Sie sind auf Seite 1von 61

UNIVERSITÉ KASDI MARBAH OUARGLA

Faculté des sciences appliquées


Département de génie des procédés
Mémoire de fin d’étude
En vue d’obtenir du diplôme de
MASTER ACADEMIQUE

Domaine : Sciences et technologie


Filière : Génie des procédés
Spécialité : Ingénierie du gaz naturel
Présenté par : Lifa Mohamed Amine et Kenioua Moussa
Thème

Vérification de performance de l’unité de


déshydratation du gaz naturel en présence tri
éthylène glycol (TEG) à Rhourde El-Baguel (REB) -
Hassi Messaoud

Soutenu Publiquement

Le : 29 / 05 /2016

Devant le jury :

Mr. M.CHAOUKI M.C.B Président UKM OUARGLA


Mr. F.KAHOUL M.C.A Examinateur UKM OUARGLA
Mr. J.ZERROUKI M.C.A Examinateur UKM OUARGLA
Mr. N.CHENNOUF M.C.A Encadreur UKM OUARGLA
Mr. A.SOUID ING Invité SOUNATRACH

ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2015/2016


SOMMAIRE
SOMMAIRE

SOMMAIRE
Page

Dédicace……………………………………………………………………………………………………....I
Remerciements……………………………………………………………………………………II
Liste des tableaux………………………………………………………………………………...III
Liste des figures………………………………………………………………………………….IV
Nomenclature…………………………………………..................................................................V
Résumé…………………………………………………………………………………………..VI
Introduction générale ……………………………………………………………………………………….1

Chapitre I : PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

I.1.Situation géographique………………………………………………………………………...2
I.2.Exploitation du champ…………………………………………………………………………3
I.2.1.Injection d’eau………………………………………………………………….……………3
I.2.2.Injection du gaz lift………………………………………………………………………………..3
II.1.Description de procédé………………………………………………………………………..3
II.2.Unité de TEG (Traitement de gaz)……………………………………………………………4
II.2.1.Section de déshydratation…………………………………………………………………..4
II.2.1.1.Fonctionnement de la section de déshydratation………………………………………...5
II.2.1.2.Principaux paramètres……………………………………………………………………6
II.2.2.Section de régénération……………………………………………………………………..7
II.2.2.1.Fonctionnement de la section de régénération du TEG………………………………......8
II.2.2.2.Paramètres de fonctionnement de la section de régénération…………………………….8
II.2.2.3.Probléme de l’unité……………………………………………………………………...10

Chapitre II : LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.1.1.Définition……………………………………………………………………………….…11
II.1.2.La formations des hydrates………………………………………………….…………….12
II.2.Conditions de formation des hydrates…………………………………………………..…...12
II.3.Prévention des hydrates……………………………………………………………………..13
II.3.1.Chauffage………………………………………………………………………………….13
II.3.3.Utilisation des inhibiteurs…………………………………………………………………13
II.3.3.1.Sels………………………………………………………………………………………13
II.3.3.2.Alcools…………………………………………………………………………………..14
II.3.3.3.Autres inhibiteurs………………………………………………………………………..14
II.4.Définition de la déshydratation du gaz……………………………………………………14
II.5.Pourquoi déshydrater le gaz naturel………………………………………………………15
II.6.Méthode De Déshydratation Du Gaz Naturel……………………………………….……15
II.6.1.Déshydratation par absorption….…………………………………………………………15
II.6.1.1. Processus de l'absorption……………………………………………………………….15
II.6.1.2.Déshydratation par le tri éthylène glycol (TEG)...……………………………..……...16
II.6.1.3.Influence des paramètres sur l’absorption…………………………………………..…17
II.6.1.3.2.Pression………………………………………………………………………………..17
II.6.1.3.3.Vitesse…………………………………………………………………………………17
II.3.1.3.4.Concentration de l’absorbant………………………………………………………….17
II.3.1.3.5.Impuretés………………………………………………………………………………18
II.3.1.4.Les propriétés du solvant………………………………………………………………18
II.3.1.5.Types d’absorbants………………………………………………………………………18
II.3.1.6.Pourquoi le glycol……………………………………………………………………….18
SOMMAIRE

II.3.1.6.1. Les différents types de glycol………………………………………………………...19


II.3.1.6.2. Avantages et inconvénients des glycols……………………………………………………20
II.3.1.6.3.Propriétés physico-chimiques des glycols…………………………………………..………22
II.3.2.Déshydratation par adsorption…………………………………………………………………….22
II.3.2.1.Adsorbant…………………………………………………………………………………. ……...22
II.3.2.1.1.Propriétés de l’adsorbant………………………………………………………………21
II.3.2.1.2.Différents adsorbants……………………………………………………………………….….22
II.3.2.2.Caractéristiques du procédé………………………………………………………………….….23

Chapitre III : CALCUL ET VERIFICATION

I. Calcul des pertes de TEG ………………………………………………………………………….…..24


I.1. Détermination du volume totale maximale de TEG a consommé par train…………………24
I.2. Pertes totale et maximale de l’unité ………………………………………………………………..25
I.3. La surconsommation de TEG……………………………………………………………………..…25
II. Calcule des paramètres de fonctionnement de l’unité…. …………………………………....25
II.1. Données ………………………………………………………………………….………………..….25
II.2. Teneur en eau dans le gaz brut…………………………………………………………………..…26
II.2.1. Utilisation de tableau ………………………………………………………………………..…26
II.2.2. Utilisation de l’abaque……………………………………………………………………27
II.2.3. Utilisation de simulateur HYSYS……………………………………………………………..…28
II.2.4. Conclusion ………………………………………………………………………………………….29
II.2.5. Détermination de la température de rosée…………………………………………………..…..29
II.2.6. Détermination de la Concentration en TEG……………………………………………….……29
II.2.7.Choix de la température de rebouiller………………………………………………………..…..30
II.2.8. Détermination le débit de gaz de stripping………………………………………………….….32
II.2.9. Détermination du débit de circulation de TEG…………………………………………………32
II.2.9.1. Détermination de la quantité d’eau enlevée.…………………………………………………32
II.2.9.2. Détermination du rendement du contacteur ………………………………………………….32
II.2.10. Comparaison des paramètres de fonctionnement……………………………………..…33
II.3. Le cout des pertes…………………………………………………………………………………….34
Conclusion……………………………………………………………………………………………..……35
Conclusion générale……………………...………………………………………………………………..36
Bibliographie………………………………………………………….……………………………………37
Annexe……………………………………………………………….………………………………….…..38
Dédicace

J’ai le grand honneur de dédier ce travail A celui qui fait

de moi un homme, Ma très chère mère mon très cher père

mes chère sœurs et à mes frères

A toute ma famille Lifa

A notre Encadreur MR. CHENNOUF NASREDDINE

A tous mes amis

A toutes les enseignantes et tous les enseignants de génie

de gaz naturel et Tous le groupe M.G.N.

A mes meilleurs amis chacun à son nom, Et tous ceux que j’aime.
Dédicace
J’ai le grand honneur de dédier ce travail A celui qui fait

de moi un homme, Ma très chère mère mon très cher père

mes chère sœurs et à mes frères

A toute ma famille Kenioua et la famille Fitta

A notre Encadreur MR. CHENNOUF NASREDDINE

A tous mes amis

A toutes les enseignantes et tous les enseignants de génie

de gaz naturel et Tous le groupe M.G.N.

A mes meilleurs amis chacun à son nom, Et tous ceux que j’aime.
Remerciements
Avant tout, nous tenons à remercier Dieu le Tout Puissant pour
nous avoir donné la bonne santé, la volonté et les moyens
d’accomplir ce travail.

Au terme de ce travail, nous tenons à remercier vivement toutes


les personnes qui, de prés ou de loin, nous ont apporté leurs aides.
Nous citerons tout particulièrement :

 Notre encadreur MR. CHENNOUF NASREDDINE pour


avoir accepté d’encadrer ce travail et pour son aide inestimable
sur plusieurs plans (documentations, connaissances,
orientations, soutien moral).
 Messieurs le Chef Division Exploitation, Le Chef Service
TCF MR. SOUID ABDERREZZAK, les ingénieurs, les
techniciens de la division exploitation et tout le personnel de la
région REB.
 Les membres de jury d’avoir accepté mon travail
Liste des tableaux

Liste de tableau

Tableau.II.01 : Relation entre l’affinité du TEG avec la polarité de certains…………………..16

Tableau.II.02 : Avantages et inconvénients des glycols…………………………………….....20

Tableau.II.03 : Propriétés Physico-chimiques des glycols……………………………………...21

Tableau.III.01: Nombre de jours de fonctionnement de chaque train…………………….……24


.
Tableau.III.02: La composition du gaz ………………………………………………………...26

Tableau.III.03: physical propriétés of selected glycols and methanol………….……………....31

Tableau.III.04: Comparaison des paramètres de fonctionnement……………............................33

Tableau.III.05: Températures recommandées lors du fonctionnent d’un procédé de


déshydratation TEG……………………………………………………………………………...34

III | P a g e
Liste de figure

Liste des figures

Figure. I.01: Situation géographique du champ………………………………………………….2

Figure. I.02 : Train B de l’unité TEG………………………………………………………….....4

Figure. I.03: Unité de TEG (Traitement de gaz) par 4 trains……………………….........................5

Figure. I.04: Procédé de déshydratation de gaz par TEG………………………………..…….....9

Figure. II.01: Méthane Clathrates ……………………………………...……………………...11

Figure. II.02 : Hydrate sorti d’une gare racleur……………………………………….……….. 11

Figure. II.03 : Conditions de formation des hydrates…………………………………………...13

Figure. III.01: Modèle de simulation de déshydratation par HYSYS…………………………..28


..
Figure. III.02: Le cout des pertes de TEG pour l’année 2015…………………………………..35

IV| P a g e
Nomenclature/Abréviations

Nomenclature
Symbole Définition Unité

App : Appoint annuelle de TEG [gal/ans]


K1 : Facteur multiplicatif sur l’abaque
K2 Facteur de correction de salinité
Mv : Masse volumique de TEG [kg/ m³]
Nplateaux : Nombre de plateaux
Qgaz : Quantité de gaz traité [MMSCF/jour]
Nj : Nombre de jour de fonctionnement [jour]
PT.MAX : Pertes totale et maximale de TEG [gal/ans]
P: Pression opératoire de la colonne d’absorption [Psia]
PS : Pression de service. [Bar]
PFH Pression de formation des hydrates [Bar]
Qstri gaz : Gaz de stripping [SCF/gal]
Qeau : Quantité d’eau dans un MMSCF du gaz [lb/MMSCF]
QTEG : Débit de circulation TEG [GPM]
Rété : Rendement été [%]
Rhiver : Rendement hiver [%]
T: Température [°F]
TS : Température de service [°C]
TFH : Température de formation des hydrates [°C]
Tr : Température de rosée [°C]
Trs : Point de rosée à considérer [°C]
Treb : Températures du rebouilleur [°F]
TEG% : Concentration minimale en TEG [%]
W0 : Teneur on eau du gaz [Lb/MMscf]
W0 : Teneur en eau du gaz traité [Lb/MMscf]
Wi : Teneur en eau du gaz humide [Lb/MMscf]
ΔW : Teneur en eau enlevée [Lb/MMscf]

Abréviations

REB : Rhourde El-Baguel


CPF: Central Production Facility
TCF: Turbine-Compressor Facility
MEG : Mono éthylène glycol
DEG : Di éthylène glycol
TEG : Tri éthylène glycol
TTEG : Tétra éthylène glycol
MP : Moyen Pression
HP : Haute Pression
TVR: Tension de vapeur REID
PPM : Partie par million
PCS : Pouvoir Calorifique Supérieur
MMscf: Million standard cubic feet
Lb: Libra (Pound, unité de masse 1 Lb = 500g)
PM : poids moléculaire
GPM : Gallon par minute (1 gallon = 3.79 litres)

V| P a g e
INTRODUCTION
GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

Introduction générale :

Le gaz naturel joue un rôle énergétique croissant : l’importance de ses réserves et les
avantages qu’il présente sur le plan de l’environnement favorisent son utilisation.

Le gaz naturel à sa sortie des puits n’est pas directement utilisé avant qu’il soit traité et
débarrassé de ses constituants indésirables ,le traitement du gaz naturel consiste à séparer
certains constituants présents à la sortie des puits tel que l’eau, l’élimination ou du moins la
réduction de la teneur en eau sont des opérations aussi bien nécessaires qu’importantes dans la
mesure où elles conduisent à l’amélioration de la valeur commerciale du gaz sec et permettent
le bon déroulement du procédé et le ralentissement du processus de corrosion des conduites.

La présence de l’eau dans le gaz occasionne dans les conditions idéales de température et
de pression la formation des hydrates, qui engendrent à leur tour l’obturation des tubes
d’échangeurs et conduisent même à l’arrêt momentané du traitement.

C’est un problème largement connu dans l’industrie gazière, qui pour le maîtriser est doté
de système d’inhibition de la formation des hydrates, basé sur l’emploi de plusieurs types de
produits chimiques déshydratants.

Le tri-éthylène glycol (TEG) celui qui se prête le mieux à l’inhibition au niveau de champ
de Rhourde El-Baguel (REB), mais toute fois l’injection et la régénération du TEG
s’accompagnent des pertes quotidiennes .Le but de notre étude est d’optimiser les paramètres
de l’unité de TEG et cela dans le but de réduire les pertes.

Notre travail est composé de trois chapitres:

Chapitre I: Présentation du champ et description de l’unité


Chapitre II: Les hydrates et déshydratation du gaz
Chapitre III : Calcul et vérification
. Et enfin une conclusion générale.

1|P a ge
CHAPITRE I
PRESENTATION DU CHAMP ET
DESCRIPTION DE L’UNITE
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

I.1.Situation géographique :

Le champ de Rhourde El-Baguel (REB) est situé à 90 Km au Sud-est de Hassi Messaoud


sur la bordure ouest du bassin Ghadamès et de 1000 Km d’Alger dans la partie Nord-est du
sahara algérien.

Rhourde El-Baguel fait partie de la commune d’El-Borma (245 Km de Rhourde El-Baguel


et de 10Km de la frontière tunisienne)-Daïra Hassi Messaoud -Wilaya de Ouargla. Le champ
Rhourde El-Baguel s’étant du sud-ouest au nord-ouest sur une longueur de 11,2 Km et une
largeur de 7 Km. [1]

Figure. I.01: Situation géographique du champ

2|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

I.2.Exploitation du champ:

Les techniques utilisées dans l’exploitation du champ sont : [1] [2]

I.2.1.Injection d’eau :

La récupération secondaire dans le champ de REB a débutée en Mars 1976 avec l’injection
d’eau pour compenser la chute de pression du gisement. Plus de 16 millions de m3 d’eau a été
injectée sur les puits RB17, RB31 et RB11 entre 1976 et 1991, et l’injection a été arrêtée suite
aux percées d’eau remarquables sur les puits producteurs avoisinants des puits injecteurs.

I.2.2.Injection du gaz lift :

Cette technique a été adoptée après les résultats insatisfaisants par injection d’eau. Ce
procédé consiste à l’injection de gaz sec et le comprimer à travers le tubage jusqu’au fond afin
d’alléger la colonne de pétrole puis il sera récupéré à la surface. [1]
I.2.3.Injection du gaz miscible :

Cette méthode consiste à décomprimer le gisement afin d’atteindre la pression minimale de


miscibilité en utilisant du gaz à haute pression. Le gaz miscible est choisi comme fluide
d’injection pour obtenir un taux de récupération plus élevé.

Le mélange de pétrole brut et de gaz qui en résulte par la production, passe par un procédé
de séparation au niveau de centre de traitement CPF, le gaz étant ensuite réinjecté dans le
réservoir facilitant le renouvellement du cycle. [1]

II.1.Description de procédé :

Les différentes alimentations de l’unité d’injection de gaz sont [1] :

Le gaz MP (Moyenne Pression)

Le gaz HP (Haute Pression)

Le gaz d’importation (Zina Gaz)

Le gaz MP provenant des séparateurs MP est d’abord comprimé par le train


turbocompresseur MP ( K2005-KT2005 ), qui fait élever la pression du gaz MP de 15,2 bars à
33 bars, le gaz ainsi comprimé est refroidi et mélangé au gaz HP en provenance des
séparateurs HP de l’unité de traitement du brut. [1]

3|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

Le mélange des deux gaz alimente les trains de déshydratation au TEG où il est débarrassé
de l’eau qu’il contient. Ainsi déshydratés, les gaz associés (MP et HP) alimentent le manifold
d’entrée des trains turbocompresseurs.

L’ouverture de toutes les vannes de manifold d’entrée permet d’alimenter tous les trains à
la pression d’aspiration. [1]

II.2.Unité de TEG (Traitement de gaz) :

Elle est composée de 4 trains chaque train est constituée de deux sections: [1] [2]

 Une section de déshydratation.


 Une section de régénération.
II.2.1.Section de déshydratation :

Contient trois équipements principaux :

 Ballon d’entrée MV-1403-A7.


 Contacteur MV-1403-A1.
 Ballon de sortie V-1403A.
Ballon d’entée : permet d’éliminer tous les liquides présents dans le gaz humide à
déshydrater.

Contacteur : est un ballon vertical composé de 14 plateaux à calottes. Ces plateaux sont
conçus pour permettent un contact intime entre le gaz et le glycol.

Ballon de sortie : est conçu pour retenir le TEG sous forme de mousse ou liquide ayant été
entrainé par le gaz sec quittant le contacteur. Le TEG récupéré est admis vers la section de
régénération.

Figure. I.02 : Train B de l’unité TEG

4|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

Figure. I.02: Unité de TEG (Traitement de gaz) par 4 trains

II.2.1.1.Fonctionnement de la section de déshydratation :

Le gaz humide venant du MP Booster et HP séparateur entre dans le ballon d’entrée


MV-1403-A7.Les liquides tombent au fond du ballon ou ils sont envoyés vers CPF.

Le gaz quitte le ballon d’entrée MV-1403-A7 vers le contacteur ou il est introduit à une
température de 38 °C et une pression de 31 bars.

5|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

Le gaz monte vers le haut du contacteur, il traverse les plateaux ou il est mis en contact
intime avec le TEG pauvre venant de la tête de contacteur, le TEG absorbe l’eau contenue
Dans le gaz et descend vers le fond. Il doit être régénéré pour enlever l’eau et les
hydrocarbures qu’il a absorbés.
Le gaz sec quitte le ballon de sortie pour alimenter le collecteur d’aspiration des
turbocompresseurs.
Le TEG récupéré au fond à 50 °C et 30 bars est admis dans le séparateur de flash MV-
1403.
Le gaz sec sort en tête du contacteur, il est ensuite introduit dans le ballon de sortie
V-1403A ou il est débarrassé des gouttelettes de TEG qu’il a pu entrainer.
II.2.1.2. Principaux paramètres :

Les principaux paramètres auxquels il faut faire attention sont :

 La différence de température entre le gaz humide entrant vers le milieu du contacteur


et le TEG pauvre entrant par le haut du contacteur : Cette différence de température
doit être maintenue aux environs de 5,5 °C. Comme la température du gaz humide
entrant n’est pas contrôlable, cette différence de température est maintenue en agissant
sur la température du glycol entrant par le haut du contacteur. Avant d’entrer dans le
contacteur le TEG est refroidi dans un aéro-réfrigérant, c’est en agissant sur le registre
d’air de cet aéro-réfrigérant qu’on contrôle la température du TEG.
Si le TEG est plus froid que le gaz ou la différence de température est faible, alors les
fractions lourdes du gaz se condensent dans les plateaux ou se fait le contact TEG-
GAZ .Avec le barbotage qui a lieu dans les plateaux, il se forme alors de la mousse de
TEG qui empêche le bon fonctionnement du déshydrateur. La mousse de TEG est
difficile à enlever et elle perturbe le bon fonctionnement de la déshydratation.
 Les liquides d’hydrocarbures qui s’accumulent au-dessus du TEG au fond du
contacteur ; ces liquides doivent être purgés fréquemment, sinon leurs niveaux
montent au-dessus du TEG et peut atteindre des proportions importantes.
 La pression différentielle à travers les 14 plateaux est aussi un paramètre à surveiller
c'est-à-dire une grande ∆P signifie présence de mousse de TEG.

6|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

II.2.2. Section De régénération :

Elle est composée :

 D’un ballon de flash MV-1403-A5.


 D’un système de filtration du TEG comprenant deux filtres : l’un à cartouche
MS-1401-A1 et l’autre à charbon actif MSS-1403-A2.
 De deux échangeurs de chaleur MX-1403-A1 et MX-1403-A2.
 D’un rebouilleur de glycol MH-1403 sur lequel est montée une colonne de distillation
à garnissage MV-1403-A2 et une colonne d’extraction MV-1403A4.
 D’un réservoir tampon de TEG MV-1403-A3.
 De deux pompes volumétriques MP-1403-A/B.
 D’un aéro-réfrigérant de glycol pauvre MX-1403-A3.
 D’un ballon de torche V2508.
 De deux pompes de reprise du ballon de torche P2508-A/B.
Ballon de flash : sert à éliminer les hydrocarbures que le TEG a pu absorber dans le
contacteur pendant la phase de déshydratation.

Système de filtration : permet d’éliminer toute trace de corps étrangers que le TEG a pu
entrainer, le filtre à cartouche élimine les corps solides, le filtre à charbon élimine les
contaminants tels que les huiles, la graisse.

Deux échangeurs de chaleur : en série permettent d’une part :

 De préchauffer le TEG avant qu’il entre dans le rebouilleur.


 De refroidir un peu le TEG avant qu’il entre dans le ballon tampon de TEG.
Rebouilleur de TEG : est formé de rebouilleur proprement dit, d’une colonne de distillation
montée en tête du rebouilleur et d’une colonne d’extraction montée sur le côté du rebouilleur.

Ballon tampon de TEG : sert comme capacité de stockage de TEG.

Pompes volumétriques : recyclent le TEG vers le contacteur, elles aspirent du ballon tampon
et refoulent vers le contacteur en passant par l’aéro-réfrigérant de TEG.

Aéro-réfrigérant de TEG : refroidit le TEG avant son admission dans le contacteur.

7|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

II.2.2.1. Fonctionnement de la section de régénération du TEG :

Le glycol riche contenant l’eau absorbée du gaz, s’écoule du fond du contacteur, est envoyé
vers le séparateur de flash, une partie est admise dans le condenseur à reflux de la colonne de
distillation de glycol (situé au sommet), cette quantité est contrôlée par une vanne de
régulation (débit/température).

La vapeur d’eau contenant une quantité minimale de glycol et d’hydrocarbures dissous


s’écoulent vers le ballon de torche.

Le courant de glycol riche quitte le condenseur de la colonne de distillation et s’écoule vers


le séparateur de flash de glycol à une température de 77 °C et une pression de 5 bars.

De ce dernier le TEG est envoyé vers les filtres pour passer ensuite à travers deux
échangeurs de chaleur placés en série permettant son préchauffage de 50 °C à 120 °C par le
TEG pauvre prévenant de la colonne d’extraction qui sera refroidit de 180 °C à 60 °C avant
de s’écouler vers la colonne de distillation au-dessus du rebouilleur.

Le glycol chaud sort du rebouilleur à une température de 204 °C et pression de 1 atm par
débordement dans la colonne d’extraction qui est fixée au rebouilleur.

Le gaz d’extraction chaud et sec est introduit par le fond de cette colonne afin de réduire la
teneur en eau résiduelle du glycol pauvre.

Le TEG chaud quittant la colonne d’extraction est refroidit dans les deux échangeurs va
s’écouler ensuite vers le réservoir tampon de glycol.

II.2.2.2.Paramètres de fonctionnement de la section de régénération :

 Temperature du rebouilleur : 204 °C


 Débit de glycol et teneur en eau à la sortie de l’absorbeur.
 Utilisation du gaz de stripping.

8|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

Figure (I.04) : Procédé de déshydratation de gaz par TEG

9|Page
CHAPITRE I PRESENTATION DU CHAMP ET DESCRIPTION DE L’UNITE

II.2.2.3. Problèmes de l’unité :

Le gaz de REB est traité par l’injection du TEG pour obtenir un taux d’humidité d’environ
5,7 Lb/MMscf pour l’été et 3,5 Lb/MMscf pour l’hiver.

L’installation de déshydratation du gaz utilise l’absorption de l’eau par le Tri éthylène


Glycol (TEG) suivant un cycle fermé et la régénération continue de ce produit absorbant par
des phases successives (colonne de distillation, ballon de séparation, rebouilleur et stripeur)
pour améliorer la concentration de TEG.

 Variation du débit de gaz injecté et sa teneur en eau en fonction de température et la


pression, ce qui influe sur le débit de TEG injecté.
 La concentration de TEG injecté donnée par le constructeur est de 99,7%, mais à
cause de la mauvaise régénération de TEG, elle n’atteint pas cette valeur optimale et
cela aussi influe sur le débit de TEG injecté pour obtenir un taux d’humidité optimal
dans le gaz sec.
 Les paramètres de fonctionnement de l’unité de déshydratation et de régénération
influent sur TEG
Notre but est de sélectionné les paramètres de fonctionnement de l’unité de Rhourde El-
Baguel (REB) en vue de minimiser les pertes de Tri-éthylène glycol(TEG) :

Pour cela il faut vérifier au maximum les paramètres de fonctionnement c'est-à-dire ;

 Minimiser la consommation du glycol pour sélectionné les bons paramètres de


fonctionnement tels que le débit, la température, la pression.

10 | P a g e
CHAPITRE2
LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION
DU GAZ
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.1. Les hydrates et conditions de leur formation:

II.1.1. Définition

Les clathrates de gaz, appelés couramment hydrates, sont des solides cristallins non
stœchiométriques, qui se forment à partir d’eau et de gaz. Ils se forment sous certaines conditions
de pression et de température, dans les conduites de transport d’hydrocarbures qu’ils finissent par
s’obturer totalement. Le bouchage des équipements pétroliers entraîne pour les exploitants un
surcoût considérable, lie à l’arrêt de la production, à la réparation ou au remplacement d’une
pièce cassée, ou à la mise en place d’une procédure de destruction des bouchons d’hydrate. Outre
cet aspect économique, les hydrates posent des problèmes de sécurité lies à leur instabilité, et à la
quantité de gaz qu’ils renferment dans un volume restreint. C’est pourquoi la connaissance des
conditions de la formation des hydrates de gaz est devenue un enjeu majeur de l’industrie
pétrolière, et le sujet de recherches abondantes. [3]

Figure. II.01 : Méthane clathrates

Les hydrates de gaz se forment à des températures supérieures à 0°C et à des pressions
relativement élevées. Leur apparition peut causer le bouchage des conduites.

Figure. II.02 : Hydrate sorti d'une gare racleur

11 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.1.2. La formation d’hydrate :

1. présence d’eau dans le gaz naturel

2. les Basses températures

3. les haute Pression

Les autre paramètres qui favorises la formation d’hydrates, mais qui sont d’ordre moins
important sont :

• L’augmentation de la turbulence de l’écoulement, tels que la vitesse d’écoulement élevée,


pulsation de pression et toutes type d’agitation.

• La présence des fines particules jouant le rôle de germes de cristallisation tels que microcristaux
d’hydrates et particules solides (poussières, oxydes de corrosion) « jouent un rôle catalytique
dans la réaction de formation ». [4]

II.2. Conditions de formation des hydrates :

Plusieurs facteurs influencent la formation des hydrates mais deux conditions essentielles
doivent être réunies pour l’apparition des hydrates:

 La pression et la température du gaz doivent être adéquates (T S < TFH et PS > PFH)
Où:
TS, PS : Température et pression de service.
TFH, PFH : Température et pression de formation des hydrates.
 les conditions opératoires sont telles qu’on se situe au niveau ou au-dessous du point de
rosée eau du gaz considéré.

La formation des hydrates ne sera plus possible si un des trois éléments nécessaires à cette
formation est altéré.

 TS < TFH

 PS > PFH

 Présence d’eau liber

12 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

Figure. II.03 : Conditions de formation des hydrates

II.3. Prévention des hydrates :

La formation des hydrates peut être évitée en opérant en dehors des conditions
thermodynamiques de formation. Celle-ci peut être réalisée en augmentant la température à une
pression donnée ou en baissant la pression à une température donnée. Si cela est impossible, il
est nécessaire pour éviter la formation des hydrates soit de réduire la teneur en eau du gaz par
opération de séchage soit d’utiliser des inhibiteurs.

II.3.1. Chauffage :

Un chauffage momentané peut être également utilisé pour éliminer les bouchons d’hydrates.
Cette opération nécessite de nombreuses précautions.

13 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.3.2. Réduction de pression :

Toutefois, une détente du gaz s’accompagne généralement d’une baisse de température qui va
à l’encontre de l’effet recherché (sortir du domaine de formation des hydrates).

II.3.3. Utilisation des inhibiteurs :

II.3.3.1. Sels :

Les électrolytes constituent des inhibiteurs très efficaces. Les sels en solution agissent par
attraction des dipôles formés par les molécules d’eau ; les molécules d’eau tendent à s’associer
avec les ions en solution, plutôt qu’à former un réseau autour des molécules de gaz en solution.
Pour la même raison, la solubilité du gaz dans l’eau diminue.

Les sels les plus efficaces comme inhibiteurs dépendent des cations suivants :

Al3+ > Mg2+> Ca2+ > Na+> K+

Le chlorure de calcium est fréquemment choisi en raison de son efficacité et de son faible coût,
par contre en raison des risques de corrosion et dépôt, ses sels ne sont que peu utilisés en pratique
comme inhibiteurs.

II.3.3.2. Alcools :

Les alcools notamment les glycols et le méthanol, sont très largement utilisés comme
inhibiteurs.

Parmi les glycols, le tri éthylène glycol est celui qui se prête le mieux à l’inhibition des
hydrates, en raison de sa masse moléculaire plus faible.

L’emploi de tri éthylène glycol peut toutefois se justifier lorsqu’il s’agit de réduire les pertes de
solvant dans le gaz. Il est plus efficace à une concentration massique fixée à 99,7 %. Le méthanol
est peu visqueux et n’est pas corrosif, par contre, sa forte TVR entraine des pertes importantes en
phase gazeuse, de plus la régénération par distillation du méthanol est relativement coûteuse, et
de ce fait, le méthanol est souvent consommé en permanence sans être récupéré.

14 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.3.3.3. Autres inhibiteurs :

L’ammoniac est l’un des inhibiteurs les plus efficaces, mais il est corrosif, toxique et forme
avec le dioxyde de carbone en présence d’eau, des carbonates qui risquent de constituer un dépôt
solide. En outre, sa tension de vapeur est élevée et il est difficile à récupérer.

II.4. Définition de la déshydratation du gaz :

Elle est réalisée afin d’éliminer l’eau se trouvant à l’état vapeur dans le gaz et pouvant subir un
changement de phase avec le changement de la pression ou la température.
Pour cela, on injecte un produit chimique ayant le pouvoir d’absorber l’eau .Dans notre cas, ce
produit est le tri éthylène Glycol.

II.5. Pourquoi déshydrater le gaz naturel ?

 Risque de corrosion des pipes (surtout en présence de gaz acide)


 Risque de formation des hydrates
 Écoulement diphasique et augmentation de la perte de charge.
 Risque de solidification dans les procédés cryogéniques.
 Diminution du pouvoir calorifique du gaz.

II.6. Méthodes de Déshydratation du gaz naturel

II.6.1. Déshydratation par absorption :

II.6.1. Processus de l'absorption:

La déshydratation de Glycol est un processus d’élimination de l'eau du gaz naturel à l'aide


du Glycol. C'est le moyen plus économique et commun d'élimination de l'eau de gaz. Il existe
plusieurs types de glycol utilisés dans l'industrie, mais les plus couramment et largement utilisé
est le tri-éthylène glycol.

Pour le processus, pure tri-éthylène glycol est alimenté vers le haut de l'absorbeur où il est
en contact avec le flux de gaz naturel humide. Le glycol élimine l'eau du gaz naturel par
absorption physique et effectué par le bas de la colonne. Le gaz naturel sec quitte le haut de la
colonne d'absorption et alimenté à un système de canalisation ou à une usine de gaz. Après avoir

15 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

quitté l'absorbeur, le glycol riche est alimenté à un flash récipient où les vapeurs d'hydrocarbures
sont éliminés et les hydrocarbures liquides sont écrémés de glycol. Cette étape est nécessaire car
l'absorbeur est habituellement exploité à haute pression et la pression doit être réduite avant
l'étape de régénération. En raison de la composition du glycol riche, une phase vapeur est formée
lorsque la pression est abaissée ayant une teneur élevée d’hydrocarbures. [5]

II.6.1.2. Déshydratation par le tri éthylène glycol (TEG) :

La sélectivité de l’absorption est basée sur la polarité des solutés lorsque plus d’un constituant
peut avoir une affinité avec le TEG en présence de l’eau.

Lorsque l’eau est absorbée par le TEG, elle est en phase liquide. Donc une énergie est dégagée
dans le milieu de contact. Cette énergie est l’énergie de condensation de l’eau absorbée et de cela
vient la réaction exothermique de l’absorption. Cette énergie est généralement si faible qu’elle a
un effet insignifiant sur la température du fluide. Cependant cette énergie doit être réintroduite
dans le système pendant la désorption (régénération) de l’absorbant et doit être dans ce cas
considéré comme une quantité d’énergie nécessaire.

L’absorption est réversible c'est-à-dire que le corps absorbé peut être désobéi. On l’élimine
l’absorption en modifiant les conditions opératoires :

 Soit par augmentation de la température de l’absorbant.


 Soit par diminution de la pression partielle de l’absorbât.

Tableau II.01 : Relation entre l’affinité du TEG (absorption) avec la polarité de certains
composants.

L’eau H2 O
Absorption L’ammoniac NH3 Polarité
Le méthanol CH3OH
Le dioxyde de soufre SO2
L’acide de soufre H2 S
Les alcynes C2H2n-2
Le dioxyde de carbone CO2

16 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

Dans ce tableau on remarque que l’eau a une importante polarité, et cette dernière donne une
plus grande affinité avec le TEG que les autres composés.

II.6.1.3. Influence des paramètres sur l’absorption :

II.6.1.3.1. Température :

La capacité d’absorption décroit avec la température élevée, autrement dit la capacité


d’absorption est inversement proportionnelle à la température.

L’absorption est un phénomène exothermique. Le dégagement de la chaleur engendrée a pour


conséquence de réduire la capacité utile d’absorption. Ce pendant le TEG est beaucoup moins
affecté par ce phénomène que les autres absorbants.

II.6.1.3.2. Pression :

Une augmentation de pression globale du système gazeux entraine un accroissement de la


capacité d’absorption. Il y a peu d’affinité de l’eau pour les hydrocarbures. Leurs associations
sont nombreuses au cours de l’exploitation des gisements, et ces associations conduisent à la
formation de deux phases selon la pression et température. La solubilité de l’eau dans les
hydrocarbures liquides est faible. Parallèlement, les hydrocarbures gazeux sont aussi solubles
dans l’eau.

II.6.1.3.3. Vitesse :

La vitesse de passage ne doit pas être grande afin de ne pas conduire à des hauteurs des
colonnes de contact trop élevée (augmentation du nombre de plateaux), elle ne doit pas être trop
basse, mais être suffisante pour assurer une bonne répartition du fluide aussi uniforme que
possible sur toute la section droite du plateau.

II.3.1.3.4. Concentration de l’absorbant :

La capacité d’absorption croit avec la concentration de l’absorbant.

17 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.3.1.3.5. Impuretés :

Certaines molécules organiques présentes dans le fluide à traiter peuvent être des poisons pour
le TEG. Les impuretés absorbées réduisent l’efficacité et la performance de l’absorbant ainsi que
sa durée de vie.

II.3.1.4. Les propriétés du solvant :

Les propriétés recherchées pour le solvant sont les suivantes :

 Grande affinité pour l’eau.


 Caractère non corrosif.
 Stabilité à l’égard des hydrocarbures.
 Stabilité thermique.
 Régénération facile.
 Viscosité réduite.
 Faible tension de vapeur.
 Solubilité dans les hydrocarbures réduite.
 Faible tendance au moussage.

II.3.1.5. Types d’absorbants :

 Mono éthylène glycol (MEG) C2H6O2.


 Di éthylène glycol (DEG) C4H10O3.
 Tri éthylène glycol (TEG) C6H14O4.
 Méthanol CH3OH.
 Ammoniac NH3.

II.3.1.6. Pourquoi le glycol ?

Le choix de la solution de glycol est lié directement à son hygroscopicité « sa tendance à


absorber l’eau », qui dépend de sa concentration. La vapeur d’eau est absorbée par la solution
glycol, et cette absorption est réalisée dans le cas où la pression partielle de la vapeur d’eau dans
le gaz en contact avec cette solution est supérieure à celle de l’eau dans la solution.

18 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

La compatibilité moléculaire du solvant et de soluté (glycol-eau) joue également un rôle


important pour la détermination de l’hygroscopicité. En général, la grande attraction moléculaire
entre le solvant et le soluté ; le glycol avec leurs ethos et leur groupes d’hydroxydes ont une
forme intermoléculaire similaire avec l’eau, et par conséquent, ils ont une haute affinité pour
l’eau hautement associée avec les liaisons hydrogène. [6]. [7]

Le mono éthylène glycol (MEG), di éthylène glycol (DEG) et le tri éthylène glycol (TEG)
sont les principaux produits utilisés pour la déshydratation du gaz naturel. Les facteurs qui ont
amenés à leurs emplois sont leurs excellentes stabilités à la chaleur ainsi que leurs basses tensions
de vapeur. Les glycols présentent l’avantage de pouvoir être facilement récupérés en phase
liquide, régénérée par distillation et recyclée. [8]

Le choix du glycol approprié à ce procédé se pose sur le tri éthylène glycol, en premier parce
que les glycols les plus lourds sont les plus hygroscopiques, et en second le TEG présente le
meilleur compromis coût-performances et il est très souvent utilisé.

II.3.1.6.1. Les différents types de glycol :

La forme générale des glycols est : (C2H4O) n HOH.

Il existe plusieurs types de glycol :

 Mono ethylene glycol (MEG): HO-CH2-CH2-OH.

 Di éthylène glycol (DEG) : CH2-CH2-OH


O
CH2-CH2-OH

 Tri éthylène glycol (TEG) :


CH2O-CH2-CH2-OH

CH2O-CH2-CH2-OH

19 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

 Tétra éthylène glycol (T4EG) :


CH2-CH2-O-CH2-CH2-OH
O

CH2-CH2-O-CH2-CH2-OH

II.3.1.6.2. Avantages et inconvénients des glycols :

Tableau. II.02 : Avantages et inconvénients des glycols

Dans la lumière de ces propriété il semble évidement que le tri éthylène glycol est le plus
adéquat pour les procédés de déshydratation du gaz par absorption, de part de sa inertie face aux
hydrocarbures, et d’autre part de sa viscosité qui ne change pas mêmes à des degrés de
températures élevés de régénération.

20 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

II.3.1.6.3. Propriétés physico-chimiques des glycols : [9] [10]

Tableau. II.03 : Propriétés physico-chimiques des glycols

Le point d'ébullition normal et la pression de vapeur à une influence dans la distillation. La


séparation entre l'eau et le Glycol est importante parce que le contenu de l'eau dans le Glycol
pauvre détermine la quantité d'eau que le Glycol peut retirer le gaz. Lorsque le TEG se
décompose il devient MEG et DEG, donc il n’influencera pas sur le processus de déshydratation,
seulement donnent une perte de glycol légèrement plus grande parce que MEG et DEG sont plus
volatile que le TEG. [9]

II.3.2. Déshydratation par adsorption :

Les procédés de séparation par l’adsorption emploient une phase pleine avec la grande
superficie, qui maintient sélectivement les composants à séparer.

Les adsorbants sont généralement caractérisés par une structure micro poreuse qui a les
moyens d’une surface spécifique très grande.

Des processus d’adsorption sont généralement appliqués quand une grande pureté est exigée
pour un gaz traité. Les adsorbants sont naturellement peu convenables pour la circulation
continue, due à des problèmes mécaniques et aussi en raison des risques de l’usure (érosion des

21 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

particules d’adsorbants, en raison du frottement et des collisions pendant le mouvement). C’est


pourquoi les adsorbants sont normalement utilisés dans les lits fixes avec l’ordonnancement
périodique.

Pendant l’étape d’adsorption, le gaz à traiter est envoyé sur le lit d’adsorbant qui maintient
sélectivement l’eau. Quand le lit est saturé, le gaz naturel chaud est envoyé pour régénérer
l’adsorbant. Après régénération et avant l’étape d’adsorption, le lit doit être refroidit. Ceci est
réalisé en passant à travers le gaz naturel froid. Après chauffage, le même gaz peut être employé
pour la régénération. Dans ces dernières conditions, quatre lits sont nécessaire dans la pratique,
deux lits fonctionnant simultanément pendant l’adsorption, un lit pour le refroidissement et un lit
en régénération.

II.3.2.1. Adsorbant :

II.3.2.1.1. Propriétés de l’adsorbant :

Un adsorbant doit avoir les propriétés suivantes :

 Capacité d’adsorption importante.


 Facilement régénéré.
 Cinétique d’adsorption rapide.
 Faible pertes de charge.
 Pas d’effet de dilatation de volume avec la température et la saturation.

II.3.2.1.2. Différents adsorbants :

Les adsorbants les plus utilisés sont les suivants :

 Alumine activée :

L’alumine activée permet d’atteindre des puretés élevées sur le gaz traité, la teneur en
eau résiduelle pouvant être de l’ordre de la ppm.

 Gel de silice (silicagel):


La teneur en eau dans le gaz traité par adsorption sur le gel de silice est d’environ de 10
ppm.

22 | P a g e
CHAPITRE II LES HYDRATES ET LA DESHYDRATATION DU GAZ

Séparer simultanément l’eau et la fraction condensat du gaz.


 Tamis moléculaire :
Les zéolithes utilisées sont des silico-aluminates dont la structure cristalline forme des
cavités constituant un réseau microporeux. Cette structure comporte des cations qui ont un
rôle de compensation de charge ; et selon leur nature, la taille des cavités d’accès varie.

II.3.2.2. Caractéristiques du procédé :

Les caractéristiques principales de l’adsorption en lit fixe sont les suivantes :

 La concentration en H2O dans le gaz doit être faible.


 Il est recommandé pour les grands débits de charge.
 Le pourcentage résiduel d’eau est très faible.
 Il nécessite un fonctionnement discontinu.
 La teneur en hydrocarbures lourds dans la charge doit être limitée.
 La présence de COS et CS2 est nuisible.
 L’adsorbant est un produit cher qui doit être remplacé tous les trois ans.

23 | P a g e
CHAPITRE 3
CALCUL ET VERIFICATION
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

I. Calcul des pertes de TEG :


On a comme donnée la consommation de TEG est considéré comme anormale au-delà de
1 lb TEG par 1 MMSCF du gaz traité.
(gallon= 3.7854 litres),(lb= 0,453592kg) , (1SCF= 0.02831685m³),
(MMSCF =Million standard cubic feet=1 SCF * 1000000)
Avec : la masse volumique de TEG est de Mv = 1122 Kg/ m³ = 9.363 lb/gal

Donc la consommation maximale de TEG = 0.106 gal/MMSCF

I.1. Détermination du volume totale maximale de TEG a consommé par train.


Tableau. III.01 : représenté le nombre de jours de fonctionnement de chaque train.

Trains N° total de jours Été(j) Hiver(j)


A 159 93 66
B 365 184 181
C 362 184 178
D 209 91 118

Le calcul des pertes se fait suivant la formule :


Perte X= Pertemax * Qgaz * Nj
Perte X : perte du train X en TEG en gal.
Pertemax = 0.106 gal/MMSCF.
Qgaz : quantité de gaz traité. En MMSCF/jour.
Nj : nombre de jour de fonctionnement.

A Train A :
Été ; Qgaz =160 MMSCF/Day. Nj = 93.
(Perte A) été = 1 577.28 (gal)
Hiver; Qgaz =170 MMSCF/Day. Nj = 66.
(Perte A) hiver = 1 189.32 (gal)
Les Pertes totales du train A sont donc: (Perte) été +(Perte) hiver.
(Perte A) = 2 766.6 gal/an

B Train B :
Été ; Qgaz =160 MMSCF/Day. Nj = 184.
(Perte B) été = 3 120.64 (gal)

24 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Hiver; Qgaz =170 MMSCF/Day. Nj = 181.


(Perte B) hiver = 3 261.62 (gal)
Les Pertes totales du train B sont donc: (Perte) été +(Perte) hiver.
(Perte B) = 6 323.20 gal/an
C Train C :
Été ; Qgaz =160 MMSCF/Day. Nj = 184.
(Perte C) été = 3 120.64 (gal)
Hiver; Qgaz =170 MMSCF/Day. Nj = 178.
(Perte C) hiver = 3 207.56 (gal)
Les Pertes totales du train C sont donc: (Perte) été +(Perte) hiver.
(Perte C) = 6 328.20 gal/an
D Train D :
Été ; Qgaz =160 MMSCF/Day. Nj = 91.
(Perte D) été = 1 543.36 (gal)
Hiver; Qgaz =170 MMSCF/Day. Nj = 118.
(Perte D) hiver = 2 126.36 (gal)
Les Pertes totales du train D sont donc: (Perte) été +(Perte) hiver.
(Perte D) = 3 669.72 gal/an
I.2. Pertes totale et maximale de l’unité :
PT.MAX : pertes totale et maximale de TEG.
PT.MAX = Perte A+Perte B+Perte C+Perte D
PT.MAX = 19 146.78 gal/an
I.3. La surconsommation de TEG
L’appoint annuelle de TEG est pour l’année 2015 de :
App = 28 917.6 gal/ans
Donc la surconsommation est de :
Surconsommation= App - PT.MAX
Surconsommation= 9 770.82 gal/ans
II. Calcule des paramètres de fonctionnement de l’unité :
II.1. Données :
1. Débit du gaz actuel : Qgaz = 160/170 [MMSCF/Day] (été/hiver) par train.
2. La pression opératoire de la colonne d’absorption : P = 465 Psia.
3. La température du gaz à l’entrée de la colonne d’absorption :
T = 118/112 °F 48/44 °C (été/hiver).

25 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

4. La teneur on eau du gaz a la sortie de la colonne :


W0 = 5.7/3.5 [lb/MMSCF] (été/hiver).
Tableau. III.02 : La composition du gaz [11]

Eléments Pourcentage molaire (%)


Azote 4.01

Dioxyde de Carbone 3.20

Méthane 67.52

Ethane 13.93
Propane 7.60

i-Butane 0.68

n-Butane 1.82

i-Pentane 0.51

n-Pentane 0.30
Hexane 0.30

Heptane 0.13

Total 100

Densité 0.8057
Poids moléculaire (g/mol) 23.39

PCS (Kcal/m3) 11 065.57

II.2. Teneur en eau dans le gaz brut:


Un gaz en présence d’eau se charge de la phase vapeur jusqu'à atteindre l’équilibre gaz
vapeur d’eau, le gaz est alors saturé en vapeur d’eau.
Il existe des méthodes permettant le calcul de la quantité d’eau présente dans un gaz à
savoir :
 Utilisation de tableau Annexe 1.
 Utilisation de l’abaque Annexe 2.
 Utilisation de simulateur HYSYS.
II.2.1. Utilisation de tableau :
Pour une pression et une température bien déterminées le tableau donne la quantité d’eau dans
un MMSCF du gaz, Donc :

26 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Été : P = 465 Psia, T = 118,00 °F


On tire par interpolation du tableau :
(Qeau) été = 188.3 lb/MMSCF
Hiver: P = 465 Psia, T = 112 °F
On tire par interpolation du tableau :
(Qeau) hiver= 159.2 lb/MMSCF

II.2.2. Utilisation de l’abaque :


Les abaques sont établis expérimentalement par Standing Katz en 1941 [12], ils ne sont
valable que pour les gaz naturels riche en méthane pour les gaz naturels en forte concentration
en azote, gaz carbonique, hydrogène sulfuré, des corrections doivent être apportées aux
valeurs données par ces abaque. [13]
Spécifications :
 Faible proportion des hydrocarbures lourds (C5+).
 La fraction molaire de l’Azote inférieure à 10%.
 Faible proportion d’H2S et de CO2.
Été : P = 465 Psia, T = 118.004 °F
On tire en 1ère lecture de l’abaque : Qeau = 200 lb/MMSCF

Hiver : P = 465 Psia, T = 111.992 °F

On tire en 1ère lecture de l’abaque : Qeau = 170 lb/MMSCF

Puis nous effectuons une première correction du poids moléculaire


PM = 23.39 g/mole

Été : T = 118.004 °F
La lecture du facteur multiplicatif sur l’abaque donne K1 = 0.98
Hiver : T = 111.992 °F
La lecture du facteur multiplicatif sur l’abaque donne également K1 = 0.98
Puis nous effectuons une deuxième correction, cette fois ci par la salinité
La salinité du gaz est faible ; on prend une valeur constante, été comme hiver, du
facteur de correction de salinité :
K2 = 0.99
Donc la quantité d’eau finale est de : Qeau = Qeau * K1 * K2
Nous obtenons finalement :
Été : (Qeau) été = 194 lb/MMSCF
Hiver : (Qeau) hiver = 165 lb/MMSCF

27 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

II.2.3. Utilisation de simulateur HYSYS :


Pour des paramètres opératoires bien définis le simulateur peut donner la teneur en eau
dans le gaz. Avec une simple simulation on prend un Mixture en introduire une charge de gaz
et une vapeur d’eau puis on flashée le mélange dans un ballon de séparation, le gaz saturé en
eau sort au sommet du ballon et l’eau sort au fond du ballon, on détermine la teneur en eau du
gaz saturée.
Cette méthode donne les résultats suivants :
Été :
(Qeau) été = 201.75 lb/MMSCF
Hiver :
(Qeau) hiver= 164.8 lb/MMSCF

Aspen HYSYS est un outil complet de modélisation de processus utilisé par les plus grands
pétroliers et gaziers producteurs dans le monde, les raffineries et les sociétés d'ingénierie pour
la simulation des processus et l'optimisation des processus dans la conception et l'exploitation.

GAZ SATUREE

GAZ

GAZ HUMIDE

VAPEUR EAU

MIX

H2O

Figure. III.01 : Modèle de simulation de déshydratation par HYSYS

28 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Nous remarquons que tous les résultats sont proches avec les trois méthodes.

Été Hiver
Tableau 188.3 159.2
Abaque 194 165
Hysys 201.75 164.8

 L’utilisation du tableau n’est pas très recommandée par ce qu’elle ne tient pas compte
de l’influence du poids moléculaire du gaz et de la salinité de l’eau et dans ce tableau
on ne peut pas avoir toutes les valeurs précises de pression et de température.
 L’utilisation de la méthode de l’Abaque (nécessitant une bonne lecture) a donné de
bons résultats; c’est pourquoi elle est la plus utilisée pour le gaz naturel.
 La méthode de simulateur donne des résultats précis mais est plus lourde que le travail
sur abaque.

Pour notre calcul, nous prendrons désormais comme référence les résultats de
l’Abaque.
II.2.5. Détermination de la température de rosée :
Elle est obtenue à partir de la teneur en eau du gaz naturel.
Été :
P = 465 psia ; W0 = 5.7 lb/ MMSCF
D’après l’Abaque (Annexe 2), la température de rosée est : Tr = 11,67 F°
*Le point de rosée à considérer :
En prenant une marge de sécurité de -15°F
Trs = 11-15 F°
(Trs) été = -4°F /
Hiver :
P = 465 psia ; W0 = 3.5 lb/ MMSCF; la température de rosée Tr = -4°F
*Le point de rosée à considérer :
Trs = -4 -15 = -18,99 °F
(Trs) hiver = -19°F
II.2.6. Détermination de la concentration en TEG :
Pour atteindre le point de rosée du gaz à la sortie de l’absorbeur, la concentration
minimale en TEG doit être :
Été : la Température de contact est de : T = 118°F ; Trs = -4 °F
D’après l’Abaque (Annexe 3), la pureté doit être : TEG% = 99.75 %
(TEG) été = 99.75 %
Hiver : la Température de contact est de : T = 112°F ; Trs = -19 °F

29 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

D’après l’Abaque (Annexe 3), la pureté doit être : TEG% = 99.85 %

(TEG) hiver = 99.85 %

II.2.7 Choix de la température de rebouilleur :


D’après l’Abaque (Annexe -4-), nous avons:

Été : TEG% = 99.75 %  (Treb) été = 512,01 °F


Hiver: TEG% = 99.85 %  (Treb) hiver = 525 °F

Ces deux températures sont en dehors de l’intervalle de températures du rebouilleur et


lorsque on travail a des températures supérieur à 404°F il ya possibilité de décomposition
du TEG.

La température de rebouilleur est limitée à 400°F, ce qui limite la pureté de TEG à


98.7%.
Lorsque la concentration exigée de TEG est dépassé 99.1% le stripping gaz est
recommandé.
Une pureté plus poussée peut être obtenue par l’injection d’un gaz sec (stripping gaz)
ou par diminution de la pression de fonctionnement du rebouilleur.
A pression atmosphérique avec la température du rebouilleur le gaz de stripping peut
absorber jusqu'à 100 lb d’eau /MMSCF gaz de stripping.
Notre installation est équipée par une colonne de stripping Donc on prend une
température de rebouilleur dans l’intervalle [350 : 400], Treb = 390°F correspondant a une
pureté de 98.5% de TEG et on utilise la colonne de stripping gaz.

30 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Tableau.III.03: propriétés physiques sélectionnés glycols et méthanol [14]

Propriétés physiques (1) Monoethylene Diethylene Triethylene Tetraethylene


Glycol Glycol Glycol Glycol
MEG DEG TEG TETRA EG
Formule C2H6O2 C4H10O4 C6H14O4 C8H18O5
Numéro CAS 107-21-1 111-46-6 112-27-6 112-60-7
Poids moléculaire g / mol 62 106.12 150 194.2
Point d' ébullition à@ 760 197 (387) 245 (473) 288 (550) 329 (625)
mm Hg, °C (°F) Décomposes
Pression de vapeur à20°C 0.06 0.002 <0.01 <0.01
(68°F) mm
Densité (g/cc) @ 20°C 1.115 1.118 1.125 1.124
(68°F)
Densité, (g/cc) @ 60°C 1.085 1.087 1.093 1.096
(140°F) 1.096
Livres par gallon@ 25°C 9.26 9.27 9.35 9.37
(77°F)
Point de congélation, °C -13.4 (7.9) -9.0 (16) -4.3 (24) -4 (25)
(°F)
Point d'écoulement, °C (°F) <-59 (<-75) -54 (-65) -58 (-73) -41 (-42)
Viscosité, cP @ 25°C (68°F) 16.9 35.7 49.0 58.3
Viscosité, cP @ 60°C 5.2 7.3 10.3 11.4
(140°F)
Tension superficielle, 48 44.8 45.5 44.0
dynes/cm @ 25°C (77°F)
Indice de réfraction@ 20°C 1.430 1.447 1.455 1.459
(68°F)
Chauffer à@ 25°C (77°F) 0.58 0.55 0.52 0.52
Btu/lb/°F
Point d'éclair °C (°F) 116 (241) (2) 154 177 (350) (2) 202 (395) (2)
(310) (2)
Moment dipôle en Debyes 2.28 2.69 2.99 3.25
Coefficient de dilatationx 6.5 6.6 7.2 7.3
104 (0-60°C)
Conductibilité thermique, 0.1490 0.1175 0.1133 0.1106
Btu hr-1 ft-1 °F-1 25°C
(77°F)

31 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

II.2.8. Détermination le débit de gaz de stripping :


En utilise l’Abaque (Annexe 5).
On a un garnissage équivalent au nombre de plateaux : Nplateaux = 7
Été : TEG% = 99.75 %  (Qstri gaz) été = 2.3 SCF/gal
Hiver : TEG% = 99.85 %  (Qstri gaz) hiver= 3.66 SCF/gal

II.2.9. Détermination du débit de circulation de TEG :


La chaleur cédée par le rebouilleur est directement proportionnelle avec Le débit de
circulation de TEG ; C'est-à-dire l’augmentation de débit de circulation cause une chute de
température dans le rebouilleur et pour maintenir une température fixe dans le rebouilleur,
nous devons augmenter la quantité de chaleur cédée.
Toute perturbation de la température de rébouillage engendre d’une perturbation de la
pureté de TEG et influent sur le rendement de l’Absorbeur.

II.2.9.1. Détermination de la quantité d’eau enlevée :


Wi : teneur en eau du gaz humide
W0 : teneur en eau du gaz traité
ΔW : teneur en enlevée
Été : ΔWété = Wi – W0 = 194.04 – 5.7 = 188.34 lbeau_enlevé/MMSCF
Hiver : ΔWhiver = Wi – W0 = 164.934 – 5.7 = 161.43 lbeau_enlevé/MMSCF
II.2.9.2. Détermination du rendement du contacteur :
W 188.34
Le rendement : Rété= Wi = 194.04 = 0.970
Rété = 0.970
W 161.43
Le rendement : Rhiver = Wi = 164.93 = 0.978
Rhiver = 0.978
On Utilise l’abaque (Annexe 6) pour déterminé le débit de circulation TEG :
Eté :
Rété = 0.97 et TEG% = 99.75%

(QTEG) été = 1.88 galTEG/lbeau_enlevée

En gal/min (GPM) : (QTEG) été = 39.918~40 GPM


Hiver :

32 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Rhiver = 0.978 et TEG% = 99.85%


(QTEG) hiver = 1.95 galTEG/lbeau_enlevé

En gal/min (GPM) : (QTEG) été = 37.97~38 GPM

II.2.10. Comparaison des paramètres de fonctionnement :


Tableau.III.04 : comparaison des paramètres de fonctionnement

Design Actuel Calcul


Paramètres Été Hiver Été Hiver Été Hiver
P [psia] 450 450 465 465 465 465
T [°F] 133 122 118 112 118 112
Qgaz [MMSCF/D] 215 230 160 170 160 170
W0 [lbH2Oenlevé/MMSCF] 5.7 3.5 5.7 3.5 5.7 3.5
TEG% [%] 99.81 99.81 ≥99.7 ≥99.7 99.75 99.85
Treb [°F] 388 388 410 410 390 390
Qstri.gaz [MMSCF/D] 0.605 0.605 0.017 0.017 0.13 0.22
QTEG [GPM] 72 72 11 11 40 38

D’après le tableau on a constaté que :


 Il ya une haute température au niveau de rebouilleur de 410°F pour le cas actuel qui
est supérieur à la température de décomposition de TEG.
 Un bas débit de circulation de TEG qui cause un sur chauffage de TEG au niveau de
rebouilleur et un entrainement de TEG avec le gaz traite au niveau de contacteur.
 Un débit de stripping gaz très faible qui explique la nécessité d’une grande
température de rébouillage.

Ces conditions de travail causent des pertes de glycol par Évaporation et par
Entrainement.Températures recommandées lors du fonctionnent d’un procédé de
déshydratation au TEG.

Tableau.III.05 : Températures recommandées lors du fonctionnent d’un procédé de


déshydratation au TEG [15]

33 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Lieu de processus PLAGE DE TEMPÉRATURE ( ° F)

gaz Inlet 80-100

Glycol dans l'absorbeur 5-15 plus chaud que le gaz


Glycol dans le
séparateur flash ou
100-150 ( préférer150 )
skimmer

Glycol en filtres
100-150 ( préférer150 )
Glycol dans still 300-350

210
Haut de still 190 avec le gaz de décapage
380-400(préférer380)
rebouilleur 350yields 98.5t% TEG
400yields 99.0wt% TEG

TEG pompe entrant <200(preférer180)

II.3. Le cout des pertes :


Le prix d’un gallon de TEG égale 848 [DA/gal] (service achat Rhoud El Buguel) donc :
Le coût de surconsommation est de :
Coût = 9 770.82 [gal/An] * 848 [DA/gal] = 8 285 655.36 [DA/An].

Coût annuel = 8 285 655.36 [DA/An]

34 | P a g e
CHAPITRE III CALCUL ET VERIFICATION

Le coût actuel est très élevé par rapport au coût calculé et son clair dans le surcoût .

Figure III.02 : Le cout des pertes de TEG pour l’année 2015


Conclusion :

Notre projet de fin d’études consistait à traiter le problème de l’optimisation des


paramètres de l’unité de déshydratation du gaz pour minimiser les pertes en TEG.

Pour cela nous avons fait des calculs qui nous ont permis d’aboutir à des solutions
adéquates qui se traduisent par un gain de 5.22 lb de TEG/h qui correspond à un bénéfice de
521,4 DA/h en utilisant une température de 89.6°F et une pression de 493 psia

35 | P a g e
CONCLUSION
GENERALE
Conclusion générale

Conclusion générale :.

Après cette étude on propose les recommandations suivantes :

Nous avons remarqué que selon la nature du gaz, on aura le phénomène de moussage. Ce
dernier est causé par la mauvaise séparation des lourds dans le ballon entrée MV 1403A7
quand le gaz est chargé de condensât. Le moussage du glycol est plus important, ce qui
implique une perte du TEG ; pour éliminer au maximum le condensât dans le gaz, il faut
maintenir la température de sortie gaz du MP Booster aussi minimale que possible (entre 31 et
34 °C), car on favorisera la récupération du condensât dans le ballon d’entrée de l’unité TEG.

Selon les recommandations du constructeur, la température différentielle entre glycol et


gaz dans le contacteur doit être supérieure à 5.5°C. Si cette condition de marche n’est pas
respectée au niveau du contacteur on aura le moussage.

L’unité de déshydratation est conçu pour traiter au maximum 230 MMscfD (270 000 sm3/h),
alors suite aux contraintes de process, il y a des unités qui ont traité jusqu'à 245 MMscfD (290
000 sm3/h), ce qui favorise la perte du glycol ; il faut donc faire fonctionner les unités du
TEG dans leur limite de capacité.

Le changement fréquent des filtres à cartouches engendre une certaine perte de TEG ; donc
résoudre le problème de colmatage des filtres à cartouche.

Une déviation des paramètres (pression, température) au niveau du ballon flash entraînera
le glycol dans la chambre du condensât puis purger vers torche ; Ajuster les paramètres du
fonctionnement du ballon flash. Ceci pour éviter des entraînements du glycol dans la chambre
du condensât. Afin de contrôler la nature du liquide, faire purger ce dernier manuellement.

Une surchauffe du glycol au niveau du rebouilleur favorise la dégradation du TEG ; pour


ajuster la température optimale de rabouillage, il faut faire un suivi des analyses des vapeurs
d’eau sortie colonne de distillation (teneur du glycol dans les vapeurs d’eau) ainsi que la
teneur d’eau dans le glycol régénéré et augmenter le débit de stripping gaz.

36| P a g e
REFERENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
Bibliographie

Bibliographie

[1] ZEMRI MOHAMED et BENCHEIKH YOUCEF " Réseau électrique du complexe


SONARCO " Mémoire de fin d’études d’ingéniorat électrotechnique, Faculté Des
Hydrocarbures et de la Chimie, Boumerdas 2009.

[2] BOUZENAD MOHAMED "Description du réseau électrique du REB" Mémoire de fin


de formation de BTS en automatisme, INSFP ORAN- 2007.

[3] MEHTA. A.P ET SLOAN E.D, Structure Hydrates: The state-of-the-art, Proceeding 2nd
International Conference on Natural Gaz Hydrate, p.1-9, Toulouse, France, 1996.

[4] GHODBANE. AEK, optimisation de la consommation du glycol au niveau de module.

[5] KHAIRUL RAFIK B ABDULLAH, gas dehydration process by using tri ethylene glycol
and silica gel, Bachelor of Chemical Engineering, (Gas Technology), Faculty of Chemical &
Natural Resources Engineering University Malaysia Pahang, APRIL 2009.

[6] Engineer’s data book, gas process suppliers association (GPSA), third revision, USA,
1977.

[7] Gas conditioning fact book, Dow chemical’s USA 1962.

[8] Manuel pour le Transport et la Distribution du gaz, tome IV, traitement du gaz naturel en
vue du Transport et de la Distribution, Association Technique de l'industrie du Gaz en (France
ATG, Paris), septembre 1987.

[9] A. Rojey ET, al; Natural Gas – Production, Processing, Transport; Ed Technip; 1997.

[10] Robert H. Perry and Don W. Green; Perry’s Chemical Engineers Handbook; 8th edition
Mc.GrawHill 2007.

[11] - Rapport de laboratoire -NAPHTOGAZ -HMD- (2001).

[12] The Dow Chemical Products Company, site www.dow.com.

[13] WICHERT. E et AZIZ. K, Calculate Z for sour gases, Hydrocarbon processing, p119-
126, May 1972.

[14] Site http://www.dow.com/ethyleneglycol/about/properties.htm

[15] Séminaire international sur le gaz naturel. Gas-Tech Abu Dhabi, January 2011.

37 | P a g e
ANNEXES
ANNEXES

Annexe -1-

38 | P a g e
ANNEXES

Annexe -2-

39 | P a g e
ANNEXES

Annexe -3-

40 | P a g e
ANNEXES

Annexe -4-

41 | P a g e
ANNEXES

Annexe -5-

42 | P a g e
ANNEXES

Annexe -6-

43 | P a g e
Résumé

La présence d’eau dans le gaz naturel entraine différentes problème pour les exploitations :
suivants les conditions de température et de pression qui règnent dans une installation, la vapeur
d’eau peut se condenser et provoqué la formation d’hydrates. Pour éviter ces phénomènes, il est
nécessaire de réduire la teneur en eau de gaz naturel au moyen des techniques de traitement
appropriées.

Dans notre étude la déshydratation de gaz naturel est réalisée par le procédé d’absorption, en
utiliser le tri éthyle glycol (TEG) comme solvant d’extraction de l’eau. Cette dernière provoqué
les pertes de TEG par l’évaporation dans l’unité de déshydratation, donc il faut chercher des
nouveaux paramètres pour réduire les pertes de tri éthyle glycol (TEG)

. Mots clés : les hydrates, glycol, HYSYS, déshydratation.

Abstract

The presence of water in natural gas causes different problem for the exploitation: following
the conditions of temperature and pressure which reign in an installation, the steam can condense
and caused the formation of hydrates. To avoid these phenomena, it is necessary to reduce the water
rate content of natural gas by means of the suitable techniques of treatment.

In our study the natural gas dehydration is carried out by the process of absorption, by the use
of tri ethyl glycol (TEG) as a solvent of water extraction. This method causes the losses of TEG by
evaporation in the unit of dehydration; therefore it is necessary to follow optimal parameters to
minimize the losses of TEG.

Keywords: hydrates, glycol, HYSYS, déshydrations.

‫ملخص‬
‫فإن بخار الماء ٌحرص على‬, ‫ حسب شروط الحرارة و الضغط‬: ‫تواجد الماء فً الغاز الطبٌعً ٌشكل مختلف المشاكل فً االستغالل‬
.‫من اجل تفادي هذه الظواهر ٌجب التقلٌل من نسبة الماء فً الغاز الطبٌعً بتقنٌات المعالجة المناسبة‬, ‫تشكٌل الماءات‬

‫ هذه‬,‫فً دراستنا ٌتم تجفٌف الغاز الطبٌعً بطرٌقة االمتصاص من خالل استعمال ثالثً اٌثالن غلٌكول كمحلول استخالص الماء‬
.‫ إذن ٌجب احترام المقادٌر الفٌزٌائٌة من أجل التقلٌل من ضٌاع الغلٌكول‬,‫األخٌرة تسبب ضٌاع الغلٌكول بالتبخر فً وحدة التجفٌف‬

.‫ المجففات‬، ‫ هٌسٌس‬، ‫ ثنائً اٌثانول‬-1,2 ، ‫ ماءات‬: ‫الكلمات المفتاحية‬

VI | P a g e