Sie sind auf Seite 1von 73
SERIE DE LA GESTION DE L'ENERGIE 1 A LINTENTION DES INDUSTRIES, COMMERCES ET INSTITUTIONS Isolation thermique des équipements To the Reader Avis au lecteur PREFACE L’art ot Ia science de la gestion de I'énergie ont accompli des progrés remarquables aut cours de la dernigre décennie. La gestion de énergie est devenue une discipline sérieuse dans le cadre du processus de gestion de la plupart des entreprises qui connaissent le succes. D’abord, au début des années 70, on a mis sur pied des programmes d’économie d’énergie afin de réduire la menace de pénutie d’énergie que pesait sur le Canada, de méme que la dépendance du pays & Pendroit du pétrole étranger. Toutefois, la hausse vertigineuse des prix n’a pas tardé & donner une signification nouvelle a expression «économie d’énergien: réduire le codt de l’énergie. Nombre industries, de commerces et d’organismes publics ont relevé le déti et abaissé les coats «énergie jusque dans une proportion de 50%. On est ainsi ative utiliser Pénergie de fagon ration- nelle, grdice & des mesures telles que des programmes d'information & intention du personnel, ‘des moyens d’entretien plus point, la simple élimination du gaspillage, et en mettant de avant ‘des projets aptes & moderniser ou amiéliorer les installations et Péquipement. Pout en artiver maintenant & économiser d’avantage énergie, il importe de micux connattre la technologie et ses applications en plus d’avoir recours a des appareils & haut rendement énergétique. Alla demande du Programme économie d’énergie dans Pindustrie canadienne, du Programme des groupes de travail sur la gestion de Ménergie dans les secteurs commercial et institutionnel, et d’associations professionnelles et commerciales intéressées, la Division de I"énergie industrielle du ministére de PEnergie, des Mines et des Ressources a élaboré une série de modules techniques portant sur la gestion de énergie. Ces manuels aideront les gestionnaires et le personnel d’exploitation & découvrir les possibilités de gestion de |'énergie dans leur cadre de travail. On y trouve une quantité de renseignements prati- ques, notamment des équations mathématiques, des renseignements généraux sur des techniques éprouvées, ainsi que des exemples concrets d’économie dénersie. Pour obtenir de plus amples renseignements concernant les modules figurant dans la liste qui suit ou la documentation utilisée dans le cadre des ateliers, y compris les études de cas, veuillez éerire a Vadresse suivante La Division de la gestion de énergie dans les ‘entreprises et dans le secteur gouvernemental Direction des économies d’énergie Energie, Mines et Ressources Canada ‘580, rue Booth Ottawa (Ontario) KIA 064 Gestion de énergie et participation des employés Evaluation de la consommation 9 Chauffage et refroidissement (vapeur et eau) 10 Chauffage, ventilation et conditionnement d’air Analyse financitre énergétique Comptabilité de la gestion énergétique Récupération de la chaleur perdue 1 Isolation thermique des équipements 2 Eclairage 3 Blectricite 4 Moteurs électriques éeonomiseurs énergie 5 Combustion 6 Appateillage de chauiterie 7 Fours, sécheurs et fours de cuisson 8 Réseaux de vapeur et de condensat 11 Refroidissement ct pompes 2 chaleur 12 Réseaux de distribution d'eau et d’air comprimé 13. Ventilateurs et pompes 14 Compresscurs et turbines 15 Mesures et controle 16 Régulation automatique 17 Manutention des matériaux et transport sur place 18 Point de vue architectural 19 Accumulation thermique 20 Guide de planification et de gestion TABLE DE MATIERES INTRODUCTION Objectif Contenu NOTIONS DE BASE ‘Termes et définitions Propriétés importantes & considérer pour le choix des isolants Propriétés de transfert de chaleur Rayonnement Convection Conduction Flux thermique Revétements et enduits de protection Coupe-vapeur Prévention Gammes de températures disolation Caloritugeage pour basses tmapératures Calorfugeage pour températuresintermédiaies Caloritugeage pour hasestempératres Méthode de sélection passer d'otant recormmandse Epalseur reconimande pour budget estrelnt Epaisseur d’isolant rentable Analyse énergétique Analyse au passage Analyse de diagnostic Possi MATERIAUX ET SYSTEMES ilités de gestion de énergie ‘Types et formes disolants Principaux matériaux isolants Page wo uw 4 14 4 14 15, 18 15 Syst#mes d'isolation Revétements et enduits de protection evans ‘Coupe-vapeur Revétements de protection mécanique Revétements retardateurs de lamme et résstans a corrosion Revétements et enduitsesthtiques Revéterentshygidniques Propriétés des revétements de protection Compatibilté ‘Résistance aux mouvementsinternes et externes Gamme de températures Perméabilité la vapeur Accessoires Fixations Armature disolant pour la pose de ciments ou de masties Rejetteaux Renforts Supports Produits d'obturation et de calfeutrage Accessoires de compensation pour la dilatation et la contraction Utilisations courantes ‘Constructions multicouches Isolation des tuyauteries installées Vintérieur ‘Chemisage métallique -Revétementsd'éastoméres Nexibles pour tuyaux Isolants de raccords ‘Chapesisolantes de raccords en fibre de verre ou en CPV Isolants de brides et de raccords en conduit [solants démontables et réutiisbles [solants de conduites ‘Doubluresisolantesinstallées sur place [solants des réservoirs et des vasseaus Isolants des dessus de vaisseaux et de réservols POSSIBILITES DE GESTION DE ENERGIE, Possibilités de maintenance Exemples concrets de maintenance |. Reparation des isalans endommagés 2. Reparation des revétements et des enduits de protection endommagés ‘3 Maintien des conditions sécuritares Possibilités d’amélioration 4 coat modique Exemples concrets d’améliorations & cofit modique 1. eoathon es tuyaux non olds 2, Calorifugeage des aisseaun nom sles 4 Ajout d'solan pour atendre épabsseurrecommandée 2838 8 BRAS Possi Exemples concrets de possibilités de rénovation 1. Amdlioration de Psolaion exstante 2. Bouamen deTépaisseur éonomique 3. Amaioration tenant compte d'un budget restreint ibilités de rénovation ANNEXES A. Glossaire B Tables C_ Conversions Courrantes D_ Feuilles de travail E. Epaisseur économique F Normes relatives aux caractéristiques des matériaux de calorifugeage 30 31 31 31 31 . INTRODUCTION Le calorifugeage consiste en utilisation de matériaux ou de combinaison la transmission d’énergie tages qui suivent © Amélioration du rendement énergétique par la récuction des pertes ou des gains de chaleur dans les réseaux de tuyauterie, le matériel de traitement, les réseaux de conduites et les structures des bitiments, © Controle des températures des surfaces et de Pair ambiant pour assurer la protection et le bien-étre du personnel © Meilleur controle des températures au sein d'un procédé. © Absence de vapeur et de condensation sur les surfaces froides. © Accroissement du rendement des appareils de chauffage, de ventilation et de refroidissement, ainsi que des systémes de plomberic, des réseaux de vapeur, des procédés et des installations pour la production de foree motrice que l'on retrouve dans les installations industrielles et commerciales. et dans les immeubles & carac- tere public # Réduction du matériel de chauffage, de refroidissement et de ventilation, dou diminution du coat en capital et des frais d'exploitation Grace au choix judicieux et & la bonne installation de matériaux isolants d'une épaisseur approprie, on peut économiser de énergie et des dollars. Objectif Le présent module vise & faire ressortir les avantages du calorifugeage en tant qu’ontil de gestion énergétique efficace dans les secteurs industriel, commercial et institutionnel, Ce module porte sur Fisolation des réseaux mécaniques comprenant la tuyauterie, les vaisseaux, les appareils et les conduites reliés aux procédés, Quant aux avantages de T'isolation extérieure des batiments, il en est question dans le Module 18 intitulé «Point de vue architectural» Le but premier du présent module est de sensibiliser les gestionnaires et le personnel technique aux avantages du calorifugeage, tant dans le cas d’installations existantes que de nouvelles constructions. Il peut également servir dde guide pratique pour les différents utilisateurs d’énergic du pays. De plus, ce module doit permetire au lecteur de faire Vanalyse de ses installations et d'élaborer des programmes isolation adaptés 8 ses besoins. II renterme tous les renseignements nécessaires & une évaluation rationnelle des besoins en matigre (isolation, Grace a ce module, le lecteur sera en mesure de mieux choisir, au moment opportun, les entrepreneurs, fabricants et experts-conseils requis pour le projet cisolation. de matériaux propres & ralentir lorifique d'un milieu plus chaud & un milieu plus froid, Le caloritugeage offre les avan- Contenu Ce module comporte les sections suivantes. © Notions de base. Cette section décrit tes effets des matériaux isolants © Matériaux et systemes. Cette section décrit les types isolants, revétements et enduits protecteurs, de méme que les usages courants de chacun. # Possibilités de gestion de Vénergie. Cette section illustre, au moyen d'exemples, diverses applications de gestion de ’énergic, et des fagons simples de calculer les économies ’énergie et d'argent et les périodes de rentabilité. © Les annexes présentent un glossaire, des tables, des facteurs de conversions et des feuilles de travail. Dans ce texte, les unités sont exprimées contormément au Systeme international d’unités, et les chiffres corres pondants dans le systéme impérial sont présentés entre parenthises afin de faciliter la compréhension, Cependant, conformément 2 la politique canadienne en maticre de conversion au systeme métrique, tous les exemples pratiques sont donngs uniquement en unités du Systéme international NOTIONS DE BASE On peut définir l'isolant comme un matériau ou une combinaison de matériaux propre retarder le flux d'énengie calorifique. Bien qu’il nemprunte pas 2 une technologie tts complexe, le calorifugeage n’en demeure pas moins run des moyens les plus efficaces en matidre de gestion de ’énergie. Les montants consaerés au calorifugeage procurent généralement un meilleur rendement énergétique, une hausse de la rentabilité et une gestion plus efficace de énergie. Les avantages économiques de lisolation découlent dune diminution de la transmission de chaleur, ce qui se traduit par une réduction des pertes 4’énergie calorifique et des coats inhérents. Les économies que Ion peut réaliser par la pose d'isolant sont encore plus importantes dans les milieux od il faut transférer, trater et stocker des fluides chauttés et refroidis. Termes et définitions Certains termes importants a la bonne compréhension de ce module figurent ci-dessous. Un glossaire plus exhaustif est présenté en annexe. © Le rayonnement est le processus par lequel la chaleur est transmise d’un corps & température plus élevée un corps & température moins élevée, sans que ces deux corps se touchent. © La convection est le processus de transfert d’énergie provoqué par I'action conjuguée de Ia conduction ther- migue, du stockage dénergie et d'un mouvement de mélange. © La conduction est le processus par tequel 1a chaleur d'une zone de haute température est transmise & une zone de température plus basse au sein d'un milieu (solide, liquide ou gazeun), ou entre divers milieu direc- tement en contact. La conduction thermique a pour effet upparent ’équilibrer la température entre les milieux. ‘Cependant, si les écarts de température sont mainterus en ajoutant ou en enlevant de la chaleur en divers cendroits, il y a alors transmission de chaleur de la zone plus chaude a la zone plus froide. © La conductivité thermique (k) est la mesure de Pénergie calorifique transmise & travers une matiére homo- ‘gene d'une épaisseur unitaire. Une matiére a faible conductivité thermique constitue une bon isolant. Cette mesure est exprimée sous la forme W/(m-°C) ou (Btu:po)(pi-h“F) © La conductance thermique (C) est la mesure de l’énergie calorifique transmise & travers une matitre homo- ane d'une épaisseur autre qu’unitaire ou d'un assemblage, Cette mesure est exprimée sous la forme Witm?-°C) ou [Btul(pi2h-°F)] © La mransmittance thermique (U) est la mesure de énergie calorifique transmise par une matiére ou un assem- blage, y compris tes couches d’air limites. Cette mesure est exprimée sous la forme W/(m?-°C) ou [Btu/(pi-h-°F)] © La résistance thermigue (RSI ou R) indique la valeur isolante relative, ou la résistance d’un matériau au flux calorifique. La résistance thermique est (élément primordial & considérer dans le choix dun isolant Plus la valeur «R> est élevée, meilleur est lisolant Les valeurs k. C, U et R peuvent étre mises en équation de la fagon suivante OU, ¢ = épaisseur de Visolant (méttes ou pouces) © La température moyenne représente la moyenne arithmétique des températures superficielles chaude et froide de lisolant & travers lequel il y a transmission de chaleur. © Lemissivité correspond au rapport entre I’énergie calorifique irradige par une surface donnée et celle irra- dige par un corps noir idéal, & la méme température. * Un corps noir est défini comme étant soit, un corps qui absorbe complétement tous les rayonnements inci dents et nen réfléchit ou n’en transmet aucun, soit, un radiateur qui émet, & toute température spécifique, Je maximum de radiation thermique. Propriétés importantes 4 considérer pour le choix des isolants Voici une liste des propriétés importantes dont il faut tenir compte Tors du choix d'un matériau isolant * La résistance thermique. Plus ta valeur de la résistance thermique est élevée, meilleur est le pouvoir isolant du matériau. © La combustibilité. II sagit dune propriété importante car elle permet d'évaluer le risque que représente le matériau isolant comme agent de propagation d'incendie. © La rérraction. La rétraction ou Vasstchement revét une importance considérable & température élevée, certains points pouvant devenir dénudés sous I'effet de la rétraction. © La résisiance aux rayons ultraviolets. Lorsque V'isolant est posé & V'extérieur et qu'il est exposé aux rayons du soleil, il est important qu'il puisse résister aux rayons ultraviolets sans perdre de son effica- cité. La solution, dans ce cas, consiste & recouvrir I'isolant d'une matiére qui réfléchit les rayons du soleil * La résistance aux moisissures et aux bactéries. Cette propriété est importante, surtout, dans le cas des industries des produits alimentaires et cosmétiques, * La neuratité chimique. Lisolant doit étce chimiquement neutre (pH 7) afin d'éviter qu'il Sattaque aux étaux avec lesquels il vient en contact. Cette propriété est particuligrement importante lorsque Trisolant est soumis & 'humidité de facon intermittente, © Le coefficient de dilatation et de contraction. Cette propriété prend toute son importance lors de la conception ct de la localisation des joints de dilatation et de contraction, ainsi que lors de Minstallation dTisolants mukicouches. # La résistance a la compression. La résistance 2 1a compression est un facteur important lorsque isolant doit supporter un poids ou un effort mécanique. Pour coussiner ou combler un espace, comme dans le cas des joints de dilatation et de contraction, on utilise normalement des matériaux isolants & faible coefficient de résistance & la compression. * La charge de rupture. La charge de rupture est un facteur important dans les installations oit V'isolant ‘est appliqué sur des surfaces irrégulidres ou non homogénes, alors que V'isolant doit assurer Ix conti- nuité entre deux support. * La capillarité. Lorsqu'un isolant est en contact avec des liquides toxiques ou inflammables, ou est utilisé dans les secteurs exposés & des lavages, il est important de tenir compte de V'ebsorptivité des matériaux envisages * Luspeci. Laspect visuel est important lorsque Tisolant est visible ou pour fin d’identification * La masse volumique. La masse volumique d'un isotant agit sur plusieurs autres propriétés de ce maté- riau, en particulier, les proprietés thermiques, Test possible que certaines des propriétés énumérées ci- dessus ne slappliquent pas au projet 2 l'étude, cepen- dant, i] faut toutes les considérer, et ensuite écarter celles qui wont pas d’utlité. La feuille de travail -1 constitue tune liste de points de vérification servant a éablir les propriétés importantes pour un usage particulier. Is sont bien installs, les isolants mécaniques peuvent durer aussi longtemps que les pidces d’équipement ou les tuyaux qu’ils recouvrent. Les isolants mécaniques doivent toujours étre installés conformément aux recom mandations du fabricant Propriétés de transfert de chaleur Un objet chaud peut perdre de ta chaleur de trois fagons (figure 1) * Pur rayonnement dans son milieu; © par convection avec le fuide qui lentoure; * par conduction avec les autres objets avec lesquels il est en contact, Rayonnement Le rayonnement est le processus selon lequel de la chaleur est transmise a partir d'un corps ayant une tempé- rature plus élevée @ un corps ayant une température moins élevée, sans que ces deux corps viennent en contact Lénergie ainsi transmise siappelle chaleur de rayonnement, Tous les objets émettent continuellement de la chaleur de rayonnement. Lintensité de l'émission est fonction de la température et de la nature de la surface du corps émetteur Lorsque les ondes de rayonnement rencontrent un autre corps, leur énergie est captée prés de la surface. La transmission de chaleur par rayonnement Saccroit & mesure que la température d'un émetteur augmente. A tempé- rature normale, la chaleur ce reyonnement est souvent négligeable Convection La convection est le processus de transfert de chaleur provoqué par l'action combinge de la conduction ther ‘mique, du stockage d’énergie et d'un mouvement de mélange. La convection est le phéniomne de transfert de chaleur le plus important, entre la surface d'un solide et d'un liquide ou dun gaz Le transfert d’énergie par convection s‘effectue en plusieurs étapes. D’abord, la chaleur passe par conduction de la surface du solide aux particules adjacentes du fluide. L’énergie ainsi transmise cause une élévation de tempé rature et d’énergie au sein des particules de fluide. Les particules réchauffées sont attirées vers des secteurs & plus basse température oii elles se mélangent & d'autres particules, perdant ainsi une partie de leur énergie. Dans ce cas. ily a courant de fluide et courant d'énergie. Le résultat net est un transfert d'énergie correspondant & un gradiant de température appelé flux thermique par convection Conduction La conduction est le processus suivant lequel la chaleur citcule d'une région haute température & une région basse température, soit. au sein dun solide, d'un liquide ou d'un gaz, soit, entre différentes matires en contact direct, Dans le cas du flux thermique par conduction, 'énergie se transmet par contact moléculaire direct sans déplacement appréciable des molécules. Lieffet apparent de la conduction thermique est un équilibrage des tempé- ratures des deux corps en contact. Cependant, si lécart de température est maintenu antificiellement par Vuddition ou la soustraction de chaleur, il se produira alors un flux régulier de chaleur de la zone chaude & la zone froide. adation mzoanet fod Radiation ~ Convection — Conduction Figure | Condes Serie tid Flux thermique Le terme flux thermique représente le taux de déplacement de la chaleur & partir d'une zone haute température a une zone basse température, Le matériau isolant a pour fonction de retarder le flux thermique. Le terme conduc tivité thermique (k) exprime la quantité de chaleur circulant a travers une section unitaire soumise a un éeart de température de un degré, La conductivité thermique (k) sexprime en watts par métre par degré Celcius [WAm°C)] ou en La résistance thermique peut alors étre définie comme la résistance au passage de la chaleur & travers Pisolant et peut étre exprimée par les équations suivantes. Résistance thermique = R ; [OW] ow Ith-pi2-FVBTU-po.)1 Ob, ¢ = épaisseur de Visolant [métres ou pouces}. Plus la valeur de R est levée, meilleur est l'isolant Dans le cas d'une surface plane, le flux thermique circulant travers un isolant peut se ealuler de la fan suivante Flux thermique & heure = ore Awn Oa, DT = écart de température entre les surfaces du matériau isotant (°C), A. = surface extérieure (m?) A titre d'exemple, considérons une surface plane de 10 m? & une température de 40°C. Cette surface est recou- verte d'un isolant de 51 mm d'épaisseur ayant une conductivité thermique de 0045 Wi(m:C). La température externe de Tisolant est de 10°C. La résistance thermique peut étre alors déterminge comme suit 1,133 (mow Le flux thermique & I’heure a travers I'isolant peut étre calculé comme suit Flux thermique & Vheure = DT A (140 = 10) x 10 1,133 1147.4 Wh Le flux thermique & travers l'isolant des tuyaux se calcule d’une fagon différente puisque les surfaces externes et internes de F'isolant n'ont pas la méme aire, II faut tenir compte de cette différence dans le calcul de flux ther~ mique. Ainsi, & mesure que la chaleur se propage dans lisolant, vers l'extérieur du tuyau, le flux thermique couvre une plus grande superficie, cette caractéristique ayant pour effet d’accroitre la valeur de résistance thermique. Pour compenser cet effet la notion ’«épaisseur Equivalente» doit étre intégrée a la formule. Dans le cas d’isolant ce tuyauterie, la résistance thermique s'exprime alors comme sui p = Spalsseur équivaleme 14,2, 6Cy/yy] conductivité ia rx Inf 1 k Oil, r= rayon extérieur de Misolant (m) ¥) = rayon intérieur de I"isolant (m) In= logarithme naturel (ou népérien) we Tsolant type Figure 2 Par exemple, considérons la perte de chaleur d’un tuyau de 0,219 métre de diamétre et de 1 metre de longueur maintenu & 95°C. L’isolant de SI mm °épaisseur posséde une conductivité thermique de 0,037 W/(an.°C) et une température de 25°C sur la surface extérieure. Dans cet exemple montré & la figure 2, le flux thermique & travers lisolant se calcule comme suit 0219 + 0,051 2 0.1095 m x uf?) ri 0,1605 x In oes 0,037 0,1605 x In (1.466) 1,66 (m?-"Cy/W DIxA Flux thermique & Pheure _ ) x 1,008 1,66 70 x 1,008 1,66 42,51 Whimttre de longueur de tuyau A remarquer que «A» ci-dessus représente l'étendue de la surface extérieure d'une longueur de 1 metre de tuyau isolé, ce qui se calcule de la fagon suivante A=ExDxl 3.14159 D = diamétre extérieur de Pisolant (diamétre extérieur du tuyau + 2 x 1 spaisseur de |’isolant) 1 = longueur unitaire (dans ce cas: | metre) Done, A KK x (0,219 + (2 x 0,051) x 1 = Ex O32x1 = 3,14159 x 0,321 = 1,008 m? Revétements et enduits de protection Le rendement et la vie utile d'un isolant sont en rapport direct avec les mayens prévus pour le protéger contre Thumidité et les dommages physiques ou chimiques. Lors du choix des revétements et enduits protecteurs, outre les facteurs de coat et d'aspect. il faut aussi tenir compte des particularités de l'installation, comme lhumidité ct les conditions physiques, chimiques et thermiques. Les revétements de protection sont groupés en six catégories, selon leurs fonctions. * Les écrans, servant & protéger l'isolant des effets des intempéries. * Les coupe-vapeur, pour retarder le passage de vapeur d’eau dans Vatmosphére a Visolant * Les revétements de protection mécanique, servant & protéger l'isolant contre les dommages physiques que peuvent occasionner Ie personnel, les appareils ou les machines. * Les retardateuts de flamme et revétementy résistants & la corrosion, réduisant les effets de ka propagation des flammes ou de la corrosion. * Les revétements et enduits esthétiques permettant d'amétiorer Vaspect extérieur des isolants dans les endroits visibles. * Les revétements hygiéniques présentant des surfaces lisses en vue de résister aux moisissures et aux bactéries. Pour plus de détails sur ces matériaux, consulter la section «Matériaux et systémes» du présent module. Coupe-vapeur Le coupe-vapeur est un matériau retardant le passage de la vapeur d'eau sous certaines conditions particuligres. Une norme de l'Office des normes générales du Canada, la norme SI-GP-52M, donne un apercu de deux types denveloppes et de garnitures servant de coupe-vapeur dans des applications mécaniques. Ce sont les types 1 et 2. Un coupe-vapeur est requis lorsque lisolant doit recouvrir des tuyaux ou des appareils soumis & une tempéra- ture de service plus basse que la température ambiante, Le coupe-vapeur de type 1 se caractérise par une perméance faible et une bonne résistance & la perforation tandis que le coupe-vapeur de type 2 posséde une perméance normale et une résistance modérée aux perforations, La perméanee d'un matériau se définit comme la capacité de celui-ci & transmettre la vapeur d'eau lorsque soumis @ une différence de pression unitaire entre deux surfaces données. L'unité normative de perméance est le perm. Un perm métrique = 1 ng/(Pa-s-m?), Les coupe-vapeur de type 1 sont congus comme enveloppe disolant des tuyaux situés dans des endrvits exposés ‘ou & Fabri de méme que comme revétement d’isolant aux conduits ou appareils exposés. Le coupe-vapeur de type Ta une perméance & la vapeur d'eau de 1,10 perms. Ces revétements sont généralement utilisés & Vintérieur. Les coupe-vapeur de type 2 sont concus comme revétement d'isolant pour les conduits et appareils & Vabri La perméance & la vapeur d'eau des coupe-vapeur de type 2 est de 1,70 perms. Certains matériaux isolants comme les fibres mingrales et Ie silicate de calcium sont perméables & la vapeur d'eau et done, vulnérables & 'humidité. Par contre, certains isolants & faible perméabilité & la vapeur, comme le verre cellulaire. peuvent constituer un coupe-vapeur satisfeisant en autant que les joints soient bien étanches. Lorsqu'il y a condensation d'eau 'intérieur d'un isolant, les propriétés isolantes sen trouvent réduites, cette réduction lant directement proportionnelle au pourcentage en volume d'isotant imbibé d'eau. De plus, T'isolant . Au-dessus de cette limite de température, des risques de brilures graves existent. Un coup d’ocil a la table 3 permet de cons- tater que les températures de surface des isolants sont toujours bien en dessous de ce point Possibilités d’amélioration 4 coat modique Les possibilités d'amélioration & cot modique sont des initiatives de gestion de I’énergie réalisées une seule Jois et dont le coit nest pas considéré comme important, Les possibilités classées généralement dans ce groupe englobent: |, Tsolation des tuyaux non isolés; 2. isolation des vaisseaux non isolés; 3. ajout d'isolant pour atteindre les épaisseurs recommandées, Exemples concrets d’améliorations 4 cofit modique 1. Isolation des tuyaux non isolés Lanalyse au passage d'une installation permit de trouver que V'isolant ravait pas été posé lors de V'installation d'un branchement de canalisation de vapeur de type NPS 2 d'une longueur de 20 m, alimentant un nouvel aéro- therme vapeur a 121°C. Il fut décidé de vérifier les Economies d’énergie et de dollars que rapporterait l'isolation de la canalisation & Vaide d'un isolant de verre cellulaire de I'épaisseur recommandée, Le nombres dheures de service de ce branchement était de 2 880 par année. La table 3 indique que, dans un tel cas, lpaisseur recommandée pour un isolant de verre cellulaire est de 64 mm, et quavec un tel isolant, la perte de chaleur diminue A 34 Whim par heure de service. A partir de la table 1, on constate que la perte de chaleur pour un méme tuyau sans isolant est de 290 Wh/m par heure de service. A Taide de la feuille de travail 12, on peut déterminer que la réduction annuelle de perte de chaleur découlant de T'isolation est de 14 745 600 Whian, ou 14 745.6 kWhian, ou 53 084,16 MJ/an. ans cet exemple, la vapeur est produite au moyen d'une chauditve au gaz naturel fonctionnant & un rendement de 75%, Le covit du gaz est de 0,21S/m* Lannexe C permet d'établir que le pouvoir calorifique du gaz naturel est de 37,2 Mi/tn?. 53 084,16 x 0,21 37.2 x O75 Economies en dollars = = 399.568/an Le coft d’achat et dinstallation de 'isolant est estimé 2 4008, 400,008 399,528 Période de rentabilité = 1,0 an 2. Calorifugeage des vaisseaux non isolés Lianalyse au passage d'une installation fit ressortir qu’un réservoir de 2 m de longueur, de 1m de largeur et de 1 m de profondeur avec un couvercle & charnitre n’était pas isolé, en dépit du fait que le réservoir contenait tun fluide maintenu & 177°C durant 8 760 heures par an Lanalyse de diagnostic qui suivit permit d’établir les économies d’énergie et de dollars possibles grace au calo- rifugeage du vaisseau au moyen d'un isolant de fibre minérale de épaisseur recommandée. Surface du reservoir = Asonme + Aco, + ABase QxNIAxXD + A2xD+OxH+ Ox x2xd =24+642 = 0m La table 3 nous montre que 'épaisseur d’isolant recommandée pour une surface plane a 177°C est de 102 mm, ‘et que la perte de chaleur résultante est de 63 Wh/n? par heure de service. La feuille de travail 1-3 permet d’établir que, grace au calorifugeage, la réduction annuelle de perte de chaleur serait de 551 880 kWhian. Sachant que le fluide est chauffé au moyen d’éléments électriques immergés et que ke coat de Vélectricité est de 0.05S/KWh, on peut alors calculer les Economies en dollars réalisables en une année. Economies annuelles en dollars = 551 880 x 0058 27 5948, 2» Le coitt estime pour l'achat ct 'installation d'un isolant de fibre minérale de 100 mm d’épaisseur sur le dessus, sur les c6tés et sur la base du réservoir sont de 3 6008. 3 6008 27 5945 Période de rentabilité = 0.13 an (1/2 mois) A remarquer que la température de la surface de Fisolant serait de 25°C, ce qui satisfait les normes dé au Code national du batiment 3. Ajout d’isolant pour atteindre l’épaisseur recommandée Dans une installation, l'analyse au passage révéla qu'un vaisseau de 2 m de diamétre et d'une surface de 25 rm? renfermant du liquide & 65°C ne comportait qu'un isolant de fibre minérale de 25 mm d'épaisseur. Ce vai seau était en service 8 400 heures par an, et était chauffé a I'électricité & un coat de OOSS/Wh En consultant la table 3, on note que I’épaisseur recommandée dans un cas semblable est de 51 mm et que la perte de chaleur résultante est de 32 Whim, Lanalyse de diagnostic subséquente permit de déterminer les écono- mies en énergie et en dollars réalisables en ajoutant de Tisolant jusqu’a une épaisseur de $1 mm, tel que recommandé, Les données fournies par le fabricant indiquent que, dans ces conditions, avec un isolant de fibre minérale de 25 mm, les pertes de chaleur sont de 105 Whim? de surface du réservoir. La feuille de travail 1-3 est utilisée deux fois. D’abord pour calculer la réduction de perte de chaleur par la comparaison d'un vaisseau sans isolant & un vaisseau comportant 25 mm disolant, et la deuxime fois, pour établir la réduetion de perte de chaleur en comparant un vaisseau sans isolant 2 un vaisseau muni de S1_mm d'isolant. Les économies d'énergie réalisables par l'gjout de 26 mm d’isolant, cz qui porterait l’épaisscur totale & 51 mm se caleulent comme suit Economies d'énergie = Economies avec SI mm ~ Economies avec 25 mm = 99 300 000 — 81 837 000 = 17 463.000 Whian ou = 17 463 kWhian Economies en dollars = 17 463 x 005$ = 8715S Le coitt d’achat et d’installation de I'isolant additionel est évalué & 3 5008. 3 5008 873,158 Période de rentabilité 4001 ans Possibilités de rénovation Les possibilités de rénovation désignent des initiatives qui ne sont effectuces quiune fois et dont le coiit est important, Plusieurs des possibilités de cette catégorie requigrent des analyses par des experts, et ne peuvent done pas étre traitées dans ces pages. Les possibilités qui suivent sont (ypiques des initiatives de rénovation, 1. Amélivration de T'isolation existante; aisseur économique: 3. Amélioration tenant compte d'un budget restreint 30 Exemples concrets de possibilités de rénovation 1. Amélioration de Visolation existante Une analyse au passage fit réaliser qu'un collecteur de vapeur NPS 6, fonctionnant 8 760 heures par année 4 288°C comportait un isolant de verre cellulaire. II sugissait d'une conduite de vapeur de 100 métres de longueur. ‘Ala lecture de la table 3, on peut voir que la perte de chaleur pour une telle canalisation munie d'isolant de verre cellulaire est de 145 Wh/m. De plus, on remarque gu'en remplagant 'isolant existant par de la fibre minérale, la perte de chaleur chute alors 2 99 Wh/m, ceci, avec une méme d’épaisseur d’isolant Le calcul des économies annuclles d'énergie réalisables grace & un isolant de fibre minérale s'effectue comme suit Economies annuelles énergie = (Perte avec verte cellulaire — perte avec fibre minéral) x Longueur x Heures de service/an (145 — 99) x 100 x 8 760 40 296 000 Wh/an ‘ou = 40 296 000 x 36 = 145 065 600 kivan ou = 145 065.6 MJ/an La vapeur était produite dans une chauditre fonctionnant & un rendement de 76% et consommant du gaz nature] au cofit de 0,218/m*; en dollars, les économies possibles sont donc 145 0656 x 0.218 312 x 076 Economies en dollars = = 1077,52%/an Le coat prévu de remplacement de I'isolant de verre cellulaire par un isolant de fibre de verre minérale était de 11 0008. 11.0008, 1077528 Période de rentabilité 10,21 ans Dans ce cas, on voit que le remplacement n'est pas justifié compte tenu du rendement possible. Cepen- dant, si |'isolant existant avait comporté une épaisseur moindre que celle recommandée, la perte de chaleur aurait é&é plus élevée, et il en aurait éé de méme pour les Economies possibles. Pour ce calcul, il feudrait utiliser les données fournies par le fabricant d'isolant 2. Verification de 'épaisseur économique Comme mentionné au chapitre des «Notions de base» du présent module, il convient, en certains cas, de comparer I'épaisseur d'isolant économique & Iépaisseur recommandée afin d’établir les économies réalisables. 3. Amélioration tenant compte d'un budget restreint Au cours d’analyse au passage en vue de Facquisition d'une installation, on remarqua que bon nombre des branchements de vapeur n’étaient pas isolés. Les dimensions des canalisations variaient de NPS 1 & NPS 6, la longueur équivalente correspondant & 350 m de tuyaux de type NPS 4. La température de vapeur était de 121°C et les heures 3 de service sélevaient & 4 400 par an. La chauditre & basse pression utilisée pour la génération de vapeur fonction- nait & une efficacité de 77%, et le cout du gaz, naturel dalimentation était de 0.21S/m, ‘Un examen de la table 3 indique que, pour une tuyauterie de NPS 4.3 121°C, épaisseur d'isolant recommandée est de 76 mm, avec une perte de chaleur résiduelle de 28 Whim par heure de service. A la table |, on voit qu’a 121°C, un tuyau sans isolant occasionne une perte de chaleur de $30 Whim par heure de service. A Laide de la feuille de travail 1-2, on peut établir qu’avec un isolant de fibre de verre de I’épaisseur recom- mandée, les perte de chaleur de la tuyauterie seraient réduites de 2 783 088 MI/an x 0218 x 077 Economies en dollars = — = 20 4048/an Lachat et Vinstallation de 76 mm qisolant codterait 10 000S. Le période de rentabilité est done: 10 0008 20 4088 Période de rentabilité = 0,49 an (6 mois) Cependant, & cause de contraintes financitres, la direction n’était pas en mesure, & ce moment-Ia, d’investir une telle somme. Par suite de ces restrictions budgéiaires, de nouveaux calculs furent entrepris, sur la base d'un isolant de fibre minérale de 25 mm. Les données publiées par le fabricant stipulent que, dans de telles conditions, la perte de chaleur s'éléve & 200 Wh/m par heure de service. Au moyen, de nouveau, de la feuille de travail 1-2, on peut done déterminer qu’avec un isolant de fibre minérale de 25 mm , la réduction de perte de chaleur serait de 1 829 520 MJ/an En dollars, les économies se traduisent comme suit. 1 829 520 x 0,218 37.2 x 0,77 Economies en dollars 13 4138/an Le codt installé d'un isolant de fibre minérale de 25 mm serait de 8 0008. 8 000s 13-4238, Période de rentabili 06 an Bien que le rendement, dans le cas dun isolant de 25 mm, ne soit pas aussi élevé que celui d’un isotant de 76 mm, la direction était disposée & investir une somme de 8 000$, ce qui constitue done une amélioration tenant compte d'un budget restreint. 32 Perte de chaleur de tuyauterie Feuille de travail 1-2 MANTENANCE - Exemece 1 Entreprise: ABC Co. Date: Endroit: Anytown. Par: MBE L. Diam. de tuyau (NPS) ____ conformément a Yessai E-84 de I'). Incombustibilité — Caractére d'un matériau capable de résister & la décomposition ou a la détérioration lorsque soumis au feu. Incombustible — Matériau ne contribuant daucune facon au feu auquel il est exposé, ni comme carburant ni par Tapport de chaleur. Inflammabilité ~ Caractére d’um matériau qui Soxyde rapidement et dégage une chaleur de combustion lorsqu’exposé & une flamme ou a un feu, et qui continue de briler une fois qu’est retitée la source externe inflammation. a travers lui ou autour 1 — Propriété d'un matériau retardant la propagation d'un feu, soi Ininflammable ~ Propriété d'un matériau 'empéchant de soxyder rapidement et de dégager de la chaleur ou de se consumer lorsqu’exposé & un feu ou & une flamme, Isolant — Matériau de faible conductivité thermique employé pour réduire le passage ou la perte de chaleur. Isolant biseauté — Isolant taillé par sections biseautées lesquelles sont ensuite assemblées de fagon 4 épouser le contour ou la courbure de objet isolé. Isolant d’élastomére cellulaire — Mousse composée surtout d’élastomére naturel ou synthétique en forme de cellule. Isolant de silicate de calcium — Isolant composé principalement de silicate de chawx hydraté et mélangé & des fibres diverses agissant comme agglomérant Isolant de silice de diatomées — Isolant constitué en majorité de terre de diatomées mélée ou non & un agglomérant inorganique résistant 2 la chaleur et comportant une certaine proportion de fibres minérales. Isolant de tuyaux — Isolant thermique congu pour application aux surfaces cylindriques des tuyaux et des tubes. Isolant de tuyaux préformé — Isolant thermique dont la section est cylindrique, semi-cylindrique ou en segment de cercle en vue de s‘adapter aux tuyaux et aux tubes. SSH/ Isolant de verre cellulaire ~ Isolant composé de verre traité & la fusion pour donner une masse rigide et homogéne de bulles cloisonnées. Isolant en vrac — Particules de matériaw isolant se présentant sous forme granulaire, nodulaire, fibreuse, poudreuse ou autres formes concues pour étre installées & sec et versées, soufflées, ow insérées & la main entre des surfaces de retenue ou comme couverture. Isolant réfiéchissant — Isolant thermique dont ta plus grande part d'efficacité provient de ta réduction du transfert de chaleur radiante a travers les espaces, par le biais d'une ou de plusieurs surfaces ayant un coefficient de réflexion éleveé ct un faible coefficient d’émission. Ad Isolant thermique ~ Matériau & poches remplies d'air ou de gaz, a vides dir, ou a surfaces réfléchissant la chaleur, et retardant le transfert de chaleur avec une certaine efficacité, sous des conditions normales et pouve qu'il soit bien install. Laize — Morceau d'isolant flexible, découpé en dimensions propres a faciliter Ia manutention, de forme carrée ou rectangulaite, mesurant dhabitude 6096 mm (24 po) ou 1,219 mm (48 po) de longueur, avec coupe-vapeur d'un cOté et avec ou sans feuille recouyrante de Pautre cate Lattage — Sur une surface cylindrique, couche d'isolant composée de lattes. Latte — Pitce d'isolant rigide longue et étroite, & plan rectangulaire et 2 coupe trapézoidale, fagonnée par moulage ou coupée dans un bloc d’épaisseur appropriée. Latte métallique ~ Matériau en forme de lattes d'épaisseurs et de dimensions variées et utilisé comme armature d'isolant Limites de températures Plus hautes et plus basses températures auxquelles un matériau peut étre soumis sans subir d'altérations importantes de ses qualité. Limites de température d'utilisation ~ Gamme de températures 4 lintérieur de laquelle un revétement donné procure un rendement satisfaisant. Malléabi — Propriété d'un matériau apte & subir de grandes déformations sans rupture. ‘Masse volumique — Masse dune substance ayant un volume dune unité Mastic — Enduit de protection de consistance assez épaisse et appliqué aux isolants thermiques ou autres surfaces, en général, & la truelle ou au jet et par couches épaisses de plus de 30 milligmes de pouce (environ 0.80 mm), Membrane d'armature — ‘Toile ow tissu a texture liche fabriqué de fibre de verre ou de fibre élastique, placé au centre d'un coupe-vapeur ou d'un écran afin d’en renforcer le mastic Mousseline — Tissu & texture de tamis servant & renforcer les revétements d'isolants Mousse plastique a cellules fermées ~ Plastique cellulaire dans lequel prédominent les cellules non ‘communicantes, Mousse plastique chimique — Plastique cellulaire produit au moyen des gaz générés par l'imeraction chimique des constituants Perméabilité & la vapeur — Qualité d'un matériau se mesurant par la vitesse avec laquelle il est pénétré par Ja vapeur, par suite d'un écart de pression de vapeur entre ses surfaces. Point d'affaissement ~ Température & laquelle un matériau de consistance ferme ou rigide devient mou ou malléable. Point de rosée — ‘Température & laquelle la quantité de vapeur d’eau comtenue dans un matériau parvien point de saturation, et se condense par Ia suite en liquide dés qu'elle subit une baisse subséquente de température. AS Point d’inflammabilité — Plus basse température & laquelle un matériau dégage des gaz, ceux-ci form: avec air un mélange inflammable lorsqu'ils deviennent en contact pres de la surface Pression de vapeur — Pression exercée par la vapeur d'eau en suspension dans Vatmosphére. Produit de séchage — Additif incorporé a un enduit ou & un adhésif en vue d'accroftre Vactivité chimique ‘entre les composantes, doi! augmentation ou diminution du temps de séchage. Propagation de la flamme ~ Vitesse, exprimée en distance et en temps, avec laquelle un matériau propage la flamme & sa surface. Vu les difficultés inhérentes & ces mesures de temps et de distance, un indice de propagation de la flamme est maintenant utilisé afin de comparer divers matériaux au moyen des méthodes d'essais suivantes: ASTM E84 ou CAN2-S102-MB3, Recouvrement-humide — Propriété d'un matériau indiquant la quantité requise pour couvrir une surface donnée en vue d'une épaisseur déterminée une fois le matériau durci ou sec. Rejetteau ~ Fine bande de métal insérée au point de jonction de deux matériaux afin de faire dévier eau dans une direction donnée. Resilient — Se dit de matériaux capables de résister sans dommage ni altération & Ta pression ou au choc. Résines d’uréthanne — Résines produites par la condensation de T'isocyanate organique avee des composés ‘ou des résines contenant des groupes oxhydriles. Note: L'uréthanne fait partie de la famille des résines isocyanates, Résistance a la compression — Résistance d'un matériau aux changements de dimension lorsque soumis 2 une force de compression Résistance & la Mexion — Qualité d'un matériau résistant a la flexion et généralement exprimée en kg/m {bpo). Résistance au choc thermique — Qualité ¢’un matériau qui conserve sa forme, sans déformation, fissure ou écaillage, & la suite d’un changement subit de température Résistance au gel et dégel — Qualité d'un matériau capable de subir plusieurs cycles alternatifs de gel et de dégel, sans rupture ni fissure. Retraction linéaire — Caraciéristique d'un matériau désignant fa diminution relative de dimension subie par suite d'une exposition des températures élevées. Revétement imperméable ~ Matériau ou matériaux installés & la surface des isolants thermiques afin de les protéger de la pluie, de la neige, du verglas, du vent, des radiations solaires et des impuretés atmosphériques. Solvant ~ Toute substance, généralement liquide, utilisée pour la dissolution d'autres substances. 1] sagit, normalement, d'un composé organique liquide servant i faciliter la pose d’un enduit. Solvant chloré ~ Liquide produit par chimie organique se caractérisant par une forte teneur en chlore et incorporé & divers enduits pour leur conférer de I'ininflammabilité. A6 Stabilité dimensionnelle — Qualité d'un isolant capable de conserver sa taille, sa forme et ses dimensions originales, Substrat ~ Matériau sur la surface duquel est posé un adhésif ou un enduit, Support — Dispositif (p. ex. un goujon ou une cheville soudée ou une attache fixée & Vaide d'un adhésit) supportant le poids d'un isolant ou d'une tuyauterie. Systtme d'isolation — Ensemble des dispositifs utilisés dans le calorifugeage d'une tuyauterie, d'un réseau de conduites ou d'appareits et pouvant comporter des adhésifs, des attaches mécaniques, des enduits, des tissus d'armature, des bouche-pores et des envelopes métalliques. ‘Température ambiante ~ Température du milieu, soit, en général, la température de V'air ob se trouve Fobjet consideré ‘Température C’allumage spontané ~ Température la plus basse & laquelle un matériau prend feu sans apport d'une source d'allumage externe, ‘Temps de séchage (adhésifs) — Période de temps s'écoulant entre le moment d°apy celui ot la force de liaison cesse de s'accrottre, ‘Temps de séchage (enduits) — Période de temps s’écoulant entre Ia pose de Penduit et la stabilisation des propriétés, apres quoi aucun changement notable n'apparait plus ni dans Vaspect ni dans le rendement, Thermoplastique — Qualité d'un matériau pouvant étre ramolli de fagon répétée au moyen d'un accroissement de température. Note: Le terme «thermoplastique> désigne des matériaux sur lesquels la chaleur produit un changement essentiellement physique, Toile — Drap de coton léger & tissage gros et uni, & fil retordu serré et pesant normalement 271 gran mitre carré, au maximum, Tosi — Degré du risque encouru pour la santé ‘Treillis de renforeement — Terme générique désignant les treillis métalliques fabriqués & partir d'un fil de fer galvanisé ayant, en général, des mailles de 25,4 mm (1 po). Ces produits sont aussi disponibles en alliages plaqués et anti-corrosifs Vermiculite — Matériau isolant léger fabriqué & partir de la dilatation de granules & haute température Victawlic — Marque de commerce désignant un modele de joint breveté. Viscosité ~ Qualité d'un matériau se manifestant par la résistance I’écoulement au sein méme du matériau. Visible - Toute surface visible dans une construction finie AT ‘owtuny fon BN 3 UNION neg wo pe 8 PIE 8 woosan vit NOIYTASNt WWWESIL 9 HPO n 09 a) Jatt ob 7] op emniepaae of “26 iwousennow uoony’ nu beroe ue hesrt uno Température du tuyau en °C g or] v 8 ev 3 ‘auneyroxe9u (008 or yuyum ue sue id ed ma ue eueg oor av. g 7 4 uo neéni np esmesecueL joo9 BI Température du tuyau en °C ose} 07 8 g § ote 012 Mya eunoyja.reouy pard sed nig ua aad oot 9st oct oi 008 3 do U8 mein np ainjevedwuo, 91 9 nek Un IEW OP Oia ‘0061 ‘oot 00st yUyUM Ue t 00) ‘006: 002 005 1 a1avi SE antag Bremer hay 2 vay 292 -yooeant NELIVINSNT TURF Sabo Sey ree ding ue aed "a, 0002 ‘oes 091 ort ‘oz ‘oooh 008 09. oor ooz . ° (Guria) 0s solr on oman! ad ra oo. og ESSE fulboe te sed Sept baht fngey> op 3 oot ooz : i 5 os looc 2 § oz z 2 fw 5 & a * osel os oe 09 Sng, 003 00S$ = 00S) OOS ‘o0or 00st 0006 00s 0002 005+ = 0001 00S 00 eum vo eto zaqave ‘008 3 Température do la surface °C yeidinig ue aus ‘0007 z ooszz Ustw/yM vo oH8e Tc aTavL, 8 8 B4 ae 892M e] op aimpesaduia, 3 ‘0002 00st 8 8 8 Température do ta surtace °C g “ng, 00001" 90086 o090E O0EB C000 CODsL —onOOL BONY ODER 05S 00005 CONEY GDDDR “by, ye y2tyuM uo ened TaTGVL PERTES DE CHALEUR DES TUYAUX SELON DIFFERENTES EPAISSEURS D'ISOLANT TABLE 3 SILICATE DE CALCIUM ‘TEMPERATURE D'OPERATION (°C) coin TPR TERNS CO, ws s |g | 2 8 om em | 2 8 8 8 » lq | @ 2 @ a fem | om em | § 8 8 ae | ¢ @ B ors. | ¢ 8 2 8 ee | 2 2 8 sy pitt de chaleur : Whim pour les tuyaux, Wh/m? pour Jes surfaces droites Valdes pour une temperature ambiance de 18°C. BG PERTES DE CHALEUR DES TUYAUX SELON DIFFERENTES PAISSEURS DISOLANT TABLE 3 FIBRE MINERALE ‘TEMPERATURE D'OPERATION (°C) NPS 6 tee 399 510566 05 | epaiseur se ae See ag tn et wt vO EEE pete de ch si ® BR 4 8 ‘6 H's to femp. desu. | 22 HHH KML 1 | epaisseue 3% 3 Sk wma perte de ch Te rr a femp.cesut. | 23 36 HMR 1s | epuisseur 2% Si Hts pete de ch Boo 3 2 do Emp | 23 23 3%) HHH 2 | epaisseur Sl) mma pete de ch Bo Mm B 4 ‘5 me mr i le femp.desut | 22 34288 3 | épaisseur 38 8D perte de ch 3% mo Tn Aesop de itil ete alte eA te aa ace setae Tee Otte oMeee CaF aOL teed eee 4 | epaisseur 3% 7D DT nT pene de ch ce: re rr Empdeut | 2 23 23 RM 6 | épaissear Sle Tash 203 perte de ch 20 TR too 18838 aT femp. desu. | 222334 sk KB 8 | eraiseur SL 8698 BZ BST 188208 pertede ch 2 TH 2S tmpdeut | 22 2 HB 10 | épaiseur slo kta 229 Bese de ch, 3 8M O22 295 fempdesiet, | 22333588 3 12 | epaisseur 6 wate 2st pete de ch % Nes 256227282 air Tempdesie | 232827 MDH 3 14 | épaisseur 6 2k 203 24h pene de ch 3 S187 3248 338 Cmpdeut | 230 20M MMH 3 16 | epasseur we me 234 perte de ch S138 1962032828828 388 temp. de sirt ai autem ci eecatt te tiog tee 2501 ratte fe 3 18 | epaisseur ess 254 peme de ch 98 183 e232 387 temp. de surf 2 3 20 | épaisseur io ozs 234 perte de ch 1 167 5 M3003 aig Emp. de st 2 et 3 24 | épaisseur 7% 2S Pa perte de ch o 2% MoD aie Emp dest. | 23 (28g OH By 30 isscur 1% 22a 2s pene de ch 3182376339308 506 eon! ke sari] eter 23 tert 29) eteea eee aUeteeetaleeec ee aUseeeece sd ecte a M 36 | epaisseur 64 26S) aa 234 peree de ch 48S 3908S 35 femp.desut. | 23-288 MB 38 PLAT | épaisseur ot 2 OST 2s pene de ch Ses 8) hk 133 183 femp. desu. | 232527 HD 34 Perte de chaleur » Wh/m pour les tuyaux, Whim pour les surfaces droites Valides pour une temperature ambiante de 18°C BT PERTES DE CHALEUR DES TUYAUX SELON DIF! ENTES EPAISSEURS D'ISOLANT. TABLE 3 VERRE CELLULAIRE. ‘TEMPERATURE D'OPERATION ( NPS 66 05 | épuiseur = COCSSC(i‘iSSC«aS*C«aSSC perte de ch Bo % w 2 Re emp. de surf, eee feae tite asec ee ametc te peter sorte 1 épaisseur 2% Sl Hd perte de ch 6 8S temp, de surf tea tteteas ete once age etme t SOEs Ls] épaisseur 3800 68H] perte de ch it gseeeets Slseeeeee + aasteeee Jestceetrpauaeet faazzei] emp. de surf PE NSEEIeGg Reeeteeg eustetee | steteeer< }itszeetYeustet | 2 épaisseur 3 6k 62. pete de ch M35 SL HB emp. de surf f eevietrt etiste-, atest (Jeteeeret~ Jeeeues -Seeeenee +t 3 Spaisseur ee ee ee perte de ch 3 8 6 9 106 7 temp. de suet a B % 6 Ss B 4 Epaiseur SL 7% tet perte de ch % 4 6 899 aT femp. de surf i HELtt pe HELELtE gg vegHE og eget ELE. 6 épaisseur Sl to pore de ch Mo MTs temp. de surf B mM 2 3 8 épaisseur 8S pente de ch 3% 6516 temp. de suet. es eeeeas Heeeeee amet eeeeealy everest 10 épaisseur & 12 2 eoo perte de ch 2 % 16 mm 29 temp. de surt BM 31 BB 2 paisseur 6 22a perte de ch 4-8) 133 03288 femp. de surt eA ose eae in épaisseur 64 2021 perte de ch 37 M262 femp. de surf Za Helos Hee aa qHetLeagti Et LAE 6 epaisseur 6 202 perte de ch 3189 40307 temp. de sort OB aM 18 Spaisscur 6 022 rt) perte de ch 6 10575 2337 femp. de sort BB OB 3M oy épaisscur 4 02a Mo 140 pene de ch mous 28738 emp. de srt Bo 2% Pry Spaisseur 6 2? Toa. perte de ch MBS 23268383 femp. de surl BRB % B WwW RR 3 30 paisseur 64 2? 140 203 perte de-ch 3 16s 271300 52 a6? temp. de surf mM % 198 36083 36 paisscur o4 10224040203 prerte de ch 12 13318352 SB, femp. de’ surf 4% 8 HB PLAT | épaisseur o 02d perte de ch Fn a Kempe sur. | 40525 MD Perte de chaleur : Whim pour les twyaux, Whim? pour les plas Valides pour une température ambiante de 18°C, BS CARACTERISTIQUES THERMIQUES DE MATERIAUX COURANTS DE CONSTRUCTION ET D'ISOLATION — VALEURS DE CALCULS TABLE4 Desription Densité Conduct Cond Resistance ®) Chaleur aim vite tance spécifiqne C (© Parpmuce — pourune Ig Wisc wim depabseur — Epaiseur —ihg"O) ‘Win donnee mow “ie meCrW MATERIAUX ISOLANTS. ‘Couvertures et aes ives mcs, naire Shree oberae “sporirde chose erode verre feiton Te 101508 aps 082 a 1 ‘iron $89 mm ae 320 as S 2 femiron B87 IRS me a0 030 = ‘rvton 12.47 “e209 06 am ‘vino 215-2286 4820 on 528 zon 3088 mn S820 ous. co Panenoxet das Vere celaar 16 030 - ons Fried vere it oanaie ohms 0086 096 Mousse de erie Lantoranigue ivy nse - = 126 Expanded rubber (rid) no one 58 Mousse de polite ge Sarfaed celles tnshise 2s ons - a Surice plu ours 2sRs60 0m - = 12 Mousse de polyyitne, pss wes ‘0 0037 2n0 one = = = 20 onss = = = 240 ons = 7 = wp ons = = = purthan (R-U ep surfies buts) 240 ons = 1 ere celle renfore de bres sacs eels mealies Popixyaniite (RU exp) momo ~ 4997 a pisceusnomiaes 70 ram. se = pais omiales 254 mm = on 2 puscur roviales SOD mm oO 2 Fibre inal, ae de sine 20 oo = 2394 on Panne de be ming ese hue Troan’ de muse de tits. aor an ~ 2090 es Tue aoushane 288 030 = was = ory Tole acoustique 336 033 = a e Panne de fe miner, humid “Tae coustgve x8 0 = Ka = as Panneau de be debs cane “Te coustgue Roem 4st 130 Tule scousigue ease = sor 7 = Fenton inten ipa, ile) 240 0080 = was ~ ey Dales eben ois hig is parduciment Portland) 082 oan nse 2 = Dates defibarcinent ois chigus ig pur de onysulire de magnum) 352 owe = Bus = 130 ‘SAPPLIQUANT AU CHANTIER, Mouse plyurtane 24n4anomsams = aan a de ibe de cellse, aporser 320960 onss00) 2a Bo CONDUCTIVITE THERMIQUE DES ISOLANTS INDUSTRIELS VALEURS DE CALCULS Whim-°C TABLE 5 =a coins tas 9 = fms Cpe tn f° ae Be ee mig len ms ‘ Sea eet tel i eit + Ea g nas setae mice 7 ele a le ae anne mono ft 660 0129 oats B10 PRINCIPAUX TYPES D'ISOLANTS TABLE 6 "TEMPERATURES TYPE FORME UTILISATION __| FACTEUR kt] REMARQUES ‘Silicate de calcium] Chape de jusqu’a 982°C (1800°F) | 066 @ 150°C] Bonne résistance aux coups, incombustible Bloes AS @ 300°F | Cerins absorbert l'eau Segments Verte cellulaire | Chape de tyaux | de 267°C @ 482°C | O77 @ 180°C] Asser for, wise & Peau et a la vapeur, Bloes (de —$50°F 10 900°F) | 53 @ 30°F | incombustible, Faible sistance & Pabrason Segments Fibre de verre | Chape de wyaux | jusqua 455 (Caractéistiques variables. Se manipule et se Panneaux (850°F) travalle bien, Peut absorber de Keau D0 at 150°C | Cersans sont incombustbles, jnsau'a 510°C 35 at 00°F Segments (50°F) ‘ariable, voir données du manufacturer Fibre minérale | Chape de wnau | jung S1O"C 935 @ 28°C | Incombustble. Se raaile Bien, 0600") 24 at 75°F | Absorbe lea ‘61 at 150°C 142 at 300°F| conductive Panneaux, sate selon Ia densité Fibres eéramiques | Cowertures ou | jusqu's 160°C 30 @ 93°C | Températures d'utilisation varient selon Te anneaux 2200°F) 20°F) fabrieant, La forme et la type Masti A durcissemeat a] jusqu'’ 630°C 15 @ 315°C | Application en une couche isolation et finition eau 4200°F) (00"F) Séchage lent. fini ruguie:ux — isolation et Laine minérale a | jusgu’a WHO%C £9. @ USC | cemplisage. Utilsé pardessus Pisolam de base Fate températue| .2900°F) (00°F) fini doux, application normale de 3,175 mm De fintion et de | jusqu’a 760°C 95. @ 93°C} (4 po) jusqu’a 35 mn (4 po) e'épasseur joint (minéral 08 ¢4400°F) (2007) vermiculite) Le cea = Wie") 0 HBR GOHEEH Bul