Sie sind auf Seite 1von 2

Le bilan thermique différentiel :

Le bilan thermique différentiel servira à déterminer le flux de chaleur à chaque point du


sécheur, nous allons introduire la notion du transfert de chaleur entre les gaz chauds et les
granules d’engrais.

𝐦𝐆𝐄
𝐝𝐐 = 𝐡 . 𝐚 × (𝐓𝐠 − 𝐓𝐩𝐬) × 𝐝𝐙 = − 𝐃 × 𝐂𝐩𝐆𝐄 × 𝐝𝐓𝐠
𝛑( )𝟐
𝟒

h : le coefficient de transfert de chaleur en (W/m2 . K)


a : Surface spécifique d’échange en (m2 /m3 )
D : le diamètre du sécheur en (m)

Tg : Température du gaz le long du sécheur en °K


Z : La longueur du sécheur en (m)
Nous allons intégrer cette équation afin d’obtenir l’expression de Z

dTG h .a 1
− = m × × dZ
(Tg − Tps) GE CpGE
D
π( )2
2
G dT mGE
Ainsi dZ = − (Tg−Tps) × D 2
× CpGE
π( 2 )

Sherwood et McCormick proposent une valeur de n=0,67. Cette valeur serait la plus
représentative.
En convertissant le flux des solides en (kg/h.m2) et le diamètre en (m) et remplaçant n=0,67
et k=0,5, nous obtenons la relation :

𝐓𝐆𝐄 −𝐓𝐆𝐒 𝐦𝐆𝐄 𝐂𝐩𝐆𝐄


Finalement 𝐙= 𝐓 −𝐓 ×( 𝐃 𝟐
)×( )
𝐥𝐧(𝐓𝐆𝐄−𝐓𝐏𝐒 ) 𝛑( 𝟐 )
𝐡.𝐚
𝐆𝐒 𝐏𝐒

Le coefficient de transfert « h » ainsi que la surface du solide « a » exposée au courant


gazeux dans un séchoir rotatif ne peuvent être convenablement mesurés. Plusieurs auteurs
dont Miller, Friedman et Marshall, proposent:
Ln
ha = K ×
D
avec
n : Constante dont la valeur varie de 0 à 4,6
K : Constante de proportionnalité qui dépend de la vitesse de rotation du tambour.
K=0,5 pour les séchoirs fabriqués aux USA
Pe
L=
D 2
avec Pe en ( lb/h.feet ) et D en (feet)
π( )
2