Sie sind auf Seite 1von 22

Correction des applications – Microéconomie

Licence de gestion 1ère année


Université de Lille – ESAA Alger

Thème 1 : Les fondements de l’équilibre de marché : exercices

Exercice

Suite à une gelée d’hiver tardive en Dordogne, la courbe d’offre de fraises en début de
saison est donnée par : Qs = -500 + 5 000P où P est mesuré en euros et Q est mesurée
en barquettes de 100g. La courbe de demande est donnée par : QD = 19 000-1 500P.

a) avant la gelée, le prix d’équilibre était de 0,50 euro par barquette. Trouvez le
prix et la quantité d’équilibre après la gelée.

b) Un prix plafond de 1 euro par barquette est mis en place. S’il n’y a pas de
commerce illégal, combien de barquettes de fraises seront vendues ?

c) Si cette quantité de fraises était vendue, quel serait le prix qui permettrait
d’équilibrer le marché ?

Réponses :

a) En égalisant l’offre et la demande on obtient : -500 + 5000P = = 19000-1500P. On


obtient P*= 3 euros et Q*= 14500

b) Pour P = 1 euro ; Q = -500 + 5000 * 1 = 4500 barquettes de fraises sont vendues

c) Si QD = 4500, P = 14500/1500 = 9,67. Alors, le prix permettant d’équilibrer le


marché pour 4 500 barquettes sera de 9,67 euros.

Exercice
a) Si, l’élasticité de l’offre est égale à 4 pour un prix P = 12 € et une quantité de
15 000, quelle est l’équation de la courbe d’offre ?

b) En utilisant la courbe d’offre du point a) et la courbe de demande,


QD= 105 000 – 7 500P, déterminez le prix et la quantité d’équilibre

c) Déterminez le prix et la quantité du nouvel équilibre si l’offre augmente de 20%


pour tous les prix
Réponses

a) L’élasticité prix de l’offre d’une courbe d’offre linéaire QS = c+dP peut s’écrire P :
ES = dP/Q, étant donné ΔQS/ΔP
En utilisant les données fournies, on a 4 = 12d/15 000 ó d = 4(15 000)/12 => d = 5 000
L’introduction de ce résultat dans l’équation donne : 15 000 = c+ 5 000(12),
soit c = - 45 000. L’approximation linéaire de la courbe d’offre est alors
QS= - 45 000 + 5 000 P
b) Le prix et la quantité d’équilibre initiale P et Q peuvent être trouvés en égalisant la
demande et l’offre : 105 000 – 7 500P. Par un simple calcul, on obtient : P* = 12€ et Q* =
15 000
c) Après une hausse de 20% de l’offre, Q’S = 1,2(-45 000 + 5 000P)
= + 54 000 + 6 000P. En égalisant la demande et la nouvelle offre, 105 000 – 7 500P
= - 54 000 + 6 000P, d’où P* = 11,78 et Q* = 16 680. (Sans arrondi, on trouve P = 11,7777
et Q = 16 666,66).

Exercice

a) Si la courbe d’offre des livres de poche est QS = -10 000 + 5 000P et si la courbe
de demande est QD = 40 000 – 2 000P , quel est l’effet d’un prix plafond de 5 € ? Le
marché est il à l’équilibre ? S’il ne l’est pas, quelle est alors la demande excédentaire
pour le prix plafond ?

b) Les livres de poche sont passés de mode ces derniers temps et leur courbe de
demande est maintenant QD = 20 000 – 2 000P. Quel est l’effet du prix, plafond de
5 € ? Le marché est il à l’équilibre ? S’il ne l’est pas, quelle est alors la demande
excédentaire pour le prix plafond ?

c) En reprenant les courbes d’offre et de demande suivantes QS = -10 000 + 5 000P


QD = 40 000 – 2 000P calculez le prix et la quantité d’équilibre du marché. Quelles
sont les élasticités de la demande et de l’offre au prix d’équilibre ?

d) Les éditeurs de livres de poche se sont mis au papier recyclé, ce qui diminue leur
coût de production. Dans le même temps, ils ont entamé une campagne d’information
auprès du public qui remet les livres de poche à la mode, que se passe-t-il pour le
prix et les quantités d’équilibre ?

Réponses :

a) Pour P = 5€, QS = -10 000 + 5 000(5) QS = -10 000 + 5 000P = 15 000 et


QD = 40 000 – 2 000(5) = 30 000
Le marché n’est pas à l’équilibre à ce prix, étant donné que la demande et l’offre ne
sont pas égales à ce prix. La demande excédentaire pour P = 5€ est égale à 30 000 –
15 000 = 15 000

b) Pour trouver le prix du nouvel équilibre posons QS= QD ó - 10 000 + 5 000 P =


20 000 – 2 000P, spot P* = 4,29. Cela signifie que le prix plafond de 5 € est
inefficient (il n’est pas contraignant) car le prix du marché se situe en dessous du
prix plafond. Il n’y a ni demande, ni offre excédentaire.

c) En égalisant l’offre et la demande, - 10 000 + 5 000P = 40 000 – 2 000P ó 50 000


= 7 000P. Donc, P* = 7,143 et Q* = 25,715. (En arrondissant P* à 7, 143, on obtient
Q* = 25 714 à partir de la courbe de demande et Q* = 25 715 à partir de la courbe
d’offre). L’élasticité de l’offre en P* est ES = d(P/Q) = 5 000 (7,143/25 715) = 1,39
et l’élasticité de la demande en P* est ED = _(b(P/Q) = -2 000 (7,143/25 715) = -
0,56.

d) Si les courbes d’offre et de demande se déplacent en même temps, la quantité


d’équilibre augmentera. Le prix d’équilibre augmente ou diminue par rapport au point
c).
 
Corrections  des  exercices  du  poly.  
 
 
Thème  2  :  Comportement  des  entreprises  en  situation  de  concurrence  
 
Exercice  1  :  3  points  
Dans  le  tableau  suivant,  remplir  les  différentes  colonnes  (coût  fixe,  coût  variable,  Coût  Fixe  Moyen,  
Coût  variable  Moyen  et  Coût  marginal)  
 
Q   CT   CF   CV   CFM   CVM   CM   Cmg  
0   20              
10   40              
20   60              
30   90              
40   120              
50   180              
 
60   280              
 
 
Correction  
               
Q   CT   CF   CV   CFM   CVM   CM   Cmg  
0   20   20   0                  
10   40   20   20   2   2   4   2  
20   60   20   40   1   2   3   2  
30   90   20   70   0,67   2,33   3   3  
40   120   20   100   0,5   2,5   3   3  
50   180   20   160   0,4   3,2   3,6   6  
60   280   20   260   0,33   4,33   4,67   10  
 
Exercice  2:  4  points  
Supposons  que  le  coût  total  moyen  de  long  terme  d’une  entreprise  soit  donné  par  
CM  =  100  +  (150-­‐Q)².  Y  a-­‐t-­‐il  des  économies  ou  des  déséconomies  d’échelle  lorsque  Q  <  150  ?  
Lorsque  Q  >  150  ?  
Analysons  cette  fonction  est  cherchant  un  extremum.    
100  +  (150-­‐Q)²  =  100  +  150²  -­‐  2*150*Q  +  Q²  
 dCM  /  dq  =  0  
ó    -­‐300Q  +2Q  =  0  ó  Q  =  150  
150  est  donc  un  extremum.  Cherchons  s’il  s’agit  d’un  maximum  ou  d’un  minimum  
 d²Π  /  d²q    =  2  >  0.  Il  s’agit  donc  d’un  minimum.  Ainsi,  la  fonction  CM  est  décroissante  jusqu’au  
point  Q  =150  puis  devient  croissante.  Il  y  a  donc  des  économies  d’échelle  (le  coût  unitaire  
décroît  lorsque  la  production  augmente)  jusqu’à  ce  que  l’entreprise  produise  150  unités  et  des  
déséconomies  d’échelle  si  elle  continue  d’augmenter  sa  production  au-­‐delà  de  150  unités.  
 
Exercice  3:    
 
 Le  coût  total  d’une  entreprise  en  concurrence  pure  et  parfaite  a  la  forme  générale    
CT  =  q³-­‐18q²+215q  
a) Déterminer  la  fonction  de  profit  Π(q)  et  les  conditions  économiques  de  sa  maximisation.    
(2  points)    
b) Déterminer  l’optimum  si  le  prix  du  produit  est  :  p  =  119  (2  points)  
Que  constate-­‐t-­‐on  ?  Quelle  condition  supplémentaire  doit-­‐on  satisfaire  pour  qu’il  y  ait  profit  ?  (2  
points)    
c) Ce  dernier  peut-­‐il  être  maximisé  si  p  =  350  ?  Quel  est  alors  son  montant  ?  
(2  points)  
Correction  
CT  =  f(q)  
CT  =  q3  –  18q²  +  215q  
 
a) Π(q)  =  RT-­‐CT  
Maximisation  :  Condition  de  1er  ordre  :  dΠ  /  dq  =  0  
d(RT-­‐CT)/dq  =  O  ó  dRT/dq  –  dCT/dq  =  O  
ó  dRT/dq  =  dCT/dq       ó  Rm-­‐Cm  =  O    ó  Rm  =  Cm  =  P  
ó  dPQ  /  dq  =  dxPx  /  dq  
Condition  de  2nd  ordre:  d²Π  /  d²q  <  0  
Rm’  –  Cm’  <  0  
Rm’<Cm’  

0  <  Cm’     Cm  croissant  

b)  P=119      CT  =  q3  –  18q²  +  215q  


Si  l’entrepreneur  cherche  à  max  son  profit  :  Rm  =  Cm  =  P  en  CPP  
Cm  =  dCT/dq  =  3q²  -­‐  36q  +  215  
Cm  =  119      ó  3q²  -­‐  36q  +  215  =  119  
    ó  3q²  -­‐  36q  +  96  =  0  

On  a   Δ = b2 − 4 a c  et  donc    Δ  =  144.  

−b + Δ −b − Δ
q1 =   et   q2 =  et  donc      q1  =  8  et  q2  =  4  
2a 2a
Graphiquement,  il  doit  se  placer  dans  la  partie  croissante  des  Cm  (entre  6  et  9),  donc  q=8  
RT  =  952  
CT  =  83  –  18*8²  +  215*8  =  1080  
Π  =  RT  –  CT  =  -­‐128  
c)  Le  producteur  réalise  des  pertes,  ceci  car  Cm<CM  
P  =  350  
Cm  =  350  
3q²  -­‐  36q  +  215  =  350  
3q²  -­‐  36q  –  135  =  0  
Δ  =  2916  =  54²  
q1  =  15  
q2  =  -­‐3  
CT  =  2550  
RT  =  5250  
Π=  RT  –  CT  =  5250  –  2550  =  2700  
 
Le  producteur  réalise  un  profit.  
 
  Cmq  
 
350  
 
CMq  
 
  Demande  à  
119   l’entreprise  
 
 
 
 
6   8          9  
 
Exercice  4:  
Dans  une  vallée  alpestre  suisse  coexistent  100  fromagers  identiques  et  de  petite  taille  fabriquant  
un  même  fromage  :  l’Altier.  Elles  opèrent  sur  un  marché  en  concurrence  pure  et  parfaite.  Les  
économistes  de  l’Université  de  Fribourg  ont  estimé  le  coût  total  de  production  de  chaque  
fromagerie  par  la  fonction  suivante  :  
CT  =  50  +  10q  –  5  q2  +  q3,  q  étant  la  production  de  fromage  en  kilos  par  mois  
1.  (3  points)  Donner  une  expression  et  calculer  les  coûts  suivants  :  coût  fixe  (CF),  coût  variable  
(CV),  coût  moyen  total  (CMT),  coût  variable  moyen  (CVM),  coût  marginal  (Cm).  Représenter  
graphiquement  le  coût  moyen  total  (CMT),  le  coût  variable  moyen  (CVM)  et  le  coût  marginal  
(Cm).  Ces  représentations  graphiques  sont-­‐elles  conformes  à  vos  attentes  ?  Justifier.    
2.  A  partir  du  graphique  tracé  dans  1.,  déterminer  les  quantités  offertes  par  un  fromager  si  le  
prix  qui  se  fixe  sur  le  marché  est  de  35  Francs  suisses.  (6  points)    
 
Q   CMT   CVM   Cm  
1        
2        
3        
4        
5        
6        
7        
8        
Tableau  des  coûts  
 
Correction  
1.   coût  fixe  (CF)  =  50  
  coût  variable  (CV)  =  10q  –  5  q2  +  q3  
  coût  moyen  total  (CMT)  =   CT 50  
= + 10 − 5q + q 2
q q
  coût  variable  moyen  (CVM),  CV/q  = CV  
= 10 − 5q + q 2
q
coût  marginal  (Cm).  =  10  –  10q  +3q²  
 
q   CM   CVM   Cm  
1   56   6   3  
2   29   4   2  
3   20,67   4   7  
4   18,5   6   18  
5   20   10   35  
6   24,33   16   58  
 
 
Représentation  graphique  
70

60

50

40
CM
CVM
Cm
30

20

10

0
0 1 2 3 4 5 6 7
 
Ces  courbes  sont  conformes  à  nos  attentes,  avec  des  coûts  moyens  décroissants  puis  croissants  
et  des  coûts  marginaux  qui  coupent  la  courbe  de  coûts  moyens  en  son  minimum.    
 
Si  le  prix  est  de  35  Francs  suisse,  les  entreprises  sont  en  concurrence  et  donc  elles  maximisent  
leur  profit  en  égalisant  le  coût  marginal  au  prix.  10  –  10q  +3q²  =  35    
 
ó  Elles  produisent  donc  5  unités.  La  production  totale  de  l’industrie  est  donc  500  unités.  
 
 
 
Exercice  5  :  
Sur  un  marché  où  sont  réunies  les  conditions  de  la  concurrence  pure  et  parfaite,  l’offre  (Qo)  et  la  
demande  (Qd)  du  produit  varient  en  fonction  du  prix  unitaire  P,  selon  les  relations  suivantes  :  
Qo  =  20  P  –  960  pour  P  ≥  84  et  Qd  =  -­‐10P  +  2100  
En  courte  période,  les  entreprises  présentes  sur  le  marché  sont  identiques  et  supportent  toutes  le  
même  coût  total  correspondant  à  la  relation  :  
CT  =  3Q²  +  48  Q  +  108  
a)  Déterminer  le  calcul  la  solution  d’équilibre  sur  le  marché.  (4  points)  
b)  Calculer  et  représenter  graphiquement  le  coût  moyen  et  le  coût  marginal  de  l’une  des  entreprises  
considérées,  quand  Q  varie  de  1  à  11  unités.  (4  points)  
c)  Vérifier  graphiquement  que  chaque  entreprise  réalise,  en  courte  période,  un  profit  total  égal  à  135.  
Combien  d’entreprises  peut-­‐on  dénombrer  sur  ce  marché  ?  (4  points)  
d)  On  sait  qu’en  courte  période,  la  courbe  d’offre  d’une  entreprise  correspond  à  sa  courbe  de  coût  
marginal,  dans  sa  partie  croissante,  supérieure  au  coût  moyen.  Quelle  est  l’équation  de  l’offre  totale  
du  produit  sur  le  marché.  (2  points)  
e)  Comment  évolue  la  situation  d’équilibre  de  chaque  entreprise  en  longue  période,  si  l’on  suppose  
que  les  entreprises  gardent  les  mêmes  coûts  qu’en  courte  période  ?  Quel  est  alors  le  nombre  
d’entreprises  présentes  sur  le  marché  ?  (2  points)  
 
Corrigé  :  
a)  Le  marché  du  produit  
 
• Construction  des  courbes  d’offre  et  de  demande  du  produit:  
 
- L’offre  du  produit  sur  le  marché,  d’équation  Qo  =  20  P  –  960  est  représenté  par  
une  droite  passant  par  deux  points    (équation  de  la  forme    y  =  ax  +  b).  Par  
exemple  :  
    Si  P  =  84  =>  Qo  =  20  x84  –  960  =  720  
    Si  P  =  120  =>  Qo  =  20  x120  –  960  =  1  440  
- La  demande  du  produit  sur  le  marché,  d’équation  Qd  =  -­‐10P  +  2  100,  est  
représentée  par  une  droite  passant  par  deux  points.  Par  exemple  :    
    Si  P  =  50  =>  Qd  =  (-­‐10x50)  +  2100  =  1  600  
    Si  P  =  120  =>  Qd  =  (-­‐10x140)  +  2100  =  700  
Ces  deux  droites  sont  représentées  sur  la  figure  1  (a)  

D
  O   CM  

120  
E1   Cm  
A B
102  

84   D   P  =  RM  =Rm  
C

 
 
0   100   700   1080   1440   6   9  
 
  a) l’équilibre sur le marché du produit b) l’équilibre de l’entreprise
 
 
 
Le  prix  d’équilibre  est  donc  P  =  102.  On  peut  retrouver  ce  résultat  analytiquement  :    
 Qo  =  Qd  ó  20  P  –  960  =  -­‐10P  +  2  100  ó  30P  =  3  060  ó  P  =  102  
b)  Les  coûts  de  production  
• Calcul  du  coût  moyen  :  
Le  coût  moyen  de  l’entreprise  représente  le  coût  supporté  pour  la  production  d’une  unité  du  
produit.  
CT 3Q² + 48Q + 108  =   108    
CM = == 3Q + 48 +
Q Q Q
Exemple  :  pour  Q  =  1  =>  CM  =  3  +  48  +  108  =  159  
    Pour  Q  =  2  =>  CM  =  (3  x2)  +  48  +  108/2  =  108  etc.  
• Calcul  du  coût  marginal  :  
∂CT
Cm = = 6Q + 48  
∂Q
Exemple  de  calcul  :  valeurs  de  CM  et  Cm  par  quantité  produite  
Q   CM   Cm  
1   159   54  
2   108   60  
3   93   66  
4   87   72  
5   84,6   78  
6   84   84  
7   84,43   90  
8   85,5   96  
9   87   102  
10   88,8   108  
11   90,82   114  
12   93   120  
 
Le  coût  moyen  et  le  coût  marginal  sont  représentés  sur  la  figure  1(b)  
c)  Profit  réalisé  et  nombre  d’entreprises  présentes  sur  le  marché  
• Recherche  du  profit  total  maximum  

L’entrepreneur  cherche  à  réaliser  le  maximum  de  profit  total.  Le  profit  total  de  l’entreprise  est  
égal  à  la  différence  entre  la  recette  totale  et  le  coût  total.  L’entrepreneur  doit  adopter  le  prix  du  
marché  :  p  =  102,  une  ligne  de  prix  qui  représente  la  demande  parfaitement  élastique  adressée  à  
l’entreprise.    
La  recette  moyenne  de  l’entreprise,  qui  est  égale  au  prix  de  vente  du  produit  (constant),  est  aussi  
égale  à  sa  recette  marginale  :  P  =  RM  =  Rm  =  102.  Compte  tenu  du  prix  de  marché,  le  maximum  
de  profit  est  atteint  lorsque  l’entreprise  produit  et  vend  la  quantité  qui  lui  permet  d’égaliser  son  
coût  marginal  et  sa  recette  marginale.    
On  note,  sur  la  figure  1(b),  que  P  =  Rm  =  Cm  =  102  pour  Q  =  9.  
Pour  Q  =  9,  CM  =  87  ;  le  profit  moyen  réalisé  par  l’entreprise  est  égal)  Profit  moyen    =  RM  –  CM  =  
102  –  87  =  15  (segment  BC  sur  la  figure  1(b).  
Le  profit  est  donc  égal  à  15  x  9  =  135.  Il  est  représenté  sur  la  figure    1  (b)  par  la  surface  du  
rectangle  ABCD.  
• Calcul  du  nombre  d’entreprises  présentes  sur  le  marché  :  

On  a  calculé  (question  a)  que  la  quantité  totale  échangée  sur  le  marché  est  égale  à  1  080  unités  
du  produit.  Chaque  entreprise  devant  produire  9  unités  pour  maximiser  son  profit,  la  production  
des  1  080  unités  est  donc  répartie  entre     1080  =  120  entreprises  
9
d)  l’offre  totale  du  produit  est  égale  à  la  somme  des  offres  individuelles  des  entreprises  
présentes  sur  le  marché.    
Compte  tenu  des  hypothèses  retenues,  en  courte  période,  la  courbe  d’offre  d’une  entreprise  
correspond  à  la  partie  de  la  courbe  de  coût  marginal  supérieure  à  la  courbe  de  coût  moyen  
(Cm  ≥  84).  
On  connaît  l’équation  du  coût  marginal  de  l’entreprise  :  Cm  =  6Q  +  48.  
L’équilibre  de  l’entreprise  est  atteint  pour  Cm  =  P,  =>  6Q  +  48  =  P  ó  6Q  =  P  –  48,  donc  
P − 48  
Q=
6
Ou   Q = P − 8  
6
Les  120  entreprises  présentes  sur  le  marché  ayant  la  même  fonction  d’offre,  l’offre  totale  du  
produit  sur  le  marché  est  donc  :  Qo  =  120(= P − 8) = (120P ) − (120 x8)  soit    Qo  =  20P-­‐960  
6 6
pour  P  ≥  84  
On  retrouve  l’équation  de  l’offre  totale  du  produit  sur  le  marché.  
 
e)  On  a  calculé  qu’en  courte  période,  les  120  entreprises  présentes  sur  le  marché  
réalisent  chacune  un  profit  total  égal  à    135.  Sur  la  longue  période,  d’autres  entreprises,  
attirées  par  les  profits  réalisés,  pénètrent  sur  le  marché.  Au  fur  et  à  mesure  de  l’arrivée  de  ces  
nouvelles  entreprises  sur  le  marché,  l’offre  totale  du  produit  augmente.  Comme  on  peut  
l’observer  sur  la  figure  2  (a),  l’augmentation  de  l’offre  du  produit  sur  le  marché  se  traduit  par  un  
déplacement  de  la  droite  O1  vers  la  droite,  parallèlement  à  elle-­‐même  si  l’on  suppose  que  la  
pente  de  la  droite  d’offre  n’est  pas  modifiée.    
En  supposant  que  la  demande  totale  du  produit  soit  inchangée,  l’augmentation  de  l’offre  modifie  
la  solution  d’équilibre  du  marché  :  le  prix  baisse  et  la  quantité  totale  échangée  augmente.    
La  baisse  du  prix  induite  par  l’augmentation  de  l’offre  s’impose  à  toutes  les  entreprises  qui,  par  
là  même,  voient  diminuer  leurs  recettes  moyennes  et  marginales,  comme  la  figure  2(b)  l’indique  
pour  l’une  des  entreprises  présentes  sur  le  marché.  
 
 

  1260  

  a) Le marché du produit b) L’entreprise


 
Tandis  que  la  recette  moyenne  diminue,  chaque  entreprise  voit  diminuer  son  profit  total    
Profit  =  (P  –  CM)Q  
Tant  que  les  entreprises  présentes  sur  le  marché  réalisent  un  profit,  l’incitation  à  l’entrée  sur  le  
marché  demeure  et  l’offre  totale  continue  d’augmenter.  La  droite  d’offre  continue,  en  glissant  
parallèlement  à  elle-­‐même  vers  la  droite,  à  faire  baisser  le  prix  d’équilibre  et  donc  à  réduire  
encore  le  profit  de  chaque  entreprise.  
Quand  le  prix  d’équilibre  se  fixe  au  niveau  du  minimum  du  coût  moyen,  soit  P  =  84,  les  
entreprises  présentes  sur  le  marché  ne  réalisent  plus  aucun  profit.  Avec  la  disparition  des  
profits,  les  entreprises  ne  sont  plus  incitées  à  rentrer  et  l’équilibre  du  marché  se  stabilise  au  prix  
P  =  84,  pour  une  quantité  échangée  égale  à  1260  unités  du  produit.  
Chaque  entreprise,  soumise  au  nouveau  prix  d’équilibre  P  =  84,  doit  égaliser  Rm  et  Cm  pour  
maximiser  son  profit.  Sur  ce  type  de  marché  la  recette  marginale  est  constante  et  égale  au  prix,  
soit  dans  ce  cas  :  P  =  84.  On  observe  sur  la  figure  2(b)  que  pour  la  quantité  Q  =  6  l’entreprise  
réalise  l’égalité  P  =  Cm  =  84  et  maximise  son  profit.  Chaque  entreprise  présente  sur  le  marché  
produit  6  unités  et  réalise  un  profit  maximum  nul  (pour  Q  =  6,  RM  =  P  =  84,  CM  =  84  donc  le  
profit  moyen  =  RM  –  CM  =  0).  
En  longue  période,  le  nombre  d’entreprises  présentes  sur  le  marché  a  augmenté.  La  quantité  
totale  échangée  sur  le  marché  étant  égale  à  1260  unités  du  produit  et  chaque  entreprise  
assurant  une  production  de  6  unités,  on  dénombre  1260/6  =  210  entreprises.    
 
 
 
Thème  3  :  Situation  des  entreprises  en  situation  de  monopole  
 
Exercice  1:  5  points  
Un  monopole  se  trouve  face  à  une  demande  de  fonction  q=  40  -­‐  p.  Son  coût  total  est    
 CT(q)  =  50  +  10q  
a)  Calculez  le  prix  de  vente  qui  maximise  son  bénéfice  et  expliquez  votre  calcul.  (5  points)  
b)  Si  le  coût  marginal  augmente  à  12,  quel  sera  votre  calcul?  Expliquez.  (3  points)  
c)  Pourquoi  l'augmentation  du  prix  est-­‐elle  inférieure  à  l'augmentation  du  coût  marginal?    (2  
points)  
 
Exercice  2  :  5  points  
L’entreprise  mono-­‐produit  Duclan  est  en  situation  de  monopole.  Plusieurs  études  ont  permis  
d’estimer  avec  précision  la  fonction  de  demande  française,  ainsi  que  la  fonction  de  coût  total  de  
son  usine  

1  
L’équation  de  la  demande  est   Q
D (p) = 30 − p
2
1
L’équation  de  coût  total  est   CT(q) = q 2 + 15q  
4
a)  Déterminez  le  prix  et  la  quantité  qui  permettront  à  Duclan  de  maximiser  son  profit.  Calculer  
ce  profit  (5  points)  
b)  Quelle  est  la  valeur  du  surplus  social  ?    (2  points)  
c)  Comparer  avec  un  équilibre  obtenu  en  régime  de  concurrence  pure  et  parfaite  si  les  
conditions  de  demande,  d’offre  et  de  coûts  ne  sont  pas  modifiées.  (3  points)  
 
 
Correction  
Exercice  1:    

Pour  un  monopoleur,  un  profit  maximal  implique  que      


Cm = Rm  .    

∂CT(q )
Cm = = 10  et  
∂q

Rm =
∂RT(q ) ∂
∂q
= (q × p(q )) =
∂q

∂q
40q − q 2 = 40 − 2q .   ( )
La  condition  de  maximisation  du  profit  s'écrit   C m = R m ⇒ 10 = 40 − 2q ⇒ q = 15  
et  on  utilise  la  demande  inverse  pour  déterminer  le  prix:   p = 40 − q = 40 − 15 = 25 .  
Si  le  coût  marginal  augmente  à  12,  la  condition  de  maximisation  du  profit  devient  alors  

Cm = R m ⇒ 12 = 40 − 2q ⇒ q = 14  ,  ce  qui  permet  de  calculer  le  nouveau  prix  en  


utilisant  la  demande  inverse:   p = 40 − q = 40 − 14 = 26  

De  ces  calculs,  on  constate  que  


ΔCm = 2 > Δp = 1.  
L'augmentation  du  prix  est  inférieure  à  l'augmentation  du  coût  marginal,  car  vu  la  fonction  de  
demande,  le  monopoleur  pour  maximiser  son  profit  doit  supporter  lui-­‐même  une  partie  des  
coûts.  Il  ne  peut  pas  tout  répercuter  sur  le  consommateur  parce  qu'il  s'oriente  à  la  recette  
marginale  qui  est  différente  (et  surtout  dont  la  pente  est  le  double)  de  la  demande  elle-­‐même.  
 
 
 
Problème    
 
I. Concurrence  
Considérons  une  situation  de  marché  dans  laquelle  il  y  a  80  acheteurs  et  60  producteurs.  
Le  produit  transigé  sur  ce  marché  est  parfaitement  homogène,  les  acheteurs  n'exprimant  
pas,  a  priori,  de  préférence  pour  un  vendeur  plutôt  que  pour  un  autre.  La  nature  simple  du  
produit  fait  qu'en  tout  temps  de  nouveaux  producteurs  peuvent  entrer  sur  le  marché.  Par  
ailleurs,  les  prix  sont  affichés  ;  tout  le  monde  est  donc  parfaitement  informé  des  prix  
pratiqués.  
On  admettra  que  chaque  acheteur  a  la  même  demande  
P  =  -­‐20  q  +  164.  
De  la  même  façon,  chaque  entreprise  actuellement  présente  sur  le  marché  a  la  même  
fonction  de  coût  total  que  l'on  a  établie  à:  
CT    =  3  q2  +  24q       pour  q  ≥  4  
Question  1.  Établir  la  fonction  de  la  demande  du  marché  (qui  est  la  somme  des  demandes  
individuelles).  
Question  2.  Établir  la  fonction  d'offre  du  marché  (somme  des  offres  individuelles).  
Question  3.  Quel  est  le  prix  d'équilibre  et  quelle  est  la  quantité  effectivement  vendue  par  chaque  
producteur  ?  
Question  4.  Quel  est  le  profit  actuel  de  chaque  producteur  ?  
Question  5.  D'après  les  résultats  obtenus  aux  deux  questions  précédentes  à  quoi  peut-­‐on  
s'attendre  à  court  terme  sur  ce  marché  ?  

 
CORRIGÉ  
On  peut  considérer  dans  le  cas  présent  que  les  conditions  traditionnellement  associées  
au  modèle  de  la  concurrence  pure  et  parfaite  sont  réunies  :  atomicité,  homogénéité,  fluidité  et  
transparence.  Le  prix  sera  donc  déterminé  par  le  marché.  L'entreprise  se  trouve  en  position  de  
"price  taker"  :  elle  prend  le  prix  du  marché  comme  une  donnée  ;  elle  n'a  pas  d'influence  sur  le  
prix.  
 
 
Question  1.  
La  demande  du  marché  est  la  somme  des  demandes  individuelles.  On  prendra  soin  
d'additionner  des  quantités  pour  un  même  niveau  de  prix.  C'est  pourquoi  on  exprimera  dans  la  
fonction  de  demande  la  quantité  en  fonction  du  prix  :  q  =  -­‐  1/20  P  +  8,2  
La  quantité  Q  demandée  sur  le  marché  sera  telle  que     Q=  80  q  
Ainsi     Q  =  -­‐  4  P  +  656              ou   P=  -­‐1/4  Q  +  164  
On  constate  bien  que  la  demande  globale  a  la  même  ordonnée  à  l'origine  que  la  demande  
individuelle,  mais  que  sa  pente  est  80  fois  plus  faible.  
 
Question  2.  
L'offre  du  marché  est  la  somme  des  offres  individuelles  de  chaque  producteur.  
Comme  les  hypothèses  du  modèle  de  concurrence  pure  et  parfaite  sont  respectées,  l'offre  
individuelle  se  confond  avec  le  coût  marginal  (qui  est  ici  toujours  supérieur  au  coût  variable  
moyen).  
Cm  =  6  q  +  24.  
Ainsi  l'offre  individuelle  est  égale  à  :  
P  =  6  q  +  24            ou            q  =  1/6  P  -­‐  4  
L'offre  du  marché  est  obtenue  en  sommant  les  quantités  individuelles  pour  un  même  
niveau  de  prix.  
Q  =  60  q  =  10  P  -­‐  240  
ou    P  =  1/10  Q  +  24            (pour  Q  >  240).  
 
Question  3.  
Le  prix  d'équilibre  (P*)  est  obtenu  en  faisant  l'égalité  de  l'offre  de  marché  et  de  la  
demande  de  marché  
1/10  Q  +  24  =  -­‐1/4  Q  +  164  
Cette  égalité  est  obtenue  pour        Q*  =  400    
En  replaçant  dans  l'une  ou  l'autre  des  équations  on  obtient      P*  =  64.  
L'industrie  étant  composée  de  60  firmes  ayant  des  coûts  identiques,  la  quantité  
effectivement  vendue  (q*)  sera  la  même  pour  tous.  D'où  
q*  =  Q*/60  =  400/60  =  6.67  
 
 
Question  4.  
Le  profit  total  d'un  producteur  est  égal  à  la  différence  entre  sa  recette  totale  et  son  coût  
total  de  production.  
Π  =  RT  -­‐  CT  
Calculons  la  recette  totale  d'un  producteur  :  RT  =  P*.  q*  =  (64).(6,67)  =  426,88    
Calculons  le  coût  total  d'un  producteur  :  CT  =  3q2  +  24  q  
CT  =  3(6,67)2  +  24(6,67)  =  293,55  
On  en  conclut  que  le  profit  total  est  égal  à    
Π  =  RT  -­‐  CT  =  426,88  -­‐  293,55  =  133,33  
 
Question  5.    
L'existence  d'un  profit  va  inciter  de  nouvelles  firmes  à  entrer  sur  le  marché.  Leur  arrivée  
déplacera  la  courbe  d'offre  globale  vers  la  droite,  ce  qui  aura  pour  conséquence  de  faire  
diminuer  la  quantité  effectivement  vendue  par  chacun  des  producteurs  en  place  et  de  faire  
diminuer  le  profit  qu'il  réalise.    
 
 
 
 
 
II.  Monopole  
Soit  la  demande  pour  le  produit  d'un  monopole  :    

P  =  40.  –  0.04  Q  

où  Q  représente  le  nombre  d'unités  vendues  par  mois.  

Les  coûts  totaux  de  production  furent  estimés  à  

CT  =    12  Q  +  0.015  Q2    


Il  n’y  a  pas  de  coût  fixe  pour  alléger  les  calculs.  

Question  1.    Initialement  cette  firme  vend  200  unités  ;  à  quel  prix  sont-­‐elles  vendues  et  quels  
sont  ses  profits  ?  Appelez  respectivement  QI,  PI,  ΠI  les  quantités,  prix  et  profits  dans  cette  
situation  initiale.  

Question  2.  Calculez  l’élasticité-­‐prix  de  la  demande.  

Mais  depuis,  un  désaccord  entre  gestionnaires  est  apparu  ;  dans  les  cinq  cas  suivants,  calculez  
les  quantités,  prix  et  profits  impliqués  par  ces  différentes  stratégies  :  

Question  3.  Le  Vice-­‐président  des  Ventes  désire  inonder  le  marché,  c.a.d.  maximiser  le  volume  
des  ventes,  sans  perte,  car  sa  prime  est  reliée  à  cette  variable  ;  calculez  les  quantités,  prix  et  
profits  dans  ce  cas  ;  appelez-­‐les  respectivement  QV,  PV,  ΠV.    

Question  4.  Le  Président  désire  maximiser  le  revenu  total  ou  le  chiffre  d'affaires  ;  calculez  les  
quantités,  prix  et  profits  dans  ce  cas  ;  appelez-­‐les  respectivement  QP,  PP,  ΠP.    

Question  5.  Le  Vice-­‐président  Finance  désire  maximiser  les  profits  ;  calculez  les  quantités,  prix  
et  profits  dans  ce  cas  ;  appelez-­‐les  respectivement  QF,  PF,  ΠF.  

Question  6.    Le  Directeur  de  la  Comptabilité  estime  que  la  firme  devrait  maximiser  ses  ventes,  
mais  en  faisant  un  profit  égal  de  37  %  des  coûts  variables  ;  calculez  les  quantités,  prix  et  profits  
dans  ce  cas  ;  appelez-­‐les  respectivement  QC,  PC,  ΠC.        

Question  7.  Pour  contrôler  le  prix  de  ce  monopole,  le  gouvernement  crée  enfin  une  commission  
qui  opte  pour  la  tarification  au  coût  marginal  ;  calculez  les  quantités,  prix  et  profits  dans  ce  cas  ;  
appelez-­‐les  respectivement  QG,  PG,  ΠG.    

CORRIGÉ  

            Quantités     Prix     Profits  

1.  Situation  de  départ  :         QI  =    200     PI  =    32.00   ΠI  =    3  400  

3.  Maximiser  les    ventes  sans  perte  :     QV  =  509.09     PV  =  19.64   ΠV  =                0    

4.  Maximiser  le  chiffre  d’affaires  :   QP  =  500     PP  =  20.00   ΠP  =        250    


5.  Maximiser  les  profits  :     QF  =  254.55     PF  =  29.82   ΠF  =  3  563    

6.  Marge  de  37  %  sur  coûts  variables:QC  =  389.1       PC  =  24.44   ΠC  =  2  568    

7.  Tarification  au  coût  marginal  :     QG  =  400       PG  =  24.00   ΠG  =  2  400  

Dérivons  directement  les  fonctions  suivantes  dont  nous  aurons  besoin  :  

- de  revenu  marginal    Rm  :  Rm  =  40.  –  0.08  Q  

- de  coût  moyen    CM  :  12  +  0.015  Q  

- et  de  coût  marginal  Cm  :  Cm  =  12  +  0.03  Q  

Question  1.    Point  I  sur  le  graphique  suivant.  

Si  Q  =  200,  PI  =  40  –  0.04  QI  =  40  –  8  =  32.  

Profit  =  Revenu  total  –  Coût  total  =  200  *  (32  –  12  –  0.015  *  200)  =  3  400  

 
Question  2.  
Connaissant  le  prix  et  le  revenu  marginal  il  est  facile  de  calculer  l'élasticité-­‐prix  de  la  demande  :  
on  sait  que    

⎛ 1⎞
        Rm = P⎜1 + ⎟  
⎝ e⎠
Rm 1
ou         − 1 =  
P e
P 32
ou   e= dans le cas présent e = = − 4.  
Rm − P 24 − 32
 

Question  3.    Maximiser  les  ventes  sans  perte  revient  à  vendre  la  quantité  pour  laquelle  le  coût  
moyen  est  égal  au  revenu  moyen    c.a.d.  au  prix.  

CM  =  RM  

12    +  0.015  Q  =  40  –  0.04  Q  

QV  =  (40  –  12)/(0.015  +  0.04)  =  509.09  

En  effet  pour  cette  quantité  PV  =  40  –  0.04  (509.09)  =  19.64    


et  le  CM  =  12  +  0.015  (509.09)  =  19.64  et  les  profits  ΠV  sont  nuls  ;  point  V.    

Question  4.    Le  chiffre  d’affaires  est  maximisé  là  où  le  revenu  marginal  est  nul  

Rm  =  40  –  0.08  Q  =  0  pour  QP  =  500  

PP  =    40  –  0.04  (500)  =  20,  point  P  sur  le  graphique.  

Profits  ΠP  =  Revenu  total  –  Coût  total  =  10  000  –  9  750  =  250.    

Question  5.      

Maximiser  les  profits  implique  l’égalité  entre  revenu  marginal  et  coût  marginal.  

Rm  =  Cm  

40  –  0.08  Q  =  12  +  0.03  Q  

QF  =  (40  –  12)/(0.08  +0.03)  =  254.55  

PF  =  40  –  0.04  (254.55)  =  29.82  

On  vérifiera  que  Cm  et  Rm  s’élèvent    tous  deux  à  19.64    

Profits  ΠF  =  RT  –  CT  =  7  590.08  –  4  026.45  =  3  563.64  ;  point  F  sur  le  graphique.  

Question  6.    Cette  question  est  similaire  à  la  question  6,  mais  au  lieu  d’un  profit  nul,  on  désire  
un  profit  unitaire  de  37  %.        Maximiser  les  ventes  moyennant  un  profit  unitaire  de  37  %  
impliquera  d’égaliser  le  coût  moyen  augmenté  de  37  %    au  revenu  moyen  ou  prix.    

CMA  =  1.37  CM    =  1.37  (12  +  0.015  Q)  =  16.44  +  0.02055  Q  

CMA  =  RM  

16.44  +  0.02055  Q  =  40  –  0.04  Q    

QC  =  (40  –  16.44)\(0.02055  +  0.04)  =  389.10  

PC  =  40  –  0.04  (389.10)  =  24.44  ;  point  C  sur  le  graphique.  

Profits  ΠC  =  RT  –  CT  =  9  508.05  –  6  940.18  =  2  567.87  

Et    effectivement  :  Profits/Coût  total  =  2  567.87/9  508.05  =  0.37  ou  37  %  

Question  7.    La  tarification  au  coût  marginal  implique  de  charger  un  prix  égal  au  coût  marginal  
de  la  dernière  unité  produite.  

On  égalisera  ainsi  le  coût  marginal  au  revenu  moyen  

Cm  =  RM  

12  +  0.03  Q  =  40  –  0.04  Q  


QG  =  (40  –  12)/(0.03  +  0.04)  =  400  

PG  =  40  –  0.04  (400)  =  24.  ;  point  G  sur  le  graphique.  

Profits  ΠG  =  RT  –  CT  =  9  600  –  7  200  =  2  400  

On  vérifiera  que  Cm  et    P  valent  tous  deux  24.  

  p  
 
 
 
 
                     40  
 
 
 
 
P'=26  
P=25  
 
C'm=12  
 
Cm=10  
                       D  
 
 
 
 
Exercice  2  :  
a)  La  maximisation  du  profit  suppose  l’égalité  du  coût  marginal  et  de  la  recette  marginale  

1
QD (p) = 30 − p ⇔ p = −2q + 60 ⇔ RM(q) = −2q + 60  
2
Donc   RT(q ) = −2q 2 + 60q  et   Rm(q) = −4q + 60  
 
Le  coût  moyen  et  le  coût  marginal  sont  obtenus  à  partir  du  coût  total  :  

1 1 1
CT(q) = q 2 + 15q     Donc   CM(q) = q + 15  et   Cm(q) = q + 15  
4 4 2
1 *
Ainsi,  on  cherche  q  tel  que  :   q + 15 = −4q + 60  et  l’on  trouve  donc   q = 10  
2
A  partir  de  cette  valeur  on  obtient  facilement  le  prix,  le  coût  moyen  et  le  profit  
35
p* = −2q* + 60 = 40    et   CM(q) = = 17,5  
2
π(q* ) = 10 * (40 − 17,5) = 225  
 
b)  Surplus  social  

1
Le  surplus  des  consommateurs  :   SC = [10(60 − 40)] = 100  triangle  AHB  
2
1
Le  surplus  des  producteurs  :   SC = [10(20 + 25)] = 225  trapèze  ABEF  
2
Le  surplus  social  est  donc  égal  à  325.  Il  mesure  le  bien-­‐être  de  la  société  
 
c)  Comparaison  avec  l’équilibre  de  concurrence  pure  et  parfaite  
Cette  comparaison  nécessite  les  hypothèses  suivantes  :  on  se  situe  en  longue  période,  la  
structure  des  coûts  n’est  pas  modifiée  par  le  changement  de  régime  concurrentiel,  la  demande  
du  marché  reste  celle  que  connaissait  le  monopole,  la  courbe  d’offre  correspond  à  la  courbe  de  
coût  marginal.  
Sous  ces  hypothèses,  la  production  optimale,  en  concurrence  pure  et  parfaite,  serait  déterminée  
à  l’intersection  de  l’offre  et  de  la  demande  du  marché,  c’est-­‐à-­‐dire  au  point   (Qc = 18; Pc = 24).  
Le  surplus  du  consommateur  augmente  de  la  surface  K+Q(160+64)  alors  que  le  surplus  du  
producteur  diminue  de  K(160)  et  augmente  de  R(16).  Le  surplus  social  s’est  donc  accru  de  
Q+R(80)  :  il  est  maintenant  égal  à  325  +  80  =  405.  Le  graphique  7.1  permet  de  comprendre  que  
le  surplus  social  a  atteint  ici  sa  valeur  maximale  
 
Prix
Coûts

A
B
Pm = 40
Cm

K Q
Pc = 24 CM
D R
20 E
15 C
F

Rm RM

10 15 18 30 q
Qm Qc