Sie sind auf Seite 1von 230

PDH-SDH

Pr ELASSALI RAJA
ENSA 2012
Test d évaluation :

1.  Que représente l information: donner des exemples


2.  Comment on peut représenter l information
3.  Etapes de Numérisation d un signal analogique
4. PCM
5. MIC
6. MIC Primaire
7. Comment on calcul un débit binaire
8. Comment on calcul la rapidité de modulation
9. Multiplexage fréquentiel
10. Multiplexage temporel
11. PDH
Plan du cours
I.  Introduction générale
1)  Hiérarchie Numérique Plésiochrone PDH
2)  Inconvénients de la hiérarchie plésiochrone
3)  Historique
4)  Avantage de la hiérarchie synchrone
5)  Activités de l UIT-T
II.  La Hiérarchie Numérique Synchrone
1)  Introduction
2)  Définitions des entités de base
3)  Justification de fréquence et de pointeur
4)  Concaténation
5)  Principe de multiplexage synchrone
6)  Les trames STM4 et STM16
III. Equipements SDH 3
Plesiochronous Digital
Hierarchy ( PDH )
TRAITEMENT D'UNE VOIE

Autres voies

Signal
Signal numérique
audio tramé
Filtrage Échantillonnage /
Codage Multiplexage
4 kHz Signal Quantification
Voie
à spectre codée
borné

Autres voies
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone

La PDH est née avec la numérisation des réseaux téléphoniques dans les
années 1970. (Première technique de multiplexage numérique
(1960/1970).
Multiplexage par entrelacement de bit des signaux affluents.
Dispositifs de multiplexage utilisant des horloges très légèrement
différentes.

La hiérarchie numérique plésiochrone

Pour parvenir au multiplexage de plusieurs voies téléphoniques,


simultanément sur un même circuit, les Européens ont adopté la trame
MIC qui permet de multiplexer 30 canaux de parole, avec signalisation
et synchronisation, sur un support à 2,048 Mbps.

6
Structure d une trame MIC primaire 2048
Kbps
Hiérarchie européenne

! Ce format est appelé E-1.


"  A partir de ce multiplexage de base, toute une hiérarchie a été
définie basée sur un multiple du canal de base à 64 kbps.
# E-1 = 2,048 Mbps ( 30 voies )
# E-2 = 8,448 Mbps ( 120 voies )
# E-3 = 34,368 Mbps ( 480 voies )
# E-4 = 139,264 Mbps ( 1920 voies )

06-96
Hiérarchie européenne

! Cette hiérarchie pour la téléphonie "numérique" est comparable à


la hiérarchie définie pour le multiplexage "analogique" en
fréquence.

! Le multiplex primaire à 30 voies est regroupé par ensembles de 4


pour fournir un multiplex du second ordre de 120 voies à 8,448
Mbps.

! Plésiochronous vient du grec et signifie "presque synchrone"


Hiérarchie américaine ( et japonaise )

! Les Américains ont adopté un multiplex de 24 voies appelé PCM


( Pulse Code Modulation ).
"  L'échantillonnage s'effectue 8000 fois par seconde ( 8 000 Hz )

" Le codage s'effectue sur 7 bits ( 128 échelons ).


" Le débit utile par voie est donc de 8 000 x 7 = 56 kbps;
" Un bit par voie sert à la signalisation de cette voie.
"  Un bit est ajouté pour la synchronisation de la trame de 125 µs.
"  Le débit sur le support est donc de :
(7 + 1) bits x 24 = 192 +1 = 193 x 8 000 = 1544 kbps.
Hiérarchie américaine
! La hiérarchie américaine et japonaise est similaire à celle du
reste du monde mais moins régulière.
"  Elle n'est pas un multiple du canal de base ( 64 kbps ) car les bits de
synchronisation ne sont pas proportionnels aux nombre de voies
transportées.
"  Le multiplex de base est appelé DS-1
# DS-1 = 1,544 Mbps
# DS-2 = 6,312 Mbps
# DS-3 = 32,064 Mbps ( Japon )
# DS-3 = 44,736 Mbps ( Etat Unis )
! Hiérarchie PDH :
  Europe Etats Unis Japon

  E-4 = 139,264 Mbps

  E-3 = 34,368 Mbps DS-3 = 44,736 Mbps 32,064 Mbps

  E-2 = 8,448 Mbps DS-2 = 6,312 Mbps 6,312 Mbps

  E-1 = 2,048 Mbps DS-1 = 1,544 Mbps 1,544 Mbps


Multiplexage

! Hiérarchie PDH :

! Signal 1

! Signal 2

! Signal 3

! Signal 4

! Signal Résultant
! Trame à mots ! Trame à bits
entrelacés entrelacés

Bit n
12 AB
A 3 Bit 1 I
B Bit 2
C b
Bit 3

D Bit 4

E
I
Multiplexage

! Hiérarchie PDH Européenne :

  MUX ordre 1 (Trame MIC) 2,048 Mbps

  MUX ordre 2 (TNM 2/8) 8,448 Mbps

  MUX ordre 3 (TNM 8/34) 34,368 Mbps

  MUX ordre 4 (TNM 34/140) 139,264 Mbps


TNM 2/8

! Synchronisation des signaux plésiochrones


"  Pour multiplexer des signaux numériques plésiochrones, on passe par une
phase intermédiaire qui est de les rendre synchrones.

"  Pour cela on utilise une justification positive qui consiste à augmenter le
débit de chaque signal incident pour l'amener à un débit commun.

$  Insertion non systématique d'un bit (J) par trame incidente dans un
emplacement (PJ = positionnement de justification).

$  PJ = soit bit J soit bit de donnée.

"  Ces débits sont à nouveau augmentés jusqu'à un débit utile pour former la
trame.
TNM 2/8

! Constitution de la trame : 4 secteurs de 212 bits

Bloc informations Bloc informations Bloc informations Bloc informations


Bloc I I I P
Entrelacées Entrelacées Entrelacées Entrelacées
service J J J J
4 x 50 bits 4 x 52 bits 4 x 52 bits 4 x 51 bits

12 200 4 208 4 208 4 4 204


bits bits bits bits bits bits bits bits bits
TNM 2/8

! 1er secteur

Bloc informations Bloc informations Bloc informations Bloc informations


Bloc I I I P
Entrelacées Entrelacées Entrelacées Entrelacées
service J J J J
4 x 50 bits 4 x 52 bits 4 x 52 bits 4 x 51 bits

12 200 4 208 4 208 4 4 204


bits bits bits bits bits bits bits bits bits

"  Un bloc de service de 12 bits


$ Un MVT de 10 bits (1111010000)
$ Une alarme distante
$ Un bit de parité

"  50 bits d'informations pour chaque signal incident


TNM 2/8

! 2ème et 3ème secteur

Bloc informations Bloc informations Bloc informations Bloc informations


Bloc I I I P
Entrelacées Entrelacées Entrelacées Entrelacées
service J J J J
4 x 50 bits 4 x 52 bits 4 x 52 bits 4 x 51 bits

12 200 4 208 4 208 4 4 204


bits bits bits bits bits bits bits bits bits

"  Un bit IJ pour chaque signal incident


"  52 bits d'informations pour chaque signal incident
TNM 2/8

! 4ème secteur

Bloc informations Bloc informations Bloc informations Bloc informations


Bloc I I I P
Entrelacées Entrelacées Entrelacées Entrelacées
service J J J J
4 x 50 bits 4 x 52 bits 4 x 52 bits 4 x 51 bits

12 200 4 208 4 208 4 4 204


bits bits bits bits bits bits bits bits bits

"  Un bit IJ pour chaque signal incident


"  Un emplacement PJ
$ Soit un bit J de justification
$ Soit un bit d'information

"  51 bits d'informations pour chaque signal incident


Calcul des deux débits moyens

! la durée de la trame


T = 100,379 µs

! Calcul des débits maxi et mini des trains incidents


Débit minimum (d)
d = Nombre de bits émis / durée de la trame
d = 50 + 52 + 52 + 51 / 100,379 x 10-6
d = 2,042 Mbps

Débit maximum (D)


D = Nombre de bits émis / durée de la trame
D = 50 + 52 + 52 + 52 / 100,379 x 10-6
D = 2,052 Mbps
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone

! Hiérarchie PDH :
  Europe Etats Unis Japon

  E-4 = 139,264 Mbps

  E-3 = 34,368 Mbps DS-3 = 44,736 Mbps 32,064 Mbps

  E-2 = 8,448 Mbps DS-2 = 6,312 Mbps 6,312 Mbps

  E-1 = 2,048 Mbps DS-1 = 1,544 Mbps 1,544 Mbps


La Hiérarchie Numérique Plésiochrone
Limitation de la hiérarchie numérique plésiochrone:

•  Manque de visibilité des affluents bas débits.

• La technique de multiplexage est complexe en raison du plésiochronisme


des sources.

•  Les débits proposés sont limités

•  La trame PDH ne contient pas d octets réservés à l'exploitation.

•  Pas de gestion standardisée.

•  Pas d'interopérabilité à hauts débits entre les continents puisque les


débits sont différents.
23
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone
Une liaison 600Mbit/s utilisant la hiérarchie numérique plésiochrone

24
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone

Une liaison 600Mbit/s utilisant la hiérarchie numérique synchrone

25
La Hiérarchie Numérique Plésiochrone
On voit la différence entre les deux schémas !

•  Nécessité d'avoir une technique simple de multiplexage temporel (en


synchronisant l'ensemble du réseau) permettant des débits plus élevés
•  Besoin d'avoir un réseau flexible pour répondre rapidement aux nouveaux
besoins du marché
•  Possibilité de gérer un parc d'équipements à distance et offrir aux clients
une qualité de service quantifiable

26
Introduction générale
%  Apparition de la fibre optique (années 80): réseaux optique

%  Interconnexion entre opérateur et gestion de réseau: trouver


un compromis entre les intérêts américains, européens et
japonais

%  Évolution vers les haut débit à transmettre sur de grande


distances

27
28
SDH se situe au niveau 1 et 2 du modèle OSI

29
SDH Historique
1984 Problèmes d'interconnexion de systèmes à haut débit en PDH 1985
Proposition de Bellcore (USA: BELL COmmunication REsearch) : SONET
Synchronous Optical NETwork

1986 Le CCITT lance ses travaux sur la SDH

1988 Les principes de base de la SDH.

1989 Normalisation des équipements

1990 Choix de la structure de multiplexage en Europe. Au CCITT, approbation


des premières recommendations.

1991-92 Poursuite de la normalisation (architecture de réseau & modélisation


des équipements)

1993-96 A l'UIT : révision de normes, gestion, réseaux & protection. A l'ETSI:


spécification des équipements & tests associés.
30
Hiérarchie synchrone

! Les supports physiques sont maintenant numériques et une


nouvelle hiérarchie a du être développée :
"  SONET ( Synchronous Optical NETwork ) en Amérique du nord
"  SDH en Europe

! Ces nouvelles hiérarchies prennent toujours en compte la


numérisation de la parole suivant un échantillonnage toutes les
125 µs, mais elles sont complètement synchrones :
"  une trame est émise toutes les 125 µs,

31
SONET
!  SONET est au départ une proposition de BELLCORE (BELL
COmmunication REsearch) puis un compromis a été trouvé entre les
intérêts américains, européens et japonais pour l'interconnexion des
différents réseaux des opérateurs et les réseaux nationaux.

!  SONET est devenu une recommandation de l'UIT-T.


C'est une technique de transport entre deux nœuds qui permet
l'interconnexion des réseaux.

!  La hiérarchie des débits étant différente sur les trois continents, il


a fallu trouver un compromis pour le niveau de base.
C'est le débit de 51,84 Mbps qui forme le premier niveau STS-1
( Synchronous Transport Signal, level 1 ).

32
Synchronous Digital Hierarchy

! La hiérarchie SDH reprend celle de SONET.

! Le niveau 1 de SDH est le niveau 3 de SONET.

33
Support de communication

! Hiérarchie SDH :
 SDH (Europe) SONET (US)

  STS - 1 51,840 Mbps


 STM - 1 STS - 3 155,520 Mbps

  STS - 9 466,560 Mbps


 STM - 4 STS - 12 622,080 Mbps

  STS - 18 933,120 Mbps


  STS - 24 1244,160 Mbps
 STM - 16 STS - 48 2488,370 Mbps

34
La SDH : Les normes de référence

Référence de l'UIT

L'Union Internationale des Télécomunication a émis un ensemble de


recommandations :
G.707 : Structure & mapping. Interface des nœuds de réseau.
G.781 à 783... : blocs fonctionnels
G.784; G.784 : gestion de réseau
G.803, G.805 : architecture des réseaux
G.811, 812, 813, 825 : synchronisation
G.826 : gestion des performances (Définition de secondes erronées,
secondes indisponibles, Blocs erronés, indisponibles... Définit les objectifs
pour l'ingénierie des réseaux de transmission.)
G.841, 842 : types et caractéristiques des protections
G.957, G.703 : interfaces optiques et électriques.
M.2101, O.181 : Test & maintenance.
etc...

35
Avantages de la Hiérarchie Numérique Synchrone

&  Le principe de multiplexage retenu pour cette nouvelle hiérarchie est le


multiplexage synchrone qui procure une visibilité directe des signaux
composants à l intérieur du multiplex  : on peut extraire ou insérer des
signaux, réorganiser le multiplex sans avoir à effectuer des opérations de
multiplexage/démultiplexage.

&  Il est possible de transmettre dans un multiplex synchrone des signaux de


débits divers.

&  Facilité d exploitation - maintenance : des débits importants sont réservés à


ces fonctions (POH, PTR, SOH).

&  Possibilité d évolution vers les hauts débits  : les trames synchrones hauts
débits sont obtenues par multiplexage synchrone de l entité de base.

&  SDH peut transporter différents type de trafic : ATM, Ethernet,PDH…..


36
Désavantages de SDH

Mécanisme d’ajustement des pointeurs est


compliqué.

La large application de logiciels rend la SDH


vulnérable aux virus et aux mauvaises
manipulations.
La Hiérarchie Numérique Synchrone
!  La trame SDH de base
"  Le temps de base correspond toujours à 125 µs ( 8 000 trames par
seconde ).
"  Chaque trame comprend 9 rangées de 270 octets.
"  La zone de supervision comprend 9 octets en début de rangée pour
délimiter et gérer la trame.
"  L'information transportée est indiquée par un pointeur situé dans la
zone de supervision.
"  La zone d'information forme un conteneur virtuel, l'information peut
déborder d'une trame sur la suivante, la fin est repérée par un
"pointeur de fin" dans la zone de supervision.

38
La trame de base SDH ( STM-1 )

270 octets

framing 261 octets

9
r
pointeur a
n
g
é
e
s

9 octets
de contrôle
39
Trame de base SDH

Unité administrative (AU)

1
2
3 Pointeur
4
5
6
7
Surdébit de section (SOH)
8
9

40
Sur-débit de section SOH

RSOH Sur-débit de section


de régénération

1
2
3 Pointeur
4
5
6
7 MSOH Sur-débit de
8 section de multiplexage
9

41
SOH

•  Le SOH est utilisé pour la gestion des sections de ligne de transmission :


–  Verrouillage de trames
–  Multiplexage et démultiplexage de trames
–  Sécurisation automatique des liaisons

•  Le RSOH est dédié à la gestion des sections de régénération, il est donc


traité au niveau des répéteur-régénérateurs.

•  Le MSOH est dédié à la gestion des sections de multiplexage, il est donc


traité au niveau des Multiplexeurs SDH.

42
Les entités de bases
1.  Conteneur C-n 
•  Le concept de la hiérarchie SDH repose sur une structure de
trame où les signaux affluents destinés à être transportés sont
encapsulés dans un conteneur.
•  A chaque conteneur est associé un sur-débit de conduit réservé à
l'exploitation de celui-ci.
•  Le conteneur et son sur-débit forment le conteneur virtuel (VC :
Virtual Conteneur).

43
Les entités de bases

A son multiplexage, le signal à transporter est enveloppé dans un conteneur, noté


C-n où n prend les valeurs 1 à 4, adopté au débit du signal et à la structure de
la trame synchrone ; cette opération est appelée projection «mapping ».
Différents types de conteneurs ont été définis à fin de transporter des signaux
aux débits PDH existant à savoir :
*Conteneurs à faible débit: d ordre inférieur n= 1,2,3

valeur de n conteneur C-n débit correspondant

1 C-11 1 554 Kbps (US)


C-12 2048 Kbps (Europe)
2 C-2 6312 Kbps (US)

3 C-3 34368 Kbps (Europe)

44
Les entités de bases
*Conteneurs à grand débit: d ordre supérieur, n= 3,4

valeur de n conteneur C-n débit correspondant

3 C-3 44 736 Kbps (US)

4 C-4 139 264 Kbps


(Europe)

45
Les entités de bases
2. Conteneur virtuel VC-n
A chaque conteneur est ensuite ajouté un surdébit de conduit (noté POH), ce
surdébit est réservé à l exploitation du conteneur auquel il est rattaché. Le
surdébit et son conteneur constituent le conteneur virtuel, noté VC-n, où n=1 à
4.

C-n + POH = VC-n ;


n=1..4

On distingue deux types de VC :


Ceux d ordre inférieur correspondants aux conteneurs bas débits, VC-1, 2 ou 3.
Ceux d ordre supérieur correspondants aux conteneurs hauts débits, VC-3 ou 4.

46
Les entités de bases
3. Unité d affluent TU_n (Tributary Unit)
L unité d affluent, noté TU-n où n prend les valeurs de 1 à 3, est une entité
synchrone résultant de l association d un pointeur à un conteneur virtuel
d ordre inférieur. Le rôle du pointeur est de localiser et extraire chaque
affluent.
VC-n + PTR = TU-n ;
n=1..3

4. Groupe d unité d affluent TUG-n

C est une entité virtuelle et non physique, noté TUG-n où n prend les valeurs 2 et
3, constituée à partir d un multiplexage de TU-n par la méthode
d entrelacement d octets. On distingue :
TUG-2 : obtenue à partir d un TU-2, de trois TU-12 ou de quatre TU-11.
TUG-3 : obtenue à partir d un TU-3 ou de sept TUG-2.

47
Les entités de bases

5. Unité administrative AU-n

Noté AU-n où n=3 ou 4, elle concerne uniquement les VC d ordre supérieur. C est
une entité synchrone obtenue par l association d un pointeur, dit d unité
administrative, à un VC-3 ou un VC-4.
VC-n + PTR AU-n = AU-n ;
n=3 ou 4

6. Groupe d unité administrative AUG-4

Noté AUG, c est une entité virtuelle obtenue d un AU-4 ou de trois AU-3, selon
la règle d entrelacement d octets. L AUG correspond à la place que doit
occuper L AU-4 dans la trame de base

48
Transport PDH
1,5 Mbps 2 Mbps 34/45 Mbps 140 Mbps

C11 C12 C2 C3 C4

AU 3 AU 4

49
Transport PDH
1,5/2 Mbps 34/45 Mbps 140 Mbps

C1 C2 C3 C4

= VC-4
P
C4 O
H

= AU-4
P
C4 O Pointeur
H

S
AU-4 O
H
= STM-1
50
Multiplexage synchrone

1.  Définition
Le multiplexage synchrone est une procédure par laquelle les signaux
de plusieurs couches de chemin d ordre inférieur sont adoptés
dans les signaux d une couche de chemin d ordre supérieur qui sont
adoptés dans une section de multiplexage.

2. Méthode de multiplexage
La capacité utile d un module de transport STM-N est obtenue de N
VC-4. Un VC-4 peut être utilisé entièrement pour le transport d un
signal plésiochrone à 140 Mbps ou bien pour le transport d autres
signaux à des débits inférieurs.

51
Multiplexage synchrone

La structure de multiplexage normalisée (la norme G709), définit les


règles pour assembler les conteneurs virtuels à fin de former un
AUG. On distingue deux étapes :

&  Le multiplexage bas débit : consiste à regrouper les VC d ordre


inférieurs dans un VC d ordre supérieur.
&  Le multiplexage haut débit : consiste à regrouper les VC d ordre
supérieurs pour former le signal résultant STM-N.

Ces deux étapes de multiplexage correspondent chacune à une


opération de pointeur.
A l intérieur d un VC-4 les pointeurs associés à chaque conteneur
virtuel d ordre inférieur, VC-i, permettent de localiser ces VC-i.
Dans la trame STM-N, le pointeur associé à chaque VC-4 permet de
localiser ce VC-4.
52
La structure de multiplexage
Suivant la norme européenne

53
Exemples de structure pour un VC-4

54
Multiplexage synchrone
3. MODULES DE TRANSPORT

3.1 Trame de base :

La mise en œuvre de la SDH s'appuie sur la définition d une trame de


base ayant un débit de 155,520 Mbps. Cette trame est dite STM-1
(Synchronous Transport Modul level 1).

SOH
PTR
Charge utile
SOH

55
Multiplexage synchrone

Cette trame possède les caractéristiques suivantes :


Longueur totale : 2430 octets.
Durée : 125 µs.
Débit binaire : 155,520 Mbps.

Elle est organisée en trois zones:


•  Surdébit de section : noté SOH, contient des informations relatives
à l exploitation des équipements.
•  Pointeur  : noté PTR, permet de localiser le début des informations
transportées dans la capacité utile au sein de la trame de base.
•  Capacité utile  : noté AU-4, zone réservée au transport de
l information.

56
3.2 Trame haut débit

Le débit STM-1 constitue le premier échelon de la hiérarchie numérique


synchrone, des échelons supérieurs ont été définis, notés STM-N où
N est une puissance de quatre. La capacité utile d un résultant STM-
N est obtenue par entrelacement d octets des capacités utiles des
trains STM-1. Le surdébit de section de la STM-N est crée par le
multiplexeur indépendamment des SOH des trames STM-1.

Les niveaux hiérarchiques de la S.D.H actuellement normalisés sont :

•  Le STM-4 avec un débit de 622 MBPS.


•  Le STM-16 avec un débit de 2,5 Gbps.
•  Le STM-64 avec un débit de 10 Gbps.

57
Les entités de bases

7. Module de transport synchrone: STM(Synchronous Transport Module)

•  La STM-1 est la trame de base (155.520 Mbps). Elle contient un AUG et son
surdébit de section SOH (Section OverHead).

•  La STM-4 (622.080 Mbps) contient 4 AUG et son SOH

•  La trame STM-16 (2488.320 Mbps) contient 16 AUG et son SOH

Les niveaux de transports STM-N sont formés par simple entrelacement


d octet de N (STM-1). La norme prévoit jusqu à N=256

58
Les trame STM-4 et STM-16

Une trame STM-n est composée d'une capacité utile obtenue par
multiplexage de n AUG, et d'un SOH. La trame n'est donc pas le
résultat d'un multiplexage de n STM-1.

La capacité utile d'un STM-n est obtenue par multiplexage de n VC4 qui
composent les n AUG. Le multiplexage est réalisé en effectuant un
entrelacement des octets de n VC4.

La capacité utile est donc composée de n fois 261 colonnes afin de pouvoir
loger les n VC4.

Les pointeurs d AU sont placés dans la ligne 4 des n fois 9 premières


colonnes de la trame (entre le RSOH et le MSOH).

Dans ce cas, le multiplexage des pointeurs se fait par entrelacement des


octets de ces n pointeurs. Les n VC4 seuls se trouvent donc dans la
capacité utile. 59
Les trame STM-4 et STM-16

STM-64
×4 10 Gb/s

STM-1 ×4 STM-4 ×4 STM-16


155 Mb/s 622 Mb/s
2.5 Gb/s

WDM 10 Gb/s
Les trame STM-4 et STM-16

One Byte from


STM-1 STM-1 A
A

STM-1 B A D C B A D C B A …
B 4:1 STM-4

STM-1
C

STM-1
D
Les trame STM-4 et STM-16

Les octets du RSOH ou MSOH, rafraîchis à chaque point d un NE SDH,


n apparaissent pas tous une seule fois dans le SOH de la trame STM-n.

Le MVT(Octets A1A2), C1 du RSOH et le B2 (erreur) du MSOH, figurent


autant de fois que d'AUG; les autres octets, traitant la section de
multiplexage ou de régénération figurent une seule fois.

Pour le STM-4, le SOH est formé de 4 fois 9 colonnes soit 36 colonnes. Les
octets significatifs qui le composent ont les mêmes fonctions que les
octets du SOH de STM-1, pour chacun des AUG qui composent le STM4.

Pour le STM-16, le SOH est formé de 16 fois 9 colonnes soit 144 colonnes.
Les octets significatifs qui le composent ont les mêmes fonctions que
les octets du SOH de STM-1 et STM-4

62
Les trame STM-4 et STM-16

63
140 Mb/s
140 Mbit/s to STM-N

C4 VC4
1 1
1
Ajouter P
140M projection Page
POH
O suivante

9
H
9
1 260 1 261
125 µs 125µs
AU-4 AUG-1 STM-1
1 270
10 270
1
Add 1 9 RSOH
AU-PTR Ajouter Info. de
Pointer ×1 AU-PTR
SOH
Payload
9 MSOH
Alignement Multiplexage STM-N
AUG-N 1 270X N
1
Route de Multiplexage: 1X140M
' 1XVC-4 ' 1XSTM-1
Une trame STM-1 peut charger
seulement un signal de 140Mbit/
s 9
Multiplexage
•  Nombre de bit du C-4 :
–  260 x 9 x 8 = 18720 bits

•  Débit du C-4 :
–  18720 x 8000 = 149,760 Mbits/s

•  Débit de l affluent
–  139,264 Mbits/s

•  Capacité utile du STM-1 est :


67
–  261 x 8 x 9 x 8000 =150,336 Mbits/s
Transport d un VC4 dans le STM-1
270
9 261 STM-1

3
SOH 261

J1
1 Pointeur
B3

C2

G1
5
SOH F2
VC_4 = POH + C4
H4

Z3

Z4

Z5

POH

68
34 Mb/s
•  Nombre de bit du C-3 :
–  9 x 84 x 8 = 6048 bits

•  Débit du C-3 :
–  18720 x 8000 = 48,384 Mbits/s

•  Débit de l affluent :
–  34,368 Mbit/s

•  POH + C-3 = VC3 70


Représentation schématique du C3
1 84
1

9
84 colonnes de 1 octet

71
Insertion de VC3 dans une trame STM-1

x1 xN
VC-4 AU-4 AUG
STM-N
x3

x1
VC-3 TU-3 TUG-3

TUG-3 TUG-3

C3

72
Multiplexage par entrelacement de colonnes
1 86 1 86 1 86

TUG3 TUG3 TUG3


A B C

Colonnes de
remplissage

PTR PTR PTR

P
 A B C A B C A C A B C
O
 VC4
H

VC4

1 261

73
34 Mbit/s to STM-N

C3 VC3
1 1
1
P
34M projection ajouter POH Page
O suivante

9
H
9
1 84 1 85
125µs 125µs
TU-3 TUG-3 VC-4
1 86 1 86 1 261
3
1 1 H1 1
H1 H2
H2 H3
H3 P
1 er Rempli
O R R
Aligne les ×3 H
créneaux R
ment

9 9 9

Alignement Bourrage Multiplexage Même


que
VC4
Route de Multiplexage: 1X34M ' 1XTU-3 '
3XTUG-3 ' 1XAU-4--- un STM-1 peut charger trois
signaux de 34Mbit/s
2 Mb/s
Insertion d affluents à 2 Mbits/s dans STM1

Puisque l affluent à 2 Mbits/s peut être


structuré ou non.

La Projection asynchrone Insertion La Projection synchrone

•  Synchrone bit

•  Synchrone octet

77
2 Mbit/s to STM-N
C12 VC12 TU12
POH
1 4 1 4 1 4
1 1 1

Ajouter Page
2M Projection Ajouter suivan
POH un
indicateur te

9 9 9

125µs Alignement TU-PTR


TUG-2 TUG-3
1 12 1 86
1 1

R R
×3 ×7

9 9

Même
Multiplexage Multiplexage que
C3
Route de Multiplexage: 1X2M ' 3XTU12 '
7XTUG-2 ' 3XTUG-3 ' 1XSTM-1--- un STM-1
peut charger 3X7X3 = 63X2M Signaux
Structure de Multiplexage: structure 3-7-3
POH du VC-12
1 4
1 V5 J2 N2 K4

VC-12 VC-12 VC-12 VC-12

9
500µs VC-12 multi-trame
Insertion d affluents à 2 Mbits/s dans un STM1
L octet V5 est composé de bits qui ont la signification suivante :

BIP 2 FEBE Rep du L1 L2 L3 RAI


Conduit
1 2 3 4 5 6 7 8

‣  BIP 2 : servent à surveiller les erreurs du VC.

‣  FEBE ;(Far End Block Error) indique la détection d erreurs par BIP2.

‣  Repère de Conduit : inutilisé.

‣  L1,L2 et L3 :fournissent l étiquette de conduit.

‣  RAI : (Remote Alarm Indication) : ce bit est une indication de téléalarme


du conduit.

81
Insertion d affluents à 2 Mbits/s dans STM1
Signification du Bits L1,L2 et L3:

L1 L2 L3 SIGNIFICATION
0 0 0 Non équipé
0 0 1 Equipé-non spécifique
0 1 0 Asynchrone, flottant
0 1 1 Synchrone en bit, flottant
1 0 0 Synchrone en octet, flottant
1 0 1 Equipé-non utilisé
1 1 0 Equipé-non utilisé
1 1 1 Equipé-non utilisé

82
1 4
TU-PTR
1

VC-12 VC-12 VC-12 VC-12

V1 V2 V3 V4
9
500µs VC-12 multi-trames
pointeur TU
Insertion d affluents à 2 Mbits/s dans STM1

V1,V2 et V3 jouent le même rôle que H1, H2 et H3 pour le VC4.

‣  V1 et V2 constituent le pointeur de VC-12 :

(  Donc permettent de repérer l emplacement du début de VC-12 ( le


1ér bit de V5).

(  Si une justification négative est nécessaire l octet V3 deviendra


octet d information.

(  Si une justification positive est nécessaire l octet V3 deviendra


octet de bourrage.

‣  V3 est l opportunité de justification négative.

‣  V4 non utilisé actuellement.

84
1 260 1 261 10 270 1 9 10 270 1 270 N
1 Sub-frame 1 J1 1 1 1
RSOH
B3
C2 1 9
150.912 PTR STM-1
139.264 149.760 G1 150.336 AU-4 155.52Mb/s 155.52 N
C-4 VC-4 AU-PTR STM-N
Mb/s Mb/s F2 Mb/s 9 270-9 8 Mb/s 9 270
9 260 9 261 9 270 Mb/s
H4
F3 MSOH
K3
9 9 N1 9 9 9
0 0 125us 0
0 125us 125us 148.608Mb/s ¡ 3 125us 0 125us

49.536
1 84 1 85 1 86 1 Mb/s 86
1 1 J1 H1 1
1 H1 .
Sub-frame B3
48.96 H2 H2 N .
C2 Mb/s H3
34.368 48.384 G1 VC-3 TU-3 49.152
H3
R
.
Mb/s TUG-3
C-3 Mb/s F2 9 85 Mb/s R
9 86-6 9 86
9 84 H4 R
F3 R
K3 R
9 9 N1 9 9 R
0 125us 0 125us 0 125us 0 125us
¡ 7
Multi-frame
K4 6.912Mb/s
N2 1 12
1 4 1 4
J2 1
1 1
1 V5V5V5
V5 V5
2.048 1 2 4 2.176 2.240
VC-12 TU-12
Mb/s C-12 Mb/s 4 (9 4-1) Mb/s
4(9 4)
TUG-2
4(9 4 9
4(9 12)
-2) V1
V1 V4
9 9
0 1 125 V2 V3
9 125us
us V1V1V1
0 125
us 0 125us
3
Concaténation

La taille des conteneurs standardisés VC12, VC3, VC4,… impose la limite de la


granularité (modularité) disponible : par exemple un affluent client qui
transporte un signal vidéo codé à 10 Mbit/s n a d autre choix à priori que
d utiliser un conteneur VC3 avec pour conséquence un important taux de
remplissage de bits de bourrage et un gaspillage de débit.
La concaténation est une technique qui permet d offrir des débits ne faisant
pas partie des débits normalisés.

la SDH permet de concaténer des VC : on peut par exemple concaténer n VC


pour en faire un VC-nc ; ce dernier a une capacité de transport de n X VC
mais surtout est géré dans le réseau comme une seule entité spécifique qui
garantit la séquence des bits transportés et non pas comme n conduits VC .
Seule la valeur du pointeur du premier conteneur virtuel est utilisée, les
autres pointeurs contiennent un code d indication de concaténation.

86
Concaténation

Exemple 1:
•  la concaténation de 20 VC d ordre 2 (VC-2-20C) offre une
capacité équivalente à un VC-4. Un VC-2-20C offre un débit de
135,680 Mbps (20*6,784 Mbps). Ainsi, on peut remplir un VC-4 par
un (C-4) ou par concaténation de 20 (VC-2).
•  la concaténation de 5 VC-2 (VC-2-5C)offre un conduit de 34,160
Mbps qui peut être utilisé par la TV
Exemple 2:
Un cas important de concaténation est la concaténation de VC4
requise pour transporter un affluent ATM à 622 Mbit/s :
la solution consiste à concaténer 4 VC4 , soit un conteneur VC4-
4c capable de transporter environ 600 Mbit/s mais avec un seul
POH. Une fois assemblé le V4-4C est transporté via un STM 4
comme une seule entité dans le réseau.
87
Concaténation

On distingue deux type de concaténation:


%  Concaténation contiguë: seul le pointeur du premier VC est utilisé, les
pointeur des autres VC contiennent une indication de concaténation. Pour
cela, les VC-n concaténés doivent rester en phase en tout point du
réseau. Ce qui implique l utilisation des équipements spécifiques pour le
traitement des VC-n concaténés.
%  Concaténation virtuelle: cette technique consiste , à l émission, à
positionner tous les pointeurs des VC-n à une valeur identique et, à la
réception, à utiliser la valeur de ces pointeurs pour remettre en phase
ces VC-n.

88
Projection d un affluent ATM

La projection est exécutée en alignant la structure octet de chaque cellule


avec la structure octet du conteneur. Comme la taille du conteneur
n est pas nécessairement un multiple de la taille de la cellule (soit 53
octets), il est permis à une cellule de chevaucher 2 containers.

La récupération de la cellule ATM est basée sur la reconnaissance de l en-


tête de la cellule : HEC (« Header Error Control » ; 5 octet) . Ces règles
simples sont appliquées dans la Rec. G707 pour la projection de flux
ATM dans différents types de conteneur (VC-4-X, VC4,VC3, VC2-X,
VC-12, VC-11).

89
Transport d affluent IP – POS

Il y a 2 méthodes possibles :

la méthode « classique » consiste à transporter IP sur ATM et on retombe


dès lors sur le point de projection de cellule ATM.

Une autre approche, préconisée par les partisans d un réseau multi-


services basé sur IP et qui cherche à privilégier la vitesse ,consiste à se
passer d ATM comme couche intermédiaire et à appliquer directement
IP sur SDH , approche appelée POS (Packet Over SDH ou Sonet).

L avantage est de pouvoir réaliser un réseau IP avec des routeurs à haut


débit interconnectés directement au moyen d un réseau SDH sans
passer par des commutateurs ATM intermédiaires.

90
Synchronisation et pointeur

Un intérêt de la SDH et du multiplexage synchrone est la visibilité


directe des affluents au sein d une trame. Le traitement des VC-n à
l intérieur d un même équipement nécessite leur alignement en phase.
En plus, il est possible que deux nœuds d un même réseau fonctionnent
à des fréquences d horloge différentes.
En PDH, il y a été remédié par l utilisation des mémoires tampons à
l entrée des équipements.
Pour la SDH, une solution originale a été retenue: celle basée sur
l utilisation d un pointeur.
Dans la trame STM-1, le pointeur dit d AU-4 contient une indication
permettant de localiser le début du VC-4 à l intérieur de la capacité
utile.

91
Synchronisation et pointeur

92
Structure du pointeur

H1 H1 H1 H2 H2 H2 H3 H3 H3
3 x AU-3
1 = tous sont des 1s
Y = 1001ss11
1 x AU-4 H1 Y Y H2 1 1 H3 H3 H3 (S bits non spécifié)

93
Justification de fréquence et pointeur

L originalité de la SDH repose sur l utilisation des pointeurs et de la


technique de justification. Cette technique permet de préserver la
visibilité et l intégralité des affluents (problème de variation de phase).

La justification est l opération qui permet de transporter un signal de


débit variable dans une trame de débit fixe. On distingue trois types de
justification:

%  Justification positive
%  Justification nulle
%  Justification négative

94
Justification de fréquence et pointeur

La valeur du pointeur ne change pas tant que la position relative de la


charge utile dans la trame ne varie pas.
Un décalage de fréquence entre le débit de trame et celui du
conteneur virtuel (VC) entraînera une augmentation ou diminution de la
valeur du pointeur.
%  Justification négative: lorsque l horloge locale a une fréquence
inférieur à celle du nœud d origine du signal transporté, on utilise un
octet de réserve afin de transmettre le débit supplémentaire
correspond à cette avance. Une indication de justification négative
sera associée au pointeur.
%  Justification positive: lorsque l horloge locale indique une fréquence
superieue à celle du nœud d origine du signal transporté, un octet de
bourrage est inséré. Une indication de justification positive sera
associée au pointeur.
95
La justification

Justification positive Justification négative

96
Pointeurs

Pointeurs

AU-PTR TU-PTR
Pointeur d AU-4
Le pointeur d AU-4 fournit la méthode permettant un alignement souple
et dynamique du VC-4 dans la trame STM-1.
1.  Emplacement du pointeur d AU-4:
Le pointeur d AU-4 est contenu dans les octets H1, H2, H3 (voir figure).
Les deux octets H1 et H2 peuvent être considérés comme un seule
mot. Seulement 10 bits de ces octets sont utilisées pour désigner
l emplacement du premier octet du VC-4 (bits 7 à 16). Les deux bit (5
et 6) désigne le type d AU (ex: dans le cas d un AU-4, SS=10).
la justification octet du VC-4 porte sur trois octets à la fois:
•  3 octets (H3) pour la justification négative.
•  3 octets pour la justification positive.

> Si le coté de réception ne peut pas interpréter la valeur PTR , des


alarmes « AU-LOP puis AIS » sont insérés. 98
Pointeur d AU-4

2. Fanion de nouvelles données (NDF)


NDF: New Data Flag
Le NDF est constitué des quatre premiers bits du mot de pointeur (bits:
N). Il permet une modification de la valeur du pointeur, si cette
modification est due à un changement de la capacité utile.
•  Le fonction normal, est indiqué par 0110 dans les bit (N).
•  le nouvel alignement est indiqué par inversion des bits (N) en 1001
•  indication de concaténation : 1001SS1111111111
• si le pointeur est à (0) (0000000000), le VC-4 commence tout de suite
après le dernier octet H3

99
Pointeur d AU-4

3. Justification de fréquence
•  Dans le cas d une justification négative, les octets (H3) sont utilisés
comme octet d information et les bits (D) (bit de décrémentation)
sont inversés par rapport à la valeur précédente.
•  Pour une justification positive, les octets (0)sont utilisés comme
octets de bourrage, et les bits (I) (bits d incrémentation) sont
inversée par rapport à la précédente

100
1 4
TU-PTR
1

VC-12 VC-12 VC-12 VC-12

V1 V2 V3 V4
9
500µs VC-12 multi-trame
Pointeurs TU
TU-PTR
> Le PTR de TU permet l'alignement dynamique du L-
O VC-12 dans le multitrame
> La valeur du PTR est localisée dans bits 7~ 16 des
octets de V1 et V2

> Si la partie du récepteur ne peut pas interpréter la


valeur du PTR, des alarmes TU-LOP puis AIS sont
insérées.

> Indication du Multitrame dans l’octet H4


Les surdébits

L un des avantages de la Hiérarchie Numérique Synchrone


est lié à l existence, dans la trame STM-1, des capacités
importantes réservées au transport d informations
nécessaire à l exploitation - maintenance des équipements
et réseaux SDH. Ces capacités sont appelées surdébit,
notées SOH, POH.

103
Les surdébits

1. Surdébit de section

Noté SOH, le surdébit de section est inséré/extrait dans tous


équipements SDH. Son analyse permet de caractériser le transport de
l information contenue dans une trame sur la portion du réseau située
entre deux équipements homologues. Le SOH est ajouté à une AU-4 ou
un ensemble d AU-3 pour créer un STM-1. Le SOH est divisé en deux
parties:
- Le RSOH : surdébit de section de régénération. Il est
affecté à la supervision des tronçons de réseaux compris entre deux
régénérateurs d un système de ligne.

- Le MSOH : surdébit de section de multiplexage. Il est utilisé


pour la gestion des portions de réseaux comprises entre deux
équipements réalisant le multiplexage.
104
SOH
A1 A1 A1 A2 A2 A2 C1
RSOH B1 E1 F1
D1 D2 D3
Pointeur

B2 B2 B2 K1 K2
D4 D5 D6
MSOH D7 D8 D9
D10 D11 D12
Z1 Z1 Z1 Z2 Z2 Z2 E2

105
RSOH

A1, A2 : les 6 octets constituent le mot de verrouillage de trame


J0/C1 : Trace pour la section de régénération (identification d une trame
STM-1 dans la STM-N)
B1 : Surveillance de la qualité sur la section de régénération (BIP-8)
E1 : voies de service (Parole)
F1 : voies de service ou de données pour l'utilisateur
D1, D2, D3 : canaux de données pour la section de régénération. Data
Communication Channel (DCC: 192 Kbps, alarme, maintenance, contrôle,..))
X : non utilisé
106
Octets d’A1 et d’A2
#  Octets de la trame (Framing Bytes) –
indique la commencement de la trame STM-N
#  les octets A1, A2 sont déchiffrés
#  A1 = f6H (11110110), A2 = 28H (00101000)
#  Dans STM-N: (3XN) A1 octets, (3XN) A2 octets

flot

STM-N STM-N STM-N STM-N STM-N STM-N

Les sommets des trames


Octets D1 ~ D12
Canaux des données de communication (Data
Communications Channels) (DCC) Octets –
#  Canal de message pour OAM entre NEs et NMs
#  RS-DCC – D1 ~ D3 – 192 kbit/s (3X64 kbit/s)
#  MS-DCC – D4 ~ D12 – 576 kbit/s (9X64kbit/s)

GNE NE NE NE

Canal DCC
TMN Information OAM: Contrôle, Entretien,
Alimentation a distance, Surveillance
(Alarme et Performance), Administration
Octets E1 et E2
#  Octets de la ligne d’ordre – Donne un 64 kbit/s pour
une communication de voie
#  E1 – RS Octets de la ligne d’ordre – RSOH message
de la ligne d’ordre
#  E2 – MS Octets de la ligne d’ordre – MSOH message
de la ligne d’ordre

NE NE NE NE

E1 et E2

Canal de téléphone numérique


E1-RS, E2-MS
MSOH

B2 : Surveillance de la qualité sur la section de multiplexage (BIP-24)


K1, K2 : deux octets servant au protocole lors des mécanismes APS
(automatic protection switching) (gestion de canaux de secours).
D4,..., D12 : Canaux de données pour la section de multiplexage (DCC:
576Kbps).
S1 : indication de la qualité de la synchronisation
M1 : Résultat du comptage B2 renvoyé au départ de la section de
multiplexage (indication d erreur)
E2: identique à E1 (voie de service)
110
Les surdébits

2. Surdébit de conduit :

Noté POH, le surdébit de conduit est géré de bout en bout dans un


réseau SDH, il est inséré par l équipement dans lequel est crée un
conteneur virtuel, et il n est extrait pour l analyse que dans
l équipement destinataire. Les informations contenues dans le POH
permettent de superviser la liaison (conduit) établie entre deux sites
« client » pour un VC-n donné.

111
Les surdébits

112
POH (Path OverHead)
Surdébit de conduit du VC-3 ou 4

J1 J1 : Trace du conduit (identifie le VC)


B3 : Surveillance de la qualité du conduit (bit de
B3 parité)
C2 C2 : Structure de la charge utile véhiculée (nature du
C-4)
G1 G1 : Renvoie à l extrémité l'état du conduit reçu
F2 F2 : voie de service
H4 : Indication de multitrame TU12
H4 F3 : Comme F2
F3 K3 : APS du conduit (commutation de trafic vers des
canaux de secours)
K3 N1 : Usage futur
N1

113
Les architectures peuvent être réalisées en bus, en anneau, en étoile, ou
encore maillées et peuvent être combinées entre elles permettant aux
opérateurs de résoudre un grand nombre de cas pratiques.
114
Topologie des réseaux SDH

•  Le raccordement des usagers sur le réseau d'opérateur se fait sur des


équipements de multiplexage spécifique : MIE (Multiplexeur à Injection
Extraction), ou ADM (Add Drop Multiplexer).

Réseau d'abonnés Affluents


2 Mbps, 34 Mbps, …

F.O.
MIE F.O.

Réseau d'opérateur Agrégats


115
Topologie des réseaux SDH

•  Il existe trois types de topologie pour les réseaux SDH :

Boucle ou anneau
MIE

MIE MIE

MIE

116
Topologie des réseaux SDH

•  Il existe trois types de topologie pour les réseaux SDH :

Bus

MT MT

117
Topologie des réseaux SDH

•  Il existe trois types de topologie pour les réseaux SDH :

Etoile MIE
MIE

MIE

MIE MIE

118
Equipements SDH

Les équipements SDH ont été conçus pour remplir les principales fonctions à
assurer par le réseau :

- satisfaire la demande : fourniture rapide de capacités aux clients (circuits


loués, PSTN,…)(« provisionning »)

- router le trafic de manière efficace en optimisant la capacité disponible . les


trafics multi-services ou multi-utilisateurs véhiculés sur différents supports
sont triés suivant le service et routés vers la destination du service

- permettre la gestion du réseau et du trafic : maintenance et réparation,


rétablissement rapide des conduits défaillants,…

119
MTS
Multiplexeur Terminal Simplifié
Fonctions et caractéristiques:
–  signaux PDH à bas débits<->STM-N
–  Signaux SDH <->STM-N
–  Signaux électriques<-> Signaux optiques
Ligne de service
puissance alarme Interface TMN

STM-N
"  STM-N TM

1.5 2 6 34 45 140 155Mb/s


MTS
•  Applications:
–  Réseaux point à point

–  réseaux en chaîne

–  Combinaison anneau - chaîne


Equipements SDH

Multiplexeur Insertion - Extraction MIE


Les multiplexeurs insertion - extraction (add-drop) sont utilisés pour réaliser
les fonctions de transmission suivantes :
- transfert du signal numérique synchrone de ligne entre ses accès
- dérivation : insertion/extraction de signaux numériques plésiochrones et/ou
synchrones dans le signal numérique synchrone présent à ses accès
- des fonctions de brassage de VC12 ont été introduites dans le MIE.

Le MIE contient la fonction de régénération qui permet la remise en forme


uniquement par régénération du signal électrique et une surveillance de la
section de la régénération.

L'un des inconvénients majeurs du MIE est le nombre insuffisant d'accès à


2Mbit/s au niveau du châssis MIE alors que ce débit est le plus demandé,
c'est pour cela que l'on utilise des MTS.

122
Equipements SDH

123
MIE
•  Fonctions et caractéristiques:
–  Signaux PDH à bas débits <->STM-N
–  Signaux SDH <->STM-N
–  Signaux électriques <->Signaux Optiques
–  Brassage :
•  Unité d’affluents <-> Unité de ligne est
•  Unité d’affluents <-> Unité de ligne ouest
•  Unité de ligne est <-> Unité de ligne ouest
MIE
•  Applications:
–  Réseau en chaîne

–  Réseau en anneau

–  Réseau de Concentrateurs
(Hub Network)
REG
•  Fonctions et •  Applications:
Caractéristiques: –  Transmission à longue
–  Régénération de distance
signal –  Tous les Réseaux
–  Amplification
–  Relais
Equipements SDH
Brasseur

La fonction de brassage (« cross connect ») permet de réarranger les affluents


dans des trames STM-n, et de commuter (i.e. brasser ) des VC’s dans des multiplex
d’entrée avec des VC’s dans des multiplex de sortie.

En technologie plésiochrone la réorganisation du trafic demande des


démultiplexages successifs et coûteux jusqu'au niveau le plus bas de la hiérarchie.
Par contre, grâce aux techniques simplifiées de multiplexage et démultiplexage
synchrone, le brasseur peut apporter une grande souplesse dans la réallocation
dynamique des ressources, ce qui optimise la capacité offerte par les artères de
transmission.

Les brasseurs sont des équipements de forte capacité et ils sont donc situés aux
noeuds importants du réseau.

127
Equipements SDH

La fonction brassage est assurée par des brasseurs (BRN) qui permettent
le brassage des conteneurs (VC12 à 2Mbit/s et VC3 à 34Mbit/s) entre les
accès STM. Le coeur du brasseur repose sur la matrice de commutation qui
connecte les conduits entrants dans le système avec ceux qui en sortent.

Types:

La fonction de brassage peut être intégrée dans des ADM’s donc distribuée
dans le réseau.
Il existe aussi des équipements brasseurs autonomes (« stand-alone »
DXC). Il y a fondamentalement 2 grands types de brasseur : DXC 4/4 et
DXC 4/1 : le 1er chiffre indique le niveau maximum de VC présent sur les
entrées et le 2nd chiffre le niveau le plus bas de VC qui peut être manipulé
et donc commuté.

128
DXC
•  Fonctions et caractéristiques:
–  Multiplexage/Démultiplexage
–  Distribution
–  Protection/Rétablissement
–  Surveillance
–  Gestion du Réseau
–  Brassage
DXC
•  Configurez un DXC:
–  Peut être configuré de différentes
manières
–  Selon le débit du port d'accès
–  Selon le débit de brassage
–  DXC m/n est généralement utilisé pour
indiquer les caractéristiques d’un DXC
–  m >= n
•  m : le débit d’accès le plus élevé
•  n : Le plus bas débit de brassage
Choisir le Type de NE
•  Comment choisir le type de NE :
–  Emplacement de NE
–  Le trafic à insérer et à extraire
–  Gestion du réseau
Equipements SDH

132
Introduction à la Protection
du Réseau SDH
Concepts Essentiels
•  Survivance d’un réseau
–  Un réseau qui est capable de rétablir le trafic
en cas de problèmes.
–  Rétablir les services automatiquement
–  Dans un temps très court (50ms)
–  Sans interventions manuelles
Concepts Essentiels
•  Trafic Bidirectionnel
–  Sens du trafic
–  Dans le sens des aiguilles d’une montre et
dans le sens contraire des aiguilles d’une
montre.

The traffic shares the same


equipment and link

a) Uniformly routed
A

The traffic shares the same

Concepts Essentiels
equipment and link

•  Trafic unidirectionnel B
–  Sens du trafic
–  Dans le sens des aiguilles d’une montre ou
dans le sens contraire des aiguilles d’une
a) Uniformly routed

montre.

The traffic is on
different equipment
and links

T1516670-94

b) Diversely routed
Types de Réseaux auto-protégé
•  Protections de Section Linéaire :
–  Protection linéaire MS 1+1
–  Protection linéaire MS 1:N
•  Anneaux de Protection
Protection de conduit:
–  2 fibres: protection unidirectionnelle de conduit (Path)
–  2 fibres: protection bidirectionnelle de conduit (Path)
Protection de section de multiplexage
–  2 fibres: protection bidirectionnelle de section partagée
–  2 fibres: protection Unidirectionnelle de section dédiée
–  4 fibres: protection bidirectionnelle de section partagée
1+1 Protection Linéaire de MS
•  Structure du système de protection linéaire du MS 1+1 :
1+1 Protection Linéaire de MS
•  Mécanisme de protection linéaire du MS 1+1 :
–  A l’émission le signal est transmis sur les deux fibres en
permanence
–  La réception sélective.
1:N Protection Linéaire de MS
•  Structure de protection linéaire du MS 1:N

A B
P
r
o
t
e
c
ti
o
n
se
c
ti
o
n
(T
r
a
ns
m
i
t
)
P
r
o
t
e
c
ti
o
n
se
c
ti
o
n
(R
e
ce
i
v
e
)

W
o
r
k
i
n
gs
e
c
ti
o
n
1(
T
r
an
s
m
i
t)
W
o
r
k
i
n
gs
e
c
ti
o
n
1(
R
ec
e
i
v
e
)

W
o
r
k
i
n
gs
e
c
ti
o
n
2(
T
r
an
s
m
i
t)
W
o
r
k
i
n
gs
e
c
ti
o
n
2(
R
ec
e
i
v
e
)

W
o
r
k
i
n
gs
e
c
ti
o
nN
(
T
ra
n
s
m
i
t)
W
o
r
k
i
n
gs
e
c
ti
o
nN
(
Re
c
e
i
v
e
)

B
r
i
d
g
i
ngS
e
l
e
c
t
or S
e
l
e
c
t
orB
r
i
d
g
i
ng
1:N Protection Linéaire de MS
•  Structure 1:1 protection linéaire du MS :
1:N Protection Linéaire de MS
•  Mécanisme de protection linéaire du MS 1:1:
–  Ecoulement normal du trafic
1:N Protection Linéaire de MS
•  Mécanisme de protection linéaire de MS 1:1 :
–  Ecoulement du Trafic après la commutation de
protection
W
o
r
k
i
n
g
s
w
i
t
c
h
s
w
i
t
c
h

P
r
o
t
e
c
t
i
o
n
T
U
t
r
a
f
f
i
c T
U
t
r
a
f
f
i
c
1:N Protection Linéaire de MS
•  Les différentes étapes de la commutation :
–  Le nœud auxiliaire détecte SF (Échec du signal ) ou SD (Le
Signal erroné) et envoie une requête de pontage
(rétablissement) au nœud principal.
–  Le noeud principal exécute le pontage et envoie à son tour
une requête de pontage au nœud auxiliaire.
–  Le nœud auxiliaire passe en mode de commutation (reçoit
le signal par le canal de protection ) et exécute le pontage
(envoie le trafic par le canaux de protection )
–  Le nœud principal passe en mode de commutation et
termine le processus de commutation bidirectionnelle
Résumé de la Protection Linéaire
de MS
•  La Protection linéaire MS est basée sur le MS (STM-1 dans le STM-N)
•  La commutation de protection est conditionnée par les octets SF et SD
–  SF (Échec du signal ) comprend le RLOS, RLOF, MS-AIS …etc.
–  SD (Le Signal erroné) comprend le B2-EXC, B2-SD
•  les applications de l’APS
–  Le protocole APS est nécessaire pour les modèles de protection
suivants:
•  Protection linéaire MS 1:N
•  Protection linéaire unidirectionnelle et bidirectionnelle MS 1+1.
•  Protection linéaire bidirectionnelle MS 1+1
Résumé de la Protection Linéaire
de MS
•  Protocole APS
–  Commutation pour la protection automatique
–  Transporté par les octets K1K2 dans les canaux de protection
•  Temps de Commutation
–  Autour de 25ms
Les différents anneaux de protection?

147
Les différents anneaux de protection?

Il existe aussi des anneaux bidirectionnels à 4 fibres. Dans ce dernier cas,


une paire de fibres est réservée pour la protection. Cette paire de fibres
peut être éventuellement utilisée pour un trafic non prioritaire.

Il existe deux mécanismes de protection d'anneau :

- la protection de conduit,
- la protection de section de multiplexage.

148
Les différents anneaux de protection?

149
Les différents anneaux de protection?

•  Les anneaux unidirectionnels sont des anneaux à deux fibres et peuvent être à
protection de section ou protection de conduit.

•  Les anneaux bidirectionnels sont à protection de section et peuvent être à 2 ou


4 fibres.

Le choix du type d'anneau et de son mécanisme de protection associé dépend de


plusieurs paramètres, tels que la taille du réseau et le type de trafic sur le
réseau. Néanmoins, les anneaux bidirectionnels conviennent mieux pour des
trafics équilibrés entre chaque noeud (réseau national par exemple) et que les
anneaux unidirectionnels à protection de conduits sont plus adaptés à des
trafics dirigés vers un noeud particulier (hub par exemple).

150
Synchronisation des Réseaux SDH
Concepts Essentiels
•  Temps
–  Le temps est utilisé pour indiquer un instant (période de la journée)
ou comme mesure d'intervalle de temps.
•  Horloge
–  Un équipement qui fournit un signal de synchronisation.
•  Horloge maîtresse
–  Un équipement principale qui produit un signal de fréquence
précise pour la commande d'autres équipements auxiliaires.
•  Horloge esclave
–  Une horloge dont la phase est verrouillée sur un signal de
synchronisation provenant d’une horloge de plus haute qualité.
Concepts Essentiels

•  Mode asynchrone
–  Un mode où les horloges fonctionnent indépendamment.
•  Mode Maître / esclave
–  Un mode où une horloge maîtresse (principale) est utilisée comme
source de fréquences pour les autres horloges esclaves de
l’horloge principale.
•  Mode Plesiochrone
–  Deux signaux sont dits plesiochrones lorsque leurs instants
significatifs se présentent à la même cadence nominale, toute
variation de cette cadence étant maintenue dans des limites
spécifiées .
Concepts Essentiels

•  Mode Pseudo synchrone


–  Un mode où toutes les horloges ont une précision à long
terme de leurs fréquence. Cette précision doit être celle
d’une horloge de référence principale comme indiquée
dans la recommandation G.811 en fonctionnement
normal. Pas toutes les horloges dans le réseau seront
synchronisées avec le même PRC(primary reference
clock).
•  Réseau synchrone
–  Un réseau où toutes les horloges ont la même précision
à long terme en fonctionnement normal (modalite PRC)
Concepts Essentiels

•  Réseau de synchronisation
–  Un réseau qui fourni les signaux de synchronisation.
•  Mode verrouillé
–  Un mode de fonctionnement d'une horloge esclave dont le signal de
sortie est commandé par une référence externe. L’objectif est que
le signal de sortie de l’horloge esclave ait la même fréquence
moyenne et à long terme que l’horloge de référence. La fonction
d’erreur temporelle entre l’entrée et la sortie est maîtrisée. Le
mode verrouillé est le mode de fonctionnement des horloge
esclave.
–  Une fois l’unité de synchronisation a déterminé la disponibilité de la
source de synchronisation, celle-ci passe au mode verrouillé.
Concepts Essentiels
•  Mode de maintien (Holdover)
–  Etat de l’horloge qui a perdu sa source de synchronisation de
référence et qui utilise les données sauvegardées pendant le
mode verrouillé. Les données sauvegardées contrôlent les
variations de la phase et de la fréquence, permettant ainsi à la
condition verrouillage d'être reproduite pendant un certain temps.
–  Le (Holdover) se déclenche quand la sortie d'horloge n’est plus
contrôlée par une source de synchronisation externe. Le holdover
s’arrête quand la sortie d’horloge revient à son état verrouillage.
–  Quand toutes les sources de synchronisation de référence ont été
perdues, l'unité d'horloge entre dans le mode Holdover.
Concepts Essentiels

•  Mode libre (Free running)


–  Un état de fonctionnement dans lequel le signal de sortie
n’obéit à aucune horloge externe pour le contrôle de sa
fréquence et de sa phase il est cadencé au rythme de son
oscillateur interne.
–  Le mode libre se déclenche quand l'horloge ne détecte plus
de références externes. Le mode libre s’arrête quand
l’horloge a détecté à nouveau une source de synchronisation
externe.
–  Quand toutes les sources d'horloge sont perdues pour plus
de 24 heures ou quand les données enregistrées pendant le
mode verrouillage sont toutes épuisées, l'unité d'horloge
déclenche le mode libre.
Aspects du Réseau De Synchronisation

•  Modes de synchronisation
–  Synchrone
–  Pseudo synchrone
–  Plesiochrone
–  Asynchrone.
•  Synchronisation des réseaux nationaux
–  Entièrement synchronisé, commandé par une
ou plusieurs horloges de référence
–  Entièrement plesiochrone
–  Mixed
Aspects du Réseau De Synchronisation

•  Methode de Synchronisation
–  Maître / esclave
–  Synchronisation mutuelle
•  Hiérarchies des horloges
–  G.811 PRC
–  G.812 Local
–  G.813 SEC (Synchronous equipment clocks)
Réseau de Synchronisation
•  Distribution de la synchronisation entre les stations

SDH SDH
network network
element element
clock clock Node
boundary
a)
a)

Synchronization Node
link(s) clock

a)
a)

SDH SDH
network network
element element
clock clock

Distribution to other
G.813 clocks
outside the node

T1816890-92
a) Timing only
Réseau de Synchronisation
•  Distribution de la synchronisation entre les stations

G.811
PRC

G.812 G.812
node node
clock clock

G.812 G.812 G.812 G.812


node node node node
clock clock clock clock

PRC Primary Reference Clock T1816900-92


Model de communication entre des
Stations dans un Réseau SDH :

N
EN
EN
E
NE

D
C
C
c
h
a
n
n
e
l
M
N
O
A
M
m
e
ss
a
g
e
:
pe
r
f
o
r
m
a
n
c
e
a
l
a
r
m
,
o
pe
r
a
t
i
o
nc
o
m
m
a
n
d
et
c
.

OAM: operation, administration, maintenance)


TCP/IP
Types de Connexions entre le Passerelle
et le PC du NMS
•  Connéxion de LAN à l’aide d’un Câble croisé

NMS

TCP/IP

GNE

NE NE

NE
Types de Connexions entre le Passerelle
et le PC du NMS
•  Connéxion de LAN à l’aide d’un cables standard
NMS

HUB

TCP/IP

GNE GNE
......
NE NE NE NE

NE NE
NMS
Types de Connexions entre le Passerelle
et le PC
NMS du NMS
TCP/IP

•  Connéxion de WAN

NMS

FR or X.25

GNE

NE NE
GNE
NE
NE NE
Blocs Fonctionnels Logiques de
SDH
But
SDH a besoin d’un
interface unifie

Réalisé différemment
par différents vendeurs

ITU-T recommande un bloc


fonctionnel principale
standard unifié
Les$équipements$SDH$sont$décrit$sur$la$base$d un$concept$à$3$
niveaux$

Niveau'1:'Fonc.ons' Niveau'2:'Fonc.ons' Niveau'3:'Bloc'


atomiques' composites' fonc.onnel'

Fonc.ons'd interface'
Fonc.ons'de'base' et'de'supervision'

167
Fonc.ons'de'base'

Fonc.ons' Fonc.ons'de' Fonc.ons'de'


d adapta.on' terminaison' connexion'

168
Fonction de terminaison

Principales fonctions

169
Fonc.on'de'terminaison'

» $Reliée$à$un$point$de$terminaison$de$connexion$
» $Assure$la$ges?on$et$la$supervision$des$conduits$par$ajout$ou$
extrac?on$des$surAdébits$d exploita?on$
» $Permet$de$qualifier$le$transfert$de$l informa?on$
» $Met$en$œuvre$des$mécanismes$de$supervision$capables$de$
détecter$les$erreurs$de$transmission$

170
Rappel:'Sur?débits'd exploita.on'

Il$existe$deux$types$de$surAdébits$d exploita?on:$
» $SurAdébit$de$conduit$(POH)$
» $SurAdébit$de$sec?on$(SOH)$

171
Sur?débit'de'conduit'?'POH'

» $Géré$de$bout$en$bout$dans$le$réseau$SDH$
» $Inséré$par$l équipement$terminal$dans$lequel$est$crée$le$VC$
» $S étale$sur$9$octets$
» $N est$extrait$et$analysé$que$dans$l équipement$des?nataire$
» $Les$informa?ons$qu il$con?ent$permeRent$de$superviser$la$
liaison$établie$entre$2$sites$client$pour$un$VCAn$donné$
» $U?lisé$pour$la$signalisa?on$de$bout$en$bout$et$la$mesure$
d erreurs$

172
Sur?débit'de'sec.on'?'SOH'

» $Inséré$et$extrait$dans$tout$équipement$SDH$
» $Informe$sur$les$caractéris?ques$du$transport$dans$la$por?on$interA
équipements$du$réseau$traversée$
» $Divisé$en$2$par?es:$
• $RSOH$
• $MSOH$

173
Principales'fonc.ons'

La$fonc?on$de$terminaison$se$cons?tue$de$4$fonc?ons$principales:$

» $LPT$(LowAorder$Path$Termina?on)$
» $$HPT$(HighAorder$Path$Termina?on)$

» $MST$(Mul?plexing$Sec?on$Termina?on)$

» $RST$(Regenerator$Sec?on$Termina?on)$

174
Low?order'Path'Termina.on'?'LPT'

La$fonc?on$de$terminaison$de$conduit$d ordre$inférieur$:$
» $Assure$l ajout$du$POH$d ordre$inférieur$
» $Données$d entrée$=$Conteneurs$d ordre$inférieur$(CA11,$
CA12,$CA2$ou$des$CA3)$
» $Données$de$sor?es$=$Conteneurs$virtuels$d ordre$inférieur$
(VCA11,$VCA12,$VCA2$ou$des$VCA3)$
$$

175
High?order'Path'Termina.on'?'HPT'

La$fonc?on$de$terminaison$de$conduit$d ordre$supérieur$:$
» $Assure$l ajout$du$POH$d ordre$supérieur$
» $Données$d entrée$=$Conteneurs$d ordre$supérieur$(CA3$ou$
des$CA4)$
» $Données$de$sor?es$=$Conteneurs$virtuels$d ordre$supérieur$
(VCA3$ou$des$VCA4)$
$$

176
Mul.plexing'Sec.on'Termina.on'?'MST'

La$fonc?on$de$terminaison$de$sec?on$de$mul?plexage:$
» $Assure$l ajout$du$MSOH$
» $Données$d entrée$=$AUG$$

177
Regenerator'Sec.on'Termina.on'?'RST'

La$fonc?on$de$terminaison$de$sec?on$de$régénéra?on:$
» $Assure$l ajout$du$RSOH$
» $Données$de$sor?e=$STMAN$

178
Fonction d adaptation
Fonction d adaptation

projection repérage groupement


multiplexage
Fonction d adaptation

Fonction LPA Fonction MSA Fonction HPA


Fonction LPA
Adaptation du Trajet d’ordre inférieur
(Low-Order Path Adaptation)

Assure la projection des affluents PDH dans leurs conteneurs.

Ses données entrants sont des affluents PDH définis dans la


recommandation G-803.

Ses données sortant sont des C-1,C-2,C-3 ou C-4


Fonctions LPA

Type de LPA Type de conteneur


LPA-11 C-11
LPA-12 C-12
LPA-2 C-2
LPA-3 C-3
LPA-4 C-4
Fonction HPA
Adaptation du Trajet d’ordre supérieur
(High-Order Path Adaptation)

Elle assure la formation des C-3/4 à partir des VC-1/2


ou VC-3

Ajoute le pointeur de TU, assure le multiplexage des


TUG-2/3 et leur insertion dans les C-3/4
Fonction MSA

MSA (Multiplexing Section Adaptation)

Supervision

'

VC-3 /4 PTR AU-3/4


Fonction MSA

' ' '


VC?3/4' MSA ''AUG'
!Les%fonctions%de%
connexion !

187
Définition

•  Fonction de connexion ou Connexion


de réseau
–  Service de routage : construire le chemin
–  Transport de l information de manière
transparente : absence de traitement ou de
supervision
Types de fonctions

LPC : Low order Path Connection


HPC: High Order Path Connection
MSP: Multiplexing Section Protection
•  Possibilité d allouer des
capacités( conteneurs d ordre inférieur ou
supérieur) pour un assemblage dans
d autres conteneurs

–  Fonction de brassage et multiplexeurs à insertion/


extraction

190
LPC
•  Fonction de connexion de conduits d ordre inférieur

–  Brassage des VC d ordre inférieur de façon


transparente
–  Conduits démultiplexés puis rémultipléxés pour
construire un conduit d ordre supérieur

191
HPC
•  Fonction de connexion de conduits d ordre supérieur
–  Brassage des VC d ordre supérieur de façon
transparente
–  Donnée entrée/sortie: VC-4 et VC-3 d ordre supérieur

192
Multiplexing+Section+Protection+
(MSP)3
MSP
3

•  Appelé Multiplex Section Protection (MSP) ou


Automatic Protection Switching (APS).

•  Fonction de section de multiplexage

–  Niveau de protection au sein des réseaux SDH


–  Sécurisation des liaisons de connexion

194
Types+de+protection+MSP
3
•  Protection 1: N:
–  Une partie de la section de multiplexage est gardée
en réserve pour la protection
Types+de+protection+MSP
3

•  Principe :

–  Ajout des octets K1 et K2 : octets de


protection dans le MSOH obéissant au
protocole de communication dit de K1 et K2.
Bloc Fonctionnel MSP
MSP: Protection du Section de Multiplex (Multiplex Section
Protection)
' Implémente la commutation de la couche de protection de MS
' Condition de Commutation: alarme R-LOS, R-LOF, MS-AIS

Modèle d’Equipment Bloc Fonctionnel


principale Trajet principale du signale

M M
TM TM M MST MST M
S S
A S S A
En attente P P
MST MST

Trajet en attente du signale


Types+de+protection+MSP
3

K1: demande de protection


N°Canal+à+secourir3

K2: informations de protection


Types+de+protection+MSP
3
•  Protection 1+1 :
–  traite des dérangements à l'intérieur d'une section de
multiplexage
Blocs Fonctionnels Logiques de l’Equipement SDH
w TTF

STM A B C D E F
SPI RST MST MSP MSA

HOI
140Mb/s G.703
M L G
PPI LPA HPT HPC
F

LOI HOA

2Mb/s G.703 K I G F
PPI
J LPA LPT
H LPC H HPA HPT
34Mb/s

Note: Taking 2Mb/s


as example Q Interface
SEMF MCF
F Interface
OHA OHA Interface P N
D4—D12 D1—D3

External Synchronous
SETS SETPI
Signal Interface
Bloc Fonctionnel
  HOI: Interface d’ordre supérieur (High-Order Interface) (HPT, LPA,
PPI) ' 140 M --- VC-4

  HOA: Assemblage d’ordre supérieur (High-Order Assemble) (HPT,


HPA) ' VC-12 --- VC-4

  SPI: Interface Physique Synchrones (Synchronous Physical Interface)


' Implémente la fonction d’interface
' O/E, extraire le signal d’horloge de STM-N
' surveille les alarmes correspondantes

  PPI: Interface Physique de PDH (PDH Physical Interface)


' Conversion du modèle de code
' Interface entre l’appareil et la ligne PDH

  OHA: Accès d’En-tête (Overhead Access)


' Traitement des messages de la ligne d’ordre E1, E2, F1
CONCLUSION
Aujourd’hui, face à l’augmentation des débits IP demandés par les clients des
grands opérateurs, le coût de gestion d’un réseau SDH optique est peu
compétitif. Le coût d’équipement d’un réseau optique IP/ATM/SDH est jusqu’à
treize fois supérieur à celui d’un réseau optique IP/Ethernet. De nombreux
équipementiers travaillent à l’adaptation du protocole Ethernet afin d’éliminer
la couche SDH/Sonet sur la boucle optique.
Mais la SDH n’a pas dit son dernier mot. En effet, Cisco et CIENA développent
en commun une transposition directe de la commutation et du routage aux
réseaux optiques : le système de transmission longue distance (Dense
Wavelength Division Multiplexing: DWDM), ce qui permettra aux fournisseurs
de services de créer des services de données évolutifs et plus économiques.
Grâce au multiplexage statistique de paquets et de cellules sur des longueurs
d'onde dans la couche de commutation optique, les commutateurs et les
routeurs offrent des bandes passantes plus efficaces, tout en réduisant les
coûts et la complexité. Voilà pourquoi, on peut s'attendre que l'intégration des
données et des technologies d'interconnexion optique ainsi que le futur marché
VoIP accélèrent la mise sur le marché d'une nouvelle génération
d'infrastructures de communication.

202
Annexes
Bloc Fonctionnel SPI
SPI: Interface Physique Synchrones
(Synchronous Physical Interface)
' Implémente la fonction SPI
d’interface
' O/E, extraire le signal
d’horloge de STM-N
' surveille les alarmes
correspondantes
Réception Emission
B'A
A'B

E/O
O/E
Extraire Faillite de réception
le signal R-LOS
de réglage
Bloc Fonctionnel RST
reception
B'C

R-LOS
Framing
Met tous 1s dans C
A1, A2

RST: Terminaison du Section de Normal


Fail
Régénérateur (Regenerator R-OOF, R-LOF Unscramble
Section Termination) All “1” at C Process E1, D1~D3
' Traitement des en-têtes de RS
' Traitement de RSOH dans la
direction de Rx Verify B1
' Ecrits RSOH dans la direction RS-BBE
de Tx
Bloc Fonctionnel RST
Transmission
C'B

Ecrit Crypté
RSOH le Trame STM-N

Calculé Ajouté E1
B1 D1-D3
Bloc Fonctionnel MST
MST: Terminaison de
Section de Multiplex
(Multiplex Section
Réception
Termination)
C'D
' Traitement de MSOH

Extract APS Detect Detect


K1, K2 (b1-b5) K2 (b6-b8) B2

111 Overflow
110 Abnormal
MS-AIS MS-EXC (B2)
MS-RDI MS-BBE
All “1” at D All “1” at D
Bloc Fonctionnel MST
Transmission
D→C

Ecrit MSOH

Réception MS-BBE Réception MS-AIS


Revoie M1'MS-REI Revoie K2'110 MS-RDI
Bloc Fonctionnel MST

Structure du Trame du Signal au


point référence D
Concept de RS, MS

MST RST SPI SPI RST MST

RS (Section de régénération) (regenerator section)

MS (Section de Multiplex) (multiplex section)


Bloc Fonctionnel MSP
MSP: Protection du Section de Multiplex (Multiplex Section
Protection)
' Implémente la commutation de la couche de protection de MS
' Condition de Commutation: alarme R-LOS, R-LOF, MS-AIS

Modèle d’Equipment Bloc Fonctionnel


principale Trajet principale du signale

M M
TM TM M MST MST M
S S
A S S A
En attente P P
MST MST

Trajet en attente du signale


Bloc Fonctionnel MSA
Réception
MSA: Adaptation du
Section de Multiplex E'F
(Multiplex Section
Adaptation)
' Implémente AUG á De-intercale
VC-4 ou VC-4 á la AUG ' N×AU-4
conversion AUG

Lire
AU-PTR

H1H2H3 tous sont des “1” Indicateur invalide ou 8 NDF


AU-AIS AU-LOP
tous sont des“1” á F tous “1” á F
Bloc Fonctionnel MSA

Transmission
1 261
F'E 1

VC-4
Ecrit Octets intercales 9

AU-PTR N×AU- 4 ' AUG


Structure du Trame de
Signal au Point F
Bloc Fonctionnels

HPC: Trajet a connexion croisée d’ordre supérieur


(High-Order Path Cross-connect)
' Matrice á connexion croisée de control et
d’Implémentation seulement pour VC-4
' Choisit seulement la route sans traiter les
signaux

HPT: Terminaison du trajet d’ordre inférieur (High-


Order Path Termination)
' Traitement de HO-POH dans VC-4
Bloc Fonctionnel HPT
Réception
F'G

Vérifie B3 Détecte J1 Détecte C2 Transmit H4


Invalide discordance discordance to HPA
' HP-BBE ' HP-TIM ' HP-SLM
' 00H: HP-UNEQ

Tous sont Tous sont


des 1 á G des 1 á G
Bloc Fonctionnel HPT
Transmission
G'F

Réception HP-TIM,
Réception HP-BBE HP-SLM, HP-UNEQ
Ecrit HO-POH Renvoie HP-REI (G1)
Revoie HP-RDI (G1)

1 260
1

C4
9
G point
Bloc Fonctionnel
"  HOI: Interface d’ordre supérieur (High-Order Interface)
(HPT, LPA, PPI) ' 140 M --- VC-4

"  HOA: Assemblage d’ordre supérieur (High-Order


Assemble) (HPT, HPA) ' VC-12 --- VC-4

"  LPC: Connexion du Trajet d’ordre inférieur (Low-Order


Path Connection)
' Pour les matrices á connexion croisée VC-12 & VC-3
' Choisit seulement la route sans traiter les signaux

"  LPT: Adaptation du trajet à ordre inférieur (Low-Order


Path Adaptation) ' Surveillance au temps réel d’ordre
inférieur VC-12
Bloc Fonctionnel

LPA: Adaptation du Trajet d’ordre inférieur


(Low-Order Path Adaptation)
' Implémente le paquetage et le dépaquetage et
restaurer le signal original
' PDH <---> C

PPI: Interface Physique de PDH (PDH Physical


Interface)
' Extraire le réglage du signal tributaire PDH
' Conversion du modèle de code
' Interface entre l’appareil et la ligne PDH
Bloc Fonctionnel PPI
PPI

Réception Transmission
L'M M'L
J'K K'J

Conversion Extraire du Temps Il n’y a pas de signal


du modèle de Conversion du d’alimentation
de code modèle de code T-ALOS, EX-TLOS
Bloc Fonctionnel HPA
HPA: Adaptation du Réception
trajet d’ordre G'H
supérieur (High
order Path
De intercaler
Adaptation) C4 ' 63XTU-12

' Implémente la
conversion de C4 á
lire
VC-12
TU-PTR

V1V2V3 tous sont des “1” Indicateur invalide ou 8 NDF


TU-AIS TU-LOP
Tous sont des “1” á H Tous sont des “1” á H
Bloc Fonctionnel HPA

Transmission
H'G

Indicateur d’écriture Octet intercallé


TU-PTR, VC-12'TU12 TU12'C-4
Bloc Fonctionnel LPT
LPT: Trminaison du trajet d’ordre inferieur
(Low-Order Path Termination)
' Traitement de LO-POH

LPT

Réception Transmission
H'I I'H

Détecte V5 Ecrit LO-POH


LP-BBE
LP-SLM, LP-UNEQ
Reçoit LP-BBE, Renvoie LP-REI
Reçoit LP-SLM, UNEQ, Renvoie LP-RDI
Bloc Fonctionnel Auxiliaire
SEMF: Fonction de Gestion de l’Equipement
Synchrone (Synchronous Equipment Management
Function)
' Centre de Surveillance l’équipement entier
' Implémente OAM de l’équipement local et d’autre
équipement
MCF: Fonction de Communication de Message
(Message Communication Function)
' Assure l’interface de communication D1~D3
' Implémente l’interface de terminaison de la gestion du
réseau pour l’équipement: f/Qx
Bloc Fonctionnel Auxiliaire
SETS: Source de Réglage de l’Equipement Synchrone
(Synchronous Equipment Timing Source)
' Donne l’horloge de signal du réglage locale á d’autre
blocs fonctionnel
' Donne l’horloge de signal du réglage pour d’autre
équipement
SETPI: Interface Physique du Réglage de l’Equipement
Synchrone (Synchronous Equipment Timing Physical Interface)
' Fournie l’Interface Externe de SETS
' Signale de l’horloge du réglage externe et signale de
l’horloge du réglage de production signal
OHA: Accès d’En-tête (Overhead Access)
' Traitement des messages de la ligne d’ordre E1, E2, F1
Organigramme d’Alarme
R-LOS R-LOF

MS-EXC MS-AIS

AU-LOP AU-AIS HP-UNEQ HP-TIM HP-SLM

TU-AIS
Glossaire
► Projection (Mapping) - Un processus a employé quand
des tributaires sont adaptés dans VCs en ajoutant les
bits de justification et l'information de POH

► Alignement (Aligning) - Ce processus a lieu quand un


indicateur est inclus dans une unité tributaire (TU) ou
une unité administrative (AU), pour permettre au 1er
byte du VC d'être localisé
Glossaire
► Multiplexage (Multiplexing) - Ce processus est employé
quand des signaux multiples d'ordre réduit du trajet sont
adaptés dans un signal d’ordre évolué du trajet, ou quand
des signaux d'ordre élevé du trajet sont adaptés dans une
section multiplex
► Bourrage (Stuffing) – alors que les signaux de tributaire sont
multiplexés et alignés, une certaine capacité disponible a été
crée dans le châssis SDH pour fournir assez d'espace pour
tous les divers taux tributaire. Par conséquent, à certains
points dans la hiérarchie de multiplexage, cette capacité de
l'espace est remplie par de" bourrage fixe" des bits qui ne
contient aucune information, mais sont exigés pour remplir
le châssis particulier
Glossaire
•  Structure de Multiplexage de SDH
C = Conteneur (Container)
VC = Conteneur Virtuel (Virtual Container)
TU = Unité Tributaire (Tributary Unit)
AU = Unité Administrative (Administrative Unit)
TUG = Groupe d’Unité Tributaire (Tributary Unit Group)
AUG = Groupe d’Unité Administrative (Administrative Unit
Group)
STM = Module de Transfert Synchrone (Synchronous
Transfer Module)
Glossaire
•  TU Multi-trames
En mode flottant de TU, quatre trames consécutives
de 125 microsecondes du VC-4 sont combinées
dans une structure de 500 microsecondes,
appelée une multi-trames de TU. L'occurrence ou
la multi-trames de TU et sa phase est indiquée
dans les en-têtes du trajet de VC-N.
•  Concaténation
La connexion de diverses structures de données.
Dans le SDH, un nombre (M) de TUs peut être lié
ensemble pour produire un containeur concaténé,
M fois de la taille du TU.
SPI MST MSA

RST MSP
HPC

PPI LPT HPT

LPA LPC HPT

PPI LPA HPA