Sie sind auf Seite 1von 8

Compte rendu de TP N°01:

Machines hydrauliques et pneumatiques


(Mesure de débit)

Nom & prénom : - Merabet Lakhdar


- Badis Salah eddine
- Smati Mohamed kamaruddine

Groupe : 01
Spécialité : Électromécanique
I) Introduction :
Le tube de Venturi (du nom d'un physicien italien du 18ème siècle)
est tuyau court présentant un resserrement interne. On peut le
représenter par l'assemblage de 2 entonnoirs. C’est un appareil utilisé
pour mesurer le débit de fluide qui traverse une conduite. L’eau qui
est supposé comme fluide incompressible circule dans la conduite et
passe par un convergent, qui se termine par un col de section
inférieure. La vitesse de l’écoulement augmente dans ce convergent ;
cette augmentation de vitesse correspond par ailleurs à une
diminution de la pression en fonction du débit. Après le col le fluide
passe dans un divergent, où il perd de sa vitesse et remonte en
pression

II) Rappel théorique principe de venturi :


Soient Qv1 et Qv2 les débits s’écoulant au travers des sections 1 et 2 et
soient P1 et P2 les prises de pressions statiques

figure 01 : schéma d’un tube de venturi


son principe est le suivant : la réduction de section provoque une
augmentation de vitesse. en effet, par la conservation du débit entre
les sections 1et 2, on montre :
→ Qv1 = Qv2
→ V1 A1 = V2 A2
𝐴2 𝐷2
→ V1 = V2 =V2 ……………………………………..(1)
𝐴1 𝐷1
D1 et D2 : sont les diamètre des sections en 1 et 2

L’équation de BERNOULLI s’écrit sous la forme :


𝑉2 𝑃
+ + Z = Ccte
2𝑔 𝜌𝑔

𝑉2
: la hauteur due à la vitesse
2𝑔
𝑃
: la hauteur due à la pression
𝜌𝑔

En appliquent maintenant le théorème de BERNOULLI en considérant


le fluide comme étant parfait : il y a donc conservation de la charge
entre 1 et 2, soit :
𝑉12 𝑃1 𝑉22 𝑃2
+ + Z1 = + + Z2
2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔
Comme Z1 = Z2 donc :
𝑉12 𝑃1 𝑉22 𝑃2
+ = +
2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔

𝑉12 𝑉22
→ + h1 = + h2 …………………………………(2)
2𝑔 2𝑔
h1 et h2 sont les hauteurs des points 1 et 2

En remplace (1) dans (2) est en obtient :


(ℎ1 −ℎ2 ) 2𝑔
V2 = √2𝑔 𝐷 =√ 𝐷 √(ℎ1 − ℎ2 )
1−( 2 )2 1−( 2 )2
𝐷1 𝐷1

Est le débit volumique théorique devient :


2𝑔
Qv théorique = V2 A2 = A2 √ 𝐷2 2 √(ℎ1 − ℎ2 )
1−( )
𝐷1

-remarque : pourquoi qualifier ce débit de(théorique) ?


Le théorème de BERNOULLI est donné dans un cas idéal {fluide
parfait} état dans lequel le fluide ne perd aucun énergie. En réalité, le
fluide possède une certain viscosité{fluide réel} induisant des pertes
d’énergie par frottement. On doit tenir compte du frottement
lorsqu’on traite un fluide réel. Ce problème est fondamental car il
concerne le transport des fluides (distribution d’eau
courant,distrubution de gaz de ville, etc..). si le fluide n’est pas idéal, il
y a perte de charge

En réalité la charge de l’écoulement ne se conserve


pas. Je pense que vous en étés conscient maintenant

Il existe donc une différence entre le débit théorique(calculé en


considérant que le fluide est parfait) et le débit réel mesuré (tenant
compte du caractère du fluide considéré)
Le débit volumique calculé à l’aide de BERNOULLI n’est qu’un débit
théorique et ne représente pas le débit volumique réel :
Qv théorique ≠ Qv réel
Le débit réel est en fait légèrement inférieur à la valeur trouvée par la
relation précédent. Par conséquent, on introduit un coefficient C tel
que :
Qv réel = C Qv Théorique
Ce coefficient C est généralement donné par le constructeur. Nous
pouvons poursuivre l’expérience pour le découvrir. En effet, selon la
relation (Qv théorique ≠ Qv réel), il suffit de connaitre le débit réel pour
déterminer ce coefficient puisque le débit théorique est connu.
Donc :

2𝑔
Qv réel = C Qv Théorique = C A2 √ 𝐷2 2 √(ℎ1 − ℎ2 )
1−( )
𝐷1

Et :
Q𝑣 𝑟é𝑒𝑙
C=
𝑄𝑣 𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒
- Calcule de la pression adimensionnelle :
De l’équation de BERNOULLI on à :
𝑉12 − 𝑉22
h2 – h1 =
2𝑔
pour écrire cette équation sous forme adimensionnelle on divise
𝑉22
par elle devient :
2𝑔
ℎ2 −ℎ1 𝑉12 − 𝑉22
𝑉2
=
2 𝑉22
2𝑔

En utilisant l’équation de continuité pour substituer le rapport des


vitesses par celui des section, on trouve :

ℎ2 −ℎ1 𝐴
𝑉2
= ( 2)2 – 1
2 𝐴1
2𝑔

III) Résultats et calculs :


1) Complété le tableau 1 :
N° pièzo H
Qvréel=0.135 l/s Qvréel=0.15 l/s Qvréel=0.2 l/s Qvréel=0.25 l/s
A(h1)(mm) 222 206 196 172
D(h2)(mm) 194 90 0 0
H(mm) 214 172 120 96
2) Complété le tableau 2 :

Qv réel (m3/s) h1(m) h2(m) h1-h2 √ℎ1 − ℎ2 C


0.135 10-3 0.222 0.194 0.028 0.167 0.75
0.15 10 -3 0.206 0.09 0.116 0.34 0.39
0.2 10 -3 0.196 0.03 0.196 0.407 0.44
0.25 10 -3 0.172 0 0.172 0.415 0.54
3) Calcule de débit théorique dans le circuit hydraulique :
En utilise la relation suivante :
2𝑔
Qv théorique = V2 A2 = A2 √ 𝐷2 2 √(ℎ1 − ℎ2 )
1−( )
𝐷1

𝜋 𝐷22 3.14∗0.016
On a : A2 = = = 201 10-3 m2
4 4

2𝑔 2∗9.81
On a aussi : √ 𝐷 =√ 16 = 5.62 m2/s
1−( 2 )2 1−( )2
26
𝐷1

Donc :
2𝑔
Qv théorique = V2 A2 = A2 √ 𝐷2 2 √(ℎ1 − ℎ2 )
1−( )
𝐷1

= 201 10-3 x 5.62 x √(ℎ1 − ℎ2 )

=1.13 10-3 √(ℎ1 − ℎ2 )

Et pour calculé le coefficient de décharge en utilise cette relation


Q𝑣 𝑟é𝑒𝑙
C=
𝑄𝑣 𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒
Donc :
Qv réel (m3/s) Qv théorique (m3/s)
0.135 10-3 0.18 10-3
0.15 10-3 0.38 10-3
0.2 10-3 0.45 10-3
0.25 10-3 0.46 10-3
4) La courbe de Qv réel = f(√∆ℎ) :

- La valeur moyenne de coefficient de décharge :


1 ∆𝑄𝑣 𝑟é𝑒𝑙 1 (0.25−0.135) 10−3
On a Cmoy = = = 0.41
𝐾 ∆√∆ℎ 1.13 10−3 0.415−0.167
2𝑔
Avec : K = = A2 √ 𝐷2 2 = 1.13 10-3
1−( )
𝐷1

5) La courbe de C=f(Qv réel) :

6) Calcule de débit moyenne :


∆𝐶 1
=
∆𝑄𝑣 𝑟é𝑒𝑙 (𝑄𝑣 𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 )𝑚𝑜𝑦
∆𝑄𝑣 𝑟é𝑒𝑙
→ (Qv théorique)moy =
∆𝐶
Puisque la courbe C=f(Qv réel) n’est pas précis peut être à cause de
l’expérience (n’a pas Réussir)
En utilise cette relation :
∆𝑄𝑣 𝑟é𝑒𝑙 (0.25−0.135) 10−3
(Qv théorique)moy = = = 0.28 10-3 m3/s
𝐶𝑚𝑜𝑦 0.41
On a aussi :
(Qv théorique)moy = V2 A2
(𝑄𝑣 𝑡ℎé𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 )𝑚𝑜𝑦 0.28 10−3
→ V2 = = = 1.4 m/s
𝐴2 0.201 10−3
Alors :
ℎ2 −ℎ1 0.0785−0.192
𝑉2
= 1.42
= -1.135 m.s3
2
2𝑔 19.62
7) Complété le tableau 3 :
𝑉22
Q = 0.28 10-3 m3/s V2 = 1.4 m/s = 0.1 s-3
2𝑔
N° piézo hn(mm) hn-h1(mm) ℎ2 −ℎ1
𝑉2
(mm.s3)
2
2𝑔
A 192 0 0
D 78.5 -113.5 -1135
H 366.5 174.5 1745
- La courbe expérimentale(la répartition axiale des pressions) :

8) Commentaire sur les résultats :