Sie sind auf Seite 1von 4

LA CONTRACEPTION PAR VOIE ORALE :

PRISE EN CHARGE ET SUIVI BIOLOGIQUE


PAR : Salim Djelouat

I - QU'APPELLE T'ON CONTRACEPTION PAR VOIE ORALE ?


La contraception orale est une méthode qui empêche la fusion de l’ovule et
du spermatozoïde.

On désigne cependant et surtout par abus du langage, comme contraception,


les traitements hormonaux œstro - progestatifs.

Pour rappel, la contraception orale est le mode de contraception le plus


répandu dans le monde.

II - QU'APPELLE T'ON CONTRACEPTIFS ORAUX ?


Les contraceptifs oraux sont des médicaments qui contiennent des hormones
et ils sont destinés à bloquer le cycle menstruel et à rendre impropre
l’implantation de l’œuf.

Ils possèdent trois modes d’action principaux :

1 - Bloquent l’ovulation (en empêchant la libération de l’ovule par les


ovaires)

2 - Altèrent la glaire cervicale en la rendant plus épaisse et plus


adhésive, afin d’empêcher les spermatozoïdes de migrer vers l’utérus.

3 - Modifient la muqueuse utérine (empêche la muqueuse utérine de se


préparer à recevoir et nourrir l’ovule fécondé)

III - QUELLE EST LA COMPOSITION PRINCIPALE DES


CONTRACEPTIFS ORAUX ?
Comme on l’a vu, les contraceptifs oraux contiennent deux types
d’hormones :

1 - un œstrogène de synthèse (ethinylestradiol),

2 – un progestatif de synthèse
IV - QUEL EST L'INTÉRÊT DE LA PRESCRIPTION D'UN BILAN
BIOLOGIQUE AU COURS D'UNE CONTRACEPTION PAR VOIE ORALE
?
Le bilan biologique avant une prescription d’une contraception par voie
orale, a pour objectifs d’anticiper sur d’éventuels effets secondaires qui
peuvent être soit aigus, soit apparaitre à plus long terme.

1 - Avant la prescription :

L’objectif du bilan biologique avant la prise d’une contraception est de


vérifier l’absence de contre-indication évaluable par la biologie et
d’anticiper sur d’éventuels effets secondaires pouvant survenir à long terme.

L’utilisation de la contraception orale entraine un certain nombre d’effets


secondaires qui sont pratiquement tous d’apparition aiguë.

La plus part de ses effets secondaire sont presque tus lié au domaine
cardiovasculaire (thrombose veineuse, accidents artérielles, vasculaires,
cérébraux et même d’apparition d’infarctus du myocarde).

On doit cependant insister pour dire que ces accidents sont rares.

B - En cours de la prise :

En cours de traitement hormonal œstro-progestatif, certaines modifications


biologiques peuvent apparaître, nécessitant parfois l’arrêt du traitement.

L’objectif du bilan biologique en cours de contraception est de vérifier la


bonne tolérance biologique de la contraception hormonale.

Pour exemple :

 Les thromboses veineuses : surviennent généralement dans


les deux premières années d’utilisation de la contraception
orale.
 Les accidents artériels : par exemple surviennent pratiquement
à n’importe quel moment de l’utilisation de la
contraception orale, ou quand il y une anomalie de la
coagulation artérielle méconnu
 Le risque veineux : survient ordinairement la première année
d'utilisation
 L’hypercholestérolémie : survient chez la femme ayant des
antécédents à risque
 L’hyperglycéridémie: est d’apparition le plus souvent
spontanée….

V - QUEL EST LE SCHÉMA DE LA PRESCRIPTION D'UN BILAN


BIOLOGIQUE ?

1 - chez une femme sans antécédents médicaux connus :

Le premier bilan sera réalisé de préférence dans les 3 à 6 mois qui suivent
le début de la prescription de la contraception par voie orale, chez toute
femme qui est absolument indemne de tout antécédent d’anomalie biologique.

Toujours dans le cas de femme sans antécédents médicaux connus, le bilan


biologique sera renouvelé de préférence tous les 3 ans.

Le bilan biologique doit comporter :

 Le dosage du cholestérol
 Le dosage des triglycérides
 Une glycémie à jeun et une glycémie post prandiale

Pas obligatoire, mais conseillés :

 Un bilan d’hémostase
 Un bilan hépatique (transaminases, phosphatases, bilirubine…)

2 - chez une femme ayant des antécédents médicaux :

Après un interrogatoire médicale et en fonctions des risques, il sera


demandé pour:

a - Femme à risque d'accidents de thrombophébite ou thrombose veineuse,


d'embolie pulmonaire ...

 La détermination du temps de Quick (TP-INR)


 La détermination du temps de céphaline kaolin (TCA ou TCK)
 Le dosage de l’antithrombine (AT), (anciennement antithrombine
III)
 Les dosages des protéines C et S
 Le dosage plasmatique des D-Dimères (DD)
 Le test de résistance à la protéine C activée en présence de
plasma déficient en facteur V.
 Le dosage l’homocystéine

Toute anomalie de ces tests, doit faire appel à l’avis d’un spécialiste
afin d’évaluer les risques de thrombose veineuse...
b - Femme aynt des risques d'anomalies de l'hémostase (avec
antécédents d'origine surtout familiales)

En cas d’anomalie de l’hémostase ou de suspicion d’anomalie


de l’hémostase familiale, la recherche et le diagnostic de cette
anomalie sont nécessaire avant tout prescription
d’œstroprogestatifs.

1 - Le bilan biologique doit comporter :


o Le dosage du cholestérol total
o Le dosage des triglycérides
o Une glycémie à jeun et une glycémie post
prandiale

2 - Un bilan d’hémostase qui doit comporter :

2a - Tests de base :

 TP (Taux de prothrombine calculé à partir du


Temps de Quick)
 TCA (Temps de céphaline avec activateur)
 Numération plaquettaire

2b - Tests complémentaires :


o
 Temps de thrombine (TT)
 Dosage du complexe prothrombinique (Facteurs II,
V, VII et X
 Dosage du fibrinogène
 Temps de la reptilase
 Hémogramme complet
 Dosage plasmatique des D-Dimères (DD, (par la
technique au latex ou de préférence par la
technique ÉLISA)
 le dosage des protéines C et S
 PDF = Produits de dégradation du fibrinogène et
de la Fibrine