You are on page 1of 8

Vos droits face à la Un décret gouvernemental montre

psychiatrie et ses abus l’absurdité des diagnostics psychiatriques


PAGE 5 PAGE 7

PAGE 4

Les derniers
chiffres des
hospitalisations
Organe de vigilance contre les dérives psychiatriques sous contrainte

Psychiatrie & laboratoires :


l’union macabre... PAGE 2

SANTÉ
Le marché
du comportement :
un nouvel eldorado
pour les psychiatres
Comportement désirable ?
Comportement indésirable ?
Qui en décide ?
PAGE 3

TÉMOIGNAGE
on m’a
traité
comme
une bête en
psychiatrie.
Les bien-portants : la nouvelle PAGE 6
cible des psychiatres PAGE 2
Directeur de la publication et Rédacteur en chef : Frédéric Grossmann - N° ISSN : 1963-2487 - Dépôt légal à parution. n°4- mars 2010 - Publié par l’association CCDH - Impression : AIFB
© 2010 CCDH, tous droits réservés - CCDH, Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme et le logo de CCDH sont des marques déposées détenues par Citizen Commission on Human Rights
et sont utilisées avec sa permission. « Le fait que vous receviez ce journal par courrier signifie que vous faites partie de la liste d’adresses de notre association. Si vous ne souhaitez pas figurer dans
notre fichier, faites-le nous savoir. »
alerte 2
Psychiatrie & laboratoires :
l’union macabre...
Argent, mensonges et psychiatrie : quand la psychiatrie
et les laboratoires s’entendent à nos dépens…
La grippe H1N1 un scandale ? A peine une peccadille, une broutille par rap- mis l’irréparable depuis, sans compter les nombreux crimes imputés aux effets de
port au gigantesque système mis en place par l’industrie pharmaceutique et ces molécules ?
la psychiatrie pour extorquer des milliards d’euros chaque année aux gou- Ainsi se dessine l’anatomie du pacte du diable entre les psychiatres et les labora-
vernements et aux assurances sociales. Un système bien rôdé qui sévit de- toires pharmaceutiques : mensonge et corruption, du développement à la com-
puis des dizaines d’années mais dont on commence seulement à prendre mercialisation de produits dangereux. Résultat, 76 000 morts attribuées aux effets
conscience. Quel est ce système qui permet à l’industrie psychiatrique mon- secondaires des psychotropes depuis 10 ans, d’après une étude statistique de la
diale d’engranger 330 milliards de dollars chaque année ? Commission des citoyens pour les droits de l’homme réalisée à partir du pourcen-
tage de décès connus par rapport à la totalité des prescriptions effectuées.
Pour Philippe Even, ancien doyen de la faculté de médecine de l’hôpital Nec-
ker, les choses sont claires. Tout d’abord, avant de promouvoir un médicament, Il existe un autre aspect dans ce pacte du diable, un aspect encore bien plus dan-
il faut le mettre sur le marché, et donc obtenir les autorisations des agences du gereux et inquiétant pour l’avenir de notre société : cet aspect se résume par une
médicament, comme l’AFSSAPS en formule bien connue : pour vendre
France. Les experts qui travaillent pour un médicament, il faut vendre une
les laboratoires et les experts qui doi- maladie. La psychiatrie et l’industrie
vent décider si un produit pourra être pharmaceutique ont compris que si
mis en vente sont souvent les mêmes. chaque comportement pouvait être
Aux Etats-Unis, au sein de l’organisme redéfini comme maladie mentale, il
en charge de l’autorisation de mise sur serait alors possible de vendre des
le marché des médicaments, la Food quantités considérables de psycho-
and Drug Administration (FDA), la to- tropes censés modifier les compor-
talité des experts d’un comité d’évalua- tements. C’est ainsi que l’on a vu se
tion des neuroleptiques, une catégorie multiplier le nombre de « troubles
de drogues psychiatriques puissantes, mentaux ». Ces derniers sont réper-
était liée à l’industrie pharmaceutique. toriés depuis 1952 dans le DSM, le
Est-ce différent en France  ? Le profes- Diagnostic Statistical Manual, un
seur Even n’hésite pas à mettre en cause ouvrage publié par l’Association
directement les experts de l’AFSSAPS, Américaine de Psychiatrie, vérita-
l’équivalent français de la FDA. 70% des ble bible mondiale de la psychia-
experts reconnaissent explicitement ou trie. En 1952, la première version
implicitement des liens avec l’industrie du DSM recensait 112 troubles. En
pharmaceutique. 5% possèdent des ac- 1968, une nouvelle édition comp-
tions dans ces entreprises. Comment tait 182 troubles. Aujourd’hui, nous
dès lors s’étonner que des produits qui en sommes à la quatrième édition
se révèlent nocifs à l’usage passent faci- et à 374 troubles mentaux recensés.
lement les tests d’approbation. En plus Ainsi, par exemple, la timidité est
de la corruption des experts, les résultats des études réalisées par les laboratoires devenue le trouble d’anxiété sociale (SAD) et il existe bien sûr un antidépresseur
avec des psychiatres afin d’évaluer la dangerosité des médicaments sont souvent supposé le traiter.
faussés. Plusieurs stratégies permettent de fausser les études d’évaluation des psy- Ce n’est qu’un début. En 2012 va sortir la cinquième édition du DSM. De nou-
chotropes. Une de ces stratégies consiste à tester les médicaments uniquement veaux troubles devraient y faire leur apparition. Ainsi, le trouble de l’acheteur
sur des hommes d’âge moyen en pleine forme physique. Cette catégorie étant compulsif, le syndrome d’aliénation parentale, le trouble explosif intermittent (co-
peu sensible aux effets secondaires, les résultats apparaissent positifs alors que les lère), le trouble d’alimentation excessive et le trouble relationnel devraient tous
mêmes médicaments une fois prescrits vont avoir des effets négatifs importants faire partie des maladies mentales à traiter. Les laboratoires pharmaceutiques et
sur des enfants, des personnes âgées ou des personnes physiquement affaiblies. les psychiatres s’associent pour promouvoir ces nouvelles « maladies » et propo-
Une autre stratégie consiste à occulter des résultats les cas d’effets secondaires ser un « traitement » psychotrope lucratif. Un psychiatre américain a touché 1,6
observés sur des personnes n’ayant pas terminé l’étude. Ainsi, un ancien employé million de dollars de la part d’un grand laboratoire pour avoir promu le diagnostic
d’un grand laboratoire affirme que lors d’une étude sur un antidépresseur, près de trouble bipolaire. Considéré comme très rare dans le DSM 3, avec 1 personne
de 30% des personnes testées avaient cessé de prendre leur pilule à cause des touchée sur 1000, il est bizarrement devenu très courant avec désormais 1 per-
effets secondaires ressentis. Dans les conclusions, les effets secondaires officielle- sonne sur 10 qui en souffrirait. On peut être amené à penser qu’il y a une épidémie
ment rapportés ne tenaient pas compte des personnes ayant abandonné, ce qui de maladie mentale. Il y a en fait une épidémie de psychiatrie. Les maladies sont
faussait complètement le résultat. Enfin, il existe un moyen couramment utilisé inventées, promues, les médicaments sont testés et mis sur le marché dans la cor-
pour tromper les agences de médicaments. Cette méthode consiste simplement ruption et la dissimulation, d’autres psychiatres assurent la promotion de la ma-
à occulter complètement les études négatives. Le laboratoire américain Ely Lilly ladie et de son traitement. Tel est le pacte du diable au complet qui se traduit par
a par exemple caché des études montrant la dangerosité de son antidépresseur des milliers de morts chaque année pour les plus grands profits des laboratoires
vedette, le Prozac. Le psychiatre David Healy, directeur du département de méde- et des psychiatres. Un système diabolique qu’il va bien falloir un jour démanteler
cine et de psychologie à l’université de Galles du Nord, a montré que la firme était si l’on ne veut pas que la vie elle-même devienne un trouble mental et que nous
au courant des risques suicidaires avant que le Prozac ne soit mis sur le marché nous retrouvions tous sous camisole chimique. Un cauchemar qui pourrait vite
(1987 aux USA et 1989 en France). En 2002, David Healy affirmait que 25 000 devenir une réalité.
personnes s’étaient suicidées à cause du Prozac. Combien d’autres ont-elles com-
3 santé
Le marché du comportement :
un nouvel eldorado
pour les psychiatres
Comportement “désirable”, comportement “indésirable” ?
Qui en décide ?
La tendance à psychiatriser à outrance tous les aspects du comportement hu- vent très élastiques. Mais ce qui ressort, c’est que plus on élargit la définition
main, dans une recherche frénétique pour le profit, est un phénomène soigneu- d’une pathologie, plus cette dernière touchera de « malades » potentiels, et plus
sement planifié ne devant rien au hasard. Pour le comprendre, il faut revenir vaste sera le marché pour les fabricants de pilules. Ainsi, la technique consiste
au début de l’histoire. A Porto Rico en 1967, les plus éminents psychiatres du à élargir la définition des maladies, en se gardant bien d’expliquer les causes de
monde se sont réunis. Au programme, la psychiatrie du futur et en particulier ces subites épidémies. A partir d’une définition élargie susceptible d’embrasser
les nouvelles molécules. Ces psychiatres savent que dans les années à venir, un vaste public, plusieurs techniques marketing sont utilisées. La plus répandue
de nouvelles molécules seront disponibles et que ces molécules seront à même est celle de la peur. Par exemple, on a joué sur la peur des suicides pour amener
d’altérer certains points précis du comportement humain. Le psychiatre Nathan des parents à accepter de traiter leurs enfants et adolescents dès les premiers
Kline, très célèbre à l’époque, avait déclaré lors de cette réunion : « la consom- signes de dépression. On joue également sur la peur de l’échec scolaire pour
mation de psychotropes est faible en comparaison du nombre de substances justifier la mise sous ritaline d’enfants prétendus hyperactifs. Pourtant, certains
chimiques qui seront disponibles pour contrôler certains aspects de la vie de des médicaments promus causent les dégâts mêmes qu’ils sont censés prévenir,
l’homme dans les années 2000 ». A peu près à la même époque, le dirigeant les antidépresseurs ayant par exemple comme effets secondaires les risques
d’une des plus grosses firmes pharmaceutiques au monde confiait au magazine suicidaires.
Fortune son désespoir de voir le marché potentiel de sa société confiné aux Un paradoxe trop peu connu qui est vite passé sous silence face aux gigantes-
seuls malades. Ce dirigeant, le directeur de Merck, Henry Gadsden, déclara ques campagnes de promotion auxquelles d’éminents psychiatres participent.
qu’il rêvait depuis longtemps de produire des médicaments destinés aux...bien- Que pèse la santé des individus face à une telle armada ? L’État peut-il proté-
portants. Les intérêts étant convergents, l’entente entre psychiatres et compa- ger les citoyens face à de telles dérives ? Rien n’est moins sûr. Le poids des
gnies pharmaceutiques va alors se sceller autour d’une question assez effroy- compagnies pharmaceutiques sur l’économie et leur influence dans les médias
able : puisqu’il y aura de nouvelles molécules disponibles, comment va-t-on les protègent contre des tentatives de contrôle. En vérité, seule l’information
pouvoir justifier l’emploi et donc vendre ces molécules au grand public ? individuelle est à même de proté-
La réponse a été vite trouvée : en transformant certains comportements hu- ger les citoyens. Seul un individu
mains susceptibles d’être chimiquement modifiés en maladie. Pour cela, c’est informé sera capable de décider si
l’arme du marketing qui a été utilisée. son avenir sera chimiquement dé-
A Manhattan, les psychiatres firent appel à Vince Parry, qui représentait le nec terminé ou s’il pourra rester libre
plus ultra du marketing mondial. Expert en publicité, spécialisé dans la forme et garder sa raison.
la plus sophistiquée de la vente de médicaments, il s’employa, de concert avec Cet article est en partie inspiré de Selling
les entreprises pharmaceutiques, à créer de nouvelles maladies. Dans un article Sickness. How Drug Companies
étonnant intitulé « l’art de cataloguer un état de santé », Vince Parry a révélé Are Turning Us All Into Patients,
les ficelles utilisées par ces firmes pour « favoriser la création » de troubles mé- Allen & Unwin, Crows Nest (Australie), 2005.
dicaux, et psychiatriques en particulier. Dans ce domaine de la psychiatrie, les Alan Cassels et Ray Moynihan.
frontières qui séparent le « normal » de l’ « anormal » sont subjectives et sou-

L’explosion du nombre
de maladies mentales fabriquées L’étrange épidémie de troubles bipolaires.
Il y a dix ans, des psychiatres travaillant pour les laboratoires ont commen-
Maladies inventées
374 cé à promouvoir le diagnostic du trouble bipolaire. Une nouvelle définition
265 dangereusement élargie pour ce qui était le trouble « maniaco-dépressif »
182 d’hier. Résultat, le nombre de diagnostics a augmenté de 4000% et certaines
112 études affirment qu’une personne sur 10 est bipolaire contre 1 sur 1000 il y
DSM 4 a trente ans. Le trouble bipolaire est traité par des antipsychotiques dont les
DSM 1 DSM 2 DSM 3 révisé ventes parmi les psychotropes ont connu la plus forte progression depuis 10
ans. Pour l’anecdote, le psychiatre Biderman, « éminent spécialiste du trouble
1952 1968 1980 2000 bipolaire chez les enfants » a récemment fait l’objet d’une enquête du Sénat
américain. Il avait « omis » de déclarer une gratification de 1,6 million de
Le DSM, Diagnostic Statistical Manual, est la bible des psychiatres. Il s’agit dollars reçus d’un laboratoire pharmaceutique en remerciement des « servi-
d’un ouvrage qui recense les différents troubles psychiatriques. Il est élaboré ces rendus ». Il avait multiplié les articles favorables dans les médias et avait
par un comité d’experts qui votent pour décider si un trouble doit être inclus apposé sa signature en bas de nombreuses expertises vantant un psychotrope
ou non dans le manuel. Le graphique ci-dessus montre l’évolution du nombre extrêmement dangereux pourtant prescrit aux enfants dits bipolaires.
de troubles figurant dans le DSM.
actualité CCDH 4
Les actions de la Commission
des Citoyens pour les Droits de l’Homme
CCDH publie un rapport détaillé 56000 DVDs du film
sur les internements psychiatriques “Profits macabres”
en France. envoyés à tous les médecins français
Les associations de patients félicitent CCDH pour la qualité de son rapport Un film réalisé par CCDH sur les dangers des psychotropes
de synthèse sur les internements en France et la collusion* entre les psychiatres
et les laboratoires phamaceutiques.
Alors que l’État n’a pas publié de statistiques sur les hospitalisations sous contrainte
Fin 2009, la CCDH a fait parvenir
plus récentes que 2005, la CCDH a publié un rapport de synthèse qui donne les chif-
56 000 DVDs du film « Profits macabres
fres précis des internements jusqu’en 2007. Pour ce faire, la CCDH a obtenu auprès de
» à tous les médecins généralistes français.
chaque Commission départementale des hospitalisations psychiatriques (CDHP) leurs
Ce DVD expose les dangers des drogues
rapports annuels et les a analysés. C’est ainsi qu’ont été calculés les chiffres officiels des
psychiatriques largement prescrites dans
hospitalisations sur demande d’un tiers et d’office jusqu’en 2007. L’association a éga-
notre pays et démontre que les laboratoi-
lement élaboré des tableaux comparatifs du nombre d’hospitalisations sous contrainte
res pharmaceutiques ne disent pas toute
selon les départements. Ce rapport de synthèse constitue un document unique, ces
la vérité sur les effets secondaires de ces
données n’étant disponibles nulle part ailleurs. Il apparaît que les hospitalisations sous
médicaments. De même, ce DVD dénon-
contrainte ont globalement baissé depuis 2003 avec 72975 internements en 2007 soit
ce le système de marketing à la fois des
6,79% de moins qu’en 2003. Les Hospitalisations sur demande d’un tiers (HDT) ont
maladies et des traitements, système basé
baissé de 9,41% sur la période tandis que les Hospitalisations d’office (HO) augmen-
sur la collusion entre certains psychiatres
taient de 9,12%. Ces chiffres cachent d’importantes disparités selon les départements.
et les entreprises pharmaceutiques.
Un habitant du Jura a par exemple 4 fois plus de chances d’être hospitalisé contre sa
volonté qu’un habitant du Loir et Cher.
C’est la première fois que les médecins généralistes en France recevaient
une information totalement indépendante des labos sur un tel sujet. Les
La CCDH s’est également penchée sur les contrôles des autorités dans les hôpitaux
réactions à cet envoi ont été nombreuses et généralement très positives.
psychiatriques, en particulier les visites de procureurs, préfets et présidents des tri-
Des médecins ont remercié la CCDH pour leur avoir permis de mieux
bunaux de grande instance. Le constat est clair, ces visites ne sont pas faites dans la
comprendre un système dont ils subissent les effets.
très grande majorité des cas.
Ce rapport de synthèse complet et sans concession a été très apprécié par les diverses
La CCDH prépare actuellement un nouveau film plus spécifiquement
associations de patients à qui il a été transmis.
consacré à la situation de la psychiatrie en France.
Ce rapport est consultable sur le site www.ccdh.fr
* Collusion : entente secrète au détriment d’un tiers.

Paris - Strabourg : 600 kilomètres


à vélo pour dénoncer les abus « La fonction principale de la Commission
des Citoyens pour les Droits de l’Homme
psychiatriques devant les hôpitaux (CCDH) a été d’obtenir des réformes dans
le domaine de la santé mentale et de préser-
ver les droits des individus selon la Décla-
ration universelle des Droits de l’Homme.
La CCDH a été à l’origine de nombreuses
réformes importantes. De nombreux pro-
jets* dans le monde qui auraient réduit les
Conférences, stands d’information droits des patients, ou auraient donné plus
et projection de films contre les de pouvoir à la psychiatrie pour interner
abus de la psychiatrie des minorités et des individus contre leur
volonté, ont été mis en échec par les actions
de la CCDH. »

Erica-Irene Daes – Rapporteur spécial des Nations


Unies pour la Commission des Droits de l’Homme.
*Plus de 115 maintenant.
5 ils ont dit...
Tous les milieux socio-professionnels sont touchés par « Ces charlatans de psys ont bien vu briller mes euros
les abus psychiatriques. Le milieu des artistes ne fait pas tous des menteurs, tous des trafiquants d’espoir »
exception, et semble même être un domaine de prédilec-
tion pour les charlatans de la santé mentale. « Normal qu’vous soyez folle, vous êtes trop gentille
DIAMS, En vrai je suis comme tout le monde, mi-sagesse, mi-colère
auteur, interprète La rappeuse Diams a récemment écrit une chanson poignante Eux m’ont dit, vous êtes malade à vie
Extrait du morceau sur son expérience en milieu psychiatrique. Sa magnifique Vous êtes bipolaire
« Si c’était le dernier » voix contestatrice et généreuse dévoile des vérités qui n’éton- Moi j’y ai cru comme une conne »
Album S.O.S. nent plus le Déchainé. Extraits de la chanson « Si c’était le
© EMI France dernier » dans son album S.O.S. (EMI France) : Diams s’en est sortie (elle continue la chanson par

s
« aujourd’hui je renais ») et a pris la peine de dénoncer cette
« Car je l’avoue oui c’est vrai j’ai fait un tour escroquerie qu’elle a vécue personnellement.
chez les dingues
Là où le bonheur se trouve dans des cachtons Cette expérience doit servir à arrêter l’acceptation
ou des seringues des abus psychiatriques dans notre société.
Là où t’es rien qu’un malade,
rien qu’une putain d’ordonnance »

Nos droits
A la base de nombreux troubles mentaux, il existe un problème physique non détecté et non traité dont la guérison s’accompagne souvent de la
disparition du prétendu trouble mental. Lorsque la personne guérit de cette maladie physique, le « trouble mental » disparaît lui aussi. Pour vous
protéger et protéger vos proches, insistez sur votre droit au consentement éclairé, c’est à dire obtenir des médecins qu’ils vous informent des dan-
gers et des avantages du traitement préconisé et des solutions alternatives, trop souvent négligées lors d’un diagnostic psychiatrique précipité.

Devenez membre
Que faire ?
- Signalez à votre médecin les effets exigez que des examens médicaux
secondaires des médicaments prescrits approfondis soient effectués en cas de
et demandez-lui de transmettre ce si- symptômes de troubles mentaux.
gnalement à l’AFSSAPS*.
- N’hésitez pas à prendre conseil auprès
Soutenez l’association
- Rapportez vous-même auprès de
d’un avocat quand vous pensez qu’il y
l’AFSSAPS les effets secondaires des
médicaments psychotropes, les parti-
a eu abus ou erreur de la part d’un psy-
chiatre ou psychologue.
Faites un don !
culiers ayant désormais cette possibi-
lité (voir site AFSSAPS)
- Restez informé sur le sujet des abus
- Encouragez les victimes de mau-
psychiatriques, consultez régulière- Nouveau membre : 50 euros
ment notre site www.ccdh.fr
vais traitements à poursuivre en jus-
tice les responsables de ces mauvais Établissez un chèque à l’ordre de CCDH, ins-
traitements. Poursuivez également les Ne soyez pas les victi- crivez vos coordonnées et adressez
professionnels devant leur ordre pro- mes du marché lucratif
fessionnel, en particulier l’Ordre des des psychotropes. votre enveloppe à :
médecins.
CCDH France. BP 10076 75561 Paris Cedex 12
- Encouragez et soutenez toute loi ou Informez-vous.
décret qui limite ou interdit les prati-
ques psychiatriques coercitives ou la Connaissez vos droits
prescription de psychotropes. Soutenez
les associations oeuvrant en ce sens et
et agissez en contactant
la Commission des
Courrier des lecteurs
contactez vos élus pour leur faire part de
vos préoccupations à ce sujet. Citoyens pour Nous vous invitons à nous adresser vos
les Droits de l’Homme commentaires relatifs à cette publication.
- Soyez vigilants concernant le dépis- en cas d’abus.
tage des troubles mentaux dans les Vous pouvez les envoyer à l’adresse e-mail
écoles. Ils ne peuvent pas se faire sans
votre consentement. Intervenez pour suivante : ccdh@wanadoo.fr.
empêcher que des campagnes de dé-
pistage masqué soient menées dans les Si vous souhaitez voir votre commentaire
établissements scolaires.
publié dans le prochain numéro, faites-
- Soyez conscients que des problè-
mes physiques peuvent causer des
le nous savoir.
symptômes de troubles mentaux et

* AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé.


témoignage 6
Jean-Marie Ployé
Acteur - musicien - écrivain
Jean-Marie Ployé a publié fin 2008 un li- veilleuse pâlotte diffusant une lumière blafarde : voilà cet univers que seul le
vre-témoignage sur son expérience d’in- diable a pu inventer ! Les infirmiers - au demeurant pleins de compassion et de
ternement en psychiatrie (Neuf mois chez bonne volonté - visitent le taulard trois fois par jour pour la distribution d’une
les fous, aux éditions Les 3 génies). Nous gamelle immangeable, de la piqûre double dose et des autres psychotropes
publions ici une lettre ouverte à Monsieur constituant ce que l’on appelle la camisole chimique.
Sarkozy, écrite par l’auteur révolté d’avoir Livres et montres y sont interdits. Les murs et le plafond génèrent silence
appris la création de nouvelles chambres étouffant, atmosphère irrespirable et solitude pesante.
d’isolement dans les hôpitaux psychiatri- Malgré la petite lucarne, j’y ai perdu très rapidement toute notion de l’heure,
ques français. confondant le jour et la nuit.
Ce traitement est inhumain. Cent fois j’ai cru mourir. De véritables angoisses
m’ont étreint, étouffé. A demi conscient, je me soulageais quelquefois à même
la paillasse … Puis je me calmais et m’assoupissais… Combien de temps ?
Monsieur le Président de la République, Je l’ignorais dans ce lieu où le temps n’a pas d’heures et n’est rythmé que par
une succession de rêves à demi éveillés et de terribles cauchemars qui me
Mon nom est Jean-Marie Ployé. J’ai 62 ans. J’habite Troyes. Je suis acteur, laissaient haletant, le corps dégoulinant de sueur, hébété.
musicien et écrivain. Lorsque, au bout de quinze longues « nuits » de 24 heures, on est venu me
Suite à une lourde et sévère dépression, j’ai été, à la demande d’un de mes libérer de mon cachot, je n’étais plus qu’une longue carcasse à laquelle on
proches, interné sous contrainte en hôpital psychiatrique. Sans que j’en com- avait soustrait toute faculté de réflexion, de rébellion ! J’étais comme loboto-
prenne vraiment les raisons, ce séjour a duré neuf mois consécutifs ! (Du 2 misé. »
janvier au 2 octobre 2002). J’en ai fait un livre. Voilà, Monsieur le Président, ce qu’est la vie en cellule d’isolement.
J’ai, sous les yeux, les principales mesures que vous comptez prendre afin Lorsque j’ai appris que, avec votre nouvelle proposition, plusieurs milliers de
d’éviter - entre autres - la répétition d’accidents causés par les sorties « préma- patients supplémentaires risquaient d’avoir droit à cette « vie de rêve » qui
turées et inopportunes » de malades mentaux considérés comme guéris par le touche au plus profond la dignité de l’être humain, je n’ai pas pu ne pas réagir
corps médical. Je peux comprendre votre souci sécuritaire mais je suis terrible- et j’ai voulu faire connaître, par le biais de ce courrier, la vérité sur ce que sont
ment choqué par la décision que vous avez prise d’augmenter de cent quarante ces lieux d’un autre temps.
unités le nombre de cellules d’isolement au sein des hôpitaux psychiatriques, Puisse cette lettre ouverte vous toucher et, pourquoi pas, vous faire renon-
comme autant de « mitards » supplémentaires. cer à l’idée selon laquelle la multiplication de ces cellules serait une solution
Monsieur le Président, j’ai très bien connu les cellules d’isolement. J’y ai sé- susceptible de résoudre les graves dysfonctionnements actuels de l’institution
journé à trois reprises durant mon internement. Non pas parce que j’aurais pu psychiatrique.
être dangereux pour les soignants et les autres patients, encore moins pour me Vous avez déclaré récemment : « Il faut que l’on puisse être fiers de nos hôpi-
soigner (comment imaginer que la rétention dans ces lieux de solitude extrême taux psychiatriques ». A la lumière de mon témoignage, pensez-vous pouvoir
soit un remède sérieux contre la dépression ?) mais exclusivement par mesure être fier d’un lieu où des êtres humains sont traités comme des bêtes ?
disciplinaire afin que je cesse de me rebeller contre l’institution psychiatrique Je vous remercie de m’avoir accordé un peu de votre temps que je sais pré-
qui, petit à petit, me rendait fou pour de bon. cieux.
« Une cellule de 2m50 sur 2m, murs et plafond capitonnés, un sol en terre Je reste, bien sûr, à votre disposition et vous prie de recevoir, Monsieur le
battue, une minuscule lucarne donnant sur un mur en béton, une bouche d’aé- Président, l’expression de ma très haute considération.
ration, une paillasse, deux couvertures, un tabouret, un seau de toilette et une

« Ce traitement est inhumain. Cent fois


j’ai cru mourir. De véritables angoisses
m’ont étreint, étouffé. A demi conscient,
je me soulageais quelquefois à même
la paillasse …
Puis je me calmais et m’assoupissais…
Combien de temps ?
Je l’ignorais dans ce lieu où le temps
n’a pas d’heures et n’est rythmé
que par une succession de rêves
à demi éveillés et de terribles
cauchemars qui me laissaient haletant,
le corps dégoulinant de sueur, hébété. »
7 faits divers
Plus de 2% des jeunes la maladie d’Alzheimer et les enfants L’hôpital psychiatrique de D’après le laboratoire
français sous psychotrope Caen condamné après le Ely Lilly, 8% des chiens
autistes ou hyperactifs. Les labora-
toires et les psychiatres ont pourtant
Source : lepoint.fr - janvier 2010
Une étude récente conclut que plus de
longtemps prétendu que ces médica- suicide d’un patient souffrent de troubles
2% des enfants et adolescents français
ments avaient moins d’effets secon-
daires. Un mensonge de plus et un
Source : Ouest France - janvier 2010
L’hôpital psychiatrique de Caen devra
compulsifs canins
sont sous traitement psychotrope. On Non, ce n’est pas une blague, les
mensonge qui rapporte gros, ces mé- indemniser la famille d’un schizoph-
savait que les adultes français étaient chiens aussi ont des troubles men-
dicaments étant beaucoup plus chers rène qui s’était suicidé alors qu’il était
champions en matière de consomma- taux... Les propriétaires de chiens
que les anciens antipsychotiques. théoriquement sous la surveillance de
tion de psychotropes. On réalise désor- pourront bientôt donner du Prozac
l’hôpital. La famille du défunt a saisi
mais que leurs enfants sont également à leur animal pour traiter sa dépres-
dans le peloton de tête. Merci docteur ! le tribunal administratif qui a rendu
sion. Un comprimé a été lancé aux
Source - Agence Credo récemment son jugement : « L’hôpital
Alors que l’on avait tendance à considé- Etats-Unis pour aider à guérir les
devait prendre toute mesure pour re-
rer que donner des pilules de l’obéis- « troubles compulsifs canins ». Le
trouver le patient qui était sous sa garde
sance était une « folie » des américains, médicament, appelé Reconcile, vise
et s’était enfui. L’établissement n’a pas
il va falloir changer de point de vue et à freiner le rythme compulsif, la
entrepris toutes les démarches utiles. »
prendre conscience que la France est mastication et la dépression causée
loin d’être épargnée. par les longues absences de leurs
Le psychiatre violeur de propriétaires.

Les médicaments Brest arrêté en Thaïlande


letelegramme.com - Fév. 2010 Adieu transexualité,
antipsychotiques doublent Un psychiatre de Brest qui avait été
bonjour hypersexualité
les risques de décès condamné à douze ans de prison
pour agressions sexuelles et viols sur
Un nouveau diagnostic psychiatrique
de cause cardiaque personne vulnérable, avait subitement
devrait entrer dans la future édition du
DSM, le diagnostic statistical manual, qui
Source : Psychomedia - janvier 2010 disparu dans la nature juste avant son
Dans la nouvelle édition du DSM, la recense l’ensemble des troubles men-
Selon une étude du New England procès. La police thaïlandaise vient de
bible de la psychiatrie, les achats com- taux. Il s’agit de l’hypersexualité. Non,
Journal of Medicine, la prise de l’arrêter. L’homme de 59 ans devrait
pulsifs et la cyberdépendance vont être il ne s’agit pas d’une excitation sexuelle
médicaments antipsychotiques de bientôt se retrouver sous les verrous
catalogués comme trouble psychiatrique, persistante anormale ou déviante. Il
nouvelle génération (tels que Zy- en France. Deux jeunes patients
comme une phobie sociale, des troubles s’agit plutôt de comportements sexuels
prexa, Risperdal) double les risques particulièrement fragiles avaient porté
de l’humeur ou de la personnalité. La normaux qui sont répétitifs, excessifs
de mort soudaine pour cause car- plainte pour agressions sexuelles, pra-
première étape indispensable, soulignent (pour qui ?) ou désinhibés, mais entre
diaque. On pensait que ces produits tiquées sous couvert de « séances de
les spécialistes « c’est de parvenir à adultes consentants. Pour échapper au
avaient moins d’effets secondaires relaxation ». Condamné pour ces faits
convaincre le patient qu’il est cyberdé- diagnostic d’hypersexualité, il convien-
que les anciens antipsychotiques à cinq ans de prison ferme, il s’était
pendant. » dra désormais de faire l’amour pas trop
(Haldol, etc.) mais en réalité ils cau- enfui avant d’effectuer sa peine. Par
souvent, pas trop longtemps, et de
sent autant de risques de problèmes la suite, d’autres plaintes arrivèrent et
manière réservée et discrète. Sinon gare
cardiaques. Ces médicaments sont un nouveau procès pour viol eut lieu
au psychiatre zélé qui se trouvera peut-
pourtant abondamment donnés dans en l’absence du prévenu, qui aboutit à
être au pied du lit, ce qu’on appelle un
les hôpitaux psychiatriques mais une condamnation à 12 ans de prison.
clinicien, et qui sera là pour autoriser et
aussi pour les patients souffrant de
contrôler vos ébats.

Un décret gouvernemental récent montre l’absurdité des diagnostics psychiatriques.


Le transexualisme disparaît de la liste des troubles
mentaux par décision du Ministre de la Santé.
Le professeur émérite de psychiatrie chiatrique. Quel crédit peut-il être mis à mal. Depuis que le psychiatre psychiatres sur les 27 constituant le
Thomas Szasz a pour habitude de accordé à une discipline prétendu- allemand Kraepelin avait commencé conseil d’approbation des troubles
dire que la psychiatrie n’est pas de ment médicale, la psychiatrie, dont à classer les comportements humains ont des liens financiers avec l’indus-
la médecine mais de la politique. Ce les errances et les abus appellent une en maladies, il y a de cela plus de 100 trie pharmaceutique. A quoi peut-on
qu’il veut dire, c’est que les maladies sanction par décret ministériel ? Il a ans, rien n’a changé en psychiatrie. s’attendre pour 2012 ? De nouveaux
mentales ne reposent sur aucun cri- fallu la demande insistante et justi- La bible actuelle de la psychiatrie, le troubles devraient faire leur appari-
tère physiologique ou médical et que fiée des associations de transexuels, DSM, diagnostic statistical manual, tion. Ainsi, le trouble de l’acheteur
seuls des critères politiques d’accep- auprès des instances politiques, pour recense l’ensemble des troubles men- compulsif, le syndrome d’aliénation
tation ou de rejet social déterminent voir retirée aux psychiatres cette taux. Cet ouvrage de référence est parentale, le trouble explosif inter-
si un comportement doit être consi- violation des libertés fondamentales réalisé par l’Association Américaine mittent (colère), le trouble d’alimen-
déré comme une maladie ou pas. des citoyens, tout comme au début de Psychiatrie. Des panels d’experts tation excessive et le trouble rela-
Madame Roselyne Bachelot, Mi- des années 70 l’homosexualité avait sont régulièrement réunis et le fait de tionnel devraient tous faire bientôt
nistre de la santé, vient d’en donner également été enlevée de la liste des savoir si un comportement humain partie des maladies mentales à trai-
une illustration éclatante. Par décret troubles mentaux sous la pression doit être classé comme maladie est ter. Chacun de ces soi-disant troubles
public, le désir de changer de sexe, des associations homosexuelles. tout simplement mis au vote. concerne potentiellement beaucoup
ou transexualisme, ne peut plus Ceci met en lumière l’absurdité des C’est ainsi que certains comporte- plus de personnes et donc de clients
aujourd’hui être considéré comme diagnostics psychiatriques en géné- ments deviennent des maladies. Ain- potentiels que le transexualisme.
un trouble mental. ral. Si aucune étude n’existe pour si la timidité est devenue le trouble Un de perdu, dix de retrouvés, telle
Aucune étude ou expertise scientifi- définir si le transexualisme est un d’anxiété sociale (SAD), avec un an- pourrait être la devise d’une psy-
que n’a jamais existé sur la question. trouble mental ou non, il faut savoir tidépresseur agréé pour le traiter. La chiatrie qui si l’on n’y prend garde,
Seul l’ostracisme (l’exclusion d’une qu’il n’en existe pas plus pour déter- tristesse liée à une séparation ou un pourrait bientôt redéfinir chacun de
personne décidée par un groupe, une miner si la dépression, la schizophré- départ s’appelle pour les psychiatres nos comportements comme autant
collectivité) et le consensus d’une nie ou l’hyperactivité sont également le trouble d’angoisse de séparation. de maladies mentales.
société figée sur le rejet de la diffé- de réelles maladies ou non. C’est En 2012 devrait sortir la cinquième
rence tenait lieu de diagnostic psy- tout le système psychiatrique qui est édition du DSM. On sait déjà que 19
alerte 8
Le billet du rédacteur

Un projet de loi d’obligation de soins


sans consentement menace nos libertés
L’autre soir, un affreux cauchemar est venu troubler mon sommeil. guéries. Un président ne confierait pas
Dans ce cauchemar, le Président de la République venait de signer à des personnes notablement incapables
le décret d’application d’une loi qui autorisait les psychiatres à venir des pouvoirs nouveaux pour contrôler les
chez moi pour me diagnostiquer et me droguer. Ils étaient maintenant individus. Quant à ces diagnostics ridi-
trois à être arrivés dans ma maison et à se tenir au pied de mon lit. cules, aucun médecin sérieux ne pourrait
Ils me regardaient, l’air goguenard. L’un d’eux avait dans la main un considérer qu’ils ont la moindre justifica-
livre intitulé DSM 5, Diagnostic statistical manual, et il répétait « ton tion médicale ou scientifique.
compte est bon, ton compte est bon... ».
Mars 2009 : le vrai réveil. Un projet de loi va bientôt être présenté au
C’est vrai, je m’étais rué sur les soldes deux jours avant, n’ayant pas Conseil des Ministres. Il devrait créer une obligation de soins sans
résisté aux rabais de 40% sur ma marque de chemises préférée. De consentement en dehors des hôpitaux. Alors qu’après 10 ans de com-
plus j’avais le jour même passé plusieurs heures sur internet pour bat, la CCDH avait réussi à limiter le nombre d’internements psychia-
effectuer des recherches professionnelles. Mon compte était bon, il triques dans les hôpitaux, voilà que tout citoyen pourra bientôt être
fallait que je paie pour ce comportement asocial. C’est le psychiatre forcé à suivre un traitement. Quels contrôles y-aura-t-il pour limiter
à lunette qui tenait le DSM dans sa main qui prononça ma sentence. les abus ? Très peu, et si comme pour les internements, les contrôles
« Trouble de l’acheteur compulsif, coupable , trouble de l’addiction ne sont pas effectués (voir rapport de CCDH sur ce sujet page 4), on
à internet, coupable. Nous allons vous injecter le dernier neurolep- peut véritablement craindre le pire.
tique retard de nouvelle génération. Vous baverez, vous prendrez 15 Quant aux diagnostics farfelus, ils sont déjà là. Le DSM 5 va bientôt
kilos et vous ne pourrez plus travailler. Mais grâce à nous, vous serez sortir avec sa liste de nouvelles maladies psychiatriques. De quoi nous
redevenu un bon citoyen. » Je me suis réveillé en sursaut quand la trouver tous fous.
seringue me pénétrait le bras.
Devrait-on laisser faire ou plutôt réagir face à ce qui est bel et bien
Horrible cauchemar s’il en est. Je me suis rendormi en me disant une menace pour nos libertés ? CCDH a décidé de se battre et a be-
qu’une telle situation n’était pas envisageable. Quel Président donne- soin du soutien de tous, politiciens, médecins, défenseurs des droits
rait davantage de pouvoirs aux psychiatres alors même que ces der- de l’homme ou simples citoyens. Chacun peut lutter à son niveau et
niers ne cessent d’être stigmatisés pour leur incompétence ? Tout le empêcher le pire. Tous ensemble, nous pourrons sauvegarder nos li-
monde sait bien que la plupart des crimes atroces commis ces derniers bertés. Nous comptons sur vous.
mois l’ont été par des personnes sous traitement psychiatrique et par-
fois relâchées des hôpitaux par des psychiatres qui les considéraient Frédéric Grossmann

CALENDRIER
1er trimestre 2010 VIDÉO
« L’échange », un film de Clint Eastwood avec Angelina Jo-
Mars 2010 lie. L’histoire d’un internement psychiatrique dans l’Améri-
• Gala annuel pour le 36e anniversaire de l’association CCDH que des années 20.
Pour les expositions, manifestations et colloques, consultez le
site www.ccdh.fr
A LIRE
ou téléphonez au 01 40 01 09 70 LES MÉDICAMENTEURS
aux Éditions du Moment
Toute l’équipe de CCDH se mobilise cette année 2010 pour faire aboutir
Stéphane Horel est l’auteur d’un
des réformes dans le domaine de :
excellent livre mettant en évi- Vous pouvez vous procurer ces
• La protection des enfants face à la surmédicalisation dence les relations ambivalentes vidéos qui racontent l’histoire
et au dépistage psychiatrique dans les écoles qu’entretiennent souvent labos, de la psychiatrie et de ses abus,
• La protection des libertés individuelles dans les établissements experts, autorités sanitaires, et... rendez vous sur notre site web.
psychiatriques - faire connaître les droits des patients. Pouvoirs publics.
• Actions contre le projet de loi instaurant une obligation de soins
sans consentement.
WEB
La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH) a été fondée www.ccdh.fr
en 1969 par l’Église de Scientologie et le professeur émérite de psychiatrie CCDH : sur le site de CCDH, vous pouvez maintenant
Thomas Szasz afin de procéder à des investigations, révéler les violations des connaître le nombre d’hospitalisations sous contrainte
droits de l’Homme en psychiatrie et réformer le domaine de la santé mentale. dans votre département.
La Commission compte plus de 130 bureaux dans 31 pays. CCDH collabore
avec des médecins et des avocats afin d’aider les personnes s’estimant vic- A voir en ligne : nouvelles vidéos de prévention sur les
times d’abus psychiatriques à faire valoir leurs droits. CCDH est à l’origine de dangers des antidépresseurs.
centaines de réformes dans le monde visant à garantir les droits des citoyens
face aux abus de la psychiatrie.
CCDH : BP 10076 - 75561 PARIS CEDEX 12 www.ccdh.fr