a l l e m a n d ou en latin s ' e x p r i m e n t p a r des d e s i n e n c e s
s ' e x p r i m e n t en chinois classique p a r l'ordre des m o t s . Les
cas du c h i n o i s classique ne sont pas i d e n t i q u e s a u x cas de
THEORIE PANCHBONIQUE C9

1'alleinand ou du latin. Mais cc sont des cas. Les distinctions


faites par un ordre fixe des elements agissent sur le meine plan
de relation que les distinctions faites par les formanls casuels.
D'une fa^on generale le Systeme casuel n'est presque jamais
le menie en passant d'un etat de langue ä un autre. Les signifi-
cations assignees ä la categorie des cas sont reparties differem-
ment sur les cas reconnus par la langue en question. II n'y a
pas un seul cas finnois dont l'etendue de signification soit la
meme que celle d'un cas de l'allemand. Cela n'empeche pas de
reconnaitre que le finnois possede des cas au meme titre que l'alle-
mand. De meine, en passant d'un Systeme casuel exprime par
des formants explicites ä un autre exprime par des formants
implicites, les significations de chacun des cas deviennent dif-
ferentes, mais la categorie des cas ne cesse pas pour cela d'exis-
ter.
II est en effet evident a priori qu'une categorie grammaticale
ne peut recevoir l'expression par l'agencement qu'ä condition
de repartir les significations qu'elle comporte de fa^on ä les plier
aux exigences constituees par le caractere lineaire du signifiant.
Un Systeme qui comporte un nominalif dans le sens indo-euro-
peen, c'est-ä-dire un cas qui designe ä la fois le »sujet« et le
»predicat«, ä la fois eloignement et rapprochement, ne peut pas
etre exprime par la position des elements. Le Systeme casuel
doit, pour recevoir l'expression par position, röpartir les signi-
fications autrement: il doit comporter un cas subjectif, qui
marque le sujet grammatical et qui ne comporte aucune autre
signification, et un cas translatif, qui est ä la fois le cas de l'objet
et celui du predicat.
Ces considerations nous amenent ä voir que la theorie de
VVundt est ä cet egard trop peu flexible. Wundt a subi dans une
certaine mesure l'influence de la theorie syntaxique qui fait abs-
traction arbitrairement de l'emploi predicatif du nominatif
indo-europeen. II est en realite impossible de soutenir que toute
langue possede un nominatif et un accusatif. II est d'une facon
generale impossible de soutenir que toute langue possede cer-
tains cas dont la signification serait circonscrite une fois pour
toutes. Pour etablir une grammaire generale des cas, il faut se
borner ä fixer la signification fondamentale de la categorie prise
6
70 THEORIE PANCHRONIQUE

dans son ensemble, pour faire voir ensuite comment chacune


des langues porte sur l'echelle significative l'effectif de cas qu'elle
comporte. II n'y a pas de cas universels. C'est la categorie qui
est universelle; ses manifestations concretes ne le sont pas.
Mais Wundt a montre que la categorie casuelle est universelle,
et qu'elle peut etre exprimee par les faits de position.
Ensuite, la decouverte de Wundt nous fait voir en meme
temps qu'i'Z n'y a pas de langue sans cas, et que la catigorie
casuelle comporte un minimum absolu qui selon Wundt peut
etre fixe1 au nombre de quatre.
Ce minimum absolu ne comporte pas toujours et necessaire-
ment les memes cas repartis de la meme facon sur l'echelle
significative. Les objections que nous venons de faire ä la
theorie de Wundt le fönt dejä voir. Tout ce qu'on peut soute-
nir c'est qu'il existe un minimum, sous lequel le Systeme casuel
ne peut jamais baisser. II est evident d'avance que la structure
du Systeme minimum doit etre teile que pour chacun des cas
l'etendue de signification est plus large et le contenu de signifi-
cation plus restreint que dans un Systeme plus riche. Une re-
duction numerique d'un Systeme casuel veut dire en meme temps
un accroissement du degre d'abstraction de chacun des cas. Le
minimum numerique comportera un maximum d'abstraction
dans les significations des cas. Sur le minimum, les cas qui
subsistent se preteront beaucoup moins volontiers aux emplois
concrets et locaux que ne le fönt les cas d'un Systeme plus
riche. Le maximum numerique comportera en meme temps le
maximum d'emplois concrets et locaux. —
A ces decouvertes, apportees ou suggerees par l'oeuvre de
Wundt, ajoutons enfin une decouverte qui a ete faite par les
travaux de F. MÜLLER et de H. WINKLEH. Nous voulons dire la
decouverte de l'existence de la conjugaison objective et d'un
rapport possible entre cette categorie et celle des cas.
II n'y a guere d'autres resultats positifs ä signaler de l'etude
panchronique des cas qui a ete faite jusqu'ici.
D. LA POSITION DU PROBLEME. DIRECTIVES
POUR SA SOLUTION

1. PRINCIPES GENERAUX

a) Delimitation de la categorie.

La premiere condition pour pouvoir traiter d'une categorie


selon une methode ferme est qu'on en connaisse l'etendue exacte.
Pour chaque etat de langue il faut circonscrire le plus exacte-
ment possible son effectif morphematique. C'est lä le seul pro-
cede par lequel on puisse se faire une idee des possibilites gene-
rales des formes d'existence de la categorie etudiee, et des con-
ditions de leur realisation dans les langues. Sans une delimita-
tion exacte de la categorie en question toute recherche de detail
reste vaine.
Le developpement des etudes, dont on a suivi les grandes
lignes dans les chapitres precedents, n'a donne pour la delimi-
tation de la categorie casuelle aucun principe uniforme, ferme
et pleinement utilisable.
La theorie d'aujourd'hui est dans son ensemble condamnee
ä agir dans les cadres de la theorie greco-latine. Cela est vrai a
ce point que meme les reactions qu'on a tentees contre la tra-
dition en portent l'empreinte evidente.
Parmi les caracteres de la theorie traditionnelle, signalons
trois dont l'effet est devenu fatal.

Le premier caractere est que le cas est defini en principe


comme la jmoaic; par excellence, comme la declinatio nominis.
Si on n'a pas toujours identifii cas et declinaison, on a toute-
fois ete assez pres de le faire pour occasionner par lä meme
une delimitation vague de la categorie casuelle. Cette concep-
tion a eu pour consequence que la categorie casuelle a ete definie
d'une facon negative.

72 DELIMITATION DE LA CATEGORIE

Pour le voir nettement il faut se rendre compte du caractere


particulier de ce Systeme idiosynchronique sur lequel la thcorie
traditionnelle est fondce. Le Systeme dont il s'agit reste en prin-
cipe le meme, que l'on considere le grec, le latin ou le sanskrit.
Ces systemes sont d'un seul et meme type. II est caracteristique
ä ce type de Systeme que dans lui il y a dans tout paradigme con-
cret un croisement de la categorie casuelle avec deux autres
categories, ä savoir le nombre et le genre. Malgre un enchevetre-
ment fort avance de ces trois categories, il serait impossible de
les confondre entre elles. Le paradigme comporte une configura-
tion structurale toujours nette; la scrie des cas se repele sous
chaque nombre et sous chaque genre. On peut dire que tout
paradigme nominal de ces langues comporte, a condition d'etre
complet, trois dimensions categorielles; soit en latin:

-T -ae -a /

-ÖS -äs /-a


/
-örum -aruta -örum

-7s Ais -Ts

y -7s -Ts

-US -a /-um

-um -am/ -um


/
-T /-ae -7
/
• ö'/ -ae -ö

/ -0 •S -0
/
f
DELIMITATION DE LA CATEGORIE 7:i

Le tableau donne ici est celui de la grammaire tradition-


nelle. Disons en passant que ce n'est pas notre intention de
purtager la responsabilite avec eile. Les conceptions tradition-
nelles sont ä beaucoup d'egards tres sommaires et tres inexactes,
et une analyse detaillee et rigoureuse nous fera voir comment il
faut la corriger. Ici nous nous bornons ä constater que, du
point de vue de la grammaire traditionnelle, la configuration
etablie ici devait etre d'une evidence absolue.
Tout en restant nettement distinctes l'une de l'autre, les
trois categories du cas, du nombre et du genre entrent en effet
dans un rapport paradigmatique constant et indissoluble.
Cela nous fait voir comment le probleme de la grammaire
traditionnelle a du d'abord se poser. Le probleme consiste ä de-
limiter entre elles les trois categories qui s'entrecroisent.
La Solution a semble se presenter le plus facilement pour la
categorie du nombre et pour celle du genre. Dans ces deux cate-
gories la grammaire traditionnelle a cru pouvoir trouver une
signification tangible et concrete. On a cru pouvoir definir la
categorie du nombre comme la categorie exprimant la quantite,
et la categorie du genre comme l'expression du sexe. II est vrai
qu'ici encore les conceptions traditionnelles sont fort inexactes,
et qu'on n'a reussi a maintenir ces points de vue qu'ä condition
d'avoir recours dans une mesure tres considerable au principe
de la metonymie. Mais la definition donnee du nombre et du
genre a permis de delimiter ces deux categories rigoureusement
de celle des cas. II n'y a eu jamais aucune confusion possible.
Le fait qu'on a essaye quelquefois d'etablir une certaine rela-
tion entre les trois categories en question, et surtout entre les
cas et les genres (theories d'A.ST et de ROTH, voir plus haut,
p. 18 sv.), ne fait aucune infraction ä ce principe. La relation
essayee semble s'imposer par la configuration paradigmatique
meine, mais eile ne sert pas plus que la configuration elle-meme
ä dissimilier la difference evidente entre la signification des cas
et celle des nombres et des genres.
Dans la theorie traditionnelle la categorie des cas n'a cepen-
dant pas recu une definition si tangible ou concrete que les deux
categories avec lesquelles eile entre en rapport. La grammaire
74 DELIMITATION DE LA CATEGORIE

traditionnelle n'a pas reussi ä etablir pour la categorie des cas


une definition coherente et solide.
C'est ainsi que la definition provisoire que l'on a du donner
ä la categorie casuelle est celle qui consiste ä difinir les cas
comme ce qui reste dans la diclinaison quand les categories de
genre et de nombre en ont ete ecartees.
La categorie generale des xrüöeic;, qui dans la theorie tradi-
tionnelle n'a jamais cesse d'exister comme la categorie generale
de la declinaison, le paradigme concret qui se presente ä l'obser-
vation avant toute analyse, se divise en trois categories, dont
les deux, celle du nombre et celle du genre, rec/rivent des defini-
tions qui permettent une delimitation rigoureuse. La troisieme,
qui a ete de tout temps consideree comme la principale, n'a
refu aucune definition exacte, et est restee un residu inexplique,
ou dont on s'est dispute l'explication.
Cela fait comprendre en effet que le vocatif a ete compte
parmi les cas et n'a jamais pu en etre exclu d'une fa^on efficace.
Cela explique aussi que quelquefois on a ete tente de reagir
contre ces elargissements mal fondes, en retrecissant le domaine
de la categorie beaucoup plus que meme la configuration para-
digmatique le permet. Si quelques grammairiens ont voulu
exclure le nominatif, si quelques autres ont voulu exclure tous
les cas dits »locaux«, c'est evidemment par une reaction contre
la theorie traditionnelle qui ne voit dans le cas qu'un residu;
on a pense que, pour aboutir ä une delimitation raisonnable et
ä une definition juste, il faudrait scinder la categorie en deux
ou plusieurs parties.

Le deuxieme caractere que nous voulons attribuer ä la theorie


traditionnelle est une consequence du premier. Le fait meine que
les cas ont ete con^us comme la declinaison par excellence, et
que declinaison veut dire en grec, en latin et en sanskrit decli-
naison par desinences, a aniene inimediatement la theorie de-
sinentielle ä laquelle il a ete fait allusion plus haut (p. 18 sv.),
et qui a empeche d'etudier les systemes casuels des langues
europeenncs modernes s:ms parti pris. II est vrai que la theorie
de WUNDT marque une certaine liberation, inais la tradition est
trop enracinee pour etre si facilement vaincue. La thöorie de
DELIMITATION DE LA GATEGOHIE 75

Wundt, selon laquelle il y a des langues oü les rapports casuels


s'expriment par l'ordre des mots, a donne lieu ä une discussion
qui de nos jours n'est pas achevee encore. Cette discussion fait
voir avec cvidence ä quel point les methodes adoptees jusqu'ici
rendent impossible la delimitation ferme de la categorie casuelle,
non seulement dans le detail et sur quelque point concret, mais
dans le principe meme. II existe un tres grand nombre de
langues dont on ne sait pas si elles possedent des cas ou si elles
n'en possedent pas, et il y a nombre de langues dont on ne sait
pas si elles possedent un efFectif casuel tres eleve ou tout au
contraire un effectif casuel tres bas.
Les difficultes qui se presentent sont de deux espöces. D'abord
les grammairiens traditionnalistes s'obstinent ä nier le caractere
casuel des rapports exprimes dans quelques langues par un ordre
fixe des elements. Ensuite les methodes dont on dispose actuelle-
ment ne sont pas de nature ä permettre une distinction claire
et consistante entre le morpheme et le Semanteme. Or la deux-
ieme difficulte n'est en derniere analyse qu'une consequence de
la premiere. Si le probleme fondamental de la distinction du
morpheme et du Semanteme n'a pas ele pose, c'est que la theorie
desinentielle, qui a domine la linguistique pendant des mille-
naires, l'a dispensee de tout temps de le poser. Pour une theorie
idiosynchronique teile que la theorie traditionnelle, qui s'en tient
uniquement ä un seul type de langues, type oü la difference entre
morpheme et Semanteme est d'ordinaire si evidente et si bien
refletee dans l'expression qu'elle Test en grec et — ä plus forte
raison encore — en latin, le probleme de la distinction du mor-
pheme et du semanteme ne se pose point; une teile thöorie ne
pennet tout simplement pas de le poser. Et si du type latin ou
grec on passe immediatement et sans transition graduelle a un
type oü le rapport entre la forme grammaticale et l'expression
est radicalement different, on n'a pas le moyen de formuler bien
le probleme et de le situer de facon a rendre possible la Solution
desiree.
Mais ä ces difficultes theoriques vient s'ajouter une autre,
d'ordre pratique. La tradition greco-latine n'a pas de prise seule-
ment sur la grammaire theorique; eile agit par l'ecole et par
l'education generale sur la conception populaire. Tous les effets
76 DELIMITATION DE LA CATEGORIE

de l'education grammaticale, qui est devenue le bien commun


de tous les membres de nos societes, portent nianifestement
l'empreinte de la tradition greco-latine. Le sentiment linguis-
tique, l'orthographe emanent dans l'Europe occidentale de cette
tradition. Pour comble de malheur, la linguistique de nos jours
a pris une forte allure de psychologisme et a institue une idolä-
trie de ce sentiment linguistique des sujets parlants qui n'est
en realite que l'effet immediat de la doctrine traditionnaliste.
Cette methode est devenue fatale. Elle a reussi ä empecher totale-
ment la reconnaissance des faits par une analyse objective.
D'une facon generale l'expression des rapports casuels par
un mecanisme non-desinentiel n'a de chance d'etre reconnue que
dans quelques domaines lointains oü le sentiment populaire des
sujets parlants n'est pas empreint d'avance de la tradition greco-
latine. Ainsi l'expression des rapports casuels par le procede de
la prefixation est communement admise pour le tagal et pour
le Polynesien. En face du francais et de l'anglais moderne, oü
la Situation est, ä en juger d'une fa9on impartiale, de tous points
analogue, la linguistique hesite sans avoir des points de repere
solides.
A en croire la grammaire traditionnelle (cf. plus haut, p.
18—21) il y aurait entre le latin classique et le francais moderne
une difference enorme. Le latin est synthetique, le francais ana-
lytique. Si le latin connait six cas (y compris le vocatif), le
francais par contre ignore toute distinction casuelle, ä la seule
exception d'un minime residu dans le pronom personnel con-
joint. De meme en passant d'une langue dite synthetique teile
que le gotique ä une langue germanique moderne teile que l'an-
glais, on constate une reduction considerable de l'effectif casuel.
II y a changement d'un type ä un autre, d'un type favorisant
les rapports casuels ä un autre qui tend fortement ä les suppri-
mer.
Mais la question est de savoir si on n'est pas ici dupe d'une
illusion. On n'echappe pas ä admettre que les relations qui dans
les langiies dites synthetiques s'expriment par des ddsinences,
s'expriment dans les langues dites analytiques d'une part par
l'ordre des elements dans la serie, de l'autre par certains eli-
ments que la tradition gröco-latine et des considerations dia-
DKI.IMITATION I)E LA CATHGORIK 77

chroniques nous forcent ä considerer coinme des prepositions.


Mais au cours du developpement des langues ces prepositions
deviennent de plus en plus abstraites, de plus en plus quasi-
casuelles, en sc soudant de plus en plus intimement au formatif
auquel elles appartiennent.
Les recherches tres importantes de M. JESPERSEN (1891) ont
fait voir que dans ce developpement il y a un veritable rem-
placemenl. Les relations exprimees par les desinences casuelles
sont graduellement transportees sur les autres formants, le for-
mant d'agencement et les formants-prepositions, et ce processus
s'acheve avant que les desinences casuelles soient perdues; c'est
ainsi que la langue assure ä chaque instant de son evolution
l'expression nette des relations dont il s'agit. II y a un rapport
intrinseque et necessaire entre la perte des desinences casuelles
et l'etablissement d'un ordre fixe des Clements. Le phenomene
n'est que la consequence logique d'un principe qui a cte trouve
dejä en 1815 par G.-M. ROTH (104): »Je mehrere charakteristi-
sche und sonach die gegenseitige Beziehung von Wörtern und
Sätzen auf einander leicht kenntlich machenden Formen eine
Sprache hat, desto freyer wird ihre Wort- und Satzstellung seyn
können, und umgekehrt.«
Une categorie grammaticale est definie par la valeur, non
par l'expression. (Cf. plus haut, p. 20.) La forme grammaticale
est differente de son expression. (Voir Princ. 112 sv.). Or
l'experience fait voir avec evidence que la categorie des valeurs
dites casuelles recoit une expression linguistique dans les langues
dites analytiques au meine titre que dans les langues synthe-
tiques. Une forme linguistique est une valeur exprime'e. Les
relations dont il est question ici sont dans toute langue des
valeurs exprimees.
Cela nous parait un fait incontestable. Mais le probleme n'est
pas tranche par cette simple constatation. II est vrai que pour
l'ordre des mots la valeur casuelle semble indiscutable. Mais
nous savons depuis BERNHARDI que les prepositions dcsignent les
meines relations que celles qui sont designees par les cas, comme
nous savons depuis POTT qu'il y a un rapport intrinseque et une
transmission possible entre le Systeme des cas et celui des pre-
positions. On est ici en presence d'une double manifestation
78 DELIMITATION DE LA CATEGORIE

d'une seule et meine categorie de valeurs: une manifestation


par morphemes et une autre par sömantemes. Or pour savoir
si tel element francais ou anglais est devenu un morpheme
casuel ou s'il est reste preposition, il faudrait des criteriums
pour distinguer rigoureusement morpheme et Semanteme. Ici
la methode actuelle fait defaut, et la Situation porte l'empreinte
de cet embarras aussi bien que de la conception traditionnaliste
qui en empeche la Solution et qui tend ä juger constamment
tous les faits de l'angle du latin.
II est fort caracteristique de la Situation que pour resoudre
le probleme qui est devenu inevitable on dispose de deux re-
ponses qui sont en contradiction mutuelle et qui sont donnees de
nos jours pour ainsi dire alternativement. On repond que le
latin est aussi denue de cas que Test le francais moderne. Ou
bien on repond que le francais moderne possede des cas au
meme titre que le latin.
La premiere reponse a ete donnee par J.-N. MADVIG qui (13
sv.), en comparant le jeu des desinences casuelles du latin avec
celui des prepositions fran^aises, conclut que les desinences casu-
elles du latin sont en realite des postpositions.
Mais cette Solution proposee par le maitre de la philologie
classique est aventureuse. Elle a pour consequence de dissoudre
completement la notion meme du cas. Si les desinences casu-
elles du latin ne sont que des postpositions, il n'y aurait dans
aucune langue de veritables cas.
C'est la reponse opposee qui est le plus souvent donnee. Mais
cette reponse, qui consiste ä voir dans quelques elements des
langues modernes des formants casuels bien que la tradition
les regarde comme des prepositions, n'a pas eu la force de romprc
la tradition, parce que la preuve lui manque. La preuve ne pourra
etre donnee qu'ä condition de disposer d'un moyen qui perinette
de distinguer rigoureusement les morphemes et les semantemes.
Faute de posseder ce moyen, ceux qui donnent la deuxieme
reponse doivent se borner ä emettre une hypothese qui reste
mal fondee. Ils choisissent au hasard quelques prepositions en
les declaranl morphemes casuels, et puisque toute methode as-
suree leur manque, ils vont quelquefois plus loin que les pro-
babilites semblent rendre legitime.
DELIMITATION DE LA CATEGOKIE
n
L'hypolhese selon luquelle le fran^ais moderne serail une
langue plus ou moins synthetique, et dont quelques Clements
tels que certaines prepositions et certains pronoms ne sont en
realite que des morphenies, a ete emise par un nombre consi-
derable d'auteurs modernes. Citons au hasard R. GAUTHIOT (28
sv.), M. A. MEII.LET (71, 107, 177, 193), M. J. VERBOTES (103
sv., 195, 410). M. C. DE BOER, qui a etabli une theorie des cas
et des prepositions qu'il y aura lieu d'apprecier plus loin, con-
sidere plusieurs »prepositions« italiennes et francaises comme
des morphenies et cherche ä faire le depart entre »prepositions
casuelles«, »prepositions semi-casuelles« et »prepositions non-
casuelles« (4, 41, 118).
M. L. TESNIERE a publie recemment un article sur ce pro-
bleme general de Synthetisme et analytisme, oü il soutient que
la these generalement re^ue d'une evolution normale du synthe-
tisme ä l'analytisme se fonde sur une apparence plus que sur
la realite, et qu'elle tient ä la tradition orthographique. Le bref
article est une oeuvre classique qui fera epoque, parce qu'il sert ä
ouvrir les yeux sur les faits voiles par la grammaire tradition-
naliste. Ses derniers mots meritent d'etre cites:
»Le latin a fait beaucoup de mal au francais. Lui imposant ses
formes exterieures et jusqu'ä son orthographe, il en a longtemps
cache l'originalite propre. La plupart des grammairiens, formes
ä la langue ecrite plus qu'ä la langue parlee, s'y sont trompes.
Le vetement latin leur a cache la realite fran^aise, qui differe
profondement de la realite latine. On ne commencera ä compren-
dre quelque chose ä la grammaire francaise, que lorsqu'on en
aura reconnu le caractere eminemment synthetique.«
Mais les criteriums nous manquent pour faire voir ce qui
est semantemes et ce qui est morphemes, ce qui est analytisme
et ce qui est synthetisme. C'est ainsi que la Situation actuelle
ne permet que de voir qu'il y a un probleme dont la Solution
parait insurmontable. La difficulte s'aggrave toutes les fois qu'on
oppose deux langues dont les procedes d'expression difTerent
radicalement. La Situation est teile que le seul point de repere
vraiment solide que l'on possede est l'orthographe des langues
etudiees. Des le moment oü l'orthographe fait defaut, comme
c'est le cas pour toute langue sans une tradition litteraire, une
SU DELIMITATION DE LA CATEGOHIE

Solution objective parait impossible. On le voit tres bien par


exemple par les considerations, tres profundes d'ailleurs, de
M. F. BOAS (Handbook I 32). (Pour le probleme general com-
parer aussi les remarques de M. R. LENZ, 61 sv., 63.)
C'est la meme incertitude de principe qui a donne lieu aux
discussions incessables sur l'effectif casuel de l'anglais moderne,
discussions qui ont ete poursuivies surtout entre MM. JESPERSEN,
DEUTSCHBEIN et SONNENSCHEIN. (Voir JESPERSEN 1924.174 sv., 1933.
25 sv.) C'est ä l'occasion de ces discussions que M. Jespersen a
cree le terme de squinting-grammer (cf. plus haut, p. 16). M.
Jespersen a pleinement raison en ceci que la grammaire an-
glaise ne doit pas etre calquee sur celle de l'allemand ou du
latin. Mais en realite il y a deux sortes de »grammaire louchante«
et deux facons de calquer. On peut calquer la grammaire latine
d'une facon directe, en adoptant tel quel le Systeme latin pour
une langue qui en differe en realite, et on peut calquer le latin
d'une facon indirecte, en adoptant dans la grammaire de l'an-
glais tels quels les criteriums valables pour le latin. Les deux fa-
50ns de calquer sont egalement condamnables. II est evident
qu'aussi longtemps qu'on ne reconnait dans une langue du type
anglais que les cas qui s'expriment par des desinences, on calque
une particularite latine sur une matiere qui lui est etrangere.
Pour eviter de calquer, il faudrait etudier l'etat de langue en
question Selon la methode immanente et sans parti pris, et en
adoptant comme seul criterium la valeur exprimee.
II est louable, juste et meme necessaire de protester contre
le principe de la scission extra-linguistique, et il est evident que
pour l'anglais MM. DEUTSCHBEIN et SONNENSCHEIN ont adopte ce
principe, du moins en partie. Mais il faut eviter de substituer
un apriorisme ä un autre. Ne reconnaitre que les cas exprimes
par des desinences est un procede aussi aprioristique que celui
qui consiste ä ne vouloir reconnaitre que les idees pures sans
egard ä leur expression.
En face du probleme genöral qui a ete ici signalö, il importe
surtout de se rendre compte d'abord du fait que la difference de
l'analytisme et du synthetisme est une difference d'expressioii
et nun une difference de forme. En passant du latin classique
au francais moderne, ce sont surtout les procedes d'expression
DELIMITATION DE LA CATEGOME 81

qui changent. Les diffcrenecs de la forme, c'est-a-dire des va-


leurs catcgorielles exprimees, ne sont probablenicnl ]>as plus
grandes entre le latin et le franeais qtl'entre le latin et n'imporle
quelle autre langue. On pretend qu'il y a des langues possedant
une »forme« grammaticale et qu'il y a des langues sans »tonne«;
mais cette difference n'est qu'une difference de degre, et non une
difference essentielle (cf. aussi STOUT 197). La difference entre
les deux types de langues consiste en ceci que les langues »sans
forme« possedent des systemes formeis reduits et qui approchent
du miniinum absolu, qu'elles preferent proceder par des for-
mants implicites (ordre de mots, formant zero) et qu'elles rea-
lisent le principe d'utlivociti qui consiste ä exprimer partout une
meine valeur par un seul et meine signifiant.

Le troisieme caractere de la tradition est qu'elle se contente


d'etablir pour chaque etat de langue le Systeme normal, c'est-a-
dire le Systeme le plus repandu parmi les diverses declinaisons,
ou qui peut ehe porte sur le registre de la plupart des para-
digmes. C'est ainsi que, par exemple, on etablit pour le latin un
Systeme de cinq cas (abstraction faite du vocatif). Mais ä cöte
du Systeme normal il existe tres souvent des systemes particu-
liers ä certaines declinaisons, et parmi ces systemes particuliers
il peut y avoir qui sont defectifs (cf. plus haut, p. 40). Meine
le Systeme normal n'est qu'un Systeme particulier, et le choix
du Systeme normal peut paraitre arbitraire, comme c'est le cas p.
ex. pour le latin, oii le Systeme normal est en realite un phe-
nomene assez rare. Le Systeme dit normal est en realite un Sys-
teme particulier sous la troisieme declinaison (type consul).
Par rapport ä ce Systeme, tont autre Systeme particulier offre
des syncretismes qui, comme on le sait, restent inexpliques.
(Voir plus haut, p. 14). D'autre part, il pourrait y avoir des
systemes particuliers comprenant des cas qui manquent au Sys-
teme normal. Le paradigme de quelques pronoms tels que hlc
parait comporter des distinetions casuelles (hinc, htic) qui dans
les autres systemes particuliers, y compris le Systeme normal,
semblent etre syncretises avec d'autres cas. Mais la grammaire
traditionnelle s'interdit de poser ces problemes. Ce qui pourrait
constituer des cas frequemment syncretises, et ne surgissant a
82 DELIMITATION DE LA CATEGORIE

l'etat isole que dans quelques systemes particuliers, systemes


qui meme peuvent etre dcfectifs ä d'autres ögards, cela a ete
confu arbitrairement, depuis ANTIPATROS, coinme derivalion. On
est ici en face d'un nouvel embarras. Car si la grammaire tra-
ditionnelle ne sait pas distinguer morphemes et semantemes,
eile ne sait pas non plus faire le depart entre derivation et
flexion. Dans les deux cas les definitions manquent. Et puisque
la distinetion etablie entre derivation et flexion est dans chaque
cas tout ä fait arbitraire, la delimitation de la categorie casuelle
le devient egalement. Selon un principe manifestement arbitraire
on comprend par cas tout simplement ces formations paradig-
matiques qui, sans etre ni genre ni nombre, se trouvent dans
un nombre considerable de noms, et surtout de substantifs.
C'est lä la definition pratique de la categorie casuelle qui est
ä la base de la grammaire traditionnelle. II est vrai que cette
definition n'est adoptee qu'implicitement. Mais c'est eile qui
constitue la veritable definition. Par rapport ä eile, les discus-
sions sur la signification de la categorie et sur la strueture du
Systeme casuel ont ete con£ues comme des futilites theoriques,
comme un ornement surajoute ä un edifice dejä acheve.
Mais l'heure pourrait venir oü les termes sont renverses, oü
le principe de la valeur exprimec est realise, oü une theorie
semantique des cas fait voler en eclats l'edifice que l'on croit
achevd, pour elever sur le terrain vide un nouvel edifice, plus
beau, plus juste et plus harmonieux.
Une fois posee la definition semantique des cas, on sera en
possession d'un criterium pour circonscrire exaetement la cate-
gorie. Tout ce qui possöde la signification adoptee pour la de-
finition devra y entrer, tout ce qui ne possede pas cette signi-
fication devra en etre exclu. Tous les systemes particuliers de-
vront etre etudies separement, et ils devront etre portes sur le
registre d'un Systeme fondamental trouve par une comparaison
des systeines particuliers. L'etablissement d'un tel Systeme fon-
damental est le premier but de la grammaire. Ce Systeme n'a
pns de valeur immediate pour tel Semanteme particulier, ni
c\( lusivement pour la plus grande partie des semantemes. Ce
Systeme n'est peut-etre realise immediatement dans aueun Sys-
teme particulier, pas meme dans le Systeme normal. Mais ce
DELIMITATION DE l.A CATEGOIUK x:t

Kystome fundamental est derriere toutes les manifestations parti-


culieres et en constitue la raison d'etre. Le probleine d'un tel
Systeme fundamental, et de ses rapports aux systemes parti-
culiers, n'a meine pas ete encore pose par la linguistique.
Pour finir, constatons que le probleme general de l'effectif
casuel de chaque etat de langue n'a pas ete tranche et qu'il
s'impose d'une facon imperieuse. Pour le resoudre, il faut d'abord
poser le probleme semantique qui attend egalement la Solution.
Le probleme de l'effectif et celui de la signification se condi-
tionnent mutuellement; Tun de ces problemes ne peut pas etre
isole de l'autre et n'est pas susceptible d'une Solution indepen-
dante.
Vu l'interdependance et la complexite de ces problemes, il
s'agit avant tout de trouver, par des artifices de methode, les
conditions qui rendent possible une Solution exacte. II est evi-
dent que ni le grec, ni le latin, ni le sanskrit, ni l'indo-europeen
en general ne fournissent ces conditions desirees. Ces langues
constituent une base tres peu favorable ä une premiere orienta-
tion. L'indo-europeen est un type de langue sans »regularite«,
c'est-ä-dire sans simplicite et sans univocite. Les langues indo-
europeennes comportent un amas inextricable de systemes par-
ticuliers, de systemes defectifs, de systemes syncretistes. D'or-
dinaire ces langues n'offrent pas un Systeme normal dans le
sens propre du terme, c'est-ä-dire un systeme-type qui soit vrai-
ment plus repandu que les autres. De plus les systemes que l'on
pourrait considerer coinine normaux comportent un noinbre de
cas fort peu eleve, ce qui veut dire que chacun des cas comporte
une signification tris abstraite et difficilement tangible.
Pour trancher le probleme des cas, il faudrait des systemes
riches, comportant un nombre considerable de cas et par conse-
quenl des significations relativement concretes et bien dcliini-
tees, et il faudrait des systemes »reguliers«, offrant peu de syn-
cretismes, peu de systemes particuliers aberrants, peu d'anoma-
lies et peu de deviations dans l'expression.
L'indo-europeen, qui a constitue jusqu'ici le point de döpart
et le centre des etudes, ofTre ä plusieurs egards une Situation
anormale et susceptible de voiler les traits essentiels du pheno-
mene, traits qui se manifestent d'une facon incomparableinent
84 DEFINITION DE LA CATEGORIE

plus claire dans un nombre considerable de langues non-indo-


europeennes.
Le destin de la linguistique a ete tel qu'il a fallu commencer
les etudes par les langues indo-europeennes, qui constituent un
objet infiniment peu clair et difficilement expliquable.
L'espoir de la linguistique est de pouvoir elucider par l'etude
d'autres langues plus claires les problemes complexes de l'indo-
europeen.
La grammaire generale est le plus grand desideratum de la
linguistique indo-europeenne. Sans la giammaire generale, sans
une veritable panchronie, on ne rcussira jamais ä expliquer les
diversites et les changements des systi-mes.

b) Definition de la categorie.
Sans entrer au prealable dans la theorie des cas etablie par
WÜLLNER il faut dire des l'abord que la nouvelle grammaire ge-
nerale devra suivre les principes poses par Wüllner. (Voir plus
haut, p. 37.) La grammaire est la theorie des significations
fondamentales ou des valeurs et des systemes constitues par
elles, et pour resoudre son probleme eile doit proceder par une
mithode empirique.
On discutera dans la suite bricvement les trois faces essen-
tielles de cette definition: la signification fondamentale, le
Systeme, la methode empirique.

a) Signification fondamentale.
me
II s'ensuit du 2 principe de Wüllner que le principe de la
metonymie, qui a ete de mode depuis l'antiquite (cf. p. 6), doit
ßtre abandonne. Ce principe a gagnc de terrain pendant l'epoque
recente. L'utilisation de ce principe a ete rendue inevitable sur-
tout par la theorie demi-localiste qui attribue ä certains cas une
signification uniquement concrete et locale; les emplois plus
abstraits de ces cas dits »locaux« doivent par consequent rece-
voir l'explication par metonymie. Mais le meine principe est un
DEFINITION DE LA CATEGORIE 85

• outil indispensable ä la theorie syntaxique; si par exemple le


nominatif des langues indo-europeennes est defini uniquement
comme un cas sujet, son emploi dans le predicat doit constituer
une sorte de metonymie. La theorie de Wundt n'y echappe pas
non plus; les cas que, ä propos de la theorie de Wundt, nous
avons qualifies de »mixtes«, doivent etre des cas metonymiques.
En effet, le principe de la metonymie est necessaire ä toute
theorie casuelle ä l'exception seule de la theorie localiste. C'est
significatif, car on peut estimer la valeur d'une theorie seman-
tique par la mesure dans laquelle eile evite le principe de la me-
tonymie.
L'expcrience montre que le seul procede qui paraisse possible
est celui de la vraie theorie localiste, dont le principe a ete con^u
depuis Maxime Planude et a ete formule rigoureusement par
Wüllner: le procede qui consiste ä partir d'une notion de direc-
tion assez abstraite pour etre manifestee dans tous les plans
possibles, qu'il s'agisse de l'espace, du temps ou des conditions
syntagmatiques et logiques.
Ce n'est pas dire que la theorie localiste epuise les faits. L'ex-
perience montre egalement qu'elle ne suffit pas pour expliquer
tous les cas de toutes les langues. La direction constitue la pre-
miere dimension, et la dimension fondamentale, de la categorie
casuelle. D'autres dimensions s'y ajoutent, qu'il reste encore ä
definir. Mais quelles que soient ces dimensions, le principe
restera le meine: toujours la constatation des emplois particu-
liers doit etre suivie d'une synthese par laquelle on etablit la
signification fondamentale, la valeur du cas envisage. Un cas,
comme une forme linguistique en general, ne signifie pas plu-
sieurs choses differentes; il signifie une seule chose, il porte une
seule notion abstraite dont on peut deduire les emplois concrets.
(Voir la citation de WÜLLNER, plus haut, p. 41.)
Si on admet qu'un cas envisage constitue une seule unite,
cette unite doit etre definie par sa valeur et uniquement par eile
(cf. plus haut, p. 20). A une seule unite du Systeme doit corres-
pondre une seule valeur. Cette valeur ou signification fonda-
mentale est trouvee par une comparaison des emplois auxquels
se prete le cas en question, et par une consideration des opposi-
7
8(i DEFINITION DE LA C'.ATEGOIUE

tions qu'il contracte dans le Systeme. La valeur est le minimum


differentiel de signification.
II s'ensuit de ces principes que la valeur ou signification fun-
damentale est une realite objective. Elle est trouvee par une
Observation des faits Selon une analyse objective; eile est le re-
sultat d'une induction. Pour la trouver, le grammairien n'a pas
besoin d'avoir recours au phenomene subjectif constitue par le
sentiment linguistique des sujets parlants; au contraire la con-
sideration de ce facteur variable et fuyant ne servirait qu'ä
troubler le resultat. Le Systeme linguistique et les valeurs dont
il consiste ne sont pas des faits psychologiques. Le Systeme et
les valeurs sont independants de l'individu; ils ne relevent pas
de lui mais de la societe, c'est-ä-dire de la norme.
La grammaire procede ici par la methode generale de la
science, qui consiste a expliquer les faits concrets et variables
par une unite abstraite et constante, une »idee« dans le sens pla-
tonique. La science procede par des abstractions qui sont en
meme temps des realites parce qu'elles expliquent le monde
sensible. Rien n'empeche d'adopter ce principe general de la
science dans les recherches linguistiques. C'est une illusion de
penser que les faits linguistiques soient d'un autre ordre que les
autres faits du monde, et que les faits linguistiques soient in-
ferieurs aux autres faits de l'experience ou qu'ils en soient deri-
ves. La linguistique peut etre concue comme une science auto-
nome, dont les objets sont du meine ordre objectif que les objets
de toute autre science, et soumis aux memes conditions gencrales
de la connaissance.

ß) Point de vue systematologiquc.


L'unite, definie par sa valeur, est donc un fait objectif qui
fait partie de l'ensemble de la langue, c'est-ä-dire d'un Systeme
oü tout se tient. Une unite est definie par ses rapports aux
autres unites du meme Systeme. C'est dire que le procede par
definitinns individuelles, qui consiste ä definir chacun des cas
pris ä part et en faisant abstraction du Systeme, n'a aucune
chance d'apporter le resultat desire. A ce procede atomistique il
faut substituer une vue totaliste, qui fait du Systeme ä la fois
DEFINITION DE LA CATEGORIE 87
le point de depart et le but dernier des recherches. On est encore
loin de pratiquer un tel procede, et c'est pourquoi une theorie
des cas n'a pas encore ete faite. Le proccde par definitions in-
dividuelles, inaugure dans l'antiquite (cf. p. 5), est encore de
nos jours le procede normal. La »syntaxe casuelle« de l'indo-
europeen, qui pretend definir les significations de chacun des
cas, se borne ä les prendre scparement et ä proceder par une
induction incomplete qui ne vise ä aucune Synthese. La methode
grecque est la methode d'aujourd'hui.
Encore plus condamnable serait le procede qui consiste ä
isoler les divers emplois contractu par une seule et meme unite
sans etablir la signification fondamentale dont lls emanent. Par
ce proccde on n'arrive qu'ä dissoudre chaque cas dans une pous-
siere et ä perdre de vue les traits essentiels du phenomene.
Mais on a dejä vu que la scission extra-linguistique constitue
encore aujourd'hui la methode communement adoptee.
Mais les emplois doivent etre expliques par la valeur; la
valeur de chaque cas doit etre definie par son röle dans le Sys-
teme casuel; la categorie casuelle doit etre en derniere analyse
expliquee par son röle dans le Systeme d'ensemble de la langue.
Le caractere systematique de la langue est un fait evident
qui s'impose au premier coup d'oeil. En etudiant les cas, im-
possible de ne pas apercevoir le parallelisme systematique qui
les dirige. On a vn dans les chapitres precedents que toute
theorie casuelle, ä condition d'etre coherente, se laisse ramener
ä un tableau systematologique. Par ailleurs il va de soi que le
caractere systematique de la langue sera d'autant plus evident
que la langue comporte un efTectif plus grand d'unites. Dans
une langue riche en cas le Systeme casuel, sa symetrie et son
parallelisme s'imposent encore plus que dans les langues pauvres
en cas, par le simple fait que, plus il y a de dimensions, plus le
parallelisme se manifeste. On trouvera plus loin des faits övi-
dents de ce genre. II a ete donne plus haut (p. 64), ä l'occasion
de la theorie de Rask, un echantillon de Systeme oü le caractere
systematique et le principe de symetrie saute aux yeux. Les
faits empiriques se groupent par eux-memes selon un principe
de symetrie.
Le Systeme linguistique, et le Systeme casuel qui en fait
7*
88 DEFINITION DE LA CATEGORIE

p a r t i e , est d ' o r d r e social et est en p r i n c i p e p o t e n t i e l 1 . Le Systeme


est u n fait objectif d o n t les s u j e t s p a r l a n t s n ' o n t n u l l e m e n t
besoin d'avoir conscience, d o n t q u e l q u e s sujets p a r l a n t s peuvent
avoir u n e c o n s c i e n c e j u s t e et d ' a u t r e s sujets p a r l a n t s u n e con-
science d e f e c t u e u s e ou fautive. Le Systeme et les faits qu'il com-
p o r t e s o n t s u s c e p t i b l e s d e d i v e r s e s i n t e r p r e t a t i o n s p a r les sujets
p a r l a n t s c o m r a e p a r le l i n g u i s t e . Mais s u r le s e n t i m e n t plus ou
m o i n s v a g u e des s u j e t s p a r l a n t s les r e s u l t a t s et les h y p o t h c s e s
d u l i n g u i s t e o n t cet a v a n t a g e d ' e t r e objectifs et s a n s p a r t i pris.
L e c e n t r e et la b a s e d u Systeme est c o n s t i t u e p a r le Systeme
fondamental ( p l u s h a u t , p. 82) q u i est ä la fois la p l u s g r a n d e
a b s t r a c t i o n et la p l u s g r a n d e r e a l i t e de la g r a m m a i r e .
Le Systeme se definit c o m m e u n e r e a l i t e a b s t r a i t e et virtuelle.
L e Systeme se revt-le i m m e d i a t e m e n t d a n s la norme, qui fixe p a r
des regles la l a t i t u d e possible des v a r i a t i o n s d a n s l'exccution p a r
la p a r o l e . Uusage, defini c o m m e l'execution de la l a n g u e p a r la
m a s s e p a r l a n t e d a n s u n milieu d o n n e , est different de la n o r m e .
L ' u s a g e c o n s t i t u e la m o d e a d o p t e e , l'ensemble des facons d'execu-
tion p r e f e r e e s . L a l a t i t u d e de v a r i a b i l i t e est t o u j o u r s m o i n s
g r a n d e d a n s l ' u s a g e q u e d a n s la n o r m e . La n o r m e n'exige q u e
les d i s t i n e t i o n s n e c e s s a i r e s p o u r faire le d e p a r t exaet e n t r e les
u n i t e s du Systeme. L ' u s a g e i m p o s e a u x individus u n e certaine
m a n i e r e d ' e m p l o y e r de p r e f e r e n c e les u n i t e s du Systeme. L'usage
est i d e n t i q u e ä ce q u e M. SECHEHAYE a appele la Convention. (Cp.
a u s s i p l u s h a u t , p . 51.)
E n o p e r a n t ces d i s t i n e t i o n s o n p e u t dire que le Systeme est
u n e n s e m b l e de possibilites e n t r e lesquelles l'usage fait un cer-
t a i n choix. II c o n v i e n t de s'en Souvenir en e t a b l i s s a n t les sys-
t e m e s des cas. ca r il s ' e n s u i t q u e In valeur d'un cas n'est pas iden-
tique ä la somme des emplois qu'il contracte dans l'usage. La
v a l e u r d ' u n cas est le m i n i m u m differentiel de signification qui
r e n d possible les e m p l o i s c o n s t a t e s et t r e s souvent c e r t a i n s a u t r e s
e m p l o i s e n c o r e . De p l u s , il s'ensuit q u e le Systeme est indepen-
dant de la parole. D a n s la p a r o l e on p e u t m e m e c o n s t a t e r des
e m p l o i s qui ne sont p a s possibles selon les exigences du Systeme,
('.es d e v i a t i o n s de la parole sont s a n s i i n p o r l a u c e pour l'etablisse

1
Sur ce point nous sommes d'aecord avec M. BRONDAI. (49).
DEFINITION DE LA CATEGOIUE 89

ment du Systeme et pour la definition se^mantique de chacun


des cas qu'il comprend.
II est de premiere importance de s'en rendre compte, parce
que autrement la linguistique prendrait des engagements qu'elle
ne peut pas remplir et qui ne sont pas de son ressort. La täche de
la grammaire linguistique consiste ä definir les cas par la valeur
exprimee, tout en reslant en conformite avec les faits empiriques
offerts par les usages observes. La grammaire linguistique ne se
confond pas avec la stylistique, qui reprend le travail lä oü la
grammaire l'acheve, pour expliquer ensuite, en se fondant sur
les donnees de la grammaire, les deviations de la parole et les
particularites de l'usage.
Ces points de methode, negliges par la linguistique classique
de nos jours, ont ete formules nettement par WII.LNERI
Le plus grand danger de la grammaire est de vouloir tout
expliquer. La grammaire a la täche bien definie d'expliquer ce
qui du point de vue du Systeme est essentiel.
Ces principes encore ne constituent que les conditions gene-
rales de la connaissance humaine. L'explication scientifique est
une explication par abstraction: les emplois sont expliques par
la signification fondamentale; les significations fondamentales
1
»Demnach wäre es verwegene Hoffnung, wenn einer gedächte,
alle einzelne Fälle genügend zu erklären, so dasz niemand ande-
rer Meinung sein könte. Aber das musz nachgewiesen werden,
dasz die angegebenen Bedeutungen den Casus oder irgend einer
anderen sprachlichen Form in ihren Hauptverwaltungen unter-
liegen. Könte aber auch nur gezeigt werden, dasz sie in einzelnen
Hauptverrichtungen derselben wirklich liegen und in den ande-
ren liegen können; so müszten sie auch dan noch, wofern nicht
etwas höheres alle Fälle umfassendes aufgefunden wäre, als
Wahrheit gelten. Zu den Schwierigkeiten aber komt noch hinzu,
dasz es möglich und sogar nicht unwahrscheinlich ist, dasz sich
bei dem einzelnen zuweilen etwas fehlerhaftes findet: denn der
einzelne ist nicht der reine Darsteller des Geistes einer Sprache,
sondern nur insofern er denselben aufgefaszt hat. Ja es wäre mög-
lich, dasz sich ein wirklicher Sprachfehler oder etwas den Grund-
gesezen der Sprache widersprechendes algemein, wenigstens zu
einer gewissen Zeit algemein, fände . . . Und was man gewöhnlich
z. B. im Lateinischen Verderbnisz der Sprache nent, ist . . . Ver-
derbnisz des Stiles und Geschmackes, nicht der Sprache.«
(1827.10.)
90 DEFINITION DE LA CATEGORIE

sont expliquees par la structure du Systeme. Bien que la methode


indiquce soit fort loin d'etre adoptee en linguistique, il n'y a en
eile rien qui ne releve pas immediatement de la methode nor-
male du travail de l'intelligence humaine.
Par la vue totaliste qui est ä la base de ces considerations la
grammaire generale se ränge en principe ä cöte de la phonologie
actuelle. La difference consiste en ceci que la phonologie, teile
qu'elle est professce pour le moment, cherche (ä tort, Selon
nous) ä fonder le Systeme sur le sentiment des sujets parlants,
alors que la grammaire generale, teile que nous la concevons,
constate dans le Systeme un fait objectif d'ordre social et inde-
pendant des individus. Mais en grammaire aussi bien qu'en ma-
tiere phonique, les dernieres phases de l'evolution sont devenues
de plus en plus psychologistes. L'heure est venue de prevenir
contre ces procedes. Car le psychologisme est adopte au detri-
ment du point de vue ä la fois objectif et systematologique qui
est seul conforme aux faits.

y) Methode empirique.
Du principe de la signification fundamentale il s'ensuit imme-
diatement que les unites linguistiques doivent etre respectees en
tant que telles. Afin de reconnaitre les unites de la langue, et afin
de ne reconnaitre que les unites qui fönt partie de la langue,
il faut adopter la methode immanente et intra-linguistique
dont il a 6te parle plus haut (p. 50). L'unite linguistique est
definie comme une valeur exprimee; le criterium de son carac-
tere linguistique est qu'elle est constituee par le rapport d'un
signifiant ä un signifie.
De ce point de vue il y a lieu de prevenir surtout contre trois
deviations previsibles:
1° II est illegitime d'imposer ä la langue une table de cate-
gories qui n'a pas ete etablie selon la methode intra-linguistique.
Tout au contraire, la täche de la grammaire consiste ä d£gager
la table de categories propre ä la langue et d'en montrer les ana-
logies et les differences avec toute autre table cat^gorielle. (Cf.
plus haut, p. 29 et 32.)
DEFINITION DE LA CATEGORIE Ol

2° II est illegitime d'imposer ä la langue une analyse logique


du jugement. Ici encore, la täche consiste ä degager les rapports
paradigmatiques et syntagmatiques propres ä la langue, en
faisant abstraction intentionnellement de toutes autres especes
de rapports concevables.
3° II est illegitime de procdder selon le principe de la scission
extra-linguistique, et le principe de la metonymie qui en est la
consequence. Toutes les theories emises jusqu'ici sur la relation
ä double face procedent selon ce principe condamnable. L'aban-
don de ce principe est la consequence necessaire du principe de
la signification fondamentale. (Cp., ici encore, la citation de
WCLLNEB qui a ete donnee plus haut, ä la p. 41.)
Dans les phases les plus recentes de la theorie casuelle, le
principe de la scission extra-linguistique l'a empörte beaucoup
plus encore qu'autrefois. Les theories des cas qui sont profes-
sees de nos jours sont pour la plupart ouvertement et manifeste-
ment d'ordre extra-linguistique et transscendental. II est facile
de le montrer.
A. MARTY, qui dans son travail sur les theories casuelles
(1910) a donne une bonne critique de la theorie de Wundt ä la-
quelle il s'oppose tout particulierement, et qui insiste avec raison
sur la necessite qu'il y a d'^viter d'introduire des considerations
diachroniques dans le probleme systematologique meme, procede
d'autre part manifestement et tout consciemment selon le prin-
cipe de la scission extra-linguistique et selon celui de la me-
tonymie. Marty veut faire le depart entre la »signification« dans
le sens objectif du terme et les diverses »images de la forme
linguistique interieure« qui en constitueraient des emanations
melonymiques. Et la »signification« qu'il s'efforce de degager
est trouvee au moyen d'une Classification semantique dans le
sens propre du mot, c'est-ä-dire d'une Classification d'idöes sans
egard ä leur expression.
On sait par les autres travaux du meme auteur, et surtout
par son grand ouvrage de 1908, que la base de sa theorie gram-
maticale est constituee par une tripartition des »relations psy-
chiques«: il y a 1° la representation, 2° le jugement, 3° l'inte>et,
c'est-ä-dire l'emotion et la volition. Or ces trois cat^gories, qui
sont pour Marty fondamentales, ne se refletent pas immediate-
92 DEFINITION DE LA CATEGOIUE

ment dans les cas, mais les cas se repartissent sur elles sans
que les delimitations operees par le Systeme casuel recouvrent
Celles du systfeme categoriel. Le cas de la reprcsentation serait
le nominatif, mais seulement dans quelques emplois particuliers.
Le cas du jugement est egalement le nominatif, savoir lorsque
le nominatif contribue ä constituer un »jugement double«,
c'est-ä-dire lorsqu'il designe le sujet ou le predicat. Le cas de
l'interet serait le datif, mais seulement le datif dit ethique; il
est vrai que le vocatif, que Marty n'hesite pas ä compter parmi
les cas, y appartient egalement. Les rapports casuels constitues
ainsi par quelques emplois du nominatif, par un seul emploi du
datif et par le vocatif appartiennent selon Marty ensemble et
s'opposent ä toute autre relation casuelle qui est designee par
le nom commun de cas oblique. Sous la categorie des cas obliques
Marty opere encore un nombre considerable de distinctions sub-
tiles qui n'ont rien de parallele dans le signifiant.
On n'a pas besoin de poursuivre Fexpose de la doctrine de
Marty. II est evident qu'elle separe ce qui au point de vue lin-
guistique appartient ensemble. C'est une theorie eminemment
transscendentale.
La meme methode se trouve en principe dans la theorie casu-
elle de NOREEN (V 178 sv.). Noreen distingue deux ordres de
faits: celui de casus et celui de »status«. Status est le nom
des categories de notions qui correspondent ä ces categories
morphologiques qu'on appelle casus (cas). II va de soi qu'une
teile terminologie pourrait rendre service pour faire ressortir
d'une facon commode les rapports du signifiant au signifie.
Mais la möthode de Noreen est autre. II etablit pour le suedois
moderne un Systeme de cas dont le nombre depasse toute pre-
vision. Ce ne sont pas seulement, ainsi qu'on pourrait l'attendre,
les status qui sont nombreux. Ce sont les casus eux-memes.
Noreen confond le fait linguistique qui est le casus avec le fait
extra-linguistique qu'il appelle status. II etablit un casus dans
tous les cas oü il y a un status concevable, sans considerer les
formes de la langue. Ainsi en suedois moderne (oü la gram-
inaire traditionnelle ne distingue que deux cas seulement, le
genitif et le cas general ou nominatif), le nombre des cas est
selon Noreen »ä peu pres legion«.
DEFINITION DE LA CATEGOIUE 93

Ce Systeme de Noreen est en realite un Systeme a priori qui


n'est pas fonde sur les faits linguistiques. Dans un compte-rendu
dctaillc de 1908, M. JESPEBSEN en a donne une critique tres juste
qui fait ressortir nettement que le Systeme etabli par Noreen
est une »phenomenologie« bien plutot qu'une grammaire.
La tendance au principe transscendental se manifeste natu-
rellement surtout lä oü l'on ressent la difficulte qu'il y a de
distinguer morpheme et Semanteme. Ainsi dans les travaux de
MM. C. DE BOER, DEUTSCHBEIN et SONNENSCHEIN, dont il a ete fait
mention plus haut (p. 79 sv.), le point de vue transscendental
a le champ libre par le fait meine qu'on ne sait pas comment
distinguer en anglais et en francais modernes les prepositions
et les morphemes casuels.
On sait dejä que nous ne voulons nullement contester a priori
que les langues europeennes modernes puissent comporter un
nombre de cas relativement grand. Seulement pour en faire la
preuve il faut d'abord etudier quels sont les morphemes casuels
qui peuvent etre reconnus dans ces langues par une analyse
objective, et ensuite il faut fixer l'effectif casuel des langues en
question selon les distinctions faites par les morphemes casuels
qu'on vient de trouver.
Mais ce n'est pas lä la methode qui est suivie par les auteurs
pröcites. L'idce de M. DE BOER semble etre celle que, dans n'im-
porte quelle langue, et par consequent Sans egard au Systeme
formel que comporte l'etat de langue considere, on peut etablir
un Systeme de cas identique et valable une fois pour toutes. Les
cas qu'il attribue au francais moderne (nominatif, accusatif,
genitif, datif, ablatif) sont etablis par ces considerations apri-
oristiques des notions seules et non par une consideration objec-
tive du mecanisme morphologique de la langue.
M. de Boer dit lui-meme que ce qui est au point de vue
morphologique un nominatif peut au point de vue »syntaxique«
(c'est-ä-dire au point de vue extra-linguistique) etre un accusa-
tif, etc.: dans la phrase il est soldat, le mot soldat est ä la fois
un »accusativus syntaxique« et un »nominativus morphologique«
(1926.33 sv.). C'est un specimen evident de scission extra-lin-
guistique; la categorie dite »syntaxique« n'a pas de forme propre
qui lui corresponde. La consequence pratique en est que chacun
94 DEFINITION DE LA CATEGORIE

des »cas« est exprime par un grand nombre de morphemes


differents (ou prepositions differentes), et l'on retrouve souvent
un seul et meme morpheme (une seule et meme preposition)
comme expression de presque tous les »cas« etablis. (Voir 1926.
22—26).
La methode de MM. DEUTSCHBEIN et SONNENSCHEIN est en prin-
cipe la meme. Ils dislinguent pour l'anglais moderne un nomi-
natif, un accusatif, un datif et un genitif. De notre point de
vue il n'y a lä rien d'inattendu. En effet le signifiant semble
admettre des distinctions analogues. Mais les auteurs dont
nous parlons n'etablissent pas les distinctions faites par le signi-
fiant. Ils etablissent des distinctions aprioristiques de notions.
M. Deutschbein (256 sv.) dit expressement que le cas est une
categorie prelinguistique, et distingue le cas d'un cöte et son
expression linguistique de l'autre. Selon M. Deutschbein, he
came to London serait un exemple du datif. Mais le datif ne
s'exprime pas uniquement par l'element to; il s'exprime aussi
par l'element for, p. ex. dans it is not easy for a foreigner, etc.
De meme, le genitif se rendrait non seulement par la desinence
-s, mais aussi par les elements prefixes of et from. Ici M. Deutsch-
bein ne va pas si loin que sa theorie l'exige. S'il y a ici des mor-
phemes casuels, il doit y avoir autant de cas differents qu'il y
a de morphemes ä signification differente. On a par consequent
ici le meme inconvenient que chez Noreen: beaucoup de formes
entierement differentes entrent dans une meme categorie, et une
seule et meme forme se repartit sur plusieurs categories diffe-
rentes.

Nous sommes persuade que les principes qui ont ete poses
dans ce paragraphe, et les critiques qui en sont la consequence,
seront une fois ä l'avenir consideres comme des paroles super-
flues. A l'heure actuelle, oü le courant general des recherches
prend une route entierement differente et meme opposee, il a
ete juge necessaire de les enoncer.
Les principes une fois poses, on pourra en les utilisant discu-
ter les hypotheses et les re'sultats, qui sont par definition moins
stables que les principes.
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 95

2. DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

La division du probleme casuel ä laquelle on vise ici ne con-


siste pas ä en faire plusieurs parties qui se preteraient ä un
traitement independant, mais seulement ä etablir une orien-
tation generale dans les diverses faces sous lesquelles le pro-
bleme se presente. Le probleme casuel constitue une entite in-
dissoluble, et la Solution que nous en proposerons devra em-
brasser toutes les faces du probleme que nous allons ici enu-
merer.

1°. Le probleme principal ou la face essentielle du probleme


general est le probleme de la signification et du Systeme des
cas.
II a ete reconnu, plus ou moins explicitement, depuis l'anti-
quite (cf. plus haut, p. 8) que les significations des cas consti-
tuent un Systeme de plus d'une seule dimension.
La premiere dimension est celle de la direction. II s'agit de
la direction in abstracto sans egard au milieu dans lequel eile
se manifeste. Cette dimension est appelee la premiere par le fait
qu'elle semble etre toujours presente et qu'elle s'impose imme-
diatement ä l'observation. En realite aucun grammairien n'a
jamais pu echapper ä reconnaitre cette dimension. Les diverses
theories casuelles se distinguent seulement par l'interpretation
qu'elles donnent ä ce fait, interpretation qui consiste souvent ä
accentuer un seul des divers milieux dans lesquels se manifeste
le principe general de la direction, et ä expliquer les manifesta-
tions dans les autres milieux par le principe de la metonymie.
La deuxieme dimension, qui parait etre subordonnee ä la
premiere, consiste ä rendre possible une conception double
(ou multiple) de la direction. Lorsque les deux dimensions se
croisent il y a relation ä double face. Cette deuxieme dimension
ne peut pas etre definie, comme on l'a fait dans l'antiquite et
souvent plus tard, comme independance-dependance. Ces con-
cepts rentrent dans le concept general de direction, ainsi qu'on
l'a reconnu au moyen-age, et ainsi qu'il a ete reconnu dans les
temps modernes, bien qu'indirectement, par les demi-localistes.
(Le fait a ete reconnu aussi par H. WINKLER, 30 sv.) II s'ensuit
96 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIItlCS

que la distinction principale entre rectus et obliqui doit etre


abandonnee comme etant sans importance essentielle.
Par ailleurs il est evident que si l'opposition independance-
dependance devait constitiier la deuxieme dimension le Systeme
ne serait pas symetriqiie. (Voir le tableau p 12.) En effet la
symetrie manque parce que la deuxieme dimension inscrite dans
le Systeme n'est pas en realite une nouvelle dimension. Une rela-
tion ä double face ne peut avoir lieu que si la deuxieme dimen-
sion n'est pas elle-meme relation.
Une des meilleures definitions de la deuxieme dimension est
celle d'AsT qui distingue relation immediate et relation mediate.
La formulation est heureuse, bien que dans le detail il soit diffi-
cile de suivre les idees d'Ast ä cet egard. (Voir plus haut, p.
25 sv.) La discussion de la theorie demi-localiste a apporte une
precision ulterieure (p. 61): les cas ä relation mediate sont
ceux qui se pretent le mieux a exprimer les relations locales et
concretes, les cas ä relation immediate sont ceux qui s'y pretent
difficilement ou dans un degre moindre. De plus, le Systeme
finnois trouve par RASK nous a fait voir (p. 65) qu'on peut ser-
rer le probleme de plus pres en disant que par la deuxieme
dimension est indiquee une difference dans le degre d'intimite
avec lequel les deux objets envisages par le rapport casuel sont
lies ensemble.
Les considerations qui sont achevees permettent des mainte-
nant de donner une definition generale de la categorie des cas:
Est cas une categorie qui exprime une relation entre deux objets.
La definition est juste et contient l'essentiel, mais eile n'est
pas encore definitive. Pour s'en rendre compte il suffit de rap-
peler que la definition semantique valable pour la categorie casu-
elle est valable pour la categorie des prepositions egalement. De
plus, il y a analogie evidente entre la signification des cas et
celle des diatheses, fait qui a etc reconnu depuis les premiers
debuts de la grammaire grecque. Par suite il reste ä faire le
döpart entre la categorie des cas et celle des diatheses.
Ajoutons que le terme d'»objet« utilise dans notre defini-
tion doit etre entendu dans le sens le plus abstrait possiblc. Par
»objet« on entend un signifid de Semanteme quelconque, qu'il
soit relativement concret ou relativement abstrait, et qu'il soit
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 97

d'ordre nominal, pronominal ou verbal. Par objet on comprend


tout simplement un terme de relation.

2°. Le probleme de l'effectif casuel de chacun des etats de


langues etudies.
La definition qui vient d'etre donnee permet ä coup sür
d'exclure le uocatif de la categorie casuelle. Par Opposition ä
tout veritable cas, le vocatif a precisement ceci de particulier de
ne pas exprimer une relation entre deux objets. Les autres cas
reconnus par la grammaire traditionnelle peuvent etre d'une
facon generale maintenus. La categorie casuelle comprend les
cas dits »logiques« ou »grammaticaux«, et qui doivent etre
definis plutöt — en suivant notre definition provisoire de la
deuxieme dimension — comme indiquant un rapport immediat
ou une tenue negative ä l'egard de l'intimite, et les cas dits
»Iocaux« ou »topiques«, qui doivent etre definis plutöt comme
indiquant un rapport mediat ou une tenue positive ä l'egard de
l'intimite.
Vu la necessite qu'il y a de prendre en consideration non
seuLement le Systeme normal, mais au meme titre les systemes
particuliers, y compris les systemes defectifs et les systemes
aberrants qui se trouvent dans chaque etat de langue, il s'ensuit
de la definition qui vient d'etre donnee qu'il y a toute une serie
de formations dont la grammaire traditionnelle a meconnu la
valeur casuelle uniquement parce que leur force de propagation
est j)eu grande. Tous ces Clements que la grammaire courante
qualifie d'adverbes locaux designent manifestement une relation
»mediate« ou positive ä l'egard de l'intimite entre deux »objets«.
Si dans Caesar Roma profectus est il y a une relation, marquee
par le morpheme casuel de Roma, entre les deux semantemes
Caesar et Rom-, de meme il y a dans Caesar hinc profectus est
une relation, marquee par le morpheme casuel de hinc, entre les
deux semantemes Caesar et h-. Ce qui est plus, tout ce qui par
la grammaire courante est qualifie d'adverbes derives d'adjectifs
(.et d'autres mots) rentre de par la signification incontestablement
dans la zone casuelle. Dans puer celeriter currit il y a une rela-
tion, marquee par le morpheme casuel de celeriter, entre les
semantemes curr- et celer-, II semble s'agir dans ce cas d'une

Bayerisch©
Staatsbibliothek
München
98 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

relation »immödiate« ou negative ä l'^gard de l'intimitö. Quant


ä la place occupee par ces formes casuelles dans la dimension de
direction, il est evident que hinc designe une direction negative
(öloignement) et que celeriter designe une direction complexe,
neutre, reciproque, ä la fois eloignement et rapprochement. On
a vu en effet que les termes possibles d'une dimension gramma-
ticale ne sont pas epuis^s par l'eiablissement du terme positif
et du terme nögatif; ä ces termes extremes s'ajoutent des
termes intermödiaires et complexes.
Les indications donnöes ici ne sont que provisoires. Le
Systeme casuel du latin sera repris en detail dans la deuxieme
partie de notre travail. Les exemples latins qu'on vient de don-
ner ont 6t6 choisis seulement en vue d'eclairer le principe. II
est certain que la forme adverbiale doit etre comptee parmi les
cas, et qu'il y aura sur ce point un retour necessaire ä la thiorie
de Chrysippe.

3°. Le probleme du rapport entre le Systeme fondamental et


les systemes particuliers.
Ce probleme, qui n'a pas H& pos6 jusqu'ici par la science
grammaticale, devient plus urgent encore par les döcouvertes
qui viennent d'etre faites. Si l'adverbe est une forme casuelle,
le nombre des systemes particuliers aberrants ou deTectifs devient
plus grand, et le besoin d'une explication s'impose.

4°. Le probleme de la structure du Systeme.


Puisque les faits casuels se rangent par eux-memes selon un
principe de symötrie, il semble £tre tout indique que chacun des
cas rentrant dans une seule et meme dimension peut etre d^fini
d'une fa^on mathematique ou logique en utilisant les symboles
+ + 0 + + t+) et en d^signant chacun des cas comme elant
positif, negatif, neutre, complexe, complexe-positif ou complexe-
n^gatif respectivement. Quand nous avons cherch^ ä ramener ä
une formule les diverses thöories casuelles appr^ci^es dans les
chapitres qui pr^cedent, ces symboles se sont en effet constam-
ment impose\s par eux-mßmes.
Toutefois quelques döcouvertes qui ont iti faites dans le
domaine de la cat^gorie casuelle servent ä montrer que cette
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 99

interprötation logico-math^matique ne peut pas etre adopted teile


quelle, et que les faits se rangent en räalitö selon un principe
different.
1". Les recherches de WÜLLNER ont servi ä faire voir que
la categorie comporte des termes neutres dans plus d'un sens.
II est vrai que Wüllner a donnö de ce fait une interpretation
incorrecte, en excluant le nominatif de la catigorie casuelle (cf.
plus haut, p. 43 sv.). Mais le fait meme est Evident. La defini-
tion donnere par Wüllner du locatif (plus haut, p. 38 sv.) comme
etant neutre ä l'^gard de la dimension de direction parait evi-
dente et incontestable. Mais Wüllner a raison aussi ä constater
que le nominatif est egalement neutre. Seulement la neutralite du
nominatif est differente de celle du locatif. Le locatif comporte
une signification precise et bien definie: ni eloignement ni rap-
prochement. Le nominatif semble etre dans un certain sens denu£
de signification, une forme vide qui signifie tout et qui ne signi-
fie rien. Le nominatif semble etre delini par le seul fait d'etre
un cas, et rien de plus. Le locatif est un cas bien deTini qui
occupe une place exacte ä l'intärieur de la categorie casuelle. Le
nominatif par contre est un cas tout simplement et sans aucune
specification possible. Le nominatif, c'est bien la direction, mais
c'est n'importe quelle direction, alternativement Eloignement et
rapprochement, neutralite' et complexitE. C'est dire qu'un cas
peut etre neutre dans deux sens difterents de ce mot: ou bien
il est neutre et concentri, comme le locatif, ou bien il est neutre
et expansif, comme le nominatif.
La zone de signification occupee par la dimension de di-
rection peut etre representöe par trois cases oppos^es: une pour
le rapprochement, une autre pour l'öloignement, une troisiöme
pour le »repos«. La troisieme case, qui occupe la place inter-
mödiaire entre les deux cases extremes, constitue la partie neutre
(0) de la zone. Des deux autres cases on peut dösigner celle
du rapprochement comme positive ( + ) et celle de l'Eloignement
comme negative (-=-). II est donc possible d'inscrire dans un
diagramme la valeur de chacun des cas conside>6s: le locatif
semble oecuper exclusivement la case neutre, alors que le nomi-
natif se repand sur les trois cases ä la fois. Soit:
100 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

locatif nominatif s
+- J-

0 0
/
/

Si on definit le locatif comme neutre, on peut definir le


nominatif comme indifferent. Le nominatif est la forme casuelle
par definition indefinie, Celle qui se presente ä l'expression
lorsqu'aucune forme bien definie n'est requise, un cas eminem-
ment Substitut. Le nominatif est aux cas ce qu'est l'indicatif aux
modes, le present aux temps, etc. Le nominatif est ce que M.
PESKOVSKIJ (30 sv.) a appele une catigorie zero.
Ajoutons, pour eviter les malentendus, que nous ne preten-
dons nuUement avoir etabli ici des definitions universelles du
locatif et du nominatif. Les termes meines de »locatif« et de
»nominatif« sont ambigus, et le contenu en change d'un etat de
langue ä un autre. Les definitions donnees sont valables pour
quelques systemes particuliers de certaines langues. On y ap-
portera plus loin les precisions necessaires. Ce n'est que le prin-
cipe abstrait de la structure du Systeme qui nous occupe ici.
2°. II a ete decouvert par ROTH (cf. plus haut, p. 28 sv.) que
l'opposition qui a lieu ä l'interieur d'une dimension grammati-
cale n'est pas une Opposition entre une idee positive et une idee
negative, mais une Opposition entre une idee simple et une idee
complexe. Ici encore on ne saurait adherer au detail de la theorie
casuelle emise par Roth. C'est le principe seul qui nous interesse.
Roth a trouve que, si on definit les cas obliques par le terrae
general de dependance, le nominatif ne s'y oppose pas de fa^on
ä designer l'independance seule, mais en designant ä la fois
dependance et independance. Roth definit ainsi le nominatif
comme etant complexe, et si le nominatif est neutre, il est en
effet complexe en meine temps. C'est dire que non seulement le
terme de neutre, mais egalement le terme de complexe est
susceptible de deux aeeeptations differentes: il y a une complex-
itö concentre'e, comme dans l'instrumental de Wüllner, et il y a
une complexite expansive, comme dans le nominatif. Dans cet
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 101

exemple, qui suit de tres pres l'expose de Roth, le eas defini


coramc complexe et expansif est identique ä celui qui vient
d'etre defini comme neutre et expansif.
Mais le principe de Roth peut etre generalise. La strueture
du Systeme linguistique n'est pas teile qu'il soit possible de
maintenir la distinetion entre un terme positif et un terme nega-
tif. (Tout au moins c'est un cas extremement rare et qui cons-
titue une exception. On retrouvera ce fait.) L'opposition reelle
et universelle est entre un terme defini et un terme indefini.
Ainsi qu'il a ete indique plus haut (p. 45 sv.) une comparaison
du Systeme normal du grec et du latin fait voir immediatement
que dans les deux langues le Systeme est Oriente differemment.
Dans le Systeme normal du latin, l'ablatif se presente comme le
»pole positif«, c'est-ä-dire comme le cas defini. Dans le Systeme
normal du grec, oü l'ablatif est absent, c'est par contre l'accusa-
tif qui est »positif« ou defini. II est bien vrai que les systemes
du grec et du latin ne sont pas d'une simplicite evidente et
susceptible de fournir l'illustration ä une premiere orientation.
II est vrai que la signification de l'ablatif latin et de l'accusatif
grec n'est pas tout ä fait precise et restreinte: les deux cas
signifient ä la fois le rapprochement et l'eloignenient. Mais ces
deux langues, qui ont constitue jusqu'ici le centre des recherches,
fönt dejä voir qu'il peut y avoir dans le Systeme casuel des
orientations diverses. L'ablatif latin insiste sur l'eloignement;
tout autre cas du Systeme normal du latin est complexe ou
neutre ä l'egard de la dimension de direction. L'accusatif grec
insiste sur le rapprochement. et tout autre cas du Systeme normal
du grec est complexe ou neutre ä l'egard de la direction.
II y a deux consequences ä tirer de cette Observation provi-
soire: 1° dans tout Systeme casuel operant sur une seule di-
mension, il n'y a qu'un seul cas qui comporte une signification
relativement simple, restreinte, precise et bien definie; 2° ce
cas peut designer ou bien le terme positif ou bien terme negatif
de la dimension consideree.
On verra que ce principe est universel. Le Systeme linguis-
tique est Oriente vers un seul terme de la dimension. Dans le
Systeme latin, tout se groupe autour de l'idee d'eloignement, et
le seul cas relativement bien defini est celui qui indique l'eloigne-
8
102 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

ment. Dans le Systeme grec, tout se groupe autour de l'idöe


de rapprochemenl, et c'est le rapprochement qui est indiqud par
le seul cas qui est vraiment bien defini. Le Systeme normal du
latin, tel qu'il est elabli par la grammaire traditionnelle, est Or-
ganist sur la base de l'ablatif. Le Systeme normal du grec est
organise sur la base de l'accusatif. Le Systeme latin präsente
une orientation negative, le Systeme grec une orientation positive.
La decouverte suggeree par Roth fait voir que le Systeme
casuel est organise sur la base d'un seul des deux termes ex-
tremes de la dimension de direction, et que la dißerence du
cas exprimant ce terme avec les autres cas du Systeme n'est
pas une Opposition entre deux idees distinctes dont l'une est
positive et l'autre negative, mais une Opposition entre une seule
idee simple et une ou plusieurs iddes neutres ou complexes.
Les resultats provisoires que l'on peut degager au sujet de
la structure du Systeme casuel sont les suivants:
1". Le Systeme n'est pas construit comme un Systeme logico-
mathematique d'oppositions entre termes positifs et nigatifs,
Le Systeme linguistique est libre par rapport au Systeme logique
qui lui correspond. II peut etre Oriente' differemment sur Taxe
du Systeme logique, et les oppositions qu'il contracte sont sou-
mises ä la loi de participation: il n'y a pas d'opposition entre
A et non-A, il n'y a que des oppositions entre A d'un cöte et
.4 + non-A de l'autre. La decouverte n'a rien de surprenant
puisqu'on sait par les recherches de M. L£VY-BRUHL que le langage
porte l'empreinte d'une mentalitö prilogique.
2°. Le principe dirigeant la structure du Systeme est d'ordre
extcnsional et non d'ordre intensional. Les termes du Systeme
(les cas en l'espece) sont ordonnes selon Vetenduc respective
des concepts exprimes et non selon le contenu de ces concepts.
Ce qui constitue les oppositions ä l'interieur du Systeme, ce
n'est pas le rapport intensional qui a lieu entre les cas en
question, c'est leur rapport extensional.
On sait en effet que les cas ne sont pas des formes eter-
nelles qui peuvent etre fixees une fois pour toutes. En s'en tenant
au point de vue intensional, il serait impossible d'etablir un
registre universel des concepts casuels. C'est une Observation
Evidente qui a 016 faite assez souvent qu'il n'y a pas de nomi-
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 103

natif ou de datif universel, il n'y a que le nominatif ou le datif


de tel ötat de langue dötermine\ Si l'id^e casuelle, prise in ab-
stracto, est universelle, les diverses faces de cette idöe, les iddes
casuelles in concreto, ne le sont pas. Ce qui est appele" datif en
latin est autre chose que ce qui en grec porte le meine nom;
l'ablatif du sanskrit n'est pas l'ablatif latin. Les denominations
qu'on donne aux cas ne sont pas pour cela ä abandonner. Ce
sont des denominations intensionales approximatives. Le datif
latin possede grossierement le meme contenu s^mantique que le
datif grec; l'ablatif latin comprend grossierement le meme con-
tenu s^mantique que l'ablatif sanskrit. Ces approximations sont
commodes, mais elles sont sans rapport avec le Systeme, et c'est
le Systeme qui deiermine la definition d'un cas. La definition
d'un cas est döterminee par les autres cas entrant dans le Sys-
teme et par sa valeur differentielle par rapport ä ces autres cas,
qui est un fait extensional.
Tout signe linguistique est defini du point de vue extensional
par sa valeur, du point de vue intensional par sa signification.
A une meme signification peuvent correspondre des valeurs dif-
ferentes; ce qui au point de vue intensional est un seul et meme
cas est au point de vue extensional susceptible de plusieurs d6-
finitions differentes.
La valeur releve du Systeme et de la norme qui en dmane.
La signification, entendue ici par son Opposition ä la valeur,
releve de l'usage. (Pour ces termes, voir plus haut, p. 88.)
II s'ensuit que dans un Systeme donne1 on peut prevoir un
itat de tension entre la tenue extensionale et la tenue intensio-
nale d'une forme. Dans une langue en stabilite, l'usage sera
exactement conforme aux exigences du Systeme; les divers em-
plois d'un cas preferes dans l'usage ne d^passeront jamais les
limites posees par la definition extensionale du cas. Mais il peut
y avoir des langues oü la Situation est autre, oü la stabilite" est
incomplete, et oü il y a une certaine tension entre la signification
intensionale fixee par l'usage et la valeur extensionale fixde par
la norme.
3". Les termes du Systeme peuvent s'unir deux ä deux par
syncritismcs. On observe des syncrötismes ä l'interieur d'un seul
et meme Systeme, des syncrelismes synchroniques qui se röa-

104 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

lisent dans certains systemes particuliers. Et on observe des syn-


cretismes qui se realisent pendant le passage d'un Systeme ä un
autre dans le plan evolutif. // est probable d'avance que les lois
dirigeant les syncretismes sont en rapport avec les lois dirigeant
la structure du Systeme. II est probable que les syncretismes
dependent de la definition extensionale des cas qui les contractent.
C'est un probleme entierement nouveau, bien que la proba-
bilite dont nous parlons ait ete vue quelquefois. Ainsi G. HERMANN
voulait-il expliquer le syncretisme frequent entre le datif et
l'ablatif, surtout en grec, en supposant qu'un terme positif et
un terme negatif se compensent. (Cf. plus haut, p. 31.)
II y a toujours des syncretismes dans un Systeme casuel ex-
primc par la position des Clements. Dans une langue oü le sub-
jeetif, le translatif et le datif ne sont distingues que par l'ordre
des mots, il y aura toujours syncretisme lorsqu'un mot est nomme
isolcment. De plus il peut y avoir des syncretismes par le fait
que sous certaines conditions l'ordre peut etre renverse. Ici cer-
tains usages particuliers (certains styles, et surtout le style
poctique dont l'usage pose des limites de Variation generalement
plus larges que l'usage ordinaire ou neutre) peuvent afTecter les
syncretismes.
Mais aussi dans les etats de langues oü les rapports casuels
sont exprimes par des formants explicites et non par l'ordre des
Clements, certains usages ou styles peuvent avoir une predilec-
tion pour certains syncretismes. II y a dans toute communaute
linguistique un usage neutre (neutre ä l'egard des variations lo-
cales et sociales), qui est la langue commune, et souvent aussi
un usage soutenu soumis ä une correction plus ou moins arti-
ficielle. Ces deux types d'usages observent souvent des distinc-
tions qui paraissent trop subtiles pour les usages inferieurs. En
allemand par exemple, il est evident que les usages inferieurs
admettent nombre de syncretismes casuels qui sont proscrits de
l'usage neutre et de l'usage soutenu. II est fort probable que la
Situation a ete analogue en latin.

5". Le probleme de itunplilude du Systeme. On sait que d'apres


l'hypothese de Wundt le Systeme casuel minimum comporte 4
cas. C'est une hypothese qu'il y aura Heu de mettre ä l'epreuve.
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 105

Mais au probleine du minimum doit etre ajoute celui du maxi-


mum: quel est le plus grand nombre de cas qui puisse entrer
dans un seul Systeme? Et ce Systeme maximum comment est-il
organise? Un troisieme probleme, non moins important, est celui
de l'optimum du Systeme casuel: il faut examiner quelle est la
Situation quantitative et extensionale qui est preferee pour le
Systeme casuel.

6°. Le probleme du rapport de la categorie des cas aux antres


categories linguistiques.
Les cas constituent une categorie flexionneüe. Une categorie
flexionnelle est toujours ä la fois paradigmatique et syntagma-
tique. C'est ainsi que nous voudrions definir la flexion. C'est par
ce trait qu'elle se distingue de la derivation, uniquement para-
digmatique, avec laquelle eile a ete dans la linguistique classique
si souvent confondue. Pour les cas ce caractere est evident. Le
choix d'un cas dans une serie donnee est determine d'une part
par les faits de rection, de l'autre par ce qu'on desire exprimer.
Pour le voir il suffit de se rendre compte du fait que d'une part
il y a dans toute langue une rection casuelle dont la raison est
la parente semantique qui existe entre le terme regissant et le
morpheme casuel du terme regi, et que d'autre part le morpheme
casuel comporte une signification propre independante des faits
de rection. (Cf. plus haut, p. 52 sv.)
Ce double röle des cas, qui a ete reconnu implicitement dans
le moyen-äge (plus haut, p. 22), fait voir qu'il n'est pas possible
de concevoir le rapport casuel comine un rapport syntagmatique
pur et simple. La rection casuelle n'est pus un fait mecanique;
eile s'explique par la valeur des cas en question. En d'autres
termes, les faits syntagmatiques presupposent les faits paradigma-
tiques et en sont la consequence. C'est ce fait capital qui a ete'
neglige par la theorie »syntaxique« des cas.
Tout ce qui reste du principe invoque par cette theorie c'est
le fait que la premiere dimension casuelle, celle de la direction,
agit d'une facon symptömatique dans les rections syntagma-
tiques. II va de soi qu'une pure Observation des faits syntagma-
tiques meines ne suffit pas pour definir les cas. S'il y a rappro-
chement et eloignement dans les rapports casuels syntagma-
106 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

tiques, il en est de meme de n'importe quel autre rapport syntag-


matique. Dire par exemple que l'accusatif d'une langue donnee
peut etre defini comme designant le rapprochement parce qu'il
peut Stre toujours concu comme etant regi par un autre terrae,
c'est constater un fait syntagmatique d'ordre general et qui pour
la definition du cas reste sans portee aussi longtemps qu'il n'est
pas donne de ce fait une explication par la valeur paradigmatique
du cas envisage. Le principe de Maxime Planude selon lequel il
faut definir le cas du point de vue du terme meme qui le recoit
a pour consequence qu'ä l'egard de la direction les divers cas
doivent etre definis comme designant rapprochement et eloigne-
ment en eux-memes et abstraction faite du röle qu'ils remplissent
dans le mecanisme syntagmatique.
Puisque tout se tient dans le Systeme d'une langue, il y a
a coup sür des rapports entre les diverses categories qui le cons-
tituent. Ainsi il faut prevoir que la categorie casuelle entre en
des relations specifiques avec plusieurs autres categories. II y a
en effet relation entre les cas et les autres categories flexionnelles,
les categories syntagmatiques de Subordination (sur cette sorte
de categories voir Princ. 127 sv.), les categories fonctionnelles
(Princ. 198 sv.) et les categories lexicologiques.
La relation qui existe entre les cas et ces diverses categories
peut Stre de deux especes: il peut s'agir d'une relation sdman-
tique et d'une relation d'inierdependance.
On peut constater immödiatement qu'il existe une relation
simantique entre la categorie des cas et les categories suivantes:
1° La categorie flexionnelle des diatheses. La relation est com-
munemenl reconnue depuis les debuts de l'antiquite. (Cf. p. 7.)
Dans ce domaine la definition semantique de chacune des cate-
gories devra apporter des precisions sur l'analogie et la dif-
ference qui les unit et les separe ä la fois. D'autre part le danger
pratique de les confondre entre elles est minime parce qu'elles
ne se combinent jamais avec les memes categories fonctionnelles.
Les diatheses constituent ä ce qu'il semble la seule categorie
flexionnelle avec laquelle les cas ont une parente semantique.
II est vrai qu'AsT et ROTH ont soutenu qu'il y aurait un rapport
du meme ordre avec le genre. (Cf. plus haut, p. 18 sv., 73.) Mais
cette hypothese a ete etablie par une consideration d'emblee des
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 107

jmöaetc; de la declinaison qui ne peut pas 6tre maintenue. II y


a entre les cas et les genres une relation d'interdependance
possible, mais il n'y a pas une relation semantique.
2° La categorie lexicologique des prepositions. Cette relation,
qui a ete decouverte par BERNHARDI et mise en lumiere par
WCLLNER surtout, semble etre de nos jours communement ad mise.
II parait en effet que les prepositions constituent un Systeme dont
les dimensions sont les meines que Celles du Systeme casuel, et
qu'il s'agit ici d'une categorie double qui se manifeste ä la fois
dans le Systeme grammatical et dans le Systeme lexicologique.
Puisqu'on ne possede pas encore des criteriums suffisants pour
distinguer morphemes et semantemes, le danger pratique d'une
confusion reciproque est beaucoup plus grand ici que pour les
cas et les diatheses.
3° Parmi les categories fonctionnelles il y a une relation se-
mantique possible avec les pronoms. Le probleme de cette rela-
tion et de son caractere specifique est en suspens depuis la theo-
rie de BOPP. (Cf. plus haut, p. 39 sv.)
II n'a pas ete ici parle des decouvertes faites par la compa-
raison de l'indo-europeen avec le semitique et le finno-ougrien,
et qui montrent que la categorie supposee des etats semble
venir s'aj outer ä ces categories flexionnelles avec lesquelles la
categorie des cas est en relation semantique, et qu'il y a egale-
ment une relation semantique entre la categorie casuelle et les
formes de la conjugaison objective.
Nous croyons en effet qu'il ne s'agit pas ici de categories
particulieres, mais seulement de quelques manifestations spe-
cifiques de ces categories qui ont dejä ete appreciees. Les etats
semitiques ne constituent qu'une face particuliere de la cate-
gorie casuelle meme. (Nous avons dejä soutenu cette these an-
terieurement, Princ. 150.) Pour ce qui est de la conjugaison
objective, nous croyons pouvoir soutenir qu'elle constitue une
complication de la categorie generale de diathese.
Les relntions d'interdependance ne peuvent s'accomplir qu'a-
vec des categories grammaticales qui seules agissent sur le meme
plan que la categorie casuelle. L'interdependance entre les cate-
gories est un fait de domination. Dans un Systeme grammatical,
certaines categories sont dominantes et certaines autres cat6-
108 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

gories sont dominees, ces termes entendus dans un sens relatif.


C'est ce jeu du dominant et du domine qui fait du Systeme une
entite dynamique. (Nous avons parle anterieurement du carac-
tere dynamique du Systeme synchronique. Princ. 5C>, 228 sv.)
Les faits dont nous parlons se reconnaissent facilement dans
les systemes des langues qui ont constitue jusqu'ici le centre des
recherches. Dans le Systeme latin par exemple, le principe de la
domination se manifeste d'une facon evidente.
La domination consiste en ceci que la categorie dominee
engage des syncretismes sous la pression de la categorie domi-
nante.
En latin, la categorie du nombre domine la categorie casuelle
par le fait que les divers cas se syncretisent sous le singulier et
sous le pluriel, alors que les deux nombres ne sont jamais syn-
cretises sous un cas.
Le rapport des cas avec les genres est en latin quelque peu
different: il y a ici domination reciproque. Les cas sont syncre-
tises sous les genres, comme on le voit par exemple pour le
genitif et le datif sous le feminin de la premiere declinaison,
pour le nominatif et l'accusatif sous le neutre. Mais inversement
les genres sont syncretises sous certains cas, comme on le voit
pour le masculin et le neutre de la deuxieme declinaison sous
tous les cas ä Fexception seule du nominatif des deux nombres
et de l'accusatif du pluriel.
Les faits de domination peuvent etre divers. La gravite
relative de chacune des categories entrant dans les relations d'in-
terdependance differe d'un etat de langue ä un autre. On verra
qu'il y a des langues oü les faits de domination sont toutes
autres qu'en latin, oü par exemple les cas dominent les nombres
et non inversement.
Les faits de domination n'expliquent pas les syncretismes en
eux-memes; les syncretismes en eux-memes s'expliquent par la
strueture du Systeme ä l'interieur duquel ils ont lieu. Mais ce
sont les faits de domination qui rendent les syncretismes pos-
sibles et quelquefois necessaires.
Les categories avec lesquelles les cas peuvent entrer dans une
relation d'interdepenriance sont de trois especes:
DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES 109

1° Categories flexionnelles. L'interdependance avec les cas est


frequente pour le genre, le nombre, l'article et la comparaison.
2° Categories syntagmatiques (les categories de Subordina-
tion).
3° Categories fonctionnelles. II a ete montrö anterieurement
que la categorie casuelle ne se combine qu'avec le nom (Princ.
308—324). Les diverses sous-categories nominales sont souvent
dominantes par rapport aux cas. Une domination particuliere sur
les cas est evoquee par l'opposiüon fonctionnelle entre pronom et
non-pronom, et par l'opposition fonctionnelle entre substantif,
adjectif et adverbe. Sous chacune de ces categories il y a encore
tres souvent des sous-categories, ä savoir Celles qui dans la gram-
maire courante recoivent le nom general de »declinaisons«, et
dont chacune conslitue un Systeme casuel particulier offrant
des syncretismes specifiques.

7°. Le probleme des lois dirigeant les mouvements des sys-


temes.
Les systemes casuels different d'un etat de langue ä un autre,
et la cause de ces differences doit etre dans les faits d'evolution.
Une fois tranches les problemes synchroniques, il sera possible
de tracer les courbes des mouvements observes pendant l'evolu-
tion des langues. On expliquera ces courbes par des lois gene-
rales qui les dirigent et qu'il convient de degager.
L'explication qui sera tentee dans le present travail consiste
ä chercher la cause des changements subis par les systemes dans
les systemes meines et dans les dispositions qu'ils possedent par
leur structure specifique. C'est un principe d'explication que
nous avons pose dejä anterieurement. (Princ. 286 sv.) L'exis-
tence d'un Optimum vers lequel le Systeme est dispose ä marcher,
les tensions existantes entre la tenue extensionale et la tenue
intensionale de chacun des cas entrant dans le Systeme, les faits
de la domination et de la relation semantique avec certaines
autres categories constituent autant de sources d'explication
possibles.
Nous voulons donc soulenir ä titre de these principale que
les mouvements du Systeme sont diriges par les dispositions du
Systeme et non par des tendances exterieures. La seule tendance
110 DIVISION DU PROBLEME. RESULTATS PROVISOIRES

exterieure qu'il soit nöcessaire d'invoquer pour expliquer le sort


evolutif du Systeme est la tendance de la societö a maintenir le
Systeme tel quel. C'est cette tendance conservatrice qui empeche
le Systeme de relrouver par une evolution rapide son optimum
absolu. Mais il y a des moments oü la tendance conservatrice est
lächee, de brefs moments oü le Systeme est laiss6 plus ou moins
ä lui-meme, et oü Involution s'accroit rapidement et aboutit
brusquement ä elablir un Systeme nouveau.
Nous esperons pouvoir montrer que ces principes s'imposent
et qu'ils suffisent pour expliquer les mouvements du Systeme.
Si nous räussissons ä verifier cette these, il s'ensuit que la
möthode immanente ou intra-linguistique est utilisable non seu-
lement pour l'itude des systemes, mais aussi pour l'etude des
mouvements. De cette facon la dualite entre synchronie et dia-
chronie serait definitivement vaincue. L'evolution des systemes
linguistiques ne peut pas s'expliquer par la diachronie, qui con-
siste ä considerer Involution de chacun des Clements pris s^pare-
ment, mais eile s'expliquera par un point de vue totaliste et
syst^matologique qui pourrait recevoir le nom de metachronie.
Par Opposition a la diachronie, qui fait abstraction des systemes,
la metachronie procede par la juxtaposition explicative de plu-
sieurs systemes successifs.
II

SYSTEME
A. STRUCTURE GENERALE
On va passer maintenant ä l'expose' systematique qui d6-
passe les resultats obtenus ou rendus possibles par la gram-
maire traditionnelle.
On va poser d'abord les principes qui dirigent la structure
generale du Systeme casuel, en reprenant le probleme oü nous
l'avons quitte dans la partie p r e ^ d e n t e de ce travail. (Cf. p.
98—104).
Dans les exemples qui seront choisis pour illustrer les prin-
cipes il convient de faire, sur ce premier stade de notre expose,
quelques simplifications. On fera abstraction des syncretismes
engages entre les cas d'un seul et meme Systeme. On fera abs-
traction d'une tension possible entre la tenue intensionale et
la tenue extensionale des cas consideres. On fera abstraction
encore du rapport qui existe entre le Systeme fondamental et
les systemes particuliers. On evitera des exemples qui posent
le probleme de l'effectif casuel et de la distinction du Semanteme
et du morpheme. Enfin on se bornera ä considerer dans ce para-
graphe les etats de langues oü la categorie casuelle ne comporte
qu'une seule dimension, celle de la direction.
Mais ces simplifications servent ä restreindre considerable-
ment le champ d'observation, et les exemples que nous pouvons
donner dans ce paragraphe sont par consequent peu nombreux.
II pourra meme y avoir qui semblent peu ^vidents sur quelque
point. Ainsi il n'est peut-etre pas toujours evident au premier
coup d'oeil que les systemes qui seront consideres ne comportent
112 STRUCTURE GENERALE

qu'une seule dimension, et qu'ils ne peuvent pas etre concus


comme comportant la relation ä double face. La raison en est
que du point de vue intensional, dont on fait ici abstraction
ä dessein, les traits semantiques qui marquent la deuxieme di-
mension sont presents dans une certaine mesure dans n'importe
quel Systeme casuel, mais sans influencer la configuration exten-
sionale.
Les inconvenients signales sont inevitables. Pour l'argumen-
tation complete et pour une documentation plus ample il faut
renvoyer le lecteur aux paragraphes suivants qui contiendront
l'application des principes generaux.

On a vu plus haut que la zone semantique de la premiere


dimension casuelle peut etre representee par un diagramme di-
vise en trois cases:

+ (rapprochement)

0 (»repos«)

-J- (eloignement)

On a vu egalement que tout Systeme casuel d'un etat de


langue donne est organise sur la base d'un seul pole de l'6chelle
significative. L'une des cases de la zone semantique est choisie
comme pivot du Systeme. Un seul cas sert ä designer exclu-
sivement le pole choisi comme pivot; les autres cas se groupent
autour de lui tout en offrant une figuration extensionale com-
plexe ou neutre par rapport ä ce premier terme.
Le pole choisi comme base du Systeme peut etre en principe
n'importe quelle des trois cases comprises dans l'echelle signi-
ficative. Le Systeme peut präsenter l'orientation positive, nega-
tive ou neutre.
Ce choix d'un seul terme de la zone comme base du Systeme
depend d'un principe selon lequel une seule case doit etre choi-
sie comme intensive, alors que les autres cases sont extensives.
La case qui est choisie comme intensive a une tendance ä con-
centrer la signification, alors que les cases choisies comme ex-
STRUCTUnE GENERALE 113

tensives ont une tendance ä repandre la signification sur les


autres cases de facon ä envahir l'ensemble du domaine seman-
tique occupe par la zone.
Si la case qui est choisie comme intensive est designee par
a, si la case qui renferme la signification contraire est designee
par b, et si la case intermediaire (neutre) est designee par c,
on obtient le tableau suivant:

orientation positive orientation negative

+ a -r-

0 c 0

b +

La case a est dans les deux sortes de systemes definie comme


intensive ( > ) , les cases b et c comme extensives ( < ) .
Le Systeme le plus simple que l'on puisse concevoir est un
Systeme ä deux termes. L'un de ces termes est defini comme
intensif, l'autre comme extensif. Le terme intensif, que nous
designons arbitrairement par a, est un cas dont la signification
est concentree sur la case a et ne la depasse jamais: c'est le cas
qui sert de pivot du Systeme. Le terme extensif, que nous de-
signons arbitrairement par A, et qui est en Opposition systema-
tique avec le premier, est un cas qui occupe la case contraire b ou
la zone contradictoire b + c, mais qui par la nature extensive de
ces cases tend ä se repandre sur l'ensemble de la zone casuelle
et ä oecuper aussi la case a. Soit:
114 STRUCTURE GENERALE

Un Systeme ä deux termes seulement se rencontre rarement


dans le domaine des cas et y constitue une Situation anormale.
II y a cependant des exemples dans certains systemes particu-
liers.
L'exemple le plus evident est constitue par certains systemes
particuliers de langues oü le rapport casuel est exprime en partie
par l'ordre des elements. Si dans une teile langue on considere
le nom ä l'etat isole et en faisant abstraction de tout contexte,
on obtient un cas syncretise representant ä la fois le subjectif,
le translatif et le datif. En anglais moderne, les substantifs or-
d i n a l e s du genre personnel ne comportent par suite que deux
cas dans ce Systeme particulier, savoir le genitif en -s et le non-
genitif ä formant zero. (Le genre personnel et le genre imper-
sonnel se distinguent dans les substantifs anglais par l'effectif
casuel: les substantifs de genre personnel admettent le genitif
en -s, les autres le remplacent par l'expression avec of ou par
des periphrases diverses.) II est vrai que ce Systeme a une exis-
tence assez theorique, bien qu'incontestablement reelle. Dans un
tel Systeme particulier, il est tout evident que c'est le genitif qui
est le terme intensif: c'est lui seul qui comporte une signification
restreinte et bien definie. Le non-genitif par contre est par de-
finition indefini, indifferent ä l'egard des distinctions casuellcs.
Le genitif est a, le non-genitif est A.
Un tel Systeme, qui ne comprend qu'un genitif et un non-
genitif, presente evidemment une orientation negative par rap-
port ä la premiere dimension (qui est la seule representöe dans
le Systeme). La valeur du genitif est delinie comme 'eloignement'.
On sait que le genitif anglais en -s est un genitif exclusivement
possessif; or un genitif possessif peut etre interprete en disant
que l'objet qui le re^oit constitue un point ou une sphere dont
emane ou derive l'autre objet entrant dans le rapport casuel.
C'est ainsi que le morpheme casuel -s est fort pres d'etre syno-
nyme ä la preposition of qui en prend la place syntagmatique
lorsque le Semanteme en question est du genre non-personnel.
On sait aussi que meme le genitif du latin et du grec, qui n'est
pas exclusivement possessif, a fait l'objet d'une teile Interpreta-
tion par Theodore Gaza, par Maxime Planude, par Ast et Döleke
et par Wüllner.
STRUCTURE GENERALE 115

D'autre part le non-g^nitif est apte ä ddsigner indifferem-


ment eloignement, rapprochement et repos. On le voit par le
fait que dans une serie donnee il peut se transformer en un
subjectif, qui insiste sur l'eloignement, en un datif, qui insiste
sur le rapprochement, et en un translatif qui lui-meme est in-
different puisqu'il se combine avec n'importe quelle preposition.
On pourrait invoquer au meine titre le Systeme particulier
qui est normal aux substantifs danois ä l'etat isole.

Dans les systemes ä trois ou quatre termes disposes sur une


seule dimension la configuration est differente. Si les systemes
ä deux termes sont indifferents ä l'egard de la distinction entre
l'opposition contraire et l'opposition contradictoire, cette diffe-
rence devient ici decisive.
Le couple a A est indifferent ä l'egard de la distinction entre
l'opposition contraire et l'opposition contradictoire. Par ce
couple on peut designer ä son gre une Opposition contraire
(a : b) ou une Opposition contradictoire (a : b + c), et en outre
aussi une Opposition participative (a : a + b + c). Les systemes
ä trois ou quatre termes disposes sur une seule dimension se
composent de couples qui designent exclusivement ou bien une
Opposition contraire ou bien une contradiction contradictoire (ce
qui n'empeche pas que l'opposition peut etre en meme temps
participative).
Le couple contraire designe les deux cases contraires a et b
ä la fois. Le couple est compose d'un terme intensif, que nous
appelons ß, et qui insiste sur la case intensive a, et d'un terme
extensif, que nous appelons B, et qui insiste sur la case exten-
sive b. Puisque la case extensive b est designce dans les deux
cas, la case c peut etre occupee egalement. Soit:

1 i
ß B
116 STRUCTURE GENERALE

Le couple contradictoire designe une Opposition contradic-


toire entre les deux cases extremes d'un cöte et la case neutre
de l'autre. II designe a + b et c ä la fois. Le couple est compose
d'une part d'un terme intensif, que nous appelons Y, et qui in-
siste sur l'un cöte de l'opposition contradictoire, celui qui est
constitue par a + b; et d'autre part d'un terme extensif, que
nous appelons T, et qui insiste sur l'autre cöte de l'opposition
contradictoire, celui qui est constitue par c. Soit:

m
1 T

Les systemes ä trois termes se composent ou bien de ß, B


et Y. ou bien de ß, B et F. Les systemes ä quatre termes disposes
sur une seule dimension se composent de ß, B, y et T. Ces
systemes constituent dans le domaine des cas un type frequent.
Pour en donner un specimen commencons par un etat de
langue dont l'expression procede par des formants explicites.
On peut citer ä titre d'exemple le gotique, langue dont le
Systeme casuel normal des substantifs comporte quatre termes
ranges sur une seule dimension.
Le Systeme normal des substantifs gotiques est le suivant:

ß N
B Ac
T D
rG
Le Systeme presente l'orientation negative. Le nominatif
designe ä la fois eloignement et rapprochement, puisqu'il est ä
la fois cas »sujet« et cas »predicat«; mais il insiste sur la face
negative de la dimension parce que la valeur de »sujet« pre-
domine. En outre le nominatif peut ötre neutre ä l'egard de
STRL'CTURE GENERALE 117

l'opposition; ainsi s'il est mis hors contexte ou s'il prend le röle
du vocatif. L'accusatif designe ä la fois eloignement et rapproche-
ment puisqu'il est ä la fois »sujet« et »objet« dans la construc-
tion dite accusatif avec infinitif; mais l'accusatif insiste sur la
face positive de l'opposition parce que la valeur d'»objet« prevaut
et est souvent la seule envisagee. En outre l'accusatif peut etre
neutre ä l'egard de l'opposition, comme c'est le cas lorsqu'il in-
dique le temps, l'espace temporelle ä l'interieur de laquelle un
fait est situe. Le datif gotique occupe la place qui revient le
plus souvent ä un datif: il indique ä la fois eloignement et
rapprochement mais peut indiquer aussi indifference. C'est la
definition du cas datif qui a etö donnee dejä par Maxime Planude
(plus haut, p. 11 sv.) et qui a ete donnee de nos jours par Wüll-
ner (plus haut, p. 38 sv.) et par Ahrens (plus haut, p. 56).
L'»objet indirect« est un terme de phrase qui etablit une cer-
taine connexion ou reciprocite avec le »sujet«; le datif indique
donc principalement qu'il y a rapport reciproque, accompagne
souvent d'une connexion constante ou d'un etat d'equilibre et de
»repos«, entre les deux objets qui subissent la relation casuelle.
Mais le datif gotique n'est pas uniquement le cas de l'»objet
indirect«. Par sa signification d'instrumental, de locatif et de
deuxieme terme de comparaison il insiste encore sur la recipro-
cite et sur l'etat d'equilibre ou de »repos«. En effet le datif
gotique n'est ni eloignement net ni rapprochement net, mais il
est le plus souvent eloignement et rapprochement ä la fois.
Le genitif enfin est situe autrement en gotique que dans le
Systeme particulier qu'on vient d'etablir pour l'anglais moderne.
On va cependant voir dans un instant que la difference entre le
gotique et l'anglais n'est pas si profonde qu'il parait ä n'envi-
sager que les systemes particuliers que nous avons jusqu'ici
etablis. Le genitif anglais n'est pas et dans tous les systemes
particuliers. Mais il y a entre le gotique et l'anglais cette difTe-
rence que le genitif anglais est susceptible de la definition a
dans quelques systemes particuliers, alors que le genitif gotique
n'est jamais susceptible d'une teile definition. On sait que le
genitif gotique comporte des emplois beaueoup plus larges et
un contenu semantique beaueoup plus lourd et moins retreci
9
118 STRUCTURE GENERALE

que le genitif anglais. Le genitif gotique differe du genitif anglais


par sa faculte de prendre la place de P»objet« de verbes et
d'adjectifs, par sa valeur partitive et par sa signification »abso-
lue« ou adverbiale et souvent quasi-locale (ni allis 'pas du tout',
landis 'ä travers le pays, tres loin', gistradagis 'demain', nahts
'(pendant) la nuit'). C'est dire que dans la valeur generale du
genitif gotique il y a une dose de reciprocite et de »repos« qui
n'est jamais absente, et que l'anglais ignore. Le genitif gotique
est moins leger que le genitif anglais, tout en recouvrant en
partie les memes significations que celui-ci. Le genitif gotique
ne peut jamais etre con^u comme un cas d'eloignement exclusif,
alors que cette interpretation est possible pour le genitif anglais.
Le genitif gotique est par ce fait plus proche du genitif de
l'indo-europeen primitif, et la definition que nous avons donnee
au genitif gotique du Systeme particulier envisage est en effet
en conformite avec celle donnee par Ahrens au genitif indo-
europeen (plus haut, p. 56).
Des exemples de systemes casuels ä quatre termes disposes
sur une seule dimension sont fournis par plusieurs langues qui
totalement ou en partie expriment les rapports casuels par l'or-
dre des elements.
Ici encore on peut citer l'anglais moderne. Le Systeme que
nous etablissons ici pour cette langue n'est pas encore le Sys-
teme fondamental. On considere uniquement le Systeme normal
des substantifs ordinaires du genre personnel, mais cette fois
en considerant les distinctions opörees au moyen de l'ordre fixe
des Clements d'une serie, et d'une se>ie assez complete pour ne
pas occasionner des syncretismes. Ainsi dans la serie the bog
sent Ins mother a letter il y a trois cas distincts reconnaissables
par l'ordre des elements: un subjectif (the bog), un translatif
(a letter) et un datif (his mother). Remarquons en passant que
les distinctions constatees ne sont de rigueur que dans l'usage
neutre (style normal prosa'ique); en d'autres usages les syn-
cretismes admis par le Systeme sont deja realisables. Mais lä
oü il y a distinction dans l'expression, le cas subjectif est marque
par sa place devant le verbe; le translatif et le datif sont mar-
ques par leur place apres le verbe, et ils sont distingu^s mutuel-
STRUCTURE GENERALE 119

lement par leur ordre respectif. A ces trois cas s'ajoutent dans
le gerne personnel le genitif en -s. Les substantifs ordinaires du
genre personnel possedent donc un Systeme normal dont l'ef-
fectif est a quatre. Le Systeme a la structure que voici:

ßs
B T
YD
rG
On voit ici que la definition du genitif a change par rapport
au Systeme particulier etudie plus haut. C'est un fait qui se
rencontre souvent, et dont le principe sera discute dans un pa-
ragraphe specialement consacre ä ce probleme dans la deux-
ieme partie de ce travail. Le fait vient de ceci qu'une meme defi-
nition intensionale peut recevoir plusieurs interpretations ex-
tensionales. La definition extensionale est une definition de
valeur et depend exclusivement du nombre et du caractcre des
termes avec lesquels le terme envisage' entre en Opposition. II
est donc tout indique que dans un Systeme ä quatre termes les
definitions seront autres que dans un Systeme ä deux termes
bien que les faits intensionaux soient en partie les memes. En
outre il importe d'observer que le Systeme particulier envisag6
plus haut n'a qu'une valeur restreinte: il ne s'applique qu'au
nom isole de la serie syntagmatique qui seule met en vigueur les
rapports casuels. De plus il va de soi que si le genitif est sus-
ceptible de plusieurs definitions extensionales, il n'en est pas
susceptible de n'importe quelle. Le genitif anglais ne pourrait
pas etre defini comme B par exemple (etant entendu que le
Systeme presente l'orientation negative).
Dans le Systeme normal des substantifs ordinaires du genre
personnel le genitif anglais est defini comme le gönitif gotique:
il insiste sur le repos ou la neutralite mais admet aussi l'expres-
sion de l'eloignement et du rapprochement. La possessivitö est
donc conijue principalement comme une sorte d'immanence; on
1
L'ordre change selon des regles fixes dans le modc interrogatif et
dans l'etnt d'emphase, dont on fait abstraction ici.
9*
120 STRUCTURE GENERALE

se souvient de l'interpretation donnee au genitif par G. HERMANN:


le genitif indique la substance dans laquelle une accidence innere
(plus haut, p. 30). Mais le genitif est en meme temps l'indication
indifferente et alternative de l'eloignement et du rapprochement.
Le gcnitif anglais ne differe du genitif gotique que par le fait
d'admettre certaines definitions extensionales dont le gcnitif
gotique n'est pas susceptible.
Le datif anglais est defini comme le datif gotique et ne donne
lieu ä aucune remarque. Le subjectif et le translatif sont ß et B
respectivement, ce qui est naturel parce que le subjectif est ä
la fois regissant et regi (cf. p. 52 sv.) et parce que le translatif
peut avoir le double röle de »sujet« et d'»objet« dans les cons-
tructions du type / heard the boij cry.
Le Systeme etabli ici est valable aussi pour les substantifs
ordinaires du danois moderne (oü la difference de genre est Sans
importance pour le Systeme casuel).
En anglais moderne encore, les substantifs ordinaires du
genre impersonnel constituent un Systeme normal ä trois termes,
qui est identique au precedent moins le genitif:

ß S
B T
T D

Reste ä considerer briövement les systemes ä cinq et ä six


termes. Les systemes de ces types comprennent toujours le
couple a A.
On peut citer ä titre d'exemple le Systeme normal de l'adjectif
du haut allemand moderne (langue officielle).
En etablissant ce Systeme on oublie communement que hors
des cas generalement reconnus l'adjectif allemand comporte un
cas pridicatif qui est meme la forme donnee d'ordinaire dans
les dictionnaires. A cöte de reicher, reichen, reiches (reichen),
reichem il y a la forme reich qui remplit d'ordinaire le röle de
>prcdicat«.
Les cinq cas ainsi reconnus constituent un Systeme presen-
tant l'orientation positive:
STRUCTURE GENERALE 121

et P r
A N
ß Ac
B G
r D

Remarquons en passant que le Systeme est trempe de toutes


sortes de syncretismes qu'il y aura Heu d'etudier dans la deux-
ieme partie de ce travail. C'est ainsi que par exemple il peut y
avoir un syncretisme entre le predicatif et le nominatif (dans
une expression comme gut Wetter). II faut s'en souvenir pour
ne pas affirmer ä la legere que la forme reich, gut ne soit pas
un veritable predicatif susceptible de la definition o.
L'existence meme du predicatif fait voir avec evidence que
l'orientation positive est seule possible ä un tel Systeme, et le
Systeme offre par la meme une illustration excellente au prin-
cipe general de Roth. II n'y a dans ce Systeme qu'un seul cas qui
designe vraiment et exciusivement le rapprochement, et il n'y
a pas de cas qui designe exciusivement l'eloignement.

Un speeimen particulierement clair d'un Systeme casuel com-


prenant six termes disposes sur une seule dimension est fourni
par le turc osmanli.
Puisqu'il ne s'agit pas ici de penetrer dans le detail particulier
de la langue, mais simplement de donner un exemple pour illus-
trer provisoirement un type de strueture generale, nous pröfe-
rons remettre ä une heure plus tardive' la discussion de l'efFectif
casuel du turc osmanli, probleme dont la Solution n'est pas si
facile qu'il pourrait paraitre au prime abord. L'effectif casuel que
nous adoptons ici pour le turc osmanli moderne est celui qui est
de nos jours communement adopte; c'est dire que notre tableau
comportera les six cas reconnus dans la grammaire de M. DENY^
mais qu'il excluera le pretendu cas relatif que cet auteur est
enclin d'y ajOuter.
Nous croyons cependant utile d'ajouter une remarque. En
cherchant ä utiliser et ä generaliser la decouverte de Wundt

' Le probleme sera discute dans la deuxieme partie de ce travail.


122 STIUJCTURE GENERALE

(plus haut, p. 68 sv.) il faut se demander si l'ordre des elöments


ne permet pas en turc d'operer des distinctions ultcrieures qui
se superposent ä Celles exprimöes par des formants explicites
(et par le formant zero du nominatif). II est vrai que la plupart
des principales relations syntagmatiques sont exprimees dans
cette langue par les d^sinences casuelles (et par le zero du no-
minatif). Mais puisque d'une part l'accusatif est souvent syn-
cretis6 avec le nominatif, et que d'autre part le nominatif est
ä la fois le cas du sujet et du predicat, et puisqu'encore l'ordre
des elements est en turc soumis ä des regles, il faut se demander
si l'ordre des elements n'est pas en jeu pour la distinction de
certains cas, et surtout s'il n'est pas possible en turc osmanli,
au meme titre qu'en allemand moderne, de distinguer du no-
minatif un cas predicatif, marque par la position apres le verbe.
Nous pensons que la reponse doit etre negative. II est vrai que
le turc admet en principe un Schema regulier pour l'agencement
des elements, mais l'ordre des elements n'est pas fixe comme en
chinois classique ou en anglais moderne. Dans tout texte osmanli
l'ordre des elements est souvent capricieux et d'une fac,on gene-
rale peu stable. M. DENY en vient meme jusqu'ä dire que »l'ordre
theoriquement regulier est rarement observe« (811—813). En
adoptant la distinction entre norme et usage qui a ete etablie
plus haut (p. 88) on est amenc ä constater que pour la norme
l'ordre des elements est libre en principe; l'ordre »theoriquement
regulier« reconnu par les grammairiens n'est qu'un type arbi-
traire choisi quelquefois par l'usage. C'est un artifice des gram-
mairiens plus qu'une realite.
Les cas sont donc exprimes en turc osmanli de la meme fa9on
qu'en latin par exemple.
Le turc osmanli offre une illustration excellente ä la fois ä
la theorie localiste et ä la theorie structurale que nous sommes
ici en train de developper. Tous les cas de l'osmanli sont des
»cas grammaticaux« indiquant des relations syntagmatiques;
mais dans une large mesure ils se pretent aussi bien ä l'emploi
concret, temporel ou local, dont les nuances propres ä chacun
des cas est en conformite avec les nuances plus abstraites ou
»grammaticales« de fa?on ä rendre possible une explication rö-
ciproque. Et les six cas de l'osmanli montrent une configuration
STRUCTURE GENERALE 123

extensionale tres bien definie et qui remplit rigoureusement les


exigences de la theorie.
Le Systeme, qui presente l'orientation positive, est le suivant:

a D
A N
ß Ac
B Ab
Y G
r L
Le pivot du Systeme est constitue par le datif, qui designe
toujours un rapprochement bien marque et exclusif. Le datif
marque d'une facon concrete la direction vers, le point vers lequel
tend un mouvement; dans ces emplois le datif turc peut etre
caracterise du point de vue intensional comme un pur allatif.
Mais il indique aussi d'une facon plus abstraite le point vers
lequel tend une action, c'est-ä-dire il indique l'objet indirect d'un
verbe, et l'objet simple et unique des verbes dits intransitifs (tels
que bakmak 'regarder', sasmak 's'etonner de'); il peut indiquer
aussi la »cause finale« (ne-y-e 'pourquoi', litteralement 'vers quoi,
en vue de quoi'), la limite et la comparaison. Le datif est le seul
cas du turc qui indique un rapprochement exclusif. L'accusatif
sert uniquement ä marquer l'objet direct d'une action; il ne com-
porte pas l'acceptation concrete contenue dans le datif; il joue
le meine röle qu'un accusatif ordinaire et occupe la place gene-
ralement d^volue ä un tel cas (cp. p. 116 pour le gotique (rap-
peler que le Systeme gotique presente l'orientation inverse de
celle du turc) et p. 121 pour le haut allemand; cp. aussi la de-
finition donnee du translatif anglais, p. 119, 120). L'accusatif
n'est pas si different du nominatif que Test le datif, fait qui se
marque exterieurement par le syncretisme frequent entre l'ac-
cusatif et le nominatif.
L'orientation positive du Systeme est evidente. Le datif est
le seul cas qui recouvre une seule case de la zone semantique,
et il n'y a qu'un seul cas qui insiste clairement sur l'öloignement,
savoir l'ablatif. Le genitif turc est possessif-conjonetif dans le
sens large de ce terme; il designe le complement d'un nom sans
124 STUUCTURE GENERALE

egard ä l'espece particuliere du rapport. L'existence du locatif


lui assigne une definition un peu differente de celle donnee plus
haut pour un genitif ordinaire, mais compatible avec celle-ci au
point de vue intensional (cp. plus haut, p. 119 sv.).
L'ablatif turc insiste sur l'eloignement, dans un sens local
aussi bien que dans un sens abstrait. II indique la cause initiale
et le deuxieme terme d'une comparaison. II indique la prove-
nance, l'extraction, l'origine, et l'appartenance d'un individu ä
une classe; il indique le rapport partitif et la matiere dont une
chose consiste; il marque normalement l'objet des verbes di-
signant la crainte, le degoüt, l'aversion, la renonciation. II indique
donc principalement le point de depart d'une action ou d'un mou-
vement. Mais cette indication peut etre assez vague et peut com-
porter en meme temps l'idee contraire ou l'idee complexe ou
neutre. On le voit dejä en partie par les emplois cites. De plus
l'ablatif peut designer l'idee locale ou abstraite de 'ä travers, par
oü', oü l'idee de l'eloignement tend ä s'evanouir completement.
Le locatif insiste sur la case neutre de la zone semantique:
c'est un 'dans' ou un 'chez' local, temporel ou logique. L'idee
glisse insensiblement dans l'acceptation complexe, surtout dans
le domaine abstrait; comparer p. ex. Femploi du locatif pour
designer les fractions {üq-te bir 'un troisieme') et pour indiquer
le rapport exprime dans nos langues par le verbe 'avoir' (ben-de
bir ev var-dir 'j'ai une maison', litteralement 'ä ou dans moi une
maison il y a'), oü le locatif turc approche beaucoup d'un datif
indo-europeen. On peut noter aussi que dans le style archai'que
le locatif peut remplacer le datif pour indiquer l'objet de cer-
tains verbes.
Le nominatif enfin est en turc un cas entierement vague,
defini conime cas simplement et sans aucune specification pos-
sible. C'est un nominatif dans le sens propre du terme, une
6vonaöTixi'i ou une prima imposilio, un cas neutre et indifferent
par definition (cf. plus haut, p. 44, 99 sv.). C'est le cas du
sujet et du predicat, indiquant ainsi, sans distinction formelle,
l'eloignement et le rapprochement. Souvent il est complexe ou
neutre, comportant la signification dite »adverbiale«, comme
lorsque diin signifie ä la fois 'nuit' et 'hier', lorsque erle signifie
STRUCTURE GENERALE 125

ä la fois 'matin' et 'demain', etc. Le nominatif turc est ä ce point


un casus generalis qu'il joue aussi le röle de casus adverbialis.

Ces exemples choisis doivent suffire pour illustrer provisoire-


ment les principes generaux dirigeant la structure des systemes
casuels. On a en effet passe en revue les principaux structures-
types possibles.
Le Systeme est soumis ä certaines lois de solidarite. Deux
termes sont dits solidaires lorsqu'ils sont ou bien presents ou
bien absents tous les deux dans n'importe quel Systeme. Les lois
de solidarite sont les suivantes:
1° Le terme intensif et le terme extensif sont solidaires dans
les couples a A et ß B, mais non dans le couple y T.
2° Les couples ß B et y T sont solidaires.
II s'ensuit que le Systeme comporte les lignes de solidarite
que voici:

i ?} - f
A B> lr
II s'ensuit encore qu'il y a 7 systemes-types possibles, ä
savoir:
a A
ß BY
ß B r
ß B y r
a A ß B Y
a A ß B r
a A ß B Y r

Ce principe de structure est d'ordinaire strictement observe


dans les langues. Les exceptions sont rares et constituent des
anomalies soumises ä des conditions particulieres qu'il y aura
lieu d'apprccier plus loin.
Pour les symboles employes le lecteur doit se reporter au
tableau insere au debut du volume (p. x ) .
Lorsque les termes du Systeme sont disposes sur une seule
12G STRUCTURE GENERALE

dimension, ils ne depassent jamais le nombre de six. Le nombre


de six constitue le maximum absolu des systemes ä une seule
dimension. Mais le Systeme casuel peut comporter plus d'une
seule dimension et le fait souvent. On en trouvera des exemples
dans la suite.
B. SYSTEME SUBLOGIQUE
Le principe structural dirigeant le Systeme linguistique des
cas est par definilion prelogique (cf. plus haut, p. 102). La
relation entre deux objets, qui est la signification des cas, peut
etre congue par un Systeme d'oppositions logico-mathematiques
ou par un Systeme d'oppositions participatives. Or ce n'est que
le Systeme de la derniere espece qui recouvre les faits du langage
et qui permet de les dccrire par la voie immediate. Mais il
serait possible de ramener le Systeme de la logique formelle et
celui de la langue ä un principe commun qui pourrait recevoir
le nom de systime sublogique. Le Systeme sublogique est ä la
base du Systeme logique et du Systeme prelogique ä la fois. Afin
de donner une idee generale de la categorie en question il faut
ramener le logique et le prelogique ä une base commune en les
projetant sur le plan sublogique.
Pour faire cette Operation il suffit d'etablir pour chaque di-
mension un Systeme simple d'oppositions, ainsi qu'il a ete fait
plus haut ä la p. 99 et 112. II suffit d'accepter dans le tableau
sublogique les principales cases de la zone conceptuelle, la case
positive et la case negative, en y ajoutant, s'il y a lieu, la case
neutre, sans entrer dans toutes les nuances possibles de la logique
formelle et sans entrer au prealable dans les configurations
extensionales trouvees dans la langue. Ce tableau simple suffit
pour dcfinir chacune des dimensions de la categorie en question,
et le principe structural qui vient d'etre developpe dans le para-
graphe precedent permet d'en deduire par une simple Operation
mecanique les systemes linguistiques possibles.
On connait dejä quelques traits essentiels du Systeme sublo-
gique des cas. On sait depuis BERNHARDI et WÜLLNER que ce
128 SYSTEME SUBLOGIQUE

Systeme est i d e n t i q u e ä celui des prcpositions ( p l u s h a u t , p. 107),


et q u e la zone conceptuelle occupce p a r ce Systeme c o m m u n
a u x cas et a u x prcpositions est celle de la relation entre deux
objets r e p o s a n t sur u n e conception spatiale (plus h a u t , p. 37, 9 6 ) .
On sait en o u t r e que le Systeme etabli s u r cette base generale
c o m p o r t e p l u s d ' u n e seule d i m e n s i o n . C'est p a r u n e simplifi-
cation voulue q u e j u s q u ' i c i nous n o u s s o m m e s b o r n e ä ne con-
siderer q u e la p r e m i e r e dimension casuelle, celle de la direction
( p l u s h a u t , p. 9 5 ) , d o n t le t e r m e positif est celui du rappro-
chement, et dont le t e r m e negatif est celui de Veloignement.
L a d e u x i e m e d i m e n s i o n , qui a ete discutee p l u s h a u t (p. 95
s v . ) , a ete definie p r o v i s o i r e m e n t c o m m e i n d i q u a n t le degre
d ' i n t i m i t e avec lequel les deux objets sont lies ensemble. Cette
definition n o u s a ete suggeree p a r u n e x a m e n du Systeme casuel
d u finnois tel qu'il a ete etabli p a r RASK. Le Systeme assez com-
plexe de Rask p e u t p o u r la c o m m o d i t e de l'expose t h e o r i q u e
etre simplifie en ne c o n s i d e r a n t a u prealable que les relations
III et IV, c'est-ä-dire en e t u d i a n t la difference e n t r e l'allatif,
l'adessif et l'ablatif d ' u n cöte et l'illatif, l'inessif et l'elatif de
l ' a u t r e . Cette difference est celle e n t r e u n e relation spatiale oü
Tun des objets envisages est c o n t e n u d a n s l ' i n t e r i e u r de l'autre,
et une relation spatiale oü Tun des objets envisages est exterieur
ä l ' a u t r e . D a n s le t e r m e positif de la direction, la difference p e u t
etre c o m p a r e e a celle e n t r e les d e u x prcpositions latines in et
ad. D a n s le t e r m e negatif de la direction on peut c o m p a r e r lat.
ex et ab. D a n s le t e r m e n e u t r e de la direction, l'inessif a le sens
de la prcposition fran^aise dans, alors que l'adessif p o u r r a i t
etre r e n d u en fran^ais p a r les locutions pres de, ä cöte" de; on
p e u t c o m p a r e r ici l'opposition faite p a r l'allemand entre in d ' u n
cöte, bei et an de l ' a u t r e . II va de soi q u e de telles t r a d u c t i o n s
ne sont q u ' a p p r o x i m a t i v e s , la valeur de c h a c u n e des prepositions
considerees r e p o s a n t sur l'ensemble du Systeme i d i o s y n c h r o n i q u e
d o n t eile fait p a r t i e . Mais de telles t r a d u c t i o n s sont utiles p o u r
faire voir ce d o n t il s'agit, et les prcpositions sont souvent plus
concretes et plus precises que les cas p o u r m e t t r e les faits en
dvidence.

On peut r e p r e s e n t e r la difference observee par les dia-


grammes suivants:
SYSTEME SüBLOGIQUE 129
positif negatif

O co
Mais l'opposition de la deuxieme dimension des cas et des
prcpositions n'est pas toujours exactement celle qui vient ici
d'etre decrite. Au lieu de s'agir d'une difference entre une rela-
tion interieure et une relation exterieure, il peut s'agir d'une
Opposition entre une relation ä contact et une relation sans con-
tact; soit:

positif negatif

CD OO
Cette forme speciale de la deuxieme dimension s'observe le
plus facilernent dans les prcpositions et locutions sur et au-des-
sus de, cp. l'anglais on d'un cöte, abovc et over de l'autre, et cp.
encore allemand auf et über, danois paa et over.
Ces deux formes particulieres de la deuxieme dimension ne
sont pas essentiellement difförentes. On peut les reunir cn de-
finissant le terme positif de la deuxieme dimension comme
cohirence, et le terme negatif comme incoherence. Par coherence
nous comprenons le fait gcneral d'etre lie par une connexion
relativement intime ä un autre objet. En choisissant pour la
definition generale un concept aussi abstrait, il sera possible de
l'utiliser egalement pour les cas oü l'emploi concret et local est
rare ou inexistant.
Les deux formes particulieres prises par l'idee generale de
coherence peuvent, s'il y a lieu, recevoir les noms d'inherence
et d'adherence: il y a inherence quand la distinction est celle
130 SYSTEME SUBLOGIQÜE

entre l'interioritö et l'exteriorite; il y a adherence quand la


distinction est celle entre contact et non-contact.
Pour illustrer provisoirement les deux dimensions etablies
jusqu'ici, et en vue de rendre nos idees facilement comprehen-
sibles au lecteur, nous ajoutons ä la definition abstraite qui
vient d'etre donnee un tableau comportant les deux dimensions
avec les trois cases principales: la case positive, neutre et nega-
tive. Nous portons sur ce tableau une brcve definition de chacune
des neuf cases ainsi obtenues, en ajoutant quelques prepositions
et locutions du francjais, du latin, de l'allemand, de l'anglais et
du danois (la langue maternelle de l'auteur), aptes ä illustrer
approximativement la valeur attribuöe ä chacune des cases.
Dans ce tableau, la dimension verticale est celle de la direc-
tion. Le terme positif de cette dimension est le rapprochement,
le terme negatif reloignement. La dimension horizontale est celle
de coherence-incohdrence. Le terme positif est l'idee de cohe-
rence, le terme negatif celle d'incoherence.

+ 0
rapprochement x rapprochement rapprochement X
coherence; penetrant sans difference de incoherence; rappro-
dans ou prenant con- coherence et d'inco- chant de, sans pene-
tact avec herence tration ou sans con-
lat. in + acc. fr. par tact
all. in + acc. angl. along lat. ad
dan. ind i dan. ad all. an + acc.
dan. hen ved, hen til

coherence sans dif- aueune difference ni incoherence sans dif-


ference de direction; de direction ni de ference de direction;
contcnu ä l'interieur coherence etant ä cöte de ou
de ou etant en con- fr. entre pres de, sans etre
tact avec lat. inter content! dans o« sans
lat. in + abl. all. zwischen etre en contact avec
all. in -j- dat. angl. between all. an + dat.
angl. within, inside dan. mellem dan. henne ved
dan. inde(n) i
eloignement X eloignement eloignement x
coherence; sortant de sans difference de incoherence; s'eloi-
l'interieur de ou ces- coherence et d'inco- gnant de, sans avoir
sant d'etre en con- herence penetre dans ou sans
tact avec fr. ä travers avoir pris contact
lat. ex lat. per avec
all. aus all. durch lat. ab
angl. from within angl. thrnugh all. uon
dan. iirf af dan. gennem dan. bort fra
SYSTEME SUBLOGIQUE 131

D'entre les idees casuelles et prepositionnelles qui ne sont


pas comprises dans ce tableau, les plus importantes sont les
deux couples au-dessus : au-dessous et devant : derriere. On
pourrait songer ä disposer ces idees simplement selon les deux
dimensions de l'espace qu'elles representent ou qu'elles semblent
representer; ainsi:

au-dessus

devant- -dcrriere

au-dessous

Mais un examen des faits fera voir que cette hypothese n'est
pas soutenable. Si eile etait juste, le Systeme sublogique des cas
et des prepositions devrait comporter 4 dimensions: les deux
dimensions de rapport horizontal et de rapport vertical devraient
etre multipliees par les deux dimensions de direction et de coh6-
rence. Or les faits fönt voir que Ia pretendue dimension de rap-
port vertical n'est jamais multipliee par celle de cohörence. Dans
le langage, l'idee de au-dessus admet la distinction de coherence
et d'incoherence, mais l'idee de au-dessous ne l'admet pas. Ainsi
dans la sphere de l'idee de au-dessus l'allemand distingue auf,
qui insiste sur la coherence, et über, qui insiste sur l'incoherence,
alors que dans la sphere de l'idee de au-dessous l'allemand
n'admet qu'une seule preposition, unter, qui est indifferente ä
l'egard de la distinction de coherence et d'incoherence (de con-
tact et de non-contact). De meme l'anglais distingue on, qui
insiste sur la coherence, et over (et above), qui insiste sur l'in-
132 SYSTEME SUßLOGIQUE
coherence, alors que linder (et below, beneath) est indifferent.
De meme danois paa, over, linder. (Plusieiirs langues telles que
le frangais et le latin possedent des systemes de prepositions
trop simples pour admettre toutes les distinctions dont il est
question ici. C'est pourquoi nos exemples ne sont pas puises
dans ces langues.) Le fait est universel et sera illustre encore
par les systemes casuels etablis plus loin.
La chose se repete pour l'opposition de devant et de derriere.
Les systemes de prepositions des langues europeennes ne sont
pas assez complexes pour le faire voir, puisqu'ils ne comprennent
que tout au plus les idees simples de devant et de derriere
sans aucune specification de coherence-incoherence. Le fait ne
s'observe bien que dans quelques systemes d'une complexite
particuliere. Le fait consiste en ceci que lä oii il y a, dans la
sphere de l'opposition de devant et de derriere, une distinction
de coherence et d'incoherence, cette distinction ne se manifeste
que dans la sphere de devant, jamais dans celle de derriere.
Ces faits fönt voir que la difference entre au-dessus et au-des-
sous et celle entre devant et derriere est une difference qui opere
dans la dimension dejä etablie de coherence-incoherence: les
deux idees de au-dessus et de devant sont complexes ä l'egard
de cette dimension, puisqu'elles admettent la distinction qu'elle
comporte, alors que les deux idees de au-dessous et de derriere
sont neutres ä l'egard de la dimension de coherence-incoherence,
n'admettant pas les distinctions qu'elle comporte.
Reste ä voir en quoi consiste la difference entre le couple
au-dessus-au-dessous et le couple devant-derriere. C'est selon
nous une difference A'objectivite et de subjectivite.
Une relation entre deux objets peut etre pensee objective-
ment, c'est-ä-dire sans egard ä l'individu pensant, et eile peut
etre pensee subjectivement, c'est-ä-dire par rapport ä l'individu
pensant. Dans le Systeme sublogique, l'idee commune de au-des-
sus et de au-dessous est une relation entre deux objets pensee
objectivement, alors que l'idee commune de devant et de der-
riere est une relation entre deux objets pensee subjectivement.
II faut une remarque pour prevenir ä un malentendu pos-
sible. Selon notre hypothese il y aurait dans l'expression pre-
positionnelle il est sous l'arbre une relation de l'ordre objectif.
SYSTKMK SUBLOGIQUK 133

Or si au licu de il est sous Varbre je dis je suis sous Varbre la


relation ne scrait pas pour cela nioins objeetive. 11 convient de
se souvenir du fait que l'individu pensant peul lui-meme etre
l'objet de sa propre pensee. L'individu pensant peut etre objee-
tive et peut lui-meme constituer Tun des deux objets qui sont
les termes de la relation casuelle ou prepositionnelle. Dans ce
cas complexe, l'individu pensant est scinde en deux personnes:
il est ä la fois acteur et spectateur. Or la seule question qui est
d'importance ici est de savoir si la relation entre les deux acteurs
est pensee du point de vue d'un spectateur ou non.
Ce que nous voulons maintenir c'est que les expressions
devant et derriere peuvent indiquer que la relation entre deux
objets est pensee du point de vue d'un spectateur, alors que les
expressions au-dessus et au-dessous ne peuvent pas indiquer que
la relation est pensee du point de vue d'un spectateur. En disant
Voiseau est derriere Varbre ou Voiseau est devant Varbre j'indique
d'ordinaire la Situation relative de l'oiseau et de l'arbre par rap-
port ä moi-meme comme spectateur. En disant par exemple je
suis derriere Varbre j'indique d'ordinaire la Situation relative de
moi et de l'arbre par rapport ä mon interlocuteur qui joue main-
tenant le röle de spectateur. Si d'autre part je dis Voiseau est
sous Varbre, l'oiseau est au-dessus de Varbre, je suis sous Varbre,
je designe par ces expressions la Situation relative de deux objets
sans considerer le point de vue du spectateur. La difference entre
devant-derriere et au-dessus-au-dessous se resume en ceci que le
choix entre devant et derriere est determine par la place oecupee
par le spectateur: s'il change de place par rapport aux objets
consideres, ce qui etait devant peut devenir derriere et inversc-
ment, alors que le choix entre au-dessus et au-dessous n'est pas
determine par la place oecupee par le spectateur et en reste inde-
pendant.
Si nous avons dit que devant et derriere peuvent indiquer
que la relation entre deux objets est pensee au point de vue
d'un spectateur, et non qu'ils l'indiquent toujours, c'est du uni-
quement ä un inconvenient comporte par la langue. C'est parce
que dans le Systeme prepositionnel de nos langues la dimension
de subjeetivite-objeetivite, oü la subjeetivite constitue le terme
positif et l'objectivite le terme negatif, presente rorientation
10
134 SYSTEME SUBLOGIQUE

negative. En consequence de ce fait, les prepositions europe-


ennes designant au-dessus et au-dessous indiquent invariablenient
une relation objective, et les prepositions europeennes designant
devant et derriere peuvent indiquer ä la fois une relation sub-
jeetive, une relation objective et une relation neutre ä Pegard
de la distinetion de subjeetivite et d'objectivite. C'est ainsi que
devant la maison et derriere la maison sont des expressions
utilisables independamment de la place oecupee par le spec-
tateur, par le fait qu'une maison possede en elle-meme un devant
et un derriere et que ce devant et derriere peut etre exprime
par nos prepositions.
L'orientation negative est pour la dimension de subjeetivite-
objeetivite la normale. II y aura Heu de citer plus loin des sys-
temes casuels oü cette dimension presente l'orientation neutre.
Mais il n'y a pas d'exemples de l'orientation neutre ou positive
aptes ä entrer dans ce chapitre oü il ne s'agit que de donner
quelques exemples empruntes aux langues les mieux connues
en vue de mettre en lumiere le Systeme sublogique des cas et
des prepositions.
Ce Systeme sublogique comporte donc trois dimensions:
1° direction (rapprochement-eloignement),
2° coherence-incoherence,
3° subjeetivite-objeetivite.
Ces trois dimensions suffisent pour expliquer les systemes
de cas et de prepositions observes dans les langues. Pour le
comprendre il convient de se Souvenir que le principe general
dirigeant la strueture du Systeme prelogique de la langue per-
met une speeification plus dctaillce et une configuration qui est
du point de vue de la logique formelle moins claire que celle
qui a ete adoptee ici pour le Systeme sublogique. Le Systeme
proprement linguistique admet jusqu'ä six termes de chaque
dimension, et comme on Pa vu dans le chapitre precedent, la
configuration extensionale de ces termes peut etre complexe.
Ce sont ces faits qui permettent de porter sur le registre de ces
trois dimensions suhlogiques Peffectif de cas et de prepositions
observe dans chaque etat de langue individuel. On ne nous repro-
chera donc pas de ne pas avoir explique toutes les prepositions
meme dans les grandes langues europeennes. En effet nous
SYSTEME SUBLOOIQUE 135

n'avons ici explique aucune preposition. Nous avons choisi


quelques locutions prepositionnelles en vue d'illustrer nos idöes,
ce qui est rendu necessaire par le fait que le langage ne se laisse
expliquer que par le langage. Mais le Systeme des prepositions
reste par definition en dehors de notre engagement. C'est le
Systeme casuel que nous pretendons ici pouvoir expliquer par le
Systeme sublogique etabli, et ce ne seront que les chapitres
suivants qui en fourniront la preuve.
Le numerotage donne aux trois dimensions n'est pas arbi-
traire. Les dimensions constituent une hierarchie dans ce sens
que la premiere dimension est toujours presente dans n'importe
quel Systeme casuel, et que la troisieme dimension est la plus
rarement representee. En passant successivement des systemes
les plus riches aux systemes les plus pauvres, on passe succes-
sivement de systemes qui comportent ä la fois la premiere, la
deuxieme et la troisieme dimension, ä travers de systemes qui
n'en comportent que la premiere et la deuxieme, pour finir par
les systemes qui ne comportent qu'une seule dimension, qui est
toujours la premiere.
II y a lieu d'insister encore ici sur un fait qui a ete remarque
plus haut (p. 112). La configuration extensionale ne recouvre
pas necessairement la Situation intensionale, ou, en d'autres
termes, la valeur n'est pas identique ä la signification. Ainsi la
disparition d'une des trois dimensions n'entraine pas la consö-
quence inevitable et necessaire que la signification contenue dans
cette dimension disparaitrait sans laisser de traces. Dans les cas
qui restent apres la reduction le contenu semantique peut com-
porter une certaine dose des idces intensionales qui reviennent
ä la dimension disparue. Dans une langue qui par exemple ne
dispose pas de la dimension de coherence-incoherence, il peut
bien etre possible d'exprimer au moyen des cas la distinction
de coherence-incoherence, mais seulement d'une facon implicite
et qui n'a pas de rapport au Systeme. Toute idee peut etre expri-
mee dans toute langue, mais non dans tout Systeme. On re-
trouvera le fait dans les exemples concrets.
Etablissons enfin dans un tableau d'ensemble le Systeme
sublogique des cas tel qu'il resulte des considerations achevees:
10*
136 SYSTEME SUBLOGIQUE

2mt dim.
0
rapprochani du rapprochant de
devant en pre- l'cspace devan''
nant contact

etant devant,
avec contact

s'eloignant du
devant en ces-
sant d'etre en
contact

2nie dim.
0
approchant
(par)

neutre ä tous
les egards
(entre)

s'eloignant
(ä travers)

2me dim.
0
montant sui^ allant au-des- montant au-des-
avec contact sous sus, s.ans contact
+
etant'sur, etant au-des- etanl au-dessus,
avec contact sous sans contact

s'eloignant de la s'eloignant de s'eloignant de


Situation sur, en dessous dessus, sans
cissant d'etre ea avoir pris con-
< contact tact
C. SYSTEMES Ä TR01S D1MENSIONS
Dans les paragraphes suivants de ce travail on montrera par
des specimens typiques comment le Systeme sublogique qui
vient d'elre etabli se manifeste dans les langues, transpose sur
le plan prelogique selon le principe structural qui lui est propre,
et qui a ete developpe p. 111 sv.
Pour faire cette demonstration on se bornera au prealable
ä etudier les systenies casuels qui sont particulierement clairs,
et qui ne posent aucun probleme particulier. Nous cherchons
ainsi les conditions les plus favorables pour etablir une theorie
d'ensemble, embrassant a la fois la synchronie et la metachro-
nie. On sait que l'indo-europeen n'offre pas ces conditions fa-
vorables. C'est au contraire par l'etude de langues non-indo-
europeennes qu'il faudra exliquer la Situation indo-europeenne
qui est particulierement complexe. Par consequent dans cette
partie de notre travail on evitera soigneusement l'indo-europeen.
Les specimens de systenies casuels que nous donnerons se-
ront ordonnes selon l'amplitude des systenies, en commencant
par les systenies les plus riches pour descendre successivement
aux systenies les plus pauvres. Dans cette premiere partie de
notre travail, on n'etudiera que les systenies comportant trois
dimensions.
Puisque le Systeme casuel comporte 3 dimensions possibles,
et que chacune de ces dimensions peut comporter 6 termes, le
mnximum theoriqiie du Systeme casuel est 63 = 216. II n'y a
cependant pas de langue possedant un nombre de cas aussi eleve.
On peut presumer que pour chaque categorie grammaticale il
y a ä cöte du maximum theorique un maximum absolu, c'est-a-
dire un maximum qui n'est jamais depasse dans les manifesta-
138 TABASSARAN

tions reelles du Systeme linguistique. Mais le maximum absohl


est difficile ä fixer parce qu'ä l'etat actuel de nos connaissances
le principe dirigeant la fixation du maximum absolu est inconnu.
Nous nous bornons par consequent ici ä signaler le problöme
sans le resoudre. D'autre part il est toujours possible de fixer
le maximum empirique, qui n'est rien que simplement l'effectif
quantitatif comporte par le Systeme le plus riche que l'on con-
naisse. II va de soi que le maximum empirique n'a qu'une valeur
relative et ne contribue pas ä la definition des faits quantitatifs
propres au Systeme en question.
A l'etat actuel de nos connaissances, le maximum empirique
est pour le Systeme casuel fixe au nombre de 52. Ce nombre de
cas est trouve dans la langue tabassarane (du groupe samourien,
dans le Caucase oriental). Outre le tabassaran il n'y a qu'une
seule langue encore dont le Systeme casuel comporte plus de
deux dimensions, ä savoir la langue lake (Caucase oriental), qui
comporte 48 cas 1 .
Puisque le maximum empirique est si peu eleve, et que les
systemes casuels comporlant trois dimensions sont si rares, on
est amene ä conclure que le maximum absolu doit etre pour le
Systeme casuel beaucoup moins eleve que le maximum thcorique.

a) Tabassaran.
A. DIRR, *Sbornik XXXV. Einf. 1928.267 sv.
La description donnee par DIKR fait voir que le tabassaran
possede
1° un nominalif, sans desinence;
2° 4 cas ä desinences, et dont le theme est identique ä celui
du nominatif; ce sont Vequalif, le postessif temporcl, Vablatif-
comparatif et Y adverbial;
3° 3 cas ä desinences, et dont le theme differe dans quelques
paradigmes de celui du nominatif; ce sont Yinstrumental-ergatif,
le gcnitif et le datif;
1
Longtemps on a presumc ä fort que le lak conitltue pour le Sys-
teme casuel le maximum empirique. Ainsi SXINKNC 130 sv., qui
fixe le nombre de cas comporte par le lak ä 47.
TABASSARAN 139

4° un Systeme de 8 x 5 = 40 cas dits locaux, et formes sur


la meme base que les cas nommes sous l'alinea 3°.
Le caractere morphematique de ces 48 formations est evident;
elles sont caracterisees par DIRR comme des affixes de declinaison.
Leur appartenance ä la categorie casuelle, teile que nous l'avons
definie, est evidente.
Mais ä ces formes trouvces dans le substantif, dans l'adjectif
et dans le pronom il faut ajouter quelques formes qui sont
particulieres ä l'adjectif, ä savoir celles du predicatif et de
l'attributif.
Au meme titre que le haut allemand moderne (voir p. 120)
le tabassaran possede une forme particuliere pour l'adjectif
predicatif, qu'il faut compter parmi les cas. Le formant de ce
cas est, selon les circonstances qui se presentent, -u-, -ä- ou -Ö-.
Ces formants se placent avant ceux du genre et du nombre,
tandis que les formants des aulres cas admis par la langue se
placent apres ceux du genre et du nombre. Ces faits de place-
ment ne contestenl pas la valeur casuelle de la forme en question,
puisque en grammaire c'est le contenu et non l'expression qui
decide. Ainsi du theme sib- 'vert, non mür' on forme mu jeXer
sib-u-ß-u] 'cette poire est verte', oü -ß- est la marque du genre
impersonnel, et, au pluriel, mu jeXr-ar sib-u-r-ar-u], oü -r- est
la marque du genre au pluriel, et -ar- la marque du nombre
pluriel. Etant un vrai predicatif, cette forme n'est pas suscep-
tible de flexion casuelle. L'equatif-predicatif est un cas ä part
qui sera ctudie dans quelques instants.
La plupart des langues possedant un cas predicatif ignorent
le cas attributif. Dans la position attributive, l'adjectif reijoit les
formants ordinaires des cas dejä existants dans le substantif;
ou bien il recoit tous les formants casuels possibles, en concor-
dance avec le terme primaire auquel il s'ajoute, comme c'est le
cas en latin; ou bien il recoit le formant du cas general ou nomi-
natif qui peut s'accorder ä n'importe quel cas du terme primaire
regissant, comme c'est le cas en hongrois. Mais en tabassaran
l'adjectif attributif recoit un formant qui differe des autres for-
mants casuels de la langue, et qui est indeclinable. Dans la posi-
tion attributive, l'adjectif se termine en -i, sans etre susceptible
de la flexion de cas, de nombre et de genre. Ainsi sib-i vec 'pomme
140 TABASSARAN

verte', pl. sib-i vec-ar 'ponimes vertes'. Dans ces conditions, on


n'echappe pas ä poser un cas attributif au meine titre que le cas
predicatif qui en fait la contre-partie.
Lorsque l'adjectif prend la fonction de terme primaire, il
recoit le formant -d-, auquel s'ajoutent les desinences casuelles
ordinaires. Ainsi q'a bi&ur-d-i qap'ur 'alors la petite a dit', oü
-(' est le formant de l'instrumental-ergatif. On voit sans peine
qu'il ne s'agit pas d'un morpheme casuel, mais simplement d'un
morpheme de Subordination. La forme primaire de l'adjectif est
exprimee par le formant -d-, la forme secondaire par le formant
zero. Nous le signalons pour etre complet.
L'adjectif tabassaran comporte donc deux cas qui ne se
retrouvent pas dans le substantif, mais qui doivent etre portes
sur le registre du Systeme fondamental de la langue.
Mais il y a plus. Le cas d'equatif possede la faculte parti-
culiere de pouvoir se combiner avec le genitif d'un cöte et avec
le predicatif de l'autre. C'est dire qu'il y a encore deux cas com-
plexes: un genitif-equatif (termine en -in-, -en-, -an-, qui sont
les formants du genitif, plus -sä, qui est la marque de l'equatif;
p. ex. sa-ß kculuk'-en-sä deX 'un bruit comme d'un vent') et un
equatif-predicatif (termine en -s-, qui est l'aspect pris par la
desinence de l'equatif dans cette position, plus -u-, formant du
predicatif; p. ex. jahag-s-u-ß 'une chose comme un chaudron,
si grand comme un chaudron').
Aux 48 cas reconnus plus haut s'ajoutent donc encore 4: le
predicatif, l'attributif, le genitif-equatif et l'equatif-predicatif.
Le nombre total est 52.
L'effectif casuel du tabassaran ne pose pas d'autres pro-
blemes. La langue presente une regularite prononcee; les cas ne
contractent pas de syncretismes, et les seuls systemes defectifs
qui existent sont constitues par les substantifs, qui n'admettent
pas le predicatif, l'equatif-predicatif et l'attributif, et par quel-
ques adverbes locaux qui n'admettent que certains cas du type 4".
Les cas dits »locaux« sont au nombre de 40 et constituent,
pris en eux-memes, un Systeme de 5 fois 8, ctabli sur deux di-
mensions, celle de la direction et celle de coherence-incoherence.
Chacun des formants des cas dits locaux est compose de deux
TAHASSAKAN 141

Clements, qui ne s'eniploicnl p a s ä Total isole 1 , et d o n t lc p r e -


m i e r e x p r i m e la p l a c e o c c u p e e p a r le cas en q u e s t i o n d a n s la
diinension de c o h c i e n c e - i n c o h e i e n c e , le second la place o c c u p e e
p a r le cas d a n s la d i i n e n s i o n de la d i r e c t i o n .
Le t a b a s s a r a n est d o n c u n e l a n g u e d o n t les m o r p h e m e s se
d e c o m p o s e n t en des Clements significatifs p l u s petits q u i n ' o n t
pas l ' i n d e p e n d a n c e r e l a t i v e d ' u n m o r p h e m e . Ces Clements signi-
ficatifs d o n t se c o m p o s e n t les m o r p h e m e s r e c e v r o n t ici le n o m
de cellulcs m o r p h e m a t i q u e s , et l e u r s e x p r e s s i o n s s e r o n t a p p e l e e s
particules.
Les 5 t e r m e s de la d i r e c t i o n s o n t les s u i v a n t s , c l a s s e s selon
le p r i n c i p e g e n e r a l de s l r u c t u r e :
a latif ( p a r t i c u l e -na), e x p r i m a n t le m o u v e m e n t v e r s , et p a r
c o n s e q u e n t u n r a p p r o c h e m e n t net.
A comitalif ( p a r t i c u l e -ri), designant aecompagnement,
' ( e n s e m b l e ) avec', d o n c u n r a p p o r t r e e i p r o q u e , i n s i s -
t a n t s u r l ' e l o i g n e m e n t et s u r le r a p p r o c h e m e n t ä la
fois.
ß directif ( p a r t i c u l e -indi), i n d i q u a n t la d i r e c t i o n v e r s , m a i s
s a n s c o m p o r t e r n e c e s s a i r e m e n t l'idee n e t t e de r a p p r o -
chement.
B ablatif ( p a r t i c u l e -an), d e s i g n a n t u n e l o i g n e m e n t q u i est
selon les c i r c o n s t a n c e s p l u s ou m o i n s v a g u e .
r locatif ( p a r t i c u l e z e r o ) , d e s i g n a n t le »repos«, ni r a p p r o -
c h e m e n t ni e l o i g n e m e n t net.
II va de soi q u e d a n s cette e n u m e r a t i o n , oü o n a t r a i t e p a r
a b s t r a c t i o n de l ' u n e s e u l e m e n t des d e u x cellules d o n t se c o m -
posent en r e a l i t e les m o r p h e m e s c a s u e l s , t o u t e s les n u a n c e s de
la signification n ' o n t p a s e n c o r e pu e t r e m o n t r e e s .
II est e v i d e n t q u e la p r e m i e r e d i m e n s i o n p r e s e n t e l ' o r i e n t a -
tion positive. L e pivot de la d i m e n s i o n est c o n s t i t u e p a r le latif
qui seul d e s i g n e e x c l u s i v e m e n t u n e seule case de la zone s e m a n -
tique, celle de r a p p r o c h e m e n t , ce q u i n ' e s t p a s le cas ni du c o m i -
tatif ni de l'ablatif.
L a d e u x i e m e d i m e n s i o n du Systeme des c a s »locaux« c o m -
p o r t e 8 t e r m e s , et il s ' e n s u i t i m m e d i a t e m e n t q u e le Systeme casuel
1
Le zero du locatif est different du zero du nominatif p a r le theme
et par la presence du formant de coherence-incoherence.
142 TABASSARAN

total de la langue doit comporter trois dimensions. Plusieurs


autres considerations nous amenent ä la meme conclusion: le
nombre total de reffectif casuel, qui depasse le nombre de 36
qui est le maximum d'un Systeme ä deux dimensions; l'existence
d'un postessif signifiant 'derriere', signification qui rentre mani-
festement dans les cadres de la troisieme dimension; enfin, un
parallelisme frappant qui se manifeste dans les valeurs attri-
buees aux 8 cellules de la deuxieme dimension du »Systeme lo-
cal«, et qui pennet de les considerer comme constituant un Sys-
teme de 2 fois 4. Le parallelisme dont nous parlons permet de
porter les 8 cellules sur deux dimensions, ainsi:

I II
ß I er adessif (particule -A-c-) II m e adessif (particule -h-)
B I er inessif (part. -',-) II m e inessif (part. -/-)
Y interessif (part. -q-) superessif (part. -]il)
F postessif (part. -q'-) subessif (part. -A--)

Les memes elements expressifs qui constituent ces 8 parti-


cules se retrouvent, avec les memes significations »locales«, en
fonction de preverbes. Ainsi du Semanteme verbal al 'etre' on
fait k'-al 'est sur', h-a\ 'est pres de, est ä cöte de', etc. Nous ne
pensons pas qu'il y ait pour cela identite grammaticale. La pa-
rente synchronique aussi bien que metachronique des deux series
d'elements est evidente. Mais elles entrent dans deux paradigmes
differents, leur röle par rapport au Semanteme est au point de
vue syntagmatique tres different, et les preverbes different enfin
des cellules casuelles par le fait meme de ne pas etre des cellules,
mais des morphemes complets; les preverbes jouent un röle in-
dependant et n'ont pas besoin de s'appuyer sur un autre element
morphematique, alors que sans l'appui des cellules de direction
les cellules casuelles dont nous parlons ne seraient rien.
Pour les significations exactes de chacune de ces cellules voir
les notes explicatives qui seront donnees apres le Systeme. La
forme particuliere prise par I'opposition entre la cohe>ence et
l'incoherence est en tabassaran celle de Yinhirenc.e, non celle de
X'adhirencc (cf. p. 129 sv.). Le I er inessif insiste toujours sur
l'idee de l'interieur (le fait d'etre contenu ä l'interieur de, ou de
TABASSARAN 143

penetrer dans ou de sortir de l'intörieur de, respectivement), et


ce fait se rcpete dans les emplois plus abstraits de cette cellule
casuelle. Le 1 er adessif insiste toujours sur l'idee de l'extcrieur,
d'une facon analogue, et dans les emplois abstraits au meme titre
que dans les emplois »concrets«. Pour ce qui est du II m e inessif
et du II m e adessif, la signification de ces deux cellules casuelles
a ete donnce par DIRH indifferemment comme 'bei, neben'; mais
les exemples fournis par la documentation fönt voir que, ä l'instar
du I er inessif, le II"1C inessif insiste manifestement sur l'idee de
l'interieur; la valeur generale de 'bei, neben' n'est exaete (ap-
proximativement) que pour l'adessif.
Ceci pose, il est evident que la dimension de coherence-in-
coherence, ainsi qu'elle est constitue'e par les cas dits »locaux«,
ne comporte aueun »pivot« dans le meme sens que la dimension
de la direction. II n'y a dans les cellules de la deuxieme dimen-
sion aueun terme susceptible de la definition a. C'est que le do-
maine 2(a) est reserve aux cas »grammaticaux«.
La troisieme dimension doit comprendre 2 termes, a et A,
representes par I et II dans le tableau qui vient d'etre etabli. Le
probleme de l'orientation de cette dimension est malaise ä tran-
cher. Du point de vue des significations on pourrait etre tente de
conclure que l'orientation est la negative. II n'y a qu'une seule
cellule, celle du postessif, dont la signification rentre necessaire-
ment dans le terme positif de la troisieme dimension; les autres
cas rentrant avec lui sous le meme terme selon les exigences du
Systeme ne semblent point insister sur la subjeetivite. Mais il
faut se Souvenir que la valeur, fait extensional, est different de
la signification, et il y a des raisons qui nous amenent ä croire
que la troisieme dimension du Systeme casuel du tabassaran pre-
sente en realite l'orientation netitre. Notre argumentation com-
plete se trouvera dans la deuxieme partie de ce travail; mais signa-
lons des maintenant que la valeur du postessif n'est pas l'idee
nette et locale de 'derriere', mais que les emplois contractes par
le postessif, et surtout par le latif-postessif ou postlatif, fönt voir
que l'idee de 'derriere' n'est pas essentielle dans la signification
de cette forme. On y reviendra dans les notes explicatives ajoutees
au Systeme.
Ce n'est pas dire que le postessif ne merite pas cette denomi-
144 TABASSABAN

nation. En partie c'est u n postessif, m e m e en p r e n a n t ce t e r m e


au pied de la l e t t r e . Mais c'est u n postessif affaibli, fait q u i est
corrobore p a r l ' a b s e n c e d ' u n anteessif c o r r e s p o n d a n t . Mais l'exis-
tence du postessif suffit p o u r m o n t r e r q u e le Systeme c o m p o r t e
u n e t r o i s i e m e d i m e n s i o n , et q u e c'est la serie I p l u s h a u t qui doit
p r e n d r e place d a n s L'o de c e t t e d i m e n s i o n , e t a n t a d m i s qu'elle
presente l'orientation neutre. D a n s une dimension ä l'orientation
n e u t r e le t e r m e n e u t r e est t o u j o u r s u n affaiblissement du t e r m e
positif. II s ' e n s u i t q u e le t e r m e extensif q u i lui c o r r e s p o n d et qui
p a r l u i - m e m e a d m e t la signification c o n t e n u e d a n s n ' i m p o r t e
quelle case de la zone s e m a n t i q u e , doit i n s i s t e r v a g u e m e n t sur
la face n e g a t i v e de la d i m e n s i o n .
D ' a u t r e p a r t , si le postessif r e n t r e n a t u r e l l e m e n t d a n s 3 a , et
que le s u p e r e s s i f et le subessif, q u i o n t u n e affinite p a r t i c u l i e r e
au t e r m e d'objectivite, r e n t r e n t n a t u r e l l e m e n t d a n s 3 A , ces faits
sont les s e u l s q u i soient a b s o l u m e n t c e r t a i n s . II est vrai que
l'interessif e n c o r e t r o u v e sa place n a t u r e l l e d a n s 3 a . Mais il est
difficile de savoir c o m m e n t r e p a r t i r les d e u x a d e s s i f s et les deux
inessifs. T o u t e f o i s c'est u n fait significatif q u e le II""' adessif et
le Umc inessif se p r e t e n t p l u s q u e le I e r adessif et le I e r inessif
a u x e m p l o i s »abstraits« et p u r e m e n t s y n t a g m a t i q u e s . Le II n l c
adessif et le I I m c inessif t r o u v e n t p a r lä m e m e l e u r place na-
turelle d a n s 3 A , et le I e r adessif et le I e r inessif, c o m p o r t a n t une
signification p l u s rigid e et r e t r e c i e , d a n s 3 a . C'est u n fait qui
s'observe s o u v e n t q u ' u n t e r m e extensif est p l u s large q u ' u n t e r m e
intensif, c'est-ä-dire q u ' i l a d m e t u n e v a r i e t e d ' e m p l o i s b e a u e o u p
p l u s g r a n d e q u e celui-ci 1 .
Les cas »abstraits« ou » g r a m m a t i c a u x « sont a u n o m b r e de 12
et c o n s t i t u e n t en e u x - m e m e s u n Systeme n e t c o m p o s e de 2 fois 6.
On voit d i r e c t e m e n t p a r l'effectif etabli p l u s h a u t ( p . 138) que
les categories 1° et 2° a p p a r t i e n n e n t n a t u r e l l e m e n t e n s e m b l e p a r
les faits e x t e r n e s de l ' e x p r e s s i o n , p u i s q u e ces c a s c o m p o r t e n t la
m e m e f o r m a t i o n t h e m a t i q u e . 11 est e v i d e n t e n c o r e q u e l'equatif-

1
Ce fait s'observe egalement en lak, qui sera etudie plus loin (p.
160 sv.). Dans cette langue, le superessif et le subessif admettent
plus d'emplois abstraits que le postessif, le circumessif, le localif
et l'adcssif, pour ne pas parier des cas dits »grammaticaux« qui
sont par definition »abstraits«.
TABASSAHAN 145

predicatif, q u i est f o r m e s u r la m e m e b a s e q u e l ' e q u a t i f simple,


r e n t r e avec lui d a n s la categorie 2°. De p l u s , la c a t e g o r i e 2° cons-
titue u n g r o u p e h o m o g e n e au p o i n t de vue d u s e n s ; les cas q u i
y a p p a i t i e n n e n t s e r v e n t ä d e s i g n e r des c o m p a r a i s o n s d a n s l'espace
et d a n s le t e m p s . II n ' y a q u ' u n e seule Solution q u i s ' i m p o s e :
celle q u i c o n s i s t e ä c o n s i d e r e r les 5 c a s de la c a t e g o r i e 2°, avec
le n o m i n a t i f q u i y a p p a r t i e n t a u p o i n t de v u e de l'expression,
c o m m e u n g r o u p e s o l i d a i r e , et a y o p p o s e r les 6 c a s q u i r e s t e n t .
Ces 6 cas, c o n s t i t u e s p a r les 3 cas de la c a t e g o r i e 3° p l u s le p r e -
dicatif, l ' a t t r i b u t i f et le genitif-equatif, sont les cas les p l u s a b s -
t r a i t s c o n n u s p a r le t a b a s s a r a n , les cas v r a i m e n t s y n t a g m a t i q u e s
d a n s le sens p r o p r e et exclusif de ce t e r m e . E n i n v o q u a n t le m e m e
p r i n c i p e q u i n o u s a dirige p l u s h a u t , n o u s v o u d r i o n s p a r suite
de cette c i i c o n s t a n c e les c a s e r s o u s 3 A : l'A est p l u s large et
a d m e t p a r c o n s e q u e n t p l u s d ' e m p l o i s a b s t r a i t s . L e s 5 c a s de la
categorie 2°, et le n o m i n a t i f q u i va de p a i r avec eux, s e r o n t donc
consideres c o m m e 3 a . E n f l n n o u s a p p e l o n s l ' a t t e n t i o n s u r le fait
que les d e u x e l a r g i s s e m e n t s de l'equatif, l ' e q u a t i f - p r e d i c a t i f et
le genitif-equatif, n ' a p p a r t i e n n e n t p a s n a t u r e l l e m e n t e n s e m b l e ;
d a n s l'equatif-predicatif, la p a r t i c u l e d ' e q u a t i f p r e c e d e celle du
predicatif, a l o r s q u e d a n s le genitif-equatif c'est la p a r t i c u l e de
genitif qui p r e c e d e celle de l'equatif. C'est p o u r q u o i il est n a t u r e l
de p e n s e r q u e l ' e q u a t i f - p r e d i c a t i f a p p a r t i e n t avec l'equatif sous
3 a . a l o r s q u e le genitif-equatif a p p a r t i e n t a v e c le genitif s o u s 3A.
Ces r e m a r q u e s suffisent p o u r p o u v o i r e t a b l i r l ' e n s e m b l e du
Systeme, en y a j o u t a n t u n e serie d e n o t e s explicatives m o n t r a n t ,
d a n s la m e s u r e oü n o t r e d o c u m e n t a t i o n et la brievete de n o t r e
exposc le p e r m e t t e n t , l'emploi p a r t i c u l i e r de c h a c u n des 52 cas
c o m p r i s d a n s le t a b l e a u .
14(1 TABASSARAN

Systime. -4-a A ß B
A

AI 11 im Spl s
7
Ade II In Cm Spc /Sbc

Pr D Avil CvII Spfl Sv

/
In-Er G Ab Ell, Dl AbSb

At G-Eq Adsll InUI Sp Sb

a
/ A P /' B Tf r
+o III Inl Psl

/
A Ine Inte Psc
/ 'Adel
/

ß Eq-Pr fLA AvI Cvl Intd Psd

B PstTp- Ab-Cp Pt-Ab EI Ab Int Ab Pst


/
i
/
r N Adsl Inel Int Pst
TABASSARAN 147

Notes explicalives.
fiaa equatif-prddicatif, en -s-u-. Voir p. 140. Ce cas signifie
'comparable ä, identique a, possedant certaines qualites
au meme degre que'. II exprime une comparaison qui
consiste ä rapprocher un objet d'un autre; mais en
meine temps il peut designer vaguement la case neutre de
la zone semantique de la premiere dimension, puisque
l'egalite qui est signalee entre les deux objets se confoit
naturellement comme un etat d'equilibre, donc comme un
etat de repos; et il peut designer vaguement la case nega-
tive parce que dans une comparaison Tun des objets est
juge du point de vue de l'autre. En tenant compte de la
sfructure du Systeme, l'equatif-predicatif est le multiple
de l'equatif et du predicatif. Or puisque ces deux cas
sont indifferemment 2a leur multiple doit rester dans
cette meme position. Ensuite, le predicatif est lß3A,
l'equatif ll';$a. En portant ß sur I" le multiple naturel
sera ß, et l'equatif-predicatif est donc Iß. Quant ä la troi-
sieme dimension, il est tout indique que l'equatif doit l'em-
porter sur le predicatif puisque c'est l'equatif qui com-
porte une valeur bien definie en elle-meme, et aussi parce
que les faits de l'expression paraissent denoter que l'equa-
tif est le facteur dominant du multiple (la particule de
l'equatif se met avant celle du predicatif, contrairement
au genitif-equatif qui est par consequent cas6 dans 3A et
recoit, comme on le voit dans le tableau, la definition I A A ) -
Baa postessif iemporel, en -lan, signifiant 'apres', ex. sa-ß ocidza-
-lan 'apres un mois'. Ce cas indique I'incoherence et un
certain ecartement, donc eloignement, entre les deux ob-
jets (dont Tun est un point dans le temps, ou la fin d'une
espace temporelle). II faut se souvenir qu'en tabassaran
la forme particuliere prise par la deuxieme dimension est
celle de l'inhcrence, et non celle de l'adherence. C'est dire
que le postessif temporel sert ä indiquer qu'un fait est
exterieur ä un point ou une espace temporelle et qu'il s'en
ecarte. Traduit dans le plan local il signifie 'paraissant,
surgissant de derriere'. Cette definition n'empeche pas
qu'il puisse y avoir des situations oü le cas en question
148 TABASSARAN

i n d i q u e plus ou m o i n s v a g u e m e n t u n r a p p r o c h e m e n t ou
u n repos, tout en i n s i s t a n t t o u j o u r s sur l ' e x t e r i o i i t e . E n
p o s a n t le t e r m e d ' u n e v e n e m e n t on le r a p p r o c h e de ce
t e r m e , on l'y c o m p a r e et fixe u n c e r t a i n e t a t d ' e q u i l i b r e ou
de repos e n t r e l'evenement et le t e r m e pose d a n s le t e n i p s .
T a a equatif, en -0- + -sä- + -0 1 , ex. ner-sä ' c o m n i e u n t o r r e n t ,
c o m m e u n fleuve'. Ce cas a la m e m e signification q u e
l'equatif-predicatif, m a i s il en diffcre p a r le fait de p o u -
voir etre attributif. II recoit p a r c o n s e q u e n t la definition
l T 2 a c o m m e l'attributif, m a i s il en differe p a r le fait
d ' e t r e , du m o i n s d a n s u n e faible m e s u r e , m o i n s objectif
q u e celui-ci; il y a d a n s l'equatif u n c e r t a i n s o u p c o n de
j u g e m e n t , d ' a p p r e c i a t i o n subjective. II designe l ' i n c o h e -
r e n c e n e t t e : il n ' i n d i q u e q u ' u n e c o m p a r a i s o n e n l r e d e u x
objets qui r e s t e n t d i s t i n c t s e n t r e eux. II n ' i n s i s t e p a s
c o m m e l'equatif-predicatif sur le r a p p r o c h e m e n t : d ' u n e
p a r t il ne c o m p o r t e p a s l'idee de r a p p r o c h e m e n t e n t r a i n e e
p a r l'idee de p r e d i c a t i o n , et d ' a u t r e p a r t le r a p p r o c h e m e n t
e n t r e les deux objets est dejä accompli d ' a v a n c e p a r l'at-
t r i b u t i o n . On p e u t dire que la c o m p a r a i s o n , m e m e e n t r e
d e s objets dejä r a p p r o c h e s e n t r e eux, consiste en u n r a p -
p r o c h e m e n t ; et il reste vrai q u ' e n consequence de ce fait
l'equatif conserve, p a r sa definition de IT, la faculte de
designer la case positive de la zone s e m a n t i q u e de la di-
r e c t i o n . Mais il possede u n e faculte egale de d e s i g n e r la
zone opposee, celle d'eloignement, l'un des d e u x objets
c o m p a r e s e t a n t j u g e du point de vue de l ' a u t r e . Mais p l u s
q u e s u r le r a p p r o c h e m e n t et l'eloignement l'equatif insiste
s u r la case n e u t r e , sur le »repos«: il constate u n etat
d ' e q u i l i b r e e n t r e les d e u x objets, u n e c o m m u n e m e s u r e ,
u n e egalite stable.

ß A a adverbial, en -di, -ti, -d)ri. Ce cas sert d'abord ä f o r m e r


d e s »adverbes« d'adjectifs, p. ex. ij-tri 'bien'. De cet emploi
on est a m e n e ä conclure que l'adverbial insiste s u r l'in-
coherence, et que p a r r a p p o r t ä la p r e m i e r e d i m e n s i o n il
1
C'est ainsi qu'il faut definir le formant; par 1c premier zero
l'equatif s'oppose au genitif-equatif, par le second zero ä l'equa-
tif-predicatif.
TABASSARAN 149

designe une reciprocitc (p. ex. entre une action exprimee


par un verbe et la qualification exprimee par l'adjectif),
donc ä la fois rapprochement, eloignement et aussi repos
(un certain etat de rapport constant, d'equilibre), tout
en insistant particulierement sur le rapprochement. Cette
definition de Iß est confirmee par les emplois contractes
par l'adverbial dans le substantif: mais ces emplois fönt
voir que l'adverbial peut insister aussi sur la coherence,
et que par consequent il doit etre defini comme 2A. Ainsi
dans les indications de l'espace temporelle ä l'interieur de
laquelle un evenement a Heu: Xabaq'-ri 'le soir'. Dans un
exemple tel que li'j-di '[les gazelies vivent] en troupeaux'
il peut y avoir idee de coherence ou non.
BAa ablatif-comparatif, en -t'an. Ce cas admet deux emplois
distincts: celui d'ablatif ou d'elatif (sumvar-Van '[la
vapeur s'echappe] du samovar') et celui de comparatif,
designant le deuxieme terme d'une comparaison entre
deux objets qui possedent une qualite ä un degre inegal
(l'adjectif, qui designe la qualite en question, ignore en
tabassaran les degres de comparaison; ex. mu har dumu
har-Van uqu-ß-u\ (ou aXö-ß-ul) 'cet arbre-ci est plus grand
que cet arbre-lä'). Lorsqu'une comparaison amene le re-
sultat que la qualite est presente a un degre inegal, eile
constate une dilfcrence entre les objets compares, et par
consequent une idee d'eloignement. On a souvent tente
cette explication pour l'ablatif latin et pour le gcnitif grec
dans leur röle de deuxiemes termes de comparaisons. Or
cette idee reeoit une confirmation heureuse cn tabassaran,
puisque le cas tabassaran dont il s'agit admet egalement
la signification d'un eloignement local. Ce n'est pas dire
qu'il designe un eloignement exclusif. Dans tonte compa-
raison il y a une idee vague de rapprochement. ou du
moins d'un essai de rapprochement qui echoue apres coup.
La definition IB est donc exacte. Quant ä la deuxieme
dimension, il peut y avoir coherence, comme c'est le cas
lorsqu'il y a signification elative, et il peut y avoir in-
coherence, comme c'est le cas surtout dans les comparai-
sons.

11
150 TABASSARAN

l'Aa nominatif, en - 0, et forme sur le meme theme que les


5 cas precites; tout autre cas est forme sur un theme qui
en differe dans quelques declinaisons, et qui par conse-
quent dans la grammaire traditionnelle recoit le nom de
theme oblique. Ex. nom. har 'arbre', für 'voiture ä deux
roucs', ci 'frere', ci 'soeur'; theme obl. hard-; für-, furi-,
CO ' '

furi-, füre-; cic-; cic-. Le nominatif est le cas general du


CO CO

tabassaran. II indique indifferemment le sujet, le predicat


et l'objet et constitue le regime de prepositions. II est
neutre ä tous les egards. II recoit la definition IT parce
qu'il est l'övouaöTixii, la forme dans laquelle on nomme
un nom comme vocable et independamment de tout con-
texte, en enoncant un fait, et par consequent en designant
un 6tat de stabilite, d'equilibre, de repos.
apkx Ier allatif (latif-I" adessif), en -k'-na, designant un rap-
prochement, d'ordinaire sans qu'on insiste sur une penc-
tration. Le cas est grossierement synonyme a la preposi-
tion Iatine ad. Ex. fu'ri-k'na 'vers la voiture, jusqu'ä la
voiture, allant ä la voiture'.
Aßa Ier adcomitatif (comitatif-I'r adessif), en -k'-ri, 'etant pres
de ou ä cöte de, et ensemble avec'. II y a ici reeiprocite,
donc rapprochement et eloignement en meme temps, et
repos ou stabilite, et d'autre part il y a surtout exteriorite.
ßßa l" adversif (directif-Ier adessif), en -k'-indi, 'se dirigeant
vers un point ä cöte de'. II y a ici rapprochement et reei-
procite combines avec exteriorite (ou neutralite ä l'egard
de la coherence).
Bßa partitif-ablatif (ablatif-I" adessif), en -kc-an, 'de', indi-
quant surtout un objet dont on parle ou dont on sait quel-
que chose. Ex. fur"i-'k'an 'de la voiture'; mu laXni-kcan fi
ayaeuz 'que savez-vous de cette affaire?' (de laXin 'affaire').
CO *

C'est sans doute dans tous les emplois l'idee partitive qui
est la valeur de ce cas. Par rapport a la premiere dimen-
sion c'est donc surtout une idee d'eloignement, aecom-
pagnee d'une idee de reeiprocite et d'un rapport de stabilite.
Et par rapport ä la deuxieme dimension le partitif-ablatif
insiste sur l'incoherence, sur l'exteriorite\ ce qui n'empeche
TABASSARAN 151

pas qu'il puisse y avoir interiorite, comme c'est le cas


lorsqu'une unite fait partie d'un ensemble.
Tia Ier adessif (pur) (locatif-l" adessif), en -kc- + -0, 'pres de,
ä cöte de'. Ce cas insiste sur le repos et l'exteriorite. Ex.
fu'ri-k' 'pres de la voiture'; c'ul ca'li-k* 'kHßcunur 'la cour-
roie est suspendue au mur'; mude-k' kH'mit'anai 'ne le
touche pas!'; mu-sa-k"\ci', litter. 'dans cet endroit' (s- s6-
CO CO

manteme pronominal signifiant 'Heu, endroit').


aBct Ier illatif (latif-Ier inessif), en -l-ina. Ce cas designe comme
le I er allatif un rapprochement, mais il en differe par le
fait qu'ä l'idee de rapprochement il ajoute d'ordinaire
celle d'une penetration: 'entrant dans l'interieur de'. Le
cas est grossierement synonyme ä la preposition latine in,
avec l'accusatif. Ex. fu'ri-lina '(allant) dans la voiture,
(montant) en voiture'.
ABa incomitatif (comitatif-Ier inessif), en -]-ri, 'elant ä l'in-
terieur de, et ensemble avec'. Par rapport ä la premiere
dimension ce cas re^oit la meme definition que l'adcomi-
tatif, mais il en est distinct par le fait d'insister sur l'in-
terioritö.
ßBa Ier conversif (directif-I" inessif), en -l-indi, 'se dirigeant
vers un point ä l'interieur de". Par comparaison avec le
I e r adversif qui lui est parallele, le I er conversif designe
rapprochement ou reciprocitö combinee avec interiorite (ou
neutralite ä l'egard de la cohdrence).
BBx Ier elatif (ablatif-Ier inessif), en -l-an, 'sortant de l'in-
terieur de', ex. urucica fur-'lan 'descendons de la voiture';
ha-cumu hül-lan jeyan . . . sa-ß haivan irVcudur 'de cette
CO

mer tous les jours un animal (un cheval) surgit'. Le cas


est grossierement synonyme ä la preposition latine ex.
L'idee d'eloignement est manifeste, et l'eloignement peut
resulter en une rupture de liaison entre les deux objets
ou en une connexion relative (comme dans le dernier
exemple). C'est dire que le I er ölatif insiste sur l'interioritö
et sur l'eloignement tout en admettant aussi une idte
accompagnante de r^ciprocite ou d'exteriorite\
TBa Ier inessif (pur) (locatif-Ier inessif), en 4- + -0, 'dans;
dtant ä l'interieur de'; ex. fu'ri-l 'dans la voiture, (ötant)
II«
152 TAHASSARAN

en voitnre'; jaz "jib'di-] p'ul al 'dans ma poche il y a de


Pargent'. Ce cas, qui est grossierement synonyme a la
preposition latine in, avec l'ablatif, indique surtout le repos
(tout en conservant la faculte d'indiquer un rapport de
reeiprocite) comme le I er adessif, mais il en differe par
le fait d'insister sur l'interiorite.
aya intcrlatif (latif-intercssif), en -q-na, 'se dirigeant entre';
ex. fu'ri-qna [traduetion?]. Le cas indique un rapproche-
ment net, mais l'idee de 'entre' y ajoute a la fois l'idee
d'interiorite et celle d'exteriorite (ou celle de neutralite
ä l'cgard de la coherence).
Aya intercomitatif (comitatif-interessif), en -q-ri, 'etant entre,
et ensemble avec'. L'intercomitatif est au I e r adeomitatif
et ä l'incomitatif ce qu'est l'interlatif au I er allatif et au
I " illatif.
ßya interdirectif (directif-interessif'), en -q-indi, 'se dirigeant
vers un point entre'. Reeiprocite insistant sur le rappro-
chement; indifferemment interiorite et exteriorite ä la fois.
Bya ablatif-interessif, en -y-an (y < q) 's'cloignant de la Posi-
tion entre'; ex. furi-'yan [traduetion?]. Par rapport ä la
premiere dimension meme remarque que pour BBa I er
elatif. Par rapport ä la deuxieme dimension möme re-
marque que pour l'intercomitatif et pour l'interdirectif.
Tya interessif (pur) (locatif-interessif), en -q- + -0, 'etant
entre'; ex. fu'ri-q [traduetion?]. Rapport de reeiprocite
insistant sur le repos; interiorite et exteriorite indifTe-
remment.
al"a postlatif (latif-poslessif), en -q'-na, 'allant derriere'; ex.
fu'rc-q'na 'allant derriere la voiture'. L'idee de 'derriere'
est souvent affaiblie meme dans les emplois concrets-
locaux, au point de devenir simplement un rapproche-
ment qui n'indique rien de precis sur les faits de cohe-
rence ou d'incohcrence, donc un rapprochement qui est
neutre par rapport ä la deuxieme dimension. Ainsi mu
sol-la sele-ra mu dajr-in (fif aji jiik'nr-lik'ar "jakuz nere-
-q'na fadi qiisnur 'le loup et l'ours s'en tont alles, ayant
pris le coeur et les poumons de l'ane afin de les laver, ä
la riviere (ncre-q'na)'. C'est cet affaiblissement de la
TABASSARAN 153

signification p r o p r e de ' d e r r i e r e ' q u i j u s t i f i e de caser le


postlatif (et d ' u n e fa£on g e n e r a l e le p o s t e s s i f ) sous 3 a
d a n s u n Systeme c a s u e l d o n t la t r o i s i e m e d i m e n s i o n p r e -
s e n t e l'orientation n e u t r e (cf. p l u s h a u t , p . 143 s v . ) .
Ä r a postcomilatif (comitatif-postessif), en -q'-ri, ' e t a n t der-
r i e r e , et ensemhle a v e c ' ; ex. fu're-q'ri ' e t a n t avec la ven-
t u r e et d e r r i e r e eile'; ci cici-q'ri qusur 'la s o e u r allait avec
CO o *
le frere' (les f e m m e s a l l a n t d ' o r d i n a i r e d e r r i e r e les
h o m m e s ) . D a n s le d e r n i e r e x e m p l e le p o s t c o m i t a t i f est au
p o i n t de s'affaiblir de la m e i n e facon q u e le postlatif.
ßra postdirectif (directif-postessif), en -qc-indi, 'se d i r i g e a n t
v e r s u n point d e r r i e r e ' ; ex. fu[re-qcindi 'se d i r i g e a n t vers
la region d e r r i e r e la v o i t u r e ' ; q'a'la-q'indi W 'regarde
a u t o u r de toi, r e g a r d e d e r r i e r e t o i ' ( d e q'al-aqc ' d e r r i e r e ' ,
a d v e r b e loeal defectif ä l'egard de la flexion casuelle,
n ' a d m e t t a n t que la serie p o s t e s s i v e ) . II y a ici reeiprocite
i n s i s t a n t sur le r a p p r o c h e m e n t , et s a n s i n s i s t e r ni s u r
la c o h e r e n c e ni s u r I ' i n c o h e r e n c e .
Bra ablatif-postessif, en -q'-an, ' v e n a n t de d e r r i e r e ' ; ex. furt-
-'q'an ' s u r g i s s a n t de d e r r i e r e la v o i t u r e ' . R e e i p r o c i t e insis-
t a n t sur l'eloignement; ni c o h e r e n c e ni i n c o h e r e n c e p r o -
noneee.
rra postessif (pur) (locaiif-postessif), en -qc- + -0, 'etant der-
r i e r e ' ; ex. fu'ri-qc ' d e r r i e r e la v o i t u r e ' . Ni r a p p r o c h e m e n t
ni e l o i g n e m e n t ; ni c o h e r e n c e ni i n c o h e r e n c e .
ßaA predicatif, en - 0 - 1 + -ä- ( d e v a n t l'indice de g e n r e - r ) , -ö-
( d e v a n t l'indice de g e n r e -0), -n- ( p r e n a n t la place de -ä-
et de -ö- a p r e s c e r t a i n s p h o n e m e s ) . Voir p . 139. La
p r e d i c a t i o n consiste en u n r a p p o r t r e e i p r o q u e d ' o r d r e
s y n t a g m a t i q u e , m a i s ce r a p p o r t i n s i s t e m a n i f e s t e m e n t
s u r le r a p p r o c h e m e n t (le t e r m e p r e d i c a t i f est a u p r e m i e r
chef u n t e r m e regi; a s s i g n e r u n e q u a l i t e ä u n objet, c'est
le r a p p r o c h e r de c e t t e q u a l i t e ) ; d ' a u t r e p a r t il y a ex-
teriorite n e t t e ; l'objet n ' i n h e r e e v i d e m m e n t p a s d a n s la
q u a l i t e ; l'inverse est v r a i e d ' u n c e r t a i n p o i n t d e vue, m a i s
1
Le zero est la marque qui oppose le predicatif ä l'cquatif-predi-
eatif.
154 TABASSAIXAN

cette verite ne recoit en tabassaran aucune expression


linguistique.
BaA instrumcnlal-ergaüf, en -i, -e, -u; ex. har 'arbre' hard-i,
ci 'fröre' cic-i, ci 'soeur' cic-i; Xal 'maison' Xol-u. Un
CO CO CD

exemple de l'emploi ergatif a ete donne plus haut (bi-


c'ur-d-i, p. 140). Ce cas designe une reciprocite, donc ä la
fois un rapprochement et un eloignement, et en meme
temps un etat d'equilibre ou de stabilitc qui est le »repos«;
ces nuances sont manifestes surtout dans l'emploi instru-
mental, oü il y a un rapport complexe entre l'instrument
et l'action ou celui qui l'accomplit. Mais dans l'emploi
ergatif, oü predomine la fonction de sujet, terme eminem-
ment regissant, le cas en question est un casus transitivus
qui insiste sur l'eloignement. C'est d'ailleurs une valeur
qui dans nombre de cas s'applique bien aux emplois
instrumentaux. II y a dans tous les emplois normaux de
ce cas une exteriorite trös nette: les deux objets restent
exterieurs Tun ä l'autre.
TaA attributif, en -i. Voir p. 139 sv. Comme la predication, l'at-
tribution consiste en une reciprocite d'ordre syntagma-
tique; mais si le rapport predicatif insiste sur le rappro-
chement, le rapport attributif insiste sur la connexion en
principe durative, un etat d'equilibre stable entre les deux
objets (c.-ä-d. entre la qualite et l'objet qualifie).
SAA datif, en -ii, -ez, -az; ex. hard-iz, cic-iz, cic-iz; Xo'l-az; sar
~ CO CO

'eau' sir-ez. Ce cas designe d'abord l'objet indirect, en y


comprenant ce qui dans les langues europeennes est le
sujet des uerba sentiendi: doya-z rc'k'udur 'il entend',
litter. 'quelque chose lui est perceptible'; icu-z ivu raqb-
'darcuz, 'nous ne te voyons pas', litter. 'tu ne nous es pas
visible'. Mais ensuite le datif admet des emplois concrets-
locaux oü il indique un rapprochement ou la direction
vers: haivn-'az zangu'ri-fri ja-fur 'il a battu (ja) le cheval
(l'animal; haivan) de l'ctrier (zangu'ri-fri, instrumental-
comitatif)'; la tournure tabassarane implique l'idee qu"ii
a dirige les coups sur le cheval, vers le cheval'; de
meme: duSan izu ivu-z jav a'vajin Xo'l-az 'raq-ra ulu-
'p'ar-zu-vuz 'lä-bas je vais te (ivu-z, datif d'objet indirect)
TABASSARAN 155

montrer aussi le chemin (qui conduit) ä la maison


(Xo'l-az, datif de direction locale) de ton pere'. Le datif
est en principe un cas de reciprocite, ce qui est manifeste
surtout dans son emploi d'objet indirect; mais il insiste
sur le rapprochement dans les emplois concrets, et l'idee
de rapprochement est tout indiquee aussi pour l'emploi
d'objet indirect. II est indifferent par rapport ä la distinc-
tion de coherence et d'incoherence.
BAA qenitif, en -in-, -en-, -an- + - 0 \ ex. cic-in, cic-in; sir-en; beV
" ' CD CO

'serpent' befr-an. La documentation fait voir que le geni-


tif est possessif, p. ex. mu sil-en Xal vu\ 'ä qui est cette
maison', litter. 'illa cuia domus est' (süe- est le theme
oblique du pronom interrogatif au genre personnel), et
partitif, p. ex. mu armi-'jar-in qör-d-ehan raq he^erXuza
'je me suis informe de la route ä quatre de ces hommes'
(de ar'mi 'homme'). Dans les deux emplois il y a recipro-
cite, en insistant sur l'eloignement, et il y a interiorite ou
exteriorite indifferemment. Par sa signification partitive
le genitif presente une analogie intensionale avec le parti-
tif-ablatif (Bßa); mais la signification possessive fait
assigner ä la valeur d'ensemble du genitif une definition
qui par rapport ä la deuxieme dimension differe de celui
du partitif-ablatif: le genitif n'insiste pas comme celui-ci
sur l'exteriorite.
TAA genitif-equatif, en -in-, -en-, -an- + -sä. Voir p. 140. Le geni-
tif-equatif est le multiple du genitif (BAA) et de l'equa-
tif (Taa). Cp. ce qui a ete dit de ßaa equatif-predicatif.
aßA / / " " allatif (latif-Ilme adessif), en -h-na, indiquant un rap-
prochement, d'ordinaire Sans penetration; ex. fu'ri-hna
'allant prcs de la voiture'. La difference avec aßa I e r alla-
tif parait etre vague.
AßA IIme adcomitatif (comitatif-Ume adessif), en -h-ri 'etant
pres de, et ensemble avec'; ex. fu'ri-hri 'avec la voiture'.
Difference vague avec Aßa I e r adcomitatif.
ßßA IIme adversif (directif-II"" adessif), en -h-indi, 'se diri-
geant vers un point ä cötö de'; ex. fu'ri-hindi 'allant vers la

1
Le zero est la marque qui oppose le genitif au genitif-equatif.
156 TABASSARAN

voilure'; u'li-hütdi le? 'regarde tout droit!' (de nli-h 'de-


vant', adverbe local defectif par rapport a la flexion casu-
elle, n'admettant que la serie allative II). La difference
avec ßßa I e r adversif est vague.
BßA ablatif (pur) (ablatif-Hme adessif), en -h-an, indiquant un
eloignement insistant sur Pincoherence. Le cas est gros-
sierement synonyme ä la preposition latine ab. II en a ete
donne un exemple plus haut p. 155 sous BAA genitif (qör-
-d-ehan) qui fait voir que l'emploi de ce cas n'est pas nc-
cessairement concret et local. On ne s'etonne donc pas ä
le trouver sous 3A, oü l'on doit s'attendre ä trouver les
cas relativement les plus abstraits. En realite l'ablatif
n'est pas moins abstrait que le partitif-ablatif qui lui cor-
respond dans 3a. Ici encore la difference reelle est assez
vague; si eile Test moins que pour les cas precites, c'est
qu'ici la vague difference extensionale exigee par la norme
a ete utilisee par l'usage pour en faire une division du
travail intensional des deux cas.
TßA IIme adessif (pur) (locatif-lIme adessif), en -h- + -0, 'etant
pres de, ä cöte de' (difference vague avec Tßa I e r adessif);
ex. fu{ri-h 'pres de la voiture'; q'a mu janüvar mu da)r-in
jakkari-h he'meßdi 'alors ce loup, etant reste pres de la
viande de l'äne . . .'; ic sahur ner-in qiraydi-h u\ 'notre
ville est (situee) sur la rive d'un fleuve'.
aBA IIme illatif (latif-llme inessif), en -f-na, 'allant ä, penetrant
dans' (difference vague avec aBa I e r illatif); ex. fu'ri-fna
'(montant) en voiture'.
ABA instrumental-comitatif (comilatif-llm' inessif), en -f-ri
'ensemble avec; au moyen de'; ex. fu'ri-fri 'avec la voiture,
au moyen de la voiture'. Un exemple a ete donne p. 154
sous ßAA dalif: zangu'ri-fri. L'instrumental-comitatif
admet, comme on le voit, des emplois plus abstraits que
ABa incomitatif qui lui correspond dans 3a. Ce fait justi-
fie de le caser sous 3A.
ßBA //""" conversif (directif-Ume inessif), en -f-indi, 'se diri-
geanl vers un point a l'interieur de'. Difference vague avec
ßBa I e r conversif.
BBA IIme Hatif (abl(itif-Ilme inessif), en -f-an. Le II'™ elatif est
TABASSARAN 157

surtout le cas de l'agent dans les tournures quasi-passives;


ex. furi-'fan ' ( p a r ) la voiture'; 'ha-mu zi-fan suldar bik;uz
'cet homine ne sait pas ecrire', litter. 'de cet homme l'ecri-
ture ne se fait pas'. Par cet emploi predominant le II m e
elatif offre des relations intensionales assez intimes avec
rinstrumental-ergatif et recoit la meme definition que ce
cas par rapport ä la premiere dimension. II est pres de
lui aussi par rapport ä la deuxieme dimension, mais la
norme lui. reserve la possibilite de pouvoir designer un
fait d'interiorite. Par rapport ä la troisieme dimension il
rentre avec l'instrumental-ergatif dans A et s'oppose au
I e r elatif qui lui correspond sous 3a. Cette repartition
est naturelle puisque les emplois affectes par le II m e elatif
sont beaucoup plus abstraits que ceux qui sont admis par
le I " elatif.
TBA //" , f inessif (pur) (locatif-IIme inessif), en -/- + -0, 'dans,
chez, aupres de, combine avec'; ex. fu'ri-f '(etant) dans
la voiture'; izu-f p'np'rus 'fazuf 'aupres de moi il y a une
cigarette\ c.-a-d. 'j'ai des cigarettes sur moi'. Par rapport
ä la premiere et ä la deuxieme dimension, le II m e inessif
recoit la meine definition que le I<"r inessif qui lui cor-
respond sous 3a. Mais il en differe par le fait qu'il admet
des emplois plus abstraits ('chez, aupres de, combine
avec'), ce qui est naturel puisqu'il appartient au terme
extensif de la troisieme dimension.
ayA supralatif (latif-superessif), en -",in-na (>-']ina), 'se diri-
geant sur, allant dans la region au-dessus de'; ex. uluc
fur-'\i(n)na 'monte en voiture!, mets-toi sur la voiture!'
II y a ici rapprochement evident, et interiorite et exteri-
orite indifferemment.
AyA supracomitatif (comitatif-siiperessif), en -lil-ri, 'etant sur
ou au-dessus de, et ensemble avec'. Reciprocite ou repos
aecompagne de complexite ä l'egard de la distinetion entre
coherence et incoherence.
ßyA supradirectif (directif-supercssif), en -lil-indi, 'se dirigeant
vers un point sur ou au-dessus de'. Reciprocite insistant
sur le rapprochement; complexite ou indiflerence ä l'egard
de la deuxieme dimension.
158 TABASSARAN

BYA delatif (ablatif-superessif), en -lil-an 's'eloignant de la


region sur ou au-dessus de'; ex. fur-Ti'lan '(descendant)
de la voiture'. Reciprocite insistant sur l'eloignement:
complexite ou indifference ä l'egard de la deuxieme di-
mension.
TyA superessif (pur) (locatif-superessif), en -lil- + -0, 'etant
sur ou au-dessus de'; ex. fur-'lil 'sur la voiture'; sa-ß
sahurd-in bart'il 'sur le mur d'une ville' (baru 'mur', theme
obl. bard-, superessif pur bard- + -lil > bart'il). Reciprocite
insistant sur le repos; complexite ou indifference a l'egard
de l'opposition coherence-incoherence.
aTA sublatif (latif-subessif), en -k-na, 'allant sous, se dirigeant
au-dessous de'; ex. fu'ri-kna '(allant) sous la voiture';
X-oi ustule-kna 'ku'ußcur 'le chien s'est mis sous la table'.
CO

Rapprochement, et neutralite ä l'egard de la coherence.


ArA subcomitatif (comitatif-subessif), en -k-ri, 'etant au-des-
sous de, et ensemble avec'. Nous connaissons ici un ex-
emple qui peut servir ä faire voir que ce cas, et sans doute
les subessifs d'une facon generale, affectent les emplois
abstraits, ce qui justifie de les caser sous 3A: ivu si'le-kri
a'yidüva 'avec qui vas-tu?' (sile- etant le theme obl. du
pronom interrogatif au genre personnel). Reciprocite et
repos; indifference ä l'egard de la deuxieme dimension.
ßrA subversif (directif-subessif), en -k-indi, 'se dirigeant vers
un point au-dessous de'. Reciprocite insistant sur le rap-
prochement; indifference par rapport ä la 2 m e dimension.
BFA ablatif-subessif, en -k-an, 's'eloignant de la region au-des-
sous de; paraissant ou surgissant de dessous'; ex. furi-'kan
'de dessous la voiture'; Xoi ustulu-kan kuVußcur 'le chien
CO

a saute de dessous la table'. Ici encore les emplois abstraits


ne manquent pas ä se faire sentir: l'ablatif-subessif peut
servir de partitif, concourant ici avec le partitif-ablatif et
avec le genitif qui admettent un emploi analogue et qui
recoivent par rapport ä la premiere dimension la meme
definition. Ex. du'q'ari-kan jaßq'ur varz s'iv-ur 'd'entre
eux 400 sont des femmes'. II y a ici reciprocite (etat de
connexion entre les deux objets) insistant sur l'eloignement
TABASSARAN 159

et combinee avec indifference ä l'egard de la deuxieme di-


mension.
r r A subessif (pur) (locatif-subessif), en -k- + -0, 'etant sous';
ex. fu'ri-k '(etant) sous la voiture'; cec' sire-k kal 'les
poissons sont sous l'eau', c.-ä-d. 'vivent dans l'eau'.

Le Systeme tabassaran est instructif sauf sur un seul point: la


troisieme dimension se trouve dans un etat general d'affaiblisse-
ment. On va voir plus loin que le Systeme tabassaran peut etre
interprete comme un Systeme presentant un Optimum relatif
tres finement elabore, mais comme un Systeme caduc qui est
sur le point de se reduire par l'abandon de la troisieme dimen-
sion. La consequence de cette Situation saute aux yeux: les cas
qui recoivent une meme definition par rapport ä la premiere
et ä la deuxieme dimension, et qui ne se distinguent entre eux
que par rapport ä la troisieme dimension, sont devenus a tres
peu pres synonymes. On peut le pretendre meme pour les cas
»grammaticaux« döfinis par 2 ( a ) : le »soup^on de subjectivite«
dont nous avons parle plus haut (p. 148, ä l'occasion de l'equatif)
est tres vague, et dans le cas le plus abstrait, le nominatif, qui
ne comporte aucune idee de comparaison, il se reduit ä rien.
L'affaiblissement du postessif, dont il a eti parte ä la p. 143 sv., va
de pair avec un affaiblissement parallele qui se fait sentir vague-
ment dans les deux cellules casuelles destinees ä conserver l'idee
nette d'objeclivite: le superessif et le subessif; cp. surtout ce
qui a ete dit de AFA subcomitatif et de BrA ablatif-subessif.
Par ailleurs ce n'est pas non plus fortuit que l'affaiblissement
commence ä poindre dans les termes extensifs 1A et 1B qui
d'une facon generale favorisent les emplois abstraits plus que
les termes intensifs.
1G0 LAK

b) Lak.
A. SCHIEFNER 1866. F. MÜLLER III, 2, 85 sv.
*P.-K. USLAR 1890. A. DIRR 1928.238 sv.
Dans la description de P.-K. USLAR, qui forme la base de
notre connaissance de cette langue, il a ete dit que le lak pos-
sede »vers 50 cas«. Le caractere approximatif de ce bilan est
du uniquement ä l'cmploi de la methode classique qui n'admet
aucune definition exacte de la categorie casuelle. L'effectif
casuel est pour le lak facile ä etablir. La langue presente une
regularite prononcee. Le Systeme ne comporte pas de syncre-
tismes. Le principe d'univocite est suivi d'une facon absolue. Les
seuls systemes particuliers qui existent sont des systemes defec-
tifs d'adverbes qui n'admettent que quelques cas »locaux«. Le
Systeme est extremement symetrique et harmonieux. Le carac-
tere casuel et morphematique des formes entrant dans le Sys-
teme est evident. II n'y a que quelques formes, tres peu nom-
breuses, dont l'appartenance au Systeme casuel parait douteuse
ä premiere vue; mais la Solution methodique de ces problemes
est facile.
On distingue d'ordinaire pour le lak trois sortes de mor-
phemes casuels:
1° cas dits »grammaticaux« ou »abstraits«
2° cas dits »locaux«
3° cas qui pourraient etre qualifics de »secondaires«, c'est-
ä-dire exprimes par des formants qui possedent la faculte
de s'ajouter ä des formes casuelles dejä completes.

Or ce n'est que dans les categories 1° et 3° que l'effectif casuel


souleve des problemes.
Dans la categorie 1° DIRR comprend 10 cas, ä savoir: nomina-
tif, genitif, datif, comitatif, comparatif, instrumental, possessif,
admotif, ablatif et vocatif. De cette liste nous voudrions exclure
le vocatif (cf. plus haut, p. 97). Mais par rapport ä l'effectif
etabli par USLAR, la liste de DIRK supprime deux cas, ä savoir
l'adverbial en -nä et l'adverbial en -nu. En effet il ne peul pas
etre douteux que Dirr a raison. La signification de ces morphemes
n'est pas celle d'un cas. -nü designe que la qualite indiquee
LAK 161

par I'adjectif est durative, stabile, constante ou eternelle; -nu


designe que la qualitc est momentance, passagere ou seulement
possible, eventuelle. C'est une Opposition scmantique qui n'entre
pas dans la zone conceptuelle des cas, mais qui semble etre plutöt
une sorte d'aspect. De plus il est significatif que, alors que I'ad-
jectif en fonction de terme primaire ajoute les dcsinences casu-
elles apres le formant -sa qui est la marque d'un adjeetif derive,
le formant -nä- est insere entre le theme et -S'a (q'un-sa 'grand',
q'un-nä-sa 'constamment grand'; il est vrai que sous certaines
conditions -sa est supprime lorsque -nä et -nu sont ajoutes:
buc-s a 'gras', buc-nu 'momentanement gras, gras pour le mo-
ment', buc-nä 'constamment gras'). Encore c'est un fait decisif
que la forme dont il s'agit n'est pas un adverbe. La forme est
de rigueur dans I'adjectif attributif et predicatif partout oü la
distinetion du constant et du momentane est requise. Ainsi au
lieu de tul cu buc-s a b-ur-i 'mon cheval est gras' on peut dire,
selon les circonstances, tul cu buc-nä b-ur-i 'mon cheval est gras
pour le moment, mon cheval est devenu gras' ou tul cu buc-nu
b-ur-i 'mon cheval est toujours gras, mon cheval est reste gras'.
De meme l'expression sin-al büc'u-s'a gungume, qui signifie
proprement 'cruche qui vient d'etre remplie d'eau, mais qui ne
Test pas toujours ou constamment', est remplacee par s'in-al
büc'u-nä-sa gungume si on veut indiquer que la cruche etait
dejä anterieurement remplie d'eau, ou qu'elle Test normalement.
Par suite -nä et -nu ne sont certainement pas des morphemes
casuels.
II y a cependant une autre forme que nous voudrions compter
parmi les cas.bienqueniUsLAR etScim:i"NER ni Dmnne l'admettent
comme tel. Nous voulons dire le similatif en -1711 mentionne dans
le traitc de Schiefner, p. 15. Lorsque deux objets sont compares
par rapport ii une qualitc, et que la qualitc est attribuee aux
deux objets avec une intensite egale, le premier terme de la com-
paraison (le »sujet«) se met au similatif. Ainsi dans l'expression
usu-gu sä-k'sa (ou su-k'unä) q'in-s'a ur-i 'le frere est aussi
hon que la soeur', usu-gu 'le frere' est au similatif. La valeur
casuelle de cette forme est evidente. Elle entre d'ailleurs dans
un Systeme assez complexe de »cas comparatifs« qui est caracte-
ristique a la langue lake, et qui sera mentionne dans un instant.
1(>2 LAK

L'elTectif des cas dits »abstraits« ou »grammaticaux« doit donc


etre fixe au nombre de 10, comprenant les formes reconnues par
DIHH, en remplacant seulement le vocatif par le similatif.
La categorie 3° renferme deux cas, reconnus comme tels par
les grammairiens de la langue. L'un d'eux est exprime par la
desinence -kcsa et recoit chez SCHIF.FNER le nom d'equatif, chez
DIHH le nom de similatif I er . L'autre a la desinence -k'un-ü (avec
un morpheme indiquant la concordance en genre avec le premier
leime de la comparaison, insere devant -5; ainsi genre personnel
feminin -k'un-d-ü, genre impersonnel -k'un-b-ü; -k'un-ü est le
genre masculin personnel dont le formant est zero) et recoit
chez SCHIEFNF.R le nom d'adverbial (III 1 ), chez Dran celui de
similatif II n d . Ils sont tous les deux employes pour designer le
deuxieme terme d'une comparaison; par exemple dans l'expres-
sion 'le fröre est aussi bon que la soeur', oü on vient de voir que
'le frere' est au similatif, 'la soeur' doit etre au similatif II»d
(s-u-k'un-ü) ou ä l'equatif (sü-k's-a). On appreciera plus loin
la difference entre les deux cas. Nous les mentionnons ici pour
signaler qu'il faut les considerer comme des cas malgre la fa-
culte qu'ils possedent de s'ajouter ä une forme casuelle dejä
complete. Le lak permet de cumuler les deux morphemes en
question respectivement avec n'importe quel autre morpheme
casuel; ainsi en disant adnminn-n-uk's-a k'ulSi daq'ari cuXIun
'il n'y a pas tant de raison dans un ours que dans un homme',
'que dans un homme' est rendu par adominn-n-uk's'n, oü n est
le formant du datif et uk'sa la forme prise apres consonne par
le formant de l'equatif.
C'est un probleme de principe de savoir si un morpheme qui
se comporte ainsi peut etre reconnu comme un cas. Nous croyons
devoir repondre ä l'affirmative, mais pour notre argumentation
il faut renvoyer le lecteur ä la deuxieme partie de notre travail.
Nous pensons devoir maintenir que dans ces circonstances le
morpheme doit etre compris parmi les cas, mais que d'autre
part les combinaisons qu'il contracte avec les autres morphemes
casuels ne constituent pas des cas independants.
Dans la categorie 3° il y a donc 2 cas, qui par ailleurs vont
naturellement ensemble avec les 10 cas de la categorie 1°.
De meme qu'en tabassaran, les morphemes des cas dits lo-
LAK 163

caux se dccoinposent en cellules. Les cas dits locaux sont au


nombre de 36 et constituent par eux-memes un Systeme de 6
fois 6, etabli sur deux dimensions.
Les 6 termes de la premiere dimension sont les suivants:
a II"" elatif (particule -at'u) exprimant un eloignement pro-
noncö: 'se detachant de, sortant de' et en meme temps
's'eloignant de'.
A illatif (particule -n) exprimant surtout un rapprochement,
mais un rapprochement assez vague.
ß Ier elatif (particule -er) exprimant le fait de se detacher
de ou de sortir de, sans comporter en meme temps l'idee
de 's'eloigner' dans le sens propre du terme.
B conversif (particule -n-ai, avec indice de genre devant -ai)
exprimant ä la fois rapprochement vague comme I'illatif
et une penetration dans.
y prosecntif (particule -X) exprimant penetration et deta-
chement, signifiant 'ä travers, par'.
T inessif (particule -u ou -u ou zero selon les conditions
phonematiques) exprimant le »repos«: ni rapprochement
ni eloignement.
La dimension presente l'orientation negative. Le pivot est
constitue par l'elatif II qui designe exclusivement une seule case
de la zone semantique, ce qui n'est pas le cas ni de I'illatif ni
du conversif.
Les 6 termes de la dimension de coherence-incoherence, qui
se superposent ä ceux de la dimension de direction, seront
emimoros ici provisoirement sans les definitions extensionales.
Ce sont:
le superessif (particule -«-), dösignant dans les emplois con-
crets 'sur' et 'au-dessus de'. Dans la sphere de cette idee,
la langue lake n'admet aucune distinction de la coherence
et de l'incoherence. Le superessif signifie indiffcremment
'sur' (avec contact) et 'au-dessus de' (sans contact). Mais
il n'est pas meconnaissable que l'incoherence est favorisee
dans la plupart des emplois de ce cas, et qu'il insiste plus
sur l'incoherence que sur la coherence;
le subessif (particule -/-), designant dans les emplois con-
crets 'sous'. Ce cas est egalement complexe ä l'egard de la
Kit LAK

distinction de coherence et d'incoherence, mais semble


insister sur la coherence;
le postessif (particule -A'-), designant dans les emplois con-
crets 'derriere', en insistant sur l'incoherence;
le circumessif (particule -c'-), designant dans les emplois
concrets 'ä cöte de, pres de, etant dans les environs de',
en insistant sur la coherence;
le locatif (particule -b-), designant dans les emplois concrets
le fait d'etre ä l'interieur de, d'etre renferme dans, mais
sans qu'il soit indique s'il y a contact entre les deux objets
(comme entre le limacon et sa coquille) ou non (comme
entre un homme et la maison dans laquelle il se trouve);
l'adessif (particule -c'-), designant dans les emplois concrets
'ä cöte de, pres de', mais en admettant l'idee de contact
ou du moins sans insister comme le circumessif sur l'in-
coherence.
La forme particuliere prise par l'opposition entre coherence
et incoherence est en lak celle de Vadherence, et non pas, comme
en tabassaran, celle de Yinherence.
II est evident que la dimension de coherence-incoherence ne
comporte aueun »pivot« propre, aueun terme susceptible de la
definition ct. D'autre part il semble evident que, en admettant
l'orientation positive de la dimension, le subessif et le circum-
essif peuvent etre definis comme ß, que le superessif et le postes-
sif peuvent etre definis comme B, que le locatif peut recevoir la
definition y et l'adessif celle de T. II y a donc deux couples ßB
et un seul couple yü. C'est dire que par l'examen de la deuxieme
dimension seule on est amene ä conclure que le Systeme en com-
porte une troisieme.
D'un autre point de vue, l'existence d'un postessif signifiant
'derriere' amene ä supposer l'existence de la troisieme dimen-
sion. Le postessif trouve sa place naturelle dans le terme positif
de la dimension subjeetivite-objeetivite, et le terme negatif de
cette dimension est occupe naturellement par le superessif et le
subessif. Le couple ßB de la deuxieme dimension sous le terme
d'ohjectivite etant ainsi occupe par le superessif et le subessif,
le couple correspondant sous le terme de subjeetivite doit etre
occupe par le postessif et le circumessif.
LAK 165

De plus, les cas »abstraits« ou »grammaticaux« occupent


d'une facon naturelle le couple yl" de la dimension coherence-
incoherence sous le terme d'objectivite, et on est par lä amene
ä conclure que le locatif et l'adessif constituent le couple corres-
pondant sous le terme de subjectivite. Ces conclusions s'im-
posent et fönt voir que la difference entre les cas »grammati-
caux« et les cas »locaux« repose en realite sur une distinction
fausse.
La Situation du lak rappeile ä bien des egards celle du tabas-
saran, et pour la troisieme dimension les principes dirigeant les
systemes des deux langues coincident. II y a dans les deux
langues un postessif sans un anteessif correspondant; le postessif
admet moins d'emplois »abstraits« que le couple constitue par
le superessif et le subessif. Plusieurs autres considerations en-
core (qui seront developpees dans la deuxieme partie de ce
travail) nous amenent ä conclure que en lak aussi bien qu'en
tabassaran la troisieme dimension presente l'orientation neutre,
et que le circumessif, le postessif, le locatif et l'adessif occupent
le terme 3a.

12
166 LAK

Systeme.

EIICc E II Pst Ell E M'Äds

11 Cc Psl n/ AI

EICc E I Pst /EI E I Ads

CvCc Psd' CvL Cv

Prs Cc/ Prs Pst PrsL Prs Ads

,Cc Pst Ine Ads

Notes explicalives.
a ß a IIme elntif-circumessif, en -c'- + -at'u (avec allongement
transitoire de la voyelle), 's'eloignant en cessant d'ßtre
(au)pres de'; ex. q'at'lu-c'üt'u 's'eloignant apres avoir ete
pres de la maison'; bnta-cTiVu ük'rn 'je suis venu du
pere'; usui-cWu murx' lasi 'prends la fouet au fröre!'
On voit bien que, tout en designant un eloignement net.
LAK 167

le II"11, elatif-circumessif insiste sur la face positive de


l'adherence.
Aßa illatif-circiimessif ,en-P- + -n(avec voyelle a intermödiaire),
'se dirigeant pres de'; ex. hibu likan du q'aflu-c'an 'de-
charge la voituree en la mettant pres de la maison'. Le
cas indique un rapport de reciprocite ou de connexion,
en insistanl sur l'adherence.
ßßa Ier elatif-circumessif, en -c'- + -a (avec voyelle ä intermcdi-
aire), 'cessant d'elre pres de, se detachant de'; ex.
q' at'lu-cda 'se mettant ä une certaine distance de la mai-
son.
Bßa conversif-circumessif, en -c'- + -n-ai (avec voyelle a inter-
mediairc), 'prenant la direction vers'; ex. q'-at'lu-c'anai
yanxu 'approche de la maison!'; sui-canai nasu 'va au-
pres de la soeur.*
• yßa proseculif-circiimessif, en -c'- -I- -X (avec voyelle a intermc-
diaire), 'autour de' (indiquant surtout un mouvement);
ex. q'-at'lu-c'aX baeän bü tupang 'mets le fusil pres de la
maison!'
Tßa circiimessif (pur) (inessif-circumessif), en -c'-ö, 'etant au-
tour de, dans les environs de'; ex. q'atHu-cTi 'autour de
la maison, dans les environs de la maison' (d'ordinaire
sans mouvement); jati-c'ü bare' b-ur-i 'le loup est autour
des brebis'. Un exemple tel que t'ana-cTi adamina ur-i-ca
'mais il y a quelqu'un che/, tili, ensemble avec lui' (cir-
ciimessif pur de la base pronominale t'ana-) fait voir qu'ä
l'occasion l'inessif peut designer la reciprocite (rapproche-
ment et cloignement complexes) plus que le simple repos,
et que le circumessif insiste sur l'idee d'adherence.
aBa //""" elalif-postcssif, en -X-at'u, 's'eloignant en cessant
d'ctre derriere', ex. q'at'lu-Xat'u 'cessant d'etre derriere
la maison'. Dans les emplois concrets ce cas est d'ordinaire
complexe ou neulre ä lYgard de l'adherence. Mais le cas
admet des emplois abstraits oü il insiste sur l'incohe>ence;
ainsi lorsqu'il sert a designer un obstacle, la cause qui
empeche une action: q'at'lu-Xat'u q'aXalsai 'ä cause de la
maison on ne peut pas le voir'.
ABa postlatif (illatif-postessif), en -A'- + -n (avec voyclle de
12«
1C8 LAK

transition), 'allant derriere, se dirigeant derriere', ex.


q'at'lu-Xun axlaugundi 'il s'est cache derriere la inaison';
c'at'u-Xun nis duk'i 'prend du fromage avec le pain'. Les
exemples fönt voir que l'idee de rapprochement est vague,
et qu'elle cede en faveur d'une idee de reciprocite, de
connexion ou de »repos«.
ßBa Ier elatif-postessif, en -X-a, 'cessant d'etre derriere, se dc-
tachant de derriere', ex. qcatclu-Xa urulugu 'regarde de
derriere la maison'; turuldu-Xa bary bükundi 'le soleil a
surgi de derriere le nuage, a perce les nuages'. II est evi-
dent qu'il y a ici une idee de reciprocite ou de connexion
insistant sur l'eloignement. Dans ces emplois concrets le
I e r elatif-postessif est d'ordinaire complexe, neutre ou
meine positif ä l'egard de l'adherence. Mais le cas admet
des emplois abstraits oii il insiste sur l'incoherence; il
sert ä designer, comme aBa II m e elatif-postessif, un obs-
tacle, la cause qui empeche une action; p. ex. turuldu-Xa
cid au qr,aXalsai 'ä cause du nuage on ne peut rien voir'.
BBa postdirectif (conversif-postessif,), en -X- + -n-ai (avec
voyelle intermediaire), 'prenant la direction vers et allant
derriere'; ex. q'at'lu-Xunai 'se dirigeant vers la maison et
disparaissant derriere eile'; Xunta-Xunai ihalagan nasu
'va ä la pierre te reposer'; q'acra-Xunai urugn 'regarde
derriere l'epaule'. Le dernier exemple sert surtout a faire
voir que le cas incline ä insister sur la face negative de
l'adherence.
yBa prosecutif-postessif, en -Ar- + -X, 'se dirigeant par le der-
riere'; ex. qc,at'lu-XuX liuq'undi 'il a couru derriere la mai-
son'. Le cas favorise certains emplois abstraits oü il insiste
sur l'incoherence; ainsi: arsna-XuX laugun Uli 'il s'est
occupe du fils, il a surveille le fils', litter. 'il est alle der-
riere le fils'. L'exemple fait voir aussi qu'il y a reciprocite,
connexion et »repos« simultanement avec l'idee de rappro-
chement.
FBa postessif (pur) (inessif-postcssif), en -X- + -0, 'ctant der-
riere, restant derriere'; ex. t'a ur-i ifat'lu-X 'il est der-
riere la maison'. Les materiaux fönt voir que ce cas est
susceptible de plusieurs emplois »abstraits«; ainsi p. ex.
LAK 1G9

q'at'lu-X ci dulau 'qu'est-ce que tu as donne pour la mai-


son, combien as-tu paye la maison'. Cet exemple fail voir
que le postessif designe l'incoherence plus que la cohe-
rence, et que dans certains emplois l'inessif designe rap-
prochement ou cloignement plus que repos. Cp. aussi:
sina-X maX- xundi 'la soif d'eau s'est manifestee';
dusni-X c'abu xunu d-ur-i 'il s'est pris d'affection pour
la fille'.
ayx II""' clatif (pur) (IIme elatif-locatif), en -b-at'u, 's'eloignant
apres etre sorti de l'interieur de'; ex. Va ükundi quat'lu-
-bat'u 'il est sorti de la maison et s'en est eloigne'; vac'lu-
-baVu t'ama larsun bükundi 'prenant du bois de la foret
ils venaient'.
Aya illaiif (pur) <illaiif-locatif), en -b- + -n (avec voyelle trans-
itoire), 'entrant dans, allant dans'; ex. qcaVlu-bun 'allant
dans la maison, penetrant dans la maison'; q'io-bun X'uldu
b-ur-i q'at'lu-buX 'pour parvenir ä la cour passer par la
maison', litter. 'sur la cour (ill. pur) le chemin est par
la maison'. Le dernier exemple sert ä montrer que l'illa-
tif ne designe pas necessairement une penetration, mais
qu'il peut indiquer une simple direction ou connexion.
ßya Ier clatif (pur) (Ier elatif-locatif), en -b-a, 'sortant de'; ex.
t'a ükundi q'atclu-ba 'il est sorti de la maison'.
BY& conversif-locatif, en -b- + -n-ai (avec voyelle transitoire),
'prenant la direction vers et penetrant dans'; ex. q'at'-
lu-bunai uXu 'va ä l'interieur de la maison'; barzult
kaukukun borXru vac'lu-bun-b-ai liuq'undi 'ayant vu
l'aiglon, les lievres ont couru dans la foret'.
YY<i prosecutif-locatif, en -b- + -X (avec voyelle transitoire), 'ä
travers, par l'intörieur de'; ex. q'at'lu-biiX 'passant par
l'interieur de la maison'; arant'al laugundi k'ic'ira-buX
'les hommes se promenaient dans la rue'.
Tyc incssif (pur) (inessif-locatif), en -b-u, 'etant dans, etant
content! ä l'interieur de'; ex. Va ur-i q'aVlu-bu 'il est dans
la maison'; vac^lu-bu bare" b-ur-i 'il y a un loup (des
loups) dans la foret', litter. 'in silua lupus est'; Xavür
b-ur-i arant'üra-bu 'la rumeur est parmi les hommes'.
aTc IIme ilatif-adessif, en -c'-at'u, 's'eloignant de'; ex. q'at'lu-
170 LAK

-c'at'u 's'eloignant de la maison'; sarsani-c^at'u 'ort- xundi


'de la femme un enfant naquit'.
KYa allatif (illatif-adessif), en -c1- + -n (avec voyelle intermedi-
aire), 'rapprochant de, etant pres de'; ex. q'-at'lu-c'un lasi
'porte-le ä la maison'; hincura-c'un lanc'undi 'il s'est
entortille dans la corde'; Vama Vandu-c^un larchindi 'le
bois est colle au bois'.
fiTa 1" elatif-adessif, en -c^-a, 'cessant d'etre pres de'; ex.
q'at'lu-c'a 'cessant d'etre pres de la maison'; t'ut'u-c'a
XunX d-ur-i 'de la fleur il y a un partum'.
BFa conversif (pur) (conversif-adessif), en -c'- + -n-ai (avec
voyelle intermediaire), 'prenant la direction vers et allant
pres de'; ex. q'at'lu-&unai nasu 'va ä la maison (prends
la direction vers la maison et rends-toi pres d'elle)'; usui-
-c'nnai nasu 'rends-toi aupres du fröre; va chez le fröre'.
yYa prosecutif-adessif, en -c'- + -A'( avec voyelle intermediaire),
'le long de, allant au raz de'; ex. q'at'lu-c'oX 'le long de
la maison, rasant la maison'; usui-c'oX kulla bük'undi
'la balle a fröle le frere, a passe par le fröre, a manque le
fröre' (adhesion ou non); (funi-C'oX manürda 'ne passe
pas par le päturage'; q'at'lu-c^oX c'u larPundi 'le feu a
pris la maison'.
I T a adessif (pur) (inessif-adessif), en-c'- + -0, 'etant pres de';
ex. q'-at'lu-& 'prös de la maison, ä cöte de la maison';
murxiTa-c' sarasi b-ur-i 'pres de l'arbre il y a une source'.
aßA //""• elatif-subessif, en -l-at'u, 's'eloignant en cessant d'etre
sous'; ex. q'at'lu-lat'u 'surgissant du dessous d'unc mai-
son et s'eloignant'; sata bükundi murxira-lat'u 'le serpent
est sorti de dessous l'arbre et s'est enfui'.
AßA sublatif (illatif-snbessif), en -/- + -n (avec voyelle interme-
diaire), 'se dirigeant au-dessous de, allant sous'; ex. S'in
largundi q'at'lu-lun Teau est venue sous la maison'; vä
Xuldu nanisari zuntn-lun 'ce chemin va sous la mon-
tagne'. Le dernier exemple surtout fait voir que le sub-
latif n'insiste pas necessairement sur le rapprochement.
ßßA /"" e'Iatif-subessif, en -l-a, 'sortant de dessous'; ex. qcat'lu-
-la 'de dessous la maison'; sata bük'undi murxira-la 'le
serpent est sorti de dessous l'arbre'. Le cas admet des
LAK 171

emplois abstraits oü l'idee propre de 'sous' tend ä s'effacer


completement: jani-la axlaugundi 'il a disparu de nos
yeux, c.-ä-d. hors de vue'.
BßA siibversif (conversif-subessif), en -/- + -n-ai (avec voyelle
intermediaire), 'prenant la direction vers et allant au-
dessous de'; ex. q'at'lu-lunai 'approchant de la maison et
allant sous eile'; Xiot'u-lunai uX'u 'promene-toi ä l'om-
bre'. Le dernier exemple montre qu'ä cöte" de l'idee de
rapprocheinent le cas peut comporter celle de reeiprocite
ou de »repos«.
fßA prosecutif-subessif, en -/- + -A'( avec voyelle intermediaire),
'passant par-dessous'; ex. cira-luX sanu but'i 'mets le
matelas contre le mur'; q'at'lu-luX haldu b-ur-i 'sous la
maison il y a un canal'. Le dernier exemple fait voir que
la notion de »repos« peut etre comprise dans la significa-
tion du prosecutif. Dans le premier exemple l'idee propre
de 'sous' tend sensiblement ä s'affaiblir.
Fß\ subessif (pur) (inessif-subessif), en -l-u, 'etant sous'; ex.
q'at'lu-lu 'sous la maison'; sata b-ur-i cari-lu 'le serpent
est sous la pierre'; t'ana-l k'ani-lu arant'a-l b-ur-i 'il y a
des gens sous sa main (en son pouvoir)'.
aB>i Ier delatif (IIme elatif-superessif), en -i-at'u, 's'eloignant en
cessant d'etre sur ou au-dessus de'; ex. q'-at'lu-iat'u
's'eloignant de la toiture d'une maison'. Les matdriaux
fönt voir que le cas admet des emplois »abstraits« oü
l'idee de 'sur' tend ä s'evanouir completement; 'de la mai-
son il a fait une etable' est rendu en lak par q'aVlu-iat'u
pal bündi; cf. encore: na nai ur-a Jarasanda-iat'u 'je
viens d'Avarie'; t'ai tu-iat'u yalyat'i b-ur-i 'ils parlent de
moi'; zanna-iat'u nihau-sära 'je crains Dieu'. Ces faits
indiquent que le IIm<! elatif n'est pas uniquement concret
et que le superessif insiste sur l'incoherence.
AB^ supralatif (illatif-superessif), en -i-n, 'se dirigeant sur,
allant dans la region au-dessus'; ex. q'~at'lu-in 'se placant
sur la maison'. Tics souvent l'idee propre de 'sur' tend ä
disparaitre: t'ana-in k-ulla s'undi 'la balle s'est avancee
vers lui, a pris la direction vers lui'; vac'lu-in Xau-k'sa
cusä-k'unä 'comme un ours qui flaire vers la foret, commc
172 LAK

un ours furetant la foret'; tu-n s'i biuzundi adamina-in


'ma colöre se leva contre l'homme'; vu kacil tu-in q'ap
ükundi 'ce chien m'a mordu'; na nai ur-a Jarusanda-in
'je vais en Avarie'; q'-at'lu-in dusmäntca-l XiauXundi
'les ennemis ont fait une attaque sur la maison, les enne-
mis ont attaque la maison'. On voit par ces exemples
qu'il s'agit d'un rapprochement vague, et qui s'efface dans
une idee generale de direction, de reciprocite et de con-
nexion. II est evident que le cas insiste sur l'incoherence.
ßBA IIme dilatif (Ier elatif-superessifJ, en -i-a, 'cessant d'etre
sur ou au-dessus de'; ex. qcat'lu-ia 'se detachant de la
toiture d'une maison, tombant de la toiture, s'elevant
au-dessus d'une maison'. L'idee de 'sur' est encore vague-
ment conservee dans les noms de nombre ac'ni-ia ca-v-a
'un, en descendant de dix', = 'onze'; et ac'ni-ia kH-v-a 'deux,
en descendant de dix' = 'douze'. Cf. aussi: q'usli-ia k'a
malasüra 'ne perds pas la fortune, garde bien la fortune',
litter. 'n'öte pas la main de la fortune'. L'idee de 'sur'
est sur le point de disparaitre dans quelques emplois: na
nai ur-a Jarusanda-ia 'je viens d'Avarie'. Plusieurs des
exemples fönt voir que, s'il y a eloignement, il n'est pas
si net que dans le I er delatif; il est accompagne d'une idee
de rapport reciproque.
BBA supradirectif (conversif-superessif), en -i-n-ai 'prenant la
direction vers la surface de'; ex. q'at'lu-inai urugu 're-
garde vers ou pres de la partie superieure de la maison';
varsu-inai siäik'u 'mets-toi sur le feutre'.
yBA proseciitif-superessif, en -i-X, 'passant par la surface de';
ex. q'at'lu-iX tiinca rut'i 'jette la corde par, ä travers, par-
dessus la maison'. On voit que l'idee propre de 'sur' tend
ä s'evanouir. II y a meme des emplois abstraits oü ce cas
indique la cause ou la raison: sars-ani-iX mauk'ära 'il ne
faut pas t'agiter ä cause de cette femme'.
TBA superessif (pur) (inessif-superessif), en -('- + -0, 'elant sur
ou au-dessus de'; ex. qcat'lu-i 'sur la maison'; q'unta-i
q' ama q'aXiaXiai 'les bles ne poussent pas sur une
pierre'; turlu d-ur-i zumani-i 'le nuage est au-dessus du
bord'. Exemple oü il y a plutöt mouvement que >repos«:
I.AK 173

q'at'lu-i ntayi diso 'mets la toiture sur la niaison'. Exem-


ples oü l'idee propre de 'sur' s'evanouit: fä ur-i Jarusanda-i
'il est en Avarie'; asna-i ma 'ütra 'ne pleure pas ä cause
du fils'. II est evident que ce cas insiste sur l'incoherence.
ayA instrumental, en -inu, ex. q'-at'lu-inu. L'instrumental, qui
reeoit cette denomination chez DIRR, a ete appele causatif
par ScmEFNER. II indique non seulement l'instrument, mais
la cause (initiale), la raison, et il peut designer l'agent d'un
verbe: calba mazra-inu iusundi 'ä cause de son langage
il a ete mutile'; usii-inu q'unXiindi 'par le fröre, ä cause
de son frere il a grandi'. II indique par consequent un
eloignement net. Le fait que l'instrument peut etre exprime
par un cas designant l'eloignement est courant dans nom-
bre de langues.
AyA possessif, en -x\ ex. q'at'lu-x\ Le possessif est appele ainsi
par DIRR, et nous le suivons ici pour la commodite du
lecteur. La tenninologie n'est pas bonne, puisque c'est le
genitif et non le »possessif« qui est en lak le cas general
de possessivite. Le cas dont nous parlons est appele par
SCHIEFNER adessif, ce qui n'est pas heureux non plus. Le
cas indique une connexion ou une reeiprocite. Souvent on
peut le traduire par 'chez' ou '(ensemble) avec'; souvent
il correspond a ce qui dans la grammaire traditionnelle
europeenne est appele l'objet indirect, surtout dans les
tournures qui sont rendus dans nos langues par le verbe
'avoir'; ainsi p. ex. adamina-x' busari cu bühunu 'ä
l'homme il y a un cheval tenu, c.-ä-d. l'homme tient un
cheval'; vä adamina-x' c^aq" baq'q'ari 'ä cet homme, dans
cet homme il n'y a pas de force; cet homme n'a pas de
force'. II y a ici ä la fois un rapport de »repos« et un rap-
port de reeiprocite entre les deux objets.
ßy\ genitif, en -/ (avec voyelle precedente selon les circons-
tances), ex. q'-at'lu-l. (La desinence manque lorsque le geni-
tif est regi par un autre genitif: tul q'at'-ra c'iial-d-al
zumar-du 'les bouts des toitures de mes maisons'. II n'y
a pas pour cela syncretisme entre le genitif et le nomina-
tif; le nominatif pluriel de 'la maison' n'est pas qc'at'-ra
mais q''at'-ri. L'explication du fait est que la desinence
174 LAK

-(a)l du deuxieme genitif, en l'espece cHial-d-al, appartient


non seulement au Semanteme cHial-, mais ä l'ensemble du
groupe tut q'at'-ra c'iial-d-. h'l ne cesse pas pour cela
d'etre un formant. D'ailleurs le genitif est caracterise" non
seulement par la desinence propre, mais aussi par le
theme.) Le genitif insiste sur l'eloignement. On le voit
par le fait qu'il est le cas normal du sujet des verbes
transitifs, pourvu que le sujet soit de la 3 m e personne:
t'ana-l ai 'il fait'. Le genitif joue ici le röle de ce qui dans
la caucasologie porte le nom d'ergatif, cas qui doit par
definition insister sur l'eloignement: ce cas indique l'objet
dont emane une action. Par le fait que, en lak comme dans
la plupart des Iangues caucasiques, le verbe transitif a un
caractere quasi-passif, le genitif-ergatif du lak correspond
souvent ä ce que d'ordinaire on appelle l'agent: t'ana-l na
bizär ära 'il me rend triste, je suis rendu triste par lui'.
Mais dans quelques autres emplois du genitif l'eloignement
clair s'efface. Ainsi le genitif est employe ä cöte" du »posses-
sio, et plus encore que lui, dans le sens possessif: tul-mu-
-na-l d-ur-i Xoi-sa sar 'le mien (c'est-ä-dire mon frere ä
moi) a une belle femme'. Cet emploi peut etre interprete
comme un eloignement, comme un rapprochement ou
comme un »repos< ou enfin comme une combinaison com-
plexe de ces notions. En outre le genitif est le cas dösignant
le »repos« dans le temps, le point ou ,1'espace temporelle
d'un fait: na t'ä Sina-l Puniit cc,abunu ik'aibau 'au cours
de cette annöe j'etais souvent ä Gunib'. Enfin le genitif est
le cas re"gi par les prepositions; mais il convient de se
Souvenir que les prepositions du lak ont un caractere
fortement nominal; le fait d'etre regi par les prepositions
est donc pour le genitif un cas special de sa signification
possessive.
BfA datif, en -n (avec la möme voyelle precedente que le geni-
tif), ex. q'at'lu-n. Le datif dösigne une sorte d'objet in-
direct. On peut se faire une ide"e de sa valeur par ces
exemples: tu-n sava UfBbm cai d-ur-i 'ä moi le fait d'etre
ä la maison est dösirable; je prifere rester ä la maison';
le meine sens peut etre rendu par une autre construetion,
LAK 175

ögalement avec le datif: tu-n sava ik'an cai b-ur-i; —


tu-n ina cra 'ä moi tu es eher; je t'aime'; — na t'ana-n
öaila-ura 'je lui suis visible; il me voit'. II faut ajouter que
le datif concourt avec le »possessif« et le genitif pour indi-
quer la notion de possessivite. II est evident que le datif
peut designer les trois cases de la zone semantique de la
dimension de direction, mais qu'il insiste sur un rappro-
chement abstrait.
yyA iquatif, en -k'sa, ex. q'ata-k'sa. Voir p. 162.
TyA Ier similaiif, en -gu, ex. q'at'lu-gu. Voir p. 161.
Ces deux cas seront discutes plus loin en connexion
avec les deux cas paralleles de similatif II et de nominatif.
aTA ablatif, en -sa, ex. q'at'lu-sa. L'ablatif designe un eloigne-
ment abstrait. On le trouve avec les verbes designant une
privation: t'ana-l tca adamina-sa cu ziuXundi 'il a prive
cet homme de son cheval'. Nous pensons qu'il faut Inter-
preter de la meme maniere l'exemple tu-sa hanq''ahunsari
'ä moi le fait de partir ne sera = je ne peux pas partir'.
Sous certaines conditions l'ablatif est aussi le cas du sujet
ou de l'agent, concourant ici avec l'instrumental, qui est
egalement la, et avec le genitif dans les emplois oü ce cas
designe un eloignement clair.
ATA comitatif, en -sal, ex. q'at'lu-sal. Le comitatif signifie
'ensemble avec', designant ainsi ä la fois une reeiprocite,
c'est-ä-dire eloignement et rapprochement en meme temps,
et une connexion, c'est-ä-dire un »repos«. Ex. na q'io daX au
q'at'lu-sal 'j'ai vendu le jardin avec la maison'; tä iundi
usui-sal 'il se battait avec son fröre'.
ßFA comparatif, en -iar (ajoute au theme »oblique«) ou en
-niiar (ajoute, comme les desinences de l'equatif et du
similatif II, au theme du nominatif). Le comparatif est
le cas du deuxieme terme d'une comparaison (deuxieme
terme compris logiquement, non syntagmatiquement)
lorsque les deux objets compares possedent la qualite
consideree ä un degre inegal; c'est lä la difference avec
l'equatif et le II m e similatif, qui sont les cas du deuxieme
terme lorsque les deux objets presentent la qualite avec
une intensitd egale. En revanche l'adjectif n'admet pas de
176 LAK

comparaison. Ainsi su-iar usu q'in-sa ur-i ou usu su-iar


q'in-sa ur-i 'le frere est meilleur que la soeur', litter. 'le
frere est bon, avec une intensite differente de ou depassant
Celle de la bonte de la soeur', ou d'une facon plus breve
et probablement plus exacte, 'le frere est bon du point de
vue de (la bonte de) la soeur; le frere est bon en mesurant
sa bonte en partant de celle de la soeur'.
BFA admotif, en -xun, ex. q'at'lu-xun. L'admotif est le cas
ordinaire de l'objet indirect et occupe par consequent sur
la premiere dimension la meme place que le datif. Pour
la difference avec le datif par rapport ä la deuxieme dimen-
sion voir plus loin. Ex. cu bulau adamina-xun 'j'ai donne
le cheval ä l'homme'.
-(TA IIme similatif, en -k'un-ä, ex. q'ata-k'unä. Voir p. 162 et
plus bas.
r r A nominatif, en - 0 , et presentant souvent (mais non tou-
jours) un theme different de la plupart des autres cas,
mais identique ä celui de l'equatif, du similatif II et de
Tun des types du comparatif; ex. q'ata. Le nominatif lak
est le cas du sujet d'un verbe intransitif et de l'objet
d'un verbe transitif. C'est donc un cas de rapprochement
et d'eloignement. Mais c'est surtout un cas indifferent ou
neutre ä tous les egards, comme tout vrai nominatif un
cas qui est par definition indefini, et qui en consequence
de cette definition est susceptible d'etre employe partout
oü aueun cas particulier n'est requis, par exemple en nom-
niant un vocable ou en indiquant un nom en dehors de
tout contexte explicite ou implicite. Le nominatif, par
lequel notre enumeration des 48 cas laks est close, est le
seul cas qui soit neutre ä tous les egards, la prima
impositio, et dans un certain sens la base de tout le Sys-
teme, le terme du Systeme qui renferme en lui le germe
de toute la multiplicite surabondante de la zone coneep-
tuelle des cas.
Alors qu'il a ete dit plus haut ce qui est necessaire de la
repartition des cas quasi-concrets sur la deuxieme dimension,
il reste encore a considerer la repartition sur cetle dimension
LAK 177

des cas dits abslraits (c'est-ä-dirc des ras recevant la definition


2(y)3A).
Sons la, ['instrumental est defini par 2y, Vablaiif par 2 1 .
L'ablatif alTecte plus que rinstrumenlal les emplois purement
abstraits: il insiste moins sur la coherence que l'instrumental
dans quelques emplois. Les deux cas ne sont pas radicalement
differents, servant tous les deux de cas d'agent. La difTerence
consiste en ceci que ('instrumental seit a indiquer la cause, la
raison et l'instrument, et que l'ablatif seit ä indiquer une priva-
tum abstrafte. Les exemples fönt presumer que, cn designant la
privation, l'ablatif n'indique la plupart du temps ni une cohe-
rence ni une incoherence nette, alors que l'instrumental, en indi-
quant la cause dont un efTet emane, la raison et l'instrument
dont im acte depend, peut insister assez nettement sur la cohe-
rence; d'autre part il peut y avoir aussi entre la cause et reffet,
entre la raison et la consequence, entre l'instrument et l'action
(ou l'agent) im rapport plus indirect qui peut etre defini comme
incoherence.
Sous 1A, il y a un rapport analogue entre le possessif (2y)
et le comitatif ( 2 D . Le possessif peut indiquer une connexion
intime entre les deux objets; mais il est en principe indifferent
et peut servir a designer tout au contraire une connexion me-
diate, indirecte, sans coherence. Le comitatif, dont la significa-
tion est d'ailleurs a peu pres la mime, differe du possessif par
le fait d'etre dans les emplois ordinaires neutre et non complexe
a l'egard de la dimension de coherence-incoherence.
Sous Iß, le ginitif alTecte la conception complexe par rap-
port a la difTerence de coherence et d'incoherence, en s'opposant
au comparalif qui affecte la conception neutre. La definition du
comparatif par rapport ä la deuxieme dimension semble evidente:
il n'y a d'ordinaire ni indication nette de coherence ni d'incohe-
rence. On retrouvera encore le comparatif plus loin. Quant au
genftif, il reeoit par rapport a la deuxieme dimension la meine
definition que l'instrumental auquel il ressemble par le fait qu'il
sert ä designer le sujet et l'agent. II est vrai que l'ablatif com-
porte une signification semblable, et d'une facon generale il est
particulierement diflicile de definir cet eniploi par rapport a
la dimension de coherence-incoherence. Mais le genftif va encore
178 LAK

de pair avec le possessif en indiquant une possessivite. II est ici


comnie le possessif plutöt complexe que neutre ä l'egard de la
deuxieme dimension. L'idee de complexitc est favorisee aussi
par la signification temporelle du genitif. Enfin entre la prcpo-
sition et le genitif il y a un rapport syntagmatique qui selon les
circonstances peut etre interprete comme insistant sur la cohe-
rence ou comme insistant sur l'incoherence.
Sous 1 B, le datif et Vadmotif se distinguent par le fait d'etre
2y et 2 1' respectivement. Par Opposition ä l'admotif, le datif va
de pair avec le possessif et le genitif pour indiquer un rapport
possessif, c'est-ä-dire pour insister sur l'idee complexe de cohe-
rence et d'incoherence ä la fois. Dans l'emploi d'objet indirect,
il semble evident que le datif designe une connexion plus intime
entre les deux objets que ne le fait l'admotif. L'admotif designe
l'objet indirect proprement dit, c'est-ä-dire il indiquc un rapport
logique ou syntagmatique en restant indifferent ä l'egard du
degre d'intimite entre les deux termes du rapport. Le datif par
contre est fort souvent plus pres d'etre un datif commodi et in-
commodi qu'un objet indirect pur et simple; il insiste sur une
certaine intimite ou cohcrence, qui toutefois est abstraite et
fuyante et peut d'un point de vue diffcrent etre interpretee tout
au contraire comme incoherence.
Restent les divers cas de comparaison et le nominatif. On ne
saurait contester la definition donnee du nominatif. Le nomina-
tif est le cas du sujet et de l'objet, c'est-ä-dire de certains rap-
ports logico-syntagmatiques qui, de meme que le rapport de
l'objet indirect proprement dit, restent indifferents par rapport
ä l'opposition de coherence et d'incoherence. Souvent encore
tout rapport est abseilt, et la distinction de cohcrence et d'in-
coherence est par consequent impossible.
Le Ier similatif prcsente une Opposition simple au nominatif
d'une part, ä l'equatif de l'autre. Par comparaison avec le nomi-
natif, le I t r similatif insiste plus sur une cohcrence ou incohe-
rence possible, tout en etant comme le nominatif defini par IT.
Lorsqu'on veut signaler que deux objets possi'dent une qualite
ä intensitc egale, le similatif I remplace le nominatif dans son
röle de sujet d'un verbe intransitif. Si le verbe est transitif le
similatif 1 remplace le genitif en cette fonetion. En des cons-
LAK 179

tructions plus compliquoes, ce qui est le sujet d'un verbe peut


etre en meme temps i'objet d'un autre ('je considere la maison
comme etant aussi bonne que le jardin'). On voit par ces faits
que le similatif I est comme le nonnnatif indifferent ä l'egard
de la distinction de rapprochement et d'eloignement. Ce qui Ten
distingue, c'est donc son rapport ä la deuxieme dimension. Dire
que deux objets posscdent ä im degre egal une meme qualite,
c'est etablir entre eux une connexion plus intime que celle qui
existe d'ordinaire entre les termes d'une serie abstraite d'ordre
syntagmatique. Entre les deux termes compares il y a coherence.
D'autre part, si l'egalite est niee, si l'expression contient une
negation, c'est le contraire qui est enonce, c'est une rupture, une
incoherence. C'est pourquoi nous pensons que le similatif I est
Y par rapport ä la deuxieme dimension du Systeme.
L'equatif doit l'etre egalement, et pour la meme raison. Ce
qui distingue l'equatif du similatif I, c'est son rapport ä la
premiere dimension. Si le similatif I reniplace d'autres cas dont
la valeur est celle d'un terme ordinaire d'une construction syn-
tagmatique, l'equatif occupe par rapport ä ces autres cas une
place ä part. II designe une comparaison, et rien de plus. C'est
an rapport de reciprocite, ou de rapprochement et d'eloignement
ä la fois. D'une part il y a rapprochement: le premier terme de
la comparaison est rapproche du second. D'autre part il y a
eloignement: le premier terme est juge du point de vue du
second.
Le similatif II presente comme le similatif I une Opposition
simple au nominatif d'une part, ä l'equatif de l'autre. II est tout
evident que par rapport ä la premiere dimension le similatif II
doit occuper la meme place que l'equatif: ce qui vient d'etre
dit de ce cas vaut egalement pour le similatif II; il insiste comme
l'equatif sur le rapprochement et l'eloignement ä la fois. Mais
ce qui distingue le similatif II de l'equatif, c'est son rapport ä
la deuxieme dimension. La diffcrence entre l'equatif et Je simi-
latif II consiste en ceci que l'equatif designe le deuxieme terme
d'une comparaison tout ä fait intellectuelle, une simple constata-
tion du fait objeetif qu'un objet est mesure par un autre et est
trouve posseder une qualite donnee avec la meme intensite que
cel objet: varani-k's-a öu q'abik'ai(sari) 'un cheval n'est pas
180 LAK

aussi grand qu'un chamoix', adamina-n-uksci k'ulsi daq'ari


cuXlun 'un ours n'est pas aussi intelligent qu'un homme', alors
que le similatif II designe le deuxieme terme d'une comparaison
imagince et subjective, oü il n'y a pas constatation intellectuelle
d'une egalite, mais enonce d'une analogie 1 entre les deux objels
par rapport ä la qualite consideree: aslünu-k'unü viricüri t'ü 'il
est aussi brave comme un lion'; Siq c-kun-b-ü InXeri fnnil jaru
'ses yeux sont noirs comme l'encre'. SÜHHÜFNER traduit usu-gu
sü-k sa gin-sa ur-i 'der Bruder ist so gut wie die Schwester',
mais usu-gu su-kcunü q'in-s'a ur-i 'der Bruder ist gleich der
Schwester gut'. Nous interpretons cette difference en disant que
l'equatif possede la faculte de designer une coherence, comme il
le fait lorsque le degre d'une qualite est trouve identique dans
deux objets mesures Tun par l'autre, alors que le similatif II reste
indifferent par rapport ä la distinction de coherence-incoherence,
comme il Test lorsqu'il indique une comparaison imagince et
subjective sans rien dire sur le rapport reel et objectif entre les
deux objets compares. II est tout indique que lorsque l'enonce
est negatif l'equatif insiste tout au contraire sur une incoherence,
alors que meme dans ce cas le similatif II, restant a l'abri d'une
conception purement subjective et incontrölable, reste indiffe-
rent par rapport ä la difference entre coherence et incoherence.
C'est apres avoir etudie la valeur de l'equatif et des deux
similatifs que nous voudrions apprecier definitivement la valeur
du comparatif. La place assignee ä ce cas dans la premiere di-
mension a ete justifiee plus haut (p. 175 sv.). II est distinct de
l'equatif et du similatif II par le fait que meme dans les enonces
positifs il insiste sur l'eloignement, sur le point de dcpart d'une
comparaison. Mais le fait que le comparatif indique un degre
d'intensite inegal entre les deux objets consideres le rapproche
plus du similatif II que de l'equatif. II n'y a jamais coherence ni
incoherence necessaire entre les deux objets de la comparaison.
II n'y a que neutralite ou indifference.
Aucun des cas laks servant ä la comparaison n'est exactement
ce qu'est l'equatif tabassaran. Meme l'equatif et le II"" similatif
du lak, dont la signification est du point de vue intensional tres
1
C'est ä bon droit qu'Usi.AR a appele le IIm<' similatif ynOflOÖJIH-
toiliiH.
I.AK 181

proche de celle de l'equatif tahassaran, reeoivent par rapport ä


toutes les Irois diinensions une definilion diffcrenle.
La principale raison est celle que l'idee de coherence n'est
pas la nieine dans les deux langues. La oü le tahassaran distingue
inherenee et non-inherence, le lak distingue adherence et nun-
adherence. II est evident par la meine que le tahassaran doil
insister sur le fait que les deux ohjets restent distinets: il n'y
a pas inherenee entre eux, et ils reeoivent naturellement la dc-
finition 2a (la deuxieme dimension presenlant l'orientation ne-
gative).
Mais il importe aussi de se rendre compte du fait que dans
l'idee de comparaison le tahassaran ne fait pas les meines dis-
tinetions que le lak. Abstraction faite de Pequatif-predicatif et
du genitif-equatif, auxquels il n'y a en lak rien d'analogue, le
tahassaran ignore la distinetion, si importante en lak, entre l'equa-
tif et le II m e similatif. L'equatif tahassaran ne designe ni une
mesure objeetive ni une appreciation imaginee ou subjeetive,
inais une simple comparaison qui reste indifferente aux subtiles
distinetions admises par le lak. Le tahassaran se borne ä poser
deux objets distinets et ä les comparer.
C'est ce qui explique aussi la definition par rapport ä la pre-
miere dimension. En lak il y a une vive reeiprocite entre les deux
objets, alors qu'en tahassaran il y a une simple constatation
d'une analogie. L'idee de »repos« ou de neutralite ä l'egard de la
direction est representee en lak par le similatif I t r , c'est-ä-dire
qu'elle est exprimee dans le premier des deux objets compares,
alors qu'en tahassaran toutes les idees de comparaison sonl
cumulccs dans le deuxieme ohjet. C'est pourquoi l'equatif
tahassaran est 11 et differe de l'equatif lak. En outre il doit
encore en differer parce qu'il peut fttre attributif.
Enfin ce sont ces faits qui expliquent la difference par rapport
ä la troisieine dimension. Le tahassaran dispose les cas sur les
deux tennes de la troisieine dimension d'une autre facon que le
lak. Les cas »grammaticaux« ou purement syntagmatiques se
repartissent en tahassaran sur les deux tennes 3a et 3A, alors
qu'en lak ils sont tous renferincs dans le terme extensif. En con-
sequence de ce fait il y a en tahassaran une correspondance plus
vive entre les deux tennes de la troisieme dimension. Le lak
13
182 LAK

distingue les deux termes de la troisieme diinension en casant


dans 3A les cas qui se pretent le plus aux emplois »abstraits«.
Le tabassaran n'obeit ä ce principe que dans la mesure oü il
n'est pas en contradiction avec la necessite qu'il y a de caser sous
le terme 3a les cas qui comportent ce soup^on de subjectivite
dont nous avons parle p. 148. Pour donner ä ce »soupijon de sub-
jectivite« ce qui lui revient, le lak a recours ä un procede diffe-
rent: il marque la vague differencc de subjectivite et d'objectivite
entre le similatif II et l'cquatif en les disposant diffcremment
sur la deuxieme dimension. Ce fait est instructif pour faire voir
combien il peut etre facile de transformer les idees propres ä une
dimension dans Celles d'une autre.
II n'est pas douteux que par cette disposition des divers cas
le lak est plus pres que le tabassaran d'abandonner la troisieme
dimension. Mais d'un autre point de vue la troisieme dimension
a en lak plus de force qu'en tabassaran: la quasi-synonymie
entre les cas appartenant aux deux termes de la troisieme dimen-
sion, synonymie qui en tabassaran est tres forte, est en lak ä tres
peu pres inexistante.
D'une facon generale, malgre une certaine conformite dans la
strueture des deux systemes, il faut dire que le Systeme du lak
differe profondement de eelui du tabassaran. La repartition des
cas sur la deuxieme dimension est tres differente. Le tabassaran
differe du lak par le fait qu'il possede deux adessifs, deux inessifs
et im interessif. Mais le superessif, le subessif et le postlatif, qui
se trouvent dans les deux langues, ne sont en realite pas les
meines cas en passant d'une langue ä l'autre. La raison en est
que les nonis que nous donnons aux divers cas sont grossiers et
uniquement intensionaux, alors que les definitions structurales
sont exaetes tout en etant exclusivemcnt extensionales.
Mais, abstraction faite de la faiblesse de la troisieme dimen-
sion, le Systeme casuel du tabassaran est mieux etabli que celui
du lak. En tabassaran on n'observe aueune tension entre les faits
extensionaux et intensionaux: il y a conformite absolue entre
signification et valeur. D'autre part on peut facilement se rendre
compte de la tension et de l'instabilitc du Systeme lak. Sur cer-
tains points du Systeme, les significations ne se plient pas bien
aux exigences des definitions extensionales, tout en restant en
LAK 183

principe eonipatibles avee elles. II est difficile de verifier la defi-


nition 2ß pour les subessifs; il est tout övident que les subessifs
insistent souvent sur l'adherence, mais on ne voit pas que cette
nuance soit particulierement frequente. Pourvu que notre docu-
mentation soit complete, l'usage de la langue utilise sur ce point
les faits de la norme d'une fac.on qui est legitime (puisque dans
ß toutes les trois cases de la zone semantique sont representees),
mais qui sert a operer une tension entre les faits de signification
et les faits de valeur.
Cette Situation est surtout evidente pour la premiere dinien-
sion. Ici les significations reconnues par l'usage tabassaran rc-
pondent exaetement aux valeurs attribuees ä chaeune des cel-
lules par la norme. II n'en est pas de meine du lak, surtout parce
que le lak ne possede pas le comitatif qui en tabassaran repre-
sente d'une facon excellente l'A de la premiere dimension. L'illa-
tif du lak peut rentrer dans 1A sans violer la norme puisque A
est tout et rien. Mais l'usage montre ici une predilection pour
la case positive qui rapproche A de B plus qu'il le faudrait, bien
que A et B ne soient jamais confondus. Dans Iß et 1B l'usage
utilise la definition donnee par la norme pour insister tellement
sur une seule case de la zone que les autres cases restent presque
absentes. Le prosecutif-postessif (yBa) enfin insiste plus sur la
case positive que sur la case negative et tend ainsi ä compro-
mettre la definition ly.
Si notre documentation ne fait pas defaut, il y a donc dans
le Systeme lak un fort moment d'instabilitc. Nous avons fait
mention de ces faits pour deux raisons: d'abord pour prevenir
au malentendu qui consiste ä croire que notre theorie soit dans
une certaine inesure compromise par les faits laks; ensuite pour
donner un speeimen de ce que nous appelons la tension entre
les faits intensionaux et extensionaux. Ce n'est que dans la
deuxieme partie de notre travail que nous pourrons faire voir
ce que signifie en realite' cette tension. C'est toujours eile qui
fraie la voie aux transformations metachroniques. Loin de com-
promettre notre theorie, les faits de tension la corroborent in-
directement, parce qu'on peut montrer que partout oü il y a
dötente synchronique il y a stabilite metachronique, et partout
oii il y a tension il y a instabilite. Mais c'est par antieipation
que nous avons effleurc ici les faits evolutifs.
TABLE

Avant-propos p. III
Ouvrages cites p. V
Symboles. Abreviations. Terminologie p. X
/. Probleme p. 1
A. Theorie greco-latine p. 1
1. Theorie grecque p. 1
2. Theorie latine p . 13
3. Les temps modernes p. 22
B. Theorie indo-europeenne p. 33
1. Introduction p. 33
2. Les localistes p. 36
3. Les antilocalistes p . 45
4. Les demi-Iocalistes p . 55
C. Theorie panchronique p. 62
D. La position du probleme. Directives pour sa Solu-
tion p. 71
1. Principes generaux p. 71
a. Delimitation de la categorie p. 71
b. Definition de la categorie p. 84
2. Division du probleme. Resultats provisoires . . p. 95
//. Systeme p. 111
A. Structure generale p. 111
B. Systeme sublogique p. 127
C. Systemes ä trois dimensions p. 137
a) Tabassaran p. 138
b) Lak p. 160
LOUIS HJELMSLEV

LA CATEGORIE DES CAS


ETÜDE DE GRAMMAIRE GENERALE

DEUX1EME PARTIE

UNIVERSITETSFORLAGET I AARHUS
LEVIN & MUNKSGAARD - K0BENI1AVN
1937
AVANT-PROPOS

La premiere partie de ce travail a ete publiee il y a deux


annees, dans ces meines Acta Jutlandica, vol. VII, fasc. 1 (1935).
La presente deuxieme partie en constitue la continuation immc-
diate, en donnant une dcnionstration de systemes casuels ä deux
dimensions analogue ä celle donnee dans la premiere partie
pour les systemes h trois dimensions. Dans la troisieme (der-
niere) partie nous envisagerons les consequences thcoriques et
evolutives ä tirer de nos resultats, en cherchant ä elucider sur-
tout les systemes casuels des langues finno-ougriennes et indo-
europeennes ä la lumiere de notre these. Dans cette derniere
partie il y aura lieu de repiendre maintes questions qui n'ont
pas trouve leur place dans la partie que nous publions mainte-
nant, bien que les langues examinees invitent ä les poser; teile
la question du rapport entre genitif et adjectif (et d'une facon
generale entre flexion et dcrivation), et celle du rapport entre
transitif et intransitif.

Dans un travail de grammaire la notation de l'expression


n'est pas d'une grandc importance; il suffit de tenir compte des
differences phoniques susceptibles d'entrainer une difference
dans le contenu examinc; mais il n'est pas toujours souhaitable
de les reproduire toutes mecaniquement dans les notations. Nous
avons pris le parti d'eviter les notations qui ä premiere vue
choqueraient peut-etre par leurs extravagances celui qui est
accoutume ä la notation traditionnelle d'une langue donnee, et
d'une faijon generale nous avons evite d'introduire des inter-
prctations phonematiqucs, qui a plus forte raison rcclameraicnt
[V AVANT-l'KOl'OS

souvent une argumenlation pour se justificr. I'our les langues


officielles bien etablies nous suivons siinplement l'orthograpbe
ordinaire. Dans les cas oü il nous a fallu une nolalion linguis-
tique nous reproduisons les sources dans la Iranscription pro-
posee par la Conference de Copenhague, avee quelques nienuos
devialions (c, c, ] dans la valeur d'affriquees; , au lieu de e).
Pour les langues caucasiques, auxquelles il nous a fallu donner
une si large part dans notre documentation, en raison de l'exu-
berance de forniations casuelles qu'elles offrent, nous avons
suivi d'ordinaire les notations de Schiefner, d'Uslar et de Dirr
(en les transposant selon les principes de la Conference de Co-
penhague), et en donnant la preference a Celles de Dirr dans
les cas oü cet auteur fournit des informations de premiere main.

Aarhus, le 2 aoüt 1937.


Louis Hjelmslev.
OUVRAGES CITES

F. BARNUM, Granimatical Fundaments of the Innuit Language as


spoken by the Eskimo of the Western Coast of Alaska.
Boston 1901.
K. BOUDA, Awarische Texte. Caucasica, X, 1932, p. 43—66.
"'Textes »cudakars« publ. par B. DALGAT.] CöopmiKZ Mame-
piciAoeh ÖAH onucauifi Mncmuocmeü u nAeMCH7> Kaenaaa,
XIV. Tiflis.
*A.M./{Hppi>, TpaMMaTHKa y^HHCKaro H3biKa. CöopnuKZ Mame-
piaAoez ÖAH onucauifi Mrbcmuocmeü u nACMeuz KaeKaüa,
XXXIII, 4, p. 1—83. Tiflis 1904.
*— y^HHCKie TeKCTti. ibid. XXXIII, 4, p. 84—101. Tiflis 1904.
*— KpaTKiH rpaMMaraiecKift o q e p m , aHfliöcKaro a3MKa. ibid.
XXXVI, 4, p. 1—200. Tiflis 1906.
*— AryjibCKiö H3MKT>. ibid. XXXVII, 3, p. j — xv, 1—188. Tiflis
1907.
*— ApiHHCKiä H3MKb. ibid. XXXIX, 3, p. 1—227. Tiflis 1908.
*— MaTepiajibi anx H3yieHiH H3BIKOBT, H Hap-fenift AHfloflHfloft-
CKOM rpyiint,i. ibid. XL, 3, p. 1—114. Tiflis 1909.
*— PyTyjibCKifi H3biK"b. ibid. XLII, 3, p. 1—260. Tiflis 1912.
*— UaxypCKift H3biKT>. ibid. XLIII, 3, p. 1—243. Tiflis 1913.
A. DIRR, Einführung in das Studium der kaukasischen Sprachen.
Leipzig 1928.
Udische Texte. Caucasica, V, 1928, p. 60—72.
(i. DUMEZIL, Caucasien du Nord et Caucasien du Sud. Conferences
de ['Institut de Linguistique, II (annee 1934), Paris 1935,
p. 25—38.
P. EGEDE, Grammatica Grönlandica. Copenhague 1760.
VI 01 vit.wus C.ITBS
(). KAIIHICIUS, Pors0g lil cn rurbedrei Gr0nl:indsk Grammalica.
Gopcnhuguc 1801.
F.-N. FINCK, Die Grundbedeutung des grönländischen Subjck-
tivs. Sitzungsberichte der kön. preussischen Akademie der
Wissenschaften, Berlin, annee 190"), p. 280 287.
L.-L. HAMMERICH, Personalendungen und verbulsystem im Fski-
moischen. Det ligl. Danske Videnskabernet Selskab, Ilistu-
risk-filologiske Meddelelser, XXIII, 2. Gopcnhuguc 1930.
HANDBOOK OF AMERICAN INUIAN LANOUAOKS publ. by F. BOAS. I.
Smithsonian Institution, Bureau of Ethnology, Bulletin,
no. 40. Washington 1911.
R. JAKOBSON, Beitrag zur allgemeinen Kasuslehre. Gesamtbedeu-
tungen der russischen Kasus. Travau.r du Cercle ttnguMiqut
de Prague, VI, 1936, p. 2 4 0 - 2 8 8 .
H. HKOBjieB, FpaMMaTHKa aBapcKoro H3i>iKa. Moscou 1924.
GH. JANDAKOV, A. MACIKV & A. AVTORXANOV, Noxcijn mettin
grammalik. Groznyj 1933.
S. KLEINSCHMIDT, Grammatik der grönländischen spräche. Ber-
lin 1851.
LES LANGUES DU MONDE. Par un groupe de linguistes sous la
direction de A. MKILLKT & M. COHEN. Paris 1924.
• [Textes küri publ. par LIONIDZE & B. SULTANOV.] Cöopuum
Matiiepicuioez d.tfi onucauin MtbcmHOcmeii u luieMeuz
Kaena3a, XIV. Tiflis.
A. r . MarjHeB, CaMOy^iHTejib qeneHCKoro H3biKa. Groznyj 1929.
FK. MÜLLER, Grundriss der Sprachwissenschaft. Vienne 1876—
88.
A. SCHIEI'NER, Versuch über die Thusch-Sprache oder die khisti-
sche Mundart in Thuschetien. Memoires de l'Academie Im-
periale des Sciences de St.-Petersbourg, VI 0 serie, sciences
politiques, histoire et philologie, tome IX, 1859, p. 1—160.
Versuch über das Awarische. Memoires de l'Academie Im-
periale des Sciences de St.-Pete.rsbourg, VII r serie, tome V,
no. 8. 1862.
Versuch über die Sprache der Uden. ibid. VIIC serie, tome
VI, no. 8. 1863.
Tschetschenzische Studien. Ibid. VII« serie, tome VII, no. 5.
1864.
OUVHAGKS C1TBS VII

A. SCHIKI NI:K, Ausführlicher Bericht über Baron P. v. USLAK'S


hürkanische Studien, ibid. VIIC serie, tome XVII, no. 8. 1871.
— Ausführlicher Bericht über Baron P. v. USLAR'S awarische
Studien, ibid. VII» serie, tome XVIII, no. 6. 1872.
— Ausführlicher Bericht über Baron P. v. USLAR'S kürinische
Studien, ibid. VII« serie, tome XX, no. 2. 1873.
— Awarische Texte, ibid. VII'' serie, tome XIX, no. 6. 1873.
W. THALBITZEH, The Absolutive and the Relative in Eskimo. A
Grammatical Miscellamj offered to OTTO JKSPEHSEN, Copen-
hague 1930, p. 319—329.
N. TROUBETZKOY, Notes sur les desinences du verbe dans les
langues tchetchenolesghiennes. B. S. L. XXIX, 3 (1929), p.
153—171.
*n. K. ycjiap-b, HeneHCKift a3biK't. 9n)Hozpag5ia KaeKa3a, J?3hi-
Komauie II. Tiflis 1888.
*— AßapcKift H3MKT,. ibid. III. Tiflis 1889.
*— XiopKHJiHHCKifi fl3MKT>. ibid. V. Tiflis 1892.
*— KiopHHCKifi H3LIICB. ibid. VI. Tiflis 1896.
J. WACKERNAGEL, Vorlesungen über Syntax. Bäle 1920—24. 2 m e ed.
1926—28.
JI. JKHPKOB, TpaMMaTHKa aBapcKoro H3biKa. Tpydu nodpa,3-
pnda uccjiedoeaHun ceeepuo-KaeKaacKux R3biKoe npu HH-
cmumyme EocmoKoeedeuun e Moctcee. Moscou 1924.
— TpaMMaTHKa flaprHHCKoro »3biKa. Tpydu KoMumema no
itayucuwo nauKoe u amnunecKux Kyjvbmyp eocmovHUX
napodoe CCCP, V. Moscou 1926.

()n renvoie ä la premiere partie de ce travail (Acta Jutlandica


VII, 1) par le chifTre I suivi d'une indication de page.

L'asterisque * sert ä indiquer les travaux que nous n'avons


pas eu entre les mains pendant la redaction de ce volume.
I). SYSTEMES A DEUX DIMENSIONS
Le tabassaran et le lak sont les seules langues connues dont
le Systeme casuel comporte trois dimensions. Et meme dans ces
langues la troisieme dimension est manifestement en retour.
Le nombre ordinaire des dimensions est pour le Systeme easuel
deux ou une. Dans les systemes a deux dimensions, qui feront
l'objet de la presente section de notre etude, c'est toujours la
dimension de subjectivite-objectivite qui manque, ce qui
n'implique cependant pas necessairement que l'idee de subjec-
tivite-objectivite soit dans ces systemes inexprimable'.
Dans cette section comme dans celle qui precede, on se
bornera a signaler les systemes qui sont particulierement nets
et qui offrent les conditions favorables que nous cherchons pour
donner ici une premiere orientation generale sur la structure
et l'amplitude du Systeme casuel.
La linguistique connait des exemples classiques de langues
qui semblent comportcr un nombre de cas relativement tres
eleve. Les exemples les mieux connus sont le hongrois, le finnois,
le gcorgien moderne, et ä en croire quelques grammairiens
du moins — le basque. Mais au premier abord les systemes de
ces langues sont loin de se presenter sous une forme nette et
limpide. On verra que le finnois, qui dans le tableau etabli par
RASK (I p. 64) semble presenter un aspect fort regulier, est en
realite plus complique, meme plus complique que ne le fait
soupfonner le tableau de 16 cas qui lui est assigne par les
grammairiens d'aujourd'hui. A plus forte raison le hongrois,
le gcorgien moderne et le basque posent toute une Serie de

1
Cf. I p. 135.
2 AVAH

problcmes que nous evitons pour le moment. Nous preferons


donc remettre l'ctude de ces systemes ä une heure plus tardive,
oü les experiences qui nous auront ete fournies par les systemes
vraiment nets nous donneront les moyens necessaires pour
trancher les problcmes particuliers dont il s'agit.
D'une facon generale les systemes casuels trcs riches qui
ont (He reconnus jusqu'ici ne se trouvent qu'en quelques regions
bien limilees. Ni l'indo-europeen, ni le chamito-semitique, ni les
diverses familles de langues en Asie, en Oceanie, en Australie,
en Amerique, en Afrique, ne nous offrent des systemes casuels
ä la fois riches et bien developpes; si dans quelques-unes de
ces langues il y a des systemes casuels relativement riches, ils
sont difficilement reconnaissables. Or puisque le basque et le
finno-ougrien, bien que riches en cas ä ce qu'il semble, ne
presentent pas les conditions qu'il nous faut ä ce Stade de
notre 6tude, on est reduit ä puiser la plus grande partie des
materiaux dans les langues caucasiques septentrionales. On
verra qu'il faut descendre jusqu'aux systemes comportant 8 cas
seulement avant que l'on puisse utiliser avec quelque evidence
des renseignements utiles empruntes ä d'autres langues.
Le maximum empirique des systemes ä deux dimensions
coincide avec le maximum theorique, qui par consequent doit
constituer le maximum absolu 1 . Ce maximum est ä 6' = 36.
II n'y a qu'un seul exemple d'un Systeme assez bien etudie
qui se trouve ä ce maximum, ä savoir celui de Vavar (du groupe
avaro-andi, dans le Caucase oriental).

a) Avar.
A. SCHIEFNER 1862, 1872, 1873. F. MÜLLER III, 2, 67 sv.
• P.-K. USLAR 1889. N. JAKOVLEV 1924. L. ZIRKOV 1924.
A. DIRR, Ein/. 1928.162 sv. K. BOUDA 1932.

La symetrie du Systeme avar est aussi evidente que celle


des systemes tabassaran et lak. Le Systeme avar est peut-etre
plus net encore que ceux-lü, par le fait que la troisieme dimen-

' Pour notre terminologie cf. I p. 137 sv.


AVAK 3

sion, qui se presente en tabassaran et en lak sous une forme


vague, est en avar inexistante.
Si DIHR a pu appeler la declinaison de cette langue »ein
sehr verwickeltes Kapitel«, c'est qu'il a pense ä une foule de
differences dans l'expression qui restent Sans importance pour
la forme grammaticale 1 . Selon la formation des themes on
distingue depuis USI.AR 4 declinaisons, mais, ä la difference des
declinaisons d'une langue teile que le latin par exemple, ces
declinaisons ne different que par l'expression et ne constituent
pas des systemes particuliers, puisque la langue ne connait
pas les syncretismes. Par ce fait l'avar rappelle la Situation du
tabassaran et du lak, oü les themes different egalement entre
eux selon un principe complique. En etablissant l'effectif casuel
de la langue il convient de faire abstraction de ces nuances
exterieures. Mais ä l'interieur de chacune des declinaisons il
y a des differences de »themes« qui comptent, parce qu'elles
concourent pour exprimer des differences casuelles. II est vrai
que les variations des declinaisons restent Sans influence sur
le jeu des formants casuels. Mais les formants casuels ne sont
en avar pas de simples desinences: ce sont des desinences
accompagnees d'alternances ä l'interieur du »theme«. Ce n'est
d'ailleurs pas pour surprendre celui qui part des faits indo-
europeens: dans l'opposition allemande haus : häuser, la dis-
tinction du singulier et du pluriel n'est pas rendue par une
Opposition de desinences seulement (zero : -er), mais l'opposi-
tion de desinences est accompagnee d'une alternance ä l'inte-
rieur du »theme«. Dans l'expose qui va suivre, on fera d'abord
abstraction autant que possible de ces alternances, pour y reve-
nir plus tard. On peut en faire abstraction prealablement, parce
que dans les desinences il y a univocite absolue: chaque cas
recoit partout une seule et mcrae desinence. Ce fait, qui seul
importe, est dans les traites de SCHIEFNER et de DIRR voile, sur-
tout pour la formation de l'ergatif, parce que ces auteurs se
sont bornes ä une analyse superficielle sans poser la limite
exacte entre le veritable theme (le formatif) et le formant. Les

1
Pour notre terminologie se reporter ä I p. xij.
4 AVAIl

faits recls, qui sonl nioins compliques, seiont indiques dans nos
notes explicatives a la suite du Systeme.
Les 36 cas de l'avar sont scindcs par la grammaire tradition-
nelle en deux groupcs: un »Systeme« de cas »locaux«, qui sont
au nombre de 6 fois 5, etablis sur deux dimensions, plus 6 cas
»abstraits« ou »grammaticaux«. Pour qui cherche la Synthese,
il saute aux yeux que les 6 cas »abstraits« ne sont que les six
termes de la premiere dimension compris sous 2 F.
La premiere dimension presente l'orientation negative; le
seul cas vraiment bien defini et retreci, l'elatif, indique l'eloigne-
ment. La dimension comprend six termes:
a elatif (particule - ( s ) n ) , designant un eloignement net.
A illatif (particule -e), designant un rapprochement vague,
et souvent accompagne d'une idee de reciprocite ou
de repos.
ß ablatif (particule -(s)aXun), designant la direction d'un
eloignement: 'allant dans la direction de, en s'eloi-
gnant'.
B allatif (particule -eXun), designant la direction d'un rap-
prochement: 'allant dans la direction vers'.
y prosecutif (particule -(s)an), designant 'par, ä travers',
et par consequent ä la fois eloignement et rapproche-
ment.
T locatif (particule -0), designant le »repos«, ni eloignement
ni rapprochement.
La deuxieme dimension, qui comprend egalement 6 termes,
presente l'orientation positive. La forme particuliere prise par
la dimension de coherence est en avar ä la fois celle d'inherence
et Celle d'adherence, tout en insistant sur l'inherence comme la
face essentielle de la dimension. Or le seul cas bien defini et
retreci est l'inessif I er , qui designe une interiorite nette. Les
termes de la deuxieme dimension sont les suivants:
a Ier inessif (particule -ü- 1 ), designant une interiorite ab-
1
II n'y a pas pour cela eoineidence reelle avec le locatif. En gram-
maire, deux elements homonymes restent distinctss'ils apparliennenl
ä deux ordres morphematiques differents (deux paradigmes dif-
ferenls). Ici la premiere et la deuxieme dimension constituent deux
AVAK ".>
solue, sans distinction de contact et de non-contact:
'content! ou renferme dans l'interieur de'.
A snperessif (particule -rf(a)-), designant dans les emplois
concrets 'sur' (avec contact) ou 'au-dessus de' (sans
contact), et sans distinction entre l'interiorite et l'ex-
teriorite: il signifie a la fois 'contenu dans la surface
de' et 'etant sur, mais restant exterieur a la surface
de'; il est donc neutre ou complexe par rapport ä la
distinction de coherence et d'incoherence. Mais le
superessif admet nombre d'emplois »abstraits« qui
fönt voir que l'idee propre et locale de 'sur, au-dessus
de' n'est pas sa valeur essentielle; la cellule de super-
essif est definie uniquement par le fait qu'elle designe
indifferemment coherence, incoherence et neutralite.
ß //""' inessif (particule -tl'-), signifiant 'dans' ou 'ä', sans
faire valoir l'interiorite dans la meme mesure absolue
que le I er inessif. II n'est pas meconnaissable que le
II m c inessif insiste sur la coherence, mais il insiste
plus sur l'adherence que sur l'inherence. Le I e r in-
essif designe souvent une interiorite sans adhcrence
(DIRR 164 dit que le I er illatif est forme particuliere-
ment volontiers des noms »die von allen Seiten ge-
schlossene und einen leeren1 Raum in sich einschliesz-
ende Dinge bezeichnen«); en revanche le II m e inessif
indique surtout une adhcrence sans interiorite. C'est
ainsi que la coherence indiquee en avar est a la fois
une inherence et une adhcrence, l'inherence restant
la face essentielle de l'idee; mais cette face essentielle

series de cellules et par consequent deux ordres morphematiques,


et le zero du locatif et celui du I er inessif ne se confondent pas plus
que le zero de l'imperatif latin amä se confond avec le zero du
noininatif consul. — Par ailleurs il y a lieu d'ajouter que lorsque
la cellule du 1" inessif entre en combinaison avec les cellules d'il-
latif, d'allatif et de locatif (c'est-ä-dire avec les cellules extensives
de la preniiere dimension) le formant de genre, qui est un indice
de rappel regi par l'autre objet de la relation casuelle, est insere
entre la particule du I e r inessif et celle de la cellule de direction
(voir les exemples sous chaeun des cas dans les notes explicatives).
C'est nous qui soulignons.
(i AVAlt

est plus forte et dominante dans le pivot de la dimen-


sion que dans les domaines (ß) et ( f ) 1 .
B adessif (particule -q'-), signifiant 'pres de, ä cöte de'.
Cette cellule casuelle indique donc d'ordinaire une
exteriorite et souvent le non-contact.
•y subessif (particule -kl-), signifiant d'ordinaire 'sous, au-
dessous de'. Cette cellule indique indifferemment la
coherence et l'incoherence ('contenu dans la partie
inferieure de' ou non, 'prenant contact' ou non). Dans
quelques emplois abstraits l'idee propre et locale de
'sous' s'efface plus ou moins, comme l'idee de 'sur'
dans le superessif, bien qu'ä un degre moindre. Comme
le superessif, le subessif est delini uniquement par
son rapport ä la deuxieme dimension: il indique cohe-
rence et incoherence a la fois, tout en pouvant y ajou-
ter l'idee de neutralite.
1" cas dits »abstraits« ou »grammaticaux«. L'expression de
ces cas ne procede pas nettement par des particules;
il y a dans l'expression fusion des cellules des deux
dimensions, comme en tabassaran et en lak. Voir en
outre les notes explicatives, surtout p. 14 sv.

1
Pour les symboles voir I p. x.
AVAR 7

Systeme.
+ a A ß B y r

E I Dl I E II E Ads E Sb Cp

11 I Spl 11 II 11 Ads Sl D

Ab Inel Dl II Ablnell Ab Ab Sb Er

Intrd I Spd Intrd II AI Sv G

Prs Inel Prs Sp Prslnell PrsAds Prs Sb Cm

Ine I Sp Ine II Ads Sb N

Notes expticatives.
a a I" elatif (elatif-l" inessif), en -0- + -(.s)a, 'sortant
de l'interieur de'; ex. ruq' 'maison' I er 61. ro'q'o-sa '(sor-
tant) de la maison'; yan'sini-sa 'biq'un 'b-ugo larac' 'de
la malle ils ont vole l'argent'.
Aa l" illatif (illatif-Ier inessif), en -0- + [indice de rappel
du genre de l'autre objet du rapport casuel] + -e, '(en-
trant) ä l'interieur'; ex. masc. ro'q'o-u-e '[i7 entra] dans
la maison', fem. ro'q'o-i-e '[eile entra] dans la maison',
ntr. ro'q'o-b-e '[cela entra] dans la maison'.
ßa ablatif-l" inessif, en -0- + -(s)aXun, 's'eloignant de
l'interieur de', en insistant plus sur la simple direction
de ou sur l'eloignement que sur le fait de sortir; ex.
ro'q'o-saXun va'c"ina 'vugo hau vas' 'ce garcon vient de
la maison'. Ce cas est utilisß pour traduire 'de' avec les
AVAlt

noins gcograpliiques: yii'ni-xuXun 'de Gunib'. ()n voit bicn


ici I'idce de rcciprocitd ou de connexion qui accompagnc
celle de l'cloignement ou de la direcüon 'de'.
Ba Ier introdircciif (aUatif-l." inessif), en -0- + [indice de
rappel du gerne de l'autre objet] + -e.Xun, 'prenant la
direction vers 1'interieur', comportant conime l'ablalif-I"
inessif une idee accompagnante de reciprocite ou de con-
nexion; ex. ro'q'o-u-eXun va'lahana dur vac 'ton frere s'est
tourne vers la maison' (dans cette meine chaine, si la per-
sonne etait du feminin, on aurait eu roUfo-i-eXun, et si
l'autre objet etait du genre neutre, on aurait ro'q o-b-eXun).
ya prosecutif-hr inessif, en -0- + -(s)an, 'passant par l'inte-
rieur'; ex. roq'o-'san 'par la maison, ä travers la maison';
gordoni-'san 'rec^ana dos 'il a tire [le fusil] par la fenetre'.
Ces exemples fönt bien voir que ce qui est essentiel dans
l'inessif est l'interiorite et non le contact. II doit en etre de
meme d'un exemple tel que celui-ci: Xuri-'san va'c'ina
'vuyo 'dou 'il traverse le champ'; il est indique ici que le
premier objet de la relation casuelle passe par 1'interieur
du domaine du second.
Ta Ier inessif (pur) (locatif-Ier inessif), en -0- + [indice de
rappel du genre de l'autre objet de la relation] + -0\
'etant ä 1'interieur de, dans'; ex. dir vac ro'qo-u v-ugo
'mon frere est ä la maison'; cii'iu j-igo ro'qo-i 'la ferame
est ä la maison'.
aA 7er delatif (elatif-superessif), en -da-sa, indiquant un
eloignement net, qui dans quelques emplois concrets
prend la signification particuliere de 's'eloignant de des-
sus, s'eloignant de la surface de'; dans les emplois
»abstraits« aussi bien que dans les emplois »concrets« il
y a indifference ä l'egard de la distinction d'interiorite et
d'extcrioiite. L'idee propre et locale de 'de dessus' est
abseilte la plupart du temps; c'est ä bon droit que
SCHIEFNICK avait d'abord appele ce cas »clatif« (il est
1
II y a lieu de noter que la coincidence du I , r inessif avec le
nominatif n'est pas totale bien que la desinence des deux cas soit
zero: le thenie du I fr inessif est »oblique« et differe de celui du
nominatif; cf. nom. ruq maison .
AVAK II

vrai qu'»ablatif« aurait ete plus juste). Ex.: 'vacas-dasa


'baq'arab ja'ray 'les armes qui ont ete prises au fröre'
(de vac 'fröre'); 'a'li-dasa 'natlj 'sola 'hec''o 'dije 'de 'Ali
la faute ne vient pas sur moi'; ci'jar 'vascas-dasa '&'une
no'iorgo 'protegez votre fille du jeune etranger'; 'di-<tasa
'duje p'ai'da baXi'naro 'tu n'auras aucun profit de moi'.
Un emploi special de ce cas est celui du deuxieme terme
d'une comparaison: 'vacas-dasa jac 'tlijai j-igo 'la soeur
est meilleure 711c le frere' (l'adjectif n'admet pas les
degres de comparaison). Dans cet emploi le I er delatif
concourt avec le comparatif ( a D , qui a la meine defini-
tion par rapport ä la premiere dimension, et qui par rap-
port ä la deuxieme dimension est le terme qui est le
plus proche du superessif (I" est extensif comme A et ne
differe de A que par le fait d'insister sur la case neutre
de la zone semantique). Nous reprendrons sous le com-
paratif la difference entre les deux cas.
AA supralatif (illatif-superessif), en -d-e. Dans quelques
emplois la signification 'prenant la direction vers le des-
sus ou la direction sur' est evidente; ex. 'co-de vaXa
'monte a cheval' (de cu 'cheval'); dun 'ina ma'lar-de 'je
vais monter la montagne'. Mais dans la plupart des
emplois le supralatif est le cas general indiquant la direc-
tion vers combinee avec l'idee de reeiprocite, de con-
nexion ou d'interet, et sans qu'on distingue l'intörioritc
de 1'extorioiitc. SCHIEFNER l'a appele d'abord »termina-
tif«. II peut meine empicter sur la signification inten-
sionale devolue au datif et designer »l'objet indirect«;
ex. tum naXa 'adamal du-de rusina 'apres la inort les
hommes seront de retour d toi'; du-de iman kleceu 6i
'l'homme qui ne te croit pas'; dica 'abuna 'vacas-de 'j'ai
dit «11 frere'. C'est surtout l'emploi »datif« qui justifie
bien de definir le supralatif par 1 A. Le phenomene in-
tensional appele datif se traduit normalement en une
configuration extensionale admettant ä la fois reeipro-
cite et »repos«.
ßA //""• delatif 1 ablatif-superessif), en -da-saXun, 'allant
dans la direction de dessus ou de la surface de', ou simple-

•1
III AVAR

ment 'allant dans la direction d'eloignemenf; ex. 'vacas-


-dasaXun '(venant) du frere'; 'di-dasaXun 'ana 'dou
ro'q'o-u-e 'de moi il est allö ä la maison'. Le cas designe
une connexion (»repos« ou reciprocite) insistant sur
l'eloignement, et il est neutre ou complexe ä l'egard de
la dimension d'inherence.
BA supradirectif (allatif-superessif), en -d-eXun, 'allant dans
la direction vers la surface de, se dirigeant au-dessus de',
ou simplement 'se dirigeant vers'; ex. 'ina 'uacas-deXun
'je vais aller au frere, je vais me rendre chez le frere';
'ina ho'ro-deXun ba'lahun 'je regarderai contre le vent'.
Comme le II m e delatif le supradirectif designe une con-
nexion (»repos« ou reciprocite) mais insistant sur le rap-
prochement, et une neutralite ou complexite ä l'egard de
la dimension d'inherence.
yA prosecutif-superessif, en -da-san, 'passant par la surface
de, au-dessus de', ou simplement '(passant) par'; ex.
vacas-dasan dije p'ai'da 'baXinc^o 'par le frere ä moi le
profit n'est pas obtenu', c'est-ä-dire 'je n'ai pas eu de pro-
fit de mon frere'. L'exemple montre clairement que le cas
est neutre ou indifferent ä l'egard de la coherence.
TA superessif (pur) (locatif-superessif), en -da- + -0. La
signification concrete-locale de ce cas est 'etant sur
ou au-dessus de'; ex. la'ra\al-da 'ruk'una 'berc'inal 'jas'al
'sur la plaine il y a des jolies filles'. Souvent cette
signification s'efface en faveur d'une indication generale
de »repos«, avec neutralite ou complexite ä l'egard de la
coherence; ex. dir Xol'6a-da 'bugo bidul hui 'sur mon
sabre il y a une ligne de sang'; li'ja-da 'vuk'ine 'vugeu
kinau 'qui doit rester pres du troupeau de moutonsV Ce
sont ces faits qui ont induit SCHIEFNER, dans son premier
traite de l'avar, ä dösigner ce cas par le nom general de
»locatif«. D'ailleurs Schiefner a bien indique (1862.23) qu'il
y a des emplois oü ce cas n'indique pas le repos mais od
il insiste sur le rapprochement. Schiefner l'assimile du
datif des langues europeennes et ajoute qu'il differe du
datif avar par le fait de designer »ein äusserliches Ange-
hören«. En effet le superessif peut indiquer un rappro-
AVAK 11

chement, un eloignement, un repos ou une complexitö,


une reciprocite, et il peut designer la coherence, l'incohö-
rence, ou rester indifferent ä cet egard. II s'ensuit que le
superessif ne peut pas manquer de rappeler le datif ou
le genitif de certaines langues indo-europeennes. Ainsi il
y a rapprochement local dans k'et'u-da ask'ore raiana
'ils sont venus au chat, pres du chat'; il y a un rapproche-
ment plus abstrait dans maint emploi oü le superessif
est plus ou moins analogue ä un »objet«: no'zo-da-gi
doz-'da-gi dun bozi'laro 'je ne veux croire ni vous ni eux';
'insu-ca 'klabuna zin'dirgo 'vas'as-da 'le pere a battu son
propre fils'. Mais le superessif est aussi le eas du »sujet«
des uerba sentiendi et indique la possession: 'di-da 'v-i^ula
co ii 'je vois un homme'; 'di-da 'v-i^-uleu ii 'klijau 'vugo
Thomme que y'ai vu est bon'; Hb du-da c'ar 'quel nom
as-/u?' Dans tous ces emplois il est impossible de doser
la part exacte de chacune des cases de la zone semantique
des deux dimensions. II va de soi qu'il y a un rapport
tres etroit entre tous les divers emplois du cas, et DIRR
(169) peut avoir raison en traduisant litteralement dida
'vi^ula co ii par 'auf-mir sichtbar-ist ein Mann'. D'ailleurs
il convient de se rappeler qu'en avar, comme dans la
plupart des langues caucasiques, la construction verbale
differe des habitudes europeennes; dans le »sujet« d'un
uerbum sentiendi il y a une large part de ce qu'un Euro-
pean appellerait l'idee dative. L'ensemble des materiaux
fönt donc voir que le superessif pur merite bien la delini-
tion TA; dans les deux dimensions du Systeme il admet
toutes les nuances possibles, mais dans la premiere dimen-
sion il insiste sur la reciprocite. Le fait se repete pour
le superessif pur regime de prepositions signifiant 'sous',
'dans', 'vers' et 'ä travers'. Sous AT datif on reviendra sur
la difference de ce cas avec le superessif pur.
aß //"" elatif (pur) (elatif-llme inessif), en -tl-a, 'se detachant
de': ex. 'vacasu-tla '[venant] du frere'; re-k>e-t['a i'man
t'arana do'sul 'de son coeur la foi est sortie'. Les signi-
fications confirment ce qui a et6 dit plus haut du II""
inessif (p. 5).

2*
12 AVAK

Aß IIme illatif (pur) (illatif-IIme inessif), en -tl-e. C'est a bon


droit que SCHIEFNER a qualifie ce cas d'sinessif-illatif«.
II comporte, comme l'illatif avar le fait d'ordinaire (cf.
plus haut, p. 4), ä la fois et alternativement l'idee du
rapprochement et l'idee du repos ou de la reciprocite.
Ex. 'vacasu-tbe '(allant, etant) chez le frere'; kar'.ii-tle
c'an bai 'mets du sei dans la soupe'.
ßß ablatif-H™ inessif, en -tb-aXun, 's'eloignant de'. Tout en
conservant l'idee de reciprocite ou d'indifference ä l'egard
des deux dimensions, le cas insiste sur Teloignement (la
direction 'de') et sur l'adherence; ex. 'vacasu-tiaXun
'(venant) du frere, de chez le frere'; q'a'da-t'jaXun la'din
[
ra]ula gar'gar 'on entend un entretien du cöte du mur';
buk"ni-tbaXun 'reö'ana t'u'mank 'il a tire le fusil du coin'.
Bß Ume introdirectif (allatif-llme inessif), en -ti-eXun. Insiste
sur la direction vers et sur l'adherence; ex. 'vacasu-tleXun
'(allant) au frere, chez le frere'; buk^ni-tieXun 'k'an&ana
<kcetco 'le chat a couru uers le coin, dans le coin'.
yß prosecutif-Ilmc inessif, en -tl-an, 'par, ä travers'. Le cas
insiste sur l'idee d'adherence sans comporter l'idee
d'interiorite qui se trouve dans le prosecutif-I" inessif;
ex. vacasu-'tlan 'par le frere, par Pintermediaire du frere';
luru-'tkan 'vaXana dun 'je suis alle d travers la riviere'.
Fß llme inessif (pur) (locatif-IIme inessif), en -ti- + -0, 'etant
dans ou pres de'. Ce cas insiste sur le »repos«, tout en
admettant une idee concomitante de reciprocite ou de
connexion; il insiste sur l'adherence et non sur l'inherence,
et il conserve nieme la possibilite de pouvoir indiquer une
incoherence ou une indifference ix cet egard. Ex. X'a'ri-ti
'buk'una bo'roif 'le serpent est (d'habitude) dans l'herbe';
dur jac j-igo dir 'vacasu-tb 'ma soeur est aupres de ton
frere', c.-ä-d. 'est mariee ä ton fröre'; dir Pu'zujatlu-tb
'b-ugo k'oisab la'mal 'auec ma femme il y a de mauvaises
habitudes'. c.-ä-d. 'ma femme a de mauvaises habitudes'.
al? elatif-adessif, en -q'-a, 'se detachant de, cessant d'etre pres
de' (»ablatif« de SCHIEFNER) ; ex. 'baq'ila 'vacasu-q'a 'je
le prendrai au frere, j'en priverai le frere'; dtti'tnanaiu-q'a
'baq'arab ja'ray 'les armes qui ont ete prises d Fennemi'.
AVAH 13

Le dernier exemple rappeile fortement celui qui a ete


donnc sons aA I01' delatif: 'vacas-dasa 'baq'arab ja'ray 'les
armes qui ont ete prises au frere'. En efTet les deux cas
ne different que par le fait que l'elatif-adessif insiste plus
sur la face negative de l'adherence; il s'ensuit que dans
nombre de situations le sujet parlant a dans la parole
libre choix entre les deux cas.
AB illatif-adessif, en -q'-e. Ce cas a ete appele »allatif« par
SCHIEFNER. II insiste nettement sur la face negative de
l'adherence; il indique un rapprochement vague qui tend
ä s'effacer en faveur d'une idee de rcciprocite et de con-
nexion; ainsi le cas approche de l'idee generale d'»objet
indirect«. On le voit par les exemples: 'di-q'e 'vac''ana
labgojau 'trois sont venus a moi, chez moi'; bit'ara'bii
'du-ca ka'yaf 'vas'asu-q'e 'as-tu envoye une lettre au fils?';
'di-ca cu 'klela 'vacasu-q'e 'je donnerai pour un certain
temps le cheval au frere'.
ßB ablatif (pur) (ablatif-adessif), en -q'-aXun, 'venant de';
ex. 'vacasu-q'aXun '(venant) du fröre'; lu'ru-q'aXun
va'c,4ina 'v-ugo 'dou 'il vient de la riviere, du cöte de la
riviere'. Ce cas insiste sur la face negative de l'adherence;
il indique d'ordinaire le non-contact entre les deux objets.
BB allatif (pur) (allatif-adessif), en -q'-eXun, 'prenant la
direction vers les environs de'; ex. 'vacasu-q'eXun 'se
dirigeant vers le frere'; Xa'la-q'eXun 'tlutana c''i Tours
a couru vers le ravin'.
yB prosecutif-adessif, en -q'-an, '(passant) par', insistant sur
le non-contact; ex. dir vacasu-'q'an Xo'ana ie'merab la'rac''
'par mon frere, d cause de mon frere beaucoup d'argent
a ete perdu'.
I B adessif (pur) (locatif-adessif), en -q'- + -0, 'pres de, ä
cöte de' (insistant sur le repos et sur le non-contact);
ex. 'iaq'a ne'ze-q' vuk'un 'v-ugo 'dou 'aujourd'hui il a ete
chez nous'; cu 'b-ugo 'vacasu-q' 'le cheval est pres du
frere', c.-ä-d. 'le frere a le cheval'. Le cas peut dans quelques
emplois indiquer ou le rapprochement ou l'eloignement:
dun 'urq'un 'v-ugo 'vacasu-q' 'je regrette le frere, ich
sehne mich nach dem Bruder'; ba'lahuge vacasu-q' 'ne
14 AVAR

regarde pas le frere!'; 'di-ca t'e'laro heb 'vacasu-qc 'je ne


veux pas quitter le frere'.
ay elatif-subessif, en -kl-a, 'venant de dessous', ou simplement
'venant de*, en insistant simultanement ou alternativement
sur la coherence et sur l'incoherence; ex. 'vacasu-kla
'(venant) du frere'.
AY sublatif (illatif-subessif), en -kl-e, 'allant sous' ou 'allant
pres de', en insistant sur l'incoherence et sur la coherence;
ex. 'vacasu-kle '(allant) au frere'.
ßY ablatif-subessif, en -kl-aXun, 'se dirigeant de dessous' ou
simplement 's'eloignant de'; ex. 'vacasu-klaXun '(venant)
du frere'; ho'bo-klaXun 'baC'ana 'iP'k'al 'un scorpion a
paru de dessous le poteau'.
By subversif (allatif-subessif), en -kl-eXun, 'se dirigeant vers
le dessous', ou simplement 'se dirigeant vers'; ex. 'vacasu-
-kleXun '(se dirigeant) au frere'; ganC'i-kleXun 'Surana
bo'rojf 'le serpent est alle dans la direction vers le dessous
de la pierre'.
YY prosicutif-subessif, en -klan, 'passant par-dessous', ou
simplement 'passant par', avec ou sans contact; ex.
vacasu-'klan 'par le frere, par l'intermediaire du frere';
luru-'klan ha-'burab nuX 'ralula in'gliza-tl' 'on pretend
que chez les Anglais il y a un chemin qui a ete fait sous
la riviire'.
TY subessif (pur) (locatif-subessif), en -M- + -0, 'etant sous',
ou simplement 'etant pres de ou dans', avec ou sans
coherence, inherence, adherence; ex. 'vacasu-kl 'aupres
du frere'; klu'ru-kl 'b-ugo ic 'sous le rocher il y a une
source'; dun aXi-kl 'vukHndal 'quand j'^tais au jardin'.
aP comparatif, en -lan, cas du deuxieme terme d'une com-
paraison. Dans les cas oü il est indique que les deux objets
pr^sentent la qualit£ en question ä un degre inegal (c'est-
ä-dire dans les cas oü en indo-europeen on emploierait
le comparatif de l'adjectif) le deuxieme terme de la
comparaison peut en avar etre exprime^ ou bien par le
comparatif ou bien, comme on l'a vu plus haut, par aA
I* drliitit. Exemple oü le comparatif est employe: dir
va'c-lan k'u'dijau 6i dida vi%ic''o 'je n'ai pas vu un homme
AVAR 15

plus grand que mon frere'. Mais le comparatif differe du


Ier delatif par le fait qu'il peut etre employe aussi dans
les cas oü il est indique que les deux objets presentent
la qualite en question ä un degre egal: dun "e/a va'c-]an
'je grandirai comme le frere, je deviendrai aussi grand
que le frere'; [vac-gi ja'c-lan tlijau 'v-ugo 'le frere est
aussi bon que la soeur'. Or puisque l'avar ignore les degres
de comparaison dans l'adjectif, on pourrait etre tente
d'interpreter le premier exemple par les derniers; c'est
en effet ce que fait DIRR, lorsqu'au Heu de traduire directe-
ment 'je n'ai pas vu un homme plus grand que mon frere'
il traduit d'abord litteralement 'wie mein Bruder groszer
Mann bei-mir nicht-gesehen-wurde' (181), en qualifiant
le comparatif d'»equatif« dans tous les emplois (163).
Mais nous pensons que laverite est l'inverse. Si on presume
que la valeur du comparatif avar est celle d'un v^ritable
cas comparatif, designant I'eloignement en consequence du
fait que Tun des deux objets est juge du point de vue de
l'autre, valeur qui est conforme avec celle de l'ablatif-com-
paratif du tabassaran (cf. I p. 149) et du comparatif lak
(cf. I p. 175 sv.), on a le moyen d'expliquer la synonymie
partielle entre ce cas et le I er delatif, qui est egalement
l a , et de situer le comparatif d'une facon naturelle dans
l'ensemble du Systeme de la langue. Le I er delatif nous fait
voir incontestablement que l'avar indique la comparaison
en insistant sur le fait qu'un objet est juge du point de vue
de l'autre. Et cette idee peut etre generalisee ä valoir pour
le comparatif dans tous les emplois. II est vrai que ni le
I er delatif ni le comparatif sont si bien MIIK'S que les cas
correspondants du tabassaran et du lak avec lesquels on
vient de les comparer. Puisque toute comparaison, tout en
insistant sur l'idee d'eloignement, comporte en meme
temps une idee vague de rapprochement, la definition 1 ß
serait pour ce cas la seule vraiment satisfaisante. En effet
le comparatif du lak et l'ablatif-comparatif du tabassaran
recoivent cette definition exacte (en tabassaran c'est 1 B
et non Iß, pour la simple raison que la premiere dimen-
sion presente l'orientation positive alors qu'en lak et en
16 AVAR

avar eile presente l'orientation negative). Or cette dcfini-


tion serait pour le comparatif avar d'autant plus desirable
que ce cas se prete non seiilement ä la comparaison entre
deux objets presentant une qualite a un degre inegal, niais
aussi ä celle entre deux objets presentant la qualite a un
degre egal, oü l'idee d'une reciprocite entre les deux objets,
donc l'idee d'un eloignement et d'un rapprochement aussi
bien que celle d'un equilibre ou d'un »repos«, est parti-
culierement requise. On peut comparer ä cet egard les
trois equatifs du tabassaran, l'equatif et les deux simila-
tifs du lak.
Or ce qui empeche le comparatif avar de retrouver sa
place naturelle, c'est l'existence de l'ergatif qui reclame
par rapport ä la p r emiere dimension la meine definition
que l'instrumental-ergatif du tabassaran, et par rapport
ä la deuxieme dimension la meine definition que le com-
paratif avar. En avar le comparatif et l'ergatif se dis-
putent la meme place dans le Systeme: ßl\ C'est l'ergatif
qui l'emporte parce que la definition par l a serait pour lui
encore plus grave que pour le comparatif.
Dans le Systeme casuel de l'avar il y a donc une ten-
sion entre la tenue extensionale et la tenue intensionale
du comparatif, alors que pour les cas correspondants du
tabassaran et du lak il y a detente. C'est dans le Systeme
avar un point faible qui tend ä menacer la stabilitc. D'autre
part il convient d'ajouter que par rapport ä la deuxieme
dimension il y a equilibre parfait. Par rapport a cette di-
mension le comparatif avar reeoit la meine definition que
le comparatif et le similalif II du lak, ce qui est tout indi-
que parce qu'il reunit les qualites caracteristiques de ces
cas: d'une part il peut signaler que deux objets possedent
une qualite ä intensite inegale, donc la plupart du temps
constatation objective d'une relation de fait, et d'autre
part il peut signaler que deux objets possedent la qualite
ä intensite egale, jugement qui se reduit souvent ä une
evaluation purement subjective d'une relation imaginee.
AI' dntif. A premiere vue ce cas semble se terminer par -e
(precede d'un consonanlisme thematique qui varie selon
AVAH 17

les declinaisons et qui reste sans importance pour le cas


pris en lui-meme: l r e decl. -s-, 2 m e decl. et 4 m e decl. A -tl-,
3""' et 4 m e B -j-); on verra plus tard que la definition
exacte de la desinence du datif est zero plus -e, ce qui
seul assure sa difference d'avec l'illatif simple. Ex.:
'uacas-e, de vac 'frere'; jacatl-e, de jac 'soeur'; c'aiatl-e, de
cd 'feu'; la'lij-e, de la'li, nom propre; 'c'ej-e, de 'c^eca 'feu'.
Puisqu'on a vu dejä (p. 4) que les cas dits »abstraits« ou
»grammatieaux« recoivent parrapport ä ladeuxiemedimen-
sion la definition naturelle de T, il ne reste ä considerer que
la definition du datif par rapport ä la premiere dimension.
A cet egard le datif est de tous les cas »abstraits« de l'avar
celui qui admet le maximum d'emplois, en admettant in-
differemment la mise en relief de n'importe quelle case de
la zone de direction. II sert ä indiquer d'abord l'objet in-
direct dans une phrase qui outre ce terme comporte et un
agens (»sujet«) et un patiens (»objet«), fait qui lui donne
le droit d'etre appele datif: <vacas bos'ana jacatl-e cco
'berc'inab baryic 'le frere a achete un bei anneau pour la
soeur'; 'vacas-e dica 'kluna cu 'j'ai donne un cheval au
frere'. Cette signification speciale comporte une idee plus
ou moins vague de rapprochement dans laquelle se mele
une dose appreciable de reciprocite, de connexion, d'inte-
ret, donc simultanement ou alternativement complexite et
neutralite par rapport a la direction. Dans cet emploi le
datif concourt avec AA supralatif, avec I'A superessif pur
et avec AB illatif-adessif, qui, on l'a vu, peuvent rendre
dans la construction approximativement les meines Ser-
vices. En effet l'illatif-adessif ne differe du datif que par
le fait d'insister un peu plus sur la face negative de l'adhe-
rence que sur la case neutre, ce qui le rend plus utilisable
que le datif dans les emplois purement locaux oü la dis-
tinction de la cohcrence et de Pincoherence est le plus
souvent de rigueur: c'est l'illatif-adessif et non le datif
qui se prete a designer un rapprochement local sans con-
tact. La definition du datif par rapport ä la deuxieme di-
mension est trop vague pour pouvoir rendre nettement une
indication spatiale. Le supralatif et le superessif ä leur
AVAH

tour ne s'y pretent guere plus facilement, et on a vu en effet


que dans ces cas la signification nettement spatiale s'ef-
face la plupart du temps. 11 peut donc arriver que le sujet
parlant ait libre choix entre le supralatif, le superessif
pur et le datif, ce dernier ne differant du supralatif que
par le fait d'insister plus sur la case neutre entre la cohe-
rence et l'incoherence, et du superessif par le fait ulte-
rieur d'insister moins sur le »repos«. II y a d'autres
emplois encore pour lesquels le datif et le superessif se
rencontrent. Si le superessif est souvent le cas sujet des
uerba sentiendi. le datif est en revanche requis pour de-
signer le sujet des verbes indiquant la necessite, le devoir
ou l'affection: dij-e q'uariun bugo radal heXo vaXini
'demain il faudra que je me leve vite, demain je devrai
me lever vite'; dij-e voklula emen 'y'aime le pere'. Les
deux cas concourent pour exprimer la possession; ex-
emple oü le datif est employe: Sibab rec' Allahas-e bugo
'toute gloire est ä Dieu'. Mais meme dans cet emploi le
datif affecte moins que le superessif le simple »repos« et
comporte plus que lui un soupcon de reciprocite ou de
connexion; inversement le superessif affecte moins que le
datif la neutralite par rapport ä la deuxieme dimension et
comporte un peu plus que lui une certaine dose de cohe-
rence et d'incoherence ä la fois. L'indication de la posses-
sion constitue peut-etre le domaine oü les differences
entre les deux cas ont le plus de relief. C'est une distinc-
tion subtile il est vrai, mais nettement appreciable et in-
contestablement reelle. Elle consiste en ceci que dans le
datif la representation de la possession est beaucoup plus
intuitive, comportant la notion nette de deux objets dis-
tincts engageant un rapport mutuel qui peut ä la rigueur
se resumer en un rapprochement sans contact: 'la gloire
est ä Dieu', alors que dans le superessif il y a simple
adherence d'une accidence ä une substance: 'quel nom
as-tu?' - - Le datif s'assimile aussi au superessif par le
fait d'admettre des prepositions. Mais ici encore il faut
tenir compte de la signification des prepositions pour
estimer la difference entre les deux cas: les prepositions
AVAR 19

admises par le datif appnrtiennent ä une sphere bien


differente de celle des prepositions admises par le super-
essif; le superessif admet des prepositions qui se pretent
aux indications purement spatiales, et qui par consequent
insistent sur les cases positive et negative de la dimen-
sion de coherence-incoherence, alors que le datif n'admet
que des prepositions dont la signification n'est pas pro-
prement locale (insuj-e 'olo 'ä cause du pere'; 'vacas-e 'olo
'au lieu du frere'), et qui par consequent insistent, au
meme titre que le datif lui-meme, sur la neutralite par
rapport ä la deuxieme dimension.
ß" ergatif, en -0 (precede d'un consonantisme thematique
qui varie selon les declinaisons: l r e decl. -s-, 2 m e decl. et
4 m e decl. A -tl-, 3 m e et 4 m e B -ca-\ ces variations restent
sans importance pour le cas pris en lui-meme, mais
servent ä l'opposer au I er inessif (et au I er inessif pur)
d'un cöte, au nominatif de l'autre, parce que pour ces cas la
formation du »theme« est differente; l'opposition enlre ces
cas est donc assuree par le fait que le formant casuel est
constitue par la desinence plus une cellule alternante ä
l'inte>ieur du »theme«), ex. 'vacas, jacatl, faiatl, ia'lica,
'c'ecrt. Par rapport ä la premiere dimension l'ergatif avar
est situe comme l'ir.strumental-ergatif tabassaran, et pour
la meme raison; le cas avar recoit aussi chez SCHIEFNER
et DIRR la denomination d'»instrumental« (ou d'»instruc-
tif«; en outre aussi celle d'»actif«). En rappelant ce que
nous avons constate pour l'instrumental-ergatif tabassaran
il convient cependant de noter que par rapport ä la deUx-
ieme dimension l'ergatif avar recoit du point de vue de la
norme une definition plus »abstraite« (c'est-ä-dire moins
relrecie et moins precise) que le cas tabassaran. L'emploi
qu'on en fait en avar est celui d'un ergatif caucasique ordi-
naire: c'est le cas general de Vagens, donc celui du sujet
du verbe transitif; seulement l'avar oecupe en quelque
sorte une Situation ä part puisque dans cette langue la
fonetion de sujet d'un verbe transitif n'est pas devolue ä
l'ergatif exclusivement, mais revient dans une mesure de-
20 AVAR

finie au superessif pur et au datif egalement1. Exemples


oü l'ergatif est de rigueur: 'vacas 'bos'ila cu 'le frere ache-
tera un cheval'; 'tlica 'du-de 'aburab? 'vacas 'qui t'a dit
[cela] ? le frere'. Cet usage, qui ne permet ä l'ergatif la fonc-
tion de sujet que lorsque le verbe ne designe ni une n6-
cessite ou un devoir, ni une affection ou une Sensation, ni
une possession, semble rapprocher l'ergatif avar de l'ins-
trumental-ergatif du tabassaran et rendre la definition 2 Y
moins naturelle: dans la fonction de sujet l'ergatif insiste
sur l'incoherence. Mais c'est dans cette fonction seulement,
et l'ergatif avar en admet d'autres qui en revanche le se-
parent du cas tabassaran correspondant et qui justifient
la definition generale par 2 F. Ainsi l'ergatif est le cas
employe pour designer le temps auquel le proces verbal a
Heu: hab 'q'ojatl 'ce jour-ci'; heb 'meXaV 'ä cette epoque-
lä, en ce moment-lä'. Dans cet emploi l'idee d'interiorite
est au premier plan. Ajoutons que l'ergatif avar admet
aussi des prepositions telles que guruni 'outre', qui evoque
ä la fois l'idee de rapprochement et celle d'eloignement.
Br genitif. La desinence de ce cas est -/ (precede dans la l r e
decl. de la formation thematique -su-, dans la 2 m e et 4 m e A
de -flu-, dans la 3 m e et 4 m e B de -0-), ex. 'vacasu-l, jacatlu-l,
c'aiatlu-l, la'li-l, c'e-l. Le genitif est possessif (c~u 'b-ugo
'vacasu-l 'le cheval est au frere, appartient au frere'), con-
jonctif (bidu-l hui 'une ligne de sang'), objectif et causal
(cette derniere signification etant surtout d'usage dans le
participe). Les emplois recouvrent donc alternativement
les trois cases de la premiere dimension, mais la significa-
tion generale se definit naturellement par l'insistance sur
l'idee de rapprochement, ä la difference des genitifs tabas-
saran et lak qui se pretent ä des emplois differents, et ä
la difference aussi de ces genitifs de langues europeennes
que nous avons etudies provisoirement dans la premiere
partie de ce travail 2 . Meme le genitif possessif insiste en
avar bien plutöt sur l'idee de rapprochement que sur celle
d'eloignement; il se distingue du superessif pur qui sert ä

* Voir aussi G. DUM£ZII. 32.


2
I p. 114—121.
AVAH 21

dcsigner la possession en »repos«, et il s'assimile du datif


qui sert ä designer la possession accompagnee d'une vague
idee de rapprochement.
yf comitatif, en -gun, 'ensemble avec', ex. dun 'ina 'uac-gun
'j'irai avec le frere'. Idee de connexion et de reciprocite
evidente.
TT nominatif, en -0, precede de la meme formation »thema-
tique« qui se trouve au comparatif et au comitatif, et qui
differe de celle trouvee ä l'inessif Ior aussi bien que de celle
trouvee ä l'ergatif. Ex.: vac, jac, la'li, &a. Le nominatif
avar est, au meme titre que le nominatif du tabassaran et
du lak, un nominatif veritable, donc susceptible de la defi-
nition la plus »abstraite« possible. Non seulement il est le
casus patiens, qui designe le sujet de verbes intransitifs et
l'objet de verbes transitifs (on en trouve un nombre süffi-
sant d'exemples en parcourant la documentation donnee
pour les autres cas). II est aussi le casus generalis et la
prima impositio, au point de vue du contenu aussi bien
qu'au point de vue de l'expression. Plus encore, c'est au
nominatif qu'incombe aussi la fonction »adverbiale«.
II est vrai que notre derniere affirmation ne va pas sans
arguments; nous la croyons toutefois pleinement justifiee.
A la difference du tabassaran, l'avar ne possede pas de cas
devolu specialement ä la fonction d'»adverbe«. On enseigne
d'ordinaire que l'»adverbe« d'un »adjectif« est constitue en
avar par le theme nu. Cette formulation, pour maladroite
qu'elle soit de notre point de vue, fait dejä reflechir: par
ce fait le soi-disant adverbe coincide avec le nominatif, qui
est aussi le theme nu et rien de plus. Toutefois Pidentite de
cet »adverbe« avec le nominatif d'un »adjectif« est voile
par le fait que le nominatif sujet et objet recoit dans
l'»adjectif« invariablement l'indice de genre, ou bien l'in-
dice simple, si l'»adjectif« est attribut ou predicatif, ou
bien l'indice redouble, si l'»adjectif« est ä la fois sujet et
terme primaire. C'est (pour anticiper sur un fait qui sera
repris plus loin d'un point de vue general) cette circons-
tance qui permet de conclure, avec M. DUM£ZIL (37), que
le soi-disant adjectif est dans cette langue en realite un
22 AVAK

participe. Ainsi en fonction d'adverbe on a hifin 'peu\


en fonction d'attribut et de predicat on a hit'ina-u, -i, -b,
-l selon les genres et les nombres du substantif determine,
et en fonction de terme primaire sujet le participe 'petit'
prend la forme masc. hit'ina-va-u, fem. hit ina-ja-i, ntr.
hitina-ba-b, pl. hifina-la-l. De meme adv. c'aq' 'extraordi-
nairement, beaucoup', attr. et pred. c^aq'a-u, -i, -b, -I, terme
primaire sujet c^aq^a-va-u, -ja-i, -ba-b, -la-l. Or il saute
aux yeux que la voyelle -a- qui en des conditions determi-
nees se presente entre le »theme nu« et la desinence -u, -i,
-b, -/, et entre la desinence et son redoublement, ne cons-
titue en elle-meme aucun formant independant et com-
plet, et qu'elle n'est qu'un accessoire mecanique de l'ex-
pression. C'est dire que la difference entre la fonction
d'adverbe et les autres fonctions cönsiderees s'opere
simplement par un fait de genre et ne constitue aucune
difference casuelle'.

En considerant enfin le Systeme casuel de l'avar dans son


ensemble, constatons d'abord que toutes les significations spe-
ciales admises par chacun des 36 cas sont satisfaites en les faisant
entrer dans un Schema de deux dimensions. Non seulement la
troisieme dimension est-elle au point de vue structural inexis-
tante, mais les idees caracteristiques de cette dimension, celle
de 'devant' et celle de 'derriere', celle d"avant' et celle d''apres',
ne sont meme comprises dans aucune signification speciale, dans
aucun emploi particulier d'un cas avar. En aucun sens l'avar
ne possede un postessif tel que nous l'avons trouve en tabassaran

1
Ajoutons pour etre complet que dans quelques conditions, fixees
par la structure phonematique du »theme«, l'alteration du phonc-
matisme thematique, occasionnee par l'absence de l'indice du genre
et nombre dans la fonction adverbiale, est plus compliquee, sans
pour cela compromettre le principe. Cf. k'ois 'mal', k'oiia-u, -i, -b,
-I, -va-u, -ja-i, -ba-b, -la-l niauvais'. De plus l'indice de genre peut
s'clargir par un element sigmatique: iaq'a 'aujourd'hui', 'iaq'a-seu,
-sei, -seb, -sei, zaq^a-vese-seu, -jese-sei, -bese-seb, -rese-sel (celui)
d'aujourd'hui'; que l'elenu'nt sigmatique fasse partie du formant
de genre decoule du fait qu'il se repete dans le redoublement
generique.
AVAR 23

et en lak. C'est dire qu'en avar l'inexistence des valeurs subjec-


tivitc-objectivite entraine dans la categorie des cas l'inexistence
des significations qui y correspondent. 11 y a donc en avar une
conformite entre le Systeme et l'usage qui, on le sait, n'est pas
universelle', mais qui sert ä donner au Systeme avar un aspect
particulierement simple, net et instructif. La structure du Sys-
teme avar est d'une evidence pour ainsi dire elementaire.
Si d'un autre point de vue le Systeme avar s'impose ä l'obser-
vateur avec moins de force, c'est que l'usage tend ä confondre
dans une certaine mesure les distinctions voulues par la norme
ä l'interieur de la deuxieme dimension. Le I er inessif (2a) et le
II m e inessif (2ß) ne presentent entre eux qu'une difference ex-
tremement abstraite et par consequent vague et difficile ä deter-
miner; une Situation analogue vaut pour le superessif (2A) et
l'adessif (2B), et encore ces deux termes presentent dans l'usage
des limites flottantes contre le subessif (2y) et les cas dits
»grammaticaux« ( 2 D ; ainsi il y a, pour certaines significations
particulieres aussi bien que pour certaines constructions qui ont
ete etudiees plus haut, empietement entre ctA I er delatif et al"
comparatif, entre AA supralatif et AI" datif, entre TB adessif
pur et IT nominatif; dans la plupart des emplois quasi-locaux
il y a un echange possible entre 2a, 2ß et 2y.
On ne saurait guere invoquer un meilleur exemple pour faire
voir quelle est la veritable difference entre la norme et l'usage.
Les definitions donnees dans la norme ä chacun des cas se
justifient bien, puisque les oppositions casuelles dont il s'agit
sont des realites incontestables qui ne s'expliquent que par ces
definitions; mais les definitions ne se justifient dans l'usage
d'une facon nette et precise qu'en des conditions particulierement
favorables. La norme ne fait que poser un Schema de possibilites
qui peuvent etre ulilisees ou non par le sujet parlant dans une
Situation donnee. Les distinctions operees dans la deuxieme
dimension sont des distinctions possibles, nullement dans tous
les cas des distinctions necessaires. D'autre part la norme
previent contre les confusions en leur posant certaines limites.
Elle admet pour les termes de la deuxieme dimension un

1
Cf. plus haut, p. 1.
24 AVAR

mecanisme de remplacement bien defini: il y a Substitution


possible entre les termes intensifs d'une part, entre les termes
extensifs et les termes (y) de l'autre; mais la Substitution
mutuelle des termes intensifs a et ß avec les termes extensifs
A et B n'est pas admise.
Si le tabassaran nous presente un Systeme casuel a trois
dimensions dont la troisieme est manifestement en declin, nous
voici dejä en presence d'un Systeme ä deux dimensions seulement,
et dont la deuxieme tend ä s'evanouir. Mais malgre sa faiblesse
relative eile ne s'est pas encore evanouie; celui qui sait apprecier
les subtilites delicates qu'elle lui offre, y trouvera toujours un
instrumcnt de pensee dont on ne saurait surestimer la finesse.

En descendant du maximum represente par l'avar aux autres


systemes casuels ä deux dimensions, on en trouve encore qui
comprennent plus de 20 cas.
Un Systeme particulierement riche de cette espece est fourni
par le bats (du groupe appele par M. JAKOVLEV vejnax, dans le
nord du Caucase oriental) (A. SCHIEFNER 1859. F. MÜLLER III,
2, 165 sv. A. DIRR, Einf. 1928. 150 sv.). Malheureusement la
documentation dont on dispose ne permet pas de dresser un
inventaire exact de l'effectif casuel de cette langue, parce que les
pretendues desinences casuelles paraissent etre dans une large
mesure des particules qui peuvent se combiner pour former des
complexes sans que l'on connaisse les limites exactes de ces
combinaisons. On voit immediatement par les descriptions
grammaticales que le bats possede 26 cas au moins (y compris
l'adverbial en -£), et puisqu'il n'y a pas de cas pour exprimer
les idees de 'devant' et de 'derriere' (ni Celles d"avant' et
d"apres') il y a Heu de presumer que le Systeme ne comporte
que deux dimensions.

Un Systeme relativement riche et relativement net est fourni


par le rutul (du groupe samourien, au sud du tabassaran)
(A. Dthll, '1912. Einf. 1928. 304 sv.), qui parait posseder 24
cas au moins (ä savoir 5 cas dits »grammaticaux«, 18 cas dits
HUHQILI 25

»locaux« et dont 8 sont exprimes par des particules positives


combinees, et un adverbial). Mais la documentation dont on
dispose ne suffit pas pour permettre de se former une idee
exacte de tous les details qui entrent en ligne de compte.

Un exemple mieux etudie d'un Systeme de la meme amplitude


est fourni par le hurqili (du groupe dargwa, egalement dans
le Caucase oriental), dont l'effectif casuel doit etre fixe ä 23.

b) Hurqili.
A. SCHIEFNER 1871. F. MÜLLER III, 2, 110 sv. »P.-K. USLAR 1892.
L. ZIRKOV 1926. A. DIRR, Einf. 1928. 210 sv.1

Si dans le Systeme avar les idees propres ä la troisieme


dimension casuelle sont, comme on l'a vu, inexistantes, et que
par consequent le Systeme se laisse ramener sans aucune
contestation possible ä ne comporter que deux dimensions, la
Situation du hurqili est differente. Dans cette langue, aussi bien
qu'en avar, les idees propres de 'devant' et de 'derriere', d"avant'
et d^apres' restent absentes de la categorie casuelle et s'expriment
par des prepositions. Mais d'entre les cas du hurqili il en est
qui comportent un fort moment de l'idee generale de subjectivite:
pour une large part les idees generales d'eloignement et de
rapprochement sont dans cette langue concues par rapport au
sujet parlant, de sorte que le sujet parlant fait une diffe>ence
constante entre les relations qui sont pour ainsi dire comprises
dans son objectif personnel et Celles qui ne le sont pas (ou,
pour mieux dire: Celles dont on n'indique pas si elles le sont
ou n o n ) ; quelques relations sont definies comme relevant de
la sphere du sujet parlant, comme entrant dans son champ
d'observation immediate, alors que d'autres ne le sont pas. II
y a donc dans cette langue une distinction manifeste entre les
relations qui sont pensees subjectivement et Celles qui ne le
sont pas.
1
A ces sources s'ajoutent encore les textes >cudakars« publies par
B. DALGAT dans le CöopHUKZ MamepidJloe'h XIV, sur lesquels
nous n'avons pas pu mettre la main.
3
26 HUHOJI.I

Malgre ces faits le Systeme hurqili ne peiit prescnter que


deux dimensions seulement. D'abord les lois generales dirigeant
la structure du Systeme linguistique (lois de solidarite, I p. 125)
interdisent de disposer sur trois dimensions un effectif de 23
termes. II est vrai qu'ici on pourrait mettre en doute le bien-
fonde de ces lois generales, et il va de soi que si les materiaux
contredisent il faudiait retablir les lois sur une base nouvelle.
Ce n'est donc pas cette premiere consideration qui decide. Mais
ensuite il y a une consideration de principe qui nous force ä
etablir ce Systeme sur deux dimensions seulement: etablir dans
ces conditions un Systeme ä trois dimensions serait contraire
ä la bonne methode, qui consiste ä ne jamais etablir plus de
dimensions qu'il ne parait strictement necessaire. La nöcessite
d'un tel principe est evidente: sans lui il n'y aurait aucune
limite aux improvisations subjectives du grammairien, et le
nombre de dimensions ä etablir pour expliquer un Systeme donne
dependrait uniquement de l'ingeniosite de l'observateur; puisque
pour le Systeme casuel le maximum theorique est plus eleve que
27, rien n'empecherait de lui assigner 7 dimensions; et meme en
s'en tenant au maximum empirique, on serait libre de lui assigner
5 dimensions parce qu'il depasse le chiffre 25. Ce serait lä
introduire des complications inutiles. II convient de sauvegarder
contre une teile aberrance de methode en posant le principe
d'economie que nous venons d'invoquer. Encore il ne s'agit pas
de suivre ce principe d'une facon purement mecanique; selon
nous un Systeme grammatical peut bien comporter plus de deux
dimensions meine si l'effectif casuel de la langue en question
ne depasse pas le chiffre de 36, et il peut meme arriver qu'un
Systeme ä 8 termes seulement doive etre porte sur 3 dimensions.
Ce qui decide en dernier lieu, ce ne sont ni les faits intensionaux
ni les faits extensionaux; ce sont les faits proprement structuraux
du Systeme fonctionnel, c'est-ä-dire les syncretismes. L'heure
ne nous est pas encore venue pour degager le veritable röle des
syncretismes; il serait impossible de le faire sans s'appuyer
constamment sur les faits empiriques que nous sommes dans ce
chapitre en train de developper. Ce n'est qu'apres avoir donne
cette orientation provisoire que nous pourrons situer tous les
faits dans une theorie d'ensemble, et on se reserve donc de
HURQ1LI ^7

reprendre la question dans un paragraphe prochain. D'autre part


il est possible d'anticiper sur le principe sans inconvenients,
parce que dans le Systeme hurqili il n'existe pas de syncretismes.
C'est dire qu'il ne se präsente ici aucun obstacle a suivre
mecaniquement le principe d'economie.
Puisque ce principe d'economie est indispensable, il s'ensuit
immediatement que les faits de signification ne decident pas
en eux-memes lorsqu'il s'agit de fixer le nombre de dimensions.
Meme si le Systeme comporte des cas dont la signification
subjective parait evidente, on ne peut pas encore etre sür qu'il
faille leur attribuer une valeur de subjectivite. En effet nous
avons signalc dans un chapitre precedent (I p. 135) qu'il peut
arriver qu'une dimension soit absente sans que les significations
qui en relevent le soient egalement. Les idees propres ä une
dimension peuvent, en l'absence de la dimension, se greffer sur
les dimensions qui subsistent. Le Systeme casuel du hurqili en
constitue un exemple, et on ne saurait meme guere en invoquer
de meilleur.
Le fait que les significations devolues ä la troisieme dimension
sont dans une certaine mesure präsentes dans le Systeme hurqili
bien que la dimension meme lui manque, peut se preter ä diverses
interpretations evolutives dont nous faisons abstraction pour le
inoment. Ou bien la langue vient d'abandonner la troisieme
dimension ä un stade de son evolution qui est assez proche pour
que les derniers retentissements du regime anterieur n'aient pas
encore expire, ou bien il se dessine derriere le Systeme reel un
autre ä trois dimensions qui ne fait encore que poindre vague-
ment mais qui cherche ä se frayer la voie ä travers les signi-
fications devolues aux dimensions qui se manifestent au plein
jour. Systeme en declin ou Systeme en devenir, le Systeme ä trois
dimensions reste en hurqili un Systeme virtuel.
L'effectif casuel du hurqili est facile ä etablir. II comprend
1° un nominatif, sans desinence;
2° 4 cas ä desinences, designant tous un terme de compa-
raison, et dont le theme est identique ä celui du nominatif; ce
sont Yiquatif, le similatif, Videntitif et le comparalif;
3° 3 cas ä desinences, designant les rapports proprement
syntagmatiques et qualifies d'ordinaire de »grammaticauxc ou
3*
2X i n m.Hi.i

d'»abstraits«; la plupart du leni])s le thcme est le meine pour


ces trois cas et peut en des conditions particulicres s'assimiler
de celui du nominatif; ce sont Vergatif, le datif et le ginitif;
4° un Systeme de 3 x 5 = 15 cas dits locaux, et form.es sur
le meme theme que les cas nommes sous l'alinea 3°.
La structure de ce Systeme s'impose ä premiere vue. Au
prealable on peut le diviser en deux cantons: celui des cas
proprement locaux (alinea 4° plus haut) et celui des cas com-
paratifs et proprement syntagmatiques (alineas 1° — 3°).
La premiere dimension des cas proprement locaux comprend
5 termes, ä savoir:

a 7er ablatif (particule -ßßitc), designant un eloignement


prononce, ä la fois du point de vue objectif et du point
de vue subjectif: 'se detachant d'un autre objet, en
s'eloignant en meme temps du spectateur'. Le I er ablatif
peut donc indiquer ä la fois eloignement et disparition.
A / / " " ablatif (particule -ad), signifiant 'se detachant d'un
autre objet en se dirigeant en haut; s'eloignant en
montant'. II y a ici eloignement il est vrai, mais l'eloi-
gnement est par rapport ä l'observateur peu prononce et
peut meme se reduire ä zero, comme c'est le cas lorsque
l'objet tout en se detachant reste compris dans l'objectif
du spectateur.
ß Illme ablatif (particule -xad), signifiant 'se detachant d'un
autre objet en se dirigeant en bas; s'eloignant en descen-
dant'. A propos de cette cellule on pourrait faire valoir la
meme Observation que pour le II""' ablatif: il y a eloigne-
ment, mais l'eloignemenl peut se reduire ä zero si l'objet
qui se detache ne cesse pas de rester ä l'interieur du
champ d'observation du spectateur. On pourrait par con-
sequent changer l'ordre des termes A et ß, et la disposi-
tion que nous avons proposee ici reste conjecturale, de-
pendant de l'hypothese que le detachement de dessous
d'un objet entraine plus facilement que le detachement de
dessus la disparition complete de l'objet qui se delache.
B latif (particule zero), designant l'approchenient. Mais il
convient de se rendre compte du fait que cette zone trem-
HUKÜILI 29

pee de subjeclivite qui est ä la base de la premiere di-


niension du Systeme hurqili entraine necessairement,
pour le latif au meme titre que pour les autres termes,
un mouvement concu du point de vue du spectateur. Or
ce qui approche de quelque chose approche le plus sou-
vent du spectateur en meme temps, parce que l'objet au-
quel s'approche quelque chose doit etre d'ordinaire sup-
pose connu ou pose a priori et doit par consequent se
trouver ä l'interieur du champ d'observation, imagine ou
reel, du spectateur. — II convient d'ajouter que le latif
peut comporter aussi l'idee d'un »repos«, d'un etat d'equi-
libre entre deux objets. A l'interieur du latif la difference
entre l'expression du rapprochement et celle du repos con-
siste en ceci simplement que des qu'il y a repos un in-
dice de rappel du genre de l'autre objet engage dans la
relation s'ajoute ä la desinence casuelle, alors que des
qu'il y a rapprochement cet indice de rappel reste absent.
La Situation est en principe analogue ä celle du nominatif
avar jouant le röle d'adverbe (cf. plus haut, p. 22): la diffe-
rence est bien la au point de vue intensional, mais au point
de vue de la forme grammaticale la difference se definit
par rapport ä la categorie de genre et non par rapport ä
celle des cas; au point de vue de la categorie des cas il y a
identite.
-) lVme ablatif (particule -sad), signifiant 'se detachant d'un
autre objet, en approchant en meine temps du spectateur'.
II ne faut pas oublier que tout rapport casuel est avant
tout et par döfinition une relation entre deux objets con-
cue objectivement (c'est vrai meme pour les systemes ä
trois dimensions, oii seulement la troisieme ajoute a l'in-
dication du rapport mutuel entre les deux objets une indi-
cation de leur rapport au spectateur), et que par conse-
quent il serait illegitime de reduire la valeur du IV me abla-
tif hurqili ä la simple indication directe d'une relation
entre un seul objet et le spectateur (cette vue trop sim-
pliste prövaut dans les grammaires). II s'ensuit que cette
cellule casuelle comporte de toute evidence les deux idees
de rapprochement et d'eloignement ä la fois: il y a eloigne-
30 HUHQII.I

ment au point de vue objectif et rapprochement au point


de vue subjectif. Dans la valeur du IV ,lle ablatif il est en-
tendu qu'un objet se detache d'un autre mais reste com-
pris dans le champ d'observation subjective. Le IV""'
ablatif indique un eloignement sans disparition.
II est evident que la premiere dimension presente l'orienta-
tion negative. D'entre les termes compris dans la dimension il
n'y a pas un seul qui designe un rapprochement exclusif: meine
le latif est en meme temps un locatif. Le pivot de la dimension
est constitue par le I er ablatif qui designe ä la fois eloignement
et disparition.
D'entre les preverbes locaux du hurqili on en trouve qui rap-
pellent quelques-unes des particules que l'on vient d'enumerer;
ainsi a 'en haut', xa 'en bas', sa (designant un mouvement hori-
zontal). II y a ici, au point de vue de l'expression aussi bien qu'au
point de vue du contenu, parente sans identite.
La deuxieme dimension des cas proprement locaux comprend
trois termes:
ß Ier adessif (particule -]i-), designant 'ä cöte de, pres de,
dans les environs de', en insistant sur Pincoherence (de-
signant la plupart du temps la non-adherence);
B inessif (particule -zi"-), 'ä l'interieur de, dans';
Y Ilme adessif (particule -äu-), 'chez, aupres de, pres', en
insistant alternativement sur Fadherence et sur la non-
adherence.
On voit que la forme particuliere prise par la deuxieme di-
mension casuelle est en hurqili celle de l'adherence, non celle de
l'inhe>ence. Si l'inessif montre une predilection pour l'inherence,
c'est que l'usage prefere dans ce cas special Interpreter l'adhe-
rence voulue par la norme comme une adhe>ence du plus haut
degre, une intimite complete.
C'est par anticipation que nous avons donne ä la dimension
l'orientation negative. Pour une dimension qui ne comporte pas
( a ) l'orientation reste en principe indecise. Les cas proprement
syntagmatiques nous enseigneront sur ce probleme.
Puisque les cas proprement syntagmatiques sont au nombre
de 4, et les cas de comparaison egalement, il est impossible de
les caser dans les memes termes de la premiere dimension que
HURQILI 31

ceux envisages pour les cas proprement locaux. On sait qu'une


dimension ä quatre termes ne peut pas comprendre le domaine
( a ) , et il n'y a en effet pas un seul de ces cas qui designe un
eloignement net. Pour ce qui est de la deuxieme dimension, au-
cune des trois cellules entrant dans les cas proprement locaux
n'invite ä la definition 2a, en envisageant ou bien l'orientation
positive ou bien l'orientation negative de la dimension. Puisque
l'orientation neutre constitue une anomalie qui d'une facon gene-
rale ne s'observe que rarement dans les systemes linguistiques,
il ne faut jamais la choisir sans essayer d'abord d'autres expe-
dients possibles. En outre il serait impossible de caser les 8 cas
comparatifs et proprement syntagmatiques sous les trois termes
de la deuxieme dimension envisages pour les cas proprement
locaux, puisque chacun de ces termes de la deuxieme dimension
est multiplie dejä avec les 5 termes envisages pour la premiere
dimension. Les cas comparatifs et proprement syntagmatiques
doivent par consequent etre cases dans le domaine (a) de la
deuxieme dimension, celle-ci comprenant des maintenant 5
termes: a et A, devolus aux cas comparatifs et proprement syn-
tagmatiques, et ß, B et -y, devolus aux cas proprement locaux. II
est evident qu'aucun des cas comparatifs et proprement syn-
tagmatiques ne comporte l'idee d'adherence exclusive, et il s'en-
suit que la deuxieme dimension doit presenter l'orientation nega-
tive. Les 4 cas de comparaison entrent naturellement sous 2a,
puisqu'ils servent tous a poser une difference ou une analogie
entre deux objets sans les considerer comme lies ensemble d'une
facon intime, et les cas proprement syntagmatiques sous 2A,
puisqu'il peut y avoir inherence ou non d'un terme nominal
de la phrase dans le proces verbal, et que par consequent n'im-
porte quelle des cases de la zone de coherence-incoherence peut
etre mise en relief selon les conditions lexicales et syntagma-
tiques qui se presentent.
Les cas comparatifs et proprement syntagmatiques se placent
donc dans 2 ( a ) , constituant un Systeme de 2 fois 4. Or les 4 cas
compris sous chacun des termes de 2 ( a ) rendent necessaire
d'elargir la premiere dimension par un Y, puisque l ( a ) est pour
ces cas exclu a priori. Le nombre total des termes de la premiere
dimension est des maintenant fixe ä 6.
32 HUHQiLl

Le Systeme comporte donc en somine 5 x 6 = 30 positions


possibles, et dont 23 seulement sont realisees. Les lacunes du
Systeme ne sont pas en contradiction avec les lois gencrales de
solidaritc (I p. 125); mais elles contribuent ä disloquer dans une
certaine mesure le systöme d'ensemble, qui selon les configura-
tions qu'il prcsente se decompose en deux cantons relativement
indcpendants, ces deux cantons qui se sont presentes immediate-
ment et des l'abord ä notre Observation: celui des cas compara-
tifs et proprement syntagmatiques d'une part, celui des cas pro-
prement locaux de l'autre.

Systeme.
H-a A ß B f

Ab I E I Ab-E I

Ab II E II Ab-E II

Cp ü Ab III E III Ab-E III

Id D AI 11 Al-Il

Si Er Ab IV E IV Ab-E IV

Eq N

Notes explicatives.
ßa comparatif, en -(i)iii (precdde du morpheme de nombre
(comme tous les cas dont le formant ne präsente pas une
fusion avec celui du pluriel) et suivi d'un indice de rappel
du genre de l'objet compare), ex. dis 'couteau' comp, dis-
HUKQILI 33

-ii&i-w ( m a s c ) , dis-iisi-r (fem.), dis-i(si-/3 (ntr.). Le cas


comparatif seit a designer le deuxieme terme d'une com-
paraison entre deux objets qui comportent la qualite
envisagee ä un degre inegal (l'adjectif en revanche ignore
le degre comparatif). Ex.: ada-isi-w hiV isVali sai 'il est
moins grand (litter. plus petit) que le pere'; aßa-isi-r
rursi duXul sari 'la fille est plus intelligente qua la mere'.
Par rapport ä la premiere dimension le comparatif du
hurqili se definit en principe comme le cas correspondant
du tabassaran, du lak et de l'avar: qui dit difference dit
eloignement, ce qui constitue la face principale de la de-
finition; mais qui compare rapproche, ce qui y ajoute un
moment accessoire qui ne s'impose pas necessairement.
Par rapport ä la deuxieme dimension la difference evoque
l'idee d'incoherence; ä cet egard le comparatif du hurqili
est mieux situe que celui du lak (pour l'ablatif-compara-
tif du tabassaran la Situation est differente parce que la
valeur de ce cas n'est pas exclusivement comparative).
Ba identitif, en Ooan, 'comme, de la meme facon que', ex.
dis-'oan 'comme le couleau'. Le cas a ete bien designe
par SCHIKFNER comme un »equatif modal«. II indique une
analogie entre deux objets restant distincts l'un de l'autre:
ada-oan urii mahur ahin 'le fils n'est pas deraisonnable
comme le pere'. Chose significative, ce cas s'emploie egale-
ment pour afTaiblir la qualite exprimee par un adjectif
(forme appeloe »diminutive« de l'adjectif) : de sinisa 'vert'
on a sinis-li-oan (ou -Zi- est un suffixe d'adjectif) 'verdätre',
proprement 'conime vert, comme s'il etait vert'. Dans les
deux emplois il y a rapprochement accompagne d'incohe-
rence: les qualites du fils sont rapprochees vers celles du
pere; la coulcur d'un objet est rapprochce vers la couleur
verte.
ya similatif, en -yuna ou -yunt'i, 'comme, c.-ä-d. ressemblant,
mais non idcntique ä\ ex. dis-yuna, dis-yunVi 'ressem-
blant ä un couteau'; hiV durhwa sunna udzßi-yuna sai
'cet enfant ä l'air ressemblant ä son fröre, cet enfant res-
semble ä son frere'. La difference avec l'identitif ou
l'»(5quatif modal« est subtile mais incontestable: le simi-
34 HUKQll.l

latif est un »equatif qualitatif« (ScHUäFNEH). Tout en


indiquant clairement l'incoherence entre les deux objets
comparcs entre eux, le similatif insiste plus que l'identitif
sur l'eloignement, sans cesser d'insister sur le rapproche-
ment en meme temps: les deux objets restent ä une
certaine distance Tun de l'autre mais presentent une
analogie.
Ta Equatif, en -cad 'comme, de la meme mesure que', ex. dis-
-cad 'comme un couteau, de la meme grandeur ou ayant
la meme forme qu'un couteau'; muq'ara sunna aßa-cad liß
Tagneau est comme la merc'. Ce cas, qui est un »equatif
quantitatift (SCHIEFNER), se distingue des autres cas de
comparaison par le fait d'etre neutre ä l'egard de l'opposi-
tion entre eloignement et rapprochement. II ne fait que
poser une connexion entre deux objets incoherents.
ßA ginitif, en -(l-)a, cette desinence formant souvent avec la
fin du theme une terminaison contracte, ex. dis-la, de dis
'couteau'; Se, de Sin 'eau'. Au genitif, comme dans les cas
proprement syntagmatiques en general, la desinence du
pluriel n'est pas la meme qu'au singulier et contracte sou-
vent une fusion avec le formant du nombre. Le genitif est
possessif et insiste par consequent sur l'eloignement en
affectant en meme temps la case positive de la deuxieme
dimension: t'up'aa-la xarxä q'ärqHl ßirar 'la balle du fusil
est (habituellement) rapide'. Mais le genitif sert aussi ä
designer l'objet d'un verbe transitif ä l'aspect duratif, ce
qui lui assure la possibilite de mettre en relief l'idee de
rapprochement et celle d'incoherence ou de neutralite par
rapport ä la deuxieme dimension. (On peut voir un ex-
emple de cet emploi plus loin sons TA nominatif.) En
outre il est le regime de prepositions telles que lila 'der-
riere': q'ä ]ila-w adanVili t'iw 'derriere la maison il y a un
homme' (gen. de q'ali 'maison').
BA datif, en-((Z-)i-)s, ex. dis-lis. (Autres desinences au plu-
riel.) Le datif designe d'abord l'objet indirect: hnSim arc
luyas 'je vons donnerai de l'argent' (UuSim dat. de huSa
'vous'). Ensuite il joue le röle de pseudo-sujet des verbes
affectifs; nam hu igulli 'ä moi tu es eher, je t'aime'; hit'-is
HURQII.I 35

ßiguq'u '[cela] lui plaif. Dans les deux emplois, qui sont
en realite inseparables, l'idee de rapprochement est au pre-
mier plan.
yA ergatif, en -(/-)i'(-'/i(0), ex. dis-li, dis-liin, dis-liini.
(Autres desinences au pluriel.) Les emplois multiples de
ce cas justifient bien la definition par ly, qui lui va aussi
bien que celle par Iß qui le rapprocherait plus du cas
correspondant du tabassaran et de l'avar. II est le sujet
du verbe transitif ä l'aspect non-duratif: nu-ni c'a/ni
a-d-ilq^ulla 'y'allume le(s) feu(x)'; di-la udzi-li ßic'
haßusiß 'mon frere a tue le loup'. II designe l'instrument,
ce qui implique l'idee d'une reciprocite, d'un etat de ten-
sion entre les deux objets: nu-ni Iwari xaßu&ira t'up'an-li
'le Iievre a ete tue au moyen du fusil, d'un coup de fusil'.
II est aussi cas adverbial et regime de prepositions.
TA nominatif, en -0. Le nominatif est, comme dans les autres
langues etudiees, le cas neutre par excellence. II designe
le sujet des verbes transitifs a l'aspect duratif: nu c'am-a
(gen.) elq'ulla 'je (masc.) suis en train d'allumer le feu\
et l'objet des verbes transitifs ä l'aspect non-duratif (voir
l'exemple ßif plus haut sous yA ergatif).
aß Ier ablatif (pur) (Ier ablatif-I" adessif), en -\i- + indice de
rappel du genre de l'autre objet de la relation casuelle
+ -ßßif, 'se detachant des environs de, en s'eloignant de
celui qui parle'. Noter que selon des lois phoniques
regulieres l'indice du masculin -w- et celui du neutre -ß-
se reduisent ä ze>o devant le consonantisme -ßß- de la
particule du I er ablatif. Ex. wac^ali-li-ßßit' (m., n.),
wac'ali-li-r-ßßiV (f.) 's'eloignant de la foret en s'en allant
de moi'.
Aß IIme ablatif (pur) (IIme ablatif-Ier adessif), en -li- + indice
de genre + -ad 'se detachant des environs de, en montant';
ex. wac'ali-li-wlrlß-ad 'montant des environs de la foret'.
ßß lllme ablatif (pur) (III"" ablatif-I" adessif), en -li- +
indice de genre + -xad, 'se detachant des environs de,
en descendant'; ex. wac'ali-li-wlrlß-xad 'descendant des
environs de la foret'.
nriioin

r
BfJ alltilif (latif-I> adessif), en -li- + -0, 'allant vers, se
dirigeant dans les environs de'; avec l'indice de gerne
insere entre les particnles casuelles l'allatif signifie 'etant
dans les environs de, ä cöte de, prcs de'. Ex. wac'ati-li
'vers la foret'; wac^ali-M-wlrlß '(etant) dans les environs
de la foret'; maza ßit'aifiß wac^ali-li-ß 'le mouton a cte
perdu, s'est egare aux environs de la foret'.
yß /V'«f ablatif (pur) (IV"" ablatif-I" adessif), en -\i- +
indice de genre + -sad, 'venant des environs de'; ex.
wac'ali-li-wlrlß-sad 'venant des environs de la foret'.
aB / " elatif (I"~ ablatif-inessif), en -zi- + indice de genre +
-ßßiV, 'sortant de, en s'eloignant de celui qui parle'.
w, ß > 0 devant ßß (cp. aß I " ablatif). Ex. wac'ali-zi-ßßiV
(m., n.), waca-li-zi-r-ßßiV (f.) 'sortant de la foret en s'en
allant de moi'.
AB II"" elatif dl"" ablatif-inessif), en -zi- + indice de genre
+ -ad, 'montant de l'interieur de'; ex. wac'ali-zi-wlrlß-ad
'montant de l'int6rieur de la foret'.
ßB III"" elatif (III"" ablatif-inessif), en -zi- + indice de genre
+ -xad, 'descendant de l'interieur de'; ex. wac'ali-zi-wlrlß-
-xad 'descendant de l'interieur de la foret, descendant
apres etre sorti de la foret'.
BB illatif (latif-inessif), en -zi- + -0 'se dirigeant ä l'interieur
de, penetrant dans'; avec l'indice de genre insere entre les
particules casuelles l'illatif signifie 'etant dans, ä l'interieur
de'. Ex. hit'-is wac'ali-zi wasis ßiguq'u 'il aime aller
dans la foret'; wac^ali-zi-wlrlß 'etant dans la foret'; hii
galgali-zi-ß umXa liß 'dans cet arbre il y a im creux'
(de galga 'arbre').
yB IV"" elatif (IV"" ablatif-inessif'), en -zi- + indice de genre
+ -sad 'venant de l'interieur de', ex. wac'ali-zi-wlrlß-sad
'venant (en sortant) de la foret'.
ay ablatif-I" elatif (l" ablatif-II"" adessif), en -du- + indice
de genre + -ßßiV 's'eloignant de quelque chose et de celui
qui parle', w, ß > 0 devant ßß (cp. aß I er ablatif). Ex.
wae'ali-du-ßßit' (m., n.), wac'ali-tu-r-ßßit' (f.) 's'eloignant
de la foret et de moi; disparaissant de la foret*.
HURQILI :t?

mt me
Ay (iblutif-ll elatif (11"" ablatif-II adessif), en -du- +
indice de genre + -ad, 's'eloignant de, en montant'; ex.
wac'ali-öu-wlrl/3-ad 's'eloignant de la foret en montant'.
ßy ablatif-IIIme elatif (lllme ablatif-IIme adessif), en -tu- +
indice de genre + -xad. 's'eloignant de, en descendant';
ex. wa&ali-cu-wlrlß-xad 's'eloignant de la foret en de-
scendant'.
By allatif-illatif (latif-Ilme adessif), en -iu- + -0 'allant ä
(vers ou chez)'; avec l'indice de genre insere entre les
particules casuelles l'allatif-illatif signifie 'etant pres de,
etant aupres de, etant chez'. Ex. wac^ali-cu 'allant ä la
foret', 'zum Wald'; ßic'-lis wac^ali-cu-ß ßuis ßiguq'u 'le
loup aime vivre pres de la foret', 'beim Walde, am Walde'
(ßic' 'loup' etant du genre neutre; dans la meme construc-
tion, si le sujet-datif etait du genre masculin, on aurait
wac'ali-tu-w, et s'il etait du feminin, wac'ali-cu-r).
YY ablatif-lVm< elatif (IVme ablatif-11""? adessif), en -cu- +
indice de genre + -sad, 'venant de'; ex. wac^ali-cu-wlrlß-sad
'venant de la foret'.

Un Systeme casuel net ä deux dimensions et de la meme


amplitude que celui du hurqili se trouve en artchi (dans le
Caucase oriental, ä l'ouest du tabassaran) (F. MÜLLER 111,2,103'.
A. DlRR, ¥ 1908. Einf. 1928.253 sv.), qui offre 22 cas, ä savoir
6 cas proprenient syntagmatiques (nominatif, genitif, ergatif,
comitntif et deux datifs) et 4 X 4 = 16 cas proprenient locaux
expriines par des particules, dont 4 se rangent sur la deuxieme
dimension (l'inessif en -q', Padessif, le subessif et le locatif en
- O et 4 sur la premiere (l'elatif, l'illatif, l'inessif en voyelle et
le locatif en -Ac). II parait evident que les cas proprement syntag-
matiques occupent par rapport ä la premiere dimension les
positions ß, B et ( y ) , et par rapport a la deuxieme dimension
les positions a et A, et que les cas proprenient locaux se rangent
sous (ß) et (y) des deux dimensions.

1
MÜLLER ne rend pas compte des cas proprenient locaux.
:« KURI

Le tsaxur (du groupe samourien, au sud-ouest du tabassaran)


(A. DlRR, *1913. Einf. 1928.318 sv.) semble posscder un Systeme
analogue comprenant 21 cas qui se rangent sous les termes £5,
B et ( Y ) des deux dimensions. Mais les materiaux dont nous
disposons ne perinettent pas de dcterminer la valeur exacte de
chacun des cas.

LSagul enfin (egalement du groupe samourien, au sud-ouest


du tsaxur) (A. Dum, *1907. Einf. 1928.278 sv.) parait presenter
un Systeme de 20 cas, ä savoir 5 cas proprement syntagmatiques
(nominatif, ergatif, genitif et deux datifs), deux comitatifs, un
adverbial et 6 x 2 = 12 cas proprement locaux.

I V " -
c) Kurt.
A. SCHIEFNER 1873. F. MÜLLER III, 2, 129 sv.
*P.-K. USLAR 189G. A. DIRR, Einf. 1928.286 sv.
• LIONIDZE-SLLTANOV, Sbornik XIV.
Le küri (du groupe samourien comme le tabassaran, le tsaxur
et l'agul qui viennent d'etre mentionnes) offre un effectif de 19
cas ranges dans un Systeme dont la structure est particulierement
instructive.
Si les descriptions grammaticales de cette langue ne donnent
d'ordinaire que 18 cas dans chaque paradigme, c'est que
l'adverbial n'y figure pas. Mais puisque l'adverbial est un cas
(voir I p. 97 sv.) il convient d'en tenir compte dans le Systeme
casuel. On verra que le küri est instructif pour elucider ce
probleme de principe: sans l'adverbial le Systeme serait contraire
aux lois generales de structure; sans l'adverbial il n'y aurait
pas de veritable Systeme casuel.
A part ce probleme de principe, sur lequel il y aura lieu de
revenir apres l'etablissement du Systeme, le Systeme küri presente
au premier abord une nettetc extreme. II comporte en eflet
l c 4 cas proprement syntagmatiques, ä savoir un nominatif,
un ergatif, un datif et un ginitif;
T un »Systeme« de cas proprement locaux dont l'expression
procede par des particules constantes, et dont les cellules se
KURI Sfl

rangent ä premiere vue sur deux dimensions, 5 sur la deuxieme


et 3 sur la premiere.
Mais, chose curieuse, cette symetrie, si facilement apercevable
ä ce qu'il semble, est trompeuse; ä y regarder de plus pres, la
symetrie est bien lä — c'est une symötrie pour ainsi dire sans
pareil — mais la symetrie n'est pas exactement celle qu'on croit
d'abord.
Les trois cellules de la premiere dimension qui s'imposent
ä premiere vue sont les suivantes:
ß ablatif (particule -e), indiquant le plus souvent un eloi-
gnement net, mais admettant aussi des emplois syntag-
matiques oü quelquefois l'idee d'eloignement n'est pas
exclusive.
B lauf (particule zero), qui a en racme temps la significa-
tion d'un locatif; on l'appelle aussi inessif, en entendant
qu'il implique un illatif en meine temps. II designe alter-
nativement le rapprochement et le »repos«.
Y prosecutif (particule -di), 'par, ä travers'.
Pour une dimension qui ne comporte pas ( a ) l'orientation
reste en principe indecise, si ce n'est que les faits sont parti-
culierement favorables ä une conjecture. La dimension que nous
etudions pour le moment permet une teile decision: l'ablatif
insiste sur la case negative de la zone de direction, en admettant
aux autres cases de se faire sentir vaguement mais sans jamais
predominer; le latif par contre admet indifferemment la predo-
minance de la case positive et de la case neutre, manifestant
ainsi une tendance ä repandre la signification outre la mesure
posee par la case extreme qui Uli est devolue, tendance carac-
teristique d'un terme extensif.
Pour justifier la definition du prosecutif par f il suffit de
comparer le Systeme sublogique (I p. 136): en reunissant les
idees de 'par' et et d''ä travers', le prosecutif reunit la case posi-
tive et la case negative en une idee complexe. Le prosecutif a
recu la nieme definition en lak et en avar.
On va etablir ensuite les cinq cellules de la deuxieme dimen-
sion qui semblent etre ä la base des cas proprement locaux, en
se multipliant avec Celles qu'on vient d'etablir pour la premiere.
40 K l IM

Ce sont: im inessif, designant rintcriorite nette; un adessif, qui


n'indique jamais l'inherence, mais qui peut indiquer l'adherence;
un supcrcssif, designant 'sur', mais non *au-dessus de', donc
adherence nette; un subessif, qui, coninie tout veritable subessif,
est neutre par rapport a la distinction d'adherence et d'inadhe-
rence (c'est dire que la langue comporte un veritable subessif
sans comporter un veritable superessif; cf. I p. 132); un postessif,
designant 'derriere', qui doit etre neutre lui aussi ä l'egard de
la distinction d'adherence et d'inadherence. On notera qu'il y a
ici un gerine de la troisieme dimension, qui cependant ne sufTit
pas pour etablir la dimension en tant que teile; en outre le
principe d'economie (p. 26) s'impose ici de nouveau.
On apercoit sans difficulte l'orientation positive de la dimen-
sion: I'inessif est exclusivement positif. D'autre part la forme
particulicre prise par la deuxicme dimension ne peut pas etre
celle de l'inherence: I'inessif, etant defini comme a, n'aurait
pas de ß correspondant, puisque toutes les autres cellules de-
signent exclusivement la non-inherence. II doit par consequent
s'agir non d'inherence mais d'adherence, a laquelle seulement
l'usage donne de preference l'interpretation par l'inherence dans
le terme le plus intensif de la dimension, oü il s'agit de designer
une intimite particulierement forte. Cela pose, l'adessif et le
superessif se disputent la position ß, designant tous deux
l'adherence. Pour trancher cette difficulte il faudrait un coup
de force: on n'echappe pas ä definir le superessif par ß, parce
qu'il comporte la signification precise de 'sur', avec contact, et
il faudrait donc caser l'adessif sous A en lui attribuant dans la
norme une aire plus large qui ne serait utilisee qu'en partie par
l'usage. Une autre difficulte est moins grave et peut etre tranchee
sans peine: si du point de vue theorique le postessif et le subessif
rcclament tous deux la definition par I (ou ä la rigueur y), on
peut (puisque dans une dimension ä cinq termes la coexistence
de Y et de Test impossible) definir le subessif par Tet le postessif
par B, en le considerant comme un terme exlensif dont la signi-
fication tend ä se repandre sur l'ensemble de la zone.
KURI 41

On aurait de la sorte
a inessif (particule zero)
A adessif (part. -w-)
ß superessif (part. -/-)
B postessif (part. -qc-)
r subessif (part. -k1-),
soit par multiplication
<x A
Ine Ads
|3 Ab E -0-e Ab -w-e
B Lt II1 AI -w-Q
Y Prs Prs Ine -0-rfi Prs Ads -w-di

ß B r
Sp Pst Sb
ß Ab Dl -l-e Ab Pst -q'-e Ab Sb -k'-e
B Lt Spl -1-0 Psl -qc-0 Sl -k<-0
Y Prs Prs Sp • l-di Prs Pst -q'-di Prs Sb -Ac-rfi

Tout cela est tres beau. Seulement c'est une chimere: le


prosecutif-inessif en -0-di (ya) est inexistant. En realite la
symetrie etablie n'est done pas complete, et il parait que dans
le schema envisagö l'inessif (2a) occupe une Situation ä part,
et que l'illatif n'est pas ä l'elatif ce qu'est sous les autres termes
de la deuxieme dimension le latif ä l'ablatif. Or la position libre
ya ne peut ötre assignee ni a Tun des quatre cas proprement
syntagmatiques ni ä I'adverbial, puisque la definition par
l'adherence exclusive est inconciliable avec les significations de
ces cas. En considerant le schema des cas proprement locaux
pris en lui-meme, on a dejä l'impression que ce schema est ä
reorganiser. Et cette impression gagne en force des qu'on
envisage la question de savoir comment on pourrait organiser
autour de ce noyau de cas proprement locaux les cinq cas
proprement syntagmatiques. La seule Solution consisterait ä les
caser tous sous IT, ce qui serait loin d'etre evident: la difference
1
L'expression de l'illatif ne procede pas par des particules, mais par
des desinences diverses. Voir plus loin.
4
42 KURI

entre ces cinq cas n'est pas une difference par rapport ä la
deuxieme dimension; d'autre part les oppositions syntagmaliques
s'expliqueraient fort bien par la premiere dimension, ä condition
d'y admettre cinq termes au lieu de trois. La configuration
a Er
A N
ßG
B D
Y Ad

serait en pleine conformite avec les faits de signification et de


fonction.
On decouvre des maintenant que, bien plutöt que les cas
proprement locaux, ce sont les cas proprement syntagmatiques
qui donnent la clef du Systeme complet: la Solution tout in-
diquee consiste ä caser les cinq cas proprement syntagmatiques,
disposes par rapport ä la premiere dimension de la fagon qui
vient d'etre indiquee, sous 2A, et ä situer l'elatif et l'illatif sous
2a comme les pendants de l'ergatif et du nominatif respective-
ment:
a A

a El Er

A II N

IVun coup tout le reste du Systeme s'eclaire et s'explique


comme des rayonnements natu reis de ce noyau fondamental.
L'introduction de l ( a ) apporte im soulagement agreable: on a
vu en effet qu'il y a trois cellules designant une adherence
exclusive, ä savoir l'inessif, le superessif et l'adessif, et ce serait
fort a contre-coeur qu'on se trouverait oblige de situer l'adessif
sous 2A-. ce serait un >faute de mieux« qui sentirait l'a priori.
Une fois le l ( a ) introduit, on peut assigner ä tous les trois cas
d'adherence la position qui leur revient: l'inessif sera des
maintenant l ( a ) 2a, le superessif sera l(ß, y) 2a, et l'adessif
retrouve sa position comme 2ß.
On a trouve la vcritc du Systeme küri. On va voir qua c'est
KU1U 43

une belle verite, beaucoup plus profonde et beaucoup plus con-


vaincante que la symctrie superficielle qui se presente au premier
abord ä l'esprit de l'observateur.
Mais cette conquete n'aurait pu etre faite sans l'appui de
l'adverbial. Les lois generales dirigeant la structure du Systeme
Iinguistique veulent que (ß) et (y) soient solidaires: si les
positions ß et B sont occupees, la position y (ou T) ne peut pas
etre libre. Et voilä l'adverbial qui vient s'installer ä cette place
pour confirmer notre loi de solidarite. Le Systeme casuel du küri
serait incomprehensible et meine inconcevable sans l'adverbial,
et d'une fagon generale un Systeme casuel comme celui du küri
serait impossible sans comporter un adverbial, ou prosecutif
proprement syntagmatique.
Apres cette reorganisation du Systeme des cas proprement
locaux la desinence de l'elatif doit etre interprelee d'une autre
facon qu'on n'a pense d'abord: eile ne se compose pas des
particules zero + -c, mais est constituee par un -e indöcomposable.
En effet le domaine constitue par les ( a ) des deux dimensions
ne procede pas par des particules: ni l'illatif, ni l'ergatif, ni le
nominatif ne connaissent le procede par particules. II ne peut
pas en etre autrement, car si l a s'exprimait par -e, il s'identi-
fierait a Iß.

Dimensions:
1 a Ier ablatif (pas de particule)
A Ier latif (pas de particule)
ß //'"<• ablatif (particule -e)
B//"'* latif (particule zero)
y prosecutif (particule -dl)
2 a inessif-siipercssif (particule -/- entrant en combinaison
avec le H" ,e ablatif, le II lne latif et le prosecutif seulement)
A essi/ (pas de particule), indifferent a l'egard de la distinc-
tion entre adhcrence et inadherence
ß adcssif (jiarticule -w-)
B postessif (particule -q'-)
r subcssif (particule -Äc-).

i*
44 KURI

Systeme.
+ ct A ß R r

El Er

11 N

Dl G Ab Ab Pst Ab Sb

Spl D AI Psl Sl

Prs Sp Ad Prs Ads Prs Pst Prs Sb

Notes explicatives.
aa elatif (Ier ablatif-inessif), en -e, desinence indeconiposable
en particules, mais phoniquement identique ä la particule
du II m e ablatif, ce qui n'entraine aucune confusion. Une
Situation analogue vaut pour AA nominatif: sa desinence
coi'ncide au point de vue phonique avec la particule du
II m e latif, ce qui va sans inconvenients. Dans un tel cas
les homonymes restent distincts parce qu'ils ne relevent
pas d'un seul et meme paradigme dans le sens etroit de
ce mot, c'est-ä-dire d'une seule et meme dimension: le
-c du II m e ablatif et le zero du II m e latif relevent de la
premiere dimension exclusivement, alors que le -c de l'e-
latif et le zero du nominatif relevent de deux dimensions
ä la fois.1 Superflu d'ajouter que ces considerations sont
d'ordre strictement synchronique, et qu'il peut y avoir
identite diachronique lä oü il y a difference actuelle. —
On sait deja que l'elatif signifie 'sortant de l'interieur de'.

1
Gp. notre remarque p. 4, note.
KUI1I 45

'de dedans': eloignement et adherence purs et exclusifs,


la valeur intensive s'accroissant en surplus par le fait
que l'adherence est concue comme le plus haut degre
d'intimite possible, comme une inherence. Ex. za fu'r-e
jad 'q'wana 'j'ai bu de l'eau du puits'; zi baVk'andiwe
ja'Xunwil-e qeq'wez zez a'wad 'ä cause de maigreur n u n
cheval ne peut pas marcher'.
A a illatif (Ier latif-inessif), exprime par des desinences
diverses dont la Variation depend de la formation de
l'ergatif (un grand nombre des cas du küri se presentent
du point de vue de l'expression comme des elargissements
de l'ergatif): l'illatif admet d'ordinaire les desinences -e,
-da, -na, -a, -di, -ni. Quand la dcsinence est -di ou -ni eile
coincide avec celle de l'ergatif. Quand l'illatif est en -a
l'ergatif est dans quelques substantifs termine par -H,
tandis qu'en d'autres il est termine par -a egalement. II
y a donc syncretisme entre l'illatif et l'ergatif dans un
Systeme particulier bien defini. Signification: 'allant dans,
se dirigeant ä l'interieur de', ou 'etant dans, se trouvant
ä l'interieur de'. Ex. za li'san-da e'cena 'j'ai atteint le but',
'ich habe ins Ziel getroffen'; zu U'rusijat-da a'wai 'j'etais
en Russie'.
ßa delatif (Ilmc ablatif-superessif), en -l-e, 'se detachant de
la surface de, venant de dessus'. Ex. sa tim qwan'dze-le
a'luczawa 'un homme descend de la pierre'. A cöte de la
signification proprement locale le delatif en admet d'autres;
ainsi il fait fonction pour designer le deuxieme terme d'une
comparaison entre deux objets presentant une qualite a
intensite inegale: sit'ka q'i'sen ja wa'Xa-le 'le frere est
meilleur que la soeur'. A cet egard le delatif küri rappelle
le delatif de l'avar, bien que par rapport ä la deuxieme
dimension il se definisse differemment. II n'y a pas Heu
de conclure que le delatif küri soit pour cela moins bien
defini que celui de l'avar. Pour fixer la signification
fundamentale d'un element il faut tenir compte de
Pensemble des emplois qu'il contracte dans l'usage, mais
la valeur n'est pas identique ä la somme de ces emplois
(I p. 88): la valeur est une signification fondamentale
46 KUR!

(Grundbedeutung), nullement une signification generale


dans le sens d'une »Gesamtbedeutung« 1 . Or en considerant
l'ensemble des emplois ou significations particulieres du
delatif avar on apercoit sans peine que pour les expliquer
il faut une definition par valeur beaucoup plus vague que
celle qui est requise pour le delatif küri. Le fait que pour
designer le deuxieme terme d'un enonce comparatif le
choix tombe en küri sur le delatif justement est un fait
d'usage qui s'explique par la mentalite 1 . Le fait est bien
compatible avec la signification fundamentale, en lenant
compte du caractere concret de la mentalite dont il doit
s'agir.
Ba supralatif (IIme latif-superessif), en -/- + -0, 'etant sur,
se dirigeant sur', ex. am bal'k'anda-l a'zuq'nawa 'il est
sur le cheval, il est ä cheval'; sa tim qwan'dza-l a'q'aXzawa
'un homme grimpe sur une pierre'.
ya prosecutif-superessif, en -l-di, 'passant par la surface de',
en admettant aussi des emplois plus abstraits.
a A ergatif (Ier ablatif-essif), admettant des desinences variees,
composees d'une voyelle precedee souvent d'une con-
sonne non-thematique. L'ergatif küri est manifestement
plus abstrait et plus proprement syntagmatique que dans
les langues etudiees plus haut. La definition aA lui con-
vient parce que son role principal est celui du sujet d'un
verbe transitif operatif: ba'ba-di k'i'xida k'a'yaz 'le perc
ecrit une lettre'. Dans le substantif verbal en -wal l'er-
1
R. JAKOBSON 1936.244. D'autre part la signification fondamcntale
ne se confond nullement avec la signification principale (Haupt-
bedeutung). Pour le terme ß par exemple la signification fonda-
mentale ou valeur n'est pas epuisee en indiquant la case a simple-
ment, qui en constitue, si on veut, la signification principale; la
valeur est 'a + b + c, en insistant sur a'.
3
Pas necessairement encore par la mentalite actuelle, mais par la
mentalite qui predominait dans la societe ä la date oü l'usage actuel
a ete fixe. Beaucoup trop souvent on s'adonne ä l'illusion qui
consiste ä croire que la langue est le reflet d'une mentalite
coexistante. Ce n'est presque janiais le cas. Gräce ä la tendance
conservatrice de la societe (I p. 110) les transformations d'une
langue ne s'accomplissent que par de longues intervalles, et de la
cause ä l'effet la distance est bien longue.
KUHI 17

gatif en -wal-di prend la signification temporelle 'des le


moment que', donc eloignement net encore, mais trans-
porte dans la sphere du temps.
AA nominatif (1er latif-essif), ä desinence zero, ayant la va-
leur ordinaire d'un nominatif caucasique: objet d'un
verbe transitif, sujet d'un verbe intransitif. On trouve
assez d'exemples sous les autres cas.
ßA genitif (IIme ablatif-essif), en -n, qui toutefois tend ä dis-
paraitre quand le genitif est terme secondaire, pose imme-
diatement devant le terme determine. La signification
principale est celle d'un possessif: ba'badi-(n) bal'k'an
'le cheval du pere'; A'dama-(n) ruX'wa[ar 'les fils d'Adam'.
BA datif (llme latif-essif), en -z (cp. yA adverbial). Le datif
peut jouer le röle d'un directif local, dans lequel l'idee de
rapprochement est exprimee sans indication d'adherence
ou d'inadherence: ienp^i ta'mu-z 'gat'na 'le chat a couru
vers la foret, dans la direction de la foret, dans la foret'.
Ensuite le datif remplit les fonctions ordinaires d'un datif
caucasique: objet indirect (za ba'badi-z bal'k'an 'gana 'j'ai
donne un cheval au pere') et sujet d'un uerbum sentiendi
(k'icH-z cül-da ö'iylit' a'kuna 'dans le champ le chien a
observe une perdrix', litter. 'au chien dans le champ une
perdrix est devenue visible') et d'un verbe affectif (i ru'sa-z
wi'iin a'daXwli 'k^anda 'ä la fille son fiance est eher, la
fille aime son fiance').
yA adverbial (prosicutif-essif'), en -z comme BA datif, mais
dilTi'iant de lui par le theme; cf. p. ex. nom. qH'sendi 'bon'
(adjeetif terme primaire; l'adjectif attribut, qui serait en
l'espcce q'i'sen, n'admet pas les distinetions casuelles), dat.
q'i'senda-z, adv. q'i'sen-z 'bien'.
ßß ablatif (pur) (Hme ablatif-adessif), en -w-e, 'se detachant
de, s'eloignant de, en cessant de prendre contact'. Ex. 'ida
'za-we zi öu'k'ul qa'qudna 'il m'a pris mon couteau';
wa'Xa-we ju'zur 'demande [cela] ä la soeur'.
Bß allatif (IIme latif-adessif), en -w- + -0, 'etant ou allantpres
de', ex. ga'mis mar'k'ini-u> a'qwaznawa 'le büffle est au
tas de foin'; ga'mis mar'k'ini-w 'qwezawa 'le büffle va au
tas de foin'; ba'badi-w hi'q'wan p'ul gwa 'aupres du pere
48 KURI

combien d'argent y a-t-il?, le pere combien d'argent a-t-il?'.


Le dernier exemple fait voir que l'allatif peut rapprocher
considerablement de l'idee possessive de ßA genitif: c'est
un cas eminemment extensif, tendant ä envahir par exten-
sion toutes les cases de la zone de direction.
yß prosecutif-adessif, en -w-di 'le long de, allant au raz de'.
Ex. sik' mar'k'ini-wdi 'Sana 'le renard a passe le long du
tas de foin'. Le prosecutif-adessif admet souvent des
emplois plus abstraits.
ßB ablatif-postessif (IIme ablatif-postessif), en -qc-e, 's'eloi-
gnant en cessant d'etre derriere, venant de derriere'. Ex.
sa tim ju'yuni-q'e 'qwezawa 'un homme vient de derriere
la maison'.
BB postlatif (IIme latif-postessif), en -q'- + -0, 'allant ou etant
derriere', ex. ga'mis mar'k'ini-q' a'qwaznawa 'le büffle est
derriere le tas de foin'; ga'mis mar'k'ini-q' 'qwezawa 'le
büfflexaderriere le tas de foin'; a'rabadi-q' ga'laz 'qwezawa
'ama 'il allait derriere la voiture'; 'aburun zur'na jeni-q'
zi wil ga'lama litter. 'derriere leur jeu de zurna mon oeil
est restö', c.-ä-d. 'ils ont joue tellement bien au zurna que
je n'ai pas pu renoncer ä y regarder'.
yB prosicutif-postessif, en -q'-di, 'passant derriere', ex. sa k'us
za-q'di xux litter. 'deviens un peu par derriere moi', c.-ä-d.
'approche un peu de derriere moi'.
ßr ablatif-subessif (IIme ablatif-subessif), en -k'-e, 's'eloignant
en cessant d'etre sous, venant de dessous': car'Xu-k:e jad
akat'zawa 'il vient de l'eau de dessous le rocher'. L'insis-
tance sur l'inadhcrence se manifeste dans les emplois
non proprement locaux qui s'observent pour ce cas: i
c'i'c'ibdi-k'e q'i'sen k'ek' zedi 'de ce poulet deviendra un
bon coq'.
Br sublatif (IIme latif-subessif), en -A-c- + -0, 'etant ou allant
au-dessous de', ex. tun ta'ra-k' a'zuq'nawa 'un homme est
sous un arbre'; yu'ley qwan'zi-k' 'Sana 'le serpent est alle
sous la pierre'. Le sublatif s'emploie aussi dans quelques
cas oü l'idee de 'sous' s'evanouit plus ou moins com-
pletement: 'ada-k' k'emir 'n'y touche pas!'
fl" prosecutif-subessif, en -k'-di, 'passant par-dessous'.
TCHETCHftNE 49

II est instructif de comparer les 9 derniers cas avec ceux qui


leur correspondent en lak. Dans cette langue le I er elatif-post-
essif, le postdirectif et le prosecutif-postessif ont ä fort peu pres
la meine valeur qu'en küri, en insistant sur l'inadherence. Mais
par rapport au küri le subessif et l'adessif laks changent de
place: au point de vue de la norme et de la valeur abstraite,
definie exclusivement par la zone d'adherence-inadherence, le
subessif lak est identique ä l'adessif küri et inversement. Ce
n'est que par le contenu intensional que, en passant d'une langue
ä l'autre, le subessif et l'adessif restent en principe ce qu'ils
sont, designant dans les emplois proprement locaux les idees
de 'sous' et de 'pres' respectivement, idees qui dans toute leur
representation massive et intuitive restent absentes de la valeur
propre des cas. On voit dans quelle mesure il y a independance
entre definition extensionale et intensionale, entre valeur et
signification, entre norme et usage. C'est l'usage seul qui justi-
fie notre terminologie; en effet toute notre terminologie gram-
maticale est intensionale et a trait ä l'usage exclusivement; pour
exprimer la definition extensionale de la norme il faut recourir
aux formules algebriques.
Dans le Systeme küri nous sommes pour la premiere fois en
presence de ce fait qu'on appelle le syncretisme, et qui, on le
sait, joue un röle predominant dans les systemes casuels des
langues indo-europeennes. En küri il n'y a qu'un seul rentable
syncretisme: celui entre Act illatif et ctA ergatif. Le fait que le
genitif peut perdre sa desinence -n et s'assimiler ä l'ergatif ou
au noniinatif est different, parce que la perte de -n n'est pas
obligatoire; c'est un simple fait de rcmplaccment. II y a lieu de
retenir ces faits en vue de les utiliser plus loin pour la theorie
generale des cas.

(I) Tchetchene.
A. SCHIRFNBR 1864. F. MÜLLER III, 2, 105 sv.
*P.-K. l"si..\H 1888. A. DIRR, Einf. 1928.131 sv.
A.-G. M.U'.IKV 1929. J.\xnAR0V-MAClEV-A'vT0RXAN0V 1 9 3 3 .

D'entre les langues vejnax le bats est celui qui offre le Sys-
teme casuel le plus riche (cf. plus haut, p. 24). Le tchetchene
50 TCHETCHENE

(proprement dit), qui nous occupera ici, en possede 18. L'in-


gouche en possede selon nous le meme nombre, mais notre
argumentation ne pourra etre donnee que dans un paragraphe
prochain. Malgre les complexites considerables du tchetchene
proprement dit, il offre une Situation plus simple que celle de
l'ingouche et se prßte mieux ä une demonstration ä ce Stade de
notre etude.
Les expressions des cas sont dans cette langue d'une com-
plexite extreme, puisque chaque cas est exprime ä la fois par
une desinence et par une formation particuliere du »theme«, et
que ces formations varient d'un nom ä l'autre; souvent les de-
sinences varient selon les genres, et au pluriel il y a fusion des
morphemes casuels avec ceux du nombre (cette fusion est totale
au genitif). C'est sous cette reserve que nous ajouterons plus
bas dans nos notes explicatives les dösinences les plus frequentes
pour chaque cas. D'autre part ces faits, pour complexes qu'ils
soient, n'empechent pas plus ici qu'en avar par exemple de re-
connaitre avec exactitude l'effectif casuel propre ä la langue, et
d'en fixer la configuration extensionale.
Le nombre des cas du tchetchene est fixe par SCHIEFNER et
DIRR ä 18 (y compris l'adverbial, que les auteurs cites comptent
avec raison parmi les cas) et ne laisse pas place aux doutes.
(Un probleme particulier, celui du prosicutif, fera l'objet d'une
discussion de principe sous l'adverbial dans les notes explicatives
que nous ajouterons au Systeme.) Si MÜLLER n'admet que 14 cas,
c'est par une simplification tout ä fait arbitraire. D'autre part
MÜLLER a tente d'enrichir l'effectif casuel du tchetchene par un
cas caritif (dösinence -z\, signifiant 'sans, depourvu de'), ce qui
est loin d'etre evident. A notre avis un caritif n'est pas plus que le
vocatif un cas (le vocatif par ailleurs n'existe pas en tchetchene);
les faits de signification le fönt dejä voir (cf. I p. 4, 97); mais
ce n'est que dans notre prochain chapitre que nous pourrons
donner l'analyse definitive du vocatif et du caritif et prouver
qu'ils ne sont pas des cas. En donnant notre adfiesion ä l'effectif
ätabli par Schiefner et Dirr, et en nous permettant d'ecarter par
anticipation le caritif, nous passons immediatement a la demons-
tration du Systeme.
TC.HfiTC.HfcNK 51

Systeme.
+ ß B Y

11 AI Mt

Cp G Er

Dr Tm Eq

E Ab Dl

|
D Ad In
i

Ine Ads N

Notes explicatives.
a ß illatif, en -A", ex. deX, de da 'pere', 'entrant dans, penetrant
ä l'interieur de'. Ex. lehi buili c^ina-X 'le serpent est entre
(a rampe) dans la maison' (de c'n 'maison'). II y a ici rap-
prochement prononce et exclusif, en insistant sur la cohe-
rence. La forme particuliere prise par la deuxieme di-
mension est en tchötchene Celle de l'adherence (cf. plus
loin, sous ßß directif), mais pour l'illatif (aussi bien que
pour Tß inessif) l'usage affecte l'interpretation par l'inhe-
rence qui est toujours possible. A cet egard on peut com-
parer le hurqili (p. 30).
Aß comparatif, en -/ (precede quelquefois d'une voyelle non-
thematique), ex. de-l 'que le pere, comme le pere'. D'abord
le comparatif sert ä designer le deuxieme terme d'une com-
paraison entre deux objets possödant une qualite ä un
degre inögal; ex. uaSa jiii-l dik'i vu 'le frere est meilleur
52 TCH&TCH&NE

que la soeur' (de jisa 'soeur') (l'adjectif n'admet pas les


degres de comparaison); hara jlelies bcrziluo-U daq'qi
du 'ces chiens sonl plus grands que des Joups' (de buorz
'loup'). Ensuite le comparatif peut etre usitc aussi dans
le cas oü il y a egalite entre les deux objets par rapport
a la qualite envisagee, en remplacant facultativement
l'equatif (ßy) qui est le cas particulierement consacre ä
cette valeur; exemple oü le comparatif est employe: hara
jlelies berziluo-il du 'ces chiens sont comme des loups,
c.-ä-d. aussi grands que des loups'. A la difference du cas
correspondant du tabassaran, du lak et du hurqili, le
comparatif tchetchene comporte donc comme celui de
l'avar une signification complexe par rapport ä la zone
semantique de la premiere dimension, et il est ä cet egard
mieux situe que le comparatif avar. Par rapport ä la
deuxieme dimension il semble etre moins bien situe que
le comparatif avar, bien que la definition + ß permette
de mettre en relief aussi la case negative de la zone de
coherence.
ßß directif (appele aussi conversif), exprime par la desi-
nence de l'allatif (aB) + -ha, 'se dirigeant vers ou chez',
ex. de-geha, d-e-ha 'au pere, chez le pere'; huo yuö läman-
-ieha 'va ä la montagne'; huo uierza malX-ieha 'tourne-toi
vers le soleil'. Le dernier exemple fait voir que le directif
ne designe pas necessairement une adherence, mais qu'il
peut aussi bien faire valoir la case d'inadherence: il est
nettement defini comme 2ß.
Bß etatif, en -Xq, -A'j, 'provenant de, emanant de', ex. de-Xq,
de-Xi 'du pere'; hara Vulag lämana-Xi bu 'cette pierre
provient de la montagne'; naXcui belle T'urp'al-Xq, -A'{
'les Tchetchenes descendent de (tirent leur origine de)
T'urp'al'. La signification peut etre aussi partitive: mila
sue-Xi 'qui de vous, lequel d'entre vous'.
yß datif, en -na, ex. de-na 'au pere'. Comme le datif ordi-
naire des langues caucasiques, il designe l'objet indirect,
y compris le sujet des uerba sentiendi et des verbes affec-
tifs. Kxemples: as sqi de-na d\ luo 'je donne im cheval
('/ mon pere' (as est l'ergatif de suo 'je, moi'; (/(' nom. 'che-
TCHlh'CHK.NK 53

val'); mära-na j-iezq st'ie 'la fenime (|iii est chere OH mari,
la fenime qui est aimee de son mari' (de mär 'mari'); se
de-na suo v-ieza 'je suis eher a mon pere = mon pi're
m'aime'; se b]ergis-na guo 'n mes ijeux c'est visible = mes
yeux voient = je vois de mes tjen.i'. Remarquons en pas-
sant que dans le demier exemple le datif s'assimile de
YY instrumental qui par rapport a la premiere dimension
reeoit la meine definition, tout en restant nettement diffe-
rent par rapport a la deuxieme dimension. Mais le datif
tchetchene ne rend pas seulement les Services precites. II
est aussi le regime des prepositions spatiales indiquant
une coherence nette, et rapprochement aussi bien
qu'eloignement: &ien-na du julli t unnl Thumidite a perce
dans la maison' (de cVi 'maison' avec 6u '(entrant) dans',
comportant le sens d'illatif); Xie-na Ve '(montant, se met-
tant) dans, sur un arbre', Xie-na Ve-h '(etant) dans, sur
un arbre', Xie-na t'-ieri '(descendant) (de dessus) d'un
arbre' (de Xie 'arbre' avec Ve 'sur', comportant le sens
d'illatif, et dont on peut tirer l'inessif Ve-h et l'ablatif
t'-ieri). Dans le role de regime de ces prepositions le datif
concourt avec 1'Y nominatif, mais avec cette difference que
le datif est requis des qu'il s'agit d'un rapport eminem-
inent concret et local, et surtout d'indiquer le contact entre
les deux objets entrant dans la relation casuelle.1 C'est ce
trait qui est le plus caracteristique du datif tchetchene, et
qui lui assure la definition extensionale que nous lui assi-
gnons: il insiste sur la coherence. l'intimite, et alternative-
ment sur le rapprochement et l'eloignement, en admettant
aussi l'idee de »repos«. II se distingue par lä du datif de
toutes les autres langues caucasiques que nous avons exa-
minees dans ce chapitre, et il s'assimile d'un type de datif
qui est plus familier ä la mentalite europeenne: il se com-
porte en principe comme le datif du gotique, de l'anglais

1
»Im Hause heiszt nun c'a-cul.i . . ., wenn ich mehr den leeren Raum
innerhalb des Hauses meine, will ich aber von dem Materiellen des
Hauses, den Wänden z. 13. oder der Decke, sprechen, so musz ich
den Dativ wählen« (Dum 134). TDIRH 134 ligne 9 d'en bas lire:
»im Nominativ oder im Dativ«.]
f>4 TCHETCHENE

et du danois (voir I p. 116—120). Par son rapport aux


prepositions il se distingue nettement de deux autres types
de datifs que nous avons eu l'occasion de signaler: celui
de l'allemand, qui insiste sur le repos et non sur les deux
cases extremes de la zone de direction (I p. 121), et celui
du turc osmanli, qui insiste d'une facon exclusive sur le
rapprochement sans admettre ni l'eloignement ni le repos
(I p. 123).
Tß inessif, apparemment en -h, mais en realitö en ziro + -h,
puisque c'est par l'absence d'une particule casuelle posi-
tive devant -h que l'inessif se distingue de TB adessif
(comparer ce qui a Ate dit sous ce cas), ex. dina-h 'dans
le cheval', de d\ 'cheval'. Signification: '(etant) ä l'inte-
rieur de', donc ä la fois »repos« et coherence. Comme
pour aß illatif, l'usage interprete l'idee d'adherence par
celle d'inherence. Ex.: suo vara mezdigie-h 'j'dtais dans
la mosquie'; medrisie-h valah muolla vaaWa 'quand le
pretre est d l'ecole, appelle-le'.
aB allatif, en -ge, -il, -nie pu -e, cette desinence apparemment
complete etant en realite une particule qui est suivie d'un
ziro, puisque c'est par l'absence d'une particule casuelle
positive apres la desinence indiquöe que l'allatif se dis-
tingue de l'adessif; cp. sous Tß inessif. Ex. de-ge ou d-e 'au
pere'; bag-ie, de baga 'bouche'; aX6a-nie, de aXöa 'argent';
vuöi-e, de vuo\ 'fils'. Ce cas indique le rapprochement en
insistant sur l'incoherence (l'inadhe>ence aussi bien que
la non-inhörence). Ex.: suo vuede veS-ie 'je vais au frere'
(de vas"a 'frere'); hara t'er{ vu sie ves"iris~-k'e 'celui-ci res-
semble d ses freres' (all. plur. de vaia).
AB genitif, termine par une voyelle nasale qui varie selon les
circonstances. La signification est celle d'un possessif:
de c'a 'la maison du pere'; se gaur ju, proprement 'mien
est un cheval', 'd moi est un cheval, j'ai un cheval'. D'entre
les genitifs possessifs d'autres langues examinees plus
haut c'est ä celui de l'anglais moderne que le genitif tche-
tchene s'assimile le plus (I p. 119); mais il est vrai que
sa position dans le Systeme n'est pas tout ä fait favorable
en tenant compte de l'emploi intensional qu'on en fait,
TCHftTCHfeNE 55

et que par consequent il y a sur ce point du Systeme une


certaine tension entre la norme et l'usage.
ßB terminatif, exprime par la desinence de l'allatif (aB) + -c,
'jusqu'ä', c'est-ä-dire designant un rapprochement sans
signaler le contact; ex. de-gac, d-ec 'jusqu'au pere'; hara
muoXk se bu läman-iec 'ce terrain est le mien, m'ap-
partient jusqu'ä la montagne'.
BB ablatif, exprime par la desinence de l'allatif (aB) + -ri
ou -ri, '(venant) de', c'est-a-dire designant un eloignement
sans signaler le contact; ex. de-geri, d-eri, d-eri '(venant)
du pere, de chez le pere'; suo vöyu läman-ieri 'je viens
de la montagne'.
yB adverbial; desinences ordinaires: -Xq dans le substantif
(contractant quelquefois un syncretisme avec Bß elatif
qui en partie admet egalement la terminaison -Xq), -ii
dans l'adjectif, -s dans l'adverbe. L'adverbial designe la
modalite et la comparaison: '-ment, ä la facon de', donc
un rapport de reciprocite sans intimite. Ex. de-Xq 'comme
un pere, ä la facon d'un pere, »paternellement«'; hara
stag ',ieXu vira-Xq 'cet homme brait comme un ane';
melli-ii 'faiblement, tranquillement' (de mel\ 'faible')-
D'une facon generale l'adverbial tchetchene est plus usite
dans le substantif que dans l'adjectif, le nominatif d'un
adjectif prenant le plus souvent le röle devolu al'adverbial;
c'est un fait de remplacement des plus ordinaires. A cet
egard la difference avec les habitudes europeennes est une
double: dans les langues modernes de l'Europe occidentale,
c'est — on le verra — dans l'adjectif et non dans le
substantif que le casus adverbialis est surtout d'usage;
et s'il est absent dans le substantif, cela n'est pas du ä un
simple remplacement par un autre cas; c'est un fait de
syncretisme ou de defectivation. — A propos de l'adver-
bial tchetchene nous voudrions ajouter une remarque qui
comporte un interct de principe. Comme on l'a vu ä propos
de yß datif, la Iangue tchetchene connait des »postposi-
lions« qui (on retrouve ce fait dans la plupart des langues
caucasiques aussi bien qu'en finno-ougrien) admettent
une declinaison defective: ainsi (u 'dans' admet quatre
TCH^TCHftNl-:

cas seulement; dans la forme citee il est ä Pillatif (ä


desinence zero, ce qui est possible sans confusion dans
ce Systeme particulier parce qu'il ne comporte pas de
nominatif) signifiant '(allant) dans'; on en forme un
inessif cu-h '(etant, restant) dans', un ablatif cui-ri
'(sortant) de (l'interieur de)', et enfin un cas ä desinence
-Xulu, signifiant 'par, ä travers': öu-Xulu '(passant) par
(l'interieur de)'. De racme: ill. Ve '(se rendant) sur', iness.
f'e-fi '(etant) sur', abl. V-ieri 'de dessus', et enfin Ve-Xulu
'passant par la surface de, passant au-dessus de'; ill. k'el
'(allant) sous', iness. k'el-ha '(etant, restant) sous*, abl.
k'elhi-ri 'de dessous', et enfin k'elha-Xuhi 'passant par-
dessous'. Or puisque d'une facon generale le tchetchene
ne comporte pas de cas consacre specialement ä la valeur
prosecutive il serait premature de lui attribuer un tel cas
ä cause des formes precitees. II est vrai qu'une langue
peut bien posseder un cas qui ne se revele ä l'etat isole
que dans quelques systemes particuliers peu repandus,
et qui dans tous les autres systemes particuliers est absent
ou bien par syncretisme ou bien par defectivation. Pareille
Situation n'a rien d'insolite. Mais il convient de suivre
ici encore un principe d'economie. II faut se demander
d'abord si l'emploi en question ne peut pas etre considere
comme une signification particuliere, une Variante seman-
tique d'un cas connu des autres paradigmes, et qui, par
quelque particularite inherente aux themes qui admettent
le Systeme particulier en question, est mis au premier
plan dans l'usage qu'on en fait. On connait le probleme
du latin: le genitif lucri a un emploi et une signification
qui ne se retrouve pas dans les genitifs termines par -is
(voir J. WAC.KKRNAGEL 1920.3 sv.). Mais cette circonstance
ne rend pas necessaire d'etablir pour le latin deux genitifs
differents, qui dans la plupart des systemes particuliers
seraient absents alternativement par defectivation. Puisque
rien ne contredit on peut considerer les deux significations
comme des variantes d'un seul et meme cas, et dont le
choix est delermine par la signification et l'emploi du
thöme nominal caracterise par le genitif. On peut poser
TCHETCHEiNE 57

comme regle generale que lorsque deux significations, qui


peuvent etre considerees comme apparentees l'une ä
l'autre, apparaissent en des conditions mutuellement ex-
clusives, elles sont des variantes semantiques d'une seule
et meme valeur. On reviendra sur le principe dans le cha-
pitre prochain. Mais nous avons juge utile d'y appeler
l'attention des maintenant, en presence d'un fait suscep-
tible d'en fournir une application evidente. Puisque les
prepositions tchetchenes tu, Ve et k?el n'admettent pas
dans Ieur paradigme la signification ordinaire de l'adver-
bial, et qu'elles admettent en revanche une autre signi-
fication qui ne se retrouve pas dans les noms admettant
l'adverbial ordinaire, mais qui peut etre consideree comme
apparentee ä celle de l'adverbial, le principe veut qu'on
identifie la forme en -Xulu a l'adverbial ordinaire. (II va
sans dire que la difference de desinence ne fait point
d'obstacle: latin long-e et grau-iter s'identifient sans
peine.) La parente entre la Variante semantique trouvee
dans -Xulu et Celles trouvees dans l'adverbial des autres
noms n'a besoin d'aucune verification: l'adverbial a ete
defini dejä comme ly. ce qui est la definition tout indiquee
pour un prosecutif (cp. la definition identique que nous
avons donnee des prosecutifs du lak, de l'avar et du küri).
TB adessif, en -ge-, -ie-, -nie- ou -e- + -h. De par l'expression
l'adessif se revele comme le multiple de l'allatif et de
l'inessif, c'est-ä-dire de 11' et de 2B, ce qui est en pleine
conformite avec son contenu. Les deux cellules entrant
dans l'adessif, celle du »repos« d'un cöte, celle de l'in-
coherence de l'autre, sont donc fidelement refletees par
deux particules de l'expression. II s'ensuit que l'inessif
et l'allatif sont exprimes par des particules egalement,
mais dont seulement l'une est zero. Ce jeu combine de
l'adessif, de l'inessif et de l'allatif constitue d'ailleurs le
seul point du Systeme oü le tchetchene procede par des
particules. Le fait que le directif, le terminatif, l'ablatif
et le delatif presentent une desinence quasi-complexe, dont
la premiere partie est identique ä la terminaison de
l'allatif, est different, parce que la deuxieme partie de

5
58 TCH£TCH&NK

ces desinences est liee irremediablement ä la partie


precedente et ne peut pas se combiner avec zero, ainsi
que le fait le -h dans l'inessif. De meme, le fait que le
comparatif se termine par -/, et que l'equatif prend la
meme desinence en y ajoutant -la, soit -IIa, ne sert pas
ä constituer des particules parce que la desinence -la n'a
aucune existence independante de l'equatif. — L'adessif
designe un »repos« sans indiquer la coherence (l'ad-
herence). Ex.: de-ga-h, d-e-h 'aupres du pere'; sue-ga-h
volif lai 'l'esclave qui se trouve chez moi, aupres de moi'
(de suo 'je, moi'); lovzar-ga-h 'en jouant, beim Spielen';
läman-ie-h p'aida bu litter. 'pres de la montagne il y a
utilite', 'la montagne est utile, donne du profit'.
ay motif, en -a ou en -e, designant la direction 'vers', donc
un rapprochement exclusif, mais en admettant indifTerem-
ment l'adherence et l'inadherence. Ex. din-a 'vers le cheval,
au cheval' (de d{ 'cheval').
Ay ergatif, en -uö, -as, -a, -e, -ie (en admettant la derniere
de ces desinences l'ergatif peut contracter un syncretisme
avec l'allatif). C'est en principe l'ergatif caucasique
ordinaire; ex.: dä-s 'le pere, par le pere'; as sqi de-na d\
luo 'je donne un cheval ä mon pere* (cf. sous yß datif).
Mais l'ergatif tchetchene a ceci de particulier d'etre en
Opposition ä un veritable instrumental (yy), ce qui lui
öte une bonne partie de cette nuance d'eloignement ou
de reciprocite qui s'observe dans l'ergatif de l'avar et du
hurqili et dans l'instrumental-ergatif du tabassaran (sans
parier du genitif lak). On peut se rendre compte de la
difference entre l'ergatif et l'instrumental dans les cas oü
ils se combinent dans une meme phrase: cuo iz vi tluiri-c(
'il l'a tue du sabre' (cuo est l'ergatif de iz 'il'). C'est ainsi
que l'ergatif tchetchene, defini par 1 A, admet des eniplois
relativement tres abstraits et completement indifferents
aux oppositions de direction; cf. p. ex. läman-uö rff
barst'abuo litter. 'par la montagne le cheval se nourrit' •=
'on fait repaitre leschevaux aux päturages de la montagne'.
On voit par le meme exemple que l'ergatif tchetchene
TCHETCHENE 59

tend ä insister ä l'occasion sur une intimitö qui est moins


manifeste dans l'ergatif des autres langues examin^es.
ßy equatif, en -IIa (prec^de quelquefois d'une voyelle non-
thematique), designant le deuxieme terme d'une compa-
raison entre deux objets presentant une qualitö ä intensite
egale; ex. d-ella 'comme le pere'; hara JlelieS berziluo-illa
du 'ces chiens sont comme des loups, c.-ä-d. aussi grands
que des loups' (cp. l'exemple correspondant donne' sous
Aß comparatif). La Situation de l'^quatif est en tchetchene
beaucoup plus simple qu'en tabassaran, en lak et en
hurqili, parce qu'il n'y a que le comparatif pour lui faire
concurrence, et que les nuances subtiles admises par les
autres langues sont en tchetchene inexistantes. L'^quatif
tchetchene insiste sur le rapprochement parce qu'il
compare deux objets en les rapprochant et en les trouvant
identiques ou equivalents; il comporte une certaine dose
d'eloignement en meme temps, parce que qui compare
rapproche et separe ä la fois. Par rapport ä la deuxieme
dimension sa position est un peu plus vague que celle
des cas correspondants dans les autres langues examinees;
on peut presumer que cette position est moins favorable,
et qu'il y a une tension, bien que peu prononcee sans
doute, entre la tenue extensionale et la tenue intensionale
de ce cas.
BY delatif, exprime par la de'sinence de l'allatif (aB) + -ra
ou -rq, signifiant dans les emplois concrets alternativement
's'eloignant de la position pres de' et 'sortant de l'intörieur
de', cas susceptible par consöquent de remplacer l'elatif
aussi bien que l'ablatif. Ex. de-gera, d-era, d-erq 'du pere,
de chez le pere'; as p'aida iecu läman-iera 'j'ai du profit
de la montagne; la montagne me donne du profit, m'est
utile' (as erg. de suo).
YY instrumental (appele aussi comitatif), en -cj, ex. de-c( 'au
moyen du pere, par l'intermödiaire du pere'; as duo
kcuigi-c{ 'je fais (cela) de la main' (as erg. de suo). C'est
un instrumental ordinaire et exclusif, et qui designe une
r^ciprocite ou connexion, intime ou non, entre les deux
objets entrant dans la relation envisagöe.
5*
60 TCHÄTCHfeNK

l'y nominatif, ä desinence zero, accompagnee d'un »thema-


tisme« particulier, ex. da 'pöre', etc. On a vu dejii dans
plusieurs exemples donncs pour les autres cas que le
nominatif peut jouer le röle de sujet et d'objet. II est
aussi le regime de prepositions spatiales, lorsqu'il ne
s'agit pas de designer sans ambiguite un contact prononce:
c'a cu-h 'dans la maison', quand on n'insiste pas sur les
details concret de l'interieur; fi(| cui-ri bel\ yala 'un
chevreuil est sorti de la foret'. Cp. les exemples donnes
sous yß datif. En consequence de ces emplois le nominatif
se prete en principe ä la definition extensionale ordinaire
pour un nominatif caucasique.

Comme dans le Systeme küri, il y a dans celui du tchetchene


des syncretismes: On a vu que Bß elatif peut etre syncretise avec
• yB adverbial, les deux cas admettant en partie la desinence com-
mune -Xq, et que aB allatif se syncretise parfois avec Ay ergatif,
les deux cas admettant en partie la desinence commune -ig. On
reviendra sur ces faits.

La langue andi (du groupe avaro-andi) (A. DIRR, *1906.


*1909. Einf. 1928.183 sv.) parait posseder un Systeme casuel de
la meme amplitude approximative que celle des systemes küri
et tchetchene, et qui ä certains egards rappelle vivement celui du
küri. La deuxieme dimension comprend cinq termes exprimes
par des particules qui, combinees avec les particules de la pre-
miere dimension, servent ä exprimer les cas proprement locaux.
Les termes de la deuxieme dimension, qui presente l'orientation
negative, sont:
a /"" adessif (particule -q'i-), designant exclusivement la
non-inherence et le plus souvent meme l'inadherence
(ainsi, en combinaison avec le latif de la premicre dimen-
sion, dont la particule est zero, le I er adessif sert ä cons-
tituer un cas qui concourt avec le datif pour designer
l'objet indirect: hebrihi XalqUl-q'i hit'on hegesti 'alors il
a dit au peuple'; d'ailleurs il est fort probable que le
veritable datif, ä dösinence -i (pas composee de particules),
UDI Ol

est casc sous le latif). Ici encore on voit que le terme le


plus intensif de la dimension met en relief la case inten-
sive au plus haut degre possible (comparer l'elatif du
küri, p. 40, 45, et l'illatif du tchetchene, p. 51).
A Ier inessif (part. -la- ou -lo-), qui comporte plus d'emplois
que cette denomination ne fait soupconner, et qui en
realite indique indifferemment l'adherence et l'inadhe-
rence. Comparer les exemples suivants du cas constitue
par cette cellule avec le latif: ViXoh> c^egulo k'ot'u inkcual-la
'mettez les deux chevaux d la voiture; attelez les deux che-
vaux'; din q'uardir imu-lo k'ayar 'j'ecris une lettre au
pere'; ledidi du-la Jabi 'qui i'a battu?'.
ß IIme adessif (part. -Xa), insistant sur l'inadherence.
B Ilme inessif (part. -tli-), insistant sur l'adherence, signi-
fiant d'ordinaire 'dans, ä l'interieur de',
r subessif (part. -klj-), signifiant d'ordinaire 'sous'.
On ne tentera pas ici d'etablir ni l'ensemble de la premiere
dimension ni le Systeme total, parce que la seule autorite que
nous puissions citer pour le andi prononce lui-meme des doutes
sur plusieurs points essentiels. L'effectif casuel du andi est ä 16
tout au moins; ä toute vraisemblance il est plus eleve. Plus loin
on reviendra sur le andi pour un phenomene particulier.

e) Udi.
A. SCHIEFNER 1863. F. MLLLER III, 2, 140 sv. A. DIRR »1904. 1928.
Einf. 1928.334 sv.
Un Systeme net de 12 cas ranges sur deux dimensions se
trouve en udi (dans le sud-est du Caucase; appartenant, comme
les autres langues examinees jusqu'ici, a la famille tchetcheno-
lesghienne). Le Systeme udi comporte deux cas qui insistent
sur l'eloignement, le genitif et l'ablatif, et quatre qui insistent
sur le rapprochement, ä savoir l'accusatif, le terminatif, l'allatif
et le datif. La premiere dimension doit donc presenter Porienta-
tion positive et comprendre six termes. La deuxieme dimension
en comprend deux seulement; mais, outre le locatif peut-etre, il
n'y a pas en udi des cas designant l'adhesion exclusive; c'est dire
62

que la deuxieme dimension presente l'orientation negative. On


va ötablir le Systeme, en ajoutant pour chaque cas les dösinences
qui se trouvent dans les paradigmes regulierst

• +• a A

Ac Tm
+a -X -/

Cs Ads
-sta

AI D
voyelle

G Ab
-n, -#• -Xo

Er Cm
-n -Xol(an)

N L
-0 -iX

En commencant par les deux cas sous 1 B, qui insistent sur


l'61oignement, Tun d'eux, le genitif, dont le röle est celui d'un
possessif, est un cas proprement syntagmatique, ne se prete pas
aux emplois concrets, et däsigne par consequent l'incoherence;
l'ablatif par contre en differe par le fait d'etre neutre ä l'egard
des distinctions de la deuxieme dimension, en admettant indif-
fe>emment 1° une signification purement dlative, correspondant
approximativement ä celle de la preposition latine ex, donc une
coherence nette, et 2° une signification proprement syntagma-
tique, ä savoir celle du deuxieme terme d'une comparaison entre
deux objets qui presentent la qualite envisagee ä un degre inegal
1
precede le plus souvent d'une voyelle non-thematique, en formant
diphtongue avec eile.
I 1)1 63

(l'adjectif ignorant les degres de comparaison: me Xod bo'Xo-ne


te Xoda-Xo 'cet arbre-ci est (-ne) plus grand que cet arbre-lä',
litter. 'cet arbre-ci est grand, du point de vue de cet arbre-lä*).
Cette difference par rapport ä la deuxieme dimension se retrouve
exactement dans les deux cas qui s'opposent le plus immediate-
ment au genitif et ä l'ablatif, ä savoir l'allatif et le datif, cases
sous Iß. Remarquons en passant que nous suivons ici la ter-
minologie qui est communement en usage pour les cas de l'udi,
mais que cette terminologie est loin d'etre heureuse; ainsi l'allatif
est en realite un directif plutöt: il indique dans tous les emplois
nets le non-contact entre les deux objets de la relation (cf. p. ex.
oXalba'len V3fangu.11 zömöX boXonedi Se'tu-c"' 'le chasseur a dirige
le canon de fusil sur lui, vers lui, c.-ä-d. a vise ä lui'). Le datif
ä son tour comporte il est vrai les emplois ordinairement dövolus
ä un datif caucasique (objet indirect, sujet de verbes affectifs),
mais il est en meme temps un illatif-allatif, admettant des emplois
purement spatiaux (Ai'z-i-z t'az-sa 'je vais au village, j'entre dans
le village'): il est, comme son voisin vertical l'ablatif, indifferent
ä l'egard des distinctions de la deuxieme dimension. Pour les
deux autres cas de rapprochement, l'accusatif et le terminatif,
la Situation est analogue. II est vrai qu'ä cote de la signification
d'objet direct determine, qui est d'ordre proprement syntagma-
tique, l'accusatif admet aussi une signification proprement locale.
Mais le rapprochement local designe par l'accusatif n'implique
ni pen^tration ni contact (cf. p. ex. zu Neia-X faz-sa 'je pars
pour Nu'); il y a donc incoherence exclusive. Ici encore la ter-
minologie adoptee prete ä la confusion: en realite c'est plutöt
l'accusatif qui est un terminatif. Le »terminatif« ä son tour
recevrait avec plus de droit le nom d'illatif-allatif; il est moins
abstrait que le datif, mais les indications spatiales auxquelles il
se prete restent indifferentes ä la distinction de contact et de
non-contact; ce qui est essentiel est que le contact est permis
comme une Variante possible, ä la difference de l'accusatif (cf.
p. ex. kokoc Xoda-l lainece 'la poule a monte sur l'arbre, s'est
mise sur l'arbre').

La meme Opposition se repete pour les autres paires: Le


causatif ( A a ) sert ä dösigner la cause finale et la cause initiale
alternativement; il est donc indifferent ä l'6gard de l'opposition
04 UI)I

rapprochement-cloigncnient, et son emploi purement abstrait lui


assure la definition 2a. Son voisin horizontal, l'adessif, est comine
le causatif indifferent par rapport ä la premiere dimension (i)
est vrai que l'usage n'admet gu6re la Variante constituee par
l'idee pure d'eloignement), mais par rapport ä la deuxieme il
affecte l'emploi d'inessif propre aussi bien que celui d'adessif;
cf. mandi t'enge 'za-sta-ne 'le reste de l'argent est aupres de moi
ou sur moi'; Seta imoyo-sta p'ine 'eile lui a dit d l'oreille'. —
L'ergatif, qui est aussi un instrumental, et qui par rapport ä la
premiere dimension reeoit la meme definition que l'ergatif
hurqili, est un cas proprement syntagmatique qui, ä la facon
d'un ergatif ordinaire, n'admet aueune idee prononcee de con-
tact ou d'intimite. Le comitatif, signifiant 'ensemble avec', sert
ä designer une reeiprocite entre deux objets qui peuvent et qui
ne peuvent pas etre lies ensemble d'une facon intime. — Le
nominatif, qui est le casus generalis, mais purement syntagma-
tique, et le locatif, qui designe le repos sur une place ou dans
une sphere quelconque, presentent entre eux une difference ana-
logue.
Le fait que l'udi presente un veritable aecusatif n'öte au
nominatif rien de sa valeur ordinaire, puisque l'accusatif n'est
pas le cas de tout objet, mais de l'objet determine seulement;
l'objet indetermine se met au nominatif selon les habitudes
caucasiques ordinaires. Malgre la coexistence de l'accusatif le
nominatif admet donc toujours indifferemment les emplois de
sujet et d'objet.
La distinetion qui se manifeste entre les deux termes de la
deuxiöme dimension n'est donc pas celle entre cas »locaux« et
cas »grammaticaux«. C'est une distinetion entre le non-contact
ou la non-intimite d'une part, manifeste ou bien dans la sphere
purement concrete et locale ou bien dans la sphere purement
abstraite et syntagmatique, et une indifference complete de
l'autre. C'est un bon exemple d'une Opposition normale ä deux
termes (I p. 113). II est naturel d'autre part que les cas propre-
ment syntagmatiques: le causatif, le genitif, l'ergatif et le
nominatif, se rangent sous le terme intensif de la deuxieme
dimension. Les quatre cas qui viennent d'ctre enumeres sont
(Tailleurs les seuls cas proprement syntagmatiques. Meme l'ac-
ESKIMO 65

cusatif, qui constilue, on le sait, une innovation singuliöre dont


la creation doit s'expliquer par la reduction du Systeme casuel
qui s'opere en udi, admet des emplois purement locaux. Par
ce fait il ressemble de tres pres a l'accusatif indo-europeen.
La reduction dont nous parlons semble se poursuivre encore,
puisque le Systeme admet des syncretismes. Dans le pronom
personnel (sauf a la troisieme personne) I~a nominatif se syn-
cretise avec ya ergatif. Dans le pronom interrogatif du genre
personnel (su 'qui' par Opposition a eka 'quoi') et dans quelques
substantifs Ta nominatif se syncrctise avec ßA datif. Par la
desinence rare -n Ba genitif tend ä se syncretiser avec ya ergatif.

f) Eskimo.
Pour citer un Systeme regulier et bien etudie comportant 8
cas on ne saurait guere choisir un meilleur exemple que celui
de Veskimo. (Voir dernierement HAMMERICH, avec bibliographie;
pour l'effectif casuel surtout p. 38 sv., 43 sv.)
La grammaire magistrale de KLEINSCHMIDT, qui inaugure la
tradition moderne pour l'etude scientifique de cette langue,
enseigne que, outre les deux cas proprement syntagmatiques:
le »subjectif« et l'»objectif«, sur lesquels on va revenir, il y a
en eskimo cinq cas »dependants«. Sur ce point comme sur beau-
coup d'autres, l'oeuvre de Kleinschmidt offre un interet theo-
rique considerable. S'inspirant de la pensee de W. von Hum-
boldt et de l'ecole boppienne, Kleinschmidt conserve, ä une
epoque oü la theorie antilocaliste etait ä la inode, la conception
localiste dans le sens de Wüllner. Selon lui les cas {beziehungs-
formen, casus) dcsignent une relation (.verhältniss), ou bien
locale (orlsverhaltniss) ou bien modale (artverhältniss). Cette
premiere distinction correspond en principe ä notre deuxieme
dimension: la relation locale ä la case de coherence, la relation
modale ä celle d'incoherence. Abstraction faite de la relation
locale pure et simple (le »repos« ou l'indifference a l'egard des
distinctions de la premiere dimension) cette relation admet
trois concepts differencies: l'eloignement (ausgangsverhältniss)
(c'est-ä-dire -^ß), le rapprochement (zielverhältniss) ( - H B ) et
66 ESKIMO

celui de la route par laquelle le mouvement a Heu (wegvcrhält-


niss) (y).
On aura de la sorte (KI.UINSCHMIDT 15):

[ r + o ] »wo? ortsverh. . . . L o c a l i s ; z. b. nuname am


lande, od.
auf dem 1.
-^• ß-(-a) woher? . . . . ausgangsvh. A b l a t i v ; nunamit vom
lande.
[y+aj wodurch?., wegverh. . . . V i a l i s ; nunakut über
land, zu 1.,
durchs 1.
-nB+a] wohin? . . . . zielverh. . . . T e r m i n a l i s ; nunamut zum
lande, od.
ans land.
[A] wie? womit? artverh Modalis; — nunamik mit
land.«

Kleinschmidt ajoute que ces concepts spatiaux ne sont pas


exclusivement ni essentiellement locaux dans le sens massif et
concret de ce terme, mais qu'ils s'appliquent indifferemment aux
divers ordres du phenomene objectif, qu'il s'agisse de relations
dans l'espace, dans le temps ou dans la sphere purement abs-
traite ou logique:
»Die erste auffassung dieser Verhältnisse ist rein sinnlich,
d. h. sie finden zuerst und eigentlich statt bei körperlichen gegen-
ständen, wo man grade so, wie hier angegeben, fragen kann.
Dann aber sind dieselben Verhältnisse auch auf ähnliche bezieh-
ungen geistiger gegenstände übergetragen, z. b. die orts- und
richtungsverhältnisse auf die zeit: ukiume (Loc.) im winter,
ünukut (Vial.) abends, — und das artverhältniss auf handlungen:
oKautsinik (Mod.) mit Worten, u. dgl.; auch sind einige andere
beziehungsverhältnisse körperlicher gegenstände, die den obigen
zwar nicht gleich, aber ähnlich sind, mit unter dieselben ver-
hältnissfälle gebracht, z. b. tugtumit (Abi.) mikivoK von einem
rennthier (ausgegangen) ist es klein, d. h. es ist kleiner als ein
rennthier.«
C'est une des meilleures applications qui aient ete faites de
ESKIMO 87

la theorie de BOPP et de WÜLLNER (voir I p. 36 sv.). II est vrai


que l'eskimo se prete mieux que bon nombre d'autres langues
a cette application immediate: le Systeme des valeurs casuelles
est dans cette langue particulierement perspicace.
Abstraction faite du »modalis«, Ies quatre autres cas compris
dans le tableau de Kleinschmidt se rangent de toute evidence
sous le terme positif de la deuxieme dimension de la facon
reconnue par lui:
ß ablatif, en -mit1, designant l'eloignement local ou tem-
porel ('depuis, ä partir de'), ensuite la cause initiale ('ä
raison de'), le deuxieme terme d'une comparaison entre
deux objets inegaux, et — chose particulierement signifi-
cative ä notre avis — Vagens ou »sujet logique« de la
tournure passive oü le »verbe« est muni du suffixe
-nenarpoK: nälagka-mit taima perKu-neKarpugut 'il nous
a ete ordonne par le maitre, l'ordre nous est venu du
maitre'. II est vrai que cette construction n'est pas beau-
coup usitee; mais, meme si l'usage l'evite dans une certaine
mesure, la norme la permet, ce qui est seul decisif.
B allatif (le »terminalis« de KLEINSCHMIDT, designation
adoptee par M. HAMMERICH 2 ), en -mut, designant le rap-
prochement local ('penetrant dans, allant vers') ou
temporel ('jusqu'ä'), ensuite la somme pour laquelle on
achete quelque chose ('au prix de'), et — encore ici nous
voudrions insister sur le dernier emploi — correspondant
dans divers emplois ä l'objet direct ou indirect du
»verbe«, y compris ce qui pour la mentalite europeenne
serait le sujet. KLEINSCHMIDT (83) rend bien compte de
ces emplois en les interpretanl avec raison par l'idee de
rapprochement logique: "das ziel der gedanken, daher
unter umständen das object . . . besonders aber gegen-
stände, die einerseits objectähnlich bezielt werden, und

1
Nous donnons les desinences groenlandaises qui se trouvent au
singulier non muni de morphemes de personne. D'ailleurs les de-
sinences sont en principe les meraes dans tous les paradigmes et
dans tous les dialectes.
2
Nous suivons ici la terminologie de M. THALBITZER (HANDBOOK
de BOAS 1016 sv.).
G8 ESKIMO

andrerseits bei der handhing irgendwie als subjectähn-


lich betheiligt erscheinen (od. gedacht werden)«.
Y prosecutif (le »vialis« selon la terminologie de KLKIN-
SCHMIDT adoptee par M. HAMMEKICH), en -kkut, designant
'par' et 'ä travers', d'une facon locale ou abstraite, y
compris les indications du temps, surtout en parlant de
ce qui a lieu habituellement, pourvu qu'on n'insisle pas
sur l'opposition distinctive entre deux points dans le
temps (uudlükut 'le jour', par Opposition ä 'la nuit', mais
uvdlorme (locatif) 'ce jour-ci', par Opposition ä un autre
jour). Ici encore les emplois les plus abstraits sont en
meme temps les plus instructifs; en eilet le prosecutif
sert ä designer toute sorte de contact passager entre deux
concepts: iligkut ikiorneKarpunga 'par toi, par ton inter-
mediaire j'ai ete aide'; ümativtigut erKarsautigärput 'nous
le deliberons dans notre coeur, dans notre esprit'. KLEIN-
SCHMIDT (82) voit bien l'explication: »das vorbeigehend
berühren ist hier der grundbegriff«.
T locatif (»localis«), en -me, designant nettement le »repos«
dans la sphere locale ou dans celle du temps, l'interieur
et le milieu spatial ou temporel.
On voit que pour aucun de ces cas la signification n'est
necessairement celle d'une idee proprement locale et concrete.
Les distinctions operees par la deuxieme dimension de la catd-
gorie casuelle ne sont pas celles entre cas »locaux« et cas »non-
locaux«, mais entre des cas qui ne se pretent pas (ou qui ne se
pretent pas facilement du moins) a exprimer les relations locales
et concretes, et d'autres cas qui s'y pretent par definition (cf.
I p. 61, 64 sv.), donc une distinction entre ce qu'on peut appeler
cas proprement syntagmatiques d'une part et cas proprement
locaux de l'autre, en entendant que les cas proprement locaux
sont en meme temps syntagmatiques et que les cas proprement
syntagmatiques admettent par rapport ä la premiere dimension
les memes oppositions que les cas proprement locaux. Ce qui est
indiqud par les distinctions de la deuxieme dimension, c'est le
degri d'intimite entre les deux termes de la relation casuelle,
cette relation etant toujours et en principe purement syntagma-
tique.
ESKIMO (i!)

Or notre examen des quatre cas entrant sous le terme positif


de la deuxieme dimension permet dejä une conclusion: ces cas
n'indiquent pas necessairement une intimite. L'ablatif se prete
ä designer un eloignement quelconque, qu'il y ait interiorite
(elatif) ou non (ablatif pur), qu'il y ait contact ou non; l'allatif
ä son tour joue le röle d'illatif, d'allatif et de terminatif indiffe-
remment; cette indifference se reflete dans la sphere syntagma-
tique aussi bien que dans la sphere spatiale: l'allatif peut servir
ä designer non seulement l'objet direct, mais aussi l'objet indi-
rect. Le prosecutif est par definition neutre par rapport ä la
deuxieme dimension (cf. I p. 136), et en effet l'idee d'intimite
ou de contact n'est pas de rigueur, ni dans la sphere concrete ni
dans la sphere proprement syntagmatique. Le locatif enfin se
reduit souvent ä indiquer simplement les conditions ou l'arriere-
plan d'un acte: ici encore l'idee d'intimite s'efface.
Puisque les cas qui restent apres cette repartition sont les
cas proprement syntagmatiques, il faut conclure que la deuxieme
dimension presente en eskimo (comme en tabassaran, en hurqili
et en udi) l'orientation negative: les cas proprement syntagma-
tiques designent une incoherence exclusive, les cas proprement
locaux sont indifferents. Si nous avons dit plus haut que les cas
proprement locaux se rangent sous le terme positif de la deuxieme
dimension, il faut entendre que ce terme est extensif et se definit
par A.
Kleinschmidt n'a pas su disposer les cas proprement syntag-
matiques d'une facon nette par rapport a la premiere dimension.
II les scinde en deux cantons qui pour lui restent separes, bien
que connexes: il y a d'une part le »modalis«, qui designe un
artverhältniss, et de l'autre il y a le »subjectif« et l'»objectif«,
qui ä son avis different de tous les autres par le fait d'etre des
cas »independants« (selbständige casus) (KLEINSCHMIDT 34). On
sait que de notre point de vue cette difference n'est pas essen-
tielle, et les faits eskimos y contredisent manifestement: on a dejä
vu que l'ablatif peut designer le »sujet logique«, et que l'allatif
se prete ä designer l'objet direct et indirect; encore ici il n'y a
pas de difference de principe entre »cas grammaticaux« et »cas
non-grammaticaux«, il n'y a que des oppositions analogues
(eloignement et rapprochement respectivement) projelees sur
70 ESKIMO

deux plans differents, celui de l'incoherence et celui de la neu-


tralite (ou indifference par rapport ä la deuxieme dimension).
L'effectif 6tabli par Kleinschmidt est de 7 cas. Ce nombre ne
permettrait pas d'etablir un Systeme symetrique. Un Systeme ä
7 termes est d'une facon generale impossible. II faut qu'il y en
ait un huitieme. Ce huitieme cas est l'equatif, en -tut, qui sert
ä designer le deuxieme terme d'une comparaison entre deux
objets qui presentent une qualite ä un degre egal. C'est un cas
au meme titre que les divers equatifs dont les langues cau-
casiques nous ont offert des echantillons. KLEINSCHMIDT repugne
ä y voir un cas, bien qu'il s'agisse de ce qu'il appelle une
»apposition«; la raison est que l'equatif ne designe pas »ein
eigenes beziehungsverhältniss«, mais »gleiches verhältniss«. De-
puis M. THALBITZER (voir p. ex. HANDBOOK de BOAS 1017) l'equa-
tif regagne ses foyers au sein du Systeme casuel de l'eskimo.
Or la position de l'equatif par rapport ä la premiere dimen-
sion est facile a fixer: il se definit comme l'equatif tchetchene,
en insistant sur le rapprochement. Formule: H-B.
D'autre part le cas appele »modalis«, et qui recoit chez
M. THALBITZER la denomination d'instrumental (desinence -mik),
est de toute evidence ly. II admet la signification nette d'un
instrumental ordinaire (savingminik toKÜpä 'il le tue auec son
couteau'); il est ä cet egard identique ä l'instrumental du tche-
tchene et se definit comme lui (cf. pour l'interpretation generale
d'un instrumental pur I p. 154). II se prete d'autre part ä toute
une serie d'emplois qui l'assimilent ä un adverbial, et ä cet
egard encore il peut etre identifi^ du point de vue extensional
ä l'adverbial du tchetchene, qui est egalement ly. Ces emplois
d'adverbial (qui peuvent meme se reduire ä un emploi quasi-
datif) lui assurent plus que la signification d'instrument la posi-
tion sous le terme nögatif de la deuxieme dimension.
Restent les deux cas designes par Kleinschmidt comme sub-
jectif et objectif respeclivement, par M. Thalbitzer comme rela-
tif et absolutif, par M. Hammerich (qui adhere sur ce point ä
la terminologie introduite en 1801 par FABRICIUS) comme transi-
tif et intransitif. (D^sinences: -p pour le relatif, zero pour l'ab-
solutif.) Les variations de la terminologie refletent bien les dif-
ESKIMO 71

ficultes qu'on a eprouvees ä definir ces cas1. L'absolutif est le


cas de l'objet direct ordinaire et du sujet2 d'un »verbe« intransi-
tif; le relatif est le cas du sujet d'un »verbe« transitif et joue
en meme temps le röle de genitif possessif. L'eskimo n'admet-
tant pas la distinction entre nom et verbe, le morpheme d'in-
transitivite dans le »verbe« ä son tour n'est rien que le cas
absolutif, et le morpheme de transitivite est identique au cas
relatif.
Abstraction faite de cette derniere circonstance, qui donne
ä l'eskimo une allure particulicre, les emplois des deux cas ne
sont pas pour surprendre celui qui apporte l'experience des
habitudes caucasiques. L'absolutif est de tous points comparable
ä u n nominatif caucasique ordinaire ou casus patiens selon la
terminologie du Prince TROUBETZKOY (1929; voir aussi LES
LANGUES Di' MONDE 328). Le relatif s'assimile d'une part ä un
genitif ordinaire, et ä un ergatif caucasique ou casus agens de
l'autre'. En effet nous avons trouve une langue caucasique oü
ces deux idees sont reunies ensemble dans une seule et meme
forme casuelle: le genitif du lak est de tous points comparable
au relatif eskimo. Cela pose, les deux cas eskimos doivent rece-
voir les memes definitions que les cas caucasiques mentionnes.
Ici un fait curieux vient nous surprendre: F.-N. FINCK (285 sv.)
a decouvert avant nous l'identite du relatif eskimo avec le
genitif lak', mais sans en tirer la conclusion qu'il faudrait.
Finck s'est inspire de quelques faits de sa langue maternelle
(constructions du type dem Vater sein Haus) et conclut que le
relatif eskimo aussi bien que le genitif lak sont une sorte de
datifs". Kleinschmidt a commis la meme erreur, en pretendant
que l'idee proprement genitive est tout ä fait Prangere ä la
langue eskimo: le rapport du possesseur au possede est toujours
1
Pour le probleme et son historique voir surtout THALBlTZtH 1930.
* Dans le sens aristotelicien du mot »sujet« Kleinschmidt propose
de le remplacer par le terme »projet«. Ces notions feront l'objet
d'une discussion dans un paragraphe prochain du present travail.
3
C'est pourquoi BARNLM l'a qu^lifie A'agentialis (12 sv.).
' Pour notre part nous l'avons decouverte avant de connaitre le
travail de Finck.
5
Cp. aussi F.-N. FINCK, Die Haupttypen des Sprachbaus, 3' ed.,
Leipzig-Berlin 1936, p. 40.
72 ESKIMO

celui d'un acteur (thäter) ä un but d'action (thatziel) (176 sv.,


69 sv.). Ce qui est pour lui seul essentiel, c'est la distinction du
sujet (c'est-ä-dire agens, dilTerent du »projet«) et de l'objet
(c'est-ä-dire patiens). Ici on est en presence de tous les effets de
la methode classique: l'introduction du sentiment linguistique
allemand est un exemple de squinting-grammar (cf. I p. 16, 80);
sans cette influence Kleinschmidt n'aurait pu manquer de voir
que l'opposition entre ces deux cas est celle entre l'eloignement
et le rapprochement logique ou syntagmatique. Mais ensuite
Kleinschmidt s'obstine ä voir dans l'emploi possessif une me-
tonymie (cf. I p. 84) par rapport ä l'emploi pour designer le sujet
et l'objet qui est selon lui seul essentiel. Mais il convient au con-
traire d'embrasser l'ensemble des faits, et de ramener toutes les
significations particulicres ä une seule signification fondamentale
assez abstraite et assez large pour les reunir sans donner une
place d'honneur a une seule d'entre elles (cf. I p. 84 sv.). C'est
par rapport ä la direction logique et syntagmatique que cette
dcfinition doit s'operer.
Or qui dit possesseur et sujet dit eloignement, qui dit possede
et objet dit rapprochement logique et syntagmatique. On a vu en
effet que dans les emplois les plus abstraits l'ablatif eskimo
s'assimile dans une certaine mesure au relatif, et l'allatif ä
l'absolutif. On pourrait donc songer ä les caser sous Iß et B
respectivement.
Mais ce serait lä une Solution trop facile. II est vrai que la
Solution proposee est pour le relatif evidente et ne laisse pas place
aux doutes. Par rapport ä la premiere dimension le relatif doit
se definir comme le genitif lak. II peut recevoir le nom de genitif
aussi bien que le cas correspondant du lak, et plusieurs auteurs
lui ont donne ce nom en effet'. II a meme plus de droit ä cette
dcfinition que le cas lak, qui se prete aussi ä certains emplois
qui restent etrangers au cas eskimo (voir I p. 174). L'absolutif
par contre, bien qu'il mette en relief l'idee de rapprochement,
n'y insiste pas avec la meme force que celle avec laquelle le rela-
tif insiste sur l'eloignement. II faut se souvenir d'abord que
l'absolutif n'est pas le cas du »projet« exclusivement; il faut se

1
Voir THAUUTZER 1930.324.
ESKIMO 73

Souvenir ensuite que, ä part ses fonctions syntagmatiques, l'ab-


solutif est le casus generalis, cas neutre par excellence et la prima
impositio; en resume, il faut se souvenir de la definition que nous
avons donnee aux nominatifs des langues caucasiques et de
l'argumentation qui en fournit la base. L'absolutif eskimo est
un nominatif dans le sens caucasique et recoit en consequence
la definition II".
A ces arguments d'ordre general vient s'ajouter pour l'absolu-
tif eskimo une consideration qui le separe du nominatif cauca-
sique il est vrai, mais qui rend la definition par IT encore plus
evidente: l'absolutif est employe aussi pour designer le temps
auquel un proces a lieu, ou pendant lequel il s'accomplit: ünuaK
siningilanga 'je n'ai pas dormi la nuit, cette nuit'. II est evident
que l'absolutif insiste sur la case neutre de la zone de direction,
aussi bien que le locatif qui concourt avec lui pour exprimer le
milieu temporel.
Chose significative, si on tentait de caser l'absolutif dans 1B,
on se trouverait dans un embarras bien penible, car on vient
d'assigner cette position ä Vequatif. Les cas constituent dans
toute langue un Systeme coherent, et la definition d'un cas
s'explique par celle de l'autre.
La comparaison avec les langues caucasiques fait voir que,
sans parier des avantages incontestables des termes forges par
M. THALBITZER (1930.324), on peut etre de retour a la termi-
nologie de PAUL EGEDE (22 sv.). Pour les buts de la comparaison
il est utile d'avoir les memes noms pour les cas ä valeur
identique, et puisque les termes de nominatif et de genitif sont
adoptes pour le lak nous allons les adopter egalement pour l'ab-
solutif et le relatif de l'eskimo respectivement.
Le Systeme se resume donc dans le tableau que voici:
E. REMARQUES SUR LES SYSTEMES Ä UNE
DIMENSION
Les systemes ä deux dimensions peuvent comporter tous les
nombres de cas possibles entre 36 et 4, ä l'exception seule des
nombres 11 et 7 qui ne se preteraient pas ä une configuration
conciliable avec les lois generales de solidarite. Les systemes ä
une dimension peuvent comporter tous les nombres possibles
entre 6 et 2. II va de soi qu'un effectif comprenant un seul cas
serait chose impossible; un morpheme n'existe que par l'opposi-
tion ä un autre, et qui attribuerait ä une langue un seul cas lui
en attribuerait aucun. Le minimum theorique du Systeme casuel
est 2, et l'amplitude theorique du Systeme casuel va de 2 ä 216.
Sans parier encore du minimum absolu, que nous ne pourrons
determiner que plus tard, il est impossible ä ce stade de notre
etude de determiner meine le minimum empirique. On ne saurait
aborder ce probleme sans poser cet autre de l'effectif casuel et
de la methode ä employer pour le reconnaitre.
Pour les systemes ä trois dimensions, nous en avons etudie
qui comportent 52 et 48 cas; pour ceux ä deux dimensions nous
avons pu passer en revue successivement des systemes compor-
tant 36, 23, 19, 18, 12 et 8 cas. Cet examen a ete possible sans
poser le probleme general de l'effectif casuel. Les systemes etablis
s'imposent et ne soulevent aucun probleme de principe. C'est
pourquoi ces systemes fournissent les meilleures illustrations qui
puissent etre donnees, et la preparation qu'il faut avant d'aborder
les systemes moins nets.
Ces conditions favorables ne se retrouvent presque jamais
en envisageant les systemes comportant un nombre de cas moins
REMARQUES SUR LES SYSTEMES Ä UNE DIMENSION 77

eleve que 8, qu'ils soient d'ailleurs de deux dimensions ou d'une


seule. Pour qu'un Systeme s'impose d'une facon nette et incon-
testable ä celui qui apporte les methodes de la grammaire clas-
sique, il faut que Pexpression des cas procede invariablement
par formants explicites, en admettant toutefois que dans un
Systeme un seul cas peut etre exprime par le formant zero. II
faut encore que le Systeme fondamental soit identique au Systeme
normal de la langue examinee. Or pour des raisons que nous
avons signalees (I p. 77) ces conditions sont beaucoup plus
rares pour les systemes pauvres que pour les systemes bien
developpes.
C'est pour la meme raison que dans la premiere partie de ce
travail (I p. 114 sv.) on a ete reduit ä donner, pour illustrer la
structure generale d'une dimension morphematique, des exemples
de systemes particuliers, y compris des systemes normaux, sans
pouvoir etablir encore le Systeme fondamental qui leur fournit
le support et la raison d'etre.
Un seul exemple remplit les conditions requises: Vosmanli
moderne offre un Systeme ä la fois fondamental et normal,
comportant 6 cas ranges sur une seule dimension et dont les 5
sont exprimes par des formants explicites, le sixieme par le
formant zero. (I p. 123.)
Le Systeme casuel de l'osmanli moderne se fait reconnaitre
sans conflit avec la grammaire classique. Pour tout autre Systeme
casuel d'une seule dimension il y aura conflit necessaire et
inevitable.
TABLE

Avant-propos p. III
Ouvrages cites _ p. V
//. Systeme (continue):
D. Systemes ä deux dimensions p. 1
a) Avar p. 2
b) Hurqili p. 25
c) Küri p. 38
d) Tchetchene p. 49
e) Udi p. 61
t) Eskimo p. 65
E. Remarques sur les systemes ä une dimension . . p. 76

Bayerisch»
Staatsbibliothek
München