Sie sind auf Seite 1von 24

République Algérienne démocratique et populaire Ministère de

l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique Université


m’hamed Bougara Boumerdes facultè des hydrocarbures et de la chimie
departement De Geophysique

Rapport De Stage Sur EGS-210(Enageo)


Sismique_3D

La Date: Du 20/12/2018 au 04/01/2019


Réalisé par :
Benharkat Mohammed Amin
Lakehel Chihab Eddine
Page 1
SOMMAIRE
I. Introduction……………………………………………………………………………….. 3

II. Organigramme de la mission…………………………………………………………….4

III. Description détailléedes différentes équipes d’acquisition sismique……………5

1) Equipe Topo……………………………………………………………………………..5

2) Equipe Layonnage………………………………………………………………………7

3) Equipe CVT……………………………………………………………………………...8

4) Equipe Labo……………………………………………………………………………...12

 Equipe Pose………………………………………………………………………...12

 Equipe Ramasse…………………………………………………………………...14

 Equipe Vibros……………………………………………………………………...14

 Labo d’enregistrement…………………………………………………………...14

5) Equipe Mesa……………………………………………………………………………..15

6) Equipe ProMax………………………………………………………………………….17

7) Camp……………………………………………………………………………………...22

IV. Conclusion …………………………………………………………………………………23

I.Introduction :

Page 2
La sismique a pour but de suivre et détecter la forme des horizons en subsurface.

C ‘est en effet principalement à partir de ces formes que la société d’exploitation cliente
définira les zone présentant le maximum de chance de renfermer du pétrole ou gaz et axera
des effort sur ces zones.

Cette recherche s ‘effectue par enregistrement des mouvements crées a la surface du sol
par un ébranlement émis a la surface du sol qui est réfléchi sur les interfaces séparent les
différentes couches géologique. Sur la base de se principe, et suite au besoins de l’entreprise
mère SONATRACH que l’ Entreprise Nationale de Géophysique est de devenue a 100%
filiale SONATRACH, après des longue années d’indépendance.

L’activité principale de l’ENAGEO est d’acquérir et de traiter les données terrains en


employant les différentes méthodes d’acquisition (sismiques, magnétiques,
gravimetriques…etc) au profit des sociétés cliente d’exploitation nationale et internationales.
Prise comme activité principale, l’ENAGEO déploies les plus importants moyens
techniques et humains au service de la prospection sismique. Avec plus de 13mission 2D et
3D équipées des plus récents moyens techniques disponibles sur le marché l’entreprise détient
plus de 80% du marché national.

Aujourd’hui, avec de plus de 45ans d’expérience dans l’acquisition des données


sismiques bi et tridimensionnelle, l’ENAGEO est prête à conquérir de nouvel défis, en se
lançant aux marchés international et elle est actuellement active dans deux pays étrangers.

Le but de se stage est de suivre les différentes techniques d’acquisition utilisées par
l’entreprise nationale de géophysique, et de comprendre la structure d’une mission sismiques
et ses différentes équipes, ainsi que la relation entre elles. Dans notre cas l’équipe
géosismique EGS-210 qui s’exerce actuellement dans la région de El BOURMA.

Page 3
II. Organigramme de la mission :

Page 4
III.Description des différentes équipes d’acquisition sismique :

1. Equipe Topo :

Le démarrage des travaux de topographie a eu lieu dans de bonnes conditions avec un bon matériel et
un personnel expérimenté.

Ces travaux ont commencé avant le début du layonnage et avant le début des travaux labo réflexion.

Levé et implantation des lignes sources et receivers :

Les lignes sources et les lignes géophones ont été implantées avec des piquets d’une longueurde
taillerespectant les normes dans ce genre de terrain dunaire, en plus de la peinture des piquets avec
du blanc pour receiver et du rouge pour source à leurs emplacements afin de les différencier de loin.

Au départ, la priorité était donnée pour les lignes source afin de permettre le démarrage des travaux
de layonnage, tout en assurant une avance satisfaisante, par la suite l’implantation des lignes source
et receiver se faisait en parallèle.

Les piquets topo qui sont enterrés ou tombés lors de passage des bulldozers et pendant les journées
de vent sont réimplantés avant l’arrivée du labo réflexion (pose du dispositif et positionnement des
vibrateurs), pour cette raison les lignes géophones et les lignes sources faisaient l’objet des
reconnaissances quotidiennes.

Le levé des VP présentant des données DGPS douteuses est effectué au plus tard le lendemain de leurs
enregistrement afin d’éviter la disparition des traces des bases plates des vibrateurs (terrain dunaire).

La méthodologie d’implantation et du levé des lignes se résume dans les points suivants:

 Calcul du pré-plot en Clarke 1880 par le Mesa.


 Transformation des coordonnées en WGS 84 par la topographie.
 Implantation des profils en WGS 84.
 Traitement des profils implantés en WGS 84.
 Comparaison entre le pré-plot et le post-plot.
 Transformation des coordonnées en Clarke 188

Page 5
Les point a accès difficile sont shiftés, ils sont translatés de part ou d’autre

perpendiculairement au profile d’une distance qui ne doit pas dépasser 63m, sinon, le

point sera un skip.

Page 6
Moyens matériels et personnel pour l’équipe Topo :

Quatre (04) récepteurs GPS et une station de référence sont utilisés pour l’implantation et le levé des
piquets ainsi que pour le levé des points repris et des obstacles.

Chaque équipe topo est constituée d’un topographe, un aide topographe porteur d’un rover et deux
manœuvres, le travail est accompli à pied avec un véhicule de soutien qui transporte les piquets
numérotés pour la ligne en question.

Documents fournis :

 Fichiers quotidiens :

- Fichier SEL : données DGPS filtrés des positions des vibrateurs.


- Fichier AVR : coordonnées géographiques du barycentre des nappes vibrées.
- Fichiers WGS et SEG : coordonnées topographiques du barycentre des nappes vibrées
dans le system WGS et Clarke 1880.
- Fichier CMP : comparaison entre les données topo de sources post-plot et de barycentre . des
nappes vibrées calculé à partir des données DGPS.
- Fichier HTC : listing des VP dont le data est hors tolérance.
- Fichier des reprises contenant le levé des bases plates.
- Fichier CMP de la journée précédente recalculé pour confirmer la validité du relevé
des points décalés ou présentant des données DGPS douteuses.
- Fichier contenant les données topo post-plot source en WGS mis à jour par les reprises.

 Fichiers en fin d’exploitation :

- Fichier des coordonnées des stations sources post plot par swath en WGS et en
Clarke.
- Fichier des cordonnées des stations géophones post plot par ligne de réception
en WGS et en Clarke.
- Fichier des données topographique sources finales après le filtrage des données
DGPS en WGS et en Clarke.

2. Equipe Layonnage :

Comme le terrain est constitué par un relief mixte (dunaire avec un sable mou et plat), l’équipe
EGS210 dispose des bulldozers pour faire un bon layonnage le plus proche possible de lignes.
Le but de layonnage est basé sur les points suivants :

 Faire un bon couplage de la base plate des vibros.


 Permettre à l’accès des vibros pour faciliter les opérations d’enregistrement.
 Faciliter le passage pour les vibros d’un salvo à l’autre surtout dans les
zones dunaires et accidentés (présence d’oueds).
 Ouverture des passages pour faciliter au déplacement de véhicules et de
Page 7
camions c'est-à-dire créer des raccourcis.
 Minimiser les VP déportés de lignes source et les VP skipés.

3. Equipe forage et Carottage (CVT) :

A l’aide de machine de forage type ASTRA pour réaliser le programme de carottage qui est constitué
des (CVT) positionnés tous sur les lignes de géophones.
La détermination de la profondeur adéquatepour l’enregistrement de ce programme CVT a été
donnée par le client.

La procédure de la mise en œuvre est :

Le câble hydrophone est descendu dans te trou verticalement.


Le système d’enregistrement doit être testé quotidiennement avant chaque exploitation d’un CVT.
Avant de tirer et d’enregistrer, l’observer doit s’assurer que le niveau de bruit est minimum.
L’énergie est provoquée par des coups de marteau sur plaque en acier.

L’enregistrement des CVT se fait à l’aide d’un labo d’enregistrement GEOODE et d’un PC
réalisé par l’équipe WZ et de faire entrer l’hydrophone dans un puits remplie de boue puis on génère des
ondes sismiques à la surface de sol par un marteau sur une plaque
métallique distante de 3 m en générale, au-dessous de la quel on met un géophone
qui nous renseigne sur le T.B (Time Break).

La distance entre les récepteurs est de 2.5m, le pas d’enregistrement et la profondeur dupuits sont fixé par
le client qui prend en considération la géologie de la région, afin de
mieux connaître la WZ (zone altérée).

Page 8
Marteau
Sonde de
3m
forage

Appareil de forage Géophone (TB) Labo WZ

Inter-élément:
Câble 5m
hydrophone
de 12 traces
2.5 m

Hydrophone

Remontée 2.5 m

Masse

Page 9
Traitement et Interprétation des CVT (WZ) :

Le traitement et l’interprétation des CVT se faisaient par un ingénieur géophysicien du bureau QC en


utilisant le logiciel ‘StarUphole‘ après la production de labo WZ, et l'arrivée des données au camp.

Les résultats des interprétations des CVT ont permis de mettre en évidence deux couches de la WZ
avec les données d’épaisseur et de vitesse qui sont utiles pour faire les corrections statiques.

- La première couche WZ d’épaisseur variant de 01. à 10 m avec une vitesse (300 à 500m/s).
- La deuxième couche WZ d’épaisseur variant de 03 à 32 m avec une vitesse (800 à 1100 m/s).
- L’épaisseur de la WZ varie de 12 à 39 m.
- La vitesse de milieu consolidé est supérieure à 1800m/s.

Page 10
Page 11
4. Equipe Labo Réflexion :

Elle est composée de quatre (04) équipes

4.1- Equipe Pose :

Composition de l’équipe :

Deux (02) équipes de pose (15 éléments pour chaque équipe)

3 éléments pour la chaine de mesure, 2 éléments pour poser les grappes, 5 élémentspour faire les
trous et enterrer les géophones, 2éléments pour poser lescâbles, 1 élément pour brancher, 2 éléments
pour enterrer les lignes au niveau de passage des vibros selon les salvos

Matériel utilisé :

Le matériel utilisé est composé de :

 Grappe de géophones : chaque grappe comporte 12 géophones.

 Câble FDU: c’est un câble avec plusieurs prises qui effectue la numérisation,
connecté directement à plusieurs grappes (06 traces = 06 grappes).

 Boîtier LAUL : c’est le boîtier qui alimente les FDU ; un LAUL relie sept (07)
câbles FDU, ou bien quarante-deux (42) traces, alimenté par une batterie de 12 volts.

 BoîtierLAUX :chaque ligne est connecté par un LAUX, les LAUX sont connectés
entre eux par un câble (Jumper), ce dernier est connecté aussi au labo de deux (02)
cotés droite et gauche,le LAUX est alimenté par une batterie de 12 volts et il a

 Câble Jumper : transporte l’information sismiquejusqu’au labo.

Page 12
Schéma représentant la façon de connexion du matériel
d’enregistrement

Grappe de Grappe de Grappe de


Grappe Grappe Grappe
Géophones Géophones Géophones
de de de
Géophones Géophones Géophones

----- ----- ----- FD LAUL LAUL


----- ----- -----
FD FD FD LAUX FDU FDU FDU
……………… ……………… ……………… U ………………
U U U ……………… ………………
……. ……. ……. …….
……. …….
U U U U
U U U

Câble Jumper

Labo
d’enregistrement

Grappe de Grappe de Grappe de


Grappe Grappe Grappe
Géophones Géophones Géophones
de de de
Géophones Géophones Géophones

----- ----- ----- LAUL LAUL


----- ----- -----
LAUX FDU FDU FDU
FD FD FD FD ………………
……………… ………………
……………… ……………… ……………… U …….
U U U ……. …….
……. ……. ……. U U U
U U U U

Page 13
4.2- Equipe Ramasse :

Deux (02) équipes de pose (12 éléments /équipe)

Cette équipe est faite pour ramasser le matériel utilisé dans l’enregistrement qui est posé par
l’équipe pose, le matériel doit être ramassé avec une bonne manière comme les grappes et les
câbles.

4.3- Equipe Vibros :

Dix (10) vibrateurs de type Sercel ont été fournis dans l’intention de déployer sur les lignes trois sets
de quatre (04) vibrateurs simultanément avec deux (02) vibrateurs de secours.

Généralement les vibrateurs sont positionnés sur les lignes sources très proches des piquets topo à
l’exception des endroits ou nous avons la présence des obstacles, les piquets sont shiftés suivant la
difficulté du terrain.

Chaque vibrateur est doté d’un récepteur GPS (Trimble DSM GPS), une station de base est
positionnée sur un point connu qui est levé au préalable par le topographe, il est choisi sur un terrain
relativement haut pour permettre une bonne transmission des corrections différentielles aux
vibrateurs. Ce système est un moyen de base pour la collection des coordonnées en utilisant le DGPS.

4.4- Labo d’enregistrement :

L’équipe EGS 210 dispose d’un Labo télémétrique d’acquisition terrain de type Sercel
428, sa capacité d’enregistrement peut atteindre 10 000 Traces, doté :

Page 14
Les informations concernant la production en matière de sweeps et de positionnement des
vibrateurs sont reportés en fin de journée sur un support magnétique que l'observer remet pour
analyser les sweeps et vérifier l'état et le positionnement des vibrateurs durant la production.
Le traitement de ces données à l'aide des programmes des logiciels de contrôle permet de tracer des
graphes sous forme d’histogrammes (analyse statistique) ou sous forme de courbes linéaires, du
premier au dernier sweep envoyé dans le sous-sol. Ces graphes concernent la phase, l’amplitude, le
peak-force et le pourcentage des distorsions harmoniques.
Chaque soir les données DGPS sont envoyées au bureau topo pour traitement et analyse avant de les
inclure dans les données du Mesa (calcul de couverture, calcul des fichiers SPS) et les données du
ProMax (calcul des fichiers SPS, calcul des corrections statistiques et traitement sismique).

60 m

5- Equipe Mesa:
Le travail se fait par le soft MesaVersion 10.08 installé sur Micro-ordinateur et les taches principales
sont les suivantes :

 Chargement des données pré-plot et calcul de la couverture théorique.


 Préparation des scripts files pour le labo réflexion (SPS).
 Calcul de la couverture en utilisant le post-plot.
 Suivi de la production labo réflexion.
 Contrôle quotidiennement l’implantation des lignes.
 Calcule et visualisation des attributs de chaque Bin
 Voir le déficit des attributs des Bins en cas d’obstacles.
 Planification et positionnement des VP’s de compensation.
 Contrôle des données SPS tirées au niveau de la station Promax.
 Calcul de la couverture finale en utilisant des données DGPS fournies par le bureau Topo.
 Plot des cartes (swaths, plans de position, obstacles, couvertures, …)

Le modèle post-plot du Mesa est mis à jour avec les dernières données topographiques et les
couvertures sont calculées suivant les trois gammes d’offsets (near offset, middle offset et far offset)
et en couverture complète, une attention particulière est donnée aux points sources skipés ou décalés
à cause des obstacles et qui pourraient réduire le taux de couverture en subsurface au-dessous du
Page 15
pourcentage minimum toléré,et par conséquent la nécessité de programmer des VP’s de
compensation pour combler ce déficit.

Le contrôle de la production labo réflexion par le Mesa se faisait par le calcul du nombre de traces et
du nombre de stations actives durant la journée d’enregistrement puis comparer à ceux calculés par la
station Promax, le même contrôle est effectué à la fin de chaque swath pour les données globales.

Le modèle réalisé à partir des données DGPS finales est mis à jour puis vérifié, avant de communiquer
les données finales au bureau Promax pour la suite du traitement.

Les caractéristiques du Template et les autres paramètres de programme sismique 3D sont listés ci-
dessous :

Page 16
6- Promax:

Le premier objectif des équipes de contrôle de qualité et du prétraitement est de s’assurer de la


qualité et de l’exactitude du positionnement des traces, des sources et de la géométrie du template
avant leurs inclusions dans les données SPS qui seront utilisés plus tard dans le traitement final.
Le bureau de traitement est doté d’une station de travail sur laquelle est installé le logiciel de
traitement Promax.

Un contrôle minutieux de qualité des données sismiques est effectué quotidiennement à l’aide de
soft Promax pour déceler toute anomalie d’enregistrement susceptible d’affecter la qualité du data
sismique. A cet effet, l’équipe Promax suit les étapes suivantes:

 Lecture des deux copies de bandes cartridge 3592 terrain, vérification de leurs contenues et
génération d’un listing qui va être comparé avec le rapport observer afin de s’assurer de leur
concordance.
 Elimination des files voids et détection des files doublés.
 Défilement et contrôle visuel de tous les VP’s enregistrés (display shoot).
 Contrôle des pilotes de tous les VP’s par l’analyse de leurs amplitudes, fréquences et phases à
partir du Pilote QC.
 Détection des VP’s à faible amplitude à partir du Shot LMO et Pilot QC.
 Détection des traces et des VP’s décalés à partir du Reciever LMO et Shot LMO.
 Détection des traces bruitées, des traces mortes et des traces inverses à partir
du Receiver LMO et RMS amplitude.
 Génération des données SPS et les fournir au MESA pour le contrôle.
 Traitement des tests similarités par câbles et analyse des graphes correspondants
(sweep, phase, spectre d’amplitude) pour le contrôle des vibros.

- Contrôle de la trace pilote :


Le sweep généré par le labo d’enregistrement est également vérifié pour s’assurer que les
paramètres d’acquisition sont bons (fréquence, longueur de taper, type de sweep, la
force, …).

Pour chaque VP (file) est extrait le sweep pilote corrélé et représenté côte à côte avec un header
portant l’identification et les graphes de l’amplitude, la fréquence et la phase (le taux de variation
d’un pilote à l’autre ne doit pas dépasser 1%), un repère constitué de 10 pilotes appartenant à la
première journée d’enregistrement au démarrage des travaux, ces pilotes sont toujours inclus au
début ou à la fin du Pilote QC afin de permettre un contrôle visuel de la stabilité des pilotes le long du
projet.

Page 17
- Shot LMO:

L’importance dans le contrôle de qualité est d’assurer le bon positionnement du DGPS et de révéler
chaque trace inverse si elle existe. On sélectionne les données sismiques avec la géométrie des
headers qui sont inclus dans une gamme d’offset puis ces données sont corrigées par l’effet de
linéarisation en utilisant l’élévation statique avec une correction de vitesse et un plan de référence
(application des corrections statiques à un DP définie et une vitesse de comblement).
Pour la linéarisation de ces données on applique une vitesse qui assure une bonne linéarisation
horizontale dans cette frange (correction LMO avec une vitesse). Ces données sont séparées en offset
positive et négative et les traces qui ont le même signe d’offset et le même point de tir sont sommés
ensemble pour produire une seule trace pour chaque point de tir. Sachant qu’une trace est considérée
comme morte si elle n’appartient pas à la bande d’offset choisie.

Tous ces traces qui résultent sont affichés groupe par groupe (chaque groupe représente un Salvo)
pour donner l’information concernant les coordonnées des sources. Les ondelettes de mauvaises
coordonnées appariaient décalés par rapport aux autres. Les coordonnées anormales doivent être
recorrigées à nouveau et mises à jour.

Dans ce contrôle il s’agit de détecter les erreurs faites sur les coordonnées des points de tir et celles
faites sur les élévations grâce au programme(Linear Moveout Correction). Le terme linéaire fait
référence à certains événements sismiques dont le temps d’arrivée est une fonction linéaire d’autres
paramètres.
Le Shot LMO sert pour détecter les VP bruités, décalés et de faible énergie.

Ce contrôle est effectué de la manière suivante :


- Sélectionner les traces à un point de tir commun sur une plage d’offsets correspond à un réflecteur
calme, stable et étendu sur la région d’étude.
- Appliquer un filtre passe bande.
- Appliquer une correction statique à vitesse unique.
- Ajuster les réfractions en appliquant des shifts statiques calculés.
- Additionner toutes les traces à l’intérieur de chaque tir pour avoir une trace somme représentative
au point de tir.
- Aligner toutes les traces cote à cote suivant le numéro de station.

Page 18
Les offsets négatives sont représentés au dessus, les offsets positives sont représentés au dessous, une
telle anomalie est détectée lorsqu’une telle trace se manifeste par une interruption d’alignement par
rapport aux autres.

- Receiver LMO:

Sommation des traces de même récepteur (il s’agit de construire des ensembles ou chacun regroupe
des points de tir différents ayant en commun la même station réceptrice) sur la gamme d’offset
présentant une homogénéité des réfracteurs après l’application des corrections statiques à un DP
défini et une vitesse de comblement, et la correction LMO avec une vitesse, ceci pour les offsets
positifs et négatifs séparément.

Une anomalie quelconque sur une trace sera répétée à chaque tir. Les opérations effectuées lors de ce
contrôle sont les mêmes que celles effectuées lors du Shot LMO.

Le Reveiver LMO sert pour la détection des traces mortes, bruitées, inverses et décalées.

Page 19
- RMS :

Il consiste à calculer l’énergie de chaque VP par sommation en moindre carré et la normalisation des
échantillons d’une trace sur une fenêtre en profondeur (en msec), les différentes valeurs obtenues
pour un VP (concernant chaque ligne de réception) sont rassemblés sur une même courbe avec un pas
d’échantillonnage constant, cette opération est faite pour tous les VP’s de la journée de production,
les courbes résultantes sont placées côte à côte pour former un diagramme interprétable à partir
duquel on peut détecter les traces bruitées et les traces mortes.
Pour faire cette application, on prend une fenêtre de temps comprise dans un intervalle où l‘énergie
de l’amplitude est calculée pour toutes les traces dans cette fenêtre. Unfacteur de compensation
d’offset est appliqué aux valeurs RMS pour avoir un niveau d’énergie similaire, des offsets proches et
lointaines.
Cette application mesure le bruit présent sur les données dues à l’absence du signale sismique dans
cette fenêtre de temps. Une valeur nulle de RMS correspond à une trace morte tandis qu’une grande
valeur corresponde à une trace bruitée.

Cette procédure est un outil très efficace pour la détection des points de tirs bruités et ceux
qui ont un problème de télémétrie. Le RMS est calculé pour toutes les traces dans chaque
point de tir pour avoir une représentation où toute anomalie peut être visualisée et identifie
plus facilement. Chaque point de tir est représenté verticalement par une trace.

Page 20
Les différents types de bruit enregistré sur ce projet, on peut citer le vent, les engins sur les routes
goudronnées et les pistes.
Les mauvaises traces sont sélectionnées et sauvegardés dans un fichier.

Le RMS-QC est un contrôle de qualité réservé à l’étude de l’énergie et sa variation suivant l’offset, la
représentation des ces variations joue un grand rôle dans la détection des anomalies reliées aux tirs
bruités, traces mortes et bruitées.

- Prétraitement:

Les données sismiques des swaths sont chargées et traitées quotidiennement sur la station Promax,
un brut stack dans la direction In-line en couverture complète représentatif de chaque swath est
réalisé et ploté pour l’évaluation de la qualité en utilisant la loi de vitesse du swath précèdent et les
correction statiques altimétriques (sources et receivers) avec un DP de 700 m et une vitesse de
correction de 1800 m/s, avant d’effectuer un traitement plus poussé à la fin de l’exploitation de
chaque swath.
Après l’enregistrement d’une quantité dedonnées suffisantes, des bruts stack dans la direction X-line
sont aussi traités et plotés.

Les opérations du QC faites pour la production journalière sont les mêmes pour le contrôle
de qualité d’un swath.

Page 21
7- Camp :

Le camp était placé proche de la zone d’étude afin de réduire les déplacements vers les lieux de
travail sur terrain.

L’équipe EGS 210comporte un ensemble de roulottes pour les bureaux et les ateliers plus des
chambres pour le personnel senior avec des commodités acceptables et des tentes pour
l’hébergement des manœuvres. Le staff senior bénéficie aussi d’autres roulottes réservées pour la
restauration, la cuisine, le foyer et le sanitaire. Des constructions en briques ont été réalisées
destinées pour la cuisine, le réfectoire junior, les toilettes juniors et senior et les douches juniors. Le
poste de garde de la société de protection privé b est construit lui aussi en briques.
Pour l’hébergement des agents de la société de gardiennage, un camp de toiles est installé distant du
camp civil, aussi des constructions en briques étaient fait pour le foyer et le sanitaire.

Les repas sont préparés par un personnel appartenant entièrement à l’entreprise ENAGEO, leurs
qualités sont acceptables à bonnes.

Deux groupes électrogènes A 400-KVA alimentent alternativement (12heures chacun) le camp par
l’électricité en continuité (jour et nuit).

Le gasoil et l’essence obtenus à partir du terminal de distribution de Naftal à Hassi-Messaoud sont


délivrés à la mission d’une façon périodique par de grandes citernes, puis versé dans des citaffes et
des citernes de grandes capacités réservées pour cela.

De la même façon, les consommables, les pièces de rechange et le ravitaillement sont acheminées
par route à partir de la base d’ENAGEO à Hassi-Messaoud. Les produits alimentaires fragiles et
congelés sont délivrés par un camion frigorifique directement à la mission chaque semaine.

Comme la plus part des missions ENAGEO actuellement, l’équipe EGS 210 comporte un petit nombre
de personnel expérimenté, coopératif et consciencieux, qu’on retrouve généralement à la tête des
différentes équipes.

L’équipe a été dirigée par un chef de terrain d’une expérience acceptable, montrant un sens de
professionnalise acceptable. Ce responsable contrôle totalement la mission et jouisse du respect de
tout le personnel.
Un effort est fourni par l’équipe EGS 210 pour garder le camp et le terrain propre, le nettoyage est
effectué quotidiennement, et les équipes travaillant sur terrain sont priées de ramener leurs déchets
au camp.

Les eaux usées sont acheminées loin du camp et leurs cuves sont couvertes par de toit, des toilettes
sont installées en quantité suffisante et les ordures sont évacuées sur un rayon de quelques
centaines de mètres dans une décharge, ce qui conserve un caractère propre au camp.
Tous les déchets (métal, plastic, pneus, chambre à air, filtres, huiles usées, batteries usées,
accessoires de véhicules) sont ramassés dans leur totalité et récupérés, ils ne seront en aucune façon
abandonnés sur place, ils sont pris en charge par la mission elle-même et envoyés à Hassi Messaoud.

Page 22
L’équipement d’incendie (comme les extincteurs) sont disponibles en quantité suffisante et contrôlés
périodiquement, les bouteilles vides ou celles contenant du produit périmé sont immédiatement
envoyées à Hassi-Messaoud pour les recharger.

Un système efficace appelé (journey management) est mis en place dès l’arrivée de l’équipe sur site, il
consiste à contrôler d’une façon régulière et périodique (à partir d’un bureau et une radio placé au
poste) toutes les positions des véhicules sortants à l’extérieur du camp jusqu’à leurs arrivées.

La sécurité du camp et des équipements sur terrain est assurée par des agents civils armés
appartenant à l’entreprise de gardiennage privé et un coordinateur est désignée pour communiquer
avec les responsables de l’équipe EGS210. Aussi une équipe escorte a était fait comporte plusieurs
éléments circulent avec les équipes terrain au bord de véhicules.
Des gardiens appartenant à ENAGEO assuraient aussi la sécurité du camp pendant la nuit.
Le camp est entouré par une ceinture (merlan + grillage) permettant de contrôler l’accès au camp par
une entrée (poste de garde).
Après une coopération de la part des représentants SONATRACH, le système de communication entre
le camp de groupe de protection et leurs équipes terrain pendant la nuit à été instauré pour plus de
vigilance sur le terrain.
Des contacts par téléphones portables entre les équipes terrain sont effectués pendant toute la nuit
afin de suivre la surveillance.

La circulation des véhicules à l’intérieur du camp est réglementée par une vitesse limitée à 10 km/h
et au terrain avec une vitesse à 80 Km/h.

Une équipe de maintenance concernant le suivi et la réparation concernant l’électricité, la plomberie


et la menuiserie.

L’état de la plupart de véhicules et de camions est bon mis à part quelques véhicules de la marque
Toyota et quelques camions anciens sont dans un état moyen.

Le stock des pneus de secours et de pièces détachées est acceptable.

V- Conclusion
J’ai passé Le premier séjours dans la mission EGS 210 , et cette mission utilise la sismique réflexion 3D, et
pendant ce séjours on a effectué plusieurs sorties avec les différentes équipes de la mission

Mon stage a déroulé dans de bon conditions de point de vue transport et hébergement et surtout le
coté des informations concernant l’acquisition sismique sur terrain et lasuite de ces informations aux
bureaux de la mission ENAGEO (EGS210) comme topo, bureau client et Promax.

Enfin jeremercie tous le personnel de la mission EGS 210 pour l’aide présenté pour nous
de prés ou de loin.

Page 23
Page 24