Sie sind auf Seite 1von 127

N°: G.

M/………………/2019

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬


République algérienne démocratique et populaire
‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬
Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique
‫جامعة العربي التبسي – تبسة‬
Université Larbi Tebessi – Tébessa
‫معهد المناجم‬
Institut des mines
‫قسم اإللكترومــيك ـ ـ ــانيـ ــك‬
Département électromécanique

MEMOIRE

Présenté en vue de l'obtention d’un diplôme de Master


Filière : Électromécanique
Option : Électromécanique minier

Optimisation des intégrations des énergies


renouvelables dans les réseaux de transport

Présenté et soutenu par

AYACHE Ismaïl CHIKHAOUI Ahmed

Devant le jury :

Grade Etablissement
Président : ATTIA Moussa MAA Université Larbi Tebessi - Tébessa
Encadreur : HOUAM Alaa MAA Université Larbi Tebessi - Tébessa
Examinateurs : DAOUADI Rabeh MAA Université Larbi Tebessi - Tébessa

Promotion 2018-2019
Sommaire

Remerciements

Liste des abréviations

Liste des tableaux

Listes des figures

Introduction générale

Chapitre I : Généralités sur les énergies renouvlables

Introduction ............................................................................................................................... 04

1. Les énergies renouvelables ..................................................................................................... 04

2. Utilisation de l’énergie renouvelable ...................................................................................... 05

3. Les types des énergies renouvelables ..................................................................................... 05

4. Objectifs des pays Arabes pour produire l’électricité à partir des énergies renouvelables .... 07

5. Programme de développement des énergies renouvelables en Algérie ................................. 08

.6. L’énergie solaire photovoltaïque .......................................................................................... 09

7. La cellule photovoltaïque ....................................................................................................... 09

8. Les cellules d’origine organique (silicium) ............................................................................ 10

8.1. Les cellules au silicium monocristallin ............................................................................... 10

8.2. Les cellules au silicium multi cristallin ............................................................................... 11

8.3. Les cellules au silicium amorphe ......................................................................................... 11

9. Les cellules d’origine inorganiques ....................................................................................... 12

9.1. Les couches minces ............................................................................................................. 12

10. L’effet photovoltaïque ......................................................................................................... 13

11. Le panneau photovoltaïque ................................................................................................... 13


12. Les caractéristiques électriques d'une cellule photovoltaïque .............................................. 17

12.1. Courant de court-circuit ..................................................................................................... 17

12.2. Tension à circuit ouvert ...................................................................................................... 17

12.3. La courbe courant-tension ................................................................................................. 18

12. 4. Puissance optimale et facteur de forme ............................................................................. 19

12.5. L’influence de la résistance shunt sur puissance DC.......................................................... 19

12.6. L’influence de la résistance série sur puissance DC.......................................................... 20

12.7. L’influence d’éclairement sur le fonctionnement du panneau .......................................... 21

12.8. L’influence température sur le fonctionnement du panneau .............................................. 22

13. Quelque facteur qui influe sur la puissance DC ................................................................... 23

13.1. Ampacité .......................................................................................................................... 23

13.2. Mise en série et en parallèle de modules ........................................................................... 23

Conclusion .................................................................................................................................. 24

Chapitre II : Modélisation commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

Introduction ................................................................................................................................ 26

1. Convertisseurs de puissance ................................................................................................... 27

2. Les convertisseurs DC-DC (hacheurs) ................................................................................... 29

3. Les types des Hacheurs .......................................................................................................... 29

3.1-Hacheur Boost (élévateur)..................................................................................................... 29

3.2. Hacheur buck (dévolteur) ..................................................................................................... 30

3.3. Hacheur Elévateur-abaisseur (buck-Boost) .......................................................................... 31


3.4. Hacheur Sepic ...................................................................................................................... 32

3.5. Convertisseur Cuk (inverseur) .............................................................................................. 33

4. Suivi de la puissance maximale du générateur photovoltaïque .............................................. 36

4.1. La commande MPPT (Maximum Power Point Tracking) .................................................... 36

4.2. Le but de commande MPPT ................................................................................................. 36

.4.3. Les commandes de MPPT ................................................................................................. 38

5. Le convertisseur DC-AC (L’onduleur) .................................................................................. 44

5.1. Objectif de la commande de l’onduleur .............................................................................. 44

6. Topologies d'onduleur 𝑷𝑽 triphasé connecté au réseau ........................................................ 47

6.1. Modularité de couplage des onduleurs avec les systèmes PV ............................................. 47

6.2. L’onduleur unique générateur (OUG) .................................................................................. 48

6.3. L’onduleur par groupe de panneaux (OGP) ......................................................................... 48

6.4. L’onduleur intégré par panneau (OIP).................................................................................. 48

7. Fonctions de l’onduleur connecté au réseau .......................................................................... 49

8. Structure Hacheur+ Onduleur.................................................................................................. 50

8.1. Hacheur et filtre intégrés à l’onduleur ................................................................................. 50

8.2. Hacheur et filtre ne sont pas intégrés à l’onduleur [N]........................................................ 50

9. L’importance d’utiliser un transformateur élévateur après l’onduleur [N] ............................ 50

10. Rendement d’onduleur ......................................................................................................... 51

Conclusion .................................................................................................................................. 51

Chapitre III: Injection des EnR dans le réseau de transport

Introduction ................................................................................................................................ 53

1. Le réseau électrique ................................................................................................................ 54


2. La structure du réseau électrique ............................................................................................ 54

2.1. Le réseau de transport .......................................................................................................... 55

2.2. Le réseau de répartition ....................................................................................................... 55

2.3. Le réseau de distribution ..................................................................................................... 56

3.Le système PV raccordé au réseau distribution ....................................................................... 60

3.1.Avantages d'intégration des systèmes PV au réseau ............................................................. 61

3.2.Les impacts d’intégration sur du réseau de distribution ........................................................ 61

4.Présentation des harmoniques trouvés dans le réseau distribution ........................................... 61

4.1.Inter harmoniques .................................................................................................................. 61

4.2.Les causes des harmoniques ................................................................................................. 61

5.Déséquilibre du courant et de tension ...................................................................................... 63

5.1.Origine du déséquilibre ........................................................................................................ 63

5.2.Conséquence du déséquilibre ................................................................................................ 64

6.Généralités sur les solutions d'amélioration de la qualité de l'énergie électrique .................... 64

6.1.Amélioration du facteur de puissance ................................................................................... 64

6.2.Filtre actif ............................................................................................................................. 67

6.3.Les convertisseurs multi-niveaux ......................................................................................... 68

6.3.1.Les convertisseurs multi-niveaux en série ......................................................................... 69

6.3.2.Les convertisseurs multi-niveaux en parallèle ................................................................... 70

6.4.Diminution des pertes et les niveaux de tensio...................................................................... 70

Conclusion .................................................................................................................................. 71
Chapitre IV: simulation et résultats

Introduction ................................................................................................................................. 73

1.Modélisation du Panneau photovoltaïque ............................................................................... 74

2.Caractéristiques courant-tension et puissance tension ............................................................. 76

3.Modélisation du générateur photovoltaïque ............................................................................ 77

4.Simulation de 91 matrices en parallèle (sous-champs) ............................................................ 78

5.Optimisation des déffirents algorithmes d’MPPT .................................................................... 79

5.1- Commande de l’incrémentation de conductance ................................................................. 80

5.2- Commande par algorithme P@O ........................................................................................ 81

5.3.Commande par logique floue ............................................................................................... 82

6.Optimisation des Commandes d’onduleur 3 phases ................................................................. 87

6.1.Commande par hystérésis ..................................................................................................... 88

6.2.Cmmande plein onde ............................................................................................................ 89

6.3.Commande par méthode PWM (MLI) .................................................................................. 90

7.Le système PV raccordé au réseau .......................................................................................... 93

Conlusion .................................................................................................................................... 98
Remerciements
Ce travail n’est jamais une œuvre individuelle, il est le fruit
de nombreuses expériences, rencontres, et collaborations.
Aussi, voudrais-je exprimer toute ma gratitude à l’ensemble
des personnes qui ont participé de près ou de loin à ce
travail, qui ont croisé ma route, en m’accordant le temps,
l'écoute, les conseils, l’expérience et parfois réconfort et
m’auront permis à leur manière de progresser, avancer,
mûrir, apprendre et à mieux me découvrir. Tout d’abord, je
tiens à exprimer nos profonds remerciements à notre
encadrant Mr Houam ALAA, pour son encadrement
exemplaire ainsi que pour son soutien, sa collaboration, sa
disponibilité, et ses remarques pertinentes et directives.
Nos sincères remerciements à Dr OUANASS DJAMEL, pour
son savoir, ses informations, à toute l’équipe SKTM El
Khnag Laghouat nous ne manquerions pas non plus de
remercier les honorables membres du jury Mr ATIA
MOUSSA et Mr DAOUADI RABEH d’avoir accepté d’évaluer
cette soutenance, et de me faire part de leurs remarques
sûrement pertinentes qui contribueront, sans nul doute, au
perfectionnement du présent travail.
Nos remerciements vont aussi à tous nos professeurs,
enseignants et à tous les membres du corps professoral du
département électromécanique et l’institut des Mines
Tébessa. Je ne peux pas clore mes remerciements sans
rendre un grand hommage à de sa disponibilité et ses
remarques constructives.
Dédicace
Je dédie ce modeste travail :
A ceux qui m’ont toujours encouragé et soutenu avec
amour et patience
Pendant mes études ?
A ceux qui ont vécu avec moi tout ce temps instant par
instant.
A ceux auxquels je tiens à présenter mon tout respect et
ma grande reconnaissance.
A mes parents que j’aime tellement.
Aucune dédicace ne me serait suffisante pour exprimer
la profondeur de mon amour.
A mes frères et mes sœurs.
A mon oncle Tayeb
A toute ma famille (Ayache) ; et Djebrite
A tous mes professeurs
Leur générosité et leur soutien m’obligent de leur
témoigner mon profond
Respect et ma loyale considération.
A tous mes amis et collègues ; surtout LALMI Laaouar et
SOUFIANE lakhnache
A mon binôme Ahmed CHIKHAOUI
A ma promotion du Master Electromécanique minière,
A tous ceux qui me sont chers !

AYACHE Ismail
Je remercie Dieu le tout puissant qui m’a permet

d’entreprendre mes études et les achevés dans la sérénité

et de m’avoir donné le courage pour accomplir ce

modeste travail que je dédie :

Mes parents ; qui je dis, quoique je fasse je ne pourrai

estimer vos valeur celle qui m’a ouvert les yeux sur ce

monde, pour son affection, son soutien indéfectible, celle

qui a souffert et qui souffre toujours pour me donner le

souffle de la continuité

*cherre maman ∗

Et celui qui m’a inspiré le sens du sacrifice et de Patience


; notre exemple, vous êtes toujours le père, l’enseignant, le
maitre, qui m’a appris l’alphabet de la vertu et qui a sens
cesse contribuer à parfaire ma formation
∗ Cher papa ∗

A ceux qui m’on partage l’existence pour le meilleur et


pour le pire ; A toute la famille CHIKHAOUI et la famille
ZITOUNI.
A tous mes amis.

CHIKHAOUI Ahmed
Liste des abréviations

Symbole Définition

BT Basse tension
HTA Haute tension niveau A
HTB Haute tension niveau B
PV Photovoltaïque
MT Moyenne tension
THD Taux distorsion d’harmoniques
P&O Perturbation et observation
DC courant continu
AC courant alternatif
FF Facteur de forme
MPPT Maximum power point tracking
GPV Générateur photovoltaïque
MLI Modulation de largeur d’impulsion
LFC Logique floue commande
FIS Fuzzy inference system
IGBT Transistor bipolaire à gachette isolée
HOMO Acronyme de highest occupied molecular orbital
LUMO Acronyme de lowest unoccupied molecular orbital
FFT Fonction de transfert de Fourier
NOCT Normal Operating Cell Température
Liste des tableaux :

Chapitre I
Tableau 1: Objectifs déclarés des pays Arabes pour produire l’électricité à partir des EnR,

Puissances en MW (2020-2032).................................................................................................. 07

Tableau 2 : Le rendement et surface nécessaire pour 1kW des panneaux PV.........................17

Chapitre II
Tableau 1: Rapports de transformation des principaux convertisseurs DC-DC…......35
Tableau 2 : Rendement des quelques convertisseurs DC-DC ..................................................... 35

Chapitre III
Tableau 1 Caractéristiques des types du câble ALMELEC......................................................... 53

Chapitre IV
Tableau 1: Caractéristiques du panneau YL250P-29b utilisé [N] ............................................... 74

Tableau 2 : Tableau d’inférence : 7 ‘’Membership function’’ .................................................... 83


Liste des figures :
Chapitre I
Figure 1: L’utilisation des ressources primaires dans le monde .................................................. 05

Figure2 : Objectifs futurs dans les pays arabes (2020-2032) En énergie renouvelables ............. 07

Figure3 : Emissions évitées (en millions de tonne de CO2 ) ........................................................ 08

Figure4: Modèle d’une cellule photovoltaïque ............................................................................ 10

Figure5: Les cellules d’origine organique ................................................................................... 12

Figure6 : Production photovoltaïque mondial ; La technologie silicium (2015)......................... 12

Figure7: les cellules d’orine inorganique .................................................................................... 13

Figure8 : Évolution en laboratoire du rendement des cellules photovoltaïques .......................... 13

Figure9 : Le principe photovoltaïque .......................................................................................... 14

Figure 10: Ensemble des modules (cellules) composées d'un panneau PV................................. 16

Figure11: Le courant court-circuit et la tension à circuit ouvert de cellule ................................. 18

Figure 12: La courbe courant-tension.......................................................................................... 18

Figure13 : influence de la résistance shunt sur les caractéristiques (P-V) .................................. 20

Figure14 : influence de résistance Série sur les caractéristiques (P-V) ...................................... 20

Figure15 : influence de l’ensoleillement sur les caractéristiques (I-V) ....................................... 21

Figure16 : influence de l’ensoleillement sur les caractéristiques (P-V). ..................................... 21

Figure17 : influence de la variation de la température sur les caractéristiques (I-V) .................. 22

Figure18: influence de la variation de la température sur les caractéristiques (P-V) ............... 22

Figure 19: Mis en parallèle en gauche et série en droite des panneaux ...................................... 24

Chapitre II
Figure 1: Les déférents commutateurs de puissance ................................................................... 27
Figure2 : Interrupteur idéal contrôlé par le signal de grille G ..................................................... 28

Figure3 : Tension entre les bornes après l’interrupteur idéal ...................................................... 28

Figure4 : Hacheur Boost.............................................................................................................. 29

Figure5 : hacheur buck (dévolteur) ............................................................................................. 30

Figure6 : Hacheur buck-Boost .................................................................................................... 31

Figure7 : Convertisseur Buck-Boost durant L'état ON ............................................................... 32

Figure8 : Convertisseur Buck-Boost durant L'état OFF .............................................................. 32

Figure 9 : les composants d’un Hacheur Sepic ........................................................................... 33

Figure10 : : Structure d’un convertisseur Cuk ............................................................................ 33

Figure11 : Circuit équivalent du convertisseur Cuk avec Q fermé ............................................. 34

Figure12 : Circuit équivalent du convertisseur Cuk avec Q ouvert............................................. 34

Figure13 : tension-courant-puissance des 3 types charges en élecricité et Ipv Vpv Ppv ................. 36

Figure14 : Système global de conversion PV avec convertisseur DC/DC contrôlé par une
commande PPM .......................................................................................................................... 37

Figure15 : Principe de la commande P@O ................................................................................. 38

Figure16 : Algorithme de la Perturbation et Observation (P&O)................................................ 38

Figure 17: Algorithme de la méthode incrémentation de conductance ....................................... 39

Figure18: Signe de dP/dV pour différentes zones de fonctionnement ........................................ 41

Figure19 : un ensemble flou de l’univers du discours ................................................................. 42

Figure20 : Principe de la commande MPPT logique Floue......................................................... 42

Figure21 : Les formes des fonctions d’appartenance .................................................................. 43

Figure22 : Décision selon logique floue et Décision selon modèle linaire ................................. 43

Figure23 : Principe de la commande par hystérésis .................................................................... 44

Figure24 : Modulation de largeur d’impulsion(MLI).................................................................. 46


Figure 25 : Commande d’onduleur monophasé par commande plein onde ................................ 47

Figure26 : Onduleur triphasé commande par commande plein onde .......................................... 48

Figure27 : les 3 modularités de couplage des onduleurs ............................................................. 49

Figure28 : Topologies des onduleurs industriels © 2015 IEEE .................................................. 49

Figure29 : Système PV connecté à un réseau .............................................................................. 50

Figure30 : Hacheur et filtre intégré à l’onduleur ......................................................................... 47

Figure31 : Hacheur et filtre ne sont pas intégrés à l’onduleur ..................................................... 51

Figure32 : Transformateur élévateur de tension entre Onduleur et réseau .................................. 51

Chapitre III
Figure 1: La structure maillée du réseau de transport ................................................................. 50

Figure2 : Configuration de réseau de distribution, A) Bouclée ; B) Radiale .............................. 51

Figure3 : Schéma équivalent d’une ligne aérienne ...................................................................... 52

Figure4 : Câble ALMELEC nu graissé/ALL ALUMINIUM ALLOY CONDUCTOR .......... 52

Figure5 : Schéma équivalent d’un transformateur ...................................................................... 53

Figure6 : Exemple d’une charge.................................................................................................. 54

Figure7 : Alimentation d’une charge non linéaire ....................................................................... 57

Figure8 : Schéma simplifié d’un réseau électrique constitué par des récepteurs alimentés par
une source triphasée de tension ................................................................................................... 58

Figure 9 : Modèle d’une source alimentant une charge à travers une ligne de transport ............ 59

Figure10 : représente le diagramme de Fresnel correspondant à la ligne de transport ................ 60

Figure11 : Principe d’un onduleur multi-niveaux ....................................................................... 64

Chapitre IV
Figure 1: Modèle d’un panneau PV type YL250P-29b (utilisé).................................................. 75

Figure2 : courbe de tension du panneau PV dans les NTCO ...................................................... 75


Figure3 : L’algorithme pour obtient la courbe courant-tension-puissance .................................. 76

Figure4 : La courbe courant-tension-puissance de panneau YL250P-29b .................................. 76

Figure5 : simulation de 22 panneaux en série (panneau type YL250P-29b) ............................... 77

Figure6 : simulation de 2002 panneaux (pour produire une puissance de 500kW) .................... 78

Figure7 : Structure d’hacheur Boost............................................................................................ 79

Figure8 : Algorithme d’incrémentation de conductance ............................................................. 80

Figure 9 : Hacheur Boost commandé par algorithme incrémentation de conductance ............... 80

Figure10 : Puissance extraite de panneau PV par la commande incrémentation de conductance80

Figure11 : Structure d’algorithme P@O................................................................................. 81

Figure12 : Hacheur Boost commandé par algorithme P@O ............................................... 81

Figure13 : Résultat de la puissance extraite du panneau YL250P-29 par l’algorithme... 82

Figure14 : Fonction d'appartenance avec sept ensembles flous pour la variable Linguistique
(Taille) ......................................................................................................................................... 84

Figure15 : les ‘’Rules’’ de commande floue ........................................................................... 84

Figure16 : la surface équipée par la commande floue ................................................................ 85

Figure17 : Modélisation de la commande logique floue ............................................................. 85

Figure 18: Résultat de puissance extraite du panneau YL250P-29b par l’algorithme ................ 86

Figure19: courant de sortie de hacheur .................................................................................. 86

Figure20 : Tension de sortie d’hacheur................................................................................... 87

Figure21 : Commande d’un onduleur 3 phases par la méthode hystérésis ........................ 88

Figure22 : Tension DC et commande Hystérésis et Tension AC de sortie ......................... 88

Figure23 : simulation de commande d’onduleur 3 phases par méthode plein onde ......... 89

Figure24 : Tension de sortie d’onduleur commandé par méthode plein onde ................... 89

Figure25 : Onduleur triphasés commandé par commande PWM ....................................... 90


Figure26: Tension de sortie d’onduleur .................................................................................. 91

Figure27 : Le THD de la commande MLI ............................................................................... 91

Figure28 : Le THD de tension DC et commande Hystérésis ................................................ 92

Figure29 : FIGURE IV.27 : Le THD de tension de commande plein onde ........................ 92

Figure30 : schéma du système d’injection d’énergie PV vers le réseau ............................. 94

Figure31 : simulation d’une charge non linéaire alimentée par un réseau 3 phasés sans
connexion du filtre .................................................................................................................... 94

Figure32 : résultat de simulation : Courbes tension et courant du réseau électrique ... 94

Figure33 : taux distrosion harmonique(THD) du courant du réseau= 22.88 % ............... 96

Figure34 : simulation du système avec la connexion du filtre.............................................. 96

Figure35 : tension de réseau +tension de charge non linéaire +tension injectée par le
filtre ............................................................................................................................................ 97

Figure36: taux distrosion harmonique(THD) du courant du réseau= 0.26 % ............................. 97

Figure 37: Schéma proposé pour minimiser les harmoniques et déséquilibre de tension et
courant ......................................................................................................................................... 98
Introduction générale
Introduction générale
La consommation durant le siècle dernier a considérablement augmentée à cause
de l’industrialisation massive. La grande partie de l‘énergie consommée provient des
combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon, …etc.) dont l‘utilisation massive
peut conduire à l‘épuisement de ces réserves et menace réellement l‘environnement.
Cette menace c‘est manifesté principalement à travers la pollution et le réchauffement
global de la terre par effet de serre. En effet, la grande préoccupation du monde actuel
est d‘atténuer cette pollution par l‘adaptation des sources d‘énergie classiques à des
critères très sévères et par l‘utilisation des énergies renouvelables.
Les énergies renouvelables se manifestent comme une solution potentielle à la
réduction de la pollution. Parmi les moyens de production prometteurs (éolien,
hydraulique…), le photovoltaïque (PV) apparaît aujourd’hui comme le plus approprié et
le plus abouti à la production d’électricité d’origine renouvelable. Ajoutons à cela la
libéralisation du marché de l’électricité qui introduit des changements majeurs dans le
domaine de l’énergie.
Le système PV raccordé à un réseau peut servir à fournir d‘importantes quantités
d‘énergie, cependant, cela nécessite un énorme investissement qui rend le coût de
l‘électricité produite très élevé.
Hormis ses avantages, l‘énergie solaire présente quelques inconvénients, par son
intensité variable, son caractère intermittent et son coût, la simulation de ses énergies est
donc nécessaire pour optimiser son rendement et améliorer la qualité d’énergie.
Notre objectif dans ce présent travail est l’étude de la connexion au réseau
électrique d’un générateur photovoltaïque, réalisé en quatre chapitres et une conclusion
générale:
Au premier chapitre, on s’intéresse à généralité sur les énergies renouvelables et
le principe de fonctionnement des systèmes photovoltaïques.
Le second chapitre présente les convertisseurs DC-DC et DC-AC et ses
caractéristiques et ses différents commandes.
Le chapitre trois est consacré à l’étude le raccordement des systèmes PV au
réseau de distribution peut avoir quelques impacts sur les réseaux électriques : impacts
sur le changement des flux de puissance, sur le plan de tension, sur la qualité de
l’énergie ou sur la planification du réseau… D’un autre côté, les caractéristiques, le
fonctionnement et les perturbations sur les réseaux de distribution peuvent influencer le
fonctionnement des systèmes PV.
Le dernier chapitre l’étude par simulation est effectué sous l’environnement
Matlab Simulink des déférents systèmes présentés dans les chapitres précédents.
La simulation aussi de la commande de la connexion d’un système de génération
d’énergie renouvelable au réseau électrique (un système photovoltaïque) via un
onduleur à (MLI) d’une , et onduleur à hystérésis et onduleur à plein onde, modélisation
des adaptateurs d’impédance (hacheurs), l’optimisation au bus continu et alternatif offre
la possibilité de gérer le flux des puissances à un niveau maximal qui permet d’imposer
une puissance de référence à transiter au réseau ; dans ce chapitre on va aussi simuler
l’influence des charges connectées au réseau sur la qualité d’énergie injectée et la
compensation d’harmonique et déséquilibre existés dans le réseau.

L’objectif de ce mémoire est :


 Optimiser le système de conversion DC-DC et DC-AC
 Améliorer la qualité de l’énergie injectée au réseau
Chapitre I

Généralités sur les énergies


renouvelables
Introduction
L'utilisation des sources d'énergie renouvelable par l'homme, dont l'énergie
solaire, éolienne et hydraulique, est très ancienne ce type d'énergie est utilisé depuis
l'antiquité et son utilisation a continué à exister jusqu'à l'arrivée de la "Révolution
Industrielle", époque à laquelle, étant donné le bas prix du pétrole, elles ont été
abandonnées.
Cependant depuis ces dernières années étant donné l'accroissement du coût les
combustibles fossiles et des problèmes environnementaux dérivés de leur exploitation,
nous assistons à un à renouveau des énergies renouvelables.
Les énergies renouvelables sont inépuisables, propres et peuvent être utilisés de
manière autogérée (puisqu'elles peuvent être utilisés dans le même lieu où elles sont
produites). Elles présentent en outre l'avantage additionnel de se compléter entre elles.
Le monde entier commence à prendre conscience de l’ampleur et l’importance des
énergies renouvelables, qui sont devenu une condition nécessaire vis-à-vis l’avenir et
l’écologie. [1]
L’épuisement proche des ressources énergétiques fossiles ainsi que les problèmes
posés vis à vis du respect de l’environnement, incitent au développement des énergies
renouvelables.

I.1. Les énergies renouvelables


Une source d'énergie est renouvelable, si le fait d'en consommer ne limite pas son
utilisation future. C'est le cas de l'énergie du soleil, du vent, des cours d'eau, de la terre
et généralement de la biomasse. Ce qui n’est pas le cas pour les combustibles fossiles et
nucléaires.
Aujourd’hui plus de 80% de l’énergie produite est obtenue à partir des matières
fossiles comme le pétrole, le charbon, le gaz naturel ou l’énergie nucléaire. La Figure
(I.1) montre la répartition en termes d’énergie primaire dans le monde pour toutes les
ressources actuelles. Cependant leur rôle dans le réchauffement climatique, en partie lié
à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, et leur raréfaction prochaine
nous obligent aujourd’hui à une prise de conscience et à envisager un nouveau
paradigme énergétique au niveau mondial. [2]

4
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

FIGURE I.1 : L’utilisation des ressources primaires dans le monde [2]

I.2. Utilisation de l’énergie renouvelable


Depuis quelques années, il n’est plus nécessaire d’installer les systèmes de
production d’énergie renouvelable précisément sur le lieu d’utilisation de l’énergie. Ils
sont maintenant utilisés pour générer de l’énergie électrique qui est transférée par un
réseau électrique sur une distance plus ou moins grande vers les utilisateurs. Pourtant,
les systèmes d’énergie renouvelable individuels qui fournissent de l’électricité à de
petites communautés sont assez répandus. Ils sont adaptés aux endroits dont la
connexion au réseau n’est pas rentable, ou même impossible. On présentera le principe
de ces applications principales de l’énergie renouvelable, notamment pour des panneaux
photovoltaïques.

I.3. Les types des énergies renouvelables


Les énergies renouvelables peuvent être réparties en trois grandes familles : [3]

 L’énergie d’origine mécanique (la houle, éolien, hydraulique) ;


 L’énergie électrique (photovoltaïque) ;
 L’énergie sous forme de chaleur (géothermie, solaire thermique,…).

Depuis quelques décennies, plusieurs pays se focalisent sur la recherche et le


développement de sources d’énergies renouvelables afin de remplacer en partie les
sources d’énergies conventionnelles pour la production de l’électricité. Actuellement, il
existe diverses sources d’énergies renouvelables [4] :
Eolien : l'énergie cinétique du vent est convertie en énergie électrique grâce aux
turbines aérogénérateurs. Les deux types de générateurs principalement utilises sont
synchrones et asynchrones.

5
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

En fonction de ces types, leur raccordement au réseau se fait soit directement,


soit via des interfaces d’électronique de puissance. Dans les sites isoles et en tenant
compte de l’intermittence de l’énergie éolienne, les turbines sont normalement associées
à un système de stockage d’énergie et/ou à un moteur diesel. Il existe également
deux possibilités d'installation des parcs éoliens connectes au réseau : éolien en mer
(Off-shore) et éolien sur terre (On-shore). La puissance d'un parc éolien peut varier de
quelques Mégawatts à quelques centaines de Mégawatts.
Photovoltaïque : les panneaux photovoltaïques transforment directement
l'énergie solaire en énergie électrique. Il s'agit de cellules en matériaux semi-
conducteurs fonctionnant sur le principe de la jonction P-N, réalisées actuellement pour
la grande majorité à partir de Silicium cristallise. Une grande partie des systèmes PV est
connectée au réseau, notamment en basse tension (BT) et associent aux bâtiments ils
sont aussi utilisés pour l'alimentation des sites isoles en association avec un système de
stockage. Le système PV peut aussi être monte en parcs de plusieurs hectares parfois et
sont alors connectes directement à la MT.
Solaire thermique : le principe consiste à capter le rayonnement solaire et a le
stocker dans le cas des systèmes passifs (véranda, serre, façade vitrée) ou, s'il s'agit de
système actif, à redistribuer cette énergie par le biais d'un fluide caloporteur qui peut
être de l'eau, un liquide antigel ou même de l'air. L'énergie solaire thermique trouve de
nombreuses applications : la production d’eau chaude, le chauffage des maisons, le
séchage des récoltes, la réfrigération par absorption pour les bâtiments, la production de
très haute température.
Géothermique : les centrales géothermiques utilisent la chaleur de nappes d'eau
souterraine dans les zones géographiques spécifiques. Cette chaleur est soit directement
utilisée, soit convertie en énergie électrique grâce à des turbins et alternateurs. La taille
typique des centrales géothermiques varie de 5 à 50 MW.
Biomasse et déchets : certaines centrales thermiques a flamme utilisent comme
source primaire des combustibles issus de la biomasse (bois, biogaz, paille, déchets,
organiques, etc.) ou de déchets industriels et domestiques.
Marine : L'énergie des vagues est encore une fois une forme particulière de
l'énergie solaire. Le soleil chauffe inégalement les différentes couches atmosphériques
ce qui entraine des vents eux-mêmes responsables par frottement des mouvements qui
animent la surface de la mer (courants, houle, vagues). Les vagues créent par le vent à la
surface des mers et des océans transportent de l'énergie. Lorsqu'elles arrivent sur un
obstacle elles cèdent une partie de cette énergie qui peut être transformée en courant

6
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

électrique ; cette méthode consiste à utilisant les courants sous-marins, _a partir de


turbines immergées.

I.4. Objectifs des pays Arabes pour produire l’électricité à partir des
énergies renouvelables

Tab I.1 Objectifs déclarés des pays Arabes pour produire l’électricité à partir des
ER, Puissances en MW (2020-2032)[Source : ESCWA]

FIGURE I.2 : Objectifs futurs dans les pays arabes (2020-2032)


En énergie renouvelables [Source : ESCW]

7
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

I.5. Programme de développement des énergies renouvelables en Algérie


Dans le cadre de la mise en œuvre du programme de développement des
énergies renouvelables, un appel à investisseurs pour l’installation de centrales de
production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelable de grande capacité,
sera lancé par le secteur de l’énergie.
Une opération de prospection d’assiettes de terrains a été lancée par le Ministère
de l’Energie en collaboration avec les Directions de l’Energie de Wilaya, les sociétés de
Distribution et les services de GRTE, afin de déterminer la disponibilité des terrains en
précisant notamment leurs superficies et leurs emplacements par rapport aux postes
électriques.
L’identification des terrains permettra de faciliter les démarches que les
investisseurs devraient entreprendre et d’accélérer la cadence de mise en oeuvre du
programme de développement des EnR et ce, pour la réalisation de futures centrales
photovoltaïques et éoliennes durant la période 2016-2020.
Dans une première phase, quinze (15) Wilayas ont été identifiées : Biskra, El-Oued,
Ghardaïa, Khenchela, Laghouat, Naâma, Djelfa, Tébessa, Illizi, Ouargla, Adrar, Bechar,
El-Bayadh, Tamanrasset, Tindouf.
Le choix de ces wilayas s’est effectué sur la base des résultats des études de
potentiels solaire et éolien, menées par le Ministère de l’Energie, conjointement avec
l’Agence Spatiale algérienne (ASAL), le Centre de Développement des Energies
Renouvelables (CDER) etl’Office National de la Météorologie (ONM).
Les critères de sélection des sites éligibles à l’implantation de centrales EnR, en
plus du potentiel, ont été transmis aux Directions de l’Energie. Ces critères portent sur
l’accessibilité au site, la disponibilité du réseau de transport ou de distribution de
l’électricité, la distance par rapport au poste d’évacuation, la topographie, la couverture
et la vocation du terrain (agricole, forêt, touristiques, carrières, militaire…etc). [5]

FIGURE I.3 : Emissions évitées (en millions de tonne de CO2) [5]

8
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

1.6. L’énergie solaire photovoltaïque


Le terme « photovoltaïque », a été formé à partir des mots « photo », un mot
grec signifiant lumière, et « Volta », le nom du physicien italien Alessandro Volta, qui a
inventé la pile électrochimique en 1800. [6]
Les systèmes photovoltaïques ne contiennent aucune pièce mobile. Ils sont
fiables, requièrent peu d’entretien, silencieux et ne produisent aucune émission de
polluants. Ce sont des systèmes modulaires : les éléments de base (modules de cellules
solaires) sont vendus dans un vaste éventail de capacités d’alimentation électrique qui
vont d’une fraction de watt (par exemple les montres et les calculettes à pile solaire) à
plus de 300 watts. L’interconnexion des modules permet d’obtenir la puissance
qu’exige notre application. Certaines centrales photovoltaïques de démonstration
produisent une puissance allant jusqu’à plusieurs mégawatts, bien que la plupart des
systèmes installés soient de dimension beaucoup plus modeste. Le développement de la
production d’électricité photovoltaïque est beaucoup au niveau domestique en
particulier dans les pays où les problèmes environnementaux sont pris au sérieux
(Japon, Allemagne, Suisse…) et dans les pays en voie de développement (Algérie,
Maroc…).

I.7. La cellule photovoltaïque


Une cellule photovoltaïque est composée d’un matériau semi-conducteur qui
absorbe l’énergie lumineuse et la transforme directement en énergie électrique ; a
été découverte par E. Becquerel en 1839. Une cellule photovoltaïque est constituée par
un matériau semi-conducteur de type P-N. La taille de chaque cellule est de quelques
centimètres carrés. La figure (I.4) représente un échantillon schématique d’une
configuration de la cellule photovoltaïque ; Elle constituerait un générateur électrique de
très faible puissance pour, par exemple une application domestique. Afin d’augmenter
la tension et/ou le courant, un grand nombre de cellules sont connectées en série et/ou
en parallèle, encapsulées entre deux feuilles de résine et recouvertes d’un verre et d’un
film étanche, pour former les modules photovoltaïques. Ces modules, ou panneaux
solaires, sont ensuite assemblés pour constituer des systèmes photovoltaïques, qu’il
s’agisse de grandes fermes solaires ou de petites installations. [7]
Dans un montage en série, les cellules sont traversées par le même courant. La
tension totale du module correspond à la somme des tensions délivrées par chacune des
cellules.

9
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

Dans un montage en parallèle, le courant total correspond à la somme des


courants générés par chacune des cellules. La tension reste la même pour toutes les
cellules.
La caractéristique courant-tension d’un panneau solaire est semblable à la
courbe courant-tension d’une cellule de base. Par conséquent, tout ce qui est valable
pour une cellule solaire reste aussi valable pour un panneau solaire. On prendra juste le
soin de ne connecter en série que des cellules identiques ayant la même densité de
courant et de ne connecter en parallèle que des cellules ayant la même tension. En effet,
un branchement de cellules non identiques peut gravement détériorer les performances
de l’ensemble.

FIGURE I.4 : Modèle d’une cellule photovoltaïque

I.8. Les cellules d’origine organique (silicium)


Le silicium est actuellement, et de loin, le matériau le plus utilisé pour la
fabrication des cellules solaires. Près de 93 % de la production mondiale des panneaux
solaires est à base de silicium. Le silicium présente principalement deux avantages :
 Son abondance. Il est le deuxième élément le plus abondant sur notre planète
après l’oxygène, autant dire qu’il est quasiment inépuisable.
 Technologie mature. Les technologies mises en œuvre sont en effet, depuis
plusieurs dizaines d’années déjà, bien maîtrisées.

I.8.1. Les cellules au silicium monocristallin


Le silicium monocristallin (mono-Si), est un matériau composé d’un seul cristal
parfaitement, homogène. Les cellules solaires issues de ce silicium ont une couleur
caractéristique qui est généralement gris-noir métallique.

10
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

Les avantages de cette technologie sont : une production des panneaux solaires
presque optimale. Les cellules monocristallines offrent les meilleurs rendements (16 à
25 %) [8].

I.8.2. Les cellules au silicium multi cristallin


Contrairement au silicium monocristallin, le silicium multi cristallin (mc-Si) est
composé de plusieurs domaines cristallins de tailles variées et orientés de manière
aléatoire dans le matériau. Les cellules solaires multi cristallines ont donc un aspect non
uniforme et sont de couleur bleue.
Cette technologie a comme avantages : un coût de production moins élevé que
pour les cellules monocristallines. Les panneaux ont également une bonne durée de vie.
Le rendement est correct, même par temps nuageux.
Son principal inconvénient est justement son rendement de conversion qui est
légèrement inférieur à celui des cellules au mono-Si. Il est compris entre 14 et 21% [8].

I.8.3. Les cellules au silicium amorphe


Les cellules solaires au silicium amorphe (a-Si) sont obtenues à partir d’un dépôt
de silicium.
Ce dernier peut être déposé sur différents substrats comme du plastique, du verre
ou encore sur du métal. Les cellules solaires présentent une couleur grise.
Elles ont comme avantage un procédé de fabrication moins coûteux car il est
réalisé à basse température et utilise moins de matériau que le silicium cristallin.
En effet l’a-Si possède un coefficient d’absorption beaucoup plus élevé que le
silicium cristallin. C’est ce qui permet d’avoir des cellules avec des couches de l’ordre
du micron d’épaisseur et qui permet de réduire significativement les coûts de production
[9]. C’est une technologie très utilisée pour alimenter des petits objets du quotidien
comme des calculatrices ou des montres solaires. Elles ont aussi l’avantage de
fonctionner à faible luminosité et peuvent donc produire du courant même à l’intérieur
d’une habitation.
Elles présentent comme inconvénient un rendement de conversion faible
(environ13%) par rapport aux autres technologies et une faible durée de vie des
panneaux solaires.

11
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

FIGURE I.5 : Les cellules d’origine organique

FIGURE I.6:Production photovoltaïque mondiale. La technologie silicium (2015) [10].

1.9. Les cellules d’origine inorganiques


1.9.1. Les couches minces
Les principaux matériaux utilisés pour cette catégorie de couches minces sont : le
tellurure de cadmium (CdTe), le CIGS (Cuivre Indium Gallium Sélénium) et le silicium
amorphe (a-Si). Ces cellules en couches minces représentaient, en 2016, environ 5% de
la production photovoltaïque [11].
Les cellules à base de CdTe sont en plein développement et elles occupent, depuis
2009, une part importante du marché des cellules en couches minces avec des
rendements qui atteignent les 21% pour une cellule et 18,6% pour un module
photovoltaïque [8]. Les inconvénients majeurs de cette technologie sont la toxicité du
cadmium et la rareté du tellure.

12
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

FIGURE I.7 : Exemple d’un celle à couche mince (inorganique)

Les différentes technologies sont aujourd’hui utilisées dans la filière


photovoltaïque. La figure1.8 extraite de [10] présente les évolutions des rendements des
différentes filières, nous pouvons observer que, les plus hauts rendements sont obtenus
avec les cellules III-V multi jonction sous concentration, tandis que les plus faibles
rendements sont obtenus avec les cellules solaires organiques.

FIGURE I.8 : Évolution en laboratoire du rendement des cellules photovoltaïques [10]

I.10. L’effet photovoltaïque


L’effet photovoltaïque est un phénomène physique propre à certains matériaux
semi-conducteurs qui produisent de l’électricité lorsqu’ils sont exposés à la lumière. Il
utilisé dans les cellules solaires permet de convertir directement l’énergie lumineuse des
rayons solaires en électricité par le biais de la production et du transport dans un

13
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

matériau semi-conducteur de charges électriques positives et négatives sous l’effet de la


lumière. Ce matériau comporte deux parties, l’une présentant un excès d’électrons et
l’autre un déficit en électrons, dites respectivement dopée de type N et dopée de type P.
Lorsque la première est mise en contact avec la seconde, les électrons en excès dans le
matériau N diffusent dans le matériau P. La zone initialement dopée N devient chargée
positivement, et la zone initialement dopée P chargée négativement. [12]

FIGURE I.9 : Le principe photovoltaïque

Il se crée donc entre elles un champ électrique qui tend à repousser les électrons
dans la zone n et les trous vers la zone p. Une jonction (dite p-n) a été formée. En
ajoutant des contacts métalliques sur les zones n et p, une diode est obtenue. Lorsque la
jonction est éclairée, les photons d’énergie égale ou supérieure à la largeur de la bande
interdite communiquent leur énergie aux atomes, chacun fait passer un électron de la
bande de valence dans la bande de conduction et laisse aussi un trou capable de se
mouvoir, engendrant ainsi une paire électron-trou. [12]

Enfin, cette valeur décroît avec la température et varie peu avec l’intensité
lumineuse.
Le modèle de générateur photovoltaïque est constitué généralement de photo-courant,
de diode, de résistance parallèle, et de résistance série.

L’équation de la caractéristique tension courant de la cellule solaire est donnée par


l’équation 1(1) :

* ( ) + (I.1)

14
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

Où Iph est le photo-courant, Is le courant de saturation, Rs la résistance série de la


cellule, Rp la résistance parallèle de la cellule, a le facteur d’idéalité de la diode et Vt est
la tension thermique.
Les expressions du photo-courant et du courant de saturation sont données par
les équations (2) et (3) :

( ) (I.2)

(I.3)
[ ]

Où Icc est le courant de court-circuit, Ki le coefficient de température de court-


circuit, KV le coefficient de température en circuit ouvert, T la température, VOC la
tension en circuit ouvert, G l’irradiance solaire et Gn est l’irradiance solaire nominale.
L’équation de la caractéristique tension-courant du champ PV est donnée par
l’équation (1.4) :

( ) ( )
[ ( ) ] (I.4)

Où Npp et Nss sont respectivement le nombre de module en parallèle et en série.

La relation caractéristique d'une diode : [13]

( )– (I.5)

 V : tension appliquée à la diode(V)


 Vt =kT/q : potentiel thermodynamique (V)
 k : constante de Boltzmann
 q : charge de l'électron (C)
 T : température absolue (K) Is : courant de saturation de la diode (A)
 Iobs : courant d'obscurité (A) Le courant délivré sur une charge par une cellule
photovoltaïque éclairée s'écrit : I=Iph −Iobs
Soit :
( ) (I.6)

15
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

Iph est le photo-courant généré, c'est-à-dire la contribution due à l'éclairement


(indépendante de la tension aux bornes de la jonction). Elle est proportionnelle à la
quantité de lumière reçue par la cellule :

(I.7)

Où Ir est l'intensité lumineuse éclairant la cellule (W/m2), Ir0, l'intensité de la


condition standard (1 000 W/m2) et Iph0, le photo-courant mesuré dans les conditions
standards.

I.11. Le panneau photovoltaïque


Est un ensemble des cellules reliées entre elle en série pour augmenter la
tension des panneaux PV ; ces panneaux solaires sont généralement à base de silicium
présentent une bonne durée de vie (30 ans) [13]

FIGURE I.10 : Ensemble des (cellules) composées d'un panneau PV

Comme pour la cellule simple, les caractéristiques électriques d'un panneau


photovoltaïque dépendent de la température, de l'ensoleillement et de façon générale, de
son environnement (orientation et inclinaison, état de surface)

16
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

Tab I.2 : Le rendement et surface nécessaire pour 1kW des panneaux PV

Matériau Rendement du panneau Surface nécessaire pour


1 kWc

Monocristallin 14-20% 5,5 à 7,5 m²

Poly cristallin 11-16 % 6 à 9 m²

(CdTe) 10 – 13% 8 à 10 m²

(CIGS) 10 – 13 % 8 à 10 m²

Amorphe(a-Si) 5-9 % 11 à 20 m²

I.12. Les caractéristiques électriques d'une cellule photovoltaïque


I.12.1. Courant de court-circuit
Il s’agit du courant obtenu en court-circuitant les bornes de la cellule (V = 0 V
dans le schéma équivalent). Il s’agit du courant le plus important que l’on puisse obtenir
avec une cellule solaire. Il croît linéairement avec l’intensité d’illumination de la cellule
et dépend de la surface éclairée, de la longueur d’onde du rayonnement, de la mobilité
des porteurs et de la température.

(I.8)

I.12.2. Tension à circuit ouvert


La tension à circuit ouvert est obtenue quand le courant qui traverse la cellule est
nul. Dans le cas de cellules solaires organiques, la Vco est linéairement dépendante du
niveau de la HOMO du matériau donneur et du niveau de la LUMO du matériau
accepteur. De plus, les pertes de charges aux interfaces matériaux-électrodes peuvent
également affecter la valeur de la Vco.
La tension Vco pour laquelle le courant débité par le générateur PV est nul (la
tension maximale d'un générateur PV). Son expression est déduite de l'équation
suivante:

( ) (I.9)

17
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

Alors l’équation sera : (I.10)

FIGURE I.11 : Le courant court-circuit et la tension à circuit ouvert de cellule

I.12.3. La courbe courant-tension

FIGURE I .12 : La courbe courant-tension [14]

La Figure (10) montre la caractéristique courant - tension pour une cellule


photovoltaïque. Ainsi, si une résistance variable R est connectée aux bornes de la cellule
PV, le point de fonctionnement est déterminé par l’intersection de la caractéristique
I=f(V) de la cellule avec la courbe de la charge. Pour une charge résistive, la courbe de
charge est une droite avec la pente 1/R. Par conséquent, si la résistance R est petite, le
point de fonctionnement est situé dans la région AB de la courbe. Le courant I varie peu
en fonction de la tension (il est presque égal au courant de court-circuit). La cellule se
comporte comme un générateur de courant. D'autre part, si la résistance R est grande, la
cellule fonctionne dans la région CD. Dans cette zone, la tension de la cellule varie peu
en fonction du courant I : la cellule se comporte comme une source de tension qui est
presque égale à la tension de fonctionnement à vide. Dans la région BC sur la courbe, la

18
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

cellule PV ne peut être caractérisée ni par une source de courant, ni par une source de
tension. C’est dans cette zone que se trouve le point pour lequel la puissance fournie est
maximale dans des conditions fixées d’éclairement et de température [14].

I.12.4. Puissance optimale et facteur de forme


La puissance utile maximale : , s'obtient en optimisant le produit
courant tension, soit :

( ) (I.11)

Le facteur de forme est le plus important. Il est défini comme le rapport entre la
puissance maximale de la cellule solaire et la puissance optimale. Il est déterminé par
l’équation suivante :

(I.12)

Où Im et Vm représentent respectivement le courant et la tension du point de


fonctionnement qui permet d’extraire le maximum de puissance (P max) de la cellule.
Plus la valeur de FF est grande, plus la caractéristique I(V) ressemble à celle d’une
source idéale de courant Icc tant que V < Vco et à une source idéale de tension pour
I > Icc .
Dans le cas limite FF→1, la puissance extraite de la cellule est maximale.

I.12.5. L’influence de la résistance shunt sur la puissance DC


La figure (I.13) met en évidence l’influence de la résistance shunt (parallèle) sur
la puissance dissipée dont la cellule déficiente est occultée totalement.
On remarque que :
La résistance shunt a un effet très important sur la puissance dissipée ; la
puissance dissipée augmente avec l’augmentation de la résistance shunt et atteint leur
maximum pour une valeur de Rsh =100 ohms.

19
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

FIGURE I.13 : influence de la résistance shunt sur les caractéristiques (P-V)

I.12.6. L’influence de la résistance série sur la puissance DC


La résistance série à un effet très important sur la puissance dissipée ; la puissance
dissipée augmente avec la diminution de la résistance série et atteint leur maximum
pour une valeur de Rs = 0.6 ohms.

FIGURE I.14 : influence de résistance Série sur les caractéristiques (P-V) [15]

20
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

I.12.7. L’influence d’éclairement sur le fonctionnement du panneau


La variation d’éclairement a une influence direct sur les valeurs du courant
par contre pour les valeurs de tension ; et la puissance augmente si l’’éclairement
augmente aussi.

4
1000w/m2
3.5 800w/m2
3 600w/ 2
400w/m2
2.5
200w/m2
Ipv[A]

1.5

0.5

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Vpv[V]

FIGURE I.15 : influence de l’éclairement sur les caractéristiques (I-V)

120
1000w/m2
100 800w/m2
600w/m2
80 400w/m2
200w/m2
Ppv[w]

60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Vpv[v]

FIGURE I.16 : influence de l’éclairement sur les caractéristiques (P-V)

21
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

I.12.8. L’influence température sur le fonctionnement du panneau


La variation de température a une influence directe sur les valeurs de
tension , par contre pour le courant on remarque que constant ; Et la puissance
augmente si la température diminue.

4
Tj=5°
3.5 Tj=10°
Tj=15°
3 Tj=20°
2.5 Tj=25°
Ipv[A]

1.5

0.5

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Vpv[V]

FIGURE I.17: influence de la variation de la température sur les caractéristiques (I-V)

120
Tj=5°
Tj=10°
100 Tj=15°
Tj=20°
Tj=25°
80
Ppv[w]

60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Vpv[v]

FIGURE I.18 influence de la variation de la température sur les caractéristiques (P-V)

22
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

I.13. Quelque facteur qui influe sur la puissance DC

I.13.1. Ampacité
La capacité d'un conducteur (fil) à transporter du courant s'appelle l'ampacité.
Lorsqu'un conducteur transporte plus de courant, il s'échauffe. L'isolation (comme du
plastique) autour du fil ne peut prendre que beaucoup de chaleur. Quand un chef porte
aussi beaucoup de courant, il s'échauffe au-delà de la température nominale de l'isolant
le conducteur. La température nominale du conducteur affecte l'ampacité. [16]
Facteurs influençant l'ampacité (capacité du conducteur à supporter le courant):
1. épaisseur de fil
2. Isolation autour du fil
3. températures chaudes
4. Flux d'air autour du fil
5. La chute de tension : lorsque la tension et la puissance sont perdues sur un fil.
La chute de tension est réduite lorsque le fil est court ou épais, raison pour laquelle il est
mieux utilisé des fils plus épais pour une meilleure efficacité. Parce que V = I.R, si
nous avons moins de courant, nous aurons moins de chute de tension. Cela signifie que
la tension et le courant sont directement proportionnels l'un à l'autre selon la loi d’Ohm.
Il devrait être évident qu'avoir un fil court est bon et d'avoir un fil plus épais est plus
efficace. [17]

I.13.2. Mise en série et en parallèle de modules


La mise en série des modules permet d’augmenter la tension du champ
Pour déterminer le nombre de panneaux à connecter en série, il faut connaître la
tension nominale nécessaire et la tension de fonctionnement des modules. Pour les
installations reliées au réseau, la tension nominale du champ devra se trouver si possible
au milieu de la plage de fonctionnement de l’onduleur.
Cette plage de tension correspond aux limites de fonctionnement du MPPT
(Max Power Tracker) de l’onduleur. Par exemple, un onduleur fonctionnant entre 500 et
850 V de tension d’entrée déterminera une tension nominale de 550 V. Ces 550 V de
tension nominale devraient correspondre à la tension de puissance maximale des
panneaux en série à NOCT, qui est proche de la valeur moyenne de fonctionnement
sous nos latitudes. Un autre facteur est à considérer lorsqu’on connecte plusieurs
modules en série: en première approximation, le courant obtenu sera limité par le
courant du «plus mauvais panneau» de la chaîne. Il est donc intéressant, avant de

23
Chapitre I Généralités sur les énergies renouvelables

monter un champ, de trier les panneaux et de connecter en série ceux ayant des courants
à la puissance maximale le plus proche possible [18].

FIGURE I.19 : Mis en parallèle en gauche et série en droite des panneaux

Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons donné des généralités sur l’utilisation des énergies
renouvelables par rapport les énergies d’origine fossiles et nous avons donné les
définitions et les mécanismes de base du principe de conversion de l’énergie solaire en
énergie électrique. Ainsi, nous avons présenté les différentes filières photovoltaïques et
aussi quelques conceptions sur la puissance du système PV.

Dans le chapitre qui suit, nous allons présenter les déférents convertisseurs DC-
DC et DC-AC.

24
Chapitre II

Modélisation et
commande des
convertisseurs DC-DC et
DC-AC
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

Introduction
Entre l’électronique et l’électrotechnique s’est développée, au cours de la
deuxième moitié du 20ème siècle, une nouvelle technique, l’électronique de puissance,
parfois appelée à ses débuts l’électronique des courants forts.
La mise au point de semi-conducteurs, diodes, thyristors et transistors au silicium,
permettant le contrôle des courants et des tensions importants a donné un essor
considérable à cette nouvelle technique, au point d’en faire aujourd’hui une discipline
de base du génie électrique [19].
Les systèmes chargés de manipuler l’énergie électrique sont les convertisseurs
statiques qui permettent d’adapter de manière réversible l’énergie entre le réseau et la
charge. Ces transformations apparaissent sous quatre formes les quelles sont associés
quatre types de convertisseurs : les redresseurs, les hacheurs, les onduleurs et les
gradateurs ou les cyclo-convertisseurs, les fonctions de base peuvent être utilisées
seules ou associées entre elles pour adapter les modes de conversion aux besoins de
l’utilisateur. [20]
Les hacheurs sont des convertisseurs statiques continu-continu, permettant de
générer une source de tension continue variable à partir d’une source de tension
continue fixe. Ils se composent de condensateurs, d’inductance et d’interrupteurs
statiques. Ils consomment moins de puissance. C’est pour cette raison que les hacheurs
ont de très bons rendements. Le convertisseur est intrinsèquement un système non
linéaire. Les techniques de commande qui peuvent être envisagées doivent aboutir à des
correcteurs simples à implémenter, ce qui exige des structures simples à mettre en
œuvre [21].
Dans ce chapitre s’inscrit dans le but d’étudier certains convertisseurs
d’électronique de puissance et les techniques de commande et de conversion des
systèmes (PV) connectés au réseau, et d’optimiser leurs fonctionnement à l’aide des
différents algorithmes de commande classique et développés .

26
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

II.1. Convertisseurs de puissance


Pour la conversion de puissance, il est essentiel que le rendement soit
maintenu élevé pour éviter la dissipation de la puissance et pour éviter les
échauffements excessifs dans les composants électroniques. Pour cette raison toute la
conversion de puissance échangée doit être réalisée autour des composants de stockage
d'énergie (inductance et condensateurs) et les commutateurs. Les commutateurs de
puissance utilisés dépendent du niveau de la puissance à convertir ou à commander. Les
MOSFETS (transistors à effet de champ d'oxyde de métal) sont habituellement utilisés à
la puissance relativement basse (quelques kW) et les IGBTS (transistors bipolaires à
gâchette isolée) à des puissances plus élevées. Les thyristors ont été généralement
utilisés et acceptés dans les plus hauts niveaux de puissance comme est présenté à la
Figure (II.1) [22].

FIGURE II.1 : Les déférents commutateurs de puissance [22]

Le transistor MOSFET est rapide et facile à commander, mais les transistors


bipolaires ont une meilleure tenue en tension et présentent une chute de tension à l’état
passant plus faible pour les courants élevés. L’association de ces deux avantages donne
naissance à des composants hybrides nommés IGBT. [MM]

27
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

. Dans notre application notre choix se porte sur un seul composant, c’est l’IGBT car il
nous offre la possibilité de transmettre une puissance supérieure à 100 kW avec une
fréquence de découpage qui peut varier entre 5 kHz et 50 kHz

FIGURE II.2 : Interrupteur idéal contrôlé par le signal de grille G [23]

Le 0 et 1 sont reliés au circuit de puissance. Le troisième terminal G, également


appelé grille (gate en anglais), est connecté à un terminal de contrôle. En fonction de
l’absence ou de la présence du signal de contrôle à la grille, la résistance de
l’interrupteur est soit large, soit proche de zéro de façon à se comporter soit comme un
circuit ouvert, soit comme un circuit fermé. [23]

FIGURE II.3 : Tension entre les bornes après l’interrupteur idéal

Le rôle d’un interrupteur est d’autoriser ou de stopper le passage du courant. Il


présente deux états stables, dits états statiques :

 L’état passant (ou état ON) où le courant est autorisé à circuler. La chute de tension
aux bornes de l'interrupteur est négligeable par rapport à la tension imposée par les
sources.

 L’état bloqué (ou état OFF) où le courant est stoppé. Le courant de fuite à travers
l'interrupteur est négligeable par rapport au courant circulant par les sources.

28
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

II.2. Les convertisseurs DC-DC (hacheurs)

Le système (PV) le plus simple n'exige aucune commande électronique au


traitement de puissance, qui est constitué d’une rangée de module (PV) avec un
nombre convenablement choisi de cellules. Des circuits électroniques sont utilisés
pour la commande et la conversion de la tension (DC-DC) et la transformation du
courant continu en courant alternatif (DC-AC).
Les hacheurs sont utilisés par exemple pour alimenter des moteurs à courant
continu. Ils servent également à la poursuite des points de puissance maximale
(maximum power point tracking en anglais, MPPT) des panneaux photovoltaïques
qui varient en fonction de l’irradiation ; le hacheur ajuste par essai-erreur la tension
DC jusqu’à ce qu’elle se situe au point de puissance maximale. Des hacheurs sont
présents dans l’onduleur étudié au laboratoire pour lui permettre de fonctionner au
point de puissance maximale. Cette étape de conversion DC-DC n’est cependant pas
modélisée dans les modèles développés parce que les transitoires
électromagnétiques étudiés se déroulent à une autre échelle de temps que les
variations de la source renouvelable. Les résultats présentés au chapitre 4. Nous
nous intéressons essentiellement au convertisseur élévateur de tension (Boost). En
effet, dans un système photovoltaïque (𝑃𝑉) de petite et moyenne puissance, souvent,
la tension délivrée par le générateur photovoltaïque (𝐺𝑃𝑉) est inférieure à la tension
d’entrée nécessaire de l’onduleur. Il faut donc élever la tension fournie par le 𝐺𝑃𝑉.
C’est le rôle du convertisseur Boost.

II.3. Les types des Hacheurs


Les 5 montages de bases des hacheurs à un quadrant et leurs principes de
fonctionnement sont présentés ci-après. Ces 5 montages sont :
II.3.1-Hacheur Boost (élévateur)

Le convertisseur statique continu/continu (DC/DC) utilisé, est le plus fréquemment


utilisé comme convertisseur élévateur (Boost) Figure (II.4 ) [24]

FIGURE II.4 : Hacheur Boost

29
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

 Principe de fonctionnement
Le fonctionnement d'un convertisseur Boost peut être divisé en deux phases
distinctes selon l'état de l'interrupteur Q :
a)-Mode continu : (Une phase d'accumulation d'énergie) : Lors de l'état passant
lorsque l'interrupteur Q est fermé, cela entraîne l'augmentation du courant dans
l'inductance, donc le stockage d'une quantité d'énergie sous forme d'énergie magnétique.
La diode D est alors bloquée et la charge est alors déconnectée de l'alimentation.
b)-Mode discontinu : Lorsque l'interrupteur Q est ouvert, l'inductance se trouve
alors en série avec le générateur et sa f.e.m s'additionne à celle du générateur (effet
survolteur).
Le courant traversant l'inductance traverse ensuite la diode, le condensateur et la
charge. Il en résulte un transfert de l'énergie accumulée dans l'inductance vers la
capacité [25].
II.3.2. Hacheur buck (dévolteur)
Le convertisseur dévolteur peut être souvent trouvé dans la littérature sous le
nom de hacheur buck ou hacheur série. La Figure (2.6) présente le schéma de principe
d’un convertisseur dévolteur. Son application typique est de convertir sa tension
d’entrée en une tension de sortie inférieure.

FIGURE II.5: hacheur buck (dévolteur)

 Principe de fonctionnement
Ce type de convertisseur peut être utilisé comme adaptateur source charge,
lorsque le point de fonctionnement en couplage direct est à gauche de MPP. Alors, pour
les deux modes de fonctionnement on a :

30
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

 Pour TON (Q fermé) : Si le commutateur Q est activé à t0, un courant circule


dans le circuit, mais ne passe pas par la diode D puisqu'elle est inversement
polarisée. Le courant il n'augmente pas immédiatement, mais plutôt linéairement
avec un taux d'accroissement imposé par l'inductance L.

 Pour TOFF (Q ouvert) : Si Q est désactivé après t = t1, la charge est déconnectée
de son alimentation. Le courant est toutefois maintenu par l'énergie stockée dans
l'inductance L et circule à travers la diode D appelée diode de roue libre. Cette
dernière permet d'évacuer l'énergie emmagasinée dans l'inductance à l'ouverture
du commutateur sans créer de surtension.

II.3.3. Hacheur Elévateur-abaisseur (buck-Boost)


Un convertisseur Buck-Boost est une alimentation à découpage qui convertit une
tension continue en une autre tension continue de plus faible ou plus grande valeur
[26].Dans ce dispositif Figure (II.6), la tension peut être augmentée ou diminuée
selon le mode de commutation

FIGURE II.6: Hacheur buck-Boost

 Principe de fonctionnement
Durant l'état _ON_, l'énergie apportée par la source (générateur PV) est stockée dans
l’inductance. L'énergie stockée dans l'inductance L est livrée ensuite à la charge pendant
l'état OFF.
 Pour TON (Q fermé) :
L’interrupteur Q est conducteur pendant le temps _T, l’énergie est stockée dans L et la
tension de sortie est négative par rapport au point commun : la diode D est alors
bloquée. Figure (II.7)

31
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

FIGURE II.7 : Convertisseur Buck-Boost durant L'état ON

 Pour TOFF (Q ouvert) :


Le blocage de l'interrupteur Q provoque la décharge de l'inductance dans la charge R et
le condensateur C. Cette décharge peut être totale ou partielle.

FIGURE II.8 : Convertisseur Buck-Boost durant L'état OFF

II.3.4. Hacheur Sepic


Le convertisseur Sepic est plus récent que les autres cités dans les sections
précédentes. Il est dérivé du convertisseur Cuk. Ce circuit a été développé au laboratoire
de BELL AT&T en 1970. Originalement, ce convertisseur a été conçu pour produire
une tension de sortie soit supérieure ou inférieure à la tension d'entrée. La tension de
sortie du convertisseur Sepic contient plus d'ondulations comparativement au
convertisseur Cuk mais moins que les convertisseurs survolteur et dévolteur [27].

Les avantages du convertisseur Sepic dans les applications solaires sont


nombreux ; Parmi lesquelles on site :
 Il peut fonctionner comme élévateur ou abaisseur de tension ;
 Il contient peu de composants ;
 La commande du transistor se réfère à la masse ;
 L'ondulation du courant d'entrée est limitée ;

32
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

 Il n'y a pas de liaison entre l'entrée et la sortie en continu, grâce à la


transmission d'énergie en série à travers un condensateur. [28]
Ce convertisseur peut avoir une multitude d'extensions de sorties directionnelles,
de façon plus simple que dans le cas du convertisseur Cuk, en ajoutant un
transformateur à deux enroulements secondaires, une diode, et un condensateur pour
chaque sortie additionnelle. Figure (II.9).

FIGURE II.9 : les composants d’un Hacheur Sepic

II.3.5. Convertisseur Cuk (inverseur)

Un convertisseur Cuk est une alimentation à découpage qui convertit une tension
continue en une autre tension continue de plus faible ou plus grande valeur mais de
polarité inverse. Au contraire des autres types de convertisseurs, qui utilisent une
inductance, un convertisseur Cuk utilise un condensateur pour stocker de l'énergie. [29]

FIGUREO II.10 : Structure d’un convertisseur Cuk

33
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

 Principe de fonctionnement
Un inconvénient subsiste concernant l'inversion du signe de la tension de sortie
par rapport à celle de l'entrée. Par sa structure, le convertisseur Cuk peut travailler avec
des tensions de sortie plus petites ou plus grandes que la tension d'entrée. En régime
permanent, les tensions moyennes des inductances sont nulles, ainsi en appliquant la loi
des mailles autour de la boucle extérieure du circuit représenté sur la figure (II.10).
 Mode 1 : Quand l'interrupteur est fermé, le circuit est représenté sur la figure
(II.11) La tension du condensateur C1 bloque la diode D par polarisation en
inverse.

FIGURE II.11 : Circuit équivalent du convertisseur Cuk avec Q fermé

Le condensateur C1 décharge< son énergie dans la charge à travers la boucle


formée par l'interrupteur Q, C2, R, et L2. Les inductances sont supposées assez grandes,
ainsi que les ondulations de leurs courants sont négligeables.

 Mode 2 : Quand l'interrupteur est ouvert, le circuit est représenté sur la figure
(II.12)

FIGURE II.12 : Circuit équivalent du convertisseur Cuk avec Q ouvert

34
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

Le condensateur C1 se charge par la tension d'entrée Ve à travers l'inductance


L1. L'énergie stockée dans l'inductance L2 est transférée à la charge par la boucle
constituée par D, C2, L2 et R.

Tab II.1 Rapports de transformation des principaux convertisseurs DC-DC [29]

Convertisseur Rapport de transformation en fonction de α Isolement


galvanique

Buck Α Non

Boost 1/1- α Non

Buck-Boost - α / (1- α) Non

Cuk - α / (1- α) Non

SEPIC α / (1- α) Non

Tab II.2 Rendement des quelques convertisseurs DC-DC [30]

Convertisseur Rendement du
convertisseur (%)
Buck 93

Boost 92

Buck-Boost 92

Cuk 89

SEPIC 78.1

35
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

II.4. Suivi de la puissance maximale du générateur photovoltaïque


La poursuite du point maximum de la puissance (MPPT) est une partie
essentielle dans les systèmes photovoltaïques. Plusieurs techniques sont développées
depuis 1968 date de publication de la première loi de commande de ce type adaptées à
une source d’énergie renouvelable de type PV. Ces techniques se différent entre eux par
leur complexité, nombre de capteurs requis, la vitesse de convergence, coût, rendement
et domaine d’application. [31]

II.4.1. La commande MPPT (Maximum Power Point Tracking)

Est un organe fonctionnel du système PV et permet de chercher le point de


fonctionnement optimal du générateur PV qui dépend des conditions météorologiques
et de la variation de la charge stables. Son principe de régulation est basé sur la
variation automatique du rapport cyclique D à la valeur adéquate de manière à
maximiser continuellement la puissance à la sortie du panneau PV. [32]

II.4.2. Le but de commande MPPT

Généralement en électricité il y’a 3 types des charges : charge résistive, source de


tension et source de courant ; La puissance consommée par chaque type de ces charges
est inférieur à valeur de puissance maximale alors provoque une mauvaise Exploitation
de générateur PV.

FIGURE II.13: tension-courant-puissance des 3 types charges en élecricité et Ipv Vpv


Ppv

36
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

L’objectif de commande consiste à amener le système à son optimum de


puissance et à l'y maintenir en dépit des variations de paramètres. En outre, il est
nécessaire d’optimiser les convertisseurs (continu/continu) DC/DC employés comme
interface entre le générateur PV et l’onduleur afin d’extraire le maximum de
puissance et ainsi faire fonctionner le générateur GPV à son point de puissance
maximum (MPP) à l’aide d’un contrôleur MPPT (maximum power point tracking),
figure (II.14 ).

FIGURE II.14 : Système global de conversion PV avec convertisseur DC/DC contrôlé


par une commande PPM

Le principe MPPT est l’utilisation d’un circuit qui mesure la tension et le courant
du panneau pour tirer l’énergie au point de puissance maximale. Ceci permet de garantir
que le maximum d’énergie est fourni à la sortie. Le MPP varie avec les conditions
Changeantes telles que les niveaux d'éclairement et de la température. Pour tirer en
permanence du champ photovoltaïque sa puissance maximale, il est essentiel de
fonctionner toujours au MPP.

Méthodes indirectes
Les méthodes indirectes sont basées sur la connaissance de la caractéristique non
linéaire du générateur photovoltaïque, qui n'est pas disponible avec précision.
Elles ont besoin aussi de mesurer l'ensoleillement des panneaux photovoltaïques et la
température ambiante, puis consulter la courbe de puissance pour avoir la tension (ou le
courant) de fonctionnement optimale correspondante.

37
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

II.4.3. Les commande de MPPT


a) Commande perturbation et observation (P@O)
Le principe de cette commande est de générer des perturbations en réduisant
ou en augmentant le rapport cyclique D et d’observer l’effet sur la puissance délivrée
par le GPV [33].

FIGURE II.15 : Principe de la commande P@O[33]

FIGURE II.16: Algorithme de la Perturbation et Observation (P&O) [33]

38
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

L’algorithme de cette commande est présenté à dans Figure (II.16).


• Si 𝑉 , la tension est augmentée, cela induit une augmentation du
rapport cyclique C étant une constante d’accrémentition.
• Si 𝑉 , la tension est réduite cela se traduit par une diminution du
rapport cyclique D(k)= D(k-1)-C.
Les résultats de la simulation du système PV utilisant l’algorithme de perturbation et
d’observation sont présentés dans le dernier chapitre (chapitre 4).

 Avantages
 Structure de régulation simple
 Nombre des paramètres mesures réduit
 Inconvénients
 Dépassement du point maximum optimal en cas de changement rapide des
conditions atmosphériques [34].

b) Incrémentation De La Conductance

FIGURE II.17 : Algorithme de la méthode incrémentation de conductance. [35]

39
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

Dans cet algorithme la dérivée de la puissance de sortie du panneau est calculée


d’une autre manière. Elle est calculée en fonction de la tension V et sa différence dV et
du courant I et sa différence dI. [36]
Cette dérivée est nulle au point de puissance maximale, positive à gauche du
point MPP et négative à droite.
La puissance du panneau solaire est donnée par :
P = V.I (II.1)
La dérivé partielle dP/dV est donnée par :

𝑉 (II.2)

(II.3)

On définit la conductance de la source


𝐺 𝑉 (II.4)
et l’incrémentale conductance
𝐺 𝑉 (II.5)
Les relations suivantes présentent le signe de dP/dV pour différentes zones de
fonctionnement :

(II.6)

(II.7)

(II.8)

Puisque la tension V du panneau est toujours positive, les relations précédentes


explique que le point de puissance maximale MPP est atteint si la conductance de la
source G égale à l’incrémentale conductance ΔG de la source avec un signe moins, et
qu’elle est à gauche de ce point lorsque la conductance G est supérieure à l’incrémentale
conductance ΔG. [36]
Les relations suivantes présentent le signe de dV/dP pour différentes zones de
fonctionnement [35] :

40
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

( ) 𝑃𝑃 (II.9)

( ) (II.10)

( ) (II.11)

FIGURE II.18: Signe de dP/dV pour différentes zones de fonctionnement

 Les avantages les inconvénients


L'avantage principal de cet algorithme est qu'il offre un bon rendement même
sous un changement rapide des conditions atmosphériques. En outre, il réalise
l'oscillation inférieur autour du MPP que la technique de P&O, quoique, quand la
technique de P&O est optimisée, les rendements de MPPT de la conductance par
incrémentation et de l'algorithme P&O d’MPPT soient, essentiellement, identiques.
Néanmoins, l’inconvénient est que le circuit de commande est complexe et très couteux.
[34].
Les tensions et courants du panneau sont monitoires, de telle manière que le
contrôleur peut calculer la conductance et la conductance incrémentale, et décider de
son comportement. Cet algorithme implique un nombre important de calculs de
dérivées. [36]

41
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

c) commande par logique floue :


Récemment, la commande par logique floue a été utilisée dans les systèmes de
poursuite du point maximum de puissance MPPT, cette commande offre l’avantage
d’être une commande robuste et relativement simple à élaborer et elle ne nécessite pas
la connaissance exacte du modèle à réguler. La mise en place d’un contrôleur flou se
réalise en trois étapes, qui sont : la fuzzification, l’inférence et la défuzzification Figure
(II.20) [33].
Logique floue basée sur des variables floues dites variables linguistiques à
valeurs linguistiques dans l’univers du discours U .Chaque valeur linguistique constitue
alors un ensemble flou de l’univers du discours.

FIGURE II.19 : un ensemble flou de l’univers du discours.

En logique classique
 Si p Alors q
 p vrai Alors q vrai

En logique floue
 Si (X est A) Alors (Y est B)
• La variable floue X appartient à la classe floue A avec un degré de validité μ(x0)
• La variable floue Y appartient à la classe floue B à un degré qui dépend du degré de
validité μ(x0) de la prémisse[FF]
Méthode de Mamdani : μconclusion(y) = Minμpremisse(x0),μconclusion(y)

42
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

FIGURE II.20 : Principe de la commande MPPT logique Floue

Les fonctions d’appartenance peuvent avoir diverses formes selon leur définition :
Triangulaire, Trapézoïdale, Gaussienne, Sigmoïdes :

FIGUE II.21 : Les formes des fonctions d’appartenance [FF]

43
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

FIGURE II.22 : Décision selon logique floue et Décision selon modèle linéaire[FF]

L’inférence est une étape qui consiste à définir un rapport logique entre les entrées
et la sortie. En effet, des règles d’appartenance vont être définies pour la sortie comme
ça était fait pour les entrées.

Enfin, il nous faut réaliser l’opération inverse de la fuzzification, ici nous devons
calculer une valeur numérique compréhensible par l’environnement extérieur à partir
d’une définition floue est c’est le but de la défuzzification.

II.5. Le convertisseur DC-AC (L’onduleur)


Un onduleur photovoltaïque est un dispositif permettant de transformer le courant
électrique de type continu (Les panneaux solaires produisent du courant continu) en
courant alternatif monophasé ou triphasé. La taille du champ photovoltaïque est le
facteur qui définit la puissance et le nombre d'onduleurs.
L’onduleur situé à l’interface entre le champ PV et le réseau, il doit être adapté
aux impératifs techniques et doit assurer la sécurité de deux sous-systèmes électriques
très différents.

II.5.1. Objectif de la commande de l’onduleur


Le but de la commande est de gérer l’ordre d’ouverture et de fermeture des interrupteurs
de sorte que la tension créée par l’onduleur soit la plus proche de la tension de
référence. Plusieurs types de commande peuvent être envisagés pour pouvoir
commander l’onduleur ; On peut citer [37] :

 Commande par hystérésis.

 Commande par MLI (Modulation de Largeur d’Impulsion).

 Commande plein onde

44
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

a) Commande par hystérésis:


Le principe de contrôle par hystérésis consiste à maintenir chacun des
courants générés dans une bande enveloppant les courants de référence. Chaque
violation de cette bande donne un ordre de commutation. La figure ci-dessous montre
le schéma technique de cette commande. La différence entre le courant de référence
et celui mesuré est appliquée à l’entrée d’un comparateur à hystérésis dont la sortie
fournit directement l’ordre de commande des interrupteurs du bras correspondant de
l’onduleur [38].Cette commande est simulée dans le dernier chapitre.
La simplicité de la mise en œuvre de cette stratégie et son avantage, tandis
que la fréquence de commutation variable peut être son inconvénient Celui-ci peut
être remédié par une autre version de contrôle par hystérésis avec une fréquence de
commutation fixe.

FIGURE II.23 : Principe de la commande par hystérésis [39]

b) Commande MLI :
α est le rapport cyclique de conduction c’est le paramètre fondamental de
modulation ; On réglage est obtenu par action sur le temps de conduction d’un
interrupteur K :
Cela permet de faire varier la valeur moyenne de la tension : V= αUDC

Et donc de contrôler la valeur moyenne du flux d’énergie (de la puissance) Signal


logique de commande : CK 0 = ouvert, 1 = fermé

Le découpage permet intrinsèquement d’obtenir de hauts rendements. Ce type de


modulation est souvent utilisé pour générer une tension triphasée à fréquence et
amplitude variables. Il existe 3 manières de gérer la commutation des thyristors ou des
transistors de puissance [40] :

1. MLI à commande par sinusoïde ;


2. MLI synchrone pour limiter les harmoniques.

45
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

3.

FIGURE II.24: Modulation de largeur d’impulsion(MLI)

La méthode basée sur la MLI met en œuvre d’abord un régulateur qui, à


partir de l’écart entre le courant et sa référence, détermine la tension de référence de
l’onduleur (modulatrice). Cette dernière est ensuite comparée avec un signal en dent
de scie à fréquence élevée (porteuse).

c) Commande plein onde :


Dans la commande pleine onde, on génère la ou les tensions de sortie en faisant
commuter les interrupteurs des bras à la fréquence souhaitée pour ces tensions.
Pour chaque bras, on maintient alternativement k1a fermé puis k1b ouvert durant des
intervalles égaux à la moitié de la période T (0° à 180° puis 180° à 360° ou de 0 à T/2
puis T/2 à T) avec T valant 1/f et où f correspond à la fréquence souhaitée pour la ou les
tensions de sortie.
En monophasé, on commande en opposition de phase les deux bras, on dit
également qu’on réalise une commande complémentaire. [41]

FIGURE II.25 : Commande d’onduleur monophasé par commande plein onde

46
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

La tension aux bornes de la charge est alternative entre +100V et -100V, ce qui
correspond au moment d’amorçage des interrupteurs et de la source de tension.
Cependant, nous sommes encore loin d’obtenir un signal sinusoïdal et cela se constate
au niveau des harmoniques où le signal est très pollué. [41]

FIGURE II.28: Onduleur triphasé commandé par commande plein onde

II.6. Topologies d'onduleur 𝑷𝑽 triphasé connecté au réseau


Le système 𝑃𝑉 triphasé connecté au réseau est capable de produire une puissance
plus importante par rapport au système 𝑃𝑉 monophasé, [42], [43]. Il est indiqué dans la
référence [44] que pour une installation ≥5 kW, la solution triphasée est demandée. On
cite quelques exemples de produits commerciaux d’onduleurs 𝑃𝑉 triphasés :
1- SUNGROW500MX
2- DANFOSS série TLX
3- RIELLO type Helios Power 10065

II.6.1. Modularité de couplage des onduleurs avec les systèmes PV


Actuellement, il existe principalement trois modes d’utilisation d’onduleurs en réponse
à des compromis technico-économiques : l’onduleur central, les onduleurs par groupe
de panneaux et les onduleurs intégrés par panneaux. Nous décrivons brièvement leur
caractéristique ci-dessous.

II.6.2. L’onduleur unique générateur (OUG)


Dans le cas d’onduleur central, les divers panneaux solaires pour une grande
installation (>10kW) sont montés en rangées pour former une chaîne (String en
englais), elle-même couplée en parallèle avec des diodes anti-retours à plusieurs
autres. Toute la production serait défaillante si l’onduleur centralisé tombait en panne
(Figure II.29 (a)). [45]

47
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

II.6.3. L’onduleur par groupe de panneaux (OGP)


Ce schéma est le plus utilisé pour les installations allant jusqu’à 3 KW de
puissance. Pour une puissance plus élevée, il est possible de connecter plusieurs
onduleurs strings en parallèle, coté courant alternatif. L’intérêt de ce concept est
d’utiliser un plus grand nombre d’onduleurs du même type. Si un onduleur tombe en
panne, seule la production de la rangée concernée est défaillante [46], (Fig II.29(b)).

II.6.4. L’onduleur intégré par panneau (OIP)


Chaque panneau dispose ici de son propre onduleur (Fig II.29 (c)), ce qui
permet théoriquement d’éviter toutes pertes liées à la différence de puissance entre
chaque module quel que soit l’origine du défaut [47]. Les configurations OGP et
OIP sont reconnues pour leur meilleure réponse aux variations d’ensoleillement et
aux inhomogénéités lumineuses mais aussi pour leur facilité d’installation. La
configuration OUG est souvent moins chère en termes d’équipement électronique
nécessaire. Elle conduit à un meilleur rendement global et une meilleure fiabilité.
[46]

FIGURE II.29 : les 3 modularités de couplage des onduleurs

48
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

FIGURE II.30 : Topologies des onduleurs industriels © 2015 IEEE

II.7. Fonctions de l’onduleur connecté au réseau


Convertir le courant continu généré par le champ PV en courant alternatif.
ajuster sa tension et sa fréquence de sortie en fonction de celle du réseau.
Protection électriques (DC et AC) :
-surintensité
- Protection de découplage (si coupure réseau)
-surtension

FIGURE II.31: Système PV connecté à un réseau

49
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

II.8. Structure Hacheur+ Onduleur


II.8.1. Hacheur et filtre intégrés à l’onduleur : [N]

 Avantage :

Nombre minimum de composants (diminution des pertes)

 Inconvénients :

Nombre important de panneaux PV à mettre en série

Cherche du point de fonctionnement optimal plus difficile

FIGURE II.32 : Hacheur et filtre intégré à l’onduleur

II.8.2. Hacheur et filtre ne sont pas intégrés à l’onduleur [N]

FIGURE II.33 : Hacheur et filtre ne sont pas intégrés à l’onduleur

Pour le 2 ém cas le cherche du point de puissance maximal : en agissant sur le


rapport cyclique D sortie par processeur de L’ MPPT.

II.9. L’importance d’utiliser un transformateur élévateur après


l’onduleur [N]

 Elever la tension du bus alternatif du niveau de celle du réseau

50
Chapitre II Modélisation et commande des convertisseurs DC-DC et DC-AC

 Limiter les panneaux PV mettre en série

 Assurer l’isolation galvanique onduleur/réseau

FIGURE II.34 : Transformateur élévateur de tension entre Onduleur et réseau

II.10. Rendement d’onduleur

Sachant que :
ȠMPPT : rendement de point maximum de puissance
Ƞcon : rendement de conversion

Conclusion
Le premier objectif de notre travail dans le chapitre précédant est de mieux
connaître ces convertisseurs de puissance DC-DC et DC-AC en étudiant leurs principe
de fonctionnement, ainsi que les principaux types pour les commander.

Dans le chapitre suivant on va présenter le réseau électrique et sa structure et


composants et on va présenter aussi les impacts d’intégration d’une énergie
renouvelable (centrale PV) et les causes de ces impacts et les solutions qui on peut les
appliqués pour minimiser l’influence de ces impacts.

51
Chapitre III

Intégration des EnR dans le


réseau de transport
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

Introduction
En raison de la nature intermittente de la source d’énergie et des fluctuations qui
en résultent au niveau de la puissance produite par une unité de production d’énergie
renouvelable, le raccordement de celle-ci à un système électrique quelconque a un
impact non négligeable qui dépend de la technologie utilisée, et aussi du type de réseau.

Le raccordement de production centralisée (éolien, photovoltaïque, etc.) aux


réseaux de tension inférieure (par rapport au réseau de transport) apporte des intérêts
économiques et énergétiques, mais il sera pénalisé sur le plan de l’exploitation du
système.
Les réseaux électriques sont conçus traditionnellement d’une manière verticale
où les transferts de l’énergie suivent le schéma dit « du haut en bas » : Production -
Transport-Distribution.
Dans ce chapitre, nous allons parler sur le réseau électrique et sa structure, ainsi
les impacts de raccordement d’énergie photovoltaïque au réseau de distribution HTA et
on va situer les différents impacts sur le réseau de distribution. En particulier les
impacts sur le plan de la tension, et sur la qualité de l’énergie et on va étudier les
solutions pour améliorer la qualité d’énergie produite par un système PV et même
l’énergie circulée dans les conducteurs du réseau électrique.

III.1. Le réseau électrique


Un réseau électrique est un ensemble d’infrastructures énergétiques plus ou
moins disponibles permettant d’acheminer l’énergie électrique des centres de
production vers les consommateurs d’électricité. Il est constitué de lignes électriques,
exploitées à différents niveaux de tension, connectées entre elles dans des postes
électriques. Les postes électriques permettent de répartir l’électricité et de la faire passer
d’une tension à l’autre grâce aux transformateurs.
Un réseau électrique doit assurer la gestion dynamique de l’ensemble production
–transport-consommation, mettant en œuvre des réglages ayant pour but d’assurer la
stabilité de l’ensemble.

III.2. La structure du réseau électrique


Le réseau électrique est hiérarchisé par niveau de tension, celui-ci est fractionné
en trois principales subdivisions à savoir le réseau de transport, de répartition et de
distribution

54
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

III.2.1. Le réseau de transport


Les réseaux de transport sont à haute tension et ont pour but de transporter
l’énergie des grands centres de production vers les régions consommatrices d’électricité.
Les grandes puissances transitées imposent des lignes électriques de forte capacité de
transit, ainsi qu’une structure maillée (III.1). Les réseaux maillés garantissent une très
bonne sécurité d’alimentation, car la perte de n’importe quel élément (ligne électrique,
transformateur ou groupe de production) n’entraîne aucune coupure d’électricité si
l’exploitant du réseau de transport respecte la règle dite du "N-1" (possibilité de perdre
n’importe quel élément du réseau sans conséquences inacceptables pour les
consommateurs) [48].

Figure III.1: La structure maillée du réseau de transport [49]

III.2.2. Le réseau de répartition


Ces réseaux ont pour fonction de faire la liaison entre le réseau de transport et les
réseaux de distribution. Ils doivent assurer l’alimentation du territoire qui est
généralement des zones importantes de consommation.
Les réseaux de répartition sont à haute tension (de l’ordre de 60 à 220 kV) et ont
pour but d’assurer à l’échelle régionale la fourniture d’électricité. L’énergie y est
injectée essentiellement par le réseau de transport via des transformateurs, mais
également par des centrales électriques de moyennes puissances (inférieures à environ
100 MW). Les réseaux de répartition sont distribués de manière assez homogène sur le
territoire d’une région [48].
Ils ont une structure à la fois maillée et bouclée suivant les régions
considérées.
Contrairement aux réseaux de transport qui sont toujours bouclés (afin de pouvoir
assurer un secours immédiat), les réseaux de répartition peuvent être exploités bouclés
ou débouclés selon les transits sur le réseau (débouclé signifie qu’un disjoncteur est
ouvert sur l’artère). [48].

55
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

III.2.3. Le réseau de distribution


Les réseaux de distribution ont pour but d’alimenter l’ensemble des
consommateurs ; Il existe deux sous niveaux de tension :

 les réseaux moyenne tension (HTA 2.4KV et 69KV)


 les réseaux basse tension (BT de 120V et 600V), sur lesquels sont raccordés les
utilisateurs (entreprises et locaux d’habitations).

Contrairement aux réseaux de transport et répartition, les réseaux de distribution


présentent une grande diversité de solutions techniques à la fois selon les pays
concernés, ainsi que selon la densité de population.

Les réseaux à moyenne tension (HTA) ont de façon très majoritaire une structure
arborescente, qui autorise des protections simples et peu coûteuses : à partir d’un poste
source, l’électricité parcourt une artère sur laquelle sont reliées directement des
branches de dérivation au bout desquelles se trouvent les postes HTA/BT de distribution
publique, qui alimentent les réseaux basse tension (BT) sur lesquels sont raccordés les
plus petits consommateurs.

(A) (B)

FIGURE III.2 : Configuration de réseau de distribution, A) Bouclée ; B) Radiale

Nos but est d’adopter des modèles pratiques pour analyser le réseau électrique. Il
faudrait alors définir les différentes composantes du réseau :

 La source d’énergie (Alternateur + centrale PV)


 La ligne électrique
 Le transformateur
 Les consommateurs (charges)

56
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

a) Ligne aérienne
Une ligne électrique est constituée par un faisceau de conducteurs cylindriques
aériens ou souterrains parallèles entre eux et au sol. Chaque conducteur est caractérisé
par:
 Sa résistance linéique ‘R’ en Ω/m.
 Son inductance linéique ‘L’ en H/m. (X = L x ω)
 Sa capacité linéique ‘C’ en F/m.

FIGURE III.3 : schéma équivalent d’une ligne aérienne [50]

 Caractéristiques du câble utilisé au transport d’énergie entre la


centrale PV et le réseau de distribution:
 : Définition :
 ALMELEK ; Diamètre : 288 mm2
 Constitution :
 Ame : alliage d’aluminium câblé
 Caractéristiques :
 Tension nominale :
 H.T.A > 1kV < 50 kV
 H.T.B > 50 kV
 Utilisation : Ces câbles sont utilisés pour les lignes aériennes dans les réseaux
de distribution et transport d’énergie nécessitant une tension mécanique élevée.
Ils aussi utilisés comme porteur pour supporter les câbles aériens. [51]

FIGURE III.4: Câble ALMELEC nu graissé/ALL ALUMINIUM ALLOY CONDUCTOR


(AAAC)

57
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

Tab III.1 Caractéristiques des types du câble ALMELEC [51]

b) Le Transformateur
Le transformateur permet d’élever l’amplitude de la tension alternative disponible
à la sortie de l’unité de production pour l’amener aux niveaux requis pour le transport.
A l’autre extrémité de la chaîne, les transformateurs sont utilisés pour abaisser la
tension et la ramener aux valeurs utilisées dans les réseaux de répartition et de
distribution. [50]

FIGURE III.5 : Schéma équivalent d’un transformateur [50]

58
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

Sachant que :
⁄ ⁄
n : étant le nombre de spires

Outre la transmission de l’énergie électrique avec modification des tensions, les


transformateurs peuvent être utilisés pour contrôler les tensions de nœuds des réseaux.
Ce contrôle de tension utilise la variation du nombre de spire des transformateurs.
(Réglage hors charge ou en charge de la tension).

Caractéristiques pratiques du transformateur


 Sn Puissance apparente nominale (VA)

 Vpn, Vsn tensions primaire et secondaire (V)

 Upn, Usn tensions primaire et secondaire (V)

 Ipn, Isn courants primaire et secondaire (I)

 Rendement, Température, Couplage, indice horaire

 Rapport de transformation fixe, variable

 Essai à vide et essai en court-circuit

c) Les charges
Les charges peuvent être modélisées en fonction des puissances actives P et réactives Q
appelées et son admittance Y.

FIGURE III.6 : exemple d’une charge

59
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

 La charge linéaire

Une charge linéaire est un terme pour désigner un récepteur constitué de dipôles
électriques linéaires. Ce récepteur peut être monophasé ou triphasé. [52]

De par sa constitution, le facteur de puissance d'une charge linéaire est forcément


égal à cosinus φ, avec φ le déphasage du courant par rapport à la tension. [52]

En régime sinusoïdal, la tension et l'intensité ont même forme (à un déphasage près), ce


qui n'est pas le cas pour une charge électrique non linéaire. [52]

III.3.Le système PV raccordé au réseau distribution


Le photovoltaïque raccordé au réseau est constitué de systèmes de production
d'électricité photovoltaïque centralisés (centrale solaire photovoltaïque) Ces systèmes
sont constitués de modules solaires photovoltaïques reliés entre eux (en série ou en
parallèle) et branchés sur un ou plusieurs onduleur(s) eux-mêmes connecté(s) au réseau
de distribution ou de transport d'électricité.
Les systèmes photovoltaïques raccordés au réseau constituent la plus grande partie
des installations photovoltaïques dans le monde : en 2018, la capacité photovoltaïque
mondiale installée est estimée à 464 GWc, en progression de 100 GWc pour l'année
2018. Les installations au sol de forte puissance contribuent largement à ces chiffres.
[53]
Le développement des systèmes PV raccordés aux réseaux de distribution
électrique pose un problème d’instabilité du réseau causé par la variation de
l’ensoleillement et température. On estime qu’à partir de 30% d’électricité
photovoltaïque, un réseau sera fortement perturbé et les fluctuations du courant seront
provoquées par la variation de l’ensoleillement (surtensions à midi et rien la nuit)
[54].
Les systèmes d’injection de puissance photovoltaïque sur le réseau doivent
répondre aux normes en vigueur afin de prendre en compte [55, 56] :

 Le découplage des systèmes PV si le réseau présente une défaillance


(problème d’islanding ou îlotage) ;

 La qualité de puissance fournie au réseau (pollution


harmonique) ;

 La protection contre la foudre ;

 Les effets multiples sur une partie du réseau, en particulier monophasé et


triphasé non équilibré.

60
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

III.3.1.Avantages d'intégration des systèmes PV au réseau


Les avantages plus larges vont au-delà des avantages purement économiques,
tels que les avantages sociaux et environnementaux, ces externalités doivent être
considérées et quantifiées [57].
La bonne évaluation et la bonne compréhension des coûts et avantages de
l'intégration des énergies renouvelables sont pertinentes pour l'élaboration des politiques
et la planification du système.

III.3.2.Les impacts d’intégration sur du réseau de distribution [49]


Variation de tension due à l’injection de puissance active (ou/et réactive) sur le
réseau, en particulier pendant une période de fort ensoleillement et de faible
consommation

 Injection d’harmoniques au réseau ;


 Déséquilibre de tension entre phases ;
 La chute de tension au point de raccordement ;
 Les pertes d’énergie délivrée par systèmes PV dans le réseau ;
 Injection de courant continu au réseau.
Cependant, ces impacts influent négativement à l’équilibre de système (système
PV + réseau) ; Cela nécessite de chercher les causes de ces impacts et essayer de trouver
la plus efficace pour chaque cause.

III.4.Présentation des harmoniques trouvés dans le réseau distribution


Les courants harmoniques sont causés par des charges non linéaires connectées au
système de distribution.

III.4.1.Inter harmoniques
Les inter-harmoniques (fréquences qui ne sont pas un multiple entier de la
fréquence du réseau) sont produits par des variations rapides des charges, ou la
saturation des transformateurs [58].

III.4.2.Les causes des harmoniques


Les harmoniques de tension et de courant sont toujours présents dans un réseau
de distribution. Ils sont essentiellement provoqués par la présence de charges non
linéaires et de convertisseurs de puissance. Ces harmoniques provoquent une surchauffe
de l’équipement, un fonctionnement défectueux du système de protection, et des
interférences dans les circuits de communication. Les dispositifs d’électronique de

61
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

puissance utilisés pour conversion de la puissance (onduleur) trouvés dans les unités de
production d’énergie renouvelable (centrales photovoltaïques) présentent l’inconvénient
d’être des sources d’harmoniques [59].

 La charge non linéaire


Une charge est dite non linéaire lorsque le courant qu'elle absorbe n'a pas la même
forme d'onde que la tension d'alimentation. La circulation de courants harmoniques dans
les impédances du réseau crée ensuite des harmoniques de tension, qui déforment la
tension d'alimentation.
La charge peut être une réactance saturable, une résistance non linéaire, un
redresseur comportant une ou plusieurs diodes, ou un montage à interrupteurs
mécaniques ou électroniques qui se ferment et s’ouvrent périodiquement. [60]

FIGURE III.7: Alimentation d’une charge non linéaire [60]

A cause de non linéarité de la charge, le courant Ich ne sera pas sinusoïdal même
si la source de tension est parfaite. Il contient donc une composante fondamentale If et
des composantes harmoniques. Ces harmoniques de courant circulent dans la source de
tension, en même temps qu’ils parcourent la charge.
En ce qui concerne le réseau électrique, ces courants harmoniques vont
engendrer une détérioration de l’onde de tension au point de raccordement de la charge
au réseau.

62
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

III.5.Déséquilibre du courant et de ension


III.5.1.Origine du déséquilibre
Un système triphasé est dit équilibré lorsqu’il est formé de trois grandeurs ayant
la même fréquence, la même amplitude et présentant un déphasage entre eux d’un tiers
de tours. Afin de comprendre l’origine du déséquilibre des courants et des tensions
dans le réseau électrique, nous allons prendre un exemple simplifié de trois
consommateurs (charges) raccordés au réseau représenté par une source triphasée de
tension comme illustré dans la Figure( III.8 )[61]

FIGURE III.8 Schéma simplifié d’un réseau électrique constitué par des récepteurs
alimentés par une source triphasée de tension.

Les charges raccordées au réseau représentent différents consommateurs


(résidences, hôpitaux, écoles, etc.) qui ne consomment pas forcément la même
puissance. Ces charges, alimentées par une source de tension triphasée idéale et
équilibrée, engendrent la circulation des courants non identiques dans les trois phases.
En supposant que les lignes de transport ont les mêmes valeurs d’impédances, la
circulation des courants déséquilibrés à travers ces impédances induira des déséquilibres
de tensions.

63
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

III.5.2.Conséquence du déséquilibre
Le déséquilibre se traduit par la présence des composantes directe, inverse et
homopolaire des courants et des tensions, et par l'apparition des composantes
harmoniques non caractéristiques. La sensibilité au déséquilibre diffère d’un appareil à
l’autre: [61]
Certains équipements et dispositifs de commande sont affectés par la présence
d'un déséquilibre de tension. En effet, les déséquilibres de tension créent des
composantes inverses de courant qui entraînent un couple de freinage parasite et un
échauffement dans les moteurs à courant alternatif. Outre ces conséquences, il y a aussi
le fait qu'en cas de déséquilibre, le fonctionnement de certains dispositifs à thyristor à
commande de phase est perturbé.
L'onduleur photovoltaïque fournit aux charges une tension sinusoïdale de 50 Hz
(fréquence du réseau). La forme d'onde du courant fournie par la source en réponse aux
besoins de la charge dépend du type de charge. On peut distinguer deux types de
charges, linéaire et non linéaire. Le courant absorbé par les charges linéaires est
sinusoïdal avec la même fréquence que la tension. La loi d'Ohm définit une relation
linéaire entre la tension et le courant (U = R.I) avec un coefficient constant, l'impédance
de charge. Il s'agit, par exemple, des systèmes de chauffage, des moteurs, des
transformateurs, ...etc

III.6.Généralités sur les solutions d'amélioration de la qualité de


l'énergie électrique
III.6.1.Amélioration du facteur de puissance
A partir d’équation de définition du facteur de puissance :

Est défini comme étant le rapport entre la puissance active et la puissance


apparente, il est évident que la diminution de la circulation de la puissance réactive dans
le réseau résulte en une augmentation du facteur de puissance ; Ce facteur de puissance
varie entre 0 et 1.

64
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

D’autre part, la régulation de la tension dans le réseau se fait à l’aide de la


compensation de la puissance réactive. Cela peut être expliqué par un modèle simple
d’une source qui alimente une charge à travers une ligne de transport comme la montre
la (Figure III.9 ) [62].

FIGURE III.9 : Modèle d’une source alimentant une charge à travers une ligne de
transport.

La chute de tension 𝛥 dans la ligne de transport est :

(III.1)

Avec :
: la tension de la source,
: la tension aux bornes de la charge,
:l’impédance de la ligne,
: le courant de la charge.

L’impédance de la ligne est exprimée comme suit en fonction de sa résistance 𝑅


et de sa réactance 𝑋 :
𝑅 𝑋 (III.2)

Avec la réactance 𝑋 :
𝑋 (III.3)

Où est l’inductance de la ligne.

En définissant 𝜑 comme étant le déphasage entre le courant et la tension aux


bornes de la charge, l’expression (III.1) devient :

𝑅 𝑋 𝜑 𝜑 (III.4)

𝑅 𝜑 𝑋 𝜑 𝑅 𝜑 𝑋 𝜑 (III.5)

65
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

FIGURE III.10: représente le diagramme de Fresnel correspondant à la ligne de


transport

Le réseau est peu chargé et les lignes de transmissions sont relativement


courtes, le déphasage 𝛿 entre les tensions et peut être négligé. La chute de tension
se réduit à l’expression suivante:

𝑅 𝜑 𝑋 𝜑 (III.6)

Soit et 𝑄 respectivement les puissances active et réactive transmises à la

charge, la chute de tension pourra être exprimée de la façon suivante :

𝑅 𝑋 𝑄⁄ (III.7)

Du fait que la résistance des lignes du réseau électrique est très inférieure à la
réactance, l’expression de la chute de tension sera réduite à :

𝑋𝑄⁄ (III.8)

Cette équation montre que la chute de tension est principalement due au


transport de la puissance réactive. Par conséquence, pour régler la tension et faire en
sorte qu’elle reste égale à la tension source il faut injecter la puissance réactive
demandée par la charge du côté charge.
Dans ce cas, la source ne sera responsable que du transport de la puissance active.
Nous concluons donc que l’amélioration du facteur de puissance participe au réglage de
la tension dans le réseau électrique.
La dégradation de la qualité d'énergie résultant d'un réseau peut conduire à la
modification des performances des équipements ou même à leur destruction. Ceci
amène à prendre impérativement des dispositifs pour atténuer ou supprimer les

66
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

perturbations qui y sont introduites. De nos jours, il existe de solution de dépollution et


d'amélioration de la qualité d’énergie.
La solution traditionnelle utilise des filtres passifs composés des éléments passifs
(inductance, condensateurs, transformateurs, etc.) pour apporter une solution facile et
rapide à certains cas de perturbations. Cependant, bien que les solutions traditionnelles
(classiques) soient simples mais pas chères, elles présentent des inconvénients qui
diminuent leurs performances. Ces inconvénients sont :

le manque de souplesse puisqu'ils ne peuvent pas s'adapter à la variation de la


charge et du réseau ;
l'incapacité de couvrir une large bande de fréquence qui nécessite l'installation
de plusieurs filtres ;
La naissance de résonnances séries et parallèles avec le réseau qui conduit à
l'amplification

III.6.2.Filtre actif
Les inconvénients inhérents aux filtres passifs (non adaptatif aux variations de
la charge et du réseau, phénomène de résonance) et l’apparition de nouveaux
composants semi-conducteurs, comme les thyristors GTO et les Transistors IGBT,
ont conduit à concevoir une nouvelle structure de filtres appelée filtres actifs de
puissance Le but de ces filtres est de générer soit des courants, soit des tensions
harmoniques de manière à ce que le courant et la tension du réseau soient rendus
sinusoïdaux et parfois avec un facteur de puissance unitaire. Le filtre actif est
connecté en série, en parallèle, en combinant ces deux dernières structures
ensembles ou associé avec des filtres passifs en fonction des grandeurs électriques
harmoniques (courants ou tensions) à compenser.

Les avantages de ces filtres actifs par rapport aux filtres passifs sont les suivants
[52] :
le volume physique du filtre est plus réduit.
la capacité de filtrage est supérieure.
la flexibilité et adaptabilité sont très supérieures.

Pourtant, ils présentent quelques inconvénients :


Leur coût élevé a limité leur implantation dans l’industrie.
Les pertes sont plus élevées

67
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

Différents types des filtres actifs [63]


1 - Le filtre actif parallèle est conçu pour compenser toutes les perturbations de courant
comme les harmoniques, les déséquilibres et la puissance réactive.

2 - Le filtre actif série est conçu pour compenser toutes les perturbations de tension
comme les harmoniques, les déséquilibres et les creux de tension.

3 - Le filtre hybride est une combinaison de filtre actif parallèle et de filtre actif série.
C’est une solution universelle pour compenser toutes les perturbations en courant et en
tension.

III.6.3.Les convertisseurs multi-niveaux


Parmi les inconvénients du filtrage passif est n’est pas adaptive au charge et
réseau et aussi parmi les inconvénients du filtrage active est Ça coûte cher et les pertes
sont importants et l’amélioration de la qualité d’énergie il faut être optimale ; Alors à
part les filtres il existe une autre méthode pour minimiser le THD et améliorer la
qualité d’énergie injectée par le GPV vers le réseau c’est : la conversion DC-AC multi-
niveaux.
Un convertisseur multi niveaux à plusieurs avantages par rapport a un
convertisseur conventionnel a deux niveaux qui utilisent la modulation de largeur
d’impulsion (MLI) à haute fréquence de commutation. Les caractéristiques techniques
attrayantes d’un convertisseur multi niveaux peuvent être brièvement récapitulées
comme suit :
 Qualité de forme d’onde en escalier : les convertisseurs multi niveaux non
seulement peuvent générer des tensions de sortie avec de très faible déformation,
mais également peuvent réduire les efforts ; pour cette raison les problèmes
d’électromagnétique peuvent être réduits.
 Mode commun de tension (MC) : les convertisseurs multi niveaux produisent une
plus petite tension de MC; pour cette raison, l’effort dans les roulements d’un moteur
connecté à un onduleur multi niveaux peut être réduit. En outre, on peut éliminer
la tension de MC en employant des stratégies de modulation avancées. [64]

 Courant d’entrée : les convertisseurs multi niveaux peuvent dessiner un courant


d’entré avec faible taux de déformation.
 Fréquence de commutation : les convertisseurs multi niveaux peuvent
fonctionner à la fréquence fondamentale et à haute fréquence de commutation MLI.

68
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

Il est convient a noté que une faible fréquence de commutation signifie


habituellement une faible perte par commutation donc le rendement est plus élevé.
Malheureusement, les convertisseurs multi niveaux ont quelques inconvénients.
Un inconvénient particulier est le grand nombre d’interrupteurs semi-conducteur requis.
Bien que des commutateurs évalués à tension réduite puissent être utilisés dans un
convertisseur multi niveaux, chaque commutateur exige un circuit relatif de commande
de gâchettes. Ceci peut rendre le système général plus cher et complexe. Nous
présentons ci-dessous, les principales topologies de convertisseurs multi niveaux
évoquées dans la littérature, aussi bien que ses principaux atouts et faiblesses.

III.6.3.1.Les convertisseurs multi-niveaux en série


Les convertisseurs multi-niveaux (multicellulaires) en série sont présentés dans
plusieurs travaux [65], [66], [67], [68] et [69]. Reposant sur le principe d’une
combinaison série de plusieurs cellules élémentaires, les convertisseurs multi-niveaux
série assurent une alimentation en haute tension des actionneurs électriques de moyenne
et forte puissance, en fractionnant la tension d’entrée au niveau du convertisseur
(onduleur ou hacheur). De plus, ces techniques offrent l’avantage :pertes dues aux
harmoniques hautes fréquences.
Les formes d’ondes des onduleurs multi-niveaux sont montrées à la Figure
III.11. Nous pouvons constater que plus le nombre de niveaux augmente, plus la forme
d’ondes est meilleure (proche d’une sinusoïde).

Figure III.11: Principe d’un onduleur multi-niveaux [68]

69
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

III.6.3.2.Les convertisseurs multi-niveaux en parallèle


Les onduleurs multi-niveaux parallèles se trouvent principalement sous deux
formes : l’onduleur entrelacé à inductances indépendantes et l’onduleur entrelacé à
inductances couplées. Ces topologies permettent de réduire le volume du filtre de sortie
en offrant un accroissement de la fréquence apparente de l’ondulation du courant et de
la tension de sortie [69], [67]. Le fait de mettre plusieurs cellules en parallèle peut
également accélérer le temps de réponse du convertisseur et augmenter la densité de la
puissance [70] et [71].
Ces structures offrent plusieurs avantages qui peuvent répondre aux différents
objectifs de l’injection de puissance au réseau électrique :

 elles sont destinées aux applications haute tension (ferroviaires, réseaux


de distribution électrique moyenne tension) [68],
 si on augmente le nombre de cellules 𝑞, l’amplitude de l’ondulation de la
tension (et du courant) de sortie du convertisseur diminue Cette réduction de
l’ondulation engendre une diminution de la section de fer des circuits magnétiques
des filtres de sortie, donc de la masse du filtrage [68] ;
 une augmentation de la fréquence apparente de l’ondulation du courant et
de la tension de sortie, ce qui permet aussi de réduire le volume et/ou la masse
du filtre de sortie [68].
 une utilisation de composants à calibre plus faible car la puissance
commutée est divisée par le nombre des cellules.

III.6.4.Diminution des pertes et les niveaux de tension


Les pertes électriques ‘Pertes’ sont dues aux résistances ‘R’ des conducteurs.
Si on note :
 S la puissance apparente de la charge.
 P la puissance active de la charge.
 Q la puissance réactive de la charge.

On a alors :
Pertes = √3 x R x I² et puisque =√3 x U x I ; il vient alors que :

[𝑅 𝑆 ]⁄ [𝑅 𝑄 ]⁄ (III.9)

70
Chapitre III Injection des EnR dans le réseau transport

On a alors :

Si U augmente alors Pertes diminue

Conclusion :
, le profil de tension et l’équilibre du réseau. Les simulations montrent que ces trois
paramètres sont particulièrement sensibles

Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté le réseau électrique et sa structure et ses
composants on ainsi que nous avons cité les impacts probable de raccordement de
système PV dans ce réseau (réseau distribution passant par réseau de transport ),ces
impacts provoquent un déséquilibre de système ;nous avons aussi donner des solutions
pour améliorer de qualité d’énergie injectée au réseau et l’énergie circulée dans les
conducteurs.

71
Chapitre IV

Simulation et résultats
Chapitre IV Simulation et Résultats

Introduction
Dans les systèmes photovoltaïques, la puissance maximale extraite du GPV
dépend de trois facteurs : l’ensoleillement, la température des cellules et l’impédance
de la charge ; le rendement des cellules est supposé constant. La conception de ces
systèmes doit permettre un fonctionnement à maximum de puissance pour n’importe
quelle température et ensoleillement.
Dans ce chapitre va décrire l’influence d’ensoleillement et température et on va
modéliser les composants utilisés dans le système PV raccordé au réseau Nous allons
d’abord modéliser les générateurs PV (Panneau ; Matrice ; Sous-champs) et aussi
deux modèles des conversions sont : modèle DC-DC (GPV+ MPPT+ Hacheur) avec
les différents algorithmes de commande d’hacheur élévateur ‘Boost’ et modèle
détaillé (GPV+MPPT+ hacheur +onduleur+ réseau) avec ces commande d’onduleurs
qui étaient présentés en détail dans les chapitre 2 et 3 ;Après nous allons modéliser
comment on peut améliorer la qualité d’énergie injectée au réseau électrique(Filtre et
onduleurs multi-niveaux).

Tous les modèles utilisés sont modélisés sous Matlab/Simulink, ce logiciel


étant bien adapté à la simulation et la modélisation par blocs fonctionnels. Par contre,
ce logiciel est moins utilise pour la simulation de réseaux électriques et c’est pourquoi
nous associerons à Matlab-simulink la permettant de gérer la simulation de réseaux
triphasés ou monophasés.

73
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.1.Modélisation du Panneau photovoltaïque :

Le panneau YL250P-29b : ce panneau contient 60 cellules poly cristallin montées en


série ; il a les caractéristiques suivants :

Tab IV.1 : Caractéristiques du panneau YL250P-29b utilisé [N]

Panneau YL250P-29B

ISC [A] 8.92

VCO [V] 37.6

Eclairement standard [W/m²] 1000

Température standard [°C] 25

Puissance maximale [W] 250 (+/- 5 W)

Tension de système Max [V] 1000

Nombre des cellules Série 60

La simulation de ce panneau est effectuée à l’aide de modèle mathématique du


panneau avec ces caractéristique réelles de lui-même a l’aide de sa plaque
signalétique (voir l’annexe) ; Il est présenté dans (figure IV.1).

74
Chapitre IV Simulation et Résultats

FIGURE IV.1 Modèle d’un panneau PV type YL250P-29b (utilisé)

FIGURE IV.2 : courbe de tension du panneau PV dans les NTCO

75
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.2.Caractéristiques courant-tension et puissance tension :


Voc = input('Enter the open circuit voltage, Volt: ');
Isc = input('Enter the short circuit current, Amp: ');

V1 = linspace(0,1,1000);
V = V1.*Voc;
I1 = (1-(V1.^10));
I = I1.*Isc;
P = V.*I;

[hAx,hLine1,hLine2] = plotyy(V,I,V,P);
set(hLine1, 'LineWidth', 2);
set(hLine2, 'LineWidth', 2);
title('Change in current and power with voltage');
xlabel('Voltage (Volt)');
ylabel(hAx(1),'Current(Ampere)');
ylabel(hAx(2),'Power (Watt)');
grid('on');
grid minor;

FIGURE IV.3 : L’algorithme pour obtient la courbe courant-tension-puissance

FIGURE IV.4 : La courbe courant-tension-puissance de panneau YL250P-29b

76
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.3.Modélisation du générateur photovoltaïque :

On simule 22 panneaux en série (matrice) pour obtient la tension souhaite :


22x 37.6 V = 827.5 V < Vmpp Max d’entée d’onduleur (850 V).

FIGURE IV.5: simulation de 22 panneaux en série (panneau type YL250P-29b)

Le courant I est faible, le système nécessite 91 matrices en parallèle (un sous-champ)


pour obtient le courant souhaite sachant que l’ampérage Max du système = 1000 A ;

Alors : x 91= 8.92 A x 91 = 811.72 A < 1000

77
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.4.Simulation de 91 matrices en parallèle (sous-champs):

FIGURE IV.6: simulation de 2002 panneaux (pour produire une puissance de 500kW)

78
Chapitre IV Simulation et Résultats

La simulation contient : 91 matrices en parallèle, chaque matrice contient 22


panneaux en série chaque panneau contient aussi 60 cellules (la mise en série des
panneaux et des cellules pour augmenter la tension et la mise en parallèle de 91
matrices pour augmenter l’ampérage).
Mais Le problème trouvé c’est le blocage du Logiciel MATLAB-Sumilink si on
commence la simulation et n’accepte pas de traiter ce volume de 2002 panneaux pour
la simulation.

IV.5.Optimisation des déffirents algorithmes d’MPPT


Parmi Les convertisseurs statique continu/continu utilisés entre le générateur PV
et l’onduleur convertisseur élévateur (Boost) est le plus fréquemment utilisé, Ce
convertisseur est régi par les équations suivantes :

(IV.1)

(IV.2)

(IV.3)

( ) (IV.4)

( ) (IV.5)

V0 : Tension de sortie
Ii : Courant d’entrée
IL : Courant de sortie de la bobine
I0 : Courant de sortie
Vi : Tension d’entrée

FIGURE IV.7 : Structure d’hacheur Boost

79
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.5.1- Commande de l’incrémentation de conductance


L’algorithme de cette commande :

FIGURE IV.8 : Algorithme d’incrémentation de conductance

FIGURE IV.9 : Hacheur Boost commandé par algorithme incrémentation de


conductance

FIGURE IV.10 : Puissance extraite de panneau PV par la commande


incrémentation de conductance

80
Chapitre IV Simulation et Résultats

Discussion sur le résultat


La puissance extraite de panneau YL250P-29b = 180 W

Alors : 180/250 x 100 = 72%

On remarque aussi que cette méthode d’MPPT a des pertes au moment de cherche de
l’MPP.

IV.5.2- Commande par algorithme P@O


Algorithme de cette commande :

FIGURE IV.11: Structure d’algorithme P@O

FIGURE IV.12: Hacheur Boost commandé par algorithme P@O

81
Chapitre IV Simulation et Résultats

Résultat de la simulation

FIGURE IV.13: Résultat de la puissance extraite du panneau YL250P-29 par


l’algorithme

Discussion sur résultat


la puissance à l’aide de commande d’hacheur par l’algorithme P@O est : 220 W
Sachant que : la puissance max du panneau est : 250 W

Alors 230/250 x 100 = 88%

IV.5.3.Commande par logique floue


La fuzzification permet de rendre flou les variables d’entrée. Une étape
préliminaire consiste à définir un intervalle de variation maximale autorisée pour les
variables d’entrées. Le but de la fuzzification est de transformer les variables d’entrée
en variables linguistiques ou variables floues. Dans notre cas, on a deux variables
d’entrées qui sont l’erreur E(k) et la variation d’erreur CE à l’instant k qui sont définis
comme suit :
( ) ( ) ( ) ( )( ) ( )( )

( ) ( ) ( )

82
Chapitre IV Simulation et Résultats

Les 2 équations précédentes entrent dans le contrôleur de logique floue et


après cette étape on obtient le rapport cyclique D.
Les variables représentés sur le tableau (IV.2) seront qualifiés Négatif Grand
(NG), Négatif Petit (NP), Négative (N) Erreur nul (Zéro) (ZE), Petit Positif (PP),
Positif (P) et Positif Grand (PG) :

Tab IV.2 : Tableau d’inférence : 7 ‘’Membership function’’

E/CE NG N NP ZE PP P PG

NG NG NG NG NG N NP ZE

N NG NG NG N NP ZE PP

NP NG NG N NP ZE PP P

ZE NG N NP ZE PP P PG

PP NP NP ZE PP P PG PG

P N ZE PP P PG PG PG

PG ZE PP P PG PG PG PG

L’inférence est une étape qui consiste à définir un rapport logique entre les
entrées et la sortie. En effet, des règles d’appartenance vont être définies pour la sortie
comme ça était fait pour les entrées, grâces à ces règles un tableau d’inférence peut
être dressé.

83
Chapitre IV Simulation et Résultats

Figure IV.14 : Fonction d'appartenance avec sept ensembles flous pour la variable
Linguistique (Taille)

FIGURE IV.15 : les ‘’Rules’’ de commande floue

84
Chapitre IV Simulation et Résultats

FIGURE IV.16 : la surface équipée par la commande floue

FIGURE IV.17 : Modélisation de la commande logique floue

85
Chapitre IV Simulation et Résultats

FIGUR IV.18: Résultat de puissance extraite du panneau YL250P-29b par


l’algorithme LFC

FIGURE IV.19 : courant de sortie de hacheur

86
Chapitre IV Simulation et Résultats

FIGURE IV.20 : Tension de sortie d’hacheur

Discussion de résultat :

La puissance extraite de panneau à l’aide de commande floue = 243W

Alors sachant que la puissance de panneau Max = 250 W

243/250= 0.972

IV.6.Optimisation des Commandes d’onduleur 3 phases


Dans toutes les simulations suivantes de commande d’onduleur on fixe la valeur de
tension DC VDC = 400 V ; Et on suivie la sortie AC d’onduleur :

87
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.6.1.Commande par hystérésis

FIGURE IV.21 : Commande d’un onduleur 3 phases par la méthode hystérésis

Résultat 1

FIGURE IV.22 : Tension DC et commande Hystérésis et Tension AC de sortie

88
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.6.2.Cmmande plein onde

FIGURE IV.23: simulation de commande d’onduleur 3 phases par méthode plein


onde

Résultat 2 :

FIGURE IV.24 : Tension de sortie d’onduleur commandé par méthode plein onde

89
Chapitre IV Simulation et Résultats

IV.6.3.Commande par méthode PWM (MLI)

FIGURE IV.25 : Onduleur triphasés commandé par commande PWM

90
Chapitre IV Simulation et Résultats

Résultat 3

FIGURE IV.26 : Tension de sortie d’onduleur

Discussion sur Résultats d’analyse de Fourier des 3 commandes :

FIGURE IV.27 : Le THD de la commande MLI

91
Chapitre IV Simulation et Résultats

FIGURE IV.28 : Le THD de tension DC et commande Hystérésis

FIGURE IV.29 : FIGURE IV.27 : Le THD de tension de commande plein onde

92
Chapitre IV Simulation et Résultats

Discussion générale sur les commandes d’onduleur

La commande La tension de sortie Le THD

Hystérésis 200 V 5.41%


Plein onde 250 V 17.95 %
MLI 400 V 91.73 %

Alors d’après le dernier tableau la commande d’onduleur par méthode MLI est
nous donne un bon résultat (UAC = 400 V mais THD = 91.73%) par rapport les 2
autres méthodes (Hystérésis et Plein onde).
On conclue que la méthode MLI a une bonne amplitude de tension mais le taux
d’harmonique est élevé alors l’onduleur à MLI besoin un système de compensation
des harmonique.

IV.7.Le système PV raccordé au réseau


La modélisation suivante représente le système global d’injection d’énergie au
réseau ; Ce système contient : GPV, Hacheur, Onduleur, Transformateur (élévateur),
réseau 3 phasés, Une charge polluante :

FIGURE IV.30: schéma du système d’injection d’énergie PV vers le réseau

93
Chapitre IV Simulation et Résultats

Dans le chapitre III nous avons mentionné que la charge polluante c’est la
cause déséquilibre de tension et d’harmoniques dans le réseau triphasés ; alors on va
simuler ce système et on va voir ces impacts. Nous avons simulé un système qui
contient une source de tension triphasés (rôle d’un réseau) et une charge non linéaire
(redresseur a gâchettes) et on va utiliser un filtre active série (adaptif au charges),
mais avant le couplage de filtre dans le réseau on va voir l’influence de charge non
linéaire sur le profil de tension et courant de réseau ; et on va suivre le taux distorsion
harmonique à l’aide de fonction de transfère de Fourier.

FIGURE IV.31 : simulation d’une charge non linéaire alimentée par un


réseau 3 phasés sans connexion du filtre

FIGURE IV.32: résultat de simulation : Courbes tension et courant du


réseau électrique

94
Chapitre IV Simulation et Résultats

D’après l’analyse a l’aide de fonction de transfère de Fourier

FIGURE IV.33: taux distrosion harmonique(THD) du courant du réseau= 22.88 %

Discussion sur résultat


On remarque que la forme des courbes de tension et du courant n’est pas
sinusoidale malgré que le réseau est alternatif et 3 phasés et le taux distrosion
harmonique (THD) du courant du réseau= 22.88 % (élevé) .Maintenant on va
connecter le filtre au réseau :

FIGURE IV.34 : simulation du système avec la connexion du filtre

95
Chapitre IV Simulation et Résultats

Résultat de la simulation

FIGURE IV.35: tension de réseau +tension de charge non linéaire +tension injectée
par le filtre

D’après l’analyse a l’aide de fonction de transfère de Fourier :

FIGURE IV.36: taux distrosion harmonique(THD) du courant du réseau= 0.26 %

96
Chapitre IV Simulation et Résultats

Discussion sur resultats des figures IV.34et IV.35

On remarque que le filtre active série est ifficace pour la régulation de forme de
courbe de tension et du courant et aussi pour minimiser les harmonique provoqués par
les charges non linéaires.
Alors le filtre active série a miniser les harmonique et la forme de courbe sera
sinusoidale .
Donc on peut proposé une structure pour l’injection d’énergie PV vers le réseau
avec l’utilisation de filtres type (LC) ; filtre après l’onduleur directement (car
l’onduleur aussi est un générateur de harmoniques) et un autre filtre dans le réseau
tous ça pour l’amélioration de la qualité d’énergie injectée par le système PV et dans
les conducteurs de réseau ;Sachat que l’étude de dimensionnement de filtre est dépond
la gamme de tension et courant de réseau .

FIGURE IV.37 : Schéma proposé pour minimiser les harmoniques et déséquilibre

de tension et courant

97
Chapitre IV Simulation et Résultats

Conclusion :
Dans ce chapitre nous avons simulé tous les équipements représentant le
système photovoltaïque connecté au réseau électrique, tel que le générateur
photovoltaïque, on a aussi simuler le hacheur Boost commandé par trois algorithmes
(Perturbation observation et incrémentation de conductance et logique floue ) on
obtient la meilleur résultat par commande floue ; Et pour l’onduleur triphasés on a
appliqué trois commandes (hystérésis et plein onde et MLI) on obtient la meilleur
amplitude à l’aide de commande MLI mais avec un taux d’harmonique élevé.
Et en fin on a simulé l’influence de charge non linéaire sur l’équilibre de système
centrale (PV+ réseau électrique).Les résultats obtenus par la simulation montre
l’avantage d’utilisation le filtre active série.

98
Conclusion générale
Conclusion générale

Conclusion générale
L’épuisement des ressources fossiles, la flambée des cours du brut et la lutte
contre les émissions de gaz à effet de serre nous poussent vers la recherche d’autres
types d’énergies inépuisables, économiques et non polluantes. Pour cela on a recours
aux énergies renouvelables qui nous offrent l’opportunité de produire de l’électricité
par plusieurs façons. Le rayonnement solaire constitue la ressource énergétique la
mieux partagée sur la terre et la plus abondante. Pour cela une partie de ce
rayonnement peut être exploitée pour produire directement de la chaleur ou de
l’électricité.
De ce qui précède, on peut conclure que l’énergie produite par le
photovoltaïque est difficile à exploiter, cela causée par le non linéarité de la
caractéristique statique, de plus cette caractéristique change, si la température ou
l’éclairement varient. Ce dernier changement entraîne une variation du point de
fonctionnement, d’où la nécessité de concevoir des régulateurs pour le suivi du point
de puissance maximale, quel que soit la valeur de l’éclairement ou de la température.

Toutes ces raisons nous ont amené à choisir ce sujet qui est intitulé
‘optimisation de l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux de
transport’ ; le travail réalisé dans ce mémoire s’est effectuer dans le cadre d’une
formation du Master électromécanique minière.

Après un rappel sur l’énergie photovoltaïque élémentaire et la problématique


de l’optimisation de la puissance. nous avons détaillé les différents types des
convertisseurs qui entrent en jeu soit dans la conversion DC/DC et aussi les différents
algorithmes de commande du hacheur pour la recherche du point de puissance
maximale MPPT , soit dans la recherche d’une méthode de conversion DC/AC
adéquate à celle DC/DC.

L’étude du réseau électrique et ses différents types est visé pour présenter
l’importance de connaître les caractéristiques du réseau que nous intégrerons notre
production décentraliser, et c’est ce qui a été étudié dans le troisième chapitre.

L’étude thématique de ce sujet se devise en deux niveaux d’optimisations;


pour le premier nous avons proposé une commande de poursuite du MPPT en

100
Conclusion générale
appliquant trois algorithmes de commande MPPT qui sont : P@O; l'incrémentation de
conductance et la Commande par la logique floue.

La simulation du système par l’algorithme incrémentation de conductance


donne des résultats assez optimaux soit dans le taux de conversion (72%) soit dans les
pertes.
Nous avons obtenue des résultats acceptables par la deuxième simulation
(P@O) ou le taux de conversion atteint la valeur de (88%) avec moins de perte.
Dans la dernière optimisation dans ce niveau on utilise la commande par
logique floue qui est une méthode flexible, cette simulation qui est basée sur
l’utilisation de deux entrées l’erreur E(k) et la variation d’erreur CE, et la Fonction
d'appartenance avec sept ensembles flous pour la variable Linguistique. Le résultat
obtenu par cette dernière est le plus proche de la valeur maximale de puissance.

Le deuxième niveau d’optimisation est consacré sur la conversion DC/AC et


l’application des différentes commandes sur un onduleur choisi, la commande par
hystérésis donne un amplitude de tension inférieur a l’amplitude d’entrée DC et avec
un THD=5.41 % ainsi que Commande plein onde donne aussi un amplitude inférieur
à l’autre d’entrée(250V) avec un THD= 17.95%, et la dernière qui est la Commande
par la méthode PWM (MLI) donne un amplitude égale à la valeur d’entrée (400 V)
mais avec un THD = 91.73 % .Ce qui compte le plus pour le système est l’amplitude
de tension et on peut réduire le THD par les moyens de compensation.

Dans la dernière partie de ce chapitre Nous avons simulé un système qui


contient une source de tension triphasé et une charge non linéaire, On remarque que la
forme des courbes de tension et du courant n’est pas sinusoïdale et le taux distorsion
harmonique(THD) du courant du réseau est élevé (22.88 %), ce qui nous a conduit à
l’utilisation d’un filtre actif ; après filtrage le THD devenu 0.26%.

Finalement on juge que la seul possibilité pour que l’intégration des énergies
solaire dans le réseau de transport soit optimale est la combinaison des deux méthodes
logique floue (conversion DC/DC) et la commande PWM dans la conversion
(DC/AC) avec un filtre active série compensateur d’harmoniques (adaptif au charges).

101
REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE

[1 ] www.énenrgie.gov.dz/fr/enr/Guide

[2] Guingane T. T, Bonkoungou D., Koalaga Z., and Zougmore F. Photovoltaic (PV)
System Connected to the Grid without Battery Storage as a Solution to Electricity
Problems in Burkina Faso. International Journal of Engineering Research. 2017.

*3+ Etude de l’intégration de la production décentralisée dans un réseau Basse


Tension. Application au générateur photovoltaïque, Y .PANKOW, Thèse doctorat,
LEEPL, 2004

[4] www.énenrgie.gov.dz

[5] LE Thanh Luong, «Analyses dynamiques du réseau de distribution en présence


des productions décentralisées », Thèse en Génie électrique de l'INPG,2018

[6] fr.wikipedia.org/w/index.php[7tt]

[8] Martin A. Green, Keith Emery, Yoshihiro Hishikawa, Wilhelm Warta, and Ewan
Dunlop. Solar cell efficiency tables (version 48). Progress in Photovoltaics : Research
and Applications, 24(7) :905–913, July 2016. 1, 2, 14, 15, 16, 17, 89, 90, 110, 111

[9] Photovoltaïque.info Centre de ressources sur les panneaux solaires et la


production d’électricité Les technologies de cellules solaires photovoltaïques. 15

[10] Anne Labouret and Michel Villoz. Energie solaire photovoltaïque - 4ème
édition.

Dunod, October 2009. Google-Books-ID : PtaPEVAC9bgC. 9, 11

[11] I. S. E. Fraunhofer. Photovoltaics report. Fraunhofer ISE, Freiburg, 2017. 1, 12,


13,15.

[12] https://photovoltaique-energie.fr/l-effet-photovoltaique.html

[13] Caractérisation de panneaux solaires photovoltaïques en conditions réelles


d’implantation et en fonction des différentes technologies Thomas Mambrini.
Université Paris Sud – Paris.2014

[14] Modélisation et analyse de l’intégration des énergies renouvelables


dans un réseau autonome. I .VECHIU . Thèse doctorat de l’université du HAVRE, 2005

*15+ BOURSALI Wassila, mémoir Master, Modélisation et simulation de l’influence de


la résistance série sur les caractéristiques I(V) P(V) d’une cellule photovoltaïque.
06/2017.

[16] Les différents types de cellules photovoltaïques – Média-terre. 14

*17+ Etude comparative de chaînes de conversion d’énergie dédiées à une éolienne


de petite puissance, A.Mirecki thèse de doctorat ENSEEIHT.
REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE

[18 CHEBANA Abdelkri], contrôle d’un système PV connecté au réseau, Mémoire


master ,03 Juin 2014

*19+ Belkhir A, Makouf A ,« Commande floue d’un convertisseur statique DCDC » ,


ingénieur d’état en Electrotechnique , Béjaia , 2005.

*20+ Saifi Amel , « Alimentation d’un moteur à courant continu à l’aide d’un hacheur
commandé par un microcontrôleur Arduino »,mémoire de Master,Université de
Batna 2, 2016

*21+ Zemouri Azeddine , « Etude expérimentale d’un convertisseur DC/DC contrôler


par une commande robuste ». Mémoire de Magister Université de Batna, 2014

[22] T.Markvart et L.Castaber, «Photovoltaics Fundamentals and applications».


Preface Guide to Usage of the Handbook by Professional Groups.

[23] M.Patel, Wind and Solar Power Systems : Design, Analysis, and Operation,
Second Edition. CRC Press, July 2005. DOI : 10.1201/9781420039924.

[24] Sholapur, S., Mohan, K. R., & Narsimhegowda, T. R. (2014). Boost converter
topology for pv system with perturb and observe mppt algorithm. IOSR journal of
Electrical and Electronics Engineering (IOSR-JEEE), 50-56.

[25] M. Meddah, M. Bourahla, and N. Bouchetata. Synthèse des convertisseurs


statiques dc/ac pour les systèmes photovoltaïques. Revue des Energies
Renouvelables, 2011.

[26] M. Belkacem. Etude et optimisation du transfert dénergie électrique en


conversion photovoltaïque par la recherche du point de puissance maximale (MPPT).
Mémoire présenté pour l'obtention du diplôme de Master académique, Université
Abou Bekr Belkaid, Tlemcen-Algérie, Faculté des Sciences, 2015.

[27] H. Macbahi. Correction de facteur de puissance dans un convertisseur à


résonance par une méthode active. Mémoire présenté Comme exigence par tielle de
la maîtrise en électronique industrielle, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec
Canada, Faculté des Sciences et et de Génie.

[28] S.Abada. Etude et optimisation d'un générateur photovoltaïque pour la


recharge d'une batterie avec un convertisseur Sepic. Mémoire présenté dans le cadre
du programme de maîtrise en génie électrique pour l'obtention du grade de Maître es
Sciences (M.Se.), Université l'Université Laval, Québec- Canada, Faculté des Sciences
et et de Génie.

[29] S. Djeriou. Simulation d'un système photovoltaïque alimentant une machine


asynchrone. Mémoire présenté pour l'obtention du diplôme de Magister, Université
Ferhat Abbas, Sétif-Algérie, Faculté de Technologie, 2014.

[30] Ayyoub ABID et Yassine BECHLAGHEM Etude et dimensionnement d'un


convertisseur SEPIC pour une application photovoltaïque, Département de Génie
Electrique et Electronique, Faculté de Technologie, Université Abou Bekr Belkaïd de
Tlemcen, Juin 2017
REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE

[31] Caractérisation de panneaux solaires photovoltaïques en conditions réelles


d’implantation et en fonction des différentes technologies Thomas Mambrini.
Université Paris Sud – Paris.2014

[32] Livre : ‘’Solar photovoltaic basics’’, SEAN WHITE

[33] Z. Ayache, A. Bendaoud, H. Slimani, B. Benazza, H. Miloudi, A.


Bentaallah.Laboratoire IRECOM, Université Djilali Liabès Sidi Bel Abbès 22000,
Algeria

*34+ H. BOUZERIA, Modélisation et commande d’une chaine de conversion


photovoltaïque, DOCTORAT 3ème cycle LMD en Électrotechnique, Université de
Batna, 2016.

[35] Ali Abdulwahhab Abdulrazzaq, Adnan Hussein Ali , Efficiency Performances of


Two MPPT Algorithms for PV System With Different Solar Panels Irradiances, Middle
Technical University, Technical Instructors Training Institute, Baghdad, Iraq, Vol. 9,
No. 4, December 2018, pp. 1755~1764

[36] BOUCHAKER Amir Abderaouf, BENBRINIS Mouad, mémoire Master, Structure et


Commande d’une installation photovoltaïque en site isolé, Juin 2018

*37+ Shahraki, E.G., Apport de l’UPFC à l’amélioration de la stabilité transistoire des


réseaux électriques. Thèse de doctorat de l’université Henri Poincaré, Nancy-I,
Octobre 2003.

*38+ N.Abouchabana, „‟Etude d‟une nouvelle topologie buck-boost appliquée à un


MPPT„‟, Mémoire de Magistère, Ecole Nationale Polytechnique, Alger, Algérie, 2009.

[39] XU, J., Filtrage active shunt des harmoniques des réseaux de distribution
d’électricité Thèse de doctorat de l’INPL, Nancy, Janvier 1994.

[40] Boudjemâa, M., Application du formalisme Bond Graph à une chaîne de


conversion d’énergie photovoltaïque. Université Mentouri de Constantine Faculté des
Sciences de l'Ingénieur Département d'Electrotechnique, Algérie2007: p. 43-45.

[41] seeprm.wordpress.com/2017/04/19/commande-pleine-onde-19 avril 2017.

[42] V. L. Nguyen, Couplage des systemes photovoltaiques et des vehicules


electriques au reseau Problemes et solutions, Université de Grenoble: Thèse de
Doctorat de l'Université de Grenoble, 2014.

[43] T. M. C. LE, Couplage Onduleurs Photovoltaïques et Réseau, aspects


contrôle/commande et rejet de perturbations, GRENOBLE: Thèse de doctorat de
Génie électriquede l'Université de Grnoble, 2012.

[44] SOLARIS-STORE, Onduleur réseau SMA synchrone triphasé TRI POWER STP 6
000 TL, https://www.solaris-store.com/1401-onduleur-sma-triphase-tripower-
stp6000tl.html.
REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE

[45] Salameh, Z., Step-up maximum power point tracker for photovoltaic arrays.
Proc. of the 1998 annual meeting of the American Solar Energy Society, Cambridge,
USA, june 1998: p. 409-414.

[46] P.A.B. James, A.S.B., R.M. Braid, PV array <5 kWp + single inverter = grid
connected PV system: Are multiple inverter alternatives economic? Solar Energy,
September2006. 80(9): p. 1179-1188.

[47] Detlef schluz, m.j.a.t.p., , .), grid integration of photovoltaics and fuel cells.
Department of electrical Engineering, Electrical Power Engineering, Helmut Schmidt
University, Holstenhofweg 85, D-22043 Hamburg, Germany.

[48] « Réseau électrique ».


https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_%C3%A9lectrique.

[49] T. Tran-Quoc, C. Andrieu, N. Hadjsaid, “Technical impacts of small distributed


generation units on LV networks”, IEEE/PES General Meeting 2003, Canada, June
2003

[50] Systèmes Photovoltaïques raccordés au réseau électrique. Destinée aux


Doctorants Marocains des filières photovoltaïques. Université Mohammed V –Rabat.
Ecole Supérieure de Technologie de Salé. Octobre 2015.

[51] Chakira-cables.com/images/fiche_tech/almelec-graisse.

*52+ L.D.H.B. Amaia, “Commande avancées des systèmes dédies a l’amélioration de


la qualité de l’énergie : de la basse tension a la montée en tension “, Thèse de
doctorat, LEG,Institut National Polytechnique de Grenoble, France, Novembre 2006.

[53] Solar PV Mounting Systems Market Size - Industry Forecast Report


2024 » [archive], sur www.gminsights.com (consulté le 8 octobre 2018)

[54] BETTENHAUSEN, R., Onduleurs pour systèmes photovoltaïques autonomes et


couplés au réseau de distribution p. 9.

*55+ Synergrid, Prescription techniques spécifiques de raccordement d’installation


de production décentralisée fonctionnant en parallèle sur le réseau de distribution.
Fédération des Gestionnaires de Réseaux électriques Gaz en Belgique.

[56] Abdeslam, D.O., Techniques neuro mimétiques pour la commande dans les
systèmes électriques : application au filtrage actif parallèle dans les réseaux
électriques basse tension. Thèse de doctorat, Université Haute Alsace, Décembre
2005.

[57] Intégration des énergies renouvelables dans le système électrique

Samson Yemane HADUSH, PhD,FSR, Energy Regulation Training. Rabat, Maroc


November 2017.

[58] "State of the art on dispersed PV power generation: publications review on


theimpact of PV Distributed Generation and Electricity networks", IEE PV Upscale,
WP4-Deliverable 4.1, 2007
REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE

*59+ Herman Bayem « Apport des méthodes probabilistes aux études d’intégration
des énergies renouvelables aux systèmes électriques ». Thèse de doctorat. Université
Paris Sud - Paris XI. 2009.

[60] Abdelmadjid CHAOUI, FILTRAGE ACTIF TRIPHASE POUR CHARGES NON


LINEAIRES Pour l’obtention du grade de DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DE POITIERS,05-
10-2010

[61] H. Sakkou, "Conception d’une compensatrice active multifonction corrigeant


toutes les perturbations en tension générées par les charges non linéaires et les fours
à arc", Thèse de doctorat (2007), École de technologie supérieure.

[62] Mohamad Alaa Eddin Alali `Contribution à l'étude des compensateurs actifs des
réseaux électriques basse tension' Thèse de doctorat, Université Louis-Pasteur-
.Strasbourg I, France, Septembre 2002.
[63] R. Belrechid, M. Aissani, `Filtrage des harmoniques via un poste à soudure,' IC-
WINT-MI'14, 09-11, Annaba, Algérie, Novembre 2014

[64] J. S. Manguelle, "Convertisseur Multiniveaux asymétrique alimentés par


transformateurs multi-secondaires basse fréquence", Thèse de doctorat N° d’ordre :
3033, EPFL Lausanne, 2004.

[65] M. I. I. T. M. I. A. H. A. M. I. AKIRA NABAE, A New Neutral-Point-Clamped PWM


Inverter, IEEE TRANSACTIONS ON INDUSTRY APPLICATIONS, VOL. IA-17, NO. 5.
SEPTEMBER/OCTOBER 1981.

[66] M. I. Peter W. Hammond, A NEW APPROACH TO ENIHANCE POWIER QUALITY


FOR MEDIUM VOLTAGE AC DRIVES, IEEE TRANSACTIONS ON INDUSTRY
APPLICATIONS, VOL. 33, NO. 1, SANUARYffEBRUARY 1997, 1997.

[67] M. I. Mario Marchesoni, High-Performance Current Control Techniques for


Applications to Multilevel High-Power Voltage Source Inverters, IEEE TRANSACTIONS
ON POWER ELECTRONICS, VOL. I, NO. 1. JANUARY 1992, 1992.

[68] K. Guepratte, Onduleur triphasé à structure innovante pour application


aéronautique (Doctoral dissertation, Université de Grenoble)., Thèse, Grenoble, 2011.

[69] A. Fabien, Onuduleur multicellulaire paralèlle à ICT: commande équilibrante,


analyse,modélisation, et optimisation des performances CEM, CACHAN: Thèse
réalisée au SATIE, ENS-CACHAN, 2011.

[70] X. P. a. F. C. L. Xunwei Zhou, A High Power Density, High Efficiency and Fast
Transient Voltage Regulator Module with a Novel Current Sensing and Current
Sharing Technique, IEEE APEC Conf., 1999, pp. 289–294., 1999.
REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE

[71] P. Z. A. d. C. J. A. C. a. J. U. O. Garcia, An Automotive 16 phases DC-DC


Converter, Anchen, Germany: 35th Annul IEEE Power Electronics Specialists
Conference, 2004, pp. 350–355., 2004.

[MM] Convertisseur et électronique de puissance : commande, description et mise en


oeuvre, M.Picard, DUNOD, Paris, 2007

[N] informations de notre stage

[FFC] Antoine Cornuéjols,Introduction à la logique floue, [5 20].

[ESCWA] Economic and social commission for western Asia

[IEEE] Institute of Electrical and Electronics Engineers


Annexe
1. Coté courant continu :
1.1. Caractéristiques de GPV utilisé :

1.2. Paramètres d’hacheur utilisé

Condensateur 1 10µF

Condensateur 2 10µF

0.1Ω
Résistance série

0.01 H
Inductance
Annexe
2. Coté courant alternatif

2.1. L’équation de réglage de tension de réseau par filtre

2.2. Caractéristiques d’onduleur utilisé :


Résumé
Dans ce travail nous avons étudié le système d’énergie injectée au réseau de
distribution à travers le réseau de transport ce système utilise de la source d’énergie
renouvelable (panneaux solaires) ;Ces panneaux absorbent des photons du soleil et sont
converties en un courant électrique continu ; à l’aide d’un convertisseur DC-DC
(hacheur boost (élévateur )) qui assure l’augmentation ; et la conversion DC-AC
s’effectué à l’aide d’un onduleur triphasés ;les deux convertisseurs ont besoin d’une
optimisation pour but de produire le maximum de puissance ; sue cette base Nous avons
étudié le choix du type de commande pour chaque convertisseur la commande
d’hacheur par algorithme logique floue nous a donné la bonne valeur de puissance 96%
de la puissance par rapport les deux autres algorithmes ;Et pour d’onduleur la
commande par MLI a donné une valeur égale à la valeur d’entrée mais avec un THD
élevé ;Nous avons proposé d’utiliser le filtre active série pour la compensation des
harmoniques et pour la régulation de forme de courbe tension et courant.

‫ملخص‬
‫ٌظتخذو ْذا انُظاو يصذر‬،‫فً ْذ ا انؼًم درطُا َظاو انطاقح انذي ٌتى ادراجّ فً شثكح انتٕسٌغ يزٔرا تشثكح انُقم‬
‫تًتص ْذِ األنٕاح فٕتَٕاخ انشًض ٌٔتى تحٌٕهٓا إنى تٍار كٓزتائً يظتًز‬، )‫انطاقح انًتجذدج (األنٕاح انشًظٍح‬
‫يظتًز (رافغ) انذي ٌضًٍ انشٌادج فً قًٍح االطتطاػح ؛ ٌٔتى تحٌٕم انتٍار انًظتًز إنى‬-‫تاطتخذاو يحٕل يظتًز‬
‫كال انًحٕنٍٍ ٌحتاجاٌ إنى تحظٍٍ إلَتاج أقصى طاقح ؛ػهى ْذا األطاص‬. ‫تٍار يتُأب تاطتخذاو يحٕل حالحً انطٕر‬
‫يظتًز تاطتخذاو خٕارسيٍح‬-‫حٍج أػطاَا انتحكى فً انًحٕل يظتًز‬، ‫نقذ درطُا اختٍار َٕع انتحكى نكم يحٕل‬،
‫ يٍ انطاقح األػظًٍح يقارَح تانخٕارسيٍتٍٍ األخزٌٍٍ؛ ٔتانُظثح نهًحٕل‬٪ 69 ‫انًُطق انًضثة قًٍح طاقح جٍذج‬
‫يتُأب أػطى انتحكى تاطتخذاو تؼذٌم ػزض انًٕجح قًٍح يظأٌح نهقًٍح األٔنٍح ٔنكٍ َظثح انتهٕث ػانٍح‬-‫يظتًز‬
.‫جذا نذنك اقتزحُا اطتخذاو ػايم انتصفٍح انُشظ انتظهظهً نهتؼٌٕط انتٕافقً ٔنتُظٍى شكم يُحُى انتٕتز ٔانتٍار‬

Abstract
In this work we studied the energy system injected into the distribution grid through the
transport grid this system uses renewable energy source (solar panels). These panels
absorb sun photons and are converted into a current continuous electric using a DC-DC
converter (boost) Which ensures the increase, and the DC-AC conversion is done using
a three phases inverter; Both converters need optimization in order to produce the
maximum power; on this basis we have studied the choice of the type of control for
each converter the chopper control by fuzzy logic algorithm gave us the good power
value 96% of the power compared to the other two algorithms, and for inverter the
PWM control gave a value equal to the input value but with high THD we proposed to
use the serial active filter for harmonic compensation and for voltage and current curve
shape regulation.

Mots clés : photovoltaïque, hacheur BOOST, logique floue ,THD, DC-DC, DC-
AC, filtre.