Sie sind auf Seite 1von 124

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple -- Un But -- Une Foi

-----
MINISTERE DE L’AGRICULTURE
------
DIRECTION DE L’ANALYSE DE LA
PREVISION ET DES STATISTIQUES
(DAPS)

RAPPORT DE L’ETUDE SUR L’EVOLUTION DU SECTEUR


AGRICOLE, DES CONDITIONS DE VIE DES MENAGES ET
DE LA VIE CHERE AU SENEGAL

Mars 2009
I. SOMMAIRE

I. SOMMAIRE................................................................................................................................................... i
II. LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................. v
III. LISTE DES FIGURES ........................................................................................................................... vii
IV. SIGLES.................................................................................................................................................. viii
RESUME ................................................................................................................................................................ 2
INTRODUCTION .................................................................................................................................................. 3
CHAPITRE I........................................................................................................................................................... 6
1.1 Monographie du Sénégal : Géographie, climat et population du pays................................................................... 6
1.2 Analyse du potentiel de production agricole. .................................................................................................................. 7
1.2.1 Caractérisation et disponibilité des terres pour l’agriculture ................................... 7
1.2.1.1 Caractéristiques des sols................................................................................... 7
1.2.1.2 Disponibilité des terres pour l’agriculture........................................................ 8
1.2.2 Ressources hydriques et potentiel d’irrigation ........................................................ 10
1.2.2.1 Disponibilité en eau......................................................................................... 10
1.2.2.2 Disponibilité de l’eau d’irrigation ................................................................... 11
1.2.2.3. Impacts des changements climatiques : diminution des ressources hydriques
pluviométriques ............................................................................................................ 13
1.2.3 La main-d’œuvre agricole ....................................................................................... 14
1.2.3.1 La main d'œuvre classique (permanente ou temporaire).................................. 14
1.2.3.2 La main-d'œuvre occasionnelle traditionnelle : les « santanés » ................... 15
1.3. Analyse des systèmes de production ........................................................................................................................... 15
1.3.1. Sous secteur de la production végétale................................................................... 15
1.3.1.1 Systèmes de culture .......................................................................................... 15
1.3.1.2 Type d’exploitation agricole ............................................................................ 16
a) Vallée du fleuve Sénégal...................................................................................... 16
b) Sénégal Oriental et Haute Casamance ................................................................. 17
c) Bassin arachidier .................................................................................................. 18
d) Zone des Niayes ................................................................................................... 18
1.3.1.3. Mécanisation .................................................................................................. 19
1.3.1.4 Fertilisation..................................................................................................... 20
1.3.1.5 Utilisation des semences améliorées ................................................................ 21
1.3.1.6 Irrigation........................................................................................................... 23
1.3.2 Sous secteur de la production animale .................................................................... 23
1.3.2.1. Système agro-pastoral ..................................................................................... 24
1.3.2.2. Système pastoral.............................................................................................. 24
1.3.2.3. Système péri-urbain : ...................................................................................... 24
1.3.3 Sous secteurs de la production halieutique et forestière......................................... 24
1.3.3.1 Sous secteur Pêche ........................................................................................... 24
1.3.3.2 Sous secteur foret ............................................................................................. 26
 Domaine classé................................................................................................. 26
 Le domaine protégé .......................................................................................... 27
CHAPITRE II ....................................................................................................................................................... 28
EFFORTS RECENTS ET ACTUELS EN VUE DE L’ACCELERATION DE LA CROISSANCE AGRICOLE,
DE LA REDUCTION DE LA PAUVRETE ET DU RENFORCEMENT DE LA SECURITE ALIMENTAIRE
ET NUTRITIONNELLE DANS LES DOMAINES D’INVESTISSEMENT DU PDDAA................................. 28
2.1. Services agricoles........................................................................................................................................................ 29
2.1.1 Encadrement technique et niveau d’organisation des producteurs ......................... 29
2.1.1.1 Encadrement technique .................................................................................... 29
2.1.1.2 Niveau d’organisation des producteurs ............................................................ 30
2.1.2 Services financiers................................................................................................... 30

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
i
2.2 Gestion des terres et des eaux ...................................................................................................................................... 32
2.2.1 La gestion des sols................................................................................................... 32
2.2.2 La gestion des eaux ................................................................................................. 33
2.3 Infrastructures rurales et capacités commerciales ......................................................................................................... 35
2.4 Augmentation des approvisionnements alimentaires et réduction de la faim................................................................ 35
2.4.1 Les programmes spéciaux : ..................................................................................... 35
2.4.2 Le programme d’autosuffisance en riz.................................................................... 36
2.5 Pêche, environnement et élevage ................................................................................................................................. 36
2.5.1 Pêche ...................................................................................................................... 36
2.5.2 Foresterie et environnement ................................................................................... 37
2.5.2.1. Résultats globaux par composant thématique en matière de foresterie........... 37
 Reboisement et conservation des sols .............................................................. 37
 Aménagement et productions forestières ......................................................... 37
 La protection des forêts .................................................................................... 37
 La gestion de la faune et de son habitat............................................................ 38
2.5.2.2. Résultats globaux par composant thématique en matière d’environnement ... 38
 Gestion des parcs et réserves............................................................................ 38
 Réalisation de bassins de rétention................................................................... 38
 Récupération des terres salées.......................................................................... 39
2.5.3 Elevage ................................................................................................................... 39
2.6. Recherche agricole, diffusion et adoption de technologies ......................................................................................... 39
2.6.1 Le Plan Stratégique de l’ISRA (1998-2003) ........................................................... 40
2.6.2 Le Système National de Recherche Agro-Sylvo-Pastoral (SNRASP)................... 41
CHAPITRE III ...................................................................................................................................................... 42
FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE ........................................................................................................... 42
3.1 Financement par le gouvernement et les bailleurs......................................................................................................... 42
3.1.1 Budget de l’agriculture............................................................................................ 42
3.1.1.1 Financement du fonctionnement .................................................................... 43
3.1.1.2. Financement des investissements.................................................................. 44
3.1.1.3 Perspectives ...................................................................................................... 44
3.2 Financement par les Organisations Non Gouvernementales (ONG) ............................................................................. 46
3.2.1 Identification et localisation des ONG .................................................................... 46
3.2.2. Domaines et sous-secteurs d’intervention.............................................................. 46
3.2.3 Contribution des ONG au financement du secteur agricole.................................... 47
3.2.3.1 Evolution des volumes de financement............................................................ 47
3.2.3.2 Répartition géo-spatiale des financements ....................................................... 48
3.3. Perspectives en 2008/2009 ........................................................................................................................................... 49
CHAPITRE IV :.................................................................................................................................................... 50
EVALUATION DES PERFORMANCES AGRICOLES .................................................................................... 50
4.1 Performances économiques globales............................................................................................................................. 50
4.1.1 Une croissance heurtée............................................................................................ 50
4.1.2 Traits caractéristiques de la croissance de l’économie............................................ 51
4.2. Performances économiques du secteur agricole ........................................................................................................... 52
4.2.1 Performances du sous secteur de la production végétale ........................................ 53
4.2.1.1 Généralités........................................................................................................ 53
4.2.1.2 Performances de production............................................................................. 54
4.2.1.2.1. Les cultures vivrières ............................................................................... 54
4.2.1.2.2. Les cultures industrielles ......................................................................... 57
4.2.1.2.3. Les cultures horticoles............................................................................. 59
4.2.1.3 Performances économiques.............................................................................. 61
4.2.2 Performances du sous secteur de l’élevage ............................................................. 62
4.2.2.1 Le bétail........................................................................................................... 62
4.2.2.2 La volaille......................................................................................................... 63

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
ii
4.2.2.3. La production de lait ...................................................................................... 64
4.2.2.4 Performances économiques.............................................................................. 65
4.2.3 Performances du sous secteur de la pêche .............................................................. 66
4.2.4 Performances du sous secteur de la foresterie......................................................... 69
4.3 Prix des produits agricoles et des facteurs de production : performances ..................................................................... 71
4.3.1. Prix au producteur de l’arachide et du coton.......................................................... 71
4.3.2. Les produits horticoles ........................................................................................... 72
4.3.3. Prix céréaliers ......................................................................................................... 73
• Prix au producteur du mil/sorgho......................................................................... 73
• Prix de détail du mil/sorgho ................................................................................. 74
• Prix au producteur du maïs................................................................................... 74
• Prix de détail du maïs local .................................................................................. 75
• Prix de détail du riz local décortiqué................................................................... 76
• Prix de détail du riz importé ................................................................................ 76
• Prix de détail du maïs importé............................................................................. 77
4.3.4. Prix des légumineuses ............................................................................................ 77
• Prix au producteur de l’arachide coque................................................................ 77
• Prix de détail l’arachide coque ............................................................................. 78
• Prix au producteur de l’arachide décortiquée....................................................... 78
• Prix de détail l’arachide décortiquée .................................................................... 79
• Prix au producteur du niébé.................................................................................. 79
• Prix de détail du niébé.......................................................................................... 80
4.4 Commerce extérieur des produits agricoles................................................................................................................... 80
CHAPITRE V ........................................................................................................ Error! Bookmark not defined.
CONDITIONS DE VIE DES MENAGES............................................................. Error! Bookmark not defined.
5.1 Analyse de la pauvreté .................................................................................................. Error! Bookmark not defined.
5.1.1 Incidence de la pauvreté .......................................... Error! Bookmark not defined.
5.1.2 Indice d’écart de la pauvreté ................................... Error! Bookmark not defined.
5.1.3 Part du quintile le plus pauvre dans la consommation nationale .Error! Bookmark
not defined.
5.2 Insécurité alimentaire ..................................................................................................... Error! Bookmark not defined.
5.3 Accès à l’eau potable en milieu rural ............................................................................. Error! Bookmark not defined.
5.4 Profil socio-démographique des populations pauvres .................................................... Error! Bookmark not defined.
5.4.1 Mortalité maternelle .............................................. Error! Bookmark not defined.
5.4.2 Mortalité infantile.................................................... Error! Bookmark not defined.
5.4.3 Insuffisance pondérale............................................. Error! Bookmark not defined.
5.4.4. Paludisme .............................................................. Error! Bookmark not defined.
5.4.5. Taux d’alphabétisation des 15-24 ans .................... Error! Bookmark not defined.
CHAPITRE VI...................................................................................................................................................... 96
ETAT DES LIEUX DE LA CRISE DE LA VIE CHERE 2007/08 ET REPONSES DU GOUVERNEMENT... 96
6.1 Généralités .................................................................................................................................................................... 96
6.2 Manifestation et évolution de la crise de la vie chère.................................................................................................... 96
6.2.1 Evolution des prix à l’importation et à la consommation des principales denrées
alimentaires importées...................................................................................................... 96
6.2.1.1 Produits céréaliers ............................................................................................ 97
6.2.1.2 Produits laitiers................................................................................................. 98
6.2.1.3 Huiles alimentaires ........................................................................................... 98
6.2.1.4 Autres produits alimentaires............................................................................. 98
6.2.2 Effet des prix à l’importation sur les prix des produits locaux à travers la
substitution et la spirale inflationniste générale ............................................................... 99
6.2.3 Effet des prix à l’importation et de la spirale inflationniste sur les prix au
producteur....................................................................................................................... 100

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
iii
6.2.4 Evolution du ratio prix au producteur sur prix à la consommation....................... 101
6.2.5 Evolution du prix à l’importation et à la consommation des produits énergétiques
........................................................................................................................................ 102
6.2.6 Effets de l’évolution des prix des produits énergétiques sur les prix de l’électricité,
du transport, des intrants agricoles. ................................................................................ 103
6.3 Le profil de consommateur et d’offre alimentaires du Sénégal................................................................................... 104
6.3.1 Position nette du commerce de denrées alimentaire (ratio de balance commerciale
de denrées alimentaires de base sur le PIB) ................................................................... 104
6.3.2 Evolution de la production des principales denrées consommées (per capita) ..... 104
6.3.3 Evolution des prix des principales denrées consommées...................................... 104
6.4 Les mesures prises par le Gouvernement face à la flambée des prix......................................................................... 105
6.4.1 Mesures d’urgence ................................................................................................ 106
6.4.2 Mesures prises à Moyen et long terme.................................................................. 108
 Les Programmes Spéciaux ................................................................................. 108
 Le Programme National d’Autosuffisance en Riz (PNAR) ............................... 108
 La Grande offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance (GOANA) .. 108
6.4. 3 Impacts des mesures prises face à la flambée des prix......................................... 109
♦ Impact sur prix ................................................................................................... 109
♦ Impact sur les finances publiques....................................................................... 109
♦ Perspectives ........................................................................................................ 110
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................................. 110
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 115

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
iv
II. LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: Estimation des disponibilités en eau de surface et en eau souterraine ................... 12
Tableau 2: Utilisation de l’eau potable..................................................................................... 13
Tableau 3 : moyennes observées dans chaque type ................................................................. 17
Tableau 4: Caractéristiques des types d’exploitation ............................................................... 18
Tableau 5: Répartition des semences sélectionnées par spéculation........................................ 22
Tableau 6: Répartition du nombre d’unités de pêche selon le type de pêche pratiquée........... 25
Tableau 7: Type de pêche selon l’origine de l’unité de pêche ................................................. 26
Tableau 8: Le domaine classé du Sénégal................................................................................ 26
Tableau 9: Occupation des sols et distribution des types de végétation au Sénégal ................ 27
Tableau 10: Services financiers agricoles ................................................................................ 31
Tableau 11: Evolution du budget (hors dette) de l’agriculture de 2004 à 2007....................... 43
Tableau 12 : Tableau des dépenses d’investissement effectives (en milliards de Fcfa) .......... 44
Tableau 13: Répartition géo-spatiale de l’intervention des ONG ............................................ 46
Tableau 14: Ciblage des ONG selon le domaine d’intervention.............................................. 47
Tableau 15: Ciblage des ONG selon le sous-secteur d’intervention........................................ 47
Tableau 16: Evolution des volumes de financement dans le secteur agricole via les ONG de
2003 à 2007 (en milliards F CFA). .......................................................................................... 48
Tableau 17: Répartition géo-spatiale des financements dans l’agriculture via les ONG
(en millions F CFA/an)........................................................................................................... 49
Tableau 18: Taux de croissance moyen du PIB ....................................................................... 50
Tableau 19: Valeur ajoutée par actif et rentabilité des productions végétales ......................... 62
Tableau 20: Valeur ajoutée par actif et rentabilité de l’élevage............................................... 66
Tableau 21: Evolution des captures en tonnes ......................................................................... 67
Tableau 22: Valeur ajoutée par actif et rentabilité de la pêche ................................................ 69
Tableau 23: Valeur ajoutée par actif et rentabilité de la foresterie .......................................... 71
Tableau 24: Evolution du prix au producteur du mil (F CFA/kg), 1990-2008 ........................ 74
Tableau 25: Evolution du prix au producteur du maïs (FCFA/Kg), 1990-2008 ..................... 75
Tableau 26: Evolution du prix de détail du Mais (FCFA/Kg), 1990-2008 ............................. 75
Tableau 27: Prix de détail du riz local décortiqué (FCFA/Kg), 1990-2008............................ 76
Tableau 28: Prix de détail du riz importé (FCFA/Kg), 1990-2008 ................................... 76
Tableau 29: Prix de détail du maïs importé (FCFA/Kg), 1990-2008...................................... 77
Tableau 30: Prix au producteur de l’arachide coque (FCFA/Kg), 1990-2008......................... 77
Tableau 31: Prix de détail de l’arachide coque (FCFA/Kg), 1990-2008 ................................. 78
Tableau 32: Prix au producteur de l’arachide décortiquée (FCFA/Kg), 1990-2008................ 78
Tableau 33: Prix de détail de l’arachide décortiquée (FCFA/Kg), 1990-2008 ........................ 79
Tableau 34: Prix au producteur du niébé (FCFA/Kg), 1990-2008 .................................... 79
Tableau 35: Prix de détail du niébé (FCFA/Kg), 1990-2008 .............................................. 80
Tableau 36: Incidence de la pauvreté selon le seuil national et le milieu de résidence ....Error!
Bookmark not defined.
Tableau 37: Indice d’écart de la pauvreté selon la ligne de pauvreté nationale................Error!
Bookmark not defined.
Tableau 38: Part du quintile le plus pauvre dans la consommation nationaleError! Bookmark
not defined.
Tableau 39: Incidence de la sécurité alimentaire ..................... Error! Bookmark not defined.
Tableau 40: Taux d’accès à l’eau potable ................................ Error! Bookmark not defined.
Tableau 41: Ratio de mortalité maternelle (pour 100 000) ...... Error! Bookmark not defined.
Tableau 42: Taux de mortalité infantile (‰) ........................... Error! Bookmark not defined.

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
v
Tableau 43: Taux de prévalence de l'insuffisance pondérale (modérée et grave) (%)......Error!
Bookmark not defined.
Tableau 44: Taux de prévalence du paludisme /mortalité liée au paludisme.Error! Bookmark
not defined.
Tableau 45: Taux d’alphabétisation des 15-24 ans (%) ........... Error! Bookmark not defined.
Tableau 46: Evolution des prix sur le marché international.................................................... 97
Tableau 47: Evolution détaillée de l’indice des prix à la consommation en 2008................... 99
Tableau 48: Evolution des prix à la consommation des céréales locales et importées ............ 99
Tableau 49: Evolution des prix au producteur ....................................................................... 101
Tableau 50: Evolution du ratio prix au producteur sur prix à la consommation.................... 102
Tableau 51: Evolution du prix à la consommation des produits énergétiques...................... 103
Tableau 52: Evolution de la position nette du commerce de denrées alimentaires................ 104

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
vi
III. LISTE DES FIGURES

Figure 1: Carte d’utilisation des ressources en eau excédentaires non exploitées ................... 11
Figure 2: Consommation d'engrais de 1995-2007.................................................................... 21
Figure 3: Evolution des semences d’arachides ........................................................................ 22
Figure 4: Evolution de la Valeur Ajoutée agricole par actif (à prix constants)........................ 52
Figure 5: Evolution de la rentabilité du secteur agricole.......................................................... 53
Figure 6: Evolution comparée du taux de croissance de la productivité agricole et du taux
d'inflation.................................................................................................................................. 53
Figure 7: Répartition des superficies moyennes par type de culture........................................ 54
Figure 8 : Répartition des superficies et productions de céréale par région en 2007............... 55
Figure 9: Evolution comparée des superficies et des productions de céréales......................... 55
Figure 10: Evolution des productions de niébé et de manioc .................................................. 56
Figure 11: Evolution des superficies du niébé et du manioc.................................................... 57
Figure 12: Evolution des superficies et de productions arachidières ....................................... 58
Figure 13: : Evolution des productions de coton et de sésame ................................................ 58
Figure 14 : Evolution de la production de canne à sucre ......................................................... 59
Figure 15: : Evolution des superficies et des productions des cultures maraîchères ............... 60
Figure 16: Evolution des productions fruitières ....................................................................... 60
Figure 17: Répartition du bétail par espèce.............................................................................. 63
Figure 18: Evolution de l’effectif du bétail (en tête)................................................................ 63
Figure 19: Evolution de la production de volaille.................................................................... 64
Figure 20: : Répartition de la production de lait en 2007......................................................... 64
Figure 21: Evolution de la production de lait (1000 litres) ...................................................... 65
Figure 22: Evolution de la production de charbon de bois ..................................................... 70
Figure 23: Evolution des prix au producteur de l'arachide et du coton.................................... 72
Figure 24: Evolution des prix des fruits et légumes................................................................. 73
Figure 25: Evolution des exportations agricoles et importations alimentaires du Sénégal...... 81
Figure 26: Evolution des prix à la consommation du maïs local et importé.......................... 100
Figure 27: Evolution des prix à la consommation du riz local et importé ............................. 100
Figure 28: Evolution du prix à la consommation des produits énergétiques ........................ 103

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
vii
IV. SIGLES

ANSD Agence Sénégalaise de la Statistique et de la Démographie


BADIS Banque de Données des Indicateurs Sociaux
BCI Budget Consolidé d'Investissement
CDMT Cadre de Dépenses Moyen Terme
DAPS Direction de l'Analyse de la Prévision et des Statistiques
Dhort Direction de l'Horticulture
DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
ESAM Enquête Sénégalaise Auprès des Ménages
ESPS Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal
IEC Information Education Communication
LPDA Lettre de Politique de Développement Agricole
LPDFA Lettre de Politique de Développement de la Filière Arachide
NCHS National Center for Health Statistics
OMD Objectifs du millénaire pour le Développement
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONG Organisation Non Gouvernementale
PDDAA Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture Africaine
PIB Produit Intérieur Brut
REPAO Réseau des Pêches en Afrique de l’Ouest
SAED Société d’Aménagement des Eaux du Delta
SODAGRI Société de Développement Agricole et Industriel du Sénégal
VFS Vallée du Fleuve Sénégal

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
viii
RESUME

L’objet de la présente étude est de préparer un rapport annuel sur l’évolution du secteur
agricole et des conditions de vie des ménages au Sénégal. Elle est basée sur l’analyse de
l’évolution de 1990 à 2007 d’un certains nombre d’indicateurs relatifs au financement, aux
performances agricoles et aux conditions de vie des ménages.

Les résultats de l’étude montrent l’accroissement du poids du secteur agricole dans le budget
national et le rehaussement de la part des ressources internes dans le financement des
investissements. A coté de l’Etat, les ONG contribuent de façon non négligeable au
financement de l’agriculture.

Le secteur agricole enregistre sur la période couverte par l’étude des performances erratiques.
Le taux de croissance de sa valeur ajoutée ainsi que sa contribution au PIB sont restés
relativement faibles.
Les productions végétales sont caractérisées par une évolution tendancielle à la baisse des
superficies cultivées et des productions d’arachide et une légère amélioration des productions
céréalières, horticoles et cotonnières. Les productions animales enregistrent une croissance
presque régulière et celles de la pêche une croissance tendancielle relativement faible et des
contre-performances ces dernières années. Les productions forestières contribuent faiblement
à la croissance du PIB agricole.
L’agriculture est restée essentiellement pluviale avec un taux d’aménagement hydro agricole
relativement faible et un recul des taux de mise en valeur des superficies aménagées.

A la suite de la dévaluation du Fcfa, les prix des produits agricoles se sont améliorés avec
toutefois, des ratios prix à la consommation sur prix au producteur relativement élevés.

Les subventions de l’Etat n’ont pas permis de rehausser significativement la consommation


d’engrais qui est prioritairement affectée aux cultures de rente.

Contrairement à la baisse des exportations agricoles on assiste à une forte croissance des
importations alimentaires se traduisant ainsi par une faible couverture des importations
alimentaires par les exportations agricoles.

S’agissant de l’évolution des conditions de vie on note une baisse de l’incidence de la


pauvreté à un rythme moins important en milieu rural qu’en milieu urbain, une augmentation
de l’extrême pauvreté en milieu rural, l’amélioration de l’accès à l’eau potable et la réduction
des taux de mortalité maternelle et infantile et de l’insuffisance pondérale chez les enfants.

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
2
INTRODUCTION

A l’instar des autres pays du continent, les pays de l’Afrique de l’Ouest ont subi de plein fouet
les conséquences désastreuses de la crise globale caractérisées par une hausse fulgurante des
prix de denrées alimentaires de première nécessite et de ceux des produits énergétiques.

Au niveau national, l’Etat sénégalais s’est engagé dans une révision de ses stratégies pour
mieux prendre en compte l’ensemble des contraintes qui bloquent encore le développement
du secteur agricole et qui empire la situation alimentaire des populations. Mais il reste que
dans ce contexte de mondialisation, le succès de ces stratégies doit reposer sur un programme
d’intégration sous régionale et régionale en matière d’innovation, d’investissement,
d’infrastructures et d’organisation.

La mise en œuvre au niveau régional exige un processus de dialogue et de revue inclusif qui
garantit que ces stratégies sont en accord avec les principes du Programme Détaillé pour le
Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA) qui constitue le volet agricole du
Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD). Il a pour but d’aider les
pays à parvenir à un niveau plus élevé de croissance économique par le biais d’un
développement fondé sur l’agriculture et qui élimine la faim, réduit la pauvreté et l’insécurité
alimentaire.

La mise en œuvre de ces différents processus nécessite des capacités humaines, des
infrastructures techniques, des outils analytiques et des instruments de communication pour
rassembler des données et des informations pertinentes à analyser afin de pouvoir générer des
produits de connaissance de haute qualité, qui pourront être conservés et auxquels on pourrait
accéder en cas de besoin pour informer et conduire les débats associés aux processus de revue
et de dialogue.

Les capacités, les outils, et les instruments ci-dessus ainsi que leur coordination sont
nécessaires à la fois au niveau régional et national et peuvent être acquis en renforçant les
réseaux d’institutions et d’experts existants. De plus, ces institutions et réseaux doivent être
mis en relation au sein et entre les pays au niveau régional pour créer les masses critiques
nécessaires et exploiter les complémentarités techniques. A cette fin, l’IFPRI (International
Food Policy Research Institute), en collaboration avec ses institutions sœurs du Groupe
Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale (GCRAI), a initié le projet « Système
Régional d’Analyse Stratégique et de Gestion des Connaissances » (SAKSS). Ce projet est
organisé à travers trois nœuds régionaux : en Afrique de l’Ouest, en Afrique de l’Est et du
Centre et en Afrique Australe. Celui de l’Afrique de l’Ouest, communément appelé
ReSAKSS WA est logé à l’IITA, à son siège à Ibadan, Nigéria.

Le projet opère aux niveaux régional et national en étroite collaboration avec les institutions
régionales et nationales. Ses principaux domaines de compétence sont l’analyse stratégique et
la gestion des connaissances. A cet effet, il se fixe comme ambition de rendre les informations
issues de la recherche et d’analyses stratégiques plus accessibles pour les administrations et
les autres acteurs comme les organisations de producteurs, le secteur privé en général, la
société civile, etc. Le projet s’intéresse également aux progrès réalisés d’année en année dans
les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), en particulier pour ceux relatifs à
la sécurité alimentaire et au développement agricole.

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
3
Au niveau des pays, le SAKSS est le relais national et joue le rôle de point focal du SAKSS
régional et de cadre national pour le mécanisme global de revue et de dialogue pour faciliter
de meilleures stratégies de conception et de mise en œuvre de politiques et programmes
nationaux de développement agricole. Dans ce cadre, il a effectué pour l’année 2008/09 cette
présente étude portant sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages
et l’état des lieux de la crise de la vie chère.

L’objectif de l’étude est de renseigner une centaine d’indicateurs identifiés en vue d’apprécier
l’évolution du secteur agricole, les conditions de vie des ménages au Sénégal et de faire l’état
des lieux de la vie chère en 2007/2008.

Le résultat attendu est de mesurer à travers le développement agricole les progrès réalisés
dans l’atteinte des OMD. Deux produits sont attendus de cette étude :

• Un rapport final renseignant les indicateurs retenus ;


• Les copies électroniques des bases de données utilisées bien documentées qui
permettent d’effectuer les analyses ultérieures.

L’étude, sous la conduite de la DAPS, est menée par une équipe d’experts nationaux. Elle a
effectué une revue de littérature puis collecté des informations et données secondaires,
relatives notamment aux enquêtes budget consommation (EBC), aux enquêtes
démographiques et de santé (EDS), aux enquêtes d’évaluation de la pauvreté, ainsi que les
données du secteur agricole et de la comptabilité nationale. Ces données ont été collectées sur
la période de 1990 à 2007.

Tout en essayant de comprendre les interactions entre les différents niveaux d’indicateurs
(intrants, extrants, résultats et impacts), ce travail devra permettre de savoir les potentialités et
les systèmes de production du secteur agricole, d’avoir une idée sur les moyens dégagés, la
manière dont ils ont été mis en œuvre ainsi qu’une évaluation qualitative des efforts consentis
pour vaincre la pauvreté et la famine dans le cadre de la promotion des stratégies de
développement agricole et rural. Ceci devra justifier les conditions de vie actuelles des
ménages et la cherté de la vie. C’est pourquoi l’étude sera articulée autour des quatre (4) axes
suivants:

- Diagnostic du secteur : Cet axe fera la monographie du Sénégal et évaluera la dotation


factorielle potentielle et les systèmes de production du secteur agricole, il tâchera de montrer
les possibilités potentielles que le secteur a en terme de facteurs naturels et de système de
culture, de système d’exploitation et de savoir faire. Il prépare de façon optimale le terrain de
l’étude pour d’abord l’explication des interventions publics et des bailleurs sur le secteur et
des résultats obtenus (performances du secteur) et ensuite l’identification des opportunités et
des orientations possibles à donner au secteur agricole,

L’axe concerne le chapitre I : Monographie et analyse du potentiel et des systèmes de


production.

- Interventions publiques et des bailleurs sur le secteur agricole : il traite des efforts
récents et actuels en termes de politiques agricoles mais aussi en termes de volumes de
financement alloués à l’agriculture, leurs sources (gouvernement ou bailleurs) leur répartition
par type de dépense et par domaine de financement. Cet axe va évaluer les initiatives et
interventions de l’Etat et des bailleurs sur le secteur agricole afin d’accélérer la croissance

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
4
agricole, de réduire la pauvreté et de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les
domaines d’investissement du Programme Détaillé du Développement de l’Agriculture
Africaine (PDDAA). Cet axe donne les moyens investis et la manière dont ils ont été mis en
œuvre dans le secteur. Il justifie en partie les résultats du secteur agricole et permet
l’identification de nouvelles opportunités et des orientations possibles des interventions dans
le cas de contreperformances. Deux chapitres sont concernés par cet axe :

- Chapitre II : efforts récents et actuels en vue de l’accélération de la croissance


agricole, la réduction de la pauvreté et du renforcement de la sécurité alimentaire et
nutritionnelle dans les domaines d’investissement du Programme Détaillé du Développement
de l’Agriculture Africaine (PDDAA) ;

- Chapitre III : Financement de l’Agriculture

- Résultats du secteur agricole : Cet axe donne l’évaluation des performances économiques
du secteur agricole ainsi que l’évolution des prix des produits et intrants et celle du commerce
agricole. Il fait l’évaluation de la manière dont on a utilisé et combiné les différents facteurs
de production. Les résultats de contreperformance nous permettront d’expliquer les conditions
de vie des ménages et la cherté de la vie. Cet axe concerne :
- Chapitre IV : Les performances économiques du secteur
-
- Effets des contreperformances agricoles et de la crise mondiale sur la vie des
populations : Cet axe va d’abord analyser l’impact des contreperformances agricoles sur les
conditions de vie des ménages et plus spécifiquement sur les questions de pauvreté et de faim
pour ensuite justifier avec la vie chère au Sénégal en 2007/2008. Cet axe concerne les
chapitres suivants :
- - Chapitre V : Conditions de vie des ménages
- - Chapitre VI : Etat des lieux de la vie chère au Sénégal en 2007/08

Etude sur l’évolution du secteur agricole, des conditions de vie des ménages et de la vie chère au Sénégal
5
CHAPITRE I

MONOGRAPHIE ET ANALYSE DU POTENTIEL ET DES SYSTEMES


DE PRODUCTION

1.1 Monographie du Sénégal : Géographie, climat et population du pays

Le Sénégal est situé à l’extrême ouest du continent africain, entre 12,5 et 16,5 degrés de
latitude Nord. Il couvre une superficie de 196 722 Km². Il est limité au Nord par la
République Islamique de Mauritanie et à l’Est par le Mali, au Sud par la Guinée Bissau et la
République de Guinée, à l’Ouest par l’Océan Atlantique. La Gambie située entre les régions
de Kaolack et de Ziguinchor, forme une enclave sur le cours inférieur du fleuve du même
nom.

Le climat est de type Soudano-sahélien. Il est caractérisé par l'alternance d'une saison sèche
allant de novembre à mai et d'une saison des pluies allant de juin à octobre. La pluviométrie
moyenne annuelle suit un gradient croissant du Nord au Sud du pays. Elle passe de 300 mm
au Nord semi-désertique à 1200 mm au Sud, avec des variations d’une année à l’autre. Trois
principales zones de pluviométrie correspondant aux trois zones climatiques sont ainsi
déterminées : une zone forestière au sud, la savane arborée au centre et une zone désertique au
Nord.

En plus de l’Océan Atlantique qui le limite à l’Ouest, les ressources en eaux de surface au
Sénégal sont constituées par les quatre fleuves et leurs affluents auxquels s’ajoutent quelques
cours d’eau temporaires. Ainsi, le Sénégal est traversé par plusieurs bassins qui forment deux
systèmes importants : les cours inférieurs du fleuve Sénégal et le cours moyen du fleuve
Gambie. Le fleuve Sine Saloum et le fleuve Casamance sont de petits cours d’eau côtiers.
D’autres rivières et des vallées complètent le régime hydrologique. La réalisation des Grands
Barrages, Diama en particulier, que le Sénégal partage avec le Mali et la Mauritanie à travers
l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), contribue à la maîtrise des
ressources hydrauliques et partant au développement de l'agriculture, de l'élevage, de la
navigation, de l'approvisionnement en eau potable et en énergie pour les populations.

La population est estimée selon les projections démographiques officielles à 11 519 226
habitants en 2007, soit une densité moyenne de 59 habitants/km2 avec de grandes disparités
entre l’est et l’ouest. La population sénégalaise est caractérisée par sa jeunesse. En effet, en
2002, près de la moitié des Sénégalais ont moins de 15 ans (42,8%), plus d’un Sénégalais sur
deux (54,7%) a moins de 20 ans, alors que 3,5 % seulement ont 65 ans et plus. La répartition
par sexe met en évidence un déséquilibre entre les sexes en faveur des femmes. En effet, le
rapport de masculinité s’élève à 96,9 hommes pour 100 femmes. La population est concentrée
à l’Ouest du pays et au Centre, tandis que l’Est et le Nord sont faiblement peuplés. La
population sénégalaise est essentiellement rurale avec près de 6 Sénégalais sur 10 habitant le
milieu rural (59,3%). L’Indice Synthétique de Fécondité qui mesure le nombre moyen
d’enfants par femme à la fin de sa vie génésique est de 5,3 enfants en 2005. Il a connu une
baisse, passant de 6,6 enfants par femme en 1986, à 6,0 en 1992, à 5,7 en 1997 avant de se
stabiliser à 5,3 en 2002 et en 2005. En 2007, on n’aurait une réduction de 0,3 enfant par

6
femme par rapport à 2005 (5,0). Le niveau de fécondité est plus élevé en milieu rural qu’en
milieu urbain avec respectivement des ISF de 6,4 et 4,1 enfants par femme. En 2006, l’Indice
de Développement Humain était de 0,502 (rapport mondial sur le développement humain,
2007/2008) ; ce qui fait du Sénégal un pays à développement humain moyen.

1.2 Analyse du potentiel de production agricole.

Cette partie devra faire le diagnostic du potentiel du secteur agricole en déclinant toutes les
ressources potentielles naturelles de la production agricole afin de montrer et analyser les
ratios relatifs entre les facteurs exploités (utilisés) et ceux exploitables (ou utilisables). Pour
cela, elle va traiter : la caractérisation et la disponibilité des terres pour l’Agriculture - les
ressources hydriques et potentiel d’irrigation et la main-d’œuvre agricole.

1.2.1 Caractérisation et disponibilité des terres pour l’agriculture

1.2.1.1 Caractéristiques des sols

L’étude des différents profils pédologiques a permis de mettre en évidence différentes


catégories de sols. Elles se différencient principalement par leur position topographique qui
influence sur les processus d'oxydo-réduction et de lessivage relatif à l'influence de la nappe
phréatique et à l'inondation saisonnière des cuvettes en période hivernale. Les pratiques
culturales sont très similaires d'un site à l'autre et largement tributaires de la disponibilité des
intrants (eaux d'irrigation, fertilisants et pesticides). Elles se caractérisent par l'usage intensif
d'eau d'irrigation de nature différente (eaux usées, eaux de nappe), des énormes quantités de
fumures organiques, une application non contrôlée en pesticides et autres fertilisants
chimiques. La caractérisation suivante a été faite suivant la valeur agricole des sols :
les sols minéraux bruts sur cuirasse schisteuse sont localisés dans le périmètre constitué par le
fleuve Gambie, la rivière Koulountou et la frontière avec la République de Guinée. Ces sols
n'ont aucune valeur agricole. Tout au plus une certaine vocation pastorale peut exister à la
faveur des formations herbeuses qui y poussent ;
les sols ferrugineux tropicaux lessivés cuirassés sur schiste sont situés à l'est et au nord de ces
derniers, formant un triangle dont le sommet nord se situe aux environs de Bakel. Ces sols ont
une faible valeur agronomique, mais conviennent surtout au pâturage ;
les sols gravillonnaires leur font suite au sud avec la même orientation sur la moitié ouest. En
dépit d'une faible capacité pour l'eau, ces sols présentent une bonne aération et contribuent de
manière plus ou moins importante à la nutrition des plantes en fonction de leur teneur en
éléments fins et de leur profondeur qui constituent souvent des facteurs limitants. Hormis la
culture de l'arachide et du mil, ce sont des sols qui peuvent convenir pour le reboisement ;
les sols brun-rouge subarides sont adossés à la basse et moyenne vallée du fleuve Sénégal et
s'étendent vers le centre. Ces sols ont une fertilité relativement faible mais c'est surtout
l'aridité du climat qui ne permet pas aux principales cultures pluviales d'y boucler leur cycle
par manque d'eau, qui constitue la principale contrainte ;
les sols ferrugineux tropicaux peu lessivés s'étendent d'ouest en est sur une large bande. Ces
sols sont les sols à arachide par excellence, en rotation avec le mil. Ils sont également cultivés
en niébé. L'arboriculture et le maraîchage réussissent bien dans ces sols. Du fait de leur
texture sableuse et de leur faible teneur en matière organique, ils sont chimiquement pauvres
et se sont pratiquement tous acidifiés sous les effets d'une mise en culture continue ;

7
les sols ferrugineux tropicaux lessivés bordent les 2/3 de la frontière sud avec la Gambie en
Moyenne et en Haute Casamance. Ces sols conviennent à une gamme plus large de cultures
du fait de leur plus grande richesse minérale mais aussi du fait qu'ils sont localisés dans des
zones relativement mieux pourvues en eau. Ils conviennent à l'arachide, au mil, au maïs, au
riz pluvial, au sorgho, au coton, à l'arboriculture et au maraîchage ;
les sols halomorphes couvrent le delta du fleuve Sénégal. Ces sols sont chimiquement riches
et conviennent à la riziculture intensive, au coton et à la culture de la canne à sucre en
conditions de maîtrise complète de l'eau. Mais leur salinité excessive et les difficultés de
travail du sol y constituent les principales contraintes ;
les sols hydromorphes sont localisés dans les moyennes vallées des fleuves Sénégal et
Gambie, le long de la Koulountou et dans la grande dépression de la vallée de l'Anambé au
sud. Les sols ayant la plus large gamme d'aptitudes sont en majorité les sols alluviaux
hydromorphes qui ont l'avantage de posséder une grande profondeur, une texture équilibrée,
une capacité pour l'eau importante, une fertilité naturelle relativement bonne. Ils conviennent
au riz de bas-fond, au maïs, au sorgho et au maraîchage. Pour les sols alluviaux
hydromorphes, les mesures qu'on peut envisager pour mieux les utiliser vont dans le sens
d'une meilleure protection contre l'excès d'eau provenant principalement des inondations. Il
peut s'agir de digues de ceinture et de drains à ciel ouvert ;
les sols sulfatés acides sont de part et d'autre de l'estuaire de la Casamance et dans toutes les
basses vallées subissant l'influence de la marée. Ces sols conviennent bien à la riziculture
traditionnelle. Ils ne doivent pas être brutalement drainés lorsqu'ils sont immatures au risque
de conduire à des sols extrêmement acides avec des toxicités alumino-ferriques les rendant
stériles. La salinité, l'acidité, la toxicité ferreuse et la déficience en phosphore constituent les
principales contraintes de ces sols ;
les sols minéraux bruts sur cuirasse de grès argileux sont situés à l'ouest de la vallée du fleuve
Sénégal et s'étendent du sud-ouest de Bakel au nord-ouest de Matam ;
les sols ferrugineux tropicaux lessivés cuirassés sur schiste forment un triangle avec comme
sommets le coin sud-est du Sénégal, la Koulountou à l'entrée du territoire sénégalais, à l'ouest,
et Dembankané au nord ;
Les sols ferrallitiques sont situés à l'ouest, de part et d'autre de la frontière gambienne.
Le déficit pluviométrique de ces trois dernières décennies a accentué la remontée saline,
entraînant les effets néfastes ci-dessus mentionnés, notamment dans les estuaires du Saloum et
en Casamance, zones de riziculture pluviale traditionnelle, où l'on a observé une réduction
d'environ 60pour cent des forêts de palétuviers et l'abandon de plusieurs rizières.

1.2.1.2 Disponibilité des terres pour l’agriculture

Les terres arables ne représentent que 19 % de la superficie du pays (3,8 millions d'hectares).
Les surfaces moyennes cultivées annuellement sont de l'ordre de 2,5 millions d'hectares (65
pour cent des terres arables) dont 98 % en pluvial et 2 % en irrigué. Les taux d'exploitation les
plus élevés se rencontrent dans le bassin arachidier (81 %), les Niayes (65 %), contre
seulement 40 % en Casamance et au Sénégal Oriental. Les forêts, les savanes et les parcours
classés représentent 32 % de la superficie du pays (6 324 000 hectares) et les zones non
classées et les terres non cultivables 49 % (9 542 000 hectares) (Badiane, 1999).

Les superficies irrigables disponibles sont indicatives prenant principalement en compte le


potentiel en eau de surface mobilisable dans le court terme (Vallée du Fleuve Sénégal, Bassin
de l’Anambé, etc.) et en eau souterraine pour les Niayes.

8
La rubrique « Occupation des terres irrigables » comptabilise les superficies déjà occupées et
exploitées dans les Niayes et dans d’autres régions.

L’analyse du potentiel de développement des superficies irrigables ne tient pas compte du


potentiel en eau d’irrigation en provenance de la nappe souterraine du Maestrichtien dans un
secteur à potentiel intéressant tel qu’il a été identifié par des études menées par la DGPRE en
2001.

La vallée du fleuve Sénégal avec l’édification des deux barrages de DIAMA et


MANANTALLI offre une superficie totale aménageable de 240 000 ha. Eu égard à cet
immense potentiel de culture irriguée, cette zone demeure une priorité pour accroître et
sécuriser les productions agricoles.

Les paragraphes ci-après résument le potentiel de terres pour l’agriculture :

• potentiel d'extension des terres pour l’agriculture pluviale : la mise en oeuvre de la


GOANA prévoit la mise en valeur de la quasi totalité des surfaces cultivables déjà
identifiées ;
• la LOASP a établi que tous les nouveaux défrichements sont assujettis au respect des
dispositions du Code forestier avec un minimum de 20 arbres à l'ha à maintenir ;
• la conversion de zones de pâturages est envisageable à une échelle et selon des
modalités à déterminer avec la Communauté Rurale concernée. Le défrichement des forêts
classées est interdit ;

• le potentiel d'extension des terres pour l’agriculture irriguée : le Fleuve Sénégal


présente le plus grand potentiel d’expansion des surfaces irriguées. Avec un débit moyen de
l'ordre de 750 m3/s, qui peut fortement varier d'une année à l'autre, le potentiel théorique est
de 375 000 ha dont 200 à 240 000 ha au Sénégal. Seulement la moitié est actuellement
aménagée. Les fleuves et rivières du Sud du pays ont un potentiel important (estimé par
l’OMVG à 65 000 ha, Fleuve Casamance à 20 000 ha) mais qui, pour être exploité,
nécessitera des aménagements hydro-agricoles encore à réaliser. Le développement des
nouvelles superficies pour l’agriculture irriguée en utilisant les eaux souterraines est
envisageable sous certaines conditions et avec des potentialités plus importantes au fur et à
mesure que l'on se déplace vers le Sud du pays ;

• la disponibilité de terres pour l’irrigation-réhabilitation vs nouveaux aménagements :


la forte motivation des producteurs à participer à la GOANA provoque dans la Vallée du
Fleuve Sénégal une demande soutenue pour des terres déjà aménagées mais qui devront être
réhabilitées avant leur mise en culture. La demande pour des terres à réhabiliter est forte en
raison du coût beaucoup plus bas de leur remise en valeur que celui d’aménagements
nouveaux. La priorité a été donnée dans de nombreux cas aux populations du terroir pour ces
réaffectations. Les nouveaux aménagements à prévoir devront toujours être réalisés en
conformité avec les schémas d'aménagement de la Vallée et être validés par la SAED. La
Charte du Domaine Irrigué a été établie pour aider à mieux gérer le potentiel d'irrigation du
Fleuve. La SAED a chiffré ce potentiel à 138 337 ha dont 84 735 ha pour la riziculture et 53
602 ha pour les cultures autres. Toutes les nouvelles exploitations devront obtenir de la SAED
une autorisation de mise en valeur ;

• la situation des terres au niveau du Lac de Guiers : le Lac de Guiers fait partie du
système hydraulique alimenté par le Fleuve Sénégal. Son potentiel exact en termes

9
d’aménagement agricole reste à valider (une étude sur le potentiel et un schéma directeur
d’aménagement devraient être réalisés par le PDMAS en 2008) mais le chiffre de 100 000 ha
est souvent avancé. Les taux d’occupation et les superficies actuellement exploitées restent
difficiles à estimer. L’occupation des terres et l’utilisation de l’eau se font de manière
spontanée sans aménagements structurés et sans un cadre de bonnes pratiques d’usage de
terres et d’irrigation. Le risque de pollution des eaux du Lac par les produits chimiques liés à
l’agriculture est réel. Le développement futur de la zone du Lac de Guiers nécessitera ainsi un
cadre beaucoup plus structuré et l’application de pratiques agricoles et de techniques
d’irrigation maîtrisées (goutte à goutte et micro aspersion). Le facteur critique restant le fait
que le Lac de Guiers est considéré comme une réserve d’eau potable indispensable pour la
ville de Dakar dans les années à venir.

1.2.2 Ressources hydriques et potentiel d’irrigation

1.2.2.1 Disponibilité en eau

Face au défi de la nécessité d'augmenter les surfaces agricoles irriguées, les notions de
disponibilité et de priorité méritent systématiquement une analyse des conditions locales.
Les chiffres, même imprécis et variables d'une année à l'autre, démontrent la priorité à donner
aux cours d’eau de surface (fleuves, rivières et lacs) pour une augmentation sensible des
surfaces irriguées. Nous avons naturellement deux types de sources en eau : les eaux de
surface et les eaux souterraines.

Les principaux cours d’eaux de surface dont dispose le pays sont :


 Fleuve Sénégal et Lac de Guiers ;
 Fleuve Gambie et ses affluents ;
 Rivières Anambé et Kayanga ;
 Fleuve Casamance.

Fleuve SENEGAL : grâce aux barrages de Manantali et Diama, la fourniture de grandes


quantités d'eau d'excellente qualité est permise toute l'année. Cependant, dans le Bas-delta, la
conception du réseau est à réviser et les entretiens des canaux insuffisamment réalisés
provoquent des situations régulières de carence particulièrement sensibles à proximité de
Saint-Louis, située en fin de réseau. Depuis la création de la brèche dans la Langue de
Barbarie le bassin du Ngalam et le Gandiolais sont privés de crues et donc d'eau.

Fleuve GAMBIE et rivière KAYANGA : Les deux fleuves ont la majeure partie de leur
cours dans d'autres pays et le partage des eaux est obligatoire. L'OMVG a de gros projets
d'aménagements de barrages qui devraient permettre l'irrigation de grandes surfaces agricoles
(65 000 ha) dans le moyen terme. Le Bassin de l'Anambé a un potentiel de 12 000 ha irrigués.

Fleuve CASAMANCE : ce fleuve, du fait de la faible pente, présente des risques sérieux en
période d'étiage d'intrusions marines jusqu'à plus de 200 km de la côte, ce qui en limite
l'utilisation agricole. Des barrages anti sel sont indispensables pour garantir le potentiel
d'irrigation. Le barrage anti-sel de Diamah Malari existe mais nécessite d’importants travaux
de réfection et de revalorisation ce qui permettrait une zone irriguée d’environ 20 000 ha dans
la région de Kolda.

Ressources en eau souterraine : les ressources en eau souterraine disponibles sont réparties
sur tout le territoire du pays mais les débits potentiels individuels de chaque puits ou forage

10
sont limités pour l’agriculture. La priorité devra désormais être donnée à l'alimentation en eau
potable des populations. Des situations d'excédents existent, mais elles permettraient selon les
capacités identifiées l’installation de périmètres irrigués de taille limitée (de 1 à 10 ha) sans
risques de conflit de voisinage ou d'influence néfaste sur l'environnement.

Une zone à fort potentiel a été identifiée dans le système maestrichtien au centre du pays à
faible densité de population et présentement très peu exploité pour l’agriculture. Son
éventuelle exploitation nécessitera des études complémentaires détaillées et des
investissements importants en infrastructures primaires et secondaires (voir conclusions de
l’étude sur les caractéristiques hydrogéologiques du système maestrichtien au Sénégal,
DGPRE, 2001).

La ville de Dakar est alimentée encore aujourd'hui pour près de 50 % de ses besoins à partir
d'eau souterraine issue de forages à proximité, et le reste, malgré un coût supérieur à celui des
forages, à partir d’une double conduite en provenance du Lac de Guiers (2 buses de diamètre
100 cm sur 260 km). Les besoins de Dakar sont largement supérieurs à ceux des autres villes
du pays et le cas de la capitale devra toujours être traité à part. Certaines villes du Nord
bénéficient de la proximité d'eau de surface. En cas de concurrence avec l'agriculture face à
l'utilisation d'eau souterraine le cas des petites villes du Centre et de l'Est devra toujours faire
l'objet d'une analyse approfondie. A titre d'illustration, la consommation urbaine moyenne par
habitant au Sénégal est de l'ordre de 50 l/jour; or, 1 ha de culture nécessite à peu près 50
m3/jour. Un ha de culture consommera donc l'équivalent des besoins quotidiens de 1 000
habitants. Une exploitation irriguée de 100 ha (soit 1 km², ce qui n'est pas énorme) utilisera
donc chaque jour l'équivalent du volume d'eau nécessaire à une ville de 100 000habitants.

Figure 1: Carte d’utilisation des ressources en eau excédentaires non exploitées


Source : Carte INP

1.2.2.2 Disponibilité de l’eau d’irrigation

La disponibilité d’eau est le premier déterminant du potentiel de production agricole. Au


Sénégal on peut distinguer quatre grandes zones agro-pédo-climatiques :

11
• ZONE de catégorie ‘A’ incluant des terres fertiles avec accès aux ressources en eau
pour l’irrigation (eaux de surface et souterraines) :

 maîtrise d’eau permettant 2 voire 3 cycles de production par année ;


 option contre saison fraîche (mi-novembre à mi-mars) offrant les meilleurs
rendements ;
 amortissement des investissements en infrastructure de production et matériel
envisageable.

• ZONE de catégorie ‘B’ pluviométrie supérieure à 700 mm par an, terres sans stress
hydrique : Bon potentiel de production sur un cycle avec une saison de culture relativement
longue et peu de risque hydrique.
• ZONE de catégorie ‘C’ pluviométrie comprise entre 400 et 700 mm par an, terres
exposées au stress hydrique : Potentiel existant sur un cycle de production raccourci et risque
de déficit hydrique modéré/haut selon les conditions climatiques de la saison.
• ZONE de catégorie ‘D’ pluviométrie inférieure à 400 mm par an, terres soumises à
des contraintes hydriques sérieuses : Potentiel de culture sans irrigation incertain avec un
risque de déficit hydrique élevé, etc.

L’eau d’irrigation provient à 90 % des eaux de surface, soit à partir de retenues soit par des
pompages dans le fleuve. Cependant, dans la zone des Niayes, les eaux souterraines sont
utilisées pour l’irrigation à très petite échelle, à vocation principalement maraîchère. La
technique d’irrigation la plus utilisée est l’irrigation de surface.

Les différences de potentialités en cultures irriguées du Nord au Sud du pays ont fait que
l’investissement public et privé est destiné aux infrastructures hydro-agricoles ; par
conséquent les superficies mises en valeur en culture irriguée sont plus importantes au Nord
du pays. Les investissements publics pour les aménagements hydro agricoles pour l’irrigation
étant essentiellement réalisés dans la Vallée du Fleuve Sénégal et dans le Bassin de l’Anambé,
pour les besoins de cette étude, nous traiterons d’abord la situation dans ces deux zones pour
ensuite terminer par une brève présentation des zones à faible potentiel d’irrigation.

Tableau 1: Estimation des disponibilités en eau de surface et en eau souterraine


POTENTIEL
QUANTITÉ
RESSOURCES EN MOBILISABLE
UTILISÉE REMARQUES
EAU (moyennes)
(m3/j)
(m3/j)
40 000 ha en 2007, 60 à 80 000 en
Fleuve SENEGAL 38 350 000 4 000 000 2008, potentiel estimé à 240 000
ha maximum
Disponibilité selon accords
Fleuve GAMBIE 11 000 000 ND OMVG et
grands travaux en projet
Sous réserve de création et
réfection
Fleuve
(355 000) ND d'aménagements anti-sel (sinon,
CASAMANCE
eau
inapte à l’irrigation)
Fortement influencé par les
KAYANGA 137 000 ND
surfaces mises en culture dans le

12
Bassin de l'Anambé, en pleine
évolution
Théoriquement, potentiel de 8 000
Continental terminal 628 000 200 000
ha, à répartir sur tout le territoire
Système Débits faibles, déjà largement
183 000 60 000
intermédiaire exploités
Zone ouest surexploitée, mauvaise
Maestrichtien 500 000 230 000 qualité de l'eau à l'Est, zone au
centre du pays à prospecter
Socle 500 000 50 000 Exploitation difficile
ND. Non déterminé
Source : APIX, (2008)

Tableau 2: Utilisation de l’eau potable


VOLUME
UTILISATION DE L'EAU UTILISÉ REMARQUES
(m3/jour)
Eau potable Dakar 300 000 En constante augmentation
Eau potable autres villes 125 000 En constante augmentation
Eau potable populations 194 000 En constante augmentation
rurales et cheptel
3 600 000 Calculé sur la base de 60 000 ha x 60
Irrigation pour agriculture m3/j
(moyennes). Destiné à augmenter
Source : APIX, (2008)

1.2.2.3. Impacts des changements climatiques : diminution des ressources hydriques


pluviométriques

L'agriculture sénégalaise est fortement dépendante des pluies. Cependant, la pluviométrie qui
ne cesse de baisser et la hausse des températures mettent en péril plusieurs variétés culturales.
Les températures qui règnent durant la période hivernale, pour les cultures céréalières et
l'arachide, sont optimales à sub-optimales. Ainsi, toute augmentation de ces températures aura
des répercussions négatives sur les rendements des cultures qui, dans le pire des cas (-50 %
dans les précipitations et +5°C), pourraient diminuer de 86 % par rapport aux rendements
actuels.

Au Sénégal, les variations météorologiques sont un long processus qui a démarré depuis
plusieurs années. Mais, la pluviométrie a globalement baissé au Sénégal de 35 % en quantité,
avec une diminution de la durée de la période pluvieuse et une baisse de la fréquence des
jours de pluie entre les périodes 1950-1965 et 1970-1995.

Selon Mbaye Diop (2008) chercheur au Laboratoire d'analyse et de recherche sur la


géomatique, la diminution de la pluviométrie a porté un coup dur à la production et à la
productivité dans l'agriculture. Sur la distribution spatiale des pluies au Sénégal, il fait
observer trois zones : le Nord, le Centre et le Sud du pays. Au nord, explique M. Diop, la

13
durée des pluies est, de 70 à 85 jours environ. Dans le centre du pays, cette durée varie entre
90 et 110 jours, alors que dans la région sud, la saison des pluies couvre 130 à 140 jours.

"Au nord, explique-t-il, on avait l'habitude, dans l'ancien bassin arachidier, de cultiver une
variété d'arachides appelée la 55 437 qui a un cycle de 90 jours. S'il est encore cultivé
aujourd'hui dans cette partie du pays, il risque d'être confronté à un stress hydrique en fin de
cycle. Donc il va y avoir des baisses de rendement importantes".

L'Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA), pour lutter contre le déficit climatique
avait commencé, à partir des années 70, à mettre en place et à vulgariser des variétés
améliorées. "Il y a beaucoup de variétés traditionnelles qui ont été plus ou moins abandonnées
au profit des variétés nouvelles. Ce qui est une première cause de perte de diversité. C'est le
cas du mil et de l'arachide". Par ailleurs, la recherche doit travailler davantage, en mettant en
place des variétés améliorées, adaptées aux nouvelles conditions météorologiques et faire
revenir les variétés traditionnelles qui sont capables de s'adapter aux changements
climatiques.

"Ce sont les deux pistes de recherches qui pourrait aider à augmenter la diversité variétale,
gage d'une production durable en matière agricole". Cependant, d'autres conséquences des
variations climatiques, non moins importantes, constituent une menace pour l'agriculture
sénégalaise. Il s'agit notamment de la salinisation des terres due à la baisse de la pluviométrie,
à l'ensablement des rizières provoqué principalement par l'intensification du ruissellement liée
à la dégradation de la végétation.

Les simulations des experts révèlent que, sans actions correctives, les changements
climatiques auront un impact négatif sur les indicateurs de qualité des sols comme le carbone
qui détermine la fertilité. Au titre des mesures coercitives, il faut évoquer des stratégies
d'adaptation s'articulant autour des programmes de lutte contre la sécheresse et la
désertification menés au Sénégal depuis plusieurs années. Ces stratégies sont en phase avec
celles appliquées dans les politiques de développement durable dont l'objectif est
l'amélioration des revenus des agriculteurs et de la productivité.

1.2.3 La main-d’œuvre agricole

Il existe deux types de main d'œuvre :

1.2.3.1 La main d'œuvre classique (permanente ou temporaire)

La main-d'œuvre attachée à l'exploitation comprend un effectif de 3 420 000 personnes


(RNA ,1998). Les trois quarts de cette main-d'œuvre sont constitués par de la main-d'œuvre
familiale. Pour les autres catégories, ce sont les aides familiaux qui l'emportent nettement,
avec 15% de l'effectif, dont plus de la moitié (8%) est constituée par les élèves et étudiants.
Ensuite vient le personnel temporaire salarié (environ 6%). Le personnel permanent salarié ne
représente que le pourcentage dérisoire de 2,4%. Dans cette répartition, on note un important
déséquilibre entre le sexe masculin et le sexe féminin, à l'exclusion du cas de la main-d'œuvre
permanente non salariée, avec un pourcentage de 41% chez les hommes contre 36% chez les
femmes. Pour les autres cas, les hommes représentent généralement plus du double des
femmes, les valeurs des pourcentages étant respectivement de : 10% contre 5%, 2% contre

14
0,5% et 5% contre 1% pour les catégories aides familiaux, personnel permanent salarié et
personnel temporaire salarié.
En ce qui concerne le rapport de masculinité dans la population de la main-d'œuvre, il est
d'environ 133 hommes pour 100 femmes. Cependant, sa valeur est assez variable suivant la
catégorie. Elle varie de 633 pour le personnel temporaire salarié du groupe d'âges 8-14 ans à
102 pour le personnel permanent non salarié du groupe 15-59 ans. D'une manière plus
générale, on constate que c'est dans l a grande catégorie du personnel temporaire salarié que le
rapport de masculinité est le plus élevé en y atteignant le niveau de 473. Le niveau le plus bas
du rapport en question est atteint dans la grande catégorie du personnel permanent non salarié,
avec la valeur de 112.

1.2.3.2 La main-d'œuvre occasionnelle traditionnelle : les « santanés »

Un santané est une manifestation d'entraide réalisée par un groupe de membres de la


collectivité et destinée à venir en aide à un agriculteur placé devant la nécessité de recourir de
manière ponctuelle à une importante main-d'œuvre.

Le groupe travaille en général pendant une journée et de manière gratuite dans l'exploitation
dont le responsable prépare un grand repas pour la circonstance.

Des enquêtes ont montré que le recours aux santanés demeure encore très répandu dans
l'ensemble du pays, en dépit des difficultés liées à la conjoncture nationale et internationale.
Le nombre moyen de santanés par exploitation a été de 0,93, ce qui signifie que, en moyenne,
pour 100 exploitations, 93 ont eu à recourir à un santané.

Le nombre total des santanés au cours de l'hivernage 1998 a été de 409 668, soit environ 94%
de l'effectif des exploitations agricoles qui est de 437 037. Le nombre total des participants
aux santanés au cours de l'hivernage a été de 4 474 915.

Le nombre moyen de participants par santané a été d'environ 10 personnes, dont à peu près les
deux tiers, soit 7 personnes, sont des hommes et trois des femmes.

Le nombre de santanés constitués exclusivement par des hommes a été de 235 370, soit 57%
de l'effectif total. Quant aux santanés féminins, ils ont été au nombre de 120 182, soit 29% du
total, et celui des santanés mixtes de 54 116, soit 13%.

1.3. Analyse des systèmes de production

1.3.1. Sous secteur de la production végétale

1.3.1.1 Systèmes de culture

Au Sénégal, quatre systèmes de culture sont pratiqués par les ménages agricoles: pluvial,
irrigué, bas fonds et décrue. La proportion des ménages ruraux pratiquant un ou plusieurs
types de culture est assez différente selon les régions. Les cultures de bas fonds sauf dans les
niayes sont toujours associées à des cultures pluviales. Il en est de même pour les cultures de
décrues dans la moyenne et haute vallée.

15
Les systèmes de production se présentent ainsi qu’il suit : (i) systèmes céréales/culture de
rente (arachide ou coton ou niébé) / élevage extensif (bovin, ovin, caprin) concernant toutes
les zones de culture pluviale du bassin arachidier et du sud Sénégal ; (ii) les systèmes
pastoraux extensifs / transhumants situés dans la zone sylvo pastorale ; (iii) les systèmes riz de
bas fonds / cultures pluviales (céréale/arachide/coton) / élevage extensif localisés au niveau de
la basse et moyenne Casamance, le long de la vallée de l’Anambe, de la Gambie et de la
Casamance, dans le Niombato et les iles du Saloum ; (iv) systèmes double culture rizicole de
la vallée et (v) les systèmes horticoles des niayes avec association élevage et pêche.

1.3.1.2 Type d’exploitation agricole

L’agriculture sénégalaise est largement dominée par des exploitations de type familial. Elles
concernent environ 60 % de la population et occupent environ 95 % des terres agricoles du
pays. Ce type d’exploitation généralement de taille modeste dans lesquelles s’articulent
étroitement production et consommation revêt en réalité des formes très variées, déterminées
par leur situation agricole et leur disponibilité en facteur de productions.

A coté d’une agriculture familiale polyvalente émerge une agriculture de type entrepreneurial
basée sur une logique d’investissement et de recherche de rentabilité des capitaux mis en
œuvre. Ces exploitations sont essentiellement présentes dans la zone périurbaine de Dakar ou
elles s’adonnent à l’horticulture et à l’élevage intensif. Elles commencent aussi à faire leur
apparition dans la zone du delta du fleuve Sénégal en zone irriguée. Leur part dans la
production agricole et les exportations est encore faible à l’exception de la filière horticole et
de la filière avicole. Elles emploient 1 % de la population active et contrôlent 5 % des terres
agricoles.

En fonction de ces types d’agriculture, une caractérisation des exploitations agricoles du


Sénégal suivant les zones agro écologiques suivantes a été effectuée:

a) Vallée du fleuve Sénégal

Une typologie des exploitations agricoles familiales au niveau de la vallée du Fleuve a été
effectuée par l’étude sur la caractérisation et typologie des exploitations agricoles familiales
du Sénégal (ISRA, 2004). Trois types ont été retenus :

 Type 1 : ces exploitations sont qualifiées de grande exploitation à réel potentiel de


développement, eu égard à la quantité de main d’oeuvre disponible, à la disponibilité
foncière et aux possibilités de valorisation du cheptel. Elles sont généralement
localisées dans le delta du fleuve Sénégal. Elles se caractérisent par :

 Type 2 : ces exploitations possèdent le plus grand nombre de têtes de bétail et une
superficie cultivée qui reste faible. C’est un groupe à revenu moyen qui bénéficie des
revenus de transfert et des activités non agricoles.

 Type 3 : ces exploitations, qualifiées de petites exploitations au potentiel très limité


par rapport aux ressources propres (compte non tenu des revenus extérieurs provenant
de l'immigration), constituent l'écrasante majorité des exploitations. Elles sont

16
caractérisées par l’accroissement des superficies aménagées, la valorisation du cheptel
existant et l'orientation des ressources de l'immigration vers des activités productives.
;
En résumé, le tableau ci-après indique les principales caractéristiques de chaque type
d’exploitation agricole familial.

Tableau 3 : moyennes observées dans chaque type


Variables Type 1 Type 2 Type 3
Population totale 19 21 12
Nombre d’actifs 11 12 7
Nombre unités bétail extensif 7 8 4
Superficie cultivée (ha) 5 2 3
Revenu global (FCFA) 3 532 027 2 920 439 459 415
Superficie cultivée par actif (ha) 0,78 0,17 0,55
Revenu per capita 378 608 190 867 53 506
Source : Enquêtes EXFAM 2004 (ISRA/SAED/FONGS/ANCAR/SODEFITEX/DAPS)

b) Sénégal Oriental et Haute Casamance

D’après l’analyse des résultats de l’enquête EXFAM 2004, les exploitations du Sénégal
Oriental et de la Haute Casamance peuvent être classées comme suit :

 Groupe 1 : exploitations à revenu total faible

Ces exploitations disposent en moyenne de 5,48 ha dont 3,24 ha (61,8 %) de céréales et 2,02
ha (36,55 %) de cultures de rentes (arachide, coton, sésame) et gagnent en moyenne 286 379
FCFA par an. Contrairement aux autres groupes, la vente de produits d’élevage (59,38%) et
les activités non agricoles (24,30%) contribuent le plus à la formation du revenu total des
exploitations. Les productions agricoles servent plus à l’autoconsommation. C’est ce qui
explique les faibles ventes de productions agricoles (164 298 FCFA; 16,33%).

 Groupe 2 : exploitations à revenu total modéré

Les exploitations de ce groupe disposent en moyenne de 7,94 ha dont 4,12 ha de céréales


(52,41%) et 3,29 ha (43,77%) de cultures de rentes (arachide, coton). Elles gagnent en
moyenne 693 903 FCFA. Contrairement au premier groupe, la formation du revenu total est
assez bien répartie entre les activités agricoles, (424 995 FCFA; 62,51%), les activités non
agricoles (141 844; 20,67%), et la vente de produits d’élevage (127 023; 16,87%).

 Groupe 3 : exploitations agricoles à revenu total moyen

Ce groupe possède en moyenne 14,41 ha dont 6,56 ha de céréales (46,79%) et 6,21 ha


(48,78%) de cultures de rentes (arachide, coton). Elles gagnent en moyenne 1 382 256 FCFA.
Cette performance est due pour l’essentiel aux activités agricoles (1 029 333 FCFA, 75,95%)

17
surtout grâce au coton. Les activités non agricoles (11,32%), et d’élevage (12,7%) contribuent
très faiblement à la formation du revenu total de l’exploitation.

 Groupe 4 : exploitations agricoles à revenu total élevé.

Ces exploitations disposent en moyenne de 16,89 ha dont 5,72 ha de céréales (36%) et 11,06
ha (62,67%) de cultures de rentes (arachide, coton). Elles gagnent en moyenne 3 025 000
FCFA. Cette performance est due pour l’essentiel aux activités agricoles (2 503 333 FCFA ;
83,89%). Ce sont de gros producteurs d’arachide (12 760 kg). Les activités non agricoles
(14,33 %), et d’élevage (1,78%) contribuent très faiblement à la formation du revenu total de
l’exploitation.

c) Bassin arachidier

Trois types d’exploitation agricole familiale ont été identifiés d’après les résultats de
l’enquête EXFAM :

 Type I : exploitations agricoles à revenu élevé

Il représente 7 % des exploitations et compte en moyenne 9 actifs par exploitation. La taille


moyenne des exploitations est de 11,65 ha. Ce groupe possède en moyenne 28 unités bétail
extensif (UBE). Son revenu global moyen est égal à 1 567 918 FCFA.

 Type II : exploitations agricoles à revenu moyen

Ce groupe représente 20 % des exploitations. Il compte en moyenne 9 actifs par exploitation.


La taille moyenne des exploitations est de 8,4 ha. Il possède en moyenne 7 unités bétail
extensif (UBE) et un revenu moyen global de 949 980 FCFA.

 Type III : exploitations agricoles à revenu faible

Il représente 73 % des exploitations et compte en moyenne 6 actifs par exploitation. La taille


moyenne des exploitations est de 4,91 ha. Ce groupe possède en moyenne 4 unités bétail
extensif (UBE). Il est composé d’exploitations qui disposent de peu de terres et qui sont très
peu dotés en main d’œuvre, en bétail et en matériel agricole. Le revenu global moyen de ce
groupe est de 373 464 FCFA par an.

Le Tableau ci-dessous résume les principales caractéristiques de ces exploitations.

Tableau 4: Caractéristiques des types d’exploitation


Revenu
% Nombre moyen Taille moyenne des Unités bétail
Groupe global moyen
Exploitations d’actifs exploitations (ha) extensif
(FCFA)
Type I 7 9 11,65 28 1 567 918
Type II 20 9 8,4 7 949 980
Type III 73 6 4,91 4 373464
Source : Enquêtes EXFAM 2004 (ISRA/SAED/FONGS/ANCAR/SODEFITEX/DAPS)

d) Zone des Niayes

18
L’étude sur la typologie des systèmes de production agricoles urbains (Fall. A S et al.) a
permis de distinguer trois types d’exploitation au niveau de la zone des Niayes: les
exploitations maraîchères, les exploitations arboricoles et les exploitations mixtes.

1.3.1.3. Mécanisation

Selon le Recensement National Agricole (RNA) de 1998, le matériel utilisé par les
exploitations agricoles est généralement en bon état. Contrairement à ce que l'on pouvait
s’attendre avec l'arrêt du programme agricole depuis 1980, le niveau d'équipement des
exploitations agricoles du Sénégal est loin d'être catastrophique selon le RNA. La liste du
matériel se situant au-dessus de la médiane en ce qui concerne le pourcentage en bon état se
présente comme suit : moissonneuses-batteuses (100% en bon état), houes occidentales
(96%), batteuses (95%), véhicules utilitaires (95%), abreuvoirs (95%), tracteurs (94%),
charrettes bovines petit plateau (94%), magasins de stockage (94%), araras (93%), charrettes
bovines grand plateau (92%), billonneuses (92%), charrues (92%), hangars (91%),
mangeoires (91%), houes sines n°9 (90%), offsets (90%), charrettes équines (90%) (cf.
Tableau en annexe).

Par ailleurs, si l'on enlève les motopompes pour lesquelles la proportion de matériel en bon
état est de 45%, tout le matériel se retrouve avec une proportion d'unités en bon état dépassant
largement 50%, le pourcentage le plus faible étant de 77%. Le maintien du matériel a été
rendu possible grâce à l'activité des artisans locaux.

Les acquisitions postérieures à 1980 demeurent importantes quel que soit le type de matériel,
et la proportion de matériel correspondant dépasse généralement 50%. En effet, seuls 4 types
de matériel correspondent à un pourcentage d'acquisition antérieure à 1981 dépassant 50%. Il
s'agit de l'ariana (64%), de la charrette bovine petit plateau (60%), du polyculteur (55%) et de
la charrette bovine grand plateau (51%) (cf Tableau annexe).

Avec l’avènement de l’Alternance en 2000, le Programme agricole de l’Etat a été repris. Le


monde rural a pu bénéficier d’un important programme d’équipement avec l’appui de l’Inde.

Le Projet de Développement Agricole Sénégalo-Indien (PDASI), mis en œuvre dans la Vallée


du fleuve Sénégal, le Sénégal Oriental, et dans le Bassin de l’Anambé, a permis de doter ces
zones en matériels de travail du sol, d’irrigation et de matériels post-récolte.

En 2002/2003, les quantités de matériels écoulées portent sur 01 tracteur avec ses
accessoires, 24 groupes motopompes, 26 décortiqueuses à riz et 01 combiné moissonneuse -
tracteur. Seule la zone SAED a bénéficié de cet apport, d’un coût estimé à 47 409 277
millions de F CFA.

En 2003/2004, les quantités de matériels écoulées portent sur 01 tracteur HMT 45 CV avec
ses accessoires, environ 118 groupes motopompes, 26 décortiqueuses à riz, 03 combinés
moissonneuses-batteuses et un pulvériseur offset 14 disques.

En 2005, le Sénégal a bénéficié d’un Programme de Fourniture et d’installation de matériel


d’irrigation, pour contribuer à l’atteinte de l’objectif d’un million de tonnes de riz blanc à
l’horizon 2015 qu’il a assigné au Gouvernement. Ce programme s’inscrit dans le cadre du
Mouvement d’Approche Technico-économique pour l’Afrique et l’Inde (Techno Economic

19
Approach for Africa-India Movement) mis sur pied en mars 2004 entre l’Inde et neuf (9) pays
d’Afrique de l’Ouest : Burkina Faso, Tchad, Côte d’Ivoire, Guinée Equatoriale, Ghana,
Guinée-Bissau, Mali, le Niger et Sénégal.

Le Sénégal a acquis 510 tracteurs dans le cadre de la ligne de crédit de 15 millions de dollars
US alloués par le Gouvernement Indien. Ces tracteurs subventionnés par l’état à hauteur de 40
%, sont ainsi répartis : 410 pour les Régions (50 pour Tambacounda, 70 pour Kaolack, 25
pour Fatick, 55 pour Kolda, 25 pour Ziguinchor, 25 pour Diourbel, 25 pour Louga, 70 pour
Saint louis, 25 pour Matam, 20 pour Dakar et 20 pour Thiès) et 100 pour l’Etat du Sénégal
(certains mis en service pour les pôles d’émergence intégrés du REVA).

Des équipements post-récolte (10 Batteuses nettoyeuses à mais, 10 Batteuses nettoyeuses à riz
et 10 Batteuses nettoyeuses à mil/sorgho) ont été obtenus de même que du matériel
d’irrigation. Ce dernier est composé de 3 071 unités, ainsi réparties :

• 2 190 Groupes Moto Pompes (GMP) de 108, 288 et 400 m3/h ;


• 4 pompes électriques verticales de 5 500 m3/h chacune ;
• 2 postes transformateurs ;
• 150 pompes Monobloc (75 Monobloc électriques et 75 Monobloc Diesel) ;
• 50 pompes submersibles ;
• 338 Bacs flottants pour motopompe ;
• 337 chariots.

1.3.1.4 Fertilisation

La fertilisation constitue un élément-clé pour accroître les rendements et la production


agricole. L'accès des producteurs agricoles aux moyens de fertilisation constitue donc un
élément essentiel de la politique alimentaire.

Les consommations moyennes d’engrais sur l’arachide et les céréales sont respectivement 27
kg/ha et 8 kg/ha avec des taux de croissance moyens de 6,1 % et 8,6% sur la période de 1995
à 2007. Le graphique ci-dessous montre l'évolution de la consommation d'engrais sur la
même période.

Par rapport au programme agricole de 1960-80, les résultats observés sur la période restent
décevants. Les multiples réformes agricoles intervenues sur la période 1995-2007 n'ont pas
réussi à stimuler la production céréalière. La consommation d'engrais reste instable avec un
minimum de 22 000 tonnes en 1995 et un maximum de 48 000 tonnes en 2000, mais on note
une nouvelle régression de 2000 à 2007.

0n retrouve ainsi, dans la période récente, une situation analogue à celle observée dans la
période du Programme Agricole, avec une affectation prioritaire des engrais à la culture
d'arachide, au détriment des cultures céréalières. Les consommations d’engrais pour
l’arachide sont passées en moyenne de 23,8 kg/ha sur la période 1995-2000 à 28,8 kg/ha sur
la période 2007. Pour les céréales les consommations sont passées de 6,2 kg/ha à 8,3 kg/ha
respectivement pour les deux périodes. Ceci peut s’expliquer par les mesures volontaristes de
l’Etat à travers les subventions à l’engrais (cf. Tableau d-2 en Annexe D).

20
30 000

25 000

20 000
Tonnes

15 000

10 000

5 000

-
1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007
Années

Arachide Cereales

Figure 2: Consommation d'engrais de 1995-2007


*2006= moyenne 5 dernières années
*2007= moyenne 5 dernières années

1.3.1.5 Utilisation des semences améliorées


La semence constitue un intrant stratégique pour la production agricole. A ce titre elle
demeure l’intrant principal dont le producteur se soucie en premier. En effet, les semences
végétales des variétés améliorées assurent une augmentation de rendement de l’ordre de 25 à
45 % par exemple. Elles valorisent mieux les autres intrants tels que les engrais minéral ou
organique, les produits phytosanitaires ainsi que l’eau d’irrigation et constituent l’un des
moyens les plus accessibles et les moins onéreux pour augmenter la production des
exploitations agricoles.

A cet effet, des efforts importants ont été consentis. Ainsi, la courbe d’’évolution des
semences d’arachide de qualité montre une augmentation de l’utilisation des semences de
1997 à 2000, une baisse de 2001 à 2003, puis pour atteindre son pic en 2004 et après cela
diminuer et s’annuler en 2005. Cette récession est due surtout à l’invasion du criquet pèlerin
qui a interrompu le schéma de multiplication de semence de qualité.

90000
80000
Quantités (Tonnes)

70000
60000
50000
40000
30000
20000
10000
0
6

8
99

99

99

99

00

00

00

00

00

00

00

00

00
-1

-1

-1

-1

-2

-2

-2

-2

-2

-2

-2

-2

-2
95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06

07
19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20

20

Années

Semences sélectionnées Graines écrémées Total semence

21
Figure 3: Evolution des semences d’arachides
Source : DISEM

Selon le RNA, les semences sélectionnées représentent 14, 37 % des semences utilisées toute
spéculation confondue. La part des semences sélectionnées par spéculation se présente
comme suit : (i) 35,3 % du total des semences utilisées pour l’arachide, (ii) 2,5 % pour Mil
/Sorgho, (iii) 7,3 % pour autres céréales, (iv) 3,94 % pour le Niébé et (v) 42,15 % pour autres
cultures.

Tableau 5: Répartition des semences sélectionnées par spéculation

Semences sélectionnées Superficie totale (ha) %

Arachide 186 499 35,30


Total arachide 528 381 100,00
Ml ou sorgho 25 217 2,50
Total Mil/Sorgho 1 010 189 100,00
Autres céréales 7 695 7,31
Total Autres céréales 105 203 100,00
Niébé 4 966 3,94
Total Niébé 125 943 100,00
Autres cultures 45 508 42,15
Total autres cultures 107 967 100,00
Ensemble des cultures 269 885 14,37

Source: Sénégal, Recensement national de l'agriculture 1998-99

Dans le cadre de la recherche de solution, des programmes de multiplication de semence sont


en cours dans le cadre du Programme Stabex Com Arachide et COM Agriculture et du
PSAOP II. Ces programmes sont sous la conduite des organisations de producteurs. L’Action
de reconstitution du capital semencier d’arachide et de professionnalisation des acteurs de la
filière a été confiée à l’ASPRODEB par le Gouvernement dans le cadre du COM STABEX
financé par l’Union Européenne. Elle participe à enrayer la tendance baissière de la
production d’arachide et à mieux impliquer les producteurs avec leurs OP (coopératives
semencières, centrales de services etc.). L’Action est conduite pour une durée de 20 mois.

A terme, la mise en œuvre de l’Action aboutira à la mise en place de : (i) 37 coopératives de


semences qui produiront annuellement 79 000 tonnes de semences certifiées de niveau N2 à
partir de la campagne agricole 2010/2011 (cf annexe) et (ii) 20 centrales de services
fonctionnelles, offrant des services à 50 000 producteurs. Cela va se traduire par une
amélioration du niveau de revenu des producteurs et indirectement du niveau de leur
équipement.

22
1.3.1.6 Irrigation

La caractérisation des zones en agriculture irriguée repose sur la combinaison des facteurs à
savoir la taille des périmètres et les types d’aménagement pratiqués. Ainsi, on distingue : (i)
les grands périmètres irrigués le long du fleuve et dans l’Anambé (de 400 ha à quelques
milliers d’ha), (ii) les périmètres moyens dans les mêmes zones (taille moyenne de 60 à
300 ha), (iii) les périmètres irrigués villageois (PIV) le long du fleuve et au Sénégal oriental
(taille moyenne de 20 à 30 ha), (iv) les périmètres irrigués privés (PIP) le long du fleuve,
autour du Lac de Guiers et dans les Niayes (taille moyenne de 30 ha), (v) les micro-périmètres
privés dans les Niayes (taille moyenne de 1 à 2 ha), (vi) les aménagements anti-sel en
Casamance et dans le Siné-Saloum (taille moyenne de 50 à 400 ha) et (vii) les bas-fonds à
Kédougou (taille moyenne de 10 à 50 ha).

Les cultures irriguées se répartissent en deux groupes: i) les productions céréalières, où le riz
est dominant avec quelques expériences portant sur le maïs et le sorgho (en moyenne et haute
Vallée du Sénégal), et ii) les cultures horticoles dominées par l’oignon et la tomate. Les
productions céréalières irriguées représentent l’essentiel des superficies aménagées; elles sont
concentrées dans la Vallée du fleuve Sénégal avec environ 65 % des productions et 40 % des
superficies cultivées, et dans la région de Ziguinchor/Kolda avec 27 % des productions et 50
% des superficies. Les productions maraîchères, qui ont tendance à se répartir
géographiquement, se trouvent dans les Niayes, avec 63 % de la production, sur le fleuve,
avec 22 % de la production, et dans les régions de Thiès et Kaolack, avec 15 % de la
production (notamment les pastèques). Les productions fruitières sont réparties dans le pays
avec une concentration en Basse et Moyenne Casamance, qui représentent 54 % de la
production.

L’agriculture irriguée au Sénégal est caractérisée par: i) des investissements d'abord orientés
au Nord du pays et limités en raison des coûts d’aménagement (7 à 10 millions de FCFA/ha),
ii) une faible implication des bénéficiaires dans le financement et la gestion des
aménagements, iii) une forte importance de l’option céréalière dans les spéculations et une
diversification limitée, et iv) un manque de moyens humains pour appuyer les bénéficiaires au
niveau technique et de la gestion. Face à ce constat, et tirant les leçons des investissements
réalisés dans la Vallée du fleuve Sénégal, le Gouvernement a opté pour le développement
d’une irrigation à plus petite échelle, basé sur la participation des usagers, tant pour la
construction que pour la gestion des aménagements. Les actions dans ce cadre concernent,
entre autres : i) une responsabilité accrue des usagers dans la gestion et l’entretien des petits
aménagements, ii) un développement de l’irrigation privée, iii) une volonté politique de
promouvoir des petits ouvrages de rétention d’eau à coûts limités, et iv) la mise en place de
filières économiques autour de certaines spéculations agricoles.

Les investissements et les mesures prévus pour la maîtrise de l’eau vise à faire passer le taux
de superficies irriguées sur superficies totales cultivées de 4% en 2005 à 10% d’ici 2010 et
20% en 2015. A cet effet, l’État réalisera au moins 15.000 ha d’aménagements hydro agricole
en moyenne par an à travers des programmes dans les différentes parties du pays.

1.3.2 Sous secteur de la production animale

Les systèmes de production d'élevage sont rarement spécialisés et restent dominés par les
modes extensifs de conduite des troupeaux.

23
De façon schématique, on peut définir trois grands systèmes de productions établis selon
certains critères de différenciation : place relative de l'agriculture et de l'élevage dans
l'économie domestique, performances des productions agricoles et pastorales, la pratique de
l'élevage.

1.3.2.1. Système agro-pastoral

Ce système se fonde sur l'association de l'élevage aux cultures pluviales (mil, arachide,
cotons…) et irriguées (riz, tomates, oignons). On le rencontre dans le bassin arachidier, la
vallée du fleuve Sénégal et la zone Sud du pays. Il intéresse 67 % des bovins et 62 % des
petits ruminants. L'association avec l'agriculture se traduit par le recours à la culture attelée,
l'utilisation de la fumure animale et l'exploitation des résidus de récoltes pour le bétail.

Les modes de conduite des troupeaux sont déterminés par des recherches de pâturages
saisonniers dans les limites des terroirs villageois ou à l'extérieur de la zone d'attache.
Pour les petits troupeaux, le rayon des déplacements est généralement réduit; les animaux
trouvant dans leur zone de séjour habituelle une alimentation suffisante en saison-sèche.
Par contre, la transhumance concerne les troupeaux ayant des effectifs importants comme
ceux des villages Sérères du vieux bassin arachidier qui remontent au début de la saison des
cultures vers le Ferlo.

1.3.2.2. Système pastoral

Il se rencontre dans les zones sèches au Nord de l'isohyète 400 mm. Les contraintes liées au
milieu naturel, notamment la dispersion dans l'espace des ressources en eau et en pâturage et
leur variabilité dans le temps imposent une grande mobilité des groupes humains et du bétail.
Le mode de vie et l'ensemble des activités productives sont subordonnés à la sécurisation du
cheptel. Il concerne 32 % de bovins et 35 % des petits ruminants.

1.3.2.3. Système péri-urbain :

Il est localisé dans la zone des Niayes et concerne 1 % des bovins et 3 % des petits ruminants.
Les élevages y sont intensifs ou semi-intensif. Le développement de ces activités est lié à une
forte urbanisation de la population dans la région de Dakar (96,5 %). Le processus
d'urbanisation induit un accroissement de la demande en produits d'origine animale. La
marge de couverture des besoins reste suffisamment étendue pour autoriser une forte
augmentation de la production de viande et de lait.

1.3.3 Sous secteurs de la production halieutique et forestière

1.3.3.1 Sous secteur Pêche

La pêche est un secteur stratégique au Sénégal. Différents types de pêche sont pratiqués à
savoir la pêche continentale, l’aquaculture et la pêche maritime.

Les principaux types de pêche artisanale pratiqués dans les zones maritimes du Sénégal sont
les suivants :

24
 la pêche au filet dormant ou « mballu sere » en wolof, où le filet est maintenu tendu
sur le fond grâce à un poids pour la recherche d’espèces démersales ;
 la pêche au filet maillant ou « fele fele » basée sur une nappe de filets placée entre
deux ralingues, l’une étant plombée, l’autre flottante maintenant le filet en surface
pour les espèces de haute mer ;
 la ligne simple qui est le type de pêche utilisant des appâts et des hameçons reste la
plus pratiquée au Sénégal ;
 la ligne glacière ou « marée » qui utilise la même technique que la ligne simple mais
regroupe les pirogues de marée avec des lignes. Elle nécessite l’utilisation de glace à
cause du nombre de jours restés en mer ;
 la senne tournante ou « fil à tourner » qui nécessite l’utilisation de deux grandes
pirogues : l’une porteuse du filet de plusieurs mètres de long, contenant l’équipage et
l’autre servant à stocker les captures ;
 la senne de plage ou « mballu law » est aussi un filet généralement placé au large de la
plage en cas de période faste (bancs de Guiss, de Tassergal ou de Sardinelles par
exemple), pas très loin et ne nécessite pas de pirogue mais beaucoup de bras pour tirer
le filet ; le casier, destiné à la capture de crustacés ou de mollusques comme les
poulpes et les seiches ;
 la palangre, ensemble de hameçons d'une certaine grandeur choisie, noués sur des
cordes intermédiaires qui sont fixées avec une certaine distance à une seule corde.

Tableau 6: Répartition du nombre d’unités de pêche selon le type de pêche pratiquée


Type de pêche Effectifs Taux en %
Filet dormant 99 25,9
Ligne simple 95 24,8
Filet maillant 63 16,5
Senne tournante 61 15,9
Ligne glacière 46 12,0
Casier 9 2,3
Palangre 3 0,8
Autres 7 1,8
Total 383 100,0
Source : ANSD, Monographie de la pêche artisanale et de la forêt 2007

Les types de pêche pratiquée varient d’une zone maritime à une autre. Ainsi, la pêche à ligne
(simple et glacière) est plus exercée à Thiès (Cayar et Mbour) et Dakar (Hann-plage et
Rufisque), alors que la pêche aux différents filets est la plus pratiquée à Louga, Fatick et
Saint-Louis. La senne tournante est plus présente à Saint-Louis, Dakar et Thiès que dans les
autres régions et nécessite plus de moyens financiers, matériels et humains que les autres
types. Elle dépend beaucoup de la phase lunaire : elle n’est pratiquée que 15 jours sur 30.
Tous les pêcheurs actuels utilisant la senne tournante font également d’autres types de pêche
les 15 jours restants ou bien réparent leurs filets en attendant la lune noire pour retrouver la
mer...

25
Tableau 7: Type de pêche selon l’origine de l’unité de pêche
Origine de Ligne Ligne Filet Filet
Senne Casier Autres
l’unité de simple glacière maillant dormant Palangre Total
tournante
pêche
Thiès 2 19 15 40 15 0 0 0 91

Fatick 44 11 13 24 24 3 0 0 119

Kaolack 38 12 12 10 16 2 1 3 94

Louga 2 0 10 4 1 0 2 4 23
Saint- 3 1 3 0 0 0 0 0 7
Louis
Dakar 0 0 0 6 1 0 0 0 7
Autres
6 3 10 15 4 4 0 0 42
zones
Total 95 46 63 99 61 9 3 7 383
Source : Monographie de la pêche artisanale et de la forêt 2007

1.3.3.2 Sous secteur foret

Le domaine forestier comprend un domaine classé et un domaine protégé.

 Domaine classé
Le domaine classé national couvre 31,7 % du pays et comprend les forêts classées, les
périmètres de reboisement et de restauration, les réserves naturelles intégrales, les parcs
nationaux et réserves spéciales. Il se répartit comme suit : 213 forêts classées de 6 237 648
hectares de superficie totale, dont 20 sont des réserves sylvo pastorales (1 514 000 ha) et 8 des
zones d’intérêt cynégétique (1 976 315 ha). La superficie du domaine classé de l’Etat varie
selon les actes de classement ou de déclassement pris dans le cadre général de l’aménagement
du territoire. Actuellement, le taux de classement se répartit comme indiqué dans le tableau
qui suit :

Tableau 8: Le domaine classé du Sénégal


Superficies Domaine classé Taux de
Régions
Nombre Superficie classement
Dakar 55 000 10 6064 11
Diourbel 435 900 0 0 0
Fatick 793 500 15 187 676 23,7
Kaolack 1 601 000 23 528 240 33,0
Kolda 2 101 100 26 505 383 24,1
Louga 2 918 800 19 1 216 688 41,7
St. Louis / Matam 4 412 700 61 1 889 432 42,8
Tambacounda 5 960 200 17 1 685 819 28,3
Thiès 660 100 13 98 926 15,0
Ziguinchor 733 900 29 119 420 16,3
TOTAL 19 672 200 213 6 237 648 31,7
Source : PAFS, 1993

26
Les parcs nationaux, les réserves intégrales et spéciales, au nombre de 10 et couvrant une
superficie de 1 613 790 ha soit environ 8 % du territoire, sont les endroits où la biodiversité
est la mieux conservée en raison de leur statut d’aires intégralement protégées.

 Le domaine protégé
Il correspond aux formations forestières non classées et non comprises dans les terres des
terroirs. Il couvre une superficie d’environ 6 500 000 hectares. Du fait des feux de brousse, du
surpâturage, de l’exploitation abusive des forêts, des défrichements, le domaine protégé est
fortement agressé. Par endroits, il subit un niveau de dégradation très avancé. Notons enfin la
présence de formations particulières telles que :

- les mangroves, formations fragiles de marais halophytes qui couvrent actuellement moins
de 140.000 ha
- les palmeraies qui sont des formations principalement de Elaeis guineensis et de Borassus
aethiopium (rônier) constituant un support pour l’agroforesterie et ayant une grande utilité
artisanale, alimentaire et pour l’habitat ;
- les bambouseraies localisées dans le Sénégal Oriental, la Haute Casamance et un peu dans
la Région de Kaolack. Le bambou est très apprécié par les populations pour la confection de
palissades, d’habitations, de meubles et d’objets utilitaires (ruches) ;
- Les forêts galeries situées le long des principaux cours d’eau,
- les formations halophytes des tannes (Tamarix senegalensis).

Une étude plus récente du Centre de Suivi Ecologique (CSE) donne une idée sur la typologie
des forêts au Sénégal.

Tableau 9: Occupation des sols et distribution des types de végétation au Sénégal


Dénomination Superficie (ha) Proportion (%)
Forêt dense 65 012 0,33
Forêt claire 757 756 3,85
Forêt galerie 27 212 0,14
Savane arbustive á arborée 3 909 725 19,87
Savane arborée 4 732 547 24,05
Steppe arbustive à arborée 3 553 787 18,06
Mangrove 213 127 1,08
Zone de cultures pluviales 5 360 563 27,24
Sols nus 202 551 1,03
Eaux de surface 391 362 1,99
Autres 462 808 2,36
TOTAL 19 679 450 100,00
Source : CSE, 2002

27
CHAPITRE II
EFFORTS RECENTS ET ACTUELS EN VUE DE L’ACCELERATION DE LA
CROISSANCE AGRICOLE, DE LA REDUCTION DE LA PAUVRETE ET DU
RENFORCEMENT DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE
DANS LES DOMAINES D’INVESTISSEMENT DU PDDAA

Le développement agricole a toujours été une priorité de l’Etat du Sénégal pour atteindre la
sécurité alimentaire et lutter contre la pauvreté en vue d’assurer les conditions du
développement durable. Les objectifs et politiques de développement agricoles poursuivis ont
ainsi été pris en compte dans tous les documents stratégiques à travers les plans de
développement économique et social, les documents de stratégie de réduction de la pauvreté
(DSRP) ainsi que la stratégie de croissance accélérée (SCA). Dans ce sillage, des politiques
ont été initiées comme la politique forestière nationale définie à travers le Plan d’Action
Forestier du Sénégal (PAFS, 1993), la lettre de politique de développement agricole (LPDA
en 1995), le programme d’ajustement structurel agricole (PASA), le programme de relance de
la filière arachide (1997), la lettre de Politique de Développement de l’Elevage (LPDE en
1999) révisée en Nouvelle Initiative Sectorielle pour le Développement de l’Elevage
(NISDEL), la Politique Forestière du Sénégal (PFS, 2005-2025), La lettre de politique
sectorielle des pêches et de l’Aquaculture définie en Avril 2007 qui ont été une suite de la
nouvelle politique agricole (NPA de 1985).

A ces politiques de développement s’ajoutent d’autres essentielles qui définissent le cadre


d’orientation générale de la politique d’intervention de l’Etat et de ses partenaires dans le
développement durable de la vallée du fleuve Sénégal : (i) le Plan Directeur Rive Gauche
(adopté en 1994) qui reste le document de référence en ce qui concerne le cadre des
aménagements hydro-agricoles, et (ii) le Plan d’action pour le développement agricole de la
vallée qui a fait suite aux journées des Niayes (25 et 26/06/97) réunissant l’Etat, les différents
acteurs et les bailleurs de fonds intervenant financièrement dans la vallée du Sénégal.

Depuis 2000, de nouvelles initiatives ont été prises pour redynamiser le secteur, dont la lettre
de politique de développement de la filière arachide (2003), la Loi d’Orientation Agro-sylvo
Pastorale (LOASP , 2004) qui constitue pour l’Etat et les Organisations de Producteurs des
raisons pour donner plus de lisibilité à la politique agricole, valoriser les métiers de
l’agriculture et amorcer, entre autres, la réflexion sur le droit foncier rural, la maîtrise de
l’eau. Sa mise en œuvre, qui aujourd’hui a permis de définir des instruments institutionnels et
juridiques, ne prend pas suffisamment en compte les préoccupations majeures portées par le
plan retour vers l’agriculture (REVA), les grappes agriculture, agro-industrie et les produits
de la mer de la stratégie de croissance accélérée (SCA) ainsi que les mutations actuelles et
celles qui se pointent à l’horizon au niveau mondial.

En outre, sur le plan international, la crise alimentaire qui a révélé la fragilité des pays en
développement importateurs nets de produits alimentaires a ébranlé les récents acquis en
matière de croissance économique. Les restrictions d’exportation décidées par les pays
exportateurs ont favorisé les spéculations et ont fait apparaître des distorsions sur les marchés.
Face à cette situation plusieurs initiatives sont venues de la communauté internationale
s’inscrivant dans une nouvelle dynamique d’accompagnement des pays en développement en
vue d’une amélioration significative du secteur agricole. C’est dans ce cadre également qu’est
apparue l’idée de la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance (GOANA).

28
Il s’agit d’arriver à :

-Un développement agricole qui permet d’éliminer les risques de famine, de faire face
aux besoins nés de la croissance de la population, de relever la ration alimentaire, afin de
permettre, aux individus, une production plus constante et plus efficace ;

-Un développement agricole assis sur une croissance inscrite dans la durabilité
permettant de passer de l’agriculture de subsistance à une agriculture commerciale en relation
aussi bien avec les marchés urbains qu’avec les marchés extérieurs ;

- Un développement agricole condition de polarisation d’un espace économique


densifié. La réalisation d’un surplus par rapport aux besoins minimums est source d’épargne
et condition des progrès ultérieurs aussi bien de l’agriculture que de l’économie dans son
ensemble pour se maintenir sur la trajectoire de la prospérité et de l’abondance.

Au vu du diagnostic et des tendances lourdes du développement agricole, cette vision telle


qu’exprimée constitue une ambition que le Sénégal peut réaliser en relevant les défis
structurels liés aux facteurs hors prix. Ces défis recoupent les domaines principaux
d’intervention retenus dans le PDDAA. Ces domaines sont au nombre de cinq (5) dont quatre
fondamentaux pouvant apporter très rapidement une solution à la crise agricole du continent
africain et un cinquième qui porte sur la recherche et les technologies dont les effets seront
perçus à long terme. Ici, nous allons décliner les efforts récents et actuels de l’Etat et des
bailleurs dans ces quatre domaines, mais avant permettez nous de traiter d’abords les efforts
des services agricoles en matière d’encadrement et d’organisation des producteurs. Ces
domaines fondamentaux, qui se renforcent mutuellement et sur lesquels il faut miser pour
améliorer à brève échéance l’agriculture, la sécurité alimentaire et la balance commerciale de
l’Afrique, sont les suivants : (i) Gestion des terres et des eaux ; (ii) Infrastructures rurales et
capacités commerciales ; (iii) Augmentation des approvisionnements alimentaires et réduction
de la faim ; (iv) Pêche, environnement et élevage.

2.1. Services agricoles

2.1.1 Encadrement technique et niveau d’organisation des producteurs

2.1.1.1 Encadrement technique

Le conseil agricole et rural est reconnu d’un grand intérêt dans la LOASP. Il est exercé par un
ensemble d’acteurs publics et privés. Il est pluriel, car différencié selon le type de conseil
(conseil de service public, conseil économique articulé aux filières, conseil de gestion fourni
aux exploitations agricoles etc.) et les acteurs qui l’exercent (services techniques étatiques,
privés, SRDR, ONG, OP etc).

L’ANCAR constitue la première étape d’un service de conseil agricole répondant à la


demande des producteurs à travers des arrangements contractuels entre les Conseillers
Agricoles et Ruraux (CAR) et les Organisations de Producteurs (OP).
Les sociétés régionales de développement par leurs statuts et par leurs lettres de mission
confiées par l’Etat fournissent un service de conseil agricole spécialisé aux agriculteurs des
zones de production considérées.
Ces sociétés s’adressent essentiellement à la production de riz en système intensif irrigué
(SAED, SODAGRI) et à la production cotonnière (SODEFITEX).

29
Dans le cadre du mandat de l’ANCAR dans le cadre du PSAOP II il est nécessaire d´une part
d´appuyer les reformes en cours à travers ces fournisseurs de conseil agricoles et d´autre part,
de capitaliser leurs expériences en matière de partenariat avec les interprofessions et les
filières pour mieux ajuster le système national de conseil agricole et rural.

2.1.1.2 Niveau d’organisation des producteurs

Progressivement, on assiste à une nouvelle dynamique dans l’organisation des OP qui


commencent à constituer des unions et des fédérations. Suite aux réformes économiques et
institutionnelles des années 80, menées sur injonction de la Banque mondiale et le Fmi, on
observe une certaine reconnaissance des OP comme acteurs à prendre en considération dans
l’élaboration des politiques de développement agricole et rural.
Les producteurs et leurs organisations se posent désormais comme partenaires : ils ne sont
plus seulement en position de demandeur mais ils revendiquent un rôle actif dans le processus
de développement rural.
Ainsi, à la suite du Forum de Thiès, organisé par la FONGS en 1993, est né le Conseil
national de concertation des ruraux (CNCR) qui est une organisation faîtière regroupant
plusieurs fédérations d’OP augmentant ainsi leur pouvoir de négociation..
Malgré cette reconnaissance, l’influence des OP dans l’élaboration des politiques agricoles
reste encore limitée. Plusieurs défis sont à relever pour aboutir à leur pleine reconnaissance
par les acteurs institutionnels et les pouvoirs publics.
Les opportunités de captage des fonds et autres avantages auprès de l’État et des bailleurs de
fonds ont conduit à une multiplicité des plates formes paysannes, avec le risque de fragiliser à
terme leur pouvoir de négociation et d’action.
Pour mieux remplir leur rôle d’impulsion du développement local, les OP doivent se focaliser,
entre autres, sur les actions suivantes :
- répondre aux attentes de leurs membres ;
- consolider leur légitimité auprès de leurs membres ;
- développer des capacités de négociation avec l’État et les Institutions internationales ;
- participer à l’élaboration de politique agricole, à l’échelon local, national et sous régional
avec des argumentaires solides ;
- améliorer leur système d’information interne pour assurer une meilleure diffusion au sein
des membres ;
- renforcer les capacités techniques, organisationnelles et de gestion ;
- mettre en place de nouvelles formes de coordination entre les acteurs pour améliorer
l’efficacité de leur action, notamment au niveau interprofessionnel.

2.1.2 Services financiers

Le service financier agricole porte essentiellement sur la satisfaction des besoins de


financement suivant : (i) les investissements structurants, (ii) les équipements et les autres
investissements courants, (iii) le fond de roulement pour la période de soudure, (iv) la
commercialisation des produits agricoles, (v) les fonds spéciaux : calamité, bonification,
garantie.

30
Tableau 10: Services financiers agricoles

Besoin de financement Acteurs

Investissements structurants Puissance publique

Equipements et autres -Producteurs sur fonds propre


investissements courants
-CNCAS

-Par certains projets : PMIA et ceux prévu au


Budget Consolidé d’Investissement (BCI)

Intrants agricoles Producteurs,

CNCAS,

Système Financier Décentralisé et certaines ONG

Besoin en vivre de soudure Solidarité Nationale (Etat), ONG, les associations


d’ entre aide

Commercialisation des grands -Sociétés Agroindustrielles (SUNEOR, CIAT,


produits agricoles : arachide, coton, SODEFITEX, SOCAS…)
riz paddy, tomate…
-Banques commerciales avec part prépondérante à
la CNCAS

Le financement du monde rural est assuré par le système bancaire classique notamment la
Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS) et le système financier décentralisé
(institutions de micro-finance : IMF). Face à la réticence de ces institutions financières à
octroyer du crédit aux producteurs et surtout à un taux d’intérêt qui permet de rentabiliser
l’activité agricole, l’Etat du Sénégal a mis en place le fonds de sécurisation du crédit rural
dans le cadre du Programme de Relance de la Production Agricole.

Ce dispositif de sécurisation du crédit rural mis en place en 1997 concerne trois (03) fonds
dont l’objectif est l’amélioration du financement de la production agricole et de l’élevage :

• le fonds de bonification destiné à compenser le différentiel d’intérêt entre le taux réel


d’intermédiation des Banques (13% pour la CNCAS) et le taux de sortie préconisé par
les pouvoirs publics et fixé à 7,5% qui est jugé compatible avec les objectifs de
développement du secteur ;

• le fonds de garantie destiné à couvrir une part du risque de non remboursement des
crédits octroyés au secteur de la production agricole et de l’élevage. Il prend en charge
les créances non recouvrées sur le financement de l’Agriculture jusqu’à concurrence
de 75% et sur les cultures irriguées et la production animale jusqu’à hauteur de 50%,
le reste étant pris en charge par la structure de financement ;

• le fonds de calamités pour aider les producteurs ayant été victimes d’une calamité
naturelle, d’une part à faire face aux prêts qui leurs sont octroyés et, d’autre part, à
continuer de mettre en œuvre leurs activités.

31
D’autre part plusieurs projets et programmes appuyés par le FIDA et la BAD collaborent avec
la CNCAS pour une gestion de lignes de crédit et de fonds de garantie dans le but d’accroître
l’accès au crédit des producteurs.

Le système financier décentralisé s’est beaucoup développé ces dernières années avec une
présence en réseau de plus en plus importante. Les plus importants par la taille du réseau et le
nombre d’adhérents sont le Crédit mutuel du Sénégal (CMS), l’Union des Mutuelles
d’Epargne et de Crédit (UMECU/DVS), l’Alliance de crédit et d’épargne pour la production
(ACEP). Par ailleurs de nombreuses Caisses, Groupes d’épargne et Mutuelles ont été promus
par les OP ces dernières années.

Globalement les SFD contribuent au financement de l’activité économique en général pour 17


milliards de FCFA dont 5 milliards (29%) de crédit rural. Ces montants sont limités par une
collecte d’épargne trop timide et l’absence des possibilités de refinancement par les banques.
Plusieurs projets et programmes participent ainsi au re-financement des IMF pour lever cette
contrainte. Il s’agit essentiellement du PMIA, des fonds de contrepartie belge et sénégalo-
suisse, POGV, PADV, AFDS, etc.

2.2 Gestion des terres et des eaux

Les aléas climatiques et la dégradation des sols font partie, entres autres, des principales
causes de la baisse de la production agricole. Or, l’amélioration des sols au même titre que la
maîtrise de l’eau contribue à l’augmentation durable de la productivité de l’agriculture et celle
du revenu des producteurs. C’est dans ce sens que plusieurs initiatives sont prises pour leur
apporter des solutions. L’objectif est de restaurer et protéger le milieu physique des
productions agricoles, en vue d’une amélioration durable de la fertilité des sols et de la
sécurisation de la production agricole.

2.2.1 La gestion des sols

La recherche agronomique et les différents projets et programmes ont développé un nombre


important de technologies adaptées aux différents contextes agro-écologiques. Un programme
national de phosphatage de fond, dont l’objectif global était le relèvement de leur teneur en
phosphore des sols, a été lancé à partir de la campagne agricole 1997/1998. Il avait pour
objectif spécifique l’amendement de 400 000 ha par an pendant quatre ans. Il a été arrêté à sa
troisième année d’exécution avec un taux de réalisation de seulement 23%.

Plusieurs études agro pédologiques ont été menées par le Bureau Pédologie du Sénégal (BPS)
avec l’appui du PNUD et de la FAO, notamment dans le bassin arachidier, dans le but
d’améliorer la connaissance de la ressource. Ces études ont permis d’établir des cartes des
sols et des cartes d’aptitudes culturales à l’échelle du 50000ième sur une superficie d’environ
500 000 ha dans les départements de Louga, Kébémer, Nioro du Rip, Kaolack et Kaffrine.
L’ISRA a aussi beaucoup travaillé sur la cartographie, l’amélioration des techniques de lutte
contre l’érosion hydrique et éolienne à travers le pays.

L’Institut National de Pédologie (INP) mis en place en 2003 poursuit et élargit les activités du
BPS notamment dans les domaines suivants : (1) la maîtrise des caractéristiques édaphiques
(caractérisation, cartographie et modélisation) ; (2) l’occupation et l’aménagement du terroir
(assister les décideurs dans le choix de l’occupation des terres) ; (3) l’amélioration de la

32
productivité des sols (phosphatage du fonds ; (4) le conseil et la démonstration pour
l’adoption de bonnes pratiques culturales).
Le Projet de Gestion Durable des Terres (PGDT) financé par le Fonds pour
l’Environnement Mondial (FEM) pour une durée de 3 ans (2009-2011) a pour objectifs de
contribuer à la lutte contre la dégradation des sols, à l’accroîssement et au soutien de la
productivité agricole, ainsi qu’à la protection et remise en état des fonctions/services
écosystémiques en promouvant la gestion durable des terres dans les zones
agroécologiques prioritaires (Bassin arachidier),

Les leçons tirées des opérations pilotes qui seront menées dans le Bassin arachidier sera
utilisée par le gouvernement pour préparer un cadre intersectoriel cohérent qui permet
d’intégrer pleinement la GDT dans le secteur rural et de mobiliser des fonds au niveau de
l’Etat, des collectivités locales et des partenaires financiers dans le moyen et le long terme.

En terme d’objectifs les efforts à mener dans ce domaine, sur les cinq ans à venir, le taux de
fertilisation des terres cultivées au Sénégal devrait passer de son niveau actuel de 20 kg
d’engrais chimique par ha à 40 kg/ha en moyenne.

2.2.2 La gestion des eaux

La maîtrise de l’eau pour l’irrigation constitue l’un des défis fondamentaux de l’agriculture.
Au Sénégal comme dans la plus part des pays de la sous région, le pourcentage des terres
irriguées est autour de 4% des surfaces cultivables. L’essentiel des superficies exploitées en
agriculture dépend jusqu’à présent de la pluviométrie et donc reste exposée aux risques
climatiques.

Les infrastructures de maîtrise de l’eau concernent :

• Les investissements structurants ou collectifs destinés à viabiliser des zones à haut


potentiel d’irrigation (amélioration de l’hydraulicité ou recalibrage d’axes adducteurs,
création de canaux et d’axes secondaires et de drains, digues anti-sel) et
l’aménagement ou la réhabilitation de périmètres irrigués : vallée du fleuve Sénégal et
de l’Anambé ;

• Aménagement de petits périmètres irrigués de diversification en zones à faibles


potentiel d’irrigation à partir des forages, les bassins et les digues de rétention et les
lacs artificiels : zone du Bassin arachidier, des Niayes etc.

• Entretien et maintenance des infrastructures et des aménagements ;

Au niveau de la vallée du fleuve Sénégal, l’édification des deux barrages de DIAMA et


MANANTALLI offre une superficie totale aménageable de 240 000 ha. La SAED, présente
dans la zone depuis plus de 40 ans, et les différents projets avec un financement extérieur
qu’elle exécute ou non ont permis d’aménager une superficie totale à ce jour de 76 000 ha,
soit 32% des terres aménageables. La superficie mise en valeur dépasse cependant de très peu
les 40 000 ha.

Une nouvelle approche est adoptée par le Projet de Développement des Marchés agricoles
(PDMAS) financé par la Banque Mondiale et dont la mise en œuvre qui a débuté en 2006,
prévoit d’aménager sur l’agriculture irriguée dans la vallée une superficie totale de 7500 ha
destinée principalement aux gros exploitants.

33
Les actions du Projet de Développement Agricole de Matam (PRODAM) du FIDA, rentrent
également dans ce cadre et ciblent des surfaces plus réduites pour l’aménagement de
périmètres irrigués en exploitations familiales.

Dans le bassin de l’Anambé, l’édification des deux barrages hydro-agricoles de


NIANDOUBA et de CONFLUENT sur le fleuve Kayanga avec une capacité totale de 150
millions de m3 confère également à cette zone un haut potentiel de culture irriguée. Avec
l’installation de la SODAGRI les aménagements ont été entamés en 1981 mais n’ont atteint
aujourd’hui que 5000 ha sur plus de 30 000 ha aménageables. Soit un pourcentage de 17% de
terres aménagées. D’autres projets interviennent dans la zone dans le domaine des
infrastructures hydro-agricoles. Leurs interventions ciblent les aménagements terminaux au
profit des petits périmètres en exploitation familiale.

Par contre dans les zones à faible potentiel d’irrigation (zones du bassin arachidier, des
Niayes, du Ferlo et une partie de la région de Tambacounda) qui n’ont pas accès au réseau
hydrographique national, l’agriculture y est pratiquée quasi-totalement sous pluies. Les rares
ouvrages de maîtrise de l’eau pour l’irrigation se composent de quelques forages si la nature
du sol et la qualité de l’eau le permettent.

Très peu de projets et programmes ont été mise en œuvre dans ces zones pour la promotion de
l’agriculture irriguée. Le Programme Spécial de Sécurité Alimentaire de la FAO (PSSA)
exécuté par la mission vietnamienne de coopération avait réalisé au profit des groupes
bénéficiaires des aménagements de petits périmètres maraîchers avec réservoirs d’eau
raccordés au forage. Quelques ONG telle que Africare, Plan International, Caritas ont tenté
des expériences similaires dans ces zones avec peu de succès.

Cependant les fortes précipitations enregistrées au cours de certaines périodes notamment


dans la moitié sud du bassin arachidier offrent de réelles possibilités d’aménagement de petits
périmètres irrigués avec des ouvrages de retenue d’eau. Le programme national de réalisation
de bassins de rétention et de lacs artificiels mis en œuvre par la Direction du Génie Rural
(DGRBRLA) a déjà réalisé plus 300 bassins d’une capacité allant de 30 000 à 500 000 m3. La
superficie aménageable en périmètres maraîchers de diversification va ainsi de 3 à 50 ha
autour de chaque bassin.

Le PDMAS prévoit l’installation de petits périmètres irrigués de diversification dans le Bassin


Arachidier à partir des forages, des bassins de rétention et les lacs artificiels. Le Projet
d’Appui à la Petite Irrigation Locale (PAPIL) financé par l’Etat et la BAD qui intervient dans
les régions de Fatick, Kolda et Tambacounda a mis en place des infrastructures
d’aménagement hydro-agricoles de types plus variés selon les besoins de la zone : digue anti-
sel, seuil, radier seuil, radier submersible, aménagement de bas fonds et de petits périmètres
irrigués en bordure du fleuve Gambie, des ouvrages de stockage/rétention et de
l’aménagement de mares pastorales. (quantifier).

Un peu plus au Sud, dans les régions de Ziguinchor et de Kolda, les investissements les plus
importants dans le domaine hydro agricole sont les barrages anti-sel de Affiniame sur le
Bignona et de Guidel dans la vallée du même nom. Plusieurs projets ont intervenu ou
interviennent encore dans ces zones pour mettre en place des digues anti-sel : PRODULAS,
PIDAC, DERBAC, PROGES, Projet de Baïla, Projet de Guidel, etc. Les aménagements anti-
sel permettent la culture des bas-fonds sur 15 000 ha irrigués à partir des eaux de
ruissellement. En outre, 2 500 ha de bas-fonds bénéficient d’une submersion contrôlée et sont
également irrigués à partir des eaux de ruissellement. Les superficies cultivées en décrue

34
(sorgho principalement) étaient d’environ 30 000 ha en 1998. L’exploitation des terres ainsi
protégées contre le sel est faite en culture sous pluie avec un aménagement secondaire
sommaire par les producteurs.

Dans tous les cas, les objectifs à retenir doivent tenir compte du potentiel de la zone et du type
d’exploitation à développer (familiale ou industrielle, culture principale ou de diversification).
Globalement, ils peuvent se traduire par une augmentation du pourcentage des terres irriguée
qui devra passer de 4% à 8%. Une politique adéquate de maintenance et d’entretien des
infrastructures devra accompagner tout projet d’aménagement en vue de garantir leur
durabilité. Cette politique sera fondée sur une appropriation des infrastructures et équipements
par les bénéficiaires et usagers et leur participation aux fonds de maintenance et d’entretien.

En perspective, le Sénégal devra se doter d’une politique nationale de l’irrigation dont


l’élaboration se fera à partir des expériences tirées du PDMAS et du PAPIL.

2.3 Infrastructures rurales et capacités commerciales

Les efforts fournis dans ce domaine visent à réaliser et entretenir des infrastructures de
stockage et de conditionnement, à consolider les chaînes d’approvisionnement et promouvoir
la gestion de la qualité et développer la gestion des connaissances sur les marchés à travers
plusieurs projets et programmes dont :

Programme National d’Infrastructures Rurales (PNIR)

o Projet d’Aménagement Hydro Agricole Bakel pour son volet infrastructures


stockage ;
o Programme de Développement des Marchés Agricoles dans ses composantes
« amélioration des conditions de mise en marchés » et « développement des
exportations agricoles » ;
o Projet d’aménagement de Ndiawar pour la réalisation d’infrastructures de stockage ;
o Le Projet de développement Agricole de Matam (PRODAM) dans sa composante
« amélioration du potentiel productif » ;
o Projet d’Appui au Développement Agricole de la Casamance (PADERCA) ;
o Projet d’Appui à l’Entreprenariat Privé (PAEP) ;
o Le Plan REVA avec la mise en place d’infrastructures agricoles dans les pôles
d’émergence agricole ;
Il s’y ajoute les actions inscrites au Cadre d’Obligations Mutuelles portant sur les pistes de
production d’appui aux filières coton et arachide.

2.4 Augmentation des approvisionnements alimentaires et réduction de la faim

Plusieurs programmes et initiatives sont développés dans ce domaine dont :

2.4.1 Les programmes spéciaux :

35
Encouragés par le Président de la République, les programmes spéciaux découlent d’un effort
financier interne de l’Etat pour la mise en œuvre adéquate du programme agricole (PA). Les
programmes spéciaux participent à l’effort du gouvernement d’augmenter et de diversifier la
production agricole nationale. Ils favorisent également l’accès des petits producteurs aux
intrants agricoles subventionnés (semences, engrais, produits phytosanitaires, matériel
agricole) et à l’équipement agricole. Ces programmes ont été mis en œuvre entre 2003 et 2007
dont notamment le programme de relance de la filière maïs au Sénégal, les programmes
manioc et sésame ;

2.4.2 Le programme d’autosuffisance en riz

Contrairement à la plupart des pays sahéliens, le Sénégal dispose d’avantages comparatifs


certains en matière de production rizicole.

Pour faire face aux menaces sur le commerce international du riz et dans le souci de résorber
le fardeau des importations, le Gouvernement a initié un programme d’autosuffisance en riz
dont l’objectif global est de porter la production nationale de riz blanc à 1000 000 tonnes,
équivalent à 1 500 000 tonnes de paddy, à l’horizon 2015, pour les besoins d’une population
de 14 millions d’habitants. La contribution attendue de la riziculture irriguée pour atteindre
cet objectif est de 800 000 tonnes et celle du riz pluvial de 200 000 tonnes de riz blanc.

2.5 Pêche, environnement et élevage

2.5.1 Pêche

Depuis l’adoption de la stratégie de développement durable en 2001, le secteur de la pêche a


été confronté à des évolutions notables, résultant à la fois des dynamiques sectorielles
internes, des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la stratégie, mais également des
nouvelles missions assignées au secteur dans le cadre des politiques publiques nationales
(DSRP, SCA).

Le bilan d’étape de la mise en œuvre de cette stratégie réalisé en janvier 2004 a dégagé des
choix prioritaires de programmation des actions de l’Etat et des bailleurs de fonds orientés
vers les axes stratégiques suivants :

 traiter en priorité les questions relatives à la réduction des surcapacités, au contrôle de


l’accès aux ressources, à la maîtrise de l’effort de pêche et au renforcement du degré
de responsabilisation des pêcheurs ;
 développer une politique publique visant à « placer le pêcheur au cœur de la
réforme ».

Ces dernières années, le sous-secteur a accusé des contre-performances liées à la raréfaction


des ressources halieutiques. Cette situation a été à l’origine de la décision du Gouvernement
Sénégalais de ne pas signer les accords de pêche avec l'Union Européenne en 2006. La
nouvelle optique à travers les projets du Gouvernement n’est plus productiviste, mais plutôt la
recherche de la préservation des ressources pour l’avenir.

Pour la période 1990 à 2007, le volume moyen de captures est de 425 831 tonnes/an qui
contribuent à la réduction du déficit de la balance des paiements (premier pourvoyeur de

36
recettes d’exportation), au chômage ainsi qu’à la satisfaction des besoins alimentaires des
populations. Le Sénégal a exporté en 2007, 111 062 tonnes de produits halieutiques pour une
valeur commerciale de 148,13 milliards de francs CFA, soit 21% des recettes d’exportation de
biens.

2.5.2 Foresterie et environnement

Pour la mise en œuvre du PAFS, en plus des efforts déployés par l’Etat, le Sénégal compte sur
l’appui direct ou indirect de différentes sources de financement et/ou d’assistance technique
de pays comme les Pays-Bas, la Finlande, le Japon, le Canada, l’Union Européenne et
d’organismes comme l’USAID, la GTZ, la Banque Mondiale, la FAO, le PNUD, le FIDA, la
BOAD, la BID, la BAD, le FME et le PNUE.

Dans le cadre de cette étude, nous ne mentionnerons pas les projets d’avant 2000 et et ceux
intervenant après cette date seront mise en exergue et de manière ramassée les résultats
obtenus par thème seront traités dans cette partie.

2.5.2.1. Résultats globaux par composant thématique en matière de foresterie

 Reboisement et conservation des sols

L’année 2001 marque le début d’un effort prodigieux dans le reboisement notamment avec
une production de plants qui passe de 16 à 30 millions de plants.

L’effort fourni pour la production de plants a induit une augmentation des superficies et aires
reboisées. La superficie plantée en 1998 a été multipliée par quatre en 2000 puis par neuf en
2001. Dans le même temps, on observe un doublement des plantations linéaires qui passent de
1800 Km en 1998 à 4000 Km en 2001.

En 2004, sur les 50 millions de plants élevés au niveau national 35 millions sont produits
en pépinière et 15 millions sont issus de la régénération naturelle assistée.

 Aménagement et productions forestières

En matière d’exploitation, durant les années 1980, le quota national de charbon était environ
de 1 100 000 quintaux par an. Depuis 1992, un effort important a été fourni pour diminuer la
pression sur les forêts naturelles. Ainsi, d’une moyenne de 900 000 quintaux, le quota est
passé à une moyenne de 826 025 quintaux par an entre 1993 et 2001.

 La protection des forêts

Pour la lutte contre les feux de brousse, la situation reste fort préoccupante malgré les moyens
injectés à travers le budget de l’Etat et les interventions des différents projets et programmes
(RDP, PADF, 2003). En effet, sur la période 1997-2002 le service a enregistré en moyenne
284 cas de feux de brousse annuellement qui ont contribué à la destruction de 206 672 ha/an .

37
 La gestion de la faune et de son habitat

Les connaissances actuelles de l’état de la faune et de sa dynamique d’évolution sont


superficielles et fragmentaires en raison de l’absence d’inventaire exhaustif.
Cependant, on observe aujourd’hui dans certaines parties du territoire des signes d’une
régression du capital génétique et de la destruction des niches écologiques.
La grande faune est amputée de certaines espèces dont, entre autres, la girafe, le damalisque et
la gazelle dama. L’Autriche et la gazelle à front roux, jadis fortement représentées dans la
zone nord ont presque entièrement disparu.
Plusieurs espèces sont actuellement menacées de disparition. Leurs effectifs ont fortement
diminué et leur reproduction durement perturbée. Chez les mammifères, c’est le cas de
l’éléphant, de l’éland de derby, du bubale, du buffle et du cob redunca.
Quant aux oiseaux, le pélican, la cigogne, et dans une certaine mesure les oies et les outardes,
sont également dans une situation où leur avenir est en danger (source : rapport sur la
campagne de chasse 2003). D’autres espèces comme l’hippotrague, le céphalophe, l’ourébi,
mais surtout le guib harnaché se maintiennent encore.

Des expériences de repeuplement sont entreprises tant par la Direction des Parcs Nationaux
que par des opérateurs privés. Les espèces concernées par ces opérations sont : Elan du cap,
Impala, Koudou, Waterbuck, Girafe ; Oryx et Buffle d’eau. En ce qui concerne l’avifaune, les
efforts de reconstitution sont uniquement concentrés sur la pintade au niveau de la zone nord.
.De manière générale, la situation actuelle est caractérisée par une détérioration des habitats
de la faune entraînant ainsi une réduction drastique des aires de peuplement. Dans le même
temps, la dynamique de reconstitution des populations animales est profondément perturbée.

2.5.2.2. Résultats globaux par composant thématique en matière d’environnement

 Gestion des parcs et réserves

Pour la gestion de la faune et de son habitat au niveau des parcs et réserves, il a été procédé
durant l’année 2007 au dénombrement, au suivi des espèces caractéristiques de l’avifaune
dans les parcs et réserves et au renforcement de l’organisation des éco gardes, avec la création
de quatre nouveaux GIE fonctionnels dotés de sources de revenus à la périphérie des aires
protégées (1 PNBC ; 2 AMP Joal ; 1 RFFN). En application des recommandations du Conseil
Supérieur de la chasse et de la protection de la faune, des contrats ont été renouvelés suite à
l’évaluation positive des cahiers de charges au niveau de 67 zones amodiées.

 Réalisation de bassins de rétention

Le programme des bassins de rétention et des lacs artificiels, qui couvre l’étendue du
territoire national, est devenu aujourd’hui une priorité et se présente comme un nouveau
moyen d’appui au développement socio économique des terroirs sénégalais.

38
Sur un objectif global (2007-2016) de 3400 ouvrages de stockages d’eau de ruissellement
dénommés bassins de rétention, 150 ont été mis en place. Ces aménagements constituent des
références dans la politique de maîtrise de l’eau à moindre coût du gouvernement. Plusieurs
milliers d’exploitants agricoles cultivent autour de ces ouvrages et les impacts sur l’économie
locale font apparaître une amélioration significative du niveau de vie des populations, une
réduction de la pauvreté et une fixation des jeunes dans leurs terroirs. Plus spécifiquement
pour l’année 2007, 10 bassins de rétention ont été réalisés avec des capacités de stockage des
eaux de ruissellement variant de 30 000 m3 à 14 000 000 de m3.

 Récupération des terres salées

La salinisation des terres affecte aujourd’hui une bonne partie du territoire. Quatre des six
zones agro écologiques sont touchées : Fleuve Sénégal, Niayes, sud du Bassin arachidier,
Casamance. A l’heure actuelle, le tiers du potentiel agricole (1 241 000 ha) est totalement
abandonné, car composé de sols salés ou acides.
En 2007, la récupération et la protection de 1000 ha de terres agricoles ont été rendues
possible grâce la réhabilitation, en 2006, de 10 ouvrages anti-sel sur les 21 réalisés à partir de
1995.

2.5.3 Elevage

Malgré l’intervention d’un certain nombre de projets dans le sous secteur (Projet d’Appui à
l’Elevage : PAPEL, Projet d’Aménagement et de Développement Villageois : PADV,
Programme Pan Africain de Contrôle des Epizooties : PACE, Projet d’Appui au
Développement de l’Apiculture : PADA, Programme de Développement de la Filière Equine :
PRODEFE, Programme des Services Agricoles et d’Appui aux Organisations de
Producteurs, phase 2 : PSAOP2), la prise en charge des problèmes reste très insuffisante.

Pour l’amélioration de la production de viande et de lait, l’Etat a entrepris des efforts récents
notamment le programme d’insémination artificielle et le programme de lutte contre la grippe
aviaire. (préciser les objectifs et réalisations de ces programmes)

Le volume de financement dont a bénéficié le sous secteur de l’élevage est resté trop faible,
malgré les efforts réalisés depuis 2000. Les sommes injectées à travers le programme triennal
d’investissement public, entre 2000 et 2005, se chiffre à environ 15 milliards de francs
CFA, dont 6,5 milliards pour la seule année 2005, soit en moyenne, moins de 2 milliards par
an, pour la période 2000-2005.

2.6. Recherche agricole, diffusion et adoption de technologies

Les orientations de la politique agricole sénégalaise ont abouti à la définition d’un cadre
incitatif pour le domaine de la recherche agricole lui permettant de contribuer, dans le
domaine de ses compétences, à l’avènement d’une agriculture plus productive et plus
compétitive. Ce cadre, vise à une amélioration de l’efficacité du Système National de
Recherche Agricole en l’intégrant dans un réseau d’institutions nationales et internationales
où jouent la complémentarité et l’avantage comparatif.

39
La mise en œuvre de ces orientations est du ressort principalement de l’ISRA, de l’ITA et des
Universités.

Quant à l’ISRA, ses missions sont d’entreprendre et de développer des recherches dans tous
les secteurs agricoles (agriculture, élevage, foresterie et pêche) et d’en transférer les résultats
au bénéfice du développement.

2.6.1 Le Plan Stratégique de l’ISRA (1998-2003)

Le Plan Stratégique a été élaboré à partir des principes de l’interaction entre la recherche et
ses clients (ONG, OP, opérateurs privés) et l’approche participative sont à la base de son
élaboration.

Le Plan vise à contribuer - grâce au développement et à la diffusion de technologies et de


connaissances - à l’augmentation des rendements agricoles, à l’amélioration de la situation
alimentaire qui se fait de plus en plus menaçante et à la préservation des ressources naturelles.

Les orientations du Plan reposent sur les analyses du secteur agricole et ses filières
(contraintes, opportunités, dynamiques de développement), sur les stratégies et initiatives
paysannes, sur l’approche, la démarche participative, sur les processus de création/diffusion et
la planification des activités de recherche. Les efforts doivent aussi se concentrer dans les
pays subsahariens partageant les mêmes préoccupations de sécurité alimentaire et de gestion
des ressources naturelles.

Ces orientations doivent amener toutes les institutions compétentes en matière de recherches
agricole et agro-alimentaire présentes au Sénégal et dans la sous-région, à travailler ensemble
pour un développement durable du secteur rural par des approches intégrées et globalisantes
tenant en compte les réalités régionales et sous-régionales.

Les trois grandes orientations retenues sont :


- le développement d’une recherche pilotée par la demande, une recherche de qualité
et valorisant ses résultats ;
- l’amélioration des compétences, la productivité, la réactivité et la motivation des
ressources humaines ;
- l’insertion de I’ISRA au coeur d’un Système National de Recherche Agricole et
Agro-alimentaire et positionné en fonction de ses avantages comparatifs..

Une évaluation a été faite par les équipes de recherche. Les synthèses concernant les
prévisions faites en 1999 et les réalisations et écarts constatés en 2005 sont en entrain d être
consolidées par zone agroécologique, par thématique pour les programmes nationaux
(productions végétales, productions forestières, santé et productions animales, productions
halieutiques, socioéconomie), et par secteur pour les programmes transversaux (production de
semences, production de vaccins, information scientifique et technique, informatique,
infrastructures et formation).

Une analyse du contexte actuel du secteur agricole et de ses filières, et des nouveaux
paradigmes en cours a permis, de bâtir en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs du

40
monde agricole, et principalement des partenaires de la recherche, un nouveau plan
stratégique pour la période 2006-2012.

Ce nouveau plan en cours d’élaboration sera élaboré sur la base des évaluations issues du plan
précédent en tenant compte des nouvelles mutations intervenues dans le secteur et se fera
selon une démarche largement participative.

2.6.2 Le Système National de Recherche Agro-Sylvo-Pastoral (SNRASP)

En application aux dispositions de la LOASP, en son article 68, un Système National de


Recherche Agro-Sylvo-Pastoral (SNRASP) est élaboré et mis en œuvre. Ce système constitue
un mécanisme de pilotage pour coordonner et organiser la recherche en vue d’une meilleure
prise en charge des objectifs de la politique de développement agro-sylvo-pastoral.

Dans le cadre du programme majeur qu’est le PSAOP2, un accent particulier est mis au
renforcement du rôle et des compétences du FNRAA comme instrument majeur du Comité de
pilotage du SNRASP en terme d’orientation et de suivi des activités de recherche en plus de
son rôle premier de financement de programmes de recherche sur une base compétitive.

Notons qu’il y a la recherche agricole stratégique et appliquée en fonction des priorités


nationales à moyen et long terme, de la recherche agricole adaptative et la recherche-
développement à court terme exécutée au niveau régional dans les principales zones
écologiques du Sénégal et régie par la demande ;

Globalement dans le PSAOP2, la Composante recherche comporte deux principaux axes


d’intervention :
- le renforcement institutionnel du SNRASP afin qu’il soit en mesure de fournir les
orientations politiques et scientifiques nécessaires, ainsi que le financement de
projets de recherche à travers les mécanismes du FNRAA ;
- la mise à niveau et le maintien de la capacité scientifique de recherche agricole
nationale, en particulier celle de l’ISRA et de l’ ITA qui continueront à jouer un
rôle central dans le système national de recherche agricole nationale.

Récemment, au niveau sous-régional, avec le concours de la CEDEAO, dans le souci


d’optimiser les ressources humaines et financières, un programme d’amélioration de de la
productivité agricole en Afrique de l’Ouest (WAPP) a été mis en œuvre.

Au niveau du Sénégal, le Centre d’Etude et de Recherche pour l’Adaptation à la Sécheresse


au Sahel (CERASS) a été désigné comme Centre National de Spécialisation (CNS) pour la
conduite des recherches sur les céréales sèches. Par ailleurs, le FNRAA a ouvert un nouveau
guichet destiné à financer le développement et la diffusion des technologies générées par la
recherche.

41
CHAPITRE III

FINANCEMENT DE L’AGRICULTURE

Ce chapitre traite des ressources financières allouées au secteur agricole par l’Etat, les
bailleurs de fonds et les ONG ainsi que leur répartition par type de dépenses et les
performances réalisées dans leur utilisation. Il faudrait préciser que la contribution du secteur
privé non prise en compte dans cette étude aurait du l’être au regard de l’impact qui lui est
attribué.

3.1 Financement par le gouvernement et les bailleurs

3.1.1 Budget de l’agriculture

L’Etat accorde une attention toute particulière au secteur agricole qui s’est manifestée à
travers les lois des Finances 2005, 2006 et 2007 par un accroissement net des volumes des
investissements dans les budgets alloués. Sur la période, la part du secteur agricole représente
25% du Programme Triennal des Investissements 2009-2011(PTIP) soit 501,398 milliards
FCFA dont 457,245 acquis. Le financement extérieur s’élève à 286,871 milliards (58,7%)
dont 28,6% sont composés de subventions et 71,4% d’emprunts. La contribution des autres
acteurs (institutions de financement, collectivités locales, populations) est évaluée à 3,6 %.

Malgré les efforts fournis par l’Etat sénégalais, l’impact des projets et programmes reste
faible et la maîtrise des dépenses très insuffisante et caractérisée par un manque de
prévisibilité des ressources nécessaires au financement de l’agriculture.

Pour faire face à ces insuffisances, l’Etat a adopté des Stratégies de Réduction de la Pauvreté
(DSRP 1 et 2) et de Croissance accélérée (SCA) confirmant le développement agricole
comme axe essentiel de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté.

Dans le souci d’une bonne mise en œuvre du DSRP 2 et une meilleure maîtrise des Finances
Publiques, le Cadre de Dépense à Moyen Terme (CDMT) a été élaboré. Il intègre tous les
ministères intervenant dans le secteur rural. A terme, la mise en place du CDMT devrait
garantir une meilleure allocation et une utilisation rationnelle et efficace des ressources
publiques allouées au secteur primaire.

Le Cadre de Dépenses Sectoriel à Moyen Terme devra permettre :


- de définir un cadre cohérent de prévision et de programmation des ressources sur
les trois prochaines années ;
- d’établir une projection simultanée des résultats à atteindre et des ressources à
mobiliser ;
- de permettre l’allocation des ressources suivant les priorités du Ministère ;
- d’élaborer les tableaux standards retraçant les différents emplois des ressources
suivant les lignes budgétaires.

L’objectif recherché est d’arriver à ce que les financements injectés dans le secteur agricole
puissent avoir un impact sur la réduction de la pauvreté.

42
Le taux de croissance du budget alloué à l’agriculture a connu une hausse très significative
entre 2004 et 2005 avant de baisser en 2007 comme le montre le tableau 1.

Tableau 11: Evolution du budget (hors dette) de l’agriculture de 2004 à 2007


(milliards de FCFA)

ANNEES 2004 2005 2006 2007


BUDGETSECT
136,3 178,3 168,1 176,5
AGRICOLE
FONCTIONNEMENT 34,7 41,2 37,7 43,8
en % 25,5 23,1 22,4 24,8
INVESTISSEMENT 101,6 137,1 130,4 125,7
en % 74,5 76,9 77,6 71,2
BUDGET TOTAL 1 117,0 1 288,8 1 398,0 1 465,0
% DU SECTEUR
12,2 13,83 12,02 12,05
AGRICOLE

De manière globale, on observe que dans les années 2000, la part du budget du secteur
agricole est supérieure à 10% du budget aussi bien au niveau de la Loi de Finances qu’au
niveau de l’exécution.

La part des allocations budgétaires dans le PIB n’a pas varié sensiblement au cours de la
période sous-revue. Elle indique un maintien de l’effort par rapport à l’augmentation de la
richesse générée par l’économie.

3.1.1.1 Financement du fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement constituées, en grande partie par des dépenses de personnel
et de matériel et des transferts courants ont augmenté de plus de 20% sur la période sous
revue, passant de 34,725 milliards à 43,828 milliards et s’explique par les importantes
initiatives contenues dans la Loi d’Orientation Agro-sylvo-pastorale et qui se traduit par le
recrutement et l’amélioration de la gestion de ressources humaines et la mise en place de
matériel moderne pour accroître le rendement. Le financement de ces dépenses est d’origine
intérieure. Son poids dans les dépenses effectives globales de fonctionnement est légèrement
supérieur à 3%.

La répartition géo spatiale de ces dépenses montre la part prépondérante de Dakar qui abrite
l’essentiel des sièges de projets, programmes et agences agricoles avec plus de 20%.

Sur cette période, le sous-secteur agricole a bénéficié d’une allocation budgétaire de 204
milliards FCFA, ce qui représente 51,16% du budget du secteur rural et celui de
l’environnement et de la foresterie a obtenu 132 milliards soit 33,1% du budget de cette
période et le reste revient à l’élevage et à la pêche avec respectivement 8,8% et 6,7%

43
3.1.1.2. Financement des investissements

La part effective de l’Etat dans le financement des investissements qui passe de 29,71 % en
2004 à 61,04% en 2007 traduit la volonté manifestée de l’Etat de maîtriser les leviers de
commande du financement et de se constituer comme le principal bailleur de fonds du
secteur.

Malgré cela, on a observé une baisse des investissements entre 2006 et 2007 dont
l’explication réside dans la volonté des bailleurs de renforcer la prise en charge des groupes
vulnérables en alimentant davantage les secteurs sociaux et en élargissant la protection
sociale avec le DSRP II.

Le poids des dépenses effectives d’investissements dans les dépenses globales


d’investissement, de 9,8 en 2004 est passé à 10,25 en 2007.
Pour les dépenses d’investissement sur la période, les réalisations ont atteint 510,4 milliards
et sont ainsi réparties :
• 214,527 milliards sur financement intérieur dont 3,6% assurés par les institutions de
financement, les collectivités locales et les populations.
• 286,871 sur financement extérieur

Tableau 12 : Tableau des dépenses d’investissement effectives (en milliards de Fcfa)

2004 2005 2006 2007


Dépenses effectives
92,024 106,796 98,167 115,804
d'investissement
Sur financement interne 27,342 49,924 46,183 70,692
29,71% 46,75% 47,05% 61,04
Sur financement externe 64,68 56,87 51,98 45,112
70,29 53,25 52,95 38,96
Source : Direction du budget (Loi des règlements)

En somme, de l’exploitation des deux tableaux 11 et 12, il ressort qu’en moyenne, la part des
dépenses agricoles effectives dans les dépenses effectives totales se situe à 11,77 % alors que
celle de l’agriculture dans le budget global inscrite dans la loi des Finances se monte à
12,54% sur la période considérée. Cela renseigne suffisamment sur les capacités
tendancielles du Sénégal à respecter, dans l’exécution, les ratios indiqués dans la loi de
Finances.

En effet, le rapport entre les dépenses agricoles effectives et le budget adopté pour
l’agriculture a atteint, en moyenne, 75% dans la période considérée et atteste de la bonne
capacité du Sénégal à exécuter correctement son budget. Ce taux d’exécution aurait dû être
plus élevé si les ressources étaient mises à la portée des structures compétentes, toutes les
informations sur les décaissements sans retard et d’harmoniser les contenus et les méthodes
de comptabilisation des flux d’Aide.

3.1.1.3 Perspectives
Sous secteur agricole
Nous avons les projets suivants en préparation :

44
• Second recensement national de l’agriculture
• Le Programme d’Appui aux Filières Agricoles (PAFA)

Sous secteur élevage

Avec un investissement de neuf milliards cinquante deux millions (9 052 000 000) en
2009, un certain nombre d’actions seront initiées pour réduire de manière significative la
facture des importations de lait et d’augmenter quantitativement et qualitativement la
production de viande grâce :

- à la construction et la réhabilitation des abattoirs régionaux et la construction de


nouveaux abattoirs et foirails ;
- la promotion des centres d’Impulsion et de Modernisation de l’Elevage (CIMEL) ;
- l’aménagement des équipements pastoraux ;
- la prise en charge des besoins conjoncturels du secteur ;
- l’amplification des actions de renforcement de la production laitière en vue d’attendre
les objectifs de la GOANA ;
- l’opération validation du Fond d’Appui à la Stabulation pour faciliter l’accès au crédit
aux professionnels du secteur

Sous secteur foresterie

En 2009, il est prévu un investissement de dix huit milliards trois cent cinquante neuf
millions (18 359 000 000).

Les principaux projets en cours d’exécution sont :


- le programme agriculture/gestion des ressources naturelles,
- la gestion intégrée des plantes aquatiques envahissantes
- les villages fruitiers
- le programme de réhabilitation des forêts classiques
- le programme de consolidation des zones côtières fragiles
- la dépollution et réhabilitation du littoral de la Baie de Hann
- la grande muraille verte
- l’appui à la gestion du parc national du Niokolo Koba
- la Campagne national de Reboisement.

Deux nouveaux projets viennent compléter la liste. Il s’agit :


- du programme éco villages
- du projet de gestion des zones humides

Sous secteur de la pêche

Le sous secteur de la pêche qui envisage un investissement de neuf milliards huit cent
quatre vingt deux millions (9 882 000 000) a ciblé les programmes suivants.

- programme de la seconde phase des chaînes de froid ;


- le programme de développement de l’aquaculture
- le programme d’ajustement des capacités de pêche
- le projet d’immersion des récifs artificiels
- le programme d’aires de transformation.

45
Sous secteur de l’hydraulique rurale et agricole

Il est prévu pour 2009, un investissement de 27,445 milliards sur 104,200 pour la période
triennale. La hausse du budget s’explique par deux nouveaux projets :
• projet d’acquisition du matériel d’exhaure, d’atelier de forages et de camions grue
(PAMAF),6 milliards BID(CEDEAO)
• Initiative de la BAD en milieu rural d’un coût de 21 milliards.

Parmi les projets en cours, on peut citer :


• Projet d’adduction d’eau potable de l’axe Notto-ndiosmone-Palmarin ;
• Sous programme PEPAM du bassin Arachidier ;
• Projet d’appui à la Petite Irrigation locale (PAPIL)
• Programme de réalisation des Bassins de rétention
• Dotation du Fonds National de l’Hydraulique

En matière d’Etudes, de recherches , d’appui et de renforcement des capacités des projets et


programmes ambitieux sont prévus dans le PTIP pour la réalisation de nos ambitions dans le
domaine agricole.

3.2 Financement par les Organisations Non Gouvernementales (ONG)

3.2.1 Identification et localisation des ONG

Actuellement, plus de 400 ONG sont agréés au Sénégal. Un répertoire de 282 ONG a été
publié par le Ministère de tutelle en juillet 2005 dont 112 interviennent dans le secteur
agricole (Production végétale/Elevage, Pêche et Foresterie/Environnement). Le ciblage des
ONG présenté dans le tableau 2 montre une bonne répartition des ONG sur le territoire
national sauf pour les régions de Matam et Tambacounda qui accueillent moins d’une ONG
sur 3 intervenant dans le secteur agricole contre 50% des ONG dans les régions de Thiès,
Kaolack et Saint-Louis.

Tableau 13: Répartition géo-spatiale de l’intervention des ONG

Régions1 DK TH DL LG FK KL SL MT TC KD ZG
Nombre
61 54 45 46 46 53 58 26 35 41 45
d’ONG
%
55 49 41 41 41 48 52 23 32 37 41
d’ONG

3.2.2. Domaines et sous-secteurs d’intervention

Les principaux domaines d’intervention des ONG sont : (1) le renforcement des capacités à
travers l’éducation, l’IEC et l’alphabétisation ; (2) le soutien aux activités productives
notamment par le biais de la fourniture d’intrants et la micro-finance ; (3) la réalisation

1
DK=Dakar, TH=Thiès, DL=Diourbel, LG=Louga, FK=Fatick, KL=Kaolack, SL=Saint-Louis, MT=Matam,
TC=Tambacounda, KD=Kolda, ZG=Ziguinchor

46
d’infrastructures et équipements notamment l’hydraulique villageoise et l’allégement des
travaux des femmes ; (4) la foresterie et l’environnement, ainsi que d’autres comme la santé,
la culture et l’artisanat.

Les sous-secteurs de la production végétale et animale, de la foresterie et environnement, et


de la pêche sont concernés mais à des degrés variables. La plupart des ONG interviennent
dans l’agriculture et l’environnement. En revanche, très peu d’ONG s’investissent dans la
pêche malgré l’existence du Réseau sur les Politiques de Pêche en Afrique de l'Ouest
(REPAO) constitué d'organisations professionnelles de la pêche et d'ONG, dont la
coordination est assurée par ENDA.

La part de chaque domaine et sous-secteur d’intervention est indiquée dans les tableaux 4 et
5. Les ONG interviennent essentiellement dans le renforcement de capacités et le soutien aux
activités productives, notamment dans le sous-secteur de la production végétale et animale.
Toutefois, plus de 50% des ONG interviennent aussi dans le domaine de la foresterie et de
l’environnement.

Tableau 14: Ciblage des ONG selon le domaine d’intervention


Domaines Renforcement Soutien Infrastructures Foresterie- Autres*
d’intervention des capacités aux et équipements Environnement
activités
productives

Nombre
82 87 55 59 56
d’ONG
% d’ONG 73 78 49 53 50
* : santé-culture-artisanat

Tableau 15: Ciblage des ONG selon le sous-secteur d’intervention


Production
Foresterie
Sous-secteurs végétale et Pêche
/Environnement
animale
Nombre
102 27 59
d’ONG
% d’ONG 91 24 53

3.2.3 Contribution des ONG au financement du secteur agricole

Les ONG constituent des partenaires stratégiques de l’Etat qui visent le bien être des
populations comme l'attestent les montants investis dans les programmes mis en oeuvre, les
niveaux d’exécution des activités ainsi que leurs effets et impacts.

3.2.3.1 Evolution des volumes de financement

Le montant des volumes de financement alloués au secteur agricole par les ONG durant la
période 2003 à 2007 a été déterminée à partir d’une liste de 52 ONG qui ont régulièrement
communiqué au Ministère de tutelle leurs programmes d’investissement biannuels.

47
Les montants réalisés annuellement par les ONG sont calculés sur la base du taux moyen de
réalisation de 67% déterminé par le ministère de tutelle qui procède chaque année à une
évaluation des activités des ONG agréées au Sénégal. Les volumes globaux de financement
pour les 112 ONG identifiées dans le secteur agricole ont été estimés sur la base d'une
extrapolation des données disponibles, comme indiqué dans le tableau 6. Toutefois, cette
démarche utilisée, en l'absence de données complètes sur les ONG, présente une limite dans la
mesure où les 52 ONG considérées ne constituent pas forcément un échantillon représentatif
des 112 ONG recensées.

En moyenne, les ONG consacrent, chaque année, environ 13,76 milliards de F CFA au
secteur agricole, ce qui représente 4% du financement global alloué au secteur agricole par
l’Etat et les partenaires au développement. Les montants alloués sont globalement en progrès
depuis 2003 et ont atteint plus de 17 milliards en 2007. Cependant, la répartition du
financement en distinguant les investissements réels dans le secteur et la part consacrée au
fonctionnement des ONG n’a pas pu être déterminée.

Tableau 16: Evolution des volumes de financement dans le secteur agricole via les ONG de 2003 à 2007 (en
milliards F CFA).
Années 2003 2004 2005 2006 2007 Moyenne
annuelle
Montants prévus 6,80 10,53 8,58 9,93 11,85 9,54

Montants réalisés par 4,56 7,05 5,75 6,65 7,94 6,39


l’échantillon de 52 ONG
Montants estimés pour les 9,81 15,19 12,39 14,33 17,10 13,76
112 ONG du secteur
agricole

3.2.3.2 Répartition géo-spatiale des financements

La répartition géo-spatiale des financements de l’agriculture par les ONG a été déterminée
pour chaque région en considérant les zones d’intervention des ONG et dans l'hypothèse d'un
accès équitable des cibles (régions) aux ressources des programmes des ONG.

Le tableau 7 montre que les régions de Saint-Louis et Thiès sont les régions qui bénéficient le
plus de l’intervention des ONG avec respectivement 19,8 et 12,8% du financement. En
revanche, les régions de Matam, Ziguinchor et Tambacounda sont les régions qui bénéficient
le moins du financement des ONG avec respectivement 6,7%, 7,2% et 7,5%. Toutefois, la
répartition géo-spatiale du financement des ONG semble satisfaisante car, à l’exception des
trois régions précitées, chaque région bénéficie d’un apport de plus d’un milliard de F CFA
par an.

48
Tableau 17: Répartition géo-spatiale des financements dans l’agriculture via les ONG (en millions F
CFA/an)
Régions DK TH DL LG FK KL SL MT TC KD ZG
Montants
réalisés par
785,9 791,5 473,3 709,3 629,7 650,7 1 225,2 414,9 463,1 593,3 490,0
l’échantillon
de 52 ONG
Montant
estimés
pour les 112
1 692,8 1704,8 1 030,1 1527,7 1356,3 1401,4 2638,9 903,6 997,4 1277,8 955,9
ONG du
secteur
agricole
Part dans le
financement 7,7 11,5 10,2 10,5 19,8 7,5 9,6 7,2
12,7 12,8 6,7
(%)

3.3. Perspectives en 2008/2009

Selon les programmes bi-annuels communiqués au Ministère de tutelle, à la date du 31


décembre 2008, le volume du financement des ONG attendus pour les années 2008 et 2009
est d'environ 23 milliards F CFA.

Pour combler le déficit d'informations fiables et complètes sur les ONG, le CONGAD a
entrepris en 2008 un programme d'identification des ONG intervenant au Sénégal
(localisation, domaines d'intervention, origine et montant des financements, etc.) dont les
résultats pourraient améliorés la qualité des données relatées dans la présente étude.

49
CHAPITRE IV :

EVALUATION DES PERFORMANCES AGRICOLES

4.1 Performances économiques globales

Le Sénégal a renoué, entre 1990 et 2007, avec des rythmes de croissance de plus de 3,4%, en
moyenne annuelle, supérieur de plus d’un point à ceux prévalant pour l’ensemble de l’Afrique
subsaharienne. Cette vigueur tranche avec l’atonie qui avait prévalu au cours de la décennie
précédente où la croissance n’avait pas dépassé 1,4% par an en moyenne.

La croissance du PIB réel par habitant (hbt) est évidemment moins prononcée, avec près de
0,6%, en moyenne annuelle sur la période. Cette évolution positive a permis d’enrayer la
tendance à la baisse qui avait marqué les niveaux de vie des années 80. Ce rebond, cependant,
ne permet pas de rattraper encore tout le retard accumulé. Exprimé en FCFA constant, le
revenu par hbt en 2007 reste encore inférieur de près de 5% à celui du début des années 70.
La faiblesse du PIB par tête se traduit par une forte incidence de la pauvreté (50,8%, ESPS
2005) dans le pays et s’accompagne d’une inégale répartition des revenus (les dakarois qui
représentent un peu moins du quart de la population totale dépensent nettement plus que les
ruraux qui font près de 60%, ESPS 2005).

4.1.1 Une croissance heurtée


L’évolution de la situation économique du Sénégal analysée à partir des principaux agrégats
macroéconomique a révélé des tendances favorables induites par le changement de parité du
FCFA intervenu en 1994. Si la croissance demeure faible sur la période 1990-1994, avec
0,9%, après la dévaluation, l’économie sénégalaise s’est remise sur le sentier de la croissance
avec un taux de croissance moyen de 4,3 % sur la période 1995-2007 supérieur au croît
démographique de plus de 1,5.

Tableau 18: Taux de croissance moyen du PIB

Période 1980-1990 1990-1994 1995-1999 2000-2004 2003-2007


Taux de croissance
1,7 0,9 4,5 4,2 5,1
moyen en %
Source : ANSD

Cette moyenne annuelle cache de fortes amplitudes. Une première période marquée par une
croissance sans interruption, tirée à la fois, par la dévaluation du franc CFA et la qualité du
cadre macroéconomique.
En 1999 et en 2003, le Sénégal a enregistré respectivement des taux de croissance de 6,3% et
6,9 % ; ce qui constitue les niveaux de croissance les plus élevés depuis la dévaluation. Ces
deux années ont coïncidé avec une bonne tenue du secteur primaire avec un taux de
croissance de 13,7% en 1999 et 17,8 % en 2003.

Cependant, le Sénégal a connu des taux de croissance très faibles de 0,7 % et 2,4 %,
respectivement en 2002 et 2006 liés respectivement aux contre performances du secteur
primaire et particulièrement par les résultats de l’agriculture. Ce qui fait dire qu’à chaque fois
que l’agriculture subit des contre performances, la répercussion sur le reste de l’économie se
fait sentir.

50
4.1.2 Traits caractéristiques de la croissance de l’économie

La modestie de la croissance ne tient pas à une dotation insuffisante en capital humain. En


effet, entre 1990 et 2007, la population active de l’économie a augmenté d’une centaine de
milliers de travailleurs. Cette croissance est beaucoup plus forte que celle enregistrée sur la
décennie précédente où la population active n’a augmenté que de façon moindre. Alors que
dans le secteur agricole, il a plus été constaté une décélération au niveau de sa population
active. Ceci ne veut pas dire que cela s’est traduit par une augmentation de la productivité
dans ce secteur car l’analyse comparative de l’évolution de l’indicateur Valeur
Ajoutée/emploi entre les branches de production révèle que la croissance de la productivité du
secteur agricole est la plus faible voire négative (-0,8% entre 1990 et 2007). La population
active a crû plus rapidement que la population totale entraînant par là même une hausse du
taux d’activité. En d’autres termes, l’accroissement en capital humain (population active) a
été globalement supérieur à l’augmentation de la demande potentielle (population totale).

Le gonflement relatif des classes en âge de travailler, toutes choses étant égales par ailleurs, a
eu à modérer des pressions à la hausse de la productivité. Sur une longue période, la
productivité de l’économie sénégalaise a très peu augmenté. Elle est restée inférieure à 1,6%
sur toute la totalité de la période 1990-2007.

La faible croissance de la productivité du travail approchée à travers VA/Emploi ne doit pas


conduire pour autant à en faire le seul facteur explicatif des performances de production. Une
formalisation plus sophistiquée à travers une fonction de production en termes d’efficacité
marginale, montrerait que la productivité du travail dépend dans des proportions non
négligeables du stock de capital mis à la disposition des travailleurs.

Or, ce stock de capital évolue principalement en fonction des flux annuels d’investissement.
Dans l’ensemble, l’investissement a crû au cours de la période à un rythme annuel moyen
supérieur à celui de la VA de sorte que le taux d’investissement a eu tendance à augmenter.
Toutefois, ce taux d’investissement demeure encore à un niveau insuffisant comparativement
à ce qui se fait ailleurs. En outre, cette évolution moyenne du taux d’investissement cache des
dynamiques temporelles parfois assez heurtées. Mais, depuis 2001, on assiste à un effort
important d’investissement de la part de l’Etat avec un taux moyen de FBCF de 5,7%. Par
ailleurs, à la faveur de l’amélioration du climat des affaires2, de l’assainissement du cadre
macroéconomique, et des travaux de construction d’infrastructures routières mis en œuvre par
le Gouvernement, le taux d’investissement est maintenu autour de 25% sur la période 2003-
2007.

La faiblesse du taux d’investissement mise en avant témoigne des difficultés de financement


expliqué à la fois par la faiblesse du taux d’épargne intérieure (6,8% entre 1990 et 2007) et les
problèmes de financement que le Sénégal a rencontré pour mobiliser des ressources
financières avant d’atteindre le point d’achèvement.

2
Doing Business 2008 : le Sénégal, 1er en Afrique et 5ème parmi les 10 meilleurs réformateurs au monde.

51
4.2. Performances économiques du secteur agricole

Le secteur agricole a enregistré un taux de croissance moyen de 0,5 % sur la période 1990-
2007 avec une contribution moyenne de 0,1 point à la croissance du PIB. Ce taux de
croissance moyen du PIB cache de fortes disparités d’une année à l’autre (cf. Tableau b-6 en
Annexe B). Après un recul de 15,6% en 2006, le sous-secteur des productions végétales a
enregistré une nouvelle contre-performance en 2007 (-15,8%). Ce repli serait lié à la baisse de
la pluviosité3 ainsi qu’à sa mauvaise répartition spatiale et temporelle (survenance de pauses
pluviométriques) durant la saison hivernale 2007. D’autres contraintes liées à la qualité des
semences, le manque de fertilité des sols ainsi que le déficit des structures de
commercialisation, en particulier pour l’arachide, sont également évoquées. En conséquence,
le secteur agricole a reculé de 5,5% en 2007 en dépit de la progression de l’élevage (5,9%) et
de la foresterie (5,8%) ainsi que de la reprise amorcée au niveau de la pêche (6,7%).

La valeur ajoutée agricole aux prix courants, assimilée au revenu agricole, est en moyenne de
485 milliards de FCFA tandis que la valeur ajoutée moyenne par actif est de 287 360 FCFA
(cf. Figure 1 et Tableau b-5 en Annexe B).

350 000
300 000
VA par actif (FCFA)

250 000
200 000
150 000
100 000
50 000
-
1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008

Année

Figure 4: Evolution de la Valeur Ajoutée agricole par actif (à prix constants)

Une analyse de la progression de la valeur ajoutée par actif (à prix constants) sur la période
fait ressortir une évolution en dents de scie avec notamment une baisse les deux dernières
années. La rentabilité (VA/CI) moyenne du secteur est de 4,9. Le taux moyen de croissance
de la productivité agricole (évolution de la valeur ajoutée par actif) sur la période 1991-2007
est de -0,8 % contre 3,5 % pour le taux d’inflation. Pour les cinq dernières années, la valeur
ajoutée moyenne par actif est de 300 978 FCFA et la rentabilité de 5,13 (cf. graphique2 et 3 et
tableau b-5 en annexe B).

3
Quantité de pluie tombée en un lieu pendant un temps déterminé.

52
3,70

3,60

3,50
Rentabilité

3,40

3,30

3,20

3,10

3,00
1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Année

Figure 5: Evolution de la rentabilité du secteur agricole

40,0%
Taux de croissance de la
productivité agricole
30,0% Taux d'inflation

20,0%

10,0%
Taux

0,0%
1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
-10,0%

-20,0%

-30,0%
Années

Figure 6: Evolution comparée du taux de croissance de la productivité agricole et du taux d'inflation

4.2.1 Performances du sous secteur de la production végétale

4.2.1.1 Généralités
En dépit du développement des autres secteurs de l’économie sénégalaise, la production
végétale demeure un secteur pivot et conserve une importance sociale et économique
indéniable et ce, grâce à ses contributions à l’emploi (surtout en milieu rural) et à la formation
du PIB, soit près de 7,52 % en moyenne au cours de la période 2003 à 2007. La production
végétale est l’un des sous secteurs les plus importants du secteur primaire. Ainsi, les résultats
de la campagne agricole sont corrélés positivement avec les performances de ce secteur.
Toutefois, la raréfaction des ressources naturelles à usage agricole, l’exode de la population
active rurale conjuguée à la qualité moindre des intrants sont des obstacles de natures internes
que le sous secteur devra surmonter.
Les terres arables représentent 19% de la superficie nationale, soit 3,8 millions d'hectares.
Elles sont inégalement réparties entre les zones agro-écologiques (57% au bassin arachidier,
20% en Casamance, 10% au Sénégal oriental, 8% au Fleuve Sénégal, 4% dans la zone Sylvo-

53
pastorale et 1% dans les Niayes). Annuellement, les mises en valeur agricoles portent sur
65% de ces terres, soit environ 2,5 millions d'hectares. En outre, l'essentiel de ces terres est
cultivé sous pluie, de sorte que l'activité agricole est exposée aux aléas climatiques. Seules
1,5% sont mises en valeur grâce à l'irrigation. (I-PAR, février 2007 ; DAPS 2007).

Les différents types de cultures pratiquées sont les cultures vivrières4, les cultures
industrielles5 et les cultures horticoles. De 2000 à 2007, ces dernières ont occupé
respectivement 61%, 36% et 3% des superficies mises en valeur annuellement (DAPS, 2007).

36%

3% 61%

Cultures vivrières Cultures horticoles Cultures industrielles

Figure 7: Répartition des superficies moyennes par type de culture

4.2.1.2 Performances de production

4.2.1.2.1. Les cultures vivrières

La nomenclature végétale décompose les cultures vivrières en cultures céréalières et en


d’autres cultures vivrières à savoir le niébé et le manioc.

a) Les cultures céréalières

En termes de production, les cultures céréalières occupent la place la plus importante dans la
production végétale. La production est passée de 952 894 tonnes en 1990 à 772 239 tonnes en
2007, soit une baisse relative de 19%. Cependant, notons des hausses annuelles en 1993,1995,
1999, 2003 et 2005 avec des taux de croissance respectifs de 26,80%, 12,30%, 71,90%,
84,90% et 32,10%. Durant la période 2001-2007, les productions annuelles de céréales se sont
chiffrées en moyenne à 1.245.000 tonnes. Le mil constitue la première culture céréalière suivi
par le sorgho, le maïs, le riz et le fonio avec respectivement 45,73%, 10,25%, 23,05%,
20,88% et 0,09% des superficies céréalières.

S’agissant des superficies, les emblavures des céréales ont évolué de façon parallèle à la
production avec des baisses séquentielles. De 2001 à 2007, les superficies des cultures
céréalières ont représenté en moyenne 1.165.260 ha soit 85,42% des superficies de cultures
vivrières alors que 14,58% seulement de ces dernières, soit 198 820ha sont affectées aux
cultures du niébé et du manioc (DAPS, 2008). La baisse des superficies céréalières pourrait
être expliquée par la substitution d’une partie des superficies du mil par les autres cultures
vivrières dont le niébé et le manioc ou les autres cultures de diversification comme la
pastèque. (cf. figure 9).

4
Les cultures vivrières sont composées de céréales (mil, sorgho, maïs, riz et fonio), du niébé et du manioc.
5
Les cultures industrielles sont essentiellement constituées de l’arachide, du coton, de la canne à sucre, la tomate
industrielle et le sésame.

54
Les productions ainsi que les superficies sont inégalement réparties entre les régions. En effet,
la région de Kaolack occupait en 2007, 24% des superficies céréalières et a contribué à
hauteur de 25% à la production. Elle est suivie de la région de Kolda avec 14% des
superficies et 16% de la production. La région de Saint Louis, bien qu’elle n’occupe que 3%
des superficies céréalières se situe en troisième position dans la production nationale avec
15%. Ceci pourrait s’expliquer par l’importance des rendements de la culture du riz qui
s’effectue sous maîtrise totale de l’eau dans cette région. Les parts des régions de Thiès,
Diourbel et Louga dans la production nationale sont 3 (Dioubel) et 4 (Thiès et Louga) fois
inférieures à leurs parts de superficie, montrant ainsi la faiblesse des rendements dans ces
régions (DAPS, 2007).

Répartition des superficies et productions de céréales


par région en 2007

300000
Production (T)
Superficie (ha)

250000
200000 Superficie
150000
100000 Production
50000
0
da
l

or

am
a
ck

da

gu s
ar

be

ug

Zi hiè
ui
tic

un

ch
ak

la

ol
ur

Lo

at
Fa

Lo

in
ao

co

T
K
D

io

M
t
D

ba
K

S
m
Ta

Région

Figure 8 : Répartition des superficies et productions de céréale par région en 2007

évolution des superficies et productions de céréales

1 600 000 1 600 000


1 400 000 1 400 000
Production (T)
Superficie (ha)

1 200 000 1 200 000


1 000 000 1 000 000
800 000 800 000
600 000 600 000
400 000 400 000
200 000 200 000
0 0
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007

Années

superficie production

Figure 9: Evolution comparée des superficies et des productions de céréales

55
b) Les autres cultures vivrières (niébé et le manioc)
En ce qui concerne le manioc, on peut décrire l’évolution de leurs productions en deux
phases :

 1ère phase : de 1990 à 1999 : une production très faible


Durant ces années la production de manioc a fluctué entre 24 519 tonnes en 1991 et 76 915
tonnes en 1994. En outre, on a enregistré durant la période une baisse de 5,30%.
 2ème phase : de 1999 à 2007 : une production satisfaisante
Une hausse relative considérable de 196% a été notée durant cette deuxième phase avec une
production allant de 106 960 tonnes en 2002 à 401 448 tonnes en 2004. Cependant, l’année
2006 a été catastrophique avec une production très faible de 120 841 tonnes contre 281 487
tonnes en 2005

Pour le niébé, sa production a évolué en dents de scie avec des productions très faibles de
moins de 21 000 tonnes (1990, 1991, 1992, 1996, 1997, 2002 et 2004) et des productions plus
importantes allant jusqu’à 92 878 tonnes (2005).

évolution des productions de niébé et manioc

500 000
Production (T)

400 000
300 000
200 000
100 000
0
90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06

07
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20

20
Année

Niébé Manioc

Figure 10: Evolution des productions de niébé et de manioc

Les superficies allouées à ces cultures ont eu une évolution similaire à la production. En effet,
durant la période d’étude, les superficies des autres cultures vivrières ont augmenté
relativement de 252% soit 164 035ha. Cette hausse spectaculaire est imputable à la culture du
niébé. Ce dernier a enregistré entre 1990 et 2007 un supplément de superficie emblavée de
148 128ha.

56
évolution des superficies des autres cultures vivrières (niébé et
manioc)

300 000
250 000
Superficie (ha)

200 000
150 000
100 000
50 000
0
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
Années
Superficie
Figure 11: Evolution des superficies du niébé et du manioc

Le caractère aléatoire de la pluviométrie pourrait expliquer le développement de ces cultures


de diversification qui sont moins exigeantes en eau. Il s’y ajoute le niveau très élevé du prix
du niébé constaté pendant certaines périodes de l’année et la promotion de la culture
fourragère.

Par contre, l’augmentation de la production céréalière est imputable à l’accroissement des


superficies du riz et du maïs. En effet, ces dernières années, dans le souci d’impulser sa
politique de diversification, l’Etat a consenti des efforts importants notamment avec le
programme spécial maïs. La mise en œuvre du programme maïs a permis de faire passer la
production nationale de cette spéculation de 80.000 tonnes en 2002 à 400.474 tonnes en
moyenne sur la période 2003-2005.

4.2.1.2.2. Les cultures industrielles

Les cultures industrielles sont constituées principalement au Sénégal de l’arachide, du coton,


de la canne à sucre et du sésame.

La culture arachidière est la branche maîtresse et elle domine assez nettement les cultures
industrielles. En effet, elle a occupé 90% des superficies de cultures industrielles soient
607.195 ha en 2007. La part du coton et des autres cultures industrielles sont respectivement
de 7% et 3%. Toutefois, depuis quelques années les performances notées dans l’arachide sont
dégradantes. Les différentes mesures prises par l’Etat à travers la Lettre de Politique de
Développement Agricole (LPDA), la Lettre de Politique de Développement de la Filière
Arachide (LPDFA) et les politiques volontaristes n’ont pas permis de redresser les
performances de la filière arachidière.

Ainsi, la production d’arachide s’est comportée ses dernières années de façon contrastée.
D’une part, des hausses annuelles ont été notées en 1991 (3,1%), de 1993 à 1995 avec une
croissance moyenne de 12,70%, de 1998 à 2000 avec 28,30% d’évolution moyenne et de
2003 à 2005 avec une augmentation moyenne de presque 40%. D’autre part, des baisses
considérables ont été enregistrées en 1992 (-20,10%), 1996 (-21,85%), 1997 (-14,70), 2001 (-
11%), 2002 (-71,90%), 2006 (-34,53%) et 2007 (-28%).

57
évolution des superficies et productions de l'arachide

1 200 000 1 200 000


1 000 000 1 000 000

Production (T)
Superficie (ha)

800 000 800 000


600 000 600 000
400 000 400 000
200 000 200 000
0 0
90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06

07
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20

20
Année

Superficie Production

Figure 12: Evolution des superficies et de productions arachidières

Les problèmes de la désorganisation de la filière arachidière à la suite de la libération de la


commercialisation, la faiblesse des prix aux producteurs en 2001 et 2002 (120 Fcfa contre 145
Fcfa en 2000), l’insuffisance de la pluviométrie en 2002 et le péril acridien de 2004, les
difficultés d’accès aux semences en quantité et en qualité expliquent les contre-performances
de la filière sur la période.
La production du coton qui est en moyenne de 38 891 tonnes sur les 15 dernières années est
inégalement répartie dans le temps. Ainsi, durant cette période, des croissances importantes de
la production sont notées en 1997 (38%), 2003 (61%) et 2006 (15,50%). En revanche, en
1999 et 2000, on a enregistré des niveaux de production très faibles avec respectivement
23 000 tonnes et 20 378 tonnes soit des baisses de 15,80% et 11,40%.
Pour le sésame, sa culture qui fait l’objet d’un programme spécial depuis 2003 est en train de
gagner sa place dans les exploitations agricoles des régions centre; elle connaît des taux de
progression annuelle de 35,8% pour les surfaces et de 36,6% pour la production. Les
productions de 2005 et 2006 ont été estimées respectivement à 31 779 tonnes et 25 563 tonnes
alors que la production n’atteignait pas 5 000 tonnes avant l’introduction du programme
même si il y a eu une forte baisse en 2007 (-83%). La production du sésame a augmenté de
11% en moyenne sur la période 1990-2007.

évolution des productions de coton et de sésame

60 000
50 000
Production

40 000
30 000
20 000
10 000
0
90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06

07
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20

20

Année

Coton Sésame

Figure 13: : Evolution des productions de coton et de sésame

58
S’agissant de la canne à sucre, la spéculation a connu de 2001 à 2006 une production
moyenne de 829 047 tonnes. Cependant, une faible baisse d’environ 2% est notée durant la
même période. Malgré les efforts des autorités du pays, on tarde à retrouver le niveau de
production record atteint en 2001 (840 109 tonnes).

évolution des productions de canne à sucre

845 000
840 000
835 000
Production

830 000
825 000
820 000
815 000
810 000
805 000
2001 2002 2003 2004 2005 2006
Année

Canne à sucre

Figure 14 : Evolution de la production de canne à sucre

4.2.1.2.3. Les cultures horticoles

L’horticulture constitue un des leviers importants pour réduire la pauvreté et «booster» la


croissance économique du Sénégal comme stipulé au niveau du document de stratégie de
réduction de la pauvreté (DSRP) et de celui de la stratégie de croissance accélérée (SCA). Les
filières horticoles offrent des opportunités immédiates et sont en parfait accord avec
l’ensemble des objectifs du DSRP et de la SCA, notamment en ce qui concerne la présence
d’une demande solvable, d’avantages comparatifs confirmés et d’un réel potentiel pour la
mobilisation des investissements privés.
Les cultures horticoles comportent les cultures maraîchères et les cultures fruitières.

a) Les cultures maraîchères


Le maraîchage se pratique essentiellement dans la zone des Niayes qui présente des
conditions climatiques plus propices aux légumes de climat tempéré et dispose d’une nappe
superficielle permettant l’accès facile à l’eau souterraine. La zone des Niayes contribue pour
60% à la production maraîchère nationale (Programme triennal 2008-2010, DHort).

Durant la période de 2001 à 2006, la superficie emblavée pour le compte des cultures
maraîchères a évolué en dents de scie. Il a été notée durant ces six ans une légère amélioration
des emblavures de 6% soit 1 603 ha. Un pic a été enregistré en 2002 avec 32 288 ha.
Cependant, la superficie des cultures maraîchères en 2003 a atteint son niveau le plus bas
durant ces six années avec 23 008 ha.

Pour la production, une baisse tendancielle a été notée de 2001 à 2003 en passant de 358 110
tonnes à 314 537 tonnes soit une décroissance de 12,17%. En 2006, une production
intéressante de 384 471 tonnes a été enregistrée soit une hausse de 14,73% par rapport à 2005.
(cf. figure 15).

59
évolution des superficies et des productions des cultures
maraichères

35 000 450 000


30 000 400 000

Production (tonne)
350 000
Superfificie (ha)

25 000
300 000
20 000 250 000 Superficie (ha)
15 000 200 000 Production (tonne)
150 000
10 000
100 000
5 000 50 000
0 0
2001 2002 2003 2004 2005 2006
année

Figure 15: : Evolution des superficies et des productions des cultures maraîchères

b) Les cultures fruitières


En ce concerne les cultures fruitières sur la période 2001-2005, la production moyenne est
de 421 307 tonnes. Excepté 2004, la production a régulièrement augmenté. Elle est passée
de 288 104 tonnes en 2001 à 498 590 tonnes en 2005.

Parmi les cultures de diversification, la culture de pastèque vit une période d’expansion.
En effet, la pastèque est de loin le moteur de la culture fruitière avec une moyenne de 263
979 tonnes entre 2001 et 2005. Suivent respectivement la mangue (75 018 tonnes),
l’agrume (30 017 tonnes), le béref (28 375 tonnes) et la banane (23 919 tonnes) (cf.
tableau 10 des annexes).
La vieillesse des plantations et les problèmes phytosanitaires expliquent en partie la faible
croissance de la production fruitière.

évolution des productions fruitières

500 000

400 000
Production (T)

300 000

200 000

100 000

0
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Année

Banane Mangue Pastèque Agrumes Beref

Figure 16: Evolution des productions fruitières

60
4.2.1.3 Performances économiques

Le sous secteur des productions végétales dispose d’un important potentiel pour contribuer
significativement à la croissance du PIB et jouer un rôle de premier plan dans l’amélioration
de l’alimentation des populations et la consolidation de la sécurité alimentaire du pays. C’est
pourquoi, l’Etat a conçu des politiques et stratégies de développement6 successives afin d’en
assurer l’expansion. Ce qui s’est traduit par la conception et la mise en œuvre de projets et
programmes d’envergure, accompagnées d’une allocation de moyens importants. Les
productions végétales contribuent significativement à la croissance du secteur agricole. En
effet, elles ont contribué en 2005, 2006 et 2007 respectivement pour 58 %, 53% et 47 % à la
formation de la valeur ajoutée agricole en volume (cf. Tableau 19).

Une analyse de l’évolution de la valeur ajoutée en volume du sous secteur sur la période
1990-2007 montre qu’elle s’est accrue de 3,7 % sur la période 1995-1999 et de 2,6% sur la
période 2003-2007. En revanche, elle a baissé de 2,4 % sur la période 1990-1994 et de 0,6 %
sur la période 2000-2004. La baisse de la valeur ajoutée de la production végétale sur la
période 2000-2004 est liée aux pluies hors saison de 2002 et à l’évasion de criquets pèlerins
en 2004.

Les principaux produits du sous secteur qui contribuent à la croissance de la valeur ajoutée
agricole sont le maïs, le riz paddy, le mil-sorgho, le manioc, les légumes, les fruits et
l’arachide avec une production qui a représenté en valeur 60%, 56% et 51% des productions
végétales en 2005, 2006 et 2007.

La valeur ajoutée moyenne par actif aux prix constants de 1999 (276 591 FCFA) sur la
période 1990-2007 est inférieure à celle du secteur agricole (290 819 FCFA) alors que la
rentabilité est légèrement supérieure (4,87). Cette tendance s’est confirmée au cours des cinq
dernières années où la valeur ajoutée par actif était en moyenne de 261 059 Fcfa (en dessous
de celle du secteur agricole) et la rentabilité de 5,13 (au dessus de celle du secteur agricole).
Elle a connu une baisse de 2,1 % sur la période 1991-2007.
La production végétale a mobilisé en moyenne 57 % des actifs du secteur sur la période 1990-
2007.

Malgré les efforts fournis et les ressources mobilisées, l’ampleur des changements induits par
les projets et programmes reste faible. La prise de conscience de ces insuffisances s’est
traduite en 2004 par l’adoption et la promulgation de la Loi d’Orientation Agro-sylvo-
pastorale (LOASP). Toutefois, une bonne mise en œuvre des stratégies et programmes en
cours devrait permettre de s’engager vers une agriculture moderne pour atteindre
l’autosuffisance alimentaire et lutter contre la pauvreté.

6
Nouvelle Politique Agricole (1984); Programme d’ajustement du secteur agricole (1994) ; Lettre de
politique de développement agricole (1995) ; Programme d’Investissement du Secteur agricole
(1998) ; Document d’orientation stratégique (1999) ; Stratégies nationales et programmes prioritaires
de sécurité alimentaire (2002).

61
Tableau 19: Valeur ajoutée par actif et rentabilité des productions végétales

Valeur ajoutée Valeur ajoutée Nombre


Valeur
production production d'actifs Consommations Evolution
ajoutée par
Année végétale aux prix végétale aux prix (Estimation intermédiaires Rentabilité de la valeur
actif (à prix
du marché constants de 1999 en équivalent (milliards FCFA) ajoutée par
constants)
(milliards FCFA) (milliards FCFA) temps plein) actif
1990 171,46 242,74 809 763 299 769 36,81 4,66
1991 170,81 251,21 824 849 304 554 37,21 4,59 1,6%
1992 145,58 218,21 840 279 259 690 31,49 4,62 -14,7%
1993 179,72 250,41 855 936 292 552 38,19 4,71 12,7%
1994 216,33 243,14 872 370 278 717 46,75 4,63 -4,7%
1995 269,37 276,75 889 045 311 288 57,47 4,69 11,7%
1996 253,45 249,99 906 444 275 790 52,92 4,79 -11,4%
1997 252,48 228,88 922 432 248 124 51,62 4,89 -10,0%
1998 285,79 247,75 940 847 263 327 57,71 4,95 6,1%
1999 292,05 292,05 959 026 304 532 63,89 4,57 15,6%
2000 318,07 312,08 980 163 318 393 70,26 4,53 4,6%
2001 334,21 313,44 995 821 314 754 68,99 4,84 -1,1%
2002 252,82 205,17 1 016 454 201 848 45,56 5,55 -35,9%
2003 329,77 272,10 1 030 505 264 045 61,87 5,33 30,8%
2004 303,93 283,23 1 049 988 269 744 61,28 4,96 2,2%
2005 371,34 328,51 1 069 851 307 059 74,48 4,99 13,8%
2006 321,45 277,20 1 090 103 254 291 62,52 5,14 -17,2%
2007 281,51 233,43 1 110 753 210 156 53,84 5,23 -17,4%
Moyenne 263,90 233,43 953 590,40 276 591 54,05 4,87 -2,1%
Source : ANSD

4.2.2 Performances du sous secteur de l’élevage


Le sous secteur de l’élevage est marqué par de profonds changements nés de la
décentralisation, de la politique de désengagement de l’Etat vis-à-vis des sociétés de
production et de commercialisation des productions animales et de l’implication de plus en
plus importante des organisations de producteurs. Ces changements ont profondément modifié
la nature et la qualité des interventions en faveur du développement du sous secteur.

Malgré les contraintes qui limitent son développement, ce sous-secteur a des atouts réels
parmi lesquels : un cheptel important, des traditions pastorales confirmées et l’existence d’une
zone à vocation pastorale et de zones aménagées comme le Ranch de Dolly.

4.2.2.1 Le bétail

En 2007, l’effectif du cheptel national est de 48 833 254 têtes dont 34 928 409 têtes de
volailles (volaille industrielle et volaille familiale) et 13 904 845 têtes de bétail (bovins, ovins,

62
caprins, porcins, équins, asins et camélins). Pendant la période d’étude allant de 1990 à 2007,
l’effectif du cheptel national a fait plus que doubler passant de 23 033 785 têtes en 1990 à
48 833 254 têtes en 2007, soit une croissance relative de 112%.

L’effectif du bétail est dominé par les petits ruminants (ovins, caprins) avec 9 461 560 têtes en
2007 suivis par les bovins avec 3 163 410 têtes. Des baisses relativement importantes de
l’effectif du cheptel et de la production sont observées en 2002 avec des taux de croissance
respectifs de -15,4% et -9,8% à la suite des pluies hors saison.

Répartition du bétail par espèce

2% 4% 3%
23%

68%

Bovins Ovins/Caprins Porcins Equins Asins

Figure 17: Répartition du bétail par espèce

Evolution de l'effectif du bétail

16000000
14000000
Effectif (tête)

12000000
10000000
8000000
6000000
4000000
2000000
0
90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06

07
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20

20

Année

Effectif du bétail

Figure 18: Evolution de l’effectif du bétail (en tête)

4.2.2.2 La volaille
Cette composante de l’élevage est constituée de la volaille familiale et de la volaille
industrielle. Les productions de volaille ont dans l’ensemble suivi une évolution tendancielle à
la hausse avec cependant une évolution très titubante des productions de la volaille
industrielle sur la période de 1990 à 2004. Le taux de croissance annuel moyen de la
production de volaille est de 4,30% par an (cf. Figure 19). Celui de la volaille familiale est de
3,13% et 6,44% pour celle industrielle. Les taux de croissance régulièrement positif de la

63
volaille familiale s’expliquent par les efforts déployés dans le cadre de l’amélioration de la
santé animale.

Les fluctuations de la production de la volaille industrielle sur la période 1990 à 2004 peuvent
s’expliquer par la variation des prix de l’aliment, les difficultés d’écoulement de la production
à la suite des importations massives de viande de volaille et la recrudescence de certaines
maladies. L’interdiction des importations de viande de volaille à la suite de la grippe aviaire
explique l’importance des taux de croissance de 2005 et 2006 avec respectivement 31,6% et
27,9%.

Evolution de la production de volaille

50 000
Production (millier

40 000
têtes)

30 000
20 000
10 000
-
1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007
Année

volaille familiale volaille industrielle Série3

Figure 19: Evolution de la production de volaille

4.2.2.3. La production de lait


La production de lait brut en 2007, est estimée à 213,8 millions de litres, constituée de 64% de
lait de bovins, de 22% de lait de caprins et de 14% de lait d’ovins (cf. Figure 20).

La production de lait brut en 2007

22%

14%
64%

lait de bovins lait d'ovins lait de caprins

Figure 20: Répartition de la production de lait en 2007

Le taux de croissance annuel moyen de la production de lait est de 1,35%. De 1990 à 2007, on
a noté une augmentation de 62,8 millions de litres, soit 42% en valeur relative. Cette
évolution reste attribuable aux efforts fournis par l’Etat en direction du développement de la
filière laitière locale. Ces dernières années, on s’est rapprochée du niveau maximal de 122

64
millions de litres atteint avant 2002, année au cours de laquelle la production avait fortement
chuté (de près de 20 millions de litres).

Evolution de la production de lait brut


Production (milliers de

250 000
200 000
150 000
litres)

100 000
50 000
-
1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007
Année

Série1

Figure 21: Evolution de la production de lait (1000 litres)

4.2.2.4 Performances économiques


Le sous secteur a enregistré une croissance presque régulière de 1990 à 2007 et contribue
positivement à la croissance du PIB (0,6 point sur les périodes 1990-1994 et 2000-2004, 0,8
point sur la période 1995-1999 et 1,3 point sur la période 2003-2007).
Avec les difficultés enregistrées ces deux dernières années dans l’agriculture et la pêche,
l’élevage est le principal sous secteur qui tire le secteur primaire. La progression de sa
production, amorcée depuis 2002 et qui a été rendue possible grâce à l’allocation de
ressources additionnelles au sous secteur, devrait se poursuivre grâce notamment aux projets
et programmes en cours.

Les principaux produits qui contribuent à la croissance de la valeur ajoutée agricole sont les
bovins, les ovins, le lait brut et la volaille traditionnelle. Ils représentent en moyenne 70% de
la production en valeur du sous secteur.

L’élevage a utilisé en moyenne 33 % des actifs du secteur agricole avec une valeur ajoutée
moyenne par actif (à prix constants) de 247 012 FCFA. Il est avec les productions végétales le
sous secteur dont la rentabilité est la plus élevée. Elle est supérieure à 4 sur la période 1990-
2007. La valeur ajoutée par actif a progressé de 1,4% sur la période 1991-2007. Entre 2003 et
2007, elle a régulièrement augmenté sauf en 2004 avec une moyenne de 257 630 FCFA
presque égale à celle de la production végétale (cf. Tableau 20).

Avec la Grande Offensive pour la Nourriture et l’Abondance (GOANA), le démarrage en vue


de nouveaux projets (Bétail endémique, Projet de Développement de l'Elevage au Sénégal
Oriental) et la poursuite des projets en cours, les différents ratios (taux de croît, d’exploitation,
d’abattage, etc.) devraient évoluer favorablement. Ce qui permettra d’augmenter sensiblement
les différentes productions animales.

65
Tableau 20: Valeur ajoutée par actif et rentabilité de l’élevage
Valeur ajoutée Valeur ajoutée Nombre
Valeur Evolution de
Elevage aux Elevage aux prix d'actifs Consommations
ajoutée par la valeur
Année prix du marché constants de (Estimation en intermédiaires Rentabilité
actif (à prix ajoutée par
(milliards 1999 (milliards équivalent (milliards FCFA)
constants) actif
FCFA) FCFA) temps plein)

1990 71,71 100,98 468 426 215 580 16,24 4,42

1991 74,52 107,92 477 240 226 142 16,90 4,41 4,9%

1992 78,75 115,39 486 220 237 312 17,87 4,41 4,9%

1993 79,95 117,55 495 369 237 304 17,93 4,46 0,0%

1994 91,89 121,11 504 690 239 962 20,50 4,48 1,1%

1995 120,56 123,70 514 186 240 582 26,88 4,49 0,3%

1996 128,58 130,36 523 861 248 846 28,85 4,46 3,4%

1997 133,77 132,50 533 718 248 256 29,59 4,52 -0,2%

1998 136,06 135,56 543 761 249 300 30,16 4,51 0,4%

1999 138,79 138,79 553 992 250 519 31,14 4,46 0,5%

2000 152,13 145,85 564 416 258 404 34,71 4,38 3,1%

2001 164,67 151,41 575 036 263 310 35,73 4,61 1,9%

2002 156,54 142,09 585 856 242 541 33,98 4,61 -7,9%

2003 169,68 149,62 596 881 250 665 36,74 4,62 3,3%

2004 170,94 151,46 608 112 249 058 37,03 4,62 -0,6%

2005 179,78 155,80 619 554 251 479 39,05 4,60 1,0%

2006 194,64 166,19 631 211 263 293 42,27 4,60 4,7%

2007 218,85 175,98 643 088 273 656 47,53 4,60 3,9%
Moyenne 136,77 175,98 551 423,10 247 012 30,17 4,51 1,4%
Source : ANSD

4.2.3 Performances du sous secteur de la pêche


Avec des côtes très poissonneuses, le Sénégal est l’un des principaux pays de pêche maritime
de l’Afrique intertropicale. La pêche maritime est un important pilier de l’économie et un
élément fondamental tant sur le plan social qu'alimentaire. Les ressources de la zone maritime
sénégalaise sont caractérisées par une grande diversité biologique. Les ressources exploitées
comprennent cinq groupes dont les caractéristiques bio-écologiques et l'importance socio-
économique sont différentes :
• les ressources pélagiques hauturières (thons, espadon, voilier) ;
• les ressources pélagiques côtières (sardinelles, chinchards, maquereaux, etc.);
• les ressources démersales profondes (crevettes profondes et merlus) ;
• les ressources démersales côtières (crevette blanche, rouget, dorades roses, mérous,
seiche, poulpe, soles, etc.) ;
• la flore algale (Ulva, Hypnea, Cladophora, Sargassum, Cymodocea).

66
Ces ressources halieutiques font aujourd’hui l'objet d'une forte pression avec près de 9 0007
pirogues opérant dans la pêche artisanale et plus d'une centaine de bateaux battant pavillon
étranger au large des côtes du Sénégal. Le potentiel exploitable par les pêcheries sénégalaises
est estimé à 500 000 tonnes par an et concerne des ressources démersales côtières (poissons
de fond, crevettes, mollusques, céphalopodes, etc.) et profondes, les ressources pélagiques
côtières (sardinelles, chinchards et maquereaux) et hauturières (thons).

De par sa vitalité et son importance socio-économique, la pêche artisanale demeure le pilier


du sous secteur. Elle fournit l’essentiel de la production en termes de volume (90%) et de
valeur (74%) et approvisionne à plus de 50% les industries du pays. Ses captures sont
constituées à 94% de poissons dominés par les sardinelles (69%) qui sont à faible valeur
marchande, car ne représentant que 27% de la valeur commerciale des produits halieutiques
débarqués. Essentiellement destinées à la consommation nationale et à la transformation, ces
pélagiques jouent un grand rôle dans la sécurité alimentaire et constituent de ce fait des
ressources extrêmement sensibles.

Quant à la pêche industrielle, son armement est composé de trois types de flottilles que sont
les chalutiers, les thoniers et les sardiniers qui, bien qu’ayant diminué en nombre, ont vu les
quantités débarquées connaître des évolutions positives.

Le tableau ci-après retrace l’ensemble des captures constituées de poissons frais, de crustacés
et de mollusques avec en moyenne respectivement 92,6%, 1,6% et 5,8% des captures
annuelles.
Tableau 21: Evolution des captures en tonnes

Mollusques et
Poisson Crustacés
Année autres produits de Total
frais frais
la pêche
1990 333 687 4 623 16 819 355 129
1991 338 335 5 392 30 294 374 021
1992 371 008 4 933 26 309 402 250
1993 370 965 5 071 20 251 396 287
1994 371 106 4 973 25 440 401 519
1995 366 091 8 029 22 302 396 422
1996 431 306 6 771 20 264 458 341
1997 457 020 15 080 20 536 492 636
1998 391 414 8 493 19 822 419 730
1999 354 870 5 974 56 753 417 597
2000 393 873 9 439 18 596 421 908
2001 397 051 10 972 16 858 424 881
2002 372 123 6 103 22 779 401 005
2003 440 421 6 958 20 995 468 374
2004 453 895 5 929 22 218 482 042
2005 462 352 6 765 24 404 493 521
2006 382 300 5 210 24 027 411 537
2007 411 650 5 672 30 434 447 756
Moyenne 394 415 7 022 24 395 425 831
Source : ANSD, 2008

7
8 326 pirogues actives en 2007

67
En moyenne, le volume total de captures est de 425 831 tonnes/an. Le taux de croissance
moyen annuel des captures est de 1,5% sur la période 1990-2007 (cf. Tableau b-22).

La pêche contribue de manière non négligeable aux objectifs de croissance de l’économie


nationale, notamment à la réduction du déficit de la balance des paiements (premier
pourvoyeur de recettes d’exportation), au chômage ainsi qu’à la satisfaction des besoins
alimentaires des populations. Le Sénégal a exporté en 2007, 111 062 tonnes de produits
halieutiques pour une valeur commerciale de 148,13 milliards de francs CFA, soit 21% des
recettes d’exportation de biens.

Le taux de croissance moyen de la valeur ajoutée en volume de ce sous secteur est de 0,8 %
sur la période 1990-2007. Elle a évolué respectivement de 2,4 % ; 5,5% ; -6,1 % ; 1,3 % sur
les périodes 1990-1994, 1995-1999, 2000-2004 et 2003-2007. Les contre-performances de ce
sous secteur ces dernières années, sont liées au fait que les eaux territoriales qui étaient
particulièrement poissonneuses ont vu leurs ressources halieutiques se raréfier
dangereusement. Ceci a eu pour conséquence une contribution négative de la pêche à la
croissance de la valeur ajoutée agricole avec -0,7 point sur la période 2000-2004. Par ailleurs,
sur la période 1990-2007, elle a contribué pour 0,1 point à la croissance de la valeur ajoutée.
Cette situation a été un facteur déterminant dans la décision du Gouvernement Sénégalais de
ne pas signer les accords de pêche avec l'Union Européenne en 2006. La nouvelle optique à
travers les projets du Gouvernement n’est plus productiviste, mais plutôt la recherche de la
préservation des ressources pour l’avenir.

Les principaux produits de la pêche qui contribuent à la croissance de la valeur ajoutée


agricole sont les poissons qui représentent en moyenne 93% de la production du sous secteur.

La valeur ajoutée par actif (à prix constants) est en moyenne de 818 662 FCFA sur la période
1990-2007 et de 733 517 FCFA sur la période 2003-2007. Elle a baissé de 0,6% sur la période
1991-2007. Quant à la rentabilité, elle est de 1,29 sur la période 1990-2007 et de 1,21 sur la
période 2003-2007. La pêche est un sous secteur où la valeur ajoutée par actif est largement
supérieure à celle du secteur agricole même si sa rentabilité est un peu faible eu égard au
poids de la pêche artisanale.

68
Tableau 22: Valeur ajoutée par actif et rentabilité de la pêche
Valeur ajoutée
Valeur ajoutée Nombre
Pêche aux prix Valeur Consommations Evolution de
Pêche aux prix d'actifs
constants de ajoutée par intermédiaires la valeur
Année du marché (Estimation Rentabilité
1999 actif (à prix (milliards ajoutée par
(milliards en équivalent
(milliards constants) FCFA) actif
FCFA) temps plein)
FCFA)
1990 26,96 49,21 60 851 808 682 19,92 1,35
1991 32,91 58,14 61 625 943 514 24,43 1,35 16,7%
1992 31,44 57,46 63 107 910 583 23,41 1,34 -3,5%
1993 31,69 55,20 62 923 877 267 22,69 1,40 -3,7%
1994 45,13 57,55 67 703 850 001 31,73 1,42 -3,1%
1995 48,80 61,28 71 220 860 422 34,27 1,42 1,2%
1996 57,90 63,61 72 160 881 512 41,54 1,39 2,5%
1997 73,25 78,01 79 343 983 256 61,44 1,19 11,5%
1998 69,62 59,69 75 985 785 544 52,82 1,32 -20,1%
1999 75,35 75,35 78 491 960 035 63,18 1,19 22,2%
2000 66,82 60,68 80 087 757 665 51,90 1,29 -21,1%
2001 60,30 60,28 80 873 745 309 49,82 1,21 -1,6%
2002 69,94 55,23 78 398 704 538 58,07 1,20 -5,5%
2003 72,69 56,40 75 641 745 689 58,61 1,24 5,8%
2004 74,27 55,14 76 819 717 735 60,33 1,23 -3,7%
2005 84,25 60,76 78 026 778 763 70,63 1,19 8,5%
2006 79,58 55,11 79 264 695 290 66,55 1,20 -10,7%
2007 88,53 58,80 80 532 730 110 74,04 1,20 5,0%
Moyenne 60,52 58,80 73 502,70 818 662 48,08 1,29 -0,6%
Source : ANSD

4.2.4 Performances du sous secteur de la foresterie


La foresterie est confrontée à plusieurs contraintes liées essentiellement aux changements
climatiques et à la croissance rapide de la population, entraînant ainsi une exploitation
irrationnelle des ressources naturelles (déforestation, surpâturage). Les dernières estimations
font état d’une superficie de 6,3 millions d’hectares de forêts naturelles disponibles en 2007,
contre 11 millions d’hectares de forêts à l’indépendance du Sénégal, soit une perte de prés de
la moitié en l’espace de quatre décennies, montrant ainsi l’état de dégradation avancée du
potentiel forestier. La déforestation résulte notamment des sécheresses consécutives à la
baisse des précipitations de 20 à 25% (avec des pointes de plus de 45% pendant les années de
fort déficit), ainsi que de la pression humaine exercée sur les ressources forestières
notamment pour la satisfaction des besoins des populations.
La sylviculture contribue très faiblement à la croissance du PIB. En effet, sa contribution
moyenne annuelle est de 0,02 point sur la période 1990-2007. Toutefois, les résultats obtenus
à partir d’un premier exercice d’élaboration d’un compte satellite des ressources sauvages au
Sénégal ont montré que ces ressources ont contribué en 2006 à prés de 2% à la valeur ajoutée
de la nation et à 1,7% du PIB.

69
Le taux de croissance moyen de la valeur ajoutée en volume de la sylviculture est
respectivement de 1,2 %; 2,1 % ; 1,7 % et 3,1 % sur les périodes 1990-1994, 1995-1999,
2000-2004 et 2003-2007.

La valeur ajoutée par actif (à prix constants) est en moyenne de 275 698 FCFA tandis que la
rentabilité moyenne est de 1,92. Les actifs du sous secteur composés essentiellement
d’exploitants forestiers sont en moyenne de 82 461 par an. Le charbon de bois est le seul
produit de ce sous secteur qui contribue significativement à la croissance de la valeur ajoutée
agricole et sa production en valeur représente 60% par an de la production du sous secteur.

450 000
400 000
350 000
Production (T)

300 000
250 000
200 000
150 000
100 000
50 000
-
1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Années

Figure 22: Evolution de la production de charbon de bois

La production de charbon de bois est passée de 291.144 tonnes en 1990 à 416 865 tonnes en
2007 soit un taux de croissance moyen annuel de 2,1%.

Sur les cinq dernières années, la valeur ajoutée par actif a connu une évolution contrastée avec
une moyenne de 278 767 FCFA ; inférieure à celle du secteur agricole. Pour ce qui est de la
rentabilité, elle est de 1,86 ; inférieure à celle du secteur.

A la lumière de l’évolution du secteur, il apparaît que la contribution de l’agroforesterie à la


valeur ajoutée reste en deçà des attentes. Son rôle ne pourra se renforcer que si les règles
élémentaires de préservation et de régénération des ressources naturelles et fauniques sont
respectées (limitation des quotas de charbon de bois, contrôle de l’exploitation frauduleuse
d’une certaine catégorie de ressources forestières, lutte conte les feux de brousse, etc.). Ainsi,
dans le domaine de la préservation des ressources naturelles, les actions menées ont permis de
relever le niveau des superficies reboisées à 49 174 hectares en 2007 contre 37 637 hectares
en 2006.

70
Tableau 23: Valeur ajoutée par actif et rentabilité de la foresterie

Valeur ajoutée Valeur ajoutée


Nombre Evolution
Sylviculture Sylviculture Consommations
d'actifs Valeur de la
aux prix du aux prix intermédiaires
Année (Estimation ajoutée Rentabilité valeur
marché constants de (milliards
en équivalent par actif ajoutée
(milliards 1999 (milliards FCFA)
temps plein) par actif
FCFA) FCFA)
1990 8,60 19,14 70 020 273 333 4,46 1,93
1991 8,81 19,78 71 337 277 230 4,58 1,92 1,4%
1992 8,70 19,87 72 679 273 329 4,54 1,92 -1,4%
1993 8,58 19,72 74 047 266 345 4,32 1,98 -2,6%
1994 18,61 20,46 75 440 271 237 9,23 2,02 1,8%
1995 22,46 21,94 76 860 285 518 11,12 2,02 5,3%
1996 21,63 21,92 78 306 279 904 10,92 1,98 -2,0%
1997 21,67 22,16 79 779 277 756 11,15 1,94 -0,8%
1998 21,90 22,14 81 280 272 367 11,33 1,93 -1,9%
1999 22,69 22,69 82 810 273 973 11,98 1,89 0,6%
2000 24,75 22,98 84 368 272 393 12,49 1,98 -0,6%
2001 25,20 23,36 85 955 271 735 13,56 1,86 -0,2%
2002 27,00 23,96 87 573 273 610 14,57 1,85 0,7%
2003 30,31 24,36 89 311 272 716 16,07 1,89 -0,3%
2004 32,27 24,64 91 005 270 752 17,18 1,88 -0,7%
2005 35,69 26,07 92 734 281 113 19,38 1,84 3,8%
2006 38,47 26,40 94 498 279 318 20,86 1,84 -0,6%
2007 49,40 27,92 96 298 289 936 26,79 1,84 3,8%
Moyenne 23,71 27,92 82 461,11 275 698 12,47 1,92 0,3%
Source : ANSD

4.3 Prix des produits agricoles et des facteurs de production : performances

4.3.1. Prix au producteur de l’arachide et du coton


Concernant les produits d’exportation que sont l’arachide et le coton, l’action de l’Etat a
longtemps porté sur le différentiel de prix entre le cours mondial et le prix payé au producteur.
Pour l’arachide, la politique de prix actuellement préconisée repose sur le principe d’une
flexibilité des prix au producteur par rapport aux cours mondiaux, et la définition d’un
mécanisme de concertation pour la fixation des prix entre les différents acteurs de la filière.
Les prix au producteur de coton sont négociés chaque année. Un prix plancher est fixé dans le
cadre du comité interprofessionnel qui réunit les principaux intervenants de la filière. En cas
d’excédent de la filière, une ristourne est versée aux producteurs.
Les prix moyens de l’arachide et du coton entre 1990 et 2008 sont respectivement à 127 Fcfa
et 162 FCFA (Cf. Tableau c-2 en Annexe). La dévaluation du Fcfa intervenu en 1994 a
entraîné une augmentation très significative des prix au producteur pour le coton et l’arachide.

71
Le prix du kg d’arachide coque est passé de 100 Fcfa en 1993 à son niveau le plus élevé
de160 Fcfa en 1998 soit une augmentation de 60% en valeur relative. A partir de 1999, les
politiques de libéralisation de la commercialisation ont entraîné la baisse du prix au
producteur qui est passé de 147 Fcfa à 120 Fcfa en 2002 et depuis 2003, le soutien du prix au
producteur par l’Etat a permis de maintenir le niveau à 150 Fcfa / Kg (cf. Figure 23).
Quant aux prix au consommateur, il est en moyenne de 286 FCFA, soit un écart moyen entre
prix au producteur et prix au consommateur de 159 FCFA (cf. Tableau c-1 en Annexe).

Le coton a également bénéficié des effets de la dévaluation. Le prix au producteur est passé de
110 FCFA en 1993 pour se stabiliser à 185 FCFA à partir de 1997 (cf. Figure 23).

200
180
160
Prix du Kg (Fcfa)

140
120
100
80
60
40
20
-
90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

00

01

02

03

04

05

06
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20

Année

Arachide Coton

Figure 23: Evolution des prix au producteur de l'arachide et du coton

4.3.2. Les produits horticoles


En dehors de la tomate industrielle où les prix au producteur sont fixés dans le cadre des
négociations qui s’instaurent chaque année en début de campagne au sein de l’interprofession,
les prix des produits horticoles sont entièrement libéralisés.

Les prix au producteur sont en moyenne 232 Fcfa et 228 Fcfa pour respectivement les
légumes et les fruits. Le prix des fruits est passé de 202 Fcfa en 1990 à 275 Fcfa en 2006.
Celui des légumes passe de 184 Fcfa à 245 Fcfa sur la période.

72
300
Prix du Kg (Fcfa)

250
200
150
100
50
0
Année
0

6
9

0
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

20

20

20

20
Légumes Fruits

Figure 24: Evolution des prix des fruits et légumes

4.3.3. Prix céréaliers

Avant la libéralisation des prix céréaliers en 1985, les prix des céréales locales sont fixés
chaque année par décret, à tous les stades de la commercialisation. Le caractère obligatoire ou
facultatif des prix fixés pour les transactions privées, qui constituent la part prépondérante du
marché, ne ressort cependant pas clairement des textes, et le contrôle des prix inexistant sur
les marchés urbains, est largement inopérant en milieu rural. De ce fait, les prix sont en réalité
déterminés par la loi du marché, les prix officiels ne s'imposant qu'à l'organisme de
commercialisation étatique, le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA). Ce dernier tend
ainsi à jouer le rôle d'un organisme de soutien des cours, ne pouvant intervenir à l'achat que
lorsque ces derniers tombent en deçà ou au niveau du prix officiel.

• Prix au producteur du mil/sorgho

Après le riz, le mil souna est la deuxième céréale la plus consommée au Sénégal. Cela
s’explique par l’importance et la généralisation de sa production sur toute l’étendue du
territoire national.

Sur la période de 1990 à 2008, le prix national au producteur du mil souna a oscillé dans la
fourchette « 60 – 171 » F CFA/kg, soit une moyenne de 108 FCFA/kg. Il faut souligner que
ces prix n’ont été collectés que dans les régions centrales communément appelées bassin
arachidier et dans celles du sud-est (Tamba et Kolda). Ce prix, entre 1990 et 2008 a connu un
coefficient de variation de 31%. Il faut signaler que le caractère de la libéralisation du prix
du mil souna a porté un coup de grâce à la production de cette céréale de telle sorte que la
période post dévaluation a été très bénéfique aux producteurs céréaliers. Il est à noter que ces
prix n’ont pas été collectés dans la région de Diourbel de 2005 à 2008 et dans celle de Louga
de 2000 à 2008.

73
Tableau 24: Evolution du prix au producteur du mil (F CFA/kg), 1990-2008
Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DL 94 60 140 25%
FK 110 60 176 32%
KD 106 60 158 28%
KL 104 55 173 33%
LG 88 67 124 25%
TC 101 49 164 34%
TH 112 50 181 32%
National 108 60 171 31%
Source : CSA

• Prix de détail du mil/sorgho

Sur la période de 1990 à 2008, le prix national de détail du mil souna a oscillé dans la
fourchette « 78-212 » F CFA/kg, soit un prix moyen de 138 FCFA/kg. Ces prix ont été
collectés dans toutes les régions du pays. Entre 1990 et 2008, ce prix a connu un coefficient
de variation de 28%.

Tableau 15: Evolution du prix de détail du mil (F CFA/kg), 1990-2008


Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DK 151 92 238 28%
DL 125 73 194 29%
FK 122 70 192 30%
KD 141 76 198 26%
KL 112 61 186 32%
LG 136 75 216 31%
MT 176 100 230 23%
SL 149 93 229 27%
TC 131 73 196 29%
TH 134 74 215 31%
ZG 156 97 236 26%
National 138 78 212 28%
Source : CSA

• Prix au producteur du maïs

Le marché du maïs en sec fonctionne selon la même logique que celui du mil. Les prix sont
identiques à ceux du mil traduisant un bon niveau de substituabilité entre les deux produits.
Les enquêtes des structures de l’ISRA (BAME) et du CSA (SIM) ont montré que les prix de
mil et du maïs sont également très identiques. Les différenciations au niveau des régions
semblent cependant jouer de façon plus importante pour le mil, la production étant plus
concentrée dans des zones apparaissant plus nettement comme structurellement excédentaires
(Tambacounda et Kolda) et excentrées par rapport aux principaux centres de consommation

74
urbaine. De ce fait, les prix minima pratiqués en début de saison peuvent atteindre des
niveaux sensiblement inférieurs à ceux du mil dans les zones excédentaires et excentrées.

De 1990-2008, le prix moyen du maïs au producteur a oscillé dans la fourchette « 55 – 160 »


F CFA, soit un prix moyen de 108 FCFA/kg. Durant la période allant de 1990 à 2008, le prix
moyen national a connu un coefficient de variation de 28%. Notons que le maïs vert constitue
un marché porteur du fait qu'il présente pour la population urbaine "une amuse-gueule" et que
les prix sont très variables en fonction du caractère "primeur" de la production et de la
proximité des centres urbains consommateurs.

Tableau 25: Evolution du prix au producteur du maïs (FCFA/Kg), 1990-2008


Coefficient
REGION Moyenne Minimum Maximum
de variation
FK 116 65 160 26%
KD 93 52 160 31%
KL 110 56 161 28%
TC 101 48 158 33%
TH 126 93 150 19%

SN 108 55 160 28%


Source : CSA

• Prix de détail du maïs local

De 1990 à 2008, le prix moyen de détail du maïs a oscillé dans la fourchette « 84-196 » F
CFA, soit un prix moyen de 142 FCFA/kg. Durant cette période, le prix moyen national a
connu un coefficient de variation de 23%.

Tableau 26: Evolution du prix de détail du Mais (FCFA/Kg), 1990-2008


Coefficient
REGION Moyenne Minimum Maximum
de variation
DK 162 105 213 21%
DL 141 82 182 21%
FK 131 78 179 22%
KD 129 65 176 26%
KL 119 64 173 26%
LG 142 81 186 22%
MT 171 105 206 17%
SL 151 94 213 22%
TC 129 69 185 28%
TH 143 80 213 24%
ZG 161 99 241 25%
SN 142 84 196 23%
Source : CSA

75
• Prix de détail du riz local décortiqué

De 1990 à 2008, le prix moyen de détail du riz local décortiqué a oscillé dans la fourchette
« 126-316 » FCFA/Kg, soit un prix moyen de 188 F CFA/kg. Selon les périodes, le prix a été
respectivement de 134 F CFA/kg avant la dévaluation (1990-1993), de 195 F CFA/kg durant
la période post dévaluation (1994-2007) et de 203 F CFA/kg pour l’année 2008 qui a été
caractérisé par l’importante inflation des céréales importées. Par conséquent, il faut souligner
que le riz local décortiqué a bénéficié de cette forte tension. Durant la période, ce prix a connu
un coefficient de variation de 22%.

Tableau 27: Prix de détail du riz local décortiqué (FCFA/Kg), 1990-2008


Coefficient
REGION Moyenne Minimum Maximum
de variation
DL 179 125 299 24%
FK 175 119 207 19%
KD 188 120 231 20%
KL 173 109 218 23%
LG 181 124 308 23%
MT 212 143 342 21%
SL 180 124 292 21%
TC 191 163 235 13%
TH 189 117 342 25%
SN 188 126 316 22%
Source : CSA

• Prix de détail du riz importé

De 1990 à 2008, les prix moyens de détail du riz importé ont oscillé dans la fourchette « 136-
347 » FCFA/Kg, soit un prix moyen de 208 F CFA/kg. Selon les périodes considérées, le prix
moyen a évolué respectivement comme suit : 148 F CFA/kg (1990-1993), 216 F CFA/kg
(1994-2007) et 347 F CFA/kg (2008). Le coefficient de variation du prix s’évalue à 22%.
Tableau 28: Prix de détail du riz importé (FCFA/Kg), 1990-2008

REGION Moyenne Minimum Maximum Coefficient de variation


DK 215 131 396 29%
DL 194 135 359 26%
FK 206 134 339 22%
KD 216 137 320 19%
KL 215 132 332 20%
LG 198 134 335 23%
MT 221 140 347 21%
SL 208 136 336 21%
TC 215 137 350 23%
TH 201 134 326 22%

76
ZG 214 137 372 25%
SN 208 136 347 22%
Source : CSA

• Prix de détail du maïs importé

De 1990 à 2008, les prix moyens de détail du maïs importé ont oscillé dans la fourchette « 91-
202 » FCFA/Kg, soit un prix moyen de 147 F CFA/kg. Selon les périodes considérées, le prix
moyen a évolué respectivement comme suit : 101 F CFA/kg (1990-1993), 157 F CFA/kg
(1994-2007) et 160 F CFA/kg (2008).
Tableau 29: Prix de détail du maïs importé (FCFA/Kg), 1990-2008
Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DK 154 96 218 22%
DL 140 86 186 20%
FK 148 90 200 22%
KD 155 105 208 17%
KL 142 83 195 24%
LG 144 84 206 21%
MT 186 126 245 21%
SL 139 88 203 23%
TC 144 95 182 22%
TH 143 80 203 22%
ZG 178 105 260 25%
SN 147 91 202 21%
Source : CSA

4.3.4. Prix des légumineuses

• Prix au producteur de l’arachide coque

De 1990 à 2008, les prix moyens au producteur de l’arachide coque ont oscillé dans la
fourchette « 69-212 » FCFA/Kg, soit un prix moyen de 129 F CFA/kg. Selon les périodes
considérées, le prix moyen a évolué respectivement comme suit : 73 F CFA/kg (1990-1993),
144F CFA/kg (1994-2007) et 212 F CFA/kg (2008). Le coefficient de variation est estimé à
29%.
Tableau 30: Prix au producteur de l’arachide coque (FCFA/Kg), 1990-2008
Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DL 116 73 164 28%
FK 131 71 209 30%
KD 123 50 228 43%

77
KL 129 60 260 36%
LG 104 62 150 34%
TC 121 66 197 31%
TH 134 67 195 28%
SN 129 69 212 29%
Source : CSA

• Prix de détail l’arachide coque

De 1990 à 2008, les prix moyens de détail de l’arachide coque ont oscillé dans la fourchette
« 103-241 » FCFA/Kg, soit un prix moyen de 158 F CFA/kg. Selon les périodes considérées,
le prix moyen a évolué respectivement comme suit : 104 F CFA/kg (1990-1993), 173 F
CFA/kg (1994-2007) et 241 F CFA/kg (2008).

Tableau 31: Prix de détail de l’arachide coque (FCFA/Kg), 1990-2008


Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DK 186 144 264 22%
DL 154 90 263 30%
FK 145 88 221 27%
KD 134 92 194 20%
KL 136 63 240 33%
LG 157 79 274 35%
MT 243 100 500 51%
SL 163 74 253 31%
TC 136 67 219 26%
TH 152 85 260 29%
ZG 188 142 286 18%
SN 158 103 241 24%
Source : CSA

• Prix au producteur de l’arachide décortiquée

De 1990 à 2008, les prix moyens au producteur de l’arachide décortiquée ont oscillé dans la
fourchette « 137-397 » FCFA/Kg, soit un prix moyen de 289 F CFA/kg. Selon les périodes
considérées, le prix moyen a évolué respectivement comme suit : 149 F CFA/kg (1990-1993),
289 F CFA/kg (1994-2007) et 397 F CFA/kg (2008). L’évolution du prix a donné un
coefficient de variation de 29%.

Tableau 32: Prix au producteur de l’arachide décortiquée (FCFA/Kg), 1990-2008


Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DL 215 138 313 26%
FK 284 146 452 31%
KD 250 125 367 28%
KL 259 129 381 29%

78
LG 230 132 350 35%
TC 258 144 393 29%
TH 287 129 435 34%
SN 265 137 397 29%
Source : CSA

• Prix de détail l’arachide décortiquée

De 1990 à 2008, les prix moyens de détail de l’arachide coque ont oscillé dans la fourchette
« 185-525 » F CFA/Kg, soit un prix moyen de 341 F CFA/kg. Selon les périodes considérées,
le prix moyen a évolué respectivement comme suit : 197 F CFA/kg (1990-1993), 379 F
CFA/kg (1994-2007) et 341 F CFA/kg (2008). Il en résulte un coefficient de variation de
31%.

Tableau 33: Prix de détail de l’arachide décortiquée (FCFA/Kg), 1990-2008


Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DK 367 199 579 31%
DL 320 166 506 31%
FK 325 189 518 29%
KD 317 172 464 27%
KL 284 146 428 31%
LG 332 161 554 36%
MT 429 218 615 26%
SL 369 200 568 32%
TC 324 193 469 25%
TH 340 177 570 34%
ZG 380 187 615 31%
SN 341 185 525 31%
Source : CSA

• Prix au producteur du niébé

De 1990 à 2008, les prix moyens au producteur du niébé ont oscillé dans la fourchette « 72-
366 » F CFA/Kg, soit un prix moyen de 198 F CFA/kg. Selon les périodes considérées, le prix
moyen a évolué respectivement comme suit : 181 F CFA/kg (1990-1993), 226 F CFA/kg
(1994-2007) et 265 F CFA/kg (2008). L’évolution du prix est assortie d’un coefficient de
variation de 48%.
Tableau 34: Prix au producteur du niébé (FCFA/Kg), 1990-2008
Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DL 109 46 268 57%
FK 191 64 411 53%
KD 226 88 475 52%
KL 254 55 400 39%

79
LG 94 41 164 38%
TC 198 96 331 41%
TH 161 53 299 48%
SN 198 72 366 48%
Source : CSA

• Prix de détail du niébé

De 1990 à 2008, les prix moyens de détail du niébé ont oscillé dans la fourchette « 139-523 »
F CFA/Kg, soit un prix moyen de 291 F CFA/kg. Selon les périodes considérées, le prix
moyen a évolué respectivement comme suit : 181 F CFA/kg (1990-1993), 226 F CFA/kg
(1994-2007) et 402 F CFA/kg (2008). L’évolution de ce prix a permis d’aboutir à un
coefficient de variation de 42%.
Tableau 35: Prix de détail du niébé (FCFA/Kg), 1990-2008

Coefficient de
REGION Moyenne Minimum Maximum
variation
DK 325 145 613 46%
DL 217 83 437 48%
FK 251 98 529 46%
KD 338 163 597 42%
KL 279 120 501 41%
LG 223 67 534 59%
MT 362 100 579 41%
SL 299 141 574 48%
TC 287 174 420 30%
TH 263 91 629 55%
ZG 400 230 764 35%
SN 291 139 523 42%
Source : CSA

4.4 Commerce extérieur des produits agricoles

La croissance de la production et des échanges mondiaux s'est ralentie en 2007 du fait de la


contraction de la demande dans les pays développés qui a conduit à un contexte international
peu favorable à l’expansion des échanges. En effet, la progression du commerce mondial a
décéléré, atteignant 5,5% contre 8,5% en 2006. Au Sénégal, sous le poids des besoins liés tant
à la production, à l’investissement qu’à la consommation, les importations ont fortement
progressé, triplant quasiment les exportations. Les produits alimentaires les plus importés sont
le riz (30,8 %), le blé (9,3 %), le lait (7,1 %), l’huile de soja et ses fractions (6,8 %) et les
produits agricoles les plus exportés sont les poissons frais et congelés (27,6 %), les
mollusques (16,2 %), l’huile d’arachide et ses fractions (12,0 %) et les crustacés (11,7 %).

Les importations alimentaires se sont régulièrement accrues sur la période 2001-2007 avec un
taux de croissance moyen de 12,1 % sur la période. Par contre, les exportations agricoles ont
connu trois années consécutives de baisse 2002, 2003 et 2004, ce qui se traduit par un taux de

80
croissance négatif sur la période 2001-2007 (-0,2 %) lié à la baisse des exportations des
produits halieutiques (cf. Figure 25 ci-dessous et Tableau e-1 et e-2 en Annexe E).

600000 Exportations agricoles


Importations alimentaires
500000

400000
Montants

300000

200000

100000

0
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Années

Figure 25: Evolution des exportations agricoles et importations alimentaires du Sénégal

Cette situation a eu pour conséquence une dégradation du taux de couverture des importations
alimentaires par les exportations agricoles qui est passé de 1,08 en 2001 à 0,48 en 2007, soit
un taux de croissance moyen annuel de –11%. Toutefois, au niveau régional les exportations
agricoles augmentent plus vite que les importations alimentaires avec des taux respectifs de
23,9 % et 10,3 % sur la période 2001-2007 (cf. Tableau e-3 en annexe E).

Par ailleurs, aussi bien les importations alimentaires que les exportations agricoles sont
fortement concentrées avec des index de concentration moyens respectifs de 0,88 et 0,89
supérieurs à 0,5 sur la période 2000-2007. Les importations alimentations sont fortement
concentrées autour du riz, du blé, des produits laitiers, de l’huile végétale et de ses fractions
tandis que les exportations agricoles le sont autour des produits de la pêche et des produits
arachidiers. En effet, en dépit des difficultés du secteur, la pêche joue encore un rôle de
premier plan dans les exportations du Sénégal ; sa part dans les exportations totales est
ressortie à 21,2% en 2007. A la suite d’un processus régressif amorcé en 2001, les
exportations de produits arachidiers ont connu un regain de dynamisme en 2006, confirmé en
2007. Ressorties à 16 milliards en moyenne entre 2004 et 2005, elles ont enregistré 32
milliards en 2006 et 39 milliards en 2007.

81
CHAPITRE V

CONDITIONS DE VIE DES MENAGES

Le Sénégal a d’énormes potentialités agricoles au regard de ses surfaces potentiellement


arables et des variétés de cultures qu’elles offrent. Fort de cela, l’Etat sénégalais a enclenché
une dynamique pour faire de l’agriculture le moteur du développement économique du pays.
Cette dynamique est sous-tendue par les nombreuses politiques et stratégies de
développement agricole, mises en place depuis plusieurs années par l’Etat, en l’occurrence, la
stratégie de croissance accélérée, dont la première grappe est constituée par l’agriculture et
l’agro-industrie.

Malgré ces nombreuses initiatives, l’investissement dans le secteur agricole manque de


dynamisme et de vigueur. Depuis quelques années, l’on constate une baisse de la valeur
ajoutée du secteur agricole et, de ce fait, le recul de l’agriculture dans la formation du Produit
Intérieur Brut (PIB). Il est clair d’après les plus récents résultats des comptes nationaux que la
part de l’agriculture dans le PIB est en baisse progressive. Elle est en moyenne de 14 % du
PIB pendant ces cinq dernières années contre 21 % entre 1985 et 1990. A cet égard, la place
de l’agriculture dans l’économie est en déclin. En 2002, la valeur ajoutée agricole avait baissé
de 22 %, un record historique ; de 8,1 % en 2006 ; et de 5,5% en 2007.

Durant cette période, bien que le niveau de pauvreté ait baissé, il est resté toujours élevé. En
2002, la pauvreté affectait 57,1 % de la population totale. En 2006, elle touchait 50,4 % de la
population et en 2007, elle concernait 48,4 % des individus. C’est les années où le secteur
agricole a fortement reculé que l’incidence de pauvreté avait atteint un niveau relativement
élevé. Ceci implique que la performance du secteur agricole et les conditions de vie des
populations sont inextricablement liées. Le secteur agricole représente en moyenne 70 % de la
population active qui est largement concentrée en milieu rural (63,4 %). En outre, environ
deux tiers des pauvres vivent en milieu rural et 70,8 % des pauvres exercent leur principale
activité économique dans la filière agricole. L’agriculture constitue dès lors la première
source de revenus pour ces populations. Une amélioration de leurs conditions de vie passe
nécessairement par un développement du secteur. Conscientes de ce rôle du secteur agricole
et des externalités positives qu’il peut entraîner sur les ménages pauvres, les autorités
sénégalaises se sont engagées à impulser une dynamique précise et vigoureuse au secteur pour
redresser sa place dans le PIB, pour ainsi augmenter la richesse nationale et améliorer le
revenu des personnes qui vivent de ce secteur. C’est ainsi que les autorités ont décidé de
mettre l’accent, dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté, sur le secteur de
l’agriculture. En d’autres termes, pour que les politiques de lutte contre la pauvreté soient
efficaces, il faut investir dans le secteur d’activités de ces pauvres, c'est-à-dire, le secteur
agricole.

Cette section propose d’étudier un ensemble d’indicateurs liés aux OMD en vue de mesurer
l’évolution des conditions de vie des populations sénégalaises à l’horizon 2015.

5.1. Analyse de la pauvreté

Deux principales approches sont distinguées pour définir le bien-être (Ravallion, 1994,
Duclos, 2000) : l'approche des 'utilitaristes' ou welfaristes et celle des 'non utilitaristes' ou non
welfaristes. Les welfaristes définissent le bien-être comme le niveau de satisfaction tirée par
un individu de la consommation de biens et services et se servent d’indicateurs neutres

82
(revenus ou dépenses de consommation), pour appréhender la pauvreté. A l'opposé, les non
utilitaristes définissent le bien-être de manière indépendante des perceptions individuelles en
se fondant sur ce qu'ils estiment être souhaitable pour l'individu d'un point de vue social. Pour
mesurer le niveau de vie, ils vont privilégier des indicateurs sélectifs portant sur certains biens
et services jugés socialement indispensables. Les 6 principaux domaines privilégiés sont : la
nutrition, l’éducation primaire, la santé, l’hygiène et l’assainissement, l’approvisionnement en
eau potable, l’habitat et les infrastructures. Dans chacun de ces domaines, des normes à
atteindre sont définies.

Les deux approches conduisent à des recommandations différentes en matière de politique


économique (Duclos, 2000). L’approche welfariste étant basée sur l'idée que les individus
maximisent leur utilité sur la base de leurs dotations initiales, préconise une politique de
limitation de l’intervention de l’État dans l'économie. En revanche, les non welfaristes
privilégient une vision sociale plus large et mettent l’accent sur les droits et les opportunités
des personnes en terme d’accès aux ressources et de consommation potentielle et proposent
des politiques ciblées de lutte contre la pauvreté.

5.1.1. Tendances de la pauvreté

Lorsqu’il s’agit d’évaluer la pauvreté à l’aide de mesures monétaires, il est nécessaire de


choisir les revenus ou les dépenses comme indicateur de bien-être. Pour autant que les
enquêtes fournissent des données sur les revenus des ménages, les analystes estiment que la
consommation est une meilleure approximation du bien-être que le revenu pour plusieurs
raisons (Lachaud, 1999 ; Touami, 2000 ; Ravaillion, 1992 ; Deaton, 2001, Coudouel, A. Jesko
S., Hentschel et Quentin T. W, (2002). D’abord, la consommation est directement liée au
bien-être alors que le revenu est uniquement un des éléments qui permettent la consommation
de biens. Ensuite, il est plus facile d'observer avec moins d'erreurs le niveau de la dépense de
consommation d'un ménage que le revenu, en particulier dans les économies agraires pauvres
où les revenus des ménages ruraux peuvent fluctuer au cours de l’année en fonction du cycle
des récoltes. Dans les économies urbaines où une importante partie du revenu provient du
secteur informel, les flux de revenus peuvent s’avérer irréguliers ce qui implique une
difficulté potentielle pour les ménages de se rappeler leurs revenus, auquel cas les
informations fournies par l’enquête peuvent être de mauvaise qualité.

Le choix des dépenses de consommation comme mesure du niveau de vie pose des problèmes
tels que la disponibilité des informations sur l’autoconsommation et la prise en compte ou pas
de la consommation de biens publics dans l’évaluation du niveau de bien-être (Deaton, 2001).

Un autre problème qui se pose à la première étape d’identification de la population pauvre est
relatif à l’unité statistique d’observation. Les informations des enquêtes utilisées pour mesurer
la pauvreté portent exclusivement sur les ménages et les mesures de la pauvreté relatives aux
personnes sont ainsi déduites de celles faites sur les ménages à partir d’une hypothèse
simplificatrice - non toujours vérifiée sur le plan empirique - que les membres d’un ménage
ont le même niveau de vie et donc sont classés de la même façon.

Par ailleurs, le niveau de vie moyen du ménage est considéré pour classer les ménages et donc
les individus appartenant à ce ménage en pauvres et non pauvres. La taille du ménage estimée
en termes d’équivalent-adulte est généralement utilisée pour appréhender le niveau de vie
moyen du ménage afin de tenir compte du moindre coût des enfants relativement aux adultes
et des économies d’échelles réalisées dans le ménage. Les échelles d’équivalence utilisées

83
sont généralement des moyennes et peuvent ainsi s’écarter largement de la réalité de la
situation. De plus, les travaux empiriques ont montré que le choix de l’échelle d’équivalence
avait une influence sur la distribution de la pauvreté (Lachaud, 2000 pour la Mauritanie,
Kaboré et ali, 2000 pour le Burkina).

5.1.1.1. Incidence de la pauvreté

La détermination d’un seuil de pauvreté fait référence aux normes calorifiques nécessaires
pour un équivalent adulte en activité normale selon les habitudes alimentaires du milieu. Le
panier alimentaire réalisé à cet effet doit permettre, en principe, à chaque individu de
consommer 2400 calories par jour. Ce panier alimentaire est majoré par un certain montant
pour les dépenses non alimentaires. Si un individu a une consommation totale par jour
inférieure à la valeur de ce panier, on dira qu’il vit en situation de pauvreté.

Compte tenu du fait que les enquêtes ESAM II et ESPS réalisées par l’ANSD respectivement
en 2001/2002 et 2005/2006 portent sur un échantillon plus large et reflètent mieux les
habitudes de consommation les plus récentes des ménages, la composition du panier de biens
alimentaires et non alimentaires utilisée pour établir les seuils de pauvreté est basée sur cette
dernière.

Selon la définition adoptée dans le cadre de ces enquêtes, l’incidence de la pauvreté8


représente la proportion des ménages ou personnes qui n’ont pas la capacité de s’acheter ce
panier global (qui compose le panier alimentaire et d’autres biens non alimentaires). Ce panier
global, qui équivalait à 638 FCFA en 2001/2002, est évalué à 681 FCFA en 2005/2006.

Selon les résultats du Tableau 1, en 2002, la proportion de la population dont la dépense de


consommation est inférieure au seuil de pauvreté nationale (638 FCFA) est de 57,1 % de la
population totale. Ce chiffre cache cependant des disparités importantes selon le milieu de
résidence. En effet, l’incidence de la pauvreté est plus élevée en milieu rural (65,2 %) qu’en
milieu urbain (45,7%). L’écart est environ de 20 points. En 2005, le taux de pauvreté baisse
aussi bien au niveau national (50,8 %) qu’en milieu rural (61,9 %) et urbain (35,1 %) même si
la diminution est moins significative en milieu rural. Les stratégies de lutte contre la pauvreté
mises en œuvre par l’Etat sénégalais depuis 2002, notamment dans le cadre du Document de
Stratégie de Lutte contre la Pauvreté (DSRP), ont semblé plus profiter aux populations vivant
dans les zones urbaines qu’aux celles des campagnes. De 2002 à 2007, on note globalement
une baisse continue de l’incidence de la pauvreté au Sénégal. Toujours, est-il que la pauvreté
affecte plus la population rurale que celle urbaine.

8
- Au niveau national, l’incidence de la pauvreté équivaut à la proportion de ménages qui vivent en deçà de la
ligne de pauvreté. En 2005-2006, cette ligne est estimée à 681 FCFA par équivalent adulte et par jour.
- Selon les Nations Unies, l’incidence de la pauvreté représente la proportion de la population disposant de
moins d’un dollar par jour en parité du pouvoir d’achat (PPA).

84
Tableau 1 : Incidence de la pauvreté selon le seuil national et le milieu de résidence
Période Source Rural Urbain Total
% % %
1994-1995 SEN_ANSD_ESAM I_1994-1995 71 - 67,9
2001-2002 SEN_ANSD_ESAM II_2001-2002 65,2 45,7 57,1
2003 SEN_ANSD_Enquêtes ménages_2000-2007 - - 55,8
2004 SEN_ANSD_Enquêtes ménages_2000-2007 - - 54
2005 SEN_ANSD ESPS_2005-2006 61,9 35,1 50,8
2006 SEN_ANSD_Enquêtes ménages_2000-2007 56 38 50,4
2007 SEN_ANSD_Enquêtes ménages_2000-2007 48 34 48,4

5.1.1.2. Insécurité alimentaire

L’incidence de l’insécurité alimentaire représente la proportion d’individus n’atteignant pas le


niveau minimal d’apports calorifiques au sens de la FAO. Cette insécurité alimentaire est
mesurée par l’incidence de la pauvreté alimentaire physique, qui compare l’énergie totale
consommée par un individu en une journée à la norme énergétique du pays par personne et
par jour. Au Sénégal, cette norme est fixée à 2400 kcal/pers/jour. Comme autre indicateur de
mesure de l’insécurité alimentaire, l’incidence de la pauvreté alimentaire monétaire est
également utilisée. Cette approche diffère sensiblement de celle fondée sur l’énergie
calorifique où la structure du panier de biens alimentaires peut changer entre deux périodes en
raison d’une éventuelle substitution au niveau des ménages. Au demeurant, cette méthode est
couramment utilisée dans le cadre des enquêtes auprès des ménages pour mesurer la pauvreté
alimentaire, notamment, ESAM II et ESPS. D’après l’ESPS, l’incidence de pauvreté
alimentaire monétaire9 fait référence aux ménages ou personnes qui n’ont pas la capacité
d’acquérir le panier alimentaire qui équivaut à 353 FCFA en 2005/2006 contre 309 FCFA en
2001/2002.

L’incidence de la pauvreté alimentaire varie légèrement entre 1980 et 2001 (cf. Tableau 2).
Cependant, elle demeure relativement élevée et touche en moyenne 24 % de la population.
Puis, elle baisse sensiblement et passe à 14,3 % en 2002. Ce chiffre repart légèrement à la
hausse et atteint 15,9 % de la population en 2006. Contrairement au mouvement de baisse de
l’incidence de pauvreté globale sur la période 2002-2006, la pauvreté alimentaire s’est un peu
accentuée sur la même période.

Tableau 2 : Incidence de la sécurité alimentaire


Période Source %

9
L’incidence de la pauvreté alimentaire correspond à la proportion de ménages vivant en dessous du seuil de
pauvreté alimentaire. En 2005-2006, ce seuil est estimé à 353 FCFA par équivalent adulte/par jour.

85
1980 UNSD10_estimations de la FAO 2311
1991 UNSD_estimations de la FAO 23,4
1996 UNSD_estimations de la FAO 25,3
2001 UNSD_estimations de la FAO 24,4
2001-2002 SEN_ANSD ESAM II_2001-2002 14,3
2005-2006 SEN_ANSD ESPS_2005-2006 15,9

5.1.1.3. Indice d’écart de la pauvreté

L’indice d’écart de la pauvreté12 est la distance moyenne séparant la population du seuil de


pauvreté (les non pauvres accusant une distance de zéro), exprimée en pourcentage du seuil de
pauvreté. Cet indicateur permet de mesurer le « déficit de pauvreté » de la population entière.
Ce déficit est le montant de ressources nécessaires (rapporté au nombre d’individus ou de
ménages de la population considérée) pour hisser tous les pauvres au dessus de la ligne de
pauvreté à travers des transferts de liquidités parfaitement ciblés.

En 1990, le transfert de liquidités nécessaires pour sortir tous les pauvres de leur situation est
de 20 % de la consommation moyenne. Cet indice chute fortement à 5,7 % en 1994.
Autrement dit, seulement 5,7 % de la consommation moyenne auraient suffi à sortir
l’ensemble de la population pauvre de la pauvreté contre 20 % en 1990, d’après les résultats
du Tableau 3. Ce montant de ressources nécessaires par tête pour extraire tous les pauvres de
leur état rebondit à 18,3 % de la consommation moyenne en 2002, puis redescend à 16,1 % en
2006.

Tableau 3 : Indice d’écart de la pauvreté selon la ligne de pauvreté nationale


Période Source %
1990 Banque Mondiale_Indicateurs OMD 20
1994 Banque Mondiale _Indicateurs OMD 5,7
2001-2002 SEN_ANSD ESAM II_2001-2002 18,3
2005-2006 SEN_ANSD ESPS_2005-2006 16,1

5.1.1.4. Part du quintile le plus pauvre dans la consommation nationale

La part du quintile le plus pauvre de la population dans le revenu ou la consommation


nationale13 est basée sur la part des dépenses totales représentées par le cinquième le plus

10
UNSD=United Nations Statistics Division (Division des Statistiques des Nations Unies)
11
Cette estimation est la valeur moyenne de l’incidence sur la période 1979-1981. Idem pour les autres valeurs
estimées de l’incidence par la FAO.
12
Si l’écart de la pauvreté est égal à environ 0,20 et si la consommation moyenne des ménages est égale à la
ligne de pauvreté (comme c’est plus ou moins le cas au Sénégal), le transfert de liquidités nécessaires pour abolir
la pauvreté (sous l’hypothèse de transferts parfaitement ciblés visant les pauvres) est 20% de la consommation
moyenne.
13
La consommation des ménages et ses distributions sont estimées à partir des enquêtes auprès des ménages.
La consommation des ménages est ajustée en fonction de la taille des ménages pour fournir une plus cohérente
mesure de la consommation per capita. La consommation du ménage est divisée par le nombre d’individus du
ménage pour établir la consommation par personne. La population est alors classifiée en termes de dépenses de
consommation. La part du cinquième le plus pauvre est exprimée en pourcentage de la consommation agrégée
des ménages.

86
pauvre de la population. L’indicateur fournit des informations sur la distribution de la
consommation ou du revenu du cinquième le plus pauvre de la population. Compte-tenu du
fait que cette consommation du cinquième le plus pauvre est exprimée en pourcentage de la
consommation totale (ou du revenu total) des ménages, cet indicateur est une mesure
d’inégalité relative. Par conséquent, pendant que la consommation absolue du cinquième le
plus pauvre augmente, sa part de la consommation totale peut stagner (si le total augmente
dans la même proportion), diminuer (si le total augmente dans une grande proportion) ou
augmenter (si le total diminue dans une plus petite proportion).

Dans le cadre de l’éradication de l’extrême pauvreté et de la faim (Cible 1 de l’Objectif 1 des


OMD), il est essentiel de réduire, entre 1990 et 2015, la proportion d’individus qui gagnent
moins d’un dollar par jour à travers le suivi de cet indicateur.
En 1995, la contribution des individus, appartenant au dernier quintile de la distribution du
niveau de vie, aux dépenses totales de consommation est relativement faible (6,4 %). On note
une légère amélioration en 2002 (8,1 %). Selon les résultats du Tableau 4, le bien-être de ces
individus s’est légèrement amélioré entre 1995 et 2002 du point de vue de la consommation.
Par contre, entre 2002 et 2006, la part des individus se trouvant dans le quintile le plus bas
demeure quasi constante ; par conséquent, leur bien-être n’a pas évolué.

Tableau 4 : Part du quintile le plus pauvre dans la consommation nationale


Période Source %
1995 UNSD_Banque Mondiale 6,4
2001-2002 SEN_ANSD ESAM II_2001-2002 8,1
2005-2006 SEN_ANSD ESPS_2005-2006 8,2

5.1.2. Accès à l’eau potable en milieu rural

La proportion de la population ayant accès de façon durable à une source d’eau meilleure,
urbaine et rurale, est définie comme le pourcentage de la population qui utilise n’importe
laquelle des suivantes sources d’approvisionnement en eau utilisée pour boire : robinet
intérieur, robinet public, robinet du voisin, puits protégé ou forage. Les sources d’eau
meilleure excluent le puits non protégé, l’eau du camion citerne, l’eau du vendeur d’eau, la
source /cours d’eau, etc. C’est cette définition qui a été utilisée dans ESAMII et ESPS.

L’indicateur14 mesure l’accès aux sources d’eau meilleure en se basant sur l’hypothèse que les
sources meilleures sont susceptibles de fournir de l’eau potable. L’eau non potable est la
directe cause de plusieurs maladies dans les pays en voie de développement.

14
L’indicateur est calculé comme le ratio du nombre d’individus/ménages qui utilisent le robinet intérieur, le
robinet public, le robinet du voisin, le puits protégé ou le forage à la population totale/au nombre de ménages
total, exprimé en pourcentage. La même méthode s’applique pour une décomposition urbaine et rurale. L’accès
à l’eau potable fait référence au pourcentage de la population avec un accès raisonnable à une source adéquate
d’eau potable dans leur habitation ou à une distance raisonnable de leur habitation. Le ‘Global Water Supply and
Assessment Report 2000’ définit raisonnable accès as “la disponibilité de 20 litres par individu par jour à une
distance inférieure à 1000 mètres. Cependant, l’accès et la quantité d’eau buvable sont difficiles à mesurer; donc
les sources censées pourvoir de l’eau potable sont utilisées comme un proxy.

87
En 1996, le taux d’accès à l’eau potable, tel que mesuré par l’enquête MICS15, est de 67 % au
niveau national. Ce niveau global cache cependant des disparités énormes selon le milieu de
résidence. Sur 100 ménages ruraux, seulement 49 ont accès à une source d’eau potable,
contrairement à 91 ménages sur 100 en milieu urbain. L’accès à l’eau potable en milieu
urbain est un peu moins du double de celui en milieu rural (cf. Tableau 5). Malgré une nette
augmentation de la proportion de ménages ayant accès à l’eau potable sur la période 2000-
2006, grâce aux nombreux projets d’infrastructures d’eau potable et d’assainissement réalisés
par l’Etat avec le soutien financier des partenaires au développement, en l’occurrence, le
Programme National de Développement Rural (PNDR) ; ce ratio demeure faible par rapport à
celui en milieu urbain.

Tableau 5 : Taux d’accès à l’eau potable


Période Source Rural Urbain Total
% % %
1996 SEN_ANSD_MICS I_1996 49 91 67
2000 SENEGAL_CSPLP16 56 78 -
2002 UNICEF_Base de données OMD 54 90 72
2004 SENEGAL_CSPLP 58 83 -
2005-2006 SEN_ANSD_ESPS_2005-2006 58,9 96,4 76,3

5.2. Profil socio-démographique

Il est reconnu que les niveaux, tendances et caractéristiques de la mortalité des enfants et des
mères sont déterminés par les conditions sanitaires, environnementales, socioéconomiques et
culturelles de la population. Ces niveaux, tendances et caractéristiques sont analysés à partir
des données de l’Enquête Démographique et de Sante EDS-IV réalisée en 2005 au Sénégal.
Les résultats de ces analyses pourront servir, non seulement, aux chercheurs et spécialistes de
la population, mais aussi aux décideurs chargés de la conception et de la mise en place de
programmes de développement économique et social en général et de santé en particulier.

5.2.1. Mortalité maternelle


Le Ratio de Mortalité Maternelle17 est le nombre de femmes qui décèdent de n’importe
quelle cause liée ou aggravée par la grossesse ou sa gestion (en excluant les causes
accidentelles ou secondaires) durant la grossesse et l’accouchement ou durant les 42 jours
après la fin de la grossesse, sans tenir compte de la durée et du lieu de la grossesse, par 100
000 naissances vivantes. La 10ème révision de la Classification Internationale des Maladies
considère les décès maternels tardifs comme survenant entre six semaines et un an après
l’accouchement.

15
MICS = Multiple Indicator Cluster Survey. C’est un dispositif mis en place par l’UNICEF pour assister les
pays à combler le déficit de données en vue de suivre la situation des enfants et femmes à travers d’estimations
statistiquement pertinentes, internationalement comparables d’indicateurs socio-économiques et de santé. La
première édition de cette enquête est réalisée en 1996 au Sénégal.
16
CSPLP = Comité de Suivi du Programme de Lutte contre la Pauvreté du Ministère de l’Economie et des
Finances du Sénégal.
17
Le ratio de mortalité maternelle peut être calculé en divisant les décès maternels enregistrés (ou estimés) par le
nombre total de naissances vivantes enregistrées (ou estimées) dans la même période et en multipliant le résultat
par 100 000. L’indicateur peut être calculé directement à partir des données collectées via les registres de
statistiques vitales, les enquêtes auprès des ménages ou les études des hôpitaux.

88
Dans le processus de lutte contre la mortalité maternelle, le Sénégal ambitionne de réduire de
trois quarts, entre 1990 et 2015, le ratio de mortalité maternelle. L’indicateur, qui est
directement lié à la cible, mesure les décès relatifs à la grossesse. De tels décès sont expliqués
par divers facteurs, y compris le statut général de santé, l’éducation et l’accès aux services
sociaux durant la grossesse et l’accouchement. Il est essentiel de contrôler les changements
des conditions de santé liés au sexe et à la reproduction.

Le ratio de mortalité maternelle ne doit pas être confondu avec le taux de mortalité maternelle
(dont le dénominateur est le nombre de femmes en âge de procréation), qui mesure la
probabilité de devenir à la fois enceinte et de mourir durant la grossesse. Le ratio de mortalité
maternelle (dont le dénominateur est le nombre de naissances vivantes), prend en
considération les niveaux de fécondité (probabilité de devenir enceinte).

En 1992, le ratio de mortalité maternelle s’établit à 510 décès pour 100 000 naissances
vivantes. En 10 années, il baisse à 434 en 2002. Entre 2002 et 2005, il passe de 434 à 401,
enregistrant une baisse plus importante. Cependant, cette diminution s’avère globalement
marginale; elle a été seulement de 14,9 % en 13 ans. D’autre part, ce rythme de baisse ne
permettrait d’atteindre l’objectif visé de réduire ce ratio par 3/4 en 2015. Le ratio de mortalité
maternelle reste toujours élevé au Sénégal bien qu’ayant connu une baisse sensible depuis
1992.

Tableau 6 : Ratio de mortalité maternelle (pour 100 000)


Période Source Data Value
1992 SEN_ANSD_EDS II_1992 510
2002 SEN_ANSD_ESAM II_2001-2002 434
2005 SEN_CRDH18 EDS IV19_2005 401

5.2.2. Mortalité infantile

Le Taux de Mortalité Infantile20 (TMI) est défini comme le nombre d’enfants qui décèdent
avant d’atteindre l’âge d’un an par 1000 naissances vivantes en une année donnée. Dans le
cadre de la mortalité infantile, l’objectif visé par les pays membres des Nations Unies, en
particulier, le Sénégal, est de réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des
enfants de moins de 5 ans.

Les taux de mortalité infantile reflètent les conditions sociales, économiques et


environnementales dans lesquelles les enfants (et autres membres de la société) vivent, y
compris leurs soins de santé. Compte-tenu du fait que les données sur l’incidence et la
prévalence des maladies (données de morbidité) sont indisponibles, pour la plupart du temps,
les taux de mortalité sont souvent utilisés pour identifier les populations vulnérables.

18
CRDH = Cabinet de Recherches pour le Développement Humain
19
EDS IV = Enquête Démographique et de Santé. Cette quatrième édition est réalisée en 2005 par le CRDH.
20
Le nombre de décès est divisé par le nombre de naissances et le résultat est multiplié par 1000. Le taux de
mortalité infantile est considéré comme étant une plus robuste estimation que le taux de mortalité de moins de 5
ans si l’information est tirée à partir de la déclaration des statistiques. Dans les pays en voie de développement,
les enquêtes auprès de ménages sont essentielles pour le calcul de cet indicateur, mais il y a des limites affectant
leur qualité.

89
Bien que la cible concerne spécifiquement la mortalité de moins de 5 ans, le taux de mortalité
des enfants de moins d’un an est pertinent, dans le processus du suivi de l’atteinte de
l’objectif, considérant qu’il représente une composante importante de la mortalité des enfants
âgés de moins de 5 ans.

Les variations du taux de mortalité infantile selon la période diffèrent selon le sexe et le
milieu de résidence. Le Tableau 7 illustre ces différentiels. Sur l’ensemble de la période, les
taux de mortalité des enfants de moins d’un an de sexe masculin et ceux résidant en milieu
rural sont supérieurs à la moyenne nationale. La mortalité infantile touche plus les enfants de
sexe masculin et du milieu rural au Sénégal sur la période 1987-2005, selon les résultats du
Tableau 7. Par ailleurs, les écarts par rapport à la moyenne nationale sont plus importants au
niveau des enfants vivant en milieu rural. La mortalité infantile baisse sensiblement au
Sénégal entre 1987 et 2005. Elle passe de 75,8 ‰ à 61 ‰.

Tableau 7 : Taux de mortalité infantile (‰)


Période Source Féminin Masculin Rural Urbain Total
1987 SEN_ANSD_BADIS21_2003 - - - - 75,8
1990 SEN_ANSD_BADIS_2003 - - - - 71,2
1992 SEN_ANSD_EDS II_1992 69 83 86,7 54,5 76
1995 SEN_ANSD_BADIS_2003 - - - - 67,7
1996 SEN_ANSD_MICS I_1996 - - - - 60
1997 SEN_ANSD_EDS III_1997 65 73,6 79,1 50,2 69,4
1999 SEN_SERDHA22 ESIS23_1999 66,2 74 - 55,4 70,1
2005 SEN_CRDH EDS IV_2005 63 79 82 52 61

Le Taux de Mortalité des Enfants de moins de 5 ans24 est égal à la probabilité (exprimée en
taux par 1000 naissances vivantes) d’un enfant né en une année spécifiée décédant avant
d’atteindre l’âge de 5 ans.

L’indicateur, qui est directement relié à la Cible 5 de l’Objectif 4, mesure la survie de


l’enfant.
Il reflète également les conditions sociales, économiques et environnementales dans lesquelles
les enfants (et autres membres de la société) vivent, y compris leurs soins de santé.

Les données sur la mortalité des moins de 5 ans sont plus complètes et disponibles à temps
que les données sur la mortalité des adultes. Les taux de mortalité font partie des indicateurs
les plus fréquemment utilisés pour comparer les niveaux de développement socio-économique
entre pays. La Division de Population des Nations Unies, le Fond des Enfants des Nations
Unies et l’Organisation Mondiale de la Santé produisent régulièrement des estimations de la
mortalité des moins de 5 ans sur la base de données disponibles à l’échelle nationale. Ces

21
BADIS = Base de Données des Indicateurs Sociaux du Sénégal.
22
SERDHA = ex-CRDH
23
ESIS = Enquête Sénégalaise sur les Indicateurs de Santé
24
Les taux de mortalité portant spécifiquement sur l’âge sont calculés à partir des données sur les naissances et
les décès des registres de statistiques vitales, recensements et enquêtes auprès des ménages dans les pays en
voie de développement. Les estimations basées sur les données des enquêtes auprès des ménages sont obtenues
directement (en utilisant l’historique des naissances, comme dans les enquêtes démographiques et de sante) ou
indirectement (méthode de Brass, comme dans les ‘Multiple Indicator Cluster Surveys’. Les données sont alors
additionnées pour les enfants de moins de 5 ans, et les résultats sont exprimés en taux de 1000 naissances
vivantes.

90
séries de données pourraient avoir des différences, en raison des différences de méthodologies
utilisées pour estimer les données.

Dans l’ensemble, même si le taux de mortalité infanto juvénile reste élevé en touchant plus de
120 enfants sur 1000 naissances vivantes, les résultats du Tableau 8 montrent une baisse
sensible. Le taux passe de 157,2 ‰ en 1987 à 121 ‰ en 2005. Le niveau de la mortalité
connait une évolution contrastée sur la période 1987-2005 : tantôt, la tendance est à la baisse ;
tantôt, elle est à la hausse. D’autre part, le taux de mortalité varie fortement suivant le milieu
de résidence et le sexe des enfants. Même si le taux de mortalité infanto juvénile diminue
nettement plus en milieu rural qu’en milieu urbain (84 ‰ contre 10,8 ‰), ce fléau touche
essentiellement les enfants du milieu rural. Bien que la mortalité infanto juvénile recule au
niveau des enfants des deux sexes, les garçons en sont plus victimes que les filles. En 2005,
127 naissances vivantes de sexe féminin sur 1000 sont décédées contre 143 pour les garçons.

Tableau 8 : Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (‰)


Période Source Féminin Masculin Rural Urbain Total
1987 SEN_ANSD_BADIS_2003 - - - - 157,2
1990 SEN_ANSD_BADIS_2003 - - - - 139,1
1992 SEN_ANSD_EDS II_1992 143 171 184,2 101,8 156,7
1995 SEN_ANSD_BADIS_2003 - - - - 139
1996 SEN_ANSD_MICS I_1996 - - - - 154
1997 SEN_ANSD_EDS III_1997 134,1 144,2 165,3 89,4 139,3
2000 SEN_ANSD_MICS II_2000 140,9 149,3 171,2 92,1 145,3
2005 SEN_CRDH EDS IV_2005 127 143 100 91 121

5.2.3. Insuffisance pondérale

Le Taux de Prévalence de l’Insuffisance Pondérale25 (Modérée et grave) est le


pourcentage d’enfants âgés de moins de 5 ans dont le poids-pour-âge est inférieur à moins
trois écarts types ou à moins 2 écarts types par rapport à la médiane de la population de
référence âgée entre 0 et 59 mois. La population de référence internationale était formulée par
le « National Center for Health Statistics » comme une référence pour les Etats-Unis et plus
tard adoptée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour usage international
(souvent désigné comme la population de référence NCHS /OMS).

La prévalence de l’insuffisance pondérale au niveau des enfants de moins de 5 ans est un


indicateur de santé publique pour suivre le statut nutritionnel et la santé des populations.
L’état nutritionnel résulte à la fois, de l’histoire nutritionnelle (ancienne et récente) de l’enfant
et des maladies ou infections qu’il a pu avoir. Cet état influe sur le risque qu’a l’enfant de
contracter des maladies. En effet, un enfant mal nourri est en situation de faiblesse physique
qui favorise les infections qui, à leur tour, influent sur ses risques de décès. L’état nutritionnel
est évalué au moyen d’indices anthropométriques calculés à partir de l’âge, de la taille et du
poids de l’enfant relevés au moment de l’enquête. L’âge, le poids et la taille permettent de
calculer les trois indices suivants : la taille par rapport à l’âge (taille-pour-âge), le poids par
rapport à la taille (poids-pour-taille) et le poids par rapport à l’âge (poids-pour-âge).
25
Les poids de la population des moins de cinq ans dans un pays sont comparés aux poids donnés dans la table
NCHS/WHO des poids des enfants de chaque groupe d’âge. Les pourcentages des enfants dans chaque groupe
d’âge dont les poids sont plus de deux écarts types moins de la médiane sont alors agrégés pour former le
pourcentage total des enfants âgés de moins de cinq ans avec une insuffisance pondérale.

91
Le Tableau 9 montre que 2 enfants sur 9 (22,3 %) en 1992 et 1996; près d’un enfant sur cinq
(19,2 %) en 2001; 2 enfants sur 11 (18,4 %) en 2000; et un enfant sur six (17,4 %) en 2005
souffre d’insuffisance pondérale au Sénégal. Ces proportions sont largement supérieures à la
norme qui est de 2,3 %. On constate des disparités importantes du niveau de la prévalence en
fonction du sexe et du milieu de résidence de l’enfant. Les enfants du milieu rural souffrent
plus de l’insuffisance pondérale que ceux du milieu urbain. En 2005, la proportion est de 21,6
% en milieu rural contre seulement 9,6 % en milieu urbain. Ce résultat reflète les différences
entre les deux milieux de résidence tant sur le plan infrastructurel que sur le plan sanitaire et
environnemental, le milieu urbain étant le plus privilégié. Généralement, la prévalence de
l’insuffisance pondérale est plus forte au sein des garçons que des filles. Toutefois, la
tendance est plus nette chez les filles (18,4 %) que chez les garçons (16,4 %) en 2005.

Tableau 9 : Taux de prévalence de l'insuffisance pondérale (modérée et grave) (%)


Période Source Féminin Masculin Rural Urbain Total < 5 ans
1986 SEN_ANSD_EDS I_1986 20,6 22,5 25,2 15,2 -
1992 SEN_ANSD_EDS II_1992 19,3 21,1 24,4 13,3 22,3
1996 SEN_ANSD_MICS I_1996 22 24 25,8 16,5 22,3
2000 SEN_ANSD_MICS II_2000 16,4 19,3 20,5 13,2 18,4
2001 SEN_ANSD_QUID26_2001 18,6 19,8 23,6 11,7 19,2
2005 SEN_CRDH EDS IV_2005 18,4 16,4 21,6 9,6 17,4

5.2.4. Paludisme

Le Taux de Prévalence du Paludisme est le nombre de cas de paludisme par 100 000
personnes. L’indicateur permet aux pays très endémiques de suivre les maladies et décès liés
au paludisme, qui ne cessent d’augmenter au cours des deux dernières décennies en raison de
la détérioration des systèmes de santé, d’une résistance accrue aux insecticides et aux
médicaments, de changements climatiques périodiques, de troubles civils, de migrations
humaines et de déplacements de population.

Au Sénégal, le paludisme27 constitue la principale cause de morbidité, représentant entre 40 et


50 % de toutes les consultations curatives, soit près de 400.000 cas chaque année -de 1997 à
2002-et un lourd fardeau économique pour la société sur la base du coût moyen par cas dans
la sous région ; on peut chiffrer son coût économique à 1% du PIB au Sénégal (soit environ 6
millions de dollars EU).

Le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) intègre les principes généraux
de l’initiative « Faire Reculer le Paludisme » dont l’objectif est de réduire la morbidité et la
mortalité dues au paludisme, non seulement dans la population mais surtout chez les enfants
de zéro à cinq ans et chez les femmes enceintes. Ceci est en conformité avec les Objectifs de
Millénaire pour le Développement. L’objectif national va même au delà de la cible huit des
OMD. L’évolution des fonds alloués à la lutte contre le paludisme se décline sous une forme
erratique depuis 1998. Les partenaires au développement restent les principaux pourvoyeurs

26
QUID = Questionnaire Unifié des Indicateurs de Développement
27
Le paludisme est responsable d’un fort taux de mortalité chez les enfants de six mois à cinq ans (25% environ
de tous les décès dans ces groupes) qui n’ont pas encore acquis d’immunité. Le paludisme représente aussi un
risque sérieux pour les femmes dans le cadre d’une première ou d’une deuxième grossesse, pouvant donner lieu
à un faible poids du nourrisson à la naissance et à une forte mortalité néonatale chez les deux premiers enfants.

92
de moyens financiers pour la lutte contre le paludisme au Sénégal. Les activités du PNLP ont
été intégrées dans le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 1998-2007 et le
Programme de Développement Intégré de la Santé (PDIS).

Entre 1993 et 1996, la prévalence du paludisme connait une quasi-stagnation ; la maladie


affecte en moyenne 7 % de la population totale durant cette période (cf. Tableau 10). En 2000,
la proportion de la population souffrant de cette condition augmente sensiblement à 11,9 %.
En 2001, la proportion des individus atteints de cette maladie représente environ 8,8 % de la
population, soit une baisse de 3 % par rapport à l’année précédente. Cette tendance à la baisse
se poursuit en 2005 pour s’établir à 8,4 % de la population totale. Bien qu’ayant affiché une
baisse sur quatre ans, cette variation du taux de prévalence parait insignifiante (0,4 %).

D’après les résultats de l’ESPS (2005/2006), parmi les personnes ayant déclaré un problème
de santé au cours des quatre semaines précédant l’enquête, le paludisme/la fièvre est la
maladie la plus citée : près de la moitié (45,9 %). Il convient de souligner que l’enquête
s’étant déroulée entre décembre 2005 et mars 2006, cette prédominance du paludisme ne peut
être imputée à une situation exceptionnelle comme la saison des pluies qui favorise la
prolifération des moustiques, vecteurs de cette maladie. Quoi qu’il en soit, le paludisme est un
problème de santé publique, l’une des principales causes de décès chez les enfants. Il
n’épargne pas les femmes enceintes qui courent plus de risques de le contracter, d’être
anémiées, d’accoucher prématurément ou même de perdre leur vie. Le paludisme étant aussi
responsable d'un fort taux d’absentéisme scolaire et au travail, sa prise en charge par les
autorités doit être une priorité.

Tableau 10 : Taux de prévalence du paludisme /mortalité lié au paludisme


Période Source Taux de Taux de
prévalence du mortalité lié au
paludisme paludisme
Pour 100,000
Pour cent
habitants
1993 AFRISTAT_Indicateurs_2004 6 -
1994 AFRISTAT_Indicateurs_2004 6 -
1995 AFRISTAT_Indicateurs_2004 8 -
1996 AFRISTAT_Indicateurs_2004 7 -
2000 Banque Mondiale_Indicateurs OMD 11,9 72
2001 SEN_ANSD_QUID_2001 8,8 -
2005 SEN_ANSD_ESPS_2005 8,4 -

5.2.5. Taux d’alphabétisation des 15-24 ans

Le Taux d’alphabétisation des 15-24 ans28, ou le taux d’alphabétisation des jeunes, est le
pourcentage de la population âgée entre 15 et 24 ans, qui a la capacité à la fois de lire,

28
La méthode classique de calcul de cet indicateur est de diviser le nombre de personnes de 15-24 ans qui sont
alphabétisées par la population totale du même groupe d’âge et de multiplier le tout par 100. Du fait que les
données relatives à l’alphabétisme ne sont pas toujours disponibles pour tous les pays et tous les recensements,
l’Institut des Statistiques de l’UNESCO utilise des techniques de modélisation pour produire des estimations
annuelles basées sur les informations concernant l’alphabétisme obtenues à partir des recensements et enquêtes
nationaux.

93
d’écrire, en le comprenant, un texte simple relatif à la vie quotidienne. Cette définition de
l’alphabétisme s’étend souvent aux connaissances de base en arithmétique et relatives à la vie
quotidienne.

Avec le Programme Décennal pour l’Education et la Formation (PDEF), du Ministère de


L’Education Nationale du Sénégal, dont le financement est pris en charge par l’Etat, les
populations, les collectivités locales et les partenaires au développement, les politiques
éducatives ont connu divers changements sous l’impulsion de différents forums et rencontres
internationaux, régionaux et nationaux. C'est dans le contexte de mise en œuvre de ce
Programme que le Sénégal a obtenu l'appui du PNUD sur le "suivi des Objectifs du Millénaire
pour le Développement". L'objectif principal est d'assurer une éducation de base à tous d'ici à
2015 tout en accélérant le taux d'alphabétisation des 15-24 ans.

Dans le secteur de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, l’Etat entend


consolider les acquis et éradiquer en 2012 l’analphabétisme en mettant l’accent sur la
réduction des disparités entre zones urbaine et rurale. Il s’agit de (i) réduire le taux
d’analphabétisme de 5% par an ; (ii) promouvoir le développement d’un environnement
lettré ; (iii) et développer les capacités de planification et de gestion des programmes
d’alphabétisation ; (iv) promouvoir le partenariat et la stratégie du “ faire-faire ”.
Le taux d’alphabétisation des 15-24 ans passe de 40,1 % en 1990 à 52,9 % en 2001, soit une
progression annuelle moyenne de 1 %. En 2005, ce taux subit une chute drastique de 18 % à
34,7 %. L’analphabétisme demeure une réalité très significative au Sénégal, et malgré les
efforts des autorités pour la promotion de l’alphabétisation des jeunes adultes, près de la
moitié des hommes et plus de deux tiers des femmes en sont affectés. L’analphabétisme est
relativement plus prononcé chez les femmes (69,2 %) que chez les hommes (49,1 %).

L’élimination de ce phénomène permettra, en général, de responsabiliser les individus les plus


démunis, d’accroître la productivité du facteur travail, de stimuler l’esprit d’initiative et
d’éveiller les populations sur les problèmes sanitaires. Elle permettra, en particulier,
d’améliorer le niveau d’instruction des jeunes adultes, faciliter leur intégration dans la vie
active, ainsi réduire leur précarité économique et leur vulnérabilité, d’autant plus que ces
jeunes constituent la catégorie d’âge la plus touchée par le chômage. Ainsi, un appui
systématique de l’Etat et des partenaires au développement, en faveur des initiatives
communautaires pour la lutte contre l’analphabétisme serait une bonne stratégie.

Tableau 10 : Taux d’alphabétisation des 15-24 ans (%)


Période Source Féminin Masculin Rural Urbain Total
29
1990 SEN_ANSD_LDB _2003 - - - - 40,1
1991 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 41,2
1992 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 42,2
1993 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 43,3
1994 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 44,3
1995 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 45,4
1996 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 46,5
1997 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 47,5

29
LDB = Live Data Base

94
1998 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 48,6
1999 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 49,7
2000 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 50,7
2001 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 51,8
2002 SEN_ANSD_LDB_2003 - - - - 52,9
2005 SEN_CRDH EDS IV_2005 30,8 50,9 18,7 50 34,7

95
CHAPITRE VI

ETAT DES LIEUX DE LA CRISE DE LA VIE CHERE 2007/08 ET


REPONSES DE L’ETAT

6.1 Généralités

Depuis l’année 2006, les prix des produits de grande consommation n’ont cessé de croître
tant sur le plan national qu’international. A l’origine de la hausse du niveau des prix, un
ensemble de facteurs se présentent :
• la diminution de la production agricole ;
• les changements climatiques ;
• la faiblesse relative des stocks vivriers ;
• l’accroissement de la demande de produits agricoles pour la production de
biocarburants ;
• la hausse des prix de l’énergie ;
• la spéculation sur le marché mondial.

Le Sénégal importe la quasi totalité des produits alimentaires de base consommés dans le
pays. Cette situation a provoqué une crise d’accès aux denrées de base qui vient s’ajouter au
déficit chronique de la production agricole intérieure.

Depuis 2006, on remarque une tendance fortement haussière des prix qui s’est poursuivie
durant toute l’année 2007 justifiée par une inflation de 5,9%.

6.2 Manifestation et évolution de la crise de la vie chère

6.2.1 Evolution des prix à l’importation et à la consommation des principales denrées


alimentaires importées
L’inflation, mesurée par les prix à la consommation, a enregistré une croissance moyenne de
5,9% en 2007 contre 2,1% l’année précédente. Cette hausse serait tirée essentiellement par
les prix des produits alimentaires de 7,3%, des services du logement de 10%, de
l’enseignement de 8,9% et des transports de 2,5% et des hôtels, bars et restaurants de 13,4%.
Ces derniers ont subi les effets induits des hausses des prix mondiaux des produits
alimentaires et énergétiques. En termes d’origine, les produits locaux ont contribué pour
77% à cette hausse, contre 23% pour les produits importés. Quant à l’inflation sous jacente,
tendance de long terme mesurée par l’évolution des prix hors produits frais et énergie, elle
est de 4,9% en moyenne sur l’année 2007. Le principal facteur de la hausse des prix est lié à
l’insuffisance de l’offre locale de produits alimentaires, notamment les céréales, qui a
entraîné une forte dépendance vis-à-vis du marché international pour de nombreux produits
alimentaires.

96
Le tableau ci-après retrace l’évolution sur le marché international des prix des principales
denrées importées :
Tableau 36: Evolution des prix sur le marché international
USD/tonne Augmentation
USD /tonne Augmentation en % USD /tonne en
en mars en % oct.
en mai 2008 mai 2008 octobre 2008
2007 2008
Riz 251,5 772 207% 385 53%
Blé 217,75 395 81% 252 16%
Maïs 147,5 207,4 41% 172 17%
Sorgho 173 242 40% 158 -9%
Lait
3225 3475 8% 2600 -19%
(poudre)
huile
végétale 662 1208 82% 545 -18%
palme
Sucre 230 298 30% 250 9%
DAP 373 1201 222% 650 74%
Urée 295 471 60% 425 44%
Source : ANSD

6.2.1.1 Produits céréaliers

Les prix à l’importation des produits céréaliers ont augmenté de 92,25% en 2007 et de
19,25% en 2008. Ainsi, les prix à la consommation des céréales non transformés ont connu
une hausse en début 2008 de 16,7% et de 42,5% en 2007 tandis que les prix des pattes
alimentaires ont augmenté de 23,5%. Ce phénomène s’explique par le fait que les pays
exportateurs privilégient l’offre de céréales pour la production de biocarburants au profit de
l’offre pour les besoins alimentaires.

Les prix à la consommation du riz ont augmenté de 12% pour le brisé alors que pour
l’importation les prix sont en hausse de 10%, passant de 225 à 250 F/kg et de 27% pour le
riz entier, portant le prix à 364 F/kg en décembre 2007. Pour le riz brisé, les prix à la
consommation ont augmenté en mars 2007 avant de fléchir en juillet à la suite des mesures de
suspension de droits d’entrée prises par les autorités. Le relèvement des prix à l’export de
24,7%, entre septembre et décembre 2007, a fait remonter les prix qui ont atteint un niveau
plafond de 275 f/kg en novembre 2007 puis 350f/kg au premier semestre 2008.

Les prix du pain sont ressortis en hausse de 16,7% en octobre 2007, passant de 150 à 175 F
Cfa la baguette de 200g, à la suite de la flambée des cours mondiaux du blé, du froment
depuis juin 2007, qui ont atteint des niveaux record en septembre 2007.

97
6.2.1.2 Produits laitiers

Depuis 2003, les prix à l’importation des produits laitiers n’ont cessé d’augmenter. Cette
hausse s’est accentuée à partir de fin 2006. Les prix du Kg sont passés de 1180 F à 2425 F
entre novembre 2006 et juillet-août 2007 et de 1567 à 2013 entre 2007 et 2008, soit une
hausse respective de 105% et 28,5%. Toute chose étant égale par ailleurs, la flambée s’est
aussi fait ressentir sur le prix du sac de 25 kg qui est passé de 40 000 F en novembre 2006 à
70000 F en août 2007, soit une hausse allant de 57% à 75%.

Les prix du lait ont commencé à connaître un changement dès le mois de mars 2007 avec une
augmentation de 26,2% en 2007. Ainsi, le litre de lait frais est passé d’un niveau de 844 F à
998 F Cfa, soit une hausse de 18% comparée à décembre 2006 tandis que le kg de lait en
poudre à augmenté de 42%, en référence à son niveau de 2100 F. Son prix a atteint son
niveau le plus élevé à 3075 F en septembre 2007.

6.2.1.3 Huiles alimentaires


Les prix des huiles alimentaires ont enregistré une hausse de 17,3%, en raison de la hausse
du prix de l’huile de palme qui est passé de 900 à 1500 F le litre, à la suite des tensions
sociopolitiques en République de Guinée. Le prix du litre d’huile végétale est passé, en
moyenne, de 750 à 855 F Cfa, soit une progression de 14,3%, tirée par la vigueur de la
demande de l’industrie des biocombustibles et la hausse record des prix des céréales
fourragères, stimulant la demande en farines d’oléagineux. En effet, face à la cherté du prix
du carburant due à la crise des produits énergétiques, l’huile de palme est devenue un recours
dans certains pays de la sous région pour alimenter les moteurs de leurs véhicules. Ainsi, on
assiste à la rareté du bien qui induit la hausse de sa valeur. L’huile raffinée est passée de
884F à 1011F le litre soit une hausse de 14,36%,

6.2.1.4 Autres produits alimentaires

Les prix des autres denrées alimentaires n’ont pas beaucoup varié en 2007. En effet, ce sont
des produits qui ne dépendent pas des biens importés. Les prix des poissons et autres
produits de la pêche, séchés ou fumés ont progressé de 7,0%, en liaison avec la réduction de
l’offre des produits halieutiques vu les difficultés que connaît le secteur de la pêche. Pour le
sucre, la hausse des prix est de 6,9%, en moyenne, malgré la dépréciation de 13,7% des
cours entre janvier et décembre 2007. Les prix de la viande de bœuf ont progressé de 12% en
2007, sous l’effet de l’insuffisance de l’offre domestique induite par les difficultés du sous
secteur de l’élevage. Les prix des autres céréales, bières et boisson non alcoolisée à
l’importation n’ont pas connus de hausse.

98
Tableau 37: Evolution détaillée de l’indice des prix à la consommation en 2008
Variation
1er sem. 1er sem. sur 1 Variation en
07 2eme sem. 07 08 semestre Glissement
Produits alimentaires, boissons non alcoolisées 123,9 133,5 136,1 1,9% 9,8%
• céréales non transformées 100,3 99,8 116,5 16,7% 16,2%
• Pains 135,9 145,3 158,6 9,2% 16,7%
• Bœuf 122,5 140,5 137,3 -2,3% 12,1%
• Poissons et autres produits frais de la pêche 129,8 137,3 120,4 -12,3% -7,2%
• Lait 134,4 164,9 167,3 1,4% 24,5%
• Huiles 133,0 152,5 156,9 2,9% 17,9%
• Légumes frais 139,4 160,7 150,1 -6,6% 7,6%
Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiantes 119,6 119,7 120,3 0,5% 0,6%

6.2.2 Effet des prix à l’importation sur les prix des produits locaux à travers la
substitution et la spirale inflationniste générale

Entre 2007 et 2008, les prix des produits céréaliers importés (maïs, riz) ont augmenté
respectivement de 13% et 47%. La spéculation née de la crise a entraîné la rareté des denrées
de grande consommation. Cette rareté à laquelle s’est ajouté la hausse des prix à
l’importation, qui implique celle des prix à la consommation des principales denrées
importées, a impacté les prix des produits locaux à travers l’effet de substitution. En effet,
l’augmentation des prix à la consommation des produits importés a stimulé la demande des
produits locaux vue que l’offre des produits importés est faible.
Ce phénomène a permis de valoriser le marché des produits locaux, ce qui explique cette
hausse des prix de ces dits produits. Ainsi, le riz local a connu une hausse de 46,9%, tandis
que les prix des autres céréales locales (maïs, mil, sorgho) ont cru respectivement de 14,6%,
18,4% et 14,04%.

Tableau 38: Evolution des prix à la consommation des céréales locales et importées
Produits 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Mil local 157 127 187 165 179 212
Maïs importé 156 134 165 164 179 202
Mais local 153 127 165 162 171 196
Riz importé 196 215 222 221 236 347
Riz local 180 196 198 208 215 316
Sorgho local 150 127 184 168 178 204
Source : CSA

99
Prix à la consommation 250

200

150
Maïs importé
Mais local
100

50

0
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Années

Figure 26: Evolution des prix à la consommation du maïs local et importé

400
350
Prix à la consommation

300
250
Riz importé
200
Riz local
150
100
50
0
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Années

Figure 27: Evolution des prix à la consommation du riz local et importé

6.2.3 Effet des prix à l’importation et de la spirale inflationniste sur les prix au
producteur

La hausse générale constatée sur les prix à l’importation des denrées de grande consommation
a eu un effet non négligeable sur les prix au producteur des principales denrées locales.
En effet, le prix du maïs est évalué à 160 francs cfa en 2008, soit une hausse de 64,9% par
rapport à 2004 et de 11 ,8% par rapport à 2007.
Le mil souna a ainsi connu une hausse de 83,8% par rapport à 2004 et de 23,9% par rapport à
2007.
S’agissant du sorgho, une augmentation du prix de 76,1% par rapport à 2004 et de 0,8% de
2007 à 2008.
L’effet de l’inflation s’est fait ressentir sur le prix du riz par un prix au producteur qui a atteint
des niveaux jamais égalés. Il est passé de 150 en 2003 à 268 Franc cfa en 2008, soit une
augmentation de 78.6% et de 42,2% par rapport à l’année 2007.

100
Force est de constater que malgré les mesures prises par l’état, les prix des facteurs de
production qui sont pour la plupart importés sont restés à des niveaux élevés par rapport aux
années précédentes.
Cette situation s’est répercutée par une logique d’échelle sur les prix au producteur, combinée
au fait que l’accès aux biens importés devenait de plus en plus difficile.

Tableau 39: Evolution des prix au producteur


2003 2004 2005 2006 2007 2008
Maïs 121 97 136 127 143 160
Mil souna 117 93 156 128 138 171
Sorgho 103 88 154 131 143 155
Riz 150 174 163 168 182 268
Source : CSA

6.2.4 Evolution du ratio prix au producteur sur prix à la consommation

L’inverse du ratio prix au producteur sur prix à la consommation pour tous les produits est
supérieur à 1. Ce ratio montre une marge en faveur des spéculateurs au détriment des
producteurs.
Cette inégalité intervient dans un contexte de déséquilibre entre l’offre inférieure et la
demande. Par conséquent les spéculateurs profitent du déséquilibre pour augmenter leurs
marges.
Entre 2007 et 2008 les marges entre le prix au producteur et le prix au consommateur a connu
une hausse de (10,5%) pour le maïs, (24%) pour le sorgho, (23%) pour l’arachide coque.
Contrairement au mil souna, au Niébé, à l’arachide décortiquée et à l’huile raffinée végétale
dont les marges ont connu des baisses respectives de (20%), (29,4%), (15,3%) et (7.5%)
S’agissant du riz et des produits laitiers, les marges sont restées constantes même si elles
demeurent élevées

En termes de branche pour le ratio prix à la consommation sur prix au producteur, il est
respectivement de 1,48 ; 1,50 ; 1,28 ; 1,83 et 1,45 sur la période 2000-2007 pour les
productions végétales vivrières, les productions végétales destinées à l’industrie ou à
l’exportation, les produits de l’élevage, ceux de la foresterie et de la pêche. Ainsi, les taux de
marges moyens sont respectivement de 48%, 50 %, 28 %, 83 % et 45 % (cf. Tableau c-3 en
Annexe C). Il ressort de ces taux que les produits de la foresterie ont les marges les plus
élevées du secteur agricole eu égard à la faiblesse des coûts de production de ses produits.

101
Tableau 40: Evolution du ratio prix au producteur sur prix à la consommation
2003 2004 2005 2006 2007 2008
Maïs 0,79 0,76 0,82 0,78 0,84 0,82
Mil souna 0,75 0,73 0,83 0,78 0,77 0,81
Sorgho 0,69 0,69 0,84 0,78 0,80 0,76
Riz 0,83 0,89 0,82 0,81 0,85 0,85
Niébé 0,86 0,59 0,72 0,73 0,66 0,73
Arachide
0,86 0,70 0,86 0,85 0,88 0,86
coque
Arachide
0,55 0,56 0,57 0,54 0,54 0,58
décortiquée
Huile
raffinée 0,67 0,65 0,65 0,65 0,65 0,67
végétale
Produits
0,71 0,71 0,71 0,71 0,71 0,71
laitiers

Source : CSA et ANSD

6.2.5 Evolution du prix à l’importation et à la consommation des produits énergétiques

Les prix des produits énergétiques ont contribué globalement pour 23% à la hausse des prix
en 2007. Les prix du gaz ont crû de 35,1%, tandis que ceux des combustibles solides ont
progressé de 29,4%, du fait des hausses successives des cours des produits pétroliers. Les
prix du gaz butane sont passés en moyenne de 1 714 à 2 554 F Cfa, avec un pic de 2700 F
Cfa en février 2007 pour les emballages de 6 kg qui représentent 87% de la consommation
nationale de gaz. Ils ont contribué, en moyenne, pour 11,3% à la variation du niveau général
des prix en 2007.
Les prix des carburants et lubrifiants en 2007 ont augmenté, en moyenne, de 3,6% et ont
contribué pour 1,1% à l’inflation. Les prix à la pompe se sont renchéris de 60 F/l pour
l’essence super et à 78 F/l pour le gasoil entre décembre 2006 et décembre 2007, passant
respectivement de 655 à 715 F Cfa et de 554 à 703 F Cfa, à la suite des réajustements des
prix. En 2008, les prix du super et du gasoil ont augmenté respectivement de 10% et 23%.

102
800
Supercarburant
700
Gazoil
600
500
Prix

400
300
200
100
0
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Années

Figure 28: Evolution du prix à la consommation des produits énergétiques

Tableau 41: Evolution du prix à la consommation des produits énergétiques


Produits 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Butane 208 212 214 235 325 326
Supercarburant 482 519 581 659 690 759
Pétrole
338 326 406 465 561 671
lampant
Gazoil 348 378 473 536 571 704
Diesel oil 231 232 396 438 526
Essence
518 545 599 657 700 745
ordinaire
carbure acteur 490 484 415 479 575 -
Fuel 151 147 188 244 318 -
Autres produits -
155 155 292 303 460
pétroliers
Essence -
290 310 380 450 500
pirogue
Source : ANSD

6.2.6 Effets de l’évolution des prix des produits énergétiques sur les prix de
l’électricité, du transport, des intrants agricoles.

Les effets induits n’ont pas été négligeables sur les prix des services d’électricité et de
transport et des intrants agricoles. Les tarifs de l’électricité se sont accrus de 9,7% en 2007 et
17% en 2008 soit une contribution de 4,2% à l’inflation en 2007 suite aux réajustements des
tarifs décidés en novembre 2007 pour soutenir les coûts de production des prix à l’import de
fuel.
En ce qui concerne les transports, les prix moyens en 2007 laissent apparaître une variation de
2,5%, imputable aux services pour l’entretien et la réparation de véhicules particuliers de 4%
et aux carburants et lubrifiants. La contribution globale au mouvement d’ensemble est de
3,7%. Il faut noter que les prix du transport étaient bloqués, le dernier réajustement officiel
des prix datait de fin octobre 2005.

103
S’agissant des intrants agricoles, le prix de l’engrais s’est accru de 32% en 2007 contre -14%
en 2006.

6.3 Le profil de consommateur et d’offre alimentaires du Sénégal

6.3.1 Position nette du commerce de denrées alimentaire (ratio de balance commerciale


de denrées alimentaires de base sur le PIB)

Il ressort du tableau ci-après que la balance commerciale des produits alimentaires est
déficitaire depuis 2003 c’est-à-dire que le Sénégal dépend largement des importations pour
couvrir ses besoins alimentaires. La part de ce déficit dans le PIB reste encore élevée (25 %
en 2007) même s’il a baissé au cours de la période 2003-2007.

Tableau 42: Evolution de la position nette du commerce de denrées alimentaires


Postes 2003 2004 2005 2006 2007
Exportations 52 333 61 974 67 853 74 532 86 531
Importations 222 721 212 475 214 398 221 027 223 419
Balance
-170 388 -150 501 -146 545 -146 495 -136 888
(exportations - importations)

PIB 3 987 4 243 4 593 4 893 5 408

Ratio PIB/Balance -42,74 -35,47 -31,91 -29,94 -25,31


Source : ANSD

6.3.2 Evolution de la production des principales denrées consommées (per capita)

La production alimentaire principalement céréalière estimée à 772239 tonnes en 2007/2008 a


connu une baisse de 47 ,9% par rapport à la moyenne des 5 années précédentes.
Cette diminution s’explique d’une part par les baisses de superficies constatées ces derniéres
années :

Les superficies céréalières sont estimées à 1068 876 ha, soit une baisse de 53 795 ha en
valeur absolue de 5% en valeur relative par rapport à l’année dernière et de 10% par rapport
à la moyenne des dernières années.

Cette diminution de superficie s’expliquerait par les baisses constatées principalement sur le
mil, le sorgho, et le riz, ceci est consécutif à l’installation tardive des premières pluies utiles,
dont les conséquences directes ont été les pertes des premiers semis de céréales et une
régression des emblavures lorsque beaucoup de ressemis ont été purement abandonnés. Ainsi
le mil passe de 748 311 ha en 2006/2007 à 686 892 ha en 2007/2008 soit une baisse de 8% ;
le sorgho passe de 159 069 ha en 2006/07 à 155 919 en 2007/08 soit une baisse de 2% ; alors
que le riz connaissait une diminution de 4% passant de 83 388 ha en 2006/07 à 80 312 ha
pour la présente campagne, seul le maïs a enregistré une hausse, passant de 130 461 ha en
2006/07 à 143 769 ha pour la présente campagne, soit 10%.

104
D’autre part, pour la campagne 2007/2008 les rendements ont baissé pour toutes les
spéculations :

en effet, le rendement du mil est évalué à 464 soit une baisse de 311 en valeur absolue par
rapport à la campagne 2006/2007 et de 67% en valeur relative

ce qui représente une baisse de 39,87 %par rapport à la moyenne des rendements des 5
dernières années.

Le rendement du sorgho est évalué à 646, soit une baisse de 19.14% par rapport à la
moyenne des rendements des 5 dernières années. Le rendement du mais est évalué à 1101,
soit une baisse de 44.5% par rapport à la moyenne des rendements des 5 dernières années. Le
rendement du riz n’a connu qu’une baisse de 0.3% malgré
Il ressort de cette analyse descriptive que la production alimentaire a fortement baissé en
2007 / 2008, ceci explique la faible couverture des besoins qui implique la forte dépendance
aux biens importéset toutes choses étant égales par ailleurs la crise alimentaire s’est fait
ressentir étant donné que l’inflation est en grande partie importée

6.3.3 Evolution des prix des principales denrées consommées

Les prix des produits alimentaires ont cru en 2007 de 6,2% sous l’effet de la croissance des
prix des « céréales non transformées » (+12,2%), des « poissons et autres produits frais de la
pêche » (+35,8%), des « légumes frais » (+9,4%) et des « produits alimentaires non classés
ailleurs » (+9,8%). En glissement annuel, les prix de la fonction se situent à +10,6% par
rapport au trimestre correspondant 2007, tirés principalement par les prix des postes céréales
non transformés (+42%), pâtes alimentaires (+23,5), produits laitiers (+14,2%), fruits
(+12,3%), poissons et autres produits frais de la pêche (+11,5%) et des produits alimentaires
non classés ailleurs (+12,2%).

Les prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées ont augmenté en moyenne de
7,3% et ont contribué pour près de 52,2% à la hausse du niveau général des prix en 2007.
Cette résurgence des tensions inflationnistes résulte des augmentations des prix des produits
laitiers de 26,2%, des huiles alimentaires de 17,3% et des céréales non transformées de 7,7%.
En comparaison au mois de juin 2008, le prix moyen constant du riz brisé importé a connu en
juillet une hausse de 61%. Comparativement à la même période de l’année passée,
l’augmentation est de 83%. Le prix moyen courant observé sur les marchés pour ce produit à
Dakar au mois de juillet 2008 est de 467 FCA. Un mois auparavant, le riz brisé était vendu en
moyenne à 287 FCFA le kilo. Cette forte augmentation est liée à la suspension en juillet de la
subvention du Gouvernement. En glissement annuel, ce produit a connu une hausse de 34%
entre 2007 et 2008.
Le riz entier ordinaire (moins consommé au Sénégal que le riz brisé) connaît globalement la
même progression à la hausse avec des valeurs plus élevées que le riz brisé (645 FCFA en
moyenne au détail en juillet 2008). Son prix a augmenté de 22 % entre 2007 et 2008.

6.4 Les mesures prises par le Gouvernement face à la flambée des prix

Le contexte nouveau, caractérisé au niveau international par d’une part, la flambée du prix du
baril du pétrole et d’autre part, une hausse des prix des produits alimentaires suite à celle des
cours mondiaux des produits de base, notamment les céréales avec un renchérissement du prix
mondial du riz de plus de 40%, des oléagineux (60%) et des produits laitiers (20%), vient
d’installer nos pays dans une instabilité et précarité économique sans précédent. Cet

105
environnement mondial défavorable, marqué par des poussées inflationnistes, a rétroagi sur le
marché domestique caractérisé par une inflation se situant à 5,9% en 2007 contre 2,1% en
2006.

Aussi, le Gouvernement a-t-il pris des mesures pour juguler la hausse des prix des denrées de
première nécessité et maintenir le pouvoir d’achat des Sénégalais.

6.4.1 Mesures d’urgence

Ces mesures, résumées dans le tableau ci-dessous, ont trait à la suspension des droits de
douanes et de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) à l’import. Leur impact sur la Taxe sur la
Valeur Ajoutée (TVA) à l’import sur le blé, le riz et le lait a été de 36 milliards de FCFA en
2007 et 2008. Au niveau énergétique, l’Etat a subventionné le Gaz butane et l’électricité pour
un montant de 98,6 milliards de FCFA.

Tableau 53: mesures prises par le Gouvernement dans le cadre de la protection du pouvoir d’achat des
ménages

I PRODUITS ALIMENTAIRES
Droits et taxes suspendus
Produit Droits de douane TVA à l'importation TVA intérieure Total
Blé 2 223 083 513 0 0 2 223 083 513
Riz 10 767 330 716 0 0 10 767 330 716
Lait 1 748 654 576 6 672 827 427 3 225 932 548 11 647 414 551
Prépartion à base de lait 1 441 541 293 5 500 921 575 0 6 942 462 868
Farine 0 0 4 580 049 995 4 580 049 995
TOTAL 16 180 610 098 12 173 749 002 7 805 982 543 36 160 341 643

subventions du 2/07/07 au 12/10/2007 2 500 000 000


Huiles alimentaires
subventions du 1/03/08 au 30/06/2008 2 150 892 531
TOTAL 4 650 892 531

II ENERGIE
Gaz butane subventions 47 656 374 113
Electricité subventions 50 662 573 954
TOTAL 98 318 948 067

TOTAL PRODUITS ALIMENTAIRES ET ENERGIE 139 130 182 241

III MESURES COMPLEMENTAIRES


Baisse de la fiscalité sur les salaires 6 000 000 000
Magasins de référence 1 100 000 000
Centrales d'achat 1 000 000 000
Subventions des prix du riz brisé 5 086 252 716
TOTAL 13 186 252 716
MONTANT TOTAL DE TOUTES LES MESURES 152 316 434 957

Des dispositions ont été aussi prises pour mettre en place des magasins de référence et des
centrales d’achat dans le but d’assurer au consommateur final la disponibilité et
l’accessibilité des produits de grande consommation, un approvisionnement correct et
régulier, une pratique de prix juste et raisonnable et une offre de produits de qualité. Les
ressources prévues pour sa mise en œuvre se chiffrent à 2,1 milliards de F CFA.

A ces mesures s’ajoute l’enveloppe de 10 milliards de FCFA que le Président de la


République a allouée au monde rural pour l’appui en vivres de soudure et aliments de bétail.

106
Il reste entendu que l’ensemble de ces mesures liées à la conjoncture s’accompagne de
programmes structurels de développement agricole. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les
projets et programmes de développement agricole (inscrits dans le Programme Triennal
d’Investissements Publics 2008-2010) financés par l’Etat et ses partenaires techniques et
financiers. Pour la période 2000/2010, les prévisions d’investissement sur la période triennale
indiquent des prévisions d’investissement de l’ordre de 244,4 milliards de F CFA répartis en
financement interne pour un montant de 125,6 milliards de f CFA soit 51,4% et en
financement externe à hauteur de 118, 8 soit environ 48,6 %.

Ce financement concerne annuellement :

• Le soutien du prix au producteur d’arachides à raison de 15 F CFA sur une prévision


de collecte de 205 000 tonnes/an soit une subvention de 3,015 milliards de f CFA ;
• La subvention à de 70 à 80 % du matériel agricole de culture attelée dont le
programme est reconduit en 2008,2009, 2010. pour un montant de 1,5 milliards de F
Cfa ;
• La subvention des engrais et produits phytosanitaires 5 milliards / an ;
• Mise en œuvre programme autosuffisance en riz pour porter la production du riz à 1
million de tonnes à l’horizon 2015 ;
• La sécurisation du crédit rural ;
• La poursuite du programme de motorisation agricole (410 tracteurs, 1620 moto
pompes, 2394 GMP) cédés à titre gracieux au producteur ;
• La poursuite et l’amplification du plan REVA avec des prévisions de 2 milliards de f
CFA.

Toutefois bien que contribuant de façon assez significative à l’amélioration de la sécurité


alimentaire nationale, ces projets et programmes structurels de développement agricole sont
encore loin de résoudre tous les problèmes d’autosuffisance alimentaire auxquels le Sénégal
reste confronté.

Dans cette perspective et en se fondant sur les potentialités des différentes Filières et des
dotations en ressources physiques, humaines et techniques des différentes zones de production
du Pays, des orientations stratégiques et des axes opérationnels d’intervention sont définis.

La Loi d’Orientation Agro-Sylvo-Pastorale (LOASP), cadre légal d’encadrement du secteur


agricole sur un horizon de 20 ans, qui a tardé à se mettre en place, est en cours de mise en
œuvre avec l’adoption des textes d’application.

Le Plan REVA ou Retour Vers l’Agriculture reste plus que jamais d’actualité pour participer
à la mise en œuvre des différentes stratégies (DSRP 2 et SCA) et à l’exécution du Programme
National de Développement Agricole (PNDA) avec la création d’une agence nationale
opérationnelle.

Ces instruments de planification vont permettre une meilleure allocation des ressources du
Ministère de l’Agriculture en fonction des défis majeurs que constituent la sécurité
alimentaire et l’accroissement des revenus des producteurs, sur la base d’un développement
agricole durable.

107
Ils traduisent de façon concrète les ambitions du Gouvernement de résorber le déficit vivrier,
dans une perspective de sécurité et de souveraineté alimentaires et de lutte contre la pauvreté,
et de développement des filières porteuses, orientées vers l’exportation.

6.4.2 Mesures prises à Moyen et long terme


Plusieurs programmes et initiatives sont développés dont les programmes spéciaux, le
programme national d’autosuffisance en riz (PNAR) et plus récemment la Grande Offensive
Agricole pour la Nourriture et l’Abondance (GOANA).

 Les Programmes Spéciaux


Encouragés par le Président de la République, les programmes spéciaux découlent d’un effort
financier interne de l’Etat pour la mise en œuvre adéquate du Programme Agricole (PA). Les
programmes spéciaux participent à l’effort du gouvernement d’augmenter et de diversifier la
production agricole nationale. Ils favorisent également l’accès des petits producteurs aux
intrants agricoles subventionnés (semences, engrais, produits phytosanitaires, matériel
agricole) et à l’équipement agricole. Ces programmes ont été mis en œuvre entre 2003 et 2007
dont notamment le Programme de relance de la filière maïs au Sénégal et le Programme
manioc.

 Le Programme National d’Autosuffisance en Riz (PNAR)


Face aux menaces sur le commerce international du riz, le fardeau des importations et compte
tenu des avantages comparatifs du Sénégal pour la production de riz, le Gouvernement a initié
un programme d’autosuffisance en riz dont l’objectif global est de porter la production
nationale de riz blanc à 1 million de tonnes équivalent à 1,5 million de tonnes de paddy à
l’horizon 2015, pour les besoins d’une population de 14 millions d’habitants. La contribution
attendue de la riziculture irriguée pour atteindre cet objectif est de 800 mille tonnes et celle de
la riziculture pluviale de 200 mille tonnes de riz blanc.

 La Grande offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance (GOANA)


Dans le contexte nouveau (déjà évoqué ci-dessus) de hausse des prix des produits agricoles
liée, entre autres, à la hausse des prix du pétrole et pour prévenir une pénurie alimentaire, le
Président de la République vient de lancer la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et
l’Abondance (GOANA), applicable dès cette présente campagne agricole. Cette décision a été
solennellement portée à la connaissance des autorités territoriales lors du Conseil Présidentiel
du 18 avril 2008.

Au Stade actuel, devant l’actualité pressante de l’accès de plus en plus difficile à


l’alimentation des populations, il urge de dégager les ressources nécessaires pour que, dès le
prochain hivernage et les contre saison froide et chaude, soit améliorée notablement la
production agricole nationale.

C’est ainsi que les objectifs assignés à la GOANA sont de 2 millions de tonnes de maïs, 3
millions de tonnes de manioc, 500 mille tonnes de riz et 2 millions de tonnes pour les autres
céréales. Pour ce qui concerne l’Elevage, les objectifs fixés à moyen terme sont de 400
millions de litres de lait et de 43 500 tonnes de viande.

108
D’ores et déjà au titre de la campagne agricole 2008/2009, le Gouvernement a dégagé des
ressources d’un montant 45,893 milliards de FCFA d’appui direct à la production agricole à
travers notamment la subvention des semences, des engrais et produits phytosanitaires, la
bonification des crédits de campagne à court terme, la fertilisation des sols, la réfection des
aménagements hydro-agricoles et l’acquisition d’aliments de bétail.

6.4. 3 Impacts des mesures prises face à la flambée des prix

♦ Impact sur prix

Une analyse des mesures prises par le Gouvernement pour atténuer la hausse des prix des
denrées de grande consommation montre qu’elles ont permis au ménage de mieux supporter
les effets de la crise du fait que les prix au consommateur ont connu une baisse provenant de
la baisse des prix à l’importation qui se sont vus détaxés.

La lecture des prix du lait en l’absence de ces mesures donne (1600-1700 F/500g, soit une
hausse de 17,5%), contre (1350-1450, soit une baisse de 9,5%), comparé au prix d’avant la
mesure. Par ailleurs, il est observé que depuis novembre 2007, la tendance des prix du lait en
poudre semblent se renverser. Les tendances en mars 2008 (3500 euros/tonne), commencent
à se répercuter sur le marché local, avec une baisse de 1000 à 4000 F Cfa sur le sac de 25
kg.

Les prix du gaz oïl et de l’essence ordinaire ont connu une baisse à cause de la baisse du coût
du baril du pétrole. Cependant ces mesures présentent quelques faiblesses sur le plan de la
mise en œuvre :
-l’application des prix de références imposées par L’état n’est pas toujours effective ;

-les difficultés d’application des mesures de baisse de prix des produits importés résident
globalement sur le suivi des stocks avec le manque de fiabilité des déclarations des
opérateurs, du contrôle des prix et de l’asymétrie de l’information. D’autres entraves, non
négligeables à l’efficacité des mesures, sont liées à la corruption et aux pratiques
pernicieuses subséquentes qui entraînent également des surcoûts importants intégrés dans
le prix à la consommation.

On remarque que les commerçants de détail chez qui se ravitaillent la plupart des ménages ne
respectent pas les conventions. La lourde conséquence est que la suspension des taxes fiscales
et douanières qui devrait par une logique d’échelle se répercuter sur le prix au détail, ne
profite pas au consommateur final.

Ce constat s’explique par la spéculation, par la prolifération de plusieurs commerces


informels qui échappe au contrôle.

♦ Impact sur les finances publiques


Les financements que l’état a consenti pour faire face à la crise ne sont pas très solubles dans
sa politique budgétaire et pèsent jusqu’à présent sur le trésor .Les coûts supportés par l’Etat
du Sénégal à travers cette suspension sont de l’ordre de 30 milliards de F Cfa sur la période
allant de juillet 2007 à mars 2008, dont 21 en 2007 et 9 au premier trimestre 2008. En

109
moyenne, ces coûts qui constituent des subventions indirectes aux consommateurs se situent à
plus de 3 milliards de F Cfa par mois. Le riz en brisures représente 10,9 milliards de f Cfa du
montant total des droits et taxes suspendus, soit 37,5%. Le blé représente 7,7% pour un
montant de 2,2 milliards F Cfa. Le lait et les préparations alimentaires à base de lait (54,8%),
pour un montant de 15,9 milliards F Cfa.
En effet, si l’état continue de prendre en charge toutes les taxes que devraient supporter les
consommateurs, dans le long terme, il ne sera plus en mesure de financer ses dépenses étant
donné qu’une partie de ses recettes proviennent de ces taxes.

♦ Perspectives

Afin de mettre durablement le pays à l’abri des conséquences de l’inflation, il urge


d’accroître significativement la production locale en produits alimentaires bruts et
transformés. Il est plus que nécessaire de créer de grandes exploitations agricoles sur
lesquelles la maîtrise de l’eau serait totale. En effet, le caractère pluvial de l’agriculture est
antinomique de nombreuses possibilités qu’offrent de nos jours les technologies agricoles.
Les consommateurs doivent adopter des habitudes alimentaires introverties valorisant et
privilégiant les produits locaux. L’utilisation des denrées locales dans la fabrication de pain
pourrait réduire les importations de blé.

110
CONCLUSION GENERALE

L’économie sénégalaise a connu une évolution contrastée au cours des décennies postérieures
à l’indépendance. En effet, si les années 60 ont été marquées par le rôle prépondérant de
l’arachide, ce modèle de croissance a très tôt montré ses limites. Les chocs exogènes ont eu
pour résultat l’apparition de déséquilibres persistants des comptes publics et de la balance des
paiements. Des actions d’ajustement ont été menées pour améliorer la productivité,
l’efficience, la compétitivité de l’économie en vue d’atteindre la sécurité alimentaire. A cet
effet, de nouvelles politiques ont été mises en œuvre pour apporter une réponse à la crise du
modèle d’accumulation dans l’agriculture, dans l’industrie et dans les secteurs placés sous la
tutelle de l’Etat.

L’agriculture est au cœur de l’économie sénégalaise et occupe plus des 2/3 de la population
active. En plus du secteur primaire, les secteurs des transports, de la transformation et du
commerce sont aussi tributaires de la production agricole et les revenus tirés de ces secteurs
assurent des marchés pour les biens et services produits localement. Cependant le poids de
l’agriculture dans la formation du PIB ne fait que décroître, se situant dans les années 70
autour de 20% et ne représente que 12% en 2007.

Aussi profondes qu’ont été les réformes contenues dans les politiques mises en œuvre, elles
n’ont pas suffi à amorcer une forte croissance de la production agricole et par delà du secteur
primaire (agriculture, élevage, forêts et pêche) qui a connu un taux de croissance en termes
réels de 0,5% par an, inférieur au croît démographique avec un différentiel de 2,2% sur la
période 1991-2007.

Certains analystes représentant des points de vue extrêmement différents s’accordent à


considérer que les résultats généralement faibles de l’agriculture ont contribué à la crise du
développement des pays comme le Sénégal. Mais il n’y a guère de consensus sur les causes de
ces faibles résultats, sur les raisons pour lesquelles ils ont persisté dans le pays en dépit des
réformes engagées, et sur ce qu’il faudrait faire pour y remédier. En définitive, la promotion
du développement agricole au Sénégal s’est révélée être une question complexe, qui a suscité
des points de vue divergents, quant au rôle de l’agriculture dans le développement
économique et quant aux mesures que les pouvoirs publics devraient prendre.

C’est dans ce cadre que cette étude a apporté une contribution à l’éclairage des causes des
contre-performances de l’agriculture en évaluant les impacts des politiques agricole et/ou
économique mises en œuvre au Sénégal sur les conditions de vie des populations et en passant
par l’analyse de la dotation factorielle et des systèmes de production de l’agriculture.
La méthodologie a privilégié deux approches : (1) une approche qualitative destinée à décrire
les composantes des politiques agricole et économique ; (2) une approche statistique qui vise,
elle-même, deux objectifs : d'une part à calculer les taux de croissance moyen annuel des
différentes composantes par périodes d'applications des politiques agricoles ; d'autre part à
analyser le bien fondé des effets des politiques agricole et économique, appréhendés de
manière quantitative et qualitative sur le secteur agricole et des conditions de vie des
ménages .

111
Quels principaux enseignements pouvons-nous tirer de ce travail ?

La réforme sur la politique agricole au Sénégal a été fondée, d’abord, sur l’idée que les
mauvais résultats s’expliquaient par des politiques visant à extraire du secteur agricole les
ressources nécessaires pour promouvoir l’industrialisation et servir les intérêts urbains au
détriment du monde rural. L’alignement des prix à la production sur les prix mondiaux et la
promotion des marchés privés d’intrants et d’extrants étaient censés encourager les
agriculteurs à augmenter leur production. Toutefois, beaucoup d’analystes ont fait valoir que
la « vérité des prix » ne suffisait pas, car l’offre agricole était limitée par des facteurs
structurels (hors prix), dont les infrastructures, les technologies et divers éléments d’économie
agraire tels que les systèmes de production, les modes de tenure foncière, la maîtrise de l’eau,
le niveau de représentativité des producteurs, etc.

En dépit du fait que l’importance de telles contraintes sur l’accroissement de la production et


de la productivité soit de plus en plus reconnue, il reste à identifier celles qui jouent un rôle
prépondérant, comment elles peuvent être éliminées. Par ailleurs, il s’avère important de
déterminer les avantages et les inconvénients respectifs des facteurs prix et hors prix pour la
croissance agricole. De plus, malgré une meilleure compréhension de certains aspects, il peut
être constaté jusqu’à une période récente, une tendance générale de réduction de la charge
budgétaire affectée au secteur agricole et à la promotion de la privatisation et de la
libéralisation du marché, plutôt qu’à la recherche de solutions pragmatiques adaptées.

Les contre-performances sur une longue période du secteur primaire et celles du sous-secteur
agricole en particulier, et leur caractère déterminant dans la croissance économique générale
expliquent en grande partie l’insuffisance de la croissance de l’économie sénégalaise et par
delà la dégradation des conditions de vie des populations. En effet, malgré les nombreuses
initiatives prises en faveur de l’augmentation de la croissance agricole, lesquelles ont
indubitablement mené à de bonnes performances en certaines périodes, dans certaines filières
au niveau de certains biens et de certains marchés, force est de reconnaître que la croissance
agricole a été en deçà des attentes.

Malgré que le Sénégal possède d’importants atouts et potentialités en matière de production


agricole, il n’en demeure pas moins qu’une large partie de la population n’a pas accès à une
alimentation suffisante et vit dans une situation de pauvreté. Le niveau de pauvreté, bien
qu’ayant baissé ces dernières années selon les enquêtes ESAM et ESPS, reste à un niveau très
élevé. En effet, la proportion des individus pauvres dans la population totale est passée de
67,9 % en 1995 d’après les résultats de la première enquête sénégalaise auprès des ménages
(ESAM I) ; 57,1 % en 2002 (ESAM II) ; 50,8 % en 2006, d’après l’Enquête de Suivi de la
Pauvreté au Sénégal (ESPS) ; à 48,04 % en 2008, d’après l’estimation basée sur le taux de
croissance linéaire de l’incidence de la pauvreté. En outre, les dernières évaluations ont pu
montrer une tendance à la hausse de l’incidence de l’insécurité alimentaire passant de 14,3 %
à 15,9 % entre 2002 et 2006 (ANSD, 2002 ; 2006).

Les stratégies et politiques agricoles mises en œuvre n’ont pas permis d’enrayer la forte
tendance du pays à demeurer importateur net de produits alimentaires.

112
Les indicateurs calculés ont-ils permis de repérer les impacts des différentes étapes de
politiques agricoles ?

Compte tenu des résultats affichés concernant le secteur agricole, le Sénégal a poursuivi des
politiques d'autosuffisance alimentaire basée sur l'augmentation des productions et des stocks
de sécurité. L'hypothèse sous-jacente était que le surplus de l'offre intérieure était directement
transféré au niveau de la sécurité alimentaire à l'échelle du ménage. Cependant, la persistance
de la pauvreté des ménages malgré ces politiques, incite à repenser la nature et les causes de
l'insécurité alimentaire et les politiques de réduction de la pauvreté. La sécurité alimentaire ne
peut plus être uniquement perçue dans une perspective d'autosuffisance alimentaire, mais elle
doit aussi inclure des stratégies de revenus réels. Malgré les aléas de l'expérience sénégalaise
en matière de politique agricole, l'agriculture pourrait assurer la sécurité alimentaire si elle
était appuyée par des politiques agricoles appropriées et des investissements adéquats.

Trois résultats clés ressortent de nos travaux : (1) l’objectif de 10% du budget alloué à
l’agriculture conformément à la déclaration de Maputo est dépassé aussi bien au niveau de la
Loi de Finances qu’au niveau de l’exécution ; la part des dépenses agricoles effectives sur
Dépenses effectives totales se situe à 16,2% alors que celle de l’agriculture dans le budget
global inscrite dans la loi des Finances monte à 16,4% pour la période considérée.

(2) la réponse de l'offre face à l'augmentation des prix agricoles et/ou céréaliers ne va pas
toujours dans le sens d'un accroissement de la production agricole et/ou céréalière. Toutefois,
les politiques de prix peuvent aider à relancer la production de manière générale, mais, pour
être efficaces, elles doivent s'inscrire dans la durée.

(3) la pauvreté reste essentiellement rurale. Pour toutes les régions, les zones rurales sont plus
pauvres que les zones urbaines, hormis la région de Dakar, où l’indicateur montre que l’indice
calculé pour la zone rurale de cette région correspond à un niveau de bien être très élevé.
Toutefois, la pauvreté a globalement baissé dans toutes les régions du Sénégal.

Quelles politiques agricoles pour les années à venir ?

Les perspectives de politique agricoles que l'on peut dessiner pour les années à venir reposent
sur le principe d'orientations stratégiques pour redynamiser le secteur primaire (agriculture,
élevage, forêt et pêche) par l’introduction de politiques et stratégies spécifiques au profit des
petites exploitations traditionnelles des zones rurales et de créer les conditions propices à la
participation du secteur privé, tout en mettant l'accent sur le renforcement des capacités des
ressources humaines et sur les facteurs qui entravent la production agricole et la
commercialisation .

De manière spécifique, les objectifs globaux de la politique agricole actuelle sont d'améliorer
la sécurité alimentaire et de promouvoir un développement rural durable ; ce qui constitue un
des leviers du PDDAA. Mais toutefois, les objectifs nationaux reflètent les problèmes de base
qui freinent le développement du secteur à savoir la pauvreté rurale, l’environnement
physique fragile et en cours de détérioration, les rendements économiques faibles de la
production agricole. Alors que les objectifs généraux ont été validés depuis longtemps,
beaucoup de programmes à mettre en œuvre pour les atteindre ne le sont toujours pas. Selon
les analyses du Ministère de l'Agriculture du Sénégal, consignées dans un document
d'orientation publié en septembre 2001 sous le titre "L'élaboration des stratégies du
développement du secteur agricole", la mise en place lente et à contre-cœur des réformes

113
structurelles à partir de 1995, a permis au secteur public et parapublic de continuer à dominer
les marchés des facteurs et des produits. Les coûts des transactions sur ces marchés demeurent
élevés et les profits des producteurs sont réduits. Les solutions au problème environnemental
à long terme de dégradation des sols ne sont pas convaincantes. L'accent mis sur l'agriculture
plutôt que sur le développement rural et la traditionnelle approche "filière" dans la
formulation et la mise en œuvre des politiques empêchent aussi les progrès dès lors que la
filière n'est plus considérée comme un outil pertinent de planification, de contrôle et
d'exécution des activités agricoles (Dieng, 2006 ; MAE, 2001)..

Faute de volonté politique conséquente pour sortir du cercle vicieux de l’insécurité


alimentaire, la crise alimentaire récente sur le marché mondial qui n’est pas prête pour
disparaître, impose aux Etats comme le Sénégal de prendre des solutions alternatives pour
l’exploitation de ses potentialités naturelles et la valorisation de la production agricole. C’est
dans ce cadre que le Président de la République du Sénégal a lancé la grande offensive
agricole pour la nourriture et l’abondance (GOANA) qui se trouve être une vision normative
.

Limites du travail

Enfin, ce travail constitue une évaluation de politique, sur la longue période, à partir d'une
démarche éclectique, qui tente de croiser deux approches fort différentes. Une approche de
type historique qui tente d'interpréter la dynamique de long terme de la production, à la
lumière des grandes étapes de la politique agricole, et une approche statistique qui tente
d'objectiver la part des politiques parmi les multiples facteurs susceptibles d'orienter la
production. Reste que l’analyse des ratios (taux de croissance) ne suffit pas à faire parler les
chiffres. Un important travail d'interprétation et d'approfondissement reste donc nécessaire
pour une évaluation en profondeur des politiques suivies. Il importerait notamment de pouvoir
confronter les analyses des séries statistiques aux observations microéconomiques, afin de
connaître avec plus de précisions l'impact des différentes politiques sur le niveau de vie des
agriculteurs (situation alimentaire notamment) ainsi que sur leur revenu monétaire, leur
capacité d'épargne et d'investissement Autant dire que les orientations que nous avons définies
pour une politique céréalière au Sénégal n'ont aucune prétention normative, et doivent être
considérées comme une contribution à une réflexion, essentielle pour le Sénégal, sur
l'orientation de la politique céréalière du pays.

114
BIBLIOGRAPHIE

ANSD, 2008, "Monographie de la pêche artisanale et de la forêt : Rapport final sur la pêche
artisanale"
Direction de l'Elevage, "Rapports annuels 2004, 2005 et 2006"
Direction de l'Horticulture, 2008, "Programme Triennal 2008-2010"
Fall, B et Ndiaye P. (2005). Impact des chocs sur les agrégats macro-économiques et la pauvreté-
Cas du Sénégal
Gaye, M.(2007). L’équation de la pauvreté rurale en Afrique de l’Ouest : Potentialités et limites
de la solution agricole. In ‘Agriculture, Elevage et Pauvreté en Afrique de l’Ouest’ – O ctobre
2007.
Hathie I. (2005). Revue des dépenses publiques dans les sous-secteurs de l'agriculture et de
l'élevage.
Jacques F, Cheikh Oumar B, Pape Nouhine D, Mamadou Dansoko, 2007 "Implications
structurelles de la libéralisation sur l’agriculture et le développement rural au Sénégal (1950 –
2006)" I-PAR
Ministère de l'Agriculture et de l'Hydraulique, 2004, "Loi d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale"
Ministère de l'Agriculture, 1995 "Lettre de Politique de Développement Agricole"
Ministère de l'Agriculture, 2003 "Lettre de Politique de Développement de la Filière Arachide"
Ministère de l'Agriculture, 2006 "Cadre de Dépenses Sectorielles Moyen Terme 2008-2011"
Ministère du Développement Rural, 1984, "Nouvelle Politique Agricole"
République du Sénégal, 2006, "Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP II)"

Rapport National de l’Enquête Sénégalaise auprès des Ménages (ESAM, 1994-1995) publié
par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal ;

Rapport National de l’Enquête Sénégalaise auprès des Ménages (ESAM, 2001-2002) publié
par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal ;

Rapport National de l’Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal (ESPS, 2005-2006) publié


par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal ;

Rapport de l’Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-II, 1992-1993) publié par


l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal ;

Rapport de l’Enquête Démographique et de Santé au Sénégal (EDS-IV, 2005) publié par le


Cabinet de Recherche pour le Développement Humain (CRDH) ;

Rapport de l’Enquête de Perception de la Pauvreté au Sénégal : volet statistique, 2001,


publié par l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal en
partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le
Département des Affaires Economiques et Sociales (DAES) ;

115
Rapport sur la Situation Economique et Sociale du Sénégal (SES, 2007) publié par l’Agence
Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal ;

Rapport sur la Situation Economique et Sociale du Sénégal (SES, 2008) publié par l’Agence
Nationale de la Statistique et de la Démographie du Sénégal ;

Rapport de l’Education sur les OMD, 2005, étude réalisée par M. MBAYE DIENE Enseignant
Chercheur UCAD ;

Rapport Final de l’Analyse des Impacts sur la pauvreté et les inégalités de revenus des
politiques macroéconomiques et d’ajustement au Sénégal (MIMAP/SENEGAL).

116