Sie sind auf Seite 1von 4

La perfusion sous – cutanée ou hypodermoclyse -1-

LA PERFUSION SOUS – CUTANEE OU HYPODERMOCLYSE

DEFINITION
Technique consistant à perfuser des liquides par voie sous-cutanée.
Cette technique est très utilisée en soins palliatifs et dans les situations de fin de vie ainsi
qu’en gériatrie et chez la personne âgée à domicile.
Elle permet non seulement l’hydratation mais également l’administration de médicaments en
perfusion continue ou discontinue selon l’OM.

INDICATIONS
ƒ personne ayant un mauvais capital veineux
ƒ déshydratation modérée ou apport oral insuffisant
ƒ hydratation de fin de vie
ƒ troubles de la déglutition, dysphagie
ƒ antalgie ou autre médication.

CONTRE-INDICATIONS
Absolues
Les situations d’urgence ne se traitent pas par perfusion sous-cutanée (état de choc,
déshydratation grave, hyponatrémie majeure…).

Relatives
ƒ insuffisance cardiaque décompensée
ƒ insuffisance circulatoire
ƒ oedèmes généralisés
ƒ troubles de la coagulation
ƒ traitement anticoagulant.

AVANTAGES
ƒ pose et surveillances simples
ƒ capital veineux préservé
ƒ possibilité de garder le même point de ponction pendant 3 à 7 jours en l’absence de
réactions locales
ƒ diminution du risque infectieux
ƒ diminution du risque thrombo-embolique
ƒ possibilité de varier les sites d’injection.

Groupe d’unification des techniques de soins Hôpitaux de stages, C.M.I.E. de l’I.C.H.V. et HES-SO Valais, filière
infirmière, février 2009 © HES-SO Valais
Mis en ligne par Thierry Rauber / HES-SO Valais-Wallis en date du 24 mars 2009
La perfusion sous – cutanée ou hypodermoclyse -2-

SITES D’INJECTION
ƒ région abdominale (en dehors de la zone péri-ombilicale)
ƒ face antérieure ou antéro-latérale externe des cuisses (idéalement le 1/3 médian)
ƒ région sous-claviculaire (à 3 travers de doigt au-dessous du milieu de la clavicule)
ƒ région sus-scapulaire
ƒ à distance de tout système implanté (pace-maker,. P.A.C.,…) et stomies

NB
ƒ piquer dans une peau saine (pas d’œdème, ni d’hématome, ni d’inflammation,
ni de troubles sensitifs…)
ƒ respecter le souhait du client et ses habitudes (positions particulières)
ƒ éviter les endroits avec un risque de compression ou frottement (en dernier
recours) qui pourrait entraîner une escarre.

Groupe d’unification des techniques de soins Hôpitaux de stages, C.M.I.E. de l’I.C.H.V. et HES-SO Valais, filière
infirmière, février 2009 © HES-SO Valais
Mis en ligne par Thierry Rauber / HES-SO Valais-Wallis en date du 24 mars 2009
La perfusion sous – cutanée ou hypodermoclyse -3-

TECHNIQUE DE LA POSE D’UNE PERFUSION SOUS-CUTANEE

Matériel Technique

- solution antiseptique pour les mains - se désinfecter les mains


- perfusion et tubulure - préparer la perfusion en purgeant la
tubulure et l’aiguille
- gants - mettre les gants
- désinfectant - désinfecter le site de ponction à bout de
- set à pansement pince
- aiguille à ailette 21-23G (type Butterfly® - laisser sécher
ou cathéter court type Venflon® - pincer la peau entre le pouce et l’index et
pédiatrique) piquer dans le pli à 30°, biseau de
l’aiguille tourné vers le haut

- pansement adhésif transparent ad hoc


pour voie veineuse.

- placer une petite compresse entre


les ailettes et la peau
- maintenir le tout avec le
pansement adhésif transparent
- régler le débit de la perfusion.

NB
ƒ un petit gonflement en début de perfusion est normal
ƒ si vous venez de piquer et que la perfusion ne passe pas, déplacer l’aiguille dans
le plan cutané

Groupe d’unification des techniques de soins Hôpitaux de stages, C.M.I.E. de l’I.C.H.V. et HES-SO Valais, filière
infirmière, février 2009 © HES-SO Valais
Mis en ligne par Thierry Rauber / HES-SO Valais-Wallis en date du 24 mars 2009
La perfusion sous – cutanée ou hypodermoclyse -4-

COMPLICATIONS
ƒ surinfection locale
ƒ œdème local par mauvaise résorption
ƒ plaque d’induration douloureuse
ƒ prurit
ƒ nécrose cutanée en cas d’utilisation de soluté hypertonique

SURVEILLANCES
ƒ aspect, couleur, chaleur de la région de ponction (inflammation, hématome, abcès,
nécrose)
ƒ réactions locales : placard blanc, œdème, rougeur, crépitement à la palpationÆ
changement de site
ƒ sang dans la tubulure ou au point de ponctionÆ changement de site
ƒ douleurs au point d’injection (irritation, perfusion trop rapide)
ƒ pansementÆ à changer selon le type de pansement

SUBSTANCES PERFUSABLES ET / OU INJECTABLES


ƒ le Nacl 0,9% est le soluté de choix à raison de 500 à 1’000 ml/24h maximum par site
d’injection
- administration possible sur 24h, 12h, ou moins en discontinu
- éviter le Glucose 5% (se résorbe difficilement, risque d’œdème) et les produits
hypertoniques (risque de nécrose)
ƒ antalgiques
ƒ psychotropes
ƒ anti-émétiques
ƒ anti-cholinergiques
ƒ corticoïdes

NB
En cas d’utilisation de cette technique uniquement pour l’injection de
médicaments :
ƒ ne pas utiliser la voie d’accès pour plus de deux médicaments
ƒ rincer systématiquement le cathéter avec 0,5 ml de Nacl 0,9 % après chaque
injection (sauf lors d’administration de Morphine®)

REFERENCES
ƒ Capp-info n°23, août 2003, administration des médicaments et réhydratation par voie sous-
cutanée (HUG)
Adresse URL : http://pharmacoclin.hug-ge.ch/library/pdf/cappinfo23.pdf (page consultée le 24
juin 2008 )
ƒ FMC du 8 février 2005 par le Dr Alain Hirschauer, service de soins palliatifs, Clinique des
Augustines, l’hypodermoclyse : perfusion sous-cutanée continue ou discontinue
Adresse URL : http://amem.free.fr/textes/hypodermoclyse.htm (page consultée le 24 juin 2008 )
ƒ La perfusion sous-cutanée
Adresse URL : http://membres.lycos.fr/didmed/perf-sc/generalites.htm? (page consultée le 4
septembre 2008)
ƒ Krummenacher Gaëlle .- protocole pour les injections sous-cutanées .- Clinique St-Amé, unité de
soutien de soins palliatifs – USSP /RSV/CHC .- avril 08

Groupe d’unification des techniques de soins Hôpitaux de stages, C.M.I.E. de l’I.C.H.V. et HES-SO Valais, filière
infirmière, février 2009 © HES-SO Valais
Mis en ligne par Thierry Rauber / HES-SO Valais-Wallis en date du 24 mars 2009