Sie sind auf Seite 1von 6

Terminale L > Philo so phie > Métho des > L'explicatio n de texte en philo so phie

L'explication de texte en philosophie

Int roduct ion :


L’épreuve de l’explicat ion de t ext e dure 4 heures. Un sujet est proposé en plus des
deux sujet s de dissert at ion. Le t ext e est t oujours un court ext rait de l’œuvre d’un
des aut eurs au programme.

Le mot « expliquer » vient du lat in explicare qui signi e « déplier » ; « met t re à


plat  ». L’explicat ion du t ext e doit donc « déplier » les idées du t ext e, rendre visible
et compréhensible ce qui est implicit e ou opaque dans le t ext e à propos d’un
problème philosophique soulevé par l’aut eur.

L’explicat ion n’est ni un résumé du t ext e, ni une paraphrase du t ext e (c’est -à-dire
une simple redit e du t ext e avec des phrases di érent es), ni encore un prét ext e
pour récit er le cours sur une not ion du programme. Cependant , il est recommandé
de mobiliser des connaissances philosophiques à la condit ion qu’elles servent la
compréhension du t ext e et de son problème.

1 Première étape : le C.R.A.D.

CRAD est un acronyme qui permet de mémoriser les ét apes clés pour expliquer un
t ext e.

C : Cadrer le t ext e

R : Repérer la st ruct ure argument at ive

A : Analyser de f açon linéaire

D : Discut er le t ext e

a. C comme « cadrer le t ext e »

Répondre à t rois quest ions sur le t ext e permet de l’ident i er dans sa globalit é.

 « De quoi parle le t ext e ? » On obt ient ainsi le t hème du t ext e.

 « P ourquoi l’aut eur parle-t -il de cela ? » On obt ient le problème soulevé par le
t ext e.
 « Comment l’aut eur répond-il au problème ? » : On obt ient la t hèse du t ext e et le
t ype d’argument at ion choisi pour y répondre.

Ces réponses sont à not er au brouillon : elles seront nécessaires à la rédact ion de
l’int roduct ion du devoir.

b. R comme « repérer la st ruct ure argument at ive du t ext e »

La st ruct ure argument at ive correspond aux ét apes du raisonnement par lequel
l’aut eur démont re sa t hèse.

Dans un premier t emps, il s’agit de repérer le mode d’argument at ion du t ext e.

Soit l’argument at ion avance la t hèse direct ement  :

 l’argument at ion peut se const ruire sur un exemple. L’aut eur part d’un cas part iculier
pour en déduire une règle générale, ou bien il illust re une proposit ion générale par
un cas part iculier ;

 elle peut se const ruire sur une analogie. L’aut eur ét ablit sa t hèse à l’aide d’une
comparaison. Il f onde ainsi le moins évident , sa t hèse, sur le plus évident ou f acile à
penser, le comparant  ;

 l’argument at ion peut aussi se const ruire sur un t ravail de dé nit ion ou de
concept ualisat ion. L’aut eur part de l’analyse concept uelle d’une not ion a n
d’amener sa t hèse.

Soit , l’argument at ion avance la t hèse en réf ut ant la t hèse opposée :

 l’argument at ion peut se const ruire par la crit ique de l’opinion commune, d’un
préjugé. En dénonçant une idée reçue, l’aut eur valide sa propre t hèse ;

 l’argument at ion peut également se const ruire par la crit ique d’un adversaire. Le
but de l’aut eur est de mont rer que la t hèse adverse n’est pas accept able ;

 en n, elle peut se const ruire par la crit ique des conséquences liées à la t hèse
adverse. L’aut eur démont re que la t hèse en elle-même est accept able mais que les
conséquences impliquées sont inadmissibles.

L’argument at ion f orme un t out . Les idées sont dépendant es les unes des
aut res, d’où la nécessit é de repérer les connect eurs logiques qui les
À re t e n ir relient . Il s’agit de rendre compt e des idées dans leur ensemble, et non
pas séparément .

Dans un deuxième t emps, il s’agit de repérer dans le t ext e les art iculat ions logiques
(grâce aux connect eurs logiques).

Les connect eurs logiques permet t ent de suivre le raisonnement de l’aut eur. En
général l’aut eur passe d’une idée (d’un argument ) à un aut re au moyen d’un
connect eur. Il peut progresser dans le même sens (de plus, en out re), ou mont rer son
opposit ion à d’aut res opinions ou t hèses adverses (mais, cependant ).
c. A comme « analyser de f açon linéaire »

Souligner et noter au brouillon les principales idées du texte

Les idées du t ext e permet t ent de just i er la t hèse de l’aut eur. Les argument s doivent
êt re expliqués exclusivement dans leur int ent ion de just i er et de donner du sens à
cet t e t hèse. En général, ils sont cadrés par des liens logiques.

Dans t ous les cas, il vaut mieux port er son at t ent ion sur une idée di cile
du t ext e sans pour aut ant parvenir à l’expliquer plut ôt que de f aire
At t e n t io n comme si vous ne la voyiez pas.

Analyser les idées

L’analyse permet de rendre le t ext e plus int elligible, en rendant explicit e ce qui est
suggéré ou sous-ent endu par l’aut eur. P our expliquer le t ext e, il f aut adopt er une
démarche de quest ionnement du t ext e, port er son at t ent ion sur chaque not ion ou
idée et s’int erroger.

 Que signi ent les not ions employées dans le t ext e ?

Ces not ions peuvent êt re des not ions proprement philosophiques (dét erminisme, libre
arbit re, légit ime) ou simplement un mot de vocabulaire obscur ou import ant pour la
compréhension de l’idée.

Il ne s’agit pas de prendre des mot s du t ext e pour un prét ext e à


At t e n t io n
dissert er sur une not ion que vous avez abordée en cours.

 Que présuppose l’aut eur sans le dire explicit ement  ?

Il f aut ici cerner ce que l’aut eur suppose et ce à quoi il s’oppose sans le dire
clairement . P our cela, un dét our par les t ypes d’argument at ion peut êt re ut ile :

le t ext e crit ique une opinion commune, laquelle ?

Une t hèse adverse, laquelle ?

Le t ext e admet comme évident e une idée sans la just i er, laquelle et pourquoi ?

Un apport de connaissances philosophiques ext érieures au t ext e peut aussi s’avérer


béné que.

 Quelles aut res idées rejoignent les idées de l’aut eur ou les cont redisent  ?

Là encore, le bon sens et la cult ure philosophique acquise en cours seront d’un grand
secours.

 Quels exemples concret s permet t ent de clari er une idée abst rait e ?

 Quels procédés st ylist iques servent l’argument at ion ?


Une gure de st yle, des marques d’ironie, un regist re polémique ou parf ois pat hét ique
sont aut ant de procédés st ylist iques qu’il ne f aut pas rat er lorsqu’ils appuient une
idée.

Il ne s’agit pas de f aire un cat alogue des procédés lit t éraires. Un e et


de st yle se just i e uniquement lorsqu’il est un moyen de renf orcer
At t e n t io n l’argument at ion de l’aut eur.

Pour évit er la paraphrase

Si la phrase est claire et ne pose pas de problème part iculier au niveau


de sa compréhension, passez direct ement à sa discussion sans chercher à
As t u ce
la répét er avec d’aut res mot s. P ar ailleurs, ne mult ipliez pas les cit at ions
du t ext e : l’examinat eur a le t ext e sous les yeux.

d. D comme « discut er le t ext e »

Il s’agit ensuit e de discut er le sens et la pert inence de la t hèse, par l’examen des
argument s qui la just i ent . Le but est donc de t rouver d’aut res argument s qui vont
dans son sens mais aussi de lui opposer d’aut res t hèses philosophiques qui abordent le
même problème.

P our discut er du t ext e, demandez-vous à chaque phrase : dans sa


volont é de résoudre un problème, pourquoi l’aut eur dit -il cela, et est -ce
As t u ce just i é ?

La discussion du t ext e peut se f aire au l de l’explicat ion, idée après idée, en y


ajout ant une dimension crit ique ; ou bien dans un second t emps, après l’explicat ion
analyt ique du t ext e. On peut également combiner ces deux mét hodes en discut ant
direct ement cert aines des idées, not amment lorsqu’elles ne posent pas de problème
part iculier de compréhension, puis en proposant , dans une seconde part ie, une
discussion plus globale sur le problème du t ext e.

2 Deuxième étape : la rédaction de l’explication

a. Le plan

Le plan de l’explicat ion est calqué sur le plan du t ext e à expliquer : si le t ext e suit un
mouvement en 3 part ies alors l’explicat ion comport era également 3 part ies.

b. Les composant s du devoir

L’explicat ion de t ext e, t out comme la dissert at ion, comport e 3 moment s : une
int roduct ion, un développement (l’explicat ion et la discussion, int égrée ou séparée) et
une conclusion.

L’introduction
C’est dans cet t e part ie du devoir que le t ravail init ial port e ses f ruit s. Il s’agira donc
de réut iliser les inf ormat ions récolt ées dans la première ét ape « Cadrer le t ext e » a n
de rédiger l’int roduct ion.

 Sit uer le t ext e.

Si vous possédez des connaissances précises, sit uez le t ext e dans la pensée de
l’aut eur. Sinon, sit uez le t ext e comme ét ant essent iel dans un débat t oujours
d’act ualit é met t ant en jeu le t hème. L’int érêt philosophique du t ext e doit êt re
valorisé voire dramat isé : la quest ion que va soulever l’aut eur et la réponse qu’il y
donne ont des enjeux import ant s pour l’Homme.

« Dans cet ext rait de [œuvre], [aut eur] s’int éresse à


[domaine/cont ext e/sit uat ion] ; l’int érêt philosophique est majeure
Exe mple puisqu’il s’agit de prendre part ie sur une ré exion à propos de [t hème] ».

 Énoncer le problème du t ext e.

Au brouillon, reprenez l’ét ape « Cadrer le t ext e ». Formulez le problème du t ext e sous
f orme int errogat ive. Tout le t ext e doit se rapport er à cet t e quest ion f ondat rice et
direct rice. Si la quest ion qu’on a t rouvée ne se rapport e qu’à une part ie du t ext e
seulement , cela signi e qu’on n’a pas t rouvé le bon problème, la quest ion direct rice du
t ext e la plus pert inent e.

« Le problème qui se pose dans ce t ext e est le suivant  : … ».


Exe mple

 Énoncer la t hèse du t ext e.

La t hèse de l’aut eur doit êt re une réponse à la quest ion direct rice dégagée. La t hèse
de l’aut eur, c’est l’idée direct rice du t ext e et la posit ion que l’aut eur cherche à
déf endre dans ce t ext e. Elle s’exprime sous la f orme d’une phrase complèt e (ce n’est
pas un mot ou une expression), et elle se présent e sous la f orme d’une a rmat ion (ce
n’est pas une quest ion).

« La t hèse sout enue par [aut eur] est que … », « [aut eur] a rme que … ».
Exe mple

Il f aut ici êt re précis et concis : la t hèse sera développée dans l’explicat ion.

Même si la t hèse du t ext e est explicit ement f ormulée par l’aut eur, il f aut
At t e n t io n la ref ormuler.

 Énoncer les di érent s argument s du t ext e.

Énoncez le plan du t ext e (le nombre de part ies), puis résumez chaque part ie en une
phrase ou deux, t out en précisant la logique qui permet de passer d’une part ie à une
aut re.
« L’aut eur commence par s’opposer à … puis il analyse comment … Il en
conclut alors que … »
Exe mple

Il f aut indiquer ent re parent hèses les lignes qui délimit ent chaque ét ape.
At t e n t io n

Le développement

La discussion du t ext e peut êt re int égrée à l’explicat ion analyt ique ou lui succéder.
Que vous choisissiez la première ou la seconde mét hode, il y aura aut ant de part ies
dans vot re devoir qu’il y a de part ies dans le t ext e, ni plus ni moins. Vous devez
manif est er explicit ement ces part ies dans la rédact ion de vot re devoir en ut ilisant
des t ransit ions, des liens logiques.

P ensez à « aérer » vot re explicat ion en saut ant une ligne ent re vot re
int roduct ion et vot re développement (puis vot re développement et
At t e n t io n
vot re conclusion). Revenez à la ligne après chaque part ie de
l’explicat ion.

La conclusion

La conclusion « gagnant e » est celle qui apparaît comme la morale d’une f able ; elle
vient couronner de manière logique et percut ant e t out e une explicat ion. On rappelle
l’int érêt philosophique du t ext e, puis la réponse singulière que propose l’aut eur pour
répondre au problème soulevé.

Conclusion :
Expliquer un t ext e en philosophie est un t ravail minut ieux. Il s’agit d’éclairer le
raisonnement de l’aut eur puis de comprendre et d’int erroger les idées qu’il déploie
a n de just i er son point de vue. P ar ailleurs, la dimension crit ique oblige à prendre
part au débat , à proposer d’aut res perspect ives sur le problème soulevé.

Copyright SchoolMouv. Tous droits réservés. (www.schoolmouv.fr)