Sie sind auf Seite 1von 9

CHAPITRE 20

1988 -1989

Sources: CIA FOIA & FBIS [Note de Presse Étran-


gère]

Site Internet: http://www.foia.ucia.gov/

Titre : URSS : les Médias signalent une multitude


d'observations d'OVNIS

Date: 22 novembre 1989

+
Les principaux journaux et revues soviétiques ont
récemment commencé à publier un nombre croissant d'ar-
ticles et de rapports sur des observations d'objets volants
non identifiés (OVNIS), communiqués dans divers sec-
teurs d'Union Soviétique,
Un « centre permanent» pour l'étude des OVNIS a
été établi à Moscou, afin de conduire la recherche et de
soutenir l'investigation sur les observations rapportées.

+
65
Pour donner le ton à cette couverture médiatique,
un article du 9 juillet 1989de la Sotsialisticheskaya Indus-
triya, se référant à de nombreux rapports récents d'obser-
vations d'OVNIS en URSS. Interviewé par le journal, P.
Prokopenko, directeur d'un laboratoire d'étude sur les
phénomènes anormaux, a déclaré qu'un « centre perma-
nent » pour l'étude des OVNIS vient d'être établi en
Union Soviétique. En outre, pour conduire la recherche et
présenter des conférences sur les OVNIS, le centre sou-
tiendra les enquêtes sur les observations signalées.

En référence à un numéro du journal publié en


juillet 1988, qui incluait un rapport sur « un événement
étonnant qui eut lieu sur la Colline 611,près du village de
Dalnegorsk, dans Primorskiy Kray )),l'article notait que
l'événement en question est toujours à l'étude. De nom-
breux observateurs virent une sphère volante s'écraser sur
l'un des pics jumeaux de la colline, et les physiciens et
autres scientifiques de la Division Sibérienne de l'Acadé-
mie des Sciences d'URSS étudient toujours « la maille fi-
ne )), « les petits objets sphériques » et « les morceaux de
verre » considérés comme étant de petits restes laissés der-
rière par la sphère. Selon l'article, l'engin spatial présumé
fut presque anéanti dans le crash, mais il semble y avoir
assez de matériaux sur le site pour que les scientifiques -
un mélange d'ufologues passionnés et sceptiques -« pénè-
trent éventuellement ce mystère. »
En étudiant le site, le scientifique A. Makeyev a
rapporté avoir trouvé de l'or, de l'argent, du nickel, de l'al-
pha-titane, du molybdène et des composés de béryllium.
L'un des physiciens sceptiques de Tomsk a présumé que la
prétendue sphère pourrait avoir été une sorte de « plas-
moïde » constitué par « l'interaction des champs de force
géophysiques )),lequel aurait capturé les éléments trouvés
par Makeyev depuis l'atmosphère, sur la trajectoire de
désintégration au sommet de la colline. D'autres cher-
cheurs ont généralement rejeté cette explication, depuis

66
que des quantités de divers types de métaux trouvés sur le
site impliqueraient, selon cette théorie plasmoïde, que « la
concentration des métaux dans l'atmosphère aurait dû
excéder le niveau actuel d'un coefficient de 4.000.»
Certains scientifiques ont conclu que l'objet qui
s'est écrasé sur la Colline 611 était un véhicule spatial
extraterrestre construit par des êtres hautement intelli-
gents. Le docteur ès Sciences Chimiques, V. Vysotskiy, a
déclaré que « indubitablement, c'est la marque évidente
d'une technologie de pointe et ce n'est pas une chose d'ori-
gine naturelle ou terrestre ». Il a cité le fait que les restes
de maille fine incluaient des fils minces d'un diamètre de
17 microns seulement et que ces fils, à leur tour, étaient
composés de mêmes brins plus fins entrelacés dans des
tresses. Des fils d'or extrêmement ténus furent découverts
entrelacés dans les fils métalliques les plus fins - preuve
certaine d'une technologie complexe au-delà des possibili-
tés actuelles de la science terrestre, selon Vysotskiy.

La Sotsialisticheskaya Industriya du 25 juillet 1989


a signalé qu'une observation d'OVNI avait été mention-
née par l'ingénieur Yuriy Ponomarenko et un groupe d'ou-
vriers d'une ferme collective de la région de Dnieprope-
trovsk. L'objet fut décrit comme un disque ayant deux
faisceaux lumineux émanant de ses côtés. Les témoins ont
maintenu qu'ils avaient observé l'objet au sol durant 20
minutes environ et qu'il n'avait émis aucun son lorsqu'il
s'était envolé.

Le numéro du journal soviétique Nauka l Zhizn


d'août 1989incluait un article de 9 pages qui, après la réca-
pitulation de l'histoire des observations d'OVNIS en
général, opposait certaines opinions des sceptiques à cer-
tains avis des passionnés sur les nombreuses observations
d'OVNIS signalées en URSS, englobant les incidents de
Serpukhov, de Petrozavodsk et de Rudnya. D'après les
passionnés, les OVNIS ont laissé des marques évidentes

67
de leurs visites en maintes occasions, y compris en l'inci-
dent de Serpukhov dans lequel, prétendent-ils, un OVNI
laissa dans l'herbe une dépression circulaire d'un dia-
mètre de 4 mètres. Les sceptiques maintiennent que la
majeure partie de cette prétendue « preuve » peut-être
expliquée comme n'ayant aucune connexion avec une
intelligence extraterrestre. Plusieurs des observations
pourraient, par exemple, être attribuées à un essai de
fusées. L'académicien Vladimir Vasilyevich Migulin,
directeur de l'Institut de Propagation des Ondes Radio, du
Magnétisme Terrestre et de l'Ionosphère à Troitsk, lequel
a une section de recherche sur les phénomènes anormaux
dans l'atmosphère, maintient que plus de 90 pour cent
d'observations d'OVNIS peuvent être infirmés par des
explications mondaines de ce genre.

La Stroitelnaya Gazeta du 16 septembre 1989 a


signalé qu'en août, un groupe d'observateurs, incluant le
physicien Elvir Kurchenko, a commencé à étudier une
autre zone de dépression circulaire dans une forêt près de
Surgut, après qu'un ouvrier ait affirmé qu'un OVNI avait
visité le site.

La Sotsialisticheskaya Industriya du 30 septembre


1989 a noté que les médias, partout en Union Soviétique,
recevaient des rapports d'observations d'OVNIS au sol et
aériens, ajoutant que le bureau éditorial du journal était
en train de passer en revue des centaines de rapports rela-
tifs à des incidents d'OVNIS. En réponse à ce déluge de
rapports, le journal a interviewé Anatoliy Listratov, prési-
dent de la section Astronomique et Géodésique de la
Société Tout-Union, affectée à l'étude des phénomènes
anormaux, qui a indiqué que bien que son groupe « erre
toujours dans les ténèbres }},quelques développements
importants au sein des investigations ont récemment eu
lieu. Il a déclaré que « sur les sites d'atterrissages ... la fré-
quence d'action d'un oscillateur cristal-contrôlé change.

68
Pour parler plus simplement, les montres électroniques
marchent ou trop rapidement ou trop lentement. »
Listratov a noté que les officiers et les pilotes mili-
taires soviétiques avaient récemment commencé à fournir
de la documentation sur des observations d'OVNIS. Par
exemple, il a déclaré posséder de l'information documen-
taire concernant une rencontre entre un avion soviétique
et un OVNI au-dessus de la ville de Borisov. Les équi-
pages de deux appareils soviétiques rapportèrent avoir vu
un large disque volant dans leur voisinage, dont éma-
naient cinq faisceaux lumineux: trois faisceaux étant
orientés vers le sol et deux projetés vers le haut, lorsque
l'objet fut aperçu pour la première fois. Le contrôleur au
sol avait alors ordonné à l'un des avions de changer de cap
et d'approcher l'objet, point précis où le disque, volant au
même niveau, dirigea l'un de ses faisceaux à l'approche de
l'avion soviétique, illuminant le cockpit. Listratov a cité le
livre de vol du pilote comme spécifiant: « À ce moment-
là, le copilote était aux commandes. Il observait la ma-
noeuvre que l'objet venait juste d'effectuer et put lever la
main pour se protéger de l'insupportable lumière. Le com-
mandant de l'appareil était en train de se reposer sur le
siège adjacent, tandis qu'un rayon lumineux brillant, pro-
jetant un spot de 20 centimètres de diamètre, lui traversa
le corps. Les deux pilotes ont ressenti de la chaleur. »
Selon Listratov, le commandant de l'avion et son
copilote devinrent tous deux invalides peu de temps après
l'incident. Le copilote fut contraint de quitter son travail
par suite d'une soudaine détérioration de sa santé,
incluant l'assaut de brusques périodes prolongées de
pertes de conscience. Le commandant de l'appareil mourut
dans les quelques mois qui suivirent. La cause du décès
fut cataloguée comme cancer et la mention « lésions de
l'organisme par suite de la radiation d'un objet volant non
identifié» portée, en tant que facteur y ayant contribué,
sur le rapport médical officiel de l'hôpital où le comman-
dant décéda, toujours d'après Listratov.

69
Listratov a raconté à la Sotsialisticheskaya Indus-
triya qu'environ 95 pour cent des observations d'OVNIS
pouvaient être expliqués et que les enquêtes ont souvent
révélé que c'étaient les étages grillés ou les restes de lan-
cements ratés de fusées. Que seuls les 5 pour cent ne pou-
vant être élucidés étaient cause de toute l'agitation parmi
les scientifiques et le personnel militaire soviétiques.
Qu'au lieu du scepticisme entendu qu'il avait escompté
lorsqu'il avait commencé à interviewer le personnel mili-
taire, il avait noté ce que les officiers et les soldats avaient
à lui dire au sujet de leurs propres rencontres avec les
OVNIS, lesquels lui montrèrent même ses comptes-ren-
dus personnels totalement complétés sur des formulaires
officiels.

La Komsomolskaya Pravda du 7 octobre a signalé


que l'Union Soviétique venait juste d'ouvrir un centre
officiel pour l'étude des OVNIS à Moscou. Les physiciens,
géologues, astronomes et psychologues y donnent des
cours sur les diverses caractéristiques des OVNIS signalés
et sur les types d'équipements nécessaires pour enquêter
sur les observations d'OVNIS.

Le 9 octobre, l'Agence d'informations soviétiques


TASS a déclaré qu'un OVNI avait atterri dans un parc de
la ville de Voronezh. TASS a signalé que l'objet avait été
observé par de nombreux témoins avant de s'en aller.

La Komsomolskaya Pravda du 12 octobre a signalé


qu'un groupe de scientifiques avait visité un champ dans
Perm Oblast, afin d'enquêter sur des réclamations concer-
nant un OVNI ayant atterri dans cette zone, et qui avait
laissé derrière lui une empreinte circulaire de 62 mètres
de diamètre.

La Krasnaya Zvezda du 13 octobre a suggéré que


l'hystérie de masse peut être un facteur important ayant

70
contribué aux récents débordements signalant de mul-
tiples rencontres avec des OVNIS en URSS. Selon le jour-
nal, beaucoup d'éléments des médias soviétiques attisent
ce phénomène, qu'il compare à l'hystérie résultant de la
radiodiffusion d'Orson Welles, en 1938, traitant d'une
invasion des États-Unis par les extraterrestres.

Le numéro de Poisk du 19 au 25 octobre incluait un


article opposant les points de vue des scientifiques des
deux principaux instituts soviétiques, actuellement occu-
pés à examiner des rapports sur les OVNIS - le centre
Power Engineers se consacrant à l'étude des OVNIS, nou-
vellement établi au Palais de la Culture à Moscou, et l'Ins-
titut de Propagation des Ondes Radio, du Magnétisme
Terrestre et de l'Ionosphère qui a des ramifications à
Troitsk, Leningrad et Irkutsk. Le physicien Yuriy Platov,
de l'Institut du Magnétisme Terrestre, ne croit pas aux
assertions des scientifiques qui soutiennent avoir décou-
vert, à Dalnegorsk, les restes d'un OVNI construit par des
extraterrestres, et il est convaincu que les matériaux trou-
vés sur ce site ne sont, en vérité, que les restes du lance-
ment raté d'une fusée soviétique dans cette région. Il croit
que bon nombre des autres rapports concernant les
OVNIS peuvent être expliqués par l'incapacité des obser-
vateurs à identifier le phénomène connu sous le nom de
foudre globulaire.
L'article du Poisk a confronté le point de vue de
Platov avec celui d'un autre physicien, Vladimir Azhazha,
ui a récemment été élu Président de la Nouvelle Corn-
ission Tout-Union pour l'Étude des Objets Volants Non
Identifiés de l'Union des Sociétés Scientifiques et Techno-
logiques. Azhazha a comparé les rapports d'un crash
'OVNI en URSS avec une allégation d'ufologues pas-
ionnés aux États-Unis, soutenant qu'un OVNI s'était
rasé dans le désert près de Roswell, au Nouveau-
Mexique, en 1947.Il croit qu'il y a des preuves suffisantes
our soutenir les assertions des crashes d'OVNIS dans les

71
deux cas - Dalnegorsk et Roswell. Dans le dernier cas, il a
cité le témoignage de témoins oculaires qui ont maintenu
avoir vu les corps de quatre extraterrestres étendus près
de l'engin spatial fracassé. Selon Platov, cependant, les
témoins oculaires, dans le cas de Roswell, furent induits
en erreur. Il croit que l'objet qui s'est écrasé était une
fusée expérimentale de l'U.S. Air Force avec quatre singes
rhésus à bord, et que l'accident fut le résultat d'un essai
raté de lancement à l'aube de l'ère spatiale.

La Sotsialisticheskaya Industriya du 21 octobre a


signalé que des centaines d'habitants ont déclaré avoir
observé un OVNI à Omsk et que plusieurs de ces témoins
oculaires rapportèrent cette observation directement au
bureau du journal, situé également à Omsk. L'article
incluait le rapport d'un officier militaire qui fait autorité,
le Major V. Loginov, lequel a déclaré: « Je dois vous dire
carrément que le radar n'a pas détecté cet objet et qu'ainsi
je rapporte des observations visuelles. L'objet est passé à
plusieurs kilomètres d'altitude. La brillante sphère visible
semblait être à peu près une fois et demie plus large que
la forme de la Lune dans un ciel de nuit. Quatre projec-
teurs - certains parallèles et d'autres angulaires à la Terre
- projetaient des faisceaux très lumineux. L'objet resta
dans le champ de vision pendant 5 minutes environ ... pla-
nant... au-dessus de l'aéroport civil, avant de descendre
quelque peu. Puis les projecteurs furent détournés et une
traînée de plumes tourbillonnantes apparut instantané-
ment autour de cette sphère brillante. L'objet commença à
s'éloigner rapidement en direction nord-ouest-est, au
moment même où des vols étaient effectués d'un aéroport
voisin. Les pilotes pouvaient l'observer de visu mais ne
pouvaient le détecter sur leurs écrans-radars ... Il ne pou-
vait renvoyer de signaux-radars. Cet objet remonta immé-
diatement la chaîne de commandement, et nos collègues
d'Altay-Kray, dans le secteur de laquelle volait l'objet,
nous ont rapporté, dans les 5 minutes, qu'ils l'avaient sous

72
observation visuelle. Cela signifiait qu'il avait couvert une
distance approximative de 600 kilomètres à une vitesse
d'environ 7.000kilomètres/heure. »
D'après Loginov, toutes les observations ont mon-
tré que l'objet était un OVNI contrôlé par une certaine
sorte d'intelligence et que ce n'était pas simplement une
espèce de phénomène atmosphérique anormal.

La Sovetskaya Kultura du 28 octobre a rendu


compte des résultats d'une conférence à Petrozavodsk
d'environ 100 scientifiques soviétiques, représentant les
diverses branches de la science et de la technologie. Le sujet
principal de la discussion était la multitude d'assertions
concernant des observations récentes d'OVNIS en URSS.
Selon la Sovetskaya Kultura, il y eut davantage de ques-
tions soulevées à cette conférence au sujet des OVNIS que
de réponses apportées.

La Literaturnaya Gazeta du 1er novembre a signa-


lé que Voronezh, où quelques observateurs ont prétendu
avoir été témoins de l'atterrissage et du décollage d'un
OVNI, est devenue le lieu de pèlerinage des correspon-
dants cherchant des nouvelles sensationnelles pour leurs
journaux, indifférents à la nature controversée des soi-
disant témoignages de poids présentés comme preuve que
les extraterrestres ont visité Voronezh.