Sie sind auf Seite 1von 20

––––

Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 1


LE DEUIL : L’AFFRONTER POUR
RENAÎTRE
Comment traverser les phases du deuil et
en sortir grandi
Amanda CASTELLO

I. REFLEXIONS SUR LA MORT ET LE MOURIR

La mort dérange ; elle est laissée de côté. Pourtant, la


mort fait partie intégrante de la vie. Chacun peut être
touché par le deuil, à différents titres. Peut-être êtes-
vous vous-même en deuil ou devrez-vous bientôt affron-
ter la mort d’un être cher. Une personne de votre entou-
rage est-elle endeuillée ? Vous vivez éventuellement ce
douloureux moment en tant que personnel soignant ou
vous vous y intéressez par intérêt culturel.

Pour vivre le mieux possible la fin de vie, il est bon de


« l’apprivoiser » et de s’y préparer. La mort peut être
« attendue », liée à l’âge, à la maladie ou, au contraire,
subite par accident, attentat… Elle nous fait souffrir si
elle touche une personne que nous aimons. Le deuil doit
permettre de se reconstruire après la perte d’un être
cher.

Selon les types de sociétés, la vision de la vie varie. Dans


la vision « dualiste » de type occidental, la vie est li-
néaire. Elle se déroule de la naissance (point de départ)
à la mort (point d’arrivée). Les sociétés dites tradition-

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 2
nelles – c'est-à-dire autrefois en occident ou actuelle-
ment dans certaines zones reculées en Afrique, Asie ou
Amérique latine – ont plutôt une vision circulaire de la
vie, où chaque étape de l’existence est à la fois la nais-
sance d’un état et la mort d’un autre état. La personne
naît et meurt donc à plusieurs reprises dans son proces-
sus de croissance et de développement : naissance,
premières dents, puberté, mariage…

Les sociétés sont composées d’individus solitaires


(adultes veufs, célibataires, enfants orphelins) et de
groupes (familles plus ou moins nombreuses). Selon le
concept de famille-tribu, quels qu’ils soient, tous les indi-
vidus et groupes sont reliés les uns aux autres. Personne
n’est exclu. Dès lors qu’il arrive quelque chose à un
membre de cette collectivité interrelationnelle, des
mécanismes de soutien et de solidarité se mettent en
place.

Dans la société contemporaine, la famille est de plus en


plus réduite ou mono-nucléaire. Dans ce concept,
l’individu n’est plus relié au système collectif d’entraide.
Il se retrouve de plus en plus seul pour affronter un deuil.

Exercice de la pelote de laine

L’exercice de la pelote de laine constitue un support


pour parler et raconter ce que l’on éprouve. Il vise à
partager avec autrui des souffrances que nous vivons, à
l’intérieur de nous-mêmes.

Successivement, chaque personne attache le fil de


laine à son doigt, exprime et « dépose » une douleur
dessus avant de l’envoyer à quelqu’un d’autre. Le fil

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 3
relie tous les participants les uns aux autres de façon
croisée, comme dans une société traditionnelle. Il maté-
rialise le lien entre tous et réunit les souffrances de cha-
cun. Dès lors qu’une personne bouge, le fil bouge : les
souffrances sont réellement partagées.

À la fin de l’exercice, faites une mini-pelote de ce fil


chargé de souffrances et détruisez-la : vous vous libérez
ainsi de ces douleurs partagées.

La fin de vie est un moment extrêmement important. Il


faut lui donner toute sa place et ne pas l’escamoter.
Certains éléments nous permettent de comprendre
notre relation à la mort et de faciliter le « passage ».
Participer à l’habillage d’un défunt, assister à une veillée
funèbre… peuvent contribuer à cette prise de cons-
cience et rendre un deuil moins douloureux.

II. COMPRENDRE LE DEUIL

L’Homme est un être d’attachement. La mort repré-


sente la rupture de cet attachement ; elle génère une
déchirure, un arrachement et fait souffrir.

Voyons quelques définitions :

Le deuil est un ensemble de règles de comportements


qui sont reconnues et suivies par un même groupe.

Les condoléances sont un témoignage de la participa-


tion à la souffrance d’autrui.

Un rituel est un ensemble de comportements reconnus


par les membres d’une même communauté et qui doi-
vent être suivis. Ils sont précisément codifiés et corres-

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 4
pondent à des situations spécifiques de l’existence (ma-
riage, baptême, deuil…).

Le deuil est un phénomène de transformation qui


change radicalement l’existence, avec un « avant » et
un « après ». Si le temps permet de prendre une certaine
distance avec la disparition de la personne, il n’efface
rien. Le deuil nécessite un véritable travail, du temps et
de l’énergie. Il doit être élaboré lentement, avec res-
pect et avec humilité intellectuelle. Il s’agit donc de
reconnaître ses propres limites. Pour toute personne,
homme, femme, adulte, enfant…, il est indispensable
de savoir reconnaître ses émotions et d’oser les expri-
mer.

En période de deuil, il faut savoir écouter, accueillir,


accompagner et partager avec l’autre.

III. QUELS SONT LES FACTEURS QUI


INFLUENCENT LE DEUIL ?

À différents degrés, citons plusieurs facteurs qui influen-


cent votre façon d’affronter le deuil et de vivre ensuite :

- Le type de mort (attendue, subite…)


- Le degré d’implication avec la personne décé-
dée (vous-même décidez de cette implication)
- L’âge des acteurs
- La sensibilité et l’émotivité de chacun, liées à
notre éducation et histoire personnelle
- Le niveau de culture personnelle
- Le système de valeurs
- L’absence de foi ou le refus a priori de la mort
- « L’injustice » de la mort
––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 5
Exercice pour « transformer les mots douloureux »

Cet exercice permet d’accepter la douleur et les émo-


tions provoquées par la perception « injuste » de la mort.
Il vous permet d’effacer des mots qui ont un impact
négatif sur vous et de les remplacer par des mots positifs
qui vous apportent calme et douceur.

IV. NOS CINQ SENS ET LE DEUIL

Les êtres humains utilisent leurs cinq sens pour commu-


niquer. Ils s’en servent aussi dans la perception de la
douleur et dans la construction du deuil.

Lors de la perte d’une personne, le premier manque est


la vue de cette personne. Inconsciemment, notre cer-
veau mémorise les images de nos scènes quotidiennes.
Elles constituent notre souvenir, notre banque de don-
nées d’images.

Essayez de décrire vos sensations liées au sens de la vue,


pour comprendre ce qui vous manque, maintenant que
vous ne pouvez plus voir une personne. Par exemple :
- Qui va me regarder maintenant ?
- Même sans besoin de parler, je lisais dans ses
yeux…

De même, notre cerveau enregistre automatiquement


tout ce que nous entendons, même sans que nous vou-
lions écouter. Grâce à l’ouïe, nous construisons aussi
notre patrimoine de souvenirs.

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 6
Par des phrases, essayez de décrire vos sensations par
rapport à vos capacités auditives et en lien avec la
personne décédée, telles que :
- Sa voix me manque
- J’entendais le bruit de la grille du jardin…

L’odorat vous permet de saisir toutes les odeurs qui vous


entourent, consciemment ou inconsciemment. Votre
cerveau les identifie et les conserve dans votre mémoire
olfactive. À nouveau, essayez de décrire vos sensations
(positives ou négatives) par rapport au sens de l’odorat.
Qu’est-ce qui vous manque ? Quelles odeurs éveillent
des souvenirs en vous ? Par exemple :
- Le soir, je porte son pyjama parce qu’il a son
odeur
- J’ai encore dans le nez ce parfum bas de
gamme de cette infirmière désagréable !...

Le toucher est le premier sens qui s’éveille chez le fœ-


tus ; il est aussi le dernier à s’éteindre avec la mort. Au-
tour d’une personne en train de mourir et qui ne peut
plus communiquer, il est bon de la caresser et de la
toucher délicatement. La personne perçoit votre pré-
sence et la douceur de votre geste. Parlez-lui aussi à
voix basse.

Écrivez des phrases qui expriment votre manque par


rapport au sens du toucher. Par exemple :
- Nous marchions toujours main dans la main
- Quand je ferme les yeux, je sens sa barbe sur ma
joue…

Le sens du goût contribue également au travail de


deuil. Toutes les saveurs ingérées sont fixées dans notre

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 7
mémoire. Quels manques liés au goût la perte d’une
personne produit-elle pour vous ? Par exemple :
- Je n’ai plus envie de manger, tout est insipide. De
toute façon, je n’ai pas faim.
- Elle aimait le café avec de la crème chantilly
dessus ; j’en bois tous les jours parce que le goût
me la rappelle…

V. LE CORPS PARLE : ÉMOTIONS ET


CONSÉQUENCES

Les émotions se vivent dans le corps. Nous les ressentons


à l’intérieur de nous. Face à une mauvaise nouvelle,
nous pouvons dire « j’en ai plein le dos », « ça m’a cou-
pé le souffle »… Dans de multiples situations, le corps
donne des signes ou messages, indiquant que quelque
chose ne va pas.

Exercice de la silhouette

Cet exercice vise à vous mettre à


l’écoute de votre corps. Essayez de
ressentir ce qui s’est passé à
l’intérieur de vous quand vous avez
appris une triste nouvelle.

Donnez une couleur à chaque émotion : tristesse, co-


lère, inquiétude, sens de culpabilité, espoir, paix, soula-
gement, peur, ressentiment, angoisse, solitude. Portez les
couleurs correspondant à vos émotions ressenties sur les
endroits concernés de la silhouette.

Vous prenez ainsi conscience des émotions passées.


Appliquez vos mains sur les parties intéressées de votre
––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 8
corps, respirez profondément et envoyez une énergie
de paix, de douceur et d’amour à ces points précis.

VI. LES PHASES DU DEUIL

Le deuil est un processus de transformation où la struc-


ture mentale et émotive, voire le système de valeurs,
changent. S’il est bien vécu, il donne lieu à une crois-
sance personnelle et à de nouvelles expériences : il
permet de grandir avec et malgré la douleur.

Au fur et à mesure de la prise de conscience de la


perte de l’être aimé, différentes émotions causées par
le deuil se succèdent :
- Incrédulité et refus
- Colère
- Tristesse, culpabilité, recherche de l’être perdu
- Acceptation et pardon

Le choc et le déni peuvent paralyser nos émotions.


Nous souhaitons gommer la réalité.

La colère est une réponse instinctive. Elle nous amène à


rechercher un coupable. Nous pouvons être en colère
contre tout et tout le monde, y compris contre nous-
mêmes. La colère, comme toutes les émotions, doit
s’exprimer et s’évacuer. Il est nocif de vouloir bloquer ou
empêcher le flux des émotions.

Exercice n°1 sur la colère

Certaines questions restent sans réponse. Plus vous vous


les posez, plus vous glissez dans l’incompréhension. Ce
sont les :

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 9
- Pourquoi ?
- Quoi, qu’est-ce ?
- Si…

Successivement, pour chacune de ces catégories, ré-


fléchissez et écrivez les questions que vous vous êtes
posées. Les identifier vous en libérera.

Exercice n°2 sur la colère

Écrivez ou dessinez maintenant ce qui vous a le plus


choqué ou fait mal lors de la mort de la personne ai-
mée. Éliminez ensuite votre colère en détruisant la
feuille, en la déchirant, en la brûlant… Ce transfert vous
permet de vous libérer.

La tristesse est une autre étape fondamentale du deuil.


Quelle que soit la façon dont elle s’exprime, il faut la
laisser passer et l’accompagner.

Vient ensuite la recherche de l’être perdu. La personne


vous manque et vous ne savez pas comment combler
ce manque. Vous la recherchez avec vos cinq sens.
Vous avez l’impression de la voir, de l’entendre, de sentir
son parfum… Vous avez besoin de toucher un objet qui
lui appartenait ou de manger un aliment qu’elle ai-
mait…

Pour chaque sens, écrivez sur une feuille dans quelles


circonstances vous avez cru voir, entendre, sentir…
l’être perdu. Qu’avez-vous ressenti et qu’avez-vous
fait ?

Ainsi, vous pouvez prendre conscience de vos propres


sensations de façon concrète.
––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 10
Après ces différentes étapes peuvent enfin se manifes-
ter l’acceptation et le pardon.

Exercice des mains

Les mains sont la continuité de votre être pensant et de


vos émotions. Elles renferment le témoignage de votre
vécu. Reprenez notre vidéo et, guidé(e) par Amanda
Castello, faites une lecture de vos mains pour prendre
contact avec vous-même, avec votre corps et vos souf-
frances.

VII. LES CONSÉQUENCES POSSIBLES DU


DEUIL

Le deuil n’est pas une maladie. Il peut cependant le


devenir si cet état s’installe de façon constante. Le pro-
cessus de deuil intervient à différents niveaux.

Il génère potentiellement des troubles, problèmes ou


difficultés au niveau physique. Il peut affecter le som-
meil, l’alimentation, les défenses immunitaires, la respira-
tion… Avant tout, il convient de prendre soin de soi pour
continuer à vivre. Faites un bilan de santé et faites-vous
aider !

Au niveau psychologique, le deuil peut provoquer des


hallucinations, des crises de pleurs ou de rire hystérique,
des moments d’absence, une diminution de l’hygiène
personnelle ou de son lieu de vie… Un professionnel du
deuil ou une association active dans ce domaine est en
mesure de vous apporter un soutien bénéfique.

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 11
Des dépendances et modifications dans le comporte-
ment peuvent se créer : tabac, alcool, médicaments…
ou la recherche de sensations fortes. Le deuil peut aussi
conduire à une irritabilité, paresse, hyperactivité…

Les conséquences au niveau intellectuel se traduisent


parfois par des problèmes d’attention ou de mémoire,
des troubles de la compréhension, des difficultés dans
l’exécution d’automatismes…

Au niveau spirituel, certaines personnes se voient re-


chercher un soutien religieux de façon obsessionnelle
ou au contraire renier la foi qu’elles professaient
jusqu’alors.

VIII. LE DEUIL CHRONIQUE OU


PATHOLOGIQUE

Les diverses manifestations du deuil, bien que doulou-


reuses, doivent progressivement s’estomper. Si elles
semblent perdurer et sont de plus en plus aigües, elles
risquent de se transformer en un deuil permanent ou
pathologique, qui doit alors être soigné.

Il appartient aux proches d’une personne endeuillée de


l’observer de façon attentive pour prévenir un deuil
pathologique, dont les conséquences sont potentielle-
ment dangereuses. Des professionnels ou associations
formés sur ce point peuvent apporter un soutien effi-
cace.

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 12
IX. LES MOTS ET LES COMPORTEMENTS QUI
FONT MAL ET À ÉVITER

Il arrive souvent qu’une personne en deuil refuse de


l’aide… peut-être parce que cette aide est mal propo-
sée. En réalité, la personne a besoin de compréhension,
de patience, d’écoute, de silence et d’une épaule sur
laquelle s’appuyer. Elle a besoin que ses rythmes soient
respectés et qu’on lui permette de parler ou de se taire
si elle en a envie. Elle a besoin de ne pas être jugée et
de pouvoir exprimer toutes ses émotions et ses senti-
ments librement.

Exercice : Je suis en deuil, je l’accepte et je choisis de


m’aider moi-même

Prenez conscience que vous ne pouvez pas sortir seul(e)


de cette situation. Demandez de l’aide à une personne
de confiance, cherchez un spécialiste du deuil ou re-
quérez le soutien d’une association.

Si vous ressentez une impulsion d’agressivité ou


d’agitation, sortez, méditez, écoutez un morceau de
musique, allumez une bougie…

Exercice : Je ne suis pas en deuil, mais je veux t’aider,


toi qui es dans cette situation difficile

Essayez d’avoir le meilleur comportement dont peut


avoir besoin la personne endeuillée : soyez à sa disposi-
tion, respectez son propre temps, faites le possible pour
la respecter et accepter ses refus, protégez-la avec
discrétion…

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 13
Exercice : Quelques petits trucs utiles

Certains gestes permettent de transférer une émotion,


lourde ou légère. Ils peuvent aider dans la construction
d’un deuil.

Par exemple, planter un arbre peut témoigner de votre


sentiment et constituer une représentation sereine de la
personne aimée. Allumer une bougie ou parler à voix
haute avec la personne décédée permet d’exprimer
ses émotions. Promenez-vous dans la nature avec
l’intention de rentrer en communication avec elle et
qu’elle accueille votre souffrance. Trouvez un Arbre-
maître qui vous plaît ; communiquez avec cette force
de la nature, de soutien et de sagesse.

Mettez en pratique ces trucs utiles sans prêter attention


à l’opinion des autres ; soyez vous-même.

X. L’ACCEPTATION

Lors de la mort d’un être cher, nous nous sentons


comme explosés. L’acceptation revient à recueillir et
rassembler les pièces éparpillées d’un puzzle. Il n’est plus
question de nier la réalité. On l’accepte et on reconnaît
que la vie ne sera plus jamais comme avant. Peu im-
porte le temps nécessaire, il est important d’arriver à
l’étape de l’acceptation.

Exercice du puzzle

Cet exercice vise à mélanger les qualités de la per-


sonne disparue et les vôtres et de la remercier pour tout
ce qu’elle vous a donné, pour toutes les bonnes expé-

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 14
riences, joies et souvenirs partagés. Envoyez-lui votre
pardon, remerciez-la pour chaque qualité (les vôtres et
les siennes) et souhaitez-lui « bon voyage ! ».

Ainsi, vous intégrez l’image du défunt dans votre propre


personnalité ; elle vous enrichit. Le retour à la vie quoti-
dienne s’en trouve plus facile ; vous pouvez reprendre
vos rôles professionnels, familiaux, sociaux. Vous entrez
dans une nouvelle phase de votre vie. L’expérience
vécue et correctement assimilée constitue un facteur
de croissance personnelle.

Exercice de la lettre à la personne décédée

Dans une lettre à la personne décédée, écrivez-lui ce


que vous ressentez, ce que vous avez envie de faire de
votre vie, votre colère passée, votre ressentiment…
Exprimez-lui votre amour. Détruisez ensuite cette lettre
pour dire « au revoir » à la personne. Vous êtes en paix
et pouvez commencer à vivre différemment, en ayant
grandi grâce à votre travail de deuil.

XI. LE SAC À OUTILS

Différents instruments permettent une meilleure cons-


truction du deuil :

- EFT – Emotional Freedom Techniques


- EMDR Eye - Movement Desensitization and Re-
processing
- Psychothérapie individuelle
- Groupes de deuil
- Soutien médical et pharmacologique
- Ergothérapie

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 15
- Chromothérapie
- L'entraide automatique amicale
- Groupes de prière
- Méditation
- Groupes de deuil sur Facebook
- Un coup d'œil sur ce qui se passe après la mort
- Ateliers de TCH du Dr. Jean-Jacques Charbonier

Rendez-vous également sur notre vidéo pour lire et


écouter plusieurs textes porteurs d’une douce réflexion.

CONCLUSION

Pour finir ce parcours, vous retrouverez ci-après une


bibliographie pour aider au travail de deuil et permettre
une reconstruction de soi.

Notez que les exercices et questionnaires proposés dans


ce e-book vous sont présentés de façon sommaire. Pour
les réaliser et bénéficier pleinement de ce travail, nous
vous invitons à reprendre notre vidéo et à vous laisser
guider en délicatesse par Amanda Castello.

Pour toutes questions, vous pouvez contacter Amanda


Castello via son site www.amanda-castello.eu
©Le deuil, l’affronter pour renaître, Amanda Castello

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 16
Bibliographie
Mort et Deuil

• Accueillir la mort, Elisabeth Kübler-Ross, Pocket


• Avant de se dire au revoir, Elisabeth Kübler-Ross,
Pocket
• Apprivoiser la mort, Marie Frédérique Bacqué, Odile
Jacob
• Surmonter le deuil de ses parents, Alexander Levy,
InterEditions
• Padi et l’aventure de la vie, Amanda Castello, Ama-
zon
• Le Voyage Initiatique d'Elena. Une Rencontre au-
delà du Temps et des Mondes, Amanda Castello,
Amazon
• Deuil et mélancolie, Sigmund Freud, Payot
• Vivre le deuil au jour le jour, Christophe Fauré, Albin
Michel
• Sur le chagrin et sur le deuil, Elisabeth Kübler-Ross,
Pocket
• La mort, porte de la vie, Elisabeth Kübler-Ross, Le Livre
de poche
• La mort, dernière étape de la croissance, Elisabeth
Kübler-Ross, Pocket
• La mort est un nouveau soleil : Quand la mort est une
porte ouverte sur une autre vie, Elisabeth Kübler-Ross,
Pocket
• Le grand livre de la mort à l’usage des vivants, Mi-
chel Hanus, Jean Paul Guetny, Joseph Berchoud,
Pierre Satet, Albin Michel
• La mort intime – ceux qui vont mourir nous appren-
nent à vivre, Marie de Hennezel, Robert Laffont
• Parlons de la mort et du deuil, Pierre Cornillot et Mi-
chel Hanus, Editions Frison Roche

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 17
• Les deuils dans la vie, deuils et séparations chez
l’adulte et chez l’enfant, Michel Hanus, Editions Ma-
loine
• Le deuil après suicide, Michel Hanus, Maloine
• Après le suicide d'un proche : vivre le deuil et se
reconstruire, Christophe Fauré, Albin Michel
• Excusez-moi, je suis en deuil, Jean Monbourquette,
Isabelle d'Aspremont Lynden, Novalis
• La mort d’un parent – le deuil de l’enfant, Michel
Hanus/ collectif, Vuibert
• Vivre le deuil en famille, Rosette Poletti et Barbara
Dobbs, Editions Saint Augustin

EFT – Emotional Freedom Techniques

• Découvrir l'EFT (Emotional Freedom Techniques),


Geneviève Gagos, InterEditions
• L'EFT pour tous : Se libérer des émotions toxiques,
Geneviève Gagos, Marabout

EMDR Eye - Movement Desensitization and Reprocessing

• Guérir de son passé : avec l’EMDR et des outils


d'autosoin, Emmanuel Contamin, Odile Jacob
• Des yeux pour guérir. EMDR : la thérapie pour sur-
monter l'angoisse, le stress et les traumatismes, Fran-
cine Shapiro et Margot Silk forrest, Points

Méditation

• Deuil et Pleine conscience. Méditations pour soula-


ger la souffrance et retrouver du sens, Heather Stang,
Ed. De La Martinière

Groupes de prière

• Les médecins du ciel et les médecins de la terre,


Maguy Lebrun, Robert Laffont
––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 18
• Le livre tibétain de la vie et de la mort, Sogyal Rinpo-
ché, Table ronde
• Trouver l'espoir face à la mort. Accompagner et
guider un proche vers ses derniers jours, Christine
Longaker, J’ai Lu

Un coup d'œil sur ce qui se passe après la mort

• Cette chose..., Jean-Jacques Charbonier, First


• Les preuves scientifiques d'une vie après la vie,
Jean-Jacques Charbonier, J’ai Lu
• Les 7 bonnes raisons de croire à l'au-delà, Jean-
Jacques Charbonier, J’ai Lu
• La mort expliquée aux enfants mais aussi aux
adultes, Jean-Jacques Charbonier, Guy Trédaniel
Éditeur
• Contacter nos défunts par l'hypnose, Jean-Jacques
Charbonier, Guy Trédaniel Éditeur
• Le saut quantique de la conscience, Mario Beaure-
gard, Guy Trédaniel Éditeur
• La vie après la vie : Ils sont revenus de l'au-delà,
Raymond Moody et Eben Alexander, J’ai Lu
• Le test : Une expérience inouïe, la preuve de l'après-
vie ? Stéphane Allix, Albin Michel

Accompagnement pour un parcours de


deuil – adresses
• Association Paulo Parra pour la Recherche sur la Fin
de vie - A.R.T.
e-mail : artlabagnata@gmail.com
www.artcurepalliative.com/blog

––––
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. Castello 19
• Annuaire des structures de soins palliatifs et des as-
sociations de bénévoles
www.sfap.org/annuaire

• Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de


vie
35, rue du Plateau - 75019 Paris - Tél. 0 811 020 300
www.spfv.fr/ecoute-info/plateforme-nationale-
decoute/besoin-decoute-et-dinformation
www.spfv.fr

• Fédération Européenne Vivre Son Deuil


8 Ter rue André Chénier - 80000 Amiens
Tél. 06 08 27 77 61 ou 01 42 08 11 16
fevsd@vivresondeuil.asso.fr
www.vivresondeuil.asso.fr

• Associations régionales
www.vivresondeuil.asso.fr/associations.html

• Fédération JALMALV
76, rue des Saints-Pères - 75007 Paris
Tél. 01 45 49 63 76
contact@jalmalv-federation.fr
www.jalmalv-federation.fr

• JALMALV dans votre région


www.jalmalv-federation.fr/nous-aider/jalmalv-dans-
votre-region

–––– séparément du coffret


Ce livret ne peut être vendu
Le deuil, l’affronter pour renaître – A. 
Copyright Castello
Weelearn 2018 20