Sie sind auf Seite 1von 6

ESSAI DE COMPRESSIBILITE

 Introduction  :

Nous souhaitons étudier dans ce TP les amplitudes et l’évolutions au cours du


temps des déformations des sols, en tenant compte de l’interaction de l’écoulement
de l’eau interstitielle avec la déformation en cours du temps, ce qu’il est convenu
d’appelé « consolidation » en mécanique des sols.
L’essai de consolidation unidirectionnel, ou essai œdometrique fournit des
informations sur la compressibilité d’un échantillon auquel l’expansion latérale est
interdite.

 1/-But de l’essai  :

L’essai peut être conduit dans le but de déterminer la loi entre la pression
imposée et la déformation qui en résulte, ou entre la déformation et le temps
d’application d’une pression constante se qui veut dire le but de se TP est d’établir la
relation entre les contraintes effectives verticales et les déformations (ou les indices
des vides).

 2/-Essai oedometrique  :

L’essai de compressibilité des sols où l’essai œdometrique est un grand classique


des essais géotechniques en même titre que l’essai triaxial et la boite de casa grande
(norme XP P 94-090-1).Il permet de mesurer la compressibilité d’un échantillon de sol
fin saturé en fonction du temps et ainsi de tracer une courbe de comportement
appelée courbe œdometrique ou courbe de compressibilité. Elle établie la relation
entre les contraintes effectives verticales et les déformations(ou les indices des
vides).
L’essai est très long et se déroule par tranches de 24heures.

 3/-Principe de l  essai  :
Un échantillon de sol est placé dans une boite cylindrique rigide de section
circulaire entre deux pierres poreuses assurant son drainage. Les déformations
verticales ou tassements de l’échantillon après chargement sont mesurés à l’aide
d’un comparateur (1/100 de mm). Un piston permet d’appliquer sur l’échantillon
une contrainte verticale uniforme constante pendant un temps déterminé (c.-à-d. les
charges sont appliquées sur un piston) par l’intermédiaire d’un bras de levier. Le
chargement s’effectue par paliers lorsque le tassement correspondant au premier
palier est stabilisé
Les diamètres des échantillons peuvent varier suivant le choix des cellules (50mm,
70mm, 80mm).Pour les essais qui suivent nous prendrons les cellules de diamètre
70mm et de hauteur 19mm. (Voir schéma)

 4/-Appareillage  :
-Les oedometres utiliser sont des oedométres a chargement par l’avant, il se
compose de :
-Un moule œdométrique métallique rigide de section cylindrique
-Un dispositif de chargement ou bâti de chargement : il doit appliquer les charges
suivant l’axe du piston.
-Des jeux de masse varient de 1 kg à 10 kg : ce sont des disques plats fondus.
-Un comparateur,
Appareillage d’usage courant :
-Une trousse coupante pour tailler l’échantillon,
-Une balance électronique de précision pour mesure les teneurs en eau,
-Une étuve
-Un couteau
-Un chronomètre
-Du papier filtre pour protégé les pierres poreuses.
 On représente l’une des appareils de l’essai
œdométrique  :
Appareil
L’essai de consolidation

 5/-Exécution de l’essai  :
On effectue l’essai sur un échantillon de sol non remanié dont on a préservé la teneur
en eau naturelle. Il y a deux façons d’introduire l’échantillon dans l’anneau oedométrique.
La première consiste à trancher l’échantillon, à le tailler soigneusement d’un touret et à
l’insérer dans un anneau d’une hauteur h0. L’autre consiste à appuyer sur l’échantillon un
anneau dont une des extrémités comporte une arrête tranchante de façon que ce dernier
s’enfonce dans l’argile au fur et à mesure qu’on taille l’échantillon. Quelle que soit la
manière choisie, lorsque l’échantillon dépasse la hauteur de l’anneau, il doit être arasé sur
les faces planes de l’anneau à l’aide d’un fil métallique ou d’une règle à arête tranchante.

Lorsque c’est fait, on recouvre les faces de l’échantillon d’un papier filtre saturé, on
dépose l’anneau sur la pierre poreuse inférieure placée au fond de la cellule oedométrique,
puis on le recouvre de la pierre poreuse supérieure. On centre le tout par rapport à la tête
de chargement. On doit ensuite remplir la cellule d’eau, appliquer une certaine pression de
contact et régler à zéro le cadran du micromètre qui mesure la déformation axiale.

Une fois la mise en place terminée, on applique chacun des paliers de chargement
choisis et, pour au moins deux d’entre eux, on mesure la déformation axiale à des intervalles
approximatifs de temps.

Après 24heures, on passe au palier de charge suivant. La norme recommandée de


doubler la charge palier jusqu’à une pression équivalent à 4 fois la pression de
préconsolidation.

A la fin de l’essai, on retire l’anneau de la cellule, on le pèse et on le dépose dans une


étuve pour en déterminer la teneur en eau finale. Pour être en mesure d’interpréter les
résultats de l’essai, on calcul l’indice des vides initial e 0 et celui à la fin de chaque palier de
chargement.

 6/-Interprétation des calcules  :


 Les données  :
hp = 13.27 mm , h0 = 24.00 mm , Δh : tassements mesurés.
h = h0 – Δh ; e = (h - hp) / hp ; Cc = │Δe / (Δlogσ’).

σ (bar) Δh (mm) h (mm) e


0.00 0.000 24.000 0.808
0.31 0.125 23.875 0.799
0.70 0.225 23.775 0.791
1.35 0.380 23.620 0.780
2.65 0.690 23.310 0.756
5.25 1.510 22.490 0.695
10.45 2.520 21.480 0.619
2.65 2.420 21.580 0.626
0.05 1.270 22.730 0.713

 7/-Exploitation des courbes de consolidation  :


Vous trouverez en annexe une série de courbes de consolidation sur le sable
argileux de sondage. Les essais ont été réalisés sur des échantillons non remaniés et
saturés
Pour chaque palier de chargement chaque charge appliqué sur l’éprouvette
détermine le couple(e,σ ) de fin d’essai. La fin d’essai est estimer a t100 ses points sont
ensuite a placer dans un diagramme semi-logarithmique avec «  e »en ordonnée et
σ en abscisse (échelle log).

 Interprétation de la courbe de compressibilité :


-Contrainte effective verticale σ ’vo : contrainte effective verticale du sol en place au
moment de son prélèvement.

-Contrainte effective de préconsolidation σ ' p : contrainte effective maximale sous


laquelle le sol s’est déjà consolidé au cours de son histoire.

-Indice de compression Cc : pente de la tangente à la courbe vierge qui permet de


préciser la sensibilité du sol au tassement le long de cette courbe.

-Indice de gonflement Cs : traduit la déformabilité d’un échantillon non gonflant au delà
de la contrainte de consolidation a la quelle il a été soumis (à ne pas confondre avec le
coefficient de gonflement Cg).

 Le tracé de la courbe (voir feuille millimétrés)  :


La courbes de e =f (logσ ') de l’essai oedometrique est représentée sur papier
millimétrée telle que l’échelle prise est :

1cm → 0.05 (e).

 8/-Détermination de la contrainte de
péconsolidation  :

On détermine la pression de préconsolidation du graphe, il s’agit de prolonger les


deux segments linéaires de la courbe de consolidation, le point d’intersection indique
la pression de préconsolidation. La valeur qu’on obtient de cette façon diffère
légèrement de celle de la méthode de casa grande, qui est jugée la plus
représentative.
D’après la courbe en obtient :
σ ' p=2.3 .̄

 9/-Détermination de l’indice de compression  :

L’indice de compression Cc est la valeur absolue de la pente pour la branche rectiligne


du diagramme (en chargement).
Cc = │Δe / (Δlogσ’)│.
= │(0.756-0.619) / (log(2.65)-log(10.45))│
= │(0.756-0.695) / (log(10.45/2.65)│
= 0.230.

Cc = 23%.

 Conclusion  :
L’indice de compression noté Ic ou Cc; si Cc inferieur à 0.100 le sol est peu compressible,
si Cc entre 0.100 et 0.150 le sol est moyennement compressible, si Cc entre 0.150 et 0.200 le
sol est compressible, enfin Au-delà de 0.200 le sol est très compressible.

Dans notre essai on trouve Cc = 0.230 dont on constate que notre sol est très compressible.