Sie sind auf Seite 1von 14

Université ’’Babeş- Bolyai’’, Cluj-Napoca

Faculté de Sciences Économiques et Gestion D’Affaires

La communication non verbale

Ionaşcă Daniela Oana


Mihoc Roxana Maria

2009
Sommaire

Introduction
1. Différences entre communication verbale et non verbale
2. Contexte des messages non verbaux
3. Principales informations transmises par le langage non verbal
4. Les canaux du langage non verbal
4.1. Les gestes
4.2. Les silences
4.3. Le touche
4.4. Le paralangage
4.5. Expressions faciales et mimiques
4.5.1. Le regard
4.5.2. Le mouvement des yeux
4.5.3. La tête
4.6. Le langage d'objet – l’apparence
4.6.1. Les vêtements
4.6.2. Les accessoires
4.7. Les rituels
5. Le non verbal en pratique
6. Le non verbal international. Exemples
Conclusion
Références bibliographiques

2
Introduction

La communication est un processus d’expression, de translation de données brutes ou


structurées entre deux personnes ou plus. La communication, nous la practiquons sans y
penser et avec un succès extraordinaire ou, avec evidemment, des échecs et des limites.

La communication non verbale :


• C’est le fait d’envoyer et de recevoir des messages sans passer par la parole mais
au moyen des expressions du visage, des postures, des gestes, de bruits divers.
Les choix vestimentaires, la coiffure, la position du corps, le maquillage, les
mimiques sont tous des éléments de communication non verbale.

• Elle exprime les émotions, les sentiments, les valeurs. Cette communication
renforce et crédibilise le message verbal lorsque elle est adaptée mais peut
décrédibiliser ce même message si elle est inadaptée.

• Système de signes qui ne fait pas appel au vocabulaire et qui permet la


communication.

1. Différences entre communication verbale et non verbale

Communication verbale Communication non


verbale
Intention de l’émetteur Volontaire Souvent
involontaire
Canal Unique Multiple
Codage Explicite(clair et Implicite(déduction)
précis)
Décodage Univoque (même Complexe Complexe
sens)

3
Les messages non verbaux
- sont à la base de communication primitive qui s’observe chez les animaux ;
- sont innés ou acquis dans le cadre d’une culture données ;
- sont transmis globalement et simultanément au travers de plusieurs sens
(l’intonation de la voix et la sourire en même temps, experiment la joie) ;
- sont toujours là des qu’une personne détecte la presénce d’une culture ;
- experiment mieux l’affectivité et les attitudes que les mots ;
- sont le plus souvent émis de façon involontaire, par reflexe.Pourtant, il nous
arrive d’utiliser consciemment et intentionnellement la communication non
verbale.

2. Contexte des messages non verbaux

2.1. Le temps
Il est une forme de la communication. Dans nos sociétés, il est jugé précieux et la
personne qui est en retard est considérée comme irrespectueuse ou légère. D'autres
cultures ne lui accordent pas la même importance (Afrique par exemple) .
2.2. L'espace
L'espace dans lequel se déroule une communication nous affecte également. La gestuelle
est réalisée dans un espace. Cet espace est codifié. On connaît l'expression « garder ses
dis-tances ». Chacun d'entre nous marque ses distances en parlant à l'autre. On distingue
quatre zones de commu-nication :
 zone intime (0 à 45 cm), ton de la confidence ;
 zone personnelle (entre 45 et 1,20 m), relations professionnelles, voire amicales ;
 zone sociale (1,20 à 3,50 m), marque la fonction de chacun ;
 zone publique (> 3,50 m), face à un public.

Toute personne qui pénètre dans une zone qui ne lui est pas réservée commet une faute et
la personne qui en est victime se sent mal à l'aise, déstabilisée, agressée. Nous possédons
tous un territoire personnel que nous protégeons des atteintes extérieures. Cet espace et
les objets qui s'y trouvent peuvent devenir le prolongement de notre corps physique.

4
(Voiture, chaise, bureau etc.). L'aménagement d'une pièce, la disposition des tables
affecte notre communication.

3. Principales informations transmises par le langage non verbal

Degré de dominance ou de soumission: je veux dominer les autres: j’exerce mon


pouvoir et je force les autres à réagir à moi; je suis non respectueux et méprisant (ex.
je place mon bureau plus haut que la chaise de l’employé pour lui montrer que je suis
supérieur, je marche sur les pieds de mon employé en parlant, je regarde de côté en
parlant à l’employé au lieu de le regarder dans les yeux, je pénètre dans son espace
vital.)
Degré de réceptivité ou de non réceptivité: j’accueille l’autre, j’aime l’autre, je lui
fais confiance: relever tête et sourcils à son arrivée, posture détendue, face à face, et
près de l’autre (1,20 m ou moins), écoute et disponibilité; sinon, rigidité et contraction
comme ramener vers soi les bras repliés pour être prêt à donner un coup, hausser
les épaules pour augmenter sa carrure, garder le dos voûté, la tête rentrée dans les
épaules, avoir le corps à angle ou le dos tourné; rougeur, transpiration, nervosité,
difficulté à respirer, inhibition (serrer les poings: colère ou tension), substitution (on
tapote sur la table comme on le ferait sur la tête de la personne), transfert (se pincer
le nez pour bloquer l’odeur de la moutarde qui monte au nez).
Degré de sympathie ou de non sympathie: je vibre avec mon interlocuteur et je
suis synchro (posture, mimique du visage, inflexion de la voix, débit de la parole )
avec lui. Je suis compréhensif. Je parle avec un « sourire intérieur » qui s’entend
même au téléphone.

La communication non verbale a en vue plusieurs aspects liés au langage du


corps ; en voici quelque exemples : mimique ( notamment, l’expression des yeux qui
démontre un signe d’intérêt : pupilles dilatées ; signe de satisfaction de la victoire : un
sourire triomphant), gestes ( signe de mécontentement : on montre du doigt), position du
corps ( signe de nervosité : la personne s’agite sur ssa chaise), tenue (signe de confiance :

5
tenue droite ; signe de blocage, de gêne : si quelqu’un se tait), distance ( signe de
desaccord : la distance physique).

4. Les canaux du langage non verbal


• Les gestes
• Le visage
• Le regard
• Le toucher
• Le paralangage
• L’apparence physique
• La posture
• L’utilisation des objets
• Les silences

Parce que le sujet « communication non verbale» est l'un ample et des discussions sur les
canaux de transmission d'information peut être nombreux, nous avons choisi de traiter
plus brièvement quelques-uns d'entre eux :

4.1. Les gestes

Notre gestuelle est le révélateur de notre état de communicant. Les gestes ne doivent
pas être retenus ; ils traduisent votre assurance et votre désir de communiquer. Ils ont
certainement été les premiers moyens de communication entre les humains et constituent
un véritable paralangage qui accompagne et complète le message verbal.
La gestuelle se manifeste par des postures qui peuvent concerner : la tête, le buste, le
bassin, les jambes et les bras. Par les gestes, nous nous exprimons et nous pouvons avoir
un comportement de défense ou d’agression.

 Le hochement de la tête d'avant en arrière qui signifie l’approbation,


 La main tendue en signe de paix,

6
 Le poing levé en signe de révolte,
 Le bras ou le doigt d'honneur.
On communique également à travers des signes conventionnels :
 le doigt pointé vers la porte signifie « sortez ! »
 le signe de la main pour dire « au revoir »
 le hochement de la tête pour dire « oui »
 le battement de mains (applaudissement) pour montrer notre satisfaction devant
une manifestation.

4.2. Les silences


Les silences font intégralement partie de la communication car ils expriment quelque
chose et qu'ils sont indis-pensables à l'écoute de l'autre. Chaque silence doit être
interprété et analysé en fonction du contexte. Il faut faire très attention de ne pas pro-
duire d'inférences dans cette interprétation car cela revient à donner un sens à ce qui
semble vide. Un silence peut être approprié ou inapproprié (comme des paroles). De
nombreux aphorismes l’illustrent. « Savoir tourner sept fois sa langue dans sa bouche
avant de parler » ; « Le silence est d’or » ; « Savoir tenir sa langue » etc.
Remplissent d’importantes fonctions:
• Donnent au locuteur le temps de réfléchir
• Peuvent servir à blesser les autres
• Constituent une réaction à l’anxiété
• Peuvent empêcher la communication
• Peuvent communiquer des réactions
émotionnelles
• Tout simplement signifier que nous n’avons rien
à dire….

4.3. Le toucher
C'est l'un des premiers modes de communication de l'être humain (L'enfant qui en est
privé peut en souffrir toute sa vie). C'est certainement le mode de communication le plus

7
fort qui soit. Dans nos sociétés occidentales, il est réservé aux intimes. Ce mode de
communication est plus ou moins développé selon les cultures et les civilisations.
Il peut :
 Communiquer une émotion positive (appréciation, soutien, etc.)
 Faire part de son intention de jouer
 Contrôler (toucher l’autre pour lui dire de te regarder)
 Respecter un rituel (poignée de main, accolade, etc.)
 Accomplir une tâche (fermer une porte, enlever un cheveu de la figure, etc.)

4.4. Le paralangage
Le paralangage va au-delà des mots prononcés. Il inclut le timbre et le volume de la voix,
le rythme des mots, les coupures d'une phrase. Le paralangage entour les mots et exprime
les sentiments à travers la façon dont ils sont dit. Il se caractérise par : vitesse,
volume, accentuation, rythme, silence…de la parole.

4.5. Expressions faciales et mimiques


4.5.1. Le regard
Le regard est un comportement non verbal et le comportement social tout. Le contact
visuel entre les partenaires fournit des indices sur la question sentimetale qui existe entre
deux personnes étand un facteur important pour la non-langage verbal.
Regardez droit dans les yeux est un signe de volonté de coopérer avec l'interlocuteur, en
lui montrant l'intérêt et la reconnaissance de sa valeur. Indique l'honnêteté, l'équité et la
conscience de soi. Regarder de haut en bas peut être due à la différence de hauteur de
certains partenaires de discussion, ce qui signifie la domination, l'orgueil, l'arrogance,
l'orgueil ou le mépris. Rechercher de bas en haut a la même cause que le précédent et
montre l'obéissance et du désir d'agression. Lorsqu'elle s'accompagne d'une pantomime
supprimé exprime l'indifférence à l'interlocuteur, et il imite le plus dynamique devient un
outil pour exprimer des égoistes. Regard latéral, qui peut être orienté oblique à gauche
ou à droite, en haut ou en bas, en exprimant plusieurs types d'informations par la
combinaison de ces éléments. . Regard fixe exprime la conscience de sa propre force et
le pouvoir d'influencer les autres.

8
4.5.2. Le mouvement des yeux
Les yeux ouverts reflètent un état normal d'une perception optimiste du monde qui
l'entoure. Demi-yeux ouverts exprimant la fatigue, tension nerveuse, réduit le rôle dans ce
qui est de l'ordre et l'ennui. Imite leur montre l'indifférence, la paralysie des réactions
émotives , de démission, que la question de partenaire « ne vaut même pas un regard ».
Fermeture d'un œil est un geste amical, la collusion, mais peut signifier la ruse, la
prudence, l'exhortation, l'art, et est utilisé par ceux qui semblerait importants, ou des trucs
à votre lèvre. Fermer les yeux est détendue conséquence naturelle de l'envie de méditer,
d'écouter quelque chose ou de jouir de quelque chose. Peut signifier le refus de voir, d'où
l'expression «à négliger ».
4.5.3. La tête
Les muscles sont générées par le déplacement des plis front, qui sont verticales,
horizontales ou ridées. Plis verticaux de concentration en raison sur un point dans
l'espace ou l'éblouissement. Plis horizontaux apparaissent lorsque les yeux sont grands
ouverts. Ridée plis apparaissent à la intersection de plis horizontaux et verticaux, en
exprimant la panique dans la pensée, de la difficulté à accepter l'information.
4.6. Le langage d'objet – l’apparence : vêtements, bijoux etc.
L’apparence correspond à l'allure générale d’une personne. C’est ce que l’on voit en
premier lieu : le vêtement, la coiffure, le maquillage, les accessoires. C’est un élément
majeur des premières impressions que l'on a d'une personne.
4.6.1. Les vêtements : Le choix des vêtements et des accessoires est fait généralement en
fonction de l'âge, du physique, de la situation professionnelle, des goûts personnels, du
milieu social etc. On constate depuis le début des années 70, une évolution dans la tenue
vestimentaire, une plus grande décon-traction, une plus grande variété des tenues, de
choix des tissus et des couleurs. Cette évolution est liée à l’évolution des normes et codes
sociaux, au développement de la société de consommation, à l’exacerbation des désirs
narcissiques et au besoin conscient ou inconscient de distanciation ou de distinction des
formalismes so-ciaux. Par le choix de notre tenue, nous voulons donner une certaine
image de nous-mêmes. Il y a lieu de distinguer trois types d'images :
 l’image projetée : image de soi,
 l’image souhaitée : celle que l'on aimerait donner,

9
 l’image reçue : celle qui est perçue par les autres.
La façon dont une personne s’habille renvoie consciemment ou inconsciemment désir
d’appartenance à un groupe ou de distinction d’un groupe. L’habillement est aujourd’hui
indissociable d’un style : traditionnel, skateur, gothique, punks, baba cools, biker, rastas,
artistes, banquier – cadre supérieur, religieux, militaires, hip hop etc. Les vêtements
expriment :
 des émotions et des sentiments : Les couleurs vives expriment la vie, les couleurs
sombres la mort.
 des messages sexuelles : Les minijupes, les jeans, les décolletés etc.
 des statuts sociaux : Le costume, la blouse, la combinaison...
4.6.2. Les accessoires . Les objets que nous portons (bijoux, sac, parfums et eaux de
toilette, chaussures, chapeau, casquettes) parlent de nous, de nos valeurs, de nos priorités,
de notre histoire (bijoux de famille), de notre culture etc. Ils renvoient aux significations
que nous leur attribuons. Ces objets qu’ils soient vestimentaires ou accessoires ou autres
parlent de nous, qu'on le veuille ou non, ce sont des choix que nous avons fait, dont on
doit assumer la responsabilité.
4.7. Les rituels
Il s’agit de pratiques habituelles, que l’on relève dans des situations courantes. On
distingue le plus souvent les rituels de salutation, de séparation, de remerciements et de
présentation. Ces rituels sont différents selon les cultures. Il existe, par exemple,
différentes façons de se dire bonjour : en se serrant la main, en s’embrassant, en
s’inclinant… Ces rituels de salutation varient selon les pays, et aussi selon les milieux
(famille, entreprise…) Communiquer efficacement nécessite de connaître ces rituels afin
de comprendre le comportement de nos inter-locuteurs et aussi de les prendre en compte
afin de ne pas les heurter.
D'autres éléments de la communication non verbale :
• Les panneaux de signalisation routiers (pour autant qu'ils respectent le principe de
l'abstraction totale, c'est-à-dire d'absence de signes verbaux ou les traduisant par
écrit).
• les tatouages, piercings, et d'autres artifices de maquillage, coiffure, etc.

10
• la création artistique permet l'expression et/ou l'appropriation d'émotions et de
concepts difficilement exprimables par le langage. La peinture, la musique (et le
chant non verbal), la danse, les arts martiaux ou encore la sculpture sont des
modes de communication non verbale (mais le plus souvent volontaires).
• les icônes , les vitraux (sont des formes de communication non verbale pour
représenter des scènes religieuses et raconter les épisodes marquants de l'histoire
chrétienne).etc.
5. Le non verbal en pratique

• Communication oculaire: où et comment regarder?, il ne faut pas intimider


l’autre. Regardez dans les yeux, c’est une question de franchise, par contre, ne
pas trop insister, peut être considéré comme menaçant.
• Un regard fuyant peut être considéré comme une évasion, un évitement (peut
changer d’une culture à une autre: Arabes: impolitesse tandis que Asiatique:
marque de respect).
• L’espace personnelle: peut changer d’une culture à une autre (ex: en Europe, la
distance est encore plus petite) ;
• Votre posture doit être naturel et agir avec aisance, apprenez à vous redresser ;
• Votre visage parle énormément. Il transmet très clairement les émotions comme
la joie, la peine, la peur, la colère, la surprise,l’inquiétude, etc.
• Sachez vous connaître,vos habitudes, vos gestes nerveux, vos tics, etc
• Souriez, ceci aide la communication, mais il ne doit pas être artificiel.
• Votre voix doit transmettre votre énergie et indique votre humeur. Le ton et la
qualité de votre voix comptent pour 80% de votre message ;
• Utilisez un langage direct et évitez des termes trop précis que votre client ne
comprendra pas ;
• Variez votre mode de communication afin de conserver l’intérêt ;
• Utilisez l’humour, ceci peut détendre l’atmosphère.

11
6. Le non verbal international. Exemples:
- En Allemagne, n’offrez jamais de roses ou d’oeillets rouges en affaire car ils sont
l’expression d’un sentiment amoureux; donner des orchidées déballées;
- En Argentine, n’offrez jamais un assortiment de couteaux en cadeau d’affaires car
cela sera interprété comme un désir de mettre fin à la relation d’affaires;
- En Angleterre, il ne faut jamais offrir de cravate rayée en cadeau car l’anglais
porte la
cravate de son régiment;
- En Espagne, on trouve élégant d’arriver en retard à un dîner et d’y faire une entrée
- remarquée;
- Aux États-Unis, les hommes se donnent de petites tapes sur l’épaule en guise
d’ouverture et de cordialité;
- En France, les gens d’affaire se méfient de ceux qui veulent faire affaire avec eux
sans, au départ, leur avoir été formellement présentés;
- En Grèce, il est déplacé de parler affaires pendant le repas; le cercle (zéro) fait
avec les doigts de la main est un geste obscène en Grèce;
- Aux Pays-Bas, il ne faut jamais refuser un verre, quitte à ne pas le boire;
- En Chine, les chinois n’aiment pas les contacts physiques avec les étrangers;
n’offrez jamais en cadeau un horloge (symbole de mort) à un chinois ni des fleurs
blanches (symbole de deuil);
- En Israël, la loi du Kashrut défend de consommer à la fois des produits laitiers et
de la viande dans un restaurant kasher; à la maison, l’enfant est roi et un cadeau
(chocolat) à celui-ci seulement fait davantage plaisir aux parents qu’un cadeau à
eux-mêmes; liberté totale concernant la tenue vestimentaire;
- En Italie, on n’invite pas les relations d’affaire à la maison; si on vous invite,
mangez tout et soyez gentils avec les enfants; donnez la main à toutes les fois que
vous rencontrez un italien;
- Au Japon, arrivez avec une carte d’affaires en japonais au moins d’un côté,
comme en Chine; vous devez enlever vos chaussures dans un sanctuaire japonais,
une maison, un restaurant; il faut apprendre à manger avec des baguettes et ne pas
demander d’ustensiles américains; n’envoyez jamais de plante à pot à un malade,

12
ne remettez jamais un cadeau à un japonais en présence de témoin (à moins que
tous reçoivent un cadeau), donnez le lendemain un mot de remerciement pour le
cadeau, emportez des friandises en cadeau si on vous invite à la maison (le
japonais se couvre la bouche pour sourire).
- En Scandinavie, les gens sont réservés et il faut souvent se présenter soi-même;
Dans le monde arabe, attendez que votre interlocuteur vous fasse un cadeau avant
de lui en faire un pour lui en faire un d’égale valeur (cadeaux princiers); pas de
cadeaux pour l’épouse ou les enfants; pas de vin en cadeau; les arabes aiment les
cadeaux qui portent des signatures.
- En Russie (fierté), on ne dit pas Union Soviétique; on donne de la musique
classique en cadeau, pas d’alcool, ni de nourriture sauf chocolats.

Faire attention !
L'information non verbale complète le message verbal, elle aide à comprendre ce qui est
dit. Ces messages sont souvent plus fiables que les messages verbaux. Pour ces raisons, il
est capital de savoir les lire et les interpréter. Pour que la communication soit réussie, il
faut qu'il y ait concordance entre le message verbal et le non-verbal .
La communication non verbale :
⇒ est inévitable
⇒ véhicule l’information affective
⇒ prime sur les messages verbaux
⇒ renseigne sur autrui
Mais…
⇒ peut être ambiguë

N’oublier que :
« Tout comportement est communication. » de Grégory Bateson

13
Bibliographie:
 Alexandra Viorica Dulău, Notions de communication en français des affaires, Ed.
Echinsx, Cluj, 2009
 Septimiu Chelcea, Comunicarea nonverbala : gesturi si postura, Ed. Comunicarea,
Bucuresti, 2005
 Anca Maria Christodorescu, Dictionar Roman-Francez, Ed. 100+1 Gramar,
Bucuresti, 2004
 Micaela Slavescu, Sanda Mihaescu-Carsteanu, Dictionar Francez-Roman, Ed.
100+1 Gramar, Bucuresti, 2004
 Gheorghe Lascu, Verbe franceze- tabele de conjugare, Ed. Echinox, Cluj, 1992
Webographie :
 http://www.cyborlink.com/besite
 http://www.crcom.ac-versailles.fr/article.php3?id_article=38
 http://www.cterrier.com
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Communication non verbale
 http://martinwinckler.com/article.php3?id article=461

14