Sie sind auf Seite 1von 16

L’ é m a n c i p a t i o n d e s t r a v a i l l e u r s s e r a l ’ œ u v re d e s t r a v a i l l e u r s e u x - m ê m e s

6 444
131
INFORMATIONS
INFORMATIONS
OUVRIÈRES

abonnés reçoivent
nouvelle série

ce numéro.
Et vous ?
Semaine du 13

OUVRIÈRES
N0 (2525)

au 19 janvier 2011
1,5 euro (soutien 2 euros) (page 16)
ISSN 0813 9500

Pour les actionnaires du CAC 40 :


TRIBUNE LIBRE DE LA LUTTE DES CLASSES

T ou t u n
L’actualité
40 milliards de dividendes en 2010... La Poste,
la SNCF,
Pour les travailleurs : EDF, GDF...
“Il y aura des décisions difficiles
à prendre”, annonce Sarkozy
Des services publics
qui n’en seraient plus...
Pages 4 et 5

programme!
Education
Le “dialogue
social”
selon Chatel
Le gouvernement
veut supprimer
16 000 nouveaux
postes à la rentrée
prochaine.
Page 6

Lors de la cérémonie des vœux en présence des syndicats, Nicolas Sarkozy a Enquête
renouvelé son appel au « dialogue social » pour faire passer toutes ses contre- Retraites
réformes. (Pages 2 et 3) complémen-
taires
Des millions
Photo AFP

de travailleurs
et de retraités
concernés par l’enjeu
des négociations
sur les retraites

Algérie : une spéculation


complémentaires.
page 7

Vie du parti

criminelle contre le peuple


Le POI dans
les élections
cantonales
En 48 heures, les prix Une déclaration
de Gérard Schivardi,
sur des produits maire de Mailhac.
de première nécessité, Pages 8 et 9
comme l’huile
et le sucre, Histoire
ont augmenté “Le syn-
dicalisme
de 30 à 70 %,
en France”
provoquant les
incidents en Algérie.
(lire pages 10 et 11) Un ouvrage
de Joël Sohier
destiné
aux étudiants.
Page 15
> A la Une >>>

“2011 : il y aura des décisions


2

difficiles à prendre...”
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

Le 6 janvier, Sarkozy
a présenté ses vœux
aux « partenaires
sociaux ».

A
Photo AFP
l’occasion de ses gauche ou de gouvernement de droite ». Et L’ESSENTIEL
vœux aux « parte- il a ajouté, concernant la France et dans le
La crise… naires sociaux », le respect du cadre de l’Union européenne :
président de la Ré-
publique a dé-
« Ma conviction, c’est que personne ne re-
viendra sur la réforme des retraites. »
“Une année utile”
C’est le mot de Fillon, le 10 janvier,
Marguerite Leuwen claré que l’année Il peut, en effet, pour cela, s’appuyer sur
pour annoncer le programme
2011 serait aussi le fait qu’aucun des partis « de gauche » ne
du gouvernement en 2011.
« dense que l’année réclame l’annulation-abrogation de la ré-
Au nom de la crise, tout serait devenu Trois jours auparavant, Sarkozy
2010 ». Certains, dans la majorité prési- forme des retraites.
désormais possible ? Des dizaines en avait fait de même
dentielle, soumise à de profondes contra- Il a d’ailleurs insisté sur le fait qu’il n’avait
devant les « partenaires sociaux ».
de milliers de travailleurs brutalement dictions, y ont vu l’occasion pour lancer qu’à mettre en œuvre l’une des parties du
jetés au chômage ont été « accompa- quelques sondes : remise en cause de Livre blanc de Michel Rocard de 1991, met-
● L’emploi :
gnés » avec des contrats de transition « l’emploi à vie pour les fonctionnaires » tant ainsi en évidence que, en se refusant à
— Seniors : « Depuis trois ans, beau-
(Jacob, le président du groupe UMP à l’As- remettre en cause le cadre de l’Union euro-
professionnelle (CTP). Sur sept bassins coup a été fait. Nous avons mis fin
semblée nationale) ou sur les 35 heures péenne, la « gauche » se situe sur le terrain
d’emplois, le bilan fait au Sénat aux préretraites publiques.
(Copé, chef de l’UMP). Et Fillon et Sarkozy de la « réduction des déficits publics ».
Nous avons supprimé la dispense
en novembre 2010 fait apparaître que, ont cherché à recadrer ces voix dissonantes,
de recherche d’emploi (…). Nous
pour les CTP arrivant à échéance, qui ne sont qu’une expression de l’in- “DES IDÉES SYNDICALES devons aller beaucoup plus loin, et
65 % se retrouvent au chômage, quiétude, venant des rangs mêmes de la QUE NOUS AVONS REPRISES” cela passe par une nouvelle organi-
majorité, sur la capacité du président de Mais, surtout, il a répondu à l’inquiétude
35 % auraient retrouvé un « emploi » : sation des conditions de travail
poursuivre les « réformes ». qui se fait jour dans son propre camp sur
CDI, CDD, contrat de travail tempo- dans l’entreprise » (Sarkozy).
sa capacité à poursuivre les contre-ré-
— Assurance chômage : « C’est
raire, création et reprise d’entreprise. “NE PAS RECOMMENCER formes : « Certains disent que le dialogue
une composante essentielle de notre
Tandis que, sur cette même période LE PSYCHODRAME” social n’est plus possible et que les réformes
sécurité sociale professionnelle (…).
de trois ans, 100 000 postes ont été sup- Le 24 janvier s’ouvrira la discussion entre dans le champ social vont s’interrompre. Je 40 milliards Mise en place d’un dispositif d’ac-
syndicats et patronat sur l’assurance chô- m’attacherai à leur montrer qu’ils ont tort. » de
primés dans la fonction publique avec compagnement des salariés licen-
mage, dans l’objectif d’un accord faisant Car, précise-t-il, « l’Etat ne peut pas faire
des conséquences désastreuses, comme suite à celui de 2008. Comme l’écrit le quo- seul, nous avons besoin des partenaires
dividendes ciés économiques se substituant
versés aux aux actuels CTP, CPR (…).
on l’a vu, par exemple, avec l’épisode tidien patronal Les Echos : « En 2008, un sociaux ».
En échange de cette indemnisation,
neigeux ou dans les écoles. Ajoutons que véritable psychodrame s’était joué, se sol- Et pour bien se faire comprendre, il pré- actionnaires
une formation ou l’acceptation
ce sont autant de postes de travail qui ne dant par une seule signature syndicale au cise : « Sur l’activité partielle, le contrat de du CAC 40 d’un emploi. » Comme en Grande-
bas de l’accord Unedic, celle de la CFDT. » transition professionnelle, le fonds d’inves- en 2010
seront plus disponibles pour les jeunes Bretagne, l’obligation d’accepter
Le psychodrame, pour Les Echos, c’est que tissement social sont des idées syndicales
arrivant sur le « marché du travail ». Pas n’importe quel petit boulot ?
les autres syndicats avaient refusé de signer. que nous avons reprises. » Loin d’être des
— « Priorité à l’emploi des jeunes »
mieux du côté des « seniors », comme on C’est pourquoi le quotidien souligne : « L’en- idées syndicales, ce sont effectivement les
(Sarkozy). C’est-à-dire, sous couvert
dit, qui n’ont plus droit aux préretraites, jeu de la négociation qui va s’engager tien- propositions de certains dirigeants de l’in-
de lutter contre les rigidités,
qui ont été supprimées, comme dra donc principalement dans le nombre tersyndicale, tel Chérèque, qui ont été
la précarisation à outrance.
de signatures syndicales au bas du futur reprises par le gouvernement Sarkozy.
d’ailleurs la dispense à 58 et 59 ans accord » (6 janvier 2011).
de la recherche — illusoire — d’un emploi. ● Fonction publique :
C’est en effet là la question centrale. Ce “UN GOUVERNEMENT — Fillon annonce poursuivre l’effort
De plus, pour eux comme pour tout gouvernement en crise, qui a vu se dres- ATTENTIF AUX PROPOSITIONS” de réduction de la dépense publique
le monde, au nom d’un prétendu déficit, ser contre sa « réforme » des retraites des Et pour se faire mieux comprendre, après
en taillant à la hache dans la fonc-
l’augmentation de l’âge de départ millions de travailleurs, doit en même avoir énuméré l’ensemble des contre-ré-
tion publique. Il note avec satisfac-
temps poursuivre sa politique de contre- formes qu’il propose, Nicolas Sarkozy pré-
à la retraite ! tion que c’est « la politique
réformes exigée par les patrons. cise : « La stratégie que je vous propose, c’est
Il faudrait, au nom de la réduction la plus sévère jamais réalisée
que nous anticipions au choc, c’est que nous
depuis vingt ans dans notre pays ».
des déficits publics, livrer les services HOMMAGE À LA RESPONSABILITÉ fassions quelque chose, même si, naturelle-
publics au privé (lire pages 4 et 5). DES “PARTENAIRES SOCIAUX” ment, il y aura des décisions difficiles à prendre
● Sécurité sociale :
Retraite, assurance chômage, assu- Dans ses vœux, le président Sarkozy, à pro- (…). Quelle que soit la profondeur de nos
— Le « grand chantier de la dépen-
pos de la réforme des retraites, a insisté : désaccords, l’image qu’a donnée la France en
rance maladie, tout devrait y passer. dance ». « Roselyne Bachelot
« Je veux rendre hommage au sens de la res- 2010, celle d’un pays qui, sans violence, grâce
Tout devrait y passer pour que les pro- s’en occupe. Comme nous l’avons
ponsabilité des partenaires sociaux (…). » à l’esprit de responsabilité de chacun, a pu
fait sur les retraites, je considère
fits augmentent et que les actionnaires Au nom de la réduction des déficits, il s’est affronter un rendez-vous aussi important
qu’il est de notre devoir d’anticiper
s’enrichissent. 40 milliards félicité de la « réforme des retraites ». Il a que celui des retraites. » Il ajoutera : « Si les
sur cette évolution »
de dividendes ont ainsi été versés d’ailleurs souligné que « demander aux partenaires sociaux ou les partis politiques
(lire page 6).
salariés de travailler plus longtemps (…) a ont des propositions à faire, bien évidemment
aux actionnaires des entreprises — Suite sur les retraites.
été la voie choisie dans tous les pays déve- le gouvernement y sera attentif. »
du CAC 40 au titre de l’exercice 2010. loppés, qu’il s’agisse de gouvernements de Lucien GAUTHIER ■
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
3

Faudrait-il appuyer le ministre UMP


FONCTION PUBLIQUE > Après les déclarations de Christian Jacob contre “l’emploi à vie des fonctionnaires”

contre le groupe UMP ?


ÉDITORIAL

Pas

é
“Q
d’alternative ?
Daniel Gluckstein
Daniel Shapira C’est ce que laisse entendre l’UNSA, dont la à tout le mouvement ouvrier : peut-on, en Secrétaire national du POI
représentante, Elisabeth David, a condamné dénonçant Jacob, créditer le ministre Tron de
e mardi 11 janvier, des négociations se ainsi les propos de Jacob : « Cela me paraît assez défendre le statut ?

C sont ouvertes dans la fonction publique


entre le gouvernement et les organisa-
tions syndicales autour d’un docu-
contradictoire à trois ou quatre jours d’une négo-
ciation sur la déprécarisation dans la fonction
publique, notamment par la titulari-
Photo AFP
Peut-on, comme la secrétaire générale de la
FSU, Bernadette Groison (vendredi 7 janvier à
Public Sénat), qualifier ainsi les déclarations
ue va-t-il se passer
quand la bulle va
éclater ? (…) Comme
ment d’orientation proposé par le sation, que l’on dise qu’il faille déti- du ministre par rapport à celles de Jacob : « Il toujours, les inves-
gouvernement en vue d’un projet de tulariser des fonctionnaires. » a été prudent et il a eu raison », ajoutant : « Pour tisseurs cesseront
loi au premier semestre 2011 (voir Les déclarations de Jacob seraient l’instant, les propositions du gouvernement en brutalement leurs prêts. Mais cette fois-ci,
Informations ouvrières, n° 130). « contradictoires » avec l’objet de la la matière sont très faibles. » de grands Etats seront atteints (…).Nous ren-
Cette réunion a été précédée d’une négociation entamée par le gouver- Les propositions du gouvernement seraient trerons alors dans un monde nouveau.Tel-
déclaration provocatrice du chef du nement ? Qui peut croire cela ? simplement « faibles » ? lement nouveau qu’il semble inconcevable
groupe UMP à l’Assemblée nationale, D’autant que tout le projet du mi- Peut-on, comme on l’entend ici ou là, dire : on (…). Si le choc se produit, il sera d’une vio-
Christian Jacob, contre « l’emploi à nistre Tron est axé sur la généralisa- ne peut exiger l’abandon du projet gouverne- lence inouïe. Il suffit de songer à ce qui se
vie des fonctionnaires ». tion des CDI dans la fonction pu- mental, car il y a des avancées ? passerait en France si les fonctionnaires
Aussitôt, de multiples déclarations blique en lieu et place du statut de N’est-ce pas ce que l’on a déjà entendu pen- n’étaient pas payés pendant des mois (…).
syndicales se sont élevées pour fonctionnaire. Et quelle est la diffé- dant le mouvement des retraites de la part de Les gouvernants devraient alors très vite faire
condamner ces propos. rence entre les deux ? C’est précisé- certains responsables confédéraux de la CGT un choix impossible. Soit ils impriment des
Le secrétaire d’Etat à la Fonction pu-
Abrogation ment que le CDI ne donne pas la ou de la CFDT affirmant : « On ne peut pas dire billets — mais c’est interdit dans la zone euro
blique, Georges Tron, a désavoué à des mesures garantie d’emploi, contrairement au retrait du projet, car ce serait se priver de la pos- (…).Soit ils ne bougent pas,prenant le risque
son tour les propos de Christian Jacob du ministre statut. sibilité d’obtenir des avancées » ? Ce même d’une dislocation totale des institutions pu-
en affirmant qu’il était « attaché au Tron ! Tout le document d’orientation du scénario devrait-il à nouveau se reproduire bliques. Soit ils resserrent l’Etat sur ses mis-
statut de la fonction publique » et que gouvernement est une machine de pour la fonction publique avec les consé- sions régaliennes (justice et sécurité), en lar-
l’emploi à vie « était une garantie du guerre contre le statut, puisque, au quences connues d’avance ? guant au privé des pans entiers d’activités
statut ». nom de la lutte contre la précarité, il propose La défense du statut de fonctionnaire n’exige- devenues largement publiques au fil des
Y aurait-il une opposition entre le ministre et que les CDD puissent devenir CDI et non pas t-elle pas, à l’inverse, de dire en préalable : aban- siècles, comme l’éducation et la santé (…).
le chef du groupe UMP ? agents titulaires. Dès lors, une question se pose don des propositions du ministre Tron ? ■ Ce scénario peut paraître incroyable. Mais

Deux réunions dans le Var


quelle est l’alternative ? Au bout du compte,
Les suites de la conférence nationale pour l’unité ouvrière c’est la démocratie sous sa forme actuelle qui
risque de chavirer (…). La faillite à venir des

avec des fonctionnaires de l’Equipement


Etats modernes risque donc de submerger
non seulement l’économie,mais aussi la poli-

et à l’arsenal de Toulon
tique (…). Le choc serait particulièrement
rude en France, où l’Etat constitue le socle
de la nation. »
C’est ainsi qu’un éminent spécialiste et
partisan de l’économie de marché détaille
le scénario de la faillite annoncée du pays,
de la misère généralisée et de l’effondre-
ment de la démocratie que prépare la crise
Durant ce mois de janvier se préparent et se tiennent, dans les localités, les secteurs professionnels, actuelle de la dette (Vittori, éditorialiste,
à l’initiative des délégués à la conférence du 11 décembre 2010, des réunions de compte rendu. mensuel Enjeux Les Echos, janvier 2011).
C’est la marche à la barbarie qu’il dé-
peint. Et cela dans un avenir proche.
Dans une réunion de fonctionnaires Appel adopté par des travailleurs Y a-t-il une alternative ? Non, prétend
de l’arsenal de Toulon 11 DÉCEMBRE Vittori. De son côté, Patrick Bessac, porte-
u cours d’une réunion de travailleurs

A
CONFÉRENCE NATIONALE parole du Parti communiste français, déclare
des services publics, une discussion a ous sommes des militants de dif- POUR L’UNITÉ
lieu : « Nous affirmons que l’exigence
du retrait des contre-réformes, qui a soudé des
millions de travailleurs et de militants de toutes
“N férentes tendances de l’arsenal
de Toulon, syndicalistes, ouvriers
d’Etat, personnels sous convention collective…
OUVRIÈRE

Appel de la conférence
ce 7 janvier : « Sortir de l’euro et de l’Union
européenne serait absolument désastreux
pour les travailleurs. » Tandis qu’Arnaud
Montebourg, dirigeant du Parti socialiste,
tendances pendant l’année 2010 à propos des Ayant pris connaissance de l’appel adopté par pour l’unité ouvrière (extraits) président de conseil général, n’hésite pas à
retraites, doit être au centre des prochaines mobi- les 330 délégués de la conférence pour l’unité affirmer trois jours plus tard : « Les dépar-
« Nous savons que la contre-réforme des
lisations, qui ne manqueront pas de surgir face ouvrière du 11 décembre (dont deux délégués tements sont en grave difficulté financière.
retraites constitue le premier acte d’un plan
aux annonces de Fillon. de l’arsenal de Toulon), nous avons décidé J’ai été obligé de prendre des décisions un
de rigueur et de contre-réformes sans pré-
Comme le dit la déclaration adoptée par la d’échanger sur ce que signifie dans notre sec- cédent que le gouvernement Sarkozy veut peu à la grecque, à la Papandréou, avec des
conférence nationale, aucun argument, et no- teur le combat contre le consensus pour la imposer au peuple au nom des déficits diminutions drastiques des dépenses et des
tamment celui de la “nécessaire réduction des “nécessaire réduction des déficits publics” (…). publics. augmentations excessives des impôts pour
déficits publics”, ne peut être accepté pour jus- Mais, au nom de la réduction des déficits pu- Nous refusons de nous plier à la “nécessaire sauver mon département. Je me sens un
tifier les “réformes”, dont la “RGPP” (révision blics et de la “concurrence libre et non faus- réduction des déficits publics”, prônée par le devoir de poursuivre cette œuvre. »
générale des politiques publiques — NDLR) et sée”, pourtant rejetée par le peuple en 2005, la communiqué de l’intersyndicale du 29 no- On le voit : refuser de rompre avec
son cortège de réorganisations et de suppres- politique de démantèlement des arsenaux vembre correspondant aux souhaits du Pre- l’Union européenne, la dette et son rem-
sions de postes. d’Etat est menée depuis des années par les gou- mier ministre Fillon, qui représente le fran- boursement, c’est s’engager sur une voie
— Et s’agissant de notre secteur professionnel, vernements de droite comme de “gauche plu- chissement d’un pas dans la voie du “consen- qui conduit des responsables de « gauche »
il est impératif de se recentrer sur une mobili- rielle”. sus” pour accompagner les contre-réformes à organiser eux-mêmes les mesures de des-
sation unie pour arrêter les destructions des Hervé Morin, ministre de la Défense du gou- et les plans de rigueur. truction dontVittori indique qu’elles condui-
postes qui assuraient les missions d’aménage- vernement Sarkozy, s’adressait ainsi en 2009 à Nous affirmons : mettre le doigt dans l’en-
sent à la barbarie.
ment du territoire, telles qu’elles étaient mises l’Assemblée nationale aux députés de gauche : grenage d’un consensus sur la base de la
“nécessaire réduction des déficits publics”
Pas d’alternative ? Si. Cette alternative
en œuvre dans le cadre des directions départe- “Permettez-moi de rendre hommage à Alain a un point de départ : la rupture avec l’Union
mentales de l’Equipement (DDE). C’est ce qui Richard, qui, à l’époque (…), a décidé d’enga- qui commande le démantèlement immédiat
de la Sécurité sociale, des hôpitaux, de tout européenne et l’euro, l’annulation de la
conduit à formuler, selon nous, l’exigence de ger l’évolution du statut de DCNS qui permet à dette, le refus de tout consensus sur les plans
l’abrogation de la loi du 14 août 2004, qui a cette entreprise d’être aujourd’hui un fleuron le système scolaire, des services de l’Equi-
pement… est un piège mortel pour la classe de rigueur et contre-réformes dictés par « la
transféré 30 700 agents des DDE vers les conseils industriel (…). Aussi, nous accuser de vouloir nécessaire réduction des déficits publics ».
ouvrière et ses organisations. Nous prenons
généraux (…). privatiser DCNS n’est en rien justifié. Vous C’est la voie de la défense pied à pied
l’engagement — partout, dans les villes, les
— A propos de ce “dialogue”, j’ai relevé que, dans devriez, au contraire, approuver l’évolution que départements, dans les secteurs profession- des droits, des garanties et des revendica-
le tract CGT de la fédération de l’Equipement nous préconisons, car elle ne fait que poursuivre nels — d’organiser la liaison politique per- tions ouvrières. C’est la voie de la défense
publié au lendemain de l’épisode neigeux qui celle que vous aviez engagée, d’autant que, manente entre militants de toutes affiliations et de la reconquête de la démocratie par la
a bloqué des milliers d’automobilistes dans la Mme Adam, M. Viollet, vous appelez à l’Europe syndicales et politiques pour faire triompher rupture avec les institutions de l’Union euro-
région parisienne et du chaos que cela a généré, de la défense et à la construction d’une Europe l’unité pour dire : “Non au chantage de la péenne et de la Ve République.
il est très justement expliqué que les premières industrielle de la défense, comme tout comme dette, non au consensus pour la “nécessaire Lorsque les représentants du capital
causes, ce ne sont pas les cinq ou dix centimètres M. Garrigue, du reste !” réduction des déficits publics”, unité pour le financier ne parviennent même plus à ca-
de neige, mais la suppression de milliers de En 2008, le gouvernement publie le Livre blanc rejet des contre-réformes et des plans de moufler le sombre avenir de barbarie que
postes d’agents d’exploitation et les consignes sur la défense et annonce 54 000 suppressions rigueur.” A l’issue de notre discussion et de prépare l’effondrement de leur système, il
d’économies en matière de déneigement. Mais d’emplois en sept ans et demi (8 250 postes la lecture des mandats qui ont été portés à
y a urgence à organiser la force politique
ce tract se termine par une demande “d’ouver- supprimés en 2011). notre connaissance, nous décidons de consti-
tuer, à partir de la tribune de cette confé- qui prendra en charge l’aide au combat de
ture d’un grand débat public national” ayant A DCNS, la moitié des 12 000 ouvriers d’Etat
rence, un “comité de liaison” chargé de résistance sur une ligne d’indépendance.
pour objectif “de répondre aux besoins pour ont été remplacés depuis 2003 par des per-
poursuivre, de manière organisée, l’échange En ayant à l’esprit les paroles de Rosa
sortir de cette situation” : n’y a-t-il pas là le sonnels sous convention collective, moins bien
que nous avons commencé et de resserrer Luxemburg : « Socialisme ou barbarie. »
même type de formulation que celle publiée au payés, sans droits statutaires. Et aujourd’hui,
les liens entre nous. » Ces questions seront au cœur des débats
début de l’année 2010 par “l’intersyndicale” la précarité s’installe, avec la multiplication
11 décembre 2010, Issy-les-Moulineaux du conseil fédéral national du POI des 15
nationale, demandant “l’ouverture d’un débat” des contrats à durée déterminée et de l’inté-
et 16 janvier.
quand le gouvernement a annoncé son projet rim. »
de loi sur les retraites ? » ■ ■
4 > L’actualité politique et sociale >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

Les services publics malades de l’ouverture à la concurrence :

Des services
La Poste, EDF-GDF,
la SNCF... EDF : les usagers ne bénéficient plus
Ces entreprises
bénéficiaient hier de “l’obligation de fourniture d’électricité”
d’un monopole public, Interview de deux syndicalistes Avec la privatisation en cours, la baisse des effectifs
statutaires à EDF et GDF est de plus de 20 000 postes
d’euros, dont les effets se feront sentir progressi-
vement. »
cassé par les directives En décembre dernier, les médias ont large-
depuis 2000 (date de la première loi de trans-
position des directives européennes sur l’élec-
Alors, je pose la question : qui va payer ? Pour
tous ceux qui sont pour l’ouverture à la concur-
ment parlé des pannes d’électricité « dues tricité, sous le gouvernement Jospin). rence et pour la privatisation, ce sont les usa-
européennes à la neige ». Qu’en penses-tu ?
A deux reprises, dans la même semaine, le record
Qui peut penser que cette baisse n’a pas de
conséquences désastreuses pour les usagers ?
gers qui vont payer, et qui vont payer pour les
capitalistes.

avec la complicité de consommation d’électricité a été battu. Mais


il y a eu beaucoup de problèmes : des pannes,
mais aussi des délestages dont on n’a pas parlé.
Dans mon agence, en 2003, on était 36 agents,
et aujourd’hui, nous ne sommes plus que 20 !
Je me souviens que les collègues « inactifs » (1)
Propos recueillis
par Clarisse DELALONDRE ■

des gouvernements La demande d’électricité a été très importante,


car il faisait froid partout en France au même
qui avaient été mobilisés au moment de la tem-
pête de 1999 étaient encore en capacité de réa-
(1) Jusqu’en 2004, date du changement de statut d’EDF
et de GDF, les électriciens et gaziers étaient salariés à vie
moment. EDF a arrêté d’exporter et la produc- liser l’élagage des arbres, même si progressive- à EDF-GDF, et lorsqu’ils étaient en « inactivité de service »
successifs. tion a été sollicitée au maximum. Pour tenir
l’équilibre du réseau, EDF a fait des délestages,
ment, avec l’ouverture des marchés à la concur-
rence, cet aspect de la mission de service public
(retraite, aujourd’hui), ils pouvaient être réquisitionnés.
Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec la privatisation en

Autrefois fleurons c’est-à-dire des coupures ciblées et locales. Par


exemple, dans certaines communes, on constate
a été abandonné. Il est aussi vrai que le réseau
de transport et de distribution d’électricité vieillit
marche et l’amputation du statut des personnels.
(2) La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a été
des coupures dans une rue un soir, puis dans et que les investissements n’ont pas été faits : instituée par la loi de 2000 ouvrant l’électricité à la concur-
du service public, les rues voisines le lendemain. EDF s’adresse
aux mairies et aux collectivités locales pour cibler
les dirigeants d’EDF et d’ErDF (Electricité réseau
distribution France – NDLR) favorisent les pro-
rence pour surveiller l’application des règles de la concur-
rence dans ce secteur. Au passage, signalons que M. La-

elles sont maintenant des coupures. Sans cela, c’est l’ensemble du


réseau qui peut tomber. C’est le spectre de la
panne générale, comme en no-
fits des actionnaires plutôt que d’investir dans
le réseau et dans la production. Un directeur
d’ErDF n’a-t-il pas reconnu qu’il
peyre a été remplacé à la CRE par Jean-Christophe Le
Duigou, responsable confédéral de la CGT, qui fut nommé
par décret à ce poste par Nicolas Sarkozy.

privatisées ou en voie vembre 2006, où dix millions d’Eu-


ropéens, en Allemagne et en France “Avec la privatisa-
fallait investir 10 milliards pour
moderniser le réseau ?
notamment, avaient vu leur élec-
de l’être, multipliant tricité coupée à la suite d’un déles- tion en cours, la Selon Michel Lapeyre, ancien
tage sur une ligne à haute tension
baisse des effectifs
membre de la Commission de
Gaz, électricité :
les dysfonc- en Allemagne. Mais c’est aussi un
sacré problème pour les usagers,
régulation de l’énergie (CRE) (2),
le nombre annuel de coupures
des coupures massives
qui ne bénéficient plus de l’obli- statutaires à EDF a augmenté de 50 % en dix
tionnements gation de fourniture d’électricité.
La consommation d’électricité pro- et GDF est de plus
ans... Comment est-ce possi-
ble ?
à répétition
et les abandons gresse en France, mais les inves-
tissements sur les moyens de pro-
duction (centrales) ne sont pas suf-
de 20 000 postes
J’ai lu avec intérêt cette interview
dans Le Parisien daté du 23 dé-
cembre. Il y a des choses inté-
Réseau électricité :
quelques exemples récents
d’activités fisants, notamment parce que le depuis 2000” ressantes et correctes dans ce qui • Sud de l’agglomération nantaise, 15 dé-
gouvernement, et par conséquent est dit, notamment sur le manque cembre : 63 000 foyers privés d’électri-
les dirigeants d’EDF également d’investissement sur le réseau
“non rentables”. étaient polarisés ces dernières années à prépa-
rer l’ouverture à la concurrence et la privatisa-
électrique, depuis le changement de statut d’EDF
et son introduction en Bourse. Mais je ne suis
cité en raison de pics de consommation.
Le réseau a subi de sérieuses perturba-
tions en raison d’un délestage intempestif,
Pour chacune, tion. D’ailleurs, avec la loi NOME (Nouvelle
organisation du marché de l’énergie – NDLR),
pas d’accord avec M. Lapeyre quand il dit que
le problème, c’est que « le capital d’EDF a été
semble-t-il (Presse Océan).
• 18 décembre : 40 000 foyers plongés
qui a été votée en novembre dernier, il s’agit de ouvert sans que soient instaurés les garde-fous
le retour au monopole céder 25 % de la production des centrales nu-
cléaires d’EDF au privé : on imagine facilement
nécessaires ». Pour lui, il s’agit d’accompagner
l’ouverture à la concurrence, la privatisation.
dans le noir du fait des chutes de neige.
• Dordogne, le 24 décembre : 6 000
foyers étaient privés d’électricité. La neige
public et l’abrogation que ces délestages devraient s’amplifier. En effet,
les fournisseurs privés profiteront de la manne
nucléaire sans investir. On a vu ce que cela a
Ce qui est cohérent avec le fait qu’il est entré à
la CRE dès sa création, en 2000. Il était parrainé
par la CFDT, dont la stratégie d’accompagne-
a provoqué la chute d’arbres et de bran-
ches d’arbres tombés sur les lignes élec-
des directives donné, il y a plusieurs années, en Californie,
avec la grande panne électrique.
ment des contre-réformes est bien connue. Sur
ce point comme sur les retraites !
triques dans la région de Bergerac.
• Seine-et-Marne, région de Provins, le
Le problème de M. Lapeyre, c’est qu’il souhaite
de l’Union De nombreux articles de presse ont fait état
aussi de la vétusté du réseau électrique. Quel
concilier deux choses contradictoires. Pour moi,
c’est impossible : l’ouverture à la concurrence
24 décembre : la chute d’un câble de
moyenne tension a entraîné la coupure
du courant électrique dans 3 000 foyers.
européenne est ton point de vue ?
On veut nous faire croire que la neige de no-
et la marche à la privatisation sont incompa-
tibles avec le service public. On ne peut pas, Sur le réseau gaz aussi :

54,5 %
vembre-décembre 2010 a été quelque chose d’un côté, payer les actionnaires, et, de l’autre,
sont une exigence d’exceptionnel. Je m’interroge, car est-ce qu’il
ne s’agit pas plutôt de camoufler que c’est le
faire les investissements nécessaires au main-
tien de la qualité de la fourniture d’électricité.
• Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), 23
et 24 décembre : avarie sur une canali-
sation de gaz, 215 familles privées de
vitale. démantèlement du service public qui conduit
à cette situation ?
Ou alors, il faut faire payer les usagers ! Et c’est
ce qui se passe depuis 2004 : les factures explo-
sent. Mais ça aussi, c’est une remise en cause
chauffage.
• Val-de-Marne, 2 décembre : 3 000 fa-
CHIFFRE du service public tel qu’il a été créé en 1946. milles (10 000 personnes) privées de chauf-
La CRE, depuis sa création en 2000 du fait des fage et d’eau chaude pendant quarante-
directives européennes, a été le moteur du huit heures. Quatre villes du département
démantèlement du service public et l’instru- — Valenton, Limeil-Brévannes, Boissy-Saint-
ment au service du pillage par les multinatio- Léger et Villeneuve-Saint-Georges — ont
nales, avec ses conséquences pour les personnels été victimes d’une panne dans le réseau
et les usagers. de transport de gaz. Un retraité de 72 ans
La CRE est bien obligée de reconnaître la dégra-
C’est, selon l’Insee, privé de gaz confie au Parisien : « J’ha-
dation de la qualité d’alimentation d’électricité,
bite ici depuis quarante ans. Je n’ai jamais
l’augmentation moyenne mais elle se satisfait que « le réseau français se
situe dans une bonne moyenne européenne ». vu ça. » Ce même journal indique dans
du prix du gaz pour les particuliers son édition du 3 décembre : « Le syndi-
entre janvier 2004 Elle explique aussi : « En 2010, le tarif d’utilisa-
tion des réseaux publics d’électricité (TURPE) cat CGT énergie 94 avance même le chiffre
et novembre 2010. proposé par la CRE a permis la relance des inves- de 12 000 domiciles impactés. »
tissements d’ErDF à hauteur de 2,7 milliards
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
5

“Ils n’en mouraient pas tous, tout de suite, mais tous étaient frappés” (citation légèrement modifiée d’une fable de Jean de la Fontaine)

publics... qui n’en seraient plus


La Poste : les conséquences de l’ouverture SNCF : des perturbations
totale à la concurrence en cascade
Par José Nicol, postier, syndicaliste Comment en est-on arrivé là ? Par Pierre Besse, cheminot, syndicaliste

Quinze ou vingt ans ? Comment ne pas voir que c’est précisé-


epuis le 1er janvier 2011, l’acheminement et la distri- ment « l’ouverture à la concurrence », sa préparation, conte- Les médias ont largement parlé de certains incidents fer-

D bution du courrier postal sont totalement ouverts à la


concurrence. La Tribune (30 décembre 2010) titre : « Le
groupe s’est métamorphosé pour se préparer à l’ouverture totale
nue dans le Livre vert européen de 1989, qui a été la colonne
vertébrale de toute cette politique ?
Car il s’agissait, dès lors, selon les propos du sénateur PS Tre-
roviaires ces derniers jours. A savoir les vingt-quatre heures
de trajet du train Strasbourg-Port-Bou et le TGV Paris-Rennes
dévié sur Nantes. Ajoutons par ailleurs que la presse cite çà
du marché. » Chaque citoyen peut mesurer, dans sa vie quo- mel (Journal officiel, 28 janvier 2004), « d’alléger La Poste de ses et là divers incidents plus locaux. Faut-il s’en étonner ?
tidienne, les effets de cette « métamorphose ». handicaps concurrentiels ». Faire allégeance à Maastricht, c’est
faire allégeance à cette « revendication », partagée par tous les renons un exemple. Le train Strasbourg-Port-Bou a
6 000 bureaux de poste remplacés par des agences commu-
nales ou des « points-poste ».
En sept ans, les 17 000 points de vente, qui étaient assurés par
gouvernements depuis 1989.
La rédaction du Livre vert européen en 1989 a préparé les direc-
tives européennes postales de 1997 et 2002.
P subi des heures d’arrêt en gare de Belfort pour attente
d’un conducteur. Oui, mais pourquoi ? Il n’y avait pas
de conducteur programmé.
de vrais bureaux de poste dans la quasi-totalité des cas, sont Notons au passage que le NPA aura réussi l’exploit de faire un Certes, c’est un dysfonctionnement, une erreur. Cependant,
devenus, pour 6 000 d’entre eux, des agences postales com- communiqué, le 31 décembre 2010, sur La Poste sans parler cette nuit-là, il y avait des conducteurs à Belfort, des chemi-
munales (APC) ou intercommunales et des points-poste chez de l’Union européenne ! nots de la SNCF, mais appartenant à l’activité fret (transport
les commerçants. de marchandises). En raison de la séparation des activités au
Or les APC ne rendent pas les mêmes services : retraits finan- Les directives de l’Union européenne sein du groupe SNCF, impossible de conduire ce train, alors
ciers très limités, délais d’exécution des services (mandats, qu’il y a quelques années, quand la SNCF était une et indivi-
remises de chèques…) très longs. Ces directives ont ouvert progressivement la distribution du sible, il n’y aurait eu aucun problème.
Il n’y a pas de remplacement du personnel communal absent. courrier à la concurrence, lequel courrier constituait à cette La solution apportée au problème a donc été de faire venir
C’est ainsi que l’APC près de chez moi est fermée trois semaines époque plus des deux tiers du chiffre d’affaires de La Poste. un autre conducteur « activité voyageur » de Lyon pour pal-
l’été pour raison bien méritée de congés. La loi du « socialiste » Paul Quilès (1990) donnera le cadre juri- lier cette absence. Résultat : défaillance totale du service public
dique de cette politique qui ré- et coût extrême pour la SNCF confrontée à la séparation des
Trois semaines pour récupérer pondait à la nécessité pour le activités.
une lettre recommandée ! capital d’ouvrir des brèches dans
les monopoles publics, puis de Depuis la directive européenne 91-440,
En décembre, un de mes collègues m’a les détruire, afin que les multi- tout s’est enchaîné
expliqué que pour aller chercher une lettre nationales pillent les secteurs les
recommandée de la préfecture en ins- plus rentables… et s’ouvrent de La place manque dans cet article pour relater tous les dys-
tance dans une APC, il lui avait fallu pa- nouveaux marchés. fonctionnements à la SNCF aujourd’hui. Cependant, les retards
tienter trois semaines, car l’APC était accumulés, les voitures de voyageurs privées de climatisation,
fermée pour cause d’arrêt de maladie. La transformation de chauffage, les suppressions de trains à la dernière minute,
Quant aux points-poste, ils durent le en société anonyme auxquels s’ajoutent bien évidemment les dysfonctionnements
temps que dure le commerce (sans par- pour les cheminots (réorganisations permanentes entraînant
ler du problème de la confidentialité). Puis, il y a eu la transformation mutations géographiques et professionnelles, déplacements
L’égalité d’accès aux véritables services de La Poste en société anonyme, temporaires sans perspectives, précipitations de dernière
publics est mise en cause. sa privatisation afin d’attirer les minute pesant sur les conditions de travail...) ont une origine.
Dans le même temps, de nombreux bu- actionnaires (publics et privés).
reaux de poste sont devenus des com- Pour prouver que le rendement Le tronçonnage de la SNCF
merces avec la pression sur les guiche- sur investissement est consé- en “activités” autonomes
tiers… pour vendre à tout prix. quent, La Poste a supprimé
Vous l’avez bien compris, « le plus impor- 30 000 emplois entre 2005 et Depuis l’application de la directive européenne exigeant la
tant, c’est de maintenir la rentabilité » 2010. séparation de la gestion de l’infrastructure du reste du réseau
(Nicolas Routier, directeur adjoint de La L’ouverture totale à la concur- — la fameuse 91-440 créant Réseau ferré de France (RFF) en
Poste). rence du 1er janvier poursuit et 1997 —, tout s’est enchaîné. Une multitude d’autres direc-
aggrave cette offensive de des- tives instaurant la concurrence ont été appliquées. Aujour-
De très onéreux colis truction, car, désormais, les d’hui, on ne dit plus SNCF, mais « groupe SNCF », organisé en
“Chronopost” entreprises privées, les collecti- activités (infra, voyageurs, TER, etc.).
vités peuvent distribuer tout le Ces activités dissèquent la SNCF en tranches pour les livrer
C’est ainsi que, pour ne prendre que cet courrier. plus facilement à la concurrence. Exemple : l’activité fret est
exemple, les « paquets ordinaires » ont propriétaire de ses wagons et de ses locomotives, mais aussi
disparu pour être remplacés par les « Chronopost », « Colis- Désengagement de la distribution du courrier de son personnel, et en aucun cas ne doit servir à une autre
simo » beaucoup plus chers. en zone rurale activité (remplacement impossible à Belfort d’un conducteur
D’abord, la population n’a pas forcément besoin d’envoi urgent alors que la qualification est la même, voire, même, la loco-
et, ensuite, il y a dix ans, les paquets ordinaires étaient déli- D’ores et déjà, La Poste engage dans des départements « pilotes » motive). Seulement, Fret SNCF est en concurrence directe
vrés rapidement. des négociations afin de transférer la distribution du courrier avec Cargo rail, Veolia, etc., qui, eux aussi, ont leur matériel
Sous la pression de « la rentabilité indispensable pour faire face aux communes en zone rurale. Elle a besoin, dans des délais et leur personnel.
à la concurrence », on est passé d’un système où la population très rapides, de se débarrasser de tout ce qui est encore du ser-
avait accès à un service à prix abordable à un autre système vice public… et de chercher de nouveaux marchés pour faire 25 000 suppressions de postes en neuf ans
où la direction de La Poste supprime les offres bon marché de l’argent (dans d’autres départements, comme la Manche,
pour imposer des prestations chères et pas forcément utiles à La Poste monte des partenariats financiers avec le conseil gé- Comme l’a rappelé le responsable de la CGT cheminots, Gil-
l’usager. néral en direction des personnes âgées). bert Garrel, cela s’est accompagné en neuf ans de 25 000 sup-
Toutes les formules de dislocation de l’ancien monopole public pressions de postes.
Dégradation inimaginable sont possibles. Nous le voyons bien, il n’y a évidemment aucune raison de
des tournées des facteurs Les dirigeants de La Poste annoncent, entre autres, qu’ils vont s’en étonner, et le pire est même à craindre pour la sécurité
se lancer sur le marché des téléphones portables. des voyageurs et du personnel si ce démantèlement persiste.
Quant à la distribution du courrier, « Facteur d’avenir » a dégradé Ces problèmes de dysfonctionnement, malheureusement,
dans des proportions inimaginables les conditions de travail Rétablir le monopole postal public sont présents dans tous les services publics, avec les consé-
du personnel ; et aussi le service rendu au public (heures de quences pour le personnel et les usagers. Nous l’avons vu
distribution très variables, tournées à découvert, retard d’ache- La population et les postiers n’acceptent pas cette politique ; récemment avec la neige.
minement lié à la fermeture des centres de tri de proximité…). ils l’ont montré en 2005 et dans les multiples combats uni- La seule issue conforme aux intérêts des personnels et de la
C’est un constat partagé par la population : La Poste, comme taires quasi quotidiens. population n’est-elle pas l’exigence commune de l’abroga-
d’autres anciens services publics (la SNCF, EDF, France Télé- On ne sauvera et rétablira le service public qu’en rétablissant tion des directives européennes et de la renationalisation des
com…), va mal, très mal, alors qu’il y a quinze ou vingt ans, ils le monopole postal, en abrogeant les directives postales euro- services publics ?
étaient présentés comme des modèles de service public dans péennes, c’est-à-dire en cassant la logique folle de « l’allége- ■
le monde entier ! ment des handicaps concurrentiels ». ■
6 > L’actualité politique et sociale >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

École
“Plan social” avant fermeture chez Fralib

“Nous voulons garder notre usine Alors que le gouvernement veut supprimer 16 000 nouveaux postes
à la rentrée prochaine dans l’Education nationale
et tous nos emplois”
Interview d’un militant syndicaliste de l’entreprise. Le ministre Chatel appelle au “dialogue
social”… pour négocier les revendications
Photo AFP
du gouvernement et du patronat
Michel Landron retraite, au logement social, à la formation A l’inverse, partir des besoins incompres-
professionnelle, aux handicapés… Ces coti- sibles pour garantir la scolarité des élèves
e ministre Luc Chatel, au nom du sations, rappelons-le, sont prises sur la masse dans l’enseignement public exige le refus

L gouvernement, vient d’appeler au


« dialogue social » pour préparer la
prochaine rentrée scolaire. Le « dialogue
salariale. Le « dialogue social » revient ici à
négocier l’amputation des salaires des sa-
lariés.
de ce « dialogue social » pour permettre le
combat uni pour l’annulation immédiate
de toutes les suppressions de postes. Les
social », c’était le droit des organisations de Luc Chatel et le gouvernement exigent « la grandes déclarations « antilibérales » ne
la classe ouvrière de négocier leurs reven- réduction des déficits publics ». Le « dialogue sont que rideau de fumée si cette exigence
dications avec leurs employeurs et l’Etat. social » consiste, là, à demander aux syndi- est escamotée.
Cela devient désormais le droit de négocier cats, aux associations de parents, aux élus N’est-ce pas le point de départ obligé pour
les revendications du gouvernement et du locaux, aux associations dites « éducatives », une reconstruction de l’école laïque mar-
Medef contre les droits des salariés, de la de trouver ensemble comment et où sup- tyrisée par tous les gouvernements depuis
jeunesse, des retraités. Le Medef exige ainsi primer 16 000 postes dans l’Education natio- la loi Debré de 1959, détournant des mil-
Manifestation des employés de Fralib, à Marseille. « l’allégement des charges sociales ». Le « dia- nale cette année. Les premiers témoignages liards de fonds publics vers les écoles pri-
logue social », ce serait donc que les res- qui nous arrivent (lire ci-dessous) montrent vées, et la loi Jospin de 1989, ouvrant la voie
L’usine Fralib est la propriété de la multinationale Unilever, ponsables des syndicats « négocient » les sans équivoque qu’il s’agit d’une politique à « l’autonomie des établissements scolaires »
qui a versé un milliard d’euros de dividendes à ses actionnaires exonérations de cotisations sociales à la transformant les syndicats et les élus locaux pour organiser… le désengagement de l’Etat
en 2007 et 2008. Située à Gémenos (Bouches-du-Rhône), elle Sécurité sociale, aux Assedic, aux caisses de en auxiliaires du pouvoir politique. et la privatisation ? ■
est le seul site en France à fabriquer les thés Lipton et les infu-
sions Eléphant. Le 10 janvier, la direction a confirmé la mise
en œuvre d’un « plan social », avant la fermeture de l’usine en
avril. Nos correspondants ont rencontré Henri S., membre de
la commission exécutive du syndicat CGT.
Peux-tu nous présenter Fra- semaines de grève pour les sa-
Des enseignants témoignent
lib et nous décrire la situa- laires. Nous avons gagné une

Photo AFP
tion actuelle de l’entreprise ? augmentation double de celle rétablissement de tous les postes
La Société française d’alimen- proposée par le patron (1,6 % Un instituteur aux concours supprimés ces
tation et de boissons (Fralib) au lieu de 0,8 %). Nous avons de Seine-Saint-Denis dernières années sont devenus
est implantée dans le départe- obtenu le maintien de notre cruciaux pour l’avenir immé-
ment depuis des dizaines d’an- mutuelle et gagné des embau-
L’arithmétique des diat. »
nées. A l’origine, Fralib possé- ches, ce qui n’est pas rien dans fermetures de classes :
dait la marque Eléphant. Elle la période actuelle.
a été rachetée par Mais le combat
“6 + 5 = 9” Un professeur de lycée
Unilever, qui possé- “Les salariés ne fait que com-
ans ma commune, en “La propagande
dait la marque Lip- sont combatifs.
ton, dans les années Au printemps,
mencer. On est
prêt à tenir tout le
“D Seine-Saint-Denis, l’ins-
pecteur a reçu la consigne de…
publicitaire de L’Oréal
1970 (…). nous avons fait temps qu’il fau-
Il y a eu des réorgani- dra pour gagner
“rendre des postes” à l’inspec- en lieu et place
sations : il existait une neuf semaines
teur d’académie, qui doit rendre
(…).
des postes au ministre !
de cours de maths !”
usine au Havre, qui a de grève pour les collègues, les parents et les sonnels souhaitent que les syn-
La chasse est ouverte.
été fermée en 1998. les salaires” Le tract du POI élus de ce qui se trame contre dicats refusent ces mesures. On ans mon lycée, où les
Tous les personnels
ont été transférés sur
pose la ques-
tion : si Unilever
Comment y arriver ? Dans une
école ordinaire déjà victime
leurs enfants pour que toutes
ces mesures soient abandon-
n’a pas bien compris, d’ailleurs,
quel était l’objectif d’une mani-
“D suppressions d’heures
de cours doivent s’appliquer en
d’une fermeture l’an dernier,
le site de Gémenos, ce qui fait s’entête, ne revient-il pas aux nées. L’inspection académique festation organisée le samedi vertu de la réforme condamnée
on a deux cours préparatoires
que l’usine emploie aujour- autorités du pays de prendre vient d’informer les syndicats 22 janvier à Paris. Qu’il faille par toutes les sommités des
à 25 élèves, dont deux enfants
d’hui 182 salariés. Et mainte- leurs responsabilités en que le comité technique pari- protester, d’accord, mais s’agit- sciences de notre pays, c’est
handicapés avec un auxiliaire
nant, on nous présente un nationalisant l’entreprise ? taire chargé de discuter de cette il d’obtenir l’annulation de quatre heures de maths au lieu
de vie scolaire et deux élèves en
projet de fermeture. Pour moi, c’est une possibilité charcuterie était repoussé sine toutes les suppressions de de six heures en 1re S, avec deux
grande difficulté, privés de toute
parmi d’autres, mais qui n’est die. Il paraît que le ministre ne postes et des contre-réformes heures où l’on pourra organiser
aide spécialisée sans même que
Tu as pris connaissance du pas à l’ordre du jour. veut pas de manifestations avec qui les organisent ? » des maths sans prof de maths
la MDPH (1) ait traité leur dos-
tract du comité de Gémenos On ne s’interdit aucune solu- les parents pour l’annulation pour faire des activités. La
sier, et deux classes à double ni-
du POI. Que penses-tu de la tion, y compris la nationalisa- des suppressions de postes société L’Oréal est déjà sur les
veau.
manière dont il pose le pro- tion. Je le répète : nous avons avant les cantonales. Cela per- Un enseignant du Val-de- rangs avec des “mallettes péda-
Cette situation devient le lot de
blème ? le temps et c’est nous qui défi- turberait “le dialogue social”. » Marne, parent d’élève gogiques” pour initier les élèves
toutes les écoles. Les écoles les
Aujourd’hui, nous nous bat- nirons la solution qui nous aux problèmes de compétiti-
tons pour une chose toute paraît la meilleure.
plus inquiètes sont celles qui
(1) Maison départementale des per-
“Mon fils a déjà deux vité des entreprises... » ■
n’ont pas eu de fermetures de
simple : on veut garder notre C’est à nous, les salariés, de
classes ces dernières années.
sonnes handicapées. profs stagiaires… Ils ont
usine et tous nos emplois. Je faire le choix.
suis d’accord avec les mots Ce qu’on veut, c’est le main-
Trois écoles, deux élémentaires beaucoup de difficultés”
et une maternelle, sont dans le
d’ordre du tract du POI : Non tien de l’outil industriel, y com-
collimateur. Germe donc un
Un professeur de collège
on fils, en collège, a La recette
à la fermeture ! Aucun licen-
ciement à Fralib !
pris la marque, et le maintien
de tous les emplois, quelle que
projet de fusion de deux écoles :
du Val-de-Marne
“Les pressions
“M déjà deux profs sta- du ministère
soit la forme juridique de l’en-
une de six classes et l’autre de giaires sans formation, dont le pour faire sauter
cinq, pour aboutir à une école prof de maths. Ils ont beau-
Quel est l’état d’esprit des treprise.
de neuf classes avec une seule
individuelles sur les coup de difficultés, malgré tout
des classes
salariés ?
Les salariés sont combatifs. Au
Propos recueillis, le 6 janvier 2011,
par Nicole BAREAU
direction d’école, qui n’aurait collègues ont commencé” le soutien des parents. Le chef par dizaines
printemps, nous avons fait neuf et Jacky ROUVIÈRE ■
que deux tiers de décharge de d’établissement est désemparé, de milliers
service au lieu des deux demi- ans mon collège, le car le rectorat lui dit que ce sys-
décharges actuelles. Donc, deux
postes un tiers de gagnés. Voilà
“D chef d’établissement a
reçu des consignes du recteur
tème va se généraliser avec la
réduction des postes aux
Recommandations
ministérielles, dites
ce qu’on nous propose de “dis- de supprimer des postes. Il a concours et qu’il va falloir s’ha- « les gisements d’effi-
cience », de mai 2010 :
Lecteurs, correspondants, vous pouvez faire parvenir cuter démocratiquement” ! donc commencé des pressions bituer à ce que chaque éta-
« Une augmentation
L’argument des autorités n’est individuelles sur plusieurs pro- blissement recrute des contrac-
vos reportages, vos interviews, vos photos pas triste. Avec des écoles fu- fesseurs pour les intimider. Il tuels pour au moins mettre un d’un élève par classe
en moyenne devrait
par e-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com sionnées, donc plus grosses,
cela permet de mieux organi-
veut supprimer une sixième et
les faire à 28 élèves, alors que
adulte dans les classes.
Voilà où nous ont menés les se traduire par une
ou par courrier : rédaction d’Informations ouvrières, ser la répartition des élèves dans pas une, actuellement, ne dé- dirigeants de la FSU qui ont économie de près
de 10 000 classes.
les classes dont l’enseignant est passe 25. Il cherche aussi à faire soutenu la contre-réforme de
87, rue du Faubourg-Saint-Denis 75010 Paris absent ! Les fusions d’écoles, passer des suppressions d’heures la mastérisation, qui a permis L’augmentation
c’est aussi la disparition de d’anglais pour faire sauter un de supprimer les IUFM et de de la taille des classes
peut donc être
Des interventions à la conférence du 11 décembre postes d’enseignants titulaires poste. faire des étudiants en master 2
globalement envisa-
chargés des remplacements. Cela ne passe pas et la bagarre une immense réserve de…
sont disponibles sur le site du POI : On a bien l’intention, avec les va commencer pour obtenir contractuels. L’abolition de la gée sans dégradation
des résultats
www.parti-ouvrier-independant.com syndicats qui refusent cette
chasse aux postes, d’informer
l’arrêt de ces prévisions en
cours d’élaboration. Les per-
réforme de liquidation de la for-
mation des enseignants et le des élèves. »
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
7

Enquête

“Dépendance”:
Des millions de travailleurs et de retraités des “groupes
de travail” très
concernés par l’enjeu des négociations consensuels
sur les retraites complémentaires L
e gouvernement
a nommé quatre
personnalités
pour présider
Le patronat veut baisser les pensions, la CFDT est prête à une remise en cause des « avantages familiaux » les groupes de travail
qui vont plancher
pour aller vers un « régime universel par points ». sur la « réforme
de la dépendance ».
Par Jacques Cubaud du rendement, qui devrait être actée lors de ces négo- Tu parles d’un jeu ! Il s’agit de remettre en cause les Rappelons que, sous
ciations, devrait renforcer le besoin des assurés de sous- majorations de pensions qu’accordent l’AGIRC et ce prétexte, le gouver-
« Réforme des retraites, acte 2 ! Après le régime géné- crire des produits d’épargne retraite. » l’ARRCO pour les enfants élevés et les enfants à charge, nement voudrait ins-
ral, c’est au tour des complémentaires de passer à la Au moins, c’est clair ! Il s’agit de piller à pleines mains les pensions de reversion sans condition de ressources taurer une assurance
moulinette. » C’est ainsi que Liaisons sociales (29 dé- dans le salaire différé, en refusant la hausse des coti- pour les veuves ou les orphelins. obligatoire pour tous
cembre 2010) résume l’enjeu des négociations qui sations, pour alimenter les circuits de la spéculation. Autant de mesures qui distinguent encore les régimes les salariés dès 50 ans,
viennent de s’engager entre le Medef et les confé- Refus du Medef d’augmenter les cotisations patro- AGIRC et ARRCO du régime général, et dont la dis- augmenter la CSG
dérations de salariés qui gèrent, paritairement, les nales, d’un côté, refus des organisations syndicales parition permettrait de faciliter l’intégration de ces et sortir définitivement
régimes de retraite complémentaire de l’ARRCO et d’accepter une baisse des retraites, de l’autre. régimes dans le grand régime universel par points les soins aux personnes
de l’AGIRC. prévu à l’article 16 de la loi Woerth. Or la CFDT est âgées du champ
La CFDT prête pour la mise en place de ce régime universel qui englo- de la Sécurité sociale
’importance de ces négociations est considé- “à prendre des décisions difficiles” berait tous les régimes de retraite « légalement obli- (voir notre précédent

L rable. Non seulement parce qu’elles concer-


nent l’ensemble des dix-huit millions de travail-
leurs du secteur privé qui cotisent à l’ARRCO et à
La CFDT, encore elle, fait une proposition : après avoir
prévenu que « ce ne sera pas une négociation facile. Il
gatoires », ce qui est le cas de l’AGIRC et de l’ARRCO
depuis la loi du 29 décembre 1972.
numéro).
Pour organiser
la « concertation »,
l’AGIRC, et plus de onze millions de retraités, mais y aura des décisions difficiles à prendre » (26 novembre), La logique infernale de la “réforme le gouvernement
aussi parce que le montant de la retraite complé- elle annonce la couleur en proposant de « jouer sur les systémique” prévue par la loi Woerth a notamment choisi
mentaire est primordial pour assurer des revenus avantages familiaux » (Le Figaro, 22 décembre 2010). Bertrand Fragonard,
décents une fois à la retraite. Dans Syndicalisme hebdo (16 décembre 2010), la CFDT qui, rappelle le journal
Les organisations syndicales ont prévenu qu’elles rappelle sa position : « L’ouverture d’un débat citoyen patronal Les Echos
n’accepteraient aucune nouvelle dégradation du Éclairage sur une refonte globale du système de retraites que la (5 janvier), est
niveau des retraites. CFDT appelle de ses vœux est un élément positif. Il faut un énarque qui « a fait
Le Medef, lui, considère qu’une baisse est inévitable Retraites complémentaires : de 35 % à 55 % souhaiter que cette mission devienne prioritaire. » toute sa carrière entre
pour maintenir à long terme l’équilibre financier de du montant total des pensions dans le privé Comme on le voit, la mise en place de la loi Woerth cabinets ministériels
l’AGIRC et de l’ARRCO. est une véritable bombe à fragmentation, qui, dès de gauche
Pour cela, comme toujours quand il faut cogner à la Malgré une baisse continue du niveau des pensions aujourd’hui, impacte toutes les règles de la retraite. ou de droite ».
hache sur la protection sociale, il s’appuie sur les pré- servies par les régimes de retraite complémentaire Ce n’est pas en 2013, c’est tout de suite que la logique Autre personnalité
(100 euros de cotisation rapportaient 9 euros de retraite
tendus déficits à venir. infernale de la « réforme systémique » est opposée sélectionnée pour

40
à la fin des années 1990 : ils ne rapportent plus que
Les organisations syndicales CGT et FO demandent aux salariés. présider un groupe
6,50 euros aujourd’hui, soit une baisse de près de
une augmentation des cotisations patronales. Une 30 %), leur montant représente, en moyenne, 35 % Le refus de la réforme systémique et de la retraite par de travail, Jean-Michel
telle demande, totalement légitime au moment où de la retraite totale des non-cadres et jusqu’à 55 % points impose de dire aujourd’hui : maintien de toutes Charpin : « Ancien
les sociétés du CAC 40 annoncent des bénéfices de de celle des cadres. les dispositions des régimes ARRCO-AGIRC plus avan- conseiller de Lionel
plusieurs dizaines de milliards d’euros, est le seul tageuses que le régime général. Jospin, il est l’auteur
moyen de stopper la baisse du rendement des retraites d’un rapport de réfé-
complémentaires et, donc, du montant général des Chiffre rence sur l’avenir
pensions avec lesquelles les retraités doivent vivre. Le “déficit” : un faux prétexte, là aussi… du système
Pour le Medef, qui est pourtant le premier respon- des retraites, en 1999 ».

milliards
sable des licenciements et du blocage des salaires, Les régimes de l’AGIRC et de l’ARRCO sont des régimes Ces deux hommes,
pas question d’augmenter les cotisations. par répartition : les cotisations prélevées sur les salaires plus deux autres per-
sont reversées immédiatement sous forme de pen- sonnalités, « sont en
L’objectif avoué du patronat : sion. Si la masse salariale globale se rétracte, comme train de constituer
“Renforcer le besoin des assurés ces deux dernières années, sous les effets conjugués les groupes de travail,
de souscrire des produits d’épargne” des plans de licenciements massifs et du gel des salaires, qui comprendront
et que le nombre de départs à la retraite augmente C’est, en euros, le montant des dividendes que trente à quarante
Comme d’habitude, il met en avant le « maintien de de façon importante, ces régimes accusent immédia- recevront les actionnaires des quarante plus grosses membres — élus,
tement un déficit : 2,5 milliards d’euros en 2010. entreprises cotées à la Bourse de Paris au titre conseillers généraux,
la compétitivité des entreprises ». Mais la raison essen-
Les 75 milliards d’euros de réserves qu’ont constituées de l’exercice 2010, en progression de 13 % par rapport
tielle pour laquelle le patronat refuse toute augmen- syndicats,
l’AGIRC et l’ARRCO pour faire face à ce type de crise à l’année précédente. De 2007 à 2010, le total cumulé
tation des cotisations est révélée par une note interne associations... ».
permettent largement d’y remédier. se monte à 153 milliards (Les Echos, 7 janvier).
de la Fédération française des sociétés d’assurances
(FFSA), branche « assurances » du Medef : « La baisse

Reportage à l’hôpital Tenon (Paris)

Mobilisation contre la mise en accusation du syndicat CGT


Par Michèle Lepeuve discussions se situent dans le cadre de la lo- dicale avec l’ensemble du combat pour les
gique de rentabilité et de destruction du ser- revendications. La manifestation s’est ensuite
A l’appel de l’union départementale CGT vice public. La défense des militants syndi- massée, aux cris de « Retrait, retrait, de la
de Paris, un rassemblement de 300 mili- caux, c’est la défense des droits de tous les plainte contre Patrice, non à la répression
tants s’est tenu le 10 janvier pour exiger le personnels et celle de la population. Aujour- syndicale, satisfaction des revendications »,
retrait de la plainte déposée contre le secré- d’hui, l’hôpital public est en très grave dan- devant le commissariat où Patrice Lardeux
taire du syndicat CGT de l’hôpital Tenon, ger. L’institution, le statut de l’AP-HP et des était convoqué pour une audition.
Patrice Lardeux, après la grève de douze personnels sont mis en cause. » Celui-ci a démontré, faits à l’appui, l’ina-
semaines des personnels de cet hôpital. S’y Un autre responsable de l’USAP-CGT indi- nité des accusations portées par le respon-
étaient joints des représentants de SUD, quait que cette répression syndicale contre sable de la sécurité de l’hôpital, soutenu par
de FO-AP-HP, des retraités SNES-FSU. le délégué CGT de Tenon et d’autres syndi- la direction de l’AP-HP.
calistes, à La Poste, à la SNCF, à la Cité des « La situation à Tenon, malgré les embauches
lusieurs responsables CGT ont relié sciences, a lieu au moment où la nouvelle que nous avons obtenues, risque d’être à nou-

P cette tentative de « criminalisation »


de l’action syndicale avec la mise en
place du « dialogue social » par le gouver-
loi sur la représentativité syndicale signifie,
à l’AP-HP, le passage de 690 délégués à 240
pour représenter les 85 000 agents. Le res-
veau explosive : dans le service de néphro-
logie, pour neuf embauches, il y a douze dé-
parts ; aux urgences, on exige des infirmières
nement. « Il faut se rappeler que l’on nous a ponsable de l’union locale CGT du XIIIe ajou- des services de 12 heures ; la flexibilité géné-
imposé cette loi régressive du dialogue social », tait que cette menace de sanction s’inscrit rale, avec le système de la “grande équipe”,
a précisé une représentante de la fédération dans le contexte de la restructuration de continue à s’imposer à tous. Pour faire face
nationale CGT santé. « Il s’agit d’un “faux” l’AP-HP, qui signifie la perte de 1 500 emplois aux affrontements qui se préparent, il faut
dialogue social », a souligné la secrétaire de pour la seule Pitié-Salpêtrière, la suppres- continuer à agir dans un cadre interprofes-
l’USAP-CGT, Rose-May Rousseau, « il n’y a sion de 800 lits en gériatrie… Il appelait à sionnel, comme nous l’avons fait avec suc-
pas de vraies négociations, puisque toutes les relier cette bataille contre la répression syn- cès aujourd’hui. » ■
8 > La vie du parti >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

Elections cantonales : les comités


PARTI OUVRIER INDÉPENDANT
CORRESPONDANCE ÉCLAIRAGE

Le préfet dissout la communauté de Le regroupement des communes


communes dont Mailhac est membre à marche forcée

Gérard Schivardi, Travail énorme, car nous devons continuer Albert Dal Pozzolo communalités dans chaque département, a
secrétaire national les services publics, et dès le 3 janvier. indiqué M. Richert à l’AFP (…). Les préfets
du POI Cette précipitation à dissoudre n’a pu se e 28 décembre 2010, le préfet de l’Aude devront présenter le schéma avant avril 2011

’abord, je
faire sans l’accord du Parti socialiste. Après
une lettre ouverte à monsieur le préfet et L a décidé de dissoudre la communauté
de communes — dont la commune de
aux commissions départementales de coopé-
ration intercommunale composées d’élus, qui

D vous pré-
sente mes
meilleurs vœux pour
à monsieur le sous-préfet, parue dans la
presse, vendredi 31 décembre, monsieur le
sous-préfet m’a téléphoné, preuve que les
Mailhac est membre — contre la volonté de
la population, qui s’était prononcée à 99 %
contre le rattachement au Grand Narbonne.
pourront proposer des modifications. Le
schéma devra être arrêté au plus tard fin 2011. »
Philippe Richert, interviewé le 3 janvier 2011
2011. Nous devons arguments annoncés par le conseil muni- Qu’est-ce qui donne au préfet cette audace ? dans la Gazette des communes, explique :
tous ensemble tra- cipal étaient fondés. Examinons les faits. Le 22 décembre 2010, « Nous allons couvrir toute la France d’éta-
vailler pour le développement de notre Pas de réunion de la commission départe- l’AFP a publié une dépêche intitulée : « Ré- blissements publics de coopération intercom-
parti, dernier rempart pour la classe ou- mentale sur l’intercommunalité, pas de forme territoriale : le gouvernement passe à munale (EPCI). Il n’y aura plus d’îlots où cer-
vrière (...). chiffrage concernant les compétences non l’application. » On y apprend que « le gou- taines communes ou communautés restent
Monsieur le préfet, par décret, a dissous, reprises par le Grand Narbonne, création vernement est passé mercredi à la phase d’ap- dans leur coin (…). Nous allons réduire de
le 28 décembre, la communauté de com- d’un SIVU (syndicat intercommunal à voca- plication de sa réforme territoriale en adressant manière considérable le nombre de syndicats,
munes dont Mailhac était membre. tion unique — NDLR), mais pas de prési- aux préfets des instructions pour qu’ils plan- qui atteint 15 300. D’ici au 1er juin 2013, il n’en
Cette dissolution, faite dans l’urgence, laisse dent ni de bureau pour signer des conven- chent sur la nouvelle carte de France de l’in- restera plus que 4 000 à 5 000. » Sur la chaîne
ma commune devant des problèmes énormes. tions… Cerise sur le gâteau, nous avions tercommunalité censée être achevée en juin de télévision LCI, le 6 janvier 2011, Philippe
Après le vote massif de la population, qui reçu les décrets non signés dès le lundi 2013. Le ministre qui pilote le dossier, Philippe Richert précise : « La réforme des collectivités
a refusé l’intégration au Grand Narbonne, 27 décembre et le décret de dissolution par Richert (Collectivités), a souligné devant le territoriales est nécessaire et indispensable, tout
nous sommes obligés de conventionner fax le jeudi 30 décembre. Conseil des ministres que la refonte de la carte le monde en convient. Tout ce qui relève du bloc
pour tout ce qui concerne le social, le ser- Voilà la collusion entre l’Etat et les liqui- intercommunale est “l’une des mesures essen- communal et intercommunal est reconnu
vice à domicile, crèche, RAM (relais assis- dateurs du PS, qui avaient été prévenus à tielles” de la loi sur la réforme territoriale comme étant accepté par tous, y compris par
tance maternelle — NDLR), cantine scolaire, l’avance. publiée le 17 décembre au Journal officiel (…). la gauche. » C’est pourquoi, s’appuyant sur ce
ALSH (accueil de loisirs sans hébergement Nous devons continuer à nous battre. L’ave- Les préfets vont préparer un schéma départe- consensus, le préfet de l’Aude a décidé de dis-
— NDLR), ordures ménagères, tri sélectif, nir des communes de la République est en mental de coopération intercommunal, qui soudre la communauté de communes dont
etc. jeu. ■ servira de référence à l’évolution des inter- la commune de Mailhac est membre. ■

GIRONDE INDRE-ET-LOIRE. Le mandat des six candidats présentés par le POI

“On ne peut pas mettre en place “Aucune fermeture de collège public


ce que nous sommes censés combattre” en Indre-et-Loire !”

Interview de Christian Baqué, conseiller municipal


à Mombrier et candidat sur le canton de Bourg
Comment se tra- sans combattre pour l’abrogation de la ré-
duit la réforme de forme territoriale ?
la taxe profes-
sionnelle, qui vise Que disent les élus, en particulier à gau-
d’abord à un étouf- che ?
fement financier A la base, les élus sont désemparés par l’at-
des communes ? titude des dirigeants. Ici, dix-neuf élus, maires
Le percepteur vient et conseillers, ont participé à la mise en place
d’informer les maires d’un collectif d’élus pour le retrait de la ré-
du canton qu’il fau- forme territoriale. Nous avons eu des dizaines
drait, « par précau- de signatures. Nous sommes allés en délé-
tion », diminuer les prévisions budgétaires gation au conseil général. C’est donc une dis-
de 6 % pour 2011. Il précise par écrit : « Les cussion que nous avons depuis plusieurs
montants de vos ressources ne seront connus mois. Depuis décembre 2009, il n’y a eu aucun
avec précision qu’à l’automne 2011. » Ce n’est appel à la mobilisation pour le retrait. Correspondant logue Centrale-académie » : « Il s’agit pour
donc qu’à ce moment-là que l’Etat nous l’académie d’entamer ou de poursuivre le dia-
informera des dotations. Allez élaborer un Se satisfont-ils des déclarations indignées omment comprendre la volonté affi- logue avec les collectivités afin d’aboutir à la
budget en mars avec ça !

La réforme territoriale conduite par le


de leurs dirigeants, dont tous les prési-
dents de conseils généraux et régionaux
qui anticipent la mise en œuvre de cette
C chée et maintenue à ce jour de fer-
meture de collèges publics du dépar-
tement ? Deux fermetures de collèges annon-
fermeture des petits établissements » ?
Alors que les banques empochent des mil-
liards d’euros et que les salariés, les jeunes,
gouvernement vise aussi à étouffer avant réforme ? cées, dans un premier temps, par la majo- les retraités sont contraints de se serrer la
tout la démocratie communale. Peux-tu Le conseil général de la Gironde (PS) a aug- rité PS et PCF du conseil général d’Indre-et- ceinture, que signifie la décision du conseil
nous indiquer quelles formes cela prend menté les impôts de 3 %, nos salaires et pen- Loire (collèges de Nouâtre et Pasteur, à Tours), général d’augmenter les impôts de 20 % en
dans ton canton ? sions en sont loin ! Un autre exemple, lorsque sept envisagées, jusqu’à quinze évoquées deux ans ?
Le canton de Bourg, 12 900 habitants, sur le SMICVAL, syndicat intercommunal qui dans la presse… Cela alors que les collèges Augmenter de 20 % les impôts, faire payer
les bords de l’estuaire de la Gironde, est tout gère les ordures ménagères (président PS, privés reçoivent trois millions d’euros. C’est la population, n’est-ce pas donner un for-
simplement menacé de disparition, avec également vice-président du conseil géné- la stupéfaction chez les parents d’élèves, les midable encouragement à ce gouvernement
éclatement sur les cantons voisins. Le seuil ral) décide de taxer les apports des communes enseignants, les amis de l’école publique de droite pour justifier et poursuivre sa poli-
de « viabilité » serait entre 15 et 21 000 habi- en déchetterie. J’ai voté contre. C’est une taxe laïque et de très nombreux habitants du dé- tique antisociale, dite de « réduction des défi-
tants… supplémentaire, qui retombera encore une partement. cits publics », dictée par le Fonds monétaire
Mais ce canton n’est pas seulement une divi- fois sur les contribuables via les impôts lo- Comment comprendre cette volonté de pas- international et l’Union européenne ?
sion administrative, c’est aussi une com- caux ! Même problème pour le syndicat inter- ser en force à tout prix, au mépris de la de- Qui avait écrit, en 2008, dans une luxueuse
munauté de quinze communes, un syndicat communal des eaux : les subventions de mande des parents d’élèves et des ensei- brochure électorale imprimée sur papier
des eaux et de l’assainissement, une appel- l’Agence de l’eau ont été supprimées, le gnants qui se sont mobilisés, nombreux et glacé : « Aucune augmentation des impôts
lation viticole, les Côtes de Bourg… conseil général a diminué ses subventions à plusieurs reprises devant le conseil géné- pour les trois années à venir » ? La présidente
La Poste, en voie de privatisation, a déjà anti- de moitié… et le président (PS) propose de ral, imposant même à celui-ci un spectacu- du conseil général, madame Roiron, condui-
cipé et décidé d’éclater le canton : les bureaux doubler le prix du mètre cube d’eau en cinq laire recul ? sant la liste du Parti socialiste… Comment
de poste (ceux qui restent) sont répartis, rat- ans. Encore les contribuables qui devraient Comment comprendre, enfin, le refus, à ce comprendre un tel reniement ? N’est-ce pas
tachés aux trois cantons voisins ! payer la note ! Les élus ont refusé. jour, à la veille des élections cantonales, de céder en tous points au diktat gouverne-
Nous devons donc être cohérents : il ne peut tout engagement clair et net pour l’abandon mental ?
Quelles sont les réactions ? y avoir un discours en conseil municipal pour des fermetures de collèges publics ? Le conseil général doit-il continuer à être la
Le président (apparenté UMP) de la com- refuser les contraintes qui pèsent sur nos col- La majorité PS-PCF du conseil général (1) a- « chambre d’amortissement » de la politique
munauté de communes, partisan de la ré- lectivités… et un vote en syndicat intercom- t-elle été élue pour relayer la politique des- gouvernementale ou doit-il mobiliser la
forme territoriale, veut néanmoins « défendre munal pour de nouvelles contraintes. On ne tructrice du gouvernement ou pour défendre population pour la défense du département,
son canton jusqu’au bout ». peut pas sans cesse protester et continuer à les intérêts de la population ? des services publics et des acquis sociaux ?
Le député PS, quant à lui, considère que appliquer, à mettre en place ce que nous Fermer des collèges publics, n’est-ce pas se
« bien voter aux cantonales et aux présiden- sommes censés combattre, alors que nous soumettre platement à l’exigence gouver- (1) Majorité départementale composée de vingt et
tielles en 2012 permettrait de revenir sur cette n’y sommes pas obligés. nementale formulée ouvertement ainsi par un conseillères et conseillers PS, et d’une conseillère
réforme ». Comment « défendre le canton » ■ le ministre Châtel dans la fiche no 7 « Dia- PCF.
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
9
PARTI OUVRIER INDÉPENDANT 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris - Tél. : 01 48 85 85 - E-mail : poi@fr.oleane.com www.parti-ouvrier-independant.com

du POI en campagne
FICHE ARGUMENTAIRE N° 3 AUCH (GERS)

L’acte III de la décentralisation Compte rendu


● On lit dans le communiqué du 10 décembre tivités qu’elles recouvrent (communes, que à gagner dû à la non-compensation de la conférence d’Alger :
intercommunalités, départements et des transferts de charges par l’Etat. Le FSH
publié par Elisabeth Guigou, au nom du
PS : « Le PS, fidèle à l’héritage républi-
régions en totalité ou en partie), on crée permet d’aider les locataires confrontés deux adhésions au POI
une sorte de chaos, les prérogatives des aux expulsions ou aux coupures (eau,
cain, propose un nouvel acte de la dé-
communes et des départements pas- électricité, gaz). Or, du fait de la loi
centralisation. Il rappelle qu’il abrogera sant dans les mains, au niveau des mé- NOME, des hausses allant jusqu’à 25 %
cette réforme des collectivités territo- tropoles et des régions, d’élus désormais des factures d’électricité vont faire explo- Correspondant avec la salle, très attentive, a permis
riales dès son retour aux responsabi- inaccessibles à la population. En revan- ser les demandes d’aide… de préciser un certain nombre de
lités et mettra en œuvre une grande che, là où tout se compte en centaines
Un acte III de la décentralisation, Mercredi 5 janvier, le comité du Gers points, comme la façon dont la confé-
réforme de progrès (…), une réforme de millions ou en milliards d’euros, la
pour aller où ? du POI organisait, à Auch, une réu- rence d’Alger a pu se tenir dans un
qui permettra à la démocratie d’être voie serait ouverte aux banquiers et aux
Pour installer les hôpitaux et la Sécurité nion publique de compte rendu de pays soumis, pendant plus de dix ans,
étendue et aux services publics locaux multinationales du type Veolia ou Bouy-
sociale sous le contrôle des agences ré- la Conférence mondiale ouverte à une oppression et à une violence
d’être renforcés. » gues.
gionales de santé (ARS), comme en Ile- contre la guerre et l’exploitation (Al- inouïes.
Trois questions, au moins, se posent à
la lecture de ces lignes :
“La claire conscience de-France, où l’ancien ministre PS Claude ger, 27, 28 et 29 novembre 2010), en Mais l’actualité sociale de ces der-
— La réforme se résume-t-elle à une
de nos déficits” Evin, président de l’ARS, prend sans sour- présence de Daniel Gluckstein, secré- nières semaines s’est elle aussi invi-
La question centrale est bien celle de la ciller des mesures de démantèlement taire national du POI. tée dans le débat. Tout d’abord, parce
manipulation des découpages des cir-
dette publique, là aussi. Il s’agit d’im- de l’AP-HP ? que le combat pour la défense des re-
conscriptions électorales ?
poser aux élus « de raisonner avec la Pour abandonner les établissements de vec ses près de trente partici- traites s’inscrit dans la volonté des
— Peut-on attendre 2012 ?
— Que réservent cette « réforme de pro-
grès » promise et ce « nouvel acte de la
décentralisation » ?
claire conscience des déficits que nous
avons » (Sarkozy). Les délais de bou-
clage des budgets ont été repoussés en
avril pour éviter de faire tomber en pleine
l’Education nationale à la machine infer-
nale de l’autonomie ? Pour développer
les regroupements d’écoles en EPEP et
ramener les enseignants sous la coupe
A pants, cette réunion était déjà,
à son ouverture, un premier
succès. La suite, dans les éléments
peuples de ne pas payer une dette qui
n’est pas la leur, mais aussi parce que
la question de savoir « pourquoi on
apportés par l’orateur comme dans n’a pas gagné » a été soulevée.
Désarmer les communes campagne électorale des cantonales les des élus politiques et de groupes de
les échanges, l’a démontré encore plus. Après plus de deux heures de débat,
Le vote de la loi au Parlement a été dif- décisions découlant de l’économie de pression locaux ? Pour soumettre les
Le compte rendu de Daniel Gluckstein c’est avec deux adhésions que la réu-
ficile, les amendements se sont multi- quarante-cinq milliards d’euros fixée aux professeurs de lycée professionnel aux
pliés, le gouvernement a multiplié les
a nettement montré que la masse des nion s’est terminée. Des contacts ont
collectivités dans le plan d’ensemble de exigences de la gestion des ressources
pressions sur sa propre majorité et n’a cent milliards d’ici à 2013. Toutefois, le humaines des entreprises de leur bas-
40 000 milliards de dollars de dettes été pris, des discussions se sont pour-
réussi à passer qu’à quelques voix près. ministre du Budget a annoncé le gel des sin ? publiques dans le monde est le résul- suivies bien après la réunion, et ces
Mais, sur le fond, il n’a pas lâché son dotations pour trois ans. Ou bien, comme à Montpellier, pour tat voulu d’un endettement décidé par liens continueront de se tisser au tra-
objectif : impuissanter les communes Attendre 2012, c’est se résigner au « sale faire appliquer la loi Pécresse par le conseil les gouvernements aux ordres des spé- vers des élections cantonales : le co-
en les étouffant dans l’intercommuna- boulot » et relayer immanquablement régional « de gauche », qui décide de culateurs. Le POI se prononce pour mité du Gers y présentera un can-
lité forcée et disloquer l’édifice républi- de brutales dégradations pour la popu- liquider les filières littéraires et d’assu- l’annulation de cette dette. Le débat didat. ■
cain garant de l’égalité des citoyens à lation. jettir la recherche au profit ?
l’échelle de la nation. Le POI de Seine-Saint-Denis a ainsi éva- Pour poursuivre la destruction de la SNCF
L’intercommunalité a fait à ce point lué à 625 euros, pour une famille de en l’éclatant dans le cadre des vingt-
consensus parmi les députés que la date taille moyenne, la dépense découlant deux régions, au prix de la disparition
d’achèvement en a même été avancée des hausses décidées par Claude Bar- de toute desserte cataloguée « non ren-
à juin 2013 ! L’élection, au suffrage uni- tolone, président PS du conseil général table » ?
versel, des délégués communautaires de Seine-Saint-Denis (25 euros d’aug- Sans des services publics organisés natio-
« par fléchage » des premiers de chaque mentation pour une carte Améthyste, nalement, comment peut-il y avoir éga-
liste vise à faire passer les conseils muni- des centaines d’euros pour la carte Ima- lité des droits ?
cipaux sous leur domination et à les ré- gine’R). Dans notre département du Val- Par conséquent, la décentralisation-régio-
duire au rôle de figurants. de-Marne, où le conseil général est à nalisation se pare du masque de la dé-
Par ailleurs, en superposant les « métro- jorité PCF-PS-PG, le président Christian mocratie, mais s’est faite, en réalité, la
poles », ou diverses moutures de « pôles Favier vient de demander aux communes boîte à outils du démantèlement de la
métropolitains », qui s’emparent des de financer le Fonds solidarité habitat République et de la destruction des com-
prérogatives de l’ensemble des collec- (FSH) de manière à compenser le man- munes.

BAGNOLET (SEINE-SAINT-DENIS) Toulouse, le jeudi 6 janvier 2011 : plus de cent participants à la réunion publique
du POI pour le compte rendu de la conférence d’Alger.

Délégation au maire pour la défense des services publics


Meetings et réunions
“On ne peut pas être jetés à la rue” de compte rendu de la conférence mondiale

Cécile Brandely engagé à aider mon fils à trouver un ne peut pas être jetés à la rue ! » La
travail. On ne vous demandait pas délégation s’est battue pour que le
Le 7 décembre, une délégation de qu’il soit adjoint au maire, même maire apporte une solution.
quatre militants du POI et de cinq balayeur on s’en serait contenté ! A La A la sortie, Yamina nous dit : « C’est la
habitants, signataires de la pétition Noue, il n’y a même plus d’éclairage première fois que je me sens soutenue,
pour la défense des services publics public à certains endroits, vous atten- c’est un vrai soulagement de vous avoir
initiée par le comité du POI (plus de dez quoi pour réparer, un viol, un rencontrés. »
trois cents signatures recueillies), a meurtre ? »
été reçue par le maire PCF de Ba- Yamina témoigne : « J’ai reçu une lettre TROIS ADHÉSIONS
gnolet. de mon bailleur “social” : j’avais jus- AU POI
qu’à hier pour quitter mon domicile. Le maire nous a parlé de « marge de Jeudi 13 janvier : Mulhouse Mardi 25 janvier : La Roche-sur-Yon
a délégation a présenté et dé- Pourtant, je paie le loyer, la taxe d’ha- manœuvre réduite » parce que « l’Etat

L fendu les revendications de la


population, notamment le
maintien du stade de la Briqueterie,
bitation. Mon mari est malade. Je suis
venue de nombreuses fois à la mairie
pour rencontrer l’assistante sociale.
nous rogne nos possibilités ». Mais
pour Abdelkrim, chef de chantier :
« Ce n’est pas à nous de payer la dette.
Vendredi 14 janvier : Orthez,
Auxerre, Poligny
Jeudi 27 janvier : Metz
Vendredi 28 janvier : Grenoble
l’embauche de personnel au centre Impossible de la voir ! Moi, quand je me gare de travers, je
municipal de santé, la construction J’étais gardienne dans un immeuble paie mon PV, je ne demande pas aux
Jeudi 20 janvier : Rennes
de logements HLM. de Paris, qui a été vendu. Je n’avais pas autres de le payer à ma place. Là, c’est Vendredi 21 janvier : Chambéry, Samedi 29 janvier :
Mina, une habitante, explique : les moyens de racheter l’appartement. pareil, ils font des c…, ils paient ! »
« M. le maire, on vous a soutenu à La En perdant mon logement, je perdais Un parti qui ne lâche pas ? Pour pour- Saint-Brieuc Saint-Cyr-sur-Loire
Noue, mais vous nous avez déçus, vous aussi mon travail. Avec mon mari, on suivre la bataille, les trois camarades
nous avez abandonnés.Vous vous étiez a dû venir habiter chez notre fille. On ont adhéré au POI. ■ Samedi 22 janvier : Le Mans Samedi 5 février : Montbéliard
POI

Je souhaite prendre contact avec le Parti ouvrier indépendant  Je souhaite adhérer 

Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

................................................................................. Code postal : .......................................... E-mail : ....................................................................................

Bulletin à retourner à : Parti ouvrier indépendant 87, rue du Faubourg-Saint-Denis 75010 Paris
10 > L’actualité internationale >>>
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

Algérie :
L’événement
Chronique
INTERNATIONALE

une spéculation
Non, l’Afrique
n’est pas victime

criminelle
d’une malédiction

contre le peuple
Par Jean-Pierre Raffi

Par-delà le côté dramatique


de la mort des deux otages
au Niger — au terme
d’une intervention militaire dont
on est en droit de se demander
si elle n’obéissait pas plus
à des considérations de politique
intérieure française qu’à un réel
souci de les libérer —,
on rappellera ici quelques faits
permettant d’éclairer les enjeux
de ces guerres qui ensanglantent
l’Afrique et précipitent
chaque jour un peu plus
ses peuples dans le chaos.
La vaste région du Sahel,
englobant le sud de la Mauritanie,
du Mali, du Tchad et du Soudan,
est une zone extrêmement riche
en minerais précieux (parmi

Photo AFP
lesquels l’uranium, exploité
par la société française Cogema), En quarante-huit heures, les prix de certains

“Les jeunes ne sont pas sortis dans la rue seulement


produits de base ont augmenté de 30 à 70 % !

T
qui attisent bien évidemment
la convoitise des grands groupes

à cause de la hausse des prix de l’huile et du sucre,


multinationaux, et notamment

mais en raison de l’accumulation de leurs problèmes,


français et américains. Regardez
la carte géologique de la région

dont le chômage et la crise du logement” (Louisa Hanoune)


et vous verrez se dessiner celle,
politique, des conflits, des bases
militaires et des agissements
de groupes mafieux
s’auto-intitulant « Al-Qaida ». Lu dans la presse algérienne tion politique et sociale », et qui « s’interroge et une manière d’exprimer leur appréhen-
Prenez le Soudan : « Une région sur ses desseins politiques ». sion de l’avenir », ajoutant que l’Etat doit
qui regorge de conflits avec Le site d’information Algérie Focus (8 jan- enregistrer ces protestations comme un
rois jours après les ma- vier) a longuement interviewé la secrétaire SOS, « car ces jeunes en détresse peuvent
de fortes accusations d’ingérence nifestations, notam- générale du PT, Louisa Hanoune. « La secré- être manipulés par n’importe qui ».
étrangère » et où « l’odeur de pétrole ment de jeunes, qui, taire générale du Parti des travailleurs a ap- Elle a également jugé « insuffisantes » et
est assez forte pour susciter toutes toute la fin de la se- pelé à ouvrir des canaux de communication « inefficaces » les décisions prises par l’Etat
les convoitises », comme le souligne maine dernière, ont et de dialogue avec les jeunes pour être à leur en matière d’emploi, estimant que la flam-
le journal algérien El Watan. embrasé la plupart des écoute », note-t-il, ajoutant que, pour elle, bée des prix absorbe toute augmentation
grandes villes algé- ce qu’elle a qualifié de « soulèvement » des des salaires. Elle a en outre appelé l’Etat à
Depuis dimanche dernier riennes, le gouverne- jeunes « ne concerne pas seulement le minis- combattre la spéculation et « les importa-
et durant toute la semaine, ment Bouteflika vient de prendre des me- tère du Commerce, mais l’ensemble du gou- teurs qui monopolisent toujours le marché
un référendum est appelé sures d’urgence, destinées, dit-il, à « juguler vernement, qui est appelé à ouvrir la porte local ».
à trancher sur l’« indépendance » la flambée des prix des denrées alimentaires du dialogue autour de toutes les mesures Par ailleurs, Louisa Hanoune s’est dite éton-
du Sud-Soudan. Référendum de base » à l’origine de cette explosion de pouvant être prises afin d’améliorer les condi- “Prendre née de la manière avec laquelle certains
dont tout le monde prédit
colère. tions socioprofessionnelles ». Elle a, à cet sans tarder médias arabes et occidentaux ont traité
La centrale syndicale algérienne UGTA a effet, appelé à la création d’offices des pro- les mesures ces protestations, de leurs interprétations
qu’il n’aboutira qu’à relancer aussitôt condamné « les actes de spécula- duits vitaux subventionnés par l’Etat. « tendancieuses et graves, et de leur ampli-
une guerre dévastatrice, qui, tion qui ont conduit à une augmentation « Louisa Hanoune a en outre appelé, rap-
à la hauteur fication » d’un soulèvement de jeunes qui
depuis 2003, s’est déjà soldée des prix touchant les produits de large porte Algérie Focus, à accorder aux jeunes des ont voulu exprimer leur colère, estimant
par plus de 300 000 morts consommation » et s’est adressée au gou- sans emploi une allocation de chômage qui exigences qu’il y a « des parties étrangères qui se réjoui-
et plusieurs millions de déplacés,
vernement pour qu’il prenne « des mesures ne soit pas inférieure à la moitié du salaire formulées raient de l’effondrement de l’Etat algérien
urgentes et appropriées à l’effet de contrer national minimum garanti (SNMG), pro- par pour qu’elles puissent piller ses richesses ».
parqués dans des camps, affamés, avec fermeté la spéculation sur les prix ». posant d’accélérer l’élaboration d’une loi de ■
massacrés par les bandes armées De son côté, le Parti des travailleurs d’Al- finances complémentaire 2011 prévoyant
les jeunes”
qui sévissent dans la région. gérie appelait le gouvernement à prendre cette allocation, ainsi que d’autres mesures Lu dans la presse en France
Et tous les puits de pétrole, sans tarder les mesures à la hauteur des exi- qui concrétisent le monopole de l’Etat sur Communiqué
gences formulées par les jeunes. En pre- les matières premières importées. » « Les Qualifiant les manifestations de « fuite
dont regorge le sous-sol du PT algérien
mier lieu, des mesures visant à annuler les jeunes ne sont pas sortis dans la rue seule- en avant dans la destruction et l’émeute »,
soudanais, sont au sud hausses de prix. ment à cause de la hausse des prix de l’huile Le Figaro (10 janvier) en voit la cause
et partiellement dans la région Le journal algérien Le Temps (8 janvier) a et du sucre, mais en raison de l’accumula- dans le « populisme clientéliste du régime.
noté, parmi les mesures préconisées par le tion de leurs problèmes, dont le chômage et A défaut de créer des emplois pour résor-
d’Abyei, objet de contentieux ber le chômage (10 % officiellement,
entre les deux parties du pays. PT : « Le recouvrement de la totalité du com- la crise du logement », a dit la secrétaire
25 % selon la Banque mondiale), qui
merce extérieur par l’Etat, la restructuration générale du PT, qualifiant les récentes
Non, l’Afrique n’est pas victime des quelque 1 000 entreprises publiques hausses des prix de certains produits de
touche particulièrement les moins de
d’une malédiction. 30 ans (75 % de la population), le gou-
déstructurées, le plafonnement des prix des première consommation de « provocations » vernement a encouragé des pratiques
Comme sont venus le dénoncer produits de large consommation, ainsi que et de « hausses criminelles ». illicites. Des importateurs et autres gros-
à Alger les nombreux délégués la réouverture des espaces conçus pour la « Les séquelles du redressement structurel et sistes proches du régime ont fait fortune
africains à la Conférence mondiale vente des produits nationaux, connus aupa- de la tragédie nationale sont toujours pré- dans la spéculation de produits bas de
ravant sous le nom des Galeries algériennes sentes », a-t-elle poursuivi, rappelant à la gamme, souvent contrefaits. Agissant à
contre la guerre et l’exploitation, et des Souks El Fellah. Et la réquisition de fois les plans destructeurs imposés par le la barbe du fisc, ils alimentent les circuits
le sort atroce dont sont victimes 820 000 logements vides. » FMI et les années noires de guerre et de ter- de l’économie parallèle, qui emploient
les peuples de ce continent L’Expression (8 janvier) souligne l’accusa- rorisme, qui, il n’y a pas si longtemps, ont des milliers de jeunes. En annonçant la
est le résultat exclusif tion portée contre le patron du groupe Cevi- menacé l’existence même de la nation algé- révision des critères pour l’octroi du re-
tal, « détenteur du quasi-monopole sur le rienne. Louisa Hanoune a en outre souli- gistre de commerce, l’obligation de vente
d’une guerre souterraine
sucre et les corps gras, qui jette de l’huile sur gné la nécessité de saisir les messages avec factures et le paiement par chèque
qui oppose le feu en annonçant d’autres augmentations adressés par les jeunes à travers leur sou- à partir de 500 000 dinars (environ
les « grandes puissances » avant les décisions du Conseil du gouver- lèvement, estimant que cette frange « est la 5 000 euros), le gouvernement a secoué
impérialistes pour le contrôle nement », ainsi que la vigoureuse dénon- moins bien lotie dans la société et la plus l’équilibre des bénéficiaires de la rente
ciation de ce que le Parti des travailleurs inquiète pour son avenir », et que « ces jeunes dans le sérail et a déclenché la colère
des richesses abondantes des barons du marché informel. »
enfouies dans le sous-sol africain. ■ d’Algérie qualifie de « spéculation crimi- ont trouvé dans ce soulèvement et ces actes
nelle sur les prix », « une véritable provoca- de violence un véritable exutoire à leur colère
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
11

Tunisie

Le communiqué du secrétariat
“Du pain, du travail, dehors Ben Ali !”
du bureau politique
du Parti des travailleurs d’Algérie
La révolte commencée il y a plus de deux semaines contre le
chômage et la vie chère devient chaque jour un peu plus un
soulèvement contre la dictature pro-impérialiste de Ben Ali.
e secrétariat du bureau politique du 3. La réouverture des grandes surfaces

L Parti des travailleurs s’est réuni ce


jour, toutes affaires cessantes, pour
débattre de la propagation des émeutes de
publiques réservées aux produits subven-
tionnés par l’Etat et à la production natio-
nale.
J
usqu’à présent, si la Tu-
nisie occupait une
bonne place dans les
médias, c’était avant
jeunes en colère à la suite de la flambée pro- 4. La réouverture des EPE de l’agroalimen-
tout pour les publicités
vocatrice des prix, qui a touché notamment taire fermées…
consacrées au « tourisme
le sucre et l’huile, et les pro- Ce sont là des mesures réalistes et réali-
bon marché ». C’était là une
duits dont ils sont à la base. sables, qui traitent les pro-
manière de mettre en évi-
Scandalisé par les propos blèmes à la racine tout
dence ce que la presse « sé-
du patron de Cevital, le dé- en renforçant les cor-
rieuse » expliquait docte-
tenteur du quasi-mono- Communiqué urg rectifs introduits dans Alger, le 06 janvi
er 2011
Le secrétariat ent ment pour sa part, à savoir
pole sur le sucre et les corps cessantes, pour
débattre de lal’orientation économi-
du Bureau politi
que du Parti
des travailleur

que la Tunisie était la clef


provocatrice des propagation des s, s’est réuni ce jour,
prix qui a touch émeutes de jeune toutes affaires
é notamment le s en colère suite
gras, qui jette de l’huile sur Scandalisé par
que. Ces mesures sont,
les propos du
sucre et l’huile
et les produits
dont ils sont à
à la flambée
corps gras, qui
jette de l’huil
patron de Cevit
e sur le feu en
al, le détenteur
du quasi-monopole
la base.
de voûte de la stabilité du
le feu en annonçant d’au- décisions du Cons
la spéculation en outre, bénéfiques pour
eil du gouvernem annonçant d’aut
ent, le secrétariat res augmentat
sur le sucre et
les

Photo AFP
ions
desseins politi
criminelle sur
ques, s’adresse
les prix, une vérita
ble
du Bureau politi
provocation politi
que, qui dénonce
et en attendant les
vigoureusement Maghreb tout entier, que le
tres augmentations et en même de désam
orcer la situat la création d’emplois et
au gouvernem
ent pour qu’il que et sociale
prenne les mesu et s’interroge sur
ses
dangereuse et par
delà la spéculation
ion. Pour le PT,
parce que la preuve
res urgentes appro
est établie que
priées, à gouvernement appliquait
attendant les décisions du pour la protection de la
du secteur de sur le marché mond
l’agroalimentaire ial, est le produ cette situation
désengagement , dans le cadre it direct de la ferme
spéculation consi
de l’Etat du
stent en :
commerce intéri
du PAS et du
eur et extérieur,
programme de
ture des EPE
privatisation, sans rechigner toutes les
Conseil du gouverne- production nationale. les solutions
à même de stopp
et du
er la
sucre.
1- Dans l’imm
édiat, le plafonnem
ent des prix des instructions du Fonds mo-
ment, le secrétariat du 2- La restauration Dans le même temps, il produits conce
rnés à savoir l’huil
e et le
et interne pour
même de façon
que le contrôle provisoire du mono
pole de l’Etat sur le nétaire international (FMI), entraînant ainsi l’éco- entre les mains de l’impérialisme. Sur les six
bureau politique, qui dé- 3- La réouverture
l’Etat et à la produ s’agit de barrer la route
des prix soit effec
des grandes surfa tif… commerce exter
ne

4- La réouverture
ction nationale
ces publiques
réservées aux
produits subve
ntionnés par nomie sur la voie du progrès, et que la démocratie cimenteries existant en Tunisie, cinq appartien-
nonce vigoureusement devant les serviteurs zélés
des EPE de l’agro
alimentaire fermé
es…
ne cessait de s’y développer. nent à des groupes italiens, espagnols ou por-
Ce sont là, des
mesures réalis
renforçant les tes et réalisables

la spéculation criminelle des multinationales qui


correctifs introd qui traitent les
pour la création uits dans l’orie problèmes à la
d’emplois et pour ntation économiqu racine, tout en
Dans le même
la protection de e. Ces mesures
la production natio
nale.
sont, en outre,
bénéfiques Aujourd’hui, ce sont les « troubles sociaux », pour tugais.
sur les prix, une véritable déversent leurs
temps, il s’agi
produits dans déversent leurs produits
t de barrer la route
devant les servi
concessions conse
nties à l’OMC,
notre pays à
la faveur de
l’acc
teurs zélés des
ord d’associat
multinationales
qui reprendre l’euphémisme auquel se résigne Le Le résultat ? Aujourd’hui, on évalue — en par-
provocation politique et demande du
aventuriers de
gouvernement
dans notre pays à la faveur
et dont les intérê
de révision du
ts sont contrariés ion avec l’UE
par les LFC 2009 , et des
épuisés par l’aug
tous bords qui
chevauchant la
calendrier du
réaction de colèr
démantèlement et 2010 et par
tarifaire, et devan
la
Monde (11 janvier), c’est-à-dire les manifesta- tant de statistiques officielles — le nombre de
sociale, et s’interroge sur mentation conti
de l’accord d’association
nue des prix, tente
nt de l’orienter
e légitime des
citoyennes et
t
citoyens
les
Parce que l’heu
secrétariat du
re est grave et
que rien ne saura
vers des desseins
obscurs.
tions déterminées de lycéens, d’étudiants, de personnes sans travail ou sous-employées à
ses desseins politiques, charge durable
Bureau politique,
du problème du avec l’Union européenne et
considère que it être supérieur
cette colère des aux intérê ts de la natio
même d’assécher
le vivier du déses
chômage, par
de vraies solut
jeunes, soulève
ions créatrices
l’urgence d’une
n, le
prise en chômeurs et de travailleurs, et la sanglante répres- 1 114 275, soit 42 % de la population active du
s’adresse au gouverne- des concessions consenties
poir à savoir la
précarité socia
le.
d’emplois perm
anents à

sion par laquelle le régime cherche à les briser, pays.


ment pour qu’il prenne à l’OMC, et dont les intérêts Le Secrétariat
du Bureau polit
ique qui fait la « une » des journaux. C’est dans ces conditions qu’une nouvelle vague
les mesures urgentes sont contrariés par les lois du Parti des Trav
aille urs

« Du pain, du travail, dehors Ben Ali ! » : ces mots d’augmentations des prix des produits de pre-
appropriées, à même de désamorcer la situa- de finances complémen-
d’ordre se mêlent et surgissent de ces cortèges mière nécessité a mis le feu aux poudres. Mais
tion. Pour le PT, parce que la preuve est éta- taires 2009 et 2010, et par la demande du
de milliers de manifestants défiant la violence de il ne s’agit pas que d’une explosion de colère qui
blie que cette situation dangereuse, et, par- gouvernement de révision du calendrier du
l’armée et de la police de la dictature pro-impé- pourrait n’avoir pas de suite. On est au contraire
delà, la spéculation sur le marché mondial, démantèlement tarifaire, et devant les aven-
rialiste du gouvernement Ben Ali. « La Tunisie, en présence d’un profond mouvement des tra-
est le produit direct de la fermeture des EPE turiers de tous bords qui, chevauchant la
où le gouvernement ne tolère aucune remise en vailleurs et du peuple tunisiens.
(entreprises publiques économiques — NDLR) réaction de colère légitime des citoyennes
cause, est la proie, depuis qu’un jeune vendeur Un mouvement où la colère, loin de se dissiper,
du secteur de l’agroalimentaire dans le cadre et citoyens épuisés par l’augmentation conti-
s’est immolé par le feu, d’une vague d’émeutes », se concentre contre ce gouvernement, et que la
du PAS et du programme de privatisation, et nue des prix, tentent de l’orienter vers des
constate le quotidien britannique Financial Times. violence de la répression (plus de cinquante
du désengagement de l’Etat du commerce desseins obscurs. Parce que l’heure est grave
La vérité s’impose : le régime de Ben Ali, installé morts) exacerbe. Un mouvement qui a été assez
intérieur et extérieur, les solutions à même et que rien ne saurait être supérieur aux in-
au pouvoir depuis 1987 (1), a procédé à la pri- puissant pour faire que la centrale syndicale qui
de stopper la spéculation consistent en : térêts de la nation, le secrétariat du bureau
vatisation forcenée des entreprises publiques, a ses origines dans la lutte pour l’indépendance,
1. Dans l’immédiat, le plafonnement des politique considère que cette colère des
conformément aux instructions du FMI. l’UGTT, dont la direction coopérait avec le gou-
prix des produits concernés, à savoir l’huile jeunes soulève l’urgence d’une prise en
L’adhésion à l’Organisation mondiale du com- vernement, a été amenée à soutenir le mouve-
et le sucre. charge durable du problème du chômage,
merce (OMC) et l’établissement d’un accord d’as- ment et à condamner la répression.
2. La restauration, même de façon provi- par de vraies solutions créatrices d’emplois
sociation avec l’Union européenne (1995) ont François FORGUE ■
soire, du monopole de l’Etat sur le com- permanents à même d’assécher le vivier du
encore accéléré ce démantèlement.
merce externe et interne pour que le désespoir, à savoir la précarité sociale.
Le résultat ? Par exemple, les deux tiers des entre- (1) Ben Ali est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat, écar-
contrôle des prix soit effectif… Alger, le 6 janvier 2011 ■
prises privatisées sont maintenant directement tant le président vieillissant, mais légitimement élu.

La déclaration du secrétariat national


de l’Union générale des travailleurs algériens Le déroulement des événements
e secrétariat national de l’UGTA gentes et appropriées à l’effet de contrer ● Les premières manifestations ont eu lieu à Sidi cortèges des funérailles en tirant sur la foule et

“L s’est réuni ce jour, le vendredi


7 janvier 2011, pour examiner
la situation qui prévaut actuellement dans
avec fermeté la spéculation sur les prix des
produits de large consommation.
L’UGTA, qui demeure convaincue des bien-
Bouzid, dans le centre du pays. C’est alors (le
17 décembre) que Mohamed Bouazizi s’immole
par le feu pour protester contre la saisie de son
en utilisant les gaz lacrymogènes.
Le 11 janvier, un responsable syndical fait état
d’une cinquantaine de morts dans le centre du
certaines localités. faits de la sérénité sociale et de la noble sa- étal de primeurs par la police. pays, évoquant une situation de « chaos » à Kas-
L’UGTA condamne vigoureusement les actes gesse qui caractérise notre population, et ● Les manifestations se sont étendues dans tout serine.
de spéculation qui ont conduit à une aug- notamment sa jeunesse, lance un appel le pays. Il ne s’agit pas de simple solidarité avec ● Dès les premières manifestations, des mili-
mentation des prix touchant les produits pour un retour au calme. Sidi Bouzid, mais d’un mouvement national qui tants de l’UGTT étaient présents. Des instances
de large consommation, notamment l’huile L’UGTA est persuadée que la prise en charge a commencé à Sidi Bazu. syndicales avaient apporté leur soutien. Mais
et le sucre. Cette spéculation honteuse porte des différentes préoccupations, particuliè- ● Dans au moins six villes importantes, de ces militants, ces sections syndicales agissaient
préjudice au pouvoir d’achat des travailleurs rement celles relatives aux aspirations de grandes manifestations ont lieu. Les emblèmes sans l’accord de la direction de l’UGTT. Le samedi
et de leurs familles. notre jeunesse, se concrétisent à travers la du pouvoir sont brûlés. Toutes les couches du 8 janvier a marqué un changement profond dans
L’UGTA considère que cette spéculation est confiance et le dialogue. » peuple y participent. Le jeudi 6 janvier, par l’attitude de la direction de l’UGTT, qui a apporté
une atteinte à l’effort national pour l’amé- exemple, les lycéens étaient à la tête d’une mani- son soutien aux manifestants.
lioration du bien-être social de notre popu- Le secrétaire général, festation à Jbeniana, près de Sfax. Correspondant ■
lation. A ce titre, l’UGTA sollicite les pouvoirs ABDELMADJID SIDI SAÏD ● Le 31 décembre, les avocats se sont mis en
publics afin de prendre des mesures ur- (7 janvier 2011) grève. Le barreau avait dénoncé « un usage sans
précédent de la force », affirmé sa volonté de La prise de position de l’UGTT
« défendre la liberté d’expression » et « le droit des
habitants de Sidi Bouzid et d’autres régions dému- A Tunis, lors d’un rassemblement public, le
8 janvier, la centrale syndicale unique, l’Union
nies à l’emploi et à la dignité ».
En urgence, le gouvernement décrète une baisse de 41 % ● « Usage sans précédent de la force. » Ce n’est
générale des travailleurs tunisiens (UGTT), a
proclamé son appui aux revendications « légi-
pas seulement la police, mais aussi l’armée qui
des charges sur l’huile et le sucre intervient avec des moyens de guerre. Il y a des
times » du mouvement. « Nous soutenons les
revendications de la population de Sidi Bou-
centaines de blessés et on fait état de vingt-trois zid et des régions intérieures », a lancé le secré-
A l’issue d’une très longue réunion d’urgence, le gouvernement algérien a annoncé
morts (chiffre très en dessous de la réalité). taire général adjoint de l’UGTT, Abid Brigui,
samedi soir (8 janvier) l’exonération à titre temporaire de 41 % des charges impo-
Les pires exactions ont été commises à Thala et devant quelques centaines de personnes stric-
sées aux importateurs et producteurs d’huile et de sucre pour contrer la flambée
à Kasserine, où, dès le 6 janvier, des chars étaient tement encadrées par des centaines de poli-
des prix des produits de base à l’origine de violentes émeutes. Le communiqué
en position. D’après des informations locales ciers en civil et des unités anti-émeutes. « Il est
précise que ces « exonérations temporaires et exceptionnelles » concernent les
fiables, les cadavres sont même jetés dans les contre nature de condamner ce mouvement.
« droits de douane, de TVA et d’IBS (impôt sur le bénéfice des sociétés — NDLR)
oueds aux alentours de la ville. D’autres cadavres Il n’est pas normal d’y répondre par des balles »,
sur le sucre roux et sur les huiles alimentaires ». Ces mesures, destinées à « faire a-t-il ajouté sous les applaudissements, appe-
sont enterrés directement sans passer par l’hô-
face à la hausse subite des prix de certains produits alimentaires de base », sont lant plutôt au « dialogue avec les jeunes ». La
pital : ainsi, aucun constat médical sur la cause
applicables rétroactivement depuis le 1er janvier et jusqu’au 31 août 2011. Le gou- foule a observé une minute de silence à « la
de la mort n’est établi et, par conséquent, ils ne
vernement déclare « attendre des producteurs et des distributeurs qu’ils répercu- mémoire des martyrs » du mouvement social,
seront pas comptabilisés comme victimes de ce
tent en urgence les effets sur les prix de vente aux consommateurs ». entre hymne national et chansons engagées
massacre. Craignant la reprise des contestations
de masses, les forces de l’ordre dispersent les diffusés par haut-parleurs.
12
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131
> L’actualité internationale < SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

U N E S E M A I N E D A N S L E M O N D E

Photo AFP
HAÏTI GUADELOUPE

Un an après... Vœux de Sarkozy


Le 12 janvier 2010, un tremblement
de terre meurtrier ravageait Haïti, pro-
voquant la mort de plus de 200 000 ha-
Présidence sur fond d’inondations meurtrières
Un communiqué du LKP informe que « le 9 janvier, jour de carna-
bitants et une invasion de l’armée
américaine. Un an plus tard, selon les
institutions de l’ONU, les dix milliards
de dollars promis par des donateurs
hongroise val, Nicolas Sarkozy présente ses vœux aux colonies depuis la Gua-
deloupe. Le pays est sous haute surveillance militaire (…). La mort
de cinq personnes durant les dernières pluies est révélatrice de la
situation qui prévaut en Guadeloupe. Malgré l’annonce faite par la
internationaux sont loin d’avoir été
versés, tandis que l’épidémie de cho-
léra fait rage (plus de 3 000 morts).
de l’Union météo, malgré la montée visible des eaux, aucune mesure spéci-
fique de prévention et d’alerte (fermeture anticipée des écoles, dévia-
tion, fermeture de routes, etc.) n’a été mise en œuvre par la préfecture,

européenne :
Haïti est toujours occupée par les laissant ainsi des milliers de personnes se “débrouiller” elles-mêmes
troupes étrangères de la Minustah. face aux pluies diluviennes ; et en définitive, les rendant respon-
sables de leur sort et de leur propre mort (comme l’a affirmé ce mer-
credi 5 janvier le préfet). Aussi, après les deux jours de mobilisation
ÉTATS-UNIS

La fusillade de l’Arizona ça commence des 14 et 15 décembre et l’allocution de Nicolas Sarkozy, le LKP


prend bien acte du refus de l’Etat français de respecter ses enga-
gements relatifs à l’application pleine et entière des accords du
26 février 2009 (Bino) et du 4 mars 2009 (…). En conséquence, le
ravive la crise politique
La crise politique aux Etats-Unis a fait un
bien ! LKP, les organisations qui la composent, les travailleurs et le peuple
de Guadeloupe s’organisent et se placent résolument dans la pers-
pective d’un nouveau mouvement, beaucoup plus ample qu’en jan-
vier 2009 et d’une portée décisive, mouvement renforcé par
pas de plus après la fusillade qui a griè-
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, le 6 janvier 2011, à Budapest. l’expérience acquise de nos deux années de lutte. »
vement blessé la parlementaire démo-
crate Gabrielle Giffords et fait six morts
COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L’UGTG
dans l’Arizona. Un sénateur démocrate
a indiqué que les déclarations récentes
S’agit-il de la “liberté de la presse” ? Après Charly Lendo et José Naëjus,
de Sarah Palin ont pu inspirer l’acte du
e 1er janvier 2011, c’est un véritable Rien à voir avec la démocratie ni avec la un autre syndicaliste de l’UGTG, Denis Dorvilius,
tireur « déséquilibré ». Sarah Palin (an-
cienne candidate à la présidence et diri-
geante du mouvement d’extrême droite
des Tea Party) avait récemment déclaré :
C déchaînement contre la Hongrie qui
marque les débuts de la présidence
hongroise de l’Union européenne. Le régime
« liberté de la presse ». D’ailleurs, Orban a
eu beau jeu de répondre à cette campagne
qu’il était prêt à se plier aux exigences de
est traîné devant la justice coloniale
A l’issue d’un faux procès le 22 octobre dernier, Charly Lendo (secré-
du Premier ministre ,Viktor Orban, est accusé l’Union européenne et de modifier la loi sur taire adjoint de l’UGTG) et José Naëjus (dirigeant de l’UGTG) étaient
« Considérez les circonscriptions électo-
par la Commission européenne de violer la les médias « à condition que les autres pays totalement relaxés pour toutes les accusations d’agressions et de
rales comme des cibles dans un colli-
liberté de la presse (1), de remettre en cause européens comme la France ou l’Allemagne menaces dont ils avaient fait l’objet. Et pourtant, dans cette même
mateur. » Les Tea Party avaient mené
la démocratie… Accusations reprises en en fassent de même ». affaire, ils sont tous deux condamnés à 1 000 euros d’amende pour
campagne contre Gabrielle Giffords. Celle-
chœur par la direction du Parti socialiste en avoir refusé de se soumettre à un prélèvement ADN. Et pourtant,
ci, considérée comme un membre mo-
déré du Parti démocrate, avait soutenu
France, pour qui les mesures d’Orban sont DES RAISONS À CHERCHER AILLEURS ils sont innocents.
« incompatibles avec les principes défendus L’effondrement social du pays — un tiers de La justice coloniale et de classe sévissant en Guadeloupe poursuit
la réforme de la santé d’Obama et refusé
par les institutions européennes » (commu- la population vit en dessous du seuil de pau- sa sauvage campagne de répression contre les syndicalistes et mili-
une loi ultra-réactionnaire anti-immigrés
niqué du 3 janvier), et la Confédération euro- vreté —, résultat de vingt ans de privatisa- tants, singulièrement ceux de l’UGTG.

100 000
en Arizona.
péenne des syndicats (CES), qui dénonce tion-pillage de la propriété d’Etat, crée une Ainsi, ce vendredi 7 janvier 2011, le dirigeant de l’UGTG Denis Dor-
une « infraction à la Charte des droits fon- situation explosive. Après sept ans de gou- vilius est cité à comparaître à 8 heures devant le tribunal correc-
CHIFFRE damentaux » (communiqué du 6 janvier). vernement du Parti « socialiste » (issu de l’an- tionnel de Basse-Terre pour avoir refusé de se soumettre à un pré-
Incroyable mais vrai : ceux qui ont piétiné cien parti unique du régime stalinien), qui lèvement ADN...
la démocratie et le vote non majoritaire des a privatisé à tour de bras, fait entrer le pays Ce procès s’inscrit dans une longue chaîne de tentatives d’intimi-
peuples français et néerlandais de 2005, les dans l’Union européenne et mis la Hongrie dation dont les militants de l’UGTG, leurs représentants et égale-
C’est le nombre chantres des institutions antidémocratiques « sous-tutelle » du FMI, la situation est explo- ment leurs avocats font l’objet.
de Bruxelles…, s’érigent aujourd’hui en pères- sive. Pour se maintenir au pouvoir, Orban L’UGTG dénonce la chasse entreprise contre les militants qui osent
de fonctionnaires britanniques la-vertu et en donneurs de leçons de démo- doit à la fois frapper les masses populaires revendiquer et combattre les injustices par un pouvoir colonial au
qui ont reçu leur avis cratie. par des mesures de rigueur, comme dans service de la pwofitasyon, mais d’autant plus féroce qu’il est aux
de licenciement en vertu Que le gouvernement Orban n’ait rien à voir toute l’Europe, et tenter de prendre « un peu » abois.
du plan de rigueur avec la liberté de la presse, la démocratie et aux multinationales qui, depuis vingt ans, L’UGTG dénonce cette loi liberticide visant à assimiler militants syn-
du gouvernement britannique. les intérêts du peuple travailleur de Hongrie profitent d’un des « coûts du travail » les plus dicalistes et délinquants sexuels dans l’objectif de faire taire le mou-
en général, cela ne fait aucun doute. Comme bas de l’Union européenne. vement syndical.
Les secrétaires généraux de l’indique une correspondante de Hongrie : Ainsi, treize grands groupes industriels (alle- L’UGTG appelle les militants et les travailleurs à se mobiliser pour
UNITE et du RMT (cheminots) « Parler de “remise en cause de la liberté de mands, autrichiens, néerlandais, français signifier au pouvoir colonial français leur refus de donner leur em-
ont refusé de se rendre la presse” en Hongrie, c’est faire croire qu’il y et tchèque) ont appelé, début janvier, la preinte génétique.
à la réunion secrète aurait une liberté de la presse qui, dans les Commission européenne à prendre des Sendikalis pa kriminèl ! (Syndicalistes, pas criminels !)
de la direction des TUC faits, est une chimère. Le gouvernement conser- sanctions contre la Hongrie, accusée de L’UGTG invite les travailleurs à soutenir Denis Dorvilius, afin de signi-
vateur agit en apparence de façon contra- mesures « anticompétitives ». La Commis- fier notre refus de tout prélèvement ADN et exiger l’arrêt de toutes
(confédération syndicale) dictoire. Il a plus ou moins gardé sa popularité, sion européenne a immédiatement suivi les poursuites engagées contre les syndicalistes.
et du gouvernement. par exemple, quand il a refusé les nouvelles l’exigence des trusts (parmi lesquels le
exigences du FMI. En même temps, il accepte groupe Axa), contestant les taxes excep-
entièrement la “stabilisation” du budget exi- tionnelles que le gouvernement veut leur CUBA
RUSSIE gée par l’Union européenne, continue à aug- imposer. Tout cela au nom de la sacro-sainte
menter le contingent militaire hongrois en
Afghanistan, fait voter une loi qui permet
« concurrence libre et non faussée ». Il s’agit
ainsi, pour la Commission européenne et Contre-réformes à La Havane
Libérez “l’intervention des forces étrangères en cas ses serviteurs, de lancer un message clair à

Valentin Ourousov ! de conflit intérieur”. Sur le plan social, les


budgets de la santé, de l’éducation sont la-
tous les gouvernements d’Europe : aucun
écart ne sera toléré dans la mise en œuvre
Le mardi 4 janvier 2011, le gouvernement de Raoul Castro a com-
mencé à mettre en application les mesures, annoncées depuis des
minés. D’un côté, on remet en cause les congés des plans de rigueur antipopulaires. Pour mois, de suppressions d’emplois dans la fonction publique et les
maternités dans le calcul des annuités pour les masses travailleuses en Europe, une
Le Comité international le droit à la retraite… et, en même temps, le seule conclusion à en tirer : rupture avec
entreprises d’Etat. Dans les prochains six mois, ce sont 500 000 emplois
qui doivent disparaître et, dans un délai de trois ans, 1 300 000,
contre la répression (Cicr) gouvernement applique un impôt extraor-
dinaire aux banques et aux “secteurs ren-
l’Union européenne des spéculateurs et des
multinationales ! ■
soit 25 % des salariés du secteur public. Rappelons que l’Etat
emploie 95 % des salariés du pays. Le gouverne-
Photo AFP

a réussi à entrer en contact tables”… »


Quant au discours démagogique d’Orban, (1) Le gouvernement hongrois a instauré une « Haute
ment a annoncé qu’un nombre limité d’offres
d’emplois vont être délocalisées vers des sec-
avec le syndicaliste russe et de ceux qui le soutiennent, sur la « Grande
Hongrie » ou contre les minorités nationales
Autorité » chargée de contrôler la presse et les médias.
(2) Discours chauvins qui font écho aux mesures
teurs comme l’agriculture et le bâtiment, le reste
devant aller vers le privé. Le gouvernement pré-
Valentin Ourousov et les tziganes (2), ils ne peuvent que servir
l’Union européenne et le FMI en cherchant
contre les droits démocratiques des minorités hon-
groises des pays voisins, comme celle interdisant
voit qu’une centaine de milliers de ces travailleurs
pourraient devenir des travailleurs indépendants.
dans sa prison en Yakoutie, à opposer les travailleurs entre eux. Alors, l’usage de la langue hongroise dans l’administra- Dans chaque établissement, une commission
quelles sont les raisons de ce déchaînement ? tion prise par le gouvernement de Slovaquie. d’experts a été constituée sous l’égide de
emprisonné après un coup la Centrale des travailleurs de Cuba pour
déterminer le nombre de travailleurs « en
monté l’accusant JORDANIE
trop » et « inadaptés » au poste qu’ils oc-
de « possession de drogue ». Le roi s’inquiète de possibles manifestations
cupent. Ces mesures ont commencé à
être appliquées dans les ministères de
Le Cicr appelle l’Industrie du sucre, de l’Agriculture, du
Bâtiment, de la Santé publique et dans
le mouvement ouvrier Le roi Abdallah II de Jordanie a ordonné à l’armée, qui détient plus Raoul Castro. le secteur du tourisme. Le 1er janvier,
le cardinal Jaime Ortega, chef de l’Eglise catholique à Cuba, a déclaré
à redoubler de vigilance de 80 coopératives alimentaires, « de ne pas augmenter les prix (...), en particulier dans son homélie « soutenir le processus de réforme économique
du riz et du sucre », alors que l’inflation a atteint le mois dernier le chiffre record proposé par Raoul Castro ». Tout le monde comprendra que des
et à poursuivre la campagne de 6,1 %. Le syndicat des journaliers agricoles avait appelé à un mouvement conquêtes fondamentales de la révolution cubaine sont en dan-
ger, mais que les travailleurs et le peuple cubains n’acceptent pas
pour sa libération. de protestation dans tout le royaume après la prière du vendredi. et n’ont pas dit leur dernier mot.
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131
> Chroniques < SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
13

Chronique politique Chronique d’en haut

L F
Encore un mauvais coup en préparation “Ordre juste”
contre l’école publique ! et désordre au PS
Par Gérard Morin à exiger l’abrogation des lois antilaïques et
à revenir au principe républicain « Fonds (1) Dans la pétition initiée en décembre 2009 par les Par Jean Cambredaze
organisations composant le Comité national d’action
e 19 octobre dernier, la prési- publics à l’école publique, fonds privés à laïque (CNAL), intitulée « Priorité à l’école laïque », l’exi- rançois Mitterrand, lorsqu’il
dence de l’Assemblée nationale l’école privée » (1). gence de l’abrogation des lois antilaïques ne figure pas. était dans l’opposition, dénonça
a enregistré une proposition de Depuis la loi Debré du 31 décembre 1959 Dans une conférence de presse du 1er février 2010, le dans un essai paru en 1964 les
loi contresignée par 81 députés jusqu’à la loi Carle, les lois antilaïques se Syndicat national des personnels de direction de l’Edu-
institutions de la Ve République,
de la majorité « visant à exoné- sont succédé et complétées au fil des années cation nationale (SPDEN), affilié à l’UNSA, a déclaré :
régime du « coup d’Etat per-
rer les écoles privées sous contrat d’associa- dans un consensus « droite-gauche » inin- « Ancrer la laïcité dans notre temps, c’est prendre en
compte la loi Debré, mais c’est aussi faire respecter stric-
manent ». Mais une fois élu, il s’en délecta
tion de la taxe foncière sur les propriétés terrompu (loi Guermeur, accords Lang-Clou- au point d’y ajouter sa touche personnelle,
tement son application : si la question du financement
bâties ». pet, loi Jospin, décret Kouchner-Vatican, celle des coups tordus permanents...
doit être posée en termes de contribution effective au ser-
Dans l’exposé des motifs pour justifier etc.). vice public d’éducation, cela implique le respect d’ob- Le Parti socialiste, parti « institutionnel »,
ce nouveau détournement d’argent public, Pourquoi, dans ces conditions, les 81 dé- jectifs stratégiques, qui justifie l’investissement public est depuis devenu une foire d’empoigne per-
on peut lire : « Il est incontestable que les écoles putés se gêneraient-ils pour réclamer encore de l’Etat ou des collectivités territoriales » (cité dans sa manente. De Valls à Royal en passant par
privées sous contrat d’association rendent des plus, toujours plus, d’argent public ? ■ revue Direction, n° 176, page 11, mars 2010). Montebourg ou Aubry, chaque postulant
services extrêmement appréciables aux com- bonaparte fourbit son petit coup d’Etat pour
munes sur lesquelles elles sont implantées. doubler l’écurie voisine.
C’est ainsi qu’elles assurent l’enseignement Trait libre par Juju Les « primaires », où le choix du candi-
dans un certain nombre de communes dé- dat à la candidature est confisqué aux adhé-
pourvues d’établissements publics. A ce titre, rents pour être livré à un hypothétique « peu-
elles permettent aux collectivités territoriales ple de gauche », emballent le manège. L’or-
d’être dispensées des charges lourdes qui de- ganisation de ce plébiscite s’ajoutant au
vraient leur incomber. » caractère plébiscitaire de l’élection prési-
Il faut oser ! Rappelons la réalité : 10 mil- dentielle ne pouvait que disloquer davan-
liards de fonds publics sont détournés tage un attelage qui n’a plus de parti que le
chaque année au profit de l’école catho- nom. C’est une gifle de plus à la démocra-
lique. Autant d’argent en moins pour l’école tie politique...
de la République. Il ne faudrait cependant pas oublier
Les gouvernements successifs de la qu’au bal des ego, toutes et tous dansent sur
Ve République ont fermé des milliers d’écoles. la même musique, celle que Nicolas Sarkozy
C’est ainsi qu’entre 1981 et 2000, 11 948 écoles moulinait dans ses vœux du Nouvel An pour
communales ont été fermées et 5 833 com- le compte de toute la classe politique : l’Eu-
munes ont perdu leur école publique. rope, l’Europe et encore l’Europe !
Depuis dix ans, la situation n’a fait que La défense désespérée de l’euro, le paie-
s’aggraver avec toutes les fermetures de ment de la dette creusée par les « marchés
postes. Depuis 2007, 62 000 postes ont été financiers » et imputée aux peuples à coups
rayés de la carte et 14 367 sont prévus d’être de « réformes », la réduction des déficits au
supprimés dans le projet de budget pour prix d’un chômage et d’une paupérisation
2011. galopants sont la feuille de route des « socia-
Dernièrement (voir Informations ou- listes » Papandréou, Socrates et autres Zapa-
vrières, n° 128), le sénateur Carle a proposé tero comme des « conservateurs » Cameron,
un amendement à la loi de finances 2011 Merkel et autres Sarkozy.
qui transfère 4 millions d’euros de crédits à Tout au plus, en France, pour sauver les
l’enseignement privé, lui permettant de re- apparences, la « gauche » cherche-t-elle à
trouver 250 postes supplémentaires. Pour se démarquer de la « droite » en prônant une
les adversaires de l’école laïque, ce n’est pas « juste » répartition des sacrifices...
assez. Il en faut toujours plus. Les mots ont un sens. Le mot « juste »,
Alors, une question se pose : pourquoi que l’on retrouve à tout bout de chapitre du
ces attaques incessantes des tenants de l’en- projet du Parti socialiste (1), est lourd de
seignement privé, qui pillent l’école publique sens.
depuis cinquante ans ? On se souvient que la candidate du PS
Un constat, malheureusement, s’impose : avait fait campagne en 2007 sur le thème de
les organisations dites laïques ont renoncé l’« ordre juste ». Elle reprenait mot pour mot
le thème central de l’encyclique du pape

L
Chronique politique Benoît XVI Deus est caritas (« Dieu est
amour »), publiée quelques mois plus tôt,
en janvier 2006 : « L’ordre juste de la société
Le métro de Paris roule désormais à l’électricité privée et de l’Etat est le devoir essentiel du politique. »
Mais où et comment placer le curseur ?
Qui dessinera cet « ordre juste » ?
Par Fabrice Toscan rence libre et non faussée » qui commence à ticle 9 du préambule de la Constitution de
Réponse : un empilement de nouvelles
envahir tous les recoins de la vie sociale. 1946, toujours en vigueur malgré l’oubli volon-
structures de « dialogue social » s’ajoutant
es spéculateurs ont pris posses- Les entreprises publiques comme EDF, taire dont il est frappé : « Tout bien, toute entre-
aux organismes corporatistes déjà mis en
sion d’un nouveau domaine, construites par des décennies d’investisse- prise dont l’exploitation a ou acquiert les ca-
place par les gouvernements successifs.
l’électricité du métro parisien. ments considérables pour répondre aux be- ractères d’un service public national ou d’un
Par exemple, le PS propose la création
Depuis le 1er janvier, des contrats soins de la population, sont désormais en monopole de fait doit devenir la propriété de
d’un « Comité prospectif permanent » asso-
passés avec « deux entreprises qui face de prédateurs qui prétendent utiliser la collectivité. » Nombre d’entreprises pu-
ciant les partenaires sociaux à l’élaboration
ne sont pas EDF » régissent l’alimentation en leurs équipements pour faire commerce de bliques ont été privatisées par les gouverne-
d’une « stratégie industrielle pour la France » ;
courant de la RATP, la régie autonome des ce fluide essentiel qu’est l’électricité, comme ments successifs, animés depuis 1983 par un
la tenue d’une « Conférence salariale an-
transports parisiens. La firme autrichienne ils le font pour le pétrole, le blé, l’argent. véritable… courant alternatif, qui a tétanisé
nuelle » pour définir une politique des reve-
Verbund répondra aux besoins de base, 23 % D’ailleurs, la loi sur la « nouvelle organi- toutes les résistances que recelaient, dans les
nus ; la réactualisation des lois Auroux,
de la consommation. Les périodes de pointe, sation du marché de l’électricité » va obliger partis les plus importants du pays, les tradi-
puisque « l’entreprise est un “bien social”
77 %, seront couvertes par la société alle- EDF à vendre jusqu’à un quart de sa produc- tions républicaines et socialistes.
dont toutes les parties prenantes ont chacune
mande Eon. Le tout s’élève à 1,3 million de tion nucléaire à ses concurrents, officielle- Quand tout le système de gouvernement
leur mot à dire sur les grandes orientations »,
mégawattheures, c’est-à-dire 90 % des be- ment pour stimuler la concurrence, en réalité d’un pays atteint ce point d’« étrange renon-
etc.
soins de la RATP. pour livrer aux spéculateurs des biens et des cement » et de déliquescence, aucun rafis-
On l’aura compris, « l’ordre juste » n’est
Pari risqué. Eon fait partie d’un groupe marchés qui leur avaient échappé du fait des tolage n’est plus possible et c’est la question
rien d’autre que « l’ordre corporatiste »...
d’entreprises qui, le 15 décembre dernier, ont nationalisations. des institutions, de la Constitution, qui est
Ce que de Gaulle avait rêvé, le PS et ses
porté plainte à la Commission européenne Les gouvernements de l’Europe ont trouvé posée. Aujourd’hui, les résistances existent
habituels ralliés de second tour électoral se
contre le gouvernement hongrois, accusé de le moyen, grâce à des traités signés entre eux, dans le peuple. Elles se sont exprimées par
proposent de le réaliser...
mesures anticompétitives. d’échapper au contrôle des Parlements, qui, le non au référendum de 2005, par la lutte

Car la compétition généralisée s’impose. théoriquement, représentent les peuples. En contre le contrat première embauche de 2006
Si l’électricité du métro parisien vient d’Au- imposant ensemble les règles dictatoriales et celle de 2010 contre la réforme des retraites.
(1) On y lit, par exemple, que « le juste échange » doit
triche ou d’Allemagne, elle empruntera, à titre de la concurrence tous azimuts, ils se sont Elles sont à l’œuvre dans toutes les couches
réguler « l’économie de marché » pour « un monde plus
payant, les centaines de kilomètres de câbles donné la possibilité de reléguer, de « réfor- de la société, mais en dehors des partis qui juste et plus durable »... Que nous devons passer du
appartenant à une entreprise nommée Réseau mer » les acquis sociaux résultant de l’his- se partagent le pouvoir et qui ont bloqué en- « libre-échange au juste échange »... Qu’un « impôt juste »
de transport d’électricité (RTE), qui, provi- toire de chacun des pays du Vieux Continent. tièrement tout le système politique. Ce qui et « individualisé » sera prélevé à la source par la fusion
dentiellement, n’est plus EDF. C’est là la moin- Et, pour le gouvernement français, de violer leur manque encore, c’est une expression de la CSG et de l’impôt sur le revenu... Que « la fiscalité
dre des incohérences du système de « concur- sa propre loi fondamentale en ignorant l’ar- politique à la dimension des enjeux. ■ locale doit être plus juste », etc.
14
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131
> Tribunes libres < SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
Nous écrire : INFORMATIONS OUVRIÈRES 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, CS 30016 75479 Paris cedex E-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com

Dans le courrier DISPARITIONS

Que de bienveillance...

Sharan Burrow, secrétaire générale de la


Confédération syndicale internationale (CSI), Comité de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) du POI
dont sont adhérentes les principales confé-
dérations ouvrières françaises (CGT, FO, CFDT),
a donné une interview à Libération (24 dé- Henri Leyval Jean-Marie
cembre).
Cette « confédération syndicale mondiale »
Bellot, militant
a-t-elle quelque chose à voir avec une orga-
nisation syndicale, c’est-à-dire défendant
Henri a, dans un premier temps, milité à la
Gauche prolétarienne. Très vite, il a pris
ouvrier,
exclusivement les intérêts des salariés ? Qu’on
en juge avec les propos suivants de sa diri-
conscience de l’impasse politique de ce
mouvement.
nous a quittés
geante.
Alors, il a rejoint les rangs de la IVe Interna-
« Les gouvernements sont tétanisés par les
tionale au début des années 1970 à Gre-
marchés. Ils font trop peu, trop tard... » Trop
noble, quand il était étudiant à l’école
peu ? Comme les 500 000 postes supprimés
d’ingénieurs en informatique.
en Grande-Bretagne pour diminuer le dé-
Toute sa vie, il est resté fidèle à ses engage-
ficit creusé par le renflouement des banques ?
ments.
« Dominique Strauss-Kahn, son patron (du
Quand certains ont calomnié la IVe Inter-
FMI), peut dire des choses pleines de bon
nationale, Henri l’a défendue contre vents
sens sur le partenariat social quand il dis-
et marées.
court à l’Organisation internationale du tra-
Henri a été toute sa vie un militant inter-
vail, mais le FMI copilote des plans de rigueur
ercredi 22 décembre, le comité local nationaliste.
en Roumanie, en Grèce ou en Irlande, où il
taille à la serpe les acquis sociaux (...). DSK
a beau avoir une vue claire et promouvoir
un nouveau modèle, axé sur une nouvelle
M de Noisy-le-Grand apprenait le
décès brutal, suite à une crise car-
diaque, de notre camarade et ami Henri Ley-
Le 17 décembre, il participait au meeting
rendant compte de la conférence d’Alger
organisée par l’Entente internationale des
val. travailleurs et des peuples.
gouvernance, il accepte les potions infligées
Au nom de Daniel Gluckstein, membre de Tout naturellement, Henri participait acti- ous tenons ici à rendre hom-
aux pays en pleine restructuration... »
Que de bienveillance pour DSK, obligé d’ac-
cepter les mesures d’austérité !
P. B., Orsay (91)
la direction nationale et du secrétariat dépar-
temental du Courant communiste interna-
tionaliste de Seine-Saint-Denis du POI, des
vement au bureau du comité du POI, car, à
ses yeux, cette tâche était essentielle à la
construction du Parti ouvrier indépendant.
N mage à Jean-Marie Bellot, in-
firmier psychiatrique de for-
mation. Pendant de longues années,
militants des unités de base CCI de Noisy- Il était chaque samedi au Champy, son quar- il a occupé des responsabilités syn-
le-Grand, de Christel Keiser, secrétaire du tier, au piquet de diffusion du POI, où il ven- dicales au sein de la Fédération des
comité départemental du Parti ouvrier indé- dait notre journal, Informations ouvrières. personnels des services publics et de
Que penser d’un arrêté municipal pendant de Seine-Saint-Denis et du comité Geneviève, Willy, Sophie, Lucie, au nom de santé Force ouvrière, à la tête de la-
censé affronter la neige local de Noisy-le-Grand du POI, je tiens à tous nos camarades, nous vous adressons quelle il aura été secrétaire général
dans la bonne ville rendre hommage à Henri, militant com- nos condoléances et toute notre solidarité. de 2002 à 2008.
de Longjumeau, muniste, convaincu que l’émancipation des Nous allons continuer la lutte d’Henri pour Durant toute sa vie, il aura été un mili-
dont le maire est aussi travailleurs serait l’œuvre des travailleurs le socialisme, contre la barbarie. tant ouvrier profondément attaché à
ministre de l’Environnement ? eux-mêmes. la défense des intérêts de la classe ou-
Richard VIGNAL ■
vrière. Homme de conviction, répu-
Il est écrit dans le bulletin municipal : « Il
blicain convaincu, pratiquant l’indé-
appartient aux riverains, propriétaires ou
pendance syndicale et le syndicalisme
locataires, de faire le nécessaire pour sécu-
de contrepoids, il a été un défenseur
riser les trottoirs longeant leur propriété (sic ! Comité de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) du POI inlassable de l’hôpital public, du sta-
les locataires promus propriétaires par arrêté
tut, des droits des salariés hospita-
municipal…) de même que les voies pri-
vées… »
En pratique, comment déneiger son propre
Jean-Pierre Druart liers.
Dans le milieu hospitalier et à tous
les niveaux, il n’aura laissé personne
toit, dans un moment pareil, sans mettre sa
indifférent. Tout autant dans sa fédé-
vie en danger (article 4) et comment cet
qui lui étaient confiées. A ce titre, il était res- ration qu’au sein de sa confédération.
« oukase neige » peut-il contraindre les
pecté de tous. Après avoir lutté pendant un an contre
contrevenants (ceux qui ne veulent pas mon-
Outre ses activités syndicales et mutualistes le cancer, il nous a quittés à l’âge de
ter sur leur toit ou faire un passage d’un
au sein de la CGT, Jean-Pierre était aussi un 59 ans.
mètre cinquante de large…) mettant la vie
militant politique. Jean-Marie Bellot, homme indépen-
d’autrui en danger ? Que penser des fonc-
Membre du Parti communiste français pen- dant, n’était adhérent d’aucun parti.
tionnaires de la police nationale qui ne dénei-
dant vingt ans, il supporte difficilement l’at- Mais, souvent, nous nous retrouvions
gent jamais le trottoir donnant accès au com-
titude de son parti au début des années 1980 sur les mêmes positions.
missariat ? Peut-être qu’ils ne sont pas encore
et, en 1985, il s’en détache pour devenir l’un Au moment où le gouvernement pré-
propriétaires des lieux ? Faudra-t-il verba-
des membres fondateurs du MPPT (Mou- pare de nouvelles offensives contre
liser les verbalisateurs ?
vement pour un parti des travailleurs — la fonction publique et son statut, au
Et puis, que fait le service public municipal
NDLR). moment où l’hôpital public et ses
dans ce cas-là, quels sont ses moyens, quel
Dans cette continuité, il opte en 1991 pour agents vont être confrontés à une cure
est son plan d’action d’urgence, par quoi
la création du Parti des travailleurs et rejoin- d’austérité, notre ami et camarade
commence-t-il, écoles, hôpital, maisons de
dra les rangs de la IVe Internationale. n’aurait pas ménagé ses forces pour
retraite ?
Extrait de l’intervention de son ami et cama- Durant toutes ces années, il ne ménagera combattre ces nouvelles contre-ré-
Comment réagit-il en périodes de week-
rade Rémy Le Roux lors de la cérémonie pas ses efforts pour construire un parti re- formes.
ends, de congés ? Nous n’en saurons rien.
d’incinération de notre camarade Jean- nouant avec ce que fut la Ire Internationale, Les militants du Parti ouvrier indé-
S’agirait-il de privatiser le déneigement de
Pierre Druart. dans le respect de la diversité des courants pendant saluent le combat et la place
la ville ? Faut-il, en plus des impôts locaux,
du mouvement ouvrier. qu’il a occupée dans le mouvement
s’acheter une pelle à neige, du sable, et se
a maladie a fini par emporter notre Présent sur le terrain, il se présentera comme syndical, et ils tiennent particulière-
couvrir de cendres ?
Depuis peu, cette année seulement, une
lame existe se fixant devant un camion pour
les 44 kilomètres de voiries municipales.
L camarade le mardi 7 décembre.
Né au Havre, en 1939, il arrivera à
Saint-Nazaire en 1962, après son service
colistier ou tête de liste à l’occasion d’élec-
tions municipales ou cantonales.
Il sera naturellement membre fondateur et
ment à rendre hommage à ce militant
ouvrier courageux, qui était attaché
à sa classe.
militaire en Algérie. adhérent du Parti ouvrier indépendant. A sa famille, son épouse, ses enfants
Mais une question se pose sur les voiries
Il trouvera un emploi à la SNPA (Société Très attentif à la vie du parti malgré ses pro- et petits-enfants, nous transmettons
privées. Que penser d’une impasse privée,
nationale des pétroles d’Aquitaine — NDLR) blèmes de santé, il se tenait informé des nos sincères condoléances.
mais dont la moitié se compose d’écoles et
avant de rentrer aux Chantiers de l’Atlan- développements de notre activité, en par- Aux militants et camarades qui ont
d’une maison de quartier avec une pente
tique. ticulier de la tenue de la conférence d’Al- combattu avec lui, nous les assurons
d’accès dangereuse en cas de neige ? Le
Il adhère à la CGT et, pendant plusieurs ger. de notre salut fraternel.
bailleur HLM n’a jamais, en quarante ans,
décennies, il remplira de nombreux man- De nombreux militants de la IVe Interna- Salut Jean-Marie, le combat continue.
déneigé sa voirie, pourquoi la ville ne l’a-
dats de délégué au compte de son syndicat. tionale, du POI, de la CGT, du PCF, ont tenu L. D. ■
t-elle pas fait, au moins sur cette pente ? Un
Homme d’une droiture exemplaire, il était à lui rendre un dernier hommage.
maire est-il oui ou non responsable de la
un personnage incontournable dans les Nous n’oublierons pas notre camarade.
sécurité, y compris sur les voies privées ?
négociations et n’a jamais failli aux tâches ■
A. V., Longjumeau (91)

COMITÉ INTERNATIONAL CONTRE LA RÉPRESSION

Le Cicr vous invite à participer au compte rendu de la Conférence mondiale ouverte


qui a eu lieu à Alger du 27 au 29 novembre 2010.
Lundi 24 janvier, de 18 h 30 à 20 h 30
Bourse du travail, 3, rue du Château-d’Eau (métro République), salle André Tollet.
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131
> La page quinze < SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011
15

“Le syndicalisme en France”


LES LIVRES
Histoire
Qui veut la peau

présenté aux étudiants


des services publics ?

J
De Jacques Cotta
Editions Jean-Claude Gawsewitch,
18,90 euros.

acques Cotta
Un ouvrage de Joël Sohier est journaliste
et réalise fré-
quemment des do-
Il n’est pas si fréquent qu’un ouvrage destiné aux étudiants de l’Université traite sérieusement des cumentaires de télé-
questions du syndicalisme. Surtout par les temps qui courent, où il est de bon ton d’enfourcher des vision sur France 2. Il
vient de publier un
niaiseries intéressées comme la fin de la classe ouvrière, de la lutte des classes et du syndicalisme. ouvrage éclairant sur
Là est l’intérêt du travail rigoureux que nous présentons cette semaine à nos lecteurs. la démolition déjà
très largement enga-
Repères dération générale du travail (CGT). » gée des services pu-
Les termes ont à ce niveau une blics de notre pays. Si
● 1895 : constitution de la Confé- grande importance. Il ne s’agit pas le propos est claire-
dération générale du travail (CGT). d’une fusion, le terme de confédé- ment polémique, dénonçant « les pires
ration désigne le rassemblement dérives politico-mafieuses qui ont jalonné
● 1906 : adoption des fédérations qui conservent leur la Ve République », il est étayé par une suc-
de la Charte d’Amiens. existence organisationnelle. cession d’enquêtes précises. Hôpitaux,
Le dernier chapitre, « Syndicalisme écoles, poste, gares, tribunaux et services
● 1922 : scission animée et mondialisation », aborde l’inter- sociaux, l’auteur nous livre un état des lieux
par les militants proches du PCF nationalisme syndical, ses évolu- accablant des méfaits déjà accomplis par
et constitution de la « CGT-Unitaire » tions et ses enjeux dans la « tour- les gouvernements successifs, de droite
(CGT-U). mente mondialiste ». comme de « gauche ».
Laissons la conclusion à l’auteur, Il propose des éléments de réponse à la ques-
● 1936 : réunification en mars, peu s’adressant à ses étudiants : « Les tion qu’il pose lui-même : « Quelles en sont

L
avant la grande grève de mai-juin. pouvoirs publics et le patronat déplo- les conséquences pour notre vie quotidienne
rent la faiblesse des syndicats fran- et pour les 36 000 communes françaises ? »
● 1940-44 : période de la clandes- çais. Pourtant, ils expriment leur ré- Des raisons de la « pagaille » ayant suivi les
tinité sous l’occupation. probation lorsque les appels à la chutes de neige de décembre aux derniers
grève de ces mêmes syndicats sont scandales de la SNCF, le pourquoi, le com-
● 1947 : constitution de la CGT- suivis par les salariés. S’agit-il d’un ment et cet appel à la résistance pour « la
Force ouvrière, affirmant, paradoxe ? Ou n’est-ce pas tout sim- défense des droits fondamentaux auxquels
dès l’origine, être une branche plement l’expression du fait que les nul ne devrait pouvoir porter atteinte, du
de la CGT et son attachement syndicats sont une nécessité objec- respect des conditions de vie de millions et
à la Charte d’Amiens. tive qui découle de l’antagonisme millions de nos concitoyens ».
des intérêts inhérents à la relation F. P. ■
salariale ? » Rafraîchissant. ■
Gérard Bauvert UN COURRIER
(1) Joël Sohier, Le Syndicalisme en France,
e livre de Joël So-
hier, maître de
collection Explicit, éditions Vuibert.
144 pages, 16 euros.
A propos du film
conférence en
sciences de ges- ÉCLAIRAGE “Cheminots”
tion à l’université
de Reims-Cham- La critique d’A.V. (Informations ouvrières,
pagne-Ardennes, Dans la Charte no 126, page 15) me semble pertinente,
se propose d’ex- d’Amiens mais incomplète. Les témoignages des che-
pliquer ce qu’est « le syndicalisme minots révèlent un rejet de la privatisation
« Le congrès confédéral d’Amiens
en France ». En moins de deux cents et du démantèlement de la SNCF, mais
confirme l’article 2, constitutif
pages, il réussit à décrypter l’es- de la CGT : “La CGT groupe, en aussi un attachement profond, presque
sentiel. Pour quelles raisons ? Très dehors de toute école politique, viscéral, à l’unicité de la SNCF, au service
pédagogique dans sa structure, pré- tous les travailleurs conscients public. La volonté d’assurer un service de
cis quant aux faits, il pourra aussi, de la lutte à mener pour la dis- qualité pour tous traduit également l’at-
au-delà du public étudiant auquel parition du salariat et du patro- tachement au statut qui le garantit.
il est d’abord destiné, servir de guide nat.” Mais le film en reste à ce constat. Personne
à tous les militants ouvriers qui Le congrès considère que cette ne pose le problème de la perspective qui
considèrent que le syn- déclaration est une reconnais- permettrait à cet immense rejet exprimé
dicalisme est une forme “L’auteur n’hésite versitaires, où, souvent, Les chapitres du livre commencent sance de la lutte de classe qui par les cheminots de se concrétiser dans le
essentielle de l’organi- ces questions fonda- par énoncer quelques-uns des mots oppose, sur le terrain écono- combat pour préserver la SNCF et le statut.
sation des travailleurs.
pas à partir mentales sont soit occul- clés qui seront au cœur de chacun mique, les travailleurs en révolte Lors du débat organisé après la projection
L’auteur n’hésite pas à des bases tées, soit travesties. des développements, ce qui permet contre toutes les formes d’ex- du film à Rouen, à l’initiative du comité
partir des bases écono- économiques Il n’est pas dans notre au lecteur de disposer de repères ploitation et d’oppression, tant d’établissement régional de Normandie, je
miques et sociales qui et sociales propos de résumer l’ou- simples. Donc, d’abord et avant tout, matérielles que morales, mises suis intervenu pour avancer la perspective
fondent le syndicalisme, qui fondent vrage de Joël Sohier, mais à l’étudiant… d’étudier. en œuvre par la classe capita- de revenir au statut juridique d’entreprise
Car cet ouvrage est destiné à l’étude. liste contre la classe ouvrière.
c’est-à-dire des faits ob-
jectifs et de leur dérou-
le syndicalisme, d’attirer l’attention sur
quelques-uns des sujets Et on appréciera particulièrement (…) Les travailleurs, quelles que
nationale, statut qu’avait la SNCF avant
1981.
lement historique. « Le c’est-à-dire traités et d’inviter nos le fait que l’auteur entreprenne de soient leurs opinions ou leurs
Les témoignages du film sont un réquisi-
tendances politiques ou philo-
syndicalisme est l’ex- des faits lecteurs à le lire. nous expliquer la naissance des toire implacable de toute la politique menée
sophiques (ont le) devoir d’ap-
pression concrète de objectifs Bien entendu, l’histoire caisses de secours, les raisons de la partenir au groupement essentiel depuis la LOTI (loi d’orientation des trans-
l’antagonisme des inté- et de leur du syndicalisme est re- structuration du syndicalisme, le qu’est le syndicat. ports intérieurs — NDLR) de Charles Fiter-
rêts existant dans les so- tracée en établissant ce- développement des regroupements Comme conséquence, en ce qui man, ministre PCF du premier gouverne-
ciétés modernes entre les
déroulement lui qui relève de la Charte professionnels et, par conséquent, ment Mitterrand, et poursuivie avec zèle
concerne les individus, le congrès
employeurs et les sala- historique” d’Amiens (CGT, CGT- les motivations de ceux qui ont créé affirme l’entière liberté pour le par tous les gouvernements successifs, en
riés, rappelle l’auteur. Le Force ouvrière) et celui le fédéralisme. Trouve sa place éga- syndiqué de participer, en dehors appliquant servilement toutes les directives
salariat n’est apparu qui relève de la « doctrine lement un résumé retraçant la nais- du groupement corporatif, à de l’Union européenne. Cette politique est
dans sa forme moderne qu’avec l’avè- sociale de l’Eglise », et notamment sance des Bourses du travail. telles formes de lutte corres- déjà une catastrophe, elle en prépare d’au-
nement de l’économie capitaliste de l’encyclique Rerum Novarum (la « L’existence de syndicats de métier pondant à sa conception philo- tres.
(…). Pour comprendre les débats CFTC et la CFDT). n’exclut pas les spécificités locales », sophique ou politique, se bor- Le mot d’ordre de renationalisation per-
actuels, il est utile de connaître le Ensuite, comment s’est forgé le droit nous dit l’auteur, avant d’expliquer nant à lui demander, en réci- mettrait de donner à cette multitude de
processus qui a conduit à l’appari- du travail, comment se sont struc- les conditions de la naissance du procité, de ne pas introduire batailles de résistance une perspective cen-
tion de la relation salariale, donc à turées les organisations syndicales confédéralisme en France, en pas- dans le syndicat les opinions trale. La sortie du film permet d’en discu-
l’avènement du mode de production et les grandes lignes de ce qui consti- sant par le 1er mai 1884 à Chicago, qu’il professe en dehors. ter à nouveau, c’est une de ses qualités.
capitaliste. » tue un acquis majeur : le système où les travailleurs se mettent en En ce qui concerne les organi- G. C., cheminot retraité,
A partir de cela, l’auteur indique de protection sociale collective, avec grève générale pour obtenir la jour- sations, le congrès déclare qu’afin syndiqué à la CGT ■
clairement en quelques pages en un résumé de la « genèse de la Sécu- née de 8 heures. Le 1er mai devien- que le syndicalisme atteigne son
maximum d’effet, l’action éco-
quoi le travail est une marchandise, rité sociale ». Sans oublier ce que sont dra une journée internationale de RECTIFICATIF
nomique doit s’exercer directe-
explique les spécificités de la « mar- les conventions collectives, la « hié- solidarité.
ment contre le patronat, les or- Nous avons écrit par erreur dans nos “Re-
chandise travail » et démontre que rarchie des normes », le « principe de En France, « les conditions étaient ganisations confédérées n’ayant
le travail est la source de la plus- faveur », d’une part, et, de l’autre, la donc mûres pour une unification pères” concernant l’exposition sur la mu-
pas, en tant que groupements sique en Union soviétique (Informations
value. place et le rôle des lois Auroux. syndicale des travailleurs. En 1895, syndicaux, à se préoccuper des
Pour les lecteurs d’Informations Pour tous nos lecteurs n’ayant pas 75 délégués représentant 28 fédéra- ouvrières, no 128) que K. Malevitch avait
partis et des sectes, qui, en de- été expulsé d’URSS en 1929. Ce n’est pas
ouvrières et nombre de militants de ces notions une connaissance tions nationales (du Livre, des che- hors et à côté, peuvent pour- exact. Il est décédé dans ce pays en 1935.
syndicalistes, ce qui est une « évi- leur semblant suffisante, ils en trou- minots…), 126 chambres syndicales suivre, en toute liberté, la trans- Nous prions nos lecteurs de nous excuser
dence » ne se retrouve pas de ma- veront ici une explicitation très et 18 Bourses du travail se réunis- formation sociale. » pour cette erreur.
nière générale dans les milieux uni- claire. sent en congrès. Ils fondent la Confé-
INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 131 SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER 2011

INFORMATIONS OUVRIÈRES sincèrement combattre pour l’émancipation • Rédacteur en chef : Lucien Gauthier. • Rédaction : Informations ouvrières, • Administration-abonnements :
Tribune libre de la lutte des classes des travailleurs. Cela sous leur propre • Siège : 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010 Paris. 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, Maïté Dayan.
Dans le cadre de sa tribune libre, Informations responsabilité. L’hebdomadaire est édité • Imprimerie : Rotinfed 2000, Paris. CS 30016 - 75479, Paris CEDEX 10. Tél. : 01 48 01 88 22 ;
ouvrières, fondé par Pierre Lambert, offre par l’association (loi 1901) • Tirage : 20 000 exemplaires. Tél. : 01 48 01 89 23. 01 48 01 88 41.
la possibilité de s’exprimer librement à tout Informations ouvrières. • Commission paritaire : 0909 C85 410. Fax : 01 48 01 89 29. E-mail : diffusion-io@fr.oleane.com
groupement ou formation politique qui entend Daniel Gluckstein, directeur de la publication. • ISSN : 0813 9500. E-mail : informations-ouvrieres@fr.oleane.com • Dépôt légal : à publication.

L’HUMEUR
 Faites-le savoir Vu à la télévision

Toussaint Louverture,
de Michel Sérac

Ceux que ce le libérateur d’Haïti

Photo AFP
Ça roule pour eux Entendu, vu, lu
régime honore Documentaire de N. Walker.
e ministre de l’Agricul-
L’histoire a ses malices.
Juste après la Légion
L ture, Bruno Le Maire, a
rendu public, le 6 jan-
vier 2011, un rapport sur la for-
dans “Le Nouvel Obs”
(6 janvier 2011)
H
Arte, 8 janvier 2011.
aïti, en 1789, s’appelait Saint-
Domingue. C’était la capitale
mondiale du sucre, grâce à
d’honneur décernée mation des prix et des marges
dans la filière de la viande bo- une économie basée sur l’esclavage.
par Woerth
vine. Haïti, en 2010, c’est l’un des pays les
à de Maistre, expert plus pauvres de la planète, aban-
A l’arrivée, le consommateur
en fraudes fiscales a vu le prix du kilo de viande donné de tous après les ravages du
des Bettencourt, voici augmenter de 24 % en dix ans. séisme de janvier 2010, réprimé par
celle — grand’croix, Si au moins les agriculteurs en des troupes d’occupation qui lui ont,
s’il vous plaît, le grade de surcroît, apporté le choléra.
Photo DR

Au XVIIIe siècle, les planteurs trai-


suprême — remise taient les Noirs comme on ne traite
en 2009 par Sarkozy à pas les animaux (ils étaient mutilés,
M. Servier. Le président ébouillantés, brûlés vifs).
a félicité ce dernier Mais, en 1789, les colons saluent la
de « proposer aux « Le Vatican contre Révolution française, pour lui de-
mander… une plus grande liberté
médecins et à leurs le blanchiment. dans la gestion de leur île sucrière.
patients des médica- Trois mois après Les Noirs saluent la révolution d’une
ments efficaces ». L’effi-
cacité du coupe-faim Un an après le déclenchement autre façon : en lançant un appel à
l’insurrection, lors de la fameuse
toxique Mediator, in décembre 2009, l’usine Continental de Clairoix, dans l’Oise, d’une enquête sur le réunion du Bois-Caïman (22 août
dont la vente a rempli
les coffres du capitaliste
Servier, se chiffre entre
F fermait et l’ensemble de ses salariés étaient licenciés. Rappe-
lons que « l’accord » négocié avec le patronat aboutissait à payer
les travailleurs licenciés durant deux ans. De nombreux travailleurs,
président de l’Institut
des œuvres religieuses
1791), Ier Congrès haïtien.
C’est alors que Toussaint Louverture
entre en scène : le « Spartacus noir »
rassemble une armée de va-nu-
500 et 2 000 morts. à l’époque, posaient la question : « Et après ? Il n’y a pas de travail dans (IOR), la “banque pieds, qui pulvérise les troupes fran-
la région. »
La Sécu resta tenue, profitaient. Las ! sur cette même
Les exemples ne manquent pas. En janvier 2011, c’est ce travailleur du Vatican”, çaises, espagnoles et anglaises.
durant 33 ans, de rem- période, le prix de la viande Quand la Convention abolit l’escla-
sur pied est resté identique :
qui explique qu’à part une « formation », on ne lui a rien proposé.
C’est cet autre travailleur qui raconte que le seul travail qu’on lui a
trente ans après vage (décret de pluviôse, an II), enté-
bourser ce poison :
423 millions. Cette
2,70 euros par kilo ! Ce qui fait
dire au ministre : « Il y a clai-
proposé était très loin de chez lui et pour 1 000 euros par mois, soit la faillite de sa filiale rinant un fait accompli, ce sont un
moins que ce qu’il touche en indemnités, qu’il risquerait alors de million d’esclaves noirs qui, d’un
neuvième fortune de rement des perdants, qui sont
perdre.
bancaire, la Banco trait de plume, deviennent citoyens
France, celle de Servier, les producteurs de viande bo- Ambrosiano, accusée français. Leur principal dirigeant,
Aujourd’hui, 85 travailleurs ont été embauchés en CDI ou CDD, 40
fut d’abord entassée vine. Il y a urgence à apporter Toussaint Louverture, esclave affran-
déclarés en invalidité et 50 comme « auto-entrepreneurs » (et donc
par de gras bénéfices
des réponses structurelles pour
955 sans emploi).
de recycler l’argent chi, lettré, général de la République
améliorer les revenus de ces
sur l’Isoméride, interdit agriculteurs, qui figurent parmi
Avec ses indemnités, l’un d’entre eux a racheté un bar en espérant de la mafia sicilienne nommé par la Convention, entre-
que celui-ci ne fasse pas partie des milliers de bars qui, à terme, vont prend ensuite de rédiger la Consti-
en 1996 comme cause les plus bas du secteur agri-
fermer dans ce pays. Un autre, Christophe, qui a travaillé vingt-deux
avec la complicité tution de 1801, qui, pour la première
possible de maladies cole. » Si l’on peut se féliciter
de la clairvoyance du ministre
années à Continental et qui a 44 ans, a d’abord fait une formation en de la loge maçonnique fois dans l’histoire, interdit la dis-
graves, puis par pharmaceutique pour finalement, avec ses indemnités, racheter la crimination raciale.
la vente du Mediator
sur les « perdants », on peut
licence de taxi d’un chauffeur partant à la retraite. Il a dû acheter une P2, le pape Benoît XVI Toussaint Louverture ne verra pas
s’interroger sur les « réponses
à 5 millions de nos urgentes » : afin de ne pas pro-
voiture, et maintenant, il doit assurer. Durant l’épisode neigeux qui a s’engage le triomphe de la révolution haï-
bloqué toute la Picardie, il a dû, face à l’interruption des navettes et tienne : arrêté par traîtrise, il sera dé-
concitoyens. Mais si voquer une hausse de leurs
des autobus, parcourir une distance de plus de trente kilomètres sur contre la criminalité porté et condamné à mourir de froid
Mme Frachon, pneumo- charges (en particulier, la nour-
logue, courageuse riture du bétail), il préconise…
des routes impraticables pour aller chercher des gens bloqués à la financière dans une forteresse de la Sibérie ju-
gare TGV Haute-Picardie. Il n’avait pas le choix, il devait absolument rassienne en 1803.
citoyenne, parvint
de passer des contrats avec les
travailler. internationale. Son lieutenant, Jean-Jacques Des-
céréaliers.
seule à identifier dans En attendant, le prix moyen au
Selon les chiffres fournis par le groupe Continental, au premier semestre Un décret salines, écrasera une armée bona-
2010, ses profits ont été de 227 millions d’euros. partiste et proclamera la première
le Mediator, camouflée, kilo passe donc de 2,70 euros antiblanchiment
Lucien GAUTHIER ■ République noire de l’histoire (1804).
la même molécule à la sortie de l’élevage à 3,77 eu-
instaure une autorité Dans l’élan de cette révolution anti-

C’est pourtant vrai


toxique et mortelle que ros à la sortie de l’abattoir,
pour atteindre 15 euros à l’étal. coloniale et antiesclavagiste, les Haï-
dans l’Isoméride, prou- C’est peut-être là, sur les mar-
d’information tiens ont été les seuls esclaves qui
vant la récidive, alors ges des intermédiaires et de la Selon une étude de l’Insee (6 décembre 2010), près financière du Vatican ont réussi à créer une nation où fut
comment les agences grande distribution, qu’il y de 2,9 millions d’habitants, en France, sont des « mal- (...). L’IOR ne publie instaurée, pour la première fois, l’éga-
officielles, les ministres, aurait des mesures urgentes à logés ». lité des droits pour tous.
experts pour prendre ! R. M. ■ pas ses comptes. » DANIEL HUET ■
dérembourser
nos médicaments, INFORMATIONS OUVRIÈRES
ont-ils pu rester si
bizarrement aveugles ?
Nationaliser l’industrie CHOISISSEZ VOTRE FORMULE Autorisation de prélèvement
pharmaceutique, Dans tous les cas, remplir lisiblement et en lettres majuscules vos nom, prénom et adresse
J ’autorise l’établissement teneur de
rétablir la Sécurité
sociale de 1945 sont
 Par prélèvement mensuel : 5,80 euros (  9,50 euros pour les plis clos) mon compte à effectuer les prélève-
ments chaque fin de mois de 5,80 euros
(datez et signez l’autorisation de prélèvement ci-contre en joignant un relevé d’identité bancaire ou postal)
les vraies solutions. présentés par Informations ouvrières.
OU : Je pourrai suspendre à tout moment
Peuvent-elles être
octroyées par un
 5 numéros “découverte” : 7 euros • 12 numéros : 17 euros •  4 mois (17 numéros) : 24 euros ces prélèvements par simple lettre.

« bon » président,  6 mois (25 numéros) : 33 euros •  1 an (51 numéros) : 65 euros •  1 an, pli clos : 110 euros
Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
dans ce même régime Comité : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Département : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Signature (obligatoire) :
qui exsude depuis
cinquante ans l’arbi- Nom, prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
traire et la corruption ?
L’expérience des N° : . . . . . . . . . . . Rue, bd, ave., etc. : . . . . . . . . . Nom de la voie : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
travailleurs répond :
fadaises ! C’est bel
.......................................................................................................
et bien pour l’abolition IMPORTANT : n’oubliez pas
de ce régime politique, de joindre un relevé d’identité
Code postal : . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . bancaire ou postal,
pour l’Assemblée de dater et signer votre
constituante, rendant ET TOUJOURS... autorisation de prélèvement.
ses droits au peuple, Numéro national émetteur : 442543
qu’il faut aujourd’hui 12 numéros : 10 euros pour tout premier abonnement 
militer. ■ Bulletin à renvoyer à : Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, CS 30016, 75479 Paris Cedex 10. Chèque à l’ordre d’Informations ouvrières