Sie sind auf Seite 1von 307

AOÛT 2017

SESN 2014

Directeur Général, Directeur de publication Aboubacar Sédikh BEYE


Directeur Général Adjoint Babacar NDIR
Directeur des Statistiques Economiques et de la Comptabilité Mbaye FAYE
Nationale (DSECN)
Directeur des Statistiques Démographiques et Sociales (DSDS) Papa Ibrahima Silmang SENE
Directeur du Management de l’Information Statistique (DMIS) Mamadou NIANG
Directeur de l’Administration Générale et des Ressources Humaines Djibril Oumar LY
(DAGRH)
Chef de la Cellule de Programmation, d’Harmonisation, de
Mam Siga NDIAYE
Coordination Statistique et de Coopération Internationale
Agent Comptable Particulier (ACP) Yatma FALL

COMITE DE LECTURE ET DE CORRECTION


Seckène SENE, Oumar DIOP, Amadou FALL DIOUF, Mamadou BAH, Jean Rodrigue MALOU, Mamadou
DIENG, El Hadji Malick GUEYE, Alain François DIATTA, Mady DANSOKHO, Abdoulaye M. TALL, Ndeye
Aida FAYE, Mamadou AMOUZOU, Ndeye Binta DIEME, Awa CISSOKHO, Momath CISSE, Bintou
DIACK, Nalar K. Serge MANEL, Atoumane FALL, Adjibou Oppa BARRY, Ramlatou DIALLO.

COMITE DE REDACTION
0. PRESENTATION DU PAYS Djiby DIOP
1. DEMOGRAPHIE Mahmouth DIOUF
2. MIGRATION Awa CISSOKO & Ndèye Lala TRAVARE
3. EDUCATION Adjibou Oppa BARRY
4. EMPLOI Nalar K. Serge MANEL & Jean Rodrigue MALOU
5. SANTE Atoumane FALL
6. JUSTICE Jean Pierre Diamane BAHOUM & Maguette SARR
7. ASSISTANCE SOCIALE Ndèye Aïda FAYE
8. EAU ET ASSAINISSEMENT Mamadou AMOUZOU
9. AGRICULTURE Mamadou Diang BAH
10. ENVIRONNEMENT Mamadou Diang BAH
11. ELEVAGE Amadou Racine DIA
12. PECHE MARITIME Mouhamadou B. DIOUF & Wouddou DEME
13. TRANSPORT Fahd NDIAYE & Jean Paul DIAGNE
14. BTP Fahd NDIAYE
15. PRODUCTION INDUSTRIELLE Mamadou WONE
16. INSTITUTIONS FINANCIERES Malick DIOP
17. COMMERCE EXTERIEUR El Hadj Oumar SENGHOR
18. COMPTES ECONOMIQUES Mamadou DAFFE, Hamady DIALLO & Madiaw DIBO
19. PRIX A LA CONSOMMATION El Hadji Malick CISSE et Baba NDIAYE
20. FINANCES PUBLIQUES Madiaw DIBO

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE


Rocade Fann Bel-air Cerf-volant - Dakar. B.P. 116 Dakar R.P. - Sénégal
Téléphone (221) 33 869 21 39 / 33 869 21 60 - Fax (221) 33 824 36 15
Site web : www.ansd.sn ; Email: statsenegal@ansd.sn
Distribution : Division de la Documentation, de la Diffusion et des Relations avec les Usagers
ISSN 0850-1491

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES II


SESN 2014

TABLE DES MATIERES


 
LISTE DES TABLEAUX _______________________________________________________ X 
LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES _________________________________________  XIV 
ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES _____________________________________  XVIII 
AVANT PROPOS ________________________________________________________  XXIII 
PRESENTATION DU PAYS _________________________________________________  XXIV 
POPULATION _________________________________________________________________ XXIV 
DONNEES PHYSIQUES  ___________________________________________________________ XXIV 
DONNEES CLIMATOLOGIQUES ______________________________________________________ XXIV 
DONNEES HYDROGRAPHIQUES _____________________________________________________ XXIV 
ORGANISATION ADMINISTRATIVE ____________________________________________________ XXV 
ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE ____________________________________________________ XXVI 
ENVIRONNEMENT SOCIAL________________________________________________________ XXVIII 
Chapitre I : DEMOGRAPHIE _________________________________________________ 31 
I.1. SITUATION DEMOGRAPHIQUE _____________________________________________________ 32 
I.1.1. structure de la population par âge et par sexe _________________________________________ 32 
I.1.2. Répartition régionale de la population _______________________________________________ 34 
I.2. DYNAMIQUE DE LA POPULATION ___________________________________________________ 37 
I.2.1. Tendance s de la fécondité ________________________________________________________ 37 
I.2.2. Fécondité différentielle ___________________________________________________________ 39 
I.2.3. Niveaux et tendances de la mortalité des enfants ______________________________________ 39 
I.2.4. Mortalité différentielle ___________________________________________________________ 41 

Chapitre II : MIGRATION ___________________________________________________ 43 
II.1. MIGRATIONS INTERNES RECENTES __________________________________________________ 44 
II.1.1. Intensité des échanges migratoires internes __________________________________________ 44 
II.1.1.1. Intensité des échanges migratoires inter milieux __________________________________ 44 
II.1.1.2. Intensité des échanges migratoires interrégionaux  ________________________________ 45 
II.1.2. Caractéristiques individuelles des migrants internes récentes (il y a 1 an)  __________________ 47 
II.1.3. Migration interne de retour _______________________________________________________ 48 
II.1.3.1. Volume et structure par âge et sexe ____________________________________________ 48 
II.1.3.2. Origine et destination des migrants de retour  ____________________________________ 50 
II.2. MIGRATIONS INTERNATIONALES ___________________________________________________ 52 
II.2.1. Migration internationale récente  __________________________________________________ 52 
II.2.1.1. Bilan des migrations internationales récentes (au cours des 5 dernières années) _________ 52 
II.2.1.2. Structures par âge et sexe ____________________________________________________ 53 
II.2.1.3. Provenance et destination des migrants internationaux récents ______________________ 56 
II.2.1.4. Caractéristiques socio‐économiques des migrants internationaux  ____________________ 58 
II.3. TRANSFERTS DE FONDS ET DEVELOPPEMENT ___________________________________________ 60 
II.3.1. Transferts de fonds reçus des émigrants _____________________________________________ 60 
II.3.2. Utilisation des transferts de fonds reçus _____________________________________________ 61 
 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES III
SESN 2014
Chapitre III : EDUCATION ___________________________________________________ 64 
III.1. L’ENSEIGNEMENT PRESCOLAIRE ___________________________________________________ 65 
III.1.1. Les établissements et les effectifs  _________________________________________________ 65 
III.1.2. L’intensité de la préscolarisation  __________________________________________________ 66 
III.2. L’ENSEIGNEMENT ELEMENTAIRE  __________________________________________________ 67 
III.2.1. L’offre et la capacité d’accueil du primaire  __________________________________________ 67 
III.2.2. Les groupes pédagogiques _______________________________________________________ 68 
III.2.3. L’accès au primaire et l’intensité de la fréquentation scolaire  ___________________________ 71 
III.2.4. L’efficacité interne du système éducatif au primaire ___________________________________ 72 
III.2.5. L’achèvement du cycle élémentaire et la réussite au certificat de fin d’études élémentaires 
(CFEE) _____________________________________________________________________________ 74 
III.3. L’ENSEIGNEMENT MOYEN _______________________________________________________ 75 
III.3.1. Les établissements du moyen _____________________________________________________ 75 
III.3.2. La transition et l’intensité de la scolarisation _________________________________________ 76 
III.3.3. L’efficacité interne dans le cycle moyen _____________________________________________ 77 
III.3.4. La  réussite au Brevet de Fin d’Etudes Moyennes (BFEM) _______________________________ 79 
III.4. L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GENERAL  ____________________________________________ 80 
III.4.1. Les établissements du secondaire  _________________________________________________ 80 
III.4.2. La transition___________________________________________________________________ 81 
III.4.3. L’intensité de la scolarisation _____________________________________________________ 82 
III.4.4. L’efficacité interne dans le secondaire ______________________________________________ 82 
III.4.5. La réussite au baccalauréat _______________________________________________________ 84 
III.5. L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE __________________________ 84 
III.5.1. Les établissements et effectifs de la formation professionnelle et technique  _______________ 85 
III.5.2. L’efficacité interne dans la formation professionnelle et l’enseignement technique __________ 86 
III.6. L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR  ____________________________________________________ 87 

III.7. LE FINANCEMENT DU SECTEUR DE L’EDUCATION ________________________________________ 87 

Chapitre IV :  EMPLOI  _____________________________________________________ 90 
IV.1. LE PLAN D’ACTION DE MISE EN ŒUVRE DES ENES _______________________________________ 91 
IV.1.1. Contexte et justification du Plan d’action  ___________________________________________ 91 
IV.1.2. Objectifs du Plan d’action ________________________________________________________ 92 
IV.2. LE SECTEUR DE L’EMPLOI AU SENEGAL EN 2014 ________________________________________ 93 
IV.2.1. la population potentiellement active _______________________________________________ 94 
IV.2.2. la population habituellement active  _______________________________________________ 96 
IV.2.3. la population habituellement occupée  _____________________________________________ 98 
IV.3. LA POPULATION HABITUELLEMENT AU CHOMAGE  ______________________________________ 99 

Chapitre V : SANTE _______________________________________________________ 102 
V.1. SYSTEME DE SANTE SENEGALAIS __________________________________________________ 102 
V.1.1. politique en matière de sante et situation sanitaire ___________________________________103 
V.1.2. performances du secteur ________________________________________________________104 
V.1.3. infrastructures, les équipements et le personnel de sante  _____________________________104 
V.2. ACTIVITES DU SECTEUR ________________________________________________________ 105 
V.2.1. activités préventives  ___________________________________________________________106 
V.2.1.1. Prévention du paludisme ____________________________________________________106 
V.2.1.2. Vaccination des enfants _____________________________________________________107 
V.2.1.3. Planification familiale _______________________________________________________107 
V.2.2. activités curatives  _____________________________________________________________108 
V.2.2.1. Offre de services de base ____________________________________________________108 
V.2.2.2. Disponibilité des équipements de base _________________________________________109 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES IV


SESN 2014
V.3. ETAT DE SANTE DE LA POPULATION ________________________________________________ 110 
V.3.1. état de la morbidité ____________________________________________________________110 
V.3.1.1. Prévalence du paludisme ____________________________________________________110 
V.3.1.2. Prévalence de la tuberculose _________________________________________________111 
V.3.1.3. Prévalence du VIH/sida  _____________________________________________________112 
V.3.2. Mortalité des enfants  __________________________________________________________113 
V.3.2.1. Niveau de mortalité des enfants ______________________________________________113 
V.3.2.2. Mortalité des enfants et intervalles de naissance _________________________________114 

Chapitre VI :  JUSTICE _____________________________________________________ 116 
VI.1. REPARTITION DE L’OFFRE EN ETABLISSEMENTS PENITENTIAIRES ____________________________ 117 

VI.2. EVALUATION DE LA COUVERTURE EN PERSONNEL PENITENTIAIRE ___________________________ 117 

VI.3. CARACTERISTIQUES DE LA POPULATION CARCERALE ____________________________________ 118 
VI.3.1. état et structure de la population carcérale  ________________________________________118 
VI.3.1.1. Analyse de l’état de la population carcérale  ____________________________________118 
VI.3.1.2. Analyse de la structure par âge et sexe de la population carcérale  __________________120 
VI.3.2. caractéristiques de la population carcérale _________________________________________121 
VI.3.2.1. Population carcérale et nationalité  ___________________________________________121 
VI.3.2.2. Population carcérale et région de résidence ____________________________________122 
VI.3.2.3. Population carcérale totale et type d’infractions _________________________________123 
VI.3.2.4. Population carcérale étrangère et type d’infraction  ______________________________124 
VI.3.2.5. Population carcérale féminine et type d’infractions  ______________________________124 
VI.3.2.6. Population carcérale des mineurs et type d’infraction  ____________________________125 
VI.3.2.7. Population carcérale et durée de détention  ____________________________________126 
VI.4. ANALYSE DE LA DEMOGRAPHIE PENALE  ____________________________________________ 127 
VI.4.1. Situation démographique de la population pénale ___________________________________127 
VI.4.2. Niveau des indicateurs de démographie pénale  _____________________________________128 
VI.5. ENCADREMENT ET PRISE EN CHARGE DES MINEURS EN DIFFICULTES  _________________________ 133 
VI.5.1. niveau d’encadrement des enfants en difficultés avec la loi ____________________________136 
VI.5.2. prise en charge des enfants en difficulté avec la loi  __________________________________136 

Chapitre VII : ASSISTANCE SOCIALE __________________________________________ 141 
VII.1. LES ALLOCATAIRES DE LA CAISSE DE SECURITE SOCIALE __________________________________ 142 

VII.2. LES PRESTATIONS FAMILIALES ___________________________________________________ 142 
VII.2.1. Les allocations prénatales ______________________________________________________143 
VII.2.2. Les allocations de maternité ____________________________________________________144 
VII.2.3. Les congés de maternité _______________________________________________________145 
VII.2.4. Les allocations familiales _______________________________________________________145 
VII.3. LES CREDIRENTIERS _________________________________________________________ 146 
VII.3.1. Les accidents   de travail et maladies professionnelles ________________________________146 
VII.3.2. Les crédirentiers  _____________________________________________________________148 

Chapitre VIII : EAU ET ASSAINISSEMENT  _____________________________________ 151 
VIII.1. L’ACCES A L’EAU POTABLE AU SENEGAL ___________________________________________ 152 
VIII.1.1. Eau potable : la couverture  ____________________________________________________152 
VIII.1.2. Accès à l’eau potable : les tendances sur la période de 2005 à 2014 en milieu rural ________155 
VIII.1.3. Accès à l’eau potable : les disparités entre les zones  ________________________________156 
VIII.2. LA SITUATION DE L’ASSAINISSEMENT AU SENEGAL  ___________________________________ 158 
VIII.2.1. Assainissement : la couverture __________________________________________________158 
VIII.2.2. Assainissement rural : les tendances sur la période de 2005 à 2014  ____________________160 
 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES V


SESN 2014
Chapitre IX :  AGRICULTURE  _______________________________________________ 162 
IX.1. ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET ACTIONS ENTREPRISES PAR LE GOUVERNEMENT EN 2014  ________ 163 

IX.2. PLUVIOMETRIE DE LA CAMPAGNE AGRICOLE 2014/2015 ________________________________ 165 

IX.3. PERFORMANCES DU SECTEUR AGRICOLE EN 2014  _____________________________________ 165 
IX.3.1. Agriculture industrielle et d’exportation  ___________________________________________166 
IX.3.2. Agriculture vivrière ____________________________________________________________166 
IX.3.3. Commercialisation  ____________________________________________________________167 
IX.3.3.1. Commercialisation des graines d’arachide ______________________________________167 
IX.3.3.2. Commercialisation des produits horticoles  _____________________________________168 
IX.3.4. Performances macroéconomiques ________________________________________________169 
IX.4. SECURITE ALIMENTAIRE _______________________________________________________ 169 
Chapitre X :  ENVIRONNEMENT _____________________________________________ 171 
X.1. POLITIQUES ET REFORMES DANS LE SECTEUR DE L’ENVIRONNEMENT _________________________ 172 
X.2. ETAT DES LIEUX DU SECTEUR DE L’ENVIRONNEMENT ____________________________________ 172 
X.2.1. Le potentiel forestier ___________________________________________________________172 
X.2.2. La biodiversité  ________________________________________________________________174 
X.2.3. Environnement marin et côtier ___________________________________________________175 
X.2.4. Pollutions et nuisances  _________________________________________________________175 

Chapitre XI :  ELEVAGE ____________________________________________________ 179 
XI.1. CONTRAINTES DU SECTEUR _____________________________________________________ 180 

XI.2. STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT DE L’ELEVAGE _______________________________________ 180 

XI.3. PERFORMANCES ECONOMIQUES DU SECTEUR DE L’ELEVAGE  ______________________________ 181 
XI.3.1. Etat du cheptel et de la volaille  __________________________________________________181 
XI.3.1.1. Le cheptel  _______________________________________________________________181 
XI.3.1.2. La volaille ________________________________________________________________182 
XI.3.1.3. Les œufs  ________________________________________________________________182 
XI.3.1.4. La viande et les abats  ______________________________________________________183 
XI.3.1.5. Le lait ___________________________________________________________________184 
XI.3.1.6. Cuirs et peaux ____________________________________________________________184 
XI.3.2. INDICATEURS MACROECONOMIQUES _____________________________________________184 

Chapitre XII : PECHE MARITIME  ____________________________________________ 187 
XII.1. POLITIQUE DE LA PECHE _______________________________________________________ 188 
XII.1.1. Résultats généraux de la pêche maritime __________________________________________189 
XII.1.2. la pêche artisanale ____________________________________________________________190 
XII.1.2.1. Débarquements de la pêche artisanale ________________________________________190 
XII.1.2.2. Débarquements par région _________________________________________________192 
XII.1.2.3. Transformation artisanale __________________________________________________193 
XII.1.3. la pêche industrielle ___________________________________________________________193 
XII.2. EXPORTATIONS DE PRODUITS HALIEUTIQUES  ________________________________________ 194 
XII.2.1. Analyse des exportations par produit _____________________________________________195 
XII.2.1.1. Analyse des exportations par destination ______________________________________196 

Chapitre XIII : LES SERVICES DE TRANSPORT  __________________________________ 198 
XIII.1. LES PERFORMANCES DES SERVICES DE TRANSPORTS ___________________________________ 199 
XIII.2. LES STATISTIQUES PAR MODE DE TRANSPORT _______________________________________ 202 
XIII.2.1. Transport routier _____________________________________________________________202 
XIII.2.1.1. Etat du réseau routier _____________________________________________________203 
XIII.2.1.2. Importations de matériels de transport _______________________________________203 
XIII.2.1.3. Parc automobile  _________________________________________________________204 
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES VI
SESN 2014
XIII.2.2. Transport maritime ___________________________________________________________205 
XIII.2.2.1. Port Autonome de Dakar  __________________________________________________205 
XIII.2.2.2. Ports secondaires  ________________________________________________________206 
XIII.2.3. Transport aérien _____________________________________________________________208 
XIII.2.4. Transport ferroviaire __________________________________________________________209 
XIII.3. LES PROGRAMMES D’INVESTISSEMENT ET REALISATIONS EN INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT  ____ 210 
XIII.3.1. Infrastructures routières _______________________________________________________210 
XIII.3.2. Infrastructure aéroportuaire  ___________________________________________________212 

Chapitre XIV : BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS  ______________________________ 214 
XIV.1. LES INDICATURS DES BTP  ____________________________________________________ 215 
XIV.1.1. Les matériaux de construction __________________________________________________215 
XIV.1.2. La construction ______________________________________________________________215 
XIV.2. REALISATIONS, PROJETS ET PROGRAMMES DANS LE SECTEUR DES BTP ______________________ 216 
XIV.2.1. Construction résidentielle  _____________________________________________________216 
XIV.2.2. Construction non résidentielle __________________________________________________216 
XIV.2.2.1. infrastructures routières ___________________________________________________217 
XIII.2.2.2 infrastructures aéroportuaires _________________________________________________219 

Chapitre XV : PRODUCTION INDUSTRIELLE  ___________________________________ 222 
XV.1. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES MECANIQUES _______________________________ 223 
XV.2. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DE PRODUCTION D’ENERGIE _________________________________ 224 
XV.3. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES DU PAPIER ET DU CARTON  ______________________ 225 
XV.4. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION  _______________ 225 
XV.5. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES TEXTILES ET DU CUIR  __________________________ 226 
XV.6. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES CHIMIQUES  ________________________________ 227 
XV.7. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES EXTRACTIVES  _______________________________ 228 
XV.8. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES  ______________________________ 229 
XV.9. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES AUTRES INDUSTRIES MANUFACTURIERES _____________________ 229 
XV.10. MESURES SUSCEPTIBLES DE REDYNAMISER LE SECTEUR INDUSTRIEL  _______________________ 230 
Chapitre XVI : INSTITUTIONS FINANCIERES  ___________________________________ 232 
XVI.1. SITUATION MONETAIRE DU SENEGAL  _____________________________________________ 234 
XVI.1.1. Amélioration des AEN _________________________________________________________235 
XVI.1.2. Légère hausse du crédit intérieur ________________________________________________235 
XVI.1.3. Augmentation de la masse monétaire ____________________________________________236 
XVI.1.4. Hausse des réserves des banques  _______________________________________________236 
XVI.2. SITUATION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES (SFD) ___________________________ 237 
XVI.2.1. Augmentation du sociétariat  ___________________________________________________237 
XVI.2.2. Hausse des encours de crédit et d’épargne ________________________________________238 
XVI.3. ANALYSE DE LA SITUATION DES ASSURANCES _______________________________________ 239 
XVI.3.1. Assurance non vie ____________________________________________________________240 
XVI.3.2. Assurances Vie  ______________________________________________________________241 

Chapitre XVII : COMMERCE EXTERIEUR  ______________________________________ 243 
XVII.1. EVOLUTION GLOBALE DES EXPORTATIONS _________________________________________ 244 
XVII.1.1. Principaux produits à l’exportation ______________________________________________244 
XVII.1.1.1. Poissons frais de mer _____________________________________________________244 
XVII.1.1.2. Crustacés et mollusques  __________________________________________________245 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES VII
SESN 2014
XVII.1.1.3. Acide phosphorique ______________________________________________________245 
XVII.1.1.4. Produits pétroliers _______________________________________________________245 
XVII.1.1.5. Produits arachidiers ______________________________________________________246 
XVII.1.1.6. Ciment  ________________________________________________________________246 
XVII.1.1.7. Or non monétaire  _______________________________________________________246 
XVII.1.1.8. Phosphates _____________________________________________________________247 
XVII.2. EVOLUTION GLOBALE DES IMPORTATIONS  ________________________________________ 247 
XVII.2.1. Principaux produits à l’importation ______________________________________________248 
XVII.2.1.1. Huiles brutes de pétrole  __________________________________________________248 
XVII.2.1.2. Produits pétroliers finis ___________________________________________________248 
XVII.2.1.3. Machines et appareils ____________________________________________________249 
XVII.2.1.4. Riz ____________________________________________________________________249 
XVII.2.1.5. Froment et méteil ou blé __________________________________________________249 
XVII.2.1.6. Produits laitiers  _________________________________________________________250 
XVII.2.1.7. Huiles et graisses animales et végétales ______________________________________250 
XVII.3. LES PARTENAIRES COMMERCIAUX ______________________________________________ 250 
XVII.3.1. L’orientation des exportations  _________________________________________________250 
XVII.3.2. L’origine des importations _____________________________________________________251 
XVII.4. INDICE DES PRIX A L’EXPORTATION ET A L’IMPORTATION  ______________________________ 252 
XVII.4.1. Les prix à l’exportation  _______________________________________________________252 
XVII.4.2. Les prix à l’importation  _______________________________________________________252 

Chapitre XVIII : COMPTES ECONOMIQUES ____________________________________ 254 
XVIII.1. INDICATEURS MACROECONOMIQUES  ___________________________________________ 255 
XVIII.2. L’EVOLUTION DES RESSOURCES ET DES EMPLOIS DU PIB ________________________________ 257 
XVIII.2.1. l’évolution des ressources du PIB _______________________________________________257 
XVIII.2.2. L’évolution des emplois du PIB _________________________________________________262 

Chapitre XIX : PRIX A LA CONSOMMATION ___________________________________ 264 
XIX.1. EVOLUTION DES DOUZE FONCTIONS DE CONSOMMATION  ______________________________ 265 
XIX.1.1. Logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles _______________________________265 
XIX.1.2. Produits alimentaires et boissons non alcoolisées ___________________________________265 
XIX.1.3. Articles d’habillement et de chaussures ___________________________________________267 
XIX.1.4. biens et services divers ________________________________________________________267 
XIX.1.5. Boissons alcoolisées, du tabac et des stupéfiants ___________________________________267 
XIX.1.6. Transport ___________________________________________________________________267 
XIX.1.7. Meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer ___________________________268 
XIX.1.8. Restaurants et hôtels  _________________________________________________________268 
XIX.1.9. Enseignement _______________________________________________________________268 
XIX.1.10. Loisirs et de la culture ________________________________________________________269 
XIX.1.11. Services de santé____________________________________________________________269 
XIX.1.12. Communication _____________________________________________________________269 
XIX.2. ANALYSE DES INDICES DES NOMENCLATURES SECONDAIRES _____________________________ 270 
XIX.2.1. Origine des produits __________________________________________________________270 
XIX.2.2. Secteur de production  ________________________________________________________270 
XIX.2.3. Durabilité ___________________________________________________________________270 
XIX.2.4. L’inflation sous‐jacente ________________________________________________________271 

Chapitre XX : FINANCES PUBLIQUES _________________________________________ 272 
XX.1. LES RECETTES BUDGETAIRES ET DONS  _____________________________________________ 273 
XX.1.1. les recettes budgétaires ________________________________________________________273 
XX.1.1.1. Les recettes fiscales _______________________________________________________273 
XX.1.1.2. Les recettes non fiscales  ___________________________________________________276 
XX.1.2. Les dons ____________________________________________________________________276 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES VIII
SESN 2014
XX.2. LES DEPENSES BUDGETAIRES _______________________________________________ 276 
XX.2.1. Les dépenses courantes ________________________________________________________276 
XX.2.2. Les dépenses en capital ________________________________________________________277 
XX.3. LE FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE __________________________________________ 278 

XX.4. PRINCIPAUX INDICATEURS DE LA GESTION BUDGETAIRE _________________________________ 279 

Chapitre XXI : ANNEXES ___________________________________________________ 280 
ANNEXE 1 : AGRICULTURE _________________________________________________________ 281 
ANNEXE 2 : ELEVAGE  ____________________________________________________________ 285 
ANNEXE 3 : PECHE ______________________________________________________________ 286 
ANNEXE 4 : TRANSPORT  __________________________________________________________ 287 
ANNEXE 5 : PRODUCTION INDUSTRIELLE  _______________________________________________ 291 
ANNEXE 6 : INSTITUTIONS FINANCIERES ________________________________________________ 292 
ANNEXE 7 : COMMERCE EXTERIEUR  __________________________________________________ 295 
ANNEXE 8 : COMPTES NATIONAUX ___________________________________________________ 299 
ANNEXE 9 : PRIX  _______________________________________________________________ 300 
ANNEXE 10 : FINANCES PUBLIQUES ___________________________________________________ 305 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | TABLE DES MATIERES IX


SESN 2014

LISTE DES TABLEAUX


Tableau I‐1 : Répartition de la population par grands groupes d’âges en 2014 _________________________ 33 
Tableau I‐2 : Répartition de la population par groupes d’âges selon le sexe en 2014 ____________________ 34 
Tableau I‐3 : Répartition régionale de la population du Sénégal par sexe en 2014 ______________________ 35 
Tableau I‐4 : Répartition par région de la population, de la superficie et de la densité ___________________ 37 
Tableau I‐5 : Fécondité par âge selon six sources ________________________________________________ 38 
Tableau I‐6 : Quotients de mortalité des enfants de moins de cinq ans _______________________________ 41 
Tableau I‐7 : Quotients de mortalité des enfants selon la région de résidence  _________________________ 41 
Tableau II‐1 : Intensité des échanges migratoires entre milieux de résidence __________________________ 44 
Tableau II‐3 : Nombre d’émigrants et  d’immigrants internes récents par  région  ______________________ 45 
Tableau II‐4 : Bilan ou solde de la migration du moment (au cours d’une année) par région ______________ 46 
Tableau II‐5 : Répartition (%) des migrants interrégionaux du moment (au cours d’une année) par groupe 
d’âges __________________________________________________________________________________ 47 
Tableau II‐6 : Répartition (%) des migrants interrégionaux récents (au cours d’une année) par sexe ________ 48 
Tableau II‐7 : Répartition (%) des migrants interrégionaux du moment (au cours d’une année) par niveau 
d’instruction _____________________________________________________________________________ 48 
Tableau II‐8 : Répartition des migrants internes de retour par région ________________________________ 49 
Tableau II‐9 : Structure par âge et sexe des migrants internes de retour ______________________________ 49 
Tableau II‐10 : Répartition des migrants internes de retour par région  de destination selon l’origine ou la 
région de naissance _______________________________________________________________________ 51 
Tableau II‐11 : Solde migratoire international récent (5 ans) par région ______________________________ 52 
Tableau II‐12 : Répartition (%) des immigrants internationaux par sexe selon le groupe d'âges  ___________ 54 
Tableau II‐13 : Répartition (%) des émigrants internationaux par sexe selon l’âge au départ______________ 56 
Tableau II‐14 : Répartition (%) des immigrants internationaux par région selon le pays d’origine __________ 57 
Tableau II‐15 : Répartition des émigrants internationaux par destination sous régionale  ________________ 57 
Tableau II‐16 : Répartition des émigrants internationaux par pays de destination principale  _____________ 58 
Tableau II‐17 : Répartition des émigrants par principal motif de la migration  _________________________ 58 
Tableau II‐18 : Répartition des émigrants internationaux par niveau d’instruction au départ  _____________ 59 
Tableau II‐19 : Répartition des émigrants internationaux par profession au départ _____________________ 59 
Tableau II‐20 : Répartition (en %) des montants reçus selon le motif du transfert par milieu de résidence  ___ 63 
Tableau III‐1 : Répartition des structures selon la région __________________________________________ 65 
Tableau III‐2 : Répartition régionale de l’effectif des apprenants du préscolaire en 2014 _________________ 66 
Tableau III‐3 : Répartition des écoles et salles de classes selon le statut et la région  ____________________ 68 
Tableau III‐4 : Répartition des groupes pédagogiques selon le type et la région ________________________ 69 
Tableau III‐5 : Ratio manuels/élève et environnement des écoles publiques ___________________________ 70 
Tableau III‐6 : Répartition des structures par région en 2013 _______________________________________ 85 
Tableau III‐7 : Résultats du baccalauréat technique et des examens professionnels et en 2013 ____________ 86 
Tableau IV‐1 : Répartition par région, milieu de résidence et sexe de la population potentiellement active au 
Sénégal en 2013 __________________________________________________________________________ 95 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES TABLEAUX X


SESN 2014
Tableau IV‐2 : Taux d’activité habituelle par région, selon le milieu de résidence et le sexe _______________ 97 
Tableau IV‐3 : Taux d’occupation habituelle par région, selon le milieu de résidence et le sexe ____________ 98 
Tableau IV‐4 : Taux de chômage habituel par région, selon le milieu de résidence et le sexe _____________100 
Tableau V‐1 : Evolution des indicateurs de performance  _________________________________________104 
Tableau V‐2 : Infrastructures sanitaires, équipements et personnel  ________________________________105 
Tableau V‐3 : Indicateurs relatifs à la vaccination PEV ___________________________________________107 
Tableau V‐4 : Indicateurs de suivi du Paludisme ________________________________________________111 
Tableau V‐5 : Indicateurs de lutte contre la tuberculose __________________________________________112 
Tableau V‐6 : Indicateurs de suivi du VIH/SIDA _________________________________________________113 
Tableau VI‐1 : Ratio détenus/personnel pénitentiaire  ___________________________________________117 
Tableau VI‐2 : Distribution par sexe de l’effectif de la population carcérale  __________________________118 
Tableau VI‐3 : Répartition mensuelle des effectifs de la population carcérale selon le type de peine _______119 
Tableau VI‐4 : Répartition des effectifs de la population pénale au cours des 10 dernières années ________120 
Tableau VI‐5 : Répartition la population carcérale totale selon le type d’infraction  ____________________123 
Tableau VI‐6 : Répartition la population carcérale étrangère selon le type d’infractions  ________________124 
Tableau VI‐7 : Répartition de la population carcérale féminine selon le type d’infraction ________________125 
Tableau VI‐8 : Répartition la population carcérale des mineurs selon le type d’infraction  _______________125 
Tableau VI‐9 : Estimation de la densité carcérale selon la région de résidence ________________________129 
Tableau VI‐10 : Résumé des indicateurs de la démographie pénale au Sénégal en 2014  ________________132 
Tableau VI‐11 : Ratio de couverture en structures d’éducation surveillée ____________________________134 
Tableau VI‐12 : Distribution des effectifs du personnel des éducateurs spécialisés par région selon le sexe  _135 
Tableau VI‐13 : Taux d’encadrement par région des enfants en difficulté avec la loi  ___________________136 
Tableau VI‐14 : Distribution par région et selon le sexe des enfants en conflit avec la loi dans les structures de 
prise en charge __________________________________________________________________________138 
Tableau VI‐15 : Distribution par région des enfants en danger accueillis dans les structures de prise en charge 
selon le sexe ____________________________________________________________________________139 
Tableau VII‐1 : Répartition des bénéficiaires des allocations prénatales et des montants versés par la  CSS 
entre 2010 et 2014 _______________________________________________________________________144 
Tableau VII‐2 : Répartition des bénéficiaires des allocations de maternité et des montants versés par la CSS 
entre 2010 et 2014 _______________________________________________________________________144 
Tableau VII‐3 : Répartition des bénéficiaires des allocations  familiales de  la  CSS entre 2010 et 2014 _____145 
Tableau VII‐4 : Situation des accidents de travail et des maladies professionnelles selon l’année de déclaration 
et par agence ___________________________________________________________________________146 
Tableau VII‐5 : Répartition des agents victimes d’accidents ou de maladies professionnelles par type de contrat 
et selon le sexe et l’âge du travailleur ________________________________________________________148 
Tableau VIII‐1 : Principales sources d’approvisionnement en eau potable en 2014 _____________________153 
Tableau VIII‐2 : Répartition des ménages selon le nombre de jours de manque totale d’EP provenant de la 
principale source  ________________________________________________________________________154 
Tableau VIII‐3 : Principal type d’aisance utilisée selon le milieu de résidence  _________________________160 
Tableau IX‐1 : Situation des exportations de produits horticoles sur la période 2010‐2014 (en tonnes) _____169 
Tableau X‐1 : Evolution de l’exploitation forestière par espèce  ____________________________________173 
Tableau XII‐1 : Débarquements de la pêche artisanale (en tonnes) en 2013 et 2014  ___________________191 
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES TABLEAUX XI
SESN 2014
Tableau XII‐2 : Valeur commerciale des débarquements de la pêche artisanale (en milliers de FCFA) en 2013 et 
2014 __________________________________________________________________________________191 
Tableau XII‐3 : Evolution des débarquements de la pêche industrielle _______________________________194 
Tableau XII‐4 : Exportations en quantité des produits halieutiques (en tonnes)  _______________________195 
Tableau XIII‐1 : Équilibre ressources emplois du produit Transport de 2010 à 2014  ____________________201 
Tableau XIII‐2 : Etat du réseau routier de 2010 à 2014 (en %) _____________________________________203 
Tableau XIII‐3 : Evolution de la composition du par genre de véhicule _______________________________205 
Tableau XIII‐4 : Age moyen du parc selon le genre de véhicule  ____________________________________205 
Tableau XIII‐5 : Portefeuille de projets de l'AGEROUTE au 31 décembre 2014 _________________________211 
Tableau XIV‐1 : Production et ventes de ciment (milliers de tonnes)  ________________________________215 
Tableau XIV‐2 : Evolution de la valeur ajoutée des activités de construction ‐milliards de FCFA aux prix 
constants de 1999‐ _______________________________________________________________________216 
Tableau XVI‐1 : Evolution des agrégats de la situation monétaire en 2014 ___________________________234 
Tableau XVI‐2 : Réserves des banques (en milliards de FCFA) ______________________________________237 
Tableau XVI‐3 : Encours de crédit et d'épargne entre 2010 et 2014 des SFD __________________________239 
Tableau XVI‐4 : Nombre de compagnies d'assurance en 2013 et 2014  ______________________________239 

Tableaux annexes : 
Tableau annexe  XXI‐1 : Statistiques des Productions Horticoles pour la période de 2010/2011 à 
2013/2014 (tonnes) ______________________________________________________________________281 
Tableau annexe  XXI‐2 : Situation des exportations et des importations de produits horticoles sur la période 
2010/2011 à 2013/2014 (en tonnes) _________________________________________________________281 
Tableau annexe  XXI‐3 : Situation macro sectorielle de l’agriculture ________________________________282 
Tableau annexe  XXI‐4 : Résultats définitifs de la campagne 2014/2015 _____________________________283 
Tableau annexe  XXI‐5 : Valeur ajoutée aux prix courants de l’élevage, taux de croissance de la valeur ajoutée, 
part de l’élevage dans le PIB aux prix courants du secteur primaire et contribution à la croissance du PIB entre 
2010 et 2014  ___________________________________________________________________________285 
Tableau annexe  XXI‐6 : Production de viande (en tonnes) en 2014 _________________________________285 
Tableau annexe  XXI‐7 : Production de peaux (en tonnes) entre 2010 et 2014  ________________________285 
Tableau annexe  XXI‐8 : Evolution des effectifs du cheptel et la volaille en milliers de têtes entre 2011 et 2014
 ______________________________________________________________________________________285 
Tableau annexe  XXI‐9 : Débarquements de la pêche artisanale en tonnes de 2010 à 2014 ______________286 
Tableau annexe  XXI‐10 : Quantités  de produits transformés selon le type de produits de 2010 à 2014 ____286 
Tableau annexe  XXI‐11 : Débarquements (en tonnes) de la pêche industrielle par type de 2010 à 2014 ____286 
Tableau annexe  XXI‐12 : Etat d'avancement des projets routiers de l'AGEROUTE au 31 décembre 2014  ___287 
Tableau annexe  XXI‐13 : Chiffre d'affaires et Valeur Ajoutée par sous‐secteur des transports de 2010 à 2014
 ______________________________________________________________________________________288 
Tableau annexe  XXI‐14 : Evolution du trafic aérien national sur la période 2005‐2014  _________________289 
Tableau annexe  XXI‐15 : Evolution du trafic à l’aéroport LSS et aux principaux aérodromes _____________289 
Tableau annexe  XXI‐16 : Trafic de marchandises au Port Autonome de Dakar sur la période 2005‐2014 (en 
milliers de tonnes) _______________________________________________________________________290 
Tableau annexe  XXI‐17 : Nombre de navires en escale au Port Autonome de Dakar sur la période 2005‐2014
 ______________________________________________________________________________________290 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES TABLEAUX XII
SESN 2014
Tableau annexe  XXI‐18 : Indice Harmonisé de la Production Industrielle et des Prix à la Production (Base 
100,  2006) _____________________________________________________________________________291 
Tableau annexe  XXI‐19 : Situation des avoirs extérieurs des institutions monétaires ___________________292 
Tableau annexe  XXI‐20 : Situation monétaire intégrée du Sénégal (en milliards) en 2014 _______________293 
Tableau annexe  XXI‐21 : Répartition du chiffre d'affaires des assurances dommages (en milliards) _______294 
Tableau annexe  XXI‐22 : Répartition du chiffre d’affaire de l'assurance vie par catégorie (en milliards) ____294 
Tableau annexe  XXI‐23 : Evolution des principaux produits à l’exportation (En millions de FCFA) _________295 
Tableau annexe  XXI‐24 : Evolution des exportations des principaux produits à l’exportation (En tonnes) ___295 
Tableau annexe  XXI‐25 : Evolution des principaux produits à l’importation (En millions de FCFA) _________295 
Tableau annexe  XXI‐26 : Evolution des principaux produits à l’importation (En tonnes)  ________________296 
Tableau annexe  XXI‐27 : Exportations par continent en valeur (En millions de FCFA) ___________________296 
Tableau annexe  XXI‐28 : Importations par continent en valeur (En millions de FCFA)  __________________296 
Tableau annexe  XXI‐29 : Exportations vers les pays de la CEDEAO en valeur (En millions de FCFA) ________296 
Tableau annexe  XXI‐30 : Importations en valeur dans la CEDEAO (En millions de FCFA)  ________________297 
Tableau annexe  XXI‐31 : Evolution de l’indice des prix à l’exportation (base 100 en 2005)  ______________297 
Tableau annexe  XXI‐32 : Evolution de l’indice des prix à l’importation (base 100 en 2005) ______________298 
Tableau annexe  XXI‐33 : Les principaux agrégats (en milliards FCFA) et ratios ________________________299 
Tableau annexe  XXI‐34 : Poids, taux de croissance et contribution à la croissance en volume du Produit 
Intérieur Brut par branche d’activités ________________________________________________________299 
Tableau annexe  XXI‐35 : Evolution de l’indice des 12 fonctions de consommation en 2014 ______________300 
Tableau annexe  XXI‐36 : Evolution annuelle de l’IHPC selon la nomenclature secondaire _______________301 
Tableau annexe  XXI‐37 : Prix moyens mensuels de quelques variétés en 2014 ________________________302 
Tableau annexe  XXI‐38 : Taux de croissance annuel des emplois du PIB (en %) _______________________304 
Tableau annexe  XXI‐39 : Tableau des opérations Financières de l’Etat (TOFE) ________________________305 
Tableau annexe  XXI‐40 : Les recettes budgétaires (en milliards FCFA)  ______________________________307 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES TABLEAUX XIII
SESN 2014

LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES


Graphique I‐1: Pyramide des âges de la population du Sénégal 2014 ___________________________________ 32 
Graphique I‐2: Répartition régionale (%) de la population du Sénégal en 2014 ___________________________ 35 
Graphique I‐3: Répartition régionale de la population selon la superficie en 2014  ________________________ 36 
Graphique I‐4: Tendance de la fécondité par âge  __________________________________________________ 38 
Graphique I‐5: L’indice synthétique de fécondité  (ISF) par région en 2014  ______________________________ 39 
Graphique II‐1 : Solde migratoire au cours d’une année _____________________________________________ 46 
Graphique II‐2 : Répartition des immigrants internationaux par sexe selon le groupe d'âges ________________ 53 
Graphique II‐3 : Pyramide des âges des émigrants internationaux _____________________________________ 55 
Graphique II‐4 : Origine géographique des flux reçus au Sénégal ______________________________________ 61 
Graphique III‐1 : Taux brut de préscolarisation (TBPS) et indice de parité en 2014  ________________________ 67 
Graphique III‐2 : Taux brut d’admission au primaire selon le sexe en 2014  ______________________________ 71 
Graphique III‐3 : Taux brut de scolarisation au primaire selon le sexe en 2014  ___________________________ 72 
Graphique III‐4 : Répartition des flux par région dans le primaire en 2014 _______________________________ 73 
Graphique III‐5 : Taux de réussite au CFEE et Taux d’achèvement au primaire par région en 2014 ____________ 74 
Graphique III‐6 : Répartition régionale des établissements selon le statut en 2014 ________________________ 76 
Graphique III‐7 : Taux d’accès à l’enseignement moyen selon le sexe et l’académie en 2014  ________________ 76 
Graphique III‐8 : Taux brut de scolarisation au moyen par académie et par sexe en 2014 ___________________ 77 
Graphique III‐9 : Répartition des flux au moyen selon l’académie au Sénégal en 2014  _____________________ 78 
Graphique III‐10 : Taux de réussite au BFEM selon le sexe par région  en 2014 ___________________________ 80 
Graphique III‐11 : Répartition des établissements dispensant un enseignement secondaire en 2014 __________ 81 
Graphique III‐12 : Taux de transition au secondaire en 2014  _________________________________________ 81 
Graphique III‐13 : Taux brut de scolarisation au secondaire par sexe en 2014 ____________________________ 82 
Graphique III‐14 : Taux de redoublement au secondaire par année d’étude et par sexe en 2014  _____________ 83 
Graphique III‐15 : Taux de redoublement au secondaire par sexe et par région en 2014 ____________________ 83 
Graphique III‐16 : Taux de réussite au bac par académie et selon le sexe en 2014 _________________________ 84 
Graphique III‐17 : Répartition intra sectorielle du budget en 2013 _____________________________________ 88 
Graphique IV‐1 : Répartition par région de la population potentiellement active par région et par sexe _______ 96 
Graphique IV‐2 : Taux d’activité habituelle selon le groupe d’âges et par sexe  ___________________________ 97 
Graphique IV‐3 : Taux d’occupation habituelle selon le groupe d’âges et par sexe  ________________________ 99 
Graphique IV‐4 : Taux de chômage habituel selon le groupe d’âges et par sexe  _________________________ 100 
Graphique V‐1 : Tendances de l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) par les femmes 
enceintes de 15‐49 ans ______________________________________________________________________ 106 
Graphique V‐2 : Méthodes de PF fournies par les structures _________________________________________ 108 
Graphique V‐3 : Disponibilité des services de base  ________________________________________________ 109 
Graphique V‐4 : Tendance de la disponibilité des équipements de base ________________________________ 110 
Graphique V‐5 : Tendance de la mortalité infantile et infanto‐juvénile  ________________________________ 114 
Graphique V‐6 : Mortalité infanto‐juvénile selon l'intervalle avec la naissance précédente  ________________ 114 
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES XIV
SESN 2014
Graphique VI‐1 : Pyramide des âges de la population carcérale du Sénégal _____________________________ 121 
Graphique VI‐2 : Répartition en % de la population carcérale par pays de nationalité  ____________________ 122 
Graphique VI‐3 : Distribution par région de l’effectif carcéral selon la région  ___________________________ 123 
Graphique VI‐4 : Répartition en pourcentage des détenus provisoires par durée de détention selon le sexe  ___ 126 
Graphique VI‐5 : Répartition des détenus condamnés par durée de détention selon le sexe ________________ 127 
Graphique VI‐6 : Répartition selon la région des structures de prise en charge des enfants  ________________ 133 
Graphique VI‐7 : Distribution des effectifs du personnel des éducateurs spécialisés selon la région __________ 135 
Graphique VI‐8 : Proportions régionales des enfants en conflit avec la loi accueillis dans les structures de pris en 
charge ___________________________________________________________________________________ 137 
Graphique VI‐9 : Proportions régionales d’enfants en danger accueillis dans les structures de prise en charge _ 139 
Graphique VII‐1 : Evolution du nombre d'allocataires de la CSS entre 2010 et 2014  ______________________ 142 
Graphique VII‐2 : Evolution du nombre de crédirentiers entre 2010 et 2014  ____________________________ 149 
Graphique VIII‐1 : Taux d’accès à l’eau potable en 2014 ____________________________________________ 153 
Graphique VIII‐2 : Disponibilité d’EP provenant de la tuyauterie et des forages (les 2 dernières semaines précédant 
l’interview)  _______________________________________________________________________________ 155 
Graphique VIII‐3 : Evolution du taux d’accès à l’eau potable en milieu rural au Sénégal ___________________ 156 
Graphique VIII‐4 : Situation de l'accès à l'eau selon la strate au Sénégal ‐ 2014  _________________________ 157 
Graphique VIII‐5 : Situation de l'accès à l'eau par branchement particulier ou par borne‐fontaine ___________ 158 
Graphique VIII‐6 : Taux d’accès à l’assainissement amélioré selon le milieu de résidence __________________ 159 
Graphique VIII‐7 : Evolution du taux d'accès à l'assainissement en milieu rural ‐ 2005‐2014  _______________ 161 
Graphique IX‐1: Cumul de pluies de quelques stations (en mm) ______________________________________ 165 
Graphique IX‐2: Productions de l’agriculture industrielle et d’exportation (en tonnes)  ____________________ 166 
Graphique IX‐3: Productions de l’agriculture vivrière (en tonnes) _____________________________________ 167 
Graphique IX‐4: Situation macro sectorielle de l’agriculture _________________________________________ 169 
Graphique X‐1 : Évolution du potentiel forestier __________________________________________________ 172 
Graphique X‐2 : Evolution des concentrations journalières de PM10 en 2014 ____________________________ 176 
Graphique X‐3 : Evolution de l’Indice de la Qualité de l’Air en 2014 ___________________________________ 176 
Graphique X‐4 : Émissions de GES par secteur d’activité ____________________________________________ 177 
Graphique XI‐1 : Répartition du cheptel en 2014 __________________________________________________ 181 
Graphique XI‐2 : Evolution des effectifs de volaille en milliers de têtes entre 2013 et 2014 _________________ 182 
Graphique XI‐3 : Evolution du nombre d'œufs entre 2010 et 2014 ____________________________________ 182 
Graphique XI‐4 : Répartition de la production de viande et d’abats en 2014 ____________________________ 183 
Graphique XI‐5 : Evolution de la production de Cuirs et peaux  entre 2013 et 2014 (tonnes) ________________ 184 
Graphique XI‐6 : Taux de croissance et poids de la valeur ajoutée de l'élevage entre 2010 et 2014 __________ 185 
Graphique XI‐7 : Evolution des importations des produits laitiers _____________________________________ 185 
Graphique XI‐8 : Evolution des importations de viandes ____________________________________________ 186 
Graphique XII‐1 : Evolution des débarquements de la pêche maritime (en milliers de tonnes)  ______________ 190 
Graphique XII‐2 : Évolution des débarquements (en tonnes) de la pêche artisanale de 2010 à 2014  _________ 192 
Graphique XII‐3 : Débarquement de la pêche artisanale par région en 2014 ____________________________ 192 
Graphique XII‐4 : Evolution de la transformation artisanale 2010‐ 2014 (tonnes) ________________________ 193 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES XV
SESN 2014
Graphique XII‐5 : Evolution des exportations de produits halieutiques (en valeur en millions FCFA) 2010 et 
2014  ____________________________________________________________________________________ 195 
Graphique XII‐6 : Exportations en quantité et en valeur des produits halieutiques selon la destination _______ 196 
Graphique XIII‐1 : Taux de croissance de la Valeur Ajoutée (VA) globale et des Transports de 2010 à 2014 ____ 200 
Graphique XIII‐2 : Production totale de biens et services et Production de services de transports (millions FCFA) de 
2010 à 2014  ______________________________________________________________________________ 201 
Graphique XIII‐3 : Structure de la production des transports de 2010 à 2014 ____________________________ 202 
Graphique XIII‐4 : Structure des dépenses des ménages au titre de la fonction transports en 2014  __________ 202 
Graphique XIII‐5 : Répartition des importations de matériel de transport en 2014 (en valeur) ______________ 204 
Graphique XIII‐6 : Evolution du trafic de marchandises au Port Autonome de Dakar (en milliers de tonnes)  ___ 206 
Graphique XIII‐7 : Evolution du trafic aérien national sur la période 2007‐2014  _________________________ 209 
Graphique XIII‐8 : Evolution du nombre de voyageurs par le Petit Train de Banlieue (en millions de personne) _ 209 
Graphique XIII‐9 : Trafic international de marchandises (en tonnes)  __________________________________ 210 
Graphique XV‐1 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI entre 2008 et 2014  __________________________________ 223 
Graphique XV‐2 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries mécaniques entre 2008 et 2014 _____________ 223 
Graphique XV‐3 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries de production d’énergie entre 2008 et 2014 ___ 224 
Graphique XV‐4 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries du papier et du carton entre 2008 et 2014  ____ 225 
Graphique XV‐5 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries des matériaux de construction entre 2008 et 
2014  ____________________________________________________________________________________ 226 
Graphique XV‐6 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries textiles et du cuir entre 2008 et 2014 _________ 227 
Graphique XV‐7 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries chimiques  entre 2008 et 2014 ______________ 228 
Graphique XV‐8 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries extractives  entre 2008 et 2014 _____________ 228 
Graphique XV‐9 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries alimentaires  entre 2008 et 2014 ____________ 229 
Graphique XV‐10 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des autres industries manufacturières  entre 2008 et 2014 __ 230 
Graphique XVI‐1 : Masse monétaire et ses contreparties (en milliards) ________________________________ 236 
Graphique XVI‐2 : Evolution du nombre de SFD entre 2011 et 2014 ___________________________________ 238 
Graphique XVI‐3 : Répartition du chiffre d'affaires des compagnies d'assurance en 2014 __________________ 240 
Graphique XVI‐4 : Répartition du chiffre d'affaires de l’assurance dommage en 2014 _____________________ 241 
Graphique XVI‐5 : Répartition du chiffre d'affaires de l’assurance vie en 2014 par catégorie _______________ 241 
Graphique XVII‐1 : Evolution des exportations sur les cinq dernières années (en milliards de FCFA) __________ 244 
Graphique XVII‐2 : Evolution des importations sur les cinq dernières années (en milliards FCFA) ____________ 248 
Graphique XVII‐3 : Répartition des exportations par continent en 2013 (en %)  __________________________ 251 
Graphique XVII‐4 : Répartition des importations par continent en 2013 (En %) __________________________ 251 
Graphique XVIII‐1 : Evolution du PIB, de la Consommation finale et de la FBCF __________________________ 256 
Graphique XVIII‐2 : Evolution du taux d’épargne et d’investissement __________________________________ 256 
Graphique XVIII‐3 : Evolution des importations et des exportations ___________________________________ 257 
Graphique XVIII‐4  : Taux de croissance en volume du PIB et des secteurs d’activité (en %)  ________________ 258 
Graphique XVIII‐5  : Contribution du secteur primaire à la croissance économique  _______________________ 259 
Graphique XVIII‐6  : Contribution du secteur secondaire à la croissance économique  _____________________ 261 
Graphique XVIII‐7  : Contribution du secteur tertiaire à la croissance économique ________________________ 262 

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES XVI
SESN 2014
Graphique XIX‐1 : Evolution de l’indice des prix à la consommation en 2014 ____________________________ 265 
Graphique XIX‐2 : Evolution de certains composants des produits alimentaires __________________________ 266 
Graphique XX‐1 : Evolution des recettes budgétaires (milliards FCFA)  _________________________________ 273 
Graphique XX‐2 : Répartition des recettes fiscales (en milliards FCFA) _________________________________ 274 
Graphique XX‐3 : Evolution des impôts directs (en milliards FCFA) ____________________________________ 274 
 Graphique XX‐4 : Evolution des impôts indirects (en milliards FCFA) __________________________________ 275 
Graphique XX‐5 : Evolution des différents types de dépenses courantes (milliards FCFA)  __________________ 277 
Graphique XX‐6 : Structure des dépenses en capital (milliards FCFA) __________________________________ 278 
Graphique XX‐7 : Structure du financement du déficit budgétaire (en milliards FCFA) _____________________ 279

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES XVII
SESN 2014

ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES


AATR : Agence Autonome des Travaux Routiers
ADEPME : Agence de Développement et d'Encadrement des Petites et Moyennes
Entreprises
ADIE : Agence de l’Informatique de l’Etat
ADS : Agence des Aéroports du Sénégal
AEMO : Service de l’Action Educative en Milieu Ouvert
AEP : Adduction Eau Potable
AFD : Agence Française de Développement
AGEROUTE : Agence des Travaux et de Gestion des Routes
AGETIP : Agence d’Exécution des Travaux d’Intérêt Public
AIBD : Aéroport International Blaise Diagne
AILSS : Aéroport International Léopold-Sédar-Senghor
ANACS : Agence Nationale de l’Aviation Civile du Sénégal
ANAM : Agence Nationale des Affaires Maritimes
ANEJ : Agence Nationale pour l’Emploi des Jeunes
ANOCI : Agence Nationale de l’Organisation de la Conférence Islamique
ANPT : Agence Nationale de Promotion du Tourisme
ANREVA : Agence Nationale de Retour Vers l'Agriculture
ANSD : Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie
APIX : Agence Nationale Chargée de la Promotion de l’Investissement et des Grands Travaux
BAfD : Banque Africaine de Développement
BCEAO : Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest
BDP : Balance des Paiements
BFEM : Brevet de Fin d’Etudes Moyennes
BIT : Bureau International du Travail
BRS : Banque Régionale de Solidarité
BTP : Bâtiments et Travaux Publics
CBV : Coups et Blessures Volontaires
CCP : Comptes Courants Postaux
CDEPS : Centres départementaux d’éducation populaire et sportive
CDSMT : Cadre de Dépense Sectoriel à Moyen Terme
CEA : Commission Economique pour l’Afrique
CEDEAO : Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest
CESTI : Centre d'Etudes des Sciences et des Techniques de l'Information
CETUD : Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar
CFEE : Certificat de Fin d’Etudes Elémentaires
CIMA : Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES XVIII
SESN 2014
CNES : Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal
CNGSOE : Commission nationale de Gestion et de Suivi des Offres d'Emploi
CNP : Conseil National du Patronat
CNQP : Centre national de Qualification professionnelle
COA : Côte Ouest Africaine
COGEPAS : Cogestion des Pêcheries Artisanales au Sénégal
COSAMA : Consortium Sénégalais d’Activités Maritimes
COSEC : Conseil sénégalais des Chargeurs
CPC : Consultation Primaire Curative
CPN : Consultation prénatale
CRES : Consortium pour la Recherche économique et sociale
CSE : Centre de Suivi Ecologique
CSS : Caisse de Sécurité Sociale
CTA : Combinaisons Antipaludiques
CTPS : Comité technique des Programmes statistiques
CTRS : Coûts Temporaires des Réformes Structurelles
DA : Direction des Assurances
DEFCCS : Direction des Eaux et Forêts, Chasse et Conservation des Sols
DGPRE : Direction de la Gestion et la Planification des Ressources en Eau
DPEE : Direction de la Prévision et des Etudes Economiques
DPM : Direction des Pêches Maritimes
DPS : Direction de la Prévision et de la Statistique
DRS-SFD : Direction de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes Financiers
Décentralisés
DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
EAA : Enquête Agricole Annuelle
EMUS : Enquête Migration et Urbanisation au Sénégal
ENEA : Ecole Nationale d`Economie Appliquée
ENSETP : École Normale Supérieure d'Enseignement Technique et Professionnel
ESAM : Enquête Sénégalaise Auprès des Ménages
ESIS : Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé
ESP : Etablissements Publics de Santé
ESPS : Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal
FAISE : Fonds d’Appui aux Investissements des Sénégalais de l’Extérieur
FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture
FARPAS : Fédération des Associations de Retraités et Personnes Agées
FASTEF : Faculté des Sciences et Technologies de l'Education et de la Formation
FBCF : Formation Brute de Capital Fixe
FESMAN : Festival Mondial des Arts Nègres
FNAE : Fonds National d’Action pour l’Emploi
FNIJ : Fonds national d’Insertion des Jeunes
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES XIX
SESN 2014
FONDEF : Fonds de Développement de la Formation Professionnelle
FPEF : Fonds de Promotion de l’Entreprenariat Féminin
FRONTEX : Agence européenne de gestion des frontières extérieures
FSIPP : Fonds de Sécurisation des Importations de Produits Pétroliers
GAR : Gestion Axés sur les Résultats
GDRH : Projet de Gestion Durable des Ressources Halieutiques
GEC : Groupement d’Epargne et de Crédit
GIE : Groupement d’Intérêt Economique
GIRMAC : Programme de Gestion Intégrée des Ressources Marines et Côtières
GNSP : Groupement National des Sapeurs Pompiers
GOANA : Grande Offensive pour l’Agriculture et la Nourriture en Abondance
HAALSS : Haute Autorité de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor
HMO : Hôpital Militaire de Ouakam
IADM : Initiative d’Allégement de la Dette Multilatérale
ICPE : Installations Classées pour la Protection de l’Environnement
IDH : Indice de Développement Humain
IEC : Information, Education, Communication
IMF : Institutions de Micro Finance
INED : Institut National d’Etudes Démographiques
INTAC : Projet d’intégration de l’adaptation au changement climatique dans le développement
durable
IP : Indice de Parité
IPDSR : Institut de Population, de Développement et de la Santé de la Reproduction
IPP : Incapacité Permanente Partielle
IPT : Incapacité Partielle Totale
IRA : Infections Respiratoires Aigües
IRVM : Impôt sur le Revenu des Valeurs Mobilières
ISF : Indice Synthétique de Fécondité
ISPE : Instrument de Soutien à la Politique Economique
LOASP : Loi d’Orientation Agro-Sylvo-Pastorale
LPSPA : Lettre de Politique Sectorielle des Pêches et de l’Aquaculture
LSS : Léopold Sédar Senghor
MAFE : Migrations entre l'Afrique et l'Europe
MCA : Millenium Challenge Account
MEDS : Mouvement des Entreprises du Sénégal
MICS : Multiple Indicator Cluster Survey
MII : Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides
MPAM : Ministère de la Pêche des Affaires Maritimes
MPP : Maux Perforants Plantaires
NISDEL : Nouvelle Initiative Sectorielle pour le Développement de l’Elevage
NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES XX
SESN 2014
OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economiques
OFEJBAN : Office National pour l'Emploi des Jeunes de la Banlieue
OIM : Organisation Internationale sur les Migrations
OIT : Organisation Internationale du Travail
OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONFP : Office National pour la Formation professionnelle
ONG : Organisation Non Gouvernementale
OUA : Organisation de l’Unité Africaine
PAD : Port Autonome de Dakar
PAISD : Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement
PAMU : Programme d’Amélioration de la Mobilité Urbaine
PAPA : Projet d’Appui aux Personnes Agées
PAREP : Programme d’Appui à la Réduction de la Pauvreté
PASEF : Projet d’Amélioration et de Valorisation des Services des Ecosystèmes Forestiers
PAST : Projet d’Ajustement Sectoriel des Transports
PECTA : Programme des Emplois et des Compétences Techniques pour l'Afrique
PEPAM : Programme d'Eau Potable et d'Assainissement du Millénaire
PEV : Programme Elargi de Vaccination
PGES : Plans de Gestion Environnementale et Sociale
PGIES : Projet de Gestion Intégrée des Ecosystèmes du Sénégal
PIB : Produit Intérieur Brut
PLASEPRI : Plateforme d’appui au Secteur Privé et à la Valorisation de la Diaspora
Sénégalaise en Italie
PLCP : Programme de Lutte contre la Pauvreté
PMI : President Malaria Initiative
PNDA : Programme National de Développement Agricole
PNDE : Plan National de Développement de l’Elevage
PNDS : Plan National de Développement Sanitaire
PNI : Programme National d’Immatriculation Informatisée
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PPGV : Promotion et de la Protection sociale des Groupes vulnérables
PPTE : Pays Pauvres Très Endettés
PRAO : Projet Régional de Pêche en Afrique de l’Ouest
PRN : Programme de Renforcement Nutritionnel
PSJ : Programme Sectoriel de la Justice
PST : Projet Sectoriel des Transports
PTB : Petit Train de Banlieue
PTF : Partenaires Techniques et Financiers
RAC : Revue Annuelle Conjointe
RBC : Réhabilitation à Base Communautaire
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES XXI
SESN 2014
REVA : Plan de Retour Vers l’Agriculture
RGP : Recensement Général de la Population
RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitat
RNC : Réserves Naturelles Communautaires
ROME : Répertoire Opérationnel des métiers et Emplois
RSA : Republic of South Africa
SAO : Substances appauvrissant la couche d’Ozone
SAPCO : Société d'Aménagement et de Promotion des Côte et Zone Touristiques du Sénégal
SCA : Stratégie de Croissance Accélérée
SE-SNCDS : Société d’Exploitation - Société Nationale des Conserveries du Sénégal
SFD : Systèmes Financiers Décentralisés
SICAP : Société Immobilière du Cap-Vert
SIGEM : Système d’Information pour la Gestion Efficace de la Migration
SNCFS : Société Nationale des Chemins de Fer
SNDES Stratégie Nationale de Développement Economique et Sociale
SNHLM : Société Nationale d’Habitat à Loyer Modéré
SRO : Sel de Réhydratation Orale
SSA : Statistic South Africa
TBA : Taux Brut d’Admission
TBM : Taux Brut de Mortalité
TBN : Taux Brut de Natalité
TBPS : Taux Brut de Préscolarisation
TBS : Taux Brut de Scolarisation
TICAA : Tourisme - Industries Culturelles - Artisanat d’Art
TMI : Taux de Mortalité Infantile
TMIJ : Taux de Mortalité Infantile et Juvénile
TMJ : Taux de Mortalité Juvénile
TNR : Taux Net de Reproduction
TOFE : Tableau des Opérations Financières de l’Etat
TOKTEN : Knowledge Through Expatriate Nationals
TPI : Traitement Préventif Intermittent
TRO : Thérapie de Réhydratation Orale
UCAD : Université Cheikh Anta Diop de Dakar
UEMOA : Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest
UNFPA : Fonds des Nations Unies pour la Population
UNHCR : Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés
VRS : Village de Reclassement Social
WCMC : Centre Mondial de Surveillance Continue et de Conservation de la Nature
YEN : Youth Employment Network
ZEE : Zones Economiques Exclusives

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES XXII
SESN 2014

AVANT PROPOS

La Situation Economique et Sociale Nationale (SESN) est une publication


annuelle qui fait la synthèse des informations statistiques émanant de
l’ANSD et des autres structures du Système statistique national (SSN),
dans le cadre de l’exécution de leurs tâches quotidiennes.

La SESN passe en revue la quasi- totalité des secteurs de l’activité


économique et sociale en mettant en relief l’information quantitative,
fournissant ainsi les principaux indicateurs économiques, sociaux et
démographiques du Sénégal.

Réalisée pour une année (N) en utilisant les données recueillies l’année
précédente (N-1), la SESN constitue un véritable instrument de
planification et d’aide à la prise de décision pour les principaux acteurs du
développement de notre pays.

La réalisation de la SESN 2014 n’a été possible que grâce à l’appui et la


collaboration de l’ensemble des partenaires de l’ANSD, constitués des
membres du SSN que je remercie vivement, pour leur franche et précieuse
contribution.

Les remarques et suggestions seront mises à profit pour améliorer la


qualité de ce précieux document.

Aboubacar Sédikh BEYE


Directeur général
Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AVANT PROPOS XXIII


SESN 2014

PRESENTATION DU PAYS
Population

La population du Sénégal est estimée en 2014 à 13 926 253 habitants dont 6 961 847
femmes et 6 941 357 hommes. La densité est de 71 habitants/km2. La population est
très jeune, 50,5% des Sénégalais sont âgés de moins de dix-neuf (19) ans.

Données physiques

Situé à l’extrême ouest de l’Afrique occidentale avec une façade maritime de plus de
700 km sur l’océan atlantique qui le limite à l’ouest, le Sénégal couvre une superficie
de 196712 Km².Le territoire Sénégalais est limité au Nord par la Mauritanie, à l’Est
parle Mali et au Sud par la Guinée et la Guinée Bissau. La République de Gambie qui
occupe tout le cours inférieur du fleuve du même nom, constitue une enclave de 25
km de large et près de 300 km de profondeur à l’intérieur du territoire sénégalais.

Données climatologiques

Le Sénégal est un pays de l’Afrique subsaharienne, avec un climat de type soudano-


sahélien. Le climat est tropical au sud et semi désertique au nord ; il se caractérise par
l’alternance d’une saison sèche de novembre à mi-juin et d’une saison humide et
chaude de mi-juin à octobre. La pluviométrie moyenne annuelle suit un gradient
décroissant du Sud au Nord du pays. Elle passe de 1200 mm au Sud à 300 mm au
Nord, avec des variations d’une année à l’autre. Trois principales zones de pluviométrie
correspondant à trois zones climatiques sont ainsi déterminées : une zone forestière
au Sud, une savane arborée au centre et une zone semi-désertique au Nord.

Données hydrographiques

Outre l’Océan Atlantique qui le limite à l’Ouest, les ressources en eaux de surface au
Sénégal sont constituées par quatre fleuves : le fleuve Sénégal au nord (1700 Km de
long),le fleuve Saloum (250 km) au centre, le fleuve Gambie (1 130 km) au centre et
le fleuve Casamance (300 km) au sud. Des lacs et des rivières complètent le régime
hydrologique. La réalisation des Grands Barrages de Diama et de Manantali, en
particulier, que le Sénégal partage avec le Mali et la Mauritanie à travers l’Organisation
pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), contribue à la maîtrise des
ressources hydrauliques et partant, au développement de l'agriculture, de l'élevage,
de la navigation, de l'approvisionnement en eau potable et en énergie pour les
populations.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXIV


SESN 2014

Organisation administrative

Le Sénégal est une République laïque, démocratique et sociale qui assure l’égalité de
tous les citoyens devant la loi, sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion
et qui respecte toutes les croyances. La Constitution consacre le principe de la
démocratie en rappelant que la souveraineté nationale appartient au peuple sénégalais
qui l’exerce par ses représentants ou par la voie du référendum. La forme républicaine
de l’État prend appui sur le caractère démocratique du système politique marqué par
la séparation et l’indépendance des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

Le président de la République est le gardien de la Constitution, il incarne l’unité


nationale et il est le premier Protecteur des Arts et des Lettres du Sénégal. Il est le
garant du fonctionnement régulier des institutions, de l’indépendance nationale et de
l’intégrité du territoire. Il détermine la politique de la Nation et préside le Conseil des
ministres.

Le président est élu au suffrage universel à deux tours. Son mandat est de sept ans,
renouvelable une seule fois (la durée du mandat avait été ramenée à cinq ans en
janvier 2001, puis rétablie à sept ans en octobre 2008).

L’Assemblée nationale est l’institution où le peuple délègue ses représentants appelés


députés, pour exercer le pouvoir législatif. Elle vote la loi, contrôle l’activité
gouvernementale, peut provoquer la démission du Gouvernement par le vote d’une
motion de censure.

Cent cinquante députés siègent à l’Assemblée nationale. Le scrutin est majoritaire à


un tour au niveau des départements à concurrence de 90 députés et proportionnel sur
une liste nationale à concurrence de 60 députés.

Après sa mise en place une première fois en janvier 1999, le Sénat avait été supprimé,
pour des raisons d’économies, à la suite d’un référendum constitutionnel organisé le 7
janvier 2001. Il est rétabli en mai 2007, puis supprimé à nouveau en septembre 2012.

En 2008, la Loi 2008-14 du 18 mars 2008 a modifié la Loi 72-02 du 1er février 1972
relative à l’organisation de l’Administration Territoriale et Locale et a porté le nombre
de régions à 14 dont trois nouvelles : Kaffrine, Kédougou et Sédhiou. Les départements
sont au nombre 45 subdivisés en Arrondissements, Communes, Communautés rurales
et Villages. Le village ou le quartier correspond à la cellule administrative de base. Les
grandes communes du Sénégal (Dakar, Rufisque, Pikine,

Guédiawaye et Thiès) sont subdivisées en communes d’arrondissement. Il y a deux


modes de gestion du territoire qui se côtoient : un mode déconcentré dans lequel le

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXV


SESN 2014

pouvoir local est exercé par des agents de l’Etat et un mode décentralisé dans lequel
le pouvoir local est exercé par des organes élus.

Dans le mode déconcentré, la région est placée sous l’autorité du Gouverneur, le


département sous celle du Préfet et l’arrondissement sous celle du Sous-préfet.

Dans le mode décentralisé, la région en tant que collectivité locale est gérée par le
conseil régional, la commune par le conseil communal et la communauté rurale parle
conseil rural.

Chaque niveau est dirigé par une autorité à savoir :

‐ un gouverneur et un président de conseil régional pour chaque région ;


‐ un préfet pour chaque département ;
‐ un sous- préfet par arrondissement ;
‐ un maire par commune ;
‐ un président par communauté rurale ;
‐ et un chef de village ou de quartier au niveau le plus périphérique.

La capitale du Sénégal, Dakar, est en même temps la capitale de la région du même


nom, presqu’île de 550 km2 située à l’extrême Ouest du pays.

Environnement économique1

A l’instar des années précédentes, l’environnement économique international en 2014


est marqué par une morosité. Globalement, la croissance économique est ressortie à
3,4% en 2014 après un taux de 3,3% enregistré en 2013. En revanche, l’économie
africaine s’est bien tenue avec un accroissement de 3,9% en 2014 contre 3,5% l’année
précédente à la faveur du dynamisme noté dans les pays de l’Afrique de l’Ouest.

Au Sénégal, la croissance économique, mesurée par le PIB réel, s’est établie à 4,3%,
en hausse de 0,8 point par rapport à son niveau de 2013.

Croissance et compétitivité

1. Estimation des ressources et emplois du PIB en 2014

- Les ressources du PIB

La croissance économique sénégalaise en 2014 est essentiellement imputable au


secteur primaire qui a atteint 2,7% contre 0,5% l’année précédente, et à la
consolidation de celle du secteur secondaire qui s’est établie à 5,2%, après 5,1% en

1
Source : ANSD. Comptes nationaux 2012-2014, novembre 2015

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXVI


SESN 2014

2013. En revanche, elle est limitée par le ralentissement du secteur tertiaire qui a
perdu 0,5 point de croissance pour ressortir à 4,1%.

- Secteur primaire:

Les performances notées dans ce secteur traduisent un bon comportement des


activités agricoles (+1,9%), extractives portées par les productions de Zircon et de
Titane (+6,5%), sylvicoles et forestières (+4,5%) ainsi que de l’élevage et de la
chasse (+4,9%). Toutefois, ces résultats ont été amoindris par le repli du secteur de
la pêche, consécutif à une baisse des débarquements des produits de la pêche
artisanale (-3,4%), malgré la bonne tenue de la pêche industrielle avec une hausse
des mises à terres de 22% en 2014.

- Secteur secondaire :

Ce secteur a connu une croissance économique de 5,2% en 2014 contre 5,1% en


2013. Cette progression est induite par le dynamisme des sous-secteurs comme la
construction (+11,3%), et la bonne tenue des activités de « fabrication de sucre,
transformation du cacao et du café, confiserie» (+35,6%), « fabrication de produits
en caoutchouc » (+11,5%), « fabrication de machines » (+15,5%), « électricité, gaz
et eau » (+9,7%). En revanche, le dynamisme du secteur secondaire a été atténué
par la contraction des activités de «travail du grain et fabrication de produits amylacés,
aliments pour animaux» (-4,8%), « fabrication de corps gras alimentaires » (-5,2%),
« raffinage de pétrole, cokéfaction (-13,7%)», « travail du bois, fabrication d’articles
en bois ou de vannerie » (-4,1%) et «égrenage de coton et fabrication de textiles (-
2,5%)».

- Le secteur tertiaire :

Le secteur a enregistré un repli de 0,5 point de croissance pour ressortir à 4,1%, sous
l’effet de la perte de vigueur des services de Poste et Télécommunications et de
l’impact de l’épidémie à virus Ebola sur les activités d’hébergement, de restauration et
de transport aérien.

Par ailleurs, les contreperformances enregistrées dans les sous-secteurs des services
de réparation (3,9%, après 6,5% en 2013) et des services du transport (2,0%, après
2,3% en 2013) ont participé au recul du secteur tertiaire.

En revanche, le ralentissement de ce secteur a été atténué par la progression du


commerce (5,4%) et des activités immobilières (4,7%) mais également par la bonne
tenue des services d’administration publique (4,1%), de l’éducation et de la formation
(4,3%), reflétée par l’augmentation des dépenses en fournitures (+41,3%) et des
salaires dans la fonction publique (4,5%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXVII


SESN 2014

Environnement social2

Caractéristiques sociodémographiques :
- Niveau d’instruction :

Selon les résultats de l’EDS de 2014 concernant une population âgée de 15-45 ans, les
hommes sont plus instruits que les femmes, le niveau d’instruction correspond au plus
haut niveau d’instruction atteint, qu’il ait été achevé ou non. En effet, on registre
51,0% de femmes contre 37,7% des hommes n’ayant aucun niveau d’instruction. Pour
le niveau supérieur 2,7% des femmes l’atteignent contre 6,1% des hommes. Relatif
au niveau primaire, 23,0% de femmes l’ont fréquenté, pour les hommes ce
pourcentage est de 6,1%. Comme les autres niveaux, le primaire enregistre le
pourcentage le plus élevé chez les hommes que chez les femmes mais respectivement
23, 3% contre 24,8 % faisant ressortir un léger écart.

- Pauvreté :

L’EDS 2014 montre que la pauvreté affecte plus les femmes. Pour le quintile le plus
pauvre, on note qu’il concerne 16,5% des femmes tandis que chez les hommes 13,9%
se retrouvent dans ce groupe. Dans le second groupe moins pauvre, 17,3% des
femmes s’y retrouvent contre 13,2% chez les hommes. Au niveau du groupe
moyennement pauvre, les femmes et les hommes représentent environ les mêmes
pourcentages, 19,8% contre 20,5%.

Pour les classes riches, les pourcentages d’hommes restent plus importants. En effet,
27,6% des hommes contre 25,3% des femmes appartiennent à la classe la plus riche.
Pour la classe moins riche, 21,0% des femmes contre 25% des hommes sont
concernés.

Appréhendée du point de vue spatial, la pauvreté des ménages connait des disparités.
En effet, 1,8% des ménages urbains se retrouvent dans le quintile le plus pauvre alors
qu’en milieu rural, ce pourcentage est de 38,9%. Cette situation s’inverse pour le
quintile le plus riche. En milieu rural, 4,5% des ménages sont concernés contre 36,5
% des ménages urbains.

Dans la partie nord du pays (Saint-Louis, Louga, Matam), 17,% des ménages sont
dans le quintile3 le plus pauvre alors que 15,7% sont dans celui plus riche. Dans la
partie ouest (Dakar, Thiès), suivant le même ordre de quintile de pauvreté, on
enregistre 39,7% contre 2,2%. Dans la partie centre (Diourbel, Fatick, Kaolack,
Kaffrine) et sud (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Tambacounda, Kédougou), le quintile le

2
Source : ANSD. Rapport de l’Enquête Démographique de Santé Continue (EDS-Continue) de 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXVIII


SESN 2014

plus pauvre représente respectivement 3,3% et 39,9% tandis que pour le quintile le
plus riche on enregistre 7% contre 1,7%.

- Religion et ethnie :
Le Sénégal se caractérise, du point social, par sa diversité linguistique et religieuse. Au
niveau linguistique, la cohabitation crée de forts liens entre les différents groupes à
travers le cousinage à plaisante. Celle-ci désamorce les tensions sociales et contribue
à la cohésion et à la stabilité nationale. Les ethnies sont les Diolas, Mandingues, Pulaar,
Sérères, Soninkés, les Wolofs, entre autres. Les ethnies étrangères viennent renforcer
ce brassage.

Du point de vue religieux, la liberté de culte au Sénégal permet à tout un chacun de


s’épanouir dans ses croyances telles que le monothéisme, paganisme et autres.
Musulmans, chrétiens, animistes et ceux sans religions se côtoient. Cette solidarité
entre religions se manifeste à travers les fêtes religieuses qui constituent des occasions
de partages.

Condition de vie des ménages :


- L’approvisionnement en eau :4
Il ressort de L2S que 91,1% de la population sont approvisionnés en eau de sources
améliorées. On note des disparités selon le milieu de résidence : 97,4% en milieu
urbain contre 84,4% en milieu rural.

- Les toilettes :5
Les résultats de l’enquête L2S de 2014 montre que 54,7% des ménages Sénégalais
ont accès à un assainissement de qualité. En milieu rural il concerne 35,3% contre
72,7% en milieu urbain. Concernant les toilettes avec chasse, les taux varient entre
27,7% et 61,9% pour le milieu rural et le milieu urbain ; le niveau national se situant
à 45,4%.

- Caractéristiques des logements


Au Sénégal, le branchement à l’électricité concerne 61% des ménages. En milieu rural,
32,7% des ménages sont concernés contre 58,3 en milieu urbain.

Le ciment constitue, pour 32% des ménages, le type de revêtement du sol du bâtiment
principal au Sénégal. Cette proportion varie selon le milieu de résidence : il est de
32,9% en milieu urbain et 31,1% en milieu rural. Le carrelage et les matériaux comme
sable et terre viennent en deuxième et troisième place avec respectivement 24,5% et
23,5%. Des disparités existent toujours selon le milieu de résidence.

4
Source : ANSD. Rapport de l’Enquête Listening to Sénégal (L2S) 2014
5
Source : ANSD. Rapport de l’Enquête Listening to Sénégal (L2S) 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXIX


SESN 2014

La plupart des ménages sénégalais (61,3%) utilisent trois pièces ou plus pour dormir.
Les ménages urbains sont moins bien lotis en pièces que ceux ruraux. En effet, en
milieu urbain, 54,1% des ménages utilisent plus de trois pièces pour dormir contre
69,7% en milieu rural.

Le type de combustible le plus utilisé au Sénégal pour la cuisson est la paille, l’herbe
ou les branchages (Paille/branchage/herbe) (47,4%). Ce type de combustible est plus
fréquent en milieu rural (79,8%) qu’en milieu urbain (20%). Les combustibles gazeux
(GPL, gaz naturel, biogaz) et le charbon de bois viennent en deuxième et troisième
position au niveau national soit respectivement 25,3% et 19,2%. Il faut noter que
58,8% des endroits pour cuisiner se trouvent dans les maisons. Cette tendance à
cuisiner à l’intérieur des maisons est plus forte en milieu rural (64,6%) qu’en milieu
urbain (54%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRESENTATION DU PAYS XXX


SESN 2014

Chapitre I :
Chapitre I : DEMOGRAPHIE

DEMOGRAPHIE
Introduction

La prise en compte des dynamiques de population est indispensable à


la compréhension des sociétés et à la définition des politiques dans
tous les domaines. En Afrique et plus particulièrement au Sénégal, la
maitrise de la démographie reste une problématique entière. Les
superlatifs à propos de la croissance démographique sénégalaise tout
autant que de la jeunesse de la population sont de mise. Les
projections à l’échelle d’une génération, laissent entrevoir l’ampleur
des efforts que le pays devrait consentir en matière d’éducation,
d’accès à la santé, d’emplois, pour ne citer que ces dimensions.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 31


SESN 2014

I.1. SITUATION DEMOGRAPHIQUE

I.1.1. STRUCTURE DE LA POPULATION PAR AGE ET PAR SEXE

Selon les projections démographiques de 2013, la population du Sénégal est estimée


en 2014 à 13 926 253 habitants. Avec 6 952 865 d’hommes et 6 973 388 femmes, ces
dernières représentent 50,1% de la population contre 49,9% pour les hommes.

La structure par âge du Sénégal résulte très largement du niveau de sa fécondité, et


dans une moindre mesure de celui de sa mortalité. La pyramide des âges présente un
sommet rétréci et une base très large. La proportion de personnes âgées de 60 ans et
plus reste relativement faible (5,5%). Elle est composée de 51,5% de femmes contre
48,5% d’hommes ; ceci dénote une espérance de vie plus élevée chez les femmes.

Graphique I-1: Pyramide des âges de la population du Sénégal 2014

80 +
75‐79
70‐74
65‐69
60‐64
HOMME FEMME
55‐59
50‐54
45‐49
40‐44
35‐39
30‐34
25‐29
20‐24
15‐19
10‐14
5‐9
0‐4

1200000 700000 200000 300000 800000

Source : ANSD. Données de projection 2014.

Par ailleurs, les jeunes de moins de 30 ans représentent 69,6% de la population, en


majorité composée d’hommes (50,7%). En d’autres termes, la population reste
caractérisée par sa jeunesse qui peut être considérée comme un bonus démographique

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 32


SESN 2014

à utiliser au mieux dans les efforts de développement économique et social. Mais il


accroîtra la pression sur l’environnement et les services sociaux (santé et éducation)
et entraînera une intensification des mouvements migratoires au sein de la région et
vers l’Europe, géographiquement proche et dont les besoins en main d’œuvre iront
croissants.

La prédominance numérique des femmes est apparente, singulièrement aux âges


féconds. A 15-49 ans, elles représentent 51,1% contre 48,9% pour les hommes. A un
autre niveau, la population électorale (âgée de 18 ans et plus) est de 51,6 %,
majoritairement représentée par les femmes (51,5% de femmes contre 48,5% chez
les hommes). Par ailleurs, la population scolarisable (7-12 ans) représente 15,6% de
la population totale. Elle est, cependant, prédominée par les garçons qui représentent
51,6% contre 48,4% de filles. La population juvénile (0-4 ans), qui est la plus
vulnérable, représente 15,8% de la population totale.

Le coefficient de dépendance en 2014 est de 84%. Cet indicateur représente le rapport


entre l'effectif de la population d’âges généralement inactifs (moins de 15 ans et
personnes âgées de 65 ans ou plus) et celui de la population en âge de travailler (15-
64 ans). Ainsi, en 2014, 84 personnes inactives sont à la charge de 100 personnes
potentiellement actives.

Tableau I-1 : Répartition de la population par grands groupes d’âges en 2014

SEXE Proportion
Groupes d'âges ENSEMBLE
HOMME (%) FEMME (%) (%)
<15ans 51,5 48,5 5 829 658 44,9
65 ans et+ 48,1 51,9 513 861 3,7
15-49 ans 48,9 51,1 6 581 155 47,3
<15 ans et >=65 ans
6 343 519 45,6
(inactifs) 51,2 48,8
15-64 ans (actifs) 48,8 51,2 7 582 734 54,4
Rapport de dépendance 88 80 84

60 ans et + 48,5 51,5 766 431 5,5


18 ans et + 48,5 51,5 7 183 147 51,6
6-11 ans 51,6 48,4 2 231 332 16,0
Source : ANSD. Données de projection 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 33


SESN 2014

Les rapports de masculinité, 99,7% (nombre d’hommes pour 100 femmes) montrent
que, d’une manière générale, une quasi égalité entre les deux sexes (99 hommes pour
100 femmes). On peut, toutefois, remarquer une prédominance numérique des
hommes avant l’âge de 20 ans ; au-delà, la tendance s’inverse en faveur des femmes.
Ce changement pourrait s’expliquer par le fait de l’émigration aux âges adultes qui
concerne plus les hommes que les femmes et au-delà par une espérance de vie plus
élevée chez les femmes.

Tableau I-2 : Répartition de la population par groupes d’âges selon le sexe en 2014

Groupe d'âges Hommes Femmes Ensemble rapport de masculinité


0-4 1 132 826 1 072 653 2 205 479 105,6
5-9 995 826 934 632 1 930 458 106,5
10-14 873 837 819 883 1 693 720 106,6
15-19 755 718 726 750 1 482 468 104,0
20-24 629 982 655 946 1 285 927 96,0
25-29 527 275 570 796 1 098 070 92,4
30-34 435 911 465 664 901 575 93,6
35-39 359 197 383 861 743 059 93,6
40-44 279 722 309 388 589 110 90,4
45-49 227 248 253 698 480 946 89,6
50-54 198 557 212 637 411 194 93,4
55-59 165 073 172 743 337 816 95,6
60-64 124 310 128 259 252 569 96,9
65-69 92 455 95 277 187 732 97,0
70-74 65 910 68 987 134 897 95,5
75-79 41 242 45 834 87 076 90,0
80+ 47 775 56 381 104 156 84,7
Sénégal 6 952 865 6 973 388 13 926 253 99,7
Source : ANSD. Données de projection 2014.

I.1.2. REPARTITION REGIONALE DE LA POPULATION

La répartition de la population présente des disparités importantes selon les régions.


En effet, la région de Dakar, capitale administrative et économique du pays, abrite
23,2% de l’ensemble de la population du Sénégal. Elle est suivie des régions de Thiès
(13,2%) et de Diourbel (11,1%). En revanche, la région de Kédougou est la moins
peuplée (1,1%), suivie des régions de Sédhiou, Matam, Kaffrine et Kolda qui abritent
respectivement moins de 5% de la population totale (Graphique 1.2).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 34


SESN 2014

Graphique I-2: Répartition régionale (%) de la population du Sénégal en 2014

25,0 23,2

20,0

15,0 13,2
11,1
10,0
7,1 6,7 6,5
5,3 5,1 4,9 4,2 4,2 4,1
5,0 3,4
1,1
0,0

Source : ANSD. Données de projection 2014.

Les rapports de masculinité présentent une distribution symétrique avec une moitié
des régions à dominance d’hommes et l’autre moitié à dominance de femmes. Un quasi
équilibre s’observe dans les régions de Dakar, Thiès et de Saint-Louis. Les variations
régionales de la structure par sexe de la population sont à mettre en relief avec les
effets sélectifs des migrations internes qui affectent, de façon différentielle, les
hommes et les femmes vivant dans une région donnée.

Tableau I-3 : Répartition régionale de la population du Sénégal par sexe en 2014


Rapport de
Poids
Région Masculin Féminin Ensemble masculinité
régional (%)
%)
DAKAR 1623114 1610346 3233460 23,2 100,8
ZIGUINCHOR 290483 275457 565940 4,1 105,5
DIOURBEL 739599 804048 1543647 11,1 92,0
SAINT-LOUIS 465399 467477 932876 6,7 99,6
TAMBACOUNDA 356615 348781 705396 5,1 102,2
KAOLACK 489366 501382 990748 7,1 97,6
THIES 921374 916992 1838366 13,2 100,5
LOUGA 446127 452605 898732 6,5 98,6
FATICK 365357 372130 737487 5,3 98,2
KOLDA 345202 337485 682687 4,9 102,3
MATAM 287589 296935 584524 4,2 96,9
KAFFRINE 292437 295509 587946 4,2 99,0
KEDOUGOU 81378 74974 156352 1,1 108,5
SEDHIOU 237078 231020 468098 3,4 102,6
SENEGAL 6941118 6773295 13926253 100,0 102,5
Source : ANSD. Données de projection 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 35


SESN 2014

Pour rendre compte de la concentration ou de la dispersion de la population et avoir


un meilleur aperçu de la répartition de la population, l’indicateur de densité est plus
indiqué. Celui-ci, qui est le rapport entre l’effectif de la population et la superficie,
mesure la pression qu’exercent les Hommes sur un espace donné.

Graphique I-3: Répartition régionale de la population selon la superficie en 2014

Source : ANSD. Données de projection 2014.

La répartition régionale de la population selon la superficie révèle une disparité énorme


entre deux extrémités :

D’une part, la région de Dakar qui dispose de la plus petite superficie (542 km² soit
0,3% de la superficie du Sénégal) abrite à elle seule plus d’un sénégalais sur cinq (3
233 460 habitants en 2014 soit 23,2% de la population du Sénégal), soit une densité
de 5922 habitants au km²..

D’autre part, la région de Tambacounda située à près de 700 Km de celle de Dakar et


qui représente la région la plus vaste du pays (21,7% de la superficie du pays), ne
regroupe que 5% de la population du Sénégal, soit une densité de 17 habitants au
km².

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 36


SESN 2014

Tableau I-4 : Répartition par région de la population, de la superficie et de la densité


Région Ensemble Superficie Superficie (%) Densité (hbt/km²)
DAKAR 3233460 546 0,3 5922
ZIGUINCHOR 565940 7355 3,7 77
DIOURBEL 1543647 4862 2,5 318
SAINT-LOUIS 932876 18981 9,6 49
TAMBACOUNDA 705396 42638 21,7 17
KAOLACK 990748 5265 2,7 188
THIES 1838366 6597 3,4 279
LOUGA 898732 25644 13,0 35
FATICK 737487 7049 3,6 105
KOLDA 682687 13721 7,0 50
MATAM 584524 28852 14,7 20
KAFFRINE 587946 11041 5,6 53
KEDOUGOU 156352 16825 8,6 9
SEDHIOU 468098 7346 3,7 64
SENEGAL 13926253 196722 100,0 71
Source : ANSD. Données de projection 2014.

Ce déséquilibre de l’occupation territoriale entre Dakar et le reste du Sénégal met en


évidence la double fonction de capitale administrative et économique qu’occupe cette
dernière. Ce qui lui profère un pôle d’attraction économique et d’épanouissement
professionnel, surtout pour les jeunes à la recherche d’emploi.

I.2. DYNAMIQUE DE LA POPULATION

La répartition spatiale de la population est en partie liée à ses comportements


démographiques et sanitaires. L’état démographique et sanitaire du pays s’apprécie à
travers les données de recensements et d’enquêtes successives. L’accroissement
important de la population reflète le fait que la baisse de la mortalité au cours des
trente dernières années n’a pas été accompagnée ou suivie d’une baisse de même
ampleur de la fécondité.

I.2.1. TENDANCE S DE LA FECONDITE

Comme dans la plupart des pays du continent, l’évolution de la population au Sénégal


est en partie liée à une fécondité toujours élevée, malgré la baisse enregistrée ces
dernières années. La tendance à la baisse de la fécondité reste lente au Sénégal.

L’un des indicateurs qui permet d’appréhender les comportements de fécondité est
l’Indice Synthétique de Fécondité (ISF). Il mesure le nombre moyen d’enfants qui
seraient nés vivants d’une femme (ou d’un groupe de femmes) pendant sa vie si elle
vivait ses années de procréation en se conformant aux taux de fécondité par âge d’une
année.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 37


SESN 2014

Au cours des 25 dernières années, l’ISF est passé de 6,4 enfants par femme en 1986,
à 5,0 en 2014. À partir de 2005, le niveau de fécondité se stabilise autour de 5 enfants
par femme en moyenne (5,3 en 2005 et 2010-2011, 5,0 en 2012-13 et 2014). Par
ailleurs, les sept courbes de taux de fécondité présentent une allure similaire et suivent
le schéma classique d’évolution des taux de fécondité. En effet, la fécondité est précoce
aux âges 15-19 ans, augmente très rapidement pour atteindre son maximum à 25-29
ans, puis diminue régulièrement.

Tableau I-5 : Fécondité par âge selon six sources

EDS-
Groupe EDSC EDSC
EDS 1986 EDS 1992 EDS 1997 EDS 2005 MICS
d’âges 2012-2013 2014
2010-2011
15-19 154 127 103 101 93 80 90
20-24 270 250 219 212 201 210 195
25-29 271 266 240 250 241 246 240
30-34 261 244 245 228 219 223 210
35-39 196 185 186 169 156 184 155
40-44 89 99 99 74 73 97 96
45-49 36 34 41 22 13 19 20
ISF 15-49 6,4 6 5,7 5,3 5 5,3 5
ans
Note : Taux de fécondité par groupe d’âges pour 1 000 femmes
Source : ANSD. EDS Continue 2014.

Graphique I-4: Tendance de la fécondité par âge

300

250

200

150

100

50

0
15‐19 20‐24 25‐29 30‐34 35‐39 40‐44 45‐49
EDS 1986 EDS 1992 EDS 1997 EDS 2005
EDS‐MICS 2010‐2011 EDSC 2012‐2013 EDSC 2014

Source : ANSD. EDS Continue 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 38


SESN 2014

I.2.2. FECONDITE DIFFERENTIELLE

L’ISF varie de façon très importante selon la région de résidence. On peut ainsi
distinguer des catégories de régions. La région de Dakar (3,6 enfants par femme) a la
fécondité la plus faible. Les régions de Thiès (4,8), Ziguinchor et Louga (5,0 chacune)
et Saint louis (5,2) ont un ISF similaire à celui du national. Les autres régions ont un
niveau de fécondité largement supérieur à la moyenne nationale avec un niveau élevé
dans la région de Kaffrine (7,0 enfants par femme).

Graphique I-5: L’indice synthétique de fécondité (ISF) par région en 2014

Source : ANSD. EDS Continue 2014.

I.2.3. NIVEAUX ET TENDANCES DE LA MORTALITE DES ENFANTS

Les indicateurs de mortalité présentés dans ce chapitre sont estimés à partir de


l’historique des naissances des femmes. Ils sont définis ci-après :

Le quotient de mortalité néonatale (NN) : probabilité de décéder avant


d’atteindre l’âge d’un mois exact ;
Le quotient de mortalité post-néonatale (PNN) : probabilité de décéder entre le
premier mois et le douzième mois exact ;

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 39


SESN 2014

Le quotient de mortalité infantile (1q0) : probabilité de décéder entre la


naissance et le premier anniversaire ;
Le quotient de mortalité juvénile (4q1) : probabilité de décéder entre le premier
et le cinquième anniversaire ; et
Le quotient de mortalité infanto-juvénile (5q0) : probabilité de décéder entre la
naissance et le cinquième anniversaire.

Partout en Afrique, la première année de vie constitue une grande vulnérabilité vis-à-
vis de la maladie et de la mort. C'est la raison pour laquelle des efforts particuliers sont
orientés dans la protection de l'enfance au Sénégal. Dans le cadre du Programme de
Développement intégré de la Santé et de l'Action Sociale (PDSAS), les objectifs étaient
de ramener le taux de mortalité infantile de 1997 de 68‰ à 50‰ en 2001.

Dans la période récente 2009-2014, soit 0-4 ans avant l’enquête, 33 enfants nés
vivants sur 1 000 sont décédés avant d’atteindre leur premier anniversaire dont 19 ‰
entre 0 et 1 mois exact et 14 ‰ entre 1 et 12 mois exacts. Parmi les enfants ayant
un an, 22 ‰ n’ont pas atteint leur cinquième anniversaire. Durant cette même
période, le risque global de décès entre la naissance et le cinquième anniversaire est
estimé à 54 ‰, soit moins de cinq enfants sur 100.

La tendance à la baisse de la mortalité infantile, observée depuis plusieurs années


déjà, semble se poursuivre. Un examen de l’évolution de cet indicateur au cours des
15 dernières années montre que le niveau a sensiblement fléchi dans la période. Ainsi,
de 68 ‰ selon l’EDS 1997, le taux de mortalité infantile est passé à 33 ‰ (EDS
2014), soit une baisse globale de 51 % pendant cette période. La baisse de la mortalité
juvénile se poursuit également : son taux est passé de 77 ‰ à 22 ‰, soit une baisse
de 71 %. Cependant, contrairement à la mortalité infantile, la baisse apparaît moins
forte sur la dernière période que sur la période la plus récente. En ce qui concerne la
mortalité infanto-juvénile, la baisse qui suit les mêmes tendances se situe à des
niveaux intermédiaires : le taux global est passé de 139 ‰ à 54 ‰, soit une baisse
de 61 %.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 40


SESN 2014

Tableau I-6 : Quotients de mortalité des enfants de moins de cinq ans


Nombre d’années Mortalité post- Mortalité
Mortalité Mortalité Mortalité
ayant précédé néonatale infanto-juvénile
néonatale (NN) infantile (1q0) juvénile
l'enquête (PNN)1 (5q0)
0-4 19 14 33 22 54
5-9 23 23 46 27 72
10-14 22 27 48 47 94
1
Calculé par différence entre les taux de mortalité infantile et néonatale.
Source : ANSD. EDS Continue 2014.

I.2.4. MORTALITE DIFFERENTIELLE

Les résultats du tableau 1.7 mettent en évidence des variations importantes de la


mortalité des enfants selon la région de résidence de la mère. Ainsi on constate que,
quelle que soit la composante de la mortalité considérée, les régions de Dakar, Saint-
Louis et Ziguinchor affichent une situation meilleure par rapport aux autres. En effet,
entre la naissance et un an exact, les probabilités de décéder sont respectivement de
28 ‰, 33 ‰ et 34 ‰. De même, entre la naissance et le cinquième anniversaire,
les quotients de mortalité s’établissent respectivement à 41 ‰, 43 ‰ et 47 ‰.

Par contre, la situation est préoccupante dans les régions de Kolda, Kédougou et
Tambacounda, où le risque de décéder avant d’atteindre l’âge d’un an y est estimé
respectivement à 71 ‰, 58 ‰ et 56 ‰. Dans ces régions, les risques de décéder
avant le cinquième anniversaire sont, respectivement, de 125 ‰, 114 ‰ et 108 ‰.
De même, les régions de Sédhiou et Diourbel se caractérisent par une forte mortalité
infanto-juvénile avec, respectivement, un quotient de mortalité avant 5 ans de 97 ‰
et 93 ‰.

Tableau I-7 : Quotients de mortalité des enfants selon la région de résidence


Mortalité post- Mortalité
Mortalité Mortalité Mortalité
Région néonatale infanto-juvénile
néonatale (NN) infantile (1q0) juvénile
(PNN)1 (5q0)
DAKAR 18 10 28 13 41
ZIGUINCHOR 16 18 34 13 47
DIOURBEL 37 23 60 35 93
SAINT-LOUIS 19 14 33 10 43
TAMBACOUNDA 29 27 56 55 108
KAOLACK 21 18 39 21 59
THIES 29 16 46 18 63
LOUGA 28 15 43 18 60
FATICK 23 16 39 26 64
KOLDA 35 37 71 58 125
MATAM 29 16 46 18 63
KAFFRINE 20 18 38 36 73
KEDOUGOU 34 24 58 60 114
SEDHIOU 24 32 56 44 97
1 Calculé par différence entre les taux de mortalité infantile et néonatale.
Source : ANSD. EDS Continue 2012/13 et 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 41


SESN 2014

Conclusion

A l’heure où, dans le monde, un nombre croissant de pays fait face au spectre de la
décroissance démographique, le Sénégal est encore pour longtemps sur une trajectoire
d’augmentation forte de sa population, avec le niveau encore élevé de sa fécondité.
Aujourd’hui, seule une minorité de pays semble s’engager dans le processus de
transition démographique en suivant le modèle classique, sans à-coup, rupture ou
retournement de situation. Les crises de tous ordres : économiques, sociales,
politiques, sans doute les conflits, influeront sur la transition sanitaire dans des
proportions impossibles à prévoir.

Le niveau de mortalité des enfants a considérablement baissé dans toutes ses


composantes au cours des quinze dernières années.

L’occupation territoriale, quant à elle, présente des disparités importantes entre la


capitale Dakar et les autres régions. En effet, la région de Dakar qui dispose de la plus
petite superficie (542 km² soit 0,3% de la superficie nationale), accueille plus d’un
sénégalais sur cinq (23,2% de la population du Sénégal), avec une densité de 5922
habitants au km².

Enfin, la jeunesse doit être au centre de toutes les préoccupations car, aujourd’hui, 62
% des sénégalais ont moins de 25 ans et 70 % moins 30 ans.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | DEMOGRAPHIE 42


SESN 2014

Chapitre II : MIGRATION

Chapitre II :
Introduction

MIGRATION
A l’heure actuelle, les seules données dont nous disposons, pour
analyser la migration tant interne qu’internationale, sont celles issues
du Recensement Général de la Population et de l’Habitat, de
l’Agriculture et de l’Elevage (RGPHAE) de 2013. De ces analyses, nous
parviendrons :

 D’un point de vue national, à identifier les régions les plus


répulsives et celles plus attractives à partir des flux
interrégionaux de populations ; et,
 A fournir des informations sur les échanges migratoires entre
le Sénégal et le reste du monde en ce qui concerne le niveau
international.

Globalement, ce travail fournit des éléments clés sur l’intensité des


échanges migratoires internes, l’effectif des migrants internes de
retour ainsi que leur région de provenance et de destination. Il sera
aussi question de la migration internationale sénégalaise et de
certaines caractéristiques indispensables à la détermination des profils
des migrants sénégalais.

Ce chapitre est structuré en trois parties. La première porte sur les


migrations internes, la seconde aborde les migrations internationales
et enfin, la troisième6 traite de la relation entre les transferts de fonds
et le développement.

6
La revue documentaire utilisée à ce niveau provient des sources suivantes : BM & CRES,
2009 ; Sarr, 2009 ; BM & BAD, 2011 ; EPSF II, 2011 ; BCEAO, 2013 ; FIDA, 2014.
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 43
SESN 2014

II.1. MIGRATIONS INTERNES RECENTES

Pour la migration interne récente, la question porte sur le lieu de résidence il y a 1 an.
Ainsi, un migrant est une personne qui réside, au moment du recensement, dans une
région autre que celle où elle résidait il y a 1 an.

Il ressort des résultats du RGPHAE 2013 que sur une population résidente de 12
908 369 individus âgés de 1 an et plus, seuls 357 611 (soit 2,8%) ont changé de région
de résidence au cours d’une année.

II.1.1. INTENSITE DES ECHANGES MIGRATOIRES INTERNES


II.1.1.1. Intensité des échanges migratoires inter milieux

Les résultats du tableau 2.1 montrent, en ce qui concerne les déplacements d’un milieu
de résidence à un autre, qu’en milieu urbain comme en milieu rural, il y’a autant
d’immigrants que d’émigrants. Autrement dit, il y’a équilibre entre les deux milieux
quant à la migration interne totale. En d’autres termes ; la somme des sortants est
égale à celle des entrants. On enregistre les flux les plus importants dans la zone
urbaine de Dakar où se retrouvent près de la moitié des immigrants du milieu urbain
(soit 48 223). Quant aux départs, 22,1 % proviennent des autres villes et seulement
5,2 % de Dakar urbain.

Par ailleurs, le solde migratoire interne, positif pour Dakar urbain, est négatif pour les
autres centres urbains. Ce résultat témoigne de la capacité de la ville de Dakar à
accueillir la totalité des immigrants en provenance des autres villes.

Tableau II-1 : Intensité des échanges migratoires entre milieux de résidence

Nombre Nombre Solde


Milieu de résidence % %
d’émigrants d’immigrants migratoire

Milieu urbain 97 476 27,3 97 476 27,3 0

Dakar urbain 18 432 5,2 48 223 13,5 29 791

Autres centres urbains 79 044 22,1 49 253 13,8 -29 791

Milieu rural 260 134 72,7 260 134 72,7 0

Ensemble 357 611 100,0 357 611 100,0 0

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 44


SESN 2014

II.1.1.2. Intensité des échanges migratoires interrégionaux

Les migrations interrégionales se rapportent aux déplacements d’une région à une


autre du pays. L’analyse des immigrants montre que les régions de Diourbel et de
Dakar enregistrent les pourcentages d’entrées les plus importants avec respectivement
35,5% et 14,9%. Elles sont suivies par les régions de Thiès (8,9%) de Tambacounda
(5,8%), de Saint-Louis (5,6%) et de Kaolack (5,4%). Les autres régions ont accueilli
moins de 5% de migrants récents. Les régions les plus attractives sont celles de
Diourbel et de Tambacounda, avec des indices d’entrées de 9,0% et 3,2%.

Les sorties les plus importantes sont enregistrées au niveau des régions de Dakar,
Thiès, Louga et Kaolack avec respectivement 15,3%, 13,6%, 12,5% et 10,2%. Les
régions de Diourbel et Tambacounda enregistrent les indices des sorties les plus
élevés, soit respectivement 15,3% et 13,5%.

Tableau II-2 : Nombre d’émigrants et d’immigrants internes récents par région


Nombre Nombre
REGION % %
d’immigrants d’émigrants
DAKAR 53 268 14,9 54 816 15,3
ZIGUINCHOR 9 884 2,8 8 795 2,5
DIOURBEL 126 910 35,5 32 296 9,0
SAINT-LOUIS 19 992 5,6 23 070 6,5
TAMBACOUNDA 20 832 5,8 18 386 5,1
KAOLACK 19 292 5,4 36 685 10,3
THIES 31 741 8,9 48 603 13,6
LOUGA 16 309 4,6 44 860 12,5
FATICK 15 229 4,3 14 706 4,1
KOLDA 11 281 3,2 13 185 3,7
MATAM 12 782 3,6 4 167 1,2
KAFFRINE 10 185 2,8 30 925 8,6
KEDOUGOU 2 179 0,6 14 180 4,0
SEDHIOU 7 727 2,2 12 937 3,6
ENSEMBLE 357 611 100,0 357 611 100,0

Source : ANSD. RGPHAE 2013

L’examen des données du bilan migratoire montre que Dakar (-1 548), Kaffrine (-
20 740), Kaolack (-17393), Thiès (-16 862) et Kédougou (-12001) sont les grandes
régions déficitaires. On peut noter la situation déficitaire de la région de Dakar (-1 548)
qui est le principal pôle d’attraction du pays.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 45


SESN 2014

Par contre, les régions excédentaires sont celles de Diourbel (+94 614), de Matam (+8
615), de Tambacounda (+2 446), de Ziguinchor (+1 089) et de Fatick (+523). En
outre, Diourbel est de loin la région qui profite le plus de ces échanges migratoires
(voir graphique ci-dessous).

Tableau II-3 : Bilan ou solde de la migration du moment (au cours d’une année) par région
Région Solde absolu Solde relatif
DAKAR -1 548 0,0
ZIGUINCHOR 1 089 0,2
DIOURBEL 94 614 6,6
SAINT-LOUIS -3 078 -0,4
TAMBACOUNDA 2 446 0,4
KAOLACK -17 393 -1,9
THIES -16 862 -1,0
LOUGA -28 551 -3,2
FATICK 523 0,0
KOLDA -1 904 -0,3
MATAM 8 615 1,6
KAFFRINE -20 740 -3,7
KEDOUGOU -12 001 -7,8
SEDHIOU -5 210 -1,1

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Graphique II-1 : Solde migratoire au cours d’une année

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 46


SESN 2014

II.1.2. CARACTERISTIQUES INDIVIDUELLES DES MIGRANTS


INTERNES RECENTES (IL Y A 1 AN)

Le profil des migrants inters régionaux récents est abordé à travers les caractéristiques
suivantes :

 Age

Le tableau ci-dessous montre qu’ au niveau national, les migrants internes du moment
(au cours d’une année) représentent 2,8%. Les plus grandes intensités de
déplacements (indices supérieurs à la moyenne) sont enregistrées dans les groupes
d’âge 35-39 ans (2,9%), 20-24 ans (3,3%), 25-29 ans (3,2%) et 30-34 ans (3,1 %)..
Le niveau relativement élevé de l’intensité de la migration du moment dans le groupe
d’âge 1-4 ans s’explique par le fait que ces enfants migrent, souvent accompagnés de
leurs parents qui appartiennent, pour la plus part, au groupe d’âge 20-34 ans.

Tableau II-4 : Répartition (%) des migrants interrégionaux du moment (au cours d’une année) par
groupe d’âges
Migrant
Groupes d’âges Total
Non Oui Effectifs
1-4 97,3 2,7 100 1 642 371
5-9 97,5 2,5 100 1 963 716
10-14 97,5 2,5 100 1 597 263
15-19 97,1 2,9 100 1 389 030
20-24 96,7 3,3 100 1 192 425
25-29 96,8 3,2 100 1 065 701
30-34 96,9 3,1 100 874 230
35-39 97,1 2,9 100 693 247
40-44 97,2 2,8 100 578 267
45-49 97,4 2,6 100 444 028
50-54 97,3 2,7 100 423 570
55-59 97,6 2,4 100 301 602
60-64 97,5 2,5 100 269 762
65-69 97,8 2,2 100 152 567
70-74 97,5 2,5 100 142 284
75-79 97,7 2,3 100 76 104
80-84 97,5 2,5 100 57 437
+85 97,4 2,6 100 44 756
Total 97,2 2,8 100 12 908 360

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 47


SESN 2014

 Sexe
Les migrants internes du moment représentent 2,8 %. L’analyse selon le sexe montre
que les proportions d’hommes et de femmes restent sensiblement les mêmes, avec
respectivement 2,8% et 2,7%.

Tableau II-5 : Répartition (%) des migrants interrégionaux récents (au cours d’une année) par sexe
Migrant
Total
SEXE Non Oui
Masculin 97,2 2,8 6 575 498
Féminin 97,3 2,7 6 332 871
Total 97,2 2,8 12 908 369
Source : ANSD. RGPHAE 2013

 Niveau instruction
Selon le niveau d’instruction, les migrants internes présentent des proportions
inférieures à la moyenne pour les niveaux allant du préscolaire au secondaire. Les plus
grandes intensités de la migration sont notées chez les migrants de niveau supérieur
(2,9 %) et les migrants sans niveau d’instruction (3,2%), que l’on observe.

Tableau II-6 : Répartition (%) des migrants interrégionaux du moment (au cours d’une année) par
niveau d’instruction

Migrant
Niveau instruction Total
Non Oui
Aucun niveau 96,8 3,2 7 464 494
Préscolaire 97,5 2,5 266 366
Elémentaire 98,0 2,0 2 920 951
Moyen 98,0 2,0 1 299 019
Secondaire 97,5 2,5 775 268
Supérieur 97,1 2,9 182 271
Total 97,2 2,8 12 908 369
Source : ANSD. RGPHAE 2013

II.1.3. MIGRATION INTERNE DE RETOUR


II.1.3.1. Volume et structure par âge et sexe
La migration interne de retour concerne les individus nés dans une des régions
administratives du Sénégal et dont le lieu de résidence antérieure (il y’a un an ou cinq
ans ou dix ans) se trouve dans une région autre que leur lieu de naissance. De façon
opérationnelle, est considéré comme migrant de retour, tout natif sénégalais dont la
région de résidence en 2012, 2008 ou 2003 est différent de celle de naissance.

Au regard du tableau 2.7, les migrants de retour représentent une proportion très
marginale de la population de l’ordre de 0,05 % (soit 6297 sur 12 692 112).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 48


SESN 2014

Tableau II-7 : Répartition des migrants internes de retour par région


Migration de retour
Régions Migrant de Non migrant de Total
retour retour
DAKAR 1 950 2 892 755 2 894 705
ZIGUINCHOR 276 512 773 513 049
DIOURBEL 669 1 412 385 1 413 054
SAINT-LOUIS 505 858 696 859 201
TAMBACOUNDA 484 641 154 641 638
KAOLACK 265 904 107 904 372
THIES 451 1 709 099 1 709 550
LOUGA 417 834 995 835 412
FATICK 211 680 470 680 681
KOLDA 307 622 743 623 050
MATAM 448 524 333 524 781
KAFFRINE 90 529 814 529 904
KEDOUGOU 73 131 219 131 292
SEDHIOU 151 431 272 431 423
ENSEMBLE 6 297 12 685 815 12 692 112
Source : ANSD. RGPHAE 2013

La migration de retour est une migration essentiellement masculine (tableau 2.8) dans
la mesure où on note une prédominance masculine à tous les groupes d’âges ; à
l’exception celui des 10-14 ans.

Tableau II-8 : Structure par âge et sexe des migrants internes de retour
SEXE
Groupes d'âges Total
Masculin Féminin
10-14 ans 113 115 228
15-19 ans 190 146 336
20-24 ans 215 188 403
25-29 ans 314 210 524
30-34 ans 466 206 672
35-39 ans 629 165 794
40-44 ans 695 136 831
45-49 ans 586 96 682
50-54 ans 587 68 655
55-59 ans 420 68 488
60-64 ans 301 50 351
65-69 ans 154 20 174
70-74 ans 83 11 94
75-79 ans 35 6 41
80-84 ans 9 6 15
85 ans et plus 8 1 9
ENSEMBLE 4 805 1 492 6 297
Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 49


SESN 2014

II.1.3.2. Origine et destination des migrants de retour

Les principales régions de destination des migrants de retour sont Dakar (1953),
Diourbel (668), Saint-Louis (506) et Tambacounda (486). Par contre, ce sont les
régions de Kédougou et Kaffrine qui reçoivent le moins de migrants de retour avec
respectivement 73 et 90.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 50


SESN 2014

Tableau II-9 : Répartition des migrants internes de retour par région de destination selon l’origine ou la région de naissance

Région de Origine (région de naissance)


Total
destination Dakar Ziguinchor Diourbel Saint-Louis Tambacounda Kaolack Thiès Louga Fatick Kolda Matam Kaffrine Kédougou Sédhiou

DAKAR 1 090 102 69 96 64 111 92 96 40 37 83 16 13 44 1 953

ZIGUINCHOR 15 231 2 2 0 5 5 0 1 4 2 1 0 7 275

DIOURBEL 30 10 382 2 5 26 54 114 20 2 2 18 2 1 668

SAINT-LOUIS 23 2 14 442 0 3 2 12 2 0 0 2 1 3 506

TAMBACOUNDA 5 1 1 3 452 3 1 3 6 4 1 3 3 0 486

KAOLACK 4 4 2 2 3 227 3 6 8 0 2 2 0 0 263

THIES 49 10 17 7 4 21 300 15 7 3 8 4 0 5 450

LOUGA 18 2 4 7 1 3 5 374 0 1 1 0 0 0 416

FATICK 5 5 1 0 1 10 2 1 181 1 0 1 1 1 210

KOLDA 10 5 0 3 6 4 1 0 1 267 2 2 0 5 306

MATAM 16 1 1 1 2 3 2 0 2 1 420 0 0 0 449

KAFFRINE 2 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 85 0 0 90

KEDOUGOU 0 0 0 1 1 2 0 1 0 1 0 0 67 0 73

SEDHIOU 1 8 0 0 0 2 0 0 2 3 1 0 0 134 151

ENSEMBLE 1 268 381 494 566 538 420 467 622 271 322 520 134 87 200 6 297

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 51


SESN 2014

Quant aux principales régions de provenance des migrants de retour, elles sont
constituées de Dakar (1268) et Louga (622) qui font partie des principales villes du
pays. Ces résultats pourraient traduire le retour de ceux qui avaient migré dans la
capitale dakaroise pour un objectif précis et atteint ou le retour au village de ceux qui
n’ont pas pu s’insérer en ville.

II.2. MIGRATIONS INTERNATIONALES

II.2.1. MIGRATION INTERNATIONALE RECENTE


II.2.1.1. Bilan des migrations internationales récentes (au
cours des 5 dernières années)

Au niveau national, le solde migratoire international récent obtenu à l’issue du RGPHAE


est déficitaire (-51 528). Au niveau régional, seules les régions Dakar (+8 019),
Ziguinchor (+4 829) et Kédougou (+2 524), ont un solde migratoire excédentaire. Les
autres régions sont déficitaires, notamment : Matam (-18 717), Diourbel (-11 928) et
Saint-Louis (-10 986) qui sont des zones traditionnellement d’émigration.

Tableau II-10 : Solde migratoire international récent (5 ans) par région


Emigration Immigration Solde migratoire
Régions
internationale récente internationale récente international récent
Dakar 49 898 57917 8 019
Ziguinchor 4 467 9296 4 829
Diourbel 15 357 3429 -11 928
Saint-Louis 15 765 4779 -10 986
Tambacounda 9 278 5834 -3 444
Kaolack 5 748 3420 -2 328
Thiès 14 616 7184 -7 432
Louga 7 815 2109 -5 706
Fatick 3 883 2551 -1 332
Kolda 8 436 6141 -2 295
Matam 22 735 4018 -18 717
Kaffrine 1 936 1318 -618
Kédougou 869 3393 2 524
Sédhiou 4 098 1984 -2 114

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 52


SESN 2014

II.2.1.2. Structures par âge et sexe

 Immigrants internationaux par âge et par sexe

Le graphique ci-dessous montre, au niveau national, que les immigrations affectent


plus les groupes d’âges jeunes de 10-14 et qui enregistrent 30 %. On note aussi la
prédominance des hommes entre 5 et 20 ans. A partir des 20 ans, la migration des
femmes prend le dessus sur celle des hommes, et ce, jusqu’aux âges très avancés.

Les immigrations d’il y’à 1 an concernent en majeure partie des personnes jeunes
âgées entre 20 et 34 ans. Les groupes d’âge 20-24 ans et 25-29 ans totalisent
respectivement 12,6% et 12,1% des effectifs ; les 30-34 ans représentant 9,8%. Selon
le sexe, on note que les groupes d’âges 20-24 et 25-29 ans représentent 15,0% et
12,7% chez les femmes et respectivement 11,2 % et 11,8% chez les hommes. Entre
30 et 34 ans, on enregistre 10,6% chez les hommes et 8,5% chez les femmes. Entre
1 et 14 ans, on note une baisse des migrations chez les hommes et chez les femmes,
puis une reprise des flux à partir de 14 ans. Ce qui pourrait s’expliquer par la migration
des enfants de bas âge avec leurs parents située à 8,4% chez les hommes et 14,2%
chez les femmes entre 1 et 4 ans. Entre 5 et 9 ans, et 10 et 14 ans, le pourcentage
passe de 5,5% à 9,4% et de 4,2% à 6,5% respectivement pour les hommes et les
femmes. La migration féminine reste plus importante jusqu’à 29 ans. Entre 1 et 4 ans,
elle représente 14,2 contre 8,4% chez les hommes, tandis qu’entre 20 et 24 ans, elle
représente 15% chez les femmes contre 11,2% chez les hommes. A partir de 30 ans,
la migration masculine reprend le dessus sur celle des femmes, et ce, jusqu’aux âges
reculés.

Graphique II-2 : Répartition des immigrants internationaux par sexe selon le groupe d'âges

2.0%

1.5%

1.0%

0.5%

0.0%
1‐04 05‐09 10‐14 15‐19 20‐24 25‐29 30‐34 35‐39 40‐44 45‐49 50‐54 55‐59 60‐64 65‐69 70‐74 75‐79 80‐84 85 et +

Masculin Féminin

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 53


SESN 2014

Le tableau ci-dessous montre qu’au niveau national, la proportion des femmes reste
plus faible que celle des hommes. On enregistre 62,8% pour les hommes contre 37,2%
pour les femmes.

La proportion des femmes et des hommes reste égale entre 1 et 4 ans où elle
représente 50%. Entre 5 et 9 ans, la proportion des femmes (50,2%) reste légèrement
plus importante que celle des hommes (49,8%). Au-delà de 10 ans, la proportion des
hommes devient plus importante que celles des femmes jusqu’aux âges reculés. Les
écarts sont plus importants entre 45 et 59 ans. Entre 45 et 49 ans, on enregistre
respectivement 18,2% chez les femmes et 81,8% chez les hommes tandis qu’entre 50
et 54 ans, on a 15,6% et 84,4%. Entre 55 et 59 ans, les proportions sont 81,3% pour
les hommes et 18,7% pour les femmes.

Tableau II-11 : Répartition (%) des immigrants internationaux par sexe selon le groupe d'âges
SEXE
Groupes d’âge Total Effectifs
Masculin Féminin
1-4 50,0 50,0 100,0 3 223
5-9 49,8 50,2 100,0 2 132
10-14 52,0 48,0 100,0 1 538
15-19 47,2 52,8 100,0 3 182
20-24 55,7 44,3 100,0 3 855
25-29 61,0 39,0 100,0 3 707
30-34 67,6 32,4 100,0 3 001
35-39 74,3 25,7 100,0 2 386
40-44 77,8 22,2 100,0 2 073
45-49 81,8 18,2 100,0 1 504
50-54 84,4 15,6 100,0 1 376
55-59 81,3 18,7 100,0 967
60-64 76,8 23,2 100,0 772
65-69 76,0 24,0 100,0 409
70-74 76,2 23,8 100,0 239
75-79 72,3 27,7 100,0 94
80-84 61,4 38,6 100,0 44
+85 50,0 50,0 100,0 36
Total 62,8 37,2 100,0 30 538

Source : ANSD, RGPHAE 2013

Les Sénégalais nés à l’étranger sont en grande partie (54,3%) concernés par ce type
de migration. Les Ouest africains représentent 37,4%. Les Africains du Centre sont
estimés à 2,2 %. Les Européens représentent 4,1%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 54


SESN 2014

 Emigrants internationaux par âge et par sexe

L’analyse de la pyramide des âges des émigrants internationaux (graphique 2.3)


montre que les Sénégalais partent plus en émigration entre 20 et 30 ans. Entre 20 et
24 ans, on enregistre 16,6%, entre 25 et 29 ans, on a 20,1%, 16,4% entre 30 et 34
ans, et entre 35 et 39 ans, 10,8%. Aux âges avancés, les départs sont très faibles. A
partir de 65 ans, on enregistre des pourcentages de départ inférieurs à 1%. Le
redressement de la courbe à partir de 85 ans s’explique par l’effet cumulatif des
effectifs des émigrants d’âge supérieur à 85 ans.

Graphique II-3 : Pyramide des âges des émigrants internationaux

Groupes d'âges
85 ans et plus
80-84 ans
75-79 ans
70-74 ans
65-69 ans
60-64 ans Féminin
55-59 ans Masculin
50-54 ans
45-49 ans
40-44 ans
35-39 ans
30-34 ans
25-29 ans
20-24 ans
15-19 ans
10-14 ans
5-9 ans
0-4 ans
-2.5 -2.0 -1.5 -1.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5
Proportions des émigrants internationaux

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Au niveau national, on note qu’il y a plus d’hommes émigrants que de femmes. En


effet, on enregistre chez les émigrés 82,9% d’hommes contre 17,1% de femmes.

L’analyse par sexe et selon l’âge montre que chez les femmes, les départs sont plus
importants entre 20-24 et 25-29 ans avec respectivement 20,0% et 17,1%. Par
contre, chez les hommes et pour les mêmes groupes d’âge, les départs sont estimés
à respectivement, 80,0% et 82,9%. Cette situation est plus accentuée entre 45 et 65
ans où les hommes représentent plus de 90%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 55


SESN 2014

Tableau II-12 : Répartition (%) des émigrants internationaux par sexe selon l’âge au départ
SEXE
Groupe d’âge Total Effectifs
Masculin Féminin
0-4 68,8 31,2 100,0 2 529
5-9 65,6 34,4 100,0 2 377
10-14 70,5 29,5 100,0 3 030
15-19 75,0 25,0 100,0 13 759
20-24 80,0 20,0 100,0 28 306
25-29 82,9 17,1 100,0 33 214
30-34 84,1 15,9 100,0 26 576
35-39 86,2 13,8 100,0 17 153
40-44 88,3 11,7 100,0 10 720
45-49 90,2 9,8 100,0 6 717
50-54 91,7 8,3 100,0 5 218
55-59 92,0 8,0 100,0 2 649
60-64 91,8 8,2 100,0 1 723
65-69 87,6 12,4 100,0 630
70-74 83,7 16,3 100,0 410
75-79 77,2 22,8 100,0 114
80-84 87,2 12,8 100,0 78
+85 85,3 14,7 100,0 9 698
Total 82,9 17,1 100,0 164 901

Source : ANSD, RGPHAE 2013

II.2.1.3. Provenance et destination des migrants


internationaux récents

 Pays d’origine des immigrants internationaux

Le tableau ci-dessous montre que 45,0 % des immigrants internationaux récents


accueillis par la Sénégal vivent à Dakar. Une redistribution entre les régions révèle que,
quel que soit le lieu de provenance, la région de Dakar reçoit la quasi-totalité des
immigrants internationaux.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 56


SESN 2014

Tableau II-13 : Répartition (%) des immigrants internationaux par région selon le pays d’origine

Régions

Pourcentage
TAMBACOUNDA
SAINT-LOUIS
ZIGUINCHOR

KEDOUGOU
DIOURBEL

KAFFRINE
KAOLACK

SEDHIOU
MATAM
FATICK
DAKAR

LOUGA

KOLDA
Nationalité Total Effectif

THIES
Sénégalais 31,2 4,9 7,8 9,2 8,0 4,3 7,0 5,7 3,2 6,9 7,0 1,4 1,0 2,5 100,0 16 575 54,3
Africains de l'Ouest 58,5 8,5 1,5 1,9 7,2 2,1 4,9 0,8 1,5 6,1 1,3 0,7 3,5 1,4 100,0 11 425 37,4
Africains du Centre 89,2 0,6 0,1 3,1 0,3 0,4 3,3 0,1 0,1 0,9 1,6 0,0 0,0 0,0 100,0 667 2,2
Africains du Nord 92,0 1,8 0,0 0,9 0,0 0,0 5,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 112 0,4
Autres Africains 90,6 1,9 0,9 0,0 0,0 0,9 1,9 0,0 0,0 0,0 2,8 0,0 0,9 0,0 100,0 106 0,3
Américains 82,8 1,1 0,0 2,6 0,0 0,4 8,6 0,7 0,7 0,4 1,5 0,4 0,4 0,4 100,0 267 0,9
Asiatiques 95,5 0,0 4,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 22 0,1
Européens 60,3 3,7 1,7 3,7 2,7 0,8 22,6 1,4 1,2 0,5 0,6 0,0 0,3 0,4 100,0 1 259 4,1
Orientaux 77,4 0,0 3,2 6,5 0,0 3,2 6,5 0,0 0,0 3,2 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 31 0,1
Autres 91,5 0,0 0,0 0,0 1,4 0,0 2,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 4,2 0,0 100,0 71 0,2
Total 45,0 6,0 4,9 5,9 7,1 3,2 6,7 3,5 2,3 6,1 4,3 1,0 1,9 1,9 100,0 30 535 100,0

Source : ANSD. RGPHAE 2013

 Destination sous régionale des émigrants internationaux

La répartition des émigrants internationaux par zone de destination montre que la


plupart des émigrants sénégalais partent en Europe (44,5%), en Afrique de l’Ouest
(27,5%) et en Afrique Centrale (11,5%). Les pays asiatiques (1 ,1%) et les pays de
l’Orient (0,8%) sont moins prisés par les Sénégalais.

Tableau II-14 : Répartition des émigrants internationaux par destination sous régionale
Pays de destination sous
Effectifs Pourcentages
régionale
Afrique de l'Ouest 45 306 27,5
Afrique de Centre 18 970 11,5
Afrique du Nord 9 559 5,8
Autres pays africains 1 807 1,1
Amériques 3 727 2,3
Asie 363 0,2
Europe 73 320 44,5
Orient 1 382 0,8
Autres 10467 6,4
Total 164901 100

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 57


SESN 2014

 Destination principale des émigrants internationaux

Le tableau ci-dessous montre que la France et l’Italie sont les principaux pays de
destination des Sénégalais. Elles enregistrent respectivement 17,6% et 13,8%. La
Mauritanie et l’Espagne accueillent 10 et 9,5% des émigrants.

Tableau II-15 : Répartition des émigrants internationaux par pays de destination principale
Pays de destination principale Effectifs Pourcentage
Cameroun 1596 1,0
Canada 1980 1,2
Congo 6467 3,9
Côte d'Ivoire 7890 4,8
France 29 000 17,6
Gabon 7835 4,8
Gambie 9105 5,5
Espagne 15746 9,5
Guinée 2622 1,6
Italie 22 777 13,8
Mali 4833 2,9
Maroc 5928 3,6
Mauritanie 16 364 10,0
Autres destinations 32 758 19,8
Total 164 901 100
Source : ANSD. RGPHAE 2013

II.2.1.4. Caractéristiques socio-économiques des migrants


internationaux

 Motif de la migration des émigrants internationaux

Les Sénégalais émigrent principalement pour quatre raisons : recherche de travail avec
73,4%, études et apprentissage avec 12,2%, raisons familiales avec 6,9% et mariage
3,3%.

Tableau II-16 : Répartition des émigrants par principal motif de la migration


Principal motif Effectifs Pourcentage
Travail 121 089 73,4
Etude/apprentissage 20 056 12,2
Mariage 5 490 3,3
Raisons de santé 976 0,6
Raisons familiales 11 326 6,9
Ne sait pas 2 816 1,7
Non déterminé 3 149 1,9
Total 164 901 100,0
Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 58


SESN 2014

 Niveau d’instruction au départ des émigrants internationaux


Au départ, la plupart des Sénégalais qui émigrent (45,5%) sont sans niveau
d’instruction. Ceux qui ont le niveau primaire représentent 18,3%. Par contre, les
émigrants internationaux de niveaux supérieur et secondaire font respectivement 10,2
et 10,1%. Il convient de signaler la proportion non négligeable (6,0%) de personnes
dont on n’a aucune information sur le niveau d’instruction.

Tableau II-17 : Répartition des émigrants internationaux par niveau d’instruction au départ
Niveau d'instruction au départ Effectifs Pourcentage
Aucun 74 949 45,5
Elémentaire 30 121 18,3
Moyen 15 446 9,4
Secondaire 16 791 10,2
Supérieur 17 724 10,7
Ne sait pas 9 870 6,0
Total 164 901 100,0

Source : ANSD. RGPHAE 2013

 Profession au départ des émigrants internationaux


La répartition des émigrants internationaux par profession au départ montre que
19,1% étaient sans profession. Les élèves et étudiants représentaient 16,2 % et les
cultivateurs 11,4%. Les commerçants et les agents commerciaux représentent
respectivement 8,2%.

Tableau II-18 : Répartition des émigrants internationaux par profession au départ


Profession Effectifs Pourcentage
Vendeurs à l'étal et sur les marchés 1 815 1,1
Agents de services commerciaux non classés ailleurs 7 278 4,4
Commerçants, magasins 13 544 8,2
Vendeurs non classés ailleurs 2 578 1,6
Eleveurs et ouvriers qualifiés de l'élevage de bétail 3 250 2,0
Pêcheurs de la pêche côtière et en eaux intérieures 3 371 2,0
Maçons 4 324 2,6
Mécaniciens et réparateurs de véhicules à moteur 2 100 1,3
Ebénistes, menuisiers et assimilés 2 798 1,7
Couseurs, brodeurs et assimilés 5 284 3,2
Chauffeurs de taxi et conducteurs d'automobiles et de camion 4 132 2,5
Aides de ménage à domicile 2 606 1,6
Vendeurs ambulants (à l'exception de l'alimentation) 2 052 1,2
Sans profession 31 536 19,1
Elèves/étudiants 26 772 16,2
Agriculteurs de subsistance 18 748 11,4
Autres 32 713 19,8
Total 164901 100

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 59


SESN 2014

II.3. TRANSFERTS DE FONDS ET DEVELOPPEMENT

Durant cette dernière décennie, les transferts de fonds des migrants vers leurs pays
d’origine n’ont cessé de s’accroître. Le rapport de la BAD et de la BM (2011) indique
que les rentrées d’envois de fonds en Afrique ont quadruplé au cours des 20 dernières
années (depuis 1990), en atteignant environ 40 milliards de dollars (2,6 % du PIB) en
2010. En 2014, les envois de fonds officiellement comptabilisés vers les pays en
développement devraient atteindre 435 milliards de dollars selon la BM ; soit une
hausse de 5 % par rapport à 2013. Pour bien des pays, ces flux sont une source de
financement extérieur d’une importance capitale à l’image des investissements directs
étrangers.

En effet, l’accroissement des transferts de fonds vers l’Afrique en général, et l’Afrique


subsaharienne en particulier, concorde avec l’intérêt grandissant des autorités locales
et des banques privées dans les pays d’origine des migrants ; mais aussi des
organisations internationales (agences de l’ONU, de la BM, du FMI) et de la société
civile pour ces fonds. Non seulement, les montants en jeu sont très importants en
termes absolus et relatifs, mais aussi les migrants se sont révélés être de véritables «
acteurs du développement » à travers le financement de projets individuels et collectifs
grâce à leurs envois de fonds réguliers (Sarr, 2009).

II.3.1. TRANSFERTS DE FONDS REÇUS DES EMIGRANTS

Les envois de fonds ont représenté 10,3 % du PIB du Sénégal en 2011 avec 702,5
milliards de FCFA (BCEAO, 2013). Le Sénégal représente ainsi près de la moitié des
envois de fonds reçus dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).
Les envois de fonds des migrants permettent de réduire de plus de la moitié le déficit
courant (hors dons) de la balance courante des paiements (de -18,5 % à -8,2 % du
PIB), limitant ainsi la dépendance aux donations et à l’endettement extérieur (FIDA,
2014).

Les envois de fonds proviennent majoritairement des pays européens. Ce fait


s’explique, dans une certaine mesure, par la faible part de flux informels au niveau
agrégé, avec toutefois une prévalence plus marquée du canal informel dans les zones
rurales, caractérisées par un manque d’infrastructures et de culture financière
formelles. En règle générale, les migrants installés en Europe ou en Amérique tendent
à envoyer davantage de fonds dans leur pays que ceux qui ont migré en Afrique et
dans d’autres régions du monde. En effet, 83 % des flux reçus des migrants sénégalais
proviennent de l’Europe, 7 % de ceux-ci des États-Unis, 9 % des autres pays d’Afrique
et 1 % d’ailleurs (graphique 2.4).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 60


SESN 2014

Graphique II-4 : Origine géographique des flux reçus au Sénégal

Origine géographique des flux reçus au Sénégal


Autres Amérique
1% 7%

Afrique
9%

Europe
83 %

Source : BCEAO, 2013

Par ailleurs, les flux informels représenteraient 10,4 % au Sénégal selon l’étude de la
BCEAO7 et 13% pour les envois en provenance de pays de l’Organisation de
coopération et de développement économiques (OCDE) selon une étude de la Banque
mondiale en 2010. Ce niveau de formalisation des flux s’explique également par un
environnement compétitif entre enseignes de Société de Transfert d’Argent (STA). Ce
système est favorisé par une levée graduelle des clauses d’exclusivité et la présence
sur le marché des Institut de Microfinance (IMF) décentralisées et de la Poste qui
complètent le maillage des banques.

II.3.2. UTILISATION DES TRANSFERTS DE FONDS REÇUS

Dans la littérature courante, l’utilisation des transferts de fonds dans le processus de


développement économique des pays d’origine a fait l’objet de nombreux débats. En
effet, même s’il est admis l’existence d’interactions fortes entre le développement et
la migration internationale, la question des conséquences qu’engendrent les flux
migratoires et les flux financiers qui leur sont associés sur les économies d’origine
demeure largement débattue.

7 L’enquête a porté sur un échantillon de 501 ménages, dont 321 à Dakar, 100 à Diourbel et 80 à Louga.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 61


SESN 2014

Selon la BM et le CRES (2009), les transferts de fonds reçus permettent de consolider


les relations et d'aider certains à subvenir à leurs besoins fondamentaux. A cet effet,
les résultats de l’enquête qu’ils ont menée révèlent que les envois de fonds des émigrés
sénégalais sont devenus la principale source de financement de l’économie sénégalaise
dépassant de loin les investissements directs étrangers, la dette extérieure, mais aussi
et surtout, l’Aide Publique au Développement (APD). Ce dernier a été pendant
longtemps la source de financement la plus sure et la plus stable. Ainsi, les transferts
tiennent une place importante dans la satisfaction des différents besoins des ménages
dans la mesure où ils sont majoritairement affectés aux dépenses de consommations
quotidiennes des ménages bénéficiaires (58.5%) et à ceux de santé et d’éducation
(13.02%) ; le paiement du loyer et des factures viennent en troisième position
(12.57%) et le reste est affecté aux autres postes de dépenses.

En 2011, l'analyse effectuée lors de la deuxième Enquête Pauvreté et Structures (EPSF


II) quant à la répartition des bénéficiaires suivant l'utilisation faite des transferts met
en exergue une prédominance de ceux qui déclarent les avoir reçus pour régler un
problème financier ou comme un cadeau qui leur sont offerts pour une autre raison à
des personnes. En effet, plus du tiers des montants reçus sont utilisés pour régler des
problèmes financiers (35,5%) ; 33,7% des montants sont utilisés pour d'autres motifs
et 21,9% pour faire des cadeaux (tableau 2.19). Par ailleurs, les montants destinés
aux dépenses d'éducation, de santé ou d'autres cérémonies (ou fêtes) représentent
respectivement 2,5%, 1,7% et 2,2% des transferts reçus.

En outre, les montants utilisés pour régler des problèmes financiers ou pour un autre
motif varient selon le milieu de résidence. En effet, les 25,8% des fonds reçus sont
usités pour régler des problèmes financiers à Dakar, alors que dans les autres villes et
en milieu rural, l'utilisation des sommes reçues pour ce même motif représente
respectivement 44,0% et 37,5%. En ce qui concerne l'utilisation des fonds pour un
autre motif, la répartition suivante est notée : 41,6% en milieu rural, 29,6% dans les
autres villes et 27,9% à Dakar.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 62


SESN 2014

Tableau II-19 : Répartition (en %) des montants reçus selon le motif du transfert par milieu de
résidence
Motif du transfert Dakar Autres villes Rural Total
Education 5,6 1,6 0,6 2,5
Problème financier 25,8 44,0 37,5 35,5
Santé 1,4 0,8 2,8 1,7
Pèlerinage à la
0,3 0,1 ‐ 0,2
Mecque
Autre pèlerinage ‐ ‐ 0,0 0,0
Déplacement 0,0 0,2 0,1 0,1
Mariage 0,4 0,3 0,4 0,3
Baptême 0,7 0,6 0,6 0,6
Dot 0,0 0,1 0,2 0,1
Funérailles 0,5 0,0 0,3 0,3
Autres
2,2 1,6 2,6 2,2
cérémonies/fêtes
Cadeau pour autre
34,8 19,2 12,8 21,9
raison
« Adiya » 0,4 1,5 0,4 0,7
Autres motifs 27,9 29,6 41,6 33,7
Non déclaré ‐ 0,2 0,3 0,2
Total 100,0 100,0 1 100,0 100,0
Source : ANSD. EPSF II 2011

Toutefois, il importe de signaler que les transferts financiers issus de l’émigration


n’agissent pas tout le temps de façon automatique comme des leviers déclencheurs
d’un processus de développement. Autrement dit, ces transferts de fonds pourraient
bien constituer un effet pervers du développement voire un obstacle au
développement ; tels que l’ont révélé certaines études sur le sujet (Tall, 2000 ; Adams,
2003 ; Gubert, 2005 ; Schuerkens, 2006 ; Da Haas, 2007 ; …)8.

Conclusion
En définitive, le Recensement Général de la Population et de l’Habitat, de l’Agriculture
et de l’Elevage (RGPHAE) de 2013 ne donne des informations que sur les flux internes
de migrants, les échanges entre le Sénégal et le reste du monde, les motifs de départ
ainsi que certaines de leurs caractéristiques sociodémographiques au départ et, dans
une moindre mesure les migrants de retour.
Par contre, les questions sur les transferts de fonds des migrants n’ont pas été
abordées lors de cette opération alors qu’elles sont au cœur des problématiques
actuelles, relatives au développement. Or, une bonne connaissance sur le sujet ainsi
qu’une compréhension approfondie des mécanismes qui entrent en jeu dans le
processus des transferts de fonds sont essentielles pour l’élaboration des politiques
socioéconomiques.
En définitive, pour analyser le phénomène de la migration sous toutes ses formes, il
s’avère nécessaire de mener une enquête nationale sur la migration au Sénégal.

8
Citées par Sarr (2009).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | MIGRATION 63


SESN 2014

Chapitre III : EDUCATION

Chapitre III :
Introduction
L’éducation est reconnue comme un droit universel. A ce titre, le

EDUCATION
Sénégal, s’est engagé à l’instar de la communauté internationale à
l’accès universel à l’éducation de sa population jeune à l’aube du
millénaire. Cet engagement est réaffirmé dans la stratégie
d’amélioration de l’accès à l’éducation et de la qualité de celle-ci qu’est
le « Programme d’amélioration de la qualité, de l’éthique et de la
transparence du secteur de l'Éducation et de la Formation » (PAQUET-
EF, 2013-2025).

Dès lors, suivre régulièrement les progrès réalisés devient une


nécessité pour assurer une orientation des politiques éducatives. Ce
présent chapitre de la situation économique et sociale du Sénégal en
2014 aborde les questions relatives aux besoins de suivi et veut
dresser la situation de l’éducation au Sénégal dans les différents
niveaux et cycles d’enseignement aussi bien général que technique.
Pour l’édition de 2014, les groupes d’âge scolaire utilisés ont connu
une différence par rapport à ceux des années précédentes
consécutivement à l’application de la loi rabaissant d’une année
l’entrée à l’école primaire. Les nouvelles tranches sont déclinées ainsi :
3-5 ans pour le préscolaire, 6-11 ans pour le primaire, 12-15 ans pour
le moyen et 16-18 ans pour le secondaire. Cette situation limite la
portée de l’analyse dynamique (tendancielle) de certains indicateurs.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 64


SESN 2014

III.1. L’ENSEIGNEMENT PRESCOLAIRE

L’enseignement préscolaire aussi appelé enseignement maternel est destiné aux


enfants de 3 à 5 ans. Il comprend trois sections : petite, moyenne et grande.

III.1.1. LES ETABLISSEMENTS ET LES EFFECTIFS

Les structures offrant un enseignement préscolaire sont chiffrées à 2 823


établissements en 2014 contre 2620 en 2013, soit une augmentation de 7,7%. Le
milieu urbain concentre 56,4% des établissements et le secteur privé 43,2%. Les
établissements sont constitués en majorité d’écoles maternelles (34,1%), de garderies
(24,9%) et de cases des tout-petits (23,5%). Le nombre de classes préscolaires
expérimentées dans les écoles élémentaires représentant 8,4% de l’offre
d’enseignement préscolaire a connu une baisse de 9 unités (246 en 2013 et 237 en
2014).

L’examen de leur répartition selon leur région d’implantation met en avant une forte
concentration à Dakar (30,2%). La contribution du privé à ce type d’enseignement est
relativement faible à Matam (1,5%) et Kédougou (4,7%).

Tableau III-1 : Répartition des structures selon la région

Part des établissements  
Académie  Nombre d'établissements  Part de la région (%) 
privés  (%) 

Dakar  853 87,0 30,2

Diourbel  140 39,3 5,0


Fatick  109 36,7 3,9
Kaffrine  49 12,2 1,7
Kaolack  134 32,8 4,7
Kédougou  43 4,7 1,5
Kolda  109 6,4 3,9
Louga  296 9,8 10,5
Matam  68 1,5 2,4
Sédhiou  106 8,5 3,8
St‐Louis  161 30,4 5,7
Tambacounda  121 21,5 4,3
Thiès  366 42,1 13,0
Ziguinchor  268 20,9 9,5
SENEGAL  2823 43,2 100,0
Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 65


SESN 2014

S’agissant des apprenants du préscolaire, leur effectif est chiffré à 199 024 en 2014
correspondant à une augmentation de 4,1% comparativement à 2013. Les filles
représentent 52,4% de l’effectif global du préscolaire. Elles sont majoritaires dans
chacune des régions à l’exception de celles du Sud où leur effectif est quasi égal à
celui des garçons. Le milieu rural regroupe 40,4% des élèves.

La répartition selon la région met en avant le fait que Dakar (28,5%), Thiès (13,4%)
et Ziguinchor (10,0%) regroupent plus de la moitié des apprenants du préscolaire bien
qu’elles concentrent seulement 33% de la population scolarisable pour ledit niveau
d’enseignement.

Tableau III-2 : Répartition régionale de l’effectif des apprenants du préscolaire en 2014

Part (%) de la  Part (%) des filles 


Part (%) du milieu 
Régions  Effectif  région dans  dans l’effectif de la 
rural dans la région
l’effectif total  région 
Dakar  56733 28,5 51,8  3,0
Diourbel  9922 5,0 56,3  67,7
Fatick  7925 4,0 52,4  61,1
Kaffrine  3031 1,5 57,3  61,5
Kaolack  9022 4,5 54,1  35,1
Kédougou  3056 1,5 51,6  66,5
Kolda  8398 4,2 49,5  47,9
Louga  19076 9,6 53,8  76,0
Matam  5421 2,7 57,0  56,7
Sédhiou  9290 4,7 50,0  71,7
St‐Louis  10887 5,5 53,3  32,3
Tambacounda  9636 4,8 51,6  52,8
Thiès  26760 13,4 53,1  42,7
Ziguinchor  19867 10,0 49,7  59,2
SENEGAL  199024 100,0 52,4  40,4

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.1.2. L’INTENSITE DE LA PRESCOLARISATION

Le taux brut de préscolarisation, indicateur utilisé pour mesurer le degré de


fréquentation du préscolaire, est estimé à 14,7% en 2014. Il est plus élevé chez les
filles (15,8%) avec un indice de parité de 1,11 en leur faveur, et ce, dans toutes les
régions. La fréquentation du préscolaire est plus faible dans les régions de Kaffrine
(4,0%), Diourbel (5,8%), Matam (8,3%) et Kaolack (8,5%). Elle est plus intense à
Ziguinchor (44,0%%) et Dakar (24,6%).
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 66
SESN 2014

Graphique III-1 : Taux brut de préscolarisation (TBPS) et indice de parité en 2014

Indice  de parité
TBPS  (%)

44,0
50,0 1,6
45,0 1,4
40,0
1,2
35,0

24,6
1,0
30,0

20,5
20,2
18,8
25,0 0,8

15,6

14,7
12,0
20,0

10,8

45,0
10,2
10,0
0,6

22,5

22,3

26,0
8,5
8,3

15,0

17,1
5,8

0,4

19,9
4,0

10,0

15,8
9,4

10,7

10,0

10,6

11,3

14,2

17,7

18,1

18,7

23,4

43,1

13,6
11,0
5,0 0,2
7,0

7,6

9,4
9,7
4,9
6,7
4,7

3,4

10,5
0,0 0,0

TBPS Filles TBPS Garçons 12,8 TBPS Ensemble Indice de parit é

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.2. L’ENSEIGNEMENT ELEMENTAIRE

L’enseignement élémentaire concerne les enfants âgés de 6 à 11 ans. Il est articulé


autour de six niveaux : le cours d’initiation (CI), le cours préparatoire (CP), les cours
élémentaires (1ère et 2e année) et les cours moyens (1ère et 2e année). Il est sanctionné
par le Certificat de Fin d’Etudes élémentaires (CFEE).

III.2.1. L’OFFRE ET LA CAPACITE D’ACCUEIL DU PRIMAIRE

Chiffrés à 9307 structures en 2014, les établissements d’enseignement primaire sont


constitués de 86% de structures publiques. Le nombre d’établissements a augmenté
de 3,6% par rapport à 2013 avec une hausse de 9,6% pour les structures privées. Les
établissements privés sont plus importants à Dakar où ils représentent 67,4% de
l’offre.

Les établissements sont à moitié (49,7%) constitués d’écoles à cycle incomplet sous
l’effet de la présence de nombreuses structures de ce statut en milieu rural (60,5%).
En milieu urbain, une structure sur cinq (19,0%) est à cycle incomplet. Ce type
d’établissement représente les trois quarts voire plus à Tambacounda (79,3%),
Kédougou (75,9%) et Kaffrine (74,3%).

S’agissant des salles de classe, un nombre de 51714 est répertorié en 2014, soit une
augmentation de 2,3% comparativement à 2013. Le secteur public regroupe 82,9%
de cette capacité d’accueil. A Dakar, le secteur privé qui constitue 67,4% des
établissements concentre 55,7% des salles de classes.
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 67
SESN 2014

Tableau III-3 : Répartition des écoles et salles de classes selon le statut et la région

Etablissements  Salles de classe 
Part de  Part de 
Part des  Part du  Part du 
la   la  
établissements  secteur  secteur 
Académie  région  Nombre de  région 
Nombre  à cycle  public  public 
dans le  salles de  dans le 
d'établissements  incomplet  dans la  dans la 
nombre  classe  nombre 
dans la région  région  région 
global   global   
(%)  (%)  (%) 
(%)  (%)  
Dakar  1283  16,9 32,6 13,8 10372  44,3  20,1
Diourbel  581  52,3 83,8 6,2 3364  81,0  6,5
Fatick  665  36,1 94,4 7,1 3873  94,9  7,5
Kaffrine  463  74,3 98,7 5,0 1778  98,3  3,4
Kaolack  720  38,2 93,9 7,7 4296  93,4  8,3
Kédougou  266  75,9 98,9 2,9 931  97,0  1,8
Kolda  682  69,6 99,3 7,3 2815  97,6  5,4
Louga  886  70,8 97,1 9,5 3707  94,5  7,2
Matam  398  43,5 97,7 4,3 2374  97,8  4,6
Sédhiou  466  64,6 97,6 5,0 2222  96,9  4,3
St‐Louis  736  51,9 97,3 7,9 3974  96,1  7,7
Tambacounda  714  79,3 96,8 7,7 2475  94,5  4,8
Thiès  1001  33,2 87,3 10,8 6535  85,7  12,6
Ziguinchor  446  41,0 92,6 4,8 2998  91,4  5,8
SENEGAL  9307  49,7 86,0 100 51714  82,9  100
Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014
 

III.2.2. LES GROUPES PEDAGOGIQUES

Les groupes pédagogiques sont de trois types : les flux simples, les doubles flux et les
classes multigrades. Les doubles flux et les classes multigrades ont été introduits pour
renforcer l’accès et garantir une offre complète de service éducatif dans certaines
zones. En 2014, le nombre de groupes pédagogiques répertoriés pour l’enseignement
primaire s’est élevé à 53841, soit une augmentation de 4,8% par rapport à 2013 où
51367 groupes pédagogiques ont été dénombrés pour l’enseignement primaire
sénégalais. Les classes multigrades représentent le quart (25,1%) des groupes
pédagogiques et les doubles flux 5,9%.

Selon la région, les classes multigrades sont très présentes à Kaffrine et à Kédougou
où elles représentent respectivement 47,2% et 44,6% des groupes pédagogiques. Le
système de double flux est plus pesant à Thiès et représente 12,7% des groupes
pédagogiques de l’enseignement élémentaire dans la région.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 68


SESN 2014

Tableau III-4 : Répartition des groupes pédagogiques selon le type et la région

Nombre total de 
Part des classes  Part des doubles  Part des flux 
Académie  groupes 
multigrades  flux  simples 
pédagogiques 

Dakar  10463 9,4 8,2  82,4


Diourbel  3407 27,5 4,5  68,0
Fatick  3946 29,8 2,2  68,1
Kaffrine  1995 47,2 0,7  52,1
Kaolack  4463 26,0 8,6  65,4
Kédougou  1110 44,6 0,3  55,1
Kolda  3110 41,2 6,5  52,3
Louga  3747 40,7 0,2  59,1
Matam  2321 37,4 3,0  59,6
Sédhiou  2318 18,9 4,7  76,3
St‐Louis  4359 30,2 3,4  66,4
Tambacounda  2758 42,5 7,0  50,5
Thiès  6954 14,3 12,7  73,1
Ziguinchor  2890 7,5 1,7  90,8
SENEGAL  53841 25,1 5,9  69,1
Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Concernant les conditions d’apprentissage, l’accent est porté sur le niveau


d’équipement des écoles en termes de disponibilité de manuels scolaires, de présence
de points ou sources d’eau et d’électricité.

En 2014, les écoles primaires publiques disposant de points d’eau ont représenté
64,2% des structures. Cette proportion était de 59,0% en 2013, soit une augmentation
en points de pourcentage de plus de cinq points. Les régions de Tambacounda et de
Kédougou sont celles ayant enregistré les plus faibles proportions d’écoles où existent
des points d’eau.

S’agissant de l’électricité, elle n’est présente que dans 22,6% des établissements
publics. Hormis la région de Dakar (84,2%), le niveau d’accès à l’électricité des écoles
primaire reste relativement faible et particulièrement à Kaffrine (6,3%).

Pour ce qui est de latrines dans les écoles publiques, leur présence est notée dans
73,2% des structures, soit près de trois structures sur quatre. Les établissements sans
latrines sont plus rencontrés à Kédougou où ils représentent la moitié (49,0%).

En outre, il faut noter que les écoles disposant de clôture représentent un peu plus du
tiers des établissements publics au niveau national. La situation de Dakar où 9 écoles

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 69


SESN 2014

sur dix sont clôturées contraste fortement avec le reste du pays. Dans des régions
comme Kolda et Tambacounda, plus de quatre cinquième des établissements sont sans
clôture.

S’agissant des manuels, l’objectif national est d’arriver à au moins deux livres pour les
apprenants de CI-CP et cinq manuels pour les élèves de CE1-CE2 et de CM1-CM2. Ces
standards correspondent à la mise à disposition des élèves des manuels de chaque
catégorie ou discipline. En 2014, le ratio manuels/élève s’est légèrement amélioré,
comparativement à 2013. Il est estimé à 1,1 pour le CI-CP correspondant à 110 livres
pour cent élèves de CI-CP. Son niveau correspond à 24 livres pour dix élèves de CE1-
CE2 et à 32 livres pour dix élèves de CM1-CM2. Selon les régions, Dakar et Fatick sont
plus en phase avec les objectifs nationaux, tandis que les élèves de Kolda et Sédhiou
sont faiblement dotés en manuels.

Tableau III-5 : Ratio manuels/élève et environnement des écoles publiques

Ratio manuels/élève au :   Pourcentage d'écoles publiques disposant de : 
Académie 

CI‐CP  CE1‐CE2  CM1‐CM2  Point d'eau  Electricité  Latrines  Clôture 


Dakar  2,1 3,6 4,8 92,3 84,2 94,0 91,1
Diourbel  1,1 2,5 3,4 72,3 18,7 68,2 30,6
Fatick  1,4 3 4,1 76,9 26,3 82,2 33,1
Kaffrine  1,2 2,2 3,3 51,6 6,3 71,6 26,5
Kaolack  1,4 2,4 3,1 74,3 18,8 74,0 23,9
Kédougou  1,5 2,2 2,4 40,3 15,6 51,0 28,5
Kolda  0,7 1,3 1,6 51,0 10,1 58,8 17,2
Louga  1,1 3 4,1 52,6 12,0 73,5 39,0
Matam  1,2 2,6 3,1 55,5 21,6 76,9 51,2
Sédhiou  0,8 1,3 1,9 51,2 17,1 65,7 27,5
St‐Louis  0,8 2,5 3,1 60,3 30,3 69,8 42,2
Tambacounda  0,8 1,5 1,8 35,7 11,6 60,9 18,5
Thiès  0,7 1,9 2,6 76,2 30,0 86,3 42,9
Ziguinchor  1,2 2,4 3,1 81,6 27,4 85,7 43,1
SENEGAL  1,1 2,4 3,2 62,4 22,6 73,2 35,7
Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 70


SESN 2014

III.2.3. L’ACCES AU PRIMAIRE ET L’INTENSITE DE LA FREQUENTATION


SCOLAIRE

L’accès au primaire est mesuré par le taux brut d’admission (TBA) et l’intensité de la
fréquentation par le taux brut de scolarisation. Le TBA est obtenu en rapportant
l’effectif des nouveaux inscrits au CI et celui des enfants ayant l’âge officiel d’entrer au
CI, c’est à dire les enfants de six (6) ans.

En 2014, le Sénégal a enregistré un taux brut d’accès de 98,4% (104,3% chez les filles
et 92,9% pour les garçons, soit un indice de parité de 1,12 en faveur des filles). Cette
situation en faveur des filles est la même dans toutes les régions, à l’exception de
celles de Kédougou et de Ziguinchor affichant des indices de parité respectifs de 0,93
et 0,99. Ziguinchor (136,8%) et Kédougou (134,6%) enregistrent les meilleurs taux
d’accès. Les niveaux d’accès sont relativement faibles à Kaffrine (64,3%) et Diourbel
(69,2%). La région de Matam, même si elle enregistre un TBA de plus de 85%, a un
niveau d’accès assez limité pour les garçons (66,8%).

Graphique III-2 : Taux brut d’admission au primaire selon le sexe en 2014

TBA (%) Indice de parité

136,8
134,6
124,4
160,0 1,8
113,9
109,8
108,2

1,6
102,7
101,7

140,0
98,4
94,7
91,3

120,0 1,4
85,6
85,4

1,2
69,2

100,0
64,3

1,0
80,0
135,9
129,6

0,8
127,0
115,3

115,0

114,3
109,9

60,0
105,4

104,3

104,4
101,6

0,6
97,9
94,5
77,5
72,3

40,0 0,4
101,1

106,5

104,9

113,6

122,1

139,4

137,7
56,5

61,4

66,8

77,6

85,2

88,3

92,9

89,2

20,0 0,2
0,0 0,0

TBA Filles TBA Garçons TBA Ensemble

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

S’agissant du taux brut de scolarisation au primaire (TBS), son niveau national de


82,6% masque des disparités entre régions et entre sexes. La scolarisation au primaire
est plus intense chez les filles (89,0%), comparativement aux garçons (76,7%), soit
un indice de parité de 1,16. Excepté Kédougou (0,94), l’indice de parité révèle une
situation en faveur des filles dans toutes les régions. La scolarisation est plus
importante dans les régions de Ziguinchor (116,1%), Kédougou (110,0%) et Dakar

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 71


SESN 2014

(100,6%). A l’opposé, l’intensité de la scolarisation est peu reluisante à Kaffrine


(47,5%), Diourbel (52,7%), Louga (66,3%) et Matam (68,6%).

Graphique III-3 : Taux brut de scolarisation au primaire selon le sexe en 2014

TBS (%) Indice de parité

116,1
110,0
140,0 1,8

100,6
99,8
1,6

94,6
120,0

88,3
87,2
83,2
82,6
1,4

78,7
73,9
100,0 68,6
66,3

1,2
52,7

80,0 1,0
47,5

116,7
60,0 0,8

106,6
104,1
101,5
101,2
95,0

91,7

89,4
89,0
86,9

86,6 0,6
78,8
74,7

40,0
60,5

0,4
54,5

113,2

115,5
20,0
40,9

45,7

58,9

52,2

69,5

71,8

76,7

72,5

83,0

87,2

88,5

98,3

97,2
0,2
0,0 0,0

TBS Filles TBS Garçons TBS Ensemble

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.2.4. L’EFFICACITE INTERNE DU SYSTEME EDUCATIF AU PRIMAIRE

L’efficacité interne du système est appréciée à travers les taux de promotion, de


redoublement et d’abandon. Ces indicateurs permettent d’avoir une appréciation sur
les efforts à fournir pour maintenir les enfants jusqu’à l’achèvement du cycle primaire.

En 2014, le taux de promotion dans l’enseignement primaire tous niveaux confondus


est évalué à 89,3% (88,9% pour les filles et 89,7% pour les garçons). Le niveau
d’abandon de 7,7% a diminué de deux points de pourcentage par rapport à 2013. Les
abandons sont plus fréquents pour le CM1 (15,3%) et dans les régions de Kaffrine
(15,8%), Tambacounda (14,6%) et Louga (13,1%). En 2014, les régions de Dakar et
de Kédougou ont été moins confrontées au phénomène d’abandon. Ces deux régions
ont par ailleurs enregistré les meilleurs taux de promotion.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 72


SESN 2014

Graphique III-4 : Répartition des flux par région dans le primaire en 2014

2,1
Kedougou 2,3 Redoublement (%)
2,0
2,2
St Louis 2,0 Ensemble
2,5
2,3 Filles
Tamba 2,3
2,3
2,4 Garçons
Kolda 2,5
2,4
2,5
Sedhiou 2,6
2,4
2,5
Kaffrine 2,1
3,0
2,6
Matam 1,8
3,8
2,7
Fatick 2,6
2,8
2,9
Ziguinchor 2,9
2,9
2,9
 Louga 2,7
3,2
2,9
Kaolack 2,8
3,0
3,0
SENEGAL 2,9
3,1
3,1
Thies 3,1
3,1
3,6
Diourbel 3,1
4,2
3,8
Dakar 3,8
3,8

0,0 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0

2,6
Dakar 2,2
3,1
4,3 Tout niveau 89,3 3,0 7,7
Kedougou 4,6
4,1
5,8
Kolda 6,3
5,2 CM2 87,0 4,2 8,7
6,6
Thies 6,0
7,2
6,6
St Louis 6,1 CM1 82,7 2,0 15,3
7,3
7,3
Ziguinchor 6,8
7,7
7,7 CE2 91,3 5,0 3,7
SENEGAL 7,4
8,0 Abandon (%)
8,8
Matam 7,9
10,1 Ensemble
8,8 CE1 90,5 1,7 7,7
Diourbel 9,9
7,4 Filles
9,7
Fatick 8,7 Garçons
10,7 CP 92,5 4,7 2,8
9,8
Sedhiou 10,3
9,3
11,3
Kaolack 10,8
11,8 CI 89,5 1,1 9,4
13,1
 Louga 11,4
14,9
14,6 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% 80,0% 100,0%
Tamba 14,6
14,7
15,8
Kaffrine 16,8
14,5
Promotion Redoublement Abandon
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 73


SESN 2014

III.2.5. L’ACHEVEMENT DU CYCLE ELEMENTAIRE ET LA REUSSITE AU


CERTIFICAT DE FIN D’ETUDES ELEMENTAIRES (CFEE)

L’achèvement du primaire est déterminant dans l’atteinte de la scolarisation primaire


universelle prônée par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Le
taux d’achèvement en est un indicateur central. En 2014, le taux d’achèvement est
estimé à 73,4% au Sénégal. L’achèvement est plus élevé chez les filles (80,9%) que
chez les garçons (66,5%). Selon les régions, le niveau d’achèvement est plus important
à Kédougou (113,5%) et Ziguinchor (88,4%). Des niveaux de performance moindre
par rapport à l’achèvement sont notés à Kaffrine (40,2%) et Diourbel (46,0%).

S’agissant du Certificat de Fin d’Études élémentaires (CFEE) qui est le diplôme qui
parachève les études primaires, le taux de réussite est de 34,3% en 2014 (contre
33,9% en 2013) pour un effectif de 233213 candidats ayant subi les épreuves en 2014.
Les garçons (35,8%) ont légèrement plus connu la réussite que les filles (33,0%) aux
examens et cela dans toutes les régions, excepté celles de Dakar et de Ziguinchor où
la réussite au CFEE est en faveur des filles. Ces régions que sont Dakar (48,5%) et
Ziguinchor (44,1%) ont enregistré les meilleurs résultats au CFEE de 2014. A Sédhiou
et Tambacounda, moins du cinquième des candidats a réussi au CFEE.

Graphique III-5 : Taux de réussite au CFEE et Taux d’achèvement au primaire par région en 2014

Taux de réussite au CFEE (%) Indice de parité

60,0 1,20

50,0 1,00
48,7
40,0 0,80
44,8
37,0
35,9

30,0 0,60
33,0

48,5
30,1
29,7
28,9

44,1
40,8
37,6

20,0 0,40
24,3

34,3
23,6
23,3

32,3
31,9
31,5
20,5

20,1

25,8
25,6
24,8
18,4

22,3
22,1
19,3

10,0 0,20
15,7
14,0

17,1

20,4

24,7

24,9

26,7

28,2

27,3

34,7

34,8

34,9

35,8

39,6

43,6

43,4

48,3

0,0 0,00

Filles Ensemble Garçons IP

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 74


SESN 2014

Tauxd'achèvement (%) Indice

140,0

120,0

100,0

109,9
80,0

90,0
89,5

87,4

87,3
85,6

85,2
83,4

82,0
81,3

80,9
75,6
75,1

113,5
60,0

88,4
84,9
83,5
82,3
80,4
53,5

75,0
73,4
73,3
40,0

71,2

71,3
64,6
63,8
47,0

46,0
40,2

20,0
33,9

39,5

45,7

55,7

67,1

62,5

62,2

66,5

65,8

72,1

77,3

84,7

82,7

86,9
0,0

Filles Ensemble Garçons IP

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.3. L’ENSEIGNEMENT MOYEN

L’enseignement moyen fait suite à celui du primaire. Il comprend quatre années


d’études (sixième, cinquième, quatrième et troisième) et vise les enfants âgés de 12 à
15 ans comme population potentielle.

III.3.1. LES ETABLISSEMENTS DU MOYEN

Les établissements dispensant un enseignement moyen sont estimés en 2014 à 1775,


soit une hausse de 6,9% comparativement à 2013 où leur nombre était de 1 660
structures. Ils sont constitués de 34,8% d’établissements privés. Les établissements
de la région de Dakar, qui représentent 23,8% des établissements du moyen au niveau
national, sont majoritairement constitués de structures privées (73,0%). Le secteur
privé polarise plus du tiers des établissements dans les régions de Diourbel (37,7%)
et de Thiès (41,1%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 75


SESN 2014

Graphique III-6 : Répartition régionale des établissements selon le statut en 2014

73,0 Part de la région dans l'effectif global (%) Part du secteur privé dans la région (%)

41,1
37,7

34,8
25,6

24,5
21,5

19,4

19,4
18,6

12,8
12,5

12,1
23,8

4,9

13,2
2,9
4,3

7,5

2,3

7,6

2,0

5,1

5,8

4,6

4,8

7,0

4,1

7,8
Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.3.2. LA TRANSITION ET L’INTENSITE DE LA SCOLARISATION

L’accès à l’enseignement moyen est mesuré à travers le taux de transition du CM2


(dernier niveau du cycle primaire) à la sixième (première classe du cycle moyen). En
2014, le taux de transition est estimé à 87,0% (88,4% pour les garçons et 85,8% pour
les filles). Le niveau de transition varie fortement selon les régions. La région de Dakar,
avec un niveau de transition quasi-total (97,8%), se distingue nettement des autres.
Tambacounda (58,6%) se singularise également par sa situation peu reluisante de
2014 en matière de transition au moyen secondaire. Le niveau de transition est plus
important chez les garçons dans toutes les régions, hormis la région de Louga.
Graphique III-7 : Taux d’accès à l’enseignement moyen selon le sexe et l’académie en 2014

Indice  de parité
Taux  de transition  (%)

120,0 1,20
97,0
92,0
90,7
89,3
89,2
88,0
87,0
86,2
85,4
80,8
79,7

100,0 1,00
73,8
73,7
70,8

80,0 0,80
58,6

60,0 0,60
94,9
91,7
91,0
89,7
88,8
86,5
85,8
84,2
82,8
81,6

78,9

40,0 0,40
66,8
66,7
66,6
55,8

20,0 0,20
61,4

75,0

79,6

81,8

77,8

83,6

88,8

87,8

88,4

89,5

89,5

88,8

90,2

92,3

99,3

0,0 0,00

 Fi lles Garçons Ensemble Indice de parit é

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 76


SESN 2014

S’agissant du taux brut de scolarisation au moyen secondaire utilisé pour capter


l’intensité de la fréquentation dans ce cycle, il est déterminé en tenant compte de la
population visée par ce niveau d’enseignement, à savoir celle de 12 à 15 ans. Le TBS
de 55,0% au niveau global en 2014 est plus élevé chez les filles (57,9%),
comparativement aux garçons (52,3%). Des disparités manifestes sont notées entre
les régions. Les régions de Kaffrine (23,3%), Diourbel (26,6%) et Tambacounda
(35,8%) font face à un niveau relativement faible de fréquentation scolaire du moyen.
La région de Ziguinchor (94,5%) se particularise nettement pour cet indicateur avec
un niveau de fréquentation de plus de 20 points supérieur à celui de la région de Dakar
(73,6%) qui suit immédiatement.

Graphique III-8 : Taux brut de scolarisation au moyen par académie et par sexe en 2014

Indice de parité
TBS (%)

120,0 1,60

94,5
1,40
100,0

73,6
1,20

68,7
66,2
61,4
60,8

80,0
57,1
56,7
55,0

1,00
43,1

60,0 0,80
37,9
37,2
35,8

96,1
26,6

0,60
23,3

76,6
40,0
73,9
72,7
67,8
60,1
57,9

0,40
54,2
46,0
44,8
41,0

39,3

20,0
34,1
29,0

0,20
23,5

23,0

24,3

37,4

33,9

31,6

46,5

52,3

65,8

54,3

54,2

67,5

66,2

64,0

70,4

93,0
0,0 0,00

TBS Filles TBS Garçons TBS Ensemble Indice de parité

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.3.3. L’EFFICACITE INTERNE DANS LE CYCLE MOYEN

Dans le cycle moyen, le niveau du taux de promotion de 71,8% en 2014 (72,0% chez
les garçons et 71,5% chez les filles) traduit une baisse de performance de 2,7 points
de pourcentage, comparativement à 2013. Concernant les abandons pour
l’enseignement moyen, ils ont concerné 8,2% des apprenants en 2014 (contre 9,1%
en 2013). Cette situation met en lumière un niveau de redoublement assez important
(augmentation de 3,6 points). Le redoublement est plus accentué en classe de
troisième où un élève sur quatre fait face au phénomène. L’examen par région de
l’efficacité interne dans le cycle moyen fait ressortir des niveaux d’abandons plus

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 77


SESN 2014

importants à Kédougou (17,3%) et Tambacounda (11,9%). Thiès (78,7%), Louga


(74,9%) et Dakar (74,9%) ont enregistré les meilleures performances en termes de
promotion en 2014.

Graphique III-9 : Répartition des flux au moyen selon l’académie au Sénégal en 2014

15,6
Louga 16,4
14,7
15,6 Redoublement (%)
Dakar 15,3
15,9 Ensemble
16,7
Thiès 16,6 Filles
16,8
20,0 Garçons
SENEGAL 20,4
19,6
20,7
Tamba 21,4
20,2
20,8
Kédougou 22,4
19,8
21,2
Ziguinchor 21,6
20,9
21,4
Diourbel 22,8
20,0
21,8
Matam 22,5
21,0
22,9
Kaolack 24,7
21,1
23,3
Kolda 24,8
22,2
23,5
St‐Louis 24,5
22,3
24,8
Kaffrine 26,6
23,1
26,3
Sédhiou 27,7
25,5
27,8
Fatick 29,0
26,6

0,0 10,0 20,0 30,0 40

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 78


SESN 2014

4,3
St‐Louis 4,9
3,6
4,6 Tout niveau 71,8 20,0 8,2
Thiès 3,6
5,8
7,1
Kaolack 8,1
6,2
7,4
Kaffrine 9,6
5,3 Troisième 59,9 25,7 14,4
8,1
Fatick 7,3
8,8
8,2
SENEGAL 8,0
8,4
8,4 Quatrième 74,0 20,4 5,7
Ziguinchor 9,4
7,6 Abandon (%)
8,7
Sédhiou 10,3
7,7
9,5 Ensemble
Louga 8,2
10,8 Filles Cinquième 77,5 17,0 5,4
9,5
Dakar 4,6 Garçons
10,2
9,9
Kolda 10,3
9,6
10,7
Diourbel 10,5 Sixième 72,7 18,6 8,6
10,9
10,9
Matam 11,6
10,0
11,9 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% 80,0% 100,0%
Tamba 11,7
12,1
17,3
Kédougou 21,2
15,0
Promotion Redoublement Abandon
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.3.4. LA REUSSITE AU BREVET DE FIN D’ETUDES MOYENNES (BFEM)

Après une forte baisse en 2013, le taux de réussite au BFEM s’est amélioré en 2014
d’un point de pourcentage. Son niveau de 42,5% masque quelques disparités selon le
sexe et la région. Chez les garçons, la réussite se situe à 46,3%, soit plus de sept
points de pourcentage que pour les filles (39,0%). Selon les régions, les résultats les
moins reluisants sont notés à Dakar (34,1%). Kédoudou, Kaffrine, Ziguinchor et Matam
constituent les seules régions où le nombre d’admis dépasse la moitié des candidats.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 79


SESN 2014

Graphique III-10 : Taux de réussite au BFEM selon le sexe par région en 2014

Indice  de parité
Taux  (%)

80,0 1,20

65,2
60,4
59,4
70,0

52,8
1,00

48,9
47,9
60,0

45,4
44,5
43,3
42,9
42,5
42,4
41,2
40,5
0,80
50,0
34,1

40,0 0,60

60,9
59,9
30,0

50,5
0,40

45,8
44,7

44,2
41,3
40,6
39,2

39,1
39,0

37,8
37,3
36,9

20,0
32,3

0,20
36,2

44,7

43,2

47,4

46,3

48,2

48,2

49,2

47,5

50,1

52,7

56,2

67,4

60,8

70,3
10,0

0,0 0,00

Fil les Gar çons Ensemble IP

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.4. L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GENERAL

L’enseignement secondaire constitué de deux volets (général et technique) comporte


trois niveaux d’études que sont la seconde, la première et la terminale. Dans cette
section, l’analyse porte spécifiquement sur l’enseignement général. L’enseignement
secondaire vise la population de la tranche d’âge de 16 à 18 ans.

III.4.1. LES ETABLISSEMENTS DU SECONDAIRE

Le réseau d’établissements dans lesquels l’enseignement secondaire est dispensé


comporte 674 structures en 2014, soit soixante-dix établissements de plus qu’en 2013
(une augmentation de 11,6%). Les structures associant l’enseignement moyen à
l’enseignement secondaire représentent 80,7% et les établissements privés
constituent 56,5% de l’offre en termes d’établissements. Le milieu rural polarise 22,4%
des établissements d’enseignement secondaire.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 80


SESN 2014

Graphique III-11 : Répartition des établissements dispensant un enseignement secondaire en 2014

600
523
500
418
400 357
340

300

200 166
151
127 126
102 105
100 78 88
24 24 25 25 17
0
0
Privé Public  Total Privé Public  Total
Rural Urbain

1er et 2nd cycle secondaire combinés Second cycle uniquement Ensemble

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.4.2. LA TRANSITION

En 2014, le niveau de transition entre la classe de troisième et celle de seconde


traduisant l’accès au secondaire est estimé à 59,9%. Le niveau d’accès est plus
important chez les garçons (62,2%), soit plus de 4 points que le niveau d’accès pour
les filles (57,5%). L’accès est plus élevé à Saint-Louis et Thiès avec respectivement
des taux de 69,9% et 64 ,2%. Kédougou et Fatick ont enregistré les plus faibles
performances en termes d’accès avec des taux de transition inférieurs à 50%.

Graphique III-12 : Taux de transition au secondaire en 2014

Indice  de parité
Taux  (%)
69,9

80,0 1,00
64,2
62,5
62,2
62,1

62,1
59,9
59,7
58,7
57,5
57,3

70,0
51,8
50,3

0,95
47,3

60,0
40,9

50,0 0,90
40,0
68,2
61,3

61,2
60,8
59,6

0,85
57,5
57,3

57,3
55,3

30,0
52,8
51,9
49,6
47,6
43,9
37,0

20,0
0,80
42,8

50,5

53,1

53,4

60,5

58,6

63,9

62,2

62,2

65,9

64,2

63,1

64,4

67,3

71,8

10,0

0,0 0,75

Filles Garçons Ensemble IP

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 81


SESN 2014

III.4.3. L’INTENSITE DE LA SCOLARISATION

Pour l’enseignement secondaire, l’intensité de la fréquentation scolaire mesurée à


travers le TBS est estimée à 31,1%. Elle est plus élevée chez les garçons 33,6% (contre
28,6% pour les filles), soit un indice de parité de 0,85 en faveur des garçons.
D’importantes disparités sont notées entre les régions. A l’exception de Ziguinchor
(66,7%), aucune autre région ne présente une situation où le degré de scolarisation
atteint 50%. Les situations de Kaffrine (12,5%) et Diourbel (14,3%) sont les moins
reluisantes.

Graphique III-13 : Taux brut de scolarisation au secondaire par sexe en 2014

Indice  de parité
TBS (%)

66,7
80,0 1,20

70,0
1,00
60,0

40,3
0,80

39,0
50,0

35,0
33,5
33,4
31,8
31,1

40,0 0,60
21,6
19,6
19,2
18,9

61,8
17,2

30,0
14,3

0,40
12,5

39,5
37,6
20,0

33,8
32,7
28,6

28,2

0,20
20,7
20,6
16,7

10,0
15,3
10,2

14,7

12,7

16,1

17,7

12,7

24,8

11,4

26,6

23,7

22,6

33,6

40,7

34,2

38,7

36,2

40,3

41,1

70,7
0,0 0,00

TBS Filles TBS Gar çons TBS Ensemble Indice de parit é

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.4.4. L’EFFICACITE INTERNE DANS LE SECONDAIRE

L’analyse de l’efficacité interne au cycle secondaire est restreinte à celle du niveau de


redoublement dans ce cycle. Cette situation est envisagée en raison de contraintes
d’informations exhaustives sur les deux autres composantes, à savoir l’abandon et la
promotion pour les élèves de classe de terminale. Ces contraintes sont surtout liées au
fait que les promus sont censés intégrer un autre démembrement ministériel.

En 2014, le taux de redoublement au secondaire, estimé à 21,9%, est tiré par le niveau
de redoublement en terminale (33,2%). Selon le sexe, les filles (22,5%) sont plus
confrontées au phénomène que les garçons (21,4%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 82


SESN 2014

Graphique III-14 : Taux de redoublement au secondaire par année d’étude et par sexe en 2014

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

L’analyse selon la région du niveau de redoublement au secondaire fait apparaître


quelques disparités. De 16,4% à Dakar, le taux de redoublement a atteint 34,8% à
Kolda, soit un tiers des apprenants pour cette région. Dans les régions de Matam,
Ziguinchor et Fatick, plus du quart des élèves ont été contraints au phénomène.

Graphique III-15 : Taux de redoublement au secondaire par sexe et par région en 2014

Taux (%)

34,8
40,0

28,7
28,5

35,0
26,4
25,5
24,3
23,5
23,1
22,8

30,0
21,9
21,0
20,0
18,3
17,7

25,0
16,4

20,0
35,1
31,7
30,2

29,8

15,0
27,3
26,6

25,7
24,3

23,8
23,0
22,5
20,8
18,9
18,4

10,0
16,7
16,2

17,2

17,9

19,3

19,2

21,4

22,7

22,5

21,4

22,2

25,4

25,7

27,6

26,1

34,6

5,0

0,0

Filles Garçons Ensemble IP

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 83


SESN 2014

III.4.5. LA REUSSITE AU BACCALAUREAT

Le baccalauréat sanctionne la fin des études secondaires. Il constitue le diplôme


d’accès à l’enseignement supérieur. En 2014, le niveau de réussite au baccalauréat a
baissé de 6,7 points, comparativement à 2013, en passant de 38,5% à 31,8%. Le
niveau de réussite est plus élevé chez les garçons (34,1%), soit 5 points de plus que
celui des filles (29,1%).

Au niveau régional, les résultats varient de 18,7% pour Kolda à 43,7% à Matam. L’axe
Sud - Est a enregistré les plus faibles niveaux de succès au baccalauréat. Dans ces
régions, à l’exception de Tambacounda (26,9%), moins du quart des élèves ont réussi
aux examens. Des contreperformances, sous l’angle de baisse des taux de réussite au
bac, sont notées dans toutes les régions en 2014.

Graphique III-16 : Taux de réussite au bac par académie et selon le sexe en 2014

Taux (%)

60,0

43,7
50,0

37,4
35,6
34,4
34,0
32,5
31,8
31,2
31,0

40,0
26,9
22,8
22,3
20,4
19,0

30,0
18,7

37,1
20,0

35,4
31,5
29,7

29,2
29,1

27,8
26,3
25,6

25,6
22,4
17,6

16,9

10,0
15,1

13,9
20,6

21,0

22,5

26,1

21,8

29,8

35,6

34,6

34,1

36,7

38,2

38,5

39,0

39,5

48,4
0,0

Filles Garçons Ensemble IP

Source : Annuaire statistique (Scolaire) national, 2014

III.5. L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET LA FORMATION


PROFESSIONNELLE

L’Enseignement technique et la Formation professionnelle (ETFP) occupe une place de


choix dans les priorités déclinées à travers l’axe II du Plan Sénégal émergent (PSE).
Dans le plan stratégique pour l’éducation qu’est le PAQUET, cette attention à la
formation professionnelle est nettement spécifiée. L’ETFP contribue, par le
développement des compétences, au renforcement du capital humain gage d’une
insertion économique.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 84


SESN 2014

III.5.1. LES ETABLISSEMENTS ET EFFECTIFS DE LA FORMATION


PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Le réseau des établissements dispensant un enseignement technique et/ou une


formation professionnelle est constitué de lycées techniques et de centres (ou instituts)
de formation professionnelle couvrant plusieurs filières dans des secteurs divers et
variés. Les structures, au nombre de 300 en 2013, comportent onze lycées techniques
exclusivement publics. Le secteur privé concentre 69,9% des centres de formation.
Les structures sont inégalement réparties entre les régions. La région de Dakar
concentre 47,0% des établissements d’enseignement professionnel et celle de Thiès
17,0%.

Tableau III-6 : Répartition des structures par région en 2013

Centres/instituts de  
Lycées 
formation  Ensemble 
techniques*
Région  professionnelle 
Pourcentage de 
Part du  Part du 
Nombre  Nombre  Nombre  la région dans 
privé  privé 
l’effectif global 
 Dakar  138  86,2 3  141  84,4  47,0
Diourbel  13  38,5 1  14  35,7  4,7
 Fatick  8  12,5 0  8  12,5  2,7
 Kaffrine  3  33,3 0  3  33,3  1,0
 Kaolack  11  72,7 1  12  66,7  4,0
 Kédougou  2  0,0 1  3  0,0  1,0
 Kolda  9  55,6 1  10  50,0  3,3
 Louga  7  42,9 0  7  42,9  2,3
 Matam  3  0,0 0  3  0,0  1,0
 Sédhiou  2  0,0 0  2  0,0  0,7
 St Louis  13  53,8 1  14  50,0  4,7
 
8  37,5 1  9  33,3  3,0
Tambacounda 
 Thiès  50  76,0 1  51  74,5  17,0
 Ziguinchor  22  54,5 1  23  52,2  7,7
SENEGAL  289  69,9 11  300  67,3  100,0
Source : Annuaire statistique du Ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de
l’Artisanat, 2013/*lycée technique uniquement dans le public

Pour les apprenants, un effectif de 48 116 élèves (constitué de 50,9% de filles) est
dénombré en 2013. L’enseignement technique totalise un nombre de 8 563 apprenants
(soit 17,8%) et l’effectif du privé représente 55,9% de l’ensemble des apprenants.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 85


SESN 2014

III.5.2. L’EFFICACITE INTERNE DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE


ET L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE

L’efficacité interne est abordée sous l’angle de la réussite aux examens dans
l’enseignement technique et la formation professionnelle. Le niveau de réussite dans
ledit enseignement est estimé en 2013 à 50,1% correspondant à un taux de réussite
de 48,8% dans l’enseignement technique et de 50,6% dans la formation
professionnelle.

L’examen de la situation dans l’enseignement technique selon les séries met en lumière
une faiblesse de résultats en T1 (37,2%) et en S5 (39,7%). Il faut noter qu’en série
F6, la réussite a été de 100% au baccalauréat de 2013.

Concernant la formation professionnelle, les résultats de 2013 dressent une situation


où 8 apprenants sur 10 ont connu le succès pour les examens du Brevet professionnel
(BP). Un peu plus de la moitié des candidats aux examens du Certificat d'Aptitudes
professionnelles ont connu une réussite. Le niveau de réussite moindre est noté au
Brevet de Technicien (45,5%).

Tableau III-7 : Résultats du baccalauréat technique et des examens professionnels et en 2013

Type d'enseignement  Séries/Diplômes  Inscrits  Taux de réussite (%) 


ETFP  17001  50,1 
G  3634  49,7 
T1  242  37,2 
T2  186  42,5 
Enseignement   F6  19  100,0 
technique  S3  119  55,5 
S4  85  42,4 
S5  63  39,7 
Total   4348  48,8 
CAP  4813  51,2 
BEP  2895  48,5 
Formation  BT  1848  45,5 
 professionnelle  BTS  2559  49,0 
BP  538  81,2 
Total  12653  50,6 
Source : Annuaire statistique du Ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de
l’Artisanat, 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 86


SESN 2014

III.6. L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

L’enseignement supérieur est dispensé dans les universités et écoles de formation


supérieure. L’université publique constitue le premier maillon pour l’enseignement
supérieur au Sénégal. Cinq universités publiques sont répertoriées sur le territoire :
l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), l'université Gaston Berger de St Louis
(UGB), l'université de Thiès (UT), l'université Alioune Diop de Bambey (UADB) et
l'université Assane Seck de Ziguinchor (UAS). Une volonté d’extension de l’offre
d’enseignement est affichée avec les projets d’université du Sine-Saloum et les espaces
numériques ouverts (ENO). Cette diversification de l’offre est dictée par l’augmentation
de la demande consécutive à la scolarisation massive dans les niveaux inférieurs (du
primaire au secondaire).

En 2014, l’enseignement supérieur a connu un événement marquant, à savoir la tenue


d’un conseil présidentiel sur l’avenir dudit enseignement. A cet effet, onze mesures ont
été prises par le Chef de l’Etat allant dans le sens de la mise en œuvre de la nouvelle
politique d’enseignement supérieur. Ses mesures visent à étendre l’accès à
l’enseignement supérieur et, entre autres, à promouvoir la recherche et l’innovation.

Les étudiants inscrits pour l’enseignement supérieur en 2014 sont estimés à 143097
apprenants dont 39521 nouveaux bacheliers. L’UCAD a concentré 58,4%9 des
étudiants. A côté des universités publiques, plusieurs centres de formation
professionnelle officient dans le secteur privé. Leur nombre, de 102 en 2013, avait
permis d’enrôler 19,3% des étudiants.

Le manque d’informations centralisées pour le secteur n’a pas permis d’étendre


l’analyse du secteur et constitue une des contraintes de celui-ci.

III.7. LE FINANCEMENT DU SECTEUR DE L’EDUCATION

Dans la poursuite de l’objectif d’éducation pour tous, des efforts conséquents sont
nécessaires pour la scolarisation massive prônée. L’augmentation continue des effectifs
à tous les niveaux d’enseignement met en lumière les besoins d’accompagnement en
particulier de financement du secteur. Au Sénégal, l’option d’une éducation
démocratique et gratuite dans le public confère à l’Etat la responsabilité de son
financement. Trois autres catégories d’acteurs participent néanmoins, à côté de l’Etat,
au financement. Il s’agit des ménages sénégalais, des collectivités locales et des

9
Cf. Rapport sur les comptes nationaux de l’éducation.
Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 87
SESN 2014

partenaires financiers et techniques. Les contributions cumulées de ces acteurs ont été
estimées à 30% du financement en 2012.

En 2013, le budget voté pour l’éducation évalué à 538,36 milliards de FCFA a été
exécuté à hauteur de 91,0%. Les dépenses de fonctionnement représentant 83,8%
du volume des dépenses exécutées du budget sont de l’ordre de 450,98 milliards.

Le financement selon le type d’enseignement ou le niveau d’étude met en avant une


plus grande part des ressources orientées vers l’enseignement élémentaire (42,3%).
L’enseignement supérieur qui suit dans l’ordre des ressources représente 19,4% de
l’enveloppe sectorielle. L’administration générale a une proportion non des moindres
(15,0%). Cette répartition est peu conforme à la hiérarchisation déclinée dans le
PAQUET et dans la lettre de politique générale de l’éducation où l’enseignement
technique qui y occupe une place de choix n’a bénéficié que 6,8% des ressources
allouées au secteur.

Graphique III-17 : Répartition intra sectorielle du budget en 2013

Education de base des  Administration 
jeunes et adultes; 0,8 générale
15,4

Formation 
Professionnelle et 
Technique Développement Intégré 
6,8 de la Petite Enfance
0,3

Enseignement 
supérieur
19,4

Enseignement Moyen 
et secondaire Enseignement 
15,0 élémentaire
42,3

Source : Système Intégré de Gestion des Finances Publiques (SIGFIP)

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 88


SESN 2014

Conclusion
Le système éducatif a connu en 2014 quelques changements relatifs à l’application des
nouvelles tranches d’âge scolaire. Cette situation a influé sur le système d’information
des statistiques du secteur et a engendré des ruptures dans l’évolution des indicateurs
phares de l’éducation à savoir les taux de scolarisation et ceux d’accès. Les
établissements et les effectifs sont restés dans leur rythme d’augmentation, tandis que
les indicateurs de qualité mettent en évidence des contreperformances dans la réussite
aux examens.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EDUCATION 89


SESN 2014

Chapitre IV : EMPLOI

Chapitre IV :
Introduction

Le diagnostic établi lors de l’élaboration du Programme Sénégal


émergent (PSE) en 2014 fait ressortir une faible articulation entre le

EMPLOI
marché du travail, la formation professionnelle et la politique
d’accompagnement pour l’emploi. Le système d’information pour le
suivi du marché du travail reste également très peu performant. Ce
diagnostic consolide celui déjà fait par le Document de politique pour
le secteur de l’emploi de la Nouvelle Politique nationale de l’Emploi
(NPNE) pour la période 2010-2015 et le Programme Pays de
Promotion du Travail décent (PPTD) pour 2012-2015 élaboré avec
l’appui du Bureau international du Travail (BIT).

Pour pallier ces limites susmentionnées, le PSE qui est le cadre de


référence de la politique économique prévoit de créer chaque année
100 000 à 150 000 emplois décents, productifs et rémunérateurs à
travers :

 la promotion des investissements publics à haute intensité de


main-d’œuvre (HIMO) ;
 l’amélioration du suivi du marché du travail.

Au niveau sectoriel, l’Agence nationale de la Statistique et de la


Démographie (ANSD) a élaboré un Plan d’action de mise en œuvre
des Enquêtes nationales sur l’Emploi au Sénégal (ENES) sur la période
2014-2017 qui pourrait aider à assurer une bonne gestion de ce
second pilier de la politique de création d’emplois du PSE. Ce Plan
d’action vise essentiellement l’amélioration du dispositif de suivi de
l’emploi et de façon spécifique l’adhésion du Sénégal à la Norme
spéciale de Diffusion des Données (NSDD) du Fonds monétaire
international (FMI). La présentation de ce Plan d’action fait l’objet de
la première partie de ce chapitre.

Cette dernière est suivie d’une description de la situation de l’emploi.


Les données utilisées dans le cadre de cette analyse sont celles issues

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 90


SESN 2014

du Recensement général de la Population et de l’Habitat, de l’Agriculture et de l’Elevage


(RGPHAE) de 2013. La structure de l’économie sénégalaise n’ayant pas changé de
sorte à modifier les tendances sur le marché du travail, ces données restent pertinentes
pour servir d’analyse.

IV.1. LE PLAN D’ACTION DE MISE EN ŒUVRE DES ENES

Il sera présenté dans cette section le contexte et l’opportunité de l’élaboration de ce


Plan d’action. Les objectifs visés sont aussi déclinés.

IV.1.1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PLAN D’ACTION

L’élaboration du document de politique nationale de l’emploi en 1997 marquait l’acuité


de la question de l’emploi et du chômage au Sénégal, notamment celui des jeunes et
une volonté affirmée de l’autorité publique à trouver des réponses adéquates à cette
problématique. A la suite de ce premier, un document de politique pour le secteur de
l’emploi a été élaboré en 2010 dans le cadre de la Nouvelle Politique nationale de
l’Emploi (NPNE) qui couvre la période de 2010 à 2015. Ce plan s’inscrit, à moyen terme,
dans une perspective de création d’un nombre d’emplois modernes, productifs,
durables et rémunérateurs permettant d’assurer l’adéquation entre l’offre et la
demande d’emploi.

Le chômage, le sous-emploi et les conditions de vie des travailleurs constituent


aujourd’hui des préoccupations majeures tant aux niveaux national que régional. En
effet, ces préoccupations ont fait l’objet d’un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat
et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Ouagadougou du 8 au 9 septembre
2004. Lors de ce Sommet, l’UA, dans sa déclaration appelée « Déclaration de
Ouagadougou », a invité les pays membres à mettre l’emploi et la lutte contre la
pauvreté au centre de leurs politiques de développement. Cette déclaration a été suivie
d’un Plan d’action pour son application effective. Par ailleurs, la dix-septième Session
ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine (tenue à Malabo en juillet 2011) a pris
l’engagement de « réduire de 2% par an le chômage des jeunes, sur une période de
5 ans ». Le respect des engagements du gouvernement nécessite dès lors un dispositif
de suivi qui soit à même de renseigner de façon annuelle le taux de chômage au
Sénégal.

Par ailleurs, le Sénégal a adhéré au Système Général de Diffusion des Données (SGDD)
et est en train de faire le nécessaire pour son adhésion à la Norme spéciale de Diffusion
des Données (NSDD). Au rang des préalables à l’adhésion à la NSDD, il y a la

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 91


SESN 2014

publication des données macroéconomiques et sociodémographiques, notamment de


l’emploi selon une périodicité et un degré d’actualité bien déterminés. Le manque
d’informations statistiques pertinentes et à jour sur l’emploi au Sénégal constitue une
limite réelle à cette adhésion.

En 2003, la Direction de la Prévision et de la Statistique, devenue en partie l’Agence


nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), a réalisé la phase 1 du
dispositif des enquêtes 1-2-3 qui consistait en la mesure de l’emploi, du chômage et
des conditions d’activité dans l’agglomération de Dakar. Les résultats de cette enquête
ont permis d’appréhender la question de l’emploi, vu la place que Dakar occupe au
sein de l’économie sénégalaise et par sa capacité de résorption du chômage.
Cependant la restriction de cette enquête à la seule capitale limitait la portée de cette
opération quant à la connaissance des questions d’emploi, du chômage et de la
transition vers la vie active au Sénégal. Selon la deuxième Enquête de Suivi de la
Pauvreté au Sénégal (ESPS II, 2011), le chômage et le sous emploi touchent plus d’un
quart de la population en âge de travailler. Les jeunes qui constituent la composante
dominante de cette population sont en conséquence les plus touchés.

En outre, des paradigmes nouveaux tels que le travail décent et les questions
d’assurance maladie intègrent désormais le champ d’analyse de l’Emploi ; ces
préoccupations n’ont pas été prises en compte de façon systématique par les modules
« emploi » des enquêtes ménages réalisées jusque-là par l’ANSD, notamment les deux
ESPS, les deux Enquêtes sénégalaises Auprès des Ménages (ESAM) et l’enquête 1-2-
3.

Le manque d’informations relatives aux difficultés d’intégrer et de rester sur le marché


de l’emploi, notamment pour les jeunes à la fin de leur formation, fait que la plupart
des problèmes décelés dans le cadre de la NPNE évoquée plus haut restent sans
solution à l’état actuel. C’est pour pallier ces insuffisances du Système statistique
national (SSN) que l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD)
a élaboré un Plan d’action pluriannuel (2014-2017) pour mettre en place un dispositif
de suivi de l’emploi qui, in fine, produira des statistiques sur une base trimestrielle en
conformité avec les exigences de la Norme spéciale de Diffusion des Données (NSDD).

IV.1.2. OBJECTIFS DU PLAN D’ACTION

L’objectif principal de ce Plan d’action est de mettre en place un dispositif de mesure


et suivi de l’emploi au Sénégal à travers la réalisation des enquêtes emploi. Ce plan

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 92


SESN 2014

pluriannuel qui s’étale sur une durée de trois (3 ans) prévoit la réalisation des Enquêtes
nationales sur l’Emploi au Sénégal (ENES) selon une séquence bien définie qui doit
aboutir à terme à la mise en place d’un dispositif trimestriel de suivi de l’emploi au
Sénégal.

En effet, les questions d’emploi ont toujours été prises en compte dans les enquêtes
ménages et recensements que l’ANSD (ou l’ex Direction de la Prévision et de la
Statistique) a réalisés, mais n’ont pas été étudiées et mesurées de façon systémique
dans toutes ses dimensions et manifestations.

Ces enquêtes prévues dans le Plan d’action visent les objectifs spécifiques suivants :

 mesurer le chômage et l’emploi, identifier les secteurs d’activités à plus forte


capacité de création d’emplois ;

 définir le profil des demandeurs d’emploi ;


 mesurer la demande d’emploi particulièrement celle des jeunes et les
dynamiques du marché du travail ;
 déterminer la structure de cette demande en termes de caractéristiques
sociodémographiques, de formation et de qualification professionnelle ;
 évaluer les canaux de recherche d’un emploi et la durée d’obtention du premier
emploi après la sortie du système éducatif ou de formation professionnelle ;
 évaluer la durée d’occupation d’un emploi notamment le premier emploi ;
 évaluer les conditions d’exercice de ces emplois notamment la protection sociale
accordée aux différentes catégories socioprofessionnelles ;
 servir de support d’analyse statistique pour les programmes et stratégies de
promotion de l’emploi notamment celui des jeunes et des femmes.

IV.2. LE SECTEUR DE L’EMPLOI AU SENEGAL EN 2014

Le secteur de l’emploi au Sénégal sera analysé dans cette section à travers les
indicateurs clés du marché que sont la main d’œuvre potentielle, le niveau d’activité,
le niveau d’occupation et le niveau du chômage. Les informations fournies portent sur
l’activité habituelle au sens économique du terme, c’est-à-dire celle réalisée
principalement au cours des 12 derniers mois.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 93


SESN 2014

IV.2.1. LA POPULATION POTENTIELLEMENT ACTIVE

La population potentiellement active (ou en âge de travailler), qui est celle des
individus âgés de 15 ans ou plus s’élève à 7 728 868, soit 58,2% de la population
totale. Cette limite d’âge (15 ans) a été fixée par la Convention 138 de l'Organisation
internationale du Travail (OIT) sur l’âge minimum pour participer aux activités de
production de biens et services. Cette population presque égalitairement répartie entre
les milieux de résidence est en majorité féminine (52,0%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 94


SESN 2014
Tableau IV-1 : Répartition par région, milieu de résidence et sexe de la population potentiellement active au Sénégal en 2013

Tableau 4.1:
Urbain Rural National

Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total

DAKAR 1 015 048 1 016 424 2 031 472 31 450 32 124 63 574 1 046 498 1 048 548 2 095 046

ZIGUINCHOR 79 778 79 355 159 133 85 410 82 152 167 562 165 188 161 507 326 695

DIOURBEL 58 657 78 579 137 236 295 495 379 650 675 145 354 152 458 229 812 381

SAINT-LOUIS 118 534 127 212 245 746 123 756 139 780 263 536 242 290 266 992 509 282

TAMBACOUNDA 47 396 47 074 94 470 128 975 134 846 263 821 176 371 181 920 358 291

KAOLACK 90 673 110 453 201 126 146 779 163 455 310 234 237 452 273 908 511 360

THIES 258 868 275 784 534 652 243 417 257 500 500 917 502 285 533 284 1 035 569

LOUGA 50 138 62 105 112 243 175 627 196 986 372 613 225 765 259 091 484 856

FATICK 28 056 34 215 62 271 146 960 161 435 308 395 175 016 195 650 370 666

KOLDA 49 186 48 394 97 580 120 381 126 042 246 423 169 567 174 436 344 003

MATAM 29 500 34 002 63 502 100 178 124 364 224 542 129 678 158 366 288 044

KAFFRINE 22 245 25 413 47 658 114 208 124 592 238 800 136 453 150 005 286 458

KEDOUGOU 11 563 10 467 22 030 27 672 28 529 56 201 39 235 38 996 78 231

SEDHIOU 24 716 23 838 48 554 85 643 93 789 179 432 110 359 117 627 227 986

SENEGAL 1 884 358 1 973 315 3 857 673 1 825 951 2 045 244 3 871 195 3 710 309 4 018 559 7 728 868
Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 95


SESN 2014

Une analyse de sa répartition par région montre qu’elle est identique à celle de la
population totale et fait ressortir une inégale répartition entre les régions. En effet, la
plus forte concentration de cette population en âge de travailler se retrouve dans les
régions de Dakar, Thiès et Diourbel où l’on retrouve un peu plus de la moitié de cette
population (avec 27,1% pour Dakar, 13,4% pour Thiès et 10,5% pour Diourbel).

Graphique IV-1 : Répartition par région de la population potentiellement active par région et par sexe

 30,0

 25,0

 20,0

 15,0

 10,0

 5,0

 ‐

Masculin Féminin Total

Source : ANSD. RGPHAE 2013

IV.2.2. LA POPULATION HABITUELLEMENT ACTIVE

La population habituellement active est mesurée par le RGPHAE comme étant


l’ensemble des individus potentiellement actifs (15 ans ou plus) qui, au cours des 12
derniers mois, ont eu à occuper un emploi pendant au moins 3 mois ou qui sont
inoccupés et sont à la recherche active d’un emploi. Les taux d’activité ainsi calculés
sont le rapport de cette population à celle en âge de travailler.

Au Sénégal, un individu sur deux (50,5%) de la population en âge de travailler est


actif. L’analyse selon le sexe révèle des inégalités, et ce, quelle que soit la région. Le
niveau d’activité des hommes est estimé à 69,0% contre 33,3% pour les femmes. Par
ailleurs, il est noté que dans toutes les régions, la structure par sexe de la population
potentiellement active est différente de celle de la population habituellement active,
sauf dans les régions de Kédougou et Ziguinchor.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 96


SESN 2014

Tableau IV-2 : Taux d’activité habituelle par région, selon le milieu de résidence et le sexe

Urbain Rural National

Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total


DAKAR 63,5 31,3 47,4 78,8 36,8 57,3 74,7 35,4 54,7
ZIGUINCHOR 52,9 32,0 42,6 69,1 52,0 60,2 65,5 48,0 56,5
DIOURBEL 64,2 28,8 45,3 82,0 33,6 56,7 79,1 32,8 54,8
SAINT-LOUIS 64,6 24,2 45,4 77,7 35,0 56,0 73,8 32,1 53,0
TAMBACOUNDA 63,7 25,5 44,0 70,3 24,7 46,1 67,1 25,1 45,1
KAOLACK 56,1 25,6 39,4 70,3 34,3 51,5 68,0 32,8 49,4
THIES 60,9 31,8 46,5 77,6 41,8 59,3 72,7 39,1 55,7
LOUGA 63,5 28,8 45,6 70,3 27,6 48,4 66,8 28,2 46,9
FATICK 63,6 30,7 45,4 76,5 31,9 52,9 73,6 31,7 51,2
KOLDA 55,6 29,4 42,5 60,0 32,4 46,5 57,8 30,9 44,5
MATAM 53,3 29,3 40,4 65,7 34,3 48,3 62,9 33,2 46,6
KAFFRINE 62,1 26,7 41,8 71,4 26,7 46,3 69,9 26,7 45,5
KEDOUGOU 60,5 28,1 42,7 72,2 33,3 51,7 67,8 31,2 48,2
SEDHIOU 69,6 39,8 54,7 70,7 33,0 51,7 69,6 39,6 54,6
SENEGAL 65,8 34,3 49,7 72,4 32,4 51,3 69,0 33,3 50,5
Source : ANSD. RGPHAE 2013

Selon le groupe d’âge, le niveau d’activité varie sensiblement dans la population en


âge de travailler ; les niveaux d’activité les plus élevés étant notés chez les 35-39 ans
(65,0%), 40-44 ans (64,8%), 45-49 ans (64,2%) et les 30-34 ans (63,2%).

Graphique IV-2 : Taux d’activité habituelle selon le groupe d’âges et par sexe

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
15‐19 20‐24 25‐29 30‐34 35‐39 40‐44 45‐49 50‐54 55‐59 60‐64 65‐69 70,+

Masculin Féminin Total

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 97


SESN 2014

IV.2.3. LA POPULATION HABITUELLEMENT OCCUPEE

La population habituellement occupée est composée des actifs qui, durant les 12
derniers mois, ont eu à exercer en continue un emploi salarié ou non pour une durée
au moins égale à 3 mois. Le taux d’occupation habituelle est estimé à 37,5% parmi les
personnes âgées d’au moins 15 ans. Le niveau d’occupation est plus important chez
les hommes avec un taux estimé à 56,6%, comparativement à celui des femmes qui
est de 19,9%.

Une analyse selon la région révèle que les régions de Dakar, Kaffrine et Kédougou,
avec respectivement des taux d’occupation de 46,4%, 42,8% et 39,1%, ont un niveau
qui dépasse le niveau national.

Tableau IV-3 : Taux d’occupation habituelle par région, selon le milieu de résidence et le sexe

Urbain Rural National

   Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total

DAKAR 62,7 30,3 46,5 65,2 23,4 44,1 62,8 30,1 46,4

ZIGUINCHOR 47,7 19,5 33,6 46,8 16,5 31,9 47,2 17,9 32,7

DIOURBEL 54,3 19,0 34,1 56,9 14,3 32,9 56,5 15,1 33,1

SAINT-LOUIS 56,0 18,2 36,4 55,0 10,7 31,5 55,5 14,2 33,8

TAMBACOUNDA 51,4 15,9 33,7 55,6 15,5 35,1 54,5 15,6 34,7

KAOLACK 53,4 20,0 35,1 56,8 13,0 33,7 55,5 15,8 34,3

THIES 55,2 20,6 37,3 54,4 13,3 33,3 54,8 17,1 35,4

LOUGA 56,1 20,7 36,5 58,5 14,2 35,1 57,9 15,8 35,4

FATICK 46,1 17,1 30,2 57,0 17,7 36,4 55,3 17,6 35,4

KOLDA 49,9 19,4 34,7 50,6 17,6 33,7 50,4 18,1 34,0

MATAM 33,2 8,9 20,2 40,0 6,8 21,6 38,5 7,3 21,3

KAFFRINE 57,6 19,0 37,0 67,1 22,7 43,9 65,5 22,1 42,8

KEDOUGOU 49,3 14,6 32,8 62,4 21,4 41,6 58,5 19,6 39,1

SEDHIOU 37,0 11,2 24,3 51,3 25,0 37,6 48,1 22,2 34,7

SENEGAL 57,9 24,7 40,9 55,3 15,2 34,1 56,6 19,9 37,5
Source : ANSD. RGPHAE 2013

L’analyse du niveau d’occupation selon les classes d’âges révèle que les 45-49 ans
(50,7%), 35-39 ans (50,5%), 40-44 ans (50,4%) et les 50-54 ans (48,9%) enregistrent
les niveaux d’occupation les plus élevés.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 98


SESN 2014

Graphique IV-3 : Taux d’occupation habituelle selon le groupe d’âges et par sexe

 80,0

 70,0

 60,0

 50,0

 40,0

 30,0

 20,0

 10,0

 ‐

Masculin Féminin Total

Source : ANSD. RGPHAE 2013

IV.3. LA POPULATION HABITUELLEMENT AU CHÔMAGE

Le niveau de chômage qui est mesuré par le RGPHAE est le chômage déclaré et
habituel. Une personne est considérée comme étant habituellement au chômage si au
cours des 12 derniers mois, elle n’a pas occupé un emploi pour une durée d’au moins
3 mois et est à la recherche active d’un emploi qu’elle est disposée à occuper.

Sous ce rapport, le taux de chômage déclaré est évalué à 25,7%. Ce taux cache des
disparités selon le milieu de résidence et le sexe. En milieu urbain, le taux de chômage
est de 17,6% (12% chez les hommes contre 28,0% chez les femmes). En milieu rural,
ce taux est évalué à 33,4% (23,6% chez les hommes contre 53% chez les femmes).
Globalement, le taux de chômage chez les hommes au niveau national est de 18%
contre 40,3% chez les femmes.

Par ailleurs, c’est dans les régions de Matam, Kolda, Sédhiou, Tambacounda et Louga
qu’on enregistre les plus forts taux de chômage avec, respectivement 54,3%, 38,9%,
38,5%, 36,5% et 30,9%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 99


SESN 2014

Tableau IV-4 : Taux de chômage habituel par région, selon le milieu de résidence et le sexe

Urbain Rural National


   Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total Masculin Féminin Total
DAKAR 9,8 23,9 15,0 7,8 29,1 14,7 9,7 24,1 14,9 
ZIGUINCHOR 14,2 33,8 21,0 21,9 49,2 31,3 18,3 42,0 26,5 
DIOURBEL 12,6 28,9 18,5 20,3 46,6 28,8 19,1 43,5 27,2 
SAINT-LOUIS 12,2 28,8 17,2 21,8 56,9 31,8 17,3 43,3 24,9 
TAMBACOUNDA 19,1 49,1 28,9 29,4 58,0 38,8 27,0 55,9 36,5 
KAOLACK 11,7 28,9 17,9 21,4 60,9 34,8 18,1 49,3 28,9 
THIES 13,2 28,4 18,1 22,6 51,7 31,2 18,0 39,4 24,6 
LOUGA 11,9 32,7 19,7 23,6 55,5 33,7 21,3 50,2 30,9 
FATICK 17,8 33,4 23,4 18,9 48,5 29,2 18,8 46,4 28,5 
KOLDA 18,0 39,2 25,2 34,8 58,0 43,1 30,7 53,7 38,9 
MATAM 37,7 69,5 50,0 39,1 80,2 55,3 38,9 78,1 54,3 
KAFFRINE 10,3 34,0 18,3 18,2 32,5 22,6 17,1 32,7 22,0 
KEDOUGOU 23,8 39,6 27,8 19,7 38,8 25,7 20,7 38,9 26,2 
SEDHIOU 30,2 64,9 43,0 25,7 52,0 37,6 26,5 53,8 38,5 
SENEGAL 12,0 28,0 17,6 23,6 53,0 33,4 18,0 40,3 25,7
Source : ANSD. RGPHAE 2013

L’analyse du niveau de chômage selon les classes d’âges a révélé que le phénomène
touche plus les jeunes. En effet, les 15-19 ans, 20-24 ans et 25-29 ans, avec
respectivement 32,8%, 30,5% et 27,8%, présentent les niveaux de chômage déclaré
les plus élevés.

Graphique IV-4 : Taux de chômage habituel selon le groupe d’âges et par sexe

 50,0
 45,0
 40,0
 35,0
 30,0
 25,0
 20,0
 15,0
 10,0
 5,0
 ‐

Masculin Féminin Total

Source : ANSD. RGPHAE 2013

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 100


SESN 2014

Conclusion
L’analyse du secteur de l’emploi en 2014 met en évidence le manque d’informations y
afférentes. Ce constat limite la portée de cette étude. Le Plan d’action de mise en
œuvre des Enquêtes nationales sur l’Emploi au Sénégal (ENES) élaboré par l’Agence
nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) permettra, si il est bien mené,
de pallier ce manque d’informations sur le marché du travail et partant servira de
support d’analyse pour les projets et programmes de promotion de l’emploi de l’Etat
notamment le Plan Sénégal émergent (PSE). La bonne exécution de ce Plan d’action
nécessite une bonne synergie d’action entre tous les services et structures qui
travaillent sur les questions de l’emploi et de travail au Sénégal, une programmation
conséquente des activités et un financement adéquat.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EMPLOI 101


SESN 2014

Chapitre V : SANTE

Chapitre V :
Introduction

L’administration sénégalaise poursuit ses mutations relatives à la


Gestion Axée sur les Résultats (GAR) enclenchées depuis plusieurs

SANTE
années. Ainsi, la publication du premier Document de Programmation
Pluriannuelle des Dépenses (DPPD) 2014 – 2016 du Ministère de la
Santé et de l’Action Sociale (MSAS) a pu être réalisée en fin 2013.

Ce chapitre santé de 2014 coïncide donc avec la première année de


mise en œuvre du DPPD. Cependant, malgré l’amélioration dans la
disponibilité de certaines données, l’absence de certaines statistiques
de routine limite toujours sa portée.

Le rapport final de l’Enquête Démographique et de Santé Continue


(EDS-Continue) de 2014 et le premier Document de Programmation
Pluriannuelle des Dépenses (DPPD) 2014 – 2016 du Ministère de la
Santé et de l’Action Sociale (MSAS) serviront ainsi de référence dans
la rédaction de ce présent chapitre. Il s’articule autour de trois (3)
parties. La première présente le système de santé sénégalais à travers
la politique de santé et la situation sanitaire, le personnel ainsi que les
infrastructures du secteur. La deuxième présente les activités du
secteur de la santé. Une analyse de l’état de santé de la population
sénégalaise en 2014 à travers la morbidité et la mortalité, qui
constitue la troisième partie, bouclera ce chapitre.

V.1. SYSTEME DE SANTE SENEGALAIS

Depuis maintenant plusieurs années, la gouvernance sanitaire du


MSAS est renforcée régulièrement. Ainsi, dans ce cadre, le
Gouvernement du Sénégal travaille en étroite collaboration avec les
partenaires techniques et financiers. En outre, une parfaite
fonctionnalité des cadres de coordination, de suivi et d’évaluation du
PNDS 2009-2018 est notée ces dernières années.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 102


SESN 2014

V.1.1. POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE ET SITUATION SANITAIRE

Les Etats membres de l’ONU ont adopté le nouveau programme de développement


durable en septembre 2014, qui s’articule autour de 17 Objectifs de Développement
Durable (ODD) assortis de 169 cibles à atteindre en 2030. Ces ODD viennent remplacer
les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui étaient au nombre de
huit et dont la poursuite de leur atteinte a permis de réaliser d’importants progrès en
matière de développement entre 2000 et 2015.

A ce titre, le Sénégal s’est fixé un certain nombre d’objectifs lors de ce sommet des
Etats de l’Organisation des Nations Unies (ONU) par l’adoption du nouveau programme
de développement durable. Pour rappel, la politique dans le secteur de la santé
demeure la poursuite des mutations de la Gestion Axée sur les Résultats (GAR) dans
l’Administration sénégalaise.

Le MSAS a fait de l’informatisation de son système de coordination et de suivi


évaluation une priorité. Ainsi, en 2013, il a introduit l’outil informatisé de planification,
de suivi et d’évaluation : l’e-PTA. En 2014, l’outil informatisé de gestion du système
d’information sanitaire, le DHIS 2 est à son tour introduit. Aujourd’hui, ces deux outils
informatisés sont opérationnels aux différents niveaux de la pyramide sanitaire.

Les autres points forts importants dans la politique du secteur de la santé restent :

- le renforcement de l’intégration de la dimension genre dans les questions de


santé avec la création en 2013 d’une cellule Genre au sein du MSAS. Cette
dernière a entamé un audit genre du secteur de la santé ;
- l’appui à une mise en œuvre effective de la couverture maladie universelle
(CMU). Cette action est matérialisée par la mise en place d’un système de
subvention aux mutuelles de santé et l’extension de la gratuité des soins
sanitaires en faveur des groupes vulnérables.

Par ailleurs, le budget du secteur de la santé a été régulièrement en hausse ces


dernières années. Ceci est le résultat de la priorité accordée au secteur de la santé. La
tendance de la plupart des indicateurs suivis par les programmes de santé au cours de
ces deux dernières décennies révèle une amélioration de la situation sanitaire du pays.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 103


SESN 2014

V.1.2. PERFORMANCES DU SECTEUR

Le tableau 4.1 ci-après résume l’évolution de quelques indicateurs de performance


entre 2013 et 2014. Il ressort de l’examen de ce tableau que l’indicateur taux de
prévalence contraceptive, avec une cible de moins 16% pour l’année 2014, a atteint
un niveau de 20% contre 16% en 2013. Quant au taux d’accouchements assistés par
un personnel qualifié, l’objectif de 78% pour 2014 est loin d’être atteint avec un
résultat de 59%.

Par rapport au taux d'achèvement (couverture adéquate) en CPN, une contre-


performance a été notée en 2014 (48% contre 50% en 2013). Ce résultat est à 5
points de pourcentage de l’objectif fixé pour 2014. En ce qui concerne la proportion
d’enfants malnutris guéris, une contre-performance a été aussi notée avec un résultat
de 75% en 2014 contre 81% en 2013.

En 2014, la proportion d’enfants présentant une diarrhée traitée avec le SRO/ZINC a


connu une forte amélioration avec un niveau 89% contre 55% en 2013. La cible a
même été dépassée de 9 points de pourcentage.

Tableau V-1 : Evolution des indicateurs de performance

Indicateurs Résultats 2013 Cible 2014 Résultats 2014

Taux de prévalence contraceptive 16% >16% 20%


Taux d'achèvement (couverture adéquate) en 50% 55% 48%
CPN
Proportion d’accouchements assistés par du
65% 78% 59%
personnel qualifié
Proportion d’enfants malnutris guéris 81% 81% 75%
Proportion d’enfants présentant une diarrhée
55% 80% 89%
traitée avec le SRO/ZINC
Prévalence VIH dans la population générale* 0,7% <1% <1%
Source : MSAS, rapport du CDSMT de 2014

V.1.3. INFRASTRUCTURES, LES EQUIPEMENTS ET LE PERSONNEL DE SANTE

Concernant les infrastructures aux niveaux central et intermédiaire, en 2014, les


projets antérieurement bloqués sont achevés. En résumé, selon le rapport de
performance, le gap lié aux effectifs de personnels de santé qui devaient être formés
durant l’année 2014 s’explique par un problème d’identification des personnes et des
difficultés de mobilisation des ressources financières nécessaires et à temps. Les
efforts combinés de l’Etat, du MSAS et des partenaires techniques et financiers ont
permis d’atteindre des résultats encourageants. En effet, le recrutement de 1000

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 104


SESN 2014

agents de santé en 2014, obtenu grâce au plaidoyer fort des autorités et des acteurs
de la santé, a non seulement permis de réduire le gap mais également de renforcer
les structures périphériques en personnel qualifié.

Il ressort de la lecture du tableau ci-après que la couverture en poste de santé s’est


légèrement améliorée. En effet, de 1 poste de santé pour 10 851 habitants en 2013,
l’indicateur est passé en 2014 à 1 poste de santé pour 10 495 habitants. La cible fixée
à 1 poste de santé pour 8000 habitants n’a cependant pas pu être atteinte.

Les centres de réadaptation sociale, de scanners acquis, de moyens d’évacuation


acquis (ambulances) sont respectivement passés de 1 centre, 7 scanners et 12
ambulances en 2013 à respectivement 3 centres, 6 scanners et 48 ambulances en
2014. Il faut noter que la cible de 20 ambulances fixée a été largement dépassée. Par
contre, pour les scanners, même si la cible a été légèrement dépassée, une petite
contre-performance est à déplorer. En ce qui concerne le nombre de centre de
réadaptation sociale, le résultat obtenu coïncide avec la cible fixée pour 2014.

Enfin, le budget de la maintenance dans le fonctionnement du secteur a connu un


léger bond, passant de 2% en 2013 à 2,4% en 2014, même si la cible 3% n’a pu être
atteinte.

Tableau V-2 : Infrastructures sanitaires, équipements et personnel


Indicateurs liés aux Résultat
Cible 2014 Résultat2014 Ecart
objectifs 2013
Couverture en postes de santé 1 PS/10851 hts 1 PS/8000 hts 1 PS/10 495 hts 2495 hts
Nombre de Centres de
Réadaptation Sociale 1 3 3 0
Part du budget de la
maintenance dans le 2% 3% 2,4% 0,6%
fonctionnement
Nombre de scanners acquis 7 10 6 -4
Nombre de moyens
d’évacuation acquis 12 20 48 +28
(ambulances)
Niveau d’application des
normes de couverture en 58% 75% 62%
-7%
ressources humaines

Source : MSAS, rapport du CDSMT de 2014

V.2. ACTIVITES DU SECTEUR

Les activités du secteur de la santé dont il sera question dans cette partie peuvent être
regroupées en deux catégories : les activités préventives et celles curatives.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 105


SESN 2014

V.2.1. ACTIVITES PREVENTIVES

Clairement affirmée dans la volonté politique pour le renforcement de la prévention


médicale dans le système de santé, la prévention médicale a toujours été élevée au
rang de priorité par le gouvernement. Les activités préventives dont il est question ici
sont : la prévention du paludisme, la vaccination des enfants et la planification
familiale.

V.2.1.1. Prévention du paludisme

Etre atteinte de paludisme pendant la grossesse pourrait impacter négativement sur


le poids de l’enfant à la naissance et augmenter davantage les risques de décès. Ainsi,
il est recommandé aux femmes enceintes de pratiquer des traitements préventifs
contre le paludisme en prenant au moins 2 doses de Sulfadoxine Pyriméthamine (SP)
comme traitement préventif intermittent (TPIg).

Selon les résultats de l’EDSC 2014, un peu plus de sept femmes enceintes sur dix
(71%) ayant eu une naissance vivante au cours des deux années ayant précédé
l’enquête, ont reçu de la SP au cours des consultations prénatales, mais seulement
40% en ont reçu 2 doses ou plus.

S’agissant de l’utilisation de la Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide (MII) comme


moyen préventif du paludisme, moins de deux femmes enceintes de 15-49 ans sur
cinq (38% contre 43% en 2013) ont dormi sous une MII la nuit précédant l’enquête
(EDSC 2014).

Graphique V-1 : Tendances de l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII) par les
femmes enceintes de 15-49 ans

43%

38%

EDSC 2013 EDSC 2014

Source : ANSD. EDS Continue 2012-2013 et 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 106


SESN 2014

V.2.1.2. Vaccination des enfants

La vaccination est une des priorités du Plan National de Développement Sanitaire


(PNDS 2009 – 2018). En 2014, les cibles des indicateurs « Proportion d’enfants de 0 à
11 mois complètement vaccinés » et « Taux de couverture vaccinale au Penta 3 »
fixées respectivement à 90% et 95% n’ont pu être atteintes. Cependant, des gains
importants de points ont été obtenus par rapport aux résultats enregistrés en 2013.
En effet, la proportion d’enfants de 0 à 11 mois complètement vaccinés est passée de
70% en 2013 à 74% en 2014. Pour ce qui est du taux de couverture vaccinale au
Penta 3, il est passé de 72% en 2013 à 89% en 2014.

En outre, il faut noter que pour deux indicateurs, les cibles fixées ont été largement
dépassées. Il s’agit du taux de couverture au VAR (vaccin anti-rougeoleux) et de la
proportion d’enfants 0-11 mois vaccinés contre le pneumocoque où les résultats ont
atteint 100% en 2014.

Il importe de noter que l’année 2014 a été marquée par un élargissement de la gamme
de vaccins offerts avec notamment l’introduction de la deuxième dose de rougeole et
du vaccin contre les rota virus.

Tableau V-3 : Indicateurs relatifs à la vaccination PEV


Résultats Résultats 2014
Indicateurs Clés Cibles 2014
2013
Proportion d’enfants de 0 à 11 mois 74%
70% 90%
complètement vaccinés
89%
Taux de couverture vaccinale au Penta 3 72% 95%
Taux de couverture au VAR (vaccin anti- 100%
65% 85%
rougeoleux)
Proportion d’enfants 0-11 mois vaccinés contre le 100%
ND 60°%
pneumocoque
Proportion d’enfants 0-11 mois vaccinés contre le
ND 50% ND
rota virus
Source : Rapport CDSMT, MSAS 2013& EDS continue, ANSD 2014

V.2.1.3. Planification familiale

Dans cette section, il ne sera question que de la disponibilité des services de


planification familiale (PF). En plus, faute de données, une comparaison avec les
résultats de l’année 2013 ne sera pas effectuée.

Selon les résultats de l’Enquête Continue sur la Prestation des Services de Soins de
Santé (ECPSS) 2014, dans l’ensemble, 87% de toutes les structures de santé offrent

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 107


SESN 2014

une méthode moderne de PF (pilule, injection, implants, DIU, condom masculin ou


féminin, collier du cycle, diaphragme ou spermicides).

S’agissant des méthodes les plus utilisées par les femmes en union selon l’EDSC 2014,
les résultats montrent que parmi les 316 structures offrant un service quelconque de
PF, 53% fournissent l’injectable progestatif seul (2- ou 3- mois), 5% l’injectable
combiné, 57% la pilule contraceptive orale, 56% la pilule progestatif seulement et 43%
l’implant. Quant au condom masculin, il est fourni par 83% de structures.

Graphique V-2 : Méthodes de PF fournies par les structures

Contraception d'urgence 38

Ligatures des trompes 2

Collier du cycle (méthodes des jours fixes) 39

Implant 43

Dispositif intra‐utérin (DIU) 41

Condom féminin 59

Condom masculin 83

Injectable combinée 5

Injectable progestatif seul (2‐ ou 3‐ mois) 53

Pilule orale (Progestatif seulement) 56

Pilule contraceptive orale combinée 57

Source : ANSD. EDS continue 2014

V.2.2. ACTIVITES CURATIVES

Les activités curatives de cette édition seront axées sur l’offre de service de santé
curative. Ces dernières restent une préoccupation majeure dans les politiques
sanitaires du Sénégal.

V.2.2.1. Offre de services de base

Les services de santé pour les infections sexuellement transmissibles (IST) sont offerts
par pratiquement l’ensemble des 363 structures de santé concernées par l’enquête
ECPSS 2014 (97%). Il en est de même des soins curatifs infantiles. En effet, ce type

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 108


SESN 2014

de service est offert par 96% des structures de santé. En outre, près de trois quarts
de toutes les structures de santé (74%) offrent tous les services de base.

Enfin, neuf structures sur dix (91%) fournissent des services de soins prénatals et huit
sur dix (84%) des services de suivi de la croissance des enfants.

Graphique V-3 : Disponibilité des services de base

Tous les services de base 74

Services de IST 97

Services de soins prénatals 91

Services de suivi de la croissance des enfants 84

Soins curatifs infatiles 96

Source : ANSD. ECPSS 2014

V.2.2.2. Disponibilité des équipements de base

Pour rappel, la rédaction du chapitre santé de cette édition s’est aussi basée sur
l’ECPSS 2014. Cette enquête s’est intéressée à la disponibilité des équipements de
base dans toutes les 363 structures de santé visitées (contre 364 structures de santé
visitées en 2013). Il ressort des résultats de l’enquête que la grande majorité des
structures dispose d’une source d’eau améliorée (94% contre 90% en 2013), d’une
latrine pour les patients (95% contre 87% en 2013), et de l’intimité visuelle et auditive
(98% contre 99% en 2013). En outre, seulement 50% (contre 58% en 2013 soit une
baisse de 8 points de pourcentage) des structures disposent d’équipement de
communication (un téléphone fixe fonctionnel, un téléphone portable de la structure
fonctionnel ou un émetteur radio à onde courtes disponible dans la structure), 53%
d’électricité régulière (contre 55% en 2013) et 54% dispose d’un moyen de transport
d’urgence contre 48% en 2013, soit une légère hausse de 6 points de pourcentage.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 109


SESN 2014

Graphique V-4 : Tendance de la disponibilité des équipements de base

54
Transport d'urgence
48

51
Ordinateur avec internet
55

50
Equipement de communication
58

95
Latine pour les patients
87

98
Intimité visuelle et auditive
99

94
Source d'eau améliorée
90

53
Electricité régulière
55

année 2014 année 2013

Source : ANSD. ECPSS, 2013 & 2014

V.3. ETAT DE SANTE DE LA POPULATION

Les données relatives à l’état de santé de la population sont le plus souvent obtenues
à partir des résultats des enquêtes de type ménage telles les Enquête Démographique
et de Santé (EDS) entre autres. Ces enquêtes donnent des indicateurs sur la morbidité
et la mortalité. Seule la mortalité des enfants de moins de cinq sera traitée ici.

V.3.1. ETAT DE LA MORBIDITE

La morbidité fait référence à la maladie, aux blessures et aux handicaps dans une
population. Dans cette section, il sera question de trois maladies que sont le paludisme,
la tuberculose et le VIH/Sida qui sont celles essentiellement suivies dans les
programmes de santé.

V.3.1.1. Prévalence du paludisme

L’endémie du paludisme qui est une des premières causes de morbidité a connu un
net recul ces dernières années. Ce résultat est à mettre notamment à l’actif du
Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 110


SESN 2014

Selon le rapport de performance du CDSMT de 2014, en ce qui concerne la couverture


en MILDA, avec la nouvelle approche de couverture universelle, les projections
concernant les cibles spécifiques des groupes vulnérables (enfants de moins de 5 ans
et femmes enceintes) ne sont pas faites dans le cadre stratégique 2014-2018. Pour
l’année 2014, 3.785.595 MILDA ont été distribués sur une cible de 2770582, soit un
dépassement de plus d’un million de moustiquaires. S’agissant des autres indicateurs,
le taux de létalité hospitalière est passé de 3,9% en 2013 à 3,96% en 2014, le taux
de morbidité proportionnelle du paludisme de 5,4% en 2013 à 3,39% en 2014. En ce
qui concerne la prévalence parasitaire palustre, elle est passée de 2,8% en 2013 à
1,2% en 2014.

Tableau V-4 : Indicateurs de suivi du Paludisme

Niveau Cible Niveau


Indicateurs liés aux
atteint en attendue en atteint en Ecart
objectifs 2013 2014 2014

Taux de létalité hospitalière 3,9% <1,4% 3,96% -


Taux de morbidité
5,4% 1,5% 3, 39% +1,89%
proportionnelle du paludisme
Taux de couverture en TPI 2 56% 78% 66% -12%
Nombre de MILDA distribuées
3 845 948 2 770 582 3 785 595 + 1015013
au cours de l’année
Prévalence parasitaire palustre 2,8% 2,5% 1,2% - 1,3%
Incidence du paludisme 27‰ 24‰ 18,87¨‰ + 5,13‰
Source : MSAS. Rapport de performance du CDSMT 2014

V.3.1.2. Prévalence de la tuberculose

Le Sénégal a acquis une grande capacité et expérience dans la détection des cas de
tuberculose. D’ailleurs, le taux enregistré en 2013 qui était de 68%, s’est amélioré en
2014 pour atteindre 72%.

Selon le rapport de performance du CDSMT de 2014, les cas de tuberculose sont mieux
détectés par le personnel de santé et les communautés. Ainsi, la charge de morbidité
pourrait bien diminuer après 2015, lorsque tous les cas présents seront dépistés et
traités à temps.

L’amélioration des taux de succès et de guérison s’explique par une meilleure capacité
de prise en charge des cas au niveau des structures périphériques (selon toujours le
rapport de 2014), ce qui a, par ricochet, entrainé la baisse de la létalité qui passe de
6 % à 5%, malgré qu’il n’ait pas atteint le niveau souhaité de 3%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 111


SESN 2014

Tableau V-5 : Indicateurs de lutte contre la tuberculose

Niveau Cible Niveau Indicateurs


Indicateurs liés aux
atteint en attendue en atteint en Ecart liés aux
objectifs
2013 2014 2014 objectifs

Taux de
Taux de détection + 2%
68%10 70% 72%11 détection

Taux de
Taux de guérison 84% 85% 84% 1%
guérison
Taux de
Taux de malades perdus
2% malades
de vue 6% 3% 5% perdus de vue

Réalisation
Réalisation test VIH 10%
79% 90% 80% test VIH

Létalité TB 5% 2% Létalité TB
6% 3%
Source : MSAS. Rapport de performance du CDSMT 2014

V.3.1.3. Prévalence du VIH/sida

Le niveau de prévalence du VIH, relativement faible au sein de la population générale


âgée de 15 à 49 ans (0,7 %), reste stable.

Selon le rapport de performance du CDSMT de 2014, globalement, une


contreperformance a été enregistrée au niveau des indicateurs relatifs à la lutte contre
la morbidité et la mortalité liées aux VIH/SIDA et particulièrement pour ce qui concerne
le dépistage des personnes de 15 à 49 ans avec un gap de 21,3% par rapport à la
cible annuelle. Il est aussi à noter, selon toujours le rapport, le gap important (52,3%)
sur le nombre de Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH) qui devaient être mises sous
ARV pour 2014.

10
Chiffre OMS
11 Chiffre PNT

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 112


SESN 2014

Tableau V-6 : Indicateurs de suivi du VIH/SIDA

Niveau Cible Niveau


Indicateurs liés aux objectifs atteint attendue en atteint en Ecart
en 2013 2014 2014
Nombre de PVVIH mises sous ARV12 -18 287
13 716 34 963 16 681 (52,3%)
Nombre de personnes âgées de 15
à 49 ans ayant bénéficié du
dépistage du VIH au cours de
803 468
l’année13 750 233 1 021 256 - 217 788
(78,7%)
Source : MSAS. Rapport de performance du CDSMT 2014

V.3.2. MORTALITE DES ENFANTS

Les enquêtes ménages, et, notamment les EDS, permettent d’avoir des données
relatives à la mortalité. Seule la mortalité des enfants de moins de cinq ans sera traitée
dans cette partie.

V.3.2.1. Niveau de mortalité des enfants

La mortalité infantile correspond au nombre d’enfants qui meurent durant la première


année de leur vie. Cet indicateur, largement utilisé dans les comparaisons
internationales, mesure la santé infantile.

Il ressort de l’analyse de données de l’EDSC 2014 que, durant les cinq dernières
années, sur 1000 naissances vivantes, 33 meurent avant d’atteindre leur premier
anniversaire (contre 43 en 2013). Au Sénégal, le taux de mortalité infanto-juvénile a
baissé depuis 1992, passant de 132‰ à l’EDS 1992-1993, à 65‰ à l’EDSC 2012-2013
et à 54‰ à l’EDSC 2014.

12
Les chiffres de la réalisation 2014 sont encore provisoires, dans la mesure où la collecte des données est en cours par les
services du MSAS.
13
Les chiffres de la réalisation 2014 sont encore provisoires, dans la mesure où la collecte des données est en cours par les
services du MSAS.
NB : Pour le trachome, les résultats sont présentés dans la sous composante « Santé oculaire ».

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 113


SESN 2014

Graphique V-5 : Tendance de la mortalité infantile et infanto-juvénile

Décès pour 1000 niassances vivantes pour la période de cinq ans avant l'enquête
65

54

43
33

EDSC 2012‐2013 EDSC 2014 EDSC 2012‐2013 EDSC 2014


Mortalité infantile Mortalité infanto‐juvénile

Source : ANSD. EDSC 2014

V.3.2.2. Mortalité des enfants et intervalles de naissance


La mortalité infantile reflète aussi l’état de santé d’une population. Il exprime l’efficacité
des soins préventifs, l’attention accordée à la santé de la mère et de l’enfant, de même
que la qualité du système de soins et de santé.

Le risque de mortalité infanto-juvénile diminue lorsque l’espacement des naissances


est d’au moins 36 mois. Selon l’EDSC 2014, au Sénégal, le nombre médian de mois
depuis la naissance précédente est de 32,9. Les enfants qui sont nés moins de deux
ans après la naissance précédente présentent les taux de mortalité les plus élevés
(89‰ contre 46‰ pour les enfants qui sont nés quatre ans ou plus après la naissance
précédente).

Graphique V-6 : Mortalité infanto-juvénile selon l'intervalle avec la naissance précédente

89

62

46 46

Supérieur à 2années 2 années 3 années 4 années ou plus

Source : ANSD. EDSC 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 114


SESN 2014

Conclusion

Comme les années précédentes, la tendance est toujours à l’amélioration de la


situation sanitaire au Sénégal. Ainsi, l’analyse des performances du système de santé
en 2014 à travers les indicateurs disponibles montre clairement que des progrès ont
été réalisés en ce qui concerne l’atteinte des OMD. Ces derniers viennent d’être
remplacés par les ODD.

En outre, malgré des efforts importants dans le recrutement du personnel sanitaire, le


déficit en ressources humaines persiste toujours. Cette situation peut s’expliquer par
le fait que les recrutements effectués sont en deçà des besoins exprimés qui tiennent
compte du nombre important de départs temporaires et/ou définitifs enregistrés
chaque année.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | SANTE 115


SESN 2014

Chapitre VI : JUSTICE

Chapitre VI :
JUSTICE
Introduction

Le secteur de la Justice a beaucoup profité des acquis tirés des récents


programmes de bonne gouvernance (PAPNBG, PRECABG) et des
réformes engagées par l’Etat. Cependant, quelques
dysfonctionnements liés à la complexité et la lourdeur de certaines
procédures limitent son efficacité. Toutefois, des mesures sont déjà
engagées pour l’informatisation de la chaine judiciaire et la révision
du code pénal et du code de procédures pénales. Ces mesures
concernent aussi la rénovation et le renforcement de la carte
judiciaire.

Ce chapitre qui s’inscrit dans la série de la publication annuelle et


régulière de la Situation économique et sociale nationale (SESN) fait
l’analyse de la situation judiciaire de l’année 2014en s’appuyant sur
les statistiques pénitentiaires et d’éducation surveillée.

Ainsi, la première section de ce chapitre traite de la répartition de


l’offre en équipements pénitentiaires, la deuxième section fait
l’évaluation de l’offre et de la couverture en personnel pénitentiaire.
L’état et la structure ainsi que les caractéristiques de la population
carcérale sont examinés dans la troisième partie. L’analyse de la
situation des indicateurs de démographie pénale fait l’objet de la
quatrième section. Enfin, la dernière section porte sur l’examen du
niveau de prise en charge des enfants en situation difficile.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 116


SESN 2014

VI.1. REPARTITION DE L’OFFRE EN ETABLISSEMENTS


PENITENTIAIRES

La répartition des établissements pénitentiaires du Sénégal suit celle de sa population :


l’essentiel est concentré à l’Ouest du pays, avec 18% pour la seule région de Dakar.
Elle est suivie des régions de Saint-Louis, Thiès, Diourbel, Louga, Ziguinchor et Fatick.
Ces régions se caractérisent par la présence d’un établissement pénitentiaire au niveau
de chaque département. Les régions de Kolda, Tambacounda et Kaolack se distinguent
par l’existence de deux établissements pénitentiaires, tandis que 4 régions (Sédhiou,
Matam, Kaffrine, Kédougou) se caractérisent par la présence d’une seule structure
pénitentiaire.

VI.2. EVALUATION DE LA COUVERTURE EN PERSONNEL


PENITENTIAIRE

Les effectifs du personnel pénitentiaire en 2014 sont évalués à 1227 fonctionnaires.


Le personnel est constitué pour l’essentiel (88,4%) de surveillants de prison dont 24
% sont des femmes. Par contre, ces dernières sont plus que majoritaires (95,45%)
dans le corps des inspecteurs.

La situation du personnel pénitentiaire est loin d’être satisfaisante en termes d’offre et


de couverture. En effet, avec un ratio de 1 agent pour 7 détenus (Cf. tableau 6.1),
la couverture en personnel pénitentiaire ne répond pas à la norme des Nations des
Unies qui est d’un agent pour 2 détenus14. Le ratio des détenus par rapport aux
surveillants de prison est de 8 détenus pour un agent.

Tableau VI-1 : Ratio détenus/personnel pénitentiaire

RATIO DE
PERSONNEL PENITENTIAIRE HOMME FEMME TOTAL
COUVERTURE
Magistrat 1 0 1 8419
Médecin-Commandant 1 0 1 8419
Inspecteur 1 21 22 495
Contrôleur 28 5 33 241
Comm. /Contrôleur 1 2 3 1684
Agent administratif 61 14 75 107
Comm./Agent administratif 0 1 1 1684
Surveillant de prison 830 255 1085 8
Com./Surveillant de prison 0 2 2 4210
Agent non commissionné 2 2 4 2105
TOTAL PERSONNEL 925 302 1227 6,8
Source : Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP)

14
Les recommandations des Nations des Unies sont consignées dans le document intitulé « Ensemble
de Règles Minima pour le Traitement des Détenus ».

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 117


SESN 2014

VI.3. CARACTERISTIQUES DE LA POPULATION CARCERALE

L'état d’une population renvoie à son effectif et à sa composition (structure) selon


divers critères (âge, sexe, etc.). Ainsi, la population carcérale présente des
caractéristiques démographiques spécifiques, résultant d’une part de la nature des
crimes et délits commis, et d’autre part de la diversité des personnes impliquées,
hommes, femmes, enfants, nationaux et étrangers.

VI.3.1. ETAT ET STRUCTURE DE LA POPULATION CARCERALE


VI.3.1.1. Analyse de l’état de la population carcérale
a) Répartition de la population carcérale selon le sexe

La population carcérale est constituée de l’ensemble des personnes incarcérées à la


suite du jugement d’un Tribunal (personnes condamnées) ou dans l’attente d’un
jugement (prévenus, placés en détention provisoire).

Au 31 décembre 2014, la population carcérale du Sénégal est estimée à 8419 détenus.


C’est une population presqu’exclusivement (96,7%) masculine à l’image de la
population qu’on trouve dans les ménages collectifs comme les «daaras» au niveau de
certains foyers religieux.

Tableau VI-2 : Distribution par sexe de l’effectif de la population carcérale

POPULATION CARCERALE EFFECTIF CARCERAL PROPORTION %


Homme 8135 96,7
Femme 284 3,3
ENSEMBLE 8419 100
Source : Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP).

b) Évolution des effectifs mensuels carcéraux en 2014

En 2014, les condamnés constituent plus de la moitié (55,3% à de la population


carcérale du Sénégal.

Le taux d’accroissement moyen mensuel de la population carcérale est de 0,31%, celui


des prévenus 0,74%, des condamnés de -0, 4% (une baisse des condamnations). Le
plus grand nombre de condamnés a été relevé au mois de novembre (5026), pour les
prévenus au mois de mai et un peu moins en septembre et en décembre.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 118


SESN 2014

Les effectifs de la population carcérale ont connu une baisse entre 2013 et 2014. En
effet, le nombre de détenus est passé de 8589 à 8419, soit une baisse de 170 détenus
en valeur absolue. L’effectif moyen mensuel des détenus a également baissé pour la
même période en passant de 8628 à 8500, soit une baisse moyenne de 128 détenus.

Tableau VI-3 : Répartition mensuelle des effectifs de la population carcérale selon le type de peine

Effectif carcéral
MOIS Prévenus Condamnés
2014
Janvier 3585 4524 8109
Février 3652 4598 8250
Mars 3805 4843 8648
Avril 3848 4630 8478
Mai 3968 4706 8674
Juin 3745 4920 8665
Juillet 3764 4756 8520
Aout 3723 4725 8448
Septembre 3954 4529 8483
Octobre 3895 4648 8543
Novembre 3740 5026 8766
Décembre 3919 4500 8419
EFFECTIF MOYEN 3800 4700 8500
Source : Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP).

c) Évolution de la population pénale au cours de la décennie 2004-2014

Sur la décennie, les effectifs de la population carcérale ont connu une baisse avec un
taux d’accroissement moyen annuel de près de 3% (-2.96%). Ce constat est le même
pour l’effectif carcéral (-2,74%) et ceux des écroués (-3,03%)

Le tableau 6.4 donne l’évolution de la population pénale au cours de la décennie 2004-


2014. Au Sénégal, la population pénale est constituée des effectifs carcéraux (prévenus
et condamnés) et des écroués. L’effectif moyen annuel de la population pénale au
cours de la période est de 34171 contre 8039 pour l’effectif carcéral annuel moyen.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 119


SESN 2014

Tableau VI-4 : Répartition des effectifs de la population pénale au cours des 10 dernières années

ANNEE Prévenus et condamnés Écroués Population pénale


2004 6552 20355 26907
2005 6833 18955 25788
2006 6417 24956 31373
2007 6363 23853 30216
2008 6487 25327 31814
2009 6577 25058 31635
2010 7550 22430 29980
2011 7611 21606 29217
2012 8428 25726 34154
2012 7611 25 726 33 337

2013 8428 26189 34617


2014 8589 27439 36028
Nombre moyen 7169 26147 34097
Source : Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP).

Le premier pic enregistré en 2006, coïncide avec une période pré-électorale.


Cependant, en 2007, il a été noté une baisse de la population carcérale résultant en
partie de l’apaisement du climat postélectoral présidentiel. Le pic de 2008 coïncide
aussi à la période pré-électorale des locales de 2009

VI.3.1.2. Analyse de la structure par âge et sexe de la


population carcérale

La population carcérale est essentiellement composée de jeunes adultes. En effet, plus


de la moitié de cette population a moins de 40 ans et plus de 9 délinquants sur 10
(96,6) sont de sexe masculin.

a) La population carcérale, une structure démographique particulière

La population carcérale se caractérise par la prépondérance des détenus adultes (dont


l’âge est compris entre 27 -36 ans). Toutefois, sa structure par âge et par sexe
présente des variations importantes. En effet, pour l’ensemble des groupes d'âges, la
part de la population carcérale masculine est supérieure à celle féminine. L’allure de la
pyramide des âges montre aussi la prééminence de la population carcérale masculine
pour tous les groupes d’âges.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 120


SESN 2014

Graphique VI-1 : Pyramide des âges de la population carcérale du Sénégal

60 et +

40‐60

30‐40
Femme
25‐30 Homme

18‐25

13‐18

3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 500 0 500

Source : DAP, 2014

Plus de la moitié de la population carcérale à moins de 40 ans

La structure par âge de la population carcérale se distingue de celle de la population


sénégalaise. En effet, 59.6 % de la population carcérale à un âge compris entre 13 et
36 ans. Cette tranche d'âge représente 43,9% de la population totale du Sénégal.

Neuf délinquants sur dix sont des hommes

Au Sénégal, les hommes représentent 49.8 % de la population totale en 2014. Par


contre, la population carcérale est essentiellement masculine (96,6%). En outre, plus
de 9 délinquants sur 10 sont de sexe masculin.

VI.3.2. CARACTERISTIQUES DE LA POPULATION CARCERALE


VI.3.2.1. Population carcérale et nationalité

La stabilité politique du Sénégal dans le contexte africain d’aujourd’hui et le dynamisme


de son économie favorisent la venue d'étrangers en provenance des pays limitrophes.
En 2014, les étrangers représentent 11% de la population carcérale sénégalaise. Ils
La presque totalité (95%) d’entre eux est originaire de l’Afrique de l’Ouest
particulièrement de la Guinée : (39,6), du Nigéria (17,3%) et du Mali (16,7%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 121


SESN 2014

Graphique VI-2 : Répartition en % de la population carcérale par pays de nationalité

45,0 39,6
40,0
35,0
30,0
25,0
20,0 16,7 17,3
15,0
10,0 5,7 6,1
2,3 2,6 2,2 1,5 0,6 0,5 0,2 0,5 0,2 2,0
5,0 0,3 0,0 0,9 0,5 0,2
0,0

Source : ANSD. Traitement des données de la DAP, 2014

VI.3.2.2. Population carcérale et région de résidence

L’essentiel de la délinquance s'exprime dans les régions de Dakar (39,9%), Thiès


(14,8%), Kaolack (6,7%), et Diourbel (7,2%).Dès lors, la comparaison entre ces
régions et les autres régions du pays fait état d’une plus forte concentration de la
population carcérale dans les parties occidentale et centrale du pays. Outre ces deux
parties du territoire national, l’expression de la délinquance est moins importante au
niveau de l’axe Nord (Louga et Saint-Louis).

La région de Kédougou fait partie des régions qui présentent l’effectif carcéral le moins
important (0,7 % en valeur relative). Les lieux de la délinquance forment un réseau
de villes structurées et hiérarchisées. Ainsi, il est à noter l'hypertrophie de Dakar et
Thiès qui concentrent à elles seules 54,6% de l’effectif carcéral. L’axe central constitué
de Kaolack et Diourbel enregistre 13,8% et enfin l’axe Nord reliant Louga et Saint-
Louis 9,3% (Cf. Graphique 6.5).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 122


SESN 2014

Graphique VI-3 : Distribution par région de l’effectif carcéral selon la région

4000
3500
3000
2500
2000
1500
1000
500
0

Source : ANSD. Traitement des données de la DAP, 2014

VI.3.2.3. Population carcérale totale et type


d’infractions

Les principales infractions commises par les écroués sont le « vol et


recel » (38,2%)la« détention-usage et trafic de drogue » (28,8%)et « escroquerie ;
abus de confiance ; faux et usage de faux »(10,9%) et dans une moindre degréles
« coups et blessures volontaires »(8,0%). Les autres types d’infraction représentent
moins de 15% des motifs de détention.

Tableau VI-5 : Répartition la population carcérale totale selon le type d’infraction

Infractions commises par la


NOMBRE DE CAS POURCENTAGE
population pénale
Vol et recel 9347 38,2
Détention, usage-trafic de drogue 7033 28,8
Détournement deniers publics 49 0,2
Coups et blessures volontaires 1945 8,0
Escroquerie-abus de confiance 2661 10,9
Viol-attentat à la pudeur-pédophilie 560 2,3
DCSS et proxénétisme 199 0,8
Infanticide-avortement 33 0,1
Meurtre-assassinat-parricide 27 0,1
Homicide volontaire ou involontaire 164 0,7
Menaces-violences-voies de faits-injures 568 2,3
Outrage et rébellion 469 1,9
Vagabondage et mendicité 182 0,7
Évasion et tentative 545 2,2
présence irrégulière au port et à l'aéroport 29 0,1
Débit de boisson 201 0,8
Enrichissement illicite 107 0,4
Torture 2 0,0
Autres 331 1,4
TOTAUX 24452 100,0
Source : DAP, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 123


SESN 2014

VI.3.2.4. Population carcérale étrangère et type


d’infraction

En 2014, près de la moitié (48,4%) des étrangers a été incarcérée, pour des infractions
relatives à la« détention-usage-trafic de drogue » (24,5%) et au « vol et Recel »
(23,9%).

La proportion des écroués pour séjour irrégulier est non négligeable (12,8%).

Tableau VI-6 : Répartition la population carcérale étrangère selon le type d’infractions

Infractions commises pop. pénale


EFFECTIF ECROUE POURCENTAGE
étrangère
Vol et recel 407 23,9
Détention-usage-trafic de drogue 416 24,5
Escroquerie-faux-abus de confiance 150 8,8
DCSS et proxénétisme 14 0,8
Séjour irrégulier 218 12,8
Assassinat meurtre 7 0,4
Embarquement clandestin 24 1,4
Infanticide avortement 4 0,2
Coups et Blessures Volontaires 85 5,0

Accès frauduleux au réseau 21 1,2

Violences et voies de faits menace 23 1,4


Homicide involontaire 26 1,5
Blanchissement de capitaux 5 0,3
Outrage à agent de la force publique 16 0,9
Viol détournement de mineures 44 2,6
Autres 240 14,1
Total 1700 100,0
Source : DAP, 2014

VI.3.2.5. Population carcérale féminine et type


d’infractions

Contrairement aux autres catégories d’écroués, les infractions commises par les
femmes sont, presqu’à égale proportion (19%), les « coups et blessures volontaires
(CBV) » « prostitution-proxénétisme. Celles qui ont commis des délits « vol et
recel » représentent 16,7%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 124


SESN 2014

Tableau VI-7 : Répartition de la population carcérale féminine selon le type d’infraction

Infractions commises par les


Nombre de cas Pourcentage
femmes
Vol et recel 167 16,7
Détention, usage-trafic de drogue 50 5,0
Coups et blessures volontaires 190 19,0
Escroquerie-abus de confiance-faux 91 9,1
Prostitution-proxénétisme 188 18,8
Meurtre 9 0,9
Infanticide-avortement 40 4,0
Violences-voies de faits-menaces 39 3,9
Débit de boisson 62 6,2
Homicide involontaire 10 1,0
Rébellion-outrage 15 1,5
Autres 139 13,9
Total 1000 100,0
Source : DAP, 2014

VI.3.2.6. Population carcérale des mineurs et type


d’infraction

La moitié des mineurs incarcérés a pour motif d’infraction le « vol et recel ». Le


deuxième motif d’incarcération des mineurs est « détention et usage de chanvre
indien » (17,6%).

Tableau VI-8 : Répartition la population carcérale des mineurs selon le type d’infraction

Infractions commises par les


Nombre Pourcentage
mineurs
Vol et recel 755 50,3
Détention et usage de chanvre indien 264 17,6
Coups et blessures volontaires 131 8,7
Escroquerie-faux-abus de confiance 24 1,6
Viol 50 3,3
Meurtre-parricide-empoisonnement 15 1,0
Infanticide 44 2,9
Prostitution 3 0,2
Homicide involontaire 13 0,9
Menaces-violences et voies de fait 12 0,8
Conduite de véhicule sans
21 1,4
permis/homicide involontaire
Association de malfaiteurs 53 3,5
Autres 115 7,7
Total 1500 100,0
Source : MJ, DAP, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 125


SESN 2014

VI.3.2.7. Population carcérale et durée de détention


a) Distribution des détenus provisoires par durée de détention

Sur l’ensemble des détenus provisoires, 92% des détenus ont une peine d’une durée
n’excédant pas 2 ans. La durée de détention provisoire la plus prononcée se situe entre
6 mois et moins de 2 ans. Cette durée concerne 37,2% des hommes et près de 41%
des femmes.

Graphique VI-4 : Répartition en pourcentage des détenus provisoires par durée de détention selon le
sexe

100%

90%

80%
37,1 37,4
70% 40,9
60%

50%
19,6 19,9
40%
23,3
30%

20%
35,1 34,7
10% 25,2

0%
Homme Femme

1‐30 30 ‐ 6 mois 6mois ‐ 2ans 2ans ‐ 4 ans 4 ans ‐ 6 ans 6 ans et +

Source : ANSD. Traitement des données de la DAP, 2014

b) Répartition des détenus condamnés par durée de détention

La condamnation est précédée d’une période de détention provisoire qui couvre


l’instruction. Par ailleurs, la gravité de l’infraction détermine la durée de détention pour
toute condamnation. Pour l’ensemble des condamnations, la durée de détention la plus
fréquente est de « 1 an à 2 ans » : 34,7% des cas. Par ailleurs, quel que soit le sexe
considéré plus de la moitié des détenus ont été condamnés à des peines inférieures à
2 ans. Cependant, au moins 10% des hommes ont encourent des peines de moins de
4 ans et 10% purgent une peine d’une durée comprise entre 4 et 5 ans. Les proportions
des condamnés (10%) aux travaux forcés sont les mêmes pour les deux sexes.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 126


SESN 2014

Graphique VI-5 : Répartition des détenus condamnés par durée de détention selon le sexe

100%
10,1 10
90%
1,7
7,3
80% 10
4,5
3,3
70% 12

60% 30
50%
34,7
40%

30%

20% 43,3
30,4
10%

0%
Homme Femme

15jrs‐1 an 1‐2ans 2 ‐ 4ans 4ans ‐ 5ans 5 et + TFt TFt

Source : ANSD. Traitement des données de la DAP, 2014

VI.4. ANALYSE DE LA DEMOGRAPHIE PENALE

L’expression « démographie pénale » a un sens beaucoup plus large que celle de


« démographie carcérale », ou « démographie pénitentiaire ». A cet effet, la situation
et les indicateurs de la population de démographie pénale permettent mieux d'analyser
la dynamique et d'évaluer l'ampleur de la délinquance.

VI.4.1. SITUATION DEMOGRAPHIQUE DE LA POPULATION PENALE

-Taux d’accroissement

La population pénale est passée de 34617 individus en 2013 à 36028 individus en


2014 ; soit une hausse de 1411 individus de 2013 à 2014. Cette augmentation de la
population pénale correspond à un taux d’accroissement de 4,1%, (Cf. Tableau
6.10).De 2013 à 2014, le taux d’accroissement de la population pénale a connu une
légère hausse de 0,3 point en passant de 3,8% à 4,1%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 127


SESN 2014

-Taux brut de mortalité

En 2014, 50 cas de décès sous écrou ont été enregistrés. Ainsi le taux brutde mortalité
sous écrou est estimé à 14,2‰. Ce taux de mortalité reste cependant plus ou moins
élevé et peut être lié entre autres aux conditions de détention et à la situation sanitaire
des détenus.

-Temps de doublement

Le temps de doublement donne le nombre d’années qu’il faut à une population donnée
pour que son effectif passe du simple au double. Selon l’estimation faite, la population
pénale doublera dans 17,3 ans (Cf. Tableau 6.10). Le temps de doublement de la
population pénale a baissé du fait de l’augmentation des effectifs, puisqu’il est passé
de 18,4 ans à 17,3 ans.

VI.4.2. NIVEAU DES INDICATEURS DE DEMOGRAPHIE PENALE

-Densité carcérale

Souvent appelé taux d’occupation - terme ambigu s’il en est car cela peut faire penser
à un taux d’activité - le concept de densité carcérale représente le nombre de détenus
hébergés à une date donnée, rapporté à la capacité opérationnelle des établissements
pénitentiaires. Selon des normes, déjà étroites, l’Administration définit une capacité
théorique des établissements : « Un détenu par cellule individuelle ou par 5 m² de
dortoir». C’est par rapport à ces normes que l’on définit la capacité d’accueil et les taux
d’occupation. Généralement exprimé pour 100, la densité carcérale est un indice de
stock. En effet, si la densité est strictement supérieure à 100, c’est qu’il y a au moins
un établissement surpeuplé. Par contre, si elle est inférieure à 100, cela veut dire qu’il
y a des établissements sous-peuplés. Le tableau ci-dessous donne une estimation de
la densité carcérale selon la région de résidence.

La densité carcérale de l’année 2014, est estimée à 221 détenus pour 100 places. Ce
taux d’occupation assez élevé cache cependant des disparités d’une région
pénitentiaire à une autre. En effet, à l’exception de la région de Kédougou, dans toutes
les autres régions pénitentiaires les maisons d’arrêt ont des densités carcérales
supérieures à 100.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 128


SESN 2014

Tableau VI-9 : Estimation de la densité carcérale selon la région de résidence

TAUX
PLAFOND POPULATION
REGION CAPACITE REELLE D'OCCUPATION
BUDGETAIRE CARCERALE
EN %
DAKAR 2940 3355 1212 277
DIOURBEL 310 606 215 282
FATICK 570 346 189 183
KAFFRINE 350 196 150 131
KAOLACK 150 560 358 156
KEDOUGOU 330 63 248 25
KOLDA 90 317 154 206
LOUGA 600 396 162 244
MATAM 70 141 89 158
SAINT-LOUIS 890 386 215 180
SEDHIOU 310 64 43 149
TAMBACOUNDA 330 416 155 268
THIES 350 1245 381 327
ZIGUINCHOR 70 328 244 134
SENEGAL 7 360 8419 3815 221
Source : DAP, 2014

-Taux d’encadrement des détenus

Le taux d’encadrement des détenus par le personnel de surveillance est obtenu en


rapportant le nombre de détenus à une date donnée au nombre de surveillants à la
même date (nombre de détenus par surveillant).En 2014, avec un effectif de 1082
surveillants, le taux d’encadrement des détenus s’établit à un surveillant de prison pour
8 détenus (Cf. Tableau 6.10).

-Taux d’évasion

Le taux annuel d’évasion est le rapport entre le nombre d’évasions recensées pour une
année donnée et le nombre moyen de détenus dans l’année. A cet effet, à l’instar des
autres incidents qui se produisent en cours de détention, les évasions font l’objet d’un
comptage permanent effectué par l’administration pénitentiaire. Au cours de l’année
2014, il a été enregistré 29 évasions, soit un taux d’évasion est estimé à 3,4‰, (Cf.
Tableau 6.10). Le taux d’évasion a connu un léger repli par rapport à 2013, 4,5‰.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 129


SESN 2014

-Taux de récidive

Le phénomène de la récidive est sanctionné par une nouvelle peine de prison ferme
encourue dans les 7 ans qui suivent la libération. Le taux de récidive (intensité du
retour en prison) est de 48,9 % au Sénégal. En clair, près de 5 détenus sur 10 sont
des récidivistes. Par rapport à 2013, une baisse du taux de récidive (59,6%) a été
aussi constatée

- Taux d’entrées en détention avant condamnation définitive par habitant

Cet indicateur est un indice de flux qui mesure la fréquence d’un événement
renouvelable. Sur la base des statistiques de l’Administration pénitentiaire et des
données de population, le taux d’entrées en détention avant condamnation définitive
est estimé à 318 pour 100 000 habitants (Cf. Tableau 6.10), soit une baisse de 14
points par rapport à l’année 2013.

-Taux de détenus sans condamnation définitive par habitant

Ce taux représente la proportion de détenus sans condamnation définitive dans


l’ensemble de la population. Le nombre de détenus sans condamnation définitive
(prévenus ou détenus provisoires), sous écrou de 2014, s’élève à 3919 individus. Avec
une population totale de 13 925 802, habitants, le taux de détenus sans condamnation
définitive est évalué à 28,1pour 100 000 habitants (Cf. Tableau 6.10), soit un repli de
2,1points par rapport à l’année 2013.

-Taux d’entrées en détention par habitant

La nature de cet indicateur de flux dont les unités de compte au numérateur


(événements renouvelables : les entrées) et au dénominateur, (les individus qui
constituent la population susceptible de connaître l’événement) sont différentes,
impose en toute rigueur, la nécessité d’enlever du dénominateur les moins de 13 ans
qui, au Sénégal, ne peuvent pas être mis en détention. Au total, 27439 entrées en
détention ont été recensées dans les milieux fermés au Sénégal. Le nombre d’habitants
âgés de plus de 13 ans est estimé à 8489702 individus en 2013 et à 8 746350 individus
en 2014, soit une population moyenne de 8 618026. Ainsi, le taux d’entrées en
détention par habitant s’élève à 318,3 pour 100 000 habitants (Cf. Tableau 6.10). Il a
connu une augmentation de 6 points entre 2013 et 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 130


SESN 2014

-Taux de détention par habitant

Le taux de détention est un indice de stock, qui représente, en théorie, la proportion


de détenus dans l’ensemble de la population du pays. En réalité, la population figurant
au numérateur (les détenus) n’est pas entièrement incluse dans la population figurant
au dénominateur (l’ensemble des habitants). Au 31 décembre 2014, l’effectif de la
population carcérale est de 8 419 individus. Le nombre d’habitants du Sénégal à cette
date, est de 13 925 802, ce qui correspond à un taux de détention de 60,5pour 100
000 habitants (Cf. Tableau 6.10). Ainsi, de 2013 à 2014 le taux de détention par
habitant a baissé en passant de 63,6 à 60,5.

-Taux de détention spécialisé par habitant

Ce taux ne porte que sur certaines catégories sociodémographiques de détenus. En


effet, on peut, par exemple, calculer les taux de détention selon le sexe. Ainsi, avec
une population carcérale de 8 419 détenus composée de8 135hommes et 284femmes,
le taux de détention globale est donc de 60,5pour 100 000 habitants. Par contre, le
taux de détention spécialisé est de 117,1 pour les hommes et de 4,07 pour les femmes
sur 100 000 habitants (Cf. Tableau 6.10).Le taux de détention spécialisé par habitant
a connu une baisse assez soutenue de 2013 à 2014, aussi bien pour les hommes que
pour les femmes.

-Proportion de récidivistes parmi les personnes condamnées d’une année

Cet indicateur est différent du taux de récidive, au sens où il ne mesure pas


directement un risque de récidive. Il établit, quelle est, parmi les condamnés d’une
année, la proportion de condamnés avec antécédents. En effet, avec 4155récidivistes
et 4 500 condamnés (tous délits confondus), on se retrouve avec une proportion de
récidivistes parmi les personnes condamnées de 92,3%. Cela implique que sur 10
condamnés en 2014, les 9sont des récidivistes. Autrement dit, les cas de récidivistes
ont alimenté la presque totalité des condamnations de l’année 2014. Comparée à
l’année 2013, la valeur de l’indicateur a légèrement diminué, la proportion de
récidivistes parmi les personnes condamnées est passée de113,7% (2013) à 92,3%
(2014).

-Proportion de détenus non encore jugés

Exprimé en pourcentage, cet indicateur représente la proportion de détenus non


encore jugés dans l’ensemble de la population carcérale. Cet indice de stock ne tient
pas compte des détenus déjà condamnés en première instance, mais dont la

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 131


SESN 2014

condamnation n’est pas définitive car ils ont utilisé une voix de recours ou sont encore
dans les délais pour le faire. Sous ce rapport, en 2014, l’effectif de la population
carcérale est de 8419 individus. Le nombre de détenus n’ayant pas fait l’objet d’une
décision de la juridiction de jugement est de 3919, soit une proportion de détenus non
encore jugés de 46,5%, contre 47,5% pour l’année 2013, soit une baisse de 1 point.

-Durée moyenne de détention provisoire

En 2014, 27439 entrées en détention avant condamnation définitive ont été


enregistrées. Le nombre de prévenus était de 4083 au 31 décembre 2013 et de 3800
au 31 décembre 2014, soit un nombre moyen de 3941 pour l’année 2014. Par
conséquent la durée moyenne de détention avant condamnation définitive est estimée
après de 2 mois (1,7mois) (Cf. Tableau 6.10). La durée moyenne de détention
provisoire est restée presque constante entre 2013 et 2014.

-Durée moyenne de détention

La durée moyenne de détention est proche de 4 mois (3,5 mois), mais cette durée n’a
guère de sens en raison de l’hétérogénéité de la population pénale. Celle-ci regroupe
une grande majorité de détenus incarcérés pour une durée courte, voire très courte,
et une minorité de détenus purgeant une peine plus longue.

-Coefficient de surreprésentation d’une sous-population

Le coefficient de surreprésentation est obtenu en décomposant la population carcérale


à une date donnée en deux sous-populations, les hommes d’une part et d’autre part
les femmes. Ainsi, le coefficient de surreprésentation des hommes sur les femmes est
de 28,6 et celui des femmes sur les hommes ne représente que 0,03.

Tableau VI-10 : Résumé des indicateurs de la démographie pénale au Sénégal en 2014

NIVEAU DE NIVEAU DE
INDICATEURS L'INDICATEUR L'INDICATEUR
En 2014 En 2013
Taux d'accroissement en % 4.4 3,8
TBM p. 10000 14.2 14,8
Taux d'accroissement relatif en nombre 0.04 0,04
Temps de doublement en % 4.1 18,4
Densité carcérale p. 100 114 2,4
Taux d'encadrement des détenus 7.8 7,9
Taux d’évasion p. 1000 3.4 4,9
Taux de récidive p. 100 48.9 59,6
Taux d'entrées en détention avant condamnation définitive par
318 304
habitant p. 100000

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 132


SESN 2014

NIVEAU DE NIVEAU DE
INDICATEURS L'INDICATEUR L'INDICATEUR
En 2014 En 2013
Taux de détenus sans condamnation définitive par habitant p.
28.1 30,2
100000
Taux d'entrées en détention par habitant p. 100 000 318.3 48,7
Taux de détention par habitant p. 100 000 60.5 63,6
Taux de détention spécialisé par habitant p. 100 000 (Homme) 117.1 174,1
Taux de détention spécialisé par habitant p. 100 000 (Femme) 4.07 10,9
Proportion de récidivistes parmi les personnes condamnées d'une
92.3 113,7
année en %
Proportion de détenus non encore jugés 46.5 47,5
Durée moyenne de détention provisoire 1,7 1,8
Durée moyenne de détention 3,5 3,6
Coefficient de surreprésentation des hommes en détention "taux
28,6 16,0
de détention spécialisés (TDH /TDF)"
Coefficient de surreprésentation des femmes en détention "taux
0.03 0,1
de détention spécialisés (TDF /TDH)"
Source : DAP, 2014

VI.5. ENCADREMENT ET PRISE EN CHARGE DES MINEURS EN


DIFFICULTES

-Offre en structures de prise en charge des enfants en difficultés

En 2014, le nombre de structures de prise en charge des enfants en difficultés avec la


loi est de 36 structures. Ces structures sont inégalement réparties entre les régions.
En effet, la plupart des structures sont implantées dans les régions de Dakar (33,3%),
tandis que certaines régions qui abritent qu’une seule structure de prise en charge.

Graphique VI-6 : Répartition selon la région des structures de prise en charge des enfants

14
12
12

10

6
4 4 4
4
2 2
2 1 1 1 1 1 1 1 1

0
Dakar

Thiès

Ziguinchor

Kaffrine

Matam

Sédhiou
Diourbel

Saint Louis

Kaolack
Fatick

Louga

Tambacounda

Kolda

Kédougou

Source : ANSD. Traitement des données de la DESPS, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 133


SESN 2014

-Analyse du taux de couverture en structures d’éducation surveillée

L’analyse du taux de couverture à l’échelle nationale fait état de l’existence d’une (1)
structure d’éducation surveillée pour 137113 enfants âgés de 6-21 ans. Cependant,
ce niveau de couverture cache des disparités régionales. En effet, c’est dans les régions
de Ziguinchor, Kédougou, Fatick et Dakar où on observe les ratios de couverture les
plus adéquats (cf. tableau n° 6.11).

Tableau VI-11 : Ratio de couverture en structures d’éducation surveillée

Nombre de Ratio de
REGION Population 6-21ans
structure couverture
Dakar 12 1029914 85826
Thiès 4 700050 175013
Diourbel 2 286207 143104
Kaolack 1 400927 400927
Kaffrine 1 229479 229479
Fatick 4 306306 76577
Saint Louis 2 362247 181124
Louga 1 353904 353904
Tambacounda 1 279477 279477
Ziguinchor 4 226890 56723
Kolda 1 275618 275618
Matam 1 236205 236205
Sédhiou 1 189999 189999
Kédougou 1 58862 58862
SENEGAL 36 4936085 137113
Source ANSD, DESPS, 2014

-Répartition du personnel des éducateurs spécialisés selon la région

L’effectif du personnel des éducateurs spécialisés, est de 139 agents. Leur répartition
selon les régions suit celle des structures avec 36,7% du personnel servant dans la
seule région de Dakar.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 134


SESN 2014

Graphique VI-7 : Distribution des effectifs du personnel des éducateurs spécialisés selon la région

Kédougou 2,2
Sédhiou 1,4
Matam 2,9
Kolda 2,2
Ziguinchor 10,1
Tambacounda 2,2
Louga 2,2
Saint Louis 7,2
Fatick 2,2
Kaffrine 0,7
Kaolack 8,6
Diourbel 10,8
Thiès 10,8
Dakar 36,7

0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,0 40,0

Source : ANSD, Traitement des données de la DESPS, 2014

La distribution géographique du personnel des éducateurs spécialisés varie en fonction


du sexe. Au niveau des régions de Dakar et Thiès, on a plus d’éducateurs spécialisés
femmes que d’hommes. Par contre, dans les régions Kaolack, Saint-Louis et
Ziguinchor, les éducateurs spécialisés hommes sont plus nombreux que leurs
homologues de sexe féminin.

La moitié (51%) des femmes de ce personnel exerce dans la région de Dakar et 13%
d’entre elles à Thiès .Il n’y a aucune à Tambacounda, Kédougou et Sédhiou.

Tableau VI-12 : Distribution des effectifs du personnel des éducateurs spécialisés par région selon le
sexe

-des éducateurs spécialisés


REGION
Homme Femme Les deux sexes
Dakar 22,5 51,5 36,7
Thiès 8,5 13,2 10,8
Diourbel 12,7 8,8 10,8
Kaolack 11,3 5,9 8,6
Kaffrine 0,0 1,5 0,7
Fatick 0,0 4,4 2,2
Saint Louis 8,5 5,9 7,2
Louga 2,8 1,5 2,2
Tambacounda 4,2 0,0 2,2
Ziguinchor 18,3 1,5 10,1
Kolda 1,4 2,9 2,2
Matam 2,8 2,9 2,9
Sédhiou 2,8 0,0 1,4
Kédougou 4,2 0,0 2,2
TOTAL 100 100 100
Source : DESPS, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 135


SESN 2014

VI.5.1. NIVEAU D’ENCADREMENT DES ENFANTS EN DIFFICULTES AVEC LA


LOI

Les structures d’encadrement ont en charge 5125 enfants pour un effectif de


d’éducateurs spécialisés de 139 agents. Un éducateur spécialisé a en charge en
moyenne 37 enfants.7Cette charge d’encadrement est largement dépassé dans les
régions de Kaffrine (240), Tambacounda (175) tandis qu’il semble acceptable pour
Dakar (55), Matam (44), Kolda (38), et Louga (37).

Tableau VI-13 : Taux d’encadrement par région des enfants en difficulté avec la loi

Nombre d’enfants en Nombre d'éducateurs Taux


REGION
difficulté spécialisés d'encadrement

Kaffrine 240 1 240


Tambacounda 524 3 174,7
Dakar 2798 51 54,9
Matam 177 4 44,3
Kolda 113 3 37,7
Louga 112 3 37,3
Sédhiou 68 2 34
Thiès 389 15 25,9
Kédougou 75 3 25
Diourbel 341 15 22,7
Fatick 48 3 16
Saint Louis 109 10 10,9
Kaolack 89 12 7,4
Ziguinchor 42 14 3
SENEGAL 5125 139 36,9

Source : DEPS, 2014

VI.5.2. PRISE EN CHARGE DES ENFANTS EN DIFFICULTE AVEC LA LOI

Au niveau national, quel que soit le sexe considéré, plus de la moitié des enfants en
difficulté sont accueillis dans les centres et AEMO de Dakar. Par ailleurs, 3 enfants5
accueillis de sexe masculin. A l’exception de Sédhiou où près des trois quarts sont des
jeunes filles, cette tendance est la même partout ailleurs.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 136


SESN 2014

100%
90%
80%
70%
60% 77,8
50%
40% 83,8 79,7 78,5 85,1 78,7 86,4
30% 65,8 67,8 60,3
56,3 58,7 54,8 50,2 52,6
20%
10% 22,2
0%

Garçon Fille

Les enfants en conflit avec la loi (6-18 ans)

La prise en charge des enfants en conflit avec la loi (610 enfants dont 46 filles et 569
garçons) est plus soutenue dans les régions de Dakar (20,7%) ; Tambacounda
(9,2%) ; Kaolack (9,0%) ; Saint Louis et Diourbel (8,4%). En effet, dans ces régions
l’effectif des enfants en conflit avec la loi est plus important, ce qui explique le niveau
de prise en charge. La plupart des enfants en conflit avec la loi vivent dans les régions
de Dakar, Tamba, Kaolack, Saint Louis et Diourbel. Par contre, les autres régions se
caractérisent par des niveaux de prise en charge assez faibles.

Graphique VI-8 : Proportions régionales des enfants en conflit avec la loi accueillis dans les structures
de pris en charge

Louga 7,8
Matam 6,6
Kédougou 4,0
Tambacounda 9,2
Sédhiou 0,8
Ziguinchor 7,2
Kolda 5,4
Saint- Louis 8,4
Kaffrine 2,6
Diourbel 8,4
Fatick 4,0
Kaolack 9,0
Thiès 6,0
Dakar 20,7

0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0

Source : ANSD, Traitement des données de la DESPS, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 137


SESN 2014

Si on compare les deux sexes, on note des variations dans la prise en charge des
enfants en conflit avec la loi. A ce titre, elle est plus accentuée pour les enfants de
sexe féminin dans les régions de Dakar (27,1%), Tambacounda (16,7) ; Kolda
(14.6%) ; et Ziguinchor (8,3%). Tandis que pour leurs homologues de sexe masculin
leur prise en charge est plus importante au niveau des régions de Sédhiou (0,7%) ;
Kédougou (4,1%) et Kolda (4,6%).

Tableau VI-14 : Distribution par région et selon le sexe des enfants en conflit avec la loi dans les
structures de prise en charge

STRUCTURE DE PRISE EN Enfants en conflit avec la loi


CHARGE (AEMO & Fille Garçon Les deux sexes
CENTRES)
Dakar 27,1 20,2 20,7
Thiès 8,3 5,8 6,0
Kaolack 0,0 9,8 9,0
Fatick 0,0 4,3 4,0
Diourbel 8,3 8,4 8,4
Kaffrine 0,0 2,8 2,6
Saint- Louis 4,2 8,8 8,4
Kolda 14,6 4,6 5,4
Ziguinchor 8,3 7,1 7,2
Sédhiou 2,1 0,7 0,8
Tambacounda 16,7 8,6 9,2
Kédougou 2,1 4,1 4,0
Matam 4,2 6,8 6,6
Louga 4,2 8,1 7,8
SENEGAL 100 100 100
Source : DESPS. 2014

Les enfants en danger (6-21 ans)

Les enfants en danger (1565 dont 632 filles et 933 garçons) regroupent à la fois les
enfants sous Ordonnance de Garde Provisoire (OGP) et les enfants sans Ordonnance
de Garde Provisoire (OGP). Les régions de Dakar (59,5%), (Ziguinchor (10,7%), Thiès
(7,8%) et Kaolack (6,3%) se distinguent par le niveau relativement élevé de prise en
charge des enfants en danger. Cette situation est la conséquence de l’importance du
nombre d’enfants en danger dans ces régions. Cependant, les autres régions abritant
moins de mineurs en danger se distinguent par la faiblesse de la prise en charge des
enfants en danger.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 138


SESN 2014

Graphique VI-9 : Proportions régionales d’enfants en danger accueillis dans les structures de prise en
charge

Louga 0,5
Matam 0,6
Kédougou 3,4
Tambacounda 1,2
Sédhiou 0,8
Ziguinchor 10,7
Kolda 1,7
Saint- Louis 1,2
Kaffrine 0,7
Diourbel 4,1
Fatick 1,4
Kaolack 6,3
Thiès 7,8
Dakar 59,5

0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0

Source: ANSD, Traitement des données de la DESPS, 2014

Des différences au niveau de la structure par sexes ont à noter dans la prise en charge
des enfants en danger à l’échelle régionale. Sous ce rapport, il faut mentionner que la
prise en charge selon le sexe est plus discriminatoire au niveau des régions de Dakar
(58,5% des garçons contre 60,9% pour les filles) et Diourbel (5,6% des garçons contre
2,3% pour les filles).

Tableau VI-15 : Distribution par région des enfants en danger accueillis dans les structures de prise en
charge selon le sexe

STRUCTURE DE PRISE EN Enfants en danger


CHARGE (AEMO & CENTRES) Filles Garçons Les deux sexes
Dakar 60,9 58,5 59,5
Thiès 7,9 7,8 7,8
Kaolack 2,8 9,1 6,3
Fatick 1,6 1,3 1,4
Diourbel 2,3 5,6 4,1
Kaffrine 0,6 0,8 0,7
Saint- Louis 0,8 1,6 1,2
Kolda 2,2 1,4 1,7
Ziguinchor 12,9 8,9 10,7
Sédhiou 1,6 0,2 0,8
Tambacounda 1,4 1,0 1,2
Kédougou 4,1 2,8 3,4
Matam 0,7 0,5 0,6
Louga 0,5 0,6 0,5
TOTAL 100 100 100
Source : DESPS, 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 139


SESN 2014

Conclusion

La situation judiciaire est marquée pour l’année 2014 par une hausse de l’effectif
carcéral par rapport à l’année 2013. Il (l’effectif carcéral) est constitué dans sa grande
majorité par des détenus de sexe masculin, âgés de moins de 40 ans. La population
carcérale se caractérise également par la variation des durées de détention selon le
sexe. Les détenus carcéraux sont dans leur grande majorité originaires des pays de
l’Afrique de l’Ouest. Les motifs d’incarcération varient et sont spécifiques selon le type
de population carcérale. Les niveaux des indicateurs de démographie pénale sont assez
élevés dans l’ensemble. Certains de ces indicateurs comme : la densité carcérale et le
taux d’encadrement des détenus montrent que la situation de la démographie pénale
s’écarte des normes requises pour un bon traitement des détenus.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | JUSTICE 140


SESN 2014

Chapitre VII :
Chapitre VII : ASSISTANCE SOCIALE

ASSISTANCE SOCIALE
Introduction

L’assistance sociale se définit comme le devoir de la société de porter


secours aux personnes vulnérables. Elle passe par l’octroi d’une aide
ou assistance aux bénéficiaires et repose sur une logique de solidarité
entre les individus pour lutter contre la pauvreté et la vulnérabilité.
Dans l’optique de pallier les risques d’une perte de salaire consécutive
à un accident de travail, une maladie professionnelle ou une
maternité, la Caisse de Sécurité Sociale (CSS) a instauré un système
de protection sociale qui permet à chaque travailleur de se constituer
un revenu de remplacement sur la base de cotisations préalables.

Le manque de données sur ce secteur justifie la restriction de l’analyse


aux seules données de la CSS. L’analyse s’articule autour de trois (3)
points essentiels : les allocataires de la CSS, les prestations familiales
et les crédirentiers.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 141


SESN 2014

VII.1. LES ALLOCATAIRES DE LA CAISSE DE SECURITE SOCIALE

Les allocataires désignent les personnes physiques à qui est reconnu le droit aux
prestations familiales. Les prestations fournies par la CSS sont : les prestations
familiales qui constituent la branche la plus ancienne et la plus connue ; les accidents
de travail et la prévention des risques professionnels.

En 2014, la Caisse de Sécurité Sociale compte 150 139 allocataires. Comparé à 2010,
on note une hausse de 37,1% du nombre. Cependant, cette tendance globale cache
des disparités. En effet, entre 2010 et 2011 la hausse de 19,8% est la plus importante
sur toute la période considérée. Entre 2011 et 2012, la hausse est de 5,6% en valeur
relative contre 6,8% entre 2012 et 2013. Par contre, entre 2013 et 2014, la hausse
est la moins importante sur la période ; en outre, le nombre d’allocataires a connu une
augmentation de 1,7% en valeur relative.

L’ensemble des allocataires ont perçu au total la somme de 7 484 000 000 de francs
CFA. Le graphique suivant met en évidence l’évolution des allocataires entre 2010 et
2014.

Graphique VII-1 : Evolution du nombre d'allocataires de la CSS entre 2010 et 2014

Evolution du nombre d'allocataires entre 2010 et 2014


160 000
147 825
Nombre d'allocataires

150 000 150 139


138 448
140 000 131 100

130 000

120 000

110 000
109 479
100 000
2010 2011 2012 2013 2014
Année

Source : Caisse de Sécurité Sociale

VII.2. LES PRESTATIONS FAMILIALES

Les prestations familiales constituent la branche la plus ancienne et la plus connue de


la Caisse de Sécurité Sociale. Elles regroupent les prestations en nature (suivi médical

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 142


SESN 2014

de la mère et de l’enfant) et en espèce (allocations prénatales et de maternité,


allocations familiales et les indemnités journalières en faveur des femmes salariées ou
assurées volontaires en couche).

Pour bénéficier des prestations familiales, il faut :

 être travailleur salarié, assuré volontaire ou femme salariée non mariée ayant
reconnu son enfant ;
 être femme salariée dont le mari n'exerce aucune activité professionnelle
rémunérée ;
 avoir à sa charge un ou plusieurs enfants ;
 justifier de trois (03) mois de travail consécutifs chez un ou plusieurs
employeurs.

Néanmoins, une personne peut continuer à en bénéficier si elle est la veuve d'un
allocataire ou travailleur atteint d'une incapacité totale à la suite d'un accident du
travail ou d'une maladie professionnelle ou si l’individu est frappé de chômage
involontaire dans la limite de 6 mois et qu’il justifie d'un temps de présence de 6, 12
ou 18 mois et plus.

VII.2.1. LES ALLOCATIONS PRENATALES

Les allocations prénatales sont dues à toute femme salariée ou conjointe d'un
travailleur salarié, à toute femme salariée non mariée et à toute femme salariée mariée
dont le mari n'exerce aucune activité professionnelle rémunérée à compter du jour où
l'état de grossesse est déclaré pour les 9 mois de grossesse. Elles sont payées en 3
tranches (2 mensualités avant le troisième mois de grossesse ; 4 mensualités vers le
sixième mois et 3 mensualités vers le huitième mois) sur la base de présentation du
carnet de santé. Toute visite prénatale non subie fait perdre au bénéficiaire la fraction
correspondante. L’objectif de cette mesure est d’inciter les bénéficiaires à respecter
les visites médicales durant la grossesse. En 2014, au total 343 millions de francs CFA
ont été versés aux 17 778 femmes bénéficiaires. Comparé à 2010, la Caisse de Sécurité
Sociale a enregistré une baisse de 104 bénéficiaires par rapport à 2014.Cependant, en
dépit de la baisse du nombre d’allocataires, le montant versé a connu une hausse de
31 millions de FCFA par rapport à 2010.

Le tableau suivant fait la synthèse des bénéficiaires et montants versés de 2010 à


2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 143


SESN 2014

Tableau VII-1 : Répartition des bénéficiaires des allocations prénatales et des montants versés par la
CSS entre 2010 et 2014

FEMMES
ANNEES
Effectifs Montants (millions)
2010 17 882 312
2011 18 647 327
2012 17 311 337
2013 16 820 328
2014 17 778 343
Source : Caisse de Sécurité Sociale

D’après le tableau 7.1, le nombre de bénéficiaires a connu une baisse à partir de 2012.
Cette tendance se poursuit en 2013, avec une baisse de 491 femmes par rapport à
2012. Cependant, entre 2013 et 2014, la CSS enregistre une hausse de 958
bénéficiaires.

VII.2.2. LES ALLOCATIONS DE MATERNITE

Les allocations de maternité sont dues à toute femme salariée ou conjointe d'un
travailleur salarié qui donne naissance, sous contrôle médical, à un enfant né viable et
inscrit à l'état civil. Le paiement s’effectue en 5 tranches : 6 mensualités à la naissance
ou immédiatement après la demande d’allocations ; 6 mensualités à l’âge de 6 mois ;
6 mensualités à l’âge de 12 mois ; 3 mensualités à l’âge de 18 mois et 3 mensualités
à l’âge 24 mois.

En 2014, 980 millions de francs CFA ont été versés aux bénéficiaires contre 878 millions
en 2010. Au titre des allocations de maternité 46 210 femmes en ont bénéficié en
2014.

Le tableau suivant met en évidence l’évolution du nombre de bénéficiaires et des


montants qui leur sont versés entre 2010 et 2014.

Tableau VII-2 : Répartition des bénéficiaires des allocations de maternité et des montants versés par la
CSS entre 2010 et 2014

FEMMES
ANNEES
Effectifs Montants
2010 33942 878
2011 34988 915
2012 43 790 934
2013 44 247 957
2014 46 210 980
Source : Caisse de Sécurité Sociale

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 144


SESN 2014

Le nombre de femmes bénéficiaires d’allocation de maternité a connu une hausse sur


toute la période, avec un taux moyen d’accroissement annuel de 6,36%. La hausse est
plus soutenue entre 2011 et 2012 où le nombre des concernées est passé de 34 988
à 43 790, soit une hausse de 8 802 bénéficiaires.

VII.2.3. LES CONGES DE MATERNITE

Les indemnités journalières en faveur des femmes salariées ou assurées volontaires


en couche sont dues à la femme salariée pour la durée du congé de maternité qui ne
doit pas excéder six (6) semaines avant la date présumée de l’accouchement ; huit(8)
semaines après l’accouchement et trois (3) semaines de prolongation en cas de
maladie constatée par le médecin traitant et résultant de la grossesse ou des couches.
Elles sont payées soit par période de trente jours ; soit à l’expiration des six (6)
semaines avant l’accouchement, soit à l’expiration des huit (8) semaines après
l’accouchement ou soit à l’expiration du congé supplémentaire de trois semaines. Les
bénéficiaires de cette branche ont perçu 3 015 000 000 de francs CFA en 2014, soit
une hausse 1 096 000 000 par rapport à 2010.

VII.2.4. LES ALLOCATIONS FAMILIALES

Les allocations familiales sont versées au travailleur pour chacun des enfants à sa
charge âgé de plus de deux ans et de moins de quatorze ans. Toutefois, la limite est
portée à 18 ans pour l’enfant placé en apprentissage et à 21ans, si l’enfant poursuit
des études ou si, suite à une infirmité ou maladie incurable, il est dans l’impossibilité
d’exercer un travail salarié ou de poursuivre des études. Le nombre maximum
d’enfants bénéficiaires est de six (6). Elles sont payées au père ou à la mère en charge
de l’enfant chaque trimestre.

En 2014, 385 405 enfants en ont bénéficié contre 330 264 en 2010, soit une hausse
de 16,7%. La tendance à la hausse n’est pas continue sur toute la période. En outre,
entre 2013 et 2014, on note une baisse de 3,6%. Le tableau 7.3 résume les principaux
résultats.

Tableau VII-3 : Répartition des bénéficiaires des allocations familiales de la CSS entre 2010 et 2014

Enfants Enfants de Nombre total d’enfants Variation en valeur


Années
allocataires veuves bénéficiaires relative (%)
2010 324 070 6 194 330 264
2011 365 783 6 205 371 988 12,6
2012 375 430 5 866 381 296 2,5
2013 394 043 5 950 399 993 4,9
2014 379 671 5 735 385 406 -3,6

Source : Caisse de Sécurité Sociale

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 145


SESN 2014

VII.3. LES CREDIRENTIERS

Les individus victimes de maladies professionnelles et d’accidents de travail qui sont


atteints d’une incapacité permanente totale ou partielle bénéficient d’une rente. Cette
partie s’articule autour de deux points : les accidents de travail et maladies
professionnelles et les bénéficiaires de rente.

VII.3.1. LES ACCIDENTS DE TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES

Les accidents de travail désignent ceux qui sont survenus par le fait ou à l'occasion du
travail, quelle qu'en soit la cause. Les maladies professionnelles désignent l’ensemble
des maladies consignées dans le tableau des maladies professionnelles et contractées
dans les conditions prévues dans ledit tableau (cf. annexe). Les victimes reçoivent des
prestations en nature (prise en charge de l’intégralité des frais de soins médicaux,
d’hospitalisation, pharmaceutiques, de rééducation fonctionnelle, funéraires, les
prothèses, de transport et de réinsertion professionnelle) et en espèce (paiement
d’indemnités journalières durant la période de cessation d’activité). La loi donne au
travailleur (ou à son ayant droit) une période maximale de deux (2) années pour faire
sa déclaration en cas de carence ou de refus de son employeur.

La Caisse de Sécurité Sociale a enregistré, au cours de l’année 2014, 2 465 déclarations


dont 2 453 accidents du travail et 12 maladies professionnelles. Comparé à 2013, on
note une hausse de 9,8%.

Tableau VII-4 : Situation des accidents de travail et des maladies professionnelles selon l’année de
déclaration et par agence

Année 2014 Année 2013 Evolution Année 2012 Evolution Evolution


Acci Maladies Total % Total % 2014/ Total % 2013/ 2012/
Agences dent profession 2013 2012 2011
de nelles
travail (%) (%) (%)
DAKAR 1527 7 1534 62,2 1574 70,1 -2,5 1774 79,1 -11,3 24,9
DIOURBEL 11 11 0,4 18 0,80 -38,9 11 0,5 63,6 -26,7
KAOLACK 62 62 2,5 41 1,8 51,2 37 1,7 10,8 -36,2
KOLDA 2 2 0,1 2 0,1 0,0 2 0,1 0,0 -66,7
LOUGA 2 2 0,1 3 0,1 -33,3 1 0,0 200,0 0,0
SAINT LOUIS 556 556 22,6 432 19,2 28,7 325 14,5 32,9 75,7
TAMBACOUNDA 12 12 0,5 4 0,2 200,0 12 0,5 -66,7 140,0
THIÈS 268 4 272 11,0 155 6,9 75,5 262 11,7 -40,8 -9,0
ZIGUINCHOR 13 1 14 0 17 0,8 -17,6 18 0,8 -5,6 20,0
Total 2453 12 2465 100 2246 100 9,8 2442 100,0 -8,0 22,6

Source : DSTE, Rapport 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 146


SESN 2014

Entre 2011 et 2014, on note une alternance de hausse et de baisse des déclarations.
En effet, entre 2011 et 2012, les déclarations ont enregistré une hausse de 22,6%
avant de baisser à 8% entre 2012 et 2013. La répartition des déclarations par agences
montre la prédominance de Dakar qui, en 2014, a enregistré 62% des déclarations.
L’agence de Saint Louis, qui polarise les régions de Saint Louis et Matam, a enregistré
22,6% des déclarations. A l’opposé, les agences des régions de Kolda et Louga n’ont
enregistré que 0,1% de l’ensemble des déclarations.

L’entreprise demeure le principal cadre de survenance des accidents de travail. En


effet, elle enregistre environ 80% des accidents de travail .Les accidents de trajet,
c’est-à-dire ceux qui, suivant certaines conditions, surviennent entre le domicile et le
lieu de travail ou vice versa, constituent le 2ème facteur avec 11,4% des déclarations.
Avec 6% des déclarations, les accidents survenus durant les horaires de travail
constituent le 3ème facteur. Les autres facteurs connaissent un niveau d’intensité
relativement faible à marginal; il s’agit notamment des accidents survenus au cours de
prestations faites au profit de l’employeur (2,4%) ou à domicile (0,4%).

Concernant la létalité, seuls 0,4% (10 cas sur 2465) des accidents ont été fatales aux
victimes. 98,5% des accidents de travail n’ont entrainé aucune interruption de travail
que celle-ci soit provisoire ou permanente ni de décès. Néanmoins, 1,1% des accidents
de travail se sont traduits par une Incapacité Permanente Partielle (IPP : 26 cas).

Les accidents varient selon l’âge et le sexe du travailleur. Chez les femmes, le niveau
de risque est particulièrement élevé chez les permanents (55,5%) qui représentent
plus de la moitié des accidentées déclarées en 2014. La proportion des femmes de
statut « journalier » parmi les accidentées représente 26,3% tandis que 13,9% sont
des « contractuelles ». Enfin, on relève une très faible proportion de travailleuses «
saisonnières » parmi les accidents déclarés (0,7%). Chez les hommes en revanche,
plus d’un tiers (37,9%) des victimes ont le statut de « permanents ». Les
« saisonniers » viennent ensuite avec 23 ,3% des victimes suivis des « journaliers »
qui enregistrent 18,6%. Les « contractuels » représentent 14,7% des victimes
d’accidents de travail. Quels que soient le type de contrat et le sexe du travailleur, la
prévalence des accidents est plus élevée chez les jeunes de 20 à 34 ans. Ils
représentent plus de la moitié des victimes (53,20%). Cette prévalence baisse avec
l’âge. Elle est plus faible chez les individus âgés de 50 à 60 ans (3,1%). Ainsi les
employeurs gagneraient à renforcer la capacité en sécurité au travail pour les jeunes
travailleurs.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 147


SESN 2014

Le tableau suivant fait la synthèse des différents commentaires.


Tableau VII-5 : Répartition des agents victimes d’accidents ou de maladies professionnelles par type
de contrat et selon le sexe et l’âge du travailleur

Non Total
Caractéristiques Contractuel Journalier Permanent Saisonnier %
Précisé Général

Sexe du travailleur

Féminin 13,9% 26,3% 55,5% 0,7% 3,6% 137 5,6%


Masculin 14,7% 18,6% 37,9% 23,3% 5,4% 2328 94,4%
Age du travailleur
< 20 ans 0,9% 2,6% 0,6% 2,6% 0,6% 180 7,3%
20 - 24 ans 3,1% 3,9% 4,0% 4,7% 0,8% 404 16,4%
25 - 29 ans 2,9% 3,4% 6,5% 5,1% 1,3% 475 19,3%
30 - 34 ans 2,7% 2,9% 7,7% 3,2% 1,0% 434 17,6%
35 - 39 ans 2,2% 2,2% 6,6% 2,6% 0,4% 343 13,9%
40 - 44 ans 1,3% 1,7% 5,9% 2,4% 0,4% 292 11,8%
45 - 49 ans 1,0% 1,5% 5,7% 1,1% 0,4% 240 9,7%
50 - 60 ans 0,4% 0,6% 1,7% 0,2% 0,3% 77 3,1%
Indéterminé 0,2% 0,4% 0,1% 0,1% 0,0% 20 0,8%
Total général 362 470 958 544 131 2465 100,0%

% 14,7% 19,1% 38,9% 22,1% 5,3% 100,0%

Source : Caisse de Sécurité Sociale

VII.3.2. LES CREDIRENTIERS

Les travailleurs salariés qui sont atteints d'une Incapacité Permanente Partielle (IPP)
ou Totale (IPT) à la suite d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle
bénéficient d’une rente. L’Incapacité Permanente Partielle (IPP) représente une
invalidité physique ou invalidité partielle d’une personne impliquant une impossibilité
d’exercer une activité professionnelle de manière partielle ou totale. Un salarié est dans
une situation d’Incapacité Partielle ou Totale (IPT) lorsqu’il se trouve à la suite d’une
maladie ou d’un accident, dans un état physique ou mental le mettant dans
l’impossibilité totale, permanente et présumée définitive de se livrer à un travail ou à
une occupation susceptible de lui procurer gain ou profit. La rente est une somme fixée
à l’avance et reçue périodiquement pour une durée déterminée. Généralement, elle
est payée chaque trimestre mais sur demande de la victime ayant un taux d’incapacité
permanente de 75%, le payement peut être mensualisé. En outre, si le taux
d’incapacité permanente de la victime est 100%, le payement mensuel est obligatoire.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 148


SESN 2014

En 2014, il a été dénombré 6 760 bénéficiaires de rentes contre 6 201 en 2010, soit
une hausse de 559 crédirentiers en valeur absolue. Néanmoins, on note une variation
durant la période considérée. En outre, entre 2010 et 2011, la CSS enregistre une
hausse de 46 crédirentiers. Entre 2011 et 2012, la tendance est à la baisse (16
individus en valeur absolue). Cette tendance est la même entre 2012 et 2013 où on
enregistre une baisse de 85 crédirentiers. Cependant, entre 2013 et 2014, la CSS a
enregistré une hausse 614 individus. L’ensemble des données est illustré à travers le
graphique suivant.

Graphique VII-2 : Evolution du nombre de crédirentiers entre 2010 et 2014

Evolution du nombre de crédirentiers entre 2010 et 2014


6 800
6 760
6 700
Nombre de crédirentiers

6 600

6 500

6 400

6 300 6 247 6 231


6 201
6 200
6 146
6 100
2 010 2 011 2 012 2 013 2 014
Année

Source : Caisse de Sécurité Sociale

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 149


SESN 2014

Conclusion
La Caisse de Sécurité Sociale (CSS) joue un rôle déterminant dans la politique nationale
de protection sociale des travailleurs salariés en apportant sa contribution dans la lutte
contre la pauvreté et la vulnérabilité. En effet, elle permet aux travailleurs et à
certaines familles de faire face à certaines charges sociales. Exceptée les allocations
prénatales, 2014 se caractérise par une hausse des bénéficiaires des prestations de la
CSS par rapport à 2010. Il ressort de l’analyse des accidents de travail et maladies
professionnelles que l’entreprise est le principal cadre de survenance des accidents.
Ces derniers varient en fonction du sexe et de l’âge des victimes. Chez les femmes
plus de la moitié des victimes sont des permanents contre un peu plus du tiers chez
les hommes. De plus, les accidents concernent essentiellement les jeunes âgés entre
20 et 34 ans (53,2% contre 3,1% pour les individus âgés entre 50 et 60 ans). En
somme, les employeurs gagneraient à renforcer la capacité en sécurité au travail pour
les jeunes travailleurs.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ASSISTANCE SOCIALE 150


SESN 2014

Chapitre VIII :
Chapitre VIII : EAU ET ASSAINISSEMENT

EAU ET ASSAINISSEMEENT
Introduction

De nos jours, l’accès à l’eau et à l’assainissement constitue une


préoccupation majeure pour les pays africains. En effet, l’accès à l’eau
potable et à l’assainissement est considéré comme un droit de
l’Homme essentiel à la pleine jouissance de la vie, au même titre que
le droit à l’alimentation ou à la santé. En dépit de cette reconnaissance
du droit à l’eau par l’ONU en juillet 2010 et des progrès réalisés dans
le monde, la situation demeure déplorable. A titre illustratif, près de
800 millions de personnes sont sans accès à une source d’eau
améliorée et 2,5 milliards sont privées de services élémentaires
comme les toilettes ou les latrines. En outre, 80% de la population
mondiale habite des régions où la sécurité de l’eau est compromise et
chaque année, plus d’un (1) million d’enfants meurent suite à des
maladies diarrhéiques.

En septembre 2000, lors de la 55ème session de l’Assemblée Générale


des Nations Unies, les États se sont engagés à « réduire de moitié d’ici
à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès à un
approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement
de base », dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le
Développement (OMD).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 151


SESN 2014

Si certaines régions du monde ont dépassé la cible des OMD pour l’accès à l’eau potable
(88%), l’Afrique subsaharienne risque de ne pas l’atteindre à l’horizon 2015, malgré
l’augmentation de près de 20 points de pourcentage d’accès aux points d’eau
améliorés. La population n’ayant pas accès à l’eau potable (EP) est estimée à plus de
300 millions dans cette région. Par ailleurs, l’Afrique subsaharienne, dans sa très
grande majorité, est loin d’atteindre les Objectifs de développement pour le millénaire
relatifs à l’accès à l’assainissement et à son amélioration. En 2004, la couverture en
assainissement amélioré était de 37% et la cible est fixée à 66% pour 2015. En plus,
le nombre de personnes pratiquant la défécation à l’air libre a augmenté dans la zone
et au rythme de réduction actuelle, l’élimination d’ici à 2015 de ce phénomène, parmi
les populations rurales les plus pauvres, semble être compromise.

A une année de l’échéance de ces OMD et contrairement au sous-secteur de l’eau


potable, le Sénégal n’a toujours pas atteint les objectifs relatifs à l’accès à
l’assainissement.

Ce présent chapitre est articulé autour de deux points. Le premier donne la situation
de l’accès à l’eau potable au Sénégal et le second porte sur l’état de l’assainissement
au Sénégal en 2014.

VIII.1. L’ACCES A L’EAU POTABLE AU SENEGAL

VIII.1.1. EAU POTABLE : LA COUVERTURE

La couverture - ou taux d’accès global - en eau potable est la proportion, au niveau


national, d’individus ayant accès à des sources d’approvisionnement ou à des points
de distribution améliorés. Selon l’enquête « Listening to Senegal » (L2S) de 2014, cet
indicateur est estimé à 91,1%. Cette forte proportion d’accès à l’eau potable cache
toutefois des disparités selon le milieu de résidence. En effet, selon la dite enquête, la
couverture en eau potable est de 97,4% en milieu urbain contre 84,4% en milieu rural,
soit une différence de plus de 13 points de pourcentage entre les deux milieux en
termes d’accès à l’eau potable.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 152


SESN 2014

Graphique VIII-1 : Taux d’accès à l’eau potable en 2014

97,4

100 91,1

95 84,4
90
85
80
75
Urbain Rural Sénégal

Source : ANSD. Enquête L2S 2014

Par ailleurs, une analyse selon la source d’approvisionnement révèle que dans 70,5%
des cas, les ménages sénégalais utilisent le robinet pour s’approvisionner en eau dont
15,9% au robinet public, notamment en milieu rural (25,2%). En milieu urbain, cette
proportion est de 86,8% dont 7,4% au robinet public contre respectivement 52,9% et
25,2% en milieu rural.

En outre, la disponibilité et la qualité du service d’eau doivent être continues et


renforcées pour consolider les performances et les inscrire dans la pérennité. Cette
disponibilité et cette qualité du service sont fortement liées à l’entretien et au
renouvellement du système des équipements des services hydrauliques. Il faut noter
à cet effet qu’une proportion non négligeable de ménages (15% ou plus) use d’une
technique pour rendre potable l’eau issue de robinet.

Tableau VIII-1 : Principales sources d’approvisionnement en eau potable en 2014

Milieu de résidence
Sénégal
Sources  Urbain Rural
Robinet intérieur  59,29 34,9  47,54
Robinet dans la concession  23,22 11,74  17,69
Robinet du voisin  4,24 6,29  5,23
Point d'eau public/borne fontaine  7,37 25,15  15,93
Puits tubé/forage  1 1,34  1,17
Puits protégé  1,68 4,74  3,16
Source protégée  0,09 0,21  0,15
Eau en bouteille  0,5 0  0,26
Tx global AEP  97,39 84,37  91,13
Source : ANSD. Enquête L2S 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 153


SESN 2014

Mesurant la continuité du service d’eau potable, les résultats de la L2S révèlent que,
parmi les ménages utilisant une tuyauterie et un forage pour s’approvisionner en EP,
76,4% ont eu un service continu durant la période.

Tableau VIII-2 : Répartition des ménages selon le nombre de jours de manque totale d’EP provenant
de la principale source

Milieu de résidence 
Nombre de jours  Sénégal
Urbain  Rural
0 72,39 81,61  76,42
1 9,55 3,79  7,04
2 5,76 5,19  5,51
3 1,47 1,93  1,67
4 1,21 1,37  1,28
5 1,15 0,95  1,06
6 0,22 0  0,13
7 3,03 1,17  2,22
8 0,1 0,28  0,18
9 0,7 0,57  0,65
10 0,31 0,66  0,46
11 0,1 0  0,05
12 0,35 0  0,2
13 0,48 0  0,27
14 3,17 2,48  2,87
Total  100 100  100
Source : ANSD. Enquête L2S 2014

La distribution a été plus régulière en milieu rural (81,6%) que dans celui urbain
(72,4%). Par conséquent, les interruptions dans la distribution en EP sont plus notées
en milieu urbain que rural. En effet, plus d’un quart (27,6%) des ménages urbains ont
vécu, durant les 2 dernières semaines précédant l’enquête, au moins une journée
entière sans accès à leur principale source d’EP contre moins d’un cinquième (18,4%)
en milieu rural.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 154


SESN 2014

Graphique VIII-2 : Disponibilité d’EP provenant de la tuyauterie et des forages (les 2 dernières
semaines précédant l’interview)

120

100 18,4 23,6


27,6
80

60
72,4 81,6 76,4
40

20

0
Urbain Rural Sénégal

Aucune Au moins une journée de coupure

Source : ANSD. Enquête L2S 2014

VIII.1.2. ACCES A L’EAU POTABLE : LES TENDANCES SUR LA PERIODE DE


2005 A 2014 EN MILIEU RURAL

Le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural suit globalement une tendance haussière
sur la période de 2005 à 2014. Des progrès importants ont été notés sur toute cette
période. Par ailleurs, il existe un lien entre la qualité de l'eau consommée et la santé
des consommateurs en particulier celle des enfants, qui est sujette à des affections
d'origine parasitaire et infectieuse. Des performances sont notées dans l’offre du
service d’eau potable aux populations résidant en milieu rural depuis 2005. Entre 2005
et 2006, le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural est passé de 64% à 69,5% (soit
une augmentation de 5,5 points de pourcentage). En 2014, ce taux d’accès des
ménages à l’eau potable en milieu rural est évalué à 84,4% (L2S, 2014). Durant toute
cette période (2005 à 2014), l’accès à l’eau potable augmente annuellement, sauf sur
la période de 2008 à 2009 où le taux est passé de 75,5% à 73,6% ; soit une diminution
de 1,9 point de pourcentage.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 155


SESN 2014

Graphique VIII-3 : Evolution du taux d’accès à l’eau potable en milieu rural au Sénégal

100%

80%

60%

40%

20%

0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Taux 64% 69,50% 72,40% 75,50% 73,60% 77,50% 80,10% 81,20% 84,10% 84,37%

Sources : RAC 2014, PEPAM & ANSD. Enquête L2S 2014

VIII.1.3. ACCES A L’EAU POTABLE : LES DISPARITES ENTRE LES ZONES

Les niveaux d’accès à l’eau potable varient fortement d’une strate (milieu de résidence)
à une autre. Cette disparité entre les milieux pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs
qui vont d’un niveau d’investissement différent à des réalités hydrogéologiques (zone
de socle) ou sociologiques (préférence pour les puits souvent non protégés dans
certaines zones) pouvant pousser les ménages vers certains modes
d’approvisionnement spécifiques. Suivant l’accès par strate en 2014, le milieu rural
présente le plus bas niveau d’accès avec seulement 84,4%.

Cependant, la situation de la distribution de l’accès améliorée au niveau national se


présente de manière assez satisfaisante ; en effet, toutes les strates du Sénégal
affichent des taux d’accès global dépassant la cible de 82% fixée pour les OMD. Par
ailleurs, la quantité d’EP provenant de la tuyauterie et des forages reste inférieur, en
proportion, à cette cible en milieu rural (79,4%) d’après les résultats de la dite enquête.

Cette situation nécessite de développer des systèmes d’approvisionnement en eau


potable très innovants basés dans les opérations de transfert d’eaux de surface pour
garantir un approvisionnement durable de cette zone. D’où l’intérêt de renforcer les
initiatives de la DGPRE en termes d’études hydrologiques et hydrogéologiques telles
que celle actuellement en cours dans la Zone de Bakel financée par la Banque mondiale
dans le cadre du sous-programme PEPAM-IDA.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 156


SESN 2014

Graphique VIII-4 : Situation de l'accès à l'eau selon la strate au Sénégal - 2014

99,5 98,8 94,7


90,4 91,1 87,6
100 84,4
79,4

80

60

40

20

0
Dakar urbain Autres villes Rural Sénégal

Tx global AEP Tx AEP (tuyau+forage)

Source : ANSD. Enquête L2S 2014

Selon l’enquête « Listening to Senengal », le taux d’accès par bornes fontaines en


2014 s’établit à 15,9% globalement au niveau du Sénégal avec 7,5% pour Dakar
urbain, 7,2% pour les autres villes et 25,2% pour le milieu rural. Une reprise d’un
nouveau programme de branchements est cependant utile, ne serait-ce que pour
absorber la forte progression démographique en milieu urbain.

Les taux d’accès par branchement particulier (BP) et par borne fontaine (BF) sont à
des niveaux très différents ; le taux d’accès par BP est largement supérieur à celui par
BF. Dans la zone urbaine de Dakar, près de 91,3% des ménages ont accès à l’eau
potable principalement à travers des branchements privés ou particuliers contre
respectivement 80,8% et 52,9% dans les autres villes et en milieu rural. Il sied de
retenir que quel que soit le milieu de résidence, plus de la moitié des ménages a accès
au BP, en revanche, pour les BF, même si leur utilisation semble moindre en milieu
urbain, plus du quart des ménages en milieu rural y ont principalement recours.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 157


SESN 2014

Graphique VIII-5 : Situation de l'accès à l'eau par branchement particulier ou par borne-fontaine

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Dakar urbain Autres villes Rural Sénégal
Tx BP 91,3 80,82 52,93 70,46
Tx BF 7,47 7,24 25,15 15,93

Source : ANSD. Enquête L2S 2014

VIII.2. LA SITUATION DE L’ASSAINISSEMENT AU SENEGAL

VIII.2.1. ASSAINISSEMENT : LA COUVERTURE

Dans les pays en voie de développement, la question de l’assainissement se pose avec


acuité et une attention particulière doit être portée dans ce sens par les pouvoirs
publics. Au Sénégal, beaucoup d’efforts ont été faits, mais la situation reste
préoccupante, notamment dans le milieu rural où le niveau de l’accès des populations
à un système d’assainissement adéquat reste très faible.

Selon la déclaration du Millénaire pour le développement des Nations Unies,


l’assainissement joue un rôle central dans le développement durable. Par conséquent,
un accès plus large à de bons systèmes d’assainissement contribue efficacement à la
lutte contre la pauvreté. Depuis cette déclaration du Millénaire en 2000 et le sommet
de Johannesburg, le niveau d’accès à l’assainissement de base dans les pays pauvres
devrait constituer une grande préoccupation pour les pouvoirs publics. Cet accès à
l’assainissement a des effets sur la productivité au travail, sur les maladies, la
fréquentation à l’école et l’amélioration de la sécurité personnelle des femmes selon
les études.

Par ailleurs, la proportion de la population disposant d’un système d’assainissement de


base correspond au pourcentage de personnes utilisant des installations
d’assainissement améliorées. Par assainissement amélioré, il faut comprendre l’accès
aux toilettes avec chasse ou aux latrines améliorées à fosse auto-ventilée (VIP). En
2014, d’après les résultats de la L2S, le niveau d’accès des ménages à un

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 158


SESN 2014

assainissement de qualité est de 54,7% au niveau national. Cependant, les niveaux


d’accès à un système d’assainissement de qualité diffèrent selon les milieux de
résidences des ménages. Si en milieu urbain ce taux d’accès est de 72,7%, il n’est que
de 35,3% en milieu rural. Ce qui traduit l’ampleur des efforts à consentir pour améliorer
ce niveau d’accès à l’assainissement des ménages et l’approcher de la cible pour
l’atteinte des OMD. En effet, le faible niveau de mobilisation de ressources dans le
sous-secteur de l’assainissement serait la cause principale de la faible progression du
taux d'accès des ménages à un assainissement de qualité. Ainsi, des systèmes
d’assainissement amélioré peuvent être disponibles sans être systématiquement ou
principalement utilisés par les ménages, car pouvant ne pas être parfois en adéquation
avec les besoins de ces ménages.

Graphique VIII-6 : Taux d’accès à l’assainissement amélioré selon le milieu de résidence

80 72,7
70 61,9
60 54,7
50 45,4
40 35,3
27,7
30
20
10
0
Urbain Rural Sénégal

Taux d'accès à l'assainissement amélioré Taux d'accès aux toillettes avec chasse

Source : ANSD. Enquête L2S 2014

Par ailleurs, d’après les résultats de la L2S 2014, 45,4% des ménages utilisent des
toilettes équipées d’une chasse dont 18,4% sont raccordées à l’égout. Les toilettes
munies d’une chasse (dont 32,5% raccordées à l’égout) constituent le principal type
d’aisance en milieu urbain, tandis qu’en milieu rural, la défécation dans la nature
(32,8%) est plus fréquente.

S’agissant de l’évacuation des eaux usées, le déversement dans la nature est le


principal mode (60,5%), notamment en milieu rural où 78,6% des ménages y font
recours.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 159


SESN 2014

Tableau VIII-3 : Principal type d’aisance utilisée selon le milieu de résidence

Milieu de résidence 
Sénégal
Type de toilettes utilisé par le ménage  Urbain  Rural
Chasse d'eau/chasse manuelle vers égouts  32,64  3,06  18,39
Chasse d’eau/chasse manuelle vers une fosse septique  25,34  19,97  22,75
Chasse d’eau/chasse manuelle dans une latrine à fosse  3,13  3,47  3,29
Chasse d'eau/chasse manuelle vers ailleurs  0,39  0,46  0,42
Chasse d'eau/chasse manuelle vers un endroit 
inconnu/pas sûr/NSP  0,39  0,69  0,54
Latrine améliorée à fosse autoventilée (VIP)  10,8  7,63  9,27
Latrine à fosse avec une dalle  16,14  19,84  17,93
Latrine à fosse sans dalle/à fosse ouverte  1,52  8,01  4,65
Toilettes à compost  0,29  3,15  1,67
Seau  5,57  0,91  3,32
Toilettes/latrines suspendues  0,81  4,35  2,52
Aucune installation/brousse/champ  2,32  26,08  13,77
Autre à préciser  0,66  2,37  1,48
Taux d'accès à l'assainissement amélioré  72,69  35,28  54,66
Taux d'accès aux toilettes avec chasse  61,89  27,65  45,39
Source : ANSD. Enquête L2S 2014

VIII.2.2. ASSAINISSEMENT RURAL : LES TENDANCES SUR LA PERIODE DE


2005 A 2014

Depuis 2005, le taux d’accès à l’assainissement en milieu rural augmente mais à des
proportions insuffisantes pour atteindre les objectifs du millénaire pour le
développement. Selon la revue annuelle conjointe du Programme Eau Potable et
Assainissement du Millénaire : « Si rien n’est fait dans ce sens, les prévisions de
réalisations établies, en tenant compte des opérations en cours, en préparation ou en
instruction, des capacités réelles de réalisation physique (sur la base des procédures
de mise en œuvre et performances des entreprises) font apparaître un cumul de
seulement de 123 000 systèmes d’assainissement individuel (soit juste 39% de la cible
de 2015) ».

Entre 2005 et 2014, le taux d’accès à l’assainissement est passé de 26,2% à 35,3%
(soit une augmentation de 9,1 points de pourcentage sur cette période). L’évolution
annuelle la plus importante sur cette période est celle enregistrée entre 2010 et 2011
où le taux d’accès est passé de 29,6% à 34,3%. Il faut noter que la baisse constatée
entre 2013 et 2014 pourrait être imputée à la différence des sources de données. Les
données de 2005 à 2013 sont issues du projet PEPAM, donc basés sur l’existence et
celles de 2014 proviennent de l’enquête ménage de la L2S et sont liées à l’utilisation.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 160


SESN 2014

Graphique VIII-7 : Evolution du taux d'accès à l'assainissement en milieu rural - 2005-2014

45%
40%
35%
Pourcentage (%)

30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Taux 26,20% 26,70% 26,90% 27,50% 28,90% 29,60% 34,30% 35,60% 38,70% 35,28%

Sources : RAC 2014, PEPAM & ANSD. Enquête L2S 2014

Conclusion

Les taux de couverture pour l’accès à l’eau potable et pour l’assainissement sont
respectivement de 91,1% et 54,7% au Sénégal.

Si la cible des OMD pour l’accès global à l’eau potable, fixée à 82% (en milieu rural),
est atteinte et même dépassée depuis 2013, en revanche, des efforts énormes restent
à consentir dans le secteur de l’assainissement. Les performances réalisées dans le
secteur de l’eau en termes d’accès doivent s’accompagner d’efforts pour minimiser la
discontinuité du service et surtout réduire les disparités entre les zones (milieu de
résidence).

Pour réduire ces inégalités, des investissements ciblés pourraient être nécessaires en
faveur des populations vulnérables.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | EAU ET ASSAINISSEMENT 161


SESN 2014

Chapitre IX : AGRICULTURE

Chapitre IX :
AGRICULTURE
Introduction

L’une des principales préoccupations du gouvernement sénégalais a


toujours été de rendre le secteur agricole suffisamment performant
pour contribuer significativement à la création de richesse et au
renforcement de la sécurité alimentaire. Ainsi, après plusieurs
stratégies qui ont donné des résultats assez mitigés, l’Etat du Sénégal
a entrepris en 2014, la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent
(PSE) qui constitue désormais le document de référence en termes de
politique économique du pays.

En outre, le secteur agricole est marqué par un déficit pluviométrique


ayant entrainé une baisse de certaines spéculations à cycle long telles
que le mil et le maïs. Pour limiter l’impact dû à la diminution des pluies,
l’Etat a favorisé des variétés à cycle court. Aussi, la production agricole
est-elle ressortie globalement en hausse, comparativement à l’année
2013.

Ce chapitre s’intéresse à l’agriculture au sens strict au Sénégal. Il


passera en revue les orientations stratégiques, les situations qui ont
milité en faveur ou défaveur de la production agricole par type de
culture ainsi que les conséquences.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 162


SESN 2014

IX.1. ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET ACTIONS ENTREPRISES


PAR LE GOUVERNEMENT EN 2014

L’agriculture constitue la principale activité en milieu rural. Ainsi, les défis et contraintes
du développement rural et agricole exigent de l’Etat une vision forte et ambitieuse,
mais claire. C’est ainsi qu’elle a été entièrement prise en charge par le Plan Sénégal
Emergent (PSE) et opérationnalisée dans le sous-secteur agricole par le Programme
de Relance et d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise (PRACAS) dont
les principaux objectifs à l’horizon 2017 sont fixés comme suit :

 l’autosuffisance en riz en 2017 avec une production de 1 600 000 tonnes de


paddy ;
 l’autosuffisance en oignon en 2016 avec une production de 350 000 tonnes ;
 l’optimisation des performances de la filière arachidière avec une production en
2017 de 1 000 000 tonnes et un volume d’exportation de 100 000 à 150 000
tonnes par an ;
 le développement des filières fruits et légumes de contre-saison avec un objectif
d’exportation de 157 500 tonnes en 2017.

Les actions initiées par l’Etat durant la campagne 2013/2014 se sont concentrées sur
la poursuite des objectifs sectoriels ci-dessous, déclinés dans le Cadre de Dépenses
Sectoriel à Moyen Terme (CDSMT) 2014-2016, avec un accent particulier sur les
principales filières du PRACAS.

 OS1 : Améliorer et sécuriser la base productive ;

 OS2 : Augmenter la production et la productivité.

Pour chacun de ces objectifs sectoriels, des indicateurs ont été définis et des cibles
fixées. Les résultats obtenus en 2014 sont comparés aux cibles fixés, mais aussi aux
résultats obtenus au cours des années précédentes.

Pour les rendre opérationnels, ces objectifs sectoriels ont été traduits en quatre (4)
programmes :

 programme d’amélioration et de sécurisation de la base productive ;

 programme d’augmentation de la production et de la productivité ;

 programme d’amélioration de la coordination et du pilotage sectoriels ;

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 163


SESN 2014

 programme de création d’un environnement incitatif au développement du


secteur privé.

Le premier OS se décompose en cinq (5) composantes :

- production de semences de pré base, base et certifiées ;

- réalisation, réhabilitation et entretien des aménagements ;

- hydraulique agricole ;

- protection sociale des producteurs ;

- gestion durable de la productivité des terres.

Au cours de l’année 2014, les niveaux de réalisations notés pour ces composantes sont
satisfaisants.

Pour le second OS, augmentation de la production et de la productivité, il concerne le


riz, les autres céréales locales, les filières horticoles, les cultures de diversification, la
filière arachide, le micro-jardinage, le renforcement des capacités et de la protection
des cultures.

Concernant les semences, 18 177 tonnes de semences certifiées de niveau R3 ont été
réalisées pour l’arachide en 2014. Pour les céréales locales (mil, riz, maïs, sorgho, fonio
et niébé), les réalisations ont atteint 10 277 tonnes.

En matières d’engrais subventionnés, les quantités mises en place pour la campagne


agricole 2014/2015 sont de 86 000 tonnes réparties comme suit : 48 000 tonnes de
NKP15 (20 000 tonnes de 6-20-10, 10 000 tonnes de 15-15-15, 2 000 tonnes DAP16,
6 000 tonnes de 9-23-30, 5 000 tonnes de 10-10-20) et 34 000 tonnes d’urée.

15
. NKP c’est la composition des engrais (N : azote, K : potassium en latin kalium, et P : phosphore)

Tous les engrais du commerce vendus pour le potager et le jardin d'agrément intègrent ces éléments, en proportions adaptées
aux différentes espèces végétales. Selon le principe d'une codification internationale, les emballages des engrais vendus dans le
commerce comportent la mention NPK suivie de trois chiffres : Exemple : NPK 15-5-10 indique un engrais contenant 15 % d'azote,
5 % de phosphore et 10 % de potassium. Un engrais est dit équilibré lorsque les 3 chiffres NPK sont égaux, par exemple : NPK
15-15-15. Il contient alors autant d'azote que de phosphore et de potassium.
16
. Le DAP est l'engrais phosphaté le plus utilisé. Il est composé de 46% de phosphore et 18% d'azote, plus communément
appelé 18/46.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 164


SESN 2014

Pour ce qui est de l’équipement rural, lors de la campagne 2014/2015, 16 800 unités
ont été acquises (7 000 semoirs, 9 000 houes, 800 charrues) ainsi que des
équipements motorisés (50 tracteurs équipés et 185 groupes motopompes).

Au-delà de l’élaboration des politiques publiques pour accompagner le développement


de l’agriculture, l’Etat a revu à la hausse l’allocution des ressources financières en
faveur de ce secteur de 22,8 milliards pour les porter à146,77 milliards en 2014, soit
un taux de croissance de 18,4% après une baisse de 13,4% en 2013.

IX.2. PLUVIOMETRIE DE LA CAMPAGNE AGRICOLE 2014/2015


Graphique IX-1: Cumul de pluies de quelques stations (en mm)

1800
1600
1400
1200
1000
2011
800
600 2012
400 2013
200
2014
0

Source : Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM) du Sénégal

L’année 2014 a été marquée par une diminution de la pluviométrie. Le cumul moyen
par station est de 461 millimètres (mm) en 2014, soit une baisse de 35% par rapport
à 2013. La mauvaise pluviométrie a concerné l’ensemble du territoire à l’exception de
Podor qui a enregistré une hausse 9,6%, par rapport à 2013.

IX.3. PERFORMANCES DU SECTEUR AGRICOLE EN 2014

La production agricole de 2014 a connu une légère amélioration par rapport à celle de
2013. En effet, la production agricole globale en volume est passée de 412,713 à
419,448 milliards de Fcfa entre 2013 et 2014 soit une hausse de soit une croissance
de 1,6%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 165


SESN 2014

IX.3.1. AGRICULTURE INDUSTRIELLE ET D’EXPORTATION

La production d’arachide en 2014 s’est établie à 669 328 tonnes contre 677 456 tonnes
en 2013, soit une baisse de 1,2%.Malgré le déficit pluviométrique enregistré en 2014,
le rendement à l’hectare a connu une augmentation de 3%.

La production de coton a poursuivi son fléchissement en 2014 en s’établissant à 26 565


tonnes (-37,0%), après un repli de 7,8% en 2013. Cette contreperformance est
consécutive à la persistance des mauvaises conditions climatiques. La production de la
canne à sucre a augmenté considérablement (45,1%) à la faveur de la mise en œuvre
du programme d’autosuffisance en sucre entrepris par la Compagnie Sucrière
Sénégalaise (CSS) à travers son projet « KT150 ». Ce projet vise une production de
150 mille tonnes de sucre à l’horizon 2017. Ainsi, la production de canne à sucre a
atteint 1 227 812 tonnes en 2014 contre 840507 tonnes en 2013.

Graphique IX-2: Productions de l’agriculture industrielle et d’exportation (en tonnes)

40 000 1 500 000

30 000
1 000 000
20 000

10 000 500 000

0 0
Coton Sésame Arachide Canne à sucre

2012 2013 2014 2012 2013 2014

Source : DAPSA/EAA 2014

La production de sésame s’est redressée en 2014 (7 378 tonnes, soit une hausse de
100,02%), après une chute de 30,28% enregistrée durant l’année antérieure.

IX.3.2. AGRICULTURE VIVRIERE

La production de céréales s’est améliorée de 6,5%, sous les effets conjugués de la


hausse des superficies emblavées et des rendements. En dehors du mil et du maïs qui
ont enregistré des diminutions respectives de 20,6% et 20,9%, les autres spéculations
céréalières ont enregistré un accroissement de leur production, notamment le riz
(28,2%), le sorgho (11,2%), le manioc (76,2%), le niébé (52,5%) et le fonio (46,4%).
Ces dernières ont bénéficié de l’appui du Gouvernement qui a mis à la disposition des
agriculteurs des variétés à cycle court permettant de faire face au déficit pluviométrie.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 166


SESN 2014

Graphique IX-3: Productions de l’agriculture vivrière (en tonnes)

700 000
600 000
500 000
400 000
300 000
200 000
100 000
0
Mil Riz paddy Maïs Sorgho Manioc Fonio

2012 2013 2014


Source : DAPSA/EAA 2014

IX.3.3. COMMERCIALISATION
IX.3.3.1. Commercialisation des graines d’arachide

La commercialisation de l’arachide est une campagne organisée et supervisée par le


Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural avec des mesures
d’accompagnement relatives à :

- l’adoption en Conseil des ministres du 10 décembre 2014 d’un prix plancher au


producteur de 200FCFA/Kg fixé par le Comité National Interprofessionnel de
l’Arachide (CNIA) pour la campagne de commercialisation 2014/2015 ;

- la mise en place de commissions de collecte regroupant l’Etat et les acteurs de


la filière ;

- l’agrément d’opérateurs collecteurs pour les semences et les huileries ;

- la lettre Circulaire n° 3500/MAER/DA du 16 décembre 2014, fixant le


démarrage de la campagne de commercialisation de l’arachide au lundi 29
décembre 2014.

En 2014, une mesure supplémentaire a été notée avec le protocole d’accord entre le
Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER) et la République populaire
de Chine, en date 3 septembre 2014 relatif aux exigences phytosanitaires de l’arachide
du Sénégal exportée vers la Chine.

Le protocole Etat/Huiliers, sous l’autorité de Monsieur le Premier Ministre, signé en


janvier 2014, a été reconduit. Il garantit le prix de 200 FCFA/kg fixé par le CNIA et la
subvention du prix au producteur, soit la différence entre :

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 167


SESN 2014

 le prix de 200 FCFA/kg payé au producteur (par les huiliers) ;

 et le cours international de l’arachide (calculé à partir des cotations de l’huile et


des tourteaux).

Le comité de suivi de ce protocole est présidé par le Conseiller spécial sur Agriculture
àla Primature. Il est composé des représentants des ministères chargés de
l’Agriculture, de l’Economie, des Finances et du Plan, de l’Industrie, du Commerce
d’une part et des huiliers, en particulier SUNEOR, CAIT et COPEOL, d’autre part.

Cependant, en plus de la mauvaise campagne arachidière, il convient de signaler les


difficultés que traversent les huiliers du Sénégal tel que la SUNEOR qui a vu son chiffre
d’affaires diminuer de 36,3% entre 2013 et 2014.

Pour les exportations d’arachide, le volume contrôlé à l’exportation est évalué à 12


757tonnes en 2014contre 28 461 tonnes en 2013, soit une baisse de 55,2%.

IX.3.3.2. Commercialisation des produits horticoles

Le sous-secteur horticole constitue une véritable opportunité pour le Sénégal, devant


lui permettre de se faire une place aux marchés globalisés à l’image des pays comme
le Maroc, l’Égypte, le Kenya ou la Côte d’Ivoire, qui sont devenus de véritables
fournisseurs internationaux de fruits et légumes. L’Europe reste encore le marché le
plus porteur pour l’origine « Sénégal ». L’Amérique du nord est le deuxième grand
marché, mais les barrières phytosanitaires et le coût du fret constituent des facteurs
limitant l’accès.

Le Sénégal exporte une dizaine de produits horticoles, dont les plus importants, en
termes de valeur, sont le haricot vert (10,4%), la tomate cerise (12,5%), le melon
(16,9%), la mangue (18,5%) et le maïs doux (11,9%)...

Pour l’année 2014, les exportations contrôlées de légumes ont connu une évolution
haussière par rapport à 2013. En effet, la tomate cerise (7,1%, contre 0,7% en 2013),
le melon (29,5%, après -8,1% en 2013), le maïs (18,5%, contre 4,2% en 2013) ont
enregistré des croissances plus importantes par rapport à l’année 2013.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 168


SESN 2014

Tableau IX-1 : Situation des exportations de produits horticoles sur la période 2010-2014 (en tonnes)

Exportation de produits horticoles  2010  2011  2012  2013  2014 


Légumes  8 920   15 151   11 870   26 729   27 293  
Autres tubercules et patates douces  56           22           35       289   2 037  
Total  8 976   15 173    11 905   27 017    29 331  
Source : ANSD, Décembre 2015

IX.3.4. PERFORMANCES MACROECONOMIQUES

La campagne agricole 2014 a été marquée par une légère amélioration. En effet, la
valeur ajoutée à prix constants de la branche « agriculture vivrière » a enregistré une
hausse de 2,6% par rapport à 2013, pour s’établir à 351 milliards FCFA en 2014 tandis
que celle de l’ « agriculture industrielle et d’exportation » s’est repliée de 0,7% en
2014 par rapport à l’année précédente, pour atteindre 124 milliards de FCFA. Au total,
la croissance du sous-secteur agricole s’est établie à 1,9% en 2014.
Graphique IX-4: Situation macro sectorielle de l’agriculture

Evolution des parts des sous secteurs de l'Agriculture au PIB
6,00%
5,37%
5,00% 4,83% 4,72% 4,64%
4,31%
4,00%

3,00% 2,96% Agri vivrière


Agri industrielle
2,00%
1,60% 1,80% 1,72% 1,64%
1,00%

0,00%
2010 2011 2012 2013 2014

Source : ANSD/Décembre 2015

IX.4. SECURITE ALIMENTAIRE17

Le bilan céréalier définitif présente un déficit de 316 550 tonnes de céréales entières
(contre 289 742 tonnes en 2013/2014) et une disponibilité céréalière apparente de
162,4 kg/hbt (contre 163,1 kg/hbt en 2013/2014), inférieure à la norme de 185
kg/hbt/An.

17
Source : DAPSA. Note contributive au rapport pays du Dispositif Régional de Prévention et de Gestion des Crises
Alimentaires (PREGEC), avril 2015.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 169


SESN 2014

Ainsi, La pauvreté et l’insécurité alimentaire sont plus que jamais présentes au Sénégal,
surtout en milieu rural malgré les efforts consentis. En effet, 30% des ménages en
milieu rural sont dans l’insécurité alimentaire dont 12% en situation sévère et 18% en
situation modérée18.

Conclusion

La campagne 2014 a été principalement caractérisée par l’installation tardive des pluies
et de longues pauses pluviométriques dans plusieurs zones. Cette situation a limité les
performances du secteur. Néanmoins, la poursuite des initiatives de l’Etat avec la
distribution de variétés de semences de courte durée pour les cultures hivernales,
combinée au dynamisme de l’horticulture, ont permis de relever globalement la
production agricole en 2014.

18
Revue conjointe du secteur agricole 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | AGRICULTURE 170


SESN 2014

Chapitre X : ENVIRONNEMENT

Chapitre X :
ENVIRONNEMENT
Introduction

Le Sénégal continue de déployer des efforts notables en matière de


conservation et de protection des actifs naturels. Toutefois, il reste
encore des défis à relever sur le plan environnemental et de la gestion
des ressources naturelles. Parmi les problèmes environnementaux
cruciaux, il faut noter la surexploitation des ressources naturelles, la
prolifération des déchets (liquides, solides), la pollution et les
inondations, lesquelles constituent une menace potentielle pour les
écosystèmes en particulier, et pour le milieu physique et humain
environnant, en général.

Ce chapitre présente la situation du secteur de l’environnement et des


ressources naturelles pour l’année 2014. Il comprend deux (2) parties.
La première aborde sommairement les politiques et réformes du
secteur. La deuxième partie expose les contraintes identifiées, les
réponses apportées et les résultats obtenus, notamment dans les
domaines de la foresterie, de la biodiversité, de l’environnement marin
et côtier et des pollutions et nuisances.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 171


SESN 2014

X.1. POLITIQUES ET REFORMES DANS LE SECTEUR DE


L’ENVIRONNEMENT

Conformément aux orientations de la Lettre de Politique sectorielle de l’Environnement


et des Ressources naturelles (LPSERN), le Sénégal s’est fixé comme objectif, sur la
période 2009-2015, d’assurer une gestion rationnelle de l’environnement et des
ressources naturelles pour contribuer à la réduction de la pauvreté dans une
perspective de développement durable.

Cet objectif global se décline en trois (3) objectifs sectoriels (OS) : OS1 « améliorer la
base de connaissance de l’environnement et des ressources naturelles », OS2
« accélérer la lutte contre la tendance actuelle à la dégradation de l’environnement et
des ressources naturelles dans le respect des conventions internationales y
afférentes » et OS3 « renforcer les capacités institutionnelles et techniques des acteurs
dans la mise en œuvre des actions de conservation de l’environnement et des
ressources naturelles ».

La mise en œuvre de la politique environnementale repose sur le Cadre de Dépenses


Sectorielles à Moyen Terme (CDS-MT) qui définit les activités et les actions à mener
en adéquation avec les ressources financières sollicitées, selon une programmation
permettant d’atteindre à terme les objectifs sectoriels fixés par la LPSERN.

A noter que la politique environnementale a fait l’objet d’une révision en 2013 pour
mieux intégrer les principes du développement durable, conformément aux
recommandations et orientations issues du dernier Sommet de Rio.

X.2. ETAT DES LIEUX DU SECTEUR DE L’ENVIRONNEMENT

X.2.1. LE POTENTIEL FORESTIER

Au Sénégal, les forêts sont encore Graphique X-1 : Évolution du potentiel forestier
16 000 000
soumises à de multiples agressions
14 000 000
d’ordre physique et anthropique qui 12 000 000
superficie ( ha)

contribuent dans une très large 10 000 000


mesure à leur dégradation, comme 8 000 000

en attestent les statistiques de la 6 000 000


4 000 000
FAO (FRA 2010) selon lesquelles 8,5
2 000 000
millions d’hectares seraient
0
couvertes par des formations 1990 2000 2005 2010‐2011

forestières. Selon la même source, le


Forêts Autres terres boisées Total couvert forestier
potentiel forestier a accusé une perte
moyenne annuelle de 40 000

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 172


SESN 2014

hectares entre 2005 et 2010, soit un gain annuel de 5000 hectares par rapport à la
période 2000-2005 qui affichait une perte moyenne de 45 000 hectares par an.

La diminution du potentiel forestier est le résultat de plusieurs facteurs conjugués,


entre autres, les causes physiques (feux de brousse, érosion, etc.) et le caractère
abusif et illégal des pressions exercées sur les formations naturelles à des fins
énergétiques (bois de chauffe, charbon de bois).

A cet égard, la production de charbon de bois a enregistré une hausse, en passant de


44 287 tonnes en 2013à 184 970 tonnes en 2014. A l’image du charbon de bois, la
production de bois de chauffe s’est inscrite sur une tendance haussière durant ces
dernières années. Elle s’est établie à 251186 stères en 2014 contre 116 507 stères
l’année précédente.

S’agissant des dommages causés par les feux de brousse, les statistiques font état de
3 261 267 tonnes de biomasse brulées en 2014(sur une superficie de 747 816 ha)
contre 2 744 429 tonnes en 2013, soit un relèvement assez significatif de 516 838
tonnes.

En matière d’ouverture et d’entretien de pare-feu, les réalisations sont,


respectivement, de 1497 km en 2014 (contre 3 021 km en 2013) et 2 944 km(contre
3 631 km en 2013).

Tableau X-1 : Evolution de l’exploitation forestière par espèce

Quantité prélevée
Espèces ligneuses unités 2011 2012 2013 2014
Charbon de bois tonne 74 749 84 485 44 287 184 970
Bois de chauffe stère 126 127 80 864 116 507 251 586
Bois d'œuvre pied 677 735 196 846
Bois service (tiges)1 710 600 990 116 1 084 167 82 854
Bois artisanat (pieds)2 35 000 46 883 26 409 8 713
Source : Données DEFCCS 2014

Les superficies reboisées en 2014 sont évaluées à 15 751 ha, après une réalisation de
22196 ha en 2013, soit un recul de 29%. Cette contreperformance a été également
notée dans la régénération naturelle assistée (RNA) avec828 ha réalisés sur une
prévision de 4 000 ha. C’est aussi la même situation qui a été observée pour la mise
en défens, où 23722 ha ont été réalisés contre 29 378 ha en 2013.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 173


SESN 2014

X.2.2. LA BIODIVERSITE

Au Sénégal, la biodiversité reste encore confrontée à plusieurs contraintes d’ordre


physique, anthropique et économique qui affectent le développement de son potentiel.
Celui-ci repose sur 3 093 espèces végétales dont 32 espèces menacées et 4330
espèces animales dont 112 menacées selon les dernières estimations du Centre
Mondial de Surveillance Continue et de Conservation de la Nature (WCMC). Le risque
de disparition des espèces menacées est, en partie, imputable à la dégradation
continue du couvert végétal et au recul du potentiel ligneux (à l’intérieur et en dehors
des formations forestières classées).

Le domaine classé compte six (6) parcs nationaux, six (6) réserves d’avifaune, trois
(3) réserves de biosphère, deux (2) sites de patrimoine mondial et deux cents treize
(213) forêts classées (compte non tenu des forêts non classées des zones de terroirs).

Les actions menées dans le domaine de la protection et de la conservation de la


biodiversité concernent essentiellement le classement, la lutte contre les végétaux
aquatiques envahissants et la gestion des parcs et des réserves naturelles. Dans
l’ensemble, le bilan des réalisations s’est révélé assez mitigé comparativement à
l’année précédente.

 Au titre du classement et de la protection, les réalisations n’ont pas


fondamentalement varié : le taux de classement, bien que supérieur à la norme
de la FAO, s’est maintenu à 35,7% alors que le taux de protection se situe à
11% pour un objectif de 12% à l’horizon 2015.

 S’agissant de la lutte contre les végétaux aquatiques envahissants (VAE),


aucune action n’a pu être réalisée depuis la fermeture du Projet de Gestion
Intégrée des Adventices Aquatiques Envahissantes en Afrique de l'Ouest
(PGIAAPAO) en charge de cette activité.

 Pour l’exploitation durable de la faune et de son habitat pour une gestion


cynégétique, 88 Plans de Travail Annuel (PTA) des zones amodiées ont fait
l’objet d’évaluation sur 92 zones amodiées prévues, soit un taux de 95,6%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 174


SESN 2014

X.2.3. ENVIRONNEMENT MARIN ET COTIER

L’environnement marin et côtier continue de subir les effets négatifs des changements
climatiques, avec l’élévation du niveau de la mer, le rétrécissement et l’occupation
humaine anarchique des côtes.

Pour y remédier, l’Etat a poursuivi les travaux de consolidation du littoral, prévus dans
le cadre du projet du Fonds d’adaptation aux changements climatiques et du
Programme Régional de lutte contre l’érosion côtière de l’Union Économique et
Monétaire Ouest Africaine (PRE/UEMOA). Ce qui a permis de consolider la construction
de deux (2) brise-lames à Saly en 2014, soit, 90mètres – linéaires de côte protégée.
En plus, il est à noter les réalisations telles que la digue de promenade à Rufisque, les
Brise-lames et l’aire de transformation à Saly, la digue anti-sel, l’aire de transformation
de Khelcom et le quai de pêche à Joal.

Cependant, ces différentes actions n’ont pas permis d’atteindre la prévision de


consolidation de 500 mètres – linéaires en 2014, car seuls 90 mètres de brise–lames
ont été réalisés.

X.2.4. POLLUTIONS ET NUISANCES

Au Sénégal, la pollution constitue un sérieux problème environnemental, notamment


au niveau de la capitale, occasionnant ainsi des désagréments sur le bien-être et les
conditions d’existence des populations (problèmes d’hygiène alimentaire, maladies,
détérioration du cadre de vie, etc.).

Selon le Centre de Gestion et de la Qualité de l’Air (CGQA) du Ministère de


l’Environnement et du Développement Durable, les particules de poussières en
suspension dans l’atmosphère (PM10 et PM2,5) constituent la principale source de
pollution de l’air (voir figure 7.2). En 2014, la pollution a été plus ressentie durant la
saison sèche, avec des concentrations moyennes journalières de particules pouvant
atteindre trois (3) fois la norme sénégalaise20. Durant l’hivernage (entre juillet et
octobre), les valeurs enregistrées sont faibles et n’ont jamais dépassé la norme.

La concentration moyenne annuelle de particules de poussière à diamètre inférieur à


10 micromètre (PM10) a atteint 160μg/m3 en 2014 au niveau de la région de Dakar,
dépassant largement la norme NS-05-062 (80μg/m3 en moyenne annuelle) et la valeur

20La norme sénégalaise (NS – 05 – 062) est une norme qui fixe les conditions et précautions de rejet des polluants

gazeux ainsi que leurs valeurs limites maximales de concentration dans l’atmosphère.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 175


SESN 2014

recommandée par l’OMS (20μg/m3), ce qui dénote un risque sanitaire réel pour les
populations. Ce niveau de pollution en particules est principalement favorisé par les
poussières en provenance du Sahara, mais aussi les activités humaines. Pour les autres
polluants, il n’y a pas eu de dépassement par rapport à la norme sénégalaise.

Graphique X-2 : Evolution des concentrations journalières de PM10 en 2014

450
400
350
300 Bel Air
250
µg/m3

Bd Rép
200
Ancienne norme OMS  Médina
150
HLM
100 Limite OMS
50
0
Janv Fev Mar Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc

Source : CGQA-DEEC

Globalement, la qualité de l’air s’est légèrement dégradée en 2014 avec une moyenne
de l’Indice global de la Qualité de l’air (IQA) de 67 contre 61 l’année précédente. En
particulier, des épisodes importants de pollution ont été observés entre janvier et avril,
et en décembre 2014.

Graphique X-3 : Evolution de l’Indice de la Qualité de l’Air en 2014

Etat de la qualité de l'air en 2014
400

350

300

250
Très Mauvais
200

150
Mauvais
100
Moyen
50

0
Bon
janv. févr. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.

Source : CGQA-DEEC

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 176


SESN 2014

A titre des émissions de gaz à effet de serre (GES), les estimations font état de 13084
giga-grammes (Gg) de CO2 émis contre 11 400Gg de CO2 séquestrés d’après les
conclusions du deuxième rapport sur la communication nationale de la Direction de
l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC).

En terme de contribution à la formation de GES, le secteur de l’agriculture est le plus


grand émetteur, avec 49% des émissions, suivi des secteurs de l’énergie et des
déchets qui participe respectivement à hauteur de 40% et 7%.

Graphique X-4 : Émissions de GES par secteur d’activité

7%
Energie
40% Industrie
Agriculture
49%
Déchets
4%

Source : DEEC

Conclusion

Au cours de l’année 2013, la politique environnementale a fait l’objet d’une révision en


vue de mieux intégrer les principes du développement durable, conformément aux
recommandations et orientations issues du dernier Sommet de Rio. Malgré cette
précaution, en 2014, le secteur de l’environnement a connu des contreperformances
dans la plupart de ses composantes.

Plusieurs facteurs conjugués (feux de brousse, érosion etc.) ont entrainé une
diminution du potentiel forestier à travers une baisse dans la réalisation de superficies
reboisées, un faible niveau de régénération naturelle assistée (RNA) ainsi qu’une baisse
dans la réalisation de mise en défens.

S’agissant de la biodiversité, des contraintes d’ordre physique, anthropique et


économique ont entravé le développement de son potentiel. En outre, la dégradation
continue du couvert végétal et un recul du potentiel ligneux ont aggravé le risque de
disparition de certaines espèces menacées.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 177


SESN 2014

Dans le cadre de la préservation de l’environnement marin et côtier, le bilan des


réalisations s’est révélé aussi assez mitigé. Des efforts sont cependant notés avec la
poursuite des travaux de consolidation du littoral.

Enfin, une légère dégradation de la qualité de l’air a également été notée en 2014
comparativement à l’année 2013.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ENVIRONNEMENT 178


SESN 2014

Chapitre XI :
Chapitre XI : ELEVAGE

Introduction

L’élevage au Sénégal est un secteur stratégique qui occupe près de


6021% des ménages agricoles. Il représente 4,622 % du Produit

ELEVAGE
Intérieur Brut et contribue à près de 0,2% à sa croissance qui s’établit
à 4,3% en 2014. Le Plan Sénégal Emergent (PSE), nouveau document
de politique économique et sociale, envisage de hisser l’élevage parmi
les secteurs porteurs de la croissance économique.

Les objectifs stratégiques définis pour le sous-secteur visent le


développement de filières de production animale, à l’effet de tirer parti
de son énorme potentiel pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle
et la création d’emplois et de richesses. A cet effet, il a été retenu
qu’une approche intégrée favorisant le développement des chaines de
valeur soit adoptée.

Des prérequis à l’atteinte des objectifs assignés ont cependant été


identifiés. Ils portent sur(i) la mise en place des infrastructures et
équipements pastoraux, (ii) l’amélioration de la mise en marché des
produits par le renforcement des équipements de transformation et
de commercialisation, (ii) l’amélioration de la santé animale et des
conditions sécuritaires, (iii) l’organisation et la professionnalisation des
acteurs, (iv) la disponibilité de financements appropriés et (v)
l’application effective du code pastoral.

Cependant, l’élevage constitue avec l’agriculture les principales


activités des populations rurales pourvoyeuses d’aliments et de
revenus monétaires.

Le présent chapitre met en relief la situation du secteur de l’élevage


durant l’année 2014, en mentionnant les contraintes qui entravent
encore son développement et les stratégies mises en œuvre pour
l’atteindre ainsi que ses performances.

21
ANSD. RGPHAE 2013
22
ANSD. Comptes Nationaux 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 179


SESN 2014

XI.1. CONTRAINTES DU SECTEUR

Les contraintes majeures qui constituent des freins pour le développement du secteur
de l’élevage sont liées à :

 la faiblesse du budget alloué au sous-secteur compte tenu des besoins en


financement
 les changements climatiques : qui ont un impact direct sur la pluviométrie, les
pluies hors saison et les inondations ;
 la santé animale telles que l’apparition de maladies émergentes, les ré-
émergentes et les transfrontalières notamment la grippe aviaire (réapparu dans
la sous-région) et la Maladie de Marek et la faiblesse du taux de couverture
vaccinale ;
 le foncier avec la réduction de l’espace pastoral et de l’urbanisation, les ⋅
lenteurs dans le vote et l’application du Code pastoral avec pour conséquence
les conflits fréquents entre agriculteurs et éleveurs et les lenteurs dans la
finalisation du document de réformes foncières ;
 la disponibilité de statistiques de qualité du fait que l’élevage n’a jamais eu de
recensement.

XI.2. STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT DE L’ELEVAGE

Les différentes stratégies de développement qui ont été retenues dans le Plan Sénégal
Emergent en vue d’améliorer le secteur de l’élevage sont :

 la mise en place effective d’un système permanent de collecte, d’analyse et de


traitement de données, le Système d’information et de Gestion de l’Elevage
(SIGEL), indispensable pour un pilotage adéquat du secteur ;
 la mise en œuvre du Recensement National de l’Agriculture et de l’Elevage,
préalable indispensable à l’opérationnalisation du SIGEL.
 l’actualisation du Plan national de Développement de l’Elevage (PNDE) en vue
d’y intégrer les orientations du PSE en rapport avec l’amélioration de la
structuration des segments industriels et familiaux des filières majeures (lait
local, bétail-viande, aviculture et cuirs et peaux) ;
 le lancement de projets majeurs notamment le Projet d’appui au Pastoralisme
du Sahel (PRAPS) ;
 la lutte contre le vol de bétail, qui reste un pré requis au développement du
secteur, avec plusieurs actions prévues dans ce cadre, allant de la
sensibilisation et de l’appui à la mise en place des comités de vigilance, à la

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 180


SESN 2014

recherche d’une méthode d’identification du bétail partagée et à l’utilisation des


nouvelles technologies de l’information et de la communication ;
 le processus de révision du Code pénal et du Code de procédures pénales avec
un alourdissement des sanctions vis-à-vis des responsables de vol de bétail et
de leurs complices sera également suivi ;
 le code pastoral, qui une fois voté, devra être édité, traduit en langues
nationales et largement vulgarisé.

XI.3. PERFORMANCES ECONOMIQUES DU SECTEUR DE L’ELEVAGE

XI.3.1. ETAT DU CHEPTEL ET DE LA VOLAILLE


XI.3.1.1. Le cheptel

Les effectifs23du cheptel sont évalués à 16 565 842 têtes en 2014 dont 3 481 000
bovins, 6 294 000 ovins, 5 381 000 caprins, 397 000 porcins, 545 000 équins, 463 000
asins et 4 842 camelins.

Graphique XI-1 : Répartition du cheptel en 2014

Source : Direction de l’élevage

Ils sont passés de 16 099 000 têtes en 2013 à 16 565 842 têtes en 2014, soit un
accroissement annuel de 2,9%. Cette évolution est principalement imputable au
relèvement des effectifs des ovins (3,5%), des caprins (3,5%) et des bovins (1,5%)
qui constituent l’essentiel du cheptel (91,5%).

23
DIREL 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 181


SESN 2014

XI.3.1.2. La volaille

En 2014, les effectifs de la volaille se sont élevés de 11,4% pour s’établir à


54 512 000têtes sous l’effet de la vigueur de la volaille industrielle qui a enregistré une
progression de 20,0% de son effectif. Dans une moindre mesure, la volaille
traditionnelle a vu ses effectifs augmenter de 3,0% en 2014.

Graphique XI-2 : Evolution des effectifs de volaille en milliers de têtes entre 2013 et 2014

Source : Direction de l’élevage

XI.3.1.3. Les œufs

La production d’œufs s’est redressée en 2014 en ressortant à 660 985 000 unités après
avoir atteint 622 983 000 l’année précédente, soit une augmentation de 6,1%.
Toutefois, comparativement à son niveau de 2012, la production d’œufs a reculé de
0,6%.

Graphique XI-3 : Evolution du nombre d'œufs entre 2010 et 2014

Source : Direction de l’élevage

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 182


SESN 2014

XI.3.1.4. La viande et les abats

Selon la Direction de l’Elevage, la production de viande et d’abats réalisée en 2014 est


estimée à 208 527tonnes contre 216 322 tonnes qui était attendue. Cette situation
s’explique principalement par la contreperformance de la sous-filière bovine. Celle-ci,
dont le système extensif constitue la composante majeure, a subi, en effet, en 2014,
les contrecoups des conditions climatiques qui ont été très défavorables. La baisse de
la pluviométrie, a eu comme conséquences, un assèchement rapide des points d’eau
temporaires et une forte diminution du disponible fourrager. La zone Sylvopastorale et
la vallée du fleuve Sénégal (notamment les régions de Saint Louis, Matam et Louga),
zones de prédilection de l’élevage extensif, ont été les plus touchées, avec un déficit
pluviométrique allant de 25 à 50% selon la FAO. Outre ces aléas climatiques, de
nombreux feux de brousse se sont aussi déclarés, entraînant une réduction importante
du pâturage disponible. Tous ces facteurs ont impacté de façon très négative sur la
productivité (numérique et pondérale) des troupeaux. La production de viande bovine
a ainsi baissé de 5 017 tonnes. Ce repli de la sous filière bovine a été compensé,
cependant, par la production de viande de volaille.

Graphique XI-4 : Répartition de la production de viande et d’abats en 2014

Source : Direction de l’élevage

Par rapport à l’année 2013, la production de viande et d’abats connait cependant une
augmentation de 6 647 tonnes, soit une hausse de 4%. Celle-ci a été portée
principalement par la filière avicole industrielle qui évolue toujours dans un contexte
de protection, avec la mesure d’interdiction d’importation de produits et matériels
avicoles usagés prise en 2005 pour faire face à la menace de grippe aviaire.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 183


SESN 2014

XI.3.1.5. Le lait

La production de lait s’est contractée de 1,2% en 2014 pour se situer à 220 421 mille
litres en liaison avec le repli de celle issue du système extensif (-17 millions de litre).
La baisse de la production de lait du système extensif est liée aux conséquences des
conditions climatiques difficiles notées en 2014.

XI.3.1.6. Cuirs et peaux

La production de « cuirs et peaux » suit la même tendance que celle de la viande. Elle
est ressortie en baisse de 3,8% en 2014 en s’établissant à 5 118 tonnes, après 5 322
tonnes l’année précédente. Le repli de la production est principalement expliqué par la
forte diminution de la production de « cuirs et peaux » de bovins (222 tonnes).

Graphique XI-5 : Evolution de la production de Cuirs et peaux entre 2013 et 2014 (tonnes)

Source : Direction de l’élevage

XI.3.2. INDICATEURS MACROECONOMIQUES

La valeur ajoutée de l’élevage aux prix courants est évaluée à 348 milliards FCFA en
2014 contre 317 milliards FCFA en 2013, soit un accroissement de 9,6%. En volume,
la valeur ajoutée de l’élevage a progressé de 4,9% en s’établissant à 237 milliards
FCFA en 2014 après 226 milliards FCFA en 2013.

Son poids dans la valeur ajoutée totale en valeur du secteur primaire a connu une
hausse pour se situer à 29,8% en 2014 contre 27,5% en 2013. Toutefois, il convient
de noter que l’élevage a représenté 4,4% du PIB en valeur 2014. Sa contribution à la
croissance du PIB est de 0,2%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 184


SESN 2014

Graphique XI-6 : Taux de croissance et poids de la valeur ajoutée de l'élevage entre 2010 et 2014

Source : ANSD. Comptes nationaux du Sénégal 2014

Les importations des produits laitiers ont atteint 93,2 milliards FCFA en 2014 contre
83,7 milliards FCFA en 2013, soit une hausse de 11,3%.

Graphique XI-7 : Evolution des importations des produits laitiers

Source : ANSD. Comptes nationaux du Sénégal 2014

De même, les importations de viande se sont établies à 5,0 milliards en 2014, après
4,7 milliards en 2013, soit une haussede7, 7%.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 185


SESN 2014

Graphique XI-8 : Evolution des importations de viandes

Source : ANSD. Comptes nationaux du Sénégal 2014

S’agissant des importations de moutons durant la Tabaski 2014, elles ont porté sur un
effectif de 377 744 moutons contre 267 263 têtes en 2013, soit une augmentation de
110 481 têtes par rapport à l’année précédente. L’origine de ces moutons reste le Mali
et la Mauritanie. Toutefois, il convient de préciser que 92050moutons invendus ont été
recensés le lendemain de la fête dans les régions de Dakar, Diourbel, Kaffrine, Kolda,
Louga, Matam, Saint-Louis, Thiès et Ziguinchor.

Conclusion

L’analyse des performances du secteur de l’élevage laisse apparaître un potentiel


insuffisamment exploité outre les contraintes soulignées. La forte demande en bétail
et en volaille pendant les événements religieux montre la nécessité d’une meilleure
prise en charge de ses difficultés.

Avec la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), le secteur de l’élevage


pourrait devenir un des secteurs porteurs de la croissance de notre pays avec
l’exécution des différents projets.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | ELEVAGE 186


SESN 2014

Chapitre XII : PECHE MARITIME

Chapitre XII :
Introduction

PECHE MARITIME
Bénéficiant d’un phénomène naturel de remontée d’eaux froides
profondes riches en sels nutritifs, favorisant ainsi le développement
d’une faune marine diversifiée et des eaux marines riches en
ressources halieutiques, le Sénégal est l’un des principaux pays de
pêche maritime de l’Afrique.

Le secteur de la pêche, caractérisé par une dynamique socio-


économique importante, occupe une place prépondérante dans
l’économie nationale à travers sa contribution substantielle à la lutte
contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. La production de
l’activité de capture est estimée à 191,9 milliards de FCFA en 2014.
Elle représente 1,4% du PIB et 8,9% de la valeur ajoutée au prix
courant du secteur primaire. Toutefois, la tendance générale des
captures ces dernières années est très erratique, du fait de la
variabilité des captures de petits pélagiques comme les sardinelles, de
l’apparition de certaines catégories d’espèces et des accords d’accès
dans les pays limitrophes.

Ce chapitre, outre le rappel de la politique de la pêche mise en œuvre,


traite des résultats généraux de la pêche artisanale et industrielle ainsi
que des exportations de produits halieutiques.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 187


SESN 2014

XII.1. POLITIQUE DE LA PECHE

Le secteur de la pêche présente de nombreuses opportunités de création de richesses


et de développement. A cet égard, le Gouvernement du Sénégal a entrepris, dans le
cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE), la mise en œuvre de réformes et de projets
dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture.

Les réformes visent la régénération et la gestion pérenne des ressources halieutiques


et le développement de l’aquaculture. Quant aux projets, il s’agit notamment du
« développement accéléré de l’aquaculture » et de la « création de trois (3) pôles
industriels intégrés de transformation de produits de la mer ».

 La gestion durable des ressources halieutiques

Concernant la gestion durable des ressources halieutiques, des opérations importantes


ont été menées en 2014. Il s’agit notamment du renforcement du contrôle et de la
surveillance des pêches à travers la réhabilitation et l’équipement de quatre (04)
stations côtières de surveillance qui ont permis de porter le nombre d'inspections et
de contrôles à 2 539 contre 423 en 2013.

 Le développement accéléré de l’aquaculture

Ce projet a l’ambition de produire 50 000 tonnes de produits halieutiques à l’horizon


2023. Il vise également à faire de ce segment du secteur de la pêche un moteur de la
croissance économique et à participer au relèvement des exportations de produits
halieutiques. Plus spécifiquement, il est attendu une valeur ajoutée de 35 milliards
FCFA, 30 milliards FCFA d’exportations et la création de 20 000 emplois directs et/ou
indirects.

En 2014, les investissements consentis pour la structuration de la filière aquacole


intégrée ont permis de réaliser 82 ouvrages et d’ensemencer 11 bassins aquacoles
induisant ainsi une augmentation de 55,5% de la production de l’aquaculture (1 095
tonnes, contre 704 tonnes en 2013). Toutefois, malgré cette progression, le rythme
d’évolution de la production aquacole reste insuffisant au regard des ambitions du Plan
Sénégal Emergent pour cette filière.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 188


SESN 2014

 La création de 3 pôles industriels intégrés de transformation de


produits de la mer

Ce projet a pour objet le renforcement de la valeur ajoutée des produits halieutiques


exportés.

Les produits halieutiques exportés par le Sénégal sont en général des produits frais
caractérisés par une faible valeur ajoutée. Par conséquent, l’objectif de ce projet est
de créer des pôles industriels intégrés permettant la transformation à plus haute valeur
ajoutée des produits halieutiques ainsi que le développement de produits plus
élaborés.

La création des trois pôles s’accompagne aussi de la sauvegarde de l’agrément national


à l’exportation. Ainsi, au titre de l’année 2014, 199 unités de traitement de produits
halieutiques agréées ont été enregistrées, soit 121 unités industrielles à terre et 79
navires de pêche. En outre, concernant le contrôle et la certification des produits, 3
383 inspections des produits à l’export ont été réalisées dont 3 167 pour les
établissements et navires sénégalais et 201 pour les navires étrangers. Le nombre de
certificats d’origine et de salubrité délivrés s’établit à 5 210 pour le compte du port et
à 12 675 pour l’aéroport.

XII.1.1. RESULTATS GENERAUX DE LA PECHE MARITIME

En 2014, les débarquements de la pêche maritime s’élèvent à 426 106 tonnes pour
une valeur commerciale estimée à 136 milliards de francs CFA, contre 441 254 tonnes
et une valeur estimée à 144 milliards francs CFA en 2013, soit une diminution de 3,4%
en volume et de 5,5% en valeur. Cette baisse découle du repli de 6,2% de la pêche
artisanale (373 652 tonnes, contre 398 214 tonnes en 2013). En revanche, la pêche
industrielle a progressé de 21,9%.

S’agissant du recul de la valeur commerciale, il est davantage imputable à la baisse de


la valeur commerciale des débarquements de la pêche industrielle (-11,2%) malgré la
hausse de la quantité.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 189


SESN 2014

Graphique XII-1 : Evolution des débarquements de la pêche maritime (en milliers de tonnes)

500 000

400 000

300 000

200 000

100 000

-
2009 2010 2011 2012 2013 2014

PECHE ARTISANALE PECHE INDUSTRIELLE

Source : DPM / Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime

XII.1.2. LA PECHE ARTISANALE

La pêche artisanale au Sénégal est une activité ayant un certain ancrage ethnique,
voire familial. En 2014, elle est pratiquée en moyenne par 57 139 pêcheurs avec une
flotte de 10 878 pirogues.

XII.1.2.1. Débarquements de la pêche artisanale

De par son importance socio-économique, la pêche artisanale demeure le pilier de la


filière. En effet, cette pêche représente 87,7% des débarquements globaux de la pêche
en quantité et de 68,8% en valeur en 2014 contrairement à 2013 où elle se situait à
90,2% des quantités débarquées et 66,8% de la valeur totale commerciale estimée.

Concernant les débarquements de la pêche artisanale, comparativement à l’année


2013, ils s’inscrivent en baisse de 6,2% en 2014, passant de 398 214 tonnes à 373
652 tonnes. Ces débarquements concernent trois grands groupes : les poissons qui
constituent l’essentiel des captures (95,2%), les crustacés (0,8%) et les mollusques
(4,0%).

Entre 2013 et 2014, les quantités débarquées de mollusques et crustacés ont


progressé respectivement de 10,1% et 9,6%. En revanche, les poissons ont
enregistré un repli de 6,9%, contribuant ainsi davantage à la baisse globale de 6,5
points.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 190


SESN 2014

Tableau XII-1 : Débarquements de la pêche artisanale (en tonnes) en 2013 et 2014

Evolution Contribution à
ANNEE 2013 2014 Poids 2014
2013/2014 l'évolution

Poissons 381 810 355 612 95,2% -6,9% -6,6%

Crustacés 2 845 3 118 0,8% 9,6% 0,1%

Mollusques 13 559 14 922 4,0% 10,1% 0,3%

TOTAL 398 214 373 652 100% -6,2% -6,2%


Source : DPM / Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime

La baisse des débarquements de la pêche artisanale s’est traduite par un recul de


2,7% de la valeur commerciale entre 2013 et 2014 en liaison avec le repli de la valeur
des poissons (-9,4%).

En revanche, la forte hausse de 50,4% et 28,2% de la valeur marchande estimée


respectivement des mollusques et des crustacés a permis d’atténuer la tendance
baissière de la valeur commerciale des produits halieutiques.

Tableau XII-2 : Valeur commerciale des débarquements de la pêche artisanale (en milliers de FCFA) en
2013 et 2014

Evolution Contribution à
ANNEE 2013 2014 Poids 2014
2013/2014 l'évolution

Poissons 84 299 068 76 408 345 81,7% -9,4% -8,2%

Crustacés 3 197 761 4 098 174 4,4% 28,2% 0,9%

Mollusques 8 690 035 13 067 995 14,0% 50,4% 4,6%

TOTAL 96 186 864 93 574 514 100% -2,7% -2,7%


Source : DPM/Ministère de la Pêche et des Affaires Maritimes

Les débarquements de la pêche artisanale ont connu une évolution contrastée entre
2010 et 2014 (Graphique 12.2). Elles se sont établies à 405 974 en 2012 après 370 405
tonnes en 2010. A l’inverse, elles se sont contractées de 32 322 tonnes entre 2012 et
2014 en ressortant à 373 652 tonnes en 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 191


SESN 2014

Graphique XII-2 : Évolution des débarquements (en tonnes) de la pêche artisanale de 2010 à 2014

PECHE ARTISANALE

410 000 405 974


398 214
400 000
390 000
380 000
370 000
370 405 372 956 373 652
360 000
350 000
2010 2011 2012 2013 2014

Source : DPM/Ministère de la Pêche et des Affaires Maritimes


XII.1.2.2. Débarquements par région

La région de Thiès demeure la principale pourvoyeuse de captures mises à terre. Elle


représente 51% de l’ensemble des débarquements en 2014, suivi de Saint-Louis
(16%), Ziguinchor (15%), Dakar (12%) et des autres régions, notamment Fatick,
Louga et Kaolack qui ne fournissent que 6%.

En sus, le repli des débarquements de la pêche artisanale reflète l’effet conjugué des
baisses enregistrées dans les débarquements des régions de Saint Louis, Thiès et
Dakar qui sont respectivement de 17,9% ; 9,4% et 0,2%.

La production des autres régions s’inscrit en hausse. La région de Kaolack (+98,1%)


enregistre la plus forte augmentation, suivie respectivement des régions de Louga
(+32,9%) et Fatick (+23,3%).

Graphique XII-3 : Débarquement de la pêche artisanale par région en 2014

200000 190016
180000
160000
140000
120000
100000
80000
57325 58017
60000 46447
40000
16474
20000 3523 1851
0
Thies Ziguinchor Dakar Saint-Louis Fatick Louga Kaolack

Source : DPM/Ministère de la Pêche et des Affaires Maritimes

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 192


SESN 2014

XII.1.2.3. Transformation artisanale

La transformation artisanale est très importante, car elle absorbe une grande partie
des mises à terre. Elle utilise une forte main d’œuvre féminine et permet par ailleurs
de valoriser et d’atténuer les pertes après captures et, d’avoir un approvisionnement
régulier en protéines animales pour les populations de l’intérieur du pays.

Le Kéthiakh reste le principal produit de la transformation (57,84%) suivi du Metorah


(15,69%), du Guédj (10,11%), du salé-séché (6,90%), et du tambadiang (6,38%).
Les autres produits ne représentent que 3,1% du volume transformé artisanalement.

Toutefois, en 2014, contrairement à l’année précédente, les quantités transformées


ont subi une baisse de 22,2% passant de 58 652 tonnes à 45 626 tonnes. Ce repli est
essentiellement imputable à la forte baisse des « autres produits transformés » (-
89,3%) et du « pagne » (-60,1%).

Graphique XII-4 : Evolution de la transformation artisanale 2010- 2014 (tonnes)

30000
26392
25000

20000

15000

10000 7159
4613
5000 3147 2911
937 467
0
KETHIAKH METORAH GEDJ SALE SECHE TAMBADIANG YET AUTRE

Source : DPM / Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime

XII.1.3. LA PECHE INDUSTRIELLE

L’armement industriel en 2014 est constitué de 91 chalutiers, de 04 sardiniers, de 06


thoniers et d’un (01) palangrier. Les débarquements réalisés par ce segment de la
pêche se sont établis à 52 454 tonnes en 2014 contre 43 040 tonnes en 2013, soit une
augmentation de 21,9%. Cette performance est imputable à l’amélioration des
rendements de l’activité.

La pêche chalutière est la principale composante de la pêche industrielle, elle contribue


pour 88,9% de sa production. En 2014, les mises à terre de poissons ont enregistré
une hausse de 39,2%. A l’opposé, la production a affiché un net recul pour les
principaux sous-produits que sont les crustacés (-28,3%) et les mollusques (-6,6%).

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 193


SESN 2014

Les débarquements de la pêche sardinière en 2014 sont de 1605 tonnes pour une
valeur commerciale estimée à 146 millions de FCFA. Cette forte hausse en quantité
(+1557 tonnes), comparée aux années antérieures, est liée à l’accroissement de l’effort
de pêche.

La pêche thonière a connu un repli de près de 29% de sa production qui est ressortie
à 4199 tonnes en 2014 pour une valeur commerciale à 3 milliards de FCFA.

Tableau XII-3 : Evolution des débarquements de la pêche industrielle

Evolution
ANNEE 2012 2013 2014
2013/2014
poissons 22646 28835 40 148 39,2%
Chalutière crustacés 8628 5549 3 981 -28,3%
mollusques 4352 2700 2 521 -6,6%
thonière 6607 5908 4 199 -28,9%
sardinière 177 48 1 605 3264,9%
TOTAL 42 411 43 040 52 454 22%
Source : DPM / Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime

XII.2. EXPORTATIONS DE PRODUITS HALIEUTIQUES24

Les exportations de produits halieutiques du Sénégal ont reculé de 19 003 tonnes pour
s’établir 148 972 tonnes en 2014, soit une baisse 11,3% comparativement à son niveau
en 2013. Cette contreperformance résulte du fléchissement simultané des quantités
exportées de l’ensemble des produits de la pêche à l’exception des conserves de
poissons qui ont enregistré un bond de 24,3%. Les ventes de poissons à l’étranger
(86,1% du total des exportations de produits halieutiques) ont reculé de 10,5%. Quant
aux poissons séchés, salés ou en saumure, les quantités exportées ont chuté de
36,0%.

Les recettes tirées des exportations de produits de la pêche se sont établies à 191
milliards FCFA en 2014 contre 146 milliards FCFA en 2013, soit une hausse de 31,3%
imputable à l’augmentation simultanée de la valeur de tous les produits. Cette forte
progression découle de la hausse substantielle des prix à l’exportation des produits
halieutiques.

En 2014, les exportations de produits de la pêche représentent la première source de


devises pour le Sénégal tirés principalement par les poissons congelés. Les recettes
d’exportations des produits de pêche contribuent pour 15,9% aux recettes
d’exportations totales qui se chiffrent à 1 206 milliards FCFA.

1
Source : ANSD. Note d’Analyse du Commerce Extérieur, Edition 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 194


SESN 2014

Graphique XII-5 : Evolution des exportations de produits halieutiques (en valeur en millions FCFA)
2010 et 2014

250 000

200 000

150 000

100 000

50 000

0
2 010 2011 2012 2013 2014

POISSON CRUSTACES MOLLUSQUES COQUILLAGES
CONSERVES DE POISSON POISSONS SECHES, SALES OU EN SAUMURE

Source : Bureau des Échanges Extérieurs/ ANSD

XII.2.1. ANALYSE DES EXPORTATIONS PAR PRODUIT

Les produits halieutiques exportés sont constitués de quatre grands groupes : les
poissons (86,1%), les crustacés, mollusques et coquillages (9,9%), les conserves de
poissons (2,2%) et les poissons séchés, salés ou en saumure (1,8%).

En 2014, à l’exception des conserves de poissons qui enregistrent une hausse de


24,3%, les exportations en quantité des différents produits de la pêche se sont inscrites
en baisse. Les poissons sont passés de 143 290 tonnes en 2013 à 128 208 tonnes en
2014. Quant aux expéditions de crustacés, mollusques et coquillages, elles ont reculé
de 16,9% pour s’établir 14 801 tonnes. Concernant les ventes à l’étranger de poissons
séchés, salés ou en saumure, elles ont chuté de 36,0%.

Tableau XII-4 : Exportations en quantité des produits halieutiques (en tonnes)

Variations 2014/2013
PRODUITS/ANNEE 2013 2014
(en %)

PRODUITS DE LA PECHE EN TONNES 167975 148972 0,6

POISSON 143 290 128 208 -0,1

CRUSTACES MOLLUSQUES COQUILLAGES 17 820 14 801 -0,2

CONSERVES DE POISSON 2 607 3 240 0,2

POISSONS SECHES, SALES OU EN SAUMURE 4 258 2 723 -0,4


Source : Bureau des Échanges Extérieurs/ ANSD

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 195


SESN 2014

XII.2.1.1. Analyse des exportations par destination


Le continent africain représente la première destination des exportations en quantité
de produits halieutiques provenant du Sénégal avec près de deux tiers des expéditions
(65,9%). L’Europe (19,2%) vient en deuxième position devant l’Asie (13,8%). Les
quantités exportées en Amérique et en Océanie restent marginales.

Du point de vue des exportations en valeur, la principale source de recettes pour la


pêche en 2014 est le continent européen d’où provient 42,5% des recettes. L’Afrique
arrive en deuxième position avec une contribution de 30,9%. L’Asie vient en troisième
position avec 24,9% des recettes d’exportations de produits halieutiques.

La Côte d’Ivoire est le premier client du Sénégal pour les poissons frais depuis 2012.
En 2014, les expéditions vers ce pays ont augmenté de 31,3%. Outre la Côte d’Ivoire
où sont exportés 22,4% des poissons frais de mer, les principaux pays clients du
Sénégal en 2014 sont la Corée du Sud (20,4%), la France (11,5%), le Cameroun
(6,2%) et le Mali (5,5%).

Pour ce qui est des crustacés, mollusques et coquillages, il est noté un relèvement des
exportations vers l’Italie (+31,0%) et l’Espagne (+16,0%) qui totalisent 63,8% des
exportations en valeur.

La France et le Maroc sont les principaux clients de conserves de poissons provenant


du Sénégal. En 2014, ils ont reçu respectivement 48,6% et 20,5% des exportations
de conserves en volume.

Concernant les poissons séchés, salés ou en saumure, le principal marché d’exportation


est le Congo d’où proviennent 30,6% des recettes engendrées par ce produit.

Graphique XII-6 : Exportations en quantité et en valeur des produits halieutiques selon la destination

70,00%
60,00%
50,00%
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
AFRIQUE ASIE EUROPE AMERIQUE OCEANIE

Valeur FAB Poids net

Source : Bureau des Échanges Extérieurs/ ANSD

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 196


SESN 2014

Conclusion

L'analyse détaillée des données économiques de la pêche maritime fait ressortir que
le secteur, dans son ensemble, est en crise, malgré sa contribution importante à la
richesse du pays. En effet, depuis 2012, la pêche maritime n'a pas enregistré de hausse
de ses débarquements. Cette perte de performance qui joue négativement sur
l'économie sénégalaise (diminution du niveau de satisfaction des besoins alimentaires,
baisse des recettes d'exportation, etc.), appelle à l'application d’une politique de
gestion rationnelle et durable des ressources halieutiques et interpelle l'ensemble des
acteurs.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PECHE MARITIME 197


SESN 2014

Chapitre XIII : LES SERVICES DE TRANSPORT

Chapitre XIII :
Introduction

Avec l’urbanisation continue et les ambitions affichées par le Plan

LES SERVICES DE TRANSPORT


Sénégal Emergent (PSE), le secteur des transports revêt une
dimension stratégique. Les problèmes de la mobilité dans
l’agglomération de Dakar sont depuis longtemps dénoncés à cause
des pertes induites sur l’activité économique qui se chiffreraient à une
centaine de milliards par an25.

Des sous-secteurs comme le transport ferroviaire ou le transport


aérien ont connu récemment des difficultés majeures. Pourtant, le
Sénégal dispose d’atouts importants : une façade maritime longue de
700 km, la proximité avec les continents européen et américain, une
stabilité politique propice aux investissements, des ressources
humaines de qualité, etc. C’est sous ce rapport que le PSE envisage
de faire du Sénégal un hub logistique avec des investissements
structurants comme la réhabilitation de la ligne de chemin de fer
Dakar-Bamako et la modernisation du port de Dakar pour
accompagner l’essor des échanges commerciaux.

Les services de transport contribuent à la création de richesse


nationale à travers la production selon les modes (routier, ferroviaire,
maritime et aérien), complétée par les services auxiliaires, mais
également par le canal de la demande en transports. Le sous-secteur
des transports routiers est le plus marqué par la présence du secteur
informel (cars rapide, ndiaga ndiaye, taxis, clandos, sept places, mini
bus, bus et poids lourds) complété par les sociétés formelles telles que
Dakar Dem Dik.

25
AGEROUTE. Requête de financement pour les travaux de prolongement de la vdn en 2x2 voies ;
janvier 2010

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 198
SESN 2014

Dans le sous-secteur des transports aériens, une vingtaine de compagnies aériennes


étrangères (Air France, Delta Airlines, Ethiopian, South African Airways, Kenya Airways,
etc.) s’activent pour accroitre l’offre limitée des compagnies nationales (Groupe Air
Sénégal, Groupe Transair, Sénégal Air, etc.). Dans le secteur ferroviaire, trois
principales sociétés se détachent : la SNCS, Transrail et SEFICS sarl, complétée par le
Petit Train Bleu (PTB) et la Compagnie Africaine de Transport (CAT). La demande de
transports émane des ménages (consommation finale, acquisitions de carburants, de
véhicules et pièces, etc.) et des entreprises.

Aussi, existe-t-il plusieurs nomenclatures pour décrire la situation des transports: une
nomenclature de produits ou d’activités, une nomenclature fonctionnelle et
éventuellement une nomenclature fondée sur la durabilité des produits. La
nomenclature d’activités est adaptée à une description de l’offre de services de
transport, tandis que la description du comportement de la demande des ménages est
plus compatible avec la nomenclature fonctionnelle qui regroupe dans les transports,
tous les produits visant à satisfaire la fonction de transport (automobile, carburant,
pièces détachées, transport ferroviaire, maritime, routier ou aérien et services annexes
de transport).

Les sources d’information sur les services de transports sont essentiellement les
comptes nationaux, les enquêtes auprès des ménages pour connaître leurs
consommations et les statistiques produites par les services publics compétents des
Ministères en charge des transports tels que l’AGEROUTE et la Direction des Transports
Routiers.

Ce chapitre est organisé en trois sections. La première décrit l’offre de services de


transports et la demande des ménages à travers les résultats des comptes nationaux.
La seconde section analyse les statistiques par mode de transport. La dernière section
présente les programmes et projets phares du secteur.

XIII.1. LES PERFORMANCES DES SERVICES DE TRANSPORTS

L'activité des transports est restée dynamique sur les cinq dernières années. Toutefois,
après un pic noté en 2012, elle est en ralentissement en 2013 et 2014. On note une
certaine corrélation avec la VA globale.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 199
SESN 2014

Graphique XIII-1 : Taux de croissance de la Valeur Ajoutée (VA) globale et des Transports de 2010 à
2014

Taux de croissance de la VA globale et des transports

9,0%
8,0%
7,0%
6,0%
5,0%
4,0%
3,0%
2,0%
1,0%
0,0%
2010 2011 2012 2013 2014
TC VA transports 5,9% 5,7% 8,1% 2,3% 2,0%
TC VA totale 4,3% 1,2% 5,0% 4,1% 4,1%

Source : ANSD. Comptes nationaux provisoires 2014

Il convient de souligner que le secteur informel est prépondérant dans le transport


routier, mais quasiment absent des autres secteurs. L’analyse des données disponibles
sur le secteur moderne montre les performances réalisées par les services auxiliaires
(portuaire, aéroportuaire, etc.) et le transport routier qui ont permis de contenir les
difficultés du transport aérien, du transport par eau et plus récemment du transport
ferroviaire26.Les prix des transports n’évoluent pas beaucoup sur la période.

Les ressources en services de transport sont utilisées en moyenne sur la période en


consommations intermédiaires (62,8%), finales (28,4%) et en exportations (8,8%). La
part des exportations et celle des importations de services de transport ont rapidement
crû à partir de 2011 et reflètent le développement fulgurant du commerce extérieur
au Sénégal.

26
Cf. tableau n°13.5 en annexe.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 200
SESN 2014

Tableau XIII-1 : Équilibre ressources emplois du produit Transport de 2010 à 2014

-EQUILIBRES RESSOURCES DU TRANSPORT


En milliards de francs CFA constants        
2010 2011 2012 2013 2014
Production 351 372 400 406 414
+Importations 30 43 41 49 55
+Marges
+Taxes 0 0 0 0 0
=Ressources = 382 415 442 455 469
Consommations intermédiaires 250 261 271 281 295
+Consommation finale 113 122 127 127 126
+ Formation Brute de Capital Fixe 0 0 0 0 0
+ Stocks 0 0 0 0 0
+Exportations 19 32 43 47 49
Source : ANSD. Comptes nationaux provisoires 2014

La contribution des services de transports au PIB est restée stable à 0,1% en 2014
comme en 2013 après des niveaux plus élevés entre 2010 et 2012. L'année 2013 a
enregistré un net repli.

Sur la période, on note aussi une corrélation de la production en valeur de la branche


transports avec la production totale de biens et services.

Graphique XIII-2 : Production totale de biens et services et Production de services de transports


(millions FCFA) de 2010 à 2014

650 14 000
12 000
600
10 000
550 8 000

500 6 000
4 000
450
2 000
400 0
2010 2011 2012 2013 2014

 Production Production de biens et services

Source : ANSD. Comptes nationaux provisoires 2014

La production de transport peut se décomposer entre le transport de passagers et de


marchandises (fret), la location de véhicule et les services auxiliaires. La répartition
reste stable sur les cinq dernières années et montre la prépondérance des services
auxiliaires des transports (principalement portuaires et aéroportuaires), d'une part, et,
d'autre part, la prédominance des services de transports de marchandises sur les
passagers, tous modes confondus.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 201
SESN 2014

Graphique XIII-3 : Structure de la production des transports de 2010 à 2014

Services auxiliaires
des transports
2014

Location de véhicules 2013
2012

Services de transports 2011
de marchandises 2010

Services de transports
de passagers

0% 20% 40% 60%

Source : ANSD. Comptes nationaux provisoires 2014

Les dépenses des ménages en 2014 se répartissent essentiellement entre les dépenses
de transport routier (61%), aérien (11%), achat de véhicule (13%) et carburant (8%).
Graphique XIII-4 : Structure des dépenses des ménages au titre de la fonction transports en 2014

11% 7% 8% 0%
13%

61%

carburant Véhicules automobiles et composants

Services de transport  routier de passagers Services de transport  aeriens de passagers

Entretien et reparation de vehicules automobiles et motocycles Autres

Source : ANSD. Estimations des comptes nationaux 2014 en cours de rénovation ; travaux sur les sources

XIII.2. LES STATISTIQUES PAR MODE DE TRANSPORT

XIII.2.1. TRANSPORT ROUTIER

Le sous-secteur du transport routier joue un rôle important aussi bien au niveau de la


mobilité intérieure qu’au niveau des échanges sous régionaux. Au plan national, le

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 202
SESN 2014

transport routier facilite l’accès d’une bonne partie de la population aux services
sociaux de base et aux marchés intérieurs pour l’écoulement des productions.

XIII.2.1.1. Etat du réseau routier

L’état des routes revêtues s’est amélioré en 2014. En effet, de 66% en 2013, le
pourcentage des routes en état « bon/moyen » sur les routes revêtues est passé à
73% en 2014, soit une progression de sept points.

Encadré 1 : Classification du réseau routier


Le réseau routier national est composé de 5 catégories de routes :
les Routes Nationales (N) qui assurent les liaisons à grande distance entre plusieurs régions administratives ou avec
les Etats limitrophes ;
les Routes Régionales (R) qui assurent la liaison entre différents chefs-lieux de Départements d’une même région ;
les Routes Départementales (D) qui assurent la desserte des chefs-lieux de commune à l’intérieur d’un même
département ;
les Pistes répertoriées (P) qui relient les routes départementales aux centres de production agricole ;
et les Voiries Urbaines (VU) qui assurent les liaisons à l’intérieur des centres urbains.
Le reste du réseau constitue le réseau non classé.

Source : Décret n°2012-1440 portant classification du réseau routier national

Tableau XIII-2 : Etat du réseau routier de 2010 à 2014 (en %)

2010 2011 2012 2013 2014


Routes Revêtues en bon/moyen 
état  60 61 62  66  73
Routes en Terre en bon/moyen 
état  39 39 39  37  42
Source : AGEROUTE. Rapport 2014

XIII.2.1.2. Importations de matériels de transport

La valeur des importations de matériels de transport s’est repliée de 2,4%, passant de


229 milliards de FCFA en 2013 à 224 milliards de FCFA en 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 203
SESN 2014

Graphique XIII-5 : Répartition des importations de matériel de transport en 2014 (en valeur)

AUTRES MATERIELS DE
TRANSPORT
3%
AUTRES VEHICULES
TERRESTRES
26% AUTOMOBILES ET CARS
41%

PIECES DETACHEES
AUTOMOBILES
8%

CAMIONS CAMIONNETTES
22%

Source: ANSD

Par ailleurs, les importations de matériel de transport et pièces détachées automobiles


ont représenté 7,5% du total des importations en 2014, contre 7,7% en 2013. Les
« automobiles et cars » y représentent en valeur la part la plus élevée dans les
importations de matériels de transport (41%), suivis des « autres véhicules terrestres »
(26%), des « camions et camionnettes » (22%), des « pièces détachées automobiles »
(8%) et des « autres matériels de transport » (3%).

XIII.2.1.3. Parc automobile


Le parc27 automobile national a progressé de 7,5% en 2014 contre 7,4% en 2013.
Ainsi, le nombre de véhicules est passé de 401 910 en 2013 à 432 033 en 2014. La
répartition de ces véhicules sur le territoire national demeure inégalitaire. En effet,
71,2% des véhicules du parc automobile national restent concentrés à Dakar, viennent
ensuite, successivement, les régions de Thiès (8,2%), de Diourbel (5,1%), de Louga
(3,3%) et de Kaolack (3,0%).

S’agissant des nouvelles immatriculations en 2014, les statistiques montrent que


49,9% sont effectuées dans la région de Dakar qui est suivie des régions de Thiès
(12,4%), Diourbel (11,4%) et Louga (9,8%). Les autres régions du Sénégal totalisent
16,6% de l’effectif total des immatriculations en 2014.

Dans le parc automobile, nous constatons que depuis 2010 les voitures particulières
représentent plus de 60% du parc. En 2014, la proportion de voiture particulière est
de 62,3%, suivie des camionnettes (11,5%). Le type de véhicules qui ont les parts les
plus faibles sont les camions (3,9%) et les autocars (4,5%).

27
Source : Direction des Transports Routiers

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 204
SESN 2014

Tableau XIII-3 : Evolution de la composition du par genre de véhicule

Genre 2010 2011 2012 2013 2014


Total parc 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% 100,0%
Voiture Particulière 64,9% 63,0% 62,4% 61,9% 62,3%
Camionnette 12,2% 12,2% 12,4% 12,5% 11,5%
Camion 5,8% 5,6% 5,6% 5,4% 3,9%
Vélomoteur 4,1% 4,7% 5,3% 5,7% 5,9%
Autocar 4,7% 5,1% 4,3% 4,2% 4,5%
Autres 8,3% 9,4% 9,9% 10,2% 11,9%
Source : Direction des Transports Routiers

En 2014, l’âge moyen du parc s’élève à 15 ans. Le parc s’est ainsi rajeuni d’un an par
rapport à 2013. Cette situation est en liaison avec le rajeunissement des autobus
urbains (2 ans), des camions (1 an) et des autocars interurbains (1 an).

En 2014, les types de véhicule les plus âgés sont les autobus urbains (24 ans), les taxis
urbains (24 ans) et les taxis inter urbains (21 ans). Par contre les plus jeunes sont les
véhicules de location (7 ans) et les véhicules sanitaires ou médicalisés (9 ans).

Tableau XIII-4 : Age moyen du parc selon le genre de véhicule

Genre 2013 2014 var (années)


Véhicule Particulier Personnel 15 15 0
Camionnette 13 13 0
Taxi Urbain 23 24 0
Camion 13 12 -1
Tracteur 15 15 0
Autocar Interurbain 18 17 -1
Taxi Interurbain 21 21 0
Ensemble 16 15 1
Source : Direction des Transports Routiers

XIII.2.2. TRANSPORT MARITIME


XIII.2.2.1. Port Autonome de Dakar

La tendance haussière du trafic de marchandises au Port Autonome de Dakar s’est


poursuivie en 2014, pour la cinquième année consécutive. Le trafic global est passé de
12,2 millions de tonnes en 2013 à 13,4 millions de tonnes en 2014, soit une progression
de 9,8%, résultant d’une hausse combinée des embarquements (+19,9%) et des
débarquements (+6,9%). Avec un volume de 10,6 millions de tonnes en 2014, les
marchandises débarquées ont représenté 75,7% du trafic.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 205
SESN 2014

Graphique XIII-6 : Evolution du trafic de marchandises au Port Autonome de Dakar (en milliers de
tonnes)

14 000 3 500
13 000
3 000
12 000
2 500
11 000
10 000 2 000
9 000
1 500
8 000
1 000
7 000
6 000 500
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
TOTAL DEBARQUEMENT (gauche) TOTAL TRAFIC (gauche) TOTAL EMBARQUEMENT (droite)

Source : Port Autonome de Dakar (PAD)

A l’instar du trafic global, le volume des marchandises débarquées est dans une
dynamique de croissance continue depuis 2010. Le taux de croissance des
débarquements de marchandises est passé de 4,8% en 2013 à 6,9% en 2014. Cette
évolution est consécutive à la hausse combinée des quantités débarquées de produits
de la pêche (15,3%), d’hydrocarbures raffinés (+15,2%) et des marchandises diverses
(+5,7%). Toutefois, elle a été atténuée par la baisse des débarquements du pétrole
brut (-4,0%).

Le volume des marchandises embarquées au Port Autonome de Dakar s’est accru de


19,9% en 2014, sous l’effet de l’augmentation des embarquements des phosphates
(+71,7%), des produits de la pêche (+20,3%) et des marchandises diverses
(+13,0%).

XIII.2.2.2. Ports secondaires

Les principaux ports secondaires du Sénégal sont : le port de Ziguinchor, le port de


Saint-Louis et le port de Kaolack.

Port de Ziguinchor

Le Port de Ziguinchor est le premier port secondaire en termes de volume de trafic. Il


a enregistré des entrées de navires disposant d'une capacité de 46 238 tonneaux de
jauge brute et 25 283 tonneaux de jauge28 nette en 2014, soit des évolutions

28
La jauge brute est une mesure de la capacité intérieure de transport d'un navire. Elle s'exprime en tonneaux de
jauge brute ou en mètres cubes. Un tonneau de jauge brute vaut 100 pieds cubes, soit environ 2,832 m3. Il sert

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 206
SESN 2014

respectives de 4,3% et 2,6% par rapport à 2013. Le trafic de voyageurs est resté
important avec 99 128 passagers en 2014 contre 90 604 en 2013, soit une progression
annuelle de 9,4%.

Le fret maritime s’est fortement redressé (+21,9%) en 2014 après avoir enregistré un
repli de 17,5% en 2013. La hausse importante du trafic de marchandises observée en
2014 résulte des accroissements combinés des embarquements (+160,6%) et des
débarquements (+2,6%).

Les débarquements qui ont constitué 73,9% du fret au niveau du port de Ziguinchor
en 2014, sont composés principalement du ciment (64,3%) et du riz (28,4%).
S’agissant des embarquements (26,1% du fret en 2014), ils restent dominés par le
tourteau avec 51,8% du tonnage du volume global en 2014.

Le mouvement total de passagers, assuré tout au long de l’année 2014 par le bateau
Aline Sitoe Diatta, s’est établi à 87 057, soit une baisse de 3,3% par rapport à 2013.

Port de Saint-Louis

Les infrastructures au port de Saint-Louis sont dans un état de dégradation avancée


et le transport n’est caractérisé que par le transport piroguier entre les deux rives du
fleuve.

Port de Kaolack

En 2014, le port de Kaolack a enregistré 42 entrées de navires contre 35 en 2013, soit


une hausse de 20,0%. Ces navires disposent d’une capacité de 102 275 tonneaux de
jauge brute et de 52 152 tonneaux de jauge nette.

Le volume de marchandises débarquées au niveau du port de Kaolack est passé de


69 199 tonnes en 2013 à 83 851 tonnes en 2014, soit une hausse de 21,2%. Cette
augmentation résulte essentiellement de l’effet combiné de la progression enregistrée
dans les embarquements de tourteaux (+21,2%) et de celle des marchandises
diverses. Toutefois, cet accroissement a été ralenti par les baisses des embarquements
d’huile brute et de sel de 64,8% et 5,7%, respectivement.

de base à l'application des barèmes : de taxations fiscales, portuaires, de pilotage et d'assurance. Il faut bien
distinguer la jauge brute de la jauge nette. La jauge brute est la capacité intérieure complète du navire et de toutes
les constructions qui se trouvent sur le pont. La jauge nette s'obtient en déduisant de la jauge brute tous les
volumes non utilisables pour le stockage des marchandises ou le logement des passagers. C'est la jauge brute qui
permet de se rendre compte des dimensions du navire.
Sur les documents officiels, on porte Jauge brute : 7800 ou Jauge nette : 6600, sans pouvoir y porter une unité
puisqu'elle n'est pas expressément nommée.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 207
SESN 2014

XIII.2.3. TRANSPORT AERIEN

Le Sénégal est desservi par plusieurs grandes compagnies le ralliant directement ou


via leurs hubs aux capitales des pays d'Amérique, d'Europe, d'Asie, du Moyen-Orient
et du reste de l’Afrique.

En 2014, les trafics d’aéronefs (+3,8%) et de passagers (+1,6%) ont progressé au


Sénégal à l'instar du monde entier. Cependant, l'activité du sous-secteur national s’est
contractée. Le chiffre d’affaires du sous-secteur a affiché un recul de 17,3% entre 2013
et 2014. Cette situation est imputable essentiellement aux difficultés que traverse la
compagnie aérienne nationale Sénégal Airlines (ex Groupe Air Sénégal). Il convient
également de noter que le trafic d'aéronefs pris globalement intègre les compagnies
étrangères dont l'activité n'est pas comptabilisée dans la production de ce sous-
secteur.

Les données du trafic aérien concernent l’aéroport international Léopold Sédar Senghor
(LSS) de Dakar (91,0% des mouvements d’aéronefs, 96,6% des mouvements de
passagers et 98,2% du fret) et les principaux aérodromes bénéficiant d’une protection
de la navigation aérienne.

Les mouvements d’aéronefs sont passés de 31 906 en 2013 à 37 266 en 2014, soit
une progression de 3,8%. Aussi, les mouvements de passagers se sont accrus de
1,6%, passant de 1 941 586 en 2013 à 1 972 928 en 2014, sous l’effet conjugué de la
hausse des transits directs (+8,0%), des départs (+1,7%) et des arrivées (+0,3%).

Au titre du fret, la dynamique de croissance observée depuis 2010 s’est poursuivie en


2014. De 28 022 tonnes en 2013, le volume de marchandises transportées est passé
à 31 215 tonnes en 2014, soit une croissance de 11,4%, résultant des évolutions
combinées de marchandises débarquées (+13,7%) et de marchandises embarquées
(+9,6%).

L’importance du trafic de l’aéroport de Dakar par rapport à ceux des aéroports


régionaux s'explique par la concentration de la desserte des compagnies étrangères à
l’Aéroport International Léopold Sédar Senghor de Dakar. En outre, on note une
faiblesse du trafic dans les aéroports régionaux (Cap-Skirring, Tambacounda et Saint-
Louis). Cette situation est due à la préférence que les populations accordent à d'autres
modes de transport plus abordables.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 208
SESN 2014

Graphique XIII-7 : Evolution du trafic aérien national sur la période 2007-2014

50 000 2 000 000
45 000 1 900 000
40 000
1 800 000
35 000
1 700 000
30 000
25 000 1 600 000

20 000 1 500 000
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Mouvements d’aéronefs (en nombre, à gauche) FRET (en tonne, à gauche)
Mouvements passagers (en nombre, à droite)

Source : Agence des Aéroports du Sénégal (ADS)

XIII.2.4. TRANSPORT FERROVIAIRE

Le transport ferroviaire est assuré par les sociétés TRANSRAIL SA et le Petit Train de
Banlieue SA. La TRANSRAIL SA assure le transport international de marchandises entre
Dakar et Bamako, le trafic ferroviaire de voyageurs entre Dakar et sa banlieue étant
dévolu à la société Petit Train de Banlieue SA.

La dynamique de hausse du trafic de voyageurs du PTB qui a été observée en 2013


s’est poursuivie en 2014. En effet, le nombre de passagers est passé de 2 562 718 en
2013 à 2 826 488 en 2014, soit une hausse de 10,3%.

Graphique XIII-8 : Evolution du nombre de voyageurs par le Petit Train de Banlieue (en millions de
personne)

Trafic voyageurs du PTB 

2010 2011 2012 2013 2014

Source : DPEE

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 209
SESN 2014

Le trafic de marchandises sur la ligne Dakar-Bamako s’est établi à 244 858


tonnes en 2013, contre 288 086 en 2013, soit une baisse de 15,1%, consécutive à la
baisse combinée des exportations de marchandises (-17,5%) et des importations (-
7,9%).

Graphique XIII-9 : Trafic international de marchandises (en tonnes)

350 000

300 000

250 000

200 000

150 000

100 000

50 000

0
2010 2011 2012 2013 2014

Exports de marchandises Imports de marchandises

Source : DPEE

XIII.3. LES PROGRAMMES D’INVESTISSEMENT ET REALISATIONS EN


INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT

Dans cette section, nous passons en revue quelques projets structurants en cours. Il
convient de rappeler que l’année 2014 est marquée par l’adoption du Plan Sénégal
Emergent (PSE) comme référentiel unique pour la planification au niveau de l’Etat.
C’est également en février de la même année qu’un Groupe consultatif a été organisé
à Paris pour la mobilisation des Bailleurs. Enfin, le PSE accorde une place importante
au désenclavement interne et externe du Sénégal.

XIII.3.1. INFRASTRUCTURES ROUTIERES

Sur le plan des infrastructures routières, le Sénégal prévoit d’ici 2017 à travers le PSE,
la réalisation de 1170 km de routes revêtues, d’au moins 4000 km de pistes rurales,
d’au moins 7 ponts et ouvrages d’art et la construction et la modernisation des gares
routières.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 210
SESN 2014

Ce programme viendra consolider les efforts importants que l’Etat du Sénégal a


consentis dans la réalisation d’infrastructures routières au cours des années récentes.
Ces dernières ont contribué à améliorer la mobilité urbaine à Dakar et dans les grandes
villes, développer le transport inter urbain, faciliter les échanges entre les différentes
localités du pays et désenclaver des zones à fortes potentialités agricoles. Ainsi, à la
date du 31 décembre 2014, l’exécution des travaux routiers a permis de réaliser 177,3
km de routes revêtues en 2013, dont 70,3 km construites et 107 km réhabilitées. Par
ailleurs, quatre (04) ponts ont été achevés en 2014.

Le portefeuille de projets routiers en cours au 31 décembre 2014 se présente comme


suit :
Tableau XIII-5 : Portefeuille de projets de l'AGEROUTE au 31 décembre 2014

Ponts,
Routes
Type de projet Autoroutes ouvrages d’art Total
revêtues
(OA)
Linéaire (km) 690 55 240
Montants (Mds
218 157 7 382
FCFA)
Source : AGEROUTE. Rapport 2014

La revue des indicateurs pour l’année 2014 révèle que les projets prioritaires définis
par le Gouvernement sont en cours de réalisation ou achevés :

- prolongement de la Voie de Dégagement Nord (VDN) 3ème section qui


concerne l’axe Golf Club-Tivaouane Peulh y compris la bretelle d’accès au village
de Tivaouane Peulh ;
- construction de l’autoroute à péage AIBD-MBOUR-THIES : les travaux sont en
cours sur le tronçon AIBD-SOMONE et sur une partie du lot 3 AIBD-Thiès
d’environ 6 Km permettant d’assurer la liaison entre les deux projets
Diamniadio-AIBD piloté par l’APIX et AIBD-MBOUR-THIES pour une cohésion
d’ensemble de ces projets en vue de la continuité du trafic ;
- travaux de remise en état de la Grande Niaye entre Rufisque et Lompoul
financés dans le cadre du projet PATMUR par l’IDA qui sont en voie
d’achèvement;
- travaux de construction de ponts et d’ouvrages d’art à Dakar et à l’intérieur
dupays (Autoponts aux carrefours de Thiaroye et Keur Massar, des ponts de la
Geôle, Halwar et Ndioum) sont terminés ;

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 211
SESN 2014

- achèvement des travaux de la route Vélingara-Badiara, la poursuite des travaux


de réhabilitation de la route Tambacounda-Dialokoto et de construction des
postes de contrôle juxtaposés de Moussala et Boundou Fourdou ;
- reconstruction de la route Fatick-Kaolack suite à la signature d’un protocole
additionnel liant l’Etat du Sénégal à l’entreprise JLS et fixant les modalités
d’exécution des travaux.

XIII.3.2. INFRASTRUCTURE AEROPORTUAIRE

Le Sénégal dispose d’un aéroport de classe internationale (aéroport international


Léopold Sédar Senghor de Dakar) et de plusieurs aérodromes civils et militaires.

A l'Aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, d’importants travaux d’extension au


niveau de la zone arrivée de l’aérogare ont été réalisés:

 L’extension et la réfection des deux tapis ;


 La mise en place d’une climatisation centrale ;
 La mise en place des armoires de secours à défaut de climatisation ;
 Construction de deux(2) toilettes en plus des deux autres.
L'aéroport de Cap-Skiring a été rénové et ouvert à la navigation pour accélérer l’activité
touristique dans la région.

L'aéroport international Blaise Diagne est en cours de construction sur le site de Diass,
à quarante-sept (47) km de Dakar. Il est réalisé selon les standards internationaux
tant sur le plan de la sûreté et de la sécurité que la qualité de service. Les travaux ont
été lancés en avril 2007.Ils sont toujours en cours et accusent un important retard sur
le calendrier initial. Plusieurs contraintes techniques (modifications de spécifications,
et conditions du sous-sol), financières (procédures des banques de développement) et
sociales (déplacement des populations impactées) sont avancées pour expliquer ces
retards.

Conclusion

Depuis 2010, le secteur des transports présente une évolution globale en hausse.
Toutefois, cette performance globale cache des disparités importantes. En effet, à
l’exception du transport routier qui reste très dynamique, les autres modes de
transport (aérien, ferroviaire et maritime) traversent des difficultés importantes. En
outre, l’activité globale tire profit considérablement de l’environnement international
favorable, notamment à travers les services auxiliaires portuaires et aéroportuaires.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 212
SESN 2014

Conscient de ces difficultés mais également des atouts du Sénégal comme hub naturel,
le Plan Sénégal Emergent, lancé cette année, ambitionne de faire du Sénégal un hub
logistique avec des investissements structurants comme la réhabilitation de la ligne de
chemin de fer Dakar-Bamako et la modernisation du port de Dakar pour accompagner
l’essor des échanges commerciaux. A cet effet, plusieurs projets sont déjà lancés ou
sont encore à l’étude pour traduire en actions la vision transformatrice du PSE. Les
perspectives de relance du secteur sont prometteuses.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | LES SERVICES DE TRANSPORT 213
SESN 2014

Chapitre XIV :
Chapitre XIV : BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS

Introduction

Le secteur des Bâtiments et Travaux Publics (BTP) joue un rôle

BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS


important dans l’économie Sénégalaise. Il regroupe plusieurs activités
qui sont la conception, la construction, la déconstruction, la
réhabilitation, l’entretien et la dépollution des ouvrages publics et
privés. Les activités de construction comprennent les constructions
résidentielles (immeubles, villas, etc.) et les constructions non
résidentielles. S’agissant des constructions non résidentielles, elles se
composent, entre autres, des infrastructures de transport (routes,
voies ferrées, ports, aéroports, etc.), des infrastructures urbaines
(centres commerciaux, monuments, etc.), des constructions
industrielles (usines, entrepôts, réservoirs, etc.) et hydrauliques
(barrages, digues, etc.).

L’offre sur le marché des BTP est structurée autour d’une dizaine de
grandes entreprises s’affairant dans le gros-œuvre et de petites et
moyennes structures assurant la sous-traitance et le second œuvre.
Les exigences des normes de construction dans le secteur agissent
comme une barrière à l’entrée. Plus les spécifications techniques
requises pour la réalisation des ouvrages sont contraignantes (routes,
aéroports, ponts, gratte-ciel, etc.), plus les entreprises pouvant
répondre aux besoins se font rares. La demande provient de l’Etat
pour les infrastructures publiques, des entreprises pour les
infrastructures urbaines (centres commerciaux, etc.) et industrielles
(usines, laboratoires, etc.) et des ménages (individuellement ou
collectivement à travers des coopératives d’habitat) pour les
constructions à usage d’habitation.

L’objectif de ce chapitre est d’appréhender le comportement des BTP.


Il est subdivisé en deux sections, une première traitant des indicateurs
issus des comptes nationaux et une seconde consacrée aux
réalisations, projets et programmes en cours dans le secteur.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 214
SESN 2014

XIV.1. LES INDICATURS DES BTP

XIV.1.1. LES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

Le ciment constitue l’un des principaux intrants dans l’activité de construction. De 2009
à 2014, il est noté une tendance haussière de la production de ciment, hormis le repli
qui a été enregistré en 2013. En 2014, il est observé une croissance de 8,1% de la
production de ciment par rapport à l’année précédente. Ce résultat est en liaison avec
la hausse de la demande intérieure et extérieure. S’agissant des ventes locales et celles
à l’exportation, elles ont progressé respectivement de 11,3% et de 2,5%.

Il faut rappeler également que la baisse de la production enregistrée en 2013 est en


liaison avec le repli de la demande extérieure malienne de ciment.

Tableau XIV-1 : Production et ventes de ciment (milliers de tonnes)29

2009 2010 2011 2012 2013 2014


Production 3 312 4 077 4 720 4 723 4 543 4 910
Ventes locales 2 263 2 395 2 570 2 520 2 783 3 097
Ventes à l'exportation 1 053 1 669 2 141 2 168 1 770 1 813
Source : ANSD

En 2014, la branche a affiché une valeur ajoutée de 33630 milliards de FCFA contre
298 milliards (en valeur) en 2013, soit un accroissement de 12,7%.

XIV.1.2. LA CONSTRUCTION

Hormis le repli de 1,0% noté entre 2011 et 2012, le sous-secteur de la construction a


connu une expansion normale durant la période sous revue. La valeur ajoutée de la
branche « construction » en 2014 s’est établie à 278 milliards contre 250 milliards en
2013 -en volume-, soit une hausse de 11,3%.

En 2014, la construction représentait 5,0% du PIB réel et 24,8% de la valeur ajoutée


en volume du secteur secondaire contre respectivement 4,7% et 23,5% l’année
précédente.

29
La différence entre la production et la somme des ventes résulte des mouvements de stocks -
stockage, déstockage-.
30
Données issues des comptes nationaux.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 215
SESN 2014

Tableau XIV-2 : Evolution de la valeur ajoutée des activités de construction -milliards de FCFA aux prix
constants de 1999-

2009 2010 2011 2012 2013 2014


VA construction 201 210 226 224 250 278
VA secondaire 890 923 980 1 013 1 064 1 121
PIB 4 686 4 882 4 968 5 180 5 357 5 581
Source : ANSD

XIV.2. REALISATIONS, PROJETS ET PROGRAMMES DANS LE SECTEUR


DES BTP

Dans cette section, les réalisations enregistrées dans le secteur sont analysées. Elles
concernent la construction de logements pour l’habitat social et les travaux de génie
civil (routes, aéroports, etc.).

XIV.2.1. CONSTRUCTION RESIDENTIELLE

L’offre de logements est le fait de promoteurs publics et privés ou, dans le cas de la
construction pour soi, des ménages et des coopératives d’habitat.

La Société Nationale des Habitations à Loyer Modéré (SNHLM) et la Société


Immobilière du Cap-Vert (SICAP) sont des acteurs majeurs de ce segment de la
construction.

Au cours de l’année 2014, les réalisations qui ont été effectuées portent sur la vente
de soixante et un (61) terrains dans les zones suivantes : (i) Huit (08) terrains à KEUR
GORGUI ; (ii) quarante-deux (42) terrains à KEUR MASSAR ; (iii) onze (11) terrains à
MBAO VILLE NEUVE.

Il convient également de signaler que soixante-trois (63) terrains ont été lotis et
construits à SACRE CŒUR III et VDN Extension II durant l’année 2014.

XIV.2.2. CONSTRUCTION NON RESIDENTIELLE

Les réalisations dans le domaine de la construction non résidentielle sont classées en


infrastructures routières, infrastructures aéroportuaires, portuaires et ferroviaires,
ouvrages d’art, bâtiments et édifices à accès public, et autres constructions non
résidentielles.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 216
SESN 2014

XIV.2.2.1. infrastructures routières

Il convient de signaler que l’année 2014 a été marquée par des réformes stratégiques
majeures sur le modèle de développement économique et social du Sénégal. En effet,
le Sénégal s’est doté du Plan Sénégal Emergent -PSE- qui vise, entres autres, à
accélérer son développement. Ce plan repose sur trois axes stratégiques qui sont : (i)
axe 1 : la création de richesses et d’emplois, (ii) axe 2 : la promotion du capital
humain, l’élargissement de l’accès à la protection sociale, et la préservation des
conditions d’un développement durable, (iii) axe 3 : la réponse aux exigences de
bonne gouvernance et d’intégration régionale. Par ailleurs, six (06) secteurs productifs
ont été définis pouvant servir de moteurs à la croissance inclusive et à la
transformation structurelle de l’économie visée par l’axe 1. Parmi ces secteurs porteurs
de croissance, figurent les infrastructures de transport qui devraient contribuer à
promouvoir une économie dynamique et compétitive. A ce titre, l’AGEROUTE qui est
l’Agence responsable des travaux de réhabilitions, d’entretien et de construction de
routes, va jouer un rôle catalyseur et de levier pour continuer à renforcer les
infrastructures routières sur l’ensemble du territoire national.

En passant en revue l’année 2014, il ressort que les projets prioritaires définis par le
Gouvernement sont achevés ou sont en cours de réalisation. Il s’agit des projets
routiers et autoroutiers, des ponts -ouvrages d’art- et des projets spéciaux. L’état
d’avancement des travaux se présente comme suit :

a) Les travaux achevés

Durant l’année 2014, sept (07) projets ont été achevés comprenant 03 projets de
construction /réhabilitation de routes et 04 projets de construction d’ouvrages d’art
pour un coût global estimé à 27,3 milliards FCFA. Sur ce point, il faut retenir les
réalisations suivantes :

 les travaux d’aménagement du contournement de la Ville de Médina Gounass


(10 Km) ;
 les travaux de construction de la voirie intérieure, de la bretelle de la façade et
d’un héliport, y compris sa bretelle d’accès d’environ 200 m au niveau du Centre
International de Conférence Abdou DIOUF -CICAD- de Diamniadio ;
 les travaux d’aménagement de la route Vélingara – Badiara, -cette route assure
la liaison entre le Sénégal et la Gambie- ;
 les travaux de construction d’autoponts aux carrefours de Thiaroye et Keur
Massar (200 ml) ;

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 217
SESN 2014

 les travaux de construction du pont de la Geôle, --ce pont permet d’améliorer


la mobilité et d’assurer la sécurité des personnes et des biens à Saint Louis-,
ainsi que du pont de Halwar et de ses voies de raccordement (7 km), assurant
également le franchissement de cours d’eau et désenclavent de certaines
localités du pays.

b) Les travaux en cours

Durant l’année 2014, il est noté que vingt (20) projets étaient en cours de réalisation
et présentaient un niveau d’avancement satisfaisant. Ces projets ont trait aux
travaux suivants :

 la construction de l'Autoroute Aéroport International Blaise Diagne -AIBD- -


Mbour y compris les bretelles de connexion de la DISEZ et l'Aéroport (55 km) ;
 la construction et l'aménagement de la VDN section 3 : tronçon Golf - Tivaouane
Peulh, y compris la bretelle d'accès au village de Tivaouane Peulh (19 km) ;
 la réhabilitation du tronçon Richard toll - Ndioum sur la RN2 de la région de
Saint- Louis (18 km), de la RN6 -tronçon Ziguinchor – Tanaff (116 km)-, de la
route Tambacounda-Dialacoto (65 km) ;
 les remises en état de la grande Niaye entre Rufisque et Lompoul (lot 1 de
122km), de la grande Niaye entre Diogo et Lompoul -lot 3 de 30 km-, de la
grande Niaye entre Bayakh-Notto et Notto-Mboro -lot 2 de 47 km- ;
 le projet de modernisation de Touba -tronçon Touba Tawfekh - Touba Rouf
(17,2km)- ;
 la réhabilitation de la RN6 -tronçon Kolda – Vélingara (99 km)--, de la route
Manda Douane – Vélingara (37 km), de la route Ourossogui-Matam (10km), et
de la RN6 -tronçon Tanaff-Kolda (72 km)-- ;
 la construction et la réhabilitation de 10 km de voirie à Tivaouane(10 km) ;
 le programme Spécial Tivaouane -Esplanade des mosquées- et les travaux de
construction des postes juxtaposés de Boundou Fourdou.

Pour ce qui est des ouvrages d’art, les travaux en cours ont porté sur la construction
des ponts de Kédougou et de Kolda.

Dans le cadre du Programme d’Entretien Routier Annuel -PERA-, les efforts entrepris
durant les années précédentes se sont poursuivis en 2014. Durant la période sous
revue, les travaux réalisés sur le réseau ont permis d’améliorer la qualité des routes
et celle des services offerts aux usagers et d’augmenter le niveau de sécurité dans les
transports routiers.

Au titre des pistes de production, l’achèvement du programme des 1200 km de pistes


de désenclavement initié par le Gouvernement a été constaté.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 218
SESN 2014

L’AGEROUTE participe également à la réalisation du Projet Pôle de Développement de


la Casamance -PPDC- financé par la Banque Mondiale et l’État du Sénégal. A cet effet,
une convention de maîtrise d’Ouvrage Déléguée a été signée entre l’AGEROUTE et
l’Unité de Gestion du PPDC en Août 2014 pour une prise en charge de la composante
n°2 « Accessibilité Rurale». Les travaux de réhabilitation des routes nationales n°2 et
n°6, et de reconstruction du pont de Kolda sont effectués dans le cadre d’un Accord
d’Entité d’Exécution signé le 28 septembre 2010 avec le MCA-Sénégal.

Cette composante vise à désenclaver les communautés rurales les plus isolées et à
améliorer l’accessibilité aux populations des routes menant vers les marchés locaux.

L’objectif de ce projet est de développer le potentiel économique de la Casamance


dans la perspective d’instauration d’une paix durable dans la région.

c) Exécution budgétaire et financière

Le Budget Consolidé définitif de l’AGEROUTE, après réaménagement, s’élève à 203


688 931 199 FCFA, et se présente comme suit : (i) fonctionnement et Equipement : 4
742 621 498 FCFA ; (ii) investissement : 198 946 309 701 FCFA dont 63 742 300 101
FCFA pour le PERA, 95 033 709 600 FCFA pour BCI/ETAT et 40 170 300 000 FCFA
pour les bailleurs.

Concernant les réalisations -encaissements-, elles s’élèvent à 161 357 853 43231 FCFA,
soit un taux d’encaissement de 79%. Selon l’AGEROUTE, ce taux s’explique par : (i) la
mobilisation exceptionnelle des recettes de la contrepartie BCI pour 92 317 709 600
FCFA ; (ii) le taux de réalisation satisfaisant pour les ressources attendues du Fonds
d’Entretien des Routes Autonome (FERA) (42 067 250 264 FCFA) et des partenaires
techniques et Financiers pour un montant de 22 706 961 370 FCFA.

Au titre des dépenses, les montants exécutés au 31 décembre 2014 s’élèvent à 114
096 267 573 FCFA, soit un taux de 56%, en partie expliqué par la mobilisation tardive
des ressources.

XIII.2.2.2 INFRASTRUCTURES AEROPORTUAIRES

Concernant l’état d’avancement des travaux, l’année 2014 a été jugée beaucoup plus
favorable par l’AIBD. En terme d’infrastructures, l’AIBD a atteint plus de 80%
d’avancement des travaux. Les travaux confiés à l’entreprise Saudi Binladin Group

31
Les chiffres proviennent du rapport d’Activités de l’AGEROUTE 2014.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 219
SESN 2014

(SBG) ont connu un progrès de plus de 26% avec un coût total prévisionnel
d’exécution des travaux de (299, 4 milliards de francs CFA).

Au titre des résultats obtenus en 2014, figurent :

la finalisation des travaux de revêtement muraux, d’installation des faux


plafonds et de finition au niveau des bâtiments ;
la finalisation de l’installation du système hydrant pour l’avitaillement en Jet des
avions au parking ;
l’avancement notable des réseaux (eau et électricité) ;
la finalisation de la pose de la conduite menant vers la station d’épuration ;
la finalisation des installations de plusieurs systèmes aéroportuaires (tri-
bagages, téléaffichage, rayons X, détection d’explosifs, etc.) ;
la finalisation des installations des équipements au niveau de la centrale des
utilités (transformateurs, cellules, tableaux et coffrets électriques) ;
la réception en usine de vingt-sept (27) équipements/systèmes sur trente-deux
(32).

Les autres travaux qui ne figurent pas dans le contrat SBG portent sur la réalisation
du site de l’aéroport et de celui du recasement.

Pour le site de l’aéroport, les réalisations ont porté sur :

le dalot de protection de Diass ;


les brigades de gendarmerie ;
le bâtiment administratif ;
le centre médical ;
le bureau de poste ;
les deux bâtiments handling.

S’agissant du site de recasement, les travaux effectués ont porté sur :

la construction des équipements sociaux (mosquée, école, terrain


multifonctionnel, etc.) ;
la construction des 42 logements supplémentaires.

Sur le plan environnemental et social, la construction de 300 logements a été finalisée


et des équipements socio-collectifs tels qu’une école primaire de 12 classes, des
mosquées et une case de santé ont été réalisés.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 220
SESN 2014

De plus, l’AIBD a procédé à l’indemnisation des populations affectées par le projet,


répartie comme suit :

une première tranche d’un montant de 111 363 300 FCFA à partir de février
2014 a été payée ;
un montant de 72 229 597 FCFA relatif aux indemnités de pertes de récoltes a
été payé sur une somme globale de 172 298 037 FCFA décaissée par AIBD SA.
Figure XIV-1 : Maquette de l’Aéroport International Blaise DIAGNE (AIBD(

Conclusion

La bonne tenue de l’activité du secteur des BTP (+7,5%) en 2013 s’est poursuivie en
2014 avec une croissance de 10,5%. Au cours de la période sous revue, la production
de ciment (+8,1%), ainsi que les ventes locales (+11,3%) et celles à l’exportation
(+2,5%) ont progressé par rapport à l’année précédente. Le bon comportement des
ventes locales et à l’exportation est justifiée par une hausse de la demande intérieure
et extérieure.

Il convient de signaler qu’il existe un réel potentiel de croissance dans le secteur avec
les grands chantiers en cours d’exécution ou de finalisation. Il s’agit notamment des
travaux de l’AIBD, des projets d’extension de la Voie de Dégagement Nord (VDN), et
d’autres infrastructures routières, etc.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS 221
SESN 2014

Chapitre XV : PRODUCTION INDUSTRIELLE

Chapitre XV :
PRODUCTION INDUSTRIELLE
Introduction

L’activité industrielle s’est redressée en 2014 mais la reprise reste


modérée. En effet, après avoir fortement ralenti en 2013 (-6,6% après
-0,6% en 2012) en rythme annuel, l’activité industrielle a marqué un
bond de 0,1% en 2014. Une telle évolution est portée par les
performances des industries mécaniques (+10,4%), d’énergie
(+6,3%), du papier et du carton (+6,0%), et des matériaux de
construction (+2,1%) qui ont connu une embellie de leurs activités.

En revanche, la production des industries textiles et du cuir (-7,8%),


chimiques (-5,1%), extractives (-2,2%), alimentaires (-1,8%), et des
autres industries manufacturières (-0,5%) s’est orientée à la baisse.

Les prix à la production industrielle ont continué de chuter en 2014 (-


0,9% après -2,7% en 2013) alors qu’ils étaient dans une nette
progression (4,6% en moyenne en rythme annuel) entre 2009 et
2012. Ce repli résultant d’une contraction des prix dans les industries
chimiques (-3,4%), textiles et du cuir (-1,5%), d’énergie (-1,5%), des
matériaux de construction (-0,5%), et alimentaires (-0,1%), est
essentiellement lié à la baisse des cours mondiaux.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 222


SESN 2014

Graphique XV-1 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI entre 2008 et 2014

125   

120   

115   

110   

105   

100   

95   

90   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.1. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES MECANIQUES

Après une chute de 16,7% en 2013, l’activité des industries mécaniques s’est accrue
de 10,4% en 2014 en rythme annuel, imputable à l’augmentation de la production
dans tous les postes de la branche. Cette bonne tenue des industries mécaniques
s’explique, entre autres, par la hausse des commandes.

Les prix à la production des industries mécaniques se sont appréciés de 1,7% en


variation annuelle essentiellement, sous l’effet d’une hausse de ceux des autres
ouvrages en métaux.

Graphique XV-2 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries mécaniques entre 2008 et 2014

105   

100   

95   

90   

85   

80   

75   

70   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 223


SESN 2014

XV.2. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DE PRODUCTION D’ENERGIE

Le secteur de l’énergie constitue un soutènement majeur au développement de


l’économie, à la réduction des inégalités sociales et territoriales. La dynamique de
production d’énergie bien qu’orientée à la hausse (+3,7% en moyenne en glissement
annuelle) entre 2008 et 2014, ne serait pas en phase avec les préoccupations d’accès
large et fiable à une énergie en quantité et qualité suffisantes. En effet, le taux de
progression de la production des industries d’énergie semble encore faible au regard
des coupures d’électricité et d’eau et des pertes associées.

La production d’énergie a augmenté de 6,3% en 2014 (après 2,1% en 2013). Ce


résultat est induit par les performances de l’activité de production d’électricité (+6,4%)
liées à un approvisionnement régulier en combustible, résultant des différents Plans
de Restructuration du Secteur de l’Electricité. Toutefois, le secteur de l’électricité reste
très dépendant des importations des produits pétroliers du fait d’un parc de production
vétuste, dominé par une énergie à 90% d’origine thermique32 générant des coûts de
production très élevés. La progression de l’activité du sous-secteur de production d’eau
potable (+6,1%) a également contribué au dynamisme de cette branche.

En 2014, les prix à la production d’énergie se sont contractés (-1,5% en rythme


annuel), sous l’effet de la baisse des coûts de production d’électricité. Le fléchissement
des prix des combustibles, notamment le fuel, résultant du repli des cours du baril,
explique cette situation.

Graphique XV-3 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries de production d’énergie entre 2008 et
2014
190   
180   
170   
160   
150   
140   
130   
120   
110   
100   
90   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI
Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

32
Source : Plan Sénégal émergent (PSE), 2014

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 224


SESN 2014

XV.3. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES DU PAPIER ET DU


CARTON

La contreperformance de l’activité des industries du papier et du carton notée depuis


2011 s’est stoppée en 2014. En effet, l’activité de la branche s’est dynamisée de
+6,0% en 2014 après une baisse sur deux années consécutives (-21,9% en 2013
après -7,3% en 2012). La vétusté des outils de production qui s’est manifestée surtout
avec les pannes survenues dans les principales unités de cette branche explique
l’inflexion de l’activité des industries du papier et du carton notée entre 2011 et 2013.
Néanmoins, des stratégies de reprise ont permis d’avoir une performance en 2014
comparativement à 2013.

Les prix à la production des industries du papier et du carton ont augmenté de 0,3%
en 2014 après une stagnation en 2013.

Graphique XV-4 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries du papier et du carton entre 2008 et
2014
160   

150   

140   

130   

120   

110   

100   

90   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.4. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES DES MATERIAUX


DE CONSTRUCTION

Après un recul en 2012 (-0,8 %) lié à une réduction de la production de ciment,


l’activité des industries des matériaux de construction continue de progresser (+2,1%
en 2014 après +2,3%33 en 2013), dopée par la reprise des activités du secteur de la
construction. L’appartenance à des organisations communautaires (UEMOA et
CEDEAO) qui offrent des possibilités d’accès à des marchés élargis est un facteur
déterminant dans la dynamique de la branche. En effet, le Mali, devenu durant la

33
Données corrigées.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 225


SESN 2014

dernière décennie le principal client du Sénégal, a connu à partir du deuxième trimestre


2012 une instabilité politique qui a affecté principalement les exportations de ciment.

Suite à la hausse notée en 2013 en variation annuelle, les prix à la production des
industries des matériaux de construction ont diminué de 0,5% durant la période sous
revue.

Graphique XV-5 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries des matériaux de construction entre
2008 et 2014

175   
165   
155   
145   
135   
125   
115   
105   
95   
85   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.5. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES TEXTILES ET DU


CUIR

La production des industries textiles et du cuir s’est nettement décélérée de 7,8% en


2014, comparée à celle de l’année précédente. Le fléchissement de l’activité
d’égrenage de coton explique l’avilissement du dynamisme du secteur.

Les prix à la production ont, pour leur part, diminué de 1,5% comparés à ceux observés
en 2013, sous l’effet d’une baisse des cours mondiaux du coton.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 226


SESN 2014

Graphique XV-6 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries textiles et du cuir entre 2008 et 2014

125   
115   
105   
95   
85   
75   
65   
55   
45   
35   
25   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI
Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.6. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES CHIMIQUES

La conjoncture est léthargique dans les industries chimiques en 2014, où l’activité de


production s’est contractée pour la deuxième année consécutive (-5,1% en 2014 après
-16,7% en 2013). A l’exception des activités de fabrication de produits
pharmaceutiques (+20,3%), de peinture et vernis (+13,7%), de savons, détergents
et produits d’entretien (+11,0%), et de produits en matières plastiques (+8,2%) qui
se sont accrues, en raison d’une hausse des demandes, l’atonie dans les autres sous-
secteurs est assez accentuée. La baisse de la commande extérieure de certains
produits par rapport à 2013 et le déficit de matières premières en cours d’année
expliquent les contreperformances des industries chimiques.

Les prix à la production de la branche ont suivi la même tendance que celle de l’activité
de production. Ils se sont repliés de 3,4% en 2014, en liaison avec la baisse des prix
des produits pétroliers raffinés (-6,8%) résultant d’un fléchissement des cours
mondiaux de pétrole.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 227


SESN 2014

Graphique XV-7 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries chimiques entre 2008 et 2014
150   

140   

130   

120   

110   

100   

90   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI
Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.7. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES EXTRACTIVES

Le recul de l’activité des industries extractives amorcé en 2012 s’est poursuivi durant
l’année 2014. La production des industries extractives s’est ralentie annuellement de
2,2% (après -19,3% en 2013 et -2,9% en 2012), sous l’effet du recul de l’activité
d’extraction de phosphates (-7,5%), et de celle de pierre, d’argile et sable (-8,2%).
Cette situation s’explique entre autres par une panne intervenue au cours de l’année
2014 dans la principale unité de la branche. Le relèvement enregistré dans les autres
sous-secteurs des industries extractives, notamment dans la production de sel et de
natron, n’a pas suffi pour empêcher la tendance baissière que connaît cette branche.

Après un accroissement en 2013 (+0,8%) lié à un renchérissement de la quasi-totalité


des produits de la branche, les prix à la production des industries extractives ont encore
subi une augmentation de 1,2%.

Graphique XV-8 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries extractives entre 2008 et 2014

170   

160   

150   

140   

130   

120   

110   

100   

90   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 228


SESN 2014

XV.8. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES

Après les progrès réalisés entre 2008 et 2011 caractérisés par un regain d’activité, la
production des industries alimentaires a continué en 2014 sa chute amorcée en 2012
(-1,8% en 2014 après un recul de 7,1% en 2013). Cette évolution résulte entre autres
des contreperformances des activités de travail de grains, de fabrication d'aliments
pour animaux et de fabrication de produits alimentaires à base de céréales. En outre,
la chute de la production de condiments et assaisonnements, induite par une faible
disponibilité de matières premières, a contribué au recul de la production de cette
branche sur la période sous revue.

La dynamique haussière des prix à la production des industries alimentaires s’est


stoppée en 2014 avec une légère baisse de 0,1%, en relation avec le fléchissement
de ceux de produits alimentaires à base de céréales.

Graphique XV-9 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des industries alimentaires entre 2008 et 2014
115   
110   
105   
100   
95   
90   
85   
80   
75   
70   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.9. EVOLUTION DE L’ACTIVITE DES AUTRES INDUSTRIES


MANUFACTURIERES

En 2014, l’activité des autres industries manufacturières a continué de se contracter


pour la cinquième année consécutive (-0,5% en 2014 après -2,3% en 2013),
essentiellement sous l’effet d’une baisse continue notée dans le sous-secteur de la
fabrication de matelas.

Les prix à la production des autres industries manufacturières se sont stagnés en 2014 en
variation annuelle.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 229


SESN 2014

Graphique XV-10 : Evolution de l’IHPI et de l’IPPI des autres industries manufacturières entre 2008 et
2014

110   

105   

100   

95   

90   

85   
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
IHPI IPPI

Sources : ANSD. Enquêtes mensuelles sur l’IHPI et l’IPPI.

XV.10. MESURES SUSCEPTIBLES DE REDYNAMISER LE SECTEUR


INDUSTRIEL

La croissance de l’activité industrielle pourrait être améliorée si :

 la fragilité de la base industrielle du fait de son niveau élevé de fragmentation, de


la taille relativement faible des unités de production ainsi que de la sous
capitalisation est résolue ;
 les coûts des facteurs de production en particulier ceux de l’énergie sont réduits ;
 la sous utilisation des capacités de production est solutionnée ;
 l’étroitesse du marché domestique et les problèmes de compétitivité à l’export sont
résolus ;
 la concurrence des importations et la fraude sont anéanties ;
 l’insuffisance et le coût de la main-d’œuvre qualifiée sont solutionnés ;
 la réforme de l’environnement des affaires est effective ;
 les problèmes d’accès et de coût du financement sont réglés ;
 la faiblesse du tissu de production et la forte concentration à Dakar ne constituent
plus des goulots d’étranglement ;
 le renouvellement des outils de production est réel ;
 la production est diversifiée.

Nonobstant ces contraintes, l’industrie a eu comme opportunités l’existence de


plusieurs programmes d’infrastructures et d’équipements structurants, la mise en place
d’un programme de mise à niveau des entreprises, l’amélioration progressive du cadre

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 230


SESN 2014

fiscal du crédit-bail et du capital-risque, sans compter la position stratégique et la


stabilité du pays, l’appartenance à des organisations communautaires (UEMOA et
CEDEAO) qui offrent des possibilités d’accès à des marchés élargis ainsi qu’une stabilité
du cadre réglementaire des politiques économiques et du droit des affaires.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | PRODUCTION INDUSTRIELLE 231


SESN 2014

Chapitre XVI :
Chapitre XVI : INSTITUTIONS FINANCIERES

Introduction

INSTITUTIONS FINANCIERES
A la suite de la crise financière de 2008, les conditions monétaires des
pays avancés sont demeurées expansionnistes, notamment du fait de
la reprise lente de l’économie mondiale. En 2014, la baisse des taux
d’intérêt et des rendements d’obligations amène certaines banques
centrales comme la Banque Centrale Européenne et celle du Japon à
maintenir leurs apports exceptionnels en liquidité34. A cet effet, des
politiques monétaires expansionnistes visant la réduction des taux
directeurs ont été adoptées.

Au niveau communautaire, la BCEAO a maintenu inchangés ses taux


directeurs, le taux minimum de soumission aux adjudications et le
taux d’intérêt du prêt marginal étant respectivement fixés à 2,5% et
3,5%. Ses opérations de refinancement ont aussi considérablement
augmenté et les banques commerciales passent d’une position
créancière à celle débitrice35.

Au plan national, le secteur financier est marqué en 2014 par


l’émission du premier « sukuk » (obligation islamique), dont
l’arrangeur principal est la Banque Islamique du Sénégal. Par ailleurs,
l’installation de la Banque Nationale pour le Développement
Economique (BNDE) et d’Orabank porte le nombre de banques
commerciales et d’établissements financiers de 21 à 23 (dont 2
établissements financiers). En outre, l’augmentation des agences et
bureaux (+2,8%) et l’accroissement du nombre de Guichets
Automatiques Bancaires (+2,1%) ont permis une meilleure
représentation des institutions financières sur le territoire national.

34
Revue du Système Financier, Banque du Canada, pp 5-6, Décembre 2014.
35
Rapport du FMI No. 15/100, pp 5-7, avril 2015.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | INSTITUTIONS FINANCIERES 232


SESN 2014

La poursuite du plan d'assainissement des systèmes financiers décentralisés36 (SFD)


avec le retrait d’agrément à certains SFD, notamment les caisses non affiliées, demeure
les faits marquants de ce sous-secteur. Ce retrait d’agrément a permis de réduire le
nombre de SFD de 385 en 2013 à 381 en 2014, correspondant à une baisse de 1,0%.

En ce qui concerne le secteur des assurances, l’année 2014 est marquée par l’arrivée
de deux nouvelles sociétés d’assurances dommages (WAFA et SAAR) et d’une unité
d’assurance vie (WAFA vie).

L’objet de ce chapitre est d’analyser la situation des institutions financières en 2014. Il


est subdivisé en trois principales sections. La première section traite la situation
monétaire du Sénégal en mettant en évidence l’évolution de la masse monétaire et de
ses contreparties. La seconde section s’intéresse à la situation des SFD en se focalisant
sur la situation de l’encours de crédit et de l’épargne des sociétés de micro finance. La
troisième fait état de la situation des sociétés d’assurances en distinguant celles de
l’assurance vie et de l’assurance dommage.

Encadré

Le secteur financier est constitué du système bancaire, du système financier décentralisé


et des sociétés d’assurance.

Le système bancaire est composé de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest
(BCEAO), des banques secondaires ou commerciales et des établissements financiers.

La BCEAO est l’institut d’émission commun des huit Etats membres de l’Union Monétaire
Ouest Africaine (UMOA). Ses principales missions sont l’émission de monnaie, la conduite
de la politique monétaire, la gestion des systèmes et moyens de paiement, l’organisation
et la surveillance de l’activité bancaire et l’assistance aux Etats membres.

Les banques de second rang, les établissements financiers et les systèmes financiers
décentralisés, communément appelés institutions de dépôts, s’activent principalement dans
l’intermédiation financière. Elles contribuent à la collecte de l’épargne, l’octroi de crédits
aux sociétés et particuliers, etc. Leurs interventions dans la sphère financière sont
contrôlées par la BCEAO.

Les sociétés d’assurances, quant à elles, ont pour fonction principale de proposer des
assurances sur la survie ou le décès (assurance vie), les accidents, la maladie, le feu ou
d’autres formes d’assurances à des unités institutionnelles (assurance dommage ou non
vie). Leur activité principale se résume à la mutualisation des risques en garantissant le
paiement d’une indemnité en cas de réalisation d’un risque.

36
Communément appelés institutions de micro finance.

Situation Economique et Sociale du Sénégal Ed. 2014 | INSTITUTIONS FINANCIERES 233


SESN 2014

XVI.1. SITUATION MONETAIRE DU SENEGAL

La situation monétaire synthétise les statistiques monétaires de la BCEAO, des banques


secondaires et des établissements financiers. Elle présente la situation des avoirs
extérieurs nets (AEN), du crédit intérieur composé de la position nette du
gouvernement (PNG) et du crédit à l’économie en fin décembre. La masse monétaire
est composée de l’ensemble des billets et pièces en circulation, des dépôts à vue et
des dépôts à terme. Ses contreparties sont constituées des avoirs extérieurs nets
(AEN), du crédit intérieur et des autres postes nets (réévaluation, dévaluation,
immobilisation et capital, etc.).

En fin décembre 2014, les AEN ont connu une progression de 27,6%, comparativement
à la même période de 2013 pour s’établir à 1 095,6 milliards, imputable essentiellement
à l’augmentation de 145,6% des AEN des banques. De même, les AEN de la Banque
Centrale ont progressé de 13,1%, ce qui constitue un atout pour les avoirs globaux du
Sénégal.

Le crédit intérieur, quant à lui, a augmenté de 72,6 milliards en fin décembre 2014,
soit une hausse de 2,8% par rapport à fin décembre 2013. Globalement, la masse
monétaire a connu une hausse de 11,4% à fin décembre 2014, par rapport à fin
décembre 2013, pour s’établir à 3 484,1 milliards.

Tableau XVI-1 : Evolution des agrégats de la situation monétaire en 2014


DEC DEC DEC Evolution
Agrégats (en milliards de FCFA) 2012 2013 2014 2013/2014
AVOIRS EXTERIEURS NETS 879,4 858,5 1 095,6 27,6%
BCEAO 775,5 764,3 864,2 13,1%
Banques 103,9 94,2 231,4 145,6%
CREDIT INTERIEUR 2 241,9 2 565,4 2 637,6 2,8%
Position Nette du Gouvernement 101,1 151,1 69,8 -53,8%
Crédits L'économie 2 140,8 2 414,3 2 567,7 6,4%

MASSE MONETAIRE 2 896,9 3 127,2 3 484,1 11,4%


Circulation fiduciaire 586,7 619,9 684,5 10,4%
Dépôts 2 310,1 2 507,3 2 799,5 11,7%
Dépôts en C.C.P. 7,9 7,9 7,9 0,0%
Dépôts à vue en banques 1 183,8 1 359,5 1 432,0 5,3%
Dépôts à terme en banques 1 118,4 1 139,9 1 359,7 19,