Sie sind auf Seite 1von 9

Tema 18


Temario 93
1
TEMA 18

LA LOCALIZACIÓN EN EL ESPACIO.
INTRODUCTION.
La composante spatiale dans la communication joue un rôle essentiel quand on veut
connaître
l’origine des repérages des différentes parties du discours. A cause des limites de cette
étude, nous
allons présenter quelques-uns, mais il ne faut pas oublier que la langue, en perpétuelle
évolution,dispose aussi des tournures qui, une fois actualisées dans le discours, vont
exprimer cescirconstances.
1.

L’EXPRESSION DE L’ESPACE.

Il existe divers moyens pour exprimer la localisation dans l’espace, la direction, l’


origine, la position, etc.
dans la langue française, parmi ces moyens nous allons présenter la deixis et les
marques d’organisationtextuelle, ainsi que toutes les catégories servant à exprimer la
situation dans l’espace.
1.1.

LA DEIXIS.
La deixis est un phénomène qui indique comment les éléments du contexte
(énonciateur, destinataire,
temps, lieu, etc.) apparaissent dans le texte, vus toujours depuis la perspective de
l’énonciateur. La deixisnous permet, la localisation et l’identification de personnes, de
faits, objets etc. dont parle l’énonciateur
quand on le met en rapport avec le contexte.Traditionnellement on distingue trois types
de deixis selon les éléments du contexte auxquels on faitréférence :

La deixis de personne codifie les rôles des participants.

La deixis de lieu codifie la localisation. Éléments déictiques : adverbes, démonstratifs,


prépositions.

Celle de temps, les points en rapport avec le temps de l’énonciation.

Dans les trois cas, il faut rappeler qu’on part toujours du point du

vue de l’énonciateur: le lieu et le tempssont les siens et si ce n’était pas comme ça, il
faut spécifier.
1.2.

LES ADVERBES.
L’adverbe est un mot invariable qui est apte à servir de complément à un verbe, à un
adjectif, à un autre
adverbe. Nous pouvons citer quelques adverbes de lieu : ailleurs, alentour, arrière, ci,
dedans, dehors,dessous, dessus, ici, là, loin, où, près, proche, etc.
Les positions fondamentales de l’espace sont particulièrement mises en évidence par les
marqueurs
déictiques spatiaux
« ici », « là »
et
« là-bas »

Tema 18

Temario 93
2
Le système de marqueurs déictiques spatiaux français a évolué considérablement, d’un
système binairedepuis l’ancien français (ici/là) à l’introduction de l’adverbe
« là-bas ».

Depuis le XIX l’expression


« là-bas »

est passée d’exp


ression composée à adverbe avec un sens propre. Le français est donc en train de
seconstituer un système ternaire (comme en espagnol) qui entre en concurrence avec le
système ancien.
L’opposition entre
« ici »
et
« là »
paraît tout à fait simple et utile :
« ici »
concerne un lieu en rapport directeavec le
« je »,
avec le locuteur ou le scripteur, le lieu où se trouve celui qui parte ou qui écrit ;
« là »
concerne
les lieux où il ne se trouve pas. Lorsque les deux adverbes s’emploient en opposition
expli
cite,
« ici »
concerne ce qui est le plus proche du locuteur et
« là »
ce qui est plus éloigné.
L’adverbe
« là-bas »
désigne toujours un endroit, son comportement est différent aux autres déictiques
spatiaux car cet adverbe ne s’emploie jamais pour exprimer le temps ou se situer dans le
texte. L’adverbe
« là-bas »
est en opposition directe avec
« ici »
.
1.3.

LES DÉMONSTRATIFS.
On distingue deux types de démonstratifs, les déterminants démonstratifs,
ultérieurement appelés adjectifsdémonstratifs, et les pronoms démonstratifs.
1.3.1.

Les déterminants démonstratifs.


Le déterminant démonstratif détermine le nom en indiquant la situation dans l’espace de
l’être ou de la
chose désignés, ou en les situant dans le temps ou dans le contexte. Nous distinguons
deux formes :a)

Les formes simples

ce

cet

cette

ces b)

Les formes renforcées au moyen des adverbes


« ci »
et
« là »

que l’on place après le nom en les yrattachant par un trait d’union
:
« ce livre-ci », « ce livre-là »
. Ces formes peuvent, surtout ensituation, soul
igner la proximité ou l’éloignement de ce dont on parle.
On distingue aussi trois fonctions du déterminant démonstratif selon sa valeur : la
fonction déictique, lafonction anaphorique et la fonction cataphorique.a)

Fonction déictique : selon sa valeur fonda


mentale, le démonstratif indique que l’être ou l’objet
désigné par le nom sont localisés par rapport au locuteur. b)
Fonction anaphorique : le démonstratif sert à indiquer que le nom reprend un
terme utiliséantérieurement dans le contexte.c)

Fonction cataphorique : le démonstratif sert à indiquer ce qui va suivre dans le contexte.


1.3.2.

Le pronom démonstratif.
Les pronoms démonstratifs désignent un être ou une chose en les situant dans l’espace,
éventuellementavec un geste d’appui (fonction déictique)
; ils peuvent aussi renvoyer à un terme qui précède (fonctionanaphorique) ou qui suit
(fonction cataphorique) dans le contexte. Le pronom démonstratif varie en genreet en
nombre. Deux formes :

Tema 18

Temario 93
3
a)

Formes simples : celui



celle

ce

ceux

celles b)

Formes composées : avec


« ci »
ou
« là ».
exemple : celui-ci, celle-ci, ceux-là, etc. Aussi
« cela » et« ceci » et « ça »
.Quand le démonstratif lointain
(cela, celui-là, etc.)
est opposé au démonstratif prochain
(ceci, celui-ci, etc.),
ledémonstratif prochain désigne ce qui est le plus proche dans la réalité ou dans le
contexte.Quand les démonstratifs prochains et lointains ne sont pas employés
ensembles, les démonstratifsprochains désignent normalement dans la réalité (fonction
déictique) ce qui est proche du locuteur, et lesdémonstratifs lointains ce qui est
éloigné.Dans le contexte :
-

Les formes avec


« -ci »
renvoient à ce qui précède immédiatement et les formes en
« -là »
à ce qui estplus éloigné.
-

Les formes en
« -ci »
annoncent ce qui suit (fonction cataphorique) et les formes en
« -là »
rappellentce qui précède (fonction anaphorique).
1.4.

LES PRÉPOSITIONS.
La préposition est un mot invariable qui établit un lien de subordination entre des mots
ou des syntagmes.Inventaire de prépositions : à, après, avant, avec, chez, concernant,
contre, dans, de, depuis, derrière, dès,devant, durant, en entre, envers, hormis, hors,
jusque, malgré, moyennant, nonobstant, outre, par, parmi,
pendant, pour, sans, sauf, selon, sous, suivant, sur, touchant, vers, via…

Ce bien l’utilisation de ces prépositions, sa position et sa combinaison avec d’autres


éléments qui vont nousaider pour exprimer l’origine, la provenance, la position, etc.
Nous allons décrire quelques règles généralesde l’utilisation de ces prépositions pour se
situer dans l’espace
:

Les villes, les pays, les continents.


On utilise les prépositions
«à»
et « en
» et l’article contracté «
au(x)
» pour indiquer où on est ou où on va. Si on parle d’une ville ou pays sans article on
utilisera
«à»
:
« je suis à Cadix » ou «Je vais à Cuba ».

Si le pays est féminin ou on parle d’un continent, la


préposition sera
« en »
:
« Je suis en Espagne » ou « Je vais en Europe ».
Si le pays est masculin ou plurielon utilisera
« au » ou « aux »: « Je suis au Canada » ou « Je vais aux Pays-Bas ».

Pour les régions, les départements et les états


on utilise
« en »
si c’est nom féminin
(« en Bretagne »),« dans le »

si c’est nom masculin


(dans le Cantal, dans le Wisconsin)
et
« dans les »

si c’est nom pluriel


(dans les Alpes).

L’or
igine géographique
vient marquée par la préposition
« de »

ou l’article contracté
« du » (de+les).
Onutilise
« du »

avec le nom masculin de pays, de région ou d’état


:
« Je viens du Maroc, du Brésil, du

Tema 18

Temario 93
4
Poitou ».
On utilise
« de »

avec le nom féminin de pays, région ou d’État


:
« Je viens de Belgique, deSuède, de Californie ».

On utilise
« dans »
pour les espaces fermés
« dans la maison »,

« dans le tiroir »
, sauf quelquesexpressions de lieu comme
« dans la rue, dans le journal, dans le fauteuil »
. On utilise
«
à l’extérieur
»
par opposition à
« dans »
:
«
à l’extérieur de la maison
».

On utilise
« sur »
pour une surface
« sur le toi »
,
« sur la photo »,
sauf quelques expressions comme
« sur une chaise, sur la place, sur le boulevard »
. On utilise
« sous »
par opposition à
« sur » : « sous la pluie ».

La préposition
« au-dessus (de) »
marque un niveau plus haut:
« Au-dessus du 5
ème
étage : au 6
ème
»
; lapréposition
« au-dessous (de) »
marque un niveau plus bas :
« Au-dessous du 5
ème
étage : au 4
ème
».

La préposition
«à»
indique un point dans l’espace ou dans le temps
«
Nous sommes à Paris, à l’école,au deuxième étage…
»

«
De… à
»

indique une distance d’un point à l’autre, dans l’espace ou dans le temps
:
« Il y a huitcents kilomètres de Paris à Avignon ».

«
Jusqu’à
»

indique une limite dans l’espace et dans le temps


:
« Le TGV va jusqu’à Paris
»

« À partir de »

indique un point de départ dans l’espace ou dans le temps



Il y a des embouteillages à partir de Versailles ».
1.5.

LE PRONOM

ADVERBE « Y ».
Tous les adverbes de position (à l’exception de l’adverbe
« ici »
) et les compléments de lieu peuvent êtrereprésentés dans le texte par le pronom-
adverbe
« y ».
Il peut désigner une position précédemmentnommée ou déjà connue, ou bien encore la
direction vers cette position. Du point de vue du placement, il
n’est pas traité comme un adverbe, mais comme un pronom.
Paul va à Lyon

Il y va en voiture

vous y serez ?

Allez-y
vas-y
1.6.

LE RELATIF « OÙ ».
Le relatif de position
« où »
homonyme et même dans certain contextes synonyme du interrogatif
« où ? »,
sert de double jointeur amalgamé,
« où »
est complément circonstanciel de lieu (parfois de temps).
Je l’ai déposé à l’endroit où il voulait aller.