Sie sind auf Seite 1von 20

Équations de Maxwell

Ondes et Propagation
Version beta
2018/2019

1
Équations de Maxwell

Semestre: 5 Unité d’enseignement: UEF 3.1.2


Matière: Ondes et Propagation
VHS: 45h00 (Cours: 1h30, TD: 1h30)
Crédits: 4 Coefficient: 2

Objectifs de l’enseignement :
Toute chaîne de transmission à distance utilisant la voie hertzienne utilise des ondes
électromagnétiques. Ces ondes ont tendance à être affectées par les milieux de propagation. Il est donc
nécessaire, de savoir étudier ces ondes électromagnétiques, de pouvoir les modéliser, les caractériser et
ceci en tenant compte des spécificités des milieux où ils se propagent.

Connaissances préalables recommandées :


Physique 2, Ondes et vibrations, Télécommunications fondamentales.

Contenu de la matière:
Chapitre 1. Équations de Maxwell (3Semaines)
- Rappels sur les opérateurs scalaires et vectoriels.
-Les équations de Maxwell.- Onde électromagnétique. Puissance électromagnétique (vecteur de
Poynting).

Chapitre 2. Propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux diélectriques


(3Semaines)
-Équation d’onde dans un milieu diélectrique parfait. Cas du vide. Onde plane, progressive,
monochromatique. Polarisation de l’onde.
- Réflexion/transmission entre deux milieux LHI (incidence normal et oblique).

Chapitre 3. Propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux conducteurs et les
milieux dissipatifs (2Semaines)
- Equations de Maxwell et Équation de propagation dans un conducteur.
- Effet de peau.
- Réflexion sur une surface conductrice parfaite et ondes stationnaires.
-Equations de Maxwell et équation de propagation dans un milieu dissipatif.
- Paramètres de propagation dans un milieu dissipatif. Caractéristiques électriques du sol.

Chapitre 4. Réflexion et réfraction d’ondes planes (4 Semaines)


- Comportement du champ électromagnétique au passage d’un milieu à un autre.
- Onde TEM incidente sur la surface de séparation de deux diélectriques. Onde polarisée dans le plan
d’incidence. Onde polarisée normalement au plan d’incidence.
- Loi de Snell-Descartes.

Chapitre 5. Propagation des ondes Hertziennes (3Semaines)


- Couches atmosphériques (Troposphère- Stratosphère- Ionosphère).
- Différents modes de la propagation atmosphérique. Réfraction atmosphérique.
- Réflexion sur le sol.
- Modes de propagation par bande de fréquence.
Mode d’évaluation:
Contrôle continu: 40% ; Examen: 60%.

2
Équations de Maxwell

3
Équations de Maxwell

4Sommaire
Sommaire
1. Introduction ......................................................................................................................... 6
2. Grandeurs Etudiés ............................................................................................................... 6
3. Rappels sur les systèmes de coordonnées ........................................................................... 7
4. Rappels de l’analyse vectorielle.......................................................................................... 7
4.1. Produit Scalaire de deux vecteurs ................................................................................ 8
4.2. Produit Vectoriel de deux vecteurs .............................................................................. 8
4.3. Champ scalaire - Champ vectoriel............................................................................... 8
4.4. Gradient d’un champ scalaire ...................................................................................... 8
4.5. Divergence d’un champ vectoriel ................................................................................ 9
4.6. Rotationnel d’un champ vectoriel................................................................................ 9
4.7. Le Laplacien scalaire ................................................................................................. 10
4.8. Le Laplacien vectoriel ............................................................................................... 10
4.9. Opérateur Nabla ......................................................................................................... 11
4.10. Circulation d’un champ vectoriel........................................................................... 11
4.11. Flux d’un champ vectoriel ..................................................................................... 11
4.12. Théorème de Stockes ............................................................................................. 12
4.13. Théorème de Gauss-Ostrogradski .......................................................................... 12
5. Rappels d’électromagnétisme .......................................................................................... 13
5.1. Equations de base ...................................................................................................... 14
5.2. Notion de champ ........................................................................................................ 14
5.3. Champ et induction électriques ................................................................................. 14
5.4. Champ et induction magnétiques .............................................................................. 15
5.5. Equation de conservation de l’électricité................................................................... 15
6. Les équations de Maxwell ................................................................................................ 15
7. Onde électromagnétique ................................................................................................... 17
7.1. Définition ................................................................................................................... 17
7.2. Propriétés d’une onde électromagnétique.................................................................. 17
8. Puissance électromagnétique (Vecteur de Poynting) ........................................................ 19
9. Classification des ondes électromagnétiques .................................................................... 19
Bibliographie du chapitre 1 ...................................................................................................... 21

4
Équations de Maxwell

Chapitre 1
Équations de Maxwell

5
Équations de Maxwell

1. Introduction
Ce premier chapitre porte principalement sur les équations de Maxwell ainsi que les
propriétés d’une onde électromagnétique. Nous commençons le chapitre par les différentes
grandeurs étudiés dans la matière Ondes et propagation, puis un rappel sur les opérateurs
scalaires et vectoriels. Par la suite, un bref rappel sur l’électromagnétisme est donné avant de
présenter les équations de Maxwell et Onde électromagnétique (OEM).

2. Grandeurs Etudiés
Nous adoptons pour ce cours les notations suivantes :

Vecteur :
Vecteur unitaire : avec (a indice de vecteur unitaire suivant une direction donnée)
Produit scalaire : .
Produit vectorielle : ×

Repère cartésien , , ,
Repères et coordonnées

Coordonnées sphériques , ,
Coordonnées cylindriques (r,θ,z)

A un point quelconque M de l’espace est associé le vecteur =

Les sources
La densité de courant électrique en [A.m-2]
La densité de charge électrique en [C.m-3]

La densité de courant magnétique en [A.m-2]


La densité de charge magnétique en [C.m-3]

Les champs
Le champ électrique en [V.m-1]
Le champ magnétique en [A.m-1]

Les inductions

Vecteur d’induction électrique [C.m-2]


Vecteur d’induction magnétique en [Wb.m-2]

Paramètre des matériaux

[F/m] constante diélectrique ou permittivité

![Ohms/m] conductivité
[H/m] perméabilité magnétique

Avec

6
Équations de Maxwell

= " # #
=
et est la permittivité relative
" # et # est la perméabilité relative

Pour un milieu homogène ( , , !) sont des constantes (variables dans un milieu non
homogène).
, , ! sont des scalaires à travers un milieu isotrope (tenseur ou vecteurs en milieu anisotrope)

" = 8.85. 10 +. ,() : Permittivité du vide


Dans le vide
()*

" = 1.257. 10 . ,
(/ ()
: Perméabilité du vide
)
0= ≅ 2.997925. 107 m/s, est la vitesse de la lumière.
1 2 3 43

3. Rappels sur les systèmes de coordonnées


Dans un système de coordonnées cartésien le vecteur OM s’écrit :

r r r
OM = xe x + ye y + ze z
Le même vecteur s’écrit en coordonnées cylindriques :
 x = ρ cos θ
r r 
OM = ρe ρ + ze z Avec  y = ρ sin θ , ρ ∈ R + ,θ ∈ [0,2π [
 z=z

Dans un système de coordonnées sphérique le vecteur OM devient :

 x = ρ cos ϕ cos θ
r  π π
OM = rer Avec  y = ρ cos ϕ sin θ , ρ ∈ R + ,ϕ ∈ [− , ],θ ∈ [0,2π [
 z = ρ sin ϕ 2 2

4. Rappels de l’analyse vectorielle


Un scalaire est défini par sa magnitude et n’est pas associé à une direction, par exemple la
masse m d’un objet, le temps t.
r
Un vecteur a par contre une magnitude et une direction, par exemple le vecteur de vitesse V ,
r
le vecteur force F
Dans un système de coordonnées donné (cartésien, cylindrique, sphérique, et…), on définit le
r
vecteur A :
Dans l’espace cartésien orthonormé :
A = Ax e x + Ay e y + Az e z Avec (e x , e y , e z ) représentent les vecteurs unitaires
r r r r r r r
r
Le vecteur
r unitaire du vecteur A est donné par :
r A r r
e A = r Avec A = Ax2 + Ay2 + Az2 représente la norme du vecteur A
A

7
Équations de Maxwell

4.1.Produit Scalaire de deux vecteurs

Si deux vecteurs sont perpendiculaires, leur produit scalaire est nul. Le produit scalaire est
commutatif.
A.B = (Ax e x + Ay e y + Az e z )(
. Bx e x + B y e y + Bz e z ) Ou bien
r r r r r r r r
r r r r
A.B = A B cos θ
= Ax B x + Ay B y + Az B z
r r
= B. A

Exemple1
r 1  r 2 
Calculer le produit scalire entre A  et B  , en faisant intervenir l’angle entre les deux
0  2
vecteurs, puis en développant le produit scalaire entre les composantes, conclure.

4.2.Produit Vectoriel de deux vecteurs

( )
r r r r r
Soit deux vecteurs A et B , n est le vecteur normal à la surface délimitée par le plan A, B
r r
Le produit vectoriel entre A et B est donné par :
A  B 
r r  x  x
A ∧ B =  Ay  ∧  By  = (Ay Bz − Az By )ex + ( Az Bx − Ax Bz )e y + (Ax B y − Ay Bz )ez
r r r
A  B 
 z  z
Exemple2
r 1  r 2 
Calculer le produit vectoriel entre A  et B  , en faisant intervenir l’angle entre les deux
0  2
vecteurs, puis en développant le produit vectoriel entre les composantes, conclure.

4.3.Champ scalaire - Champ vectoriel

Soit un trièdre orthonormé , , , et M un point de l’espace, de coordonnées 8, 9, : :


=8 +9 +:

La fonction f(M) est dite champ scalaire si :

< = < 8, 9, :

Le vecteur est dit champ vectoriel si :

= 8, 9, : + 8, 9, : + 8, 9, :

4.4.Gradient d’un champ scalaire


Le gradient, noté grad est défini à partir d’une fonction scalaire, et a pour composantes
r r r
suivant e x , e y , e z les dérivées partielles de f (M ) par rapport à x , y , z respectivement :

8
Équations de Maxwell

∂f r ∂f r ∂f r
grad ( f ) = ex + e y + ez (1.1)
∂x ∂y ∂z
Remarque
grad f Pointe dans la direction où la variation d’amplitude est max

4.5.Divergence d’un champ vectoriel


r
La divergence noté div n’est définie qu’à partir d’une fonction vectorielle A(M ) de point et
donne une fonction scalaire, définie en coordonnées cartésiennes par :

r ∂A ∂A ∂A
div( A) = x + y + z (1.2)
∂x ∂y ∂z

Remarque

Le résulat d’une divergence est un scalaire


La divergence caractérise comment un champ évolue dans sa propre direction car cet
∂Ax
opérateur fait intervenir des dérivées partielles non-croisées ( par exemple ).
∂x
r
Si divA ≠ 0 alors on dit que le champ possède une source ou un puits de champs, il est dit à
flux non-conservatif.
r
Si divA = 0 , le flux est dit à champ conservatif, il est dit solénoïdal.

4.6.Rotationnel d’un champ vectoriel

Le rotationnel noté (Rot) d’un champ vectoriel donne une fonction vectorielle définie en
coordonnées cartésiennes par :
r  ∂A ∂Ay  r  ∂Ax ∂Az  r  ∂Ay ∂Ax  r
Rot A =  x − ex +  − ey +  − ez (1.3)
 ∂y ∂z   ∂z ∂x   ∂x ∂y 

Remarque
Le résultat d’un rotationnel est un vecteur
Le rotationnel fait intervenir les dérivées partielles croisées d’un champ de vecteur (par
∂Ax
exemple )
∂y
Il caractérise le cisaillement d’un champ de vecteur

9
Équations de Maxwell

Figure1.1 Illustrations des lignes de champ pour des différents opérateurs [1]

4.7.Le Laplacien scalaire

Le Laplacien scalaire d’une fonction de point (noté lap ou ∆) est par définition un champ
scalaire défini par :

[
lap( f ) = ∆f = div grad ( f ) ] (1.4)

Dans un système de coordonnées cartésiennes, il s’écrit :

∂2 f ∂2 f ∂2 f
lap ( f ) = ∆f = 2 + 2 + 2 (1.5)
∂x ∂y ∂z
Le laplacien interviendra dans tous les problèmes de diffusion : diffusion de la chaleur,
diffusion d’un concentré chimique, diffusion de la quantité de mouvement, etc….

4.8.Le Laplacien vectoriel


r r
Le laplacien vectoriel noté ( lap ou ∆ )d’un champ vectoriel A est un champ vectoriel défini
par :
r r r
[ r
] [ ( )]
r
lap( A) = ∆A = grad div( A) − rot rot A (1.6)

Dans le système cartésien, le laplacien vectoriel a pour composantes :

 ∂ 2 Ax ∂ 2 Ax ∂ 2 Ax
 x ∂x 2 + ∂y 2 + ∂z 2
∆A =

()
r 
lap A = ∆Ay =
∂ 2 Ay ∂ 2 Ay ∂ 2 Ay
∂x 2
+
∂y 2
+
∂z 2
(1.7)

 ∂ 2 Az ∂ 2 Az ∂ 2 Az
 z ∂x 2 + ∂y 2 + ∂z 2
∆ A =

10
Équations de Maxwell

4.9.Opérateur Nabla

Afin d’écrire d’une manière plus compacte les opérateurs vectoriels précédemment définis,
nous introduisons un vecteur symbolique appelé opérateur nabla et définit par :

r ∂ r ∂ r ∂ r
∇= ex + e y + ez (1.8)
∂x ∂y ∂z
Les opérateurs vus précédemment s’écrivent sous les formes suivantes :

Le gradient d’un champ scalaire :


r ∂f r ∂f r ∂f r
grad ( f ) = ∇. f = e x + e y + ez (1.9)
∂x ∂y ∂z
La divergence d’un champ vectoriel

r r r ∂A ∂A ∂A
div( A) = ∇. A = x + y + z (1.10)
∂x ∂y ∂z

Le rotationnel d’un champ vectoriel :

r r r  ∂A ∂Ay  r  ∂Ax ∂A  r  ∂Ay ∂Ax  r


Rot A = ∇ × A =  x −  ex +  − z ey +  −  ez (1.11)
 ∂y ∂z   ∂z ∂x   ∂x ∂y 

4.10. Circulation d’un champ vectoriel

La circulation d’un vecteur le long d’un contour (c) est donnée par l’intégrale curviligne :

=>? = @>? . AB (1.12)

La circulation le long d’un contour fermé est :

= = ∮ . AB (1.13)

4.11. Flux d’un champ vectoriel [2]

Le flux d’un vecteur à travers une surface (S) est donné par l’intégrale double :

D/ F = ∬ . H AF (1.14) [2]

Lorsque la surface (S) est fermée, le vecteur unitaire H est dirigé de l’intérieur vers l’extérieur

11
Équations de Maxwell

Application

Calculer le flux du champ électrostatique généré par une charge q unique à travers une sphère
de rayon R. On rappelle que le champ électrostatique s’écrit :

I
=
4K "
* #

Ou r est la distance à la charge. Démontrer que le flux est indépendant du rayon R.

Corrigé

Nous avons :
I
L . AF = L . * MNH A A
O O 4K "
* # #

I
L . AF = L MNH A A
O 4K " O
varie de 0 à K et varie de 0 à 2 K
I
Avec
R
L . AF = P Q*R S MNH A
O 4K " "
"
I I
L . AF = 2KP−0UM QR" =
O 4K " "

4.12. Théorème de Stockes

La circulation d’un vecteur le long d’un contour fermé (C) limitant une surface (S) est égal au
flux de son rotationnel à travers cette surface.

= = D/ F V UW X
= = ∮ . AB = ∬ O UW . H AF (1.15)

4.13. Théorème de Gauss-Ostrogradski

Le théorème de Gauss ou théorème de la divergence stipule que le flux d’un champ vectoriel
à travers une surface fermée (S) est égal à l’intégrale de sa divergence dans le volume (Y)
limité par la surface fermée (S).

∯O [. HAF = ∭ ] AN[ [ AY (1.16)

Après avoir présenté un rappel sur les différentes grandeurs ainsi que l’analyse vectorielle,
nous présentons un schéma synoptique d’une chaine de transmission radiofréquence, afin de
montrer l’utilité de cette matière dans cette chaine de transmission.

12
Équations de Maxwell

Figure1.2 Synoptique d’une transmission radiofréquence [1]

Les différents éléments

Codage : code les données à transmettre en une série de bits, inclut des bits de détection et de
correction d’erreurs
Modulation : consiste à générer un signal RF adapté au canal de propagation, incluant
notamment une transposition de fréquence.
Amplification et filtrage : génère la puissance souhaitée dans la bande de fréquence utilisée.
Antenne d’émission : assure la transition entre l’émetteur et le canal de propagation.
Canal de propagation : Milieux traversés par le signal entre l’émetteur et le récepteur, nous
nous intéressons au comportement des oem dans le milieu le milieu de propagation

Antenne de Réception : assure la transition entre le canal de propagation et le récepteur


Amplification et filtrage : Amplifie le signal RF reçu dans la bande de fréquence utilisée
Décodage : récupère l’information (donnée) envoyé par l’émetteur.

Un bref historique sur le lien entre l’électricité et le magnétisme est donné dans le tableau
suivant avant de présenter les équations de Maxwell.

1820 Orsted lie électricité et magnétisme


1821 Faraday découvre l’électromagnétisme expérimentalement, Notion de lignes de force
1831 Induction magnétique, Loi de Faraday
1861 Maxwell introduit le courant de déplacement
1864 Maxwell décrit l’électromagnétisme en 20 équations
1884 Heaviside écrit les 4 “équations de Maxwell”
Tableau 1.1 Bref Historique

Avant d’entamer les équations de Maxwell, un bref rappel sur l’électromagnétisme est
nécessaire.

5. Rappels d’électromagnétisme
Dans ce rappel, on considère que les milieux sont homogènes, permanents et linéaires. Ce qui
traduit une invariance spatiale et temporelle de leurs propriétés macroscopiques, aussi la linéarité
de leurs réponses à une excitation électromagnétique.

13
Équations de Maxwell

5.1.Equations de base

Loi de Couloumb

Cette loi donne l’expression de


de la force qui s’exerce entre deux charges électriques statiques
de signes contraires par :

Figure1. Force entre deux charges électriques


Figure1.3

) _` _a #
+=
^R23 # a #
(1.17)

Avec les charges q1 et q2 en coulombs(C), et r es la distance entre les deux charges en (m) et F
est la force en newtons(N). On remarque que cette loi introduit la permittivité diélectrique du
vide ou de l’air.

5.2.Notion de champ

Nous distinguons deux types des champs dans l’espace:


l’espace
• Champs scalaires : associent à tout point de l’espace un nombre, comme par exemple la
température relevée à l’intérieur d’un matériau
• Champs vectoriels : associent à tout point de l’espace, un vecteur, comme le vent qui
présente en tout point une direction, un sens de déplacement et une vitesse.

5.3.Champ et induction électriques

Soient q1 et q2 deux charges électriques, la perturbation de la charge q2 est un champ


électrique , ce champ soumet la charge q1 a une force d’attraction
ction donnée par l’expression
suivante :
+ = I) (1.18)
Avec
_
= ^R2` # a b (1.19)
3

Ainsi que le champ


mp crée par la charge q2 est donné par :
_
= ^R2` # a b (1.20)
3

14
Équations de Maxwell

5.4.Champ et induction magnétiques

Si maintenant la charge q2 est en mouvement avec une vitesse v2, elle va créer un champ
magnétique , auquel correspond une induction magnétique . Qui sont relié par l’expression
suivante : = avec est la perméabilité magnétique.
Si la charge q1 arrive dans ce champ magnétique avec une vitesse v1, elle va se trouver
soumise à une force dirigée perpendiculairement à v1 et à suivant la règle dite des toits doits
de la main droite.

+ = I) [) × (1.21)

5.5.Equation de conservation de l’électricité

On suppose que dans un espace donné, il existe des charges électriques fixes (ρ) et d’autres en
mouvement (J). Ces deux grandeurs vérifient l’équation de conservation de l’électricité :

de
∇. + df = 0 (1.22)

6. Les équations de Maxwell


En 1865, le physicien écossais J.C.Maxwell a établi les quatre équations expliquant la
répartition des phénomènes électriques et magnétiques dans un milieu donné, et démontrant
l’existence des ondes électromagnétique en décrivant la manière dont ces ondes se
propagent.

Les équations de maxwell dans le vide sont :


La première équation est connue sous le nom de Maxwell-Gauss :

r r r ρ
div.E = ∇.E = (1.23)
ε0
Cette relation indique qu’un champ électrique converge/diverge à partir d’un système de
charge globalement positif/négatif.

La deuxième équation et connue par la conservation du flux d’induction magnétique ou


Maxwell-Thomson.
r r r
div.B = ∇.B = 0 (1.24)

Un champ d’induction magnétique ne peut pas diverger ou converger, ce qui est dû à


l’absence de charge magnétique dans la nature.
La troisième équation représente la loi d’induction de Faraday-Lenz
r
r r r r ∂B
ro t .E = ∇ × E = − (1.25)
∂t
Cela signifie qu’un champ d’induction magnétique variable dans le temps induit un champ
électrique en rotation.
La quatrième équation est l’équation de Maxwell-Ampère

15
Équations de Maxwell

r
r r r r r ∂E
ro t .H = ∇ × H = J e + ε (1.25)
∂t

Après avoir donné les équations e Maxwell dans le vide, nous considérons dans ce qui suit un
r r r r
milieu en présence de sources électrique ρe , J e , et magnétique ρm , J m , les ondes E et H
vérifient :
r r r
div.E = ∇.E = ρe (1.26)
r r r
div.B = ∇.B = ρm (1.27)
r
r r r r r ∂B
ro t .E = ∇ × E = − J m − (1.28)
∂t
r
r r r r r ∂E
ro t .H = ∇ × H = J e + ε (1.29)
∂t

Avec la loi de conservation de la charge (1.22) qui traduit l’équivalence entre courants et
charges :
r r
∇.J e + jωρ e = 0 (1.30)
r r
∇.J m + jωρ m = 0 (1.31)
Remarque

• Les sources magnétiques n’existent pas dans la nature.


r r
• J m , J e , sont des grandeurs volumiques souvent surfaciques en pratique.
• Les équations sont considérées en régime temporelle.

Cas particulier : le régime statique

Le régime statique correspond au cas particulier ou les sources ne dépendent pas du temps, ce
qui implique d’après la loi de conservation de la charge que :
r r
∇.J e = 0 (1.32)

Ce qui signifie que le flux de J est conservatif, alors dans ces conditions les équations de
Maxwell se réduisent à :
r r r ρ
div.E = ∇.E = (1.33)
ε0
r r r
div.B = ∇.B = 0 (1.34)
r r r r
ro t .E = ∇ × E = 0 (1.35)
r r r r r
ro t .H = ∇ × H = J e (1.36)

16
Équations de Maxwell

Avec les relations constitutives


= h
g
=
(1.37)

Après avoir présenté les équations de Maxwell dans le cas général ainsi qu’en statique, nous
donnons dans la section suivante, des rappels sur l’onde électromagnétique ainsi que ces
propriétés.

7. Onde électromagnétique

7.1.Définition
Une onde électromagnétique (OEM) est composée d’un champ électrique et un champ
magnétique , qui varient au rythme du courant qui leur a donné naissance.

Figure1.4 Propagation d’une onde EM dans la voie hertzienne [3]

Il est bon à savoir que toute circulation de charges dans un conducteur produit une OEM,
lorsque cette émission est voulue on parle d’antenne d’émission et lorsqu’elle n’est pas
voulue on parle de « parasite ».
Les champs et se répandent dans tout l’espace environnant l’antenne (on parle de
rayonnement électromagnétique) en s’atténuant, à une certaine distance de l’antenne
d’émission les vecteurs et sont perpendiculaires entre eux et sont perpendiculaire à la
direction de propagation. Sur la figure 1.5, la direction de propagation est suivant l’axe (oz).

7.2.Propriétés d’une onde électromagnétique

Une onde électromagnétique est caractérisée par :


Fréquence : la fréquence d’une onde électromagnétique est la fréquence des champs qui la
composent à savoir le champ électrique et le champ magnétique. Cette même fréquence et
celle du courant circulant dans l’antenne.
• Si on considère un signal sinusoïdal de fréquence f=100 MHz appliqué à une antenne
d’émission produira des champs électriques et magnétiques varient sinusoïdalement à
la fréquence de 100 MHz.

La longueur d’onde le plus souvent notée, λ est le trajet parcouru par l’onde durant une
période T.

17
Équations de Maxwell
j
Dans le vide la longueur onde i" = = 0l avec c est la vitesse de la lumière ou vitesse de
k
propagation dans le vide.

Figure1.5 Longueur d’onde [4]

)
ue, la vitesse de propagation est [ =
√24
Dans un milieu quelconque, .

Impédance d'onde Z est une constante indépendante de la fréquence. Elle caractérise le pouvoir
d'opacité d'un milieu vis à vis d'une onde électromagnétique

o 4
n= =q
p 2
[Ohm]
Dans le vide

n" = r = 376.7Ω
"

"

La polarisation la polarisation d’une onde électromagnétique est la direction de son champ


électrique dans le plan d’onde.
d’onde
Si E garde une direction constante, on dit que la polarisation est rectiligne
Le plus souvent la polarisation
arisation est horizontale ou verticale. (E est horizontal, E est vertical)
A grade distance de l’antenne d’émission, le champ E est toujours perpendiculaire à la
direction de propagation, il existe d’autres type de polarisation qui seront traité dans le
chapitre 2.

La propagation les ondes électromagnétiques (OEM) se propagent de l’antenne d’émission à


celle de la réception en suivant différents chemins ou trajets :

Figure 1.6 illustration de la polarisation d’une OEM [3]

18
Équations de Maxwell

Trajet directe : ce type d’onde


nde est appelé onde directe, elles partent de l’émetteur et arrivent
au récepteur sans rencontrer des obstacles naturels (Montagnes,, couches atmosphérique) ou
artificiels (immeubles, lignes à THT).
THT)

Muli-trajet : ce phénomène se produit quand l’onde électromagnétique


électromagnétique rencontre un obstacle
et est renvoyé dans sa totalité ou en partie dans une direction différente.

Figure
Figure1.7 différents chemin de propagation [6]

8. Puissance électromagnétique (Vecteur


(V de Poynting)
Toute onde électromagnétique transporte une
un énergie, laa densité d'énergie transportée par une
onde électromagnétique est exprimée par le flux d'un vecteur unique qui est le vecteur de
POYTING1, noté u.

u [V/m]. [A/m]= [W/m2] (1.38)

Le vecteur de Poynting u est


est perpendiculaire au champs et , cependant il est parallèle
par à la
direction de propagation. Si nous travaillons avec l’écriture complexe le vecteur de Poynting
est donné par :

) ∗y
u v w (1.39)
*

9. Classification des ondes électromagnétiques


Les ondes EM sont classifiées suivant l'ordre croissant de leurs fréquences. Elles sont
partagées, en fonction de leurs domaines d'utilisation, en gammes d'ondes réparties dans le
spectre électromagnétique selon une convention d'attribution
d'attribution normalisée par le CCIR (comité
consultatif international pour les radiocommunications - un des organismes de l'Union
Internationale des Télécommunications(UIT)) [5]

1
Physicien Anglais John H.Poynting (1884)

19
Équations de Maxwell

Figure 1.8 Spectre électromagnétique [6]

20