Sie sind auf Seite 1von 125

‫اﻟﺠﻤــــﮭـــــﻮرﯾـــــــــــــــــــﺔ اﻟﺠـــــــــــــــﺰاﺋـــﺮﯾـــــﺔ اﻟﺪﯾﻤـــــــــــــــــــــــــــــﻘـــﺮاﻃــﯿـــــﺔ‬

‫اﻟـــﺸـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــﻌـــﺒـــﯿـــــﺔ‬
‫‪Republique Algerienne Democratique Et Populaire‬‬
‫وزارة اﻟﺘــــــــــــــــــــــــﻌــــــﻠﯿـــــــــﻢ اﻟﻌـــــــــــــــﺎﻟﻲ واﻟﺒـــــــــــــــــﺤﺚ‬
‫اﻟﻌــــــــــــــــــــﻠــــــﻤــــــــــــﻲ‬
‫‪Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique‬‬
‫ﺟـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــﺎﻣﻌﺔ اﻟﻌﺮﺑــــــــــــــــــــــــﻲ اﻟﺘﺒﺴــــــــــــــــــــــــﻲ –‬
‫ﺗـــــــﺒﺴـــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــــﺔ‬
‫– ‪Université Larbi tébessi– Tébessa‬‬
‫‪Faculté des Sciences et de la Technologie‬‬
‫‪Département de Génie Civil‬‬

‫‪MEMOIRE‬‬

‫‪Présenté pour l’obtention du diplôme de Master Académique‬‬

‫‪En : Génie Civil‬‬

‫‪Spécialité : Structures‬‬

‫‪Par : Sadoun Soufiane‬‬

‫‪Sujet‬‬

‫‪ETUDE COMPARATIVE DES METHODES DE‬‬


‫‪CALCUL DES PERTES DE PRECONTRAINTE‬‬
‫‪SELON LES DIFFERENTS CODES‬‬

‫‪Présenté et soutenu publiquement, le‬‬ ‫‪06 / 06 /2018 , devant le jury composé de :‬‬

‫‪M : SALHI.M.L‬‬ ‫‪Président‬‬


‫‪M : BOUDJELLAL.A‬‬ ‫‪Rapporteur‬‬
‫‪M : BENALI.R‬‬ ‫‪Examinateur‬‬

‫‪Promotion : 2017/2018‬‬
Table des matières
Remerciement
Table des matières
Liste des abréviations et des sigles
Liste des tableaux
Liste des figures
Résumé
Introduction générale 01
Chapitre I : Aspects bibliographiques sur le béton précontraint
I.1 Introduction 04
I.2 Développement historique du béton précontraint 05
I.2.1 Comparaison avec le béton armé 06
I.2.2 Avantages du béton précontraint 06
07
I.3 Matériaux du béton précontraint 08
I.3.1 Béton à haute résistance 08
I.3.1.1 Composition du béton à haute résistance 08
I.3.1.2 Contraintes admissibles dans le béton 08
I.3.1.2.1 Résistance à la compression 08
I.3.1.2.2 Résistance à la traction 10
I.3.1.3 Diagramme contrainte déformation 11
I.3.1.4 le fluage 12
I.3.1.5 le retrait 13
I.3.2 Les armatures à haute résistance 14
I.3.2.1 les forme 14
I.3.2.1.1 les fils 14
I.3.2.1.2 les barre 15
I.3.2.1.3 les torons 15
I.3.2.2 Relaxation 16
I.3.2.3 Diagrammes contrainte déformation 17
I.3.2.4 La fatigue 17
I.3.3 Les armatures de renforcement 18
I.4 Modes de réalisation de la précontrainte 18
I.4.1 Mode de précontrainte par pré-tension 18
I.4.1.1 les ancrages 19
20
I.4.2 Mode de précontrainte par post-tension 20
I.4.2.1 Ancrage par vérin 21
I.4.2.2 précontrainte extérieure au béton 22
I.4.2.3 les ancrages 23
I.4.2.3.1 23
I.4.2.3 23
I.4.2.3.3 Les coupleurs 24
I.4.3 Procédés de précontrainte par post-tension 24
I.4.3.1 Freyssinet 24
I.4.3.2 BBR-B 24
I.4.3.3 VSL 25
I.4.3.4 DYWIDAG 25
I.4.4 Comparaison entre les deux modes de précontrainte 26
I.5 Conclusion 28
Chapitre II : pertes de précontrainte
29
30
30
30
31
II.3.3 Principe de tens 31
32
32
II.5 Différents pertes de précontrainte 33
33
34
34
34
35
II.5.1.3 par déformation instantanée en post- 36
II.5.1.4 par déformation instantanée en pré- 37
37
38
40
41
41
II.6 Conclusion 43
Chapitre III : les codes de calcul des pertes de précontrainte
44
45
45
45
45
47
47
48
III.2.2.3.1 En post- 48
III.2.2.3.2 En pré- 49
49
49
50
50
50
51
51
52
53
54
III.3.2.3.1 En post- 54
III.3.2.3.2 En pré- 55
55
55
55
III.4 Le code ACI-318 56
56
III.4.2 Les pertes selon le code ACI-318 56
56
58
58
59
III.4.2.3.1 En pré- 59
III.4.2.3.2 En post- 60
60
62
63
III.5 Le code IS-1343 64
64
III.5.2 Les pertes selon le code IS-1343 64
64
65
66
67
III.5.2.3.1 En pré- 67
III.5.2.3.2 En post- 67
68
68
69
70
Chapitre IV : étude comparative des codes de calcul des pertes de
précontrainte
71
IV.2 Mode de précontrainte par post- 71
71
71
71
IV.2.1.3 le coefficient de frottement 72
73
IV.2.1.5 facteurs influençant le facteur de déviation 75
75
75
75
77
77
77
77
78
78
78
78
IV.3 Mode de précontrainte par pré- 78
78
78
78
79
79
79
79
79
IV.4.1 Mode par post- 79
81
85
85
86
87
88
89
90
91
92
93
IV.4.2 Mode par pré- 93
95
97
97
98
99
100
100
101
IV.5 Conclusion 102
Conclusion général 103
Références biblio
Liste des abréviations et des sigles

Section

règlements américain pour les structures en béton armé et précontraint

B,

BPEL Béton Précontraint Aux Etats limites

du béton

Le module de déformation longitudinale différée

Excentricité du câble de précontrainte

Règles unifiées communes pour les constructions en béton

Coefficient de frottement

La résistance caractéristique à la compression

Les actions permanentes additionnelles

le code Indien

Coefficient de déviation parasite

la longueur de la poutre

Nombre des câbles

La force initiale de précontrainte

Le rayon moyen

le rayon de courbure

Humidité relative

La date de mise en charge


La date de bétonnage

Contrainte normale du béton

La tension initiale

La contrainte maximale

La contrainte minimale

La perte par frottement

La perte par fluage du béton

La perte par retrait du béton

La perte par raccourcissement élastique

La perte par relaxation des aciers

La perte totale instantanée

La perte totale différée

La perte totale

La déformation de fluage ultime

Déformation élastique

la déformation finale de retrait

Coefficient de fluage

coefficient de fluage

Coefficient de déviation parasite

coefficient de frottement

La distance de la fibre inférieure

La distance de la fibre supérieure


hygrométrie ambiante en %

Le facteur de correction
Liste des tableaux

Chapitre I

Tableau I.1 : valeurs de k en fonction de la probabilité 08

Tableau I.2 : diamètres des fils et leur section nominal 15

Tableau I.3 : diamètres des barres lisses et nervuré 15

Tableau I.4 : caractères géométrique des torons 16

Tableau I.5 : caractères spécifiques de pré-tension 26

Tableau I.6 : caractères spécifiques de post-tension 27

Chapitre II page

Tableau II.2 : Types des pertes de précontrainte dans les deux modes classiques 33

Chapitre III page

Tableau III.1 : valeurs moyennes des coefficients et 47

Tableau III.2 : valeurs moyennes du coefficient de frottement 52

Tableau III.3 : valeurs moyennes des coefficients K et 58

Tableau III.4 : les valeurs de pour les éléments en post-tension 61

Tableau III.5 : valeurs de 63

Tableau III.6 : valeurs du coefficient 65

Tableau III.7: valeurs du coefficient de fluage 69

Tableau III.8 : 69

Chapitre IV
Tableau IV.1 : comparaison entre les codes international existant selon

Tableau IV.2 : valeurs de dans les différents codes internationaux

Tableau IV.3: caractéristiques géométriques propriétés des matériaux en post-tension

Tableau IV.4:calcul des pertes en post-tension selon BPEL 91

Tableau IV.5:calcul des pertes en post-

Tableau IV.6:calcul des pertes en post-tension selon ACI-318 :2008.

Tableau IV.7: calcul des pertes en post-tension selon IS -1343 :1980

Tableau IV.8: les valeurs des pertes en post-tension pour chaque code

Tableau IV.9: pourcentages des pertes en post-tension pour chaque code

Tableau IV.10: caractéristiques géométriques propriétés des matériaux en pré-tension

Tableau IV.11:calcul des pertes en pré-tension selon BPEL 91

Tableau IV.12:calcul des pertes en pré-

Tableau IV.13:calcul des pertes en pré-tension selon ACI-318 :2008

Tableau IV.14: calcul des pertes en pré-tension selon IS -1343 :1980

Tableau IV.15: les valeurs des pertes en pré-tension pour chaque code

Tableau IV.16: pourcentages des pertes en pré -tension pour chaque code
Liste des figures

Chapitre I

Figure I.1 : viaduc de Millau, en France, haut de 343 mètres

Figure I.2 : Principe de la précontrainte appliqué à un tonneau en bois et à une roue de bicyclette
Figure I.3 : Comparaison entre le béton précontraint et le béton armé

Figure I.4 :
Figure I.5 : essais de compression
Figure I.6 : Effet d'un traitement thermique sur le durcissement du béton

Figure I.7 : principe

Figure I.8 : Essais de fendage

Figure I.9 : principe

Figure I.10 : Courbe contrainte-déformation du béton

Figure I.11 : Variation dans le temps du retrait et de la déformation au fluage du béton

Figure I.12 : principe de tréfilage

Figure I.13 : fils avant et après tréfilage

Figure I.14 : les barres de précontraint

Figure I.15 : Un toron de précontraint

Figure I.16: Effet typique de la contrainte initiale et la température sur la relaxation

Figure I.17 : diagrammes déformation-contrainte des aciers de précontrainte

Figure I.18 : Résistance à la fatigue des aciers de précontrainte

Figure I.19 : Aciers de renforcement

Figure I.20 : Banc de précontrainte par pré-tension

Figure I.21 : Ancrage typique pour un seul câble


Figure I.22 : -tension

Figure I.23: principe de mode par post-tension


Figure I.24 : Príncipe de vérin
Figure I.25 : vérin hydraulique
Figure I.26 : précontrainte extérieure

Figure I.27 : ancrage mobile

Figure I.28 : ancrage fixe

Figure I.29: un coupleur.

Figure I.30 : procédé de Freyssinet

Figure I.31 : procédé de BBR

Figure I.32 : Ancrage fixe à épanouissement

Figure I.33 : procédé de DYWIDAG

Chapitre II
Figure II.1 : la mise en tension par un système hydraulique

Figure II.2 :

Figure II.3 : Position relative du câble et de la gaine

Figure II.4: tracé réel des gaines

Figure II.5 :

Figure II.6 : poutre en post-tension

Figure II.7 : poutre en pré-tension

Figure II.8: effet de retrait sur la tension des câbles

Figure II.9 : Variation de la contrainte du béton

Figure II.10: évolution de la relaxation sur banc

Chapitre III
Figure III.1 : Frottement et réaction en courbe
Figure III.2 : avant et après la mise en tension

Figure III.3 : Équilibre d'un tronçon de câble

Figure III.4 : frottement et réaction en courbure

Figure III.5 : raccourcissement élastique

Figure III.6 : Force d'agir dans un câble de longueur infinitésimale

Figure III.7: Diagramme de variation de force avant et après la mise en tension

Chapitre IV
Figure IV.1 : variation de fréquence en fonction du coefficient de frottement

Figure IV.2 :

Figure IV.3: le tracé du câble en post-tension dans une poutre en I

Figure IV.4: pertes par frottement en post-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.5: pertes par en post-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.6: pertes par la déformation instantanée en post-tension en (%) selon les quatre
codes

Tableau IV.7: pertes par fluage en post-tension en (%) selon les quatre codes.

Figure IV.8: pertes par retrait en post-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.9: perte par la relaxation en post-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.10: pertes instantanées totales en post-tension en (%) selon quatre codes

Figure IV.11: perte différée totales par post-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.12: perte total par post-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.13: le tracé du câble en pré-tension dans une poutre en I

Figure IV.14: pertes par la déformation instantanée en pré-tension en (%) selon les quatre
codes
Figure IV.15: pertes par fluage en pré-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.16: pertes par retrait en pré-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.17: perte par la relaxation en pré-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.18: pertes différées total par pré-tension en (%) selon les quatre codes

Figure IV.19: pertes totale par pré-tension en (%) selon les quatre codes
S. Soufiane Introduction

Introduction Générale

Le béton précontraint est un matériau composite permettant de concevoir et de réaliser


des structures performantes, économiques et élégantes. On en trouve des applications dans
tous les domaines de la construction, notamment pour les bâtiments ou la réalisation des
grands ouvrages d'art. I1 a été inventé au début du XX' siècle mais l'évolution récente des
performances des matériaux et notamment des bétons démontre sa modernité et élargit encore
son champ d'application.

L'un des principaux problèmes dans l'analyse et la conception des éléments structuraux
en béton précontraint est l'estimation des pertes de précontrainte dans les différentes phases
de chargement. En effet, une sous-estimation des pertes de précontrainte peut entraîner une
fissuration prématurée et une flèche excessive . Une surestimation pourrait
conduire à contre flèche excessive, ce qui est moins grave mais aussi indésirable. Une
connaissance précise du changement de précontrainte pendant la durée de vie de
béton précontraint est essentielle à une conception technique satisfaisante.

Cette perte de précontrainte est principalement attribuée dans le cas prépondérant à six
causes: raccourcissement
élastique, fluage acier de précontrainte. Alors
que la déformation élastique se produit instantanément et complètement lors de l'application
de la précontrainte, les trois dernières causes ci-dessus sont tous dépendants du temps. Elles
dépendent aussi bien l'une de l'autre et il est extrêmement difficile de séparer la part nette de
la perte due à chaque cause sous l nvironnement et
autres facteurs vu que le taux de perte dû à un seul facteur, comme par exemple la relaxation
des câbles, est constamment modifié par les variations de la contrainte dues aux autres
facteurs, comme par exemple le fluage du béton. Le taux du fluage est à son tour modifié par
la variation de la contrainte dans le câble.

Deux modes sont possibles pour la mise en de la précontrainte :


la précontrainte par post-tension et
la précontrainte par pré-

Les règlements de calcul du béton précontraint sont conçus de façon à garantir la


sécurité et la pérennité des structures.

Introduction générale 1
S. Soufiane Introduction

rémunir le concepteur contre les


insuffisances de qualité des matériaux.

À l'heure actuelle, les méthodes d'estimation des pertes de précontrainte varient


considérablement selon les spécifications. Certains codes de conception spécifient simplement
un pourcentage plat ou même une constante valeur. En revanche, d'autres spécifications
incluent des méthodes détaillées et longues impliquant de nombreuses équations, tableaux et
graphiques.

xacte ou de ces pertes et en particulier les pertes différées


pas réalisable .
Les méthodes empiriques divergent dans les différents codes de
,
rigueur de ces codes internationaux dépend et la pratique enregistrée.

Nous avons à partir une présentation des caractéristiques des matériaux et des
technologies spécifiques mises en , exposé les principes de base du fonctionnement du
matériau et des structures simples . nous avons passé
phénoménologiquement en revue les différentes pertes en considérant tant la phase transfert
que la phase de service et également les deux modes classiques de réalisation.

Nous avons également dans ce mémoire réalisé un exposé détaillé sur la prise en compte
des différentes pertes dans codes internationaux. Dans cette étude, les codes internationaux
pris comme référence sont le code français BPEL 1991, le code indien IS 1343: 1980,
Eurocode 2 : 1995 et le code américain ACI-318: 2008.

Nous avons identifié de manière qualitative les différents paramètres de divergence des
codes considérés dans ce mémoire de Projet de Fin Etudes. Dans le but de réaliser une
analyse quantitative, un calcul des pertes de précontrainte suivant les codes
internationaux énumérés ci-dessus est effectué en considérant le mode pré-tension et le mode
post-tension. Les résultats du calcul sont discutés, analysés et représentés graphiquement.

Ce travail de mémoire à pour objectifs de :

Faire une connaissance détaillée sur la prise en compte des différentes pertes dans
différents codes internationaux ;

Introduction générale 2
S. Soufiane Introduction

identifier de manière qualitative les différents paramètres de divergence des les codes
considérés dans cette étude ;
réaliser une analyse quantitative, u poutre
suivant les codes internationaux énumérés ci-dessus est effectué en considérant le
mode pré-tension et le mode post-tension.

Pour atteindre cet objectif, ce travail de mémoire s'articule autour de quatre chapitres.

Le premier chapitre présente les différents aspects bibliographiques sur les matériaux et
l et expose les principes de base du
fonctionnement du matériau et des structures simples

Dans le second chapitre, nous avons passé phénoménologiquement en revue les


différentes pertes en considérant tant la phase transfert que la phase de service et également
les deux modes classiques de réalisation.

Dans le troisième chapitre est réalisé en détaillé un exposé sur la prise en compte des
différentes pertes dans codes internationaux. Dans cette étude, les codes internationaux pris comme
: 1995 et le
code américain ACI-318: 2008.

de deux grands points. Le premier est


identifier de manière qualitative les différents paramètres de divergence des codes
considérés dans cette étude. Le second point est dédié à analyse quantitative par un calcul des
-dessus en
considérant le mode pré-tension et le mode post-tension.

On termine par une conclusion générale.

Introduction générale 3
CHAPITRE I
ASPECTS BIBLIOGRAPHIQUES SUR LE BETON
PRECONTRAINT
S. Soufiane Chapitre I

I.1. Introduction

Le béton est fort en compression, mais faible en traction : sa résistance à la traction varie de 8 à
14% de sa résistance à la compression. En raison d'une capacité de traction aussi faible, des fissures de
flexion se développent au début du chargement. Afin de réduire de telles fissures de se développer,
une force concentrique ou excentrique est imposée dans la direction longitudinale de l'élément
structurel. Cette force empêche le développement des fissures en éliminant les contraintes de traction
au niveau de la section médiane critique et des sections de support à la charge de service, augmentant
ainsi les capacités de flexion, de cisaillement et de torsion des sections. Les sections sont alors
capables de se comporter de manière élastique, et la capacité du béton en compression est efficacement
utilisée sur toute la profondeur des sections de béton lorsque toutes les charges agissent sur la
structure. Une telle force longitudinale imposée est appelée une force de précontrainte, c'est-à-dire une
force de compression qui précontraint les sections le long de la travée de l'élément structurel avant
tation ou des charges dynamiques
horizontales transitoire .

La précontrainte permet de
ur, doivent
assurer des portées relativement longues (dalles-

préfabriqués .

Figure I.1 : viaduc de Millau, en France, haut de 343 mètres. .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 4


S. Soufiane Chapitre I

I.2 Développement historique du béton précontraint


Le béton précontraint n'est pas un concept nouveau, datant de 1872, lorsque P. H. Jackson, un
ingénieur de Californie, a breveté un système de précontrainte qui utilisait un tirant pour construire des
poutres ou des arcs à partir de blocs individuels, En 1888, C.W Doehring, d'Allemagne, obtient un
brevet pour des dalles de précontrainte avec des fils métalliques, mais ces premières tentatives de
précontrainte ne réussirent pas vraiment à cause de la perte de la précontrainte avec le temps. Au début
des années 1920, W. H. Hewett de Minneapolis a développé les principes de la précontrainte
circulaire. Il a souligné le renforcement horizontal autour des murs de réservoirs en béton à l'aide de
tendeurs pour empêcher la fissuration due à la pression interne du liquide. Par la suite, la précontrainte
des réservoirs et des canalisations s'est développée à un rythme accéléré aux États-Unis, avec des
milliers de réservoirs d'eau, de liquide et de gaz construits et beaucoup de kilomètres de tuyaux sous
pression précontraints dans les deux ou trois décennies suivantes.

Le précontraint linéaire continue de se développer en Europe et en France, notamment grâce à


l'ingéniosité d'Eugène Freyssinet, qui propose de 1926 à 1928 des méthodes pour surmonter les pertes
de précontrainte par l'utilisation d'aciers à haute résistance et à haute ductilité. En 1940, il introduit le
système Freyssinet désormais bien connu et bien accepté, comprenant l'ancre à coin conique pour les
câbles à 12 fils.

Figure I.2 : Principe de la précontrainte appliqué à un tonneau en bois et à une roue de bicyclette.

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 5


S. Soufiane Chapitre I

L'utilisation du béton précontraint s'est rapidement répandue à partir de 1935 et de nombreux


ponts de grande portée ont été construits entre 1945 et 1950 en Europe et aux États-Unis. Au cours des
25 dernières années, le béton précontraint a été largement utilisé pour la construction des ponts de
grande portée, moulures industrielles, structures marines, structures de rétention d'eau, poteaux de
transmission, traverses de chemin de fer et de nombreuses autres structures .

I.2.1 Comparaison avec le béton arme


La différence la plus remarquable entre les deux est l'utilisation des matériaux à haute résistance
pour le béton précontraint. Dans le cas du béton armé, l'utilisation d'un béton de haute résistance
entraînera une section plus petite nécessitant plus de renforcement et se terminera par une conception
plus coûteuse. Dans le béton précontraint, un béton à haute résistance est nécessaire pour s'adapter à
l'acier à haute résistance afin de donner des proportions économiques. Un béton plus résistant est
également nécessaire pour résister aux fortes contraintes exercées sur les ancrages et pour renforcer les
sections plus minces utilisées fréquemment pour le béton précontraint.

Les structures en béton précontraint ont des capacités de surcharge similaires à celles du béton
armé. La capacité de résistance aux charges de choc et d'impact sont bonne en précontrainte comme
en béton armé. La résistance à la corrosion est meilleure que celle du béton armé pour la même
quantité de couverture, la corrosion est plus grave dans le béton précontraint. En ce qui concerne la
résistance au feu, l'acier à haute résistance est plus sensible aux températures élevées .

a: parking en béton précontraint b : parking en béton armé


Figure I.3 : Comparaison entre le béton précontraint et le béton armé [4].

I.2.2 Avantages du béton précontraint

Le béton précontraint offre de grands avantages techniques par rapport à d'autres formes de
construction, telles que le béton armé et l'acier. . Les structures précontraintes sont plus minces et donc

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 6


S. Soufiane Chapitre I

plus adaptables aux traitements artistique. L'utilisation de béton à haute résistance et d'acier dans les
éléments précontraints donne des éléments plus légers et plus fins que ce qui est possible avec le béton
armé. Les deux caractéristiques structurelles du béton précontraint, à savoir le béton à haute résistance
et l'absence de fissures, contribuent à l'amélioration de la durabilité de la structure dans des conditions
environnementales agressives. La précontrainte du béton améliore la capacité du matériau à absorber
l'énergie sous les charges d'impact.

L'économie du béton précontraint est bien établie pour les structures à longue portée, le béton
précontraint est généralement plus économique que le béton armé. Car la résistance à la fatigue du
béton précontraint est comparativement meilleure que celle des autres matériaux. En raison des
contraintes élevées autorisées dans les fils à haute résistance, bien que la quantité de matériaux utilisés
dans les éléments en béton précontraint soit considérablement réduite par rapport aux éléments en
béton armé .

1.2. 3
et les bâtiments de
dimensions importantes : isation courante pour les ponts
les poutrelles préfabriquées des planchers de bâtiments, les réservoirs, les pieux de fondation et tirants
e, certains ouvrages maritimes, les barrages, les enceintes de réacteurs nucléaires .

a-Plancher à poutres prédalle b- plancher en pré-tension c-poutre préfabriqué


Figure I.4 : précontraint [7].

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 7


S. Soufiane Chapitre I

I.3 Matériaux du béton précontraint

I.3.1 Béton à haute résistance

I.3.1.1 Compositions du béton à haute résistance

Les principaux composants du béton sont le ciment Portland, les agrégats (fins et grossiers) et
l'eau. Le béton précontraint nécessite un béton qui a une résistance à la compression élevée à un âge
raisonnablement précoce, avec une résistance à la traction comparativement plus élevée que le béton
ordinaire. Un faible rétrécissement, des caractéristiques de fluage minimum et une valeur élevée du
module de Young sont généralement considérés comme nécessaires pour le béton utilisé pour les
éléments précontraints. Beaucoup de propriétés souhaitables, telles que la durabilité, l'imperméabilité
et la résistance à l'abrasion, La teneur en eau est faible, faible rapport eau-ciment par l'inclusion de
super-plastifiants dans le mélange .

I.3.1.2 Contraintes admissibles dans le béton


I.3.1.2.1 Résistance à la compression

La résistance du béton est un paramètre très important pour la réalisation des ouvrages
précontraints. La résistance du béton est définie par la résistance caractéristique à la compression,
mesurée sur cylindre à 28 jours en France, sur cube en Allemagne et GB, sur cube et prisme en Russie.
Cette valeur est notée . La détermination de la résistance caractéristique se fait grâce à des
essais sur éprouvettes cylindriques normalisées de 200 cm² de section droite et de hauteur 32 cm. Les
cylindres sont coulés en même temps que l
, qui permettent de calculer :

La résistance moyenne : ;

: ;
;

K:
inférieurs à .
Tableau I.1 : valeurs de k en fonction de la probabilité

Probabilité 0,01 0,025 0,05 0,10


k 2,33 1,96 1,64 1,28

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 8


S. Soufiane Chapitre I

La résistance caractéristique du béton varie avec son âge. La loi de sa variation, surtout au jeune

armatures sont mis en tension .

Figure I.5 : essais de compression

Béton non traité thermiquement

La résistance caractéristique à la compression est donnée par la formule :

Pour

Pour

Au-delà de jours, on admet pour les calculs que

Béton traité thermiquement

L'objectif de l'application d'un traitement thermique du béton est l


résistance en compression aux jeunes âges. En général on peut obtenir par ce moyen une résistance
à 1 j égale à celle à 7 j en durcissement normal. Mais la courbe d'évolution à tendance à marquer un
palier figure (I.6) .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 9


S. Soufiane Chapitre I

Figure I.6 : Effet d'un traitement thermique sur le durcissement du béton

I.3.1.2.2 Résistance à la traction

La résistance caractéristique du béton à la traction est évaluée expérimentalement par les


différentes méthodes suivantes .
Essai à la traction simple :
Un essai de traction est une expérience qui permet de déterminer le comportement élastique d'un
matériau ; mesurer le degré de résistance à la rupture d'un matériau .

Figure I.7 :

Essai de fendage (ou essai Brésilien) :

Figure I.8 : essais de fendage

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 10


S. Soufiane Chapitre I

Essai de flexion simple (essai 4 points) :


détermine la résistance à flexion par écrasement vertical des échantillons de béton

Figure I.9 :

I.3.1.3 Diagramme Contrainte Déformation

Le diagramme caractéristique contrainte-déformation du béton est montré sur La figure (I.10)

Figure I.10 : Courbe contrainte-déformation du béton.

La courbe contrainte-

distinguer le module de déformation tangent et le module de déformation sécant .

Cependant pour les valeurs de contraintes (reste encore acceptable


), On prend une seule valeur du module de déformation instantanée il se compose d'une
partie sensiblement rectiligne dans la zone des faibles compressions, puis s'infléchit pour prendre une
forme de type parabolique, passe par un maximum pour un raccourcissement voisin de 0,2 ensuite, la

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 11


S. Soufiane Chapitre I

courbe s'abaisse très légèrement. Cet abaissement est dû à l'apparition des premières microfissures. La
rupture a lieu pour un raccourcissement de 0,3 à 0,4 % .

I.3.1.4 Le fluage

Le fluage correspond à une déformation croissante dans le temps sous contrainte constante. Il est
la déformation dépendant du temps en excès de déformation élastique induite dans un matériau
soumis à une contrainte prolongée. Contrairement au retrait, le fluage est causé par le chargement.
L'augmentation typique sous charge constante de la déformation de fluage avec le temps est
montrée sur la figure (I.5). Si la charge est retirée après un certain temps, la déformation élastique
initiale est immédiatement récupérée. Une partie de la déformation de fluage est récupérée
progressivement avec le temps et la partie restante est non récupérable. Si la charge est maintenue, la
déformation de fluage tend asymptotiquement vers une valeur maximale appelée «déformation de
fluage ultime». Il est considéré comme atteint à la fin de la vie d'une structure .

Figure I.11 : Variation dans le temps du retrait et de la déformation au fluage du béton.


La déformation totale au moyen du module de déformation différé  :

(I.1)

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 12


S. Soufiane Chapitre I

On peut exprimer le fluage par la relation :


(I.2)
Où : La date de bétonnage ;
: La date de mise en charge ;

 : La déformation instantanée du béton sous (I.3)

: Le du béton au moment ;

Où il subit la contrainte
: Une fonction de la durée du chargement ).
Dans les cas courants, on pourra prendre :


Le déchargement ne permet pas à la pièce de revenir à sa position initiale. La déformation


différée du fluage est irréversible.

I.3.1.5 Le retrait
Généralement, il existe deux types de retrait t: le retrait plastique et le retrait par séchage. Le
retrait plastique survient au cours des premières heures après la mise en place du béton frais dans les
coffrages. Les surfaces exposées telles que les dalles de plancher sont plus facilement affectées par
l'exposition à l'air sec en raison de leur grande surface de contact. Dans de tels cas, l'humidité
s'évapore plus rapidement de la surface du béton qu'elle n'est remplacée par l'eau de purge des couches
inférieures des éléments en béton. D'un autre côté, le retrait de séchage se produit après que le béton a
déjà atteint son durcissement final et qu'une bonne partie du processus d'hydratation chimique dans le
gel de ciment a été accomplie. . L'augmentation typique de la déformation de retrait avec le
temps est montrée sur la figure (I.5). Le retrait de séchage est la diminution du volume d'un élément en
béton lorsqu'il perd de l'humidité par évaporation. Le phénomène inverse, c'est-à-dire l'augmentation
du volume par absorption d'eau, est appelé gonflement. En d'autres termes, le retrait et le gonflement
représentent le mouvement de l'eau hors ou dans la structure de gel d'un échantillon de béton en raison
de la différence d'humidité ou de saturation entre l'échantillon et l'environnement quelle que soit la
charge externe. .
Le retrait se déve temps (to, t) par la relation :
( (I.5)
Où : la déformation finale de retrait ; en général à to= 0 on a

: La (I.6)

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 13


S. Soufiane Chapitre I

: du béton en jours compté à partir du jour de sa fabrication ;

: Le cm) ;
La déformation finale est donnée par la formule : (I.7)

Où et correspond à la
relation :
 (I.8)

: hygrométrie ambiante en %.
Pour un calcul pratique de on prend les valeurs suivantes :
pour les régions de climat très humide ;
pour les régions de climat humide ;
pour les régions de climat tempéré ;
pour les régions de climat chaud et sec ;
pour les régions de climat très sec.

I.3.2 Les armatures à haute résistance


L'importance d'utiliser, dans le béton précontraint, des aciers à haute résistance qui permettent
des allongements élevés, Les propriétés mécaniques des aciers de précontrainte utilisés directement
dans la conception doivent généralement satisfaire à un certain nombre d'exigences minimales. Ces
propriétés comprennent la résistance à la traction et la déformation de rupture correspondante, la limite
d'élasticité, et le module d'élasticité .

I.3.2.1 Les formes


Les armatures à haute résistance se trouvent généralement en trois formes : les fils, les
barres et les torons.
I.3.2.1.1 Les fils

Les fils sont des armatures dont la plus grande dimension transversale est inférieure à 12.5mm ;
ils sont livrés en couronnes. La plupart des fils de préc hine,
qui provient du laminage à chaud et a subi une préparation de surface par une opération
froid qui consiste, après avoir débarrassé de sa calamine le fil machine reçu en couronnes, à le faire
passer à travers une ou plusieurs filières successive constituées par des blocs de métal dur
opération de tréfilage (figure I.7). Les fils tréfilés sont les plus utilisés en post-tension car ils
présentent une résistance mécanique plus élevée que les laminés et surtout une surface très lisse qui
améliore leur tenue vis-à-vis de la corrosion sous tension .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 14


S. Soufiane Chapitre I

Figure I.12 : principe de tréfilage [8]

Elles sont définies par leur diamètre nominal auquel correspond une section nominale Conventionnelle
et sont donnée dans le tableau(I.2) .

Tableau I.2 : diamètres des fils et leur section nominal.

Diamètre (mm) 4 5 6 7 8 10 12.2


Section nominale 12.6 19.6 28.3 38.5 50.3 78.5 117
(mm2)

I.3.2.1.2 Les barres

Chaque armature de précontrainte est constituée d'une barre rigide dont le diamètre est
habituellement compris entre 12 et 36 I1 s'agit de barres lisses munies de filetages aux deux
extrémités ou de barres crénelées permettant le vissage d'un écrou .

Les caractères géométriques sont le diamètre et la section conventionnellement définie Suivant le


tableau (I.3).
Tableau I.3 : diamètres des barres lisses et nervuré.

Diamètre (mm) 20 22 26 32 36
Section (mm2) 314 380 531 804 1018

I.3.2.1.3 Les torons

Un toron est un assemblage de fils enroulés ensemble en hélice et répartis en une seule couche,
. Les torons sont caractérisés par le nombre de leurs fils, par leur
diamètre et par leur section tableau (I.4) .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 15


S. Soufiane Chapitre I

Tableau I.4 : caractères géométrique des torons


Type de toron 3 fils 7 fils 7 fils standard 7 fils super
Diamètre ( 5,2 6 ,85 9,3 12,5 15,2 12,9 15,7
Section 13,6 28,2 52 93 139 100 150

Figure I.13 : un toron de précontraint .


I.3.2.2 Relaxation

Lorsqu'un fil d'acier à haute résistance est étiré et maintenu à une contrainte constante, la force
initiale dans le fil ne reste pas constante mais diminue avec le temps. La diminution de la contrainte
dans l'acier à contrainte constante est appelée relaxation.
Les pertes de relaxation des aciers de précontrainte sont généralement négligeables pour des
contraintes inférieures à 50% de la limite élastique. Cependant, ils augmentent rapidement avec une
augmentation de la tension et de la température
Des variations typiques de la perte de relaxation avec le temps à divers niveaux de contrainte
initiale et à divers degrés de température sont montrées sur le Figure(I.9)

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 16


S. Soufiane Chapitre I

.
a- Effet typique de la contrainte initiale b- Effet typique de la température

Figure I.14 : Effet typique de la contrainte initiale et la température sur la relaxation.

I.3.2.3 Diagrammes déformation-contrainte

Les diagrammes contrainte - déformation des aciers à haute résistance sont montré sur le
figure(I.10) .

a- fils trempé et barres b- fils tréfilé et torons

Figure I.15 : diagrammes déformation-contrainte des aciers de précontrainte.

I.3.2.4 La fatigue

La fatigue est le processus de détérioration des propriétés mécaniques des matériaux soumis à
des contraintes fluctuantes. De telles contraintes sont généralement induites par l'application répétitive

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 17


S. Soufiane Chapitre I

de charges actives sur la structure. La résistance d'un matériau à la fatigue est souvent décrite par une
courbe S-N, où S représente la plage de contrainte dans le matériau et N le nombre de cycles jusqu'à la
rupture, également appelée durée de vie en fatigue, Les données S-N typiques pour les câbles de
précontrainte sont reportées sur la figure (I.12), Dans le béton précontraint, la contrainte minimale
dans l'acier est relativement élevée (50 à 60% de l'ultime . Le risque de fatigue est pratiquement nul
tant que , ce qui correspond au cas du béton précontraint non fissure .

Figure I.16 : Résistance à la fatigue des aciers de précontrainte

I.3.3 Les armatures de renforcement

L'acier de renforcement (non-précontraint) est couramment utilisé dans les structures en béton
précontraint comme armature de renforcement supplémentaire dans les régions de fortes contraintes et
déformations locales. En précontrainte partielle, elle contribue à la résistance structurale principale
dans une mesure égale à celle de l'acier de précontrainte. Dans les applications sismiques, l'acier
d'armature est souvent utilisé à la fois dans les zones de traction et de compression, ainsi que dans les
fonctions de confinement, afin d'améliorer la ductilité de la structure .

I.4 Modes de réalisation de la précontrainte


I.4.1 Mode de précontrainte par pré-tension
Les câbles de précontrainte sont préalablement tendus sur un banc de préfabrication. On vient
ensuite couler le béton directement au contact des câbles (les câbles ne sont pas entourés par des
gaines). Apres durcissement du béton, les câbles sont relâches aux extrémités et coupes à leur sortie
des poutres. Le raccourcissement des câbles entraine, par adhérence, celui du béton qui est alors
comprirné. Cette technique est évidemment adaptée à la préfabrication en usine. La production en
Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 18
S. Soufiane Chapitre I

série sur des bancs de fabrication de grande longueur permet de rentabiliser les installations de mise
en tension très coûteuses

Figure I.17 : Banc de précontrainte par pré-tension .

I.4.1.1 Les ancrages


les ancrages sont constitués de cylindre en acier de 4 à 5cm de diamètre et de longueur
équivalente ménageant un trou tronconique variant sensiblement de 20 ou 25mm à une extrémité et de
12 ou 15mm à
ou 3 clavettes . La mise en tension s'effectue au moyen d'un vérin qui en une seule opération, serre le fil
grâce aux mâchoires crantées en prenant appui sur le manchon puis repousse et coince les clavettes au
moyen d'un vérin auxiliaire .

Figure I.18 : Ancrage typique pour un seul câble .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 19


S. Soufiane Chapitre I

I.4.1.2

En raison du coût élevé des culées et des transports, ce type de précontrainte est
particulièrement adapté à la fabrication de petits éléments : poutres, poutrelles, dalles, poteaux
électriques..., plus rarement à des éléments précontraints de formes spéciales tels des coques en
paraboloïde hyperbolique.

Figure I.19 : domaines -tension

I.4.2 Mode de précontrainte par post-tension

Le béton est comprime par des câbles ou des barres tendues dont les extrémités prennent appui
sur le béton par l'intermédiaire d'ancrages. Le plus souvent, les câbles sont logés dans des gaines
situées à l'intérieur du béton. Se trouve des structures, et notamment les grands ponts construits
depuis une vingtaine d'années, dont tout ou partie des câbles sont à l'extérieur du béton sauf,
naturellement, aux extrémités et au droit de déviateurs destines à donner aux câbles des traces non
rectilignes. Les armatures de précontrainte sont tendues par des vérins après durcissement du béton
d'où le terne de post-tension. .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 20


S. Soufiane Chapitre I

a-Avant le bétonnage on a disposé des gaines vides dans la zone soumise à traction

b-
Sont enfilés dans les gaines

Figure I.20 : principe de mode par post-tension

I.4.2.1 Ancrage par vérin

Cette technique consiste à introduire des vérins (par exemple des vérins plats) entre la structure et un
massif de réaction. La mise en pression des vérins engendre la précontrainte de la structure. A la fin de
cette opération, on remplace l'huile dans les vérins par un coulis de ciment de manière à bloquer leur
position et à rendre définitive la précontrainte. .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 21


S. Soufiane Chapitre I

a-: Príncipe de vérin b-vérin hydraulique

Figure I.21 : Ancrage par vérin

I.4.2.3 Précontrainte extérieure au béton

remplacer, La précontrainte
extérieure consiste à disposer les câbles de précontrainte dans des gaines qui ne sont plus noyées mais
extérieures au béton en partie courante.

a- Voussoir préfabriqué [13] b- Exemple de déviateur de câble

à Moyen [7]

Figure I.22 : précontrainte extérieure

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 22


S. Soufiane Chapitre I

I.4.2.4 Les ancrages

I.4.2.4.1

en tension ; une fois ce blocage réalisé, on peut dégonfler le vérin et le récupérer ; toute unité de
précontrainte comporte au moins un ancrage actif.

Figure I.23 : ancrage mobile

I.4.2.4.2

les ancrages extérieurs fixes (les plus

Figure I.24 : ancrage fixe

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 23


S. Soufiane Chapitre I

I.4.2.4.3 Les coupleurs

réaliser la continuité de deux tronçons de câbles, le premier tendu au cours de la phase n, le second au
cours de la phase n + 1. .

Figure I.25 : un coupleur.

I.4.3 Procèdes de précontrainte par post-tension

I.4.3.1 Freyssinet

Ce procédé utilise des câbles composés de fils 5, 7 et 8 et de torons T13 de 12,7 mm et T15 de
15,2 mm

a- principe de procédé b- système de Freyssinet

Figure I.26 : procédé de Freyssinet

I.4.3.2 BBR-B

Le procédé BBR- Suisse, Ce système, comme celui que nous décrirons ensuite,

Le bouton est

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 24


S. Soufiane Chapitre I

obtenu par refoulement à froid du fil. Chaque ancrage métallique est fileté afin de pouvoir être saisi
par le vérin. .

a-Principe du vérin de mise en tension. b - système BBR -B

Figure I.27 : procédé de BBR

I.4.3.3 VSL

13 à 37 T.

Figure I.28 : Ancrage fixe à épanouissement

I.4.3.4 DYWIDAG

. .

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 25


S. Soufiane Chapitre I

a: principe fixe DYWIDAG b système de DYWIDAG

Figure I.29 : procédé de DYWIDAG

I.4.4 Comparaison entre les deux modes de précontrainte

Une comparaison entre les deux modes (post tension et pré tension) permet de constater les
observations suivantes  :

Pré-tension

Tableau I.5: caractères spécifiques de pré-tension

Pré-tension adhérents

Mode et lieu de préfabrication Préfabriqué en usine ou sur chantier


Type Fils crantés ou torons
Tracé des armatures Droit ou ligne brisée
Adhérence obtenue Dès détention des aciers

avantages
corrosion, une seule mise en tension pour plusieurs poutres,

Inconvénients
Transport de pièces plus ou moins grands

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 26


S. Soufiane Chapitre I

Post-tension
Tableau I.6 : caractères spécifiques de post-tension

Post-tension non adhérents Post-tension adhérents


Préfabriqués ou coulés sur Préfabriqués ou coulés sur
Mode et lieu de
préfabrication place place
Fils lisses ou torons, fils non
Fils crantés ou torons
lisses

Tracé des armatures Droit ou courbe droit ou courbe

Adhérence obtenue Après injection des gainés retardateur de prise


disparaisse
Tracé le mieux adapté aux
sollicitations ou au mode de Pas de gaines, ancrage
avantages
construction, construction en
place et définitive
Poses de gaines, en filage des
câbles injection des gaines, Pertes par frottement, acier

inconvénients mise en tension dans des béton plus importantes et par


conditions de chantier
quelquefois difficiles

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 27


S. Soufiane Chapitre I

I.5 Conclusion

Le béton précontraint est passé bien au-delà du stade de développement et s'est imposé
comme un matériau structurel majeur. Cependant, les propriétés matérielles sont des éléments
essentiels à la compréhension complète du comportement du béton précontraint. Toutes ces propriétés
ne sont pas immédiatement utilisables dans la conception. Cependant, plus la conception est finale et
plus la structure est complexe, plus il est important de tenir compte dans la conception du
comportement réel des matériaux et de leur interaction. De même, les techniques de précontrainte ont
évolué pour devenir une technologie fiable. Le béton précontraint a fait de grandes contributions à la
construction et aux industries cimentières. Il a conduit à une gamme incroyable d'applications
structurelles allant des ponts aux navires nucléaires et aux structures offshores. Rarement est un projet
majeur planifié aujourd'hui sans considérer la précontrainte comme l'une des solutions alternatives
viables.

Aspects bibliographiques sur le béton précontraint 28


CHAPITRE II
PERTES DE PRECONTRAINTE
S. Soufiane Chapitre II

II.1 Introduction

Le béton précontraint est une forme particulière de béton armé. La précontrainte implique
l'application d'une charge de compression initiale à la structure afin de réduire ou d'éliminer la force de
traction interne et, ainsi, de contrôler ou d'éliminer la fissuration. Il a été reconnu depuis longtemps que
la précontrainte introduite dans le béton, ne reste pas constante mais diminue progressivement avec
l'évolution du temps. Il est donc nécessaire que le concepteur estime les pertes de précontrainte tout au
long de la durée de vie prévue de la structure et fournisse une précontrainte initiale suffisamment
élevée pour que l'intégrité structurelle ne soit pas affectée au fur et à mesure que les pertes se
produisent. Dans un membre prétendu, les principales composantes des pertes de précontrainte sont
celles dues à la déformation élastique, au fluage, au retrait du béton, relaxation de l'acier. Frottement
câble-gaine, recul

Les pertes sont généralement classées en deux groupes, les pertes instantanés et les pertes
différées. Les pertes instantanées se produisant lors de la mise en tension des câbles de précontrainte.
Les pertes différées Se produisant dans un temps plus au moins long après la mise en tension. Les
pertes dues au frottement à l'interface câble-gaine, au glissement de l'ancrage et raccourcissement
élastique de l'élément sont les pertes instantanées. Les pertes dues au retrait et au fluage du béton et à
la relaxation des aciers sont les pertes différées Figure (II.1).

Figure II.1 : sources des pertes de précontrainte. .

Pertes de précontrainte 29
S. Soufiane Chapitre II

II.2 mportance de l des pertes

Dans les cas où les estimations de la somme forfaitaire sont insuffisantes, il est nécessaire
d'estimer chacune des pertes séparément, en utilisant soit des données supposées, soit, pour les grands
travaux, utiliser des donnes développées pour un travail particulier à main. Les contributions séparées
sont ensuite additionnées pour obtenir la perte totale. Le calcul détaillé des pertes de précontrainte
résultant des divers facteurs contributifs est compliqué car le taux de perte résultant d'un effet est
continuellement modifié par des changements résultant d'autres causes. Par exemple, la relaxation des
contraintes dans les câbles, habituellement étudiée en laboratoire à déformation constante, est affectée
dans un faisceau par des changements de longueur dus au retrait et au fluage du béton. Le fluage, qui
est généralement défini pour une charge connue et constante, se produit dans une poutre de béton
précontraint lorsque la force de précontrainte qui entraîne le fluage diminue graduellement en raison de
la relaxation, du retrait et du fluage lui-même. Il est extrêmement difficile d'établir avec précision les
pertes de précontrainte séparées en raison de cette interdépendance. Les calculs sont compliqués par
des incertitudes quant à la prévision de l'historique de la charge et des conditions environnementales
pendant la vie du membre .

II.3

La détermination de la force de précontrainte exercée en permanence par un câble doit tenir


compte de deux phases successives :

II.3.1 Phase de la mise en tension


Le calcul de la contrainte de toute sa longueur permet de
déterminer la valeur à obtenir pour les allongements à la mise en tension ; complété par la prise en
compte des rentrées de clavettes aux ancrages, il fournit la valeur initiale de la force de précontrainte
le long du câble.

-fils ou mono-
Pour certains produits de performance mécanique modérée,

afin que leur tension soit égale. [9]

Pertes de précontrainte 30
S. Soufiane Chapitre II

a - Pompe hydraulique b- vérin de la mise en tension

Figure II.2 : la mise en tension par un système hydraulique .

II.3.2 Principe du fonctionnement du vérin

Le vérin prend appui sur le cône d'ancrage par l'intermédiaire d'une bague et les fils sont
fixés sur le pot de presse au moyen de clavettes . La mise en tension s'effectue en faisant admettre

une pipe fixée à la bride par une vis. Une fois la tension terminée, on ferme l'admission dans la
chambre de tension et on bloque le cône mâle dans son logement en admettant le liquide sous
pression dans la chambre de blocage par un flexible fixe la bride , l'admission du liquide se faisant
par un trou percé dans une tige centrale ) et l'enfoncement du cône mâle par le poussoir .

Après le blocage du cône mâle on remet à la vidange la chambre de tension et on effectue le


rappel de la partie avant du vérin en continuant à pomper dans la chambre de blocage qui
communique avec la chambre de rappel. En fin de course, les bossages de la partie avant du vérin
viennent buter contre les clavettes qui sont chassées de leur logement et le vérin se trouve libéré. .

II.3.3 Principe de t

associé (trompette )

agit donc de la tension en O, inférieure à la tension en A,

Pertes de précontrainte 31
S. Soufiane Chapitre II

La perte de tension entre A et O, définie dans la notice technique du procédé considéré, est
:

Figure II.3 : [10]

Tension à l'origine : Tension en O avant relâchement de la pression dans la chambre du vérin.

, représentant la section nominale du câble) :

Notons que la force , elle-même, est inférieure au produit de la section du piston par la pression
dans la chambre à cause des frottements internes du vérin. Une courbe de correspondance entre
pression et force appliquée par le vérin permet de tenir compte de ce dernier phénomène.
en O, il faut appliquer en
A une force
Pour le projeteur,
limitations réglementaires. .

II.3.4 Variation dans le temps de la tension dans le câble :


Le calcul de la valeur finale de cette tension doit tenir compte des raccourcissements différés
du béton dus au retrait et au fluage ainsi que de la relaxation introduire
dans les calculs de .
II.4 Types des pertes de précontrainte dans les deux modes classiques
Les différents types de pertes dans les systèmes pré-tension et post-tension sont rassemblés
dans le tableau (II.3) .

Pertes de précontrainte 32
S. Soufiane Chapitre II

Tableau II.1 : types des pertes de précontrainte dans les deux modes classiques

Pré-tension Post-tension

sont tendus simultanément, les pertes


déformation instantanée du béton instantanées sont nulles du moment que le

contre si les câbles sont tendus


successivement ces pertes ne sont pas nulles.
Retrait du béton Retrait des aciers
Fluage du béton Fluage du béton
Relaxation des aciers Relaxation du béton
Frottement câble- gaine

II.5 différents pertes de précontrainte

II.5.1 Pertes instantanées

Dans le cas de la post-tension, les armatures de précontrainte subissent des pertes de tension
instantanées qui sont représenté dans la figure (II.4) .

Figure II.4 : pertes instantanée


Pertes de précontrainte 33
S. Soufiane Chapitre II

II.5.1.1 Pertes par frottement

II.5.1.1.1 Courbure du tracé

Du fait du déplacement du câble sous l'action du vérin, se produit un frottement entre le câble et la
gaine qui réduit la tension dans le câble à partir de son ancrage. Une partie de l'effort P exercé par le vérin
est équilibrée par les frottements et n'est donc pas transmise à l'extrémité du câble .

Figure II.5: Position relative du câble et de la gaine.

Convenons ici que représente la déviation angulaire arithmétique (Essentiellement


positive) entre les deux extrémités du tronçon MN et supposons que le câble complet, orienté de la
gauche vers
géométriquement, dans la pratique, avec le point A, Figure II.6.

Figure II.6: Frottements le long du câble lors de la mise en tension

II.5.1.1.2 Déviations parasites

Théoriquement, il n'y a pas de pertes en ligne droite, mais le tracé présenté toujours des
imperfections et des sinuosités plus ou moins importantes entraînant ainsi des pertes en ligne en droite.
Le tracé réel présente toujours des déviations parasites ou accidentelles qui sont dus essentiellement :

aux défauts d'alignement des gaines raboutées;


aux points durs (de contact parasites) le long du tracé des gaines;
Pertes de précontrainte 34
S. Soufiane Chapitre II

au festonnement de la gaine par effet du poids propre entre deux points d'attache successifs ;
Le câble frotte sur la gaine au droit de chaque point de contact parasite.

Figure II.7 : tracé réel des gaines

La déviation angulaire à est déterminée par le tracé du câble défini par le projeteur. Les
déviations parasites représentées par k sont aléatoires et dépendent essentiellement de la nature et
de la taille de l'armature du type de gaine (plus la gaine est rigide et plus k est petit), du soin
apporte à l'exécution, de l'intensité de la vibration lors du bétonnage .Soit k la somme arithmétique des
déviations angulaires supplémentaires par mètre de longueur de gaine :

II.5.1.2

Dans la plupart des systèmes de post-tension, lorsque le câble est tendu et que le vérin est relâché
pour transférer la précontrainte dans le béton, les clavettes de frottement, employée pour saisir les fils,
glissent sur une petite distance avant que les fils soient logés fermement entre les clavettes. L'ampleur
du glissement dépend du type de clavette et de la contrainte dans les fils. Dans les systèmes où les
câbles sont enroulés autour des blocs d'ancrage en béton, la perte de contrainte peut se produire en
raison des fils qui se rongent dans l'ancrage. Lorsque des plaques d'ancrage sont employées, il peut être
nécessaire de permettre le faible tassement de la plaque dans l'extrémité de l'élément en béton. Les
notices techniques des procédés de préc crage, la valeur
probable de g. .Le tracé du câble étant constant, le
oints lors de la

Pertes de précontrainte 35
S. Soufiane Chapitre II

Figure II.8 :

II.5.1.3 Pertes par déformation instantanées en post-tension

Lorsque la force de précontrainte est transférée à un membre, il y a un raccourcissement


élastique du béton comme il est comprimé. Pour les éléments précontraints, dans lesquels le câble est
collé au béton au moment du transfert, le changement dans la déformation de l'acier est le même que la
contrainte de compression du béton au niveau du centroïde, et les pertes peuvent être calculées en
conséquence. Pour les éléments en post-tension ayant un seul câble. Il n'y a pas de perte par ce que la
précontrainte appliquée est inscrit après le raccourcissement élastique du membre, Par contre si les
câbles sont tendus successivement ces pertes ne sont pas nulles .

Figure II.9 : poutre en post-tension

Pertes de précontrainte 36
S. Soufiane Chapitre II

La perte dans chaque câble peut être calculée en séquence progressive. Sinon, une
approximation peut être utilisée pour calculer les pertes. La perte du premier câble est évaluée avec
précision et la moitié de cette valeur est utilisée comme perte moyenne pour tous les câbles.

II.5.1.4 Pertes de tension par déformation instantanées en prés tension

Pour les éléments en pré-tension, la perte de tension due au raccourcissement élastique différera
normalement le long de la travée, en fonction de la variation de l'excentricité. Il est généralement
nécessaire de calculer la perte uniquement à la section du moment maximum. La perte dans chaque
câble peut être calculée en séquence progressive. Sinon, une approximation peut être utilisée pour
calculer les pertes .

Figure II.10 : poutre en pré-tension


II.5.2 Pertes de tension déférées
Dans le cas de la post-tension et prés-tension, les armatures de précontrainte subissent des pertes de
tension déférées qui sont représenté dans la figure (II.11) .

Pertes de précontrainte 37
S. Soufiane Chapitre II

Figure II.11 : pertes déférées.

II.5.2.1 Pertes par retrait

mécanique diminue de volume dans le


.

Le retrait du béton dans les éléments précontraints entraîne un raccourcissement des fils tendus
et contribue ainsi à la perte de contrainte. Le retrait du béton est influencé par le type de ciment et
granulat et la méthode de durcissement utilisée. L'utilisation de béton à haute résistance avec de
faibles proportions de ciment à l'eau entraîne une réduction du retrait et, par conséquent, une perte de
précontrainte. La principale cause du retrait du séchage est la perte progressive d'eau du béton. Le
taux de retrait est plus élevé à la surface des membres. Le retrait différentiel entre l'intérieur et la
surface des grands éléments peut entraîner des gradients de déformation menant à la fissuration de la
surface. Par conséquent, un bon durcissement est essentiel pour éviter les fissures de retrait dans les
éléments précontraints.

Pertes de précontrainte 38
S. Soufiane Chapitre II

Figure II.12 : effet de retrait sur la tension des câbles .

Les déformations de retrait

Retrait endogène

contraction est due au fait que le volume des hydrates formés est environ 20 % plus faible que le

C-S-H.

Retrait de dessiccation

hydrique tend à créer des déformations de retrait différentielles incompatibles entre elles. Dans le cas

gradient de contraintes amenant, par auto équilibre, des tractions au voisinage de la surface et des

Retrait thermique

peau. Les variations de température interne sont induites soit par une source de chaleur

Pertes de précontrainte 39
S. Soufiane Chapitre II

externe (climatique) soit par une source interne (hydratation). Dans le cas des ouvrages

ur et la

dépassent la résistance du béton, une fissuration se produit.[14]

II.5.2.2 Pertes de tension par fluage


Lors de la mise en place des structures en béton précontraint, les caractéristiques du béton, les

retrait et du fluage du béton. Ces effets de fluages créent donc à leur tour des efforts internes et des
déformations additionnelles sur la structure. Ces déformations additionnelles se développent au fil du

t pas constante dans le temps,

brèves pour avoir une influence significative sur le fluage. Cette contrainte à cause :

des différentes phases de c


permanentes ;
des pertes différées de toute nature qui entraînent une évolution progressive de la

Tension dans les câbles

Figure II.13 : Variation de la contrainte du béton .

Pertes de précontrainte 40
S. Soufiane Chapitre II

II.5.2.2.1 Déformation du fluage sous différents niveaux

Fluage propre

La déformation de fluage propre est la déformation mesurée sur une éprouvette chargée et protégée
contre la dessiccation externe, à laquelle on a ôté la déformation de retrait endogène et la
déformation élastique instantanée. Le fluage propre est caractérisé expérimentalement par une forte

du granulat

Fluage de dessiccation

Le fluage de dessiccation correspond à la déformation additionnelle observée quand le

Le fluage de dessiccation se présente généralement sous deux types de configurations.

- la
ouverte, et
provoque des
déformations de fluage de dessiccation.

- La seconde configuration est obtenue en plaçant le béton en déséquilibre thermo-hydrique. [14]

II.5.3 Pertes par relaxation


Un câble tendu à une contrainte voisine de sa limite élastique et dont la longueur est
maintenue constante, voit sa contrainte diminuer au cours du temps (d'environ 5% pour les bons aciers
au bout d'un temps infini).Ce phénomène appelé relaxation dépend de trois paramètres principaux :

La composition chimique de l'acier ;


la cristallographie de l'acier elle-même fortement influencée par le mode d'élaboration du fil
(tréfilage ou laminage) et, surtout, parles traitements thermiques ;
la tension à laquelle l'acier est soumis.

Il est relativement facile, en laboratoire, de mesurer la relaxation d'un fil acier ; il en va tout
autrement dans un ouvrage en béton précontraint car, d'une part, la contrainte dans l'acier n'est connue

Pertes de précontrainte 41
S. Soufiane Chapitre II

qu'avec une certaine approximation et, d'autre part, cette contrainte n'est pas constante dans le temps
(effets du retrait et du fluage).

On se contente généralement d'exprimer, en fonction de la contrainte à la fin de l'opération de mise


en tension, le taux de la relaxation à 1000 h. .

Figure II.14 : évolution de la relaxation sur banc .

Pertes de précontrainte 42
S. Soufiane Chapitre II

II.6 Conclusion

Nous avons illustré dans ce chapitre une gamme de méthodes pour calculer la précontrainte à
leur variation avec le temps; Ce faisant, il a également permis de mieux comprendre le comportement
des éléments en béton précontraint et de comprendre comment divers matériaux se logeaient
simultanément au fur et à mesure qu'ils changeaient avec le temps. Si la précision est importante et que
seules les pertes totales sont nécessaires. Les pertes de précontrainte dépendent non seulement des
propriétés des matériaux, mais aussi du comportement structural et des conditions environnementales.
Les pertes différées sont de trois natures: pertes par retrait du béton, par fluage du béton et par
relaxation des aciers de précontrainte. Elles sont influencées par les pertes instantanées.
.

Pertes de précontrainte 43

CHAPITRE III
Les codes de calcul des pertes de précontrainte
S. Soufiane Chapitre III

III.1 Introduction

Le sujet des pertes de précontrainte fait partie de l'important élément dans la conception de la
précontrainte. Bien que cela fait longtemps établies, les approches pour la considération de la
précontrainte le calcul des pertes varie selon les codes internationaux actuels, spécifications et normes
dans le monde entier. En outre, nombre de méthodes de calcul ont été proposées dans diverses
littératures sur les pertes de précontrainte, certains d'entre eux ont différences subtiles et les
implications en ce qui concerne leurs applications [18]. Des codes ou règlements officiels définissent
les critères de stabilité ainsi que les coefficients de sécurité à prendre en compte lors de la conception
des structures précontraintes, notons principalement:

Les Eurocodes développés par le Comité européen de normalisation (CEN) et plus


: part 1.1 ;
Le code USA rédigées par les professionnels de la construction. Notons plus précisément
318-
précontraint ;
Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton
précontraint suivant la méthode des états limites BPEL 91 ;
Le code IS 1343 :1980 rédigée par le comité indien pour le béton précontraint.

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 44


S. Soufiane Chapitre III

III.2 Le règlement BPEL91

III.2.1 Généralité

Comme tous les codes internationaux modernes, les règlements français BPEL91 sont des Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton précontraint suivant la
méthode des états limites. Les données de base (valeurs des actions à prendre en compte,

des grandeurs aléatoires, une sécurité absolue ne peut être assurée.


Partant de cette remarque, la réglementation actuelle propose la démarche suivante :
recherche des phénomènes à éviter (par exemple : fissuration, déformations excessives,
vibrations, plastification locale des matériaux, ruine) ;
analyse des conséquences de chacun de ces phénomènes (par exemple : inconfort,
diminution de la durée de vie escomptée des ouvrages, risques pour les usagers) ;
Définition
phénomènes que les conséquences de leur apparition sont plus grave.
En pratique, à chaque phénomène à éviter correspond un état-limite. Selon la gravité des
risques qui leurs sont associés, ces états-limites se rangent en deux grandes catégories : les états
limites de service (ELS) et les états-limites ultimes (ELU).
-Vis-à-vis des ELS, on admet que les matériaux se comportent élastiquement ;
-Vis-à-
fonctionnement plastique.
III.2.2 Les pertes selon le règlement BPEL 91

III.2.2.1 par frottement

Considérons un tronçon MN de câble courbe, de longueur , compris entre les abscisses curvilignes
.

Figure III.1 : Frottement et réaction en courbe

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 45


S. Soufiane Chapitre III

de la force de tension P en M, tangente en M au tracé ;


de la force de tension en N, tangente en N au tracé ;

Ces forces de contact réparties ont une composante normale et une composante

tangente . (r désignant le rayon de courbure du tracé et f coefficient de frottement du câble sur

son conduit).
ordre, L'équilibré en projection sur la tangente en N donne :

Etant donné que, on a l'équation différentielle :

Où : La tension à l'origine ;

: La t
de l'origine.

La variation de tension dans un câble, sous l'effet des déviations parasites en fonction de la
longueur projetée :

En , on peut linéariser
en ne conservant que les deux premiers termes du développement en série de , la
formule devient alors :

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 46


S. Soufiane Chapitre III

III.2.2.1.1 Valeurs des coefficients du frottement

Pour les câbles constitués de fils ou de torons, on peut, lorsque les armatures sont huilées et que
les conduits (gaines ou tubes métalliques) sont en bon état, utiliser les valeurs moyennes des
coefficients et données dans le tableau ci-dessous, où R représente le rayon de courbure (en m)
du tracé. .

Tableau III.1 : valeurs moyennes des coefficients f et

Nature f
Cas des armatures ( )
(m) (m)
I Fils tréfilés 0 ,16
Câbles ne Ronds et lisses 0,002
traversant pas de 0,18
joints ou surfaces de
reprise Torons
II Fils tréfilés 0,18
Câbles traversant Ronds et lisses 0,003
de nombreux joints 0,20
ou reprise de Torons
bétonnage

III.2.2.2

Cette perte de tension résulte du glissement de l'armature par rapport à son ancrage, du tassement
ou de
distance .

Figure III.2 : avant et après la mise en tension

x est donnée par la formule :

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 47


S. Soufiane Chapitre III

x, est égal :

n'est plus que :

(III.12)

(III.13)

On peut écrire que g des tronçons


dx entre 0 et d, soit :

(III.14)

grale figurant dans (14) figure ci- )


compte tenu de (11) et (13), permet de calculer d, donc ou, ce qui revient au même, la perte par

(III.15)

III.2.2.3 par déformation instantanées

III.2.2.3.1 En post tension

La perte dans chaque câble peut être calculée en séquence progressive. Sinon, une
approximation peut être utilisée pour calculer les pertes. La perte du premier câble est évaluée avec
précision et la moitié de cette valeur est utilisée comme perte moyenne pour tous les câbles

(III.16)

Avec :
;
;

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 48


S. Soufiane Chapitre III

III.2.2.3.1 En pré-tension

Pour calculer les pertes instantanées élastiques


raccourcissement relatif du béton et de
:

(III.17)

III.2.2.4 par retrait du béton

La perte finale de tension due au retrait du béton est donc, pour le câble considéré :

(III.18)

Très souvent, on peut négliger devant 1, ce qui conduit à la formule simplifiée :

(III.19)

Sachant que

Retrait final ;

III.2.2.5 par fluage du béton

La perte finale de tension due au fluage du béton est donc, pour le câble considéré :

(III.20)

Lorsque,
(III.21)

(III.22)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 49


S. Soufiane Chapitre III

III.2.2.6 par relaxation des aciers

La perte de tension finale due à la relaxation peut être estimée par la formule :
(III.23)

;

.
III.3 Eurocodes 2 : Partie 1.1

III.3.1 Généralité

Les Eurocodes développés par le Comité européen de normalisation (CEN) et plus


: part 1.1 pour la conception, le dimensionnement et l'exécution des
structures de bâtiment et de génie civil. Ces Codes visent à définir un ensemble de règles communes,
pouvant constituer une alternative aux règles actuellement divergentes, en vigueur dans les divers
Etats-membres. Le programme des Eurocodes structuraux constitue un ensemble de textes cohérents
dans le domaine de la construction. Il comporte les normes suivantes, chacune étant, en général,

Eurocode 0 : Bases de calcul des structures ;


Eurocode 1 : Actions sur les structures ;
Eurocode 2 : Calcul des structures en béton ;
Eurocode 3 : Calcul des structures en acier ;
Eurocode 4 : Calcul des structures mixtes acier-béton ;
Eurocode 5 : Calcul des structures en bois ;
Eurocode 6 : Calcul des structures en maçonnerie ;
Eurocode 7 : Calcul géotechnique ;
Eurocode 8 : Calcul des structures pour leur résistance aux séismes ;
Eurocode 9 : Calcul des structures en aluminium.
urocode 2, pour sa part, comporte les parties suivantes :
Partie 1-1 : règles générales et règles pour les bâtiments ;
Partie 1-2 : règles générales Calcul du comportement au feu ;
Partie 2 : ponts en béton Calcul et dispositions constructives ;
Partie 3 : silos et réservoirs.

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 50


S. Soufiane Chapitre III

III.3.2 Les pertes selon Eurocodes 2 : Partie 1.1

III.3.2.1 par frottement

Considérons un tronçon élémentaire de câble courbe, de rayon de courbure R,

Compris entre les abscisses ( )

Figure III.3: Équilibre d'un tronçon de câble

de la force de tension P(s) en M, tangente en M au tracé ;


de la force de tension + en N, tangente en N au tracé ;

du
ordre :

(III.24)

De même, en projection sur la tangente en N :

(III.25)

On suppose que , avec coefficient de frottement du câble sur son conduit


)

= (III.26)

Soit = (III.27)

(III.28)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 51


S. Soufiane Chapitre III

La variation de tension dans un câble, sous l'effet des déviations parasites en fonction de la
longueur projetée donc de la forme , k est le coefficient de perte en ligne.

La formule (28) se généralise donc ainsi :

(III.29)

Ou

(III.30)

, la perte de tension par frottement vaut donc :

(III.31)

Dons :

(III.32)

III.3.2.1.1 Valeurs des coefficients de frottement

Cas de la précontrainte intérieure au béton


Pour les câbles constitués de fils ou de torons, on peut, lorsque les armatures sont huilées et
que les conduits (gaines ou tubes métalliques) sont en bon état, utiliser les valeurs moyennes du
coefficient données dans le tableau (III.2) :

Tableau III.2 : valeurs moyennes du coefficient de frottement

Armatures extérieures (non-adhérentes)


Armatures Gaine en Gaine en Gaine en Gaine en
Intérieures acier PEHD acier PEHD
Non graissé Non graissé graissé graissé
Fil tréfilé à froid 0,17 0,25 0,14 0,18 0,12
Torons 0,19 0,24 0,12 0,16 0,10
Barre non lisse 0,65
Barre lisse 0,33

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 52


S. Soufiane Chapitre III

À défaut de données fournies par un Agrément Technique Européen, les valeurs des déviations
angulaires parasites pour les armatures intérieures seront généralement telles que
par mètre.

Cas de la précontrainte extérieures au béton

.Les valeurs du coefficient de frottement sont fonction du type de gaine et données


dans le tableau précédent.

III.3.2.2 ancrage

gaine, comme à la mise en tension, mais en sens inverse. Son influence diminue donc à partir de
-ci à partir duquel la tension demeure
inchangée.

Figure III.2 : Tension le long du câble, avant et après la mise en tension

x est donnée par la formule (III.30)

Qui :

(III.33)

, valait : (III.34)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 53


S. Soufiane Chapitre III

(III.35)

: (III.36)

On peut écrire que g soit :

(III.37)

grale figurant dans (37) figure ci-


compte tenu de (34) et (36), permet de calculer d, donc ou, ce qui revient au même, la perte par

(III.38)

III.3.2.3 par déformation instantanées

III.3.2.3.1 En post tension

Du fait que les N câbles ne sont pas tendus en même temps ( il faudrait pour
éme
moins N vérins sur le chantier), le n câble mis en tension subit le
raccourcissement dû aux (N n) câbles tendus après lui :

(III.39)

Sa perte de tension vaut donc :


(III.40)

Et sa perte de force :
(III.41)

: Section du câble considéré

divisant la perte de force par la section N des N câbles) :

(III.42)

Cette expression lorsque N augmente indéfiniment tend vers :


(III.43)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 54


S. Soufiane Chapitre III

III.3.2.3.2 En pré tension

Pour calculer les pertes


relatif du

(III.44)

: La contrainte du béton au niveau du cdg des aciers, et en une section quelconque.

III.3.2.4 par retrait

Les câbles, liés au béton à leurs extrémités par les ancrages, et tout au long de leur
déformations que
le béton adjacent.

Si : re effectuée
du retrait vaut

) (III.45)

La perte finale de tension par retrait est donc, pour le câble considéré :

(III.46)

III.3.2.5 par fluage

La perte finale de tension due au fluage du béton est donc, pour le câble considéré :

(III.47)

du aux charges
permanentes , que et que le coefficient de fluage vaut à peu prés
2, alors :

Soit environ (III.48)

III.3.2.6 par relaxation des aciers

la perte de tension finale due à la relaxation peut être estimée par la formule :
(III.49)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 55


S. Soufiane Chapitre III

III.4 Code ACI 318-08

III.4.1 Généralité

Le code ACI 318-08, règlements pour les structures en béton armé et précontraint, prévoit les
exigences minimales nécessaires pour assurer la santé et la sécurité du public lors de la conception et
de la construction des bâtiments en béton. Il est délivré et maintenu par l'American Concrete
Institute. .

III.4.2 Les pertes selon le code ACI 318-08


III.4.2.1 par frottement

Lorsque le câble est tiré avec une force F, à l'extrémité de vérinage, il subit un frottement avec le
conduit ou la gaine environnante de sorte que la contrainte dans le câble varie du plan de la mise en
vérin à une distance comme le montre dans la figure (III.5.).

Figure III.4 : frottement et réaction en courbure

En supposant que désigne le coefficient de frottement entre le câble et le conduit dû à l'effet de


courbure, nous avons
(III.50)

Ou (III.51)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 56


S. Soufiane Chapitre III

(III.52)
Si , puis

(III.53)
Supposons que K est le coefficient de frottement entre le câble et le béton environnant en raison
de l'effet de longueur. La perte de frottement est causée par l'imperfection de l'alignement sur toute la
longueur du câble, qu'il soit rectiligne ou courbe. Puis par les mêmes principes décrits dans l'équation
(III.52) :
(III.54)
Ou
(III.55)

Superposition de l'effet de déviation parasite sur l'effet de courbure donne


(III.56)
Ou en contrainte
(III.57)
En pratique, compte tenu des , on peut linéariser
en ne conservant que les deux premiers termes du développement en série de , la
formule devient alors :

(III.57)

(III.58)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 57


S. Soufiane Chapitre III

III.4.2.1.1 Valeurs des coefficients de frottement

Tableau III.3 : valeurs moyennes des coefficients K et

Nature K
des armatures
(par mètre. )
Câbles en gaine métallique souple
Câble en fils 3,048-4,572 0,15-0,25
Toron en sept fils 1,524-6,096 0,15-0,25
Barre à haut résistance 0,3048-1,8288 0,08-0,30
Câbles en gaine métallique rigide
0,6096 0,15-0,25
Torons en sept fils
Câbles en gaine mastic
Câbles en fils et torons en sept fils 3,048-6,096 0,05-0,15
Câbles pré graissés
Câbles en fils et torons en sept fils 0,9144-6,096 0,05-0,15

III.4.2.2

Les pertes par recul d'ancrage se produisent dans les éléments post-tension en raison du
positionnement des clavettes dans les ancrages lorsque la force de vérinage est transférée à l'ancrage.
Ils peuvent également se produire dans les lits de coulée de précontrainte des éléments précontraints en
raison de l'ajustement attendu lorsque la force de précontrainte est transférée sur ces lits.
Généralement, l'ampleur de la perte par recul d'ancrage varie entre 6,35 mm et 9,53 mm pour les
clavettes en deux parties. Si est la grandeur du glissement, L est la longueur du câble, et est le
module des fils de précontrainte, alors la perte de précontrainte due au glissement d'ancrage devient :

(III.60)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 58


S. Soufiane Chapitre III

III.4.2.3 par déformation instantanées

III.4.2.3.1 En pré tension

Pour les éléments précontraints (préfabriqués), la force de compression imposée à la poutre par
le câble entraîne le raccourcissement longitudinal de la poutre, comme le montre la figure III.2.

a- poutre avant la mise en tension b-Poutre longitudinalement raccourci

Figure III.5: raccourcissement élastique

, alors

(III.61)

Puisque le câble de précontrainte subit de la même ampleur de raccourcissement :

(III.62)

(III.63)

Ou

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 59


S. Soufiane Chapitre III

)+ (III.64)

III.4.2.3.2 En post tension

Dans les poutres post-tension, la perte de raccourcissement élastique varie de zéro si tous les
câbles sont simultanément enfoncés à la moitié de la valeur calculée dans le cas prétendu si
nombreuses étapes de vérinage séquentiel sont utilisées. Si n est le nombre des câbles, puis

(III.65)

Où j désigne le nombre d'opérations de vérinage. Notez que le câble qui a été tendu en dernier
ne subit aucune perte due au raccourcissement élastique, tandis que le tendon qui a été tendu en
premier subit le maximum de perte.

III.4.2.4 par retrait du béton

: le type de granulat, le type de


ciment, le temps de durcissement, le temps écoulé entre la fin du durcissement externe et l'application
de la précontrainte, la taille de l'élément et les conditions environnementales...etc. La valeur moyenne
de la déformation de retrait ultime dans le béton durci a humide et à la vapeur est égal à
, Cette valeur moyenne est affectée par la durée du durcissement humide initial,
l'humidité relative ambiante, le rapport de surface du volume, la température et la composition du
béton. Pour tenir compte de ces effets, la valeur moyenne de la déformation de retrait doit être
multipliée par un facteur de correction comme suit

(III.66)

Le code ACI 318 -08 donner pour les conditions standard, une valeur moyenne pour la
déformation nominale de retrait absolu . Si est la déformation de

retrait après ajustement pour l'humidité relative au rapport volume / surface .

La perte de tension finale due au retrait peut être estimée par la formule :

En pré-tension
(III.67)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 60


S. Soufiane Chapitre III

En post-tension

La perte de précontrainte due au retrait est un peu moins importante étant donné qu'un certain retrait a
déjà eu lieu avant la post-tension. Si l'humidité relative est considérée comme une valeur en
pourcentage et que l'effet de rapport est pris en compte, l'expression générale relative à la perte de
précontrainte due au Retrait devient

(III.68)

Humidité relative

Valeurs de

Pour les éléments en post-tension

Les valeurs de sont montrée dans le tableau III.4 :

Tableau III.4 : les valeurs de pour les éléments en post-tension

1 3 5 7 10 20 30 60
0,92 0,85 0,80 0,77 0,73 0,64 0 ,58 0,45

: Temps de la fin du durcissement humide à l'application de précontrainte, en jours

Pour les éléments en pré-tension

Ajustement des pertes par retrait pour l'état standard en fonction du temps t dans les jours après 7
jours pour le durcissement humide et 3 jours pour le durcissement à la vapeur peut être obtenu à partir
des expressions suivantes :

Durcissement humide, après 7 jours :

(III.69)

Durcissement à la vapeur, après 3 jours

(III.70)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 61


S. Soufiane Chapitre III

III.4.2.5 par fluage du béton

La relation contrainte-déformation due au fluage est essentiellement linéaire, il est possible de


relier la déformation du fluage à la déformation élastique de telle sorte qu'un coefficient de
fluage peut être défini comme

(III.71)

Alors le coefficient de fluage à tout moment t en jours peut être défini comme

(III.72)

les membres adhérents

(III.73)

318-08 pour évaluer la perte de fluage a essentiellement le même


format que l'équation, à savoir,

(III.74)

Ou

(III.75)

Pour les éléments de pré-tension ;

= 1,60 pour les éléments de post-tension ;

: ;

En raison de toutes les charges permanentes


superposées appliquées après le précontraint est accompli.

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 62


S. Soufiane Chapitre III

III.4.2.6 par relaxation des aciers

précontrainte soutenue mais aussi du rapport de la précontrainte initiale à la limite d'élasticité de

ure,

1) Pour les contraintes dues à la force de vérinage du câble , mais pas plus de

0,80 ;
2) Immédiatement après le transfert de la précontrainte, , mai pas plus de ;

3) Dans les câbles post-tension, Aux ancrages et aux coupleurs immédiatement après le transfert
de force .

Les valeurs est donnée dans le tableau III.5

Tableau III.5:valeurs de

Barres de précontrainte Stress-relieved Câbles à faible


câbles relâchement

la perte de tension finale due à la relaxation peut être estimée par la formule :
En pré-tension

(III.76)

Sont en jours

En post-tension

(III.77)

Avec .

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 63


S. Soufiane Chapitre III

III.5 Le code IS : 1343 -1980

III.5.1 Généralité

Le code indien pour le béton précontraint (IS : 1343) est un règlement de calcul qui intègre
l'ensemble des connaissances pratiques et théoriques actuelles sur le matériau qu'il concerne et sur les
méthodes de modélisation, tenant compte d'un accès de plus en plus fréquent des bureaux d'études aux
technologies les plus pointues de calcul et de simulation. Il permet aussi une homogénéisation des
pratiques sur le plan européen et introduit dans chaque pays des méthodes de dimensionnement
étrangères à la culture locale, qui changent les habitudes des anciens, mais qui sont pour certaines
élégantes, efficaces et exotiques.

III.5.2 Les pertes selon le code IS : 1343 -1980

III.5.2.1 par frottement

La formulation de la perte due au frottement est similaire au problème du frottement de la


courroie. La Figure III.4 montre les forces agissant sur le câble de longueur infinitésimale .

Figure III.6 : Force d'agir dans un câble de longueur infinitésimale

t:

(III.78)

(III.79)

Le frottement sur la longueur est égal à

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 64


S. Soufiane Chapitre III

Pour un câble de longueur , le frottement dû à déviation parasite est exprimé en où k est


le coefficient parasite.
Basé sur l'équilibre des forces dans le câble pour la direction horizontale, le l'équation suivante
peut être écrite. :
(III.80)

²²
(III.81)
Ou en contrainte
(III.82)
Pour les petites valeurs de l'expression ci-dessus peut être simplifiée par la série de Taylor
(III.83)

(III.84)

(III.85)

III.5.2.1.1 Valeurs des coefficients de frottement

Valeurs de coefficient

Les valeurs de coefficient sont montrées dans le tableau (III.6) :

Tableau : III.6 : valeurs de coefficient

Type d'interface

Pour l'acier en mouvement sur du béton lisse 0,55


Pour l'acier en mouvement sur l'acier fixé au conduit 0,30
Pour l'acier en mouvement sur plomb 0,25

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 65


S. Soufiane Chapitre III

Valeurs de coefficient

La valeur de k varie de 0,0015 à 0,0050 par mètre de longueur du câble en fonction du type de câble.

III.5.2.2

Considérant l'effet du frottement, l'ampleur de la force de précontrainte à une distance x de


l'extrémité est donnée comme suit :
(III.86)
Ici, désigne l'effet total du frottement et déviation parasite. Le tracé de donne
le diagramme de variation de force.
La partie initiale du diagramme de variation de force, jusqu'à la longueur l influencé par le
réglage
and l nécessaire pour tracer le diagramme de variation de force y compris l'effet
du réglage du bloc d'ancrage.
Considérant la chute de la force de précontrainte et l'effet de la friction inverse, le l'amplitude de
la force de précontrainte à une distance x donnée suit :
(III.87)
Ici,

A la fin de la longueur de réglage ,

Figure : III.7 : Diagramme de variation de force avant et après la mise en tension

Substituer les expressions de et pour


Comme il est difficile de mesurer séparément, est pris égal à .L'expression de simplifie ce
qui suit :
(III.88)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 66


S. Soufiane Chapitre III

(III.89)

Et

Donc (III.90)

La vaut donc

(III.91)

III.5.2.3 Perte de tension par déformation instantanées

III.5.2.3.1 En post tension

La perte d'étirement élastique est quantifiée par la perte de précontrainte ( ) dans un câble dû
au changement de déformation dans le câble ( ). On suppose que le changement de déformation
dans le câble est égal à la déformation du béton ( ) au niveau du câble dû à la force de
précontrainte. Cette hypothèse est appelée compatibilité de déformation entre le béton acier. La
déformation dans le béton au niveau du câble est calculée à partir de la contrainte dans le béton ( ) au
même niveau en raison de la force de précontrainte.
La quantification des pertes est expliquée ci-dessous
= (III.92)

On suppose

Se trouve (III.93)
III.5.2.3.2 En pré tension

La perte peut être calculée selon l'équation. (III.93) En exprimant la contrainte dans le béton en
termes de force de précontrainte et d'aire de la section comme suit :

(III.94)

On a

Donc (III.95)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 67


S. Soufiane Chapitre III

III.5.2.4 par retrait

La perte de précontrainte ( ) due au retrait est donnée comme suit :


(III.96)
Sachant que
Déformattion de retrait

Valeurs de coefficient

La valeur approximative de la déformation de retrait pour la conception doit être supposée comme suit:

Pré-tension

Post-tension


Âge du béton au transfert en jours.
III.5.2.5 par fluage

Pour une contrainte dans le béton inférieure au tiers de la résistance caractéristique, la


déformation de fluage ultime ( ) est proportionnelle à la déformation élastique ( ). Le rapport
de la déformation de fluage finale à la déformation élastique est défini comme le coefficient de
fluage .
La déformation de fluage ultime est en suite donnée comme suit :

Et (III.97)

La perte de précontrainte ( ) due au fluage est donnée comme suit :


(III.98)

Valeurs du coefficient de fluage


La déformation de fluage ultime peut être estimée à partir des valeurs suivantes du coefficient de
fluage (c'est-à-dire, déformation de fluage ultime / déformation élastique à l'âge de chargement),
tableau (III.7)

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 68


S. Soufiane Chapitre III

Tableau : III.7 : valeurs du coefficient de fluage

Age au chargement
7 jours 2,2
28 jours 1,6
1 an 1,1

III.5.2.6 par relaxation des aciers

Les pertes par relaxation dans les aciers de précontrainte varient en fonction du type d'acier, de
la précontrainte initiale, de l'âge et de la température et doivent donc être déterminées à partir
d'expériences. Lorsque les valeurs expérimentales ne sont pas disponibles, les pertes de relaxation
peuvent être supposées comme indiqué dans le tableau suivant :

. 
précontrainte initiale Pertes par relaxation
0
35
70
90

: est la résistance caractéristique de l'acier de précontrainte.

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 69


S. Soufiane Chapitre III

III.6 Conclusion

Le code est le cahier des charges de chaque produit et matériaux pour l'étude de chaque produit
et le plus proche et le plus proche est le code utilisé dans chaque pays où le produit est fabriqué car il
représente les conditions naturelles du produit et l'utilisation de codes plus élevés. Le statut des
produits mondiaux pour assurer leur commercialisation soit des codes américains ou français sont plus
répandus du fait de leur langage et de leur exhaustivité des produits .la plus part de ces codes ne sont
pas entièrement différents les uns des autres, mais il y a certaines particules ou certains paragraphes
qui sont modifiés et ils sont le résultat de circonstances particulières.

Les codes de calcul des pertes de précontrainte 70


CHAPITRE IV

ETUDE COMPARATIVE DES CODES DE CALCUL DES


PERTES DE PRECONTRAINTE
S. Soufiane Chapitre IV

IV.1 Introduction

Dans ce chapitre on compare les pertes de précontrainte calculées par quatre codes de conception
la norme Française BPEL:1991, le code Européen EC 2-part 11, le code
Américain ACI-318:2008 et le code Indien IS-1343:1980. La comparaison est faite en déterminant les
pertes totales qui prennent place dans une poutre en I en béton précontraint, en considérant les deux
modes de réalisation de la précontrainte : la pré-tension et la post-tension.

IV .2 Mode de précontrainte par post-tension

IV.2.1 Pertes par le frottement et déviation

IV.2.1.1 Considération théorique

Une perte de précontrainte se produit pendant des opérations de la mise en tension, causée par le
frottement entre un câble incurvé et la gaine ou causée par une variation involontaire (déviation
parasite) du profil tendu, communément utilisée par les codes : BPEL :1991, IS1343-1980 , et
ACI-318:2008 est donnée par la relation (IV.1) de la théorie classique du frottement:

Il est devenu pratique courante dans plusieurs pays d'utiliser une formule modifiée dans laquelle
la perte due à la déviation parasite est considérée comme un angle supplémentaire à travers lequel le
câble est tourné :



-à- ), alors les équations


(IV.1) et (IV.2) donnent des résultats identiques.

IV.2.1.2 Facteurs influençant

Les codes fixes une traction maximale de mise en tension, très proche de la rupture, désignée par
.

La marg

vérin.

En dehors des pertes résultant d'une malfaçon causant des dommages aux conduits ou un
mauvais alignement, les principaux facteurs influant sur les pertes pendant la mise en tension sont les

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 71


S. Soufiane Chapitre IV

coefficients de frottement et . Cependant il y a des cas où une détermination précise des


coefficients de frottement et conduit à une économie de conception.

IV.2.1.3 Le coefficient de frottement

Les valeurs expérimentales du coefficient de frottement


de 7 mm propre dans un conduit en acier brillant à 0,35 ou plus pour d'autres types du câble et la
gaine. En partie, cette large variation pourrait être attribuée aux conditions d'essai, à la méthode de
mesure et à la tension du câble à laquelle elle a été calculée. Cependant, des résultats fiables et
suffisants ont été obtenus à la fois sur le site et en laboratoire pour permettre d'identifier et d'évaluer
avec un certain degré de confiance. Les principaux facteurs influant sur , bien que de nombreux
résultats soient basés sur des tests individuels. Ces facteurs sont:

Type et taille du câble ;


État de la surface du câble ;
Type de gaine ;
État de la surface de gaine ;
Le coefficient d'emballage dans la gaine ;
La présence ou non de lubrifiants.

Le câble, car la présence de rouille


modérée sur la surface du câble peut augmenter la valeur d'un facteur de 2,0 ou plus. L'application de
lubrifiant sur un câble rouillé réduit le niveau obtenu avec un câble propre.

Il existe une différence significative entre les conduits en acier au plomb enduit et galvanisé ou
en acier doux brillant. Typiquement, un conduit en zinc ou en acier doux va augmenter la valeur d'un
facteur entre 1,3 et 1,6 par rapport à celui obtenu avec un conduit doublé de plomb. Sur un conduit
ondulé, la présence de rouille semble avoir un effet négligeable, bien qu'une série d'essais ait suggéré
que la rouille sur la surface du conduit pouvait augmenter d'un facteur d'environ 1,25.

Pour les câbles et les torons, comme le coefficient d'emballage dans le conduit augmente (la
surface nette du câble divisé par la section du conduit), la valeur p augmente légèrement jusqu'à 50%
de remplissage de 1,1. Au-delà de 50% d'emballage, la valeur p augmente rapidement.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 72


S. Soufiane Chapitre IV

IV.2.1.4 La variabilité des résultats d'essai

La détermination des valeurs de exige la mesure précise des charges de sorte que les
différences de charge relativement faibles aux deux extrémités du câble puissent être déterminées. Une
erreur de + 1% dans la mesure de la charge peut entraîner une erreur de 50% dans la valeur dérivée de
. Peu de résultats publiés enregistrent la répétabilité des tests ou estiment l'exactitude des résultats.
Nielsen et Nilsson ont testé 2000 câbles dans le toit et le plancher des caissons du tunnel de Schilde
dans lesquels douze câbles de 15,2 mm de longueur de 48 m ont été utilisés. Les résultats présentés
sous forme d'histogrammes ci-dessous à la figure IV.1 indiquent des écarts-types de 0,075 et 0,067
pour les dalles de plancher et de toit, respectivement. Lors de la mise sous tension de certains câbles, la
valeur moyenne de dans les dalles de plancher a été réduite de 10% et les écarts-types ont également
été réduits à 0,050 et 0,060, respectivement.[16]

a) Câble dans la dalle inférieure

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 73


S. Soufiane Chapitre IV

b) Câble dans la dalle supérieure

Figure IV.1 : Variation de fréquence en fonction du coefficient de frottement [16]

La figure IV.1 indique que la distribution de la moyenne est légèrement asymétrique.

Tableau IV.1 : Comparaison de la valeur entre les codes internationaux[16]

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 74


S. Soufiane Chapitre IV

IV.2.1.5 Facteurs influençant le facteur de déviation


Des valeurs de k allant de 0 pour les conduits droits à 200x10-4/mètre ont été enregistrées mais
la plupart des résultats pour les câbles ou les torons se situent entre 10 et
60x10-4/mètre.

Pour les barres à haute résistance, les résultats sont inférieurs, entre 10 et 15x10-4/mètre. Les
principaux facteurs affectant peuvent être :

type de câble ;

Type de conduit ;

Support au conduit ;

exécution.

Les facteurs les plus importants sont les, 3 derniers, ils ont une influence directe sur les
variations d'alignement du conduit. Par exemple, diminue au fur et à mesure que le gabarit d'un
conduit métallique augmente, que le nombre et l'efficacité des supports augmentent et que l'exécution
est améliorée, notamment en ce qui concerne l'installation initiale et le soin du bétonnage. Il a été
recommandé qu'un revêtement de plomb dans un conduit réduise le facteur d'un facteur d'environ
0,7 par rapport à celui obtenu dans les conduits revêtus d'acier brillant ou de zinc.

IV.2.1.6 Recommandations internationales existantes


Les valeurs de recommandées par les codes internationaux pour les conduits en acier varient entre
20x10-4 et 60x10-4/mètre. Les recommandations italiennes et russes sont en conflit avec les valeurs
pour les conduits en béton, les premiers exigeant des valeurs plus élevées (50x10-4/mètre) et les
derniers nécessitant des valeurs plus faibles (0 ÷15x10-4 mètres) que les conduits en acier. D'autres
pays ne font aucune distinction entre les conduits en acier et en béton.

IV.2.2
IV.2.2.1 Expression théorique

Après mise en tension on vient bloquer les ancrages. Le jeu existant dans l'ancrage permet un
léger glissement avant blocage définitif. Ce léger glissement et la déformation propre des pièces
d'ancrage lorsque l'effort appliqué par le vérin leur est transféré entraînent un raccourcissement du
câble donc une perte de tension. Dans ce déplacement le câble vient frotter à nouveau sur la gaine.

Le tracé du câble étant constant, le frottement entre l'ancrage et le point jusqu'où se fait sentir
cette rentrée d'ancrage est le même que celui qui s'était produit entre ces points lors de la mise en

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 75


S. Soufiane Chapitre IV

tension. Ceci nous donne la direction de la droite, il suffit alors de déterminer un point de passage
pour avoir défini la droite [9]

Soit C le point jusqu'où se fait sentir cette rentrée d'ancrage. Considérons un élément de câble
de longueur dx, il a. Subi une variation de contrainte donc un raccourcissement

Figure IV.2 : [9]

La contrainte appliquée étant dans le domaine élastique du câble on peut écrire :

(IV.3)

Le raccourcissement total entre A et C est : (IV.4)

Ce raccourcissement du câble doit être égal à la rentrée d'ancrage en A, valeur qui est connue
expérimentalement et qui est un des paramètres du système d'ancrage. Cette valeur est notée

conventionnellement g donc : (IV.5)

Sur la figure IV.2, la valeur de cet intégral est égale à la surface du triangle IJK

=aire du triangle IJK (IV.6)

: étant la distance entre A est C.


:

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 76


S. Soufiane Chapitre IV

(IV.7)

Donc (IV.8)

La position du point C est donc (IV.9)

(IV.10)

IV.2.2.2 Facteurs influençant

(IV.8) , (IV.10), les propriétés des câbles et du béton recommandées


dans différents codes internationaux doivent être calculées. Ces propriétés de matériaux varient
légèrement d'un code à l'autre :zone d'acier de précontrainte, force initiale de précontrainte.

IV.2.3 Perte par raccourcissement élastique

Le calcul de la perte de raccourcissement élastique dépend de la résistance nominale à la traction


Le module
qui varie d code à
dans le tableau suivant :

Tableau IV.2 : valeurs de dans les déférents codes internationaux

Code BPEL 91 ACI -318 IS-1343


5700
(MPa)

IV.2.4 Perte par retrait

IV.2.4.1 Facteurs influençant


Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans Le calcul de la perte par retrait dans différents codes
internationaux dépend

de conservation, humidité relative (RH).

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 77


S. Soufiane Chapitre IV

IV.2.5 Perte par fluage

IV.2.5.1 Facteurs influençant

Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans le calcul de la perte par fluage ne sont pas les
mêmes dans les différents codes tel que
sse du ciment, état de la surface du
béton, l etc.

IV.2.6 Pertes par relaxation

IV.2.6.1 Facteurs influençant

Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans Le calcul de la perte par relaxation des aciers dans
différents codes internationaux tel que

IV.3 Mode de précontrainte par Pré-tension

IV.3.1 Pertes par raccourcissement élastique

Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans Le calcul de la perte de raccourcissement élastique
tel que : de la résistance nominale à la traction du câble, appliquée initialement. Force de précontrainte
ale représente le seul paramètre qui
:

Tableau IV.2 : valeurs de dans les déférents codes internationaux

Code BPEL 91 ACI -318 IS-1343


5700
(MPa)

IV.3.2 Pertes par retrait

IV.3.1 Facteurs influençant

Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans Le calcul de la perte par retrait dans différents codes
internationaux tel que : q P

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 78


S. Soufiane Chapitre IV

IV.3.3 Pertes par fluage

IV.3.3.1Facteurs influençant

Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans Le calcul de la perte par fluage du béton dans
différents codes internationaux tel que : coefficient du fluage, nature et finesse du ciment, État de la

béto

IV.3.4 Pertes par relaxation

IV.3.4.1 Facteurs influençant

Les valeurs trouvées pour ces facteurs dans le calcul de la perte par relaxation des aciers dans
différents codes internationaux tel que
température, type de la gaine.

IV.4 Application numérique


Dans un souci
selon les codes internationaux pris comme référence : et le code américain
ACI-318 est post- autre est pré-tendue et qui sont
décrites ci-dessous.

IV.4.1 Mode par post-tension


La comparaison est effectuée en déterminant les différentes pertes par le système en post-
tension qui se produisent dans une poutre de précontrainte isostatique de section en I de 25 de
portée dont les caractéristiques géométriques et propriétés des matériaux sont représentées ci-dessous
.Cette poutre est armée de 4 câbles de 9 torons T15 de classe 1770.

Le tracé des câbles, symétrique, est composé de :

;

Elle est soumise aux actions suivantes :

Les actions permanentes additionnelles ;

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 79


S. Soufiane Chapitre IV

Les surcharges on .

Les câbles sont mis en tension lorsque le béton a atteint un âge .

Tableau IV.3 : caractéristique géométrique et propriétés des matériaux en post-tension.

Géométrie Matériaux

Figure IV .3: le tracé du câble en post-tension dans une poutre en I

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 80


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.1 Les résultats des calculs

Tableau IV.4 : calcul des pertes en post-tension selon BPEL 91

(rad) (m)
Pertes par
Frottement 1416 0,16 0,19 0,002 12,5 78,45

) (m)
Pertes par Recul
1416 200000 25 800 12,5 10,06

Pertes par
Déformation
élastique
200000 34179,557 13,17 38,53

Tension initiale
78,45 10,06 38,53 1416 1288,96

Pertes par fluage


200000 34179,55 13,70 154,12

Pertes par retrait


200000 40

Pertes par
Relaxation 2,5 1288,96 1770 0,43 57,66

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 81


S. Soufiane Chapitre IV

Tableau IV.5 : calcul des pertes en post-tension selon .

Pertes par (rad) (m)


frottement 1416 0,24 0,19 0,005 12,5 85,81
) (m)
Pertes par Recul
1416 200000 25 800 12,5

Pertes par
Déformation
200000 32836,57 13,17 41,72
élastique

Tension initiale
85,81 41,72 1416 1280,59

Pertes par fluage


200000 32836,57 13,70 128,34

Pertes par retrait


200000 40

Pertes par
Relaxation 2,5 1280,59 28 0,43 88,83

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 82


S. Soufiane Chapitre IV

Tableau IV.6 : calcul des pertes en post-tension selon ACI-318 :2008.

Perte par (rad) (m)


frottement 1416 0,25 0,19 0,000609 12,5 43,01

Perte par Recul ) (m)

1416 200000 25 800 12,5

Perte par
Déformation
élastique 200000 25742,96 13,17 51,16

Tension initiale
43,01 51,16 1416 1316,11

Perte par fluage


13,17 3,2 200000 25742,74 130,52

Perte par retrait


0,77 2.00 200000 60 49,9

Perte par
Relaxation 1770 1316,11 28 1,83 85,45

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 83


S. Soufiane Chapitre IV

Tableau IV.7 : calcul des pertes en post-tension selon IS -1343 :1980

Perte par (m)


(rad)
Frottement
1416 0,20 0,19 0,0015 12,5 80,36
) (m)
Perte par Recul
1416 200000 25 800 12,5

Perte par
Déformation
élastique
200000 31220,19 13,17 84,37

Tension initiale
80,36 84,37 1416 1243,65

Perte par fluage

200000 32836,57 13,17 1,6 4. 134,99

Perte par retrait


200000 28 27,08

Perte par
Relaxation

Tableau IV .8les valeurs des pertes en post-tension pour chaque code.

Pertes par BPEL : 1991 Eurocode 2 ACI- IS-1343 :1980


Part 1.1 318 :2008
Frottement 78,45 85,81 43,01 80,36
10,06 7,88 5,72 7,62
Déformation 38,53 41,72 51,16 84,37
instantanées
Fluage du béton 154,12 128,34 130,52 134,99
Retrait du béton 40 40 49,90 27,08
Relaxation des 57,66 88,83 85,45 70
aciers

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 84


S. Soufiane Chapitre IV

Tableau IV .9 pourcentages des pertes en post-tension pour chaque code.

Pertes BPEL : 1991 Eurocode 2 ACI-318 :2008 IS-1343 :1980


Part 1.1
5,54 6,06 3,04 5,68
0,71 0,56 0 ,40 0,54
2,72 2,95 3,61 5,96
10,88 9,06 9,22 9,53
2,82 2,82 3,52 1,91
4,07 6,27 6,03 4,94
26,74 27,72 25,82 28,56

IV.4.1.2 Analyse des résultats des calculs

IV.4.1.2.1 Pertes par frottement

Pe r t e s p a r f r o t t eme nt
7
[VALEUR Y]
6 [VALEUR Y]
[VALEUR Y]

5
BPEL : 1991
Eurocode 2 par 1,1
4
[VALEUR Y] ACI-318 :2008
3 IS-1343 :1980

2
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.4 : pertes par frottement en post-tension en (%) selon les quatre codes.

Comme la montre la figure IV.4, les pertes dues au frottement calculées à l'aide des formules données
par quatre codes internationaux se situaient entre 43,01 MPa et 85,81MPa, Plus précisément, perte due
au frottement calculée en utilisant la disposition donnée dans le code ACI a donné la valeur la plus
basse qui est égal à 43,01 MPa (perte de 3,04% de la valeur de précontrainte initiale). Ce chiffre a été
suivi d'une perte beaucoup plus élevée de 85,81 MPa (6.06 % perte de précontrainte initiale) calculée
conformément aux dispositions : la partie 1.1. Le calcul utilisant la
disposition donnée dans BPEL : 1991 donne 78,45 MPa ou 5.54 % de perte due au frottement. Le

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 85


S. Soufiane Chapitre IV

calcul par IS-1343 :1980 a enregistré une perte due au frottement de 80,36 MPa ou une perte de 5.68
% de la valeur de précontrainte initial.

IV.4.1.2.2 Perte par

Pe r t e s p a r r e cu l d 'an c r a ge
0,8

[VALEUR Y]
0,7

0,6 [VALEUR Y]
[VALEUR Y] BPEL : 1991

0,5 Eurocode 2 par 1,1


ACI-318 :2008
[VALEUR Y]
IS-1343 :1980
0,4

0,3
0 1 2 3 4

Les codes internationaux

Figure IV.5 : pertes par post-tension en (%) selon les quatre codes

Dans le cas de la perte par comme le montre la figure IV.5, les calculs utilisant
la disposition donnée par les quatre codes internationaux dans l'unité MPa et le pourcentage agencé de
manière descendant. Le calcul par BPEL : 1991 a donné 10.06MPa ou 0,71% de perte par recul
Le calcul à l'aide de l'Eurocode 2: Part 1.1: 1995 a enregistré une perte par
de 7.88 MPa ou une perte de 0,56 %.de la valeur de précontraint initial. Une valeur de perte par recul
ancrage beaucoup plus basse a été calculée en utilisant ACI-318 :2008 qui est égal à 0,40% de la
valeur de précontrainte initial. Le calcul utilisant la disposition donnée dans IS-1343 :1980 donnée
7.62 MPa ou 0.54 % de la valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 86


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.3 Perte par déformation instantanées

[VALEUR Y]
6

5 BPEL : 1991
Eurocode 2 par 1,1
ACI-318 :2008
4
[VALEUR Y]
IS-1343 :1980
[VALEUR Y]
3 [VALEUR Y]

2
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.6: pertes par la déformation instantanée en post-tension en (%) selon les quatre codes

Dans le cas de la perte par déformation instantanées, comme le montre la figure IV. 6, les calculs
utilisant la Disposition donnée par les quatre codes internationaux dans l'unité MPa et le pourcentage
agencé de manière ascendante. Le calcul par BPEL : 1991 a donné 38,53 MPa ou 2,72 % de perte par
déformation instantanées. Le calcul à l'aide de l'Eurocode 2: Part 1.1: 1995 a enregistré une perte par
déformation instantanées de 41,72 MPa ou une perte de 2, 95 %.de la valeur de précontrainte initial.
Une valeur de perte par déformation instantanées a été calculée en utilisant ACI-318 :2008 est égal à
51,16MPa ou 3,61% de la valeur de précontrainte initial. Une valeur de perte par déformation
instantanées beaucoup plus élevée a été calculée en utilisant IS-1343 :1980 qui est égal à 84,37 MPa
ou 5,96% de la valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 87


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.4 Perte par fluage

Pertes p ar f l u age
12

[VALEUR Y]
11

BPEL : 1991
10
[VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
[VALEUR Y] ACI-318 :2008
[VALEUR Y]
9 IS-1343 :1980

8
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.7: pertes par fluage en post-tension en (%) selon les quatre codes.

La perte due au fluage calculée selon les exigences du code BPEL : 1991 a produit la plus
grande perte de 154,12 MPa ou 10,88%, comme le montre la figure IV.7. La perte par le fluage la plus
faible était de 102,16 MPa ou 7,61% à l'aide de l'Eurocode 2: Part 1.1: 1995. La valeur des pertes par
fluage est égal à 9,22% et 9,53% qui ont été calculées conformément aux dispositions des ACI-
318 :2008 et IS-1343 :1980 respectivement.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 88


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.5 Pertes par retrait

Pe r t e s p a r r e t r a i t
5

4 [VALEUR Y]

3 [VALEUR Y] [VALEUR Y]
BPEL : 1991
[VALEUR Y]
Eurocode 2 par 1,1
2
ACI-318 :2008
IS-1343 :1980
1

0
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.8: pertes par retrait en post-tension en (%) selon les quatre codes

En référence à la figure IV.8, pour la perte due au retrait, le calcul en utilisant la disposition
donnée dans ACI -318 :2008 a enregistré la valeur la plus élevée qui est égal à49,90 MPa ou 3,52 %
de la valeur de précontrainte initial. Le calcul en utilisant la disposition donnée dans IS-1343 : a
enregistré la valeur la plus basse qui est égal à27,08 MPa ou 1,91 % de la valeur de précontrainte
initial. Cela a été suivi par le calcul par Eurocode 2: Part 1.1: 1995 et BPEL : 1991 où les deux codes
partageaient le même chiffre de 40 MPa ou 2,82 % de la valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 89


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.6 Perte par relaxation

Pe r t e s p a r r e l ax a t io n
8

7
[VALEUR Y]
[VALEUR Y]
BPEL : 1991
6
[VALEUR Y]
Eurocode 2 par 1,1
5
[VALEUR Y]
ACI-318 :2008
4

IS-1343 :1980
3

2
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.9: perte par la relaxation en post-tension en (%) selon les quatre codes

Comme la montre la figure IV.9, la perte par la relaxation de l'acier a contribué à une perte de
4% à 6% de la valeur de précontrainte initiale. En termes de pourcentage de perte, le chiffre exact était
4,04% de perte, 6,27% de perte, 6,03% de perte et 4,94% de perte calculée en utilisant la disposition
donnée par BPEL : 1991, Eurocode 2: Part 1.1: 1995, ACI-318 :2008 et IS-1343 :1980 respectivement.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 90


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.7 Pertes instantanées totale

14

[VALEUR Y]
12

BPEL : 1991
10 [VALEUR Y]
[VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
ACI-318 :2008

8 IS-1343 :1980
[VALEUR Y]

6
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.10: pertes instantanées totales par post-tension en (%) selon les quatre codes

La perte instantanée totale n'a contribué qu'à une perte de 7% à 12% de la valeur de
précontrainte initiale. Ceci est illustré sur la figure IV.10. Perte instantanée total calculée en utilisant
la disposition donnée dans ACI-318: 2008 ont produit la plus faible perte instantanée total qui est égal
à 99,89 MPa ou de 7,05% de la valeur de précontrainte initial. Le calcul utilisant les exigences de code
Eurocode 2 part : 1.1 a donné une valeur de 172,35MPa ou une perte de 12,18% de la valeur de
précontrainte initial. BPEL : 1991 a donné une perte qui est égal à 127,04MPa ou 8,97% de la valeur
de précontrainte initial. IS-1343 :1980donné à une perte instantanée totale la plus élevée valeur
parmi ces quatre codes avec 172,35MPa ou 12,18% de la valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 91


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.8 Pertes différées total

20

[VALEUR Y]
19
[VALEUR Y]
17,77
18
BPEL : 1991
Eurocode 2 par 1,1
17
ACI-318 :2008
[VALEUR Y]
16 IS-1343 :1980

15
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.11: perte différée totales par post-tension en (%) selon les quatre codes

La perte différée total calculée selon les exigences du code ACI-318 :2008 a produit la plus
grande perte de 265,87 MPa ou 18,77%, comme le montre la figure IV.11. La perte différée total la
plus basse perte qui est égal à 232,07 MPa ou 16,38 % -1343 :1980. Les valeurs
intermédiaires qui sont égal à 17,77% et 18,15 % qui ont été calculées conformément aux dispositions
des BPEL : 1991 et Eurocode 2 : part 1.1 respectivement.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 92


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.1.2.9 Pertes totales

Pe r t e s t o t al e s
30

29
[VALEUR Y]

28
[VALEUR Y]
BPEL : 1991
[VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
27
[VALEUR Y] ACI-318 :2008
26 IS-1343 :1980

25
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.12: perte total par post-tension en (%) selon les quatre codes

Comme le montre la figure IV.12, la perte total calculée en utilisant la disposition donnée dans
ACI-318 :2008 a donné la valeur la plus basse qui est égal à 365,76 MPa (perte de 25,82% de la
valeur de précontrainte initiale).Ce chiffre a été suivi d'une perte beaucoup plus élevée de 404,42 MPa
(28,56% de la valeur de précontrainte initiale) calculée conformément aux dispositions des codes de
pratiques IS-1343 :1980.Le calcul utilisant la disposition donnée dans BPEL : 1991 donnée une perte
qui est égal à 378,82 MPa ou 26,74% de la valeur de précontrainte initial. Le calcul par :
part 1.1 a enregistré une perte totale est égale à 392,58 MPa ou une perte de 27,72 % de la valeur de
précontrainte initial.

IV.4.2 Mode par pré-tension


La comparaison est effectuée en déterminant les déférentes pertes par le système en pré-tension
qui se produisent dans une poutre de précontrainte isostatique de section en I de 20 de portée
dont les caractéristiques géométriques et propriétés des matériaux sont représentées ci-dessous
.Cette poutre est armée de 4 câbles de 10 torons T13 de classe 1860.

Le tracé des câbles, symétrique, est composé de :

Deux parties linaires ;

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 93


S. Soufiane Chapitre IV

Elle est soumise aux actions suivantes :

Les actions permanentes additionnelles ;


Les surcharges .

Tableau IV.10 : caractéristique géométrique et propriétés des matériaux en pré-tension.

Géométrie Matériaux

Figure IV .13 : le tracé du câble en pré-tension dans une poutre en I.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 94


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.2.1 Les résultats des calculs


Tableau IV.11 : calcul des pertes en pré-tension selon BPEL 91.

Perte par
Déformation
élastique
200000 31220,19 12,70 72,73

Tension initiale 72,73 1488 1415,27

Perte par fluage


200000 34922,82 12,7 145,46

Perte par retrait 200000 44

Perte par
Relaxation 2,5 1415,27 1860 0,43 70,25

Tableau IV.12 : calcul des pertes en pré- .

Perte par
Déformation
élastique
200000 33345,57 12,70 76,17

Tension initiale
76,17 1411,83

Perte par fluage


200000 34922,82 12,7 121,88

Perte par retrait


200000 44

Perte par
Relaxation 2,5 1411,83 1860 0,43 99,36

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 95


S. Soufiane Chapitre IV

Tableau IV.13 : calcul des pertes en pré-tension selon ACI-318 :2008.

Perte par
Déformation
élastique
200000 26587,21 12,70 95,53

Tension initiale 95,53 1392,47

Perte par fluage


2 12,70 3,20 200000 26587,21

t (j)
Perte par retrait 28 780 10-6 3,46 10--4 200000 69,20

Perte par
Relaxation 2,5 1392,47 1860 82,87

Tableau IV.14 : calcul des pertes en pré-tension selon IS1343 :1980.

Perte par
Déformation
élastique
200000 32244,069 12,70 89,94

Tension initiale 89,94 1398,06

Perte par fluage


1,60 12,70 3,94 200000 32244,069 126,08

Perte par retrait 200000 60

Perte par
Relaxation 90

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 96


S. Soufiane Chapitre IV

Tableau IV.15 : les valeurs des pertes calculées par le mode de pré-tension pour chaque code.

Eurocode 2
Pertes BPEL : 1991 ACI-318 :2008 IS-1343 :1980
Par t 1.1
Déformation
72,73 76,17 95,53 89,94
instantanées
Fluage du béton 145,46 121,88 142,93 126,08
Retrait du béton 44 44 69,20 60
Relaxation des
70,25 99,36 82,87 90
aciers
Pertes totale 332,44 341,41 390,53 366,02

Tableau IV.16 : pourcentages des pertes par le mode de pré-tension pour chaque code.

Eurocode 2
Pertes BPEL : 1991 ACI-318 :2008 IS-1343 :1980
Par t 1.1
4,88 5,11 6,42 6,04
9,78 8,19 9,61 8,47
2,96 2,96 4,65 4,03
4,72 6,67 5,57 6,05
22,34 22,93 26,25 24,59

IV.4.2.2 Analyse des résultats des calculs


IV.4.2.2.1 Perte par déformation instantanées

7
[VALEUR Y]
[VALEUR Y]
6
BPEL : 1991
[VALEUR Y] [VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
5
ACI-318 :2008
IS-1343 :1980
4

3
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.14: pertes par la déformation instantanée en pré-tension en (%) selon les quatre codes

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 97


S. Soufiane Chapitre IV

La perte due à la déformation instantanée selon les exigences du code ACI-318 :2008 a produit
la plus grande perte de 95,53 MPa ou 6,42% de la valeur de précontrainte initial, comme le montre la
figure IV .14. La perte par déformation instantanée la plus faible est égale à72,73 MPa ou 4,88% à
l'aide de BPEL : 1991. La valeur de perte par déformation instantanée qui est égal à 5,11% et6,04%
qui ont été calculées co : part 1.1 et IS-1343 :1980
respectivement.

IV.4.2.2.2 Perte par fluage

P ert es par f l uage


11

10
[VALEUR Y]
[VALEUR Y]

9 BPEL : 1991
[VALEUR Y]
[VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
ACI-318 :2008
8
IS-1343 :1980

7
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.15: perte par fluage en pré-tension en (%) selon les quatre codes
Comme le montre la figure IV .15 . La perte due au fluage calculée en utilisant la disposition
donnée dans BPEL : 1991 a donné la valeur la plus élevée qui est égal à 145,46 MPa (perte de 9,78%
de la valeur de précontrainte initiale).Ce chiffre a été suivi d'une perte la plus basse est égal à 121,46
MPa (8,19 % de la valeur de précontrainte initiale) calculée conformément aux dispositions de
: 1.1. Le calcul utilisant la disposition donnée dans ACI-318 :2008 donnée une perte
qui est égal à 142,93 MPa ou 9,61% de la valeur de précontrainte initial. Le calcul par IS -
1343 :1980 a enregistré une perte due au fluage est égale à 126,08 MPa ou une perte de 8,47% de la
valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 98


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.2.2.3 Perte par retrait

P ert es par r et rai t


6

5 [VALEUR Y]
4,03
4
BPEL : 1991
[VALEUR Y] [VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
3
ACI-318 :2008
2 IS-1343 :1980

1
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.16: perte par retrait en pré-tension en (%) selon les quatre codes

En référence à la figure IV.16, pour la perte due au retrait, le calcul en utilisant la disposition
donnée dans ACI -318 :2008 a enregistré la valeur la plus élevée qui est égal à69,20 MPa ou 4,65% de
la valeur de précontrainte initial. Le calcul en utilisant la disposition donnée dans IS-1343 :1980 a
enregistré la valeur qui est égal à60 MPa ou 4,03 % de la valeur de précontrainte initial. Cela a été
suivi par le calcul par Eurocode 2: Part 1.1: 1995 et BPEL : 1991 où les deux codes partageaient le
même chiffre de 44 MPa ou 2,96% de la valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 99


S. Soufiane Chapitre IV

IV.4.2.2.4 Perte par relaxation

Pe r t e s p a r r e l ax a t io n
8

7 [VALEUR Y]

[VALEUR Y]
6 [VALEUR Y]
BPEL : 1991

[VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1


5
ACI-318 :2008
IS-1343 :1980
4

3
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.17: perte par larelaxation en pré-tension en (%) selon les quatre codes
Comme la montre la figure IV.17, la perte par la relaxation de l'acier a contribué à une perte de
4% à 7% de la valeur de précontrainte initiale. En termes de pourcentage de perte, le chiffre exact était
4,72%, 6,67%, 5,57% et 6,05% de la valeur de précontrainte initial calculée en utilisant la disposition
donnée par BPEL : 1991, Eurocode 2: Part 1.1: 1995, ACI-318 :2008 et IS-1343 :1980 respectivement.

IV.4.2.2.5 Pertes différées totales

21

[VALEUR Y]
20

[VALEUR Y]
19
BPEL : 1991
[VALEUR Y] Eurocode 2 par 1,1
18 [VALEUR Y]
ACI-318 :2008

17 IS-1343 :1980

16
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figues IV.18: pertes différées total par pré-tension en (%) selon les quatre codes

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 100


S. Soufiane Chapitre IV

Dans le cas de la perte différée totale, comme le montre la figure IV.17, les calculs utilisant la
disposition donnée par les quatre codes internationaux dans l'unité MPa et le pourcentage agencé de
manière ascendante. Le calcul par BPEL : 1991 a donné une perte est égal à 259,71MPa ou 17,47% de
la valeur de précontrainte initial. Le calcul à l'aide de l'Eurocode 2: Part 1.1: 1995 a enregistré une
perte différée totalde 265,24 MPa ou 17,83%.de la valeur de précontraint initial. Une valeur de perte
par différée total beaucoup plus élevée a été calculée en utilisant ACI-318 :2008 qui est égal à 295
MPa ou 19,83% de la valeur de pr2contrainte initial. Une valeur de perte par différée total plus basse a
été calculée en utilisant IS-1343 :1980 qui est égal à 295 MPaou 18,55 % de la valeur de précontrainte
initial.

IV.4.2.2.6 Pertes totales

Pe r t e s t o t al e s
27
[VALEUR Y]

26
[VALEUR Y]
25
BPEL : 1991

24 Eurocode 2 par 1,1

[VALEUR Y] ACI-318 :2008


23
[VALEUR Y] IS-1343 :1980

22

21
0 1 2 3 4
Les codes internationaux

Figure IV.19: perte totale par pré-tension en (%) selon les quatre codes

Dans le cas de la perte totale, comme le montre la figureIV.19, les calculs utilisant la disposition
donnée par les quatre codes internationaux dans l'unité MPa et le pourcentage agencé de manière
ascendante. Le calcul par BPEL : 1991 a donné une perte est égal à 332,44MPa ou 22,34% de la
valeur de précontrainte initial. Le calcul à l'aide de l'Eurocode 2: Part 1.1: 1995 a enregistré une perte
totale de 341,41 MPa ou 22,93%.de la valeur de précontraint initial. Une valeur de perte totale
beaucoup plus élevée a été calculée en utilisant ACI-318 :2008 qui est égal à 390,53 MPa ou 26,25%
de la valeur de précontrainte initial. Une valeur de perte totale plus basse a été calculée en utilisant
IS-1343 :1980 qui est égal à 366,02 MPaou 24,59 % de la valeur de précontrainte initial.

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 101


S. Soufiane Chapitre IV

IV.5 Conclusion
des pertes pour chaque code ont conclu
que les pertes totales calculées pour la méthode de post-tension sont supérieurs à ceux calculés pour la
méthode de pré-tension, les valeurs des pertes la plus élevées sont les pertes dues au fluage et retrait
pour le mode de pré-tension, pour le mode par post-tension les valeurs des pertes la plus basse sont les

Les valeurs des pertes sont variées pour chaque code international à cause des facteurs, par
exemple, les pertes par frot : coefficient de
frottement , coefficient de déviation parasite .

étude comparative des codes de calcul des pertes de précontrainte 102


S. Soufiane Conclusion général

Conclusion général

Le béton précontraint est une forme particulière de béton armé. La précontrainte implique
l'application d'une charge de compression initiale à la structure afin de réduire ou d'éliminer la force de
traction interne et, ainsi, de contrôler ou d'éliminer la fissuration, la connaissance des propriétés
matérielles est essentiel à la compréhension complète du comportement du béton précontraint.

Il y a six types de pertes de précontrainte calculées à partir des codes internationaux ont été
déterminées telles que BPEL: 1991, IS 1343: 1980, Eurocode 2: Part 1.1: 1995 et ACI-318: 2008. .la
plus part de ces codes ne sont pas entièrement différents les uns des autres, mais il y a certaines
particules ou certains paragraphes qui sont modifiés et ils sont le résultat de circonstances particulières.

Un calcul pas à pas des pertes de précontrainte comme indiqué dans les codes internationaux
mentionnés ci-dessus ont été réalisées en utilisant une poutre de section en I en post-tension et en pré-
tension. Les différences de calculs des pertes obtenues à partir des exigences des quatre codes
internationaux sont examinées. Discussion sur les différences causées par les différents paramètres de
pertes de précontrainte utilisés et diverses considérations de conception adoptées sont compilées. On
constate que des pertes plus élevées de précontrainte se traduiront par une plus grande quantité des
câbles de précontrainte. Les pertes totales calculées pour la méthode de post-tension sont supérieures à
celles calculées pour la méthode de précontrainte

Conclusion général 103


Références bibliographiques

EDWARD G, Nway. Prestressed concrete a fundamental approach. New jersey: Pearson,


2009.p.01-103.

. cahier technique n°1 : la précontrainte en bâtiment, entreprises générales de France. TP,


France, juin 2014.disponible sur :
http://www.egfbtp.com/sites/default/files/la_precontrainte_en_batiment.pdf (page consultée sur
18/03/2018)

T.Y, Lin, NED H, Burns. Design of prestressed concrete structures. New York: John Wiley &

Sons, 1981.p.30-36.

MOUTAMANI, Meriem. : La précontrainte des planchers par post-


tension. Strasbourg : Freyssinet sustainable technologie, juin 2011..p10-16.

N KRISHMA, Rajau. Prestressed concrete. New Delhi: Tata McGraw-Hill, 2006.p.04-132.

ABDELAZIZ, Yazid. Béton précontraint : cours et exercices. Bechar : centre universitaire de


Bechar, 2005.92p.

présentation: Le Béton Précontraint Utilisation dans la construction. Disponible


sur ;https://fr.calameo.com/read/00089986930bf8afd803a (page consultée le 10/03/2018).

ROBERT, Chaussin, et al. La précontrainte. Paris : presses des ponts ,1992.p.32-103.

DREUX, Georges, MAZARS, Jacky, RIMBOEUF, Michel. cours pratique de béton


précontraint : règles BPEL 1983.Paris : Eyrolles, 1984.p14-48.

CAUSSE, Gilles, BOUCHON, Emmanuel, CHARLES, Pascal. Béton précontraint : support


de cours. Paris : presses des ponts, 2007.p08-57.

THONIER, Henry. Le béton précontraint aux états-limites. Paris : presses des ponts,
1985.p50-425.

PATRICK, Le delliou. Béton précontraint aux Eurocodes. Lyon : Presses universitaires de


Lyon, 2004.p09-118.

ANTOINE E, Naaman. Prestressed concrete analysis and design Fundamentals. Michigan:


Techno press 3000, 2004.p09-194

José Roberto MONTALVO AHUAT, Analyse des essais de fluage des bétons, Projet de fin

KARIM, Miled, Béton Précontraint- Généralités: concepts de base et modes de réalisation.


In Module Béton Précontraint .ENTP ,2009.32p

Prestressed concrete friction losses during stressing, construction industry research and
information association, London, 1978.

[17] Mustapha Boukendakdji, Mabrouk Touahmia, Belkacem Achour. Comparative Study of


Prestress Losses. Engineering Technology & Applied Science Research,2017,07.p

[18] H.T. Chen g. Badorul Hisham bin Abu Bakar. Comparative study of prestress losses using
various international codes of practices

[19] ARTHUR H, Nilson. Design of prestressed concrete. New York: John Wiley &Sons,
1987.p.259.