Sie sind auf Seite 1von 20

2019

Rapport EDP
NOMS: HAZAEL BOODHRAM, PRAN KUMAR BUNDHOOA, YASH
BOYKUNT
Introduction
Le pompage au fil du soleil se caractérise par un débit variable tout au long de la journée. Dès l’aube, le
champ photovoltaïque commence à produire de l’électricité et un faible débit est produit par la pompe.
Au cours de la journée, l’exposition solaire devenant plus importante sur le champ de panneaux solaires,
le débit de la pompe augmente. Le débit maximum de la pompe, exprimé en m 3/h, obtenu généralement
à midi est environ le sixième du débit journalier. Au coucher du soleil, le champ de panneaux solaire arrête
de produire de l’électricité et la pompe est automatiquement stoppée jusqu’au prochain redémarrage
automatique, le matin suivant.

Un système de pompage solaire fournit aux personnes, aux animaux et aux terres agricoles une qualité
d’eau dépendant du forage ou de la source utilisée. Le système, au fil du soleil doit être dimensionné en
fonction du débit souhaité. Bien entendu, la localisation du projet à un impact considérable sur la taille
du champ photovoltaïque. Ils possèdent un champ d’application spécifique qui ne convient pas à toutes
les situations et à toutes les applications. Les caractéristiques de l’énergie solaire sont d’être périodique
(jour/nuit) et continuellement variable en fonction de l’ensoleillement au cours d’une journée. Souvent,
le pompage au fil du soleil n’est pas adapté à la demande des usagers. Un système de pompage solaire
fournit aux personnes, aux animaux et aux terres agricoles une qualité d’eau dépendant du forage ou de
la source utilisée. Un système de pompage solaire au fil du soleil doit être dimensionné en fonction du
débit souhaité et de la profondeur du forage. Bien entendu, la localisation du projet à un impact
considérable sur la taille du champ photovoltaïque.

Les systèmes de pompage solaire au fil du soleil possèdent un champ d’application spécifique qui ne
convient pas à toutes les situations et à toutes les applications. Les caractéristiques de l’énergie solaire
sont d’être périodique (jour/nuit) et continuellement variable en fonction de l’ensoleillement au cours
d’une journée. Souvent, le pompage au fil du soleil n’est pas adapté à la demande des usagers.
Organigramme Du Système
Les différents types de panneaux solaires photovoltaïques
On distingue actuellement 3 principaux types de panneaux photovoltaïques, qui sont différenciés par le
type de cellules qui les composent.

LES CELLULES AMORPHES ((300 W ~ $60)


Les cellules amorphes sont produites à partir d'un gaz de silicium, qui est projeté
sur du verre, du plastique souple ou du métal, par un procédé de vaporisation sous
vide.

La cellule est grise très foncé. C'est la cellule des calculatrices et des montres dites
solaires, car ce type de cellule est bon marché et la technologie est utilisable sur de
nombreux supports, notamment des supports souples. Le problème c’est que son
rendement est 2 à 3 fois plus faible que les cellules monocristallines.

LES CELLULES MONOCRISTALLINES (300 W ~ $100)


Les cellules monocristallines sont issues d'un seul bloc de silicium fondu, elles sont
donc très "pures". Elles offrent le meilleur rendement (entre 13 et 17%), mais sont
aussi plus chères à la production, donc à la vente. Ces cellules sont en général
octogonales et d'une couleur uniforme foncée (bleu marine ou gris).

Ces cellules sont les plus performantes, elles permettent donc de constituer des
panneaux qui sont très performants : ceux qui produisent le plus d’énergie avec le
moins de surface.

LES CELLULES POLYCRISTALLINES (300 W ~ $80)


Les cellules polycristallines sont élaborées à partir d'un bloc de silicium
cristallisé en forme de cristaux multiples. Vues de près, on peut voir les
orientations différentes des cristaux. Elles ont un rendement de 11 à 15%, mais
leur coût de production est moins élevé que les cellules monocristallines. Elles
sont en général de forme rectangulaire et sont couleur bleu nuit avec des
reflets.
Combien de puissance est produit par un panneau solaire 300 watts ?
Essayer de calculer quel panneau solaire dont vous avez besoin pour un système d’énergie solaire peut
être un processus intimidant, commençant par la quantité d’énergie, vous recevrez de chaque panneau.

Quelles tailles viennent les panneaux solaires ?

Un panneau photovoltaïque silicium typique utilisé est environ 5,4 pieds de 3,25 pieds, soit 95 pouces par
39 pouces de largeur. Il peut y avoir une légère variation dans la taille selon le fabricant, mais les
différences sont négligeables. Panneaux et ceux qui sont fabriqués pour des installations plus grandes,
commerciales en général produisent des panneaux qui sont d’environ 6 pieds de longueur. Leur prix varie
aussi en fonctions de leur constructeur.

La plupart des panneaux solaires contiennent 60 carrés solaires photovoltaïques (PV) des cellules, dont
chacune est un standard de 6 pouces carrés (156 millimètres carrés). N’importe quelle taille votre tableau
est, toutes les cellules solaires seront liées les uns aux autres par des fils, qui transportent l’électricité
produite à partir des cellules à une boîte de jonction, puis à un onduleur.

La moyenne de maison environ 2 000 pieds carrés de taille utilisera environ 800 kWh d’électricité par mois
soit 9 600 kWh par an.

Une maison de cette taille nécessiterait entre 14 et 18 panneaux de fournir environ 80 pour cent des
besoins en électricité. Une estimation du nombre de panneaux nécessité dépend de la formule une autre,
tout à fait différente :

• Le nombre de kilowattheures (kWh) utilisée chaque mois.

• La quantité d’énergie électrique qui veut compenser avec l’énergie solaire.

• L’état de soleil qui l’a reçu.

La quantité d’électricité produite par un panneau solaire dépend de la taille du panneau, la quantité de
lumière du soleil qu’obtiennent le panneau et l’efficacité des cellules solaires à l’intérieur du panneau. Par
exemple, si un panneau solaire de 300 watts (0.3KW) en plein soleil génère activement de puissance
pendant une heure, il aura généré 300 Wattheures (0.3kWh) de l’électricité. Ce même panneau de 300
watts produit 240 volts, ce qui équivaut à 1,25 ampère.

Malheureusement, les panneaux solaires ne génèrent pas un flux constant d’électricité toute la journée.
Ils génèrent moins de puissance lorsque le soleil est bas dans le ciel (matin et soir) ou lorsque les nuages
sont déplacés partout. Puissances sont attribués selon la capacité de chaque panneau de pointe pour
produire de l’énergie - généralement au cours de l’après-midi des rayons directs du soleil dans des
conditions météo parfaites. Ce niveau de capacité est également dénommé watts crête (WC)en anglais
watts peak (Wp).
Le type de panneau qui est choisie aura une incidence sur la efficacité. Monocristallin, polycristallin,
panneaux solaires minces et tous offrent différents niveaux d’efficacité.

• Ombre de tout type, de journées nuageuses, peut faire des ravages avec la sortie des panneaux
solaires. Parce que les cellules sont reliées entre eux, ombre sur une seule cellule peut affecter
l’efficacité de tous les autres.

• Tous les systèmes solaires de non-poursuite devraient faire face sud vrai pour la meilleure
exposition au soleil. Et l’angle ou la hauteur du panier tenant les panneaux doit être étalonné
selon la latitude du lieu.

• Les températures élevées que l'on retrouve normalement sur les toits peuvent nuire à la sortie
d’un panneau solaire.

Calculer le nombre de panneaux requis selon les dimensions standards ?


Puissance Moteur : 300 Watt

Nombre d’heure de fonctionnement : 5 hrs

Ec = Donc Energie = 300W x 5hrs = 1.5kWh

Energie à produire, Ep = Ec/k (k : coefficient qui est de 0.55 à 0.75, nous utiliserons un coefficient de
0.65)

Ep = 1500/0.65 =2307.7 watts

Puissance crête nécessaire = Pc = Ep/ Ir (Ir : irradiance en kWhm-2)

Pc = 2307.7/1.5 = 1538.5 Wc

Pc 1 panneau solaire : 250 Wc

Nombre de panneau requise = 1538.5/250 = 6.15

Nombre de panneau utilisé : 6 panneaux


Quels sont les convertisseurs requis pour ce système ?
Onduleur

Un onduleur convertit la sortie de courant continu variable d'un panneau solaire photovoltaïque en un
courant alternatif à fréquence industrielle pouvant être alimenté par un réseau électrique commercial ou
utilisé par un réseau local , réseau électrique hors réseau. Il s'agit d'un composant d'équilibre critique du
système (BOS) dans un système photovoltaïque, permettant l'utilisation d'un équipement alimenté par
courant alternatif ordinaire. Les onduleurs photovoltaïques ont des fonctions spéciales adaptées aux
réseaux photovoltaïques, notamment le suivi du point de puissance maximal.

Onduleurs autonomes, utilisés dans des systèmes isolés où l'onduleur tire son énergie DC des batteries
chargées par des réseaux photovoltaïques. De nombreux onduleurs autonomes intègrent également des
chargeurs de batterie intégrés pour recharger la batterie à partir d'une source de courant alternatif,
lorsqu'elle est disponible. Normalement, ceux-ci n'interfèrent en aucune façon avec le réseau de
distribution et, à ce titre, ne sont pas tenus d'avoir une protection anti-îlotage.

Régulateur de charge
Un régulateur de charge limite la vitesse à laquelle le courant électrique est ajouté ou prélevé sur les
batteries électriques. Il empêche la surcharge et peut protéger contre les surtensions, ce qui peut réduire
les performances de la batterie ou la durée de vie, et peut poser un risque pour la sécurité. Il peut
également empêcher complètement la vidange d'une batterie, ou effectuer des décharges contrôlées,
selon la technologie de batterie, pour protéger la vie de la batterie. Les termes « régulateur de charge »
peuvent désigner soit un dispositif autonome, soit un circuit de commande intégré dans un bloc-batterie,
un dispositif alimenté par batterie.

Principe de fonctionnement d’un régulateur de charge Description :


Le régulateur de charge/décharge est associé à un générateur photovoltaïque, il a pour rôle, entre autres,
de contrôler la charge de la batterie et de limiter sa décharge. Sa fonction est primordiale car elle a un
impact direct sur la durée de vie de la batterie. On trouve sur les installations plusieurs technologies de
contrôleur de charge :

• Régulation tout ou rien (TOR) par coupure électromécanique. Ce type de régulateur n'est plus
commercialisé et est amené à disparaitre.
• Régulation MLI (à modulation de largeurs d'impulsions) avec deux types de couplage sur la
batterie :
- Couplage direct appelé PWM (Pulse with Modulation).

-Couplage par adaptateur d'impédance appelé MPPT (Multi Power Point Tracking).
Régulation PWM
Le régulateur est inséré entre le champ photovoltaïque et la batterie. Il est composé d'un interrupteur
électronique fonctionnant en MLI et d'un dispositif anti-retour (diode).

L'ouverture et la fermeture de l'interrupteur électronique s'effectuent à une certaine fréquence, ce qui


permet de réguler le courant de charge en fonction de l'état de charge avec précision.

Lorsque la tension batterie est inférieure à la tension de limitation du régulateur, l'interrupteur est fermé.
La batterie se charge alors avec le courant correspondant à l'ensoleillement. On est en phase "Bulk".

Lorsque la tension batterie atteint un seuil de régulation prédéterminé, l'interrupteur s'ouvre et se ferme
à une fréquence fixe pour maintenir un courant moyen injecté dans la batterie. La batterie est chargée,
on est en phase "Floating".

Le régulateur PWM ne peut fonctionner qu'exclusivement avec des modules photovoltaïques 36 ou 72


cellules (12V ou 24V).

Régulateur MPPT

Le régulateur de charge est composé d'un convertisseur DC/DC à découpage de haut rendement qui
assure trois fonctions :

-Détection de la puissance maximale du champ photovoltaïque tant que la batterie n'est pas chargée.

-Conversion DC/DC.

-Régulation de la tension de sortie en fonction de la phase de charge (Bulk, Absorption et Floating).

Le champ solaire est connecté à l'entrée du régulateur et la batterie à sa sortie. Lorsque la tension batterie
est inférieure à la tension de régulation, le régulateur fait fonctionner le générateur photovoltaïque à
puissance maximale Pmpp et transfère cette puissance à la sortie.

Par conception, le régulateur MPPT permet un gain de production de 5 à 30% par rapport à un régulateur
PWM. Ce gain augmentera en hiver et pendant les périodes de faible ensoleillement.

Le régulateur de charge MPPT permet une plus grande souplesse au niveau du choix des panneaux. En
effet, tous les types de module photovoltaïque peuvent être utilisé du moment que l'on reste dans les
tolérances de tension (V) et de courant (A) du régulateur.
Calculer le nombre de batteries en 24V 50Ah requises selon leur liaison série ou
parallèle.

Le montage en série :

En cas de montage en série de batteries, le pôle plus de la première batterie est relié au pôle moins de la
deuxième batterie. La tension des différentes batteries s'ajoute. La tension totale peut être relevée sur
les pôles restés libres. La capacité totale est égale à la capacité des différentes batteries.

Exemple : 2 batteries de 12 V 55 Ah montées en série donnent du 24 V 55 Ah.

Le montage en parallèle :

En cas de montage en parallèle d'accumulateurs, le pôle plus est relié au pôle plus et le pôle moins au
pôle moins par une liaison conductrice. Les capacités des différentes batteries sont alors additionnées. La
tension totale [V] est égale à la tension des différentes batteries.

Important :
Le câblage doit être de section et de longueur rigoureusement identiques.

Exemple : 2 batteries de 12 V 55 Ah montées en parallèle donnent du 12 V 110 Ah


Le montage en parallèle et série :

On retrouve l'avantages des deux montages précédents.


Doublement de la tension 12+12=24V
Doublement de la capacité 55+55=110Ah

Une installation solaire photovoltaïque comprend généralement des batteries afin de rendre l'électricité
disponible la nuit ou lorsque le soleil est voilé. Nous allons maintenant voire comment calculer les
nombres de batteries nécessaires dans une installation.

Nous avions trouvé un besoin de 1.5kWh/jour.


Par ailleurs nous avons choisi d'utiliser des batteries 24V de capacité 50Ah.

Déterminer l'autonomie souhaitée

La capacité de stockage dont vous aurez besoin dépend essentiellement de 2 paramètres : l'énergie
consommée par jour et l'autonomie de votre système

Ajouter les pertes

L'électricité qui sort des batteries n'arrive pas entièrement à vos appareils électriques : une partie est
perdue dans les fils et lors de la conversion continu-alternatif par l'onduleur. La quantité d'énergie que
devront restituer vos batteries est donc en fait :

Energie consommée / (rendement de l'onduleur x (1 - pertes en ligne))

Si vous n'utilisez pas d'onduleur (c'est-à-dire si votre installation est en courant continue), la quantité
d'énergie que devront restituer vos batteries est :

Énergie consommée / (1 - pertes en ligne)

Si vous ne connaissez pas les valeurs des pertes, vous pouvez utiliser ces valeurs moyennes :

Rendement de l'onduleur = 0.9


(1 - pertes en ligne) = 0.97
Notre installation doit alimenter des appareils fonctionnant en courant alternatif, elle utilise donc un
onduleur. La quantité d'énergie à restituer est :

1.5 / (0.9 x 0.97) = 1.72kWh

Une bonne valeur intermédiaire est 50%, c'est-à-dire que vous n'utiliserez en fait que la moitié de la
capacité de vos batteries. Optimiser la durée de vie des batteries La capacité de vos batteries devra donc
être :

Énergie à restituer / profondeur max de décharge

Pour notre installation on prend une profondeur maximale de décharge de 50%, la capacité des
batteries doit donc être :

1.72kWh / 0.5 = 3.44kWh

En déduire le nombre de batteries


Pour passer d'un chiffre en kWh à un nombre de batteries, il faut multiplier par 1000 (pour convertir les
kWh en Wh) diviser par la tension aux bornes de batteries (pour convertir les Wh en Ah) puis par la
capacité des batteries (en Ah) et arrondir au chiffre supérieur.

On utilise des batteries dont la tension est 24V, montage est fait en parallèle et série. La capacité 50Ah :

3.44kWh x 1000 = 3440Wh


3440/ 24 =143.3 Ah
143.3Ah / 50Ah = 2.86
Il nous faut donc 4 batteries.

.
Les HACHEURS
Les Hacheurs sont des convertisseurs Continu/Continu procédant par découpage de tension. Ils
permettent la conversion d'une énergie continue constante (en entrée) en une énergie continue variable
(en sortie), utilisant donc le principe de la MLI (ou PWM).

Les caractéristiques principales des hacheurs sont sa fréquence fh de découpage (ou hachage) et son
rapport cyclique a.

Voici quelques transistors utilisés habituellement dans des hacheurs :

Transistors Avantages Inconvénients

BIPOLAIRE
Temps de commutation assez
Tension de saturation VCE sat faible
important
(0,7V)
(ordre de la us)

Commandé en tension (possibilité


MOS de commander
Tension de déchet important
une forte puissance avec une faible
Rendement faible
tension)
Commutation rapide (presque trop)

IGBT
Commandé en tension Temps de commutation de
VCE sat faible l'ordre de 1 us
Le Hacheur réalise la liaison entre un générateur et un récepteur. En voici les différents types :

GENERATEUR DE TENSION CHARGE CAPACITIVE

GENERATEUR DE COURANT CHARGE INDUCTIVE

Les Hacheurs à liaison directe


Ils permettent d'associer un générateur et un récepteur de nature différente.

Hacheur Série
Il permet l'association d'un Générateur de Tension avec un récepteur à Charge Inductive.

Le Hacheur série est un abaisseur de tension :


Hacheur Parallèle
Il permet l'association d'un Générateur de Courant avec un récepteur à Charge Capacitive.

Le Hacheur série est un élévateur de tension :

Les Hacheurs à accumulation

Ils permettent d'associer un générateur et un récepteur de même nature. Pour cela on intercale entre
générateur et récepteur un "réservoir d'énergie", à savoir self ou condensateur.

Hacheur à accumulation inductive


Il permet l'association d'un Générateur de Tension avec un récepteur à Charge Capacitive.

Valeur moyenne de la tension de sortie :

▪ Variante de Hacheur à accumulation inductive :

Si on remplace l'inductance L par un transformateur monté sur ferrite, on obtient une alimentation à
découpage de type Flyback.
Hacheur à accumulation capacitive
Il permet l'association d'un Générateur de Courant avec un récepteur à Charge Inductive.

Valeur moyenne de la tension de sortie :

Les Hacheurs réversibles

Ce sont des convertisseurs Continu/Continu qui permettent le transfert de l'énergie dans les 2 cas.
L'inversion du transfert d'énergie peut s'opérer de deux façons différentes :

• Soit en gardant la tension U positive et en inversant le courant I (WT = -U. I(dt))

• Soit en inversant la tension U et en gardant le courant I positif (WT = -U. I(dt))

Ceci donne naissance à 2 types de Hacheurs réversibles :

Le Hacheur Réversible en tension

Il est très utilisé dans les engins de levage. Il est constitué de deux hacheurs en série assurant ainsi la
fonction motrice.

Schéma de principe :

Le Hacheur Réversible en courant

Il est utilisé en traction électrique, et permet de récupérer l'énergie de freinage par inversion du courant

Schéma de principe :

Les Hacheurs réversibles sont des composants indispensables des voitures électriques actuelles. Ils
permettent de réguler la vitesse de rotation du moteur à courant continu qui la constitue, et permet
également deux sens de rotation : la marche avant et la marche arrière.
Onduleur
Pour votre installation photovoltaïque, vous avez absolument besoin d’un onduleur pour convertir le
courant continu des modules en courant alternatif. Lorsque vous contacterez un professionnel pour en
obtenir, ce dernier vous présentera plusieurs types dont voici les plus courants.

Onduleur centralisé

Cet onduleur est à mettre en place pour la totalité du générateur. L’utilisation d’un boitier de
raccordement est nécessaire entre l’appareil et le générateur. Ce type d’onduleur est idéal pour réaliser
les montages qui combinent les branchements en série et en parallèle. Il permet de produire un flux
lumineux identique pour tous les modules photovoltaïques. Et entre ces modules, on note de faibles
tolérances de puissance. Avec un onduleur centralisé, il est possible d’atteindre une puissance de
plusieurs MW.

Onduleur modulaire

La bonne conversion du courant produit par votre installation photovoltaïque peut se faire à partir d’un
onduleur modulaire. Avec celui-ci, il est impératif de réaliser un branchement direct des modules sur le
réseau. Notez qu’il est possible que l’installation de l’onduleur sur les modules se fasse en usine. Optez
pour une telle solution si votre installation est de petite puissance. Vous n’aurez pas à faire de câblage
de courant continu. Et si un module est ombragé, cela n’aura pas d’influence sur le reste de
l’installation.

Onduleur string

On parle d’onduleur string lorsque les modules sont branchés dans un string ou rangée. Une telle
configuration permet de produire un flux lumineux différent entre les rangées reliées au réseau grâce à
un onduleur. La tolérance en cas d’intensités différentes de luminosité entre les rangées est un point
positif de l’onduleur string. Il est parfaitement adapté aux installations de grande puissance.

Onduleurs multi string

Il s’agit d’une association d’onduleurs centralisés et d’onduleurs string. Pour être plus clair, est disposé
un onduleur centralisé au niveau du branchement au réseau et un onduleur string là où se trouvent les
générateurs. Avec un tel système, il est possible de choisir plusieurs orientations des modules
photovoltaïques. Aussi, cette disposition permet d’avoir un rendement plus élevé que celui d’un
onduleur centralisé.

Onduleur Choisit : Onduler Centralisé


• Faibles tolérances de puissance entre les modules
• Possibilité de grimper à une puissance de plusieurs MW
Autre alternative de stockage d’energie :
Système de Transfert d’Energie par Pompage – STEP : l’électricité sert à pomper de l’eau d’un bassin
inférieur vers un bassin supérieur. L’électricité est stockée sous forme de retenue d’eau et reproduite au
besoin en laissant l’eau redescendre par gravité du bassin supérieur au bassin inférieur en passant à
travers une turbine.

Stockage par air comprimé – CAES : l’électricité alimente un compresseur qui va comprimer de l’air
ensuite stockée dans des cavernes souterraines. L’air circule ensuite des cavernes vers une turbine pour
produire de nouveau de l’électricité.

Vecteur hydrogène : L’électricité va permettre de produire, via un électrolyseur, de l’hydrogène. Le gaz


est ensuite stocké soit sous forme liquide, solide ou gazeuse avant d’être consommé dans une pile à
combustible. Recombiné à l’oxygène il va ainsi produire de l’eau et de l’électricité.

Les volants d’inertie : L’électricité fait tourner à très grande vitesse une masse autour d’un axe cylindrique
dans un caisson isolé. L’énergie cinétique entraînée par la rotation du cylindre peut ainsi être conservée.
Cette énergie est ensuite récupérée sous forme d’électricité grâce à un alternateur (principe de la
dynamo).

Le stockage par chaleur sensible qui consiste à chauffer un fluide caloporteur ou un solide. La chaleur est
ensuite récupérée en chauffant un autre fluide. C’est le principe du ballon d’eau chaude, couplé à un
panneau solaire thermique. C’est aussi tout simplement le cas d’une pierre posée près d’une cheminée.
Une fois qu’elle a emmagasiné la chaleur, elle peut être déplacée et céder sa chaleur.

Le stockage électromagnétique (SMES) fait également partie des solutions envisagées qui consiste à
créer, grâce à l’électricité, un champ magnétique dans une bobine. L’électricité peut ensuite être
récupérée dans un laps de temps très court.
Simulation sur matlab