Sie sind auf Seite 1von 20

Italienisches Liederbuch

Italian Songbook
Livre de lieder italiens

Catherine Robbin — mezzo-soprano


Daniel Lichti — bass-baritone / baryton-basse
Leslie De’Ath — piano

1. Auch kleine Dinge können uns entzücken (Even little things


can delight us / Même les petites choses peuvent nous enchanter) C. Robbin 2:12

2. Nicht länger kann ich singen


(No longer can I sing / Je ne peux plus chanter) D. Lichti 1:04

3. Schweig einmal still (Be silent / Tais-toi) C. Robbin 0:58

4. O wüßtest du, wie viel ich deinetwegen (Oh, if you knew how much I’ve suffered
for your sake / Oh, si tu savais combien j’ai souffert pour toi) D. Lichti 1:28

5. Wer rief dich denn ? (Who has called you? / Qui t’a appelé ?) C. Robbin 1:03

6. Hoffärtig seid Ihr, schönes Kind


(You are haughty, lovely maid / Vous êtes orgueilleuse, belle enfant) D. Lichti 0:44

7. Was soll der Zorn, mein Schatz


(Why all this wrath, my dear / Pourquoi la colère, mon trésor) D. Lichti 1:37

8. Wie soll ich fröhlich sein (How can I be gay / Comment puis-je être gai) D. Lichti 1:25

9. Verschling’ der Abgrund meines Liebsten Hütte


(Oh, may my lover’s cottage be engulfed in an abyss /
Qu’un gouffre engloutisse la maisonnette de mon bien-aimé !) C. Robbin 1:23

10. Gesegnet sei, durch den die Welt entstund (Blessed be He who made the world /
Loué celui par qui le monde fut créé !) D. Lichti 1:16
11. Ich esse nun mein Brot nicht trocken mehr (I do not eat my bread unmoistened
anymore / Je ne mange plus mon pain que mouillé de larmes) C. Robbin 1:38

12. Nun laß uns Frieden schließen


(Now let us make peace / À présent, faisons la paix) D. Lichti 1:44

13. Wenn du, mein Liebster, steigst zum Himmel auf (If you, my
love, ascend to Heaven / Quand, bien-aimé, tu monteras au ciel) C. Robbin 1:28

14. Wir haben beide lange Zeit geschwiegen (We both kept silence for
a long time / Nous avons tous deux passé longtemps en silence) C. Robbin 1:54

15. Was für ein Lied soll dir gesungen werden (What kind of song
could I sing to you / Quelle sorte de chanson devrais-je te chanter) D. Lichti 1:59

16. Mein Liebster singt am Haus (My lover is singing before my house /
Mon amoureux chante devant la maison) C. Robbin 1:19

17. Selig ihr Blinden


(Happy are you, blind ones / Heureux, vous, les aveugles) D. Lichti 1:50

18. Wohl kenn’ ich Euren Stand


(How well I know your rank / Je connais bien votre rang) D. Lichti 2:07

19. Benedeit, die sel’ge Mutter


(Bless the happy mother / Bénie l’heureuse mère) D. Lichti 4:32

20. Man sagt mir, deine Mutter wollt’ es nicht (I am told your
mother does not agree / On me dit que ta mère ne veut pas) C. Robbin 1:01

21. Sterb’ ich, so hüllt in Blumen meine Glieder (And when I die, make me
a shroud of flowers / Si je meurs, recouvrez de fleurs mes membres) D. Lichti 1:54

22. Mir ward gesagt (I have been told / On m’a dit) C. Robbin 1:37
23. Und willst du deinen Liebsten sterben sehen (And would you
see your sweetheart die / Et si tu veux voir mourir ton amoureux) D. Lichti 2:00

24. Schon streckt’ ich aus im Bett


(I have already stretched / Déjà j’étirais sur le lit) D. Lichti 1:41

25. Heut’ Nacht erhob ich mich um Mitternacht


(Last night I rose at midnight / Cette nuit, je me suis levée à minuit) D. Lichti 1:44

26. Heb’ auf dein blondes Haupt (Lift your fair head / Lève ta tête blonde) D. Lichti 1:40

27. O wär’ dein Haus durchsichtig wie ein Glas (I wish your house were transparent
as glass / Je voudrais que ta maison soit transparente comme du verre) C. Robbin 1:30

28. Und steht Ihr früh am Morgen auf


(When early at dawn you rise / Et quand, au petit matin, vous quittez) D. Lichti 2:39

29. Gesegnet sei das Grün (Blessed be the green / Béni le vert) C. Robbin 1:21

30. Daß doch gemalt all’ deine Reize wären (Oh, had all your loveliness
been painted / Si on avait peint tous tes attraits) D. Lichti 1:35

31. Wenn du mich mit den Augen streifst (When you glance at me with
your laughing eyes / Quand tu me regardes du coin de tes yeux rieurs) D. Lichti 1:32

32. Ihr jungen Leute (Listen, boys / Vous, jeunes gens) C. Robbin 1:12

33. Der Mond hat eine schwere Klag’ erhoben (The moon has
made a bitter complaint / La lune s’est plainte amèrement) D. Lichti 2:00

34. Du denkst mit einem Fädchen mich zu fangen (You think you can
catch me with a single thread / Tu crois m’attraper avec un simple fil) C. Robbin 1:01
35. Geselle, woll’n wir uns in Kutten hüllen (Friend, shall we don
the monkish garb / Compagnon, revêtirons-nous la robe du moine) D. Lichti 2:14

36. Mein Liebster ist so klein


(My true love is so small / Mon bien-aimé est si petit) C. Robbin 1:27

37. Ein Ständchen Euch zu bringen


(I came hither to serenade you / Pour vous donner la sérénade) D. Lichti 1:10

38. Nein, junger Herr (No, Master / Non, jeune monsieur) C. Robbin 0:48

39. Ihr seid die Allerschönste


(You are the most beautiful / Vous êtes la plus belle) D. Lichti 1:31

40. Wie lange schon war immer mein Verlangen (How long has it been my desire /
Qu’il y a longtemps, déjà, que je souhaite) C. Robbin 2:12

41. Wie viele Zeit verlor ich dich zu lieben ! (How much time I lost in loving you ! /
Quel temps j’ai perdu à t’aimer !) D. Lichti 1:38

42. Mein Liebster hat zu Tische mich geladen (My lover has invited me to dinner /
Mon bien-aimé m’a invitée à dîner) C. Robbin 0:53

43 Ich ließ mir sagen und mir ward erzählt


(I was told, and it was related / Je me suis laissé dire et raconter) C. Robbin 1:35

44. Du sagst mir, daß ich keine Fürstin sei (You tell me I am no princess /
Tu me dis que je ne suis pas une princesse) C. Robbin 1:04

45. Laß sie nur gehen, die so die Stolze spielt (Just let her go, who acts so proud /
Laissez-la s’en aller, celle qui agit avec tant de vanité) D. Lichti 1:22

46. Ich hab’ in Penna einen Liebsten wohnen


(I have a love who lives in Penna / J’ai à Penna un amoureux) C. Robbin 0:55
Catherine Robbin, mezzo-soprano

One of Canada’s best-known mezzo-sopranos, Mezzo-soprano parmi les plus connues au Canada et
Catherine Robbin has established an international invitée de chefs renommés, Catherine Robbin a séduit
reputation since her debut in 1972, performing with les publics tant au Canada qu’à l’étranger depuis
leading conductors throughout the world. Ms. Robbin’s ses débuts en 1972. Au cours des 30 années de son
illustrious thirty-year performing career included per- illustre carrière, elle a chanté dans les plus grandes
formances and recordings with conductors John Eliot salles de concert, de Rome à Tokyo, et enregistré avec
Gardiner, Trevor Pinnock, Christopher Hogwood, des chefs tels John Eliot Gardiner, Trevor Pinnock,
Bernard Labadie, John Nelson, Andrew Davis and many Christopher Hogwood, Bernard Labadie, John Nelson
others, in concert halls from Rome to Tokyo. She is et Andrew Davis. Sa palette vocale se veut large, mais
at ease in a wide range of vocal music but is par- elle est spécialement saluée pour ses interprétations
ticularly noted for her interpretations of Baroque and des répertoires baroque et romantique.
Romantic repertoire.
Depuis qu’elle s’est retirée de la scène, Catherine
Since her retirement from a performing career, Robbin est directrice du programme d’études vocales à
Catherine Robbin has been the director of classical l’Université York à Toronto, nouvelle carrière qu’elle
vocal studies at York University in Toronto, a new apprécie tout particulièrement. Ces jours-ci, elle chante
career which she relishes. These days she performs dans des concerts de professeurs et quelques rares
only in faculty concerts and occasional benefits. concerts-bénéfice. Sa décision d’enregistrer l’Italie-
Her decision to record Italienisches Liederbuch was nisches Liederbuch s’est faite de façon spontanée
made impulsively and with great joy. et ludique.
Aside from her activities at York University, Ms. En plus d’assumer ses fonctions à l’Université York,
Robbin is often called upon to adjudicate and give Mme Robbin accepte souvent de faire partie de jurys
masterclasses at universities across Canada and for et de donner des classes de maîtres dans les uni-
young artists’ intensive programmes, such as versités canadiennes et lors de programmes inten-
Toronto’s Summer Opera Lyric Theatre. Catherine is sifs pour jeunes artistes tels que le Summer Opera
President of the Canadian Aldeburgh Foundation, an Lyric Theatre de Toronto. Elle est présidente de la
organization that supports young Canadian artists Fondation Aldeburgh du Canada, une organisation
studying and performing in the Britten-Pears Young qui soutient les jeunes artistes canadiens faisant
Artist programme in the UK. She is a director of Roy leurs études dans le cadre du Programme pour
Thomson Hall, president of the Ontario Chapter of the jeunes artistes Britten-Pears au Royaume-Uni. Elle
National Association of Teachers of Singing and an est directrice du Roy Thomson Hall, présidente du
honorary patron of the Toronto Children’s Chorus, the bureau ontarien de l’Association nationale de pro-
Women’s Musical Club of Toronto and the Aldeburgh fesseurs de chant et mécène honorifique du Toronto
Connection. Throughout her career, Ms. Robbin has Children’s Chorus, du Women’s Musical Club of
been the recipient of numerous awards and honours, Toronto et d’Aldeburgh Connection. Tout au long de
including a Juno Award, a Grand Prix du Disque and sa carrière, l’excellence de Mme Robbin lui a valu de
a Grammy nomination. nombreux prix et honneurs, dont un Juno, un Grand
Prix du disque et une nomination aux Grammys.

6
Daniel Lichti, bass-baritone / baryton-basse

Acclaimed as one of Canada’s finest concert and Reconnu comme l’un des meilleurs chanteurs de
oratorio singers, bass-baritone Daniel Lichti is also no concert et d’oratorio au Canada, le baryton-basse
stranger to the operatic stage. He continues to per- Daniel Lichti est aussi un habitué de la scène lyrique.
form internationally with prominent orchestras and Il se produit partout au monde avec des orchestres
choral organizations and is a popular guest at many et des chœurs de grande réputation, de même qu’en
Bach festivals. A seasoned recitalist, he is a member tant qu’invité de nombreux festivals dédiés à Bach.
of Piano Plus, an outstanding group of Canadian Récitaliste aguerri, il est membre de Piano Plus, un
musicians who offer concerts and masterclasses in regroupement remarquable de musiciens du Canada
remote, culturally under-serviced Canadian towns and offrant des concerts et des cours de maître dans des
regions. He is often heard on the CBC, has sung for the communautés canadiennes éloignées où l’accès à la
BBC, and has been filmed in concerts seen regularly culture est restreint ou inexistant. On peut l’entendre
across Europe and North America. He was appointed régulièrement sur les ondes de la CBC, de même
to the Faculty of Music at Wilfrid Laurier University as que sur la BBC ; plusieurs de ses concerts ont en
an Associate Professor in 1998 and is often invited outre été télédiffusés en Europe et en Amérique du
to give masterclasses at many North American uni- Nord. M. Lichti est professeur associé à la Faculté de
versities, as well as in Argentina and Europe. musique de l’université Wilfrid Laurier depuis 1998,
puis est souvent invité à donner des cours de maître
Among his many performances of Winterreise, Lichti dans de nombreuses universités nord-américaines,
has sung this cycle for Festival Canada (Ottawa), a ainsi qu’en Argentine et en Europe.
CBC broadcast from Toronto, Temple Square Concerts
in Salt Lake City, Utah, in the Manoel Theatre in Parmi ses nombreuses prestations du Winterreise,
Valletta, Malta, and most recently in the style of M. Lichti a chanté ce cycle pour le Festival Canada
a Schubertiade in Kfar Vradim, Israel. The work of (Ottawa), lors d’une radiodiffusion de la CBC depuis
Hugo Wolf has also figured prominently in M. Lichti’s Toronto, au Temple Square Concerts à Salt Lake City
recitals, from Lieder transcriptions with the Penderecki (Utah), au Théâtre Manoel de La Valette à Malte et,
String Quartet, to the inclusion of several of the songs plus récemment, dans le style des Schubertiades,
from the Italienisches Liederbuch in a widely-toured à Kfar Vradim en Israël. M. Lichti a revisité l’œuvre
duo recital program entitled “Songs of Venus and d’Hugo Wolf à de nombreuses reprises en récital, que
Mars” with mezzo-soprano Catherine Robbin and ce soit en chantant des transcriptions de Lieder avec
pianist Leslie De’Ath. le Quatuor à cordes Penderecki ou en interprétant
plusieurs pages de l’Italienisches Liederbuch lors de
Mr. Lichti recently appeared as a Coach / Adjudicator l’importante tournée « Chants de Vénus et Mars »,
on the Gemini Award winning BRAVO-TV series donnée en collaboration avec la mezzo-soprano
Bathroom Divas. He was nominated for a Juno Award Catherine Robbin et le pianiste Leslie De’Ath.
in 1992 for Songs of Hugo Wolf in the Category
“Best Classical Album : Solo or Chamber Ensemble”. M. Lichti a récemment été juge et coach vocal pour
la série télévisée de BRAVO-TV Bathroom Divas,
récipiendaire d’un prix Gemini. Il a été nominé en
1992 pour un Juno pour Songs of Hugo Wolf dans
la catégorie « Meilleur album classique : soliste ou
musique de chambre ».
7
Leslie De’Ath, piano

Leslie De’Ath is a Canadian pianist, conductor, Le pianiste, chef d’orchestre, auteur, chambriste,
author, chamber player, vocal coach and accompan- coach vocal et accompagnateur canadien Leslie
ist, who enjoys a varied career as both performer and De’Ath jouit d’une carrière fort variée tant comme
pedagogue. Mr. De’Ath is a Professor in the Faculty interprète que comme pédagogue. Monsieur De’Ath
of Music at Wilfrid Laurier University in Waterloo, est professeur agrégé à la Faculté de musique de
Ontario, where he has taught since 1979. There, he l’Université Wilfrid Laurier à Waterloo, en Ontario,
is a studio piano instructor, Music Director of the depuis 1979. Il y enseigne le piano, la diction lyrique
Opera Program, and teaches lyric diction and piano et la littérature de piano et est directeur musical
literature. He has conducted over 30 operas in the du programme d’opéra. Depuis 1991, il a dirigé
Faculty’s Opera Program since 1991, including the plus de 30 opéras dans le programme d’opéra de
Canadian premiere of Louis Aubert’s La Forêt bleue. la Faculté, dont la création canadienne de La Forêt
bleue d’Aubert.
A significant research interest is the area of phonet-
ics and lyric diction for singers, and he has published L’un de ses principaux domaines de recherche est la
many articles in that field as well as in piano literature. phonétique et la diction lyrique pour les chanteurs ; il
He is an Associate Editor of the Journal of Singing and a d’ailleurs consacré de nombreux articles au sujet,
is in charge of the column “Language and Diction”. ainsi qu’à la littérature de piano. Il est l’éditeur adjoint
du périodique Journal of Singing, tout en étant res-
Mr. De’Ath has recorded the complete piano music ponsable de la chronique sur la langue et la diction.
of Cyril Scott on nine CDs, and is in the process
of recording the complete piano music of Florent Monsieur De’Ath a enregistré en 9 CD l’intégrale
Schmitt. His solo discography also includes the eight de l’œuvre pour piano de Cyril Scott et poursuit
piano sonatas of Algernon Ashton, and two albums sur disque l’intégrale de la musique pour piano de
of Billy Mayerl favourites. Florent Schmitt. Sa discographie comprend aussi les
huit sonates pour piano d’Algernon Ashton et deux
He and Daniel Lichti are also featured on an Analekta albums des grands succès de Billy Mayerl. Il accom-
release (AN 2 9921) of Schubert’s Winterreise. pagne également le chanteur Daniel Lichti dans le
He has been heard on numerous occasions on CBC, Winterreise de Schubert (AN 2 9921).
as soloist, chamber musician and accompanist. He has On a pu l’entendre à de nombreuses reprises sur
been the regular keyboard player with the Canadian les ondes de Radio-Canada, en tant que soliste,
Chamber Ensemble and the Kitchener-Waterloo chambriste et pianiste collaborateur. Il est le pia-
Symphony since 1979, and has recorded and been niste attitré du Kitchener-Waterloo Symphony et du
featured soloist with both groups on many occa- Canadian Chamber Ensemble depuis 1979, enregis-
sions, both at home and on tour. An active chamber trant et jouant en solo avec ces deux formations à
musician, he is presently the pianist in Trio Laurier, de nombreuses occasions, à domicile et en tournée.
with violinist Steve Sitarsky and cellist Paul Pulford. Chambriste recherché, il fait présentement partie du
Trio Laurier, avec le violoniste Steve Sitarsky et le
violoncelliste Paul Pulford.

8
Italienisches Liederbuch (Italian songbook)

The miniature vignettes of the Italian dramatization is inherent in the set, with
Songbook constitute Wolf’s last major some songs able to function as responses
contribution to the lied, before his early or provocative rebuttals to others. We
death. After the high-minded philosophical have seen fit to follow the lead of Irmgard
sobriety of Goethe and the weighty devout- Seefried, Dietrich Fischer-Dieskau, and their
ness of the Geistliche Lieder in the Spanish accompanist Erik Werba, who employed
Songbook, Wolf must have found the lusty, the same ordering of songs in their 1958
direct gioia di vivere of the Italian poems Salzburg Festival performance.
a great breath of fresh air. He had a par-
Forty of the poems are rispetti in their ori-
ticular affection for them, to judge from his
ginal Italian – Tuscan folk poems of eight
assertion in an 1891 letter that “my Italian
11-syllable lines, with an ABABABCC or
songs are the most original and artistically
similar rhyme scheme. The remaining six
the most perfect of all my things.”
are Venetian vilote or folksongs. Paul Heyse
As with the Spanish Songbook, Wolf does was careful to preserve the poetic structure
not seem to have intended these songs of the originals in his German translations,
to be performed together as a cycle in and in the process allowed for some lim-
concert. But the poems conveniently fall ited license in meaning and connotation.
into three groups, roughly equal in num- The often disarming Mediterranean dir-
ber : those from a male standpoint, those ectness of the sentiments and imagery in
from a female standpoint, and those that the anonymous original Italian poems was
can be considered either way. The poems no doubt part of the charm that attracted
all preoccupy themselves with a wide Heyse, made his publication successful in
gamut of male / female relationships and Germany, and so attracted Wolf.
emotions, from flippancy to despair, com-
plaint to provocation, intimacy and passion
to adulation and reverence. Thus, the col-
lection invites performance as a unit, with
two singers alternating songs in a loose
dramatic chronicle. A latitude for creative

10
The stylistic homogeneity of the entire set and unsatisfactory lovers.” The man
belies the fact that they were composed frequently idolizes the woman with an
in two bursts of compositional activity, almost sacred adulation (Gesegnet sei,
separated by over four years. The first durch den die Welt entstund / Was für ein
spate of song writing, late in 1891, yielded Lied / Benedeit / Sterb’ ich / Und steht
22 songs over a 90-day stretch. The Ihr früh / Wenn du mich mit den Augen
remaining 24 were written in March / April / Ihr seid die Allerschönste), but such
1896. The order of their composition cor- a stance is rarely reciprocated by the
responds to neither the published order woman. Wenn du, mein Liebster and Wir
in the score nor the sequence chosen for haben beide lange Zeit are the exceptions,
this recording. although these songs could as easily have
been sung by the man. At times the fer-
The words “kleinen Dinge, die uns entzück-
vency of the male seems hyperbolic in its
en” in the opening song (‘little things that
poetic conceits, as in Der Mond and Dass
delight us’ – i.e., by extension, the songs
doch gemalt, but Wolf wisely treats these
that follow), introduce an opening group
poems with complete earnestness.
that consists primarily of songs of argu-
ment and strife, culminating in Verschling After the first group, the ensuing songs
der Abgrund. The second and third songs are concerned with reconciliation, to Wenn
form a pair in that they share the same du, mein Liebster. The several songs that
key and principal musical motif, and follow are primarily lyrical in nature, extol-
function as statement and response. The ling devotion, longing for death, and vows
uncertain, longing wretch in Nicht länger of fidelity. We encounter songs of pas-
kann ich singen meets a heartless, cruel sion (Man sagt mir), anguish (Benedeit)
response in Schweig’ einmal still (with its and sensuousness (Und willst du deinen
derisive donkey brays), and the tone is set. Liebsten), and soon songs of humour
Almost a third of the songs we encounter (Geselle, woll’n wir / Mein Liebster ist
are sung by women, who (in Susan so klein / Wie lange schon / Ich liess mir
Youens’s words) “revile, dismiss, mock, sagen), lightheartedness (Ihr jungen Leute
or reproach their inconsiderate, faithless, / Ein Ständchen euch zu bringen) and

11
frivolity (Du denkst mit einem Fädchen / more than one stanza. Unusually, Wolf
Nein, junger Herr / Ich hab’ in Penna) are brings back the opening two stanzas after
added to the mix. The justly famous Ich the two contrasting ones. In sandwiching
hab’ in Penna that always concludes the the passionate, anguished middle section
Songbook brings us full-circle to the tone between a hymn-like outpouring of love
of the opening. It is as if the pitiless girl and devotion, Wolf seems to be saying
of Schweig’ einmal still returned to reveal that the latter state of being is greater
her full nature in the final song. than the former and encompasses it.
The greatness of the Songbook lies in Although the merit of these songs goes far
Wolf’s uncanny ability to find precise and beyond mere pictorialism, vivid referential
telling musical counterparts to the ideas motifs abound, appropriately laconic for
and images in the poems. Rarely does his such aphoristic miniatures. Rapid figura-
instinct flag. The songs are vivid charac- tion, grace notes, and wide leaps are fre-
ter sketches, some almost theatrical in quent in the mocking, flippant songs for
their pictorial immediacy. This is all done the women, like Schweig’ einmal still and
with great wit and brevity, with few songs Nein, junger Herr. The surges of the Arno
lasting for more than two minutes, and River (and by extension, the disgust at
some less than one minute. Benedeit, die the girl’s infidelity) are heard in Lass sie
sel’ge Mutter stands out in this regard, nur gehn – one of the few male songs
being almost twice the length of even that seem to match the disdain that sur-
the longest of the other songs. Its tern- faces so easily in the female songs. The
ary structure, with the entire opening sec- disjunct dotted rhythms of Geselle, woll’n
tion returning at the end, is common in wir instantly capture the men’s mincing
Lieder literature generally, but unique in duplicity. In the constant lush arpeggia-
this cycle. This formal incongruity in the tions of Und willst du deinen Liebsten,
set would perhaps be problematic, were one feels both the sensuousness of the
it not for the redeeming beauty of the man’s stroking the woman’s hair and his
music. It is the only poem that is neither supernal fervency of devotion. The two-
rispetto nor vilote – unique in having chord tidbits that open Mein Liebster ist

12
so klein, with their tiny intervals, portray Wolf responds to the Mediterranean ser-
the minuscule lover and set in relief the enade tradition with six fine contributions.
huge leaps in the piano part when they In O wär dein Haus, the pervading repeat-
occur. At the end, when the woman must ed-note motif, with its octave leap, per-
bend low to kiss him, the piano post- fectly captures both the crystalline trans-
lude lets us know that the poor height- parency of the glass, and the subdued
challenged male, craning to reach her lips, passion of the lover. Note the single break
is probably doing most of the work. The in the pattern at vorüberstehle (‘to tip-toe
song that exploits candid pictorialism at by’). In Heb’ auf dein blondes Haupt, the
its most direct has to be Wie lange schon, iambic rhythm of both poetry and music
with its wicked portrayal of the meek vio- portray the lover’s heartbeat and create
linist lover, whose romantic earnestness is the atmosphere of a lullaby, especially in
more than matched by his ineptitude as a the piano postlude. In Schon streckt’ ich,
performer. His pedantic attempts at a love the cavalier lad’s impulsiveness is mirrored
song in the postlude (marked ‘with great in the contrast between the two halves
difficulty and hesitancy’) take up far too of the song. The most patent serenade,
much time, and leave the girl speechless. however, is reserved for Ein Ständchen
Euch zu bringen, in which the swaggering
On occasion Wolf approaches a Wagnerian
Don Juan is more caught up in his own
grandiosity of utterance, stretching the
virtuosity and charisma than in any sincere
Lied to its breaking point. In Verschling’
romantic outpouring. The spirited post-
der Abgrund, we are not far from the
lude, with its decrescendo, tells us that
musical vocabulary of the Ride of the
it’s time to move on to the next balcony.
Valkyries. Wolf’s wholehearted appropri-
In the exquisite Mein Liebster singt am
ation of Wagnerian chromaticism serves
Haus, we are privy to the girl’s response
his purpose well in the more tortured
to hearing her lover’s song, heard in the
poetic utterances, as in Hoffärtig seid Ihr
piano. The vividness of this song lies
and the middle section of Benedeit.
in the simultaneous intertwining of the
sinuous serenade with the helpless frustra-
tion of the girl, cloistered in her bedroom.

13
Her passionate desperation overflows in As with all art song – but especially with
Man sagt mir, with its tortured chromati- the Italian Songbook – an appreciation of
cisms resolving finally into a victorious the subtleties and essence of this music
major-key postlude. hinges upon a commensurate comprehen-
sion and appreciation of the poetry.
The sheet music libraries of most sing-
ers typically include numerous examples Please refer online to www.analekta.com for
of excellent folksong arrangements, from the complete original and translated texts ;
Beethoven to Brahms to Britten.The aes- © courtesy of Deutsche Grammophon.
thetic intent of the Italian Songbook, both
in its poetic original and in Wolf’s musical
manifestation, is diametrically opposed to © Leslie De’Ath
the tradition of providing musical accom-
paniment to folk melodies. The poignancy
(and indeed the whole raison d’être) of
these miniatures is to encapsulate with
great charm and endearment, more than a
little envy, and the utmost sophistication,
a vibrant, slightly exotic culture, very much
alive with the pulse of human passion,
through the spyglass of a more encom-
passing artistic field of vision.

14
Italienisches Liederbuch (Livre de Lieder italiens)

Les vignettes miniatures du Livre de Lieder recueil invite à être donné en tant que
italiens se veulent la dernière contribution tout, deux chanteurs alternant les pages
importante de Wolf à la forme du lied en une chronique dramatique. Une cer-
avant sa mort prématurée. Après avoir taine latitude qui permet la dramatisation
abordé la sobriété philosophique des sen- créative réside au cœur même du groupe,
timents nobles de Goethe et la ferveur certains Lieder pouvant agir à titre de
solennelle des Geistliche Lieder du Livre réponses ou de rejets provocants. Nous
de Lieder espagnols, Wolf a dû trouver avons cru bon de suivre l’exemple d’Ir-
rafraîchissante la vigoureuse et franche mgard Seefried, Dietrich Fischer-Dieskau
gioia di vivere des poèmes italiens. Il leur et leur accompagnateur Erik Werba, qui
portait une affection particulière, comme ont choisi un ordre de présentation iden-
en témoigne cette déclaration tirée d’une tique lors de leur récital au Festival de
lettre datée de 1891 : « Mes chants italiens Salzbourg en 1958.
sont ce que j’ai fait de plus original et de Quarante des poèmes sont des rispetti
plus parfait artistiquement. » dans l’original italien – des poèmes du
Tout comme c’est le cas dans le Livre de terroir toscan, de huit vers de onze
Lieder espagnols, Wolf ne semble pas syllabes, privilégiant des rimes de forme
avoir souhaité que ces Lieder soient donnés ABABABCC ou semblable. Les six autres
en cycle au concert. Pourtant, les poè- sont des vilote (chants folkloriques) véni-
mes peuvent très bien se subdiviser en tiens. Paul Heyse a fait attention de pré-
trois groupes à peu près égaux : ceux qui server la structure poétique des poèmes
transmettent un point de vue masculin, originaux dans sa traduction allemande et
ceux qui offrent un point de vue féminin ne s’est autorisé que très peu de licence,
et ceux qu’on peut considérer déclamés côté signification ou connotation. La fran-
par l’un ou l’autre. Les poèmes abordent chise méditerranéenne souvent désarmante
une vaste gamme d’émotions et traitent des sentiments et images évoqués par
des relations homme / femme, de la désin- les poèmes anonymes italiens originaux
volture au désespoir, de la plainte à la a sans aucun doute séduit Heyse, trans-
provocation, de l’intimité et de la passion formé sa publication en succès d’édition
à l’adulation et à la révérence. Ainsi, le en Allemagne et attiré Wolf.

15
L’homogénéité stylistique du recueil dé- reproches à leurs amants inconsidérés,
mentit le fait que les Lieder ont été conçus en infidèles ou insatisfaisants ». L’homme
deux temps, à quatre ans d’intervalle. Lors idolâtre fréquemment la femme en une
de sa première crue d’inspiration, à la fin de adulation presque sacrée (Gesegnet sei,
1891, le compositeur a écrit 22 Lieder en 90 durch den die Welt entstund / Was für ein
jours. Les 24 restants ont été complétés en Lied / Benedeit / Sterb’ ich / Und steht
mars et avril 1896. L’ordre dans lequel ils ont Ihr früh / Wenn du mich mit den Augen /
été composés ne correspond en rien à celui Ihr seid die Allerschönste), mais une telle
transmis dans la partition ou à la séquence attitude se rencontre rarement chez la
choisie pour cet enregistrement. femme. Wenn du, mein Liebster et Wir
haben beide lange Zeit se veulent les
Les mots « kleinen Dinge, die uns entzü-
exceptions qui confirment la règle, même
chen » du lied d’ouverture (« ces petites si ces Lieder pourraient tout aussi bien
choses qui nous ravissent » – par exten- être chantés par un homme. Parfois, la
sion, les chants qui suivront) servent de ferveur du mâle peut sembler hyperbo-
présentation à un premier groupe consti- lique par sa suffisance poétique, comme
tué principalement de Lieder de discussion dans Der Mond et Dass doch gemalt
et de discorde, culminant avec Verschling mais, fort judicieusement, Wolf traite ces
der Abgrund. Les deuxième et troisième poèmes avec un total sérieux.
Lieder forment une paire, puisqu’ils par-
tagent tonalité et motif musical princi- Les Lieder qui suivent le premier groupe
pal, devenant question et réponse. Le abordent la réconciliation, jusqu’à Wenn
malheureux incertain et nostalgique de du, mein Liebster. Ils sont essentiellement
Nicht länger kann ich singen reçoit une lyriques par nature, exaltant le dévoue-
réponse cruelle dans Schweig’ einmal still ment, appelant la mort, jurant la fidélité.
(avec ses braiments d’ânes dérisoires) et Nous rencontrons des Lieder de passion
le ton est donné. Près du tiers des Lieder (Man sagt mir), d’angoisse (Benedeit) et de
présentés ici seront chantés par des fem- sensualité (Und willst du deinen Liebsten),
mes, qui (selon les mots de Susan Youen) puis des textes qui parlent d’humour
« injurient, rejettent, moquent ou font des (Geselle, woll’n wir / Mein Liebster ist

16
so klein / Wie lange schon / Ich liess à la fin, elle n’est utilisée ici qu’à une uni-
mir sagen), de gaieté (Ihr jungen Leute / que reprise. Cette incongruité formelle
Ein Ständchen euch zu bringen) et de pourrait être problématique s’il n’en était
frivolité (Du denkst mit einem Fädchen / de la beauté rédemptrice de la musi-
Nein, junger Herr / Ich hab’ in Penna). que. Ce poème est le seul qui ne soit ni
L’à juste titre célèbre Ich hab’ in Penna qui rispetto ou vilote – et à avoir plus d’une
conclut toujours le recueil boucle la bou- strophe. Exceptionnellement, Wolf reprend
cle et nous ramène à la tonalité du début, les deux premières strophes après les
comme si la fille sans pitié de Schweig’ deux contrastantes. En coinçant la sec-
einmal revenait une fois de plus révéler sa tion centrale, passionnée et angoissée,
vraie nature dans le dernier lied. entre deux épanchements d’amour et de
serments traités de façon hymnique, Wolf
L’importance du livre de Lieder réside
semble affirmer que le dernier état d’es-
en grande partie sur l’étonnant talent
prit est plus grand que le précédent et
de Wolf à trouver les équivalents musi-
l’englobe.
caux des idées et images suscitées par
les poèmes. Rarement son instinct flé- Même si le mérite de ces Lieder dépasse
chit-il. Les Lieder sont de vives peintures de beaucoup le simple pictorialisme, les
de caractère, quasi théâtrales dans leur motifs référentiels frappants abondent,
immédiateté picturale. Tout ceci s’accom- bien sûr presque laconiquement, consi-
plit avec beaucoup d’esprit et de laco- dérant ces miniatures aphoristiques. Des
nisme, puisque seuls quelques Lieder traits rapides, des ornements et de larges
durent plus de deux minutes et certains sauts sont fréquemment utilisés dans
moins d’une minute. En comparaison, les pages moqueuses et désinvoltes de
Benedeit, die sel’ge Mutter sort du lot, la femme, telles Schweig’ einmal still
étant presque deux fois plus long que et Nein, junger Herr. Les montées du
même le plus long des autres Lieder. Si fleuve Arno (et par extension, le dégoût
dans la littérature de Lieder en général on face à l’infidélité féminine) peuvent être
retrouve souvent la forme ternaire, la pre- entendues dans Lass sie nur gehn – l’un
mière section étant répétée intégralement des rares Lieder masculins qui semble

17
correspondre au dédain qui se manifeste beaucoup trop de temps, laissant la jeune
si facilement dans les Lieder féminins. fille sans voix.
Les rythmes pointés disjoints de Geselle,
À l’occasion, Wolf s’approche d’une gran-
woll’n wir transmettent immédiatement la
diloquence wagnérienne, tendant le lied
duplicité fragile des hommes. Les accords
jusqu’au point de rupture. Dans Verschling’
riches, constamment arpégés, d’Und willst
der Abgrund, nous ne sommes pas loin du
du deinen Liebsten renvoient à la fois à
vocabulaire musical de la Chevauchée des
la sensualité de l’homme qui caresse la
Walkyries. L’appropriation sans réserve du
chevelure de la femme et à la ferveur de
chromatisme wagnérien sert admirablement
sa dévotion céleste. Les bribes en deux
son propos lors des énoncés poétiques
accords qui ouvrent Mein Liebster ist so
plus torturés, comme dans Hoffärtig seid
klein et leurs infimes intervalles tracent
Ihr et la section centrale de Benedeit.
le portrait du minuscule amant et met en
relief les immenses sauts du piano quand Wolf répond à la tradition méditerranéenne
ils se présentent. À la fin, alors que la de la sérénade avec six pages particuliè-
femme doit se pencher bien bas pour rement réussies. Dans O wär dein Haus,
l’embrasser, le postlude du piano nous le motif pénétrant de notes répétées et le
permet de comprendre que le pauvre petit saut d’octave captent bien la transparence
homme, qui doit se jucher pour atteindre cristalline du verre et la passion effacée de
ses lèvres, fait probablement presque l’amant. Notez la seule cassure du motif
tout le travail. Le lied qui exploite le pic- à vorüberstehle (« marcher sur la pointe
torialisme de la façon la plus directe est des pieds »). Dans Heb’ auf dein blondes
certainement Wie lange schon, avec son Haupt, le rythme iambique de la poésie
cruel portrait d’un amant violoniste docile et de la musique dépeint le battement de
dont le sérieux romantique est plus qu’as- cœur de l’amant et crée une atmosphère
sorti à ses carences d’interprète. Ses ten- de berceuse, spécialement dans le post-
tatives pédantes d’énoncer une chanson lude du piano. Dans Schon streckt’ ich,
d’amour dans le postlude (marqué « avec l’impulsivité du cavalier se reflète dans le
grande difficulté et hésitation ») prennent contraste entre les deux moitiés du lied.

18
La sérénade la plus manifeste, cependant, fait, la raison d’être) de ces miniatures est
demeure Ein Ständchen Euch zu bringen, de résumer, à travers la longue vue d’un
dans laquelle le fanfaronnant Don Juan est champ de vision artistique enveloppant et
plus happé par sa virtuosité et son cha- avec beaucoup de charme, d’affection et la
risme que par un épanchement sincère et sophistication la plus achevée, une culture
romantique. Le postlude fougueux, avec vive, quelque peu exotique, transportée
son decrescendo, nous rappelle qu’il est par le pouls de la passion humaine.
temps de passer à autre chose. Dans l’ex-
Comme c’est le cas avec toute mélodie
quis Mein Liebster singt am Haus, nous
– mais particulièrement dans le Livre de
sommes mis au courant de la réponse de
Lieder italiens –, une appréciation des
la jeune fille qui entend le chant de son
subtilités et de l’essence de cette musi-
amant, transmis au piano. L’éclat de ce
que dépend d’une compréhension et d’une
lied réside dans l’entrelacement simultané
appréciation de la poésie.
de la sérénade sinueuse et de la frustration
impuissante de la jeune femme, cloitrée Vous êtes priés de vous référer en ligne
dans sa chambre. Son désespoir passionné au www.analekta.com pour retrouver
déborde dans Man sagt mir, dont les tortu- l’intégrale des textes originaux et leurs
rés chromatismes finissent par se résoudre traductions ;
dans un postlude victorieux, en majeur. © courtoisie de Deutsche Gramophon.
La bibliothèque d’un chanteur regorge de
nombreux exemples d’excellents arran-
© Leslie De’Ath
gements de chansons folkloriques, de
Traduction: Lucie Renaud
Beethoven à Brahms à Britten. L’intention
esthétique du Livre de Lieder italiens,
tant les poèmes originaux que leur trans-
position musicale par Wolf, est diamétra-
lement opposée à la tradition d’offrir un
accompagnement musical aux mélodies
folkloriques. Le caractère émouvant (et, en

19
You will also like / Vous aimerez
également Schubert – Winterreise
Daniel Lichti, Leslie De’Ath
2008 / AN 2 9921

Recorded on June 8 and 10 2009 at / Enregistré les 8 et 10 juin 2009 à la :


Tribute Communities Recital Hall, York University, Toronto
Producer, Sound Engineer ; Mix and Mastering /
Réalisation, prise de son ; mixage et masterisation :
Edward Marshall, Marshall Arts Productions

Executive Producer, Artistic Director / Producteur, Directeur artistique : François Mario Labbé
Production Manager / Directrice de production : Julie M. Fournier
Production Assistant / Assistante de production : Mélissa Santerre
Piano Technician / Accordeur : Andrew Novosky
Proofreading / Révision : Rédaction LYRE
Photographer : Kim Nielsen,www.kimnielsenphotography.c
Nielsen,www.kimnielsenphotography.ca
Cover picture, Graphic Design and Production /
Photo de couverture, Conception et production graphique : Pyrograf

Groupe Analekta Inc.


Inc. recognizes the financial assistance of the Government of Quebec through the SODEC’s
Programme d’aide aux entreprises du disque et du spectacle de variétés and also profits from the Refundable
Tax Credit for Quebec sound recordings. / Groupe Analekta Inc. reconnaît l’aide financière du gouvernement
du Québec par l’entremise du Programme d’aide aux entreprises du disque et du spectacle de variétés de la
SODEC et bénéficie également du Programme du crédit d’impôt pour la production d’enregistrements sonores.
We acknowledge the financial support of the Government of Canada through the Department of Canadian
Heritage (Canada Music Fund). / Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par
l’entremise du Patrimoine canadien (Fonds de la musique du Canada).
AN 2 9956 Analekta is a trademark of Groupe Analekta Inc. All rights reserved. Analekta est une marque
déposée de Groupe Analekta Inc. Tous droits réservés. Made in Canada. Fabriqué au Canada.
2010 Daniel Lichti. Under exclusive license with Analekta. All rights reserved. / Sous licence exclusive avec
Analekta. Tous droits réservés.

AN 2 9956