Sie sind auf Seite 1von 25

Chapitre IV

Introduction

Dans les systèmes photovoltaïques, la puissance maximale extraite du GPV


dépend de trois facteurs : l’ensoleillement, la température des cellules et l’impédance
de la charge ; le rendement des cellules est supposé constant. La conception de ces
systèmes doit permettre un fonctionnement à maximum de puissance pour n’importe
quelle température et ensoleillement.
Dans ce chapitre va décrire l’influence d’ensoleillement et température et on va
modéliser les composants utilisés dans le système PV raccordé au réseau Nous allons
d’abord modéliser les générateurs PV (Panneau ; Matrice ; Sous-champs) et aussi
deux modèles des conversions sont : modèle DC-DC (GPV+ MPPT+ Hacheur) avec
les différents algorithmes de commande d’hacheur élévateur ‘Boost’ et modèle
détaillé (GPV+MPPT+ hacheur +onduleur+ réseau) avec ces commande d’onduleurs
qui étaient présentés en détail dans les chapitre 2 et 3 ;Après nous allons modéliser
comment on peut améliorer la qualité d’énergie injectée au réseau électrique(Filtre et
onduleurs multi-niveaux).

Tous les modèles utilisés sont modélisés sous Matlab/Simulink, ce logiciel


étant bien adapté à la simulation et la modélisation par blocs fonctionnels. Par contre,
ce logiciel est moins utilise pour la simulation de réseaux électriques et c’est pourquoi
nous associerons à Matlab-simulink la permettant de gérer la simulation de réseaux
triphasés ou monophasés.

67
Chapitre IV

Modélisation du Panneau photovoltaïque :

Le panneau YL250P-29b : ce panneau contient 60 cellules poly cristallin montées en


série ; il a les caractéristiques suivants :

Tab IV.1 : Caractéristiques du panneau YL250P-29b utilisé [N]

Panneau YL250P-29B

ISC [A] 8.92

VCO [V] 37.6

Eclairement standard [W/m²] 1000

Température standard [°C] 25

Puissance maximale [W] 250 (+/- 5 W)

Tension de système Max [V] 1000

Nombre des cellules Série 60

La simulation de ce panneau est effectuée à l’aide de modèle mathématique du


panneau avec ces caractéristique réelles de lui-même a l’aide de sa plaque
signalétique (voir l’anex ) ; Il est présenté dans (figure IV.1).

68
Chapitre IV

FIGURE IV.1 Modèle d’un panneau PV type YL250P-29b (utilisé)

FIGURE IV.2 : courbe de tension du panneau PV dans les NTCO

69
Chapitre IV

Caractéristiques courant-tension et puissance tension :


Voc = input('Enter the open circuit voltage, Volt: ');
Isc = input('Enter the short circuit current, Amp: ');

V1 = linspace(0,1,1000);
V = V1.*Voc;
I1 = (1-(V1.^10));
I = I1.*Isc;
P = V.*I;

[hAx,hLine1,hLine2] = plotyy(V,I,V,P);
set(hLine1, 'LineWidth', 2);
set(hLine2, 'LineWidth', 2);
title('Change in current and power with voltage');
xlabel('Voltage (Volt)');
ylabel(hAx(1),'Current(Ampere)');
ylabel(hAx(2),'Power (Watt)');
grid('on');
grid minor;

FIGURE IV.3 : L’algorithme pour obtient la courbe courant-tension-puissance

FIGURE IV.4 : La courbe courant-tension-puissance de panneau YL250P-29b

70
Chapitre IV

Modélisation du générateur photovoltaïque :

On simule 22 panneaux en série (matrice) pour obtient la tension souhaite :


22x 37.6 V = 827.5 V < Vmpp Max d’entée d’onduleur (850 V).

FIGURE IV.5: simulation de 22 panneaux en série (panneau type YL250P-29b)

Le courant I est faible, le système nécessite 91 matrices en parallèle (un sous-champ)


pour obtient le courant souhaite sachant que l’ampérage Max du système = 1000 A ;

71
Chapitre IV

Alors : 𝐼𝑐𝑐 x 91= 8.92 A x 91 = 811.72 A < 1000

Simulation de 91 matrices en parallèle (sous-champs):

FIGURE IV.6: simulation de 2002 panneaux (pour produire une puissance de 500kW)

72
Chapitre IV

La simulation contient : 91 matrices en parallèle, chaque matrice contient 22


panneaux en série chaque panneau contient aussi 60 cellules (la mise en série des
panneaux et des cellules pour augmenter la tension et la mise en parallèle de 91
matrices pour augmenter l’ampérage).

Mais Le problème trouvé c’est le blocage du Logiciel MATLAB-Sumilink


accepte pas de traiter ce volume de 2002 panneaux pour la simulation.
Alors pour cela on va travailler à un seul panneau et après on va appliquer les
résultats sur 2 ou 3 matrices pour les simulations suivant

Optimisation des déffirents algorithmes d’MPPT


Parmi Les convertisseurs statique continu/continu utilisés entre le générateur PV
et l’onduleur convertisseur élévateur (Boost) est le plus fréquemment utilisé, Ce
convertisseur est régi par les équations suivantes :
1
𝑉0 = 1−𝐷 . 𝑉𝑖 (IV.1)

1
𝐼𝑖 = 1−𝐷 . 𝐼0 (IV.2)

𝑑𝑉𝑖
𝐼𝐿 = 𝐼𝑖 − 𝐶. (IV.3)
𝑑𝑡

𝑑𝑉0
𝐼0 = (1 − 𝐷). 𝐼𝐿 − 𝐶2 . (IV.4)
𝑑𝑡

𝐿𝑑𝐼𝐿
𝑉𝑖 = (1 − 𝐷). 𝑉0 + 𝑅𝐿 . 𝐼𝐿 + (IV.5)
𝑑𝑡

V0 : Tension de sortie
Ii : Courant d’entrée
IL : Courant de sortie de la bobine
I0 : Courant de sortie
Vi : Tension d’entrée

FIGURE IV.6 : Structure d’hacheur Boost

73
Chapitre IV

La commande MPPT indépendamment des paramètres d’entrées utilise certains


algorithmes afin de faire «monter» le point de fonctionnement du GPV le long de la
caractéristique P(V) jusqu'à atteindre le MPP.

3- L’incrémentation de conductance :
L’algorithme de cette commande :

FIGURE IV.10 : Algorithme d’incrémentation de conductance

FIGURE IV.11 : Hacheur Boost commandé par algorithme incrémentation de


conductance

74
Chapitre IV

FIGURE IV.12 : Puissance extraite de panneau PV par la commande


incrémentation de conductance

Discussion sur le résultat 2:

La puissance extraite de panneau YL250P-29b = 180 W

Alors : 180/250 x 100 = 72%

On remarque aussi que cette méthode d’MPPT a des pertes au moment de cherche de
l’MPP.

Incrémentation de conductance (modifie)


Cette commande obtient le Maximum power point si : dP/dV=0 sachant que : P= V.I
Et: d(V*I)/dV = I + V*dI/dV = 0
Et: dI/dV = -I/V
L’intégration de régulateur pour minimiser l’erreur :
 (dI/dV + I/V)
La sortie de régulateur = Rapport cyclique (Duty cycle)

Commande par algorithme P@O :


Algorithme de cette commande :

75
Chapitre IV

FIGURE IV.7: Structure d’algorithme P@O

FIGURE IV.8: Hacheur Boost commandé par algorithme P@O

Résultat de la simulation :

FIGURE IV.9: Résultat de la puissance extraite du panneau YL250P-29 par


l’algorithme

Discussion sur résultat 1 :

On remarque que la puissance au bus continu sans algorithme est : 150 W


la puissance à l’aide de commande d’hacheur par l’algorithme P@O est : 220 W

Sachant que : la puissance max du panneau est : 250 W

76
Chapitre IV

Alors 230/250 x 100 = 88%

c’est-à-dire que la puissance extraite du panneau PV par l’algorithme P@O est : 88%

Commande par logique floue :


La fuzzification permet de rendre flou les variables d’entrée. Une étape
préliminaire consiste à définir un intervalle de variation maximale autorisée pour les
variables d’entrées. Le but de la fuzzification est de transformer les variables d’entrée
en variables linguistiques ou variables floues. Dans notre cas, on a deux variables
d’entrées qui sont l’erreur E(k) et la variation d’erreur CE à l’instant k qui sont définis
comme suit :
E(k) = 𝑃(𝑘) − 𝑃(𝑘 − 1) = (∆𝐼. ∆𝑉)(𝑘) − (∆𝐼. ∆𝑉)(𝑘 − 1)

CE(k) = 𝐸(𝑘) − 𝐸(𝑘 − 1)


Les 2 équations précédentes entrent dans le contrôleur de logique floue et
après cette étape on obtient le rapport cyclique D.
Les variables représentés sur le tableau (4.2) seront qualifiés Négatif Grand
(NG), Négatif Petit (NP), Négative (N) Erreur nul (Zéro) (ZE), Petit Positif (PP),
Positif (P) et Positif Grand (PG) :

Tab IV.3 : Tableau d’inférence : 7 ‘’Membership function’’

E/CE NG N NP ZE PP P PG

NG NG NG NG NG N NP ZE

N NG NG NG N NP ZE PP

NP NG NG N NP ZE PP P

ZE NG N NP ZE PP P PG

PP NP NP ZE PP P PG PG

P N ZE PP P PG PG PG

PG ZE PP P PG PG PG PG

L’inférence est une étape qui consiste à définir un rapport logique entre les
entrées et la sortie. En effet, des règles d’appartenance vont être définies pour la sortie

77
Chapitre IV

comme ça était fait pour les entrées, grâces à ces règles un tableau d’inférence peut
être dressé.

Figure IV.13 : Fonction d'appartenance avec sept ensembles flous pour la variable
Linguistique (Taille)

78
Chapitre IV

FIGURE IV.14 : la surface équipée par la commande floue

FIGURE IV.15 : Modélisation de la commande logique floue

79
Chapitre IV

FIGUR IV.16: Résultat de puissance extraite du panneau YL250P-29b par


l’algorithme

Discussion de résultat :

La puissance extraite de panneau à l’aide de commande floue = 235 W

Alors sachant que la puissance de panneau Max = 246 W

235/246= 0.9556∗ 100 = 95.5 %

Optimisation des Commandes d’onduleur 3 phases


1. Commande par hystérésis

FIGURE IV.17 : Commande d’un onduleur 3 phases par la méthode hystérésis

80
Chapitre IV

FIGURE IV.18 : Tension DC et commande Hystérésis et Tension AC de sortie

2. Cmmande plein onde

FIGURE IV.29: simulation de commande d’onduleur 3 phases par méthode plein


onde

81
Chapitre IV

FIGURE IV.21 : Tension de sortie d’onduleur commandé par méthode plein onde

3. Commande par méthode PWM (MLI)

FIGURE IV.22 : Onduleur 3 phases commandé par commande PWM

82
Chapitre IV

Amélioration de qualité d’énergie

FIGURE IV.23 : exemples des charges linéaires

FIGURE IV.24: Hacheur Boost commandé par signal de référence + onduleur


commandé par PWM alimente une charge linéaire 3 phases

83
Chapitre IV

Le système PV raccordé au réseau :

La modélisation suivante représente le système global d’injection d’énergie au


réseau ; Ce système contient : GPV, Hacheur, Onduleur, Transformateur (élévateur),
réseau 3 phasés, Une charge polluante :

FIGURE IV.25: schéma du système d’injection d’énergie vers le réseau

Dans le chapitre 3 nous avons mentionné que la charge polluante c’est la cause
déséquilibre de tension et d’harmoniques dans le réseau 3 phasés ; alors on va
simuler ce système et on va voir ces impacts.

84
Chapitre IV

FIGURE IV.26 : simulation d’une charge non linéaire alimentée par un


réseau 3 phasés sans connexion du filtre

Nous avons simulé un système qui contient une source de tension 3 phase (rôle
d’un réseau) et une charge non linéaire (redresseur a gâchettes) et on va utiliser un
filtre active série (adaptif au charges), mais avant le couplage de filtre dans le réseau
on va voir l’influence de charge non linéaire sur le réseau ; et on va suivre le taux
distorsion harmonique à l’aide de fonction de transfère de Fourier (FIGURE 4.27).

85
Chapitre IV

FIGURE IV.27: résultat de simulation : Courbes tension et courant du réseau


électrique

Théorème de Fourier
Le théorème de Fourier indique que toutes les fonctions périodiques non sinusoïdales
peuvent être représentées comme la somme des termes (i.e. une série) constituée de :

 un terme sinusoïdal à la fréquence fondamentale,


 des termes sinusoïdaux (harmoniques) dont les fréquences sont des multiples
entiers de la fréquence fondamentale,

L'harmonique de rang h (communément appelé "harmonique h") d'un signal est la


composante sinusoïdale dont la fréquence est h fois la fréquence fondamentale.

L'équation de la décomposition harmonique d'une fonction périodique y(t) est


présentée ci-dessous :

𝑦(𝑡) = 𝑌0 + ∑ 𝑌ℎ √2 sin(ℎ𝜔𝑡 − 𝜑ℎ )
1

 Y0 : valeur de la composante continue généralement nulle et considérée comme


telle ci-après ;
 Yh : valeur efficace de l'harmonique de rang h ;
 ω : vitesse angulaire de la fréquence fondamentale ;
 φh : phase de la composante harmonique à t = 0

D’après l’analyse a l’aide de fonction de transfère de Fourier :

86
Chapitre IV

FIGURE IV.28: taux distrosion harmonique(THD) du courant du réseau= 22.88


%

Discussion sur résultat 3 :


On remarque que la forme des courbes de tension et du courant n’est pas
sinusoidale malgré que le réseau est alternatif et 3 phasé et le taux distrosion
harmonique(THD) du courant du réseau= 22.88 % (élevé) .Maintenant on va
connecter le filtre au réseau :

FIGURE IV.29 : simulation du système avec la connexion du filtre

87
Chapitre IV

FIGURE IV.30:Résultat de simulation : tension de réseau +tension de charge non


linéaire +tension injectée par le filtre pour la régulation

D’après l’analyse a l’aide de fonction de transfère de Fourier :

FIGURE IV.31: taux distrosion harmonique(THD) du courant du réseau= 0.26 %

88
Chapitre IV

Discussion sur resultats des figures 4.12 et 4.11 :

On remarque que le filtre active série est ifficace pour la régulation de forme de
courbe de tension et du courant et aussi pour minimiser les harmonique provoqués par
les charges non linéaires.

FIGURE IV.32 : Schéma proposé pour l’injection d’énergie au réseau

89
Chapitre IV

FIGURE IV.33 : schéma du système global proposé

FIGURE IV.34 :Schéma proposé pour le systéme de production 1 MW de puissance

Sachant que la lecture d’image de réseau (mesure les caractéristiques du réseau)


s’éffectuée par le block svuivant :

90
Chapitre IV

FIGURE IV.35 :Simulation de lecture des caractéristiques du réseau

91