Sie sind auf Seite 1von 57

MINSITERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

- UNION – DISCIPLINE – TRAVAIL


Direction de l’Enseignement Technique
Supérieur Privé

Ecole Supérieure de Technologies (EST)


Institut Supérieur de Formation
Professionnelle (ISFOP)

ISFOP Z4C
Filière :
GÉOLOGIE MINES PÉTROLE (GMP)

COURS DE GÉOLOGIE
GÉNÉRALE 2012-2013
Professeur : M. ASSOMA VINCENT Cours d'introduction en Sciences de la
Hydrogéologue - Master of Science, Sciences Terre et des Ressources Minières
et Gestion Environnement, Chargé de cours
GSM : 05 65 61 48 - assoma.vce@gmail.com Support de cours pour Etudiants

Etudiant 1AGMP/
Nom & prénoms : ……………………………………………………….……………………
Contacts : ………………… / Courriel :…………………………………………….
TABLE DES MATIERES
CHAPITRE 1. LA TERRE DANS LE SYSTEME SOLAIRE .......................................................................... 2
1.2. NOTRE GALAXIE : LA VOIE LACTEE....................................................................................................... 2
1.3. LE SYSTEME SOLAIRE ............................................................................................................................ 2
1.4. LA FORMATION DU SYSTEME SOLAIRE ............................................................................................... 5
1.4.1. CREATION DU SOLEIL .......................................................................................................................................... 5
1.4.2. FORMATION DES PLANETES ................................................................................................................................ 5
1.4.3. FIN OU EXTINCTION DU SOLEIL ............................................................................................................................ 6
1.5. FORMATION DE LA TERRE ET APPARITION DE LA VIE....................................................................... 6
1.6. CONCLUSION ............................................................................................................................................ 7
CHAPITRE 2. STRUCTURE, COMPOSITION CHIMIQUE ET MOUVEMENT DE LA TERRE ................... 8
2.1. INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 8
2.2. CARACTERISTIQUE PHYSIQUES DE LA TERRE ................................................................................... 8
2.3. LES ENVELOPES DE LA TERRE ............................................................................................................. 8
2.3.1. L’ATMOSPHERE.................................................................................................................................................... 9
2.3.2. L’HYDROSPHERE ............................................................................................................................................... 10
2.4. STRUCTURE DE LA TERRE ................................................................................................................... 11
2.5. ECHELLE DE MESURE EN SCIENCES DE LA TERRE......................................................................... 12
2.5.1. METHODES DE DATATION DES ROCHES ............................................................................................................ 12
2.5.2. ECHELLE DES TEMPS GEOLOGIQUES : ECHELLE STRATIGRAPHIQUE ............................................................... 13
2.6. COMPOSITION CHIMIQUE DE LA TERRE ............................................................................................ 14
2.6.1. LA COMPOSITION MINERALOGIQUE ET CHIMIQUE DES MATERIAUX ACCESSIBLES ............................................ 14
2.6.2. LA COMPOSITION MINERALOGIQUE ET CHIMIQUE DES MATERIAUX INACCESSIBLES ......................................... 16
2.6.3. PREUVE INDIRECTE DE LA COMPOSITION CHIMIQUE DE LA TERRE ................................................................... 16
2.7. ETUDE DES MOUVEMENTS INTERNES DE LA TERRE ...................................................................... 17
2.7.1. LA GRAVIMETRIE .......................................................................................................................................... 18
2.7.2. LE CHAMP MAGNETIQUE TERRESTRE .................................................................................................. 22
2.7.3. LE CHAMP THERMIQUE .............................................................................................................................. 24
CHAPITRE 3. LA TECTONIQUE DES PLAQUES ET DERIVE DES CONTINENTS ..................................... 25
INTRODUCTION ............................................................................................................................................. 25
3.1. LA TECTONIQUE DES PLAQUES .......................................................................................................... 25
3.1.1. DEFINITIONS ...................................................................................................................................................... 25
3.1.2. ORIGINE DES FRONTIERES ENTE LES PLAQUES TECTONIQUES ........................................................................ 26
3.2. LA DERIVE DES CONTINENTS .............................................................................................................. 30
3.2.1. DEFINITION ........................................................................................................................................................ 30
3.2.2. CONSEQUENCES DE LA DERIVE DES CONTINENTS : ......................................................................................... 32
CHAPITRE 4. LES SEISMES ..................................................................................................................... 33
4.1. DEFINITIONS ........................................................................................................................................... 33
4.2. ORIGINE ET CARACTERISTIQUES DES TREMBLEMENTS DE TERRE............................................. 33
4.3. LES ONDES SISMIQUES ........................................................................................................................ 34
4.4. MESURE D'UN TREMBLEMENT DE TERRE ......................................................................................... 35
4.5. LOCALISATION D'UN TREMBLEMENT DE TERRE A LA SURFACE DE LA TERRE .......................... 36
4.6. LES TREMBLEMENTS DE TERRE ET LA TECTONIQUE DES PLAQUES........................................... 37
4.7. PREVENTION CONTRE LES SEISMES ................................................................................................. 39
CHAPITRE 5. LES VOLCANS .................................................................................................................... 40
5.1. DEFINITION ............................................................................................................................................. 40
5.2. MECANISME DE L’ERUPTION VOLCANIQUE ....................................................................................... 40
5.3. LES DIFFERENTS VOLCANISMES ........................................................................................................ 40
5.4. LES PRODUITS DU VOLCANISME ........................................................................................................ 40
5.5. MESURE D’UNE ERUPTION VOLCANIQUE .......................................................................................... 41
5.6. REPARTITION DES VOLCANS ............................................................................................................... 42
5.7. LES CONSEQUENCES DU VOLCANISME ............................................................................................ 43
CHAPITRE 6. PROCESSUS DE DESTRUCTION DES ROCHES ............................................................ 44
6.1. INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 44
6.2. L’ALTERATION ........................................................................................................................................ 44
6.2.1. L’ALTERATION MECANIQUE OU PHYSIQUE ......................................................................................................... 44
6.2.2. L’ALTERATION CHIMIQUE ................................................................................................................................... 44
6.2.3. L’ALTERATION BIOLOGIQUE ............................................................................................................................... 45
6.3. EROSION ET TRANSPORT .................................................................................................................... 47
6.4. SEDIMENTATION ET DEPOT ................................................................................................................. 47
CHAPITRE 7. LES GRANDS ENSEMBLES DE ROCHES ........................................................................ 48
7.1. DEFINITIONS ........................................................................................................................................... 48
7.2. LES ROCHES IGNEES OU MAGMATIQUES ......................................................................................... 49
7.3. LES ROCHES EXOGENES ..................................................................................................................... 49
7.3.1. LES ROCHES SEDIMENTAIRES ........................................................................................................................... 50
7.3.2. LES ROCHES RESIDUELLES ............................................................................................................................... 50
7.4. LES ROCHES METAMORPHIQUES ....................................................................................................... 51
7.4.1. FACTEURS DE METAMORPHISME....................................................................................................................... 51
7.4.2. STRUCTURE DES ROCHES METAMORPHIQUES ................................................................................................. 51
7.4.3. MINERAUX DES ROCHES METAMORPHIQUES .................................................................................................... 52
7.4.4. DIFFERENTS TYPES DE METAMORPHISME ........................................................................................................ 52
7.4.5. SEQUENCES METAMORPHIQUES ....................................................................................................................... 53
CHAPITRE 8. LES GRANDS ENSEMBLES GEOLOGIQUES DE LA CÔTE D’IVOIRE ............................... 54
8.1. DEFINITION ............................................................................................................................................. 54
8.2. LE SOCLE CRISTALLIN DE LA CÔTE D’IVOIRE ................................................................................... 54
8.2.1. LE DOMAINE ARCHEEN ...................................................................................................................................... 54
8.2.2. LE DOMAINE PROTEROZOÏQUE .......................................................................................................................... 54
8.3. LE BASSIN SEDIMENTAIRE CÔTIER DE LA CÔTE D’IVOIRE ............................................................. 55

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -1- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 1. LA TERRE DANS LE SYSTEME SOLAIRE

1.1. DEFINITIONS
La Géologie, formée de deux mots grecs (géo = Terre et logos = Sciences) : c’est la science qui étudie la
terre dans sa composition, sa structure, son histoire et son évolution. La géologie est subdivisée en
plusieurs sciences dérivées et complémentaires que sont :
La cristallographie étudie l’agencement des minéraux constitués de corps solides, particulièrement ;
La minéralogie décrit les propriétés physiques et chimiques des minéraux constituant les roches ;
La pétrographie étudie l’association des minéraux constituants les roches, la genèse et le milieu de dépôt
de ces roches ;
La stratigraphie est l’étude des relations mutuelles des couches sédimentaires qui constituent une grande
partie de l’écorce terrestre ;
La paléontologie étudie les vestiges organiques enfouis dans les roches et permet de reconstituer l’histoire
et l’évolution de la vie sur la Terre ;
La tectonique s’intéresse aux déformations de l’écorce terrestre (les cassures, les plissements, …) ;
La géomorphologie décrit le visage actuel de la terre, les paysages et leur modelé ;
La géodynamique étudie les phénomènes géologiques actuels de surface ou affectant la croûte terrestre en
profondeur ;
La géologie appliquée s’intéresse à la recherche de substances énergétiques et minérales ou à des
travaux d’art. Il s’agit : de l’hydrologie, la géotechnique, la gîtologie et la métallogénie.
1.2. NOTRE GALAXIE : LA VOIE LACTEE
Les étoiles à travers l'Univers sont regroupées en amas d'étoiles nommés galaxies. La galaxie dans laquelle
se situe le système solaire est la Voie Lactée (figure 1). Elle a la forme d'un disque spirale d'un diamètre de
l'ordre de 100 000 a.l. (années-lumière) et contient pas moins de 220 milliards d'étoiles dont 8 000 sont
visibles à l'œil nu. Pour voir au-delà de notre galaxie, il faut avoir recours à des télescopes.
La Voie Lactée contient de nombreux nuages interstellaires, issus de nébuleuses. Ces nuages sont
composés d'atomes (de l'hydrogène aux atomes lourds), mais aussi de molécules à base de carbone,
d'hydrogène, d'oxygène et d'azote. Le soleil est une des 200 milliards d'étoiles qui peuplent notre galaxie.
C'est sa température externe, de 5 770°K (degrés kelvin) qui produit un rayonnement dans le jaune (la
température centrale n'est que de 16 millions de °K).

Figure 1.1 : la Voie Lactée


1.3. LE SYSTEME SOLAIRE
Le système solaire fait partie de la Voie lactée. Il est situé dans le bras d'Orion. Il se trouve proche de la
périphérie à environ 28 000 années-lumière du centre galactique, et à 50 al du plan équatorial. Il fait le tour
de la Galaxie en 250 millions d'années. Le système solaire aurait donc effectué entre 20 et 21 révolutions
galactiques depuis sa formation voici 4,55 milliards d’années. En même temps, il oscille de part et d'autre du
plan galactique avec une période de 66 millions d'années. Il traverse ce plan toutes les 33 millions d'années.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -2- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Selon la nouvelle définition de l'Union Astronomique Internationale (UAI), une planète est un corps céleste
qui est en orbite autour du Soleil, qui possède une masse suffisante pour que sa gravité l'emporte sur les
forces de cohésion du corps solide et le maintienne en équilibre hydrostatique (forme ronde), et qui a éliminé
tout corps se déplaçant sur une orbite proche.
Notre système solaire est constitué d'une étoile, le Soleil, et de huit planètes qui tournent autour de lui sur
des orbites quasi-circulaires. Certaines de ses planètes possèdent des satellites et des anneaux.
Le système solaire est un système planétaire composé de divers éléments (figure 2). Il se compose d’une
étoile, le Soleil et huit planètes (depuis 24 août 2011, selon UAI), mais aussi de nombreux autres objets
célestes tels que les planètes naines, les astéroïdes et les comètes :
Une étoile : le système solaire possède une seule étoile en son centre qui est le Soleil. C’est une énorme
boule de feu qui brûle de l'hydrogène à l'aide d'une réaction nucléaire. Il existe des systèmes qui possèdent
plusieurs étoiles comme les systèmes binaires, et ces étoiles peuvent brûler de l'hélium, de l'oxygène ou du
carbone ;
Les planètes du système solaire se distinguent par :
 des planètes telluriques (Mercure, Venus, la Terre, Mars) : ce sont les 4 planètes « rocheuses » les plus
petites et les plus denses qui sont proche du soleil.
 des planètes géantes ou gazeuses (Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune) : qui sont plus éloignées du
soleil. Elles sont très massives et très volumineuses mais peu dense. Leur atmosphère est constituée
d'hydrogène. Elles sont escortées par de nombreux satellites et sont toutes ceintes d'anneaux.
En dehors de cette classification, on distingue les planètes naines (figure 3). Cette catégorie a été décidée
lors de l'assemblée générale de l’UAI, réunie à Prague, le 24 août 2006. Dans cette catégorie se trouve :
Cérès, Pluton, Éris, Makemake et Haumea. L'ensemble des planètes gravite autour du Soleil, et la durée de
révolution de chacune augmente avec leur distance à celui-ci (88 jours pour Mercure, 248 ans pour Pluton)
(voir tableau 1). Les planètes gazeuses sont entourées par des anneaux (exemple Saturne), formés de
particules de poussières et de glace, de blocs rocheux placés en orbite équatoriale ;
Les astéroïdes : ce sont de blocs de roche comparables à une très petite taille pouvant rentrer en collision
avec une planète ou d’autres astéroïdes. Gravitant entre Mars et Jupiter, ce sont des milliers de débris
rocheux dont certains peuvent atteindre jusqu'à 1000 km de diamètre ;
Les comètes sont constituées d'un noyau de glace et de poussières cosmiques. Elles seraient rassemblées
dans un immense réservoir situé aux confins du système solaire. Parfois des perturbations, causées par des
étoiles proches, déséquilibrent ces noyaux qui quittent alors leur orbite et peut recouper celle des autres
planètes du système solaire. Dans le cas des poussières cosmiques, en s'approchant très près du Soleil
(périhélie), voient leur matière se sublimer (passage direct de l'état solide à l'état gazeux), ce qui entraîne
l'apparition d'un long panache appelé "queue" ;
Les Météorites sont des fragments se détachant lors de la collision entre astéroïdes et pouvant percuter sur
les planètes.
Les satellites sont des « corps célestes » naturels ou artificiels, en orbite autour d’une planète. La terre a
pour satellite la lune.

Figure 1.2 : Le système solaire et pluton


Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -3- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Figure 1.3 : Les planètes naines

Le tableau 2 présente les caractéristiques physiques et chimiques des éléments constitutifs du système
solaire.

Tableau 1 : Récapitulatif des caractéristiques des planètes du système solaire

Demi-grand Inclinaison Période Rayon /


Planètes Excentricité
axe (UA) (°) (années) Dimension (km)
Les 8 planètes du système solaire
Mercure 0,38710 0,205631 7,0049 0,2408 2 439
Vénus 0,72333 0,006773 3,3947 0,6152 6 052
Terre 1,0 0,016710 0,00000 1,0 6 378
Mars 1,52366 0,093412 1,8506 1,8808 3 397
Jupiter 5,20336 0,048393 1,3053 11,862 71 500
Saturne 9,53707 0,054151 2,4845 29,457 60 300
Uranus 19,1913 0,047168 0,7699 84,018 25 600
Neptune 30,0690 0,008586 1,7692 164,78 24 800
Les planètes naines
Cérès 2,7665 0,078375 10,5834 4,601 487
Pluton 39,4817 0,248808 17,1417 248,4 1 172
Haumea 43,2829 0,19089 28,2141 284,76 1960×1518×996
Makemake 45,64 0,15 29,00 308 750
Éris 68,1461 0,432439 43,7408 562,55 1 165

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -4- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Tableau 2. Principales caractéristiques physiques des éléments du système solaire

Soleil Mercure Vénus Terre Mars Jupiter Saturne Uranus Neptune Pluton Lune

Diamètre à
l'équateur 1400000 4878 12104 12756 6787 142984 120536 51118 49528 2280 3476
(km)

Densité
moyenne 1,4 5,45 5,25 5,52 3,94 1,33 0,69 1,27 1,64 2 3,33

Température
moy. ext. (°C) 6000 300 400 15 -50 - 150 - 180 - 200 - 245 - 220 - 20

Composition Hydrogène,
chimique Fer + Silicates Hélium + hydrogène Silicates
globale hélium

CO2, CO2,
N2, O2,
N2, N2, H2, He, CH4,
Atmosphère - - H2O,
Ar, CO2,
Ar, NH3
H2, He, CH4 ? -
H2O
Ar H2O

Nombre de
satellites - 0 0 1 2 16 21 15 8 1 -
connus

1.4. LA FORMATION DU SYSTEME SOLAIRE

1.4.1. Création du soleil


Notre soleil est né il y a 4,5 milliards d'années au sein d'une nébuleuse (amas stellaire ou gazeux dans
l’espace) interstellaire, baptisée nébuleuse protosolaire. Peut-être est-ce l'énorme onde de choc due à
l'explosion d'une supernova voisine qui a déclenché le phénomène.
Lorsque le nuage originel (du système solaire) commence à se comprimer, plusieurs étoiles naissent,
certaines se transforment rapidement en supernova (phénomène explosif qui se produit pendant la vie d’une
étoile). L'explosion qui en est liée favorise l'agglomération des poussières en éléments plus gros.
Le nuage s'aplatit en disque épais. Sa rotation entraîne la concentration des poussières et des agrégats près
de son centre, autour de l'axe de rotation. Le disque s'amincît et s'élargit. Les agrégats formés suivent une
orbite circulaire.
Les poussières, lors de leur agglomération dans un domaine proche du soleil, perdent les matières volatiles
(Hydrogène, Hélium,...). Au-delà de 750 millions de km du soleil, par contre, poussières et matières volatiles
coexistent.
La contraction de la matière continue, au centre du nuage originel, là où elle est le plus intense, la
température s'élève suffisamment pour permettre la synthèse d'hélium à partir de l'hydrogène, pour former
une boule de feu énorme : Ainsi est né le soleil.
1.4.2. Formation des planètes
Vraisemblablement, les planètes se sont formées au même moment. Elles résultent de l'agglomération
progressive du gaz et des grains de poussière peuplant la nébuleuse. Ainsi, tous les objets de notre système
solaire, planètes rocheuses, astéroïdes, grandes planètes gazeuses, comètes... sont issus, il y a 5 milliards
d'années, du même berceau : un gros nuage d'hydrogène. Pendant le demi-milliard d'années suivant sa
formation, le système solaire se présentait comme un disque gazeux aplati, en rotation, rempli de corps
gazeux et rocheux qui circulaient dans tous les sens. Certains se sont agglutinés, collés les uns aux autres.
Ainsi ont pris naissance des objets de plus en plus gros, jusqu'aux planètes.
En se formant, les objets se sont peu à peu différenciés les uns des autres. Leurs compositions chimiques
ont évolué en fonction de leur trajectoire, de leur distance au soleil, de leur masse, etc. La chaleur du soleil a
fait perdre aux planètes les plus proches du soleil (Mercure, Vénus, la Terre et Mars) leurs éléments légers
et gazeux : elles sont devenues de grosses boules de roche en fusion, et les éléments les plus lourds
comme le fer ou le nickel ont coulé au centre de ce liquide épais ; tandis que les éléments moins lourds,
comme le silicium, le carbone, etc. sont restés surtout à la surface. Mais les planètes plus lointaines sont
restées entièrement gazeuses. Ces énormes masses sont constituées surtout de gaz légers comme
l'hydrogène et l'hélium.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -5- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
De nombreux corps de petites dimensions ont échappé à l'incorporation dans les planètes : de véritables
déluges de météorites, astéroïdes et comètes ont bombardé les planètes à peine formés. Ces "petits corps"
très nombreux circulaient dans toutes les régions du système solaire. Les surfaces de Mercure, de Mars ou
de la Lune ont gardé les cicatrices des impacts de cette époque. La terre a subi les mêmes impacts avant
d'être munie de son atmosphère protectrice, apparue relativement tard.
C'est durant cette période que s'est formée la lune, vraisemblablement sous l'effet d'une collision entre un
planétoïde de la taille de Mars et la Terre juste formée : une percussion latérale aurait arraché une partie du
manteau terrestre, se volatilisant lui-même en partie. Le disque fluide qui en résulta, en orbite autour de la
Terre, se condensa et se réaggloméra pour former la lune.
Le système solaire est aujourd'hui beaucoup plus "propre". Parmi les petits corps qui n'ont pas été
incorporés aux planètes, les uns se sont regroupés dans les ceintures d'astéroïdes, les autres occupent de
vaste zones à la périphérie du système solaire et viennent nous visiter de temps en temps : ce sont les
comètes. Quelques-unes menacent encore parfois de nous rencontrer.
1.4.3. Fin ou extinction du soleil
Le soleil est aujourd'hui à la moitié de sa vie, dans 5 milliards d'années il aura épuisé toute son énergie (il
aura brulé tout son hydrogène) et commencera à brûler de l'hélium, alors il deviendra rouge et gonflera
jusqu'à atteindre 50 fois son diamètre actuel. Puis il s'effondrera sur lui-même pour former une naine
blanche (de la taille de la terre) et s'éteindra peu à peu.
EN RÉSUMÉ
Aujourd’hui, on date la création de l’univers d’environ 15 milliards d’année, au moment de l’explosion (ou
Big-Bang) d’un noyau de matière condensée. Cette théorie résulte plus de la meilleur correspondance entre
les observations et les modèles mathématiques sur ordinateur, modèles susceptibles d’être remplacés.
Le soleil et les planètes ont pris naissance par des condensations locales d’un nuage d’atomes tournant
lentement sur lui-même et affectés de tourbillons convectifs. La concentration de la matière entraînant une
forte élévation de la température, les planètes auraient toutes passé par un stade de fusion suivi d’une
longue période de refroidissement. Pour le système solaire, les théoriciens modernes pensent que le soleil
et les planètes ont pris naissance par un mécanisme d’accrétion qui se fait en deux temps : Il y a d'abord
« collage » des masses de poussières entre elles sous l'effet des forces de surface, puis, la croissance de la
planète par accrétion (figure 1.4). En effet, des masses de poussières périphériques s’agglomèrent jusqu’à
former des sphères de quelques kilomètres de diamètres. L’agglomération se poursuit par collisions
successives donnant naissance à des astres de plusieurs milliers de km de diamètres : Les planètes.
Dans le cadre de la théorie de l’accrétion, on part initialement d’une nébuleuse protosolaire froide riche en
gaz et en poussières. Un proto-Soleil se forme, entouré d’un disque dans lequel des embryons de planètes
apparaissent en accrétant de la matière.
Le soleil est l’une des 100 milliards d’étoiles de notre galaxie. Le système solaire est une communauté de
huit planètes, 44 satellites, plusieurs astéroïdes et quelques centaines de comètes. Les planètes ne sont pas
des étoiles mais des boules de roches ou des boules de gaz éclairées par le soleil. Toutes les orbites
planétaires sont sensiblement dans le même plan que celui de la terre.
ème
La terre sur laquelle la vie est apparue et dont le diamètre vaut 1/100 fois celui du soleil, fera l’objet d’une
étude plus approfondie.

1.5. FORMATION DE LA TERRE ET APPARITION DE LA VIE


Pour la suite de l'histoire de la formation de la Terre, deux théories s'affrontent : celle de l'accrétion
homogène et celle de l'accrétion hétérogène (figure 1.4). La terre s’est formée il y a 4,6 milliards d’années
(Ga). Elle s’est formée à partir de nuages de gaz (hydrogène et lithium) et de poussières provenant du big-
bang. Ces poussières tourbillonnant, se sont agglomérées pour donner naissance à tous les éléments
atomiques former la terre. Ces éléments se sont concentrés selon leur poids : le fer et le nickel dans le
noyau (au centre), les autres éléments lourds dans le manteau et les éléments légers à base de silice dans
les roches dans l’écorce terrestre (dans la partie supérieur). Au fur et à mesure du refroidissement du
magma originel, les roches se sont formées à une température avoisinant 1400°C au début jusqu’aux
températures basses de 700°C.
La question de l'origine de la vie est une question qui touche la corde sensible de l'Homme (émotivité et sa
subjectivité).
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -6- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
S'attaquer à un problème comme l'origine de la Vie, c'est trop souvent tenter de concilier sciences, religions,
mythes et croyances de toutes sortes et cela devient un exercice pour le moins périlleux.
Il est à retenir que, les évidences de l'origine de la vie sont à rechercher à partir de la formation de la Terre :
Il y a 4 Ga, existait une croûte solide mais sans eau liquide. La terre ressemblait à la lune actuelle. La terre
fut ensuite bombardée par une pluie de météorites qui creusent d’énormes cratères. Pendant cette période,
il y a eu apparition d’une atmosphère peu dense de vapeur d’eau due au volcanisme.
Vers -3 Ga, i y a eu apparition de premières algues bleues ;
Vers -2 Ga, ces algues vont synthétiser de la chlorophylle avec apparition d’oxygène et enfin les océans ;
Vers -1,7 Ga, l’oxygène passa peu à peu dans l’atmosphère et du fait de la photosynthèse, il va se produire
beaucoup d’oxygène formant un écran d’ozone (O 3) ;
Vers -4 Ma (millions d’années), la vie sort des eaux : a) apparition des premières plantes sur la terre et des
premiers poissons ; b) apparition des premiers animaux respirant de l’air hors des océans ;
Vers -3,9 Ma un grand déluge s’abat sur la terre et l’inonde. L’eau remplit les cratères, qui deviennent des
lacs et débordent ;
Vers -2 Ma, l’Homme fit son apparition sur la terre.
Origine de la structure en couches de la
géosphère

ACCRETION HETEROGENE
 Condensation des éléments les plus lourds
d’abord, puis des éléments les plus légers
(silicates) donnant un noyau et un manteau
primaire dès le stade protoplanète ;
 On devrait retrouver des oxydes de Ca et Al
dans le noyau.

ACCRETION HOMOGENE
 Accrétion initiale  homogène ;
 Augmentation progressive de la
température ;
 Fe et Ni, fondus et sous forme de grosses
gouttes, migrent vers le centre de la planète ;
 Migration à l’état plus ou moins solide des
silicates vers l’extérieur, donnant le manteau
primaire ;
 Structuration du manteau et formation de la
croûte.

Figure 1.4 : Phénomène d’accrétion (exemple de la formation de la Terre)


1.6. CONCLUSION
Les planètes seraient nées en même temps à partir d’un nuage de matière interstellaire : le centre de ce
nuage, en se contractant, aurait engendré le Soleil, tandis que vers l’extérieur, plus froid, les éléments non
volatils se seraient condensés et agglomérés pour donner les planètes. La terre est la troisième planète la
plus proche du soleil formée il y a environ 4,6 milliards d’années à la suite d’un nuage de matière cosmique
constitué essentiellement d’hydrogène et de lithium. La vie est apparue très tôt dans l'histoire de la Terre, et
elle a par la suite évoluée. Cette évolution a d'abord été très lente et il a fallu 3 milliards d'année avant que
n'explose la biodiversité; 3 milliards d'années où pratiquement seules les bactéries ont occupé tout l'espace
disponible.
Pour une meilleure connaissance de la terre dans sa structure et sa constitution ainsi que de sa
transformation, les études de la géodynamique interne et celle de la géodynamique externe s’avèrent
nécessaires.
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -7- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 2. STRUCTURE, COMPOSITION CHIMIQUE ET MOUVEMENT DE LA TERRE

2.1. INTRODUCTION
La Terre est une sphère qui a la particularité d’être habitée mais également de contenir 75% d’eau et 25%
de terre, d’où l’appellation de « planète bleue ». La Terre n'est pas ronde, il s'agit d'un ellipsoïde aplati. Âgée
de 4,6 milliards d'années, sa surface est divisée en plusieurs plaques tectoniques :
Les plaques tectoniques ou plaques lithosphériques sont des fragments de la lithosphère se déplacent
de quelques centimètres par an dans des directions différentes, ce qui entraîne la formation de zones de
divergence, de subduction, de collision et de coulissage.
En gros, il existe 14 principales plaques tectoniques à la surface de la terre qui sont par ordre de taille :
Afrique, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Antarctique, Arabie, Australie, Caraïbes, Cocos, Eurasie,
Inde, Juan de Fuca, Nazca, Pacifique et Philippines.
Certaines plaques peuvent être subdivisées en plusieurs plaques plus petites qui ont des mouvements
relatifs entre elles (par exemple Inde et Australie ou Afrique et Somalie).
La surface de la Terre est très jeune. Dans la relativement courte période de 500 millions d’années où
l'érosion et les processus tectoniques ont détruit puis recréé la plupart de la surface de la Terre, presque
toutes traces (cratères d'impact) d'histoire de la surface géologique ont disparu. Les plus vielles roches
connus ont approximativement 4 milliards années et celles plus vieux que 3 milliards années sont rares. Les
plus vieux fossiles d'organismes vivants ont moins de 3,9 milliards années.
Elle est le seul endroit connu dans l'univers où se trouve la vie, des êtres vivants et une forme d'intelligence.
L'interaction Terre-Lune ralentit la rotation de la Terre de 2 millisecondes par siècle. Nous pensons qu'il y a
approximativement 900 millions d'années il y avait 481 jours de 18 heures par an. La Terre possède un
champ magnétique modeste produit par des courants électriques dans son cœur.

2.2. CARACTERISTIQUE PHYSIQUES DE LA TERRE


La forme de la terre se rapproche d’un ellipsoïde de révolution dont la section sur le plan équatorial est un
cercle. Les principales caractéristiques physiques de la terre sont présentées au tableau 1.

Tableau 1 : Caractéristiques physiques de la terre

Distance moyenne au soleil 149,6 millions de km (ou 1 U.A.)


Inclinaison axe de rotation 23,5°
Inclinaison de l'orbite 23°00'
Diamètre 12 730 km (soit 100%)
24
Masse 1 (soit 6.10 kg)
Rotation 23,56 heures (= jour sidéral)
Température au sol 12°C
Pression 1 atm (1013 hPa)
Rayon polaire 6 400 km
Rayon équatorial 6 378 km
Surface 510 millions de Km²
12 3
Volume 1 083.10 km

2.3. LES ENVELOPES DE LA TERRE


La terre peut être considérée comme un solide entouré d’une enveloppe gazeuse (atmosphère) et d’une
enveloppe liquide, discontinue (hydrosphère). La connaissance directe de la structure de la terre ne
concerne que l’Atmosphère, l’Hydrosphère et la partie supérieure de l’écorce terrestre. Existent également la
Biosphère (partie où la vie se développe) comprenant le règne animal et végétal et la Lithosphère (partie
minérale). La terre également constituée de couches concentriques emboîtées : manteau, noyau et graine.
L’investigation des couches profondes du globe ne peut résulter que par de simples déductions. Cependant,
des analyses physiques et chimiques très précises permettent d’étayer solidement certaines d’entre elles.
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -8- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
2.3.1. L’atmosphère
Le mot atmosphère désigne l'enveloppe gazeuse qui entoure le globe terrestre. C’est une masse fluide en
mouvement. Elle tourne globalement à la même vitesse que la Terre et sa présence est directement liée à
18
l'existence de la vie. On évalue la masse de l'atmosphère terrestre à 5,13.10 kg, soit environ un
millionième de la masse de la Terre. La moitié de la masse de l'atmosphère se situe au-dessous de 5 500 m.
A très haute altitude (500 à 1 000 km), existe une zone de transition entre l'atmosphère et l'espace, zone
d'où les molécules peuvent s'échapper vers l'espace sans que des chocs avec d'autres molécules ne les
renvoient dans l'atmosphère.
a) Mesure de l’atmosphère
Les mesures de l’atmosphère actuelle ont d’abord été effectuées au sol puis au sommet des montagnes.
Ensuite, pour l’étude du système terre-atmosphère, des outils tels que les ballons, les satellites
météorologiques et les satellites radar ont fait successivement leur apparition en termes d’apport
scientifique. On peut étudier l'atmosphère terrestre, du moins dans ses couches inférieures, jusqu'à l'altitude
de 40 km environ au moyen des ballons grâce auxquels seront obtenues des mesures in situ.
Depuis la fin des années 70, une surveillance totale de l'atmosphère est assurée par le Système Mondial
d'Observation de la Veille Météorologique Mondiale (SMOVM). Ce système mondial comprend une
constellation d'au moins 5 satellites espacés régulièrement autour de l'équateur en orbite géostationnaire,
et au minimum deux satellites en orbite quasi-polaire.
Les satellites géostationnaires, tels que METEOSAT (européen) ou GOES (américain) se déplacent à une
altitude d'environ 36 000 km et chacun d'entre eux a la capacité de fournir de manière quasi-continue des
images et des services de télécommunications au-dessus d'une large région de la planète. Les satellites en
orbite polaire (NOAA (américain) par exemple) se déplacent sur une orbite beaucoup plus basse, aux
alentours de 850 km.
Des satellites dotés d'outils "radar" sont actuellement en activité. Citons en particulier les satellites
européens ERS (ERS1 et ERS2, lancés respectivement en 1991 en 1995, à 785 km d'altitude) et TOPEX-
POSEIDON (franco-américain) satellisé en juillet 1992 à 1336 km d'altitude. Ils émettent vers le sol des
ondes radar sous forme d'impulsions très brèves dont ils enregistrent immédiatement les échos "déformés"
par le sol ou la surface de l'océan.
b) La composition de l'atmosphère
La composition chimique de l'atmosphère comprend pour l'essentiel, 78% d'azote (N2), 21% d'oxygène (O2),
des gaz rares (0,93% Argon : Ar, Néon : Ne, Hélium : He,...) et dans les basses couches, de la vapeur
d'eau et 0,03% de dioxyde de carbone (CO2). Les constituants de l'air atmosphérique peuvent être classés
en deux catégories :
 les constituants comme l'azote, les gaz rares, dont la concentration est constante, tout au moins dans
les basses couches de l'atmosphère ;
 les constituants dont la teneur varie dans l'atmosphère, tels que le dioxyde de carbone et surtout la
vapeur d'eau.
L'ensemble des gaz, dont les proportions restent constantes, forme l'air sec considéré comme un gaz parfait.
Le CO2 et l'ozone (O3) sont des constituants pouvant subir quelques variations selon le lieu et l'époque.
Cependant leur concentration étant faible dans l'atmosphère, ces variations ne modifient pas notablement la
composition chimique de l'air sec, ni sa masse molaire (variations considérées donc comme négligeables).
c) La structure verticale de l'atmosphère
La structure verticale de l’enveloppe gazeuse de la Terre résulte de l'existence de la force de gravité
exercée par le globe qui conduit à un équilibre hydrostatique, au sein duquel, la pression (masse de l'air par
unité de surface) diminue avec l'altitude (divisée par 100, à 30 km d'altitude et par un million, à 100 km).
L'atmosphère terrestre se caractérise également par une distribution verticale de la température qui
résulte de l'existence de différentes sources de chaleur entre le sol et les hautes altitudes. A l'émission de
chaleur par la surface terrestre chauffée par le rayonnement solaire, s'ajoute, à 50 km d'altitude, une
nouvelle source de chaleur liée aux mécanismes de dissociation de l'oxygène moléculaire sous l'influence
des radiations solaires de courte longueur d'onde, qui aboutit à la constitution de la couche d'ozone.
La structure verticale de l’atmosphère se présente comme suit (figure 2.1) :
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -9- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
La Troposphère (0 à 12 km en moyenne) ou couche inférieure de l'atmosphère est une couche d'air
instable, turbulente. La température de l'air y décroit de 6,5°C par kilomètre jusqu'à la tropopause, sa limite
supérieure qui se situe vers 17 km à l'équateur et vers 8 km au-dessus des pôles. La vie sur la terre dépend
étroitement de cette mince pellicule gazeuse qui contient les trois quarts de l'air atmosphérique et où se
trouve concentré l'essentiel de l'oxygène moléculaire.
Au-dessus, s'étend la Stratosphère (12 à 50 km) dont la température s'élève rapidement avec l'altitude,
conséquence de l'absorption du rayonnement solaire de courte longueur d'onde (rayon UV) par la couche
d'ozone. La stratosphère est brassée aux moyennes latitudes par de puissants courants atmosphériques qui
circulent d'ouest en est : les courants jets (jet-streams) à des vitesses pouvant atteindre les 500 km/h. C'est
grâce à cette couche d'ozone, aujourd'hui menacée, que la vie a pu conquérir les terres émergées il y a
quelques 400 millions d'années.
La Mésosphère se situe entre 50 et 80 km d'altitude, où la température diminue jusqu'à la mésopause,
pour croître à nouveau très rapidement au-delà, dans la Thermosphère (ou ionosphère) où celle-ci peut
atteindre, vers 250 km, des valeurs comprises entre 1000°C et 2000°C, suivant l'activité solaire.
Pression et température décroissent avec l’altitude : à 12 km la pression est 7 fois plus faible qu'au sol et la
température baisse de 70°C.

Figure 2.1. Structure verticale de l'atmosphère terrestre


2.3.2. L’hydrosphère
L'hydrosphère est, de façon générale, l'enveloppe externe de la planète terre constitué d'eau sous ses trois
états : liquide (océans, fleuves, nappes phréatiques...), solide (glaciers, banquise...) ou gazeuse (vapeur
d'eau). C’est la sphère liquide qui si elle était repartie uniformément sur le globe terrestre serait épaisse de
2 500 m dont 2 440 m pour les océans et 59 m pour les glaces et seulement 1 m pour les eaux douces.
18
La masse totale de l'hydrosphère de la Terre est estimée à 1,4.10 tonnes ce qui équivaut à environ 0,023%
de la masse totale de la Terre. Les océans couvrent les 3/4 environ de la surface du globe, soit une surface
de 361 millions de km². L’hydrosphère est donc concentrée dans les océans et joue aussi un rôle important
dans la géodynamique externe.
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -10- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
2.4. STRUCTURE DE LA TERRE
La structures internes de la terre ainsi que les caractéristiques des différentes couches qui la constituent ont
été déterminées à la suite des observations directes (données de pluie, mines et forages) et par des
observations indirectes (données astronomiques, géochimiques et sismographiques). Notre planète Terre
est constituée d’une succession de trois couches principales ayant des propriétés physiques différentes
(figure 2.2). De la périphérie vers le centre, on distingue : la croûte, le manteau et le noyau.

Figure 2.2 : Structure interne du globe terrestre

a) Croûte terrestre ou écorce terrestre

C'est la partie superficielle de la Terre qui forme environ 1,5% du volume terrestre et est solide. On distingue
2 types de croûtes, une croûte continentale (vieux de 3,8 Ga) et une croûte océanique (maximum 200 Ma),
surmontées d’une couverture sédimentaire (mince pellicule) produite et redistribuée à la surface de la croûte
par les divers agents d'érosion (eau, vent et glace) :
- La croûte continentale se situe au niveau des continents est composées de roches métamorphisées et de
granites et surmontée par endroits de roches sédimentaires. Elle est plus épaisse (30 km à 100 km sous les
massifs montagneux) à cause de sa plus faible densité (roches granitiques à intermédiaires de densité 2,7 à
3) est nommée SIAL (silicium-aluminium). La couverture sédimentaire est une mince pellicule de sédiments
(d = 2,25) produits et redistribués à la surface de la croûte par les divers agents d'érosion (eau, vent, glace)
et qui compte pour très peu en volume.
- La croûte océanique, plus ou moins épaisse (7 à 12 km) se situe sous les océans, est formée
essentiellement de roches basaltiques, pauvre en silice (SiO2) de densité 3,2 et nommée SIMA (silicium-
magnésium) ;

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -11- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
b) Le manteau
Formé de 81% du volume terrestre, le manteau se divise en manteau supérieur principalement plastique,
mais dont le toit est rigide mais déformable et en manteau inférieur (ou Mésosphère) possédant les
propriétés d’un solide élastique. Ensemble, les deux couches solides, soit la couche solide de la partie
supérieure du manteau supérieur et la croûte terrestre, forment la Lithosphère. Celle-ci constitue l’armature
des plaques mobiles sur l’asthénosphère. La couche plastique du manteau supérieur appelée
Asthénosphère (profondeur entre 100 et 700 km) est constituée de roches fondues ou magma, réservoir
volcanique offrant une faible résistance aux contraintes. Elle est animée de mouvements de convection et
moteur probable de la tectonique des plaques. Le manteau inférieur (situé entre 700 et 2 885 km) est
composé de péridotitiques (roches ultra basiques) et calcopyritique (sulfure de fer).
c) Le Noyau ou barysphère
Formé de 17% du volume terrestre, le noyau est constitué de noyau externe liquide et de noyau interne
solide et. Le noyau interne solide ("graine") est essentiellement métallique, composé d'un alliage fer-nickel.
La pression de 3,5 millions de bars le maintien dans un état solide malgré une température supérieure à
5 000°C. Ce noyau est entouré par le noyau externe liquide qui est essentiellement composé de l'alliage fer-
nickel (80% à 15% environ). Sa densité varie de 12 à 13. La température varie entre 6 000°C et 8 000°C.
d) Autres caractéristiques internes de la terre
Deux discontinuités importantes séparent croûte, manteau et noyau : la discontinuité de Mohorovicic
(MOHO) située entre 10 à 100 km (vers 30 km en moyenne), marque un contraste de densité entre la croûte
terrestre et le manteau, et la discontinuité de Gutenberg (située à 2 885 km) qui marque aussi un contraste
important de densité entre le manteau et le noyau. Toutes deux portent le nom de leur découvreur : le
Croate Andrija Mohorovicic (depuis 1909) et l'Allemand Beno Gutenberg (1921). Ensuite, la discontinuité de
Lehmann (à 5 000 km) qui sépare le noyau externe du noyau interne.
Grâce aux ondes sismiques, il a été possible de montrer la discontinuité de Conrad (située entre 5 et 10 km)
au sein de la croûte continentale, à mi-épaisseur environ, principalement dans les régions les moins actives
(boucliers). Cette discontinuité, indiquerait une différence de composition entre les deux ensembles : croûte
supérieure et inférieur, plus précisément, elle sépare granite/basalte. Les rares sites où cette croûte
inférieure est étudiable montrent de nombreuses intrusions mantelliques basiques.
L’asthénosphère et la lithosphère sont séparées par la discontinuité LVZ (Low Velocity Zone, ou zone des
faibles vitesses), située entre 70 et 150 km. Enfin, on note la présence de la discontinuité de Repetti (entre
800 et 900 km) dans le manteau. Elle est non constante.
La forte chaleur à l'intérieur de la Terre est due à trois facteurs :
 la chaleur fossile, remontant aux origines de la formation de notre planète ;
 la pression énorme qui règne à ces profondeurs ;
 la décomposition d'éléments radioactifs.
En termes de composition chimique des roches, on distingue : Si, O, Al, K, Na, Ca, Mg et Fe (dans la croûte
terrestre) et Si, O, Mg et Fe (dans le manteau supérieur).

2.5. ECHELLE DE MESURE EN SCIENCES DE LA TERRE

2.5.1. Méthodes de datation des roches


Pour l'historien de la Terre qu'est le géologue, le temps géologique est matérialisé par des successions de
roches. Or la plus vieille roche datée a donné un âge de 4,016 Ga. Pour décrypter l'histoire de la Planète, il
nous faut un calendrier des temps géologiques qui soit fiable. En géologie, le temps est le plus souvent
matérialisé par une séquence de roches. Grâce aux fossiles et souvent en comparant la nature des
formations rocheuses les unes aux autres, on peut les dater d'une façon relative par la combinaison des
données lithostratigraphiques et paléontologiques.
C'est grâce à ces méthodes de datation relative, que les géologues et surtout les paléontologues européens
ont construit, au siècle passé, une échelle relative des temps géologiques.
e
Il fallut la découverte de la radioactivité par Marie et Pierre Curie, au début du 20 siècle, pour avoir enfin cet
outil qui permit de se faire une idée réaliste du temps géologique, c'est-à-dire obtenir des âges géologiques
absolus, et de déterminer l'âge vénérable de notre planète.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -12- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Cette méthode plus précise utilise la radioactivité de certains éléments chimiques (qui ont la propriété de se
désintégrer radioactivement) contenus dans les minéraux et les roches à dater. En calculant le temps qu'a
mis une certaine portion d'un élément contenu dans un minéral à se désintégrer, on obtient l'âge de
formation de ce minéral. Ces éléments tels que le carbone, le potassium, l'uranium, le rubidium ou le
thorium, par leur radioactivité, deviennent de véritables chronomètres. Ils nous dévoilent l'âge de la roche
depuis sa formation.
2.5.2. Echelle des temps géologiques : Echelle stratigraphique
L'échelle des temps géologiques est le calendrier sur lequel on inscrit les faits marquants de la Terre. Ce
calendrier couvre toute l'existence de la planète, depuis sa naissance jusqu'à aujourd'hui.
Le Temps, cette "quatrième dimension", devient capital pour les "détectives" géologues qui s'affairent à
reconstruire la chronologie des événements.
Depuis la mise au point des méthodes de datations radiométriques, on a obtenu des âges "absolus" répartis
tout au long de l'échelle relative des temps géologiques (figure 2.3).

Figure 2.3 : Calendrier des temps géologiques


Cette échelle comporte tout d’abord les Eres géologiques au nombre de 5, loin de représenter des durées
de temps égales. Les arguments pour cette division sont d’ordre paléontologique et stratigraphique :
Le précambrien est caractérisé du point de vue paléontologique par sa grande pauvreté en en éléments
fossiles où les traces de vie ne sont pas suffisamment élaborées pour être utilisées comme élément de
datation ;

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -13- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
L’Ere primaire, caractérisé par la présence d’une faune archaïque (bactéries, algues microscopiques)
représentée par des genres et des espèces disparus de nos jours ;
L’Ere secondaire, caractérisée par des faunes présentant un caractère intermédiaire ;
L’Ere tertiaire et l’Ere quaternaire, sont caractérisées par des faunes à caractères modernes dont les
représentants existent encore actuellement. En outre, le quaternaire peut être défini par l’avènement de
l’Homme.
Les arguments stratigraphiques sont caractérisés par l’existence de discordances : exemple, la
discordance du cambrien sur le socle du précambrien.
La deuxième subdivision du temps est caractérisé par les systèmes (ou périodes), dont chacun représente
un cycle sédimentaire de grande ampleur. On nomme Hadéen cette période des tous débuts de la Terre que
nous connaissons très mal puisque nous ne possédons aucun vestige rocheux.
Après les systèmes, viennent les séries (ou époques) qui regroupent souvent un ensemble d’étages. On
parle souvent de série : inférieur, moyen ou supérieur.
L’unité fondamentale du temps est représentée par l’étage, qui correspond généralement à des cycles
sédimentaires plus limités (tableau 2.1). La définition de l’étage est basée sur l’étude du stratotype (localité
repère), c’est-à-dire, d’une localité où l’étage est représenté de façon complète du point de vue
paléontologique et stratigraphique. On donne généralement à l’étage le nom de la localité.
Tableau 2.1 : Représentation des unités fondamentales du temps représenté en Etages

Eres Systèmes Séries Etages Ages (Ma) Stratotypes

136 Ma Tithonique De Tithon, époux d’Eros, l’Aurore


Néocimérienne
Kimméridgien 146 Marne noires de Kimméridge

Supérieur Oxforien 157 Marne noire d’Oxford

Callovien Calcaires grèseux de Kelliewys


162
Jurassique Moyen Bathonien Calcaires oolhitiques de Bath

Bajocien 167 Calcaires oothiliques de Bayeux

Inférieur Alénien Marnes noires d’Aalen


Toarcien Marnes Thouars
SECONDAIRE
178
Plainsbachien Marnes de Pleinsbach

Sinémurien 183
Calcaires noires de Semur en Auxois

Hettangien 188 Grès d’Hettage


190-195 Ma Cimérienne

2.6. COMPOSITION CHIMIQUE DE LA TERRE


Seuls 15 km sont directement accessibles à l’échantillonnage généralement par l’intermédiaire de forages
ou à la faveur de remontée de matériel par les volcans. En ce qui concerne les couches les plus profondes,
les géologues ont recours à des méthodes d’études indirectes : analyses sismiques, études de la densité
des roches et analyses de météorites.
2.6.1. La composition minéralogique et chimique des matériaux accessibles
Les roches les plus abondantes de la lithosphère sont (Figure 2.4) :
- les granitoïdes (granites et gneiss), principaux représentants de la croûte continentale
- les basaltes (et gabbro), constituants essentiels de la croûte océanique
- et les péridotites du manteau supérieur.
La structure des roches indique à quelle vitesse le magma qui donna naissance à cette roche, a refroidi
(figure 2.4).
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -14- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
(A)

(B)
Figure 2.4 : Roches représentatives des croûtes océanique et continentale, et du manteau

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -15- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
- un refroidissement très lent donne le temps à tous les cristaux de bien se former, de « grossir ». Les gros
cristaux sont tous jointifs, la structure est dite grenue.
- un refroidissement un peu plus rapide montrent des cristaux tous jointifs mais beaucoup plus petits, la
structure est microgrenue.
- un refroidissement rapide ne laisse le temps qu’à quelques assez gros cristaux de grandir, la majorité
des cristaux restes sous la forme de minuscules cristaux noyés dans un verre amorphe. La structure est
microlithique.
- enfin, un refroidissement ultra-rapide ne laisse pas le temps aux cristaux de se former, il n’apparaît
qu’une pâte amorphe ou verre. La structure est vitreuse.
Les granites présentent une structure grenue (cristaux jointifs), témoins d’un refroidissement lent (d’une
remontée en surface lente). Les minéraux rencontrés sont : le quartz, les micas noirs et blancs
(respectivement biotite et muscovite) et les feldspaths orthose et plagioclase. Cette roche acide est
composée principalement de silicates d’alumine (Si, O et Al) et de quelques minéraux alcalins.
Les basaltes présentent une structure microlitique, témoin d’un refroidissement en deux phases, l’une lente
permettant la formation des phénocristaux, généralement dans la chambre magmatique, et une phase plus
rapide donnant naissance aux microlites lors de la remontée du magma. Les phénocristaux d’olivine et de
pyroxènes sont noyés dans une pâte, le verre constitué de microlites d’olivine, de pyroxènes et de
feldspaths plagioclases. Cette roche basique est composée de silicates d’alumine (Si,O et Al) et de
minéraux ferromagnésien (Fe, Mg et Ca).
Les gabbros présentent la même composition chimique et minéralogique que les basaltes mais leur
structure est grenue, leur mise en place et donc leur refroidissement ayant été plus lent.
Les péridotites présentent une structure grenue, témoins d’une cristallisation lente. Les minéraux
rencontrés sont l’olivine et les pyroxènes. Cette roche ultrabasique est composée principalement de silice (Si
et O) et de minéraux ferromagnésien (Fe et Mg).
Les éléments chimiques majeurs de la croûte terrestre, océanique et continentale, sont : Si, O, Al, K, Na, Ca,
Mg et Fe.
Les éléments chimiques majeurs du manteau supérieur sont : Si, O, Mg et Fe.
2.6.2. La composition minéralogique et chimique des matériaux inaccessibles
En ce qui concerne le manteau profond, l’augmentation lente et régulière de la vitesse des ondes
sismiques avec la profondeur dans ce manteau inférieur, suggère une augmentation de la densité des
roches traversées sans véritable variation dans leur composition : le manteau profond serait constitué de
péridotite non différenciée.
La composition du noyau est appréhendée par déductions. L’estimation de la densité moyenne de la
planète Terre donne une valeur proche de 5,5. Or, les matériaux constitutifs de l’écorce terrestre ont une
densité moindre. La densité de l’hydrosphère est de 1,04 ; celle de la croûte continentale de 2,7 (composée
principalement de granite); celle de la croûte océanique de 3,2 (composée principalement de basalte) et
enfin celle de la partie superficielle du manteau supérieur à une densité de 3,3 (composé de péridotite). Il
faut donc admettre que les zones profondes de la planète sont formées de matériaux nettement plus denses
que ceux de la périphérie. Le noyau en particulier doit avoir une densité comprise entre 9,5 et 14 et serait
composé essentiellement de fer, de nickel et de chrome.
2.6.3. Preuve indirecte de la composition chimique de la Terre
Entre Mars et Jupiter se trouve une ceinture d’astéroïdes : c’est un ensemble de cailloux de toutes tailles (de
quelques cm à quelques dizaines de km) et d’embryons de planètes (planétoïdes de quelques centaines de
km) qui gravitent autour de Mars.
Les planétoïdes montrent une différenciation, une répartition des éléments chimiques les constituant en
fonction de leur masse (sorte de décantation). Les éléments chimiques les plus lourds, Fer, Nickel, Chrome
migrent au centre. Les éléments les plus légers, les silicates (Si, Al, O…) quant à eux se placent à la
périphérie.
Suite à l’impact d’un planétoïde différenciée avec un astéroïde non différencié de petite taille, on obtient des
fragments de ces deux objets à l’origine des différentes météorites connues (Doc. 8):
- des morceaux de l’astéroïde non différencié, à l’origine des météorites de type chondrite
- des fragments de l’enveloppe du planétoïde, donnant naissance aux achondrites
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -16- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
- enfin, des fragments du noyau du planétoïde, à l’origine des météorites de fer (sidérite)
L’analyse des météorites permet également une étude indirecte de la composition chimique de la Terre,
dans la mesure où ces « pierres tombées du ciel », contemporaines de la formation du système solaire, sont
interprétées comme vestiges des matériaux à l’origine de la Terre primitive, comme des témoins du matériel
qui s’est aggloméré pour donner naissance à la Terre.
Les chondrites donnent une idée de la composition chimique initiale de la Terre dite primitive magmatique
(avant l’entame de différenciation). Les achondrites (issues des couches externes des planétoïdes)
confirment la composition des couches superficielles terrestres : on retrouve les mêmes cristaux que ceux
rencontrer dans la lithosphère. Les météorites métalliques (provenant du cœur des planétoïdes) tendent à
prouver que le noyau terrestre est composé à 92% de fer, accompagné de quelques autres métaux comme
le nickel et le chrome.

Figure 2.5 : Les météorites, contemporaines de la formation de la Terre


2.7. ETUDE DES MOUVEMENTS INTERNES DE LA TERRE
La dynamique interne de la terre ou la géodynamique interne, concerne les mouvements et les processus
qui affectent l’intérieur de la Terre. Il s’agit essentiellement d’une thermodynamique reliée à la déperdition de
chaleur causée par la désintégration de certains éléments radioactifs (Uranium, Thorium, potassium).
L’énergie interne de la Terre est donc exprimée sous forme de chaleur. Les roches étant mauvaises
conductrices de chaleur, cette énergie ne peut être dissipée par conduction mais au contraire elle est
dissipée par convection. En effet, une partie de cette énergie est dissipée pour créer et entretenir le champ
magnétique terrestre. La convection transporte le reste sous forme de chaleur jusqu’à la base de la
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -17- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
lithosphère. Cette chaleur entraîne une fusion à la base de la lithosphère, avec formation d’un magma qui
peut traverser la lithosphère et créer un volcanisme.

2.7.1. LA GRAVIMETRIE
La gravimétrie est l’étude des variations du champ de pesanteur ou champ de gravité.
a) La pesanteur
On appelle pesanteur, l’attraction de tout corps par la Terre. L’intensité de cette pesanteur est la gravité.
Cette attraction est liée :
- d’une part à la gravitation universelle dite newtonienne, qui régit l’interaction des masses et qui s’écrit :
m et m’ : étant des masses ponctuelles situées à une distance r l’une de l’autre, k
étant une constante

- d’une part, à la rotation de la Terre dont l’influence sur l’attraction est de l’ordre de 0.3%.
En tout point de la Terre, la masse m d’un objet en chute libre et la force m qui lui est appliquée sont liée par
l’intensité de la pesanteur g ou gravité.
-2
F = m.g, g étant l’accélération gravitationnelle ; g = 981 Galilées ; 1 Gal = 9,81 m.s
La trajectoire parcourue par la masse en chute libre est la verticale
La vitesse d’un corps en chute libre est donnée par l’égalité : où g sera donc un nombre dont les
dimensions seront celles du quotient d’une vitesse par un temps.
La valeur de g à la surface du globe varie en fonction de :
- la latitude : L’influence de la rotation de la Terre sur le champ de gravité g sera maximum à l’équateur et
minimum aux pôles. Voici quelques valeurs de g : à l’équateur g = 978 Gal ; à Paris g = 980 Gal ; aux
pôles g = 983 Gal
- l’altitude : Plus l’altitude est élevée, plus l’intensité de la pesanteur est faible car R augmente.
- du relief : La surface topographique terrestre n’est pas régulière mais elle présente des irrégularités
importantes qui ont des effets gravitationnels. En effet, la masse d’une montagne exerce une attraction sur
tout corps dans la plaine voisine. Cette attraction due à la masse d’une montagne tend à diminuer la
pesanteur. Au niveau d’une vallée, le déficit de masse tend à augmenter la pesanteur.
b) Géoïde et ellipsoïde
Géoïde : c’est une surface équipotentielle de gravité correspondant au niveau moyen des mers.
Ce géoïde présente souvent des dépressions ou des épaississements dus aux océans la plupart du temps.
Clairault a calculé la figure d’équilibre d’un fluide en rotation et trouve une surface complète dite sphéroïde.
Si le fluide est un liquide homogène elle devient un ellipsoïde dit de Clairault du nom de son calculateur.
L’ellipsoïde de Clairault est une approximation du géoïde. Son intérêt est de permettre le calcul théorique de
la valeur de g en chaque point du globe caractérisé par une altitude donnée.
D’après les calculs, la différence entre le géoïde et l’ellipsoïde ne serait en aucun cas supérieure à 200 m. Il
convient de donner à la Terre le nom de géoïde qui est une surface conventionnelle obtenue en prolongeant
la surface des océans à l’intérieur des continents.

Remarque : Dans le modèle du sphéroïde, la constante g serait partout la même et perpendiculaire à une
surface à peu près confondue avec le niveau de la mer alors que dans le modèle du géoïde, cette constante
g coïnciderait avec la moyenne du niveau des océans sur une terre comparable à la notre c’est à dire
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -18- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
présentant des parties émergées. La forme de la Terre est comparable à celle d’un ellipsoïde de révolution
aplati aux deux pôles et se rapprochant beaucoup plus de la sphère.
c) Anomalies de la gravité
Tout écart entre la valeur de g mesurée dans une station et calculée sur l’ellipsoïde de Clairault s’appellera
anomalie et sera imputable à une inhomogénéité de répartition des masses à l’intérieur du globe.

La correction dite de Bouguer est la somme des trois corrections précédentes. On appelle « anomalie de
Bouguer » ou « Totale de Bouguer », la différence entre la valeur mesurée et valeur calculée corrigée trois
fois (corrections d’altitude, de plateau et topographique).

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -19- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Les anomalies de Bouguer, calculées sont presque systématiquement négatives dans les régions de
montagnes et de hauts plateaux et positives sur les fonds marins. Tout se passe comme s’il y avait des
déficits de masse sous les montagnes et des excès de masse sous les océans : la nature compensant à
l’excès les variations dues au relief.
d) Isostasie
On appelle isostasie l’état d’équilibre des
différentes couches de la lithosphère au-dessus
d’une surface dite de compensation isostasique.
Tout se passe comme le Sial plus léger « flottait »
sur le Sima et s’y enfonçait d’autant plus qu’il est
plus épais, à la manière d’un bateau.
Un exemple remarquable de cet équilibre est fourni
par la Scandinavie (figure 2.6). La dernière calotte
glaciaire qui s’est étendue jusqu’à Brandebourg, n’a
disparu que récemment : il y a 10 000 ans. Son
épaisseur devait être à l’époque de l’avancée
maximale des glaces de 2500 m : elle pesait sur le
continent, refoulant le Sima visqueux. Lors de la
fusion, la pression ayant disparu, le continent s’est
soulevé : certaines plages ont été portées à 250 m
et parallèlement le fond de la Baltique se relève
encore à la vitesse d’un mètre/siècle. Le
Figure 2.6 : Mobilité verticale de la croûte
réajustement est très lent donc la viscosité du Sima
continentale de la Scandinavie (Tavernier, 1988)
est très grande.

e) Anomalies isostatiques

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -20- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Plus les montagnes sont élevées, plus leur racine est importante. Dans ce modèle et à une certaine
profondeur, il existe une surface dite de compensation, où la pression seront hydrostatiques. Les reliefs
seront donc compensés par une racine crustale et les dépressions par une anti-racine.

On note que, que le modèle d’Airy est largement utilisée dans les calculs sur l’isostasie. Les mesures de la
pesanteur renseignent sur la compensation en profondeur des reliefs superficiels. Pour cela, on peut
calculer l’anomalie isostatique.
L’anomalie isostatique est la différence entre la valeur de la pesanteur mesurée et la valeur théorique
corrigée de l’effet d’altitude, de plateau et de l’effet des masses compensatrices profondes.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -21- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
 Une anomalie isostatique négative signifie qu’à la verticale de la station de mesure existe un déficit
de masse donc un excès de roche à faible densité par rapport à ce qui existerait s’il y avait une
compensation isostatique. Dans le modèle d’Airy, pour que cette anomalie disparaisse, une
adjonction de matériau dense se produira et soulèvera le secteur considéré.
 A l’inverse, une anomalie isostatique positive impliquera qu’à la verticale de la station de mesure
existe un excès de matière de forte densité. Pour qu’il y ait compensation du secteur, une diminution
de matériau dense située au-dessus de la surface de compensation devra se produire : la partie de
l’écorce faite de matériaux légers doit s’enfoncer.

2.7.2. LE CHAMP MAGNETIQUE TERRESTRE


a). Origine
Le champ magnétique terrestre est engendré par les mouvements du noyau métallique liquide des couches
profondes de la Terre. Selon les études de John Tarduno de l'Université de Rochester (États-Unis), la terre
possédait déjà un champ magnétique il y a 3,45 milliards d'années.
b). Description
Le champ magnétique terrestre peut être comparé, en première approximation, à celui d'un dipôle
magnétique, ou d'une bobine plate parcourue par un pas exactement au centre de la Terre, il s'en trouve à
quelques centaines de kilomètres.
L'ensemble des lignes de champ magnétique de la Terre situées au 1000 km, est appelé magnétosphère.
L'influence du champ magnétique terrestre se fait sentir à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres.
Le pôle Nord magnétique terrestre est en réalité un pôle de magnétisme «sud » qui attire le pôle « Nord » de
l'aimant que constitue l'aiguille de la boussole. Cette erreur historique d'appellation conventionnelle des
pôles de magnétisme nord sera difficile à rectifier ; noter sur la figure que le pôle de magnétisme nord de
l’aimant terrestre pointe vers le sud géographique. L’axe géomagnétique, passant par les deux pôles
magnétiques fait un angle de 11,5° par rapport à l’axe de rotation de la terre.
En outre, la position du pôle magnétique varie au cours de la journée, se déplaçant ainsi de plusieurs
dizaines de km autour de sa position moyenne.

Figure 2.7 : Champ magnétique terrestre


c). Importance du champ magnétique terrestre
L’importance du champ magnétique est observée à différents niveaux :
La boussole
L'aiguille d'une boussole parfaite (non perturbée par un champ parasite), s'oriente suivant la composante
parallèle au cadran (normalement positionné horizontalement), restant tangente à la ligne de champ du lieu
où elle se trouve. La boussole indique le Nord magnétique' (et non celle du pôle Nord géographique) ; la

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -22- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
différence angulaire relative étant appelée la déclinaison magnétique, dont la valeur dépend du lieu où l'on
se trouve. La déclinaison magnétique d'un lieu est fournie sur les cartes détaillées (1/50000 ou 1/25000) de
la région.
Le paléomagnétisme et anomalie magnétique

Les travaux de Xavier Le Pichon dans les années 70, ont permis de mettre en évidence le phénomène de
dérive des continents, à partir de l'étude de la variation du champ magnétique terrestre enregistrée au
niveau des dorsales médio-Atlantique. On a ainsi pu découvrir que le champ magnétique terrestre a subi de
multiples inversions de polarité au cours des millions d'années.
L'exploration minière
La prospection minière constitue un des grands domaines d'application de l'étude du géomagnétisme.
Différentes roches possédant différentes aimantations, la valeur de l'intensité du champ magnétique
terrestre s'en trouve modifiée. Il est ainsi possible d'obtenir une carte des structures en profondeur, selon les
variations d'aimantation des roches.
Un bouclier protecteur pour la Vie
Le champ magnétique terrestre joue un rôle essentiel dans le développement de la vie sur Terre, en déviant
les particules mortelles du vent solaire formant ainsi les aurores boréales et australes. Les scientifiques
observent toutefois une diminution du champ magnétique terrestre, l'anomalie magnétique de l'Atlantique
sud en étant le signe le plus spectaculaire. Lorsque le noyau se sera refroidi et solidifié (dans quelques
milliards d'années) et qu'en conséquence le champ magnétique aura disparu, il est probable que les formes
de vie existantes ne pourront plus subsister. Ces conditions sont celles qui règnent aujourd'hui sur la Lune et
Mars.
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -23- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
2.7.3. LE CHAMP THERMIQUE
La Terre est une gigantesque machine thermique, dont les effets sont extrêmement variés, les séismes et
les éruptions volcaniques étant les plus spectaculaires. Ces phénomènes libèrent une quantité d'énergie
considérable et sont liés au refroidissement de la Terre. La Terre contient des éléments radioactifs, qui
produisent de la chaleur, et cette chaleur est évacuée par des mouvements de convection dans le manteau
et par conduction dans la lithosphère. Les mouvements du manteau terrestre se manifestent en surface par
le déplacement de grandes plaques quasi rigides à des vitesses de quelques centimètres par an (tectonique
des plaques).
On peut estimer à quelle vitesse la Terre perd sa chaleur, en mesurant le flux de chaleur à la surface
terrestre. Les mesures de flux de chaleur nous renseignent sur la structure thermique de la Terre, à
condition de savoir les interpréter.
a). Le flux de chaleur
La température du sol varie avec l’insolation. On distingue des variations journalières et des variations
annuelles ; ces dernières atteignant au maximum 10 à 20°C autour de la température moyenne. Les
températures s’atténuent rapidement en profondeur, elles ne sont sensibles que sur quelques mètres. Les
variations annuelles se font sentir jusqu’à 10 ou 30m, profondeur où la température, constante toute l’année,
est égale à la température moyenne du lieu.
Au-delà, la température augmente régulièrement de 1° pour 30 m de profondeur : c’est le gradient
géothermique.
Le gradient géothermique varie d’un endroit à l’autre suivant les conditions topographiques et la conductivité
thermique des roches. Par contre, jusqu’à 7000 m, profondeur maximum atteinte par sondage, il demeure
constant.
La température de fusion des roches les plus résistantes est de 1300°C, correspondant à une profondeur
moyenne de 39 km. Cette profondeur est variable : 30 à 80 km sous les continents et de 7 km sous les
océans.
Des variations importantes du flux géothermique s’observent suivant les régions : les zones des dorsales
océaniques, les régions volcaniques se caractérisent en particulier par les des flux géothermiques
remarquables qui peuvent être dix fois plus importants que la moyenne.
b). L’origine de l’énergie interne du globe
La principale source de chaleur est la désintégration d’isotopes radioactifs de longues périodes tels que
235 238 235 40
l’uranium ( U et U), le thorium ( Th) et le potassium ( K). Leurs concentrations dans les matériaux
terrestres sont faibles mais suffisantes pour produire une quantité notable de chaleur.
Par ailleurs, le temps nécessaire pour que la radioactivité de ces éléments diminue de moitié (période de
l’élément) est considérable (de l’ordre de milliards d’années).
On estime que la radioactivité totale (y compris celle du manteau inférieur et du noyau) représente
actuellement la moitié de l’énergie d’origine interne perdue par la Terre.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -24- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 3. LA TECTONIQUE DES PLAQUES ET DERIVE DES CONTINENTS
INTRODUCTION
La dynamique interne de la terre (géodynamique interne), concerne les mouvements et les processus qui
affectent l'intérieur de la Terre. Il s'agit essentiellement d'une thermodynamique reliée à la déperdition de
chaleur causée par la désintégration radioactive de certains éléments. Une des manifestations les plus
tangibles de cette dynamique est le déplacement de plaques rigides (lithosphériques) à la surface de la
planète, plaques qui glissent sur du matériel plastique (asthénosphère).
La dynamique interne de la Terre est responsable de contraintes, de déformations et de mouvements dans
la croûte terrestre. Ce chapitre présente d’abord comment se sont développés les concepts de la théorie de
la tectonique des plaques et surtout en quoi consiste cette théorie qui fournit aujourd'hui un modèle
unificateur expliquant les grands phénomènes géologiques qui affectent notre planète. Il présente par la
suite, la dérive des continents de Wegener et conclut par un examen de la théorie de la tectonique des
plaques expliquant la position actuelle des continents.

3.1. LA TECTONIQUE DES PLAQUES

3.1.1. Définitions
La tectonique est une partie de la géologie qui étudie la nature et les causes des déformations des
ensembles rocheux, plus spécifiquement dans ce cas-ci, les déformations à grande échelle, de la
lithosphère terrestre. Les plaques font référence aux morceaux rigides de la lithosphère terrestre qui sont en
mouvement. La tectonique des plaques est une théorie scientifique planétaire unificatrice qui propose que
les déformations de la lithosphère sont reliées aux forces internes de la terre et que ces déformations se
traduisent par le découpage de la lithosphère en un certain nombre de plaques rigides qui bougent les unes
par rapport aux autres en glissant sur l'asthénosphère. Ces mouvements définissent trois types de frontières
entre les plaques (figure 3.1) : limite convergente, limite divergente et limite transformante.

Figure 3.1. Différentes limites entre les plaques et leur sens de déplacement

Différentes limites entourent chaque plaque : limites divergentes, convergentes et transformantes :


- Aux frontières divergentes, les plaques s’éloignent l’une de l’autre et il y a production de nouvelle croûte
océanique (expansion océanique) : exemple, entre les plaques A et B ; D et E ;
- Aux frontières convergentes, deux plaques entrent en collision, conséquence de la divergence : exemple
des plaques B et C ; C et D ;
- Aux frontières transformantes, deux plaques glissent latéralement l’une contre l’autre le long des failles.
Ce type de limites permet d’accommoder des différences de vitesses dans le déplacement de plaques les
unes par rapport aux autres, comme c’est le cas ici entre A et E, et entre B et D, ou même des inversions de
sens de déplacement comme c’est le cas entre les plaque B et E.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -25- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
3.1.2. Origine des frontières ente les plaques tectoniques
a) Les frontières divergentes
Il existe un flux de chaleur qui va du centre vers l'extérieur de la terre, flux causé par la désintégration
radioactive de certains éléments chimiques dans le manteau et qui engendre des cellules de convection
(figure 3.2) dans le manteau plastique (asthénosphère). A cause de cette convection, il y a concentration de
chaleur en une zone où le matériel chauffé se dilate, ce qui explique le soulèvement correspondant à la
dorsale océanique. La concentration de chaleur conduit à une fusion partielle du manteau qui produit du
magma. La convection produit, dans la partie rigide de l'enveloppe de la terre (lithosphère), des forces de
tension qui font que deux plaques divergent ; elle est le moteur (sous forme d’un tapis roulant), entraînant la
lithosphère océanique de part et d'autre de la dorsale. Entre ces deux plaques divergentes, la venue
(remontée) de magma crée de la nouvelle croûte océanique appelée Rifts (fossé d’effondrement allongé).

Figure 3.2. Mécanisme de mise en place d’une zone divergente : formation de crête médio-océanique
L'étalement des fonds océaniques crée dans la zone de dorsale, des tensions qui se traduisent par des
failles d'effondrement et des fractures ouvertes, formant au milieu de la dorsale, un fossé d'effondrement
appelé rift océanique. Le magma produit par la fusion partielle du manteau s'introduit dans les failles et les
fractures du rift. Une partie de ce magma cristallise dans la lithosphère, alors qu'une autre est expulsée sur
le fond océanique sous forme de lave et forme des volcans sous-marins. C'est ce magma cristallisé qui
forme de la nouvelle croûte océanique à mesure de l'étalement des fonds (figure 3.3). C'est donc ainsi qu'il
se crée perpétuellement de la nouvelle lithosphère océanique au niveau des frontières divergentes, c'est-à-
dire aux dorsales médio-océaniques.

Figure 3.3. Zone de divergence des plaques océaniques : formation de fossé d’effondrement (rift)

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -26- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
b) Les frontières convergentes
La destruction des plaques se fait aux frontières convergentes, matérialisée par l'enfoncement dans
l'asthénosphère d'une plaque sous l'autre plaque, et par la digestion de la portion de plaque enfoncée. Les
résultats (séismes, volcans, chaînes de montagnes, déformations) diffèrent selon la nature des plaques
(océaniques ou continentales) qui entrent en collision :
Un premier type de collision résulte de la convergence entre deux plaques océaniques (figure 3.4). Dans
ce genre de collision, une des deux plaques (la plus dense, généralement la plus vieille) s'enfonce sous
l'autre pour former une zone de subduction. Il se produit un phénomène de fusion partielle de la plaque
engloutie. Le magma résultant (liquide), moins dense que le milieu ambiant, monte vers la surface,
produisant des volcans sous la forme d'îles volcaniques (arc insulaire volcanique) sur le plancher océanique.

Figure 3.4. Collision entre deux plaques océaniques


Un second type de collision est le résultat de la convergence entre une plaque océanique et une plaque
continentale (figure 3.5). Dans ce type de collision, la plaque océanique plus dense s'enfonce sous la plaque
continentale.

Figure 3.5. Collision entre une plaque océanique et une plaque continentale
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -27- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Les basaltes de la plaque océanique et les sédiments du plancher océanique s'enfoncent dans du matériel
de plus en plus dense. Rendue à une profondeur excédant les 100 km, la plaque est partiellement fondue.
Comme dans le cas précédent, la plus grande partie du magma restera emprisonnée dans la lithosphère (ici
continentale); le magma qui aura réussi à se frayer un chemin jusqu'à la surface formera une chaîne de
volcans sur les continents (arc volcanique continental).
Un troisième type de collision implique la convergence de deux plaques continentales (figure 3.6).
L'espace océanique se refermant au fur et à mesure du rapprochement de deux plaques continentales, le
matériel sédimentaire du plancher océanique, plus abondant près des continents, et celui du prisme
d'accrétion se concentrent de plus en plus; le prisme croît.
Lorsque les deux plaques entrent en collision, le mécanisme se coince : le moteur du déplacement (la
convection dans le manteau supérieur et la gravité) n'est pas assez fort pour enfoncer une des deux plaques
dans l'asthénosphère à cause de la trop faible densité de la lithosphère continentale par rapport à celle de
l'asthénosphère. Tout le matériel sédimentaire est comprimé et se soulève pour former une chaîne de
montagnes où les roches sont plissées et faillées. Des lambeaux de la croûte océanique peuvent même être
coincés dans des failles. C'est la soudure entre deux plaques continentales pour n'en former qu'une seule.
Toutes les grandes chaînes de montagnes plissées ont été formées par ce mécanisme (figure 3.7). Un bon
exemple récent de cette situation, c'est la soudure de l'Inde au continent asiatique, il y a à peine quelques
millions d'années, avec la formation de l'Himalaya.

Figure 3.6. Collision entre deux plaques continentales

Figure 3.7. Formation d’une chaîne de montagne

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -28- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
c) Les frontières transformantes (failles)
Les frontières transformantes correspondent à de grandes fractures qui affectent toute l'épaisseur de la
lithosphère; on utilise plus souvent le terme de failles transformantes. Elles se trouvent le plus souvent, mais
pas exclusivement, dans la lithosphère océanique. Ces failles permettent d'accommoder des différences
dans les vitesses de déplacement ou même des mouvements opposés entre les plaques, ou de faire le
relais entre des limites divergentes et convergentes (ces failles transforment le mouvement entre divergence
et convergence).
Au niveau de la vitesse de déplacement des plaque, les taux de divergence et de convergence ne sont pas
identiques partout :
- La divergence varie de 1,8 à 4,1 cm/an dans l'Atlantique et de 7,7 à plus de 18 cm/an dans le Pacifique ;
- La convergence se fait à raison de 3,7 à 5,5 cm/an dans le Pacifique.

EN RESUME
La terre est un système où toutes les pièces, tous les éléments, forment une grande machine transformée
par la thermodynamique.
Le moteur est constitué par l'action combinée de la gravité terrestre et des grandes cellules de convection
dans le manteau résultant du flux de chaleur qui va du centre vers l'extérieur de la terre, et qui est relié à la
décomposition des éléments radioactifs contenus dans les minéraux constitutifs du manteau. Ces cellules
concentrent de la chaleur dans leur partie ascendante, ce qui cause une fusion partielle du manteau tout à
fait supérieur et une expansion des matériaux. C'est cette expansion qui produit une dorsale médio-
océanique. L'écoulement de l'asthénosphère sous la lithosphère rigide entraîne cette dernière; il en découle
des tensions au niveau de la dorsale, causant la divergence et le magmatisme associé.
Ainsi, il y a formation continuelle de nouvelle lithosphère océanique au niveau de la dorsale et élargissement
progressif de l'océan. En contrepartie, puisque le globe terrestre n'est pas en expansion, il faut détruire de la
lithosphère, ce qui se fait par enfoncement de lithosphère océanique dans les zones de subduction qui
correspondent aux fosses océaniques profondes pouvant atteindre les 11 km (fosse des Mariannes). Les
dorsales sont disséquées par des failles dites transformantes pour accommoder des différences de vitesses
de divergence.

Figure 3.8. Schémas récapitulatif de la tectonique des plaques


Rift : c’est un fossé d’effondrement allongé entrainant de grandes fissures dans la croûte terrestre
Dorsale médio-océanique : relief sous-marin situé au milieu d’un océan

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -29- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
3.2. LA DERIVE DES CONTINENTS
3.2.1. Définition
La dérive des continents est une théorie proposée au début du siècle par le physicien-météorologue Alfred
Wegener, pour tenter d'expliquer, entre autres, la similitude dans le tracé des côtes de part et d'autre de
l'Atlantique, une observation qui en avait intrigué d'autres avant lui.
En effet, les premières idées sur la dérive des continents remontent au XVI siècle : Francis Bacon (1561-
1626) avait déjà remarqué la symétrie des côtes l'Amérique et de l'Europe - Afrique. Vers 1858, Antonio
Snider-Pellegrini rapporte l'existence d'assemblages de fossiles communs entre les côtes de l'Irlande et de
l'Amérique. C'est à Alfred Wegener que revient le mérite d'avoir publié l'hypothèse de la dérive des
continents appuyée sur des évidences stratigraphiques, paléontologiques et physiographiques.
Il avançait les preuves suivantes pour appuyer sa théorie : Le parallélisme des côtes de l'Atlantique, La
répartition de certains fossiles, Les traces d'anciennes glaciations, La correspondance des structures
géologiques.
a) Le parallélisme des côtes de l'Atlantique
On observe en effet un certain parallélisme des lignes côtières entre d'une part les Amériques et d'autre part
l'Europe-Afrique (figure 3.9). Ce qui amena Wegener à concevoir que dans un passé lointain toutes les
masses continentales étaient réunies en un seul mégacontinent, la Pangée.

Figure 3.9. Le parallélisme des côtes de l'Atlantique


b) La répartition de certains fossiles
On retrouve, de part et d'autre de l'Atlantique, sur les continents actuels, les fossiles de plantes et d'animaux
terrestres datant de 240 à 260 Ma (figure 3.10).
Sachant que ces organismes terrestres n'ont pas la capacité de traverser un si large océan pour coloniser
des aires continentales si éloignées les unes des autres. On conçoit aisément selon Wegener, qu’autrefois,
tous ces continents n'en formaient qu'un seul, la Pangée, présentant ainsi des aires de répartition
cohérentes que les aires actuelles.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -30- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Figure 3.10. La répartition de certains fossiles
c) Les traces d'anciennes glaciations
On observe, sur certaines portions des continents actuels, des marques de glaciation datant d'il y a 250
millions d'années, indiquant que ces portions de continents ont été recouvertes par une calotte glaciaire.
Le rassemblement des masses continentales soutenu par Wegener donne un sens à la répartition de dépôts
glaciaires datant d'il y a 250 Ma, ainsi qu'aux directions d'écoulement de la glace, relevées sur plusieurs
portions de continents (figure 3.11). La répartition sur la Pangée montre que le pôle Sud était recouvert
d'une calotte glaciaire et que l'écoulement de la glace se faisait en périphérie de la calotte, comme il se doit.

Figure 3.11. Les traces d'anciennes glaciations


d) La correspondance des structures géologiques
Les continents, tout comme des pièces d'un puzzle s'emboîtent bien : non seulement il y a une concordance
entre les côtes, mais aussi il y a une concordance entre les structures géologiques à l'intérieur des
continents, un argument lourd en faveur de l'existence du mégacontinent Pangée.
La correspondance des structures géologiques entre l'Afrique et l'Amérique du Sud appuie l'argument de
Wegener. La figure 3.12 ci-dessous montre la répartition des blocs continentaux (boucliers) plus vieux que 2
Ga selon la géographique actuelle.
Autour de ces boucliers, les chaînes de montagnes plus récentes ont des âges allant de 450 à 650 Ma. Les
traits indiquent le "grain" tectonique de ces chaînes. À remarquer, dans les régions de São Luis et de
Salvador au Brésil, la présence de petits morceaux de boucliers.
Le rapprochement des deux continents (carte ci-dessous) montre qu'en fait les deux petits morceaux des
zones de São Luis et de Salvador se rattachent respectivement aux boucliers ouest-africain et angolais, et
qu'il y a aussi une certaine continuité dans le grain tectonique des chaînes plus récentes qui viennent se
mouler sur les boucliers. L'image du puzzle est cohérente.
La correspondance des structures géologiques entre l'Amérique du Nord et l'Europe confirme aussi l'idée de
Wegener. Les trois chaînes de montagnes, Appalaches (Est de l'Amérique du Nord), Mauritanides (nord-est
de l'Afrique) et Calédonides (Iles Britanniques, Scandinavie), aujourd'hui séparées par l'Océan Atlantique, ne
forment qu'une seule chaîne continue si on rapproche les continents à la manière de Wegener.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -31- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Figure 3.12. La correspondance des structures géologiques

3.2.2. Conséquences de la dérive des continents :

- Séparation de l’Amérique du bloc Europe-Afrique


- Migration de l’antarctique qui était autrefois collé à l’Afrique
- Migration de l’Inde et de l’Australie initialement solidaire de Madagascar

Tous ces mouvements de l’écorce terrestre et des plaques continentales ont des répercussions sur la
surface de la terre et sur la modification du paysage ainsi que la fusion par pression profonde magmatique.
Ces mouvements sont à l’origine des tremblements de terre, des éruptions volcaniques, des formations des
chaînes de montagnes et des diverses formes de fractures qui affecte les séries des roches quel que soit
leur origine.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -32- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 4. LES SEISMES

4.1. DEFINITIONS
Avant la formulation de la théorie de la tectonique des plaques, plusieurs grands phénomènes géologiques
(les séismes, les volcans, la déformation des roches, et la formation des chaînes de montagnes) défiaient
toutes explications logiques et rigoureuses. Il en était ainsi en ce qui concerne l'origine et la distribution des
séismes, les chaînes de montagnes. Avec la théorie de la tectonique des plaques tout devient clair. La
tectonique des plaques est devenue un modèle de la mécanique planétaire terrestre qui permet de
comprendre d'une façon unifiée les grands phénomènes géologiques.
Les séismes ou tremblements de terre constituent un phénomène géologique qui de tout temps a terrorisé
les populations qui vivent dans certaines zones du globe.
4.2. ORIGINE ET CARACTERISTIQUES DES TREMBLEMENTS DE TERRE
Lorsqu'un matériau rigide est soumis à des contraintes de cisaillement, il va d'abord se déformer de
manière élastique, puis, lorsqu'il aura atteint sa limite d'élasticité, il va se rupturer, en dégageant de façon
instantanée toute l'énergie qu'il a accumulé durant la déformation élastique.
C'est ce qui se passe lorsque la lithosphère est soumise à des contraintes. Sous l'effet des contraintes
causées (le plus souvent par le mouvement des plaques tectoniques), la lithosphère accumule l'énergie.
Lorsqu'en certains endroits, la limite d'élasticité est atteinte, il se produit une ou des ruptures qui se
traduisent par des failles. L'énergie brusquement dégagée le long de ces failles cause des séismes
(tremblements de terre).
Si les contraintes se poursuivent dans cette même région, l'énergie va à nouveau s'accumuler et la rupture
conséquente se fera dans les plans de faille déjà existants. A cause des forces de friction entre les deux
parois d'une faille, les déplacements le long de cette faille ne se font pas de manière continue et uniforme,
mais par coups successifs, dégageant à chaque fois un séisme. Dans une région donnée, des séismes se
produiront à plusieurs reprises le long d'une même faille, puisque cette dernière constitue un plan de
faiblesse dans la lithosphère. Il est à noter que les séismes ne se produisent que dans du matériel rigide.
Par conséquent, ils se produiront toujours dans la lithosphère, jamais dans l'asthénosphère qui est plastique.
Lorsqu'un séisme est déclenché, un front d'ondes sismiques se propage dans la croûte terrestre (figure 4.1).
On nomme foyer le lieu dans le plan de faille où se produit réellement le séisme, alors que l'épicentre
désigne le point à la surface terrestre à la verticale du foyer. Les séismes peuvent avoir diverses origines :
 par déplacement : c'est le cas dans le jeu d'une faille où deux compartiments se déplacent l'un par
rapport à l'autre. Il peut y avoir rupture des roches ou simplement "friction".
 par "explosion" : c'est le cas des séismes volcaniques où la pression des gaz et l'intrusion de
magma dans les roches provoque une fracturation des roches. Ce phénomène permet, à court
terme de prévoir une éruption.
 par "implosion" : c'est le cas de séismes superficiels où il y a effondrement d'une cavité ou
glissement de terrain.
 par action de l'Homme : Ce sont de petits séismes provoqués par une explosion souterraine,
atomique...

Figure 4.1. Caractéristiques des séismes : rais sismique (direction de propagation de l’onde)
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -33- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
4.3. LES ONDES SISMIQUES
On distingue deux grands types d'ondes émises par un séisme (figure 4.2) :
- les ondes de fond (ou ondes de volume), celles qui se propagent à l'intérieur de la terre (pouvant être
enregistrées en plusieurs points du globe) à et qui comprennent les ondes S et les ondes P ;
- les ondes de surface, celles qui ne se propagent qu'en surface (dans la croûte terrestre, et qui causent tous
ces dommages associés aux tremblements de terre) et qui comprennent les ondes de Love et de Rayleigh.
Les ondes P sont des ondes de compression assimilables aux ondes sonores et qui se propagent dans tous
les états de la matière (solide, liquide et gaz). Dans leur déplacement, elles créent successivement des
zones de dilatation et des zones de compression. Les particules se déplacent selon un mouvement avant-
arrière dans la direction de la propagation de l'onde.
Les ondes S sont des ondes de cisaillement qui ne se propagent que dans les solides. Les particules
oscillent dans un plan vertical, à angle droit par rapport à la direction de propagation de l'onde.
Les ondes de Love (L) sont des ondes de cisaillement, comme les ondes S, mais circulent parallèlement à
la surface terrestre, sont les plus dangereuses et les plus amples. Elles impriment au sol un mouvement de
vibration latéral.
Les ondes de Rayleigh sont assimilables à une vague; les particules du sol se déplacent selon une ellipse,
créant une véritable vague qui affecte le sol lors des grands tremblements de terre.
La structure interne de la Terre, ainsi que l'état et la densité de la matière, ont été déduits de l'analyse du
comportement des ondes sismiques. La vitesse de propagation des ondes sismiques est proportionnelle à la
densité du matériel dans lequel elles se propagent (figure 4.3).

Figure 4.2. Les ondes sismiques

Figure 4.3 : Relation entre vitesse de propagation des ondes sismiques et la densité de la matière
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -34- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
4.4. MESURE D'UN TREMBLEMENT DE TERRE
Nous disposons de deux échelles pour évaluer les tremblements de terre : l'échelle de Mercalli et l'échelle
de Richter. L'échelle de Mercalli a été développée en 1902 et modifiée en 1931 (figure 4.4). Elle indique
l'intensité d'un séisme sur une échelle de I à XII. Cette intensité est déterminée par deux choses: l'ampleur
des dégâts causés par un séisme et la perception qu'a eu la population du séisme. Il s'agit d'une évaluation
qui fait appel à une bonne dose de subjectivité. De plus, la perception de la population et l'ampleur des
dégâts vont varier en fonction de la distance à l'épicentre. On a donc avec cette échelle, une échelle variable
géographiquement. Mais, à l'époque, on ne possédait pas les moyens d'établir une échelle objective.

Figure 4.4 : L'échelle de Mercalli


L'échelle de Richter a été instaurée en 1935 (figure 4.5). Elle nous fournit ce qu'on appelle la magnitude
d'un séisme, calculée à partir de la quantité d'énergie dégagée au foyer. Elle se mesure sur une échelle
logarithmique ouverte; à ce jour, le plus fort séisme a atteint 9,5 sur l'échelle de Richter (Chili). Cette fois, il
s'agit d'une valeur qu'on peut qualifier d'objective : il n'y a qu'une seule valeur pour un séisme donné.
Aujourd'hui, on utilise un calcul modifié du calcul originel de Richter, en faisant intervenir la dimension du
segment de faille le long duquel s'est produit le séisme.
Aujourd'hui, nous n'utilisons que celle de Richter, mais les séismes du passé ne peuvent être évalués que
selon celle de Mercalli.
Le graphique qui suit (figure 4.5) met en relation, la magnitude des séismes, sur échelle arithmétique, et
l'énergie dégagée au foyer, sur échelle logarithmique; il présente aussi une comparaison entre quelques
séismes les plus connus.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -35- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Figure 4.5 : Magnitude à l'Echelle de Richter (modifiée par G. Ouillon.)

4.5. LOCALISATION D'UN TREMBLEMENT DE TERRE A LA SURFACE DE LA TERRE


En moins d'une heure après un tremblement de terre, on nous annonce son épicentre. Comment arrive-t-on
à localiser aussi rapidement et avec autant de précision un séisme ?
Les ondes P se propagent plus rapidement que les ondes S; c'est cette propriété qui permet de localiser un
séisme. Les ondes sismiques sont enregistrées en plusieurs endroits du globe par des appareils nommés
sismographes (appareil capable de "sentir" les vibrations de la terre) ; ces vibrations sont transmises à une
aiguille qui les inscrit sur un cylindre qui tourne à une vitesse constante. On obtient un enregistrement du
type ci-dessous (figure 4.6).

Figure 4.6 : Mesure des ondes sismique à partir du tracé d’un sismographe

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -36- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
En un lieu donné, comme les ondes P arrivent en premier, il y aura sur l'enregistrement sismographique un
décalage entre le début d'enregistrement des deux types d'ondes; ici par exemple, il y a un retard de 6
minutes des ondes S par rapport aux ondes P. Les vitesses de propagation des deux types d'ondes dans la
croûte terrestre ont été établies et on possède par conséquent des courbes étalonnées comme celles
présentées ci-dessous. Connaissant la distance d’une station de réception à l’épicentre, et le temps d’arrivé
des ondes, on peut construire les courbes de vitesse des ondes qui constituent un hodographe (figure 4.7).

Figure 4.7 : Hodographe : diagramme du temps d’arrivé d’une onde en fonction de la distance de l’épicentre
Ce graphique nous dit, par exemple, que pour franchir une distance de 2000 kilomètres, l'onde P mettra 4,5
minutes, alors que l'onde S mettra 7,5 minutes pour parcourir la même distance ; il y a un décalage de 3
minutes. Pour un séisme donné, il s'agit de trouver à quelle distance sur ce graphique correspond le
décalage obtenu sur l'enregistrement sismographique; on obtient alors la distance entre le séisme et le point
d'enregistrement. Dans notre exemple, la distance qui correspond à un décalage de 6 minutes est de 5000
km. Ceci ne nous donne cependant pas le lieu du séisme à la surface du globe. Pour connaître ce point, il
nous faut au moins trois enregistrements.
Les vitesses de propagation des ondes de compression Vp et des ondes de cisaillement Vs dans un solide
dépendent de trois paramètres : la densité ρ (ou masse volumique), le module d’incompressibilité K (lié à
l’élasticité des matériaux) et le module de cisaillement  (lié à la rigidité des matériaux,  = 0 dans les
liquides).

K et  sont exprimés en Pa, et sont de l’ordre de GPa


√ √ ρ est la masse volumique exprimée en Kg/m-3

4.6. LES TREMBLEMENTS DE TERRE ET LA TECTONIQUE DES PLAQUES


Les séisme n'ont pas une répartition aléatoire à la surface de la planète, mais sont répartis selon un patron
bien défini. Cette répartition ordonnée vient appuyer la théorie de la tectonique des plaques,
particulièrement, en ce qui concerne l'existence de zones de subduction. Les séismes sont fréquents dans
les régions où les contraintes tectoniques sont les plus fortes. On retrouve les séismes surtout aux frontières
des plaques lithosphériques, comme la « ceinture de feu du pacifique », le long des dorsales médio-
océaniques ainsi qu’à l’intérieur de certaines zone continentales. On distingue trois classes de séismes, en
fonction de la profondeur où ils se produisent :

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -37- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
- les séismes superficiels qui se produisent en faible profondeur, soit dans les premières dizaines de
kilomètres, et qui se retrouvent autant aux frontières divergentes, c'est à dire le long des dorsales médio-
océaniques qu'aux frontières convergentes au voisinage des fosses océaniques;
- les séismes intermédiaires qui se produisent entre quelques dizaines et quelques centaines de
kilomètres de profondeur et se concentrent uniquement au voisinage des limites convergentes;
- les séismes profonds qui se produisent à des profondeurs pouvant atteindre les 700 km, soit en pratique
la base de l'asthénosphère, et qui se trouvent exclusivement au voisinage de limites convergentes.
A la convergence de plaques, les trois classes de séismes se distribuent selon un patron défini. Prenons
en exemple, la zone de convergence Kouriles-Japon dans le nord-ouest du Pacifique (figure 4.7).

Figure 4.7 : Distribution des 3 classes de séisme à la convergence des plaques


On y voit que les trois classes de séismes se répartissent selon des bandes parallèles aux fosses
océaniques : d'Est en Ouest, séismes superficiels, séismes intermédiaires et séismes profonds. Pour
comprendre cette répartition, faisons une coupe (A-B) à la hauteur des Kouriles (figure 4.8).

Figure 4.8 : Répartition des classes des foyers sismiques

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -38- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Cette coupe montre que la plaque du Pacifique, à droite, vient s'enfoncer sous la plaque eurasienne, à
gauche, provoquant le volcanisme qui forme l'arc insulaire des Kouriles. Là où les deux plaques
lithospériques rigides entrent en collision et se courbent, les fractures dans la lithosphère produisent des
séismes de faible profondeur. L'enfoncement d'une plaque rigide dans l'asthénosphère plastique ne se fait
pas sans ruptures et fractures dans cette plaque, ce qui déclenche des séismes intermédiaires et des
séismes profonds. Puisque les séismes ne peuvent être initiés que dans du matériel rigide, cassant,
l’enfoncement de la plaque lithosphérique rigide dans l'asthénosphère, crée des séismes intermédiaires et
profonds. C'est pourquoi les séismes intermédiaires et profonds sont confinés aux frontières convergentes.
La répartition des foyers des trois classes de séismes dans cette plaque qui s'enfonce explique la répartition
des épicentres en surface.
A la divergence de plaques, la lithosphère océanique dépasse rarement les 10-15 km, ce qui fait qu'il ne
peut y avoir que des séismes superficiels (figure 4.9). Les mouvements qui se produisent sous la lithosphère
(convection) se font dans une asthénosphère plastique et par conséquent ne peuvent engendrer de
ruptures.

Figure 4.9 : Distribution des séismes superficiels à la divergence de plaques

Même si la grande majorité des séismes se situe aux frontières de plaques, il n'en demeure pas moins qu'on
connaît de l'activité sismique intraplaque (continentale ou océanique), c'est à dire à l'intérieur même des
plaques lithosphériques. Par exemple, les séismes associés aux volcans de points chauds sur les plaques
océaniques sont communs.

4.7. PREVENTION CONTRE LES SEISMES

Pour la prévention contre les seimes, une perspective à long termes est d’empêcher l’énergie de
s’accumuler dans les zones sismiques, soit en déclenchant de multiples séismes artificiels de faibles
amplitudes, soit en lubrifiant les zones susceptibles de mouvement. Toutefois, la meilleure protection est de
sensibiliser la population sur le respect des normes de construction dans l’immobilier.
Des règles de construction dites aséismiques ou parasismiques sont définies par des architectes dont la
plus fondamentale est d’éviter de construire sur des zones faillées et sur les zones dites sismiques (terrains
en pente ou terrains meubles). La solution japonaise préconise des constructions très légères qui
lorsqu’elles s’écroulent en cas de secousse, permet d’éviter des blessures graves a surtout un intérêt
historique. De ce faite, la tempe de toile est la meilleure dans les constructions asismiques. Les
constructions basées sur les empilements de pierres ou de briques sont à éviter.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -39- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 5. LES VOLCANS

5.1. DEFINITION
Le volcanisme est la manifestation la plus spectaculaire de l’évacuation de la chaleur de l’existence des
magmas. Cette manifestation se traduit par l’épanchement de laves, formation de relief, projection de
matériaux (solide, liquide ou gazeux), des explosions brutales et des secousses du sol (figure 5.1). Les
volcans mettent en relation la surface du globe avec des zones internes où les roches sont à une
température permettant leur fusion. Ces roches en fusion viennent s’épancher à la surface du sol. Ce
phénomène est intermittent : les phases d’émission alternent avec les phases de repos qui peuvent être trop
longues (le volcan est dit éteint). Certains le sont sans doute définitivement éteints mais d’autres exemples
montrent qu’il est impossible de l’affirmer.
L’ouverture par laquelle un volcan rejette sa lave (ou d’où s’échappe une panache de fumé) est appelé le
cratère. Ceci constitue un aspect moyen d’un volcan actif en période de rémission. Les volcans peuvent
présenter des aspects différents et les types d’appareils sont liés à la nature des produits émis ainsi qu’à la
nature des éruptions.
Contrairement au cas des séismes, dont le seul aléa (évènement incertain) direct est le mouvement du sol,
on ne devrait sans doute pas parler de l’aléa volcanique, mais des aléas volcaniques. En effet, de par la
variété des styles éruptifs et des matériaux émis correspondants, l’aléa volcanique possède une nature très
versatile : coulées de laves fluides, coulées pyroclastiques, nuées ardentes, projections de cendres, de
bombes ou de blocs, émissions de gaz.

5.2. MECANISME DE L’ERUPTION VOLCANIQUE


L’existence d’un magma va induire la formation d’un système de tension dans les couches supérieures de
l’écorce terrestre. Selon la direction et la vitesse des courants de convection, il va se produire des failles
dans lesquelles vont s’engouffrer des liquides formés au dépend du manteau. La pression qui règne dans la
chambre magmatique entraîne une sortie brutale du liquide magmatique au toit de la fracture.

5.3. LES DIFFERENTS VOLCANISMES


Il existe différentes formes d’appareils volcaniques. Ces formes dépendent fortement du type d'éruption qui
affecte les volcans. Il existe plusieurs types d'éruptions :
Les éruptions fissurales correspondent à la sortie d'une lave très fluide par des fissures qui affectent le sol.
On y observe peu d'explosions. Il n'y a donc pas de cône volcanique ni de cratère.
Les éruptions locales, limitées à un appareil volcanique, il en existe de plusieurs types plus ou moins
explosif. Elles sont classées selon leur dynamisme.
 Les éruptions effusives où la lave très fluide est la principale émission du volcan. Il y a peu de
projections. C'est le type Hawaïen (d’Hawaï). Le cône est donc constitué quasiment uniquement par les
coulées successives de laves qui ont refroidi. La lave est de type basaltique ;
 Les éruptions riches en projections : La lave reste fluide mais de nombreuses projections de bombes,
lapillis et cendres accompagnent les coulées. C'est le type Strombolien (de Stromboli en Italie) ;
 Les éruptions explosives : La lave, visqueuse, ne sort pas du volcan et provoque de nombreuses
explosions en empêchant la libération des gaz. Lors de ces explosions des nuées ardentes peuvent se
former. C'est le type Vulcanien (devVulcano en Italie). Dans certain cas la lave très visqueuse forme un
dôme, c'est le type Doméen. La lave est souvent du type Trachyte ou andésite. On note également les
volcans peléens (de la Montagne Pelée en Martinique), à lave très visqueuse, qui tend à former des
aiguilles en s'élevant au travers des fissures des extrusions précédentes.
Un volcan n'est pas fixé dans un type d'éruption mais peut avoir une activité modulée en fonction des
changements survenant dans le magma. C'est ainsi que l'on peut observer des séries volcaniques
(tholéïtiques, calco-alcalines et alcalines).

5.4. LES PRODUITS DU VOLCANISME


Ils sont émis sous trois formes différentes :
 des gaz, essentiellement de la vapeur d'eau (90%), du CO2, de l'acide chlorhydrique et des vapeurs de
soufre. Ces gaz sont libérés du magma lors de sa remontée en surface en raison de la diminution de la
pression. Ils participent à la fluidification de la lave ;
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -40- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
 des coulées : Ce sont les laves, coulées de roches en fusion, mais aussi les lahars, coulées boueuses
de cendres et lapillis souvent issues de la présence d'un lac volcanique ou d'une épaisse couche de
neige sur le volcan ;
 des projections. Selon leur diamètre on distingue :
 les bombes et blocs (plus de 32 mm de diamètre). Il s'agit de blocs arrachés au cratère ou de
morceaux de lave plus ou moins solidifiée qui refroidissent en tombant.
 les lapillis (entre 4 et 32 mm) et les cendres. Ce sont souvent de petits fragments de lave pulvérisés
lors de l'éruption. C'est parmi ces projections que l'on trouve les ponces (sorte d'écume de lave
solidifiée) et pouzzolanes.
 les nuées ardentes et ignimbrites. Les nuées ardentes correspondent à un mélange de gaz, gouttes de
lave en suspension et blocs expulsés du cratère à très grande vitesse. Le nuage formé, est très chaud
(jusqu'à 500°C) et dévale les pentes du volcan à plus de 200 km/h. Ces nuées sont extrêmement
meurtrières (catastrophe de la montagne pelée de 1902). Les ignimbrites sont formées selon le même
principe mais ne sont composées en majorité que de lave en suspension et de gaz formant une sorte
d'écume épaisse.

Figure 5.1 : Manifestation d’un volcan

5.5. MESURE D’UNE ERUPTION VOLCANIQUE


La masse de matériel émise lors d’une éruption pouvant varier sur une très large gamme de valeurs, une
échelle logarithmique a été établie (comme dans le cas des séismes avec la magnitude). On attribuait ainsi
une classe de magnitude variant de I à IX en fonction du logarithme du volume de matériau émis.
Une nouvelle échelle révisée définit le Volcanic Explosivity Index (VEI), qui est un nombre entier variant
de 0 à 8 (du moins pour les éruptions quantifiées jusqu’à présent), et qui décrit le volume mis en jeu (que
l’on définira plus tard par la magnitude) ainsi que la hauteur de la colonne éruptive (qui définira l’intensité).
Sa description est donnée dans le tableau 5.1 ci-dessous. Cet indice peut être mesuré pour les éruptions
explosives actuelles ou anciennes. Cette échelle ne peut cependant pas quantifier les éruptions purement
effusives, qui sont non explosives, et qui reçoivent par défaut un indice 0 ou 1.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -41- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
Tableau 5. Volcanic Explositivity Index (VEI)

D’après David M. Pyle « Sizes of volcanic eruptions », in “Encyclopedia of volcanoes”, Academic Press, 2000.

5.6. REPARTITION DES VOLCANS


Comme les séismes, les volcans ne se répartissent pas de façon aléatoire à la surface de la planète (figure
5.2). Plusieurs se situent aux frontières de plaques (volcanisme de dorsale et de zone de subduction), mais
aussi à l'intérieur des plaques (volcanisme intraplaque, comme par exemple le volcanisme de point chaud) :
Le volcanisme de dorsale : il y a des volcans sous-marins tout le long des dorsales, particulièrement dans
le rift central, là où il se forme de la nouvelle lithosphère océanique. Ce volcanisme nous est connu par
l'exploration des fonds océaniques, mais aussi par un cas particulier, celui de l'Islande, carrément assise sur
la dorsale de l'Atlantique-Nord et qui est formée uniquement de volcans ;
Le volcanisme de zone de subduction : Le volcanisme relié à l'enfoncement d'une plaque sous l'autre va
former des chaînons de volcans. La fameuse Ceinture de feu autour du Pacifique est l'expression de ce
volcanisme de convergence, mais selon qu'il s'agisse d'une collision entre deux portions de lithosphère
océanique, ou entre une portion de lithosphère océanique et une portion de lithosphère continentale, la
nature du volcanisme diffère ;
Le volcanisme de point chaud : Le volcanisme de point chaud est un volcanisme intraplaque, qu'on
retrouve principalement, mais pas exclusivement, sur la lithosphère océanique. Les fonds océaniques du
Pacifique en constituent un bon exemple.

Figure 5.2 : Répartition des volcans


La carte de répartition des volcans est très voisine de celle de la séismicité terrestre (figure 5.3). Cela traduit
le fait que la plus grande partie de l’énergie libérée par la terre est évacuée au niveau des frontières des
plaques lithosphériques. Il existe actuellement 1500 volcans actifs à la surface de la terre. La très grande
majorité des volcans de concentre soit dans les zones d’extension ou d’accrétion, c’est-à-dire des rifts qui,

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -42- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
lorsqu’ils sont immergés, constituent des dorsales médio-océaniques ; soit dans les zones de subduction où
s’enfoncent les plaques océaniques ou continentales.
62% des volcans actifs se distribuent autour de l’océan pacifique, parmi lesquels, 45% appartient aux arcs
insulaires ; 17% appartiennent aux marges continentales de l’Amérique du Sud. Les autres (38%) se
répartissent comme suit : 11% dans les îles de l’océan indien, 3% dans les îles de l’océan atlantique, 7%
dans les méditerranées et en Asie mineure et enfin 4% dans les fausses africaines.

Figure 5.3 : Répartition et localisation des volcans (Actuellement il existe 1 500 volcans actifs)

5.7. LES CONSEQUENCES DU VOLCANISME


Le volcanisme ne doit pas être vu comme un phénomène catastrophique car son activité peut présenter des
conséquences à plus ou moins long termes dont certaines s’avèrent bénéfiques. L’un des conséquences
bénéfiques les plus immédiats est le tourisme par exemple. Généralement, une éruption volcanique se
prolonge pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, c’est le cas d’Hawaï et de Saint Hélène où des vols
charters sont organisés à chaque éruption.
De manière très ponctuelle, les centres volcaniques fertilisent d’immenses régions, en particulier en
Indonésie où 80 Millions de javanais vivent de la fertilité dispensée par les volcans. Cependant, bien que l’on
n’essaye de domestiquer certains volcans ou leur manifestation secondaire à partir de la géothermie, leur
transformation en usine n’est pas encore une perceptive immédiate.
Enfin, d’un point de vue géologique, le volcanisme permet de mieux comprendre la structure de la terre et
son évolution.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -43- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 6. PROCESSUS DE DESTRUCTION DES ROCHES

6.1. INTRODUCTION
Les processus responsables de la destruction des roches et des reliefs, sont commandés par les types de
roches et leurs déformations. L'inégale résistance des roches aux actions qu'exercent les différents agents
de destruction favorise l'apparition de reliefs de dissection appelés modelés d'érosion. La morphologie ou
l’image que l’on a du paysage est le résultat que l’on a dans le temps de plusieurs phénomènes : altération,
érosion, transport et sédimentation. L’ensemble de ces processus est appelé processus
morphogénétique car, responsable de l'apparition de formes de dissection et d'accumulation. Selon les
différentes régions climatiques du globe, les formes et les processus diffèrent.
L’altération est la destruction de roches ignées, métamorphiques ou sédimentaires par désagrégation
mécanique et décomposition chimique, voire biologique (gélifraction, insolation, décompression, action des
racines, de l'eau, du vent, etc.). L'altération donne naissance à une grande variété de produits: sols, débris
rocheux, ions en solution dans les eaux superficielles.
L'érosion correspond à l'enlèvement de ces produits d'altération des zones d'altération active et le
Transport est leur mouvement vers les zones de dépôt. La Lithification est le résultat de processus
comme la compaction, la recristallisation, la cimentation.

6.2. L’ALTERATION
L'altération a pour effet de décomposer une roche en (1) des ions solubles et des grains qui vont être
mobilisés par l'érosion d'une part et en (2) un dépôt résiduel d'autre part, demeurant sur place
Les mécanismes responsables de l'altération, phénomène prenant place aux températures et pressions
"faibles" régnant à la surface de la terre, sont l'altération mécanique (ou physique), l'altération biologique
(organique) et l'altération chimique.

6.2.1. L’altération mécanique ou physique


Les 5 types de processus mis en œuvre dans l'altération physique sont les suivants :
- les alternances de gel-dégel, en climat suffisamment humide, fragmentent les roches (cryoclastie). L'eau
pénètre dans les pores et les fissures des roches, en gelant, augmente son volume de 9 à 10% et agit
comme un coin, élargissant progressivement les fractures, provoquant l’éclatement des roches. Ce
phénomène est fréquent dans les régions polaires et dans les zones où règnent de grandes différences de
températures entre le jour et la nuit. Au Sahara actuel par exemple, la température passe de 50°C le jour à
1°C la nuit ;
- dilatation thermique différentielle : en effet, les variations répétées de température (40 à 50°C
d'amplitude journalière dans le Sahara) ont à peu près le même effet que le gel ; les différences de dilatation
thermique entre les minéraux provoquent l'apparition de fractures dans les roches. Ce processus est le plus
fréquent dans les déserts arides ;
- effet de la tectonique : la décompression survient lorsque des roches ayant subi un enfouissement sont
libérées de la pression lithostatique par érosion des formations sur incombantes. Des joints de
décompression, pratiquement parallèles à la surface du sol se développent progressivement. Ce mode
d’action est ubiquiste (fréquent partout) ;
- l'usure mécanique par des grains détritiques emportés par le vent, l'eau, la glace ;
- désagrégation due aux racines des plantes : au fur et à mesure que les arbres grandissent, les racines
croissent et engendrent une pression sur les parois des joints et fragmentent les massifs rocheux. Ce
processus est également ubiquiste.

6.2.2. L’altération chimique


L'altération chimique agit de deux façons en fractionnant la roche en deux constituants :
- Certains minéraux (halite, calcite) sont dissous totalement et leurs ions sont évacués en solution. Cela
entraine le départ de certains éléments chimiques comme Ca, Na, Mg, K, Si, Fe. La solution contient les
métaux alcalins (Na, Cl,…) appelés alcalino-terreux qui sont évacués rapidement et se trouvent finalement
dans les bassins ou en mer pour alimenter la précipitation des calcaires, des dolomites et autres évaporites.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -44- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
- D'autres minéraux (résidus solides insolubles), comme les quartzs (Silice cristallisée), les micas ou les
feldspaths sont transformés en d'autres espèces minérales (surtout en argiles), souvent de granulométrie
plus fine et plus facilement mobilisables par l'érosion.
La plupart des réactions impliquées dans l'altération nécessitent la présence d'eau et d'air. En effet, peu de
minéraux réagissent à l’eau pure excepté les évaporites (sel) qui s’y dissolvent facilement (ex. le gypse,…).
Les eaux naturelles sont souvent acides du fait qu’elles contiennent du gaz carbonique (CO2) dissous et leur
action entraine sur les roches des oxydations et des hydratations.

Passons en revue les réactions les plus significatives impliquées dans l’altération des roches :
Mise en solution : c'est la réaction la plus simple, faisant intervenir de l'eau, ou un acide. Envisageons
quelques cas concrets :
 la solubilité du quartz est très faible (6 ppm dans les eaux de surface); la réaction de mise en solution
est la suivante : SiO2 + 2H2O  H4SiO4
 la calcite, par contre est beaucoup plus soluble, parce que l'eau de pluie se charge en CO 2 et agit
comme un acide faible lors de sa mise en contact avec la calcite (environ 2000 ppm). La réaction est
la suivante : CaCO3 + H2O + CO2  Ca+++ 2HCO3- (bicarbonate en solution).
 la halite et les autres halogénures sont très solubles (solubilités de l'ordre du millier de ppm).
+
Hydrolyse. Cette réaction est le processus par lequel un cation d'un minéral est remplacé par le H d'une
solution acide. Cette réaction a pour conséquence de détruire le minéral (mise en solution complète) ou de
le convertir en une nouvelle espèce. A titre d'exemple, l'olivine et le pyroxène se dissolvent complètement,
alors que les feldspaths se dissolvent partiellement, produisant de la silice en solution et des minéraux
argileux. Comme les eaux météoriques contiennent du CO 2 dissout, les réactions se présentent comme
suit:
 Mg2SiO4 (forstérite) + 4 H2 CO3  2 Mg + 4 HCO3 + H4SiO4
++ -

 4 NaAlSi3O8 (albite) + 4 H2 CO3 + 18H2O  4 Na + 8H4SiO4 + Al4Si4O10(OH)8 (kaolinite) + 4 HCO3


+ -

Remarque : ces réactions d'altération des minéraux silicatés sont donc des "pompes" à CO 2
atmosphérique.
Hydratation et déshydratation, ou de manière plus concrète: minéral + eau = nouveau minéral hydraté; la
déshydratation étant le processus inverse. Les réactions les plus importantes sont :
 la déshydratation du gypse pour produire de l'anhydrite : CaSO4(2H2O)  CaSO4+ 2 H2O;
 l'hydratation de l'hématite pour produire de la limonite : Fe2O3+ 3 H2O  2 Fe(OH)3;
 l'hydratation de la kaolinite pour produire de la gibbsite.
2+ 3+
Oxydation-réduction. Le processus d'oxydation le plus connu est la transformation de Fe en Fe ; le Mn
se comporte de la même manière que le fer, avec la pyrolusite (MnO 2) et le manganite (Mn2O3.H2O) comme
principaux produits d'oxydation.
 (Fe2+)2SiO4+ ½ O2+ 5 H2O  2 Fe3+(OH)3 + H4SiO4
 4 FeS2+ 15 O2 + 8 H2O  2 Fe2O3+ 8 H2SO4

6.2.3. L’altération biologique


Il s’agit de processus donnant la formation des sols qui sont des produits biologiques (constitués de débris
de roches et de matière organique essentiellement d’origine végétale).
On distingue l'altération provoquée par l'action chimique de composés produits par des organismes (plantes,
microbes,...) de l'action purement mécanique de plantes ou d'animaux (par exemple : dilatation progressive
des racines jouant le rôle de coin dans des fractures de roches). L'ingestion de matériaux par des animaux
vivant dans les sols est un processus faisant intervenir en même temps ces deux types de mécanismes.
Un premier processus important est l'oxydation de la matière organique (par la fermentation ou la
respiration), produisant de l'eau et du CO2, lui-même impliqué dans des réactions de mise en solution :
C6H12O6+ 6 O2  6 CO2+ 6 H2O
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -45- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
La combinaison du CO2 et de l'eau donne naissance à l'acide carbonique (H2CO3), un acide faible qui peut
néanmoins solubiliser la calcite (ou un autre carbonate) :

H2CO3+ CaCO3 Ca++ + 2 HCO3-


L'action des microorganismes est importante et ne se limite pas à la production de CO 2. Dès leur arrivée en
subsurface, les minéraux des roches sont soumis à leur métabolisme. Des colonies microbiennes croissent
à leur surface, s'infiltrent dans les fractures à la recherche d'éléments essentiels à la vie. L'altération
microbienne se manifeste surtout sous la forme d'une dissolution par des acides organiques dont le plus
fréquent est l'acide oxalique. L'attaque des minéraux par ces acides libère des cations métalliques qui,
combinés aux anions organiques donneront naissance à des complexes organo-métalliques (dans le cas
des oxalates, combinés au calcium issu de la dissolution des carbonates, cela donnera naissance à CaC 2O4,
fréquent dans les sols).

Figure 6.1 : Altération physique. A) cryoclastie d'un basalte (roche macrogélive), Islande; B) cryoclastie d'un schiste
(roche microgélive), Belgique; C) joints de décompression dans un massif granitique, Ploumanach; D) glace chargée de
sable et de graviers, Pyrénées.

Figure 6.2 : Profils d'altération. A) en climat tempéré, Habay, Belgique. Un sol très peu épais surmonte des sables et
argiles triassiques. B) en climat tropical, Broome, Australie. La coloration rouge du sol est due à l'accumulation des
oxydes-hydroxydes de fer; rm: roche-mère ; s: profil d'altération.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -46- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
6.3. EROSION ET TRANSPORT
L'érosion correspond à la mobilisation des produits de l'altération. Une fois libérés, ces produits sont
transportés par l'air, l'eau, la glace (...) sous l’action de la pesanteur, laissant certaines "formes d'érosion"
caractéristiques sur le massif rocheux soumis à l'altération. Le transport pouvant se faire par l’eau ou l’air.
Les sédiments sont transportés depuis les zones sources jusqu'aux zones de dépôt par trois types de
processus :
1) glissements en masse par gravité en l'absence de fluides (avalanches de débris, glissements de terrain) ;
2) écoulements gravitaires en présence de fluides ;
3) écoulements d'eau, d'air ou de glace.

6.4. SEDIMENTATION ET DEPOT


La sédimentation est la chute de matière solide dans un liquide. Au sein du cycle géologique, les processus
sédimentaires comprennent l'altération, l'érosion, le transport, le dépôt et la diagenèse. Les sédiments
détritiques, formés de grains issus de la dégradation de roches préexistantes, transportés et déposés dans
un bassin de sédimentation, constituent l'illustration la plus évidente de cette partie du cycle géologique.
Dans le cas des sédiments biogènes et chimiques, résultats de la précipitation organique et/ou chimique, les
constituants sont amenés au bassin sédimentaire sous la forme d'ions solubles. Une exception notable est
cependant fournie par les sédiments d'origine volcanique, où les particules sont injectées directement dans
le milieu de dépôt.
La sédimentation peut être marine ou continentale et peut se faire à partir de matières détritiques ou à partir
de solution et de colloïdes (substance dissoute sous forme de particules de très petits diamètres).
Au moment de se déposer, les particules sédimentaires s’organisent sous l’influence des forces
hydrodynamiques et aérodynamiques responsables de leur transport jusqu’à leur lieu de sédimentation.
Cette organisation se traduit souvent par des structures d’autant plus variées que les forces en jeux sont
diverses et changeantes. Ce qui explique que les structures sédimentaires les plus diversifiées et
nombreuses s’observent dans les milieux côtiers et sur les marges continentales.
Dès qu'une particule est mise en suspension, elle commence aussitôt à sédimenter. Le dépôt des particules
a lieu lorsque la vitesse de l'agent de transport diminue ou lorsque cet agent de transport disparaît (fin du
ruissellement, décrue de la rivière, écoulement pénétrant dans un milieu immobile, un lac par exemple).
La vitesse de sédimentation d’une particule colloïdale en régime laminaire est régie par la loi de Stokes :
où c = (ρp - ρf).g/18µ : est une constante
vs : représente la vitesse de sédimentation,
µ : la viscosité du fluide, g : force de pesanteur (facteur d’accélération ω²r),
ρf : masse volumique du fluide ; et ρp : celle de la particule,
d : est le diamètre de la particule.
A minéralogie constante, la vitesse de sédimentation augmente avec la taille des grains ( Figure 6.3).
Les minéraux lourds, de densité élevée, sédimentent rapidement ; les fluides très visqueux (coulées de
boue) peuvent transporter des grains beaucoup plus gros que les fluides moins visqueux ; les particules
allongées (paillettes de micas) ont une vitesse de sédimentation plus lente ; les particules très anguleuses
génèrent autour d'elles de petits tourbillons qui ralentissent leur chute.

Figure 6.3 : Sédimentation des particules


Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -47- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 7. LES GRANDS ENSEMBLES DE ROCHES

7.1. DEFINITIONS
Trois grands types de roches forment la croûte terrestre. La figure 7.1 présente ces trois grands types, ainsi
que les processus qui conduisent à leur formation :
Les roches ignées (ou magmatiques) résultent du refroidissement et de la cristallisation de magmas, issus
soit du manteau, soit de la fusion de roches métamorphiques. Les roches métamorphiques résultent de la
modification, par l'action de la chaleur et de la pression, de roches ignées ou sédimentaires, lesquelles
proviennent de la lithification par diagenèse de sédiments. Comme ces sédiments proviennent de la
désagrégation de roches sédimentaires, métamorphiques ou magmatiques, l'ensemble de ces phénomènes
forme un cycle appelé "cycle géologique". Ce schéma véhicule ainsi l'idée de la cyclicité des processus.

Figure 7.1 : Processus de formation des trois grands types roches (cycle géologique)
Le magma est à l'origine de la formation de la croûte terrestre, d'abord au niveau des dorsales océaniques,
puis, par addition à la croûte déjà présente, aux niveaux des points chauds et des zones de
subduction/obduction. Il constitue donc le cœur de ce diagramme; il en est le point de départ et le point
d'arrivée du cycle. La première phase du cycle est constituée par la cristallisation du magma, un processus
qui conduit à la formation d'un cortège de minéraux silicatés. C'est ce premier processus de cristallisation qui
forme les roches ignées, issues de matériaux en fusion provenant de l’intérieur de la Terre (magma).
Lorsqu'elles sont amenées à la surface du globe par les processus dynamiques de la tectonique des
plaques, lors de la formation de chaînes de montagnes par exemple, et qu'elles sont exposées aux
intempéries de la surface, les roches ignées s'altèrent et se désagrègent en particules de tailles variées.
L'érosion par l'eau, la glace et le vent transportent les particules pour former un dépôt meuble, un sédiment
(gravier, sable, boue). Puis ce sédiment se transforme progressivement en une roche sédimentaire,
littéralement une roche déposée. Cette transformation se fait selon un ensemble de processus qu'on appelle
la diagenèse, le principal processus étant la cimentation des particules entre elles.
Dans les chaînes de montagnes, une portion du matériel sédimentaire est enfouie sous des conditions de
températures et de pressions très élevées; les roches sédimentaires se transforment alors en roches
métamorphiques (roches ayant acquis une autre forme). Ce processus de transformation sous l'effet de
températures et de pressions élevées est le métamorphisme. Comme les roches sédimentaires, les roches
ignées peuvent aussi être soumises aux processus du métamorphisme et produire des roches
métamorphiques.
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -48- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
7.2. LES ROCHES IGNEES OU MAGMATIQUES
Le magma, qui est un mélange de cristaux et d’un liquide, se forme à l’intérieur du globe, à la limite de la
lithosphère et de l’asthénosphère (entre 70 et 120 km de profondeur) par une fusion partielle du manteau
supérieur. Les roches magmatiques sont des roches qui se sont formées à la suite du refroidissement et de
la consolidation d’un magma. Les roches magmatiques regroupent les roches éruptives (ou volcaniques) et
les roches endogènes (ou plutoniques). Selon le niveau de mise en place du magma, on distingue trois
groupes de roches magmatiques :
- Les roches de profondeur : le magma se bloque en profondeur dans la croûte où il va se refroidir et
cristalliser entièrement donnant à la roche une texture grenue. Toute une gamme de roches plutoniques
s’exprime : gabbro, diorite, granodiorite, granite, syénite, monzonite, qui traduit les différents degrés de
différenciation du magma ;
- Les roches de semi profondeur : elles se cristallisent lorsque le magma est monté plus haut que le cas
précèdent. Il se trouve dans un encaissant plus froid où le refroidissement est plus rapide. La roche est
entièrement cristallisée. Cependant, on peut exceptionnellement trouver des verres. C’est le domaine des
roches filoniennes ;
- Les roches volcaniques (ou effusives) : le magma arrive en surface, c'est la lave. Cette lave se refroidit
rapidement et les minéraux ne sont pas entièrement cristallisés, et vont présenter une texture microlitique
(des cristaux dans une pâte). On a donc des roches vitreuses en dehors de petits cristaux au cours de la
remonté du magma. Cette lave issue des profondeurs pourra être différente d’un volcan à un autre volcan.
Ainsi, selon le degré de différenciation du magma lors de sa remontée et de son passage, et parfois de son
séjour, dans une chambre magmatique nous allons avoir : du basalte, trachybasalte, trachyandésite,
trachyte, des rhyolites, des phonolites, etc.
La figure 7.2 présente la composition des roches ignées : L'assemblage ultramafique donne lieu à une roche particulière,
composée presqu'exclusivement d'olivine, avec un peu de pyroxènes, une roche très peu abondante à la surface même
de la terre, la péridotite. Cette dernière constitue principalement le manteau. L'assemblage mafique donne des
basaltes ou des gabbros, des roches qui sont riches en pyroxènes et en feldspaths plagioclases calciques, avec
possiblement une petite quantité d'olivine ou d'amphiboles. L'assemblage intermédiaire constitue les andésites et les
diorites. Ce sont des roches composées d'amphiboles et de feldspaths plagioclases dont le contenu en calcium et
sodium est intermédiaire entre les deux pôles, avec possiblement un peu de quartz et de biotite. Pour sa part,
l'assemblage felsique fournit des rhyolites et des granites dont la composition principale est le quartz, le feldspath
potassique et le feldspath sodique, avec un peu de micas comme la biotite et la muscovite.

Figure 7.2 : Composition des roches magmatiques


7.3. LES ROCHES EXOGENES
Les roches exogènes sont par définition des roches formées à la surface de la terre, c’est-à-dire sur le sol ou
au fond des eaux. Elles ont pour origine :
- soit l’érosion et le transport de matériaux issus de roches préexistantes ;
- soit l’activité des êtres vivants ;
- soit des phénomènes purement chimiques.
Les roches exogènes se subdivisent en deux catégories : les roches sédimentaires et les roches résiduelles.
Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -49- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
7.3.1. Les roches sédimentaires
Les roches sédimentaires sont construites avec des matériaux provenant de la destruction de roches
préexistantes, puis transportés et déposés. Elles sont déposées en couches, en strates et peuvent
emprisonner au moment de leur formation, des êtres vivants ou morts qui restent dans les roches à l’état de
fossiles. Suivant leur mode de formation, les roches sédimentaires ont deux origines : une origine détritique
d’une part et une origine chimique et biochimique d’autre part.
Si les roches ignées forment le gros du volume de la croûte terrestre, les roches sédimentaires forment le
gros de la surface de la croûte. Elles représentent 5% en volume de la croûte et en couvrent 75% de la
surface. Les roches sédimentaires ont une grande importance du point de vue économique : le pétrole, le
gaz, le charbon, l’uranium, les matériaux de construction sont d’origine sédimentaire. Elles ont aussi une
importance scientifique : c’est le seul type de roches contenant des fossiles.
Quatre processus conduisent à la formation des roches sédimentaires (figure 7.3) : l'altération superficielle
des matériaux qui produit des particules, le transport de ces particules par les cours d'eau, le vent ou la
glace qui amène ces particules dans le milieu de dépôt, la sédimentation qui fait que ces particules se
déposent dans un milieu donné pour former un sédiment et, finalement, la diagenèse qui transforme le
sédiment en roche sédimentaire.
La diagenèse est un ensemble des divers processus d'enfouissement de sédiments s'accompagnant d'une
augmentation de température, de pression et de compaction avec perte d'eau. Par des phénomènes
physiques et chimiques, un sédiment nouvellement déposé se transforme progressivement en une roche
consolidée et cohérente.

Figure 7.3 : Processus de formation des roches sédimentaires


Le matériel sédimentaire peut provenir de trois sources : (1) une source terrigène, lorsque les particules
proviennent de l'érosion du continent ; (2) une source allochimique, lorsque les particules proviennent du
bassin de sédimentation, principalement des coquilles ou fragments de coquilles des organismes ; (3) une
source orthochimique qui correspond aux précipités chimiques dans le bassin de sédimentation ou à
l'intérieur du sédiment durant la diagenèse.

7.3.2. Les roches résiduelles


Les roches résiduelles sont obtenues au cours de l’altération des roches sur place par hydrolyse. Selon
l’élément chimique concentré dans la roche, on distinguera des roches riches en fer, aluminium ou
manganèse. La dégradation des minéraux ferromagnésiens abouti au stade ultime à la formation
d’hydroxyde de fer, de magnésium et de manganèse constituant les roches appelées latérites. On rencontre
souvent les latérites, les cuirasses latéritiques et les curasses magnésifères.
L’hydrolyse peut être schématisée comme suit :
Minéral primaire (roche) + solution d'attaque (eau faiblement chargée en ions)  minéral secondaire (qui
vont former les sols) + solution de lessivage (eau chargée en ions).
Le processus de la formation des roches exogènes est schématisé par la figure 7.4.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -50- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
ROCHE MÈRE

Altération dominante Erosion dominante

Minéraux d’altération Solution colloïdale Détritus

Sans transport Transport et Transport et Transport et Dépôt


Précipitation utilisation par
des organismes

Roches d’origines Roches


Chimiques et Biologiques Détritiques

ROCHES RÉSIDUELLES ROCHES SÉDIMENTAIRES

Figure 7.4 : Processus de formation et de classification des roches exogènes

7.4. LES ROCHES METAMORPHIQUES


Le métamorphisme est l’ensemble des transformations d'une roche à l'état solide du fait d'une augmentation
de température et/ou de pression, avec cristallisation de nouveaux minéraux, dits néoformés, et acquisition
de textures et structures particulières. La roche étant soumise à des conditions différentes de celles où elle
s’est formée. Le métamorphisme s’exprime par la disparition d’un minéral ou d’un assemblage de minéraux
cristallisés : dans des conditions de la surface (cas d’une roche sédimentaire), dans les conditions de
cristallisation d’un magma (si elle était magmatique) ou encore dans les conditions d’un métamorphisme
antérieur (si elle était déjà métamorphique).
Lorsque le métamorphisme affecte une roche sédimentaire, on parle de paramétamorphisme. Exemple 1 :
paragneiss dérivé d’un grès métamorphisé.
Lorsque le métamorphisme affecte une roche magmatique, on parle d’orthométamorphisme. Exemple 2 :
Orthogneiss dérivé d’un granite métamorphisé.
Lorsque plusieurs phases métamorphiques affectent une roche, on parle de polymétamorphisme.
La roche de départ peut être donc n'importe quelle roche (magmatique, sédimentaire ou métamorphique) et
est appelé protolithe. Les roches métamorphiques se forment dans les zones de déformation intense de la
croûte terrestre : les zones de subduction, les chaînes de montagnes etc...

7.4.1. Facteurs de métamorphisme


Le métamorphisme des roches est gouverné par deux facteurs : la pression et la température.
- La pression s’exprime sous deux formes : la pression lithostatique et la pression dirigée ou contrainte. La
pression lithostatique en un point est due au poids des roches sous-jacentes. La pression dirigée
exprime d’abord une déformation plastique qui atteint le seuil de rupture.
- La température détermine les zones de stabilité des minéraux. Elle augmente avec la profondeur de la
terre suivant un gradient géothermique dont la valeur moyenne est de 30 à 40°C/km dans les zones
anciennes et stables comme les boucliers et les grands bassins sédimentaires ; il est de 80 à 100°C/km
dans les zones instables comme les montagnes récentes et de 150 à 200°C/km dans les zones volcaniques
dites instables par définition.

7.4.2. Structure des roches métamorphiques


Les transformations qui interviennent dans le processus de métamorphisme font acquérir aux roches des
structures particulières. On peut en distinguer 3 types qui se succèdent avec l’intensité du métamorphisme :
- Stratification : qui est issue des phénomènes de sédimentation. Elle est perpendiculaire aux forces en jeu
(pression lithostatique). Elle concerne le débit de la roche ;

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -51- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
- Schistosité : feuillage plus ou moins serré présenté par certaines roches métamorphiques, distinct de la
stratification, et selon lequel elles peuvent se débiter en lames plus ou moins épaisses et régulières ; la
roche se débite en feuillets de même composition minéralogique. Cette disposition apparaît à partir de 5 km
de profondeur. La schistosité peut apparaître lors de la diagenèse (pression lithostatique) mais elle est
souvent à relier aux contraintes tectoniques. Le plus souvent la schistosité est perpendiculaire ou oblique
aux forces en jeu.
- Foliation : structure de certaines roches métamorphiques où, à la schistosité, s’ajoute une différentiation
pétrographique entre des lits constitués de minéraux différents. A l’issu de la transformation des minéraux
préexistants, les nouveaux minéraux qui apparaissent s'aplatissent et s'orientent selon la direction de la
schistosité. Ils peuvent se regrouper sous forme de lit. Le front de foliation serait situé vers 10 Km de
profondeur (Micaschistes, gneiss).
- Les textures cristallines : Granoblastique (quartz, marbre, cornéenne) ; Lépidoblastique (schiste, mica) ;
Porphyroblastique (amphibole, chlorite) ; Granolépidoblastique (gneiss, micaschiste).

7.4.3. Minéraux des roches métamorphiques


On trouve dans les roches métamorphiques, les mêmes minéraux que celles des roches magmatiques
(quartz, feldspath, mica, olivine, pyroxène, amphibole) ou des roches sédimentaires (minéraux carbonatés,
argileux, ferrugineux, salins, carbonés, etc.). En plus de ces minéraux, on a des minéraux du
métamorphisme : l’andalousite, le disthène, la sillimanite, la staurotide, la cordiérite, les grenats, etc.
Ce ont en général des formes du silicate d’alumine. Les cristaux de ces minéraux sont petits mais dans
certaines roches, ils prennent des tailles exceptionnelles. Ces minéraux sont de bons repères thermo-
barométriques. Ce qui veut dire que la présence de l’un de ces minéraux dans une roche donne une
indication sur les conditions de température et de pression qui régnaient dans la zone de l’écorce terrestre
où cette roche a été cristallisée.

7.4.4. Différents types de métamorphisme


On peut distinguer 4 types de métamorphismes :
Le métamorphisme d'impact (ou de choc) : il se forme lors de l'impact de grandes météorites. On y
retrouve une forme de silice de très haute pression, la coésite, ainsi que des phases vitreuses montrant une
fusion ;
Le métamorphisme de contact : ce métamorphisme doit son origine à la chaleur d’une intrusion
magmatique. La différence de température entre le granite intrusif et l'encaissant est telle que les roches de
l'encaissant au contact de ce granite intrusif vont subir un métamorphisme. L’affleurement de la zone
métamorphisée dessine une auréole de métamorphisme de contact (figure 7.5). Cette auréole est constituée
de roches métamorphiques. C'est principalement la température qui intervient ici, il y a peu de déformations
liées à la pression. L'intrusion du magma, en poussant les terrains déjà en place, peut toutefois induire une
schistosité. Il n'y a souvent qu'un réarrangement minéralogique sans échange avec d'autres corps que la
roche originelle (métamorphisme isochimique).
Ce métamorphisme évolue suivant la séquence : diagenèse – schiste tacheté – cornéennes au contact du
granite (pas d'orientation préférentielle des micas et de l'andalousite).
Le métamorphisme régional : il correspond à des zones métamorphisées de plus de 10 km. C’est un
métamorphisme de haute température encore appelé métamorphisme d’enfouissement car lié à un
enfouissement ou à des phénomènes tectoniques liés par exemple aux chaînes de montagnes. Les
minéraux de ces roches métamorphiques sont souvent aplatis et orientés le long des plans de foliation
(figure 7.6). On peut y observer une succession de terrains de plus en plus métamorphisés de même qu'une
schistosité de plus en plus poussée. On distingue dans le métamorphisme régional, trois faciès
métamorphiques avec des minéraux caractéristiques auxquels on associe leur degré de métamorphisme :
- Faciès schiste verts (chlorite, Epidote, Séricite) : métamorphisme épizonal ;
- Faciès amphibolite (Amphibole, Biotite, Muscovite) : métamorphisme mézosonal ;
- Faciès granitique (Pyroxène) : métamorphisme catazonal.
Métamorphisme dynamique (ou cataclastique) : dans ce type de métamorphisme, la transformation de la
roche est sous la seule dépendance de la pression. Les roches d’un tel métamorphisme se trouvent dans la
partie haute de la lithosphère.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -52- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
7.4.5. Séquences métamorphiques
On appelle série ou séquence métamorphique, un ensemble de roche de même composition chimique mais
de composition minéralogiques différentes et qui résultent du métamorphisme de plus en plus intense d’une
roche initiale. C’est la roche initiale qui donne son nom à la série. Quelques exemples de séries
métamorphiques sont représentés à la figure 7.7.

Figure 7.5 : Métamorphisme de contact : Les minéraux de la roche encaissante sont transformés par la
chaleur et on obtient une roche métamorphique

Figure 7.6 : Métamorphisme régional et la foliation métamorphique.

CARBONE --------- GRAPHITE -------- DIAMANT


MAMSE ------------- MICASHISTE ----- AMPHIBOLITES -- PYROXENITE
Figure 7.7 : Nom des roches métamorphiques suivant le degré de métamorphisme

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -53- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
CHAPITRE 8. LES GRANDS ENSEMBLES GEOLOGIQUES DE LA CÔTE D’IVOIRE
8.1. DEFINITION
Les principales formations géologiques de la Côte d’Ivoire se distinguent par : un socle cristallin
Précambrien (Archéen et Protérozoïque) situé dans le compartiment méridional du craton Ouest africain qui
occupe la quasi-totalité du territoire (97,5%), sur lequel se sont déposés des formations sédimentaires
côtières (2,5%) qui s’étendent de l’Est à l’Ouest, le long du littoral à partir de la frontière Côte d’Ivoire-Ghana
jusqu’à Sassandra (figure page suivante).

8.2. LE SOCLE CRISTALLIN DE LA CÔTE D’IVOIRE


Grâce aux mesures géochronologiques, l’histoire du socle Précambrien de la Côte d’Ivoire peut être divisée
en deux grandes période : le mégacycle libérien (3000 à 2500 Ma) et le mégacycle éburnéen (2500 et
1500 Ma). Postérieurement à ces mégacycles, des kimberlites et dolérites fournissent quelques âges
radiométriques compris entre 1500 et 284 Ma. Par ces âges, le mégacycle libérien appartient à l’Archéen et
le mégacycle éburnéen au Protérozoïque inférieur et au début du Protérozoïque moyen.

8.2.1. Le domaine archéen


Le domaine archéen couvre toute la partie Ouest de la Côte d’Ivoire a une histoire continentale qui débute
entre 3600 à 3500 Ma. Ce domaine, situé à l’Ouest de la faille du Sassandra est caractérisé par le
mégacycle orogénique libérien et est marqué par deux principaux stades tectono-métamorphiques qui se
sont succédés : le Léonien (3220-3000 Ma) et le Libérien
L’Archéen est formé de roches métamorphiques : gneiss gris, migmatites, granulites, quartzites à
magnétites stratifiées et quartzites ferrugineux lités (itabirites). On note également la présence d’intrusion
de charnockites (granites à gros cristaux d’hypersthènes). Ces formations sont parfois surmontées par des
métasédiments catazonaux que sont les itabirites (roches constituées d’hématite et de quartz à l’exclusion
de tout autre minéral silicaté).
Dans l’ensemble, les trois types de roches (gneiss, migmatites, quartzites) sont affectés par des
déformations importantes attribuées à l’orogenèse libérienne.
L’Archéen est souvent un complexe ultrabasique renfermant du fer, du cuivre et du nickel, siège d’une
minéralisation métasédimentaire. Il s’agit d’un type de minéralisation primaire car a lieu dans des roches
mères ; la minéralisation est dite secondaire quand elle a lieu après un transport des sédiments provenant
de la roche mère. Quelques formations appartenant à cette époque se distinguent :
- les formations ferriques des Monts Klohoyo, Tia et Gao dans la région de Man ;
- les formations nickélifères de Touba et de Biankouma ;
- les formations de titane de Sangouiné ;
- les formations molybdène de Guehiébly (à Douekoué).

8.2.2. Le domaine protérozoïque


Le domaine Protérozoïque (ou paléoprotérozoïque) couvre la plus grande partie du socle ivoirien, situé à
l’Est de la faille de Sassandra. Il se caractérise par la présence d’un mélange de roches libériennes
reprises par l’orogenèse éburnéenne et de roches birimiennes datées de 2500 à 1500 Ma. Dans ce
domaine, le métamorphisme a été moins intense, mésozonal à épizonal.
Le protérozoïque est formé par un ensemble de sillons volcaniques séparés par des panneaux de
formations granitiques (granitoïdes) ou granito-gneissiques et de sillon sédimentaires, métamorphiques,
orientés dans la direction SSW-NNE. Il comprend des bassins sédimentaires qui ont été comblés par des
fossiles de foraminifères et matériels pélitieux (roches à grains très fins). Les dépôts volcaniques ou volcano-
sédimentaires et les sédiments détritiques formant parfois dans le Sud-Est le faciès flysch (roche
métamorphique d’origine sédimentaire) déposé dans les sillons à métamorphisme épizonal et plus rarement
mésozonal se distinguent. Le complexe volcano-sédimentaire est le siège d’une minéralisation métallique
(cuivre, or, nickel). Quelques gisements sont formés :
- gisement de manganèse de Mokta (à Grand-Lahou) ;
- gisements d’or à Ity (Danané) et à Afema (Aboisso) ;
- gisement de bauxite à Elingué, Bénéné (Bongouanou) et Sinfra.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -54- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU
8.3. LE BASSIN SEDIMENTAIRE CÔTIER DE LA CÔTE D’IVOIRE
Le bassin sédimentaire côtier appartient à un vaste ensemble sédimentaire dessiné par la frange littorale
des quatre pays (Côte d’Ivoire, Togo, Bénin et Nigéria). La subsidence du bassin sédimentaire a débuté au
Crétacé supérieur à quaternaire et se poursuit jusqu’à nos jours. Celui de la Côte d’Ivoire est composé de
formations post éburnéennes et s’étend le long de la façade Atlantique de Fresco (à l’Est de la ville de
Sassandra) à Axim au Ghana voisin.
Le bassin sédimentaire ivoirien est constitué de deux unités géologiques bien distinctes séparées par une
discordance majeure avec la lacune Fin Précambrien-Crétacé :
- substratum Précambrien représenté par les schistes métamorphiques et les granites intrusifs ;
- les formations sédimentaires constituées de sédiments argileux et sableux d’âges secondaire,
tertiaires, et quaternaire en bordure de la côte jusqu’au plateau continental.
Le bassin sédimentaire de Côte d’Ivoire est traversé d’Est-Ouest par une faille appelée faille des Lagunes.
Elle a un pendage sud, un rejet pouvant atteindre 5000 m et un tracé Est-Ouest passant par Grand-Lahou,
Akounougbé et Allangouanou au Ghana.

Géologie Générale - ISFOP 1AGMP/K (BTS) 2012-2013 Page -55- Enseignant : M. ASSOMA TCHIMOU