Sie sind auf Seite 1von 8

IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 1

La cogénération –
trigénération
Problématique Principes de base
Une des technologies prometteuses pour satisfaire les La plupart des consommateurs ayant des besoins de chaleur
critères de meilleure efficacité énergétique et de moindres ont aussi des besoins d’électricité. Ces deux formes d’énergie
émissions de gaz à effet de serre est la cogénération, ou finale sont généralement produites séparément:
production combinée d’électricité et de chaleur (eau chaude • La chaleur à partir d’une chaudière à haut rendement
ou vapeur). Dans plusieurs pays (tableau 1), les applications alimentée au gaz ou au gazole;
des systèmes de cogénération, dans les secteurs industriel et
tertiaire, se multiplient, soutenues par plusieurs motivations • L’électricité prélevée du réseau alimenté par des centrales
convergentes: libéralisation du marché de l’électricité, favori- électriques diverses.
sant l’émergence de la production décentralisée, indépen- Les centrales électriques présentent un rendement de
dante ou non; développement des marchés dans de nouveaux conversion d’énergie primaire en électricité limité entre 35
créneaux, pour les entreprises de services énergétiques (y et 40% pour les centrales au charbon, de l’ordre de 55% pour
compris les producteurs et les distributeurs d’électricité) ; les centrales à cycle combiné alimentées au gaz naturel et
économies financières et énergétiques pour le consomma- encore moins pour les centrales alimentées au fuel lourd ou
teur ; triple avantage pour la collectivité (protection de au gazole. Or, pendant leur fonctionnement, ces centrales
l’environnement, préservation des stocks d’énergie fossile et produisent de la chaleur qui n’est pas valorisée : gaz
émergence de nouveaux types d’emplois). d’échappement (400-550 °C), intercooler (30-80 °C), eau de
refroidissement du bloc moteur (75-120°C) et du circuit des
Dans les pays africains, certaines sucreries et usines de trans-
lubrifiants (75-95°C). La récupération et la valorisation de la
formation de bois avec séchage ont des besoins simultanés
chaleur perdue, en vue d’améliorer l’efficacité de conversion
de chaleur et d’électricité et pourraient faire appel à la
nº 4

de l’énergie primaire, traduisent le principe même de la


cogénération pour réduire leur facture énergétique. Quant à
cogénération classique, qui consiste en la production
la trigénération, c’est à dire la valorisation de la chaleur
simultanée de chaleur et d’électricité à partir de la même
cogénérée pour la production de froid, elle est pertinente
installation (Figure 1). Un circuit équipé de plusieurs échan-
Thématique: Les technologies à haute performance énergétique
P R I S M E

pour les pays tropicaux et permettrait de diminuer la


geurs récupérateurs en série permet de valoriser la chaleur
demande d’électricité de pointe dans les villes et les industries
disponible sous forme d’eau chaude (90-100 °C), ou parfois
agroalimentaires.
de vapeur basse pression (2 bar). Plusieurs circuits parallèles
Tableau 1 : Part de la cogénération d’échangeurs récupérateurs peuvent aussi être utilisés pour
dans quelques pays en 2000 produire de la chaleur pour différents types d’applications :
eau chaude sanitaire (35-45 °C), chauffage (85-95 °C) ou
Électricité Part de la vapeur (110-120°C). Le choix de la technologie est donc ainsi
t e c h n i q u e

cogénérée production totale orienté par la qualité de chaleur nécessaire.


Pays (GWh) (%)
Les grandeurs caractéristiques d’un groupe de cogénération
Union Européenne-15 258763 10,0 sont:
(18% visé en 2010)
Canada env. 38900 7,0 • Le rendement électrique, c’est-à-dire le facteur de conver-
sion de l’énergie primaire consommée en électricité;
États-Unis 304000 8,0
Brésil (voir WADE, 2003) 10 000 3,0
• Le rendement thermique, c’est-à-dire le facteur de conver-
sion de l’énergie primaire consommée en chaleur;
Source : Compilation de plusieurs sources par l’auteur
• Le ratio électricité/chaleur (souvent noté E/Q), c’est-à-dire
le rapport entre l’électricité et la chaleur produites par le
F i c h e

groupe. Il influence le choix du groupe de cogénération, en


fonction de l’application visée (demandeuse d’électricité
ou de chaleur).
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 2

La cogénération – trigénération

L’intérêt de la cogénération est l’augmentation du rendement • Turbines à vapeur : La vapeur haute pression générée par
énergétique de l’unité de production, passant de 24-40% en une chaudière est ensuite détendue dans une turbine
production d’électricité uniquement à 80-90 % en cogéné- (production d’électricité). La chaleur est disponible sous
ration, correspondant à une utilisation plus efficace des la forme de vapeur (utilisation directe) ou d’eau chaude
ressources d’énergie primaire. (utilisation indirecte – chauffage).
Figure 1 : Schéma d’une installation de cogénération • Turbines à gaz : Les gaz issus de la combustion, chauds et
basée sur un moteur d’enthalpie élevée, sont détendus dans une turbine entraî-
nant un alternateur (production d’électricité). La chaleur des
gaz après la détente (de 400 à 600°C) est récupérée pour
produire la vapeur ou l’eau chaude. L’enthalpie des fumées
et donc la chaleur disponible peuvent être augmentées, si
les gaz après détente sont rebrûlés, mais le rapport chaleur/
électricité est aussi modifié.
• Moteurs à combustion interne (gaz, diesel): Les fumées issues
de la combustion sont refoidies jusqu’à 120 °C pour les
moteurs à gaz, et jusqu’à 200°C pour les moteurs diesel.
• Moteurs à combustion externe comme le Stirling: Ces moteurs
sont destinés à être utilisés en combinaison avec les systè-
mes de gazéification, ce qui permettrait de diminuer le
besoin d’épuration du gaz issus des gazogènes. Les utilisa-
tions pour la conversion du biogaz sont aussi envisagées.
Problèmes observés Tableau 3 : Classification par la taille (kW)
et solutions techniques Pays Micro Mini Petite Moyenne Grande
Toute structure ayant une consommation régulière de chaleur Autriche < 50 – 50-200 200-700 > 700
présente théoriquement un potentiel pour la cogénération : Belgique 1-10 10-100 100-500 – > 500
hôtels, hôpitaux, écoles, piscines, maisons de repos, industries
France < 36 36-215 215-1000 – > 1000
pratiquant du séchage (bois, laiteries, détergents, etc.), industries
pharmaceutiques et agroalimentaires, immeubles de bureaux et
de logements ou encore réseaux de chaleur (milieu municipal). Dimensionnement
nº 4

Toutefois, le choix et le dimensionnement de la technologie en d’une installation


fonction des besoins sont cruciaux pour garantir le succès
d’implantation d’une installation de cogénération. Le dimensionnement d’une installation de cogénération
consiste à choisir les équipements susceptibles de couvrir au
Thématique: Les technologies à haute performance énergétique
P R I S M E

Différentes technologies mieux les besoins énergétiques du site d’application. Le choix


porte sur le type de technologie, la puissance installée, la
disponibles connexion au réseau électrique, la période de fonctionnement.
Le tableau 2 présente les différentes technologies de base D’emblée, il doit être décidé si le dimensionnement se fait
disponibles: selon les besoins électriques ou les besoins de chaleur,

Tableau 2 : Résumé des caractéristiques des technologies


t e c h n i q u e

Technologie Puissance Ratio E/Q Rendement Applications appropriées


Turbines à vapeur Biomasse: jusqu’à 5 MW >0 > 0,85 Besoin élevé en vapeur de procédé
Fossiles: jusqu’à (agroalimentaire, papeteries)
des centaines de MW
Turbines à combustion 500 kW-300 MW 0,5-0,8 0,6-0,8 Industries et secteur tertiaire
20 kW-1 MW 0,3-0,45 0,5-0,7
(en développement)
Moteurs à combustion 2,5 kW-6100 kW (gaz) 0,4 – 0,9 0,8-0,9 Besoins en chaleur à basse température
interne (gaz, diesel) 5 kW-1700 kW (diesel) (résidentiel, hôpitaux, commercial,
F i c h e

bâtiments, certaines industries)


Moteurs à 1-15 kW 0,3 – 0,4 0,5-0,7 Résidentiel, commercial,
combustion externe 50 kW (en développement) petites industries

2
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 3

La cogénération – trigénération

puisqu’un paramètre crucial de la faisabilité et la rentabilité qui devra être utilisée. La Figure 2 montre un exemple de
des systèmes est l’utilisation de la puissance thermique monotone de chaleur, à partir de laquelle on peut déduire qu’un
disponible en cogénération: cogénérateur de 100 kWth ne fonctionnerait que 1000 heures
• Dans les pays visant des gains énergétiques et des réductions par an que deux groupes de 50 kWth chacun fonctionneraient
d’émissions, le dimensionnement sur la base des besoins en à puissance nominale l’un pendant plus de 3000 heures, l’autre
chaleur est indiqué parce qu’il procure une meilleure pendant 1 000 heures. Puisque les cogénérateurs peuvent
efficacité énergétique des systèmes de cogénération. Si les fonctionner jusqu’à 50 % de leur puissance nominale, la
besoins locaux d’électricité sont insuffisants pour consom- deuxième option permet de couvrir une plus grande partie des
mer toute l’électricité produite, celle-ci doit impérativement besoins en chaleur, la plage allant, dans ce cas, de 25 à 100 kWth.
être reprise par le réseau local à des conditions correctes
Figure 2: Exemple de monotone de chaleur
(prix, prime à la tonne de CO2 évitée, etc.).
dans un immeuble d’appartements
• Lorsque le prix de l’électricité est très élevé, le porteur de
projet peut dimensionner son installation de manière à 300

Puissance (kWth)
couvrir le maximum de ses besoins en électricité. Dans ce
200
cas, il n’est pas rare que toute la chaleur co-générée ne
soit pas consommée, ce qui entraîne une réduction du
100
rendement utile.
Il est donc nécessaire de bien évaluer les besoins de chaleur 0
et d’électricité de l’établissement concerné ainsi que leurs 1 1001 2001 3001 4001 5001 6001 7001 8001
variations journalière, hebdomadaire, mensuelle, si possible à Temps (heures)
partir d’une année complète de référence. Il est préférable de
choisir une année de référence de consommation faible si
Le prix de l’électricité influence le choix du groupe de
l’activité de l’établissement est susceptible de diminuer et/ou
cogénération puisqu’un surdimensionnement peut améliorer
si des mesures d’utilisation rationnelle d’énergie sont prévues,
le gain annuel grâce à la revente d’électricité supplémentaire,
et inversement une année de consommation élevée si l’activité
ou à l’économie réalisée sur l’achat d’électricité (dans un
est susceptible d’augmenter, par exemple si une extension de
environnement à coût élevé d’électricité, l’autoconsommation
l’établissement est envisagée. Une analyse des consommations
sera privilégiée). La stratégie retenue dépend de la différence
d’énergie des dernières années et des projets éventuels
entre le prix de vente et de rachat d’électricité par le
planifiés permet de connaître la tendance à la hausse ou à la
distributeur local. Par ailleurs, certaines législations condition-
baisse pour les années à venir.
nent l’octroi des subventions aux installations de cogénération

nº 4
Les données collectées les plus usuelles sont les factures à l’utilisation de toute la chaleur cogénérée. Dans ce cas, un
mensuelles mais des mesures sur site sont parfois nécessaires: optimum doit être trouvé entre la consommation de chaleur
pour l’électricité, enregistrement des impulsions quart- et la production d’électricité.

Thématique: Les technologies à haute performance énergétique


P R I S M E
horaires sur période de 2 à 3 semaines, si possible en incluant
les jours fériés; pour la chaleur, enregistrement des impulsions Valorisation de la biomasse
de démarrage de la chaudière, du débit d’alimentation de la Les technologies de valorisation énergétique de la biomasse,
chaudière en combustibles ou encore du débit instantané surtout lorsqu’elles passent par une production de gaz (biomé-
d’eau chaude à la sortie de la chaudière. Dans certains cas, la thanisation, gazéification) se prêtent bien à la cogénération
consommation de chaleur peut être directement déduite du d’autant plus que le gain environnemental est plus important,
profil de température extérieure. Des facteurs correctifs grâce à l’utilisation de biomasse plutôt que d’énergie fossile
peuvent être pris en compte pour « normaliser » la
t e c h n i q u e
comme énergie primaire. Cette combinaison est envisageable
consommation en fonction d’une année climatique type. Dans dans les industries de transformation de bois pratiquant du
le cas d’un nouvel établissement, les besoins thermiques et séchage et les unités de traitement biologique des déchets
électriques sont calculés à partir de la littérature ou sont (ménagers, abattoirs, stations d’épuration, industries agroalimen-
simulés sur base des données caractéristiques de l’activité. taires, brasseries, etc.) et procure un bilan particulièrement
Ces données permettent d’élaborer le diagramme de chaleur et favorable pour celles situées dans les zones hors réseau
la monotone de chaleur, outil principal orientant le choix de électrique des pays en développement et qui doivent transporter
l’unité de cogénération, représentant la demande de chaleur du diesel sur de longues distances pour alimenter leurs groupes
horaire ou puissance appelée classée en ordre décroissant. électrogènes en auto-production. Ces installations ont pour
L’objectif est de choisir entre une puissance thermique élevée principal inconvénient le montant élevé des investissements
et le nombre d’heures de fonctionnement de cette puissance: initiaux requis, mais ceux-ci sont amortis rapidement du fait du
F i c h e

une faible puissance fonctionnera longtemps et de façon faible coût de combustibles pendant l’exploitation.
continue, une grande puissance fonctionnera moins longtemps
et de façon plus discontinue. Si le dimensionnement est dirigé
par la demande en électricité, c’est la monotone de l’électricité

3
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 4

La cogénération – trigénération

Trigénération marché répondent à une puissance frigorifique nominale


de 50 à 353 kWf. Par rapport aux machines à absorption
La chaleur récupérée lors de la production d’électricité peut au Bromure de Lithium à un seul étage, elles offrent un
aussi être utilisée, en partie ou totalement, dans les machines meilleur COP pour de plus faibles températures d’eau
frigorifiques munies d’un cycle à absorption ou à adsorption. chaude (65-85°C).
C’est la trigénération, particulièrement intéressante pour les
pays tropicaux où la climatisation contribue largement à la
demande de pointe électrique. Dans les régions à climat Résultats attendus et
tempéré, les deux modes de fonctionnement peuvent alterner stratégies de mise en œuvre
(production de chaleur en hiver et de froid en été).
Le potentiel de la trigénération concerne tous les consom- Efficacité énergétique
mateurs d’une quantité suffisante et régulière de froid, qu’ils Le choix de la cogénération répond à plusieurs types de
consomment seulement du froid (entrepôts frigorifiques de besoins: satisfaction de besoins en chaleur (froid) et électricité,
conservation et de conditionnement des aliments) ou de la volonté d’économie d’énergie et de réduction d’émissions,
chaleur et de froid (abattoirs, industries pharmaceutiques, production d’énergie décentralisée.
chimiques et agro-alimentaires, immeubles de bureaux et
certains parcs de logements). En tant que production décentralisée, la cogénération permet
de réduire les investissements dans les infrastructures de
La valorisation de l’unité de cogénération pour la production réseau.Ainsi, elle permet d’optimiser le système de produc-
de froid peut être réalisée de deux manières: tion électrique en tenant compte de la localisation des
• Indirecte: La chaleur récupérée de l’unité de cogénération besoins et des coûts globaux de production, transport, et
est utilisée pour produire de la vapeur ou de l’eau chaude distribution. Par ailleurs, un facteur important de la cogéné-
dans une chaudière classique. L’unité de réfrigération est ration est qu’elle permet de réduire les pertes de distribution,
alors alimentée par l’eau chaude ou la vapeur provenant de évaluées en moyenne à 7 % dans les pays de l’OCDE, plus
la chaudière. Ce système présente l’avantage de disposer élevées dans les pays en développement. En réduisant la
d’eau chaude ou de vapeur pour d’autres applications. demande d’électricité du réseau central et parfois en lui
fournissant des surplus, la cogénération contribue à une
• Directe: La chaleur récupérée est envoyée directement au
augmentation nette de la puissance disponible sur le réseau
générateur de l’unité de réfrigération. Ce système présente
et donc à une meilleure fiabilité et sécurité de l’approvision-
l’avantage de ne pas utiliser de chaudière, permettant une
nement. La trigénération présente également des intérêts
économie en frais d’investissement et de maintenance. En
importants, en particulier pour contribuer aux politiques
outre, le système est plus compact.
nº 4

d’électrification des pays en développement, puisque la


Les machines frigorifiques classiques à compression consom- chaleur récupérée sur les installations décentralisées peut
ment exclusivement de l’électricité ; leur coefficient de servir à la climatisation des hôtels et immeubles.
performance (COP), représentant le rapport entre l’effet
Thématique: Les technologies à haute performance énergétique
P R I S M E

frigorifique utile et l’énergie consommée, est élevé‚ entre 2,5 Le calcul des économies d’énergie et donc des émissions
et 5. Par opposition, les machines frigorifiques à trigénération évitées mérite une attention particulière, étant donné la
consomment quasi-exclusivement de la chaleur; leur COP est possibilité d’inscrire la cogénération et la trigénération dans le
faible, entre 0,6 et 1,2. L’intérêt de la trigénération est mis en cadre des projets visant la réduction des émissions de gaz à
évidence si le rendement global de conversion de l’énergie effet de serre et encadrés par le mécanisme de développe-
primaire en froid est évalué, en tenant compte du rendement de ment propre et l’application conjointe du Protocole de Kyoto.
production de l’électricité consommée par les cycles à L’encadré ci-joint décrit une méthodologie de calcul des
compression (0,25 à 0,55). économies d’énergie.
t e c h n i q u e

La trigénération offre deux types de technologies: La figure 3 illustre l’économie d’énergie primaire engendrée
par la trigénération par rapport à la production séparée du
• Les machines à absorption utilisent, comme absorbant- froid dans un cycle à compression (COP=3,5), de la chaleur
réfrigérant : a) Le couple Eau-Ammoniac adapté pour les dans une chaudière (Q = 90 %) et l’électricité dans une
moyennes et grandes puissance à des températures de Turbine Gaz Vapeur (E = 55 %). Dans le cas de la production
refroidissement inférieures à 5°C. Les applications sont de séparée, les valeurs entre parenthèses désignent l’énergie
type industriel, pour une puissance frigorifique allant jusqu’à primaire consommée si c’est le rendement moyen du parc
plusieurs MW. b) Le couple Bromure de Lithium-eau, utilisé électrique (E = 38 %) qui est considéré. E et Q désignent
pour le conditionnement d’air (T>5°C) dans les bâtiments. respectivement les rendements électrique et thermique du
Le COP est plus élevé (0,7-1,2). groupe de cogénération. L’économie d’énergie primaire est
F i c h e

• Les machines frigorifiques à adsorption fonctionnent avec le alors, selon la référence, de 10% ou 44%.
couple gel de silice/eau. Les applications concernent les
Le calcul de l’économie d’énergie primaire, de l’index et par
besoins en eau froide jusqu’à 3 °C (applications dans les
conséquent des émissions évitées et de la rentabilité
nouvelles constructions). Les machines disponibles sur le
économique dépend du scénario de référence considéré

4
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 5

La cogénération – trigénération

Figure 3 : Comparaison statique de la production séparée et de la trigénération

pour la production séparée. Ce scénario doit dans tous les


Calcul des économies d’énergie cas représenter la situation spécifique du contexte
Les économies d’énergie primaire engendrées par les d’application. Le tableau 4 présente des exemples de référence
installations de cogénération et trigénération peuvent proposés dans certains pays. Dans la plupart des pays en
être exprimées par un index (I) qui représente le gain développement, la pointe électrique est assurée par des
relatif d’énergie primaire par rapport à la production générateurs diesel. Ainsi, toute unité de cogénération
séparée d’électricité, chaleur et froid. L’index d’écono- connectée au réseau électrique substituerait la production de
mie d’énergie est donné par la relation générale groupes diesel. Ces derniers peuvent être donc considérés
suivante: comme centrale de référence pour calculer les économies de
combustibles diesel réalisées. Cette solution a été aussi
proposée lors des discussions sur l’application du Mécanisme
Pʼ – P 1
I= =1– pour un Développement Propre (MDP).

nº 4
Pʼ E COP Q 
+  + (1–) Q
E COPc E Q Tableau 4: Exemples de références proposées
Cas Exemple de référence

Thématique: Les technologies à haute performance énergétique


P R I S M E
avec:
> 1 MWe Centrale Turbine Gaz Vapeur à Cycle Combiné
P et P’ les quantités d’énergie primaire consommées
respectivement en production combinée et de rendement 55% et chaudière à gaz de
séparée pour satisfaire les besoins de chaleur rendement thermique 90% (Europe)
(Q), d’électricité (E) et de froid (Pf) 100 kWe-1 MWe Production de chaleur :
– Chaudière à gaz de rendement thermique 90%
COP le coefficient de performance de l’unité de
réfrigération par ab/adsorption Production d’électricité :
– Centrale au charbon de rendement 36%

t e c h n i q u e
COPc le coefficient de performance de l’unité de
– Ou parc moyen de production électrique
réfrigération par compression
de rendement 38%. (Pays-Bas)
Q E les rendements thermique et électrique du 10-100kWe Rendement moyen du parc de production
groupe de cogénération (mini ou micro- électrique diminué des pertes de distribution
Q E les rendements thermique (respectivement cogénération) (environ 5%) et rendement thermique
électrique) de la chaudière (respectivement moyen d’environ 80% (Allemagne)
centrale) de référence Nombreux pays Générateurs diesel
 la fraction de chaleur cogénérée utilisée pour en développement
produire le froid ; lorsque le paramètre  est
nul, il n’y a pas production de froid et on est en
F i c h e

cogénération chaleur et électricité; lorsqu’il est Aspects financiers


égal à l’unité, toute la chaleur cogénérée sert à L’analyse de rentabilité d’un projet de cogénération se fonde
la production de froid. sur l’évaluation des coûts annuels répartis en investissement,
frais d’exploitation et frais de combustibles (tableau 5).

5
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 6

La cogénération – trigénération

Tableau 5 : Ordre de grandeur des coûts révision générale est nécessaire après 25000 à 65000 heures
de la cogénération de fonctionnement. Le coût de la révision générale des unités
de cogénération à gaz varie entre 15 et 25% du coût d’inves-
Coût Coût tissement, ce qui est très positif lorsqu’on sait qu’après une
d’investissement d’entretien révision générale, le groupe est capable de fonctionner encore
Technologie (€/kW installé) (€cents/kWh)
autant d’heures qu’un nouveau groupe.
Turbine à vapeur 900 – 2100 0.15 – 0.23
Turbine à gaz 400 – 900 0.48 – 0.53 Les frais de combustibles comprennent le coût de la puissance
Moteur à gaz 245 – 6800 0.60 – 3.25
et le coût de l’énergie. Ils englobent la consommation
d’énergie primaire du groupe de cogénération et des
(formule 5783  P-0,39) (formule 5.45  P-0,26)
chaudières d’appoint ainsi que la consommation d’électricité
Moteur diesel 550 – 2650 0.44 – 2.66 pour le fonctionnement des pompes. Certains utilisateurs
préfèrent des chaudières d’appoint au mazout surtout lorsque
le coût de la puissance pour le gaz est très élevé.
L’investissement pour une centrale de cogénération comprend:
L’intérêt économique de la cogénération est qu’elle permet
• Le coût des équipements: une réduction de la facture annuelle d’énergie de l’ordre de 10
– Groupe de cogénération; à 45 % par rapport à la situation sans cogénération, grâce
– Raccordement du circuit de chauffage au groupe de principalement aux éléments repris ci-dessous. Le gain annuel
cogénération; se calcule par l’expression :
– Raccordement électrique; Gain annuel = gain sur la facture électrique + gain sur les factures
– Réseau de chaleur (distribution,sous-station,raccordement); d’entretien – surcoût frais de combustibles + recette (éventuelle) de
– Tampon de stockage si c’est nécessaire, qui permet le vente d’électricité + autres recettes
stockage du surplus d’eau chaude lorsque la production du
cogénérateur est supérieure à la demande; la chaleur ainsi Le temps de retour simple est égal au surcoût d’investisse-
stockée est utilisée lorsque la demande est supérieure à la ment divisé par le gain annuel. Malgré le surcoût d’investisse-
production ou encore pendant les heures d’arrêt; ment, les temps de retour observés varient entre 3 et 10 ans
et entre 2,5 ans et 7 ans si certains financements tels que les
– Récupérateur sur fumées; aides à l’investissement et les certificats verts sont attribués
– Chaudières d’appoint, sauf si elles sont déjà disponibles comme rétribution pour les réductions d’émissions.
pour la même utilisation ; les chaudières d’appoint
servent à assurer le surplus de demande lorsque la On notera que la rentabilité économique des installations de
trigénération est lourdement pénalisée par le coût d’investis-
nº 4

puissance demandée est supérieure à celle des groupes


de cogénération ou lorsque celle-ci est inférieure à la sement élevé des machines à absorption ou à adsorption.
puissance minimale admissible des groupes; Néanmoins, la trigénération améliore la rentabilité de l’unité
– Système de traitement des fumées, lorsque c’est de cogénération dans les bâtiments en lui permettant de
Thématique: Les technologies à haute performance énergétique
P R I S M E

nécessaire. fonctionner aussi en été. De plus, ces technologies permettent


de supprimer le recours aux fréons utilisés dans les machines
• Le coût d’installation: à compression et qui comptent parmi les gaz à effet de serre,
– Surcoût d’investissement dû au local abritant l’installa- dont certains, destructeurs d’ozone, ont même été interdits
tion de cogénération; totalement d’utilisation.
– Local pour les chaudières d’appoint;
– Génie civil; Stratégie de mise en œuvre
t e c h n i q u e

– Ingénierie (étude);
L’implantation d’un programme de développement de la cogé-
– Frais d’autorisation.
nération nécessite la disponibilité de professionnels ayant
• Et les frais généraux. acquis une expertise dans le diagnostic énergétique aussi bien
Les frais d’exploitation englobent les frais d’entretien, de dans l’administration de l’énergie, chez les clients bénéficiaires,
personnel et éventuellement du coût de la puissance de que dans les bureaux d’études.Avant de mettre en œuvre la
réserve, c’est-à-dire celle que la compagnie d’électricité garantit cogénération dans un établissement, il est absolument néces-
à l’exploitant pour pallier les pannes. Les frais annuels saire d’identifier et d’instaurer les mesures d’utilisation
d’entretien peuvent être considérés comme pourcentage de rationnelle de l’énergie afin d’éviter le risque de surdimension-
l’investissement ou, dans le cas d’un contrat de maintenance, nement de l’installation. Les critères de décision sont la
comme frais fixe par unité d’énergie négocié avec le connaissance des besoins à couvrir, le prix de vente ou de
F i c h e

contractant en fonction de la taille de l’installation. Le contrat rachat de l’énergie, la disponibilité des combustibles et la
de maintenance est, pour l’exploitant d’une installation de politique locale en faveur de l’efficacité énergétique. Les
cogénération, le moyen le plus sûr et confortable, mais il est besoins de chaleur doivent être importants et réguliers de
aussi plus onéreux. Selon le type et la charge du moteur, une manière à garantir un fonctionnement régulier de l’unité de
cogénération. Un minimum de 5 000 heures de fonctionne-

6
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 7

La cogénération – trigénération

ment est à conseiller, dépendamment de la tarification en Sites Internet


vigueur pour l’électricité dans le pays ou la région concernée.
Par ailleurs, il est souvent nécessaire de rechercher la Association CogenSud, publications, études de cas et outils de
meilleure solution technologique. Cela revient à simuler le calcul disponibles en ligne. www.cogensud.be
fonctionnement de plusieurs tailles et types de cogénérateur European Association for the Promotion of Cogeneration .
et du stockage de chaleur pour finalement choisir la solution Voir en particulier la rubrique Projects, EDUCOGEN
la plus rentable mais qui soit adaptée à la demande en chaleur (nombreuses publications en ligne). www.cogen.org
et en électricité de l’établissement étudié.
Site portail de l’énergie en région wallonne.Voir en particulier
Idéalement, la cogénération pourrait être intégrée dans la la rubrique Cogénération (publications, informations,
définition et l’occupation des nouvelles zones franches indus- logiciels). http://energie.wallonie.be
trielles. En effet, les industries susceptibles de s’y installer
peuvent être classées par type et profil d’énergie utile de
manière à optimiser le dimensionnement des installations de
cogénération. De même, l’installation de séchoirs à bois ou le Les fiches techniques PRISME
renouvellement des chaudières et groupes frigorifiques à (Programme International de Soutien à la
compression dans les hôtels et immeubles de bureaux devrait Maîtrise de l’Énergie) sont publiées par l’IEPF.
susciter une étude de faisabilité pour la cogénération.
Directeur de la publication :
El Habib Benessahraoui, directeur exécutif, IEPF
Conclusion Comité éditorial :
L’économie d’énergie procurée par la production combinée Sibi Bonfils, directeur adjoint, IEPF
dépend fortement de la référence choisie et, en cas de trigéné- Jean-Pierre Ndoutoum, responsable de programme, IEPF
ration, de la proportion de chaleur utilisée pour la production
Supervision technique :
de froid. Chaque cas est spécifique, la décision d’investir dans une
Maryse Labriet, Environnement Énergie Consultants
unité de co-/trigénération se basera donc sur une analyse fine
des besoins réels d’électricité, de chaleur et de froid de Rédaction :
l’établissement mais aussi du coût des investissements et du prix Dr.-Ing. Pépin Magloire Tchouate Héteu
des énergies. La cogénération pourra contribuer à la diminution Université catholique de Louvain (Belgique)
de la pression sur la pointe électrique journalière dans les centres Édition et réalisation graphique :
urbains des pays en développement, d’une part parce qu’elle Communications Science-Impact
limite la demande électrique des autoproducteurs, et d’autre part,

nº 4
parce qu’elle pourrait fournir au réseau le surplus de production.
Dans les industries de transformation de bois, la cogénération
au bois diminuera considérablement la consommation de gazole,

Thématique: Les technologies à haute performance énergétique


P R I S M E
actuellement privilégiée par les installations situées hors du
réseau central. Une autre application intéressante est la
production de vapeur pour le dessalement de l’eau de mer. À L’Institut de l’énergie et de l’environnement L’Agence de l’efficacité énergétique du
côté des énergies renouvelables, la cogénération permettra à de la Francophonie est un organe subsidiaire Québec (AEE) est un organisme public dont
l’avenir aux pays en développement de contribuer aux efforts de l’Agence intergouvernementale de la la mission est d’assurer la promotion de
Francophonie (AIF). Il a été créé en 1988 par l’efficacité énergétique pour toutes les
mondiaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans la Conférence générale de l’Agence, suite aux sources d’énergie et dans tous les secteurs
l’atmosphère. Comme toute technologie de production décisions des deux premiers Sommets des d’activités. Les mandats de l’Agence portent
décentralisée d’énergie, elle améliore finalement la fiabilité de chefs d’État et de Gouvernement des pays sur l’encadrement législatif du domaine de

t e c h n i q u e
ayant en commun l’usage du français. Son l’efficacité énergétique, sur la conception et
l’approvisionnement énergétique tout en diminuant les coûts de siège est situé à Québec, au Canada. Sa l’application de programmes de promotion,
transport et de distribution de l’énergie électrique. mission est de contribuer au renforcement sur la réalisation de projets de
des capacités nationales et au démonstration, ainsi que sur le
développement des partenariats au sein de développement de matériel et d’outils
Références l’espace francophone dans les domaines de
l’énergie et de l’environnement.
d’information, de formation et de
sensibilisation à l’intention de tous les
Eurostat, 2003. Combined Heat and Power Plants Statistics in the consommateurs d’énergie. L’AEE assume
Institut de l’énergie et de l’environnement
également un mandat de promotion de
EU, 2000. ISBN 156263106. de la Francophonie (IEPF)
l’expertise québécoise en efficacité
56, rue Saint-Pierre, 3e étage
énergétique à l’échelle internationale.
Région wallonne, 2003. Réaliser une étude de pré-faisabilité d’une Québec (QC) G1K 4A1 Canada
cogénération dans les Règles de l’Art. http://energie.wallonie.be Téléphone: (1 418) 692 5727 Agence de l’efficacité
Télécopie: (1 418) 692 5644 énergétique du Québec
5700, 4e Avenue Ouest, B405
F i c h e

Tchouate, P.M. et L. Bolle, 2002. Économie d’énergie en Courriel: iepf@iepf.org


Site Web: www.iepf.org Charlesbourg (Québec) G1H 6R1
trigénération. International Journal of Thermal Sciences, Téléphone: (1 418) 627-6379
vol. 41, pp. 1151-1159. Télécopie: (1 418) 643-5828
Courriel: international@aee.gouv.qc.ca
WADE, 2003. National Survey of Decentralized Energy in Brazil Site Web: www.aee.gouv.qc.ca
2003/02. World Alliance for Decentralized Energy.

7
IEPF-FichePrisme-Cogénération 24/02/04 08:53 Page 8

La cogénération – trigénération

Étude de cas
La cogénération dans un centre aquatique en Belgique
Raisons et description du projet Résultats économiques AVANT cogénération
Après une étude consistant à établir le cadastre énergétique Facture combustible 62383 € HTVA
de la ville, les besoins d’électricité et de chaleur des bâtiments Facture électrique 94022 € HTVA
ont été analysés du point de vue de l’efficacité énergétique Résultats économiques APRÈS cogénération
de leur satisfaction. Les résultats de cette étude ont montré Facture combustible 90642 € HTVA
que le centre aquatique (comprenant piscine et autres jeux)
Facture électrique (achat) 45710 € HTVA
représentait un site pertinent pour l’implantation d’une
Facture des entretiens et d’assurance 7603 € HTVA
installation de cogénération du fait de ses besoins importants
en électricité et chaleur concentrés au même endroit. Un Vente de l’électricité excédentaire 6867 € HTVA
pré-dimensionnement de l’installation de cogénération a Rentabilité du projet de cogénération (hors aides)
donné des premiers résultats encourageants, et la Ville a Investissement net 180000 € HTVA
décidé de commander une étude de faisabilité auprès d’un Hypothèse 1 – Certificat à 65 €1
bureau d’études spécialisé. Les résultats techniques et Vente de 291 certificats verts 18886 €
financier de l’étude de faisabilité sont présentés ci-après.
Gain annuel net2 38202 €
Résultats techniques et financiers Temps de retour simple3 4,7 années
Hypothèse 2 – Certificat à 100 €1
Résultats techniques Vente de 291 certificats verts 29055 €
Type de l’unité de cogénération Moteur au gaz naturel Gain annuel net2 48372 €
Puissance optimale 200 kWe / 312 kWth Temps de retour simple3 3,7 années
Rendement de l’unité de cogénération 34% (élect.)/51% (therm.)
1. Le prix des certificats verts est fixé par le régulateur, la Commission
Durée de fonctionnement «simulée» 4752 heures Wallonne pour l’Énergie dans ce cas-ci, en tenant compte du marché, du
volume et de la volonté politique d’encourager la production verte.
Résultats énergétiques AVANT cogénération Au moment de l’étude, le certificat vert valait 65 €. Il vaut à ce jour 83 €.
La valeur de 100 € représente une valeur fictive à des fins de simulation.
Consommation de combustible 2801541 kWhp de gaz naturel
nº 4

2. Factures après cogénération – Factures avant cogénération – Vente


Besoin net en chaleur 2521387 kWhth (rendement de 90%) électricité excédentaire – Vente certificats verts
Consommation d’électricité 1311660 kWhe (pointe max. 3. Investissement / Gain annuel
Thématique: Les technologies à haute performance énergétique

de 338 kWé)
P R I S M E

Résultats environnementaux
Résultats énergétiques APRÈS cogénération
Émissions de CO2 évitées 132492 kg CO2
Consommation de combustible 4000 940 kWhp de gaz naturel
soit une surconsommation Nombre de certificats verts
(1 CV = 456 kg CO2) 291 certificats
de combustible de 1199399 kWhp de gaz naturel
Économie en énergie primaire1 528600 kWhp de gaz naturel
Production de chaleur
par cogénération 1436305 kWhth (57% des besoins) 1. Économie d’énergie primaire = électricité produite par le cogénérateur
Achat de chaleur 1083528 kWhth (43% des besoins) divisé par le rendement d’une TGV (ici 55 %) + chaleur cogénérée divisée
t e c h n i q u e

par le rendement de la chaudière de référence (ici 90 %) – énergie


Production d’électricité primaire consommée par le cogénérateur
par cogénération 950400 kWhe
Auto-consommation Stratégie de mise en œuvre
de l’électricité produite 590156 kWhe (45% des besoins) et financement
Achat d’électricité1 721302 kWhe (55% des besoins)
Suite à ces résultats plutôt encourageants, le cahier des charges
1. Une partie des besoins en électricité est satisfaite par des achats plutôt que a été commandé par la Ville, avec l’option d’un financement sur
par la consommation de l’électricité produite parce que l’installation a été
dimensionnée selon les besoins de chaleur. Par conséquent, pendant fonds propre. Le projet final a été présenté en novembre 2003
certaines heures de production, la puissance électrique fournie par le au Conseil d’administration qui a approuvé le lancement de
cogénérateur est supérieure à la demande interne de l’entreprise. Le surplus l’appel d’offre pour janvier 2004. La mise en service de
est alors vendu sur le réseau électrique local. Par contre, l’entreprise doit l’installation est prévue pour mars 2005.
F i c h e

acheter de l’électricité du réseau soit quand la puissance produite par le


cogénérateur est inférieure à sa demande, soit en périodes d’arrêt du
cogénérateur.