Sie sind auf Seite 1von 35

Matière :Téléphonie

Objectifs
- Les réseaux de télécommunications englobent un large domaine d’applications.

- La téléphonie, en particulier, reflète bien l’un des réseaux de télécommunication les plus
utilisés dans la société d’aujourd’hui.

- Son fonctionnement, son évolution, ses caractéristiques et son futur sont d’une
importance cruciale pour les étudiants qui se spécialisent dans les télécommunications
Contenu de la matière :

Chapitre 1. La téléphonie analogique à commutation :


Historique, évolution, principe et architecture

Chapitre 2. Supports de transmission en téléphonie :


Critères d’évaluation, Conducteurs électriques, Sans fil, Fibre optique

Chapitre 3. La téléphonie numérique cellulaire GSM :


Réseaux, Protocoles, Architecture et équipements, Schémas de principe, Mesures.

Chapitre 4. Les nouvelles générations de la téléphonie numérique :


3G et UMTS, 3.5 G, 4G, …

Chapitre 5. Equipements d’interconnexion en téléphonie :


Les commutateurs, les routeurs, les interfaces, les passerelles
Chapitre 1. La téléphonie analogique à
commutation
1.1 Principe de la téléphonie

La téléphonie a été initialement utiliser pour transmettre la voix humaine entre


deux lieux distants l’un de l’autre

Une liaison téléphonique élémentaire est constituée par :

– Deux dispositifs émetteur-récepteur appelés postes téléphoniques.

– Une ligne bifilaire acheminant les signaux : la paire torsadée.


- Une ligne radio (sans file).
– Une source d’énergie électrique (E). La tension continue nécessaire à
l’alimentation des postes téléphoniques est fournie par une source installée au
central téléphonique (batterie centrale).
1.1 Principe de la téléphonie analogique

Elle utilise comme support des lignes électriques sur lesquelles transite un courant
analogue aux signaux sonores

Energie Signal Signal Energie


Transducteur Transducteur
Acoustique électrique électrique Acoustique

Poste Poste
téléphonique E téléphonique
A (émetteur) B (récepteur)

FIGURE 1 – Schéma d’une liaison téléphonique


1.1 Principe de la téléphonie analogique

Un microphone est un transducteur électroacoustique, c’est-à-dire un appareil capable


de convertir un signal acoustique en signal électrique.

Un haut-parleur est un transducteur électroacoustique destiné à produire des sons à


partir d'un signal électrique
1.2 Evolution de la téléphonie

En 1877, l’américain Alexander Graham Bell construisit le premier


téléphone capable de transmettre la voix humaine, tout en respectant sa
qualité et son timbre.

« I want you » traduit « j’ai besoin de vous »


1922 : Le PTT24
Dans les années 1920, apparaît le téléphone à cadran tournant à 10 chiffres (de 0
à 9) pour composer le numéro d’un correspondant.

1943 : L’U43
Ce poste Universel 1943 (U43), fabriqué en bakélite (plastique très dur), a
contribué à la démocratisation du téléphone en France.
1975 : Le T75
Le poste Télic 1975, ou T75, est le premier poste téléphonique "électronique"
français. Il est conçu et fabriqué à Strasbourg, dans l'une des unités qui deviendra
plus tard Alcatel. Ses innovations sont un design particulièrement proche des
tendances de son époque (formes arrondies, couleur orange), la numérotation par
clavier électronique.

le téléphone posséder un clavier à touches numériques qui remplace le cadran.


C'est une invention due à John Karlin des Bell Labs.
Années 1990, les téléphones sans fil
Le réseau Radiocom 2000 (1G) est lancé, en France, en 1986
et remplace progressivement le réseau analogique.
2002 : Siemens Gigaset A340
Depuis le début des années 1990, ces téléphones utilisent la norme
DECT (Digital Enhanced Cordless Telephone - Téléphone sans-fil
numérique amélioré). C’est une norme de téléphonie sans-fil
numérique destinée aux particuliers comme aux entreprises sur la
gamme de fréquence 1 880 à 1 900 MHz. Cette norme, même si elle a
été conçue pour une gamme large d'utilisations, est aujourd'hui
principalement utilisée pour des communications vocales

2011 : L’iPhone 4S et Smartphones Samsung

L’iPhone 4S est un téléphone portable nouvelle génération : un


Smartphone. Il a été conçu et commercialisé par Apple. Cet
appareil tactile permet de prendre des photos, d’écouter de la
musique, de naviguer sur Internet, d’envoyer des messages
(SMS ou MMS), de télécharger des applications (jeux ou
logiciels)
1.4 Principe et architecture de RTC
Le réseau téléphonique commuté (RTC) met en relation deux postes d’abonné
• Le protocole pour établir, maintenir et rompre la relation s’appelle la signalisation
• Les 3 étages du réseau

•La commutation : partie centrale du réseau qui mets en relation les abonnés

• La transmission : la liaison de l’ensemble des commutateurs (réseau de transmission


ou réseau de transport)

• La distribution : le réseau reliant les abonnés au commutateur le plus proche (le


commutateur de rattachement)
1.3 Réseau et commutateurs
La commutation téléphonique est l’ensemble des techniques que l’on met une
relation entre tous les abonnés
- La commutation du réseau public RTC, ce sont des communications extérieures
- Une communication internes traitées par un autocommutateur privé.
A l’origine les "demoiselles du téléphone" connectaient manuellement la ligne de l’appelant
à celle de l’appelé.

Les commutateurs ont évolué, ils ont passé par de l’électrotechnique aux technologies
électronique puis maintenant informatique.
1.3 Réseau et commutateurs
Le RTC est composé de noeuds (commutateurs) s’échangeant des informations au
moyen de protocoles de communications normalisés par les instances internationales

Chaque poste téléphonique est rattaché à une seule armoire de répartition connectée à
un commutateur local (local switch) dont la distance peut aller de quelques centaines
de mètres jusqu’à quelques kilomètres réduisant d’autant la bande passante des
signaux transmis du fait de l'augmentation de l'atténuation
1.3 Réseau et commutateurs

On distingue pour ces réseaux trois types de commutation :


- la commutation de circuits ;
- la commutation de paquets ou de messages ;
- la commutation de cellules

La commutation de circuits
La commutation de circuits est utilisée principalement sur les réseaux téléphoniques.
Pour des communications grandes distances, la liaison est établie par une série de
commutateurs hiérarchisés et situés dans les différents centres de transit (centres locaux,
centres interurbains, centres nationaux).
1.3 Réseau et commutateurs

Réseau à commutation de circuits


Dans la commutation de circuits, un lien physique est établi par juxtaposition de différents
supports physiques afin de constituer une liaison de bout en bout entre une source et une
destination . La mise en relation physique est réalisée par les commutateurs avant tout
échange de données et est maintenue tant que les entités communicantes ne la libèrent pas
expressément
1. 4. Architecture du réseau téléphonique analogique
La figure suivante montre bien que l’on peut considérer que le réseau téléphonique RTC est
constitué d'un réseau local (périphérique) et d'un réseau dorsal (backbone)

Structure du RTCP
1.4.1 Réseau local
Pour faciliter le déploiement et l'exploitation du réseau périphérique, celui-ci est organisé
comme indiqué sur la Figure suivante

Structure du réseau local


Les câbles de distributions relient les points de concentration au sous
répartiteurs. Ces câbles peuvent être soit aériens, soit posé en plein terre (moins
onéreux mais vulnérables) soit en canalisations souterraines
Le point de concentration PC n'est rien d'autre qu'un mini répartiteur de petite capacité
d'une à quelques dizaines de paires.

Point de concentration
Les sous répartiteurs SR sont des "casiers" placés sur les trottoirs.

Ils permettent de la même façon qu'un PC de regrouper les câbles de distribution vers les
câbles de transport qui sont plus volumineux. Un SR peut connecter jusqu'à 1500 paires
Les câbles de transport sont similaires aux câbles de distribution avec des
capacités plus élevée, 112 à 2688 paires. Ces câbles sont posés dans des conduites
souterraines
Le répartiteur général constitue le point d’accès des lignes à l'autocommutateur.

Répartiteur général
Le réseau dorsal

l est constitué des commutateurs et des systèmes de


transmission. • Le réseau a une structure étoilée/maillée

Les commutateurs (centres) : sont fonctionnellement


de deux types :
• Les centres d'abonnés
•Les centres de transit.
Les centres d’abonnés

Ce sont les centres qui permettent le rattachement des abonnés. Ils sont différentiés en deux
types:
• Les centres à autonomie d'acheminement CAA qui sont capables d'analyser les numéros
qu'ils reçoivent et les traduire en un itinéraire parmi ceux possibles pour acheminer la
communication vers l'abonné demandé.

Les centres locaux CL qui ne sont pas capables d'analyser la numérotation ou ils sont
seulement capables d'analyser les numéros des abonnés.
Les centres de transit

Ils permettent de connecter les commutateurs qui n'ont pas de liaison entre eux. Ceci
permet d'avoir un réseau étoilé plus facile à gérer et moins onéreux

Les centres de transits sont aussi différentiés en deux types,


les centres de transit secondaires (CTS) et les centres de transit principaux (CTP)

Ils permettent de connecter les réseaux de deux pays sont appelé


centres de transit internationaux
1. 4.2 Architecture hiérarchique du RTC

Le réseau téléphonique de l’opérateur historique Algérie Télécom a une organisation


hiérarchique à trois niveaux . Il est structuré en zones, chaque zone correspond à un niveau de
concentration et en principe de taxation.
- Zone à Autonomie d’Acheminement (ZAA)
- Zone de Transit Secondaire (ZTS)
- Zone de Transit Principal (ZTP)

organisation du réseau téléphonique


1.4.3 Gestion du réseau
- La connexion est la principale fonction d'un commutateur. Elle est assurée par un réseau de
connexion
- L'établissement des connexions nécessite l'échange de signalisation entre les commutateurs
et une série d’actions liée au traitement d'appel.

Architecture d'un commutateur


1.4.4 Déroulement de l’appel téléphonique
La procédure de mettre en relation deux abonnés obéit à un protocole qui organise le dialogue
entre les terminaux des utilisateurs et le réseau (signalisation Utilisateur/Réseau)

Nous considérerons un utilisateur A relié à un commutateur CA1 qui veut appeler un abonné B
relié à un commutateur CA2 différent

Etablissement d’un appel téléphonique


1.4.5 Signalisation analogique intercentraux
Jusqu'aux années 1970, le réseau téléphonique était purement analogique. La signalisation
entre centraux se faisait par transmission de tonalités spécifiques. C’est une signalisation
analogique à basses fréquences entre commutateurs qui se réalise grâce aux joncteurs.
1.4.6 Le réseau de distribution
Chaque abonné du réseau dispose d'un poste d'abonné qui est relié par une paire de fils de
cuivre à un commutateur. Cette liaison est appelée ligne d'abonné. Le réseau de distribution
est aussi appelé boucle locale
La partie « Branchement » C’est la partie reliant les clients aux points de
raccordement
La partie « Distribution » C’est la partie des câbles de moyenne capacité, qui relient les points
de raccordement à un sous-répartiteur
La partie « Transport » La partie transport, est la partie qui connecte chaque sous-répartiteur à
un répartiteur via un câble de forte capacité.

La boucle locale

Point de concentration
Le réseau dorsal
Il est constitué des commutateurs et des systèmes de
transmission.
• Le réseau a une structure étoilée/maillée, mais avec l’arrivée
de la hiérarchie SDH*, le réseau a tendance à migrer vers une
structure en anneau

Les commutateurs (centres) : sont fonctionnellement


de deux types :
ü Les centres d'abonnés
ü Les centres de transit
1.4.7 Le terminal analogique
Le schéma du poste téléphonique classique est donné dans la figure 1. 15. Celui-ci est
composé d'un dispositif de sonnerie branché en parallèle avec le dispositif microphone-
écouteur. Lorsque le poste est raccroché, un inverseur commute la ligne d'abonné sur le
1.4.8 Envoi du numéro

Le poste à cadran possède un disque mobile contenant 10 trous également espacés numérotés
de 0 à 9. Pour composer un chiffre, on arme le cadran à partir du chiffre qu'on désire composer
jusqu'à la butée puis on le relâche, le disque revient alors à sa position de repos sous l'action
d'un ressort de rappel.

Signal de numérotation impulsionnelle


1.4.9 Poste téléphonique à clavier
Il s'agit de poste à clavier permettant de simuler le fonctionnement du poste à cadran en
générant des impulsions similaires. Ils sont donc utilisés avec le même type de carte
d'abonné au niveau des centres téléphoniques

Poste impulsionnel à clavier


Dans le poste à fréquence vocale, la composition des numéros provoque en général une
émission de tonalités appelées DTMF (Dual Tone Mode Frequency) ou Q.23 du nom de la
recommandation ITU correspondante [Q.23]. Chaque numéro correspond à deux fréquences
superposées suivant la figure ci-dessous.

C'est un système qui consiste à envoyer la numérotation sous forme de signaux à deux
harmoniques (tones) dans la plage de fréquence vocale [300 Hz, 3400 Hz]. D’où la notion
de signaux de numérotation « dans bande ». A chaque fois qu'une touche est actionnée,
deux signaux de fréquence f et F sont générés. La somme de ces deux signaux produit le
signal DTMF désiré. Le système DTMF ne fonctionne que si le commutateur de
rattachement est équipé du système de détection et de reconnaissance de ces signaux.