Sie sind auf Seite 1von 9

Résumé de PES Karim Economist

Résumé de Problèmes économiques et sociaux Semestre 3


Chapitre 1 La croissance économique :
La Croissance : la croissance est une augmentation soutenue à long terme de la production
globale, qui s’accompagne de transformations structurelles.

Les caractéristiques de la croissance :

 Un mouvement soutenu ascendant sur long période


 Un phénomène irréversible c'est-à-dire que le retour en arrière est impossible.
 La croissance produit des modifications structurelles aux différents secteurs
Les composants de la croissance :
 Les capacités des facteurs de production
 Le progrès technique : source de la croissance
 Le développement qui le résultat directe de la croissance
Les notions qui lui associent :
 L’expansion : une phase ascendante à court terme de cycle économique (accélération
de rythme de la croissance)
 Le progrès technique : Amélioration des conditions de travail et de vie (exemple
l’utilisation de nouvelle technologie)
 Le développement : L’ensemble des transformations que la croissance entrainées.
Les formes de la croissance :
 La croissance extensive : résultat d’une augmentation des quantités des facteurs de
production
 La croissance intensive : utilisé efficacement les forces productives c'est-à-dire
obtenir la croissance sans augmenter les quantités de facteur de production.

1
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

 La croissance de molle : la situation dont le taux de croissance est faible.


Les théories de la croissance :
 Les modèles de la croissance exogène :
La croissance exogène est une théorie de croissance qui considère le progrès
technique comme exogène, c'est-à-dire dû à des facteurs externes on peut avoir une
croissance.
1- Modèle de Harrod Domar :
Le premier modèle formalisé de la croissance économique, le modèle vise à faire
ressortir le caractère stable de la croissance économique et la nécessité de
l’intervention étatique. Dans ce modèle, rien ne garantit qu’une économie soit sur un
sentir de croissance stable.
A- Le modèle de Domar :
Pour Domar toute investissement à deux effets à court terme (au moment de sa
réalisation).
Effet sure la demande : Si l’investissement augmente le revenu augmente et donc
la demande augmente aussi.
Effet sur l’offre c'est-à-dire la capacité de production : si l’investissement augmente
l’offre augmente aussi.
Donc la condition est l’égalité entre l’offre et la demande, donc pour un équilibre il
faut que l’investissement augmente au taux constant s/v
Donc le taux de croissance s’écrit sous la forme : g= s/v
Domar croit que l’investissement n’est pas seulement un instrument générateur de
revenu mais aussi comme un créateur de capacité de production.
Domar distingue deux situations :
- Si effet revenu (la demande) > effet capacité (offre) déséquilibre
inflationniste
- Si effet capacité > effet revenu  déséquilibre déflationniste
Pour Domar la situation la plus probable est la situation de déséquilibre
déflationniste car l’investissement ne suffit pas pour augmenter le revenu et
donc la demande
- Critiques de Modèle de Domar :
Il considère que la seule limite de la croissance est l’investissement
Il néglige le facteur travail
Il ne parle pas de la situation hors équilibre
Le coefficient marginal de capital v n’est pas toujours constant.
2- Le modèle de Harrod :
Le modèle de Harrod est très proche de celui de Domar, car les deux sont d’accord sur
l’effet de l’investissement dans l’équilibre.
- Le taux de croissance effectif : g=s/v
L’équilibre au court terme entre l’investissement et l’épargne doit être
maintenir à long terme.

2
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

- Le taux de croissance garanti : gw=s/k


Correspond au taux de croissance qui permet l’équilibre sur le marché des
biens et services sur long période.
gw dépend de la propension marginale à épargner (s) et le coefficient de capital
(k)
- Le taux de croissance naturel : n
Correspond au taux auquel l’économie doit croitre pour éviter le chômage
Ce taux dépend de croissance de population
Les conditions d’équilibre sont :
- Condition de pleine capacité c’est à dire l’équilibre du marché des biens et
services est vérifié lorsque g=gw
- Condition d’équilibre de plein emploi c'est-à-dire l’équilibre de marché de
travail est vérifié lorsque g=n
- Condition d’équilibre globale : g=gw=n
- Les critiques de modèle de Harrod :
Le progrès technique est neutre
Les conditions de régularité de la croissance ont peu de chance d’être réalisées.
3- Le modèle de Solow :
Le modèle de Solow est de nature optimiste car il ne prévoit pas de situation de crise
Ce modèle explique que la croissance sur long période provient du progrès technique,
ce progrès technique est exogène de modèle, c'est-à-dire qu’il ne l’explique pas mais
considère comme donné.
Le modèle explique les différences de richesses entre les pays pauvres et les pays
riches et considère que les pays pauvres peuvent rattraper les pays riches par la loi de
rendement croissant.
Les principes de modèle :
- Corrigé la vision pessimiste du modèle Harrod Domar sur la difficulté de réaliser
un équilibre durable sur les marchés.
- La possibilité de substitution capital-travail ; c'est-à-dire substituer un facteur à
l’autre à un taux constant.
- La loi de Say (loi de débouché) : l’offre est toujours égal à la demande c'est-à-
dire que toute épargne est supposé investissement.
- Le coefficient marginal de capital n’est pas exogène et constant, pour Solow
L’équilibre du marché d’emploi est v=s/n

Conclusion de modèle :
Pour que l’économie soit en équilibre c'est-à-dire croissance stable à long terme
(l’état stationnaire selon Solow) il faut que le volume d’investissement soit égale à la
consommation de capital.
Solow a mise en œuvre comment peut on obtenir un équilibre de long terme de
l’économie (l’état stationnaire) par :

3
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

- Toute épargne doit être un investissement ( loi de Say )


- Le progrès technique
Les critiques de modèle :
Les pays pauvres ne peuvent pas rattraper les pays riches.
Solow n’a pas expliqué les sources de progrès technique
Les rendements peuvent être croissants avec un investissement de recherche et
développement.

 La théorie de la croissance endogène :


Pour les auteurs de la croissance endogène, le progrès technique est endogène c'est-
à-dire un facteur interne et n’est pas un cadeau tombé de ciel mais le fruit d’un grand
effort de plusieurs domaines.
1. Le changement technique : pour Romer le changement technique provient
d’une idée, mais entre sa mise en forme et son application, il y a un long
chemin (les testes, les essais…), il nécessite également l’intervention de
plusieurs personnes. Au début les couts seront très élevé mais après les couts
vont devenir très faibles (les économies d’échelle).
2. Le capital physique : Romer a proposé un modèle basé sur l’effet
d’externalité, l’investissement dans nouvelle technologie pour une E/se peut
bénéficier d’autre E/ses sans que ces derniers supportent le cout
d’investissement initiale.
3. Le capital humain : pour Schultz et Becker le capital humaine désigne
l’ensemble des capacités d’un individu et qui accroisse leur productivité, c'est-
à-dire chaque personne dispose d’un ensemble des compétences qu’ils
valorisent économiquement comme l’éducation et la formation.
4. Le capital public : l’ensemble des infrastructures scocial et économique
construits par les pouvoirs public, qui permet aux E/ses de bénéficier
d’avantage.

Chapitre 2 : L’inflation
L’inflation : est une augmentation générale, durable et continue des prix.
 Mesure de l’inflation : on mesure le taux d’inflation par :
- Le déflateur de PIB
- IPC : indice des prix consommation
 Les formes de l’inflation :
- L’inflation
- Déflation : la baisse générale des prix
- Désinflation : la baisse de taux d’inflation

4
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

 Les causes de l’inflation :


 Les causes réelles de l’inflation : sont de nombre 2
- Les causes de la demande :
La demande des biens et service > l’offre des biens services  augmentation
des prix  inflation
- Les causes des coûts :
Les coûts de production augmentent (les salaires, les prix de matières
premières...)  augmentation des prix  inflation
 Les causes monétaires de l’inflation :
C'est-à-dire que l’inflation est le résultat d’une création excessive de la monnaie.
Ce cause est développe selon la théorie quantitative de la monnaie :
M V= P T
M : l’offre de monnaie (la masse monétaire)
V : la vitesse de circulation de monnaie
P : l’indice des prix
T : volume de transaction
Selon cette théorie :
P= (V/T) M
V/T est constant
Donc si M augmente  P augmente aussi
On constate que la cause d’augmentation des prix est l’augmentation de la masse
monétaire.

Chapitre 3 : le chômage :
Le chômage : est un arrêt du travail dû à l’impossibilité de trouver un emploi, il désigne une
période d’inactivité forcée qui caractérise la situation de personnes capable de travailler
mais qui ne parviennent pas à trouver un emploi.
Etre capable de travailler
Chômeur Etre sans emploi
Chercher un emploi

La population active : l’ensemble des personnes en âge de travail qui sont disponible au
marché de travail.
Taux de chômage : la proportion de population active sans emploi.

Taux de chômage = (Nombre des personnes sans emploi /population active) * 100

 Le sous emploi : existe lorsque la durée ou la productivité de l’emploi d’une personne


sont inappropriés par rapport à un emploi possible que cette personne est déposé
d’occuper et capable de faire.

5
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

Les formes de sous emploi :


- Chômage saisonnier : constitué par les salariés inoccupés périodiquement du
fait du rythme climatique de leu activité (les activités saisonnières agricoles,
les activités saisonnières lies au tourisme...)
- Chômage partiel : constitué par les salariés dont la durée journalière ou
hebdomadaire de leur activité est inferieure à celle qu’ils désirent (il est dû à
la réduction de l’activité d’une E/se).
- Le chômage déguisé : représente la partie fondamentale du sous emploi, il
correspond au nombre de travailleurs que l’on peut retirer d’un secteur sans
réduire sa production.
 les formes de chômage :
- le chômage conjoncturel : est dû au ralentissement de l’activité économique à
cout terme (la baisse de la demande effective).
- Le chômage structurel : lié aux changements à long terme intervenus dans les
structures économiques, démographiques, sociales et institutionnelles
(exemple : l’immobilité des salaires…)
- Le chômage frictionnel : il est volontaire et relèverait d’une stratégie
individuelle, c’est un chômage lié aux délais d’ajustement de main d’œuvre
d’un emploi à l’autre (le travailleur quitte volontairement un emploi pour en
rechercher un meilleur).
- Chômage saisonnier : constitué par les salariés inoccupés périodiquement du
fait du rythme climatique de leu activité (les activités saisonnières agricoles,
les activités saisonnières lies au tourisme...)
- Chômage partiel : constitué par les salariés dont la durée journalière ou
hebdomadaire de leur activité est inferieure à celle qu’ils désirent (il est dû à
la réduction de l’activité d’une E/se).
- Le chômage technologique : lié à la substitution capital travail (robotisme).
- Le chômage technique : lié à une interruption de processus technique de
production à court terme (pannes, pénurie…).

 Les théories de chômage :


1. La théorie des libéraux : (néoclassiques)
- le chômage existe car les salaires sont rigides (ne changent pas)
- le travail est une marchandise
- l’offre de travail est une fonction croissante des salaires réels
- la demande de travail est fonction décroissante des salaires réels
- l’équilibre de marché de travail est assuré par la confrontation entre
l’offre et la demande de travail.
- Les salaires réels doivent être flexibles pour assurer l’équilibre entre
l’offre et la demande

6
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

- Si l’offre de travail est supérieure de la demande ; les salaires réels


doivent baisser pour assurer l’équilibre
- Le chômage est volontaire
- Pour les libéraux le chômage existe à cause de :
 Salaires minimum légale (SMIG) :
Si SMIG > salaires réels  offre de travail> demande de travail
chômage
 L’allocation de chômage
 Les syndicats et les négociations collectives : se sont des
organisations qui défendent les droits des salariés pour
améliorer les salaires et les conditions de travail, s’il n’y a pas
d’accord le résultat est le grève  le chômage

2. La théorie keynésienne :
- Le travail n’est pas une marchandise
- le chômage existe à cause de la situation de déséquilibre économique
(la baisse de la demande effective)
- le chômage est involontaire
- la solution de chômage est l’intervention de l’Etat pour relancer
l’activité économique
- l’Etat doit intervenir pour relancer la demande effective par les
dépenses publiques et la baisse de taux d’intérêt pour encourager les
investissements.
La baisse de taux d’intérêt  Augmentation des investissements
 Augmentation de l’offre  Augmentation de la demande
 Diminution du chômage

 La relation inflation chômage :


 La courbe de Philips :
- Comparaison entre le taux de chômage et le taux d’inflation.
- Lorsque les salaires augmentent, le chômage diminue et les prix
augmentent.
- Lorsque le chômage augmente l’inflation diminue, et l’inverse
- Ce courbe nous montre que les gouvernements on deux
alternatives dans leur politique monétaire ; favoriser un chômage
bas ou inflation faible.
- Le NAWRO correspond au taux de chômage pour lequel le taux de
croissance des salaires n’augmente pas, c'est-à-dire une situation
d’équilibre macroéconomique dans laquelle le taux de chômage est
tel que la progression de salaires réels correspond à l’évolution de
la productivité.

7
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

 Les monétaristes : l’inefficacité de politique de relance


Pour Friedman l’arbitrage inflation chômage existe qu’à court terme
L’augmentation d’offre de monnaie  les prix augmentent à court terme
 Inflation  la baisse des salaires réels  augmente de demande de
travail la baisse de chômage
A long terme l’inflation anticipé augmente et la courbe de Philips de court
terme se déplace vers une droite.
A long terme les salaires réels s’ajustent pour rattraper les pouvoirs
d’achat, c’est qui entraine l’inflation

Chapitre 4 : le développement
 Les théories de développement :
 La théorie néoclassique : cette théorie repose sur la théorie des avantages
comparatifs de Ricardo ; chaque pays doit spécialiser dans la production et
l’exportation des biens dont ils disposent d’un avantage comparatif c'est-à-
dire les plus compétitives.
 Les étapes de la croissance de Rostow : Rostow considère que toutes les
sociétés passent par 5 étapes de croissance.
1) La société traditionnelle :
- La dominance du secteur agricole
- La terre est la seul source de richesse
2) Les conditions préalables au décollage :
- Apparition d’une Etat centrale efficace
- Développement de l’agriculture
- Augmentation de l’épargne et l’investissement
3) Le décollage :
- Emergence de branche motrice
- Naissance des nouvelles industries
- L’investissement attient un taux de 10%
- L’ouverture de commerce extérieur
4) La maturité :
- L’investissement passe de 10% à 20%
- Augmentation de la production globale qui dépasse l’augmentation
de la population
- L’apparition des nouvelles industries (High technologie)
- Augmentation de la productivité agricole
5) L’ère de consommation de masse :
- Besoins essentielles satisfait
- Le développement durable
- La production des biens de consommation durables (voiture)
- Augmentation de PIB par habitant

8
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753
Résumé de PES Karim Economist

 Les critiques de la théorie de Rostow :


- La théorie de Rostow est basée sur l’intervention des facteurs
politiques et sociaux et non pas sur des analyses économiques.
- Théorie mécaniques et non pas analytiques
- Elle repose sur une vision linéaire de l’histoire
- Les conditions préalables au décollage sont plus difficiles à
atteindre aujourd’hui.
 La théorie Marxiste :
- La théorie de l’’échange inégale :
Elle signifie que les pays du centre sont en mesure d’acheter les
produits provenant des pays du tiers monde à prix bas et de vendre
à ces derniers leurs propres produits à des prix élevés. Ce qui
entraîne un transfert occulte d’une quantité importante de surplus
de la périphérie vers les pays du centre par le bais du commerce
international.
- La théorie de dépendance :
Selon T. Dos Santos une économie est dépendante lorsque sa
croissance est liée à la croissance d’une économie extérieure. Parmi
les indices de dépendance on cite : des indices économiques,
financières, culturelles…
- La théorie structuraliste :
La structure économique des pays en voie de développement a été
formulée par la colonisation à tel point de répondre seulement aux
besoins du pays colonisateur et non à ceux du pays.

 Les indicateurs de développement :


 La scolarisation
 Le PIB par habitant
 L’espérance de vie
 Indice de développement humain

Bonne courage

9
Facebook : Espace D’etudiants Fsjes Guelmim Tél : 0626847753