Sie sind auf Seite 1von 12

Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

La dynamique de l'univers
Mohamed Afekir (cpgeafek@gmail.com )
École Royale de l'Air
CPGE - Marrakech

1 Hubble: l'Univers est en expansion

1) Eet Doppler classique (non relativiste) et déplacement vers le rouge


1- a)

xo →

v x
à l'instante to | |
O A

x1 x
à l'instante t1 | |
O A
x1 − xo x1 − xo
v= =
t1 − to T

La 1re impulsion:
xo
• est émise par A à l'instant to et arrive en 0 à l'instant T1 = + to
c
La 2me impulsion:
x1
• est émise par A à l'instant t1 et arrive en 0 à l'instant T2 = + t1
c
La durée séparant les deux impulsions successives:
• émises par A est: T = t1 − to
v
• reçues en O est: T 0 = T2 − T1 = T + T
c
Soit:
0 v 
T =T 1+
c
1- b)
v
λ = cT et 0
λ = cT 0
⇒ 0
λ =λ 1+
c
1- c)

λ0 − λ v
z= =
λ c
z est, alors, directement relié à la vitesse v de la galaxie.
2) La constante de Hubble Ho

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 1 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

2- a) La dimension de Ho est l'inverse d'un temps: [Ho ] = T −1 .


2- b)
70 × 10−6 −1
Ho = 70 km.s−1 .M pc−1 = 16
s = 2, 3 × 10−18 s−1
3, 09 × 10
3) On considère deux galaxies A et O0 en présence de la Voie lactée centrée en O.
−→ → Galaxie A
OA = −rA •
−−→0 →−
OO = r O0 →

−−→ →
− rA
O0 A = R A


RA

la Voie lactée en 0 • →

r O0

Galaxie O0
La loi de Hubble s'écrit (par rapport à 0):
• pour la galaxie A


v A = Ho →

rA
• pour la galaxie O0


v O0 = Ho →

r O0
On note par Ro le repère lié à O et par R0 le repère lié à O0 ; la loi de composition du mouvement
appliquée à la galaxie A dans Ro et R0 permet d'écrire:


v A/Ro = →−
v A/R0 + →−v O0 /Ro

− →
− →

v A = v A/O0 + v O0

−v A/O0 = →

vA−→ −v O0
= Ho r A − Ho →

− −r O0

− →

= Ho ( r A − r O0 )


= Ho R A

− →

v A/O0 = Ho R A : la loi de Hubble est, alors, compatible avec le principe cosmologique.

4) r(t) = a(t)χ et v = H(t)r(t)


dr(t) da(t) r(t) da(t) 1 da(t) d ln a(t) ȧ(t)
v= =χ = ⇒ H(t) = = =
dt dt a(t) dt a(t) dt dt a(t)

2 Evolution du paramètre d'échelle a(t) en cosmplogie new-

tonienne

5) Gravitation newtonienne
Les équations locales:
div→

g = −4πGρ(→

r)
−→→ →

rot−
g = 0

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 2 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

6) Le principe fondamental de la dynamique appliqué à la galaxie A, de masse m (soumise sous




l'action de la force gravitationnel f g ), dans le référentiel centré sur la Voie lactée O:
d2 →

r →
− mMO − d2 →

r GMO − 4
m 2
= f g = −G 3 → r (t) ⇒ 2
=− 3 → r (t) = − Gπρ→

r (t)
dt r (t) dt r (t) 3


− →
− 4
r (t) = a(t)→

χ ⇒ χ = − Gπρa(t)→
r̈ (t) = ä(t)→
− −
χ
3
Soit:
4
ä(t) = − Gπρa(t) (1)
3

7) La masse Mr :
4
Mr = πρ(t)r3 (t)
3
Mais cette masse se conserve (pas d'évolution dans le temps ): Mr (t) = Mr (to ); soit:
 3
ao
3 3
ρ(t)r (t) = ρ(to )r (to ) ⇒ 3
ρ(t)a (t) = ρo a3o ou ρ(t) = ρo
a(t)

8) L'équation(1) et la question 7) donnent:


4 ρo a3o
ä(t) = − Gπ 2
3 a (t)
4 ρ o a3
ȧ(t)ä(t) = − Gπ 2 o ȧ(t)
3 a (t)
   
d 1 2 4 3 d 1
ȧ (t) = Gπρo ao
dt 2 3 dt a(t)
soit:
ρo a3o ρo a3o
 
d 1 2 4 1 2 4
ȧ (t) − Gπ =0 ⇒ ȧ (t) − Gπ est une constante du mouvement
dt 2 3 a(t) 2 3 a(t)
ou:
8 ρo a3o
ȧ2 (t) − Gπ =K
3 a(t)
1
Interprétation: multiplions les deux termes de l'égalité par mχ2 ;
2
1 1 8 ρo a3o 1
mχ2 ȧ2 (t) − mχ2 Gπ = mχ2 K
2 2 3 a(t) 2
1 2 4 ρo r3 1
r(t) = a(t)χ ⇒ mṙ (t) − Gmπ o = mχ2 K
|2 {z } | 3 {z r(t)} |2 {z }
Ec Ep Em

1
Ec = mṙ2 (t): énergie cinétique de la galaxie.
2
4 ρo r 3 GMo m 4
Ep = − Gmπ o = − : énergie potentielle de la galaxie; avec Mo = πro3 ρo .
3 r(t) r(t) 3
1
Em = mχ2 K ne peut être que l'énergie mécanique de la galaxie; avec K > 0, < 0 ou nulle.
2

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 3 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

◦ si K < 0; Em < 0: la galaxie est dans un état lié et l'expansion s'arrête! (modèle elliptique de
l'Univers ).
◦ si K > 0; Em > 0: la galaxie est dans un état libre et l'expansion se poursuit! (modèle
hyperbolique de l'Univers ).
◦ si K = 0; Em = 0: la galaxie est dans un état libre et l'expansion se poursuit! (modèle
parabolique de l'Univers ).
9) La constante K = K(t) = K(to ), donc:
8 ρo a3o 8 ρo a3o 8
ȧ2 (t) − Gπ = ȧ2 (to ) − Gπ = ȧ2 (to ) − Gπρo a2o
3 a(t) 3 a(to ) 3

ȧ(t) ȧo
Or H(t) = ⇒ Ho =
a(t) ao

ρo a3o
 
2 8 2 2 8 2 2 2 8
ȧ (t) − Gπ = ao Ho − Gπρo ao = ao Ho − Gπρo
3 a(t) 3 3

L'équation s'écrit, alors:

ȧ2 8 ρo a3o a2o


 
2 8
− Gπ 3 = 2 Ho − Gπρo (3)
a2 3 a a 3

10) Univers vide ρo = 0:


ȧ2 a2o 2
= H ⇒ ȧ = ao Ho
a2 a2 o
⇒ a(t) = ao − ao Ho (t − to )

1
a(t0 ) = 0 ⇔ t0 = − + to
Ho

a(t)

ao

a(t) = ao [−Ho (t − to )]

t
t0 to
To = to − t0

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 4 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

L'age actuel d'un Univers vides est:


1
To = to − t0 =
Ho
Application numérique:
To = 1, 40 × 1010 ans
Interprétation: A l'instant t0 , la galaxie A et la voie Lactée O étaient confondues. C'est à cet "date "
que commençait l'expansion!
11) L'Univers ne peut pas être en expansion si et seulement si Em < 0. (Cf. question 8) ) soit:

8πGρo 3Ho2
Ho2 − <0 ou ρo > ρc =
3 8πG

Application numérique:
ρc = 9, 2 × 10−27 kg.m−3
Commentaire: L'équivalent de ρc en termes de masse volumique ou concentration de nucléons est:
ρc
= 5, 5 nucléons (protons et neutrons) par mètre cube
mp

Valeur très faible; l'Univers présente, alors, plus d'espace vide!!


12) Univers critique: ρo = ρc , l'équation de Friedmann-Lemaître s'écrit;
r r
2 8 ρo a3o 8 ρo a3o √ 8 ρo a3o
ȧ = Gπ ⇒ ȧ = Gπ ⇒ ada = Gπ dt
3 a 3 a 3 a
3Ho2 √ p 2 3/2 p
ρo = ρc = ⇒ ada = Ho2 a3o dt ⇒ a = Ho2 a3o t + Cte
8πG 3
2 3/2 p 2 p
a = Ho2 a3o t + ao3/2 − Ho2 a3o to
3 3
2 3/2
= a + Ho ao3/2 (t − to )
3 o
Soit l'évolution de a(t):
 2/3
3
a(t) = ao 1 + Ho (t − to )
2
L'age Tunivers de de cet Univers est:
2
Tunivers = to − t” telle que a(t”) = 0 ou t” = to −
3Ho
2
=
3Ho
2
= To
3
Application numérique:
Tunivers = 9, 3 × 109 ans

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 5 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

13) Coordonnées réduites:


dτ dx dx
τ = Ho t ⇒ = Ho et ẋ = = Ho
dt dt dτ
3Ωo Ho2 8πG
ρo = Ωo ρc = ⇒ ρo = Ωo Ho2
8πG 3
 2
ȧ2 ẋ2 Ho2 dx a2o 1
a = xao ⇒ 2
= 2
= 2
et 2
= 2
a x x dτ a x

L'équation de Friedmann-Lemaître s'écrit, alors:


 2
dx Ωo
− = 1 − Ωo
dτ x

14)
14- a) La constante K de la question 8) s'écrit (en fonction des coordonnées réduites ):
 
8πG
K= a2o 2
Ho − ρo = a2o Ho2 (1 − Ωo )
3

• L'Univers est ouvert pour K > 0 ou Ωo 6 1; c'est le cas pour Ωo = 0, Ωo = 0, 5 et Ωo = 1.

• L'Univers est fermé pour K < 0 ou Ωo > 1; c'est le cas pour Ωo = 3.

• Pour l'interprétation Cf. la question 8) .

14- b) L'expansion de l'Univers fermé (Ωo = 3) après qu'il ait atteint son maximum , commence
par s'inverser et l'Univers tend à s'eondre sur lui-même après à peu près trois fois l'instant présent
(a = 0: Big Crunch )!!!
Après le maximum d'expansion, le paramètre d'échelle varie de la même façon qu'avant le maximum
mais de signe opposé (évolution symétrique ): tous ce passe comme si l'Univers se reconstruit comme
dans le passé!
14- c) On pourra penser qui c'est à cause de la gravité que l'expansion de l'Univers ralentie à
cause d'une dominance de la matière et donc de l'attraction gravitationnelle!
ρ
14- d) La gure est un réseau de courbes correspondantes à diérentes valeurs de Ωo = o .
ρc
Chacune de ces courbes prennent comme point de "départ " aux instants diérentes: l'age de l'univers
dépend, alors, de ρo ; l'age décroît avec ρo , on peut l'estimer par:
est
Tunivers = To × f (ρo ) !!
|{z} | {z }
ageactuel fonction de ρo

3 De quoi est constitué l'Univers

3- 1 La matière baryonique et la matière noire


15) ΩM = 0, 05 + 0, 26 = 0, 31 < 1: il s'agit d'un Univers ouvert !

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 6 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

16) L'équation de Friedmann-Lemaître:


ȧ2 ρ o a3 a2o
 
8 8
− Gπ 3 o 2
= 2 Ho − Gπρo
a2 |3 {z a } a 3
| {z }
8πG K
ρ question 7) question 8)
3 a2
D'où:
ȧ2 8 K
2
= Gπρ + 2 (5)
a 3 a

3- 2 Inuence de la matière relativiste et du rayonnement sur l'équation


de Friedmann-Lemaître
u = ρc2 = (ρM + ρR )c2

4 Thermodynamique de l'Univers

17)

◦ 1r principe de la thermodynamique: dU = δQ − P dV . U énergie interne de l'Univers.

◦ évolution adiabatique (pas d'échange d'énergie thermique ): δQ = 0

dU dV
et −P
dr dr
4 4
V = πr3 et U = uV = πr3 u
 3  3
dU 4 du dV 4
= π 3r2 u + r3 et = π3r2
dr 3 dr dr 3

Soit:
du
3r2 u + r3 = −3P r2
dr
ou:
du 3
+ (u + P ) = 0
dr r
18) L'équation précédente pourra s'écrire:
3 du 3 dr
du + dr(u + P ) = 0 et + (u + P ) = 0
r dt r dt
r(t) = a(t)χ et u = ρc2

Soit;
dρ 3 da 2
c2 + (ρc + P ) = 0
dt a dt
ou:  
dρ 3 da P
+ ρ+ 2 =0 (6)
dt a dt c

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 7 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

19)
ρo a3o
 a 3    
o ȧ ȧ
ρM (t) = ρo ⇒ ρ̇M (t) = ρo a3o −3 4 = 3 −3
a a a a
ȧ(t)
ρ̇M (t) = −3ρM
a(t)

20)
 
dρM 3 da PM ȧ(t)
+ ρM + 2 = 0 et ρ̇M (t) = −3ρM ⇒ PM = 0
dt a dt c a(t)

5 Le rayonnement et la matière relativiste

21) Considérons un gaz parfait monoatomique constitué de N atomes d'énergie cinétique indi-
viduelle εc . L'énergie interne du gaz est:
3
U = N < εc >= uV avec < εc >= kB T (théorème de l'équipartition de l'énergie )
2
d'où:
3N 3 nNa 3 nRT 3
P V = nRT et N = nNa ⇒ u= kB T = kB T = = P
2V 2 V 2 V 2
3P 2u
u= ou P =
2 3
22) ρem vérie l'équation:
ρem c2
 
ȧ Pem
ρ̇em + 3 ρem + 2 =0 avec Pem =
a c 3
soit;
dρem da
= −4 ⇒ ρem (t)a4 (t) est une constante du temps
ρem a
 a 4
o
ρem (t)a4 (t) = ρem (to )a4 (to ) ⇒ ρem (t) = ρemo
a
23) La densité:
 a 3  a 4
ρ = ρM + ρR avec ρM (t) = ρM o
o
et ρR (t) = ρRo
o
a a
L'équation de Friedmann-Lemaître:
ȧ2 8 K
2
= Gπρ + 2
a 3 a
ȧ2 8 K
2
= Gπ(ρM + ρR ) + 2
a 3 a
2
  a 4  K
ȧ 8  ao  3
o
2
= Gπ ρM o + ρRo + 2
a 3 a a a

ȧ2 8  a 3 h
o
 a i K
o
2
= Gπ ρM o + ρRo + 2
a 3 a a a

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 8 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

24) L'expansion de l'univers sera ralentie si la vitesse v = ṙ(t) d'expansion diminue! ou r̈(t) < 0.
Il en est de même pour ȧ(t) et ä(t) respectivement.
De l'équation précédente, on en déduit:
8Gπa3o h ρM o ρRo ao i 8Gπa3o h ρM o ρRo ao i
ȧ2 = + +K ⇒ 2ä = − + 2
3 a a 3 a2 a3
On remarque que ä(t) est négative (a(t) est concave). Donc, ȧ(t) (et par conséquence la vitesse
v(t)) décroît! L'expansion de l'Univers en question est toujours ralentie.

6 L'énergie noire

6- 1 Mesure du paramètre d'accélération


 qo 2  äo ao
a(t) = ao 2
1 + Ho (t − to ) − Ho (t − to ) + ... avec qo = −
2 ȧ2o

25)

25-a)

An An+1 = −a(t)dχ ; (dχ < 0)


25-b)

An An+1 = cdt ⇒ −a(t)dχ = cdt


25-c)
Z 0 Z t2
cdt cdt
dχ = − ⇒ dχ = − = −χA
a(t) χA t1 a(t)
d'où: Z t2
cdt
χA = (8)
t1 a(t)

26) Déplacement vers le rouge d'une source lointaine

26-a) χA est la coordonnée de la source, qui est supposée au repos dans l'espace:
Z t2 Z t2 +δt2
dt dt
=
t1 a(t) t1 +δt1 a(t)
Z t1 +δt1
dt
On ajoute aux deux termes de l'égalité l'intégrale :
t2 a(t)
Z t1 +δt1 Z t2 Z t2 +δt2 Z t1 +δt1
dt dt dt dt
+ = +
t2 a(t) t1 a(t) t1 +δt1 a(t) t2 a(t)
Z t1 +δt1 Z t2 +δt2
dt dt
=
t1 a(t) t2 a(t)

Par hypothèse, le paramètre d'échelle a(t) n'a pas le temps de varier entre t1 et t1 + δt1 ou entre t2
et t2 + δt2 . On en déduit:
Z t1 +δt1 Z t2 +δt2
1 1 δt1 δt2
dt = dt ⇒ =
a(t1 ) t1 a(t2 ) t2 a(t1 ) a(t2 )

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 9 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

26-b)

λ λ0
cδt1 = λ et cδt2 = λ0 ⇒ =
a(t1 ) a(t2 )
26-c)

d'où
λ λ 0
λ 0
a(t2 ) le résultat!
= ⇒ = càd même facteur de dilatation
a(t1 ) a(t2 ) λ a(t1 )
hc hc
26-d) E = hν = et E 0 = hν 0 = 0 . Entre les instants to et t1 :
λ λ
E0 λ a(t1 )
= 0 =
E λ a(to )
4
26-e) E = uV = πχ3 a3 u ⇒ E ∝ a3 u. Toujours entre les instants to et t1 :
3
E0 a(to )uo a(t1 )  a 4
o
= = ⇒ u = uo
E a(t1 )u a(to ) a
Résultat similaire à celui vérié par ρ dans la question 22).
26-f ) Entre les instants to et t1 :
λ0 − λ λ0 ao ao
z= = −1= −1 ⇒ 1+z = (9)
λ λ a(t1 ) a(t1 )
27)

27-a)

• A émet N photons d'énergie moyenne E entre les instants t1 et t1 + δt1 : soit pendant δt1 .
L'énergie rayonnée par A:
Eray = N E
• La luminosité L est la puissance totale rayonnée par A: c'est l'énergie rayonnée par A pendant
δt1 . Alors:
Eray NE
L= =
δt1 δt1
27-b)

• La luminosité L0 reçue en O:
0
0 NE
L =
δt2
• La puissance ps par unité de surface reçue en O:
0
L0 NE
ps = =
4πR2 4πR2 δt2
0
E a(t1 ) δt1 δt2
• Par ailleurs: R = a(t2 )χA , = et = ; d'où:
E a(t2 ) a(t1 ) a(t2 )
La2 (t1 )
ps =
4πa4 (t2 )χ2A

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 10 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures
L
27-c) De la relation ps = on en déduit:
4πd2L

la connaissance de ps et de L
s
L
dL = permet, alors, de déterminer dL
4πps

Expression de la distance de luminosité dL :

La2 (t1 ) L a2 (t2 )χA


ps = 2
= ⇒ dL =
4πa4 (t2 )χA 4πd2L a(t1 )

Entre to et t1 :
a2o χA ao
dL = et 1+z = ⇒ dL = (1 + z)ao χA
a(t1 ) a(t1 )

Des deux expressions:


dL ao R(to ) dL
= ao χA = R(to ) et 1+z = = ou R(t1 ) =
1+z a(t1 ) R(t1 ) (1 + z)2

On conclut que la connaissance de dL et de redshift z de A permettent de déterminer les distances


R(t1 ) et R(to ).
6- 2 La constante cosmologique et l'énergie noire
ȧ2 8πGρ K Λc2
= + 2+ (10)
a2 3 a 3
28) La constante cosmologique

28-a) La dimension de la constante cosmologique Λ est l'inverse d'une surface; soit [Λ] = L−2 .
28-b) L'équation (10):
ȧ2 8πGρ K Λc2
= + +
a2 3  a2 3
8πG Λc2 K
= ρ+ + 2
3 8πG a
8πG K
= (ρ + ρΛ ) + 2
3 a
Λc2
ρΛ =
8πG

28-c) Densité d'énergie:


Λc4
uΛ = ρΛ c2 =
8πG
29) L'énergie noire

Λc4
29-a) La densité uΛ = ρΛ c2 = d'énergie est indépendante du temps: l'énergie noire ne se
8πG
dilue pas!

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 11 / 12


Ecole Polytechnique PHYSIQUE::MP::2019 Ecoles Normales Supérieures

29-b) Les coordonnées réduites de densités de masse:


ρΛ Λc2 8πG  a 3
o 8πG  a 4
o
ΩΛ = = ; ΩM = ρ Mo ; ΩR = ρ Ro
ρc 3Ho2 2
3Ho a 2
3Ho a

L'équation (10):
ȧ2 8πGρ K Λc2
= + +
a2 3  a2 3
Λc2

8πG K
= ρM + ρR + + 2
3 8πG a
Λc2
 
8πG  ao  3  ao  4 K
= ρM o + ρRo + + 2
3 a a 8πG a

 3  4
Λc2 2
 
2 8πG ao ao
ȧ = ρM o + ρRo + a +K
3 a a2 8πG
 3  4
Λc2
 
8πG ao ao
2ä = 2
−ρM o 2
− 2ρRo 3
+2 a Ho2
3Ho a a 8πG
2
= Ho a [−ΩM − 2ΩR + 2ΩΛ ]
à l'instant présent; 2äo = Ho2 ao [−ΩM − 2ΩR + 2ΩΛ ]

L'expansion de l'Univers est accéléré à l'instant présent si et seulement si:


−ΩM − 2ΩR + 2ΩΛ > 0 ou 2ΩΛ > ΩM + 2ΩR

Au terme de la densité de masse:


2ρΛ > ρM + 2ρR
Si on envisage un Univers vide (ρM = 0 et ρR = 0):
Λc2
ρΛ > 0 et ρΛ = ⇒ Λ>0
8πG
Λc2
29-c) La densité de masse ρΛ = est indépendante du temps!. D'après l'équation (6) de la
8πG
question 18):
PΛ Λc4
ρΛ + =0 ⇒ PΛ = −ρΛ c2 = −
c2 8πG
29-d) ä étant positif (et, donc l'accélération ); l'interaction est, alors, répulsive !

M. Afekir (cpgeafek@gmail.com) Page 12 / 12