Sie sind auf Seite 1von 4

My Favorite Things

John Coltrane XXe et XXIe siècles Jazz

Instrumental États-Unis 1960

:
My Favorite Things se trouve sur l’album éponyme sorti l’année suivante chez Atlantic. On y trouve
également Everytime We Say goodbye (Cole Porter), Summertime (DuBose Heyward et George Gershwin)
ainsi que But Not For Me (Ira et George Geshwin). My Favorite Things est au départ une chanson de Richard
Rodgers (1902-1979) pour la musique et d’Oscar Hammerstein II (1895-1960) pour les paroles, extraite de la
comédie musicale à succès The Sound Of Music [La Mélodie du bonheur] créée à Broadway en novembre
1959. On peut avoir une idée de l’incroyable popularité de ce morceau, puisqu’à peine un an après sa création,
il figure en ouverture d’un album de jazz comprenant également des standards de Cole Porter ou de George
Gershwin.

Formation instrumentale :
Un quartet de jazz, comprenant ici un saxophone soprano accompagné par une section rythmique classique
(contrebasse, piano et batterie).

Compositeur :
John Coltrane

Les clés de lecture :


À la charnière des années cinquante et soixante, John Coltrane est dans une période de transition qui va le voir
passer d’un système d’improvisation encore majoritairement basé sur les traditionnelles grilles d’accords à un
jazz libéré de ces contraintes harmoniques, que l’on appellera plus tard le free jazz. Déjà, sur Kind of Blue,
l’album mythique de Miles Davis sorti en 1959, l’année précédente donc, les plages modales d’accords
s’étiraient sur de longs passages (cf. So What et ses deux seuls accords) et il avait pu tester cette nouvelle
direction d’une extrême mobilité mélodique sur une base harmonique statique. Peu après, avec l’album dont il
était cette fois le leader, Giant Steps, il avait donné des exemples de ces célèbres « sheets of sounds », qui le
voyaient débiter un nombre incroyablement élevé de notes, le tout sur des progressions d’accords peu
orthodoxes, fonctionnant par tierces. Avec My Favorite Things, on retrouve bien ces deux éléments, avec un
point supplémentaire : l’aspect obstiné et répétitif provenant directement de son approche de la musique
indienne, telle qu’il avait pu notamment l’entendre dans la musique de Ravi Shankar (né en 1920) ou bien,
plus près de lui, dans certains passages de Take Five de Paul Desmond. Le thème avait tout pour plaire à
Coltrane avec notamment une certaine ambiguïté tonale : en effet, à son début, il n’est ni majeur ni mineur
#
puisqu’aucune médiante – sol ou sol – n’est jouée avant un bon moment. Voici le début du thème,
accompagné normalement en mi mineur (mi m) la première fois et en do majeur 7 (do M7) la seconde :
Coltrane le joue plutôt avec un feeling de 6/8 comme on peut le ressentir dans la rythmique de l’introduction :
:

• Intro
0’00’’
¤ Pattern rythmique
¤ Section rythmique

•A
0’18’’
¤ Thème complet
¤ saxophone

•B
2’02’’
¤ Plage d’improvisation sur le pattern
¤ saxophone

•C
2’19’’
¤ Pattern puis thème au piano
¤ piano

•D
4’49’’
¤ Improvisation sur le thème
¤ piano

•E
5’56’’
¤ Thème suggéré
¤ piano

•F
6’45’’
¤ Thème repris clairement
¤ piano

•G
7’02’’
¤ Thème
¤ saxophone

•H
7’27’’
¤ Cascades de notes sur ostinato
¤ saxophone

•I
9’43’’
¤ Thème
¤ saxophone

•J
10’00’’
¤ Plage d’improvisation (avec effets polyphoniques)
¤ saxophone

•K
12’16’’
¤ Thème final
¤ saxophone

• Coda
12’53’’
¤ Ostinato rythmique
¤ saxophone

• Écoutes attentives et comparaison avec d’autres versions de ce thème et en particulier : Dave Brubeck
(1965), The Supremes (1965), Barbra Streisand (1967), Tony Bennett (1968) ;
• Faire sentir les carrures de quatre mesures au moyen d’une mini-chorégraphie mise en place par
l’enseignant ou bien improvisée par les élèves ;
• Apprendre la chanson (de bons play-back audio sont disponibles).

En musique :
Si John Coltrane n’a laissé qu’une seule version de studio de ce thème, il l’a souvent joué en concert et on
dispose de plusieurs enregistrements pris sur le vif en 1965 et 1966, au moment de la sortie du film The Sound
of Music de Robert Wise en 1965.
Au cinéma :

• The Sound of Music (La Mélodie du bonheur), film musical avec Julie Andrews et Christopher Plummer.
Si l’intrigue est semblable à celle de la comédie musicale originale, certaines chansons ont disparu, d’autres
ont été ajoutées et d’autres encore ont changé de place, comme justement My Favorite Things qui, à
l’origine, mettait en musique la scène du couvent dans le bureau de la mère supérieure, et non pas dans la
chambre des enfants.
• Dancer in the Dark, film de Lars von Trier sorti en 2000 dans lequel la chanteuse Björk interprète cette
chanson.

Réseau -- A masquer et a fucionner avec exploitation :


En musique :
Si John Coltrane n’a laissé qu’une seule version de studio de ce thème, il l’a souvent joué en concert et on
dispose de plusieurs enregistrements pris sur le vif en 1965 et 1966, au moment de la sortie du film The Sound
of Music de Robert Wise en 1965.
Au cinéma :

• The Sound of Music (La Mélodie du bonheur), film musical avec Julie Andrews et Christopher Plummer.
Si l’intrigue est semblable à celle de la comédie musicale originale, certaines chansons ont disparu, d’autres
ont été ajoutées et d’autres encore ont changé de place, comme justement My Favorite Things qui, à
l’origine, mettait en musique la scène du couvent dans le bureau de la mère supérieure, et non pas dans la
chambre des enfants.
• Dancer in the Dark, film de Lars von Trier sorti en 2000 dans lequel la chanteuse Björk interprète cette
chanson.

Informations complémentaires :
Le site « officiel » de John Coltrane :
http://www.johncoltrane.com/index.html

» Retrouver toutes les offres légales de musique en ligne