Sie sind auf Seite 1von 37

LE SYSTÈME

CARDIOVASCULAIRE
Introduction (1)
• La circulation du sang est le moyen le plus efficace dont
dispose l’organisme pour assurer les besoins nutritifs de
chaque cellule.
• La circulation sanguine est réalisée grâce au SCV qui distribue
et collecte le sang de toutes les parties du corps.
• Le cœur, dont le fonctionnement est autonome, travail comme
une pompe; fournit l’énergie pour maintenir la pression et le
gradient d’écoulement du sang.
Introduction (2)
• Le volume sanguin varie :

– indirectement avec le poids vif

– directement avec le poids métabolique de l’organisme.

• Chez les animaux endothermes, le sang assure le transport des


nutriments, le l’oxygène, des déchets du métabolisme, des
hormones, des cellules, des anticorps et de la chaleur pour les
animaux endothermes.
Introduction (3)
• Quels sont les compartiments liquidiens ?

• Quels sont les différents liquides corporels ?

• Exemple d’un liquide corporel : le sang.

• Cœur : sa structure, son fonctionnement et la régulation de son


activité.
Les liquides corporels (1)
Environ 60% du corps humain est
liquide.

La majeure partie de ce fluide (40%


du poids corporel) est à l’intérieur
des ₡ : c’est le cytosol ou ICF.

20% de ce fluide est dans l’espace


en dehors des ₡ : c’est le liquide
extracellulaire (ECF).
Les liquides corporels (2)
Les compartiments liquidiens
sont ≠ en terme de composition
chimique, de volume et de
relation avec l’organisme.

La composition et le volume de
l’ICF est relativement stable
contrairement à l’ECF où des
dynamiques sont relevées.
Les liquides corporels (3)
L’ECF est subdivisé en:

 le liquide interstitiel

 le plasma sanguin et

 le liquide transcellulaire (liquides synovial, péritonéal,


péricardique, intraoculaire et cérébrospinal) dont la
composition diffère de celle des 2 premiers dans certaines
conditions.
Les liquides corporels (4)

NB:

Les ≠ composantes du plasma, du liquide interstitiel et du l’ICF


sont exprimées généralement en milli ou µmol par litre. A
l’inverse, l’effet osmotique est exprimé en milliosmose / litre.
Les liquides corporels (5)
En terme de masse, les
composantes non-électrolytes
et les particules protéiques sont
+ importantes que les ions.
Ces particules de poids
moléculaires importants
représentent environ 60% du
liquide interstitiel, 90% du
plasma et 97% du ICF.
Les liquides corporels (6)
Les échanges de particules entre le plasma et le liquide interstitiel
se font au niveau des membranes capillaires grâce à 2
mécanismes de transport:

 pour les petites molécules (ions et certains métabolites) : le


transport ce fait à travers des pores de 3 nm de diamètre en
moyenne

 pour les grosses molécules (PM > 20.000 daltons) : par des
mécanismes de transport actif.
Le sang (1)
Le sang est constitué de cellules
spéciales en suspension dans le
plasma.

Il assure de nombreuses
fonctions importantes dont :

- le transport de substances,
- la régulation de certaines caractéristiques physiques du milieu
intérieur et à la protection de l’organisme.
Le sang (2)
Le volume sanguin total chez
les mammifères représente
environ 7,1 à 7,6 % du poids vif

Ce volume peut être déterminé


de deux manières :

 La méthode directe
Elle consiste à faire la saignée et l’extraction de l’hémoglobine.
Le sang (3)
 Les méthode indirectes

Elles consistent à introduire


dans la circulation sanguines
une quantité connue d’une
substance (colorant ou molécule
marquée) et à déterminer sa
concentration lorsqu’elle a été repartie dans toute la masse
sanguine.
Le sang (4)
NB:

Les substances utilisées dans les méthodes indirectes ne doivent


pas :

• sortir des vaisseaux,

• être métabolisées ou excrétées rapidement,

• être toxique,

• modifier les volumes.


Le sang (5)
Les méthodes indirectes permettent aussi de mesurer l’eau totale
de l’organisme, le volume du ECF, le volume sanguin. Le
compartiment intracellulaire est difficile d’accès par conséquent
la détermination de l’ICF se fait indirectement.

Le sang se compose de plusieurs constituants à savoir:

 le plasma: c’est la phase liquide du sang

 les globulines qui regroupent:


Le sang (6)
• le kininogène (α2 – globuline): il est la source de certains
polypeptides (ex: kinines) qui entrainent de puissantes
vasodilatations artérielles et augmentent également la
perméabilité capillaire

facteur XIIa et plasmine

kallikreinogène kallikrein

kininogène polypeptides
Le sang (7)
• plasminogène (β-globuline) : c’est la forme inactive de la
plasmine qui est une enzyme protéolytique causant la lyse
de la fibrine dans le sang coagulé.

Plasminogène Plasmine

trombine, facteur activé XII,


enzymes lysosomales, streptokinase …
Le sang (8)
 les ₡ sanguines: il s’agit
des globules rouge, des
globules blancs et des
plaquettes sanguines.

NB 1: les érythrocytes n’ont


pas de noyau et a peu près pas
d’organites, les plaquettes
sont des fragments de ₡.
Le sang (9)
NB 2: Les ₡ sanguines ne se
divisent pas.

La composition du sang doit


rester constante pour le
fonctionnement harmonieuse
des phénomènes vitaux 
Présence des systèmes
régulateurs.
Le sang (10)
Le système nerveux et le système hormonale sont en liaison avec
de multiples récepteurs qui les renseignent sur les modifications
du sang et induisent les réactions destinées à rétablir l’équilibre.
Lorsqu’une substance est en excès, l’équilibre est vite rétabli
grâce à:
• élimination de la substances dans le liquide interstitiel,
• mise en dépôt dans des organes déterminés,
• dégradation / transformation de la substance
Le sang (11)
• élimination par des organes (poumons, reins, peau …)

Lorsque la concentration d’un constituant diminue, un certain


nombre de processus destinés à compenser le déficit sont activés.
Le sang (12)
Le sang assure plusieurs fonctions dans l’organisme à savoir:

- les fonctions de respiration, de nutrition, d’excrétion, de


défense, de transport des hormones;

- les fonctions de régulation de l’équilibre hydrique de


l’organisme, du pH, de la pression osmotique …..
Le cœur (1)
 Structure du cœur :

Organe creux, de forme conique,


divisé longitudinalement en 2
moitiés (CD ou cœur veineux et
CG ou cœur artériel)

Chaque moitié est constituée de 2


cavités (une oreillette et un
ventricule communiquant par une
orifice auriculo-ventriculaire).
Le cœur (2)
Sur le plan histologique, le
muscle cardiaque est formé de 2
types de tissus:

- le tissu myocardique,

- le tissu nodal composé de


fibres musculaires striées
spécialisées à l’origine de
l’automatisme.
Le cœur (3)
 Activités et fonctions cardiaques :
Les battements cardiaques ne sont que l’expression sonore de
l’alternance régulière des phases de contraction et de relâchement
du muscle cardiaque. Ces phénomènes mécaniques sont
consécutifs au phénomènes électriques siégeant au niveau de la
membrane des ₡ c-a-d leur dépolarisation et la propagation de
cette dépolarisation ou PA le long de la membrane.
Couplage excitation – contraction !!!
Le cœur (4)
L’activité cardiaque comprend, dans l’ordre, 3 phases:

• la systole auriculaire,

• la systole ventriculaire et

• la diastole générale.

Ces différentes phases de l’ activité cardiaque constituent


ensemble la révolution / cycle cardiaque. La durée des
différentes phases de la révolution cardiaque varie en fonction de
l’âge et de l’espèce animale.
Le cœur (5)
Le rythme cardiaque est le nombre de révolution par minute. Il varie
en fonction de l’espèce, de l’âge et de l’état physiologique (exercice
physique par ex). Il est d’environ 1 battement / sec chez les grands
animaux et de plusieurs battements / sec chez les petits animaux.
Le cœur (6)
Dans un capillaire donné, la vasomotricité peut créer des périodes
successives de dilatation ou de fusion par conséquent, la circulation
du sang dans les capillaires est intermittente et non continue.
Le cœur (7)
Le transit du sang,
de la terminaison
artériole à la
terminaison
veinule est de 1,2
sec environ.
Le cœur (8)
La pression hydrostatique (force
responsable de la filtration des
substances du liquide extra-
cellulaire à travers la membrane
capillaire) associée à l’action
cardiaque diminue de 45 mmHg
à 30 mmHg dans les artérioles
pour atteindre seulement 15
mmHg dans les veinules.
Le cœur (9)
Chez le fœtus, les échanges
gazeux s’effectuent au
niveau du placenta et non au
niveau des poumons. La
veine et l’artère ombilicale
sont saturés en oxygène
respectivement à 80 et 60%
environ.
Le cœur (10)
Le ductus venosus détourne
une partie du sang ombilical
oxygéné dans la veine cave, le
reste se mélange au sang de la
veine porte. La veine cave
dirige le sang oxygéné vers le
ventricule droit, lequel
communique avec le ventricule
gauche par le Foramen Ovale.
Le cœur (11)
Du sang passe également du
VD vers l’aorte descendante
par l’intermédiaire du ductus
arteriosus. Le sang éjecté du
VD est dévié dans l’artère
pulmonaire vers les poumons
tandis que le VG envoie dans
l’artère aortique un sang
oxygéné destiné aux tissus.
Le cœur (12)

NB:

Les artères et la veine ombilicales, le ductus venosus, le Foramen


ovale et le ductus arteriosus sont des structures transitoires.
Régulation de l’activité cardiaque (1)
Le cœur reçoit une riche innervation constituée par les fibres
nerveuses sympathiques et parasympathiques du système nerveux
autonome.
Les centres cardiovasculaires reçoivent les informations de divers
récepteurs (baro- , volo- , chémorécepteurs) situé au niveau de la
crosse aortique, du sinus carotidien et des cavité cardiaques; ce
qui permet au cœur d’adapter son fonctionnement aux besoins de
l’organisme.
Régulation de l’activité cardiaque (2)
 La stimulation des fibres sympathiques entraine une
augmentation de :

• accélération du rythme cardiaque,

• de la conduction de l’excitation des O vers les V plus rapide,

• de la contraction et de l’excitabilité des fibres myocardiques.

Ces fibres appartiennent au système cardio-accélérateur dont les


centres d’intégration sont bulbaire et médullaire
Régulation de l’activité cardiaque (3)
 La stimulation des fibres parasympathiques (nerf vague)
provoque une diminution :

• du rythme cardiaque suivie d’une (hypotension),

• de la vitesse de conduction de l’excitation des O vers les V,

• de la contraction et de l’excitabilité des fibres myocardiques.

Ces fibres appartiennent au système cardio-modérateur dont les


centres d’intégration sont également bulbaire et médullaire.