Sie sind auf Seite 1von 16

La procédure de sauvegarde

Réalisé par :
Encadré par :
Professeur. MIKOU AHMED FADLI MANAL
CHTAIBA ILHAM
FASSI FIHRI SAFIA
SOMMAIRE
Introduction………………………………………………………… 3

Cas de STROC INDUSTRIE :…………………………………… 6


 Faits
 Motifs
 Enoncé

Cas de SOTRAVO :………………………………………………... 9

 Faits
 Motifs
 Enoncé

Conclusion ………………………………………………………….12

Annexes …………………………………………………………….13

2
INTRODUCTION :
La procédure de sauvegarde se situe à mi-chemin entre
les procédures purement préventives et celle du redressement
judiciaire. Elle suppose que l’entreprise souffre de difficultés
économiques ou financières mais sans arriver à un état de
cessation de paiement, sinon elle serait sujette à une procédure
de redressement ou de liquidation judiciaire.

L’ouverture de la procédure de sauvegarde doit


répondre à un certains nombres de conditions à savoir :

Conditions de forme :
En vertu, de l’article 577 : « le chef de l’entreprise dépose sa
demande au greffe du tribunal sa demande énonce les
causes de la cessation de paiement
La demande doit être accompagné notamment des
documents suivants
-les états de synthèse du dernier exercice comptable visés
par le commissaire aux comptes s’il en existe
- l’énumération et l ‘évaluation de tous les biens mobiliers et
immobiliers de l’entreprise
- la lise des débiteurs avec l’indication de leurs adresses le
montant des droits de l’entreprise et garanties à la date de
cessation de paiements
-la liste des créanciers avec l’indication de leurs adresses
montant de leurs créances et garanties à la date de
cessation de paiements
-le tableau des charges
- la liste des salariés ou leurs représentants s’ils existent
-copie du modèle 7 du registre de commerce
-le bilan de l’entreprise pendant le dernier trimestre

3
les documents présentés doivent être datés et visés par le
chef de l’entreprise
dans le cas ou l’un des documents susmentionnés n’ai pas
fourni ou ne peut être fourni ou ne peut l’être
qu’incomplètement le tribunal met en demeure le chef de
l ‘entreprise de fournir ou compléter le dit document
dans tous les cas le tribunal peut ordonner toute mesure
utile pour s’assurer d la cessation de paiement de
l’entreprise y compris le fait d’obtenir communication
nonobstant toute disposition législative contraire par le
commissaire aux comptes s’il en existe les représentants des
salariés les administrations de l’Etat et les autres personnes
de droit public les établissement de crédits et les organismes
assimilé les organismes financiers ou toute autre partie des
renseignements de nature à lui donner une exacte
information sur la situation économique financière et
sociale de l’entreprise .
Lors du dépôt de la demande d’ouverture de la procédure
de redressement le président du tribunal fixe un montant
pour couvrir les frais de publicité et d’administrations de la
procédure devant être versé sans délai à la caisse du
tribunal par l’entreprise
Lorsque l’entreprise est incapable d’effectuer ce paiement les
frais précités peuvent être payés par le créancier ayant
intérêt dans l’ouverture de la procédure de redressement
dans ce cas les frais précités sont réputés créances de
l’entreprise.

Conditions de fond :
Pour qu’une entreprise bénéficie de la procédure de
sauvegarde, le législateur exige une condition sine qua non

4
à savoir que l’entreprise ne doit pas être en état de
cessation de paiement.
D’ou la définition de cette notion est nécessaire :
L'état de cessation de paiements est la situation dans
laquelle se trouve une personne ou une entreprise qui ne
dispose plus d'une trésorerie suffisante pour faire face à
ses dettes liquides et exigibles.

Parmi les grandes caractéristiques de la procédure de


sauvegarde c’est qu’elle est «facultative, en ce sens que
l’opportunité de sa mise en œuvre est laissée à la discrétion du
chef d’entreprise suivant ses impératifs. Son avantage est
qu’elle ne dépouille pas le chef de l’entreprise de ses
attributions et pouvoirs»
Si le tribunal décide d’ouvrir la procédure de sauvegarde,
le syndic nommé doit, avec le concours du chef de
l’entreprise, dresser dans un rapport le bilan financier,
économique et social de l’entreprise. Dans ce document, il
propose soit l’approbation du projet de plan de sauvegarde ou
sa modification, ou si l’entreprise est en état de cessation de
paiement, son redressement ou sa liquidation judiciaire.
Si le tribunal arrête le plan de sauvegarde, celui-ci doit être
exécuté dans un délai imparti sans excéder cinq années à dater
du jugement.
Si l’entreprise exécute le plan, le tribunal ordonne la clôture
de la procédure. Dans le cas contraire, la procédure sera
convertie en procédure de redressement ou de liquidation
judiciaire, suivant le cas.

5
CAS DE STROC INDUSTRIE :

Faits :

*Un ancien salarié de l’entreprise STROC industrie porte


plainte suite au fait qu’il n’a pas reçu son salaire pendant plus
de 7 mois et en plus de ceci, il y a eu continuité des

6
prélèvements des charges sociales de la part de l’entreprise
alors qu’elle ne les a pas reversées à la CNSS.

* Le demandeur formule une requête portant sur l’ouverture d’


une procédure de liquidation judiciaire à l’égard de l’entreprise
ainsi que l’établissement d’une expertise comptable à cette
dernière.

*Mr ZIATT, PDG de l ’ entreprise affirme la situation


financière difficile de cette dernière. D ’ où, celle ci est
débitrice d’environ 300MDH avec un actif de 500MDH. Mr
ZIATT ne nie pas les accusations qui lui ont été adressées sauf
qu’il précise que celles ci ne concernent pas l’ensemble de ses
salariés.

*L ’ entreprise STROC INDUSTRIE formule alors une


requête en opposition dans laquelle elle demande le refus
de la requête initiale vu que le demandeur n’est pas
qualifié juridiquement pour demander une liquidation
judiciaire, ainsi que l’entreprise n’est pas en état de
cessation de paiement.
La partie défenderesse demande alors l’ouverture d’une
procédure de sauvegarde.
Celle ci appuie sa demande par le fait qu’elle possède un
ensemble de commandes notamment avec l’OCP jusqu’à
2026 ; le projet de développement de l’énergie solaire ainsi
que d’autres infrastructures aussi bien au niveau national
qu’international.

7
L’avocat du défendeur accompagne sa requête par un
ensemble d’éléments à savoir : les états de synthèse du
dernier exercice comptable, le projet du plan de
sauvegarde en arabe et en français, la liste des créanciers
et débiteurs…

* Le tribunal demande une expertise comptable qui a été


faite par Mr SEFRIOUI Mohamed.
En effet, les dettes de l’entreprise sont divisées en 2 à
savoir :
°dettes à long terme de 163.077.321,00 DH
° Dettes à court terme de 479.184.132,84 DH
En revanche Mr SEFRIOUI confirme que STROC industrie
peut surmonter cette situation difficile, qu’elle a juste besoin
d’un délai pour couvrir ses dettes, qu ’ elle est toujours en
activité et qu’elle n’est pas en état de cessation de paiement

* Pour conclure :
Dans un premier lieu, le procureur du Roi se déclare pour
une position intermédiaire : le redressement judiciaire
plutôt que le plan de sauvegarde souhaité par l’entreprise.
Le parquet note que : « l’entreprise est toujours en activité,
emploie des ouvriers et dispose d’actifs ». Le procureur du
roi fait aussi sienne les déclarations d’un top management
« capable de dépasser les difficultés de son entreprise ».
Dans un deuxième lieu, suite à plusieurs audiences dont la
dernière qui date du 28-06-2018, le procureur du roi
affirme l’ouverture de la procédure de sauvegarde vu que
toutes les conditions requises sont réunies.

8
*Le syndic indique avec le concours du chef d ‘entreprise, qu’
il doit dresser dans un rapport détaillé le bilan financier,
économique et social de l’entreprise au vu de ce bilan , le
syndic propose au tribunal soit l’approbation du projet du plan
de sauvegarde ou sa modification soit le redressement de
l’entreprise soit la liquidation judiciaire .

Motifs :

Les conditions légales requises à l’ouverture d’une


procédure de sauvegarde ont été réunies dans le cas de
STROC INDUSTRIE à savoir :

° L’entreprise n’est pas en état de cessation de paiement ;

° L’existence de difficultés financières dont l’entreprise


n’est pas capable de surmonter sans l’adoption d’un plan
de sauvegarde.

Toutefois, le fait de ne pas prendre toutes les mesures


nécessaires pour sauver l’entreprise conduira celle-ci à
arriver à un état de cessation de paiement et par
conséquent elle serait sujette à une procédure de
redressement ou de liquidation judiciaire.

Enoncé :

9
Le tribunal a statué, dans son audience publique,
contradictoirement et en premier ressort :

Dans la requête initiale : refus de la requête et faire


supporter les charges à son demandeur.

Dans la requête en opposition : ouverture de la procédure


de sauvegarde au profit de l’entreprise STROC INDUSTRIE.

CAS DE SOTRAVO

SOTARAVO est une entreprise structurée au Maroc


spécialisée dans la construction.

FAITS :

°2006 :
-SOTRAVO a un projet de construction « Ibn Batouta »,
grâce auquel ‘elle arrive à signer une convention avec
groupe EL OMRAN et le chef du gouvernement.
-Suite à cette convention ainsi qu’à la crise du secteur des
BTP ; SOTRAVO se trouve confronté à de sérieuses
difficultés financières car , il s’est avéré que les institutions
étatiques n’ont pas exécutées leur part du marché ;

10
-L’entreprise a supporté un ensemble de dettes dont le
montant s’élève à 23MMDH qu’elle n’a pas pu rembourser
et ceci est dû au fait qu’elle n’a pas réussi à vendre ses
constructions.

°2013 :
SOTRAVO a signé également une convention avec l’ONCF.
Malheureusement, ce projet a échoué suite à sa non
conformité internationale.
Vu qu’elle n’est pas en état de cessation de paiement,
SOTRAVO décide donc de déposer une requête auprès du
tribunal de commerce dans laquelle elle demande
l’ouverture de la procédure de sauvegarde tout en
appuyant sa demande avec tous les documents nécessaires
(art577).

Motifs :
Apres avoir examiné l’affaire en chambre de conseil, on a
conclu que la crise financière de SOTRAVO est due
principalement à la construction du projet Ibn Batouta.

11
Par ailleurs, il a été prouvé que l’entreprise n’est pas en
état de cessation de paiement ainsi que l’existence de
difficultés financières insurmontables sans l’adoption d’un
plan de sauvegarde.
Par conséquent, toutes les conditions requises sont
réunies pour que le juge statue en faveur de SOTRAVO.

Enoncé :
Le 01/10/2018
Le tribunal a statué, dans son audience publique:
sur la forme : l’acceptation de la demande .
Sur le fond : l’ouverture d’une procédure de sauvegarde à
l’égard de la société SOTRAVO S.A

12
Conclusion :
-La procédure de sauvegarde est l’innovation majeure du livre
5 du code de commerce promulgué le 19 avril 2018.
-Elle est considérée comme une procédure préventive qui est
venue substituer la logique de sanction à une logique
d’accompagnement et d’assistance.
-Parmi ses principaux objectifs:
* Préserver les droits des créanciers

*Permettre au chef de l’entreprise de rester à la tête de cette


entreprise.

-Suite à notre entretien avec Maitre ADSAOUI (avocat de STROC),


on a pu conclure que la procédure de sauvegarde ne peut être que
bénéfique pour les entreprises en difficultés qui ne sont pas en état de
cessation de paiement.

-Sur ce,

Pensez-vous que la procédure de sauvegarde


serait-elle bénéfique sur le long-terme pour les

13
entreprises marocaines sachant qu’en France
elle n’est plus autant adoptée?

ANNEXES

14
Entretien avec l’avocat de STROC INDUSTRIE :

Maître. ADSAOUI HAMID

1. Sur quoi vous êtes vous basé pour faire votre défense?

-Je me suis basé sur les articles: 560/561 / 577, surtout que l’entreprise n’etait pas en
état de cessation de paiement et qu’elle subissait seulement des difficultés passagères.
La procédure de sauvegarde est une procédure de prévention .

2. Quels sont les étapes a suivre pour bénéficier d’une


procédure de sauvegarde?

-On fait d’abord une demande auprès de la chambre de conseil ensuite c’est le président
qui statue là-dessus, on présente les documents comptables cités dans l’article 577 puis
on effectue un projet de plan de sauvegarde tout en montrant les difficultés de
l’entreprise.

3. Pensez-vous que la procédure de sauvegarde permet –elle


la pérénité de l’entreprise?

-Biensur, la procédure de sauvegarde est très bénéfique pour l’entreprise, elle lui permet
de ne pas tomber dans la cessation de paiement.
C’est la meilleure procédure de prévention pour une entreprise.

15
16