Sie sind auf Seite 1von 115

Mgr TIHAMER TOTH

Professeur à l'Université de Budapest

A LA JEUNESSE CATHOLIQUE

LA RELIGION
Nihil obstat:

F. MAINIL, libr. cens.


ET LA JEUNESSE
TRADUIT DU HONGROIS
IMPRIMATUR
par Madam e K. Ide
~ 1
MARI ASSY

Tornaci, die 6 novembris I93 6 . DEUXI~ME ËDITION

J. LECOUVET, ~ù. gen.

3' MILLE

ÉDITIONS SALVATOR
MULHOUSE (Haut-Rhin)
1937 1
l
1

1
LA

RELIGION ET LA JEUNESSE

CHAPITRE PREMIER
GARDE BIEN TA FOI

..
Quel est le maître le plus puissant?

Une légende nous raconte qu'au me siècle après


Jésus-Christ, un païen de taille gigantesque du nom de
Christophe, se mit en tête de ne servir que le plus
puissant des seigneurs.
- Montrez-le moi, dit-il à son entourage, « que
j'aille de ce pas lui offrir mes services ».
« Le maître le plus puissant du monde, c'est le roi »,
lui répondit-on. Christophe se mit donc au service
du roi.
Un jour, il y avait fête à la cour. Un des joueurs de
luth imagina de chanter la puissance de Satan. A ce
chant, Christophe vit pâlir le roi.
« Satan serait-il plus puissant que le roi? » se
demanda-t-il. Et il se mit au service de cette puissance
plus grande.
GARDE BIEN TA FOI! 7
6 LA RELIGION ET LA JEUNESSE

Un jour, en cheminant, Satan dut passer devant un


crucifix qui se trouvait au bord de la route. Il commença
à trembler de frayeur et s'en retourna lâchement.
Ce Crucifié est donc plus puissant que Satan, se dit « Qui est le maître le plus puissant? Car je ne veux
Christophe. Et, s'adressant au moine agenouillé au pied servir que lui! »
de la croix, il demanda : C'est une belle pensée que Christophe avait eue là.
Frère, comment pourrais-je servir ce Crucifié? Et toi, mon cher enfant, as-tu jamais résolu de ne
En priant beaucoup, lui répondit le moine. servir que le plus puissant des seigneurs: Dieu? T'es-tu
Je ne sais même pas ce que c'est que prier, avoua jamais dit: Je veux porter le Seigneur Jésus! Non pas
Christophe. sur · mes épaules, mais en mon âme, en ma vie! Je
Alors il faut que tu jeûnes. veux être un vrai « Christophoros », c'est-à-dire un
Comment veux-tu que je jeûne? Un corps comme ({ porteur du Christ! »
le mien demande beaucoup de nourriture !
Eh bien ! alors, mets-toi là, près de la rivière, et
si quelqu'un veut passer à l'autre rive, porte-le sur tes
épaules. Tu es assez bien taillé pour cela, il me semble! Les bénédictions de la foi.
Pendant de longues années, Christophe porta donc
les gens sur ses robustes épaules, d'une rive de la rivière . Sais-tu ce que te donne la religion, la foi?
à l'autre. Un jour, un charmant petit garçon lui
Elle te donne un caractère ferme, des convictions,
demanda de le faire passer. Christophe le souleva de de la fidélité à tes principes. Voilà des choses qui en
bon cœur, l'assit sur ses épaules, et se ~it à marcher
valent la peine, n'est-ce pas?
dans l'eau. Mais bientôt, il lui sembla qu'il n'avait
Pyrrhus chargea un de ses hommes de confiance, du
jamais porté un fardeau aussi lourd. A mi-fleuve, . il
nom- de Cinéas, de suborner le sénateur Fabricius.
crut qu'il n'atteindrait jamais la rive opposée. A peine
Cinéas lui dit en revenant :
put-il passer le gué et déposer le blond enfant sur le « Seigneur, on ferait plutôt dévier le soleil de son
sable du rivage.
cours que Fabricius du chemin de l'honne~r ».
Que tu es lourd, mon ami! lui dit-il, hors Quelle louange digne d'un homme! Or l'honneur et
d'haleine. « J'ai cru porter le monde entier sur mes le caractère droit n'ont-ils pas une base plus solide
épaules ».
quand ils s'appuient sur les lois du Dieu éternel
Cela ne me surprend pas, répondit l'enfant d'une et non sur les idées philosophiques si changeantes et
voix qui semblait faire tinter des clochettes, « car celui
les maximes d'un jour?
que tu viens de porter sur tes épaules est le créateur du Dans les moments de crise, la religion seule nous
monde entier ».
LA RELIGION ET LÀ JEUNESSE GARDE -BIEN TA FOI! 9
donne la force de persévérer. Représente-toi l'évé- à toi aussi, de penser comme un étudiant qui se
nement suivant dans toute sa réalité poignante plaignait un jour devant moi:
Napoléon est en train d'effectuer sa retraite de Russie. «( Souvent le doute me prend et je me demande si
Moscou brùle. Une bourrasque glacée enveloppe les cela vaut la peine de lutter. Moi, je livre bataille
soldats affaiblis de fatigue et de privations, d'un màn- quotidiennement à mes mauvais penchants, je tâche
teau de neige. Ils périssent de froid par milliers, gelés de rester honnête et pur et parmi les jeunes gens qui
'én che~in ... La nuit est tombée sur les tristes survi- m'entourent, je vois que les plus heureux sont ceux
vants de l'armée, noire et impénétrable comme un qui ne se soucient de rien et font ce qui leur plaît ... »
linceul, lorsque Napoléon parcourt ce champ de la o mon fils, si des idées pareilles te torturent, prends
mort blanche. bien garde de ne pas te laisser tromper par les
« Quel est ce rayon de lumière qui perce ençore le apparences.
brouillard? Allez-y voir! )i Ne crois pas que l'âme humaine peut être heureuse
Le courrier revient : sép3rée de Dieu. Dans la vie, tu rencontreras bien des
« Sire », dit-il, « c'est le colonel Drouot qui travaille hommes riches, en bonne santé; occupant une haute
et qui prie dans sa tente ». situation sociale, qui, malgré tout, sont indiciblement
A la première occasion, l'empereur nomma le colonel malheureux. Il y a un vide incurable dans leur vie :
général et le remercia d'avoir fait preuve d'une force c'est la foi qui leur manque.
morale si imposante en cette nuit terrible. Chacun de nous a 'u ne âme, celui qui ne se soucie
« Sire », lui répondit le général, « je ne crains ni la pas de Dieu comme celui qui mène une vie
mort, ni la faim, c'est Dieu seul que je crains: voilà religieuse fervente. Pourtant, quelle différence entre
le secret de toute ma force ». les deux! L'âme sans foi est un morceau de charbon
Oui, voilà le secret de toute force morale. C'est la noir, insensible à la lumière: l'âme croyante, au con-
conviction religieuse qui donne un caractère viril, une traire, ressemble au brillant d'un pur éclat qui absorbe
'volonté d'acier, un courage à toute épreuve. Déjà, avidement les rayons de la grâce divine pour les projeter
Xénophon l'avait défini eri ces termes: « Les nations autour de soi en étincellements joyeux. Tu n'as qu'à
et les villes les plus religieuses sont toujours les plus te rappeler l'aveu du grand compositeur Chopin qui,
sages et les plus tenaces ». sous l'influence de la société légère qui l'entourait, avait
Par contre, l'homme qui rejette les commandements perdu la foi. Tombé gravement malade, il fut visité par
de Dieu finit par obéir à tout le monde. un ami d'enfance qui, depuis, s'était fait prêtre. Quelques
Sais-tu ce que la foi te ,donne encore? La paix du mots de cet ami suffirent pour le ramener à la foi. Tout
cœur et la joie intime! Il te semble quelquefois, n'est-ce en larmes, il récita le Credo et baisa le crucifix en
pas, que ce sont plutôt tes compagnons légers et disant:
insouciants qui sont les plus heureux? Il t'est arrivé « Maintenant, je suis à la source du bonheur ».
J

10 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
GARDE BIEN TA FOI! II

Et enfin, que te donne encore la foi? La consolation


dans les jours sombres. Qui dit vivre dit souffrir. La
souffrance n'épargne pas même la jeunesse, elle ne
César dans la tempête.
t'épargnera pas non plus, probablement. Tu auras ta
part de maladies et de déceptions. Peut-être la mort
te prendra-t-elle quelqu'un que tu aimes bien fort. Ta César voulut franchir l'océan par une tempête
mère souffrira d'une maladie pénible sans que tu effroyable. Un moment, les vagues aux crêtes d'écume
puisses la soulager. Tu auras fait un beau projet, et à devinrent si hautes que le pilote commença à trembler.
la dernière minute, tu verras le tout s'écrouler. « Que crains-tu? César n'est-il pas avec toi? » lui
Alors, tes amis te conseilleront de t'étourdir par des cria César.
distractions. Ils parleront du théâtre, du cinéma, de . Mon fils, au milieu des vagues orageuses de la vie,
telle société amusante. Et rien n'y fera!... Consoler, tu trouveras toujours une joie et une paix miraculeuses
c'est ôter au malheur l'amertume du désespoir. C'est pour ton cœur serré d'angoisse si tu te dis. :
pourquoi la religion seule sait consoler. Napoléon le « Que crains-tu? Dieu n'est-il pas avec toi? »
reconnut lui-même, lorsque, tombé de la hauteur du La confiance chrétienne bien comprise ne prêche pas
trône dans l'abîme du néant, à Sainte-Hélène, il le fatalisme inerte, mais l'optimisme actif. Travaille,
chercha et trouva la consolation dans l'Évangile. fais ton devoir comme si tu ne pouvais compter que
C'est en ces moments-là que nous sentons la vérité sur toi seul, comme si tout dépendait uniquement de
de la comparaison de Gœthe, qui disait que la foi toi; mais prie et aie confiance en Dieu comme si tu
est un capital amassé dans les jours heureux, et dont attendais tout de lui. C'est là tout l'art de la vie
les intérêts nous reviennent dans le malheur. Car la. chrétienne.
foi seule nous apprend que la souffrance supportée C'était par un jour de tempête. Les vagues et le vent
patiemment pour l'amour de Dieu nous vaut une se faisaient un jouet du fier navire. Les passagers,
couronne éternelle dans les cieux. désespérés, se tordaient les mains; le pont était couvert
Les chevaliers du moyen âge, au moment d'aller en d'écume, les bords du navire craquaient... Et, au beau
guerre, affutaient leurs épées aux piliers de l'église. Ce milieu de la terreur générale, un petit garçon jouait
geste signifiait: j'ai confiance en moi, mais plus encore tranquillement dans une des cabines.
en Dieu. « Toi, tu n'as pas peur, enfant? » lui demanda-t-on.
Ah! que cette confiance en la force divine avive le « Comment aurais-je peur? » répondit-il. « C'est mon
courage, qu'elle multiplie nos pauvres forces humaines! père qui tient le gouvernail! ))
Celui qui se confie à Dieu a trouvé un allié puissant De même, le pieux adolescent, à travers toutes ses
et n'est jamais seul à combattre. épreuves, sent que le Père Céleste tient le gouvernail
de sa vie. Et parce qu'il sait cela, il ne se laissera jamais
'1

12 GARDE BIEN TA FOI!


LA RELIGION ET LA JEUNESSE

abattre par aucun malheur qui pourra lui arriver. Cette tissement final de toutes les forces de son être. En face
c~nviction lui donne des forces et l'incite à la persé- de ce trépas continuel, de cette mort universelle, notre
verance, même là où d'autres - ceux dont la foi est seul espoir est dans la religion, dans la foi en Dieu
faible - se laissent vaincre par le désespoir. qui ne connaît pas la mort!
Le désespoir!... Le pieux adolescent ne connaît Haydn, le musicien de réputation mondiale, se sentant
pas le désespoir, quoi qu'il arrive. mourir, résuma le programme de sa vie en ces termes:
Deux grenouilles voulurent faire le tour du monde. « J'ai agi avec ma vie comme avec mes compositions.
Un jour, elles tombèrent dans un grand pot de crème. J'ai toujours, commencé celles-ci avec Dieu et je les
Les voilà bien effrayées. L'une perdit la tête et dit : ai terminées par un « Laus Deo )), « Dieu soit loué.
« C'est del'eau empoisonnée ... il n'y a rien à faire ... » Ainsi, la pensée de Dieu fut toujours un fil d'or qui
Et, se ramassant sur elle-même, elle se laissa périr. traversa toute ma vie. A présent, je veux la
L'autre était plus courageuse et résolut de ne pas finir aussi par un Laus Deo! »
mourir sans lutte. Si j'ai la foi, je me dis à la vue des fleurs délicates
« ~'~st un accident bien fâcheux)), pensa-t-elle, « mais
des étoiles brillantes, des yeux d'enfants pleins d'inno-
qUOI! Il faut se donner de la peine! » cence : tout cela n'est que l'ombre, le reflet de la beauté
E~le remua tant qu'elle put pour essayer de éternelle.
sortIr du pot, en vain .. . elle continua néanmoins ses Dans le malheur et la maladie, si j'ai la foi, je me
efforts ... toujours sans succès ... à bout de forces, elle dis encore : Chaque larme d'une souffrance acceptée
pensa : pour l'amour de Dieu deviendra un diamant dans la
« Voici la fin .. . je vais couler à fond ... tout de couronne triomphale qui m'est réservée au ciel!
suite ... )) Si j'ai la foi, je ne me désolerai pas le jour où les
~ais, ô miracle! c'est exactement le contraire qui forces me manqueront, Ott la vie s'apprêtera à quitter
arnva. Tout d'un coup, la grenouille sentit quelque mon corps défaillant. Non, je dirai plutôt: Mon corps
chose de solide sous ses pieds ... ce quelque chose con- terrestre n'était qu'un cocon, et aujourd'hui le papillon
tinuait à s'affermir ... enfin, elle se trouva sur une aux couleurs d'arc-en-ciel s'apprête à en sortir pour
petite motte de beurre. En se débattant de toutes ses l'éternité!
forces, elle avait battu du beurre; son travail persévérant
l'avait fait sortir du danger. Que nous donne la religion ?
Sais-tu une chose encore que la foi te donne? C'est
le calme en face de la mort. Tout autour de nous la
.
naIssance et la mort, le début et la fin se répètent sans
' Sais-tu, mon enfant, ce que la religion te donne en
trêve .. L'homme conscient reste atterré devant cette résumé? Elle donne de l'élan et un but à ta vie. Ce
expérience de tous les jours; il proteste contre l'anéan- n'est qu'à la lumière de la religion que nous apercevons
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

le pourquoi de notre vie terrestre. Elle seule nous donne penser à tous les sacrifices sanglants et à toutes les erreurs
un idéal digne de toutes les luttes. Par elle, notre travail terribles des services idolatriques. Avant de déclarer la
ici-bas, l'accomplissement de nos devoirs, notre hon- guerre aux Grecs, Xerxès fit enterrer vivants neuf jeunes
nêteté, la droiture de notre caractère se transforment filles et neuf jeunes garçons pour gagner la faveur des
en valeurs d'outre-terre. Par elle, notre vie devient dieux païens. Les Hindous adorent non seulement les
l'accomplissement de la volonté de Dieu, une prière et vaches, mais encore les singes et les serpents jusqu'à
une glorification continuelles, en un mot, le service du ce jour. Dans quelle obscurité morale serions-nous, nous
Seigneur des seigneurs. aussi, sans le premier commandement de Dieu!
Mais suis-je donc obligé de servir Dieu? Suis-je Le second commandement, en défendant la solennité
obligé de garder ses dix commandements? L'homme du serment, affermit la fidélité et la droiture humaines,
ne peut-il vivre indépendant? ainsi que la sincérité de caractère.
Kepler, le célèbre astronome, disait que si un seul Le troisième commandement assure au corps le repos
astre venait à dévier seulement un peu de sa course dont tout organisme vivant a besoin. Le quatrième défend
cela causerait la ruine de tout l'univers. l'autorité de la famille et de l'État, fonde toute
Eh bien! si les lois de la nature soutiennent le monde communauté humaine, en assure l'ordre et le déve-
matériel, de même les commandements de Dieu forment loppement. Le cinquième défend la vie humaine. En
la base de la vie humaine. C'est pourquoi je voudrais Chine, les mères ont encore le droit de jeter leurs
inscrire en lettres de feu dans l'âme de chacun de enfants à la rue ou de les tuer. Et qu'est-ce qui
vous, mes chers enfants, que Dieu n'a pas établi ses défend le sang pur, les générations fortes et saines
dix commandements pour nous agacer, nous inquiéter contre les excès des instincts? C'est le sixième com-
et gâter nos plaisirs, mais pour nous aider au contraire. mandement. Qu'est-ce qui défend la propriété légale?
Pour Dieu, en fin de compte, il est parfaitement indiffé- Ce sont les septième et dixième commandements.
rent que tu remplisses ses commandements ou non. Qu'est-ce qui défend l'individu et la communauté
C'est pour toi seul que cela fait toute la différence: ton contre le mensonge? C'est le huitième commandement.
bonheur ou ta perte en dépendent. En vérité, servir Dieu, c'est devenir maître! En
En vérité, les dix commandements de Dieu font .si vérité, les dix commandements de Dieu sont un bénéfice
bien la base de toute vie humaine sociale, que si Dieu et une bénédiction!
ne les avait pas établis, les hommes auraient dû les Que cette pauvre vie terrestre deviendrait sublime si
inventer. Ils ne sont pas là pour mettre des barrières tous les hommes gardaient consciencieusement ces dix
à notre liberté, mais pour défendre la vie digne d'être commandements! Il n'y aurait plus besoin de prisons ni
nommée humaine. de police: il y aurait bien moins de maladies et d'hôpi-
« C'est le Dieu véritable que tu dois seul adorer! ») taux. Il n'y aurait plus de maisons d'aliénés et de
nous dit le premier commandement. Cela nous fait familles désunies. Il n'y aurait plus de serrures aux
16 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

portes et les contrôleurs de billets disparaîtraient des écoutez, mes frères: je suis persuadé que ce n'est qu'une
tramways électriques. Il n'y aurait plus de bonheur histoire inventée pour nous faire peur. On dit que no~s
déçu ... ni d'innocence dupée ... ni de vieux parents . ne pouvons pas vivre sans la lumière du soleil. Ce ne
abandonnés dans la misère ... ni de calomnies dans les peut être qu'une sottise, une superstition ancienne
journaux ... Et il n'y aurait plus de guerre! Ah! Dieu, absolument indigne d'une plante moderne de nos temps
que tout serait donc changé si les hommes voulaient éclairés.
vraiment servir le Maître souverain et obéir à ses dix Ici, le peuplier s'interrompit un instant. Quelques
commandements! vieux chênes et un grand orme secouèrent leurs bran-
Que d'autres y obéissent ou non, cela ne dépend pas ches en signe de blâme, mais les jeunes arbres inclinèrent
de toi. Mais il dépend de toi seul que tu y obéisses leur tête de tous côtés. Le discours était fait pour leur
toi-même. plaire.
Et de cela dépend aussi ton bonheur ici-bas et dans Le peuplier continua en élevant la voix:
l'éternité : il s'agit de savoir si tu veux servir le « Je sais bien qu'un certain nombre de plantes - le
Seigneur des seigneurs de toute ton âme, oui ou non. clan des vieux arbres au feuillage sombre- croit
Et que deviendront ceux qui ne le veulent pas? Ils encore à ce non-sens démodé. Mais j'ai foi dans le
subiront le sort des arbres révoltés. sentiment d'indépendance de la jeune génération
végétale. Il nous faut secouer le joug du soleil. Alors
viendront les pousses libres! En lutte pour la liberté!
Les arbres révoltés.
Ton royaume est fini, vieille lampe céleste! »
Ici, les paroles du peuplier se perdirent dans les
Jorgensen no~s raconte, dans une histoire au sens acclamations qui s'élevaient de tous côtés : et cet
profond, qu'un jour, un peuplier au tronc bien haut enthousiasme jeune et spontané engloutit les expressions
et bien droit, lança une pensée d'orgueil parmi les de blâme des vieux arbres.
arbres de la forêt. « Commençons donc la révolte contre le soleil »,
« Mes frères », leur dit-il, « vous savez bien que la continua le peuplier. « Pendant le jour, nous allons
terre nous appartient, car ni les hommes ni les bêtes cesser toutes les fonctions vitales, c'est dans la nuit
ne peuvent se passer de nous. Nous donnons la nourri- sombre et mystérieure que nous vivrons désormais.
ture aux vaches, aux brebis, aux oiseaux, aux abeilles ... Nous pousserons, nous fleurirons, nous exhalerons nos
nous sommes le centre, toute chose a besoin de nous, parfums et porterons nos fruits la nuit seulement. A bas
la terre elle-même se compose de notre feuillage pourri. le soleil! Nous serons libres enfin!
Il n'y a qu'une seule puissance qui est au-dessus de La réunion était finie.
nous : c'est le soleil. Les jours suivants, les hommes firent une observation
\
On prétend que notre vie même dépend de lui. Mais étrange. Le soleil brillait de tout son éclat, ses chauds
(1
Relig. Jeun. 2
Il""
j. 1

LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARD E BIEN TA FOI! 19

rayons vivifiants remplissaient l'air comme une béné- milieu du bois renaissant et plein de chants d'oiseaux.
diction, mais les fleurs courbaient leurs petites têtes Ses doctrines stupides étaient oubliées; autour de lui,
vers la terre en tenant leurs corolles obstinément fer- le parfum des fleurs volait vers le soleil, vers l'astre
mées. Les arbres baissaient leur feuillage et se détour- vivifiant, comme une action de grâces, et la belle
naient de lui également. Le soir, par. contre, les corolles couronne verte des arbres se dressait pour le saluer.
fermées s'ouvraient et se tendaient vers la lumière pâle Le cas des arbres révoltés se répète dans la vie de
de la lune et les rayons froids des étoiles. bien des hommes qui sont d'avis qu'on peut vivre une
Cela dura ainsi pendant quelques jours. Néanmoins, vie digne d'être appelée humaine, en la détournant de
les plantes éprouvèrent bientôt des changements Dieu, notre soleil vivifiant. Prends garde, mon enfant,
étranges. Le blé, qui, avant, poussait vers le soleil, ne te laisse pas ôter la foi!
rampa à terre, car la nuit, il n'y avait pas de C'est effrayant comme le monde est superficiel
soleil. Les fleurs devinrent toutes pâles et les feuilles aujourd'hui. Aussitôt que tu iras en société, tu seras
commencèrent à jaunir. C'était un flétrissement général, stupéfié de voir, sur quels sujets vides et futiles les
comme en automne. jeunes gens et les jeunes filles d'aujourd'hui savent
Alors, les plantes se mirent à murmurer contre le bavarder pendant de longues heures, tu verras, par
peuplier. Mais celui-ci, qui les avait poussées à la ailleurs, avec quelle supériorité et quel dédain souriant
révolte, continua à les persuader malgré ses propres ils traitent les questions les plus graves de la vie
feuilles jaunes et desséchées. humaine.
« Que vous êtes donc stupides, mes amis! » leur Tu rencontreras des gens qui ne songent qu'à remplir
dit-:il. « Ne voyez-vous pas que vous êtes bien plus leur portefeuille de billets de banque, leur estomac de
beaux, bien plus intéressants, et, par-dessus tout, plus mets choisis et leurs soirées de plaisirs ...
libres et plus indépendants que vous n'étiez sous le Oh! qu'il y en a de ces gens-là à l'horizon restreint,
régime du soleil? Vous vous croyez malades? C'est une moralement emprisonnés, qui ne veulent pas voir!
fausse impression que vous avez là. Vous êtes affinés, Parmi les oiseaux, il y a bien aussi des aigles et des
anoblis, individualisés, voilà tout 1... » moineaux. Le moineau n'a besoin que d 'insectes ou
Quelques-unes des malheureuses plantes crurent de graines, de quelques cerises. Il en devient tout
encore au peuplier et répétèrent chaque nuit de leurs rond et pleincment heureux. Que sait-il des aigles qui
lèvres sèches et fanées : recherchent le bonheur ailleurs que dans la nourriture?
« Nous sommes anoblies, affinées, individualisées 1. .. » Vois-tu, mon fils, parmi les hommes, il y a aussi des
Mais la plupart aperçurent le danger à temps et se estomacs et des cœurs de moineaux. Ce sont ceux qui,
retournèrent vers le soleil. malgré leur richesse et leur bien-être, ont le cœur
Et, lorsque vint le printemps, le peuplier desséché vide, l'âme inculte et déserte. Ce sont ceux qui n'ont
~ dressait ses branches nues comme un épouvantail au point la perspective infinie de l'éternité. Ce sont les
II
1
20 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOII 21

âmes qui, dans le flot même des jouissances terrestres, la chose vitale, des questions sacrées de la foi, ils sont
sont consumées de faim et de soif. Elles languissent sourds et insensibles.
parce qu'elles se sont détournées du soleil. Pourquoi le sont-ils? Comment le sont-ils devenus?
Ce n'est point chose facile d'y trouver une réponse
exacte.
L'un, peut-être, a lu toutes sortes de livres difficiles
Cela ne me regarde pas.
de philosophie et de sciences naturelles et ce sent les
thèses philosophiques non digérées et les affirmations
Parmi Jes gens intelligents, il est rare de trouver un scientifiques incontrôlées qui l'ont égaré. L'autre a été
homme ouvertement athée. L'incroyance grossière serait choqué par la gaucherie d'un camarade éminemment
inconvenante dans une société distinguée. Mais d'autant religieux et a voulu éviter de lui ressembler.
plus grand est le nombre de ceux qui, sans renier leur Mais la plupart ne peuvent nommer d'autre cause à
religion, ne la pratiquent aucunement; ils y sont com- cette indifférence que celle - bien triste en vérité -
plètement indifférents. de l'exemple qu'ils ont eu devant les yeux dans leur
Dans le troisième chant de « L'enfer », Dante nous famille et dans la société. Au fait, nous voyons l'homme
donne un tableau frappant de ce groupe de damnés. d'aujourd'hui s'occuper de tout, sauf de la question la
Les âmes qui, de leur vie, ne furent ni bonnes ni plus grave et la plus décisive. Celle-là, il évite avec un
mauvaises, sont poussées cà et là par une inquiétude empressement anxieux.
éternelle, et leurs plaintes ne cesseront jamais. Elles _ En quoi la religion me regarde-t-elle ? - demande-
sont mêlées aux anges lâches qui, sans se révolter t-il en haussant les épaules.
contre Dieu, n'eurent pourtant pas le courage de Pourtant, qu'en penses-tu, mon enfant: y a-t-il une
s'exposer en sa faveur. tâche plus importante que de donner une réponse défi-
Hélas, ce n'est pas seulement parmi les adultes, mais nitive à la question de notre destinée? Ton chemin
aussi dans les rangs de la jeunesse que nous trouvons sur la terre, la direction de ta vie, et toute son
déjà les tristes êtres qui s'intéressent à tout sauf à organisation n'en dépendent-ils pas entièrement?
leur religion. Moi-même, j'en connais quelques-uns. Quel contraste entre la vie de deux hommes dont l'un
Ce sont de braves garçons aux manières prévenantes qui ne voit rien au-delà du terme d'ici-bas, et l'autre attend
s'appliquent bien à leurs études; mais le ver de l'indiffé- la vie dans la mort même, une vie parfaite et sans fin 1
rence leur ronge le cœur et je suis sérieusement inquiet !-a plus grande et la plus décisive des tâches de la
de leur avenir. Ils s'intéressent à tout; ils lisent beau- jeunesse, c'est de répondre à cette question au plus tôt
coup, même en dehors de leurs études; ils excellent et avec le plus de conviction possible.
aux sports, à la danse et à la causerie; pourtant je crains J'ai beau m'instruire soigneusement, j'ai beau
pour eux et pour leur avenir, car, en face de entretenir les trésors naturels de mon esprit, si je Il'ai
,
J.

22 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOII 23


pas de Dieu, ma vie ne peut être qu'incomplète et supposer un créateur intelligent à tout cela, et une
dépourvue d'élan. force pensante qui maintient la création. Il est entouré
J'ai beau accumuler la science dans ma cervelle, que de bonnes actions, de nobles élans, d'amour fraternel-
suis-je sans Dieu? Une dynamo parfaitement cons- et il ne doit pas croire à Celui qui récompense tout
truite mais incapable de mouvement, car le courant cela! Un assassin s'enfuit à l'étranger, vit et meurt
électrique lui manque ... dans l'impunité et le bien-être, et l'incrédule est forcé
J'ai beau développer mon caractère, que suis-je sans de sùpposer que son sort est le même que celui d'un
Dieu? Un beau cadre doré duquel le tableau a été homme honnête et bon. Il est obligé de dire que tel
enlevé. homme qui se renonce lui-même, qui a la volonté forte
J'ai beau entraîner ma volonté, que suis-je sans Dieu? et qui reste fidèle à son devoir jusqu'à la mort, se
Un puissant récepteur radiophonique bâti d'après une trompe; enfin, il est forcé d'admettre que tel autre qui
théorie exemplaire, jusque dans ses plus petits acces- se procure des avantages par ruse est un homme habile.
soires, mais qui ne résonne pas sous des flots de musi- Dans la vie de chacun de nous, il y a des heures et
que, car j'ai omis de me relier aux énergies célestes au des jours où on se détourne avec dégoût de tout plaisir,
moyen de l'antenne. où la terre entière nous semble une sphère pétrie de
A quoi sert la plus forte des lampes électriques si fange, où la vie n'est qu'un fardeau et une torture
elle n'est pas reliée au centre qui donne le courant? inexprimable. Dans ces moments de désillusion, l'âme
De même, à quoi sert la plus étincehmte des vies est prise par une amertume indicible. Elle tombe en
terrestres, si elle n'est pas reliée à Dieu, ce centre proie à une lassitude mortelle, à une humeur mélanco-
vivifiant de toute âme créée? lique, à une perte totale de son énergie. On voudrait
{( Le monde sans soleil, la nuit sans étoiles, le corps jouir, mais on s'en trouve incapable; on a cherché le
sans vie, le voyageur sans but, l'homme sans patrie, bonheur et on ne l'a trouvé nulle part.
l'orphelin sans parents, le cœur sans bonheur: voilà {( Pourquoi suis-je au monde?» se demande-t-on alors.
ce que c'est que l'âme sans Dieu ». Est-ce un avantage pour quelqu'un que je sois sorti
du néant et que je sois là? Et qu'adviendrait-il si je
mettais un point final à cette misérable vie par une
balle de revolver.
La malédiction de l'incrédulité.
Ah 1 oui, la vie sans Dieu est insoutenable.
{( Je ne comprends pas » disait Bismarck, « comment
Chez l'homme incrédule, l'esprit et la volonté sont l'homme intel ig ' nt qui ne connaît pas Dieu ou ne
également destinés à souffrir. Tout autour de lui , il veut point le connaître n'e n arrive pas à ne plus
voit le monde plein d'ordre miraculeux et de beauté pouvoir supporter la vie, à force d'ennui et de mépris »
inépuisable, - et, son incroyance, lui défend de (Lettre de Bismarck à sa femme, datée de 1851).
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE · BIEN TA FOI! 25
.celui qui n'a point de Dieu, n'a ni idéal, ni espérance; pleuré jusqu'au moment où elle retrouve son Dieu.
son cœur ne connaît pas la joie et la souffrance le trouve Le monde lui semble u~e ville déserte aux longues
sans force. Il n'a rien que ses désirs et ses jouissances rues sombres, où elle trébuche à chaque pas. Par
sensuelles, exacterrient comme les animaux. Si un peuple chaque fenêtre, la mort et la désolation le regardent.
venait à perdre sa foi en Dieu, il perdrait en même Elle s'écrie ;
temps l'idéal, les sources d'énergie qui l'incitent au
travail, en un mot, la base de son existence entière. « Toute la joie du cœur s'est envolée
Depuis que j'ai abandonné la foi ... »

Ou encore;
Le bonheur sans Dieu?
« Heureux celui qui trouve la mort
Au moment même où il perd la foi! »
La vie elle-même te l'enseignera tôt ou tard, mon
fils, mais en attendant, crois-moi quand j'affirme la Bien des jeunes gens se laissent troubler dans leur
vérité suivante ; sans la foi en Dieu, sans son amour, foi par le fait que tels grands hommes, tels savants
et saLlll'espoir qu'il nous donne, il n'y a point de vrai éminents furent incroyants, irréligieux. Qu'est-ce qui
bonheur pour nous; car l'âme humaine a été créée pour a pu les porter à renier Dieu; l'esprit ou le cœur, leur
Dieu et notre cœur reste inquiet jusqu'à ce qu'il trouve savoir ou plutôt leur vie contraire aux lois divines?
son repos en Lui. Nous ne pouvons en décider avec certitude, mais nous
L'âme humaine ne peut trouver la paix en, dehors le soupçonnons. Dans la plupart des cas, c'est le cœur
de Dieu. Toute chose est tenue d'agir selon sa nature. vicié et non l'esprit cultivé, les péchés et non le savoir
L'étoile ne peut s'arrêter, car la force de gravitation qui ont causé l'incroyance.
la fait mouvoir. L'oxygène et l'azote ne peuvent se La flamme claire de la foi ne peut s'éléver que dans
mêler autrement que selon leurs lois spéciales. Le feu l'air pur; où l'atmosphère morale est étouffée et corrom-
ne peut flamber que vers le ciel. La pierre ne peut pue, elle ne fait que languir pour s'éteindre tout à fait
tomber que vers la terre. Essaye de verser de l'huile tôt ou tard.
sous l'eau; quoi que tu fasses, elle viendra à la surface. Il ne serait pas sans intérêt de rassembler dans un
Essaye de verser de l'eau sur l'huile ; quoi que tu livre, l'histoire de la dernière heure de ces hommes qui
fasses encore, l'eau descendra au fond. L'huile ainsi niaient Dieu et se moquaient de la religion. La plupart
que l'eau sont portées par leur nature. Elles s'agitent changèrent d'avis au moment de la mort, à ce moment
en cherchant leur place; sitôt qu'elles l'ont trouvée, la où il n'est pas si facile de simuler.
paix se rétablit. Essaye de même de détacher l'âme As-tu déjà entendu le nom d'Arthur Schopenhauer
de Dieu; elle devient inquiète, s'agite, cherche et (1788-1860), le philosophe allemand, qui, toute sa vie,
l
"

26 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI 1 27

Ir attaqua le Christianisme avec une haine irréconciliable?


Pendant sa dernière maladie cependant, au milieu de
Dans une vieille barque six savants
Se promenaient sur l'eau et se disaient
ses souffrances atroces, on l'entendit soupirer à plusieurs « Les gens sont fous, il n'y a point de Dieu! »
reprises: La barque craqua: Sauvez-vous, messieurs!
« Mon Dieu, mon Dieu! » Dit le vieux batelier. Vite, à la nage!
« Dieu existe-t-il donc pour le philosophe? » lui (( Mon Dieu, mon Dieu! » ce fut le cri des six.
demanda son médecin, surpris. Le malade lui
répondit : Même Nietsche, l'audacieux blasphémateur, qui finit
« Dans la souffrance, la philosophie ne vaut rien sans par perdre la raison, fut saisi un jour par la mélancolie
Dieu; si je guéris, je vais changé d'avis ». de sa vie déserte :
Schopenhauer guérit, mais il oublia ce qu'il avait (( Où puis-je porter encore mes désirs? Du sommet
promis. Lorsqu'il retomba dans sa maladie, comme son de toutes les montagnes, je cherche une maison pater-
médecin lui rappelait sa promesse, il cria furieusement: nelle et maternelle ... mais nulle part je ne trouve un
« Laissez donc ces choses effrayantes, ces sottises ne home ... Où donc est mon chez-moi? Je le demande, je
sont bonnes que pour des enfants. La philosophie n'a le cherche et je l'ai toujours cherché sans le trouver.
pas besoin du Christ! » o partout éternel, ô nulle part éternel, ô en vain
Et le malheureux mourut subitement, le SOlr éternel! . .. »
même ... Anatole France, le romancier mort il y a quelques
Le poète Heine qui haïssait également la religion, années, fut peut-être, le plus grossier railleur de la
écrivit à sa sœur quelques années avant sa mort : religion qu'on ait jamais vu. Il n'écrivit, pour ainsi dire,
« J'ai eu l'audace de lever mon front contre le cieL .. que des choses contraires à la religion et à la morale.
c'est pourquoi je suis abattu sur le sol comme un Ses livres lui rapportèrent une grosse fortune : il avait
ver écrasé... Honneur et louange à Dieu dans les tout ce qu'il pouvait désirer. Pourtant, selon ses bio-
hauteurs! Ton pauvre frère Henri ». graphes, ce prophète des jouissances et des désirs
Le même Heine qui, dans ses poésies, avait chanté illimités était toujours mécontent et de mauvaise
« le corps, porteur unique du salut », écrit dans son humeur. Son secrétaire Br~ usson nous raconte qu'un
testament: jour, il fit à un de ses amis la déclaration suivante:
« Depuis quatre ans, j'ai renoncé à l'orgueil philoso- (( Si tu pouvais jeter un coup d'œil dans mon cœur,
phique et je suis revenu aux idées religieuses, au Dieu tu reculerais d'horreur. Je ne crois pas qu'il y ait un
unique. Je meurs, croyant au Créateur du monde, dont homme plus malheureux au monde que moi ... On me
j'implore humblement la grâce ... » jalouse pour mes succès; pourtant, je n'ai jamais connu
Qu'ils sont vrais, les vers ironiques de l'écriyain le bonheur; pas un jour, pas même une seule minute ».
hongrois Gardonyi : Vois-tu, mon enfant, l'âme sevrée de Dieu crie après
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

Lui comme les oisillons au bec jaune crient après la Avant d'être absous, il révoqua publiquement, par écrit
nourriture: car « quitter Dieu, c'est se perdre ». signé de deux témoins, toutes les calomnies dont il
avait accablé l'Église et la religion, et exprima l'espoir
que Dieu lui pardonnerait peut-être.
Cette fois-là cependant, Voltaire ne mourut pas.
cc Quitter Dieu, c'est se perdre ». Sitôt rétabli, il alla au théâtre, où on était justement en
train de représenter une de ses pièces. On le reçut
avec force acclamations. On plaça sa statue sur la
Avant la guerre, vivait un écrivain français, blasphé- scène et on la chargea de fleurs et de couronnes. Enfin,
mateur fanatique, Henri Lavedan. Personne n'excellait un des acteurs enlaça de lierre le front de l'auteur
comme lui à se moquer de Dieu et de la religion. vivant. Cela mit fin à ses projets d'amendement;
Cependant, quand la guerre éclata en 1914, il révoqua dans la société incroyante, il resta encore ce qu'il avait
son incroyance railleuse par un aveu public saisissant, été avant sa maladie, un blasphémateur spirituel.
adressé au peuple français. Plus tard, il retomba gravement malade, et, de
« J'ai ri de la foi », écrit-il, « et je me crus sage .. . nouveau, il demanda un prêtre. Mais cette fois-ci, les
Mais je ne faisais que me tromper moi-même et vous amis incroyants qui entouraient son lit ne voulurent
aussi, qui lisiez mes livres et chantiez mes poèmes. rien entendre de pareil. Voltaire les implora en vain
Tout cela n'était qu'erreur, qu'ivresse, que rêves vides. d'avoir pitié de lui. Là-dessus, il tomba dans un délire
Quitter Dieu, c'est se perdre ... Je ne sais si, demain, furieux et cria avec désespoir :
je vivrai encore. Mais il faut que je le dise à mes « Une main me saisit et me traîne devant le tribunal
amis: Lavedan n'a pas le courage de mourir en niant de Dieu ... Voici le diable qui veut m'emporter ... je
Dieu. Réjouis-toi, mon âme, car j'ai atteint l'heure où vois l'enfer ... cachez-moi, cachez-moi! »
je puis dire à genoux : je crois en Dieu, je crois, je Un des assistants s'élança dehors:
crois 1 » « Impossible d'écouter cela ... »
Bien saisissante est la fin du plus grand ennemi de Au dernier moment, ses amis laissèrent pourtant
la religion, Voltat:re. Il employa toute sa vie, pour ainsi entrer le prêtre, mais alors l'agonie touchait déjà à
dire, à écraser la foi et la morale chrétiennes. Il avait la fin et le malade n'avait plus sa connaissance; il ne
pour maxime : Écrasez l'infâme! et « l'infâme» était la recouvra plus.
l'Église catholique. Un nombre incolculable de ses Telle fut donc la mort de « l'ancêtre de l'incroyance »!
lecteurs perdit la foi et la morale en lisant ses livres. La garde-malade qui avait soigné Voltaire, après cet
On le nomma avec raison, l'ancêtre de l'incroyance. événement, chaque fois qu'on l'appelait pour soigner
Et, lorsque ce blasphémateur furieux tomba gravement quelqu'un, demanda d'avance si le malade était
'. malade, il demanda un prêtre et voulut se confesser. religieux.
,-

LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

« J'étais près de Voltaire agonisant », disait-elle, « je ment toutes les tentations, et toutes les luttes ici-bas.
ne veux plus jamais voir mourir un incroyant ». Tu connaîs bien le Faust de Gcethe? Il personnifie
Car quitter Dieu, c'est se perdre. Ce que nous faisons l'éternelle lutte de l'homme contre le mal, et son effort
, contre Dieu, nous le faisons contre l'humanité; ce que continuel vers le bien; le héros essaye de tout, mais
nous faisons sans Dieu n'est que vanité périssable; seul l'auteur ne trouve de dénouement satisfaisant nulle part
ce que nous faisons pour Dieu est salutaire, durable excepté dans la doctrine du Dieu qui récompense et
et éternel. punit, et dans la foi en l'éternité. La Divine comédie
de Dante, la Missa solemnis de Beethoven, le Requiem
de Moz art, la Création de Haydn, le Parsival de Wagner,
Le monde sans Dieu. les œuvres de Bach, de Liszt, de Brahms et de bien
d'autres qui sont toutes des cris de l'âme assoiffée
cherchant Dieu, ne font que fortifier l'affirmation de
Otons-en Dieu, que reste-t-il du monde? Il reste Tertullien, ce père de l'Église du me siècle : « l'âme
une existence affreuse qui se contredit elle-même dans humaine est chrétienne par nature )).
les mille détails, où circule le poison de la souffrance, Anima naturaliter christiana. - Oui, c'est en vam
et au terme de laquelle l'effroi de la mort nous attend. qu'on jette du sable sur le flambeau brûlant.
« Tout vacille là où la foi fait défaut », dit Schiller. « Tous les hommes ont faim de Dieu )), dit déjà
Et Plutarque a également raison lorsqu'il écrit:Il serait Homère dans l'Odyssée.
plus facile de bâtir une forteresse en l'air avec du sable, Probablement, tu n'as pas encore beaucoup vu le
que de former une société humaine sans la foi en la monde de la vie moderne, mais tu t 'es sûrement
divinité. déjà trouvé face à face avec ses terribles problémes.
Plus tu étudieras, mon cher enfant, et plus tu seras Avec l'âge, tu te rendras compte plus clairement de
accablé par l'insignifiance effrayante de ta vie, de ta cette vérité stupéfiante : plus l'humanité a fait de
propre petitesse, de l'existence terrestre en général; progrès dans le développement te~hnique et industriel,
mais sitôt que tu penseras à l'Éternel, une paix plus ses jouis"ances sont devenues raffinéps, et moins
ineXprimable remplira ton cœur. elle est capable de satisf3ire la soif de l'âme créée pour
La religion est seule à expliquer toutes les questions des choses plus hautes.
de la vie. Car si la vie n'est qu'un état préparatoire qui L'âme humaine dé"ire Dieu, et nous avons beau
n'a pas pour but de nous faire nager dans les plaisirs, rempla"er ce désir par les merveille de la civilisation
mais de former notre âme pour sa destinée éternelle moderne, l'auto, le théâtre, la radio et les plaisirs
et sublime; si notre vie terrestre n'est que la préface du multiples; dans les moment.. de méditation grave et
livre qui ne paraîtra qu'à la fin de cette vie, alors, silencieuse, la langueur de l'âme crie vers Dieu.
mais alors seulement, nous pouvons supporter brave- Impossible de soustraire Dieu au monde. On a
GARDE BIEN TA FOI! 33
LA RELIGION ET LA JEUNESSE

observé que souvent, plus un écrivain est Incroyant, N'oublie doncjamais, mon fils, que ta jeune âme aura
plus il parle de Dieu. Il paraît qu'il doit beaucoup d'autant plus de valeur que tu l'imprégneras plus profon-
parler aux autres contre Dieu, parce que S3 propre dément de la pensée sublime du Dieu éternel et tout-puis-
âme lui parle encore plus de Lui. Il voudrait l'ignorer, sant, mais miséricordieux et bon et t'aimant infiniment.
c'est pourquoi il en parle continuellement. Bien des hommes essayent de bâtir leur bonheur sans
L'écrivain Jérémie Gotthelf (1798-1854) dit: Dieu, surtout pendant leur jeunesse. Je suis souvent
« On ne croirait pas quelle influence cela a sur le consterné de voir des jeunes gens destinés à vivre
caractère lorsque la lumière d'en-haut ne nous sourit noblement qui se donnent une peine stupide pour
plus, 10rEque le pain céleste cesse de nous fortifier dans aménager leur vie sans Dieu. Il est vrai qu'à l'âge mûr,
les vicissitudes de la vie ... Imagine-toi une tranchée ils reviennent pour la plupart à l'idéal abandonné; mais
sauvage où le soleil ne pénètre jamais, où les nuages hélas, le souvenir de leur jeunesse gaspillée les accom-
ne se dissipent point; imagine-toi comme ce gerait pagne jusqu'à la mort comme une ombre obscure.
effroyable si tu étais condamné à vivre là parmi la Écoute seulement l'aveu de Gœthe, ce poète qui
vermine vénéneuse, dans le brouillard éternel, sans vécut dans le bien-être et fut ,e ntouré du plus grand
jamais de soleil, et s'il t'était même défendu d'escalader respect. Quelque temps avant sa mort, il écrit :
« On m'a toujours cru l'enfant préféré de la chance;
les parois de la tranchée pour aspirer une bouffée
d'air pur. Eh bien! c'est exactement le cas lorsque aussi je ne me plains pas de ma vie. Pourtant; au fond,
l'esprit de Dieu ne plane plus sur les eaux, lorsque la elle n'était faite que de travail et de fatigue, et je peux
parole d'en-haut ne rayonne plus au-dessus de nous, dire que pendant mes 75 années, je n'ai pas été heureux
soleil moral qui déchirerait le brouillard, dont l'ombre quatre semaines » (Eckermann : Conversations avec
cache toutes les espèces de vermines engendrées par Gœthe, 1824, le 27 janvier).
l'âme obscure ... » Les Arabes ont une magnifique légende, « Les pleurs
Ce que le soleH est pour la vie de la nature, la du désert ». Lorsque, par les nuits étoilées et silen-
lumière éternelle, Dieu, l'est pour la vie de l'âme. cieuses, un vent doux court sur le désert de sable et que
Souvent, les hommes sont aveuglés par l'orgueil, ils les grains de poussière s'entrechoquent par milliards,
s'imaginent être leur propre Dieu, leur propre lumière cela donne un son semblable au gémissement plaintif
vivifiante; ils oublient que tout ce qu'ils ont de clarté, d'une énorme bête fauve qui serait blessée à mort.
d'esprit, de savoir, de bonté, ils l'ont seulement reçu. « Écoutez!» dit alors le conducteur arabe à la cara-
Dans l'âme de tout homme, brûle le désir d'un monde vane. « Écoutez! » C'est le désert qui pleure! Il se plaint
meilleur, plus noble, plus parfait. Ce désir, cet effort qui d'être devenu stérile; il soupire après les jardins
consume toutes les âmes, peut-il être vain et sans but? fleurissants, les blés ondulés, les fruits souriants qui
Non et mille fois nonl Il faut qu'il existe une perfection le remplissaient jadis, avant qu'il fut devenu le désert
complète et absolue: c'est Dieu. ' brûlant et inculte d'aujourd'hui.

Relig. J eun. 3
34 LA RELIGION ET LA JEUNESSE 1
GARDE BIEN TA FOI 35
Vois-tu, mon enfant, les hommes incroyants sont criards n'avancent pas les affaires d'une nation; ce
aussi des ·âmes désertes, avides et incultes. En dehors, patriotisme-là ne vaut pas grand-chose. Ce que la vie reli-
ils font comme si tout était dans le plus bel ordre. gieuse et le vrai amour de la patrie exigent, c'est que tu
Mais lorsque, par une nuit d'insomnie, ils se dressent travailles sans relâche, jusqu'au bout de tes forces; que
sur leur séant poussés par la force de leurs pensées, tu sois honnête dans toutes te~ actions et toutes tes
l'âme rendue déserte par l'incroyance se met à gémir. paroles jusqu'au plus petit détail.
Elle pleure les fleurs fanées, les joies flétries à jamais. Examine un peu en quoi consiste le vrai amour de
Car, comme le dit le poète Schubert " la patrie.
Sans Dieu, la vie est un bateau sans ancre, Consiste-t-il dans l'attachement que nous portons à.
Hors de Dieu, la vie est pauvre et misérable, la maison où nous sommes nés, où on nous a bercés
En Dieu, la vie est riche et grande. enfants? Oui, en cela aussi. Mais ce n'est pas tout.
Consiste-t-il dans l'amour de notre village, de notre
pays, de notre peuple? Oui, cela aussi en fait partie.
Mais ce n'est pas encore tout.
L'amour de la patrie sans Dieu. Qu'est-ce donc que l'amour parfait de la patrie?
L'amour parfait de la patrie ne consiste pas en
sentiments seulement, mais en actions! C'est un effort
Voici encore une question: un homme incroyant, sacré et un travail infatigable pour voir son peuple,
irréligieux, peut-il être bon patriote? Celui qui est sa patrie, estimés et honorés par le monde entier.
infidèle à sa patrie éternelle, peut-il aimer sa patrie J'aime ma patrie de la bonne façon si je travaille de
terrestre? Celui dont l'âme n'est pas fortifiée par l'idée telle sorte que le travail de mon peuple devienne le
sacrée de la patrie éternelle, peut-il soumettre ses premier au monde: supérieur, exact et sûr. Si je travaille
propres intérêts égoïste>; aux intérêts sacrés de la patrie? à ce que la science de mon peuple s'élève bien haut
J'ose affirmer que non. et gagne le respect des autres nations. Si je travaille à
L'homme incroyant ne peut être non plus un ce que la jeunesse de mon peuple ait le caractère droit
membre utile de sa nation: l'adolescent religieux, au et pur, qu'elle fasse son devoir toujours et partout.
contraire, est aussi un soutien de sa patrie terrestre. Si je travaille à ce que la foi de mon peuple soit solide
C'est vrai, l'incroyant peut aussi battre du tambour, comme les montagnes qui s'élèvent jusqu'aux nuages,
porter le drapeau et crier Vive! Mais l'âme religieuse et ses mœurs aussi limpides que les yeux d'un enfant.
seule est capable de faire les petits sacrifices demandés Vois-tu mon fils, c'est là le véritable amour de la patrie,
par les devoirs de tous les jours et les grands sacrifices qui prend racine dans la religion et qui est capable
héroïques aux moments de crise. Les grands banquets, d'élever une nation bien haut sans abaisser et diminuer
les ovations sans fin, les feux de Bengale et les articles les autres nations. Ce sentiment-là ne devient jamais
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOII 37

une adoration aveugle de soi-même et n'a pas l'inten- pourtant notre prière nationale? Dans les églises
tion d'anéantir les autres nations. II aime sa propre catholiques!
race, mais il ne hait pas les autres peuples; sachant La foi religieuse et l'amour de la patrie vont
que nous sommes tous enfants d'un même Père. ensemble l'incroyance et la trahison également. Regarde
On reproche souvent à la religion catholique de autour de toi : où les idées irréligieuses et blasphéma-
négliger le travail terrestre, ce monde présent en un trices trouvent-elles le meilleur terrain? C'est parmi les
mot, et de ne parler que de l'au-delà pour nous encou- ouvriers des fabriques assemblés de toutes les parties
rager à sauver nos âmes là-haut. du monde qui ont oublié les traditions de la patrie.
C'est une bien grande erreur. Par contre, le peuple qui aime son pays natal, sa patrie
« Rendez à César ce qui est à César et à Dieu enfin, n'offre pas non plus les conditions propres à la
ce qui est à Dieu! » Ces paroles éternellement propagande antireligieuse.
valables du Seigneur Jésus nous montrent clairement Où la foi faiblit, l'amour de la patrie souffre
la source où l'amour sage de la patrie se nourrit, c'est aussi; et celui qui renie sa patrie est bien près de perdre
la pensée de la vie éternelle, de la patrie éternelle. sa foi.
J'en ai vu la justification éclatante pendant mon
voyage aux États-Unis d'Amérique. Parmi mes nom-
breux compatriotes qui vivent là-bas, ceux qui aiment La foi de l'enfant devient
encore leur ancienne patrie et en sont fiers, sont tous la foi de l'adolescent.
des gens religieux. Comme ils pleuraient, ces hommes
émigrés il y a 20 et 30 ans, en m'entendant prêcher
dans la langue de notre pays, dans les églises de Chicago, Si ce livre vient à tomber entre les mains d'un jeune
de Buffalo, de Flint et de Bridgeport! D'autre part, lecteur dont la foi a fait naufrage, je ne lui demande
j'ai été saisi d'effroi en voyant que mes compatriotes qui qu'une chose: c'est de se poserfranchement la question:
manquaient d'organisation religieuse reniaient et outra- qu'ai-je perdu en perdant la foi et qu'ai-je gagné par
geaient leur patrie aussi! l'incroyance?
Et rappelons-nous: en 1919, au temps sombre du Rappelle-toi le temps où tu étais encore tout enfant.
Communisme, qui trahit la Hongrie, qui la teinta de Quelle foi vivante remplissait ton âme! Je voudrais te
sang et y mide feu? N'étaient -ce pas ceux qui ne croyaient placer, toi, jeune homme de 17 ou 18 ans, près de
pas à la patrie éternelle, à la vie éternelle non plus, l'enfant que tu étais alors, à 7 ou 8 ans.
n'étaient-ce · pas les athées, les incroyants? Et quand, Étrange rencontre!
en ce temps obscur, il était défendu d'être hongrois Ce petit garçon aux yeux écarquillés, en costume
et qu'on punissait de mort les accents de l'hymne marin, te regarde d'un air tout effrayé, toi, adolescent
national, où les âmes désolées osaient-elles chanter bien musclé, à la moustache naissante. Pourtant, tu
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI 1 39

fus cet enfant toi-même, jadis! ... et que tu étais heureux Et, se tournant vers toi, elle continua :
alors! « C'est moi qui te donne la force et le courage, ne
Rappelle-toi ... le matin, tu t'éveillais dans ton petit m'abandonne pas! »
lit blanc et, l'âme blanche aussi, tu faisais ta prière du Mais l'incroyance l'interrompit:
matin au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Et « A l'avenir, c'est moi qui t'encouragerai, qui te
toute la journée s'écoulait si gaîment! La douce chaleur montrerai le chemin à prendre... qui te mûrirai ...
de cette prière matinale vive et fraîche te suivait toujours garde-moi! »
,et, lorsqu'après ta prière du soir, tu embrassais tes L'histoire est exacte, n'est-il pas vrai? Ce combat
parents .: bonne nuit, mère chérie! tu t'endormais tout est-il toujours suivi de l'incrédu~ité ? Non, d'ordinaire, "
(1
ce n'est que la foi enfantine qui commence à se trans- !,
sburiant... Rappelle-toi... que tu étais heureux! ...
Et puis, un jour, un livre tomba entre tes mains ... former, à se mûrir. Elle devient la foi de l'adolescent.
ou peut-être qu'une conversation avec un garçon léger Mais prends bien garde de ne pas la perdre au cours
te troubla ... ou quelque autre incident encore souleva de cette transformation! Prends garde que le feu de ta
la question dans ton esprit mûrissant : sensualité naissante et toujours plus exigeante ne la
« Est-ce que tout est vraiment comme je le crois? brûle! Pendant ces années de lutte il faut que tu pries
Ma foi est-elle fondée sur la réalité? .. » avec une ferveur redoublée: Seigneur, je crois, venez
D'abord, le doute n'osa que chuchoter. Tu le chassas en aide à mon incroyance!
tout effrayé.
Mais ce fut en vain. Il revint et commença à parler
plus haut. Des mois pleins d'amertume suivirent. La La foi de l'adolescent devient la foi de l'homme.
lutte s'engagea entre la foi et l'incroyance et ta pauvre
âme devint un champ de bataille.
« Va-t'en, foi religieuse intacte! Il n'y a plus de Il est possible aussi - Dieu veuille qu'il en soit
place pour toi en cette âme! L'enfant, avait une foi ainsi pour beaucoup de jeunes garçons - que tu n'aies
absolue. Mais l'adolescent ne peut plus retenir cette foi. rien senti de tout cela. Ta foi a tenu tête aux orages
n veut vivre, il veut jouir! Il est un jeune homme des années de développement sans grandes secousses
maintenant! Bien des choses lui sont permises à pré- et tu a pu transformer ta foi d'enfant - ce grand
sent! » Ainsi te parla l'incrédulité. trésor - sans aucun dommage en la foi de l'adolescent.
La foi essaya de résister. Mais hélas! il te reste encore des dangers à braver, car
« Je veux rester! N'étais-je pas jusqu'ici la vie, une dernière épreuve t'attend. C'est la transformation
la joie, le bonheur de cet enfant? L'éclat de ses yeux, de ta foi d'adolescent en la foi de l'homme mûr.
la sérénité de son âme, la gaîté de ses jours, tout Je t'en parle exprès, car les années d'université ont
était dû à sa foi intacte ». déjà privé bien des jeunes gens de leur foi, ce trésor
\
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI 1

qu'ils avaient gardé intact en face de toutes les tentations « La religion est une chose tellement sublime que
de l'adolescent. ceux qui ne se donnent pas la peine de faire sa connais-
Sitôt que la vie s'ouvrira devant toi, tu constateras sance intime, méritent d'en être exclus ll.
que, dans la vie de beaucoup de tes camarades comme Sans cela tes sujets d'étude à l'université peuvent
dans celle de beaucoup d'hommes adultes, la foi ne facilement causer des troubles dans ton âme. Ici, je
joue qu'un rôle de dixième rang, ou que, pis encore, elle ne pense même pas aux déclarations franchement anti-
s'est flétrie tout à fait. Partout, tu verras que la jeunesse religieuses que tu seras peut-être obligé d'entendre.
prend facilement le chemin de l'incroyance, inexpéri- Partout, les difficultés se multiplieront sur ton chemin. 1
mentée comme elle l'est : ce que tu ne vois pas, Jour par jour, tu entendras parler de courants d'idées
cependant, c'est que bon nombre de ceux qui ont que tu ne sauras où placer, de conceptions de la vie
\
pris ce chemin retournent à l'idéal abandonné lorsque que tu seras incapable de concilier avec ta foi reli-
leurs cheveux grisonnent et qu'ils ont gagné de gieuse. Et puis, encore un danger nouveau : l'haleine 1
l'expérience. C'est ainsi pourtant! infecte de la grande ville autour de l'adolescent! « La
Kant, le grand philosophe allemand qui, dans sa jouissance est le seul but de la vie! Mangeons, buvons,
jeunesse, ne voulait rien entendre de Dieu, du libre car demain, nous mourrons! ... )) Ceci semble être la
arbitre et de l'immortalité, se trouva sur ses vieux jours maxime des foules. On te crie de toutes parts : « Ta
forcé d'admettre que ces choses étaient des exigences religion exige la vie pure, la continence complète?
indispensables. C'est stupide! On ne doit pas supprimer les droits
Virchow et Raymond du Bois qui furent les premiers de la nature! ))
avocats du matérialisme, abandonnèrent plus tard, com- On te crie cela incessamment, juste pendant les
plètement cette doctrine. Bher, Windt, et d'autres savants années où les passions frappent sans relâche et avec
de renom qualifièrent, à l'âge mûr, leurs premiers écrits le plus d'audace à la porte de ton cœur.
matérialistes de péchés et de sottises de jeunesse. En 1374, la peste dévasta l'Italie. Il est impossible
Les sujets d'étude à l'université t'ouvrent des pers- d'en lire la description sans être ébranlé jusqu'au fond
pectives toujours nouvelles; ton ancien savoir se trouve de l'âme.
éclairé de lumières insoupçonnées, seules, tes connais- « On ne voyait que des visages tout pâles )J, écrit un
sances religieuses en restent là, vu qu'on n'enseigne pas ancien livre, (, dans les maisons où, jadis, résonnait le
le catholicisme à l'université. Tes connaissances là-dessus rire joyeux des enfants, un silence de mort régnait. On
en restent là, ai-je dit. Eh bien! ce ne serait même pas n'entendait que le roulement des chars funèbres qui
si mal. Mais tu les oublies continuellement, pendant allaient de maison en maison pour recueillir les victimes
que sur les autres sujets, tu fais de grands progrès. du jour et les conduire au cimetière ... Même là, près
Pourtant la religion demande à être étudiée de près : des tombes, l'épidémie gagnait souvent le prêtre et les
sinon, la phrase de Pascal se réalise souvent : fossoyeurs; en enterrant les morts, ils tombaient eux-
·1
(1

LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI 1 43

mêmes dans les tombes creusées pour les autres. Les vie. Ensuite, il me semble que l'Église catholique ne
gens s'évitaient, ils ,ne voulaient se voir sous aucun connaît pas la vie moderne non plus. Ses lois, ses
prétexte à cause du danger d'épidémie. Au beau milieu prescriptions, ses défenses sont déjà presque comiques
des villes, dans les rues, sur les places publiques, les à force d'être démodées ».
gens s'affaissaient comme les pommes tombent de Prends garde, mon fils! Défends ta foi! Ces heures-là
l'arbre. Il y avait des rues entières où il ne restait sont les plus difficiles quand la voix de ces tentations
pas un seul survivant pour répondre au cocher du se fait entendre en toi. Ce sont des heures sombres où
char funèbre qui venait demander s'il n'y avait pas de bien des jeunes gens ont déjà tout perdu.
morts dans la maison. Les tribunaux cessèrent de Sais-tu qui perd tout ce qu'il possède?
fonctionner, personne ne s'occupait plus des lois ... » Celui qui a perdu sa fortune a beaucoup perdu.
Est-ce assez saisissant? Celui qui a perdu une jambe a perdu plus encore. Celui
Mais, hélas! quelle peste morale dévaste les grandes
qui a perdu sa foi a tout perdu.
villes de nos jours! Si l'on devait enterrer tous ceux
Regarde un peu l'exemple typique du Faust de
qui ont l'âme contaminée, devant combien de portes
Gœthe. Faust perd la foi : que peut-il faire dès lors?
le char funèbre devrait s'arrêter pour emporter l'ado-
D'abord, il se jette dans les plaisirs effrénés et immo-
lescent au cimetière de l'innocence! Que de jeunes
raux. Est-il heureux? Loin de là : l'âme pleine de
âmes s'affaissent et meurent journellement au milieu de
remords brûlants et amers, il n'a pas un moment
la ville, dans la rue, au cinéma, devant les vitrines des
de paix. Que faire? Il se plonge dans des travaux
librairies, à la vue des affiches, dans les lieux douteux!
scientifiques et artistiques. Est-il heureux? Non, en
Ce n'est que sur un seul point que la ressemblance
vérité, son âme est loin d'être assouvie. Alors il se
cesse: alors, les gens faisaient tout pour éviter la con-
jette dans l'activité fiévreuse de la vie moderne. Projets,
tagion qu'ils redoutaient; maintenant ils n'en ont pas
entreprises, créations nouvelles sans arrêt : il y cherche
peur, ils ne l'évitent pas; au contraire, ils payent pour
son repos comme tant d'autres de ses frères d'aujour-
arriver dans les lieux les plus empestés!
d'hui qui ne savent pas que la vie religieuse ~incère est
Est-ce étonnant, après cela, si la foi solide du jeune
seule capable de consacrer tout travail et toute
homme entouré de tant de tentations du dedans et du
dehors est ébranlée? Est-ce étonnant si même les jeunes activité.
gens sérieux se troublent et finissent par penser : Nous ne pouvons manquer de comprendre la vérité
« Tout ce que j'ai entendu et cru relativement à la foi, des paroles de Paulsen :
à la religion, à la vie pure, à la morale au temps de mon « La religion appartient à la fonction normale de la

adolescence, était bel et bon alors, mais cela me nature humaine; son manque dans la vie de l'individu
paraît pourtant un peu exagéré aujourd'hui. Alors, aussi bien que dans la :vie sociale, est toujours un signe
. je ne connaissais pas encore la vie et mon droit à la de désordre ».
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI 1 45
Écoute comme le désespoir pleure dans les lignes d'un
poète français dont la foi fit naufrage : Quand le ciel se couvre de nuages ...

« Passer comme un troupeau, les yeux fixés en terre, Si une pierre reste longtemps sans être remuée, elle
Et renier le reste, est-ce donc être heureux? finit par se recouvrir de mousse; si tu ne te sers pas de
Non, c'est cesser d'être homme! » ton canif, il se rouille; si tu ne fais pas de gymnastique,
tes muscles dépérissent. Voilà exactement ce qui arrive
Le proverbe russe a bien raison : « On peut vivre à la foi: celle-ci est d'abord envahie par la mousse de
sans père et sans mère, on ne peut vivre sans Dieu ». l'indifférence; puis entamée par la rouille du doute et .
N'est-ce pas, mon fils, tu ne veux jamais perdre le enfin elle dépérit tout à fait, jusqu'à l'incroyance
plus grand trésor que tu possèdes : ta foi? Sais-tu complète peut-être.
comment tu peux la défendre le plus sûrement? Il ne suffit donc pas de garder ta foi, il faut encore
Étudie-la profondément: garde l'humilité de ton âme: la mettre en pratique.
vis selon ta religion et évite les compagnies et les Il faut que tu la mettes en pratique d'abord par
lectures dangereuses. la prière. Chaque matin, récite le Crédo avec une
Un scout habitant une grande ville qui n'avait jamais lenteur réfléchie. Remercie Dieu de ce qu'Il te permet
été à la campagne, arriva à son premier camp par un de vivre dans la vraie religion catholique. Mais il faut
jour de pluie. Il avait beau prendre toutes les pré- que tu mettes ta foi en pratique principalement par ta
cautions, ses souliers devinrent tout crottés dans le vie conforme à ta religion: ta vie qui puise sa force à
sentier étroit. Cependant le camarade qui marchait la source éternelle de l'idéal divin. Souvent le
devant lui garda ses bottines propres. développement moral d'un jeune homme est faussé
« Je ne peux m'empêcher de me salir )), lui dit l'autre: par le fait que, si sa foi reste intacte, il en paraît bien
« comment fais-tu pour rester propre dans un chemin peu dans sa vie. Pourtant cette foi théorique qui ne
plein de boue? )) . se transforme pas en pratique ne vaut pas plus qu'une
« Si tu marches dans un chemin boueux )), lui répondit vieille voiture sans roues. Theoria sine praxi est currus
le camarade villageois, « ne regarde jamais la boue, car sine axi. Après cela tu comprendras peut-être le conseil
alors tu marcheras dedans à coup sûr. Regarde toujours que je donnais à un jeune homme et qui pourrait te
les endroits propres et tu resteras propre )). De même sembler un peu étrange au premier moment.
pour toi, mon enfant. Quel que soit l'entourage dans « Je voudrais bien croire », se plaignait ce jeune
lequel il te faudra vivre, ne regarde jamais la vie homme sérieux, « mais je ne peux pas! ))
débauchée de tes compagnons; mais cherche l'amitié « Mon cher enfant », lui répondis-je, « il faut que tu
de ceux qui ont l'âme pure et honnête. forces ta volonté. La foi dépend non seulement de la
grâce de Dieu, mais encore de la volonté de l'homme.
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 47
Dieu donne sa grâce, mais il dépend à toi d'y concourir
par ta volonté. Tu ne peux pas croire, dis-tu. C'est
Doutes.
égal! Adresse-toi à Dieu avec les apôtres: « Augmentez
notre foi! » (Év. S. Luc, 17, 5). Et crie avec le père de
l'enfant malade: « Je crois, Seigneur, venez en aide Tu te plains de ce que ta foi est assaillie par les
à mon incroyance! » (Év. S. Marc, 9, 23). Tu te plains doutes. Calme-toi : généralement, ce que les jeunes
de ce que la prière n'est pas de ton goût, que tu vas gens nomment des doutes en matière de foi, n'est que
à la messe sans aucun enthousiasme, et que tu trouves de la tentation et non de l'incroyance coupable. Il est
la vie spirituelle ennuyeuse en général. N'importe! Fais vrai que souvent, ils doivent soutenir une lutte bien
tes prières quand même, bien exactement, aussi exac- rude, mais les saints eux-mêmes ne furent pas toujours
tement que possible; tâche quand même de suivre la exempts de ces combats-là.
sainte messe avec autant de recueillement que le plus Très peu d'hommes instruits peuvent se vanter de
fervent des croyants. n'avoir jamais été assaillis par des doutes religieux.
« Mais cette religiosité forcée ne peut avoir aucune Tantôt, c'est une nouvelle parue dans un journal
valeur! » penses-tu peut-être. qui traite avec une légèreté spirituelle une sérieuse
Tu te trompes. Le Seigneur ne regarde jamais au vérité religieuse; tantôt, l'article « scientifique» d'une
résultat atteint, mais toujours à la volonté. Et il nous revue attaque un des dogmes de notre foi; souvent
contemple avec amour toutes les fois que notre volonté aussi c'est en société qu'on entend des raisonnements
pour le bien se met en lutte contre les tentations et la sur la religion qui ne tiennent pas debout. Il n'est
tiédeur. donc pas étonnant que l'inquiétude nous prenne et
Donc, qu'importe que les doutes te torturent en que nous nous demandions :
matière de foi, voici ce que je te conseille: continue « Et si les choses ne ressemblent tout de même pas
de prier systématiquement et va te confesser et commu- à ce que la religion nous enseigne? »
nier souvent. Un jeune homme ne deviendra jamais Croyez, croyez! c'est là ce que Notre-Seigneur J ésus-
incroyant aussi longtemps qu'il priera, qu'il se con- Christ exige de nous. Toute sa vie, il ne cessa de
fessera et qu'il communiera, même après les tentations demander aux hommes de croire en Lui. « Celui qui
les plus fortes qui auraient attaqué sa foi. En ces croit et se fait baptiser, aura le salut; celui qui ne
moments-là redis toujours la prière suivante: . croit pas sera damné » (S. Marc 16, 16). C'est ce qu'il
« Seigneur, je ne peux pas croire! Au moins il me vous demande à vous aussi, jeunes gens d'aujourd'hui.
semble que j'en suis incapable. Le ciel se couvre de Mais de nos jours, au siècle du savoir, bien des
nuages et le monde s'obscurcit à ma vue ... Mais, jeunes gens se demandent :
Seigneur, je veux croire en Vous! Je veux, je veux! « Pourquoi le Sauveur a-t-il pris la foi pour base de

Verrez en aide à mon inèroyance! l) sa religion et non le savoir? Pourquoi a-t-il dit que
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 49

ceux qui croient auront le salut? Pourquoi ne dit-il pas croire, et néanmoins assaillie de doutes. En ce cas, Dieu
plutôt : ceux qui comprennent mes enseignements et les permet en guise d'épreuve, pour te donner l'occasion
qui pénètrent mes principes à fond auront le salut? d'acquérir des mérites. Ne te laisse pas gagner par la
Pourquoi ne dit-il pas: heureux sont les gens instruits, frayeur! Même les âmes les plus pieuses ne peuvent
les savants, les hommes d'esprit? entièrement éviter ces doutes en fait de religion, et ces
Sais-tu pourquoi? problèmes, ces incertitudes si pleins de tourments se
Parce qu'Il vint sur la terre pour l'humanité entière rencontrent sur le chemin des meilleurs. Par là, Dieu
et destina sa religion à tous! Et tout le monde ne peut a son but bien défini. Quel mérite aurions-nous donc
pas être sava~t, ni même avoir de l'instruction et de à « croire » les vérités religieuses, si auparavant, nous
la culture d'esprit. les avions comprises aussi clairement que 2 et 2 font 4.
Mais tout le monde peut être croyant, n'est-il pas A-t-on du mérite à croire la table de Pythagore? Aucun,
vrai? L'enfant et le vieillard, le riche et le pauvre, le n'est-ce pas? On ne peut faire autrement, c'est tout
petit écolier et son savant professeur peuvent croire simple. L'esprit humain est pleinement persuadé qu'il
aux paroles de Jésus avec la même humilité, bien n'en peut être autrement.
la grande différence de compréhension chez les uns Quant aux vérités de la foi, c'est bien différent. Il est
et les autres. C'est pourquoi la vie religieuse est vrai que pas une seule de celles-ci ne contredit la raison;
forcément basée sur la foi : car tout le monde peut mais beaucoup dépassent la capacité compréhensive de
être profondément croyant et religieux. l'esprit: pour les accepter, il faut donc non seulement
Alors d'où vient l'incroyance? Elle vient de l'orgueil de la raison, mais encore l'acquiescement de la
et de la présomption de l'homme. volonté. Ce qui nous permet d'acquérir des mérites
Dieu est Trinité. Pourtant, dira l'orgueil humain par la foi est justement le fait que la bonne volonté
il n'y a pas trois Dieux, mais un seulement. Je suis humaine y joue un rôle important. Plus j'ai la volonté
incapable de concevoir cela, donc je n'y crois pas! de garder ma foi intacte au milieu des doutes
Au cours de la messe, le prêtre dit sur l'hostie : torturants et des tentations douloureuses, plus j'en ai
« Ceci est mon corps» et, dès ce moment, le corps sacré de mérite.
de Jésus-Christ se cache sous l'apparence du pain. Plus d'un jeune homme se demande aussi pourquoi
Je ne comprends pas comment cela est possible, donc Dieu n'a pas manifesté certains de ses enseignements
je n'y crois pas! d'une façon plus décisive, plus évidente. Par exemple:
On est toujours tenté de ne pas croire ce que l'on Le Christ est ressuscité. Je le crois, mais combien plus
ne peut comprendre avec son esprit humain si limité. facile ce serait de le croire si non seulement ses disciples
Il s'en suit que le doute est souvent causé par l'orgueil. ['avaient vu après sa résurrection, mais aussi ses persé.,
Mais tu dis que tes doutes à toi ne proviennent pas cuteurs! Pourquoi n'apparut-Il pas aux scribes et aux
de l'orgueil. Ton âme pleine d'humilité est prête à pharisiens qui se réjouissaient de sa mort? Il aurait

Relig. Jeun. 4
5° LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! SI
bien pu les confondre comme Il avait confondu les S'il te 'vient des doutes sur des dogmes que nous ne
soldats au jardin de Gethsémani. pouvons concevoir même après la déclaration divine,
Ou bien : « Lorsque le Pape définit ex cathedra un prends bien garde de ne pas laisser ta raison s'entêter
article de foi ou de morale, il est infaillible ». Je le à vouloir comprendre clairement des choses qu'elle ne
crois. Mais combien plus facile ce serait de le croire pourra jamais saisir, étant de sa nature bornée. Le meil-
si Notr~-Seigneur avait dit à Pierre: « Tu es le chef leur parti à prendre avec cette sorte de doutes c'est de
de l'Église; et toutes les fois que toi et tes successeurs les rejeter énergiquement hors de nos pensées.
enseignerez de's doctrines religieuses ou morales au Par contre, il n'est pas nécessaire de tourner ainsi
peuple, vous serez infaillibles ». le dos aux doutes concernant les vérités religieuses déjà
«Pourquoi Notre-Seigneur ne parla-t-II pas, n'agit-Il accessibles à la raison. Il se peut qu'ici, le doute ne
pas ainsi, d'une façon aussi claire que le jour? » pensent soit qu'une invitation à montrer plus d'intérêt envers
bien des jeunes gens. ta religion et à mieux approfondir ses beautés. En ce
Pourtant il leur serait facile de trouver une réponse cas-là, tu n'as donc qu'à demander une réponse à ton
à leur question en se rappelant ce que nous avons dit confesseur, ou à lire un bon livre propre à te donner
plus haut. Dieu ne veut pas nous obliger à la foi, car les lumières voulues.
de cette manière, nous n'y aurions aucun mérite; il veut L'orgueil et la . présemption rendent facilement
au contraire que notre bonne volonté y trouve son rôle. incroyant. Bien des jeunes gens sont persuadés
Il est vrai qu'Il manifesta les vérités de la foi assez qu'ils deviendront sages, instruits et éclairés du moment
clairement pour nous permettre de les accepter pour qu'ils oseront crier hautement à leurs camarades
vraies raisonnablement, mais par contre, Il voulut qu'il . qu'ils ne croient plus aux doctrines religieuses, qu'ils
y restât encore des côtés un peu obscurs afin de laisser ne sont plus de petits enfants, qu'ils se moquent de la
place à la foi, c'est-à-dire à l'obéissance humble confession, qu'ils ne veulent plus de Dieu, etc.
et pour cela même, méritoire, de la volonté. Pourtant, s'ils avaient plus d'eXpérience de la vie,
Tu me demandes, mon fils, ce que tu dois faire en ils sauraient que (r servir Dieu, c'est devenir maître »
face des doutes religieux? Il faut vaincre l'ennemi avec (Deo servire regnare est) : ils sauraient aussi que celui
ses propres armes! Si la tentation te souffle : « Qui qui se défie de Dieu et refuse de Le servir, devient le plus
sait si Dieu existe en vérité? .. Qui sait si la vie éternelle souvent esclave, esclave de l'argent, des plaisirs
n'est pas un conte? » Mets-toi à réciter le Credo avec coupables, de la manie de plaire.
une lenteur réfléchie. Celui qui retire sa main de celle de Dieu, tend, au
« Qui sait si Jésus-Christ est vraiment présent dans même moment, son autre main à Satan; et celui qui
l'Eucharistie? » penses-tu peut-être sans le vouloir. détourne ses yeux du ciel étoilé, trouvera qu'à partir
Alors agenouille-toi exprès devant l'autel et parle au de ce moment sa vie humaine sera dépourvue de
divin Maître. lumière, de bonheur, de but ... 0 pauvre araignée
1

52 LA RELIGION ET LA J EUNESSE
GARDE BIEN TA FOII 53
écervelée qui coupes le fil rattachant ta toile à la cime
de croire. Ils s'y refusent parce qu'alors ils devraient
de l'arbre! ...
changer de vie. Ils sont tout à fait à leur aise comme
ils sont, leurs péchés ne les gênent en rien. Ils
Les mendiants de Saint Martin.
ressemblent aux deux mendiants de saint Martin.
Qui étaient-ils, ceux-là, demandes-tu?
Après tout, il est pourtant indiscutable qu'il y a
Eh bien! voici l'histoire : un jour qu'on portait les
parmi nous bien des hommes incroyants dont la foi a
reliques de saint Martin de Tours en procession sole~­
sombré. Comment expliquer cela, s'il est si aisé de
nelle, tous les malades qui se trouvaient sur son chemm
croire?
furent guéris. La nouvelle s'en répandit avec la vitesse
Le fait qu'il existe des gens qui ont perdu la foi
de l'éclair. Lorsqu'elle arriva à deux mendiants para-
est certainement bien triste. Perdre la foi en Dieu est
lytiques, l'un se tourna vers l'autre tout effrayé :
la chose la plus tragique qui puisse arriver à un être
~( Déguerpissons, camarade, vite, vite, car si nous
humain. Mais le plus souvent, cette tragédie est causée
sommes guéris aussi, qu'est-ce qui nous fera vivre? »
non par l'esprit mais par le cœur; non par les objections
Vois-tu, c'est la raison pour laquelle tant de gens
de la raison, mais par les sentiments; par des difficultés
ne veulent pas de la foi. Que feraient-ils, s'ils l'accep-
non pas scientifiques mais plutôt morales.
taient? Ils ne pourraient continuer de vivre dans leurs
Si l'on pouvait s' "rrêter à la foi « raisonnable», il y
péchés, dans leur paralysie morale.
aurait bien peu de gens incroyants au monde. Mais les
lL'homme accablé par ses péchés essaye souvent de
dogmes de la foi entraînent des conséquences morales
se 'défendre contre les remords à la façon de l'autruche.
très graves en ce qui concerne notre façon de vivre, nos
Lorsque celle-ci est poursuivie par des chasseur~ à
actions, nos paroles; et c'est ce qui effraye beaucoup de
cheval, elle se met à courir de toutes ses forces au heu
gens.
d'attaquer le cheval; il lui serait pourtant facile de
Les principes de notre religion exigent que nous
déchirer celui-ci avec son bec. Et quand elle a couru
évitions le péché, que nous vainquions nos penchants
jusqu'à l'épuisement complet, elle cache sa tête dans le
coupables, même s'ils nous flattent par des plaisirs
sable, croyant que les poursuivants ont dir.paru,
défendus; que nous supprimions la colère, l'égoïsme
puisqu'elle ne les voit plus. De même, le péche?r
effréné; l'impureté, l'insensibilité envers notre prochain,
pourrait aisément se débarrasser de ses remords s Il
etc.; que nous arrachions même les racines de nos
voulait abandonner le péché. Mais non! Il préfère se
péchés; et si nous succombons dans la lutte, que nous
boucher les oreilles et fermer les yeux pour ne pas voir
le confessions franchement et avec contrition. C'est-
le danger toujours plus proche de la damnation éternelle :
à-dire que la foi nous impose une lutte ininterrompue :
il préfère renier la vie d'outre-terre, la religion, Dieu
la lutte contre nos fautes, la lutte pour la perfection.
lui-même.
C'est justement pour cela que bien des gens refusent
Cela nous fait comprendre combien Rousseau, cet
54 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA EOI! 55
écrivain dont le sentiment religieux était pourtant ceci est une vertu, un autre pourra aussi bien y VOlr
trouble, avait raison d'écrire un péché.
« Tiens ton âme toujours en tel état qu'elle doive Enfin, celui qui ne porte pas en lui la foi au grand
désirer l'existence de Dieu, et tu ne douteras jamais Législateur qui domine la nature, et à la vie surnaturelle
de Lui ». qui surpasse la vie naturelle, celui-là n'est pas qualifié
pour parler de morale. Avant tout, l'homme doit savoir
qui il est, en vérité, ce n'est qu'ensuite qu'il peut com-
La morale sans Dieu. prendre ce qu'il doit faire.
Sans doute, la vie morale est inconcevable sans lutte.
Un petit écolier exprimait ce fait par ces mots naïfs:
La morale est un trésor si indispensable à l'humanité « Pourquoi est-ce si mauvais d'être bon et si bon
que sa protection est unanimement considérée comme d'être méchant? »
nécessaire. Même ceux qui ont une conception plutôt Toi aussi, mon fils, tu as souvent ressenti ce partage
négative de la religion, s'empressent de déclarer que, tragique, n'est-ce pas, quand notre raison voit le bien
naturellement, la morale doit néanmoins être défendue et le désire, mais que notre nature coupable nous
et conservée. attire vers le péché!
Mais voici la question : peut-on parler de morale Et puis, on n'est capable de faire tous les sacrifices
sans religion? Un homme incroyant peut-il mener une et tous les renoncements que la vie morale exige
vie morale? chaque jour, que si nos efforts se cramponnent au plus
Lorsqu'on fixe une boussole sur un vaisseau de grand Bien, à Dieu même, pour qui on vit, à qui on
guerre, on prend toutes les précautions afin de l'isoler rapporte tout, et qui seul peut rendre notre volonté
le plus complètement possible de l'influence des cou- inflexible. Il s'en suit que sans la foi en Dieu il est
rants magnétiques provenant de la cuirasse du bâtiment. impossible de conserver la morale. Un sage grec émit
Sur le chemin de la vie, la raison humaine joue le rôle cette poétique idée que l'âme humaine descend d'un
de la boussole. Les courants provenant du corps, monde absolument parfait; c'est pourquoi elle sent
c'est-à-dire les penchants coupables, la dérangent faci- comme la piqûre d'une épine; elle éprouve un mécon-
lement et faussent la direction de notre vie morale, si tentement profond toutes les fois qu'elle fait quelque
elle n'est pas fixée à un point solide au-dessus de tous chose de mal ici-bas, même si personne n'a été témoin
les courants, de toutes les fluctuations, de toutes les de son péché. Et l'âme n'est heureuse que si ses
dispositions instinctives et de toutes les illusions actions lui rappellent le monde céleste de son origine.
qu'on se fait à soi-même. Quand les hommes veulent Voltaire, le célèbre écrivain athée, invita un jour ses
déterminer le bien et le mal sans tenir compte de Dieu, amis également incroyants, D'Alembert et Diderot, à
la morale ne oeut s'établir. Car alors j'ai beau dire que dîner. A table, ceux-ci entamèrent une conversation
56 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI 1 57
pleine de blasphèmes, mais Voltaire intervint aussitôt: coin sombre et que la lumière n'y arrive jamais? C'est
« Ne parlez pas ainsi devant mes valets, je vous exactement la valeur des systèmes de morale s'ils ne
prie », leur dit-il, « attendez qu'ils soient sortis; car sont pas éclairés par la lumière céleste, par la puissance
s'ils entendent ces doctrines-là et se mettent en tête de Dieu?
de les pratiquer, nos vies ne seront pas en grande Avant l'avènement du Christianisme, il y eut in con-
sûreté ». testablement des grands hommes et des caractères forts
'Je le demande encore: Peut-il y avoir de la morale sans religion; mais depuis que Notre-Seigneur Jésus-
sans religion? Christ nous a montré l'idéal de la vie humaine dans
. Napoléon 1er motiva son interdiction des lectures toute sa perfection, personne ne peut être un caractère
irreligieuses par ces mots: sans reproche dans le sens véritable du mot que s'il
« Je ne me sens pas le courage de gouverner un peuple tient le respect de Dieu pour son premier devoir.
qui lit Voltaire et Rousseau )). C'est pourquoi Racine avait raison d'écrire à son fils:
Heine, le célèbre poète allemand, s'écria à la vue « J'aime à croire que, en tâchant de devenir un
de la magnifique cathédrale d'Anvers : .... gentilhomme, vous n'oublierez jamais qu'on ne peut
« Ah! oui, dans ce temps-là, les hommes avaient être gentilhomme que si l'on remplit ses devoirs envers
encore des dogmes! Nous n'avons plus que des opinions. Dieu ».
Et avec des opinions, on ne bâtit pas de cathédrales! » Gœthe est également d'avis que l'homme religieux
Il avait raison. Mais nous pouvons en dire autant
1 est le plus digne de confiance :
de l'édifice des cathédrales splendides de la vie morale.
Le caractère moral est une cathédrale gothique, lui Honorez ceux qui croient au cœur divin,
aussi, dont les piliers s'élançant vers le ciel veulent Ils ne prendront pas le mauvais chemin.
aider l'âme à s'élever au-dessus des ruelles étroites de
l'égoïsme, des passions, des penchants mauvais; mais Peut-il vivre une vie morale, je te le demande,
cette cathédrale morale ne sera jamais assez solide si elle l'homme qui ne croit pas à Dieu et à la vie éternelle?
n'est pas fondée sur le roc de granit de la foi en Dieu. Penses-tu vraiment que c'est possible? Eh bien 1 écoute
Je veux bien admettre qu'on peut sans doute là conversation suivante : ce sont deux étoiles qui
élaborer de beaux systèmes moraux, en théorie, dans causent par une nuit paisible.
les livres, sans les appuyer sur une base relgieuse. « Regarde un peu la terre, ma compagne. Que vois-tu
Mais il est impossible de les transplanter dans là-bas?
la vie véritable, car il leur manque la force qui « Je n'y vois que des pelotons de brouiIlard et de
animeràit la théorie. Prêcher la morale est facile : ce nuages flottants ».
qui est difficile, c'est de la fonder solidement. A quoi Cent mille ans se passent et la première étoile
sert le plus beau des tableaux, s'il est caché dans un reprend:
, \
58 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 59
« Ma sœur, jette un regard sur la terre. Qu'est-ce Moi, je préfère traiter la chose un peu plus longue-
que tu y vois à présent? ment, afin de te faciliter la réponse au cas où on te
« J'y vois d'innombrables petits bipèdes courir comme présenterait aussi une maxime pareille.
des fourmis ». D'abord, je pose la question : si l'affaire de la foi
« Ça, ce sont les hommes ». était aussi indifférente, pourquoi donc Notre-Seigneur
Cent mille ans se passent encore. se serait-Il donné tant de peine pour nous présenter
« Regarde la terre, amie. Qu'y vois-tu? une idée juste de Dieu et nous enseigner à L'adorer
« Je n'y vois plus aucun mouvement, tout est envahi convenablement?
par la neige et la glace... » Mais je vais encore plus loin. Mettons que ce soit
La conversation céleste finit là. Mais sens-tu bien, vraiment l'honnêteté qui importe en premier lieu. Mais
mon enfant, l'haleine glaciale et anéantis sante qui s'en un homme incroyant peut-il être honnête?
dégage? Eh bien! si la vie humaine n'est pas plus que A cette question on peut répondre sans réfléchir
cela, - s'il n'y a pas de vie éternelle, - qu'est-ce qui en disant:
nous donne la force de persévérer dans le chemin de « Mais certainement, voyez par exemple M. X et
l'honneur, de la dignité de caractère et de la morale, M. Z. Je suis c,ertain qu'ils ne vont jamais à l'église,
malgré la privation des avantages terrestres, les qu'ils se sont confessés pour la dernière fois le jour
sacrifices d'argent et la renonciation aux plaisirs de leur mariage, et malgré tout cela, ils sont incontes-
sensuels? Oui, pour la vie éternelle, nous sommes tablement des gentlemen honnêtes et irréprochables ».
prêts à sacrificer des avantages temporels! Mais qui Mais si l'on prend le temps de réfléchir, on répondra
voudrait changer une chose passagère pour une autre probablement d'une manière toute différente. Il existe,
chose également éphémère? hélas! un bon nombre de « gentlemen irréprochables»
qui ne se soucient pas de leur religion, il n'y a pas à
le nier. Mais si l'on y regarde de plus près, on est
L'important, c'est d'être honnête homme. stupéfait de voir ce qu'ils entendent par « honnêteté »
et par « gentlemen ». L'honnêteté, pour eux, consiste
« Peu importe ce que tu crois, ou même si tu crois simplement, dans la plupart des cas, à observer
quelque chose ou non, pourvu que tu sois honnête! rigoureusement les règles des convenances et de la
Voilà la seule chose importante, et cela suffit! » politesse extérieure, et à éviter avec soin tout ce qui
Souvent, tu entendras cette réflexion en société. Cela serait en contradiction avec les lois de l'État.
suffit, dit-on. Un écrivain français, Mgr de Ségur, y Mais qu'y a-t-il à l'intérieur de ces hommes? Dans
donne une réponse aussi brève que pertinente : leur âme, dans leurs pensées? Et pourquoi cachent-ils
.« En ·effet, cela suffit pour ne pas te faire pendre au certaines de leurs actions? Le monde et les hommes
bet, mais cela ne suffit pas pour te faire aller au ciel! » ne s'en doutent pas, mais l'œil de Dieu pénètre tous les
60 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 6i

secrets obscurs. Et souvent, il ne voit que des déchets et ligieux, tu peux être sûr que leur honnêteté se nourrit
de ~a corruption derrière les dehors élégants et les pourtant de la religion, même s'ils ne s'en doutent pas
habIts parfumés. Je cite l'avis d'un écrivain célèbre eux-mêmes. Peut-être ont-ils reçu une bonne éducation
sur cette sorte d'honnêteté : pieuse dans leur enfance et plus tard, hélas! ils ont aban-
« Selon la moralité européenne, on est honnête donné la pratique de leur religion; mais la conception
~omme si l'o~ paye ses dettes les plus urgentes, si religieuse les a si bien ennoblis que maintenant ils pren-
1 on ne se laIsse pas attraper en flagrant délit de nent l'honnêteté pour une vertu humaine toute naturelle.
mens?nge, si l'on ne cause pas de scandales publics, si, Il y a des prés où l'on ne voit aucune trace d'eau, mais
en faIsant un marché, on considère le code pénal si qui, pourtant, sont verts et fleuris, car un ruisseau souter-
l' on. contn'b ue aux collectes publiques, si l'on est prêt' rain, caché à tous les yeux, coule sous les racines.
à. fa,Ire réparation, si l'on est habillé par le bon tailleur, La société d'aujourd'hui, malgré l'apparence con-
SI 1 on a une instruction moyenne, et, finalement, si traire, ne vit pas encore sans Dieu. Le passé chrétien
l'on peut démontrer les mêmes qualités dans son père vieux de 2000 ans, a imperceptiblement trempé notre
légitime » (Walther Rathenau). vie des pensées du Christ; elles s'y sont si bien infiltrées
Voilà tout! que celui qui croit être honnête sans religion se nourrit
La société humaine a un besoin urgent d'hommes en réalité des forces cachées du Christianisme. C'est
honnêtes. Mais nous ne pouvons compter sur l'honnêteté comme après le coucher du soleil: l'obscurité ne se
à toute épreuve que chez les hommes religieux. Celui fait pas tout de suite, car les rayons répandus dans
q~i n'a point de convictions religieuses, manque de la l'atmosphère éclairent encore longtemps.
raIson l~ plus décisive qui seule pourrait le garder sur Du reste, si tu rencontres un homme honnête sans
le chemm de l'honneur à travers les situations terrible- le concours de la religion, examine un peu ce qui
ment di~ciles de la vie. La foi seule peut t'empêcher l'éloigne du Christianisme. Ce ne sont certainement pas
de te laIsser corrompre par des avantages illicites, ses nobles qualités, màis seulement ce qu'il y en lui
quand tu es oppressé par le besoin d'argent; souvent, d'inférieur de superficiel et de borné. « Cherchez un
le monde n'y trouverait rien à redire. Elle seule peut peuple sans religion ll, dit Hume, le philosophe anglais,
~'l~mpêcher d'être partial, si tu es juge, de classer tes « et si vous le trouvez, vous pouvez être sûrs d'avance
e eves selon la protection et non selon le mérite si qu'il se distinguera à peine des bêtes féroces ».
tu es professeur, etc. C'est pourquoi Platon a bien En effet, sans Dieu, la société se change en une
raison de . dire: bande de brigands et la vie de l'individu devient
« Quiconque attaque la religion, détruit les fonde- insupportable. Jour par jour nous sommes navrés de
ments de la société ». lire le récit des suicides dont les journaux sont pleins.
Et si, malgré tout, tu rencontres des hommes vrai- C'est un des plus grands péchés qu'un homme puisse
ment dignes de tout respect qui semblent être irré- commettre et pourtant, nous ne pouvons pas nous
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

étonner que ce grave péché soit devenu si fréquent de à peu près, lorsque son père remarqua que, par les
nos jours. Car il n'y a pas à dire: la vie n'est pas un matins d'été, il se faufilait secrètement hors de la
jeu d'enfants, mais un travail bien dur souvent et un maison. Il le suivit au jardin sans être remarqué, et
enchaînement d'épreuves la plupart du temps. Quel- que vit-il? A genoux, le petit garçon tendait ses mains
quefois, c'est coup sur coup que nous sommes frappés: jointes vers le soleil levant.
et dans ces moments-là, la foi en Dieu est notre seul Pauvre enfant! Il prenait le serviteur pour le Roi!
espoir, notre force et notre soutien. Ce qui nous sauve Mais de cettê' manière encore, il avait briIlamment
c'est de croire que cette vie terrestre n'est pas notre témoigné que l'âme humaine est avide de la lumière
vie unique; que cette vie-ci ne sert qu'à gagner des et que si on lui ferme les sources de la religiosité
mérites, que ce n'est qu'un temps de travail où il véritable, ce désir se fera jour par toutes sortes d'erreurs,
nous faut prouver notre fidélité et notre persévérance. Aussi loin que nous pussions remonter dans l'histoire
« Celui qui reste fidèle jusqu'à la fin gagnera la de l'humanité, il n'a jamais existé un seul peuple qui
couronne de vie ». n'ait eu quelque sorte de religion. La foi est une
Nous ne pouvons vivre sans cette foi, et ce n'est pas exigence de la nature humaine elle-même; l'incroyance
étonnant si les gens qui l'ont perdue ne savent plus et l'athéisme, par contre, font violence à la nature:
faire face aux difficultés de la vie et se réfugient donc, ce sont des choses contre nature.
lâchement dans la mort. De nos jours, on a encore miIle occasions de vérifier
Voilà ce que Horace, le païen, dit aux Romains : cette thèse et de constater que l'âme humaine
désire la religion, et, sans elle, devient inquiète, impa-
Comme tu crains Dieu, ainsi tu es toi-même : tiente, malade enfin; nous le voyons chez tous ceux de
Toute grandeur y prend sa source et finit là. nos malheureux contemporains qui ont perdu la foi et
Rome sera perdue sans retour, ont rompu avec la religion. Crois-tu, mon fils, que ces
Car elle a oublié ses dieux d'antan! incroyants sont vraiment incroyants? Oh non! L'âme
humaine a soif de la religion, et, privée de la vraie
religion, elle cherche avidement à la remplacer par
Les caricatures de la foi. quelque doctrine nouvelle.
De nos jours, la vraie religiosité a beaucoup diminué;
c'est en grande partie ce qui fait que les coutumes
Un savant allemand éleva son fils dans un isolement superstitieuses les plus stupides sont revenues à la
complet et ne prononça jamais le nom de Dieu devant mode, pratiquées non seulement par les gens simples,
lui. C'était une expérience à faire: il voulait voir si mais encore par des personnes instruites!
l'âme abandonnée à ses propres moyens en arriverait à On recherche les tireuses de cartes; la chiromancie
la connaissance de Dieu? L'enfant pouvait avoir dix ans est devenue une « science »; on se fait dire la bonne
LA RELIGION ET LA JEUNESSE
GARDE BIEN TA FOI! 65
aventure sur des bouts de papier tirés par une souris
blanche ou un perroquet; et enfin, on se détraque les l'on croisait la fourchette et le couteau pendant le repas;
nerfs par les phénomènes trompeurs du spiritisme. Celui et, voulant épouser la fille du roi d'Angleterre, il
qui empêche le désir religieux d'avoir une issue dans la demanda l'avis des astrologues pour fixer le mariage
à l'heure la plus favorisée par les étoiles.
juste voie, verra ce désir éclater sous forme d'ulcè~es
superstitieux. Celui qui ne croit pas en Die~, crOIra L'homme instruit d'aujourd'hui, « l'homme éclairé»
aux fantômes de minuit en draps bl<fncs qUl se font du xxe siècle n'a qu'un sourire ironique pour les gens
un plaisir d'effrayer les gens; celui qui se dit incroyant ignorants d'autrefois et pour les Hottentots qui dansent
et rejette le Credo, croira mille choses ridicules à sa autour du feu. Mais il ferme les yeux devant le fait
place. Il ressemblera à l'homme dont Orsted, le savant qu'au beau milieu des grandes villes modernes, des
danois, écrit : milliers de gens intelligents se font les esclaves des
coutumes superstitieuses.
cc Je connais un homme qui crie son incroyance sur
les toits de la façon la plus grossière; mais la nuit, il Si nous regardons d 'un peu plus près, nous nous
trouvons dans une véritable forêt vierge de superstitions.
n'ose pas passer devant le cimetière )J.
Voici d'abord toutes sortes de signes et de faits
L'âme humaine est incapable de supporter longtemps
l'incroyance complète. On peut l'y contraindre passa- auxquels l'homme superstitieux attribue les significa-
tions les plus baroques.
gèrement, mais si elle ne peut assouvir sa soif du .surna-
« Où va la voiture N° 13? » demandai-je au con-
turel par la religiosité normale, tôt ou tard, la can~ature
ducteur d'un tramway électrique.
de la religion paraîtra dans son âme. L'âme humame se
« II n'y a pas de voiture No 13! » me répondit-il.
refuse à rester vide. Si donc on la prive de la foi
« Et pourquoi? »
religieuse, la superstition y pousse comme une mauvaise
« Parce que personne ne la prendrait ».
herbe. Voilà ce qui explique le fait que, dans les temps
« Mais les autres voitures sont tellement remplieF
où l'humanité est contaminée par l'incroyance dans
qu'on ne peut plus y bouger! »
une mesure plus forte, la superstition gagne du terrain
« C'est égal. Les gens préfèrent allèr à pied pendant
en proportion.
des heures s'il le faut, plutôt que de prendre la voiture
Sans doute, beaucoup de superstitions sont causé~s No 13 )J.
par l'ignorance, spécialement parmi le peuple; malS,
A l'hôtel, je demande au garçon :
dans les rangs des gens instruits, elle est due à
c( De quel côté se trouve la chambre N0 13? )J
l'incroyance, au manque de confiance envers Dieu, à la
« La chambre No 13 ?... Il n'yen a pas. Jamais un
soif d'argent et à la curiosité indomptée. Des blasphé-
hôte ne consentirait à y dormir )J.
mateurs célèbres comme Diderot et D'Alembert furent
« Pas même s'il n'y a pas d'autre place à l'hôtel? »
ridiculement superstitieux. Frédéric II, le roi c( éclairé )~
« Non, pas même alors. Les gens se contentent plutôt
des Prussiens, considérait comme un grand malheur SI
d'une baignoire en guise de lit que de dormir dans la
1

.Relig. Jeun. 1
!
!
66 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! l,
1
chambre N0 13. Ce numéro-là porte malheur ». Pauvre, pauvre homme moderne qui refuses de
Pauvre N0 13 1 Pourquoi devrait-il porter malheur? croire! Ne vois-tu pas qu'au lieu de croire à une seule
On n'a jamais attribué cet effet au 12, ni au 14 1 chose sublime, tu crois à mille riens ridicules? On peut
De même, le jeudi et le samedi sont des jours comme bien t'appliquer l'axiome de Cicéron:
les autres, mais le vendredi! Ah! c'est un jour de « Personne n'a aussi peur de la mort et des dieux
malheur! Qui est-ce qui oserait partir en voyage ou que l'homme incroyant ».
commencer un travail le vendredi? On entend souvent Tu t'étonnes peut-être, mon enfant, que j'aie tant
des exclamations comme celles-ci : parlé de ces sottes superstitions. Je l'ai fait pour te
« Tu sais, je ne suis pas superstitieux, mais pourtant montrer où l'incroyance nous fait aboutir, et où l'on
il serait bon de faire asseoir encore une personne à est conduit par l'abandon de la vraie piété. J'ai voulu
table : nous sommes treize! » que tu voies tout ce que croient les gens qui ne veulent
pas croire en Dieu.
Ou bien:
« Tu n'es pas superstitieuse, je le veux bien, mais L'homme instruit moderne sourit de la petite servante
demain est un vendredi, tu devrais remettre ton voyage qui croit aux remèdes de la bohémienne de son village;
à après-demain! » . mais a-t-il le droit de sourire quand, dans nos grandes
Si un lièvre croise la route, cela porte malheur. S1, villes, les diseuses de bonne aventure ont des logements
par contre, ton oreille droite sonne ou si la paume de de dix pièces et reçoivent les dames et les messieurs de
la main gauche te démange, tu auras de la chance. la meilleure société, des gens instruits et « éclairés »?
Si la nouvelle se répand que tel malade est mort sans Et la dame qui ne va jamais se confesser ni communier,
que cela soit vrai, il vivra longtemps. Si un hibou disant qu'elle est incapable de croire à ces choses-là,
crie sur le toit, quelqu'un va mourir dans la maison: passe des heures à attendre dans l'antichambre d'une
Si la pendule s'arrête, c'est aussi un signe de ~ort. S1 diseuse de bonne aventure; elle croit à ses prédictions
on manque de recopier certaine prière neuf fOlS et de de tout son cœur! La même qui a perdu l'habitude
la placer neuf fois dans l'église, on sera malheureux; de la prière, - c'est passé de mode! - fait tirer,
la prière recopiée et placée neuf fois devant l'autel toute anxieuse, le billet qui lui prédit l'avenir, par une
garantit un vœu exaucé ... et ainsi de suite. petite souris blanche. Un crucifix au mur de sa cham-
Puis, voici les différents modes de prédiction : celles bre? Ah! non, c'est ridicule à l'heure qu'il est. Mais
des vieilles villageoises qui « voient » les morts; celles elle fait clouer un mauvais fer à cheval sur le seuil de
des tireuses de cartes; la chiromancie; les horoscopes; et, sa maison, car cela porte bonheur. Porter une médaille
par-dessus tout, la plus élégante de~ superst,itions : l~ de la Vierge Marie au cou pour nous avertir de suivre
spiritisme. C'est comme une contagiOn, ces seances qUl 1'exemple de sa vie, « ça sent le moyen âge »; mais
ébranlent les nerfs, attaquent la santé, ôtent la raison porter un trèfle à quatre feuilles, cela ne passe jamais
par leur mysticisme marécageux et chancelant ... de mode, ça porte bonheur aussi.

1
7

68 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GAUDE BIEN TA FOI 1

Vois-tu, mon enfant, on est ou religieux, ou supers-


titieux. Si on réprime le désir de l'âme humaine pour Je n'aspire pas à la sainteté.
la vie religieuse fraîche et vivante, il se fait jour sous
la forme de croyances maladives et superstitieuses. Si Il y a des jeunes garçons qui n'aiment pas à entendre
l'on ferme la porte à la foi, la superstition entre par la parler des saints, surtout s'ils leur sont présentés en
fenêtre; et celui qui ne croit pas à Dieu, croira aux guise d'exemples à suivre: cela leur fait froid dans
revenants de minuit. La superstition est une imitation le dos, tout simplement.
de la religion, mais cette imitation vaut moins encore « Est-ce qu'on s'imagine que je vais devenir saint,
que celles qui ont été inventées pour remplacer le moi aussi? Ah! bien non, je ne veux pas! » se défendent-
café ou le citron. ils tout effrayés.
Même les païens raisonnables se moquaient des gens Pourtant, qu'est-ce que la sainteté et qui nommons-
superstitieux. Un jour, un soldat romain demanda tout nous saints? La sainteté, c'est la tête levée vers le ciel
tremblant à Caton. et l'échine non courbée. La sainteté ne nous demande
« Cette nuit, les souris ont rongé mes bottes: qu'est-ce pas de fuir le monde, mais de le vaincre. La sainteté,
que cela signifie? » • • c'est la force morale toujours croissante. La sainteté
« Que les souris ont rongé tes bottes, cela ne slgmfie consiste à apprécier les choses de ce monde à leur
rien du tout », lui répondit Caton : « sans doute si juste valeur. Les saints sont toujours des héros; les
les bottes avaient rongé les souris, cela signifierait héros de la liberté d'âme.
peut-être quelque chose... . Se retirer dans un coin, se disloquer le cou, rouler
La foi religieuse véritable est un fleuve bém pour les yeux, cela n'est pas du tout la sainteté; de même, la
l'humanité; l'incroyance, au contraire, est un déluge tristesse, le découragement, l'oisiveté, le reniement des
destructeur qui obstrue les prés par sa vase et étouffe nobles tendances naturelles en sont aussi éloignés que
les fleurs épanouies de la foi en Dieu. possible. En un mot, la sainteté n'a rien de ce qui rend
Garde donc bien ta foi, mon fils; ne crois pas au le mot « saint » redoutable aux yeux de certains.
trèfle à quatre feuilles, aux prédictions des bohémiennes, Car, au fond, qu'est-ce qu'un saint?
aux tireuses de cartes, mais crois au Dieu unique, au C'est un héros! Le héros des victoires remportées
Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ... sur lui-même. Il est l'exemple sublime et encourageant
Ne crois pas aux prophéties des souris et des perroquets, de ce dont la volonté humaine est capable. Il est le
au fer à cheval, au cri du hibou, mais crois au Fils sceau mis sur notre foi inébranlable en la haute destinée
unique de Dieu, qui est Notre-Seigneur Jésus-Christ. morale de l'humanité. Il est le modèle vivifiant des
Et ne crois pas à la corde du pendu, aux revenants,. aux grandes victoires intimes et des hautes tendances qui
cérémonies mystiques des spirites, mais crois à la inspirent les générations à travers les siècles. Le saint est
résurrection des corps et à la vie éternelle. celui qui, avec une persévérance conséquente et
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

héroïque, fortifie en lui-même l'aspiration vers les c'est-à-dire qu'ils arrivèrent à la même liberté d'âme
hauteurs qui existe en germe dans l'âme de chacun de que saint Étienne atteignit sur le trône royal,
nous. Le saint animé d'une résolution hardie, repro- sainte Marguerite dans la solitude de l'Ile des Lièvres
duit le portrait de Jésus-Christ en son âme. saint Émeric au milieu de la pompe de la cour, sain;
Eh bien! dis-moi, mon fils, ne veux-tu pas être un Martin comme soldat et sainte Zita comme servante.
héros pareil? Tu dis peut-être que c'est trop deman- Dans la vie des saints, il y a incontestablement des
der et que nous n'atteindrons jamais cet idéal-là. Au détails que nous admirons sans réserve, mais que nous
moins, les étudiants du xxe siècle ne l'atteindront pas. nous gardons d'imiter. Je te le fais remarquer pour que
Mettons que tu aies raison. Mais n'oublie pas que tu n'en sois pas choqué. Par exemple, beaucoup de
l'idéal n'est pas là seulement pour être atteint, mais saints s'imposaient des pénitences d'une sévérité
aussi pour que nous tâchions au moins de l'approcher. extrême, se flagellaient jusqu'au sang, etc.; évidemment
Plus le but que tu t'es fixé est élevé, plus tu t'élèves nous ne pouvons les imiter en cela. Mais en somme,
en l'approchant, même si tu ne peux l'atteindre com- ce n'est pas ce détail ou un autre de la vie des saints
plètement. Rappelle-toi l'enfant du conte qui voulait que nous devons imiter, c'est l'esprit qui les porte à
attraper l'arc-en-ciel! Il surmonte tous les obstacles, il ces actions étranges que nous devons nous approprier.
monte toujours plus haut... C'est vrai qu'à la fin il fut Aux temps primitifs du Christianisme, il y eut des
obligé de reconnaître qu'il ne pourrait jamais saisir saints qui se firent emmurer vivants dans des cellules,
l'arc-en-ciel, mais alors il était déjà arrivé sur une haute tombes si étroites qu'ils ne pouvaient pas même s'y
montagne où l'air pur pénétrait ses poumons et étendre; il est clair que nous ne les imiterons pas dans
mettait des roses sur ses joues, et où il ne pouvait se ces actions, mais n'avons-nous pas un besoin urgent
lasser de la beauté du paysage ... d'apprendre l'esprit de pénitence franc et profond
C'est ainsi que l'imitation des saints nous élève sur qui les y porta? Les « stylites}) restaient des dizaines
les hauteurs de la vie spirituelle. Les saints réduisent d'années perchés au sommet d'une colonne. Nous
pour ainsi dire les enseignements de Jésus-Christ en nous garderons de les imiter, bien entendu. Mais nous
petite monnaie; ils nous démontrent par leur exemple devons tâcher d'acquérir la force de volonté, l'héroïsme,
vivant comment on peut les réaliser dans la vie la persévérance et l'abnégation qui les animaient dans
humaine. Notre volonté faible et chancelante trouve l'exécution de leur étrange action.
un encouragement puissant dans ces exemples; ces Nous lisons chaque jour dans les journaux que, dans
exemples nous montrent que non seulement on doit t;lle ville, on a érigé une statue à un artiste, à un savant,
marcher sur les traces du Christ, mais encore qu'on à un général. Tous ceux qui ont apporté une seule pierre
le peut, et cela dans tous les métiers et tous les genres de valeur à l'édifice de la culture humaine, reçoivent
de vie. Saint Louis de Gonzague, saint Stanislas Kostka, une statue. Pour les plus grands hommes, nous ne
saint Jean Berchmans devinrent saints comme étudiants, nous contentons même pas de la statue : nous rassem-
72 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 73

blons leurs souvenirs, leur table à écrire, leurs manus- cipes plus saugrenus les uns que les autres, pourvu
crits, leurs habits et nous en faisons un musée. Et ce qu'ils n'aient pas à croire ce que d'autres ont cru avant
n'est que juste. Le respect des grands hommes a sa eux. Plus tard, lorsque leur horizon intellectuel s'élargit
. racine dans les profondeurs du cœur humain. et que leur sang brûlant s'apaise, ils reconnaissent que le
Mais les héros de la vie valent mieux que les héros chemin de l'Imitation de Jésus-Christ, même foulé
de la science. Les âmes héroïques qui ont su développer comme il l'est par des disciples sans nombre, est nou-
en elles-mêmes la beauté éternelle, le portrait de Dieu veau pour chacun, car il donne la force; c'est la seule
dans toute sa grandeur idéale, par leur abnégation victo- route qui vaut la peine d'être prise.
rieuse, ont plus de valeur que tous les explorateurs du Prends garde, mon fils, de te laisser ébranler
pôle nord, tous les peintres, tous les chimistes. Oui, nous dans ta foi pendant ces années de jeunesse impétueuse,
avons raison d'honorer les grands artistes, les écrivains simplement parce que ce n'est pas toi qui l'as inventée.
de génie, les généraux et les hommes d'État éminents; Tâche de reconnaître qu'avant toi il a déjà existé des
mais quant aux héros de la vie morale que notre hommes qui s'occupaient profondément des graves
religion nomme saints, nous ne nous contentons pas questions de la vie, et si eux ont pu humblement courber
de les honorer, nous voulons les imiter 1 la tête devant les dogmes de leur religion catholique,
Saint! Tu sais à présent ce que ce mot signifie. Et l'attachement sacré que tu portes à ta foi ne fera pas
tu ne voudrais pas devenir un saint? tort à ton indépendance non plus.
Je sais bien qu'il est difficile de faire comprendre cela
à un jeune homme de 16 à 18 ans, pour qui c'est presque
Sa manière personnelle de voir. une question d'honneur de se fabriquer une manière
({ individuelle » de voir avec des devises sociales mal
comprises, des livres de philosophie à peine digérés,
Une particularité caractéristique des adolescents et et les hypothèses non prouvées des sciences naturelles.
même des jeunes gens de 16 à 18 ans, c'est le désir Rien n'est plus facile aujourd'hui que de recouvrir
ardent de l'indépendance. l'indifférence religieuse et la licence morale d'un peu
({ Je ne veux obéir à personne! Je n'accepte que ce de vernis scientifique; le jeune homme qui n'a qu'un
que je veux! » disent-ils. sourire ironique pour sa foi est nommé « spirituel » et
Ces jeunes gens-là ne sont pas incroyants, ils sont « éclairé » par le monde, tandis que son camarade
malades. Ils ont la fièvre. C'est une fièvre étrange qui croyant est qualifié de « fanatique aveugle ».
prend beaucoup de jeunes garçons à cet âge. Ils veuleiit Cela ne fait rien! Réfléchis un peu et tu verras toi-
être indépendants à tout prix et refusent de suivre même l'injustice du jugement mondain.
derechef le chemin que d'autres ont déjà parcouru, Mais je veux traiter la question tout à fait clairement.
fût-ce le Sauveur en personne. Ils inventent des prin- Pendant les années de ton adolescence, il pourra t'ar-
74 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 75

river de penser avec inquiétude à telle doctrine de ta tout ce que je vous ai ordonné. Et voici, je suis avec
religion: vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde ».
« Nous avons appris celà dans le catéchisme; mais (S. Matthieu, 28, 19)·
il me semble que c'est en contradiction avec les lll>U- C'est par ces mots qu'Il chargea son Église de
veaux résultats scientifiques! » propager à l'avenir les vérités qu'il est venu
Peut-être aussi trouveras-tu certaines lois de l'Église annoncer.
trop sévères, trop conservatrices, surannées même. Il se Pas une seule pierre ne peut être ôtée du magnifique
peut que, ton horizon intellectuel s'élargissant, toujours édifice que nous nommons religion catholique, sans
tu remarques bien des imperfections, bien des défauts que tout le bâtiment ne soit ébranlé. Donc, si je suis
humains dans les institutions de l'Église. Cela ne fait incapable de comprendre tel dogme, ou bien si telle
rien encore! loi me paraît injuste, je ne dirai pas que ce n'est pas
Écoute, mon fils, c'est dans ces moments-là qu'il vrai tout simplement, que la religion catholique est
faut être fort. Dans ces épreuves mentales, il ne faut surannée, . qu'un jeune homme moderne ne peut plus
pas t'entêter à te fabriquer une religion individuelle. être catholique, etc. Car la cause de mon doute est
Tâche plutôt d'envisager la chose ainsi: probablement à chercher dans mon manque de savoir,
« Le Seigneur a chargé son Église de garder ses dans ma connaissance imparfaite de la vie, dans mon
ensejgnements intacts, je le sais et je le crois. Je ne dois expérience limitée. Je regarde autour de moi, je jette
donc pas faire de différence entre les dogmes du un regard sur le passé et je vois que les représentants
Christianisme et dire: j'accepte ceci, parce que c'est les plus brillants de l'esprit humain, - savants, artistes,
facile et beau; je rejette cela, parce que c'est étrange, hommes d'État, - ne cherchèrent pas à se faire une
incompréhensible, difficile. Je ne peux pas être Chrétien religion individuelle, mais furent au contraire les fils
à 25, 40, 50 %, et me réserver autant de pourcentage obéissants de l'Église catholique. Cela n'abaissera donc
de paganisme, de modernisme, de progrès, d'indivi- aucunement ma tête de 16 ans si je la courbe humble-
dualisme; il me faut être Catholique à 100 %, car Dieu ment devant l'Église et si j'accepte fidèlement tous ses
n'a pas manifesté quelques dogmes seulement, mais enseignements et toutes ses lois, y compris celles qu'à
c'est Lui-même qui se porte garant de la religion mon âge, en ces années agitées, je considère comme
catholique tout entière. Dieu ne parle pas séparément à insoutenables et surannées.
chacun de nous, n'est-ce pas,Il n'annonce pas sa volonté Et que faire si tu viens à remarquer des imperfections
et ses lois à celui-ci et à celui-là. C'est pourquoi Il a humaines même dans ce qui est le plus sacré, dans
institué une organisation tout exprès pour publier sa l'histoire de ton Église vieille de 2000 ans? Écoute,
volonté, et cette organisation, c'est l'Église catholique. mon enfant: un jour, un cordonnier se trouvait devant
Notre-Seigneur dit à ses disciples: « Allez, enseignez un célèbre tableau du Titien au Palais des Doges. Il
toutes les nations, baptisez-les et apprenez-leur à garder regarda longuement la toile qui est une des choses les
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 77
plus grandes que le génie humain ait jamais produites sacrées, ils ne peuvent s'empêcher de balbutier; une
et remarqua finalement : gêne pénible les prend, ils se taisent plutôt que de
« Ce tableau ne vaut rien du tout. La couture du « devenir ridicules )J, d'être appelés bigots et enfantins .
soulier d'un des personnages est mal peinte! )) D'abord, ils ne font que sourire avec les autres, « pour
Prends garde, mon fils, de ressembler au cordon- ne pas offenser ceux qui pensent autrement )); plus tard,
nier vénitien qui s'arrête au plus petit détail et ne voit ils se joignent déjà aux représentants des idées plus
pas l'ensemble grandiose! hardies; enfin, ils finissent par hurler avec les loups!
C'est-à-dire qu'ils renient lâchement leur foi par fausse
honte.
Parmi les loups. Pourtant, ils n'auraient qu'à réfléchir un tout petit
peu et à se demander pour qui ils ont trahi la vérité?
Es-tu capable de ne pas hurler avec les loups, mon Pilate l'avait trahie pour la plèbe: eux, pour des fanfa-
enfant? Tu t'étonnes de cette question? Voilà pourtant rons criards et sans valeur.
le danger de bien des jeunes gens à l'échine trop faible. Les grandes idées demandent des croyants et des
Je me rappelle encore l'effet que me fit la lâcheté de martyrs. Près d'une bonne cheminée, à table, ou dans
Pilate, lorsque, petits écoliers, nous apprenions l'histoire un fauteuil confortabb, il est facile de faire de la
des souffrances de Notre-Seigneur. philosophie sur n'importe quelle thèse. Mais la force
« Je ne vois aucune faute en cet homme )J, dit Pilate. d'une conviction ne se manifeste véritablement
« Mais alors rends-lui la liberté! )) aurais-je voulu lui qu'au moment où il s'agit de vie ou de mort, et où
crier. c( Mets-toi de son côté ouvertement! Défends-le l'on doit sacrifier sa fortune, sa famille, ses parents,
contre la foule! )) ses enfants, sa vie même au service de cette idée.
Mais non, il n'est pas capable de cela, car on menace La foi catholique a donné la force de persévérer à
de le dénoncer près de l'empereur. travers les tortures les plus terribles à des millions
« Ah! me dénoncer près de l'empereur? )) pensait-il de martyrs! C'est déjà une raison suffisante pour être
sans doute. cc Ce serait gâter ma carrière! Ah bah! fier de cette foi!
Que Jésus périsse, pourvu que je continue d'avanc.e r 1. •• )) Les livres qu'on a écrits sur les souffrances des
La lâcheté sans principes de Pilate se répète encore premiers martyrs chrétiens rempliraient une biblio_
souvent de nos jours dans la vie de bien des jeunes thèque. Ici, je ne peux détailler tous les magnifiques
gens. Ils aiment leur religion, certes, - ils la pratiquent exemples qu'ils nous ont donnés. Mais, pour fortifier
même, -- pourvu que personne dans la société ne ta foi, tu feras bien d'en lire souvent quelques-uns.
soit d'avis contraire! Car sitôt que quelqu'un commence Cela te fera du bien de voir avec quelle fierté iné-
à railler la religion ou qu'un monsieur à tête vide se branlable ils tinrent tête aux tortures imposées par
met à sourire ironiquement sur les questions les plus les césars, les légions, les prêtres païens, les philosophes
LA RELIGION ET LA JEUNESSE

et les boureaux qui se complaisaient dans leur cruauté


GARDE BIEN TA FOI!

incroyable lâcheté, quel reniement honteux de ses


79
l
)
l
avec le désespoir du paganisme agonisant. Et nori principes c'est de sacrifier sa foi religieuse à l'avis
seulement les hommes, mais encore les femmes, les frivole des libres-penseurs?
vieillards, les jeunes filles et les adolescents. « Mais ces libres-penseurs sont des gentlemen! li
Oui, ces jeunes garçons auraient pu se délivrer objecteras-tu. Eh bien! ils ne le sont pas. Ceux qui
d'affreuses tortures s'ils avaient abandonné un tout parlent légèrement des choses de la religion font preuve
petit peu seulement de leurs principes, s'ils avaient jeté éclatante de leur grossièreté d'âme.
un grair. d'encens seulement sur l'autel de l'idole, s'ils « Mais ils se recrutent dans la meilleure société! ))
avaient renié le Christ d'un seul mot : mais ils ne le diras-tu encore. Non, mon enfant. Une société où on
firent point! ne vénère pas Dieu n'est jamais bonne.
Le père d'un jeune garçon, du nom d'Origène, fut « Mais ils sont bien plus âgés que moi? Que puis-je
jeté en prison. Origène écrivit à son père, Léonide, donc faire? »
et le pria instamment de ne pas songer à renier sa foi Si quelqu'un attaque ta religion, fût-ce un homme
pour l'amour de sa famille. Aussi, Léonide demeura plus âgé que toi, tu dois dire ton avis avec une douceur
inflexible devant le bourreau, et Origène, resté orphe- grave, sans te laisser intimider. Évite la dispute, tu ne
lin, souffrit toutes les misères de l'extrême pauvreté pourrais pas sans cela persuader ton adversaire; mais
avec sa mère et ses six petits frères et sœurs. n'avale pas les calomnies frivoles sans mot dire. Imagine-
Un jeune garçon de douze ans nommé Cyrille fut toi à ces moments-là que le Sauveur est amené devant
chassé de la maison par Son père pour s'être fait Pilate une fois de plus: et, quand on attaque l'Église
chrétien. Pour l'effrayer, le juge païen lui montra tous tu dois avoir le sentiment qu'on injurie ta mère.
les affreux instruments de torture qui l'attendaient. Ne laisse jamais outrager ta foi catholique! Ne tolère
« Vite, vite, que j'arrive vite au ciel! » s'écria Cyrille. pas qu'on raille les choses saintes! N'écoute pas lâche-
Et, pendant son supplice, ce fut encore lui qui consola ment ceux qui calomnient ta religion! Ne reste pas
les spectateurs sanglotants. muet comme Pilate lorsque tu vois souffleter la vérité!
Mais ce n'est pas seulement dans les premiers siècles Rappelle-toi toujours les mots du Sauveur :
du Christianisme que les martyrs versèrent leur sang; cc Celui qui me confesse devant les hommes, je le
les âmes fortes ont toujours su souffrir pour leur foi confesserai devant mon Père : et celui qui me renie
chrétienne. Tu as dû apprendre dans l'histoire combien devant les hommes, je le renierai devant mon Père! »
d'hommes d'honneur courbèrent leur tête sous la hache
du bourreau plutôt que de renier leur foi catholique. La piété intérieure et extérieure. ,
Par exemple l'évêque Fisher et Thomas Morus en
Angleterre, les martyrs de Kassa en Hongrie, etc. « Mais oui, je suis pieux, d'une piété sincère, seule-
Eh bien! vois-tu maintenant par comparaison quelle ment cela ne regarde que Dieu et mon âme, je ne veux
80 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

pas que d'autres s'en mêlent. La vie religieuse est une 'de plus, en bien des cas, elle déconcerte le jugement
manifestation tellement délicate de l'âme humaine, que la des hommes sérieux sur la piété.
montrer serait la profaner. C'est l'affaire privée de C'est donc parfaitement vrai que la vie religieuse
chacun, elle doit rester cachée à tous. L'important, intérieure et la conviction sincère sont de la première
c'est qu'on soit pieux intérieurement; quant aux formes importance. Mais ce n'est pas bien de cacher notre
extérieures, aux cérémonies du culte et le reste, ce ne conviction et notre vie religieuse. Je ne dis pas qu'on
sont que des accessoires sans beaucoup designification». doit parler de sa piété au premier venu, et sans nécessité.
Voilà ce que disent bon nombre de jeunes gens. En effet, ma vie religieuse doit s'écouler en secret et en
Parmi eux, il y en a dont la piété sincère et sérieuse silence entre Dieu et moi-même. Mais si je tombe dans
est hors de doute, et qui ne s'aperçoivent même pas une société où on parle de religion, de conviction ~eli­
des erreurs de leur raisonnement. Sais-tu pourquoi il gieuse, de principes et de moralité, ce serait une lâcheté
leur est difficile de voir qu'ils se trompent? Parce qu'il et une trahison de ma part de garder le silence sur
y a incontestablement quelque vérité dans leur manière ma vie religieuse et sur mes principes de moralité,
de penser. comme si j'en étais honteux.
La religion est une manifestation infiniment délicate Si donc tu te promènes avec un camarade d'une 1
de l'âme humaine, disent-ils. Ils ont parfaitement raison. religion différente, tu n'as pas besoin de commencer
L'important, c'est qu'on soit pieux en dedans, disent-ils une dispute sur des questions religieuses. Mais si vous [1
encore, et là aussi, ils ont raison, incontestablement. venez à passer devant une église, et que sa présence te
Moi-même, je ne saun:Jis assez condamner celui qui, gêne pour ôter ton chapeau, que tu te dises : ma vie
pour n'importe quelle raison, ferait des mines dévotes religieuse est mon affaire intime, tu commets déjà une
et s'empresserait aux exercices religieux, pendant qu'à lâcheté en cachant ta foi. Si, à la maison, tu te retires
l'intérieur, il serait rempli de vilains péchés et exempt dans ta chambre pour prier sans qu'on voie ta ferveur,
de toute piété sérieuse. c'est très bien; mais si, à l'église, tu as honte de tomber
Tout cela est très vrai. Oui, la piété peut n'être ' à genoux parmi les centaines d'autres gens agenouillés
qu'apparence, que dehors froid, si la chaleur du au moment où l'on sonne à l'autel pour annoncer que
dedans et la vie sincère lui manquent. Il n'est pas le Christ y est descendu, c'est encore de la lâcheté.
pieux, celui qui adore Dieu par ses paroles, mais dont Tu as beau dire que les formes extérieures n'ont aucune
l'âme est loin de Lui. Il n'est pas pieux celui qui récite importance tu as tort. Je sais que ton âme est pure,
des prières sans cesse et entre dans chaque église, que tes pensées, ton langage sont propres, que tu ne
alors que sa vie est pleine de péchés, son âme de commencerais jamais une conversation obscène; c'est
souillures, son cœur de cruauté et d'indifférence envers très bien. Mais si d'autres parlent de choses déshon-
son prochain. Cette piété extérieure n'est que la cari- nêtes en société et que tu en ries avec eux, pour ne
cature du grand idéal de la religion qu'elle ridiculise; pas les offenser par ta mine sérieuse, tu renies tes

Relig. Jeun. 6
GARDE BIEN TA FOI!
82 LA RELIGION ET LA JEUNESSE

principes tristement et lâchement. Sans doute, la piété monde depuis deux mille ans déjà, tu sentiras certai-
intérieure est la plus importante; mais nous sommes nement qu'au lieu d'en rougir, tu devrais au contraire
tenus de confesser nos principes intimes dans la vie être fier de ta foi.
extérieure aussi. Ces cérémonies, ces apparences sont Pour le moment, laissons de côté les valeurs reli-
souvent une manifestation naturelle de notre piété gieuses et spirituelles du Christianisme: observons seu-
intime, elles servent même à l'approfondir. C'est donc lement ce qu'il signifie pour la civilisation humaine.
tout naturel, par exemple, que le corps se prosterne Imagine-toi le monde sans Christianisme et tu verras
lorsque l'âme s'élève vers Dieu dans la prière. ce qu'il aura perdu. Enlève les plus beaux tableaux et les
C'est pourquoi le grand homme d'État hongrois, le plus belles statues des musées, car ce sont des chefs-
co~te Étienne Széchényi, avoue si franchement dans d'œuvre chrétiens. Détruis les magnifiques cathédrales
gothiques et flamboyantes car c'est le Christianisme qui
son journal :
(; J'ai passé ma jeunesse dans l'ignorance et l'inac- les a érigées. Brùle les plus belles œuvres de Hrendel,
tivité; je n'étais pas mauvais, ni tout à fait corrompu ... de Palestrina, de Beethoven, de Mozart, de Rossini,
mais je ne remarquais même plus les péchés que je car elles ont été inspirées par l'esprit du Christianisme.
commettais journellement ... Après bien des fatigues et Démolis les hôpitaux, les orphelinats, les pensionnats,
bien des méditations sur la vie humaine, je recouvrai car c'est le Christianisme qui les a inventés. Ferme les
enfin la paix et je reconnus que, pour garder cette écoles et les universités, car ell~s ont la même origine.
paix, il ne suffit pas de suivre l'inspiration de l'âme, Et si tu as fait tout cela, jette un regard sur le passé
mais qu'il faut encore observer les formes extérieures \ de deux mille ans et frémis de voir le vide que la croix
du Sauveur laisserait dans l'histoire.
de notre religion ».
Observe-les donc, mon fils, ces formes extérieures Non, je n'ai pas à rougir de ma religion! Au contraire,
de ta religion. Jete concède que la piété intérieure j'ai mille causes d'en être fier!
est de première importance, et que, sans elle, toute
cérémonie extérieure serait de l'hypocrisie. Mais La piété virile.
lorsqu'il s'agit de confesser ouvertement notre foi, nos
principes, notre religion, il n'y a pas à hésiter. J'ai fait
la triste observation que sur ce point, les catholiques Bien des jeunes gens serIeux ont déjà été éloignés
instruits montrent une faiblesse déplorable. Les adhé- de la vie religieuse par la contradiction flagrante qu'ils
rents des autres religions sont bien plus fiers de leur foi. découvrirent entre la piété apparente et l'âme vide de
Chez nous, hélas! cette habitude de rougir de notre certains camarades. D'autres, au contraire, mettent trop
foi est vraiment une « maladie catholique ». de sentiment dans leur vie religieuse et perdent tout
Pourtant, si tu réfléchis un peu seulement à la béné- crédit aux yeux des gens sérieux par leur sentimentalité.
diction inexprimable dont le Christianisme comble le La piété consiste en l'hommage conjoint de la . raison,
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

du cœur et de la volonté devant Dieu, ainsi le cœur égoïsme; elle nous rend indépendants du monde et de
et les sentiments y ont leur place; mais dans la piété nos propres penchants désordonnés. La piété donne à
saine, aucun de ces éléments ne doit l'emporter sur l'âme une force supérieure à toutes les puissances du
l'autre. On entend souvent dire, hélas! que la piété en monde: aussi Kant la nomma avec raison « Univers al-
général n'est bonne que pour les femmes et pour le medizin» = « remède universel », car c'est elle qui nous
peuple; eh bien! c'est vrai pour la piété purement rend capables de supporter tous les maux de la vie.
sentimentale. « ttre soldats », dit un général célèbre, « veut dire
Comment, la religion ne serait bonne que pour les qu'on ne mange pas quand on a faim, qu'on ne boit pas
femmes et pour le peuple? L'homme moderne, intelli- quand on a soif, et qu'on prend son camarade blessé
gent et instruit n'en aurait que faire? Quelle erreur? sur les épaules quand on n'a plus la force de marcher
L'homme moderne intelligent a tout aussi besoin de la soi-même ».
religion que les autres, mais de la religion bien com- Eh bien! être un soldat du Christ, c'est-à-dire un
prise, sérieuse et virile! adolescent religieux, cela signifie qu'on ne commet
Quelle est cette piété sérieuse et virile? pas de péché malgré toutes les tentations; qu'on fait
Même ceux; qui ont une notion toute fausse de la son devoir de minute en minute, même s'il nous paraît
religion ne peuvent nier qu'elle est un des plus beaux ennuyeux à en mourir; et qu'on sert Dieu en rem-
attributs de l'âme humaine, un de ses titres de noblesse plissant héroïquement les tâches grises de chaque jour.
les plus distingués. De nos jours, on a souvent essayé C'est certainement une action héroïque que de
de discréditer la religion et de la remplacer par toutes sauver quelqu'un d'une maison en feu, ou des flots
sortes de raisonnements scientifiques. On n'y réussit menaçants. Mais, en d'autres circonstances, tu peux
jamais. Là où la religion fut ébranlée, la vertu, l'honneur, commettre une action de la même valeur en ramassant
le sentiment du devoir, la droiture, en un mot, toutes les des débris de verre dans la rue, ou une écorce d'orange
plus belles qualités de l'humanité se perdirent avec elle. dans la chambre; quelqu'un aurait pu s'y couper ou
Nous en trouvons de tristes exemples dans l'histoire glisser dessus et se casser une jambe. J'ai entendu
de l'ancienne Grèce : les grands sages eux mêmes, parler d'un jeune garçon qui voulait à tout prix com-
dont tous les efforts tendaient pourtant vers le beau et mettre une action héroïque. Il s'assit au bord du ,fieuve
le bien, ne purent garder leur vie exempte des imper- et attendit que quelqu'un voulût s'y noyer, afin de
fections morales les plus sombres, parce qu'ils ne pouvoir le sauver. Je crois qu'il y est encore; sa barbe
connaissaient pas la vraie piété. Plaignons-les! a poussé jusqu'à la ceinture':: et, pendant cette longue
Mais qu'est-ce que la vraie piété? attente, il a laissé passer u{ille :.occasions de r~ndre
La vraie piété est l'hommage soumis de l'âme les petits services qui se présentent journellement à,
humaine à Dieu, notre Créateur et notre but final. Cette chacun de nous. Le prix d'un bienfait ne dépend pas de
soumission nous donne la force de lutter contre notre sa grandeur et du temps qu'il demande, mais de l'esprit
86 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

de sacrifice, du soin, de la délicatesse et de la bonne mouvons en Lui,et même si nous voulions nous cacher
volonté qu'on y met. devant Lui, ce serait impossible. L'adolescent religieux
Je n'aime pas les jeunes gens que la piété, ou plutôt ouvre son âme toute grande et respire avec bonheur
l'ideé fausse de la piété, rend ennuyeux et moroses. l'idée de la présence de Dieu. Pour lui, Dieu est la
Ces « dévôts » comme on les apelle, se tiennent crain- beauté suprême, dont la grandeur nous fait courber le
tivement à l'écart de leurs camarades; ils ne savent pas genou, et la Bonté inépuisable qui attire les cœurs
se faire des amis, ils ne savent pas jouer de bon cœur. humains avec une force magnétique.
Ils qualifient la bonne humeur de la jeunesse, Je bruit Pour lui, le Sauveur n'est pas un idéal lointain et
des jeux et les plaisanteries innocentes de grossièreté, effacé, dont il apprend le nom et l'histoire depuis la
ou même de crime. Sans doute, ces garçons-là ont naissance jusqu'à la mort; pour lui, Jésus est une
beaucoup de bonne volonté et des intentions Jouables, réalité bien vivante, dont la figure divine se dessine,
mais ils voient l'esprit de piété sous une apparence dans son âme et la pénètre de son ardeur brûlante.
toute fausse. Sans Lui, il a beau étudier toutes les sciences du monde,
Un jeune homme vraiment pieux n'est jamais excen- son âme restera une glacière froide ou .une crypte
trique. Il ne parIe guère de sa religion, mais il vit pleine de trésors, mais une crypte tout de même, sans
selon ses commandements. Il ne s'en vante pas, mais vie, sans chaleur, sans élan, sans cœur.
il n'en rougit pas non plus. Parmi ses camarades pieux, Il y a des jeunes gens qui jugent de leur piété selon
il ne veut pas se donner l'air d'être plus fervent que qu'ils prient ou non, qu'ils vont volontiers à l'église
les autres; mais en société de garçons légers et à l'âme ou non. Mais cela n'est que la manifestation extérieure
plus froide, il ne cède pas un seul point de sa conviction de la piété. Cette manifestation est nécessaire aussi,
religieuse. sans doute, mais si la vie religieuse s'arrête là, la piété
Dans l'âme de bien des jeunes gens, la vie religieuse en devient facilement apparente seulement.
n'est, hélas! qu'un filet d'eau si mince qu'il menace de Sous l'expression « piété virile », j'entends beaucoup
se dessécher. Loin, bien loin, là-haut, au-dessus des plus que cela.
nuages, demeure un bon vieillard qu'on appelle le bon J'entends cette grande pensée embrassant la vie
Dieu. Il faut Le prier quelquefois, car, d'une part, on entière et toutes ses manifestations: je suis le très petit
a besoin de son aide, et de l'autre, on a peur de Lui: serviteur du Dieu Tout-puissant, avec tous les batte-
voilà toute leur piété. ments de mon cœur, toutes les minutes de mes journées,
Que cela ressemble peu à la vraie piété! Quel pain toutes les pensées de mon cerveau. Donc, je Le prie
sec au lieu de la vraie nourriture! L'adolescent pro- volontiers, j'ai du plaisir à visiter son église, mais hors
fondément religieux n'imagine pas Dieu loin de lui, de cela, je veux aussi Le servir de chaque souffle, de
au-delà des nuages; pour lui, Dieu est infini, Il remplit chaque regard. L'adolescent religieux ne prie pas seu-
le monde de sa présence; nous Vivons, nous nous lement lorsqu'il récite le Pater, mais aussi lorsqu'il
88 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI!

écrit. ses mots latins dans son cahier, et même lorsqu'il celui~ci leur tint tête pendant quelque temps, malS a
joue à la balle. Pour lui, le dîner et l'étude, le travail et la fin il perdit patience et se jeta sur l'un d'eux. Pour
le mal de dents, le devoir et le jeu, toute la vie enfin dire la vérité, ils se donnèrent une bonne volée de coups
n'est qu'une seule prière, car, de toute sa vie, il veut tous les deux. Ce n'était pas très beau, mais enfin,
glorifier Dieu. c'était arrivé. .
Vois-tu, mon fils, voilà ce que j'appelle une piété Une demi-heure environ après cet incident, je me
virile! promenais tout seul dans la forêt. J'y réfléchissais jus-
Dis-moi, as-tu déjà réfléchi ainsi à cette question? tement et me demandais comment je devais aborder
As-tu mesuré ce que cela signifie être un adolescent ce triste sujet pendant la discussion du soir.
religieux? J'arrive devant l'image de la Vierge ... et que vois-je?
Oh! qu'en sait le jeune homme sans élan chez qui L'un des garçons qui s'étaient battus est là, à genoux
la piété se borne à écouter la messe du dimanche par devant elle. Autour de lui, la forêt respire doucement.
contrainte et à réciter son Pater le soir sans même y Les rayons d'or rouge du soleil couchant se faufilent
penser! Pauvre garcon! Il se contente d'un mince filet entre les branches et viennent caresser la tête courbée
d'eau, quand les sources vives roulent devant lui à de l'adolescent. Le jeune cœur bat à se rompre, et la
larges flots! Vierge-Mère regarde ce grand enfant à genoux avec
La vraie piété est la joie, la consolation, l'encoura.- une douceur infinie. Je suis là, tout près de lui déjà,
gement, l'élan de la vie. lorsqu'il m'aperçoit. Il tressaille et se lève d'un bond;
une grosse larme coule le long de ses joues. Je lui dis
un mot amical, puis je continue ma promenade.
Notre-Dame des Bois. Mon cœur était plein d'une joie intime. Tiens,
vois-tu: cela, c'est de la piété virile! Sa religion consola
ce jeune homme et lui donna de la force. Il avait fait
C'était au grand camp d'été de mes scouts. Nos un faux pas; nous en faisons tous : mais il tâchait de
tentes se çl.ressaient dans une jolie clairière au milieu s'amender et d'en profiter à l'avenir. Voilà ce que nous
d'une magnifique forêt de hêtres. Tout autour, des ne faisons pas tous! Le soir même, les deux querelleurs
sentiers romantiques serpentaient sous bois, et, à redevinrent les meilleurs amis.
quelques minutes du camp, près d'un des chemins, Parmi mes scouts, il y avait un jeune garçon d'un
une ravissante petite image de la Vierge était clouée tempérament fougueux. Il oubliait difficilement et il
au tronc d'un grand chêne. Les oiseaux chantaient et pardonnait plus difficilement encore. Il commençait sa·
les écureuils sautillaient tout autour. prière du soir qu'il ne pouvait encore se défendre contre
Un a.près-midi, il y eut une querelle. Plusieurs les pensées de vengeance qui lui remplissaient la tête.
garçons ~'étaient mis à taquiner un de leurs camarades; « Notre Père qui êtes. aux cieux ... Il verra ce qu'il.
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 91
aura, le scélérat, pour s'être moqué de moi ... Mon Dieu, ne veux pas succomber! Je ne veux pas tomber dans
mais c'est une drôle de prière que je fais là... Je recom- le péché, je ne peux pas, je ne veux pas!... »
mence ... Notre Père ... que votre nom soit sanctifié .... » La flamme de la lampe perpétuelle jette un reflet
Ici, il résolut de battre son adversaire. Il recommença caressant sur la tête courbée du jeune homme, et le
sa prière pour la seconde fois ... pour la troisième ... Crucifié regarde son fidèle enfant avec une compassion
pour la cinquième fois... « et pardonnez-nous nos profonde.
offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont Vois-tu, mon fils, voici encore de la piété virile. Pour
offensés... Qu'ai-je dit là? Que je pardonne? Mais, ce jeune homme, la religion est une source de forces
Seigneur, c'est lui qui m'a offensé le premier ... Enfin, nouvelles dans la tentation.
c'est égal! Comme nous pardonnons à ceux qui nous Eh bien! dis-moi à présent : trouves-tu encore que
ont offensés ... Mais, Seigneur, c'est toujours lui qui la religion n'est bonne que pour les femmes et pour les
commence! Oui, oui, n'importe!... Je veux bien ... petits enfants?
comme nous pardonnons ... je lui pardonne ... oublions Ne crois jamais que la piété vraie et profonde empêche
la chose ... » le développement d'une belle vie terrestre, noble et
Voici un second exemple de la piété virile: car, pour laborieuse. C'est une erreur grave, mais assez fréquente
ce jeune garçon, la religion était la source de résolutions hélas! Ne crois pas que celui qui veut vivre cons-
dignes d'un homme. tamment dans l'état de grâce - car c'est en cela que
Une autre image encore. consiste la vie religieuse véritable - reste en arrière
Un jeune homme est agenouillé tout seul devant dans la vie terrestre, devient gauche et ne sait pas se
l'autel de l'église silencieuse. Dans son âme mûrissante, faire valoir.
la tempête fait rage; il s'est réfugié ici, près de Il y a des jeunes gens qui pensent ainsi de la vie
l'Homme-Dieu vivant parmi nous sous l'apparence religieuse et qui en ont peur par conséquent.
mystérieuse de l'hostie, pour y puiser de la force contre « Je ne veux pas être une sorte de saint! » me dit un
les tentations cruelles qui l'assaillaient. jour un jeune homme de 17 ans, plein d'énergie, premier
« Seigneur, vous êtes pur, le plus pur au monde! dans les sports, bon étudiant et qui tâchait même de
Vous savez bien, Seigneur, que je ne veux pas être tenir son âme en ordre, mais il ne voulait pas être « une
mauvais, je ne veux pas tomber! Mais la tentation me sorte de saint! » '
brûle comme le feu; sans répit, nuit et jour ... Je ne « De quelle sorte parles-tu donc? » lui demandai-je.
veux pas y succomber! Seigneur, les flammes de l'enfer « Eh bien! je suis incapable de me traîner dans les
menacent de m'envahir! Ce n'est plus du sang qui coins et de me laisser aller comme un saule pleureur!
coule dans mes veines, c'est de la lave bouillante. Cette sorte-là ne voit que le mal dans la vie, elle
Mes sens font miroiter des images troublantes et ne sait pas rire, elle n'ose pas faire la moindre
trompeuses devant moi ... Seigneur, soutenez-moi! Je plaisante! ie. .. u
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 93

« Mais, mon cher enfant, qui t'a raconté ces sot- obéissante. Eh bien! c'est cette force-là que la piété
tises-là? La vie religieuse est tout le contraire de ce virile donne à ton âme.
que tu viens de dire. Il est vrai que la religion veut . Les grands hommes étaient prêts à faire les plus
nous préparer pour la vie éternelle, mais elle nous ensei- grands sacrifices pour le bien de leur âme. Ainsi, saint
gne aussi que cette vie éternelle, nous ne pouvons Bernard avait de violentes tentations sensuelles, il se
l'atteindre que par une vie terrestre honnête. Pour cela, jeta dans un lac à demi gelé. « Voyons si mon corps
elle élève considérablement la valeur de la vie terrestre, ose encore être exigeant? »
de son travail, de ses devoirs bien remplis; elle les Saint François, en proie aux mêmes tentations, se
sanctifie. Tu dis que si tu veux vivre une vie profondé- coucha dans les orties: « Voyons si mon corps ose encore
ment religieuse, tu ne dois plus rire, ni continuer tes élever la voix? »
sports, ni aller en société, ni chercher le développement Saint Martinien, pour vaincre les tentations, mit un
de ta personnalité? Quelle erreur! Vivre dans l'état de pied dans le feu : « Cela te fait mal? Eh bien! si tu
grâce et être franchement pieux veut dire ceci : si tu vas en enfer, cela te fera bien plus mal encore! »
pries, le Christ vivant dans ton âme prie avec toi, et par Quels héros sublimes, n'est-ce pas? Ce sont les héros
Lui la force et la valeur de ta prière sont redoublées; de la conscience et de l'honneur!
si tu étudies, le Christ vivant dans ton âme est là Je suis donc loin de vouloir faire « une sorte de
dans ton travail, et par Lui tes études s'élèvent au rang saint » de toi. Pas de la sorte que tu entends! Ah! non.
de la prière; Il est là encore dans tes jeux, dans tes Je veux que l'adolescent religieux soit adroit, plein de
sports, dans tes joyeuses plaisanteries et en société; force vitale et de bon sens, qu'il ait une personnalité,
Il change les plus petites manifestations de la vie qu'il tienne une place aussi bien dans le monde de la
quotidienne en service divin et en actions méritoires. science que dans toutes les manifestations de la vie
Voilà ce que c'est que la vie d'un jeune homme sociale. Si Dieu t'a donné un esprit pénétrant et de
religieux, voilà ce que c'est que la piété virile! bonnes capacités intellectuelles, spécialise-toi dans une
Qu'est-ce qui nous en impose le plus? des branches de la science. L'Église est toujours fière
Est-ce la force brutale? Non, c'est la force coordonnée d'un savant spécialiste qui vit selon sa foi catholique;
et · obéissante. J'ai toujours du plaisir à voir un train il peut donner l'exemple de la vie religieuse à des
express entrer en gare ronflant, écumant. Un moment milliers de ses semblables. Si Dieu t'a béni par quelque
avant, les lourds wagons couraient encore sur les rails talent artistique, laisse ton art se nourrir de ta foi;
avec un fracas formidable, la machine aspirait l'air d'un mets-toi au rang des artistes qui, au cours des siècles,
souffle bruyant, et tout d'un coup, sur un faible geste ont fait la fierté non seulement de leur art, mais aussi
du mécanicien, le monstre d'acier soufflant, tremblant, de l'Église catholique. Mais qui que tu sois, - ingé-
haletant, s'immobilise. C'est magnifique! Qu'est-ce qui nieur, journaliste, médecin, aVOCat, soldat, marchand,
nous plaît là-dedans? C'est la force captée, la force . économiste - quelle que soit ton occupation, tâche
94 LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 95
d'avoir la piété virile et de la compétence dans ta
spécia~ ité. Unis la culture d'un expert à une vie
Religion et caractère.
profondément religieuse, afin que le monde puisse con-
sidérer en toi le type accompli de l'homme croyant, Un caractère viril est le trésor le plus cher et le plus
moderne et intelligent. beau qu'on puisse trouver sur la terre. Un homme qui
Toute action morale a sa source indéniable dans une voit clairement son but, sur qui les tentations n'ont
certaine répugnance du monde et signifie une certaine pas de pouvoir, qui ne dévie pas à droite ou à gauche
résistance contre les mauvais penchants naturels; mais de son chemin, qui est doux pour les autres tout en
cette résistance est dans l'intérêt d'une vie libre plus tenant solidement à ses principes, - un homme au
élevée et plus noble. Saint Paul voyagea sur un navire cœur pur et à l'âme droite: voilà ce que c'est qu'un
voué aux dieux païens Castor et Pollux, mais il ne se caractère viril. Qu'il est rare, hélas! à cette heure!
fit pas païen pour cela. C'est ainsi que nous devons Mais toi, tu veux le devenir!
passer notre vie dans un monde gâté et immoral Sais-tu bien, mon enfant, que la piété vraie et
peut-être, sans pour cela tomber nous-mêmes dans - profonde t'y aidera le mieux?
l'immoralité et dans la faiblesse de caractère. L'adolescent religieux a le sens de sa dignité. J'ai droit
Au cours des guerres de Napoléon 1er une scène à la considération par le fait que je suis l'enfant de
touchante se déroula après une bataille. Lorsque le Dieu. J'estime mon âme, je la défends contre les
général en chef traversa avec sa suite le champ couvert péchés et je l'orne de bonnes actions, sachant bien que
de morts, tout d'un coup un jeune blessé se souleva mon âme a plus de valeur que toute la nature qui
péniblement parmi les cadavres et croisa les bras sur l'entoure. Mais j'estime mon corps aussi : je ne
la poitrine. Le général s'arrêta surpris: permets pas qu'il tombe dans l'esclavage des habitudes
« Que fais-tu là, mon garcon? » lui demanda-t-il. coupables, car je sais que mon corps est le temple
Le jeune homme répondit: du Saint-Esprit et que je dois le défendre contre
« Hier, je me suis battu, car je suis soldat. A présent, toute profanation.
je prie, car je suis chrétien ». Seul, le jeune homme religieux a le droit d'avoir une
Le général lui tendit la main tout ému : conscience fière d'el:e-même. Seul, l'homme qui sait se
« Voyez, c'est là un vrai soldat! » courber devant Dieu a le droit de marcher la tête
Eh bien! oui: faire mon devoir envers Dieu et remplir haute dans le monde. La piété et la conscience tran- \
l
consciencieusement ma vocation : c'est l'affaire d'un quille ne rendent pas orgueilleux et désagréable, mais
homme pieux et d'un caractère viril. elles donnent une échine solide dans ce monde de
roseaux. Par contre, regarde autour de toi et tu verras
que ceux qui parlent légèrement de Dieu et de la religion
font humblement la révérence aux idoles des intérêts
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOI! 97

humains et des buts égoïstes. La foi nous donne une à son prochain. Son plus grand bonheur est de faire
dignité qui ne nous permet pas de guetter l'opinion des plaisir à quelqu'un. Il ne s'entête pas dans ses juge-
hommes pour y conformer nos actions. Le jeune homme ments. Il travaille, il étudie, il tâche d'avancer de toutes
religieux sait commander aux flots mugissants du ses forces, mais il refuse de réussir par des moyens
dehors, d'une main aussi ferme qu'à ses propres pen- malhonnêtes. Il ne s'humilie pas et il ne flatte personne
chants et à ses désirs individuels. pour atteindre ses buts égoïstes. Quand sa conscience
Le jeune homme religieux n'est pas opportuniste. Il ne le lui défend, il ne recherche pas les bonnes grâces
renie jamais ses convictions ni ses principes, même s'il se du monde, et, s'il le faut, il sait obéir à Dieu plutôt
trouve en société de camarades qui pensent autrement. qu'aux hommes.
Il n'est jamais d'accord avec les gens frivoles, il ne se L'adolescent religieux n'est pas morne, ni grognon, ni
joint jamais à ceux qui parlent de choses malpropres, d'humeur chagrine. Son âme est en bon ordre devant
il ne se laisse pas entraîner au moindre doute contre Dieu, il a donc tous les droits d' être gai. S'il est obligé
la foi par la crainte de paraître ridicule aux yeux des de faire des reproches à un ami, il le fait franchement
incroyants. Mais il n'est pas non plus l'esclave de ses et c'est fini: il ne conserve ni rancune ni colère dans
humeurs changeantes, gentil un moment et désagréable son cœur. A la maison, il est gentil pour ses parents,
l'instant d'après; ses paroles, ses gestes sont toujours ses frères et sœurs, ses camarades.
également calmes, réfléchis et dignes d'un homme. Un marchand avait besoin d'un jeune commis dans
Le jeune homme religieux n'est pas matérialiste. Il ne son magasin. Il s'en présenta plus de cinquante:
court pas tout le temps après les avantages matériels. malgré cela, le ma chand se décida très vite.
Au-delà de la richesse et du bien-être terrestre, il (( Pourquoi as-tu choisi celui-là? » lui demanda un ami.
connaît et il aime aussi les valeurs et les idées d'outre- (( Il n'avait pas même une lettre de recommandation! »
terre. S'il ne peut s'enrichir que par des moyens (( Tu te trompes », lui répondit le marchand, (( il en
'1
malhonnêtes, il préfère rester pauvre; il est capable avait beaucoup. Il essuya ses pieds et ferma la porte en
entrant, par là, il me montra qu'il aime l'ordre. Tout l,
de tout sacrifier, excepté l'honneur. Il travaille et il
de suite, il apporta une chaise pour un vieux monsieur, 1
prie, bien entendu, pour le bonheur de sa vie
terrestre; mais il ne s'attache pas aux trésors de ce faisant ainsi preuve de politesse et d'un bon cœur. Je
mondé, sachant que Dieu a créé son cœur pour laissai tomber un livre exprès : les autres le heurtèrent
Lui-même. du pied et le poussèrent plus loin : celui-ci se baissa,
1
Le jeune homme religieux n'est pas égoïste. Il sait mettre le ramassa et me le rendit; je vis qu'il était attentif et
1
soigneux. Il ne se poussa pas en avant, mais attendit
un frein à ses instincts et à ses désirs. Il sait qu'il n'est
pas seul au monde et qu'il n'est pas le centre du monde; son tour avec calme; il était modeste. Pendant que je
lui parlai, je vis que ses habits étaient soigneusement
l
qu'il doit donc, dans sa conduite, avoir des égards envers \
les autres. Il saisit toutes les occasions de faire du bien brossés; ses cheveux bien peignés, ses dents très blan-
1
Reli g. J euu . 7 1

t
LA RELIGION ET LA JEUNESSE GARDE BIEN TA FOII
99
ches. Pendant qu'il signait le contrat, je vis que ses mains lui ôte pourtant pas son zèle pour le travail, cela neJe
étaient propres, et non pas sales comme celles de cet rend pas amer ni abattu.
autre jeune homme si élégant ». En un mot: l'adolescent religieux est un caractère
Un jeune homme pareil est la meilleure réclame de viril!
la vraie piété.
L'adolescent religieux n'est pas pessimiste. L'adoles-
cence est un temps de transition, pendant lequel bien Choisis!
des jeunes âmes se laissent gagner par la mélancolie
et l'abattement : ici encore, la religion est le seul
remède. Le jeune homme religieux voit aussi, il est . Voilà mon idéal, ce jeune homme au caractère solide ,
vrai, la puissance effroyable du rrial, de l'immoralité et pleusem~nt et profondément catholique par conviction,
du manque de caractère sur la terre; il le voit plus et conSCIent de sa dignité comme tel. Plût à Dieu que
clairement chaque année. Mais cette triste observation notre patrie comptât beaucoup de jeunes gens pareils!
ne le remplit pas de haine contre les hommes, ni d'amer- Une telle jeunesse a plus de valeur pour la nation que
tume contre la vie; sa piété soutient sa force de résis- toutes les usines, tous les réseaux de chemins de fer
tance, elle lui permet de ne pas tomber au niveau des toutes les relations commerciales, que tous les trésor~
méchants en disant : pourquoi devrais-je essayer de matériels, enfin. Et j'ai le ferme espoir que, parmi les
nager contre le courant? Il ne devient pas pessimiste, écoliers d'aujourd'hui, beaucoup deviendront des
car, à côté du mal, il aperçoit aussi les qualités indé- hommes consciencieusement religieux.
niables du genre humain, il aperçoit la moralité parmi Quant aux hommes de la génération adulte
la multitude immorale et l'homme de caractère parmi d'aujourd'hui, si l'on leur posait à chacun la question:
tous les hommes f1asques. L'homme religieux, dit un « Dis-donc, mon ami, pourquoi es-tu catholique? »
écrivain, est comme l'oiseau: il chante même lorsque la beaucoup d'entre eux répondraient:
branche craque sous lui, sachant qu'il a des ailes. « Je suis catholique parce que mes parents l'étaient:
La foi est l'aile qui soulève l'homme au-dessus de ils m'ont laissé cette religion en héritage ».
lui-même, de sa misérable vie d'ici-bas, et de ses Toi, mon fils, tu ne feras jamais une réponse pareille.
limites terrestres. Je suis certain qu'à l'âge mûr, tu répondras encore:
Mais l'adolescent religieux n'est pas optimiste non plus (( Je suis catholique parce que je veux l'être! Parce
d'une maniere exclusive. Il poursuit l'idéal le plus noble, que je suis profondément convaincu que la religion
pourtant il ne se laisse pas abattre s'il voit que dans la catholique est fondée sur des vérités divines , éternelles,
vie, il faut souvent se contenter du bien qu'on peut infaillibles; parce que je sens et je sais par expérience
atteindre au lieu du bien absolu. S'il se trouve délaissé, que la vie selon la foi catholique fortifie, encourage,
s'il ne réussit pas comme il l'aurait souhaité, cela ne donne la confiance et le bonheur comme aucune autre.
100 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
GARDE BIEN TA FOI! 101
Je ne suis pas catholique par habitude, ou parce que
cette religion m'a été léguée par mes parents; ce ne et annonce que celui-ci est chrétien: il ne peut donc
serait pas un mérite alors! Mais parce que je sais que être centurion. Le dénonciateur réclame sa place pour
c'est la foi vraie et que je sens à tout moment combien lui-même.
elle m'est nécessaire. Aucune religion ne répond si bien On interroge Marius. Il ne songe pas à nier.
aux désirs les plus intimes de la nature humaine, aux {( Oui, je suis chrétien », dit-il simplement.
tendances les plus idéales de l'âme que le catholicisme. On lui donne trois heures de réflexion. Marius se
Il est vrai que cet argument-là n'a pas une fo rce présente chez l'évêque et lui demande ce qu'il doit
absolument probante pour confirmer la vérité catho- faire. L'évêque l'emmène à l'église, délie son épée, et,
lique, mais il me fait tout de même une grande la tenant d'une main, il prend l'Évangile de l'autre.
« Choisis entre les deux », lui dit-il. « Choisis entre
impression. La divinité du catholicisme m'est rendue
claire par deux faits : le catholicisme rend les hommes la gloire militaire et l'Évangile, entre la vie et la mort ll.
qui organisent leur vie conformément à ses préceptes Sans hésiter, le soldat tendit la main vers l'Évangile.
les plus nobles, les meilleurs, les plus aimables et Il n'attendit même pas que les trois heures fussent
aucune autre doctrine ne donne autant de courage écoulées, mais se présenta de suite devant le tribun.
pour déclarer la guerre franchement et sans merci aux 1 Il fut décapité sur-le-champ ...
bas instincts et aux désirs illégitimes de la nature « Choisis! )l te dira la vie, à toi aussi. Elle te le

humaine dépravée. Cette religion contrôle et retient dira cent fois par jour peut-être, cette vie incertaine.
« Choisis! )l te dira la société où s'échangent des
dans le bon chemin non seulement nos actions et nos
paroles, mais encore nos pensées. Le catholicisme est la propos douteux; « veux-tu continuer de lutter pour la
religion la plus sévère au monde, et justement ce qui vie pure, ou préfères-tu nous rejoindre et nous imiter? »
m'en impose c'est qu'il a su gagner des millions d'âmes {( Choisis! II te dira quelque livre de philosophie :
à cette morale sévère. {( veux-tu garder jalousement ta foi, ou la renieras-tu
Voilà à peu près les paroles que j'attends de toi, avec nous autres incroyants modernes? »
« Choisis! II te dira un roman à la mode, un film,
mon enfant.
Aux temps primitifs du Christianisme, vivait un une pièce de théâtre, dont le style brillant ne cache
soldat romain du nom de Marius. Il mérita la {( vitis même pas l'immoralité du sujet.
militaris » par son courage indomptable. Cette grande Choisis : Saint Émeric, ce jeune prince au bras
distinction lui donnait le droit de demander la première d'acier, au front élevé vers les étoiles, à l'âme toute
place vacante de centurion dans la légion. Marius usa blanche sera-t-il ton idéal, ou bien sera-ce l'étudiant
de son droit, et à la première occasion, il fut nommé moderne blasé, éreinté, poudré, esclave de tous les bas
centurion. plaisirs, le monocle enfoncé dans l'œil?
Mais, tout à coup, un soldat ennemi de Marius arrive Choisis! ... Que choisiras-tu, mon enfant?
Je ne puis que prier pour toi!
DIEU ET MON AME 1°3
bouton prêt à éclore sur l'arbre millénaire de l'huma-
nité ? Qui es-tu, vie humaine en évolution, placée ici
sur la terre pour quelques dizaines d'années?
CHAPITRE II D'où viens-je?
Où étais-je il y a cent ans? Peut-être que même
DIEU ET MON AME cette maison, cette chambre où je lis ces lignes,
n'existait pas alors. Et mes parents? Eux non plus
- - - < 1 / )- - -- n'étaient pas encore en vie. Eh bien! moi, où étais-je
il y a cent ans?
Et puis : 011 vais-je?
Où serai-je dans cent ans? Peut-être que cette
Les trois questions du Bédouin.
chambre existera encore. Peut-être que précisément,
un jeune homme de mon âge y lira un livre. Mais ce
~ne caravane européenne se traîne à longs pas ne sera plus moi... Non, pas moi!... Eh bien! moi,
fatIgués dans le désert de sable immense et étouffant où serai-je?
du Sahara. Les hommes ont peine à avancer, leurs Tu vois, mon fils, comme elles sont d'un sérieux
membres semblent de plomb ... lorsque, tout d'un coup, mortel, ces questions-là. Et seule notre sainte religion
une bande de brigands bédouins, qui était cachée peut y donner une réponse rassurante. Où étais-tu
derrière un monticule de sable, se jette sur eux et il y a cent ans? Dans la pensée de Dieu. Et où seras-tu
adresse trois questions à leur chef : Qui êtes vous? dans cent ans? Devant la face de Dieu, SItu le mérites.
D'où venez vous? Où allez-vous? La science naturelle nous enseigne que, jadis, la
Moi non plus, je ne pourrais pas te poser de questions terre entière fut une boule de feu incandescente.
plus graves que celles-ci, mon fils, à toi qui vas commen- Aucun germe de vie ne pouvait s'y trouver. Quelle
cer ton voyage à travers le désert de la vie : est donc l'origine du premier être vivant qui apparut
« Qui es-tu? D'où viens-tu? Où vas-tu? » sur la terre au temps où sa surface commençait à se
Ces questions sont d'une importance décisive, mon solidifier? Est-ce les choses inertes qui ont été animées ?
enfant : réftéchis-y avec une émotion sacrée. Car tout Non, c'est impossible, nous assure la science. Ou
le bonheur de ta vie terrestre aussi bien que le sort bien le premier germe de la vie est-il tombé sur la
éternel de ta vie future dépendent de la réponse que terre d'une autre étoile? Cela, ce n'est que pousser
tu y feras. la question plus loin, car alors, d'où serait-il venu sur
En effet: qui es-tu? cette autre étoile?
Qui suis-je? - « Je suis un tel, étudiant ». Homme, d'où viens-tu? - c'est la question qui se
Non, ce n'est pas cela que je te demande. Qui es-tu, dresse devant toi. Et il n'y a pas d'autre réponse
/
1°4 LA RELIGION ET LA JEUNESSE / DIEU ET MON AME l°S
valable que celle de notre religion : je viens de Dieu. Manquer mon but éternel? Non, non, pour l'len
C'est Dieu qui a créé le premier être vivant sur la terre, au monde!
sans intermédiaire. « Mais enfin cela me rend tout mélancolique 1 »
Mais si c'est Lui qui m'a créé, si je viens de Lui, penses-tu peut-être. « On ne peut plus être gai alors 1 »
alors je retournerai à Lui aussi! La nature de mon Console-toi, mon fils. Cela ne te rendra nullement
âme me montre le but clairement : la bonté, la vérité, mélancolique, cela ne fera que te garder de l'indolence
la beauté l'attirent, elle s'élance vers elles : mais et de la légèreté. J'irai même plus loin: l'importance
nulle part elle ne les trouve parfaitement réalisées et le but de notre vie terrestre ne peuvent nous appa-
qu'en Dieu seul. raître clairement qu'à la lumière de la vie éternelle.
« Tu nous a créés pour toi-même, Seigneur » - J'aime que la jeunesse soit gaie et joyeuse, moi aussi.
je cite les paroles sublimes de saint Augustin - « et Mais ta gaîté n'en souffrira aucunement si tu tâches
notre cœur est inquiet jusqu'au jour où il trouve son de te faire une idée aussi sérieuse que possible de la
repos en toi ». vie qui t'attend. Sache que la vie n'est pas un rêve,
J'ai. une âme et cette âme vit éternellement 1 Mais malS une réalité grave dans laquelle nous ne
je n'en ai qu'une seule, il faut donc que je sauve cette devons pas être des ombres changeantes, mais des
âme unique à tout prix 1 Il faut que je la sauve de quoi? caractères d'acier, inflexibles et responsables. J'aime
Du péché. Pour quoi? Pour la vie éternelle. Je porte que les jeunes gens prennent leur vie au sérieux et
mon âme, ce trésor que Dieu m'a confié, dans un vase sentent une sorte de respect instinctif pour leur propre
bien fragile, parmi des milliers de tentations et d'en- ,\ . tâche dans la vie; j'aime qu'ils sentent qu'ils ont
nemis qui la guettent; il faut être sur mes gardes, eux aussi, leur signification personnelle dans l'immense
nuit et jour: il faut qu'elle arrive au but. armée de Dieu et que, sans eux, un petit clou manque-
rait au chef-d'œuvre que nous nommons l'univers.
Avant de tenter une entreprise, il faut qu'on voie
clairement le but qu'on veut atteindre par ce travail.
De Dieu vers Dieu. Eh bien! vivre une vie réussie sur la terre, c'est la
plus grande entreprise du monde. Regarde donc les
questions décisives bien en face : Pourquoi suis-je
Je viens de Dieu et je vais vers Dieu. Je vis pour ici sur la terre? Quel est mon but ici-bas?
Le servir et je meurs pour Le voir. Je devrais penser Je suis né. Je vivrai ici 20, 30, 50, 60 années. Et
souvent à ce but final de ma vie. Ma carrière terrestre, après? Je quitterai la terre. Où vivais-je avant ma vie
le métier que je choisis ici-bas, importent peu. Je terrestre? Seulement dans la pensée du Tout-Puissant.
puis atteindre mon but par tous les chemins et je puis Où vais-je après ma vie terrestre? Je vais près du
le manquer par tous également. Dieu tout-puissant pour vivre avec Lui désormais de
106 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME 1°7
toute éternité ou sans Lui éternellement, selon cè que dien. Pendant 50, 70 ans, c'est la même corvée, jour
je mérite. par jour ... Et ensuite? .. Ensuite, ils meurent. Et alors
Je le répète : selon mon mérite. Cette phrase est tout est fini? La mort termine tout irrévocablement?
d'une importance décisive. Mais enfin comment puis-je Mais alors pourquoi ont-ils vécu? Quel sens cela a-t-il?
mériter cela? - Par l'emploi consciencieux de ces Nous en sommes arrivés à la question la plus impor-
20, 40, 60 années qui me sont données à cette intention.
tante de toutes Un homme qui, toute sa vie, avait
Au point de vue de l'éternité, il importe peu que tu couru après les plaisirs, dit sur son lit de mort : Faites
finisses ta vie terrestre à 20 ans ou à 80 ans. Et il graver sur ma pierre tombale : « Ci-gît un imbécile
importe tout aussi peu que, pendant ces quelques qui quitta le monde sans savoir pourquoi il y était venu )J.
dizaines d'années, tu aies été roi ou bien le plus simple Un imbécile! ... A quoi sert le soleil? A chauffer
des ouvriers, que tu aies vécu dans la richesse ou bien et à éclairer. A quoi sert la pluie? A fertiliser. A quoi
dans la misère. Il n'y a qu'une seule chose qui importe sert la forêt? A purifier l'atmosphère. Tout en ce monde
c'est que tu aies été le fils obéissant de ton Père céleste a sa tâche et son but.
c

ici-bas et que tu aies fait ton devoir consciencieu- Eh bien! à quoi sert l'homme? Serait-il seul à vivre
sement là où la Providence t'avait placé pendant ces sans but? Et quel est ce but? Schopenhauer, le philo-
quelques dizaines d'années. Car vois-tu, l'armée de sophe incroyant, dit qu'on ne pourra jamais le connaître.
Dieu est immense, elle comporte des soldats et des « Si on lit Leben (c'est-à-dire vie) à l'envers)), écrit-il,
armes différentes. La vigne de Dieu est grande et on obtient le mot Nebel (c'est-à-dire brouillard).
toutes sortes de travailleurs y trouvent de l'emploi. C'est ce brouillard qui couvre le but de la vie humaine,
SeuIl' ouvrier qui ne travaille pas du tout est inutile; et prétend-il. Ni la science ni l'art ne peuvent me dire
seul l'homme qui n'a ni but ni caractère est sans valeur. pourquOI Je VIS .
Eh bien! qui est-ce qui le sait?
Prends seulement ton catéchisme et ouvre-le à la
Pourquoi suis-je en vie? première page. Tu y liras la question : Pourquoi
sommes-nous au monde? Ah! mais c'est exactement
ce que je , veux savoir! Voyons pourquoi?
As-tu déjà vécu un de ces moments graves, mon « Nous sommes au monde afin de connaître Dieu,
enfant, 0Ù la question décisive se dresse devant toi : L'aimer, Le servir et par là, faire notre salut )).
pourquoi suis-je destiné à vivre sur la terre? - Il Cette réponse t'ouvre tout un monde nouveau.
se peut que tu sois trop jeune encore. Mais il se peut C'est cela alors, le but de la vie! C'est pour cela que
aussi que cette question si grave t'ait déjà occupé. nous sommes au monde! Pas pour nous enrichir
En regardant autour de toi, tu vois les hommes et gagner beaucoup d'argent? Pas pour manger
chargés de soucis terrestres courir après le pain quoti- tant que nous voulons? Pas pour courir après tous
DIEU ET MON AME 1°9
108 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
« Quel est, à ton avis, le plus heureux? )} demanda
les plaisirs et toutes . les jouissances? Non! Pourtant Charles IX, roi de France, à Torquato Tasso, le célèbre
ces choses-là seraient bien plus faciles à faire que poète italien.
servir Dieu. Car ce serVIce ., ..
n est pas touJours "
aise.
« Dieu )) répondit le poète:
C'est difficile de répprimer nos désirs sensuels! Et
« Bon, bon, mais parmi les hommes ? ))
notre vie terrestre sera une lutte continuelle si nous
« Celui qui ressemble le plus à Dieu l). '
voulons rester fidèles à Dieu. Une lutte continuelle,
« Je veux bien. Mais qu'est-ce qui nous rend pareils
en effet. Mais enfin, le but de la vie n'est pas cette vie
à Dieu? Est-ce la force, la puissance? l) demanda leroi.
terrestre, mais la vie éternelle. Et s'il me faut lutter,
« Non ll, lui répondit le Tasse. « C'est la pratique des
je sais au moins que par cette lutte, je gagne un trésor
vertus ll.
inestimable.
Charles le Sage, roi de France, posa sa couronne sur Et quelle sagesse respirent ces lignes que Michel-Ange
une table, son épée sur une autre et fit venir son fils. écrivait en 1554, après une longue vie de 76 années:
« Choisis! II lui dit-il.
La barque de ma vie si agitée
Sans hésiter, le jeune prince saisit l'épée et, mon-
A bravé les vagues, est rentrée au port,
trant la couronne :
Où il faut rendre compte de nos jours,
« La couronne par l'épée! )) s'écria-t-il.
Et ou, bonnes ou mauvaises, nos actions
Je gagnerai ma couronne par l'épée, . avait dit le
Seront pesées. Je vois bien à présent
fils du roi. Toi, mon fils, il faut que tu dises : Je
Les tours que m'a joués l'imagination
gagnerai ma couronne céleste par une vie persévérante,
En me faisant un dieu de l'art humain
fidèle et remplie de l'amour de Dieu.
Et du désir qui m'a fait tant souffrir!
Chacun de nous vEut être heureux, c'est un désir
tout naturel. Il ne s'agit que de chercher le bonheur,
ce trésor tant désiré, à la bonne heure! L'enfant le
Mon âme ne veut plus rien que ['amour
cherche dans le jeu, l'adolescent dans les plaisirs,
Qui, du haut de la croix, nous tend les bras,
l'homme adulte dans la fortune puis ils meurent tous
Si plein de compassion pour le pécheur ...
et on les enterre sans qu'ils l'aient trouvé. Chacun
de nOlis veut être heureux, oui, heureux! Est-il heureux,
celui qui a tout plein d'argent? Non, car il en désire
toujours plus et il tremble de le perdre. Et celui qui Prends garde!
s'adonne aux plaisirs terrestres, est-il heureux? Non,
car son âme n'en reste que plus vide après le court Le seul obstacle que tu devras vaincre sur le chemin
moment d'ivresse. Où donc est le bonheur? Où est-il, conduisant · à Dieu, - le seul ennemi que tu devras
l'homme heureux?
110 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 1I1

abattre, c'est le péché. Oui, le péché. Il est ton ennemi rière eux; jusqu'ici. Ce serait dommage de gâter ma
umque. vie si gaie, mon bonheur si calme par le péché. Et ce
Tu connais bien la jolie devise des scouts, n'est-ce serait dommage, - mille fois dommage 1 _ .de mettre
pas : « Prends garde! » disent-ils entre eux à chaque en jeu ma vie éternelle!
rencontre. Quel avertissement profond se cache sous Si notre âme est en paix, nous traversons la vie
ces simples paroles! « Prends garde! » C'est là aussi aussi gaîment qu'une certaine sorte d'araignée d'eau,
UIi des principes fondamentaux de la vie spirituelle. qui bondit insouciante au-dessus de l'eau la plus
Prends garde de ne pas laisser échapper une seule profonde. Et le funeste péché nous prive de tout cela!
occasion de faire du bien. Mais prends garde aux ten- Le corps d'une araignée exotique originaire de l'île
tations aussi afin qu'elles ne te conduisent pas au péché 1 de Java nommée « ptilocerus ochracerus)J sécrète un
Prends garde de ne pas te laisser voler la paix du cœur liquible agréable et excitant qui attire les fourmis.
par le mal. Elles s'enivrent de ce liquide; l'araignée qui n'attendait
Un soir, on frappa à la porte d'un couvent de Toscane. que cela, suce leur sève vitale et laisse périr les malheu-
« Qui es-tu et que cherches-tu? » interrogea le reux insectes dans la poussière,
portier. Le péché fait exactement la même chose avec nous.
« Je suis Dante Alighieri et je cherche la paix )J, lui Il entoure l'adolescent, il lui fait de belles promesses,
répondit le poète errant; et sa voix était pleine de il l'étourdit par toutes sortes de ruses; et si, par malheur,
l'invincible soif que l'âme humaine ressent de la paix le jeune homme lui succombe, il lui prend sa paix · et
du cœur. Prends garde, mon fils! Ne vends pas la sa gaîté pour l'abandonner ensuite à ses remords.
paix de ton âme au prix des vils plaisirs que le péché cc Mais il suffit d'éviter les péchés capitaux? »
te promet! penses-tu peut-être.
Non, non, je sais bien que la douceur alléchante Certainement, ce sont ceùx-Ià qu·'il faut éviter en
du péché n'est que le ver au bout de l'hameçon. Au premier lieu. Mais il faut lutter contre les petits péchés
moment où la tentation se fait sentir - et elle visite tout aussI.
le monde -! et où le péché m'attire - il attire chacun de Tu es d'avis que les péchés véniels ne sont que des
nous -! je me souviendrai tout de suite de mon âme, éraflures sur l'âme et qu'ils ne sont pas si dangereux
de ce trésor qui m'est confié, et je me dirai en guise que cela?
d'encouragement : Ne le fais pas, ne le fais pas, ce Eh bien! va pour les éraflures. Mais regarde seule-
serait trop dommage! Ce serait bien dommage en effet, ment un tableau éraflé : il est méconnaissable. Malheur
de laisser gagner ma pauvre âme par le péché, après à ton âme si, au jour du jugement dernier, Dieu ne se
l'avoir défendue par tant de luttes victorieuses! Ce reconnaît pas en elle!
serait dommage de perdre mes yeux clairs dont le Tu t'es un peu enrhumé. Ce n'est rien. Mais si tu
feu laissait si bien voir l'âme pure qui se cachait der~ n'y prends garde, une pneumonie peut se déclarer.
112 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 113

Une étincelle est tombée sur le tapis. Ce n'est rien. Quelque soit le nombre des fautes que tu te
Mais si tu ne l'éteins pas de suite, elle peut mettre découvres, ne cesse jamais de leur faire la guerre.
le feu · à la maison. « Mais je suis tellement passionné! » dis-tu. Cela
Le navire a un tout petit trou dans le fond. Ce ne fait rien. La passion est un grand danger si tu la
n'est rien. Mais si tu net'en occupes pas, le navire fera laisses faire à sa guise; mais si tu la domptes d'une
naufrage. main forte, elle peut devenir une grande valeur. Tous
Voici une goutte d'encre. Un rien, vraiment. Mets-la les grands hommes sont passionnés, les saints eux-
dans un verre d'eau, elle ternira 1'eau la plus pure. mêmes étaient fortement passionnés, mais leur volonté
Et voici une petite boule de neige. Si tu la laisser d'acier dompta leurs passions; ils obligèrent ces forces
rouler, elle peut devenir une avalanche. motrices à gonfler leurs voiles et accomplirent de
Eh bien! le petit péché te semble-t-il toujours si grandes choses précisément par leur aide. Tiens, lis
insignifiant? ce que saint Paul écrit dans son épître aux Romains,
Un empereur romain avait un cerf qu'il aimait 7. 15· 18. 22. De quelles tentations torturantes il se
beaucoup. Pour être sûr que personne ne ferait de plaint! « Je ne comprends pas moi-même ce que je
mal au noble animal, il lui fit mettre une chaîne d'or fais, car je ne fais pas le bien que je voudrais, mais le
au cou avec cette inscription : « NaZi me tangere : mal que je hais ... Ma volonté est prête, mais je ne
Cesaris sum ». Ne me touchez pas : j'appartiens à trouve pas en moi la force de faire le bien ... Selon
César. Eh bien! si la tentation te vient, crie-lui sans l'homme intérieur, je trouve ma joie dans les lois
crainte: Ne me touche pas: j'appartiens à Jésus-Christ. de Dieu, mais dans mes membres, je trouve une autre
loi qui contredit celle de mon esprit ... »
Vois-tu, saint Paul lui-même ne fut pas exempt
de tentations; mais ce n'est pas la tentation qui cons-
Tentation ou péché ? titue le péché, c'est le consentement de la volonté.
Par contre, si la volonté résiste, la tentation vaincue
devient un grand mérite. « A celui qui sait vaincre,
Mais SI Je viens d'écrire avec tant de sérieux du je donnerai les fruits de l'arbre de la vie ». Apocalypse,
péché, ce danger unique menaçant ton âme, je veux te 2·7·
dire clairement aussi ce qui n'est pas lui, mais la ten- « Je n'y peux rien ... tout est en vain ... j'ai hérité
tation seulement. ces mauvais penchants ... » c'est ainsi que bien des
Si tu as une nature fougueuse et que tu sois assailli jeunes gens essayent de se disculper lorsque le remords
de tentations, si tu as une lutte bien dure à soutenir les prend en face d'une faute plus grave.
contre tes mauvais penchants, ce n'est encore rien « Je l'ai hérité ... je n'y peux rien .. ; »

de coupable. Quelle émouvante réalité se cache derrière ces

Relig. J eun. 8
LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME
Ils
paroles! Et ce qui est plus triste encore, c'est que
D'abord pour t'engager à lutter plus courageusement
souvent, elles sont tragiquement vraies. Le fait lui-
encore. Si tu retombes cent fois dans ton ancienne
même est hors de doute, mais la science reste encore
faute, ne te laisse pas aller au découragement et au
ignorante de son développement et de ses lois. Il est
d~ses'poir. Il se peut que la faute ne soit pas tout à
certain que les particularités physiques et morales
fait benne. Il se peut que tu combattes aussi les mau-
se transmettent par hérédité, mais le comment de cette
vais penchants hérités de tes ancêtres, et seul le Dieu
transmission n'est pas encore éclairci. Il est certain que
Omniscient saura mesurer ta propre part dans tes
les parents peuvent transmettre à leurs enfants .non
chutes. Mais alors la lutte n'est-elle pas inutile? Non.
seulement une constitution physique forte ou faible,
Car l'hérédité ne fait qu'influencer nos actions sans
mais que ceux-ci viennent au monde plus ou moins
nous ôter complètement la liberté du choix.
chargés des bons ou mauvais penchants de leurs
Ensuite il faut que je t'en parle pour bien te faire
parents, et que cet héritage les accompagne tout le long
sentir la responsabilité énorme qui repose sur toi.
de leur vie; plus encore ces penchants hérités de
Il faut que tu voies clairement que la façon honnête
leurs ancêtres, ils peuvent les transmettre eux-mêmes
ou vicieuse dont tu passes ta jeunesse laissera son
à leurs descendants.
empreinte sur toute la génération à venir. Celui qui
Mon cher enfant, cette volonté mystérieuse de la
a terni sa jeunesse par une vie légère et des actions
Providence doit être considérée avec une émotion
immo~ales, sera maudit par ses descendants au corps
sacrée. Souvent, j'ai été le témoin ému de la lutte
maladif et à la volonté affaiblie; c'est la vie dissipée
pénible que quelques-uns de mes étudiants soutenaient
de leur père qui leur a valu ces misères. Par contre,
contre leurs mauvais penchants. L'un combat héroïque-
s~ tu luttes de toutes tes forces contre le mal à présent,
ment les mille tentations de la sensualité, l'autre la
SI tu peux crier un non viril aux tentations, tu ne
colère subite, le troisième l'orgueil... sans se douter
combats pas pour toi-même seulement, mais encore
que ce sont les mauvais penchants hérités de quelque
pour tes enfants et tes petits-enfants dont la lutte
ancêtre qu'ils essayent de vaincre.
pour le bien sera plus facile déjà que la tienne: c'est
Mais enfin pourquoi faut-il que je te dise cela?
ta résistance opiniâtre qui l'aura facilitée.
Est-ce pour t'ôter le sentiment de la responsabilité
en face du péché et pour t'affaiblir dans la lutte?,
Est-ce pour qu'en lisant ces lignes, tu t'écries:
« En effet, je le vois à présent, moi aussi, j'ai hérité Dieu voit tout.
mes mauvais penchants, il est donc parfaitement
vain de lutter contre eux! ))
Quand j'étais petit écolier, nous écrivions sur nos
Non, cette intention est bien loin de moi. J'ai deux
règles les vers suivants pour les défendre contre nos
raisons de te parler de cette affaire si grave. camarades voleurs :
II6 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 117
La règle n'est pas à toi .- . Il Y a quelques années, pendant l'été, je voyageais
N'y touche pas, Dieu te voit! entre New-York et New-Haven. Sur ce trajet, la
direction des chemins de fer veille · avec une rigueur
Nous l'écrivions sans bien comprendre encore le exceptionnelle à ce que ses employés soient aussi
sens profond de ces deux lignes. Pourtant, la meilleure dignes de confiance que possible : elle les fait donc
protection contre la tentation, c'est de se représenter surveiller par un groupe de détectives spécialement
aussi vivement que possible que Dieu est réellement affectés à cette tâche.
présent partout, qu'il est donc ici maintenan.t, près de Un jour, un des employés demanda un congé de
moi, toujours. Je sais bien que tu as appns cela au quelques jours, donnant pour motif la mort d'un parent.
catéchisme, mais cela ne suffit pas. Tâche d'évoquer Lorsqu'il revint au bureau, son chef lui montra une
cette présence réelle aussi souvent que possible. Si photographie le représentant lui-même, - en très
le travail n'est pas de ton goût, si un malheur t'arrive; joyeuse compagnie alors qu'il était censé suivre un
si tu es triste ou inquiet, dis-toi tout bas: « Seigneur, convoi mortuaire. Les détectives l'avaient photographié.
Vous êtes là, Vous ne me laisserez jamais seul! »Surtout, Pauvre 'malheureux! S'il avait su qu'on l'observait à
si la tentation te vient, lorsque tu sens combien le chaque pas, et qu'on le photographiait à chaque
péché t'attire, répète le cri de Joseph en Ég!pte : moment, comme il se serait conduit différemment!
« Comment pourrais-je commettre une actlOn cou ~ Eh bien! l'œil de Dieu est bien plus sensible qu'une
pable devant la face du Seigneur? » . plaque photographique. Déjà, sur une bonne plaque,
o mon enfant, si, avant de commettre une actlOn, le plus petit objet se dessine, combien plus nos actions,
nous nous posions toujours la question: « Mon Dieu, bonnes et mauvaises, se mirent dans l'œil de Dieu!
je veux faire ceci ou cela, en serez-Vous content! Oui? Au Purgatoire de la « Divine Comédie » Virgile dit
Alors, ajoutez-y votre bénédiction! » - Et SI nous à Dante:
abandonnions toutes les actions dont nous sentons . . « Tu ·porterais cent masques que tes pensées ne me
que Dieu ne les bénirait pas, comme notre vie serait seraient pas inconnues ».
différente, n'est-ce pas? Sache-lé bien : chacun de nos gestes, chacune de
Où que je sois, quoi que je pense ou que je fasse, nos paroles, nos désirs les plus cachés même, sont
Dieu sait tout; cette pensée est notre force dans la constamment photographiés, et, un jour, tout cela sera
tentation et notre consolation dans la souffrance. Le publié dans une exposition gigantesque!
soldat combat avec plus de courage sous l'œil de son Rappelle-toi donc souvent le simple fait que Dieu
commandant; l'enfant étudie mieux si son père est te voit partout et toujours. Le Dieu tout-puissant,
près de lui; moi aussi, je lutte plus. victorieusemen~ ton Créateur, te voit! Le Dieu juste qui sera ton juge
pour mon âme si je sais que je ne SUlS pas abandonne un jour, te voit! Crains Dieu afin de ne pas succomber
à moi-même. au péché; mais aime-Le aussi, afin d'avancer sur le
I18 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 119

chemin de la vertu : Time Deum, ne deficias : ama Deum, du Brandebourg. Il tomba en pleine leçon de
ut proficias ». géographie, et demanda à un petit garçon où son
Nous marchons toujours, sous l'œil de Dieu. De village était situé. « En Prusse », répondit l'enfant.
fait, nous vivons en Dieu comme dans l'air qui nous « Et où est la Prusse? » - « En Allemagne ». « Et
entoure, comme dans le rayon du soleil qui nous l'Allemagne? » « En Europe ». « Et l'Europe? » -
éclaire. Dieu connaît toutes nos pensées, Il entend « Dans le monde ». « Eh bien! où est le monde? »
chaque parole que nous prononçons. Le paysan qui questionna encore le roi. L'enfant réfléchit un instant,
sème le grain dans son champ lève les yeux vers le ciel puis il s'écria avec une assurance parfaite :
et son regard plein de reconnaissance est une prière « Le monde? Le monde est dans la main de Dieu ».
muette. Ceux qui luttent contre les tentations, trouvent Cet enfant avait cent fois raison. En effet, « nous
des forces nouvelles près de Dieu; les mourants mur- vivons et nous nous mouvons en Dieu. » (Act. Ap.
murent son nom. C'est Lui que les bons bénissent 17, 28). Partout, nous pouvons voir et sentir la
et que les méchants craignent. Avant la bataille, les puissance et la beauté de Dieu. Combien cette pensée
guerriers s'agenouillent devant Lui et les rois placent pourrait rendre ta vie spirituelle plus facile et plus belle,
leur couronne à ses pieds... toujours, partout, en si tu voulais ne jamais l'oublier! Si, dans le camp des
toute occasion, l'âme humaine peut se tourner vers scouts, l'orage fait craquer les grands arbres, prosterne-
Dieu. toi à la lueur des éclairs : « Mon Dieu, Vous êtes là,
Séneque nous raconte qu'un jour deux soldats, qui Vous êtes grand, je Vous adore! » Lorsque des hommes
étaient de garde près de la tente d'Antigone, se mirent grossiers blasphèment devant toi, répète tout bas
à parler de lui en termes rien moins que flatteurs. « Seigneur, Vous êtes là, Vous entendez ceci, que votre
Sur quoi, Antigone tira brusquement le rideau de la nom injurié soit béni! » Lorsque tu es seul dans ta
tente et dit aux soldats effrayés : chambre et que la tentation te soufRe de commettre tel
cc Allez plus loin, qu'au moins je n'entende pas ce péché sans crainte car il n'y a personne pour le voir :
que vous dites ». dis-toi: « Seigneur, si personne ne me voit, Vous êtes
Entre Dieu et moi, c'est le monde matériel qui joue là et je ne Vous serai pas infidèle! » Lorsque, dans la
le rôle de rideau. Je ne peux voir Dieu, mais Lui me solitude paisible, le feu dévorant des désirs sensuels
voit et m'entend néanmoins. Moi, je ne peux pas aller te brûle, baisse la tête et prie à genoux: « Seigneur,
cc plus loin », - où donc pourrais-je me cacher de Vous êtes là, Vous voyez mes pénibles combats, ne me
Dieu si je veux commettre une action coupable? C'est laissez pas succomber! »
absolument impossible. Le Seigneur connaît chacune Et lorsque le péché t'attire et te murmure tout bas,
de mes paroles et de mes actions, jusqu'à mes desseins selon les paroles de l'Écriture: cc Qui donc me verrait?
les plus secrets et mes pensées les plus cachées. Je suis entouré par l'obscurité, les murs me protègent
Frédéric le Grand visitait un jour une école primaire et personne ne peut me voir. Que craindrais-je donc? »
120 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 121

~ réponds-lui par les paroles de l'Écriture aussi: « Son Les légendes grecques parlent fièrement d'un héros
œil voit tout ... L'œil du Seigneur est plus éclatant du nom d'Ulysse qui tua des monstres, vainquit des
que le soleil, il voit tous les chemins de l'homme, géants, l'emporta sur des nains rusés, et qui ne
les réduits des profondeurs et les recoins les plus craignait rien ni personne excepté les sirènes.
cachés du cœur humain ». Eccli. 23. 24, 28. Selon la légende, les sirènes étaient des êtres
Heureux le jeune homme qui se réchauffe souvent mystérieux vivant au fond de l'océan, qui séduisaient
le cœur aux lignes magnifiques du Psaume 138 : les navigateurs par leurs chants pour les attirer vers
Seigneur, ton œil est sur moi, tu me connais, les rochers sous-marins où leurs navires se brisaient
De loin, tu comprends ma pensée, sans espoir et alors les marins tombaient prisonniers
Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève; des sirènes.
Tu vois où je marche et où je repose, Eh bien! sais-tu ce que fit Ulysse, lorsqu'il dut
Et tu connais tous mes chemins. passer devant l'île des sirènes? Il fit verser de la cire
La parole qui n'a pas encore surgi sur mes lèvres, dans les oreilles de ses matelots et se fit attacher soli-
Tu la connais déjà parfaitement. dement au mât : ainsi il passa sans dommage à travers
Ton bras m'entoure de tous côtés, les tentations qui avaient coûté la liberté, le bonheur
Tu reposes ta main sur moi, à des centaines d'autres navigateurs.
Où m'enfuirais-je de ton âme, Tes sirènes à toi, mon fils, ce sont les mille tentations
Où me cacherais-je de ta face? du monde et les mauvais penchants de ta propre nature.
Si j'atteignais les cieux " tu y es présent, Tu ne peux passer la vie sans naufrage moral que si
Si je faisais ma couche en enfer, tu y es encore. tu te bouches les oreilles contre les tentations et si
Si j'avais les ailes du soleil levant, tu t'attaches à la croix du Sauveur avec les cordes
Si je demeurais au fond de l'occident, au-delà des mers, de l'amour, de la fidélité, de la persévérance. Omnia
Ta main seule pourrait m'y conduire, cum Deo, nihil sine Eof Faire tout avec Dieu, rien sans
Et ta main droite ne me serait pas enlevée. lui!
Et si je disais " je veux l'obscurité, •. Si cètte conception se développe en nous, nous attein-
Je veux que le jour autour de moi se change en nuit, drons la plus grande sagesse que l'homme puisse
La nuit la plus noire ne serait pas obscure pour toi, atteindre : c'est de nous fier à Dieu en toute circons-
Elle serait aussi claire que le jour; tance. Nous pouvons demander n'importe quoi à
Lumière ou obscurité, pour toi c'est tout égal. Dieu, mais terminons toujours par les mots de Jésus:
Examine-moi, ô Dieu, et reconnais mon cœur, « Cependant que Votre volonté soit faite et non la
Mets-moi à l'épreuve et vois mes chemins, mienne ». Car nous pouvons être bien sûrs que la main
Vois que la route du péché ne me tente point, de Dieu nous protège plus fidèlement que nous ne
Et conduis-moi dans sur ton chemin éternel ». pourrions le faire nous-mêmes.
122 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

Lorsque le célèbre architecte Bramante eut terminé par la grâce divine. Mon âme vient de Dieu, - c'est
les plans de la magnifique basilique de Saint-Pierre, pourquoi elle ne trouve de repos qu'en revenant à sa
il les envoya au Pape Jules II, par son fils, tout enfant source éternelle, - au-delà des obstacles terrestres,
encore. Le pape contempla le dessin grandiose avec des plaisirs séducteurs, des tentations, de nos mauvais
un vif plaisir, et, ouvrant un tiroir du coffre où il penchants, au-delà des chutes et des rechutes sans
tenait son argent, dit au petit garçon : « Prends-en nombre. C'est comme le petit ruisseau qui ne se repose
une bonne poignée! » - « Très Saint-Père », répondit pas avant d'arriver à sa source première : l'océan.
l'enfant bravement, « donnez-m'en vous-même, vos Il contourne les rochers, il se jette dans les abîmes,
mains sont plus grandes! » il perce les digues, il se brise en poussière : mais il
Le petit garçon avait osé dire cela parce qu'il savait va son chemin et il arrive au but.
qu'il pouvait avoir toute confiance dans le pape. Mois Un jour, un prince demanda au pape ~enoît X~
aussi, je peux passer ma vie tranquillement si je me une chose qu'il n'était pas en son pouvOlr de lut
confie entièrement à Dieu et à ses commandements. accorder. Le pape répondit au prince:
« Prenez mon sort dans vos propres mains, Père, ce « Si j'avais deux âmes, je le permettrais. Mais
sera sûrement pour le mieux ainsi ». puisque je n'en ai qu'une seule, je ne le puis ». .
Si j'avais deux âmes, je pourrais risquer la damnatlOn
de l'une. Mais je n'ai qu'une seule âme!
Combien vaut mon âme? Une seule âme, oui, qui est un trésor d'autant plus
précieux pour moi. Même la plus petite des créatures
Celui qui veut se passer de Dieu devrait se créer et la plus insignifiante me parle de la puissance, de la
un monde tout nouveau. Mais moi, loin de vouloir sagesse et de l'amour de Dieu; mais en examinant
me passer de Lui, je veux croître ct mûrir pour l'homme, je suis obligé de voir qu'en lui, Dieu a créé
pénétrer toujours plus avant dans ses idées et Lui une chose plus sublime que toute la splendeur du ciel
ressembler toujours davantage. étoilé. Plus la physiologie nous renseigne sur les
On ne peut s'imaginer un diplôme de noblesse plus fonctions merveilleuses de l'organisme humain, plus
magnifique que celui que les premières lignes de l'Écri- la psychologie découvre la vaste étendue que sa vie
ture Sainte donnent au premier couple humain entrant spirituelle et mentale embrasse, et plus nous sommes
dans le chemin de la vie: « Dieu créa l'homme à sa propre frappés d'admiration envers le créateur de l'homm~.
ressemblance » (Gen. 1. 17). Dans la nature immense, Et , bien au-delà encore de toutes ces choses magm-
nous ne trouvons que les traces de Dieu, mais l'homme fiques, à quelle hauteur sublime nous apparaît l'âme
Lui ressemble! Il Lui ressemble par son âme immortelle humaine, si nous comprenons bien que Dieu lui-même
et de nature spirituelle, par sa raison, par son libre demeure dans l'âme sans péché et que cette âme
arbitre,- et il Lui ressemble surtout lorsqu'ilest inspiré sans tache est le temple du Saint-Esprit 1
I24 LA RELIGION ET "LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 12 5

-Ah! si une seule fois au moins, cette pensée si de poussière Dieu était là, vivant. Mille ans Lui
profondément émouvante s'épanouissait, vivante, dans paraissent un jour. En Lui, il n'y a pas l'ombre du
notre âme! Comment? Le Saint-Esprit demeure en changement. Tout s'use comme un vêtement, mais
mon âme ? Qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie ses années à Lui ne finiront jamais.
qu'Il me donne la sagesse de servir Dieu en mon âme Et maintenant, imagine-toi, mon enfant, que ton
par ma vie e~tière; Il éclaire ma raison afin que je âme à toi a une certaine ressemblance avec ce Dieu
comprenne mIeux les beautés cie ma foi; Il me donne plein de majesté, qu'elle est, à un certain degré, son
de bons conseils dans mes problèmes relatifs à la image! Il est vrai que l'âme humaine a un commen-
morale, Il me fortifie dans l'accomplissement de mon cement,mais elle n'aura pas de fin. Il est vrai qu'avant
devoir; Il me donne la capacité de reconnaître la ) que Dieu l'ait créée, elle n'existait pas; mais doréna~
volonté de Dieu; la piété pour remplir mon ame et la vant elle existera de toute éternité. Tout meurt, tout
crainte de Dieu pour servir fidèlement le Créateur. finit, - excepté l'âme! Mille ans, cent mille ans se
Toutes ces notions se cachent sous la définition passent et ton âme reste vivante! Et comment vit-elle?
apparemment si simple que mon âme est le temple du Près de Dieu, dans le bonheur éternel, - ou bien
Saint-Esprit. dans le malheur éternel aussi, repoussée par Dieu à
Rendre l'image de Dieu aussi belle que possible jamaIS ...
en mon âme, façonner ma raison, mes penchants,
ma volonté, mes désirs selon sa volonté, « participer
à la nature divine » (Pierre II. r. 4) - voilà le Quid hoc ad aefernitatem?
but de ma vie. Quel but magnifique! Par contre,
toutes les œuvres les plus grandes aux yeux du monde Parmi les trésors du Shah de Perse se trouve un
ne son~ que l.a paille et la balle que le vent du jugement globe terrestre d'une valeur fabuleuse. Son diamètre
aura vite fart de disperser si celui qui a accompli mesure 30 centimètre à peine, mais les mers et les
ces œuvres a négligé l'image de Dieu en son âme. continents, au lieu d'y être peints, y sont incrustés
'1 Est-ce que ce n'est pas exagéré de soutenir cela ? de pierreries les plus rares. L'Angleterre, par exemplé;
Non, en vérité. est marquée de rubis, l'Inde de diamants, les océans
Écoute, mon fils: au temps où l'homme n'existait d'émeraudes. La valeur de ce globe est presque ines-
pas encore, Dieu était là, vivant. Au temps où l'air timable et personne au monde ne pourrait en payer
l, était sans oiseaux, l'eau sans poissons, - Dieu était le prix. Aussi, pendant la guerre mondiale, lorsque
là, vivant. Au temps où le ruisseau ne chantait pas sa les Russes s'approchèrent de la Perse, les trésoriers
do~~e mélo~ie, où la prairie verdoyante n'existait point, du Shah s'empressèrent de transporter ce trésor eri
"-,- ou le solet! ne se levait pas, où les étoiles ne brillaient lieu sûr.
pas, où il n'y avait pas une goutte d'eau ni un grain Eh bien! mon enfant, prends-tu soin de ton âme
1.
DIEU ET MON AME 127
126 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
\.
avec autant de soHicitude? Prends-tu soin de ton âme Si ~ous ne voyons pas bien quelque chose dans la
qui est un trésor plus grand, non seulement que le globe pénombre, nous l'examinons au grand jour, n'est-ce
du Shah, mais encore que le monde entier? T'occupes- pas? Souvent, dans la vie, tu pourras te trouver dans
tu assez d'elle? Se développe-t-elle, devient-elle une situation où tu ne distingueras pas bien si l'action
meilleure et plus noble de jour en jour ? que tu es sur le point d'accomplir est bonne et
Daniade, ambassadeur d'Athènes à la cour de permise ou bien mauvaise et illicite. En ce cas-là, tu
Philippe, roi de Macédoine, lui louait un jour sa patrie feras bien d'examiner ton intention à la lumière de
avec enthousiasme, assurant qu'Athènes était la plus l'éternité et de notre destinée éternelle: cette lumière
belle ville du monde. Philippe pria l'ambassadeur ne te trompera jamais.
de tracer les contours de sa cité sur une tablette, Selon l'enseignement du Sauveur, les conséquences
En voyant le dessin, il s'écria: « Il faut que cette ville de toutes nos actions, de toutes nos paroles, de toutes
m'appartienne coûte que coûte! )\ nos pensées même s'étendent au-delà de notre vie
Quelle est la ville que tu dois te procurer à tout terrestre, dans l'éternité. Le grand penseur anglais,
prix, toi'? C'est le ciel, ta patrie éternelle! Mais est-ce Carlyle, exprime donc une pensée absolument catho-
que tu travailles en vue de ce but? Combats-tu pour lique en écrivant :
lui? « Rien au monde n'a la valeur d'un moment seule-
Aujourd'hui, il y a bien des jeunes gens soi-disant ment. Les paroles n'expirent pas complètement dans
pieux, qui vont à l'église le dimanche avec ferveur l'espace; pas un soupir du cœur, pas un sacrifice de
et font le'jr prière matin et soir, mais dont la mentalité la volonté ne disparaît sans trace, tout est destiné à
religieuse ne paraît guère dans leurs actions de la l'éternité. Aucun travail, commun ou extraordinaire, ne
journée. Mon idéal à moi, ce n'est pas le jeune homme périt tout à fait ici-bas, la plus petite action secrète
chez qui la piété se manifeste sous forme d'une n'est pas perdue; elle ressemble au cours d'eau qui
solennité endimanchée, mais celui chez qui elle se filtre sous la terre, et, de sa cachette, fait verdoyer
fond sans réserve avec les manifestations les plus simples l'herbe; tout en courant, il s'unit à d'autres petits
de la vie quotidienne qu'elle imprègne complètement. ruisseaux, et, un beau matin, il se fait jour sous la forme
La piété apparaît dans toutes ses actions, comme le d'une source victorieuse ».
fonds du magnifique tapis de Perse apparaît toujours C'est pour cela que la manière de voir des saints a
sous les autres couleurs qui le couvrent. Pour le jeune une importance capitale : eux, regardaient toutes les
homme vraiment religieux, les commandements de manifestations de la vie terrestre « sub specie aeternitatis »
Dieu sont les premières lois du monde, aussi obliga- c'est-à-dire du point de vue de l'éternité; avant d'agir,
toires pour le roi que pour un étudiant; il sait que, ils se posaient la question : Quid hoc ad aeternitatem?
loin d'en éprouver de la gêne, il faut les remplir coura- En quoi cela m'aide-t-il à atteindre le bonheur éternel?
geusement à la vue du monde entier. C'est une excellente habitude de te demander sou-
LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME

vent au milieu de tes actions, de tes paroles, de tes a soif de la source unique et éternelle de toute beauté! 1
projets : Quid hoc ad aeternitatem ? Au lieu de ces ombres fugitives, j'ai soif de l':Ëtre éternel 1

qui demeure à jamais!


« A présent, nous ne voyons Dieu que comme en
Pour l'éternité. un miroir, - alors, nous le verrons face à face. A
présent, je ne le connais qu'en partie, - alors, je le
connaîtrai comme il me connaît. » (1. Épitre de saint Paul
De nos jours, on prend bien soin de s'assurer contre aux Corinthiens, 13. 12).
tous les dangers possibles : on assure la maison contre Mais voir Dieu ne me suffit toujours point, je veux
le feu, les meubles contre le vol, le chef de famille jouir de Lui!
en cas de mort, le blé contre la grêle, le navire contre Jouir de Dieu? Qu'est-ce à dire? Rappelle-toi un
la tempête, l'ouvrier contre les accidents ... peu les moments rares et sacrés où, après la sainte
Èt ton âme, l'as-tu déjà assurée? - Contre quoi? - communion ton âme fut inondée d'une joie mysté-
demandes-tu. Contre la damnation éternelle, mon rieuse et ineffable; représente-toi que c'est un faible
enfant. pressentiment, un avant-goût de la jouissance que
Il est vrai que, nous ne vivons pas, en premier lieu, nous donnera · la présence de Dieu dans l'au-delà.
en fils fidèles et honnêtes de Dieu pour ne pas être Oui, oui, lorsque je trouverai telle loi de Dieu difficile
damnés, mais parce que nous aimons notre Père à remplir, je me dirai en guise d'encour~gement :
céleste. Mais nous avons incontestablement des cela vaut bien la peine de payer la couronne éternelle
moments de faiblesse, où nous ne pouvons pas rester par toute ma pauvre vie d'ici-bas.
autrement dans le bon chemin, où il y a des tentations Un jeune homme mourut dans toute la force de
tellement fortes que nous ne pouvons les vaincre que ses plus belles années. Sur le marbre de sa pierre
par la pensée de notre responsabilité finale, du juge- tombale, on grava un épi incliné plein de grains mûrs
ment dernier et de la vie éternelle qui s'en suivra. avec, dessous, ces deux mots : « Quia plena ». Car ils
« Allez, maudits, au feu éternel », ainsi nous menace étaient pleins. Toi aussi, tu ferais bien de répéter chaque
le Seigneur et cela me donne la force de vaincre quand jour cette courte prière : « Mon Dieu, permettez que
même une tentation violente à laquelle j'ai failli mon âme se remplisse et ait le temps de mûrir avant
succomber. d'être moissonnée! »
Non, non, je ne veux pas aller au feu éternel! Et quand sera-t-elle moissonnée? A 60 ans? A 80 ans?
Je veux la vie, je veux le bonheur pour l'éternité! Je ne sais et personne ne peut me renseigner là-dessus.
J'ai déjà vu bien des belles choses parmi les chefs- L'heure de ma mort est aussi incertaine que la mort
d'œuvre de la nature et de l'art humain, mais ces elle-même est certaine. C'est comme le dit l'inscription
fragments de beauté ne me suffisent pas. Mon âme de l'horloge de Leipzig : Morscerta, hora incerta.

Reli!!". Jeun.
13° LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 13 1

A chaque minute, le Seigneur peut m'appeler pour « Attendez de voir comment nous mourrons tous
me demander compte, et malheur à moi si je ne suis les trois : vous pourrez juger après ».
pas prêt! Si l'écolier paresseux se méprend sur les Sur une ancienne tombe chrétienne on peut lire
intentions du professeur qui l'appelle à répondre quand cette épitaphe :
il n'a pas appris sa leçon de latin ou de géométrie, « Decessit in albis ». Il mourut en blanc, c'est-à-dire
il sera certainement mal coté. Mais il peut au moins quelques jours seulement après avoir été baptisé,
penser: « C'est assez malheureux de n'avoir pas pu car il portait encore le vêtement blanc qu'il avait reçu
répondre aujourd'hui, mais enfin je vais réparer la au baptême. Voilà ce que je vous demande aussi, Sei-
chose la prochaine fois. » Mais Dieu, lui, ne t'appelle gneur : permettez que mon âme soit blanche au
à répondre qu'une seule fois, et si alors tu n'y as pas moment de ma mort!
compté et si tu n'es pas prêt, il n'y a plus aucune possi-
bilité de réparation. Soyez prêts, - nous recommande
J'ai bien le temps!
le Sauveur, - car le Fils de l'Homme viendra à l'heure
où vous ne l'attendez point.
Toute notre vie, nous ressemblons à des soldats en Quelqu'un fit observer à un jeune homme à la
congé : nous pouvons être rappelés à tout moment conduite légère qu'il devrait donner plus de valeur
et nous ne pouvons pas dire alors : Oh! mon Dieu, à sa vie par des occupations sérieuses.
je ne suis pas encore prêt! - Tu ignores où la mort « J'ai bien le temps! » répondit-il avec une grande
t'attend, tu feras donc bien de l'attendre partout. suffisance « on ne peut pas être mûr et sérieux avant
l'âge. Si je ne m'amuse pas dans ma jeunesse, quand
Comment Dieu se reflètera-t-Il dans ton âme au
donc m'amuserai-je dans ma vie? Quand on est jeune,
moment de la mort - voilà ce qui décidera de ta vie
il faut qu'on se démène à sa guise ».
éternelle. L'arbre reste à la place où il est tombé. De
Et ainsi de suite.
chaque arbre, on peut dire avec facilité dans quelle
(( J'ai bien le temps! » - En es-tu bien sûr ? Le
direction il tombera : c'est celle où ses branches
Maître de la vie t'a-t-11 assuré par écrit qu'Il te réservait
s'étendent le plus. La mort de l'homme ressemble
encore 60-70 ans ici-bas? N'a-t-Il pas dit plus tôt:
toujours à sa vie. Qualis vita, mors estita.
(( Soyez prêts, car le Fils de l'homme viendra vous
Ici, n'oublie pas que de la bonne mort dépend la chercher à l'heure où vous ne vous y attendrez
bonne vie éternelle. point? »)
Un jour, on demanda à Épaminondas: Rien n'est aussi certain que la mort: et rien n'est
« Qui estimes-tu le plus : Chabrias, Iphicrates ou aussi incertain que l'heure de notre mort. Celui qui
toi-même? . se dit toujours qu'il a le temps et qui, sous ce prétexte,
Sur quoi Épaminondas répondit sagement se soustrait à ses devoirs et au soin de son âme, sera

\
,1
\ 1

DiEU ET MON AME 1'33


LA RELIG.ION ET LA JEUNESSE
en l'air, le pot se cassa en mille morceaux et la bouillie
stupéfait de voir avec quelle rapidité le temps passe
blanche inonda le visage et le corps du brahmane
sur la tête de l'homme insouciant: à la fin, il devra se
rêveur. .. Voilà ce qui resta de tous ses beaux rêves,
présenter devant le Juge éternel les mains vides.
de tous les châteaux en Espagne qu'il avait bâtis ...
C'est en vain que tu te donnerais de la peine pour
Crois-tu encore que celui qui a toujours le temps
arrêter le temps : quelqu'un pousse l'aiguille de l'hor-
de faire le bien aura plus que cela pour l'éternité?
loge vers la douzième heure ... irrésistiblement.
Que ceux qui ont toujours le temps prennent garde
de ne pas imiter le brahmane rêveur d'un ancien conte
hindou:
Les frois gendarmes.
Le brahmane en question s'appelait Svabhavakrpana
et vivait dans une ville de l'Inde. Il avait un pot plein
de bouillie qu'il avait reçu en guise d'aumône. Ce
Il vivait en France un homme de grande noblesse,
pot, il le pendit à une dent d'éléphant, tira so~ !it
instruit et riche. Pendant de longues années, il fut
dessous et se mit à rêver: « Ce pot est plein de bomllIe.
député, puis préfet d'un département; il était aimé
Si, par hasard, la famine se déclare, je pourra~,la v:ndr:
et respecté de tous, riches et pauvres. Un jour, un
cent pièces d'argent. Avec cet argent, J ac.heterai
bruit étrange circula dans la ville : cet homme, las
deux chèvres. Comme les chèvres ont des petits tous
des vanités et de la gloire du monde, était entré dans
les six mois, j'en aurai :t out un troupeau. Avec le prix
un des ordres religieux les plus sévères, à la Trappe
des chèvres, j'achèterai des vaches, avec le prix des
d'Aiguebelle près de Marseille. On en resta saisi
vaches, j'aurai des chevaux. Ensuite, je vendrai . les
d'étonnement. Ses parents avaient tout fait pour
poulains et j'en recevrai de l'or ... beaucoup d'or.
empêcher ce pas définitif, et ses amis allèrent le trouver
Avec l'or, je bâtirai une maison de quatre chambres ...
au cloître, espérant le ramener dans le monde avec
Quand la maison sera prête, j'épouserai la fille d'un
eux.
riche brahmane... J'aurai un fils. Lorsque l'enfant
« Je ne peux pas aller avec vous », leur répondit-il.
commencera à ramper par terre, il glissera de sur les
« N'avez-vous pas vu les trois gendarmes à la porte,
genoux de sa mère et il se faufilera vers moi; da.ns
qui ne me laissent pas sortir? » « Trois gendarmes?
l'écurie; mais en approchant, il manquera se faIre
Mais nous n'avons vu personne 1 » répondirent-ils
écraser par les chevaux. Alors, d'une voix fâchée,
stupéfaits. « Eh bien! regardez seulement ce qui est
je dirai à sa mère : Ramasse donc vite cet enfant!
inscrit au-dessus de la porte : Mort! Jugement!
Mais, étant occupée du ménage, elle n'entendra pas,
Éternité! Voilà les trois gendarmes qui me retiennent
sur quoi je me lèverai précipitamment pour lui donner
ici. J'y suis, j'y reste ».
un coup de pied . .. .» Ici, le brahmane, prenant ~on
En effet, rien ne nous fournit une aide aussi efficace
rêve pour la réalité, décocha un grand coup de pIed
!'

134 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 135

pour le combat de la vie que les dernières paroles du Essaye de te représenter, par exemple, une leçon
Credo : Je crois à la vie éternelle. d'histoire dans 500 ans, en 2435 environ. Bien des
U ne ancienne épitaphe chrétienne dit des morts ces écoliers répondront sans doute à la question posée :
paroles sublimes de foi: « Non moriuntur, sed oriuntur». « La guerre mondiale?.. Ah! oui... Elle dura de
Ils ne sont pas morts, ils commencent de vivre au 1814 à 1818 ». « Qu'est-ce que tu racontes? » s'écrie
contraire. Si je crois aussi fermement à la vie éternelle, le professeur. « C'était exactement un siècle plus tard ».
je me consolerai de toutes les souffrances dont je - « Ah! bien, je me suis trompé d'un siècle: après? ...
pourrai être affligé : ce n'est pas encore la souffrance Ce n'est pas une si grande chose? » dit l'écolier avec
éternelle; - et, aux jours heureux, je penserai pour un calme parfait. C'est tout comme l'écolier d'aujour-
me modérer: ce n'est pas le bonheur éternel. d'hui. Si on lui demande: « Quand eut lieu la bataille
Même si toute ma vie était une torture continuelle, des Thermopyles? » Il répond : « La bataille des
si je devais la subir en proie à quelque maladie incu- Thermopyles? .. ah! oui ... elle eut lieu au huitième
rable, si toutes mes meilleures intentions étaient siècle avant le Christ ». - «Qu'est-ce que tu racontes? »)
méconnues, si j'étais mis injustement à l'écart et « Non, non, elle eut lieu au cinquième siècle ... ce n'est
poursuivi par tous les malheurs, pourvu que je croie à qu'une méprise, Monsieur le Professeur... »
la vie éternelle je peux regarder virilement toutes les Eh bien! voilà: nous nous méprenons couramment
souffrances en face. sur des siècles entiers. Et qu'est-ce que notre
courte vie terrestre en comparaison?
Le parfum de la fleur cueillie
Réfléchis bien à ce que je vais te dire à présent. Si
S'envole, mais il ne périt!
un père disait à son fils : « Mon cher enfant, sois sage
Amour, fidélité demeurent,
pendant 5 minutes, garde-toi du mensonge, du blas-
Lorsque le cœur se refroidit.
phème, de la débauche, pendant cinq minutes seule-
Désirs,promesses, espérances,
ment : ensuite, tu seras heureux pendant 60 ans et
- De la vie les redevances -
tu auras tout ce que tu désires ». Ne serait-il pas fou,
Dans la radieuse éternité
le fils qui, malgré tout, ne pourrait pas se tenir
Ils seront tous réalisés!
honnêtement pendant ces cinq minutes?
Eh bien! vois-tu: toutes les luttes de la vie terrestre
Souffres-tu? Combien peut-elle durer, l'épreuve? ne signifient pas même autant vis-à-vis de la récompense
Cinquante, soixante, soixante-dix ans. Qu'est-ce en éternelle que les cinq minutes en comparaison des
comparaison de l'éternité? Ce n'est qu'à nos yeux soixante ans!
que ces 50 années prennent une importance dispro- Pour bien vivre, il faut donc penser sérieusement
portionnée, parce que, justement, nous les vivons. à la mort. Car si nos vêtements s'usent, si tout passe :
Mais qu'est-ce, même au point de vue terrestre? force, beauté et jeunesse, - il faut donc que nous nous
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 137
occupions tout d'abord de ce qui demeure en nous,
de notre âme!
La fille unique du grand poète hongrois Jean Arany Ferdinand, pense à l'éternité!
mourut à 24 ans, dans la plénitude de sa jeune beauté.
Son père, ébranlé jusqu'au fond de l'âme, lui fit cette
Ferdinand III, roi de Castille au commencement du
épitaphe:
XVIe siècle, fit inscrire ces p::JToles sur le mur de sa
Lorsque, sur la matière usée
chambre: « Ferdinand, pense à l'éternité! )) Où qu'il
Ton âme plana, victorieuse,
se trouvât et quoi qu'il fît, la pensée de l'éternité
Et s'élança légère, heureuse,
ne le quittait jamais. Toi aussi, mon fils, pense souvent
Bravant la mort sans s'effrayer,
à l'éternité.
Si riche de foi et d'espoir,
~orsque tu vins au monde, tu pleuras amèrement,
Elle nous aida à croire :
malS tout le monde autour de toi se réjouit; tâche de
L'âme ne meurt pas: au revoir!
vivre de sorte qu'en quittant le monde, tu puisses
Un incroyant se moquait un jour de son camarade: te réjouir en vue de l'éternité, même si tout le monde
« 0 pauvre croyant que tu es )J, lui dit-il « tu seras pleure autour de toi.
joliment attrapé si, après ta mort, tu vois que le ciel
... Céleste Père,
n'est qu'un conte d'enfants! »
Soleil des petites herbes humaines,
Sais-tu ce que le croyant lui répondit?
Lorsque je pense à mon heure dernière,
« 0 pauvre incroyant que tu es! Tu seras bien
Mon cœur est libre de doute et de peine.
attrapé à ton tour si, après ta mort, tu vois que
Pour moi, la mort n'est ni prison amère,
l'enfer n'est pas un conte d'enfants! »
Ni le supplice d'un cœur malheureux,
Heureux celui qui, à la fin de sa vie, peut redire les
Une porte se ferme sur la terre,
paroles du poète-soldat Balint Balassi tombé au siège
Une autre porte s'ouvre dans les cieux:
d'Esztergom en 1594 :
C'est là la mort.
« Le Christ est mort pour moi, comment pourraIs-Je
GARDON YI.
douter de lui? Je fus ton soldat, Seigneur, et je servis
dans ton armée! »
Ampère, le grand physicien si profondément reli-
Et les vers de Berzsenyi : gieux, demanda ces deux mots en guise d'épitaphe:
« Tandem felix » = Enfin heureux.
Je contemple sans peur la nuit du tombeau :
La foi en la vie éternelle est une grande force dans
Car, s'il est sombre, il ne peut être cruel,
les luttes de la vie, mais elle est plus inestimable encore
Puisque tu l'as voulu. Tes mains sacrées
en face de la mort. Dans les années de jeunesse,
Recouvriront mes ossements épars.
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 139

le corps tout rempli d'énergie vitale, il est facile de Montrez cette lettre à Politt et faites-lui jurer qu'il
renier Dieu, de vivre sans lui. Mais quand viendra le fera de même. Je vous le demande au nom de tout
moment plein d'épouvante - et tu ne sais jamais quand ce qui est sacré : qu'il ne reste pas un seul dessin
il arrivera - où la vie s'éteint, où les yeux deviennent impudique!
vitreux, où la main la plus forte se raidit, alors le vide Sur mon lit de mort, I
et l'inutilité de ta vie manquée t'apparaitront avec une
A. BEARDSLEY. »
clarté désespérante: car tu auras vécu sans Dieu et contre
ses commandements. Au moment de sa mort, Strind-
Remarque, par contre, comme les Chrétiens croyants
berg (t 1912), le grand écrivain socialiste, dit en
meurent paisiblement. Voici par exemple l'épitaphe
montrant l'Évangile: « C'est là la seule vérité ».
du grand publiciste français Louis Veuillot, rédigé par
En visitant les tombes souterraines du Panthéon
lui-même
de Paris, je m'arrêtai un moment devant celle du
célèbre blasphémateur et athée. Voltaire. :Ëtre enterré Après la dernière prière
ici est le plus grand honneur qui puisse arriver à un Plantez sur ma tombe la crotx,
Français ici-bas, - - pourtant, malgré moi, les paroles Ensuite écrivez sur la pierre .'
d'un ami de Voltaire, le docteur Tronchin, me Il crut et à présent il 'l'oit.
revinrent continuellement à l'esprit : « Si un diable J'espère en Jésus .' sur la terre
pouvait mourir, il mourrait comme Voltaire ». Je n'ai pas rougi de sa foi "
Chaque fois que le péché te tente, mon fils, rappelle- Au dernier jour devant son Père
toi l'éternité: rappelle-toi que s'il est difficile parfois Il ne rougira pas de moi!
de vivre en chrétien, il est facile de mourir en chré-
tien; mais celui qui vit facilement, meurt difficilement. Quelle différence émouvante entre la mort de ces
Un peintre anglais, nommé Aubrey Beardsley, qui deux hommes!
avait un goût prononcé pour les sujets légers, mourut Oui, l'homme croyant sait bien que la vie terrestre
à 28 ans de phtisie. Voici la dernière lettre qu'il n'est que la préface du livre de la vie éternelle; et si
adressa à son éditeur, Smithers, sur son lit de mort. les promesses et les artifices du péché le sollicitent,
Impossible de la lire sans en être profondément il se rappelle la phrase de saint Grégoire le Grand :
ébranlé. « La joie du péché dure un seul moment, sa

« Jésus est notre Seigneur et notre Juge! punition dure éternellement )).
Un jour, Alexandre le Grand aperçut Diogène
Mon cher ami! très occupé à ranger et à trier un grand tas de crânes
Je vous supplie de détruire jusqu'au dernier exem- humains. « Que cherches-tu? )) demanda-t-il au sage.
« Je cherche le crâne de ton père, le roi Philippe,
plaire de « Lysistrata )) et tous mes dessins légers.
LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME
mais impossible de le reconnaître », - lui répondit
Diogène. jusqu'à ce que les larmes versées une à une
Impossible de reconnaître même le crâne du roi chaque mille ans recouvrissent la terre? Des millions
a?rès sa m~rt! Mais alors, quelle raison ai-je d'être d'années passeraient avant qu'elles pussent faire
SI fier et SI orgueilleux? Et pourquoi m'occupé-je un petit ruisseau seulement! Des milliards d'années
plus de cette vie terrestre SI fugitive que de la vie avant qu'elles formassent un fleuve! Et des billions
éternelle? de siècles avant qu'elles fussent devenues un océan
.Dans une école militaire de Paris, un prêtre avait de larmes! N'importe! Le jour viendrait pourtant
faIt un sermon sur la damnation éternelle. En sortant où le lit de cet océan serait rempli de larmes, et ce ne
de l'église, un capitaine . incroyant lui dit ironique- serait pas encore l'éternité. Pas même le commen-
ment : « Vous avez oublié de nous dire une chose cement de l'éternité, car là, le temps n'existe pas.
Monsieur l'Abbé: fait-on rôtir les gens en enfer o~ Il n'y a ni passé, ni avenir, un présent éternel seulement.
les fait-on bouillir? Le prêtre ragarda tranquillement le :Ëtre damné éternellement! Pour l'éternité! lmagine-
~oque~r .: « Je ne vous le dirai pas, capitaine », lui toi une ligne tracée de la terre à l'étoile la plus éloignée
repondIt-Il : « vous verrez par vous-même ». Cette de nous. Avec cette ligne, décris un cercle verti-
~éponse inattendue ébranla tellement l'homme incroyant gineux, pense qu'il est rempli de grains de poussière
Jusque-là, qu'elle ne lui laissa plus la paix. Il changea et multiplie le nombre de ces grains de poussière
complètement de manière de vivre et se convertit. par lui-même.
Toi aussi, mon fils, tu feras bien de penser souvent « C'est impossible, ce serait un chiffre inexprimable! »
à la vie éternelle et à la damnation. diras-tu. Eh bien! pas du tout. Les mathématiques
Etre damné à jamais? Se perdre pour toujours? l'expriment très bien, avec facilité même: 101000 •
Ce mot : éternellement nous vient si facilement Mais les mathématiques sont incapables d'exprimer
au~ ,lèvres que nous ne concevons plus sa signification l'éternité. Brûler sans se consumer jamais! Souffrir
entlere. Il te sera utile d'y réfléchir sérieurement cette toutes les tortures et n'en jamais voir la fin! Souffrir
fois-ci. Mets-toi en pensée à côté d'un damné et sans répit et ne jamais pouvoir dire : « Grâce à Dieu,
demande-lui: « Frère, que dirais-tu si Dieu promettait voici venir le soir, d'autant ont diminué nos déboires! »
~e te délivrer quand même un jour? Par exemple, Que je sois damné éternellement? Non, je ne peux
SI tu verses une larme chaque mille ans et quand pas le permettre!
~es larmes formeront un flot assez puissant pour O. A. M. D. G.
monder toute la terre? »
Sais-tu ce que cette âme damnée te répondrait? Je me rappelle un conte de fées qu'on nous racontait
Elle tremblerait de joie à la vue de cette possibilité. dans mon enfance: il s'agissait d'un roi dont la baguette
Pourtant quel temps immense lui faudrait-il attendre magique changeait en or tout ce qu'elle touchait.
Nous écoutions l'histoirè les yeux écarquillés; nous
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 143

reconnûmes bien plus tard seulement qu'une telle le cahier de préparation, la réponse de la matinée,
baguette n'existait pas en réalité. les camarades désagréables, mon voisin agaçant,
Mais chacun de nous peut se procurer une baguette mon corps aimant la commodité, ma volonté faible,
magique bien plus utile encore, qui change nos actions ma langue étourdie, mon estomac gourmand, le football
de tous les jours, nos paroles, nos pensées, tout notre de l'après-midi, le mal de dents, la souffrance, l'humi-
travail en un trésor plus précieux que l'or - c'est- liation, la négligence... venez tous, mettez-vous un
à-dire en prière agréable à Dieu. moment sous l'œil de mon Père céleste si plein de
Veux-tu savoir le secret de cette chose-là? C'est bonté. Seigneur, tout ce que je ferai aujourd'hui,
extrêmement simple : il suffit de faire tout pour Dieu tout ce que je penserai même, je veux que cela serve
et pour sa gloire! à votre gloire : bénissez toutes mes actions et toutes
« Priez sans cesse », disait le Sauveur. (Luc, 18. 1). mes pensées!
({ Prier sans cesse? » répondras-tu peut-être, étonné. Puis, n'oublie pas de te contrôler plusieurs fois
({ Réciter le Pater du matin au soir? Mais c'est pendant la journée en te demandant : « Cette chose
impossible! » que tu viens de faire, sert-elle vraiment la gloire de
Tu as parfaitement raison, c'est impossible. Et Dieu? Ce que tu viens de dire, de lire, de penser,
si Notre-Seigneur veut quand même que nous prions est-ce que cela sert la gloire de Dieu? )) Et si tu es
sans cesse et tout le long de notre vie, il s'en suit qu'il obligé de t'avouer que telles de tes paroles, de tes
ne s'agit pas seulement de réciter le Pater, l'Ave, etc. actions, de tes pensées, ne peuvent pas soutenir le
C'est-à-dire qu'on peut prier non seulement avec regard sacré de Dieu, désavoue cela sur-le-champ!
des paroles, mais encore par la vie elle-même. Essaye ce moyen très simple : tu verras comme il
Comment la vie peut-elle devenir une prière? t'aidera à avancer dans la vie spirituelle!
Saint Paul nous l'enseigne clairement en écrivant aux Au moyen âge, beaucoup de gens perdirent leur
Chrétiens d'alors: ({ Que vous mangiez, que vous fortune, leur temps, quelquefois leur raison même
buviez; quelque chose que vous fassiez, faites-le pour à vouloir faire de l'or avec des métaux sans valeur. La
la gloire de Dieu ». fabrication de l'or est toujours un problème insoluble
Oui, faire tout pour la grande gloire de Dieu : pour les chimistes - ce qui est facile, c'est de nous
Omnia ad majorem Dei gloriam )). Ce fut là la maxime procurer des trésors infinis pour notre vie éternelle
de saint Ignace. Que ce soit aussi ta résolution renou- par nos travaux les plus insignifiants en apparence.
velée chaque matin. Avant de terminer ta prière du O. A. M. D. G. : c'est là la devise magique qui
matin, consacre un moment à passer en revue les peut remplir toutes nos actions de valeurs éternelles,
devoirs qui t'attendent ce jour-là. pourvu que notre âme ne soitpasentachée parle péché.
Dis-leur: Je connais un tableau étrange. Il représente un
« Vous, le latin, le calcul, l'allemand, le catéchisme, jeune garçon, debout devant le tableau noir, et y traçant
144 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 145
toute une rangée de zéros: 00000. A côté de lui se tient
un ange : il met un 1 devant les zéros. Le tableau L'abstinence.
est intitulé « La bonne intention )J. Toutes les actions,
toutes les paroles, toutes les pensées de notre vie
peuvent être des zéros dépourvus de toute valeur si Il y a des jeunes gens qui ne voient pas clairement
elles sont accomplies par égoïsme, par vanité, par le but de l'abstinence : c'est pourquoi nous allons
commodité, etc. Mais les mêmes actions peuvent devenir en parler un peu sérieusement. En réfléchissant bien
des trésors si nous les faisons dans une bonne intention, tu y trouveras de profondes valeurs psychologiques.
par la volonté de Dieu et pour sa gloire. Chaque jour Ceux qui n'aiment pas réfléchir disent souvent :
de notre vie devient une mine d'or inépuisable si nous l'abstinence, n'est qu'une apparence, une forme
y traçons les lettres: O. A. M. D. G. en tête. Est-il extérieure. Qu'est-ce que cela peut avoir à faire avec
assez simple, ce moyen? Pourtant, par lui, nous la religion si je mange de la viande le vendredi ou non?
pouvons donner aux travaux les plus communs de Comment peut-on prétendre que c'est une forme du
notre vie journalière une valeur éternelle. culte si, tel jour, je mange moins par abstinence? Et
Une charmante légende nous raconte qu'un jour, quelle différence cela peut-il faire si je m'abstiens
l'enfant Jésus jouait avec ses petits camarades à de manger de la viande le jeudi ou le vendredi? De
Nazareth; ils pétrissaient toutes sortes d'oiseaux avec fait, j'aime autant la viande le vendredi que les autres
de la boue. Les oiseaux d'argile des autres petits gar- jours.
çons restèrent par terre, inertes et sans mouvement; Qu'elle est superficielle, cette façon de penser! En
mais le petit Jésus soufRa sur les siens, sur quoi ils effet, la viande est autant à notre goût le vendredi
s'animèrent et s'envolèrent vers les nuages et le ciel que les autres jours. Mais celui qui parle ainsi ne
bleu en chantant ga:ment. pressent aucunement le but sérieux et grandiose de
Eh bien! cela, ce n'est qu'une légende, ce n'est pas l'abstinence. L'essence de l'abstinence ne consiste
arrivé réellement. Mais ce qui peut très bien arriver pas dans le fai t de ne pas .manger de viande et de ne
dans la réalité, c'est que la vie de deux jeunes gens pas en manger le vendredi précisément, mais dans
qui agissent pareillement, qui, tous deux, sont appli- l'abnégation du moi, c'est-à-dire dans le fait d'éprou-
qués, polis, ambitieux, se présente à Dieu d'une ver de temps en temps si je peux commander à mon
façon toute différente : l'un a un gros péché sur la appétit vorace. Si notre religion nous avait prescrit
conscience, par conséquent ses actions n'ont pas de de ne pas manger de pain un certain jour de la
valeur devant Dieu; l'âme pure de l'autre, au contraire, semaine, - mettons le mercredi - eh bien! alors
est inondée par la grâce divine et cela donne une valeur ne pas manger de plin ce jour-là serait l'abstinence.
éternelle à ses actions les plus communes et les plus Ce n'est donc pas la viande qui importe, mais l'épreuve
insignifiantes. sérieuse de la volonté - qu'est-ce qui est plus fort

Relig. Jeun. 10
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 147
en moi mon appétit ou bien ma volonté? Suis-je est malsaine. Elle cause de la nervosité et du rhuma-
capable de me refuser certain mets une fois la semaine? tisme. Il s'en suit que l'abstinence prescrite par notre
Il s'en suit que l'abstinence, tout en nous procurant religion est avantageuse, même du simple point de
des mérites auprès de Dieu, et en faisant répara- vue de la santé.
tion pour nos fautes commises, est aussi un moyen Je suis sûr que toi, mon fils, tu seras l'enfant obéis-
excellent de fortifier la volonté. L'opinion de l'ado- sant de ta sainte religion sur ce point encore. Tu peux
lescent religieux là-dessus est donc celle-ci : une âme garder l'abstinence même si l'on sert de la viande au
parfaitement belle et harmonieuse ne peut se déve- dîner ou au souper où tes camarades t'ont invité. 1
lopper en moi que si je peux tenir la bride à mes Avec un peu d'habileté et de politesse, et surtout le '1
Il
instincts naturels. Cela, c'est la cure de nos penchants courage de confesser ta foi, tu peux très bien éviter 'l
mauvais et l'extirpation des bacilles du péché qui se les offres par trop pressantes.
cachent en nous. « L'empire sur soi-même vaut mieux
que de la poudre », dit Stanley.
De plus, l'abstinence bien pratiquée est un excellent
Orate [ratres !
moven contre les violentes tentations corporelles de
la j"eunesse. Il y a des jeunes gens qui dégradent leur
organisme au niveau d'une machine à digérer : ils Au commencement de la guerre mondiale, Mackensen,
dévorent tout ce qu'ils peuvent, ils remplissent leur le célèbre général allemand, écrivit à sa mère âgée
estomac à en éclater, et puis ils se plaignent d'avoir de de 90 ans:
violentes tentations sensuelles. Pourquoi engraisser et « Il y a 44 ans, tes prières m'entourèrent et me
alourdir son corps artificiellement? Pourquoi le garder défendirent ainsi qu'une cuirasse, - plaise à Dieu
de la plus petite fatigue, de la moindre incommodité, que dans les grands combats qui nous attendent,
du travail le plus insignifiant? Pourquoi le gâter et le elles m'accompagnent avec le même résultat et me
cajoler comme un animal à l'engrais? Est-ce éton- rendent digne de ma tâche! Je compte sur elles! »
nant alors si le corps, bourré d'aliments superflus, Sur quoi comptait-il? Sur les prières d'une vieille
crie après les jouissances coupables? Crois-moi, femme de 90 ans. Et qui est-ce qui comptait là-dessus?
il n'est pas mauvais parfois de mettre le frein de C'était Mackensen, le général de réputation mondiale!
l'abstinence à l'estomac exigeant en lui disant: « Allons Il se peut que dans la vie tu aies bien des épreuves
donc! Ce n'est pas toi qui vas commander ici 1 » à supporter. Il se peut même que ta foi soit exposée
Enfin tout le monde sait que l'abstinence prescrite à de fortes tentations. Mais aussi longtemps que tu
par notre religion, loin de nuire à la santé, lui fait persisteras dans la prière, je ne crains pas pour toi,
du bien au contraire. La médecine a universellement ta foi ne sera point ébranlée.
reconnu que la consommation outrée de la viande Par contre, comment pourrais-tu garder intacte la
K
1

LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME


I49

foi de ton enfance si tu n'as pas l'habitude de demander Il en e3t comme pour notre corps qui se repose dans
la grâce de Dieu dans la prière? Comment pourrais-tu le silence paisible d'un après-midi de dimanche, après
rester ferme en face des tentations si tu ne cherches le travail fatigant de la semaine. La prière est la poésie
pas la force que la prière seule peut te donner? de la vie éternelle. La prière est le trait le plus spéci-
La prière nous spiritualise: elle nous rend plus purs, fique de l'homme.
plus forts, plus calmes, meilleurs en un mot. La Dans l'immensité entière de la création, il est seul
j
prière est la source la plus riche de l'énergie active. à prier. L'homme qui n'a pas l'habitude de prier
Qu'importe que la tâche qui t'attend · soit difficile! ne vit donc point une vie humaine à proprement
Prie Dieu du fond du cœur, l'âme chaude de confiance; parler, il ne fait que végéter. Voici un mot un peu
ensuite attaque ton travail courageusement, comme rude d'Abd-el-Kader :
David attaqua Goliath: Je viens contre toi au nom du (( Un chrétien vaut moins qu'un musulman,
Seigneur Dieu des armées! un juif vaut moins qu'un chrétien, l'idolâtre vaut
Un Indien disait: {( Chaque jour, je remercie le moins que le juif, un cochon vaut moins que l'idolâtre,
grand Esprit de nous faire croître le maïs! » - mais l'homme qui ne prie pas vaut moins qu'un
Et toi, mon enfant? Remercies-tu Dieu de ta vie, cochon! »
de tes talents, de tes parents, et surtout des biens
spirituels qu'il t'a accordés? Dis-moi, quel âge as-tu?
Seize ans? Cela fait combien de minutes? Un jour As- tu l'habitude de prier?
compte I440 minutes, une année 525.600; seize ans
8-425.600 minutes. Tu as donc vécu 8.425.600 minutes
déjà. Et chacune de ces minutes, tu les dois à Dieu. Et toi? As-tu l'habitude de prier? La prière est
C'est sa toute-puissance qui te laisse en vie à la minute pour l'âme ce que la rosée d'une aurore de mai est
présente et dans celles à venir. Si je lâche la pierre pour la nature verdoyante : elle la rafraîchit et la rend
que je tiens dans la main, elle tombe; si Dieu te refusait plus belle, plus forte, plus féconde .
sa providence un seul moment, tu retomberais dans Pas de récolte sans pluie, pas de vie sans aliment
le néant où tu étais avant ta naissance. (( Totum te et pas de récolte ni de vie spirituelles sans la pratique
exigit, qui totum te fecit » (Dieu t'a créé entièrement, régulière de la prière. Pour l'âme, la prière faite régu-
donc il a droit à toi entièrement), disait saintAugustin. lièrement au temps habituel est une pluie rafraÎ-
La prière est un bain de lumière pour l'âme; cette chissante, un aliment vital.
lumière, elle la boit comme les fleurs aspirent les Eh bien! toi, mon fils, as-tu l'habitude de prier
rayons du soleil. La prière remplit l'âme d'air frais, régulièrement, systématiquement?
comme nos poumons se dilatent dans l'air pur des Je ne te demande pas s'il ne t'arrive pas de t'endor-
sommets. La prière est le repos apaisant de l'âme. mir au beau milieu de ta prière du soir, lorsque tu
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

es très fatigué; ni si ton imagination déréglée ne te et il aime à prier. S'il passe devant une église, la porte
joue pas quelquefois le tour d'errer çà et là pendant ouverte le tente; il entre pour faire une courte prière;
que tu pries. Ces petits désordres peuvent arriver à s'il se promène dans un bois magnifique, la beauté qui
chacun de nous, ils sont presque impossibles à éviter. l'entoure l'incite à la prière. Il prie lorsqu'il lui arrive
Ce que je te demande, c'est ceci: es-tu animé de quelque chose d'heureux, il prie lorsqu'il est assailli
l'esprit vrai et vivant de la prière? En d'autres t ermes de tentations, il prie encore dans la souffrance et le
sens-tu que le Dieu Créateur en s'abaissmt à parler malheur.
avec toi te procure une joie et un honneur d'une « Je n'ai pas le temps de prier! » disent souvent les
valeur incmïe? Car une telle prière est un contact jeunes garçons. « Le matin, je me réveille toujours à
chaud et frais entre Dieu et mon âme! Un chêne nous la dernière minute, et le soir je suis trop fatigué ».
paraît grand au milieu des buissons; mais, vu d'un C'est cela? eh! bien Lève-toi donc cinq minutes
aéroplane, il n'est qu'un point à peine visible. Que je plus tôt le matin, et le soir, dis ta prière cinq minutes
dois donc sembler petit au Dieu infiniment grand! avant l'heure de ton coucher. Ce n'est pas trop
Ah! si, dans les profondeurs de ton âme, tu as pu demander, vraiment! Et pourtant cela suffit pour assu-
sentir une fois - une seule fois - quel honneur Dieu rer ta prière du matin et du soir, régulièrement.
te fait par le privilège accordé à toi, l'homme - seul Cinq minutes! De ta journée de 24 fois 60 minutes =
entre toutes les créatures! - de pouvoir Lui ouvrir 1440 minutes, tu peux bien consacrer deux fois cinq
ton cœur, Lui conter tes peines, et demander son aide - minutes à Dieu! Il t'en reste toujours 1430 complète-
alors il ne sera plus jamais nécessaire d e t'exciter à la ment à ta disposition! Seigneur, nous sommes à Vous;
prière. Il se peut qu'un jour tu t'éveilles en retard, il tout ce que nous avons Vous appartient, et quand
faut te dépêcher d'avaler ton déjeuner, et tu n'as plus le nous prions, nous ne Vous donnons que ce qui est à
temps de faire ta prière du matin. N'importe! l'esprit Vous. Tibi tui tua de tuis!
de la prière qui remplit ton cœur me garantit que, pen- « Mais on nous a enseigné que si la prière est omise
dant le jour, tu feras compensation pour la prière du quelquefois ce n'est pas encore un péché! »
matin omise, par de nombreuses petites prières aussi C'est parler à la façon d'un tout petit enfant,
courtes qu'un soupir. Cela peut arriver aussi qu'un vois-tu, que de dire : ce n'est pas un péché. Mais
soir tu reviennes d'une excursion exténué de fatigue est-ce assez vilain de toujours peser strictement nos
et que tes paupières se ferment involontairement obligations envers Dieu: ceci est un péché, ceci n'est
pendant la prière : n'importe! Par un grand effort, pas un péché, et de s'arranger juste de façon à éviter le
tu la finiras quand même. mali Il te siérait mieux de penser que tu dois tes prières
Celui qui sait ce que c'est que la prière, et pourquoi journalières à Dieu, de te rappeler combien tu es
il doit prier, - celui-là prie spontanément, non seu- tiède dans le bien et faible contre les tentations les
lement des lèvres mais de tout son cœur; il prie bien jours où tu n'as pas prié.
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 153
f'
J'
i
Eh bien! vois-tu, mon enfant, Dieu ne mesure pas
1
la bonne prière par le temps et la longueur, mais par
1 Cinq minutes seulement! le cxur, la ferveur, l'abandon, l'onction. Une prière
1
,1 fervente, fraîche et vivante bien que courte vaut
1
i l''1 « Aimes-tu Dieu? » demandai-je à un jeune garçon mille fois mieux qu'une longue prière récitée moitié
de 16 ans. Il me regarda de ses yeux ardents. « Oh! oui, en dormant, sans élan spirituel, sans attention même.
je L'aime bien! » répondit-il. « As-tu l'habitude de Si ton cœur est chaud d'amour, si tu t'abandonnes
prier? demandai-je, « Non! » dit-il cette fois. complètement à Dieu, si tu te tournes souvent vers lui,
Et ce jeune homme ne sentait pas la contradiction tu peux faire tes prières courtes. Élève ta pensée vers
inconciliable qui existait entre ses deux réponses, Dieu plusieurs fois dans la journée et n'oublie jamais
En effet, peut-on aimer Dieu sans Le prier? Si j'ai un ta prière du matin et du soir; envoie toujours tes
ami sincère que j'aime bien,je tâche de le voir souvent. premières pensées de la journée à Dieu et tu verras
n'est-ce pas, et de discuter toutes mes affaires avec qu'elle s'en ressentira en bénédictions; le soir que
lui? tes dernières paroles soient une action de grâces :
On à calculé à quoi à peu près un homme de 70 ans ton repos en sera plus paisible.
a employé sa vie. Ne prie pas au lit! Sans doute, si tu en as pris
Il a passé 25 ans à travailler, 20 ans à dormir,2 ans l'habitude, c'est toujours mieux que de ne pas prier
," à manger, 1 an à s'habiller, 9 mois à se laver, 7 mois du tout; mais avoue que ce n'est pas très respec-
à se raser, 4 mois à se moucher, 2 mois à se brosser tueux de parler au bon Dieu couché sur le dos, étendu
les dents, etc. Celui qui a pris la peine de faire cette bien confortablement! Crois-moi, beaucoup de jeunes
statistique n'a songé qu'aux occupations journalières et gens « oublient » de prier parce qu'ils ont l'habitude
extérieures de la vie. Mais au jour où tu àevras rendre de prier au lit et qu'ils s'endorment au beau milieu
compte de ta vie devant Dieu, c'est à des questions de la prière. Il est bien plus sage de faire ta prière
bien différentes que tu devras répondre: à des questions du matin après t'être habillé et celle du soir avant de te
comme celle-ci: déshabiller. Quand tu as fini, couche-toi et continue
Combien de bien as-tu fait et combien de mal? de prier; à'~présent cela ne fait plus rien si tu t'endors
Combien de devoirs as-tu remplis et combien en as-tu en priant; - au contraire, on repose plus paisiblement
omis? De tes 70 années, combien de temps as-tu si l'on s'endort sur des pensées pieuses ou une bonne
voué à la prière? En une seule année, ton cœur a battu prière.
36.792.000 coups: de ce nombre énorme, bien peu ont Tu connais le proverbe : « tout dépend de la béné-
battu le rythme de la prière! diction de Dieu! » Quand tes journées n'ont pas été
« Mais combien faut-il donc que je prie? » deman- commencées au nom de Dieu, de quel droit en attends-tu
deras-tu peut-être. des succès? Regarde autour de toi: tout prie à sa manière.
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 155

La fleur ouvre son calice au premier rayon du soleil et de toute joie pour y puiser de la force et de la joie
et verse son parfum au pied du Créateur. Et le gai nouvelles, cela cO ~j stitue une des plus belles qualités
concert des oiseaux par une belle aurore de mai n'est- de notre âme immortelle. La prière nous donne des
il pas leur prière matinale? c'est Dieu que l'abeille 1 ailes à l'aide desquelles nous pouvons nous envoler,
chante en bourdonnant, et c'est pour Lui plaire que le d'un moment à l'autre, pour j :mir de la présence de
papillon léger vol ige sur les fleurs. N'est-ce pas Lui l'Éternel, laissant derrière nous les espaces du temps
que les éclairs glorifient de leur éclat éblouissant, et du monde limité. Par la prière, nous respirons
n'est-ce pas ses louanges que chantent le tonnerre profondément l'air frais de la proximité de Dieu. La
majestueux et l'ouragan qui fait ondoyer la forêt de prière est un bain fortifiant qui, en quelques minutes,
chênes ainsi qu'un champ de blé? N'est-ce pas Lui nous rend aptes au travail et à la lutte pour toute
que les derniers rayons du soleil couchant saluent la journée. Pendant la prière, des pensées éternelles
chaque soir? En vérité, la nature entière Le prie! remplissent notre esprit, des pensées divines enno-
blissent notre ima gimti ~ n, et notre volonté reçoit des
Et ce que la nature Lui prodigue inconsciemment,
impulsions puissantes. Essaye donc, mon fils! Quand
sous l'empire des lois données par Dieu lui-même,
quelque événement triste déchaine la tempête sur
l'homme, seul pourvu du libre arbitre le Lui
l'océan de ton âme, mets-toi à genoux devant ton
refuserait?
Dieu pour une courte prière bien intime; lorsque tu
« La plus belle chose qu'on puisse voir, c'est un te lèveras, il te semblera que Dieu lui-même est
homme qui prie », disait quelqu'un et il avait bien descendu en ton âme : le ciel bleu inondé de soleil
raison. Un monde nouveau semble s'ouvrir devant se mire une fois de plus dans les vagues apaisées.
l'homme qui prie; il respire une atmosphère divine,
il se désaltère à l'eau de la vie éternelle. Puisque le Seigneur est ton espérance,
Car ce que je viens de dire plus haut de la nature Le Dieu des hauteurs devient ton refuge.
qui prie n'est qu'un symbole. En effet, l'homme seul Aucun malheur ne peut t'arriver,
sait prier véritablement en élevant son âme consciem- Et ta tente sera défendue contre tout danger.
ment vers Dieu et en Lui parlant. C'est à l'homme Il te recommanda à la sollicitude de ses anges,
que la prière appartient en propre et cette qualité Afin qu'ils te gardent sur tous les chemins.
l'honore, plus que tout ce qui le distingue des autres Ils te porteront sur leurs mains,
créatures. Dans la prière, tous nos sentiments s'élèvent Et tes pieds ne se heurteront pas aux pierres de la route.
à un degré sublime: la joie, la reconnaissance, l'amour,
l'inquiétude, nos luttes mêmes. Le fait seul que la Pour mener une vie toute droite, on a besoin de
prière nous est permise, le fait que nous pouvons élever beaucoup de grâces divines : mais Dieu a attaché le
notre âme fatiguée à la source éternelle de toute force don de la grâce à la prière. La prière est la respiratioll
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 157

de l'âme immortelle : et l'âme du jeune homme qui tu verras comme il te sera facile de bien prier! Bien
prie volontiers sera couronnée de vertus aussi sûrement des jeunes garçons, sitôt qu'ils atteignent leur ISe, 16e
que la source des bois est entourée de fleurs fraîches. année, délaissent l'habitude de la prière que pourtant
1
1
ils aimaient et pratiquaient sincèrement dans leur
1 enfance. Quelle est la cause de ce changement? C'est
"1
1
Sais-tu prier? qu'ils ne savent pas bien prier. Un garçon de ce genre ne
1
1.
sait pas que le développement de sa vie spirituelle doit
aller de pair avec la croissance de son corps. Physi-
Dis-moi, mon fils, sais-tu bien prier? Ce n'est quement, il devient plus fort, plus musclé, plus grand
pas la durée de ta prière qui importe, mais la ferveur, chaque année, mais sa vie spirituelle reste aussi primi-
l'intimité, la fraîcheur que tu y mets. Les anciens le tive à 17 ans qu'elle l'était à 10. En quoi consistait
disaIent bien déjà : Si cor non orat, Sine fructu Zingua alors sa prière du matin? Il récitait quelques Pater,
Zaborat " c'est en vain que la langue parle, si le cœur un Ave ou deux, le Credo, - peut-être ajoutait-il
ne prie pas avec elle. quelques phrases enfantines - et c'était tout. Et
On ne peut bien prier que si l'on est profondément quelle est sa prière du matin aujourd'hui, à 16 ans par
pénétré de la certitude que Dieu n'est pas un maître exemple? Exactement la même! Et cela ne lui convient
puissant et lointain, qui dans son insouciance ne plus! Rien de plus naturel, d'ailleurs. Ce qui suffisait
s'occupe pas de nous, mais notre Père à la clémence à l'enfant ne peut plus suffire aux besoins spirituels
infinie. « Filii Dei sumus » (S. Jean I, 1-2). d'un jeune homme. C'est pourquoi la prière devient
Seuls ceux dont l'âme est défigurée par quelque un fardeau et une entrave pour lui; il la traîne encore
péché grave ne comptent plus parmi ses enfants. quelques années par habitude, mais en la relâchant
Prends donc bien garde de rester toujours le fils fidèle de plus en plus; enfin, il l'abandonne tout à fait et
de notre Père céleste. Si tu es fils de Dieu, tu vis, tu cesse complètement de prier.
parles, tu agis selon sa volonté et non comme tes Je comprends très bien qu'il ne continue pas cette
instincts, tes passions et le monde le voudraient. Je manière de prier, car, au lieu de faire la joie etle
sais bien. Aujourd'hui, quand tu ne vois guère de rafraîchissement de son âme, cette prière n'est qu'une
ces vies selon Dieu, mais des exemples contraires cage étroite où cette jeune âme impétueuse ne peut
partout, ce n'est pas facile de rester fidèle aux lois de se trouver à l'aise.
Dieu avec une persistance inébranlable, une réso- Il y a un défaut quelque part dans cet état de choses.
lution de fer et une volonté héroïque. Oui, je sais bien Si un adolescent de 16 ans voulait mettre ses souliers
que ce n'est pas facile. Et je te dis pourtant: ne t'éloigne d'enfant, ils lui seraient trop étroits, n'est-ce pas,
pas de Dieu, quoi qu'il arrive! Alors, tu verras comme il ne pourrait certainement pas les porter. Ils lui
il te sera facile de Lui parler, d'une voix chaude d'amour: sont trop petits, il les jette dans un coin et personne ne
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 159

songe à s'en étonner. Eh bien! la prière d'un enfant va avec le reste. Est-ce que j'aurai l'occasion d'y retomber
aussi peu à un jeune homme que ses souliers d'enfant. aujourd'hui et quand? (Ici, représente-toi comment tu
Veux-tu que je te dise comment je me représente lutteras contre cette faute capitale aujourd'hui, à
la bonne prière du matin et du soir pour un adolescent l'école, dans la rue, à la maison, en compagnie de tes
qui a dépassé 15 ans? Veux-tu que je t'explique mon idée camarades). 0 mon Dieu, aidez-moi à vaincre aujour-
sur sa façon de prier individuelle et indépendante? d'hui ce défaut, et que tout ce que je souffrirai, soit
pour Vous, Seigneur, pour votre plus grande
gloire!... Bénissez mes parents, et tous ceux qui me
veulent du bien. Bénissez-moi aussi, moi, votre fils
La prière du matin et du soir.
qui veux être fidèle, qui veux Vous obéir et qui
Vous aime bien malgré ses faux pas répétés! »
A l'heure du lever, fais tout d'abord le signe de la Après cela, récite encore le Pater, l'Ave, le Credo
croix, saute hors du lit sans hésiter et emploie quelques et voici la prière du matin pleine de vie et de valeur.
minutes à la gymnastique. Ensuite lave-toi, habille-toi Tu verras quel élan elle te donnera pour tes travaux
complètement, puis agenouille-toi devant ton lit, ou, de la journée, tu t'y mettras avec un courage et une
si quelque chose t'en empêchait, assieds-toi à ta table bonne humeur toutes nouvelles : « Si Dieu est avec
de travail. Penche la tête dans tes mains et me ~s -toi en nous, qui peut être contre nous? » (Romains, 8. 31).
présence de Dieu. Peu importent les paroles, si ton Quelle différence entre cette prière fraîche et vivante
âme s'ouvre au Père céleste, et s'Il peut y lire des et celle, presque inconsciente, de l'enfant! Et elle ne
pensées comme celles-ci : dure vraiment pas longtemps, quelques minutes à
« Seigneur, je Vous rends grâce du repos de la nuit. peine. Première minute : on remercie Dieu du repos
Combien de mes frères malades n'ont pas pu dormir, nocturne; seconde minute : on demande son aide
et à moi, Vous m'avez accordé un sommeil profond pour le travail de la journée; troisième minute : on
et paisible. Merci, mon Dieu! ... Aidez-moi, je Vous récite quelques prières toutes prêtes.
en prie, à me montrer digne de votre amour par le La prière du matin bien faite est la prière de la
travail de cette journée qui commence. Voici une journée entière. Dis-moi comment tu as fait ta prière
journée toute neuve devant moi: je veux qu'aujourd'hui du matin et je te dirai ce que ta journée vaut pour toi
toutes mes actions, toutes mes paroles et mes pensées et pour l'éternité.
soient pour Vous plaire. Aidez-moi, Seigneur, à ne « Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, tous les efforts
pas être seulement plus âgé ce soir, mais meilleur de ses constructeurs sont vains. Si le Seigneur ne
aussi que ce matin. J'ai un grand défaut: Vous savez garde pas ' la ville, ses gardiens veilleront en vain ».
lequel. (Ici, pense à ton plus grand défaut). Si je (Psaume 126).
pouvais me débarrasser de celui-ci, j'aurais beau jeu Voici une magnifique prière que le comte Étienne
160 LA RELIGION ET LA JEUNESSE :bIEU ET MON AME

Széchényi, un des plus grands hommes d'État de la humiliation ou de n'importe quel mal, remercie Dieu
Hongrie, rédigea pour son propre usage : de la souffrance aussi, et demande- Lui de te faire com-
« Dieu tout-puissant, veuillez exaucer ma prière prendre le but qu'Il avait en te l'envoyant). Mais me
de tous les instants. Remplissez mon cœur d'un suis-je montré reconnaissant envers Vous de tout
amour pur et angélique envers mon prochain, ma ceci? Ai-je bien employé cette journée? Ou suis-je,
patrie et mes compatriotes. Éclairez-moi par le génie aujourd'hui encore, obligé de pleurer sur mes fautes
et l'esprit puissant d'un chérubin. Permettez-moi commises? (Ici, examine ta conscience: qu'as-tu fait,
de jeter un regard dans l'avenir et de distinguer les dit ou pensé de ce que tu n'aurais pas dû dire ou
graines du bien et celles du mal. Faites-moi savoir penser et qu'as-tu omis de ce que tu aurais dû faire) ?
ce que je dois faire et comment je dois m'y prendre, Hélas, Seigneur, une fois de plus j'ai été votre fils
afin de pouvoir un jour Vous rendre compte du capital faible et infidèle. Ce manque de reconnaissance
que Vous m'avez confié. Toute ma vie,je veux travailler m'afflige profondément. Pardonnez-moi ... Demain ce
et réfléchir nuit et jour. Procurez le triomphe de ce qui sera différent... Je vous en prie, mon Dieu, ne
est bon, et écrasez le germe de tout ce qui pourrait porter m'ôtez pas votre secours- dans la nuit qui vient.
des fruits mauvais. Accordez-moi votre aide, afin que Laissez-moi me bien reposer, afin que, rafraîchi, je
je puisse réprimer toutes mes violentes passions. puisse faire tous mes travaux selon votre volonté ».
Permettez que je considère le monde entier avec une Ici, ajoute encore les prières que tu voudras : le
humilité véritable et que je mette la main à tous les Pater, l'Ave et la prière du soir est terminée. Quelques
travaux ... Que cette prière ne soit pas dite par des minutes suffisent pour la dire, mais qu'elle soit d'autant
paroles, mais projetée sans cesse vers le ciel par mes plus fervente, intime et fraîche.
actions ... » Tu peux te coucher à présent. Tâche de rester près
Ne penses-tu pas, mon fils, que la capacité de de Dieu en pensée. Cela ne fait plus rien maintenant
travail exceptionnelle du « plus grand des Hongrois » si tu t'endors en priant: au contraire, c'est une excel-
était le fruit de cet admirable esprit de piété? lente habitude d'occuper ta pensée de ces choses
Dans ta prière du soir comme dans celle du matin, nobles et élevées jusqu'au repos complet. Car ce
il convient que ta première parole soit celle de la n'est que le corps qui sommeille, l'âme ne dort point;
reconnaissance. Voici comme je l'imagine à peu près : et le corps lui-même conserve une fonction réduite.
« Seigneur, au déclin de ce jour, je veux élever La pensée sur laquelle tu t'es endormi continue
mon âme vers Vous avant de me reposer. J'ai commencé d'influer sur toi pendant le sommeil; si donc tu t'es
1: la journée en votre nom, - c'est en votre nom que endormi sur des pensées nobles et pures, elles
je veux la terminer. Je Vous remercie infiniment de imprégneront ton âme dans le calme de la nuit , et,
tous les biens corporels et spirituels dont Vous m'avez cn te réveillant le lendemain, tu seras un peu plus près
comblé. (Si, ce jour-là, tu as souffert de quelque de la vie idéale à laquelle tu aspires.

Relig. Jeun. 11
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

de ton imagination et soumets complètement le monde


de tes sentiments aux impressions qui en résulteront.
Où l'âme marit ... Demande-toi à chaque détail - point de la médi-
tation - ce que cette vérité particulière signifie pour
toi, pour ta vie individuelle? Demande-toi si tu l'as
A ceux qui veulent faire de plus grands progrès mise en pratique jusqu'ici? Et sinon, comment te
dans la vie spirituelle, je conseillerai, en plus des l'approprieras-tu à l'avenir? Ici, prends la résolution
prières vocales, la méditation quotidienne. C'est dans solide d'appliquer au cour de la journée, de telle ou
le silence que l'âme mûrit le mieux. Que celui qui telle façon, la vérité si clairement aperçue en ce moment.
veut travailler sérieusement à la formation de son Enfin, tu termines ta méditation par une courte
caractère, tâche de s'assurer quelques minutes - un prière, une causerie intime avec Dieu : « Je Vous
quart d'heure - par jour qu'il peut consacrer unique- remercie, Seigneur, du secours par lequel Vous m'avez
ment à Dieu et à son âme, à l'exclusion de toute autre éclairé pendant ma méditation. Aidez-moi, je Vous en
pensée. La méditation quotidienne et systématique prie, à tenir ma résolution ».
est un excellent moyen de l'éducation de soi-même. Ce n'est pas si difficile après tout, n'est-ce pas?
Tu n'en aS pas le temps? Eh bien! crois-moi, avec un Le but de la méditation est de nous plonger dans
peu de bonne volonté, le plus occupé des étudiants les pensées religieuses et de nous exposer à leurs
peut ajouter ce quart d'heure matinal à son programme rayons réchauffants et vivifiants. Je sais bien que
du jour. la méditation quotidienne et systématique demande
Tu ne sais pas comment il faut méditer? Ce n'est pas un certain sacrifice de temps, mais son excellent effet
difficile pourtant. Tu commences par choisir une éducateur vaut tous les sacrifices. Après quelques mois
pensée, une vérité religieuse que tu tâches ensuite de de méditation, on sent déjà son âme plus près de Dieu,
pénétrer autant que possible par tes facultés spirituelles on trouve sa volonté plus forte, .ses sentiments plus
_ ta raison, ton imagination et tes sentiments, - nobles. C'est-à-dire qu'on a fait un grand pas en avant
afin de lui faire prendre racine dans ton âme. dans la formation de son caractère. Quelques bons
Voici le cours d'une bonne méditation : en guise de livres peuvent te rendre de grands services dans la
préparation, tu évoques la présence de Dieu aussi méditation : d'abord, les Évangiles, dont quelques
vivement que possible; tu y crois toujours, je le veux lignes suffisent à la fois; puis : Prohaszka : Méditations
bien, mais à présent tu te représentes très fort qu'Il sur l'Évangile: Sik-Schutz : Livre de prières: Ile partie.
est là, tout près, et tu Lui demandes son aide afin de Saint François de Sales : L'Introduction à la vie
pouvoir bien utiliser ta méditation. Mets-toi ensuite dévote; a Kempis : Imitation de Jésus-Christ; Doss :
à analyser la vérité religieuse choisie jusque dans ses Pensées et conseils; et finalement ses « Lettres à la
plus petits détails avec ta raison, ou par les ' images Jeunesse Catholique ».
LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME
Tu dis que c'est une nouvelle charge ajoutée à tes
travaux du jour? Eh bien! mettons que C'est une charge, n'ont pas d'autre motif : ceux-là cessent d'aller à
en effet. Mais une charge qui nous aide à monter plus l'église sitôt qu'ils ne sont plus obligés d'écouter la
haut. Les ailes de l'oiseau sont aussi une « charge » messe des écoliers.
si tu veux, mais ôte-les lui donc: comment volera-t-il? Quelles âmes superficielles, quelle mentalité peu
profonde! En effet, quand on a réfléchi sérieusement,
en scrutant toutes les raisons, à ce que la sainte
messe signifie pour nous, on est poussé, pressé par sa
Au son des cloches. propre âme à y assister non seulement aux jours
obligatoires, mais chaque fois qu'on en a l'occasion.
C'est dimanche. L'air est rempli du son des cloches; Si tu ne peux pas entendre la sainte messe souvent
un flot d'harmonie vogue par les champs et les bois, les jours de semaine, fais-toi au moins un principe
dans les villes et les petits villages. Toute la semaine, inébranlable de ne jamais rester sans messe le dimanche
on lutte pour gagner son pain corporel on est en butte et les jours de fête.
aux mille soucis de l'existence terrestre; mais aujour- Entendre la sainte messe le dimanche est un devoir ,
d'hui c'est dimanche et les cloches nous appellent : une question d'honneur!
o homme, ce monde n'est pas ta vraie patrie, tu n'es Le Christ s'est sacrifié pour moi: il mérite bien que
qu'un pèlerin ici-bas! 0 homme, tu n'es pas que des 336 demi-heures de la semaine, j'en consacre une
poussière, mais fils de Dieu aussi. 0 homme, la vie à la mémoire de ce sacrifice douloureux! En outre,
éternelle mérite aussi bien ton travail que la vie terrestre! la sainte messe est plus encore qu'un mémorial :
Viens, viens à l'église pour adorer le Seigneur, ton elle est le renouvellement mystique du sacrifice de
Dieu! » Jésus-Christ et une source abondante d'énergies
Hélas! beaucoup de gens n'entendent pas le message nouvelles pour chacun de nous.
des cloches. Il y en a qui partent de bon matin pour Je saurai mieux vaincre les tentations, je serai plus
une excursion et passent le dimanche sans entendre gai, j'atteindrai de meilleurs résultats par mon travail
la sainte messe. D'autres se sont amusés tard dans la et je remplirai' mieux mes devoirs de la semaine , si ,
nuit du samedi et dorment encore à l'heure de la le dimanche précédent, j'ai assisté à la sainte messe en
sainte messe. D'autres encore « n'en ont pas le temps » priant avec ferveur.
parce qu'ils sont « obligés d'aller à la promenade ». Le professeur Barsony, ce grand médecin hongrois,
Toi, mon enfant, tu entends la sainte messe tous les me disait un jour:
dimanches et tous les jours de fête. Le règlement de « J'ai voyagé par toute l'Europe, j'ai même visité
l'école t'y oblige. Mais est-ce le règlement de l'école une partie de l'Afrique, mais je ne me rappelle pas
seulement? Hélas! il y a bien des jeunes gens qui avoir manqué la sainte messe un seul dimanche de ma
VIe ».
r
166 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

Voici un aveu digne d'un catholique! gens pensent que c'est tout. Ils sont d'avis que la
Toi aussi, mon fils, fais-toi un principe de ne jamais retraite n'est qu'une bonne préparation à la confession
manquer la sainte messe ·le dimanche et les jours de de Pâques.
fête : que ce soit pendant les vacances ou non, qu'il Ah! mais une bonne retraite doit être beaucoup plus!
pleuve ou non, que tu sois contrôlé ou non, que tu sois Sans doute elle est une excellente préparation à la
fatigué ou non. Le dimanche, un catholique honnête confession : mais elle est destinée à remplir une mission
est incapable de commencer autre chose avant d'avoir plus ample encore. Le travail que la bonne retraite
entendu la sainte messe avec ferveur. Autrement, il accomplit est comparable à celui d'un tracteur
n'aura pas la paix de tout le jour et la plénitude de agricole: c'est de labourer profondément le sol de
la journée ne sera jamais entière pour lui; il y sentira l'âme, d'amener toutes les pierres, toutes les racines,
toujours un vide. c'est-à-dire les péchés, à la surface, de les rejeter hors
Plus tu assistes à la sainte messe avec ferveur, plus du champ et de semer le bon grain des nobles résolutions
de grâce en dérivera pour toi. Il ne s'agit donc pas dans le sol de mon âme bien préparée.
seulement d'entendre la messe, mais de la suivre par La retraite, dans son meilleur sens, est donc à la fois
tes prières; prie à quelque intention qui t'est chère: un grand nettoyage, un renouveau d'énergie, et la
pour ta mère malade, pour ton frère défunt, pour une recherche du bon chemin. Le grand nettoyage consiste
bonne confession, pour un bon examen, pour la à reconnaître mon passé si plein de faux pas et à rejeter
victoire sur un de tes défauts, ou pour un des mille mes péchés hors de l'âme. Cela fait, je suis galvanisé par
désirs sérieux et sacrés de ta jeune âme. le fait que le sol est prêt, bien nettoyé; et je commence
la vie nouvelle avec des forces et une vitalité nouvelles
aussi. Alors, je me mets à la recherche du bon chemin.
Je vois bien que je ne dois pas rester dans celui que
Le grand nettoyage.
j'ai si mal suivi jusqu'ici; il faut donc que je fasse un
projet tout nouveau pour ma vie à l'avenir. Coûte que
coûte, il faut me déshabituer de tel péché. Il faut que
Un autre moyen excellent pour le progrès spirituel, je fasse tous les efforts et tous les sacrifices pour
c'est la retraite. A l'âge d'écolier, tu fais la retraite acquérir telle vertu.
chaque année. Pendant le carême, tes études sont {( Moi, je n'ai encore jamais senti une influence si
interrompues pour quelques jours, afin que tu puisses profonde et si transformatrice après les exercices de la
vouer ce temps complètement à ton âme. Tu entends retraite », - diras-tu peut-être. Eh bien! c'est à torIa
4 ou 5 sermons, auxquels tu réfléchis à la maison : tu faute. Tu ne savais pas agir en coopération avec "la
prends des notes, et pour terminer, tu fais ta con- grâce divine. Sans doute, celle-ci est pleinement
fession de Pâques: c'est tout. Au moins, beaucoup de accordée à ceux qui font la retraite; mais son influence
/
/

168 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

ne se fait sentir qu'aux. âmes qui sont disposées à y résultats obtenus jusqu'ici seront annihilés n. - ({ Soyez
collaborer de toutes leurs forces. tranquilles n, répondit le grand horrime d'État, « lorsque
Que faut-il donc faire pour t'assurer la grâce des je prie et que je confesse mes péchés, je représente
saints exercices? Commence par être, ces jours-là, plus tout aussi bien notre cause devant Dieu; la délivrance
généreux que d'habitude envers Dieu, Donne-Lui ces de l'Irlande n'y perdra rien. Ne vous souciez pas de ce
trois jours entièrement, à Lui et à ton âme. Occupe-toi dont le Parlement nous menace: lorsque je m'agenouille
exclusivement de ton âme: prie davantage, réfléchis à ta pour me confesser, je suis plus fort que debout ou
façon de vivre jusqu'ici, prends de bonnes résolutions. élevant mon bras pour combattre n.
Si tu en as la possibilité, fais une ({ retraite fermée » Quelle magnifique leçon! Elle est bien digne d'être
chaque année. Fais-en déjà pendant tes années d'ado- suivie par tous les adolescents religieux!
lescence mais spécialement à l'âge adulte. Ces retraites
fermées consistent à se retirer complètement du monde
pour trois jours et à ne vivre que pour ton âme dans Le guide spirituel;
la maison de retraite.
({ Bah! ça doit être joliment difficile », diras-tu: ({ ne
pas sortir dans la rue pendant trois jours, ne pas parler, Il est très risqué d'entreprendre l'ascension de très
penser tout le temps à des choses sérieuses ... )) hautes montagnes sans guide. On a beau se munir de
Je n'essayerai pas de te faire croire que ce n'est pas cartes, de boussole, de bâton à pointe ferrée, - il est
difficile. Tout ce qùe je te demande, c'est de l'essayer plus prudent de prendre un guide tout de même; sinon,
une fois. Je suis profondément persuadé que, pendant on s'égare bien facilement dans le royaume sublime,
ces trois jours de solitude sacrée, tu trouveras . plus mais inconnu, des hauteurs et souvent, on paye son
de force morale, de joie, d'élan et d'encouragement à imprudence de sa vie en tombant dans l'abîme.
bien remplir tes devoirs à l'avenir que tu n'aurais La situation est exactement la même sur les hauteurs
jamais osé l'espérer. C'est pour la première fois seulement de la vie spirituelle et de l'éducation morale. Tu as
que tu as besoin d'être persuadé - ensuite tu y retour- beau travailler au développement de ton âme avec tout
neras tout ·seul avec plaisir. l'élan, tout l'amour que la cause demande, - en ne
Daniel O'Connell, le grand héros de la liberté t'appuyant que sur tes propres forces, tu peux aisément
irlandaise, était justement en train de faire sa retraite, t'égarer sur le mauvais chemin. Choisis-toi donc un
lorsque son parti politique lui envoya le message guide sûr qui, d'un côté, soit renseigné à fond sur les
suivant: ({ Quittez la solitude et venez nous rejoindre chemins sublimes des hauteurs spirituelles, mais qui,
au plus vite; si vous manquez au Parlement aujourd'hui, d'autre purt, connaisse aussi tous les replis cachés de
nous avons perdu la bataille pour vingt ans. Nous ton âme; c'est ainsi seulement qu'il sera capable. de
serons vaincus au vote par nos ennemis et tous les contrôler ton développement.
l'
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

Selon la nature, tes parents seraient tout indiqués il pourra glisser sur les pentes escarpées de la montagne
pour être tes guides spirituels; ce sont eux qui sont les spirituelle, mais la main sûre du guide ne le laissera
plus proches de toi, ce sont eux qui te connaissent le jamais tomber dans l'abîme.
mieux. Mais hélas! aujourd'hui, le temps de la plupart En effet, où pourrais-tu déverser l'amertume de ton
des gens est réclamé par le travail à un tel point que les âme aussi franchement que dans la chambre silencieuse
parents n'ont presque jamais le loisir de s'occuper de d'un guide spirituel à la large expérience. Dans les
ces choses. En outre il faut constater le fait étrange années de formation, mille questions viendront assaillir
que beaucoup de jeunes ferment' leur âme devant leurs ton âme si calme jusqu'ici. Ton guide t'aidera lorsque
parents juste à l'âge où ils auraient le plus besoin d'être ton cœur sera écrasé par le pessimisme, lorsqu'il te sem-
guidés: de 14 à 18 ans. Ainsi il est donc assez rare que les blera qu'on te méconnaît à la maison, lorsque tu souf-
adolescents cherchent à se renseigner auprès de leurs friras, lorsque tu seras déprimé, lorsque la lutte contre
parents sur les problèmes spirituels qui, pourtant, les tes fautes te pèseras. Et qui pourrait mieux se réjouir
assaillent en foule à cet âge-là. avec toi lorsque tu lui rendras compte de quelque vic-
Malgré cela, les jeunes gens eux-mêmes sentent le toire intime, de quelque grand triomphe sur toi-même?
mieux leur insuffisance, la fermentation de leur Guide spirituel! Personne ne connaît ton cœur aussi
caractère non encore formé, et ils accepteraient volon- profondément que le prêtre fervent qui, au cours des
tiers l'appui d'un guide plus âgé au caractère imposant et années, a conduit des centaines de jeunes âmes déjà sur
1
déterminé. S'ils n'en ont pas l'occasion, ils se racontent le sentier difficile de la vérité?
"
leurs problèmes spirituels entre eux; mais cela mène C'est ainsi que dans l'âme de tous les adolescents
rarement à bien, vu que l'âme de l'autre est travaillée instruits, le sentiment du respect et de l'attachement
par les mêmes doutes et les mêmes incertitudes. fleurira un jour envers les prêtres de leur religion. Nous
La question ne peut donc être tranchée idéalement en sommes un peu loin encore, mais déjà on en voit
que par un prêtre de ta religion, un père spirituel que de fort beaux exemples parmi les catholiques belges,
tu te choisiras toi-même. Heureux le jeune homme qui hollandais, anglais et américains.
trouve l'ami paternel à la riche expérience, au cœur Voici par exemple un charmant trait du chef des
chaud et à l'œil perçant dont il a besoin. Ce sera Indiens Cheyennes catholiques de Montana, nommé
son aumônier scout, le président de sa congrégation, Vieux Renard. En parlant de son prêtre, il s'exprimait
son professeur de religion ou un autre prêtre, auquel avec un respect et une délicatesse infinies.
il pourra montrer son âme en toute franchise pen- « Il y a un mont au pays des Cheyennes, dont la
dant les tempêtes de l'adolescence, pour lequel il n'aura cime est plus haute que tous les autres sommets. Tous
pas de secret, pas même une pensée cachée. Je ne cra~ns les Indiens connaissent ce sommet, nos ancêtres · le
rien pour le jeune homme qui a trouvé un tel gUIde connaissaient déjà. Enfants, nous courions et nous
spirituel. Il devra lutter, lui aussi, naturellement, jouions autour de lui. Tant que nous pouvions
~,
~ . 1
:,

DIEU ET MON AME


17 2 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
Dupont me dit quelque chose, sur quoi je lui répon-
l'apercevoir, nous ne craignions jamais de perdre le dis : « Ce n'est pas vrai ». M. l'Abbé l'entendit et
chemin. Parvenus à l'âge d'homme, nous chassâmes le s'empressa de me réprimander.
cerf et l'ure (taureau sauvage) mais peu nous importait « Ce n'est pas poli de parler comme ça, mon garçon )),
si le gibier se sauvait pourvu que nous ne perdions me dit-il « on peut dire : je crois que tu te trompes,
pas le mont de vue, car nous savions bien qu'il nous cela mettra un peu de courtoisie dans vos rapports )).
était un guide précieux et sûr et qu'il ne se départirait Eh bien! on ne peut même plus dire que ce n'est
jamais de son devoir. A l'âge d'homme, nous combat- pas vrai alors!... Mais que fera-t-il donc s'il entend
tîmes les Sioux et les Blancs: et notre cœur ne tremblait les beaux noms que nous nous donnons entre nOus :
pas en poursuivant l'ennemi, car nous savions qu'aussi animal, vieille bête, etc. Eh bien! je ne les dirai plus.
longtemps que nous pouvions voir le mont nous retrou- Hier, je me suis mis à l'épreuve. Nous jouions au
verions le chemin de la patrie ... Ce mont, c'est notre foot-baIl, et Georges tombe juste au moment où le
prêtre. Son cœur est aussi ferme qu'un rocher, il nous ballon vient sur lui. Cela nous fit perdre la partie.
dit toujours la vérité. Sous sa conduite, nous sommes J'étais furieux. L' « animal, va! )) que Georges méritait
toujours sûrs du chemin. Il est le mont qui nous si bien me venait aux lèvres tout naturellement, mais
conduit à Dieu. je me rappelai à temps les paroles de M. l'Abbé. Alors,
, Tu vas lire maintenant quelques pages du journal dans ma colère, je lui dis: « Tu appartiens à 'l'espèce
d'un étudiant de 16 ans. Elles te montreront ce qu'un d'êtres vivants dont on prend l'empreinte du museau! ))
jeune homme peut gagner auprès de son père spirituel. Hier, j'avais lu quelque part que, selon la découverte
d'un américain, les plis du museau des bœufs diffèrent
tout aussi individuellement que ceux du pouce humain.
Extrait du journal d'un étudiant. On propose de ne plus marquer les bœufs au fer rouge,
ce cruel moyen en usage jusqu'ici, mais de prendre
l'empreinte de leur museau. Plus tard, j'eus honte d'en
Il Y a une grande nouvelle à l'école: nous avons un avoir dit même autant. Par bonheur, Georges n'en
nouveau professeur de religion. L'ancien était déjà saisit pas le sens ...
bien vieux, on l'a mis à la retraite. Il était plutôt
bienveillant, mais nous le voyions peu : jamais hors
des leçons. Alors, je n'en ai pas bien long à dire sur lui. "" "" >II<

Je suis curieux de savoir comment le nouveau prêtre Je viens de chez M.I' Abbé. C'est la premièrè fois que
s'y prendra. Il est assez jeune, je lui donne 26-28 ans. je lui ai parlé seul. Il me semble que cette rencontre
Ce matin, c'est déjà lui qui a donné la leçon. Il est restera décisive pour moi, elle m'a fait une impression
d'une sévérité terrible. Impossible de causer pendant profonde.
la dasse comme avec l'autre. Pendant la récréation,
174 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 175

La chose commença par une grosse querelle à la fit asseoir près de sa table. D'abord,je regardai le parquet,
maison. Ma sœur et mon frère beaucoup plus jeunes j'étais très intimidé. Mais sur ses paroles encou-
que moi se tiraient les cheveux en criant à qui mieux rageantes, je me ressaisis et lui contai tous mes chagrins. ~
mieux. Maman était à la cuisine, papa n'était pas « Tu es un grand garçon, mon ami me répondit !
1
rentré. Le tapage devenait intolérable; je leur criai de M. l'Abbé. « Je te parlerai donc très franchement de 1,
se taire, aussi fort que je pus. Et c'est encore mOl qm cette affaire. Ce qui t'arrive est arrivé à beaucoup de tes
fus grondél camarades. J'entends la même plainte de la bouche
« C'est parce que tu ne t'occupes pas du tout de d'un grand nombre de jeunes gens : qu'on ne les
ton frère et de ta petite sœur » me dit ma mère. comprend pas à la maison ... que depuis quelques mois,
« Ils n'existent pas pour toi, tout simplement: tu ne il leur semble n'y être que des étrangers.
fais que lire toute la journée et te casser la tête à des Je sentais comme une force calmante m'inonder
mauvais tours ... » l'âme à ses paroles.
« Mais, maman, c'est toujours moi que vous grondez « Écoute, mon garçon », continua-t-il, « il y a
quand les petits sont méchants )). longtemps que tes parents, comme la plupart des
« Il n'y a pas de mais: tais-toi 1Tu as encore l'inso- adultes, ont oublié comment ils étaient eux-mêmes à
lence de répondre? » et je reçus un soufflet bien cet âge de transition et de développement dont les
\
appliqué. difficultés sont celles de tous les garçons de 14 à 18 ans.
Oui, une gifle, il n'y a pas à le nier. Là-dessus, je L'idéal qui te remplit l'âme d'enthousiasme les laisse
criai quelque chose de très grossier, je ne sais plus froids, vois-tu, car ils sont accaparés par la lutte de
quoi, et je quittai la maison en courant. l'existence et les soucis journaliers que tu ne connais
Non, je n'y tiens plus 1 Je ne retournerai pas à la ·1
pas encore. Tu peux m'en croire, ce n'est pas la bonne
maison. On ne m'y comprend plus. Mon père n'a pas volonté qui leur manque s'ils ne te comprennent pas
le temps de s'occuper de moi et ma mère me prend toujours.
toujours pour un petit enfant. A seize ans, elle me « Ta mère te reproche de ne pas t'occuper assez de
traite comme si j'en avais sept. tes jeunes frères et sœurs? Eh bien 1 essaye de jouer '\
1
J'errais par les rues, l'âme remplie d'une amertume avec eux! « Que je joue à cache-cache et à colin-mail-
indicible, lorsque l~s paroles de M. l'Abbé me vinrent lard, moi, le sérieux étudiant? » demanderas-tu. Mais
à l'esprit. oui, essaye de descendre au niveau de ces petits enfants;
« Mes enfants », avait-il dit, « s'il vous arrive du ne crains pas de perdre ton autorité. Par le même coup,
mal, quoi que ce soit, venez me trouver avecconfiance ». tu soulageras aussi les soucis de tes parents. La froideur
J'en avais tout plein, du mal. Je résolus d'essayer. dont tu te plains n'est que l'effet des soucis dévorants
Lorsque je frappai à sa porte, il me cria « entrez )) dont la vie est remplie: ils ne t'en aiment pas moins ...
gentiment, et leva la tête de sur un tas de livres. Il me Je l'écoutais sans mot dire, et, à chaque phrase,

)
176 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME

l'amertume de mon cœur se fondait pour faire place


« Dis toujours, mon ami. De quoi s'agit-il? »
à Une paix joyeuse. Il ne m'était jamais arrivé de
« Eh bien! l'autre jour, j'ai eu une drôle de rencontre
considérer la chose de ce côté. Une seule chose me
avec Dupont. Nous causâmes longtemps. Je commence
tourmentait encore et j'allais le dire, lorsque M. l'Abbé
à comprendre ce pauvre malheureux et plus je suis au
y répondit avant que j'eusse parlé. Il avait lu dans mes
courant de ses circonstances de famille, plus je le trouve
yeux ce qui m'inquiétait. .
à plaindre. Donc, l'autre jour, - c'était dimanche -
« Je sais que tu as encore quelque chose sur le cœur.
je vis qu'i1lisait un roman à l'église, pendant la messe.
C'est le soufflet, n'est-ce pas? Tu as raison, ce n'est
Cela me révolta. Je suis étudiant moi-même et je sais
pas une façon d'élever un grand garçon de 16 ans qlle
bien qu'on fait toutes sortes de tours, mais cela, c'était
de le gifler. Mais ici encore, l'affaire a deux côtés. Je
aller trop loin, cela empiétait sur l'honneur. En sortant
suis sûr que quand tes manières deviendront plus
de l'église, je rejoignis Dupont et je' lui dis mon avis.
douces et que tu auras réussi à être assez discipliné
Il me répondit avec un sourire moqueur :
pour ne plus jamais laisser échapper une grossiè:et~,
« Laisse-moi tranquille, je ne crois plus à la religion! »
ta mère ne songera pas à te gifler non plus. MaiS Il
Mais en voyant ma consternation, il continua plus
faut que tu aies un empire complet sur toi-même. Il
bas:
faut que tu puisses rester calme, même si on te fait .une
« Tu sais, un soir, il y a quelques semaines, mon
injustice. Plus doucement tu le leur reprocheras, mieux
père me prit à part: c'était le seizième anniversaire de
tes parents reconnaîtront qu'ils ont été injustes envers
ma naissance. (Le père de ce pauvre garçon est député
toi. Pense seulement à Notre-Seigneur. Lorsqu'en
socialiste). Il me fit à peu près ce discours : « Mon fils,
présence du juge, un soldat le souffleta, il lui dit avec
tu as l'âge à présent où je peux te parler sérieusement.
un calme sublime : « Si j'ai mal parlé, prouve-le.
Il y a longtemps que tu es renseigné sur les beaux
Sinon, pourquoi me frappes-tu? ))
contes qu'on te faisait à propos de saint Nicolas qui
A ce point, j'entendais déjà à peine les paroles de
apportait des verges aux méchants enfants, et du petit
M. l'Abbé. Devant mes yeux embrumés de larmes,
Jésus qui envoyait l'arbre de Noël aux bons. On a
apparaissait le visage du Christ, si calme et s~ triste.
inventé cela pour les petits enfants, afin de les habituer
Je sentais qu'à l'avenir, je serais plus fort aussI. Tout
à être sages. Jusqu'à un certain âge, ces contes poétiques
d'un coup, je pris une résolution soudaine. « Pendant
font très bien l'affaire : mais bientôt tu as reconnu
que j'y suis, je dirai mon plus grand problème à
qu'ils étaient faux. Plus tard, on essaye de garder les
M. l'Abbé. Je ne soupçonne pas comment j'en pris le
jeunes gens et même les adultes dans le chemin de
courage, je n'aurais jamais osé en parler en entrant.
l'honneur en les menaçant de Dieu, de la damnation
« M.l'Abbé, commencai-je, j'aurais encore quelque
éternelle, de l'enfer. C'est ce que votre professeur de
chose de très grave à vous dire, si vous le permettez.
religion vous enseigne et Vous êtes obligés de l'écouter ».
C'est une chose beaucoup plus importante que l'autre.
- Mais vous n'êtes pas fâché que je vous raconte

Rejig. J eun . 12
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 179

tout ça, M. l'Abbé? demandai-je avec une inquiétude ni de l'âme, ni du ciel et de l'enfer. C'est ici, sur la
soudaine. terre, que je veux être heureux, et non là-haut. Là-haut!
« Non, mon enfant. Parle sans crainte ». Hahaha! Là-haut! ... ))
« A présent )) continua le père de Dupont « tu es Son émotion était passée. Il riait d'un air supérieur,
assez grand"'l'pour voir clairement et pour apprendre et ce rire moqueur, qui sonnait d'une manière si anti-
que cela. . au:si n'est qu'un conte inventé pour tenir de pathique dans la bouche d'un jeune garçon, me fit mal.
grands e;fants en bride. C'est d'écoles et de fabriques L'aveu de mon camarade m'avait donné le vertige. Je
que l'humanité a besoin aujourd'hui, non de l'Église. ne pourrais dire ce qui, dans son aveu, m'avait fait la
Dieu, le Christ, l'Église, la religion, ne sont que de plus grande impression. Pas un moment, je ne crus
jolies inventions, mais tu es trop âgé maintenant pour qu'il avait raison, je savais, je voulais savoir de toutes
y croire.: Ces contes ont leur charme pour la j~unesse, mes forces, que c'est notre religion qui a raison, que
sans doute, mais ils disparaissent devant les faIts et ·les tout est exactement comme nous l'avons appris jusqu'ici.
personnalités puissantes de l'histoire mondiale; telles Mais tout d'un coup, quelque chose comme un écho
les actions de César, de Napoléon, de Marx, d'Engels, ironique retentit en moi qui criait: tout cela n'est que
de Lénine, etc. Et puis, vois les prêtres. Ce sont des des histoires ... Jésus, Dieu, la vie éternelle... des
pécheurs tout aussi bien que nous-mêmes. Ils ne sont contes, rien que des contes ...
pas mieux que Judas ... Eux-mêmes ils n'observent pas Je tressaillis à cette pensée. Il fallait bien que je
ce qu'ils enseignent... )) réponde quelque chose à Dupont.
D'abord, je regardai mon père troublé jusqu'au « Comment peux-tu raconter de telles sottises? )) lui
fond de l'âme, me dit Dupont. Il remarqua mon trouble dis-je.
et""me répondit : « C'est mon père qui l'a dit. Et je le crois. Il ne
~( Mais ne fais donc pas des yeux si effrayés, comme ment pas )).
si je t'avais fais mal. Ce que je t'ai dit est la vérité, et ce « Alors, c'est M. l'Abbé qui ment? )) demandai-je,
n'est pas un malheur que d'apprendre la vérité. Tout mais les mots ainsi prononcés me firent presque peur.
au monde n'est"" que matière, l'âme n'existe pas, etc. )) Dupont n'osa pas dire oui.
Il n'y a pas à' le nier, ces mots produisirent comme « Mais non )), répondit-il, « M. l'Abbé ne ment
un grand écroulement dans mon âme, continua pas non plus. Seulement il nous prend pour des
Dupont. « Tu sais que ma foi n'a jamais été très solide; petits enfants que nous ne sommes plus )).
à présent elle s'est complètement perdue. Mon père « Mais enfin, considère sa vie. Il croit tout ce qu'il
ne ment jamais: cette fois-ci, comme toujours, il m'a nous enseigne et il est le premier à observer ce qu'il
certainement dit la vérité. C'est depuis ce temps, vois-tu, exige de nous )).
que je lis des romans pendant vos histoires, (il appuya « Je n'en sais nen )), dit-il avec un haussement
étrangement sur le vos) et je ne me soucie plus de Dieu, d'épaules.
r ' ._,

180 LA RELIGION .ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME


181
J'avoue que cette conversation me remua de fond sage au cœur d'or? Non, non tout 1
en comble. Après dîner, je m'assis dans notre jardin et . . ' ce a ne suffit
Ses actiOns, sa Vie, son caractère t" pas.
emolgnent db'
je me mis à réfléchir. C'était pour la première fois que plus. Lis seulement la description d , e len
je me posais sérieusement la question: qu'est-ce qui ÉJvangl'1 es, etu ' d 'le son caractère et tue sa Vie 'dans le s
me pousse à croire? Et si le père de Dupont avait raison " l'É l' . reconnaItras par
tOI-meme ce que g Ise enseigne Sur L . Il .
après tout? Il Y a tant de gens qui ne se soucient pas de être purement humain: Il devait ' UI.. ne pouvait
. necessatrement 't
Dieu, ni de l'âme, ni de la religion! J'ai un oncle qui Dieu sous la forme d'un homme, e re
est ingénieur dans une grande fabrique de machines; Si, sur ce seul point, ta foi est solide il n' ,
il s'évertue au travail tous les jours, mais je ne l'ai perdu, Si tu ne laisses pas l'ombre d'u'd y a fIen de
encore jamais vu à l'église. Mon père travaille beaucoup, ce fait, tu n'auras jamais de compl' n , oute approcher
' IcatlOns Conc
lui aussi, mais je ne me rappelle pas qu'il se soit confessé. le reste: l' É ghse, la confession la v' , ernant
Et il y en a tant d'autres qui ne nient pas Dieu d'une la damnation, la sainte messe' Le le ,eterdnell e, le ciel,
. " . pOmt e d' 1
façon aussi grossière que le père de Dupont, mais centre de la fOl, c est ceci : Qu'est le Christ epart" e
qui vivent comme s'ils lui donnaient raison ... Il est mon Sauveur vivifiant éclairant pour tOI?
« Vous n'êtes pas fâché, M.l'Abbé, que je vous raconte
, " mon exemple
toute Circonstance, mon défenseur d 1 en
ça si franchement? La tête me tournait sous le coup mon secours dans le malheur mo aDn~ a tentation,
, n leu qui '
de ces réflexions si graves. L'édifice de la foi enfantine courage sans cesse au bien! m en-
se mit à trembler, à chanceler en moi. Je ne voulais pas « Oui )), répondis-je, « je sais que t 1
céder : non, non, ils ne pouvaient avoir raison 1... ' , 1 d' out ce a est ainsi
et je pouvaIS e 1re en toute sincérit" ,
Mais .les doutes torturants continuaient de revenir. , '1 ' e mamtenant car
je revoyais c alrement la chose _ ' ' .
malS que d' ,
La sueur m'en venait aù front ... Et maintenant me penser de l' É glise? Le père de D OIS-je
voici. Vous n'êtes pas fâché, M. l'Abbé? Vraiment? )) , Il fl upont prétend
qu e e est super ue, et que le monde n'a b '
« Non mon ami)), répondit M.l'Abbé, eeje ne suis pas de fabriques et d'écoles », esom que
fâché, ni même surpris de tes combats. C'est la foi de Sans doute, le monde a besoin d f '
l'enfant qui mûrit en toi. Chez beaucoup de jeunes gens, d 'é coles aussI.' M aIS ' combien v t e1 abnques et
cette formation ne s'effectue pas sans secousses. Toi, au a civilis t'
matérielle sans la culture spirituelle? L a Ion
par exemple, tu as été remué par ce triste événement. " , es plus grand
malfaiteurs se recrutent parmi les ' s
En parlant contre la religion, Dupont croit son père, ~ ,
mcroyants, gens mstrll't 1s e
t
un pauvre homme qui a perdu la foi. Mais toi, en Si rien d'autre ne prouvait que l'E- l'
pratiquant ta religion, tu crois Notre-Seigneur Jésus- g Ise aét' f d'
par le Christ, un seul fait suffir 't' ,e on ce
Christ Lui-même. , , É ' al a certtfier cett
ongme: c.'est que l' ghse existe dep ' d ' e
, , UIS eux mille
Et tout dépend de ce que tu penses du Sauveur. Que d'adversItes elle a Soutenue ans,
, . . s, que· d'atta
Qui était-Il? Un grand homme? Un prophète? Un mnombrables elle a vaincues et q d b' ques
, ue e len elle a
1

LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

fait au cours des siècles! Que d'âmes elle a su s'atta- fois. Parmi ceux qui devraient être les plus proches de
cher! Elles se comptent par milliards! Lui, survinrent des Judas nouveaux qui compromirent
Jette un regard sur l'histoire universelle: que de bien les principes les plus sacrés et trahirent le Seigneur
l'humanité doit-elle à l'Église catholique, même sur par vile infidélité. Oui, c'est vrai, hélas! Tu as peut-être
le plan matériel! puis regarde aussi ses bienfaits spiri- entendu parler de cas pareils en société ou par tes
tuels. Il est vrai que tu n'as pas encore l'expérience de camarades. Mais je t'en prie, mon enfant, ne juge jamais
la vie mais trouve-moi quelqu'un d'autre qui s'occupe trop vite et d'une façon irréfléchie.
même approximativement autant de l'âme humaine, de D'abord, dans les sociétés légères. on aime à critiquer
l'éducation morale des hommes, qui les aide à devenir les serviteurs de Dieu; mais le plus souvent, une faible
meilleurs et à vaincre leurs passions comme l'Église! partie seulement de ces médisances est fondée. Les
Partout ailleurs tu ne verras que la poursuite insensée hommes ont vite fait de condamner les autres, et,
de l'argent et la débauche effrénée des passions. ce qui est plutôt curieux, les juges de morale les
Et puis, tu n'as qu'à te considérer toi-même: qui plus sévères sont les gens dont la vie est remplie de
est-ce qui, dans ce monde noyé de matérialisme, te libertinage.
rappelle ton âme, l'idéal plus élevé que l'argent et les Mais enfin, il faut avouer qu'on trouve des péchés
plaisirs? C'est ton Église, c'est ta religion. Son travail et des chutes véritables, même là où ils ne devraient pas
ne porte pas toujours les fruits voulus, hélas! Mais si, un arriver. Sur l'aube toute blanche du prêtre, la moindre
jour, les portes de toutes les églises se fermaient, si tache se voit. S'il t'arrive jamais de rencontrer chose
l'orgue des messes du dimanche cessait de chanter, s'il pareille,ou si, dans une société malr pensante, on
n'y avait plus de confession, ni de prêtre pour enseigner parle avec délices des faits et gestest déplacés[ d'un
la religion aux enfants, - en un mot, si l'Église cessait prêtre, ou de quelque personnalité de triste mémoire
d'exister - alors seulement les bénédictions inexpri- ayant joué un rôle peu louable dans l'histoire de l'Église,
mables que ses fonctions signifiaient pour l'humanité ne laisse pas ces choses-là ébranler ta foi, mon fils;
apparaîtraient clairement. mais plutôt évoque les trois faits suivants.
Réfléchis un peu à ces choses et tu verras que le père D'abord, si les ennemis de notre religion recherchent
de Dupont doit avoir une manière de penser pitoyable- ces tristes faits avec tant de plaisir,"s'ils les dégustent à
ment superficielle, s'il prétend que le monde n'a pas la façon des gourmets, cela dé~ontre que malgré
besoin de l'Église. tout il s'agit d'exceptions rares, d'irrégularités en
M. Dupont appelle encore les « prêtres des Judas comparaison de l'éminence morale habituelle de
qui ne croient pas eux-mêmes ce qu'ils enseignent )J. l'ensemble.
Que t'en dirai-je? Il est vrai, hélas! que dans l'histoire Ensuite n'oublie pas que si des hommes indignes du
de l'Église vieille de deux mille ans, ce moment le plus sacerdoce souillent leur digni té sacrée, ce sont les prêtres
triste de la passion du Sauveur s'est répété plus d'une fidèles au Christ qui en souffrent le plus; ils donneraient
/ \

LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME


1

leur vie pour épargner ces scandales douloureux à Je me levai. J'aurais volontiers baisé la main de
Notre-Seigneur.
Et enfin rappelle-toi que qui dit homme dit fragilité.
« Il faut qu'il arrive des scandales, mais malheur à celui
r M.
l
l'Abbé. Il serra la mienne fortement, comme celle
d'un ami. En rentrant, j'embrassai chaleureusement ma
mère. Si elle savait comme j'ai changé cet après midi 1...
par qui le scandale arrive », dit la parole émouvante du
Sauveur. Et, au jour où nous devrons rendre compte de
J
nos actions devant Dieu, je ne voudrais pas être à la Per Mariam ad Jesum.
place de ceux qui ont scandalisé les fidèles par leur vie.
Donc, lorsque tu entends telle chose regrettable et
que tu t'es assuré de la véracité du fait, ne dis pas à la Deux hommes célèbres sont enterrés à Altotting,
manière des gens superficiels : « Eh bien! i?i un prêtre ce lieu de pèlerinage de la Vierge en Bavière: Tilly,
fait ces choses-là et vit de cette façon, je ne crois plus à le grand général, et Maximilien 1er , le grand souverain.
ma religion et dorénavant je vivrai comme lui », au Tous deux étaient profondément attachés au culte de
contraire, dis-toi : « Le Sauveur n'avait que douze la Vierge Marie. L'épitaphe de Maximilien 1er , en garde
apôtres et déjà il Y en avait un qui se montra indigne de encore la preuve: « Ci-gît le cœur de Maximilien 1er.
sa grâce en le trahissant. Que ferai-je donc en voyant Toute sa vie, il battit pour les grandes causes et pour
un des nombreux prêtres vivants aujourd'hui devenir l'amour de la Mère de Dieu. Sache, ô voyageur,
infidèle à la cause sacrée? Laisserai-je ébranler ma qu'après sa mort, Maximilien continue d'aimer Marie
foi? Non, au contraire, je serai plus fervent encore, de tout son cœur ».
afin d'adoucir la peine du Sauveur autant que je le En effet, il est impossible d'être catholique et de ne
peux ». pas vénérer la Vierge Marie. Le culte de Marie, l'atta-
Vois-tu, mon fils, les prêtres de l'Église sont des jeunes chement à la mère du Sauveur et la confiance en elle
gens que Dieu reçoit de nos familles. Plus il y aura de sont un des plus beaux traits de la religion catholique:
jeunes gens au cœur pur, à la façon de penser idéale, par conséquent, ils doivent former un trait fondamental
et à la tête claire à se sentir la vocation du sacerdoce, de l'âme de l'adolescent religieux.
plus il y aura de bons prêtres et plus aussi l'Église Qu'est-elle pour nous, cette Vierge bienheureuse?
po~rra sauver d'âmes. Nous n'en faisons point une déesse, comme le
Il faudra que nous causions encore longuement de prétendent volontiers les adhérents des autres religions;
ces choses-là ensemble. Mais à présent on serait inquiet pour nous, elle est simplement la mère du Fils de Dieu.
à ton sujet à la maison. Tiens, voici un livre, Bangha : Nous ne l'adorons point, mais nous la vénérons et nous
« L'origine divine de l'Église catholique »; lis-le et la supplions de prier pour nous.
puis reviens me trouver ... Va maintenant et embrasse Les païens ne respectaient pas les femmes, le paga-
ta mère bien affectueusement. nisme n'avait point de chevaliers. La conception magni-
186 LA RELIGION ET LA JEUNESSE nIEU ET MON AME

fique de la courtoisie chevaleresque dérive du culte de sissant pour être la mère du Sauveur. Nous savons bien
la Vierge-Mère. C'est depuis que notre sainte religion qu'en louant les rares qualités et la beauté d'âme de
a exalté le sexe entier en la Vierge Marie, que l'homme Marie, c'est Dieu que nous glorifions au fond, car c'est
considère la femme avec respect. de Lui qu'elle les tient. « Totus honor impensus Matri sine
De par sa nature, l'âme humaine se tourne vers ce qui dubio redundat in gloriam Filii » c'est-à-dire: « tout le
est beau, noble et bon. En Marie, le Père céleste a respect dont nous entourons la mère sert sans aucun
accumulé tant de beauté morale que vers sa personne doute à la gloire de son Fils ».
sacrée notre âme est attirée malgré elle, comme la fleur Notre devise est donc : « Per M ariam ad Jesullt ).
éclose dans une cave obscure tend vers le rayon vivifiant « Par Marie à Jésus ».
du soleil. Lorsque nous nous arrêtons devant l'image
de la Vierge-Mère conçue sans tache, et que nous
plongeons nos regards dans ses yeux si purs et si pro- Ta mère ...
fonds, nous sentons surgir en nous les plus nobles forces
de notre âme. A la vue de la Vierge-Mère couronnée Pendant l'occupation des Iles Philippines, il arriva
d'étoiles, nous sommes pris du désir ardent et inexpri- une chose très touchante dans la flotte américaine. Les
mable de devenir aussi bons, aussi doux, aussi purs navires croisaient devant Manille, prêts au combat.
qu'elle. Le feu allait commencer lorsque, du pont du navire
Marie, temple du Seigneur, de tête, la blouse d'un des matelots tomba à la mer. II
Beau lys des champs, ô blanche fleur, demanda la permission de la repêcher: on la lui refusa.
Mère, sainte mère de Dieu, Alors, il se jeta à la mer. On le prit pour un lâche
Puissante ici et dans les cieux déserteur. On ne changea même pas d'avis lorsqu'il
Gardez les temples de Dieu regrimpa sur le pont: il fut arrêté, et, après la bataille,
Ggardez nos cœurs, le conseil de guerre le condamna à plusieurs années de
Et nos âmes, ces lys en fleuri travaux forcés.
o vierge au sourire si doux, Le matelot écoutait l'arrêt tout brisé d'émotion.
Priez pour nous 1 « Comment as-tu pu commettre une telle sottise pour
une mauvaise blouse? » lui demanda le juge, le général
Mais ce culte de Marie n'amoindrit-il pas notre Dewey. Le matelot tira une photographie de son
adoration du Sauveur? Non, certes. Au contraire, portefeuille et la lui montra en disant : « C'est ma
qui dit l'un dit l'autre: car comment pourrais-je adorer mère! »
le fils d'une mère que je ne vénérerais pas? Et puis, sois Cette photographie se trouvait dans la poche de la
sans crainte: toute notre vénération n'approche même blouse tombée à l'eau, et c'est elle qu'il avait voulu
-pas de l'honneur que Dieu lui-même lui fit en la choi- sauver à tout prix.
188 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

Là-dessus, le général embrassa le matelot et lui remit s'apaise en ton âme et les pensées impures fuient la
toute sa punition en disant : lumière de son visage comme la vermine des caves fuit
« Un homme qui risque sa vie pour une image de sa la flamme qu'on y allume.
mère la donnera sûrement pour sa patrie aussi; il serait
Autour de nous le vent fait rage
injuste de le mettre aux fers ».
Mais dans nos cœurs 1'egne la paix;
De même, l'image de la Vierge Bienheureuse ta mère
Et notre amour t'offre l'hommage
céleste, est gravée dans ton âme, mon enfant. Es-tu
Que nous devons à tes bienfaits.
capable, toi aussi, de faire un sacrifice pour elle?
La Vierge Marie est ta mère céleste! Répète-le As-tu entendu sonner l'Angélus de loin, par un soir
souvent: la Vierge Marie est ma mère! Puisqu'elle est de Mai, seul sur un sommet éloigné de la ville? C'était la
ma mère, je peux la consulter sur toutes mes affaires. cloche d'un petit village caché au fond de quelque vallée,
Puisqu'elle est ma mère, je peux lui ouvrir mon cœur Ton cœur en fut inondé d'une joie chaude: c'était là
tout grand. Puisqu'elle est ma mère, je peux lui deman- une douce manifestation du culte de Marie. Mais ce
der son secours même si la tentation m'a blessé au n'est pas encore toùt!
cœur, même si j'ai commis quelque péché. Puisqu'elle Ce n'est pas seulement de la douceur que nous
est ma mère, elle versera du baume sur ma pauvre ressentons; ce culte fait jaillir une force inconnue qui
âme attrister, souvent vaincue par le mal et luttant nous aide à lutter contre les tentations. La protection
presque sans espoir déjà. Puisqu'elle est ma mère, elle de la Vierge nous est toujours assurée, car jamais,
me regardera doucement de ses yeux si purs, même au cours des siècles, elle n'a encore laissé quelqu'un
si je lui demande aide et protection, tout en étant cou- qui lui demandait son secours sans consolation.
pable déjà de mille péchés. Puisqu'elle est ma mère, elle Tu sais bien que la Sainte Vierge ne te repousse pas,
ne méprisera pas ma supplication à l'heure de même si tu es tombé; n'es-tu pas son fils? Elle te
ma détresse, elle me défendra plutôt contre le mal regarde à travers ses larmes, et ce regard te remue
envahissant. jusqu'au fond de l'âme. Une honte insoutenable.inonde
Voilà les forces magnifiques qui jaillissent de la pensée ton cœur: Mère que vous êtes pure et que je suis
que la Sainte Vierge est ta mère céleste! Tu n'as qu'à souillé!
regarder la Vierge Marie, cet idéal d'une blancheur Si tu es assailli de péchés, la Sainte Vierge pleure
immaculée, que l'ombre du péché n'a jamais approchée. sur toi. Peux-tu supporter cette pensée?
Alors déjà ton âme est attirée vers les hauteurs, vers la As-tu déjà vu pleurer ta mère?
vie pure. De même les hautes cimes couronnées Une fois, tu revins à la maison plus tôt que de
de neige attirent le voyageur qui lève les yeux coutume et gai comme un pinson. Ta mère ne t'attendait
vers ces régions de pureté et de blancheur. Sous le pas encore. Assise près de la fenêtre, elle pleurait
doux regard de Marie l'ouragan sauvage des passions silencieusement. En t'apercevant, elle essaya de cacher
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

ses larmes; mais il était trop tard. Tu l'avais bien vue Par espoir de sacrifice, la femme avait porté ce cilice de
pleurer! pénitence afin que son mari ne fût pas aveuglé par les
Et tu savais que c'était toi qui faisais couler ses acclamations frénétiques dont il était l'objet.
larmes! « C'est pour toi que je souffre cela » te dit chaque
Jusqu'ici, tu lui avais tout raconté, mais depuis larme versée par la Vierge Marie. « C'est pour toi que
quelque temps, ta franchise n'est plus entière; tu as des je souffre cela », dit son pâle visage sous la croix. « C'est
secrets pour elle. Avant, tu lui parlais tout le temps, pour toi que je souffre cela », dit son âme déchirée sur
sans qu'elle eût besoin de te questionner; à présent la tombe du Seigneur.
tu te tais même lorsqu'elle voudrait savoir quelque o mon enfant, tâche de ne jamais faire de la peine à
chose qui te concerne. Eh! Est-ce que tu n'appartiens ta mère céleste, la Vierge Marie!
plus à ta mère? Veux-tu lui cacher telles de tes paroles,
de tes actions? Elle est bien vaine, toute cette cachot- Ne me tue pas! J'ai une mère!
terie : les yeux d'une mère ne s'y trompent pas. C'est
sur toi que ta mère vient de pleurer ...
Dans une des luttes exaspérées de la guerre mondiale,
Et pourrais-tu souffrir que ta mère céleste pleure
sur toi? les Bavarois se trouvèrent corps à corps avec les
En 1268, a Todi, sa ville natale, on célébra des fêtes Français. Un soldat bavarois se jeta sur un officier
magnifiques en l'honneur du grand JACOPONE, sénateur français, la baïonnette levée. Au moment où il allait
plonger le fer dans son cœur, l'officier, tremblant, lui
et avocat. Il y avait amené sa femme, qui trônait,
entourée des dames de la ville, comme la reine du jour, cria d'un allemand imparfait : Nicht toten! Habe
lorsque soudain la tribune s'écroula et tout le public, y Mutter! - Ne me tue pas! J'ai une mère!
Et, à ces mots, le bras du Bavarois retomba sans lui
compris la femme de Jacopone, tomba sous les débris.
C'en était fait de la fête! On se précipite au secours des faire de mal.
Heureux le jeune homme qui, dans la lutte furieuse
blessés. Jacopone retire sa femme à moitié morte de
dessous les ruines, il veut lui ôter sa ceinture, défaire contre les tentations, peut en appeler à sa mère céleste!
Au nom de Marie, les attaques morales perdent leur
sa robe, mais elle se défend de toutes ses forces. Alors,
il la porte dans une chambre où ils sont seuls ... il lui force et retombent sans l'avoir blessé.
dégrafe la robe, et voici que, sous la toilette somptueuse, Chaque fois que les tentations t'assaillent, invoque-
la : « 0 Vierge, ma Mère, aidez-moi! » et tu sentiras le
apparaît une chemise gl:ossière qui devait lui piquer
renfort qu'elle t'enverra dans tes combats elle qui n'a
la peau affreusement.
« C'est pour toi que je la portais », murmura-t-elle
jamais connu le péché.
« 0 Vierge, ma Mère, aidez-moi! » Demande-Ie-
tout bas en levant ses yeux presque éteints sur son
lui dans tes prières, chaque fois qu'un malheur ou une
mari. Quel exemple sublime de la tendresse conjugale!
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DiEU ET MoN' AME 193

épreuve te fait souffrir; et la sainte Vierge, consolatrice cl! où' sortént des hommes sûrs, travailleurs, désinté-
des malheureux, ne t'oubliera jamais. ressés et prêts âu sacrifice. . .
Christophe Colomb nomma le bateau avec lequel L'écrivain hongrois GARDONYI écrIt dans une de
il entreprit son voyage dont l'issue était si incertaine s~s poésies :
« Sancta Maria» - « Sainte Marie» et sous la garde de
A la minutt, pour cueillir un bouquet,
la Sainte Vierge, il découvrit une terre nouvelle. La vie
Je redescendrai parmi les muguets,
aussi est semblable à l'océan et jamais la tempête n'y
Et au ciel étoilé des saints élus,
fait autant rage qu'aux années de jeunesse. Fais-toi
J'irai chercher la mire de Jésus.
donc une prière habituelle de ce soupir: « Ave, maris
La mèrè dont les portraits ici-bas
stella! Je vous salue, ô étoile de l'océan! »
Montrent un visage si douloureux
Cela peut te sembler étrange, mais il n'en est pas
Je voudrais lui voir un sourire heureux ...
moins vrai que le jeune homme attaché par une affection
filiale à la Vierge Bienheureuse s'en ressent jusque dans Shis-tU, mort fils, ce quiamènérait ce souriré heurëUX
ses études. Car si la « Vierge Mère sans tache » et la siir les lèvres de là Sainte Vierge,>de la Mère Bienheu-
« Mère de toute pureté» veille sur la pureté d'âme réuse? Ce setàient les muguets de tes sentiménts purs,
de son enfant, le « Siège de la sagesse» et « La Mère de de ton âme blanche conservée sans tache. Mets-les à
bon conseil » obtient pour l'adolescent fidèle qu'il s'es' pieds, môn cher enfant 1 . . ' ,
trouve sa joie dans le devoir bien rempli. Le reste se Oui, Vierge' Mèrél Nous tous, jeunéS gens d'àUJour,.;
comprend: qui étudie avec plaisir étudie plus facilement. d'huI, nolis voulorts' vous suivte afin d'àtriver à votre
L'adolescent qui a une fois senti l'attrait de la Vierge fils sa'ëré, à J éSu's... Christ pat vous.
sans tache ne deviendra jamais pessimiste, la mélancolie
n'affaiblira jamais sa force vitale; au contraire, son
âme sera tout inondée d'une douceur joyeuse et délicate La li6érté v~rltable.
et ce charme laissera ses traces jusque sur sa vie exté-
rieure. « Celui qui te trouve, trouve la vie et puise le
salut dans le Seigneur» (Proverbes 8. 35). Rien n'est En Suis'se, le 4 Août est là fête de la Hberté. Oh! ta belle
plus vrai. .r
fêtè t SitÔt que lé' crépuscule' eriVelop'pé' es lacs; les·
. Si donc, dans ta ville ou dans ton école, il y a une ftîùiîtàgnes et les' vallées de son voile gris, tou'tes lés'
congrégation mariale pour la jeunesse, fais-toi enrôler élôdies se mettênt ~> soi1nêt à: l'ünisson, des' êhànts:
parmi ses membres au plus tôt. Là, tu pourras faire sôléflnëls montent vers ré ciel, èt sût les: somitiets du
amplement l'expérience de la force que le culte de Righi, dû Pîlate, du Staiiserh6rIi: et des autres éiniëS~
Marie porte en soi. Ces congrégatirJlls sont comme une élè: gtands feux de joié s'allument. Qu'el tnofi'l'ent
école où le caractère reçoit son éducation supérieure, saisissant pout' fêtèf la liberté' de ce. petitpâys'~
1
18
Helill" .Te\ln.

\
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 195

Sais-tu, mon fils, ce que c'est que la véritable liberté? .Il faut que tu t'arrêtes pour te préparer à la confession.
C'est la liberté de l'âme. Et sais-tu quel est l'esclavage Conçois-tu un moment plus décisif pour ton âme que
le plus affreux? C'est l'esclavage du péché. celui où, dans le silence sacré ,de l'examen de conscience,
Du moment que tu sais cela, tu reconnais aussi la tu es obligé de répondre franchement à ces questions:
valeur de la confession, ce sacrement de la libération ta vie, tes actions, tes paroles ont-elles été d'accord
spirituelle qui est un des plus grands trésors de notre avec les lois sacrées de Dieu - les dix commandements
religion. La confession est un bain moral, une renais- gravés dans la pierre? Et il faut que ta réponse soit
sance; elle est le moyen le plus efficace pour quitter d'une franchise absolue, sans aucune ruse, aucune
nos péchés, pour rendre notre volonté plus résistante duperie de l'amour propre! Aujourd'hui, le monde
et pour nous éduquer nous-mêmes. entier est basé sur la duperie et la tromperie; mais dans
A l'école, au cours de ton instruction religieuse, tu la confession, il faut que nous soyons impitoyablement
as appris en détailles parties qui composent le sacrement francs avec nous-mêmes. Le sacrement de la pénitence
de la pénitence. Pourtant je te conseillerais de réfléchir te rend franc avec toi-même: c'est déjà le premier pas
par toi-même aux préparations demandées par la sur le chemin de la conversion. Ce sacrement défend
confession, et tu verras bien que chaque pas y est l'usage des parfums sur la pourriture et de la poudre
destiné à renouveler et à rafraîchir ton âme. sur les taches.
Le catéchisme te dit que la première partie du Tout péché demande la pénitence et la réconciliation.
sacrement de la pénitence est l'examen de la conscience: La nature humaine ne retrouve pas la paix avant d'avoir
il faut qu'en pensée, tu descendes dans les profondeurs donné quelque sorte de satisfaction à l'ordre moral
de ton âme et que tu y découvres toutes les fautes sans offensé. Déjà, dans les pièces de théâtre païennes,
pitié. Tu sais bien que la connaissance de soi est le toujours la même tragédie se répétait: le héros avait
premier moyen et la condition indispensable de tout péché, il devait expier. Eh bien! la première station
progrès spirituel, ainsi que de la formation du caractère. de la pénitence, c'est la souffrance par le remords.
Les soucis quotidiens accaparent l'homme d'aujour- Quel moment sacré que celui où, après l'examen de
d'hui dès sa jeunesse. L'allure folle de la vie moderne, conscience, nous apercevons clairement la folie témé-
sa lutte impitoyable, l'avidité effrénée de la culture raire qui nous fit désobéir à Dieu. Et quel moment
technique s'emparent des jeunes âmes et leur font sacré que celui où la grande résolution jaillit de notre
souvent oublier leur but le plus noble, leur destinée cœur : non, je ne continuerai pas de vivre ainsi! Je me
éternelle, le sens propre de la vie terrestre. Et voici lèverai pour aller vers mon Père et lui dire: Père, j'ai
que dans cette course à bride abattue, tu es forcé péché contre le ciel et contre vous!
de t'arrêter quelquefois, de quitter la surface des choses Ce repentir n'est pas fait pour nous attrister seulement
et de te plonger profondément dans les questions mais pour nous consoler aussi. S'il nous a~at il no~s
graves de la vie, de l'examen et du contrôle de soi. relève en même temps. S'il nous humilie, tl nous fait
DIEU ET MON AME 197
196 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
r

revivre pourtant. Sur ses traces, l'espoir du pardort i~


perce les sombres nuages du péché comme un rayon La statue chantante. i'
,\
de soleil. Ce que j'ai fait, je voudrais ne jamais l'avoir
commis. Mais au passsé, je ne peux plus rien changer.
Alors au moins je veux faire ce que je peux: je promets Dans le champ d~ Memnon, .à la place de l'ancienne
de ne plus commettre ce péché (promesse forte) Thèbes, deux puissantes statues de -pierre s'élèvent
j'avouerai que jusqu'ici, j'ai été coupable (confession) et à la hauteur de près de 20 mètres; deux rois, taillés
je suis prêt à faire réparation à Dieu que j'ai offensé. dans une pierre de sable, sont assis là depuis la seconde
Dis-moi, mon cher enfant, es-tu capable de prendre la dizaine de siècles avant le Christ : elles furent élevées
confession au sérieux, d'y penser de la manière indiquée par le Pharaon Amenhotep III. L'une de ces (( colo?nes
ci-dessus? Il y a des jeunes gens auxquels la confession de Memnon » (c'est ainsi que les anciens les nommalent)
donne un sentiment semblable à un seau d'eau froide ,se fendit pendant le tremblement de terre de l'ànnée 27
qu'on leur verserait dans le dos: « Brrrr ... » disent-ils. avant Jésus-Christ et en reçut une qualité étrange.
Ce sont des âmes bien superficielles : peut-on avoir Sitôt que les premiers rayons du soleil dorent la statue;
peur de la main qui veut nous bénir? Peut-on fuir le la pierre, en s'échauffant, commence à gémir, à résonner
Père qui veut nous partager son héritage? Peut-on étrangement : la statue de Memnon(( chante ».
se fâcher contre le médecin qui veut guérir nos plaies ?'... Dans ton âme aussi, la vie commence à chanter, à
Chacun de nous sent le désir naturel de pouvoir se gémir, à résonner de joie et de honbeur après une
confier à quelqu'un, surtout aux jours tristes. Le' bonne confession, lorsque les premiers rayons du
sentiment de notre culpabilité écrase notre âme de sôrt soleil, l'amour réchauffant du Christ, l'inondent au
poids ainsi qu'une pierre énorme : il nous effraye à la moment de l'absolution. Le Christ rentrant dans ton
façon des, revenants. Si, par contre, nous, avons réussi âme la fait déborder de joie, et sur ses pas, une énergie
à vaincre notre répugnance et à faire une confession d'acier s'élève: c'est la volonté bien arrêtée de com-
bien franche, il nous' semble qu'une grosse pierre est mencer une vie nouvelle, plus belle et plus pure. Il
tombée de notre cœur : en sortant du confessionnal, faut l'avoir essayé pour concevoir les miracles qui se
nous respirons profondément l'air pur de Dieu., Des produisent dans l'âme au confessionnal. Car la création
psychologues .célèbres et pas même catholiques" du monde est un événement moins sublime que la
décrivent avec admiration cet effet psychologique de' la résurrection d'une âme morte!
confession .. Horace- étai,t déjà, de d'avis que ceux, qui Il n'y a que Dieu et son serviteur pour entendre c.e
cachent leurs plaies au lieu de les guérir sont stupides que tu murmures au confessionnal. Nul autre ne VOlt
et se rendent enCQre plus malades : la rougeur de la honte sur ton visage, les larmes brû-
« Stultorum incurata pudor malus ulcera celat. » lantes du repentir dans tes yeux, nul ne voit le flot de
(Épist. 1. 16).
19 8 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 199

grâces qui arrose le désert de ton âme et en fait le rester près de la Sainte Vierge au pied de la croix du
jardin fleuri du Saint-Esprit en un seul moment. Sauveur. Tu sais aussi que saint Augustin erra dans
On sait que le célèbre romancier hongrois, Mor JOKAI, les profondeurs terribles de l'hérésie et d'une vie
qui était protestant, parle des institutions du catho- immorale pendant des dizaines d'années, mais lorsqu'il
licisme sans beaucoup de délicatesse dans ses romans. eut trouvé le Christ et pleuré les péchés de sa jeunesse,
Pourtant, dans le Ile volume de « La dame aux yeux il devint le plus saint des savants et le plus savant des
verts » il écrit : saints de l'Église.
« La religion catholique possède une institution A toi aussi, mon fils, Dieu redonne la grâce quelles
si sublime, si consolatrice, que celle-ci seule lui ferait que soient les fautes que tu aies commises!
mériter d'être répandue sur toute la terre; partout où Tu n'oses pas croire qu'Il te pardonne? As-tu donc
il y a des hommes qui souffrent et qui connaissent oublié qu'Il s'est comparé lui-même à une pauvrefem'me
d'autres douleurs que celle causée par un coup de poing qui, ayant perdu une pièce d'argent, . se met à la
ou une morsure. Je parle de la confession. Jean Calvin chercher dans toute la maison, la balaye de fond en
a commis une faute capitale en la rejetant. Il ne con- comble, allume la bougie pour mieux l'y voir, et ne se
.naissait pas le cœur humain ». sent pas de joie lorsqu'elle retrouve son trésor perdu 1
L'effet de la confession est si grandiose que souvent As-tu oublié que c'est Lui encore qui nous a dit la
des jeunes gens très coupables n'osent plus croire au magnifique parabole de l'enfant prodigue? As-tu oublié
changement sublime qu'elle produit en leur âme. Leur les paroles si encourageantes par lesquelles Il nous
repentir était sincère, ils ont franchement confessé appelle : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et
tous leurs péchés et pourtant ils s'inquiètent encore: accablés et je vous soulagerai! »
« Est-ce possible? Le Seigneur est-il vraiment si infi- Oui, Dieu pardonne au repentir : pas pour nos
niment misécordieux qu'il peut m'avoir pardonné, qu'il mérites, mais par sa propre miséricorde, et en raison
a même oublié mes fautes, qu'il me permet de com- de la réparation que son Fils bien aimé Lui offrit pour
mencer une vie toute nouvelle et plus pure? » nous sur la croix.
Oui, c'est possible, c'est ainsi. Tu sais à quelle pro-
fondeur l'apôtre Pierre était tombé: il renia son Maître Aime la confession 1
en parjure, avec force imprécations; malgré cela, ce
n'est pas saint Jean si pur de tout péché, ni l'apôtre
Jacques vivant uniquement dans la prière que le Quelles sont les conditions de la bonne confession?
Sauveur mit à la tête de son Église, mais Pierre qui Le repentir sérieux d'abord, ensuite la résolution ferme
pleurait son péché. Tu sais bien que Marie-Madeleine de me corriger, et enfin, l'aveu sans réserve de mes
était une grande pécheresse avant d'avoir connu le péchés.
Christ; et Marie repentante méritait déjà le privilège de Pour obtenir une bonne moisson, il faut commencer
/

LA REPGIÇ>N ET 1.-A JEUNESSE DI~U ET MON AME 201

p~r ar ri1Cper tO,ute$ les ma1,lvai$~s herbes ~t Ôt~.r tputt'lS parviendra jamais à aimer la confession. Mais c'est à
J~~ pi~rres de notre chi1rpp,en.s~ûte seulem~nt p~ peut y lui la faute 1 Tu peux juger par toi-même que ce ne
$~mt:r le bQ.n grl;lin. ,corpme Je dit Boèçe ; .De ÇOIl,/ilQ- -sont que les jeunes gens lamentablement superficiels
Jilti9n~ pllil,Qsophil;le 3. 1 : et légers qui choisissent un, confesseur parlllnt aussi
peu que possible (s'il est UI1 peu sourq, tant mieux!) ne
Qui $ererr; ingenuum vQ!rJt agrum, faisant pas de questions et donmmt peu de pénitence.
Liberat arva prius fruticibu$, Par contre, essaie une fois de te çonfesser sans
Falce tubas silù;emque r{!.seçat, réserve, en détail et à fond! Écoute avec respect les
Ilt nQ'lia fruge gr(l'l)is Ceres eçll. graves paroles de ton confesseur et tu verras quel
sentiment de paix intime te remplira le cœur! Aime ce
Eh bien! .il1,l Illora,J,çe sarc1i1ge et çel! ,Sel):lam~l!, ç'.cl!t genre de confession. Tu n'as qu'à l'essayer. Essaye ,e t
Ja çon.fessiop. « Ap! rpi1is j'ai déjà ~ant de foi$ proP1i$ .de juges-en par toi-même. Connais-tu la belle comparaison
me çÇ>rriger et j~ P'y ;lÎ jamail! réqssi.!» diri1s-ttl pellt,.~tre. de Gœthe à propos des vitraux des églises? Du dehors,
N'irnporte! Il f;ltlt t 0 1,ljO\lrs garder l' ~sp~qmçe 1 f-lJ.,ls ils semblent être composés de débris de verre jetés
tl-l e1! $Ol1s Je jQ;lJgd'un péch~ spécial, plus il est l1éç~s­ pêle-mêle. Mais en entrant dans l'église, on y voit une
~aire que N aiIJes t~ con.fesser $01.J.vent. L~ ,seul mpyen belle image aux couleurs charmantes.
defen. débarrasser est l'aveu et Je repentir ,répétés de
tel! .fal,ltes, ç'est,.à.. dire la confe.ssion fréquente.
Du marché, on jette un coup d'œil dans l'église,
Ttl teçonfe,sses .souvent et tll ne vois iluçun progrès .? Et on la trouve obscure alors :
Eh bien! pense un peu COl):lme tq t'en.fQnçerllis gang Je Les moqueurs la voient du dehors ...
'mill s,i t11 ne te confessais pas fréquerpment ? Si tq lâches Mais entrez-y une fois, Messieurs!
,c ette demière plancqe de slllut, tu comprenqs bien o douce lumiere! 0 couleurs si belles!
toi-même qlle t1,l gevienqras J'e$chwe de tes péché,set Un rayon du ciel remplit la chapelle!
cela sans remède.
« Il y a si longtemps que je prends cette médecine et
je 1!l1is pourtaI1t malqde ! » dit le malade. Mais, malheu- Habitue-toi donc à cette confession chaude et
~eux, il y a longtemps que tu serais mort si tu ne la vivante, détaillée et franche, et tu verras que ' c'est un
prenais pas! secours incomparable pour l'éducation du caractère.
n faqt encore que je te fasse remarqu~r 11n~ chose Essaye-la et tu sentiras quelle force en jaillit pour
très sp~ciateP1ent : en t~c9nfessant, çlis tc;:mt et n.e t'aider dans les luttes des années de jeunesse si remplies
retjens rien, absolument rien! J~ crpis volontiers que de tentations. Essaye, et lorsque le trop-plein du verre
celui qui tâche d'en finir au galop et qui se demande aura débordé, lorsque l'âme accablée de péchés !;lura
tOut le temps s'il peut qéjà se lever et s'en. aller, ne déposé son secret torturant, tu sentiras la joie inonder

1

202 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 2°3

ton âme. Essaye et tu aimeras la confession, cette Mais il faut que tu sois franc avec lui, d'une franchise
manifestation si douce de l'amour de Jésus. sans réticence, comme tu ne l'es pas même avec tes
Que c'est triste d'entendre dire: « J'ai vécu toujours parents ni avec ton meilleur ami.
seu1... j'ai vécu, mais toujours réduit à moi-même ... » Est-ce que le malade qui court d'un médecin à
Non, nonl Moi, je dirai: « J'ai vécu ... je suis tombé .. . l'autre peut espérer guérir? De même, le jeune
mais la main du Seigneur m'a toujours relevé ... » homme qui change tout le temps de confesseur comment
Crois-moi, je peux très bien me mettre à la place de peut-il faire des progrès dans le bien? Imagine-toi
l'étudiant qui se prépare à la confession. Je sais bien seulement, qu'à chaque leçon, un professeur différent
qu'il est saisi par une inquiétude étrange: Que m'arri- vous enseigne l'arithmétique, quel beau chaos en
.vera-t-il? Ce confesseur me connaît. Que dira-t-il en résulterait 1 La conformité des plans, la vue d'ensemble,
apercevant les tristes plaies de mon âme? C'est mon la connaissance des élèves - les progrès enfin · -
aumônier scout, c'est mon professeur de religion, il me deviendr.aient impossibles. C'est exactement le cas des
croit un jeune homme impeccable ... Et maintenant gens qui courent chaque fois chez un confesseur
il va voir que je ne suis qu'un pauvre garcon qui lutte différent.
et qui tombe pour se relever tour à tour ... « Mais enfin que dira mon confesseur de mes péchés?
Je comprends même que ces tourments puissent Il m'aimait bien jusqu'ici: ne se détournera-t-il pas de
t'ôter l'envie de te confesser. J'en parle justement pour moi ?Cel" l'attristera tant de voir que son élève préféré,
t'aider à les vaincre. La solution la plus simple consis- son scout chéri a une âme si tourmentée et si fragile 1 »
terait certainement à chercher un autre confesseur N on, cent fois non 1 Ta vie se compose de luttes plus
qui ne te connaît pas. Mais n'emploie cette possibilité ou moins victorieuses, de chutes et de rechutes? Ton
que comme dernier moyen, au cas où ton trouble et ta confesseur le sait bien, va 1 Il sait parfaitement qu'il
frayeur ne se laisseraient pas vaincre autrement. Il n'y a point de vie humaine sans désharmonies et
serait infiniment plus sage si tu te confessais quand sans fautes petites ou grandes. Le péché nous humilie,
même, exprès, à un prêtre qui te connaît, qui connaît la confession nous relève au contraire. Tu es tombé
tous les recoins de ton âme, tes circonstances de famille dans le péché, les imperfections menacent de t'étouffer:
et d'étude; qui, enfin, peut se charger en connaissance il faut quand même qu'elles servent à t'instruire.
de cause de la tâche la plus difficile qu'un homme Applique-toi dorénavant à servir Dieu encore plus
puisse entreprendre ici-bas: de la direction d'une âme. fidèlement; c'est faire comme les grands musiciens qui
Essaye-le par toi-même, mon enfant. L'effet de tes se servent souvent d'une dissonance, mais seulement
confessions sera incomparablement plus bienfaisant si pour donner du relief à un dénouement de suave
tu te choisis un confesseur permanent, un prêtre qui harmonie.
t'est sympathique et en qui tu as confiance; ton pro- Eh bien 1 prends ton courage à deux mains et
fesseur de religion peut-être ou ton aumônier scout. agenouille-toi au confessionnal! Essaye 1 Je ne cesserai
'j
;Z04 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME 2°5
de t'y encourager. Ne crains pas de te confesser
à ton professeur de religion, à ton a\.lmônier scout, Une franchise· telles que personne" ni ma mère, ni mon 1
à ton directeur de congrégation! Tu verras qu'ils
relèveront ton âme portée vers le bien et désirant
ardemment retourner près du Christ, avec une affection
infiniment tendre et délicate... car, près de ton
meilleur ami ne m'ont jamais connu ainsi ... ,Nous étions
seuls, le confesseur, représentant du Christ" et"
moi : cette âme accablée, bouleversée, couverte de
blessures'. Et je parlais, je parlais, je disais tout, sans
,
1

professeur ou de ton aumônier, le Sauveur est là, au réserve,. car je ne voulais pas que la plus petite tache
confessionnal, qui te pose la main .sur le front avec restât sur le vêtement de mon âme.
la douceur de l'amour qui a tout pardonné. Il me semblait que je me trouvais au Calvaire, à
genoux aux pieds du Christ en croix. La foule agiteé
Lui jette des blasphèmes ... le mauvais larron Le raille
encore de ses forces dernières ... je voyais les clous qui
Extrait d'un autre Journal.
Lui perçaient la chair et la couronne d'épines ... Et
jusqu'ici, j'étais parmi ceux qui Le blasphémaient,
Je dois passer mon baccalauréat la semaine prochaine. j'ai aidé à enfoncer les clous dans sa main et les épines
Cet après-midi, j'ai fait une confession de toute ma vie sur son front. Mais en ce moment d'émotion profonde,
à M. l'Abbé. ~l est dix heures du soir, tout le monde dort j'ouvris mon âme sous la croix et je déployai ses souil-
autour de moi, mais moi, je n'ai pas sommeil ce soir. lures afin que le sang pur et sacré, le sang de feu, le '
Le grand événement de la semaine prochaine me sang béni du Fils de Dieu tombât dessus pour laver,
tourmente. Et puis, ma pensée revient toujours à la 'purifier, embellir, brûler et fortifier cette pauvre âme.
confession de tout à l'heure. Lavez-la, Seigneur, qu'eHe soit aussi pure que l'au:rore~
J'aurais de la peine à décrire l'état d'âme dans Brûlez-la, Seigneur: qu'elle redevienne de l'of que la
lequel je me trouve. nmiHe' ne puisse entamer!' Fortifiez la, Seigneur,
Quelque chose chante en moi. Tout est rempli de ql!l"elle puisse écraser toutes les· tentations!
joie et de bonheur. C'est impossible à raconter: il faut D'un bond héroïque~ je plongeai dans cette lecture
avoir vécu ce qu'une telle confession vitale signifie et je' continuai de lire jusqu'au bout, les lèvres trem...'
pOl.lr l'âme. Je suis resté une demi-heure chez M.l' Abbé. blantes ... Lorsque j'eus terminé, je respirai profon...
Il n'y a pas à dire, j'étais profondément ému en tirant dément et j'attendis que le plafond tombât sur, moi
la longue liste des dettes de toute ma vie de mon livre pour m? écraser.,
de prières. Hélas! que de faillites, de chutes, de faux A peine avais-je dit: mea cuipa, par ma faute, par ma
pas, d'hésitations! Que de petites fautes, et même de très grande faute..., que M. l'Abbé se mit à, parlen et Ses
péchés plus sérieux! dOl1ces paroles; me semblèrent une musique' a:rgentine
J'ouvris mon cœur, mais avec une confiance et qui inondait mon âme ... ,
« Quel âge as-tu, mon fils?' Dix-huit ans? Eh. bien!
206 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 2°7
vois-tu ce crucifix au mur? Regarde-le bien. C'est cela! printemps. Tous les plaisirs, toutes les jouissances
Ces dix-huit années, tu les lui as apportées ici, vois-tu. promises par le péché sont réduits à rien en com-
Tu as dit tout ce qui accablait ta conscience. A présent, paraison de ce bonheur ineffable qui vous inonde le
regarde le Sauveur en face et demande-Lui: Seigneur, cœur lorsqu'on ose regarder le Seigneur en face !
y
êtes- ous satisfait de moi? Non, votre regard est plein Dans la rue, les hommes se dépêchaient, les soucis du
de ~nstes reproches, je sais bien que Vous ne l'êtes pas. pain de chaque jour pesaient sur eux et leur faisaient
MaIS voyez-Vous, Seigneur, moi non plus, je ne suis baisser la tête; partout, c'était le bruit de la foire ...
pas satisfait de moi-même! C'est précisément pour cela mais je m'en apercevais à peine. J'allais, songeur, mon
q~e)e suis venu ici pour Vous dire: Seigneur; ce sera cœur était léger et joyeux, il me semblait marcher dans
dIfferent à l'avenir 1 Je Vous en prie, oubliez les péchés une forêt de mai. Car Jésus était en mon cœur, je L'em-
que j'ai commis jusqu'ici et Vous verrez que doré- portais avec moi à la maison. Je me paraissais changé
navant, chaque minute de ma vie Vous appartiendra. Je tout à fait: j'étais un beau grand garçon à présent, et
ne Vous ferai plus de peine par une seule pensée, une tout ce que je touchais s'allumait de soleil, car le
seule parole, une seule action ... Tu le promets, n'est-ce Seigneur est en moi, et cette certitude me versait lajoie,
pas, mon fils? le printemps, l'Esprit vivant.
Il parla longtemps. Et moi, je continuai de regarder En arrivant dans notre villa, je ne trouvai personne
le crucifix; il me sembla qu'une douce main touchait à la maison. Je m'assis au jardin, sous le grand noyer,
mon front, une main qui m'avait pardonné, la main près du petit lac artificiel. De gais petits moineaux
de mon Sauveur. Ses deux bras percés par les clous babillaient dans les buissons, ils se poursuivaient,
semblèrent se tendre vers moi... et me serrer sur son volaient au ras de l'eau, y laissaient tremper leurs ailes et
cœur d'une étreinte infiniment douce ... s'en retournaient en gazouillant. D'un côté, les mon-
En sortant de chez M.l'Abbé, il me sembla quelarue tagnes se perdaient dans l'azur lointain, de l'autre,
tournait autour de moi et que le monde entier était le bruit de la grande ville m'arrivait en sourdine,
changé. Le soleil resplendissait d'une lumière toute excepté le tramway qui grinçait au-bas du jardin ...
nouvelle, les oiseaux n'avaient jamais chanté aussi et je restais là à regarder l'eau. Mon âme était remplie
gaîment; la vie entière semblait me sourire. Un poids d'un silence lumineux. Il me semblait que les petits
de cent livres était tombé de sur mon cœur et je respirai moineaux, les œillets qui fleurissaient près de moi,
profondément comme si je venais de m'éveiller d'un les rayons gais et vivants du soleil étaient mes frères,
long et mauvais rêve. Se peut-il que je sois devenu pur mon prochain. Ils me regardaient et se disaient tout
Selgneur.
. ~ S
e peut-il que je vous appartienne de nou-' bas: « Voyez comme ce jeune garçon est heureux! »
veau? J'ose à peine y croire ... Je voudrais voler Nansen, le voyageur du pôle Nord, raconte dans la
, l ' ,
men ever dans les aIrs ... mon âme est remplie des sons description d'un de ses voyages de découverte, que
de l'orgue, des rayons du soleil, de tous les parfums du par . la température glacée des m ers arctiques, se
zog, LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME

compagnons et lui se servaient du lard des phoques étendu les deux mains en avant. Mes ongles se cassèrent
en guise d'éclairage; et ce qui restait de ces bougies entièrement et je fus rejeté dans l'eau profonde. Le danger
de lard, ils le mangeaient de bon appétit. Dans ce de me noyer m'apparaissait clairement, mais la pensée
pays de glace où l'on est toujuors sur le point de ' que, une demi-heure avant, je m'étais offert à Dieu
geler, ils· lui trouvaient un goût tout à fait agréable. avec un abandon complet, me remplissait d'une paix
Mais lorsqu'ils furent revenus dans leur patrie, dans très douce. C'était donc fini! Pourtant, je pensai que
les conditions normales de la vie humaine et que Nansen ce serait bien lâche de me rendre si facilement. Ayant
après tant de mois de privations, mangea pour la: recouvré toute ma présence d'esprit, je fis un dernier
première fois On dîner civilisé, il se rappela: soudain effort désespéré pour m'éloigner de la falaise dangereuse
les bouts de bougie et s'écria avec dégoût : « Ciel! et je réussis à regagner la haute mer où je me trouvai
Comment ai-je pu avaler cette horreur! » hors de danger; je pus y attendre le petit canot de
C'est à peu près le sentiment que j'ai, moi aussi, .à sauvetage qui vint me chercher. Ce n'était pas la
présent que j'ai fait me's comptes avec mes tristes première fois que je me trouvais en danger de mort,
fautes d'antan, que j'ai réussi à me remettre debout mais jamais je n'aurais passé dans l'éternité aussi calme
après mes chutes et à me rattacher à la tire échappant à et aussi heureux... »
la mort qui m'engourdissait l'âme: mon Dieu, comment
ai-je pu être assez aveugle pour me nourrir de péchés . J: posai le livre et je regardai devant moi. « Seigneur »,
avilissants et en jouir encore! Oh! je sens bien à dIS-Je tout bas, « Vous connaissez toutes mes fautes'
.
malS Vous savez bien aussi que ce n'est pas par le
'
présent le bonheur royal d'être tout à fait pur L •.
J'allai chercher la biographie du Comte Étienne manque de bonne volonté, mais par faiblesse seulement
Széchény'i, du « plus. grand des HongrOIs )J. Il y avait que je les ai commises. Seigneur, c'est Vous qui serez
quelqués mois' déjà que,j'en avais' commencé la lecture, ma force dorénavant. Vous serez le rocher auquel
et,. par une étrangè coïncidence, Yétais justement arrivé je m'accrocherai si le flot de la vie menace de me
à la partie; suivante: perdre. Vous serez ma sûreté sur les vagues mobiles,
If En 1819, Széchényi se trouvait en Italie. Il fit sa
mon secours dans la lutte, mon relèvement dans la
Cbruession de· Pâques à Catane; ensuite, il alla se' baigner chute, mon repos dans la fatigue, et ma récompense
dans: la mer et manqua de: se· n0yer. éternelle après les combats de la vie ...
(t L'eau était fortement agitée »;. écriti-il daus son
J'étais heureux comme je ne l'avais jamais été
jouTna,I" « Une énorme vague me jeta contre le rocher jusqu'ici. ..
avec une teHe force q:ue- j'en fus-tout étourdi .. , Je ne
v6yais personne qui- aùrait pu venir à mon setou:rs. Je'fis
q.uelques efforfs impuissants pour me' FapprochèF du·
môle, mais le, flot me serrait si bien contre le' rocher,.
que je me serais sûrement brisé le crâne si je n'avais pas
ReliS'. Jeun. 14
210 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME
2Ir

sang pour nous fortifier dans nos luttes. C'est là la


signification sublime de la sainte communion et sa
Le sang vivifiant du Christ.
valeur pour l'âme luttant contre la tempête des
tentations.

Près des hauts rochers arides des fjords norvégiens, Mais hélas! bien des jeunes gens semblent ignorer
un navire fut saisi par une tempête terrible. Longtemps, le fait prodigieux que la communion est la première
il lutta contre l'ouragan, mais à la fin un coup de vent SOurce de la vie vertueuse. Pour eux, elle n'est qu'une
plus violent que les autres le jeta sur un banc de mer sorte d'appendice à la confession, sa dernière phase
enfin. Comme ,ils sont loin de la vérité!
qui se cachait sournoisement sous les vagues ..Les
habitants de la côte voyaient bien ce combat ternble, D'abord, la communion nous donne des forces nou-
mais, pendant huit jours, on ne put songer au sauvetage. velles : celles dont nous avons besoin pour le grand
Enfin, le huitième jour, la tempête se calma et les combat de l'âme. Le sort de l'homme ici-bas est celui
canots de sauvetage furent lancés vers la carcasse du sold; lt : il nous faut souteni~ une lutte perpétuelle.
immobile du navire chaviré. Mais il n'y avait plus per- Vous tous, vous avez dû reconnaître par vous-mêmes
sonne qu'on pût sauver: tout le monde était mort. l'~lément tragique de la vie humaine: nous voyons le
Or voici que, sur un rocher escarpé, on aperçut une bIen, nous le désirons, mais notre nature, nos mauvais
mère avec son enfant. La mère était morte, mais l'enfant penchants nous attirent quand même vers le mal!
vivait encore. Il était couché contre son sein, suçant le L'un des plus grands soucis de tout chef d'armée est
sang qui coulait de sa blessure! Après le naufrage, une l'alimentation de ses soldats. Une armée affamée ne
vague les avait jetés sur le rocher. Ils ne f~rent do.nc pas peut être victorieuse. Eh bien! mon cher enfant, je
noyés, mais un autre danger les menaçaIt: .CelUi de la voudrais te faire sentir bien vivement que, pour toi,
famine. Même en mourant, la mère pensaIt encore à la force d'une vie héroïque et la source de la victoire
sont cachés dans l'Eucharistie.
son enfant: que deviendrait-il quand elle ne serait plus
la? L'amour maternel est infiniment ingénieux: à l'aide L'Eucharistie est le sacrement de la victoire.
d'une pierre aiguë, elle se fit une blessure prof~nde As-tu jamais entendu raconter comment les Russes
à la poitrine, et, même après sa mort, elle le nournt de prire~t la forteresse de Przemysl pendant la guerre
son sang jusqu'à ce que la tempête fût passée et le mondIale? Ils empêchèrent les vivres d'y arriver et la
secours pût arriver. . famine se déclara. La ville forte était défendue par de
On compare souvent la vie à la mer orageuse. La braves troupes hongroises, il y avait des canons et des
munitions à profusion, les forts résistaient à toutes les
tempête fait rage, des bancs de mer .se c~c?ent sur no~re
chemin, la famine nous menace; malS VOICI que le Chnst attaques, mais tout cela était insuffisant : les vivres
nous ouvre son cœur et nous nourrit de son propre manquèrent et les braves défenseurs affamés, à bout
de forces, durent se rendre.
212 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 21 3

La blanche forteresse de notre âme, elle aussi, est sûrs de la victoire, grimpaient déjà aux murs, lorsque
entourée d'ennemis, et bien des âmes se rendent sainte Claire apparut sur la crête des remparts, l'osten-
parce qu'elles manquent de vivres, et qu'elles ,sont soir en main. Le rayon de lumière intense émanant
affaiblies par la faim : est-il donc étonna~t que 1 âme de l'Eucharistie aveugla si bien les Sarrasins qu'ils
qui ne reçoit pas régulièrement sa nournture, perde en eurent le vertige et tombèrent dans le profond
ses forces et ne sache plus résister aux assauts de la fossé qui entourait les murs. L'armée des assiégeants
tentation? s'enfuit au plus vite et le cloître d'Assise, cette petite
Et sais-tu ce qui est la nourriture principale de forteresse de la vie religieuse, se trouva délivré.
l'âme? « Je suis le pain vivant descendu des cieux .. . Toute âme pure est une forteresse pareille, la demeure
Celui qui mange de ce pain vivra éternellement Et .. . aimée de Dieu. Où pourrais-tu chercher aide et secours
le pain que je vous donnerai, c'est mon corps »: (J ea? lorsque les Sarrasins sauvages de tes instincts désor-
6. 5 J - 52). Donc, si tu veux résister aux assauts mille fOlS donnés et des tentations du monde assaillent les murs
répétés de latentation, n'oublie pa~ les parol~s ~u. Sau- de ton âme, sinon dans l'Eucharistie?
veur que je viens de citer et ne laisse pas defailhr ton
âme en lui refusant sa nourriture!
Réfléchis seulement à l'enseignement si clair du
Seigneur; impossible de s'y mép~~~dre :. . . ' . Communier, c'est vaincre.
« Nisi manducaveritis carnem Ftln homznts et bzberztzs
eius sanguinem, non habebitis vitam in vobis » - « si vous
ne mangez le corps du Fils de l'homme et ne buvez son Viens avec moi : en pensée, nous allons assister à
sang, vous n'aurez point de vie en vous » (Jean 6. 59): une représentation du cirque au temps de l'empereur
« Qui manducat me et ipse vivet propter me » - « Celu~ Néron. On amène un petit groupe d'hommes et de
qui me mange vivra par moi » (Jean 6 .. 58). « Qut femmes au milieu de l'arène. Il y a des vieillards aux
manducat meam carnem et bibit meum sanguznem, habet cheveux blancs, des mères avec leur . bébé sur le bras,
vitam aeternam et ego resuscitabo eum in novissimo die ~). de belles jeunes filles et des jeunes gens bien taillés ...
« Celui qui mange mon corps et boit mon sang, a la Vie Autour d'eux, mugit la foule impitoyable ...
éternelle et je le ressusciterai au dernier jour» (Jean 6. Tout à coup, une trappe s'ouvre et, des souterrains
5~). «Qui manducat hune panem vivet in aeternum » profonds et sombres, surgissent des lions de · l'Inde,
({. Celui qui mange de ce pain vit éternellement» (Jean affamés depuis plusieurs jours.
6. 59). Et les Chrétiens au milieu de l'arène, que font-ils?
Quelles paroles sublimes! Quelles promesses Est-ce qu'ils tremblent? Est-ce qu'ils supplient leurs
grandioses! . bourreaux? Non, ils ne font rien de tout cela. Ils prient,
Pendant le siège de la ville d'Assise, les Sarrasms, ils chantent, ils se réjouissent comme s'ils se préparaient
21 4 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 21 5

pour quelque fête. Quel miracle! Les bêtes féroces se de bien faire, fortifie-toi par le corps du Christ, et
précipitent sur eux, la chair vivante craque sous leurs sûrement, ton cœur se remplira de ferveur et de
dents, et leurs ongles s'enfoncent dedans ... Cependant dévotion. Enfin, si tu es tenté de commettre une
que font-elles, les victimes? Elles continuent de action impure, oh! alors surtout prends le plus grand
chanter, les yeux fixés au ciel et le sourire aux des sacrements et le corps si pur du Christ te rendra
lèvres ... pur et chaste également. »
Où puisaient-ils cette force incroyable, ceux-là Comme les tentations mauvaises se calment et s'affai-
et les milliers d'autres qui partagèrent leur sort? « Ils blissent dans mon âme orageuse, toutes les fois qu'au
étaient persévérants dans la fraction du pain, la com- moment sublime de la sainte communion je penche
munion, et dans la prière )J nous dit l'Écriture Sainte. mon .front tourmenté sur la main toute puissante de
Il y a tant de siècles, la communion conduisait à la mon Sauveur!
victoire: elle fait de même aujourd'hui. Oh! oui. Que Jésus soit avec moi et alors ... Alors, si
« Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et accablés je suis sur le point de commettre un péché, il me prendra
et je vous soulagerai )J. Un jeune garçon peut-il être par la main; si je m'imagine une chose coupable, il
fatigué déjà? Un jeune cœur peut-il être triste et détournera ma pensée; si je veux dire du mal, il arrêtera
accablé? Hélas! oui. ma langue irréfléchie.
T'est-il arrivé quelque malheur? Va communier En vérité, le charmant éloge de la communion par
souvent! Souffres-tu d'un mal spirituel, ton âme est-elle l'écrivain français Legouvé n'est pas exagéré! Il nous
couverte de blessures causées par le péché? Va com- recommande la sainte communion en ces termes:
munier! Est-ce le souvenir de tes péchés d'antan qui te « Mon cher enfant, tu entendras souvent attaquer la
tourmente, as-tu peur de redevenir leur humble esclave? saintè communion ... Mais moi j'ai vu la sérénité de
Va communier! « Si tu es gonflé par le poison de l'or- l'espérance inonder les traits des mourants en recevant
gueil )J, écrit saint Cyrille de Jérusalem, « prends le la sainte Hostie; à l'église, j'ai vu le rayon de la foi
sacrement, et le pain si humble te rendra ton humilité. éclairer le front des jeunes filles en revenant de la grille
Si tu es envahi par l'avarice, demande le pain du ciel et où elles avaient reçu Jésus; j'ai vu des mères en proie
ce pain si généreux te rendra généreux aussi. Si le vent à une douleur amère se calmer soudain après la sainte
fatal de la jalousie souffle de ton côté, prends le pain communion et sourire de leurs propres douleurs ...
des anges et l'amour véritable en jaillira. Si tu t'es laissé Seule une chose sacrée peut faire rayonner la figure
aller à la gourmandise, à la jouissance excessive des mets humaine d'une lumière pareille )J.
et des boissons, prends le corps et le sang du Christ et Un écolier de quinze ans éprouva une douleur à la
ce corps qui se mortifia:it toujours te rendra la modéra- jambe. On appelle le médecin; à l'épouvante indicible
tion. Si tu es assailli par la paresse, si elle te rend des parents, il constate une carie. « Il n'y a aucun remède
indifférent au point de t'ôter l'envie de prier et pour cela, » dit-il, « il faut amputer la jambe ». « Non,
/.

l
1
216 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 2 17
1
non 1 » s'écrie le malade. « Je préfère mourir 1 » On le Borromée passa sa jeunesse parmi des étudiants déver- ~
supplie pendant des semaines, la réponse est toujours gondés et corrompus; pourtant il sut conserver sa i
1
la même: Non et non 1Enfin, son père se met à genoux pureté au milieu des mille tentations de la grande ville.
devant son lit: « Mon fils, je t'en prie, si tu ne veux pas Lorsqu'on lui demanda ce qui lui avait donné cette
le faire pour toi-même, fais-le pour moi 1 » Le jeune force, il répondit: « C'est l'Eucharistie. J'ai communié
giirçon le regarde un moment sans répondre puis tous les ' dimanches et tous les jours de fête ».
il lui tend la main : « Oui, père, pour vous ... Et à Tous les dimanches? Cela t'effraie. « Non, cela, je ne
présent, Monsieur le docteur, faites de moi ce que vous peux pas le faire. Je n'en suis pas digne! » Tu as raison.
voudrez .. . » Mais ce n'est pas seulement de la communion de chaque
Mon enfant, chaque fois que tu te sens l'âme cariée, dimanche que tu es indigne, mais tu ne la mérites pas
pense à ton Père céleste, à ton Rédempteur qui, au lieu une seule fois. Ni toi, ni personne! Si la communion
d'être à genoux près de ton lit, est cloué à la croix du était une récompense, personne ne pourrait communier
Calvaire pour toi; Il te dit : Mon fils, lais se-toi guérir 1 la conscience tranquille. Mais loin d'être une récom-
Si tu~ne veux pas le faire dans ton propre intérêt, fais-le pense, elle est une source de force miraculeuse à
pou/ moi 1 Ah 1 réponds-Lui en fixant les yeux sur la laquelle chacun peut boire, pourvu que son âme soit
croix: « Pour Vous, oui, Seigneur 1Faites de moi ce que pure.
Vous voudrez. « Et sais-tu ce qu'Il te fera? Il amputera Non, la communion n'est pas une récompense.
tes péchés dans la confession; n'aie pas peur, cela ne Elle est un secours, un réconfort. Qu'est-ce que la
fait pas malI Il te donnera un remède, mais ne crains pas communion? Un poète allemand y répond par ces
qu'il soit amer: car c'est par son corps sacré et par son belles paroles :
propre sang qu'Il veut te guérir afin que, la maladie du La paix dans la guerre,
péché une fois vaincue, tu puisses rester son fils fidèle La victoire dans la lutte,
et pur, son enfant à l'âme bien trempée. Le secours dans la détresse,
Souffres-tu de tentations multiples? Va communier La vie dans la mort.
souvent. T'es-tu habitué à quelque péché depuis des
années et ne peux-tu t'en débarrasser à présent? Va Si donc tu n'as pas de péché sérieux à te reprocher,
communier souvent. Veux-tu devenir meilleur, veux-tu va communier aussi souvent que possible. Si, pendant
faire des progrès dans la voie spirituelle ? Va communier la semaine, ton imagination agitée t'à troublé par des
souvent! mirages de tentation et si c'est une lutte ininterrompue
Combien de fois, demandes-tu? que tu as dû soutenir contre les tourments de ta
Plus tes luttes sont graves, plus sont fortes les bour. pensée, cela ne fait rien! Ce n'est pas encore une raison
rasques du printemps de la vie qui s'agitent en toi et pour ne pas te présenter à la table du Seigneur qui
plus tu as besoin d'une main secourable. Saint Charles réjouit la jeunesse, et de ne pas venir chercher des
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 21 9

forces nouvelles dans le pain des vainqueurs. Ce n'est


donc pas parce que ton âme est parfaitement en ordre
que tu communies fréquemment, mais parce que c'est Le Seigneur est avec moi!
le seul moyen d'atteindre qu'elle le soit.
« J'ai communié si souvent et pourtant j'ai eu une
rechute! » dis-tu peut-être. Eh bien 1 mon enfant, c'est Après la communion, je ne vois rien, je n' entends rien.
à toi la faute et non à l'Eucharistie. La valeur de la com- Je ferme mon livre de prières, je laisse tomber ma
munion dépend de l'homme; chacun, individuellement, tête dans mes mains et je ferme les yeux. Le monde
en fixe l'efficacité. La mesure du succès qui en résulte est entier s'eHace et disparaît. Je ne pense plus à rien
proportionné à tes sentiments intimes; il s'agit de savoir qu'au Christ; je ne pense qu'à lui et à mon âme ...
comment tu te prépares à recevoir le pain de la vie, ma pauvre âme si aisément captive du péché ...
combien tu le désires, comment tu reçois le Seigneur, Et puis, je commence à lui parler:
comment tu causes avec Lui. Plus le vase est vide et « Je vis. Mais ce n'est plus moi qui vis, c'est le
profond, plus on peut y verser. Christ qui vit en moi. En lui, je suis capable de tout
Ta vie est remplie de rechutes. Mais que serais-tu faire, car il m'en donne la force. Seigneur, vous êtes là,
devenu si tu n'avais pas communié? dans mon cœur, et je vous l'ouvre tout grand par cette
Un capitaine de corvette du nom de Marceau avait prière. Je sais bien que mon âme est encore bie.n
un caractère des plus violents; à la moindre contra- différente de ce qu'elle devrait être. Il faut que Je
diction, la lave brûlante de la colère s'agitait en lui et il travaille encore beaucoup à son p·e rfectionnement.
ne pouvait se maîtriser qu'au prix d'un effort terrible. Il Jusqu'ici, je m'y suis pris d'une manière bien inefficace,
luttait contre son défaut, il communiait journellement, je ne me souciais guère du chef-d'œuvre qu'est mon
mais la colère éclatait quand même souvent. Un jour, âme. Mais à présent votre sang, ce sang chaste et pur,
ses matelots osèrent lui demander comment un homme circule dans mes veines; ô sang sacré, refroidissez·· le
qui communiait tous les jours pouvait être aussi violent. flot troublé de mon sang humain, si porté au péché!
« Sachez bien », leur répondit le capitaine, « que si je ne Votre Cœur sacré rempli d'amour bat sur mon pauvre
communiais pas tous les jours, il y a longtemps que cœur : ô Jésus au cœur si humble et si doux, rendez
je vous aurais tous jetés à la mer 1 » mon cœur coupable semblable au vôtre 1
Les flammes de votre amour flambent en mon âme :
ô amour du Christ, brûlez-la, afin que la rouille du
péché en disparaisse! »
. Par ces paroles, ou des pensées semblables, déploie
ton âme devant l'amour chaleureux et vivifiant du
Christ qui est en toi.
,220
LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME ,221

Les anciens croyaient que les étoiles étaient des Après cela, mon enfant, faut-il encore te persuader
trous au firmament par lesquels un rayon de la lumière d'aller à la communion avec joie et ferveur? Celui qui "
céleste se faufile jusqu'à terre. C'était une n 0 t IOn b'Ien il
' réfléchit à ce que je viens de dire plus haut, ne manquera
~
• " ,
pnmltt~e, ~ est-c~ pas? Mais ce qui est très réel et pas de se procurer souvent la sublime fête spirituelle
très vraI, c est qu après la communion, tous les rayons que la communion nous donne. 1
de cette lumière descendent sur toi. Par contre, rien au Combien de fois? Quatre fois par an, comme le ,1
mo~de ~e ~eut r~mplacer cet acte de grâce par lequel le règlement des écoles l'exige? Oh! non. Le jeune homme
C~nst s umt à tOI : aucune science ni aucun art. « Celui qui a à cœur la formation idéale de son caractère,
q~I ne m~nge pas mon corps et ne boit pas mon sang l'adolescent qui sent qu'il ne peut vaincre les tentations
n aura pomt de vie en lui » - ce sont les propres qui le guettent de toutes parts qu'avec l'aide du Christ,
paroles de Jésus-Christ. - ce jeune homme saisit avec joie les occasions de
M~is ne peut-on pas vivre honnêtement sans com- s'unir au corps et au sang sacré du Christ. Il communie
munIOn? On le peut . M' . gnse
aIS ce sera une vIe . et au moins une fois par mois; tous les dimanches, si
te:restre, une vie. hu~aine comme il y en a par dou- c'est possible, car il sait bien que la réception fréquente
zaI~es, c~ ne sera JamaIS une vie surnaturelle atteignant de l'Eucharistie est la force dans la tentation, l'encou-
à 1 étermté et la méritant. ragement dans la lutte spirituelle, la consolation dans le
.Une plant~ ori~inaire de la Chine, une espèce de malheur, le secours contre les rechutes morales, le
pnmerose p,rmtamère, a une qualité étrange. Élevée remède au découragement; en un mot, elle est, pour ainsi
à une temperature de 20 degrés, elle porte des fleurs dire, le seul refuge de l'âme qui veut se défendre contre
rouges; à une plus grande chaleur, ses fleurs deviennent le péché de l'impureté ou qui tâche de s'en détourner.
blanches.
, C'est ainsi que le feu de la communIOn . Même aux moments où tu ne pourrais pas com-
frequente change la fleur rouge de nos désirs, de nos munier peut-être, éveille au moins le désir du Seigneur
pen~ées, de nos efforts terrestres et purement humains en ton âme et va Le visiter souvent dans l'Eucharistie.
en hs blanc de la vie surnaturelle. Les alouettes très jeunes ne savent pas encore
Les martyrs du Christianisme primitif souffraient chanter, elles ne font que piailler à tort et à travers.
sans br?ncher les tortures les plus terribles pour avoir J'ai lu quelque part que ces petites babillardes se
confesse
, leur .foi, l'Is c
' mais avant,ommumalent . ". ,. taisent de suite si elles entendent le chant d'une
L âme de nos Jeunes gens d'aujourd'hui est constam- alouette plus âgée. Les faibles oisillons écoutent le
ment. expos~e à être contaminée par certains livres, beau chant du grand oiseau avec une émotion
certames pemtures, par des pièces de théâtre et d silencieuse ... ils l'écoutent si bien qu'un jour, ils savent
fil d ., es
ms e cmema, par des réclames peu convenables et la chanter aussi clairement, aussi victorieusement que lui.
mauvaise société. Contre tout cela, nous ne connaissons Je compare ton âme à ces oisillons attentifs toutes les
pas de meilleur moyen que la communion fréquente. fois que tu pries silencieusement devant l'Eucharistie.
222' LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET MON AME 223

o mon fils, ne passe jamais devant une église sans Sur ce point, hélas! la société chrétienne n'a pas à se
y entrer un moment. Ouvre ton âme assoiffée au vanter. Pendant son voyage en Europe, Rabindranath
Seigneur qui t'attend sur l'autel, quand ce ne serait TAGORE, le célèbre écrivain de l'Inde, fit la remarque
que pour un moment! Que c'est beau de voir un stupéfiante que là-bas, dans son pays, la moralité
jeune homme prier en silence devant l'Eucharistie! était bien plus développée. Des peuples païens mènent
« Seigneur, Mon Dieu! Je suis là, à vos pieds, comme une vie plus élevée moralement que les Européons qui
une pauvre petite alouette maladroite, à écouter votre sont chrétiens depuis 2000 ans! C'est une critique qui
parole muette avec une émotion sacrée... Seigneur devrait nous frapper au cœur! Et puis, à qui la faute?
je ~uis un rien, un jeune homme bien imparfait, en Pas au Christianisme, certes. Non, la cause de ce triste :1
proIe à une lutte constante; mais je vous appartiens! fait, c'est que, pour la grande foule, la foi chrétienne
Aidez mon âme à devenir plus pure de jour en jour, ma n'est qu'une apparence extérieure, sans la vie chré-
volonté à se fortifier, mon caractère à se fixer. Aidez- tienne qui devrait en résulter naturellement. Ce n'est
moi, Seigneur, afin que l'image de votre sainte Face que le cas de « magna dixit ».
devienne toujours plus belle dans mon âme ... » Pourtant, en nous révélant la véritable foi, l'intention
de Dieu n'était pas de nous faire savoir un certain
nombre de vérités, mais de nous rendre meilleurs par
Magna vixit. elles. Penses-y bien, mon fils. A l'école, vous étudiez la
religion comme vous étudiez les mathématiques, le
Un jour, Alexandre le Grand dit à un soldat qui latin, la physique ou la géométrie. Pour les autres
s'était conduit lâchement et qui s'appelait Alexandre sciences, tu as fait ton devoir en les apprenant; mais
également: « Mon ami, il faut que tu changes de nom, pour la religiqn, le savoir en soi n'est rien : il faut
ou de conduite! » observer ses commandements! Il faut que ce soit
C'est ce qu'on pourrait dire à bien des jeunes gens « magna vixit » et non « magna dixit! »
qui se disent Chrétiens mais qui déshonorent ce nom Mais hélas! beaucoup d'écoliers n'arrivent jamais
par leur vie, leur conduite, leur légèreté morale. jusque là. Et c'est pour cela qu'il y a de par le monde,
Que vaut là foi si la vie ne la reflète en rien? On a beau tant de jeunes gens à la volonté paralysée et à la foi
se vanter et s'enorgueillir de son Christianisme, si la glacée, parce que, de l'étude de la religion, ils ont oublié
manière de penser, les paroles, les actions, la vie en un de faire jaillir dans leur âme l'esprit de sacrifice et la
mot, sont un démenti continuel à la religion chrétienne. profondeur de la foi vécue.
C'est professer de grands principes et ne pas les Pourtant, le nom de Chrétien nous impose des
pratiquer. devoirs sérieux. Il nous oblige à vivre une vie surna-
Magna dixit - cela ne vaut rien; Magna vixit - cela turelle, à aspirer toujours plus haut : ;( Soyez saints,
vaut plus que tout! car je suis saint » nous ordonne le Seigneur. Et le
224 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME 225
Sauveur nous répète : « Soyez parfaits comme votre
Sois honnête homme et bon chrétien! Vois, mon
Père céleste est parfait» (Matthieu 5. 48). « Vous
enfant, tu grandis d'année en année, et le moment
qui êtes baptisés, vous avez revêtu le Christ », nous
approche où, devenu homme, tu seras enrôlé, toi aussi,
rappelle l'apôtre Paul. Alors, le Christ demeure en moi?
dans la lutte pour la vie. Les tendances, les partis, les
Pauvre, pauvre Sauveur! Comme votre visage est
devises différentes qui se combattent dans l'arène de
couvert de poussière! Peut-on Vous reconnaître en
la vie se présenteront toujours plus clairement devant
moi?
toi. Chaque tendance, chaque groupe comptera sur toi.
Prends garde, mon fils, ne compromets pas le
A laquelle te joindras-tu? Laquelle serviras-tu de ta
Christianisme; estime ton âme et ne fais pas honte
jeune énergie? Il Y a quelques dizaines d'années, la
au Christ!
situation était beaucoup plus compliquée; mais aujour-
Aujourd'hui, hélas 1 beaucoup de gens sont tellement
d'hui tu peux t'y reconnaître avec une précision à
occupés par les soucis quotidiens que le travail ne leur
peu près exacte.
laisse aucun loisir pour autre chose. Ils n'ont pas le
Nos jours sont ceux de la grande séparation des
temps d'avoir une âme. Leur pauvre âme prise dans la
hommes et des idées. Nous voyons toujours plus claire-
matière, dans la boue, dans les intérêts terrestres,
ment que deux camps seuls se rangent dans l'arène
ressemble aux mouches qui se trémoussent sur le
du monde, pour le combat gigantesque de l'avenir:
papier collant. Pourtant, l'âme humaine était destinée
l'un se compose de la foule révolutionnaire qui, fascinée
par Dieu à vivre de la vie d'un aigle.
par les devises des démagogues cyniques et blasphé-
Dis-moi, mon fils; préfères-tu être une mouche
mateurs, ennemis de la société humaine civilisée,
ou un aigle? Un aigle s'envolant dans le ciel bleu, ou
brûle du désir exaspéré de détruire et nous menace de
une mouche collée à un papier?
ses drapeaux rouges. L'autre camp compte ceux qui
estiment les valeurs spirituelles, ceux qui travaillent
au progrès de la civilisation humaine: ils se réunissent
Le drapeau rouge ou la croix? sous l'étendard de la croix, cet emblème de toute
culture et de toute civilisation.
De jour en jour, la séparation de ces deux partis
Un livre très ancien nous indique le moyen d'être
devient plus rigoureuse. Il semble que ces deux camps
heureux:
seront seuls, l'un contre l'autre, dans le combat des
" Veux-tu être heureux pour un jour? Achète-toi
idées que l'avenir nous réserve.
un habit nouveau. Pour une semaine? Tue un porc.
Là-bas contre Dieu; ici, avec Dieu. Là-bas, le
Pour un mois? Gagne un procès. Pour un an? Marie-
drapeau rouge; ici, la croix.
toi. Toute ta vie? Sois honnête homme. Pour l'éternité?
Et l'un de ces deux camps compte sur toi, mon fils.
Sois bon chrétien! »
Il faut que tu te joignes à l'un de ces deux partis.

Helig. J elln. 14
226 LA RELIGION ET LA JEUNESSE DIEU ET JV:ON AME 227

Lequel choisiras-tu? foule des péchés et des tentations? Ce sera un combat


C'est une question superflue n'est-ce pas? continuel! »
« Je choisis Dieu! La croix! Le Christianisme! » Et si cela était? Sais-tu ce que Xerxès fit dire à la
Aujourd'hui, hélas! il Y a encore beaucoup plus de troupe de 300 hommes qui restait encore a défendre
« catholiques baptisés » que de « chrétiens catholiques » les Thermopyles? « Rendez les armes! » « Prends-les,
( ceux qui vivent une vie vraiment religieuse). Jusqu'ici, si tu peux » lui fut-il répondu. Ce groupe de braves
on peut dire d'une foule de gens intelligents et instruits mourut plutôt que de se rendre. Eh bien! si la tentation,
qu'ils sont catholiques sur le papier, mais sans pratiquer le péché, le mauvais exemple t'engagent continuelle-
la foi; c'est-à-dire qu'à leur vie, à leurs actions, à leurs ment à rendre les armes, réponds-leur bravement: « Non,
paroles, elle ne paraît guère. je préfère mourir plutôt que de me rendre lâchement! »
Non, non, ce ne sera pas ainsi à l'avenir! Je suis loin de vouloir que tu sois un vieux cheval las
Aujourd'hui, personne n'a le droit de dire que la et éreinté; au contraire, je veux que tu sois un poulain
religion est son affaire privée. Aujourd'hui nous aper- ardent, écumant, - mais que la bride ne t'échappe
cevons toujours plus clairement combien la célèbre jamais! Mon idéal, c'est le jeune homme qui tient les
définition de Gœthe est juste : « A proprement parler, yeux fixés sur les étoiles toute sa vie, mais sans pour cela
le sujet le plus profond, le sujet unique de l'histoire tomber dans le puits; celui qui sait que l'âme de toute
universelle, auquel tout le reste doit se subordonner, culture est la culture de l'âme. Et mon idéal, c'est
c'est la lutte de la foi et de l'incroyance ». l'homme mûr pour qui la religion n'est pas un atten-
Nous sommes à la veille de la grande bataille que la drissement capricieux, ni une disposition d'esprit
foi et l'incroyance, le drapeau rouge et la croix sc attachée au dimanche matin, ni une expérience spiri-
livreront. tuelle, ni une image sans cadre, ni l'habit des jours de
Eh bien! mon enfant, le camp de la croix compte sur fête, mais une puissance sublime dirigeant la vie
toi! entière et la pénétrant de toutes parts.
Revenons à la vie vraiment catholique et religieuse! Un des généreux allemands les plus populaires de
Revenons? Faut-il que nous revenions sur nos pas? la guerre mondiale, Mackensen, était célèbre pour son
Faut-il que nous revenions au temps qui ne connaissait caractère d'une fermeté et d'une probité inébranlables.
pas les machines, le téléphone, les chemins de fer, les Te dirai-je d'où lui venait cette force morale excep-
aéroplanes, les journaux et la radio? Non, pas à celui-là. tionnelle? Lorsqu'il était tout enfant encore et que sa
Mais il faut que nous revenions au temps des hommes mère joignait ses petites mains chaque jour pour la
au caractère solide, au temps de l'honneur, de la maîtrise prière, elle inscrivit à jamais dans le cœur de son fils
de soi, de la fidélité et de l'amour désintéressé; en un la devise qui étincelait au front de sa maison natale à
mot, de la vie chrétienne forte et active. Geglenfelde : « An Gottes Segen ist alles gelegen ».
« Mais alors je devrai lutter toute ma vie contre la « Tout dépend de la bénédiction de Dieu ».
228 LA RELIGION ET LA JEUNESSE
DIEU ET MON AME 229
Cette génération nouvelle qui se fie entièrement à Je veux être un chêne, Seigneur, que votre main afait
Dieu, sera le premier pilier de notre avenir. N'est-ce .\ croître droit vers le ciel!
pas, mon enfant, toi aussi, tu veux devenir un homme Je veux être l'océan inondé par les eaux profondes de
instruit aimant sa religion, observant ses comman- votre divinité 1
dements, bon patriote et bon catholique? Lorsque le sourire du bonheur me vient aux lèvres,
~\
Et cela, même si la société t'accueillait froidement? qu'il parle de Vous! Et lorsque la souffrance me fait
Même si tu n'y trouvais pas un seul exemple pour te verser des larmes, que chacune d'elles tombe dans
donner des forces? Même si tu devais rester dans la votre main paternelle.
minorité avec ta conception religieuse? Aidez-moi, Seigneur, à être toujours et en tout, votre
Oui, même alors! fils à l'âme pure, renonçant au péché, obéissant et
Tu te crois en minorité? Mais non - Dieu et moi - heureux; aidez-moi, aidez-moi à devenir un « adolescent
c'est la majorité toujours et partout. Et si on attaque ma religieux ! ))
religion, je me range de son côté avec d'autant plus
d'ardeur !
(1 Pressa resurgo! )) « Sous l'oppression, je vivr;Ji plus
fort! )) C'est la devise que dans l'exil, le héros de la
liberté hongroise, Rakoczi inscrivit sur son drapeau.
C'est ce que tu diras aussi, si l'on ose offenser ta
religion.
« Semper prorsum, nunquam retrorsum! )) « Toujours
en avant! Retourner? Jamais! ))
Que cette phrase, qui est inscrite au front d'une de
nos écoles militaires, devienne ta maxime, afin que

d'adolescent religieux tu puisses devenir homme reli-
gieux, malgré les exemples contraires et toutes les
tentations du monde présent!
Seigneur, je veux être une harpe, afin que vos mélo-
dies y résonnent!
Seigneur, je veux être un feu, afin que votre amour
y flambe!
Je veux être une coupe de cristal rempli de votre .
grâce jusqu'au bord!
Je veux être une glace pour refléter votre beauté 1
LA RELIGION ET LA JEUNESSE

CHAPITRE D E UXIÈME
DIEU ET MON AME

Les trois questions du Bédouin 101


TABLE DES MATIÈRES x, De Dieu vers Dieu . 1°4
Pourquoi suis-je en vie? 106
---~,...
. ---
Prends garde! . 1°9
Tentation ou péché? II2
CHAPITRE PREMIER Dieu voit tout . Ils
Combien vaut mon âme. 122
GARDE BIEN TA FOI 1
Quid hoc ad aeternitatem 125
Pour l'éternité . 128
J'ai bien le temps! 13 1
Les trois gendarmes 133
Ferdinand, pense à l'éternité 137
Quel est le maître le plus puissant? 5 O. A. M. D. G. 14 1
Les bénédictions de la foi 7 L' abstinence 145
César dans la tempête . II
Orate fratres! . 147
Que nous donne la religion? . 13 As-tu l'habitude de prier? . 149
Les arbres révoltés 16 Cinq minutes seulement 152
Cela ne me regarde pas. 20
Sais-tu prier? . 156
La malédiction de l'incrédulité 22
L a prière du matin et du sOIr 15 8
Le bonheur sans Dieu? 24 Où l' âme mûrit. 162
Quitter Dieu, c'est se perdre . 28 Au son des cloches 164
Le monde sans Dieu 3° L e grand nettoyage. 166
L'amour de la patrie sans Dieu 34 Le guide spirituel . 16 9
La foi de l'enfant devient celle de l'adolescent. 37 Extrait du journal d'un étudi ant 172
La foi de l'adolescent devient celle de l'homme 39 Per Mariam ad Jesum 18 5
Quand le ciel se couvre de nuages 45 T a mère 187
Doutes 47 Ne me tue pas: j'ai une mère 19 1
Les mendiants de Saint-Martin . 52 L a liberté véritable. 193
La morale sans Dieu . 54 La statue chantante 197
L'important, c'est d'être honnête homme 58 Aime la confession! 199
Les caricatures de l a foi 62 Extrait d'un autre journal 2°4
Je n'aspire p as à la sainteté 69 Le sang vivifiant du Christ 210
Sa m anière personnelle de voir 72 Communier, c'est vaincre 21 3
Parmi les loups 76 Le Seigneur est avec moi 21 9
La piété intérieure et extérieure 79 M agna vixi t . 222
La piété virile . 83 Le drapeau rouge ou la croix? 224
Notre-D ame des Bois 88
Religion et caractére 95 Imprim é. par les ETABLISS E M ENTS CASTERMAN, Tournai (Belgique )
Choisis! . 99 Printed in Belgium