Sie sind auf Seite 1von 12

1

Chapitre 3 : Les installations industrielles

1 Introduction :
Le moteur asynchrone qui est le moteur de base de l’industrie actuelle convient surtout pour
les commandes à vitesse constante. Sa mise en vitesse, au moment du démarrage, est liée à la
surintensité admissible par l’installation électrique, au couple nécessaire à la machine
entraînée, et à la durée de démarrage admissible. On présente dans ce cours les solutions les
plus employées.
Dans ce qui suit, on utilisera un moteur dont toutes les extrémités des enroulements sont
sorties sur la plaque à bornes :

On utilise un moteur dont la tension de couplage triangle correspond bien à celle du réseau :
Réseau 220V / 380 V & Moteur 220V / 380 V :
La tension nominale admissible par un enroulement est celle correspondant au couplage
triangle soit 380 V. Dans le cas d’un couplage étoile deux enroulements en série sont soumis à
cette même tension, soit 220 V pour chacun.
Le réseau triphasé de la STEG est un système de tensions triphasées équilibré. Les tensions
2
sont déphasées l’une par rapport à l’autre de :
3

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


2

Il en est de même pour les tensions composées :

La force magnétomotrice tourne toujours dans le sens v1, v2, v3 qui sont reliés
respectivement aux bobinages b1, b2, b3. Si on permute deux phases, la force magnétomotrice
suit les tensions.

La force magnétomotrice ignore donc la géométrie, elle dépend uniquement de l’ordre de


succession des phases qui lui donnent naissance. Il en résulte donc pour inverser le sens de
rotation d’un moteur triphasé il suffit de permuter deux phases quelconques.
2 Démarrage direct :
2.1 Principe :
Ce type de démarrage est réservé aux moteurs de faible puissance devant celle du réseau, ne
nécessitant pas une mise en vitesse progressive. Le couple est énergique (1.5 à 2 CN), l’appel
de courant est important (4 à 8 fois le courant nominal). Ce mode est plutôt destiné au moteur
asynchrone à rotor à cage. Les enroulements du stator sont couplés directement sur le réseau.
Le distributeur d’énergie électrique impose une limite en puissance sur les moteurs démarrant
en direct et ce pour ne pas perturber le réseau.
2.1.1 Démarrage manuel :
Le démarrage manuel n’est plus utilisé actuellement. Le démarrage d’une pompe pour un puit
se fait de façon semi-automatique ! Le principe se base sur un interrupteur tripolaire pour le
cas d’un seul sens de marche et d’un interrupteur inverseur tripolaire pour deux sens de
marche. Ces modes ont laissé maintenant la place aux démarrages semi-automatiques et

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


3

automatiques moyennant des contacteurs et des relais temporisés et aux variateurs de vitesse
qui répondent aujourd’hui aux exigences des industriels.

Figure 1 : Procédés de démarrage manuels

2.1.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :


Ce type de démarrage utilise le contacteur comme élément de distribution d’énergie. La
commande du contacteur se fait par un circuit auxiliaire et généralement distant du moteur.

Figure 2:Démarrage un seul sens de marche

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


4

2.1.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :

Pour l’inversion du sens de marche il suffit d’intervertir deux phases. Dans ce cas un
verrouillage mécanique et indispensable pour éviter un court-circuit entre les phases
inversées.
2.2 Avantages :
- Simplicité de l’appareillage.
- Couple important.
- Temps de démarrage court.
2.3 Inconvénients :
- Appel du courant important
- Démarrage brutal
3 démarrage étoile - triangle
3.1 Principe :
Ce procédé ne peut s’appliquer qu’aux moteurs dont toutes les extrémités d’enroulement sont
sorties sur la plaque à bornes, et dont le couplage triangle correspond à la tension du réseau.
Le démarrage s’effectue en 2 temps.
Ce type de démarrage est réservé aux machines démarrant à vide ou dont le couple résistant
est faible. Comparé au couplage triangle, l’intensité de démarrage est divisée par 3, mais le
couple de démarrage aussi (proportionnel au carré de la tension d’alimentation des
enroulements).

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


5

3.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :


3.2.1 Circuit de puissance :

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


6

3.2.2 Circuit de commande :

Equations :

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


7

3.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :


3.3.1 Circuit de puissance :

3.3.2 Circuit de Commande :

Equations :

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


8

3.4 Avantages :
- Appel de courant en étoile réduit au tiers de sa valeur en direct
- Faible complication d’appareillage.
3.5 Inconvénients :
- Couple réduit au tiers de sa valeur en direct
- Coupure entre les positions étoile et triangle d’ou apparition de phénomènes transitoires
3.6 Application :
On désire commander un moteur asynchrone en étoile – triangle 1 seul sens. Pour adoucir le
passage de l’étoile au triangle on utilise des résistances en série avec les enroulements
statoriques au début du couplage triangle. Elles seront court-circuitées par la suite.
On demande :
 Donner le schéma fonctionnel.
 Établir le circuit de puissance.
 Donner le circuit de commande.

4 démarrages à résistances statoriques.


4.1 Principe :
C’est une mise temporaire d’un ou plusieurs groupes de résistances en série avec le stator. Ce
type de démarrage a des caractéristiques comparables au démarrage étoile - triangle. Il n’y a
pas de coupure de l’alimentation du moteur entre les temps de démarrage. Ce démarrage peut
se faire en plusieurs temps suivant la puissance du moteur.
.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :
4.2.1 Circuit de puissance :

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


9

4.2.2 Circuit de commande :

4.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :


4.3.1 Circuit de puissance :

La tension appliquée aux bornes du moteur ne reste pas constante pendant le temps
d’accélération. L’intensité maximale se situe lors de la mise sous tension, puis elle diminue

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


10

Id= 4,5 In. Le couple initial est relativement faible pour une pointe de courant assez
importante . Cd = 0,75 Cn
4.3.2 Circuit de commande :

Equations :

4.4 Avantages :
Le couple moteur est croissant pendant un démarrage plus progressif résultant de la réduction
de la tension d’alimentation causée par l’appel du courant qui reste important.
4.5 Inconvénients :
L’appel du courant plus important qu’en étoile-triangle : 4 à 5 fois le courant nominal. Le
couple de démarrage est diminué par rapport au démarrage direct.
4.6 Emploi :
Ce mode convient aux machines dont le couple de démarrage est plus faible que le couple
nominal.

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


11

5 démarrages à resistances rotoriques.


5.1 Principe :
On utilise obligatoirement un moteur asynchrone triphasé a rotor bobiné en étoile avec sorties
sur trois bagues. Le stator est soumis à pleine tension alors que le rotor est excité à travers des
groupes de résistances en série avec les bobinages rotoriques pendant le démarrage, puis sont
court-circuités. Le courant de démarrage est limité, sans que le couple soit réduit.
5.1.1 Circuit de puissance :

Cmax et Cmin sont fixés par le cahier des charges, g2 et g3 sont déterminés sur la
caractéristique " naturelle " du moteur. Connaissant la valeur de la résistance du bobinage
rotorique r, on détermine les valeurs des résistances de démarrage R et R’.
Le courant absorbé est sensiblement proportionnel au couple fourni ou très peu supérieur.
EX : Pour un couple de démarrage Cd = 2,5 Cn. L’intensité sera sensiblement de 2 In Id < 2,5
In. On obtient fréquemment des couples de démarrage égaux à 2,5 fois le Cn sans surintensité
excessive. On peut encore réduire la surintensité en augmentant le nombre des temps de
démarrage. Cd < 2,5 Cn.

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles


12

5.1.2 Circuit de commande :


Le circuit de commande est le même que celui de démarrage statorique.

5.2 Avantages :
- L’appel de courant est pour un couple de démarrage donné le plus faible par rapport à tous
les autres modes de démarrage.
- Possibilité de choisir par construction, couple et le nombre de temps de démarrage.
5.3 Inconvénients :
- Nécessité d’un moteur à rotor bobiné.
- Equipement plus cher

Cours câblage et sécurité électrique Chapitre 1 : Les installations industrielles