Sie sind auf Seite 1von 52

ÉLEMENTS

GENERAUX DE
TRANSMISSION
Oumar SERE
Ingénieur réseaux et Télécoms.
oumar.sere@fasonet.bf
sereoum@yahoo.fr
Objectif du cours

A l’issu de ce cours, l’étudiant sera capable de décrire les liaisons de


Transmission sur support métallique ou optique sur la base de la
connaissance de leurs caractéristiques de transmission.

Il pourra effectuer et commenter le synoptique d’une liaison FH.

Il pourra manipuler les unités de transmission dans les calculs de bilan.

Oumar SERE 2
PLAN DU COURS

Chap. I – Les lignes métalliques

Chap. II – Câbles à paires coaxiales

Chap. III – Les fibres optiques

Chap. IV – Les liaisons radioélectriques

Chap. V – Résumé : Supports de transmission

Chap. VI – Les unités de transmission

Oumar SERE 3
PLAN DU COURS

Chap. I – Les lignes métalliques

Chap. II – Câbles à paires coaxiales

Chap. III – Les fibres optiques

Chap. IV – Les liaisons radioélectriques

Chap. V – Résumé : Supports de transmission

Chap. VI – Les unités de transmission

Oumar SERE 4
Les fibres optiques
1. Introduction

2. Principe de fonctionnement

3. Différents types des fibres optiques

4. Atténuation intrinsèque d'une fibre

5. Avantages des fibres optiques

6. Limites des fibres

7. Pertes de puissance

8. Bilan de liaison

Oumar SERE 5
Introduction
Une fibre optique est un fil en verre ou en plastique très fin qui a la
propriété de conduire la lumière et sert dans les transmissions
terrestres et océaniques de données.

Elle offre un débit d'informations nettement supérieur à celui des câbles


coaxiaux et supporte un réseau « large bande » par lequel peuvent
transiter aussi bien la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les
données informatiques.

Le principe de la fibre optique a été développé dans les années 1970


dans les laboratoires de l'entreprise américaine Corning Glass Works
(actuelle Corning Incorporated).

Entourée d'une gaine protectrice, la fibre optique peut être utilisée pour
conduire de la lumière entre deux lieux distants de plusieurs centaines,
voire milliers, de kilomètres.

Le signal lumineux codé par une variation d'intensité est capable de


transmettre une grande quantité d'informations.

Oumar SERE 6
Introduction
En permettant les communications à très longue distance et à des
débits jusqu'alors impossibles, les fibres optiques ont constitué l'un des
éléments clef de la révolution des télécommunications optiques.

Ses propriétés sont également exploitées dans le domaine des


capteurs (température, pression, etc.), dans l'imagerie et dans
l'éclairage.

Un nouveau type de fibres optiques, fibres à cristaux photoniques, a


également été mis au point ces dernières années, permettant des
gains significatifs de performances

 dans le domaine du traitement optique de l'information par des


techniques non linéaires,

 dans l'amplification optique

 ou bien encore dans la génération de super continuums utilisables


par exemple dans le diagnostic médical.

Oumar SERE 7
Introduction
La fibre optique est un guide d'onde qui exploite les propriétés
réfractrices de la lumière.
Elle est habituellement constituée d'un cœur entouré d'une gaine. Le
cœur de la fibre a un indice de réfraction légèrement plus élevé
(différence de quelques millièmes) que la gaine et peut donc confiner la
lumière qui se trouve entièrement réfléchie de multiples fois à l'interface
entre les deux matériaux (en raison du phénomène de réflexion totale
interne). L’ensemble est généralement recouvert d’une gaine plastique
de protection.

Oumar SERE 8
Introduction

L’âme ou le cœur est la région de la fibre dans laquelle se propage la lumière.


Dans ce milieu, l’indice de réfraction nc y est le plus élevé.
La gaine optique est un milieu d’indice ng légèrement plus faible, qui se comporte
ainsi comme un « miroir réfléchissant » pour la lumière à l’interface cœur-gaine.
Le revêtement est une couche de plastique qui entoure la fibre optique pour la
renforcer, elle aide à absorber les chocs et permet une protection
complémentaire contre des courbures excessives.
L'armature en fibres permet de protéger le cœur contre les forces d'écrasement
et les tensions mécaniques excessives lors de l'installation.
La gaine extérieure complète la protection mécanique du cœur.

Oumar SERE 9
Principe de fonctionnement
Lorsqu'un rayon lumineux entre dans une fibre optique à l'une de ses
extrémités avec un angle adéquat, il subit de multiples réflexions
totales internes. Ce rayon se propage alors jusqu'à l'autre extrémité de
la fibre optique sans perte, en empruntant un parcours en zigzag. La
propagation de la lumière dans la fibre peut se faire avec très peu de
pertes même lorsque la fibre est courbée.

Oumar SERE 10
Principe de fonctionnement

Oumar SERE 11
Principe de fonctionnement
Indice optique d’un milieu isolant et transparent: l’indice de réfraction

Air Eau Huile Verre Verre Carbone Oxyde de


crown flint titane
1,0002 1,333 1,5 1,517 1,655 2,417 2,76

Oumar SERE 12
Principe de fonctionnement
Lois de Descartes et de Snell
Lorsqu’un faisceau lumineux heurte la surface qui sépare deux milieux transparents
et d’indices de réfraction différents (n et n’), il se sépare en deux rayons : un rayon
réfléchi formant un angle i par rapport à la normal à l'interface des deux milieux.

La partie réfléchie est telle que l'angle d'incidence mesuré par rapport à la
normale est exactement égal à l'angle réflexion r.

Pour la partie transmise les angles i et r' sont liés par la relation n×sin i = n'×sin r'.

La lumière n'est donc pas déviée que si n = n' (milieu homogène).

Oumar SERE 13
Principe de fonctionnement
Angle limite

Si n > n’ , il est théoriquement possible d'avoir r’ = π/2

Dans ce cas il n'y a pas réfraction. On notera iL l'angle du rayon incident


correspondant à r’ = π/2.

La loi de Descartes devient alors : n×sin iL = n'×sin r‘=n’ ⇒ sin iL = n‘/n

Oumar SERE 14
Principe de fonctionnement
Ouverture numérique d’une fibre optique

Oumar SERE 15
Principe de fonctionnement
Ouverture numérique d’une fibre optique

Une grande O.N permet d’injecter une grande quantité de lumière issue
d’une source assez divergente (diode DEL).

Une petite O.N n’autorise que l’injection d ’un faisceau lumineux issue
d’une source très directive (LASER)

Oumar SERE 16
Principe de fonctionnement
Ouverture numérique d’une fibre optique

Vitesse de groupe de l’onde


C’est la rapidité avec laquelle l’énergie lumineuse se propage d’une extrémité à
l’autre du guide d’onde.
Oumar SERE 17
Différents types de fibres optiques

Oumar SERE 18
Différents types de fibres optiques
Dispersion chromatique

La dispersion chromatique caractérise l'étalement du signal lié à sa largeur


spectrale (deux longueurs d'ondes différentes ne se propagent pas exactement à
la même vitesse).

Cette dispersion dépend de la longueur d'onde considérée et résulte de la


somme de deux effets :
 la dispersion propre au matériau,
 la dispersion du guide, liée à la forme du profil d'indice.

Oumar SERE 19
Différents types de fibres optiques
Dispersion chromatique

Paramètre de dispersion chromatique


 ∆t=Kmat.∆ λ.L où :
• ∆t s'exprime en picosecondes (Ps)
• Kmat = coefficient dépendant du matériau, unité = Ps.nm-1.km-1
• ∆ λ = largeur spectrale équivalente de la source en nm
• L = longueur de la fibre en km

En pratique pour les fibres multimodes, on néglige la dispersion


chromatique devant la dispersion modale.

La dispersion chromatique a pour effet de réduire la bande passante.

Oumar SERE 20
Différents types de fibres optiques
Dispersion modale de polarisation

Les modes sont l’expression des différents chemins optiques que


peut suivre le signal dans la fibre.

La dispersion modale de polarisation caractérise l'étalement du signal.

Ce phénomène est dû à des défauts dans la géométrie des fibres


optiques qui entraînent une différence de vitesse de groupe entre les
modes se propageant sur différents axes de polarisation de la fibre.

Oumar SERE 21
Différents types de fibres optiques

Oumar SERE 22
Différents types de fibres optiques
Pour α >> 2,4 → La fibre est appelée multimode et se divise en deux
sous-catégories :

 Fibre multimode à saut d'indice

 Fibre multimode à gradient d'indice

Oumar SERE 23
Différents types de fibres optiques
Fibre optique multimode à saut d'indice

C'est un guide d'onde dont le diamètre du cœur (quelques centaines de


µm) est grand devant la longueur d'onde.
L'indice de réfraction constant varie brusquement (saut) quand on passe
du cœur à la gaine.
Le guidage de la lumière se fait suivant des lignes brisées.
C'est la plus "ordinaire" des fibres

Oumar SERE 24
Différents types de fibres optiques
Fibre optique multimode à gradient d'indice

Le cœur possède un indice de réfraction qui décroît progressivement du


centre à la périphérie suivant un profil parabolique. Le faisceau lumineux
suit une trajectoire d’allure curviligne.
Le faisceau lumineux change de direction moins brusquement lors du
rebond ce qui diminue les pertes.

Oumar SERE 25
Différents types de fibres optiques
Fibre optique monomode

Le diamètre du cœur est inférieur à 10 µm de telle sorte que le parcours


de la lumière devient presque longitudinal.
Le diamètre de la gaine est compris entre 50 µm et 125 µm.
Ce type de fibre nécessite une source de lumière quasiment
monochromatique (diode Laser).
C'est la solution la meilleure, mais aussi la plus onéreuse.

Oumar SERE 26
Atténuation intrinsèque d'une fibre

L'atténuation intrinsèque de la fibre exprimée en dB/km est liée à


l'absorption de la puissance lumineuse.

Elle est due aux impuretés dans le cœur et dépend de la longueur


d'onde de la lumière utilisée.

On a donc intérêt à réaliser des fibres avec la plus grande pureté


possible et d'utiliser des sources de lumières dans les longueurs
d'ondes qui présentent les atténuations les plus faibles.

Le graphe suivant donne la courbe typique de l'affaiblissement linéique


d'une fibre optique en fonction de la longueur d'onde..

Oumar SERE 27
Atténuation intrinsèque d'une fibre

La courbe montre que la fibre présente une atténuation minimale à


1310nm et à1550nm.
Oumar SERE 28
Atténuation intrinsèque d'une fibre
Les meilleures fenêtres de transmission optique sont celles qui
minimisent les trois différents phénomènes physiques à l’origine de
l’atténuation.
 La diffusion. Les photons interagissent faiblement et de manière
aléatoire avec les molécules de verre. De temps en temps, un
photon est suffisamment dévié de sa trajectoire pour sortir du cœur
de la fibre et est alors perdu pour la transmission. Plus grande est
la longueur d’onde du photon, plus faible est l’interaction et plus
faible la diffusion.

 L’ absorption par les ions OH-. Les impuretés de la fibre se


présentent sous forme de molécules absorbant la lumière à des
fréquences spécifiques. Les longueurs d’onde les plus critiques se
situent dans la bande 1400 nm – 1500 nm et l’absorption est due à
la présence d’ions OH-.

 L’ absorption du verre. Aux fréquences élevées (longueur d’onde


supérieure à 1600 nm), les molécules de verre commencent à
absorber la lumière, créant une limite naturelle supérieure en terme
de longueur d’onde utilisable pour la transmission optique.
Oumar SERE 29
Atténuation intrinsèque d'une fibre
Du fait des limitations mentionnées ci-dessus, les fibres peuvent être utilisées
pour la transmission essentiellement dans deux « fenêtres en longueur d’onde » :

 La « fenêtre à 1300 nm » qui a une largeur de bande de 50 nm et une


atténuation moyenne d’environ 0,4 dB/km.

 La « fenêtre à 1550 nm » qui a une largeur de bande de 100 nm et une


atténuation moyenne d’environ 0,2 dB/km.

La fenêtre à 1300 nm présente une atténuation importante mais les composants


opto-électroniques à ces longueurs d’onde (lasers et recepteurs) sont peu
coûteux. Elle reste donc toujours utilisée pour les systèmes de
télécommunications de courte portée (quelques dizaines de kilomètres) ou de
faible capacité : boucles locales à fibres optiques, réseaux urbains, LANs.

La fenêtre à 1550 nm est utilisée universellement pour les télécommunications


longues distances et à haut débit car la faible atténuation dans cette fenêtre
permet d’espacer bien davantage les coûteux régénérateurs et/ou amplificateurs
nécessaires pour la compensation de l’atténuation dans la fibre de ligne.

Oumar SERE 30
Atténuation
L’atténuation caractérise l’affaiblissement du signal au cours de la
propagation.

Soient P0 et PL les puissances à l’entrée et à la sortie d’une fibre de


longueur L.

L’atténuation linéaire se traduit alors par une décroissance exponentielle


de la puissance en fonction de la longueur de fibre (Loi de Beer-
Lambert) :

 PL = P0e − αL où α est le coefficient d’atténuation linéaire.

 On utilise souvent le coefficient αdB exprimé en dB/km et relié à α par


αdB = 4,343α.

Le principal atout des fibres optiques est une atténuation extrêmement


faible. L’atténuation va varier suivant la longueur d’onde.

Oumar SERE 31
Atténuation
Les fibres en silice connaissent un minimum d'atténuation vers
1 550 nm. Cette longueur d’onde du proche infrarouge sera donc
privilégiée pour les communications optiques.

De nos jours, la maîtrise des procédés de fabrication permet d’atteindre


couramment une atténuation aussi faible que 0,2 dB/km à 1 550 nm :
après 100 km de propagation, il restera donc encore 1% de la
puissance initialement injectée dans la fibre, ce qui peut être suffisant
pour une détection.

Si l’on désire transmettre l’information sur des milliers de kilomètres, il


faudra avoir recours à une réamplification périodique du signal, le plus
généralement par l’intermédiaire d’amplificateurs optiques qui allient
simplicité et fiabilité.

Le signal subira des pertes supplémentaires à chaque connexion entre


fibres, que ce soit par des traverses ou bien par soudure, cette dernière
technique réduisant très fortement ces pertes.
Oumar SERE 32
Avantages des fibres optiques
Les principales caractéristiques qui ont assuré le développement de la
fibre optique et qui en ont fait le support privilégié pour les liaisons
grandes distances et haut débits sont :

 une bande passante très large, ce qui autorise des débits de


transmission très élevés ;

 une faible atténuation, ce qui autorise des liaisons à grande


distance ;

 une insensibilité aux perturbations électromagnétiques, ce qui


garantie une diaphonie nulle et une grande sécurité contre les
intrusions ;

 Un poids et des dimensions très réduites, ce qui permet d'insérer


dans le même câble plusieurs brin de fibres.

Oumar SERE 33
Avantages des fibres: bande passante
Fibre monomode :

 Bp = 0,35/DL∆λ ; où D est la dispersion chromatique, L la longueur


de la liaison, et ∆λ la largeur spectrale autour la longueur d’onde
de fonctionnement.

Fibre multimode :

 Bp = 1/2∆t ; où ∆t est l’étalement temporel dû à la dispersion


intermodale. Par ailleurs on a ∆t = Ln1(n1- n2)/c.n2
Alors la bande passante Bp = c.n2 /2Ln1(n1- n2) et Bp.L = c.n2 /2n1(n1- n2)

 Les constructeurs préfèrent donner la valeur B0 = Bp.L en MHz.Km


et un facteur de concaténation ϒ compris entre 0 et 1. Ainsi, on
calcule la bande Bp = B0/Lϒ

Oumar SERE 34
Capacités limites
100 terabits par seconde sur un simple brin de fibre optique, c’est
le record annoncé par une équipe de chercheurs des Bell.

Lucent Technologies ont annoncés la nouvelle : leurs chercheurs des


laboratoires Bell ont trouvé une solution théorique pour multiplier par
dix la capacité des fibres optiques.

Jusqu’à présent, les systèmes optiques en service transmettaient un


peu moins de 2 térabits par seconde (Tbit/s), et les scientifiques
atteignaient les 10 Tbit/s en laboratoire.

La découverte des laboratoires Bell, 100 Tbit/s par seconde, battent


donc largement les précédents records.

Il semble même, d’après les chercheurs, que l’on ait atteint la limite
théorique de la fibre optique.

Oumar SERE 35
Capacités limites

Cette découverte s’appuie sur la technique du multiplexage, qui permet


d’utiliser simultanément plusieurs canaux (ou longueurs d’onde) en
parallèle dans une même fibre optique.

Mais il reste encore des progrès à faire pour améliorer le service


proposé. Les chercheurs doivent notamment composer avec les
interférences : si le signal est émis trop faiblement, il est couvert par le
bruit des autres signaux. Et, à l’inverse, un signal trop fort masque les
autres. Dans l’immédiat, ces performances restent donc théoriques. Et
de la théorie à la pratique, il risque d’y avoir quelques années.

Oumar SERE 36
Limites des fibres
La fibre optique ne possède pas vraiment de désavantages comparée
aux autres types de câbles de communication. Cependant on peut
délimiter les contraintes...

Au niveau économique

 La pose de fibre optique génère des coûts équivalents à ceux des


travaux d’enfouissement.

 L’installation est chère et nécessite du personnel spécialisé


dont les coûts de ce génie civil peuvent varier en fonction de la
topologie du terrain concerné.

 De plus la connectique et les convertisseurs d’énergie


électrique/lumineuse placés aux extrémités coûtent chers.
Seules de grandes entreprises peuvent financer de tels
investissements.
Oumar SERE 37
Limites des fibres
Au niveau commodité
 La silice qui est le matériau au centre de la fibre est fragile, il n’y a
donc pratiquement pas de déformation élastique.

 Ce câble ne peut donc pas se courber sans contraintes.

 Bien qu’il y est une bonne résistance aux forces de traction, la


présence de défauts dans la fibre augmente le risque de cassure
lors de traction.

 La fibre optique silice résiste à une force de traction de 5kg contre


1kg quand il y a des défauts.

 La plupart de ces défauts se produisent lors de la fabrication.

Oumar SERE 38
Limites des fibres
Au niveau de la performance : Courbures

 Lorsqu’on courbe la fibre (déformation globale de l'axe), une partie


de l’énergie lumineuse peut échapper au guidage, et se perdre
dans la gaine. Ce phénomène s’appelle « pertes par courbure ».

 Ce phénomène est plus sensible aux grandes longueurs d’onde.

 Chaque type de fibre possède un angle de courbure qui lui est


propre et pour lequel il y a perte de lumière.

 Cet angle de courbure peut varier selon la composition des


matériaux utilisés à l’intérieur de la fibre.

Oumar SERE 39
Limites des fibres
Au niveau de la performance : Micros courbures

 Il y a aussi les pertes par micro courbures (déformation locale de


l'axe).

 Elles apparaissent lors de la fabrication des câbles lorsque des


contraintes mécaniques provoquent des micro déformations de la
fibre, entraînant des pertes de lumière.

 Elles sont quasiment indépendantes de la longueur d’onde.

 Ces pertes dépendent aussi bien de la fibre elle-même que du


revêtement et elles augmentent très vite lorsque le diamètre de
la fibre diminue.

Ces 2 types de courbures on pour effet de provoquer un décalage dans


la réflexion des rayons optiques, ce qui induit des pertes.

Oumar SERE 40
Limites des fibres

Au niveau de la performance : Les connexions

 Le raccordement de deux fibres entre elles est une tâche


contraignante et minutieuse.

 Il est essentiel de minimiser les pertes car c’est au niveau des


connexions que le signal perd l’essentiel de sa puissance.

Oumar SERE 41
Pertes de puissance
Si la fibre en elle même présente une atténuation très faible, les pertes
dues à la connectique, aux niveaux des raccordements et au niveau de
l'injection du faisceau lumineux, peuvent être très importantes si des
précautions ne sont pas prises au niveau de l'installation et du choix du
matériel. Les pertes peuvent être de plusieurs origines :

Pertes d'épissures
 La réalisation de fibres de plusieurs km résulte toujours de la mise
bout à bout de tronçons plus courts. A chaque jonction, le
raccordement entre deux tronçons va présenter des défauts:

Oumar SERE 42
Pertes de puissance
 Ecart radial entre les deux fibres

 Ecart axial entre deux fibres

 Ecart angulaire entre deux fibres

Oumar SERE 43
Pertes de puissance
Pertes liées aux diamètres des cœurs
 Ces pertes sont données en fonction des deux diamètres par
l'expression suivante :
PD (dB) = 20Log (2D1D2/ D12+ D22)

Pertes liées à l'écart axial


 Ces pertes sont données en fonction de la distance (L) entre les
deux fibres, de l'indice de réfraction des fibres (n), du diamètre des
fibres (D) et de la longueur d'onde utilisée :
P = 10log [1 + (L.λ/2nπD)2]

Pertes liées à l'écart radial


 Ces pertes sont données par l'expression :
P (dB) = - 10 Log[ exp(- d2/D2)]
Où d est la distance entre les axes des deux fibres.

Oumar SERE 44
Pertes de puissance
Pertes liées à l'écart angulaire
 Ces pertes sont données par l'expression :
P = -10Log[exp- (π.n.α.D/2)2]
Pertes au niveau de l'émission et de la réception
 Pertes de Fresnel
Elles sont liées à la différence d'indice optique du milieu qui baigne la face
d'entrée de la fibre optique et le cœur de la fibre optique.

Soit no l'indice optique du milieu où est plongée la face d'entrée de la fibre


et n1 l'indice du cœur.

Les pertes sont données


par la relation suivante :

Oumar SERE 45
Pertes de puissance
 Pertes par réflexion
Elles sont liées aux pertes de Fresnel.
Supposons une onde lumineuse qui se propage dans un milieu où se
produit une discontinuité d'indice optique. (coupure locale de la fibre,
défaut de raccordement entre deux fibres...

La puissance réfléchie Pr est donnée par : Pr = Pi - Pt


Les lois de Fresnel donnent :
  
  

•  soit 1
  
  

Oumar SERE 46
Pertes de puissance
 Pertes par injection

Le rapport entre la puissance lumineuse reçue par la fibre Pr et la


puissance lumineuse Pe émise par la source de lumière s'appelle
coefficient de couplage et se note ηc

  


En pratique ce coefficient est donné en %, soit:



  %  . 100


Les pertes par injection sont définies par :


 Pi(dB) = 10.Log (ηc)

Oumar SERE 47
Pertes de puissance
 Pertes liées à l’ouverture numérique

Soit ONF l'ouverture numérique de la fibre, ONE l'ouverture numérique de


l'émetteur (diode) et ONR celle du récepteur (photodiode).

Les pertes à l'émission sont données par :


 P = 20 log (ONE/ONF)

Et à la réception par :
 P = 20 log (ONF/ONR)

Ce calcul n'est valable que si ONR < ONF et que ONF <ONE . Dans le cas
contraire, les pertes seront nulles.

Oumar SERE 48
Bilan de liaison
L’établissement d’une liaison en fibre optique introduit plusieurs types
d’affaiblissements liés:

 à la longueur de propagation dans la fibre (Ad),

 à la dispersion chromatique (Ach)

 aux connecteurs (Ac),

 aux épissures ( Aép),

 au vieillissement du matériel (Av).

 On peut y ajouter une marge prévisionnelle.

Soit At l’affaiblissement total

 At = Ad + Ach + Ac + Aép + Av

Oumar SERE 49
Bilan de liaison
Puissance reçue (Pr)

L’expression de la puissance reçue est donnée par :


 Pr(dBm) = Pe(dBm) - At(dB) + Gain_ampli (dB),
On dimensionne la longueur de la liaison en résolvant l’inéquation suivante :
 Ps + M < Pr < Psat
où Ps et Psat sont respectivement les puissances de seuil et de saturation du
récepteur optique

L’expression de la puissance reçue est donnée par :


 Pr(dBm) = Pe(dBm) - At(dB) + Gain_ampli (dB)

On dimensionne la longueur de la liaison en résolvant l’inéquation suivante :


 Ps + M < Pr < Psat
où Ps et Psat sont respectivement les puissances de seuil et de saturation du
récepteur optique.

Oumar SERE 50
Bilan de liaison
Budget optique

La différence entre la puissance de sortie et la sensibilité du récepteur


s'appelle le budget optique.

Il se calcule ainsi :

 Budget optique(dB) = Puissance de sortie(dBm) - Sensibilité du récepteur(dBm)

Portée d'une fibre optique

La portée permise tient compte des pertes dues aux connecteurs :

"#$%& () *#& & &+ (& &#+ & &+ é)++#&+ ,$"
 é max !  34
- é#. ( $# â01&2 7
56

Oumar SERE 51
Synoptique d'une liaison par fibre optique

L'interface optique d'émission permet de convertir le signal électrique en


un signal optique en utilisant une diode émettrice à semi-conducteur.

L'interface optique de réception permet de convertir le signal optique en


un signal électrique en utilisant une photodiode ou un phototransistor.

Oumar SERE 52