Sie sind auf Seite 1von 10

1900006

● ●
DCG
● ●

SESSION 2019

UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE

Éléments indicatifs de corrigé

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 1 / 10


DOSSIER 1 – DIAGNOSTIC FINANCIER

1. Rappeler l’utilité de la partie I du tableau de financement dans le cadre de l’élaboration du


diagnostic financier.
- Déterminer la variation et l’origine de la variation du FRNG au cours de l’exercice de référence ;
- Apprécier la politique d’investissement et de financement de l’entreprise ;
- Apprécier la capacité de l’entreprise à fidéliser son actionnariat ;
- Mettre en évidence si l’entreprise est en phase d’endettement ou de désendettement.

2. Retrouver les montants figurant dans l’annexe 5 (partie 1 du tableau de financement)


relatifs aux éléments suivants : la CAF pour 26 681 €, l’acquisition d’immobilisations
corporelles pour 63 400 € et le remboursement des dettes financières pour 15 608 €.

Calcul de la CAF.
2018
EBE 32 139
Produits de participation 645
Autres intérêts 147
Intérêts et charges - 5 300
Charge nettes sur cession VMP - 950
Charges except / op gestion
IS
CAF 26 681

Ou, à partir du résultat de l’exercice :

RNC 12 481
DAP immo 13 150
DAP AC 865
DAP risques et Ch. 155
DAP financières 20
VCEAC 5 520
Reprises exploitation - 1 300
Reprises financières - 10
PCEA - 3 200
QP de subvention - 1 000
CAF 26 681

Acquisition d’immobilisations corporelles.

Tableau des immobilisations :

Augmentation des immo corporelles 69 400


- diminution des av, acomptes versés - 6 000
Total acquisitions 63 400

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 2 / 10


Remboursement des dettes financières.

2017 Var + Var - 2018


Emprunts et dettes étabts
de crédit 46 150 62 260
Emprunts et dettes divers 3 853 2 775
- CBC - 4 940
- Intérêts courus -2 400 - 3 100
47 603 25 000 15 608 56 995

Enoncé par différence

3. Expliquer brièvement pourquoi la connaissance et la maîtrise de l’évolution du BFRE sont


essentielles pour éviter les problèmes de trésorerie.

Le BFRE correspond à un besoin à financer. Normalement, il est financé par le FRNG (ou les
ressources stables). Toute augmentation du BFRE doit être financée par une augmentation
correspondante du FRNG. Si son financement n’est pas assuré, c’est la trésorerie qui se dégrade. Une
augmentation du BFRE entrainera un impact négatif sur le niveau de la trésorerie.

4. Rappeler la signification des ratios suivants (rentabilité économique avant impôt, capacité de
remboursement des dettes financières et durée du crédit clients) et procéder à leurs calculs
pour l’entreprise AGROMETAL pour l’exercice 2018.

Rentabilité économique : mesure la capacité de l’entreprise à générer un résultat économique avec


un ensemble de capitaux engagés.

Capacité de remboursement des dettes financières : durée nécessaire en nombre d’années de


CAF pour rembourser l’ensemble des dettes financières.

Durée du crédit clients : délai moyen de paiement des clients.

Ratios Détail du calcul Résultat

Rentabilité économique. Re / (CP+DF) : 19 269/(91 061 + 65 035) 12,34 % (1)

Capacité de Dettes financières/CAF : 65 035 / 26 681 2,44 années


remboursement.

Durée du crédit clients. (Clients + EENE - Acomptes) / CA TTC * 360 91,48 jours

(26 884 - 450) / (86 687 * 1,2) * 360

Accepter la durée de crédit clients sans tenir compte des acomptes reçus : 93,04 jours
(1) Accepter le calcul des capitaux investis hors résultat. Das ce cas, le résultat du ratio est le suivant :
19 269/(91 061 – 12 481 + 65 035) = 13,41%

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 3 / 10


5. Après avoir rappelé un objectif essentiel d’un tableau de flux de trésorerie, compléter le
tableau de flux de trésorerie de l’ordre des experts comptables (option 2) pour 2018 (annexe A à
rendre avec la copie).

Un des objectifs essentiels est d’assurer un meilleur suivi de la trésorerie liée aux trois types
d’opérations de l’entreprise.
Tableau de flux de trésorerie de l'OEC (option 2)

Flux de trésorerie liés à l'activité.


Résultat d'exploitation. 19 269 a
Élimination des charges et des produits sans incidence sur la trésorerie
+/- Amortissements et provisions (dotations nettes des reprises). 13 305 b
= Résultat brut d'exploitation. 32 574
- Variation du BFRE. - 21 043 c
= Flux net de trésorerie d'exploitation. 11 531
Autres encaissements et décaissements liés à l'activité.
+/- Produits et charges financiers. - 5 448 d
+/- Produits et charges exceptionnels.
- Autres (IS - Participation - augmentation des frais d'établissement).
- Variation du BFR lié à l'activité (sauf variation du BFRE). 2 620 e
Flux net de trésorerie généré par l'activité (A) 8 703
Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement.
- Acquisitions d'immobilisations. 63 400 + 2 300 (tableau PCG) - 65 700 f
+ Cessions d'immobilisations. 3 200
g
+ Réductions d’immobilisations financières. 950
+ Variation des dettes sur immobilisations. 1 700 h
Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement (B) - 59 850
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement.
+ Augmentation de capital en numéraire. 33 000 i
- Dividendes versés aux actionnaires.
+ Émissions d'emprunts. 25 000 j
- Remboursement d'emprunts. - 15 608 k
+ Subvention d'investissement reçue. 5 000 l

- Variation du capital souscrit appelé non versé. - 5 000 m


Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement (C) 42 392
Variation de trésorerie (A + B + C) - 8 755
+ Trésorerie d'ouverture. 5 755 n
- Trésorerie de clôture. - 3 000 o

a - Directement dans le compte de résultat.

b - Dotations nets de reprises.

Dotations nettes de reprises (d’exploitation sauf celles concernant l’actif circulant).

DAP sur immobilisations 13 150


DAP pour risques et charges 155
Total 13 305

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 4 / 10


c - Variation du BFRE (en valeurs nettes).

2018 2017 Variations


Stocks matières 2 563 2 050
Stocks PF 33 025 16 350
Av. acptes versés 1 200 875
Clients 25 694 21 373
Autres créances 770 550
Charges const. d'avance 280 200
Écart conv. Actif 255
Variation emplois 63 787 41 398 22 389

Av. acptes reçus 450 600


Fournisseurs 4 476 3 255
Dettes fiscales et sociales 1 370 1 300
Autres dettes d'exp° 175 150
Produits const d'avance 105 85
Écart conv passif 160
Variation ressources 6 736 5 390 1 346

Variation BFRE 21 043

d - Produits et frais financiers.

Produits financiers de participation 645


Autres intérêts et produits immobilisés 147
Reprises sur provisions 10
- Intérêts et charges assimilées -5 300
- Charges nettes sur cession de VMP -950
Total -5 448

e - Variation du BFR lié à l’activité (sauf variation du BFRE).

2018 2017 Variation


Dettes d'IS 6 300 4 485
Autres dettes HE 375 270
Intérêts courus 3 100 2 400
9 775 7 155 2 620

f - Reprise des éléments du tableau de financement.

g - Reprise des éléments du tableau de financement.

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 5 / 10


h - Variation des dettes sur immobilisations.

2018 2017 Variation


Dettes sur immo. 6 500 4 800 1 700

i - Reprise des éléments du tableau de financement.

j - Reprise des éléments du tableau de financement.

k - Reprise des éléments du tableau de financement.

l - Reprise des éléments du tableau de financement.

m - Variation Capital souscrit appelé non versé :

2018 2017 Variation


Capital souscrit, appelé non versé 5 000 5 000

n et o - Variation de trésorerie :

2018 2017 Variation


VMP 840 2 655
Disponibilités 1 100 3 100
- CBC - 4 940
Trésorerie nette - 3 000 5 755 - 8 755

6. À l’aide des résultats aux questions précédentes ainsi que de l’ensemble des documents
annexés, réaliser un diagnostic financier d’une page environ. Ce diagnostic abordera les
notions suivantes : profitabilité et rentabilité, politique d’investissement, politique de
financement, structure financière et trésorerie.
Exemple de rédaction

Profitabilité et rentabilité.
La profitabilité s’est nettement améliorée en 2018.
En 2017, la VA/Production et l’EBE/Production étaient en dessous des ratios du secteur. Ils se sont tous
les deux améliorés et en 2018, ils sont au-dessus de cette moyenne.
La capacité de l’entreprise à générer des bénéfices est plutôt bonne.
La rentabilité économique est passée de 3,69 % à 12,34 %, alors que dans le secteur d’activité, la
moyenne est de 11 %.
Une augmentation importante du CA (+ 25 %), associée à une maitrise des charges d’exploitation,
notamment les charges de personnel, ont permis à l’entreprise d’améliorer à la fois sa profitabilité et sa
rentabilité.

Politique d’investissement et de financement, structure financière.


L’entreprise a mené un important programme d’investissement. Pour financer ce programme,
l’entreprise a augmenté son capital et souscrit de nouvelles dettes financières.

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 6 / 10


Ces dettes financières étaient supérieures aux capitaux propres en 2017 (ratio d’endettement à 1,2).
Une CAF relativement élevée ainsi que l’augmentation de capital ont permis de ramener ce ratio à
71,42 %, ce qui est maintenant dans les normes.
La capacité de remboursement est de 2,44, ce qui est tout à fait satisfaisant. Celle de 2017 est très
élevée (8,92), principalement du fait que la CAF était faible.

Evolution de la trésorerie.
Le RBE est fortement amputé de la variation du BFRE.
L’augmentation du BFRE consomme près des deux tiers du résultat d’exploitation. L’augmentation des
stocks de produits finis justifie les trois quarts de l’augmentation du BFRE. La durée de stockage des
produits finis est passée de 75 à 111 jours. L’augmentation surprenante des stocks de produits finis
comprime le flux de trésorerie lié à l’activité et génère donc une baisse de la trésorerie.Le flux de
trésorerie généré par l’activité ne permet pas de financer le programme d’investissements
particulièrement ambitieux.
Les opérations de financement génèrent un flux de trésorerie de plus de 42 000. Il est élevé mais ne
permet de financer que 71 % des investissements. En conséquence la trésorerie baisse de manière
importante et devient négative.

Synthèse.
L’entreprise a restauré sa profitabilité et sa rentabilité en 2018 ; cependant elle semble présenter des
difficultés commerciales (forte évolution des stocks de produits finis).

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 7 / 10


DOSSIER 2 – PLAN DE FINANCEMENT

1. Quels sont les deux objectifs principaux de l’élaboration d’un plan de financement lors de la
création d’une nouvelle activité ?
Lors de la création d’une entreprise, le plan de financement est indispensable pour juger de la viabilité
du projet et pour négocier auprès des banques les concours financiers nécessaires.
Au cours de son existence, l’entreprise doit élaborer des plans de financement pour :
- vérifier la pertinence de sa stratégie ;
- justifier le recours aux financements externes (emprunts) ;
- évaluer la capacité de distribution de dividendes ;
- en cas de procédure judiciaire (le plan de redressement est un plan de financement équilibré) ;
- rechercher la meilleure combinaison possible des ressources et des emplois.

2. Présenter le tableau d’amortissement de l’emprunt pour les quatre premières années.


Vous arrondirez vos calculs à l’euro le plus proche.

Annuité = 400 000 * 0,05 / (1-1,05-8) = 61 889 €

Capital
Années Amort. Intérêts Annuité
début

2020 400 000 41 889 20 000 61 889

2021 358 111 43 983 17 906 61 889

2022 314 128 46 182 15 706 61 889

2023 267 946 48 491 13 397 61 889

3. Retrouver par le calcul la CAF prévisionnelle pour l’exercice 2020 figurant en annexe 8.
Présenter, dans un tableau, le calcul des variations de BFR sur les quatre années 2020 à 2023.

Com ptes de R prévisionnels


2020 2021 2022 2023
Ventes 210 000 266 000 336 000 336 000
Q P de subvention 15 000 15 000 15 000 15 000
Total produits 225 000 281 000 351 000 351 000

Charges variables 60 000 76 000 96 000 96 000


Charges fixes 76 500 76 500 76 500 76 500
DAP 93 500 93 500 93 500 93 500
Charges d'intérêt 20 000 17 906 15 706 13 397
Total charges 250 000 263 906 281 706 279 397

Résultat avant IS -25 000 17 094 69 294 71 603


- IS 0 5 698 23 098 23 868
Résultat après IS -25 000 11 396 46 196 47 735
+DAP 93 500 93 500 93 500 93 500
- Q P subvention -15 000 -15 000 -15 000 -15 000
CAF 53 500 89 896 124 696 126 235

NOTA : seule la colonne concernant l’exercice 2020 est attendue.

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 8 / 10


Calcul des variations de BFR sur les 4 années.

2020 2021 2022 2023


CAHT 210 000 266 000 336 000 336 000
BFRE 31 500 39 900 50 400 50 400
Var BFRE 31 500 8 400 10 500 0

4. Présenter le plan de financement sur les quatre années (+ début 2020)

Plan de financement
dé but 2020 2020 2021 2022 2023
Re ssource s:
CAF 53 500 89 896 124 696 126 235
Apports 500 000
Em prunt 400 000
Subvention d'invest. 150 000
Total ressources 1 050 000 53 500 89 896 124 696 126 235

Emplois:
Rem bts d'em prunts 41 889 43 983 46 182 48 491
Investissem ents 1 026 000
Variation de BFR 31 500 8 400 10 500
Total em plois 1 057 500 50 289 54 483 46 182 48 491

Variation de trésorerie -7 500 3 211 35 413 78 514 77 744


Trésorerie initiale 0 -7 500 -4 289 31 124 109 638
Trésorerie finale -7 500 -4 289 31 124 109 638 187 382

5. Commenter brièvement le plan de financement obtenu. Proposer trois solutions qui


permettraient de résoudre le problème rencontré.

Le plan de financement est presque équilibré : en 2020, il manque 4 289 € en trésorerie. À partir de
2021, le plan est largement excédentaire.
Début 2020, on constate une impasse : il manque 7 500 €.
Au niveau des solutions, il paraît difficile d’agir sur les emplois.
- Trouver 8 000 € d’apports supplémentaires.
- Augmenter le montant de l’emprunt.
- Négocier une autorisation de découvert pour 2020.
- Reculer le premier remboursement de l’emprunt (à combiner avec une autre solution pour début
2020).
- Tenter de contenir l’augmentation du BFR pour la première année (solution qui semble difficile à
mettre en œuvre).

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 9 / 10


DOSSIER 3 – MARCHÉ OBLIGATAIRE

1. Citer deux risques inhérents à la détention d’une obligation.


Le porteur d’une obligation encourt généralement plusieurs types de risque :
- un risque de défaut,
- un risque de taux,
- un risque de liquidité,
- le risque d’inflation.

2. Rappeler la formule permettant de déterminer le prix d’achat de l’obligation et déterminer ce


dernier pour l’obligation du Crédit Agricole pour un achat en date du 15/05/2019.

Valeur de l’obligation = Coupon couru.


+ Cours côté sur le marché financier (en % de la valeur nominale).

 Nombre de jours du coupon couru entre le 30/03/2019 (date de versement du dernier coupon) et le
15/05/2019 (date de cotation).

Avril 30 jours, Mai = 14 jours + 3 jours Total = 47 jours

Le calcul du nombre de jours lié au coupon couru débute au lendemain du paiement des derniers
intérêts versés jusqu’à la veille de la négociation. On ajoute trois jours généralement pour tenir compte
de la durée des décalages entre la négociation et le règlement des coupons.

Coupon couru = 1000 * 2,5 % * 47 / 365 = 3,22 €

 Valeur de l’obligation = 98% * 1000 + 3,22 = 980 + 3,22 = 983,22 €

Autres valeurs possibles en fonction du nombre de jours retenus, au numérateur et au dénominateur, du


prorata temporis.

Avec 365 jours et 44 jours = 3,01 € Valeur obligation = 983,01 €


Avec 360 jours et 47 jours = 3,26 € Valeur obligation = 983,26 €
Avec 360 jours et 44 jours = 3,06 € Valeur obligation = 983,06 €

3. Apprécier l’évolution du cours de cette obligation depuis l’émission.


Depuis l’émission, il y a eu une baisse du cours de cette obligation puisqu’elle a été émise à 990 euros
et que sa cotation est de 1 000 * 98% = 980 euros au 15/05/2019.

4. Expliquer l’intérêt pour un investisseur d’insérer au sein de son portefeuille titres actions des
valeurs obligataires à taux fixe.

La rentabilité d’un portefeuille de titres financiers est généralement fonction de sa composition. Avec une
dominante action, la rentabilité peut-être plus élevée mais le risque (en perte de valeur notamment)
associé l’est également.

En détenant au sein de son portefeuille des obligations à taux fixe dont la rémunération est
quasi-certaine, il sécurise ainsi une part de sa rentabilité, même si globalement la rentabilité de son
portefeuille sera moindre, mais surtout diminue le risque associé au portefeuille car le risque associé à
l’obligation à taux fixe est quasi-nul si la qualité du signataire est bonne. C’est l’effet de la diversification.

DCG 2019 UE 6 – FINANCE D’ENTREPRISE CORRIGÉ Page 10 / 10