Sie sind auf Seite 1von 4

Année scolaire 2008 / 2009

COURS D’INSTALLATION ELECTRIQUE


EN Tle F3

CHAPITRE 7 : BILAN ENERGETIQUE ET ALIMENTATION D’UNE


INSTALLATION ELECTRIQUE

Objectifs du chapitre :
A la fin de ce chapitre, chaque élève doit être capable de :
 Equilibrer les charges dans une installation électrique triphasée.
 Calculer la puissance installée dans une installation électrique.
 Calculer la puissance appelée et la puissance à souscrire pour une installation électrique.
 Déterminer les caractéristiques de la source d’alimentation d’une installation électrique.
 Déterminer le courant d’emploi d’une installation nécessaire pour la protection de celle-ci.

I- Equilibrage des charges dans une installation électrique triphasée.


C’est une opération qui consiste à repartir équitablement les charges monophasées aux différentes phases
du réseau d’alimentation triphasé de manière que les courants véhiculés par chacune d’elles soient les
mêmes.
En règle générale, connaissant la puissance totale des récepteurs monophasés, chaque phase doit
supporter (fournir) le tiers ; cependant, il est préférable de procéder par une répartition par type de récepteur.
En particulier, lorsque le nombre de récepteurs monophasés de mêmes puissances (même type) est un
multiple de 3 (trois), l’opération devient très facile car, le tiers est un nombre entier.
Au cas où les nombres de récepteurs ne sont pas des multiples de 3, l’installateur doit procéder par une
répartition globale pour équilibrer ces charges.

II- Bilan énergétique d’une installation électrique.


II-1. Puissance installée ou puissance absorbée.
C’est la somme des puissances absorbées par tous les récepteurs de l’installation en régime nominal. Elle
se calcule à partir des courants et tensions nominaux, des rendements et des facteurs de puissance des
récepteurs.
II-1-1. Cas d’un récepteur de caractéristiques données :
 Puissance nominale Pn (puissance utile mentionnée sur le récepteur).
 η: rendement
 cos φ : facteur de puissance.
Pn
 La puissance active installée ou absorbée vaut : Pi =

Pn
 La puissance réactive installée ou absorbée vaut : Qi = Pi.tg φ = .tg φ.

2 2
Pi Pn
 La puissance active installée vaut : Si = Pi  Qi = = .
cos   . cos 
Remarque : pour l’ensemble de tous les récepteurs de l’installation : les puissances actives, réactives totales
installées s’obtiennent en additionnant ces différentes puissances (∑Pi et ∑Qi). La puissance apparente totale
est donnée par la formule : St = ( Pi) 2  (  Qi ) 2 .

II-1-2. Cas des prises de courant conforts (non spécialisées).


Pour N prises identiques de caractéristiques : Un ; In ; la puissance apparente totale installée est égale à la
puissance active totale installée et vaut :

Installation électrique : Chapitre 7 : Bilan énergétique et alimentation d’une installation. Page 1 sur
4
 En monophasé : St = Pt = N. Un. In . La puissance réactive quand à elle est supposée nulle.
 En triphasé : St = Pt = 3 . N. Un. In.
NB : Pour les prises spécialisées, on considère les caractéristiques des récepteurs à alimenter dans les calculs.

II-2. Puissance appelée ou puissance demandée.


Il s’agit de la puissance réellement consommée par l’installation car, la considération de la puissance
installée peut conduire à des exagérations si tous les récepteurs ne peuvent pas fonctionner en même temps
ou si certains récepteurs ne sont jamais utilisés à leur pleine charge.
Elle se calcule par conséquent à l’aide des puissances installées et de certains facteurs.
 Facteurs de simultanéité : fs
C’est un facteur qui permet de tenir compte du fait qu’un groupe de récepteur de même nature ne
fonctionne pas toujours à la fois.
 Le facteur d’utilisation : fu
Ce facteur permet de tenir compte du fait que certains récepteurs ne fonctionnent pas toujours à leur
pleine charge.
II-2-1. Cas d’un récepteur de caractéristiques données :
 Puissance nominale : Pn
 Facteur de puissance et rendement : cos φ et η.
 fu et fs : facteur d’utilisation et facteur de simultanéité.
Pn
 La puissance active appelée vaut : Pa = fu.fs.Pi = .fu.fs.

Pn
 La puissance réactive appelée vaut : Qa = Pa.tg φ = fs.fu.Pi.tg φ = . fs.fs .tg φ.

Pa Pn
 La puissance apparente appelée par récepteur vaut : Sa = = .f .f =
cos   . cos  s u
2 2
Pa  Qa
 La puissance apparente totale St appelée par tous les récepteurs de l’installation est donnée
par la formule suivante : St = (  Pa ) 2  (  Qa ) 2 .
Remarque : la puissance active totale et la puissance réactive totale appelées par l’ensemble des récepteurs
s’obtiennent en faisant la somme des puissances actives appelées et des puissances réactives appelées.
Exemple d’application n°1 :
Considérons les caractéristiques ci-dessous d’une installation électrique :
Repère Puissance utile facteur de acteur Rendement (η)
en KW simultanéité d’utilisation Cos φ
Moteur M1 2,2 KW 0,6 0,75 0,8 0,92
Moteur M2 5,5 KW 0,75 0,75 0,8 0,92
Moteur M3 7,5 KW 1 0,75 0,85 0,95
Moteur M4 3 KW 0,6 0,75 0,75 0,95

1) calculer les puissances active, réactive et apparente installées pour chaque moteur et pour toute
l’installation.
2) calculer les puissances active, réactive et apparente appelées pour chaque moteur et pour toute
l’installation.
3) Calculer le facteur de puissance de toute l’installation.

II-2-2. Cas des prises de courants non spécialisées.


Ici, la puissance appelée se calcule par circuit ; et un circuit ne doit pas comporter plus de 05 prises
car le facteur de simultanéité ici est fonction du nombre de prises dans le circuit et donné par la formule :
0,9
fs = 0,1 +  ; N étant le nombre de prises alimentées par le circuit qui ne doit pas dépasser 05.
N
NB : La puissance appelée totale est la somme des puissances appelées par les différents circuits.

Installation électrique : Chapitre 7 : Bilan énergétique et alimentation d’une installation. Page 2 sur
4
Remarque : le nombre de circuit est déterminé en divisant le nombre total de prises par 5.
a) en monophasé : Pour des prises de caractéristiques  Un ; In :
 La puissance appelée par un circuit de N prises est donnée par la formule :
Pa = Sa = N.Un.In. Fu. (0,1 + 0,9/ N).
 La puissance totale appelée est obtenue en faisant la somme des puissances de tous les circuits ;
c'est-à-dire : Stotale = Ptotale = Σ Pa.
Exercice d’application n°2
a) Calculons les puissances installée et appelée par 36 prises monophasées 220 V – 10 A – fu = 0,2
dans une installation monophasée. Réponse : 79 200 W - 4745 W.
b) Calculons les puissances installée et appelée par 60 prises mono 220 V – 10 A – fu = 0,2 dans une
installation monophasée. Réponse : 132 000 w - 7392 W.

b) En triphasé :
 Lorsque les prises sont triphasées, le principe reste le même qu’en monophasé à la seule différence
est que le facteur 3 intervient et pour un circuit de N prises : Pa = 3 .N.Un.In.fu. (0,1 + 0,9 / N).
 Si les prises sont monophasées :
 il faut les repartir équitablement sur les 3 phases (équilibrage) ; pour cela, diviser le nombre
total de prises par 3.
 Faire ensuite la division des circuits par phase comme en monophasé
 Calculer la puissance appelée par chaque circuit de prise monophasé.
 Déterminer la puissance totale appelée en faisant la somme des puissances de tous les circuits
monophasés.
Exemple d’application n°3.
a) Calculons les puissances installée et appelée par 36 prises monophasées 220 V – 10 A – fu =
0,2 dans une installation triphasé. Réponse : 79 200 W - 5148 W.
b) Calculons les puissances installée et appelée par 60 prises mono 220 V – 10 A – fu = 0,2
dans une installation triphasée. Réponse : 132 000 w - 7392 W.
c) Calculons les puissances installée et appelée par 13 prises triphasées 380 – 20 A – fu = 0,15.
Réponse : 171 126 W – 7898 W.

Conclusion :
Dans le calcul de la puissance appelée en triphasé, on doit d’abord repartir et équilibrer les prises
monophasées ; par contre, pour les autres récepteurs monophasés, le calcul peut se faire
indépendamment de l’équilibration des phases. Ce problème ne se posant qu’en pratique lors de la
réalisation de l’installation.
II-3. Puissance à souscrire :
La puissance à souscrire chez le distributeur doit tenir compte des ambitions futures d’extension de
l’installation. Selon ces ambitions, un facteur de prévision d’extension fe supérieur à 1 permet de majorer la
puissance appelée pour obtenir la puissance à souscrire ; à défaut, la puissance à souscrire sera égale à la
puissance appelée et on a
Puissance à souscrire Ss = Sa x fe

III- Alimentation d’une installation électrique.


Après avoir déterminé la puissance à souscrire, l’installation peut être alimentée à partir du réseau de
distribution publique ou à partir d’une source autonome (transformateur d’abonné, centrale autonome, …).
Dans tous les cas, la puissance normalisée d’abonnement ou de la source autonome doit être supérieure
ou égale à la puissance à souscrire.

IV- Courant d’emploi « Ie » d’une installation.


Normalement, c’est le courant correspondant à la puissance appelée de l’installation. Cependant, compte
tenu du fait que c’est ce courant qui permet de choisir le dispositif de protection, dans le cas où il existe des
ambitions d’extension future, le courant d’emploi est calculé sur la base de la puissance à souscrire qui tient
compte de l’extension future.
Ss f .S
Installation électrique : ChapitreIe7 :
=Bilan  e a et alimentation d’une installation.
énergétique Page 3 sur
3.U 3.U
4
fe = 1 s’il n’y a pas de prévision d’extension.

Installation électrique : Chapitre 7 : Bilan énergétique et alimentation d’une installation. Page 4 sur
4