Sie sind auf Seite 1von 60

ÉLEMENTS

GENERAUX DE
TRANSMISSION
Oumar SERE
Ingénieur réseaux et Télécoms.
oumar.sere@fasonet.bf
sereoum@yahoo.fr
Objectif du cours

A l’issu de ce cours, l’étudiant sera capable de décrire les liaisons de


Transmission sur support métallique ou optique sur la base de la
connaissance de leurs caractéristiques de transmission.

Il pourra effectuer et commenter le synoptique d’une liaison FH.

Il pourra manipuler les unités de transmission dans les calculs de bilan.

Oumar SERE 2
PLAN DU COURS

Chap. I – Les lignes métalliques

Chap. II – Câbles à paires coaxiales

Chap. III – Les fibres optiques

Chap. IV – Les liaisons radioélectriques

Chap. V – Résumé : Supports de transmission

Chap. VI – Les unités de transmission

Oumar SERE 3
4

Introduction
Transmission filaire
Morse met au point
1832 le télégraphe
Morse

Cooke met au point


1839 le 1er télégraphe
électrique
Cooke
1851 : 1ère liaison trans-manche (Siemens)
1866 : 1ère liaison trans-atlantique

1876 Bell découvre le


téléphone
Bell
Oumar SERE 4
Introduction
Transmissions hertziennes
Faraday émet
l’hypothèse de
1831 champs électriques
et magnétiques
Faraday
Maxwell établit sa
1864 fameuse théorie de
l’électromagnétisme
Maxwell
Hertz met en évidence
la propagation des
1887 ondes
électromagnétiques
Hertz
Oumar SERE 5
Introduction
Débuts des communications radio
Branly met au point Récepteur de Branly
son « cohéreur »
1890 permettant de
recevoir les ondes
Branly électromagnétiques

Popov invente la
première antenne
1895 pour l’observation de
phénomène
Popov météorologiques

En se basant sur les


travaux d ’Hertz, Branly
1895 et Popov, Marconi réalise
la première transmission
Marconi radio (>2 km)
Oumar SERE 6
Introduction
Premiers déploiements
1899Première transmission trans-manche
1901Première transmission Antibes-Corse
(175 km)

1903 Transmission Irlande-Terre Neuve


(3400 km)

Gustave Ferrié installe la


première antenne sur la
1905 tour Eiffel pour
communications militaires
(portée de plusieurs
Ferrié centaines de km)

1908 Portée de 6000 km

Oumar SERE 7
Introduction
Déploiements de réseaux
1912 Le SOS du Titanic est capté par le navire Carpathia
et sauve 800 personnes
1916 Obligation d’équipement des navires en radio

1920 1ère liaison radiotélégraphique France-Amérique


ouverte au public

1927 1ère liaison radiophonique Londres-New-York

1939 Début du multiplexage

1955 1er réseau radio-mobile en France (taxis, médecins)

1956 1er câble sous-marin téléphonique trans-atlantique


TAT1 (48 voies)

Oumar SERE 8
Introduction
Aujourd'hui……..

Réseau Téléphonique Commuté (RTC) xDSL


Réseau par courant porteur (PLC)
Câble
Fibre optique

Liaison satellite
Téléphonie mobile (GSM, DCS, GPRS, UMTS)
Réseaux locaux sans fil (WLAN, UWB)
Boucle Locale Radio (WiMax)

Oumar SERE 9
Introduction
Deux types de transmission

Oumar SERE 11
Introduction
Principaux types de lignes: Ligne bifilaire

diélectrique conducteur

1ère ligne utilisée ne permet qu’une


voie par paire de fils
regroupement de fils dans un même
câble :
-d’abord par 2 (paire)
-puis encore par 2 (quarte)

Oumar SERE 12
Introduction
Ligne bifilaire: regroupement

Les câbles urbains et inter-


urbains regroupent plusieurs
paires :
Respectivement 182 et 1792.

fils de cuivre (0,5 à 2mm)


isolés par du polyéthylène

Oumar SERE 13
Introduction
Lignes évoluées: câble coaxial

L’enveloppe extérieure sert à la fois


de blindage pour le conducteur intérieur
et de conducteur de retour.

Grande bande passante : plusieurs voies par


multiplexage :
- à courant porteur (échelonnage
des différentes voies selon l’axe des fréquences)
- par impulsions codées : répartition dans le temps
des impulsions binaires codées (forcément
numérique)
Oumar SERE 14
Introduction
Câbles téléphoniques à lignes coaxiales
3 types de câbles à circuits coaxiaux sont utilisés :

- le câble 2,6/9,5 : 4 paires coaxiales (2,6mm, 9,5mm) 12MHz


- le câble 1,2/4,4 : 4 à 28 paires coaxiales (2700 voies).

- le câble 3,7/13,5 : 4 à 10 paires coaxiales 60MHz


(10800 voies).

Oumar SERE 15
Introduction
Lignes microrubans

Technique de circuits imprimés : précision et faible coût


Dispositifs micro-ondes faible puissance

Oumar SERE 16
Introduction
Guides d’ondes métalliques

Tube métallique (diélectrique=air)


Pertes très faibles
Dimensions transverses de l’ordre de la longueur d’onde

Oumar SERE 17
Introduction
Guides d’ondes diélectriques
La partie centrale (cœur) est un diélectrique, gaine diélectrique
entourée par un autre diélectrique (gaine) de
permittivité légèrement plus faible.
La propagation s’effectue par réflexions successives
à l’interface des 2 diélectriques. coeur
Aux fréquences optiques, la silice et ses dérivées
présentent des pertes très faibles (< 1dB/km). fibres optiques

Oumar SERE 18
Introduction
Comparaison des capacités

nbre de voies par ligne


• les câbles bifilaires 1

• les câbles coaxiaux 2700 à 10800 multiplexées

• les guides d’onde >23000 (débit >280MBit/s)


(fibre optique) TAT13 : 2,5GBit/s

Oumar SERE 19
Introduction
Les câbles téléphoniques à fibre optique

En télécommunications, on regroupe également les fibres dans des câbles.


Ici représentation de la technique dite « à jonc cylindrique rainuré ».
en a), 1 jonc contenant 10 fibres dans des rainures gravées.
en b) regroupement de 7 joncs. => câble à 70 fibres.

Oumar SERE 20
Introduction
Les câbles sous-marins transatlantique

coaxiale
1956 TAT1 48 analogique ----- 10km

1976 TAT6 4000 ----- 10km


1988 TAT8 23000 280Mbit/s 0.35dB/km 60km
fibre optique

1991 TAT9 46000 560Mbit/s 0.22dB/km 120km

1995 TAT12 500000 2,5 Gbit/s ----- 45km


1996 TAT13
1999 SeaMeWe3 20Gbits/s ----- 300km

Oumar SERE 21
Introduction
Structure des câbles sous-marins

Oumar SERE 22
Introduction
Support des liaisons FH

Oumar SERE 23
Introduction
Les antennes filaires

Station de base

Monopôle

Antenne dipôle

Oumar SERE 24
Introduction
Les antennes directives

Yagi-Uda Antenne cornet

Oumar SERE 25
Introduction
Les fréquences

30m 3m 30cm 3cm 3mm 300µm 1.55 -0.85 µm Long.ondes


10MHz 100MHz 1GHz 10GHz 100GHz 1THz 200 - 350 THz Fréquences

lignes bifilaires guides d'ondes fibre optique


lignes cocoaxiales guides diélec.
lignes imprimées

Yagi lentilles
ant. filaires paraboles, cornets
réflecteurs
ant. imprimées

Oumar SERE 26
PLAN DU COURS

Chap. I – Les lignes métalliques

Chap. II – Câbles à paires coaxiales

Chap. III – Les fibres optiques

Chap. IV – Les liaisons radioélectriques

Chap. V – Résumé : Supports de transmission

Chap. VI – Les unités de transmission

Oumar SERE 27
Les lignes métalliques

1. Introduction

2. Paramètres primaires

3. Paramètres secondaires

4. Relations entre paramètres primaires et secondaires

5. Caractérisation expérimentale d'une ligne

Oumar SERE 28
Introduction
Définition

Une ligne de transmission est une structure comprenant deux


conducteurs parallèles dont la géométrie transversale est uniforme
sur toute sa longueur.

Caractéristiques d'une ligne de transmission

On distingue :
 Ligne bifilaire symétrique;

 Ligne bifilaire torsadée;

 Ligne coaxiale

Une ligne de transmission est caractérisée par des paramètres


primaires et secondaires.
Oumar SERE 29
Introduction
Paramètres primaires
Ce sont en fait les paramètres physiques de la ligne. Ils se réfèrent à une
ligne de longueur L, en supposant celle-ci homogène.

Ils sont Divisés en deux groupes :


 Constantes longitudinales : R (Ohm/L) et L (Henry/L);
 Constantes transversales : C (Farad/L) et G (Siemens/L).

La résistance R : représente la résistance totale du conducteur aller et retour.


La conductance G : représente la conductance entre les deux conducteurs.
L'inductance L : représente l'inductance mutuelle des conducteurs aller et retour.
La capacité C : représente le couplage capacitif entre les deux conducteurs et
suivant le cas entre conducteurs et terre.

Oumar SERE 30
Introduction
Paramètres primaires

 Résistance linéique

 En basse fréquence, on a : avec

Exemple : fil de cuivre (σ = 58.106 S/m), Ø 1 mm, longueur 1 km ⇒ R = ??

Oumar SERE 31
Introduction

Oumar SERE 32
Introduction
Paramètres primaires
Ce sont en fait les paramètres physiques de la ligne :

 Capacité linéique

 Conductance linéique

 Inductance linéique

Définition : on appelle ligne sans pertes une ligne où R' et G'


sont nulles (⇔ pas de pertes Joule).
Oumar SERE 33
Introduction
Paramètres secondaires:

Ce sont les paramètres électriques de la ligne:

Impédance caractéristique
Une ligne, homogène et de longueur infinie, peut être représentée par une
succession infinie de quadripôles élémentaires composés par les
paramètres primaires de la ligne.

Z1 = (R+j.L.ω).dx et Y2 = (G + j.C.ω).dx avec Y2 =1/ Z2

Oumar SERE 34
Introduction
Paramètres secondaires:

Ce sont les paramètres électriques de la ligne:

Impédance caractéristique
L'impédance caractéristique représente l'impédance que l'on
mesure à l'origine d’une ligne de longueur infinie (jamais le cas) ou
de longueur finie mais dont l’extrémité est reliée à une impédance
égale à Zc.

R
1+
L jL ω
Zc =
C G
1+
jC ω
Remarque
L'impédance caractéristique de la ligne téléphonique reliant l’abonné au
commutateur est fixée par convention en Europe à 600Ω (900Ω U.S.A)
pour une fréquence de 800Hz.

Oumar SERE 35
Introduction
Paramètres secondaires:
Ce sont les paramètres électriques de la ligne:
Déphasage linéique β
Les paramètres primaires L et C de la ligne imposent un déphasage du
signal sinusoïdal.
Celui-ci est caractérisé par le paramètre β exprimé en rad/km.

Atténuation linéique α
Soit Uo la tension à l'origine d'une ligne téléphonique homogène chargée à
son extrémité et soit Ue la tension reçue à l'extrémité de la ligne.
Celle-ci est affaiblie en fonction de la longueur L de la ligne, exprimée en km,
suivant la relation :

Ue = Uo.e - α.L soit : a.L = Ln(Uo/Ue)

Oumar SERE 36
Introduction
Paramètres secondaires:

Ce sont les paramètres électriques de la ligne:

Atténuation linéique α

Le coefficient α représente l'affaiblissement kilométrique de la ligne,


il dépend des paramètres primaires de celle-ci.

L'affaiblissement linéique d'une ligne téléphonique s'exprime en


Neper par km.

Soit : 20.Log(Uo/Ue) = αdB= 20.Log(e α.L ) = α.L.20.Log(e)=


α.L.8.68

Conversion 1Np=20Log(e)dB=8.68dB

Oumar SERE 37
Paramètres primaires
Un tronçon élémentaire de ligne de longueur dx peut être modélisé par le schéma
ci-contre :
 Z1 = R + jLω ≡ Paramètres longitudinaux
 1/Z2 = G + jCω ≡ Paramètres transversaux

 R est la résistance linéique


 L est l'inductance linéique
 C est la capacité linéique liée à la permittivité du diélectrique qui isole
les deux conducteurs.
 G est la conductance transversale due aux pertes diélectriques, son
importance croit avec la fréquence selon la relation G = ω C tgδ où tgδ
et δ sont respectivement le facteur de perte et l'angle de perte du
diélectrique.

En basse fréquence, on peut considérer que R est réelle et constante, mais


lorsque la fréquence augmente, ceci n'est plus vrai à cause de l'effet de peau.

Oumar SERE 38
Paramètres primaires
Paires torsadée:
Le câble à paire torsadée est constitué de deux brins de cuivre entrelacés
en torsade et recouverts d’isolants

Deux types de paires torsadées

STP: Shielded Twisted Pair


Les paires blindées présentent une
bonne résistance aux interférences
électromagnétiques, mais présente un
coût plus élevé que la non blindée

UTP: Unshielded Twisted Pair


Les paires sont non blindées

Oumar SERE 39
Paramètres primaires
Paires torsadée:

 Résistance linéique série R=


16,6
f (Ω / m ) f(Hz) d (cm)
d

µ0  D D 2   D D2 
 Inductance linéique série L = ln  + 2 − 1  = 0,92 Log  + 2 − 1 (H / m )
 
π d d  d d 

πε0ε r εr
 Capacité linéique série C= = 12 (F / m )
D D  2 D D  2
ln + 2 − 1 
 Log + 2 − 1 

d d  d d 
   

εr représente la permittivité relative du diélectrique; c’est un


nombre sans dimension.

Oumar SERE 40
Paramètres primaires
Paire torsadée:
 Un câble est composé de plusieurs paires torsadées regroupées et placées à
l’intérieur d’une gaine protectrice.

 L’entrelacement permet de supprimer les bruits (interférences électriques).

 La paire torsadée se branche à l’aide d’un connecteur RJ45

Les pattes du connecteur sont Le schéma ci-contre présente


indicées comme suit, en également les couleurs de fils
considérant le connecteur communément utilisés pour
retourné (ergot en dessous) : réaliser les câbles avec
connecteur RJ45.

Oumar SERE 41
Paramètres primaires
Paire torsadée:
 Caractéristiques

 Vitesse 10-100 Mbit/s ou 1 Gbit/s pour une longueur de câble inférieur à


100m

 Raccordement RJ-45

 Coût faible

 Facile à installer

 Problèmes d’atténuation/distorsion/diaphonie

 Utilisation

 Réseau LAN (Local Area Network) ou réseau local

 Sur l’interface d’accès WAN (Wide Area Network) ou réseau étendu

 Les MAN ( Metropolitan Area Network)

Oumar SERE 42
Paramètres primaires
Ligne bifilaire symétrique:

µ0,σ εr ≈ 2
d
ε,tan(δ)
ε, (δ) 0.5mm ≤ d ≤ 2mm
D D = 3d / 2
σ ≈ 5.65 ⋅ 107 Ω −1 ⋅ m −1
ε = εr ⋅ ε 0
G < 10 −3 Ω −1.km−1 ≈ 0 G
→ tan δ ≈ δ
<< 1 
C ≈ 0.05µF .km−1 Cω

Pertes actives dans le diélectrique négligeables

Oumar SERE 43
Paramètres primaires
Ligne bifilaire symétrique:

Paramètres primaires
100k

10k
ω

Ω/km 1k
R
100

10

1
1kHz 10kHz 100kHz 1MHz 10MHz
f
ω
BF :R>>Lω ω
HF :R<<Lω
Oumar SERE 44
Paramètres primaires
Ligne bifilaire en basse fréquence (fréquences vocales)

µ0,σ d
ε,tan(δ)
ε, (δ) R ≈ R( f MHz = 0) (Ω / m)
R ≈ 100Ω ⋅ km−1
D
L = LHF + Li (H / m )
Paramètres primaires : L ≈ 0.6mH / km
πε
ω
R>>Lω faibles pertes diélectriques : δ<<ϕ C= (F / m )
 
2 D
ln  
ϕ  d 
2. tan R C = 0.051µF / km
1 2
v 2p =
Lω ε ⋅ f ⋅ tgδ −1
LC tanφ G = 2π 2
 2D 
(Ω / m)
2ω φ 2ω ln  
v =
2
p tan ≈  d 
RC 2 RC G ≈ 0Ω −1.m −1

Oumar SERE 45
Paramètres primaires
Ligne bifilaire en haute fréquence (Ethernet, xDSL)

µ0,σ µ0 f
d R=
1
(Ω / m )
πσ 2
ε,tan(δ)
ε, (δ) d
d 1−  
D D
2 à 10 Ω/km
Paramètres primaires : µ0  2D 
L= ln  (H / m )
π  d 
1 µ0  2 D  Faibles pertes
Zc = ln   2 mH/km

π ε  d  C=
πε
(F / m )
 2D 
ln  
Zc = 100 Ω  d 
α= 1 à 5 mN/km 5 nF/km

vp= 2.8 à 2.9. 108 m/s (


G = Cω 2π 2 ⋅ tan( δ ) Ω −1 / m )
10 -5 S/km

Oumar SERE 46
Paramètres secondaires

Les utilisateurs de ligne préfèrent caractériser les lignes par les


paramètres dits secondaires directement mesurables et caractérisant la
ligne d'une façon plus concrète.

Impédance caractéristique Zc : Elle ne dépend pas de la longueur de


la ligne mais seulement de sa forme transversale.

Coefficient de propagation : γ = α+ j β
Ce paramètre avec ses composantes α et β nous informe comment le
signal est atténué et déphasé en traversant la ligne :
 α = Constante d'atténuation ou atténuation linéique en Np/Km
(Np = Neper)
 β = Constante de phase ou déphasage linéique

Pour une ligne uniforme de longueur x, le coefficient de propagation est :


Γ = αx + j βx

Oumar SERE 47
Paramètres secondaires
La fonction de transfert H qui lie la tension de sortie (en un point x) U(x)
à la tension d'entrée U(0) est directement liée au coefficient de
propagation par la relation :

La fonction de transfert est complexe, elle a un module et une phase :

en identifiant avec :

 Le module de la fonction de transfert (gain en amplitude) est :

 L'argument de la fonction de transfert (déphasage) est :

On voit bien que α intervient dans le gain (constante d'atténuation) et β dans la


phase (constante de déphasage)

Oumar SERE 48
Paramètres secondaires
Une ligne réelle présente trois types de défauts :

 Atténuation : A cause des pertes par effet Joule, le signal subit une
décroissance exponentielle le long de son trajet :

Le coefficient α, exprimé en m–1, est l'atténuation par unité de longueur. On


l'exprime aussi en dB/m. Le gain en dB entre la tension U en un point x quelconque
et la tension U0 à la source vaut :

d'où une atténuation α = − (G/x) exprimée en dB/m : αdB/m = αm−1 .20 log e

ou en dB/km : αdB/km =1000.αdB/m

Oumar SERE 49
Paramètres secondaires
Pour une distance fixée, l'atténuation augmente avec la fréquence. Par
exemple, pour une paire de fils téléphoniques, les fréquences de l'ordre
du Mhz sont 1000 fois plus atténuées que celles de 3 kHz ⇒ les
modems analogiques actuels utilisent des fréquences inférieures à 3
kHz.

 Dispersion :
On montre que, dans le cas général, la présence du facteur β équivaut
à introduire une variation de la vitesse des signaux en fonction de leur
fréquence ⇒ un signal non sinusoïdal associant un ensemble
d'harmoniques de différentes fréquences se déforme. Dans le cas d'un
signal logique (signal rectangulaire), deux bits consécutifs peuvent finir
par se chevaucher et devenir indiscernables .

Oumar SERE 50
Paramètres secondaires

 Diaphonie :
Une partie de l'énergie qui se propage sur une ligne est transmise à
l'autre par couplage électromagnétique.
Elle est très fréquente et concerne les lignes de transmission disposées
au voisinage l'une de l'autre.
C'est à cause de ce phénomène que l'on entend parfois deux
conversations téléphoniques superposées...

Oumar SERE 51
Paramètres secondaires
 Ligne sans pertes:
Elle se caractérise par : R = 0 ; G = 0.
On en déduit que :
- L'impédance caractéristique est purement réelle :

- le coefficient γ se réduit à : Donc

- le coefficient α est nul : pas d'atténuation

- le coefficient β vaut :

On en déduit que la vitesse vaut :

Une ligne sans pertes est non dispersive.

Oumar SERE 52
Paramètres secondaires
 Ligne à faibles pertes:
Elle se caractérise par : R et G petits, ainsi que α. De γ on déduit les
valeurs de α et β :

En négligeant les infiniments petits du second ordre R'G' et α2, on trouve :

- dispersion :

une ligne à faibles pertes est non dispersive

- atténuation :

Oumar SERE 53
Relations entre paramètres primaires et
secondaires
Il s’agit de donner l'expression de γ en fonction des paramètres primaire de
la ligne afin de pouvoir donner une évaluation de l'atténuation et du
déphasage.

Dans le cas général d'une ligne avec perte,

Première constatation : γ n'est pas constante mais dépend de la


fréquence.

Deuxième constatation : il n'est pas possible de décomposer son


expression sous forme α+jβ afin de faire des investigation sur α et β
séparément.

Oumar SERE 54
Relations entre paramètres primaires et
secondaires

Oumar SERE 55
Relations entre paramètres primaires et
secondaires
 ωL >> R (Vraie en haute fréquence)

On peut faire la conclusion suivante :

L'affaiblissement est indépendant de f, il n’y a pas de distorsion


d’amplitude. Le déphasage linéique croit linéairement avec la
fréquence, il n'y a donc pas de distorsion de phase.

Oumar SERE 56
Exercice

Vérifier les comportements asymptotiques de R >> ωL et ωL >> R .

On donne :

Pour une ligne téléphonique bifilaire classique nous avons :

R ≈ 267 Ω/km (cuivre, 0.4 mm, 10 °C)


C ≈ 35 nF/km, ( quel que soit le diamètre des conducteurs)
L ≈ 0.7 mH/km ( quel que soit le diamètre des conducteurs)
tgδ ≈ 2.10-4 quelle que soit la fréquence (polyéthylène et polystyrène)

On considère une ligne de 1 km.

Oumar SERE 57
Exercice

On a les résultats suivants :

 En basse fréquence : α et β varie en f

 En haute fréquence, α est constante et β est linéaire en fonction de f

Oumar SERE 58
Catégories de câbles UTP
 Catégorie 1 : Câble téléphonique traditionnel abandonné. Transmission
de la Voix mais pas de Données, cette norme n’est plus d’actualité.

 Catégorie 2 : Bande passante de 2 MHz. Transmission Voix et Données,


4 Mbit/s. Cette norme n’est plus d’actualité.

 Catégorie 3 : Bande passante de 16 MHz. Transmission Voix et


Données. Utiliser pour les réseaux Fast Ethernet (100 Mbit/s). En cours
d’abandon au profit de la catégorie 5e.

 Catégorie 4 : Bande passante de 20 MHz. Transmission Voix et


Données, utiliser en 10BaseT, remplacer par les catégories 5 et 5e.

 Catégorie 5 : Bande passante de 100 MHz. Transmission Voix et


Données, utiliser en 100Base-TX, 1000Base-T, réseaux Token ring et
ATM remplacer par les catégories 5 et 5e.

Oumar SERE 59
Catégories de câbles UTP
 Catégorie 5e (enhanced) / classe D : Bande passante de 100 MHz
(résistance < 9.38 Ohm/100 m, capacité mutuelle < 5.6 nF/100 m,
capacité de masse < 330 pF pour une fréquence comprise entre 1 kHz et
1 GHz, impédance de la paire adaptée à 100 Ohm ±15% pour une
fréquence comprise entre 1 MHz et 1 GHz, temps de propagation < 5.7
ns/m à 100 MHz)

 Catégorie 6 / classe E : Bande passante de 250 MHz et plus

 Catégorie 6a / classe Ea : Bande passante 500 MHz. La 6a est une


extension de la catégorie 6 avec une (norme ANSI/TIA/EIA-568-B.2-10).
Cette norme permet le fonctionnement du 10GBASE-T sur 100 mètres.

 Catégorie 7/ classe F : Bande passante de 600 MHz. Elle permet


l’acheminement signal de télévision en bande VHF ou UHF, mais pas
dans une bande satellite.

 Catégorie 7a / classe Fa : Bande passante de 1GHz

Oumar SERE 60