Sie sind auf Seite 1von 3

Document généré le 8 jan.

2020 05:43

Les Cahiers de droit

Procédure et formes de l'acte administratif unilatéral en droit français, par


René HOSTIOU, préface de Georges Dupuis, Paris, L.G.D.J., 1975.
Denis Lemieux

Volume 17, numéro 1, 1976

URI : https://id.erudit.org/iderudit/042094ar
DOI : https://doi.org/10.7202/042094ar

Aller au sommaire du numéro

Éditeur(s)
Faculté de droit de l’Université Laval

ISSN
0007-974X (imprimé)
1918-8218 (numérique)

Découvrir la revue

Citer ce compte rendu


Lemieux, D. (1976). Compte rendu de [Procédure et formes de l'acte administratif
unilatéral en droit français, par René HOSTIOU, préface de Georges Dupuis, Paris,
L.G.D.J., 1975.] Les Cahiers de droit, 17 (1), 257–258. https://doi.org/10.7202/042094ar

Tous droits réservés © Faculté de droit de l’Université Laval, 1976 Ce document est protégé par la loi sur le droit d’auteur. L’utilisation des services
d’Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d’utilisation que vous
pouvez consulter en ligne.
https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/

Cet article est diffusé et préservé par Érudit.


Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université
de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour
mission la promotion et la valorisation de la recherche.
https://www.erudit.org/fr/
Chronique bibliographique 257

ait pas d'analogie entre la situation des mala- difier unilatéralement les conditions et mo-
des des hôpitaux publics et celle des détenus dalités d'utilisation ;
des maisons pénitentiaires, du moins sur le 3. le droit au service, au maintien de la qualité
plan de la responsabilité de l'Administration? d'usager, de même qu'au fonctionnement
L'ouvrage se divise en deux parties, soit la du service;
nature juridique de la situation d'usager et le 4. enfin, la protection juridique en cas de
contenu de cette situation. dommages subis.
Dans la première partie, l'auteur étudie le Ces règles minimales s'appliqueraient, se-
caractère réglementaire ou contractuel de la lon l'auteur, à tout service public, qu'il soit
notion d'usager, puis son rattachement au administratif ou industriel et commercial. Par
droit public ou au droit privé. La deuxième ailleurs, il faut remarquer que le fait que la
partie traite de la détermination des droits et juridiction judiciaire soit compétente dans
des obligations des usagers. certains cas ne veut pas dire que le régime
applicable sera celui du droit privé. Même les
Il faut remarquer qu'une bonne partie de
contrats relevant en apparence du droit privé
l'étude se heurte à des problèmes de conflits de
contiennent des clauses exhorbitantes du droit
juridictions (administrative ou judiciaire) qui
commun. La compétence des juridictions judi-
intéressent assez peu le juriste québécois (sauf
ciaires a pour origine un choix délibéré du
peut-être à titre préventif!).
législateur de confier à ces dernières le do-
Les conclusions que tirent l'auteur sont maine des services publics industriels et com-
assez intéressantes bien qu'orthodoxes. merciaux même si dans certains cas ces cours
Tout d'abord, on constate qu'il n'existe pas devront appliquer des règles de droit public.
de catégorie juridique des usagers. Certains Il n'y a donc pas deux théories de l'utilisa-
sont des usagers soumis aux règles du droit tion du service public, mais une plus grande
public, d'autres à celles du droit privé. Ces timidité peut-être dans les cas d'intervention
derniers sont les usagers des services indus- des tribunaux judiciaires. Pour sa part, M. Du
triels et commerciaux de même que certains Bois de Gaudusson suggère le rapatriement
usagers des services administratifs dans des aux juridictions administratives de tout le
cas assez exceptionnels, par exemple les loca- contentieux des services publics. On peut se
taires des H.L.M. demander toutefois si ce n'est pas là seulement
La distinction entre un régime réglemen- un déplacement du problème, étant donné
taire et un régime contractuel n'est pas abso- qu'il restera toujours une zone grise entre les
lue selon l'auteur puisque, même lorsqu'il y a deux juridictions (entreprises d'économie
un contrat entre l'Administration et l'usager, mixte, entreprises privées subventionnées lar-
il s'agit plutôt de l'acceptation par ce dernier gement par l'État, e t c . ) .
de l'application individuelle d'un certain nom-
bre de clauses réglementaires et du statut Denis LEMIEUX
général du service (ne pourrait-on pas en dire
autant des usagers de certains services pri-
vés?). Procédure et formes de l'acte administratif
Cependant, il existera des différences de unilatéral en droit français, par René
régimes selon un certain nombre de facteurs, HOSTIOU, préface de Georges Dupuis,
soit le caractère facultatif ou obligatoire du Paris, L.G.D.J., 1975.
service, l'étendue des obligations, la nature
payante ou gratuite du service, la durée de son L'intérêt de l'ouvrage de monsieur Hostiou
utilisation, l'aspect communautaire ou non du réside dans le regroupement qu'il établit de
service, la liberté ou la contrainte qu'il en- différentes phases, gestes et formalités qui
traîne et enfin la nature juridique du rapport entourent l'acte administratif.
d'utilisation. Dans une première partie, l'auteur établit
Si cette diversité des critères de distinction les conditions de régularité procédurale et
rend impossible l'application de règles impo- formelle de l'acte administratif. Il est ainsi
sées dans tous les cas, le professeur Du Bois de question de la procédure consultative, assez
Gaudusson n'en dégage pas moins un corps de répandue en droit français, bien que de ma-
règles juridiques communes à tous les usagers. nière plus discrète que dans les pays anglo-
Ces règles sont: saxons. Cette formalité consultative a un
1. la soumission aux lois et aux règlements ; caractère préparatoire et est rattachable à
2. la possibilité pour l'Administration de mo- l'acte normatif, même si la consultation elle-
258 Les Cahiers de Droit (1976) nc.de D. .51

même ne porte pas normalement atteinte à des celle à laquelle elle sera applicable, n'est ni
droits. négligeable, ni inutile. C'est tout d'abord
Le deuxième point étudié est celui de la sans doute témoigner d'un minimum d'égard
procédure contradictoire, qui s'apparente à envers l'administré. Le formalisme adminis-
tratif ne doit pas être nécessairement consi-
nos principes de justice naturelle. Cette procé- déré comme un élément supplémentaire du
dure contradictoire s'applique aux actes quasi- • mystère • de l'administration mais bien
juridictionnels définis comme suit par l'au- plutôt comme étant au service de l'adminis-
teur: tré.
Le critère organique lui fait défaut ; ii émane
d'une autorité qualifiée d'administrative et Cette étude présente nombre de points
ne saurait, par conséquent, avoir autorité de d'intérêts pour l'évaluation et la critique du
chose jugée. En revanche, le critère matériell droit administratif québécois.
tiré de l'existence d'une contestation, et Denis LEMIEUX
procédural (obligation de respecter les droits
de la défense) lui sont applicables (p. 192).
Il semble que cette obligation de respecter
les droits de la défense s'attache aux décisions Rapports belges au IX* Congrès de l'Académie
présentant un caractère de sanction, ce qui en internationale de droit comparé, Bruxelles,
restreint quelque peu la portée par rapport aux Centre interuniversitaire de droit comparé,
principes de justice naturelle que nous con- 1974, 717 pp. (Prix: broché: 1600 FB;
naissons. relié et dos cuir: 2200 FB).
Après avoir discuté des formalités de
publicité de l'acte, l'auteur aborde le problème Le Centre interuniversitaire de droit comparé
de la motivation. L'obligation de motiver ne nous a habitués à des publications de grand
constitue pas encore un principe général de intérêt ; outre la collection de monographies, il
droit tant en France qu'au Québec. Pourtant, publie. depuis plusieurs années des rapports
le Conseil d'État l'exige exceptionnellement présentés lors de congrès de droit comparé. Le
«eu égard à la nature, la composition et les Centre a publié récemment, avec le concours
attributions > de certains organismes adminis- de l'Institut belge de droit comparé, les rap-
tratifs. Si ce critère demeure flou, en revanche ports belges présentés au congrès de l'Acadé-
l'intention exprimée est claire. Il s'agit de mie internationale de droit comparé, à Téhé-
contrôler par ce moyen les activités d'organis- ran, du 27 septembre au 4 octobre 1974.
mes exerçant une fonction publique mais dont Il est évidemment téméraire de vouloir
les membres sont désignés par des associations faire la recension d'un ouvrage comprenant
privées (voir p. 194). vingt-huit rapports portant sur une variété
L'auteur traite ensuite du problème des considérable de sujets juridiques. Une étude
signatures avant d'aborder la deuxième partie critique de chacun des rapports exigerait une
de son ouvrage, relative à la sanction de la compétence extrêmement polyvalente et un
violation des formes et des formalités entou- espace qui déborderait les cadres de la pré-
rant l'acte administratif. sente chronique. Par ailleurs, se limiter à faire
Certains vices de forme mineurs peuvent une telle étude choisissant quelques-uns des
être régularisés par l'Administration sans que rapports peut laisser d'autres textes, aussi
celle-ci ait à prendre une nouvelle décision. valables, en veilleuse.
D'autres entacheront la décision prise de En revanche, il est toujours utile pour le
nullité absolue parce que se rattachant à lecteur de la chronique de connaître du moins
l'illégalité pour incompétence, violation de la les sujets qui sont étudiés dans un ouvrage
loi ou détournement de procédure. comme celui dont nous faisons le compte
En guise de conclusion, monsieur Hostiou rendu. Il est donc sage de se limiter à énoncer
suggère que si le formalisme qui entoure l'acte le contenu de l'ouvrage.
administratif peut apparaître à certains Il s'agit des rapports suivants: • Les décla-
égards lourd et onéieux, il peut aussi aider à rations de droit dans l'histoire du droit des
protéger les citoyens des décisions irréfléchies provinces belges», par J. Gilissen et M. Ma-
ou arbitraires: gits (pp. 1-32); iThe process of formulating
Donner à l'administré la possibilité de con- legal rules », par W. Van Gerven (pp. 33—SO) ;
naître les fondements d'une décision, ses • Le rôle du droit comparé dans les phénomè-
motifs et sa base juridique, son ou ses nes d'intégration », par E. Cerexhe (pp.
auteurs, la date à laquelle elle a été prise, 51 -71 ) ; « L'importance ed droit tcmparr éans