Sie sind auf Seite 1von 36

Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :

W.AMALOU & B.LAGHOUATI

TP 1: Simulation d’un réseau WAN : Configuration d’une liaison


routeur vers routeur par une liaison « Serial DCE »
I. Partie théorique :
1. Routage statique :
1.1. Introduction :

Au cœur de tous les réseaux de données, le routage fait passer les


informations de la source à la destination dans le cadre d'un inter
réseau. Les routeurs sont les périphériques qui assurent le transfert de
paquets d'un réseau vers le réseau suivant.

Les routeurs obtiennent des informations sur les réseaux distants, soit
dynamiquement, en utilisant des protocoles de routage, soit
manuellement, en utilisant des routes statiques. Dans de nombreux cas,
les routeurs utilisent une combinaison de protocoles de routage
dynamique et de routes statiques. Ce chapitre porte sur le routage
statique.

Les routes statiques sont très courantes et ne nécessitent pas le même


niveau de traitement et de charge que les protocoles de routage
dynamique. des exemples de topologies seront utilisés pour configurer
des routes statiques IPv4 et IPv6 et pour proposer des techniques de
dépannage. Dans la foulée, plusieurs commandes IOS importantes et le
résultat obtenu seront étudiés. Une présentation de la table de routage
en utilisant à la fois les deux réseaux connectés directement et les routes
statiques sera incluse.

Ce chapitre comparera également le routage par classe et les


méthodes largement appliquées de routage sans classe. Il portera sur le
routage inter domaine sans classe (CIDR) et les méthodes de masque de
sous-réseau de longueur variable (VLSM). CIDR et VLSM ont permis de
conserver l'espace d'adressage IPv4 à l'aide de la création de sous-
réseaux et de techniques de récapitulation.

1
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

1.2. Implémentation du routage statique :

Un routeur peut apprendre des réseaux distants de deux manières


différentes :

✓ Manuellement : les réseaux distants sont saisis manuellement


dans la table de route à l'aide de routes statiques.
✓ Dynamiquement : les routes distantes sont automatiquement
acquises via un protocole de routage dynamique.

La Figure 1 présente un exemple de routage statique. La Figure 2


présente un exemple de routage dynamique en utilisant le protocole
EIGRP.

Un administrateur réseau peut configurer manuellement une route


statique pour accéder à un réseau spécifique.

Contrairement à un protocole de routage dynamique, les routes


statiques ne sont pas mises à jour automatiquement et elles doivent
être reconfigurées manuellement à chaque modification de la topologie
du réseau. Une route statique ne change que lorsque l'administrateur la
reconfigure manuellement.

2
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Le routage statique offre plusieurs avantages par rapport au routage


dynamique, notamment :

Les routes statiques ne sont pas annoncées sur le réseau, pour une
meilleure sécurité.

Les routes statiques utilisent moins de bande passante que les


protocoles de routage dynamique, aucun cycle de processeur n'est
utilisé pour calculer et communiquer des routes. Le chemin qu'une route
statique utilise pour envoyer des données est connu.

Le routage statique présente les inconvénients suivants :

• La configuration initiale et la maintenance prennent du temps.


• La configuration présente des risques d'erreurs, tout
particulièrement dans les grands réseaux.
• L'intervention de l'administrateur est requise pour assurer la mise
à jour des informations relatives aux routes.
• N'évolue pas bien avec les réseaux en expansion et la
maintenance devient fastidieuse.

3
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

• Exige une connaissance complète de l'ensemble du réseau pour


une implémentation correcte.

Les fonctionnalités du routage statique et du routage dynamique sont


comparées dans la figure. Notez que les avantages d'une méthode
constituent les inconvénients de l'autre. Les routes statiques sont utiles
pour les plus petits réseaux avec un seul chemin vers un réseau externe.
Ils offrent également une sécurité sur les réseaux de plus grande
envergure pour certains types de trafic ou des liens vers d'autres
réseaux nécessitant plus de contrôle. Il est important de comprendre
que le routage statique et le routage dynamique ne s'excluent pas
mutuellement. En revanche, la plupart des réseaux utilisent une
combinaison de protocoles de routage dynamique et de routes
statiques. Cela peut donner lieu à un routeur disposant de plusieurs
chemins vers un réseau de destination via des routes statiques et des
routes apprises dynamiquement. Toutefois, la distance administrative
(AD) d'une route statique correspond à 1. Par conséquent, une route
statique sera prioritaire par rapport à toutes les routes apprises
dynamiquement

Le routage statique a trois fonctions principales :

✓ Faciliter la maintenance des tables de routage dans les réseaux de


petite taille qui ne sont pas amenés à se développer de manière
significative
✓ Routage entre les réseaux d'extrémité Un réseau d'extrémité est
un réseau accessible par une seule route, et le routeur a un seul
voisin
✓ Utilisation d'une seule route par défaut, servant à représenter un
chemin vers tout réseau ne présentant aucune correspondance
plus spécifique avec une autre route figurant dans la table de
routage Les routes par défaut sont utilisées pour envoyer du trafic
vers toute destination au-delà du routeur en amont

4
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

La figure fournit un exemple de connexion d'un réseau d'extrémité et


de connexion de route par défaut. Remarquez dans la figure qu'un
réseau relié à R1 n'aurait qu'un seul moyen d'atteindre d'autres
destinations, qu'il s'agisse de réseaux reliés à R2 ou de destinations au-
delà de R2. Cela signifie que le réseau 172.16.3.0 est un réseau
d'extrémité et R1 est un routeur d'extrémité. L'exécution d'un protocole
de routage entre R2 et R1 est un gaspillage de ressources.

Dans cet exemple, une route statique peut être configurée sur R2 pour
atteindre le réseau local de R1. De plus, étant donné que R1 n'a qu'un
seul chemin pour envoyer le trafic non local, une route statique par
défaut peut être configurée sur R1 pour spécifier R2 comme tronçon
suivant pour tous les autres réseaux.

1.3. Types de routes statiques :

Comme l'illustre la figure, les routes statiques sont le plus souvent


utilisées pour se connecter à un réseau spécifique ou pour fournir une
passerelle de dernier recours pour un réseau d'extrémité. Elles peuvent
également avoir les fonctions suivantes :

5
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

• Réduction du nombre de routes annoncées par la récapitulation


de plusieurs réseaux contigus dans une seule route statique
• Création d'une route de secours en cas de panne d'un lien de
route principale

Les types suivants de routes statiques IPv4 et IPv6 seront abordés :

✓ Route statique standard


✓ Route statique par défaut
✓ Route statique récapitulative
✓ Route statique flottante

IPv4 et IPv6 prennent tous deux en charge la configuration des routes


statiques. Les routes statiques sont utiles pour la connexion d'un réseau
distant spécifique.

La figure montre que R2 peut être configuré avec une route statique
pour atteindre le réseau d'extrémité 172.16.3.0/24.

Remarque : l'exemple illustre un réseau d'extrémité, mais en réalité,


une route statique peut être utilisée pour se connecter à n'importe quel
réseau.

6
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

• Route statique par défaut :

Une route statique par défaut est une route qui correspond à tous les
paquets. Une route par défaut identifie l'adresse IP de la passerelle à
laquelle le routeur envoie tous les paquets IP qui n'ont pas de route
apprise ou statique. Une route statique par défaut est simplement une
route statique avec 0.0.0.0/0 comme adresse IPv4 de destination. La
configuration d'une route statique par défaut crée une passerelle de
dernier recours.

Remarque : toutes les routes qui identifient une destination spécifique


avec un plus grand masque de sous-réseau sont prioritaires par rapport
à la route par défaut.

Les routes statiques par défaut sont utilisées :

Quand aucune autre route de la table de routage ne correspond à


l'adresse IP de destination du paquet. En d'autres termes, en l'absence
d'une correspondance plus spécifique. Elles sont couramment utilisées
lors de la connexion d'un routeur de périphérie d'une société au réseau
du fournisseur d'accès Internet.

Lorsqu'un routeur n'est connecté qu'à un seul autre routeur. Ce cas est
appelé « routeur d'extrémité ».

Reportez-vous à la figure pour un exemple de mise en œuvre du routage


statique par défaut.

7
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

• Route recapulative :

Pour réduire le nombre d'entrées de la table de routage, plusieurs


routes statiques peuvent être récapitulées en une seule route statique si

✓ Les réseaux de destination sont contigus et peuvent être


récapitulés dans une adresse réseau unique.
✓ Les multiples routes statiques utilisent toutes la même interface
de sortie ou adresse IP de tronçon suivant.

Dans la figure, R1 nécessiterait quatre routes statiques distinctes pour


accéder aux réseaux 172.20.0.0/16 à 172.23.0.0/16. Au lieu de cela, une
route statique récapitulative peut être configurée et continuer à fournir
la connectivité à ces réseaux.

8
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

• Route statique flottante :

Un autre type de route statique est une route statique flottante. Les
routes statiques flottantes sont des routes statiques utilisées pour
fournir un chemin de secours à une route statique ou une route
dynamique principale, en cas d'échec de lien. La route statique flottante
est utilisée uniquement lorsque la route principale n'est pas disponible.

Pour cela, la route statique flottante est configurée avec une distance
administrative plus élevée que la route principale. Souvenez-vous que la
distance administrative indique la fiabilité d'une route. Si plusieurs
chemins vers la destination existent, le routeur choisira le chemin
présentant la plus courte distance administrative.

Par exemple, supposons qu'un administrateur souhaite créer une route


statique flottante de secours pour une route apprise par le protocole
EIGRP. La route statique flottante doit être configurée avec une distance
administrative plus élevée que le protocole EIGRP. L'EIGRP possède une
distance administrative de 90. Si la route statique flottante est
configurée avec une distance administrative de 95, la route dynamique
associée au protocole EIGRP est préférée à la route statique flottante. Si
la route associée au protocole EIGRP est perdue, la route statique
flottante est utilisée à la place.

9
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Dans la figure, le routeur Branch transfère généralement l'ensemble du


trafic vers le routeur HQ via la liaison WAN privée. Dans cet exemple, les
routeurs échangent des informations de routage au moyen du protocole
EIGRP. Une route statique flottante, avec une distance administrative
supérieure ou égale à 91, peut être configurée pour servir de route de
secours. Si la liaison WAN privée échoue et que la route EIGRP disparaît
de la table de routage, le routeur sélectionne la route statique flottante
comme meilleur chemin pour accéder au réseau local HQ.

1.4. Configuration des routes statiques et par défaut :


1.4.1. Configuration des routes statiques IPv4 :

Les routes statiques sont configurées au moyen de la commande de


configuration globale IP route. La syntaxe de la commande est la
suivante :

Router(config)# ip route network-address subnet-mask { ip-


address | interface-type interface-number [ ip-
address ]} [ distance ] [ name name ] [ permanent ] [
tag tag ]

10
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Les paramètres suivants sont nécessaires à la configuration du routage


statique :

• network-address - Adresse de destination du réseau distant à


ajouter à la table de routage, souvent appelée préfixe.
• subnet-mask - Masque de sous-réseau, ou simplement masque,
du réseau distant à ajouter à la table de routage. Le masque de
sous-réseau peut être modifié pour récapituler un groupe de
réseaux.

Un des paramètres suivants ou les deux doivent également être utilisés :

• ip-address - Adresse IP du routeur qui se connecte à utiliser pour


transférer le paquet vers le réseau de destination distant.
Généralement appelé le tronçon suivant.
• exit-intf -Interface de sortie à utiliser pour transférer le paquet au
prochain tronçon.

Comme l'illustre la figure, la syntaxe de commande généralement


utilisée est :

ip route network-address subnet-mask {ip-address | exit-intf}.

Le paramètre distance est utilisé pour créer une route statique flottante
en définissant une distance administrative supérieure à une route
apprise dynamiquement.

Remarque : les paramètres restants ne sont pas pertinents par rapport à


ce chapitre ou à la certification CCNA. Les paramètres suivants sont
nécessaires à la configuration du routage statique : network-address -
Adresse de destination du réseau distant à ajouter à la table de routage,
souvent appelée préfixe.

11
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

2. Routage dynamique :
2.1. Introduction :

Les réseaux de données que nous utilisons quotidiennement pour


apprendre, jouer et travailler vont du petit réseau local au vaste inter
réseau mondial. À domicile, un utilisateur peut avoir un routeur et deux
ordinateurs ou plus. Au travail, une entreprise disposera peut-être de
plusieurs routeurs et commutateurs pour répondre aux besoins de
communication de données de centaines, voire de milliers d'ordinateurs.

Les routeurs transfèrent les paquets à l'aide d'informations figurant


dans la table de routage. Les routes vers les réseaux distants peuvent
être apprises par le routeur de deux façons : les routes statiques et les
routes dynamiques. Sur un vaste réseau avec de nombreux réseaux et
sous-réseaux, la configuration et a mise à jour des routes statiques entre
ceux-ci requièrent une importante surcharge administrative et
opérationnelle. Cette surcharge opérationnelle est particulièrement
notable lorsque des modifications sont apportées au réseau, comme
l'interruption d'un lien ou la mise en œuvre d'un nouveau sous-réseau.
La mise en œuvre de protocoles de routage dynamique peut alléger la
charge des tâches de configuration et de maintenance, et permettre
l'évolutivité du réseau.

Ce chapitre présente les protocoles de routage dynamique. Il explore


les avantages de l'utilisation de protocoles de routage dynamique, la
façon dont les différents protocoles de routage sont classifiés et les
métriques utilisées par les protocoles de routage afin de déterminer le
meilleur chemin pour le trafic réseau. Ce chapitre aborde d'autres sujets,
notamment les caractéristiques des protocoles de routage dynamique
ainsi que les différences entre les différents protocoles de routage. Les
professionnels des réseaux doivent comprendre les protocoles de
routage à leur disposition pour prendre des décisions éclairées quant à
l'utilisation du routage statique ou du routage dynamique. Ils doivent
également savoir quel protocole de routage dynamique convient le
mieux dans un environnement réseau spécifique.

12
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

2.2. Protocoles de routage dynamique :


2.2.1. Fonctionnement des protocoles de routage dynamique :

Les protocoles de routage dynamique sont utilisés dans les réseaux


depuis la fin des années quatre-vingt. Le protocole RIP (Routing
Information Protocol) est l'un des tout premiers protocoles de routage.
La version 1 du protocole RIP (RIPv1) a été publiée en 1988, mais
certains de ses algorithmes de base étaient déjà utilisés sur ARPANET
(Advanced Research Projects Agency Network) dès 1969.

À mesure que les réseaux évoluaient et devenaient plus complexes, de


nouveaux protocoles de routage ont émergé. Le protocole de routage
RIP a été mis à jour pour prendre en compte la croissance de
l'environnement réseau, devenant ainsi RIPv2. Toutefois, à ce jour, cette
nouvelle version n'est toujours pas adaptée aux grands réseaux. Aussi,
deux protocoles de routage avancés ont été développés pour répondre
aux besoins des réseaux plus importants : OSPF (Open Shortest Path
First) et IS-IS (Intermediate System-to-Intermediate System). Cisco a
développé les protocoles IGRP (Interior Gateway Routing Protocol) et
Enhanced IGRP (EIGRP), qui s'adaptent également bien aux réseaux de
plus grande taille.

Il a fallu par ailleurs interconnecter des inters réseaux différents et


assurer un routage entre ces derniers. Le protocole BGP (Border
Gateway Protocol) (BGP) est désormais utilisé entre les fournisseurs
d'accès Internet (FAI). Le protocole BGP est également utilisé entre les
FAI et leurs clients privés plus importants pour échanger des
informations de routage.

La Figure 1 classifie les protocoles.

13
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Le nombre d'appareils personnels utilisant le protocole IP ne cessant de


croître, l'espace d'adressage IPv4 est pratiquement épuisé, ce qui a
donné lieu à l'émergence du protocole IPv6. De nouvelles versions des
protocoles de routage IP ont été développées pour prendre en charge
les communications reposant sur IPv6 (voir la ligne IPv6 dans la figure).

Le protocole RIP est le plus simple des protocoles de routage


dynamique. Il est utilisé dans cette section pour fournir des notions de
base sur le protocole de routage.

2.3. Protocoles de routage dynamique :


2.3.1. Fonctionnement des protocoles de routage dynamique :

Les protocoles de routage sont utilisés pour faciliter l'échange


d'informations de routage entre des routeurs. Un protocole de routage
est un ensemble de processus, d'algorithmes et de messages qui sont
utilisés pour échanger des informations de routage et construire la table
de routage en y indiquant les meilleurs chemins choisis par le protocole.
La fonction des protocoles de routage dynamique inclut les éléments
suivants :

• Découverte des réseaux distants


• Actualisation des informations de routage
• Choix du meilleur chemin vers les réseaux de destination
• Capacité à trouver un nouveau meilleur chemin si le chemin actuel
n'est plus disponible

Les principaux composants des protocoles de routage dynamique


incluent les éléments suivants :

• Structures de données : pour fonctionner, les protocoles de


routage utilisent généralement des tables ou des bases de
données. Ces informations sont conservées dans la mémoire vive.
• Messages de protocoles de routage : les protocoles de routage
utilisent différents types de messages pour découvrir les routeurs
voisins, échanger des informations de routage et effectuer

14
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

d'autres tâches afin d'obtenir et de gérer des informations


précises relatives au réseau.
• Algorithme : un algorithme est une liste précise d'étapes
permettant d'accomplir une tâche. Les protocoles de routage
utilisent des algorithmes pour faciliter l'échange d'informations
de routage et déterminer le meilleur chemin d'accès.

La figure illustre les structures de données, les messages de protocole de


routage et l'algorithme de routage utilisé par le protocole EIGRP.

Les protocoles de routage permettent aux routeurs de partager de


manière dynamique des informations sur les réseaux distants et
d'ajouter automatiquement ces informations à leurs propres tables de
routage (voir l'animation dans la figure).

Les protocoles de routage déterminent le meilleur chemin, ou la


meilleure route, vers chaque réseau. Cette route est alors ajoutée à la
table de routage. L'un des principaux avantages des protocoles de
routage dynamique est l'échange d'informations de routage entre les
routeurs lors de la modification de la topologie. Cet échange permet aux
routeurs de découvrir automatiquement de nouveaux réseaux et
également de trouver d'autres chemins en cas d'échec d'un lien vers un
réseau actif. Par rapport au routage statique, les protocoles de routage

15
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

dynamique requièrent une charge administrative moindre. Toutefois,


l'utilisation de protocoles de routage dynamique implique qu'une partie
des ressources d'un routeur est dédiée au fonctionnement du protocole
(y compris le temps processeur et la bande passante du lien réseau).
Malgré les avantages du routage dynamique, le routage statique a
encore toute sa légitimité. Selon la situation, l'un conviendra mieux que
l'autre. Le routage statique et le routage dynamique peuvent être
configurés sur des réseaux moyennement complexes.

3. Comparaison des routages statique et dynamique :

Avant de déterminer les avantages des protocoles de routage


dynamique, réfléchissez aux raisons pour lesquelles les professionnels
des réseaux utilisent le routage statique. Bien que le routage dynamique
présente certainement plusieurs avantages par rapport au routage
statique, ce dernier est toujours utilisé sur les réseaux actuels. Pour être
plus précis, les réseaux combinent généralement le routage dynamique
et le routage statique.

Le routage statique est principalement utilisé pour les raisons suivantes :

• Faciliter la maintenance des tables de routage dans les réseaux de


petite taille qui ne sont pas amenés à se développer de manière
significative
• Permettre le routage vers et à partir d'un réseau d'extrémité, à
savoir un réseau avec une seule route par défaut vers l'extérieur
et aucune connaissance d'aucun des réseaux distants
• Accès à une seule route par défaut (qui sert à représenter un
chemin vers tout réseau ne présentant aucune correspondance
plus spécifique avec une autre route figurant dans la table de
routage)

16
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

La figure présente un exemple de routage statique.

La table de la figure illustre les avantages et les inconvénients du


routage statique. Il est facile de mettre en œuvre le routage statique sur
un petit réseau. Les routes statiques restent inchangées, ce qui rend leur
dépannage assez facile. Les routes statiques n'envoient pas de messages
de mise à jour et, par conséquent, n'entraînent qu'une surcharge
minime.

Les inconvénients du routage statique sont les suivants :

• Les routes statiques ne sont pas faciles à mettre en œuvre dans un


grand réseau.
• La gestion des configurations statiques peut prendre du temps.
• Si un lien échoue, une route statique ne peut pas réacheminer le
trafic.

Les protocoles de routage dynamique permettent aux administrateurs


réseau de gérer le processus fastidieux et astreignant de configuration et
de maintenance des routes statiques.

Supposons qu'il faille mettre à jour les configurations de routage


statique pour les sept routeurs de la Figure 1.

17
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Que se passerait-il si l'entreprise s'étendait et disposait à présent de


quatre régions et de 28 routeurs à gérer, comme illustré dans la Figure 2
? Que se passerait-il en cas de panne d'un lien ? Comment s'assurer de la
disponibilité de chemins redondants ? Le routage dynamique est la
meilleure solution pour les grands réseaux.

Tous les protocoles de routage sont conçus pour découvrir les réseaux
distants et s'adapter rapidement en cas de modification de la topologie.
La méthode adoptée à cette fin par un protocole de routage dépend de
l'algorithme qu'il utilise et des caractéristiques de fonctionnement de ce
protocole.

D'une manière générale, le fonctionnement d'un protocole de routage


dynamique peut être décrit de la manière suivante :

1. Le routeur envoie et reçoit des messages de routage sur ses


interfaces.

2. Le routeur partage les messages et les informations de routage avec


d'autres routeurs qui utilisent le même protocole de routage.

3. Les routeurs échangent des informations de routage pour découvrir


des réseaux distants.

4. Lorsqu'un routeur détecte une modification de topologie, le protocole


de routage peut l'annoncer aux autres routeurs.
18
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Tous les protocoles de routage suivent les mêmes schémas de


fonctionnement. Pour illustrer ceci, examinez le scénario suivant dans
lequel les trois routeurs exécutent tous RIPv2.

Lorsqu'un routeur est mis sous tension, il ne dispose d'aucune


information sur la topologie du réseau. Il ne sait même pas que des
périphériques sont connectés à l'autre extrémité de ses liaisons. Les
seules informations dont dispose un routeur sont celles de son propre
fichier de configuration qui est stocké dans la mémoire vive non volatile.
Une fois amorcé avec succès, le routeur applique la configuration
enregistrée. Si l'adressage IP est correctement configuré, le routeur
détecte d'abord ses propres réseaux connectés directement.

• R1 ajoute le réseau 10.1.0.0 disponible via l'interface


FastEthernet 0/0 et 10.2.0.0 devient alors disponible via
l'interface série 0/0/0.
• R2 ajoute le réseau 10.2.0.0 disponible via l'interface série 0/0/0
et 10.3.0.0 devient alors disponible via l'interface série 0/0/1.
• R3 ajoute le réseau 10.3.0.0 disponible via l'interface série 0/0/1
et 10.4.0.0 devient alors disponible via l'interface FastEthernet
0/0.

19
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Avec ces informations initiales, les routeurs recherchent ensuite des


sources de route supplémentaires pour leurs tables de routage.

4. Types de protocoles de routage :

Les protocoles de routage peuvent être classés dans différents groupes


selon leurs caractéristiques. Plus précisément, les protocoles de routage
peuvent être classés en fonction de leur :

• Objectif - Protocole IGP (Interior Gateway Protocol) ou protocole


EGP (Exterior Gateway Protocol)
• Fonctionnement - Vecteur de distance, protocole d'état de liens
ou protocole de vecteur de chemin
• Comportement - Par classe (ancien) ou protocole sans classe

Par exemple, les protocoles de routage IPv4 sont classés comme suit :

• RIPv1 (ancien) - IGP, vecteur de distance, protocole par class


• IGRP (ancien) - IGP, vecteur de distance, le protocole par classe
développé par Cisco (abandonné depuis l'IOS 12.2 et versions
ultérieures)
• RIPv2 - IGP, vecteur de distance, protocole sans classe
• EIGRP - IGP, vecteur de distance, protocole sans classe développé
par Cisco
• OSPF - IGP, état de liens, protocole sans classe
• IS-IS - IGP, état de liens, protocole sans classe
• BGP - EGP, vecteur de distance, protocole sans classe

Les protocoles de routage par classe, RIPv1 et IGRP, sont des


protocoles anciens et sont uniquement utilisés dans les réseaux plus
anciens. Ces protocoles de routage ont évolué pour devenir
respectivement les protocoles de routage sans classe RIPv2 et EIGRP. Les
protocoles de routage à état de liens sont sans classe par nature.

La Figure 1 présente une vue hiérarchique de la classification des


protocoles de routage dynamique.

20
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

I. Travail à réaliser :

Objectif du TP :

Ces travaux pratiques abordent les principales commandes IOS


permettant de gérer, de configurer et de contrôler les périphériques sur
un réseau à plusieurs routeurs. Dans le cadre de ces travaux pratiques,
vous apprendrez tout d’abord à configurer deux routeurs en utilisant les
routes statiques ainsi qu’à vérifier les configurations et la connectivité
d’un réseau.

La topologie :

21
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Table d’adressage :
Masque de Passerelle par
Périphérique Interface Adresse IP
sous-réseau défaut
S 0/1/0 172.22.0.1 255.255.0.0 S/O
Routeur 0 (R0)
F 0/0 192.168.1.1 255.255.255.0 S/O
S 0/1/0 172.22.0.2 255.255.0.0 S/O
Routeur 1 (R1)
F 0/0 192.168.2.1 255.255.255.0 S/O
PC 0 F 0/0 192.168.1.2 255.255.255.0 192.168.1.1
PC 1 F 0/0 192.168.2.2 255.255.255.0 192.168.2.1

Note: Avant de commencer la configuration il est obligatoire de rajouté


le module convenable à chaque routeur (éteignez le routeur avant de
rajouter le module et rallumer ce dernier une fois le module insérer)

Etape 1 : connexion du PC0 au routeur R0

Connectez le PC0 à l’interface FastEthernet 0/0 du routeur R0.

Etape 2 : Configuration d’interfaces sur le routeur R0

Passez du mode d’exécution privilégié au mode de configuration globale.


Saisissez les commandes de configuration (une par ligne). Terminez par
CNTL/Z. Définissez R0 en tant que nom du routeur.

22
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

a. Configurez l’interface FastEthernet 0/0 avec l’adresse IP


192.168.1.1/24

23
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

b. Configurez l’interface Serial 0/1/0 avec l’adresse IP


172.22.0.1/16. Réglez la fréquence d’horlogesur 64000.

c. Repassez en mode de configuration globale.

24
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

d. Enregistrez la configuration.

e. Fermez le routeur R1

25
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Étape 3 : connexion du PC1 au routeur R1

Connectez le PC1 à l’interface FastEthernet 0/0 du routeur R1.

Quel type de câble devez-vous utiliser pour connecter directement un


hôte au port Ethernet d’un routeur ?

On doit utiliser un câble droit

Etape 4 : exécution d’une configuration de base du routeur R1

a. Configurez l’interface FastEthernet 0/0 avec l’adresse IP


192.168.2.1/24.

26
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

b. Configurez l’interface Serial 0/1/0 avec l’adresse IP


172.22.0.2/16.

c. Repassez en mode d’exécution privilégié.

d. Enregistrez la configuration.

e. Fermez le routeur R2.

27
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Étape5 : vérification et test des configurations

• Pour vérifier si le PC0 et le routeur R0 sont correctement configurés,


envoyez une requête Ping à l’interface Fa0/0 (passerelle par défaut) du
Routeur0 à partir du PC0.

28
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

•Pour vérifier si le PC1 et le routeur R1 sont correctement configurés,


envoyez une requête Ping à l’interface Fa0/0 à partir du PC1.

29
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

•Pour vérifier si le PC0 et le routeur R1 sont correctement configurés,


envoyez une requête Ping à l’interface Fa0/0 (passerelle par défaut) du
Routeur1 à partir du PC0.

•Pour vérifier si le PC1 et le routeur R0 sont correctement configurés,


envoyez une requête Ping à l’interface Fa0/0 à partir du PC1.

Les requêtes Ping ont-elles abouti ? Pourquoi ?

Les 2 dernières requêtes oing ne sont pas abouties car on n’a pas
encore définit des routes entre les deux sous réseaux

Étape 6 : configuration d’un routage statique sur le routeur R0.

a. Créez une route statique pour permettre au routeur R0 d’accéder


au réseau attaché à l’interfaceFa0/0 du routeur R1. Utilisez
l’interface du tronçon suivant sur le routeur R1 en tant que
chemin d’accès à ce réseau.

30
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

b. Repassez en mode d’exécution privilégié.

c. Enregistrez la configuration.

d. Fermez le routeur R0

Étape 7 : configuration d’un routage statique sur le routeur R1

Créez une route statique pour permettre au routeur R1 d’accéder au


réseau attaché à l’interfaceFa0/0 du routeur R0. Utilisez l’interface du
tronçon suivant sur le routeur R0 en tant que chemin d’accès à ce
réseau.

31
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Étape 8 : vérification et test des configurations

•Pour vérifier si le PC0 et le routeur sont correctement configurés,


envoyez une requête Ping à l’interface de routeur Fa0/0 (passerelle par
défaut) du Routeur0 à partir du PC1.

32
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

•Pour vérifier si le PC1 et le routeur R1 sont correctement configurés,


envoyez une requête Ping à l’interface Fa0/0 à partir du PC0.

Les requêtes Ping ont-elles abouti ? Pourquoi ?

Les requêtes Ping sont abouties car on a ajouté des routes statiques
pour les deux routeurs R1 et R0.

Étape 9 : remarques générales

1. Quel symbole est utilisé pour indiquer un Ping réussi dans le logiciel
Cisco IOS ?
Reply from 192.168.2.1: bytes=32 time=2ms TTL=254
Reply from 192.168.2.1: bytes=32 time=1ms TTL=254
Reply from 192.168.2.1: bytes=32 time=1ms TTL=254
Reply from 192.168.2.1: bytes=32 time=1ms TTL=254

Ping statistics for 192.168.2.1:


Packets: Sent = 4, Received = 4, Lost = 0 (0% loss),
Approximate round trip times in milli-seconds:
Minimum = 1ms, Maximum = 2ms, Average = 1ms

À l’aide de la commande show ip route, vérifiez si les tables de routage


contiennent les routes vers tous les réseaux configurés.

33
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

2. Que signifie la lettre « S » ?

S : c’est pour statique

34
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

À l’aide de la commande show ip interface brief, vérifiez les


configurations des interfaces du routeur.

3. Qu’est-ce qui indique que les interfaces sont correctement


configurées et actives ?
Interface IP-Address OK? Method Status Protocol
FastEthernet0/0 192.168.1.1 YES manual up up
FastEthernet0/1 unassigned YES unset administratively down down

35
Master 1Réseaux et Télécommunications TP par :
W.AMALOU & B.LAGHOUATI

Serial0/0/0 unassigned YES unset administratively down down


Serial0/0/1 unassigned YES unset administratively down down
Serial0/1/0 172.22.0.1 YES manual up up
Serial0/1/1 unassigned YES unset administratively down down
Vlan1 unassigned YES unset administratively down down

Le yes pour ok ? et le up pour protocol

4. Qu’est-ce qui indique qu’une interface n’est pas correctement


configurée ?

Protocol si c’est mentionné down

Conclusion :

Pour le routage statique, les tables sont remplies manuellement. Il est


utilisé sur des petits réseaux ou sur des réseaux d'extrémité.

Avec le routage dynamique, les tables sont remplies automatiquement.


On configure un protocole qui va se charger d'établir la topologie et de
remplir les tables de routage. On utilise un protocole de routage
dynamique sur des réseaux plus importants. Le routage dynamique
permet également une modification automatique des tables de routage
en cas de rupture d'un lien sur un routeur. Il permet également de
choisir la meilleure route disponible pour aller d'un réseau à un autre.

Exemple de protocole de routage : BGP (utilisé sur l'Internet), RIP, OSPF,


IS-IS

36