Sie sind auf Seite 1von 6

Cours onduleurs

LES ONDULEURS
1) PRESENTATION

1,1) Définition

Les onduleurs sont les convertisseurs statiques continus alternatifs permettant de fabriquer une
source de tension alternative à partir d’une source de tension continue.

Le signal alternatif en sortie peut être sinusoïdal ou non de fréquence fixe ou variable

L’onduleur est dit autonome quand il impose sa propre fréquence à la charge (ce qui est différent de
l’onduleur assisté où la fréquence est imposée par la fréquence du réseau).

Les onduleurs de tension : la source d’entrée est une source de tension, la source de sortie est une
source de courant

On peut classifier les onduleurs selon leur régimes soient triphasé ou monophasé :

On distingue 2 types :

Les onduleurs autonomes : la fréquence des grandeurs de sortie dépend de la commande.

Les onduleurs non autonomes ou assistés : ce qui est différent de l’onduleur assisté où la
fréquence est imposée par la fréquence du réseau).

1,2 Applications : Les onduleurs autonomes sont utilisés :

Alimentation des moteurs synchrones et asynchrones dont on désire faire varier la vitesse.

Transfert d’énergie entre deux réseaux de fréquences différentes

Alimentations de sûreté

1
Cours onduleurs

1,3 Les onduleurs autonomes se classent aussi d’après la forme d’onde de leur tension de sortie :

Onduleurs à onde rectangulaire : L’onde de sortie est rectangulaire. L’amplitude de l’onde de


sortie dépend de la valeur de la tension d’entrée.

Onduleurs en créneaux de largeur variable : L’onde de sortie est constituée par des créneaux
rectangulaires alternatifs et séparés par une zone morte à tension nulle. La tension de sortie
varie si on agit sur la durée des créneaux.

Onduleurs à modulation d’impulsion (PWM) : L’onde de sortie est formée de trains d’impulsions
positifs et négatifs, de largeur et d’espacement variable. La résultante de la forme de sortie se
rapproche d’une sinusoïde.

1,4 Onduleur monophasé en demi pont :

Débit sur charge résistive :

Les deux condensateurs constituent un diviseur de tension. Si leurs capacités sont assez
élevées, la tension aux bornes de chacun serait constante et égale à E/2.

La charge est constituée d’une résistance pure.

• Lorsque le transistor T1 est conducteur, la charge voit une tension Vch=E/2.


• Lorsque le transistor T2 est conducteur, la charge voit une tension Vch=-E/2.

Si les transistors conduisent pendant les mêmes intervalles de temps, la commande est dite
symétrique.
2
Cours onduleurs

La tension Vch est alors rectangulaire. Le courant Ich possède la même forme

Débit sur charge inductive (Charge RL)

On met des diodes en parallèle avec les transistors. Leur rôle est d’assurer la continuité de courant. En
effet, une charge inductive ne supporte pas l’interruption brusque de courant. Ainsi, après le blocage de T1
le courant Ich continue à circuler à travers la diode D2 qui conduit spontanément.

Lorsque le transistor T1 conduit, la charge voit une tension Vch=E/2.

1,5 Onduleur monophasé en pont :

Le montage comprend quatre transistors qui peuvent être utilisés comme interrupteurs électroniques ainsi que
quatre diodes montées en parallèle inverse aux bornes des transistors

Commande symétrique :

Dans le cas d’une commande symétrique, l’amorçage des transistors Th1 et Th4 en même temps, et il en est de
même pour Th2 et Th3. La tension de sortie est rectangulaire, et sa valeur efficace est égale à E.

Lorsque les thyristors Th1 et Th4 sont amorcés, la charge voit Vch=E et le courant augmente exponentiellement
(Charge RL). En bloquant ces derniers (Circuit de commutation forcée), la continuité de courant sera assurée
par les diodes D2 et D3 et la charge voit Vch=-E.

Au passage du courant par 0, on amorce Th2 et Th3. Le courant continue à circuler dans la charge en sens
opposé. En bloquant ces derniers, les diodes D1 et D4 conduisent et Vch=E. Lorsque le courant passe par 0, on
réamorce Th1 et Th4

La tension de sortie est


3
rectangulaire ; sa valeur efficace
est égale à E.
Cours onduleurs
• Commande décalée :

La stratégie de commande est différente ; le but étant de pouvoir obtenir aux bornes de la charge des
paliers à tension nulle. Ainsi les transistors ne sont pas commandés au blocage en même temps.

Les actions de commande de K1 (ouverture/fermeture) sont décalées par rapport à celles qui concernent K3 , et
de même pour K2/K4.

De 0 à t1 : i< 0 et u>0 donc p<0 , la charge fournit donc de la puissance à la source de tension et le
courant passe par D1 et D3 .
On est en phase de récupération d’énergie au niveau de l’alimentation continue.

De t1 à t2 : i >0 et u>0 donc p>0 , la charge reçoit donc de la puissance de la source de


tension et le courant passe par T1 et T3 .
On est en phase d’alimentation normale de la charge.

De t2 à T/2 : i>0 et u=0 , la charge est court-circuitée, c’est une phase de roue libre.
Le courant passe par T3 et D4

De T/2 à t3 : i>0 et u<0 donc p<0 , la charge fournit donc de la puissance à la source
de tension et le courant passe par D2 et D4 .
On est en phase de récupération d’énergie au niveau de l’alimentation

De t3 à t4 : i<0 et u<0 donc p>0 , la charge reçoit donc de la puissance de la source de


tension et le courant passe par T2 et T4 .
On est en phase d’alimentation normale de la charge.

De t4 à T : i<0 et u=0 , la charge est court-circuitée, c’est une phase de roue libre. Le
courant passe par T2 et D1 .

Valeur efficace obtenue en sortie :

4
Cours onduleurs

ONDULEURS TRIPHASES
1- Présentation

La commande en vitesse des machines à champ tournant (machines synchrones et asynchrones)


s’effectue le plus souvent en faisant varier la vitesse de rotation du champ tournant. Pour ce faire,
on agit sur la fréquence f de la tension d’alimentation, ce qui nécessite d’alimenter la machine par
l’intermédiaire d’un onduleur autonome.

Comme la plupart des machines triphasées, on utilise des onduleurs triphasés pour réaliser la
variation de vitesse. En pratique, les machines étant des récepteurs inductifs, fonctionnent comme
des sources de courant, l’onduleur réalise donc la conversion source de tension continu en source
de courant alternatif. Ces machines sont alimentées par un onduleur de tension, à commande
simple ou à modulation de largeur d’impulsions (MLI).

2- Onduleur triphasé de tension en commande simple

Le montage est constitué d’une source de tension continue E réversible en courant. La charge est
généralement une machine à champ tournant se comporte comme une source triphasée de
courants alternatifs (éventuellement supposés sinusoïdaux).

L’onduleur triphasé en constitué de 3 branches d’onduleur comportant deux interrupteurs


commandables à l’ouverture et à la fermeture et de deux diodes branchées en antiparallèle de ces
interrupteurs permettant la bidirectionnalité du courant.

2.1. Schéma du montage

2.2. La commande simple

La commande simple (ou « commande à 120° ») consiste à fermer les interrupteurs de la manière
suivante, ce qui impose la forme d’onde des tensions composées de sorties :

5
Cours onduleurs

Justification de la forme d’onde des tensions simples : Si le système est équilibré on a v1(t) + v2(t) + v3(t) =
0 quelque soit t.

De plus,

u12(t) = v1(t) - v2(t)


u23(t) = v2(t) - v3(t)
u31(t) = v3(t) - v1(t)

Calculons u12(t) - u31(t) = v1(t) - v2(t) - v3(t) + v1(t) = 2v1(t) - (v2(t) + v3(t))
Soit, en remplaçant :

v1(t) = ⅓.[u12(t) - u31(t)]


v2(t) = ⅓.[u23(t) - u12(t)]
v3(t) = ⅓.[u31(t) - u23(t)]